De la chirurgie du nodule aux ganglions

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "De la chirurgie du nodule aux ganglions"

Transcription

1 De la chirurgie du nodule aux ganglions Docteur Xavier CARRAT Institut Bergonié Clinique Saint Augustin

2 Chirurgie des lésions bénignes de la thyroïde problématique opératoire «simple» avec indication portée Pour des raisons esthétiques Nodule(s) toxique(s) Goitre compressif Se «complique» dès que Un ou plusieurs nodules suspects Quelle étendue de la chirurgie à réaliser? Thyroïdectomie totale privilégiée En cas de nodularité bilatérale En cas de suspicion de cancer

3 Buts de la chirurgie en présence d une pathologie maligne Problématique chirurgicale totalement différente à objectifs multiples: Exérèse aussi complète que possible de la tumeur et des ganglions envahis Permettre une stadification précise Morbidité chirurgicale aussi minimale que possible Faciliter le traitement postopératoire par IRA qui ne remplace pas une chirurgie Chirurgie doit minimiser le risque de récidive locorégionale et faciliter/simplifier la surveillance à long terme

4 Bilan préopératoire Examen clinique/biologique standard (TSH ) Echographie cervicale ++ Cytoponction-cytologie: si possible +++ Information préop du patient ++ Scanner-IRM: seulement pour la résécabilité, Organisation/difficulté de la chirurgie utile pour la chirurgie de reprise thyrocalcitonine

5 Bilan per-opératoire Nécessité d un examen per-opératoire extemporané Intérêt du résultat de la ponction initiale Ciblage des nodules suspects par l écho préop (schéma/situation) pour examen extemporané per-op Adaptation chirurgicale +++ si malignité Utile pour nodules +++, ganglions?

6 Type de chirurgie initiale Loboisthmectomie (unilatéralité des nodules) Thyroïdectomie presque totale <1g Thyroïdectomie totale Thyroïdectomie totale élargie

7

8 Type de chirurgie initiale si nodule malin Pour carcinome papillaire >1cm Chirurgie initiale= thyroïdectomie totale Plus de place à lobectomie seule Recommandation ATA 2009 Amélioration significative de la survie et diminution des récidives après thyroïdectomie vs lobectomie pour T>1cm Thyroïdectomie seule sans curage possible chez patients à bas risque: Pas de métastases locales ou distantes, pas d invasion tumorale des structures locorégionales, sous-type histologique favorable et pas de fixation hors loge thyroïdienne à la première scinti postcure

9 Totalisation secondaire de thyroïdectomie 1. Lorsque histologie défavorable post lobectomie 2. Et si T >1cm N+ Multifocalité Capsule non respectée 3. Ultérieurement: selon suivi échographique

10 Carcinome papillaire Si papillaire identifié préopératoire Arguments en faveur d une thyroïdectomie totale: Risque fréquent de lésion multifocale Diminue le risque de récurrence Faciliter le traitement par Ira Faciliter le suivi par thyroglobuline et scintigraphie Mazzaferri et al,2009: Thyroidectomie totale réduit le risque de récurrence et semble améliorer la survie

11 Chirurgie ganglionnaire cervicale Complète la chirurgie thyroïdienne Ganglions cervicaux: principal site de métastase Fréquence d envahissement varie selon: Type histologique: papillaire (30-80%) Vésiculaire (5-15%) Taille tumorale Histologie: envahissement capsulaire, emboles tumoraux

12 Chirurgie ganglionnaire cervicale Particularité des métastases ganglionnaires du cancer différencié de la thyroïde/carcinomes VADS Aspect macroscopique parfois subnormal (micrométastases +++) Envahissement bilatéral fréquent (surtout si CMD) Restent peu adhérentes et infiltrantes malgré taille Coloration typique (bleu chine) et souvent kystiques Difficulté à identifier initialement les patients à risque élevé de récidive ++ Traitement chirurgical «personnalisé»

13 Cancers de la thyroide et ganglions Impact de l envahissement ganglionnaire Sur la survie Sur la probabilité de persistance/récidive de la maladie ganglionnaire Indication d un traitement par radioiode Sur la surveillance Impact de leur traitement Sur la morbidité de la chirurgie: récurrent/parathyroïde

14 Chirurgie ganglionnaire cervicale Place de la chirurgie reste prépondérante Traitement le plus efficace des métastases ganglionnaires: association chirurgie/i131 Mais: iodera rarement suffisant pour détruire des métastases >1cm, ne traite pas les ganglions non fixants (seuls 70% des patients fixent l iode), disparition de la fixation n est pas synonyme de guérison (patients réfractaires) répétition des cures de radioiode préjudiciable

15 Cancers de la thyroïde et ganglions Existence d une maladie ganglionnaire macroscopique: Doit être réséquée complètement par des curages réglés adaptés Augmente probabilité de récidive/persistance de la maladie ganglionnaire Impact sur la survie surtout >45 ans Existence d une maladie ganglionnaire microscopique: Influe sur l indication de radioiode (T1) Influe très peu sur risque de récidive et survie Influe sur modalités de surveillance Nécessite chirurgie prophylactique

16 Curage prophylactique Ablation de ganglions sources potentielles de récidives, augmente la pertinence du staging initial préalable à la décision d Irathérapie, module le niveau de surveillance postthérapeutique et limite les complications potentielles liées aux chirurgies de reprise

17 Problème de l évaluation ganglionnaire Systématique: documenté en préopératoire mais n a de valeur que positive (echo/ponction ++), curages réglés conservateurs uni ou bilatéraux en un temps Situation la plus favorable mais pas la plus fréquente Standard: en per-opératoire curage réglé des aires 1 er relais (compartiment central, secteur latéral III et IV, pôle supérieur) Risque de laisser des relais microscopiques sources de poursuite évolutive secondaire donc de reprise chirurgicale Proposé: exploration chirurgicale des 1 er relais, extemporané sur un N jugé suspect 30 à 40% d erreurs d interprétation, laisse en place des micrométastases ++

18 Curage central thérapeutique ou prophylactique? Différentiation du type de curage selon recommandation ATA2009 Curage prophylactique: ablation de ganglions d allure normale en préopératoire ou peropératoire (patients cliniquement et radiologiquement N0) Curage thérapeutique: ablation de ganglions cliniquement ou pathologiques soit cliniquement, imagerie ou peropératoire (patients N1c).

19 Curage ganglionnaire Curage thérapeutique Métastases diagnostiquées soit en pré-op par clinique ou écho, soit en per-op par exploration Rejoints les buts initiaux: éradication la plus complète possible de T et de N Curage prophylactique: Pas d évidence de métastases, curage de stadification Peut modifier l indication d iode RA Controverse Utilité du curage pour patients à bas risque? Morbidité du curage central

20 Chirurgie ganglionnaire cervicale Curage simultané à la thyroïdectomie toujours préférable Permet la stadification initiale, guide le traitement et le suivi Détermination de facteurs pronostiques RC, atteinte controlatérale Reprise chirurgicale plus difficile, iatrogénie plus importante

21 Chirurgie ganglionnaire cervicale N+ fréquents dans le compartiment central VI et latéral (transverse superficiel V et jugulocarotidien IV/V) Atteintes spinales, sousmaxillaires, sousmentale et rétropharyngienne plus rares et chez patients avec méta N massives Pour T du pôle supérieur méta N à travers le pédicule vasculaire supérieur jusqu au sousdigastrique (II) En règle générale, atteinte unilatérale du compartiment central vers le médiastin et vers la partie inférieure de la chaine jugulocarotidienne

22 Curage central Limites anatomiques: Doit inclure niveaux VI et VII du cartilage cricoïde en haut à l artère innominé en bas

23 Curage du compartiment central Permet la stadification initiale, guide le traitement et le suivi Meilleure thérapeutique des métastases N Eradication par iode difficile si N>1cm Exérèse du compartiment central améliore la survie et réduit le risque de récidive Chirurgie de reprise difficile et source de complications potentielles En routine pour les carcinomes papillaires

24 Curage du compartiment central Si N+ central clinique: curage central associé à la thyroïdectomie totale N+ facteur de risque indépendant pour récidive locale En débat: curage prophylactique central si N0c surtout pour patients à faible risque Risque récidive élevé chez patients avec N+ macroscopique mais discuté si N+ microscopique

25 Curage prophylactique central: les «contres» La revue de la littérature n a pas permis de mettre en évidence de bénéfices en terme de réduction des récidives ou mortalité pour les Thy totales avec curage prophylactique Une seule étude à montré une augmentation des patients avec Tg indétectable Si curage prophylactique systématique, risque d augmenter significativement les atteintes récurrentielles ou d hypoparathyroïde sans bénéfice oncologique

26 Curage prophylactique central: les «pour» Limite de la détection échous dans le compartiment central: Petite taille des métastases ganglionnaires Structures osseuses avoisinantes/trachée Examen opérateur-dépendant Technique du ganglion sentinelle non validé pour les carcinomes thyroïdiens Donc meilleure procédure pour obtenir un staging N précis: curage prophylactique

27 Curage prophylactique central Étude IGR 2009 (82 patients pt1 avec curage prophylactique systématique) Décision d un traitement adjuvant par I131 modifiée par la présence ou absence de N+ chez 30% des patients 15% de patients surclassés avec T plus agressive et décision de ttt par I131 15% de patients pn0 ont évité le TTT complémentaire

28 Curage prophylactique central Taux de complications dépendant de l expérience des chirurgiens Chirurgiens expérimentés (>100 T en 5 ans) ont 75% moins de complications que chirurgiens moins expérimentés (4.3 vx 16.1) (Sosa et al,1998)

29 Étendue du curage central? Curage bilatéral: traitement initial souhaitable dés que N+c centraux Doit-il être homolatéral à la tumeur ou bilatéral? Curage central unilatéral alternative acceptable pour réduire les risques de complications si traitement initial chez patients NOc centraux

30 Curage central prophylactique ou thérapeutique: les recommandations ATA Curage thérapeutique central et latéral recommandé pour tout patient avec N+c central ou latéral Destiné à augmenter le contrôle locorégional, diminuer la répétition des cures d I131 et améliorer la survie Curage thérapeutique central avec Thy Totale dès que N+c central ou latéral pour stériliser compartiment central Curage prophylactique central uni ou bilatéral à effectuer pour patients N0c central surtout pour lésions T3T4 ThyTotale ou presque totale sans curage prophylactique central à réserver aux petites lésions T1 ou T2 non invasives, N0c et pour lésions vésiculaires

31 Curage latéral Indications plus claires pour curages latéraux Atteintes ganglionnaires cervicales latérales concerne Niveaux II à V, niveau VII et plus rarement niveau I À effectuer dès que N+c, N+echo ou cytoponction+ avec dosage thyroglobuline+ Réduit le risque de récidive et possiblement de la mortalité Curage fonctionnel complet impératif ++ Éviter «berrypicking» ++ (augmenterait mortalité)

32 Curage latéral Quels niveaux inclure? Exérèse en routine des niveaux II, III, IV et Vb dès que N+cliniques

33 Les complications Peu fréquentes dans l ensemble Hématome cervical postopératoire ou compressif Risque vital dyspnéique dès que Thy Totale Infection du site opératoire (1à2%) Paralysie récurrentielle unilatérale transitoire (2à5%) Récupération fonctionnelle fréquente (50à95%) Persistante dans 1à3% Risque plus fréquent en cas de réintervention Paralysie récurrentielle bilatérale <1% Hypoparathyrodie transitoire (13à35%) Chute du calcium maximum à J2 Définitive dans 1%, incidence diminuée par autotransplantation perop

34 Chirurgie de reprise pour récidive Récidives souvent de découverte infraclinique grace à l amélioration de la surveillance échographie/thyroglobuline sérique, ponction cyto ++, dosage Tg ds liquide de ponction +++ (surtout si Tg nulle sérique) Test sous Thyrogène Récidives de faible volume de signification clinique incertaine Mais taux de survie pour papillaire relativement stable sur 30 dernières années

35 Chirurgie de reprise cervicale Si possible, chirurgie de reprise dans le compartiment cervical souhaitable Buts: réduire risque de progression tumorale dans des régions critiques du cou ++ Normaliser la thyroglobuline Limiter également l importance de la surveillance oncologique ultérieure

36 Chirurgie de reprise cervicale NLI CI VJI

37 Chirurgie de reprise Adénectomie isolée ciblée sur le ganglion métastatique ou curage complet si non fait Buts: exérèse ciblée de la récidive tout en limitant les risques de complications N

38 Apport de la chirurgie guidée par sonde Utilisée pour les N+ persistants après irathérapie Guidé par l image scintigraphique Recherche facilitée par la sonde Mini-incision cervicale centrée sur la zone douteuse Si fibrose cervicale, micrometastase, localisation médiastinale résiduelle malgré le curage récurrentiel

39 Chirurgie miniinvasive et chirurgie robotique: futur standard? Chirurgie mini-invasive video-assistée: Voie transcervicale limitée, pour loboisthmectomie ou thyroïdectomie totale, destinée à améliorer séquelles cosmétiques cutanée, diminuer la douleur postopératoire et réduire la durée du séjour hospitalier Indications: nodule<3cm, C papillaire T1, volume thyroïdien <30ml Contre-indications relatives: Thyroïdite, irradiation cervicale, basedow,thyroïde>30ml

40 Chirurgie miniinvasive et chirurgie robotique: futur standard? Chirurgie robotique par voie axillaire Développée par Dr Woong Chung (Seoul) Expérience sur 338 patients Voie trans-axillaire sans insufflation, pas de cicatrice cervicale Élimine tremblements, abord latéral, maniabilité des bras +++ Contre-indications: basedow, cancer thyroïdiens avancés

41

Cancers de l hypopharynx

Cancers de l hypopharynx Cancers de l hypopharynx A- GENERALITES 1) Epidémiologie Cancer fréquent et de pronostic grave du fait de son évolution insidieuse et de son caractère lymphophile. C est quasiment toujours un carcinome

Plus en détail

Guide de bonnes pratiques en chirurgie sénologique

Guide de bonnes pratiques en chirurgie sénologique Guide de bonnes pratiques en chirurgie sénologique Pierre Lèguevaque CHU Rangueil Toulouse Intérêt de la démarche qualité: L amélioration de la qualité des pratiques professionnelles est devenue nécessaire

Plus en détail

Diagnostic des tuméfactions et des masses cervicales et salivaires

Diagnostic des tuméfactions et des masses cervicales et salivaires Diagnostic des tuméfactions et des masses cervicales et salivaires Diagnostics nombreux +++ Nécessité d un examen ORL complet à la recherche d une porte d entée ORL Chirurgien ORL et cervicofacial Examen

Plus en détail

Cancers des sinus et des fosses nasales

Cancers des sinus et des fosses nasales Chapitre 8 Cancers des sinus et des fosses nasales Les cancers du cavum, sinus et glandes salivaires sont des tumeurs rares selon la définition du REFCOR. Les cancers des sinus de la face représentent

Plus en détail

Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés

Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés - décembre 2009 - CARCINOMES BASOCELLULAIRES La chirurgie : traitement de référence et de 1 ère intention Classification clinique et histologique

Plus en détail

Cancer de la thyroïde

Cancer de la thyroïde - 1 - GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE ALD 30 Tumeur maligne, affection maligne du tissu Lymphatique ou hématopoïétique Cancer de la thyroïde Version Collège Mai 2010 Ce document a été validé par le Collège

Plus en détail

Cancer du sein in situ

Cancer du sein in situ traitements et soins octobre 2009 recommandations professionnelles Cancer du sein COLLECTION recommandations & référentiels Recommandations de prise en charge spécialisée Carcinome canalaire et carcinome

Plus en détail

RECOMMANDATION POUR LA PRATIQUE CLINIQUE

RECOMMANDATION POUR LA PRATIQUE CLINIQUE RECOMMANDATION POUR LA PRATIQUE CLINIQUE Recommandation de la Société Française d Oto Rhino Laryngologie et de Chirurgie de la Face et du Cou Prise en charge ganglionnaire dans les cancers différenciés

Plus en détail

Recommandations 2005. Prise en charge des patients adultes atteints d un mélanome cutané MO

Recommandations 2005. Prise en charge des patients adultes atteints d un mélanome cutané MO Recommandations 2005 Prise en charge des patients adultes atteints d un mélanome cutané MO Recommandations pour la Pratique Clinique : Standards, Options et Recommandations 2005 pour la prise en charge

Plus en détail

CONFERENCE DE CONSENSUS : PRISE EN CHARGE DES CANCERS THYROÏDIENS DIFFERENCIES DE SOUCHE VESICULAIRE

CONFERENCE DE CONSENSUS : PRISE EN CHARGE DES CANCERS THYROÏDIENS DIFFERENCIES DE SOUCHE VESICULAIRE CONFERENCE DE CONSENSUS : PRISE EN CHARGE DES CANCERS THYROÏDIENS DIFFERENCIES DE SOUCHE VESICULAIRE Pourquoi un consensus français sur la prise en charge des cancers thyroïdiens? La prise en charge des

Plus en détail

THYROGLOBULINE Marqueur sensible et spécifique

THYROGLOBULINE Marqueur sensible et spécifique THYROGLOBULINE Marqueur sensible et spécifique Club Thyroïde Ile-de-France 2013 Monique LEBAN GH Pitié-Salpêtrière Charles Foix Service de Biochimie Endocrinienne et Oncologique Cancers Différenciés de

Plus en détail

Journées médico-chirurgicales de Msila

Journées médico-chirurgicales de Msila Journées médico-chirurgicales de Msila 28-29 avril 2010 L association ENNOUR des médecins de la wilaya de Msila (président : Dr. Ghadbane) a organisé des journées médicochirurgicales de formation médicale

Plus en détail

IRM du Cancer du Rectum

IRM du Cancer du Rectum IRM du Cancer du Rectum quels CHOIX TECHNIQUES pour quels OBJECTIFS THERAPEUTIQUES? Frank Boudghène, T. Andre, A. Stivalet, I. Frey, L. Paslaru, V. Ganthier, M. Tassart Hopital Tenon - Université Paris

Plus en détail

VI) MARQUEURS BIOLOGIQUES DU CANCER THYROIDIEN

VI) MARQUEURS BIOLOGIQUES DU CANCER THYROIDIEN VI) MARQUEURS BIOLOGIQUES DU CANCER THYROIDIEN 1) Thyroglobuline a) Indications et fréquence Exclusivement sécrétée par la thyroïde Marqueur de choix pour le suivi du cancer différencié de la thyroïde

Plus en détail

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer de la thyroïde

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer de la thyroïde G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge du cancer de la thyroïde Septembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous

Plus en détail

Le cancer de la thyroïde GRAND PUBLIC

Le cancer de la thyroïde GRAND PUBLIC GRAND PUBLIC Edition actualisée Janvier 2010 SOMMAIRE > Ce livret a été préparé par le professeur Martin Schlumberger, chef du Service de Médecine Nucléaire à l Institut Gustave Roussy (IGR), à Villejuif

Plus en détail

Item 145 : Tumeurs malignes de l'oro-pharynx.

Item 145 : Tumeurs malignes de l'oro-pharynx. Item 145 : Tumeurs malignes de l'oro-pharynx. OBJECTIFS savoir diagnostiquer une tumeur de l oropharynx apprécier les signes de gravité et les facteurs pronostiques l'étudiant doit connaître les stratégies

Plus en détail

Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET

Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET Prothèse totale de hanche sur tumeur PROTH THESE E TOTALE T E DE HANH ANCHE E SUR TUMEUR Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET Le squelette de la hanche (os iliaque péri-acétabulaire et extrémité

Plus en détail

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris Cancer du rectum France : 15000 décès/an : 1ère cause. Pronostic souvent réservé Métastases

Plus en détail

cancer de la thyroïde

cancer de la thyroïde sur le cancer de la thyroïde Coordonnatrice : Pr Laurence Leenhardt (Paris) Ce guide a été réalisé avec le soutien institutionnel de sur le cancer de la thyroïde Sommaire Éditorial...3 Le cancer de la

Plus en détail

LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE)

LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE) LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE) Docteur Laurianne Jolissaint (CHU Jean Mingoz, Besancon), Docteur Bruno Buecher, (Institut Curie, Paris), & Comité de Rédaction du site web de la Fédération Francophone

Plus en détail

Les traitements des cancers de la thyroïde

Les traitements des cancers de la thyroïde JUILLET 2013 Les traitements des cancers de la thyroïde COLLECTION GUIDES PATIENTS LA THYROÏDE LE CHOIX DES TRAITEMENTS LA CHIRURGIE LE TRAITEMENT À L IODE RADIOACTIF LE TRAITEMENT HORMONAL LA RADIOTHÉRAPIE

Plus en détail

Qu est-ce qu un sarcome?

Qu est-ce qu un sarcome? Qu est-ce qu un sarcome? Qu est-ce qu une tumeur? Une tumeur est une prolifération anormale de cellules. Les tumeurs ne devraient donc pas automatiquement être associées à un cancer. Certaines tumeurs

Plus en détail

Bilan d extension locale d une tumeur rectale. François Jausset, Radiologie Brabois Adultes

Bilan d extension locale d une tumeur rectale. François Jausset, Radiologie Brabois Adultes Bilan d extension locale d une tumeur rectale François Jausset, Radiologie Brabois Adultes Introduction - Déterminer l extension locale précise d une tumeur rectale est un enjeu majeur pour le radiologue

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES TUMEURS MALIGNES NASOSINUSIENNES. H. ELUECQUE, ACC, Service d ORL et CCF, CHU de Nancy

PRISE EN CHARGE DES TUMEURS MALIGNES NASOSINUSIENNES. H. ELUECQUE, ACC, Service d ORL et CCF, CHU de Nancy PRISE EN CHARGE DES TUMEURS MALIGNES NASOSINUSIENNES H. ELUECQUE, ACC, Service d ORL et CCF, CHU de Nancy GENERALITES Endoscopie et Imagerie double (IRM et TDM) = éléments clés du diagnostic Chirurgie

Plus en détail

onnels se mobilisent Les réalisés dans épidémiologie Dans le sur les ORL :

onnels se mobilisent Les réalisés dans épidémiologie Dans le sur les ORL : Communiqué de presse 15/ /09/2015 «Prendre le Cancer à la gorge» «Make Sense» : Pour la 3 ème année, les professiop onnels se mobilisent pour la semainee européenne duu dépistage et de la préventionn des

Plus en détail

Cordarone et Thyroïde par François Boustani

Cordarone et Thyroïde par François Boustani Physiologie de la thyroïde : l hormonosynthèse thyroïdienne se fait à partir de l iode essentiellement d origine digestive et de la thyroglobuline qui est une protéine synthétisée par la thyroïde à partir

Plus en détail

CANCERS DES VOIES AERODIGESTIVES SUPERIEURES : GENERALITES. Professeur Claude Beauvillain de Montreuil

CANCERS DES VOIES AERODIGESTIVES SUPERIEURES : GENERALITES. Professeur Claude Beauvillain de Montreuil DC3 - DC4 CANCERS DES VOIES AERODIGESTIVES SUPERIEURES : GENERALITES Professeur Claude Beauvillain de Montreuil On désigne sous le terme de Cancer des Voies Aérodigestives Supérieures (VADS) les cancers

Plus en détail

Prise en charge chirurgicale et chimiothérapie néoadjuvante des cancers de l ovaire stade III-IV

Prise en charge chirurgicale et chimiothérapie néoadjuvante des cancers de l ovaire stade III-IV Prise en charge chirurgicale et chimiothérapie néoadjuvante des cancers de l ovaire stade III-IV JM. Classe, R. Rouzier, O.Glehen, P.Meeus, L.Gladieff, JM. Bereder, F Lécuru Population concernée par la

Plus en détail

Propositions de conduite à tenir pour les femmes porteuses d implants mammaires : Avis d experts coordonné par l Institut National du Cancer (INCa)

Propositions de conduite à tenir pour les femmes porteuses d implants mammaires : Avis d experts coordonné par l Institut National du Cancer (INCa) Propositions de conduite à tenir pour les femmes porteuses d implants mammaires : Avis d experts coordonné par l Institut National du Cancer (INCa) Mars 2014 Propositions de conduite à tenir pour les femmes

Plus en détail

CHIRURGIE DU COLON DOCUMENT D INFORMATION DU PATIENT

CHIRURGIE DU COLON DOCUMENT D INFORMATION DU PATIENT CHIRURGIE DU COLON DOCUMENT D INFORMATION DU PATIENT Ce document contient des informations générales au sujet de l intervention qui est programmée chez vous. Discutez des informations fournies avec votre

Plus en détail

Le principe de la TEP

Le principe de la TEP couplée TDM Le principe de la TEP C est un atome contenant un positon supplémentaire, libéré dans l organisme lors de la désintégration.il se désintègre selon une radioactivité beta+ Lorsque le positron

Plus en détail

Le cancer du sein Nous pouvons le vaincre!

Le cancer du sein Nous pouvons le vaincre! Le cancer du sein Nous pouvons le vaincre! La Clinique du sein du CHPLT Pour vous et pour votre famille Centre Hospitalier Peltzer - La Tourelle de Verviers Le cancer du sein : nous pouvons le vaincre!

Plus en détail

Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction

Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction Nader Khaouam MD Laurie Archambault 28 mars 2014 Présentation du cas H - 20 ans, monteur et soudeur d acier Aucun antécédent X 2

Plus en détail

avec atteinte ganglionnaire

avec atteinte ganglionnaire Le mélanome avec atteinte ganglionnaire Comprendre La maladie et son traitement Le mélanome avec atteinte ganglionnaire Mieux comprendre votre maladie, pour mieux vivre avec Conseil scientifique en dermatologie

Plus en détail

Les différents types de cancers et leurs stades. Dr Richard V Oncologie MédicaleM RHMS Baudour et Erasme La Hulpe 1/12/07

Les différents types de cancers et leurs stades. Dr Richard V Oncologie MédicaleM RHMS Baudour et Erasme La Hulpe 1/12/07 Les différents types de cancers et leurs stades Dr Richard V Oncologie MédicaleM RHMS Baudour et Erasme La Hulpe 1/12/07 CARCINOGENESE multiple steps, accumulation d altd altérations continuum lésionnel

Plus en détail

Chirurgie de la paroi thoracique Chirurgie des tumeurs médiastinales Pr. Marco Alifano

Chirurgie de la paroi thoracique Chirurgie des tumeurs médiastinales Pr. Marco Alifano Chirurgie de la paroi thoracique Chirurgie des tumeurs médiastinales Pr. Marco Alifano Hôpitaux Universitaires Paris Centre Traumatisme Deformités de la paroi thoracique antérieure 1. Pectus excavatum

Plus en détail

Estimation de l incidence du cancer de la thyroïde en Corse 1998-2006

Estimation de l incidence du cancer de la thyroïde en Corse 1998-2006 Maladies chroniques et traumatismes Estimation de l incidence du cancer de la thyroïde en Corse 1998-2006 Sommaire Abréviations 2 Résumé 3 1. Contexte et objectifs 4 1.1 La situation en Corse 4 1.2 Les

Plus en détail

Cancers du larynx : diagnostic, principes de traitement (145a) Professeur Emile REYT Novembre 2003 (Mise à jour Mars 2005)

Cancers du larynx : diagnostic, principes de traitement (145a) Professeur Emile REYT Novembre 2003 (Mise à jour Mars 2005) Cancers du larynx : diagnostic, principes de traitement (145a) Professeur Emile REYT Novembre 2003 (Mise à jour Mars 2005) Pré-Requis : Anatomie du larynx Physiologie de la phonation et de la déglutition

Plus en détail

Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté. Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin

Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté. Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin Introduction Le prélèvement d une partie du foie chez une personne «vivante» et apparentée

Plus en détail

INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive. Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper

INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive. Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper Pourquoi proposer un TTT adjuvant? Probabilité de survie à 10 ans en fonction

Plus en détail

Nodules thyroïdiens à cytologie indéterminée Prise en charge et perspectives

Nodules thyroïdiens à cytologie indéterminée Prise en charge et perspectives Nodules thyroïdiens à cytologie indéterminée Prise en charge et perspectives Cécile Ghander Unité Thyroïde Tumeurs Endocrines Institut d Endocrinologie Maladies Métaboliques et Médecine Interne 28/06/2014

Plus en détail

Contrairement à la chimiothérapie, à l hormonothérapie et à la radiothérapie, la

Contrairement à la chimiothérapie, à l hormonothérapie et à la radiothérapie, la Critères de qualité en chirurgie dans la prise en charge des cancers du sein localisés Quality assurance in breast cancer surgery Mots-clés : Cancer du sein - Chirurgie - Recommandation - Critère de qualité.

Plus en détail

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la scintigraphie osseuse et le TEP-SCAN

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la scintigraphie osseuse et le TEP-SCAN Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la scintigraphie osseuse et le TEP-SCAN Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin Jeudi 25 Septembre 2008 Un peu d histoire

Plus en détail

Cancer du sein in situ

Cancer du sein in situ traitements, soins et innovation OCTOBRE 2009 recommandations professionnelles Cancer du sein in situ COLLECTION recommandations & référentiels Recommandations de prise en charge spécialisée Carcinome

Plus en détail

LES TUMEURS DES NERFS PERIPHERIQUES

LES TUMEURS DES NERFS PERIPHERIQUES LES TUMEURS DES NERFS PERIPHERIQUES Les tumeurs des nerfs périphériques (TNP) sont des lésions rares. : elles représentent entre 0,001 et 0,02% des pièces anatomiques. Il s agit le plus souvent de tumeurs

Plus en détail

STRATÉGIE DE DIAGNOSTIC PRÉCOCE DU MÉLANOME RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE

STRATÉGIE DE DIAGNOSTIC PRÉCOCE DU MÉLANOME RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE STRATÉGIE DE DIAGNOSTIC PRÉCOCE DU MÉLANOME RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE Service évaluation médico-économique et santé publique Octobre 2006 SYNTHÈSE ET PERSPECTIVES État de la question Le mélanome

Plus en détail

Diagnostic d une tuméfaction parotidienne (270a) Professeur Emile REYT Novembre 2003 (Mise à jour Mars 2005)

Diagnostic d une tuméfaction parotidienne (270a) Professeur Emile REYT Novembre 2003 (Mise à jour Mars 2005) Diagnostic d une tuméfaction parotidienne (270a) Professeur Emile REYT Novembre 2003 (Mise à jour Mars 2005) Pré-Requis : Anatomie de la loge parotidienne Anatomie des branches du nerf facial Résumé :

Plus en détail

RECOMMANDATIONS POUR LA PRISE EN CHARGE DES CANCERS DES VOIES AERODIGESTIVES SUPERIEURES REGION PICARDIE JUIN 2008

RECOMMANDATIONS POUR LA PRISE EN CHARGE DES CANCERS DES VOIES AERODIGESTIVES SUPERIEURES REGION PICARDIE JUIN 2008 RECOMMANDATIONS POUR LA PRISE EN CHARGE DES CANCERS DES VOIES AERODIGESTIVES SUPERIEURES REGION PICARDIE JUIN 2008 COMITE DE REDACTION ET DE LECTURE Pr Claude KRZISCH, Pr Vladimir STRUNSKI Dr Benoît BATTEUR,

Plus en détail

RAPPORT DU CONTROLE DE MARCHE DES DISPOSITIFS MEDICAUX DE DIAGNOSTIC IN VITRO DE DOSAGE DE THYROGLOBULINE

RAPPORT DU CONTROLE DE MARCHE DES DISPOSITIFS MEDICAUX DE DIAGNOSTIC IN VITRO DE DOSAGE DE THYROGLOBULINE Direction de l'evaluation des Dispositifs Médicaux Département Surveillance du Marché Unité Evaluation et Contrôle du Marché - DIV RAPPORT DU CONTROLE DE MARCHE DES DISPOSITIFS MEDICAUX DE DIAGNOSTIC IN

Plus en détail

REFERENTIEL DES PAYS DE LA LOIRE POUR LA PRISE EN CHARGE DES CANCERS DES VOIES AERO-DIGESTIVES SUPERIEURES

REFERENTIEL DES PAYS DE LA LOIRE POUR LA PRISE EN CHARGE DES CANCERS DES VOIES AERO-DIGESTIVES SUPERIEURES REFERENTIEL DES PAYS DE LA LOIRE POUR LA PRISE EN CHARGE DES CANCERS DES VOIES AERO-DIGESTIVES SUPERIEURES Janvier 2006 1 Ce référentiel a été révisé en présence des médecins ci-dessous : - Dr Etienne

Plus en détail

Cancers - Pronostics à long terme Une expertise collective de l Inserm

Cancers - Pronostics à long terme Une expertise collective de l Inserm Paris, le 19 avril 2006 Dossier de presse Cancers - Pronostics à long terme Une expertise collective de l Inserm En 2000, d après les estimations issues des registres, le nombre de nouveaux cas de cancer

Plus en détail

Chirurgie assistée par robot et laparoscopie en 3D à l avantage des patients?

Chirurgie assistée par robot et laparoscopie en 3D à l avantage des patients? HigHligHts 2012: CHiRURgiE Chirurgie assistée par robot et laparoscopie en 3D à l avantage des patients? Lukasz Filip Grochola a, Hubert John b, Thomas Hess c, Stefan Breitenstein d a Clinique de chirurgie

Plus en détail

Les tumeurs osseuses

Les tumeurs osseuses Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Les tumeurs osseuses LE SARCOME D EWING Auteurs L OSTEOSARCOME Dr Perrine MAREC-BERARD Tous droits réservés. Reproduction interdite.

Plus en détail

Les tumeurs osseuses. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. Une information de la Ligue suisse contre le cancer

Les tumeurs osseuses. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. Une information de la Ligue suisse contre le cancer Les tumeurs osseuses Causes Symptômes Diagnostic Traitement Pronostic Une information de la Ligue suisse contre le cancer Les tumeurs osseuses lent chondrosarcomes. Une des formes de cancer osseux, composé

Plus en détail

Sujets présentés par le Professeur Olivier CUSSENOT

Sujets présentés par le Professeur Olivier CUSSENOT ANAMACaP Association Nationale des Malades du Cancer de la Prostate 17, bis Avenue Poincaré. 57400 SARREBOURG Sujets présentés par le Professeur Olivier CUSSENOT Place des nouvelles techniques d imagerie

Plus en détail

Tumeurs cutanées épithéliales et mélaniques

Tumeurs cutanées épithéliales et mélaniques Examen National Classant Module transdisciplinaire 10 : Cancérologie, onco-hématologie Tumeurs cutanées épithéliales et mélaniques Mélanomes NOUVEAU P. SAIAG (Ambroise Paré, Boulogne Billancourt), J.-J.

Plus en détail

SMSTO / ANMTEPH Journées d Automne 2009

SMSTO / ANMTEPH Journées d Automne 2009 SMSTO / ANMTEPH Journées d Automne 2009 Cancers professionnels des cavités nasales et sinusiennes Dr Dominique Tripodi Centre Hospitalier Universitaire de Nantes Place Alexis Ricordeau - 44093 Nantes Cedex

Plus en détail

Université Pierre et Marie Curie. Cancérologie. Niveau DCEM3 2002-2003. Service de radiothérapie - Professeur Baillet

Université Pierre et Marie Curie. Cancérologie. Niveau DCEM3 2002-2003. Service de radiothérapie - Professeur Baillet Université Pierre et Marie Curie Cancérologie Niveau DCEM3 2002-2003 Service de radiothérapie - Professeur Baillet Mise à jour : 5 octobre 2015 2/298 Cancérologie - Service de radiothérapie - Pr. Baillet

Plus en détail

Tumeur maligne des os

Tumeur maligne des os Tumeur maligne des os E p idém iologie tumeur maligne primitive de l os touchant essentiellement l adolescent et l adulte jeune. 70% des sarcomes ostéogéniques sont diagnostiqués avant l âge de 18ans dans

Plus en détail

GUIDE - AFFECTION LONGUE DURÉE. Tumeur maligne, affection maligne du tissu lymphatique ou hématopoïétique. Cancer du sein

GUIDE - AFFECTION LONGUE DURÉE. Tumeur maligne, affection maligne du tissu lymphatique ou hématopoïétique. Cancer du sein GUIDE - AFFECTION LONGUE DURÉE Tumeur maligne, affection maligne du tissu lymphatique ou hématopoïétique Cancer du sein Janvier 2010 Ce document s inscrit dans un double dispositif : La mise en œuvre de

Plus en détail

Traitements néoadjuvants des cancers du rectum. Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse

Traitements néoadjuvants des cancers du rectum. Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse Traitements néoadjuvants des cancers du rectum Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse Journées Francophones d Hépato-gastroentérologie et d Oncologie Digestive 2010 CONFLITS D INTÉRÊT Pas de conflit d intérêt

Plus en détail

DOSSIER DE PRÉSENTATION

DOSSIER DE PRÉSENTATION DOSSIER DE PRÉSENTATION GUSTAVE ROUSSY ET LE CANCER DU SEIN OCTOBRE 2013 Gustave Roussy et le cancer du sein octobre 2013 page 1 DOSSIER DE PRÉSENTATION Gustave Roussy et le cancer du sein GUSTAVE ROUSSY,

Plus en détail

Coordinateur scientifique: Prof. Univ. Dr. Emil PLEŞEA. Doctorant: Camelia MICU (DEMETRIAN)

Coordinateur scientifique: Prof. Univ. Dr. Emil PLEŞEA. Doctorant: Camelia MICU (DEMETRIAN) UNIVERSITÉ DE MÉDECINE ET PHARMACIE DE CRAIOVA FACULTÉ DE MÉDECINE CONTRIBUTIONS A L'ÉTUDE CLINIQUE ET MORPHOLOGIQUE DES CANCERS DU POUMON Coordinateur scientifique: Prof. Univ. Dr. Emil PLEŞEA Doctorant:

Plus en détail

Référentiel régional Prise en charge des cancers du rein Version 1 Mars 2013

Référentiel régional Prise en charge des cancers du rein Version 1 Mars 2013 Référentiel régional Prise en charge des cancers du rein Version 1 Mars 2013 Sommaire Contexte 5 Objectifs... 5 Champ d application... 5 Utilisateurs cibles... 5 Information du patient... 5 Avertissement...

Plus en détail

IMAGERIE EN CANCEROLOGIE

IMAGERIE EN CANCEROLOGIE IMAGERIE EN CANCEROLOGIE Méthodes Diagnostiques et Thérapeutiques récentes Frank Boudghene Hopital Tenon - Université Paris 6 FEDERATION D IMAGERIE DU CANCER Nouveautés en IRM IRM Morphologique : Matériel

Plus en détail

CANCER de l ESTOMAC. Dr Kanor, Dr Mineur, Dr Houtin 7 ème Journée Carpentrassienne Vendredi 4 Décembre 2011

CANCER de l ESTOMAC. Dr Kanor, Dr Mineur, Dr Houtin 7 ème Journée Carpentrassienne Vendredi 4 Décembre 2011 CANCER de l ESTOMAC Dr Kanor, Dr Mineur, Dr Houtin 7 ème Journée Carpentrassienne Vendredi 4 Décembre 2011 On aurait pu dire 4 ème rang mondial : poumon,sein,colon 2 ème rang des cancers digestifs France

Plus en détail

Cancer de la thyroïde

Cancer de la thyroïde LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE ALD 30 Tumeur maligne, affection maligne du tissu lymphatique ou hématopoïétique Cancer de la thyroïde Actualisation juillet 2011 Ce document est

Plus en détail

TUMEURS DU BAS APPAREIL URINAIRE

TUMEURS DU BAS APPAREIL URINAIRE 1 Plan de cours I - TUMEURS PRIMITIVES DE LA VESSIE c1 - Tumeurs papillaires non infiltrantes c2 - Tumeurs papillaires infiltrantes c3 - Carcinome in-situ en muqueuse plane D - Pronostic : II - TUMEURS

Plus en détail

LES TUMEURS OSSEUSES. Sommaire. 1 Résumé. février 2004 Institut Gustave-Roussy. Dr Anne d Andon Pr Gilles Vassal Dr Odile Oberlin Dr Olivier Hartmann

LES TUMEURS OSSEUSES. Sommaire. 1 Résumé. février 2004 Institut Gustave-Roussy. Dr Anne d Andon Pr Gilles Vassal Dr Odile Oberlin Dr Olivier Hartmann 39 rue Camille Desmoulins 94805 VILLEJUIF CEDEX Tel : 0 42 42 Site Internet : www.igr.fr Contact : info@igr.fr février 2004 Institut Gustave-Roussy LES TUMEURS OSSEUSES Dr Anne d Andon Pr Gilles Vassal

Plus en détail

Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire

Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire Diplôme Universitaire Corrélations anatomo-physio-pathologiques en imagerie thoracique 25 mai 2011 Imagerie TEP et pathologie tumorale bronchique Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire Détection en coincidence

Plus en détail

Essai de phase II randomisé mul2centrique: traitement personnalisé des cancers du rectum localement évolués non métasta2ques

Essai de phase II randomisé mul2centrique: traitement personnalisé des cancers du rectum localement évolués non métasta2ques GRECCAR 4 Groupe de REcherche Chirurgical sur le CAncer du Rectum Essai de phase II randomisé mul2centrique: traitement personnalisé des cancers du rectum localement évolués non métasta2ques N EudraCT

Plus en détail

Le cancer de la bouche, du pharynx et du larynx

Le cancer de la bouche, du pharynx et du larynx Le cancer de la bouche, du pharynx et du larynx (cancers de la sphère ORL) Causes Symptômes Diagnostic Traitement Pronostic Une information de la Ligue suisse contre le cancer Le cancer de la bouche, du

Plus en détail

Antibioprophylaxie en chirurgie oculaire

Antibioprophylaxie en chirurgie oculaire Recommandations mai 2011 RECOMMANDATIONS Antibioprophylaxie en chirurgie oculaire Sommaire L infection nosocomiale en chirurgie oculaire 2 Objectif de l antibioprophylaxie 2 Patients à risque 3 Recommandations

Plus en détail

Recommandations. pour l assurance

Recommandations. pour l assurance Eesti España France Hellas Hrvatska Ireland, Island Israel Itali rszág Malta Moldova Monaco Nederland Norge Österreich Slovenija Slovensko Srbija i Crna Gora Suisse Suomi Sverig Republika Danmark Deutschland

Plus en détail

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Ce guide des définitions des

Plus en détail

G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge de votre mélanome cutané

G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge de votre mélanome cutané G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre mélanome cutané Mars 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer sur le mélanome

Plus en détail

Les sciences de l ingénieur appliquées à la prise en charge du

Les sciences de l ingénieur appliquées à la prise en charge du Les sciences de l ingénieur appliquées à la prise en charge du cancer : enjeux et opportunités Début de cartographie des enjeux cliniques et technologiques gq Jean-François MENUDET, Cluster I-Care Cartographie

Plus en détail

II.5. l inflammation protumorale

II.5. l inflammation protumorale II.5. l inflammation protumorale L une de ses missions est de favoriser la reconstruction des tissus lésés. Les macrophages sécrètent des : enzymes MMP Facteurs de croissance EGF Cet aspect de l inflammation

Plus en détail

Référentiels de prise en charge des cancers. en région Centre. Cancers du sein. Référentiels OncoCentre : cancers du sein validation juillet 2011 1

Référentiels de prise en charge des cancers. en région Centre. Cancers du sein. Référentiels OncoCentre : cancers du sein validation juillet 2011 1 Référentiels de prise en charge des cancers en région Centre Cancers du sein 2011 Référentiels OncoCentre : cancers du sein validation juillet 2011 1 Groupe de travail Responsables du groupe de travail

Plus en détail

Cancer primitif du foie

Cancer primitif du foie Cancer primitif du foie Comprendre le diagnostic Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca Cancer primitif du foie Comprendre le diagnostic Vous venez d apprendre que vous avez un cancer

Plus en détail

UE2 CANCEROLOGIE Place de la Médecine Nucléaire

UE2 CANCEROLOGIE Place de la Médecine Nucléaire UE2 CANCEROLOGIE Place de la Médecine Nucléaire Imagerie Imagerie de Gamma Caméra Tomographie d émission monophotoniqueou TEMP: radiopharmaceutiqueémetteurs de rayonnement Gamma Imagerie de Caméra TEP

Plus en détail

Qu est-ce que le cancer du sein?

Qu est-ce que le cancer du sein? Cancer du sein Qu est-ce que le cancer du sein? Laissez-nous vous expliquer. www.fondsanticancer.org www.esmo.org ESMO/FAC Patient Guide Series basés sur les recommandations de pratique clinique de ESMO

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

F-FLUORODÉOXYGLUCOSE EN ONCOLOGIE Expérience en Ile de France

F-FLUORODÉOXYGLUCOSE EN ONCOLOGIE Expérience en Ile de France 18F-fluorodéoxyglucose en oncologie. Expérience en Ile de France. 18 F-FLUORODÉOXYGLUCOSE EN ONCOLOGIE Expérience en Ile de France H. FOEHRENBACH 1, J. LUMBROSO 2 1 Service Médecine Nucléaire, Hôpital

Plus en détail

3. E. La thyroglobuline (Tg)

3. E. La thyroglobuline (Tg) 88 3. E. La thyroglobuline (Tg) La thyroglobuline (Tg), protéine précurseur de la synthèse des hormones thyroïdiennes est détectable dans le sérum de la plupart des individus normaux en utilisant une méthode

Plus en détail

Les tumeurs épithéliales communes représentent au gré des statistiques plus de 80 % des tumeurs de l ovaire.

Les tumeurs épithéliales communes représentent au gré des statistiques plus de 80 % des tumeurs de l ovaire. Mots-clés : Indications thérapeutiques des tumeurs épithéliales de l'ovaire (153b) Professeur Michel BOLLA, Docteur François RINGEISEN Août 2003 (Mise à jour Février 2005) Tumeurs de l ovaire. 1. Introduction

Plus en détail

CORRELATION RADIO-ANATOMIQUE DANS LE CARCINOME HEPATOCELLULAIRE TRAITE PAR TRANSPLANTATION HEPATIQUE : IMPACT SUR LA RECIDIVE

CORRELATION RADIO-ANATOMIQUE DANS LE CARCINOME HEPATOCELLULAIRE TRAITE PAR TRANSPLANTATION HEPATIQUE : IMPACT SUR LA RECIDIVE CORRELATION RADIO-ANATOMIQUE DANS LE CARCINOME HEPATOCELLULAIRE TRAITE PAR TRANSPLANTATION HEPATIQUE : IMPACT SUR LA RECIDIVE L. Lecoq, J. Gendre, N. Sturm, C. Letoublon, MN. Hilleret, JP. Zarski, V. Leroy

Plus en détail

Sites métastatiques inhabituels chez l'enfant

Sites métastatiques inhabituels chez l'enfant Sites métastatiques m inhabituels chez l'enfant S. EL MOUHADI, R. DAFIRI Service de redio-pédiatrie, diatrie, hôpital d enfants, CHU IBN SINA, RABAT, MAROC Introduction Les cancers de l enfant l sont des

Plus en détail

Les tumeurs osseuses chez l enfant.

Les tumeurs osseuses chez l enfant. Les tumeurs osseuses chez l enfant. I. Introduction Une tumeur est caractérisée par une prolifération anormale d une lignée cellulaire pathologique. Les tumeurs osseuses primitives sont séparées en deux

Plus en détail

Cancer des os Comprendre le diagnostic

Cancer des os Comprendre le diagnostic Cancer des os Comprendre le diagnostic Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 cancer.ca Cancer des os Comprendre le diagnostic Vous venez d apprendre que vous avez un cancer Une telle nouvelle peut

Plus en détail

Validation des Aptitudes du Candidat par ses Maîtres de Stage

Validation des Aptitudes du Candidat par ses Maîtres de Stage Validation des Aptitudes du Candidat par ses Maîtres de Stage!!! Document à faire remplir et conserver durant toute la durée de votre formation, qu il faudra rendre au SPF lors de votre demande d agrément!!!

Plus en détail

Apport de la TDM dans les cellulites cervico-faciales

Apport de la TDM dans les cellulites cervico-faciales Apport de la TDM dans les cellulites cervico-faciales A propos de 35cas L.Derouich, N.El Benna, N.Moussali, A.Gharbi, A.Abdelouafi Service de Radiologie Hôpital 20 Aout CHU Ibn Roch Casablanca Maroc plan

Plus en détail

Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques?

Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques? Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques? L Fournier, D Balvay, CA Cuénod Service de radiologie, Hôpital Européen Georges Pompidou Laboratoire de Recherche en Imagerie, Equipe

Plus en détail

Les cancers du nez, de la bouche et de la gorge

Les cancers du nez, de la bouche et de la gorge LE JOURNAL DE COMPRENDRE POUR AGIR CONTRE LE CANCER COMPRENDRE POUR AGIR CONTRE LE CANCER Les cancers du nez, de la bouche et de la gorge # 62ter JUIN 2005 1,25 - ISSN 1145-9131 S. Laure / Institut Curie

Plus en détail

Cancer du Sein: Parlons des Douleurs Séquellaires

Cancer du Sein: Parlons des Douleurs Séquellaires Cancer du Sein: Parlons des Douleurs Séquellaires Dr Estelle Botton Algo-Cancérologue Mont Saint-Michel, 17 Avril 2013 Pourquoi en parler? 1 Parce qu elles sont, parfois (souvent?) Non évoquées, non entendues

Plus en détail

CAS CLINIQUE 2. 2013 (juin) : patiente toujours en cours de traitement par Létrozole

CAS CLINIQUE 2. 2013 (juin) : patiente toujours en cours de traitement par Létrozole 2008 (décembre) : Patiente de 60 ans Tumorectomie plus curage CAS CLINIQUE 2 carcinome canalaire infiltrant de 2.5 cm, grade 2 RH+ (RO + 100% +++, Allred 8, RP + 80 % ++ Allred 7) Her2-, KI 67 à 18 %,

Plus en détail

ANESTHESIE ET ANALGESIE LOCO REGIONALE DU MEMBRE SUPERIEUR

ANESTHESIE ET ANALGESIE LOCO REGIONALE DU MEMBRE SUPERIEUR ANESTHESIE ET ANALGESIE LOCO REGIONALE DU MEMBRE SUPERIEUR Dr A. PULCINI CHU NICE ANESTHESIE LOCO REGIONALE DU MEMBRE SUPERIEUR 1 - RAPPELS 2 - PRINCIPES GENERAUX 3 - BLOCS DU MEMBRE SUPERIEUR 4 - BLOCS

Plus en détail

Charte régionale des Réunions de Concertation Pluridisciplinaire de PACA, Corse et Monaco

Charte régionale des Réunions de Concertation Pluridisciplinaire de PACA, Corse et Monaco Réseau Régional de Cancérologie ONCOPACA-Corse Charte régionale des Réunions de Concertation Pluridisciplinaire de PACA, Corse et Monaco 1. CONTEXTE ET OBJECTIF Contexte : Cette présente charte a été définie

Plus en détail

Cancer des os. Ce que vous devez savoir. Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca

Cancer des os. Ce que vous devez savoir. Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca Cancer des os Ce que vous devez savoir Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca CANCER DES OS Ce que vous devez savoir Même si vous entendez parler du cancer presque tous les jours, vous

Plus en détail