Intérêt de la TEP-FDG dans les cancers de l ovaire

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Intérêt de la TEP-FDG dans les cancers de l ovaire"

Transcription

1 Intérêt de la TEP-FDG dans les cancers de l ovaire T. Mognetti et F. Giammarile Introduction La TEP-FDG (Tomographie par Émission de Positons après injection de 18 F- Fluoro-2-Déoxy-Glucose) est un des examens d imagerie les plus récemment mis à disposition des cliniciens. Il s agit d un examen scintigraphique, qui consiste donc, comme toute scintigraphie, à injecter un traceur (en l occurrence le FDG), à le laisser circuler dans l organisme pendant le temps nécessaire à sa métabolisation, puis à dresser une cartographie de ses zones d accumulation et, enfin, à en tirer des conclusions sur le fonctionnement de l organisme. Chaque traceur a sa distribution physiologique spécifique et ses variations pathologiques. Il se distingue des examens conventionnels de médecine nucléaire par le type de rayonnements émis par le radionucléide (β+ au lieu de γ), ce qui impose le recours à des appareils de détection spécifiques, les caméras TEP, encore peu répandues en France (75 caméras projetées pour 2005). En outre, les caméras TEP les plus récentes sont couplées à un scanner TDM classique, ce qui permet la fusion des images de la modalité scintigraphique et de la modalité radiologique, pour profiter à la fois de l information métabolique de l une et de la précision anatomique de l autre. Il est à noter que, pour des raisons qui sortent du cadre de cet exposé, ces examens sont réalisés le plus souvent sans injection de produit de contraste iodé et ne peuvent donc pas remplacer l examen TDM classique dans les situations où l injection de produit de contraste est indispensable. Le FDG est le premier et, à ce jour, le seul traceur émetteur de positons disposant d une autorisation de mise sur le marché (AMM) en France, ce qui explique que l on assimile souvent TEP et FDG, alors que le premier désigne une technologie et le second un traceur exploitant cette technologie. Dans un avenir relativement proche, de nouveaux traceurs émetteurs de positons verront sans doute le jour. Afin d éviter toute confusion, nous désignerons l examen par son traceur («scintigraphie au FDG» ou «TEP-FDG») plutôt

2 176 Les cancers ovariens que de parler seulement de «TEP». De la même façon, ce chapitre traite de l intérêt de la scintigraphie au FDG et non de l intérêt de la TEP en général. Le FDG est un analogue du glucose, qui s en distingue seulement par la substitution du radical -OH en position 2 par un isotope du fluor. Cette dénaturation chimique, si elle lui permet bien de diffuser librement dans les cellules et de subir la première étape du métabolisme glucidique, lui interdit en revanche aussi bien de suivre les étapes ultérieures du métabolisme glucidique que de ressortir des cellules. Il s accumule donc dans toutes les cellules de l organisme, de façon proportionnelle à leur consommation de glucose, par un mécanisme d impasse métabolique. C est tout le paradoxe de ce traceur qui, tout en étant parfaitement ubiquitaire, permet de repérer les cellules tumorales grâce à leur métabolisme habituellement très supérieur à celui des cellules saines. Ce mécanisme explique aussi les faux positifs liés à des foyers inflammatoires ou infectieux et les faux négatifs liés à des tumeurs d évolution lente, un traitement anti-tumoral trop récent ou encore des perturbations du métabolisme glucidique. Méthodologie et réalisation de l examen L accès à l examen se fait après concertation entre le clinicien demandeur et le médecin nucléaire qui réalisera l examen, afin de valider la pertinence de la demande, l adéquation entre le bénéfice attendu et les indications de l examen. La réalisation de la scintigraphie au FDG est soumise à trois types de contraintes : celles des traceurs émetteurs de positons en général (demi-vie courte, environ deux heures pour le 18 F, coût, approvisionnement en flux tendu donc soumis à des aléas logistiques); celles spécifiques du FDG (interférence possible des perturbations du métabolisme glucidique, tout particulièrement dans les situations d hyperinsulinisme); celles de la caméra TEP (difficulté d accès à l examen, risque de panne d un matériel de haute technologie donc très sensible). En pratique, le patient doit se présenter à jeun de six heures (seules les boissons non sucrées sont autorisées, mais thé et café sont déconseillés pour limiter les manifestations du stress). La grande majorité des traitements médicamenteux est compatible avec cette scintigraphie. Il faut toutefois prendre des précautions en cas de traitement interférant avec le métabolisme du glucose, donc tout particulièrement les traitements du diabète. Dans ce cas, il n y a alors pas d attitude systématique et il faudra discuter au cas par cas avec le médecin nucléaire. Comme pour tous les examens d imagerie, le patient doit se munir de ses examens les plus récents, particulièrement des examens TEP, TDM ou IRM, et si possible de son dossier clinique complet. Un entretien médical préalable à

3 Intérêt de la TEP-FDG dans les cancers de l ovaire 177 l examen permet de vérifier le respect du jeûne, de rechercher des sources possibles de faux positifs ou faux négatifs, de dépister une claustrophobie, d expliquer le déroulement de l examen, de réaliser l information sur les rayonnements ionisants. Le risque de grossesse doit être écarté (mais c est une préoccupation assez théorique dans les cancers ovariens!). Enfin, la plupart des centres ne fournissent aucun résultat immédiat car les temps de traitement informatique et d interprétation sont souvent longs. Le patient doit absolument en être avisé avant l examen. Les résultats sont transmis au médecin demandeur sous vingt-quatre heures. Une période de repos allongé est observée minutes avant injection IV du FDG et 60 minutes après. Ce produit est totalement dénué d effet pharmacologique et ne produit aucune sensation désagréable. Comme l objectif est de permettre au patient de se détendre, d éviter les sollicitations musculaires source de faux positifs, il n est pas possible de lire ou de se déplacer pendant ce temps-là, mais il est envisageable d utiliser un baladeur musical. Après cette période d attente et après une miction, l examen dure environ minutes. La caméra se présente extérieurement comme un gros scanner. Elle ne produit guère que le bruit des ventilateurs de refroidissement et ne cause aucune sensation perceptible. Indications Le travail de synthèse le plus systématique et le plus complet concernant les indications de la TEP-FDG dans le cancer de l ovaire a été réalisé par la Fédération nationale des centres de lutte contre le cancer en 2002 et mis à jour en novembre 2003 (1). Il est basé sur l étude de la littérature internationale. Il nous servira donc de base et nous le compléterons des données publiées depuis ce rapport. Diagnostic initial et bilan d extension Les techniques d imagerie conventionnelle ne sont pas suffisamment sensibles et spécifiques pour effectuer le diagnostic de cancer de l ovaire et le bilan d extension tumorale. Dans les études qui ont servi de support à l établissement des SOR, la sensibilité de la TEP-FDG variait de 55 à 100%, la spécificité de 50 à 100%, la valeur prédictive positive de 80 à 100% et la valeur prédictive négative de 17 à 100%. Ces valeurs très disparates s expliquent notamment par la forte incidence de la carcinose péritonéale, dont les granulations microscopiques ne sont détectées que dans 7 cas sur 16 (sensibilité 44%) (2). Ainsi, la scintigraphie au FDG ne présente à ce jour pas d intérêt pour le diagnostic initial ou le bilan

4 178 Les cancers ovariens d extension des cancers ovariens. L immuno-scintigraphie pourrait constituer une piste pour améliorer cette sensibilité (3). Cependant, une étude récente et modeste (15 patientes) suggère que l ajout de la TEP-FDG au bilan d extension initial par TDM fait passer la sensibilité de 46 à 68%, la spécificité de 90 à 92%, la corrélation avec le stade chirurgical de 53 à 87% (4). Cette étude mérite d être confortée par une autre plus significative. Évaluation de la réponse thérapeutique La chirurgie de deuxième regard est la méthode de référence dans l évaluation de la réponse au traitement initial et pour la recherche de maladie résiduelle. Deux études prospectives récentes ont évalué l apport de la scintigraphie au FDG dans cette indication par rapport à la chirurgie. La première (5), portant sur 55 patientes qui ont été évaluées par l une seule des deux méthodes, a montré que la TEP-FDG et la chirurgie de second regard avaient des valeurs pronostiques similaires après chirurgie et chimiothérapie adjuvante, au point de proposer de substituer la TEP-FDG à la chirurgie (30 malades ont bénéficié d'un «second look» et 25 d'une TEP-FDG, la survie sans récidive n'est pas significativement différente entre les deux groupes, respectivement 40,5 +/- 11,6 mois, et 48,6 +/- 12,1 mois). La seconde (6), portant sur 31 patientes évaluées par les deux méthodes, a montré une bonne corrélation entre les données histologiques et TEP-FDG, avec notamment une sensibilité de 78%, une spécificité de 75% et une valeur prédictive positive de 89%. Toujours selon cette étude, toutes les lésions non vues correspondaient à des lésions de moins de 5 mm, ce qui semble bien constituer le seuil de détection de la TEP-FDG. Des lésions pathologiques peuvent être mises en évidence même lorsque le CA-125 est normal, mais l étude n a pas approfondi ce point. Si des études similaires (réalisées sur des échantillons comparables ou supérieurs) venaient conforter ces résultats, il s agirait probablement d une évolution stratégique significative pour la prise en charge de ce cancer. En revanche, il n y a pas actuellement d utilité de la TEP-FDG dans l évaluation de la réponse au traitement au-delà du traitement initial, en dehors d études prospectives. Recherche de récidive Plusieurs études, mais portant sur de petits effectifs, ont montré la supériorité en terme de sensibilité et de spécificité de la scintigraphie au FDG par rapport à l imagerie conventionnelle (7-9). La sensibilité semble également augmenter

5 Intérêt de la TEP-FDG dans les cancers de l ovaire 179 lorsque le taux de CA-125 est élevé (10), mais l analyse de la littérature ne permet pas de retenir de seuil du CA-125 justifiant le recours à la TEP-FDG. L intérêt de la TEP-FDG pour le diagnostic de récidive locale ou métastatique semble ainsi validé par ses performances supérieures à celles de l imagerie conventionnelle. La carcinose péritonéale microscopique est la principale source de faux négatifs, la chirurgie de second regard restant ici plus sensible. Exemples Cas n 1 Élévation du CA-125 de 60 à 280 en l'espace de six mois chez une patiente aux antécédents d'adénocarcinome de l'ovaire qui a déjà reçu deux lignes de chimiothérapie. La TEP-FDG retrouve plusieurs foyers pelviens, dont certains (fig. 1) étaient difficilement discernables des anses digestives. Fig. 1 Cas n 1. Cas n 2 Adénocarcinome ovarien avec carcinose péritonéale initiale, ayant bénéficié d'une CHIP associée à une résection rectale, une hémicholectomie droite et une splénectomie en 07/2004. Actuellement, réascension rapide du CA 125. TDM thoraco-abdomino-pelvienne considérée comme normale. Mise en évidence en TEP-FDG d une récidive de localisation atypique de l angle cardiophrénique (fig. 2).

6 180 Les cancers ovariens Fig. 2 Cas n 2. Conclusion La principale indication de la TEP-FDG dans la prise en charge du cancer de l ovaire (et la conclusion actuelle des SOR) est que la scintigraphie au FDG peut être proposée en cas de suspicion de récidive locale ou métastatique, généralement devant une élévation confirmée du CA-125. Le remplacement de la chirurgie de deuxième regard par la TEP-FDG est une indication dont on peut raisonnablement espérer la validation dans un avenir proche. Références 1. Fédération nationale des centres de lutte contre le cancer (2003) Recommandations pour la pratique clinique : standards, options et recommandations 2003 pour l utilisation de la tomographie par émission de positons au [18F]-FDG (TEP-FDG) en cancérologie 2. Turkalow A, Yeung HW, Macapinlac HA et al. (2000) Peritoneal carcinosis - the role of FDG-PET. J Nucl Med 41(abstr A-140) 3. Bohdiewicz PJ, Scott GC, Juni JE et al. (1995) Indium-111 OncoScint CR/OV and F-18 FDG in colorectal and ovarian carcinoma recurrences. Early observations. Clin Nucl Med 20: Yoshida Y, Kurokawa T, Kawahara K et al. (2004) Incremental benefits of FDG positron emission tomography over CT alone for the preoperative staging of ovarian cancer. Am J Roentgenol 182:

7 Intérêt de la TEP-FDG dans les cancers de l ovaire Kim S, Chung JK, Kang SB et al. (2004) [18F]FDG PET as a substitute for second-look laparotomy in patients with advanced ovarian carcinoma. Eur J Nucl Med Mol Imaging 31: Sironi S, Messa C, Mangili G et al. (2004) Integrated FDG PET/CT in patients with persistent ovarian cancer: correlation with histologic findings. Radiology 233: Torizuka T, Nobezawa S, Nagashima S et al. (2000) Role of whole body FDG-PET in management of patients with recurrent ovarian cancers. J Nucl Med 41 (abstr A-1318) 8. Nakamoto Y, Saga T, Ishimori T et al. (2001) Clinical value of positron emission tomography with FDG for recurrent ovarian cancer. AJR American Journal of Roentgenology 176: Yen RF, Sun SS, Shen YY et al. (2001) Whole body positron emission tomography with 18F fluoro-2-deoxyglucose for the detection of recurrent ovarian cancer. Anticancer Research 21: Zimny M, Siggelkow W, Schroder W et al. (2001) 2-[Fluorine-18]-fluoro-2-deoxy-dglucose positron emission tomography in the diagnosis of recurrent ovarian cancer. Gynecologic Oncology 83: 310-5

Intérêt du Pet Scan dans le cancer du rectum. DESC Brest 19 juin 2014 Giretti Giovanni

Intérêt du Pet Scan dans le cancer du rectum. DESC Brest 19 juin 2014 Giretti Giovanni Intérêt du Pet Scan dans le cancer du rectum DESC Brest 19 juin 2014 Giretti Giovanni Introduction Technique d imagerie médicale fonctionnelle et métabolique alliant l information fonctionnelle du TEP

Plus en détail

La Tomographie par Emission de Positons. Dr A Devillers, Dr L Le Dortz,

La Tomographie par Emission de Positons. Dr A Devillers, Dr L Le Dortz, La Tomographie par Emission de Positons Dr A Devillers, Dr L Le Dortz, Qu est ce que la TEP? Plateau technique de médecine nucléaire Technique d imagerie médicale fonctionnelle métabolique PET scan : terme

Plus en détail

Dr David LUSSATO Dr Mathieu QUENEAU. 14 Octobre 2010

Dr David LUSSATO Dr Mathieu QUENEAU. 14 Octobre 2010 Dr David LUSSATO Dr Mathieu QUENEAU 14 Octobre 2010 Indication (B2) - Suspicion de récidive locale ou métastatique Bourguet P, Hitzel A, Houvenaeghel G, Vinatier D, Bosquet L, Bonichon F,Corone C, Giard-Lefevre

Plus en détail

Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire

Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire Diplôme Universitaire Corrélations anatomo-physio-pathologiques en imagerie thoracique 25 mai 2011 Imagerie TEP et pathologie tumorale bronchique Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire Détection en coincidence

Plus en détail

UE2 CANCEROLOGIE Place de la Médecine Nucléaire

UE2 CANCEROLOGIE Place de la Médecine Nucléaire UE2 CANCEROLOGIE Place de la Médecine Nucléaire Imagerie Imagerie de Gamma Caméra Tomographie d émission monophotoniqueou TEMP: radiopharmaceutiqueémetteurs de rayonnement Gamma Imagerie de Caméra TEP

Plus en détail

Le PET Scan modifie t il le traitement des métastases des CCR?

Le PET Scan modifie t il le traitement des métastases des CCR? Le PET Scan modifie t il le traitement des métastases des CCR? 7 ième Journée scientifique Annuelle 31/ 05/ 2014 Clinique Atlas Dr ALJ AMINA Médecin Nucléaire IMAGERIE EN CANCEROLOGIE - La place de l imagerie

Plus en détail

F-FDG TEP-TDM et CANCER du SEIN: Performances et limites dans le staging initial

F-FDG TEP-TDM et CANCER du SEIN: Performances et limites dans le staging initial 18 F-FDG TEP-TDM et CANCER du SEIN: Performances et limites dans le staging initial Dr. Elif Hindié, Dr. Anne-Laure Cazeau, Dr. Jean-Baptiste Pinaquy - Bordeaux Dr. David Groheux - Hôpital Saint-Louis

Plus en détail

Le principe de la TEP

Le principe de la TEP couplée TDM Le principe de la TEP C est un atome contenant un positon supplémentaire, libéré dans l organisme lors de la désintégration.il se désintègre selon une radioactivité beta+ Lorsque le positron

Plus en détail

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la scintigraphie osseuse et le TEP-SCAN

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la scintigraphie osseuse et le TEP-SCAN Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la scintigraphie osseuse et le TEP-SCAN Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin Jeudi 25 Septembre 2008 Un peu d histoire

Plus en détail

TEP / TDM : Quelles indications en gynécologie - Ganglion sentinelle. J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat

TEP / TDM : Quelles indications en gynécologie - Ganglion sentinelle. J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat TEP / TDM : Quelles indications en gynécologie - Ganglion sentinelle J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat Mougins - Jeudi 20 septembre 2012 2009 : TEP-TDM à temps

Plus en détail

Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux. Jeudi 25 Septembre 2008

Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux. Jeudi 25 Septembre 2008 Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux Jeudi 25 Septembre 2008 Indications oncologiques Indications issues des SOR (standards, options et recommandations).

Plus en détail

PET- SCAN ou TEP. Son intérêt actuel en Cancérologie thoracique Professeur D. ANTHOINE CHU de NANCY et Docteur F. VAYLET Hôpital du Val-de-Grâce

PET- SCAN ou TEP. Son intérêt actuel en Cancérologie thoracique Professeur D. ANTHOINE CHU de NANCY et Docteur F. VAYLET Hôpital du Val-de-Grâce PET- SCAN ou TEP Son intérêt actuel en Cancérologie thoracique Professeur D. ANTHOINE CHU de NANCY et Docteur F. VAYLET Hôpital du Val-de-Grâce (certains de ces clichés proviennent de la monographie Astrazeneca

Plus en détail

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris Cancer du rectum France : 15000 décès/an : 1ère cause. Pronostic souvent réservé Métastases

Plus en détail

Quantification en tomographie d émission

Quantification en tomographie d émission Quantification en tomographie d émission Irène Buvat Imagerie et Modélisation en Neurobiologie et Cancérologie UMR 8165 CNRS - Paris 7 - Paris 11 buvat@imnc.in2p3.fr http://www.guillemet.org/irene Séminaire

Plus en détail

Document d information dans le cadre de l installation d un cyclotron. à Saint-Louis

Document d information dans le cadre de l installation d un cyclotron. à Saint-Louis Document d information dans le cadre de l installation d un cyclotron à Saint-Louis Cancers & imagerie médicale Un progrès majeur pour une meilleure prise en charge des patients. Accroitre les possibilités

Plus en détail

TEP au 18F-FDG et bilan d extension d dans le cancer du sein

TEP au 18F-FDG et bilan d extension d dans le cancer du sein TEP au 18F-FDG et bilan d extension d initial dans le cancer du sein Eric ZERBIB Médecine Nucléaire, CIMEN Centre Chirurgical Val d! Or, 92210 Saint-Cloud, Eric.zerbib zerbib@cimen.fr atiente de 64 ans

Plus en détail

TEP / TDM et Cancer du poumon (non à petites cellules) J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat

TEP / TDM et Cancer du poumon (non à petites cellules) J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat TEP / TDM et Cancer du poumon (non à petites cellules) J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat Mougins - Jeudi 16 juin 2011 Plan TEP-FDG! Principe! Différentes générations

Plus en détail

INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN

INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN Calformed, 09/02/2007, Dr J.M Loez, Calais INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN I - RAPPEL DE LA CLASSIFICATION CLINIQUE DES CANCERS DU SEIN A - TUMEUR PRIMITIVE Tx non déterminé To pas de

Plus en détail

Radio-pharmaceutiques TEP

Radio-pharmaceutiques TEP Médecine Nucléaire diagnostique: imagerie fonctionnelle par scintigraphie de positons et rayonnements γ Service de Médecine Nucléaire, juin 2005 Franz Buchegger, PD Le radio-pharmaceutique Le radio-pharmaceutique

Plus en détail

Modèles numériques anthropomorphiques pour les simulations en TEMP et TEP

Modèles numériques anthropomorphiques pour les simulations en TEMP et TEP Modèles numériques anthropomorphiques pour les simulations en TEMP et TEP Irène Buvat et Simon Stute Imagerie et Modélisation en Neurobiologie et Cancérologie UMR 8165 CNRS - Paris 7 - Paris 11 buvat@imnc.in2p3.fr

Plus en détail

TEP / TDM et Cancer du col de l utérus - Ganglion sentinelle. J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat

TEP / TDM et Cancer du col de l utérus - Ganglion sentinelle. J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat TEP / TDM et Cancer du col de l utérus - Ganglion sentinelle J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat Mougins - Jeudi 12 avril 2012 2009 : TEP-TDM à temps de vol AVANT

Plus en détail

Cancer du sein. Du CA15-3 à la tomographie à émission de positons.

Cancer du sein. Du CA15-3 à la tomographie à émission de positons. Cancer du sein. Du CA15-3 à la tomographie à émission de positons. Un taux de récidive de 30% dans les dix premières années chez des patientes en rémission complète après un traitement curatif, requiert

Plus en détail

Sujets présentés par le Professeur Olivier CUSSENOT

Sujets présentés par le Professeur Olivier CUSSENOT ANAMACaP Association Nationale des Malades du Cancer de la Prostate 17, bis Avenue Poincaré. 57400 SARREBOURG Sujets présentés par le Professeur Olivier CUSSENOT Place des nouvelles techniques d imagerie

Plus en détail

TEP au 18 F-FDG. Principes, généralités, indications. Docteur Fanny NETTER

TEP au 18 F-FDG. Principes, généralités, indications. Docteur Fanny NETTER TEP au 18 F-FDG Principes, généralités, indications Docteur Fanny NETTER Bases physiques Emetteurs de positons excès de charge + dans leur noyau Désintégration par transformation B+ e+ parcourt quelques

Plus en détail

Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques?

Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques? Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques? L Fournier, D Balvay, CA Cuénod Service de radiologie, Hôpital Européen Georges Pompidou Laboratoire de Recherche en Imagerie, Equipe

Plus en détail

Place de la tomographie par émission de positons avec tomodensitométrie au 18-fluorodéoxyglucose

Place de la tomographie par émission de positons avec tomodensitométrie au 18-fluorodéoxyglucose Place de la tomographie par émission de positons avec tomodensitométrie au -fluorodéoxyglucose en oncogynécologie The ability of FDG PET-CT in onco -gynecology M. Faraggi*, L. Bensimhon*, F. Hugonnet*

Plus en détail

BILAN D EXTENSION ET SUIVI DANS LE TRAITEMENT DES LYMPHOMES

BILAN D EXTENSION ET SUIVI DANS LE TRAITEMENT DES LYMPHOMES BILAN D EXTENSION ET SUIVI DANS LE TRAITEMENT DES LYMPHOMES Fourati.H, Feki.W, Hentati.Y, Kaddour.I, Mdhaffar.M*, Daoud.E, Mnif.Z Service d Imagerie médicale CHU Hédi Chaker Sfax, Tunisie *Service d Hématologie

Plus en détail

L apport d une nouvelle technologie: tomographie d émission par positrons

L apport d une nouvelle technologie: tomographie d émission par positrons L apport d une nouvelle technologie: tomographie d émission par positrons François Bénard, MD, FRCPC Clinicien-chercheur, Centre de recherche clinique Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke Professeur

Plus en détail

Bilan pré opératoire des cancers ovariens C. GRANIER Imagerie Médicale CRLCC Val d Aurelle Montpellier Données épidémiologiques Incidence en France en 2008 est estimée à 4430 nouveaux cas par an 7ème cause

Plus en détail

N1: ganglions métastatiques hilaires ou péri-bronchiques homolatéraux

N1: ganglions métastatiques hilaires ou péri-bronchiques homolatéraux Bilan d extension ganglionnaire du cancer bronchique B Padovani, D Ducreux, S Stolear, A Ocelli, E Giordana, L Mondot, S Chanalet, CP Raffaelli, P Carrier Extension ganglionnaire Élément essentiel de l

Plus en détail

Les cancers de l endomètre

Les cancers de l endomètre Chapitre 2 Les cancers de l endomètre Généralités Prise en charge Il convient d évaluer les facteurs de comorbidité et l espérance de vie. La stratégie thérapeutique repose principalement sur l opérabilité

Plus en détail

EVALUATION PAR IRM DU CANCER DE L ENDOMETRE : VERS UNE CLASSIFICATION «FIGO-IRM»?

EVALUATION PAR IRM DU CANCER DE L ENDOMETRE : VERS UNE CLASSIFICATION «FIGO-IRM»? EVALUATION PAR IRM DU CANCER DE L ENDOMETRE : VERS UNE CLASSIFICATION «FIGO-IRM»? I Jammet (1), E Decroisette (1), M Pouquet (1), Y Aubard (1), JP Rouanet (2), A Maubon (1) (1) Limoges France, (2) Montpellier

Plus en détail

L IRM dans le bilan d extension du cancer de l endomètre:

L IRM dans le bilan d extension du cancer de l endomètre: Cafcim 10 décembre 2011 Centre Hospitalier de la côte Basque L IRM dans le bilan d extension du cancer de l endomètre: Lin et al. 3T diffusion. Radiology 2009 Dr. Christophe MAUREL Plan: Quelques Rappels

Plus en détail

T3 T N 58 : : - 2009 3 2M

T3 T N 58 : : - 2009 3 2M CAS CLINIQUE Monsieur M âgé de 58 ans MOTIF D HOSPITALISATION : découverte d un nodule pulmonaire unique chez un patient avec ATCD de néoplasie pulmonaire ANTECEDENT : - pneumonectomie G en 2009 pour un

Plus en détail

Place de l IRM dans le diagnostic du cancer du sein

Place de l IRM dans le diagnostic du cancer du sein Place de l IRM dans le diagnostic du cancer du sein Docteur Maryannick Bryselbout, Hôpital d Aix en Provence Docteur Olivier Marpeau, Clinique de l Étoile Cancer le plus fréquent de la femme En France,

Plus en détail

Chaque année, près de 49 000 cas de cancers du sein sont détectés et 11 900 femmes

Chaque année, près de 49 000 cas de cancers du sein sont détectés et 11 900 femmes AIDE À LA PRATIQUE Cancer du sein Quelles modalités de dépistage, pour quelles femmes? Chaque année, près de 49 000 cas de cancers du sein sont détectés et 11 900 femmes décèdent des suites de cette maladie.

Plus en détail

Apport diagnostique du coloscanner à l'eau dans l'exploration des pathologies coliques chez le sujet âgé

Apport diagnostique du coloscanner à l'eau dans l'exploration des pathologies coliques chez le sujet âgé Apport diagnostique du coloscanner à l'eau dans l'exploration des pathologies coliques chez le sujet âgé W. Hajlaoui, P. Dean, N. Hablani, I. Mahé-Halley, D. Sacko, R. Habachou, P. Armand, J. Albisetti.

Plus en détail

CANCER DU SEIN QUELLES MODALITÉS DE DÉPISTAGE, POUR QUELLES FEMMES?

CANCER DU SEIN QUELLES MODALITÉS DE DÉPISTAGE, POUR QUELLES FEMMES? CANCER DU SEIN QUELLES MODALITÉS DE DÉPISTAGE, POUR QUELLES FEMMES? Chaque année, près de 49 000 cas de cancer du sein sont détectés et 11 900 femmes décèdent des suites de cette maladie. Pourtant, détecté

Plus en détail

Valeur prédictive négative de l IRM : quand et comment l utiliser?

Valeur prédictive négative de l IRM : quand et comment l utiliser? Valeur prédictive négative de l IRM : quand et comment l utiliser? MRI negative predictive negative: when and how to use it? M. Asad-syed, S. Ferron, M. Boisserie-Lacroix et G. Hurtevent 3 Mots clés :

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET BILAN D EXTENSION DU CANCER DU TESTICULE A. TOUIMER M. BOUBRIT IMAGERIE MEDICALE CHU BENI MESSOUS

DIAGNOSTIC ET BILAN D EXTENSION DU CANCER DU TESTICULE A. TOUIMER M. BOUBRIT IMAGERIE MEDICALE CHU BENI MESSOUS DIAGNOSTIC ET BILAN D EXTENSION DU CANCER DU TESTICULE A. TOUIMER M. BOUBRIT IMAGERIE MEDICALE CHU BENI MESSOUS INTRODUCTION Rare Tumeurs germinales (95%) -TG séminomateuse (35-45ans) -TG non séminomateuse

Plus en détail

III. PRINCIPALES INDICATIONS EN ONCOLOGIE

III. PRINCIPALES INDICATIONS EN ONCOLOGIE III. PRINCIPALES INDICATIONS EN ONCOLOGIE Amicale des médecins de Neuilly sur Seine 14 Octobre 2010 Dr Mathieu QUENEAU Département d Imagerie Scintigraphique - TEP CCN 18FDG EN ONCOLOGIE Rôle majeur dans

Plus en détail

Prise en charge chirurgicale et chimiothérapie néoadjuvante des cancers de l ovaire stade III-IV

Prise en charge chirurgicale et chimiothérapie néoadjuvante des cancers de l ovaire stade III-IV Prise en charge chirurgicale et chimiothérapie néoadjuvante des cancers de l ovaire stade III-IV JM. Classe, R. Rouzier, O.Glehen, P.Meeus, L.Gladieff, JM. Bereder, F Lécuru Population concernée par la

Plus en détail

Réseau Onco Poitou-Charentes Mise à jour du référentiel régional des tumeurs de l endomètre (Décembre 2013) ******* ******* Sous la conduite de :

Réseau Onco Poitou-Charentes Mise à jour du référentiel régional des tumeurs de l endomètre (Décembre 2013) ******* ******* Sous la conduite de : 1 Les référentiels de bonnes pratiques cliniques des tumeurs de l endomètre. Version 2013 Sous la conduite de : Cédric NADEAU Service de Gynécologie - Obstétrique - CHU de Poitiers & Yannick THIROUARD

Plus en détail

F-FLUORODÉOXYGLUCOSE EN ONCOLOGIE Expérience en Ile de France

F-FLUORODÉOXYGLUCOSE EN ONCOLOGIE Expérience en Ile de France 18F-fluorodéoxyglucose en oncologie. Expérience en Ile de France. 18 F-FLUORODÉOXYGLUCOSE EN ONCOLOGIE Expérience en Ile de France H. FOEHRENBACH 1, J. LUMBROSO 2 1 Service Médecine Nucléaire, Hôpital

Plus en détail

Tumeurs osseuses secondaires (154e) Professeur Jean-Philippe Vuillez Octobre 2003

Tumeurs osseuses secondaires (154e) Professeur Jean-Philippe Vuillez Octobre 2003 Pré-Requis : Corpus Médical Faculté de Médecine de Grenoble Tumeurs osseuses secondaires (154e) Professeur Jean-Philippe Vuillez Octobre 2003 Physiologie et histologie osseuses Cancérologie fondamentale

Plus en détail

QUANTIFICATION DES EXAMENS ONCOLOGIQUES AU FLUORO-DÉOXYGLUCOSE EN TOMOGRAPHIE PAR ÉMISSION DE POSITONS

QUANTIFICATION DES EXAMENS ONCOLOGIQUES AU FLUORO-DÉOXYGLUCOSE EN TOMOGRAPHIE PAR ÉMISSION DE POSITONS Journées Jeunes Chercheurs d Aussois d - Décembre D 2003 U494 QUANTIFICATION DES EXAMENS ONCOLOGIQUES AU FLUORO-DÉOXYGLUCOSE OXYGLUCOSE EN TOMOGRAPHIE PAR ÉMISSION DE POSITONS Juliette FEUARDENT Thèse

Plus en détail

Imagerie des cancers bronchiques

Imagerie des cancers bronchiques Imagerie des cancers bronchiques Quoi de neuf en 2012? V Servois - Institut Curie Paris AFCOR 2012 Objectif du staging Rôles - Sélectionner les candidats à la chirurgie - Planifier l intervention - Planifier

Plus en détail

mise au point - LES CRITERES DE LUGANO - Marie Luporsi IHN médecine nucléaire

mise au point - LES CRITERES DE LUGANO - Marie Luporsi IHN médecine nucléaire mise au point - LES CRITERES DE LUGANO - Marie Luporsi IHN médecine nucléaire Plus de 25 sous types de lymphomes: 65% de lymphomes agressifs 35% de lymphomes indolents Age moyen au diagnostic pour LMNH:

Plus en détail

Cancer inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences

Cancer inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences Huguette Nguele Meke Introduction Le cancer du sein est une maladie gave et fréquente qui touche une femme sur 11 au cours de sa vie et qui est diagnostiqué

Plus en détail

conférence internationale de l ACOMEN Les limites du SUV Irène Buvat U678 INSERM, Paris buvat@imed.jussieu.fr ACOMEN - Irène Buvat - 11 mai 2007-1

conférence internationale de l ACOMEN Les limites du SUV Irène Buvat U678 INSERM, Paris buvat@imed.jussieu.fr ACOMEN - Irène Buvat - 11 mai 2007-1 9 ème conférence internationale de l ACOMEN Les limites du SUV Irène Buvat U678 INSERM, Paris buvat@imed.jussieu.fr ACOMEN - Irène Buvat - 11 mai 2007-1 Le SUV (Standardized Uptake Value) Index caractérisant

Plus en détail

Imagerie du myelome mutiple: utilite de l IRM et du PET- SCANNER. Bhasker Koppula, Justin Kaputch et Christopher J.Hanrahan

Imagerie du myelome mutiple: utilite de l IRM et du PET- SCANNER. Bhasker Koppula, Justin Kaputch et Christopher J.Hanrahan Imagerie du myelome mutiple: utilite de l IRM et du PET- SCANNER Bhasker Koppula, Justin Kaputch et Christopher J.Hanrahan introduction Le myélome multiple est une affection hématologique caractérisée

Plus en détail

Du Diagnostic au Traitement par le Nucléaire Est-ce possible?

Du Diagnostic au Traitement par le Nucléaire Est-ce possible? Du Diagnostic au Traitement par le Nucléaire Est-ce possible? Pr Denis AGOSTINI MD-DSc CHU Côte de Nacre Caen CHERBOURG MARS 2012 Cherbourg 2012 1 Plan 1. DIAGNOSTIC EN MEDECINE NUCLEAIRE 1. TEP-SCANNER

Plus en détail

Imagerie du sein. Georgios Sgourdos Chef de clinique COURS-BLOC POUR LES CANDIDATS AU TITRE FMH EN GYNECOLOGIE-OBSTETRIQUE. Samedi 8 octobre 2011

Imagerie du sein. Georgios Sgourdos Chef de clinique COURS-BLOC POUR LES CANDIDATS AU TITRE FMH EN GYNECOLOGIE-OBSTETRIQUE. Samedi 8 octobre 2011 COURS-BLOC POUR LES CANDIDATS AU TITRE FMH EN GYNECOLOGIE-OBSTETRIQUE Samedi 8 octobre 2011 Imagerie du sein Georgios Sgourdos Chef de clinique Service de radiodiagnostic et radiologie interventionnelle

Plus en détail

TRAITEMENT NEO ADJUVANT DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE. Laetitia DAHAN CHU Timone Marseille

TRAITEMENT NEO ADJUVANT DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE. Laetitia DAHAN CHU Timone Marseille TRAITEMENT NEO ADJUVANT DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE Laetitia DAHAN CHU Timone Marseille Aucun CONFLITS D INTÉRÊT Objectifs pédagogiques Savoir définir un cancer du pancréas localement avancé et border

Plus en détail

INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE

INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE DIAGNOSTIC DES RECIDIVES LOCOREGIONALES GENERALITES VIVIANE FEILLEL INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE OBJECTIFS DE LA SURVEILLANCE Evaluation des séquelles post-thérapeutiques Diagnostic précoce des récidives

Plus en détail

Bases physiques de l imagerie en

Bases physiques de l imagerie en Bases physiques de l imagerie en Médecine Nucléaire (MN) Pr. Malika ÇAOUI Service de Médecine Nucléaire CHU International Cheikh Zaid Faculté de Médecine et de Pharmacie - Rabat- 02/12/2010 Pr. Malika

Plus en détail

MEDECINE NUCLEAIRE EN UROLOGIE ET NEPHROLOGIE

MEDECINE NUCLEAIRE EN UROLOGIE ET NEPHROLOGIE 11/12/12 10h30 11h30 Pr Lebtahi RT : Chloé Achouche RL : Issam Belkhatir MEDECINE NUCLEAIRE EN UROLOGIE ET NEPHROLOGIE Plan : I. PRINCIPE II. IMAGERIE GAMMA CAMERA A. Scintigraphie Rénale : 2 types d examens

Plus en détail

TDM OPTIMISATION DES PERFORMANCES DU PÔLE D IMAGERIED

TDM OPTIMISATION DES PERFORMANCES DU PÔLE D IMAGERIED TEP-TDM TDM OPTIMISATION DES PERFORMANCES DU PÔLE D IMAGERIED F.Fuerxer*, M.Vergé**, P.Brunner*, S.Bertrand*, JM.Cucchi*, MY.Mourou*, P.Rigo** Département d imagerie médicale Services de radiologie (*)

Plus en détail

Christelle Tychyj, CHLS

Christelle Tychyj, CHLS Christelle Tychyj, CHLS Estimation du VOLUME TUMORAL sur des critères morphologiques +++ qui ont fait lobjet de consensus internationnaux RECIST 1.1 tumeurs solides CHESON lymphomes Essais thérapeutiques

Plus en détail

Le cyclotron Arronax et la médecine nucléaire

Le cyclotron Arronax et la médecine nucléaire Le cyclotron Arronax et la médecine nucléaire Jean-François Chatal Université de Nantes et GIP Arronax 1934: découverte de la radioactivité artificielle Naissance de la médecine nucléaire Un radiopharmaceutique

Plus en détail

Evaluation précoce de la chimiothérapie néo-adjuvante par IRM. P Taourel, E Pages, C Alili (CHU Montpellier)

Evaluation précoce de la chimiothérapie néo-adjuvante par IRM. P Taourel, E Pages, C Alili (CHU Montpellier) Evaluation précoce de la chimiothérapie néo-adjuvante par IRM P Taourel, E Pages, C Alili (CHU Montpellier) Pourquoi? Prise en charge personnalisée du cancer du sein Morbidité et coût d une chimiothérapie

Plus en détail

La chimiothérapie néo-adjuvante aujourd'hui.

La chimiothérapie néo-adjuvante aujourd'hui. 1 La chimiothérapie néo-adjuvante aujourd'hui. La chimiothérapie néo-adjuvante, dite «première» ou encore d induction, dans la prise en charge thérapeutique du cancer du sein, repose sur l étroite dépendance

Plus en détail

Indications de la radiothérapie

Indications de la radiothérapie traitements, soins et innovation MAI 2009 Indications de la radiothérapie CANCER De la prostate COLLECTION recommandations & référentiels OUTIL D AIDE À LA DÉCISION CONSENSUS D EXPERTS À PARTIR DE RECOMMANDATIONS

Plus en détail

TOMOGRAPHIE PAR EMISSION DE POSITONS ET RADIOTHERAPIE DES CANCERS GYNECOLOGIQUES

TOMOGRAPHIE PAR EMISSION DE POSITONS ET RADIOTHERAPIE DES CANCERS GYNECOLOGIQUES Ateliers de l AFCOR vendredi 25 mars 2011 TOMOGRAPHIE PAR EMISSION DE POSITONS ET RADIOTHERAPIE DES CANCERS GYNECOLOGIQUES Dr. Gérald BONARDEL Service de médecine nucléaire HIA Val de Grâce Paris EANM-ESTRO

Plus en détail

Apport de l imagerie médicale fonctionnelle dans le diagnostic du nodule pulmonaire

Apport de l imagerie médicale fonctionnelle dans le diagnostic du nodule pulmonaire Apport de l imagerie médicale fonctionnelle dans le diagnostic du nodule pulmonaire Dr Camilo Garcia Service de Médecine Nucléaire Inst. J. Bordet Université Libre de Bruxelles Belgique Conflits d intérêt

Plus en détail

TEP ET CANCER BRONCHIQUE. INTERVALLE DE CONFIANCE DES DE PNEUMOLOGIE. 15 octobre 2011 Inter région Languedoc Roussillon - PACA

TEP ET CANCER BRONCHIQUE. INTERVALLE DE CONFIANCE DES DE PNEUMOLOGIE. 15 octobre 2011 Inter région Languedoc Roussillon - PACA TEP ET CANCER BRONCHIQUE INTERVALLE DE CONFIANCE DES DE PNEUMOLOGIE. 15 octobre 2011 Inter région Languedoc Roussillon PACA JeanLouis Pujol et Denis MarianoGoulart Faculté de médecine et CHRU de Montpellier

Plus en détail

Cas clinique cancer du poumon

Cas clinique cancer du poumon 10 e Forum National de l Omnipraticien El Hamma, Alger 21 & 22 Mai 2014 Cas clinique cancer du poumon Dr F.Ait Daoud Pr.H.Mahfouf SOMUR.EPH ROUIBA Homme 59 ans, sans antécédents pathologiques particuliers,

Plus en détail

La recherche BRAF : intérêts et limites en 2013

La recherche BRAF : intérêts et limites en 2013 La recherche BRAF : intérêts et limites en 2013 Réunion GFPC Paris, décembre 2013 Pr D Damotte Pathologie Hôpitaux universitaires paris centre BRAF: voie MEK / ERK AMM mélanome en 2011 La recherche BRAF

Plus en détail

Atelier 1: Oncogénétique. O. Cohen-Haguenauer, M. Albiter, N. Espié, L. Cahen-Doidy

Atelier 1: Oncogénétique. O. Cohen-Haguenauer, M. Albiter, N. Espié, L. Cahen-Doidy Atelier 1: Oncogénétique O. Cohen-Haguenauer, M. Albiter, N. Espié, L. Cahen-Doidy 2 Cas clinique Mme L C Historique Patiente âgée de 61 ans 1998 -Traitement conservateur d un CLI (carcinome lobulaire

Plus en détail

Septin9 UNE AVANCÉE DANS LA DÉTECTION DU CANCER COLORECTAL UNE SIMPLE ANALYSE SANGUINE VOUS DONNERA UNE RÉPONSE. Fier commanditaire de

Septin9 UNE AVANCÉE DANS LA DÉTECTION DU CANCER COLORECTAL UNE SIMPLE ANALYSE SANGUINE VOUS DONNERA UNE RÉPONSE. Fier commanditaire de Septin9 UNE AVANCÉE DANS LA DÉTECTION DU CANCER COLORECTAL UNE SIMPLE ANALYSE SANGUINE VOUS DONNERA UNE RÉPONSE Fier commanditaire de 1 TEST DE DÉPISTAGE SEPTIN9 Votre professionnel de la santé peut utiliser

Plus en détail

TNE digestives Bilan diagnostique

TNE digestives Bilan diagnostique Alger 3è CIC 23 février 2013 TNE digestives Bilan diagnostique Emmanuel Mitry Département d oncologie médicale Institut Curie Mme X, 56 ans Adressée pour suspicion de tumeur endocrine du grêle avec - Diarrhée

Plus en détail

Chapitre 5 Processus tumoral et cancer

Chapitre 5 Processus tumoral et cancer Chapitre 5 Processus tumoral et cancer V.1 Définition V.2 Cancérogenèse ou oncogenèse V.3 Facteurs cancérigènes V.4 Prévention. V.5 Dépistage et diagnostic. V.5.1 Signes cliniques V.5.2 Examens complémentaires

Plus en détail

Gynécologue et médecin de famille

Gynécologue et médecin de famille Gynécologue et médecin de famille Tous les deux ans dès 50 ans, les femmes sont invitées à faire une mammographie de dépistage dans le cadre d un programme lorsque leur canton ou région en dispose. Le

Plus en détail

Adapter la chimiothe rapie au stade et aux comorbidite s? Audrey MAILLIEZ

Adapter la chimiothe rapie au stade et aux comorbidite s? Audrey MAILLIEZ Adapter la chimiothe rapie au stade et aux comorbidite s? Audrey MAILLIEZ Aucun Conflit d intérêts Référentiels Critères oncologiques de choix des traitements p significatif traitement / protocole établi

Plus en détail

L imagerie dans le dépistage du. cancer du poumon :

L imagerie dans le dépistage du. cancer du poumon : L imagerie dans le dépistage du cancer du poumon : où en sommes-nous? Louise Samson, MD, FRCPC, et Marie-Pierre Cordeau, MD, FRCPC Présenté à la Journée d imagerie en radiologie et en médecine nucléaire

Plus en détail

Techniques d imagerie et Recherche

Techniques d imagerie et Recherche Techniques d imagerie et Recherche Jean-Christophe Ferré, PH 1- Unité de Neuroradiologie, Département de Radiologie et Imagerie Médicale, CHU RENNES 2- Unité/ Projet Visages U746 INSERM/ INRIA, IRISA,

Plus en détail

CANCER DU SEIN DE LA FEMME AGEE : QUELS TRAITEMENTS? A.BARKAT Clin gyn obs. CHU Constantine 7ème Congrès de la SAERM ALGER 14-15/03/09

CANCER DU SEIN DE LA FEMME AGEE : QUELS TRAITEMENTS? A.BARKAT Clin gyn obs. CHU Constantine 7ème Congrès de la SAERM ALGER 14-15/03/09 CANCER DU SEIN DE LA FEMME AGEE : QUELS TRAITEMENTS? A.BARKAT Clin gyn obs. CHU Constantine 7ème Congrès de la SAERM ALGER 14-15/03/09 INTRODUCTION 1 er cancer féminin avec l age age moyen: 48 ans expérience

Plus en détail

Chirurgie palliative des cancers du sein

Chirurgie palliative des cancers du sein Chirurgie palliative des cancers du sein Dr MARTIN-FRANCOISE Sandrine Centre François Baclesse CAEN 1 / xx Cancers du sein métastatiques Cancer du sein d emblée métastatique : 1 à 2% Puis cancer devenant

Plus en détail

Médecine Nucléaire : PET-scan et imagerie hybride

Médecine Nucléaire : PET-scan et imagerie hybride Médecine Nucléaire : PET-scan et imagerie hybride Benjamin GEISSLER Centre d d Imagerie Nucléaire St-Etienne, Roanne, Le Puy en Velay 1967 2007 Principes Spécialit cialité médicale (1950) Radiologie Radiothérapie

Plus en détail

Cancer de l Endomètre : Désescalade chirurgicale

Cancer de l Endomètre : Désescalade chirurgicale Cancer de l Endomètre : Désescalade chirurgicale Pr Raffaèle FAUVET Service de Gynécologie Obstétrique CHU CAEN Cancer de l endomètre - Cancer gynécologique le plus fréquent (13,6/100.000 femmes) - 3 ème

Plus en détail

Radiopharmaceutiques : diagnostic et applications

Radiopharmaceutiques : diagnostic et applications Radiopharmaceutiques : diagnostic et applications Les traceurs en oncologie Cible moléculaire Radiopharmaceutique 90 Y 90 Y Gamma: Scinti/SPECT-CT Récepteur: SMS Antigène: ACE Transporteur: GLUT1 90 Y

Plus en détail

Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2

Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2 Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2 AUTOEXAMEN MAMMAIRE non préconisé si demande de la patiente : se rapprocher du gynécologue pour apprentissage

Plus en détail

Bilan radiologique diagnostique d'une tumeur mammaire. S. Cousin Tuteur: Dr Ceugnart DES d'oncologie médicale 11 décembre 2009

Bilan radiologique diagnostique d'une tumeur mammaire. S. Cousin Tuteur: Dr Ceugnart DES d'oncologie médicale 11 décembre 2009 Bilan radiologique diagnostique d'une tumeur mammaire. S. Cousin Tuteur: Dr Ceugnart DES d'oncologie médicale 11 décembre 2009 Plan Généralités Le dépistage La Mammographie: place/limites/indications L'echographie:

Plus en détail

Programme Mammographie. Les examens complémentaires

Programme Mammographie. Les examens complémentaires Programme Mammographie Les examens complémentaires Le saviez-vous? Les différents examens complémentaires à une mammographie de dépistage servent bien souvent à exclure un cancer. Une intervention chirurgicale

Plus en détail

LEIOMYOSARCOME PRIMITIF DU DIAPHRAGME A propos d un cas.

LEIOMYOSARCOME PRIMITIF DU DIAPHRAGME A propos d un cas. LEIOMYOSARCOME PRIMITIF DU DIAPHRAGME A propos d un cas. N. Cherif Idrissi El Ganouni1, M. Ouali Idrissi1, O. Essadki1, A. Ousehal1 H. Raïs3, B. Belabidia3, R. Sali2, H. Elidrissi2, 1-Service de radiologie,

Plus en détail

Ordonnance du DFI sur les prestations dans l assurance obligatoire des soins en cas de maladie

Ordonnance du DFI sur les prestations dans l assurance obligatoire des soins en cas de maladie Ordonnance du DFI sur les prestations dans obligatoire des soins en cas de maladie (Ordonnance sur les prestations de des soins, OPAS) Modification du 20 novembre 2014 Le Département fédéral de l intérieur

Plus en détail

- Anamnèse familiale: hyperthyroïdie chez une sœur. Consulte pour une voussure cervicale

- Anamnèse familiale: hyperthyroïdie chez une sœur. Consulte pour une voussure cervicale Colloque de médecine de premier recours Dr Patrick MEYER Nodules Thyroïdiens 6 Février 2013 - Unité d Endocrinologie HUG, patrick.meyer@hcuge.ch - Centre de Médecine Interne et Spécialités, Clinique La

Plus en détail

Médecine Nucléaire - Imagerie fonctionnelle et métabolique - 2006 - vol.30 - n 1 41

Médecine Nucléaire - Imagerie fonctionnelle et métabolique - 2006 - vol.30 - n 1 41 A.P. Pecking, J.L. Albérini, M. Wartski, C. Corone, M.F. Pichon Biologie et imagerie, un nouveau partenariat : marqueurs tumoraux et tomographie par émission de positons (TEP). A.P. Pecking, J.L. Albérini,

Plus en détail

Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire

Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire Ramona ITTI, physicienne médicale Service de Cancérologie - Radiothérapie hôpital St. Louis Les Matinées de l Innovation, 27 septembre 2013

Plus en détail

COLLOQUE MEDICO-CHIRURGICAL HOPITAL PRIVE DE LA LOIRE

COLLOQUE MEDICO-CHIRURGICAL HOPITAL PRIVE DE LA LOIRE COLLOQUE MEDICO-CHIRURGICAL HOPITAL PRIVE DE LA LOIRE IMAGERIE EN CANCÉROLOGIE : UN ARSENAL COMPLET À L HPL Benjamin GEISSLER (1), Didier LIEUX (2) (1) Centre d Imagerie Nucléaire (2) Centre d Imagerie

Plus en détail

Dispositifsd'imageriemédicale. Master Images, Sciences et Technologies de l'information

Dispositifsd'imageriemédicale. Master Images, Sciences et Technologies de l'information Dispositifsd'imageriemédicale Master Images, Sciences et Technologies de l'information Intervenants : A. Daurat, V. Noblet, F. Rousseau Accès depuis la page web des intervenants LSIIT, équipe MIV http://lsiit-miv.u-strasbg.fr/miv

Plus en détail

Marqueurs sériques. E.Roussel 14 juin 2013

Marqueurs sériques. E.Roussel 14 juin 2013 Marqueurs sériques E.Roussel 14 juin 2013 Les marqueurs dans la prise en charge des kystes ovariens présumés bénins Patientes avec kyste répondant aux critères échographiques de bénignité selon la classification

Plus en détail

MICRO OU MACROBIOPSIE MAMMAIRE

MICRO OU MACROBIOPSIE MAMMAIRE MICRO OU MACROBIOPSIE MAMMAIRE Dr Philippe de Vanssay de Blavous Sénologie interventionnelle Clinique des ORMEAUX AHFMC 2 avril 2015 EPIDEMIOLOGIE DU CANCER DU SEIN 50 000 nouveaux cas/an 11 000 décès/an

Plus en détail

Docteur Brigitte Seradour

Docteur Brigitte Seradour Dépistage du cancer du sein Docteur Brigitte Seradour Pourquoi dépister le cancer du sein? (Selon 10 principes OMS) Il s agit d une maladie grave, fréquente, détectable (phase latente) L examen de dépistage

Plus en détail

CANCERS DE L OVAIRE ST PAUL DE VENCE

CANCERS DE L OVAIRE ST PAUL DE VENCE CANCERS DE L OVAIRE ST PAUL DE VENCE Président : E. Pujade-Lauraine Président d honneur : M. Namer Comité de pilotage : G. Freyer, F. Lécuru, I. Ray-Coquard SOMMAIRE Dépistage Groupe de travail : AC. Hardy-Bessard,

Plus en détail

Cancer du sein : données épidémiologiques 2012

Cancer du sein : données épidémiologiques 2012 Cancer du sein 1 2 Cancer du sein : données épidémiologiques 2012 1er cancer en fréquence et en mortalité de la femme 48.763 nouveaux cas 31,5 % des nouveaux cas de cancers de la femme 50 % des cancers

Plus en détail

CHIRURGIE DANS LES CANCERS DU SEIN

CHIRURGIE DANS LES CANCERS DU SEIN CHIRURGIE DANS LES CANCERS DU SEIN FORMATION IDE ONCOLOGIE-HÉMATOLOGIE «Connaissance de la maladie cancéreuse» T. de Lapparent, unité de pathologie mammaire, CHBM PLAN Définitions Place de la chirurgie

Plus en détail

Traitement du carcinome intracanalaire du sein

Traitement du carcinome intracanalaire du sein Traitement du carcinome intracanalaire du sein Eric SEBBAN 241 rue du faubourg St Honoré, Paris INTRODUCTION 20% des tumeurs mammaires malignes appartiennent à la famille du carcinome intra canalaire et

Plus en détail

Intérêt du TEP-FDG dans la prise en charge des métastases des cancers urologiques

Intérêt du TEP-FDG dans la prise en charge des métastases des cancers urologiques Volume 18 - Septembre 2008 - Numéro 5 Journal de l Association Française d Urologie, de l Association des Urologues du Québec, et de la Société Belge d Urologie Progrès en Urologie (2008), Suppl. 7, S208

Plus en détail