VOLUMES-CIBLES Cancer Bronchique Non-à-Petites Cellules

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "VOLUMES-CIBLES Cancer Bronchique Non-à-Petites Cellules"

Transcription

1 VOLUMES-CIBLES Cancer Bronchique Non-à-Petites Cellules Philippe GIRAUD, Nicolas POUREL, Vincent SERVOIS Romainville, le 29 septembre

2 Radiothérapie et cancer du poumon La dosimétrie des cancers bronchiques est particulièrement difficile en raison : De De De De l importance du volume tumoral et ganglionnaire la proximité immédiate des organes critiques la mobilité des organes intra-thoraciques la prise en compte des hétérogénéités tissulaires 2

3 Radiothérapie et cancer du poumon Comment délivrer une dose standard(60-70 Gy) à proximité immédiate : De Du De Du Du la moelle Dmax = 45 Gy poumon Dmoy<20 Gy ou V20<35% l œsophage L50? Dmax = 62 Gy? cœur plexus brachial Sans altérer la qualité de vie pendant et après le traitement? 3

4 ATELIER DE RADIOTHERAPIE Les pré-requis Connaître le GTV Du GTV au PTV En pratique 4

5 ATELIER DE RADIOTHERAPIE Les pré-requis Connaître le GTV Du GTV au PTV En pratique 5

6 Les Prérequis Publications de référence ICRU 62 Recommandations HAS Guide des procédures SFRO Recommandations groupes coopérateurs : EORTC / IFCT GFPC / SWOG 6

7 Définition des volumes cibles Evolution des concepts Rapport ICRU 62 Notion d ITV Prise en compte de la mobilité tumorale De Ruysscher et al JCO 2010 ; 28 : Reco. de l EORTC Chaque centre doit évaluer ses propres marges 7

8 Les pré-requis Bilan d extension optimal 4 éléments cardinaux Biopsie Scanner spiralé injecté TEP (idéalement fusionnée à une acquisition TDM) Endoscopie 8

9 Les Pré-requis Précision et reproductibilité Contrôle du positionnement par coque thermoformée individuelle Contrôle du positionnement du malade par imagerie portale hebdomadaire réduction de l erreur systématique Contrôle des mouvements internes et de la respiration Contrôle de l iso-centre des faisceaux par imagerie portale ou embarquée réduction de l erreur aléatoire 9

10 Les pré-requis Simulo-scanner Intérêt du scanner hélicoïdal haute définition Opacification vasculaire et oesophagienne Fenêtres médiastinale et parenchymateuse Coupes jointives de 3 mm d'épaisseur sur l'ensemble du thorax (~100 coupes) meilleure définition tumorale meilleure image radio reconstruite (DRR) calcul du volume pulmonaire total (DVH, NTCP) Bilan loco-régional juste avant la RT

11 Les pré-requis Simulo-scanner 11

12 Les Pré-requis Imagerie portale Contrôles off-line : Les 3 1ères séances puis 1x/sem. réduction de l erreur Systématique 12

13 Les Pré-requis Imagerie embarquée Contrôles on-line : A chaque séance réduction de l erreur Aléatoire 13

14 Les Pré-requis Système d asservissement à la respiration (BIP*) 14 * : Blocage Inspiratoire Profond

15 Les Pré-requis Système d asservissement à la respiration (gating) 15

16 Les Pré-requis Coque thermoformée individuelle réduction de l erreur systématique 16

17 Les pré-requis Equipement du plateau technique 2 éléments standards (HAS) Simuloscanner (+/- injecté) Imagerie de contrôle 1 élément recommandé (EORTC) Système d asservissement à la respiration Non valorisé par notre système de soin! 1 élément optionnel (discuté ) Système de contention externe 17

18 ATELIER DE RADIOTHERAPIE Les pré-requis Connaître le GTV Du GTV au PTV En pratique 18

19 ATELIER DE RADIOTHERAPIE Les pré-requis Connaître le GTV Du GTV au PTV En pratique 19

20 Connaître le GTV Il est nécessaire de définir avec précision Les extensions pariétales (TDM+/-IRM) Les extensions médiastinales (TEP-TDM fusion) Les extensions endobronchiques (endoscopie) Il est nécessaire de distinguer du volume cible tumoral Les phénomènes inflammatoires péritumoraux Les atélectasies (TEP-TDM fusion) 20

21 Extensions infracliniques Giraud et al, IJROBP 2000 GTV CTV : 6 8 mm 21

22 Extensions parenchymateuses Seminars in radiation oncology,

23 Connaître le GTV Extensions parenchymateuses Recommandations EORTC J Clin Oncol 2010 ; 28 : W=1600 L=-600 W=400 L=20 23

24 Connaître le GTV Extensions ganglionnaires Recommandations EORTC J Clin Oncol 2010 ; 28 : Intérêt majeur du FDG dans l identification des atteintes ganglionnaires hilaires et médiastinales Inclure en principe dans le volume cible ganglionnaire toute adénopathie dont le diamètre minimum est supérieur à 10 mm Pas d irradiation ganglionnaire prophylactique (cf. infra) Le GTV-N comporte les ADP désignées par la TEP mais contourée sur l image anatomique corresppondate 24

25 PET/CT versus CT 25

26 PET/CT versus CT Vanuytsel Radiother Oncol 2000 ; 55 : Evaluation de l impact de la TEP-TDM 105 patients, CBNPC Stade selon la TDM N0 N1 N2 N3 : : : : 5 pts. 6 pts. 56 pts. 6 pts. Réalisation d une étude dosimétrique basée sur TDM et sur TDM + PET-TDM Comparaison avec les résultats du curage ganglionnaire chirurgical 26

27 PET/CT versus CT Vanuytsel Radiother Oncol 2000 ; 55 : Comparaison des résultats d analyse histologique ganglionnaire (TDM vs TEP-TDM vs chirurgie) Analyse histologique N (chirurgie) Bénin (n*) Malin (n*) PET PET PET PET Total Non suspect (TDM) Suspect (TDM) * : sites ganglionnaires analysés, classification de Naruke 27

28 PET/CT versus CT Vanuytsel Radiother Oncol 2000 ; 55 : Comparaison des résultats d analyse histologique ganglionnaire (TDM vs TEP-TDM vs chirurgie) Analyse histologique N (chirurgie) Bénin (n*) Malin (n*) PET PET PET PET Total Non suspect (TDM) Suspect (TDM) PET-scan : met en évidence des N envahis que le scanner ne suspecte pas mais n est pas infaillible 28

29 PET/CT versus CT Vanuytsel Radiother Oncol 2000 ; 55 : Comparaison des résultats d analyse histologique ganglionnaire (TDM vs TEP-TDM vs chirurgie) Analyse histologique N (chirurgie) Bénin (n*) Malin (n*) PET PET PET PET Total Non suspect (TDM) Suspect (TDM) PET SCAN : permet de réduire le volume N irradié rarement, le surévalue 29

30 PET/CT versus CT Vanuytsel Radiother Oncol 2000 ; 55 : Comparaison entre : GTV défini par CT-Scan GTV défini par CT+PET-Scan Chirurgie (référence) Pour 73 pts positifs pour N (CT+PET-Scan) Tx de couverture avec CT-Scan : 75% Tx de couverture avec CT+PET-Scan : 89% p=0,005 30

31 PET/CT versus CT Vanuytsel Radiother Oncol 2000 ; 55 : Comparaison entre : GTV défini par CT-Scan GTV défini par CT+PET-Scan Chirurgie (référence) Pour 45 pts (62%) : modification du volume traité par l utilisation du PET-Scan Pour 10 pts : réduction du PTV de 29% et de la V20 de 27% en moyenne (p=0,001) 31

32 PET/CT versus CT Essai PET-START : intérêt du TEP-TDM pour le traitement des CBNPC de stade III Phase III, n=310 pts., TTT par radio et chimiothérapie, suivi médian 17 mois Replanification avec TEP-TDM versus planification avec TDM seul Patients ayant reçu la RT : 118 (78%) dans le bras TEP versus 146 (92%) dans le bras TDM Survie Globale TEP-TDM TDM À 2 ans 47% 39% HR = 0,81, IC95% [0,6-1,0] 1,0 HR ajusté = 0.78 (95% CI, 0.57 à 1.05) 0,75 PET-CT a b lo g ie rv u S 0,5 Std-CT 0,25 SG 2 ans -PET/CT: 47% -CT: 39% Mois depuis randomisation PET/CT ~ 20 mois CT ~ 16 mois Ung Y. et al. ASCO Abstract

33 PET/CT versus CT Essai PET-START : intérêt du TEP-TDM pour le traitement des CBNPC de stade III Facteur prédictif (survie) Analyse multivariée pour l ensemble des patients HR [IC 95%] Pour l ensemble des patients Stade IIIA vs IIIB 1,53 [1,13-2,06] PS ECOG 1,71 [1,34-2,18] (par unité) Pour les patients ayant eu un TEP-TDM Stade IIIA vs IIIB 1,91 [1,20-3,05] SUV 1,28 [1,02-1,59] (par 10 unités) Survie globale par 1,0 quartile (SUV) SUV 8.3 0, < SUV 11.1 a b lo g ie rv u S 0, < SUV ,25 SUV > Mois depuis randomisation Ung Y. et al. ASCO Abstract

34 Connaître le GTV Messages-clés 1. Contourage en double-fenêtrage (médiastinal puis parenchymateux) 2. PET-SCAN indispensable (à lire conjointement avec le Médecin Nucléaire) 3. Gare aux extensions muqueuses vers les grosses bronches (CR endoscopie) 4. Ne pas confondre GTV et CTV les limites du GTV sont les mieux connues en

35 ATELIER DE RADIOTHERAPIE Les pré-requis Connaître le GTV Du GTV au PTV En pratique 35

36 ATELIER DE RADIOTHERAPIE Les pré-requis Connaître le GTV Du GTV au PTV En pratique 36

37 Du GTV au PTV Evolution des concepts Rapport ICRU 62 Notion d ITV Prise en compte de la mobilité tumorale De Ruysscher et al JCO 2010 ; 28 : Reco. de l EORTC Chaque centre doit évaluer ses propres marges 37

38 Du GTV au PTV Evolution des concepts Graham et al, 1999 Irradiation prophylactique (PTV1) Complément sur le volume tumoral visible (PTV2) Yuan et al, 2007 Pas d irradiation prophylactique La plus forte dose possible sur le volume tumoral visible (PTV) 38

39 Du GTV au PTV Chaque mm compte! Diamètre CC mm + 5 mm + 10 mm + 15 mm Volume Poumon sain cc cc cc cc +22 cc +48 cc +79 cc + 8,7 mm* 100 cc +35 cc * : somme quadratique (5²+5²+5²) 39

40 Du GTV au PTV Extensions infracliniques Giraud et al, IJROBP 2000 GTV CTV : 6 8 mm 40

41 Du GTV au PTV Extensions ganglionnaires Intérêt majeur du FDG dans l identification des atteintes ganglionnaires hilaires et médiastinales Inclure en principe dans le volume cible (GTV) ganglionnaire toute adénopathie dont le diamètre minimum est supérieur à 10 mm Faut-il irradier de principe les territoires ganglionnaires non envahis macroscopiquement? 41

42 Du GTV au PTV Irradiation prophylactique médiastinale ou pas? Peut-on supprimer l irradiation prophylactique des territoires non envahis et se limiter à l irradiation des territoires macroscopiquement atteints? 42

43 Du GTV au CTV Extensions ganglionnaires 43

44 Du GTV au PTV Évolution des volumes-cibles 44

45 Elective nodal irradiation in the treatment of non small-cell lung cancer with threedimensional conformal radiation therapy Rosenzweig et al, IJROBP 2001 Phase II, escalade de dose GTV limité à T et N>15 mm petit axe ou biopsié+ N = 171 (st. I-III), suivi méd.: 21 m. Récidives N isolées : 11 pts (6,4%) Délai méd.: 4 m. [1-19] SSR N 2 ans : 91% SSR T 2 ans : 38% SSR N/T 2 a. : 85% 45

46 Dose-escalation in NSCLC using three-dimensional conformal radiation therapy: Update of a phase I trial Hayman et al, JCO 2001 Phase I, escalade de dose, +CT d induction (PNx2) st. III GTV limité à T et N>10 mm petit axe ou biopsié+ N = 104 (st. I-III), suivi méd.: 9,4 m. Récidives N hors PTV : isolées: +méta.: +local+méta.: 6% 0% 4% 2% Récidives dans PTV : Isolées: +méta: +local+méta.: 44% 34% 8% 2% 46

47 High-dose radiation improved local tumor control and overall survival in patients with inoperable/unresectable NSCLC: long-term study of a radiation dose escalation study Kong et al, IJROBP 2005 Phase I, escalade de dose, +CT d induction (PNx2) st. III GTV limité à T et N>10 mm petit axe ou biopsié+ N = 106 (st. I-III), suivi méd.: 102,7 m. Récidives: n=89 pts. Local: Régional: Méta: Local+Régional: Local+Méta: 37% 0% 46% 6% 11% Fig.2. Patterns of failure or initial tumor progression 11% 6% 37% Local Distant Local+Regional Local+Distant 46% 47

48 Can elective nodal irradiation be omitted in stage III NSCLC? Analysis of recurrences in a phase II study of induction chemotherapy and involved-field radiotherapy Senan et al, IJROBP 2002 Phase II, CT d induction (2-4 cy.) RT 70 Gy GTV limité à T et N>10 mm petit axe (pré-ct) N = 42 (st. IIIA/B), suivi méd.: 16 m. Récidive Pts. % Aucun In-field Méta exclusivement 8 19 Intra-T. ( out-offield ) 6* 14 Non évaluable 1 4 Exclusivement & pleural/paroi T. &N Intra et extra-t. *dont 2 sus-claviculaires Table 3. Patterns of failure in 42 patients who were treated 50 Gy+ 4% 14% 35% None In-field Distant only 19% Out of field NA 28% 48

49 Omettre l irradiation médiastinale prophylactique L irradiation involved-field est acceptable 1. Risque de récidive local >> régional 2. Effet de la chimiothérapie systémique 3. Ganglions médiastinaux à proximité du GTV reçoivent souvent une dose significative 4. Amélioration de la définition du GTV à l aide du CTSCAN + PET-CT Essai randomisé (Yuan et al) Involved-Field (IF) versus Elective Nodal Irradiation (ENI) 49

50 Three-dimensional conformal involved-field radiotherapy for stage III NSCLC Yuan et al, ASCO 2006, abstr

51 Three-dimensional conformal involved-field radiotherapy for stage III NSCLC Yuan et al, Am J Clin Oncol 2007; 30(3) : n=200 pts. Taux de Réponse C. Local à 5 ans Risque de pneumopathie ENI 79% 36% 29% IF 90% 51% 17% p=0,032 p=0,032 p=ns ENI : Elective-Nodal Irradiation, IF : Involved-Field 51

52 Three-dimensional conformal involved-field radiotherapy for stage III NSCLC Yuan et al, Am J Clin Oncol 2007 ; 30(3) : N=200 pts. Survie globale 1 an Survie globale 2 ans Survie globale 5 ans ENI 60,4% 25,6% 18,3% IF 69,9% 39,4% 25,1% p=ns p=0,048 p=ns ENI : Elective-Nodal Irradiation, IF : Involved-Field 52

53 Du GTV au PTV Et l ITV? Notion d ITV Permet de tenir compte de la mobilité tumorale (ICRU62) «vient» entre le CTV et le PTV Systèmes RAR Blocage inspiratoire : ITV = CTV Gating : contourage sur scan-4d Recommandé (EORTC) 53

54 Du GTV au PTV Et l ITV? Systèmes RAR Blocage inspiratoire : ITV = CTV Participation active du patient 54

55 Du GTV au PTV Détermination de l ITV Acquisitions scanners multiples En fonction du cycle respiratoire découpé en 10 phases Phase 0 = inspiration max., Phase 50 = expiration max. Sélection de deux acquisitions pertinentes et contourage de 2 GTV (par ex. GTV 0 et GTV 50). Ajouter des marges pour créer les CTV correspondants Expansion automatique pour obtenir l ITV Comparaison avec la MIP pour vérifier la cohérence 55

56 Du GTV au PTV Détermination de l ITV 56

57 Du GTV au PTV Détermination de l ITV FB BH FB : respiration libre BH : inspiration bloquée Cancer du Poumon 57

58 Du GTV au PTV Détermination de l ITV GTV sur CT0 et CT50 ITV obtenu par fusion des images 58

59 Du GTV au PTV Détermination de l ITV / ITV obtenus par fusion des images Comparaison avec MIP* 59

60 Du GTV au PTV Positionnement du patient Entre l ITV et le PTV Propre à chaque centre Moyens de contentions Stratégies novatrices Imagerie embarquée Ordre de grandeur 5 à 10 mm 60

61 Du GTV au PTV Messages-clés 1. Penser aux extensions microscopiques parenchymateuses et médiastinales 2. Maîtriser un système de RAR 3. Connaître les incertitudes de positionnement propres à son centre 4. Addition des marges par somme quadratique du GTV au PTV les limites des CTV/ITV sont mal connues en

62 ATELIER DE RADIOTHERAPIE Les pré-requis Connaître le GTV Du GTV au PTV En pratique 62

63 ATELIER DE RADIOTHERAPIE Les pré-requis Connaître le GTV Du GTV au PTV En pratique 63

64 Essai de rationalisation du contourage GTV basé sur endoscopie, scanner et PETSCAN CTV/ITV déterminés à l aide d un système RAR PTV obtenu par 2 méthodes Expansion automatique autour du GTV (1 à 1,5 cm) ou Par addition successives de marges (GTV CTV/ITV PTV) 64

65 Essai de rationalisation du contourage Méthode GTV CTV/ITV PTV EORTC/IFCT Endo/Scan/PET +0,5 cm +0,5 à 1,0 cm SWOG/GFPC Endo/Scan/PET +1,0 à 1,5 cm 65

66 Essai de rationalisation du contourage La méthode la plus simple est-elle la moins légitime? Résultats publiés avec une expansion automatique PTV = GTV + 1,0-1,5 cm Survie globale Survie médiane SWOG 9019 SWOG 9504 SWOG 0023 GFPC % à 5 ans 29% à 5 ans mois 26 mois 35 mois* 20 mois * : Bras Placebo 66

67 En pratique PTV = GTV + 1,0 cm (réalisé par notre interne) 67

68 En pratique Recommandations EORTC (réalisé par notre interne) 68

69 En pratique Contours de l orateur (auparavant) 69

70 En pratique En volume Méthode PTV Commentaire SWOG / GFPC 782 cm3 PTV = GTV + 1 cm EORTC / IFCT 791 cm3 GTV T en N contourés séparément CTV = GTV + 5mm PTV = CTV mm Orateur 791 cm3 Avec correction manuelle Peu de différence in fine Penser à corriger les contours aberrants! 70

71 En pratique Messages-clés Contourer tout ce qui est pathologique et uniquement ce qui est pathologique Tumeur en double-fenêtrage Adénopathie > 10 mm de petit axe Tout foyer hyperfixant le FDG, désigné comme significatif par le Medecin Nucléaire Résister à la tentation d ajouter des marges par automatisme (rôle du subconscient?) Evaluer les marges adaptées à sa pratique (CTV PTV) 71

72 Intérêt du 2nd scanner dosimétrique? Adaptation de la taille des champs à la réduction du volume tumorale? Épargne poumon et oesophage GTV = 301 cc GTV = 128 cc après 30 Gy Cancer du Poumon 72

73 Adaptation balistique Portes d entrée : idem

74 Adaptation balistique Portes d entrée : idem Une clé pour l avenir : l imagerie embarquée! Réduction des marges pour le PTV Radiothérapie adaptative 74

75 Intra-patient variability of tumor volume and tumor motion during conventionally fractionated radiotherapy for locally advanced NSCLC: a prospective cliniqcal study BOSMANS et al, IJROBP 2006 N=23, st II-III Traitement : CT d induction(pgx3) RT bifrac. : 54-79,2 Gy (1,8 Gyx2/j.) Contraintes : 95% D. 100%PTV DMP<19Gy Dmax Moëlle<54Gy Comparaison entre : Volume tumoral initial (CT-SCAN+PET-CT) Volume à 1 semaine de RT (18 Gy) Volume à 2 sem. (36 Gy) 75

76 Intra-patient variability of tumor volume and tumor motion during conventionally fractionated radiotherapy for locally advanced NSCLC: a prospective clinical study BOSMANS et al, IJROBP 2006 Résultats : variation entre vol. PTV initial et à la 2ème semaine Pts (n) Pts (%) Réduction > 30% 3 13 Augmentation > 30% Stable 76

77 VOLUMES-CIBLES Cancer Bronchique Non-à-Petites Cellules Philippe GIRAUD, Nicolas POUREL, Vincent SERVOIS Romainville, le 29 septembre 2011 Remerciements : François Reboul, Robin Garcia, Cécile Cauvin, Denise Chastel 77

Le principe de la TEP

Le principe de la TEP couplée TDM Le principe de la TEP C est un atome contenant un positon supplémentaire, libéré dans l organisme lors de la désintégration.il se désintègre selon une radioactivité beta+ Lorsque le positron

Plus en détail

La nouvelle classification TNM en pratique

La nouvelle classification TNM en pratique La nouvelle classification TNM en pratique Thierry Berghmans Département des Soins Intensifs et Oncologie Thoracique Institut Jules Bordet Bruxelles, Belgique Bases historiques 1946 : Denoix invente le

Plus en détail

Dépistage du cancer du poumon:

Dépistage du cancer du poumon: Dépistage du cancer du poumon: les enjeux Colloque de l Escalade Genève, 5 décembre 2012 Thierry Rochat, Service de Pneumologie, HUG Le cancer bronchique c est déprimant Lors du diagnostic du ca bronchique

Plus en détail

INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive. Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper

INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive. Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper Pourquoi proposer un TTT adjuvant? Probabilité de survie à 10 ans en fonction

Plus en détail

Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire

Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire Diplôme Universitaire Corrélations anatomo-physio-pathologiques en imagerie thoracique 25 mai 2011 Imagerie TEP et pathologie tumorale bronchique Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire Détection en coincidence

Plus en détail

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris Cancer du rectum France : 15000 décès/an : 1ère cause. Pronostic souvent réservé Métastases

Plus en détail

Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction

Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction Nader Khaouam MD Laurie Archambault 28 mars 2014 Présentation du cas H - 20 ans, monteur et soudeur d acier Aucun antécédent X 2

Plus en détail

Pemetrexed, pionnier de la chimiothérapie histoguidée. Dr Olivier CASTELNAU Institut Arnault TZANCK ST Laurent du Var

Pemetrexed, pionnier de la chimiothérapie histoguidée. Dr Olivier CASTELNAU Institut Arnault TZANCK ST Laurent du Var Pemetrexed, pionnier de la chimiothérapie histoguidée Dr Olivier CASTELNAU Institut Arnault TZANCK ST Laurent du Var SFPO Octobre 2009 EPIDEMIOLOGIE Incidence : 1.35 M par an dans le monde (12,4%) 28 000

Plus en détail

Radiothérapie conformationnelle des

Radiothérapie conformationnelle des Radiothérapie conformationnelle des cancer des sinus de la face épidémiologie 3-5 % des cancers des voies aérodigestives supérieures < 1% des cancers 1,2 Cavité nasale, sinus maxillaire, éthmoide, (sphénoide

Plus en détail

Recommandations 2005. Prise en charge des patients adultes atteints d un mélanome cutané MO

Recommandations 2005. Prise en charge des patients adultes atteints d un mélanome cutané MO Recommandations 2005 Prise en charge des patients adultes atteints d un mélanome cutané MO Recommandations pour la Pratique Clinique : Standards, Options et Recommandations 2005 pour la prise en charge

Plus en détail

CAS CLINIQUE 2. 2013 (juin) : patiente toujours en cours de traitement par Létrozole

CAS CLINIQUE 2. 2013 (juin) : patiente toujours en cours de traitement par Létrozole 2008 (décembre) : Patiente de 60 ans Tumorectomie plus curage CAS CLINIQUE 2 carcinome canalaire infiltrant de 2.5 cm, grade 2 RH+ (RO + 100% +++, Allred 8, RP + 80 % ++ Allred 7) Her2-, KI 67 à 18 %,

Plus en détail

Evaluation de critères res de substitution de la survie globale dans les cancers bronchiques localement avancés

Evaluation de critères res de substitution de la survie globale dans les cancers bronchiques localement avancés Evaluation de critères res de substitution de la survie globale dans les cancers bronchiques localement avancés Evaluations de la survie sans progression et du contrôle locoregional comme critère de substitution

Plus en détail

IGRT dans le cancer de la prostate

IGRT dans le cancer de la prostate IGRT dans le cancer de la prostate David Ali CORP, 23 sept 2010 1 Q1) Quelle marges prenez-vous pour passer du CTV au PTV pour la radiothérapie exclusive du cancer de la prostate 1) 10mn partout 2) 10mn

Plus en détail

Actualités s cancérologiques : pneumologie

Actualités s cancérologiques : pneumologie Actualités s cancérologiques : pneumologie PLAN Incidence / facteurs de risque Anatomie Symptômes Types de tumeurs Diagnostic / extension Classification Traitement Pronostic Pneumologie : incidence Belgique

Plus en détail

ALK et cancers broncho-pulmonaires. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse

ALK et cancers broncho-pulmonaires. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse ALK et cancers broncho-pulmonaires Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse Toulouse, le 19 Février 2013 Adénocarcinomes : Lung Cancer Mutation Consortium Identification

Plus en détail

UE2 CANCEROLOGIE Place de la Médecine Nucléaire

UE2 CANCEROLOGIE Place de la Médecine Nucléaire UE2 CANCEROLOGIE Place de la Médecine Nucléaire Imagerie Imagerie de Gamma Caméra Tomographie d émission monophotoniqueou TEMP: radiopharmaceutiqueémetteurs de rayonnement Gamma Imagerie de Caméra TEP

Plus en détail

Cancers des sinus et des fosses nasales

Cancers des sinus et des fosses nasales Chapitre 8 Cancers des sinus et des fosses nasales Les cancers du cavum, sinus et glandes salivaires sont des tumeurs rares selon la définition du REFCOR. Les cancers des sinus de la face représentent

Plus en détail

Peut-on ne pas reprendre des marges «insuffisantes» en cas de Carcinome canalaire infiltrant

Peut-on ne pas reprendre des marges «insuffisantes» en cas de Carcinome canalaire infiltrant Peut-on ne pas reprendre des marges «insuffisantes» en cas de Carcinome canalaire infiltrant Institut Cancérologie de l Ouest CHIRURGIE Dr. Isabelle Jaffré CAS CLINIQUE 1 36 ans 90B sans CI radiothérapie

Plus en détail

Les différents types de cancers et leurs stades. Dr Richard V Oncologie MédicaleM RHMS Baudour et Erasme La Hulpe 1/12/07

Les différents types de cancers et leurs stades. Dr Richard V Oncologie MédicaleM RHMS Baudour et Erasme La Hulpe 1/12/07 Les différents types de cancers et leurs stades Dr Richard V Oncologie MédicaleM RHMS Baudour et Erasme La Hulpe 1/12/07 CARCINOGENESE multiple steps, accumulation d altd altérations continuum lésionnel

Plus en détail

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la scintigraphie osseuse et le TEP-SCAN

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la scintigraphie osseuse et le TEP-SCAN Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la scintigraphie osseuse et le TEP-SCAN Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin Jeudi 25 Septembre 2008 Un peu d histoire

Plus en détail

Traitements néoadjuvants des cancers du rectum. Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse

Traitements néoadjuvants des cancers du rectum. Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse Traitements néoadjuvants des cancers du rectum Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse Journées Francophones d Hépato-gastroentérologie et d Oncologie Digestive 2010 CONFLITS D INTÉRÊT Pas de conflit d intérêt

Plus en détail

Métastase unique d un NPC: Une question singulière? Jean Louis Pujol - Xavier Quantin Mohammad Chakra Fabrice Barlési

Métastase unique d un NPC: Une question singulière? Jean Louis Pujol - Xavier Quantin Mohammad Chakra Fabrice Barlési Métastase unique d un NPC: Une question singulière? Jean Louis Pujol - Xavier Quantin Mohammad Chakra Fabrice Barlési Deux grandes questions Cette modalité de présentation, requiert elle une prise en charge

Plus en détail

Radiologie Interven/onnelle sur les nodules pulmonaires. J. Palussière, X. Buy Département imagerie

Radiologie Interven/onnelle sur les nodules pulmonaires. J. Palussière, X. Buy Département imagerie Radiologie Interven/onnelle sur les nodules pulmonaires J. Palussière, X. Buy Département imagerie Radiofréquence Interac*on courant électro- magné*que ma*ère agita*on ionique chaleur Coagula*on Nécrose

Plus en détail

Cancers de l hypopharynx

Cancers de l hypopharynx Cancers de l hypopharynx A- GENERALITES 1) Epidémiologie Cancer fréquent et de pronostic grave du fait de son évolution insidieuse et de son caractère lymphophile. C est quasiment toujours un carcinome

Plus en détail

NAVELBINE voie orale

NAVELBINE voie orale DENOMINATION DU MEDICAMENT & FORME PHARMACEUTIQUE NAVELBINE voie orale CARACTERISTIQUES Dénomination commune : vinorelbine Composition qualitative et quantitative : Statut : A.M.M. A.T.U. Classe ATC :

Plus en détail

Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste. Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon

Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste. Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon Marqueur prédictif - Définition Un marqueur prédictif est un marqueur qui prédit le bénéfice

Plus en détail

Dr Bertrand Michy Département de Pneumologie CHU de Nancy 25 octobre 2013

Dr Bertrand Michy Département de Pneumologie CHU de Nancy 25 octobre 2013 Dr Bertrand Michy Département de Pneumologie CHU de Nancy 25 octobre 2013 Conflits d intérêts Aucun Introduction Constat : CB = Moins de motivation des pneumologues à obtenir le sevrage tabagique (versus

Plus en détail

Sujets présentés par le Professeur Olivier CUSSENOT

Sujets présentés par le Professeur Olivier CUSSENOT ANAMACaP Association Nationale des Malades du Cancer de la Prostate 17, bis Avenue Poincaré. 57400 SARREBOURG Sujets présentés par le Professeur Olivier CUSSENOT Place des nouvelles techniques d imagerie

Plus en détail

Session plénière: 1 / 4 Sessions scientifiques et poster discussions: Poster présentations: 87/1438

Session plénière: 1 / 4 Sessions scientifiques et poster discussions: Poster présentations: 87/1438 CANCERS DIGESTIFS Session plénière: 1 / 4 Sessions scientifiques et poster discussions: 38/435 Poster présentations: 87/1438 The TME Trial after a Median Follow-up of 11 Years C. A. Marijnen et Al, Leiden,

Plus en détail

Essai de phase II randomisé mul2centrique: traitement personnalisé des cancers du rectum localement évolués non métasta2ques

Essai de phase II randomisé mul2centrique: traitement personnalisé des cancers du rectum localement évolués non métasta2ques GRECCAR 4 Groupe de REcherche Chirurgical sur le CAncer du Rectum Essai de phase II randomisé mul2centrique: traitement personnalisé des cancers du rectum localement évolués non métasta2ques N EudraCT

Plus en détail

Intérêt de la TEP-FDG dans les cancers de l ovaire

Intérêt de la TEP-FDG dans les cancers de l ovaire Intérêt de la TEP-FDG dans les cancers de l ovaire T. Mognetti et F. Giammarile Introduction La TEP-FDG (Tomographie par Émission de Positons après injection de 18 F- Fluoro-2-Déoxy-Glucose) est un des

Plus en détail

Utilisation des Facteurs de Croissance Hématopoïètiquestiques en Oncologie

Utilisation des Facteurs de Croissance Hématopoïètiquestiques en Oncologie Utilisation des Facteurs de Croissance Hématopoïètiquestiques en Oncologie Médicale R.Sai, K.Bouzid Service d Oncologie d Médicale, M E.H.S Centre P & M Curie, Alger introduction Chimiothérapie anti-canc

Plus en détail

Rapport sur les nouveaux médicaments brevetés Iressa

Rapport sur les nouveaux médicaments brevetés Iressa Rapport sur les nouveaux médicaments brevetés Iressa Au titre de son initiative de transparence, le CEPMB publie les résultats des examens des prix des nouveaux médicaments brevetés effectués par les membres

Plus en détail

Traitement adjuvant du cancer du sein en 2012. Christine Desbiens md, FRCSC Journée Mise à jour CMS Centre des Congrès, 26 octobre 2012

Traitement adjuvant du cancer du sein en 2012. Christine Desbiens md, FRCSC Journée Mise à jour CMS Centre des Congrès, 26 octobre 2012 Traitement adjuvant du cancer du sein en 2012 Christine Desbiens md, FRCSC Journée Mise à jour CMS Centre des Congrès, 26 octobre 2012 Conflits d intérêt Non présents pour cette présentation Objectifs:

Plus en détail

CHIMIOTHERAPIE DES CANCERS DU POUMON DES SUJETS AGES

CHIMIOTHERAPIE DES CANCERS DU POUMON DES SUJETS AGES CHIMIOTHERAPIE DES CANCERS DU POUMON DES SUJETS AGES 1 EPIDEMIOLOGIE 28 000 nouveaux cas/an 4ème rang des cancers Sex ratio 6,1 Mortalité > 27 000/an Âge médian H 67 ans, F 68 ans 2 1 Taux annuel ajusté

Plus en détail

Epidémiologie et stratégie de prise en charge des métastases cérébrales. Henri Roché, Institut Claudius Regaud

Epidémiologie et stratégie de prise en charge des métastases cérébrales. Henri Roché, Institut Claudius Regaud Epidémiologie et stratégie de prise en charge des métastases cérébrales Henri Roché, Institut Claudius Regaud Toulouse, 9 février 2012 Histoire naturelle Les cancers en cause Les éléments de stratégie

Plus en détail

ESMO 14. L oncogériatrie d un coup d éventail! Dr Elisabeth Carola UCOG Picardie

ESMO 14. L oncogériatrie d un coup d éventail! Dr Elisabeth Carola UCOG Picardie ESMO 14 L oncogériatrie d un coup d éventail! Dr Elisabeth Carola UCOG Picardie Cancer du SEIN Taxotere hebdo pas mieux et plus toxique Perrone F et al Ann Oncol 2014 Phase III : CMF vs Taxotere hebdo

Plus en détail

- Ostéolyse mitée du cotyle avec réaction périostée - Volumineuse masse des parties molles en regard - Nodule pulmonaire sous pleural - Respect de l

- Ostéolyse mitée du cotyle avec réaction périostée - Volumineuse masse des parties molles en regard - Nodule pulmonaire sous pleural - Respect de l Jeune homme 17 ans,douleurs de la hanche gauche, d'allure inflammatoire, évoluant depuis plusieurs mois Quels sont les éléments sémiologiques significatifs à retenir sur les examens pratiqués Meyer JB

Plus en détail

Cancers du larynx : diagnostic, principes de traitement (145a) Professeur Emile REYT Novembre 2003 (Mise à jour Mars 2005)

Cancers du larynx : diagnostic, principes de traitement (145a) Professeur Emile REYT Novembre 2003 (Mise à jour Mars 2005) Cancers du larynx : diagnostic, principes de traitement (145a) Professeur Emile REYT Novembre 2003 (Mise à jour Mars 2005) Pré-Requis : Anatomie du larynx Physiologie de la phonation et de la déglutition

Plus en détail

Tumeurs osseuses de l enfantl

Tumeurs osseuses de l enfantl Tumeurs osseuses de l enfantl Enseignement interrégional DES de PédiatrieP Auvergne Rhône Alpes Etienne Merlin Clermont-Ferrand 14 mars 2008 14-15 15 mars 2008 E Merlin DES pediatrie Clermont Ferrand 1

Plus en détail

IRM du Cancer du Rectum

IRM du Cancer du Rectum IRM du Cancer du Rectum quels CHOIX TECHNIQUES pour quels OBJECTIFS THERAPEUTIQUES? Frank Boudghène, T. Andre, A. Stivalet, I. Frey, L. Paslaru, V. Ganthier, M. Tassart Hopital Tenon - Université Paris

Plus en détail

INVESTIGATEUR PRINCIPAL. Pr Alain DEPIERRE. COORDINATION IFCT Franck MORIN. PROMOTEUR C.H.U Besançon

INVESTIGATEUR PRINCIPAL. Pr Alain DEPIERRE. COORDINATION IFCT Franck MORIN. PROMOTEUR C.H.U Besançon Essai thérapeutique randomisé comparant deux schémas de chimiothérapie préopératoire dans les cancers bronchiques non à petites cellules (CBNPC) de stades cliniques I et II. PROTOCOLE IFCT-0002 INVESTIGATEUR

Plus en détail

Cas clinique 2. Florence JOLY, Caen François IBORRA, Montpellier

Cas clinique 2. Florence JOLY, Caen François IBORRA, Montpellier Cas clinique 2 Florence JOLY, Caen François IBORRA, Montpellier Cas clinique Patient de 60 ans, ATCD: HTA, IDM en 2007, hypercholestérolémie Juin 2008: Toux, dyspnée (sous 02) et anorexie progressive Bilan

Plus en détail

IMAGERIE EN CANCEROLOGIE

IMAGERIE EN CANCEROLOGIE IMAGERIE EN CANCEROLOGIE Méthodes Diagnostiques et Thérapeutiques récentes Frank Boudghene Hopital Tenon - Université Paris 6 FEDERATION D IMAGERIE DU CANCER Nouveautés en IRM IRM Morphologique : Matériel

Plus en détail

SMSTO / ANMTEPH Journées d Automne 2009

SMSTO / ANMTEPH Journées d Automne 2009 SMSTO / ANMTEPH Journées d Automne 2009 Cancers professionnels des cavités nasales et sinusiennes Dr Dominique Tripodi Centre Hospitalier Universitaire de Nantes Place Alexis Ricordeau - 44093 Nantes Cedex

Plus en détail

Guide de bonnes pratiques en chirurgie sénologique

Guide de bonnes pratiques en chirurgie sénologique Guide de bonnes pratiques en chirurgie sénologique Pierre Lèguevaque CHU Rangueil Toulouse Intérêt de la démarche qualité: L amélioration de la qualité des pratiques professionnelles est devenue nécessaire

Plus en détail

Conflits d intérêts. Partage des plateaux techniques innovants plateforme d échange 23/03/2011

Conflits d intérêts. Partage des plateaux techniques innovants plateforme d échange 23/03/2011 Conflits d intérêts Partage des plateaux techniques innovants plateforme d échange Guy Kantor et AQUILAB : Stic stéréotaxie Projet commun INCa P2E (2007 à 2010) Focus group Artiview Projets conseil régional

Plus en détail

Traitement de consolidation dans les cancers de l ovaire

Traitement de consolidation dans les cancers de l ovaire Traitement de consolidation dans les cancers de l ovaire J.-F. Geay, I. Ray-Coquard, H. Curé et É. Pujade-Lauraine Pourquoi un traitement de consolidation? Le standard de traitement de première ligne d

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 4 novembre 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 4 novembre 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 4 novembre 2009 IRESSA 250 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 (CIP 395 950-7) ASTRAZENECA géfitinib Liste I Médicament soumis à prescription hospitalière. Prescription

Plus en détail

Quantification en tomographie d émission

Quantification en tomographie d émission Quantification en tomographie d émission Irène Buvat Imagerie et Modélisation en Neurobiologie et Cancérologie UMR 8165 CNRS - Paris 7 - Paris 11 buvat@imnc.in2p3.fr http://www.guillemet.org/irene Séminaire

Plus en détail

CANCERS BRONCHO-PULMONAIRES

CANCERS BRONCHO-PULMONAIRES OMEDIT Nord-Pas-De-Calais Affaire suivie par : Monique.YILMAZ@ars.sante.fr OMEDIT Aquitaine Affaire suivie par : antoine.brouillaud@omedit-aquitaine.fr morgane.guillaudin@omedit-aquitaine.fr myriam.roudaut@omedit-aquitaine.fr

Plus en détail

Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés

Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés - décembre 2009 - CARCINOMES BASOCELLULAIRES La chirurgie : traitement de référence et de 1 ère intention Classification clinique et histologique

Plus en détail

RECIST et volumétrie assistée par ordinateur dans les cancers bronchiques

RECIST et volumétrie assistée par ordinateur dans les cancers bronchiques RECIST et volumétrie assistée par ordinateur dans les cancers bronchiques J. Dinkel (1) C. Hintze (1) M. Fabel (2) R. Tetzlaff (1) M. Thorn (3) J. Biederer (2) HU. Kauczor (1) S. Delorme (1) 1 Radiologie

Plus en détail

Tumeur maligne des os

Tumeur maligne des os Tumeur maligne des os E p idém iologie tumeur maligne primitive de l os touchant essentiellement l adolescent et l adulte jeune. 70% des sarcomes ostéogéniques sont diagnostiqués avant l âge de 18ans dans

Plus en détail

Des doses de pazopanib allant jusqu à 2000 mg ont été évaluées dans les études cliniques sans toxicité dose limitante.

Des doses de pazopanib allant jusqu à 2000 mg ont été évaluées dans les études cliniques sans toxicité dose limitante. 4.9 Surdosage Des doses de pazopanib allant jusqu à 2000 mg ont été évaluées dans les études cliniques sans toxicité dose limitante. Il n existe pas d antidote spécifique à un surdosage par pazopanib,

Plus en détail

CANCER de l ESTOMAC. Dr Kanor, Dr Mineur, Dr Houtin 7 ème Journée Carpentrassienne Vendredi 4 Décembre 2011

CANCER de l ESTOMAC. Dr Kanor, Dr Mineur, Dr Houtin 7 ème Journée Carpentrassienne Vendredi 4 Décembre 2011 CANCER de l ESTOMAC Dr Kanor, Dr Mineur, Dr Houtin 7 ème Journée Carpentrassienne Vendredi 4 Décembre 2011 On aurait pu dire 4 ème rang mondial : poumon,sein,colon 2 ème rang des cancers digestifs France

Plus en détail

Épidémiologie des maladies interstitielles diffuses

Épidémiologie des maladies interstitielles diffuses Épidémiologie des maladies interstitielles diffuses 3 à 5/100 000 habitants Augmente avec l age 175 /100 000 >70 ans Notre file active toutes les maladies interstitielles confondues plus de 120 patients

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES TUMEURS MALIGNES NASOSINUSIENNES. H. ELUECQUE, ACC, Service d ORL et CCF, CHU de Nancy

PRISE EN CHARGE DES TUMEURS MALIGNES NASOSINUSIENNES. H. ELUECQUE, ACC, Service d ORL et CCF, CHU de Nancy PRISE EN CHARGE DES TUMEURS MALIGNES NASOSINUSIENNES H. ELUECQUE, ACC, Service d ORL et CCF, CHU de Nancy GENERALITES Endoscopie et Imagerie double (IRM et TDM) = éléments clés du diagnostic Chirurgie

Plus en détail

Le traitement chirurgical du cancer bronchique non à petites cellules

Le traitement chirurgical du cancer bronchique non à petites cellules Série «considérations chirurgicales pour le pneumologue» Coordonnée par V. Ninane et G. Decker Le traitement chirurgical du cancer bronchique non à petites cellules P. de Leyn 1, G. Decker 1, 2 1 Hôpital

Plus en détail

Du sarcome d Ewing et des oscillations des progrès thérapeutiques au gré des «protocoles» de recherche.

Du sarcome d Ewing et des oscillations des progrès thérapeutiques au gré des «protocoles» de recherche. Du sarcome d Ewing et des oscillations des progrès thérapeutiques au gré des «protocoles» de recherche. Nicole Delépine www.nicoledelepine.fr Pourquoi ne pas poursuive ce protocole qui donne plus de huit

Plus en détail

Classi cation TNM du cancer bronchique

Classi cation TNM du cancer bronchique Revue des Maladies Respiratoires Actualités (2014) 6, 388-394 Disponible en ligne sur www.sciencedirect.com Classi cation TNM du cancer bronchique TNM classi cation for the lung cancer J.-P. Sculier Service

Plus en détail

F-FLUORODÉOXYGLUCOSE EN ONCOLOGIE Expérience en Ile de France

F-FLUORODÉOXYGLUCOSE EN ONCOLOGIE Expérience en Ile de France 18F-fluorodéoxyglucose en oncologie. Expérience en Ile de France. 18 F-FLUORODÉOXYGLUCOSE EN ONCOLOGIE Expérience en Ile de France H. FOEHRENBACH 1, J. LUMBROSO 2 1 Service Médecine Nucléaire, Hôpital

Plus en détail

Tumeurs Pulmonaires en Imagerie Interventionnelle A Gangi, X Buy, J Palussiere, T. de Baère

Tumeurs Pulmonaires en Imagerie Interventionnelle A Gangi, X Buy, J Palussiere, T. de Baère Tumeurs Pulmonaires en Imagerie Interventionnelle A Gangi, X Buy, J Palussiere, T. de Baère Traitement des tumeurs pulmonaires par RF Chauffage : particularités pulmonaires NICE guidelines RFA LUNG Percutaneous

Plus en détail

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer du poumon

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer du poumon G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge du cancer du poumon Juin 2010 Pourquoi ce guide? 2 Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer

Plus en détail

Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes

Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes Pr Jean Trédaniel Service de pneumologie et oncologie thoracique Groupe Hospitalier Paris Saint Joseph Université Paris Descartes Sources Données

Plus en détail

De la chirurgie du nodule aux ganglions

De la chirurgie du nodule aux ganglions De la chirurgie du nodule aux ganglions Docteur Xavier CARRAT Institut Bergonié Clinique Saint Augustin Chirurgie des lésions bénignes de la thyroïde problématique opératoire «simple» avec indication portée

Plus en détail

CANCERS ET RAYONNEMENTS IONISANTS Fortes doses: seconds cancers après radiothérapie

CANCERS ET RAYONNEMENTS IONISANTS Fortes doses: seconds cancers après radiothérapie CANCERS ET RAYONNEMENTS IONISANTS Fortes doses: seconds cancers après radiothérapie Rencontres Nucléaire et Santé 08/02/2013 Pierre BEY Professeur émérite de Cancérologie;Radiothérapie Université de Lorraine

Plus en détail

Les grands syndromes. Endoscopie trachéo-bronchique. Professeur D. ANTHOINE CHU de NANCY

Les grands syndromes. Endoscopie trachéo-bronchique. Professeur D. ANTHOINE CHU de NANCY Les grands syndromes Endoscopie trachéo-bronchique Professeur D. ANTHOINE CHU de NANCY 1 Endoscopie souple avec pince et brosse (fibroscopie) 2 Endoscopie Arbre bronchique normal Bifurcation trachéobronchique

Plus en détail

Bilan d extension locale d une tumeur rectale. François Jausset, Radiologie Brabois Adultes

Bilan d extension locale d une tumeur rectale. François Jausset, Radiologie Brabois Adultes Bilan d extension locale d une tumeur rectale François Jausset, Radiologie Brabois Adultes Introduction - Déterminer l extension locale précise d une tumeur rectale est un enjeu majeur pour le radiologue

Plus en détail

Les sciences de l ingénieur appliquées à la prise en charge du

Les sciences de l ingénieur appliquées à la prise en charge du Les sciences de l ingénieur appliquées à la prise en charge du cancer : enjeux et opportunités Début de cartographie des enjeux cliniques et technologiques gq Jean-François MENUDET, Cluster I-Care Cartographie

Plus en détail

Prise en charge chirurgicale et chimiothérapie néoadjuvante des cancers de l ovaire stade III-IV

Prise en charge chirurgicale et chimiothérapie néoadjuvante des cancers de l ovaire stade III-IV Prise en charge chirurgicale et chimiothérapie néoadjuvante des cancers de l ovaire stade III-IV JM. Classe, R. Rouzier, O.Glehen, P.Meeus, L.Gladieff, JM. Bereder, F Lécuru Population concernée par la

Plus en détail

CONTOURAGE ORL. Michel Lapeyre 24 mars 2011 HEGP. GTV et CTV. CTV macro + zones à risque (66-70. GTV ou lit opératoire + marges variables

CONTOURAGE ORL. Michel Lapeyre 24 mars 2011 HEGP. GTV et CTV. CTV macro + zones à risque (66-70. GTV ou lit opératoire + marges variables CONTOURAGE ORL Michel Lapeyre 24 mars 2011 HEGP GTV et CTV GTV CTV macro + zones à risque (66-70 Gy) GTV ou lit opératoire + marges variables CTV infra-clinique et para-clinique (50-56 56 Gy) Région à

Plus en détail

Le cancer du poumon 2/18/2015. Radio-oncologue CSSS Gatineau. Stéphanie Ferland B.pharm, MD, MSc, FRCPC

Le cancer du poumon 2/18/2015. Radio-oncologue CSSS Gatineau. Stéphanie Ferland B.pharm, MD, MSc, FRCPC Objectifs Le cancer du poumon Stéphanie Ferland B.pharm, MD, MSc, FRCPC Radio-oncologue CSSS Gatineau Décrire le rôle de la thérapie générale en ce qui concerne les traitements néoadjuvants, adjuvants

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 23 mai 2007

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 23 mai 2007 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 mai 2007 SUTENT 12,5 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 265-0) SUTENT 25 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 266-7) SUTENT 50 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 267-3)

Plus en détail

Médecine Nucléaire : PET-scan et imagerie hybride

Médecine Nucléaire : PET-scan et imagerie hybride Médecine Nucléaire : PET-scan et imagerie hybride Benjamin GEISSLER Centre d d Imagerie Nucléaire St-Etienne, Roanne, Le Puy en Velay 1967 2007 Principes Spécialit cialité médicale (1950) Radiologie Radiothérapie

Plus en détail

Coordinateur scientifique: Prof. Univ. Dr. Emil PLEŞEA. Doctorant: Camelia MICU (DEMETRIAN)

Coordinateur scientifique: Prof. Univ. Dr. Emil PLEŞEA. Doctorant: Camelia MICU (DEMETRIAN) UNIVERSITÉ DE MÉDECINE ET PHARMACIE DE CRAIOVA FACULTÉ DE MÉDECINE CONTRIBUTIONS A L'ÉTUDE CLINIQUE ET MORPHOLOGIQUE DES CANCERS DU POUMON Coordinateur scientifique: Prof. Univ. Dr. Emil PLEŞEA Doctorant:

Plus en détail

COMPARAISON DE QUATRE PROTOCOLES DE CHIMIOTHERAPIE POUR DES CANCERS DU POUMON NON A PETITES CELLULES (CBP NAPC) AVANCES

COMPARAISON DE QUATRE PROTOCOLES DE CHIMIOTHERAPIE POUR DES CANCERS DU POUMON NON A PETITES CELLULES (CBP NAPC) AVANCES COMPARAISON DE QUATRE PROTOCOLES DE CHIMIOTHERAPIE POUR DES CANCERS DU POUMON NON A PETITES CELLULES (CBP NAPC) AVANCES Approximativement, un tiers de tous les décès dus au cancer sont en relation avec

Plus en détail

Utilisation de la radiothérapie stéréotaxique d ablation pour le traitement du cancer du poumon non à petites cellules

Utilisation de la radiothérapie stéréotaxique d ablation pour le traitement du cancer du poumon non à petites cellules Utilisation de la radiothérapie stéréotaxique d ablation pour le traitement du cancer du poumon non à petites cellules Guide de pratique clinique du Comité de l évolution des pratiques en oncologie Juin

Plus en détail

Le retour de l immunothérapie dans le traitement du cancer bronchique.

Le retour de l immunothérapie dans le traitement du cancer bronchique. Le retour de l immunothérapie dans le traitement du cancer bronchique. Dr Bertrand MENNECIER, Charlotte LEDUC, Benjamin RENAUD-PICARD, Clément KORENBAUM CHRU de Strasbourg FOM Lille 21/03/2013 Disclosure

Plus en détail

Le quizz des stats. Xavier Paoletti. Sce de biostatistiques / Inserm U900 Institut Curie

Le quizz des stats. Xavier Paoletti. Sce de biostatistiques / Inserm U900 Institut Curie Le quizz des stats Xavier Paoletti Sce de biostatistiques / Inserm U900 Institut Curie Qques questions pour entamer les hostilités 1. Description de la population Pourquoi parler d'âge médian et non moyen?

Plus en détail

First Line and Maintenance in Nonsquamous NSCLC: What Do the Data Tell Us?

First Line and Maintenance in Nonsquamous NSCLC: What Do the Data Tell Us? Dr Jean-Charles Soria : Bonjour et bienvenue dans ce programme. Je suis Jean Charles Soria, Professeur de Médecine et Directeur du programme de développement précoce des médicaments à l université Paris

Plus en détail

Qu est-ce qu un sarcome?

Qu est-ce qu un sarcome? Qu est-ce qu un sarcome? Qu est-ce qu une tumeur? Une tumeur est une prolifération anormale de cellules. Les tumeurs ne devraient donc pas automatiquement être associées à un cancer. Certaines tumeurs

Plus en détail

Table Ronde N 7 : Evaluation au remboursement des anticancéreux : méthodologie, relation entre quantité d effet et besoin thérapeutique

Table Ronde N 7 : Evaluation au remboursement des anticancéreux : méthodologie, relation entre quantité d effet et besoin thérapeutique Table Ronde N 7 : Evaluation au remboursement des anticancéreux : méthodologie, relation entre quantité d effet et besoin thérapeutique 1 Qu entend on par évaluation au remboursement? L évaluation est

Plus en détail

B Gallix, Montpellier/Fr

B Gallix, Montpellier/Fr 1/64 IRM du cancer du rectum Pré / Post radiothérapie rapie B Gallix, Montpellier/Fr 2/64 IRM du rectum: Rappel radio- n Rectum n Fascias n Releveur de l anusl n Sphincters anatomique 3/64 Rappel radio-anatomique

Plus en détail

Cancer du sein in situ

Cancer du sein in situ traitements et soins octobre 2009 recommandations professionnelles Cancer du sein COLLECTION recommandations & référentiels Recommandations de prise en charge spécialisée Carcinome canalaire et carcinome

Plus en détail

GATE : Code de calcul pour l imagerie médicale, la radiothérapie et la dosimétrie

GATE : Code de calcul pour l imagerie médicale, la radiothérapie et la dosimétrie GATE : Code de calcul pour l imagerie médicale, la radiothérapie et la dosimétrie, PhD Direction des Sciences du Vivant - I²BM/SHFJ Présentation de l artillerie informatique le software Geant4 Développements

Plus en détail

Université Pierre et Marie Curie. Cancérologie. Niveau DCEM3 2002-2003. Service de radiothérapie - Professeur Baillet

Université Pierre et Marie Curie. Cancérologie. Niveau DCEM3 2002-2003. Service de radiothérapie - Professeur Baillet Université Pierre et Marie Curie Cancérologie Niveau DCEM3 2002-2003 Service de radiothérapie - Professeur Baillet Mise à jour : 5 octobre 2015 2/298 Cancérologie - Service de radiothérapie - Pr. Baillet

Plus en détail

ESSAIS EXPLORATOIRES (PHASE 0-2) H.MRABTI, H.ERRIHANI Service d oncologie médicale Institut national d oncologie Rabat

ESSAIS EXPLORATOIRES (PHASE 0-2) H.MRABTI, H.ERRIHANI Service d oncologie médicale Institut national d oncologie Rabat ESSAIS EXPLORATOIRES (PHASE 0-2) H.MRABTI, H.ERRIHANI Service d oncologie médicale Institut national d oncologie Rabat Etapes de développement d un médicament en oncologie Essais pré-cliniques (activité,

Plus en détail

Assurance de qualité en radiothérapie Aspects réglementaires et implications pratiques

Assurance de qualité en radiothérapie Aspects réglementaires et implications pratiques Cours nationaux de radiothérapie Cours de DES d Oncologie-Radiothérapie Société Française des jeunes Radiothérapeutes Oncologues Lille, 5 au 7 mars 2015 Assurance de qualité en radiothérapie Aspects réglementaires

Plus en détail

Immunothérapie des cancers bronchiques

Immunothérapie des cancers bronchiques Immunothérapie des cancers bronchiques Alexis Cortot, MD, PhD Service de Pneumologie et Oncologie Thoracique Hôpital Calmette, CHRU de Lille UMR8161, Institut de Biologie de Lille 11 ème Journée du CPHG

Plus en détail

Thierry PONCHON. Quelles sont les indications des colorations en endoscopie? Colorations chimiques ou virtuelles

Thierry PONCHON. Quelles sont les indications des colorations en endoscopie? Colorations chimiques ou virtuelles Thierry PONCHON Quelles sont les indications des colorations en endoscopie? Colorations chimiques ou virtuelles Connaître les différentes colorations Connaître les indications et leur niveau de preuve

Plus en détail

RTC 3D ORGANE Radiothérapie conformationnelle du cancer du sein. pn+

RTC 3D ORGANE Radiothérapie conformationnelle du cancer du sein. pn+ RTC 3D ORGANE Radiothérapie conformationnelle du cancer du sein Après mastectomie Après mastectomie pn+ Recommandations de Saint Paul de Vence Radiothérapie et Mastectomie totale > pt3 et/ou > 4N+ : Systématique

Plus en détail

Les tumeurs osseuses

Les tumeurs osseuses Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Les tumeurs osseuses LE SARCOME D EWING Auteurs L OSTEOSARCOME Dr Perrine MAREC-BERARD Tous droits réservés. Reproduction interdite.

Plus en détail

Développement d'une nouvelle interface utilisateur multi-modalité en scanner interventionnel

Développement d'une nouvelle interface utilisateur multi-modalité en scanner interventionnel Développement d'une nouvelle interface utilisateur multi-modalité en scanner interventionnel E. de Kerviler, C. de Bazelaire, P. Coulon*, S. Gotman**, J Yanof***, C. Bauer***J. Sapir**. Service de Radiologie,

Plus en détail

LA RADIOTHÉRAPIE DANS LE CANCER DU RECTUM : quand, comment et pourquoi?

LA RADIOTHÉRAPIE DANS LE CANCER DU RECTUM : quand, comment et pourquoi? LA RADIOTHÉRAPIE DANS LE CANCER DU RECTUM : quand, comment et pourquoi? P. Martinive (1), D. Vandaele (2), E. Lennerts (3), M. Polus (2), C. Coimbra (4), L. Kohnen (4), J. Vanderick (1), J. Collignon (5),

Plus en détail

Extrait des Mises à jour en Gynécologie Médicale

Extrait des Mises à jour en Gynécologie Médicale COLLÈGE NATIONAL DES GYNÉCOLOGUES ET OBSTÉTRICIENS FRANÇAIS Président : Professeur J. Lansac Extrait des Mises à jour en Gynécologie Médicale Volume 2009 publié le 9.12.2009 TRENTE-TROISIÈMES JOURNÉES

Plus en détail

Patho Med Cours 5. Maladie Pulmonaires Obstructives BPCO Asthme

Patho Med Cours 5. Maladie Pulmonaires Obstructives BPCO Asthme Patho Med Cours 5 Maladie Pulmonaires Obstructives BPCO Asthme BPCO: B: Broncho ( Bronche) P: Pneumopathie C: Chronique O: Obstructive Asthme Maladies avec des spasmes bronchiques Maladies avec des spasmes

Plus en détail

Qui et quand opérer. au cours du traitement de l EI?

Qui et quand opérer. au cours du traitement de l EI? Qui et quand opérer au cours du traitement de l EI? Gilbert Habib Département de Cardiologie - Timone Marseille 7es JNI Bordeaux, 8 juin 2006 Université de la Méditerranée Faculté de Médecine de Marseille

Plus en détail

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique Jean-Marie BOHER, PhD, Institut Paoli-Calmettes, Marseille Novembre 2011 Typologie

Plus en détail

Valeur ajoutée relative basée sur les comparaisons indirectes Giens 2008, TR 5

Valeur ajoutée relative basée sur les comparaisons indirectes Giens 2008, TR 5 Valeur ajoutée relative basée sur les comparaisons indirectes Giens 2008, TR 5 Claire Le Jeunne Bertrand Xerri Cécile Rey-Coquais Jean-Michel Joubert Jean Delonca Martine Pigeon Michel Lièvre Patricia

Plus en détail