First Line and Maintenance in Nonsquamous NSCLC: What Do the Data Tell Us?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "First Line and Maintenance in Nonsquamous NSCLC: What Do the Data Tell Us?"

Transcription

1 Dr Jean-Charles Soria : Bonjour et bienvenue dans ce programme. Je suis Jean Charles Soria, Professeur de Médecine et Directeur du programme de développement précoce des médicaments à l université Paris Sud, Centre de lutte contre le cancer Institut Gustave Roussy, Villejuif, France. Je serai votre hôte dans cette discussion d expert intitulée : Traitements de première ligne et d entretien dans le carcinome bronchique non à petites cellules non épidermoïde : Que nous disent les données?

2 Ce programme a pour but de renforcer les connaissances des cliniciens et leur compréhension des études pivots nouvellement publiées ainsi que celles qui sont encore en cours sur le carcinome bronchique non à petites cellules (CBNPC). Ceci dans le but de leur permettre d analyser les protocoles de ces études afin de pouvoir identifier les traitements applicables aux patients atteints de CBNPC non épidermoïde qui ne relèvent pas des agents moléculaires ciblés.

3 Comme vous le savez, les CBNPC non épidermoïdes sont constitués d un groupe de patients souffrant de différentes pathologies et nécessitant différentes options thérapeutiques. À l ère du screening moléculaire, il existe des cibles moléculaires différentes chez ces patients. Quelques-unes sont exclusives alors que d autres sont concomitantes, mais en fin de compte, force est de constater que nous n'avons pas encore de thérapie moléculaire ciblée pour chacune des déficiences moléculaires cibles qui prévalent. Ainsi, est-il devenu extrêmement important d'être capable d'interpréter les différents résultats d'essais cliniques et les différents types d études afin que vous, cliniciens, puissiez prendre les meilleures décisions en matière de gestion des patients. Comme déjà mentionné, il est possible de classer les CBNPC non épidermoïdes dans les différentes portions d un diagramme circulaire en fonction des défauts moléculaires. Seulement 10% à 20% des patients sont porteurs d un marqueur oncogénique pour lequel il existe une thérapie moléculaire dédiée approuvée. Les autres 80% ne disposent pas de thérapie moléculaire dédiée approuvée, et ce sera l'objet de la discussion à venir.

4 Plusieurs directives sont disponibles pour aider à la gestion des patients atteints de CBNPC. Celles-ci comprennent, notamment, les recommandations du National Comprehensive Cancer Network, ainsi que celles de la Société Européenne d'oncologie Médicale.

5 Cependant, ces lignes directrices ne sont qu'un cadre global d'aide. Elles listent principalement les options de traitement que vous avez, et, pour chaque patient en particulier, vous devez toujours choisir une de ces options. Cela est vrai, tant pour les recommandations Américaines, que pour les directives Européennes.

6 Je voudrais maintenant passer au cœur de cette présentation. Aujourd'hui, nous avons de nombreux types d'essais différents que nous avons besoin de comprendre pour mieux interpréter les données. Sinon, nous finirons par comparer des pommes avec des oranges. Nous devons être en mesure de distinguer les essais dans lesquels 100% des patients sont, dès le départ, assignés au hasard à 6 cycles de chimiothérapie. Il s'agit des essais qui étaient effectués dans les années 1990 à Ensuite, il y a eu une deuxième génération d études, où les patients ont été répartis de façon aléatoire pour 6 cycles de traitement initial, suivis ou non d un traitement d'entretien. Ensuite, nous avons une troisième génération d'essais, la nouvelle vague de ce qu'on appelle études cliniques de maintenance. Dans ces essais, la randomisation ne se produit que dans 40 à 60% des patients qui ont déjà subi 4 cycles de chimiothérapie initiale, qui connaissent une stabilisation de la maladie ou une réponse partielle et qui sont ensuite assignés au hasard au traitement d'entretien ou qui ne reçoivent pas de traitement d'entretien. Le dernier modèle d étude clinique - que nous appellerons de type 3 - est totalement différent des deux autres précédemment décrits. La randomisation ne se fait pas dès le départ, et le pourcentage de patients qui, à la fin, sont inclus dans l'essai et randomisés ne représente pas 100% du nombre initial de patients ayant reçu le traitement d'induction.

7 Passons maintenant en revue les différents types d études, et je vais donner quelques exemples clairs et détaillés de ces 3 modèles différents d études. L architecture des études de type 1 a été bien illustrée par la publication de John Schiller et ses collègues dans le New England Journal of Medicine en Ils ont comparé les 4 schémas thérapeutiques différents de première ligne, à base de platine. Dans ce cadre, les patients ont été randomisés en amont et étaient affectés dans le groupe A ou B afin d y recevoir un traitement allant jusqu'à 6 cycles. Ils ont ensuite comparé les réponses objectives : stabilisation de la maladie, survie sans progression, et enfin survie globale. C'était un schéma thérapeutique avec induction initiale de 6 cycles sans traitement d entretien.

8 Dans la deuxième génération d'essais, nous gardons la même structure de traitement à base de platine. Dans ce type d étude, les patients ont une randomisation initiale, 6 cycles de traitement dans un groupe et 6 cycles de traitement dans l'autre, mais, ici, les patients sont randomisés afin de recevoir un traitement d'entretien ou pas de traitement d'entretien. Ces essais ont principalement étudié le traitement d'entretien sous bevacizumab. L'essai le plus récent de ce type de répartition par randomisation initiale, poursuivi par un protocole de soin standard de départ, de 6 cycles d'induction et suivi par la poursuite d un traitement d entretien, est l'essai POINTBREAK.

9 Je voudrais vous donner quelques détails sur la troisième conception des essais, qui constitue ce qu on appelle la vague des essais de continuation ou de mise sous traitement de maintenance. Dans cette conception d essai, les patients atteints de CBNPC métastatique ou de stade IIIB recevaient un traitement d'induction d'un maximum de 4 cycles. Comme vous le savez, ce n'est pas la norme en matière de soins, la norme est habituellement de 6 cycles. C'est le premier point que vous devez garder à l'esprit lors des essais avec cette structure. Après 4 cycles d'induction, tous les patients dont la maladie progresse ou qui sont morts - et c'est un nombre important de patients se situant quelque part entre 30 à 50% - ne sont pas comptabilisés dans l'essai. La randomisation est, par conséquent, seulement offerte à la meilleure sélection de patients atteints de CBNPC, ceux présentant réponse partielle ou une maladie stabilisée. Les patients dont la maladie est sous contrôle sont ensuite assignés au hasard à des groupes recevant un traitement d entretien ou pas d'entretien ou encore différents types de traitement d'entretien. En fin de compte, la randomisation des patients ne se produit que dans 50 - jusqu'à un maximum de 70% - du nombre initial de patients ayant reçu un traitement d'induction. C'est la différence intrinsèque de ce type d étude.

10 Il existe 2 essais récents qui, en apparence, partagent des similitudes, mais, en fait, quand on regarde dans le détail de leur architecture, ils sont très différents et très difficiles à comparer. Le premier est l'essai POINTBREAK très récent, qui est une étude randomisée comportant un traitement de première ligne, suivi par la poursuite d un traitement d entretien. Le suivant est l'essai AVAPERL, qui, en fait, relève plus d une architecture d essai de type 3, même si il a été utilisé un schéma platine+pemetrexed+bevacizumab qui est d une structure semblable à celle de POINTBREAK.

11 Avant d'entrer dans les détails des études POINTBREAK et AVAPERL, je vous propose une vue d'ensemble des essais de type 1 et 2. La diapositive en cours est un résumé des essais de type 1, de répartition aléatoire initiale, comparant 6 cycles versus 6 cycles d un protocole différent. Ces essais ont été réalisés dans les années 1990 à Et à cette époque, la médiane de survie globale était de l'ordre de 8 à 11 mois.

12 Ensuite, vous avez les essais de type 2, dans lesquels vous compariez un groupe randomisé dès le départ auquel on administrait 6 cycles versus une thérapie normale d'induction de 6 cycles immédiate, mais, en général, il était ajouté dans le groupe expérimental, un nouveau composé, qui, dans de nombreux cas, était le bevacizumab. Une fois le traitement d'induction des 6 cycles terminé, certains patients demeuraient sous le composé expérimental bevacizumab tandis que d'autres ne recevaient pas le composé expérimental. Dans la plupart des cas, lorsque le composé expérimental était poursuivi, ce n'était pas une randomisation formelle. La décision de la poursuite du traitement était laissée à la discrétion des cliniciens. Les deux options étaient admises dans la conception de l'essai. Ainsi, les essais de type 2 ont, par l'amélioration des protocoles de chimiothérapie et, probablement, par la valeur ajoutée du bevacizumab, haussé la médiane de survie globale jusqu à une moyenne de 12 à 14 mois.

13 L'essai le plus récent qui est proche d une conception de type 2 et qui a suscité une certaine attention de la part de la communauté médicale est l'essai POINTBREAK. Qu'est-ce que POINTBREAK exactement? Il s'agit d'une étude où le critère d'évaluation principal était la comparaison de la survie globale au niveau de 2 approches différentes. Le premier groupe présentait une répartition par randomisation initiale et un traitement par carboplatine+pemetrexed+bevacizumab. Ce groupe était supposé obtenir des résultats supérieurs au groupe comparateur recevant une thérapie classique par carboplatine+paclitaxel+bévacizumab. Les deux groupes ont reçu 6 cycles de chimiothérapie d'induction après quoi les cliniciens ont eu la possibilité dans le groupe carboplatine+paclitaxel+bevacizumab de poursuivre avec bevacizumab alors que dans le groupe carboplatine+pemetrexed+bevacizumab les cliniciens pouvaient continuer pemetrexed+bevacizumab. [Note de l'éditeur: Dr Soria veut dire que les deux groupes ont reçu 4 cycles de chimiothérapie d'induction]. Cette étude a été conçue pour démontrer que le groupe carboplatine+pemetrexed+bevacizumab présentait une amélioration de 3 mois en survie globale, ce qui était le critère d'évaluation principal.

14 Le principal résultat de cette étude est limpide d'un point de vue statistique: l association carboplatine, pemetrexed plus bevacizumab ne présente aucun avantage en termes de survie globale, par rapport à l association carboplatine, paclitaxel plus bevacizumab. La survie globale médiane du groupe recevant pemetrexed est de 12,6 mois, alors que la survie globale médiane du groupe recevant du paclitaxel est de 13,4 mois. Le rapport des risques instantanés (ou HR) est de 1, de sorte que ces 2 approches sont considérées équivalentes.

15 Passons maintenant à la conception des études de type 3 qui sont répertoriées dans cette diapositive. Comme je vous l'ai dit, c'est un type d'essais complètement différent. Parmi les patients recevant un traitement d'induction, seul 50 à 60% et jusqu à environ 70% des patients maximum recevront par randomisation un traitement d'entretien. Comme je l'ai dit, vous acceptez tous les patients, puis vous excluez 30 à 40% de ces patients car leur pathologie a progressé et, après seulement, vous répartissez par randomisation les patients dont la pathologie est stable ou qui ont présenté une réponse partielle. Vous sélectionnez, de ce fait, la meilleure population.

16 Donc mettre en parallèle les résultats de l étude POINTBREAK, qui comparait tous les patients, à ceux de l étude AVAPERL, qui est une étude de type troisième génération, constitue un biais important en terme de démarche intellectuelle. Dans AVAPERL, vous sélectionnez la meilleure population afin de lui faire bénéficier du traitement d entretien. En effet dans cette étude, 376 patients ont subi le traitement d'induction, mais seulement 67% d'entre eux ont été randomisés afin de recevoir un traitement d'entretien soit par l association pemetrexed plus bevacizumab soit par bevacizumab seul.

17 On a constaté un net avantage en faveur de l association pemetrexed plus bevacizumab comparée au bevacizumab seul, avec une médiane de survie globale de 15,7 mois à partir de l induction. Mais comparer la survie globale médiane dans l étude AVAPERL à la survie globale médiane dans l étude POINTBREAK n'a pas de sens, parce que dans AVAPERL, seuls les meilleurs patients ont été sélectionnés.

18 Bientôt, plus de données seront disponibles et pourront nous aider dans ce type de situation. Les résultats des deux études AvaALL et ECOG 5508 seront disponibles dans les prochaines années.

19 Je voudrais maintenant terminer en disant que dans le contexte actuel des études cliniques sur le CBNPC non épidermoïde, il est essentiel pour vous de bien comprendre la conception de ces essais. Ce n'est pas parce que les protocoles comportent une architecture courante combinant la chimiothérapie et un agent antiangiogénique que vous pouvez comparer leur médiane de survie globale. Vous avez vraiment besoin de considérer le détail du protocole de l'essai et notamment si ce dernier prévoyait une randomisation dès le départ ou si la randomisation avait lieu après l'induction. Je voudrais conclure, à présent, en vous remerciant tous d avoir regardé ce programme. J'espère que vous avez trouvé ceci intéressant et que vous avez retenu certaines notions importantes relatives à la conception des essais dans le CBNPC.

20 Je vous remercie à tous. Ce transcript a été édité pour plus de style et de clarté.

PROCEDURE D ADMISSION COMPLEMENTAIRE

PROCEDURE D ADMISSION COMPLEMENTAIRE PROCEDURE D ADMISSION COMPLEMENTAIRE 2012 LES QUATRE ETAPES La procédure complémentaire a pour but de mettre en relation les établissements qui ont encore des places vacantes et les candidats n ayant pas

Plus en détail

Lecture critique et pratique de la médecine

Lecture critique et pratique de la médecine 1-00.qxp 24/04/2006 11:23 Page 13 Lecture critique appliquée à la médecine vasculaireecture critique et pratique de la médecine Lecture critique et pratique de la médecine Introduction Si la médecine ne

Plus en détail

L INITIATION PROFESSIONNELLE DES ENSEIGNANTS DU SUPÉRIEUR

L INITIATION PROFESSIONNELLE DES ENSEIGNANTS DU SUPÉRIEUR 1 L INITIATION PROFESSIONNELLE DES ENSEIGNANTS DU SUPÉRIEUR COULON Alain Professeur de sciences de l éducation à Paris 8 Directeur du CIES Sorbonne Les Centres d Initiation à l Enseignement Supérieur (CIES)

Plus en détail

Bonjour en bienvenue au séminaire en ligne sur l outil Demande de Wagons

Bonjour en bienvenue au séminaire en ligne sur l outil Demande de Wagons Bonjour en bienvenue au séminaire en ligne sur l outil Demande de Wagons 1 Aujourd hui, j aimerais vous donner un aperçu de certains changements intéressants que nous avons décidé d apporter à notre façon

Plus en détail

différence groupe-conseil en statistique

différence groupe-conseil en statistique Vais-je atteindre mon objectif cette année? Par Martin Carignan, associé chez Différence www.difference-gcs.com Contexte Les gestionnaires sont souvent évalués sur des résultats mesurés par des indicateurs

Plus en détail

Alltech Young Scientist Conseils pour rédiger un papier

Alltech Young Scientist Conseils pour rédiger un papier Alltech Young Scientist Conseils pour rédiger un papier Chers étudiants, De nombreux étudiants nous ont demandé, les années passées, si nous pouvions vous communiquer un article-type, ce qui est difficile,

Plus en détail

CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER

CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER Introduction CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER «Au début vous n avez aucune idée de l ampleur des économies que vous pouvez réaliser, déclare Todd Graham. Faire des économies pour l usine, c est la partie que

Plus en détail

Stratégies de maintenance dans le CBNPC en 2013. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse

Stratégies de maintenance dans le CBNPC en 2013. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse Stratégies de maintenance dans le CBNPC en 2013 Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse 6 décembre 2013 Traitement du CBNPC Evolution du traitement des CBNPC métastatiques

Plus en détail

PROCEDURE D ADMISSION COMPLEMENTAIRE

PROCEDURE D ADMISSION COMPLEMENTAIRE PROCEDURE D ADMISSION COMPLEMENTAIRE 2013 LES QUATRE ETAPES La procédure complémentaire a pour but de mettre en relation les établissements qui ont encore des places vacantes et les candidats n ayant pas

Plus en détail

Modes de préhension pour le brossage des dents

Modes de préhension pour le brossage des dents Projet Brosse à dents débutant Institut für Hygiene und Arbeitsphysiologie ETH-Zentrum, Clausiusstr. 25 8092 Zürich Adresse électronique: www_zahnbuerstenergonomie@web.ethz.ch Modes de préhension pour

Plus en détail

Lecture Critique d un essai thérapeutique dans la maladie d Alzheimer. Sandrine Andrieu Jean François Dartigues

Lecture Critique d un essai thérapeutique dans la maladie d Alzheimer. Sandrine Andrieu Jean François Dartigues Lecture Critique d un essai thérapeutique dans la maladie d Alzheimer Sandrine Andrieu Jean François Dartigues Histoire du dimebon Vous arrivez le matin à la consultation mémoire. Dans la voiture, sur

Plus en détail

Emilien Suquet, suquet@automaths.com

Emilien Suquet, suquet@automaths.com STATISTIQUES Emilien Suquet, suquet@automaths.com I Comment réagir face à un document statistique? Les deux graphiques ci-dessous représentent l évolution du taux de chômage en France sur les 1 mois de

Plus en détail

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca La recherche antérieure a montré que la majorité des consommateurs canadiens affichent une préférence marquée pour l achat de produits alimentaires canadiens par rapport aux produits d importation. Est-ce

Plus en détail

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Février 2013 1 Liste de contrôle des essais de non-infériorité N o Liste de contrôle (les clients peuvent se servir de cette

Plus en détail

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter Le pronostic des cancers du sein dépend de divers facteurs, dont la taille du cancer. En France, au cours d une étude, il a été observé un taux de survie plus important chez les femmes ayant un cancer

Plus en détail

Rapport de Post- Campagne 1

Rapport de Post- Campagne 1 Rapport de Post- Campagne 1 Résumé - La campagne Adwords que nous avons mené pour Galerie Photo-Originale a duré 21 jours (5.05-26.05) et nous a coûté $250,18. L objectif principal est en premier de stimuler

Plus en détail

COMMUNICATION ORALE EN ENTRETIEN. (Notes prises par Danielle Venot lors de la conférence animée par Denis Boutte le 27 mars 2008)

COMMUNICATION ORALE EN ENTRETIEN. (Notes prises par Danielle Venot lors de la conférence animée par Denis Boutte le 27 mars 2008) COMMUNICATION ORALE EN ENTRETIEN (Notes prises par Danielle Venot lors de la conférence animée par Denis Boutte le 27 mars 2008) 1 - Quelques considérations préliminaires sur la recherche d emploi et les

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

// Enquête de satisfaction. Résultats 2014-2015

// Enquête de satisfaction. Résultats 2014-2015 // Enquête de satisfaction Résultats 2014-2015 Des résultats encourageants Nos clients ont eu l amabilité de bien vouloir répondre à notre enquête de satisfaction annuelle et nous les en remercions chaleureusement.

Plus en détail

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23.1. Critères de jugement binaires Plusieurs mesures (indices) sont utilisables pour quantifier l effet traitement lors de l utilisation d

Plus en détail

Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires RÉPONSES AUX QUESTIONS QUE SE POSENT LES PERSONNES EN ATTENTE D UNE GREFFE DE REIN

Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires RÉPONSES AUX QUESTIONS QUE SE POSENT LES PERSONNES EN ATTENTE D UNE GREFFE DE REIN Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires RÉPONSES AUX QUESTIONS QUE SE POSENT LES PERSONNES EN ATTENTE D UNE GREFFE DE REIN Vous vous posez beaucoup de questions. Le Registre

Plus en détail

A. HERICORD, M.-F. WILMOTTE

A. HERICORD, M.-F. WILMOTTE Chapitre 116 La Permanence d Accès aux Soins de Santé A. HERICORD, M.-F. WILMOTTE 1. La loi d orientation du 29 juillet 1998 La loi d orientation du 29 juillet 1998 relative à la lutte contre les exclusions

Plus en détail

Cancer inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences

Cancer inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences Huguette Nguele Meke Introduction Le cancer du sein est une maladie gave et fréquente qui touche une femme sur 11 au cours de sa vie et qui est diagnostiqué

Plus en détail

KOMPAS, le cauchemar des prétendants aux PVT : Pourquoi tant de problème? Qui suis-je? Une surcharge prévisible, des moyens peu adaptés :

KOMPAS, le cauchemar des prétendants aux PVT : Pourquoi tant de problème? Qui suis-je? Une surcharge prévisible, des moyens peu adaptés : Qui suis-je? Je m appelle Kévin Maingault, 20ans, je suis en école d ingénierie Informatique en région Pays-De-La- Loire, me spécialisant dans le domaine de la sécurité. Passionné par la pêche sportive

Plus en détail

Sénat - Commission de la culture, de l'éducation et de la communication 4 juin 2014

Sénat - Commission de la culture, de l'éducation et de la communication 4 juin 2014 Sénat - Commission de la culture, de l'éducation et de la communication 4 juin 2014 Audition de M. Mathieu GRÉGOIRE co-auteur du rapport "Quelle indemnisation chômage pour les intermittents du spectacle?

Plus en détail

Témoignage de Rita SOUSSIGNAN, Professeur d Histoire antique, participante au projet Landmarks du programme COST

Témoignage de Rita SOUSSIGNAN, Professeur d Histoire antique, participante au projet Landmarks du programme COST Témoignage de Rita SOUSSIGNAN, Professeur d Histoire antique, participante au projet Landmarks du programme COST Janvier - Février 2009 Par Anne-Laure ALLAIN Rita Soussignan est directeur-adjoint du CESAM,

Plus en détail

Newsletter N 17/E5 10 avril 2013

Newsletter N 17/E5 10 avril 2013 Newsletter N 17/E5 10 avril 2013 Cher(e)s collègues, cher(e)s ami(e)s, Après quelques mois de silence qui ne signifient pas pour autant quelques mois d inactivité, bien au contraire, nous avons le plaisir

Plus en détail

- CENTRES D APPELS - MAXIMISER LE CENTRE DE DÉVELOPPEMENT BUSINESS

- CENTRES D APPELS - MAXIMISER LE CENTRE DE DÉVELOPPEMENT BUSINESS CHAPITRE 20 - CENTRES D APPELS - MAXIMISER LE CENTRE DE DÉVELOPPEMENT BUSINESS Ce que vous allez apprendre dans ce chapitre Les points de référence de performance 4 étapes pour transformer les enquêtes

Plus en détail

PLAN DE RÉUSSITE COLLÈGE INTERNATIONAL DES MARCELLINES

PLAN DE RÉUSSITE COLLÈGE INTERNATIONAL DES MARCELLINES PLAN DE RÉUSSITE COLLÈGE INTERNATIONAL DES MARCELLINES ANNÉE 2010-2011 TABLE DES MATIÈRES Page I. PRÉAMBULE 3 II. ANALYSE DE LA SITUATION 3 III. LES OBJECTIFS QUANTITATIFS 5 IV. LES MESURES ENVISAGÉES

Plus en détail

Questionnaire (Perception) Guide pratique. Section Technopédagogie

Questionnaire (Perception) Guide pratique. Section Technopédagogie Questionnaire (Perception) Guide pratique Section Technopédagogie 01/08/2007 1. QU EST CE QUE QUESTIONNAIRE? Il s agit une application web de création et de publication de questionnaires en ligne, également

Plus en détail

Intitulé du projet : Porteur du projet : Professeur Georges Michaïlesco NOTE D ETAPE SUR L EVALUATION AU 31 DECEMBRE 2010

Intitulé du projet : Porteur du projet : Professeur Georges Michaïlesco NOTE D ETAPE SUR L EVALUATION AU 31 DECEMBRE 2010 NOTE D ETAPE SUR L EVALUATION AU 31 DECEMBRE 2010 REDIGEE PAR UNIVERSITE PARIS SUD DOSSIER : AP1_n 486 Intitulé du projet : Accompagnement Bilan Réorientation Insertion Porteur du projet : Université Versailles

Plus en détail

Les incontournables 2014 en cancérologie Pneumologie Les thérapies ciblées dans le cadre de l AMM en octobre 2014

Les incontournables 2014 en cancérologie Pneumologie Les thérapies ciblées dans le cadre de l AMM en octobre 2014 Les incontournables 2014 en cancérologie Pneumologie Les thérapies ciblées dans le cadre de l AMM en octobre 2014 Anne-Claire TOFFART EGFR mutés Gefitinib 250 mg x 1/J Cp 250 mg Erlotinib 150 mg x 1/J

Plus en détail

SONDAGE DES MEMBRES DE L APIGQ RÉSULTATS ET ANALYSE

SONDAGE DES MEMBRES DE L APIGQ RÉSULTATS ET ANALYSE SONDAGE DES MEMBRES DE L APIGQ RÉSULTATS ET ANALYSE SEPTEMBRE 2008 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 3 SONDAGE ET ÉCHANTILLONNAGE... 3 SONDAGE... 3 ÉCHANTILLONNAGE... 4 COMPILATION DES RÉSULTATS... 4

Plus en détail

LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES

LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES VOTRE SANTÉ NOUS TIENT À COEUR La Commission scolaire de la Capitale tient à assurer, à l ensemble de son personnel, un environnement de travail qui respecte la santé,

Plus en détail

GUIDE DE LA PROCEDURE D ADMISSION COMPLEMENTAIRE

GUIDE DE LA PROCEDURE D ADMISSION COMPLEMENTAIRE GUIDE DE LA PROCEDURE D ADMISSION COMPLEMENTAIRE Guide PC 2014 Version du 26/06/2014 QUI EST CONCERNE PAR LA PROCEDURE COMPLEMENTAIRE Qui peut participer à la procédure complémentaire et pour quel type

Plus en détail

Mettre à jour votre rapport sur votre régime de capitalisation.

Mettre à jour votre rapport sur votre régime de capitalisation. Mettre à jour votre rapport sur votre régime de capitalisation. Vous devez revoir votre rapport sur votre régime de capitalisation au moins une fois par année afin de vous assurer que celui-ci reflète

Plus en détail

Sondage sur les bulletins scolaires de la province Résumé des résultats

Sondage sur les bulletins scolaires de la province Résumé des résultats Sondage sur les bulletins scolaires de la province Résumé des résultats Présenté à la ministre de l Éducation et du Développement de la petite enfance par le Comité d examen des bulletins scolaires de

Plus en détail

Faire le bilan : Un processus d'attribution des services fondé sur la valeur dans le domaine de la santé mentale des enfants et des adolescents

Faire le bilan : Un processus d'attribution des services fondé sur la valeur dans le domaine de la santé mentale des enfants et des adolescents Faire le bilan : Un processus d'attribution des services fondé sur la valeur dans le domaine de la santé mentale des enfants et des adolescents Octobre 2015 Préparé par : William Gardner Heather Woltman

Plus en détail

Méthodologie d échantillonnage et Échantillonneur ASDE

Méthodologie d échantillonnage et Échantillonneur ASDE Méthodologie d échantillonnage et Échantillonneur ASDE Par Michel Rochon L énoncé suivant définit de façon générale la méthodologie utilisée par Échantillonneur ASDE pour tirer des échantillons téléphoniques.

Plus en détail

Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques

Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques En 2013, le Conseil des arts du Canada a publié le Document d'information : Révision des programmes de subventions de fonctionnement

Plus en détail

Vous êtes frontalier, comment être soigné(e) aux HUG?

Vous êtes frontalier, comment être soigné(e) aux HUG? Vous êtes frontalier, comment être soigné(e) aux HUG? Dès le 1 er juin 2014, la législation française modifie les conditions d accès aux soins en Suisse L assurance maladie du frontalier Les Hôpitaux universitaires

Plus en détail

Etude réalisée en collaboration avec le service. Odontologie des Hôpitaux Civils de Colmar.

Etude réalisée en collaboration avec le service. Odontologie des Hôpitaux Civils de Colmar. Page 1 sur 8 Etude réalisée en collaboration avec le service Odontologie des Hôpitaux Civils de Colmar. Effectuée en 2013-2014 OBJECTIF : mesurer l efficacité l effet thérapeutique de l Eau thermale de

Plus en détail

Les travaux parlementaires

Les travaux parlementaires Les travaux parlementaires Journal des débats Assemblée nationale Le mardi 7 novembre 2006, 15 h 00 (révisé) Le Vice-Président (M. Cusano): Adopté. Je reconnais maintenant Mme la députée d'hochelaga-maisonneuve.

Plus en détail

LES 5 PLUS GROSSES IDEES RECUES DES FEMMES ENCEINTES SUR LE TABAC

LES 5 PLUS GROSSES IDEES RECUES DES FEMMES ENCEINTES SUR LE TABAC LES 5 PLUS GROSSES IDEES RECUES DES FEMMES ENCEINTES SUR LE TABAC Ou Les femmes enceintes de Belley sont-elles bien informées des conséquences du tabac sur la grossesse? A la maternité de Belley : - on

Plus en détail

FEUILLE DE RENSEIGNEMENTS

FEUILLE DE RENSEIGNEMENTS FEUILLE DE RENSEIGNEMENTS Ministère de la Santé et des Soins de longue durée La présente feuille de renseignements fournit de l information de base aux fournisseurs de services de santé ainsi qu au grand

Plus en détail

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer Information importante pour les personnes atteintes d un cancer du poumon non à petites cellules de stade avancé Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic

Plus en détail

Partage d un Macintosh entre plusieurs utilisateurs

Partage d un Macintosh entre plusieurs utilisateurs Infos info Votre Mac va vous aider NUMÉRO 16 SEMAINE DU 27 AU 31 MARS 2006 Partage d un Macintosh entre plusieurs utilisateurs Un Mac qui n est pas partagé, c est un Mac qui s ennuie Le but de ce seizième

Plus en détail

Services ProCare de GM Description des services

Services ProCare de GM Description des services Aperçu des services offerts Chaque site Web bénéficiant du forfait de marketing numérique GM aura droit à des services ProCare visant les objectifs suivants : Respect de la stratégie globale de marketing:

Plus en détail

RÈGLES POUR LE PASSAGE D UNE CLASSE À L AUTRE AU PRIMAIRE ET POUR LE CLASSEMENT DES ÉLÈVES

RÈGLES POUR LE PASSAGE D UNE CLASSE À L AUTRE AU PRIMAIRE ET POUR LE CLASSEMENT DES ÉLÈVES RÈGLES POUR LE PASSAGE D UNE CLASSE À L AUTRE AU PRIMAIRE ET POUR LE CLASSEMENT DES ÉLÈVES Présentées au conseil d établissement de l école Notre-Dame-du-Rosaire lors de la séance ordinaire du 9 juin 2014.

Plus en détail

Introduction à l'analyse de contenu qualitative : Voyage au pays du qualitatif

Introduction à l'analyse de contenu qualitative : Voyage au pays du qualitatif 1 Introduction à l'analyse de contenu qualitative : Voyage au pays du qualitatif Narration pour présentation Prezi (http://prezi.com/5tjog4mzpuhh/analyse-de-donneestextuelles-analyse-de-contenu-qualitative/)

Plus en détail

Bonjour et bienvenue à la série de balados sur les stratégies d écoute à l intention des étudiants

Bonjour et bienvenue à la série de balados sur les stratégies d écoute à l intention des étudiants TRANSCRIPTION BALADO # 1 Bonjour et bienvenue à la série de balados sur les stratégies d écoute à l intention des étudiants d immersion en français, produite par des professeurs de l Institut des langues

Plus en détail

NOTE D INFORMATION ET FORMULAIRE DE CONSENTEMENT DESTINES AUX PATIENTS

NOTE D INFORMATION ET FORMULAIRE DE CONSENTEMENT DESTINES AUX PATIENTS NOTE D INFORMATION ET FORMULAIRE DE CONSENTEMENT DESTINES AUX PATIENTS Ce document s appelle une lettre d information patient et de consentement éclairé. Il contient des explications détaillées sur la

Plus en détail

5. Validité de la méta-analyse

5. Validité de la méta-analyse 5. Validité de la méta-analyse 5.1. Poids de la preuve d une méta-analyse Le poids de la preuve d un résultat scientifique quantifie le degré avec lequel ce résultat s approche de la réalité. Il ne s agit

Plus en détail

Immotheker, comment financer l achat de ma maison?

Immotheker, comment financer l achat de ma maison? Immotheker, comment financer l achat de ma maison? La meilleure formule, pour mon assurance aussi. Grâce à l Immotheker, je sais avec précision quel budget je puis consacrer à mon projet. En tant que client

Plus en détail

FAQ pour les employés

FAQ pour les employés FAQ pour les employés Votre régime d assurance médicaments est un nouveau régime factuel qui est propulsé par Reformulary MC. Les changements qu il comporte sont innovateurs et différents des changements

Plus en détail

GUIDE DE LA PROCÉDURE D ADMISSION COMPLÉMENTAIRE

GUIDE DE LA PROCÉDURE D ADMISSION COMPLÉMENTAIRE GUIDE DE LA PROCÉDURE D ADMISSION COMPLÉMENTAIRE Guide PC 2015 Version du 23/04/2015 QUI EST CONCERNÉ PAR LA PROCÉDURE COMPLÉMENTAIRE La procédure complémentaire a pour but de mettre en relation les établissements

Plus en détail

LE RÔLE DE LA STATISTIQUE DANS UN PROCESSUS DE PRISE DE DÉCISION

LE RÔLE DE LA STATISTIQUE DANS UN PROCESSUS DE PRISE DE DÉCISION LE RÔLE DE LA STATISTIQUE DANS UN PROCESSUS DE PRISE DE DÉCISION Sylvie Gervais Service des enseignements généraux École de technologie supérieure (sylvie.gervais@etsmtl.ca) Le laboratoire des condensateurs

Plus en détail

CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT

CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT Sommaire Comment se fait la recherche sur un nouveau médicament? (page 1) A quoi sert la recherche sur un nouveau médicament? (page

Plus en détail

Facteurs liés au rendement des élèves au Test de mathématiques, 9 e année, de l OQRE

Facteurs liés au rendement des élèves au Test de mathématiques, 9 e année, de l OQRE n Quelles sont les différences et les similarités, d après certaines caractéristiques du milieu familial et les réponses au questionnaire, entre les élèves de 9 e année inscrits au cours théorique et au

Plus en détail

DISTORSION DE LA STRUCTURE SALARIALE DES ENSEIGNANTES ET DES ENSEIGNANTS DE CEGEP FNEEQ-CSN

DISTORSION DE LA STRUCTURE SALARIALE DES ENSEIGNANTES ET DES ENSEIGNANTS DE CEGEP FNEEQ-CSN DISTORSION DE LA STRUCTURE SALARIALE DES ENSEIGNANTES ET DES ENSEIGNANTS DE CEGEP FNEEQ-CSN Février 2011 Distorsion de la structure salariale des enseignantes et des enseignants de cégep Perte de la reconnaissance

Plus en détail

Le B.A. (Hons/Spécialisation) FRE 3009 : Un mini-mémoire de recherche

Le B.A. (Hons/Spécialisation) FRE 3009 : Un mini-mémoire de recherche Le B.A. (Hons/Spécialisation) FRE 3009 : Un mini-mémoire de recherche Ce travail équivaut à 12 (douze) Ects (disciplines proposées : littératures préclassique, classique, postclassique, moderne et contemporaine,

Plus en détail

L'administrateur général

L'administrateur général Rue de Trèves 70 B-1000 Bruxelles L'administrateur général Expéditeur ONAFTS Rue de Trèves 70 B-1000 Bruxelles date 20.06.2006 votre réf. contact Anne-Michèle Wauthier attaché téléphone 02-237 23 56 02-237

Plus en détail

FICHE D INFORMATION POUR LE PATIENT

FICHE D INFORMATION POUR LE PATIENT FICHE D INFORMATION POUR LE PATIENT Bienvenue à la British School of Ostéopathie (BSO). Cette fiche d information va vous donner une vision générale de ce que vous pouvez attendre de votre rendez-vous

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

Plus en détail

Maladie de Parkinson. et prise en charge. La prise en charge à 100 %

Maladie de Parkinson. et prise en charge. La prise en charge à 100 % Actuellement, vous êtes près de 6,5 millions dans le monde et 150 000 en France à être atteints par la maladie de Parkinson. Vous pourrez avoir besoin d informations administratives, pratiques... ou tout

Plus en détail

FOCUS «Les aînés et le CPAS»

FOCUS «Les aînés et le CPAS» FOCUS «Les aînés et le CPAS» Numéro 11 Mai 2015 1. Introduction En Belgique, 15,1% de la population vit sous le seuil de pauvreté. Ce pourcentage est encore plus important parmi les aînés : 18,4% des personnes

Plus en détail

EXCLUSION ET PÉRIODE PROBATOIRE

EXCLUSION ET PÉRIODE PROBATOIRE EXCLUSION ET PÉRIODE PROBATOIRE Vous venez de prendre connaissance de vos résultats de la session et on vous annonce que vous êtes exclue ou exclu de votre programme d études! Ceci indique que vous ne

Plus en détail

régime d assurance collective

régime d assurance collective Ma ligne de protection de revenu régime d assurance collective Mes assurances salaire 2 Bonjour, je suis Fiche Salaire, et je viens vous entretenir d un sujet capital en matière de sécurité financière,

Plus en détail

Guide d'entretien de Recrutement

Guide d'entretien de Recrutement Guide d'entretien de Recrutement L'entretien de recrutement doit permettre à votre entreprise de recruter les meilleurs talents en toute objectivité, en respectant la loi et en évitant toute discrimination.

Plus en détail

Le projet de loi sur l équité salariale : Inévitable et essentiel

Le projet de loi sur l équité salariale : Inévitable et essentiel Le projet de loi sur l équité salariale : Inévitable et essentiel Document préparé par Janelle LeBlanc, Étudiante en 5 ième année en travail social à l Université de Moncton Stagiaire à la Coalition pour

Plus en détail

TERMES DE REFERENCES

TERMES DE REFERENCES TERMES DE REFERENCES FORMATION ET ASSISTANCE A LA MISE EN PLACE D UN SYSTEME DE NEGOCIATION ET D ALLOCATION DES BUDGETS PAR OBJECTIFS, CONTRACTUALISATION ET SUIVI I. CONTEXTE ET JUSTIFICATIONS 1) Cadre

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE N 1 CADRE 47/2

FICHE TECHNIQUE N 1 CADRE 47/2 FICHE TECHNIQUE N 1 CADRE 47/2 Cadre 47/2 : enchaînements dans le carré central La direction technique de la fédération vous propose une série de fiches dédiées au cadre 47/2. Les situations de jeu proposées

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

Faire du publipostage par mails (mass-mailing) avec VTigerCRM

Faire du publipostage par mails (mass-mailing) avec VTigerCRM Faire du publipostage par mails (mass-mailing) avec VTigerCRM Créé le 11 août 2008 par Louis Volant. Tags : Vtiger, CRM, PGI Pour faire du publipostage ou de l emailing, il faut d abord et avant tout que

Plus en détail

L arrivée des transporteurs à faibles coûts : la réaction des transporteurs existants en terme de capacité aérienne au Canada 1

L arrivée des transporteurs à faibles coûts : la réaction des transporteurs existants en terme de capacité aérienne au Canada 1 L arrivée des transporteurs à faibles coûts : la réaction des transporteurs existants en terme de capacité aérienne au Canada 1 1. Introduction Sylvain Ouellet, Division des transports Statistique Canada,

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

Vous êtes frontalier, comment être soigné(e) aux HUG?

Vous êtes frontalier, comment être soigné(e) aux HUG? Vous êtes frontalier, comment être soigné(e) aux HUG? Dès le 1 er juin 2014, la législation française modifie les conditions d accès aux soins en Suisse L assurance maladie du frontalier Les Hôpitaux universitaires

Plus en détail

Assignation des plans Version 4

Assignation des plans Version 4 Assignation des plans Version 4 Concepts, Normes et Utilisation Page 1 Introduction L'assignation des plans est une étape essentielle dans le processus de configuration des plans d'assurance pour le système

Plus en détail

Améliorer la pratique journalière d activité physique (AP) chez les femmes âgées, en termes But de l intervention

Améliorer la pratique journalière d activité physique (AP) chez les femmes âgées, en termes But de l intervention Efficacité d une intervention d activité physique guidée par accéléromètre chez des Fiche No 15 femmes âgées vivant dans la communauté Koizumi D, Rogers NL, Rogers ME, Islam MM, Kusunoki M & al. Efficacy

Plus en détail

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES GUIDE DES ETUDIANTS Ce guide est destiné à vous introduire au fonctionnement du Collège et du Département d études économiques européennes, en présentant les

Plus en détail

D après la communication orale de B. D. Cheson, abstract 123, ICML 2015. Rédaction : Dr A. Chauchet, Hôpital Minjoz, Besançon

D après la communication orale de B. D. Cheson, abstract 123, ICML 2015. Rédaction : Dr A. Chauchet, Hôpital Minjoz, Besançon Premiers résultats de l étude de phase III GADOLIN étudiant l obinutuzumab associé à la bendamustine versus bendamustine seule chez des lymphomes non hodgkiniens indolents réfractaires au rituximab D après

Plus en détail

Service pénal Fiche contrevenant

Service pénal Fiche contrevenant Service pénal Fiche contrevenant SOMMAIRE : 1 Vous avez été verbalisé(e), vous recevez une amende forfaitaire : concernant le paiement concernant la contestation 2 Vous êtes poursuivi devant la juridiction

Plus en détail

Evaluation de critères res de substitution de la survie globale dans les cancers bronchiques localement avancés

Evaluation de critères res de substitution de la survie globale dans les cancers bronchiques localement avancés Evaluation de critères res de substitution de la survie globale dans les cancers bronchiques localement avancés Evaluations de la survie sans progression et du contrôle locoregional comme critère de substitution

Plus en détail

«3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément»

«3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément» «3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément» Leçon 15 : Comment être un coach, un thérapeute, un indépendant aligné et puissant. Célébration? Mon intention C est une leçon en 2 parties qui

Plus en détail

Garde des enfants et droit de visite

Garde des enfants et droit de visite Garde des enfants et droit de visite Lorsque vous ne vivez plus ensemble en famille Conna tre vos droits et vos responsabilités concernant votre enfant Begin a better ending Commencer une meilleure fin

Plus en détail

Microsoft. Office. Manuel. Partager le classeur pour la modification et suivre les modifications

Microsoft. Office. Manuel. Partager le classeur pour la modification et suivre les modifications Microsoft Office Manuel Partager le classeur pour la modification et suivre les modifications Table des matières 1 INTRODUCTION... 1 2 PARTAGER LE CLASSEUR POUR LA MODIFICATION PAR PLUSIEURS UTILISATEURS...

Plus en détail

Publicité comparative et médicaments : une réglementation à clarifier?

Publicité comparative et médicaments : une réglementation à clarifier? DIVERS Publicité comparative et médicaments : une réglementation à clarifier? Alors que l industrie pharmaceutique connaît un mouvement important de concentration et une évolution sensible marquée par

Plus en détail

Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête

Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête 1. Les faits L enquête sous forme de questionnaire a été menée durant le mois d octobre 2011 auprès des assistants diplômés

Plus en détail

PARENTS CÉLIBATAIRES Vos droits et obligations concernant la garde, le droit de visite et les prestations de soutien. La garde de l enfant

PARENTS CÉLIBATAIRES Vos droits et obligations concernant la garde, le droit de visite et les prestations de soutien. La garde de l enfant PARENTS CÉLIBATAIRES Vos droits et obligations concernant la garde, le droit de visite et les prestations de soutien La garde de l enfant La garde est le droit et la responsabilité de prendre soin d un

Plus en détail

Les pourcentages. A) Tout d abord, quelques notions de base à maîtriser. 1- Comment calculer le pourcentage d un nombre?

Les pourcentages. A) Tout d abord, quelques notions de base à maîtriser. 1- Comment calculer le pourcentage d un nombre? Les pourcentages Cette séance est dédiée à l étude des pourcentages. Bien comprendre cette séance s avère être un passage obligé si vous souhaitez aborder de manière sereine les séances concernant les

Plus en détail

Modèle de prise de décision éthique

Modèle de prise de décision éthique Chez General Dynamics, nous faisons face à des décisions relatives à l'éthique professionnelle presque tous les jours. ombre de ces décisions sont simples et demandent peu de réflexion. ous faisons naturellementce

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

L utilisation d un réseau social pour améliorer la prise en charge de vos patients

L utilisation d un réseau social pour améliorer la prise en charge de vos patients L utilisation d un réseau social pour améliorer la prise en charge de vos patients 2 Un réseau social pour améliorer la prise en charge des patients. MeltingDoc valorise les compétences des médecins et

Plus en détail

FOAD PostgreSQL/Post GIS : comment s'organiser?

FOAD PostgreSQL/Post GIS : comment s'organiser? FOAD PostgreSQL/Post GIS : comment s'organiser? PostgreSQL/PostGIS Version 0.9.1 4 novembre 2015 Ministère de l'écologie, du Développement durable et de l'énergie Licence ETALAB Table des matières Introduction

Plus en détail

Procédure complémentaire

Procédure complémentaire Guide S Procédure complémentaire Dans Admission-Postbac, à l issue des trois phases d affectations de la procédure normale il reste d une part des places disponibles dans certaines formations et d autre

Plus en détail

Questionnaire Personnel Confidentiel. Préparé pour. Table des Matières. Information Personnelle. Hypothèses de Planification.

Questionnaire Personnel Confidentiel. Préparé pour. Table des Matières. Information Personnelle. Hypothèses de Planification. Table des Matières Information Personnelle Hypothèses de Planification Actifs et Passifs Profil de Risque Connaître Votre Client Objectifs du Portefeuille Questionnaire Personnel Confidentiel Préparé pour

Plus en détail

Elaborer un projet d action

Elaborer un projet d action FICHE PRATI QUE Elaborer un projet d action Un projet n est pas le fruit du hasard mais le résultat d une situation que l on juge insatisfaisante et que l on souhaite changer. On pourrait dans ce sens

Plus en détail

Transition vers l intégration au marché du travail au Québec :

Transition vers l intégration au marché du travail au Québec : Transition vers l intégration au marché du travail au Québec : Le recours au programme d aide sociale par les immigrants de la catégorie des travailleurs qualifiés Chakib Benzakour, Immigration et Communautés

Plus en détail

Programme d aide à l emploi pour les personnes présentant des troubles autistiques *

Programme d aide à l emploi pour les personnes présentant des troubles autistiques * Programme d aide à l emploi pour les personnes présentant des troubles autistiques * S. Michael Chapman, Directeur Aide à l emploi Division TEACCH Philosophie générale du programme Lorsque les personnes

Plus en détail