Valorisation d une publication scientifique: Bibliographies (IF, H, SIGAPS)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Valorisation d une publication scientifique: Bibliographies (IF, H, SIGAPS)"

Transcription

1 Module national d enseignement Recherche et Innovation en Imagerie (R2I) des Radiodiagnostics et Imagerie Médicale Valorisation d une publication scientifique: Bibliographies (IF, H, SIGAPS) P. Devos DRCI CHRU de Lille EA 2694

2 Plan La recherche et son évaluation Origine de la bibliométrie Méthodes et indicateurs Un exemple en médecine : SIGAPS Le financement des CHU

3 La recherche et son évaluation

4 La recherche et son évaluation Une problématique qui date des années 50. Nécessité, pour les grands pays industrialisés, d évaluer leur potentiel scientifique et technologique : naissance, au USA, de la National Science Fundation (NSF), chargée de mesurer le niveau scientifique et technologique : Création par Eugen Garfield, de l Institute for Scientific Information (ISI) : Mise en place de l Organisation pour la Coopération et le Développement Économique (OCDE).

5 La recherche et son évaluation 1973 : Publication par la NSF des «Sciences Indicators» 1984 : Publication par l OCDE des «Sciences and Technology Indicators» Mise en place des premières études internationales visant à évaluer et comparer les niveaux scientifiques et technologiques des grand pays industrialisés. Naissance de la scientométrie

6 La scientométrie Discipline ayant pour objectif d étudier, à l aide de méthodes quantitatives, les processus de création, de diffusion et d utilisation de la science. Généralement utilisée pour une évaluation macroscopique (pays, région, institution, ) Basée sur la mise en place et l analyse d indicateurs Utilisation fréquente de la bibliométrie

7 Quelques exemples De nombreuses études et classements Classement de Shanghai Études OST Rapport Even De nombreuses implications en terme de : Image de marque Attractivité (notamment pour les Universités) Financement (exemple des MERRI)

8 La bibliométrie La bibliométrie se définit comme l'exploitation statistique des publications. Cette analyse permet de rendre compte de l'activité des producteurs (chercheur, laboratoire, institut...) ou des diffuseurs (périodique, éditeur...) de l'information scientifique, tant d'un point de vue quantitatif que qualitatif. Quel niveau d analyse? 3 questions importantes en bibliométrie : Quelle base de référence? Quels indicateurs?

9 Le niveau d analyse Quel niveau d analyse? International (Europe / Monde) Européen National (interchu) Équipe Chercheur Méthodologie différente selon que l on compare : 2 pays 2 institutions 2 chercheurs

10 Choix de la base d analyse De nombreuses bases disponibles : Science Citation Index Pubmed SCOPUS (Elsevier) Beaucoup de bases thématiques : Médicales Physiques / Chimie Sciences de l Ingénieur Choisir la (ou les) bonnes base(s)!!!

11 Le Science Citation Index Base éditée et commercialisée par Thomson Scientific Plus de 7000 revues Couvre de nombreux domaines scientifiques Une des plus utilisées dans les études bibliométriques Interface d interrogation (Web of Science) Coût élevé, accès restreint Peu de revues françaises

12 Pubmed Une des bases les plus utilisée en Sciences Biomédicales 19 millions de références depuis 1965 Outils d extraction automatique disponibles Très complète (MESH, GRANTS, GENE, ) Gratuite Couvre mal certains domaines : technologies médicales sciences sociales

13 De nombreuses autres bases SCOPUS : un des concurrents du SCI Nombreuses références Bonne couverture des revues françaises INSPEC : Physique / Sciences de l Ingénieur EMBASE : Sciences biomédicales et Pharmaceutiques PASCAL : Base CNRS

14 La validité des données 2 modes d interrogation : Par adresse Par nom (Interrogation nominative) Problèmes des homonymes : Possibilité d avoir les mêmes nom et prénom (ou initiales) Normalisation des adresses : ex Lambret[Adresse] Centre Oscar Lambret 1, Av O. Lambret (CHRU!!!) Nécessité de valider les données (problème récurrent en bibliométrie)

15 Les indicateurs Le nombre total de publications / Part des publications Le nombre de citations / Part des citations L Impact Factor de la revue et indices dérivés Le facteur h, facteur M, facteur g,

16 Le nombre de Publications Un indicateur très simple, facile à collecter pour un chercheur Plus difficile à collecter pour une équipe ou un établissement (exhaustivité, doublons, )

17 Le nombre de citations Plus difficile à obtenir, car disponible dans des bases comme le SCI ou SCOPUS (payantes) Dépend de la date de publication de l article

18 Le Facteur d Impact (Impact Factor) Indice de citation d une revue calculé par l Institute for Scientific Information (ISI) Disponible dans le Journal of Citations Report (JCR) Actualisé tous les ans NB : 2008 IF = Nombre de citations des articles parus en 2006 et 2007 Nombre d'articles publiés en 2006 et 2007 x : 2008 Nombre de citations de Radiology en 2006 et IF (Radiology)= = = Nombre d'articles publiés dans Radiology en 2006 et

19 Le Facteur d Impact Très utilisé et très controversé Mesure le rayonnement d une revue et pas d un article Très variable d une discipline à l autre Avantage clairement les revues anglo-saxonnes Mais un des rares indices qui existe

20 Le facteur H Basé sur le nombre d articles ET de citations Peu d articles beaucoup cités et beaucoup d articles peu cités Article Citations «A scientist has index h if h of his/her Np papers have at least h citations each, and the other (Np - h) papers have no more than h citations each.» JE Hirsch

21 Quelques références B. Godin, The emergence of S&T indicators: why did governments supplement statistics with indicators, Research Policy, 2003, E. Garfield, Fortnightly Review: How can impact factors be improved?, British Medical Journal, 313 (1996) P.O Seglen, Why the impact factor of journals should not be used for evaluating research, British Medical Journal, 314(1997) JE Hirsch, An index to quantify an individual scientific research output, Physics, 2005 R. Costas, M. Bordons, The h-index: Advantages, limitations and its relation with other bibliometric indicators at the micro level, Journal of Informetrics, In Press, March 2007 J. Imperial and A. Rodríguez-Navarro, Usefulness of Hirsch s h -index to evaluate scientific research in Spain, Scientometrics, 71(2), 2007, 271:282 L. Egghe, Theory and practice of the g-index, Scientometrics, Vol 69 (2006)

22 Quelques liens

23 La bibliométrie et les sciences biomédicales : l exemple SIGAPS

24 Les sciences biomédicales Usage courant des techniques de bibliométrie par les grands organismes pour l évaluation des chercheurs et équipes : l INSERM : Le CNRS : Enquêtes nationales : enquête réalisée par l OST par exemple. Ces outils permettent le calcul d indicateurs d activité mais ne permettent pas : Les statistiques par service, pôle, discipline, L analyse des collaborations Une politique de recherche au niveau local

25 Recensement des Publications Scientifiques Publications scientifiques : Un des éléments quantifiant la Recherche d un Établissement, d une équipe, ou d un chercheur. Indispensable : justification, évaluation interne/externe, MERRI,... Recensement difficile en pratique : Charge de travail énorme, exhaustivité Problème de doublons, de validation Charge de travail des cliniciens? Doit être MINIMALE Proposition en Novembre 2001, d un concept permettant la synthèse automatique des publications. Système d Interrogation, de Gestion et d Analyse des Publications Scientifiques

26 Principe de SIGAPS Navigateur Web Analyser Recenser Visualiser Télécharger SIGAPS Agréger Évaluer 0 Hôpital Pôle Service Service Pôle Service + Impact Factor IF > P90 Q3 < IF < P90 MED < IF < Q3 Q1 < IF < MED IF < Q1 Inconnu Categorie Couleur A B C D E NC A B C D E

27 Le recensement des publications Basé sur l interrogation nominative du serveur Pubmed Avantages : Une des bases les plus utilisée en Sciences Biomédicales 19 millions de références depuis 1965 Outils d extraction automatique disponibles Très complète (MESH, GRANTS, GENE, ) Gratuite Limites : Couvre mal certains domaines (technologies, sciences sociales) Problèmes d homonymes Nécessité de valider les publications Procédures de Validation intégrées au logiciel

28 L Évaluation des articles Max P90 0 A Échelle à 6 niveaux basée sur l Impact Factor Problème : l IF varie fortement d une discipline à une autre : B Informatique Médicale, à (médiane=0.808) Biologie Cellulaire, 0.25 à 29.2 (médiane=2.188) Q3 Classification statistique, par discipline, en 5 catégories (A à E) Médiane Q1 + C D correspondant aux percentiles de l IF. Revues non recensées par l ISI (actes de congrès, par exemple), sont affectées à la catégorie NC. E Min Non Classé par l ISI N C Avec cette classification, chaque discipline a 10% de journaux en catégorie A, 15% in B, 25% in C,

29 2 Exemples BLOOD : Classé par l ISI dans la discipline MA (HEMATOLOGY) 60 revues dans cette discipline Calcul des percentiles (Q1=1.29, Q2=2.01, Q3=3.65, P90=5.68) IF(BLOOD)=10.13 donc classé A AMERICAN JOURNAL OF CRITICAL CARE Classé par l ISI dans les disciplines DS (CRITICAL CARE MEDICINE) et RY (NURSING) 49 revues dans les disciplines DS ou RY Calcul des percentiles (Q1=0.58, Q2=0.85, Q3=1.28, P90=2.93) IF(AJCC)=1.34 donc classé B

30 Les revues de Radiologie Discipline ISI : VY (RADIOLOGY, NUCLEAR MEDICINE & MEDICAL IMAGING) ISSN Titre Eur J Nucl Med Mol Imaging NC A B A A A A A IEEE Trans Med Imaging A A A A A A A A Invest Radiol B B C C B B A A J Nucl Med A A A A A A A A Med Image Anal NC A A A A A A A Neuroimage A A A A A A A A Radiology A A A A A A A A Semin Nucl Med B B A A B A A A Clin Nucl Med E E E C C C B B Contrast Media Mol Imaging NC NC NC NC NC D D B Eur Radiol C D C C C B B B Hum Brain Mapp A A A A B B A B Int J Radiat Oncol Biol Phys B B B B B B B B J Biomed Opt B B B B B B B B Magn Reson Med A A B A B B B B Med Phys B B B B B B B B Mol Imaging NC NC NC NC NC NC NC B Mol Imaging Biol NC B B B B B B B NMR Biomed B C B B C B B B Phys Med Biol C B B B B B B B Radiographics C C C B C C C B Radiother Oncol B B C C C B B B Semin Radiat Oncol C C B C B A B B Disponible dans SIGAPS (Menu Documentation)

31 Les niveaux d Analyse

32 Les statistiques produites Nombre de publications par an. Place dans les auteurs croisée avec la catégorie. Évolution par année et par catégorie. Proportion d articles de chaque catégorie. Principales collaborations. Liste des termes MESH recensés. Détail des revues et nombre de publications. Proportions d articles en français et anglais. Détail par discipline Bibliographie aux normes de Vancouver, triée par année puis par auteur.

33 Exemple : Analyse d un chercheur

34 Exemple : Analyse d un chercheur

35 Le score SIGAPS 2 composantes : La catégorie de la revue (C1) La position dans les auteurs (C2) C1= 8 si A 6 si B 4 si C 3 si D C2= 4 si Position =1 3 si Position =2 ou Dernier 2 si Position =3 2 si E 1 sinon 1 si NC Score = C1 * C2 Chaque article a un score qui varie de 1 à 32 points. Par exemple, un article A en 1er auteur a donc un score de 32 (8*4), un article NC en 5ème auteur, 1 points (1*1). Le score d une équipe est la somme des scores de tous les articles. Si un article contient plusieurs auteurs, le score retenu pour l article correspond au maximum des scores des auteurs, chaque article ne pouvant être comptabilisé qu une seule fois.

36 Déploiement national du logiciel Mission confiée par le Ministre chargé de la Santé en Juin 2006 «mission consistant à assurer la diffusion et l utilisation du logiciel SIGAPS au sein de l ensemble des établissements hospitalo-universitaires, et à permettre la définition d un indicateur fiable du niveau de la production scientifique de ces établissements.»! Lille! Caen! Rouen! Amiens AP/HP Reims! Nancy Strasbourg Déploiement sur 29 CHU, 20 CLCC et 27 CHG! Brest Rennes Nantes Angers! Poitiers Tours Dijon! Besançon Mise en place d un serveur national Limoges Clermont F Lyon Bordeaux St Etienne Grenoble Production d indicateurs Toulouse Montpellier Nîmes!! Marseille! Nice Fort- de France Pointe à Pitre

37 Au niveau national : État des lieux 80 établissements équipés : 29 Centres Hospitaliers Universitaires 2 Centres Hospitaliers Régionaux 20 Centre de Lutte contre le Cancer 28 Centre Hospitaliers ayant une convention HU Service de Santé des Armées publications sur la période ,5% classés A, 18,8% classés B IF moyen : 3.03 Bilan quantitatif et qualitatif, sur des données validées, de la production scientifique réalisée par les établissements hospitaliers.

38 Le financement MERRI

39 Le financement : un peu d histoire Financement des Hôpitaux : Passage progressif d une dotation globale à un paiement à l activité Mise en place du PMSI et de la T2A Spécificité des CHU : charges d enseignement et de recherche Abattement de 13% du point ISA Grande disparité entre les établissements!!!

40 Le financement : un peu d histoire Financement de la recherche : Première étape : classification en 2005 des CHU en 3 catégories (Faibles chercheurs, Moyens chercheurs, Forts chercheurs) avec des abattements différents. Deuxième étape : passage, en 2008, à un nouveau modèle de financement basé sur : Un socle fixe visant à couvrir les frais de structure Une part modulable basé sur des indicateurs de résultats Une part variable (appels d offre, structure labellisées, )

41 La part modulable Représente environ 48% des financements MERRI (900 M ) Basé sur 4 indicateurs : Publications (SIGAPS) : 57.5% Enseignement (Nb étudiants) : 29% Essais cliniques (SIGREC) : 10% Brevets, valorisation : 3.5% 57.5% de la part modulable (~ 530 M ) basés sur SIGAPS

42 Et en euros??? En 2010, valeur du point : ~ article dans Radiology en 1er auteur : 32 points Environ pour l établissement Pendant 5 ans

43 En conclusion Publication = Visibilité!!! (AERES, DHOS, MESR, EPST, ) Pour le chercheur Pour l institution Publication = Financement Attention : Au choix de la revue (référencement Pubmed, JCR, ) Utiliser, si possible, des adresses normalisées.

44 Des questions?

23/01/2015. Les nouvelles structures (IHU et autres) Les petites dernières : les CRC. STRUCTURES de RECHERCHE CLINIQUE RECONNUES

23/01/2015. Les nouvelles structures (IHU et autres) Les petites dernières : les CRC. STRUCTURES de RECHERCHE CLINIQUE RECONNUES Les nouvelles structures (IHU et autres) 6 IHU sont labellisés en 2011 Personnes morales de droit privé, constituées en FCS (CHU). créés dans le cadre des structures labellisées à la suite des appels à

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE Arrêté du 19 mars 2013 autorisant au titre de l année 2013 l ouverture de concours externes et internes

Plus en détail

Guide de l année-recherche

Guide de l année-recherche Guide de l année-recherche Destiné aux Internes de Médecine Générale Mars 2011 Mis à jour Octobre 2013 Co signé en octobre 2013 par : Page 2 sur 20 SOMMAIRE I. Introduction 5 II. Définition de l année-recherche

Plus en détail

L IRM pas à pas Un module d enseignement interactif des bases physiques de l Imagerie par Résonance Magnétique. http://www.e-mri.

L IRM pas à pas Un module d enseignement interactif des bases physiques de l Imagerie par Résonance Magnétique. http://www.e-mri. L IRM pas à pas Un module d enseignement interactif des bases physiques de l Imagerie par Résonance Magnétique http://www.e-mri.org D HOA, A MICHEAU, G GAHIDE, E LE BARS, C CYTEVAL, M ZANCA, P DUJOLS,

Plus en détail

Les personnels enseignants. de l enseignement supérieur. sous tutelle du MESR 2011-2012. note d 13.07. Enseignement supérieur & Recherche.

Les personnels enseignants. de l enseignement supérieur. sous tutelle du MESR 2011-2012. note d 13.07. Enseignement supérieur & Recherche. note d chercheurs (62 % du total), on trouve les professeurs des universités (35,5 %), les maîtres de conférences (64,4 %) et les assistants titulaires (0,1 %) (tableau 6, p. 6). 94,4 % des enseignants

Plus en détail

Recherche et veille documentaire scientifique

Recherche et veille documentaire scientifique Recherche et veille documentaire scientifique Élodie Chattot BU Médecine Pharmacie juin 2006 Introduction Le but de cet atelier est de vous initier à la méthodologie de recherche documentaire scientifique,

Plus en détail

PROGRAMME D ÉTUDES (SPÉCIALITÉ) 1 Ingénieur diplômé de l'école centrale de Marseille UNIF

PROGRAMME D ÉTUDES (SPÉCIALITÉ) 1 Ingénieur diplômé de l'école centrale de Marseille UNIF No ÉCOLES HABILITÉES À DÉLIVRER UN TITRE D'INGÉNIEUR DIPLÔMÉ PROGRAMME D ÉTUDES (SPÉCIALITÉ) 1 Ingénieur diplômé de l'école centrale de Marseille 2 Ingénieur diplômé de l'école polytechnique universitaire

Plus en détail

VAGUE E. 5 ans (renouvelé par arrêté du 15 Nantes Audencia Nantes (Ecole de management) AUDENCIA septembre 2008) VAGUE F

VAGUE E. 5 ans (renouvelé par arrêté du 15 Nantes Audencia Nantes (Ecole de management) AUDENCIA septembre 2008) VAGUE F 2. Liste des diplômes des établissements d'enseignement supérieur technique privés et consulaires visés par le ministre chargé de l Enseignement supérieur et conférant à leurs titulaires le grade de master

Plus en détail

Diplôme d expertise comptable (DEC)

Diplôme d expertise comptable (DEC) Futurexpert.com Février 2015 Le Master Comptabilité Contrôle Audit (CCA) Une filière universitaire d excellence pour accéder aux métiers de l expertise comptable, du conseil, de l audit, de la gestion

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE Arrêté du 13 novembre 2008 autorisant au titre de l année 2008 des recrutements sans concours d adjoints

Plus en détail

Formation continue des personnels URCA. Offre de la Bibliothèque Universitaire

Formation continue des personnels URCA. Offre de la Bibliothèque Universitaire Formation continue des personnels URCA Offre de la Bibliothèque Universitaire Année 2012-2013 Bibliothèque Universitaire Formation continue pour le personnel de l URCA Modalités o Public : personnels de

Plus en détail

Bilan des formations présentées lors de la semaine étudiant SEGEUN 2013

Bilan des formations présentées lors de la semaine étudiant SEGEUN 2013 Bilan des formations présentées lors de la semaine étudiant SEGEUN 2013 Lundi 11 février (9h-13h30) ENS Cognitique (diplôme d ingénieur CTI, Management des connaissances, Bordeaux) ISTHIA (Université Toulouse

Plus en détail

Métriques, classements et politique scientifique des Etablissements

Métriques, classements et politique scientifique des Etablissements Métriques, classements et politique scientifique des Etablissements Michel Blanc Bayesté Leclaire Ecole polytechnique, Palaiseau Quelques références clés Rapport au Sénat sur le défi des classements dans

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LE COÛT DE LA VIE ETUDIANTE

ENQUÊTE SUR LE COÛT DE LA VIE ETUDIANTE DOSSIER DE PRESSE 18 AOÛT 2014 ENQUÊTE SUR LE COÛT DE LA VIE ETUDIANTE CONTACT PRESSE LISA RIBEAUD 06 15 86 43 41 lribeaud@unef.fr presse@unef.fr 2 Rentrée 2014 SOMMAIRE Les principaux chiffres 5 Edito

Plus en détail

Lancement de la mise à jour de la feuille de route nationale «Infrastructures de Recherche»

Lancement de la mise à jour de la feuille de route nationale «Infrastructures de Recherche» Lancement de la mise à jour de la feuille de route nationale «Infrastructures de Recherche» 7 juillet 2014 L infrastructure de données scientifiques: un système qui combine contenu, services et infrastructures

Plus en détail

Votre quotidien à Blanche

Votre quotidien à Blanche Votre quotidien à Blanche Les locaux de la CPGE (Bat B et CDI) vous sont accessibles tous les soirs jusqu à 20h, et le vendredi jusqu à 18h Vincent Frotier est présent au CDI de 15h à 20h pour vous encadrer

Plus en détail

BILAN D ACTIVITE DU PÔLE DE SOUTIEN PSYCHOLOGIQUE Année 2010

BILAN D ACTIVITE DU PÔLE DE SOUTIEN PSYCHOLOGIQUE Année 2010 Formation préventive et accompagnement psychologique des agents 51 11 46 / 01 53 33 11 46 victimologie@sncf.fr BILAN D ACTIVITE DU PÔLE DE SOUTIEN PSYCHOLOGIQUE Année 2010 Permanence Téléphonique Prise

Plus en détail

2015-2016 DES PROJETS UNF3S INVESTISSEMENT D AVENIR IDEFI TIL 15 JUIN 2015 > 15 SEPTEMBRE 2015 2014 DATE DE L APPEL A PROJETS :

2015-2016 DES PROJETS UNF3S INVESTISSEMENT D AVENIR IDEFI TIL 15 JUIN 2015 > 15 SEPTEMBRE 2015 2014 DATE DE L APPEL A PROJETS : Université Numérique Francophone des Sciences de la San té et du Sport APPEL A PROJETS 2015-2016 DES PROJETS UNF3S ET DES PROJETS D EXTENSION AU PROGRAMME INVESTISSEMENT D AVENIR IDEFI TIL www.unf3s.org

Plus en détail

Liste des titres de formation autorisés par le CNOSF

Liste des titres de formation autorisés par le CNOSF Liste des titres de formation autorisés par le CNOSF (Mise à jour au 4 juin 2013) Attention : Conformément aux articles R.4127-339 et R.4127-340 du code de la santé publique, seuls les titres, diplômes

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES. Édition Chronologique n 13 du 14 mars 2014. PARTIE PERMANENTE Administration Centrale. Texte 3

BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES. Édition Chronologique n 13 du 14 mars 2014. PARTIE PERMANENTE Administration Centrale. Texte 3 BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES Édition Chronologique n 13 du 14 mars 2014 PARTIE PERMANENTE Administration Centrale Texte 3 PROTOCOLE D'ACCORD portant sur la mise en œuvre d une information générale sur

Plus en détail

ECOLES DE COMMERCE. En ce qui concerne le concours, elles se répartissent en trois catégories

ECOLES DE COMMERCE. En ce qui concerne le concours, elles se répartissent en trois catégories Lycée Alfred Kastler ECOLES DE COMMERCE Les écoles de commerce sont nombreuses et de niveaux variés. Elles sont le plus souvent gérées par les chambres de commerce, de ce fait ce ne sont pas des écoles

Plus en détail

Catalogue des formations Médecine et paramédical

Catalogue des formations Médecine et paramédical Catalogue des formations Médecine et paramédical Sommaire Recherche documentaire et maîtrise de l information médicale... 2 Utilisation des catalogues des bibliothèques de médecine... 3 Utilisation de

Plus en détail

Dermatoses professionnelles dans la BTP : données issues du rnv3p.

Dermatoses professionnelles dans la BTP : données issues du rnv3p. Dermatoses professionnelles dans la BTP : données issues du rnv3p. Bensefa-Colas L, Crépy MN, Dupas D, Géraut C, Faye S, Luc A, Le Barbier M, Choudat D, Lasfargues G, Paris C et Telle-Lamberton M, et les

Plus en détail

«Quelle information aux patients en recherche biomédicale? Quels enseignements en retirer pour la pratique quotidienne?»

«Quelle information aux patients en recherche biomédicale? Quels enseignements en retirer pour la pratique quotidienne?» «Quelle information aux patients en recherche biomédicale? Quels enseignements en retirer pour la pratique quotidienne?» Dr Adeline Paris Unité de Pharmacologie Clinique Centre d Investigation Clinique

Plus en détail

La protection sociale obligatoire du chef d entreprise indépendant

La protection sociale obligatoire du chef d entreprise indépendant La protection sociale obligatoire du chef d entreprise indépendant www.rsi.fr Le RSI a pour mission d assurer la protection sociale obligatoire de 6,1 millions de chefs d entreprise indépendants actifs

Plus en détail

metal USB PEOPLE tel 01 43 21 47 52 contact@objets-pub-express.com USB people Electronique 03 Objets et Cadeaux Publicitaires

metal USB PEOPLE tel 01 43 21 47 52 contact@objets-pub-express.com USB people Electronique 03 Objets et Cadeaux Publicitaires Electronique USB people USB people Electronique USB PEOPLE USM8010-GU USM8010-GD metal USM8010-SL METAL USB PEOPLE USM8010-SL/GD/GU (S) Clé USB people, édition en métal. Alliage avec une finition brillante.

Plus en détail

Recherche bibliographique

Recherche bibliographique Séminaire «Maîtrise de l information scientifique» Recherche bibliographique Dernière mise à jour : 07/01/2015 - Auteur : Frédérique Flamerie Recherche bibliographique : méthode & outils La recherche bibliographique

Plus en détail

SÉJOURS LINGUISTIQUES

SÉJOURS LINGUISTIQUES s s n ne 1 a u Je 0 à 2 de FÉVRIER PRINTEMPS 1 Vivons les langues SÉJOURS LINGUISTIQUES TARIFS SPÉCIAUX RÉSERVÉS AUX COMITÉS D ENTREPRISE FÉVRIER 2015 PRINTEMPS 2015 MALTE ALLEMAGNE ESPAGNE 1 01 42 67

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRUX MINISTÈRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE L RECHERCHE rrêté du 29 mars 2012 fixant au titre de l année 2012 le nombre de postes offerts aux recrutements sans

Plus en détail

mhtml:file://c:\documents and Settings\paferrand\Mes documents\apatrick\agrenoble11\coordos\sg\...

mhtml:file://c:\documents and Settings\paferrand\Mes documents\apatrick\agrenoble11\coordos\sg\... Page 1 of 9 Statistiques Sigem Classes prépas HEC bloom6.free.fr Qu'est-ce que le Sigem? Synthèse des résulats Classement Sigem Statistiques Sigem Barres d'admissibilité Fiches Sigem par École HEC Essec

Plus en détail

Groupement d'achat UNI-HA SSI: sécurisation pragmatique, efficiente et homogène des SI de Sante en partenariat avec l'asip Sante et les FSSI

Groupement d'achat UNI-HA SSI: sécurisation pragmatique, efficiente et homogène des SI de Sante en partenariat avec l'asip Sante et les FSSI Groupement d'achat UNI-HA SSI: sécurisation pragmatique, efficiente et homogène des SI de Sante en partenariat avec l'asip Sante et les FSSI Colloque gouvernance sécurité des systèmes d information Marseille

Plus en détail

L auto-archivage en maths, quoi de neuf?

L auto-archivage en maths, quoi de neuf? L auto-archivage en maths, quoi de neuf? Anna Wojciechowska Rencontres RNBM : 1-5 Octobre 2007 Questionnaires 1er questionnaire : novembre 2005 : 128 réponses Participants : Besançon, Bordeaux, Clermont

Plus en détail

DANSE, CHANT ET SPECTACLE LE SEJOUR INFOS PRATIQUES. Adresse du séjour

DANSE, CHANT ET SPECTACLE LE SEJOUR INFOS PRATIQUES. Adresse du séjour LE SEJOUR Référence > SPECTCR2014 Agrément > JEUNESSE ET SPORTS Dates > Du 19/10/2013 au 02/11/2013 Ages > de 12 à 17 ans A partir de > 420,00 Frais de dossier > 19,00 /personne Chanteurs, musiciens ou

Plus en détail

LE WEBCLASSEUR ORIENTATION UN SERVICE EN LIGNE DISPONIBLE POUR TOUS LES ÉTABLISSEMENTS

LE WEBCLASSEUR ORIENTATION UN SERVICE EN LIGNE DISPONIBLE POUR TOUS LES ÉTABLISSEMENTS LE WEBCLASSEUR ORIENTATION UN SERVICE EN LIGNE DISPONIBLE POUR TOUS LES ÉTABLISSEMENTS IL ACCOMPAGNE LE PARCOURS DU JEUNE DE L ENTRÉE AU COLLÈGE À L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR : Il assure la continuité de

Plus en détail

Scroll down for the full contact details of these training centres.

Scroll down for the full contact details of these training centres. FRANCE Paediatric Respiratory Medicine national training representative responsible: Prof. Dr A. CLEMENT, Prof. Dr P. SCHEINMANN Status of national recognition: French Paediatric Respiratory Medicine has

Plus en détail

Base de données bibliographiques Pubmed-Medline

Base de données bibliographiques Pubmed-Medline Chapitre 1 ; Domaine 1 ; Documentation ; Champs référentiels 1.1.1, 1.1.2 et 1.1.3 Base de données bibliographiques Pubmed-Medline D r Patrick Deschamps,, 30 mai 2007 PLAN C2i métiers de la santé Introduction

Plus en détail

La mobilité géographique des enseignants du second degré public

La mobilité géographique des enseignants du second degré public note d i n f o r m a t i o n 13.18 SEPTEMBRE À la rentrée 2012, un peu moins de 3 des enseignants et assimilés du second degré public ont changé d académie. Parmi eux, les néotitulaires (ex-stagiaires

Plus en détail

17E90 8E20 23E40 11E90 22E90 3E20

17E90 8E20 23E40 11E90 22E90 3E20 Key Rates 2011 sections class 1 class 2 class 3 class 4 class 5 AiX-en-PRoVence cannes 13.60 e 20.50 e 30.10 e 42.00 e 7.90 e AIX-EN-PROVENCE LA SAULCE 11.90 e 18.00 e 26.20 e 37.30 e 7.20 e AIX-EN-PROVENCE

Plus en détail

LISTE DES ECOLES PERMETTANT UN RECLASSEMENT DANS LE 3 ème GRADE D INGENIEUR DE LA FILIERE TECHNIQUE

LISTE DES ECOLES PERMETTANT UN RECLASSEMENT DANS LE 3 ème GRADE D INGENIEUR DE LA FILIERE TECHNIQUE Direction générale des services ----- Nouméa, le 22 octobre 2009 Direction des ressources humaines et de la fonction publique de Nouvelle-Calédonie ----- Service des affaires juridiques, des études et

Plus en détail

LES BÉNÉFICES DE L AUTONOMIE DES UNIVERSITÉS pour les étudiants, les enseignants-chercheurs, les personnels, les universités et les partenaires

LES BÉNÉFICES DE L AUTONOMIE DES UNIVERSITÉS pour les étudiants, les enseignants-chercheurs, les personnels, les universités et les partenaires JANVIER 2011 Service communication Université Paris 8 LES BÉNÉFICES DE L AUTONOMIE DES UNIVERSITÉS pour les étudiants, les enseignants-chercheurs, les personnels, les universités et les partenaires Ministère

Plus en détail

Liste des diplômes des métiers de la formation 2000/2001 par région et organisme

Liste des diplômes des métiers de la formation 2000/2001 par région et organisme Liste des diplômes des métiers de la formation 2000/2001 par région et organisme Alsace Université Mulhouse Licence anglais option anglais appliqué à la formation des adultes DESS responsable en formation

Plus en détail

L épargne de tous au service de l intérêt général

L épargne de tous au service de l intérêt général L épargne de tous au service de l intérêt général 1 Pour la réussite de tous les projets Sommaire Un modèle unique et vertueux 4 Prêts au logement social et à la politique de la ville 7 Prêts au secteur

Plus en détail

observatoire des emplois d avenir

observatoire des emplois d avenir observatoire des emplois d avenir 4 ème vague Emplois d avenir et zones urbaines sensibles (ZUS) L Association des Maires de Grandes Villes de France a activement participé à la montée en puissance des

Plus en détail

Memento de la recherche documentaire en santé

Memento de la recherche documentaire en santé Memento de la recherche documentaire en santé Optimiser ses recherches - Se procurer les documents Rédiger sa bibliographie 1. QUELQUES CONSEILS DE METHODE Avant toute chose, bien choisir ses mots-clés

Plus en détail

La pertinence de l information pour agir au bon moment. Recherche exploitation de. l information. & pertinente

La pertinence de l information pour agir au bon moment. Recherche exploitation de. l information. & pertinente La pertinence de l information pour agir au bon moment Recherche exploitation de & pertinente l information Une expertise reconnue dans la gestion et le traitement de l information Face à une croissance

Plus en détail

Recherche documentaire et autoformation. Lecture critique d un article médical. Recommandations pour la pratique. Les maladies orphelines

Recherche documentaire et autoformation. Lecture critique d un article médical. Recommandations pour la pratique. Les maladies orphelines 18. Recherche documentaire et autoformation. Lecture critique d un article médical. Recommandations pour la pratique. Les maladies orphelines KARILA LAURENT - APPRENTISSAGE DE L EXERCICE MÉDICAL + Objectifs

Plus en détail

ADRESSES PHYSIQUES DES BUREAUX MARINE CENTRES D INFORMATION ET DE RECRUTEMENT DES FORCES ARMEES (CIRFA)

ADRESSES PHYSIQUES DES BUREAUX MARINE CENTRES D INFORMATION ET DE RECRUTEMENT DES FORCES ARMEES (CIRFA) MAJ 05/11/14 ADRESSES PHYSIQUES DES BUREAUX MARINE CENTRES D INFORMATION ET DE RECRUTEMENT DES FORCES ARMEES (CIRFA) AU CIRFA AJACCIO 18 avenue Colonel Colonna d Ornano 20000 AJACCIO Tel : 04.20.00.70.86

Plus en détail

LES MASTERS 2 DANS LE DOMAINE DES STAPS EN FRANCE 2012/2013 NORD-PAS-DE-CALAIS. Université Lille 2

LES MASTERS 2 DANS LE DOMAINE DES STAPS EN FRANCE 2012/2013 NORD-PAS-DE-CALAIS. Université Lille 2 LES MASTERS 2 DANS LE DOMAINE DES STAPS EN FRANCE 2012/2013 NORD-PAS-DE-CALAIS Université Lille 2 Master STAPS «Grand Nord» - Entraînement et Optimisation de la Performance Sportive _ option Préparations

Plus en détail

Les masters en langues

Les masters en langues Traduction-Interprétation Études anglophones traduction littéraire : Paris Études européennes et langues étrangères et échanges internationaux traduction économique et juridique : Juriste international

Plus en détail

Nous avons tous un don qui peut sauver une vie. D e v e n i r. donneur de moelle. osseuse

Nous avons tous un don qui peut sauver une vie. D e v e n i r. donneur de moelle. osseuse Nous avons tous un don qui peut sauver une vie D e v e n i r donneur de moelle osseuse Pourquoi s inscrire comme donneur de moelle osseuse? Pour des personnes atteintes de maladies graves du sang, la greffe

Plus en détail

PRÉSENTATION Stanley Security France

PRÉSENTATION Stanley Security France PRÉSENTATION Stanley Security France Stanley Security France I Juin 2013 SOMMAIRE 1. PRÉSENTATION DU GROUPE STANLEY BLACK & DECKER Organisation et chiffres clés du Groupe L activité Sécurité du Groupe

Plus en détail

INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive. Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper

INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive. Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper Pourquoi proposer un TTT adjuvant? Probabilité de survie à 10 ans en fonction

Plus en détail

Dossier de presse 2013-2014. Contact presse Barbara Brelle-Lenoir 09.52.20.47.16 b.lenoir@passerelle-esc.com

Dossier de presse 2013-2014. Contact presse Barbara Brelle-Lenoir 09.52.20.47.16 b.lenoir@passerelle-esc.com Dossier de presse 2013-2014 Contact presse Barbara Brelle-Lenoir 09.52.20.47.16 b.lenoir@passerelle-esc.com 1 Sommaire L Association Passerelle p.3 Le Concours Passerelle p.5 2013 : un concours réussi

Plus en détail

Les élèves nouveaux arrivants non francophones en 2010-2011

Les élèves nouveaux arrivants non francophones en 2010-2011 note d information 12.1 MARS 38 1 nouveaux arrivants non francophones de plus de 6 ans ont été scolarisés au cours de l année scolaire 21-211 : 18 5 dans les écoles élémentaires, 16 2 dans les collèges

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE Arrêté du 22 février 2011 autorisant au titre de l année 2011 des recrutements sans concours d adjoints

Plus en détail

Clôture des inscriptions 18 JANVIER 2013

Clôture des inscriptions 18 JANVIER 2013 Clôture des inscriptions 18 JANVIER 2013 Règlement et inscriptions sur les sites de vos CROUS et du CNOUS, sur www.culture.cnous.fr et dans les services culturels des CROUS AIX MARSEILLE 31 avenue Jules

Plus en détail

LES DIFFERENTS LICENCES PROPOSEES EN FRANCE ET DISPONIBLE POUR LA DAP BLANCHE

LES DIFFERENTS LICENCES PROPOSEES EN FRANCE ET DISPONIBLE POUR LA DAP BLANCHE LES DIFFERENTS LICENCES PROPOSEES EN FRANCE ET DISPONIBLE POUR LA DAP BLANCHE A - SCIENCES ET TECHNIQUES DES ACTIVITÉS PHYSIQUES ET SPORTIVES (STAPS) Le programme comporte : un volet scientifique comprenant

Plus en détail

Après en avoir délibéré le 5 février 2013 ; 1. Analyse

Après en avoir délibéré le 5 février 2013 ; 1. Analyse Décision n 2013-0174 de l Autorité de régulation des communications électroniques et des postes en date du 5 février 2013 modifiant l annexe 5 de la décision n 2012-1137 en date du 11 septembre 2012 portant

Plus en détail

Les diplômes. Session 2008

Les diplômes. Session 2008 note d informationdécembre 09.28 À la session 2008, 444 0 diplômes de l enseignement professionnel des niveaux IV et V ont été délivrés en France par le ministère de l Éducation nationale. Ce nombre atteint

Plus en détail

Découvrez l offre Nexity Studéa

Découvrez l offre Nexity Studéa Découvrez l offre Nexity Studéa Des implantations idéales Plus de 17 000 logements dans toute la France, une présence dans 58 villes universitaires. Des appartements bien conçus Des studios ou T2 meublés,

Plus en détail

Des conditions d accueil privilégiées au lycée Couperin

Des conditions d accueil privilégiées au lycée Couperin Pourquoi "oser la prépa ECE "? La CPGE ECE (classe préparatoire aux grandes écoles économique et commerciale voie économique) appelée aussi prépa HEC voie éco est un tremplin d accès aux grandes écoles

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRUX MINISTÈRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE L RECHERCHE rrêté du 14 mars 2012 autorisant au titre de l année 2012 des recrutements sans concours d adjoints

Plus en détail

PRÉSENTATION DE LOGICIELS DE GESTION DE RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

PRÉSENTATION DE LOGICIELS DE GESTION DE RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES PRÉSENTATION DE LOGICIELS DE GESTION DE RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES I/ A quoi servent les logiciels de gestion de références bibliographiques? CONTEXTE D UTILISATION ET DEFINITION A QUOI SERVENT LES LOGICIELS

Plus en détail

Valorisation des patrimoines. Conseil et accompagnement stratégique

Valorisation des patrimoines. Conseil et accompagnement stratégique Valorisation des patrimoines Conseil et accompagnement stratégique Dans un contexte d évolutions continues des règlementations et de recherche d optimisation, loin des grands programmes de constructions

Plus en détail

SOLUTIONS CRÉDIT VOS CLIENTS VONT ADORER!

SOLUTIONS CRÉDIT VOS CLIENTS VONT ADORER! SOLUTIONS CRÉDIT VOS CLIENTS VONT ADORER! Franfinance votre accélérateur de ventes 30 AGENCES Pour être toujours à vos côtés Le réseau national Franfinance vous assure un véritable service de proximité.

Plus en détail

Ci-après, la liste des masters proposés par les universités françaises pour se former, en 2 ans après la licence, à l un des métiers de la culture.

Ci-après, la liste des masters proposés par les universités françaises pour se former, en 2 ans après la licence, à l un des métiers de la culture. Masters culture Ci-après, la liste des masters proposés par les universités françaises pour se former, en 2 ans après la licence, à l un des métiers de la culture. activités culturelles anthropologie métiers

Plus en détail

- Présentation personnelle

- Présentation personnelle - Présentation personnelle - 1h pour vous présenter les réseaux sociaux utiles pour les chercheurs - Plan - Panorama des outils qui existent - Réseaux sociaux généralistes + ceux spécifiques aux chercheurs

Plus en détail

Méthodologie documentaire spécifique au repérage d actions de terrain

Méthodologie documentaire spécifique au repérage d actions de terrain Méthodologie documentaire spécifique au repérage d actions de terrain Journée de la préventions 2014 Atelier : «Repérer des actions de prévention : l exemple du tabac» Céline DEROCHE, Sandra KERZANET -

Plus en détail

Le classement des villes les plus gay-friendly de France

Le classement des villes les plus gay-friendly de France Le classement des villes les plus gay-friendly de France TÊTU publie le classement de 23 grandes agglomérations françaises, de la plus gay-friendly à la plus froide à l égard de ses habitants homos. 6.000

Plus en détail

Etat des lieux de la recherche en soins infirmiers en France

Etat des lieux de la recherche en soins infirmiers en France Etat des lieux de la recherche en soins infirmiers en France Impact de l universitarisation sur la recherche en soins infirmiers et son autonomie Catherine BARGIBANT- CHRU de LILLE Introduction 1. Enracinement

Plus en détail

FORMATIONS 2014. Bienvenue à l Invacademy!

FORMATIONS 2014. Bienvenue à l Invacademy! FORMATIONS 2014 Conscient que les besoins dans le domaine du handicap et les réponses à ces besoins sont en pleine évolution, le centre de formations Invacademy vous propose des formations commerciales

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE Arrêté du 19 mars 2014 autorisant au titre de l année 2014 l ouverture de recrutements sans concours

Plus en détail

MTO-EUROGEM, une référence gagnante dans l univers

MTO-EUROGEM, une référence gagnante dans l univers Multitechnique MTO-EUROGEM, une référence gagnante dans l univers du L activité Multitechnique d ATALIAN, portée par la marque MTO- EUROGEM, a su conjuguer les savoir-faire et les meilleures pratiques

Plus en détail

L immobilier de bureaux : L attractivité des métropoles françaises. Regard croisé salariés et dirigeants d entreprise SIMI DÉCEMBRE 2014

L immobilier de bureaux : L attractivité des métropoles françaises. Regard croisé salariés et dirigeants d entreprise SIMI DÉCEMBRE 2014 L immobilier bureaux : L attractivité s métropoles françaises Regard croisé salariés et dirigeants d entreprise SIMI DÉCEMBRE 2014 Méthodologie SIMI DÉCEMBRE 2014 Méthodologie Etu réalisée auprès ux échantillons

Plus en détail

Liste des centres du sommeil homologués par la Société Française de Recherche et Médecine du Sommeil

Liste des centres du sommeil homologués par la Société Française de Recherche et Médecine du Sommeil Liste des centres du sommeil homologués par la Société Française de Recherche et Médecine du Sommeil Cette liste n est pas exhaustive. Le classement est effectué par ordre alphabétique de région (Alsace,

Plus en détail

Spécialité Etablissement Formation

Spécialité Etablissement Formation Spécialité Etablissement Formation Prix de Lancement de Programme ESA MBA Bancassurance Prix de Lancement de Programme ESC Rouen MS MJCE (Mastère Juriste Conseil d'entreprise) Prix de Lancement de Programme

Plus en détail

ISTEX, vers des services innovants d accès à la connaissance

ISTEX, vers des services innovants d accès à la connaissance ISTEX, vers des services innovants d accès à la connaissance Synthèse rédigée par Raymond Bérard, directeur de l ABES, à partir du dossier de candidature d ISTEX aux Initiatives d excellence et des réunions

Plus en détail

Cursus Master. Ingénierie. Un cursus en 5 ans à l université

Cursus Master. Ingénierie. Un cursus en 5 ans à l université Cursus Master Ingénierie Un cursus en 5 ans à l université Une nouvelle voie pour le métier d ingénieur raisons de choisir un Cursus Master Ingénierie 51 2 3 4 5 Une formation renforcée licence, master,

Plus en détail

FONDATION L ÉCHIQUIER DE LA RÉUSSITE. Fondation sous l égide de la Fondation de France

FONDATION L ÉCHIQUIER DE LA RÉUSSITE. Fondation sous l égide de la Fondation de France FONDATION L ÉCHIQUIER DE LA RÉUSSITE 14, rue d Ouessant - 75015 Paris. Tél : 01 78 09 88 00 Mail : fondationechiquierdelareussite@a2consulting.fr Fondation sous l égide de la Fondation de France Pourquoi

Plus en détail

INTRODUCTION 1. OBJECTIFS SCIENTIFIQUES ET TECHNOLOGIQUES. Acronyme / Acronym

INTRODUCTION 1. OBJECTIFS SCIENTIFIQUES ET TECHNOLOGIQUES. Acronyme / Acronym Acronyme / Acronym Titre du projet Proposal title Grands défis sociétaux 2014 BDBfr Création d une base de données bibliographique/bibliométrique des principaux contenus scientifiques de santé en français

Plus en détail

Bienvenue au lycée Hoche! Journée Portes Ouvertes CPGE Samedi 25 janvier 2014

Bienvenue au lycée Hoche! Journée Portes Ouvertes CPGE Samedi 25 janvier 2014 Bienvenue au lycée Hoche! Journée Portes Ouvertes CPGE Samedi 25 janvier 2014 Les trois filières CPGE Filière Scientifique Economique et Commerciale Littéraire Absente au lycée Hoche 2 Les différentes

Plus en détail

Les plateformes de génétique

Les plateformes de génétique Thérapies ciblées : de l anatomopathologie th l à la biothérapie i Les plateformes de génétique moléculaire PO Schischmanoff UF Génétique moléculaire et oncogénétique CHU Avicenne ACP FHF 29 mars 2012

Plus en détail

OCTOBRE L M M J V S D 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 CALENDRIER SCOLAIRE 2015-2016 2016-2017

OCTOBRE L M M J V S D 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 CALENDRIER SCOLAIRE 2015-2016 2016-2017 SEPTEMBRE L M M J V S D 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 OCTOBRE L M M J V S D 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28

Plus en détail

La recherche documentaire

La recherche documentaire La recherche documentaire Comité éditorial de l'uvmaf Date de création du document 2011-1012 1/22 Table des matières I Les ressources documentaires en santé : Catalogues de bibliothèques :...4 I.1 Le catalogue

Plus en détail

Comment interroger PubMed pour accéder aux revues en ligne AP-HP sur Intranet

Comment interroger PubMed pour accéder aux revues en ligne AP-HP sur Intranet Comment interroger PubMed pour accéder aux revues en ligne AP-HP sur Intranet SOMMAIRE Recherche à partir d'un terme 3 Recherche à partir de plusieurs termes ou expressions 5 Recherche par mots-clés via

Plus en détail

Initiation à la recherche documentaire

Initiation à la recherche documentaire Initiation à la recherche documentaire Sages-femmes 2015 1 ère séance http://sicd1.ujf-grenoble.fr Lundi 16 mars 2015 Recherche documentaire Sages-femmes / BUM 1 Une formation en 4 parties - Présentation

Plus en détail

Thierry DELZESCAUX. «biopicsel» group, URA CNRS-CEA 2210 Service MIRCen, I²BM, CEA Fontenay-aux-Roses, France. Thierry.Delzescaux@cea.

Thierry DELZESCAUX. «biopicsel» group, URA CNRS-CEA 2210 Service MIRCen, I²BM, CEA Fontenay-aux-Roses, France. Thierry.Delzescaux@cea. Thierry DELZESCAUX «biopicsel» group, URA CNRS-CEA 2210 Service MIRCen, I²BM, CEA Fontenay-aux-Roses, France Thierry.Delzescaux@cea.fr Thierry DELZESCAUX Ingénieur chercheur CEA Experience Since 2008:

Plus en détail

CPGE, STS, écoles d ingénieurs, écoles de commerce, gestion, vente et comptabilité Voir «Définitions» en 6.2.

CPGE, STS, écoles d ingénieurs, écoles de commerce, gestion, vente et comptabilité Voir «Définitions» en 6.2. 6 Les étudiants 6 6.1 Les effectifs du supérieur : évolution 168 6.2 Les effectifs du supérieur par académie 170 6.3 Les étudiants dans les formations scientifiques 172 6.4 Les étudiants des universités

Plus en détail

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Plombémie Plombémie 07PLO1 ; 07PLO2 ; 07PLO3 et 07PLO4 2007 Edition : décembre 2008 Afssaps -143/147, Bd Anatole France F-93285

Plus en détail

Financer la recherche et l innovation des entreprises...3. Crédit d impôt recherche - CIR...4. Développer la recherche partenariale...

Financer la recherche et l innovation des entreprises...3. Crédit d impôt recherche - CIR...4. Développer la recherche partenariale... Sommaire Recherche partenariale...3 Financer la recherche et l innovation des entreprises...3 Crédit d impôt recherche - CIR...4 Développer la recherche partenariale...6 Aide au partenariat technologique

Plus en détail

ResearcherID, ResearchGate, etc. Quels outils pour votre profil chercheur (page web, liste de publications, etc.)?

ResearcherID, ResearchGate, etc. Quels outils pour votre profil chercheur (page web, liste de publications, etc.)? ResearcherID, ResearchGate, etc. Quels outils pour votre profil chercheur (page web, liste de publications, etc.)? Dernière mise à jour : 24/03/2015 - Auteur : Frédérique Flamerie Programme Enjeux 1. Famille

Plus en détail

Mes citations. Guide Google Scholar

Mes citations. Guide Google Scholar Guide Google Scholar Mes citations http://www.bibl.ulaval.ca/aide-a-la-recherche/formations-et-tutoriels/guide-google-scholar Pour visualiser à quoi ressemble un profil «Mes citations» dans Google Scholar,

Plus en détail

Fédération Nationale des Syndicats d Internes en Pharmacie

Fédération Nationale des Syndicats d Internes en Pharmacie Fédération Nationale des Syndicats d Internes en Pharmacie RÉSULTATS DE L ENQUÊTE NATIONALE JUIN 2013 President@fnsip.fr Tél : 06.10.28.39.18 5, rue Frederick Lemaître 75020 Paris www.fnsip.fr Twitter

Plus en détail

LE RESEAU IM@DOC. Ce réseau est issu de l'identification et de la formation de personnes et d'équipes ressources en numérisation.

LE RESEAU IM@DOC. Ce réseau est issu de l'identification et de la formation de personnes et d'équipes ressources en numérisation. RESEAU METHODOLOGIQUE POUR LA RECHERCHE, LA PRODUCTION ET LE TRANSFERT TECHNOLOGIQUE SUR LES BANQUES D'IMAGES ET DOCUMENTS SCIENTIFIQUES EN SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES Ce réseau est issu de l'identification

Plus en détail

Master 2 Juriste d'affaires. Master 2 Juriste d'affaires Internationales Master 2 Droit de l'entreprise spécialité Droit des Affaires et Fiscalité

Master 2 Juriste d'affaires. Master 2 Juriste d'affaires Internationales Master 2 Droit de l'entreprise spécialité Droit des Affaires et Fiscalité Nom de l'établissement UNIVERSITE PAUL CEZANNE UNIVERSITE DE PICARDIE UNIVERSITE D'ANGERS - UFR de Droit UNIVERSITE DE BOURGOGNE UNIVERSITE PIERRE MENDES France UNIVERSITE DE VERSAILLES SAINT QUENTIN EN

Plus en détail

CHAPITRE IV LES INDICATEURS BIBLIOMÉTRIQUES ET LA MESURE DES PERFORMANCES SCIENTIFIQUES Les activités de recherche scientifiques et techniques résultent d un ensemble complexe d opérations itératives qui

Plus en détail

Aurélie GUYOUX. Directrice scientifique Scientific Business Manager

Aurélie GUYOUX. Directrice scientifique Scientific Business Manager Aurélie GUYOUX Directrice scientifique Scientific Business Manager Interface R&D et marketing + Communication scientifique Industries pharmaceutique & cosmétique Mon parcours Fac d Orsay BIOCHIMIE Institut

Plus en détail

Faculté de Médecine Comité des thèses Année 2012 Séminaire-Atelier n 1

Faculté de Médecine Comité des thèses Année 2012 Séminaire-Atelier n 1 Faculté de Médecine Comité des thèses Année 2012 Séminaire-Atelier n 1 La recherche bibliographique La recherche bibliographique Temps essentiel Début de travail +++ Pendant la Rédaction Comparer son travail

Plus en détail

ENQUETE SUR LA SITUATION DES GRANDES VILLES ET AGGLOMERATIONS EN MATIERE D ASSURANCES DOMMAGES

ENQUETE SUR LA SITUATION DES GRANDES VILLES ET AGGLOMERATIONS EN MATIERE D ASSURANCES DOMMAGES ENQUETE SUR LA SITUATION DES GRANDES VILLES ET AGGLOMERATIONS EN MATIERE D ASSURANCES DOMMAGES N 202 AOUT 2003 SOMMAIRE 1. PRESENTATION p.3 2. SYNTHESE DE L ENQUETE p.4 3. LES REPONSES DES VILLES ET AGGLOMERATIONS

Plus en détail

Vos interlocuteurs en région

Vos interlocuteurs en région Euler Hermes France Vos interlocuteurs en région Pour un service de proximité Juillet 2015 * Notre savoir au service de votre réussite www.eulerhermes.fr * 23 Délégations Euler Hermes Crédit France DELEGATION

Plus en détail