Atelier A N 13. Titre : Gestion des risques, audit interne et contrôle interne

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Atelier A N 13. Titre : Gestion des risques, audit interne et contrôle interne"

Transcription

1 Atelier A N 13 Titre : Gestion des risques, audit interne et contrôle interne

2 Intervenants Georges BOUCHARD GAZ DE FRANCE Directeur de l'audit et des Risques. E.mail : Sylvie LE DAMANY LANDWELL Avocat Associé E.mail : Annie BRESSAC IFACI Directeur du Développement E.mail Institut de l Audit Interne Pierre-Alexandre BAPST Modérateur HERMES Directeur de l' Audit et des Risques E.mail : Gérard LANCNER YVES ROCHER Directeur Risk Management E.mail :

3 Gestion des risques, audit interne et contrôle interne Les présentations de cet atelier seront sur à partir du 1er mars 2007

4 Évolution de l'environnement législatif réglementaire et professionnel Témoignages Débat

5 Le contrôle interne : Contexte légal et réglementaire

6 Début 2002 : Contexte : le choc des affaires Une récession économique De grands scandales financiers aux États-Unis : Enron, Worldcom, En France : Vivendi Universal, Un constat : -les contre-pouvoirs fonctionnent mal -les modes de direction des grands groupes sont critiqués -en période de récession, l'erreur ne pardonne pas Un résultat : -une crise de confiance -une nécessité de régulation pour la rétablir -une réaction des autorités qui réglementent

7 Réaction du Législateur pour plus de transparence et une meilleure gestion des risques La loi sur les Nouvelles Régulations Économiques (NRE) 2001 Le Sarbanes-Oxley Act (SOX) 2002 La Loi de Sécurité Financière (LSF) 2003 La loi Breton 26 juillet 2005 de nouvelles responsabilités pour les entreprises et leurs dirigeants Des évolutions importantes au sein des entreprises en matière de contrôle interne et de gouvernance Une volonté d organiser plus efficacement les rôles et responsabilités entre les organes de direction et de contrôle Une formalisation des procédures de contrôle interne La mise en place d outils pour sensibiliser le management et tous les collaborateurs de l entreprise sur le risque de non-conformité aux lois et règlements : charte des dirigeants, code de conduite, délégations de pouvoirs et de signature Une montée en puissance des auditeurs internes, des risks managers, des risks officers, des déontologues

8 Contexte légal et de marché Réponses des législateurs Facteurs de risques externes Fraudes comptables Erreurs majeures de gestion Non respect des lois Facteurs de risques internes Perte de valeur Renforcement du gouvernement d'entreprise Perte de confiance des marchés Mise sous contrôle des activités de l'entreprise

9 1 er Août 2003 Nouvelles Dispositions en France (LSF) Sociétés Anonymes Article 117 de la LSF : «le Président du Conseil d'administration [ou de Surveillance] rend compte dans un rapport [à l'assemblée Générale] : des conditions de préparation et d'organisation des travaux du conseil des procédures de contrôle interne mises en place des limitations de pouvoirs de la Direction Générale Personnes morales faisant appel public à l'épargne (SA, SCA ou autres) Article 122 de la LSF : «elles rendent publiques les informations relevant des conditions de préparation et d'organisation des travaux du conseil et des procédures de contrôle interne dans les conditions fixées par l'autorité des Marchés Financiers (AMF)»

10 De nouvelles obligations en matière de transparence (LSF) Un rapport [à l'assemblée Générale] : sur l exercice par le conseil de son rôle sur les procédures de contrôle interne Dispositions applicables : pour tous les exercices ouverts à compter du 1er janvier 2003 Dans la LSF : toutes les SA (art. 117) et toutes les sociétés faisant APE (art. 122), tant au niveau individuel qu'au niveau consolidé (incluant les filiales consolidées, françaises ou étrangères, quelle que soit leur forme juridique) Modifié par la loi Breton du 26 juillet 2005 Seules les sociétés faisant appel public à l épargne Le texte de loi ne précise pas le contenu du rapport du Président ou les informations à publier et ne définit pas le contrôle interne

11 De nouvelles obligations en matière de transparence (LSF) Un rapport sur le rapport du Président - Art. 120 : "Les commissaires aux comptes présentent, dans un rapport [ ] leurs observations sur le rapport [du Président] pour celles des procédures de contrôle interne relatives à l'élaboration et au traitement de l'information comptable et financière" Le rapport du commissaire aux comptes couvre un périmètre de contrôle interne plus restreint que celui couvert par le rapport du Président

12 Pour mémoire : comparaison LSF / SOA Champ d'application Définition et périmètre du contrôle interne Référentiel de contrôle interne Obligation de documentation et de tests des contrôles Émetteur du rapport Date d'application Loi de Sécurité Financière Toutes les SA (APE et non APE) Et les sociétés APE Non défini Implicitement, champ complet du contrôle interne Pas d'utilisation obligatoire d'un référentiel Non explicite Président du CA ou du CS Exercices ouverts à compter du 1er janvier 2003 Sarbanes-Oxley Act (*) Les sociétés cotées Défini et limité au contrôle interne relatif à l'information financière et aux procédures de communication des informations aux marchés. Utilisation obligatoire d'un référentiel reconnu. COSO cité comme exemple par la SEC Explicite CEO et CFO Pour les sociétés soumises au reporting accéléré : exercices clos au 15 juin 2004 et après. Exercices clos au 15 avril 2005 et après pour les autres (FPI). (*) tel que précisé par le règlement SEC publié le 11 juin 2003

13 Un mouvement européen sur la gouvernance et la transparence Méthodologie d évaluation de la mise en œuvre des principes de l OCDE sur le gouvernement d entreprise 1 er décembre Directive transparence qui instaure une déclaration des dirigeants dans le rapport financier annuel incluant une description des principaux risques et incertitudes auxquels ils sont confrontés Directive 2006/46/CE du 14 juin 2006 qui tend à accroître les rôles et responsabilités des administrateurs et autres organes de gestion et de surveillance sur l établissement des comptes annuels, le rapport de gestion et la déclaration afférente à la gouvernance (transposition au plus tard en 2008)

14 Les procédures d alerte autorisées en Europe Les sociétés soumises au SOA sont contraintes de mettre en place une procédure d alerte dite «whistleblowing» qui permet aux salariés de révéler les fraudes en matière comptable et financière. Toutes les entreprises françaises peuvent mettre en place un tel dispositif dans la mesure où elles se doivent d avoir un contrôle interne efficace. La CNIL par sa délibération n du 8 décembre 2005 (JO du 4 janvier 2006) est revenue sur son refus initial et catégorique d autoriser la mise en œuvre de dispositifs d alerte (sous certaines conditions). Aujourd hui, il existe désormais un modèle européen du whistleblowing d inspiration française puisque le dispositif a été adopté par les institutions européennes équivalentes à la CNIL.21

15 Enjeux juridiques Ménager la responsabilité des dirigeants : Lors de l exercice de leur mandat Lors de la production du rapport - Pas de sanction juridique spécifique dans la LSF, le rapport du Président est "joint" au rapport du conseil d'administration ou de surveillance à l'assemblée annuelle (rapport annuel) - Mais réaction du marché et observations du CAC Sensibiliser le conseil sur son rôle Assurer les relais au sein du groupe Remonter les informations pertinentes

16 Enjeux juridiques Responsabilité quant à la qualité du contrôle interne : Responsabilité de la Direction Générale / Directoire S assurer de l existence et de la qualité des procédures par le conseil En cas de carence dans la mise en place des procédures de contrôle interne, ou de procédures inefficaces, responsabilité civile collective des administrateurs / membres du conseil de surveillance et de la direction générale

17 Enjeux juridiques Responsabilité quant à la rédaction et au contenu du rapport : La responsabilité civile du Président et des administrateurs, s ils l ont approuvé, s'il est démontré une faute caractérisée, un préjudice et un lien de causalité entre faute et préjudice. De façon très exceptionnelle, leur responsabilité pénale pourrait également être mise en jeu sur le terrain du délit de communication d'informations fausses ou trompeuses sur les perspectives ou la situation d'une société dont les titres sont négociés sur un marché réglementé.

18 Une responsabilité accrue des dirigeants de l'entreprise Plus de transparence : accès à une information réservée à certains auparavant = source de détection de certaines anomalies voire certains délits Exemples : - renforcement du contrôle des conventions réglementées - possibilité d'obtenir les compte s sociaux par la procédure d'injonction de faire - rémunération dans les SA (cotées) - CE aux assemblées - renforcement du droit d'information des actionnaires Ceux qui sont informés doivent agir : renforcement des responsabilités Infraction en la qualité d'auteur ou de complice sur le terrain pénal Faute sur le terrain civil Sources éventuelles de poursuites sur le terrain civil sur le terrain pénal Renforcement des autorités de contrôle Exemples : - alourdissement des sanctions encourues par le commissaire aux comptes en cas de non révélation - Création du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes - Création de l'autorité des Marchés Financiers (AMF) (+ possibilité de se constituer partie civile) Élargissement des possibilités d'actions de certains acteurs de l'entreprise Exemples : - extension du champ d'application de l'expertise de gestion - extension des possibilités d'actions des associations d'actionnaires

19 Un constat au travers du rapport de l AMF 2007 Conclusions en matière de gouvernance Conclusions en matière de contrôle interne

20 Les évolutions intervenues depuis 2006

21 Des définitions partagées?

22 Définition du management des risques selon Coso 2 Le management des risques est un processus mis en œuvre par le Conseil d administration, la Direction générale, le management et l ensemble des collaborateurs de l organisation. Il est pris en compte dans l élaboration de la stratégie ainsi que dans toutes les activités de l organisation. Il est conçu pour identifier les événements potentiels susceptibles d affecter les l organisation et pour gérer les risques dans les limites de son appétence pour le risque. Il vise à fournir une assurance raisonnable quant à l atteinte des objectifs de l organisation».

23 Les missions du risk-manager selon le Coso 2 Contribuer à définir les politiques et identifier les acteurs du management des risques (rôles, responsabilités, objectifs). Promouvoir les compétences en management des risques au sein de l entreprise. Aider à intégrer le management des risques dans les activités de planification et de management. Établir un langage commun. Faciliter la mise en place d un reporting superviser ce processus. risques et Rendre compte à la DG et recommander les actions nécessaires pour améliorer le processus de management des risques.

24 Le rôle de l audit interne L Audit Interne est une activité indépendante et objective qui donne à une organisation une assurance sur le degré de maîtrise de ses opérations, lui apporte ses conseils pour les améliorer, et contribue à créer de la valeur ajoutée. Il aide cette organisation à atteindre ses objectifs en évaluant, par une approche systématique et méthodique, ses processus de management des risques, de contrôle, et de gouvernement d entreprise, et en faisant des propositions pour renforcer leur efficacité.

25 Les missions de l audit interne Analyser et évaluer les processus de management des risques, de contrôle et de gouvernement d entreprise. Formuler des recommandations pour améliorer leur efficacité Rendre compte régulièrement des actions entreprises pour corriger les dysfonctionnements décelés. Vérifier que les dispositifs en place assurent la conformité aux lois et réglementations. Contribuer à la mise en place du processus de management des risques Animer, quand elle existe, une démarche d auto-évaluation des risques

26 Audit interne et contrôle interne Définition du contrôle interne selon COSO I : Processus mis en oeuvre par les dirigeants et le personnel d une organisation, à quel que niveau que ce soit, Destiné à leur donner en permanence une assurance raisonnable quant à la réalisation des objectifs de l organisation 3 catégories d objectifs Optimisation de l utilisation des ressources (Efficacité et efficience de l exploitation) Fiabilité des états financiers publiés Respect de lois et réglementations (conformité)

27 Le cadre de référence AMF

28 Le contexte et la démarche Principaux objectifs assignés par l AMF Le Groupe de Place Le Groupe de travail sur le CI comptable et financier Principales orientations

29 Structure du Cadre de Référence de Contrôle Interne Les principes généraux de contrôle interne ; Les questionnaires : Questionnaire relatif au contrôle interne comptable et financier; Questionnaire relatif à l analyse et à la maîtrise des risques. Le guide d application relatif au contrôle interne de l information comptable et financière publiée par les émetteurs.

30 Le cadre de référence

31 Définition Le contrôle interne est un dispositif de la société, défini et mis en œuvre sous sa responsabilité. Il comprend un ensemble de moyens, de comportements, de procédures et d actions adaptés aux caractéristiques propres de chaque société qui : contribue à la maîtrise de ses activités, à l efficacité de ses opérations et à l utilisation efficiente de ses ressources, et doit lui permettre de prendre en compte de manière appropriée les risques significatifs, qu ils soient opérationnels, financiers ou de conformité.

32 Définition (suite) Le dispositif vise plus particulièrement à assurer : La conformité aux lois et règlements; L application des instructions et des orientations fixées par la Direction Générale; Le bon fonctionnement des processus internes de la société, notamment ceux concourant à la sauvegarde de ses actifs; La fiabilité des informations financières.

33 Les 5 composantes retenues Le dispositif de contrôle interne, qui est adapté aux caractéristiques de chaque société doit prévoir : une organisation appropriée; la diffusion en interne d informations pertinentes ; un système visant à recenser et analyser les principaux risques identifiables et à s assurer de l existence de procédures de gestion de ces risques des activités de contrôle proportionnées aux enjeux une surveillance permanente du dispositif de contrôle interne.

34 Les 5 composantes retenues Le dispositif de contrôle interne, qui est adapté aux caractéristiques de chaque société doit prévoir : une organisation; la diffusion en interne d informations pertinentes ; un système visant à recenser et analyser les principaux risques identifiables et à s assurer de l existence de procédures de gestion de ces risques des activités de contrôle proportionnées aux enjeux une surveillance permanente du dispositif de contrôle interne.

35 La composante «recensement et analyse des risques» Mise en place de méthodes pour recenser, analyser et gérer les risques d origine interne ou externe qui réduiraient la probabilité d atteinte de leurs objectifs. Recensement, dans le cadre d un processus continu, des principaux risques identifiables Analyse des risques (processus de gestion des risques) Définition des procédures de gestion des risques par la Direction Générale ou le Directoire avec l appui d une Direction des risques, si elle existe. (cf. questionnaire relatif à l analyse et à la maîtrise des risques)

36 Le Guide d application relatif au contrôle interne de l information comptable et financière publiée par les émetteurs

37 Structure du guide d application relatif au contrôle interne comptable et financier Introduction incluant la définition et les objectifs Processus de pilotage de l organisation comptable et financière Processus concourant à l élaboration de l information comptable et financière publiée : Processus amont et processus de production de l information comptable et financière Processus d arrêté comptable et de communication financière Eléments du contrôle interne permettant d assurer une maîtrise de ces 3 familles de processus

38 Les Questionnaires

39 Structure du questionnaire relatif au contrôle interne comptable et financier 1. Rôle des organes de gouvernance 2. Organisation comptable et financière 3. Système d'information comptable et financier 4. Identification et analyse des risques affectant l'information comptable et financière 5. Activité de contrôle 6. Communication financière et comptable

40 Structure du questionnaire relatif à l analyse et à la maîtrise des risques 1. Principes généraux de gestion des risques 2. Identification des principaux risques Analyse des principaux risques Procédures de gestion des principaux risques Surveillance des risques et des procédures de gestion des risques

41 Les tendances observées La mise en place de processus de management des risques : Cartographie des risques Création d une fonction centrale et d un réseau de riskmanagers Le lancement de projets de renforcement ou de formalisation du contrôle interne : Réappropriation du CI par les managers Rétablissement du lien entre contrôle interne et risques Mise en conformité avec la réglementation Banques Assurances

42 Les tendances observées Forte sollicitation de l audit interne : LSF, SOX Assistance à la mise en place du processus de management des risque Réaffirmation du rôle d évaluation du contrôle interne : extension du périmètre et professionnalisation de l audit interne Des choix d organisation variés : Regroupement gestion des risques et audit interne sous une même autorité Création de fonction centrale de «responsable de contrôle interne» et de relais auprès des managers : animation du CI

43 L impact de la LSF pour l audit interne 64% des répondants soumis à la LSF L audit interne est fortement impliqué : Elaboration d un projet de rapport (65%) Participation au groupe de travail (34%) Animation de ce groupe de travail (19%) Impact positif de la LSF, notamment : Renforcement du dispositif de contrôle interne (70,6%) Changement dans la nature des missions de l audit interne Renforcement de l approche par les risques (19%) Missions d accompagnement à la mise en œuvre du contrôle interne, auto-évaluation (11%) Augmentation du nombre de missions orientées vers la vérification des informations comptables et financières (10%)

44 L impact de SOX pour l audit interne 14% des répondants soumis à SOX L audit interne est fortement impliqué dans 92% des cas : Equipe dédiée (74%) avec en moyenne 7 auditeurs internes Rôle variable : Tests des procédures de contrôle ou des contrôle internes mise en place (62,5%) Coordination du projet (41%) Participation au Comité de Pilotage (16%) Pilotage du projet (12,5%) Impact important de SOX, notamment : Renforcement du dispositif de contrôle interne (96%) Impact sur la réalisation du plan d audit (77%) Augmentation du nombre de missions d audit comptable et financier (71%)

45 L évolution des rôles : audit interne et fonction de contrôle interne Selon l enquête IFACI 2005 : 47% des répondants disposent d une fonction de contrôle interne distincte, d ancienneté variable Rattachement de la fonction de contrôle interne à la Direction Financière (27%) ou aux Directions opérationnelles (27%) Rôle : mettre en place, anime et suivre le contrôle interne Répartition des responsabilités entre contrôles permanents et périodiques est une des principales préoccupations des auditeurs internes dus secteur bancaire en 2005

46 L exemple du secteur bancaire (CRBF 97-02) Séparation du contrôle permanent et du contrôle périodique Contrôle permanent niveau 1 et 2 Contrôle périodique (niveau 3) : l audit interne La fonction conformité Chargée de veiller à l efficacité et la cohérence du contrôle du risque de non respect des lois, normes, et instructions externes et internes

47 Audit interne et management de risques

48 Gestion des risques, audit interne et contrôle interne : Recommandations Facteurs clés de succès

49 Un besoin de clarification des rôles et responsabilités Clarification nécessaire sur les rôles et les responsabilités des acteurs au cœur de la gouvernance et du contrôle interne : Conseil d Administration Direction générale Risk manager Audit interne Compliance officer «Chief Internal Control Officer» Direction juridique Nécessité de définir les rôles, les responsabilités Mettre en place et formaliser des délégations de pouvoirs efficaces pour une meilleure gestion des risques et responsabilités

50 Recommandations et facteurs clé de succès Développer un «référentiel» partagé : un cadre «intégré»de gestion des risques et de contrôle interne : Définitions Méthodologie (par exemple : évaluation de risques) Rechercher la différenciation des rôles pour organiser la complémentarité : Éviter la superposition des processus et des fonctions Optimiser les liens hiérarchiques et fonctionnels Partager les informations, par exemple cartographie des risques, évaluation des risques, bonnes pratiques de CI Préserver l indépendance de l audit interne et du riskmanagement

51 Apporter de la visibilité pour libérer les énergies Contrôle interne, gestion des risques, audit interne L'expérience de Gaz de France

52 Gaz de France aujourd'hui (1) 22 milliards d'euros de chiffre d'affaires dont 36 % à l'international 4 milliards d'euros de cash flow 3 milliards d'euros d'investissements collaborateurs dont 53 % hors statut IEG

53 Gaz de France aujourd'hui (2) Un groupe juridiquement compact, avec peu de filiales très significatives Un management décentralisé Une culture historique davantage managériale que financière

54 Gaz de France aujourd'hui (3) Des approches du contrôle interne historiquement diverses et partielles Une sensibilité historique à certains risques Une culture d'audit managérial

55 Contrôle interne, Risques, Audit interne à Gaz de France (1) L'organisation actuelle 1 Directeur, 3 Délégués, 3 Filières L'histoire Rôle précurseur de l'audit interne Identification progressive des deux autres fonctions

56 Contrôle interne, Risques, Audit interne à Gaz de France (2) Cohérence des politiques Proximité et densité des échanges Respect des identités Cohérence des mises en oeuvre

57

CHARTE DE L AUDIT INTERNE

CHARTE DE L AUDIT INTERNE CHARTE DE L AUDIT INTERNE Septembre 2009 Introduction La présente charte définit la mission et le rôle de l audit interne de l Institut National du Cancer (INCa) ainsi que les modalités de sa gouvernance.

Plus en détail

# 07 Charte de l audit interne

# 07 Charte de l audit interne Politiques et bonnes pratiques # 07 de l audit Direction générale fédérale Service Redevabilité & Qualité Janvier 2015 Approuvé par le Comité des audits Juin 2013 Approuvé par le Directoire fédéral Juillet

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2009-02 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Relative aux contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Principes directeurs du système des contrôles

Plus en détail

Le 19 avril 2013 - ANGERS

Le 19 avril 2013 - ANGERS Le 19 avril 2013 - ANGERS 2 > Sommaire 1. Cadre réglementaire 2. Cadre de délégation 3. Périmètre d intervention du Comité d'audit 4. Rôle du Comité d Audit 5. Coordination et planification des travaux

Plus en détail

PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE

PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE.1 RAPPORT DU PRÉSIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION SUR LES PROCÉDURES DE CONTRÔLE INTERNE ET SUR LE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE (ARTICLE L. 225-37 DU CODE DE COMMERCE) 156.1.1

Plus en détail

Les missions du comité d audit

Les missions du comité d audit AUDIT COMMITTEE INSTITUTE FRANCE Les missions du comité d audit Aide mémoire kpmg.fr Sommaire Réglementation... 3 Exemples de bonnes pratiques... 6 Suivi de l efficacité des systèmes de contrôle interne

Plus en détail

Olivier Terrettaz, Expert diplômé en finance et controlling 1

Olivier Terrettaz, Expert diplômé en finance et controlling 1 Olivier Terrettaz Expert diplômé en finance et controlling Economiste d'entreprise HES Olivier Terrettaz, Expert diplômé en finance et controlling 1 Gouvernement d'entreprise Définition Le gouvernement

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE DU CNRS

CHARTE DE L AUDIT INTERNE DU CNRS Direction de l audit interne www.cnrs.fr NE DAI 0 0 00 CHARTE DE L AUDIT INTERNE DU CNRS INTRODUCTION La présente charte définit la mission, le rôle et les responsabilités de la Direction de l audit interne

Plus en détail

Expertise. Prestations comptables et fiscales :

Expertise. Prestations comptables et fiscales : Pour le PCG (plan, générale, comptable), la comptabilité est définie comme un système d organisation de l information financière. La comptabilité est un outil qui fournit, après traitement approprié, un

Plus en détail

AUDIT DE LA PAIE ET DU PERSONNEL

AUDIT DE LA PAIE ET DU PERSONNEL AUDIT DE LA PAIE ET DU PERSONNEL PLAN : I. Introduction II. Définitions : 1) Fonction paie personnel 2) Audit paie personnel III. Démarche de l audit paie et personnel IV. audit cycle paie personnel 1)

Plus en détail

Charte du management des risques du groupe La Poste

Charte du management des risques du groupe La Poste Direction de l'audit et des Risques du Groupe Direction des Risques du Groupe Destinataires Tous services Contact Béatrice MICHEL Tél : 01 55 44 15 06 Fax : E-mail : beatrice.michel@laposte.fr Date de

Plus en détail

2012 RAPPORT DE TRANSPARENCE

2012 RAPPORT DE TRANSPARENCE 2012 RAPPORT DE TRANSPARENCE Sommaire Introduction... 4 1. Groupe Fourcade... 5 1.1. Organigramme du groupe... 5 1.2. F2A - FOURCADE AUDIT ASSOCIES... 5 1.3. Description de la Gouvernance et de ses modalités

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE DU CMF

CHARTE DE L AUDIT INTERNE DU CMF CHARTE DE L AUDIT INTERNE DU CMF Approuvée par le Collège du CMF en date du 3 juillet 2013 1 La présente charte définit officiellement les missions, les pouvoirs et les responsabilités de la structure

Plus en détail

Le contrôle interne et plus généralement

Le contrôle interne et plus généralement Dossier : Audit Tendances du contrôle en 7 et perspectives Jean-Marc Truchi PricewaterhouseCoopers Associé Comment ont évolué les démarches des entreprises françaises en matière de contrôle, depuis la

Plus en détail

Charte de l audit interne de la Direction Générale de la Dette

Charte de l audit interne de la Direction Générale de la Dette MINISTÈRE DE L ECONOMIE ET DE LA PROSPECTIVE RÉPUBLIQUE GABONAISE Union-Travail-Justice ------------ -------- SECRETARIAT GENERAL ------------ ------------ DIRECTION DE L AUDIT ET DU CONTROLE ------------

Plus en détail

Piloter le contrôle permanent

Piloter le contrôle permanent Piloter le contrôle permanent Un cadre règlementaire en permanente évolution L évolution des réglementations oblige les institutions financières à revoir leur dispositif de contrôle Secteur bancaire CRBF

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE Exercice clos le

RAPPORT DE TRANSPARENCE Exercice clos le RAPPORT DE TRANSPARENCE Exercice clos le Exco. Reproduction interdite sans autorisation écrite préalable. Sommaire Préambule 11 Présentation du réseau EXCO et de KRESTON INTERNATIONAL LTD 22 Présentation

Plus en détail

99.1 RAPPORT DU PRÉSIDENT DU CONSEIL. Procédures de contrôle interne

99.1 RAPPORT DU PRÉSIDENT DU CONSEIL. Procédures de contrôle interne GRANULATS ET BÉTON Canada. Le village olympique des JO d hiver de 2010, une réalisation Agilia et UltraGreen, certifiée LEED (Leadership in Energy and Environmental Design), Vancouver. Procédures de contrôle

Plus en détail

Atelier A7. Audit de la gestion globale des risques : efficacité ou conformité?

Atelier A7. Audit de la gestion globale des risques : efficacité ou conformité? Atelier A7 Audit de la gestion globale des risques : efficacité ou conformité? 1 Intervenants Jean-Pierre Hottin Associé, PWC jean-pierre.hottin@fr.pwc.com Annie Bressac Directeur de l audit et du contrôle

Plus en détail

L audit interne : vers la maîtrise des risques. Séquence 2 : Maîtrise des risques : le dispositif de contrôle

L audit interne : vers la maîtrise des risques. Séquence 2 : Maîtrise des risques : le dispositif de contrôle L audit interne : vers la maîtrise des risques Séquence 2 : Maîtrise des risques : le dispositif de contrôle Master 2 - Développement et management des Universités Julien Herenberg SOMMAIRE Introduction

Plus en détail

PRÉFACE. Groupe Eyrolles

PRÉFACE. Groupe Eyrolles PRÉFACE Les entreprises, les organisations sont en permanence confrontées à l amélioration de leurs performances dans un environnement qu elles souhaitent sécuriser. Cette amélioration est de plus en plus

Plus en détail

Charte de l'audit informatique du Groupe

Charte de l'audit informatique du Groupe Direction de la Sécurité Globale du Groupe Destinataires Tous services Contact Hervé Molina Tél : 01.55.44.15.11 Fax : E-mail : herve.molina@laposte.fr Date de validité A partir du 23/07/2012 Annulation

Plus en détail

Covéa Finance Charte de l Audit et du Contrôle Interne

Covéa Finance Charte de l Audit et du Contrôle Interne CHARTE D AUDIT ET DE CONTROLE INTERNE DE COVÉA FINANCE DEFINITION DU CONTROLE INTERNE Le contrôle interne est un dispositif défini et mis en œuvre par les dirigeants et les personnels des sociétés, qui

Plus en détail

CABINET OLIVIER BOSSARD RAPPORT DE TRANSPARENCE PUBLIE SUR LE SITE EN APPLICATION DES DISPOSITIONS DE L ARTICLE R.823.21 DU CODE DE COMMERCE

CABINET OLIVIER BOSSARD RAPPORT DE TRANSPARENCE PUBLIE SUR LE SITE EN APPLICATION DES DISPOSITIONS DE L ARTICLE R.823.21 DU CODE DE COMMERCE CABINET OLIVIER BOSSARD RAPPORT DE TRANSPARENCE PUBLIE SUR LE SITE EN APPLICATION DES DISPOSITIONS DE L ARTICLE R.823.21 DU CODE DE COMMERCE EXERCICE CLOS LE 31 DECEMBRE 2014 Mai 2015 1. Présentation du

Plus en détail

Banque européenne d investissement. Charte de l Audit interne

Banque européenne d investissement. Charte de l Audit interne Charte de l Audit interne Juin 2013 Juin 2013 page 1 / 6 Juin 2013 page 2 / 6 1. Politique L Audit interne est une fonction essentielle dans la gestion de la Banque. Il aide la Banque en produisant des

Plus en détail

COMITÉ D AUDIT. minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération;

COMITÉ D AUDIT. minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération; COMITÉ D AUDIT 1. Composition et quorum minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération; seuls des administrateurs indépendants,

Plus en détail

INSTRUCTION N 007 AUX COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET AUX INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE RELATIVE A LA GOUVERNANCE

INSTRUCTION N 007 AUX COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET AUX INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE RELATIVE A LA GOUVERNANCE INSTRUCTION N 007 AUX COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET AUX INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE RELATIVE A LA GOUVERNANCE La Banque Centrale du Congo, Vu la Loi n 005/2002 du 07 mai 2002 relative à la constitution,

Plus en détail

LOI D ORIENTATION n 2009-20 du 4 mai 2009 sur les agences d exécution.

LOI D ORIENTATION n 2009-20 du 4 mai 2009 sur les agences d exécution. LOI D ORIENTATION n 2009-20 du 4 mai 2009 LOI D ORIENTATION n 2009-20 du 4 mai 2009 sur les agences d exécution. EXPOSE DES MOTIFS La complexité des procédures administratives et l exigence accrue des

Plus en détail

Proposition. Obtenir l approbation du conseil concernant les modifications proposées à la charte du Comité d audit

Proposition. Obtenir l approbation du conseil concernant les modifications proposées à la charte du Comité d audit Proposition N o : 2015-S05f Au : Conseil d administration Pour : DÉCISION Date : 2015-04-22 1. TITRE Modifications à la charte du Comité d audit 2. BUT DE LA PROPOSITION Obtenir l approbation du conseil

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE Exercice clos 31 décembre 2010

RAPPORT DE TRANSPARENCE Exercice clos 31 décembre 2010 RAPPORT DE TRANSPARENCE Exercice clos 31 décembre 2010 Etabli en application de l article R823-21 du Code de Commerce 1 Présentation du cabinet 1.1 Description du cabinet Monsieur Laurent ARROUASSE exerce

Plus en détail

Séminaire des auditeurs de l ACORS. Club Belambra Presqu île du Ponant, La Grande-Motte, Les 16, 17 et 18 septembre 2015

Séminaire des auditeurs de l ACORS. Club Belambra Presqu île du Ponant, La Grande-Motte, Les 16, 17 et 18 septembre 2015 Séminaire des auditeurs de l ACORS Club Belambra Presqu île du Ponant, La Grande-Motte, Les 16, 17 et 18 septembre 2015 Intervenant : Philippe AVRIL Sous-Directeur Adjoint du DPMRF (Contrôle Interne) DDFC-CNAMTS

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE ÉTABLI EN APPLICATION DE L ART. R.823-21 DU CODE DE COMMERCE

RAPPORT DE TRANSPARENCE ÉTABLI EN APPLICATION DE L ART. R.823-21 DU CODE DE COMMERCE RAPPORT DE TRANSPARENCE ÉTABLI EN APPLICATION DE L ART. R.823-21 DU CODE DE COMMERCE EXERCICE CLOS LE 31 DÉCEMBRE 2014 À JOUR AU 30 MARS 2015 SOMMAIRE Introduction 2 I Présentation du Cabinet 1. Le Cabinet

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013)

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) (NOTE : Dans le présent document, le genre masculin est utilisé à titre épicène dans le but d alléger le texte.) TABLE DES MATIÈRES 1.

Plus en détail

Normes d audit internes (Exercices + corrigés)

Normes d audit internes (Exercices + corrigés) A Exercices Normes d audit internes (Exercices + corrigés) 1 Le comité d audit est le plus susceptible de participer à l approbation A Des promotions et augmentations de salaire des auditeurs B Des observations

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF DES PRINCIPALES DISPOSITIONS DE LA LOI SARBANES - OXLEY (USA), DE LA LOI SUR LA

TABLEAU COMPARATIF DES PRINCIPALES DISPOSITIONS DE LA LOI SARBANES - OXLEY (USA), DE LA LOI SUR LA TABLEAU COMPARATIF DES PRINCIPALES DISPOSITIONS DE LA LOI SARBANES - OXLEY (USA), DE LA LOI SUR LA SECURITE FINANCIERE (FRANCE) ET DE LA LOI RELATIVE AU RENFORCEMENT DE LA SECURITE DES RELATIONS FINANCIERES

Plus en détail

CONFERENCE ANNUELLE. Dossier de presse. Groupe de Travail International des Banques Centrales pour la Gestion des Risques Opérationnels

CONFERENCE ANNUELLE. Dossier de presse. Groupe de Travail International des Banques Centrales pour la Gestion des Risques Opérationnels Groupe de Travail International des Banques Centrales pour la Gestion des Risques Opérationnels Dossier de presse 24-26 Avril 2013 Rabat - MAROC COMMUNIQUE DE PRESSE Bank Al-Maghrib organise la huitième

Plus en détail

Contrôle interne Le nouveau cadre prudentiel

Contrôle interne Le nouveau cadre prudentiel Contrôle interne Le nouveau cadre prudentiel ASF Formation 10 février 2015 Sommaire 1. Introduction 2. Focus sur le nouvel arrêté relatif au contrôle interne 3. Les principales mesures de transposition

Plus en détail

AVENIR FINANCE Société anonyme au capital de 1.253.160 Siège Social à LYON (69009) - 57 rue de Saint Cyr 402 002 687 RCS LYON

AVENIR FINANCE Société anonyme au capital de 1.253.160 Siège Social à LYON (69009) - 57 rue de Saint Cyr 402 002 687 RCS LYON AVENIR FINANCE Société anonyme au capital de 1.253.160 Siège Social à LYON (69009) - 57 rue de Saint Cyr 402 002 687 RCS LYON RAPPORT DU PRESIDENT A L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ORDINAIRE DU 1er JUIN 2004 SUR

Plus en détail

THÉORIE ET PRATIQUE DE L AUDIT INTERNE

THÉORIE ET PRATIQUE DE L AUDIT INTERNE Jacques RENARD THÉORIE ET PRATIQUE DE L AUDIT INTERNE Préface de Louis GALLOIS Président de la SNCF Prix IFACI 1995 du meilleur ouvrage sur l audit interne Cinquième édition Éditions d Organisation, 1994,

Plus en détail

Organisation du dispositif de maîtrise des risques

Organisation du dispositif de maîtrise des risques Organisation du dispositif de maîtrise des risques Conférence EIFR 18 décembre 2014 Marie-Agnès NICOLET Regulation Partners Présidente fondatrice 35, Boulevard Berthier 75017 Paris marieagnes.nicolet@regulationpartners.com

Plus en détail

La réforme du contrôle interne et de l audit interne dans les administrations d Etat en France. Ministère de l Economie et des Finances

La réforme du contrôle interne et de l audit interne dans les administrations d Etat en France. Ministère de l Economie et des Finances La réforme du contrôle interne et de l audit interne dans les administrations d Etat en France Séminaire des 12 et 13 février 2013 Danièle LAJOUMARD, Inspecteur général des Finances C.I.A (Certified Internal

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES Titre : POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES CODE : APPROUVÉ PAR : CONSEIL D'ADMINISTRATION RÉS. : CA-617-7747 10-12-2013 EN VIGUEUR : 10-12-2013 MODIFICATIONS : Note : Le texte que vous consultez est une

Plus en détail

RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION JOINT AU RAPPORT DE GESTION

RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION JOINT AU RAPPORT DE GESTION RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION JOINT AU RAPPORT DE GESTION rendant compte des conditions de préparation et d organisation des travaux du Conseil ainsi que des procédures de contrôle interne

Plus en détail

MINISTÈRE DE LA DÉFENSE SECRÉTARIAT GÉNÉRAL POUR L'ADMINISTRATION CHARTE DE L'AUDIT INTERNE DU SECRÉTARIAT GÉNÉRAL POUR L'ADMINISTRATION

MINISTÈRE DE LA DÉFENSE SECRÉTARIAT GÉNÉRAL POUR L'ADMINISTRATION CHARTE DE L'AUDIT INTERNE DU SECRÉTARIAT GÉNÉRAL POUR L'ADMINISTRATION MINISTÈRE DE LA DÉFENSE SECRÉTARIAT GÉNÉRAL POUR L'ADMINISTRATION CHARTE DE L'AUDIT INTERNE DU SECRÉTARIAT GÉNÉRAL POUR L'ADMINISTRATION 02 CHARTE DE L'AUDIT INTERNE DU SECRÉTARIAT GÉNÉRAL POUR L'ADMINISTRATION

Plus en détail

plate-forme mondiale de promotion

plate-forme mondiale de promotion plate-forme mondiale de promotion À propos de The Institute of Internal Auditors (Institut des auditeurs internes) L'institut des auditeurs internes (IIA) est la voix mondiale de la profession de l'audit

Plus en détail

Gouvernance et communication financière

Gouvernance et communication financière COLLECTION QUESTIONS DE GOUVERNANCE Gouvernance et communication financière Yves Brissy Didier Guigou Alain Mourot Préface Alain Viandier Groupe Eyrolles, 2008 ISBN : 978-2-212-54204-2 Sommaire Les auteurs...

Plus en détail

Coordination générale des soins. Description de la Fonction de Cadre Supérieur de Santé au CHU de LIMOGES

Coordination générale des soins. Description de la Fonction de Cadre Supérieur de Santé au CHU de LIMOGES Coordination générale des soins Description de la Fonction de Cadre Supérieur de Santé au CHU de LIMOGES Janvier 2010 PLAN 1. MISSIONS GENERALES 2. ACTIVITES 2.1 Politique générale du pôle 2.2 Coordination

Plus en détail

Rapport de transparence. Exercice clos le 30 juin 2014 Cabinet EXCO COTE D'AZUR

Rapport de transparence. Exercice clos le 30 juin 2014 Cabinet EXCO COTE D'AZUR Rapport de transparence Exercice clos le 30 juin 2014 Cabinet EXCO COTE D'AZUR Table des matières Préambule... 1 Présentation de Kreston International LTD... 2 Structure juridique et principaux chiffres...

Plus en détail

Outil 4 : Exemple de guide d auto-évaluation du comité d audit

Outil 4 : Exemple de guide d auto-évaluation du comité d audit Audit Committee Institute Outil 4 : Exemple de guide d auto-évaluation du comité d audit KPMG AUDIT Une auto-évaluation régulière du fonctionnement du comité d audit permet de s assurer du respect de la

Plus en détail

Présentation du guide relatif à la prévention des manquements d initiés imputables aux dirigeants des sociétés cotées

Présentation du guide relatif à la prévention des manquements d initiés imputables aux dirigeants des sociétés cotées Présentation du guide relatif à la prévention des manquements d initiés imputables aux dirigeants des sociétés cotées Bernard Esambert, membre du Collège Benoît de Juvigny, secrétaire général adjoint Conférence

Plus en détail

LE CONTRÔLE ET L AUDIT INTERNES DANS LE SECTEUR PUBLIC L EXPERIENCE SLOVENE. Nataša Prah Marrakech, 19. 20. 06. 2013

LE CONTRÔLE ET L AUDIT INTERNES DANS LE SECTEUR PUBLIC L EXPERIENCE SLOVENE. Nataša Prah Marrakech, 19. 20. 06. 2013 OFFICE OF THE REPUBLIC OF LE CONTRÔLE ET L AUDIT INTERNES DANS LE SECTEUR PUBLIC L EXPERIENCE SLOVENE Nataša Prah Marrakech, 19. 20. 06. 2013 INTRODUCTION 1. Propos introductifs sur le contrôle interne

Plus en détail

Qualité et Gestion 18 Juin 2008. Intégration du SCI dans le système de management existant

Qualité et Gestion 18 Juin 2008. Intégration du SCI dans le système de management existant Qualité et Gestion 18 Juin 2008 Intégration du SCI dans le système de management existant 0 Anuschka Küng Economiste d entreprise HES Certification Six Sigma Certification Risk Manager CISA, CIA (i.a.)

Plus en détail

3.2. RAPPORT DU PRÉSIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION (ARTICLE L. 225-37 DU CODE DE COMMERCE)

3.2. RAPPORT DU PRÉSIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION (ARTICLE L. 225-37 DU CODE DE COMMERCE) RAPPORT DE GESTION, ÉTATS FINANCIERS ET INFORMATIONS FINANCIÈRES COMPLÉMENTAIRES 3 3.2. RAPPORT DU PRÉSIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION (ARTICLE L. 225-37 DU CODE DE COMMERCE) Pour l élaboration du présent

Plus en détail

3.2. RAPPORT DU PRÉSIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION (ARTICLE L. 225-37 DU CODE DE COMMERCE)

3.2. RAPPORT DU PRÉSIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION (ARTICLE L. 225-37 DU CODE DE COMMERCE) 3 3.2. RAPPORT DU PRÉSIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION (ARTICLE L. 225-37 DU CODE DE COMMERCE) Pour l élaboration du présent rapport, le Président a consulté le Vice-Président Exécutif, Directeur Financier

Plus en détail

INSTRUCTION N 008 RELATIVE A L ORGANISATION DU CONTROLE INTERNE DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE

INSTRUCTION N 008 RELATIVE A L ORGANISATION DU CONTROLE INTERNE DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE INSTRUCTION N 008 RELATIVE A L ORGANISATION DU CONTROLE INTERNE DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE La Banque Centrale du Congo, Vu la loi n 005 du 07 mai 2002

Plus en détail

3.2. RAPPORT DU PRÉSIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION (ARTICLE L. 225-37 DU CODE DE COMMERCE)

3.2. RAPPORT DU PRÉSIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION (ARTICLE L. 225-37 DU CODE DE COMMERCE) RAPPORT DU PRÉSIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION (ARTICLE L. 225-37 DU CODE DE COMMERCE) Pour l élaboration du présent rapport, le Président a consulté le Vice-Président Exécutif, Directeur Financier et

Plus en détail

Étude des métiers du contrôle dans la banque

Étude des métiers du contrôle dans la banque Observatoire des métiers, des qualifications et de l égalité professionnelle entre les femmes et les hommes dans la banque Étude des métiers du contrôle dans la banque Paris, le 15 décembre 2009 0 Table

Plus en détail

Article L. 432-1 du Code du travail

Article L. 432-1 du Code du travail Dans les entreprises de 50 salariés et plus, le chef d entreprise est tenu d organiser la mise en place d un comité d entreprise (CE) composé de représentants élus et syndicaux. Ce comité assume des attributions

Plus en détail

Etude relative aux rapports des Présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2013

Etude relative aux rapports des Présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2013 Etude relative aux rapports des Présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2013 Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle

Plus en détail

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS Référentiel d activités Le référentiel d activités décline les activités rattachées aux six fonctions exercées par l encadrement

Plus en détail

Audit interne et contrôle de gestion

Audit interne et contrôle de gestion Jacques Renard Sophie Nussbaumer Préface de Daniel Lebègue, président de l IFA Audit interne et contrôle de gestion Pour une meilleure collaboration, 2011 ISBN : 978-2-212-55246-1 Table des matières Sommaire...V

Plus en détail

MANAGEMENT DE LA RADIOPROTECTION

MANAGEMENT DE LA RADIOPROTECTION Page : 1/10 MANUEL MAN-CAM-NUC-F Seule la version informatique est mise à jour, avant toute utilisation consulter sur le réseau Intranet la version en cours de ce document Page : 2/10 HISTORIQUE DE RÉVISION

Plus en détail

1.2 Convocation des administrateurs Conformément à l article 17 des statuts, les administrateurs ont été convoqués par courrier.

1.2 Convocation des administrateurs Conformément à l article 17 des statuts, les administrateurs ont été convoqués par courrier. Société Anonyme au capital de 36 659 280 Siège social : 20, rue de l'arc de Triomphe - 75017 PARIS 378 557 474 RCS PARIS RAPPORT DU PRESIDENT DIRECTEUR GENERAL ETABLI EN APPLICATION DU DERNIER ALINEA DE

Plus en détail

«LE ROLE DE L AUDIT INTERNE DANS LES ETABLISSEMENTS PUBLICS»

«LE ROLE DE L AUDIT INTERNE DANS LES ETABLISSEMENTS PUBLICS» «LE ROLE DE L AUDIT INTERNE DANS LES ETABLISSEMENTS PUBLICS» MENA-OECD Investment Programme - Working Group 5 Advancing the Corporate Governance Agenda in the MENA Region 14 & 15 Sept 2005 - RABAT PLAN

Plus en détail

Rapport de transparence. Exercice clos le 31/12/2014 Groupe EXCO FIDUCIAIRE DU SUD OUEST

Rapport de transparence. Exercice clos le 31/12/2014 Groupe EXCO FIDUCIAIRE DU SUD OUEST Rapport de transparence Exercice clos le 31/12/2014 Groupe EXCO FIDUCIAIRE DU SUD OUEST Table des matières Préambule... 1 Présentation de Kreston International LTD... 2 Structure juridique et principaux

Plus en détail

Charte du Comité Audit et Risque (CAR) du Conseil d administration de la Banque Cantonale Vaudoise (BCV)

Charte du Comité Audit et Risque (CAR) du Conseil d administration de la Banque Cantonale Vaudoise (BCV) Charte du Comité Audit et Risque (CAR) du Conseil d administration de la Banque Cantonale Vaudoise (BCV) 1. CADRE ET PRINCIPES GÉNÉRAUX Le Comité Audit et Risque (CAR) de la Banque Cantonale Vaudoise (BCV)

Plus en détail

Outil 5 : Exemple de guide d évaluation des auditeurs internes

Outil 5 : Exemple de guide d évaluation des auditeurs internes Audit Committee Institute Outil 5 : Exemple de guide d évaluation des auditeurs internes Le comité d audit joue un rôle de plus en plus important dans l orientation et l exécution des travaux de l audit

Plus en détail

FICHE D IDENTITÉ DE LA QUALIFICATION VALIDÉE OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE

FICHE D IDENTITÉ DE LA QUALIFICATION VALIDÉE OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L'EMPLOI DE LA METALLURGIE Qualification : 2001 01 89 0195 (Cette fiche annule et remplace, à compter du 9 janvier 2007, la précédente fiche d identité) FICHE D IDENTITÉ

Plus en détail

Charte de contrôle interne de Fongépar Gestion Financière

Charte de contrôle interne de Fongépar Gestion Financière Charte de contrôle interne de Fongépar Gestion Financière Sommaire : 1 Avant propos... 2 1.1 Objet de la Charte... 2 1.2 Le cadre règlementaire... 2 2 Organisation du dispositif de contrôle interne...

Plus en détail

Le reporting annuel pour 2013 ne se distingue que peu de son prédécesseur immédiat.

Le reporting annuel pour 2013 ne se distingue que peu de son prédécesseur immédiat. Luxembourg, le 4 mars 2014 Lettre circulaire 14/4 du Commissariat aux assurances portant modification de la lettre circulaire modifiée 03/2 relative au reporting annuel des entreprises luxembourgeoises

Plus en détail

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1 TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. INTRODUCTION A. Objet et objectifs Le Conseil d administration (le «Conseil») de la société par actions Tembec Inc. (la «Société») est responsable de

Plus en détail

Groupe LAVIALE RAPPORT DE TRANSPARENCE

Groupe LAVIALE RAPPORT DE TRANSPARENCE Groupe LAVIALE RAPPORT DE TRANSPARENCE Exercice clos le 31/12/2014 1 SOMMAIRE Préambule... 3 1 Présentation du Cabinet... 3 1.1 Structure juridique et capital... 3 1.2 Description de la Gouvernance...

Plus en détail

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration Règles Du Conseil D administration Table des Matières I. OBJECTIFS... 3 II. FONCTIONS ET RESPONSABILITÉS DU CONSEIL... 3 A. Stratégie et budget... 3 B. Gouvernance... 3 C. Membres du Conseil et des comités...

Plus en détail

OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE

OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE Commission paritaire nationale de l'emploi de la Métallurgie Qualification : MQ 2007 10 89 0264 FICHE D IDENTITE DE LA QUALIFICATION VALIDEE TITRE DE LA QUALIFICATION : Coordonnateur (trice) du développement

Plus en détail

Structuration de l audit interne au sein du ministère

Structuration de l audit interne au sein du ministère CT CGEDD 09/11/2011 Projet de dossier de passage en CT CGEDD 1 Structuration de l audit interne au sein du ministère Contexte : le Décret 2011-775 du 28 juin 2011 précisé par circulaire du Premier ministre

Plus en détail

Atelier 84 - L approche d audit par les risques

Atelier 84 - L approche d audit par les risques Atelier 84 - L approche d audit par les risques 1 Plan Présentation des NEP 315, 320, 330, 500 et 501 Principales différences par rapport au référentiel de juillet 2003? 2 Présentation NEP 315, 320, 330,

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ

LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ Avril 2009 Table des matières Préambule... 3 Introduction... 4 Champ d application... 5 Entrée en vigueur et processus de mise à jour... 6 1. Cadre de gestion de la conformité...

Plus en détail

Les fondamentaux des Ressources Humaines

Les fondamentaux des Ressources Humaines Les fondamentaux des Ressources Humaines Référence GRH-01 JOUR 1 Les grands principes de la fonction RH Acquérir une vision globale de la gestion des ressources humaines dans l'entreprise. Maîtriser les

Plus en détail

Evaluation des risques et procédures d audit en découlant

Evaluation des risques et procédures d audit en découlant Evaluation des risques et procédures d audit en découlant 1 Présentation des NEP 315, 320, 330, 500 et 501 2 Présentation NEP 315, 320, 330, 500 et 501 Les NEP 315, 320, 330, 500 et 501 ont fait l objet

Plus en détail

FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES. LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1)

FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES. LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1) FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1) LIENS FONCTIONNELS : - Direction Outremer (DIROM) -

Plus en détail

RESULTATS DES TRAVAUX DU GROUPE DE PLACE ETABLI SOUS L EGIDE DE L AMF. Le dispositif de Contrôle Interne : Cadre de référence

RESULTATS DES TRAVAUX DU GROUPE DE PLACE ETABLI SOUS L EGIDE DE L AMF. Le dispositif de Contrôle Interne : Cadre de référence RESULTATS DES TRAVAUX DU GROUPE DE PLACE ETABLI SOUS L EGIDE DE L AMF Le dispositif de Contrôle Interne : Cadre de référence Sommaire I- INTRODUCTION GENERALE 1.1 Préambule 1.2 Le contexte 1.3 L approche

Plus en détail

Atelier A06. Comment intégrer la gestion des risques à la stratégie de l entreprise

Atelier A06. Comment intégrer la gestion des risques à la stratégie de l entreprise Atelier A06 Comment intégrer la gestion des risques à la stratégie de l entreprise 1 Atelier A06 Intervenants Olivier Sorba Directeur Risque & Contrôle Interne Gilles Proust Associé & co-fondateur Intervenant

Plus en détail

Atelier C11. Gouvernance, gestion et communication des risques dans les ETI

Atelier C11. Gouvernance, gestion et communication des risques dans les ETI Atelier C11 Gouvernance, gestion et communication des risques dans les ETI Intervenants François COTTIGNIES Administrateur indépendant Pascal GAY Pilot Corporation of Europe Secrétaire Général Caroline

Plus en détail

BANK AL-MAGHRIB Le Gouverneur DN 49/G/2007 Rabat, le 31 août 2007 Directive relative à la fonction "conformité"

BANK AL-MAGHRIB Le Gouverneur DN 49/G/2007 Rabat, le 31 août 2007 Directive relative à la fonction conformité BANK AL-MAGHRIB Le Gouverneur DN 49/G/2007 Rabat, le 31 août 2007 Directive relative à la fonction "conformité" Le Gouverneur de Bank Al-Maghrib; vu la loi n 34-03 relative aux établissements de crédit

Plus en détail

N 65 État de Genève : audit de gestion de la gouvernance globale des systèmes d information rapport publié le 27 juin 2013

N 65 État de Genève : audit de gestion de la gouvernance globale des systèmes d information rapport publié le 27 juin 2013 N 65 État de Genève : audit de gestion de la gouvernance globale des systèmes d information rapport publié le 27 juin 2013 Les 12 recommandations de la Cour des comptes ont été approuvées. Actuellement

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE PREVU PAR L ARTICLE R 823-21 DU CODE DE COMMERCE RELATIF A L EXERCICE CLOS AU 31 DECEMBRE 2013

RAPPORT DE TRANSPARENCE PREVU PAR L ARTICLE R 823-21 DU CODE DE COMMERCE RELATIF A L EXERCICE CLOS AU 31 DECEMBRE 2013 RAPPORT DE TRANSPARENCE PREVU PAR L ARTICLE R 823-21 DU CODE DE COMMERCE RELATIF A L EXERCICE CLOS AU 31 DECEMBRE 2013 RAPPEL Les Commissaires aux Comptes, désignés auprès de personnes ou entités faisant

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DE TRANSPARENCE

RAPPORT ANNUEL DE TRANSPARENCE RAPPORT ANNUEL DE TRANSPARENCE DECEMBRE 2014 Etabli en application des dispositions de l article R. 823-21 du Code de commerce 1 Préambule Le présent rapport établi par la Société Thierry MOREL & Associés

Plus en détail

Quiz Méthodologie Gouvernance Management des risques Contrôle interne - Audit Interne QUIZ. 1 - LES RISQUES (CONCEPT et MANAGEMENT)

Quiz Méthodologie Gouvernance Management des risques Contrôle interne - Audit Interne QUIZ. 1 - LES RISQUES (CONCEPT et MANAGEMENT) Qu est-ce qu un risque? 1 - LES RISQUES (CONCEPT et MANAGEMENT) Le RISQUE est un concept signifiant la possibilité que la combinaison d un.. et d un.. ait pour conséquence la. Pour pallier les risques

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DIAGNOCURE INC. (la «Société») MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION (le «Conseil») Le rôle du Conseil consiste à superviser la gestion des affaires et les activités commerciales de la Société afin d en assurer

Plus en détail

Objectifs stratégiques assignés à Swisscom SA par le Conseil fédéral de 2010 à 2013

Objectifs stratégiques assignés à Swisscom SA par le Conseil fédéral de 2010 à 2013 Département fédéral de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication DETEC Secrétariat général SG-DETEC Service de presse et d'information Objectifs stratégiques assignés à Swisscom

Plus en détail

La gestion du risque

La gestion du risque La gestion du risque Enjeux Le risque est consubstantiel à l entreprise. Sans prise de risque, l entreprise ne peut assurer une rentabilité décente pour ses actionnaires. Mais, comme des exemples récents

Plus en détail

Le rapport d audit Modifications apportées par la version révisée de la norme ISA 700 applicable à partir du 31/12/2006

Le rapport d audit Modifications apportées par la version révisée de la norme ISA 700 applicable à partir du 31/12/2006 Le rapport d audit Modifications apportées par la version révisée de la norme ISA 700 applicable à partir du 31/12/2006 Introduction : Dans le but d accroître la transparence et la comparabilité des rapports

Plus en détail

Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001-

Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001- Forum QHSE - QUALITE Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001- Laurent GUINAUDY OC2 Consultants Atelier ISO 9001 1 Présentation du Cabinet OC2 Consultants Cabinet créé en 1996 Zone d

Plus en détail

Gouvernance des risques, Comités d audit et Commissaires aux comptes

Gouvernance des risques, Comités d audit et Commissaires aux comptes Gouvernance des risques, Comités d audit et Commissaires aux comptes Quelles évolutions, quelles attentes? CONFERENCE 30 NOVEMBRE 2010 0 Sommaire 1 Actualité réglementaire et impact sur les relations CAC

Plus en détail

«Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» Démarche GPEC

«Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» Démarche GPEC «Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» «La sécurité, c est la capacité de réagir à toute éventualité» Horemis Paris : 19 rue du Général Foy 75008 Paris - Tel: 33 (1) 55 06 01 51

Plus en détail

Définition de l audit interne

Définition de l audit interne CHAPITRE 1 Définition de l audit interne Les collectivités territoriales sont régies par l article 72 de la Constitution française qui dispose que «Les collectivités territoriales de la République sont

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES RELATIF A LA TENUE CONSERVATION DES COMPTES EN VALEURS MOBILIERES APPLICABLE AUX SOCIETES FAISANT APPEL PUBLIC A L EPARGNE

CAHIER DES CHARGES RELATIF A LA TENUE CONSERVATION DES COMPTES EN VALEURS MOBILIERES APPLICABLE AUX SOCIETES FAISANT APPEL PUBLIC A L EPARGNE CAHIER DES CHARGES RELATIF A LA TENUE CONSERVATION DES COMPTES EN VALEURS MOBILIERES APPLICABLE AUX SOCIETES FAISANT APPEL PUBLIC A L EPARGNE Article 1 : La société (émetteur ou intermédiaire en bourse

Plus en détail

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD 1 MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE SECRETRARIAT PERMANENT DU CONSEIL NATIONAL POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

Plus en détail