clinique d un médicament

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "clinique d un médicament"

Transcription

1 DU Recherche Clinique Calcul du nombre de sujets nécessaires (accent sur les phases III) S. THEZENAS I.C.M. (Ex CRLC Val d Aurelle) Unité de Biostatistiques Phases du développement clinique d un médicament Drug development process (idealized) IDEA{ Molecular In vitro In vivo Epidemiologic File cabinet Phase I OBJ: Safety ENDPT: Toxicity ) Phase II Phase III OBJ: Efficacy ENDPT: Clin. response OBJ: Effectiveness ENDPT: Survival Développement Clinique (1) Phase I Première administration chez l'homme Évaluation de la tolérance Etudes pharmacocinétiques Phase II Administration chez le patient Essais de taille réduite Evaluation de l'effet pharmacologique Evaluation de l efficacité Essais de recherche de dose Relations dose/concentration/effet Phase IV OBJ: Outcomes ENDPT: Pain, cost, 3 4 1

2 Développement Clinique (2) Déroulement d une recherche Phase III : Etude de l'efficacité thérapeutique Essais thérapeutiques sur un grand nombre de patients Contrôlés (placebo ou référence) Randomisés Évaluation de la tolérance Evaluation de la survie Idée Question N S N Protocole R A N D O Gestion et Saisie Chasse aux données manquantes Phase IV Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Suivi thérapeutique Coût Analyse Bouton magique Rapport Article 5 6 PHASE 1 : 1ère administration chez l'homme Essais de Phase I Choix de la dose initiale Dose ni trop haute, ni trop basse Première administration vs molécule déjà étudiée The FDA and EMEA recommandent de se baser sur la toxicology préclinique tester à la fois sur les espèces rongeurs et non-rongeurs Choix empirique PK, PD, pré-clinique 1/10 e de la LD10 (dose lethal à 10 %) chez les souris S il existe des toxicités évidentes chez les non-rongeurs (Chien, singe,..), 1/6 e à 1/3 de la TDL (toxic dose low) chez les especes les plus sensible. 8 2

3 PHASE 1 : Méthode Standard PHASE 1 : Principe Méthode Standard Objectif: Déterminer la dose maximale tolérée (DMT) pour l efficacité du nouveau produit espéré sans effet toxique trop important Donner la dose recommandée (Palier DMT -1) Méthode: - Fixer à priori les paliers intéressants cliniquement à tester. En général 4-5 paliers. - Répertorier les toxicités limitantes (DLT) non acceptables. - Choisir i la limiteit d acceptabilité de la DMT: Quel pourcentage de toxicité est acceptable au palier de la DMT? Généralement on se fixe sur 33% (1 pts /3), plus rarement 50%. - Délai d observation des DLTs. Généralement sur les premiers cycles. 9 Tox max : 30 % PALIER 1 PALIER 2 PALIER 3 PALIER 4 0/3 0/ /3 2/ /3 Total: 15 pts (3,6,6) DMT: palier III Dose recommandée= palier 2 Nb Pts (DMT) = 6 1/ PHASE 1 : Récapitulatif Méthode PHASE 1 : Méthode CRM Méthode Standard - 3 x 3 Plusieurs paliers Prévoir un palier -1 (peu probable) Règles d arrêt (Toxicités limitantes) 3 patients par palier (6 au palier DMT) CRM / CRML (O Quigley, 1990) Plusieurs paliers Prévoir un palier -1 (peu probable) Règles d arrêt (Toxicités limitantes) méthodes tenant compte des résultats patients précédant pour le choix du palier plus efficace, moins de patients, moins pratique pour les cliniciens CRM Design Le Tourneau, J Natl Cancer Inst,

4 PHASE 1 : Récapitulatif Méthode PHASE 1b Phase Ib escalation de dose Le Tourneau, J Natl Cancer Inst, 2009 Le Tourneau, J Natl Cancer Inst, PHASE II Objectifs Primaire: Évaluer l'efficacité d'un dun traitement sur une population sélectionnée Secondaire : Toxicité, événement à court terme Essais de phase II Pré requis Définition DMT / phase I Identification de la population cible homogène (# Phase I) Durée : court (2-3 ans) Critères d'évaluation = REPONSE 16 4

5 PHASE II : Stratégie PHASE II : Critère Principal = REPONSE Principe : Recherche d'une activité anti-tumorale Stratégie du Go/NoGo (en phase III) Rejeter le plus vite possible une molécule «inefficace» ou passer rapidement en essai de phase III une molécule «efficace» = minimiser NSN TRAITEMENT Régression Tumorale - exprimé en % - Codée suivant les critères RECIST (V1.1 Jan 2009) RC Complète RP Partielle ST Stable Phase II Trial of Arsenic Trioxide for Melanoma/Kim et al., Cancer, 2005 PD Progression Nvl lésion Mais avec un risque faible de ne pas rejeter un traitement inefficace (α) et de passer à côté d'une molécule efficace (β). -100% -30% +20% REPONDEUR NON REPONDEUR CONTRÔLE DE LA MALADIE PHASE II : Critères Secondaire PHASE II : Concept calcul NSN TOXICITE Lié à la chimiothérapie Grade toxicité NCI-CTC (v4- Mars 09) Grade Max observé par patient Taux de grade 3/4 Hémato Non hémato (Cardio, rénale, Gastro-intestinale,..) Global Hypothèses H0 : p0 p1 H1 : p0 > p1 p0 : Probabilité d inefficacité maximal p1 : Probabilité d efficacité minimale SURVIE Généralement PFS Essai trop court Piste pour phase III (taux, médiane) Zone d'inefficacité 0% Rejet de H1 p0 p1 Zone d'efficacité Rejet de H0 100%

6 PHASE II : Choix des «A Priori» PHASE II : Designs (plan) - Bibliographie - Revue de la littérature Rationnel - Expériences cliniques - Recrutement possible - Multicentrique? - Critères inclusions - Disponibilité des produits Faisabilité Gehan 1962 Plans à 2 étapes Fleming 1982 Plans multi-étapes Simon 1989 Plans à 2 étapes Bellissant 1990 Test triangulaire groupé Ensign 1995 Plans à 3 étapes Bryant and Day 1995 Efficacité et Toxicité - Pertinence clinique - Critères de jugement - Avis cliniciens... Clinique Le principe reste le même. Réaliser l'étude en plusieurs étape afin de minimiser le nombre de patients exposés inutilement à un traitement qui, au mieux, ne marche pas PHASE II : Exemple Plan de Simon (2 étapes) Critère: Réponse objective (phase II) p0=50% ; p1=70%; =5%; β=10% 61 patients Etape Nombre de patients Nb max de réponses (CR+PR) Nb total de patients Rejet π>0,70 Rejet π<0,50 1ère étape: Après l'inclusion de 18 patients on pourra arrêter l'essai précocement, si on a moins de 13 réponses sur 24, pour inefficacité. Sinon, on inclut 37 patients supplémentaires / p p /61 37/61 Essai ide phase III 2ème étape: on pourra conclure à l'inefficacité du traitement si on observe moins de 36 réponses on pourra conclure à l'efficacité du traitement si on observe 37 réponses ou plus 23 6

7 PHASE III : Généralité PHASE III :Objectif primaire Phase III = Comparer efficacité de 2 traitements (ou +) Grande échelle, multicentrique t i Standard (BSC) plutôt que placebo Prouver l'efficacité relative du traitement expérimental Supériorité. non supériorité infériorité (Absence of evidence is not evidence of absence) Equivalence ou Non infériorité Phase III = plusieurs années (Cancérologie) Inclusion : 1 à 3 ans Suivi : 3 à 5 ans. Tests basés sur nombre d'événements Dernière étape avant AMM Essais Adjuvants : Patients cliniquement sans maladie après un traitement initial potentiellement curatif Survie globale, sans cancer, sans rechute, sans récidive locale Essais maladies avancées : Patients pour lesquels un traitement local n'est pas considéré curatif Survie sans progression Control des symptômes/qualité de vie Evaluation économique Pathologie fatale (pancréas, métastatiques, ) S. Globale Pathologie à évolution lente, chronique S. Sans récidive PHASE III : Objectifs secondaires POPULATION ASCO 2005 Efficacité Phase II randomisé Réponse au traitement, guérison Durée de la réponse (RECIST) Toxicité (essais en cross over) Surveillance des toxicités tardives (CTC NCI) Possibilité modification doses trouvées en phase I Qualité de vie (QLQC30) Primordial +++ Pas facile car fonction pays, région, Actuellement peu de recul Coût Peu fiable Faire étude à part 27 A phase III trial comparing FULV to FULV + oxaliplatin in stage II or III carcinoma of the colon: Results of NSABP Protocol C-07 N=407 A planned comparison of menopausal symptoms during the first year in 1,000 patients receiving either exemestane or tamoxifen in a double-blind adjuvant hormonal study. N=997 Randomized phase III study of 3 irinotecan regimens in 1st-line metastatic colorectal cancer (CRC): safety/tolerability of irinotecan + oral capecitabine with or without celecoxib (BICC) N=902 Results of 3rd line therapy on N9841: a randomized phase III trial of oxaliplatin/5- fluorouracil (5FU)/leucovorin (FOLFOX4) versus irinotecan (CPT-11) in patients (pts) with advanced colorectal cancer (CRC) previously treated with prior 5FU chemotherapy N=

8 PHASE III : Plans expérimentaux Parallèles Croisés Essai de phase III : Randomisation 29 Imputabilité de la causalité Objectif du TAS Le seul moyen d'obtenir 2 groupes de malades aussi semblables que possible est : Pour chaque patient inclus, d'attribuer le traitement par le biais du hasard, c'est à dire faire un tirage au sort ou randomisation 1) supprimer les biais de sélection : o o Un nouveau traitement présentant d'importants effets secondaires sera plutôt réservé aux malades susceptibles de mieux le supporter ou à ceux pour lesquels l'espoir de guérison est faible Si le choix du traitement est défini par le médecin, les deux groupes ne seront pas comparables

9 Objectif du TAS Objectif du TAS 2) Équilibrer la répartition des facteurs pronostiques (connus ou inconnus) entre les groupes comparés : Exemple : Essai de chimiothérapie des cancers du sein dans lequel il n'est pas prévu de chirurgie ganglionnaire : grâce au tirage au sort les malades porteurs de ganglions histologiquement envahis (facteur pronostique majeur non mesurable sans chirurgie) seront répartis équitablement entre les groupes comparés. 3) Garantir la validité des tests statistiques utilisés pour comparer les résultats observés : La distribution et la variance des paramètres étudiés étant de ce fait «identiques» en moyenne dans les groupes comparés, les tests permettant de dissocier des différences réelles des différences aléatoires peuvent s'appliquer Objectif du TAS Objectif du TAS 4) Neutraliser les effets cohortes : o Les maladies évoluent au cours du temps : changement des modes de prise en charge, o des moyens diagnostiques, o des traitements... Cet ensemble de changements concourt à l'amélioration des résultats et s'ajoute à l'effet des traitements (facteur de confusion) 5) Équilibrer les données manquantes Uniformise la collecte initiale des données dans les groupes comparés Gérer les Données manquantes Simplifier l étude CRFs (des questions simples) Queries Gros effort pour les compléter toutes les demandes de corrections

10 Objectif du TAS 6) Permettre l'utilisation de placebo: le médecin n'a pas à choisir les patients recevant le placebo 7) Permettre d'effectuer l'étude en aveugle: optimum mais très difficile Type de TAS Equilibré ou par bloc Répartition aléatoire et équilibré des traitements Exemple : TAS équilibré par bloc de 6 sujets entre deux groupes au bout de 6 sujets, on ait 3 dans chacun des deux groupes : ABABBA BBAABBA BABABA AAABBB Simple Double Avec ou sans placebo Randomisation obligatoire Double Traitement reçu connu du statisticien uniquement Stratifié Exemple : population concernée par un essai est constituée de sous-groupes [strates] (hommes, femmes, etc ) constitution des listes distinctes de TAS pour chacune des strates équilibrer les deux groupes de traitement au sein de chaque strate NB : dans un essai multicentrique, le centre est une variable de stratification (obligatoire??) Critère principal La Survie Critère d évaluation des traitements Un survivant, c est un succès (une réussite) Un décès, c est un échec (un désastre) Essai de phase III : Critère principal = Survie Si on attend suffisamment longtemps Tous décédés Si on ne suit pas les patients Tous vivants aux dernières nouvelles 40 10

11 Critère principal Critère principal La Survie dépend du temps Pour estimer la proportion de survivants 3 ans après le diagnostique Définir une cohorte de patients chirurgie à l hôpital en 2009 (N patients) Les suivre pendant au moins 3 ans Prendre des nouvelles en 2012 Estimer la survie à 3 ans Calculer le nombre de survivants 3 ans depuis la date de la chirurgie et diviser par N (insuffisant) Inconvénients Attendre 3 ans pour tous les sujets Pourquoi pas estimer la survie à 1 an, 2 ans, ou 5 ans? - Relever uniquement la fréquence des événements étudiés peut se révéler insuffisant. Il peut être également important de connaître dans quel délai ces événementsé sont susceptibles de survenir. - Survenue événement une seule fois : décès, guérison, 1ère rechute, temps de doublement du PSA, du volume tumoral,... -Les méthodes d'analyse de survie (cancérologie) permettent d'associer la fréquence et le délai de survenue de l'événement étudié. - Méthode d estimation : Kaplan-Meier (+ répandue) Formation Biostat, Fév 2009 Critère principal Date d origine Date de naissance Date de diagnostique Date de début du traitement Date de dernières nouvelles Echec Date de décès Date de progression de la maladie Date de rechute Censure Date la plus récente sans échec Critère principal Do REC/PD REC/PD DCD Type de survie Globale (OS) Sans récidive (RFS) Sans progression (PFS, TTP) Sans maladie (DFS) Sans récidive Loco-régionale (LRFS) PDV * DCD Dp * * Evénement Décès Récidive Progression et/ou déces Prog ou REC ou décès Récidive locale * censuré (à droite) aux Dre Nouv

12 Formation Biostat, Fév 2009 Critère principal Overall Survival Patient sans événement à cette date (dernière connue). D0 1ère PD DDN Date de censure La fonction de survie commence toujours à 100% 1 «Marche» = 1 événement 01/01/ /01/2003 Date de début de l étude Date de point de l étude Do: Date Origine (Randomisation, Diagnostique, Début TRT) Dp: Date de Point (Moment analyse) Follow up Médiane Essai de phase III : principe calcul NSN 48 12

13 Calcul NSN Calcul NSN Le critère de jugement, d efficacité, des phases III est un critère de survie, dont l expression peut être - Qualitatif : taux de survie à?? unité temps (données censurées) Ex: améliorer le taux de survie à 1 an de 50% (p0) à 65% (p1) entre le bras A et le bras B Calcul NSN : p0, p1, alpha, béta=puissance Hypothèses H0 : p0 p1 H1 : p0 > p1 p0 : Probabilité d inefficacité maximal ( Taux de Base) p1 : Probabilité d efficacité minimale p1-p0 : Différence minimale d intêret - Quantitatif : médiane de survie Ex: augmenter la médiane de survie de 4 mois (p0) à 7 mois (p1) dans le bras expérimental) Calcul NSN : p0 (+SD), p1 (+SD), alpha, béta=puissance Zone d'inefficacité 0% Rejet de H1 p0 p1 Zone d'efficacité Rejet de H0 100% Calcul NSN Calcul NSN Choix de la différence d intérêt minimal Comparaison de deux moyennes co H 0 : tt = - Bibliographie - Revue de la littérature - Expériences cliniques Rationnel H 1 : tt co variance du critère de jugement (littérature) Valeur tabulée Ɲ(0,1) α=0.05 ε α = Recrutement possible - Multicentrique? - Critères inclusions - Disponibilité des produits - Pertinence clinique - Critères de jugement - Avis cliniciens... Faisabilité Clinique 51 NSN dans chaque groupe n 2 2 s ( /2 2 différence minimale cliniquement intéressante que l on veut détecter sur le critère de jugement ) 2 Valeur tabulée Ɲ(0,1) 1-β=0.80 ε β =

14 Calcul NSN Calcul NSN Comparaison de 2 proportions H0 : tt = co H1 : tt co co n 1 co tt 1 tt 2 tt co 2 co = taux dans groupe contrôle (traitement de référence) tt = taux dans groupe expérimental (nouveau traitement) /2 Le nombre de sujets nécessaires pour mettre en évidence une différence de 15% (40% versus 25%) des complications cardiovasculaires chez des sujets présentant un diabète de type 2, avec une puissance de 90% et un risque alpha bilatéral à 5% était de 203 par groupe. Le nombre de sujets nécessaires pour détecter une différence de 15 mm Hg entre deux groupes de patients hypertendus, l'un recevant un antihypertenseur A et l'autre un anticalcique B, avec une puissance de 90% et un risque de première espèce de 5% en considérant une hypothèse bilatérale était de 55 par groupe Interraction NSN En pratique Fixer α et β (en principe respectivement 5% et 10%) Préciser le type d'hypothèse: uni (> ou <) ou bilatérale ( ) Estimer les paramètres attendus en fonction de données de la littérature, d'études préliminaires (p0, p1). Interagir avec le NSN N Calculer le nombre de sujets à l'aide de formules, logiciels ou abaques spécifiques

15 Interaction NSN Interaction NSN Minimiser Δ pour un risque α et β donné Augmenter la taille de l'échantillon n + - échantillon différence - + Taille échantillon inversement proportionnel à la différence recherchée Dépend des hypothèses de départ (p0, p1) et de la différence ( ) à mettre en évidence entre les traitements. Différence 10-40% 30-60% Dépend de la durée de suivi : inversement proportionnel NSN augmente si durée de suivi faible Minimiser α ou β pour une différence Δ donnée Augmenter la taille de l'échantillon n ( ) =β=0.05 α=0.05; =0.20 γ= Interaction NSN Interaction NSN Majorer j (+5-10%) le calcul pour compenser les éventuelles exclusions Inéligibilité après coup, EIG particulier Taux de recrutement surestimé Inintérêt des patients Critères inclusions trop strictes Dans les essais de supériorité où on essaye de montrer une différence, l'hypothèse nulle est absence de différence. En cas d'échec, on ne peut pas conclure à l'équivalence des traitements. «Absence of evidence is not an evidence of absence» Dans les essais de non-infériorité/équivalence où on essaye de montrer une absence de différence, l'hypothèse nulle est présence de différence. La différence Δ utilisée dans les essais de non-infériorité est plus petite que celle utilisée dans les essais de supériorité ( grands effectifs) Exemple: Le taux de réponses attendu dans le bras contrôle est de 50%. Pour mettre en évidence une différence de 20% (taux de réponses à 70%) avec le bras expérimental, pour un test alpha bilatéral de 5% et une puissance de 90%, il faut inclure 242 patients éligibles. En considérant un taux de 5% de patients inéligibles, il faudra inclure un nombre total de 256 patients, soit 128 dans le bras bichimiothérapie et 128 dans le bras trichimiothérapie

16 Interaction NSN On a besoin de moins de sujets pour démontrer l'efficacité versus placebo d'une substance active que pour mettre en évidence sa supériorité éventuelle sur un produit de référence validé. La taille de la différence attendue entre les effets des traitements comparés n'est pas la même dans les deux cas. Conclusion 61 Formation Biostat, Fév 2009 La partie «DESIGN», calcul NSN se termine quand le protocole est imprimé. Le Protocole est LA «bible» de l essai Si ce n est pas dans le protocole... Alors c est impossible!! Ou il FAUT un amendement

17 Réalité du développement de médicament Le calcul du nombre de sujets nécessaires (NSN) dans un essai dépend: From P. Girard, INSERM Du type de l essai (phase I, II, III, IV) Du critère de jugement principal (Rep. Obj, Survie,..) Des résultats estimés du groupe de référence (p0) Des résultats attendus du traitement (p1) Des risques de première et deuxième espèce ( ) Mais aussi Du nombre de bras d étude (1 ou plus) Si l essai est équilibré ou non Des éventuels perdus de vue à prendre en compte (±5-10%) Découverte Préclinique Phase I Phase II Phase IIII Approuvé Approved Référence EXERCICES

18 EXERCICES 69 18

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique Jean-Marie BOHER, PhD, Institut Paoli-Calmettes, Marseille Novembre 2011 Typologie

Plus en détail

Essais précoces non comparatifs : principes et calcul du nombre de sujets nécessaire

Essais précoces non comparatifs : principes et calcul du nombre de sujets nécessaire Essais précoces non comparatifs : principes et calcul du nombre de sujets nécessaire Sylvie CHABAUD Direction de la Recherche Clinique et de l Innovation : Centre Léon Bérard - Lyon Unité de Biostatistique

Plus en détail

Méthodologie Phases du développement clinique d un médicament. S. THEZENAS Unité de Biostatistique

Méthodologie Phases du développement clinique d un médicament. S. THEZENAS Unité de Biostatistique Méthodologie Phases du développement clinique d un médicament S. THEZENAS Unité de Biostatistique Phases du développement clinique d un médicament { IDEA Molecular In vitro In vivo Epidemiologic File cabinet

Plus en détail

Compléments de statistiques

Compléments de statistiques 2 e cycle EM2 & 3 LCA Complément de statistique. Compléments de statistiques Analyse de données de survie Analyse univariée D. Neveu compléments statistiques EM2 EM3 : 2006-2007 2 Objectifs pédagogiques

Plus en détail

Analyses dans les essais thérapeutiques :

Analyses dans les essais thérapeutiques : 6ème Université d été Recherche et Evaluation en Cancérologie Analyses dans les essais thérapeutiques : analyses intermédiaires, finale et cross-over. M. Bouziani (Oran) 1 Laboratoire de biostatistique

Plus en détail

Planification d'essais randomisés séquentiels ayant comme critère de jugement un délai de survie à l'aide de la fonction plansurvct.

Planification d'essais randomisés séquentiels ayant comme critère de jugement un délai de survie à l'aide de la fonction plansurvct. 1 eres Rencontres R Bordeaux 2-3 Juillet 2012 Planification d'essais randomisés séquentiels ayant comme critère de jugement un délai de survie à l'aide de la fonction plansurvct.func J.Gal 1, A.Kramar

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

Création de procédures inter-services pour la gestion des essais de phase I à l Institut Gustave Roussy

Création de procédures inter-services pour la gestion des essais de phase I à l Institut Gustave Roussy Création de procédures inter-services pour la gestion des essais de phase I à l Institut Gustave Roussy A.A. MOUSSA D. SCHWOB Institut de cancérologie Gustave-Roussy 94805 Villejuif cedex - FRANCE Plan

Plus en détail

MÉTHODOLOGIE DES ESSAIS CLINIQUES DE PHASE I

MÉTHODOLOGIE DES ESSAIS CLINIQUES DE PHASE I MÉTHODOLOGIE DES ESSAIS CLINIQUES DE PHASE I 2 PLAN DE LA PRÉSENTATION Le présent Généralités des phases I La conduite pratique d une phase I Les modèles les plus utilisés Limitations L avenir des phases

Plus en détail

Introduction : Essais de phase I

Introduction : Essais de phase I Schéma de recherche de dose dans les essais de phase I : comparaison par simulations dans un cadre temporel A Doussau 1,2, MC Le Deley 3, B Asselain 1, G Vassal 3, X Paoletti 1 1 - Institut Curie, 2 -

Plus en détail

CANCER DU SEIN: ACTUALITÉS 2012-2013

CANCER DU SEIN: ACTUALITÉS 2012-2013 CANCER DU SEIN: ACTUALITÉS 2012-2013 Christelle Lévy Centre François Baclesse Ce qui est en train de changer nos pratiques, nouvelles AMM Cancers du sein métastatique RH+ HER2 neg en cas de progression

Plus en détail

Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009

Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009 17 èmes Journées des Statisticiens des Centres de Lutte contre le Cancer 4 ème Conférence Francophone d Epidémiologie Clinique Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009 Q Picat, N

Plus en détail

49 ème congrès annuel de la Société Américaine d Oncologie Clinique, Chicago, 2013. Rédigé par Marion Alcantara, Centre Henri Becquerel, Rouen

49 ème congrès annuel de la Société Américaine d Oncologie Clinique, Chicago, 2013. Rédigé par Marion Alcantara, Centre Henri Becquerel, Rouen ETUDES DE PHASE III EVALUANT L EFFICACITÉ ET LA TOLÉRANCE D IDELALISIB (GS-1101) EN ASSOCIATION À OFATUMUMAB OU À BENDAMUSTINE + RITUXIMAB CHEZ DES PATIENTS PRÉSENTANT UNE LLC EN RECHUTE/RÉFRACTAIRE D

Plus en détail

Les différentes phases en recherche clinique

Les différentes phases en recherche clinique Véronique JOUIS, Coordination des ARCs - Responsable Logistique Laurence GUERY, ARC - Responsable Assurance Qualité Unité de Recherche Clinique du GH Lariboisière - Saint-Louis Coordonnateur Pr Eric VICAUT

Plus en détail

Les dix points clés de la lecture critique. Michel Cucherat UMR 5558 - Lyon

Les dix points clés de la lecture critique. Michel Cucherat UMR 5558 - Lyon Les dix points clés de la lecture critique Michel Cucherat UMR 5558 - Lyon Point 1 Interpréter les résultats pour décider But de la lecture critique : Juger de la validité scientifique (fiabilité du résultat)

Plus en détail

Analyse stochastique de la CRM à ordre partiel dans le cadre des essais cliniques de phase I

Analyse stochastique de la CRM à ordre partiel dans le cadre des essais cliniques de phase I Analyse stochastique de la CRM à ordre partiel dans le cadre des essais cliniques de phase I Roxane Duroux 1 Cadre de l étude Cette étude s inscrit dans le cadre de recherche de doses pour des essais cliniques

Plus en détail

Méthodologie des essais cliniques de phase III

Méthodologie des essais cliniques de phase III Méthodologie des essais cliniques de phase III Dr Patrick Rossignol p.rossignol@chu-nancy.fr Centre d Investigation Clinique & consultation multidisciplinaire d HTA du CHU de Nancy & INSERM 961 Phases

Plus en détail

Prise en compte du temps dans les essais de phase I

Prise en compte du temps dans les essais de phase I 4 ème Conférence d Epidémiologie Clinique XV ème Réunion des Statisticiens des Centres de Lutte contre le Cancer Prise en compte du temps dans les essais de phase I Application aux essais d escalade de

Plus en détail

La découverte de médicaments en biotechnologie. Développement clinique

La découverte de médicaments en biotechnologie. Développement clinique La découverte de médicaments en biotechnologie Développement clinique Développement clinique: But Evaluer efficacité et sécurité d un médicament pour risque/bénéfice soit acceptable par autorités enregistrement

Plus en détail

Chapitre 3 : Principe des tests statistiques d hypothèse. José LABARERE

Chapitre 3 : Principe des tests statistiques d hypothèse. José LABARERE UE4 : Biostatistiques Chapitre 3 : Principe des tests statistiques d hypothèse José LABARERE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Plan I. Introduction

Plus en détail

ESSAIS EXPLORATOIRES (PHASE 0-2) H.MRABTI, H.ERRIHANI Service d oncologie médicale Institut national d oncologie Rabat

ESSAIS EXPLORATOIRES (PHASE 0-2) H.MRABTI, H.ERRIHANI Service d oncologie médicale Institut national d oncologie Rabat ESSAIS EXPLORATOIRES (PHASE 0-2) H.MRABTI, H.ERRIHANI Service d oncologie médicale Institut national d oncologie Rabat Etapes de développement d un médicament en oncologie Essais pré-cliniques (activité,

Plus en détail

Statistiques et essais cliniques

Statistiques et essais cliniques Hegel Vol. 3 N 1 2013 DOI : 10.4267/2042/49204 21 Statistiques et essais cliniques François Kohler Laboratoire SPI-EAO, Faculté de Médecine, Vandœuvre-les-Nancy francois.kohler@univ-lorraine.fr Introduction

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 10 novembre 2004

AVIS DE LA COMMISSION. 10 novembre 2004 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 10 novembre 2004 GEMZAR 200 mg, lyophilisat pour usage parentéral (IV) Flacon de 10 ml GEMZAR 1000 mg, lyophilisat pour usage parentéral

Plus en détail

PHARE : Protocole d Herceptin Adjuvante. l Exposition

PHARE : Protocole d Herceptin Adjuvante. l Exposition PHARE : Protocole d Herceptin Adjuvante Réduisant l Exposition PHARE : rationnel Quatre grands essais ont montré que 1 an d Herceptin réduit le risque de rechute ou de décès par deux HERA : HR = 0.54 NSABP

Plus en détail

Lecture Critique d un essai thérapeutique dans la maladie d Alzheimer. Sandrine Andrieu Jean François Dartigues

Lecture Critique d un essai thérapeutique dans la maladie d Alzheimer. Sandrine Andrieu Jean François Dartigues Lecture Critique d un essai thérapeutique dans la maladie d Alzheimer Sandrine Andrieu Jean François Dartigues Histoire du dimebon Vous arrivez le matin à la consultation mémoire. Dans la voiture, sur

Plus en détail

SYNOPSIS PROTOCOLE UC-0102/1203 GRT02

SYNOPSIS PROTOCOLE UC-0102/1203 GRT02 SYNOPSIS PROTOCOLE UC-0102/1203 GRT02 A) IDENTIFICATION DE L ESSAI CLINIQUE NUMERO DE CODE DU PROTOCOLE PROMOTEUR : UC-0102/1203 GRT02 VERSION ET DATE : version 1.1 du 12 septembre 2012 TITRE DE L ESSAI

Plus en détail

11. Evaluation de la qualité des essais

11. Evaluation de la qualité des essais 11. Evaluation de la qualité des essais L évaluation de la qualité méthodologique d un essai thérapeutique est une tâche difficile [117]. L essai thérapeutique contrôlé randomisé est considéré comme étant

Plus en détail

Méthodologie des essais cliniques

Méthodologie des essais cliniques Méthodologie des essais cliniques Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale Pôle S3P, Centre d Investigation Clinique (CIC 1403 INSERM), Fédération de Recherche Clinique, Université de Lille

Plus en détail

Analyse de survie : comment gérer les données censurées?

Analyse de survie : comment gérer les données censurées? Mémento biostatistique Analyse de survie : comment gérer les données censurées? Méthode de Kaplan-Meier C. Alberti 1, J.-F. Timsit 2, S. Chevret 3 1 Centre d Epidémiologie Clinique, Hôpital Robert Debré,

Plus en détail

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Février 2013 1 Liste de contrôle des essais de non-infériorité N o Liste de contrôle (les clients peuvent se servir de cette

Plus en détail

Table Ronde N 7 : Evaluation au remboursement des anticancéreux : méthodologie, relation entre quantité d effet et besoin thérapeutique

Table Ronde N 7 : Evaluation au remboursement des anticancéreux : méthodologie, relation entre quantité d effet et besoin thérapeutique Table Ronde N 7 : Evaluation au remboursement des anticancéreux : méthodologie, relation entre quantité d effet et besoin thérapeutique 1 Qu entend on par évaluation au remboursement? L évaluation est

Plus en détail

Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste. Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon

Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste. Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon Marqueur prédictif - Définition Un marqueur prédictif est un marqueur qui prédit le bénéfice

Plus en détail

49 ème congrès annuel de la Société Américaine d Oncologie Clinique, Chicago, 2013. Rédigé par le Dr Guillaume PLOUSSARD, Hôpital Saint-Louis, Paris

49 ème congrès annuel de la Société Américaine d Oncologie Clinique, Chicago, 2013. Rédigé par le Dr Guillaume PLOUSSARD, Hôpital Saint-Louis, Paris RÉARRANGEMENTS ERG ET RÉSULTATS CLINIQUES CHEZ DES PATIENTS TRAITES PAR ACÉTATE D ABIRATÉRONE: RÉSULTATS DE L ÉTUDE COU-AA- 302 DANS LE CANCER DE LA PROSTATE MÉTASTATIQUE RESISTANT A LA CASTRATION NON

Plus en détail

Méthodologie des essais cliniques de phase II dans le cancer du sein métastatique chez le sujet âgé : Revue de la littérature

Méthodologie des essais cliniques de phase II dans le cancer du sein métastatique chez le sujet âgé : Revue de la littérature Méthodologie des essais cliniques de phase II dans le cancer du sein métastatique chez le sujet âgé : Revue de la littérature Cabarrou B (1) Mourey L (1) Dalenc F (1) Balardy L (2) Roché H (1) Boher JM

Plus en détail

L enjeu de l évaluation

L enjeu de l évaluation Joël Belmin Hôpital Charles Foix et Université Paris 6 Ivry-sur-Seine L enjeu de l évaluation Augmentation du coût de la santé Recentrer les dépenses sur les traitements efficaces Dé remboursement des

Plus en détail

CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT

CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT Sommaire Comment se fait la recherche sur un nouveau médicament? (page 1) A quoi sert la recherche sur un nouveau médicament? (page

Plus en détail

Principe d un test statistique

Principe d un test statistique Biostatistiques Principe d un test statistique Professeur Jean-Luc BOSSON PCEM2 - Année universitaire 2012/2013 Faculté de Médecine de Grenoble (UJF) - Tous droits réservés. Objectifs pédagogiques Comprendre

Plus en détail

RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN

RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN INTRODUCTION RECOMMANDATIONS INCA NOV 2008 Schéma standard: o 50 Gy en 25 fractions sur 33 jours

Plus en détail

Essai PENELOPE- Pertuzumab in Platinum-resitant low HER3mRNA epithelial ovarian cancer

Essai PENELOPE- Pertuzumab in Platinum-resitant low HER3mRNA epithelial ovarian cancer Essai PENELOPE- Pertuzumab in Platinum-resitant low HER3mRNA epithelial ovarian cancer AGO-OVAR 2.20/ ENGOT ov 14 Essai international en partenariat réseau européen ENGOT et Roche PENELOPE. AGO-OVAR 2.20

Plus en détail

CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES

CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES PARTICULARITÉS ÉPIDÉMIOLOGIQUES 40 000 nouveaux cas/an en France, 11 000 décès 45% des femmes atteintes ont plus de 65 ans La fréquence s accroît avec l âge, aux USA:

Plus en détail

Cancer Prostatique Localement Avancé (T3) Pr. Vincent RAVERY

Cancer Prostatique Localement Avancé (T3) Pr. Vincent RAVERY Cancer Prostatique Localement Avancé (T3) Pr. Vincent RAVERY Introduction Diagnostic précoce / Dépistage Nombre relatif stable de cancers de la prostate (CaP) localement avancés Meilleure stadification

Plus en détail

Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire

Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire Ramona ITTI, physicienne médicale Service de Cancérologie - Radiothérapie hôpital St. Louis Les Matinées de l Innovation, 27 septembre 2013

Plus en détail

Draft Template for the Assessment of the methodology during Phase pilote

Draft Template for the Assessment of the methodology during Phase pilote Draft Template for the Assessment of the methodology during Phase pilote Ref interne EudraCT no Title of the Study Abbreviation Sponsor IMP (Repeat if necessary) NIMP (Repeat if necessary) Organisation

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 25 mai 2011

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 25 mai 2011 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 25 mai 2011 AVASTIN 25 mg/ml Boîte de 1 flacon de 4 ml (CIP : 566 200-7) Boîte de 1 flacon de 16 ml (CIP : 566 201-3) Laboratoires ROCHE Bevacizumab Liste I Réserve hospitalière

Plus en détail

Glossaire ECN : Lecture Critique d articles médicaux

Glossaire ECN : Lecture Critique d articles médicaux 2007 Glossaire ECN : Lecture Critique d articles médicaux A Ajustement Moyen, dans une enquête épidémiologique, de prendre en compte un biais de confusion au moment de l'analyse. Aléatoire Dont la survenue

Plus en détail

INTRODUCTION A LA RECHERCHE QUANTITATIVE

INTRODUCTION A LA RECHERCHE QUANTITATIVE INTRODUCTION A LA RECHERCHE QUANTITATIVE Deuxième partie : de la base de données aux résultats Juin 2010 Julien Gelly, Caroline Huas, Josselin Le Bel Plan 2 1. Introduction 2. Saisie des données : Epi

Plus en détail

Traitement standard des GBM: ASTRO 2010: - Nombreuses études rétrospectives - Quelques études cliniques préliminaires

Traitement standard des GBM: ASTRO 2010: - Nombreuses études rétrospectives - Quelques études cliniques préliminaires Tumeurs primitives Traitement standard des GBM: - Résection aussi complète que possible - Bénéfice de la RCT postopératoire - Patients les plus âgés?? (50% > 65 ans) - Quid du TMZ?? ASTRO 2010: - Nombreuses

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 8 septembre 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 8 septembre 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 8 septembre 2010 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans à compter du 4 juillet 2005 (JO du 14 juillet 2005) FASLODEX 250 mg/5 ml, solution

Plus en détail

Docteur José LABARERE

Docteur José LABARERE UE7 - Santé Société Humanité Risques sanitaires Chapitre 3 : Epidémiologie étiologique Docteur José LABARERE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23.1. Critères de jugement binaires Plusieurs mesures (indices) sont utilisables pour quantifier l effet traitement lors de l utilisation d

Plus en détail

MASTER «Sciences de la Vie et de la Santé» Mention «Santé Publique»

MASTER «Sciences de la Vie et de la Santé» Mention «Santé Publique» M1_presentation_generale_4juil05.doc 1/11 MASTER «Sciences de la Vie et de la Santé» Mention «Santé Publique» La mention s articule autour de 6 spécialités : Recherche en éthique : Pr Christian HERVE (herve@necker.fr)

Plus en détail

ESSAIS CLINIQUES, PHARMACOVIGILANCE, PHARMACOEPIDEMIOLOGIE J.L. MONTASTRUC et M. LAPEYRE-MESTRE Mai 2010

ESSAIS CLINIQUES, PHARMACOVIGILANCE, PHARMACOEPIDEMIOLOGIE J.L. MONTASTRUC et M. LAPEYRE-MESTRE Mai 2010 ESSAIS CLINIQUES, PHARMACOVIGILANCE, PHARMACOEPIDEMIOLOGIE J.L. MONTASTRUC et M. LAPEYRE-MESTRE Mai 2010 On entend par essai clinique «toute recherche biomédicale organisée et pratiquée chez l homme en

Plus en détail

Spécificités méthodologiques en pédiatrie : gestion des petits effectifs et des effets rares au long cours

Spécificités méthodologiques en pédiatrie : gestion des petits effectifs et des effets rares au long cours Spécificités méthodologiques en pédiatrie : gestion des petits effectifs et des effets rares au long cours Corinne Alberti CIE 5 : modèles et méthodes de l évaluation clinique et thérapeutique en pédiatrie

Plus en détail

La recherche clinique :

La recherche clinique : La recherche clinique : Aspects Administratifs et Financiers Pascal Thomas EMRC PACA 20 juin 2014 Essai thérapeutique Tester un nouveau traitement (ou existant), ou un dispositif L'objectif principal =

Plus en détail

La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation

La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation PAR Alireza MOGHADDAM TUTEUR : Guy HÉDELIN Laboratoire d Épidémiologie et de Santé publique, EA 80 Faculté de Médecine de Strasbourg

Plus en détail

Cancer inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences

Cancer inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences Huguette Nguele Meke Introduction Le cancer du sein est une maladie gave et fréquente qui touche une femme sur 11 au cours de sa vie et qui est diagnostiqué

Plus en détail

MÉTHODES ET STATISTIQUES POUR LIRE UN ARTICLE

MÉTHODES ET STATISTIQUES POUR LIRE UN ARTICLE MÉTHODES ET STATISTIQUES POUR LIRE UN ARTICLE Forum HH 05.02.2013 Ghislaine Gagnon Unité HPCI Qualitatif ou quantitatif? Les 2 méthodes peuvent être utilisées séparément ou en conjonction - le qualitatif

Plus en détail

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter Le pronostic des cancers du sein dépend de divers facteurs, dont la taille du cancer. En France, au cours d une étude, il a été observé un taux de survie plus important chez les femmes ayant un cancer

Plus en détail

Guide d utilisation du bévacizumab (Avastin) pour le traitement du cancer colorectal métastatique

Guide d utilisation du bévacizumab (Avastin) pour le traitement du cancer colorectal métastatique Guide d utilisation du bévacizumab (Avastin) pour le traitement du cancer colorectal métastatique Comité de l évolution des pratiques en oncologie (CÉPO) Janvier 2006 Ce guide constitue un outil d aide

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 mars 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 mars 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 15 mars 2006 GLUCOPHAGE 500 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 comprimés - code CIP : 352 816-7 GLUCOPHAGE 850 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 comprimés - code CIP

Plus en détail

Essai de phase II randomisé mul2centrique: traitement personnalisé des cancers du rectum localement évolués non métasta2ques

Essai de phase II randomisé mul2centrique: traitement personnalisé des cancers du rectum localement évolués non métasta2ques GRECCAR 4 Groupe de REcherche Chirurgical sur le CAncer du Rectum Essai de phase II randomisé mul2centrique: traitement personnalisé des cancers du rectum localement évolués non métasta2ques N EudraCT

Plus en détail

Brèves de l AERIO. Introduction. Patients et méthodes. Résultats

Brèves de l AERIO. Introduction. Patients et méthodes. Résultats Oncologie (2016) 18:76-80 DOI 10.1007/s10269-016-2584-2 REVUE DE PRESSE DE L AERIO / AERIO PRESS REVIEW Brèves de l AERIO AERIO News in Brief Androgen receptor splice variant 7 et efficacité des taxanes

Plus en détail

Cancer du sein: soins 2015

Cancer du sein: soins 2015 Cancer du sein: soins 2015 Nouveautés thérapeutiques en pathologie mammaire métastatique Pr. Lionel D Hondt (M.D., Ph.D.) Chef du Service d Oncologie CHU UCL Dinant-Godinne CHU Charleroi, 02 octobre 2015

Plus en détail

Collecte de données. Laurent Dorey

Collecte de données. Laurent Dorey Laurent Dorey Mercredi 16 Décembre 2014 Programme : Recensement & Echantillonnage Étapes pour sélectionner un échantillon La population observée La base de sondage Les unités d enquête La taille de l échantillon

Plus en détail

CANCER DU SEIN DE LA FEMME AGEE : QUELS TRAITEMENTS? A.BARKAT Clin gyn obs. CHU Constantine 7ème Congrès de la SAERM ALGER 14-15/03/09

CANCER DU SEIN DE LA FEMME AGEE : QUELS TRAITEMENTS? A.BARKAT Clin gyn obs. CHU Constantine 7ème Congrès de la SAERM ALGER 14-15/03/09 CANCER DU SEIN DE LA FEMME AGEE : QUELS TRAITEMENTS? A.BARKAT Clin gyn obs. CHU Constantine 7ème Congrès de la SAERM ALGER 14-15/03/09 INTRODUCTION 1 er cancer féminin avec l age age moyen: 48 ans expérience

Plus en détail

Équivalence et Non-infériorité

Équivalence et Non-infériorité Équivalence et Non-infériorité Éléments d Introduction Lionel RIOU FRANÇA INSERM U669 Mars 2009 Essais cliniques de supériorité Exemple d Introduction Données tirées de Brinkhaus B et al. Arch Intern Med.

Plus en détail

Estelle Marcault. 10/02/2010 URC Paris Nord 1

Estelle Marcault. 10/02/2010 URC Paris Nord 1 Estelle Marcault 10/02/2010 URC Paris Nord 1 Pourquoi randomiser la participation des patients? Etudes non randomisées (avant/après) Amélioration spontanée de la maladie Régression vers la moyenne Effet

Plus en détail

Adapter la chimiothe rapie au stade et aux comorbidite s? Audrey MAILLIEZ

Adapter la chimiothe rapie au stade et aux comorbidite s? Audrey MAILLIEZ Adapter la chimiothe rapie au stade et aux comorbidite s? Audrey MAILLIEZ Aucun Conflit d intérêts Référentiels Critères oncologiques de choix des traitements p significatif traitement / protocole établi

Plus en détail

Référentiel cancers du sein localement avancé et métastatique - Janvier 2013

Référentiel cancers du sein localement avancé et métastatique - Janvier 2013 Référentiel cancers du sein localement avancé et métastatique - Janvier 2013 Introduction Les grandes lignes des recommandations ABC 1 et les «ESMO Clinical Practice Guidelines for diagnosis, treatment

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mai 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mai 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 10 mai 2006 Suite à la demande du ministre chargé de la Santé et de la Sécurité Sociale, la commission réexamine la spécialité suivante : MEDIATOR 150 mg, comprimé enrobé

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 juillet 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 juillet 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 20 juillet 2005 1 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 767-8 3 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 768-4 12 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 769-0 6 flacon(s) en verre

Plus en détail

Méthodologie des essais cliniques en cancérologie Design of clinical trials in oncology

Méthodologie des essais cliniques en cancérologie Design of clinical trials in oncology Méthodologie des essais cliniques en cancérologie Design of clinical trials in oncology Brigitte Tranchand*, Sylvie Chabaud**, Olivier Colomban***, Sophie Dussart**, David Pérol** RÉSUMÉ Lors de la mise

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 30 mars 2005 MOVICOL ENFANT, poudre pour solution buvable en sachet-dose de 6,9 g (Boîtes de 20) Laboratoire NORGINE PHARMA macrogol Date de l'amm

Plus en détail

3 e journée recherche de la SFTG 8 février 2014. G. Blanc-Garin, E. Dania-Jambu, M. Plantureux, A-L Parant, A. Simavonian, R. Sourzac, H.

3 e journée recherche de la SFTG 8 février 2014. G. Blanc-Garin, E. Dania-Jambu, M. Plantureux, A-L Parant, A. Simavonian, R. Sourzac, H. Apport d un système d exceptions dans la mesure des indicateurs de la ROSP : Exemple des indicateurs concernant le diabète, l hypertension artérielle, les benzodiazépines et les statines 3 e journée recherche

Plus en détail

Méthodologie des Essais thérapeutiques

Méthodologie des Essais thérapeutiques Objectifs pédagogiques Méthodologie des Essais thérapeutiques Dr MC Picot - CHU Montpellier Dr P. Fabbro-Peray - CHU Nîmes MB6 2010-2011 Citer les différentes phases de l expérimentation thérapeutique

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 04 octobre 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 04 octobre 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 04 octobre 2006 HERCEPTIN 150 mg, poudre pour solution à diluer pour perfusion B/1 flacon de 15 ml (CIP: 562 103-7) Laboratoire ROCHE trastuzumab Liste I Médicament soumis

Plus en détail

Radiothérapie dans le cancer du col utérin. A. BENIDER Cours d université d été DOURDAN 2009

Radiothérapie dans le cancer du col utérin. A. BENIDER Cours d université d été DOURDAN 2009 Radiothérapie dans le cancer du col utérin A. BENIDER Cours d université d été DOURDAN 2009 Évolution des idées dans le traitement des cancers du col utérin 19 siècle: chirurgie traitement de base 20 siècle:

Plus en détail

Chimiothérapie première des cancers du sein et expérience de l hôpital Saint Louis

Chimiothérapie première des cancers du sein et expérience de l hôpital Saint Louis Chimiothérapie première des cancers du sein et expérience de l hôpital Saint Louis M. Espié, J Lehman Che, A de Roquancourt, C. Cuvier, E. Bourstyn, L. Cahen-Doidy, C. de Bazelaire,M. Maylin, M. Marty,

Plus en détail

Collaboration avec statisticien et data manager. Raphaël Porcher, DBIM, Hôpital Saint-Louis DU Chef de Projet en Recherche Clinique 4 novembre 2011

Collaboration avec statisticien et data manager. Raphaël Porcher, DBIM, Hôpital Saint-Louis DU Chef de Projet en Recherche Clinique 4 novembre 2011 Collaboration avec statisticien et data manager Raphaël Porcher, DBIM, Hôpital Saint-Louis DU Chef de Projet en Recherche Clinique 4 novembre 2011 Rôle du statisticien dans une étude clinique Responsable

Plus en détail

PAC GETUG PROTOCOLE GETUG 15/0403

PAC GETUG PROTOCOLE GETUG 15/0403 PAC GETUG PROTOCOLE GETUG 15/0403 N EudraCT 2004-001984-22 Essai randomisé de phase III comparant l association traitement hormonal + docétaxel au traitement hormonal seul dans les cancers de la prostate

Plus en détail

Méthodes Statistiques Appliquées à la Qualité et à la Gestion des Risques - Le Contrôle Statistique

Méthodes Statistiques Appliquées à la Qualité et à la Gestion des Risques - Le Contrôle Statistique Méthodes Statistiques Appliquées à la Qualité et à la Gestion des Risques - Le Contrôle Statistique Jean Gaudart Laboratoire d Enseignement et de Recherche sur le Traitement de l Information Médicale jean.gaudart@univmed.fr

Plus en détail

Améliorer la pratique journalière d activité physique (AP) chez les femmes âgées, en termes But de l intervention

Améliorer la pratique journalière d activité physique (AP) chez les femmes âgées, en termes But de l intervention Efficacité d une intervention d activité physique guidée par accéléromètre chez des Fiche No 15 femmes âgées vivant dans la communauté Koizumi D, Rogers NL, Rogers ME, Islam MM, Kusunoki M & al. Efficacy

Plus en détail

11. Tests d hypothèses (partie 1/2)

11. Tests d hypothèses (partie 1/2) 11. Tests d hypothèses (partie 1/2) MTH2302D S. Le Digabel, École Polytechnique de Montréal H2015 (v1) MTH2302D: tests d hypothèses 1/30 Plan 1. Introduction 2. Hypothèses et erreurs 3. Tests d hypothèses

Plus en détail

Compte Rendu ASCO 2012 Tumeurs urologiques 14/06/2012. H.MAHFOUF Service Oncologie Médicale Universitaire de Rouiba SOMUR

Compte Rendu ASCO 2012 Tumeurs urologiques 14/06/2012. H.MAHFOUF Service Oncologie Médicale Universitaire de Rouiba SOMUR Compte Rendu ASCO 2012 Tumeurs urologiques 14/06/2012 H.MAHFOUF Service Oncologie Médicale Universitaire de Rouiba SOMUR Registre des tumeurs d Alger 2007 Incidences Brutes Incidences standardisées Poumon

Plus en détail

Contacts: sanofi-aventis + 33 (0)6 70 93 75 28 + 33 (0) 1 58 10 08 97

Contacts: sanofi-aventis + 33 (0)6 70 93 75 28 + 33 (0) 1 58 10 08 97 Contacts: sanofi-aventis CIRG Anne Bancillon Emmanuelle Mékercke + 33 (0)6 70 93 75 28 + 33 (0) 1 58 10 08 97 DES TRAITEMENTS A BASE DE TAXOTERE ET HERCEPTINE DÉMONTRENT CHEZ LES FEMMES ATTEINTES DE FORME

Plus en détail

Faut-il faire une chimiothérapie adjuvante chez les patients âgés de plus de 75 ans ayant un CCR. Romain Coriat

Faut-il faire une chimiothérapie adjuvante chez les patients âgés de plus de 75 ans ayant un CCR. Romain Coriat Faut-il faire une chimiothérapie adjuvante chez les patients âgés de plus de 75 ans ayant un CCR 6eme Réunion annuelle de pathologie digestive Hôpital Cochin Hôtel Dieu 05 février 2010 Romain Coriat Unité

Plus en détail

Les Thérapies ciblées Dix ans après... Evaluation médicale

Les Thérapies ciblées Dix ans après... Evaluation médicale Les Thérapies ciblées Dix ans après... Evaluation médicale Dominique JAUBERT Oncologie-Hématologie Clinique Tivoli BORDEAUX Réseau de cancérologie d Aquitaine La recherche de nouvelles molécules anticancéreuses

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 octobre 2011. 20 juillet 2011

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 octobre 2011. 20 juillet 2011 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 19 octobre 2011 20 juillet 2011 L avis adopté par la Commission de la Transparence le 20 juillet 2011 a fait l objet d une audition le 19 octobre 2011 JEVTANA 60 mg,

Plus en détail

La radiothérapie a été longtemps utilisée comme seul traitement locorégional des formes avancées de cancer du sein L expérience acquise permet de

La radiothérapie a été longtemps utilisée comme seul traitement locorégional des formes avancées de cancer du sein L expérience acquise permet de Radiothérapie dans la stratégie néoadjuvante Alain Fourquet Département de Radiothérapie Oncologique Introduction La radiothérapie a été longtemps utilisée comme seul traitement locorégional des formes

Plus en détail

Essais cliniques : Voies Aérodigestives et ORL

Essais cliniques : Voies Aérodigestives et ORL Essais cliniques : Voies Aérodigestives et ORL Sommaire des protocoles Page Carcinome des voies aérodigestives supérieures - GORTEC 2004-01 - IMRT Étude randomisée de phase 3 comparant la radiothérapie

Plus en détail

Il existe 3 types d études en épidémiologie qui répondent à 3 questions différentes :

Il existe 3 types d études en épidémiologie qui répondent à 3 questions différentes : Fiche : Rappel des études en épidémiologie 1 L épidémiologie est l étude de l état de santé de la population, et des facteurs influant sur la santé des populations humaines. Il existe 3 types d études

Plus en détail

CANCERS UROLOGIQUES. H.DJEDI Alger le 13-06-2014

CANCERS UROLOGIQUES. H.DJEDI Alger le 13-06-2014 CANCERS UROLOGIQUES H.DJEDI Alger le 13-06-2014 Cancer de la prostate Enfin une plénière! 790 patients inclus (2006-2012) Stratification Volume de la maladie Important versus faible Âge > 70 versus < 70

Plus en détail

Statistiques appliquées aux études médicamenteuses cliniques. Pierre BOUTOUYRIE Pharmacologie HEGP

Statistiques appliquées aux études médicamenteuses cliniques. Pierre BOUTOUYRIE Pharmacologie HEGP Statistiques appliquées aux études médicamenteuses cliniques Pierre BOUTOUYRIE Pharmacologie HEGP Grands principes méthodologiques Tout dépend de la formulation de la question scientifique Exemple : on

Plus en détail

Médecine personnalisée, de quoi parle-t on? Dominique Stoppa-Lyonnet

Médecine personnalisée, de quoi parle-t on? Dominique Stoppa-Lyonnet Médecine personnalisée, de quoi parle-t on? Dominique Stoppa-Lyonnet Octobre 2014 Médecine «génomique» personnalisée La médecine «génomique» personnalisée repose sur l identification de sous-groupes de

Plus en détail

Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques?

Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques? Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques? L Fournier, D Balvay, CA Cuénod Service de radiologie, Hôpital Européen Georges Pompidou Laboratoire de Recherche en Imagerie, Equipe

Plus en détail

Cancer du Rectum JOURNEES DES 28/11/14. Candice CAROLA Tuteur : Dr MIRABEL

Cancer du Rectum JOURNEES DES 28/11/14. Candice CAROLA Tuteur : Dr MIRABEL Cancer du Rectum RADIOCHIMIOTHERAPIE JOURNEES DES 28/11/14 Candice CAROLA Tuteur : Dr MIRABEL Plan Généralités (épidémiologie, diagnostic, bilan d extension) PEC néoadjuvante PEC adjuvante PEC métastatique

Plus en détail

AcaDM 2012 LA RANDOMISATION plus concrètement? Quân TRAN Intergroupe Francophone de Cancérologie Thoracique

AcaDM 2012 LA RANDOMISATION plus concrètement? Quân TRAN Intergroupe Francophone de Cancérologie Thoracique AcaDM 2012 LA RANDOMISATION plus concrètement? Quân TRAN Intergroupe Francophone de Cancérologie Thoracique 12 juin 2012 Bref rappel des différentes méthodes Les moyens disponibles Expériences à l IFCT

Plus en détail

TRAITEMENT NEO ADJUVANT DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE. Laetitia DAHAN CHU Timone Marseille

TRAITEMENT NEO ADJUVANT DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE. Laetitia DAHAN CHU Timone Marseille TRAITEMENT NEO ADJUVANT DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE Laetitia DAHAN CHU Timone Marseille Aucun CONFLITS D INTÉRÊT Objectifs pédagogiques Savoir définir un cancer du pancréas localement avancé et border

Plus en détail

Cancer du sein Quelques chiffres

Cancer du sein Quelques chiffres Radiothérapie dans le cancer du sein en Oncogériatrie Laurent Quéro Service de Cancérologie - Radiothérapie Hôpital Saint Louis, Paris Cancer du sein Quelques chiffres Premier cancer en terme d incidence

Plus en détail

Docteur Brigitte Seradour

Docteur Brigitte Seradour Dépistage du cancer du sein Docteur Brigitte Seradour Pourquoi dépister le cancer du sein? (Selon 10 principes OMS) Il s agit d une maladie grave, fréquente, détectable (phase latente) L examen de dépistage

Plus en détail