Place de la chirurgie à l heure des thérapies ciblées. The role of surgery in the era of targeted therapy. * Non ouvert en France.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Place de la chirurgie à l heure des thérapies ciblées. The role of surgery in the era of targeted therapy. * Non ouvert en France."

Transcription

1 dossier thématique Place de la chirurgie à l heure des thérapies ciblées The role of surgery in the era of targeted therapy P. Bigot*, J.C. Bernhard** Points forts» En association avec l immunothérapie, la néphrectomie cytoréductrice apportait aux patients métastatiques à l état général conservé un gain de survie démontré.» Les thérapies ciblées permettent en moyenne une réduction de 7,1 % de la taille de la tumeur primitive, avec des réponses variables en fonction des traitements.» La mortalité postopératoire de la néphrectomie chez les patients métastatiques a été évaluée à 4,5 %.» Les premières études rétrospectives publiées retrouvent un gain de survie chez les patients métastatiques opérés des groupes de bon pronostic et de pronostic intermédiaire.» La place de la néphrectomie et les séquences thérapeutiques sont à redéfinir. Il est indispensable d inclure les patients dans les 2 essais prospectifs actuellement en cours (essai CARMENA et essai SURTIME*). * Non ouvert en France. highlights Cytoreductive nephrectomy combined with immunotherapy for good health condition patients demonstrated a survival benefit. A 7,1% mean primary tumor size reduction has been described with targeted therapies. Various results are reported according to the treatment. Post-operative mortality for metastatic patients is 4,5%. Good and intermediate prognosis patients, according to retrospective studies, seem to get a survival benefit from radical nephrectomy. The role of surgery and the time of nephrectomy in association with targeted therapies is still under investigation. We must encourage patients inclusions in randomized controlled trials (CARMENA and SURTIME*). * Not opened for inclusion in France. Mots-clés : Carcinome rénal métastatique Thérapies ciblées Chirurgie Réponse tumorale. Keywords: Metastatic renal cell carcinoma Targeted therapy Surgery Primary tumor response. * Service d urologie, CHU d Angers. ** Service d urologie, CHU de Bordeaux. Le récent développement des thérapies ciblant l angiogenèse tumorale a transformé le pronostic des patients atteints d un cancer du rein métastatique (CRM). Ces nouveaux traitements ont permis d augmenter la survie des malades et se sont rapidement imposés comme le standard des traitements de première ligne du CRM (1). Ils ouvrent une nouvelle ère dans la prise en charge des patients et nécessitent une remise en question des stratégies thérapeutiques utilisées jusqu à présent. En effet, les théra pies ciblées ont une efficacité propre sur la tumeur primitive. D autre part, une chirurgie première peut engendrer certains inconvénients potentiels : retard à l instauration du traitement systémique, morbidité. Enfin, en association avec les thérapies ciblées, le concept de néphrectomie de cytoréduction et son impact en termes de survie doivent faire leurs preuves. Dans ce contexte, la réévaluation de la place et de l intérêt de la chirurgie, et notamment de la néphrectomie, semble indispensable. Nous présentons ici les bases qui ont dicté nos pratiques à l époque de l immunothérapie ainsi que les données récentes de la littérature quant à la place actuelle de la chirurgie dans le CRM. Place de la chirurgie avant l ère des thérapies ciblées Pendant plus de 20 ans, l immunothérapie a été le seul traitement du CRM. Durant cette période, 62 Correspondances en Onco-Urologie - Vol. III - n o 2 - avril-mai-juin 2012

2 Place de la chirurgie à l heure des thérapies ciblées et en situation métastatique, 2 études ont démontré l intérêt de la néphrectomie chez les patients atteints d un CRM. L étude de l EORTC publiée en 2001 avait comparé, dans un essai prospectif et randomisé, les survies sans progression (SSP) et globale (SG) des patients atteints d un CRM, en bon état général et traités par immunothérapie seule ou immuno thérapie précédée d une néphrectomie. Cette étude avait inclus 85 patients, dont 42 randomisés dans le groupe immunothérapie associée à la chirurgie et 43, dans le groupe chirurgie seule. Les SSP et SG étaient en faveur des patients ayant eu une néphrectomie, avec respectivement des SSP et SG de 5 mois versus 3 mois (p = 0,04) et de 17 mois versus 7 mois (p = 0,03) [2]. L étude du SWOG, prospective, randomisée et publiée la même année, avait de façon identique comparé la SG des patients atteints d un CRM, en bon état général et traités par interféron alpha seul ou interféron alpha associé à une néphrectomie. Cette étude avait inclus 246 patients, dont la moitié était randomisée dans chaque groupe. Les SG étaient également en faveur des patients ayant eu une néphrectomie, avec des résultats de 8,1 mois versus 11,1 mois (p = 0,05) respectivement dans les groupes interféron seul et néphrectomie précédant l immunothérapie (3). Plus récemment, les résultats de ces 2 études ont été confirmés par une étude rétrospective issue de la SEER database qui a identifié, à partir d une série de patients, une amélioration significative de la survie des sujets en situation métastatique traités par néphrectomie comparativement aux patients traités par immunothérapie seule (4). Les raisons de ce gain de survie après chirurgie ne sont pas connues. Certaines équipes ont émis l hypothèse d un effet immunorégulateur, voire antiangiogénique. En parlant de chirurgie, on ne saurait laisser de côté l apport potentiel de la résection métastatique, tout particulièrement en cas de localisation unique avec objectif de rémission complète. La SG des patients ayant bénéficié de l exérèse d une métastase unique varie de 35 à 60 % à 5 ans (5). Il existe des critères permettant de définir un groupe favorable de patients pouvant bénéficier de cette chirurgie : un intervalle libre supérieur à 12 mois entre la néphrectomie et l évolution métastatique, une métastase unique, une première métastase, un bon état général, un âge inférieur à 60 ans et le caractère asynchrone de la métastase (4, 6, 7). En revanche, la présence d un grade plus élevé au niveau de la métastase que de la tumeur primaire est un critère défavorable ainsi que la présence d une composante sarcomatoïde (8). Mortalité et morbidité de la chirurgie et des thérapies ciblées La néphrectomie n est pas un geste chirurgical anodin : sa mortalité postopératoire immédiate peut être élevée et a été estimée à 4,2 % chez les patients souffrant d'un CRM. Chez les patients métastatiques âgés de plus de 80 ans, une mortalité particulièrement accrue atteignant 10,5 % a même été rapportée (9). La morbidité de la néphrectomie est également importante et les complications postopératoires ont été évaluées à 57 % chez les patients métastatiques, dont 29,7 % de complications significatives (score de Clavien supérieur à 3). Chez les patients traités en néo-adjuvant par antiangiogénique (AAG), une morbidité pariétale spécifique a été identifiée avec 24,3 % d éventration et 12,9 % de complications infectieuses (10). Cette morbidité pariétale spécifique peut s expliquer par l antagonisme existant entre les mécanismes physiologiques de la cicatrisation et le mode de fonctionnement des thérapies antiangiogéniques. En effet, l angiogenèse intervient très précocement dans les processus de cicatrisation avec un rôle majeur, puisqu elle induit la formation d un nouveau réseau vasculaire permettant l apport en nutriments indispensables à la croissance cellulaire et à l afflux de cellules effectrices au sein du tissu de granulation. D autre part, les AAG ont une toxicité propre importante et multiple (digestive, hématologique, cutanéomuqueuse, cardio-vasculaire, etc.). L accumulation des complications chirurgicales et des effets indésirables des traitements systémiques pourrait ainsi diminuer l efficacité et la tolérance de ces nouveaux traitements, mais également avoir un fort impact sur la qualité de vie des patients. L impact des thérapies ciblées sur la tumeur primitive fait discuter le moment du choix de la néphrectomie La plus large étude publiée rapportant un effet des thérapies ciblées sur la tumeur primitive dans le cadre métastatique était rétrospective, avec 168 patients inclus présentant une hétérogénéité dans les traitements mis en place et dans les raisons du non-recours à la néphrectomie. Cette étude a néanmoins confirmé une réponse des AAG sur la tumeur primitive avec des diminutions moyennes de la taille tumorale de 7,1 %, soit 6,5 mm, dans un délai moyen de traitement de 60 jours (figure 1, p. 64). La diminution moyenne de la taille tumorale pour le sunitinib, le bévacizumab Correspondances en Onco-Urologie - Vol. III - n o 2 - avril-mai-juin

3 dossier thématique Modification de la taille tumorale (%) Figure 1. Représentation graphique de la réponse maximale des thérapies ciblées sur la tumeur primitive dans une cohorte rétrospective de 168 patients métastatiques (11). Pourcentage SG médiane : 19,8 mois versus 9,4 mois HR : 0,44 (IC 95 : 0,32-0,59) p < 0,01 20 Néphrectomie cytoréductrice 0 Non Oui Mois Figure 2. Survie globale chez des patients atteints d un CRM et traités par AAG en fonction de la réalisation ou non d une néphrectomie cytoréductrice. Données issues de l étude rétrospective de 314 patients (14). associé à l erlotinib, le sorafénib, le temsirolimus et le pazopanib était respectivement de 10,2 %, 10,1 %, 6 %, 4 % et 11 %. Une diminution de plus de 10 % de la taille de la tumeur primitive dans les 60 jours suivant la mise en place du traitement apparaissait comme un facteur pronostique de réponse au traitement (11). T. Powles et al. (12) ont interprété les résultats de 2 études prospectives néo-adjuvantes observationnelles analysant l impact du sunitinib chez des patients des groupes de pronostic intermédiaire ou de mauvais pronostic selon les critères du Memorial Sloan-Kettering Cancer Centre (MSKCC). Cette étude a inclus 66 patients, traités par 2 ou 3 cycles de sunitinib avant chirurgie. Les premières données de ces études confirment une diminution médiane de la taille de la tumeur primitive de 13 %. Aucun patient n a fait l objet d une progression de la maladie ou n est devenu inopérable durant la phase de traitement. En revanche, au cours de la phase péri-opératoire d arrêt du traitement, une progression de la pathologie a été constatée chez 17 des patients (36 %), dont l'apparition de nouvelles métastases chez 8 d entre eux. La réintroduction du sunitinib a cependant permis une stabilisation de la maladie dans 76 % des cas. Les survies médianes pour les groupes de pronostic intermédiaire et de mauvais pronostic étaient respectivement de 26 et 9 mois. Dans les cas spécifiques des tumeurs avec thrombus cave, les premières observations publiées sur l efficacité des AAG étaient très encourageantes, avec parfois des réponses spectaculaires permettant de faciliter l exérèse chirurgicale. Ces résultats ont cependant été nuancés dans une récente étude rétrospective qui rapportait une diminution de taille des thrombus dans 11 cas (44 %), une diminution du niveau du thrombus dans 3 cas (12 %) et une modification de l approche chirurgicale dans seulement 1 cas (4 %) [13]. Place de la chirurgie à l ère des thérapies ciblées : les premières données de la littérature Pour le moment et depuis l utilisation des AAG, aucune étude prospective de haut niveau de preuve n a évalué la place de la chirurgie dans le CRM. Les premières études publiées sont rétrospectives. La plus importante est celle de T.K. Choueiri et al. (14), qui ont évalué de façon rétrospective la survie de patients atteints d un CRM et traités par néphrectomie puis AAG ou AAG seuls. Dans cette étude, la SG était significativement supérieure chez les patients ayant eu une néphrectomie (19,8 mois versus 9,4 mois [p < 0,01]) [figure 2]. La réalisation d une néphrectomie était un facteur pronostique qui persistait en analyse multivariée après ajustement en fonction des facteurs pronostiques connus. En revanche, la néphrectomie n était plus un facteur pronostique significatif dans le groupe MSKCC de mauvais pronostic. Des résultats similaires issus d une cohorte multicentrique européenne avaient été présentés en 2011 lors du congrès de l Association européenne d urologie (European Association of 64 Correspondances en Onco-Urologie - Vol. III - n o 2 - avril-mai-juin 2012

4 Place de la chirurgie à l heure des thérapies ciblées Urology [EAU]) [15]. Des résultats contradictoires ont cependant été publiés dans l étude de D. You et al. [16]. Néanmoins, une tendance importante à une survie prolongée dans le groupe traité par néphrectomie (SG : 21,6 mois versus 13,9 mois [p = 0,128]) était observée. La place de la chirurgie des métastases au cours du traitement par AAG reste également à définir. L étude de J.A. Karam et al. (17), qui ont évalué les complications postopératoires et l efficacité oncologique du traitement chirurgical d une métastase unique chez 22 patients traités par AAG, est la seule publiée sur ce sujet. Dans cette étude rétrospective, parmi les 22 patients traités chirurgicalement pour une métastase unique après thérapie ciblée, 6 ont eu des complications postopératoires (4 ascites, 1 fibrillation auriculaire paroxystique, 1 iléus). Toutes les complications ont pu être traitées médicalement. Après un suivi moyen de 43 semaines, 11 patients n avaient pas présenté de récidive tumorale. Cette étude met en évidence que le traitement chirurgical d une métastase unique après AAG est possible avec une morbidité acceptable. Essais en cours Essai SURTIME (NCT ) L essai SURTIME est une étude randomisée de phase III de l EORTC qui évalue la séquence thérapeutique optimale chez les patients atteints d un CRM d emblée et traités par néphrectomie et sunitinib. Cet essai, ouvert depuis avril 2010, doit inclure 458 patients qui seront randomisés soit dans le bras néphrectomie suivie du traitement par sunitinib, soit dans le bras sunitinib suivi d une néphrectomie puis sunitinib. Le critère de jugement principal est la SSP et le critère de jugement secondaire est la SG. Essai CARMENA (NCT ) L étude CARMENA est un essai randomisé de phase III évaluant l intérêt de la néphrectomie chez les patients atteints d'un CRM d emblée et traités par un AAG. Cet essai français, débuté en août 2009, inclut des patients atteints d un CRM à cellules claires dont l état général est conservé (ECOG 0 ou 1) et qui ne sont pas traités par antivitamine K à visée curative. Actuellement, 123 centres participent à cet essai sur toute la France (61 services d urologie et 62 services d oncologie), et 148 patients sur les 576 nécessaires ont pour l instant été inclus. La fin des inclusions est prévue pour septembre 2013 (figure 3). R A N D O M IS A TI O N Néphrectomie Sunitinib 50 mg 4/2 Figure 3. Schéma de l essai CARMENA. Recommandations françaises Sunitinib 50 mg 4/2 Actuellement, les recommandations du Comité de cancérologie de l Association française d urologie (CCAFU) pour les patients atteints d un CRM sont la réalisation d une néphrectomie chez les patients en bon état général, précédant un traitement par interféron. Chez les patients de pronostics bon et intermédiaire, la néphrectomie précédant un traitement par AAG est indiquée, avec une inclusion encouragée dans le protocole CARMENA. Chez les patients de mauvais pronostic, la néphrectomie n est pas indiquée (4). Conclusion Les thérapies ciblées ont transformé le pronostic des patients atteints d un cancer du rein et bouleversé les schémas thérapeutiques établis. Une remise en question de la place de la chirurgie chez les patients méta statiques est nécessaire pour ne pas proposer une accumulation de morbidités au détriment de la qualité de vie et, peut-être, de la survie. La définition d une séquence thérapeutique type associant chirurgie puis thérapie ciblée ou inversement, reste également en suspens. Les premières données issues des études rétrospectives ont tendance à mettre en avant le rôle encore prépondérant de la chirurgie chez les patients de bon pronostic et de pronostic intermédiaire. Cependant, seule l inclusion des patients dans les études prospectives en cours permettra de répondre clairement à la question de la place de la néphrectomie. Dans ce contexte, l importance des réunions de concertation pluridisciplinaires et du travail de collaboration entre oncologue médical et urologue est essentielle. Références 1. Singer EA, Gupta GN, Srinivasan R. Targeted therapeutic strategies for the management of renal cell carcinoma. Curr Opin Oncol [Epub ahead of print]. 2. Mickisch GH, Garin A, Van Poppel H et al. Radical nephrectomy plus interferon-alfa-based immunotherapy compared with interferon alfa alone in metastatic renal-cell carcinoma: a randomised trial. Lancet 2001; 358(9286): Flanigan RC, Salmon SE, Blumenstein BA et al. Nephrectomy followed by interferon alfa-2b compared with interferon alfa-2b alone for metastatic renal-cell cancer. N Engl J Med 2001; 345(23): Zini L, Capitanio U, Perrotte P et al. Population-based assessment of survival after cytoreductive nephrectomy versus no surgery in patients with metastatic renal cell carcinoma. Urology 2009;73(2): Russo P. Multi-modal treatment for metastatic renal cancer: the role of surgery. World J Urol 2010;28(3): Correspondances en Onco-Urologie - Vol. III - n o 2 - avril-mai-juin

5 o dossier thématique Place de la chirurgie à l heure des thérapies ciblées P. Bigot, J.C. Bernhard Références (suite de la p. 65) 6. Méjean A, Lebret T. Prise en charge of metastatic renal carcinoma. Prog Urol 2008;18(Suppl.7):S Kavolius JP, Mastorakos DP, Pavlovich C et al. Resection of metastatic renal cell carcinoma. J Clin Oncol 1998; 16(6): Kierney PC, Van Heerden JA, Segura JW et al. Surgeon s role in the management of solitary renal cell carcinoma metastases occurring subsequent to initial curative nephrectomy: an institutional review. Ann Surg Oncol 1994;1(4): Cloutier V, Capitanio U, Zini L et al. Thirty-day mortality after nephrectomy: clinical implications for informed consent. Eur Urol 2009;56(6): Chapin BF, Delacroix SE, Culp SH et al. Safety of presurgical targeted therapy in the setting of metastatic renal cell carcinoma. Eur Urol 2011;60(5): Abel EJ, Culp SH, Tannir NM et al. Primary tumor response to targeted agents in patients with metastatic renal cell carcinoma. Eur Urol 2011;59(1): Powles T, Blank C, Chowdhury S et al. The outcome of patients treated with sunitinib prior to planned nephrectomy in metastatic clear cell renal cancer. Eur Urol 2011;60(3): Cost NG, Delacroix SE Jr, Sleeper JP et al. The impact of targeted molecular therapies on the level of renal cell carcinoma vena caval tumor thrombus. Eur Urol 2011;59(6): Choueiri TK, Xie W, Kollmannsberger C et al. The impact of cytoreductive nephrectomy on survival of patients with metastatic renal cell carcinoma receiving vascular endothelial growth factor targeted therapy. J Urol 2011;185(1): Crepel M, Bigot P, Bernhard JC et al. Nephrectomy improves overall survival in patients with metastatic renal cell carcinoma in cases of favourable MSKCC or ECOG prognostic features. Eur Urol 2011 (Suppl.). 16. You D, Jeong IG, Ahn JH et al. The value of cytoreductive nephrectomy for metastatic renal cell carcinoma in the era of targeted therapy. J Urol 2011;185(1): Karam JA, Rini BI, Varella L et al. Metastasectomy after targeted therapy in patients with advanced renal cell carcinoma. J Urol 2011;185(2):

Traitement standard des GBM: ASTRO 2010: - Nombreuses études rétrospectives - Quelques études cliniques préliminaires

Traitement standard des GBM: ASTRO 2010: - Nombreuses études rétrospectives - Quelques études cliniques préliminaires Tumeurs primitives Traitement standard des GBM: - Résection aussi complète que possible - Bénéfice de la RCT postopératoire - Patients les plus âgés?? (50% > 65 ans) - Quid du TMZ?? ASTRO 2010: - Nombreuses

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 23 mai 2007

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 23 mai 2007 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 mai 2007 SUTENT 12,5 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 265-0) SUTENT 25 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 266-7) SUTENT 50 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 267-3)

Plus en détail

TRAITEMENT NEO ADJUVANT DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE. Laetitia DAHAN CHU Timone Marseille

TRAITEMENT NEO ADJUVANT DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE. Laetitia DAHAN CHU Timone Marseille TRAITEMENT NEO ADJUVANT DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE Laetitia DAHAN CHU Timone Marseille Aucun CONFLITS D INTÉRÊT Objectifs pédagogiques Savoir définir un cancer du pancréas localement avancé et border

Plus en détail

Évaluation de la prise en charge du cancer du rein métastatique à l ère des thérapies ciblées. Étude clinique rétrospective sur six ans

Évaluation de la prise en charge du cancer du rein métastatique à l ère des thérapies ciblées. Étude clinique rétrospective sur six ans Progrès en urologie (2013) 23, 184 194 Disponible en ligne sur www.sciencedirect.com ARTICLE ORIGINAL Évaluation de la prise en charge du cancer du rein métastatique à l ère des thérapies ciblées. Étude

Plus en détail

Cancers du rectum: nouvelles tendances thérapeutiques? G. Portier Chirurgie Digestive CHU Purpan

Cancers du rectum: nouvelles tendances thérapeutiques? G. Portier Chirurgie Digestive CHU Purpan Cancers du rectum: nouvelles tendances thérapeutiques? G. Portier Chirurgie Digestive CHU Purpan Savoir d où l on vient! Bernstein TE. Colorectal Disease. October 2012 14, (10), e668 e678 Norwegian Rectal

Plus en détail

INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive. Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper

INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive. Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper Pourquoi proposer un TTT adjuvant? Probabilité de survie à 10 ans en fonction

Plus en détail

Chirurgie palliative des cancers du sein

Chirurgie palliative des cancers du sein Chirurgie palliative des cancers du sein Dr MARTIN-FRANCOISE Sandrine Centre François Baclesse CAEN 1 / xx Cancers du sein métastatiques Cancer du sein d emblée métastatique : 1 à 2% Puis cancer devenant

Plus en détail

«N2» : UNE ALTERNATIVE AU CHOIX CORNELIEN OU AU PARI DE PASCAL. Docteur Olivier CASTELNAU Saint Laurent du Var

«N2» : UNE ALTERNATIVE AU CHOIX CORNELIEN OU AU PARI DE PASCAL. Docteur Olivier CASTELNAU Saint Laurent du Var «N2» : UNE ALTERNATIVE AU CHOIX CORNELIEN OU AU PARI DE PASCAL Docteur Olivier CASTELNAU Saint Laurent du Var La totalité des patients doit bénéficier d une décision collégiale prise au sein d une RCP

Plus en détail

Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques?

Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques? Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques? L Fournier, D Balvay, CA Cuénod Service de radiologie, Hôpital Européen Georges Pompidou Laboratoire de Recherche en Imagerie, Equipe

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 8 septembre 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 8 septembre 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 8 septembre 2010 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans à compter du 4 juillet 2005 (JO du 14 juillet 2005) FASLODEX 250 mg/5 ml, solution

Plus en détail

Traitements néoadjuvants des cancers du rectum. Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse

Traitements néoadjuvants des cancers du rectum. Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse Traitements néoadjuvants des cancers du rectum Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse Journées Francophones d Hépato-gastroentérologie et d Oncologie Digestive 2010 CONFLITS D INTÉRÊT Pas de conflit d intérêt

Plus en détail

Les Thérapies ciblées Dix ans après... Evaluation médicale

Les Thérapies ciblées Dix ans après... Evaluation médicale Les Thérapies ciblées Dix ans après... Evaluation médicale Dominique JAUBERT Oncologie-Hématologie Clinique Tivoli BORDEAUX Réseau de cancérologie d Aquitaine La recherche de nouvelles molécules anticancéreuses

Plus en détail

2 Gliomes de haut grade

2 Gliomes de haut grade 2 Gliomes de haut grade Etudes rétrospectives de cohortes populationnelles n Les résultats présentés à l ASCO concernent des études rétrospectives de cohortes. On ne dispose pas de résultats d études de

Plus en détail

Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste. Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon

Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste. Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon Marqueur prédictif - Définition Un marqueur prédictif est un marqueur qui prédit le bénéfice

Plus en détail

ACETATE D ABIRATERONE: QUELS FACTEURS PRONOSTIQUES ET PREDICTIFS UTILISABLES EN PRATIQUE CLINIQUE?

ACETATE D ABIRATERONE: QUELS FACTEURS PRONOSTIQUES ET PREDICTIFS UTILISABLES EN PRATIQUE CLINIQUE? ACETATE D ABIRATERONE: QUELS FACTEURS PRONOSTIQUES ET PREDICTIFS UTILISABLES EN PRATIQUE CLINIQUE? D après la communication orale de Yu Y. (Discussion) Prognosis and Prediction of Outcomes in Castration-Resistant

Plus en détail

49 ème congrès annuel de la Société Américaine d Oncologie Clinique, Chicago, 2013. Rédigé par le Dr Guillaume PLOUSSARD, Hôpital Saint-Louis, Paris

49 ème congrès annuel de la Société Américaine d Oncologie Clinique, Chicago, 2013. Rédigé par le Dr Guillaume PLOUSSARD, Hôpital Saint-Louis, Paris RÉARRANGEMENTS ERG ET RÉSULTATS CLINIQUES CHEZ DES PATIENTS TRAITES PAR ACÉTATE D ABIRATÉRONE: RÉSULTATS DE L ÉTUDE COU-AA- 302 DANS LE CANCER DE LA PROSTATE MÉTASTATIQUE RESISTANT A LA CASTRATION NON

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 octobre 2011. 20 juillet 2011

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 octobre 2011. 20 juillet 2011 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 19 octobre 2011 20 juillet 2011 L avis adopté par la Commission de la Transparence le 20 juillet 2011 a fait l objet d une audition le 19 octobre 2011 JEVTANA 60 mg,

Plus en détail

CROHN'S DISEASE MANAGEMENT AFTER INTESTINAL RESECTION: A RANDOMISED TRIAL. De Cruz, P. et al. The Lancet. December 24, 2014.

CROHN'S DISEASE MANAGEMENT AFTER INTESTINAL RESECTION: A RANDOMISED TRIAL. De Cruz, P. et al. The Lancet. December 24, 2014. CROHN'S DISEASE MANAGEMENT AFTER INTESTINAL RESECTION: A RANDOMISED TRIAL De Cruz, P. et al. The Lancet. December 24, 2014. DUVEAU Nicolas Bibliographie janvier 2015 Maladie de l Appareil Digestif CHRU

Plus en détail

Cancer de l endomètre localisé à haut risque. Arnaud BEDDOK DES oncologie - radiothérapie Tutrices: Dr RAMDANE, Dr BIHAN

Cancer de l endomètre localisé à haut risque. Arnaud BEDDOK DES oncologie - radiothérapie Tutrices: Dr RAMDANE, Dr BIHAN Cancer de l endomètre localisé à haut risque Arnaud BEDDOK DES oncologie - radiothérapie Tutrices: Dr RAMDANE, Dr BIHAN Plan Introduction: de quoi parle t on? Cas clinique: Mme L 76 ans Recommandations

Plus en détail

Les incontournables 2014 en cancérologie Pneumologie Les thérapies ciblées dans le cadre de l AMM en octobre 2014

Les incontournables 2014 en cancérologie Pneumologie Les thérapies ciblées dans le cadre de l AMM en octobre 2014 Les incontournables 2014 en cancérologie Pneumologie Les thérapies ciblées dans le cadre de l AMM en octobre 2014 Anne-Claire TOFFART EGFR mutés Gefitinib 250 mg x 1/J Cp 250 mg Erlotinib 150 mg x 1/J

Plus en détail

Cas clinique 2. Florence JOLY, Caen François IBORRA, Montpellier

Cas clinique 2. Florence JOLY, Caen François IBORRA, Montpellier Cas clinique 2 Florence JOLY, Caen François IBORRA, Montpellier Cas clinique Patient de 60 ans, ATCD: HTA, IDM en 2007, hypercholestérolémie Juin 2008: Toux, dyspnée (sous 02) et anorexie progressive Bilan

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 29 avril 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 29 avril 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 29 avril 2009 NAVELBINE 20 mg, capsule molle plaquette(s) thermoformée(s) PVC-aluminium PVDC de 1 capsule(s) : 365 948-4 NAVELBINE 30 mg, capsule molle plaquette(s) thermoformée(s)

Plus en détail

Nous présentons ici le quatrième rapport du Réseau

Nous présentons ici le quatrième rapport du Réseau DÉCLARATION CONSENSUELLE Prise en charge du cancer du rein de stade avancé : Mise à jour 2013 des lignes directrices consensuelles du Forum canadien sur le cancer du rein Forum canadien sur le cancer du

Plus en détail

Élaboré dans le cadre de la

Élaboré dans le cadre de la Traitements et soins Cancer du sein C O L L E C T I O N Recommandations Outil d aide à la décision Consensus d experts à partir de recommandations internationales Focus sur les indications de la radiothérapie

Plus en détail

RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN

RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN INTRODUCTION RECOMMANDATIONS INCA NOV 2008 Schéma standard: o 50 Gy en 25 fractions sur 33 jours

Plus en détail

RÉPARATIONS PARIÉTALES EN MILIEU SEPTIQUE: APPORT DES IMPLANTS BIOLOGIQUES. A Gainant, M Jankowiak CHU Dupuytren Limoges

RÉPARATIONS PARIÉTALES EN MILIEU SEPTIQUE: APPORT DES IMPLANTS BIOLOGIQUES. A Gainant, M Jankowiak CHU Dupuytren Limoges RÉPARATIONS PARIÉTALES EN MILIEU SEPTIQUE: APPORT DES IMPLANTS BIOLOGIQUES A Gainant, M Jankowiak CHU Dupuytren Limoges Le risque septique lors des cures d éventration de la paroi abdominale, contre indique

Plus en détail

Adénocarcinome du bas œsophage (et du cardia) Nutrition en attendant le traitement

Adénocarcinome du bas œsophage (et du cardia) Nutrition en attendant le traitement Adénocarcinome du bas œsophage (et du cardia) Nutrition en attendant le traitement Corinne Bouteloup Service de Médecine Digestive et Hépatobiliaire CHU Clermont-Ferrand Conflits d intérêts Nutricia Nutrition

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 10 novembre 2004

AVIS DE LA COMMISSION. 10 novembre 2004 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 10 novembre 2004 GEMZAR 200 mg, lyophilisat pour usage parentéral (IV) Flacon de 10 ml GEMZAR 1000 mg, lyophilisat pour usage parentéral

Plus en détail

CANCER DU SEIN TRAITEMENT CHIRURGICAL

CANCER DU SEIN TRAITEMENT CHIRURGICAL CANCER DU SEIN TRAITEMENT CHIRURGICAL Olivier Bréhant DESC Viscéral CHU ANGERS Poitiers 24-25 juin 2004 INTRODUCTION Cancer fréquent (40 000 nv x cas/an) Cancer grave (12 000 DC/an) Traitement loco-régional

Plus en détail

Prise en charge globale (néoadjuvante, adjuvante et métastatiques) des cancers du sein HER2 positifs Overall management. Global

Prise en charge globale (néoadjuvante, adjuvante et métastatiques) des cancers du sein HER2 positifs Overall management. Global Prise en charge globale (néoadjuvante, adjuvante et métastatiques) des cancers du sein Overall management Global 0 Groupe de travail constitué de : Lydie Aimard, Mario Campone, Bruno Coudert, Véronique

Plus en détail

Nouvelles stratégies anti-angiogéniques dans la prise en charge du cancer du rein

Nouvelles stratégies anti-angiogéniques dans la prise en charge du cancer du rein Progrès en urologie (2013) 23, 841 848 Disponible en ligne sur www.sciencedirect.com ARTICLE DE REVUE Nouvelles stratégies anti-angiogéniques dans la prise en charge du cancer du rein New anti-angiogenic

Plus en détail

Recommandation de traitement pour les patientes souffrant d un cancer du sein à récepteur hormonal positif : Influence du test Oncotype DX.

Recommandation de traitement pour les patientes souffrant d un cancer du sein à récepteur hormonal positif : Influence du test Oncotype DX. En-tête Résumé du protocole d étude Titre de la demande : Recommandation de traitement pour les patientes souffrant d un cancer du sein à récepteur hormonal positif : Influence du test Oncotype DX. No

Plus en détail

Traitement du carcinome rénal métastatique

Traitement du carcinome rénal métastatique Progrès en urologie (2011) 21, 233 244 ARTICLE DE REVUE Traitement du carcinome rénal métastatique Treatment of metastatic renal cell carcinoma R. Thuret a,b, C. Maurin c,,m.sun a, P. Perrotte a, P.I.

Plus en détail

SYNOPSIS PROTOCOLE UC-0102/1203 GRT02

SYNOPSIS PROTOCOLE UC-0102/1203 GRT02 SYNOPSIS PROTOCOLE UC-0102/1203 GRT02 A) IDENTIFICATION DE L ESSAI CLINIQUE NUMERO DE CODE DU PROTOCOLE PROMOTEUR : UC-0102/1203 GRT02 VERSION ET DATE : version 1.1 du 12 septembre 2012 TITRE DE L ESSAI

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 25 mai 2011

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 25 mai 2011 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 25 mai 2011 AVASTIN 25 mg/ml Boîte de 1 flacon de 4 ml (CIP : 566 200-7) Boîte de 1 flacon de 16 ml (CIP : 566 201-3) Laboratoires ROCHE Bevacizumab Liste I Réserve hospitalière

Plus en détail

Cancer Prostatique Localement Avancé (T3) Pr. Vincent RAVERY

Cancer Prostatique Localement Avancé (T3) Pr. Vincent RAVERY Cancer Prostatique Localement Avancé (T3) Pr. Vincent RAVERY Introduction Diagnostic précoce / Dépistage Nombre relatif stable de cancers de la prostate (CaP) localement avancés Meilleure stadification

Plus en détail

Cancer du rein métastatique Nouvelles approches thérapeutiques. Sophie Abadie-Lacourtoisie 20 mai 2006

Cancer du rein métastatique Nouvelles approches thérapeutiques. Sophie Abadie-Lacourtoisie 20 mai 2006 Cancer du rein métastatique Nouvelles approches thérapeutiques Sophie Abadie-Lacourtoisie 20 mai 2006 Cancer du rein à cellules claires métastatique (CRM) Plus de 30 % des CR deviendront métastatiques

Plus en détail

Cancer inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences

Cancer inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences Huguette Nguele Meke Introduction Le cancer du sein est une maladie gave et fréquente qui touche une femme sur 11 au cours de sa vie et qui est diagnostiqué

Plus en détail

La radiothérapie a été longtemps utilisée comme seul traitement locorégional des formes avancées de cancer du sein L expérience acquise permet de

La radiothérapie a été longtemps utilisée comme seul traitement locorégional des formes avancées de cancer du sein L expérience acquise permet de Radiothérapie dans la stratégie néoadjuvante Alain Fourquet Département de Radiothérapie Oncologique Introduction La radiothérapie a été longtemps utilisée comme seul traitement locorégional des formes

Plus en détail

Traitement néoadjuvant: Évaluation précoce de la réponse par TEP-FDG : Performances et limites

Traitement néoadjuvant: Évaluation précoce de la réponse par TEP-FDG : Performances et limites Traitement néoadjuvant: Évaluation précoce de la réponse par TEP-FDG : Performances et limites Contexte Tumeurs larges ou localement avancées Pas de bénéfice en survie par rapport au traitement adjuvant,

Plus en détail

Cancer du Rectum JOURNEES DES 28/11/14. Candice CAROLA Tuteur : Dr MIRABEL

Cancer du Rectum JOURNEES DES 28/11/14. Candice CAROLA Tuteur : Dr MIRABEL Cancer du Rectum RADIOCHIMIOTHERAPIE JOURNEES DES 28/11/14 Candice CAROLA Tuteur : Dr MIRABEL Plan Généralités (épidémiologie, diagnostic, bilan d extension) PEC néoadjuvante PEC adjuvante PEC métastatique

Plus en détail

Thérapies ciblées : toxicités digestives. Christophe TOURNIGAND Service d oncologie médicale, Hôpital Henri Mondor, Créteil

Thérapies ciblées : toxicités digestives. Christophe TOURNIGAND Service d oncologie médicale, Hôpital Henri Mondor, Créteil Thérapies ciblées : toxicités digestives Christophe TOURNIGAND Service d oncologie médicale, Hôpital Henri Mondor, Créteil Introduction Toxicités fréquentes Dose-limitantes Altération de la QOL Toxicité

Plus en détail

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique Jean-Marie BOHER, PhD, Institut Paoli-Calmettes, Marseille Novembre 2011 Typologie

Plus en détail

Revue de la littérature

Revue de la littérature Résultats à long terme des anévrysmes traités Revue de la littérature Cours de DES de neurochirurgie Inter-région Rhône-Alpes / Auvergne Vendredi 22/04/11 Méthode (1): sélection bibliographique en fonction

Plus en détail

Traitement du cancer du rein métastatique.

Traitement du cancer du rein métastatique. Traitement du cancer du rein métastatique. Bernard Escudier. Introduction Le cancer du rein représente 2 à 3% des tumeurs malignes de l adulte ce qui correspond en France à près de 10000 cas. Dans 70 à

Plus en détail

Essai de phase II randomisé mul2centrique: traitement personnalisé des cancers du rectum localement évolués non métasta2ques

Essai de phase II randomisé mul2centrique: traitement personnalisé des cancers du rectum localement évolués non métasta2ques GRECCAR 4 Groupe de REcherche Chirurgical sur le CAncer du Rectum Essai de phase II randomisé mul2centrique: traitement personnalisé des cancers du rectum localement évolués non métasta2ques N EudraCT

Plus en détail

TRAITEMENT ADJUVANT CANCER DU RECTUM Pas contre.

TRAITEMENT ADJUVANT CANCER DU RECTUM Pas contre. TRAITEMENT ADJUVANT CANCER DU RECTUM Pas contre. F Peschaud Vendredi 11 décembre 2015 Adjuvant: Pourquoi? T3/T4 après RCT néoadjuvante: taux de récidive métastatique à 5 ans de 35% Stade III: Survie sans

Plus en détail

Place de la Chirurgie en Situation Palliative dans le Cancer Gastrique

Place de la Chirurgie en Situation Palliative dans le Cancer Gastrique Place de la Chirurgie en Situation Palliative dans le Cancer Gastrique Pr. Christophe Mariette Service de Chirurgie Digestive et Générale CHRU de Lille 1 Contexte Données de la littérature Cancer gastrique

Plus en détail

Association bévacizumab paclitaxel dans le traitement du cancer du sein HER2 négatif en première ligne métastatique : les données de la vraie vie

Association bévacizumab paclitaxel dans le traitement du cancer du sein HER2 négatif en première ligne métastatique : les données de la vraie vie Lu pour vous Association bévacizumab paclitaxel dans le traitement du cancer du sein HER2 négatif en première ligne métastatique : les données de la vraie vie doi:10.1684/veg.2016.0059 Sakina Sekkate Département

Plus en détail

1 ère JOURNEE UROMIP. cancer du rein métastatique Actualités. Loïc Mourey Oncologie Médicale

1 ère JOURNEE UROMIP. cancer du rein métastatique Actualités. Loïc Mourey Oncologie Médicale 1 ère JOURNEE UROMIP cancer du rein métastatique Actualités Loïc Mourey Oncologie Médicale Actualités Place de la néphrectomie Indications thérapeutiques Dans l approche des toxicités Nouvelles thérapies

Plus en détail

Cancers des voies urinaires

Cancers des voies urinaires Cancers des voies urinaires P O U R L ' A S S O C I A T I O N M O N T É R É G I E N N E E N S O I N S P A L L I A T I F S P A R A N N I E L E S S A R D U R O L O G U E C S S S R Y 1 ER D É C E M B R E

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 6 septembre 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 6 septembre 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 6 septembre 2006 NEXAVAR 200 mg, comprimé pelliculé B/112 (CIP: 376 137-2) Laboratoire BAYER PHARMA sorafénib Liste I Médicament soumis à prescription hospitalière. Prescription

Plus en détail

EXERCICE N 10 : Modifier le protocole d'un essai pour mieux réussir ; mais réussir quoi?

EXERCICE N 10 : Modifier le protocole d'un essai pour mieux réussir ; mais réussir quoi? EXERCICE N 10 : Modifier le protocole d'un essai pour mieux réussir ; mais réussir quoi? Le bévacizumab (Avastin ) est un anticorps monoclonal qui a fait l objet d une autorisation supplémentaire pour

Plus en détail

INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE

INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE DIAGNOSTIC DES RECIDIVES LOCOREGIONALES GENERALITES VIVIANE FEILLEL INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE OBJECTIFS DE LA SURVEILLANCE Evaluation des séquelles post-thérapeutiques Diagnostic précoce des récidives

Plus en détail

T1-T2 du larynx: Chirurgie ou radiochimiothérapie Revue de la littérature. L.Laccourreye Angers

T1-T2 du larynx: Chirurgie ou radiochimiothérapie Revue de la littérature. L.Laccourreye Angers T1-T2 du larynx: Chirurgie ou radiochimiothérapie Revue de la littérature L.Laccourreye Angers Critères de jugement?! Mendenhall et al proposaient 3 critères Contrôle local Qualité vocale Coût Mendenhall

Plus en détail

Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009

Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009 17 èmes Journées des Statisticiens des Centres de Lutte contre le Cancer 4 ème Conférence Francophone d Epidémiologie Clinique Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009 Q Picat, N

Plus en détail

Pour ou Contre le dépistage du cancer de la prostate?

Pour ou Contre le dépistage du cancer de la prostate? Pour ou Contre le dépistage du cancer de la prostate? H. QUINTENS Institut A TZANCK Saint Laurent du Var 25 Mars 2014 Classification TNM Score de GLEASON L'antigène prostatique spécifique L'antigène prostatique

Plus en détail

L âge moyen des femmes au moment du diagnostic était de 49,7 ans (E.T. 12), avec un pic de fréquence entre 45 et 55 ans

L âge moyen des femmes au moment du diagnostic était de 49,7 ans (E.T. 12), avec un pic de fréquence entre 45 et 55 ans المجلة الصحية لشرق المتوسط منظمة الصحة العالمية المجلد الثالث عشر العدد ٢٠٠٧ ٢ Le cancer du sein est le principal cancer féminin dans le monde et en Tunisie [1-4]. Son incidence est plus élevée dans les

Plus en détail

Les dix points clés de la lecture critique. Michel Cucherat UMR 5558 - Lyon

Les dix points clés de la lecture critique. Michel Cucherat UMR 5558 - Lyon Les dix points clés de la lecture critique Michel Cucherat UMR 5558 - Lyon Point 1 Interpréter les résultats pour décider But de la lecture critique : Juger de la validité scientifique (fiabilité du résultat)

Plus en détail

CANCER DU SEIN DE LA FEMME AGEE : QUELS TRAITEMENTS? A.BARKAT Clin gyn obs. CHU Constantine 7ème Congrès de la SAERM ALGER 14-15/03/09

CANCER DU SEIN DE LA FEMME AGEE : QUELS TRAITEMENTS? A.BARKAT Clin gyn obs. CHU Constantine 7ème Congrès de la SAERM ALGER 14-15/03/09 CANCER DU SEIN DE LA FEMME AGEE : QUELS TRAITEMENTS? A.BARKAT Clin gyn obs. CHU Constantine 7ème Congrès de la SAERM ALGER 14-15/03/09 INTRODUCTION 1 er cancer féminin avec l age age moyen: 48 ans expérience

Plus en détail

PAOLA-1. Cancer de l ovaire 1 ère ligne-maintenance

PAOLA-1. Cancer de l ovaire 1 ère ligne-maintenance PAOLA- Cancer de l ovaire ère ligne-maintenance Etude randomisée de phase III, en double aveugle, comparant olaparib vs placebo chez des patientes atteintes de cancer séreux ou endométrioïde de haut grade

Plus en détail

Angiogénèse et cancers gynécologique

Angiogénèse et cancers gynécologique Angiogénèse et cancers gynécologique Dr Thibault de La Motte Rouge Compréhension de la biologie tumorale : les années 2000 Perte de l apoptose Auto-suffisance en signal de croissance Insensibilité aux

Plus en détail

Cancer du rectum, ce qui va changer et pourquoi. Excision du mésorectum: par en haut ou par en bas?

Cancer du rectum, ce qui va changer et pourquoi. Excision du mésorectum: par en haut ou par en bas? Cancer du rectum, ce qui va changer et pourquoi. Excision du mésorectum: par en haut ou par en bas? Michel RIVOIRE, Valeria BASSO Département de Chirurgie Oncologique Centre Léon Bérard, INSERM 1032 69

Plus en détail

Centre Jean Perrin. Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne. Clermont-Ferrand - France - Projet PROGACIR

Centre Jean Perrin. Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne. Clermont-Ferrand - France - Projet PROGACIR Centre Jean Perrin Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne Clermont-Ferrand - France - Projet PROGACIR Positionnement Intérêt du séquençage de l ADN tumoral circulant du gène TP53 muté pour la prédiction

Plus en détail

Le cancer du sein métastatique Définitions actuelles, épidémiologie, présentations cliniques

Le cancer du sein métastatique Définitions actuelles, épidémiologie, présentations cliniques Le cancer du sein métastatique Définitions actuelles, épidémiologie, présentations cliniques E. Luporsi Introduction Le pronostic du cancer du sein métastatique reste un problème majeur pour l oncologue

Plus en détail

Pr. Pascal HAMMEL. La chimiothérapie de l adénocarcinome du pancréas. Connaître les indications Savoir quand ne pas faire de chimiothérapie

Pr. Pascal HAMMEL. La chimiothérapie de l adénocarcinome du pancréas. Connaître les indications Savoir quand ne pas faire de chimiothérapie Pr. Pascal HAMMEL La chimiothérapie de l adénocarcinome du pancréas Connaître les indications Savoir quand ne pas faire de chimiothérapie Conflits d intérêts Dr Pascal HAMMEL Laboratoires AMGEN Chimiothérapie

Plus en détail

Tumeur du rein localement avancée : prise en charge initiale. Pr JJ Patard CHU Rennes

Tumeur du rein localement avancée : prise en charge initiale. Pr JJ Patard CHU Rennes Tumeur du rein localement avancée : prise en charge initiale Pr JJ Patard CHU Rennes Cas N 1 Homme 50 ans, Tumeur découverte par hématurie, 17 cm, Envahissement massif ganglionnaire rétro-péritonéal (N2)

Plus en détail

LE CANCER DU PANCRÉAS LOCALEMENT AVANCÉ

LE CANCER DU PANCRÉAS LOCALEMENT AVANCÉ LE CANCER DU PANCRÉAS LOCALEMENT AVANCÉ Michel Ducreux Insitut Gustave Roussy Villejuif,FRANCE 1/28 Le cancer du pancréas. Histoire naturelle: Survie à 3 ans < 5% Maladie métastasée d emblée: 40% Formes

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

ACCÈS AUX ESSAIS DE PHASE I EXISTE-T-IL DES INÉGALITÉS? CHEZ DES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER COLORECTAL : Cliquez pour modifier le style du titre

ACCÈS AUX ESSAIS DE PHASE I EXISTE-T-IL DES INÉGALITÉS? CHEZ DES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER COLORECTAL : Cliquez pour modifier le style du titre Cliquez pour modifier le style du titre ACCÈS AUX ESSAIS DE PHASE I CHEZ DES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER COLORECTAL : EXISTE-T-IL DES INÉGALITÉS? JULIETTE BOUCHET ET ONCOMIP 1 Cliquez INTRODUCTION pour

Plus en détail

Les thérapies ciblées antiangiogéniques. Dr Mathieu Laramas Pôle de cancérologie CHU Grenoble mlaramas@chu-grenoble.fr

Les thérapies ciblées antiangiogéniques. Dr Mathieu Laramas Pôle de cancérologie CHU Grenoble mlaramas@chu-grenoble.fr Les thérapies ciblées antiangiogéniques en cancérologie Dr Mathieu Laramas Pôle de cancérologie CHU Grenoble mlaramas@chu-grenoble.fr Objectifs pédagogiques Donner une définition des thérapies ciblées

Plus en détail

Essais précoces non comparatifs : principes et calcul du nombre de sujets nécessaire

Essais précoces non comparatifs : principes et calcul du nombre de sujets nécessaire Essais précoces non comparatifs : principes et calcul du nombre de sujets nécessaire Sylvie CHABAUD Direction de la Recherche Clinique et de l Innovation : Centre Léon Bérard - Lyon Unité de Biostatistique

Plus en détail

Traitement locorégional du cancer du sein métastatique d'emblée: cas cliniques

Traitement locorégional du cancer du sein métastatique d'emblée: cas cliniques Traitement locorégional du cancer du sein métastatique d'emblée: cas cliniques Hélène Charitansky 1, Alain Fourquet 2 1 Service de chirurgie sénologique, Institut Universitaire du Cancer Toulouse Oncopole

Plus en détail

Les Comités de Thérapie du Cancer

Les Comités de Thérapie du Cancer Les Comités de Thérapie du Cancer L expérience des sarcomes au CUSM Robert E. Turcotte MD FRCSC Chaire Maurice E. & Marthe Muller Université McGill Professeur titulaire et Directeur, Division de chirurgie

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 04 octobre 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 04 octobre 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 04 octobre 2006 HERCEPTIN 150 mg, poudre pour solution à diluer pour perfusion B/1 flacon de 15 ml (CIP: 562 103-7) Laboratoire ROCHE trastuzumab Liste I Médicament soumis

Plus en détail

CANCER DE PROSTATE DISSEMINE ou METASTATIQUE. Référentiel RCP ONCO-UROLOGIE DE BASSE-NORMANDIE

CANCER DE PROSTATE DISSEMINE ou METASTATIQUE. Référentiel RCP ONCO-UROLOGIE DE BASSE-NORMANDIE CANCER DE PROSTATE DISSEMINE ou METASTATIQUE Référentiel RCP ONCO-UROLOGIE DE BASSE-NORMANDIE La mise à jour à jour a été effectuée à partir des recommandations 2010 en onco-urologie (AFU, EAU, ESMO, INCA),

Plus en détail

NAVELBINE voie orale

NAVELBINE voie orale DENOMINATION DU MEDICAMENT & FORME PHARMACEUTIQUE NAVELBINE voie orale CARACTERISTIQUES Dénomination commune : vinorelbine Composition qualitative et quantitative : Statut : A.M.M. A.T.U. Classe ATC :

Plus en détail

Faut-il encore opérer les cancers de l œsophage localement avancés?

Faut-il encore opérer les cancers de l œsophage localement avancés? Faut-il encore opérer les cancers de l œsophage localement avancés? controverse : pour Delphine BONNET Fédération digestive - Hôpital Purpan - TOULOUSE définitions Type histologique : adénocarcinome /

Plus en détail

Indication (selon la monographie du médicament) : Traitement de l'adénocarcinome rénal métastatique

Indication (selon la monographie du médicament) : Traitement de l'adénocarcinome rénal métastatique Rapport sur les nouveaux médicaments brevetés Torisel Par souci de transparence, le CEPMB publie les résultats des examens des prix des nouveaux produits médicamenteux brevetés effectués par les membres

Plus en détail

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Les progrès réalisés dans le diagnostic et les traitements ont permis d accroître les chances de guérison pour nombre de cancers. Ils n

Plus en détail

Importance de la stadification médiastinale en cas de cancer du poumon ONCOLOGIE THORACIQUE

Importance de la stadification médiastinale en cas de cancer du poumon ONCOLOGIE THORACIQUE ONCOLOGIE THORACIQUE Peer-reviewed article Stadification ganglionnaire médiastinale du cancer du poumon: nouveaux concepts Kurt G. Tournoy Oncologie thoracique, Onze-Lieve-Vrouw Ziekenhuis Aalst; Universiteit

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 31 mars 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 31 mars 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 31 mars 2010 ANTARENE CODEINE 200 mg/30 mg Boîte de 20 comprimés pelliculés (CIP : 397 555.8) ANTARENE CODEINE 400 mg/60 mg Boîte de 10 comprimés pelliculés (CIP : 397

Plus en détail

Marion GILBERT Simon CHAUVEAU. DES pneumologie 11 avril 2014

Marion GILBERT Simon CHAUVEAU. DES pneumologie 11 avril 2014 Marion GILBERT Simon CHAUVEAU DES pneumologie 11 avril 2014 Contexte Dépistage du cancer poumon : Santé publique Par scanner injecté (low dose) : Baisse de la mortalité (-20%) : NLSTrial (USA) 2011: «The

Plus en détail

Pr Bernard Combe. Immuno-Rhumatologie, Hôpital Lapeyronie CHU de Montpellier

Pr Bernard Combe. Immuno-Rhumatologie, Hôpital Lapeyronie CHU de Montpellier Journal de L ANDAR (Association Nationale de Défense contre l Arthrite Rhumatoîde) octobre2008 Le Mabthéra dans la polyarthrite rhumatoïde Pr Bernard Combe Immuno-Rhumatologie, Hôpital Lapeyronie CHU de

Plus en détail

Avis 2 avril 2014. Laboratoire SERVIER. Périndopril arginine / indapamide. C09BA04 (inhibiteur de l enzyme de conversion et diurétique)

Avis 2 avril 2014. Laboratoire SERVIER. Périndopril arginine / indapamide. C09BA04 (inhibiteur de l enzyme de conversion et diurétique) COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 2 avril 2014 PRETERAX 2,5 mg / 0,625 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 (CIP : 34009 378 232 2 7) Boîte de 90 (CIP : 34009 378 234 5 6) BIPRETERAX 5 mg / 1,25 mg, comprimé

Plus en détail

L évaluation du creux axillaire

L évaluation du creux axillaire L évaluation du creux axillaire Journées DESC-SCVO Poitiers, Juin 2007 Marc-Henri JEAN, Nantes Cancer du sein : Introduction (1) 30 000 nouveaux cas / an 11 000 décès / an Problème de santé publique Pronostic

Plus en détail

Cancer du sein: soins 2015

Cancer du sein: soins 2015 Cancer du sein: soins 2015 Nouveautés thérapeutiques en pathologie mammaire métastatique Pr. Lionel D Hondt (M.D., Ph.D.) Chef du Service d Oncologie CHU UCL Dinant-Godinne CHU Charleroi, 02 octobre 2015

Plus en détail

Communiqué de presse. Bâle, Juillet 31, 2015

Communiqué de presse. Bâle, Juillet 31, 2015 Communiqué de presse Bâle, Juillet 31, 2015 Un protocole à base de Perjeta, médicament de Roche, a été homologué en Europe pour une utilisation avant chirurgie lors de cancer du sein agressif de stade

Plus en détail

LAM et SMD secondaires à la radio-chimiothérapie : Une série de 116 cas provenant de 2 Centres de lutte contre le Cancer.

LAM et SMD secondaires à la radio-chimiothérapie : Une série de 116 cas provenant de 2 Centres de lutte contre le Cancer. LAM et SMD secondaires à la radio-chimiothérapie : Une série de 116 cas provenant de 2 Centres de lutte contre le Cancer. H BENNANI 1, V SAADA 2 1 Institut Curie-Hôpital René Huguenin, Saint Cloud 2 Institut

Plus en détail

Des doses de pazopanib allant jusqu à 2000 mg ont été évaluées dans les études cliniques sans toxicité dose limitante.

Des doses de pazopanib allant jusqu à 2000 mg ont été évaluées dans les études cliniques sans toxicité dose limitante. 4.9 Surdosage Des doses de pazopanib allant jusqu à 2000 mg ont été évaluées dans les études cliniques sans toxicité dose limitante. Il n existe pas d antidote spécifique à un surdosage par pazopanib,

Plus en détail

L IRM dans le. cancer du sein

L IRM dans le. cancer du sein L IRM dans le cancer du sein J.P. BRETTES Hôpitaux Universitaires de Strasbourg FAFEM Alger 2009 IRM généralités Apport diagnostique de l IRM dynamique - injection d un produit de contraste le gadolinium

Plus en détail

CARCINOMES EPIDERMOIDES TETE ET COU

CARCINOMES EPIDERMOIDES TETE ET COU OMEDIT Aquitaine Affaire suivie par : Bertrice LOULIERE : bertrice.louliere@omedit-aquitaine.fr Antoine BROUILLAUD : antoine.brouillaud@omedit-aquitaine.fr Morgane GUILLAUDIN : morgane.guillaudin@omedit-aquitaine.fr

Plus en détail

Donner de la vie aux années ou rajouter des années à la vie?

Donner de la vie aux années ou rajouter des années à la vie? Donner de la vie aux années ou rajouter des années à la vie? «Rôle des inhibiteurs de l angiogenèse dans le traitement et la prise en charge des cancers avancés de la prostate.» Résumé du Symposium ABBOTT

Plus en détail

Chimiothérapie néoadjuvante et cancer de l ovaire. Patricia Pautier Oncologue médical Institut Gustave-Roussy

Chimiothérapie néoadjuvante et cancer de l ovaire. Patricia Pautier Oncologue médical Institut Gustave-Roussy Chimiothérapie néoadjuvante et cancer de l ovaire Patricia Pautier Oncologue médical Institut Gustave-Roussy Chimiothérapie néoadjuvante Pro Réalisation d une chirurgie complète Moins de morbidité post

Plus en détail

Cancer colorectal métastatique stratégie onco-chirurgicale en cas de métastases hépatiques synchrones résécables

Cancer colorectal métastatique stratégie onco-chirurgicale en cas de métastases hépatiques synchrones résécables 10 ème Symposium ADMY Cancer colorectal métastatique stratégie onco-chirurgicale en cas de métastases hépatiques synchrones résécables Stéphane Benoist CHU Bicêtre Introduction Cancer colorectal avec métastases

Plus en détail

Essai Inter-groupe : FFCD UNICANCER FRENCH - GERCOR

Essai Inter-groupe : FFCD UNICANCER FRENCH - GERCOR CLIMAT - PRODIGE 30 Etude de phase III randomisée évaluant l Intérêt de la colectomie première chez les patients porteurs d un cancer colique asymptomatique avec métastases hépatiques synchrones non résécables

Plus en détail

Indications de la radiothérapie

Indications de la radiothérapie traitements, soins et innovation MAI 2009 Indications de la radiothérapie CANCER De la prostate COLLECTION recommandations & référentiels OUTIL D AIDE À LA DÉCISION CONSENSUS D EXPERTS À PARTIR DE RECOMMANDATIONS

Plus en détail

Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire

Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire Ramona ITTI, physicienne médicale Service de Cancérologie - Radiothérapie hôpital St. Louis Les Matinées de l Innovation, 27 septembre 2013

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 juillet 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 juillet 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 21 juillet 2010 ENANTONE LP 30 mg, poudre et solvant pour suspension injectable (SC) à libération prolongée en seringue pré remplie Boîte de 1 (CIP : 384 583-8) Laboratoires

Plus en détail

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes généraux Importance du diagnostic d un cancer au stade

Plus en détail