clinique d un médicament

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "clinique d un médicament"

Transcription

1 DU Recherche Clinique Calcul du nombre de sujets nécessaires (accent sur les phases III) S. THEZENAS I.C.M. (Ex CRLC Val d Aurelle) Unité de Biostatistiques Phases du développement clinique d un médicament Drug development process (idealized) IDEA{ Molecular In vitro In vivo Epidemiologic File cabinet Phase I OBJ: Safety ENDPT: Toxicity ) Phase II Phase III OBJ: Efficacy ENDPT: Clin. response OBJ: Effectiveness ENDPT: Survival Développement Clinique (1) Phase I Première administration chez l'homme Évaluation de la tolérance Etudes pharmacocinétiques Phase II Administration chez le patient Essais de taille réduite Evaluation de l'effet pharmacologique Evaluation de l efficacité Essais de recherche de dose Relations dose/concentration/effet Phase IV OBJ: Outcomes ENDPT: Pain, cost, 3 4 1

2 Développement Clinique (2) Déroulement d une recherche Phase III : Etude de l'efficacité thérapeutique Essais thérapeutiques sur un grand nombre de patients Contrôlés (placebo ou référence) Randomisés Évaluation de la tolérance Evaluation de la survie Idée Question N S N Protocole R A N D O Gestion et Saisie Chasse aux données manquantes Phase IV Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Suivi thérapeutique Coût Analyse Bouton magique Rapport Article 5 6 PHASE 1 : 1ère administration chez l'homme Essais de Phase I Choix de la dose initiale Dose ni trop haute, ni trop basse Première administration vs molécule déjà étudiée The FDA and EMEA recommandent de se baser sur la toxicology préclinique tester à la fois sur les espèces rongeurs et non-rongeurs Choix empirique PK, PD, pré-clinique 1/10 e de la LD10 (dose lethal à 10 %) chez les souris S il existe des toxicités évidentes chez les non-rongeurs (Chien, singe,..), 1/6 e à 1/3 de la TDL (toxic dose low) chez les especes les plus sensible. 8 2

3 PHASE 1 : Méthode Standard PHASE 1 : Principe Méthode Standard Objectif: Déterminer la dose maximale tolérée (DMT) pour l efficacité du nouveau produit espéré sans effet toxique trop important Donner la dose recommandée (Palier DMT -1) Méthode: - Fixer à priori les paliers intéressants cliniquement à tester. En général 4-5 paliers. - Répertorier les toxicités limitantes (DLT) non acceptables. - Choisir i la limiteit d acceptabilité de la DMT: Quel pourcentage de toxicité est acceptable au palier de la DMT? Généralement on se fixe sur 33% (1 pts /3), plus rarement 50%. - Délai d observation des DLTs. Généralement sur les premiers cycles. 9 Tox max : 30 % PALIER 1 PALIER 2 PALIER 3 PALIER 4 0/3 0/ /3 2/ /3 Total: 15 pts (3,6,6) DMT: palier III Dose recommandée= palier 2 Nb Pts (DMT) = 6 1/ PHASE 1 : Récapitulatif Méthode PHASE 1 : Méthode CRM Méthode Standard - 3 x 3 Plusieurs paliers Prévoir un palier -1 (peu probable) Règles d arrêt (Toxicités limitantes) 3 patients par palier (6 au palier DMT) CRM / CRML (O Quigley, 1990) Plusieurs paliers Prévoir un palier -1 (peu probable) Règles d arrêt (Toxicités limitantes) méthodes tenant compte des résultats patients précédant pour le choix du palier plus efficace, moins de patients, moins pratique pour les cliniciens CRM Design Le Tourneau, J Natl Cancer Inst,

4 PHASE 1 : Récapitulatif Méthode PHASE 1b Phase Ib escalation de dose Le Tourneau, J Natl Cancer Inst, 2009 Le Tourneau, J Natl Cancer Inst, PHASE II Objectifs Primaire: Évaluer l'efficacité d'un dun traitement sur une population sélectionnée Secondaire : Toxicité, événement à court terme Essais de phase II Pré requis Définition DMT / phase I Identification de la population cible homogène (# Phase I) Durée : court (2-3 ans) Critères d'évaluation = REPONSE 16 4

5 PHASE II : Stratégie PHASE II : Critère Principal = REPONSE Principe : Recherche d'une activité anti-tumorale Stratégie du Go/NoGo (en phase III) Rejeter le plus vite possible une molécule «inefficace» ou passer rapidement en essai de phase III une molécule «efficace» = minimiser NSN TRAITEMENT Régression Tumorale - exprimé en % - Codée suivant les critères RECIST (V1.1 Jan 2009) RC Complète RP Partielle ST Stable Phase II Trial of Arsenic Trioxide for Melanoma/Kim et al., Cancer, 2005 PD Progression Nvl lésion Mais avec un risque faible de ne pas rejeter un traitement inefficace (α) et de passer à côté d'une molécule efficace (β). -100% -30% +20% REPONDEUR NON REPONDEUR CONTRÔLE DE LA MALADIE PHASE II : Critères Secondaire PHASE II : Concept calcul NSN TOXICITE Lié à la chimiothérapie Grade toxicité NCI-CTC (v4- Mars 09) Grade Max observé par patient Taux de grade 3/4 Hémato Non hémato (Cardio, rénale, Gastro-intestinale,..) Global Hypothèses H0 : p0 p1 H1 : p0 > p1 p0 : Probabilité d inefficacité maximal p1 : Probabilité d efficacité minimale SURVIE Généralement PFS Essai trop court Piste pour phase III (taux, médiane) Zone d'inefficacité 0% Rejet de H1 p0 p1 Zone d'efficacité Rejet de H0 100%

6 PHASE II : Choix des «A Priori» PHASE II : Designs (plan) - Bibliographie - Revue de la littérature Rationnel - Expériences cliniques - Recrutement possible - Multicentrique? - Critères inclusions - Disponibilité des produits Faisabilité Gehan 1962 Plans à 2 étapes Fleming 1982 Plans multi-étapes Simon 1989 Plans à 2 étapes Bellissant 1990 Test triangulaire groupé Ensign 1995 Plans à 3 étapes Bryant and Day 1995 Efficacité et Toxicité - Pertinence clinique - Critères de jugement - Avis cliniciens... Clinique Le principe reste le même. Réaliser l'étude en plusieurs étape afin de minimiser le nombre de patients exposés inutilement à un traitement qui, au mieux, ne marche pas PHASE II : Exemple Plan de Simon (2 étapes) Critère: Réponse objective (phase II) p0=50% ; p1=70%; =5%; β=10% 61 patients Etape Nombre de patients Nb max de réponses (CR+PR) Nb total de patients Rejet π>0,70 Rejet π<0,50 1ère étape: Après l'inclusion de 18 patients on pourra arrêter l'essai précocement, si on a moins de 13 réponses sur 24, pour inefficacité. Sinon, on inclut 37 patients supplémentaires / p p /61 37/61 Essai ide phase III 2ème étape: on pourra conclure à l'inefficacité du traitement si on observe moins de 36 réponses on pourra conclure à l'efficacité du traitement si on observe 37 réponses ou plus 23 6

7 PHASE III : Généralité PHASE III :Objectif primaire Phase III = Comparer efficacité de 2 traitements (ou +) Grande échelle, multicentrique t i Standard (BSC) plutôt que placebo Prouver l'efficacité relative du traitement expérimental Supériorité. non supériorité infériorité (Absence of evidence is not evidence of absence) Equivalence ou Non infériorité Phase III = plusieurs années (Cancérologie) Inclusion : 1 à 3 ans Suivi : 3 à 5 ans. Tests basés sur nombre d'événements Dernière étape avant AMM Essais Adjuvants : Patients cliniquement sans maladie après un traitement initial potentiellement curatif Survie globale, sans cancer, sans rechute, sans récidive locale Essais maladies avancées : Patients pour lesquels un traitement local n'est pas considéré curatif Survie sans progression Control des symptômes/qualité de vie Evaluation économique Pathologie fatale (pancréas, métastatiques, ) S. Globale Pathologie à évolution lente, chronique S. Sans récidive PHASE III : Objectifs secondaires POPULATION ASCO 2005 Efficacité Phase II randomisé Réponse au traitement, guérison Durée de la réponse (RECIST) Toxicité (essais en cross over) Surveillance des toxicités tardives (CTC NCI) Possibilité modification doses trouvées en phase I Qualité de vie (QLQC30) Primordial +++ Pas facile car fonction pays, région, Actuellement peu de recul Coût Peu fiable Faire étude à part 27 A phase III trial comparing FULV to FULV + oxaliplatin in stage II or III carcinoma of the colon: Results of NSABP Protocol C-07 N=407 A planned comparison of menopausal symptoms during the first year in 1,000 patients receiving either exemestane or tamoxifen in a double-blind adjuvant hormonal study. N=997 Randomized phase III study of 3 irinotecan regimens in 1st-line metastatic colorectal cancer (CRC): safety/tolerability of irinotecan + oral capecitabine with or without celecoxib (BICC) N=902 Results of 3rd line therapy on N9841: a randomized phase III trial of oxaliplatin/5- fluorouracil (5FU)/leucovorin (FOLFOX4) versus irinotecan (CPT-11) in patients (pts) with advanced colorectal cancer (CRC) previously treated with prior 5FU chemotherapy N=

8 PHASE III : Plans expérimentaux Parallèles Croisés Essai de phase III : Randomisation 29 Imputabilité de la causalité Objectif du TAS Le seul moyen d'obtenir 2 groupes de malades aussi semblables que possible est : Pour chaque patient inclus, d'attribuer le traitement par le biais du hasard, c'est à dire faire un tirage au sort ou randomisation 1) supprimer les biais de sélection : o o Un nouveau traitement présentant d'importants effets secondaires sera plutôt réservé aux malades susceptibles de mieux le supporter ou à ceux pour lesquels l'espoir de guérison est faible Si le choix du traitement est défini par le médecin, les deux groupes ne seront pas comparables

9 Objectif du TAS Objectif du TAS 2) Équilibrer la répartition des facteurs pronostiques (connus ou inconnus) entre les groupes comparés : Exemple : Essai de chimiothérapie des cancers du sein dans lequel il n'est pas prévu de chirurgie ganglionnaire : grâce au tirage au sort les malades porteurs de ganglions histologiquement envahis (facteur pronostique majeur non mesurable sans chirurgie) seront répartis équitablement entre les groupes comparés. 3) Garantir la validité des tests statistiques utilisés pour comparer les résultats observés : La distribution et la variance des paramètres étudiés étant de ce fait «identiques» en moyenne dans les groupes comparés, les tests permettant de dissocier des différences réelles des différences aléatoires peuvent s'appliquer Objectif du TAS Objectif du TAS 4) Neutraliser les effets cohortes : o Les maladies évoluent au cours du temps : changement des modes de prise en charge, o des moyens diagnostiques, o des traitements... Cet ensemble de changements concourt à l'amélioration des résultats et s'ajoute à l'effet des traitements (facteur de confusion) 5) Équilibrer les données manquantes Uniformise la collecte initiale des données dans les groupes comparés Gérer les Données manquantes Simplifier l étude CRFs (des questions simples) Queries Gros effort pour les compléter toutes les demandes de corrections

10 Objectif du TAS 6) Permettre l'utilisation de placebo: le médecin n'a pas à choisir les patients recevant le placebo 7) Permettre d'effectuer l'étude en aveugle: optimum mais très difficile Type de TAS Equilibré ou par bloc Répartition aléatoire et équilibré des traitements Exemple : TAS équilibré par bloc de 6 sujets entre deux groupes au bout de 6 sujets, on ait 3 dans chacun des deux groupes : ABABBA BBAABBA BABABA AAABBB Simple Double Avec ou sans placebo Randomisation obligatoire Double Traitement reçu connu du statisticien uniquement Stratifié Exemple : population concernée par un essai est constituée de sous-groupes [strates] (hommes, femmes, etc ) constitution des listes distinctes de TAS pour chacune des strates équilibrer les deux groupes de traitement au sein de chaque strate NB : dans un essai multicentrique, le centre est une variable de stratification (obligatoire??) Critère principal La Survie Critère d évaluation des traitements Un survivant, c est un succès (une réussite) Un décès, c est un échec (un désastre) Essai de phase III : Critère principal = Survie Si on attend suffisamment longtemps Tous décédés Si on ne suit pas les patients Tous vivants aux dernières nouvelles 40 10

11 Critère principal Critère principal La Survie dépend du temps Pour estimer la proportion de survivants 3 ans après le diagnostique Définir une cohorte de patients chirurgie à l hôpital en 2009 (N patients) Les suivre pendant au moins 3 ans Prendre des nouvelles en 2012 Estimer la survie à 3 ans Calculer le nombre de survivants 3 ans depuis la date de la chirurgie et diviser par N (insuffisant) Inconvénients Attendre 3 ans pour tous les sujets Pourquoi pas estimer la survie à 1 an, 2 ans, ou 5 ans? - Relever uniquement la fréquence des événements étudiés peut se révéler insuffisant. Il peut être également important de connaître dans quel délai ces événementsé sont susceptibles de survenir. - Survenue événement une seule fois : décès, guérison, 1ère rechute, temps de doublement du PSA, du volume tumoral,... -Les méthodes d'analyse de survie (cancérologie) permettent d'associer la fréquence et le délai de survenue de l'événement étudié. - Méthode d estimation : Kaplan-Meier (+ répandue) Formation Biostat, Fév 2009 Critère principal Date d origine Date de naissance Date de diagnostique Date de début du traitement Date de dernières nouvelles Echec Date de décès Date de progression de la maladie Date de rechute Censure Date la plus récente sans échec Critère principal Do REC/PD REC/PD DCD Type de survie Globale (OS) Sans récidive (RFS) Sans progression (PFS, TTP) Sans maladie (DFS) Sans récidive Loco-régionale (LRFS) PDV * DCD Dp * * Evénement Décès Récidive Progression et/ou déces Prog ou REC ou décès Récidive locale * censuré (à droite) aux Dre Nouv

12 Formation Biostat, Fév 2009 Critère principal Overall Survival Patient sans événement à cette date (dernière connue). D0 1ère PD DDN Date de censure La fonction de survie commence toujours à 100% 1 «Marche» = 1 événement 01/01/ /01/2003 Date de début de l étude Date de point de l étude Do: Date Origine (Randomisation, Diagnostique, Début TRT) Dp: Date de Point (Moment analyse) Follow up Médiane Essai de phase III : principe calcul NSN 48 12

13 Calcul NSN Calcul NSN Le critère de jugement, d efficacité, des phases III est un critère de survie, dont l expression peut être - Qualitatif : taux de survie à?? unité temps (données censurées) Ex: améliorer le taux de survie à 1 an de 50% (p0) à 65% (p1) entre le bras A et le bras B Calcul NSN : p0, p1, alpha, béta=puissance Hypothèses H0 : p0 p1 H1 : p0 > p1 p0 : Probabilité d inefficacité maximal ( Taux de Base) p1 : Probabilité d efficacité minimale p1-p0 : Différence minimale d intêret - Quantitatif : médiane de survie Ex: augmenter la médiane de survie de 4 mois (p0) à 7 mois (p1) dans le bras expérimental) Calcul NSN : p0 (+SD), p1 (+SD), alpha, béta=puissance Zone d'inefficacité 0% Rejet de H1 p0 p1 Zone d'efficacité Rejet de H0 100% Calcul NSN Calcul NSN Choix de la différence d intérêt minimal Comparaison de deux moyennes co H 0 : tt = - Bibliographie - Revue de la littérature - Expériences cliniques Rationnel H 1 : tt co variance du critère de jugement (littérature) Valeur tabulée Ɲ(0,1) α=0.05 ε α = Recrutement possible - Multicentrique? - Critères inclusions - Disponibilité des produits - Pertinence clinique - Critères de jugement - Avis cliniciens... Faisabilité Clinique 51 NSN dans chaque groupe n 2 2 s ( /2 2 différence minimale cliniquement intéressante que l on veut détecter sur le critère de jugement ) 2 Valeur tabulée Ɲ(0,1) 1-β=0.80 ε β =

14 Calcul NSN Calcul NSN Comparaison de 2 proportions H0 : tt = co H1 : tt co co n 1 co tt 1 tt 2 tt co 2 co = taux dans groupe contrôle (traitement de référence) tt = taux dans groupe expérimental (nouveau traitement) /2 Le nombre de sujets nécessaires pour mettre en évidence une différence de 15% (40% versus 25%) des complications cardiovasculaires chez des sujets présentant un diabète de type 2, avec une puissance de 90% et un risque alpha bilatéral à 5% était de 203 par groupe. Le nombre de sujets nécessaires pour détecter une différence de 15 mm Hg entre deux groupes de patients hypertendus, l'un recevant un antihypertenseur A et l'autre un anticalcique B, avec une puissance de 90% et un risque de première espèce de 5% en considérant une hypothèse bilatérale était de 55 par groupe Interraction NSN En pratique Fixer α et β (en principe respectivement 5% et 10%) Préciser le type d'hypothèse: uni (> ou <) ou bilatérale ( ) Estimer les paramètres attendus en fonction de données de la littérature, d'études préliminaires (p0, p1). Interagir avec le NSN N Calculer le nombre de sujets à l'aide de formules, logiciels ou abaques spécifiques

15 Interaction NSN Interaction NSN Minimiser Δ pour un risque α et β donné Augmenter la taille de l'échantillon n + - échantillon différence - + Taille échantillon inversement proportionnel à la différence recherchée Dépend des hypothèses de départ (p0, p1) et de la différence ( ) à mettre en évidence entre les traitements. Différence 10-40% 30-60% Dépend de la durée de suivi : inversement proportionnel NSN augmente si durée de suivi faible Minimiser α ou β pour une différence Δ donnée Augmenter la taille de l'échantillon n ( ) =β=0.05 α=0.05; =0.20 γ= Interaction NSN Interaction NSN Majorer j (+5-10%) le calcul pour compenser les éventuelles exclusions Inéligibilité après coup, EIG particulier Taux de recrutement surestimé Inintérêt des patients Critères inclusions trop strictes Dans les essais de supériorité où on essaye de montrer une différence, l'hypothèse nulle est absence de différence. En cas d'échec, on ne peut pas conclure à l'équivalence des traitements. «Absence of evidence is not an evidence of absence» Dans les essais de non-infériorité/équivalence où on essaye de montrer une absence de différence, l'hypothèse nulle est présence de différence. La différence Δ utilisée dans les essais de non-infériorité est plus petite que celle utilisée dans les essais de supériorité ( grands effectifs) Exemple: Le taux de réponses attendu dans le bras contrôle est de 50%. Pour mettre en évidence une différence de 20% (taux de réponses à 70%) avec le bras expérimental, pour un test alpha bilatéral de 5% et une puissance de 90%, il faut inclure 242 patients éligibles. En considérant un taux de 5% de patients inéligibles, il faudra inclure un nombre total de 256 patients, soit 128 dans le bras bichimiothérapie et 128 dans le bras trichimiothérapie

16 Interaction NSN On a besoin de moins de sujets pour démontrer l'efficacité versus placebo d'une substance active que pour mettre en évidence sa supériorité éventuelle sur un produit de référence validé. La taille de la différence attendue entre les effets des traitements comparés n'est pas la même dans les deux cas. Conclusion 61 Formation Biostat, Fév 2009 La partie «DESIGN», calcul NSN se termine quand le protocole est imprimé. Le Protocole est LA «bible» de l essai Si ce n est pas dans le protocole... Alors c est impossible!! Ou il FAUT un amendement

17 Réalité du développement de médicament Le calcul du nombre de sujets nécessaires (NSN) dans un essai dépend: From P. Girard, INSERM Du type de l essai (phase I, II, III, IV) Du critère de jugement principal (Rep. Obj, Survie,..) Des résultats estimés du groupe de référence (p0) Des résultats attendus du traitement (p1) Des risques de première et deuxième espèce ( ) Mais aussi Du nombre de bras d étude (1 ou plus) Si l essai est équilibré ou non Des éventuels perdus de vue à prendre en compte (±5-10%) Découverte Préclinique Phase I Phase II Phase IIII Approuvé Approved Référence EXERCICES

18 EXERCICES 69 18

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique Jean-Marie BOHER, PhD, Institut Paoli-Calmettes, Marseille Novembre 2011 Typologie

Plus en détail

Essais précoces non comparatifs : principes et calcul du nombre de sujets nécessaire

Essais précoces non comparatifs : principes et calcul du nombre de sujets nécessaire Essais précoces non comparatifs : principes et calcul du nombre de sujets nécessaire Sylvie CHABAUD Direction de la Recherche Clinique et de l Innovation : Centre Léon Bérard - Lyon Unité de Biostatistique

Plus en détail

ESSAIS EXPLORATOIRES (PHASE 0-2) H.MRABTI, H.ERRIHANI Service d oncologie médicale Institut national d oncologie Rabat

ESSAIS EXPLORATOIRES (PHASE 0-2) H.MRABTI, H.ERRIHANI Service d oncologie médicale Institut national d oncologie Rabat ESSAIS EXPLORATOIRES (PHASE 0-2) H.MRABTI, H.ERRIHANI Service d oncologie médicale Institut national d oncologie Rabat Etapes de développement d un médicament en oncologie Essais pré-cliniques (activité,

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009

Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009 17 èmes Journées des Statisticiens des Centres de Lutte contre le Cancer 4 ème Conférence Francophone d Epidémiologie Clinique Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009 Q Picat, N

Plus en détail

Création de procédures inter-services pour la gestion des essais de phase I à l Institut Gustave Roussy

Création de procédures inter-services pour la gestion des essais de phase I à l Institut Gustave Roussy Création de procédures inter-services pour la gestion des essais de phase I à l Institut Gustave Roussy A.A. MOUSSA D. SCHWOB Institut de cancérologie Gustave-Roussy 94805 Villejuif cedex - FRANCE Plan

Plus en détail

Table Ronde N 7 : Evaluation au remboursement des anticancéreux : méthodologie, relation entre quantité d effet et besoin thérapeutique

Table Ronde N 7 : Evaluation au remboursement des anticancéreux : méthodologie, relation entre quantité d effet et besoin thérapeutique Table Ronde N 7 : Evaluation au remboursement des anticancéreux : méthodologie, relation entre quantité d effet et besoin thérapeutique 1 Qu entend on par évaluation au remboursement? L évaluation est

Plus en détail

Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste. Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon

Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste. Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon Marqueur prédictif - Définition Un marqueur prédictif est un marqueur qui prédit le bénéfice

Plus en détail

Des doses de pazopanib allant jusqu à 2000 mg ont été évaluées dans les études cliniques sans toxicité dose limitante.

Des doses de pazopanib allant jusqu à 2000 mg ont été évaluées dans les études cliniques sans toxicité dose limitante. 4.9 Surdosage Des doses de pazopanib allant jusqu à 2000 mg ont été évaluées dans les études cliniques sans toxicité dose limitante. Il n existe pas d antidote spécifique à un surdosage par pazopanib,

Plus en détail

Équivalence et Non-infériorité

Équivalence et Non-infériorité Équivalence et Non-infériorité Éléments d Introduction Lionel RIOU FRANÇA INSERM U669 Mars 2009 Essais cliniques de supériorité Exemple d Introduction Données tirées de Brinkhaus B et al. Arch Intern Med.

Plus en détail

Introduction : Essais de phase I

Introduction : Essais de phase I Schéma de recherche de dose dans les essais de phase I : comparaison par simulations dans un cadre temporel A Doussau 1,2, MC Le Deley 3, B Asselain 1, G Vassal 3, X Paoletti 1 1 - Institut Curie, 2 -

Plus en détail

ESSAIS ADAPTATIFS. Raphaël Porcher. Université Paris Diderot, UMR-S717, Hôpital Saint-Louis Paris

ESSAIS ADAPTATIFS. Raphaël Porcher. Université Paris Diderot, UMR-S717, Hôpital Saint-Louis Paris ESSAIS ADAPTATIFS Point de vue «académique» Raphaël Porcher Université Paris Diderot, UMR-S717, Hôpital Saint-Louis Paris 18 èmes Journées des Statisticiens des CLCC Lille, 16 juin 2011 Définition* Méthode

Plus en détail

Méthodologie des Essais thérapeutiques

Méthodologie des Essais thérapeutiques Objectifs pédagogiques Méthodologie des Essais thérapeutiques Dr MC Picot - CHU Montpellier Dr P. Fabbro-Peray - CHU Nîmes MB6 2010-2011 Citer les différentes phases de l expérimentation thérapeutique

Plus en détail

INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive. Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper

INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive. Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper Pourquoi proposer un TTT adjuvant? Probabilité de survie à 10 ans en fonction

Plus en détail

Principe d un test statistique

Principe d un test statistique Biostatistiques Principe d un test statistique Professeur Jean-Luc BOSSON PCEM2 - Année universitaire 2012/2013 Faculté de Médecine de Grenoble (UJF) - Tous droits réservés. Objectifs pédagogiques Comprendre

Plus en détail

Essai Inter-groupe : FFCD UNICANCER FRENCH - GERCOR

Essai Inter-groupe : FFCD UNICANCER FRENCH - GERCOR CLIMAT - PRODIGE 30 Etude de phase III randomisée évaluant l Intérêt de la colectomie première chez les patients porteurs d un cancer colique asymptomatique avec métastases hépatiques synchrones non résécables

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 23 mai 2007

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 23 mai 2007 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 mai 2007 SUTENT 12,5 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 265-0) SUTENT 25 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 266-7) SUTENT 50 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 267-3)

Plus en détail

CAS CLINIQUE 2. 2013 (juin) : patiente toujours en cours de traitement par Létrozole

CAS CLINIQUE 2. 2013 (juin) : patiente toujours en cours de traitement par Létrozole 2008 (décembre) : Patiente de 60 ans Tumorectomie plus curage CAS CLINIQUE 2 carcinome canalaire infiltrant de 2.5 cm, grade 2 RH+ (RO + 100% +++, Allred 8, RP + 80 % ++ Allred 7) Her2-, KI 67 à 18 %,

Plus en détail

Études épidémiologiques analytiques et biais

Études épidémiologiques analytiques et biais Master 1 «Conception, évaluation et gestion des essais thérapeutiques» Études épidémiologiques analytiques et biais Roxane Schaub Médecin de santé publique Octobre 2013 1 Objectifs pédagogiques Connaitre

Plus en détail

Programme AcSé. Accès Sécurisé aux Innovations Thérapeutiques Deux études pilotes : AcSé - crizotinib et AcSé - vémurafenib

Programme AcSé. Accès Sécurisé aux Innovations Thérapeutiques Deux études pilotes : AcSé - crizotinib et AcSé - vémurafenib Programme AcSé Accès Sécurisé aux Innovations Thérapeutiques Deux études pilotes : AcSé - crizotinib et AcSé - vémurafenib G. Vassal, J.Y. Blay, C. Cailliot, N. Hoog-Labouret, F. Denjean, M. Jimenez, A.L.

Plus en détail

Essai de phase II randomisé mul2centrique: traitement personnalisé des cancers du rectum localement évolués non métasta2ques

Essai de phase II randomisé mul2centrique: traitement personnalisé des cancers du rectum localement évolués non métasta2ques GRECCAR 4 Groupe de REcherche Chirurgical sur le CAncer du Rectum Essai de phase II randomisé mul2centrique: traitement personnalisé des cancers du rectum localement évolués non métasta2ques N EudraCT

Plus en détail

Chapitre 3 : Principe des tests statistiques d hypothèse. José LABARERE

Chapitre 3 : Principe des tests statistiques d hypothèse. José LABARERE UE4 : Biostatistiques Chapitre 3 : Principe des tests statistiques d hypothèse José LABARERE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Plan I. Introduction

Plus en détail

First Line and Maintenance in Nonsquamous NSCLC: What Do the Data Tell Us?

First Line and Maintenance in Nonsquamous NSCLC: What Do the Data Tell Us? Dr Jean-Charles Soria : Bonjour et bienvenue dans ce programme. Je suis Jean Charles Soria, Professeur de Médecine et Directeur du programme de développement précoce des médicaments à l université Paris

Plus en détail

Analyse de survie : comment gérer les données censurées?

Analyse de survie : comment gérer les données censurées? Mémento biostatistique Analyse de survie : comment gérer les données censurées? Méthode de Kaplan-Meier C. Alberti 1, J.-F. Timsit 2, S. Chevret 3 1 Centre d Epidémiologie Clinique, Hôpital Robert Debré,

Plus en détail

Session plénière: 1 / 4 Sessions scientifiques et poster discussions: Poster présentations: 87/1438

Session plénière: 1 / 4 Sessions scientifiques et poster discussions: Poster présentations: 87/1438 CANCERS DIGESTIFS Session plénière: 1 / 4 Sessions scientifiques et poster discussions: 38/435 Poster présentations: 87/1438 The TME Trial after a Median Follow-up of 11 Years C. A. Marijnen et Al, Leiden,

Plus en détail

Analyse stochastique de la CRM à ordre partiel dans le cadre des essais cliniques de phase I

Analyse stochastique de la CRM à ordre partiel dans le cadre des essais cliniques de phase I Analyse stochastique de la CRM à ordre partiel dans le cadre des essais cliniques de phase I Roxane Duroux 1 Cadre de l étude Cette étude s inscrit dans le cadre de recherche de doses pour des essais cliniques

Plus en détail

Traitements néoadjuvants des cancers du rectum. Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse

Traitements néoadjuvants des cancers du rectum. Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse Traitements néoadjuvants des cancers du rectum Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse Journées Francophones d Hépato-gastroentérologie et d Oncologie Digestive 2010 CONFLITS D INTÉRÊT Pas de conflit d intérêt

Plus en détail

Plans bayésiens en oncologie : A dream for statisticians only?

Plans bayésiens en oncologie : A dream for statisticians only? Plans bayésiens en oncologie : A dream for statisticians only? Sylvie Chabaud, Claire Cropet, David Pérol Direction de la Recherche Clinique et de l Innovation Centre Léon-Bérard, Lyon HU Genève Février

Plus en détail

A. Protocole de recherche (ainsi que l abrégé en langue française)

A. Protocole de recherche (ainsi que l abrégé en langue française) Commission d'éthique cantonale (VD) de la recherche sur l'être humain Av. de Chailly, 23, 1012 Lausanne Courriel : secretariat.cer@vd.ch 5.12.2013/mz Recommandations pour la soumission d un dossier Tous

Plus en détail

TUTORAT UE 4 2014-2015 Biostatistiques Séance n 6 Semaine du 03/11/2014

TUTORAT UE 4 2014-2015 Biostatistiques Séance n 6 Semaine du 03/11/2014 TUTORAT UE 4 2014-2015 Biostatistiques Séance n 6 Semaine du 03/11/2014 Epidémiologie Mme Fabbro-Peray Séance préparée par les tuteurs du TSN QCM n 1 : Choisir la ou les proposition(s) exacte(s). A. Parmi

Plus en détail

Cancer du rein métastatique Nouvelles approches thérapeutiques. Sophie Abadie-Lacourtoisie 20 mai 2006

Cancer du rein métastatique Nouvelles approches thérapeutiques. Sophie Abadie-Lacourtoisie 20 mai 2006 Cancer du rein métastatique Nouvelles approches thérapeutiques Sophie Abadie-Lacourtoisie 20 mai 2006 Cancer du rein à cellules claires métastatique (CRM) Plus de 30 % des CR deviendront métastatiques

Plus en détail

COMPARAISON DE QUATRE PROTOCOLES DE CHIMIOTHERAPIE POUR DES CANCERS DU POUMON NON A PETITES CELLULES (CBP NAPC) AVANCES

COMPARAISON DE QUATRE PROTOCOLES DE CHIMIOTHERAPIE POUR DES CANCERS DU POUMON NON A PETITES CELLULES (CBP NAPC) AVANCES COMPARAISON DE QUATRE PROTOCOLES DE CHIMIOTHERAPIE POUR DES CANCERS DU POUMON NON A PETITES CELLULES (CBP NAPC) AVANCES Approximativement, un tiers de tous les décès dus au cancer sont en relation avec

Plus en détail

On peut estimer que l étude

On peut estimer que l étude Etude AIM HIGH : faut-il augmenter un HDL bas et diminuer des triglycérides élevés? Résumé : L étude AIM HIGH (Atherothrombosis Intervention in Metabolic Syndrome with Low HDL/High Triglycerides : Impact

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 4 novembre 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 4 novembre 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 4 novembre 2009 IRESSA 250 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 (CIP 395 950-7) ASTRAZENECA géfitinib Liste I Médicament soumis à prescription hospitalière. Prescription

Plus en détail

Dépistage du cancer du poumon:

Dépistage du cancer du poumon: Dépistage du cancer du poumon: les enjeux Colloque de l Escalade Genève, 5 décembre 2012 Thierry Rochat, Service de Pneumologie, HUG Le cancer bronchique c est déprimant Lors du diagnostic du ca bronchique

Plus en détail

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Février 2013 1 Liste de contrôle des essais de non-infériorité N o Liste de contrôle (les clients peuvent se servir de cette

Plus en détail

Epidémiologie et stratégie de prise en charge des métastases cérébrales. Henri Roché, Institut Claudius Regaud

Epidémiologie et stratégie de prise en charge des métastases cérébrales. Henri Roché, Institut Claudius Regaud Epidémiologie et stratégie de prise en charge des métastases cérébrales Henri Roché, Institut Claudius Regaud Toulouse, 9 février 2012 Histoire naturelle Les cancers en cause Les éléments de stratégie

Plus en détail

Unité d Enseignement II 9. Les phases du développement d un médicament dans l industrie pharmaceutique

Unité d Enseignement II 9. Les phases du développement d un médicament dans l industrie pharmaceutique Unité d Enseignement II 9 Les phases du développement d un médicament dans l industrie pharmaceutique Développement en Phases Méthodes et Outils Modélisation et Approches de Population 1 Le développement

Plus en détail

Traitement de l hépatite C: données récentes

Traitement de l hépatite C: données récentes Traitement de l hépatite C: données récentes J.-P. BRONOWICKI (Vandœuvre-lès-Nancy) Tirés à part : Jean-Pierre Bronowicki Service d Hépatogastroentérologie, CHU de Nancy, 54500 Vandœuvre-lès-Nancy. Le

Plus en détail

Le quizz des stats. Xavier Paoletti. Sce de biostatistiques / Inserm U900 Institut Curie

Le quizz des stats. Xavier Paoletti. Sce de biostatistiques / Inserm U900 Institut Curie Le quizz des stats Xavier Paoletti Sce de biostatistiques / Inserm U900 Institut Curie Qques questions pour entamer les hostilités 1. Description de la population Pourquoi parler d'âge médian et non moyen?

Plus en détail

CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT

CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT Sommaire Comment se fait la recherche sur un nouveau médicament? (page 1) A quoi sert la recherche sur un nouveau médicament? (page

Plus en détail

ELABORATION DU PLAN DE MONITORING ADAPTE POUR UNE RECHERCHE BIOMEDICALE A PROMOTION INSTITUTIONNELLE

ELABORATION DU PLAN DE MONITORING ADAPTE POUR UNE RECHERCHE BIOMEDICALE A PROMOTION INSTITUTIONNELLE Référence HCL : Titre de l étude : ELABORATION DU PLAN DE MONITORING ADAPTE POUR UNE RECHERCHE BIOMEDICALE A PROMOTION INSTITUTIONNELLE Investigateur Coordonnateur : Méthode. Définition du niveau de risque

Plus en détail

Pemetrexed, pionnier de la chimiothérapie histoguidée. Dr Olivier CASTELNAU Institut Arnault TZANCK ST Laurent du Var

Pemetrexed, pionnier de la chimiothérapie histoguidée. Dr Olivier CASTELNAU Institut Arnault TZANCK ST Laurent du Var Pemetrexed, pionnier de la chimiothérapie histoguidée Dr Olivier CASTELNAU Institut Arnault TZANCK ST Laurent du Var SFPO Octobre 2009 EPIDEMIOLOGIE Incidence : 1.35 M par an dans le monde (12,4%) 28 000

Plus en détail

AcaDM 2012 LA RANDOMISATION plus concrètement? Quân TRAN Intergroupe Francophone de Cancérologie Thoracique

AcaDM 2012 LA RANDOMISATION plus concrètement? Quân TRAN Intergroupe Francophone de Cancérologie Thoracique AcaDM 2012 LA RANDOMISATION plus concrètement? Quân TRAN Intergroupe Francophone de Cancérologie Thoracique 12 juin 2012 Bref rappel des différentes méthodes Les moyens disponibles Expériences à l IFCT

Plus en détail

GRILLE SCORE LOGISTIQUE ET IMPACT

GRILLE SCORE LOGISTIQUE ET IMPACT Direction de la Politique Médicale (DPM) Formulaire Département de la Recherche clinique et du Développement (DRCD) GRILLE SCORE LOGISTIQUE ET IMPACT Méthode. Définition du niveau de risque de la recherche

Plus en détail

La recherche clinique de demain ne se fera pas sans les paramédicaux

La recherche clinique de demain ne se fera pas sans les paramédicaux La recherche clinique de demain ne se fera pas sans les paramédicaux Marc Beaumont, kinésithérapeute - 5ème journée inter régionale GIRCI - Tours, 3 juin 2015 Qu est ce que la recherche clinique? «une

Plus en détail

ALK et cancers broncho-pulmonaires. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse

ALK et cancers broncho-pulmonaires. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse ALK et cancers broncho-pulmonaires Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse Toulouse, le 19 Février 2013 Adénocarcinomes : Lung Cancer Mutation Consortium Identification

Plus en détail

Cancer colo-rectal : situation belge

Cancer colo-rectal : situation belge Cancer colo-rectal : situation belge J.-L. Van Laethem, MD, PhD Unité d'oncologie digestive Département médico-chirurgical de Gastro-entérologie Pas de conflit d intérêt déclaré Cancer du colon 7000 nouveaux

Plus en détail

ESMO 14. L oncogériatrie d un coup d éventail! Dr Elisabeth Carola UCOG Picardie

ESMO 14. L oncogériatrie d un coup d éventail! Dr Elisabeth Carola UCOG Picardie ESMO 14 L oncogériatrie d un coup d éventail! Dr Elisabeth Carola UCOG Picardie Cancer du SEIN Taxotere hebdo pas mieux et plus toxique Perrone F et al Ann Oncol 2014 Phase III : CMF vs Taxotere hebdo

Plus en détail

Recommandations 2005. Prise en charge des patients adultes atteints d un mélanome cutané MO

Recommandations 2005. Prise en charge des patients adultes atteints d un mélanome cutané MO Recommandations 2005 Prise en charge des patients adultes atteints d un mélanome cutané MO Recommandations pour la Pratique Clinique : Standards, Options et Recommandations 2005 pour la prise en charge

Plus en détail

Essais de recherche de dose: la cancérologie face au reste du monde? Xavier Paoletti Institut Curie, Sce de Biostatistique / Inserm U900

Essais de recherche de dose: la cancérologie face au reste du monde? Xavier Paoletti Institut Curie, Sce de Biostatistique / Inserm U900 Essais de recherche de dose: la cancérologie face au reste du monde? Xavier Paoletti Institut Curie, Sce de Biostatistique / Inserm U900 Des cytotoxiques vers les agents ciblés: un saut méthodologique?

Plus en détail

Cas clinique 2. Florence JOLY, Caen François IBORRA, Montpellier

Cas clinique 2. Florence JOLY, Caen François IBORRA, Montpellier Cas clinique 2 Florence JOLY, Caen François IBORRA, Montpellier Cas clinique Patient de 60 ans, ATCD: HTA, IDM en 2007, hypercholestérolémie Juin 2008: Toux, dyspnée (sous 02) et anorexie progressive Bilan

Plus en détail

L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest

L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest Cancers, Individu id & Société L état des lieux d un pari Le Rapport Cordier 1 Biomarqueurs prédictifs 2 L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest Cancers, Individu & Société

Plus en détail

Cancers - Pronostics à long terme Une expertise collective de l Inserm

Cancers - Pronostics à long terme Une expertise collective de l Inserm Paris, le 19 avril 2006 Dossier de presse Cancers - Pronostics à long terme Une expertise collective de l Inserm En 2000, d après les estimations issues des registres, le nombre de nouveaux cas de cancer

Plus en détail

Evaluation de critères res de substitution de la survie globale dans les cancers bronchiques localement avancés

Evaluation de critères res de substitution de la survie globale dans les cancers bronchiques localement avancés Evaluation de critères res de substitution de la survie globale dans les cancers bronchiques localement avancés Evaluations de la survie sans progression et du contrôle locoregional comme critère de substitution

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 10 octobre 2001 VIRAFERONPEG 50 µg 80 µg 100 µg 120 µg 150 µg, poudre et solvant pour solution injectable B/1 B/4 Laboratoires SCHERING PLOUGH Peginterféron

Plus en détail

La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation

La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation PAR Alireza MOGHADDAM TUTEUR : Guy HÉDELIN Laboratoire d Épidémiologie et de Santé publique, EA 80 Faculté de Médecine de Strasbourg

Plus en détail

Peut-on ne pas reprendre des marges «insuffisantes» en cas de Carcinome canalaire infiltrant

Peut-on ne pas reprendre des marges «insuffisantes» en cas de Carcinome canalaire infiltrant Peut-on ne pas reprendre des marges «insuffisantes» en cas de Carcinome canalaire infiltrant Institut Cancérologie de l Ouest CHIRURGIE Dr. Isabelle Jaffré CAS CLINIQUE 1 36 ans 90B sans CI radiothérapie

Plus en détail

LES ETUDES CLINIQUES EN 20 QUESTIONS

LES ETUDES CLINIQUES EN 20 QUESTIONS LES ETUDES CLINIQUES EN 20 QUESTIONS La mise au point d un nouveau médicament est longue. Sur environ 10 000 médicaments potentiels subissant tous les tests nécessaires, un seul sera disponible au final

Plus en détail

Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition

Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition 09-0749 1 WHO/EMP/MAR/2009.3 Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition Synthèse des résultats des études publiées entre 1990 et 2006 Organisation

Plus en détail

Télécardiologie: développement en France et évolution de la réglementation. Mr Xavier Laroche Biotronik Dr Peyrouse Eric CHU La Timone

Télécardiologie: développement en France et évolution de la réglementation. Mr Xavier Laroche Biotronik Dr Peyrouse Eric CHU La Timone Télécardiologie: développement en France et évolution de la réglementation Mr Xavier Laroche Biotronik Dr Peyrouse Eric CHU La Timone Déclaration de Conflits d intérêt Xavier Laroche: je suis employé de

Plus en détail

Montréal, 24 mars 2015. David Levine Président et chef de la direction DL Strategic Consulting. DL Consulting Strategies in Healthcare

Montréal, 24 mars 2015. David Levine Président et chef de la direction DL Strategic Consulting. DL Consulting Strategies in Healthcare Montréal, 24 mars 2015 David Levine Président et chef de la direction DL Strategic Consulting 1 RSSPQ, 2013 2 MÉDECINE INDIVIDUALISÉE Médecine personnalisée Médecine de précision Biomarqueurs Génomique

Plus en détail

La Recherche clinique est essentielle

La Recherche clinique est essentielle La Recherche clinique est essentielle Les essais clinique en Tunisie Point de vue du clinicien Professeur H. Haouala Tunis, le 09 février 2012 XVèmes Journées Pharmaceutiques Tunisiennes 1 Sommaire de

Plus en détail

Doit on et peut on utiliser un placebo dans la prise en charge de la douleur?

Doit on et peut on utiliser un placebo dans la prise en charge de la douleur? Doit on et peut on utiliser un placebo dans la prise en charge de la douleur? Dr Philippe Poulain Unité Territoriale de Soins Palliatifs Polyclinique de l Ormeau Tarbes phpoulain@wanadoo.fr Placebo: de

Plus en détail

Rapport sur les nouveaux médicaments brevetés Iressa

Rapport sur les nouveaux médicaments brevetés Iressa Rapport sur les nouveaux médicaments brevetés Iressa Au titre de son initiative de transparence, le CEPMB publie les résultats des examens des prix des nouveaux médicaments brevetés effectués par les membres

Plus en détail

Thrombolyse au rt-pa de 0 à 7 heures dans l étude randomisée FRALYSE. Comparaison entre la procédure NINDS et une procédure à longue durée d infusion.

Thrombolyse au rt-pa de 0 à 7 heures dans l étude randomisée FRALYSE. Comparaison entre la procédure NINDS et une procédure à longue durée d infusion. Thrombolyse au rt-pa de 0 à 7 heures dans l étude randomisée FRALYSE. Comparaison entre la procédure NINDS et une procédure à longue durée d infusion. P. Trouillas, S. Cakmak, L. Derex, M.H. Mahagne, F.

Plus en détail

La recherche clinique au cœur du progrès thérapeutique

La recherche clinique au cœur du progrès thérapeutique 2 èmes Assises de l Innovation Thérapeutique Paris, 05-11-2014 La recherche clinique au cœur du progrès thérapeutique Pr. Jean-François DHAINAUT Président du Groupement Inter-régional de la Recherche Clinique

Plus en détail

Essais thérapeutiques d équivalence et de non infériorité

Essais thérapeutiques d équivalence et de non infériorité Essais thérapeutiques d équivalence et de non infériorité Sandra DAVID TCHOUDA Cellule innovation CHU Grenoble Plan Bref rappel sur l essai de supériorité Introduction aux essais de non inf. / équ. Calcul

Plus en détail

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris Cancer du rectum France : 15000 décès/an : 1ère cause. Pronostic souvent réservé Métastases

Plus en détail

METHODOLOGIE GENERALE DE LA RECHERCHE EPIDEMIOLOGIQUE : LES ENQUETES EPIDEMIOLOGIQUES

METHODOLOGIE GENERALE DE LA RECHERCHE EPIDEMIOLOGIQUE : LES ENQUETES EPIDEMIOLOGIQUES Enseignement du Deuxième Cycle des Etudes Médicales Faculté de Médecine de Toulouse Purpan et Toulouse Rangueil Module I «Apprentissage de l exercice médical» Coordonnateurs Pr Alain Grand Pr Daniel Rougé

Plus en détail

Du sarcome d Ewing et des oscillations des progrès thérapeutiques au gré des «protocoles» de recherche.

Du sarcome d Ewing et des oscillations des progrès thérapeutiques au gré des «protocoles» de recherche. Du sarcome d Ewing et des oscillations des progrès thérapeutiques au gré des «protocoles» de recherche. Nicole Delépine www.nicoledelepine.fr Pourquoi ne pas poursuive ce protocole qui donne plus de huit

Plus en détail

NAVELBINE voie orale

NAVELBINE voie orale DENOMINATION DU MEDICAMENT & FORME PHARMACEUTIQUE NAVELBINE voie orale CARACTERISTIQUES Dénomination commune : vinorelbine Composition qualitative et quantitative : Statut : A.M.M. A.T.U. Classe ATC :

Plus en détail

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NACO) dans la maladie thrombo embolique veineuse INTRODUCTION Thrombose veineuse

Plus en détail

Tests de comparaison de moyennes. Dr Sahar BAYAT MASTER 1 année 2009-2010 UE «Introduction à la biostatistique»

Tests de comparaison de moyennes. Dr Sahar BAYAT MASTER 1 année 2009-2010 UE «Introduction à la biostatistique» Tests de comparaison de moyennes Dr Sahar BAYAT MASTER 1 année 2009-2010 UE «Introduction à la biostatistique» Test de Z ou de l écart réduit Le test de Z : comparer des paramètres en testant leurs différences

Plus en détail

Docteur José LABARERE

Docteur José LABARERE UE7 - Santé Société Humanité Risques sanitaires Chapitre 3 : Epidémiologie étiologique Docteur José LABARERE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

Guide de rédaction d un protocole de recherche clinique à. l intention des chercheurs évoluant en recherche fondamentale

Guide de rédaction d un protocole de recherche clinique à. l intention des chercheurs évoluant en recherche fondamentale V E R S I O N A V R I L 2 0 1 2 C E N T R E D E R E C H E R C H E C L I N I Q U E É T I E N N E - L E B E L D U C H U S Guide de rédaction d un protocole de recherche clinique à l intention des chercheurs

Plus en détail

Évaluations aléatoires : Comment tirer au sort?

Évaluations aléatoires : Comment tirer au sort? Évaluations aléatoires : Comment tirer au sort? William Parienté Université Catholique de Louvain J-PAL Europe povertyactionlab.org Plan de la semaine 1. Pourquoi évaluer? 2. Comment mesurer l impact?

Plus en détail

PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT CE QU IL FAUT SAVOIR

PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT CE QU IL FAUT SAVOIR SOMMAIRE COMMENT SE FAIT LA RECHERCHE SUR UN NOUVEAU MÉDICAMENT?...p. 3 À QUOI SERT LA RECHERCHE?...p. 4 QUELLES SONT LES GARANTIES?...p.

Plus en détail

Points méthodologiques Adapter les méthodes statistiques aux Big Data

Points méthodologiques Adapter les méthodes statistiques aux Big Data Points méthodologiques Adapter les méthodes statistiques aux Big Data I. Répétition de tests et inflation du risque alpha II. Significativité ou taille de l effet? 2012-12-03 Biomédecine quantitative 36

Plus en détail

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23.1. Critères de jugement binaires Plusieurs mesures (indices) sont utilisables pour quantifier l effet traitement lors de l utilisation d

Plus en détail

TESTS D'HYPOTHESES Etude d'un exemple

TESTS D'HYPOTHESES Etude d'un exemple TESTS D'HYPOTHESES Etude d'un exemple Un examinateur doit faire passer une épreuve type QCM à des étudiants. Ce QCM est constitué de 20 questions indépendantes. Pour chaque question, il y a trois réponses

Plus en détail

Les défibrillateurs cardiaques implantables

Les défibrillateurs cardiaques implantables Les défibrillateurs cardiaques implantables Etudes d'évaluation économique Etudes d'évaluation technologique Avant-propos Cette étude a été réalisée, à la demande de la Caisse Nationale de l'assurance

Plus en détail

Lois de probabilité. Anita Burgun

Lois de probabilité. Anita Burgun Lois de probabilité Anita Burgun Problème posé Le problème posé en statistique: On s intéresse à une population On extrait un échantillon On se demande quelle sera la composition de l échantillon (pourcentage

Plus en détail

La médecine pour tous

La médecine pour tous Commission Nationale d Ethique pour la Médecine Humaine Académie Suisse Des Sciences Médicales La médecine pour tous Quid des cancers? Prof Pierre Yves Dietrich Chef du centre d Oncologie Hôpitaux Universitaires

Plus en détail

Lecture critique d article ou comment briller en société sans en avoir trop l air

Lecture critique d article ou comment briller en société sans en avoir trop l air Lecture critique d article ou comment briller en société sans en avoir trop l air Réunion Inter-Corevih Basse Normandie - Bretagne Mont Saint-Michel Février 2014 Jean-Marc Chapplain Plan Actualité Dissection

Plus en détail

Conseil Scientifique

Conseil Scientifique ! Conseil Scientifique Subventions de Recherche Dossier de candidature Nom : Prénom : Titre du projet : Date limite de réception : 06 JUIN 2014! 1 Règlement Les subventions de recherche sont accordées

Plus en détail

PLAN CANCER 1 ET EVALUATION DE l INNOVATION Robert Launois

PLAN CANCER 1 ET EVALUATION DE l INNOVATION Robert Launois PLAN CANCER 1 ET EVALUATION DE l INNOVATION Robert Launois Correspondance : Pr Robert LAUNOIS 28 rue d Assas 75006 PARIS Email : launois.reesfrance@wanadoo.fr - Site internat : http://www.rees-france.com

Plus en détail

Estelle Marcault 06/02/2015 URC PARIS NORD 1

Estelle Marcault 06/02/2015 URC PARIS NORD 1 Estelle Marcault 06/02/2015 URC PARIS NORD 1 Définition du Monitoring Garantie que la conduite de l essai clinique, les enregistrements et les rapports sont réalisés conformément : Au protocole Aux Procédures

Plus en détail

Placebo Effet Placebo. Pr Claire Le Jeunne Hôtel Dieu- Médecine Interne et Thérapeutique Faculté de Médecine Paris Descartes

Placebo Effet Placebo. Pr Claire Le Jeunne Hôtel Dieu- Médecine Interne et Thérapeutique Faculté de Médecine Paris Descartes Placebo Effet Placebo Pr Claire Le Jeunne Hôtel Dieu- Médecine Interne et Thérapeutique Faculté de Médecine Paris Descartes Plan Définitions Placebo dans les essais thérapeutiques Effet placebo Médicaments

Plus en détail

Objectifs pédagogiques Lecture critique d article

Objectifs pédagogiques Lecture critique d article Objectifs pédagogiques Lecture critique d article groupe V Evaluer les applications cliniques Evaluer les applications cliniques 21 ) Discuter la ou les décisions médicales auxquelles peuvent conduire

Plus en détail

Deux nouveaux anticoagulants oraux : Dabigatran et Rivaroxaban

Deux nouveaux anticoagulants oraux : Dabigatran et Rivaroxaban Deux nouveaux anticoagulants oraux : Dabigatran et Rivaroxaban Améliorations attendues et problèmes M.M. Samama, M-H. Horellou, J. Conard Groupe Hémostase-Thrombose Hôtel-Dieu L. Le Flem, C. Guinet, F.

Plus en détail

Qu avez-vous appris pendant cet exposé?

Qu avez-vous appris pendant cet exposé? Qu avez-vous appris pendant cet exposé? Karl VINCENT, DC IFEC 2010 Diplôme Universitaire de Méthodes en Recherche Clinique Institut de Santé Publique d Epidémiologie et de développement ISPED Bordeaux

Plus en détail

Revue de la littérature

Revue de la littérature Résultats à long terme des anévrysmes traités Revue de la littérature Cours de DES de neurochirurgie Inter-région Rhône-Alpes / Auvergne Vendredi 22/04/11 Méthode (1): sélection bibliographique en fonction

Plus en détail

Innovations thérapeutiques en transplantation

Innovations thérapeutiques en transplantation Innovations thérapeutiques en transplantation 3èmes Assises de transplantation pulmonaire de la région Est Le 16 octobre 2010 Dr Armelle Schuller CHU Strasbourg Etat des lieux en transplantation : 2010

Plus en détail

Rôle des CRO dans les essais cliniques. DIU Chef de projet en Recherche Clinique 25/01/2013

Rôle des CRO dans les essais cliniques. DIU Chef de projet en Recherche Clinique 25/01/2013 Rôle des CRO dans les essais cliniques DIU Chef de projet en Recherche Clinique 25/01/2013 La sous traitance A tous les niveaux depuis la synthèse se chimique jusqu à la publicité,, en passant par la galénique,

Plus en détail

LES PRESENTATIONS DE GUSTAVE ROUSSY AU 49 ème CONGRES DE L ASCO

LES PRESENTATIONS DE GUSTAVE ROUSSY AU 49 ème CONGRES DE L ASCO Communiqué de presse Villejuif, jeudi 30 mai 2013 49 ème congrès de l American Society of Clinical Oncology (ASCO, Chicago, USA, 31 mai 4 juin 2013) LES PRESENTATIONS DE GUSTAVE ROUSSY AU 49 ème CONGRES

Plus en détail

Valeur ajoutée relative basée sur les comparaisons indirectes Giens 2008, TR 5

Valeur ajoutée relative basée sur les comparaisons indirectes Giens 2008, TR 5 Valeur ajoutée relative basée sur les comparaisons indirectes Giens 2008, TR 5 Claire Le Jeunne Bertrand Xerri Cécile Rey-Coquais Jean-Michel Joubert Jean Delonca Martine Pigeon Michel Lièvre Patricia

Plus en détail

Evaluation de la variabilité d'un système de mesure

Evaluation de la variabilité d'un système de mesure Evaluation de la variabilité d'un système de mesure Exemple 1: Diamètres des injecteurs de carburant Problème Un fabricant d'injecteurs de carburant installe un nouveau système de mesure numérique. Les

Plus en détail

Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques?

Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques? Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques? L Fournier, D Balvay, CA Cuénod Service de radiologie, Hôpital Européen Georges Pompidou Laboratoire de Recherche en Imagerie, Equipe

Plus en détail

Annick.robinson@merck.com dquirion@national.ca 514 428-2890 514 843-2302

Annick.robinson@merck.com dquirion@national.ca 514 428-2890 514 843-2302 Communiqué de presse Relations avec les médias : Annick Robinson Dominique Quirion Merck NATIONAL Annick.robinson@merck.com dquirion@national.ca 514 428-2890 514 843-2302 Relations avec les investisseurs

Plus en détail