Evaluation d un nouveau vidéo endoscope bronchique à usage unique avec canal opérateur en réanimation

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Evaluation d un nouveau vidéo endoscope bronchique à usage unique avec canal opérateur en réanimation"

Transcription

1 Evaluation d un nouveau vidéo endoscope bronchique à usage unique avec canal opérateur en réanimation Mémoire de DESC de réanimation Soutenu le 10 décembre 2014 par le Dr Julie Mankikian Directeur de mémoire: Dr Antoine Guillon

2 Pas de conflit d intérêt

3 Contexte

4 Contexte Le fibroscope bronchique souple est un outil indispensable en réanimation: Thérapeutique (ex: intubation difficile, trachéotomie percutanée, désobstruction bronchique) Diagnostique (ex: LBA, biopsies) Obligation de garantir la disponibilité permanente d un fibroscope fonctionnel. Décret n du 5 avril 2002, code de santé publique Problèmes: Contraintes de désinfection/risque infectieux persistant Circulaire DHOS/E 2/DGS/SD 5 C n du 17 décembre 2003 Mehta et al., Chest 2005 Fréquence des pannes (redondance cycles de désinfection; manipulation en urgence)

5 Contexte L usage unique permettrait de disposer en permanence d un endoscope utilisable et de limiter le risque infectieux. 2 types de matériaux développés ces 15 dernières années: Gaine de protection jetable (+ Bronchoscope Vision Science BF 100) Margery J et al., Respiration 2004 Colt et al., Chest 2000 Ambu ascope : vidéo endoscope à usage unique dédié à l intubation. Piepho et al, Anesthesia 2010 Vijayakumar et al, Anesthesia 2011 Krugel et al, Anesthesia 2012

6 Bronchoflex su, Axess Vision Technology, Tours, France. A: Poignée avec double béquillage réutilisable B: Fibroscope souple avec canal opérateur à usage unique C: Système d acquisition des images avec vidéo Marquage CE 0120 (dispositif médical)

7 Objectifs

8 Objectifs Tester pour la première fois un vidéo endoscope bronchique souple à usage unique avec canal opérateur en 3 temps: 1. Prise en main sur cadavre 2. Expérimentation animale 3. Enquête de satisfaction clinique multicentrique Effectuer une étude médico économique rétrospective pour déterminer le coût d un acte de fibroscopie optique réutilisable dans le service de réanimation polyvalente du CHRU de Tours.

9 Première prise en main

10 Première prise en main 1 ère évaluation médicale, informelle. Appréciation subjective du matériel «in vivo». 2 pneumologues; 2 cadavres; 10 vidéo endoscopes testés. Résultats: Bonne qualité d image( permettant le diagnostic d une tumeur endo-bronchique). Manque de souplesse du béquillage gênant l exploration de l ensemble de l arbre bronchique. Limites liées au modèle (absence de ventilation, abondance liquide endo bronchique..) et au caractère informel de l évaluation.

11 Expérimentation animale Réalisée à l INRA Val de Loire. Approuvée par le Comité d Éthique Animal Val de Loire France. OBJECTIF: Tester la performance du dispositif et sa reproductibilité dans des conditions standardisées.

12 Méthode 16 endoscopies avec LBA et 4 intubations sous endoscopie chez 8 porcelets sous VM par 2 opérateurs. Questionnaire de satisfaction après chaque procédure comprenant les items suivant: Temps d assemblage de l endoscope et d allumage de la boite d acquisition. Facilité d insertion, qualités de vision, d aspiration et de maniabilité. Rendement du LBA (quantité récupérée/ instillée x100). Une note globale de satisfaction après chaque procédure était attribuée sur 10. Les données subjectives étaient notées grâce à une échelle semi quantitative : 1 (mauvaise) à 4 (excellente). Les résultats de ces statistiques descriptives ont été exprimés en médiane (écart interquartile [minimum-maximum]).

13 Résultats 16 vidéo endoscopies avec LBA réalisées sans complication ni dysfonctionnement. Temps total d assemblage et d allumage du système était de 2 ( [ ]) minutes, incluant 1 minute nécessaire à l initialisation des données. 4 porcelets intubés sans difficulté sous endoscopie (sondes de 6, 6,5 et 7 mm de diamètre interne). 16 LBA avec rendement de 83 (79-86 [72-89]) %.

14 Résultats Résultats de l étude semi quantitative et note globale (exprimée en médiane, la barre d erreur représentant l écart interquartile) des 16 vidéo endoscopies à usage unique lors de l expérimentation animale sur 8 porcelets sous VM avec réalisation d un LBA.

15 Investigation clinique Approuvée par la Commission d Éthique de la Société de Réanimation de Langue Française. OBJECTIF: Recueillir les impressions d un panel de réanimateurs d expérience variée.

16 Méthode Enquête de satisfaction médicale dans 3 services de réanimation: Réanimation polyvalente du CHRU de Tours. Réanimation chirurgicale du CHRU de Tours. Réanimation polyvalente du CH d Orléans. Même questionnaire de satisfaction, même échelle semi quantitative et même méthode d analyse statistique que lors de l étude animale.

17 Résultats 26 vidéo endoscopies bronchiques réalisées par 12 réanimateurs: 6 en VS: 2 IOT, 2 LBA, 2 fibro aspirations. 20 sous VM: 7 LBA, 9 fibro aspirations, 2 trachéotomies percutanées, 2 fibroscopies diagnostiques (tumeur et hémoptysie). 4 arrêts prématurés: 1 pour difficultés de maniabilité. 3 pour système d aspiration défectueux.

18 Résultats Résultats de l étude semi quantitative et note globale (exprimée en médiane, la barre d erreur représentant l écart interquartile) des 26 vidéo endoscopies à usage unique réalisées par 12 opérateurs lors de l enquête de satisfaction clinique.

19 Etude médico-économique OBJECTIF: Évaluer le coût d un acte de fibroscopie réutilisable afin d apprécier la pertinence économique de l usage unique.

20 Méthode 1 unité de réanimation polyvalente avec 25 lits de réanimation et 12 lits d USC. 2 fibroscopes bronchiques souples optiques réutilisables: Pentax F1-16BS, PENTAX France LifeCare S.A.S., Argenteuil, France Storz 11001BN1, KARL STORZ ENDOSCOPIE France, Guyancourt, France Désinfection manuelle par aide-soignant (salle délocalisée en pneumologie). Étude rétrospective sur 5 ans tenant compte: Du nombre de fibroscopie par an. Du coût d achat des fibroscopes rapporté à leur durée de vie. Du coût de réparation et de maintenance du matériel. Du coût de désinfection (matériel et humain). L ensemble de ces éléments nous a finalement permis d estimer le coût d un acte de fibroscopie bronchique optique avec matériel réutilisable dans le service étudié.

21 Résultats 100 FB/ ans. Temps d indisponibilité des fibroscopes (hors réparation) 587 heures soit 24 jours. Prix d achat d un fibroscope optique: 7700 euros; taux de renouvellement: 2,8 ans.

22 Conclusion

23 Conclusion Résultats encourageants, bonne satisfaction globale. Points forts: Permet la réalisation de toutes les procédures techniques (intubation; trachéotomie; LBA; biopsies) grâce à son canal opérateur de 2mm de diamètre. Apport de la vidéo en réanimation (confort, enseignement). Usage unique diminue a priori le risque infectieux et les problème de casse et de maintenance (reste la boîte d acquisition et la poignée). Points faibles: Complexité de l assemblage de la poignée et difficulté de maniabilité liées en partie au double béquillage poignée simplifiée avec béquillage haut/bas seul. Système d aspiration défectueux lors de 3 endoscopies lié à un défaut d étanchéité de la valve du canal opérateur qui a été changée.

24 Perspectives Nouvelle technologie amenée à évoluer très vite, probablement à se généraliser dans les années à venir et pourquoi pas à s adapter à nos besoins spécifiques de réanimation. Depuis cette étude: Simplification en cours du vidéo endoscope qui devient totalement à usage unique avec tablette tactile réutilisable. Nouveau vidéo endoscope concurrent complètement à usage unique avec canal opérateur de 2 mm (société Ambu ).

25

26 Remerciements INRA Réanimation polyvalente du CHRU de Tours. Réanimation chirurgicale du CHRU de Tours. Réanimation polyvalente du CH d Orléans. Merci pour votre attention

27

28 Fiche d évaluation utilisée lors de l expérimentation animale.

29

30 Fiche d évaluation utilisée lors de l enquête de satisfaction clinique

31

Le sevrage de la trachéotomie

Le sevrage de la trachéotomie Le sevrage de la trachéotomie Journée de formation «infirmière» et «kinésithérapeute» SKR. Maison de la réanimation Paris 01 / 06 / 2012 Dr G.Beduneau Réanimation Médicale CHU ROUEN gaetan.beduneau@chu-rouen.fr

Plus en détail

QUALITÉ DE L APPRENTISSAGE DE L INTUBATION ORO-TRACHÉALE EN LABORATOIRE DE SIMULATION, SON INTÉRÊT POUR LES PATIENTS.

QUALITÉ DE L APPRENTISSAGE DE L INTUBATION ORO-TRACHÉALE EN LABORATOIRE DE SIMULATION, SON INTÉRÊT POUR LES PATIENTS. QUALITÉ DE L APPRENTISSAGE DE L INTUBATION ORO-TRACHÉALE EN LABORATOIRE DE SIMULATION, SON INTÉRÊT POUR LES PATIENTS. Mémoire de D.E.S.C. de Médecine d Urgence Olivier Vuillot Matériel et Méthode : Design

Plus en détail

Marion GILBERT Simon CHAUVEAU. DES pneumologie 11 avril 2014

Marion GILBERT Simon CHAUVEAU. DES pneumologie 11 avril 2014 Marion GILBERT Simon CHAUVEAU DES pneumologie 11 avril 2014 Contexte Dépistage du cancer poumon : Santé publique Par scanner injecté (low dose) : Baisse de la mortalité (-20%) : NLSTrial (USA) 2011: «The

Plus en détail

6 ème Congrès 18 19 octobre 2007 St Denis

6 ème Congrès 18 19 octobre 2007 St Denis 1 Le Dossier Patient : Définitions Définition du «dossier» / dictionnaire Ensemble de documents relatifs à une même affaire, à une même personne, et classés dans une chemise de carton au dos de laquelle

Plus en détail

Tuberculose au bloc opératoire. Inf. HPCI/BOP/CHUV

Tuberculose au bloc opératoire. Inf. HPCI/BOP/CHUV Tuberculose au bloc opératoire Prise en charge Michelle Limet Dutoit Inf. HPCI/BOP/CHUV 1 1 er cas 2 Quoi? Prise en charge Patient planifié pour excision ganglion lymphatique axillaire droite et bronchoscopie

Plus en détail

Grille d évaluation du Programme de Soutien aux Techniques Innovantes et Coûteuses ou Non (PSTIC) 2012

Grille d évaluation du Programme de Soutien aux Techniques Innovantes et Coûteuses ou Non (PSTIC) 2012 Grille d évaluation du Programme de Soutien aux Techniques Innovantes et Coûteuses ou Non (PSTIC) 2012 Pour information : l ensemble des champs est à renseigner obligatoirement. Si pour un champ donné,

Plus en détail

Atelier 1 gestion du matériel en réanimation

Atelier 1 gestion du matériel en réanimation Atelier 1 gestion du matériel en réanimation Atelier 1: Risque infectieux lié aux dispositifs médicaux Correction des TD et synthèse Principes d entretien des DM Le type d entretien appliqué va dépendre

Plus en détail

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV)

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Les points importants de la littérature sur les risques liés à l

Plus en détail

Anticipation des besoins des blocs opératoires : le concept POP. Christophe LAMBERT, Pharmacien Unité de stérilisation Centralisée du CH de Chambéry

Anticipation des besoins des blocs opératoires : le concept POP. Christophe LAMBERT, Pharmacien Unité de stérilisation Centralisée du CH de Chambéry Anticipation des besoins des blocs opératoires : le concept POP Christophe LAMBERT, Pharmacien Unité de stérilisation Centralisée du CH de Chambéry 35 èmes Journées Nationales d Etudes sur la Stérilisation

Plus en détail

Intégration de la simulation dans une stratégie d apprentissage de la sécurité

Intégration de la simulation dans une stratégie d apprentissage de la sécurité Intégration de la simulation dans une stratégie d apprentissage de la sécurité Dr Franck Lagneau Service d anesthésie-réanimation CHU Henri MONDOR, Créteil Deux manières d aborder le sujet Apprentissage

Plus en détail

DES Pneumologie. Valéry Trosini-Désert- GH Pitié Salpêtrière 11 décembre 2015

DES Pneumologie. Valéry Trosini-Désert- GH Pitié Salpêtrière 11 décembre 2015 DES Pneumologie Valéry Trosini-Désert- GH Pitié Salpêtrière 11 décembre 2015 Nouvelles techniques en endoscopie bronchique concernent: 1. La pathologie tumorale 2. La pathologie non tumorale Pathologie

Plus en détail

Gestion des risques en

Gestion des risques en Gestion des risques en Réseau des Praticiens en Hygiène hospitalière du Rhône 12 novembre 2012 endoscopie B Grisi : PH en Hygiene A Boudilmi : Ingénieur Qualité L hôpital nord ouest Villefranche Région

Plus en détail

PNEUMOPATHIE A HERPES EN REANIMATION

PNEUMOPATHIE A HERPES EN REANIMATION PNEUMOPATHIE A HERPES EN REANIMATION SAINT-LEGER MélanieM Réunion inter-régionale de Réanimation R MédicaleM PNEUMOPATHIE A HSV DE L IMMUNOCOMPETENT EN REANIMATION Mythe ou réalitr alité? SAINT-LEGER MélanieM

Plus en détail

Nouvelle optique améliorée pour emploi universel en cabinet vétérinaire pour petits animaux VET 16 7.0 07/2015-FR

Nouvelle optique améliorée pour emploi universel en cabinet vétérinaire pour petits animaux VET 16 7.0 07/2015-FR Nouvelle optique améliorée pour emploi universel en cabinet vétérinaire pour petits animaux VET 16 7.0 07/2015-FR Optique pour emploi universel en cabinet vétérinaire pour petits animaux La technique endoscopique

Plus en détail

Mesure du transfert des connaissances dans les pratiques cliniques suite à un e-learning douleur

Mesure du transfert des connaissances dans les pratiques cliniques suite à un e-learning douleur Congrès SIDIIEF 2015 Montréal Mesure du transfert des connaissances dans les pratiques cliniques suite à un e-learning douleur Yolande KOTTELAT, inf, ICL Jenny GENTIZON, inf, MScSI Martine ROESSLI, responsable

Plus en détail

Mise à jour : septembre 2011. Chapitre 19 L évaluation du Bureau de l audit interne et la reddition de comptes

Mise à jour : septembre 2011. Chapitre 19 L évaluation du Bureau de l audit interne et la reddition de comptes Mise à jour : septembre 2011 Chapitre 19 L évaluation du Bureau de l audit interne et la reddition de comptes Table des matières 1. L évaluation de la performance... 1 2. Les mécanismes d évaluation...

Plus en détail

- COMMUNIQUE DE PRESSE 06 JANVIER 2011 - COMMUNIQUE DE PRESSE 06 JANVIER 2011 -

- COMMUNIQUE DE PRESSE 06 JANVIER 2011 - COMMUNIQUE DE PRESSE 06 JANVIER 2011 - REGROUPEMENT DE LA CLINIQUE ADASSA ET DE LA CLINIQUE DU DIACONAT DE STRASBOURG --- NAISSANCE DE LA CLINIQUE ADASSA - DIACONAT --- Strasbourg (Bas-Rhin), le 06 janvier 2011 la clinique Adassa et la clinique

Plus en détail

Dynamique de colonisation et d infection à P. aeruginosa en service de réanimation

Dynamique de colonisation et d infection à P. aeruginosa en service de réanimation Dynamique de colonisation et d infection à P. aeruginosa en service de réanimation DYNAPYO PHRC 2008 Promoteur : CHU de Bordeaux Camille LEROYER Service d Hygiène Hospitalière CHU de Bordeaux 9 juin 2011

Plus en détail

Le GELF Groupe d Endoscopie de Langue Française

Le GELF Groupe d Endoscopie de Langue Française Le GELF Groupe d Endoscopie de Langue Française «Président» Pr JM Vergnon (St Etienne) Vice président Dr C Raspaud (Toulouse) Secrétaire Dr M Febvre (Paris) Trésorier Dr B Escarguel (Toulon) Relations

Plus en détail

Compte rendu PRI EMS OI 2014

Compte rendu PRI EMS OI 2014 Compte rendu PRI EMS OI 2014 Rédacteur(s) : MLC/LL/MA/JBV Objet : Lieu : ½ Journée de formation continue Le Nautile - La Saline les Bains Accueil L ouverture de cette journée a été faite par la responsable

Plus en détail

Cardiologie interventionnelle rôle de l équipe d anesthésie. Le site. Arceau de radioscopie. Salle de cardiologie interventionnelle

Cardiologie interventionnelle rôle de l équipe d anesthésie. Le site. Arceau de radioscopie. Salle de cardiologie interventionnelle Cardiologie interventionnelle rôle de l équipe d anesthésie Dr Jean-Pol DEPOIX Faut il une équipe d anesthésie en cardiologie interventionnelle? Recommandations de la SFC Stimulateurs cardiaques: pas d

Plus en détail

CHARTE POUR L ACCUEIL DES INTERNES

CHARTE POUR L ACCUEIL DES INTERNES CHARTE POUR L ACCUEIL DES INTERNES Formalisation des engagements réciproques entre l EPS Ville-Evrard et les internes Ressources humaines médicales Delphine LEBIGRE AAH NOVEMBRE 2012 Objectifs L établissement

Plus en détail

Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise

Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise Maud PERENNES interne en pharmacie Axel CARDE pharmacien chef de service Hôpital d Instruction d des Armées de Brest 17 novembre 2011 Centre Hospitalier

Plus en détail

TRAITEMENT ENDOSCOPIQUE DES CANCERS BRONCHIQUES. Bertrand DELCLAUX Centre Hospitalier de Troyes

TRAITEMENT ENDOSCOPIQUE DES CANCERS BRONCHIQUES. Bertrand DELCLAUX Centre Hospitalier de Troyes TRAITEMENT ENDOSCOPIQUE DES CANCERS BRONCHIQUES Bertrand DELCLAUX Centre Hospitalier de Troyes 1) Techniques endoscopiques 1.1) Bronchoscopie rigide 1.2) Thermocoagulation de haute fréquence 1.3) Cryothérapie

Plus en détail

Révision des descriptions génériques Comment monter un dossier?

Révision des descriptions génériques Comment monter un dossier? DISPOSITIFS MEDICAUX Révision des descriptions génériques Comment monter un dossier? Guide pour le dossier déposé par les fabricants/distributeurs Adopté en séance de la CEPP* le 13 juillet 2005 *CEPP

Plus en détail

ORL 134 3.0 07/2015-FR TELE PACK X LED. La stroboscopie LED sous un autre jour

ORL 134 3.0 07/2015-FR TELE PACK X LED. La stroboscopie LED sous un autre jour ORL 134 3.0 07/2015-FR TELE PACK X LED La stroboscopie LED sous un autre jour Le TELE PACK X LED s inscrit dans la tradition du système portable tout-en-un de KARL STORZ. Il est utilisable aussi bien en

Plus en détail

IMPACT DU DOSSIER DE SOINS INFORMATISE SUR LE COUT ET LA QUALITE DES SOINS EN REA

IMPACT DU DOSSIER DE SOINS INFORMATISE SUR LE COUT ET LA QUALITE DES SOINS EN REA IMPACT DU DOSSIER DE SOINS INFORMATISE SUR LE COUT ET LA QUALITE DES SOINS EN REA Dominique Combarnous (CSS) Dr Alain Lepape, Réanimation Nord Centre Hospitalier Lyon Sud JLPR 2006 Introduction - Notion

Plus en détail

Kit de diagnostic vétérinaire

Kit de diagnostic vétérinaire USB VideoScope Polyvalent Kit de diagnostic vétérinaire Haute technologie à petit prix! Le nouvel endoscope polyvalent s utilise également comme otoscope haute résolution grâce à son adaptateur otoscopie

Plus en détail

HAS : mission de la CEPP. Observatoire du marché et des prix des aides techniques (CNSA)

HAS : mission de la CEPP. Observatoire du marché et des prix des aides techniques (CNSA) HAS : mission de la CEPP Observatoire du marché et des prix des aides techniques (CNSA) CEPP une des 7 commissions de la Haute Autorité de Santé 2 LA CEPP Missions : Trois missions encadrées par un décret

Plus en détail

Enquêtes de Satisfaction Patients I-Satis et Enquête AP-HPen Ligne

Enquêtes de Satisfaction Patients I-Satis et Enquête AP-HPen Ligne Enquêtes de Satisfaction Patients I-Satis et Enquête AP-HPen Ligne CME 13/01/15 D.P.U.A Qualité de vie à l hôpital I. I-Satis : Enquête de satisfaction réglementaire auprès des patients hospitalisés en

Plus en détail

ACTIVITES PHYSIQUES ADAPTEES CHEZ LE PATIENT ATTEINT DE BPCO

ACTIVITES PHYSIQUES ADAPTEES CHEZ LE PATIENT ATTEINT DE BPCO INTERET D UN CARNET SIDIIEF DE MONTREAL SUIVI 2015 EN ACTIVITES PHYSIQUES ADAPTEES CHEZ LE PATIENT ATTEINT DE BPCO l di bi Claudine BUSSET Fabienne GRAVERON infirmières cadres de santé Etablissement MGEN

Plus en détail

I. LE REVE D UN JEUNE DIPLOME II. LES DATES A RETENIR III. UNE NOTORIETE NATIONALE ET INTERNATIONALE IV. LA POLITIQUE QUALITE ET GESTION DES RISQUES

I. LE REVE D UN JEUNE DIPLOME II. LES DATES A RETENIR III. UNE NOTORIETE NATIONALE ET INTERNATIONALE IV. LA POLITIQUE QUALITE ET GESTION DES RISQUES I. LE REVE D UN JEUNE DIPLOME II. LES DATES A RETENIR III. UNE NOTORIETE NATIONALE ET INTERNATIONALE IV. LA POLITIQUE QUALITE ET GESTION DES RISQUES V. LE PLATEAU TECHNIQUE VI. LES ACTIVITES DE LA CLINIQUE

Plus en détail

EVALUATION INTERMEDIAIRE EN STAGE Compétences, Actes, activités et techniques de soins

EVALUATION INTERMEDIAIRE EN STAGE Compétences, Actes, activités et techniques de soins Support d évaluation intermédiaire en stage EVALUATION INTERMEDIAIRE EN STAGE Compétences, Actes, activités et techniques de soins NOM DE L ETUDIANT : PRENOM : I.F.S.I. : LIEU DE STAGE : TYPE DE STAGE

Plus en détail

Livret de l externe de 3ème année De médecine

Livret de l externe de 3ème année De médecine Livret de l externe de 3ème année De médecine Stage hospitalier de Médecine générale Période de stage Du / / Au / / Année universitaire : 20 20 1 2 IDENTIFICATION DE L ETUDIANT : Nom : Prénom : Date de

Plus en détail

TABLEAU DE BORD DE LA CLIENTÈLE SUR LA SATISFACTION. Danielle Dessureault POTENTIEL D UN OUTIL POUR MIEUX UTILISER LES RÉSULTATS DES SONDAGES

TABLEAU DE BORD DE LA CLIENTÈLE SUR LA SATISFACTION. Danielle Dessureault POTENTIEL D UN OUTIL POUR MIEUX UTILISER LES RÉSULTATS DES SONDAGES TABLEAU DE BORD SUR LA SATISFACTION DE LA CLIENTÈLE POTENTIEL D UN OUTIL POUR MIEUX UTILISER LES RÉSULTATS DES SONDAGES AUPRÈS DE LA CLIENTÈLE DU PROGRAMME DES AIDES TECHNIQUES ÀLA MOBILITÉ ET ÀLA POSTURE

Plus en détail

M. Yves AUROY Parrain du groupe : ENTRETIEN ET REPARATION DE BIENS A CARACTERE MEDICAL

M. Yves AUROY Parrain du groupe : ENTRETIEN ET REPARATION DE BIENS A CARACTERE MEDICAL M. Yves AUROY Parrain du groupe : ENTRETIEN ET REPARATION DE BIENS A CARACTERE MEDICAL Préambule Maintenance : «L ensemble de toutes les actions techniques, administratives et de gestion durant le cycle

Plus en détail

Exemple d étude de risques Programmation opératoire. Module A08

Exemple d étude de risques Programmation opératoire. Module A08 Exemple d étude de risques Programmation opératoire 1 Objectifs de l étude 1. Identifier et analyser l existant en matière de traitement des risques de la programmation opératoire. Proposer, à partir de

Plus en détail

Bilan du Programme DPC ACFM 2011

Bilan du Programme DPC ACFM 2011 Bilan du Programme DPC ACFM 2011 Janvier 2012 Plan Contexte Méthodologie et déroulement Résultats du programme DPC Synthèse Participation Satisfaction Audits cliniques et mesure de l impact Annexe Exemple

Plus en détail

Télé-formation et films pédagogiques. numériques sur les technologies médicales

Télé-formation et films pédagogiques. numériques sur les technologies médicales Télé-formation et films pédagogiques numériques sur les technologies médicales Alain Donadey, Claire Imbaud, François Langevin Université de Technologie de Compiègne - France alain.donadey@utc.fr Journées

Plus en détail

Précision, souplesse et réactivité du système de béquillage. Légèreté de l oculaire. Utilisation fiable et durable

Précision, souplesse et réactivité du système de béquillage. Légèreté de l oculaire. Utilisation fiable et durable LES NOUVEAUX ENDOSCOPES A FIBRES OPTIQ Poids Minime, Commandes Précises, Reproduction d Image Fidèle e La nouvelle Série Z de Fujinon a bénéficié d une expérience de 30 années dans le développement et

Plus en détail

GAZIFÈRE INC. RAPPORT ANNUEL SUR LE SONDAGE DE SATISFACTION DE LA CLIENTÈLE FERMETURE DES LIVRES 2014

GAZIFÈRE INC. RAPPORT ANNUEL SUR LE SONDAGE DE SATISFACTION DE LA CLIENTÈLE FERMETURE DES LIVRES 2014 1. BRÈVE DESCRIPTION DE L OBJECTIF DU SONDAGE Le sondage administré par Gazifère vise à mesurer le niveau de la satisfaction globale de sa clientèle. Les données résultant de ce sondage sont nécessaires

Plus en détail

et son évolution Serge Lavoie Direction des programmes-clientèles 21 novembre 2013 Avec la collaboration de

et son évolution Serge Lavoie Direction des programmes-clientèles 21 novembre 2013 Avec la collaboration de Le programme Arrimage et son évolution Serge Lavoie Direction des programmes-clientèles 21 novembre 2013 Avec la collaboration de M me Myriam-Nicole Bilodeau, conseillère-clinique cadre 1. Le CSSS de Chicoutimi

Plus en détail

Le Trouble TDAH. Avril 2009 ASH 04 1

Le Trouble TDAH. Avril 2009 ASH 04 1 Le Trouble Déficit de l Attention/ l ttention/hyperactivité TDAH Avril 2009 ASH 04 1 Caractéristiques ristiques Ce trouble est caractéris risé par : des difficultés à se concentrer «je suis très s facilement

Plus en détail

LE PROGRAMME 2015 EMMANUEL DE THOMASSON

LE PROGRAMME 2015 EMMANUEL DE THOMASSON LE PROGRAMME 2015 EMMANUEL DE THOMASSON A quoi sert le programme 2015 2 A valider votre bilan (annuel ou d accréditation) 2015 Participe éventuellement à votre DPC 2015 Le programme 2015 3 Activités obligatoires:

Plus en détail

Salle de déchocage : la check-list du matériel

Salle de déchocage : la check-list du matériel SEBA CORINNE Cadre de Santé SAU CONCEPTION MARSEILLE Salle de déchocage : la check-list du matériel Les urgences vitales ne constituent qu une minorité des cas de prise en charge dans un service d urgence,

Plus en détail

L impact des avis des usagers sur l amélioration de la prise en charge du patient dans un CHU

L impact des avis des usagers sur l amélioration de la prise en charge du patient dans un CHU L impact des avis des usagers sur l amélioration de la prise en charge du patient dans un CHU Michèle WOLF, MCU-PH, Direction de la qualité, de la coordination des risques et des relations avec les usagers,

Plus en détail

La prise en charge d'un arrêt cardio respiratoire par une équipe multidisciplinaire: une technique maitrisée?

La prise en charge d'un arrêt cardio respiratoire par une équipe multidisciplinaire: une technique maitrisée? La prise en charge d'un arrêt cardio respiratoire par une équipe multidisciplinaire: une technique maitrisée?!"#$%&$'()*'+%,%-".'/*'0'%,%#*%."12(*3/$*% 45.6%78% 9-:595.6%.'*;%

Plus en détail

Apport des nouvelles techniques endoscopiques dans l exploration des sténoses de la VBP. B. Napoléon, Lyon

Apport des nouvelles techniques endoscopiques dans l exploration des sténoses de la VBP. B. Napoléon, Lyon Apport des nouvelles techniques endoscopiques dans l exploration des sténoses de la VBP B. Napoléon, Lyon Conflit d intérêt Boston Scientifics Sténoses de la VBP Causes multiples, dominées par les tumeurs

Plus en détail

INSTITUT REGIONAL DE FORMATIONS SPECIALISEES EN SANTE HOUPHOUET BOIGNY INSTITUT DE FORMATION D INFIRMIERS PUERICULTEURS 416 chemin de la Madrague Ville 13314 MARSEILLE Cedex 15 Tél : 04 91 96 67 18 Réanimation

Plus en détail

Vidéoendoscopes vétérinaires SILVER SCOPE

Vidéoendoscopes vétérinaires SILVER SCOPE VET 35 6.0 01/2016-FR Vidéoendoscopes vétérinaires SILVER SCOPE pour petits et grands animaux Technologie de pointe, ergonomie et longue durée de vie Voir plus, voir mieux... Processeur numérique, capteur

Plus en détail

LASER holmium 20 W CALCULASE II

LASER holmium 20 W CALCULASE II URO 32 11.0 10/2015-FR LASER holmium 20 W CALCULASE II Applications diverses LASER holmium 20 W CALCULASE II Traitement de lithotripsie par laser pour tumeurs et sténoses (par exemple sténose du segment

Plus en détail

Bilans De Compétences

Bilans De Compétences Bilans De Compétences 90/92, rue Baudin 92300 Levallois-Perret 01 70 70 62 23 contact@performance-career-center.com M Pont de Levallois - Gare Clichy-Levallois - Bus 165 Présentation Ensemble pour développer

Plus en détail

Systèmes LAPspay pour chiens et chats

Systèmes LAPspay pour chiens et chats VET 32 5.0 06/2015-FR Systèmes LAPspay pour chiens et chats Ovariectomie/ovariohystérectomie laparoscopique Techniques multiportail et monoportail Technique LAPspay multiportail Laparoscope standard 62046

Plus en détail

Intelligence et innovation

Intelligence et innovation Intelligence et innovation Compact Repoussez les limites de l échographie Sans sacrifier la performance ni le design, Fujifilm innove encore et propose un système compact, mobile et extrêmement facile

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

Prévention du risque infectieux en endoscopie ANALYSE D UNE ÉPIDÉMIE

Prévention du risque infectieux en endoscopie ANALYSE D UNE ÉPIDÉMIE Prévention du risque infectieux en endoscopie ANALYSE D UNE ÉPIDÉMIE H.N. BUI, V. MARIE 38 èmes Journées Régionales d Hygiène Hospitalière Mars 2016 Indications de la fibroscopie bronchique en Réanimation

Plus en détail

Endoscope vétérinaire pour insémination artificielle et hystéroscopie VET 33 5.0 05/2015-FR

Endoscope vétérinaire pour insémination artificielle et hystéroscopie VET 33 5.0 05/2015-FR Endoscope vétérinaire pour insémination artificielle et hystéroscopie VET 33 5.0 05/2015-FR Une révolution dans le domaine de l insémination artificielle L endoscopie est la méthode diagnostique et thérapeutique

Plus en détail

Faculté de Médecine de Nantes Présentation du mémoire pour le DIU de Tabacologie et aide au sevrage tabagique de la région Ouest

Faculté de Médecine de Nantes Présentation du mémoire pour le DIU de Tabacologie et aide au sevrage tabagique de la région Ouest Faculté de Médecine de Nantes Présentation du mémoire pour le DIU de Tabacologie et aide au sevrage tabagique de la région Ouest Qui sont les utilisateurs de la cigarette électronique, et quelles modifications

Plus en détail

Kimberly-Clark* KimVent* Vous aider à protéger vos patients contre les infections des voies respiratoires inférieures

Kimberly-Clark* KimVent* Vous aider à protéger vos patients contre les infections des voies respiratoires inférieures Le Catalogue des Solutions Kimberly-Clark Health Care Solutions pour la gestion des Voies Respiratoires Kimberly-Clark* KimVent* Vous aider à protéger vos patients contre les infections des voies respiratoires

Plus en détail

Epidémie à Burkholdéria pseudo mallei : Tragédie en 5 actes

Epidémie à Burkholdéria pseudo mallei : Tragédie en 5 actes Epidémie à Burkholdéria pseudo mallei : Tragédie en 5 actes Dr Nathalie LUGAGNE DELPON Chef de Service Gestion du risque infectieux CHR Félix Guyon Journée de gestion des risques cliniques / Octobre 2011

Plus en détail

Gestion des risques a priori sur le circuit du médicament

Gestion des risques a priori sur le circuit du médicament Gestion des risques a priori sur le circuit du médicament Expérience de la Clinique du Parc de Charleville-Mézières Hélène Vanoverberghe Pharmacien Responsable Assurance Qualité Contexte institutionnel

Plus en détail

Evènements indésirables graves en maternité.

Evènements indésirables graves en maternité. Evènements indésirables graves en maternité. Bilan de 4 années de recueil prospectif au CHU de Toulouse. Pr. O. Parant, M.Herman, E.Delon, C fleury CHU Toulouse Introduction (1) Améliorer la qualité en

Plus en détail

Innovation. de la température centrale. en matière de surveillance. 3M SpotOn. Système non-invasif de surveillance de la température centrale

Innovation. de la température centrale. en matière de surveillance. 3M SpotOn. Système non-invasif de surveillance de la température centrale 3M SpotOn Système non-invasif de surveillance de la température centrale Innovation en matière de surveillance de la température centrale 3M, Partenaire de la Prévention de l Hypothermie 3M SpotOn Le dispositif

Plus en détail

KARL STORZ TELE PACK X LED

KARL STORZ TELE PACK X LED TP 45 2.0 04/2015-FR KARL STORZ TELE PACK X LED Système compact avec source de lumière LED Le TELE PACK X LED s inscrit dans la tradition KARL STORZ de système portatif tout-enun. Il est utilisable aussi

Plus en détail

Présentation du travail effectué autour du projet NADIS

Présentation du travail effectué autour du projet NADIS Présentation du travail effectué autour du projet NADIS SOMMAIRE Appel d offre pour le logiciel Hébergement de Nadis Les contrats Présentation de Nadis Architecture générale de la plateforme Nadis Quelques

Plus en détail

Implantation de la vidéoconférence par Internet au programme des adultes sourds de l IRDPQ

Implantation de la vidéoconférence par Internet au programme des adultes sourds de l IRDPQ Implantation de la vidéoconférence par Internet au programme des adultes sourds de l IRDPQ Mathieu Hotton, M.O.A. Audiologiste Colloque 2.0 RéadaptATion - Aides techniques AERDPQ, mai 2011 Auteurs du projet

Plus en détail

La matériovigilance. Chapitre IV. Paul MERIA, Jean-Louis PARIENTE, Pierre CONORT II. MODALITES DU SIGNALEMENT

La matériovigilance. Chapitre IV. Paul MERIA, Jean-Louis PARIENTE, Pierre CONORT II. MODALITES DU SIGNALEMENT Progrès en Urologie (2005), 15 1000-1004 Chapitre IV La matériovigilance Paul MERIA, Jean-Louis PARIENTE, Pierre CONORT paul.meria@sls.ap-hop-paris.fr - jean-louis.pariente@chu-bordeaux.fr - pierre.conort@psl.ap-hop-paris.fr

Plus en détail

Récit de Situation clinique Complexe Authentique RSCA. Pr Thierry Valette

Récit de Situation clinique Complexe Authentique RSCA. Pr Thierry Valette Récit de Situation clinique Complexe Authentique RSCA Pr Thierry Valette Récit: Récit écrit descriptif chronologique détaillé ou décrivant les moments forts ou a problèmes d une situation De la plainte

Plus en détail

STATISTIQUES A UNE VARIABLE EXERCICES CORRIGES

STATISTIQUES A UNE VARIABLE EXERCICES CORRIGES STATISTIQUES A UNE VARIALE EXERCICES CORRIGES Exercice n Les élèves d une classe ont obtenu les notes suivantes lors d un devoir : Note 4 5 8 0 4 5 8 0 Effectif 4 7 6 4 ) Déterminer l étendue et le mode

Plus en détail

COLLOQUE NATIONAL de la PERFORMANCE INDUSTRIELLE

COLLOQUE NATIONAL de la PERFORMANCE INDUSTRIELLE COLLOQUE NATIONAL de la PERFORMANCE INDUSTRIELLE Non-Qualités de Maintenance MOREAU Christophe Société EDF SA Sommaire Constat et préoccupation Définition des Non Qualités de Maintenance Classification

Plus en détail

Aménagement du B13. EIT- Val de Reuil. Colloque Qualité sonore 20 Octobre 2011. Jean-Denis Bouteiller

Aménagement du B13. EIT- Val de Reuil. Colloque Qualité sonore 20 Octobre 2011. Jean-Denis Bouteiller Aménagement du B13 EIT- Val de Reuil Colloque Qualité sonore 20 Octobre 2011 Jean-Denis Bouteiller 1 Présentation Contexte Besoins exprimés Réalisations Traitement d air Eclairage Isolement Etudes Acoustiques,

Plus en détail

La communication engageante dans la campagne de vaccination contre la grippe

La communication engageante dans la campagne de vaccination contre la grippe La communication engageante dans la campagne de vaccination contre la grippe L expérience du Centre Hospitalier de DIEPPE Chantal DELESTRE, infirmière de Santé au Travail Dr Stéphanie ROCHON EDOUARD, Praticien

Plus en détail

Gestion du risque a posteriori : cas de transmission de E.cloacae BLSE et duodenoscopes C. CHEFSON-GIRAULT

Gestion du risque a posteriori : cas de transmission de E.cloacae BLSE et duodenoscopes C. CHEFSON-GIRAULT Gestion du risque a posteriori : cas de transmission de E.cloacae BLSE et duodenoscopes C. CHEFSON-GIRAULT Introduction Depuis 2003 2007 : Textes et recommandations en endoscopie Prélèvements microbiologiques

Plus en détail

Épidémie de fièvre Q dans une usine de traitement de viande, Maine-et-Loire, février 2009

Épidémie de fièvre Q dans une usine de traitement de viande, Maine-et-Loire, février 2009 Épidémie de fièvre Q dans une usine de traitement de viande, Maine-et-Loire, février 2009 13 ème Journée Nationale d Infectiologie, Tours 14 juin 2012 Ronan Ollivier 1, Philippe Masson 2, Bruno Hubert

Plus en détail

Contrôle de performance des conteneurs : intérêt du test à l eau

Contrôle de performance des conteneurs : intérêt du test à l eau Contrôle de performance des conteneurs : intérêt du test à l eau Christophe LAMBERT, Pharmacien Unité de stérilisation Centralisée du CH de Chambéry France 1 Sommaire Définitions et terminologie Règlements

Plus en détail

Marquage et traçabilité de

Marquage et traçabilité de Marquage et traçabilité de l instrumentation t ti chirurgicale C. LAMBERT Centre Hospitalier de Chambéry - France 5 èmes JNSS 3 et 4 juin 2009 - Regensdorf La traçabilité à quelles fins? Sécurité sanitaire

Plus en détail

La performance thermique des écoles dans le Luberon

La performance thermique des écoles dans le Luberon La performance thermique des écoles dans le Luberon Retour d expérience du Programme SEDEL (Services Energétiques Durables en Luberon) Matthieu Simonneau Nicolas Trembloy Conseillers en Energie Partagés

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CENTRE MÉDICAL LE CHÂTEAU-DE-BASSY

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CENTRE MÉDICAL LE CHÂTEAU-DE-BASSY COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CENTRE MÉDICAL LE CHÂTEAU-DE-BASSY 1, rue du Bosquet BP 85 24400 SAINT -MÉDARD-DE-MUSSIDAN Février 2005 Haute Autorité de santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION»...

Plus en détail

EXERCICE INFIRMIER SELON LE DÉCRET N 2002-194 DU 11 FEVRIER 2002 RELATIF AUX ACTES PROFESSIONNELS ET A L EXERCICE DE LA PROFESSION D INFIRMIER

EXERCICE INFIRMIER SELON LE DÉCRET N 2002-194 DU 11 FEVRIER 2002 RELATIF AUX ACTES PROFESSIONNELS ET A L EXERCICE DE LA PROFESSION D INFIRMIER EXERCICE INFIRMIER SELON LE DÉCRET N 2002-194 DU 11 FEVRIER 2002 RELATIF AUX ACTES PROFESSIONNELS ET A L EXERCICE DE LA PROFESSION D INFIRMIER DSCSI- SY/GL/MB 1 I INTRODUCTION I 1 HISTOIRE Loi de 1978,

Plus en détail

Commission spécialisée dans le domaine des droits des usagers du système de santé

Commission spécialisée dans le domaine des droits des usagers du système de santé Commission spécialisée dans le domaine des droits des usagers du système de santé Analyse de la synthèse régionale des rapports des Commissions des relations avec les usagers et de la qualité de la prise

Plus en détail

Présentation de l indicateur de mesure de satisfaction des patients hospitalisés Dossier de presse Jeudi 4 novembre 2010

Présentation de l indicateur de mesure de satisfaction des patients hospitalisés Dossier de presse Jeudi 4 novembre 2010 Présentation de l indicateur de mesure de satisfaction des patients hospitalisés Dossier de presse Jeudi 4 novembre 2010 Contact presse : Ministère de la Santé et des Sports - 01 40 56 40 14 Sommaire I.

Plus en détail

Gestion des flux hospitaliers à partir d'un service d'urgence: un problème majeur dans les hôpitaux Marianne SARAZIN

Gestion des flux hospitaliers à partir d'un service d'urgence: un problème majeur dans les hôpitaux Marianne SARAZIN 1 Gestion des flux hospitaliers à partir d'un service d'urgence: un problème majeur dans les hôpitaux Marianne SARAZIN Centre d Ingénierie en Santé SOMMAIRE 2 A. Contexte : l hôpital Organisation structurelle

Plus en détail

Ecole de Management pour les Médecins des Hôpitaux (EMAMH) de l Assistance Publique Hôpitaux de Paris

Ecole de Management pour les Médecins des Hôpitaux (EMAMH) de l Assistance Publique Hôpitaux de Paris DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES Département du Développement Professionnel Continu Médical Ecole de Management pour les Médecins des Hôpitaux (EMAMH) de l Assistance Publique Hôpitaux de Paris Dr Stéphane

Plus en détail

La gamme HERMES. Stations Hermès Vidéo. Stations Hermès Endo. Stations Hermès Intranet

La gamme HERMES. Stations Hermès Vidéo. Stations Hermès Endo. Stations Hermès Intranet La gamme HERMES Stations Hermès Vidéo Stations Hermès Endo Stations Hermès Intranet Architecture fonctionnelle HERMES HERMES ou SIH SIH Nettement optimisé dans Hermès Tâches linéaires (Cycle d exécution

Plus en détail

L outil de pilotage du Patrimoine Hospitalier pour les établissements publics de santé

L outil de pilotage du Patrimoine Hospitalier pour les établissements publics de santé L outil de pilotage du Patrimoine Hospitalier pour les établissements publics de santé OPHELIE Emilie Gonzales, Sous direction du pilotage de la performance des acteurs de l offre de soins à la DGOS Bureau

Plus en détail

«ENDO-SCOPIE» D UNE ACTIVITÉ A RISQUE.

«ENDO-SCOPIE» D UNE ACTIVITÉ A RISQUE. «ENDO-SCOPIE» D UNE ACTIVITÉ A RISQUE. 1 Évaluation des Pratiques Professionnelles Céline Minchaca-Perrochaud IDE Hygiéniste CHU de Martinique INTRODUCTION 2 PRÉSENTATION 2012 CHU de 1200 lits 4 unités

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ ANNEXE RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ ANNEXE RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ANNEXES ANNEXE I RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS Les référentiels d activités et de compétences du métier de manipulateur d électroradiologie médicale ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet, un

Plus en détail

Caisse d Epargne Rhône Alpes Licence Econométrie Lyon 2

Caisse d Epargne Rhône Alpes Licence Econométrie Lyon 2 Caisse d Epargne Rhône Alpes Licence Econométrie Lyon 2 22 Novembre 2013 - Valérie Rousvoal Direction Etudes Commerciales Sommaire de la rencontre Présentation de la Caisse d épargne Rhône Alpes Présentation

Plus en détail

Microprise de sang pour examen fœtal

Microprise de sang pour examen fœtal GYN 29 5.0 06/2015-FR Microprise de sang pour examen fœtal Set pour microprise de sang «Easy Check» d après OPPELT Microprise de sang pour examen fœtal Set pour microprise de sang «Easy Check» d après

Plus en détail

Le prélèvement d organes anticipé/prémédité. Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon

Le prélèvement d organes anticipé/prémédité. Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon Le prélèvement d organes anticipé/prémédité Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon Déclaration des conflits d intérêt Médecin de la coordination

Plus en détail

ORL 119 11.1 09/2015-FR. Technologie CMOS en oto-rhino-laryngologie. Compatibilité pour un diagnostique complet

ORL 119 11.1 09/2015-FR. Technologie CMOS en oto-rhino-laryngologie. Compatibilité pour un diagnostique complet ORL 119 11.1 09/2015-FR Technologie CMOS en oto-rhino-laryngologie Compatibilité pour un diagnostique complet 2 Rhino-laryngoscope vidéo CMOS Le rhino-laryngoscope vidéo CMOS de KARL STORZ est un système

Plus en détail

LA FIN DE VIE AUX URGENCES: LES LIMITATIONS ET ARRÊTS DES THÉRAPEUTIQUES ACTIVES. Dr Marion DOUPLAT SAMU- Urgences Timone

LA FIN DE VIE AUX URGENCES: LES LIMITATIONS ET ARRÊTS DES THÉRAPEUTIQUES ACTIVES. Dr Marion DOUPLAT SAMU- Urgences Timone LA FIN DE VIE AUX URGENCES: LES LIMITATIONS ET ARRÊTS DES THÉRAPEUTIQUES ACTIVES Dr Marion DOUPLAT SAMU- Urgences Timone SOMMAIRE 1. La mort aux urgences 2. Les Limitations et Arrêts des Thérapeutiques

Plus en détail

AMIANTE. - à propos d un cas clinique (dans le cadre de l évaluation des pratiques professionnelles)

AMIANTE. - à propos d un cas clinique (dans le cadre de l évaluation des pratiques professionnelles) AMIANTE - à propos d un cas clinique (dans le cadre de l évaluation des pratiques professionnelles) - le point sur les réglementations et recommandations amiante Dr POMMIER de SANTI (Pneumologue) Julien

Plus en détail

Enquête de satisfaction des praticiens du CHU de Poitiers

Enquête de satisfaction des praticiens du CHU de Poitiers Enquête de satisfaction des praticiens du CHU de Poitiers Résultats et Perspectives Staff de Santé Publique du 17 septembre 2008 G. Bouche Chef de Clinique Assistant Unité d'evaluation Médicale 1 Contexte

Plus en détail

SONDES DE SPÉCIALITÉS

SONDES DE SPÉCIALITÉS SONDES DE SPÉCIALITÉS SONDES DE SPECIALITES 2 SONDES MICROLARYNGEES Utilisation, service rendu: Anesthésie ORL (pour les chirurgies du larynx) : encombrement minimal pour ne pas gêner le chirurgien Spécificités

Plus en détail

Les macrobiopsies mammaires sous guidage échographique : à propos de 424 cas le mammotome HH Ronan Plantade, Centre Nice Europe/NICE Journées

Les macrobiopsies mammaires sous guidage échographique : à propos de 424 cas le mammotome HH Ronan Plantade, Centre Nice Europe/NICE Journées Les macrobiopsies mammaires sous guidage échographique : à propos de 424 cas le mammotome HH Ronan Plantade, Centre Nice Europe/NICE Journées Françaises de Radiologie Paris, 10-15 Octobre 2005 L objectif

Plus en détail

PROGRAMME 2016 PARIS B

PROGRAMME 2016 PARIS B PROGRAMME 2016 PARIS B!1 1. OBJECTIFS 1. Savoir 1. Acquérir un savoir validé sur la relation thérapeutique, l hypnose médicale appliquée à la douleur aiguë, ses intérêts et ses limites dans les soins.

Plus en détail

Enseignement de la Médecine d Urgence: prise en charge des patients graves.

Enseignement de la Médecine d Urgence: prise en charge des patients graves. Enseignement de la Médecine d Urgence: prise en charge des patients graves. Pr Enrique Casalino SAU Bichat-Claude Bernard Réunion du CNERM Aix en Provence - 7 septembre 2009 Les patients graves aux urgences

Plus en détail

LA TÉLÉRÉADAPTATION : UN NOUVEL ACCÈS AUX SERVICES

LA TÉLÉRÉADAPTATION : UN NOUVEL ACCÈS AUX SERVICES LA TÉLÉRÉADAPTATION : UN NOUVEL ACCÈS AUX SERVICES Brigitte Fillion Chargée de projets, CRLB Virtuel Nicole Beaudoin Conseillère aux affaires cliniques, AERDPQ Colloque Aides techniques 2.0 12 mai 2011

Plus en détail

!-.!#- $'( 1&) &) (,' &*- %,!

!-.!#- $'( 1&) &) (,' &*- %,! 0 $'( 1&) +&&/ ( &+&& &+&))&( -.#- 2& -.#- &) (,' %&,))& &)+&&) &- $ 3.#( %, (&&/ 0 ' Il existe plusieurs types de simulation de flux Statique ou dynamique Stochastique ou déterministe A événements discrets

Plus en détail