Conflits d intérêts. Partage des plateaux techniques innovants plateforme d échange 23/03/2011

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Conflits d intérêts. Partage des plateaux techniques innovants plateforme d échange 23/03/2011"

Transcription

1 Conflits d intérêts Partage des plateaux techniques innovants plateforme d échange Guy Kantor et AQUILAB : Stic stéréotaxie Projet commun INCa P2E (2007 à 2010) Focus group Artiview Projets conseil régional Aquitaine Guy Kantor et Catherine Dejean David Gibon et Baptiste Germain 1

2 Plan (1) Contexte du partage en radiothérapie Exemples d échanges entre centres enseignement: Préparation à distance : Bordeaux CHU /IB et Tomothérapie Autres exemples Plan (2) Exemples d échanges entre centres : Recherche clinique Revue et expertise de plans à distance Projet Télésanté Lorraine Projet Procare Belgique Exemples Etranger Plan (3) Plan (4) Mise à disposition d outils d échanges? Dossiers contourés sur la TEP Dossiers planifiés dans un autre centre Evolution des contourages et Problématique des ré irradiations 2

3 Fil rouge Le contexte de la Radiothérapie Multiplicité des équipements...? Objectifs : Faire le choix de la technique adaptée Pouvoir utiliser plusieurs techniques Evaluer le traitement réellement réalisé Besoins : Comparer des plans de traitement Sommer des plans de traitement Reporter des plans sur «l image» du jour Problèmes : L intégration des techniques (TPS / Traitement) La temporalité (Images Traitement) L évolution (Contours Traitement) enseignement Cours nationaux Bordeaux, mars

4 Cours nationaux Cours nationaux Bordeaux, mars 2005 Bordeaux, mars 2005 INTER COMPARAISON DES CONTOURS DES VOLUMES ET DES PLANS DE TRAITEMENT Guy Kantor, Antony Chemin Pierre Aletti, David Gibon Cours National des Internes en Oncologie Radiothérapique Radio anatomie et volumes cibles en radiothérapie Institut Bergonié, mars 2005 Inter comparaison des contours et des volumes : aspects quantitatifs Rapport de volume : Cn Valeur optimale :1 Rv CR Volume correctement contouré : Cn CR Valeur optimale : 1 Vcc CR Volume supplémentaire contouré : Cn C Valeur optimale : 0 Vsc Cn Si l on définit par : Cn le contour défini par l opérateur n CR le contour de référence, la comparaison de ces deux contours peut être effectuée par les critères suivants : CR Cn CR Metz C. Basic principles of ROC analysis. Semin Nuclear Medicine 1978 ; 8 : R Vcc (VP) Cn CR Vsc Cn (FP) 4

5 Inter comparaison des contours et des volumes : aspects quantitatifs Inter comparaison des contours et des volumes : aspects quantitatifs Mesure d overlap Valeur optimale : 1 Cn C Ov Cn C R R Kelemen A et al. Elastic model based segmentation of 3D neuroradiological data sets IEEE Trans. Med. Imaging 1999 ; 18 (10) : Si l on définit par : Cn le contour défini par l opérateur n CR le contour de référence, la comparaison de ces deux contours peut être effectuée par les critères suivants : CR Cn CR Vcc (VP) Cn CR Vsc Cn (FP) Autres cours 5

6 Autres cours Enseignement Evaluation Qualitative Symposium AFCOR/Novartis Juin 2008 (Marseille) Enseignement Evaluation des pratiques Préparation à distance 6

7 Préparations à distance: exemple de la tomothérapie à Bordeaux Préparations à distance: exemple de la tomothérapie à Bordeaux Vers des plateaux techniques partagés : télépréparation Hôpital Saint André Préparation du dossier Confection contention IRM/scanner/fusion Contourage HEGP Institut Bergonié Transfert sécurisé Réception de l imagerie et des contours AQUILAB Dosimétrie Contrôle qualité patient Traitement Institut Curie Institut Bergonié CHU Saint André Bordeaux C. Dejean, A. Chemin, J. Caron, S. Belhomme, N. Nomikossof G. Kantor, P. Richaud, JP. Maire, R. Trouette Janvier 2008, journées du COL, lille 7

8 Traitement Institut Bergonié Scanner contourage Export Dicom Image Rtss Transfert sécurisé dosisoft Calcul des distributions de dose Institut Bergonié Advantage Windows Aquilab Lille Contourage Institut Bergonié Contourage CHU Saint André Scanner CHU St André Aria Eclipse Aquibase CHU St André Aquibase institut Bergonie Imagerie de préparation Contention Institut Bergonié Imagerie de préparation Contention CHU Saint André Artiview Aquilab Dosimétrie QA Institut bergonié Consultation initiale Consultation initiale étapes Pré requis, s assurer que ce qui est reçu correspond à ce qui a été envoyé Etape 1 : La formation a été partagée entre les intervenants de deux sites (médecins, physiciens, MER) Protocoles nationaux, qui permettent l uniformisation des pratiques Le matériel de contention a été harmonisé Une connexion de transfert sécurisée a été mise en place Etape 2 : Validation des transferts et de leur intégrité Bilan Co utilisation au sens littéral du terme avec une implication majeure de tous les intervenants Confort accru car chacun travaille avec ses outils habituels Plate forme ouverte permettant tout type d échanges Sécurisation des transferts 8

9 préparation à distance Commentaires Rappels DICOM Aspects légaux des hébergeurs de santé DICOM / DICOM RT Un langage commun pour communiquer DICOM Un langage commun pour communiquer Les spécificités de la Radiothérapie La mise en place d un standard DICOM RT DICOM DIgital COmmunication in Medicine - Mode de communication entre systèmes DICOM RT Format de données pour les «Objets de Radiothérapie» Contours Plans de traitement Doses, DVH Images (DRR, IP) - Format de données pour les images médicales Patient Institution Machine Conditions d acquisition... Imagerie Diagnostique Fusion Contourage Planification Images Contours Plans, Doses DRRs Traitement IPs Vérification Matrice Image Interconnexion des systèmes 9

10 DICOM RT Un lien entre les différents objets RTPlan 0..1 CT 1..n 0..n RT Struct 0..n 0..n RTDose Aspects Légaux : Hébergement et Transfert Aspects légaux - Hébergement Aspects légaux : Anonymisation? Le cadre législatif de l'activité d'hébergement de données de santé est fixé par l article L du code de la santé publique inséré par la loi n du 4 mars 2002, dite loi «Kouchner». La loi définit l hébergement comme le «[...] dépôt des données de santé à caractère personnel, recueillies à l occasion des activités de prévention, de diagnostic ou de soins, auprès des personnes physiques ou morales agréées à cet effet [...]». Une entité est soumise à l obligation d être hébergeur agréé dès lors qu'elle conserve des données de santé de personnes pour lesquelles elle n intervient pas dans la prise en charge médicale. Un établissement de santé ou un professionnel de santé n est pas soumis à la procédure d agrément pour héberger les données de santé des patients pour lesquels il intervient dans des activités de prévention, de diagnostic ou de soins. L activité d hébergement recouvre plusieurs réalités : elle peut consister en une application associant traitement et archivage des données. Il peut aussi s agir d un simple archivage ou de la fourniture d un site de sauvegarde. Pour exercer son activité, l hébergeur doit démontrer sa capacité à mettre en œuvre une politique de sécurité et de confidentialité renforcée, en vue de l obtention d un agrément pour l hébergement des données de santé à caractère personnel. L'article L du code de la santé publique définit les sanctions encourues par une personne physique ou morale qui exercerait une activité d'hébergement de données de santé sans être agréée comme suit : «[...] La prestation d'hébergement de données de santé recueillies auprès de professionnels ou d'établissements de santé ou directement auprès des personnes qu'elles concernent sans être titulaire de l'agrément prévu par l'article L ou de traitement de ces données sans respecter les conditions de l'agrément obtenu est puni de trois ans d'emprisonnement et de euros d'amende. [...]». Une donnée anonymisée ou cryptée permet elle de se passer d un agrément d hébergeur? [ ] L anonymisation peut être irréversible [ ]. Le contrôle de la CNIL porte alors sur la technique d anonymisation retenue. L anonymisation peut aussi être réversible. Dans ce cas, la base de données reste soumise au contrôle de la CNIL et si elle est hébergée, à la nécessité d obtenir pour l hébergeur un agrément au titre du décret du 4 janvier Le chiffrement est une technique qui consiste à rendre illisible un document pour celui qui ne détient pas la clef de déchiffrement. [ ] Mais, le chiffrement ne remet pas en cause le statut de la donnée au regard de la loi Informatique et Libertés. En conséquence, une base de données chiffrées reste soumise au contrôle de la CNIL et si elle est hébergée, à la nécessité pour l hébergeur d obtenir un agrément, nonobstant le caractère directement ou indirectement nominatif des données concernées 10

11 Aspects légaux : Durée? Aspects légaux L hébergeur de santé a les contraintes suivantes : A partir de quelle durée de conservation des données de santé à caractère personnel un prestataire de service est-il considéré comme hébergeur? L'article 4 de la loi n du 6 janvier 1978 modifiée relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, établit que les dispositions de cette loi «ne sont pas applicables aux copies temporaires qui sont faites dans le cadre des activités techniques de transmission et de fourniture d'accès à un réseau numérique, en vue du stockage automatique, intermédiaire et transitoire des données et à seule fin de permettre à d'autres destinataires du service le meilleur accès possible aux informations transmises». Si on transpose cette exclusion au contexte de l'agrément des hébergeurs de données de santé à caractère personnel, les prestataires qui proposent des services de type réseau de télécommunication, pour lesquels la durée du stockage des informations est limitée à la traversée des équipements actifs des réseaux sans mise en œuvre de traitement de niveau applicatif, ne sont pas considérés comme entrant dans le champ de la procédure. La prohibition de l utilisation à des fins commerciales l article L du Code de la santé publique précisant que, «sont interdite la constitution et l utilisation à des fins de prospection ou de promotion commerciales de fichiers composés à partir de données issues directement ou indirectement des prescriptions médicales ou des informations médicales mentionnées à l article L dès lors que ces fichiers permettent d identifier directement ou indirectement le professionnel prescripteur». La garantie d un droit d accès Les hébergeurs doivent garantir aux personnes dont les données sont stockées un droit d accès qui s inscrit dans les principes généraux déjà évoqués et qui s exerce dans les conditions spécifiques aux données médicales définies à l article L du Code de la santé publique L obligation de sécurité et de confidentialité (Les hébergeurs sont donc, au même titre que les professionnels, astreints au secret dans le cadre des dispositions des articles et du Code pénal) Les hébergeurs doivent prendre des précautions techniques pour assurer la sécurité des données et garantir qu elles ne soient pas communiquées à des personnes non autorisées Lorsqu il est mis fin à l hébergement, l hébergeur doit restituer les données, sans garder de copie, au professionnel, à l établissement ou à la personne concernée ayant contracté avec lui. Exemple d Hébergement Hébergeurs agréés Liste des hébergeurs (12) agréés de données de santé (mise à jour - 7 février 2011) Exemple d hébergeur (CARESTREAM) : Données stockées sur deux serveurs avec duplication temps réel des disques dur (ex: RAID1 ou RAID5), distants de plusieurs kilomètres. Source : CARESTREAM ems 2CSI : hébergement de données de santé via ses progiciels fonctionnant sur son système d information ERP Sano. AATLANTIDE : hébergement de données de santé via son service Acteur.fr. Carestream : hébergement de données de santé via une solution de traitement et de partage de données d imagerie médicale : HIM (Hébergement d Imagerie Médicale). Cegedim : hébergement de données de santé à caractère personnel gérées via le service d hébergement HDS et la solution GRS Cegedim permettant la mise en partage d informations médicales. CERNER : hébergement de données de santé gérées via son progiciel Millennium. CHU de Nice : agréé pour l hébergement de données de santé via l application e-nadis. CIS Valley : hébergement de données de santé par les applications de ses clients : «solution d hébergement infogérance secours». EMOSIST-FC : hébergement d applications et de données de santé du GCS EMOSIST-FC, pour son service Dossier Médical Partagé de Franche-Comté. GRITA SAS : hébergement de données de santé via sa solution RADOFFICE offrant le service PACS : archivage ; ainsi que transmission d images et le service SIR : Système d Information Radiologie. Grita SAS : hébergement de données de santé collectées par les applications de ses clients via son service Host Medical Externalisation. H2AD : hébergement de données de santé collectée via la solution «Dossier Patient Participatif» (D2P), service web de mise en partage de données de santé. IDS : hébergement de données de santé par les applications métier de ses clients permettant la mise en partage de données de santé et pour l application Pardosan fournie par IDS. ORANGE BUSINESS : hébergement de données de santé via son service «solution santé» pour des applications gérées et administrées directement par le client. SANTEOS DMPR : hébergement du dossier médical régional partagé SANTEOS DP : hébergement du dossier pharmaceutique. SANTEOS DMPv1 : Le groupement Santéos, Atos Worldline, Extelia est agréé pour l hébergement du dossier médical personnel. SIB : hébergement de données de santé gérées via la solution applicative ALFA-LIMA qui apporte aux clients des fonctionnalités de gestion «métiers». SIGEMS : hébergement de logiciels de type Dossier Médical électronique; ainsi que pour l hébergement de données de santé avec fourniture de logiciels de la famille SIGEMS. Source : ASIP Santé - 11

12 Exemples d échanges entre centres : Recherche clinique : Revue et expertise de plans à distance Exemple d échange entre centres recherche clinique 12

13 Choix des indices apport ICRU 83 Recherche clinique Commentaires Choix des indices aspects qualitatifs et quantitatifs Volumes cibles (traitement) et Organes à risque (toxicité) Volumes cibles CTV OAR foie Rein g 13

14 Dose distribution comparison French Pediatric Group Study Comparaison des traitements en Tomothérapie hélicoidale: exemples des sarcomes Guy Kantor, Emilie Amsellem, Catherine Dejean 14 journées du Centre Oscar Lambret Lille,30 janvier 2009 Courtesy French Radiotherapy Pediatric Group Tableau récapitulatif sur les index sélectionnés gk ea cd 29 janv 2009 Index concernant le volume cible Nom de l'index Indice Définition de l'index Référence écart type en dose dans le PTV D(j): dose relative dans le voxel j ; Dmoy: dose moyenne relative dans la lésion ; VL: volume ICRU à paraitre lésionnel Conformity Index TV/PTV ICRU à paraitre Conformité Dice Similarity Coefficient D 50% (médian) Dose D 95% TV PTV TV PTV PTV TV PTV ICRU à paraitre TV PTV Rapport ICRU 83 D mean ICRU à paraitre Near minimum dose D 98% Near maximum dose D 2% Index concernant les organes à risques Nom de l'index Indice Définition de l'index Référence Prescribing, Recording and Reporting Photon Beam Intensity Modulated Radiation Therapy Dans le prochain ICRU, une différence est faite entre deux types d'oar: organes "parallèles" et organes "séries" Que peut on en attendre? organe "série" organe "parallèle" Conformal Index V COIN V Near maximum dose D98% Dmean OAR, DL facteur COIN pour un seul organe OAR Baltas D. Int J Radiat Oncol Biol Phys 1998;40: ICRU à paraitre Catherine Dejean Centre Antoine Lacassagne, Nice dose dose dans un volume 16 èmes Journées de Radiothérapie du Centre Oscar Lambret, Lille, Janvier

15 Considérations particulières (dose absorbée, prescription, cr) Il convient de rapporter les HDV du PTV et du CTV Ecart important entre les 2 HDV : fort gradient entre les 2 volumes PTV : D 98%, D 95%, D 50%, D 2% CTV : D 50%, D 2% volumes cibles Niveau 3 : en développement, poursuivre les investigations Homogénéité Moyenne et son écart type associé Dnearmax Dnearmin HI D50%, D50% dose de prescription, (valeur optimale 0) Conformité du volume traité Indice de conformité : volume traité/volume du PTV TV PTV DICE TV PTV Comparaison HDV : écarts types RC3D RCMI TOMO RC3D RCMI TOMO RC3D RCMI TOMO RC3D : 1,9 RCMI : 1,8 TOMO : 1,2 RC3D : 5,4 RCMI : 5,7 TOMO : 0,8 RC3D : 2,9 RCMI : 3,1 TOMO : 0,8 Cas 1: loge des adducteurs Cas n 2: loge postérieure Cas n 3: loge antérieure TV (volume traité) Définition des volumes Isodose spécifique déterminée par le radiothérapeute pour obtenir l éradication tumorale sans trop de complication Protons 98% 95%? Évolue avec les techniques Important d identifier la forme, la taille et la localisation du volume traité par rapport au PTV, notamment pour évaluer les éventuelles récurrences. Recommandation : isodose 98% pour définir le volume traité 15

16 Organes à risque Expertise de plans à distance OAR et PRV: Parallèle : Dose moyenne, au minimum un point dose volume (V D ) Série : D nearmax =D 2% Expertise Contourage Projet PROCARE Expertise Dose Projet TéléSanté Lorraine Objectifs RT : Vérification du contourage du volume cible et des organes à risques dans le cancer du rectum Evaluation dans le temps des modifications apportées Imagers Site TéléSanté RT P2E AQUILAB 1 CT + RT TPS RT Dose Objectif : L échange de données dans le cadre du Cyberknife 1 - Un site TéléSanté envoi un dossier technique contenant les images, les contours et la dosimétrie réalisable sur le site 2 - Le CAV de Nancy récupère ces informations Bilan : 435 patients revus fin Février 2011 Etudes en cours sur les modifications apportées Serveur sécurisé AQUILAB 2 CT + RT CAV Nancy P2E AQUILAB 5 RT Dose Le dossier est planifié dans le TPS Cyberknife sur la base des images et des contours provenant du site 4 - La dosimétrie Cyberknife est comparée avec la dosimétrie «locale» pour évaluer l intérêt de traiter le patient au CyberKnife CAV Nancy TPS Accuray 16

17 Revue et expertise de plans à distance commentaires Expertise ou partage? validations et Indicateurs d alerte? Validation des traitements Expertise en imagerie transfert de competences Echange entre Centres : Expertise en Imagerie Exemple du PET 17

18 PET in Radiotherapy Lung Teaching Course PET in Radiotherapy H&N Teaching Course CT Contouring CT/MR Contouring KI = 0.12 KI = 0.28 CT/PET Contouring CT/PET Contouring KI = 0.34 KI = 0.36 Courtesy Dr. Ursula NESTLE University Hospital Freiburg ESTRO / EANM educational seminar on PET in Radiation Oncology Vienna, Austria, November 2009 Courtesy Dr. Wouter VOGEL Netherlands Cancer Institute Amsterdam ESTRO / EANM educational seminar on PET in Radiation Oncology Vienna, Austria, November 2009 PET in Radiotherapy Real situation Image Registration Impact on GTV delineation? CT/PET in Nuclear Medicine Simulation CT in Radiotherapy Registration between CTs Contouring on fused PET/ CT Sim Nuclear Medicine PET CT Radiation Therapy CT CT PET CT Nuclear Medicine Radiation Therapy Original automatic Registration between CT (PET) and Planning CT Manual modification of the proposed Fusion Creation of automatic GTV on PET (40% max ) Compare these automatic GTVs on Planning CT ESTRO / EANM educational seminar on PET in Radiation Oncology Vienna, Austria, November

19 Image Registration Impact on GTV delineation? Projet TéléSanté Lorraine Un exemple de travail collaboratif Installation de stations ARTIVIEW dans les centres de Lorraine Services de Radiothérapie Service de Médecine Nucléaire du CHU de Nancy CHU de Nancy Radiothérapie Imagerie PET/CT et Contourage Transfert sécurisé et crypté DICOM 3 + RTSS Revue du contourage Serveur AQUILAB 3 Planning ESTRO / EANM educational seminar on PET in Radiation Oncology Vienna, Austria, November Plus de 100 dossiers transférés - Un travail en cours pour offrir un environnement de contourage adapté aux Médecins Nucléaires et aux Radiothérapeutes Echange entre Centres Transfert de compétence Echange entre Centres : Transfert de compétences Through this program, D3 s physics staff will review treatment plans prepared by your staff. Our staff will subsequently identify opportunities for improving the plan from a contouring or optimization standpoint. 19

20 Évolutions des contourages et problematique des ré irradiations Recalage et seuillage automatiques Bénédicte Henriques de Figueiredo Guy kantor 22 septembre 2010 Evaluer la variation tumorale Essai en T1 recalage et seuillage T1 IRM sept 2009 Flair T1 IRM octobre2010 Flair 20

21 Comparaisons volumes Superpositions T1 Des évolutions 21

22 Sommation de plans Utilisation du DICOM RT Plan 1 RT Plan n DICOM / DICOM RT Exemple de la sommation dosimétrique CT CT T 1..n 0 1..n RT Structures RT Structures n n 0..n RT Dose RT Dose T n 0..n RT Plan Plan 2 CT Sommation de plans Exemple de réirradiation Cyberknife Accumulation de Dose Besoin spécifiques de fusion élastique RT 3D Cyberknife RT 3D + Cyberknife T1 T1 D1 Non Rigid Registration D2 T2 Différentes Images Différentes tailles de matrice Différents volumes T2 Dose (Voxel Rectum)=D1+D2 Cumulative DVH Courtesy Centre Oscar Lambret - Lille 22

23 Conclusions Conclusions Variétés des besoins Outils ouverts Sécurité des transferts Indices communs Partage des données Partage des outils Plateaux centralisés? 23

Actualités du traitement du cancer Radiothérapie

Actualités du traitement du cancer Radiothérapie Actualités du traitement du cancer Radiothérapie Véronique Vendrely Service d oncologie radiothérapie Hôpital Saint André Bordeaux Club des jeunes néphrologues 20 Mai 2006 Introduction Quelques bases pour

Plus en détail

CQ patient sur machine dédiée Tomothérapie hélicoïdale. Albert Lisbona, Camille Munos-Llagostera ICO Nantes Service de physique médicale

CQ patient sur machine dédiée Tomothérapie hélicoïdale. Albert Lisbona, Camille Munos-Llagostera ICO Nantes Service de physique médicale CQ patient sur machine dédiée Tomothérapie hélicoïdale Albert Lisbona, Camille Munos-Llagostera ICO Nantes Service de physique médicale L'ICRU distingue la validation et la mise en service de la RCMI du

Plus en détail

R. Tekaia Centre Frederic Joliot

R. Tekaia Centre Frederic Joliot LA RADIOTHERAPIE CONFORMATIONNELLE R. Tekaia Centre Frederic Joliot Introduction PLAN RTC : Définition D et Objectifs Besoins de la RTC Traitement par RTC : Prostate Acquisitions des données anatomiques

Plus en détail

Dr G. DEBILLON CHR ORLEANS TRANSMISSION DES IMAGES MÉDICALES EN RECHERCHE CLINIQUE

Dr G. DEBILLON CHR ORLEANS TRANSMISSION DES IMAGES MÉDICALES EN RECHERCHE CLINIQUE Dr G. DEBILLON CHR ORLEANS TRANSMISSION DES IMAGES MÉDICALES EN RECHERCHE CLINIQUE RECHERCHE CLINIQUE : RÉGLEMENTATION Principaux textes Déclaration d Helsinki 2008 Loi de santé publique n 2004-806 du

Plus en détail

Les défis techniques de l E-Santé

Les défis techniques de l E-Santé Les défis techniques de l E-Santé Travail de recherche, I2 ARNALIS STEF NOVEMBRE 2015 COMMENT TRAITER LE SUJET? Typiquement on ne voulait pas marquer «sommaire»..! " # $ % La e-santé : de quoi parle t-on?

Plus en détail

Bases de la radiothérapie externe Particularités du sujet âgé. Dr Françoise Pêne

Bases de la radiothérapie externe Particularités du sujet âgé. Dr Françoise Pêne Bases de la radiothérapie externe Particularités du sujet âgé Dr Françoise Pêne 10 FEVRIER 2012 Bases de la Radiothérapie Historique - 1895 : rayons X (Röntgen) - 1896 : radioactivité (Becquerel) - 1898

Plus en détail

Agrément des hébergeurs de données de santé. 1 Questions fréquentes

Agrément des hébergeurs de données de santé. 1 Questions fréquentes Agrément des hébergeurs de données de santé 1 Questions fréquentes QUELS DROITS POUR LES PERSONNES CONCERNEES PAR LES DONNEES DE SANTE HEBERGEES? La loi précise que l'hébergement de données de santé à

Plus en détail

Agrément de l'hébergeur de données - Cadre juridique - Procédure - Les cas pratiques en LBM. François Macary ASIP Santé 13 décembre 2013

Agrément de l'hébergeur de données - Cadre juridique - Procédure - Les cas pratiques en LBM. François Macary ASIP Santé 13 décembre 2013 Agrément de l'hébergeur de données - Cadre juridique - Procédure - Les cas pratiques en LBM François Macary ASIP Santé 13 décembre 2013 GUIDE TECHNIQUE D'ACCREDITATION POUR L EVALUATION DES SYSTEMES INFORMATIQUES

Plus en détail

IHE et le workflow d'un service d'imagerie

IHE et le workflow d'un service d'imagerie IHE et le workflow d'un service d'imagerie C. Bertini (1), E. Cordonnier (2) Présentation préparée avec l aide précieuse de : JF Lahaye (3) (1) CHU Bordeaux, (2) ETIAM, (3) CHU Lille 13/04/2010 1 Problèmes

Plus en détail

Agrément de l'hébergeur de données -Cadre juridique -Procédure. François Macary ASIP Santé 15 mai 2013

Agrément de l'hébergeur de données -Cadre juridique -Procédure. François Macary ASIP Santé 15 mai 2013 Agrément de l'hébergeur de données -Cadre juridique -Procédure -Les cas pratiques en LBM François Macary ASIP Santé 15 mai 2013 GUIDE TECHNIQUE D'ACCREDITATION POUR L EVALUATION DES SYSTEMES INFORMATIQUES

Plus en détail

Place de la radiothérapie dans l hépatocarcinome

Place de la radiothérapie dans l hépatocarcinome 1/34 Place de la radiothérapie dans l hépatocarcinome Dr Xavier Mirabel Département universitaire de radiothérapie Centre Oscar Lambret - Lille - France x-mirabel@o-lambret.fr 2/34 Radiothérapie Traditionnellement

Plus en détail

Calcul de la dose périphérique par Monte Carlo pour des cancers du sein traités par radiothérapie: résultats préliminaires

Calcul de la dose périphérique par Monte Carlo pour des cancers du sein traités par radiothérapie: résultats préliminaires Calcul de la dose périphérique par Monte Carlo pour des cancers du sein traités par radiothérapie: résultats préliminaires Andreas Joosten Groupe de Dosimétrie Clinique IRA Intérêt? Pourquoi s intéresser

Plus en détail

Jeudi 17 novembre 2007

Jeudi 17 novembre 2007 Jeudi 17 novembre 2007 Les irradiations pour soigner les cancers Dr. Carmen Llacer Moscardo CRLC Val D Aurelle Introduction 1 français sur 3 développera un cancer au cours de son existence 60% seront traités

Plus en détail

Assurance de qualité en radiothérapie Aspects réglementaires et implications pratiques

Assurance de qualité en radiothérapie Aspects réglementaires et implications pratiques Cours nationaux de radiothérapie Cours de DES d Oncologie-Radiothérapie Société Française des jeunes Radiothérapeutes Oncologues Lille, 5 au 7 mars 2015 Assurance de qualité en radiothérapie Aspects réglementaires

Plus en détail

Comprendre le DICOM. Décembre 2005 Eric PICEL 1

Comprendre le DICOM. Décembre 2005 Eric PICEL 1 Comprendre le DICOM Décembre 2005 Eric PICEL 1 DICOM DICOM = Digital Imaging COmmunication in Medicine Décembre 2005 Eric PICEL 2 Plan Présentation Les modalités Les images DICOM Les services DICOM Les

Plus en détail

LE DACS RADIATION DOSE MONITOR. Le bon réflexe pour une optimisation de la dose

LE DACS RADIATION DOSE MONITOR. Le bon réflexe pour une optimisation de la dose LE DACS RADIATION DOSE MONITOR Le bon réflexe pour une optimisation de la dose Radiation Dose Monitor / QU EST-CE QU UN DACS? / Le DACS (Dose Archiving and Communication System) est à la dose ce que le

Plus en détail

Une initiative pancanadienne d amélioration de la qualité

Une initiative pancanadienne d amélioration de la qualité Une initiative pancanadienne d amélioration de la qualité Qu est-ce que «l évaluation par les pairs»? Tout programme de radio-oncologie contient un éventail de procédures d assurance de la qualité, dont

Plus en détail

Maîtriser les conditions d application du décret hébergeur dans les coopérations

Maîtriser les conditions d application du décret hébergeur dans les coopérations ENJEUX Le cadre légal de l'hébergement des données de santé à caractère personnel est fixé par l article L.1111-8 du code de la santé publique, précisé par le décret 2006-6 du 4 janvier 2006 s agissant

Plus en détail

MISE EN ŒUVRE D INDICATEURS DE SUIVI D UN RESEAU D IMAGES

MISE EN ŒUVRE D INDICATEURS DE SUIVI D UN RESEAU D IMAGES MISE EN ŒUVRE D INDICATEURS DE SUIVI D UN RESEAU D IMAGES Guy FRIJA, François MENET, Cendrine LABORDE, Liliane PALMENTIER, Christelle LARGENTON, Philippe HALIMI INTRODUCTION L utilisation d un PACS modifie

Plus en détail

CliniPACS : distribution sécurisée d'images DICOM en réseau local hospitalier

CliniPACS : distribution sécurisée d'images DICOM en réseau local hospitalier CliniPACS : distribution sécurisée d'images DICOM en réseau local hospitalier P. PUECH, JF. LAHAYE, JC. FANTONI [2], L. LEMAITRE CHRU de Lille [1] Plateau commun d Imagerie médicale - Hôpital Claude Huriez

Plus en détail

MINISTERE DE LA SANTE, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS

MINISTERE DE LA SANTE, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS MINISTERE DE LA SANTE, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS DIRECTION DE L HOSPITALISATION ET DE L ORGANISATION DES SOINS La Ministre de la santé, de la jeunesse et des sports à Mesdames et Messieurs les directeurs

Plus en détail

à Mesdames et Messieurs les Directeurs Agents Comptables Médecins Conseils Régionaux Chef de service Pour mise en oeuvre immédiate

à Mesdames et Messieurs les Directeurs Agents Comptables Médecins Conseils Régionaux Chef de service Pour mise en oeuvre immédiate CIRCULAIRE CIR-8/2010 Document consultable dans Médi@m Date : 06/04/2010 Domaine(s) : gestion des prestations en nature à Mesdames et Messieurs les Directeurs Agents Comptables CPAM CRAM URCAM UGECAM CGSS

Plus en détail

I. INTRODUCTION 5 II. MATERIELS ET METHODES 13

I. INTRODUCTION 5 II. MATERIELS ET METHODES 13 1 2 3 Table des matières I. INTRODUCTION 5 I.1 Définition de la radiothérapie par modulation d intensité (RCMI) et indication dans les cancers gynécologiques...5 I.2 L essai de phase II RTCMIENDOMETRE...9

Plus en détail

INTELLIGENT CONNECTIVITY

INTELLIGENT CONNECTIVITY INTELLIGENT PACS Leader mondial dans le domaine de l'imagerie, FUJIFILM décide en 1999 d'étendre son offre aux réseaux de stockage et de diffusion d'images. Avec SYNAPSE, FUJIFILM réinvente le PACS en

Plus en détail

Carestream Vincent Marcé, Directeur GCS TéléSanté Centre LA SÉCURITÉ DANS LE PROJET MUTUALISATION DES IMAGES MÉDICALES EN RÉGION CENTRE

Carestream Vincent Marcé, Directeur GCS TéléSanté Centre LA SÉCURITÉ DANS LE PROJET MUTUALISATION DES IMAGES MÉDICALES EN RÉGION CENTRE Carestream Vincent Marcé, Directeur GCS TéléSanté Centre LA SÉCURITÉ DANS LE PROJET MUTUALISATION DES IMAGES MÉDICALES EN RÉGION CENTRE Le Projet MIRC PACS Archivage Echange & Partage Processus d amélioration

Plus en détail

La suite logicielle adaptable, évolutive et 100% WEB. Solution informatique SOLUTION COMMUNICANTE, OPTIMISÉE POUR UN ENVIRONNEMENT MULTISITE

La suite logicielle adaptable, évolutive et 100% WEB. Solution informatique SOLUTION COMMUNICANTE, OPTIMISÉE POUR UN ENVIRONNEMENT MULTISITE Solution informatique GAMME SYNAPSE SOLUTION COMMUNICANTE, OPTIMISÉE POUR UN ENVIRONNEMENT MULTISITE PRODUCTION COLLABORATION PACS CONSULTATIONS SITE SECONDAIRE ÉCHANGES Système d imagerie et d information

Plus en détail

! " # $ % & # ' % ( $ ) &

!  # $ % & # ' % ( $ ) & !" # $% #'% #'% ( $ ) * (!"!!##$!%!' +,% (- ) -. /0 (1% 223 ( 4 +5 '% 6 0 %) % ' ( (%'$ %7 7 %+).' 0 %0 48% ' % 9 ( : '%+%( %(. 9 *; (' % :4.9/0 2224 % Palliatif TACTIQUE Mise en place des champs

Plus en détail

Réunion annuelle 8 décembre 2008

Réunion annuelle 8 décembre 2008 Réunion annuelle 8 décembre 2008 France Philippe PUECH, MD, PhD Joël CHABRIAIS, MD Société Française de Radiologie IHE-F User Co-chair Pourquoi? EURATOM 97/43 Justification clinique => Demande Mesure de

Plus en détail

Du diagnostic au traitement des cancers :

Du diagnostic au traitement des cancers : Quand le nucléaire soigne Du diagnostic au traitement des cancers : la radiothérapie Jean DATCHARY IUT Cherbourg-Manche Lundi 19 mars 2012 1 Deux grandes découvertes qui ne passent pas inaperçues 28/12/1895

Plus en détail

Frédéric LEFEVRE Radiologue SFR4i CHU de NANCY SCP RADIOLOR L environnement médico-économique Complexité des prises en charge patients suivi long terme, spécialisation, contraintes environnementales Développement

Plus en détail

Sécuritédes Applications Web Conférence CLUSIF 15 décembre 2011

Sécuritédes Applications Web Conférence CLUSIF 15 décembre 2011 Sécuritédes Applications Web Conférence CLUSIF 15 décembre 2011 Les enjeux réglementaires de la protection des informations en ligne Garance MATHIAS Avocat Dématérialisation des données et informations

Plus en détail

GCS EMOSIST-fc. DataCenter. Journée du 30 Novembre 2010. Jérôme Gauthier

GCS EMOSIST-fc. DataCenter. Journée du 30 Novembre 2010. Jérôme Gauthier GCS EMOSIST-fc DataCenter Journée du 30 Novembre 2010 Jérôme Gauthier Présentation de la structure régionale Hébergement d applications Projet phares DataCenter Sécurisation de l hébergement Plan de reprise

Plus en détail

Workflow analysis and requirement specifications of the 2nd case study

Workflow analysis and requirement specifications of the 2nd case study ANR programme ARPEGE 2008 Systèmes Embarqués et Grandes Infrastructures Projet SELKIS : Une méthode de développement de systèmes d information médicaux sécurisés : de l analyse des besoins à l implémentation.

Plus en détail

Télésanté et Télémédecine 24h/24 et 7j/7

Télésanté et Télémédecine 24h/24 et 7j/7 Télésanté et Télémédecine 24h/24 et 7j/7 www.h2ad.net Un Partenariat Basé sur l'innov Au travers de solutions innovantes en télésanté, de son expertise dans l acquisition et le traitement de données de

Plus en détail

RTC 3D ENDOMETRE POST OPERATOIRE. Principes généraux

RTC 3D ENDOMETRE POST OPERATOIRE. Principes généraux RTC 3D ENDOMETRE POST OPERATOIRE Principes généraux Données cliniques Me C, Age, OMS 0 Antécédents Métrorragies post ménopausique? Ex complémentaires = hystéroscopie curetage et TDM TAP Chirurgie: hystérectomie

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TERCHNIQUES PARTICULIERES

CAHIER DES CLAUSES TERCHNIQUES PARTICULIERES CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE BESANÇON Direction du Système d'information Hôpital St Jacques 2 Place St Jacques 25030 - Besançon Cedex PROCE22 septembre 2006 PROCEDURE ADAPTEE N 2007/23 DU 24 Avril

Plus en détail

Dossier Communicant en Cancérologie Plan d action national et déclinaison régionale JL Renaud-Salis, Réseau de Cancérologie d Aquitaine

Dossier Communicant en Cancérologie Plan d action national et déclinaison régionale JL Renaud-Salis, Réseau de Cancérologie d Aquitaine Premières rencontres - Aquitaine. TIC & Santé, Bordeaux 20 Juin 2008 Dossier Communicant en Cancérologie Plan d action national et déclinaison régionale JL Renaud-Salis, Réseau de Cancérologie d Aquitaine

Plus en détail

Algorithmes d optimisation RCMI / RapidArc / VMAT

Algorithmes d optimisation RCMI / RapidArc / VMAT Algorithmes d optimisation RCMI / RapidArc / VMAT Vincent Marchesi Unité de Radiophysique Médicale Centre Alexis Vautrin Vandœuvre-les-Nancy v.marchesi@nancy.fnclcc.fr EPU Techniques dédiées en radiothérapie,

Plus en détail

Protection des données personnelles et sécurisation des données

Protection des données personnelles et sécurisation des données Protection des données personnelles et sécurisation des données Journées d études des documentalistes et archivistes des ministères sociaux Paris, 2 février 2012 Jeanne BOSSI, Secrétaire générale de l

Plus en détail

Retour sur investissement d un PACS: l expérience de l Institut Curie Journées Françaises de Radiologie Octobre 2008

Retour sur investissement d un PACS: l expérience de l Institut Curie Journées Françaises de Radiologie Octobre 2008 Retour sur investissement d un PACS: l expérience de l Institut Curie Journées Françaises de Radiologie Octobre 2008 1- - Introduction (1) Institut Curie Centre de Lutte Contre le Cancer 177 lits d hospitalisation

Plus en détail

9 Sécurité et architecture informatique

9 Sécurité et architecture informatique 9 Sécurité et architecture informatique 1) Nom(s) du (des) système(s) d exploitation impliqués dans le traitement* : Windows Server 2008 R2 et CentOS 5 et 6. 2) Le système informatique est constitué :*

Plus en détail

Un an de garde téléradiologique déportée :

Un an de garde téléradiologique déportée : Un an de garde téléradiologique déportée : le futur de la permanence des soins en radiologie? A. Ben Cheikh 1,2,3 V. Thomson 1,3 N. Girouin 1,3 S. Meyran 2 S. Collodet 2 A. Martinon 3 V. Mougenot 1,2 C.

Plus en détail

La Télémédecine dans le cadre de la Plateforme Régionale Santé de Martinique

La Télémédecine dans le cadre de la Plateforme Régionale Santé de Martinique + La Télémédecine dans le cadre de la Plateforme Régionale Santé de Martinique 15 ème Conférence des Fédérations Hospitalières des Antilles et de la Guyane Y. MARIE-SAINTE Directeur 28/04/2011 V1.0 + #

Plus en détail

aroline MASCRET Mission Juridique Pôle «Actes et Produits de Santé» Haute Autorité de Santé

aroline MASCRET Mission Juridique Pôle «Actes et Produits de Santé» Haute Autorité de Santé Champ référentiel 1.2 Chapitre 1, domaine 2 : Juridique La loi Informatique et Liberté aroline MASCRET Mission Juridique Pôle «Actes et Produits de Santé» Haute Autorité de Santé La protection des données

Plus en détail

Contrôle de la respiration

Contrôle de la respiration Contrôle de la respiration Techniques Et Méthodes SAGITTAL CORONAL COEUR THORAX 1.5 cm ABDOMEN Mouvements des organes intrathoraciques Giraud, et al. IJROBP 2001 Seppenwoolde, et al. IJROBP 2002 CONTRÔLE

Plus en détail

Dans le cadre du contrôle de la radioprotection en France, l Autorité de sûreté nucléaire s est rendue dans votre établissement le 5 novembre 2014.

Dans le cadre du contrôle de la radioprotection en France, l Autorité de sûreté nucléaire s est rendue dans votre établissement le 5 novembre 2014. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE STRASBOURG Strasbourg, le 16 décembre 2014 N/Réf. : CODEP-STR-2014-056642 Centre de radiothérapie de la Robertsau 184, route de la Wantzenau 67000 STRASBOURG Objet : Inspection

Plus en détail

Délibération n 03-036 du 1er juillet 2003 portant adoption d'une recommandation relative à la sécurité des systèmes de vote électronique

Délibération n 03-036 du 1er juillet 2003 portant adoption d'une recommandation relative à la sécurité des systèmes de vote électronique Commission Nationale de l Informatique et des Libertés (CNIL) Délibération n 03-036 du 1er juillet 2003 portant adoption d'une recommandation relative à la sécurité des systèmes de vote électronique 01

Plus en détail

Journée des systèmes d'information Le développement de la e santé : un cadre juridique et fonctionnel confronté à l'exigence du partage

Journée des systèmes d'information Le développement de la e santé : un cadre juridique et fonctionnel confronté à l'exigence du partage Journée des systèmes d'information Le développement de la e santé : un cadre juridique et fonctionnel confronté à l'exigence du partage Jeanne Bossi Malafosse, Counsel GCS e-santé Languedoc Roussillon

Plus en détail

Sommaire. AIDAUCLIC BACKUP : Solution de sauvegarde en ligne 3. Quelles problématiques résout la solution? 3. Fonctionnement de la solution 4

Sommaire. AIDAUCLIC BACKUP : Solution de sauvegarde en ligne 3. Quelles problématiques résout la solution? 3. Fonctionnement de la solution 4 Sommaire AIDAUCLIC BACKUP : Solution de sauvegarde en ligne 3 Quelles problématiques résout la solution? 3 La reprise d activité après un sinistre L accès nomade aux données 24h/24 Fonctionnement de la

Plus en détail

Second cancer après radiothérapie mammaire

Second cancer après radiothérapie mammaire Second cancer après radiothérapie mammaire Sophie Guillerm, service de radiothérapie, Hôpital St Louis Florence Coussy, service d oncologie, Institut Curie Vendredi 25/09/2015 Introduction incidence nombre

Plus en détail

Evolution des financements en radiothérapie et leurs impacts

Evolution des financements en radiothérapie et leurs impacts 17 nov 2014 Evolution des financements en radiothérapie et leurs impacts B. Chauvet Coût de la radiothérapie en France Environ 800 M en 2012 > 400 M en secteur sous TAA pour 52% des traitements < 400 M

Plus en détail

Comment mettre en place un réseau sécurisé de téléradiologie à moindre coût?

Comment mettre en place un réseau sécurisé de téléradiologie à moindre coût? Comment mettre en place un réseau sécurisé de téléradiologie à moindre coût? Philippe PUECH [1,2] Loïc BOUSSEL [3] Renaud PERICHON [2] Eric DUFRESNE [2] Laurent LEMAITRE [2] Régis BEUSCART [2] [1] Plateau

Plus en détail

Intérêt de la numérisation des demandes d examen et de son intégration dans le RIS/PACS

Intérêt de la numérisation des demandes d examen et de son intégration dans le RIS/PACS Intérêt de la numérisation des demandes d examen et de son intégration dans le RIS/PACS N.LABONNE (1), B.TAINE (1), C.DOUCHIN (2), A.BLUM (1) Service d Imagerie Guilloz C.H.U. Nancy (1) Direction Informatique

Plus en détail

Commission Nationale de l Informatique et des Libertés Recommandation (97-008)

Commission Nationale de l Informatique et des Libertés Recommandation (97-008) RECOMMANDATION Délibération n 97-008 du 4 février 1997 portant adoption d'une recommandation sur le traitement des données de santé à caractère personnel (Journal officiel du 12 avril 1997) La Commission

Plus en détail

Optimisation des paramètres d acquisition scanographique pour la radiothérapie des tumeurs mobiles

Optimisation des paramètres d acquisition scanographique pour la radiothérapie des tumeurs mobiles Cancer/Radiothérapie 15 (2011) 115 122 Article original Optimisation des paramètres d acquisition scanographique pour la radiothérapie des tumeurs mobiles Scan acquisition parameter optimization for the

Plus en détail

Le DMP et vos droits Dossier Médical Personnel

Le DMP et vos droits Dossier Médical Personnel BROChURE D information PATIENT Le DMP et vos droits Dossier Médical Personnel Créer votre DMP, un acte important pour votre santé au service de la santé www.dmp.gouv.fr 2 Le dmp et vos droits 4 Qu est-ce

Plus en détail

VOLUMES-CIBLES Cancer Bronchique Non-à-Petites Cellules

VOLUMES-CIBLES Cancer Bronchique Non-à-Petites Cellules VOLUMES-CIBLES Cancer Bronchique Non-à-Petites Cellules Philippe GIRAUD, Nicolas POUREL, Vincent SERVOIS Romainville, le 29 septembre 2011 1 Radiothérapie et cancer du poumon La dosimétrie des cancers

Plus en détail

Charte pour l usage de ressources informatiques et de services Internet

Charte pour l usage de ressources informatiques et de services Internet Charte pour l usage de ressources informatiques et de services Internet Ce texte, associé au règlement intérieur de l Observatoire de Paris (désigné dans la suite comme l Établissement) et ceux de ses

Plus en détail

Unicancer Le nouveau groupe hospitalier exclusivement dédié à la lutte contre le cancer. Répondre aux nouveaux défis de la cancérologie

Unicancer Le nouveau groupe hospitalier exclusivement dédié à la lutte contre le cancer. Répondre aux nouveaux défis de la cancérologie Unicancer Le nouveau groupe hospitalier exclusivement dédié à la lutte contre le cancer Répondre aux nouveaux défis de la cancérologie 07 Profil Unicancer c est... Acteur majeur de la cancérologie en France,

Plus en détail

Charte pour l usage de ressources informatiques et de services Internet

Charte pour l usage de ressources informatiques et de services Internet Prénom Nom : Signature : Date : Service : Charte pour l usage de ressources informatiques et de services Internet Ce texte, associé au règlement intérieur des entités, a pour objet de préciser la responsabilité

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES D UTILISATION DU SYSTÈME TACTIOSOFT

CONDITIONS GÉNÉRALES D UTILISATION DU SYSTÈME TACTIOSOFT CONDITIONS GÉNÉRALES D UTILISATION DU SYSTÈME TACTIOSOFT 1. INFORMATIONS GÉNÉRALES Le dispositif Tactiosoft, désigné ci-après «service Tactiosoft» est composé d'une application de santé mobile accessible

Plus en détail

Les garanties de protection des données personnelles dans le Dossier Médical Personnel

Les garanties de protection des données personnelles dans le Dossier Médical Personnel Les garanties de protection des données personnelles dans le Dossier Médical Personnel Réunion PRIAM - 2008 Caroline Zorn Doctorante en Droit médical Université Nancy 2 ( CRDP-Iscrimed ) Introduction I.

Plus en détail

CHARTE INFORMATIQUE LGL

CHARTE INFORMATIQUE LGL CHARTE INFORMATIQUE LGL Selon la réglementation indiquée dans la charte informatique du CNRS, tout accès aux ressources informatiques du LGLTPE nécessite une authentification des personnels. Cette authentification

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES D UTILISATION DU SYSTÈME ABOX NOTE. Le terme "Utilisateur" fait référence indifféremment à ces deux usages.

CONDITIONS GÉNÉRALES D UTILISATION DU SYSTÈME ABOX NOTE. Le terme Utilisateur fait référence indifféremment à ces deux usages. CONDITIONS GÉNÉRALES D UTILISATION DU SYSTÈME ABOX NOTE 1. INFORMATIONS GÉNÉRALES Le dispositif abox note d Arrow Génériques, désigné ci-après «service abox note» est composé d'une application de santé

Plus en détail

10 juin 2013. Pharmagest - Villers-Lès-Nancy. Inauguration DataCenter

10 juin 2013. Pharmagest - Villers-Lès-Nancy. Inauguration DataCenter 10 juin 2013 Pharmagest - Villers-Lès-Nancy Inauguration DataCenter 65 millions de dossiers médicaux en France L hébergement de données de santé : un enjeu pour demain Les réformes en cours du système

Plus en détail

Spécialiste de la gestion de flux documentaires et de l environnement informatique associé. STEP : Un projet, deux ambitions

Spécialiste de la gestion de flux documentaires et de l environnement informatique associé. STEP : Un projet, deux ambitions Spécialiste de la gestion de flux documentaires et de l environnement informatique associé STEP : Un projet, deux ambitions STEP, un projet, deux ambitions Des activités innovantes au service des entreprises

Plus en détail

Le contrat Cloud : plus simple et plus dangereux

Le contrat Cloud : plus simple et plus dangereux 11 février 2010 CONFERENCE IDC CLOUD COMPUTING Le Cloud dans tous ses états Le contrat Cloud : plus simple et plus dangereux Les bons réflexes pour entrer dans un contrat Cloud en toute sécurité Benjamin

Plus en détail

Galland-Girodet S.*, Huchet A, Darrouzet V., Maire J. P. DIU de Neuro-oncologie 7 novembre 2013, Bordeaux

Galland-Girodet S.*, Huchet A, Darrouzet V., Maire J. P. DIU de Neuro-oncologie 7 novembre 2013, Bordeaux La radiothérapie des tumeurs bénignes de la base du crâne : analyse d une série de 30 patients porteurs de paragangliomes cervico-céphaliques traités entre 1987 et 2010. Galland-Girodet S.*, Huchet A,

Plus en détail

STEP. Spécialiste de la gestion de flux documentaires et de l environnement informatique associé

STEP. Spécialiste de la gestion de flux documentaires et de l environnement informatique associé STEP Spécialiste de la gestion de flux documentaires et de l environnement informatique associé Un projet d entreprise, deux ambitions Des activités innovantes au service des entreprises Gestion de flux

Plus en détail

DOSSIER PATIENT INFORMATISÉ Rêve ou réalitr

DOSSIER PATIENT INFORMATISÉ Rêve ou réalitr DOSSIER PATIENT INFORMATISÉ Rêve ou réalitr alité? CHU REIMS C Marcus, H Gomes, P Hornoy, S Roesch, R Husson, B Menanteau Reims - France Dossier Patient Informatisé Objectifs : Rappeler la structure du

Plus en détail

Les obligations légales pour Accès (FAI) & Services / Hébergement (FSI)

Les obligations légales pour Accès (FAI) & Services / Hébergement (FSI) Les obligations légales pour Accès (FAI) & Services / Hébergement (FSI) Alexandre Archambault FrNOG 23 ALLO UI CER OPJ Qui était derrière cette IP 192.168.0.1? Quel est le client derrière suce.ma.teu.be?

Plus en détail

Le Dossier Médical Personnel

Le Dossier Médical Personnel Le Dossier Médical Personnel Présentation du DMP Vidéo 2 Le DMP : c est parti! En 2011, les premiers pas du DMP > Accès pour les professionnels de santé via leur logiciel homologué «DMP-compatible» (web

Plus en détail

aroline MASCRET Mission Juridique Pôle «Actes et Produits de Santé» Haute Autorité de Santé

aroline MASCRET Mission Juridique Pôle «Actes et Produits de Santé» Haute Autorité de Santé Champ référentiel 1.2 Chapitre 1, domaine 2 : Juridique Le dossier Médical Personnel ou DMP aroline MASCRET Mission Juridique Pôle «Actes et Produits de Santé» Haute Autorité de Santé Chronologie du DMP

Plus en détail

Pour un flux de tâches illimité. Le module DICOM de Carl Zeiss.

Pour un flux de tâches illimité. Le module DICOM de Carl Zeiss. Pour un flux de tâches illimité. Le module DICOM de Carl Zeiss. We make it visible. 2 De nouveaux horizons explorés. Avec DICOM Visible Light. Dans tous les hôpitaux modernes, le réseau informatique joue

Plus en détail

LA SÉCURISATION DE L OBJET CONNECTÉ

LA SÉCURISATION DE L OBJET CONNECTÉ Chapitre 6 LA SÉCURISATION DE L OBJET CONNECTÉ 127. La sécurisation appliquée aux objets connectés s intéresse au premier chef aux données qu ils émettent ou qu ils reçoivent. Aussi nous interrogerons-

Plus en détail

Apport de la numérisation de la dosimétrie d un service scanner

Apport de la numérisation de la dosimétrie d un service scanner Apport de la numérisation de la dosimétrie d un service scanner Jean-Marc TREUTENAERE Istres France Mail: treutenaere@hotmail.com Objectif Exposer notre expérience de la mise en place d un système de gestion

Plus en détail

Depuis les premiers traitements du cancer par

Depuis les premiers traitements du cancer par Radiothérapie Situation et évolution de la physique médicale The physicist s place in radiotherapy T. Sarrazin* Depuis les premiers traitements du cancer par les rayons X au tout début du xix e siècle,

Plus en détail

2 disques en Raid 0,5 ou 10 SAS

2 disques en Raid 0,5 ou 10 SAS Serveur GED: INFO EN + Afin d obtenir des performances optimales il est préférable que le serveur soit dédié. Matériel : Processeur Jusqu à 10 utilisateurs 2.0 Ghz environ Jusqu à 30 utilisateurs 2.6 Ghz

Plus en détail

La Physique Médicale : Hier, Aujourd'hui, Demain 13h15 17h30, Institut Curie, 75005 Paris

La Physique Médicale : Hier, Aujourd'hui, Demain 13h15 17h30, Institut Curie, 75005 Paris 1 ère journée internationale de physique médicale. 7 novembre 2013 La Physique Médicale : Hier, Aujourd'hui, Demain 13h15 17h30, Institut Curie, 75005 Paris Dominique LE DU, Physicien Médical Hôpital Européen

Plus en détail

LANCEMENT DU PACS MIDI-PYRENEES

LANCEMENT DU PACS MIDI-PYRENEES Mercredi 14 Novembre 2012 LANCEMENT DU PACS MIDI-PYRENEES Amphithéâtre Pavillon de Télémédecine, Institut Européen de Télémédecine Le projet de PACS mutualisé, RIS et support à la Téléradiologie en région

Plus en détail

PACS Picture Archiving and Communication System

PACS Picture Archiving and Communication System Dr Jean-Charles Dufour jean-charles.dufour@univmed.fr PACS Picture Archiving and Communication System Initiation et généralitg ralités à propos de leur mise en œuvre LERTIM, Faculté de médecine Timone,

Plus en détail

Backup. Solution de sauvegarde en ligne pour les professionnels LE PARTENAIRE SECURITE DE VOTRE ENTREPRISE!

Backup. Solution de sauvegarde en ligne pour les professionnels LE PARTENAIRE SECURITE DE VOTRE ENTREPRISE! Backup Solution de sauvegarde en ligne pour les professionnels LE PARTENAIRE SECURITE DE VOTRE ENTREPRISE! Qu est-ce-que la télésauvegarde Backup? La télésauvegarde Backup est un service automatique qui

Plus en détail

F. Lefevre (1), C. Lefondeur(1) Ph Puech (2) 1 - CHU de Nancy 2 CHU de Lille

F. Lefevre (1), C. Lefondeur(1) Ph Puech (2) 1 - CHU de Nancy 2 CHU de Lille F. Lefevre (1), C. Lefondeur(1) Ph Puech (2) 1 - CHU de Nancy 2 CHU de Lille 70 60 50 Vol (To) NB EXAMENS (K) Poly. (Vol (To)) Poly. (NB EXAMENS (K)) 600 500 400 40 300 30 20 200 10 100 0 2003 2004 2005

Plus en détail

Progrès & radiothérapie, vers un meilleur accès aux techniques de haute précision

Progrès & radiothérapie, vers un meilleur accès aux techniques de haute précision DOSSIER DE PRESSE Progrès & radiothérapie, vers un meilleur accès aux techniques de haute précision Inauguration du CyberKnife M6 au Centre de Lutte Contre le Cancer Eugène Marquis de Rennes 20 février

Plus en détail

DEMATERIALISATION. OBLIGATIONS et ENGAGEMENTS

DEMATERIALISATION. OBLIGATIONS et ENGAGEMENTS DEMATERIALISATION OBLIGATIONS et ENGAGEMENTS Editeur du Progiciel MARCO, le spécialiste de la gestion des achats et marchés publics Parc Euromédecine 95 rue Pierre Flourens 34090 MONTPELLIER Tél assistance

Plus en détail

www.laroutedesterritoires.fr Outils numériques d échanges entre professionnels de santé

www.laroutedesterritoires.fr Outils numériques d échanges entre professionnels de santé www.laroutedesterritoires.fr Outils numériques d échanges entre professionnels de santé Des outils d échanges entre PS o Objectifs: o Permettre des échanges sécurisés entre les professionnels de santé

Plus en détail

CHARTE INFORMATIQUE Annexée au règlement intérieur

CHARTE INFORMATIQUE Annexée au règlement intérieur CHARTE INFORMATIQUE Annexée au règlement intérieur Préambule L informatique doit respecter l identité humaine, les droits de l homme, la vie privée et les libertés. Cette charte définit les conditions

Plus en détail

La physique médicale Débuts d une nouvelle profession

La physique médicale Débuts d une nouvelle profession La physique médicale Débuts d une nouvelle profession Andrée Dutreix Journée Internationale de Physique Médicale 7 Novembre 2013 La physique médicale Situation en France avant la fin des années 60! En

Plus en détail

Description de l entreprise DG

Description de l entreprise DG DG Description de l entreprise DG DG est une entreprise d envergure nationale implantée dans le domaine de la domotique. Créée en 1988 par William Portes, elle compte aujourd'hui une centaine d'employés.

Plus en détail

INTERET D UN ARCHIVAGE PARALLELE POUR LES DONNEES ENHANCED DICOM

INTERET D UN ARCHIVAGE PARALLELE POUR LES DONNEES ENHANCED DICOM INTERET D UN ARCHIVAGE PARALLELE POUR LES DONNEES ENHANCED DICOM N.LABONNE(1) - C.LEFONDEUR(2) - A.BLUM(1) (1) Service d Imagerie Guilloz CHU NANCY (2) Direction du Système d Information CHU NANCY www.imagerieguilloz.com

Plus en détail

Toute utilisation du site www.eau-services.com doit respecter les présentes conditions d utilisation.

Toute utilisation du site www.eau-services.com doit respecter les présentes conditions d utilisation. Mentions légales Toute utilisation du site www.eau-services.com doit respecter les présentes conditions d utilisation. I CONDITIONS D UTILISATION DU SITE Ce Site est soumis à la loi française. En consultant

Plus en détail

Manuel Qualité. Selon la norme NF S 96-900

Manuel Qualité. Selon la norme NF S 96-900 HMN-PLATEFORME RESSOURCES BIOLOGIQUES 51 Av du Gal de Lattre de Tassigny 94 010 CRETEIL Manuel Qualité Ref : HM-RB-PRB-MQ-PIS-001-v03 Version : 03 Applicable le : 30-10-2015 Manuel Qualité de la Plateforme

Plus en détail

CQP ADMINISTRATEUR DE BASES DE DONNÉES (ABD) ----------------------------------------------------------------------------------------------------

CQP ADMINISTRATEUR DE BASES DE DONNÉES (ABD) ---------------------------------------------------------------------------------------------------- ORGANISME REFERENCE STAGE : 26587 20 rue de l Arcade 75 008 PARIS CONTACT Couverture : M. Frédéric DIOLEZ Paris, Lyon, Bordeaux, Rouen, Toulouse, Marseille, Tél. : 09 88 66 17 40 Strasbourg, Nantes, Lille,

Plus en détail

La Révolution Numérique Au Service De l'hôpital de demain. 18-19 JUIN 2013 Strasbourg, FRANCE

La Révolution Numérique Au Service De l'hôpital de demain. 18-19 JUIN 2013 Strasbourg, FRANCE La Révolution Numérique Au Service De l'hôpital de demain 18-19 JUIN 2013 Strasbourg, FRANCE Le développement de la e-santé : un cadre juridique et fonctionnel qui s adapte au partage Jeanne BOSSI Secrétaire

Plus en détail

Un exemple d échange d images régional

Un exemple d échange d images régional Un exemple d échange d images régional Jeudi 13 octobre 2011 Vincent Guillerme Directeur des ventes Imagerie Médicale France vincent.guillerme@mckesson.fr Agenda L activité imagerie de McKesson PACS Territoire

Plus en détail

Présentation du travail effectué autour du projet NADIS

Présentation du travail effectué autour du projet NADIS Présentation du travail effectué autour du projet NADIS SOMMAIRE Appel d offre pour le logiciel Hébergement de Nadis Les contrats Présentation de Nadis Architecture générale de la plateforme Nadis Quelques

Plus en détail

La mise en place du PACS 1 Midi-Pyrénées s inscrit

La mise en place du PACS 1 Midi-Pyrénées s inscrit Pr Louis Lareng ADMINISTRATEUR Dr Monique Savoldelli DIRECTEUR SIH Karine Seymour CHEF DE PROJET 35 GROUPEMENT DE COOPÉRATION SANITAIRE TÉLÉSANTÉ MIDI-PYRÉNÉES, TOULOUSE Mise en place d un PACS mutualisé

Plus en détail