CONTROLE GÉNÉRAL ÉCONOMIQUE ET FINANCIER

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CONTROLE GÉNÉRAL ÉCONOMIQUE ET FINANCIER"

Transcription

1 CONTROLE GENERAL ECONOMIQUE ET FINANCIER MISSION AUDIT 3, boulevard Diderot PARIS CEDEX 12 CONTROLE GÉNÉRAL ÉCONOMIQUE ET FINANCIER CHARTE DE L'AUDIT Validée par le comité des audits du 4 avril 2012 Avril 2012

2 Avant-propos La modernisation de la gestion publique, liée à la mise en œuvre de la LOLF, comporte d importants enjeux en termes de responsabilisation des acteurs avec l allègement des contrôles a priori et le développement du contrôle interne, de qualité comptable avec la certification des comptes de l Etat, d évaluation de la soutenabilité budgétaire avec le projet de décret relatif à la gestion budgétaire et comptable publique. Le décret du 28 juin 2011 relatif à l audit interne dans l administration complète ce nouveau cadre législatif et en renforce la cohérence. Dans ce cadre rénové, en tant qu acteur de l audit, le CGEFi intervient seul ou en partenariat avec les autres corps d inspection ou d audit des ministères financiers et d autres ministères. Ces relations peuvent, dans certains cas, faire l objet d une formalisation au travers de la signature de protocoles ou de conventions. Quelles que soient les modalités de ces coopérations, le respect de la présente charte de l audit constitue, pour les auditeurs du CGEFi, le fondement de leur action. En effet, la charte de l audit du CGEFi garantit le respect des principes déontologiques définis par les Normes internationales d audit et précise les modalités d intervention des auditeurs tout au long de leurs travaux. Elle indique également l organisation et les moyens mis en place par le CGEFi apportant les conditions adéquates pour y parvenir. Ce document constitue un élément essentiel du référentiel d audit du CGEFi, dont le respect doit mobiliser tous les acteurs de l audit et représente un objectif prioritaire et permanent. Le secrétaire général des ministères financiers Dominique Lamiot 2

3 SOMMAIRE PREAMBULE LES PRINCIPES DEONTOLOGIQUES L'indépendance dans l'organisation L intégrité L'objectivité La confidentialité La compétence et la compétence professionnelle LES MODALITES D INTERVENTION Les caractéristiques d un audit Les objectifs de l'intervention Les champs de l'intervention La réalisation d un audit La programmation Le déroulement de la mission d audit Le lancement d un audit La conduite de l audit La remise du rapport d audit La supervision des missions d audit Le suivi des recommandations L'ORGANISATION ET LES MOYENS MIS EN PLACE PAR LE CGEFi Les missions sectorielles du CGEFi Le comité des audits du CGEFi La Mission des audits du CGEFi L'AMELIORATION CONTINUE DE LA QUALITE

4 PREAMBULE Le Contrôle général économique et financier met au service des ministres financiers, des finances publiques et de la réforme de l État une offre professionnelle, modernisée et réactive en matière d audit, outil de la nouvelle gestion publique. Le statut particulier des contrôleurs généraux (décret n du 9 mai 2005) et les textes d organisation (décret n du 9 mai 2005 et son arrêté d application) donnent au CGEFi et à ses membres une compétence générale en matière d audit, dans le domaine de compétence de ce service. Pour affirmer sa compétence en matière de service d audit interne au sein du «groupe État» 1, le CGEFi s assure que les audits s opèrent dans le respect d un corpus commun de principes et de Normes professionnelles, présentés dans la «Charte de l audit». 1. Les compétences d audit s exercent dans le respect des Normes internationales d audit, adaptées le cas échéant aux spécificités du secteur public, et s appuient, en tant que de besoin, sur des référentiels spécifiques. 2. Le CGEFi développe son intervention, soit en autonomie, soit dans le cadre de missions conjointes avec les corps d inspection interministériels ou ministériels, sur cinq types généraux d audits dont le fondement, la programmation et le pilotage relèvent de logiques différentes : A. Les audits assurés dans le cadre de compétence de contrôle de droit commun, prévus par des textes réglementaires, concernent essentiellement le domaine de la politique industrielle : il s agit des audits des entreprises privées aidées par l Etat, menés en application du décret n du 30 mars 1978, dont la programmation est arrêtée tous les ans par le ministre de l économie, sur proposition du secrétariat du comité interministériel de restructuration industrielle (CIRI), ou des audits de contrôle de la procédure de l article 90 (loi n du 21 décembre 1967), en liaison avec la Direction générale du Trésor. 1. Définition de l audit interne par le décret du 28 juin 2011 : «L audit interne est une activité exercée de manière indépendante et objective qui donne à chaque ministre une assurance sur le degré de maîtrise de ses opérations et lui apporte ses conseils pour l améliorer. L audit interne s assure ainsi que les dispositifs de contrôle interne sont efficaces.» 4

5 B. Les audits réalisés, dans un cadre ministériel ou interministériel, à la demande des ministres en charge des ministères financiers ou bien dans le cadre de coopérations spécifiques relèvent d audits comptables et financiers, d audits d évaluation de processus, ou encore d audits menés dans le cadre de la modernisation de l Etat. C. Les audits effectués dans le cadre du contrôle économique et financier des organismes relevant de l Etat (décret n du 26 mai 1955 modifié), peuvent être réalisés par les missions de contrôle du CGEFi ou à leur demande, par la Mission des audits du CGEFi. D. Les audits comptables et financiers des organismes publics se développent dans le cadre du processus de certification des comptes de l Etat et de la mise en œuvre de la LOLF. Ils font l objet d un protocole bipartite DGFiP - CGEFi du 4 avril 2008 et d un protocole tripartite signé entre la Cour des comptes, la DGFiP et le CGEFi le 13 novembre 2008 ; leur programmation s appuie sur les remarques formulées par le certificateur, les priorités de la fonction comptable de l Etat, les analyses de risques opérées par les contrôleurs. E. Les audits diligentés à la demande du Comité ministériel d audit des ministères économique et financier, sur le champ des services et des opérateurs sous tutelle de ces ministères, recouvrent trois types d audits : audits comptables et financiers, audits de processus, ou audits conseil ; le CGEFi contribue aux travaux méthodologiques ainsi qu à la réalisation des missions d audit. 5

6 1- LES PRINCIPES DEONTOLOGIQUES Les membres du CGEFi chargés d une mission d audit sont désignés ci-après par la mention : «les auditeurs du CGEFi». Les auditeurs du CGEFi réalisant des audits prévus par la présente charte adhèrent aux Normes de référence de la profession d auditeur, élaborées par l Institut de l Audit Interne (Institute of Internal Auditors IIA) qui regroupent les normes de qualification, les normes de fonctionnement et les normes de mise en œuvre. Ils s engagent formellement à les respecter en signant la charte de l audit. Les auditeurs du CGEFi appliquent les normes de qualification du Cadre de référence des pratiques professionnelles de l'audit interne telles que reprises dans le cahier de Transposition aux administrations de l Etat des Normes professionnelles de l audit interne et bonnes pratiques, notamment celles relatives à : 1-1 L'indépendance dans l'organisation Les auditeurs exercent leur métier en toute indépendance sans être assujettis à des contraintes en ce qui concerne leurs choix méthodologiques, leurs constatations et leurs recommandations. En conséquence, ils sont distincts des missions du CGEFi dont relève le contrôle de l organisme audité. 1-2 L intégrité Les auditeurs interviennent dans le respect des lois et des règlements et de l éthique du service public. Ils s engagent à déclarer en amont de leur affectation à une mission d audit tout conflit d intérêt potentiel. 1-3 L'objectivité Les auditeurs doivent avoir une attitude impartiale et éviter tout conflit d'intérêt ; ils veillent à l'impartialité de leurs conclusions. Ils n'empiètent pas sur le champ de responsabilité de l'audité et ne s'immiscent pas dans la gestion de l'organisme. 1-4 La confidentialité Afin de garantir le secret professionnel, les auditeurs utilisent avec prudence et protègent les informations recueillies dans le cadre de leur mission. 1-5 La compétence L'équipe d'audit possède la compétence, le savoir-faire et l'expérience nécessaire à l'exercice de sa mission. Les auditeurs apportent à leur travail la diligence et le savoir-faire que l'on peut attendre d'un auditeur raisonnablement averti et compétent. 6

7 2- LES MODALITES D INTERVENTION 2-1 Les caractéristiques d un audit Les objectifs de l'intervention L audit est une activité indépendante, objective et consultative destinée à améliorer le fonctionnement d un organisme audité. Il contribue à la réalisation des objectifs de l organisme en mettant à sa disposition une méthode systématique et structurée pour l évaluation et l amélioration de l efficacité des processus de gestion des risques, de contrôle et de décision Les champs de l'intervention La fonction d audit fournit des analyses, des évaluations, des recommandations, des conseils et des informations de manière systématique. Elle a notamment pour objet d évaluer le contrôle interne et la maîtrise des risques, de recenser des moyens d améliorer l efficience, la performance, l économie et la rationalisation des procédures internes et de l utilisation des ressources dans une démarche de dynamique de progrès, tout en veillant à la conformité avec la réglementation. 2-2 La réalisation d un audit Sauf disposition expresse contraire, les audits relevant de la présente charte sont réalisés selon les modalités suivantes : La programmation Les propositions d audit font l objet d un recensement à partir des demandes formalisées par les missions sectorielles du CGEFI, des programmes de travail des commanditaires traditionnels et des audits à la demande et partenariaux. La programmation des audits correspondant à un objectif d assurance est réalisée à partir d une analyse des risques à laquelle contribuent les missions de contrôle chargées de l évaluation des risques au sein des organismes qui leur sont rattachés, les principaux commanditaires du CGEFi et la Mission des audits. L analyse des risques menée par cette dernière prend appui sur ses travaux d audit, ainsi que sur les travaux transversaux qu elle pilote, notamment sur la qualité comptable et financière et sur la gouvernance des opérateurs et des organismes publics relevant du champ du CGEFi. Par ailleurs, la Mission des audits contribue également à enrichir les travaux d analyse des risques dans le champ des ministères financiers en participant à la mission d audit interne des ministères financiers et aux travaux du Comité ministériel d audit. Enfin, le CGEFi et la 7

8 Mission des Audits participent également aux instances transversales de pilotage des opérateurs au sein des ministères financiers. Les autres catégories d audits réalisés à la demande ou dans le cadre de compétence de contrôle de droit commun sont intégrées dans la programmation en fonction des priorités déterminées par le commanditaire. Sur cette base, le Comité des audits du CGEFi valide la programmation annuelle des audits Le déroulement de la mission d audit Dès la constitution de l équipe d audit, il est désigné un chef de file si l ampleur du travail à effectuer le requiert et dans tous les cas, un superviseur Le lancement d un audit La revue préliminaire permet le recueil de documents divers afin de déterminer les zones de risques et les seuils de travail et d élaborer : - une lettre de mission, adressée à l'organisme audité ; - une note de cadrage, reprenant des éléments du cahier des charges de l'audit ; - un programme de travail. La réunion de l équipe d audit lance la phase de revue des procédures de contrôle interne et de gestion des risques de l'organisme. Cette phase comprend un examen de la documentation interne et la conduite d'entretiens, ainsi qu une réunion avec le contrôleur général (ou le contrôleur financier) lorsque l organisme audité en est doté, dont les missions en termes d analyse des risques et de performances peuvent présenter un appui pour les travaux d audit. Le contrôleur est au préalable informé de l audit. Les conclusions des audits ont également vocation à servir au contrôleur général dans ses missions d incitation à la performance et à la dynamique de progrès La conduite de l audit L audit doit être réalisé dans un climat de confiance. Il vise en particulier à améliorer le fonctionnement de l entité tout en prenant en compte les objectifs des politiques publiques qu elle conduit. Du niveau de coopération dont vont bénéficier les auditeurs dans l'accès aux documents, aux personnels et à des informations exhaustives et fiables, dépendra la qualité des constats et des recommandations formulées par les auditeurs en vue d'améliorer les domaines perfectibles de l'organisme audité. Les règles de conduite et les conditions d intervention des auditeurs doivent contribuer à atteindre cet objectif. 8

9 Les auditeurs conduisent leur mission en toute objectivité, impartialité et honnêteté conformément aux principes de déontologie rappelés ci-dessus. Ils respectent les règles suivantes : pour la réalisation de leur mission, les auditeurs suivent une méthodologie formalisée ; le travail d'audit, effectué sur pièces et sur place, donne lieu à des constatations et/ou des recommandations, assorties le cas échéant de préconisations relatives à leur mise en œuvre ; aucune assertion n'est émise qui ne soit argumentée et ne soit appuyée sur des preuves d'audit ; Sans préjudice de l article 40 du code de procédure pénale et de sa doctrine de mise en œuvre, les auditeurs peuvent être amenés à rendre compte des fraudes ou irrégularités graves constatées, sans attendre la transmission du rapport définitif. Une réunion d ouverture avec les représentants de la direction générale, et l'agent comptable lorsque l organisme en est doté, permet de rappeler aux responsables cidessus, préalablement informés par une lettre de mission, les objectifs et les méthodes de l'audit. Le contrôleur de l organisme à auditer y est associé. La présente Charte accompagnée d une note de cadrage est transmise à l'organisme au plus tard lors de cette réunion. Les diligences sont réalisées sur place et sur pièces, à tous les niveaux hiérarchiques. Les auditeurs ont toute latitude pour solliciter de la direction ou de l'agence comptable tout entretien qui leur apparaîtrait nécessaire à l'accomplissement de leur mission et de façon générale, tout service. Ils sollicitent en tant que de besoin le contrôleur économique et financier ou le contrôleur financier de l organisme audité et peuvent s appuyer sur tout document, tout rapport ou tout travail que le contrôleur aura communiqué. Ils sont amenés à travailler par échantillonnage et disposent du droit d'interroger, en présence d un responsable de l'organisme, tout fichier informatique ou base de données comptables ou financières. Les auditeurs ont donc accès à toute information et à tout document relatifs au fonctionnement de l organisation et nécessaires à la conduite de l audit. En contrepartie, ils s'astreignent à la discrétion et à une obligation de réserve stricte. Les faits mis en évidence sont portés à la connaissance préalable des personnes auditées, dont les observations sont recueillies. La réunion de clôture permet d informer les responsables, de valider les principaux constats et d inciter les responsables de l entité à mettre en œuvre les premières mesures correctives. Le contrôleur de l organisme audité y est associé. 9

10 La remise du rapport d audit Les auditeurs assument la responsabilité des conclusions de leur rapport d'audit et signent leurs rapports. Le rapport d'audit comporte deux volets : le diagnostic des forces et faiblesses des procédures auditées et du dispositif de contrôle interne de l'organisme ; les recommandations et préconisations. Sauf disposition spécifique expresse, la démarche d audit repose sur une procédure contradictoire : les constatations d'audit et les recommandations sont portées à la connaissance préalable des responsables des organismes audités avant d'être communiquées au commanditaire de la mission. Le rapport provisoire, une fois soumis à supervision (cf. 2-3), est communiqué pour contradiction à l'organisme audité, dans un délai d un mois suivant la réunion de clôture (sauf disposition expresse spécifique), afin que le rapport définitif prenne en compte, le cas échéant, ses observations. Le rapport définitif intégrant les réponses de l audité et les dernières observations de l auditeur est, après supervision, remis aux commanditaires de l audit 2 ; il est archivé au CGEFi. 2-3 La supervision des missions d audit Au regard des normes d audit, toute mission d audit fait l objet d une supervision. Le superviseur ne participe pas directement à la mission, mais il doit en assurer le suivi dès la phase de lancement, afin de pouvoir garantir le respect de la méthodologie de l audit dans ses différentes phases. Dans certains cas de figure (audits de modernisation de l Etat, audits du comité ministériel ), la supervision peut être exercée par une personne extérieure au CGEFI, spécialement mandatée pour ce faire. Lorsque l audit est entièrement assuré par le CGEFI, la supervision est organisée par le chef de la Mission Audit, qui peut déléguer cette responsabilité, à une ou, exceptionnellement, à plusieurs personnes, lorsque l objet de l audit justifie une supervision collégiale. Lorsque l audit est conduit par une mission de contrôle, au titre du décret n du 26 mai 1955, cette dernière organise les modalités de la supervision en conformité avec le référentiel applicable. 2 Conformément à la norme ISA 610 et au protocole tripartite du 13 novembre 2008 précité, les rapports définitifs des audits comptables et financiers sont transmis à la Cour des Comptes pour information. 10

11 Les modalités de la supervision varient en fonction de la nature de la mission et de la composition de l équipe (nomination d un responsable de mission, expérience des auditeurs). Dans tous les cas le superviseur : - peut participer aux réunions avec le commanditaire ; - valide le ou les documents qui précisent le périmètre de la mission, la matrice des risques associée, la méthodologie retenue (document ou lettre de cadrage, cahier des charges) ainsi que le programme de travail de la mission ; - dispose d un accès au dossier de travail de la mission ; - est informé des difficultés apparues dans le déroulement de l audit ; - procède à la relecture du rapport provisoire, valide les constats (existence d éléments probants dans le dossier d audit, hiérarchisation correcte) et recommandations (adaptation de la recommandation au constat); - procède à la relecture du rapport définitif. 2-4 Le suivi des recommandations Les recommandations des auditeurs font l'objet d'un plan d'action, dont la mise en œuvre incombe à l'organisme audité. La mission sectorielle de contrôle en charge de l'organisme audité veille au suivi des plans d'action et contribue au rapport d'avancement annuel, élaboré à destination du comité des audits du CGEFi. 3 - L'ORGANISATION ET LES MOYENS MIS EN PLACE PAR LE CGEFi 3-1 Les missions sectorielles du CGEFi Toutes les missions sectorielles ont vocation à participer à des audits menés par le CGEFi. Tous les membres des missions sectorielles du CGEFI ont vocation à participer aux audits internes du groupe Etat effectués par le service. 3-2 Le comité des audits du CGEFi Le comité des audits du CGEFi est présidé par le chef de service du CGEFi. Il est composé: - du directeur, adjoint au directeur général de la DGFiP, chargé de la gestion publique, ou du chef du service comptable de l Etat, qui le représente ; - du chef de la mission nationale d audit de la DGFiP ; - du chef de service de la direction du Budget ; 11

12 - du chef de la mission audit et contrôle interne du secrétaire général des ministères économique et financier ; - du secrétaire général du comité interministériel de restructuration industrielle (CIRI). Le chef de la Mission fonctionnelle Audit du CGEFi assiste aux réunions du comité et organise la préparation et le suivi de ses travaux. Les chefs des missions fonctionnelles «Contrôle» et «Etudes conseil» du CGEFi peuvent être associés aux réunions du comité, sur invitation du président. Le comité des audits se réunit deux fois par an et examine notamment : - la mise en œuvre et l actualisation de la présente charte; - le respect des Normes professionnelles de l audit et des principes déontologiques ; - la cohérence de la programmation des différentes missions d'audit, en particulier entre les propositions d intervention qui lui sont soumises et les audits diligentés par le comité ministériel d'audit des ministères économique et financier ; - l organisation de la fonction audit du CGEFi et la démarche qualité afférente ; - la gestion des ressources de la fonction audit, en particulier concernant la gestion du vivier des auditeurs ; - le tableau de bord de programmation et de suivi de la réalisation des différents programmes d audit. 3-3 La Mission des audits du CGEFi Le chef de la Mission des Audits, nommé par arrêté des ministres financiers, est rattaché au chef du service du CGEFi. La Mission des Audits exerce son activité d audit d assurance et de conseil à la demande des ministres, et dans le cadre de protocoles ou conventions conclus par le CGEFi et organisant la programmation d audits spécifiques. Elle apporte son appui aux missions de contrôle dans la réalisation des contrôles a posteriori réalisés sous forme d audit, en s assurant du respect des Normes professionnelles. La Mission Audit assure le pilotage et le développement de la fonction «audit» au sein du CGEFi. Elle s assure, dans ce cadre, du respect des Normes professionnelles dans la réalisation des audits confiés au CGEFi. Elle assure la réalisation des audits confiés au CGEFi par les ministres ou les directeurs, en s appuyant sur ses propres membres, ou en faisant appel au vivier des auditeurs du CGEFi. A cette fin, la Mission des Audits est chargée des fonctions suivantes : 12

13 - le pilotage, la programmation, l interface avec les commanditaires d audits et l allocation des ressources ; - la gestion du vivier des auditeurs ; - le travail de préparation et de suivi de la programmation des audits ; - l'appui technique et documentaire aux membres du CGEFi engagés dans des missions d'audit ; - la réalisation d audits, leur organisation et leur suivi ; - l organisation de la supervision et de la communication des rapports d audit ; - le respect des Normes professionnelles et le respect de la qualité des processus d audit ; - l'élaboration des référentiels et des guides nécessaires aux interventions ; - l'organisation des partenariats avec les administrations et les autorités compétentes, les organismes publics ou privés, intervenant dans le champ de l'audit ; - l animation et le secrétariat du Comité des audits du CGEFi. A cette fin, elle veille à l offre de formation aux auditeurs de la mission et membres du vivier, en liaison avec le responsable formation du service. Elle développe un centre de ressources et de compétence sur l audit et sur la qualité comptable. 4 - L'AMELIORATION CONTINUE DE LA QUALITE La fonction d audit du CGEFi est fondée sur : - le respect d une méthodologie conforme aux Normes internationales d audit, et renforcée par la mise à disposition des auditeurs de guides d audit et d outils d analyse facilitant les diligences à accomplir. - une organisation formalisée par un référentiel qualité qui a pour objet de décrire le système de gestion de la qualité et de la performance de la mission des Audits du CGEFi et d illustrer les conditions de mise en œuvre de ses diligences professionnelles. La qualité des travaux d audit, des outils et référentiels existants fait l objet d évaluations périodiques au sein de la Mission des Audits, afin de procéder de façon continue aux améliorations qui peuvent y être apportées. Par ailleurs, la fonction Audit du CGEFi fait l objet d une évaluation externe dans le cadre de la démarche de certification engagée avec l IFACI. 13

MINISTÈRE DE LA DÉFENSE SECRÉTARIAT GÉNÉRAL POUR L'ADMINISTRATION CHARTE DE L'AUDIT INTERNE DU SECRÉTARIAT GÉNÉRAL POUR L'ADMINISTRATION

MINISTÈRE DE LA DÉFENSE SECRÉTARIAT GÉNÉRAL POUR L'ADMINISTRATION CHARTE DE L'AUDIT INTERNE DU SECRÉTARIAT GÉNÉRAL POUR L'ADMINISTRATION MINISTÈRE DE LA DÉFENSE SECRÉTARIAT GÉNÉRAL POUR L'ADMINISTRATION CHARTE DE L'AUDIT INTERNE DU SECRÉTARIAT GÉNÉRAL POUR L'ADMINISTRATION 02 CHARTE DE L'AUDIT INTERNE DU SECRÉTARIAT GÉNÉRAL POUR L'ADMINISTRATION

Plus en détail

Charte d audit du groupe Dexia

Charte d audit du groupe Dexia Janvier 2013 Charte d audit du groupe Dexia La présente charte énonce les principes fondamentaux qui gouvernent la fonction d Audit interne dans le groupe Dexia en décrivant ses missions, sa place dans

Plus en détail

Charte de l'audit informatique du Groupe

Charte de l'audit informatique du Groupe Direction de la Sécurité Globale du Groupe Destinataires Tous services Contact Hervé Molina Tél : 01.55.44.15.11 Fax : E-mail : herve.molina@laposte.fr Date de validité A partir du 23/07/2012 Annulation

Plus en détail

L Audit Interne vs. La Gestion des Risques. Roland De Meulder, IEMSR-2011

L Audit Interne vs. La Gestion des Risques. Roland De Meulder, IEMSR-2011 L Audit Interne vs. La Gestion des Risques Roland De Meulder, IEMSR-2011 L audit interne: la définition L audit interne est une activité indépendante et objective qui donne à une organisation une assurance

Plus en détail

Banque européenne d investissement. Charte de l Audit interne

Banque européenne d investissement. Charte de l Audit interne Charte de l Audit interne Juin 2013 Juin 2013 page 1 / 6 Juin 2013 page 2 / 6 1. Politique L Audit interne est une fonction essentielle dans la gestion de la Banque. Il aide la Banque en produisant des

Plus en détail

COMITE D HARMONISATION DE L AUDIT INTERNE ( CHAI )

COMITE D HARMONISATION DE L AUDIT INTERNE ( CHAI ) COMITE D HARMONISATION DE L AUDIT INTERNE ( CHAI ) VADEMECUM A L USAGE DE L AUDITEUR INTERNE CONDUIRE ET REALISER UNE MISSION D AUDIT INTERNE COMPTABLE (MISSION D ASSURANCE) SEPTEMBRE 2013 MINISTÈRE DE

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires 24 mai 2015 JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Texte 18 sur 63 Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT Arrêté du 22 mai 2015

Plus en détail

Lilurti ÉgQ.//ti Fr41rrnili. RbuBLlQ.UE FJtANÇAISE LE SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DU BUDGET

Lilurti ÉgQ.//ti Fr41rrnili. RbuBLlQ.UE FJtANÇAISE LE SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DU BUDGET Lilurti ÉgQ.//ti Fr41rrnili RbuBLlQ.UE FJtANÇAISE LE MINISTRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS LE SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DU BUDGET LE SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DE LA REFORME DE L'ETAT ET DE LA SIMPLIFICATION

Plus en détail

AVENIR FINANCE Société anonyme au capital de 1.253.160 Siège Social à LYON (69009) - 57 rue de Saint Cyr 402 002 687 RCS LYON

AVENIR FINANCE Société anonyme au capital de 1.253.160 Siège Social à LYON (69009) - 57 rue de Saint Cyr 402 002 687 RCS LYON AVENIR FINANCE Société anonyme au capital de 1.253.160 Siège Social à LYON (69009) - 57 rue de Saint Cyr 402 002 687 RCS LYON RAPPORT DU PRESIDENT A L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ORDINAIRE DU 1er JUIN 2004 SUR

Plus en détail

MISSION DES AUDITS. Fiche d organisation fonctionnelle n 7 : Utilisation des outils et technologies

MISSION DES AUDITS. Fiche d organisation fonctionnelle n 7 : Utilisation des outils et technologies - - - 1 - MISSION DES AUDITS Fiche d organisation fonctionnelle n 7 : Utilisation des outils et technologies Novembre 2011 1 - - - 2 - Sommaire Objectifs de la fiche d organisation fonctionnelle 4 Domaine

Plus en détail

Normes pour la pratique professionnelle de l'audit interne

Normes pour la pratique professionnelle de l'audit interne Normes pour la pratique professionnelle de l'audit interne Copyright 2001 de The Institute of Internal Auditors, 247 Maitland Avenue, Altamonte Springs, Florida 32701-4201. Tous droits réservés. Conformément

Plus en détail

Rapport technique n 8 :

Rapport technique n 8 : Modernisation de l action publique Groupe de travail interministériel sur les agences et opérateurs de l Etat Rapport technique n 8 : L'appui des têtes de réseau interministérielles en matière de fonctions

Plus en détail

INTRODUCTION DES NORMES

INTRODUCTION DES NORMES INTRODUCTION DES NORMES L audit interne est exercé dans différents environnements juridiques et culturels ainsi que dans des organisations dont l'objet, la taille, la complexité et la structure sont divers.

Plus en détail

Transposition de l article 8 de la directive européenne 2012/27 relative à l efficacité énergétique

Transposition de l article 8 de la directive européenne 2012/27 relative à l efficacité énergétique Pollutec 2013 Atelier ATEE AUDIT ENERGETIQUE EN ENTREPRISE Transposition de l article 8 de la directive européenne 2012/27 relative à l efficacité énergétique Laurent Cadiou DGEC/SCEE Bureau Économies

Plus en détail

Chapitre IV. La certification des comptes

Chapitre IV. La certification des comptes Chapitre IV La certification des comptes Aux termes de la Constitution, «les comptes des administrations publiques sont réguliers, sincères et donnent une image fidèle de leur gestion, de leur patrimoine

Plus en détail

Charte du Groupe : relations entre l établissement public et les filiales

Charte du Groupe : relations entre l établissement public et les filiales Charte du Groupe : relations entre l établissement public et les filiales Editorial La spécificité du groupe Caisse des Dépôts, découlant du statut d établissement public particulier de sa maison-mère

Plus en détail

Règlement intérieur. de la Commission de surveillance

Règlement intérieur. de la Commission de surveillance Règlement intérieur de la Commission de surveillance L a loi du 28 avril 1816 dote la Caisse des Dépôts et Consignations d un statut particulier destiné à assurer à sa gestion une indépendance complète

Plus en détail

PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE RAPPORT CONTROLE INTERNE. Enjeux du Contrôle interne au sein du Groupe Cegedim

PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE RAPPORT CONTROLE INTERNE. Enjeux du Contrôle interne au sein du Groupe Cegedim RAPPORT DU PRÉSIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION SUR LES CONDITIONS DE PRÉPARATION ET D ORGANISATION DES TRAVAUX DU CONSEIL AINSI QUE SUR LES PROCÉDURES DE CONTRÔLE INTERNE MISES EN PLACE PAR LA SOCIÉTÉ

Plus en détail

LE NOUVEAU REFERENTIEL NORMATIF ET DEONTOLOGIQUE DU PROFESSIONNEL DE L EXPERTISE COMPTABLE

LE NOUVEAU REFERENTIEL NORMATIF ET DEONTOLOGIQUE DU PROFESSIONNEL DE L EXPERTISE COMPTABLE LE NOUVEAU REFERENTIEL NORMATIF ET DEONTOLOGIQUE DU PROFESSIONNEL DE L EXPERTISE COMPTABLE Septembre 2011 Page 1 Au sommaire Préambule Le nouveau référentiel sur la forme Le nouveau référentiel sur le

Plus en détail

Prise de position de l'iia LES TROIS LIGNES DE MAÎTRISE POUR UNE GESTION DES RISQUES ET UN CONTRÔLE EFFICACES

Prise de position de l'iia LES TROIS LIGNES DE MAÎTRISE POUR UNE GESTION DES RISQUES ET UN CONTRÔLE EFFICACES Prise de position de l'iia LES TROIS LIGNES DE MAÎTRISE POUR UNE GESTION DES RISQUES ET UN CONTRÔLE EFFICACES JANVIER 2013 TABLE DES MATIÈRES Introduction... 1 La surveillance du système de gestion des

Plus en détail

Rapport. Préfiguration de la mission d'audit interne compétente pour les ministères chargés des affaires sociales. 13 juillet 2009

Rapport. Préfiguration de la mission d'audit interne compétente pour les ministères chargés des affaires sociales. 13 juillet 2009 Rapport Préfiguration de la mission d'audit interne compétente pour les ministères chargés des affaires sociales 13 juillet 2009 Etabli par : Didier Eyssartier Conseiller général des établissements de

Plus en détail

Plaisir, le 19 Décembre 2011 Rapport sur le contrôle interne et le gouvernement d entreprise.

Plaisir, le 19 Décembre 2011 Rapport sur le contrôle interne et le gouvernement d entreprise. Plaisir, le 19 Décembre 2011 Rapport sur le contrôle interne et le gouvernement d entreprise. LES DISPOSITIFS DE GESTION DES RISQUES ET DE CONTRÔLE INTERNE L objet de ce rapport est de rendre compte aux

Plus en détail

Gestion budgétaire et financière

Gestion budgétaire et financière Élaboration et suivi de la programmation budgétaire Exécution budgétaire et comptable Aide au pilotage et contrôle financier externe Expertise financière et juridique Ministère de la Culture et de la Communication

Plus en détail

CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT N 2011-06. Objet : Renforcement des règles de bonne gouvernance dans les établissements de crédit.

CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT N 2011-06. Objet : Renforcement des règles de bonne gouvernance dans les établissements de crédit. Tunis, le 20 mai 2011 CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT N 2011-06 Objet : Renforcement des règles de bonne gouvernance dans les établissements de crédit. Le Gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie,

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : D Dernière modification : 30/04/2015 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Responsable d affaires I OBJECTIF PROFESSIONNEL

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE SOMMAIRE Paragraphes Introduction... 1-4 Personnes

Plus en détail

ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES

ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES PPB-2006-8-1-CPA ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES Introduction 0. Base légale 1. Le contrôle interne 1.1. Définition et éléments constitutifs 1.2. Mesures

Plus en détail

CODE DE CONDUITE DE L ACTIVITÉ DE COTATION DES ENTREPRISES À LA BANQUE DE FRANCE

CODE DE CONDUITE DE L ACTIVITÉ DE COTATION DES ENTREPRISES À LA BANQUE DE FRANCE CODE DE CONDUITE DE L ACTIVITÉ DE COTATION DES ENTREPRISES À LA BANQUE DE FRANCE Septembre 2013 À la Banque de France, le terme «cotation des entreprises» désigne le processus d analyse de la situation

Plus en détail

Guide des contrôles périodiques

Guide des contrôles périodiques Guide des contrôles périodiques 2 Guide des contrôles périodiques Le Haut Conseil du commissariat aux comptes a adopté le présent guide des contrôles périodiques le 12 juillet 2012 (décision 2012-02).

Plus en détail

Convention de délégation de tâches < x > Programmation 2014-2020 CADRE REGLEMENTAIRE : < FONDS >, < PROGRAMME(S) >,

Convention de délégation de tâches < x > Programmation 2014-2020 CADRE REGLEMENTAIRE : < FONDS >, < PROGRAMME(S) >, <AUTORITE DE GESTION> Version finale : Trame commune [FEDER/FSE] 2014-2020 Convention de délégation de tâches < x > Programmation 2014-2020 CADRE REGLEMENTAIRE : < FONDS >, < PROGRAMME(S) >, Entre < l

Plus en détail

AUX MAISONS DE TRANSFERT AUX AGENTS DE CHANGE

AUX MAISONS DE TRANSFERT AUX AGENTS DE CHANGE AUX MAISONS DE TRANSFERT ET AUX AGENTS DE CHANGE Les présentes lignes directrices résument les principales obligations légales auxquelles sont assujetties les maisons de transfert et les agents de change,

Plus en détail

Audit interne. Audit interne

Audit interne. Audit interne Définition de l'audit interne L'Audit Interne est une activité indépendante et objective qui donne à une organisation une assurance sur le degré de maîtrise de ses opérations, lui apporte ses conseils

Plus en détail

FIDEREC ANNEE 2012 RAPPORT DE TRANSPARENCE

FIDEREC ANNEE 2012 RAPPORT DE TRANSPARENCE FIDEREC ANNEE 2012 RAPPORT DE TRANSPARENCE Article R 823-21 du code du commerce : Les commissaires aux comptes désignés auprès de personnes ou d'entités faisant appel public à l'épargne ou auprès d'établissements

Plus en détail

ACCORD DU 27 NOVEMBRE 2013

ACCORD DU 27 NOVEMBRE 2013 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3364 Convention collective nationale RÉGIME SOCIAL DES INDÉPENDANTS IDCC : 2796. Personnel de direction Brochure

Plus en détail

BTS Assistant de manager(s) LES FINALITES PROFESSIONNELLES

BTS Assistant de manager(s) LES FINALITES PROFESSIONNELLES BTS Assistant de manager(s) LES FINALITES PROFESSIONNELLES 1 FINALITÉ 1 Soutien à la communication et aux relations internes et externes L assistant facilite la communication à tous les niveaux (interpersonnel,

Plus en détail

Plan de maîtrise des risques de la branche Retraite Présentation générale

Plan de maîtrise des risques de la branche Retraite Présentation générale DIRECTION DELEGUEE DIRECTION FINANCIERE ET COMPTABLE YC/PR/MS Le 18 novembre 2011 Plan de maîtrise des risques de la branche Retraite Présentation générale Le plan de maîtrise des risques de la Branche

Plus en détail

Le management des risques de l entreprise Cadre de Référence. Synthèse

Le management des risques de l entreprise Cadre de Référence. Synthèse Le management des risques de l entreprise Cadre de Référence Synthèse SYNTHESE L incertitude est une donnée intrinsèque à la vie de toute organisation. Aussi l un des principaux défis pour la direction

Plus en détail

BUREAU DU CONSEIL PRIVÉ. Vérification de la gouvernance ministérielle. Rapport final

BUREAU DU CONSEIL PRIVÉ. Vérification de la gouvernance ministérielle. Rapport final BUREAU DU CONSEIL PRIVÉ Vérification de la gouvernance ministérielle Division de la vérification et de l évaluation Rapport final Le 27 juin 2012 Table des matières Sommaire... i Énoncé d assurance...iii

Plus en détail

Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada Améliorations recommandées pour étude

Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada Améliorations recommandées pour étude Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada Améliorations recommandées pour étude Rapport d inspection des pratiques professionnelles Date : le 16 janvier 2012 Table des matières DÉCLARATION DU VALIDATEUR

Plus en détail

Plan de travail du Bureau de l audit et de la surveillance du FIDA pour 2011

Plan de travail du Bureau de l audit et de la surveillance du FIDA pour 2011 Cote du document: EB 2010/101/R.41 Point de l'ordre du jour: 17 b) Date: 9 novembre 2010 Distribution: Publique Original: Anglais F Plan de travail du Bureau de l audit et de la surveillance du FIDA pour

Plus en détail

Organisation des fonctions de contrôle et articulation avec la gouvernance

Organisation des fonctions de contrôle et articulation avec la gouvernance Séminaire EIFR Gouvernance et contrôle des établissements financiers : pour une surveillance des risques et un contrôle efficace Organisation des fonctions de contrôle et articulation avec la gouvernance

Plus en détail

Rapport du Président du Conseil d'administration

Rapport du Président du Conseil d'administration SOCIETE ANONYME DES BAINS DE MER ET DU CERCLE DES ETRANGERS A MONACO (S.B.M.) Société anonyme monégasque au capital de 18 160 490 euros Siège social : Monte-Carlo - Place du Casino, Principauté de Monaco

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D'UN EXPERT

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D'UN EXPERT NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D'UN EXPERT SOMMAIRE Paragraphes Introduction... 1-5 Détermination de la nécessité de recourir à un expert... 6-7 Compétence et objectivité de l'expert...

Plus en détail

RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION SUR LE FONCTIONNEMENT DU CONSEIL ET LE CONTROLE INTERNE EXERCICE CLOS AU 30 juin 2009

RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION SUR LE FONCTIONNEMENT DU CONSEIL ET LE CONTROLE INTERNE EXERCICE CLOS AU 30 juin 2009 BASTIDE LE CONFORT MEDICAL Société Anonyme au capital de 3.303.261 EUROS Siège Social : 12, avenue de la Dame - Centre Euro 2000 30132 CAISSARGUES R.C.S. NIMES B 305 635 039 RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL

Plus en détail

Présentation des guides d audit et du processus d audit d un réseau académique de formation continue

Présentation des guides d audit et du processus d audit d un réseau académique de formation continue Décembre 2011 Inspection générale de l'administration de l'éducation nationale et de la Recherche Inspection générale de l'éducation nationale Présentation des guides d audit et du processus d audit d

Plus en détail

European Assistant Assistant de Manager

European Assistant Assistant de Manager European Assistant Assistant de Manager REFERENTIEL D ACTIVITES PROFESSIONNELLES Ce projet a été financé avec le soutien de la Commission européenne. Cette publication n'engage que son auteur et la Commission

Plus en détail

TABLE DES MATIERES SECTION 1 CONTROLE INTERNE ET AUDIT INTERNE, POLITIQUE DE PREVENTION ET COMPLIANCE

TABLE DES MATIERES SECTION 1 CONTROLE INTERNE ET AUDIT INTERNE, POLITIQUE DE PREVENTION ET COMPLIANCE PPB-2007-5-CPB-1 TABLE DES MATIERES SECTION 1 CONTROLE INTERNE ET AUDIT INTERNE, POLITIQUE DE PREVENTION ET COMPLIANCE CHAPITRE I LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE CHAPITRE II LA POLITIQUE DE PREVENTION

Plus en détail

Charte de Qualité sur l assurance vie

Charte de Qualité sur l assurance vie Charte de Qualité sur l assurance vie PRÉAMBULE La présente Charte de Qualité sur l assurance vie s'inspire largement de la Charte de Qualité ICMA Private Wealth Management, qui présente les principes

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2007-01 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Relative aux contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Séance du 6 juillet 2007 Lors de la séance du

Plus en détail

Lors de sa réunion du 12 novembre 2009, le Conseil a modifié son Règlement Intérieur.

Lors de sa réunion du 12 novembre 2009, le Conseil a modifié son Règlement Intérieur. RAPPORT DU PRESIDENT AU CONSEIL D ADMINISTRATION SUR LES CONDITIONS DE PREPARATION ET D ORGANISATION DES TRAVAUX DU CONSEIL ET SUR LES PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE Les informations qui suivent sont établies

Plus en détail

Responsabilités, autorités et délégations de responsabilité dans le cadre de la prise en charge médicamenteuse du patient

Responsabilités, autorités et délégations de responsabilité dans le cadre de la prise en charge médicamenteuse du patient Observatoire des Médicaments, des Dispositifs médicaux et des Innovations Thérapeutiques Responsabilités, autorités et délégations de responsabilité dans le cadre de la prise en charge médicamenteuse du

Plus en détail

3.2. RAPPORT DU PRÉSIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION (ARTICLE L. 225-37 DU CODE DE COMMERCE)

3.2. RAPPORT DU PRÉSIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION (ARTICLE L. 225-37 DU CODE DE COMMERCE) 3 3.2. RAPPORT DU PRÉSIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION (ARTICLE L. 225-37 DU CODE DE COMMERCE) Pour l élaboration du présent rapport, le Président a consulté le Vice-Président Exécutif, Directeur Financier

Plus en détail

INSTRUCTION N 017-12-2010 RELATIVE A L'ORGANISATION DU CONTRÔLE INTERNE AU SEIN DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES

INSTRUCTION N 017-12-2010 RELATIVE A L'ORGANISATION DU CONTRÔLE INTERNE AU SEIN DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES INSTRUCTION N 017-12-2010 RELATIVE A L'ORGANISATION DU CONTRÔLE INTERNE AU SEIN DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES Le Gouverneur de la Banque Centrale des Etats de l'afrique de l'ouest, Vu le Traité

Plus en détail

Le 19 avril 2013 - ANGERS

Le 19 avril 2013 - ANGERS Le 19 avril 2013 - ANGERS 2 > Sommaire 1. Cadre réglementaire 2. Cadre de délégation 3. Périmètre d intervention du Comité d'audit 4. Rôle du Comité d Audit 5. Coordination et planification des travaux

Plus en détail

Commission Médicale de la FFVoile Règles de Fonctionnement Texte adopté par le BE du 09 mars 2007

Commission Médicale de la FFVoile Règles de Fonctionnement Texte adopté par le BE du 09 mars 2007 Commission Médicale de la FFVoile Règles de Fonctionnement Texte adopté par le BE du 09 mars 2007 PREAMBULE L article L. 231-5 du code du sport rappelle que les fédérations sportives veillent à la santé

Plus en détail

AUDIT ÉNERGÉTIQUE ET SYSTÈMES DE MANAGEMENT DE L ÉNERGIE ISO 50001: Quels sont les liens et comment évoluer de l un à l autre?

AUDIT ÉNERGÉTIQUE ET SYSTÈMES DE MANAGEMENT DE L ÉNERGIE ISO 50001: Quels sont les liens et comment évoluer de l un à l autre? Réunion CCI Franche-Comté - Besançon 13 mai 2014 AUDIT ÉNERGÉTIQUE ET SYSTÈMES DE MANAGEMENT DE L ÉNERGIE ISO 50001: Quels sont les liens et comment évoluer de l un à l autre? Paule.nusa @afnor.org Nour.diab@afnor.org

Plus en détail

Organisation et qualité

Organisation et qualité 12 Organisation Cette famille rassemble des métiers dont la finalité est d améliorer la qualité de service aux clients et l efficience de l entreprise, par la conduite de projets ou de démarches contribuant

Plus en détail

MODE OPERATOIRE ECHELLE DE MATURITE

MODE OPERATOIRE ECHELLE DE MATURITE MODE OPERATOIRE ECHELLE DE MATURITE Les exigences croissantes en termes de qualité comptable et financière amènent les entités publiques dans leur ensemble à renforcer leur démarche de maîtrise des risques

Plus en détail

APPEL D'OFFRES ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE LA SOCIETE

APPEL D'OFFRES ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE LA SOCIETE APPEL D'OFFRES ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE LA SOCIETE Les propositions de réponse à cet appel d'offres devront être adressées par voie postale ou électronique à l attention du chargé

Plus en détail

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Version provisoire - Mars 2010 La Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle Placée sous l autorité

Plus en détail

plate-forme mondiale de promotion

plate-forme mondiale de promotion plate-forme mondiale de promotion À propos de The Institute of Internal Auditors (Institut des auditeurs internes) L'institut des auditeurs internes (IIA) est la voix mondiale de la profession de l'audit

Plus en détail

RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE

RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE 22.05.08 RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE Le Conseil d administration de la Société Générale a pris connaissance du rapport ci-joint du Comité spécial qu il a constitué le 30

Plus en détail

Cadre de coopération avec les associations de patients et d usagers

Cadre de coopération avec les associations de patients et d usagers Cadre de coopération avec les associations de patients et d usagers 1 Préambule La HAS est une autorité administrative indépendante. Dans le cadre de ses missions 1, elle est amenée à conduire des expertises

Plus en détail

Appendice A I. Mission II. Domaine d'activité A. VÉRIFICATION

Appendice A I. Mission II. Domaine d'activité A. VÉRIFICATION Appendice A Charte du Bureau de l'inspecteur général I. Mission 1. Le Bureau de l'inspecteur général assure la supervision des programmes et des opérations de l'organisation, par des opérations de vérification

Plus en détail

Mieux répondre aux objectifs de la loi du 13 août 2004 et de la convention d'objectifs et de gestion

Mieux répondre aux objectifs de la loi du 13 août 2004 et de la convention d'objectifs et de gestion 1/9 Mieux répondre aux objectifs de la loi du 13 août 2004 et de la convention d'objectifs et de gestion La loi du 13 août 2004 a confié à l'assurance Maladie de nouvelles responsabilités en matière de

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

LE référentiel des métiers

LE référentiel des métiers LE référentiel des métiers 2 Le référentiel des métiers de Pôle emploi FILIÈRE RELATION DE SERVICES Métiers MISSIONS ACTIVITÉS COMPÉTENCES Le référentiel des métiers de Pôle emploi 3 4 Le référentiel des

Plus en détail

1. COMPOSITION ET CONDITIONS DE PREPARATION ET D ORGANISATION DES TRAVAUX DU CONSEIL D ADMINISTRATION

1. COMPOSITION ET CONDITIONS DE PREPARATION ET D ORGANISATION DES TRAVAUX DU CONSEIL D ADMINISTRATION RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION PREVU A L ARTICLE L. 225-37 DU CODE DE COMMERCE SUR LES CONDITIONS DE PREPARATION ET D ORGANISATION DES TRAVAUX DU CONSEIL ET SUR LES PROCEDURES DE CONTROLE

Plus en détail

MANDATAIRE RANG A2 (M/F) SOCIETE WALLONNE DU CREDIT SOCIAL - SWCS

MANDATAIRE RANG A2 (M/F) SOCIETE WALLONNE DU CREDIT SOCIAL - SWCS MANDATAIRE RANG A2 (M/F) SOCIETE WALLONNE DU CREDIT SOCIAL - SWCS REGION WALLONNE AFW07720 Contexte: Parmi les éléments qui contribuent au maintien et au renforcement de la démocratie dans une société,

Plus en détail

Guide pratique pour la mobilisation interdépartementale et interrégionale des ressources «métiers» de l administration territoriale de l Etat

Guide pratique pour la mobilisation interdépartementale et interrégionale des ressources «métiers» de l administration territoriale de l Etat Guide pratique pour la mobilisation interdépartementale et interrégionale des ressources «métiers» de l administration territoriale de l Etat Dans certains domaines de politiques publiques, qui exigent

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE

RAPPORT DE TRANSPARENCE RAPPORT DE TRANSPARENCE 2013 21, rue de Sarre B.P 75857 57078 METZ CEDEX 03 En application des dispositions de l article 40 de la directive 2006/43/CE du Parlement Européen et du conseil du 17 mai 2006

Plus en détail

LA VERSION ELECTRONIQUE FAIT FOI

LA VERSION ELECTRONIQUE FAIT FOI CONDITIONS D ACCREDITATION D ORGANISMES MULTISITES OU ORGANISES EN RESEAU OU METTANT EN COMMUN DES MOYENS GEN PROC 10 Révision 03 CONDITIONS D ACCREDITATION D ORGANISMES MULTISITES OU ORGANISES EN RESEAU

Plus en détail

3.2. Rapport du Président du Conseil d administration

3.2. Rapport du Président du Conseil d administration 3. RAPPORT DE GESTION, ÉTATS FINANCIERS ET INFORMATIONS FINANCIÈRES COMPLÉMENTAIRES 3.2. Rapport du Président du Conseil d administration (article L.225-37 du Code de commerce) 3.2.1. RAPPORT DU PRÉSIDENT

Plus en détail

Convention cadre pour le Développement de la médiation sociale en Région Nord Pas de Calais pour 2013 2015

Convention cadre pour le Développement de la médiation sociale en Région Nord Pas de Calais pour 2013 2015 Convention cadre pour le Développement de la médiation sociale en Région Nord Pas de Calais pour 2013 2015 Entre L Etat, Représenté par le Préfet de région Et Le Conseil régional Nord-Pas de Calais Représenté

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2009-02 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Relative aux contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Principes directeurs du système des contrôles

Plus en détail

Rapport d'audit étape 2

Rapport d'audit étape 2 Rapport d'audit étape 2 Numéro d'affaire: Nom de l'organisme : CMA 76 Type d'audit : audit de renouvellement Remarques sur l'audit Normes de référence : Autres documents ISO 9001 : 2008 Documents du système

Plus en détail

Circulaire n 5051 du 04/11/2014

Circulaire n 5051 du 04/11/2014 Circulaire n 5051 du 04/11/2014 Collaboration entre les Centres psycho-médico-sociaux, le Service de médiation scolaire et le Service des équipes mobiles missions et rôles Réseaux et niveaux concernés

Plus en détail

Ressources humaines Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 223

Ressources humaines Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 223 Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 223 RESPONSABLE DE RESSOURCES HUMAINES Code : GRH01 Responsable de ressources humaines FPEGRH01 Il définit et met en œuvre la politique de ressources

Plus en détail

PROTOCOLE POUR L ACCUEIL DES STAGIAIRES D ÉCOLES DE TRAVAIL SOCIAL

PROTOCOLE POUR L ACCUEIL DES STAGIAIRES D ÉCOLES DE TRAVAIL SOCIAL Actualisation 07/2009 PROTOCOLE POUR L ACCUEIL DES STAGIAIRES D ÉCOLES DE TRAVAIL SOCIAL Partie 1 : LE CADRE GENERAL I. OBJECTIFS DE L INSTITUTION DANS LA FORMATION PROFESSIONNELLE Participer à l effort

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Ministère de l enseignement supérieur et de la recherche NOR :

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Ministère de l enseignement supérieur et de la recherche NOR : RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l enseignement supérieur et de la recherche NOR : Décret du Modifiant le décret n 84-431 du 6 juin 1984 fixant les dispositions statutaires communes applicables aux enseignants-chercheurs

Plus en détail

Annexe - document CA 118/9. Termes de référence. Audit fonctionnel et organisationnel de l OTIF

Annexe - document CA 118/9. Termes de référence. Audit fonctionnel et organisationnel de l OTIF Annexe - document CA 118/9 Termes de référence Audit fonctionnel et organisationnel de l OTIF Index 1 Description de l organisation... 3 2 Contexte de la mission... 4 3 Objet de la mission... 4 3.1 Objectif

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES. Édition Chronologique n 33 du 4 juillet 2014. PARTIE TEMPORAIRE Administration Centrale. Texte 18

BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES. Édition Chronologique n 33 du 4 juillet 2014. PARTIE TEMPORAIRE Administration Centrale. Texte 18 BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES Édition Chronologique n 33 du 4 juillet 2014 PARTIE TEMPORAIRE Administration Centrale Texte 18 DÉLÉGATION DE GESTION entre les services du ministère de la défense et ceux

Plus en détail

Partie 2 : Charte du Comité d audit

Partie 2 : Charte du Comité d audit Partie 2 : Charte du Comité d audit commun aux IPSS Partie 2 : Charte du Comité d audit commun aux IPSS 3 Sommaire I. Contexte...4 1. Audit interne : un défi commun pour les IPSS...4 II. Notion de Comité

Plus en détail

Département du Val-de-Marne. Charte départementale de partenariat sécurité routière. entre l État,

Département du Val-de-Marne. Charte départementale de partenariat sécurité routière. entre l État, Département du Val-de-Marne Charte départementale de partenariat sécurité routière entre l État, la Caisse Régionale d Assurance Maladie d Ile-de-France (CRAMIF) et la profession du transport routier de

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009)

Plus en détail

Atelier A7. Audit de la gestion globale des risques : efficacité ou conformité?

Atelier A7. Audit de la gestion globale des risques : efficacité ou conformité? Atelier A7 Audit de la gestion globale des risques : efficacité ou conformité? 1 Intervenants Jean-Pierre Hottin Associé, PWC jean-pierre.hottin@fr.pwc.com Annie Bressac Directeur de l audit et du contrôle

Plus en détail

Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE

Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE I- PREAMBULE 2 II- CAHIER DES CHARGES 2 II-1-Objectifs /Finalité 2 II-2-Public visé 3 II-3-Durée des parcours 3 II-4-Missions

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS Convention de partenariat pour le contrôle, à titre expérimental, des arrêts maladie des fonctionnaires par les caisses

Plus en détail

Alerte audit et certification

Alerte audit et certification Alerte audit et certification NCA FÉVRIER 2015 NCA 610 : Recours à l assistance directe des auditeurs internes dans le cadre de l audit Le présent bulletin Alerte audit et certification vise à faire mieux

Plus en détail

INAP. Cadre commun de référence de la formation spéciale (CRFS) Institut national d administration publique

INAP. Cadre commun de référence de la formation spéciale (CRFS) Institut national d administration publique INAP Institut national d administration publique Cadre commun de référence de la formation spéciale (CRFS) à l attention des délégué/e/s à la formation des administrations de l Etat et des établissements

Plus en détail

Conseil de recherches en sciences humaines du Canada

Conseil de recherches en sciences humaines du Canada Conseil de recherches en sciences humaines du Canada Annexe à la Déclaration de responsabilité de la direction englobant le contrôle interne en matière de rapports financiers (non vérifiée) Exercice 2011-2012

Plus en détail

Mandat d audit confié à une entreprise soumise à la surveillance de l État (ci-après: entreprise de révision )

Mandat d audit confié à une entreprise soumise à la surveillance de l État (ci-après: entreprise de révision ) Oberaufsichtskommission Berufliche Vorsorge OAK BV Annexe 2 Mandat d audit confié à une entreprise soumise à la surveillance de l État (ci-après: entreprise de révision ) 1 Objectif La Commission de haute

Plus en détail

CERTIFICATION CERTIPHYTO

CERTIFICATION CERTIPHYTO CONDITIONS GENERALES DE CERTIFICATION MONOSITE Indice 2 Page 1/12 «Distribution de produits phytopharmaceutiques, Application en prestation de service de produits phytopharmaceutiques, Conseil à l utilisation

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION Octobre 2005 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

FINANCES VOS CONTACTS : Sylviane BOUGEROLLE Assistante de formation sylviane.bougerolle@cnfpt.fr

FINANCES VOS CONTACTS : Sylviane BOUGEROLLE Assistante de formation sylviane.bougerolle@cnfpt.fr FINANCES VOS CONTACTS : Nadège WADOUX Conseillère Formation Domaines Affaires juridiques, Finances et Europe nadege.wadoux@cnfpt.fr Sylviane BOUGEROLLE Assistante de formation sylviane.bougerolle@cnfpt.fr

Plus en détail

CHARTE É THIQUE GROUPAMA

CHARTE É THIQUE GROUPAMA CHARTE É THIQUE GROUPAMA 2 Message du directeur général Fidèle à son engagement de satisfaire ses sociétaires et ses clients en leur apportant le meilleur service au meilleur coût, Groupama a développé

Plus en détail

I. Description générale du dispositif. 1) date limite de dépôt des dossiers :

I. Description générale du dispositif. 1) date limite de dépôt des dossiers : Fonds de soutien aux collectivités territoriales et à certains établissements publics ayant souscrit des contrats de prêt ou des contrats financiers structurés à risque les plus sensibles I. Description

Plus en détail

Charte de contrôle interne

Charte de contrôle interne Dernière mise à jour : 05 mai 2014 Charte de contrôle interne 1. Organisation générale de la fonction de contrôle interne et conformité 1.1. Organisation Le Directeur Général de la Société, Monsieur Sébastien

Plus en détail