Nouvel audit du grephh : evaluation des précautions complémentaires

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Nouvel audit du grephh : evaluation des précautions complémentaires"

Transcription

1 Actualités du CCLIN EST et de ses 5 antennes régionales Décembre 2013 Nouvel audit du grephh : evaluation des précautions complémentaires Dans le prolongement de l audit précautions standard, le Groupe d Evaluation des Pratiques en Hygiène Hospitalière (GREPHH) proposera dans quelques semaines aux établissements un outil d évaluation des précautions complémentaires (PC). Cet outil a été élaboré par un groupe de travail constitué pour l occasion et coordonné par les CClin Est et Ouest et validé par le GREPHH. Il a pour objectif d aider les structures à évaluer leur organisation pour une bonne application des PC, les mesures effectivement mises en place pour les patients en PC et les connaissances des différents personnels sur ce thème. Il est préférable d avoir évalué les PS dans l établissement, en préalable à la réalisation de l audit PC. Cet outil sera mis à la disposition des établissements, mais peut à l avenir faire l objet d une enquête régionale, interrégionale ou nationale. Dans ce numéro : GREPHH 1 A l agenda 2 Lingettes en désinfection 3 Conso Ceftriaxone 4 Se serrer la main... 5 LUD Hygie 6 Serious game Grippe.0 7 Video killed the radio star 8 Les Référentiels : Recommandations nationales SF2H et HCSP Prévention de la transmission croisée Précautions complémentaires contact Surveiller, prévenir les infections associées aux soins Prévention de la transmission croisée par voie respiratoire : air ou gouttelettes Infections à Clostridium difficile. HCSP 2008 L objectif principal est d évaluer la prise en charge des patients en précautions complémentaires contact, gouttelettes et air dans les établissements de santé et médicosociaux (Ehpad, FAM et MAS) en termes d organisation, de moyens mis en œuvre et de connaissances des soignants/personnels et en conséquence contribuer à la mise en place d un plan d actions en fonction des résultats de l audit. Cet audit repose sur des analyses documentaires (procédures), de ressources (matériel, CAT devant un ou plusieurs cas de gale. HCSP consommables) et de connaissances. Il existe plusieurs niveaux de l audit : l établissement, le patient placé en PC et les professionnels (paramédical et médical). L application en ligne WebAPC a été élaborée par le CClin Ouest pour permettre la saisie informatique des données. Les résultats attendus seront présentés en termes de pourcentages de bonnes réponses ou d objectifs atteints aux niveaux Etablissement, Patient, Professionnel et Médecin. Ceux-ci sont détaillés par question pour l ensemble de l établissement dans un rapport automatisé et sont synthétisés par critère dans un poster. Pour toute conformité inférieure à 80%, des points d amélioration sont automatiquement proposés dans le rapport produit par l application informatique. Chaque bulletin contient des points de : Formations Surveillances Signalements Réglementation Ces recommandations seront accessibles dans quelques jours sur le site du GREPHH :

2 P A G E 2 Calendrier des événements Pour toutes difficultés concernant les inscriptions ou la compréhension d une surveillance (AES 2013, ATB 2012, ISO 2013, BMR 2013 et REA 2013) : Prendre contact si nécessaire avec Olivier HOFF : Les inscriptions se font en ligne sur le site du CCLIN Est à la rubrique surveillance. Vous trouverez également tous les outils nécessaires à la réalisation de ces surveillances (et audit) et les moyens de contacter les personnes responsables de chacune d elles en cas de nécessité. décembre 2013 A C T U A L I T É S D U C C L I N E S T E T D E S E S 5 A N T E N N E S V mer. jeu. ven. sam. dim Le rapport inter-régional de la surveillance des AES en 2012 vient d être mis en ligne sur le site du CClin Est ISO La campagne 2014 des surveillances proposées par le Raisin et le CCLIN Est va bientôt commencer. AES 2014 : surveillance du 1 er janvier au 31 décembre, ISO 2014 : surveillance du 1 er janvier au 30 juin, REA 2014 : surveillance du 1 er janvier au 30 juin, ATB 2013 : surveillance rétrospective sur l année D ici la fin du mois de décembre, vous pourrez inscrire votre établissement en ligne sur le site du CCLIN Est : à la rubrique de chaque surveillance concernée. Quelle que soit la surveillance, l inscription est indispensable (y compris si vous avez participé en 2013). COLLOQUES - JOURNEES - CONGRES Journée ARLIN Champagne-Ardenne : Reims le 24 janvier 2014 sur «Les indicateurs et l amélioration de la sécurité des soins» - pré-programme et bulletin d inscription à venir 2ème Colloque National sur «les bactéries multirésistantes émergentes» Paris le vendredi 07 février 2014 Programme 9ème congrès "Biologie et Hygiène Hospitalière", Paris le mardi 8 avril 2014 au Lycée Pierre-Gilles de Gennes - ENCPB - Paris 13ème programme et bulletin d inscription à venir Journée CClin Est/ARLIN : Strasbourg le 17 avril 2014 sur «Application des méthodes et outils de la gestion des risques à l hygiène» - programme et bulletin d inscription à venir XVème Congrès SF2H : Marseille les 4, 5 et 6 juin Thèmes : > facteurs de risque liés à l hôte : le risque infectieux intrinsèque > détection ou prédiction des épidémies : comment intégrer des indicateurs a priori? > système d information hospitalier et infections associées aux soins : intérêt et limites > approche psycho-comportementale des recommandations dans les services à haut risque (réanimation, bloc opératoire) : facteurs influençant la perception du risque.

3 P A G E 3 A C T U A L I T É S D U C C L I N E S T Indication des lingettes en désinfection médicale (note technique de la sf2h) A ce jour, l'utilisation des lingettes imprégnées de désinfectant est toujours associée à un niveau faible de risque infectieux, que ce soit pour les surfaces, les Dispositifs médicaux (DM) non critiques ou les DM semi-critiques protégés par une gaine. Cet usage est proscrit pour l'hygiène des mains. Certes, les lingettes ont pour intérêt de faciliter la mise en œuvre de la désinfection en limitant le temps passé par les professionnels et en ne nécessitant pas de local spécifique, cependant elles ne permettent pas de garantir une maîtrise complète du traitement, absolument requise pour les dispositifs invasifs au vu du risque infectieux associé. Trop d'incertitudes persistent en effet sur le produit : spectre microbien non adapté (bactéricidie et levuricidie uniquement), durée de contact trop courte, évaporation possible du produit lors du stockage ou de l'utilisation, absence de test normalisé sur la stabilité des lingettes. De plus même si le produit d'imprégnation possède un large spectre avec une activité microbienne démontrée en un temps d'action court, l'utilisation de la lingette pour des dispositifs médicaux invasifs sans gaine de protection reste incertaine, car leur efficacité est limitée à Pour en savoir plus : document 5 pages à télécharger l'étape de nettoyage lorsqu'elle est réalisée par essuyage, il y a impossibilité de connaître l'activité réelle du couple lingette/ produit désinfectant, et il existe un fort effet opérateurdépendant auxquels s'ajoute un risque de banalisation de l'opération de traitement. La SF2H rappelle dès lors les indications des lingettes : bionettoyage des surfaces, désinfection de bas niveau des surfaces des dispositifs médicaux non critiques, désinfection entre deux patients des sondes d'échographie endocavitaires, des sondes d'échographie trans-oesophagienne et des nasofibroscopes munis d'une gaine de protection adaptée et à usage unique. Elle considère aussi l'avis de l'équipe opérationnelle d'hygiène (EOH) pertinent pour le choix du traitement d'un dispositif médical, traitement idéalement anticipé au moment de son acquisition. Séchage des mains : papiers vs sèche-mains Six microbiologistes et hygiénistes hospitaliers reconnus en Europe ont co-signé une déclaration de consensus scientifique identifiant le séchage des mains comme un élément important de l'hygiène des mains. Bien sûr, l'information est à prendre avec précaution puisque le communiqué émane de l'european Tissue Symposium (ETS), une organisation européenne des fabricants de produits papier à usage unique. Mais elle mérite néanmoins une certaine attention, les experts ayant en effet examiné un large corpus de la littérature scientifique. Si le lavage des mains dans la prévention de la propagation des infections est largement reconnu, le séchage l'est moins. Pourtant, si ce geste d'hygiène est effectué de manière appropriée, il réduit le risque de transmission des micro-organismes. Divers éléments tendent à prouver que l'utilisation d'essuie-mains en papier est associée à la présence, sur les mains et dans les sanitaires, d'un nombre de micro-organismes inférieur à celui lié à l'usage de sèche-mains à air chaud ou à air pulsé. Pour illustrer leur propos, ETS a réalisé des numérations bactériennes sur les mains, les sèche-mains et les sols. Par exemple, ETS souligne qu'après lavage et séchage des mains à l'aide d'un essuie-mains en papier, le nombre total de bactéries avait diminué en moyenne de 76% sur la pulpe des doigts et jusqu'à 77% sur les paumes. En moyenne, l'utilisateur d'un sèche-mains à air pulsé est susceptible d'être exposé à fois plus de micro-organismes que celui utilisant un distributeur d'essuie-mains en papier. Elle précise aussi que les sols sous les sèche-mains à air pulsé présentaient en moyenne des niveaux de contamination 20 fois supérieurs à ceux situés sous les distributeurs d'essuie-mains en papier. Pour en savoir plus :

4 A N N É E , D É C E M B R E P A G E 4 Antibiotiques : consommation excessive de la ceftriaxone? La consommation de ceftriaxone a augmenté de façon très importante ces dernières années, selon les données du réseau ATB-Raisin et l'enquête nationale de prévalence des traitements antibiotiques Des études suggèrent que cette bêta-lactamine du groupe des céphalosporines de 3ème génération induit davantage de résistances que d'autres médicaments de la même classe. Les deux enquêtes confirment la progression globale de la consommation d'antibiotiques en France. Catherine Dumartin du CClin Sud-Ouest a présenté les résultats préliminaires des données recueillies par le réseau ATB- Raisin, qui surveille la consommation d'antibiotiques dans les établissements de santé depuis 2009 à travers une enquête annuelle rétrospective. En 2012, établissements ont participé à l'enquête ce qui représente 67% des lits en France. Entre 2008 et 2012, la consommation d'antibiotiques a progressé d'environ 7% en France. Toutefois, l'analyse des données révèle un fléchissement de la croissance annuelle sur cette période: de près de 4% en , elle est passée à moins de 1% entre 2011 et Les bêtalactamines représentent 67% des prescriptions et la consommation de carbapénèmes a progressé de plus de 37% sur la période ; néanmoins, une stabilisation a été observée en Selon les données ATB-Raisin , la consommation de ceftriaxone a progressé de 48%. L'enquête nationale de prévalence (ENP) des traitements antibiotiques 2012 confirme ces données. Plusieurs ENP ont été menées depuis 1990 et la dernière remontait à Les données de l ENP 2012 sont issues de établissements, soit plus de 90% des établissements français, a rapporté Sophie Vaux, de l'institut de veille sanitaire. Depuis 2006, la consommation globale a progressé de 5,4% dans cette enquête. En 2012, 16,6% des patients hospitalisés étaient traités par antibiotiques, la réanimation comptant pour la moitié des thérapies. Si l'association amoxicilline-acide clavulanique est en tête (16% des prescriptions), la ceftriaxone pointe en deuxième position avec 12% des antibiothérapies. L'augmentation des prescriptions de ceftriaxone est encore plus nette dans cette enquête puisqu'elle s'élève à 83%. Selon Xavier Bertrand du service d'hygiène hospitalière du CHU de Besançon, qui déplore un faible nombre d'études robustes sur ce sujet, la ceftriaxone entraînerait davantage de résistances que son alternative plus ancienne, le céfotaxime. S'il rappelle que les causes de la dissémination de la résistance sont multiples, la première reste l'usage excessif d'antibiotiques. La pression de sélection exercée par les antibiotiques favorise l'émergence de résistance et il existe des variations entre les différentes classes. Ainsi les fluoroquinolones jouent un rôle important dans la diffusion des Staphylococcus aureus résistants à la méticilline (Sarm), les céphalosporines de 3ème génération dans celle des d'enterococcus faecium résistants aux glycopeptides (ERG). Certaines études suggèrent également une différence entre les molécules d'une même classe. Il a étudié la corrélation entre consommation d'antibiotiques et émergence de résistance à partir des données d'atb-raisin en prenant en compte sept couples bactérie-antibiotique. Il ressort de ces données recueillies auprès de 701 établissements issus de 20 régions, que la consommation de ceftriaxone était corrélée aux taux d'incidence des E. coli résistants aux céphalosporines de 3ème génération et aux E. coli résistants à la ciprofloxacine. Or, ce n'était pas le cas du céfotaxime. En raison d'une élimination biliaire et non rénale, la ceftriaxone exerce une pression de sélection plus importante sur la flore intestinale que le céfotaxime. Les données relatives à l'impact majeur de la ceftriaxone sur la flore intestinale datent pourtant des années 1980!!! Le Pr Christian Rabaud du CHU de Nancy et du CClin Est, président de la Société de pathologie infectieuse de langue française, a rappelé que lors de l'arrivée sur le marché de la ceftriaxone, le laboratoire commercialisant son concurrent, le céfotaxime, avait communiqué autour de l'impact délétère de la ceftriaxone sur la flore intestinale. Mais, à partir du moment où le céfotaxime a été génériqué, il n'y a plus eu de communication autour de l'impact écologique de la ceftriaxone. La page «antibiotiques» du site CCLIN-ARLIN a été actualisée à l occasion de la journée du 18 novembre de sensibilisation au bon usage des antibiotiques : EN BONUS L'ECDC a présenté les données 2012 rapportées par 30 pays sur la résistance aux antimicrobiens pour sept micro-organismes très importants pour la santé publique (Escherichia coli, Klebsiella pneumoniae, Pseudomonas aeruginosa, Acinetobacter, Streptococcus pneumoniae, Staphylococcus aureus et les entérocoques), ainsi que des analyses de tendances pour la période Ces 4 dernières années témoignent d'une augmentation significative de la résistance de K. pneumoniae et E. coli aux céphalosporines de 3ème génération et d'une résistance combinée accrue de K. pneumoniae à cette classe et aux fluoroquinolones et aminoglycosides. Les options thérapeutiques contre K. pneumoniae sont donc limitées aux carbapénèmes, classe majeure d'antibiotiques de dernière ligne contre les infections par des bactéries Gram négatif multirésistantes telles que K. pneumoniae et E. coli, causes fréquentes de pneumonies, infections urinaires et septicémies. Mais le pourcentage de résistance de K. pneumoniae aux carbapénèmes est déjà élevé, et il est en augmentation dans certains pays de l'ue. Les résultats, montrent des niveaux élevés de résistance (> 25 %) de Acinetobacter spp. aux carbapénèmes dans près de la moitié des pays déclarants. Plus réconfortant, le pourcentage de staphylocoques dorés résistants à la méticilline diminue, ou au pire se stabilise. Il reste supérieur à 25 % dans près d'un quart des pays déclarants.

5 P A G E 5 A C T U A L I T É S D U C C L I N E S T Peut-on encore se serrer la main à l hôpital? Une étude préconise au personnel hospitalier d'éviter ce geste ancestral pour limiter les infections nosocomiales et, à la place, de «se toucher les poings». Après s'être lavé les mains, jusqu'à 80% des individus conservent sur leurs doigts et dans la paume des bactéries susceptibles d être transmises. Se serrer la main expose 3 fois plus de surface de peau que le contact des poings, et que ce geste dure près de 3 fois plus longtemps. Se toucher les poings est, dans un hôpital, une alternative efficace au fait de se serrer les mains. Cela peut conduire à une diminution de la transmission des bactéries et améliorer la santé et la sécurité des patients et du personnel. Est) note ainsi que «si l'on se désinfecte bien les mains avant de pratiquer des soins, le risque de transmission de bactéries est quasiment nul. [ ] Mais l'observance n'est pas toujours par- Le Pr Philippe Vanhems, (Cclin Sudfaite». Le Pr Pascal Astagneau (Cclin Paris- Nord) remarque ainsi : «Si ce n'est au moment des soins, il n'y a aucune raison de ne plus se serrer les mains dans un hôpital. [ ] Nous vivons avec les bactéries. Elles sont même indispensables à la vie. Ce n'est pas avec une poignée de main que nous allons nous transmettre des maladies». Pour mémoire, Louis Pasteur refusait de serrer la main à ses interlocuteurs. Mais doit-on en arriver à cet extrême? Pour en savoir plus : article à votre disposition sur simple demande au CClin Est Reducing pathogen transmission in a hospital setting. Handshake verses fist bump: a pilot study. Ghareeb PA, Bourlai T, Dutton W, McClellan WT. J Hosp Infect Dec;85(4) A lire A voir - Aspergillus Un site anglais dédié aux Aspergillus avec des rubriques destinées aux patients mais aussi des informations médicales et scientifiques. A noter une très riche banque d images. - Nouveaux REX sur le site national des ARLIN-CClin : BMR / BHRe : Epidémie de 8 cas de portage d'entérocoque résistant aux glycopeptides (ERG) en soins de suite et réadaptation (SSR) Ophtalmologie : Cas groupés d'endophtalmies post injection intravitréenne - La grippe saisonnière : 5 questions clés pour démêler le vrai du faux - NosoVeille n 11, bulletin de veille, novembre Clip 2013 de la danse de SHA, réunissant au total 30 établissements et près de 650 personnes, est désormais disponible à partir du lien suivant : Un kit «Danse du SHA», regroupant méthodologie, musique, vidéo didacticielle et clips 2012 et 2013, reste accessible sur le site du CCLIN Sud-Ouest à la page - ANSM Caractérisation des antibiotiques considérés comme «critiques» - rapport d'expertise, 16 pages

6 P A G E 6 A C T U A L I T É S D U C C L I N E S T LUD Hygie, un jeu de cartes pour la promotion de l hygiène hospitalière L EOH du Centre Hospitalier de Haguenau, pour la promotion de l hygiène hospitalière et la prévention des infections associées aux soins auprès des professionnels, a imaginé un jeu de cartes. L idée est de «parler» d hygiène en s amusant, le jeu étant reconnu comme un outil pédagogique pertinent et efficace. Finalement, considérant que la mission principale de l EOH (après avoir rédigé les procédures, fait les audits et enquêtes, mis en œuvre le programme du CLIN pour répondre au mieux aux objectifs de l ICALIN et autres scores ) est de communiquer et sensibiliser les véritables acteurs de soins à propos de prévention et d hygiène. Les messages sont toujours les mêmes : désinfection des mains par friction, respect des précautions standard, bon usage des précautions complémentaires, bon usage des gants, des masques, des antiseptiques Les professionnels les connaissent mais il faut maintenir le contact et renouveler les modalités de communication. A notre arsenal pédagogique, nous avons ajouté le jeu. Avec LUD Hygie, le but du jeu est de réunir les cartes nécessaires à la réalisation d un soin en toute sécurité pour le professionnel et le patient. Chaque joueur choisit une carte «personnage» et devra réunir les cartes «actions» nécessaires à la réalisation du soin que doit effectuer son personnage. Quelques cartes joker glissées dans le jeu facilitent la tâche comme «l aide d un collègue» ou «le dispositif de sécurité», mais des cartes «accidents» peuvent retarder le joueur : «AES par piqûre» qui fait perdre son tour! Le jeu permet d assimiler les contraintes de l hygiène hospitalière d une façon ludique et de rappeler les bases de la protection des professionnels et de la prévention des infections associées aux soins. C est aussi un outil de sensibilisation à l hygiène pour ceux qui ne veulent pas jouer mais qui liront le contenu de chaque carte. Le jeu a été offert à tous les médecins et cadres de santé mais aussi bien sûr à tous nos correspondants en hygiène dans les services ainsi qu à l IFSI. Gageons que l hygiène et l hygiène des mains deviendront un réflexe chez tous les professionnels de notre Etablissement. Pour en savoir plus : contact O. Meunier, Service d Hygiène Hospitalière, CH Haguenau, Haguenau Tél. :

7 A N N É E , D É C E M B R E P A G E 7 «serious game» ou jeu sérieux sur la grippe Pour la semaine de la sécurité des patients, le CCLIN Sud-Ouest a mis à disposition des professionnels de santé un jeu sérieux sur la grippe intitulé «Grippe.0» : cet outil ludo-éducatif reprend les points clefs d une bonne gestion d un cas de grippe. Le jeu (temps estimé pour une partie 10 minutes) est téléchargeable ou jouable en ligne sur le lien suivant Le CClin Sud-Ouest souhaiterait évaluer l impact de ce jeu sur les professionnels exerçant au contact des patients en remplissant ou faisant remplir un court questionnaire avant et après le jeu via un lien présent sur leur site. N hésitez pas à relayer ce message vers vos contacts professionnels de santé exerçant auprès de patients pour nous permettre d élargir notre effectif d évaluateurs. ivermectine dans la Gale du petit enfant? Le traitement de la gale chez le nourrisson et chez le petit enfant de moins de 2 ans pose parfois de réels problèmes : l observance des traitements topiques n est parfois pas optimale à cet âge et ils ne sont pas anodins ne serait-ce, à titre d exemple, que le risque d asthme avec l utilisation de sprays. Le traitement par voie orale est donc une solution séduisante dans ce cas de figure mais il y a peu de données dans la littérature dermatologique susceptibles de nous inciter à l utiliser. C est tout l intérêt de cette courte série présentée par l équipe de Pascal Joly, à Rouen, qui comporte 15 enfants dont la scabiose avait résisté ou récidivé malgré 2 traitements topiques bien conduits et qui ont bénéficié d un traitement par ivermectine. L âge moyen des enfants était de 10 mois et leur poids moyen de 8 kilos. Ils avaient tous été traités, préalablement, par benzoate de benzyle ou par permétrine et ils étaient tous en situation de récidive ou d échec au traitement topique. L ivermectine a été utilisée à la dose de 200 µg/kilo et le traitement a été répété 15 jours plus tard. Pour les enfants les plus petits, il a été nécessaire de déconditionner les comprimés de 3 mg d ivermectine afin d obtenir des doses adaptées au poids. Sur les 14 enfants qui ont pu être suivis à distance (3 mois) après les 2 traitements d ivermectine, on considère que 13 d entre eux étaient guéris. La tolérance du médicament a été excellente et les deux effets secondaires notés étaient un certain degré d agitation chez un enfant et un prurit intense dans les jours qui ont suivi la 1ère prise d ivermectine chez un autre. Ces 2 manifestations n étaient probablement pas liées au traitement proprement dit. Les données de la littérature sont pauvres en ce qui concerne l efficacité et la tolérance de l ivermectine chez le petit enfant. Cette série décrite par une équipe reconnue conforte l impression que l ivermectine peut être une solution élégante et efficace dans des cas de scabiose persistante chez le petit enfant. Bien entendu, le traitement par voie buccale ne dispense pas des mesures associées c'est-à-dire le traitement des sujets contact et à la désinfection de la literie et du linge des enfants traités. Pour en savoir plus : article à votre disposition sur simple demande au CClin Est Becourt C et coll. : Treatment of scabies with oral ivermectine in 15 children : a retrospective study on tolerance and efficacy. Br J Dermatol., 2013; 169:

8 A N N É E , D É C E M B R E Page 8 Pédagogie : deux vidéos d information CH Haguenau Objectif : Risque zéro Film de sensibilisation à l hygiène en milieu hospitalier. Durée : 6 min A travers le parcours pré-opératoire d un patient, cette vidéo identifie les risques «microbiens» encourus par le patient puis les moyens de prévention à mettre en œuvre. ARLIN Haute-Normandie Excreta : Différence d efficacité entre douchette et lave-bassin, et différence de contamination de l environnement vidéo, 3 20 Une démonstration «cinglante» de la dangerosité des douchettes pour nettoyer les bassins souillés. Une fois que vous aurez vu ce film, vous abandonnerez définitivement cette pratique contaminante. Toute l équipe du CCLin Est et les 5 antennes régionales vous souhaitent de bonnes fêtes de fin d année Adresse CClin Est : Hôpitaux de Brabois Rue du Morvan Vandoeuvre les Nancy Secrétariat central: Tél Fax Retrouvez nous sur le Web

Les Infections Associées aux Soins

Les Infections Associées aux Soins Les Infections Associées aux Soins Dr Catherine Sartor EOH Conception Assistance Publique Hôpitaux de Marseille Ecole IFSI, Marseille, 12 septembre 2014 Définitions 2007 Infection Nosocomiale (IN) 1999

Plus en détail

Programme National de Prévention des infections associées aux soins en ES, 2009-2012

Programme National de Prévention des infections associées aux soins en ES, 2009-2012 Programme National de Prévention des infections associées aux soins en ES, 2009-2012 Pr Coordonnateur Groupe de Pilotage du Programme National de Lutte contre les Infections Nosocomiales Séminaire National

Plus en détail

BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents

BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents L. Grolier-Bois - Médecin hygiéniste Centre Hospitalier de Bretagne-Sud (56) Centre Hospitalier de Quimperlé (29) ARLIN BRETAGNE Journée Régionale de Formation

Plus en détail

Présentation générale du Programme

Présentation générale du Programme Contexte Le Propias fait suite à Plan stratégique national 2009-2013 de prévention des infections associées aux soins Programme national de prévention des infections nosocomiales 2009-2013 (Propin) Programme

Plus en détail

EVALUER LA MAITRISE DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD

EVALUER LA MAITRISE DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD EVALUER LA MAITRISE DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD Dr. Nathalie MAUBOURGUET Lundi 24 novembre 2008 Ministère de la Santé, Salle Laroque Séminaire National sur l Organisation de la Prévention des Infections

Plus en détail

Jean-Christophe Richard Véronique Merle CHU de Rouen

Jean-Christophe Richard Véronique Merle CHU de Rouen Gestion d un cas de portage d entérocoque résistant aux glycopeptides (ERG- ERV) Jean-Christophe Richard Véronique Merle CHU de Rouen IXème Journée régionale de Prévention des infections associées aux

Plus en détail

POURQUOI L HYGIENE HYGIENE = PROPRETE HYGIENE = PREVENTION DES INFECTIONS COMMUNAUTAIRES ET DES INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS

POURQUOI L HYGIENE HYGIENE = PROPRETE HYGIENE = PREVENTION DES INFECTIONS COMMUNAUTAIRES ET DES INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS Prise en charge d un «résident septique» en Etablissements Médico Sociaux PRÉVENTION DES RISQUES INFECTIEUX EN ETABLISSEMENTS MÉDICO SOCIAUX INFECTIONS NOSOCOMIALES ET COMMUNAUTAIRES ASSOCIÉES AUX SOINS

Plus en détail

Gestion des épidémies en FAM et MAS. 2 ère réunion annuelle FAM/MAS 20 mars 2015

Gestion des épidémies en FAM et MAS. 2 ère réunion annuelle FAM/MAS 20 mars 2015 Gestion des épidémies en FAM et MAS 2 ère réunion annuelle FAM/MAS 20 mars 2015 Rappels En EMS, le risque infectieux est présent, avec cumul des différents aspects de ce risque: Infections communautaires:

Plus en détail

Mise en place du contrôle du bon usage des carbapénèmes: expérience d une équipe pluridisciplinaire

Mise en place du contrôle du bon usage des carbapénèmes: expérience d une équipe pluridisciplinaire Mise en place du contrôle du bon usage des carbapénèmes: expérience d une équipe pluridisciplinaire Murielle Galas, Gaëlle Dunoyer, Claude Olive, Rafaëlle Théodose, François Lengellé, Patrick Hochedez,

Plus en détail

Prévention de la transmission croisée des Bactéries Hautement Résistantes aux antibiotiques émergentes (BHRe)

Prévention de la transmission croisée des Bactéries Hautement Résistantes aux antibiotiques émergentes (BHRe) Prévention de la transmission croisée des Bactéries Hautement Résistantes aux antibiotiques émergentes (BHRe) Collection Documents Prévention de la transmission croisée des Bactéries Hautement Résistantes

Plus en détail

STOP à la Transmission des microorganismes!

STOP à la Transmission des microorganismes! STOP à la Transmission des microorganismes! M.E Gengler Vendredi 25 Avril 2014 Vous avez ditstandard? Voici les «Précautions Standard» ou PS Les Précautions Standard : la Loi Respectez les «précautions

Plus en détail

Précautions standard d hygiène au cœur de la prévention du risque infectieux

Précautions standard d hygiène au cœur de la prévention du risque infectieux Précautions standard d hygiène au cœur de la prévention du risque infectieux Ivana Novakova, Arlin IDF ivana.novakova@sap.aphp.fr arlin.idf@sap.aphp.fr La vie en EHPAD: modèle de tous les paradoxes et

Plus en détail

Résistance aux Antimicrobiens: Ensemble, nous pouvons réduire ce risque

Résistance aux Antimicrobiens: Ensemble, nous pouvons réduire ce risque Résistance aux Antimicrobiens: Ensemble, nous pouvons réduire ce risque Débats de Santé Publique 2014 Carmem Lúcia Pessoa-Silva, MD, PhD Health Security and Environment, WHO Headquarters, Geneva pessoasilvacl@who.int

Plus en détail

La résistance d'agents infectieux aux médicaments antimicrobiens

La résistance d'agents infectieux aux médicaments antimicrobiens DECLARATION COMMUNE DES ACADEMIES DU G SCIENCE 2013 La résistance d'agents infectieux aux médicaments antimicrobiens Une menace globale pour l'humanité Depuis l introduction dans les années 40 du premier

Plus en détail

Il est bien établi que le réseau d eau hospitalier peut

Il est bien établi que le réseau d eau hospitalier peut Les micro-organismes de l eau impliqués dans les infections nosocomiales Depuis 2001 chez Pall, en charge de l information scientifique et réglementaire dans les domaines d applications couverts par la

Plus en détail

Chapitre VI : Gestion des risques épidémiques

Chapitre VI : Gestion des risques épidémiques Chapitre VI : Fiche n VI.1 : Gale Fiche n VI.2 : Tubeculose pulmonaire (accessible dans la prochaine version) Fiche n VI.3 : Gastro-entérite Fiche n VI.4 : Infection respiratoire aigüe basse Sommaire Sommaire

Plus en détail

PRISE EN CHARGE D'UN PATIENT ATTEINT OU SUSPECT DE CLOSTRIDIUM DIFFICILE

PRISE EN CHARGE D'UN PATIENT ATTEINT OU SUSPECT DE CLOSTRIDIUM DIFFICILE PRISE EN CHARGE D'UN PATIENT ATTEINT OU SUSPECT DE CLOSTRIDIUM DIFFICILE PG SPI SUR 014 v1 2011 1/5 OBJET Conduite à tenir dans le cadre de l'arrivée d'un patient atteint ou suspect de portage de Clostridium

Plus en détail

Recommandations des experts de la Société de réanimation de langue française, janvier 2002 Prévention de la transmission croisée en réanimation

Recommandations des experts de la Société de réanimation de langue française, janvier 2002 Prévention de la transmission croisée en réanimation Réanimation 2002 ; 11 : 250-6 2002 Éditions scientifiques et médicales Elsevier SAS. Tous droits réservés S1624069302002414/FLA RECOMMANDATIONS Recommandations des experts de la Société de réanimation

Plus en détail

La communication engageante dans la campagne de vaccination contre la grippe

La communication engageante dans la campagne de vaccination contre la grippe La communication engageante dans la campagne de vaccination contre la grippe L expérience du Centre Hospitalier de DIEPPE Chantal DELESTRE, infirmière de Santé au Travail Dr Stéphanie ROCHON EDOUARD, Praticien

Plus en détail

Présentation des intervenants et modérateurs

Présentation des intervenants et modérateurs «NOSOPICARD 2015», 20 ème Rencontre d Hygiène Hospitalière, de Prévention et de Lutte contre les Infections Associées aux Soins Présentation des intervenants et modérateurs Roland GORI est : Professeur

Plus en détail

Intrants médicamenteux en agriculture et en santé : les écosystèmes microbiens sont-ils un problème ou une solution?

Intrants médicamenteux en agriculture et en santé : les écosystèmes microbiens sont-ils un problème ou une solution? Les Rencontres de l Inra au Salon de l agriculture Intrants médicamenteux en agriculture et en santé : les écosystèmes microbiens sont-ils un problème ou une solution? Lundi 23 février 2015 Programme 14h30

Plus en détail

PSDP et usage des pénicillines - ESAC

PSDP et usage des pénicillines - ESAC Plan National d alerte sur les Antibiotiques 2011/2016 Déclinaison régionale Pr Pierre DELLAMONICA CHU de Nice ARS 29/11/12 1 Plans précédents 2001/2005 et 2007/2010 «Menace de santé publique majeure»

Plus en détail

Référentiel Officine

Référentiel Officine Référentiel Officine Inscrire la formation dans la réalité et les besoins de la pharmacie d officine de demain - Ce référentiel décrit dans le cadre des missions et des activités du pharmacien d officine

Plus en détail

Collection Avis et Rapports

Collection Avis et Rapports Maîtrise de la diffusion des bactéries multirésistantes aux antibiotiques importées en France par des patients rapatriés ou ayant des antécédents d hospitalisation à l étranger Collection Avis et Rapports

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

Bulletin N 47 AU SOMMAIRE BLOC-NOTES ERRATUM. Octobre 2008 - Trimestriel. Bloc-Notes. Erratum. Annuaire web du CCLIN Ouest.

Bulletin N 47 AU SOMMAIRE BLOC-NOTES ERRATUM. Octobre 2008 - Trimestriel. Bloc-Notes. Erratum. Annuaire web du CCLIN Ouest. Bulletin N 47 Octobre 2008 - Trimestriel AU SOMMAIRE Bloc-Notes p. 1 Erratum p. 1 C.CLIN Ouest BLOC-NOTES Nouveautés du site http://www.cclinouest.com - Les résultats de la surveillance des Bactéries Muti-Résistantes

Plus en détail

L ENTRETIEN DES LOCAUX ET DES EQUIPEMENTS AU BLOC OPERATOIRE

L ENTRETIEN DES LOCAUX ET DES EQUIPEMENTS AU BLOC OPERATOIRE LUTTE CONTRE L INFECTION EN PERIODE PERI-OPERATOIRE mars 2010 L ENTRETIEN DES LOCAUX ET DES EQUIPEMENTS AU BLOC OPERATOIRE F. DUBOURDIEU Unité d Hygiène Hospitalière Hôpitaux Civils de Colmar Sommaire

Plus en détail

Lecture critique. Maîtrise de la diffusion de la résistance aux antibiotiques l hôpital : le rôle de l hygiène hospitalière D. Lepelletier, N.

Lecture critique. Maîtrise de la diffusion de la résistance aux antibiotiques l hôpital : le rôle de l hygiène hospitalière D. Lepelletier, N. Maîtrise de la diffusion de la résistance aux antibiotiques l hôpital : le rôle de l hygiène hospitalière D. Lepelletier, N. Marty Lecture critique Monica Attinger - Unité HPCI Forum HH 10 mars 2015 Article

Plus en détail

La découverte et l utilisation

La découverte et l utilisation GRAND ANGLE TC 151 Antibiorésistance et conséquences en santé au travail pour les soignants en résumé AUTEURS : R. Vincent, C. Le Bâcle, département Études et assistance médicales, INRS Le développement

Plus en détail

La gestion des excreta en région Nord-Pas de Calais

La gestion des excreta en région Nord-Pas de Calais 14 besoins fondamentaux selon Virginia Henderson La gestion des excreta en région Nord-Pas de Calais Journée EHPAD Ile de France 03 avril 2014 Nouara Baghdadi pour le groupe de travail Nord Pas de Calais

Plus en détail

FICHES INFORMATIVES HYGIENE DU PERSONNEL

FICHES INFORMATIVES HYGIENE DU PERSONNEL LE GOUVERNEMENT DU GRAND-DUCHÉ DE LUXEMBOURG Direction de la Santé FICHES INFORMATIVES HYGIENE DU PERSONNEL Un plan d hygiène permet de garantir la propreté du personnel et éviter toutes contaminations

Plus en détail

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES Dr Virginie NAEL Service de Santé au travail du personnel hospitalier CHU Nantes 44èmes journées FMC ANMTEPH / SOHF - Lausanne - Septembre

Plus en détail

Prévention du risque infectieux en EHPAD, MAS, FAM et IME

Prévention du risque infectieux en EHPAD, MAS, FAM et IME Prévention du risque infectieux en EHPAD, MAS, FAM et IME Équipe: Dr Elise Seringe elise.seringe@sap.aphp.fr Ivana Novakova ivana.novakova@sap.aphp.fr 01 40 27 42 53 arlin.idf@sap.aphp.fr C CLINs de FRANCE

Plus en détail

Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition

Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition 09-0749 1 WHO/EMP/MAR/2009.3 Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition Synthèse des résultats des études publiées entre 1990 et 2006 Organisation

Plus en détail

DE QUALITE GESTION DES RISQUES DEVELOPPEMENT DURABLE

DE QUALITE GESTION DES RISQUES DEVELOPPEMENT DURABLE PROJET DE QUALITE / GESTION DES RISQUES / DEVELOPPEMENT DURABLE

Plus en détail

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE 1 LA POLITIQUE QUALITE-GESTION DES RISQUES Depuis 2003, la Direction s engage à poursuivre, la démarche qualité et à développer une gestion

Plus en détail

Mai Thanh LE - Pôle Hygiène

Mai Thanh LE - Pôle Hygiène Sodexo Le Better Tomorrow Plan Nos actions de progrès en bio nettoyage Mai Thanh LE - Pôle Hygiène Présentation de l entreprise Sodexo Depuis la création de l entreprise en 1966, Sodexo est le partenaire

Plus en détail

Décrire l'ensemble des mesures de maîtrise et des mesures de surveillance dans des procédures ou modes opératoires portés à la connaissance de tous.

Décrire l'ensemble des mesures de maîtrise et des mesures de surveillance dans des procédures ou modes opératoires portés à la connaissance de tous. DEMARCHE HACCP EN CUISINE CENTRALE Alimentation GROSJEAN L, Vénissieux Juin 2010 Objectif La démarche HACCP (de l'américain Hazard Analysis Critical Control Point) est une méthode préventive visant à maîtriser

Plus en détail

Utilisation de produits sains et sûrs Mise en oeuvre de procédures strictes et rigoureuses

Utilisation de produits sains et sûrs Mise en oeuvre de procédures strictes et rigoureuses INTRODUCTION H.A.C.C.P. ou A.R.M.P.C. L Analyse des risques et maîtrise des points critique La nouvelle réglementation en matière d hygiène (ar. 09 mai 1995 et ar. 29 septembre 1997) oblige les responsables

Plus en détail

Prévenir... par la vaccination

Prévenir... par la vaccination Prévenir... par la vaccination 6 La vaccination...... Soit c est OBLIGATOIRE (2)... Les vaccinations obligatoires pour l ensemble de la population et dont les lois sont inscrites dans le Code de la Santé

Plus en détail

Bio nettoyage au bloc opératoire

Bio nettoyage au bloc opératoire Bio nettoyage au bloc opératoire Béatrice CROZE Infirmière hygiéniste Service d hygiène et d épidémiologie novembre 2012 Le bio nettoyage au bloc L impression omniprésente de travailler dans l urgence

Plus en détail

Stratégies de dépistage des bactéries multirésistantes. Qui? Pourquoi? Comment? Après? L exemple des MRSA

Stratégies de dépistage des bactéries multirésistantes. Qui? Pourquoi? Comment? Après? L exemple des MRSA Stratégies de dépistage des bactéries multirésistantes à l hôpital et en MRS: Qui? Pourquoi? Comment? Après? L exemple des MRSA Prof. Dr. Youri Glupczynski Unité d Hygiène hospitalière & Laboratoire de

Plus en détail

BILLON, C. BURNAT, S.DELLION C. FORTAT, M. PALOMINO O. PATEY

BILLON, C. BURNAT, S.DELLION C. FORTAT, M. PALOMINO O. PATEY Gestion d une épidémie de Klebsiella pneumoniae (Kpn) productrice de carbapénèmase OXA 48 dans un service de Maladies nfectieuses et Tropicales francilien. C. BLLON, C. BURNAT, S.DELLON C. FORTAT, M. PALOMNO

Plus en détail

Les précautions «standard» sont décrites dans la circulaire

Les précautions «standard» sont décrites dans la circulaire PRÉVENIR Précautions standard Les précautions «standard» sont décrites dans la circulaire DGS/DH - n 98/249 du 20 avril 1998 relative à la prévention de la transmission d agents infectieux véhiculés par

Plus en détail

Service d ambulance. Normes. de soins aux patients. et de transport

Service d ambulance. Normes. de soins aux patients. et de transport Service d ambulance Normes de soins aux patients et de transport Ministère de la Santé et des Soins de longue durée Direction des services de santé d urgence Avril 2000 (Mise à jour : octobre 2002) Soins

Plus en détail

Mise en place de référents grippe au sein d un centre hospitalier

Mise en place de référents grippe au sein d un centre hospitalier Mise en place de référents grippe au sein d un centre hospitalier Sophie FOUCAULT, IDE Hygiéniste, FFC Service ECLIN P.MIR, C.JACOB, Praticiens de Santé au Travail R.HUE, Praticien Hygiéniste, Service

Plus en détail

Evaluation des coûts de dépistage d Entérocoques Résistants aux Glycopeptides : Résultats préliminaires

Evaluation des coûts de dépistage d Entérocoques Résistants aux Glycopeptides : Résultats préliminaires Evaluation des coûts de dépistage d Entérocoques Résistants aux Glycopeptides : culture versus PCR Résultats préliminaires J. Assoukpa, L. Dupraz, D. Lecointe UFHHLIN, Centre Hospitalier Sud Francilien,

Plus en détail

formations professionnelles fin 2014 / début 2015 hygiène alimentaire en restauration collective audit, conseil et formation professionnelle

formations professionnelles fin 2014 / début 2015 hygiène alimentaire en restauration collective audit, conseil et formation professionnelle audit, conseil et formation professionnelle Stage 1 Bonnes pratiques d hygiène en restauration collective 19 et 26 novembre Stage 2 Règles d hygiène lors du service 3 décembre Stage 3 Le nettoyage et la

Plus en détail

Infections nosocomiales

Infections nosocomiales Infections nosocomiales NOUVELLES RECOMMANDATIONS 2001-2002 NORD-AMÉRICAINES CONCERNANT LA PRÉVENTION DES INFECTIONS SUR CATHÉTER Aux États-Unis, environ 145 millions de cathéters périphériques et 5 millions

Plus en détail

Traitement antibiotique probabiliste des urétrites et cervicites non compliquées

Traitement antibiotique probabiliste des urétrites et cervicites non compliquées Bon usage Mise au point Traitement antibiotique probabiliste des urétrites et cervicites non compliquées Actualisation Octobre 2008 MESSAGES CLÉS L évolution de la résistance du gonocoque aux quinolones

Plus en détail

Note de synthèse Assurance Maladie. Information des professionnels de santé sur les produits de santé mars 2011

Note de synthèse Assurance Maladie. Information des professionnels de santé sur les produits de santé mars 2011 Note de synthèse Assurance Maladie Information des professionnels de santé sur les produits de santé mars 2011 Au début des années 2000, l Assurance Maladie a commencé à construire puis développer une

Plus en détail

NOCOSPRAY CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES UN FONCTIONNEMENT TRÈS SIMPLE DE MULTIPLES OPTIONS PERMETTANT DE S ADAPTER À CHAQUE SITUATION

NOCOSPRAY CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES UN FONCTIONNEMENT TRÈS SIMPLE DE MULTIPLES OPTIONS PERMETTANT DE S ADAPTER À CHAQUE SITUATION NOCOSPRAY Notre concept est né de l association Nocospray + Nocolyse (machine/produit) pour une désinfection automatisée sous forme gazeuse. Il permet de traiter de façon automatisée l air et les surfaces

Plus en détail

Hygiène Bucco Dentaire en EHPAD. 1 ère Réunion du groupe de travail régional «Espace Le Bien Vieillir» Angers Le 19 Janvier 2012

Hygiène Bucco Dentaire en EHPAD. 1 ère Réunion du groupe de travail régional «Espace Le Bien Vieillir» Angers Le 19 Janvier 2012 Hygiène Bucco Dentaire en EHPAD 1 ère Réunion du groupe de travail régional «Espace Le Bien Vieillir» Angers Le 19 Janvier 2012 Pourquoi un groupe régional Hygiène Bucco dentaire en EHPAD ARLIN Pays de

Plus en détail

DISTRIBUTION DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR VOIE ORALE PAR L INFIRMIERE : RISQUE DE NON PRISE DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR LE PATIENT

DISTRIBUTION DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR VOIE ORALE PAR L INFIRMIERE : RISQUE DE NON PRISE DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR LE PATIENT INSTITUT DE FORMATION DES CADRES DE SANTE ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS ACTIVITE PROFESSIONNELLE N 8 : LE CADRE GERE LES RISQUES CONCERNANT LES PRESTATIONS, LES CONDITIONS DE TRAVAIL DES PERSONNELS,

Plus en détail

L alimentation. du patient. paration et de service? Emilie GARDES - Xavier VERDEIL - Nicole MARTY CHU de Toulouse

L alimentation. du patient. paration et de service? Emilie GARDES - Xavier VERDEIL - Nicole MARTY CHU de Toulouse L alimentation du patient greffé de moelle osseuse Quelle nourriture? Quel contenant? Quel environnement de préparation paration et de service? Emilie GARDES - Xavier VERDEIL - Nicole MARTY CHU de Toulouse

Plus en détail

THÈSE POUR LE DIPLÔME D ÉTAT DE DOCTEUR EN MÉDECINE

THÈSE POUR LE DIPLÔME D ÉTAT DE DOCTEUR EN MÉDECINE UNIVERSITÉ PARIS DIDEROT - PARIS 7 FACULTÉ DE MÉDECINE Année 2013 n THÈSE POUR LE DIPLÔME D ÉTAT DE DOCTEUR EN MÉDECINE PAR BOYER CHAMMARD Timothée Antoine Philippe Né le 4 avril 1983 à Paris 15 ème Présentée

Plus en détail

Construire un plan de nettoyage et de désinfection

Construire un plan de nettoyage et de désinfection Construire un plan de nettoyage et de désinfection Docteur Régine POTIÉ-RIGO Médecin du Travail Mlle Laetitia DAVEZAT IPRP Ingénieur Hygiène/Sécurité Mme Laetitia MARCHE Technicienne des services généraux

Plus en détail

AUDIT ISO SUR CESARIENNE CH MACON

AUDIT ISO SUR CESARIENNE CH MACON AUDIT ISO SUR CESARIENNE CH MACON JOURNEE DU «RESEAU MATER» Jeudi 18 novembre 2010 C. Brunet M.P. Veuillet Sage-femme cadre I.D.E. hygiéniste PRESENTATION DU SERVICE MATERNITE CH MACON niveau 2B PERSONNELS

Plus en détail

Prépration cutanée de l opéré

Prépration cutanée de l opéré Prépration cutanée de l opéré Xème Journée d Hygiène Hospitalière de Bizerte. Bizerte le 3 décembre 2005 Conférence de Consensus de la Société Française d Hygiène Hospitalière 1 Définition: Ensemble de

Plus en détail

Rapport d expertise. Caractérisation des antibiotiques considérés comme «critiques»

Rapport d expertise. Caractérisation des antibiotiques considérés comme «critiques» Rapport d expertise Caractérisation des antibiotiques considérés comme «critiques» Diffusé en novembre 2013 S o m m a i r e Abréviations I- OBJECTIF DE CE TRAVAIL II-ELEMENTS DE REFLEXION SUR LES REFERENTIELS

Plus en détail

STAGE D'INITIATION AUX SOINS INFIRMIERS D'ACCES EN PCEM2 ou en 2ème ANNEE DE CHIRURGIE DENTAIRE

STAGE D'INITIATION AUX SOINS INFIRMIERS D'ACCES EN PCEM2 ou en 2ème ANNEE DE CHIRURGIE DENTAIRE FACULTÉ DE MÉDECINE FACULTÉ DE CHIRURGIE DENTAIRE Université de Strasbourg STAGE D'INITIATION AUX SOINS INFIRMIERS D'ACCES EN PCEM2 ou en 2ème ANNEE DE CHIRURGIE DENTAIRE JUILLET ou AOUT ou SEPTEMBRE 2012

Plus en détail

C. difficile. Réponses aux questions les plus fréquemment posées sur le. à l Hôpital général juif HÔPITAL GÉNÉRAL JUIF SIR MORTIMER B.

C. difficile. Réponses aux questions les plus fréquemment posées sur le. à l Hôpital général juif HÔPITAL GÉNÉRAL JUIF SIR MORTIMER B. Réponses aux questions les plus fréquemment posées sur le C. difficile à l Hôpital général juif HÔPITAL GÉNÉRAL JUIF SIR MORTIMER B. DAVIS HÔPITAL D ENSEIGNEMENT DE L UNIVERSITÉ MCGILL www.jgh.ca 1. CLOSTRIDIUM

Plus en détail

La Révolution Numérique Au Service De l'hôpital de demain. 18-19 JUIN 2013 Strasbourg, FRANCE

La Révolution Numérique Au Service De l'hôpital de demain. 18-19 JUIN 2013 Strasbourg, FRANCE La Révolution Numérique Au Service De l'hôpital de demain 18-19 JUIN 2013 Strasbourg, FRANCE David Pronier Country Manager Europe du Sud Motion Computing Pascal Detemmerman CEO SwissEnov Sommaire La Mobilité

Plus en détail

Coordination de la Gestion des risques. Bilan - Programme

Coordination de la Gestion des risques. Bilan - Programme Coordination de la Gestion des risques Bilan - Programme La démarche Mise en place en 2007 Regroupe l ensemble des Vigilances Sanitaire. Associe le programme CLIN Associe les risques liés aux vigilances

Plus en détail

COMPTE RENDU D ACCREDITATION DE L'HOPITAL ET INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS CROIX-ROUGE FRANÇAISE

COMPTE RENDU D ACCREDITATION DE L'HOPITAL ET INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS CROIX-ROUGE FRANÇAISE COMPTE RENDU D ACCREDITATION DE L'HOPITAL ET INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS CROIX-ROUGE FRANÇAISE Chemin de la Bretèque 76230 BOIS-GUILLAUME Mois de juin 2001 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE

Plus en détail

PROCÉDURE. Code : PR-DSI-000-31

PROCÉDURE. Code : PR-DSI-000-31 Code : PR-DSI-000-31 PROCÉDURE Instance responsable : Direction des soins infirmiers Approuvée par : Diane Benoit Présentée et adoptée au comité de direction le : 16 janvier 2013 Entrée en vigueur le :

Plus en détail

Hygiène alimentaire en restauration collective

Hygiène alimentaire en restauration collective 1 2 3 4 5 6 7 Catalogue 2011 Audit, conseil et formation Hygiène alimentaire en restauration collective Laboratoire Départemental de la Côte-d'Or Sommaire 1 2 3 4 5 6 7 Sensibilisation à l hygiène alimentaire

Plus en détail

Modèle pour l auto-évaluation de la promotion et des pratiques d hygiène des mains au niveau de l établissement de soins

Modèle pour l auto-évaluation de la promotion et des pratiques d hygiène des mains au niveau de l établissement de soins Modèle pour l auto-évaluation de la promotion et des pratiques d hygiène des mains au niveau de l établissement de soins Introduction et instructions pour l utilisateur Le Modèle pour l auto-évaluation

Plus en détail

Prévalence du portage digestif des entérocoques résistants aux glycopeptides (ERG) dans les établissements de santé de la région Lorraine, juin 2007

Prévalence du portage digestif des entérocoques résistants aux glycopeptides (ERG) dans les établissements de santé de la région Lorraine, juin 2007 Maladies infectieuses Prévalence du portage digestif des entérocoques résistants aux glycopeptides (ERG) dans les établissements de santé de la région Lorraine, juin 2007 MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE,

Plus en détail

Gestion de la crise sanitaire grippe A

Gestion de la crise sanitaire grippe A Gestion de la crise sanitaire grippe A Sommaire de la présentation Nature du risque lié au virus A H1N1 Plan gouvernemental de pandémie grippale Mesures de protection Historique de la grippe La grippe

Plus en détail

LA NORME RABC EN BLANCHISSERIE NOYONS SEPTEMBRE 2012

LA NORME RABC EN BLANCHISSERIE NOYONS SEPTEMBRE 2012 LA NORME RABC EN BLANCHISSERIE NOYONS SEPTEMBRE 2012 SOMMAIRE La norme RABC, qu est-ce que c est? Les grandes lignes La blanchisserie et la Fonction linge - incidences sur l application de la méthode Les

Plus en détail

Annexes jointes Annexe 1 : Fiches d entretien par zone Annexe 2 : Fiche de traçabilité

Annexes jointes Annexe 1 : Fiches d entretien par zone Annexe 2 : Fiche de traçabilité Référence : PT/HYG/003-C Page :Page 1 sur 15 Objet : - Permettre de dispenser des soins de qualité dans un environnement maîtrisé (garantie de propreté visuelle et bactériologique). - Eviter la propagation

Plus en détail

Termes de référence du groupe de travail «Risques professionnels et sanitaires»

Termes de référence du groupe de travail «Risques professionnels et sanitaires» Termes de référence du groupe de travail «Risques professionnels et sanitaires» 1 Contexte et justification du groupe de travail 1.1 Présentation de la Plateforme Re-Sources est une Plateforme pour la

Plus en détail

La stratégie de maîtrise des BHRe est-elle coût-efficace? Gabriel Birgand

La stratégie de maîtrise des BHRe est-elle coût-efficace? Gabriel Birgand La stratégie de maîtrise des BHRe est-elle coût-efficace? Gabriel Birgand 1 Quelles questions se poser? 1. La stratégie de maîtrise des BHRe est-elle efficace? 2. Combien coûtent les colonisations/infections

Plus en détail

LA DOULEUR INDUITE C EST PAS SOIGNANT!

LA DOULEUR INDUITE C EST PAS SOIGNANT! LA DOULEUR INDUITE C EST PAS SOIGNANT! Douleur induite Douleur induite Douleur de courte durée, causée par le soignant ou une thérapeutique dans des circonstances de survenue prévisibles et susceptibles

Plus en détail

GESTION DES RISQUES EN MILIEU HOSPITALIER : LE POINT DE VUE DE L HYGIÉNISTE Bizerte, le 3 décembre 2005 Prof. Njah Mansour Service d hygiène hospitalière CHU F. Hached Sousse. Plan Introduction Définitions

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATIONS 2014 2015

CATALOGUE DE FORMATIONS 2014 2015 CATALOGUE DE FORMATIONS 2014 2015 Professionnels de l alimentation 06.47.75.88.57 HQSA Consulting contact@hqsafrance.fr Numéro de déclaration de prestataire de formation : SIRET SIRET : 804 : 284 284 420

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE SOLIDARITÉS

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE SOLIDARITÉS SOLIDARITÉS ETABLISSEMENTS SOCIAUX ET MÉDICO-SOCIAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE Direction générale de la cohésion sociale Service

Plus en détail

FORMATION HYGIENE. (D après méthode HACCP) EN INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE

FORMATION HYGIENE. (D après méthode HACCP) EN INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE 1. Objectif : Comprendre les enjeux de la maîtrise de l hygiène dans votre entreprise «Agroalimentaire» (Fabrication, conditionnement, logistique, ) Savoir identifier les risques spécifiques à votre activité

Plus en détail

4 PROTOCOLES DE NETTOYAGE ET DE DESINFECTION A APPLIQUER 1 - PROCEDURE APPROFONDIE DE NETTOYAGE ET DE DESINFECTION DES VEHICULES

4 PROTOCOLES DE NETTOYAGE ET DE DESINFECTION A APPLIQUER 1 - PROCEDURE APPROFONDIE DE NETTOYAGE ET DE DESINFECTION DES VEHICULES PROTOCOLE DE NETTOYAGE ET DE DESINFECTION DES TRANSPORTS SANITAIRES ET DE LEURS MATERIELS Selon les protocoles du CLIN, du SMUR 54 et du Groupe Synapse (69) Pour assurer une efficacité optimale du nettoyage

Plus en détail

Hygiène alimentaire en restauration collective

Hygiène alimentaire en restauration collective Catalogue de formations 2012 Audit, conseil et formation Hygiène alimentaire en restauration collective Laboratoire Départemental de la Côte-d'Or 1 2 3 4 5 6 7 8 Sommaire Sensibilisation à l hygiène alimentaire

Plus en détail

La réglementation quelques incontournables

La réglementation quelques incontournables Unité d Hygiène et d Épidémiologie 2012 La réglementation quelques incontournables Code du Travail - Article L 231-2 du titre 3 Hygiène, sécurité et conditions de travail Paragraphe 2 : «Les établissements

Plus en détail

INFECTIONS POST- TRAUMATIQUES SUR MATÉRIEL D'OSTÉOSYNTHÈSE. Accidentologie et épidémiologie bactérienne

INFECTIONS POST- TRAUMATIQUES SUR MATÉRIEL D'OSTÉOSYNTHÈSE. Accidentologie et épidémiologie bactérienne INFECTIONS POST- TRAUMATIQUES SUR MATÉRIEL D'OSTÉOSYNTHÈSE Accidentologie et épidémiologie bactérienne SOMMAIRE Accidentologie Qualité de vie Conséquences médico-économiques Particularités épidémiologiques

Plus en détail

H A C C P. Hazard Analysis, Critical Control Point. Analyse des dangers, maîtrise des points critiques. Programme de formations.

H A C C P. Hazard Analysis, Critical Control Point. Analyse des dangers, maîtrise des points critiques. Programme de formations. H A C C P Hazard Analysis, Critical Control Point Analyse des dangers, maîtrise des points critiques Objectifs : L'HACCP est une norme de mise en œuvre destinée à évaluer les dangers, et, mettre en place

Plus en détail

La version électronique fait foi

La version électronique fait foi Page 1/6 Localisation : Classeur VERT Disponible sur Intranet A revoir : 10/2015 Objet : La présente procédure a pour objet de décrire les responsabilités et les principes pour la réalisation des prélèvements.

Plus en détail

CATALOGUE DE PRESTATIONS FORMATION ET CONSEILS

CATALOGUE DE PRESTATIONS FORMATION ET CONSEILS (1/30pages) CATALOGUE DE PRESTATIONS FORMATION ET CONSEILS ANNEE : 2015 Date de mise à jour : 09/03/2015 1 - Microbiologie des eaux - Microbiologie des aliments Formation technique de Microbiologie HYGIÈNE

Plus en détail

Les Solutions Hydro-Alcooliques en 43 questions

Les Solutions Hydro-Alcooliques en 43 questions LES ETAPES DE LA FRICTION HYDRO-ALCOOLIQUE ❶ Paume contre paume ❼ Poignets ❷ Paume / Dos main Etapes à renouveler jusque séchage complet ❻ Ongles Friction de 30 secondes Dose suffisante* ❸ Doigts entrelacés

Plus en détail

Visite test de certification V2014 Retour du CHU de Rennes GCS CAPPS Vendredi 12 juin 2015

Visite test de certification V2014 Retour du CHU de Rennes GCS CAPPS Vendredi 12 juin 2015 Visite test de certification V2014 Retour du CHU de Rennes GCS CAPPS Vendredi 12 juin 2015 CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE RENNES Le CHU de Rennes Etablissement MCO, SSR, SLD de 1860 lits et places

Plus en détail

Rapport d hygiène pour le département du service d ambulance

Rapport d hygiène pour le département du service d ambulance Rapport d hygiène pour le département du service d ambulance Dans le cadre des exigences de qualité posées, l on aimerait savoir dans quelle mesure le nettoyage et la désinfection des ambulances suffisent

Plus en détail

«Les antibiotiques c est pas automatique», 12 ans après, quels sont les changements laissés par ce slogan percutant?

«Les antibiotiques c est pas automatique», 12 ans après, quels sont les changements laissés par ce slogan percutant? «Les antibiotiques c est pas automatique», 12 ans après, quels sont les changements laissés par ce slogan percutant? Thèse présentée et soutenue publiquement Le 17 juin 2014 Pour obtenir le Diplôme d État

Plus en détail

DÉMARCHE HACCP RESTAURATION. Guide pour l analyse des dangers. Restauration commerciale Restauration collective à caractère social

DÉMARCHE HACCP RESTAURATION. Guide pour l analyse des dangers. Restauration commerciale Restauration collective à caractère social DÉMARCHE HACCP EN RESTAURATION Guide pour l analyse des dangers Restauration commerciale Restauration collective à caractère social Ce livre a obtenu un prix dans la catégorie ouvrages professionnels -

Plus en détail

LES SOINS D HYGIENE l hygiène bucco dentaire. Formation en Hygiène des EMS de la Somme EOH CH ABBEVILLE JUIN 2015

LES SOINS D HYGIENE l hygiène bucco dentaire. Formation en Hygiène des EMS de la Somme EOH CH ABBEVILLE JUIN 2015 LES SOINS D HYGIENE l hygiène bucco dentaire Formation en Hygiène des EMS de la Somme EOH CH ABBEVILLE JUIN 2015 1 SOINS DE BOUCHE ENTRETIEN DES PROTHESES DENTAIRES L état bucco-dentaire est souvent préoccupant

Plus en détail

Offre de formation. itinéraire Agent polyvalent-e d entretien en charge des activités de nettoyage des locaux. https://inscription.cnfpt.

Offre de formation. itinéraire Agent polyvalent-e d entretien en charge des activités de nettoyage des locaux. https://inscription.cnfpt. 2015 Offre de formation itinéraire Agent polyvalent-e d entretien en charge des activités de nettoyage des locaux Inscription en ligne aux stages https://inscription.cnfpt.fr/ Délégation régionale Basse-Normandie

Plus en détail

Résumé des modifications intervenues : simplification et clarification des actions descriptives

Résumé des modifications intervenues : simplification et clarification des actions descriptives Référence : PT/RES/006-B Page :Page 1 sur 5 Objet : Maîtriser les dangers microbiologiques, biologiques, chimiques et physiques lors des opérations d épluchage, lavage et désinfection des légumes terreux,

Plus en détail

Réseau AES Sud Est Lyon Hôtel Dieu 5/12/2006

Réseau AES Sud Est Lyon Hôtel Dieu 5/12/2006 Réseau AES Sud Est Lyon Hôtel Dieu 5/12/2006 La prévention des AES au Centre Hospitalier Lyon Sud HCL, au travers de 2 expériences de terrain réalisées en 2005 1 Origine de la démarche : Prévention des

Plus en détail

Scénarios des activités pédagogiques en ligne. Christiane Mathy / Izida Khamidoullina

Scénarios des activités pédagogiques en ligne. Christiane Mathy / Izida Khamidoullina Scénarios des activités pédagogiques en ligne Christiane Mathy / Izida Khamidoullina Intervenants Équipe e-learning Christiane Mathy, collaboratrice mais aussi: Enseignante en informatique de gestion Maître

Plus en détail

PROFIL DE POSTE DU CONDUCTEUR AMBULANCIER SMUR :

PROFIL DE POSTE DU CONDUCTEUR AMBULANCIER SMUR : PROFIL DE POSTE DU CONDUCTEUR AMBULANCIER SMUR : IDENTIFICATION DU POSTE : Titre de la fonction : Conducteur Ambulancier SMUR*. Etablissement : Centre Hospitalier Régional Universitaire de Brest. Service

Plus en détail

ALIMENTATION DE L IMMUNODEPRIME. I Rappel des risques liés à l alimentation de l immunodéprimé

ALIMENTATION DE L IMMUNODEPRIME. I Rappel des risques liés à l alimentation de l immunodéprimé Alimentation ALIMENTATION DE L IMMUNODEPRIME GARDES E, Toulouse Octobre 2009 Objectifs Fournir aux malades immunodeprimés une alimentation aussi dépourvue que possible de germes, de façon à ce qu'elle

Plus en détail

DISPOSITIF DE VACCINATION CONTRE LA GRIPPE A POUR LES PERSONNES VIVANT AVEC LE VIH

DISPOSITIF DE VACCINATION CONTRE LA GRIPPE A POUR LES PERSONNES VIVANT AVEC LE VIH NOTE D INFORMATION DISPOSITIF DE VACCINATION CONTRE LA GRIPPE A POUR LES PERSONNES VIVANT AVEC LE VIH Pantin, le 9 novembre 2009 Ce document décrit le dispositif de vaccination des personnes séropositives

Plus en détail