VOLUMES-CIBLES Cancer Bronchique Non-à-Petites Cellules

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "VOLUMES-CIBLES Cancer Bronchique Non-à-Petites Cellules"

Transcription

1 VOLUMES-CIBLES Cancer Bronchique Non-à-Petites Cellules Philippe GIRAUD, Nicolas POUREL, Vincent SERVOIS Romainville, le 29 septembre

2 Radiothérapie et cancer du poumon La dosimétrie des cancers bronchiques est particulièrement difficile en raison : De De De De l importance du volume tumoral et ganglionnaire la proximité immédiate des organes critiques la mobilité des organes intra-thoraciques la prise en compte des hétérogénéités tissulaires 2

3 Radiothérapie et cancer du poumon Comment délivrer une dose standard(60-70 Gy) à proximité immédiate : De Du De Du Du la moelle Dmax = 45 Gy poumon Dmoy<20 Gy ou V20<35% l œsophage L50? Dmax = 62 Gy? cœur plexus brachial Sans altérer la qualité de vie pendant et après le traitement? 3

4 ATELIER DE RADIOTHERAPIE Les pré-requis Connaître le GTV Du GTV au PTV En pratique 4

5 ATELIER DE RADIOTHERAPIE Les pré-requis Connaître le GTV Du GTV au PTV En pratique 5

6 Les Prérequis Publications de référence ICRU 62 Recommandations HAS Guide des procédures SFRO Recommandations groupes coopérateurs : EORTC / IFCT GFPC / SWOG 6

7 Définition des volumes cibles Evolution des concepts Rapport ICRU 62 Notion d ITV Prise en compte de la mobilité tumorale De Ruysscher et al JCO 2010 ; 28 : Reco. de l EORTC Chaque centre doit évaluer ses propres marges 7

8 Les pré-requis Bilan d extension optimal 4 éléments cardinaux Biopsie Scanner spiralé injecté TEP (idéalement fusionnée à une acquisition TDM) Endoscopie 8

9 Les Pré-requis Précision et reproductibilité Contrôle du positionnement par coque thermoformée individuelle Contrôle du positionnement du malade par imagerie portale hebdomadaire réduction de l erreur systématique Contrôle des mouvements internes et de la respiration Contrôle de l iso-centre des faisceaux par imagerie portale ou embarquée réduction de l erreur aléatoire 9

10 Les pré-requis Simulo-scanner Intérêt du scanner hélicoïdal haute définition Opacification vasculaire et oesophagienne Fenêtres médiastinale et parenchymateuse Coupes jointives de 3 mm d'épaisseur sur l'ensemble du thorax (~100 coupes) meilleure définition tumorale meilleure image radio reconstruite (DRR) calcul du volume pulmonaire total (DVH, NTCP) Bilan loco-régional juste avant la RT

11 Les pré-requis Simulo-scanner 11

12 Les Pré-requis Imagerie portale Contrôles off-line : Les 3 1ères séances puis 1x/sem. réduction de l erreur Systématique 12

13 Les Pré-requis Imagerie embarquée Contrôles on-line : A chaque séance réduction de l erreur Aléatoire 13

14 Les Pré-requis Système d asservissement à la respiration (BIP*) 14 * : Blocage Inspiratoire Profond

15 Les Pré-requis Système d asservissement à la respiration (gating) 15

16 Les Pré-requis Coque thermoformée individuelle réduction de l erreur systématique 16

17 Les pré-requis Equipement du plateau technique 2 éléments standards (HAS) Simuloscanner (+/- injecté) Imagerie de contrôle 1 élément recommandé (EORTC) Système d asservissement à la respiration Non valorisé par notre système de soin! 1 élément optionnel (discuté ) Système de contention externe 17

18 ATELIER DE RADIOTHERAPIE Les pré-requis Connaître le GTV Du GTV au PTV En pratique 18

19 ATELIER DE RADIOTHERAPIE Les pré-requis Connaître le GTV Du GTV au PTV En pratique 19

20 Connaître le GTV Il est nécessaire de définir avec précision Les extensions pariétales (TDM+/-IRM) Les extensions médiastinales (TEP-TDM fusion) Les extensions endobronchiques (endoscopie) Il est nécessaire de distinguer du volume cible tumoral Les phénomènes inflammatoires péritumoraux Les atélectasies (TEP-TDM fusion) 20

21 Extensions infracliniques Giraud et al, IJROBP 2000 GTV CTV : 6 8 mm 21

22 Extensions parenchymateuses Seminars in radiation oncology,

23 Connaître le GTV Extensions parenchymateuses Recommandations EORTC J Clin Oncol 2010 ; 28 : W=1600 L=-600 W=400 L=20 23

24 Connaître le GTV Extensions ganglionnaires Recommandations EORTC J Clin Oncol 2010 ; 28 : Intérêt majeur du FDG dans l identification des atteintes ganglionnaires hilaires et médiastinales Inclure en principe dans le volume cible ganglionnaire toute adénopathie dont le diamètre minimum est supérieur à 10 mm Pas d irradiation ganglionnaire prophylactique (cf. infra) Le GTV-N comporte les ADP désignées par la TEP mais contourée sur l image anatomique corresppondate 24

25 PET/CT versus CT 25

26 PET/CT versus CT Vanuytsel Radiother Oncol 2000 ; 55 : Evaluation de l impact de la TEP-TDM 105 patients, CBNPC Stade selon la TDM N0 N1 N2 N3 : : : : 5 pts. 6 pts. 56 pts. 6 pts. Réalisation d une étude dosimétrique basée sur TDM et sur TDM + PET-TDM Comparaison avec les résultats du curage ganglionnaire chirurgical 26

27 PET/CT versus CT Vanuytsel Radiother Oncol 2000 ; 55 : Comparaison des résultats d analyse histologique ganglionnaire (TDM vs TEP-TDM vs chirurgie) Analyse histologique N (chirurgie) Bénin (n*) Malin (n*) PET PET PET PET Total Non suspect (TDM) Suspect (TDM) * : sites ganglionnaires analysés, classification de Naruke 27

28 PET/CT versus CT Vanuytsel Radiother Oncol 2000 ; 55 : Comparaison des résultats d analyse histologique ganglionnaire (TDM vs TEP-TDM vs chirurgie) Analyse histologique N (chirurgie) Bénin (n*) Malin (n*) PET PET PET PET Total Non suspect (TDM) Suspect (TDM) PET-scan : met en évidence des N envahis que le scanner ne suspecte pas mais n est pas infaillible 28

29 PET/CT versus CT Vanuytsel Radiother Oncol 2000 ; 55 : Comparaison des résultats d analyse histologique ganglionnaire (TDM vs TEP-TDM vs chirurgie) Analyse histologique N (chirurgie) Bénin (n*) Malin (n*) PET PET PET PET Total Non suspect (TDM) Suspect (TDM) PET SCAN : permet de réduire le volume N irradié rarement, le surévalue 29

30 PET/CT versus CT Vanuytsel Radiother Oncol 2000 ; 55 : Comparaison entre : GTV défini par CT-Scan GTV défini par CT+PET-Scan Chirurgie (référence) Pour 73 pts positifs pour N (CT+PET-Scan) Tx de couverture avec CT-Scan : 75% Tx de couverture avec CT+PET-Scan : 89% p=0,005 30

31 PET/CT versus CT Vanuytsel Radiother Oncol 2000 ; 55 : Comparaison entre : GTV défini par CT-Scan GTV défini par CT+PET-Scan Chirurgie (référence) Pour 45 pts (62%) : modification du volume traité par l utilisation du PET-Scan Pour 10 pts : réduction du PTV de 29% et de la V20 de 27% en moyenne (p=0,001) 31

32 PET/CT versus CT Essai PET-START : intérêt du TEP-TDM pour le traitement des CBNPC de stade III Phase III, n=310 pts., TTT par radio et chimiothérapie, suivi médian 17 mois Replanification avec TEP-TDM versus planification avec TDM seul Patients ayant reçu la RT : 118 (78%) dans le bras TEP versus 146 (92%) dans le bras TDM Survie Globale TEP-TDM TDM À 2 ans 47% 39% HR = 0,81, IC95% [0,6-1,0] 1,0 HR ajusté = 0.78 (95% CI, 0.57 à 1.05) 0,75 PET-CT a b lo g ie rv u S 0,5 Std-CT 0,25 SG 2 ans -PET/CT: 47% -CT: 39% Mois depuis randomisation PET/CT ~ 20 mois CT ~ 16 mois Ung Y. et al. ASCO Abstract

33 PET/CT versus CT Essai PET-START : intérêt du TEP-TDM pour le traitement des CBNPC de stade III Facteur prédictif (survie) Analyse multivariée pour l ensemble des patients HR [IC 95%] Pour l ensemble des patients Stade IIIA vs IIIB 1,53 [1,13-2,06] PS ECOG 1,71 [1,34-2,18] (par unité) Pour les patients ayant eu un TEP-TDM Stade IIIA vs IIIB 1,91 [1,20-3,05] SUV 1,28 [1,02-1,59] (par 10 unités) Survie globale par 1,0 quartile (SUV) SUV 8.3 0, < SUV 11.1 a b lo g ie rv u S 0, < SUV ,25 SUV > Mois depuis randomisation Ung Y. et al. ASCO Abstract

34 Connaître le GTV Messages-clés 1. Contourage en double-fenêtrage (médiastinal puis parenchymateux) 2. PET-SCAN indispensable (à lire conjointement avec le Médecin Nucléaire) 3. Gare aux extensions muqueuses vers les grosses bronches (CR endoscopie) 4. Ne pas confondre GTV et CTV les limites du GTV sont les mieux connues en

35 ATELIER DE RADIOTHERAPIE Les pré-requis Connaître le GTV Du GTV au PTV En pratique 35

36 ATELIER DE RADIOTHERAPIE Les pré-requis Connaître le GTV Du GTV au PTV En pratique 36

37 Du GTV au PTV Evolution des concepts Rapport ICRU 62 Notion d ITV Prise en compte de la mobilité tumorale De Ruysscher et al JCO 2010 ; 28 : Reco. de l EORTC Chaque centre doit évaluer ses propres marges 37

38 Du GTV au PTV Evolution des concepts Graham et al, 1999 Irradiation prophylactique (PTV1) Complément sur le volume tumoral visible (PTV2) Yuan et al, 2007 Pas d irradiation prophylactique La plus forte dose possible sur le volume tumoral visible (PTV) 38

39 Du GTV au PTV Chaque mm compte! Diamètre CC mm + 5 mm + 10 mm + 15 mm Volume Poumon sain cc cc cc cc +22 cc +48 cc +79 cc + 8,7 mm* 100 cc +35 cc * : somme quadratique (5²+5²+5²) 39

40 Du GTV au PTV Extensions infracliniques Giraud et al, IJROBP 2000 GTV CTV : 6 8 mm 40

41 Du GTV au PTV Extensions ganglionnaires Intérêt majeur du FDG dans l identification des atteintes ganglionnaires hilaires et médiastinales Inclure en principe dans le volume cible (GTV) ganglionnaire toute adénopathie dont le diamètre minimum est supérieur à 10 mm Faut-il irradier de principe les territoires ganglionnaires non envahis macroscopiquement? 41

42 Du GTV au PTV Irradiation prophylactique médiastinale ou pas? Peut-on supprimer l irradiation prophylactique des territoires non envahis et se limiter à l irradiation des territoires macroscopiquement atteints? 42

43 Du GTV au CTV Extensions ganglionnaires 43

44 Du GTV au PTV Évolution des volumes-cibles 44

45 Elective nodal irradiation in the treatment of non small-cell lung cancer with threedimensional conformal radiation therapy Rosenzweig et al, IJROBP 2001 Phase II, escalade de dose GTV limité à T et N>15 mm petit axe ou biopsié+ N = 171 (st. I-III), suivi méd.: 21 m. Récidives N isolées : 11 pts (6,4%) Délai méd.: 4 m. [1-19] SSR N 2 ans : 91% SSR T 2 ans : 38% SSR N/T 2 a. : 85% 45

46 Dose-escalation in NSCLC using three-dimensional conformal radiation therapy: Update of a phase I trial Hayman et al, JCO 2001 Phase I, escalade de dose, +CT d induction (PNx2) st. III GTV limité à T et N>10 mm petit axe ou biopsié+ N = 104 (st. I-III), suivi méd.: 9,4 m. Récidives N hors PTV : isolées: +méta.: +local+méta.: 6% 0% 4% 2% Récidives dans PTV : Isolées: +méta: +local+méta.: 44% 34% 8% 2% 46

47 High-dose radiation improved local tumor control and overall survival in patients with inoperable/unresectable NSCLC: long-term study of a radiation dose escalation study Kong et al, IJROBP 2005 Phase I, escalade de dose, +CT d induction (PNx2) st. III GTV limité à T et N>10 mm petit axe ou biopsié+ N = 106 (st. I-III), suivi méd.: 102,7 m. Récidives: n=89 pts. Local: Régional: Méta: Local+Régional: Local+Méta: 37% 0% 46% 6% 11% Fig.2. Patterns of failure or initial tumor progression 11% 6% 37% Local Distant Local+Regional Local+Distant 46% 47

48 Can elective nodal irradiation be omitted in stage III NSCLC? Analysis of recurrences in a phase II study of induction chemotherapy and involved-field radiotherapy Senan et al, IJROBP 2002 Phase II, CT d induction (2-4 cy.) RT 70 Gy GTV limité à T et N>10 mm petit axe (pré-ct) N = 42 (st. IIIA/B), suivi méd.: 16 m. Récidive Pts. % Aucun In-field Méta exclusivement 8 19 Intra-T. ( out-offield ) 6* 14 Non évaluable 1 4 Exclusivement & pleural/paroi T. &N Intra et extra-t. *dont 2 sus-claviculaires Table 3. Patterns of failure in 42 patients who were treated 50 Gy+ 4% 14% 35% None In-field Distant only 19% Out of field NA 28% 48

49 Omettre l irradiation médiastinale prophylactique L irradiation involved-field est acceptable 1. Risque de récidive local >> régional 2. Effet de la chimiothérapie systémique 3. Ganglions médiastinaux à proximité du GTV reçoivent souvent une dose significative 4. Amélioration de la définition du GTV à l aide du CTSCAN + PET-CT Essai randomisé (Yuan et al) Involved-Field (IF) versus Elective Nodal Irradiation (ENI) 49

50 Three-dimensional conformal involved-field radiotherapy for stage III NSCLC Yuan et al, ASCO 2006, abstr

51 Three-dimensional conformal involved-field radiotherapy for stage III NSCLC Yuan et al, Am J Clin Oncol 2007; 30(3) : n=200 pts. Taux de Réponse C. Local à 5 ans Risque de pneumopathie ENI 79% 36% 29% IF 90% 51% 17% p=0,032 p=0,032 p=ns ENI : Elective-Nodal Irradiation, IF : Involved-Field 51

52 Three-dimensional conformal involved-field radiotherapy for stage III NSCLC Yuan et al, Am J Clin Oncol 2007 ; 30(3) : N=200 pts. Survie globale 1 an Survie globale 2 ans Survie globale 5 ans ENI 60,4% 25,6% 18,3% IF 69,9% 39,4% 25,1% p=ns p=0,048 p=ns ENI : Elective-Nodal Irradiation, IF : Involved-Field 52

53 Du GTV au PTV Et l ITV? Notion d ITV Permet de tenir compte de la mobilité tumorale (ICRU62) «vient» entre le CTV et le PTV Systèmes RAR Blocage inspiratoire : ITV = CTV Gating : contourage sur scan-4d Recommandé (EORTC) 53

54 Du GTV au PTV Et l ITV? Systèmes RAR Blocage inspiratoire : ITV = CTV Participation active du patient 54

55 Du GTV au PTV Détermination de l ITV Acquisitions scanners multiples En fonction du cycle respiratoire découpé en 10 phases Phase 0 = inspiration max., Phase 50 = expiration max. Sélection de deux acquisitions pertinentes et contourage de 2 GTV (par ex. GTV 0 et GTV 50). Ajouter des marges pour créer les CTV correspondants Expansion automatique pour obtenir l ITV Comparaison avec la MIP pour vérifier la cohérence 55

56 Du GTV au PTV Détermination de l ITV 56

57 Du GTV au PTV Détermination de l ITV FB BH FB : respiration libre BH : inspiration bloquée Cancer du Poumon 57

58 Du GTV au PTV Détermination de l ITV GTV sur CT0 et CT50 ITV obtenu par fusion des images 58

59 Du GTV au PTV Détermination de l ITV / ITV obtenus par fusion des images Comparaison avec MIP* 59

60 Du GTV au PTV Positionnement du patient Entre l ITV et le PTV Propre à chaque centre Moyens de contentions Stratégies novatrices Imagerie embarquée Ordre de grandeur 5 à 10 mm 60

61 Du GTV au PTV Messages-clés 1. Penser aux extensions microscopiques parenchymateuses et médiastinales 2. Maîtriser un système de RAR 3. Connaître les incertitudes de positionnement propres à son centre 4. Addition des marges par somme quadratique du GTV au PTV les limites des CTV/ITV sont mal connues en

62 ATELIER DE RADIOTHERAPIE Les pré-requis Connaître le GTV Du GTV au PTV En pratique 62

63 ATELIER DE RADIOTHERAPIE Les pré-requis Connaître le GTV Du GTV au PTV En pratique 63

64 Essai de rationalisation du contourage GTV basé sur endoscopie, scanner et PETSCAN CTV/ITV déterminés à l aide d un système RAR PTV obtenu par 2 méthodes Expansion automatique autour du GTV (1 à 1,5 cm) ou Par addition successives de marges (GTV CTV/ITV PTV) 64

65 Essai de rationalisation du contourage Méthode GTV CTV/ITV PTV EORTC/IFCT Endo/Scan/PET +0,5 cm +0,5 à 1,0 cm SWOG/GFPC Endo/Scan/PET +1,0 à 1,5 cm 65

66 Essai de rationalisation du contourage La méthode la plus simple est-elle la moins légitime? Résultats publiés avec une expansion automatique PTV = GTV + 1,0-1,5 cm Survie globale Survie médiane SWOG 9019 SWOG 9504 SWOG 0023 GFPC % à 5 ans 29% à 5 ans mois 26 mois 35 mois* 20 mois * : Bras Placebo 66

67 En pratique PTV = GTV + 1,0 cm (réalisé par notre interne) 67

68 En pratique Recommandations EORTC (réalisé par notre interne) 68

69 En pratique Contours de l orateur (auparavant) 69

70 En pratique En volume Méthode PTV Commentaire SWOG / GFPC 782 cm3 PTV = GTV + 1 cm EORTC / IFCT 791 cm3 GTV T en N contourés séparément CTV = GTV + 5mm PTV = CTV mm Orateur 791 cm3 Avec correction manuelle Peu de différence in fine Penser à corriger les contours aberrants! 70

71 En pratique Messages-clés Contourer tout ce qui est pathologique et uniquement ce qui est pathologique Tumeur en double-fenêtrage Adénopathie > 10 mm de petit axe Tout foyer hyperfixant le FDG, désigné comme significatif par le Medecin Nucléaire Résister à la tentation d ajouter des marges par automatisme (rôle du subconscient?) Evaluer les marges adaptées à sa pratique (CTV PTV) 71

72 Intérêt du 2nd scanner dosimétrique? Adaptation de la taille des champs à la réduction du volume tumorale? Épargne poumon et oesophage GTV = 301 cc GTV = 128 cc après 30 Gy Cancer du Poumon 72

73 Adaptation balistique Portes d entrée : idem

74 Adaptation balistique Portes d entrée : idem Une clé pour l avenir : l imagerie embarquée! Réduction des marges pour le PTV Radiothérapie adaptative 74

75 Intra-patient variability of tumor volume and tumor motion during conventionally fractionated radiotherapy for locally advanced NSCLC: a prospective cliniqcal study BOSMANS et al, IJROBP 2006 N=23, st II-III Traitement : CT d induction(pgx3) RT bifrac. : 54-79,2 Gy (1,8 Gyx2/j.) Contraintes : 95% D. 100%PTV DMP<19Gy Dmax Moëlle<54Gy Comparaison entre : Volume tumoral initial (CT-SCAN+PET-CT) Volume à 1 semaine de RT (18 Gy) Volume à 2 sem. (36 Gy) 75

76 Intra-patient variability of tumor volume and tumor motion during conventionally fractionated radiotherapy for locally advanced NSCLC: a prospective clinical study BOSMANS et al, IJROBP 2006 Résultats : variation entre vol. PTV initial et à la 2ème semaine Pts (n) Pts (%) Réduction > 30% 3 13 Augmentation > 30% Stable 76

77 VOLUMES-CIBLES Cancer Bronchique Non-à-Petites Cellules Philippe GIRAUD, Nicolas POUREL, Vincent SERVOIS Romainville, le 29 septembre 2011 Remerciements : François Reboul, Robin Garcia, Cécile Cauvin, Denise Chastel 77

R. Tekaia Centre Frederic Joliot

R. Tekaia Centre Frederic Joliot LA RADIOTHERAPIE CONFORMATIONNELLE R. Tekaia Centre Frederic Joliot Introduction PLAN RTC : Définition D et Objectifs Besoins de la RTC Traitement par RTC : Prostate Acquisitions des données anatomiques

Plus en détail

Le principe de la TEP

Le principe de la TEP couplée TDM Le principe de la TEP C est un atome contenant un positon supplémentaire, libéré dans l organisme lors de la désintégration.il se désintègre selon une radioactivité beta+ Lorsque le positron

Plus en détail

RTC 3D ENDOMETRE POST OPERATOIRE. Principes généraux

RTC 3D ENDOMETRE POST OPERATOIRE. Principes généraux RTC 3D ENDOMETRE POST OPERATOIRE Principes généraux Données cliniques Me C, Age, OMS 0 Antécédents Métrorragies post ménopausique? Ex complémentaires = hystéroscopie curetage et TDM TAP Chirurgie: hystérectomie

Plus en détail

N1: ganglions métastatiques hilaires ou péri-bronchiques homolatéraux

N1: ganglions métastatiques hilaires ou péri-bronchiques homolatéraux Bilan d extension ganglionnaire du cancer bronchique B Padovani, D Ducreux, S Stolear, A Ocelli, E Giordana, L Mondot, S Chanalet, CP Raffaelli, P Carrier Extension ganglionnaire Élément essentiel de l

Plus en détail

Bases de la radiothérapie externe Particularités du sujet âgé. Dr Françoise Pêne

Bases de la radiothérapie externe Particularités du sujet âgé. Dr Françoise Pêne Bases de la radiothérapie externe Particularités du sujet âgé Dr Françoise Pêne 10 FEVRIER 2012 Bases de la Radiothérapie Historique - 1895 : rayons X (Röntgen) - 1896 : radioactivité (Becquerel) - 1898

Plus en détail

RTC 3D prostate post opératoire. Principes du traitement

RTC 3D prostate post opératoire. Principes du traitement RTC 3D prostate post opératoire Principes du traitement En salle de consultation Examen clinique, symptômes urinaires Attendre récupération urinaire pour traiter PSA pré et post op, vélocité Compte rendu

Plus en détail

Cancer Prostatique Localement Avancé (T3) Pr. Vincent RAVERY

Cancer Prostatique Localement Avancé (T3) Pr. Vincent RAVERY Cancer Prostatique Localement Avancé (T3) Pr. Vincent RAVERY Introduction Diagnostic précoce / Dépistage Nombre relatif stable de cancers de la prostate (CaP) localement avancés Meilleure stadification

Plus en détail

Second cancer après radiothérapie mammaire

Second cancer après radiothérapie mammaire Second cancer après radiothérapie mammaire Sophie Guillerm, service de radiothérapie, Hôpital St Louis Florence Coussy, service d oncologie, Institut Curie Vendredi 25/09/2015 Introduction incidence nombre

Plus en détail

Actualités du traitement du cancer Radiothérapie

Actualités du traitement du cancer Radiothérapie Actualités du traitement du cancer Radiothérapie Véronique Vendrely Service d oncologie radiothérapie Hôpital Saint André Bordeaux Club des jeunes néphrologues 20 Mai 2006 Introduction Quelques bases pour

Plus en détail

RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN

RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN INTRODUCTION RECOMMANDATIONS INCA NOV 2008 Schéma standard: o 50 Gy en 25 fractions sur 33 jours

Plus en détail

Contrôle de la respiration

Contrôle de la respiration Contrôle de la respiration Techniques Et Méthodes SAGITTAL CORONAL COEUR THORAX 1.5 cm ABDOMEN Mouvements des organes intrathoraciques Giraud, et al. IJROBP 2001 Seppenwoolde, et al. IJROBP 2002 CONTRÔLE

Plus en détail

Imagerie des cancers bronchiques

Imagerie des cancers bronchiques Imagerie des cancers bronchiques Quoi de neuf en 2012? V Servois - Institut Curie Paris AFCOR 2012 Objectif du staging Rôles - Sélectionner les candidats à la chirurgie - Planifier l intervention - Planifier

Plus en détail

Radiothérapie dans le cancer du col utérin. A. BENIDER Cours d université d été DOURDAN 2009

Radiothérapie dans le cancer du col utérin. A. BENIDER Cours d université d été DOURDAN 2009 Radiothérapie dans le cancer du col utérin A. BENIDER Cours d université d été DOURDAN 2009 Évolution des idées dans le traitement des cancers du col utérin 19 siècle: chirurgie traitement de base 20 siècle:

Plus en détail

Ce référentiel, dont l'utilisation s'effectue sur le fondement des principes déontologiques d'exercice personnel de la médecine, a

Ce référentiel, dont l'utilisation s'effectue sur le fondement des principes déontologiques d'exercice personnel de la médecine, a Ce référentiel, dont l'utilisation s'effectue sur le fondement des principes déontologiques d'exercice personnel de la médecine, a été élaboré par un groupe de travail pluridisciplinaire de professionnels

Plus en détail

Traitement standard des GBM: ASTRO 2010: - Nombreuses études rétrospectives - Quelques études cliniques préliminaires

Traitement standard des GBM: ASTRO 2010: - Nombreuses études rétrospectives - Quelques études cliniques préliminaires Tumeurs primitives Traitement standard des GBM: - Résection aussi complète que possible - Bénéfice de la RCT postopératoire - Patients les plus âgés?? (50% > 65 ans) - Quid du TMZ?? ASTRO 2010: - Nombreuses

Plus en détail

Cancer du poumon à petites cellules. Radiothérapie

Cancer du poumon à petites cellules. Radiothérapie Cancer du poumon à petites cellules Radiothérapie Dr Corinne Faivre-Finn Cours du GOLF Toulouse 11 Septembre 2009 Foundation Trust Foundation Trust Progress in the therapy of SCLC has been painfully slow.

Plus en détail

Marion GILBERT Simon CHAUVEAU. DES pneumologie 11 avril 2014

Marion GILBERT Simon CHAUVEAU. DES pneumologie 11 avril 2014 Marion GILBERT Simon CHAUVEAU DES pneumologie 11 avril 2014 Contexte Dépistage du cancer poumon : Santé publique Par scanner injecté (low dose) : Baisse de la mortalité (-20%) : NLSTrial (USA) 2011: «The

Plus en détail

Cancer de l endomètre localisé à haut risque. Arnaud BEDDOK DES oncologie - radiothérapie Tutrices: Dr RAMDANE, Dr BIHAN

Cancer de l endomètre localisé à haut risque. Arnaud BEDDOK DES oncologie - radiothérapie Tutrices: Dr RAMDANE, Dr BIHAN Cancer de l endomètre localisé à haut risque Arnaud BEDDOK DES oncologie - radiothérapie Tutrices: Dr RAMDANE, Dr BIHAN Plan Introduction: de quoi parle t on? Cas clinique: Mme L 76 ans Recommandations

Plus en détail

INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN

INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN Calformed, 09/02/2007, Dr J.M Loez, Calais INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN I - RAPPEL DE LA CLASSIFICATION CLINIQUE DES CANCERS DU SEIN A - TUMEUR PRIMITIVE Tx non déterminé To pas de

Plus en détail

La nouvelle classification TNM en pratique

La nouvelle classification TNM en pratique La nouvelle classification TNM en pratique Thierry Berghmans Département des Soins Intensifs et Oncologie Thoracique Institut Jules Bordet Bruxelles, Belgique Bases historiques 1946 : Denoix invente le

Plus en détail

Traitement locorégional du cancer du sein métastatique d'emblée: cas cliniques

Traitement locorégional du cancer du sein métastatique d'emblée: cas cliniques Traitement locorégional du cancer du sein métastatique d'emblée: cas cliniques Hélène Charitansky 1, Alain Fourquet 2 1 Service de chirurgie sénologique, Institut Universitaire du Cancer Toulouse Oncopole

Plus en détail

Vers des nouvelles classifications des cancers bronchiques? A M I E N S, L E 1 6 J U I N 2 0 1 0 E. M E Y E R

Vers des nouvelles classifications des cancers bronchiques? A M I E N S, L E 1 6 J U I N 2 0 1 0 E. M E Y E R Vers des nouvelles classifications des cancers bronchiques? A M I E N S, L E 1 6 J U I N 2 0 1 0 E. M E Y E R I Classification histologique 1 ère classification OMS en 1967 (Kreyberg), révisée en 1981

Plus en détail

Cancer bronchique : la première ligne. Pr Jean Trédaniel, Dr Sergio Salmeron Service de Pneumologie Groupe Hospitalier Saint-Joseph

Cancer bronchique : la première ligne. Pr Jean Trédaniel, Dr Sergio Salmeron Service de Pneumologie Groupe Hospitalier Saint-Joseph Cancer bronchique : la première ligne Pr Jean Trédaniel, Dr Sergio Salmeron Service de Pneumologie Groupe Hospitalier Saint-Joseph Données projetées de l incidence des cancers en France, 2011 Prostate:

Plus en détail

Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire

Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire Diplôme Universitaire Corrélations anatomo-physio-pathologiques en imagerie thoracique 25 mai 2011 Imagerie TEP et pathologie tumorale bronchique Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire Détection en coincidence

Plus en détail

TEP / TDM et Cancer du col de l utérus - Ganglion sentinelle. J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat

TEP / TDM et Cancer du col de l utérus - Ganglion sentinelle. J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat TEP / TDM et Cancer du col de l utérus - Ganglion sentinelle J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat Mougins - Jeudi 12 avril 2012 2009 : TEP-TDM à temps de vol AVANT

Plus en détail

«N2» : UNE ALTERNATIVE AU CHOIX CORNELIEN OU AU PARI DE PASCAL. Docteur Olivier CASTELNAU Saint Laurent du Var

«N2» : UNE ALTERNATIVE AU CHOIX CORNELIEN OU AU PARI DE PASCAL. Docteur Olivier CASTELNAU Saint Laurent du Var «N2» : UNE ALTERNATIVE AU CHOIX CORNELIEN OU AU PARI DE PASCAL Docteur Olivier CASTELNAU Saint Laurent du Var La totalité des patients doit bénéficier d une décision collégiale prise au sein d une RCP

Plus en détail

Radiothérapie adjuvante des CCIS

Radiothérapie adjuvante des CCIS Radiothérapie adjuvante des CCIS standard, abstention, ou surimpression? Pr David AZRIA Pôle de Radiothérapie Oncologique INSERM U896 UM1 Montpellier Retour vers le futur. CCIS peut légitimement être traité

Plus en détail

TEP / TDM : Quelles indications en gynécologie - Ganglion sentinelle. J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat

TEP / TDM : Quelles indications en gynécologie - Ganglion sentinelle. J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat TEP / TDM : Quelles indications en gynécologie - Ganglion sentinelle J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat Mougins - Jeudi 20 septembre 2012 2009 : TEP-TDM à temps

Plus en détail

TEP / TDM et Cancer du poumon (non à petites cellules) J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat

TEP / TDM et Cancer du poumon (non à petites cellules) J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat TEP / TDM et Cancer du poumon (non à petites cellules) J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat Mougins - Jeudi 16 juin 2011 Plan TEP-FDG! Principe! Différentes générations

Plus en détail

INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive. Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper

INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive. Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper Pourquoi proposer un TTT adjuvant? Probabilité de survie à 10 ans en fonction

Plus en détail

CHIRURGIE DANS LES CANCERS DU SEIN

CHIRURGIE DANS LES CANCERS DU SEIN CHIRURGIE DANS LES CANCERS DU SEIN FORMATION IDE ONCOLOGIE-HÉMATOLOGIE «Connaissance de la maladie cancéreuse» T. de Lapparent, unité de pathologie mammaire, CHBM PLAN Définitions Place de la chirurgie

Plus en détail

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris Cancer du rectum France : 15000 décès/an : 1ère cause. Pronostic souvent réservé Métastases

Plus en détail

Place de la radiothérapie dans l hépatocarcinome

Place de la radiothérapie dans l hépatocarcinome 1/34 Place de la radiothérapie dans l hépatocarcinome Dr Xavier Mirabel Département universitaire de radiothérapie Centre Oscar Lambret - Lille - France x-mirabel@o-lambret.fr 2/34 Radiothérapie Traditionnellement

Plus en détail

Cancer du sein Quelques chiffres

Cancer du sein Quelques chiffres Radiothérapie dans le cancer du sein en Oncogériatrie Vendredi 27 mars 2015 Laurent Quéro Service de Cancérologie-Radiothérapie Hôpital Saint Louis, Paris Cancer du sein Quelques chiffres Premier cancer

Plus en détail

Dépistage du cancer du poumon:

Dépistage du cancer du poumon: Dépistage du cancer du poumon: les enjeux Colloque de l Escalade Genève, 5 décembre 2012 Thierry Rochat, Service de Pneumologie, HUG Le cancer bronchique c est déprimant Lors du diagnostic du ca bronchique

Plus en détail

Indications de la radiothérapie

Indications de la radiothérapie traitements, soins et innovation MAI 2009 Indications de la radiothérapie CANCER Des vads COLLECTION recommandations & référentiels OUTIL D AIDE À LA DÉCISION CONSENSUS D EXPERTS À PARTIR DE RECOMMANDATIONS

Plus en détail

Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction

Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction Nader Khaouam MD Laurie Archambault 28 mars 2014 Présentation du cas H - 20 ans, monteur et soudeur d acier Aucun antécédent X 2

Plus en détail

Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux. Jeudi 25 Septembre 2008

Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux. Jeudi 25 Septembre 2008 Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux Jeudi 25 Septembre 2008 Indications oncologiques Indications issues des SOR (standards, options et recommandations).

Plus en détail

Appareil respiratoire Conduite a tenir devant un nodule pulmonaire CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE PULMONAIRE

Appareil respiratoire Conduite a tenir devant un nodule pulmonaire CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE PULMONAIRE Appareil respiratoire Conduite a tenir devant un nodule pulmonaire 21/10/2013 LEONART Valérie L3 F. BARLESI 6 pages CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE PULMONAIRE Plan A. Définition et Physiopathologie I.

Plus en détail

RTC 3D ORGANE Radiothérapie conformationnelle du cancer du sein. pn+

RTC 3D ORGANE Radiothérapie conformationnelle du cancer du sein. pn+ RTC 3D ORGANE Radiothérapie conformationnelle du cancer du sein Après mastectomie Après mastectomie pn+ Patiente de 64 ans Antécédents personnels: - Ménarche à 15 ans HISTOIRE DE LA MALADIE - 2 enfants

Plus en détail

Cancers du sein Version / 2005

Cancers du sein Version / 2005 Cancers du sein I-Cancer du sein non métastatique non inflammatoire I.1-Introduction La stratégie de traitement habituellement choisie à l Institut Paoli Calmettes est une stratégie adjuvante. Le traitement

Plus en détail

L apport d une nouvelle technologie: tomographie d émission par positrons

L apport d une nouvelle technologie: tomographie d émission par positrons L apport d une nouvelle technologie: tomographie d émission par positrons François Bénard, MD, FRCPC Clinicien-chercheur, Centre de recherche clinique Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke Professeur

Plus en détail

Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire

Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire Ramona ITTI, physicienne médicale Service de Cancérologie - Radiothérapie hôpital St. Louis Les Matinées de l Innovation, 27 septembre 2013

Plus en détail

T3 T N 58 : : - 2009 3 2M

T3 T N 58 : : - 2009 3 2M CAS CLINIQUE Monsieur M âgé de 58 ans MOTIF D HOSPITALISATION : découverte d un nodule pulmonaire unique chez un patient avec ATCD de néoplasie pulmonaire ANTECEDENT : - pneumonectomie G en 2009 pour un

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 5 mai 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 5 mai 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 5 mai 2010 ALIMTA 100 mg, poudre pour solution à diluer pour perfusion (CIP 383 080-2) B/1 ALIMTA 500 mg, poudre pour solution à diluer pour perfusion (CIP 565 825-3)

Plus en détail

Traitement conservateur du sein: Radiothérapie accélérée. Pascale Romestaing Hôpital Jean Mermoz LYON 20 Octobre 2014

Traitement conservateur du sein: Radiothérapie accélérée. Pascale Romestaing Hôpital Jean Mermoz LYON 20 Octobre 2014 Traitement conservateur du sein: Radiothérapie accélérée Pascale Romestaing Hôpital Jean Mermoz LYON 20 Octobre 2014 Désescalade thérapeutique du traitement loco-régional 1970: de l opération de Halsted

Plus en détail

Cancer de l endomètre

Cancer de l endomètre Onco-gériatrie: Traitement chirurgical des cancers de l endomètre, de l ovaire et du col Emile Daraï Service de Gynécologie-Obstétrique, Hôpital Tenon, IUC, Université Pierre et Marie Curie Paris VI Cancer

Plus en détail

Stratégies de maintenance dans le CBNPC en 2013. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse

Stratégies de maintenance dans le CBNPC en 2013. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse Stratégies de maintenance dans le CBNPC en 2013 Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse 6 décembre 2013 Traitement du CBNPC Evolution du traitement des CBNPC métastatiques

Plus en détail

Comment diminuer la toxicité cardiaque et pulmonaire de la radiothérapie. rapie des cancers mammaires?

Comment diminuer la toxicité cardiaque et pulmonaire de la radiothérapie. rapie des cancers mammaires? Comment diminuer la toxicité cardiaque et pulmonaire de la radiothérapie rapie des cancers mammaires? Alice Mège, M Institut Sainte Catherine Atelier de radiothérapie rapie Octobre 2009 Parti pris Radiothérapie

Plus en détail

Radiothérapie pour les métastases cérébrales

Radiothérapie pour les métastases cérébrales Radiothérapie pour les métastases cérébrales Dre Annie Ebacher Radio-oncologue CHUS, Sherbrooke Congrès du Réseau des soins palliatifs 28 mai 2007 Objectifs Épidémiologie Symptômes, facteurs pronostiques

Plus en détail

Cancer du sein Quelques chiffres

Cancer du sein Quelques chiffres Radiothérapie dans le cancer du sein en Oncogériatrie Laurent Quéro Service de Cancérologie - Radiothérapie Hôpital Saint Louis, Paris Cancer du sein Quelques chiffres Premier cancer en terme d incidence

Plus en détail

Cas clinique cancer du poumon

Cas clinique cancer du poumon 10 e Forum National de l Omnipraticien El Hamma, Alger 21 & 22 Mai 2014 Cas clinique cancer du poumon Dr F.Ait Daoud Pr.H.Mahfouf SOMUR.EPH ROUIBA Homme 59 ans, sans antécédents pathologiques particuliers,

Plus en détail

Chirurgie palliative des cancers du sein

Chirurgie palliative des cancers du sein Chirurgie palliative des cancers du sein Dr MARTIN-FRANCOISE Sandrine Centre François Baclesse CAEN 1 / xx Cancers du sein métastatiques Cancer du sein d emblée métastatique : 1 à 2% Puis cancer devenant

Plus en détail

Les cancers de l endomètre

Les cancers de l endomètre Chapitre 2 Les cancers de l endomètre Généralités Prise en charge Il convient d évaluer les facteurs de comorbidité et l espérance de vie. La stratégie thérapeutique repose principalement sur l opérabilité

Plus en détail

Pemetrexed, pionnier de la chimiothérapie histoguidée. Dr Olivier CASTELNAU Institut Arnault TZANCK ST Laurent du Var

Pemetrexed, pionnier de la chimiothérapie histoguidée. Dr Olivier CASTELNAU Institut Arnault TZANCK ST Laurent du Var Pemetrexed, pionnier de la chimiothérapie histoguidée Dr Olivier CASTELNAU Institut Arnault TZANCK ST Laurent du Var SFPO Octobre 2009 EPIDEMIOLOGIE Incidence : 1.35 M par an dans le monde (12,4%) 28 000

Plus en détail

F-FDG TEP-TDM et CANCER du SEIN: Performances et limites dans le staging initial

F-FDG TEP-TDM et CANCER du SEIN: Performances et limites dans le staging initial 18 F-FDG TEP-TDM et CANCER du SEIN: Performances et limites dans le staging initial Dr. Elif Hindié, Dr. Anne-Laure Cazeau, Dr. Jean-Baptiste Pinaquy - Bordeaux Dr. David Groheux - Hôpital Saint-Louis

Plus en détail

Quelle conduite chirurgicale faut-il tenir devant un Polype Adénomateux«Transformé»? Philippe Lasser

Quelle conduite chirurgicale faut-il tenir devant un Polype Adénomateux«Transformé»? Philippe Lasser Quelle conduite chirurgicale faut-il tenir devant un Polype Adénomateux«Transformé»? Philippe Lasser Adénome «Transformé» Adénome présentant un foyer localisé ou étendu d un adénocarcinome superficiel,

Plus en détail

PET- SCAN ou TEP. Son intérêt actuel en Cancérologie thoracique Professeur D. ANTHOINE CHU de NANCY et Docteur F. VAYLET Hôpital du Val-de-Grâce

PET- SCAN ou TEP. Son intérêt actuel en Cancérologie thoracique Professeur D. ANTHOINE CHU de NANCY et Docteur F. VAYLET Hôpital du Val-de-Grâce PET- SCAN ou TEP Son intérêt actuel en Cancérologie thoracique Professeur D. ANTHOINE CHU de NANCY et Docteur F. VAYLET Hôpital du Val-de-Grâce (certains de ces clichés proviennent de la monographie Astrazeneca

Plus en détail

CANCER DU SEIN TRAITEMENT CHIRURGICAL

CANCER DU SEIN TRAITEMENT CHIRURGICAL CANCER DU SEIN TRAITEMENT CHIRURGICAL Olivier Bréhant DESC Viscéral CHU ANGERS Poitiers 24-25 juin 2004 INTRODUCTION Cancer fréquent (40 000 nv x cas/an) Cancer grave (12 000 DC/an) Traitement loco-régional

Plus en détail

Réseau Onco Poitou-Charentes Mise à jour du référentiel régional des tumeurs de l endomètre (Décembre 2013) ******* ******* Sous la conduite de :

Réseau Onco Poitou-Charentes Mise à jour du référentiel régional des tumeurs de l endomètre (Décembre 2013) ******* ******* Sous la conduite de : 1 Les référentiels de bonnes pratiques cliniques des tumeurs de l endomètre. Version 2013 Sous la conduite de : Cédric NADEAU Service de Gynécologie - Obstétrique - CHU de Poitiers & Yannick THIROUARD

Plus en détail

Cancer inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences

Cancer inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences Huguette Nguele Meke Introduction Le cancer du sein est une maladie gave et fréquente qui touche une femme sur 11 au cours de sa vie et qui est diagnostiqué

Plus en détail

De pistage et suivi des nodules pulmonaires. Dr Catherine LAMBLIN, pneumologue, Lille Dr Dominique BLANC, me decin nucle aire, Lille

De pistage et suivi des nodules pulmonaires. Dr Catherine LAMBLIN, pneumologue, Lille Dr Dominique BLANC, me decin nucle aire, Lille De pistage et suivi des nodules pulmonaires Dr Catherine LAMBLIN, pneumologue, Lille Dr Dominique BLANC, me decin nucle aire, Lille Inte re t du de pistage Cancer du poumon = 1e re cause de mortalite par

Plus en détail

UE2 CANCEROLOGIE Place de la Médecine Nucléaire

UE2 CANCEROLOGIE Place de la Médecine Nucléaire UE2 CANCEROLOGIE Place de la Médecine Nucléaire Imagerie Imagerie de Gamma Caméra Tomographie d émission monophotoniqueou TEMP: radiopharmaceutiqueémetteurs de rayonnement Gamma Imagerie de Caméra TEP

Plus en détail

Actualités s cancérologiques : pneumologie

Actualités s cancérologiques : pneumologie Actualités s cancérologiques : pneumologie PLAN Incidence / facteurs de risque Anatomie Symptômes Types de tumeurs Diagnostic / extension Classification Traitement Pronostic Pneumologie : incidence Belgique

Plus en détail

Recommandations 2005. Prise en charge des patients adultes atteints d un mélanome cutané MO

Recommandations 2005. Prise en charge des patients adultes atteints d un mélanome cutané MO Recommandations 2005 Prise en charge des patients adultes atteints d un mélanome cutané MO Recommandations pour la Pratique Clinique : Standards, Options et Recommandations 2005 pour la prise en charge

Plus en détail

ALK et cancers broncho-pulmonaires. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse

ALK et cancers broncho-pulmonaires. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse ALK et cancers broncho-pulmonaires Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse Toulouse, le 19 Février 2013 Adénocarcinomes : Lung Cancer Mutation Consortium Identification

Plus en détail

CAS CLINIQUE 2. 2013 (juin) : patiente toujours en cours de traitement par Létrozole

CAS CLINIQUE 2. 2013 (juin) : patiente toujours en cours de traitement par Létrozole 2008 (décembre) : Patiente de 60 ans Tumorectomie plus curage CAS CLINIQUE 2 carcinome canalaire infiltrant de 2.5 cm, grade 2 RH+ (RO + 100% +++, Allred 8, RP + 80 % ++ Allred 7) Her2-, KI 67 à 18 %,

Plus en détail

LE CANCER DU PANCRÉAS LOCALEMENT AVANCÉ

LE CANCER DU PANCRÉAS LOCALEMENT AVANCÉ LE CANCER DU PANCRÉAS LOCALEMENT AVANCÉ Michel Ducreux Insitut Gustave Roussy Villejuif,FRANCE 1/28 Le cancer du pancréas. Histoire naturelle: Survie à 3 ans < 5% Maladie métastasée d emblée: 40% Formes

Plus en détail

RÉFÉRENTIELS SEIN. Centre des Maladies du Sein FAMA Hôpital Saint-Louis 4/2010

RÉFÉRENTIELS SEIN. Centre des Maladies du Sein FAMA Hôpital Saint-Louis 4/2010 RÉFÉRENTIELS SEIN Centre des Maladies du Sein FAMA Hôpital Saint-Louis 4/2010 1 A- Cancers infiltrants 2 Traitements loco-régionaux 3 Traitements loco-régionaux T > 4 cm non inflammatoire N0/N1 et 1 des

Plus en détail

Dr David LUSSATO Dr Mathieu QUENEAU. 14 Octobre 2010

Dr David LUSSATO Dr Mathieu QUENEAU. 14 Octobre 2010 Dr David LUSSATO Dr Mathieu QUENEAU 14 Octobre 2010 Indication (B2) - Suspicion de récidive locale ou métastatique Bourguet P, Hitzel A, Houvenaeghel G, Vinatier D, Bosquet L, Bonichon F,Corone C, Giard-Lefevre

Plus en détail

Evaluation de critères res de substitution de la survie globale dans les cancers bronchiques localement avancés

Evaluation de critères res de substitution de la survie globale dans les cancers bronchiques localement avancés Evaluation de critères res de substitution de la survie globale dans les cancers bronchiques localement avancés Evaluations de la survie sans progression et du contrôle locoregional comme critère de substitution

Plus en détail

TRAITEMENT NEO ADJUVANT DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE. Laetitia DAHAN CHU Timone Marseille

TRAITEMENT NEO ADJUVANT DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE. Laetitia DAHAN CHU Timone Marseille TRAITEMENT NEO ADJUVANT DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE Laetitia DAHAN CHU Timone Marseille Aucun CONFLITS D INTÉRÊT Objectifs pédagogiques Savoir définir un cancer du pancréas localement avancé et border

Plus en détail

Cancers du larynx. Bilan initial d un patient présentant un cancer du larynx

Cancers du larynx. Bilan initial d un patient présentant un cancer du larynx Cancers du larynx Bilan initial d un patient présentant un cancer du larynx - Examen clinique ORL : laryngoscopie indirecte, fibroscopie avec étude de la mobilité laryngée +++, palpation des aires ganglionnaires

Plus en détail

Définition de l activité de radiothérapie

Définition de l activité de radiothérapie Equipe médicale : Dr Claudine BEAUMONT-RAYMOND : 03 25 49 48 87 (secrétariat) Dr Dominique EYCHENNE : 03 25 49 47 56 (secrétariat) Dr Ulrich NIEWOEHNER : 03 25 49 47 82 (secrétariat) Définition de l activité

Plus en détail

L examen clinique doit permettre de recueillir un certain nombre d informations.

L examen clinique doit permettre de recueillir un certain nombre d informations. Chapitre 1 Bilans Généralités Examen clinique L examen clinique doit permettre de recueillir un certain nombre d informations. Le compte-rendu doit comporter : - âge de la patiente, le statut ménopausique

Plus en détail

PRINCIPES DU TRAITEMENT CONSERVATEUR DU CANCER DU SEIN. Valeria de Franco, Nantes DESC - SCVO Poitiers, 8 juin 2007

PRINCIPES DU TRAITEMENT CONSERVATEUR DU CANCER DU SEIN. Valeria de Franco, Nantes DESC - SCVO Poitiers, 8 juin 2007 PRINCIPES DU TRAITEMENT CONSERVATEUR DU CANCER DU SEIN Valeria de Franco, Nantes DESC - SCVO Poitiers, 8 juin 2007 DEFINITION Exérèse totale de la tumeur = tumorectomie Conservant le sein (mamelon et aréole)

Plus en détail

Traitement de maintenance dans les CBNPC avancés. Maurice Pérol Centre Léon Bérard Lyon

Traitement de maintenance dans les CBNPC avancés. Maurice Pérol Centre Léon Bérard Lyon Traitement de maintenance dans les CBNPC avancés Maurice Pérol Centre Léon Bérard Lyon Conflits d'intérêts Symposiums, advisory boards : Lilly, Roche, Boehringer- Ingelheim, Astra-Zeneca, GSK, Pfizer Crédits

Plus en détail

Le PET Scan modifie t il le traitement des métastases des CCR?

Le PET Scan modifie t il le traitement des métastases des CCR? Le PET Scan modifie t il le traitement des métastases des CCR? 7 ième Journée scientifique Annuelle 31/ 05/ 2014 Clinique Atlas Dr ALJ AMINA Médecin Nucléaire IMAGERIE EN CANCEROLOGIE - La place de l imagerie

Plus en détail

Recommandation de traitement pour les patientes souffrant d un cancer du sein à récepteur hormonal positif : Influence du test Oncotype DX.

Recommandation de traitement pour les patientes souffrant d un cancer du sein à récepteur hormonal positif : Influence du test Oncotype DX. En-tête Résumé du protocole d étude Titre de la demande : Recommandation de traitement pour les patientes souffrant d un cancer du sein à récepteur hormonal positif : Influence du test Oncotype DX. No

Plus en détail

Indications de la radiothérapie

Indications de la radiothérapie traitements, soins et innovation MAI 2009 Indications de la radiothérapie CANCER De la prostate COLLECTION recommandations & référentiels OUTIL D AIDE À LA DÉCISION CONSENSUS D EXPERTS À PARTIR DE RECOMMANDATIONS

Plus en détail

Cancers du rectum: nouvelles tendances thérapeutiques? G. Portier Chirurgie Digestive CHU Purpan

Cancers du rectum: nouvelles tendances thérapeutiques? G. Portier Chirurgie Digestive CHU Purpan Cancers du rectum: nouvelles tendances thérapeutiques? G. Portier Chirurgie Digestive CHU Purpan Savoir d où l on vient! Bernstein TE. Colorectal Disease. October 2012 14, (10), e668 e678 Norwegian Rectal

Plus en détail

Cancers des sinus et des fosses nasales

Cancers des sinus et des fosses nasales Chapitre 8 Cancers des sinus et des fosses nasales Les cancers du cavum, sinus et glandes salivaires sont des tumeurs rares selon la définition du REFCOR. Les cancers des sinus de la face représentent

Plus en détail

La Tomographie par Emission de Positons. Dr A Devillers, Dr L Le Dortz,

La Tomographie par Emission de Positons. Dr A Devillers, Dr L Le Dortz, La Tomographie par Emission de Positons Dr A Devillers, Dr L Le Dortz, Qu est ce que la TEP? Plateau technique de médecine nucléaire Technique d imagerie médicale fonctionnelle métabolique PET scan : terme

Plus en détail

INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE

INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE DIAGNOSTIC DES RECIDIVES LOCOREGIONALES GENERALITES VIVIANE FEILLEL INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE OBJECTIFS DE LA SURVEILLANCE Evaluation des séquelles post-thérapeutiques Diagnostic précoce des récidives

Plus en détail

Radiothérapie conformationnelle des

Radiothérapie conformationnelle des Radiothérapie conformationnelle des cancer des sinus de la face épidémiologie 3-5 % des cancers des voies aérodigestives supérieures < 1% des cancers 1,2 Cavité nasale, sinus maxillaire, éthmoide, (sphénoide

Plus en détail

RADIOTHERAPIE du SEIN ET PLACE DE l IMRTl. Z.Douadi-Gaci Centre Catherine de Sienne, NANTES

RADIOTHERAPIE du SEIN ET PLACE DE l IMRTl. Z.Douadi-Gaci Centre Catherine de Sienne, NANTES RADIOTHERAPIE du SEIN ET PLACE DE l IMRTl Z.Douadi-Gaci Centre Catherine de Sienne, NANTES CANCER DU SEIN : INCIDENCE Cancer Statistics 2005; CA Cancer J Clin 2005;54:8 29 >90% maladie locorégionale CANCER

Plus en détail

Définitions : tumeur. Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants.

Définitions : tumeur. Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants. Les tumeurs Définitions : tumeur Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants. Définitions : tumeur bénigne Tumeur bénigne : -néoformation

Plus en détail

CANCER OROPHARYNX. Prédominance masculine 3 à 5 fois plus (augmentation du nombre de femmes atteintes, baisse de l âge du diagnostic de plus en plus)

CANCER OROPHARYNX. Prédominance masculine 3 à 5 fois plus (augmentation du nombre de femmes atteintes, baisse de l âge du diagnostic de plus en plus) CANCER OROPHARYNX INTRODUCTION -amygdales++++ -les plus fréquents des cancers des voies aéro-digestives supérieures. ( 30%) -50 70ans, âge moyen diagnostic = 55ans Prédominance masculine 3 à 5 fois plus

Plus en détail

Dépistage du cancer pulmonaire pour les personnes exposées à l'amiante. Etat de la situation en Suisse

Dépistage du cancer pulmonaire pour les personnes exposées à l'amiante. Etat de la situation en Suisse Dépistage du cancer pulmonaire pour les personnes exposées à l'amiante Etat de la situation en Suisse Formation en pneumologie du 30 avril 2015 Dr Régis Otasevic Importations d amiante (tonnes) Mésothéliomes

Plus en détail

Evaluation individuelle Du 22 24 mars 2013

Evaluation individuelle Du 22 24 mars 2013 PRINTEMPS DE L AFCOR Le Cancer de la Prostate Evaluation individuelle Du 22 24 mars 2013 QCM CaP à haut risque Place de la chirurgie Pr Michel SOULIE Question 1 Parmi les propositions suivantes concernant

Plus en détail

La démarche qualité, la sécurité des soins et la sécurité du personnel

La démarche qualité, la sécurité des soins et la sécurité du personnel INAUGURATION du plateau technique de Radiothérapie Dossier de presse Vendredi 24 Juin 2011 1 Le dossier Le plateau technique de Radiothérapie du Centre hospitalier de Troyes : Introduction Définition de

Plus en détail

Voogd Ac et al. J Clin Oncol 2001;19:1688 97.

Voogd Ac et al. J Clin Oncol 2001;19:1688 97. Surveillance loco-régionale personnalisée = évaluation du risque de récidive locorégionale personnalisée Histologie : les carcinomes Lobulaires Taux de récidives locales après mastectomie Differences in

Plus en détail

Recommandations régionales Prise en charge des cancers du sein non métastatiques

Recommandations régionales Prise en charge des cancers du sein non métastatiques Recommandations régionales Prise en charge des cancers du sein non métastatiques - juin 2005 - CARCINOMES INTRA-CANALAIRES Diagnostic Dépistage (le plus souvent examen clinique normal ; parfois tumeur,

Plus en détail

Cancers du cavum. Le diagnostic est fait par la nasofibroscopie et l'examen du cavum où l'on retrouve un bourgeon au niveau du cavum.

Cancers du cavum. Le diagnostic est fait par la nasofibroscopie et l'examen du cavum où l'on retrouve un bourgeon au niveau du cavum. Cancers du cavum Entité clinique, biologique et histologique différente des autres cancers cervicofaciaux par sa relation avec le virus Epstein bar, sa répartition géographique et sa radiosensibilité.

Plus en détail

IGRT dans le cancer de la prostate

IGRT dans le cancer de la prostate IGRT dans le cancer de la prostate David Ali CORP, 23 sept 2010 1 Q1) Quelle marges prenez-vous pour passer du CTV au PTV pour la radiothérapie exclusive du cancer de la prostate 1) 10mn partout 2) 10mn

Plus en détail

Traitement chirurgical et radiothérapique. du cancer du sein en un jour. Véronique Vaini-Cowen et Didier Cowen

Traitement chirurgical et radiothérapique. du cancer du sein en un jour. Véronique Vaini-Cowen et Didier Cowen Traitement chirurgical et radiothérapique du cancer du sein en un jour Véronique Vaini-Cowen et Didier Cowen Place de la radiothérapie dans le cancer du sein - Après chirurgie conservatrice pour un cancer

Plus en détail

10 ème Printemps de l AFCOR Tumeurs du Rectum et du Canal Anal

10 ème Printemps de l AFCOR Tumeurs du Rectum et du Canal Anal 10 ème Printemps de l AFCOR Tumeurs du Rectum et du Canal Anal Session Canal Anal Indications, doses, fractionnement Dr V.Vendrely 10 ème Printemps Déclaration d intérêts Pas de conflits d intérêts à déclarer

Plus en détail

Syndrome Cave Supérieur: Prise en charge. Patrick BAGAN Chirurgie Thoracique et Vasculaire Hôpital Victor Dupouy, Argenteuil

Syndrome Cave Supérieur: Prise en charge. Patrick BAGAN Chirurgie Thoracique et Vasculaire Hôpital Victor Dupouy, Argenteuil Syndrome Cave Supérieur: Prise en charge Patrick BAGAN Chirurgie Thoracique et Vasculaire Hôpital Victor Dupouy, Argenteuil Medical Observations and Inquiries, 1757; Vol 1, pp 323-357 Symptômes observés

Plus en détail

Facteurs prédictifs de réponse à la radiothérapie

Facteurs prédictifs de réponse à la radiothérapie Facteurs prédictifs de réponse à la radiothérapie Romuald LE SCODAN Oncologie-Radiothérapie Centre Hospitalier Privé St-Grégoire Actualités et controverses, 11 Mai 2012 Irradiation adjuvante des cancers

Plus en détail

BILAN D EXTENSION ET SUIVI DANS LE TRAITEMENT DES LYMPHOMES

BILAN D EXTENSION ET SUIVI DANS LE TRAITEMENT DES LYMPHOMES BILAN D EXTENSION ET SUIVI DANS LE TRAITEMENT DES LYMPHOMES Fourati.H, Feki.W, Hentati.Y, Kaddour.I, Mdhaffar.M*, Daoud.E, Mnif.Z Service d Imagerie médicale CHU Hédi Chaker Sfax, Tunisie *Service d Hématologie

Plus en détail