Traitement de consolidation dans les cancers de l ovaire

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Traitement de consolidation dans les cancers de l ovaire"

Transcription

1 Traitement de consolidation dans les cancers de l ovaire J.-F. Geay, I. Ray-Coquard, H. Curé et É. Pujade-Lauraine Pourquoi un traitement de consolidation? Le standard de traitement de première ligne d une patiente atteinte d un cancer de l ovaire de stade IC-IV est une chirurgie d exérèse maximale suivie ou encadrée par six cycles de chimiothérapie à base de platine. Cette stratégie permet d obtenir une rémission complète clinique chez 75-80% des patientes. Malheureusement, ce bon résultat initial ne se maintient pas dans le temps et globalement 70% des patientes atteintes d un cancer de l ovaire avancé vont rechuter dans les cinq ans, avec une médiane de durée de survie sans progression de seulement dix-huit mois. C est cette frustration née du contraste entre un résultat thérapeutique initial de qualité et un résultat global médiocre qui explique la recherche dans les cancers de l ovaire d un traitement de consolidation efficace, complémentaire au traitement d induction. Traitement de consolidation ou traitement de maintenance? Actuellement les deux termes, consolidation ou maintenance, sont employés indifféremment. L imprécision sémantique souligne celle de la notion de consolidation. En effet, sous ce terme, se cache diverses conceptions. Le renforcement du traitement initial comprenant six cycles de chimiothérapie peut se faire par : la prolongation ou l intensification du traitement chimiothérapique initial. Dans ces cas, le traitement de consolidation reprend l essentiel des médicaments efficaces de la chimiothérapie de départ ;

2 318 Les cancers ovariens l administration de traitements cytotoxiques différents du traitement initial : drogues différentes de chimiothérapie, ou radiothérapie, ou traitement biologique, dans l espoir d agir directement sur les clones tumoraux résistants ; L administration de traitements d immunothérapie pour moduler les défenses de l hôte vis-à-vis des cellules tumorales La variété des concepts du traitement de consolidation se retrouve également dans la durée de ce traitement qui varie entre un cycle (intensification) et plusieurs mois étalés jusqu à la progression. Nous prendrons les définitions suivantes : la maintenance est un traitement prolongé administré jusqu à progression, tandis que la consolidation est un traitement de durée limitée. Dans les deux cas, le traitement est indiqué après une réponse à la première ligne de chimiothérapie. Les différentes traitements utilisés en maintenance/consolidation seront présentés successivement. La radiothérapie Radiothérapie abdominale totale L analyse de la radiothérapie en consolidation des cancers de l ovaire souffre du faible nombre d essais randomisés et du petit nombre de patientes dans les études. C est la conclusion de la méta-analyse de G.M. Thomas réalisée à partir de 28 essais réunissant un total de 713 patientes traitées par radiothérapie après laparotomie de deuxième regard (1). Le tableau I montre la corrélation entre le résidu à la laparotomie de deuxième regard et le pronostic, ce qui ne donne pas d indication sur l efficacité de la radiothérapie. Selon l auteur, les données ne sont pas en faveur d un rôle curatif de la radiothérapie. Néanmoins, les patientes qui pourraient bénéficier le plus d une évaluation de la radiothérapie de consolidation sont celles qui n ont plus de résidu ou seulement des résidus microscopiques. Tableau I Résultats de la méta-analyse de la radiothérapie en consolidation après la chimiothérapie dans les cancers de l ovaire (1). Taille du résidu Survie sans progression Nombre de patientes Pas de résidu 76% (83/113) < 5 mm 43% (77/158) > 5 mm 17% (34/202) Plus récemment, Sorbe et al. ont rapporté les résultats d une étude randomisée comparant radiothérapie abdominale totale, chimiothérapie ou absence de traitement chez 172 patientes FIGO de stade III en rémission complète chirurgicale après le traitement initial (2). Les 98 patientes en rémission

3 Traitement de consolidation dans les cancers de l ovaire 319 complète histologique ont été randomisées entre radiothérapie (n = 32), chimiothérapie (n = 35) et absence de traitement (n = 31), tandis que les 74 patientes qui avaient des lésions microscopiques recevaient de la radiothérapie ou de la chimiothérapie. La survie sans progression des patientes en rémission complète histologique traitées par radiothérapie (116 mois) était supérieure à celle des patientes traitées par chimiothérapie (37 mois) ou par simple observation (32 mois). Le faible effectif des bras comparés incite à garder quelques réserves sur ces résultats néanmoins encourageants en faveur de la radiothérapie de consolidation chez les patientes en rémission complète histologique à la laparotomie de deuxième regard. À noter une incidence de 10% de toxicité intestinale sévère, principalement des occlusions. Radiothérapie par voie intrapéritonéale La radiothérapie sous forme de 32 P administré par voie intrapéritonéale a été évaluée au cours d une large étude de 267 patientes atteintes d adénocarcinome ovarien de stade III en rémission complète chirurgicale à la laparotomie de deuxième regard (3). Aucune différence n a été observée, aussi bien en terme de survie sans progression (43,3 mois pour le 32 P versus 32,9 mois pour la surveillance) qu en terme de survie à cinq ans. Une autre technique de radiothérapie consiste à administrer par voie intrapéritonéale un anticorps monoclonal anti-mucine (antigène MUC1) pour pouvoir mieux cibler l administration d yttrium-90 couplé à l anticorps (HMFG1). L étude SMART de Seiden et al. comprenant 447 patientes n a pas montré de différence en terme de survie et de qualité de vie entre les patientes traitées par HFMG1-Y-90 par voie intrapéritonéale ou celles soumises à une simple surveillance (4). Au total, un seul essai avec seulement 32 patientes dans le bras expérimental a démontré une augmentation de la survie sans progression grâce à la radiothérapie abdominale totale chez les patientes en rémission complète histologique à la laparotomie de deuxième regard. Ces données restent insuffisantes pour que la radiothérapie soit un standard en consolidation des cancers de l ovaire. La chimiothérapie Poursuite de chimiothérapie Huit essais randomisés ont exploré la prolongation de la chimiothérapie audelà des six cycles standards (tableau II). Dans quatre essais, le traitement de consolidation a consisté à poursuivre la chimiothérapie à base de platine à raison de trois à six cycles supplémentaires (5-7, 11). Le platine pouvait être

4 320 Les cancers ovariens Tableau II Corrélation entre le résidu à la laparotomie de deuxième regard et le pronostic. Référence Nombre Traitement Résultats de patientes Hakes et al versus 10 cycles de CAP Pas de différence avec 10 cycles (5) Bertelsen et al versus 12 cycles de CAP Pas de différence en réponse, (6) médiane de survie Lambert et al versus 8 cycles de cisplatine Pas de différence de survie sans (7) ou carboplatine progression et globale Scarfone et al. 162 Observation versus epirubicine x 4 Pas de différence de survie (8) Pfisterer et al. 1,308 Observation versus topotecan x 4 Pas de différence de survie sans (9) progression et globale Pignata et al. 273 Observation versus topotecan x 4 Pas de différence de survie sans (10) progression Piccart et al cycles de cisplatine intrapéri- Pas de différence de survie sans (11) toneal (90 mg/m 2 ) ou observation progression et globale Markman et al or 12 cycles de paclitaxel Survie sans progression en (12) tous les 28 jours faveur de 12 cycles (28 m versus 21 m; p < 0,005) administré en monothérapie par voie intraveineuse, ou par voie intrapéritonéale, ou en association avec l administration de doxorubicine et de cyclophosphamide. Aucun de ces essais n a démontré de bénéfice en faveur de la prolongation de la chimiothérapie avec platine. Néanmoins, en raison du faible nombre de patientes incluses dans ces essais (de 78 à 233), il est difficile d affirmer que la question est parfaitement close. Dans deux essais, les patientes ont été randomisées après six cycles de carboplatine-paclitaxel pour recevoir quatre cycles de topotecan ou être soumises à une simple surveillance (9, 10). L essai AGO-GINECO est l essai de consolidation le plus important à ce jour (1 308 patientes). Aucun avantage n a été observé chez les patientes traitées par quatre cycles de topotécan supplémentaires. Un autre essai de taille modeste (n = 162) n a pas montré de gain à l addition de quatre cycles d epirubicine (8). Contrairement à tous les essais précédents dont les résultats étaient négatifs, l essai randomisé du SWOG a montré une différence significative de survie sans progression pour les patientes traitées par douze cycles de paclitaxel à la dose de 135 mg/m 2 par mois par rapport à celles traitées par seulement trois cycles supplémentaires (11). Les 277 patientes incluses dans cet essai étaient en rémission clinique complète après les cinq à six cycles initiaux de carboplatinepaclitaxel. Le traitement prolongé par paclitaxel a entraîné une plus grande fréquence de neurotoxicité, mais a permis un retard significatif de la rechute (28 mois versus 21 mois; p < 0,005). Malheureusement, étant donné que l objectif principal était atteint, le Comité indépendant de surveillance a arrêté

5 Traitement de consolidation dans les cancers de l ovaire 321 l essai avant que le nombre de patientes nécessaires pour détecter une différence de survie aient pu être incluses. En l absence de données sur la survie, l intérêt de traiter par paclitaxel les patientes douze mois supplémentaire pour retarder la rechute de sept mois reste discuté en regard des effets secondaires du paclitaxel (alopécie, neurotoxicité). Au total, un seul essai randomisé de poursuite de la chimiothérapie au-delà des six cycles standards a montré un bénéfice significatif en terme de survie sans progression. Ce résultat est à ce jour insuffisant pour que la poursuite de la chimiothérapie au-delà de six cycles soit considérée comme un standard. Chimiothérapie de consolidation à hautes doses Dans cet essai du GINECO-FNCLCC-SFGM, H. Curé et al. ont inclus 110 patientes très sélectionnées (moins de 60 ans, répondeurs à la chimiothérapie, résidus > 2 cm à la laparotomie de deuxième regard) pour recevoir, soit un cycle à hautes doses de carboplatine (1600 mg/m 2 )-cyclophosphamide (6g/m 2 ) avec support de cellules souches, soit trois cycles de la même association à dose standard. La survie sans progression (17, 5 mois versus 12,2 mois) et la survie globale (54 mois versus 42 mois) sont supérieures chez les patientes traitées par la chimiothérapie à hautes doses, mais la différence n est pas significative (13). Traitement de maintenance par immunothérapie La modulation des défenses immunitaires ou la stimulation des défenses dirigées contre les cellules tumorales sont deux voies particulièrement séduisantes pour tenter de maintenir la réponse anti-tumorale obtenue par l association de la chirurgie et de la chimiothérapie. Dans un premier essai randomisé, 300 patientes en rémission complète clinique ou stable après la chimiothérapie ont été randomisées entre surveillance ou traitement par interféron alpha administré trois fois par semaine en sous-cutané jusqu à progression (14). Aucun bénéfice en termes de survie sans progression ou de survie globale n a été observé chez les patientes traitées par interféron. L activité de l anticorps MAab B4313 dirigé contre le CA 125 a été évaluée en traitement de maintenance au cours d un essai randomisé qui a inclus 345 patientes en rémission complète clinique après la chirurgie et la chimiothérapie initiale (15). Le MAab B4313 est un anticorps monoclonal de souris qui génère chez les patientes des anticorps antisouris (HAMA) dont on peut espérer qu il vont cibler les cellules tumorales où s est fixé le MAab B4313. Le MAab B4313 est administré par voie intraveineuse aux semaines 0, 4, 8, 12, puis toutes les douze semaines jusqu à la progression. Aucune différence signi-

6 322 Les cancers ovariens ficative de survie sans progression n a été détectée entre les patientes traitées par le MAab B4313 ou celles soumises à une simple surveillance. Néanmoins, dans la branche immunothérapie, les patientes (60%) qui ont généré des HAMA ont un temps jusqu à rechute significativement supérieur à celles qui n ont pas eu de réponse immunologique au MAab B4313. Au total, il n existe pas à ce jour de données positives en faveur d une efficacité d un traitement de maintenance par immunothérapie. Nouvelles molécules ciblées L efficacité de l inhibition des métalloprotéinases, impliquées dans les processus d invasion et de métastases, a été évaluée dans un essai randomisé de 243 patientes où les patientes dans le bras expérimental étaient traitées par le BAY per os et celles dans le bras standard recevaient un placebo (16). Aucune différence de survie sans progression n a été détectée entre les deux bras. Tous les espoirs actuels des traitements de maintenance dans les cancers de l ovaire sont portés par les molécules qui ciblent les voies initiées par les facteurs de croissance ou les voies de l angiogenèse. Au cours des années , devraient être activés plusieurs essais. Un essai EORTC/GINECO doit évaluer deux ans de traitement par erlotinib (Tarceva ) versus surveillance chez des patientes atteintes de cancer ovarien FIGO stade III en rémission complète clinique après la chirurgie et la chimiothérapie initiale. Par ailleurs, le GOG et les groupes européens rassemblés sous l étiquette ICON (essai ICON 7) devraient explorer l association de l anticorps monoclonal bevacizumab (Avastin ) avec la chimiothérapie dans différents schémas, y compris l évaluation d un traitement de maintenance. Conclusion Le désir des patientes et de leurs médecins de disposer d un traitement permettant de consolider ou de maintenir dans le temps les bons résultats, mais éphémères, de la stratégie thérapeutique initiale des cancers de l ovaire avancés n est actuellement pas exaucé. Aucune thérapeutique (radiothérapie, chimiothérapie, immunothérapie, molécules ciblées) n a pu atteindre à ce jour le standard scientifique nécessaire, c est-à-dire deux essais randomisés de haute qualité démontrant les mêmes résultats. Lors de la Conférence de consensus sur les cancers ovariens qui s est tenue en septembre 2004 à Baden-Baden (en cours de publication), le constat a été

7 Traitement de consolidation dans les cancers de l ovaire 323 le suivant : les données actuelles ne sont pas en faveur d une recommandation d un traitement de maintenance/consolidation dans le bras standard des futurs essais thérapeutiques. Références 1. Thomas GM (1993) Is there a role in for consolidation or salvage radiotherapy after chemotherapy in advanced epithelial ovarian cancer? Gyn Oncol 51: Sorbe B (2003) Consolidation treatment of advanced ovarian carcinoma with radiotherapy after induction chemotherapy. Int J Gynecol Cancer 13 Suppl 2: Varia MA, Stehman FB, Bundy BN et al. (2003) Intraperitoneal radioactive phosphorus (32P) versus observation after negative second-look laparotomy for stage III ovarian carcinoma: a randomized trial of the Gynecologic Oncology Group.J clin Oncol 21: Seiden M, Benigno B, The SMART study investigator group (2004) A pivotal phase III trial to evaluate the efficacy and safety of adjuvant treatment with R1549 (yttrium-90-labeled HMFG1 murine monoclonal antibody) in epithelial ovarian cancer. Proc Am Soc Clin Oncol 23 (abstr 5008) 5. Hakes TB, Chalas E, Hoskins WJ et al. (1992) Randomized prospective trial of 5 versus 10 cycles of cyclophosphamide, doxorubicin, and cisplatin in advanced ovarian carcinoma. Gynecol Oncol 45: Bertelsen K, Jakobsen I, Nielsen SK et al. (1993) A prospective randomized comparison of 6 and 12 cycles of cyclophosphamide, adriamycin and cisplatin in advanced epithelial ovarian cancer: A Danish Ovarian Study Group trial (DA-COVA). Gynecol Oncol 49: Lambert HE, Rustin GJ, Gregory WM et al. (1997) A randomized trial of five versus eight courses of cisplatin or carboplatin in advanced epithelial ovarian carcinoma: A North Thames Ovary Group Study. Ann Oncol 8: Scarfone G, Merisio C, Garavaglia E et al. (2002) A phase III trial of consolidation versus NIHIL (NIL) for advanced epithelial ovarian cancer (AEOC) after complete remission (CR). Proc Am Soc Clin Oncol 21: 204a (abstr 812) 9. Pfisterer J, Lortholary A, Kimmig R et al. (2003) Paclitaxel/carboplatin (TC) versus paclitaxel/carboplatin followed by topotecan (TC-Top) in first-line treatment of ovarian cancer FIGO stages IIb-IV: Interim results of a gynecologic cancer intergroup phase III trial of the AGO Ovarian Cancer Study Group and GINECO. Proc Am Soc Clin Oncol 22: 446 (abstr 1793) 10. Pignata S, Deplacido S, Scambia G et al. (2003) Topotecan versus nihil after response to carboplatin and paclitaxel in advanced ovarian cancer: Early results of the MITO-1 (Multicenter Italian Trials in Ovarian Cancer) study. Proc Am Soc Clin Oncol 22: 446 (abstr 1791) 11. Piccart MJ, Floquet A, Scarfone G et al. (2003) Intraperitoneal cisplatin versus no further treatment: 8-year results of EORTC 55875, a randomized phase III study in ovarian cancer patients with a pathologically complete remission after platinum-based intravenous chemotherapy. Int J Gynecol Cancer 13: (suppl 2) 12. Markman M, Liu PY, Wilczynski S et al. (2003) Phase III randomized trial of 12 versus 3 months of maintenance paclitaxel in patients with advanced ovarian cancer after complete response to platinum and paclitaxel-based chemotherapy: A Southwest Oncology Group an Gynecologic Oncology Group trial. J Clin Oncol 21: Cure H, Battista C, Guastalla JP et al. (2001) Phase III randomized trial of high-dose chemotherapy (HDC) and peripheral blood stem cell (PBSC) support as consolidation in patients (pts) with advanced ovarian cancer (AOC): 5-year follow-up of a GINECO/FNCLCC/SFGM-TC study. Proc Am Soc Clin Oncol 20: 204a (abstr 815)

8 324 Les cancers ovariens 14. Hall G, Coleman R, Stead M et al. (2000) Maintenance treatment with interferon for advanced ovarian cancer. Proc Am Soc Clin Oncol 19: 386a (abstr 1529) 15. Berek J, Ehlen T, Gordon A et al. (2001) Interim analysis of a double blind study of Ovarex mab B43.13 (OV) versus placebo (PBO) in patients with ovarian cancer. Proc Am Soc Clin Oncol 20: 210a (abstr 837) 16. Hirte HW, Vergote IB, Jeffrey JR et al. (2001) An international multicentre phase III study of BAY (BAY) versus placebo in patients (pts) with advanced ovarian cancer (OVCA) responsive to primary surgery-paclitaxel + platinum containing chemotherapy (CT). Proc Am Soc Clin Oncol 20: 211a (abstr 843)

La chimiothérapie intrapéritonéale de consolidation

La chimiothérapie intrapéritonéale de consolidation La chimiothérapie intrapéritonéale de consolidation C. Tournigand, A. Plantade et A. de Gramont Le concept La chimiothérapie intrapéritonéale a été étudiée depuis plus de cinquante ans. Ce traitement régional

Plus en détail

Radiothérapie dans le cancer du col utérin. A. BENIDER Cours d université d été DOURDAN 2009

Radiothérapie dans le cancer du col utérin. A. BENIDER Cours d université d été DOURDAN 2009 Radiothérapie dans le cancer du col utérin A. BENIDER Cours d université d été DOURDAN 2009 Évolution des idées dans le traitement des cancers du col utérin 19 siècle: chirurgie traitement de base 20 siècle:

Plus en détail

Doxorubicine liposomale pégylée

Doxorubicine liposomale pégylée DENOMINATION DU MEDICAMENT CAELYX = Doxorubicine liposomale pégylée CARACTERISTIQUES Dénomination commune : CAELYX Composition qualitative et quantitative : Doxorubicine liposomale pégylée Statut : A.M.M.

Plus en détail

traitement chimiothérapique actuel du cancer de l ovaire

traitement chimiothérapique actuel du cancer de l ovaire traitement chimiothérapique actuel du cancer de l ovaire A. Paulus (1), C. Gennigens (2), G. Fillet (3), C. Loly (1) B. Sautois (4) RÉSUMÉ : Le cancer épithélial de l ovaire est une affection tumorale

Plus en détail

L utilisation des anticorps monoclonaux dans le cancer de l ovaire

L utilisation des anticorps monoclonaux dans le cancer de l ovaire L utilisation des anticorps monoclonaux dans le cancer de l ovaire È.-M. Neidhardt Introduction Le cancer de l ovaire est un cancer sensible à de nombreux agents de chimiothérapie, mais malgré l amélioration

Plus en détail

Cancer de l endomètre localisé à haut risque. Arnaud BEDDOK DES oncologie - radiothérapie Tutrices: Dr RAMDANE, Dr BIHAN

Cancer de l endomètre localisé à haut risque. Arnaud BEDDOK DES oncologie - radiothérapie Tutrices: Dr RAMDANE, Dr BIHAN Cancer de l endomètre localisé à haut risque Arnaud BEDDOK DES oncologie - radiothérapie Tutrices: Dr RAMDANE, Dr BIHAN Plan Introduction: de quoi parle t on? Cas clinique: Mme L 76 ans Recommandations

Plus en détail

Stratégies de maintenance dans le CBNPC en 2013. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse

Stratégies de maintenance dans le CBNPC en 2013. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse Stratégies de maintenance dans le CBNPC en 2013 Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse 6 décembre 2013 Traitement du CBNPC Evolution du traitement des CBNPC métastatiques

Plus en détail

Cancer de l ovaire. traitements, soins et innovation. traitements adjuvants et de consolidation. www.e-cancer.fr. juin 2009

Cancer de l ovaire. traitements, soins et innovation. traitements adjuvants et de consolidation. www.e-cancer.fr. juin 2009 traitements, soins et innovation juin 2009 recommandations professionnelles Cancer de l ovaire traitements adjuvants et de consolidation COLLECTION recommandations & référentiels RECOMMANDATIONS DE PRISE

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 10 novembre 2004

AVIS DE LA COMMISSION. 10 novembre 2004 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 10 novembre 2004 GEMZAR 200 mg, lyophilisat pour usage parentéral (IV) Flacon de 10 ml GEMZAR 1000 mg, lyophilisat pour usage parentéral

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 5 mai 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 5 mai 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 5 mai 2010 ALIMTA 100 mg, poudre pour solution à diluer pour perfusion (CIP 383 080-2) B/1 ALIMTA 500 mg, poudre pour solution à diluer pour perfusion (CIP 565 825-3)

Plus en détail

Angiogénèse et cancers gynécologique

Angiogénèse et cancers gynécologique Angiogénèse et cancers gynécologique Dr Thibault de La Motte Rouge Compréhension de la biologie tumorale : les années 2000 Perte de l apoptose Auto-suffisance en signal de croissance Insensibilité aux

Plus en détail

PAOLA-1. peritoneal cancer

PAOLA-1. peritoneal cancer PAOLA-1 Platine, Avastin and OLAparib in 1 st line of advanced high grade epithelial ovarian, fallopian tube, or primary peritoneal cancer Randomized, Double-blind, Phase III Trial of olaparib vs. placebo

Plus en détail

Cancer inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences

Cancer inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences Huguette Nguele Meke Introduction Le cancer du sein est une maladie gave et fréquente qui touche une femme sur 11 au cours de sa vie et qui est diagnostiqué

Plus en détail

INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive. Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper

INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive. Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper Pourquoi proposer un TTT adjuvant? Probabilité de survie à 10 ans en fonction

Plus en détail

STRATEGIE THERAPEUTIQUE DEVANT UNE OU DES METASTASES CEREBRALES QUE RETENIR EN PRATIQUE?

STRATEGIE THERAPEUTIQUE DEVANT UNE OU DES METASTASES CEREBRALES QUE RETENIR EN PRATIQUE? STRATEGIE THERAPEUTIQUE DEVANT UNE OU DES METASTASES CEREBRALES QUE RETENIR EN PRATIQUE? Benouaich-Amiel A. Institut Claudius Regaud Toulouse EPIDEMIOLOGIE Fréquent 8 à 10 % des cancers 100 170 000 nvx

Plus en détail

Impact de la CHIP dans la prise en charge de la première récidive de cancer de l ovaire

Impact de la CHIP dans la prise en charge de la première récidive de cancer de l ovaire Impact de la CHIP dans la prise en charge de la première récidive de cancer de l ovaire Jean-Marc Classe Institut de Cancérologie de l Ouest, Centre Gauducheau Nantes - France Quel est le pronostic de

Plus en détail

CANCERS DE L OVAIRE ST PAUL DE VENCE

CANCERS DE L OVAIRE ST PAUL DE VENCE CANCERS DE L OVAIRE ST PAUL DE VENCE Président : E. Pujade-Lauraine Président d honneur : M. Namer Comité de pilotage : G. Freyer, F. Lécuru, I. Ray-Coquard SOMMAIRE Dépistage Groupe de travail : AC. Hardy-Bessard,

Plus en détail

Cancer de l endomètre

Cancer de l endomètre Traitement chirurgical des cancers de l endomètre, du col et de l ovaire Cancer de l endomètre Emile Daraï Service de Gynécologie-Obstétrique, Hôpital Tenon, CancerEst, Université Pierre et Marie Curie

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 29 avril 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 29 avril 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 29 avril 2009 NAVELBINE 20 mg, capsule molle plaquette(s) thermoformée(s) PVC-aluminium PVDC de 1 capsule(s) : 365 948-4 NAVELBINE 30 mg, capsule molle plaquette(s) thermoformée(s)

Plus en détail

Cancer du Rectum JOURNEES DES 28/11/14. Candice CAROLA Tuteur : Dr MIRABEL

Cancer du Rectum JOURNEES DES 28/11/14. Candice CAROLA Tuteur : Dr MIRABEL Cancer du Rectum RADIOCHIMIOTHERAPIE JOURNEES DES 28/11/14 Candice CAROLA Tuteur : Dr MIRABEL Plan Généralités (épidémiologie, diagnostic, bilan d extension) PEC néoadjuvante PEC adjuvante PEC métastatique

Plus en détail

PAOLA-1. Cancer de l ovaire 1 ère ligne-maintenance

PAOLA-1. Cancer de l ovaire 1 ère ligne-maintenance PAOLA- Cancer de l ovaire ère ligne-maintenance Etude randomisée de phase III, en double aveugle, comparant olaparib vs placebo chez des patientes atteintes de cancer séreux ou endométrioïde de haut grade

Plus en détail

Registre national CHIP-Ovaires Les récurrences

Registre national CHIP-Ovaires Les récurrences Registre national CHIP-Ovaires Les récurrences Naoual Bakrin (MD), Olivier Glehen (MD, PhD) Service de chirurgie oncologique et viscérale Centre hospitalier Lyon Sud, Pierre Bénite Université Claude Bernard

Plus en détail

«N2» : UNE ALTERNATIVE AU CHOIX CORNELIEN OU AU PARI DE PASCAL. Docteur Olivier CASTELNAU Saint Laurent du Var

«N2» : UNE ALTERNATIVE AU CHOIX CORNELIEN OU AU PARI DE PASCAL. Docteur Olivier CASTELNAU Saint Laurent du Var «N2» : UNE ALTERNATIVE AU CHOIX CORNELIEN OU AU PARI DE PASCAL Docteur Olivier CASTELNAU Saint Laurent du Var La totalité des patients doit bénéficier d une décision collégiale prise au sein d une RCP

Plus en détail

Chimiothérapie d induction pour les carcinomes épidermoïdes T3 oropharyngés : analyse de la littérature

Chimiothérapie d induction pour les carcinomes épidermoïdes T3 oropharyngés : analyse de la littérature Chimiothérapie d induction pour les carcinomes épidermoïdes T3 oropharyngés : analyse de la littérature Dominique de Raucourt 1 / xx 2 / xx Particularités des T3 oropharyngés! " Accessibles le plus souvent

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 25 mai 2011

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 25 mai 2011 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 25 mai 2011 AVASTIN 25 mg/ml Boîte de 1 flacon de 4 ml (CIP : 566 200-7) Boîte de 1 flacon de 16 ml (CIP : 566 201-3) Laboratoires ROCHE Bevacizumab Liste I Réserve hospitalière

Plus en détail

Chimiothérapie première des cancers du sein et expérience de l hôpital Saint Louis

Chimiothérapie première des cancers du sein et expérience de l hôpital Saint Louis Chimiothérapie première des cancers du sein et expérience de l hôpital Saint Louis M. Espié, J Lehman Che, A de Roquancourt, C. Cuvier, E. Bourstyn, L. Cahen-Doidy, C. de Bazelaire,M. Maylin, M. Marty,

Plus en détail

Pr. Pascal HAMMEL. La chimiothérapie de l adénocarcinome du pancréas. Connaître les indications Savoir quand ne pas faire de chimiothérapie

Pr. Pascal HAMMEL. La chimiothérapie de l adénocarcinome du pancréas. Connaître les indications Savoir quand ne pas faire de chimiothérapie Pr. Pascal HAMMEL La chimiothérapie de l adénocarcinome du pancréas Connaître les indications Savoir quand ne pas faire de chimiothérapie Conflits d intérêts Dr Pascal HAMMEL Laboratoires AMGEN Chimiothérapie

Plus en détail

NAVELBINE voie orale

NAVELBINE voie orale DENOMINATION DU MEDICAMENT & FORME PHARMACEUTIQUE NAVELBINE voie orale CARACTERISTIQUES Dénomination commune : vinorelbine Composition qualitative et quantitative : Statut : A.M.M. A.T.U. Classe ATC :

Plus en détail

Il existe un rationnel préclinique pour utiliser une

Il existe un rationnel préclinique pour utiliser une et cancer de l ovaire Antiangiogenic therapy in ovarian cancer P. Pautier*, T. de la Motte Rouge*, C. Lhommé* * Département de médecine, institut Gustave-Roussy, Villejuif. Il existe un rationnel préclinique

Plus en détail

La radiothérapie a été longtemps utilisée comme seul traitement locorégional des formes avancées de cancer du sein L expérience acquise permet de

La radiothérapie a été longtemps utilisée comme seul traitement locorégional des formes avancées de cancer du sein L expérience acquise permet de Radiothérapie dans la stratégie néoadjuvante Alain Fourquet Département de Radiothérapie Oncologique Introduction La radiothérapie a été longtemps utilisée comme seul traitement locorégional des formes

Plus en détail

Peut-on se passer du méthotrexate haute dose dans le traitement de l ostéosarcome de haut degré de malignité?

Peut-on se passer du méthotrexate haute dose dans le traitement de l ostéosarcome de haut degré de malignité? Peut-on se passer du méthotrexate haute dose dans le traitement de l ostéosarcome de haut degré de malignité? Gérard Delepine, Nicole Delepine www.nicoledelepine.fr 1979 Rosen : le protocole T10 Taux de

Plus en détail

Chimiothérapie néoadjuvante et cancer de l ovaire. Patricia Pautier Oncologue médical Institut Gustave-Roussy

Chimiothérapie néoadjuvante et cancer de l ovaire. Patricia Pautier Oncologue médical Institut Gustave-Roussy Chimiothérapie néoadjuvante et cancer de l ovaire Patricia Pautier Oncologue médical Institut Gustave-Roussy Chimiothérapie néoadjuvante Pro Réalisation d une chirurgie complète Moins de morbidité post

Plus en détail

La chimiothérapie des rechutes au-delà de six mois

La chimiothérapie des rechutes au-delà de six mois La chimiothérapie des rechutes au-delà de six mois J.-F. Geay, I. Ray-Coquard et É. Pujade-Lauraine Introduction En l absence de dépistage efficace, le cancer épithélial de l ovaire est détecté à un stade

Plus en détail

Prise en charge multimodale du cancer du sein modèle du traitement ciblé

Prise en charge multimodale du cancer du sein modèle du traitement ciblé Prise en charge multimodale du cancer du sein modèle du traitement ciblé M. Berlière Clinique du Sein Centre du Cancer Cliniques Universitaires St Luc Quand la cible n est pas seulement la tumeur mais

Plus en détail

Etude de cas Cancer Ovarien

Etude de cas Cancer Ovarien Etude de cas Cancer Ovarien DIAGNOSTIC Patiente âgée de 78 ans Bilan d extension (Scanner/IRM/Echographie abdominopelvienne) : Lésion primitive de l épithélium et du stroma touchant les 2 ovaires associée

Plus en détail

TRAITEMENT NEO ADJUVANT DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE. Laetitia DAHAN CHU Timone Marseille

TRAITEMENT NEO ADJUVANT DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE. Laetitia DAHAN CHU Timone Marseille TRAITEMENT NEO ADJUVANT DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE Laetitia DAHAN CHU Timone Marseille Aucun CONFLITS D INTÉRÊT Objectifs pédagogiques Savoir définir un cancer du pancréas localement avancé et border

Plus en détail

LE CANCER DU PANCRÉAS LOCALEMENT AVANCÉ

LE CANCER DU PANCRÉAS LOCALEMENT AVANCÉ LE CANCER DU PANCRÉAS LOCALEMENT AVANCÉ Michel Ducreux Insitut Gustave Roussy Villejuif,FRANCE 1/28 Le cancer du pancréas. Histoire naturelle: Survie à 3 ans < 5% Maladie métastasée d emblée: 40% Formes

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 04 octobre 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 04 octobre 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 04 octobre 2006 HERCEPTIN 150 mg, poudre pour solution à diluer pour perfusion B/1 flacon de 15 ml (CIP: 562 103-7) Laboratoire ROCHE trastuzumab Liste I Médicament soumis

Plus en détail

Atlas des cancers de l ovaire

Atlas des cancers de l ovaire Atlas des cancers de l ovaire Dr LHEUREUX Stéphanie, oncologue, Centre François Baclesse Etat actuel des cancers de l ovaire Vaughan S, Nat Rev Clin Oncol 2011 Atlas: caractérisation actuelle Extension:

Plus en détail

Prise en charge chirurgicale et chimiothérapie néoadjuvante des cancers de l ovaire stade III-IV

Prise en charge chirurgicale et chimiothérapie néoadjuvante des cancers de l ovaire stade III-IV Prise en charge chirurgicale et chimiothérapie néoadjuvante des cancers de l ovaire stade III-IV JM. Classe, R. Rouzier, O.Glehen, P.Meeus, L.Gladieff, JM. Bereder, F Lécuru Population concernée par la

Plus en détail

Cancer de l endomètre

Cancer de l endomètre Onco-gériatrie: Traitement chirurgical des cancers de l endomètre, de l ovaire et du col Emile Daraï Service de Gynécologie-Obstétrique, Hôpital Tenon, IUC, Université Pierre et Marie Curie Paris VI Cancer

Plus en détail

Essai PENELOPE- Pertuzumab in Platinum-resitant low HER3mRNA epithelial ovarian cancer

Essai PENELOPE- Pertuzumab in Platinum-resitant low HER3mRNA epithelial ovarian cancer Essai PENELOPE- Pertuzumab in Platinum-resitant low HER3mRNA epithelial ovarian cancer AGO-OVAR 2.20/ ENGOT ov 14 Essai international en partenariat réseau européen ENGOT et Roche PENELOPE. AGO-OVAR 2.20

Plus en détail

CANCERS TETE ET COU ASCO 2012 W.GAIS CAC BATNA

CANCERS TETE ET COU ASCO 2012 W.GAIS CAC BATNA CANCERS TETE ET COU ASCO 2012 W.GAIS CAC BATNA I CANCERS ORL: PLAN A/CANCERS ORL LOCALEMENT AVANCÉS ET CHIMIOTHÉRAPIE D INDUCTION A1 Etude DECIDER. A2 Etude PARADIGM. B/ L apport des anti EGFR à la radio

Plus en détail

Les conférences de consensus: comparaison, synthèse. Saint-Gallen Nice-Saint-Paul NCCN

Les conférences de consensus: comparaison, synthèse. Saint-Gallen Nice-Saint-Paul NCCN Les conférences de consensus: comparaison, synthèse Saint-Gallen Nice-Saint-Paul NCCN C Cuvier, Journées de sénologie interactive 2011 Nice-Saint-Paul; 4 ème édition Saint-Gallen; 12 ème conférence NCCN

Plus en détail

Rétrospective 2012: résultats majeurs présentés dans le cancer du sein HER2+ et impact sur les stratégies thérapeutiques En situation adjuvante

Rétrospective 2012: résultats majeurs présentés dans le cancer du sein HER2+ et impact sur les stratégies thérapeutiques En situation adjuvante Rétrospective 2012: résultats majeurs présentés dans le cancer du sein HER2+ et impact sur les stratégies thérapeutiques En situation adjuvante Jean-Yves Pierga Département d Oncologie médicale Quelles

Plus en détail

Les données présentées lors de l ASCO 2007 soulignent l engagement de sanofi-aventis dans la prise en charge du cancer

Les données présentées lors de l ASCO 2007 soulignent l engagement de sanofi-aventis dans la prise en charge du cancer Contact: Anne Bancillon + 33 (0)6 86 31 03 89 Les données présentées lors de l ASCO 2007 soulignent l engagement de sanofi-aventis dans la prise en charge du cancer - De nouvelles données relatives à Eloxatine,

Plus en détail

Cancers du rectum: nouvelles tendances thérapeutiques? G. Portier Chirurgie Digestive CHU Purpan

Cancers du rectum: nouvelles tendances thérapeutiques? G. Portier Chirurgie Digestive CHU Purpan Cancers du rectum: nouvelles tendances thérapeutiques? G. Portier Chirurgie Digestive CHU Purpan Savoir d où l on vient! Bernstein TE. Colorectal Disease. October 2012 14, (10), e668 e678 Norwegian Rectal

Plus en détail

Radiothérapie de clôture

Radiothérapie de clôture Radiothérapie de clôture L. Claude et M.-P. Sunyach Radiothérapie externe La radiothérapie a été utilisée comme traitement adjuvant jusque dans les années 1970. Elle se limitait alors le plus souvent à

Plus en détail

Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques?

Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques? Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques? L Fournier, D Balvay, CA Cuénod Service de radiologie, Hôpital Européen Georges Pompidou Laboratoire de Recherche en Imagerie, Equipe

Plus en détail

PHARE : Protocole d Herceptin Adjuvante. l Exposition

PHARE : Protocole d Herceptin Adjuvante. l Exposition PHARE : Protocole d Herceptin Adjuvante Réduisant l Exposition PHARE : rationnel Quatre grands essais ont montré que 1 an d Herceptin réduit le risque de rechute ou de décès par deux HERA : HR = 0.54 NSABP

Plus en détail

CELLULES DE STADE AVANCE

CELLULES DE STADE AVANCE Version n 4 27-01-2004 Page 1 SOCIETE BELGE DE PNEUMOLOGIE COMMISSION ONCOLOGIE DIRECTIVE CONSENSUELLE : LA CHIMIOTHERAPIE ET LE CANCER DU POUMON NON A PETITES CELLULES DE STADE AVANCE Résumé 1. Quel est

Plus en détail

CARCINOMES EPIDERMOIDES TETE ET COU

CARCINOMES EPIDERMOIDES TETE ET COU OMEDIT Aquitaine Affaire suivie par : Bertrice LOULIERE : bertrice.louliere@omedit-aquitaine.fr Antoine BROUILLAUD : antoine.brouillaud@omedit-aquitaine.fr Morgane GUILLAUDIN : morgane.guillaudin@omedit-aquitaine.fr

Plus en détail

49 ème congrès annuel de la Société Américaine d Oncologie Clinique, Chicago, 2013. Rédigé par Marion Alcantara, Centre Henri Becquerel, Rouen

49 ème congrès annuel de la Société Américaine d Oncologie Clinique, Chicago, 2013. Rédigé par Marion Alcantara, Centre Henri Becquerel, Rouen ETUDES DE PHASE III EVALUANT L EFFICACITÉ ET LA TOLÉRANCE D IDELALISIB (GS-1101) EN ASSOCIATION À OFATUMUMAB OU À BENDAMUSTINE + RITUXIMAB CHEZ DES PATIENTS PRÉSENTANT UNE LLC EN RECHUTE/RÉFRACTAIRE D

Plus en détail

D après la communication de Goede V

D après la communication de Goede V RÉSULTATS D UNE ÉTUDE DE PHASE III COMPARANT CHLORAMBUCIL SEUL A OBINUTUZUMAB PLUS CHLORAMBUCIL OU RITUXIMAB PLUS CHLORAMBUCIL CHEZ DES PATIENTS ATTEINTS DE LLC ET PRÉSENTANT DES COMORBIDITÉS D après la

Plus en détail

Cancer inflammatoire du sein: traitement, survie et récurrences. Présenté par Dr NGUELE MEKE H Tuteur: Dr TEBEU PM

Cancer inflammatoire du sein: traitement, survie et récurrences. Présenté par Dr NGUELE MEKE H Tuteur: Dr TEBEU PM Cancer inflammatoire du sein: traitement, survie et récurrences Présenté par Dr NGUELE MEKE H Tuteur: Dr TEBEU PM Plan Introduction Objectif Méthodologie Résultats Discussion Conclusion INTRODUCTION1 Cancer

Plus en détail

Cancer du poumon à petites cellules. Radiothérapie

Cancer du poumon à petites cellules. Radiothérapie Cancer du poumon à petites cellules Radiothérapie Dr Corinne Faivre-Finn Cours du GOLF Toulouse 11 Septembre 2009 Foundation Trust Foundation Trust Progress in the therapy of SCLC has been painfully slow.

Plus en détail

Lymphome à cellules du manteau : quel traitement de première ligne? Corinne Haioun Hôpital Henri Mondor Créteil, France GELA

Lymphome à cellules du manteau : quel traitement de première ligne? Corinne Haioun Hôpital Henri Mondor Créteil, France GELA Lymphome à cellules du manteau : quel traitement de première ligne? Corinne Haioun Hôpital Henri Mondor Créteil, France GELA Problématiques Quelle est la place du Rituximab? Quels arguments pour une intensification

Plus en détail

La place actuelle de la CHIP dans le cancer de l ovaire

La place actuelle de la CHIP dans le cancer de l ovaire La place actuelle de la CHIP dans le cancer de l ovaire Glehen Olivier Naoual Bakrin Chirurgie Générale et Oncologique Centre Hospitalier Lyon Sud LE CANCER de l Ovaire Dans le monde : 200 000 nvx cas/an

Plus en détail

Observatoire des Tumeurs Malignes Rares Gynécologiques Adénocarcinome à cellules claires de l ovaire. Prise en charge

Observatoire des Tumeurs Malignes Rares Gynécologiques Adénocarcinome à cellules claires de l ovaire. Prise en charge Suspicion de tumeur maligne rare de l ovaire Bilan Anamnèse Examen clinique Examens biologiques : AFP, HCG, LDH, CA 19.9, CA 125, Oestradiol, Inhibine B, NSE, AMH Scanner TAP +/- cérébral (si maladie métastatique)

Plus en détail

Thésaurus régional harmonisé des protocoles de chimiothérapie SEIN

Thésaurus régional harmonisé des protocoles de chimiothérapie SEIN Thésaurus régional harmonisé des protocoles de chimiothérapie SEIN Ce référentiel a été élaboré par un groupe de travail pluridisciplinaire de professionnels regroupant le Réseau Onco-normand (RON) et

Plus en détail

Traitement de maintenance dans les CBNPC avancés. Maurice Pérol Centre Léon Bérard Lyon

Traitement de maintenance dans les CBNPC avancés. Maurice Pérol Centre Léon Bérard Lyon Traitement de maintenance dans les CBNPC avancés Maurice Pérol Centre Léon Bérard Lyon Conflits d'intérêts Symposiums, advisory boards : Lilly, Roche, Boehringer- Ingelheim, Astra-Zeneca, GSK, Pfizer Crédits

Plus en détail

Prof. Neil Berinstein

Prof. Neil Berinstein 01.12.2000 Prof. Neil Berinstein Medical Oncology/Hematology, Sunnybrook Regional Cancer Center, Kanada Le traitement par rituximab plus CHOP est supérieur au CHOP seul chez les patients âgés avec lymphome

Plus en détail

CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES

CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES PARTICULARITÉS ÉPIDÉMIOLOGIQUES 40 000 nouveaux cas/an en France, 11 000 décès 45% des femmes atteintes ont plus de 65 ans La fréquence s accroît avec l âge, aux USA:

Plus en détail

Cancers bronchiques à petites cellules étendus: traitement standard et nouvelles approches thérapeutiques

Cancers bronchiques à petites cellules étendus: traitement standard et nouvelles approches thérapeutiques Cancers bronchiques à petites cellules étendus: traitement standard et nouvelles approches thérapeutiques Dr Pierre FOURNEL Département d Oncologie Médicale Conflits d intérêts: Pas de conflit d intérêt

Plus en détail

Les traitements des cancers du sein - Chimiothérapie

Les traitements des cancers du sein - Chimiothérapie Coalition européenne contre le cancer du sein Document extrait du site Version imprimable Les traitements des cancers du sein - Chimiothérapie Oeuvre collective de la FNCLCC Extrait de Comprendre le cancer

Plus en détail

Traitement standard des GBM: ASTRO 2010: - Nombreuses études rétrospectives - Quelques études cliniques préliminaires

Traitement standard des GBM: ASTRO 2010: - Nombreuses études rétrospectives - Quelques études cliniques préliminaires Tumeurs primitives Traitement standard des GBM: - Résection aussi complète que possible - Bénéfice de la RCT postopératoire - Patients les plus âgés?? (50% > 65 ans) - Quid du TMZ?? ASTRO 2010: - Nombreuses

Plus en détail

Cancer de l ovaire Version / décembre 2001

Cancer de l ovaire Version / décembre 2001 Cancer de l ovaire I-Introduction La stratégie de traitement choisie à l Institut Paoli Calmettes s applique aux tumeurs ovariennes, de la trompe et aux adénocarcinomes péritonéaux. Le traitement médical

Plus en détail

Traitement néoadjuvant: Évaluation précoce de la réponse par TEP-FDG : Performances et limites

Traitement néoadjuvant: Évaluation précoce de la réponse par TEP-FDG : Performances et limites Traitement néoadjuvant: Évaluation précoce de la réponse par TEP-FDG : Performances et limites Contexte Tumeurs larges ou localement avancées Pas de bénéfice en survie par rapport au traitement adjuvant,

Plus en détail

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique Jean-Marie BOHER, PhD, Institut Paoli-Calmettes, Marseille Novembre 2011 Typologie

Plus en détail

Chimiothérapie stades avancés

Chimiothérapie stades avancés Définition Chimiothérapie adjuvante Cancer du poumon non à petites cellules On entend par chimiothérapie adjuvante, un traitement réalisé chez un malade dont la tumeur a été enlevée en totalité par une

Plus en détail

CBNPC métastatiques Quelle chimiothérapie de 1 ère ligne?

CBNPC métastatiques Quelle chimiothérapie de 1 ère ligne? CBNPC métastatiques Quelle chimiothérapie de 1 ère ligne? Alexis Cortot, MD, PhD Service de Pneumologie et Oncologie Thoracique Hôpital Calmette, CHRU de Lille Lille, France Liens d intérêt Honoraires

Plus en détail

Communiqué de presse. La FDA approuve une nouvelle utilisation d Avastin plus chimiothérapie dans le traitement du cancer colorectal métastatique

Communiqué de presse. La FDA approuve une nouvelle utilisation d Avastin plus chimiothérapie dans le traitement du cancer colorectal métastatique Communiqué de presse Bâle, le 24 janvier 2013 La FDA approuve une nouvelle utilisation d Avastin plus chimiothérapie dans le traitement du cancer colorectal métastatique Roche (SIX: RO, ROG; OTCQX: RHHBY)

Plus en détail

Centre Jean Perrin. Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne. Clermont-Ferrand - France

Centre Jean Perrin. Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne. Clermont-Ferrand - France Centre Jean Perrin Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne Clermont-Ferrand - France PROJETS D ÉTUDES CLINIQUES DANS LE CANCER DU SEIN TRIPLE NÉGATIF RÉUNION ERTICA 16 SEPTEMBRE 2014 Dr MARIE-ANGE

Plus en détail

20/05/2015 Indications et protocoles thérapeutiques nécessitant une cible moléculaire

20/05/2015 Indications et protocoles thérapeutiques nécessitant une cible moléculaire Indications et protocoles thérapeutiques nécessitant une cible moléculaire Dr Elodie Coquan, oncologue médicale Centre François Baclesse, Caen Introduction Amélioration des connaissances sur la carcinogénèse

Plus en détail

CANCERS à PETITES CELLULES : TRAITEMENT de PREMIÈRE LIGNE (en dehors de la radiothérapie)

CANCERS à PETITES CELLULES : TRAITEMENT de PREMIÈRE LIGNE (en dehors de la radiothérapie) CANCERS à PETITES CELLULES : TRAITEMENT (en dehors de la radiothé Bernard LEBEAU Service de Pneumologie Hôpital Saint-Antoine Paris Université Pierre et Marie Curie, Paris VI Cours du G.O.L.F Montpellier,

Plus en détail

Adapter la chimiothe rapie au stade et aux comorbidite s? Audrey MAILLIEZ

Adapter la chimiothe rapie au stade et aux comorbidite s? Audrey MAILLIEZ Adapter la chimiothe rapie au stade et aux comorbidite s? Audrey MAILLIEZ Aucun Conflit d intérêts Référentiels Critères oncologiques de choix des traitements p significatif traitement / protocole établi

Plus en détail

2 Gliomes de haut grade

2 Gliomes de haut grade 2 Gliomes de haut grade Etudes rétrospectives de cohortes populationnelles n Les résultats présentés à l ASCO concernent des études rétrospectives de cohortes. On ne dispose pas de résultats d études de

Plus en détail

Cancer du sein et Thérapies Moléculaires Ciblées

Cancer du sein et Thérapies Moléculaires Ciblées Cancer du sein et Thérapies Moléculaires Ciblées Stéphane Vignot Service d Oncologie - Radiothérapie Groupe Hospitalier Pitié Salpêtrière Charles Foix- Paris Importance de la prise en charge pluridisciplinaire

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 4 novembre 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 4 novembre 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 4 novembre 2009 IRESSA 250 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 (CIP 395 950-7) ASTRAZENECA géfitinib Liste I Médicament soumis à prescription hospitalière. Prescription

Plus en détail

SYNOPSIS PROTOCOLE UC-0102/1203 GRT02

SYNOPSIS PROTOCOLE UC-0102/1203 GRT02 SYNOPSIS PROTOCOLE UC-0102/1203 GRT02 A) IDENTIFICATION DE L ESSAI CLINIQUE NUMERO DE CODE DU PROTOCOLE PROMOTEUR : UC-0102/1203 GRT02 VERSION ET DATE : version 1.1 du 12 septembre 2012 TITRE DE L ESSAI

Plus en détail

Docteur Brigitte Seradour

Docteur Brigitte Seradour Dépistage du cancer du sein Docteur Brigitte Seradour Pourquoi dépister le cancer du sein? (Selon 10 principes OMS) Il s agit d une maladie grave, fréquente, détectable (phase latente) L examen de dépistage

Plus en détail

Les Thérapies ciblées Dix ans après... Evaluation médicale

Les Thérapies ciblées Dix ans après... Evaluation médicale Les Thérapies ciblées Dix ans après... Evaluation médicale Dominique JAUBERT Oncologie-Hématologie Clinique Tivoli BORDEAUX Réseau de cancérologie d Aquitaine La recherche de nouvelles molécules anticancéreuses

Plus en détail

Evaluation de critères res de substitution de la survie globale dans les cancers bronchiques localement avancés

Evaluation de critères res de substitution de la survie globale dans les cancers bronchiques localement avancés Evaluation de critères res de substitution de la survie globale dans les cancers bronchiques localement avancés Evaluations de la survie sans progression et du contrôle locoregional comme critère de substitution

Plus en détail

Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire

Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire Ramona ITTI, physicienne médicale Service de Cancérologie - Radiothérapie hôpital St. Louis Les Matinées de l Innovation, 27 septembre 2013

Plus en détail

La chimiothérapie dans le traitement du carcinome épidermoïde du canal anal

La chimiothérapie dans le traitement du carcinome épidermoïde du canal anal Cancéro dig. Vol. 3 N 4-2011 - 289-300 289 DOI 10.4267/2042/45856 DOSSIER THÉMATIQUE : LE CANCER DU CANAL ANAL La chimiothérapie dans le traitement du carcinome épidermoïde du canal anal Systemic chemotherapy

Plus en détail

Fiche tumeur épithéliale de l ovaire

Fiche tumeur épithéliale de l ovaire Fiche tumeur épithéliale de l ovaire FIGO I II III IV IA IB IC IIA IIB IIC IIIA IIIB IIIC tumeur limitée aux ovaires tumeur limitée à un ovaire : capsule intacte, pas de tumeur à la surface de l ovaire,

Plus en détail

Cancer bronchique : la première ligne. Pr Jean Trédaniel, Dr Sergio Salmeron Service de Pneumologie Groupe Hospitalier Saint-Joseph

Cancer bronchique : la première ligne. Pr Jean Trédaniel, Dr Sergio Salmeron Service de Pneumologie Groupe Hospitalier Saint-Joseph Cancer bronchique : la première ligne Pr Jean Trédaniel, Dr Sergio Salmeron Service de Pneumologie Groupe Hospitalier Saint-Joseph Données projetées de l incidence des cancers en France, 2011 Prostate:

Plus en détail

Communiqué de presse. Bâle, le 1 er octobre 2012

Communiqué de presse. Bâle, le 1 er octobre 2012 Communiqué de presse Bâle, le 1 er octobre 2012 L analyse finale de l étude de phase III HERA a confirmé Herceptin administré pendant un an comme traitement standard du cancer du sein HER2-positif de stade

Plus en détail

Le parcours sein DR VÉRONIQUE LORGIS DR ISABELLE DESMOULINS

Le parcours sein DR VÉRONIQUE LORGIS DR ISABELLE DESMOULINS Le parcours sein DR VÉRONIQUE LORGIS DR ISABELLE DESMOULINS La première consultation Patiente adressée par le médecin traitant Par le radiologue Venue d elle-même Adressée par un service Par le chirurgien

Plus en détail

Second cancer après radiothérapie mammaire

Second cancer après radiothérapie mammaire Second cancer après radiothérapie mammaire Sophie Guillerm, service de radiothérapie, Hôpital St Louis Florence Coussy, service d oncologie, Institut Curie Vendredi 25/09/2015 Introduction incidence nombre

Plus en détail

Pr Bernard Combe. Immuno-Rhumatologie, Hôpital Lapeyronie CHU de Montpellier

Pr Bernard Combe. Immuno-Rhumatologie, Hôpital Lapeyronie CHU de Montpellier Journal de L ANDAR (Association Nationale de Défense contre l Arthrite Rhumatoîde) octobre2008 Le Mabthéra dans la polyarthrite rhumatoïde Pr Bernard Combe Immuno-Rhumatologie, Hôpital Lapeyronie CHU de

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 8 septembre 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 8 septembre 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 8 septembre 2010 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans à compter du 4 juillet 2005 (JO du 14 juillet 2005) FASLODEX 250 mg/5 ml, solution

Plus en détail

Cancers du sein Version / 2005

Cancers du sein Version / 2005 Cancers du sein I-Cancer du sein non métastatique non inflammatoire I.1-Introduction La stratégie de traitement habituellement choisie à l Institut Paoli Calmettes est une stratégie adjuvante. Le traitement

Plus en détail

RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN

RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN INTRODUCTION RECOMMANDATIONS INCA NOV 2008 Schéma standard: o 50 Gy en 25 fractions sur 33 jours

Plus en détail

Référentiel cancers du sein localement avancé et métastatique - Janvier 2013

Référentiel cancers du sein localement avancé et métastatique - Janvier 2013 Référentiel cancers du sein localement avancé et métastatique - Janvier 2013 Introduction Les grandes lignes des recommandations ABC 1 et les «ESMO Clinical Practice Guidelines for diagnosis, treatment

Plus en détail

Avis 9 janvier 2013. HERCEPTIN 150 mg, poudre pour solution à diluer pour perfusion Boîte de 1 flacon en verre de 15 ml (CIP : 562103-7)

Avis 9 janvier 2013. HERCEPTIN 150 mg, poudre pour solution à diluer pour perfusion Boîte de 1 flacon en verre de 15 ml (CIP : 562103-7) COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 9 janvier 2013 HERCEPTIN 150 mg, poudre pour solution à diluer pour perfusion Boîte de 1 flacon en verre de 15 ml (CIP : 562103-7) Laboratoire ROCHE DCI Code ATC (année)

Plus en détail

Guide d utilisation du bévacizumab (Avastin) pour le traitement du cancer colorectal métastatique

Guide d utilisation du bévacizumab (Avastin) pour le traitement du cancer colorectal métastatique Guide d utilisation du bévacizumab (Avastin) pour le traitement du cancer colorectal métastatique Comité de l évolution des pratiques en oncologie (CÉPO) Janvier 2006 Ce guide constitue un outil d aide

Plus en détail

Réseau Onco Poitou-Charentes Mise à jour du référentiel régional des tumeurs de l endomètre (Décembre 2013) ******* ******* Sous la conduite de :

Réseau Onco Poitou-Charentes Mise à jour du référentiel régional des tumeurs de l endomètre (Décembre 2013) ******* ******* Sous la conduite de : 1 Les référentiels de bonnes pratiques cliniques des tumeurs de l endomètre. Version 2013 Sous la conduite de : Cédric NADEAU Service de Gynécologie - Obstétrique - CHU de Poitiers & Yannick THIROUARD

Plus en détail

LG- MMP / 07_01_09 CANCERS BRONCHIQUES NON A PETITES CELLULES (CBNPC)

LG- MMP / 07_01_09 CANCERS BRONCHIQUES NON A PETITES CELLULES (CBNPC) RESEAUX DE CANCEROLOGIE RHONE-ALPES ET AUVERGNE ONCORA - CONCORDE - ONCOLOIRE - ARC ALPIN - ONCAUVERGNE GROUPE DE TRAVAIL REFERENTIELS COMMUNS DE PROTOCOLES DE CHIMIOTHERAPIE REFERENTIEL DE BON USAGE -

Plus en détail

Brèves de l AERIO. Introduction. Patients et méthodes. Résultats

Brèves de l AERIO. Introduction. Patients et méthodes. Résultats Oncologie (2016) 18:76-80 DOI 10.1007/s10269-016-2584-2 REVUE DE PRESSE DE L AERIO / AERIO PRESS REVIEW Brèves de l AERIO AERIO News in Brief Androgen receptor splice variant 7 et efficacité des taxanes

Plus en détail