Le traitement chirurgical du cancer bronchique non à petites cellules

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le traitement chirurgical du cancer bronchique non à petites cellules"

Transcription

1 Série «considérations chirurgicales pour le pneumologue» Coordonnée par V. Ninane et G. Decker Le traitement chirurgical du cancer bronchique non à petites cellules P. de Leyn 1, G. Decker 1, 2 1 Hôpital universitaire de Leuven, Leuven, Belgique. 2 Chirurgie Thoracique, Centre Hospitalier Luxembourg, Luxembourg. Tirés à part : P. de Leyn Hôpital universitaire de Leuven, Herestraat 49, 3000 Leuven, Belgique. Réception version princeps à la Revue : Retour aux auteurs pour révision : Réception 1 ère version revisée : Acceptation définitive : Résumé Introduction La chirurgie reste la meilleure option thérapeutique à visée curative pour les stades précoces de cancer bronchique non-à-petites-cellules (CBNPC). Cet article analyse la situation actuelle et les perspectives de la chirurgie du CBNPC. État des connaissances L intervention chirurgicale débute par stadification peropératoire qui comprend une dissection systématique des ganglions hilaires et médiastinaux et se poursuit par une résection complète, déterminant majeur du pronostic. Perspectives La stratégie d économie du parenchyme pulmonaire explique le développement de lobectomies souvent élargies avec bronchoplastie (sleeve) en remplacement de la pneumonectomie. La thoracoscopie a une place dans la stadification invasive du cancer bronchique et la résection des CBNPC périphériques T1N0 (lobectomie thoracoscopique vidéo-assistée) avec des résultats en terme de survie pour ces petites tumeurs périphériques au moins aussi bons qu après chirurgie ouverte. En cas d atteinte ganglionnaire médiastinale (N2), un traitement systémique d induction est administré dans la plupart des centres et les répondeurs ont une survie significativement améliorée par rapport aux non-répondeurs. La re-stadification médiastinale après traitement d induction reste pour le moment très imprécise. Pour les tumeurs localement avancées (ct4), de nouvelles techniques et approches chirurgicales rendent réalisables des résections carénaires, vertébrales ou de la veine cave avec une morbidité et mortalité acceptable mais des études complémentaires sont nécessaires. Conclusions Une sélection rigoureuse des patients, une technique chirurgicale méticuleuse avec une prise en charge per- et postopératoire adéquate ont permis de réduire la morbidité et la mortalité de la chirurgie du CBNPC. L évolution des techniques chirurgicales et la multidisciplinarité devraient permettre d améliorer encore les résultats de ce traitement qui reste associé aux meilleures chances de guérison. Mots-clés : Cancer bronchique Chirurgie Chimiothérapie Thoracoscopie SPLF, tous droits réservés 971

2 P. De Leyn, G. Decker Surgical treatment of non-small cell lung cancer P. De Leyn, G. Decker Summary Introduction Surgery remains the best option for curative treatment of early stages Non-small cell lung cancer (NSCLC). In this article we review the current status and future perspectives of surgical treatment of NSCLC. State of art An important part of the surgical procedure is the final determination of the staging with evaluation of the resectablity of the tumor and its nodal status. This requires a systematic hilar and mediastinal nodal dissection and a complete resection that remains a major prognostic factor. Perspectives In order to preserve pulmonary function, lobectomies with the use of broncho- or arterioplasty have been developed with reduction in the number of pneumonectomies. For peripheral T1N0 NSCLC, videoassisted (VATS) lobectomy has become technically feasible with survival, in non-randomised studies, at least as good as the survival after open resection. While VATS has a clear role in staging of lung cancer, its role in the treatment of lung cancer however remains debatable. In case of involved mediastinal nodes (N2 disease) induction therapy is given in many centers and patients with mediastinal downstaging have a significantly better survival than nonresponders. Restaging of the mediastinum is at the moment far from accurate. In case of locally advanced tumour (ct4), new surgical techniques and approaches make resection of carina, vena cava superior, vertebrae feasible with acceptable morbidity and mortality but additional studies are required. Conclusions Surgery remains the treatment of choice for curative treatment of NSCLC. The evolution of surgical techniques and the use of multimodality treatment further improve the results of surgical management. Rigorous patient selection, meticulous surgical technique and adequate peri- and postoperative management can keep operative morbidity and morbidity acceptable. Key-words: Lung cancer Surgery Chemotherapy Thoracoscopie. Introduction Le cancer bronchique est la première cause de mortalité par cancer. Globalement, 80 % des nouveaux cas de cancer bronchiques sont de type non à petites cellules (CBNAPC). Malheureusement, la plupart des cas sont diagnostiqués à un stade avancé et seulement 15 % des patients présentent lors du diagnostic une maladie localisée au poumon. Pour les patients à un stade précoce de la maladie (stades I et II) ainsi que pour des patients sélectionnés ayant une maladie localement avancée (stade IIIa) la résection chirurgicale complète de la tumeur reste le meilleur espoir de guérison. La survie du patient après résection chirurgicale dépend du stade anatomopathologique définitif de la tumeur. Cet article discutera l étendu de la résection pulmonaire et des curages ganglionnaires, la place de la chirurgie dans le cancer localement avancé, la place de la thoracoscopie dans le traitement du cancer bronchique, la morbidité et mortalité actuelle des résections pulmonaires ainsi que du rôle éventuel de traitements adjuvants après une résection complète du cancer bronchique. Étendue de la résection chirurgicale Résection pulmonaire Résections anatomiques Il est bien établi qu une résection anatomique (lobectomie ou pneumonectomie) est préférable à une résection limitée ou «à la demande» de la tumeur pulmonaire car ces dernières ont un taux supérieur de récidives locales et une moindre survie à long terme. Les termes résection «en-coin» ou «à la demande» se réfèrent à une résection du parenchyme pulmonaire comportant la tumeur qui est non anatomique, c est-à-dire qui ne suit pas les divisions anatomiques lobaires voire segmentaires. Le parenchyme pulmonaire y est réséqué en sectionnant à travers des structures bronchiques, vasculaires et lymphatiques, laissant donc en place des structures pouvant augmenter le risque de récidive locale. Le Lung Cancer Study Group a rapporté la première étude prospective contrôlée multicentrique et randomisée qui a comparé la lobectomie avec des résections plus limitées pour des tumeurs non à petites cellules T1N0 [1]. Seules des tumeurs T1N0 étaient incluses dans l étude. Le chirurgien devait avoir la conviction que la tumeur était complètement réséquable au moyen d une résection «en coin». Pendant l intervention le traitement était tiré au sort entre une lobectomie ou une résection limitée mais macroscopiquement complète. Au total sur 247 patients éligibles, 122 patients ont eu une résection limitée et 125 ont bénéficié d une lobectomie. Le taux de récidive par patient et année était de 0,101 dans le groupe résection limitée contre 0,057 dans le groupe lobectomie. Cette différence de 75 % était statistiquement significative. Le délai jusqu à la récidive était également 972

3 Le traitement chirurgical du cancer bronchique non à petites cellules Fig. 1. Lobectomie avec bronchoplastie du lobe supérieur droit. significativement différent. La fonction respiratoire n a pu être évaluée chez tous les patients. Néanmoins à 6 mois, la fonction respiratoire était significativement meilleure dans le groupe avec une résection plus limitée. Cette différence s est ensuite significativement estompée à 12 et 18 mois de suivi. La survie était identique dans les deux groupes jusqu à 48 mois. À partir de là, la survie était meilleure dans le groupe ayant eu une lobectomie. D autres études plus petites ont étudié la même question [2, 3]. Dans la plupart de ces études, les patients qui ont eu une résection limitée avaient une mauvaise fonction respiratoire ou une comorbidité importante. Dans l étude de Pittsburgh rapportée par Landreneau, 41 patients atteints de cancer non à petites cellules ont eu une résection limitée par voie ouverte, 60 % une résection limitée par voie thoracoscopique et 118 patients ont eu une lobectomie avec lymphadénectomie [2]. La survie à 5 ans était respectivement de 58 % et 65 % après résection non-anatomique ouverte et thoracoscopique contre 70 % après lobectomie ouverte (p = 0,02). Il faut souligner que les décès non liés au cancer étaient plus fréquents après résection limitée (38 %) qu après lobectomie (18 %). Une étude japonaise a comparé des petites tumeurs T1 traitées par résection limitée ou par lobectomie. Il n y avait pas de différence en terme de fonction respiratoire préopératoire ni en morbidité liée au geste chirurgical. La survie globale à 5 ans était de 93 % après segmentectomie contre 88 % dans le groupe lobectomie. Il n y avait pas de différence significative en terme de mortalité due au cancer bronchique ni en récidive tumorale [3]. Néanmoins, cette étude n était pas randomisée et la taille des tumeurs était significativement plus grande dans le groupe des patients traités par lobectomie que dans celui traité par segmentectomie, ce qui a pu favorablement influencer les résultats du groupe segmentectomie. Sur la base de ces études, nous devons conclure que la résection anatomique (lobectomie) reste le standard du traitement chirurgical du cancer bronchique même pour des tumeurs T1 de moins de 3 cm de diamètre. Il est cependant évident que pour des patients, qui sur le plan fonctionnel, ne pourraient tolérer une lobectomie, une résection non-anatomique est justifiée pour des tumeurs de moins de 3 cm ou toute autre tumeur localisée dans le tiers extérieur (périphérique) du parenchyme pulmonaire. Classiquement, chaque fois qu une lobectomie ne permet pas une résection complète, une bi-lobectomie voire pneumonectomie s imposait pour les patients qui avaient une réserve respiratoire suffisante pour un tel geste. Actuellement ces résections parenchymateuses majeures peuvent souvent être évitées par une lobectomie avec bronchoplastie (sleeve resection). Lobectomie avec bronchoplastie (Sleeve lobectomy) Quand la tumeur envahit l origine d une bronche lobaire, une lobectomie simple est insuffisante. Dans ce cas une pneumonectomie peut être évitée et une résection complète obtenue au moyen d une lobectomie élargie emportant la division bronchique envahie suivie d une réimplantation du lobe restant sur la bronche souche. Il s agit d une lobectomie avec bronchoplastie ou sleeve lobectomy. La bronchoplastie la plus souvent réalisée est la bronchoplastie du lobe superieur droit (fig. 1). Ce type de résection peut également être pratiqué quand des ganglions N1 sont fixés à l origine de la bronche lobaire à réséquer. Une sleeve lobectomie semble adéquate pour environ 5 à 8 % de toutes les résections pour cancer bronchique. La réalisation des lobectomies avec bronchoplastie diminue le nombre de pneumonectomies avec des résultats oncologiques similaires. Ainsi, dans notre centre pendant la période , 648 résections majeures pour cancer bronchique non à petites cellules ont été réalisées, dont 287 pneumonectomies (44 %) [4]. En comparaison, en 2002 et 2003, seules 15,6 % de ces résections étaient des pneumo SPLF, tous droits réservés 973

4 P. De Leyn, G. Decker nectomies. L avantage est qu après une lobectomie avec bronchoplastie, les patients bénéficient d une meilleure qualité de vie car ils gardent une meilleure réserve respiratoire qu après pneumonectomie. Par ailleurs, une résection subséquente reste plus souvent possible si une nouvelle tumeur primitive devait ultérieurement apparaître. Particulièrement après chimio- ou radio-chimiothérapie d induction, une pneumonectomie devrait être évitée aussi souvent que possible car dans ce contexte elle est grevée d un risque de mortalité élevé. Dans la mesure où, après un traitement d induction, un curage ganglionnaire radical est réalisé, ce qui entraîne une dévascularisation bronchique, la question se pose également de savoir si une résection lobaire avec bronchoplastie peut être réalisée en toute sécurité. Rendina et coll. [5] ont rapporté une série de 27 patients opérés par lobectomie avec bronchoplastie après traitement d induction. Des complications majeures sont survenues chez 11 % des patients et il n y a eu aucun décès post-opératoire. La survie à 4 ans dans cette série était de 39 %. Dans notre propre expérience de lobectomies et bronchoplasties après traitement d induction aucune mortalité n est à signaler. Sur la base de ces observations, nous croyons en la faisabilité des résections avec bronchoplastie après un traitement d induction systémique, mais le chirurgien doit garder à l esprit que souvent, l intervention est techniquement plus difficile dans ce contexte. La survie à 5 ans après lobectomie et bronchoplastie se situe entre 45 et 50 % [4, 6, 7]. Dans une étude rétrospective [4] nous avons analysé la survie des patients porteurs d un carcinome épidermoïde aux stades T2-3N0-1 après pneumonectomie ou après lobectomie avec bronchoplastie. Nous n avons trouvé aucune différence de survie puisque dans ce sous-groupe de patients la survie à 5 ans était de 48,1 % après pneumonectomie contre 50,2 % après lobectomie avec bronchoplastie. Okada et coll. [8] ont comparé la survie après lobectomie et bronchoplastie ou après pneumonectomie en fonction du stade d envahissement ganglionnaire. Un groupe apparié de 60 patients opérés par lobectomie avec bronchoplastie était comparé à un groupe similaire de patients pneumonectomisés. La mortalité opératoire était de 0 % dans le groupe avec bronchoplastie contre 2 % dans le groupe avec pneumonectomie. Une récidive locale est survenue chez 5 patients (8 %) après lobectomie et bronchoplastie versus 6patients (10%) après pneumonectomie. La survie à 5 ans était significativement meilleure après lobectomie et bronchoplastie (48 %) que pour les patients pneumonectomisés (29 %). Pour les patients ayant des métastases ganglionnaires N1 chez lesquels une résection complète peut être obtenue par l une ou l autre de ces techniques, la lobectomie avec bronchoplastie a également été recommandée plutôt que la pneumonectomie [9]. La même technique de bronchoplastie permet, chez des patients ayant une atteinte d une bronche souche (préférentiellement la droite) mais sans atteinte ganglionnaire de type N2, de procéder à une résection complète emportant la carène tout en réanastomosant le poumon restant (généralement le gauche). La faisabilité de ces résections carénaires étant notoires, leur morbi-mortalité en est néanmoins élevée [10]. Le curage ganglionnaire La détermination préopératoire du stade clinique est actuellement loin d être parfaite. Lors de la thoracotomie, le chirurgien a le rôle important d évaluer l extension locale de la tumeur mais également le degré d atteinte ganglionnaire. Ces deux facteurs pourront être décisifs pour décider quel type de résection devra (ou ne pourra pas) être réalisé. Aussi bien le stade ganglionnaire (N) que le stade tumoral (T) sont souvent sous-estimés en préopératoire et ce n est que lors de la thoracotomie que le stade précis de la maladie devient apparent. Si tout le monde est d accord sur le fait que la mise au point préopératoire devrait aboutir à la stadification clinique la plus correcte possible, l évaluation ganglionnaire médiastinale pendant le geste chirurgical reste controversée et très variable d un centre à l autre. Un sondage bien suivi parmi la majorité des chirurgiens faisant des résections pulmonaires au Royaume-Uni a montré que 45 % de ces chirurgiens ne prélèvent jamais des ganglions qui macroscopiquement paraissent grossièrement normaux alors que seulement 23 % procédaient à une résection systématique de tous les tissus ganglionnaires médiastinaux [11]. Il existe donc une grande variabilité dans l attitude face à l exploration ganglionnaire médiastinale. La pratique chirurgicale actuelle varie d une inspection visuelle du médiastin fermé jusqu au curage médiastinal radical et systématique. La connaissance précise de la technique opératoire de chaque centre est importante si on veut analyser ses résultats thérapeutiques à la lumière des données de la littérature. En général, le terme «échantillonnage» (sampling) signifie que seuls les ganglions manifestement anormaux sont enlevés. «L échantillonnage systématique» (systematic sampling) signifie que, aux niveaux ganglionnaires spécifiés par l auteur, les ganglions sont systématiquement biopsiés. Le curage ganglionnaire médiastinal complet (mediastinal lymph node dissection) indique que tous les tissus contenant des structures ganglionnaires sont systématiquement réséqués aux stations ganglionnaires indiquées par l auteur. La stadification intra-thoracique est essentielle pour : évaluer l exactitude de la stadification préopératoire ; identifier et classer correctement des groupes de patients ayant un pronostic différent ; comparer les résultats de différents protocoles thérapeutiques ; promouvoir une utilisation rationnelle des traitements adjuvants disponibles dans le futur. Il est évident que la méthodologie actuelle de stadification clinique préopératoire n est pas optimale. Ceci est notamment illustré par le fait que dans notre centre, malgré une attitude de mise au point maximale du médiastin, 14 % des patients avaient une atteinte N2 inattendue (unforeseen) au moment de la thoracotomie [12]. Durant cette période, une médiastinoscopie cervicale était systématiquement réali- 974

5 Le traitement chirurgical du cancer bronchique non à petites cellules sée sauf chez les patients porteurs d un carcinome épidermoïde ct1-t2 sans adénopathie médiastinale significative au CT-scan. Dans la série du Brompton, bien qu une médiastinoscopie était réalisée chaque fois que le CT-scan montrait des ganglions médiastinaux élargis, une atteinte ganglionnaire N2 «inattendue» ou «imprévisible» était trouvée lors de 25 % des thoracotomies [13]. Chez environ un tiers des patients, les ganglions médiastinaux sont atteints alors que les ganglions hilaires ou intra-pulmonaires ne le sont pas [14]. Ces «sauts» de relais ganglionnaires (skip metastasis) s expliquent probablement par des lymphatiques sous-pleuraux qui se drainent directement vers le médiastin. Ceci a été suggéré par les travaux de Riquet et coll. [15] qui avaient injecté un colorant bleu dans les lymphatiques pleuraux d un segment pulmonaire. Un passage direct du colorant vers les ganglions médiastinaux a été observé à droite chez 22 % des sujets et à gauche chez 25 %, le plus fréquemment en cas d atteinte lobaire supérieure. Ces connexions lymphatiques directes avec le médiastin, par des voies souvent superficielles, sous-pleurales expliquent donc les sauts métastatiques qui rendraient nécessaire le curage ganglionnaire systématique même lorsque les ganglions interlobaires et hilaires sont indemnes. Une large variabilité technique semble aussi exister dans la technique de stadification peropératoire et même la désignation des aires ganglionnaires semble souffrir d une large variabilité entre observateurs. Dans l étude de Watanabe [16], 424 aires ganglionnaires ont été excisées chez 41 patients opérés par thoracotomie pour un cancer non-à-petites cellules. De façon indépendante, deux chirurgiens devaient attribuer les ganglions aux différentes aires ganglionnaires de la carte de Naruke [17]. Le choix de ces positions était ensuite analysé. Dans 68,5 % seulement des ganglions, la position attribuée par les deux observateurs était concordante. La variabilité entre les observateurs était lourde de conséquences puisque pour 34 % des patients elle aboutissait à un stade N1 pour l un des observateurs alors que l autre classait ces mêmes ganglions comme N2. La variabilité dans les techniques d échantillonnage ou de curage ganglionnaire et celle dans l interprétation de la localisation ganglionnaire ne doit être perdue de vue quand on veut interpréter différents résultats chirurgicaux dans la littérature. Les résultats de l étude IALT (international adjuvant lung trial) viennent récemment d être présentés [18]. Dans cette étude une chimiothérapie adjuvante à base de Cisplatine donnait un avantage de survie à 5 ans de 5 % après résection chirurgicale complète. Le sous-groupe ayant le plus bénéficié du traitement adjuvant est le groupe IIIA. Une stadification opératoire précise est donc requise afin de pouvoir bien sélectionner les patients pour un tel traitement adjuvant. Une question importante est également de savoir si le curage médiastinal influence la survie. Dans la seule étude prospective randomisée, le curage médiastinal radical n a amélioré ni la survie, ni le taux de récidives [19]. Néanmoins dans le sous-groupe des patients pn1 et pn2 qui n avaient une atteinte que d un seul niveau ganglionnaire, la survie était meilleure après lymphadénectomie radicale qu après simple échantillonage ganglionnaire. Dans une étude non-randomisée comparant l échantillonnage ganglionnaire systématique au curage radical, la survie était meilleure après curage radical [20]. Mais ceci ne s appliquait que pour des interventions à droite et des patients aux stades II et IIIA. La principale critique que l on puisse faire de cette étude repose sur le fait qu il s agissait d une étude multicentrique étudiant l effet de la chimio-thérapie adjuvante. Sur 190 chirurgiens participants, 131 n ont inclus qu un seul patient dans l étude ce qui en limite très fortement la validité. Même s il n est donc pas formellement prouvé qu un curage ganglionnaire médiastinal améliore la survie ou le taux de récidives, il est généralement admis que la résection complète d un cancer bronchique requiert une résection pulmonaire adéquate et un curage ganglionnaire médiastinal. Le curage systématique permet sans aucun doute d obtenir une stadification chirurgicale plus précise et donc une classification plus précise des patients en stades histologiques I, II et IIIA définitifs (ptnm), ce qui devrait se traduire par une amélioration de la survie dans chacun de ces stades. Depuis une réunion internationale de consensus organisé par l International Association for the Study of Lung Cancer à Londres en 1996, la façon de procéder est appelée «curage systématique» ou systematic nodal dissection [21]. Ce geste est réalisé lors de la thoracotomie, dans le but de mieux stadifier la tumeur, et consiste à réséquer et examiner de façon systématique les ganglions médiastinaux, hilaires et lobaires. La tumeur primitive étant jugée réséquable, on débute par le curage médiastinal avant la résection pulmonaire. Il est recommandé de disséquer tous les ganglions médiastinaux, au moins trois niveaux doivent être disséques, et toujours les ganglions sous-carénaires. Idéalement, pour les ganglions médiastinaux, du côté droit, les niveaux 2R (paratrachéal haut), 4R (trachéo-bronchique), 7 (sous-carénaire), 8 (para-oesophagien) et 9 (ligament pulmonaire inférieur) sont réséqués. À gauche, les ganglions des niveaux 4L, 5 (fenêtre aorto-pulmonaire), 6 (para-aortique), 7, 8 et 9 sont réséqués [22]. Dans notre propre expérience comme dans celle de beaucoup d autres équipes, ce curage systématique est réalisable sans aucune morbidité ou mortalité surajoutée [23, 24]. Une autre approche est de faire le curage ganglionnaire en fonction de la localisation bronchique de la tumeur pulmonaire. Ceci est inspiré par le travail de Naruke [17] et reflète le drainage principal de la tumeur. Ceci inclut pour les tumeurs du lobe supérieur droit les ganglions 4R (trachéobronchique), pour la tumeur du lobe moyen les ganglions 7 (sous-carénaires), pour la tumeur du lobe inférieur droit les ganglions de l aire 7 (sous-carénaire), 8 (para-oesophagien) et 9 (ligament pulmonaire inférieur). À gauche, en cas de tumeur du lobe supérieur les ganglions 4L, 5 (fenêtre aortopulmonaire) et 6 (para-aortique), pour les tumeurs du lobe inférieur les ganglions 7, 8 et SPLF, tous droits réservés 975

6 P. De Leyn, G. Decker Impact thérapeutique d une atteinte ganglionnaire N1 découverte en peropératoire Les règles chirurgicales du cancer bronchique prévoient la résection des ganglions hilaires et inter-lobaires afin de déterminer plus précisément l étendue de la résection requise. Une atteinte ganglionnaire hilaire peut obliger à une résection plus étendue que la lobectomie initialement prévue. Quand de tels ganglions envahissent l artère pulmonaire ou la bronche intermédiaire ou souche, une lobectomie élargie avec plastie de la bronche et/ou de l artère pulmonaire voire une pneumonectomie peut devenir inévitable. Pour des tumeurs situées dans les lobes supérieurs, il est généralement admis qu en cas d atteinte des ganglions à l origine du lobe ou même des ganglions hilaires, la résection pourra être complète au moyen d une lobectomie supérieure pour autant que celle-ci emporte tous ces niveaux ganglionnaires. Pour des tumeurs des lobes inférieurs la controverse persiste sur l étendue de la résection en cas d atteinte des ganglions à la racine lobaire [24]. Ces ganglions se trouvent sur la bronche intermédiaire ou l artère pulmonaire au niveau de la grande scissure. Pour une tumeur lobaire inférieure droite, en pareille situation, la plupart des centres réalisent une bi-lobectomie inférieure (c est-à-dire emportant les lobes inférieur et moyen) si la réserve respiratoire du patient le permet. Dans le passé, beaucoup d entre nous ont systématiquement réalisé une pneumonectomie quand les ganglions le long de la bronche intermédiaire étaient envahis. Actuellement, beaucoup de centres [25] ont adopté la stratégie d une lobectomie avec curage ganglionnaire quand les ganglions positifs n envahissent aucune structure et qu une résection complète peut donc être obtenue. Quand les ganglions sont fixés sur la bronche, une lobectomie de type sleeve, plutôt qu une pneumonectomie est actuellement préconisée comme traitement de choix. Dans l importante série de Deslauriers et coll. [9] comparant rétrospectivement la survie de 184 patients opérés par lobectomie et bronchoplastie avec celle de pneumonectomies réalisées dans le même centre, pour les patients ayant une atteinte N1, la survie après lobectomie-bronchoplastie était significativement meilleure qu après pneumonectomie (survie médiane 5,1 ans versus 2,8 ans ; p = 0,008) [26]. Pour les patients aux stades 1 et 2 ainsi que pour ceux classés pn0, la survie après lobectomiebronchoplastie était également significativement meilleure, illustrant l effet bénéfique de l épargne de parenchyme pulmonaire fonctionnel. Impact thérapeutique d une atteinte ganglionnaire N2 découverte de façon inattendue en peropératoire Aussi rigoureuse que soit la mise au point préopératoire du médiastin, la découverte d une atteinte N2 inattendue au cours de la thoracotomie reste toujours possible. Au Royal Brompton Hospital, la pratique du curage systématique a ainsi pu révéler une atteinte N2 chez 25 % des patients. Durant la thoracotomie, la maladie N2 était macroscopiquement visible chez 16 % des patients alors que chez 9 % l atteinte était identifiée seulement par l examen histologique de ganglions d apparence normale [13]. Durant la même période, notre taux de «maladie N2 inattendue» était de 14 %. Depuis lors, l utilisation systématique du PET-scan a modifié notre bilan préopératoire d extension. Grâce à sa valeur prédictive négative très élevée pour l atteinte médiastinale, le PET-scan a permis d abaisser notre taux de N2 «inattendus» en dessous des 10 % [27]. Les patients restants présentent généralement une atteinte N2 très limitée et toujours réséquable, avec comme conséquence que, si de façon générale la chirurgie première pour des patients avec une atteinte N2 est peu utile, ceux qui ont une telle atteinte N2 «inattendue» représentent un sous-groupe de patients qui souvent profitent d une résection primaire. Plusieurs auteurs ont ainsi rapporté des taux de réséquabilité élevés (87,4 % dans notre centre) et des taux de survie à 5 ans au-delà de 20 % en cas de résection complète et ce, sans aucun traitement adjuvant [12, 28]. Le PET-scan et sa valeur prédictive négative élevée et à défaut de PET-scan, la pratique de médiastinoscopie cervicale systématique, permettent une sélection telle que les seules atteintes N2 «inattendues» persistantes sont minimes et généralement limitées à l atteinte intra-capsulaire d une seule aire ganglionnaire. Dans ces conditions, on peut donc procéder à la résection car l atteinte ganglionnaire médiastinale «inattendue» est quasiment toujours réséquable et ne requiert que rarement un élargissement de la résection pulmonaire initialement prévue. Ce n est que dans les cas exceptionnels où la résection complète des ganglions N2 serait techniquement impossible que nous refermons la thoracotomie sans résection pulmonaire, pour ensuite administrer une chimiothérapie d induction suivie de radiothérapie voire éventuellement d une résection chirurgicale ultérieure en cas de réponse favorable. Rôle actuel de la thoracoscopie dans le traitement du cancer bronchique Il est évident que la thoracoscopie vidéo-assistée joue un rôle important dans le bilan invasif de stadification du cancer bronchique non-à petites cellules. Ainsi, des ganglions suspects de la fenêtre aorto-pulmonaire sont aisés à biopsier par thoracoscopie. Dans cette indication, la thoracoscopie représente une alternative attrayante à la médiastinotomie antérieure car elle a l avantage de permettre de mieux visualiser les structures vasculaires ou le nerf phrénique. La thoracoscopie est également utile pour le diagnostic d épanchements pleuraux quand la thoracocentèse n a permis aucun diagnostic et elle permet également une résection facile de nodules périphériques indéterminés quand un diagnostic histologique est souhaité. La résection pulmonaire par thoracoscopie est devenue faisable grâce aux avancées technologiques des années 1980 et 1990, comme l adjonction de systèmes vidéo de plus en plus performants, l amélioration progressive des optiques et 976

7 Le traitement chirurgical du cancer bronchique non à petites cellules caméras, le développement d instruments chirurgicaux dédiés à ces techniques et l essor des agrafeuses mécaniques endoscopiques. Actuellement, la lobectomie par thoracoscopie vidéo-assistée est généralement réalisée en s aidant d une petite incision accessoire (utility incision) mesurant 5 à 8 cm et la plupart des chirurgiens préconisent l absence de recours à l écartement costal. Le rôle de la thoracoscopie dans le traitement du cancer bronchique reste très débattu. Les avantages potentiels sont une moindre douleur, une moindre perturbation de la fonction pulmonaire et une moindre dépression des cytokines d où une meilleure préservation des fonctions immunitaires. Néanmoins, ces hypothèses ne sont soutenues à ce jour par aucune donnée convaincante d études prospectives randomisées. Bien que la lobectomie thoracoscopique soit techniquement difficile, sa faisabilité a été prouvée par plusieurs centres. Les survies après lobectomie thoracoscopique pour cancers de stade I ont été rapportées par plusieurs auteurs comme étant au moins aussi élevées qu après lobectomie par thoracotomie classique [29]. Sugi et coll. [30] ont rapporté une étude prospective de cancers bronchiques NSCLC de stade clinique I par lobectomie thoracoscopique (n = 48) versus lobectomie conventionnelle (n = 52). La survie à 5 ans était de 90 % dans le groupe thoracoscopique versus 85 % dans le groupe thoracotomie conventionnelle. Walker et coll. [31] ont réalisé 159 lobectomies thoracoscopiques pour des stades cliniques I et II. Tous les patients ont eu une médiastinoscopie cervicale préalable et la taille maximale des tumeurs était de 5 cm. La survie à 5 ans des patients au stade pathologique I était de 77,9 % contre 51 % pour le stade II. Une récidive fut identifiée chez 36 patients (22,6 %) et elle était locale pour neuf d entre eux. Ces chiffres sont en réalité au moins aussi bons que les résultats classiquement obtenus après lobectomie ouverte. D autres centres ont rapporté des résultats de survie aussi bons [32]. Une meilleure survie dans l option thoracoscopique pourrait s expliquer par une moindre immunodépression post-opératoire. Pour ces motifs, nous pensons qu une lobectomie par thoracoscopie vidéo-assistée se justifie actuellement pour des patients ayant une tumeur périphérique de stade I et pour lesquels un bilan par PET-scan et/ou médiastinoscopie ne retient aucun argument pour une atteinte hilaire ou médiastinale. La technique opératoire reste encore un défi et nécessite une longue courbe d apprentissage. Les potentiels avantages de l approche thoracoscopique en termes de meilleure survie ou de moindre douleur ou morbidité doivent encore être démontrés par des études randomisées. La chirurgie des stades avancés de cancer non-à petites cellules Les patients ayant une atteinte ganglionnaire médiastinale ipsilatérale (N2) et ceux ayant une tumeur T4 sont potentiellement réséquables. Ils sont regroupés sous le stade IIIA. Traitement chirurgical de l atteinte N2 Les patients ayant une atteinte des ganglions médiastinaux ipsilatéraux ou sous-carénaires ont un mauvais pronostic. Même si, techniquement, leur tumeur est souvent opérable, la survie à 5 ans est très faible. Pearson a ainsi opéré un groupe sélectionné de patients avec des ganglions positifs à la médiastinoscopie cervicale [33]. Les patients ayant une atteinte extra-capsulaire et ceux avec une atteinte des ganglions paratrachéaux hauts étaient exclus. Au total seul un cinquième des patients avec une médiastinoscopie positive furent opérés. Malgré cette sélection importante, une résection complète n a pu être obtenue que chez 64 % des patients et la survie à 5 ans des patients opérés n était que de 9 %. Dans une série japonaise rapportée par Funatsu et coll. [34], 117 patients ont été opérés malgré une atteinte N2. Une résection complète n a été obtenue que chez 11 % des patients, une résection incomplète a été réalisée chez 66 % et aucune résection chez 22 % d entre-eux. La survie à 5 ans des patients réséqués n était que de 6 %. Dans une telle situation où une résection ne permet d obtenir qu une probabilité de survie dépassant à peine le risque de mortalité opératoire, il est évident que la recommandation de ce traitement chirurgical impose la plus grande prudence. Le seul sous-groupe de patients avec atteinte N2 qui peuvent bénéficier d une résection chirurgicale primaire est celui des patients ayant une atteinte N2 «inattendue» ou imprévisible. Chez ces patients le CT-scan et/ou la médiastinoscopie ne montre aucune adénopathie envahie et ce n est que lors de la thoracotomie qu une atteinte ganglionnaire inattendue est détectée. Ce cas de figure peut concerner jusqu à 25 % des patients et la fréquence dépendra en réalité de la précision du bilan préopératoire et de l étendue de la dissection ganglionnaire peropératoire. Le sous-groupe de patients avec N2 inattendu peut profiter d une résection chirurgicale primaire comme l ont démontré plusieurs auteurs qui ont rapporté des taux de réséquabilité et de survie à 5 ans élevés atteignant 25 à 30 % en cas de résection complète [12, 17]. En Amérique du nord et Europe de l ouest, beaucoup de centres administrent une chimiothérapie ou chimio-radiothérapie d induction aux patients présentant une atteinte N2. Les avantages théoriques de cette approche dite «néoadjuvante» sont nombreux. La réduction du volume tumoral afin d en augmenter la réséquabilité et l élimination de micrométastases à distance sont les principaux buts de cette stratégie et l explication de ces avantages potentiels aux patients contribue à leur faire accepter la chimiothérapie. La littérature contient beaucoup d études non-randomisées de phase II de patients très sélectionnés traités par chimio- et/ou chimioradiothérapie suivies d une résection chirurgicale. Les résultats de ces études de phase II suggèrent que l approche néo-adjuvante pourrait améliorer les taux de réséquabilité et de survie par rapport à l approche chirurgicale seule [35]. Huit petites études randomisées étudiant les traitements adjuvants pour le stade IIIa ont été publiées. Une analyse 2004 SPLF, tous droits réservés 977

8 P. De Leyn, G. Decker exhaustive de ces séries dépasse le cadre de cet article. Les deux études les plus connues sont celles de Rossell et celle de Roth [36-39] et une description détaillée de toutes ces études vient récemment d être publiée [40]. Beaucoup de doutes persistent autour de ces études de phase III. Ceux-ci proviennent surtout du fait que souvent le bilan pré-traitement n incluait aucune mise au point invasive des ganglions médiastinaux (pas plus que de PET-scan), que les patients inclus pouvaient avoir des pronostics très divers (T3N0 et T3N1) et que la plupart de ces études ont inclus un nombre très faible de patients. Une interrogation majeure provient d une large étude randomisée européenne comparant chimiothérapie d induction suivie de chirurgie versus chirurgie seule, dans laquelle un bénéfice pour le bras chimiothérapie est suggéré pour les stades I et II mais pas pour les patients ayant une atteinte ganglionnaire médiastinale (stade IIIa) [41]. Le status des ganglions médiastinaux après chimiothérapie d induction constitue un important facteur pronostique des patients opérés après une telle chimiothérapie. Les patients présentant une guérison (downstaging) de leur atteinte médiastinale semblent avoir une bien meilleure survie que les patients dont l atteinte ganglionnaire N2 persiste. Bueno et coll. ont ainsi rapporté que les patients rétrogradés à une atteinte pathologique N0 avaient une survie à 5 ans de 35,8 % contre seulement 9 % de survie pour ceux dont l atteinte ganglionnaire persistait après chimiothérapie [42]. Le bilan clinique de réponse au traitement d induction demeure un problème majeur. Actuellement, la réévaluation des ganglions médiastinaux après chimiothérapie d induction est loin d être adéquate. Le CT-scan a été démontré comme tout à fait non fiable [43] et aussi bien le re-pet-scan que la remédiastinoscopie ont une précision de moins de 70 % [44, 45]. Sur la base de ces observations et en attendant des données plus larges de survie des patients avec atteinte N2 persistante, notre politique reste celle d explorer chirurgicalement tous les patients semblant répondeurs ou stables et de procéder à la résection avec curage ganglionnaire médiastinal radical chaque fois qu une résection complète semble faisable, indépendamment du fait que les ganglions médiastinaux demeurent positifs lors de la thoracotomie. La chirurgie pour les tumeurs T4 L extension tumorale T4 est généralement considérée comme inopérable. L atteinte T4 inclut l envahissement tumoral de la veine cave supérieure, l aorte, les vaisseaux pulmonaires intra-péricardiques, la trachée ou la carène. L envahissement du péricarde, la présence de métastases pleurales, d épanchement pleural ou péricardique malin mais également la présence de nodules satellites dans le même lobe que la tumeur primitive sont également considérés comme T4. Certaines de ces structures peuvent être réséquées et la chirurgie primaire pour traiter l envahissement de la veine cave supérieure, de la carène et des corps vertébraux a été décrite. Bien que la mortalité post-opératoire soit souvent relativement faible, la morbidité de ces interventions reste néanmoins significative [46]. Quand une résection complète peut être obtenue pour les tumeurs T4, des survies à 5 ans de 25 % peuvent être atteintes. L absence d atteinte ganglionnaire et le caractère complet de la résection sont les principaux facteurs pronostiques. De nouvelles approches telles que la voie trans-manubriale [47] et de nouvelles techniques (comme la vertébrectomie en bloc) rendent une résection complète possible dans 85 % des tumeurs T4 par envahissement du corps vertébral [46]. Dans la série de l institut Montsouris, la survie globale à 2 et 5 ans des tumeurs envahissant le corps vertébral était de 54 % et 25 % contre 73 % et 30 % après résection complète. Il est important de noter que 16 des 26 patients de cette série avaient reçu une induction par chimiothérapie. Plusieurs études ont montré, pour les tumeurs T4, la faisabilité d une radio-chimiothérapie d induction suivie d une résection chirurgicale. Stamatis et coll. [48] ont rapporté une série de 56 patients de stade IIIB traités par chimio-radiothérapie d induction. La moitié de ces patients était IIIB du fait d une tumeur T4. La réséquabilité était de 59 % et 27 patients (48 %) avaient une résection complète. La mortalité post-opératoire était de 2,9 % et la morbidité opératoire était de 50 %. Dans une étude japonaise récente [49], 27 patients de stade IIIB ont été traités par chimio-radiothérapie d induction. Vingt-deux patients avaient une atteinte clinique T4. Le taux de résection de cette série était de 81 %. La survie obtenue de 77 % à un an et 56 % à 3 ans est très prometteuse si on tient compte d une mortalité dans cette série de 4% pour un taux rapporté de complications de 36 %. Dans l étude Southwest oncology trial, d excellents résultats ont été rapportés pour la chimio-radiothérapie d induction pour des tumeurs de Pancoast [50]. Des patients avec des cancers non-à-petites cellules T3-4NO-1 de l apex pulmonaire ont été traités par deux cures de Cisplatine et Etoposide combinées à une irradiation de 45 grays. Le taux de résections complètes subséquentes était de 90,4 %. Chez 32 patients (36 %), une réponse pathologique complète a pu être constatée et il est important de noter que, chez 15 de ces patients, la tomographie computérisée ne suggérait aucune réponse tumorale. Après un suivi moyen de 3 ans, la survie globale de cette série est de 55 % et la survie à 3 ans après résection complète est de 70 %. Les rechutes surviennent principalement à distance, surtout au niveau cérébral. Ces résultats dépassent de loin ce qui a pu être obtenu par chirurgie primaire seule puisque dans la série historique du Memorial Sloan-Kettering Cancer Center, les taux de résection complète étaient de 64 % pour des tumeurs de Pancoast T3NO et 39 % pour les tumeurs T4N0. La survie actuarielle à 5 ans était de 46 % pour les T3N0 et 13 % pour les tumeurs T4N0 [51]. La littérature indique donc que la chimio-radiothérapie d induction semble être le traitement de choix pour les tumeurs de Pancoast T3-T4 N0-1. Dans des atteintes IIIB potentiellement réséquables également, la chimio-radiothérapie d induction suivie d une résection chirurgicale semble faisable [52]. 978

9 Le traitement chirurgical du cancer bronchique non à petites cellules Néanmoins, en l absence d études contrôlées prouvant une supériorité de schémas d induction associant la radiothérapie à la chimiothérapie par rapport à la chimio-induction seule, il nous semble que la lourdeur de ces schémas d induction impose actuellement leur utilisation à l intérieur de protocoles d études. Il est important de noter par ailleurs que même des patients ne montrant pas de réponse tomodensitométrique au traitement d induction méritent d être explorés chirurgicalement car la possibilité d une résection complète versus une nonréséquabilité ne peut pas toujours être prédite par les techniques d imagerie qui sont actuellement à notre disposition. Morbidité et mortalité après résection pulmonaire Malgré des progrès importants dans la mise au point préopératoire, l anesthésie, les techniques chirurgicales et les soins postopératoires, la chirurgie de résection pulmonaire reste grevée d une morbidité et mortalité opératoires. Cette morbidité dépend de l étendue de la résection pulmonaire, de la nécessité de résections associées comme la paroi thoracique ou la carène mais aussi de l âge et des comorbidités préexistantes du patient, telle que la présence ou non de bronchopneumopathie chronique obstructive [53]. Il est bien démontré que la pneumonectomie droite a une morbidité et mortalité plus importante qu une pneumonectomie gauche. Les causes exactes de cette différence restent méconnues mais sont sans doute liées au fait que le poumon droit est plus grand que le poumon gauche et que des résections complexes telles que les résections de la carène sont plus souvent réalisées du côté droit. Quand le moignon bronchique de pneumonectomie gauche est coupé court, il se rétracte vers le médiastin où il est entouré de tissus bien vascularisés. Ceci peut contribuer à expliquer que les fistules bronchopleurales surviennent plus rarement à gauche qu à droite. D autres facteurs influencent les résultats chirurgicaux. Ainsi, il n y a aucun doute que les interventions chirurgicales réalisées après thérapie «néo-adjuvante» comportent plus de défis techniques pour le chirurgien thoracique et requièrent une surveillance post-opératoire plus attentionnée. Après traitement d induction, des mortalités opératoires de 0 à 17 % après chimiothérapie seule et 4 à 15 % après chimioradiothérapie ont été rapportées [52]. Martin et coll. [54] ont rapporté l expérience du Memorial Sloan Kettering Cancer Center de 394 résections après traitement d induction dont une radiothérapie dans 18 % des cas. La mortalité globale de la série était de 4,6 %. Elle était de 2,4 % après lobectomie et atteignait 11,3 % après pneumonectomie. Les pneumonectomies droites après traitement d induction avaient une mortalité particulièrement élevée dans cette série (23,9 %). D autres auteurs ont confirmé une morbidité opératoire augmentée, surtout en cas d induction par chimioradiothérapie alors que certains centres n ont à l inverse pas trouvé d augmentation de la mortalité [52]. Ces résultats sont par ailleurs influencés par l expérience de chaque centre. La littérature démontre bien que les hôpitaux ayant un grand volume annuel de résections pulmonaires ont de meilleurs résultats que les hôpitaux à faible volume. Une étude aux États-Unis a classé les hôpitaux selon leur volume d activité croissant, depuis un faible volume (moins de 9 résections/an pour cancer bronchique) jusqu à un grand volume (plus de 67 résections/an). Les patients des hôpitaux à grand volume d activité avaient moins de complications postopératoires (20 % contre 44 %) et une moindre mortalité à 30 jours (3 % contre 6 %) que ceux des hôpitaux à faible volume d activité [55]. Birkmeyer et coll. [56] ont montré dans une autre étude que les différences absolues en taux de mortalité ajustés entre des hôpitaux à très faible volume et des hôpitaux à très fort volume d activité sont au-delà de 5 % pour une pneumonectomie et 2 % pour une lobectomie. Rôle du traitement adjuvant après résection complète Puisque même après une résection d apparence complète la survie à 5 ans des patients n est que d environ 40 %, des traitements adjuvants par radiothérapie et chimiotérapie ont été proposés. Dans la méta-analyse PORT [57], les données de patients issus de 9 études randomisées ont été analysées. Le rôle de la radiothérapie post-opératoire après une résection chirurgicale complète du cancer bronchique non-à petites cellules a été étudié. Une réduction globale de survie de 55 % à 48 % à 2 ans a été observée et l effet défavorable de la radiothérapie adjuvante prédominait pour les patients aux stades I et II. Le bénéfice d une chimiothérapie adjuvante a été démontré pour plusieurs types de cancer tels que le cancer mammaire, les cancers de l ovaire ou du colon. Pour le cancer bronchique, une méta-analyse publiée en 1995 [58] suggère qu une chimiothérapie adjuvante à base de dérivés du platine est associée à un gain de survie absolu de 5 % à 5 ans. Plusieurs groupes ont entrepris des études prospectives randomisées pour tester cette hypothèse. Dans une étude multicentrique italienne, patients avec des cancers non à petites cellules de stades I, II et IIIA étaient tirés au sort entre une chimiothérapie à base de Mitomycine, Vindésine et Cisplatine (MVP), toutes les 3 semaines (n = 606) ou l absence de traitement adjuvant après une résection chirurgicale complète de leur cancer (groupe contrôle n = 603). Aucune différence statistiquement significative de survie n était trouvée entre ces deux groupes. Cependant la toxicité de ce traitement était telle que seuls 69 % des patients avaient reçu les 3 cycles complets de MVP [59]. Une étude nord-américaine de l Intergroup a enrôlé 488 patients afin de comparer la radiothérapie adjuvante postopératoire seule avec la radiothérapie concomitante d une chimiothérapie à base d Etoposide et de Cisplatine. Ils n ont trouvé aucune différence de survie globale [60] SPLF, tous droits réservés 979

10 P. De Leyn, G. Decker L étude IALT [18] a randomisé patients après résection complète d un cancer bronchique non à petites cellules. 36,5 % avaient un stade I, 24,2 % un stade II et 33,9 % un stade III. La chimiothérapie consistait en du Cisplatine combiné à de l Etoposide (56 % des patients), de la Vinorelbine (27 % des patients), de la Vinblastine (11 % des patients) ou de la Vindésine dans 6 % des cas. Les patients recevant une chimiothérapie après une résection complète avaient une survie significativement plus longue que ceux qui n avaient pas reçu de chimiothérapie (44,5 % versus 40,4% à 5ans). Dans cette étude, le sous-groupe profitant le plus du traitment adjuvant était le stade IIIA, mais aucun sous-groupe ne bénéficiait pas de la chimiothérapie adjuvante par cisplatine. Les résultats de cette étude encouragent donc fortement l administration de 3 ou 4 cycles de chimiothérapie à base de Cisplatine à tout patient ayant eu une résection complète de son cancer bronchique non à petites cellules. Conclusions La résection chirurgicale reste le traitement de choix du cancer bronchique non à petites cellules de stades précoces. Une résection complète implique une résection anatomique (lobectomie ou pneumonectomie) et une dissection ganglionnaire systématique. Pour nombre de tumeurs centrales ou tumeurs avec ganglions N1 fixés, une lobectomie avec bronchoplastie est préférable à une pneumonectomie. Pour de petites lésions périphériques sans atteinte ganglionnaire au PET-scan et/ou une médiastinoscopie négative, une lobectomie thoracoscopique permet d obtenir une survie similaire à celle observée après chirurgie ouverte. Cependant, les avantages potentiels de la thoracoscopie pour le patient attendent toujours d être confirmés par des essais contrôlés randomisés. La résection primaire du cancer bronchique avec atteinte N2 est peu profitable pour le patient. Dans ce cas, une chimiothérapie d induction suivie d une résection en cas de réponse est devenue le traitement de choix. Seuls les patients dont l atteinte médiastinale a disparu sous l effet de l induction profitent réellement de cette chirurgie. Cependant, la réévaluation clinique de la réponse au traitement d induction par PET scan, CT scan et/ou re-médiastinoscopie reste trop imprécise. Pour les tumeurs de Pancoast et d autres T4 sélectionnés, un traitement d induction par chimio-radiothérapie suivi de résection chirurgicale améliore les taux de réséquabilité et de survie globale. La réponse au traitement comme la réséquabilité ne peuvent toujours pas être prédites par le CT-scan ou la résonance magnétique nucléaire. Pour ces raisons,tous les patients avec atteinte T4, stables ou répondeurs après chimio-radiothérapie d induction, devraient être explorés chirurgicalement. La chirurgie après traitement d induction est plus difficile et requiert une prise en charge post-opératoire attentive. Grâce à des techniques chirurgicales et post-opératoires méticuleuses, la mortalité et morbidité peuvent rester acceptables. La chimiothérapie néo-adjuvante comme la chimiothérapie adjuvante semblent améliorer le pronostic des cancers bronchiques de stades précoces. Les résultats d études randomisées en cours devront confirmer cela avant de pouvoir intégrer ces approches dans une pratique clinique journalière. Références 1 Ginsberg RJ, Rubinstein LV : Randomized trial of lobectomy versus limited resection for T1N0 non-small cell lung cancer. Ann Thorac Surg 1995 ; 60 : Landreneau RJ, Sugarbaker DJ, Mack MJ, Hazelrigg SR, Luketich JD, Fetterman L, Liptay MJ, Bartley S, Boley TM, Keenan RJ, Ferson PF, Weyant RJ, Naunheim KS : Wedge resection versus lobectomy for stage I (T1N0M0) non-small cell lung cancer. J Thorac Cardiovasc Surg 1997 ; 113 : Kodama K, Doi O, Higashiyama M, Yokouchi H : Intentional limited resection for selected patients with T1N0M0 non-small cell lung cancer: a single institution study. J Thorac Cardiovasc Surg 1997 ; 114 : De Leyn P, Rots W, Deneffe G, Nafteux P, Coosemans W, Van Raemdonck D, Decker G, Lerut T : Sleeve lobectomy for nonsmall cell lung cancer. Acta Chir Belg 2003 ; 103 : Rendina EA, Venuta F, De Giacomo T, Rossi M, Coloni GF : Parenchymal sparing operations for bronchogenic carcinoma. Surg Clin N Am 2002 ; 82 : Tronc F, Grégoire J, Rouleau J, Deslauriers J : Long-term results of sleeve lobectomy for lung cancer. Eur J Cardiothorac Surg 2000 ; 17 : Van Schil PE, Vankeirsbilck J, Brutel de la Riviere A, Van den Bosch JM : Long term survival after bronchial sleeve resection in relation to nodal involvement. Eur J Cardiothorac Surg 2000 ; 17 : Okada M, Yamagashi H, Satake S, Matsuoka H, Miyamoto Y, Yoshimura M, Tsubota N : Survival related to lymph node involvement in lung cancer after sleeve lobectomy compared with pneumonectomy. J Thorac Cardiovasc Surg 2000 ; 119 : Scott WJ, Howington J, Movsas B : Treatment of stage II non-small cell lung cancer. Chest 2003 ; 128 : 188S-201S. 10 Mitchell JD, Mathisen DJ, Wright CD, Wain JC, Donahue DM, Moncure AC,Grillo HC : Clinical experience with carinal resection. J Thorac Cardiovasc Surg 1999 ; 117 : Tsang GM, Watson DC : The practice of cardiothoracic surgeons in the perioperative staging of non-small cell lung cancer. Thorax 1992 ; 47 : De Leyn P, Schoonooghe P, Deneffe G, Van Raemdonck D, Coosemans W, Vansteenkiste J, Lerut T : Surgery for non-small cell lung cancer with unsuspected metastasis to ipsilateral mediastinal or subcarinal nodes (N2 disease). Eur J Cardiothorac Surg 1996 ; 10 : Fernando HC, Goldstraw P : The accurry of clinical evaluative intrathoracic staging as assessed by postsurgical pathological stage. Cancer 1990 ; 65 : Yoshino I, Yokoyama H, Yano T, Ueda T, Takai E, Mizutani K, Asoh H, Ichinose Y : Skip metastasis to the mediastinal lymph nodes in nonsmall cell lung cancer. Ann Thorac Surg 1996 ; 62 :

11 Le traitement chirurgical du cancer bronchique non à petites cellules 15 Riquet M, Hidden G, Debesse B : Direct lymphatic drainage of lung segments to the mediastinal nodes. J Thorac Cardiovasc Surg 1989 ; 97 : Watanabe S, Ladas G, Goldstraw P : Inter-observer variability in systematic nodal dissection: comparison of European and Japanese nodal designation. Ann Thorac Surg 2002 ; 73 : Naruke T, Tsuchiya R, Kondo H, Nakayama H, Asamura H : Lymph node sampling in lung cancer. How should it be done? Eur J Cardiothorac Surg 1999 ; 16 : The International Adjuvant Lung Cancer Trial Collaborative Group : Cisplatin-based adjuvant chemotherapy in patients with completely resected non-small cell lung cancer. N Engl J Med 2004 ; 350 : Izbicki JR, Passlick B, Pantel K, Pichlmeier U, Hosch SB, Karg O, Thetter O : Effectiveness of radical systematic mediastinal lymphadenectomy in patients with resectable non-small cell lung cancer. Ann Surg 1999 ; 227 : Keller SM, Adak S, Wagner H, Johnson DH for the eastern cooperative oncology group : Mediastinal lymph node dissection improves survival in patients with stages II and IIIa non-small cell lung cancer. Ann Thorac Surg 2000 ; 70 : Goldstraw P : Report on the international workshop on intrathoracic staging. London, October Lung Cancer 1997 ; 18 : Graham ANJ, Chan K, Pastorino U, Goldstraw P : Systematic nodal dissection in the intrathoracic staging of patients with non-small cell lung cancer. J Thorac Cardiovasc Surg 1999 ; 117 : Bollen ECM, Van Duin CJ, Theunissen PHMH, Van t Hof-Grootenboer AE, Blijham GH : Mediastinal lymph node dissection in resected lung cancer. Morbidity and accuracy of staging. Ann Thorac Surg 1993 ; 55 : Korst RJ, Ginsberg RJ : Appropriate surgical treatment of resectable non-small-cell lung cancer. World J Surg 2001 ; 25 : Asamura H, Nakayama H, Konde H, Tsuchiya R, Naruke T : Lobespecific extent of systematic lymph node dissection for non-small cell lung carcinoma according to a retrospective study of metastasis and prognosis. J Thorac Cardiovasc Surg 1999 ; 117 : Deslauriers J, Grégoire J, Jacques LF, Piraux M, Guojin L, lacasse Y : Sleeve lobectomy versus pneumonectomy for lung cancer: a comparative analysisof survival and sites of recurrences. Ann Thor Surg 2004 ; 77 : Vansteenkiste J, Stroobants S, Dupont P, De Leyn P, Verbeken E, Deneffe G, Mortelmans L, Demedts M : Prognostic importance of the standardized uptake value on F-deoxy-glucose-positron emission tomography scan in non-small-cell lung cancer: an analysis of 125 cases. J Clin Oncol 1999 ; 17 : Van Klaveren RJ, Festen J, Otten HJAM, Cox AL, De Graaf R, Lacquet LK : Prognosis of unsuspected but completely resectabe N2 non-small cell lung cancer. Ann Thorac Surg 1993 ; 56 : Kaseda S, Aoki T, Hangai N, Shimizu K : Better pulmonary function and prognosis with video-assisted thoracic surgery than with thoracotomy. Ann Thorac Surg 2000 ; 70 : Sugi K, Kaneda Y, Esato K : Video-assisted thoracoscopic lobectomy achieves a satisfactory long-term prognosis in patients with clinical satge IA lung cancer. World J Surg 2000 ; 24 : Walker WS, Codispoti M, Soon SY, Stamenkovic S, Carnochan F, Pugh G : Long-term outcomes following VATS lobectomy for nonsmall cell bronchogenic carcinoma. Eur J Cardiothorac Surg 2003 ; 23 : Gharagozloo F, Tempesta B, Margolis M : Video-assisted thoracic surgery for stage I lung cancer. Ann Thorac Surg 2003 ; 76 : Pearson FG, Delarue NC, Ilves R, Todd TRJ, Cooper JD : Significance of posterior superior mediastinal nodes identified at mediastinoscopy in patients with resectable cancer of the lung. J Thorac Cardiovasc Surg 1982 ; 83 : Funatsu T, Matsubara Y, Hatakenaka R, Kosaba S, Yasuda Y, Ikeda S : The role of mediastinoscopic biopsy in preoperative assessment of lung cancer. J Thorac Cardiovasc Surg 1992 ; 104 : Rusch VW : Surgery for stage III non-small cell lung cancer. Cancer control 1994 ; 1 : Rosell R, Gomez-Codina J, Camps C, Javier Sanchez J, Maeste J, Padilla J, Canto A, Abad A, Roig J : Preresectional chemotherapy in stage IIIA non-small cell lung cancer. Lung Cancer 1999 ; 26 : Rosell R, Gomez-Codina J, Camps C, Maestre J, Padille J, Canto A, Mate JL, Li S, Roig J, Olazabal A et al. : A randomized trial comparing preoperative chemotherapy plus surgery with surgery alone in patients with non-small cell lung cancer. N Engl J Med 1994 ; 330 : Roth JA, Atkinson EN, Fosella F, Komaki R, Bernadette Ryan M, Putnam JB Jr, Lee JS, Dhingra H, De Caro L, Chasen M, Hong WK : Long-term follow-up of patients enrolled in a randomized trial comparing perioperative chemotherapy and surgery. Lung Cancer 1998 ; 21 : Roth JA, Fossella F, Komaki R, Ryan MB, Putnam JB Jr, Lee JS, Dhingra H, De Caro L, Chasen M, McGavran M et al. : A randomized trial comparing preoperative chemotherapy plus surgery with surgery alone in resectable stage IIIA non-small cell lung cancer. J Natl Cancer Inst 1994 ; 86 : Robinson LA, Wagner H, Ruckdeschel JC : Treatment of stage IIIA non-small cell lung cancer. Chest 2003 ;123 :202S-220S. 41 Depierre A, Milleron B, Moro-Sibilot D, Chevret S, Quoix E, Lebeau B, Braun D, Breton JL, Lemarie E, Gouva S, Paillot N, Brechot JM, Janicot H, Lebas FX, Terrioux P, Clavier J, Foucher P, Monchatre M, Coetmeur D, Level Mc, Leclerc P, Blanchon F, Rodier JM, Thiberville L, Villeneuve A, Westeel V, Chastang C; French Thoracic Cooperative Group : Preoperative chemotherapy followed by surgery compared with primary surgery in respectable stage I (except T1N0), II and IIIa non-small cell lung cancer. J Clin Oncol 2002 ; 20 : Bueno R, Richards WG, Swanson SJ, Jaklitsch MT, Lukanich JM, Mentzer SJ, Sugarbaker DJ : Nodal stage after induction therapy for stage IIIA lung cancer determines patient survival. Ann Thorac Surg 200; 70 : Cerfolio RJ, Ojha B, Mukherjee S, Pask AH, Bass CS, Katholi CR : Positron emission tomography scanning with 2-fluoro-2-deoxy-Dglucose as a predictor of response of neoadjuvant treatment for nonsmall cell carcinoma. J Thorac Cardiovasc Surg 2003 ; 125 : Van Schil P : The restaging issue. Lung Cancer 2003 ; 42 : S39-S Port JL, Kent MS, Korts RJ, Keresztes R, Levin MA, Altorki NK : Positron emission tomography scanning poorly predicts response to preoperative chemotherapy in Non-small cell lung cancer. Ann Thorac Surg 2004 ; 77 : Grunenwald DM : Surgery for locally advanced non-small cell lung cancer. Sem Surg Oncol 2003 ; 21 : Grunenwald D, Spaggiari L : Trans-manubrial osteo-muscular sparing approach for apical chest tumors. Ann Thorac Surg 1997 ; 63 : Stamatis G, Eberhardt W, Stüben G, Bildat S, Dahler O, Hillejan L : Preoperative chemoradiotherapy and surgery for selected non-small cell lung cancer IIIB subgroups: long-term results. Ann Thorac Surg 1999 ; 68 : Ichinose Y, Fukuyama Y, Asoh Hiroshi, Ushijima C, Okamoto T, Ikeda J, Okamoto J, Sakai M : Induction chemoradiotherapy and sur SPLF, tous droits réservés 981

12 P. De Leyn, G. Decker gical resection for selected stage IIIB non-small cell lung cancer. Ann Thorac Surg 2003 ; 76 : Rusch VW, Giroux DJ, Kraut MJ, Crowley J, Hazuka M, Johnson D, Goldberg M, Detterbeck F, Sheperd F, Burkes R, Winton T, Deschamps C, Livingston R, Gandara D : Induction chemoradiation and surgical resection for non-small cell lung carcinomas of the superior sulcus: initial results of Southwest oncology group trial (intergroup trial 0160). J Thorac Cardiovasc Surg 2001 ; 121 : Rusch VW, Parekh KR, Leon L, Venkatram E, Bains MS, Downey RJ, Boland P, Bilsky M, Ginsberg RJ : Factors determining outcome after surgical resection of T3 and T4 lung cancers of the superior sulcus. J Thorac Cardiovasc Surg 2000 ; 119 : Eberhardt WE, Albain KS, Pass H, Putnam JB, Gregor A, Assamura H, Mornex F, Senan S, Belderbos J, Westeel V, Thomas M, Van Schil P, Vansteenkiste J, Manegold C, Mirimanoff RO, Stuschke M, Pignon J, Rocmans P, Shepherd FA : Induction treatment before surgery for nonsmall cell lung cancer. Lung cancer 2003 ; 42 : S9-S Ginsberg RJ : Lung cancer surgery: acceptable morbidity and mortality, expected results and quality control. Surg Oncol 2002 ; 11 : Martin J, Ginsberg RJ, Abolhoda A, Bains MS, Downey RJ, Korst RJ, Weigel TL, Kris MG, Venkatraman ES, Rusch VW : Morbidity and mortality after neoadjuvant therapy for lung cancer: the risks of right pneumonectomy. Ann Thorac Surg 2001 ; 72 : Bach PB, Cramer LD, Schrag D, Downey RJ, Gelfand SE, Begg CB : The influence of hospital volume on survival after resection for lung cancer. N Engl J Med 2001 ; 345 : Birkmeyer JD, Siewers AE, Finlayson EVA, Stukel TA, Lucas FL, Batista I, Welch H, Wennberg DE : Hospital volume and surgical mortality in the Unites States. N Engl J Med 2002 ; 346 : PORT meta-analysis trialists group : Postoperative radiotherapy in non-small cell lung cancer: systematic review and meta-analysis of individual patient data from nine randomised controlled trials. Lancet 1998 ; 352 : Non-small cell lung cancer collaborative group : Chemotherapy in non-small cell lung cancer: a meta-analysis using updated data on individual patients from 52 randomised clinical trials. BMJ 1995 ; 311 : Scagliotti GV, Fossati R, Torri V, Crino L, Giacconer G, Silvano G, Martelli M, Clerici M, Cognetti F, Tonato M for the Adjuvant Lung Project Italy/European organisation for research treatment of cancer- Lung cancer cooperative group investigators : Randomized study of adjuvant chemotherapy for completely resected Stage I, II, or IIA non-small cell lung cancer. J Natl Cancer Inst 2003 ; 95 : Keller SM, Adak S, Wagner H, Herskovic A, Komaki R, Brooks BJ, Perry MC, Livingston RB, Johnson DH for the Eastern Cooperative oncology Group : N Engl J Med 2000 ; 343 :

Ce référentiel, dont l'utilisation s'effectue sur le fondement des principes déontologiques d'exercice personnel de la médecine, a

Ce référentiel, dont l'utilisation s'effectue sur le fondement des principes déontologiques d'exercice personnel de la médecine, a Ce référentiel, dont l'utilisation s'effectue sur le fondement des principes déontologiques d'exercice personnel de la médecine, a été élaboré par un groupe de travail pluridisciplinaire de professionnels

Plus en détail

«N2» : UNE ALTERNATIVE AU CHOIX CORNELIEN OU AU PARI DE PASCAL. Docteur Olivier CASTELNAU Saint Laurent du Var

«N2» : UNE ALTERNATIVE AU CHOIX CORNELIEN OU AU PARI DE PASCAL. Docteur Olivier CASTELNAU Saint Laurent du Var «N2» : UNE ALTERNATIVE AU CHOIX CORNELIEN OU AU PARI DE PASCAL Docteur Olivier CASTELNAU Saint Laurent du Var La totalité des patients doit bénéficier d une décision collégiale prise au sein d une RCP

Plus en détail

La nouvelle classification TNM en pratique

La nouvelle classification TNM en pratique La nouvelle classification TNM en pratique Thierry Berghmans Département des Soins Intensifs et Oncologie Thoracique Institut Jules Bordet Bruxelles, Belgique Bases historiques 1946 : Denoix invente le

Plus en détail

Actualités s cancérologiques : pneumologie

Actualités s cancérologiques : pneumologie Actualités s cancérologiques : pneumologie PLAN Incidence / facteurs de risque Anatomie Symptômes Types de tumeurs Diagnostic / extension Classification Traitement Pronostic Pneumologie : incidence Belgique

Plus en détail

L évaluation du creux axillaire

L évaluation du creux axillaire L évaluation du creux axillaire Journées DESC-SCVO Poitiers, Juin 2007 Marc-Henri JEAN, Nantes Cancer du sein : Introduction (1) 30 000 nouveaux cas / an 11 000 décès / an Problème de santé publique Pronostic

Plus en détail

Cancer du poumon. Prise en charge thérapeutique du cancer du poumon non à petites cellules. septembre 2010. COLLECTION recommandations & référentiels

Cancer du poumon. Prise en charge thérapeutique du cancer du poumon non à petites cellules. septembre 2010. COLLECTION recommandations & référentiels Mesure 19 SoINS ET VIE DES MALADES septembre 2010 recommandations professionnelles Cancer du poumon Prise en charge thérapeutique du cancer du poumon non à petites cellules COLLECTION recommandations &

Plus en détail

Syndrome Cave Supérieur: Prise en charge. Patrick BAGAN Chirurgie Thoracique et Vasculaire Hôpital Victor Dupouy, Argenteuil

Syndrome Cave Supérieur: Prise en charge. Patrick BAGAN Chirurgie Thoracique et Vasculaire Hôpital Victor Dupouy, Argenteuil Syndrome Cave Supérieur: Prise en charge Patrick BAGAN Chirurgie Thoracique et Vasculaire Hôpital Victor Dupouy, Argenteuil Medical Observations and Inquiries, 1757; Vol 1, pp 323-357 Symptômes observés

Plus en détail

Chirurgie palliative des cancers du sein

Chirurgie palliative des cancers du sein Chirurgie palliative des cancers du sein Dr MARTIN-FRANCOISE Sandrine Centre François Baclesse CAEN 1 / xx Cancers du sein métastatiques Cancer du sein d emblée métastatique : 1 à 2% Puis cancer devenant

Plus en détail

Prise en charge des carcinomes bronchiques selon le stade: le point de vue du chirurgien 1

Prise en charge des carcinomes bronchiques selon le stade: le point de vue du chirurgien 1 Schweiz Med Wochenschr 2000;130:679 83 A. Spiliopoulos, M. de Perrot Unité de thoracique, Département de, Hôpitaux Universitaires de Genève Prise en charge des carcinomes bronchiques selon le stade: le

Plus en détail

N1: ganglions métastatiques hilaires ou péri-bronchiques homolatéraux

N1: ganglions métastatiques hilaires ou péri-bronchiques homolatéraux Bilan d extension ganglionnaire du cancer bronchique B Padovani, D Ducreux, S Stolear, A Ocelli, E Giordana, L Mondot, S Chanalet, CP Raffaelli, P Carrier Extension ganglionnaire Élément essentiel de l

Plus en détail

Vers des nouvelles classifications des cancers bronchiques? A M I E N S, L E 1 6 J U I N 2 0 1 0 E. M E Y E R

Vers des nouvelles classifications des cancers bronchiques? A M I E N S, L E 1 6 J U I N 2 0 1 0 E. M E Y E R Vers des nouvelles classifications des cancers bronchiques? A M I E N S, L E 1 6 J U I N 2 0 1 0 E. M E Y E R I Classification histologique 1 ère classification OMS en 1967 (Kreyberg), révisée en 1981

Plus en détail

CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN. Le Cancer du rein

CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN. Le Cancer du rein CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN Le Cancer du rein Le cancer du rein représente 3% des cancers de l adulte. Il s agit du troisième cancer urologique après le cancer de prostate et celui de la vessie. L

Plus en détail

INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN

INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN Calformed, 09/02/2007, Dr J.M Loez, Calais INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN I - RAPPEL DE LA CLASSIFICATION CLINIQUE DES CANCERS DU SEIN A - TUMEUR PRIMITIVE Tx non déterminé To pas de

Plus en détail

Cancer du poumon non à petites cellules Formes localisées non opérables, localement avancées et métastatiques

Cancer du poumon non à petites cellules Formes localisées non opérables, localement avancées et métastatiques Mesure 19 SoINS ET VIE DES MALADES SEPTEMBRE 2010 recommandations professionnelles Cancer du poumon non à petites cellules Formes localisées non opérables, localement avancées et métastatiques COLLECTION

Plus en détail

Marion GILBERT Simon CHAUVEAU. DES pneumologie 11 avril 2014

Marion GILBERT Simon CHAUVEAU. DES pneumologie 11 avril 2014 Marion GILBERT Simon CHAUVEAU DES pneumologie 11 avril 2014 Contexte Dépistage du cancer poumon : Santé publique Par scanner injecté (low dose) : Baisse de la mortalité (-20%) : NLSTrial (USA) 2011: «The

Plus en détail

Cancers du rectum: nouvelles tendances thérapeutiques? G. Portier Chirurgie Digestive CHU Purpan

Cancers du rectum: nouvelles tendances thérapeutiques? G. Portier Chirurgie Digestive CHU Purpan Cancers du rectum: nouvelles tendances thérapeutiques? G. Portier Chirurgie Digestive CHU Purpan Savoir d où l on vient! Bernstein TE. Colorectal Disease. October 2012 14, (10), e668 e678 Norwegian Rectal

Plus en détail

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris Cancer du rectum France : 15000 décès/an : 1ère cause. Pronostic souvent réservé Métastases

Plus en détail

Pascal Thomas, pour la Société Française de Chirurgie Thoracique et Cardio-Vasculaire.

Pascal Thomas, pour la Société Française de Chirurgie Thoracique et Cardio-Vasculaire. e-mémoires de l'académie Nationale de Chirurgie, 2009, 8 (1) : 36-40 36 Recommandations de la Société Française de Chirurgie Thoracique et Cardio-Vasculaire de pratiques chirurgicales dans le traitement

Plus en détail

Coordinateur scientifique: Prof. Univ. Dr. Emil PLEŞEA. Doctorant: Camelia MICU (DEMETRIAN)

Coordinateur scientifique: Prof. Univ. Dr. Emil PLEŞEA. Doctorant: Camelia MICU (DEMETRIAN) UNIVERSITÉ DE MÉDECINE ET PHARMACIE DE CRAIOVA FACULTÉ DE MÉDECINE CONTRIBUTIONS A L'ÉTUDE CLINIQUE ET MORPHOLOGIQUE DES CANCERS DU POUMON Coordinateur scientifique: Prof. Univ. Dr. Emil PLEŞEA Doctorant:

Plus en détail

Cancer de l endomètre

Cancer de l endomètre Traitement chirurgical des cancers de l endomètre, du col et de l ovaire Cancer de l endomètre Emile Daraï Service de Gynécologie-Obstétrique, Hôpital Tenon, CancerEst, Université Pierre et Marie Curie

Plus en détail

CANCER DU SEIN TRAITEMENT CHIRURGICAL

CANCER DU SEIN TRAITEMENT CHIRURGICAL CANCER DU SEIN TRAITEMENT CHIRURGICAL Olivier Bréhant DESC Viscéral CHU ANGERS Poitiers 24-25 juin 2004 INTRODUCTION Cancer fréquent (40 000 nv x cas/an) Cancer grave (12 000 DC/an) Traitement loco-régional

Plus en détail

RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN

RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN INTRODUCTION RECOMMANDATIONS INCA NOV 2008 Schéma standard: o 50 Gy en 25 fractions sur 33 jours

Plus en détail

Réseau Onco Poitou-Charentes Mise à jour du référentiel régional des tumeurs de l endomètre (Décembre 2013) ******* ******* Sous la conduite de :

Réseau Onco Poitou-Charentes Mise à jour du référentiel régional des tumeurs de l endomètre (Décembre 2013) ******* ******* Sous la conduite de : 1 Les référentiels de bonnes pratiques cliniques des tumeurs de l endomètre. Version 2013 Sous la conduite de : Cédric NADEAU Service de Gynécologie - Obstétrique - CHU de Poitiers & Yannick THIROUARD

Plus en détail

Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire

Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire Ramona ITTI, physicienne médicale Service de Cancérologie - Radiothérapie hôpital St. Louis Les Matinées de l Innovation, 27 septembre 2013

Plus en détail

TRAITEMENT NEO ADJUVANT DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE. Laetitia DAHAN CHU Timone Marseille

TRAITEMENT NEO ADJUVANT DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE. Laetitia DAHAN CHU Timone Marseille TRAITEMENT NEO ADJUVANT DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE Laetitia DAHAN CHU Timone Marseille Aucun CONFLITS D INTÉRÊT Objectifs pédagogiques Savoir définir un cancer du pancréas localement avancé et border

Plus en détail

Cancer de l endomètre

Cancer de l endomètre Onco-gériatrie: Traitement chirurgical des cancers de l endomètre, de l ovaire et du col Emile Daraï Service de Gynécologie-Obstétrique, Hôpital Tenon, IUC, Université Pierre et Marie Curie Paris VI Cancer

Plus en détail

RÉSUMÉ ABSTRACT. chirurgie thoracique

RÉSUMÉ ABSTRACT. chirurgie thoracique Évolution de la prise en charge chirurgicale des cancers pulmonaires en France : lobectomie mini-invasive versus lobectomie par thoracotomie d après la base de données nationale Epithor Sophie Guinard,

Plus en détail

L apport d une nouvelle technologie: tomographie d émission par positrons

L apport d une nouvelle technologie: tomographie d émission par positrons L apport d une nouvelle technologie: tomographie d émission par positrons François Bénard, MD, FRCPC Clinicien-chercheur, Centre de recherche clinique Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke Professeur

Plus en détail

Les différents types de cancers et leurs stades. Dr Richard V Oncologie MédicaleM RHMS Baudour et Erasme La Hulpe 1/12/07

Les différents types de cancers et leurs stades. Dr Richard V Oncologie MédicaleM RHMS Baudour et Erasme La Hulpe 1/12/07 Les différents types de cancers et leurs stades Dr Richard V Oncologie MédicaleM RHMS Baudour et Erasme La Hulpe 1/12/07 CARCINOGENESE multiple steps, accumulation d altd altérations continuum lésionnel

Plus en détail

PET- SCAN ou TEP. Son intérêt actuel en Cancérologie thoracique Professeur D. ANTHOINE CHU de NANCY et Docteur F. VAYLET Hôpital du Val-de-Grâce

PET- SCAN ou TEP. Son intérêt actuel en Cancérologie thoracique Professeur D. ANTHOINE CHU de NANCY et Docteur F. VAYLET Hôpital du Val-de-Grâce PET- SCAN ou TEP Son intérêt actuel en Cancérologie thoracique Professeur D. ANTHOINE CHU de NANCY et Docteur F. VAYLET Hôpital du Val-de-Grâce (certains de ces clichés proviennent de la monographie Astrazeneca

Plus en détail

Indications de la radiothérapie

Indications de la radiothérapie traitements, soins et innovation MAI 2009 Indications de la radiothérapie CANCER Des vads COLLECTION recommandations & référentiels OUTIL D AIDE À LA DÉCISION CONSENSUS D EXPERTS À PARTIR DE RECOMMANDATIONS

Plus en détail

Traitement chirurgical des cancers du sein. Jean-Christophe MACHIAVELLO Centre Antoine Lacassagne

Traitement chirurgical des cancers du sein. Jean-Christophe MACHIAVELLO Centre Antoine Lacassagne Traitement chirurgical des cancers du sein Jean-Christophe MACHIAVELLO Centre Antoine Lacassagne 2008 1 I- GENERALITES Fréquence : 1 femme sur 11 En France 33 000 nouveaux cas par an Le cancer le plus

Plus en détail

Chirurgie des métastases pulmonaires des cancers colorectaux : analyse de la survie à partir de la base de données Epithor

Chirurgie des métastases pulmonaires des cancers colorectaux : analyse de la survie à partir de la base de données Epithor Chirurgie des métastases pulmonaires des cancers colorectaux : analyse de la survie à partir de la base de données Epithor Pierre-Benoît Pagès *, Bastien Orsini, Pierre-Emmanuel Falcoz, Pascal-Alexandre

Plus en détail

Cancer Prostatique Localement Avancé (T3) Pr. Vincent RAVERY

Cancer Prostatique Localement Avancé (T3) Pr. Vincent RAVERY Cancer Prostatique Localement Avancé (T3) Pr. Vincent RAVERY Introduction Diagnostic précoce / Dépistage Nombre relatif stable de cancers de la prostate (CaP) localement avancés Meilleure stadification

Plus en détail

T3 T N 58 : : - 2009 3 2M

T3 T N 58 : : - 2009 3 2M CAS CLINIQUE Monsieur M âgé de 58 ans MOTIF D HOSPITALISATION : découverte d un nodule pulmonaire unique chez un patient avec ATCD de néoplasie pulmonaire ANTECEDENT : - pneumonectomie G en 2009 pour un

Plus en détail

L âge moyen des femmes au moment du diagnostic était de 49,7 ans (E.T. 12), avec un pic de fréquence entre 45 et 55 ans

L âge moyen des femmes au moment du diagnostic était de 49,7 ans (E.T. 12), avec un pic de fréquence entre 45 et 55 ans المجلة الصحية لشرق المتوسط منظمة الصحة العالمية المجلد الثالث عشر العدد ٢٠٠٧ ٢ Le cancer du sein est le principal cancer féminin dans le monde et en Tunisie [1-4]. Son incidence est plus élevée dans les

Plus en détail

Élaboré dans le cadre de la

Élaboré dans le cadre de la Traitements et soins Cancer du sein C O L L E C T I O N Recommandations Outil d aide à la décision Consensus d experts à partir de recommandations internationales Focus sur les indications de la radiothérapie

Plus en détail

FORMATION MEDICALE Cas clinique de cancérologie thoracique discuté en Web RCP. Dr. JM. Vernejoux

FORMATION MEDICALE Cas clinique de cancérologie thoracique discuté en Web RCP. Dr. JM. Vernejoux Juin 2008 ; N 16 ACTUALITE DE RESPIR.COM News, activités et chiffres clés. ACTUALITE DE NOS PARTENAIRES Holyvac & AVAD Assistance. OÙ PARTIRIEZ-VOUS EN VACANCES? Enquête organisée par HOLYVAC en partenariat

Plus en détail

CANCER BRONCHIQUE Place de la médecine nucléaire. E.Ouhayoun - J. Giron Médecine nucléaire - Radiologie Centrale CHU Purpan

CANCER BRONCHIQUE Place de la médecine nucléaire. E.Ouhayoun - J. Giron Médecine nucléaire - Radiologie Centrale CHU Purpan CANCER BRONCHIQUE Place de la médecine nucléaire E.Ouhayoun - J. Giron Médecine nucléaire - Radiologie Centrale CHU Purpan Le Cancer Bronchique 25 000 cas /an (14%), 23 000 morts/an (24%) 1 ere cause de

Plus en détail

Cas clinique cancer du poumon

Cas clinique cancer du poumon 10 e Forum National de l Omnipraticien El Hamma, Alger 21 & 22 Mai 2014 Cas clinique cancer du poumon Dr F.Ait Daoud Pr.H.Mahfouf SOMUR.EPH ROUIBA Homme 59 ans, sans antécédents pathologiques particuliers,

Plus en détail

Traitements néoadjuvants des cancers du rectum. Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse

Traitements néoadjuvants des cancers du rectum. Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse Traitements néoadjuvants des cancers du rectum Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse Journées Francophones d Hépato-gastroentérologie et d Oncologie Digestive 2010 CONFLITS D INTÉRÊT Pas de conflit d intérêt

Plus en détail

Cancer inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences

Cancer inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences Huguette Nguele Meke Introduction Le cancer du sein est une maladie gave et fréquente qui touche une femme sur 11 au cours de sa vie et qui est diagnostiqué

Plus en détail

Traitement du cancer du sein: aspect chirurgical Louise Provencher

Traitement du cancer du sein: aspect chirurgical Louise Provencher Traitement du cancer du sein: aspect chirurgical Louise Provencher Centre des maladies du sein Deschênes-Fabia Plan Buts de la chirurgie Chirurgie au sein: Y-a-t-il toujours un choix? Reconstruction simultanée?

Plus en détail

Appareil respiratoire Conduite a tenir devant un nodule pulmonaire CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE PULMONAIRE

Appareil respiratoire Conduite a tenir devant un nodule pulmonaire CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE PULMONAIRE Appareil respiratoire Conduite a tenir devant un nodule pulmonaire 21/10/2013 LEONART Valérie L3 F. BARLESI 6 pages CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE PULMONAIRE Plan A. Définition et Physiopathologie I.

Plus en détail

Intérêt du curage central prophylactique dans les carcinomes papillaires de la thyroïde. Dr Chaouche, Dr Bouhafara,, Dr Fergani Dr.

Intérêt du curage central prophylactique dans les carcinomes papillaires de la thyroïde. Dr Chaouche, Dr Bouhafara,, Dr Fergani Dr. Intérêt du curage central prophylactique dans les carcinomes papillaires de la thyroïde Dr Chaouche, Dr Bouhafara,, Dr Fergani Dr.Kemchi Pr Belbekri A PROPOS D UN CAS Patiente R.F. âgée de 21 ans; consulte

Plus en détail

La chirurgie ambulatoire dans le cancer du sein. EPU, service de gynécologie et obstétrique de l hôpital Bicêtre 12/03/2015 Yaël Levy-Zauberman

La chirurgie ambulatoire dans le cancer du sein. EPU, service de gynécologie et obstétrique de l hôpital Bicêtre 12/03/2015 Yaël Levy-Zauberman La chirurgie ambulatoire dans le cancer du sein EPU, service de gynécologie et obstétrique de l hôpital Bicêtre 12/03/2015 Yaël Levy-Zauberman Définitions Chirurgie ambulatoire: définition en France Chirurgie

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

Radiothérapie dans le cancer du col utérin. A. BENIDER Cours d université d été DOURDAN 2009

Radiothérapie dans le cancer du col utérin. A. BENIDER Cours d université d été DOURDAN 2009 Radiothérapie dans le cancer du col utérin A. BENIDER Cours d université d été DOURDAN 2009 Évolution des idées dans le traitement des cancers du col utérin 19 siècle: chirurgie traitement de base 20 siècle:

Plus en détail

Cancers des sinus et des fosses nasales

Cancers des sinus et des fosses nasales Chapitre 8 Cancers des sinus et des fosses nasales Les cancers du cavum, sinus et glandes salivaires sont des tumeurs rares selon la définition du REFCOR. Les cancers des sinus de la face représentent

Plus en détail

Radiothérapie-Oncologie

Radiothérapie-Oncologie Radiothérapie-Oncologie Dirk Van Gestel, MD, PhD Chef de service de Radiothérapie Les urgences de la radiothérapie Il n y en a pas! Il n y en a plus! Les urgences de la radiothérapie «The Friday night

Plus en détail

PRINCIPES DU TRAITEMENT CONSERVATEUR DU CANCER DU SEIN. Valeria de Franco, Nantes DESC - SCVO Poitiers, 8 juin 2007

PRINCIPES DU TRAITEMENT CONSERVATEUR DU CANCER DU SEIN. Valeria de Franco, Nantes DESC - SCVO Poitiers, 8 juin 2007 PRINCIPES DU TRAITEMENT CONSERVATEUR DU CANCER DU SEIN Valeria de Franco, Nantes DESC - SCVO Poitiers, 8 juin 2007 DEFINITION Exérèse totale de la tumeur = tumorectomie Conservant le sein (mamelon et aréole)

Plus en détail

Cancer broncho-pulmonaire du sujet âgé

Cancer broncho-pulmonaire du sujet âgé Cancer broncho-pulmonaire du sujet âgé Mathilde Gisselbrecht Capacité de gériatrie- Février 2010 Généralités Cancer bronchique primitif = cancer le plus fréquent en incidence dans le monde Incidence en

Plus en détail

- 1 - UNIVERSITE PARIS VAL-DE-MARNE FACULTE DE MEDECINE DE CRETEIL *************** THESE POUR LE DIPLOME D ETAT

- 1 - UNIVERSITE PARIS VAL-DE-MARNE FACULTE DE MEDECINE DE CRETEIL *************** THESE POUR LE DIPLOME D ETAT - 1 - UNIVERSITE PARIS VAL-DE-MARNE FACULTE DE MEDECINE DE CRETEIL *************** ANNEE 2006 N THESE POUR LE DIPLOME D ETAT DE DOCTEUR EN MEDECINE Discipline : PNEUMOLOGIE ------------ Présentée et soutenue

Plus en détail

Chirurgie du sein. Simple tumorectomie. This Informed Consent Formular is also available on the RBSS-Website : www.belsurg.org 11

Chirurgie du sein. Simple tumorectomie. This Informed Consent Formular is also available on the RBSS-Website : www.belsurg.org 11 This Informed Consent Formular is also available on the RBSS-Website : www.belsurg.org 11 Chirurgie du sein Simple tumorectomie Un examen récent, par palpation, a révélé une masse à un sein. Il est prévu

Plus en détail

Cancer de l endomètre localisé à haut risque. Arnaud BEDDOK DES oncologie - radiothérapie Tutrices: Dr RAMDANE, Dr BIHAN

Cancer de l endomètre localisé à haut risque. Arnaud BEDDOK DES oncologie - radiothérapie Tutrices: Dr RAMDANE, Dr BIHAN Cancer de l endomètre localisé à haut risque Arnaud BEDDOK DES oncologie - radiothérapie Tutrices: Dr RAMDANE, Dr BIHAN Plan Introduction: de quoi parle t on? Cas clinique: Mme L 76 ans Recommandations

Plus en détail

Chirurgie de la paroi thoracique Chirurgie des tumeurs médiastinales Pr. Marco Alifano

Chirurgie de la paroi thoracique Chirurgie des tumeurs médiastinales Pr. Marco Alifano Chirurgie de la paroi thoracique Chirurgie des tumeurs médiastinales Pr. Marco Alifano Hôpitaux Universitaires Paris Centre Traumatisme Deformités de la paroi thoracique antérieure 1. Pectus excavatum

Plus en détail

Cancers de l hypopharynx

Cancers de l hypopharynx Cancers de l hypopharynx A- GENERALITES 1) Epidémiologie Cancer fréquent et de pronostic grave du fait de son évolution insidieuse et de son caractère lymphophile. C est quasiment toujours un carcinome

Plus en détail

Lobectomie pulmonaire vidéo-assistée : technique, indications et résultats

Lobectomie pulmonaire vidéo-assistée : technique, indications et résultats J Fran Viet Pneu 2012; 03(08): 1-65 2012 JFVP. All rights reserved. www.afvp.info JOURNAL FRANCO-VIETNAMIEN DE PNEUMOLOGIE Journal of French-Vietnamese Association of Pulmonology ARTICLE ORIGINAL Lobectomie

Plus en détail

Qu est-ce qu un sarcome?

Qu est-ce qu un sarcome? Qu est-ce qu un sarcome? Qu est-ce qu une tumeur? Une tumeur est une prolifération anormale de cellules. Les tumeurs ne devraient donc pas automatiquement être associées à un cancer. Certaines tumeurs

Plus en détail

Dépistage du cancer du poumon:

Dépistage du cancer du poumon: Dépistage du cancer du poumon: les enjeux Colloque de l Escalade Genève, 5 décembre 2012 Thierry Rochat, Service de Pneumologie, HUG Le cancer bronchique c est déprimant Lors du diagnostic du ca bronchique

Plus en détail

Guide de bonnes pratiques en chirurgie sénologique

Guide de bonnes pratiques en chirurgie sénologique Guide de bonnes pratiques en chirurgie sénologique Pierre Lèguevaque CHU Rangueil Toulouse Intérêt de la démarche qualité: L amélioration de la qualité des pratiques professionnelles est devenue nécessaire

Plus en détail

Si je pouvais visualiser mon cancer du sein dans 10 ans, est-ce que je ferais aujourd hui des choix différents?

Si je pouvais visualiser mon cancer du sein dans 10 ans, est-ce que je ferais aujourd hui des choix différents? Si je pouvais visualiser mon cancer du sein dans 1 ans, est-ce que je ferais aujourd hui des choix différents? Prenez des décisions adaptées à votre situation, en toute connaissance de cause. Découvrez

Plus en détail

Souffle. édito. Les interventions chirurgicales sur le poumon. LA LETTRE DU N 72

Souffle. édito. Les interventions chirurgicales sur le poumon. LA LETTRE DU N 72 Une publication des amis du Comité contre les Maladies Respiratoires et de la Fondation du Souffle Souffle LA LETTRE DU NOVEMBRE 2013 N 72 Les interventions chirurgicales sur le poumon. édito La chirurgie

Plus en détail

Classi cation TNM du cancer bronchique

Classi cation TNM du cancer bronchique Revue des Maladies Respiratoires Actualités (2014) 6, 388-394 Disponible en ligne sur www.sciencedirect.com Classi cation TNM du cancer bronchique TNM classi cation for the lung cancer J.-P. Sculier Service

Plus en détail

INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE

INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE DIAGNOSTIC DES RECIDIVES LOCOREGIONALES GENERALITES VIVIANE FEILLEL INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE OBJECTIFS DE LA SURVEILLANCE Evaluation des séquelles post-thérapeutiques Diagnostic précoce des récidives

Plus en détail

CANCER DU SEIN DE LA FEMME AGEE : QUELS TRAITEMENTS? A.BARKAT Clin gyn obs. CHU Constantine 7ème Congrès de la SAERM ALGER 14-15/03/09

CANCER DU SEIN DE LA FEMME AGEE : QUELS TRAITEMENTS? A.BARKAT Clin gyn obs. CHU Constantine 7ème Congrès de la SAERM ALGER 14-15/03/09 CANCER DU SEIN DE LA FEMME AGEE : QUELS TRAITEMENTS? A.BARKAT Clin gyn obs. CHU Constantine 7ème Congrès de la SAERM ALGER 14-15/03/09 INTRODUCTION 1 er cancer féminin avec l age age moyen: 48 ans expérience

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 5 mai 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 5 mai 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 5 mai 2010 ALIMTA 100 mg, poudre pour solution à diluer pour perfusion (CIP 383 080-2) B/1 ALIMTA 500 mg, poudre pour solution à diluer pour perfusion (CIP 565 825-3)

Plus en détail

Comité de l évolution des pratiques en oncologie (CÉPO)

Comité de l évolution des pratiques en oncologie (CÉPO) Guide sur l utilisation d un fractionnement accéléré de radiothérapie pour le traitement du cancer du sein Comité de l évolution des pratiques en oncologie (CÉPO) Février 2006 Ce guide constitue un outil

Plus en détail

Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire

Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire Diplôme Universitaire Corrélations anatomo-physio-pathologiques en imagerie thoracique 25 mai 2011 Imagerie TEP et pathologie tumorale bronchique Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire Détection en coincidence

Plus en détail

TEP / TDM et Cancer du poumon (non à petites cellules) J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat

TEP / TDM et Cancer du poumon (non à petites cellules) J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat TEP / TDM et Cancer du poumon (non à petites cellules) J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat Mougins - Jeudi 16 juin 2011 Plan TEP-FDG! Principe! Différentes générations

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 8 septembre 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 8 septembre 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 8 septembre 2010 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans à compter du 4 juillet 2005 (JO du 14 juillet 2005) FASLODEX 250 mg/5 ml, solution

Plus en détail

Les cancers de l endomètre

Les cancers de l endomètre Chapitre 2 Les cancers de l endomètre Généralités Prise en charge Il convient d évaluer les facteurs de comorbidité et l espérance de vie. La stratégie thérapeutique repose principalement sur l opérabilité

Plus en détail

Place de l IRM dans le diagnostic du cancer du sein

Place de l IRM dans le diagnostic du cancer du sein Place de l IRM dans le diagnostic du cancer du sein Docteur Maryannick Bryselbout, Hôpital d Aix en Provence Docteur Olivier Marpeau, Clinique de l Étoile Cancer le plus fréquent de la femme En France,

Plus en détail

Cancer du sein Quelques chiffres

Cancer du sein Quelques chiffres Radiothérapie dans le cancer du sein en Oncogériatrie Laurent Quéro Service de Cancérologie - Radiothérapie Hôpital Saint Louis, Paris Cancer du sein Quelques chiffres Premier cancer en terme d incidence

Plus en détail

CHIRURGIE DANS LES CANCERS DU SEIN

CHIRURGIE DANS LES CANCERS DU SEIN CHIRURGIE DANS LES CANCERS DU SEIN FORMATION IDE ONCOLOGIE-HÉMATOLOGIE «Connaissance de la maladie cancéreuse» T. de Lapparent, unité de pathologie mammaire, CHBM PLAN Définitions Place de la chirurgie

Plus en détail

Chordomes vertébraux et sacrés Quoi de neuf en 2014? C.Court,A.Dubory, B.Lambert G.Missenard. Hôpital Kremlin Bicêtre, Université Paris sud.

Chordomes vertébraux et sacrés Quoi de neuf en 2014? C.Court,A.Dubory, B.Lambert G.Missenard. Hôpital Kremlin Bicêtre, Université Paris sud. Chordomes vertébraux et sacrés Quoi de neuf en 2014? C.Court,A.Dubory, B.Lambert G.Missenard. Hôpital Kremlin Bicêtre, Université Paris sud. Epidémiologie Classiquement : Tumeur osseuse rare :2/3% des

Plus en détail

CHIRURGIE THORACIQUE Art. 14e pag. 1 coordination officieuse

CHIRURGIE THORACIQUE Art. 14e pag. 1 coordination officieuse CHIRURGIE THORACIQUE Art. 14e pag. 1 e) les prestations relevant de la spécialité en chirurgie (D) : prestations de chirurgie thoracique. "A.R. 18.9.2008" (en vigueur 1.12.2008) " 227592 227603 Résection

Plus en détail

Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET

Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET Prothèse totale de hanche sur tumeur PROTH THESE E TOTALE T E DE HANH ANCHE E SUR TUMEUR Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET Le squelette de la hanche (os iliaque péri-acétabulaire et extrémité

Plus en détail

Indications de la radiothérapie

Indications de la radiothérapie traitements, soins et innovation MAI 2009 Indications de la radiothérapie CANCER De la prostate COLLECTION recommandations & référentiels OUTIL D AIDE À LA DÉCISION CONSENSUS D EXPERTS À PARTIR DE RECOMMANDATIONS

Plus en détail

Recommandations 2005. Prise en charge des patients adultes atteints d un mélanome cutané MO

Recommandations 2005. Prise en charge des patients adultes atteints d un mélanome cutané MO Recommandations 2005 Prise en charge des patients adultes atteints d un mélanome cutané MO Recommandations pour la Pratique Clinique : Standards, Options et Recommandations 2005 pour la prise en charge

Plus en détail

Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction

Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction Nader Khaouam MD Laurie Archambault 28 mars 2014 Présentation du cas H - 20 ans, monteur et soudeur d acier Aucun antécédent X 2

Plus en détail

TEP / TDM : Quelles indications en gynécologie - Ganglion sentinelle. J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat

TEP / TDM : Quelles indications en gynécologie - Ganglion sentinelle. J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat TEP / TDM : Quelles indications en gynécologie - Ganglion sentinelle J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat Mougins - Jeudi 20 septembre 2012 2009 : TEP-TDM à temps

Plus en détail

Traitement du carcinome intracanalaire du sein

Traitement du carcinome intracanalaire du sein Traitement du carcinome intracanalaire du sein Eric SEBBAN 241 rue du faubourg St Honoré, Paris INTRODUCTION 20% des tumeurs mammaires malignes appartiennent à la famille du carcinome intra canalaire et

Plus en détail

Métastases vertébrales Stratégie thérapeutique multidisciplinaire

Métastases vertébrales Stratégie thérapeutique multidisciplinaire Métastases vertébrales Stratégie thérapeutique multidisciplinaire GENERALISTE Oncologue Radiologue Radiothérapeute Chirurgien Vincent Pointillart Unité de Pathologie Rachidienne CHU Bordeaux Clairement

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 25 mai 2011

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 25 mai 2011 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 25 mai 2011 AVASTIN 25 mg/ml Boîte de 1 flacon de 4 ml (CIP : 566 200-7) Boîte de 1 flacon de 16 ml (CIP : 566 201-3) Laboratoires ROCHE Bevacizumab Liste I Réserve hospitalière

Plus en détail

Cancers du sein Version / 2005

Cancers du sein Version / 2005 Cancers du sein I-Cancer du sein non métastatique non inflammatoire I.1-Introduction La stratégie de traitement habituellement choisie à l Institut Paoli Calmettes est une stratégie adjuvante. Le traitement

Plus en détail

CHIRURGIE DE L EMPHYSL

CHIRURGIE DE L EMPHYSL CHIRURGIE DE L EMPHYSL EMPHYSÈMEME Bulle géante g sur «poumon sain» bullectomie Emphysème me bulleux compressif résection-capitonnagescapitonnages Emphysème me non bulleux distendu réduction de volume

Plus en détail

Traitement standard des GBM: ASTRO 2010: - Nombreuses études rétrospectives - Quelques études cliniques préliminaires

Traitement standard des GBM: ASTRO 2010: - Nombreuses études rétrospectives - Quelques études cliniques préliminaires Tumeurs primitives Traitement standard des GBM: - Résection aussi complète que possible - Bénéfice de la RCT postopératoire - Patients les plus âgés?? (50% > 65 ans) - Quid du TMZ?? ASTRO 2010: - Nombreuses

Plus en détail

A.R. 26.10.2011 En vigueur 1.1.2012 M.B. 25.11.2011

A.R. 26.10.2011 En vigueur 1.1.2012 M.B. 25.11.2011 A.R. 26.10.2011 En vigueur 1.1.2012 M.B. 25.11.2011 Modifier Insérer Enlever Article 14 CHIRURGIE e) les prestations relevant de la spécialité en chirurgie (D) : prestations de chirurgie thoracique. 2556

Plus en détail

Cancer du poumon à petites cellules. Radiothérapie

Cancer du poumon à petites cellules. Radiothérapie Cancer du poumon à petites cellules Radiothérapie Dr Corinne Faivre-Finn Cours du GOLF Toulouse 11 Septembre 2009 Foundation Trust Foundation Trust Progress in the therapy of SCLC has been painfully slow.

Plus en détail

INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive. Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper

INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive. Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper Pourquoi proposer un TTT adjuvant? Probabilité de survie à 10 ans en fonction

Plus en détail

Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés

Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés - décembre 2009 - CARCINOMES BASOCELLULAIRES La chirurgie : traitement de référence et de 1 ère intention Classification clinique et histologique

Plus en détail

Traitement locorégional du cancer du sein métastatique d'emblée: cas cliniques

Traitement locorégional du cancer du sein métastatique d'emblée: cas cliniques Traitement locorégional du cancer du sein métastatique d'emblée: cas cliniques Hélène Charitansky 1, Alain Fourquet 2 1 Service de chirurgie sénologique, Institut Universitaire du Cancer Toulouse Oncopole

Plus en détail

Imagerie des cancers bronchiques

Imagerie des cancers bronchiques Imagerie des cancers bronchiques Quoi de neuf en 2012? V Servois - Institut Curie Paris AFCOR 2012 Objectif du staging Rôles - Sélectionner les candidats à la chirurgie - Planifier l intervention - Planifier

Plus en détail

De la chirurgie du nodule aux ganglions

De la chirurgie du nodule aux ganglions De la chirurgie du nodule aux ganglions Docteur Xavier CARRAT Institut Bergonié Clinique Saint Augustin Chirurgie des lésions bénignes de la thyroïde problématique opératoire «simple» avec indication portée

Plus en détail

Cancer de l Endomètre : Désescalade chirurgicale

Cancer de l Endomètre : Désescalade chirurgicale Cancer de l Endomètre : Désescalade chirurgicale Pr Raffaèle FAUVET Service de Gynécologie Obstétrique CHU CAEN Cancer de l endomètre - Cancer gynécologique le plus fréquent (13,6/100.000 femmes) - 3 ème

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET BILAN D EXTENSION DU CANCER DU TESTICULE A. TOUIMER M. BOUBRIT IMAGERIE MEDICALE CHU BENI MESSOUS

DIAGNOSTIC ET BILAN D EXTENSION DU CANCER DU TESTICULE A. TOUIMER M. BOUBRIT IMAGERIE MEDICALE CHU BENI MESSOUS DIAGNOSTIC ET BILAN D EXTENSION DU CANCER DU TESTICULE A. TOUIMER M. BOUBRIT IMAGERIE MEDICALE CHU BENI MESSOUS INTRODUCTION Rare Tumeurs germinales (95%) -TG séminomateuse (35-45ans) -TG non séminomateuse

Plus en détail

Cancer de l ovaire RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES TRAITEMENTS, SOINS ET INNOVATION TRAITEMENT CHIRURGICAL. www.e-cancer.

Cancer de l ovaire RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES TRAITEMENTS, SOINS ET INNOVATION TRAITEMENT CHIRURGICAL. www.e-cancer. TRAITEMENTS, SOINS ET INNOVATION JUIN 2009 RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES Cancer de l ovaire TRAITEMENT CHIRURGICAL COLLECTION Recommandations & référentiels RECOMMANDATIONS DE PRISE EN CHARGE SPÉCIALISÉE

Plus en détail

NAVELBINE voie orale

NAVELBINE voie orale DENOMINATION DU MEDICAMENT & FORME PHARMACEUTIQUE NAVELBINE voie orale CARACTERISTIQUES Dénomination commune : vinorelbine Composition qualitative et quantitative : Statut : A.M.M. A.T.U. Classe ATC :

Plus en détail

CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES

CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES PARTICULARITÉS ÉPIDÉMIOLOGIQUES 40 000 nouveaux cas/an en France, 11 000 décès 45% des femmes atteintes ont plus de 65 ans La fréquence s accroît avec l âge, aux USA:

Plus en détail