Plan de maîtrise des risques de la branche Retraite Présentation générale

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Plan de maîtrise des risques de la branche Retraite Présentation générale"

Transcription

1 DIRECTION DELEGUEE DIRECTION FINANCIERE ET COMPTABLE YC/PR/MS Le 18 novembre 2011 Plan de maîtrise des risques de la branche Retraite Présentation générale Le plan de maîtrise des risques de la Branche retraite s appuie sur un dispositif qui relève d un corpus de règles législatives et réglementaires, associant dans sa mise en œuvre la responsabilité du Directeur et de l Agent comptable. A ce corpus initial s ajoute d autres sources issues de la Convention d Objectifs et de Gestion et des recommandations des audits menés par la branche (audit interne et général, audit de validation) et venant de corps externes de contrôle tels que la Cour des comptes dans ses missions de certification ou de contrôle juridictionnel, l Igas, l Igf. Cet ensemble de sources est décrit en première partie. La mise en œuvre de ce dispositif de maîtrise et son évaluation a été progressive. Elle a associé des acteurs de différentes directions et services de la Cnavts et de la branche. Afin de donner plus d efficacité et de visibilité à la démarche engagée, des dispositions ont été prises pour construire un système de pilotage cohérent associant les responsables de démarches communes ou complémentaires. Les modalités de ce pilotage sont décrites dans une deuxième partie.

2 Sommaire PREMIERE PARTIE : LES SOURCES DU PLAN DE MAITRISE DES RISQUES DE LA BRANCHE Le dispositif de maîtrise des risques de la branche retraite relève d un point de vue réglementaire de responsabilités associées ou complémentaires des Directeurs et des Agents comptables de la Branche Le contrôle interne est une responsabilité conjointe qui associe Directeurs et Agent comptables aux actions communes de maîtrise des risques L Agent comptable élabore un plan de contrôle qui vient s intégrer dans le plan de contrôle interne de l organisme Le dispositif de maîtrise des risques de la Branche s appuie sur d autres sources La COG et le SDSI Les recommandations issues des dispositifs d évaluation de la Branche.. 7 DEUXIEME PARTIE : UN SYSTEME DE PILOTAGE A ETE CONSTRUIT AFIN DE DONNER DE LA COHERENCE AUX ACTIONS MENEES PAR DIFFERENTS SERVICES ET DIRECTIONS Le dispositif de maîtrise de la Branche Les acteurs de la maîtrise des risques Les structures de pilotage Un seul référentiel, un seul outil Pilotage de la mise en œuvre et de la qualité du SDSI L intégration de la Maîtrise des Risques dans le cycle de vie des projets et la qualification La qualification des applications informatiques Les structures de pilotage du SDSI L évaluation du dispositif de maîtrise de la Branche Les acteurs de l audit à la Cnavts et dans la branche La structure de pilotage... 16

3 PREMIERE PARTIE : LES SOURCES DU PLAN DE MAITRISE DES RISQUES DE LA BRANCHE Le dispositif de maîtrise des risques de la branche retraite relève d un point de vue réglementaire de responsabilités associées ou complémentaires des Directeurs et des Agents comptables de la Branche Dans le pilotage et la gestion d un organisme et du réseau, le Directeur assume une responsabilité générale de maîtrise des risques, dont la formalisation s est faite jour avec le décret du 10 août Préalablement à ce décret les activités de contrôle étaient plus généralement dévolues à l agent comptable dans le cadre de sa responsabilité propre. La construction progressive du dispositif réglementaire conduit à un champ de responsabilité largement partagé par le directeur et l agent comptable, le périmètre dévolu à ce dernier ayant fait l objet de précisions successives Le contrôle interne est une responsabilité conjointe qui associe Directeurs et Agent comptables aux actions communes de maîtrise des risques Le décret du 10 août 1993 a instauré dans les organismes de sécurité sociale, à l instar de la pratique qui se développait dans les entreprises, une obligation conjointe au directeur et à l Agent comptable, de mettre en œuvre un dispositif de contrôle interne. Une acception élargie du contrôle interne a été introduite dans le cadre de l arrêté du 27 novembre 2006 pris en application de l article D relatif à la validation des comptes des organismes locaux par l Agent comptable national dont le référentiel laisse une large part aux principes de contrôle interne. Les décrets du 18 octobre 2007 et du19 décembre 2008 ont ensuite assez sensiblement modifié le contexte réglementaire dans lequel s exerce le contrôle interne des organismes de sécurité sociale et ont élargi le champ des responsabilités communes des Directeurs et Agents comptables en la matière. L ensemble est consolidé dans une circulaire DSS/A4/2008/224 du 8 juillet 2008 qui facilite la lecture du nouvel ensemble réglementaire Le champ des responsabilités communes s étend à la non qualité et précise la provenance du risque Le champ d intervention du contrôle interne concerne désormais l ensemble des risques, et non plus seulement financiers. Il s étend aux risques d'erreurs, d anomalies, de fraudes ou cas de non-respect des règles et procédures se traduisant par une perte financière, mais aussi sur le risque de «non qualité». Avec la mise en œuvre du contrôle interne, le Directeur et l Agent comptable d un organisme doivent se fixer les objectifs suivants : la réalisation et l optimisation des opérations, la fiabilité des informations financières, la conformité aux lois et aux réglementations en vigueur Les risques peuvent être d'origine externe ou interne :

4 le risque externe tient à la qualité et à la fiabilité des informations reçues et traitées par l organisme, le risque interne tient à la qualité des traitements et procédures mises en œuvre pour exploiter les informations reçues La lutte contre les fraudes devient un objectif commun Cet objectif particulier de lutte contre la fraude, fixé aux Directeurs et aux Agents comptables des organismes de sécurité sociale, est désormais une priorité rappelée dans plusieurs textes, dont l article L du code de la sécurité sociale et le décret n Le Directeur et l Agent comptable doivent notamment veiller à la mise à jour du plan de contrôle interne de l organisme et l Agent comptable doit adapter son plan de contrôle en fonction des nouvelles possibilités de fraudes ou des nouveaux types de fraudes détectés. Le plan de contrôle interne de l organisme et le plan de contrôle de l Agent comptable doivent être suffisamment précis pour permettre de définir une stratégie de lutte contre les fraudes. Ils doivent faire l objet d une veille permanente et être régulièrement évalués et améliorés en fonction des failles éventuellement identifiées La qualité du système d information est une responsabilité associée du Directeur et de l Agent comptable national La qualité du système d information repose sur les dispositifs de qualification qui font appel aux compétences des équipes de maîtrise d œuvre et de maîtrise d ouvrage sous la responsabilité du Directeur. Toutefois, l article D précise le rôle des Agents comptables, et en particulier de l Agent comptable de l organisme national dans la validation des applications informatiques nationales et dans la maîtrise d ouvrage des applications informatiques qui touchent aux opérations financières et comptables. Il permet à l Agent comptable de l organisme national de déléguer à un Agent comptable d organisme local la validation d une application informatique nationale. La vérification périodique, par sondage, de la fiabilité des moyens informatiques par l Agent comptable dispense de vérifier systématiquement l exactitude matérielle des calculs effectués par les traitements automatisés, mais il doit pouvoir justifier que des vérifications sont régulièrement effectuées, notamment en cas de changement de procédures entraînant des modifications dans les calculs L Agent comptable élabore un plan de contrôle qui vient s intégrer dans le plan de contrôle interne de l organisme Le plan de contrôle de l Agent comptable s inscrit dans le dispositif de contrôle interne de l organisme Prévu par l article D du CSS ce plan de contrôle élaboré spécifiquement par l Agent comptable est distinct du plan de contrôle interne de l organisme élaboré conjointement par le Directeur et l Agent comptable. Il s insère dans celui-ci et respecte les instructions diffusées par l Agent comptable de l organisme national. Le plan de contrôle de l Agent comptable fixe notamment :

5 les procédures de vérification de la régularité des dépenses des gestions techniques et budgétaires, les dispositifs de contrôle visant à détecter les fraudes et les risques majeurs liés au traitement automatique des informations, les modalités de contrôle des pièces justificatives (existence, conformité et réalité), la hiérarchie à exercer dans les contrôles (contrôle exhaustif, sélectif, par sondage suivant la nature des opérations), la nature des actions à mener dès lors que des anomalies ont été décelées, les procédures d examen des fichiers et des mouvements qui génèrent des flux d informations permettant la liquidation des opérations. L art D précise également les vérifications que doit exercer l Agent comptable dès lors que l organisme fait appel à des procédures informatisées, telles que : habilitation des personnes autorisées à saisir ou manipuler des données utilisées pour les calculs de liquidation de droits, justification des données saisies ou traitées, détection des fraudes et des risques majeurs liés au traitement automatique des informations, traitement des données justifiées et d elles seules, contrôle des sécurités physiques et logiques destinées à assurer le respect des règles d accès aux systèmes informatiques, la sauvegarde des programmes et des fichiers, ainsi que l intégrité des fichiers, des données et des échanges La responsabilité des Agents comptables dans le cadre d activités mutualisées est précisée Depuis le décret du 19 décembre 2008 un cadre de responsabilité de l Agent comptable dans les activités mutualisées est expressément prévu : l Agent comptable de l organisme auquel le Directeur ou le Directeur général de l organisme national a confié la réalisation de missions ou d activités communes conformément à l article L où à l article L ou auquel un Directeur d un autre organisme a délégué une mission conformément à l article L ou à l article L est chargé des opérations comptables et financières relevant de ces missions ou de ces activités Le dispositif de maîtrise des risques de la Branche s appuie sur d autres sources L élaboration du dispositif repose également sur les engagements de la Convention d Objectifs et de Gestion entre l Etat et la Branche, et va également s appuyer sur les recommandations d audit, qu elles soient issues des audits menés par la branche ou des corps extérieurs de contrôle La COG et le SDSI Un chapitre de la COG Etat-Branche retraite est consacré à la maîtrise des risques Il repose sur la mission première de la Branche et en déduit une orientation majeure: payer les prestations à temps, au bon montant, aux seuls assurés titulaires de droits à retraite.

6 Les activités de la branche doivent reposer sur un dispositif de maîtrise des risques formalisé, rénové et adapté en permanence. Le premier axe va engager la branche dans la réalisation d un référentiel unique et national de maîtrise des risques (Run-MR), destiné à devenir le cadre de synthèse de l ensemble du dispositif de maîtrise (contrôle interne, démarches qualité, sécurité des systèmes d information, lutte contre la fraude). Le renforcement des référentiels de données de la branche (SNGI et SNGC) par la qualité des identifications, la fiabilisation des données reçues et la sécurisation des opérations de régularisation de carrière, constitue le second volet de ce dispositif de maîtrise. Les trois axes suivants du chapitre 4 de la COG précisent les démarches d évaluation et d amélioration continue du dispositif de maîtrise des risques, l organisation et le recentrage de son pilotage et enfin les évolutions des outils, notamment l outil informatique destiné à répondre aux orientations de la convention Le SDSI intègre la maîtrise des risques en principe général et sa concrétisation s intègre dans la gestion des projets En matière de production informatique et de fonction support, les orientations d amélioration de la qualité programmées dans le cadre du SDSI s appuient sur la démarche ITIL conduite sur les processus de gestion des incidents et problèmes, les configurations et changements, les mises en production, la continuité et la disponibilité. Le plan d ensemble est défini pour la mise en œuvre en termes de méthode, de proposition d outils, de gestion de projet et de détermination d indicateurs de progrès (Tableau de bord ITIL). Concernant les différents domaines des SI, les orientations qualité vont s appuyer sur des principes de qualité partagés au sein de la Branche et avec les organismes partenaires, et vont faire l objet d un pilotage renforcé. L accent sera porté sur : la fiabilisation des données des référentiels de la Branche (approche unifiée de l identification avec nos partenaires, qualité des données «entrantes», sécurisation du référentiel national des carrières.) la sécurisation des opérations comptables et financières (expertise dans les domaines comptables et financiers, amélioration de la gestion des indus et du recouvrement) des structures de pilotage, de maîtrise du risque et de lutte contre les fraudes clairement identifiées et renforcées notamment par la conception d applications respectant strictement le principe de séparation des tâches et en mettant en place un dispositif de qualification plus performant et plus étendu pour l ensemble des processus, des outils pour prévenir ou détecter les risques et lutter contre la fraude tels que prévus dans le chapitre 4 de la COG. Concernant enfin la prise en compte de la maîtrise des risques dans les projets, un développement spécifique est consacré à ce sujet dans le cadre du pilotage (point 2.2.1).

7 Les recommandations issues des dispositifs d évaluation de la Branche Le cadre réglementaire des CPG, de l audit interne et de la validation des comptes La Caisse nationale décline la COG en contrats pluriannuels de gestion passés avec les organismes du réseau et définit les modes procéduraux d évaluation associés. En réponse au décret de 1993, mis à jour en 2007, la Branche retraite a mis en place un dispositif d audit interne chargé d évaluer le contrôle interne et sa mise en œuvre. Le cadre d évaluation a évolué avec la certification des comptes et le référentiel de validation des comptes. Chaque organisme national est responsable de la mise en œuvre du référentiel de validation commun et en définit les modalités d application pour son réseau par circulaire annuelle ou lettre-réseau. Celles-ci comprennent en outre les règles spécifiques à chaque organisme national. Selon l arrêté du 27 novembre 2006, le référentiel de validation comprend les éléments suivants/ Les principes du contrôle interne du domaine de la comptabilité générale et des domaines des gestions budgétaires : description du système d information comptable et ses modalités de mises à jour, description des évolutions prévues de ce système d information, en particulier des évolutions destinées à améliorer la traçabilité des opérations, contenu du plan de contrôle interne du domaine comptabilité et des domaines des gestions budgétaires, Les principes du contrôle interne des gestions techniques : structuration du plan de contrôle interne par processus, définition d un objectif de couverture de l ensemble des processus par les règles de contrôle interne définies par la Caisse nationale, nécessité d information de l organisme national par les organismes locaux sur la mise en œuvre de ces règles, un indicateur reflétant cette mise en œuvre, Les principes du contrôle interne informatique concernant à minima les domaines suivants : o Organisation de la politique de sécurité du système d information, o Gestion documentaire, o Sécurité du patrimoine, o Sécurité physique et sécurités liées aux personnes o Sécurité des informations, o Sécurité logique des traitements et des communications, o Sécurité et cycle de vie des projets, o Exploitation du système d information. L organisme national calcule au moins un indicateur pour chaque domaine du contrôle interne informatique montrant le taux de couverture atteint dans chaque organisme L évaluation dans le cadre de l amélioration continue Les audits menés par la branche participent à améliorer le dispositif de maîtrise en identifiant des risques non couverts et des actions de maîtrise non appropriées. Les résultats des audits et leur consolidation permettent alors de proposer une mise à jour du référentiel de maîtrise et des axes d amélioration.

8 Les recommandations de la Cour des Comptes Dans ses opérations d audit, la Cour des comptes a identifié des faiblesses de contrôle interne, identification qui a conduit à émettre des réserves dans son rapport de certification des comptes. Ces réserves font l objet de plans d action suivi conjointement par la Cnav et la Cour, celles-ci étant amenées à faire évoluer son opinion d un exercice à l autre en prenant en compte les progrès réalisés par la branche. Les recommandations issues d autres évaluateurs externes (Igas, Igf, MNC, autres missions de la Cour des Comptes ) sont également suivies et conduisent, le cas échéant, à enclencher un plan d action

9 DEUXIEME PARTIE : UN SYSTEME DE PILOTAGE A ETE CONSTRUIT AFIN DE DONNER DE LA COHERENCE AUX ACTIONS MENEES PAR DIFFERENTS SERVICES ET DIRECTIONS Afin de rénover et conduire de manière efficace les actions dans ce domaine, les services de la Cnavts se sont adaptés et un dispositif de pilotage a été progressivement construit tant en matière de dispositif de maîtrise des risques que de cadre évaluatif. Le réseau contribue par ailleurs fortement à cette organisation soit en partie prenante aux projets, soit par le maillage des correspondants locaux Le dispositif de maîtrise de la Branche Les acteurs de la maîtrise des risques appartiennent à plusieurs directions et départements en charge de fonctions nationales. Toutefois, un pilotage global a été mis en œuvre et la fédération des efforts se construit dans le cadre d un seul référentiel et d un seul outil, le Run-MR Les acteurs de la maîtrise des risques A la Cnavts Dans le cadre d une répartition structurelle des acteurs de la maîtrise des risques, le management des risques et du contrôle interne est rattaché à l Agent comptable national. Le Département Management des Risques et du Contrôle Interne est ainsi placé sous la responsabilité de la Direction du Réseau Financier et Comptable. Cette Direction assure également le pilotage national de la politique et des outils de contrôle de l Agent comptable, ce qui facilite sa bonne intégration dans le contrôle interne. Le Département «Management des Risques et du Contrôle Interne» Ce département est dédié au dispositif de gestion des risques et du contrôle interne. Il a notamment en charge la mise en œuvre du nouveau Référentiel unique national de Maîtrise des Risques. Ses principales missions consistent à assurer : o le pilotage Référentiel Unique National de Maîtrise des Risques et de ses outils o la gestion de la transition et l accompagnement des caisses dans la mise en œuvre du Run-MR o la modélisation et l analyse des risques dans le cadre de la gestion d outils spécifiques o l animation du réseau des correspondants contrôle interne puis maîtrise des risques Le Département «Politique et outils de contrôle» Il a pour mission de piloter la politique et les outils de contrôle de l Agent Comptable sur le domaine Retraite et assure les missions suivantes : o pilotage de la mise en œuvre de la politique de contrôle nationale, o administration et suivi des indicateurs de risque financier,

10 o maîtrise d ouvrage des outils de contrôle en coordination avec la DMOA, Le Département national de «Prévention et Lutte contre les Fraudes» Le DNPLF est rattaché à la Direction Juridique et Réglementation Nationale. La mission générale du DNPLF est de : o développer les axes de prévention, o d'animer le réseau des référents fraude de la branche, o de suivre les engagements vis-à-vis de la Tutelle, o de participer à la mise à disposition d'outils communs. Le Département Politique de Sécurité de la Direction du Système d information (DSI) Il est placé sous la responsabilité du Responsable Sécurité des Systèmes d Information (RSSI) de la Branche retraite. Il est le garant du référentiel PSSI et de l animation du réseau des RSSI dans les caisses. Il assure le suivi des travaux qui ont pour objet de décliner cette PSSI en procédures et modes opératoires pouvant donner lieu à des audits. Il consolide les résultats des audits en matière de sécurité des S.I. Il s assure de la convergence entre le PSSI et le référentiel «Run-MR» Dans les caisses régionales et générales Des réseaux de correspondants sont constitués dans les caisses régionales sur les différents champs de la maîtrise des risques : Correspondants Maîtrise des risques, lutte contre la fraude et sécurité des systèmes d information. A ces réseaux s ajoute celui des responsables qualité qui participent au projet Run-MR compte tenu de son approche intégré contrôle interne-qualité (et ce bien que la branche ne soit pas engagée dans un démarche de certification ISO). Les Correspondants Maîtrise des Risques Dans le cadre du déploiement du Run-MR un réseau de Correspondants Maîtrise des Risques» a été constitué. Ces correspondants sont chargés de contribuer au déploiement du Run-MR dans les organismes et de coordonner au niveau local l intervention des différents acteurs de ce dispositif et ses outils. Selon l organisation des caisses régionales ces réseaux sont totalement ou partiellement regroupés au sein de structures transverses et peuvent être rattachés structurellement au Directeur ou/et à l Agent Comptable. Ils s appuient également sur des référents opérationnels dans les processus concernés. Le réseau des CMR est animé par le Département Management des Risques et du Contrôle Interne. Cette animation se traduit par des réunions régulières, des formations, la mise à disposition de tous les documents utiles dans une base de partage, l échange des pratiques, l assistance par mail ou téléphone.

11 Les référents fraudes Le DNPLF anime le Comité National Prévention et Lutte contre les Fraudes (CNPLF) composé systématiquement de l ensemble des référents fraude régionaux et en fonction des sujets d invités des Directions de la Cnavts (DSP, DSINDS, DMOA ) ou Carsat. L objectif de ce Comité est de : o partager les pratiques de prévention et de lutte contre les fraudes entre organisme, o présenter les travaux des groupes de travail animés et les valider ou prévalider, o présenter les orientations nationales fraude provenant de la DSS, de le DNLF (délégation nationale de lutte contre les fraudes) et du DNPLF o d informer des évolutions législatives et réglementaires en lien exclusif avec le thème de la fraude. Le réseau des RSSI La caisse nationale, chaque caisse régionale (Carsat et Crav) ainsi que chaque caisse générale de sécurité sociale (Dom) dispose d un RSSI régional - responsable de la sécurité des systèmes d information. Le RSSI régional est le relais local du RSSI national. Ce réseau est animé par le RSSI national. Il est réuni deux fois par an au cours de journées nationales de travail et d information. L objectif de ce réseau est d assurer localement la mise en œuvre de la PSSI à partir du plan d actions SSI, de relayer toute décision ou toute action ponctuelle de sécurité prise au niveau national et de renseigner les indicateurs de sécurité Les structures de pilotage Une note de service Cnavts du 3 février 2009 a précisé les structures de pilotage du dispositif de maîtrise Le comité stratégique de la maîtrise des risques CSMR Le CSMR a vocation à traiter des orientations stratégiques et décisions impactant la gestion des organismes dans les domaines suivants : gestion des risques et contrôle interne lutte contre la fraude politique de sécurité du système d information stratégie de réponse de la branche suite aux recommandations d audit Ce comité stratégique est aussi le lieu de rencontre des organismes et de la Cour des Comptes, suite à ses rapports de mission. Il se réunit 1 ou 2 fois par an et/ou le cas échéant sur demande de la Cour des Comptes. Il est composé de : Au titre du réseau :

12 o Directeurs de Carsat Crav Cgss o Agents Comptables de Carsat Crav Cgss o Secrétaire général Cnav o Directeur Financier et Comptable de l Etablissement (Cnav) Au titre de la Direction de la Cnav : o Directeur Général o Directeur Délégué o Agent Comptable o Directeur du Système d Information o Directeur de la Maîtrise d Ouvrage o Directeur Juridique et Réglementation National o Directeur Statistiques et Prospective o En fonction de l ordre du jour et des présentations, d autres directions ou départements de la Cnav apporteront leur concours Le Comité de maîtrise des risques CoMR Le Comité de Maîtrise des Risques a vocation à prendre des décisions dans un registre plus opérationnel et se réunit 4 fois par an. Il a pour mission de : proposer la stratégie nationale de maîtrise des risques notamment en lien avec les objectifs COG, assurer la cohérence des différentes démarches de maîtrise des risques en coordonnant les acteurs, les outils et les instructions, valider l avancement des actions mises en œuvre (COG, contrôle interne, fraude, sécurité du SI), décider des actions à mener suite aux recommandations d audits (externes et internes), étudier les analyses des risques réalisées par les équipes MOA et MOE dans le cadre des projets informatiques et décider du niveau de risque acceptable. Le CoMR valide les travaux des groupes de travail ou des acteurs permanents de la maîtrise des risques, et définit notamment la stratégie de réponse suite aux recommandations d audits internes (Cog, réseau, validation des comptes) et des audits externes (Cour, prestataires informatiques, tutelle...) Le CoMR est ainsi composé : Au titre du réseau : o 4 Directeurs de Carsat Crav Cgss o 4 Agents Comptables de Carsat Crav Cgss Au titre de la Direction de la Cnav : o Directeur Délégué o Agent Comptable o Directeur de la Maîtrise d ouvrage o Directeur du Système d Information o Directeur Juridique et Réglementation Nationale o Directeur Statistiques et Prospective o Selon l ordre du jour, il associe également : le Secrétaire Général, le Directeur du Réseau Financier et Comptable,

13 le Département Management des Risques et du Contrôle Interne, le Département National de Prévention et de Lutte contre les Fraudes, le Département Sécurité des Système d Informations, la Direction de la Coordination Nationale Audit Interne* et la Direction Financière et Comptable Nationale Département Validation des Comptes* (*suivi plans d actions d audit interne et Cour des Comptes) Un seul référentiel, un seul outil Le principe de refondre le dispositif de maîtrise des risques de la branche a été adopté en 2008 et les orientations suivantes ont été données au futur dispositif : Etablir une cartographie nationale des processus de la Branche retraite commune au SDSI au dispositif de maîtrise et à la comptabilité analytique, Définir une méthode pour la Branche retraite intégrant les différentes démarches existantes (contrôle interne, démarche qualité et plan de maîtrise socle, PSSI, ) afin d établir un Référentiel Unique National de Maîtrise des Risques. Déterminer les outils à utiliser dans la mise en œuvre de cette méthode. Des orientations complémentaires ont été ensuite validées par le CDSI le 13 février 2009, en particulier la formalisation partagée des processus de la branche (cartographie ou vue «métier») est prise en charge par le projet Run-MR. Les travaux de cartographie et leur validation associent tous les acteurs concernés. La méthodologie nécessaire à la définition du référentiel commun «métiers» et «SI» (architecture de la cartographie, conventions de format, gestion des filtres, scripts, droits d accès ) est définie conjointement par le projet d urbanisation de la DSI et le projet Run- MR. Dans le cadre de ces projets, une instance de pilotage opérationnel est constituée pour assurer la convergence des approches et des méthodes. Elle est chargée de : valider l architecture de la cartographie «vue métier», les conventions de format, la gestion des filtres, la gestion des droits d accès, veiller à la cohérence des approches entre les projets en cours (Run-MR, Sinergi, cartographie du processus «gérer les SI», urbanisation du SI), assurer les relations avec l éditeur du ou des outils retenus, gérer la transition entre le mode projet et l organisation pérenne à mettre en place Pilotage de la mise en œuvre et de la qualité du SDSI Le schéma directeur des systèmes d information 2009/2013, par l importance qu il revêt dans la gestion de la branche, fait l objet d un développement particulier abordant successivement les démarches de cycle de vie des projets, de qualification, avec leurs acteurs et le pilotage L intégration de la Maîtrise des Risques dans le cycle de vie des projets et la qualification Afin d améliorer la qualité de conduite de ses projets informatiques, il a été décidé de doter la branche Retraite d une direction Qualité Méthodes Urbanisation, en charge, entre autres, de la méthodologie de conduite de projet.

14 Un cadre commun, intitulé «cycle de vie des projets», a ainsi été mis en place pour l ensemble des projets informatiques de la branche, et validé par le CDSI. Cette approche vise à décomposer toutes les activités afférentes à un projet en grands processus (prendre en compte les demandes, concevoir et réaliser un projet, intégrer, mettre en production) et à expliciter chaque processus sous forme de successions d étapes, nécessitant parfois des boucles de rétroaction. Ainsi chaque processus fait-il l objet d une représentation graphique claire en étapes, chacune d elles étant caractérisée par une fiche simple : ceci donne aux acteurs des projets une lisibilité réelle sur ce qui est attendu d eux, et permet d éviter des oublis majeurs. La conception même du cycle de vie des projets accorde une place centrale à la maîtrise des risques : prise en compte de la maîtrise des risques dans les phases de conception du projet clarification des responsabilités MOA MOE dans les différentes étapes mise en exergue du processus de qualification dans son ensemble étapes explicitement dédiées à la sécurité mise en évidence de plusieurs «points de décision» (exemple : PV de VABF), qui peuvent conduire à revenir en arrière dans le projet si les critères de validation ne sont pas respectés accent mis sur les revues (revue de tests unitaires, revue de conception, revue d orientations de qualification, revue de cahier des charges, ), qui constituent un excellent moyen de prévenir les risques en intervenant très en amont La qualification des applications informatiques La qualification des applications informatiques est partagée entre la maîtrise d œuvre et la maîtrise d ouvrage. La qualification fonctionnelle relève des services de la DSI. La vérification d aptitude au bon fonctionnement, à l issue de l intégration, permettant de porter à la signature de l Agent comptable national un procès verbal de VABF est confié, sous la responsabilité de la DMOA, à deux centres nationaux de qualification, le premier à Paris pour la qualification retraite, le second à Marseille pour tous les autres processus. Un expert qualité, adjoint à l Agent comptable national est associé à la construction du dispositif et en surveille sa cohérence. Il vérifie par ailleurs la qualité et la traçabilité des différents tests. Enfin un dispositif documentaire homogène permet d assurer pour les Agents comptables du réseau, la visibilité complète des décisions prises quant la mise en production d applications nouvelles ou de versions lourdes Les structures de pilotage du SDSI Le Comité Stratégique du Schéma Directeur des SI (CSSDSI) Composé des Directeurs du réseau et d un représentant des Agents comptables, il a pour mission de s'assurer que les évolutions des SI correspondent bien aux ambitions métiers du projet branche à assurance retraite années 2010». Il intervient donc sur la dimension stratégique.

15 Il est consulté pour toutes les évolutions SI susceptibles d'avoir un impact important sur les organisations et structures des caisses et demande, le cas échéant, des inflexions ou évolutions de ces projets. Il est informé de la réalisation des grands projets du schéma directeur et émet des avis sur des évolutions ou actions correctrices Le Comité de Direction des S.I (CDSI) Le Comité de Direction des S.I a pour mission de prendre les décisions qui permettent la mise en œuvre générale du schéma directeur et le bon fonctionnement général des systèmes d information, notamment : Arrête l organisation de chaque domaine du S.I et fixe la composition des Comité Opérationnel de Pilotage et de Suivi (CoPS) et des Comités de Pilotage (Copil) de domaines transversaux, Désigne, le cas échéant, les responsables des projets majeurs, Valide pour chaque processus et domaine fonctionnel : Le plan pluri - annuel des macros projets du domaine Le plan d'évolution annuel avec la répartition des ressources et moyens entre nouveaux projets et projets et activités de maintenance Les CoPS et CoPIL Ils associent le réseau et les experts de la DMOA et de la DSI à la construction du SDSI. Pilotés par un trinôme «directeur métier DSI et DMOA», ils enrichissent de la composante métier l ensemble du dispositif et peuvent constituer un relais pour le dispositif de maîtrise (Run-MR) L évaluation du dispositif de maîtrise de la Branche Les structures et le pilotage de l audit associent les moyens des différents acteurs : audit général, audit interne et audit de validation de comptes Les acteurs de l audit à la Cnavts et dans la branche A la Cnavts Deux directions à la Cnavts ont en charge des missions d audit : la DCN et la DFCN. D autres directions peuvent mandater des audits, telle que la DSI pour les audits informatiques. La Direction de la Coordination Nationale (DCN) Le département «Audit National» réalise notamment des audits des engagements et des indicateurs CPG, des audits de changement de Directeurs et de suivi de mises en place de recommandations. Le département «Audit Interne» anime le réseau des auditeurs internes, consolide les résultats des missions audits référents et de conformité inscrites au plan national et réalise des audits de conformité.

16 La Direction Financière et Comptable Nationale (DFCN) Le département «Validation des comptes» réalise des audits au regard du référentiel de validation. Un audit du contrôle interne des processus est mené lors des missions intermédiaires afin d analyser le risque que des anomalies soient contenues dans les états financiers, audités lors des missions finales. Des audits de conformité relatifs aux actions locales ou nationales peuvent être réalisés. Dans le cadre de la validation, un audit des systèmes d information concourant directement ou indirectement à la production de l information financière est mené afin de conclure sur sa fiabilité. Il comprend notamment l audit de sécurité informatique au regard du référentiel Cobit ainsi qu un audit de la mise en œuvre de la PSSI dans les organismes. La Direction du Système d Information (DSI) La DSI est susceptible de mandater un prestataire dans le cadre des audits de système d information portant notamment sur la vulnérabilité et la conformité de mise en œuvre de l architecture Dans la branche Les auditeurs internes de la branche Retraite réalisent les audits référents dans leurs organismes et les audits de conformité prévus au plan national d audit. Ils mènent également les audits d initiative locale La structure de pilotage Afin de coordonner les audits réalisés par la Cnavts, une structure de pilotage et de coordination des audits de la Caisse Nationale a été créée pour la Branche Retraite : le Comité National d'audit (CNA). Composée du Directeur général de la Caisse nationale représentée par le Directeur délégué, de l Agent comptable de la Caisse nationale, des Directeurs de la DCN et de la DFCN, des responsables des départements «Audit national» et «Audit interne» de la DCN et du département «Validation des comptes» de la DFCN. En fonction de l actualité le CNA, fait appel à des intervenants internes ou externes. Le CNA a pour objectifs et missions : d arrêter un plan national d audit à partir de propositions conjointes faites par la DCN et la DFCN, de suivre l avancement du plan d audit, d en analyser les résultats, de transmettre, dans le cadre de l amélioration continue, les recommandations au CoMR pour qu il définisse la stratégie de réponse appropriée, le CNA peut demander la réalisation d audit de suivi, de recenser les missions de contrôle (réalisées ou mandatées par les autres directions de la Cnavts, des corps de contrôles externes tels que la Cour des Comptes) d en suivre les résultats et d évaluer leurs impacts éventuels sur le plan d audit. Le CNA s assure enfin de la bonne application de la charte d audit.

Systèmes d information Schéma directeur 2014-2017

Systèmes d information Schéma directeur 2014-2017 Systèmes d information Schéma directeur 2014-2017 Sommaire Introduction 4 1. Les orientations pour l évolution fonctionnelle des systèmes d information de la branche retraite 20 2. Les orientations pour

Plus en détail

AVENIR FINANCE Société anonyme au capital de 1.253.160 Siège Social à LYON (69009) - 57 rue de Saint Cyr 402 002 687 RCS LYON

AVENIR FINANCE Société anonyme au capital de 1.253.160 Siège Social à LYON (69009) - 57 rue de Saint Cyr 402 002 687 RCS LYON AVENIR FINANCE Société anonyme au capital de 1.253.160 Siège Social à LYON (69009) - 57 rue de Saint Cyr 402 002 687 RCS LYON RAPPORT DU PRESIDENT A L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ORDINAIRE DU 1er JUIN 2004 SUR

Plus en détail

Plaisir, le 19 Décembre 2011 Rapport sur le contrôle interne et le gouvernement d entreprise.

Plaisir, le 19 Décembre 2011 Rapport sur le contrôle interne et le gouvernement d entreprise. Plaisir, le 19 Décembre 2011 Rapport sur le contrôle interne et le gouvernement d entreprise. LES DISPOSITIFS DE GESTION DES RISQUES ET DE CONTRÔLE INTERNE L objet de ce rapport est de rendre compte aux

Plus en détail

PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE RAPPORT CONTROLE INTERNE. Enjeux du Contrôle interne au sein du Groupe Cegedim

PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE RAPPORT CONTROLE INTERNE. Enjeux du Contrôle interne au sein du Groupe Cegedim RAPPORT DU PRÉSIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION SUR LES CONDITIONS DE PRÉPARATION ET D ORGANISATION DES TRAVAUX DU CONSEIL AINSI QUE SUR LES PROCÉDURES DE CONTRÔLE INTERNE MISES EN PLACE PAR LA SOCIÉTÉ

Plus en détail

DDO/D2OM/DPMI Séminaire ACORS SMI Septembre 2014. Quitter sommaire préc. suiv.

DDO/D2OM/DPMI Séminaire ACORS SMI Septembre 2014. Quitter sommaire préc. suiv. 1 Séquence 1 : La continuité dans nos démarches centrées sur nos clients L engagement du directeur général Historique des démarches Présentation du référentiel SMI Séquence 2 : Les outils du SMI Le référentiel

Plus en détail

CONTROLE GÉNÉRAL ÉCONOMIQUE ET FINANCIER

CONTROLE GÉNÉRAL ÉCONOMIQUE ET FINANCIER CONTROLE GENERAL ECONOMIQUE ET FINANCIER MISSION AUDIT 3, boulevard Diderot 75572 PARIS CEDEX 12 CONTROLE GÉNÉRAL ÉCONOMIQUE ET FINANCIER CHARTE DE L'AUDIT Validée par le comité des audits du 4 avril 2012

Plus en détail

Services informatiques aux organisations

Services informatiques aux organisations I. APPELLATION DU DIPLÔME II. CHAMP D'ACTIVITÉ Services informatiques aux organisations Spécialité «Solutions logicielles et applications métiers» Spécialité «Solutions d infrastructure, systèmes et réseaux»

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : D Dernière modification : 30/04/2015 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Responsable d affaires I OBJECTIF PROFESSIONNEL

Plus en détail

Prestations d audit et de conseil 2015

Prestations d audit et de conseil 2015 M. Denis VIROLE Directeur des Services +33 (0) 6 11 37 47 56 denis.virole@ageris-group.com Mme Sandrine BEURTHE Responsable Administrative +33 (0) 3 87 62 06 00 sandrine.beurthe@ageris-group.com Prestations

Plus en détail

Rapport du Président du Conseil d'administration

Rapport du Président du Conseil d'administration SOCIETE ANONYME DES BAINS DE MER ET DU CERCLE DES ETRANGERS A MONACO (S.B.M.) Société anonyme monégasque au capital de 18 160 490 euros Siège social : Monte-Carlo - Place du Casino, Principauté de Monaco

Plus en détail

Rapport d audit interne

Rapport d audit interne Exercice social clos au 31/12/2004 Rapport d audit interne du Président du Conseil d administration de la Compagnie Financière de Deauville en application de l article 117 de la loi n 2003-706 du 1 er

Plus en détail

LE référentiel des métiers

LE référentiel des métiers LE référentiel des métiers 2 Le référentiel des métiers de Pôle emploi FILIÈRE RELATION DE SERVICES Métiers MISSIONS ACTIVITÉS COMPÉTENCES Le référentiel des métiers de Pôle emploi 3 4 Le référentiel des

Plus en détail

THEORIE ET CAS PRATIQUES

THEORIE ET CAS PRATIQUES THEORIE ET CAS PRATIQUES A DEFINIR 8/28/2012 Option AUDIT 1 INTRODUCTION L informatique : omniprésente et indispensable Développement des S.I. accroissement des risques Le SI = Système Nerveux de l entreprise

Plus en détail

«La réforme des retraites en France» Présentation de Gérard Rivière Rencontres de l AFERP1, 18 février 2014, GIE AGIRC-ARRCO

«La réforme des retraites en France» Présentation de Gérard Rivière Rencontres de l AFERP1, 18 février 2014, GIE AGIRC-ARRCO «La réforme des retraites en France» Présentation de Gérard Rivière Rencontres de l AFERP, 8 février 204, GIE AGIRC-ARRCO Ref : 204-7 Le 8 février 204, Gérard Rivière, Directeur de la Caisse Nationale

Plus en détail

MISE EN PLACE D UNE DEMARCHE CQP / CQPI AU SEIN D UNE BRANCHE

MISE EN PLACE D UNE DEMARCHE CQP / CQPI AU SEIN D UNE BRANCHE MISE EN PLACE D UNE DEMARCHE CQP / CQPI AU SEIN D UNE BRANCHE Guide méthodologique à usage des CPNE Guide validé par le CPNFP du 16 mars 2012 1 PLAN De quoi parle-t-on? Synthèse du processus d élaboration

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES. Édition Chronologique n 31 du 9 juillet 2015. PARTIE PERMANENTE Administration Centrale. Texte 3

BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES. Édition Chronologique n 31 du 9 juillet 2015. PARTIE PERMANENTE Administration Centrale. Texte 3 BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES Édition Chronologique n 31 du 9 juillet 2015 PARTIE PERMANENTE Administration Centrale Texte 3 INSTRUCTION N 240462/DEF/SGA/DRH-MD relative à la gouvernance des données de

Plus en détail

Brevet de technicien supérieur Conception et Réalisation en Chaudronnerie Industrielle

Brevet de technicien supérieur Conception et Réalisation en Chaudronnerie Industrielle Brevet de technicien supérieur Conception et Réalisation en Chaudronnerie Industrielle ACTIVITÉS ET TÂCHES PROFESSIONNELLES Les activités professionnelles décrites ci-après, déclinées à partir des fonctions

Plus en détail

Déclaration Sociale Nominative (DSN) 11/05/2015. Allianz Courtage

Déclaration Sociale Nominative (DSN) 11/05/2015. Allianz Courtage Déclaration Sociale Nominative (DSN) 11/05/2015 Allianz Courtage Sommaire 1. La Déclaration Sociale Nominative (DSN) : présentation 2. Les pré requis à mettre en place par l entreprise pour télétransmettre

Plus en détail

Le service public de Sécurité sociale

Le service public de Sécurité sociale Direction de la Sécurité sociale Le service public de Sécurité sociale Zoom sur les conventions d objectifs et de gestion 1 à l heure où la Sécurité sociale, comme l ensemble des acteurs publics, doit

Plus en détail

PROFIL DE POSTE AFFECTATION. SERIA (service informatique académique) DESCRIPTION DU POSTE

PROFIL DE POSTE AFFECTATION. SERIA (service informatique académique) DESCRIPTION DU POSTE PROFIL DE POSTE BAP : CORPS : NATURE : SPÉCIALITÉ : E ITRF Externe IGR 2, Chef de projet développement ÉTABLISSEMENT : Rectorat SERVICE : VILLE : SERIA (service informatique académique) DESCRIPTION DU

Plus en détail

PASSEPORT POUR LA MISE EN SITUATION PROFESSIONNELLE -MSP- HABILITATION DE L ARCHITECTE DIPLÔMÉ D ÉTAT À EXERCER LA MAITRISE D ŒUVRE EN SON NOM PROPRE

PASSEPORT POUR LA MISE EN SITUATION PROFESSIONNELLE -MSP- HABILITATION DE L ARCHITECTE DIPLÔMÉ D ÉTAT À EXERCER LA MAITRISE D ŒUVRE EN SON NOM PROPRE École nationale supérieure d architecture Montpellier PASSEPORT POUR LA MISE EN SITUATION PROFESSIONNELLE -MSP- HABILITATION DE L ARCHITECTE DIPLÔMÉ D ÉTAT À EXERCER LA MAITRISE D ŒUVRE EN SON NOM PROPRE

Plus en détail

Charte du Groupe : relations entre l établissement public et les filiales

Charte du Groupe : relations entre l établissement public et les filiales Charte du Groupe : relations entre l établissement public et les filiales Editorial La spécificité du groupe Caisse des Dépôts, découlant du statut d établissement public particulier de sa maison-mère

Plus en détail

Deuxième partie : Objectifs résultats et moyens du dernier exercice clos

Deuxième partie : Objectifs résultats et moyens du dernier exercice clos Deuxième partie : résultats et moyens du dernier exercice clos La présentation des résultats du dernier exercice clos et des objectifs pour les années à venir est structurée autour de deux grands objectifs

Plus en détail

Gestion budgétaire et financière

Gestion budgétaire et financière Élaboration et suivi de la programmation budgétaire Exécution budgétaire et comptable Aide au pilotage et contrôle financier externe Expertise financière et juridique Ministère de la Culture et de la Communication

Plus en détail

Charte de l'audit informatique du Groupe

Charte de l'audit informatique du Groupe Direction de la Sécurité Globale du Groupe Destinataires Tous services Contact Hervé Molina Tél : 01.55.44.15.11 Fax : E-mail : herve.molina@laposte.fr Date de validité A partir du 23/07/2012 Annulation

Plus en détail

Guide du contrôle interne comptable et financier dans le secteur public local

Guide du contrôle interne comptable et financier dans le secteur public local Guide du contrôle interne comptable et financier dans le secteur public local Service des Collectivités Locales Sous-direction de la Gestion Comptable et Financière des Collectivités Locales Projet Qualité

Plus en détail

Qui dirige la Sécurité sociale?

Qui dirige la Sécurité sociale? Qui dirige la Sécurité sociale? 1. Pourquoi se poser la question? «La tradition française en matière de Sécurité sociale n est pas une tradition d étatisme bureaucratique [ ] C est pourquoi la législation

Plus en détail

SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE QUALITE 2 UNE ORGANISATION PROFESSIONNELLE FORTE ET GARANTE DE SES MEMBRES 3 NOTRE SMQ

SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE QUALITE 2 UNE ORGANISATION PROFESSIONNELLE FORTE ET GARANTE DE SES MEMBRES 3 NOTRE SMQ Manuel Qualité 5 place du Rosoir 21000 DIJON Tél. : 03.80.59.65.20 Fax : 03.80.53.09.50 Mèl : contact@bfc.experts-comptables.fr www.bfc.experts-comptables.fr SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE

Plus en détail

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces Famille professionnelle de l, Secrétaire / Assistant Assistant, assistant administratif Le secrétaire aide à la planification et à l organisation des activités afin de faciliter la gestion de l information.

Plus en détail

Forum panafricain sur le leadership et le management de l action gouvernementale. Forum des secrétaires généraux de gouvernement

Forum panafricain sur le leadership et le management de l action gouvernementale. Forum des secrétaires généraux de gouvernement Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le développement Fondation pour le Renforcement des Capacités en Afrique (ACBF) Forum panafricain sur le leadership et le management de

Plus en détail

RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION SUR LE FONCTIONNEMENT DU CONSEIL ET LE CONTROLE INTERNE EXERCICE CLOS AU 30 juin 2009

RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION SUR LE FONCTIONNEMENT DU CONSEIL ET LE CONTROLE INTERNE EXERCICE CLOS AU 30 juin 2009 BASTIDE LE CONFORT MEDICAL Société Anonyme au capital de 3.303.261 EUROS Siège Social : 12, avenue de la Dame - Centre Euro 2000 30132 CAISSARGUES R.C.S. NIMES B 305 635 039 RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL

Plus en détail

RÉSEAU INSTITUTIONNEL DE FORMATION. INC - 27 janvier 2014

RÉSEAU INSTITUTIONNEL DE FORMATION. INC - 27 janvier 2014 RÉSEAU INSTITUTIONNEL DE FORMATION INC - 27 janvier 2014 DIAGNOSTIC DU RÉSEAU INSTITUTIONNEL DE FORMATION SOMMAIRE La formation et le RIF : constats Les engagements de la COG Ucanss 2013-2016 La création

Plus en détail

Auteur : Françoise NICOLAS, Responsable Qualité. Approuvé par : Michel ROUVELLAT, Président. Dernière date de mise à jour : 01 avril 2015

Auteur : Françoise NICOLAS, Responsable Qualité. Approuvé par : Michel ROUVELLAT, Président. Dernière date de mise à jour : 01 avril 2015 Manuel Qualité Auteur : Françoise NICOLAS, Responsable Qualité Approuvé par : Michel ROUVELLAT, Président Dernière date de mise à jour : 01 avril 2015 CIS Valley Manuel Qualité- MAQ_V08 page 1/16 Engagement

Plus en détail

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales.

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales. Chapitre 11 LA FONCTION CONTRÔLE DE GESTION REPORTING AUDIT INTERNE Un système de reporting homogène dans toutes les filiales permet un contrôle de gestion efficace et la production d un tableau de bord

Plus en détail

Recrutement souhaité le plus tôt possible date limite de candidature : 27 avril 2014

Recrutement souhaité le plus tôt possible date limite de candidature : 27 avril 2014 FICHE DE POSTE Intitulé du poste : Chargé (e) de mission auprès du directeur de l administration générale et des finances «Administration fonctionnelle, cartographies et outils de pilotage» N VISIO poste

Plus en détail

3.2. RAPPORT DU PRÉSIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION (ARTICLE L. 225-37 DU CODE DE COMMERCE)

3.2. RAPPORT DU PRÉSIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION (ARTICLE L. 225-37 DU CODE DE COMMERCE) 3 3.2. RAPPORT DU PRÉSIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION (ARTICLE L. 225-37 DU CODE DE COMMERCE) Pour l élaboration du présent rapport, le Président a consulté le Vice-Président Exécutif, Directeur Financier

Plus en détail

Piloter le contrôle permanent

Piloter le contrôle permanent Piloter le contrôle permanent Un cadre règlementaire en permanente évolution L évolution des réglementations oblige les institutions financières à revoir leur dispositif de contrôle Secteur bancaire CRBF

Plus en détail

وزارة السكنى والتعمير وسياسة المدينة

وزارة السكنى والتعمير وسياسة المدينة وزارة السكنى والتعمير وسياسة المدينة Phase 3 Planification de la solution retenue et stratégie de changement Elaboration du Schéma Directeur du Système d Information des agences urbaines 2013 Sommaire

Plus en détail

Banque européenne d investissement. Charte de l Audit interne

Banque européenne d investissement. Charte de l Audit interne Charte de l Audit interne Juin 2013 Juin 2013 page 1 / 6 Juin 2013 page 2 / 6 1. Politique L Audit interne est une fonction essentielle dans la gestion de la Banque. Il aide la Banque en produisant des

Plus en détail

Panorama général des normes et outils d audit. François VERGEZ AFAI

Panorama général des normes et outils d audit. François VERGEZ AFAI Panorama général des normes et outils d audit. François VERGEZ AFAI 3 Système d information, une tentative de définition (1/2) Un système d information peut être défini comme l ensemble des moyens matériels,

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009)

Plus en détail

Charte d audit du groupe Dexia

Charte d audit du groupe Dexia Janvier 2013 Charte d audit du groupe Dexia La présente charte énonce les principes fondamentaux qui gouvernent la fonction d Audit interne dans le groupe Dexia en décrivant ses missions, sa place dans

Plus en détail

Audit des systèmes d information scientifiques. Synthèse des audits. Conseil scientifique 15/11/2011

Audit des systèmes d information scientifiques. Synthèse des audits. Conseil scientifique 15/11/2011 Audit des systèmes d information scientifiques Synthèse des audits Conseil scientifique 15/11/2011 Contexte (1) «Un» chantier «informatique» engagé depuis plusieurs années Appui : le projet S2I (2006)

Plus en détail

des conditions de préparation et d organisation des travaux de votre Conseil d administration au cours de l exercice clos le 31 décembre 2013 ;

des conditions de préparation et d organisation des travaux de votre Conseil d administration au cours de l exercice clos le 31 décembre 2013 ; 1.1. Rapport du président du Conseil d administration sur les conditions de préparation et d organisation des travaux du conseil et sur les procédures de contrôle interne mises en place par la Société

Plus en détail

Systèmes et réseaux d information et de communication

Systèmes et réseaux d information et de communication 233 DIRECTEUR DES SYSTÈMES ET RÉSEAUX D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Code : SIC01A Responsable des systèmes et réseaux d information FPESIC01 Il conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques

Plus en détail

Activités. Boîte à idées pour remplir la fiche de poste * Direction. Animation d équipe et organisation du travail. Conduite de projets

Activités. Boîte à idées pour remplir la fiche de poste * Direction. Animation d équipe et organisation du travail. Conduite de projets Boîte à idées pour remplir la fiche de poste * Activités 1. 1. Pilotage, management Direction Informer et aider les élus à la décision Définir (ou participer à la définition de) la stratégie de la direction

Plus en détail

Charte de contrôle interne

Charte de contrôle interne Dernière mise à jour : 05 mai 2014 Charte de contrôle interne 1. Organisation générale de la fonction de contrôle interne et conformité 1.1. Organisation Le Directeur Général de la Société, Monsieur Sébastien

Plus en détail

ELABORATION ET EXECUTION DU PROJET DE PERFORMANCE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS ADMINISTRATIF

ELABORATION ET EXECUTION DU PROJET DE PERFORMANCE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS ADMINISTRATIF ELABORATION ET EXECUTION DU PROJET DE PERFORMANCE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS ADMINISTRATIF INTRODUCTION Un Etablissent Public Administratif est une personne morale de Droit Public, dotée de l autonomie

Plus en détail

1. Contexte de la consultation... 3 2. Présentation DE l INRA et de la DSI... 5

1. Contexte de la consultation... 3 2. Présentation DE l INRA et de la DSI... 5 ASSISTANCE AU DEPOUILLEMENT DES OFFRES POUR UNE OPERATION DE TIERCE MAINTENANCE APPLICATIVE, EVOLUTION ET PRESTATIONS ASSOCIEES DU SYSTEME D INFORMATION DE GESTION CAHIER DES CHARGES Version : 3.0 Date

Plus en détail

Optimiser vos méthodes d organisation (ITIL, COBIT, PRINCE2, ) par la mise en place d un processus de Gestion & Publication des connaissances adapté

Optimiser vos méthodes d organisation (ITIL, COBIT, PRINCE2, ) par la mise en place d un processus de Gestion & Publication des connaissances adapté Optimiser vos méthodes d organisation (ITIL, COBIT, PRINCE2, ) par la mise en place d un processus de Gestion & Publication des connaissances adapté 25/07/06 JJ Mois Année Présentation générale & Présentation

Plus en détail

Rappels sur les missions, l évolution des populations couvertes et les engagements stratégiques

Rappels sur les missions, l évolution des populations couvertes et les engagements stratégiques DOSSIER DE PRESSE Point presse du 2 juillet 2013 ANNEXES Rappels sur les missions, l évolution des populations couvertes et les engagements stratégiques www.rsi.fr Une mission : assurer la protection sociale

Plus en détail

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats C ) Détail volets A, B, C, D et E Actions Objectifs Méthode, résultats VOLET A : JUMELAGE DE 18 MOIS Rapports d avancement du projet. Réorganisation de l administration fiscale Rapports des voyages d étude.

Plus en détail

Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives. Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire

Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives. Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire Avril 2011 1 1. RESUME Consciente de la nécessité de capitaliser sur le retour d expérience des 15 dernières années, la Fneci a engagé avec

Plus en détail

Organisation et qualité

Organisation et qualité 12 Organisation Cette famille rassemble des métiers dont la finalité est d améliorer la qualité de service aux clients et l efficience de l entreprise, par la conduite de projets ou de démarches contribuant

Plus en détail

BTS Comptabilité et Gestion SOMMAIRE

BTS Comptabilité et Gestion SOMMAIRE BTS Comptabilité et Gestion SOMMAIRE ANNEXE I : RÉFÉRENTIELS DU DIPLÔME... PAGE 2 I a. Référentiel des activités professionnelles...page 3 I b. Référentiel de certification... page 21 I c. Lexique....

Plus en détail

MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE

MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/SEC//BR/DS/PP/DSA/N 12-04 Danielle SOULAT 01 43 93 84 77 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : CHEF DE PROJET ARCHIVAGE ET SYSTEME D

Plus en détail

III.2 Rapport du Président du Conseil

III.2 Rapport du Président du Conseil III.2 Rapport du Président du Conseil de Surveillance sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques Rapport du directoire rapports du conseil de surveillance 2012 1 Obligations légales

Plus en détail

Valorisation des résultats de la recherche. Objet et domaine d application du manuel Qualité...2

Valorisation des résultats de la recherche. Objet et domaine d application du manuel Qualité...2 Valorisation des résultats de la recherche Version : décembre 2003 Objet et domaine d application du manuel...2 Champ d application du manuel 2 Périmètre d application du manuel 2 Terminologie 2 Présentation

Plus en détail

BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES GUIDE DU TUTEUR

BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES GUIDE DU TUTEUR BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES GUIDE DU TUTEUR Vous êtes tuteur d un étudiant en BTS management des unités commerciales. Ce guide vous est destiné : il facilite votre préparation de l arrivée du

Plus en détail

Ressources. APIE Agence du patrimoine immatériel de l état. La comptabilisation des logiciels et bases de données. l immatériel. Pour agir.

Ressources. APIE Agence du patrimoine immatériel de l état. La comptabilisation des logiciels et bases de données. l immatériel. Pour agir. Ressources de l immatériel APIE Agence du patrimoine immatériel de l état La comptabilisation des logiciels et bases de données En bref L administration consacre des moyens financiers et humains considérables

Plus en détail

I OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM

I OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L'EMPLOI DE LA METALLURGIE Qualification : 1997 03 42 69 0156 Catégorie : C* Dernière modification : 10/09/2009 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Chargé (e) de travaux

Plus en détail

FICHE D'IDENTITÉ DE LA QUALIFICATION VALIDÉE. TITRE DE LA QUALIFICATION : Gestionnaire de flux de commandes à l international

FICHE D'IDENTITÉ DE LA QUALIFICATION VALIDÉE. TITRE DE LA QUALIFICATION : Gestionnaire de flux de commandes à l international Commission paritaire nationale de l'emploi de la métallurgie Qualification : MQ 90 12 38 0079 (Cette fiche annule et remplace, à compter du 6 juin 2007, la précédente fiche d identité) FICHE D'IDENTITÉ

Plus en détail

MODE OPERATOIRE ECHELLE DE MATURITE

MODE OPERATOIRE ECHELLE DE MATURITE MODE OPERATOIRE ECHELLE DE MATURITE Les exigences croissantes en termes de qualité comptable et financière amènent les entités publiques dans leur ensemble à renforcer leur démarche de maîtrise des risques

Plus en détail

Etude des possibilités de passerelles entre les CQP des Entreprises de l industrie pharmaceutique et les CQP des industries chimiques

Etude des possibilités de passerelles entre les CQP des Entreprises de l industrie pharmaceutique et les CQP des industries chimiques Etude des possibilités de passerelles entre les CQP des Entreprises de l industrie et les CQP des industries chimiques @ COPYRIGHT LEEM - Page 1 sur 51 Sommaire 1 - Finalités des passerelles... 3 2 - Principes

Plus en détail

Convention de délégation de tâches < x > Programmation 2014-2020 CADRE REGLEMENTAIRE : < FONDS >, < PROGRAMME(S) >,

Convention de délégation de tâches < x > Programmation 2014-2020 CADRE REGLEMENTAIRE : < FONDS >, < PROGRAMME(S) >, <AUTORITE DE GESTION> Version finale : Trame commune [FEDER/FSE] 2014-2020 Convention de délégation de tâches < x > Programmation 2014-2020 CADRE REGLEMENTAIRE : < FONDS >, < PROGRAMME(S) >, Entre < l

Plus en détail

Chapitre IV. La certification des comptes

Chapitre IV. La certification des comptes Chapitre IV La certification des comptes Aux termes de la Constitution, «les comptes des administrations publiques sont réguliers, sincères et donnent une image fidèle de leur gestion, de leur patrimoine

Plus en détail

Mandat de gestion relatif à la délégation des activités assurantielles maladie et AT/MP de la CANSSM à la CNAMTS

Mandat de gestion relatif à la délégation des activités assurantielles maladie et AT/MP de la CANSSM à la CNAMTS Version 15 en date du 23 février 2015 Mandat de gestion relatif à la délégation des activités assurantielles maladie et AT/MP de la CANSSM à la CNAMTS Conclu entre La Caisse Nationale d Assurance Maladie

Plus en détail

Externaliser le système d information : un gain d efficacité et de moyens. Frédéric ELIEN

Externaliser le système d information : un gain d efficacité et de moyens. Frédéric ELIEN Externaliser le système d information : un gain d efficacité et de moyens Frédéric ELIEN SEPTEMBRE 2011 Sommaire Externaliser le système d information : un gain d efficacité et de moyens... 3 «Pourquoi?»...

Plus en détail

CERTIFICATION DE SERVICES FORMATION RECHERCHE www.qualicert.fr. 12, rue de Kergoat

CERTIFICATION DE SERVICES FORMATION RECHERCHE www.qualicert.fr. 12, rue de Kergoat Poursuites d études Le diplômé peut occuper un des métiers suivants : Ingénieur d affaires avant-vente Ingénieurs d étude Consultant ingénieur informatique Ingénieur informatique études / développement

Plus en détail

URBANISME DES SYSTÈMES D INFORMATION

URBANISME DES SYSTÈMES D INFORMATION FAYCAL AYECH GL2. INSAT 2010/2011 INTRODUCTION AUX SYSTÈMES D INFORMATIONS URBANISME DES SYSTÈMES D INFORMATION De l Urbanisme à L Urbanisation des SI Urbanisme : Mise en œuvre des politiques urbaines

Plus en détail

Atelier A7. Audit de la gestion globale des risques : efficacité ou conformité?

Atelier A7. Audit de la gestion globale des risques : efficacité ou conformité? Atelier A7 Audit de la gestion globale des risques : efficacité ou conformité? 1 Intervenants Jean-Pierre Hottin Associé, PWC jean-pierre.hottin@fr.pwc.com Annie Bressac Directeur de l audit et du contrôle

Plus en détail

Recours aux entreprises extérieures

Recours aux entreprises extérieures RECOMMANDATION R429 Recommandations adoptées par le Comité technique national de la chimie, du caoutchouc et de la plasturgie le 21 novembre 2006. Cette recommandation annule et remplace la recommandation

Plus en détail

REGLEMENT PARTICULIER DE LA CAISSE MUTUELLE COMPLEMENTAIRE ET D ACTION SOCIALE MARSEILLE

REGLEMENT PARTICULIER DE LA CAISSE MUTUELLE COMPLEMENTAIRE ET D ACTION SOCIALE MARSEILLE REGLEMENT PARTICULIER DE LA CAISSE MUTUELLE COMPLEMENTAIRE ET D ACTION SOCIALE MARSEILLE Article 1....3 Dispositions générales...3 Titre I : Organisation de la C.M.C.A.S...3 Article 2....3 Composition

Plus en détail

FORMATION. Connaître les exigences réglementaires appliquées aux Systèmes d Information. 1 JOUR soit 7 heures. Réf.AQ-Q1

FORMATION. Connaître les exigences réglementaires appliquées aux Systèmes d Information. 1 JOUR soit 7 heures. Réf.AQ-Q1 Réf.AQ-Q1 Les Systèmes d'information des entreprises réglementées font l'objet d'exigences spécifiques. Celles-ci sont souvent difficiles à appréhender pour les spécialistes métier de l'assurance Qualité,

Plus en détail

«Identifier et définir le besoin en recrutement»

«Identifier et définir le besoin en recrutement» «Identifier et définir le besoin en recrutement» LES ETAPES DU RECRUTEMENT Le recrutement est une démarche structurée qui comporte plusieurs étapes aux quelles il faut attacher de l importance. La majorité

Plus en détail

Rapport technique n 8 :

Rapport technique n 8 : Modernisation de l action publique Groupe de travail interministériel sur les agences et opérateurs de l Etat Rapport technique n 8 : L'appui des têtes de réseau interministérielles en matière de fonctions

Plus en détail

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2006 GUIDE DE LECTURE DES NOUVEAUX DOCUMENTS BUDGÉTAIRES PAR MISSION DU BUDGET DE L ÉTAT

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2006 GUIDE DE LECTURE DES NOUVEAUX DOCUMENTS BUDGÉTAIRES PAR MISSION DU BUDGET DE L ÉTAT PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2006 GUIDE DE LECTURE DES NOUVEAUX DOCUMENTS BUDGÉTAIRES PAR MISSION DU BUDGET DE L ÉTAT LES NOUVEAUX BLEUS BUDGÉTAIRES ET LES PROJETS ANNUELS DE PERFORMANCES Les documents

Plus en détail

LA QUALITE DANS LES ORGANISMES DE FORMATION Sylvain GOIZE Expert Qualité AFNOR compétences

LA QUALITE DANS LES ORGANISMES DE FORMATION Sylvain GOIZE Expert Qualité AFNOR compétences LA QUALITE DANS LES ORGANISMES DE FORMATION Sylvain GOIZE Expert Qualité AFNOR compétences Projet de décret relatif à la qualité des actions de la formation professionnelle continue DECRET Chapitre V Qualité

Plus en détail

Leader de l Actuariat Conseil et de la Gestion des Risques

Leader de l Actuariat Conseil et de la Gestion des Risques Leader de l Actuariat Conseil et de la Gestion des Risques Optimind Winter respecte les meilleurs standards européens sur l ensemble des expertises associées à la chaîne des risques des organismes assureurs,

Plus en détail

Etude de mise en place d un système de contrôle de gestion et d évaluation des performances des agences des bassins hydrauliques (ABH) au Maroc

Etude de mise en place d un système de contrôle de gestion et d évaluation des performances des agences des bassins hydrauliques (ABH) au Maroc Etude de mise en place d un système de contrôle de gestion et d évaluation des performances des agences des bassins hydrauliques (ABH) au Maroc Atelier de travail sur les Systèmes d Information de Gestion

Plus en détail

1. COMPOSITION ET CONDITIONS DE PREPARATION ET D ORGANISATION DES TRAVAUX DU CONSEIL D ADMINISTRATION

1. COMPOSITION ET CONDITIONS DE PREPARATION ET D ORGANISATION DES TRAVAUX DU CONSEIL D ADMINISTRATION RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION PREVU A L ARTICLE L. 225-37 DU CODE DE COMMERCE SUR LES CONDITIONS DE PREPARATION ET D ORGANISATION DES TRAVAUX DU CONSEIL ET SUR LES PROCEDURES DE CONTROLE

Plus en détail

Sommaire. Présentation OXIA. Le déroulement d un projet d infogérance. L organisation du centre de service. La production dans un centre de service

Sommaire. Présentation OXIA. Le déroulement d un projet d infogérance. L organisation du centre de service. La production dans un centre de service Mars 2012 Sommaire Présentation OXIA Le déroulement d un projet d infogérance L organisation du centre de service La production dans un centre de service 2 Fournisseurs Technologies Banque & Finance Telecom

Plus en détail

Guide pratique pour la mobilisation interdépartementale et interrégionale des ressources «métiers» de l administration territoriale de l Etat

Guide pratique pour la mobilisation interdépartementale et interrégionale des ressources «métiers» de l administration territoriale de l Etat Guide pratique pour la mobilisation interdépartementale et interrégionale des ressources «métiers» de l administration territoriale de l Etat Dans certains domaines de politiques publiques, qui exigent

Plus en détail

SERVICES INFORMATIQUES AUX ORGANISATIONS

SERVICES INFORMATIQUES AUX ORGANISATIONS BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR SERVICES INFORMATIQUES AUX ORGANISATIONS Septembre 2014 BTS Services informatiques aux organisations - 1/123 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l éducation nationale, l enseignement

Plus en détail

MISSION DES AUDITS. Fiche d organisation fonctionnelle n 7 : Utilisation des outils et technologies

MISSION DES AUDITS. Fiche d organisation fonctionnelle n 7 : Utilisation des outils et technologies - - - 1 - MISSION DES AUDITS Fiche d organisation fonctionnelle n 7 : Utilisation des outils et technologies Novembre 2011 1 - - - 2 - Sommaire Objectifs de la fiche d organisation fonctionnelle 4 Domaine

Plus en détail

CobiT. Implémentation ISO 270. Pour une meilleure gouvernance des systèmes d'information. 2 e édition D O M I N I Q U E M O I S A N D

CobiT. Implémentation ISO 270. Pour une meilleure gouvernance des systèmes d'information. 2 e édition D O M I N I Q U E M O I S A N D D O M I N I Q U E M O I S A N D F A B R I C E G A R N I E R D E L A B A R E Y R E Préface de Bruno Ménard, président du Cigref CobiT Implémentation ISO 270 2 e édition Pour une meilleure gouvernance des

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

Systèmes d information

Systèmes d information 11 Systèmes Cette famille rassemble des métiers dont la finalité est de concevoir, développer, exploiter et entretenir des solutions (logicielles et matérielles) répondant aux besoins collectifs et individuels

Plus en détail

Identification, évaluation et gestion des incidents

Identification, évaluation et gestion des incidents Identification, évaluation et gestion des incidents De la cartographie des risques à la mise en place de la base incidents Xavier DIVAY Responsable de la conformité et du contrôle permanent QUILVEST BANQUE

Plus en détail

Le rapport d audit Modifications apportées par la version révisée de la norme ISA 700 applicable à partir du 31/12/2006

Le rapport d audit Modifications apportées par la version révisée de la norme ISA 700 applicable à partir du 31/12/2006 Le rapport d audit Modifications apportées par la version révisée de la norme ISA 700 applicable à partir du 31/12/2006 Introduction : Dans le but d accroître la transparence et la comparabilité des rapports

Plus en détail

Management par les processus les éléments structurants. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE

Management par les processus les éléments structurants. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE Management par les processus les éléments structurants Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE 1 1. Objectifs et définitions 2. Le retour sur investissement des démarches 3. Les éléments structurants 4. Mise en

Plus en détail

GESTION DES CARTES «ACHAT»

GESTION DES CARTES «ACHAT» Page 1/12 Destinataires : Agence Comptable Logistique Contrôle de Gestion Domaine concerné : Thème concerné : Sous thème concerné : Mot-clé : ACHAT, COMPTABILITE, GESTION, BUDGET Organisation de la gestion

Plus en détail

L audit des établissements publics locaux d enseignement

L audit des établissements publics locaux d enseignement L audit des établissements publics locaux d enseignement L audit des EPLE 1 ère partie : le déroulement d une mission d audit 2 ème partie : les principaux constats MNA - 06/03/2015 2 L audit des EPLE

Plus en détail

1. Présentation de l échelle de maturité de la gestion des risques

1. Présentation de l échelle de maturité de la gestion des risques MODE OPERATOIRE DE L ECHELLE DE MATURITE DE LA GESTION DES RISQUES Les exigences croissantes en termes de qualité comptable et financière amènent les entités publiques dans leur ensemble à renforcer leur

Plus en détail

Business Project Management : Cycle de vie des documents et workflow

Business Project Management : Cycle de vie des documents et workflow Business Project Management : Cycle de vie des documents et workflow Iut de Tours Département Information-Communication Option Gestion de l Information et du Document dans les Organisations Page 1 sur

Plus en détail

L'AUDIT DES SYSTEMES D'INFORMATION

L'AUDIT DES SYSTEMES D'INFORMATION L'AUDIT DES SYSTEMES D'INFORMATION ESCI - Bourg en Bresse (2005 2006) Audit s Système d'information - P2 1 lan d'ensemble Audit s Systèmes d'information GENERALITES SUR L'AUDIT AUDIT FONCTIONNEL OU D'APPLICATION

Plus en détail

www.ifec.fr Septembre 2008 OUTIL PRATIQUE DE L INSTITUT FRANÇAIS DES EXPERTS-COMPTABLES ET DES COMMISSAIRES AUX COMPTES Copyright IFEC

www.ifec.fr Septembre 2008 OUTIL PRATIQUE DE L INSTITUT FRANÇAIS DES EXPERTS-COMPTABLES ET DES COMMISSAIRES AUX COMPTES Copyright IFEC www.ifec.fr Septembre 2008 OUTIL PRATIQUE DE L INSTITUT FRANÇAIS DES EXPERTS-COMPTABLES ET DES COMMISSAIRES AUX COMPTES Copyright IFEC IFEC - La démarche générale d audit et les nouvelles normes - septembre

Plus en détail

Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE

Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE I- PREAMBULE 2 II- CAHIER DES CHARGES 2 II-1-Objectifs /Finalité 2 II-2-Public visé 3 II-3-Durée des parcours 3 II-4-Missions

Plus en détail

Génie Logiciel LA QUALITE 1/5 LA QUALITE 3/5 LA QUALITE 2/5 LA QUALITE 4/5 LA QUALITE 5/5

Génie Logiciel LA QUALITE 1/5 LA QUALITE 3/5 LA QUALITE 2/5 LA QUALITE 4/5 LA QUALITE 5/5 Noël NOVELLI ; Université d Aix-Marseille; LIF et Département d Informatique Case 901 ; 163 avenue de Luminy 13 288 MARSEILLE cedex 9 Génie Logiciel LA QUALITE 1/5 La gestion de la qualité Enjeux de la

Plus en détail

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Version provisoire - Mars 2010 La Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle Placée sous l autorité

Plus en détail