3. E. La thyroglobuline (Tg)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "3. E. La thyroglobuline (Tg)"

Transcription

1 88 3. E. La thyroglobuline (Tg) La thyroglobuline (Tg), protéine précurseur de la synthèse des hormones thyroïdiennes est détectable dans le sérum de la plupart des individus normaux en utilisant une méthode sensible. Le niveau de Tg sérique intègre trois facteurs majeurs : (i) la masse de tissu thyroïdien différencié présente ; (ii) toute inflammation ou atteinte de la glande thyroïde qui provoque la libération de Tg ; et (iii) le degré de la stimulation du récepteur de TSH (par TSH, hcg ou TRAb). Une concentration sérique élevée de Tg est un indicateur non-spécifique de dysfonctionnement thyroïdien. La plupart des malades avec une Tg sérique élevée ont des maladies thyroïdiennes bénignes. L usage principal de la mesure de la Tg sérique est celui de marqueur tumoral pour les malades qui ont présenté un cancer thyroïdien différencié (CTD). Environ 2/3 de ces malades ont un niveau de Tg sérique pré-opératoire élevé qui confirme la capacité de la tumeur à sécréter de la Tg, et qui valide l usage de la mesure de la Tg sérique comme marqueur post-opératoire de la tumeur (307). Au contraire, quand la concentration pré-opératoire de Tg sérique n est pas élevée au-dessus de la normale, il n y a aucune preuve que la tumeur soit capable de sécréter de la Tg, et la valeur d une Tg sérique post-opératoire indétectable est moins rassurante. Chez de tels malades une Tg sérique post-opératoire détectable pourrait représenter un volume tumoral résiduel important. En général, les changements post-opératoires des taux de Tg sérique représentent des modifications de la masse tumorale, à condition que le niveau de la TSH soit maintenu constant avec le traitement de L-T4. Cancer au niveau du cou Metastases à distance 10 6 X10 x16 x6 x Tg sérique µg/l (ng/ml) % 46% 41% Indécelable Indécelable L-T4 Rx 72hr après Suppression L-T4 Rx 72hr après Suppression rhtsh de T3 rhtsh de T3 Figure 6. Réponses de la Tg sérique après administration de rhtsh ou arrêt de la T3 (308).

2 89 Une Tg sérique mesurée pendant la stimulation de la TSH (TSH endogène ou TSH recombinante humaine, rhtsh) est plus sensible pour détecter un cancer thyroïdien différencié (CTD) résiduel ou métastatique qu une mesure basale de la Tg faite pendant le traitement par L-T4 (Fig. 6) (308). Le degré d augmentation de la Tg sérique en réponse à la TSH fournit une indication de la sensibilité de la tumeur à la TSH. Les tumeurs bien différenciées montrent typiquement une augmentation de la Tg sérique de 10 fois le taux de base en réponse à une TSH élevée (309). Les tumeurs faiblement différenciées qui ne concentrent pas l iodure peuvent afficher une réponse faible à la stimulation par TSH (310). 1. Situation actuelle des méthodes de dosage de la Tg La thyroglobuline est habituellement mesurée dans le sérum, mais le dosage peut aussi être effectué dans les liquides d un kyste thyroïdien et les tissus obtenus par cytoponction de nodules thyroïdiens à l aiguille fine (311). La mesure de la Tg dans le sérum est un défi technique. Actuellement, les méthodes immuno-métriques (IMA) gagnent en popularité sur les méthodes de dosage radio-immunologiques (RIA). C est parce que les méthodes IMA offrent l avantage pratique d un temps d incubation plus court, une gamme de valeurs mesurées plus étendue et un anticorps marqué réactif plus stable, moins fragile que ceux employés en RIA (312). Les laboratoires peuvent maintenant choisir entre des méthodes isotopiques (immuno-radiométrique, IRMAs) et non isotopiques (surtout chimiluminescence, ICMA). Cependant, les méthodes IMA sont plus sujettes à interférence en cas d autoanticorps anti-thyroglobuline (TgAb) positifs, ce qui conduit à une sous-estimation des niveaux de la Tg sérique. Cela a incité certains laboratoires à choisir des méthodes RIA pour mesurer la Tg sérique chez les malades ayant des anticorps anti-tg positifs et à limiter l usage de méthodes IMA aux seuls malades sans anticorps anti-tg. Cependant, aucune méthode ne peut prétendre être totalement libre d interférences en présence d anticorps anti-tg qui peuvent provoquer une sur estimation comme une sous-estimation des valeurs de Tg mesurées. À côté des problèmes créés par les interférences dues aux anticorps anti-tg, les méthodes actuelles de dosage de Tg sont aussi handicapées par des différences dans la standardisation et la spécificité. De plus, elles font généralement preuve d une sensibilité et d une reproductibilité insuffisante et manifestent un effet «crochet» en cas de valeurs élevées de Tg (312). (a) Standardisation. Les concentrations de Tg sériques mesurées par les méthodes RIA ou IMA, varient largement (312,313). Un effort de collaboration récent parrainé par le Bureau de Référence de la Commission de la Communauté Européenne a développé une nouvelle préparation de référence internationale de Tg, la CRM-457 (298,314). Cet étalon peut être obtenu auprès du Dr. Christos Profilis, BCR, Rue de la Loi 200, B 1049 Bruxelles, Belgique. Les biais entre les différentes méthodes de mesure de la Tg peuvent résulter de différences entre la matrice libre de Tg utilisée pour diluer les étalons et le sérum de patient, ou de différences dans la reconnaissance de l épitope par les différents anticorps anti-tg utilisés par chaque fabricant. Idéalement, les solvants utilisés pour les étalons devraient être du sérum humain libre de Tg /anticorps anti-tg ou une matrice non-sérique sélectionnée pour produire un signal (coups radioactifs, unités légères relatives, etc ) identique à celui d un sérum humain libre de Tg/anticorps anti-tg. Il est essentiel que les médecins soient informés avant que le laboratoire ne change sa méthode de mesure de la Tg pour permettre la redéfinition des valeurs de base des malades ayant un CTD.

3 90 Recommandation 42. Pour les fabricants développant des méthodes de dosage de la Tg Le diluant utilisé pour les étalons devrait idéalement être du sérum humain libre de Tg et d anticorps anti-tg. Les matrices non-sériques devraient être sélectionnées pour produire un signal (coups radioactifs, unités légères relatives, etc ) identique à celui de sérum humain libre de Tg et d anticorps anti-tg pour éviter des biais en rapport avec la matrice. L adoption généralisée de la norme CRM-457 a été envisagée pour réduire, mais pas éliminer, la variabilité considérable inter méthode qui existe avec ces techniques. Il a été espéré qu une standardisation mondiale permettrait un meilleur accord dans la littérature d études différentes aussi bien qu une amélioration de l usage clinique de la surveillance répétée de la Tg de malades ayant un CTD qui quelquefois ont des mesures de la Tg sérique effectuées par des laboratoires différents. Malheureusement, l usage de la nouvelle norme CRM-457 n a pas éliminé les problèmes de variabilité entre méthodes autant qu il avait été initialement espéré. Actuellement, les niveaux de Tg sérique déterminés par des méthodes qui utilisent la norme CRM-457 peuvent différer de 1 à 4 (Fig. 7). Ces différences de méthode à méthode sont plus importantes que l objectif d imprécision maximale autorisé pour surveiller des malades à titre individuel (Tableau 5). Cela n autorise pas l interchangeabilité des méthodes pour mesurer la Tg lorsque l on suit l évolution de malades avec cancer de la thyroïde. Méthode RIA Méthode IMA 50 Tg sérique µg/l (ng/ml) Limite de sensibilité du fabriquant 1 2* 3 4* 5* 6* 7* 8* 9 10* Dosage Tg

4 91 Figure 7. Moyenne ± 2 écart-types pour mesurer la Tg de 20 sérums normaux sans anticorps anti-tg par 10 méthodes différentes de dosage de Tg: Méthode 1: Laboratoires des Systèmes Diagnostiques, Webster, TX, USA ; Méthode 2: University of Southern California RIA, Los Angeles, CA, USA ; Méthode 3: Kronus RIA, Boise ID, USA ; Méthode 4: Endocrine Sciences RIA, Calabasas, CA, USA; Méthode 5: Nichols Institute Diagnostics ICMA, San Juan Capistrano, CA, USA ; Méthode 6: Endocrine Sciences ICMA, Calabasas, CA, USA Tarzana, CA, USA ; Méthode 7: Sanofi Pasteur IRMA, Marnes La Coquette, France ; Méthode 8: Kronus OptiQuant IRMA, Boise ID, USA ; Méthode 9: Brahms DynoTest TgS IRMA, Berlin, Allemagne ; Méthode 10: Produits Diagnostic Immulite ICMA, Los Angeles, CA, USA. Un astérisque indique que l épreuve utilise la norme CRM-457. (b) Sensibilité. Quelques méthodes pour mesurer la Tg manquent de la sensibilité nécessaire pour détecter la limite inférieure de référence de sujets euthyroïdiens qui est de l ordre de 1-3 µg/l (ng/ml) (selon la méthode de dosage). Les méthodes qui sont incapables de détecter la Tg dans des sérums normaux sont habituellement trop peu sensibles pour permettre de dépister une récidive chez des malades ayant un CTD. Comme avec la TSH, la sensibilité de la méthode pour mesurer la Tg est déterminée par un CV inter-essai de 20 % [3.C2]. Le protocole utilisé pour déterminer la sensibilité de la méthode pour la Tg est le même que celui décrit pour la TSH (Recommandation 20) avec les trois conseils décrits dans la Recommandation 44. Recommandation 43. Pour les laboratoires envisageant le changement de leur méthode de dosage de la Tg Sélectionnez une méthode de dosage de la Tg d après ses caractéristiques de performance et pas pour son coût ou par opportunité. Avant de changer de méthode pour mesurer la Tg, le laboratoire devrait consulter les cliniciens utilisateurs et comparer les résultats entre les deux méthodes, l ancienne et celle proposée en utilisant des échantillons de patients sans et avec anticorps anti-tg.

5 92 Pour les patients sans anticorps anti-tg : si les différences entre les deux méthodes (l ancienne et la nouvelle) sont > 10%, les cliniciens doivent en être informés et avoir un temps suffisant pour redéfinir les taux de base pour les patients. Pour les malades ayant des anticorps anti-tg positifs : le laboratoire doit prévenir les cliniciens sur le sens de la variation la plus probable du fait de la présence d anticorps anti-tg (augmentation ou diminution des valeurs mesurées) Si les valeurs de Tg sérique étaient rapportées pour des échantillons ayant des anticorps anti-tg, un commentaire d avertissement approprié devrait être présent sur chaque rapport de laboratoire : POUR LES METHODES IMA : Les méthodes IMA peuvent donner des niveaux de Tg sérique improprement bas / sousestimés en présence d anticorps anti-tg. Des résultats de Tg sérique indétectable ne peuvent pas être utilisés pour certifier l absence de tumeur chez un malade TgAb positif. Un niveau de Tg détectable indique que la Tg est présente, mais les concentrations peuvent être sous-estimées. POUR LES METHODES RIA : Les méthodes RIA peuvent donner des valeurs de Tg sérique improprement élevées ou abaissées (selon la méthode) en présence de TgAb. Les résultats de Tg sérique détectable ne devraient pas être utilisés comme seul facteur pour affirmer la présence de tissu thyroïdien résiduel ou de tissu tumoral. (c) Précision. Les précisions intra- et inter-essais exprimées en pourcentage de coefficient de variation (% CV) sont des paramètres importants pour valider la performance d une méthode mesurant la Tg. La précision devrait être établie en utilisant un pool de sérums sans anticorps anti-tg avec une cible de valeurs de la Tg à trois niveaux différents (Recommandation 44). La précision intra-essai pour les méthodes utilisant un immuno-essai, comme attendu, est meilleure que celle inter-essai. Ceci est dû au fait que les mesures faites dans une seule série ne sont pas soumises à la variabilité introduite en utilisant des lots de réactifs et de gammes d étalonnage différents. La précision intra-série pourrait être le paramètre le plus pertinent pour évaluer la réponse de la Tg sérique à la stimulation par rhtsh (308). Dans ce cadre, des échantillons de base et après stimulation par rhtsh sont prélevés à 3 à 5 jours d intervalle et

6 93 mesurés dans la même série (Fig. 6) (308,309). A l opposé, lorsqu on utilise la mesure de la Tg pour une surveillance régulière, plus l intervalle entre les différents dosages successifs est important, plus la variabilité sera grande et pire sera la précision inter-séries. Les matrices non humaines utilisées pour déterminer des valeurs mesurées faibles peuvent produire des limites de sensibilité irréalistes, comparées avec les dosages effectués avec un sérum humain dépourvu d anticorps anti-tg. Il est important d établir la sensibilité et la précision interessais de prélèvements qui couvrent une période de 6 à 12 mois, car il s agit là de l intervalle clinique typique utilisé pour suivre des malades avec CTD. L objectif proposé pour l imprécision maximale des mesures de Tg sérique pour surveiller les malades devrait être < 5% (Tableau 5). Il est improbable que les méthodes de mesure actuelles de la Tg puissent obtenir une telle précision sur la période habituelle de 6 à 12 mois utilisée pour surveiller des malades avec CTD. Ce problème de la précision peut être résolu en mesurant des échantillons du malade, conservés congelés dans la même série de dosages que le spécimen actuel (9). Recommandation 44. Sensibilité & précision inter-essais des méthodes pour mesurer la Tg La sensibilité et la précision inter-essais devraient être établies en utilisant le même protocole que pour la TSH (Recommandation 20) avec trois recommandations importantes : Utiliser des pools de sérum humain qui ne contiennent aucun anticorps anti-tg, état déterminé par un immuno-essai suffisamment sensible. Les valeurs-cibles sont recommandées pour des étalons sériques de valeur faible, moyenne et élevée : -Etalon faible: (utilisé pour déterminer la sensibilité) il devrait avoir une valeur de Tg sérique qui soit de 30 à 50% plus élevée que la limite de la sensibilité attendue (FS). [Si FS = 1,0 µg/l (ng/ml) le seuil de sensibilité pour une valeur faible devrait être 1,3 à 1,5 µg/l (ng/ml)] -Etalon moyen: ~10 µg/l (ng/ml) c.-à-d. près de la valeur moyenne de la normale. -Etalon pour valeur élevée: ~ 90 % de la limite supérieure suggérée par le fabricant. La période d évaluation pour la précision inter-essais devrait être d au moins 6 mois. C est plus représentatif de l intervalle clinique utilisé pour surveiller les malades avec CTD que les 6-8 semaines d intervalle recommandé dans la Recommandation 20 concernant la TSH.

7 94 (d) Effet «crochet» pour les valeurs élevées. Un effet «crochet» pour les valeurs élevées affecte essentiellement les méthodes IMA. Des valeurs faussement basses dues à un «effet crochet» sont particulièrement problématiques pour les marqueurs tumoraux tel la Tg, parce qu il n est pas exceptionnel de rencontrer de très hautes valeurs quand les malades ont une maladie métastatique avancée (307,310,315). Un effet «crochet» se produit quand une quantité excessive d antigène dépasse la capacité de liaison de l anticorps. Cela résulte en un signal faussement bas qui se traduit par un résultat improprement abaissé ou paradoxalement normal bas pour un malade ayant une concentration de Tg sérique excessivement élevée (> 1000 µg/l (ng/ml)) (312). Les fabricants de méthodes IMA essaient de surmonter le problème de l effet crochet par deux approches : mesure «en deux étapes». Le prélèvement de sérum est mis en réaction avec l anticorps de capture avant que les composants non liés soient éliminés par lavage et l anticorps marqué est alors introduit, suivi par une deuxième incubation. deux dilutions (habituellement non dilué et au 1/10) sont faites pour chaque prélèvement. Un effet «crochet» est suspecté lorsque le tube de dilution a un résultat plus élevé que le prélèvement non dilué. Des dilutions complémentaires sont faites jusqu à ce que le résultat de la dilution dans le tube baisse et que les concentrations de Tg sérique des deux dilutions soient en accord. Recommandation 45. Mesures à prendre en cas d» effet crochet» Une manipulation en deux étapes est recommandée pour minimiser les effets crochets. Les essais à une étape qui sont plus enclins à des effets crochets devraient mesurer chaque échantillon avec deux dilutions (non dilué et 1:10) pour rechercher une incohérence entre les deux résultats. Tout essai (à une ou deux étapes) devrait être validé pour un effet crochet avant diffusion par le fabricant. Pour vérifier la présence d un effet crochet, mesurer successivement 10 fois des dilutions de ~ 20 échantillons différents dépourvus d anticorps anti-tg avec des concentrations de Tg sérique au-dessus de µg/l (ng/ml) et de ~ 20 échantillons différents sans anticorps anti-tg avec des valeurs de Tg sérique au-dessus de µg/l jusqu à ce que le parallélisme soit démontré.

8 95 (e) Interférence d auto-anticorps anti-thyroglobuline (TgAb). Les auto-anticorps antithyroglobuline (TgAb) sont détectés dans un pourcentage plus élevé de malades avec CTD que dans la population générale (~ 20 % contre ~ 10 %, respectivement) (276). Les mesures répétées de TgAb sérique peuvent être un indicateur de pronostic indépendant de l efficacité du traitement, ou de récidive de CTD chez les malades TgAb-positifs ( ,316). Tout anticorps anti-tg présent dans l échantillon peut potentiellement perturber toute méthode de mesure de la Tg (317,318). Du fait de l hétérogénéité des anticorps anti-tg, ni la concentration de TgAb mesurée, ni une épreuve exogène de récupération de la Tg n est fiable à 100% pour prédire si les anticorps anti-tg présents dans un prélèvement provoqueront une interférence (276,317,318). Probablement la preuve la plus fiable de l existence d une interférence par TgAb est la présence d une discordance des résultats mesurés par RIA/IMA. Plus précisément, la Tg mesurée par RIA est typiquement plus élevée que la Tg mesurée par IMA si l échantillon contient des anticorps anti-tg provoquant une interférence (276,309). Il y a maintenant un consensus pour dire que les épreuves de récupération de la Tg sont une approche peu fiable pour détecter la présence d anticorps anti-tg et qu elles devraient être abandonnées (276,318). Des études antérieures qui ont rapporté une récupération faible en l absence de TgAb dans quelques sérums ont été prises en défaut par l insensibilité des méthodes anciennes de mesure des anticorps anti-tg. Quand un immuno-essai sensible est utilisé, la présence d anticorps anti-tg est toujours détectée quand la récupération est faible. Les méthodes par dosages immuno-métriques non-compétitifs (IMA) paraissent être plus enclins à subir des interférences par la présence d anticorps anti-tg que les méthodes par RIA, avec comme preuve la mise en évidence de valeurs de Tg indétectable chez des patients atteints de la maladie de Basedow (319,318). Il apparaît que ces IMAs n arrivent pas à effectuer la mesure de la Tg qui forme, dans quelques cas, un complexe avec les anticorps anti-tg et cela peut résulter en une sous-estimation de la concentration de Tg totale. A l opposé, les méthodes par RIA paraissent capables de mesurer les fragments de Tg libre et de Tg liée aux anticorps anti-tg dans l échantillon et de fournir typiquement des valeurs plus élevées que les méthodes par IMA en présence de TgAb (276,309). La sensibilité et la spécificité de différents essais pour mesurer les anticorps anti-tg sont très variables [3.D6(b)]. Il est essentiel que la mesure des anticorps anti-tg soit faite par le laboratoire qui réalise la mesure de la Tg parce que ce laboratoire a la responsabilité du choix de la méthode de mesure des anticorps anti-tg la plus adaptée pour détecter une interférence des TgAb avec les méthodes qu il utilise pour mesurer la Tg. Quand le sérum qui contient l anticorps anti-tg est dosé par les deux méthodes, RIA et IMA, une discordance RIA/IMA (Tg RIA ~ 2 µg/l (ng/ml) ; Tg IMA indétectable] est fréquemment observée. Cette discordance paraît caractériser l interférence de l anticorps anti- Tg avec l une ou les deux méthodes. Comme le seuil actuel pour une valeur positive de la Tg stimulée par rhtsh est de 2 µg/l (ng/ml), ce degré de discordance a la capacité d influer sur la prise de décision clinique (308). Quelques-uns croient que les mesures par RIA produisent des résultats de Tg sérique cliniquement plus exacts pour les malades TgAb positifs que les dosages par IMA, en s appuyant sur les corrélations entre l état clinique et les dosages successifs de TgAb (276,320). Cependant, l accent devrait être mis sur le fait qu aucune méthode par RIA n est à l abri d une interférence des TgAb dans tous les sérums contenant des anticorps anti-tg et que l influence des TgAb sur les différentes méthodes par RIA est assez variable et est en rapport avec les composants de l essai et les conditions d incubation. Plus particulièrement, la qualité du traceur 125 I-Tg avec la spécificité du réactif de l anticorps polyclonal anti-tg détermine la propension de la méthode à être sujette à interférence pour les anticorps anti-tg (275,321,322).

9 96 Recommandation 46. Interférences créées par les anticorps anti-tg et épreuves de récupération Les tests de récupération ne détectent pas les anticorps anti-tg de manière fiable et devraient être déconseillés et supprimés. Des études antérieures ont montré que des taux faibles de récupération observés en l absence d anticorps anti-tg ont été faussés par l insensibilité des méthodes anciennes de mesure des anticorps anti-tg. Quand les tests immunologiques sensibles sont utilisées, les anticorps anti-tg peuvent toujours être détectés quand le test de récupération est faible. Des discordances entre tests IMA et RIA pour la détection d échantillons avec anticorps anti-tg positifs suggèrent une interférence liée à la présence de TgAb (si les valeurs observées sont strictement concordantes pour les échantillons ne contenant pas d anticorps). Les laboratoires ne devraient pas donner des résultats de Tg sérique indétectables pour les malades TgAb positifs si la méthode donne des valeurs de Tg sérique faussement basses ou indétectables pour les malades avec CTD documenté et évolutif qui ont des anticorps anti-tg. Bien qu aucune méthode actuelle pour mesurer la Tg ne soit garantie indemne d interférence en cas d anticorps anti-tg circulants, la sous-estimation des concentrations de Tg sérique, typique des interférences liées aux anticorps avec la méthodologie IMA, est le signe le plus probable d interférence, car la sous-estimation peut masquer la maladie métastatique. Il s en suit que les laboratoires ne devraient pas donner des résultats de Tg sérique indétectable pour les malades ayant des anticorps circulants positifs si la méthode utilisée donne des valeurs de Tg sérique faussement basses ou indétectables chez les malades avec CTD documenté et évolutif. Recommandation 47. Pour les fabricants et les laboratoires Les encarts décrivant les méthodes pour mesurer la Tg devraient donner des caractéristiques de résultats réalistes pour la méthode (c.-à-d. des résultats qui puissent être reproduits à travers un ensemble de laboratoires de biologie clinique).

10 97 Les essais devraient être standardisés par rapport à la préparation de référence CRM-457. Les essais non standardisés devraient fournir un facteur de correction. Le niveau moyen de la Tg et les 2 déviations standards de la valeur de référence pour des sujets euthyroïdiens normaux sans anticorps anti-tg (établis en utilisant la Recommandation 48) devrait être cité dans toutes les publications pour permettre une comparaison de valeurs absolues. Les essais qui ne peuvent pas détecter la Tg dans tous les sérums normaux ont une sensibilité insuffisante pour surveiller des malades avec CTD. La matrice utilisée pour diluer les étalons devrait être vérifiée pour la recherche de biais d analyse (Recommandation 42). La sensibilité et la précision intra- et inter-essais devraient être établies en utilisant les protocoles décrits dans la Recommandation 44. L interférence liée à la présence d anticorps anti-tg devrait être évaluée en vérifiant l existence de discordances RIA/IMA dans les sérums TgAb positif [niveaux de TgAb 100 à > 1000 kui/l (UI/mL)]. Les mesures par immuno-dosage des TgAb et non les études de récupération de Tg exogène devraient être utilisées pour détecter une interférence par TgAb (Recommandation 46). Les valeurs de Tg sérique pour les échantillons TgAb positifs ne devraient pas être publiées si la méthode donne des valeurs faussement indétectables chez des malades ayant des CTD documentés et évolutifs. 2. Méthodes de mesure de Tg utilisant l ARNm La valeur clinique de mesure de l ARNm de la Tg dans le sang périphérique doit encore être démontrée. Avant qu il soit possible d utiliser les tests mesurant l ARNm de la Tg pour

11 98 faciliter la prise de décision thérapeutique en cas des CTD, les questions concernant la sensibilité et la spécificité tissulaire de l ARNm de la Tg dans le sang périphérique ont besoin d être résolues ( ). L amplification par la réaction en chaîne de la polymérase-transcriptase inverse (RT-PCR) spécifique de tissu a été utilisée pour détecter des cellules cancéreuses circulantes dans le sang périphérique de malades avec mélanome, cancers de la prostate ou du sein ( ). La disponibilité d amorces spécifiques pour la Tg permet maintenant l utilisation de cette technique pour la mise en évidence de transcrits d ARNm de la Tg dans le sang. L usage de RT-PCR pour détecter un cancer de la thyroïde récidivant a été rapporté pour la première fois en 1996 (329). Par la suite, la technique a été appliquée aux métastases ganglionnaires cervicales et a été trouvée plus sensible que la mesure de la Tg dans le liquide de cytoponction (330). Plusieurs groupes ont maintenant développé des méthodes quantitatives par RT-PCR pour détecter des transcripts d ARNm de la Tg dans le sang ( , )). Ces études, généralement, trouvent des taux d ARNm pour la Tg détectables chez tous les sujets normaux mais avec une faible corrélation avec la Tg sérique mesurée par immuno-essai (331,332). La corrélation entre le taux d ARNm de Tg et la masse tumorale est également variable. Quelques études ont rapporté que la quantité d ARNm de Tg est corrélée avec la présence ou l absence de métastases alors que d autres ne rapportent pas une telle corrélation (324,331,333). Ces contradictions reflètent certainement des différences dans la sensibilité et la spécificité des amorces de la Tg et des systèmes RT-PCR utilisés, des différences dans la sensibilité des techniques d imagerie et des immuno-essais pour mesurer la Tg utilisés ainsi que des différences dans les taux de TSH du malade. Les problèmes de spécificité (faux positifs) sont une limitation reconnue de la méthodologie RT-PCR (328,334). Des études supplémentaires sont nécessaires pour déterminer si les niveaux d ARNm de la Tg détectables rapportés chez des malades thyroïdectomisés sans métastases connues reflètent une maladie cliniquement occulte, des artéfacts des méthodes employées ou des produits de transcription illégitimes. La corrélation entre les résultats de mesure de l ARNm de la Tg et la récidive clinique, surtout chez des malades ayant des ARNm de la Tg - positifs et des niveaux de Tg sérique indétectables, devrait être démontrée avant que les tests pour la mesure de l ARNm de la Tg soient largement utilisés en pratique clinique. Comme la mesure de l ARNm de la Tg est plus chère qu une mesure de la Tg sérique, il est probable que si l utilité clinique des dosages des ARNm de la Tg est démontrée, ces tests seront réservés pour les malades à haut risque ou ceux qui présentent des anticorps anti-tg positifs chez lesquels la mesure de la Tg sérique est non fiable pour le diagnostic. 3. Valeurs de référence pour la Tg sérique (a) Sujets euthyroïdiens normaux. Les concentrations de Tg sérique sont distribuées selon un mode log-linéaire chez les individus euthyroïdiens. Les valeurs ont tendance à être légèrement plus élevées chez les femmes, mais des valeurs de référence en fonction du sexe sont inutiles (335). Le tabagisme est un facteur associé avec un goitre et des valeurs de Tg sérique plus élevées (336). Les valeurs de référence de la Tg varient selon les zones géographiques, puisque la Tg sérique est influencée par la richesse en iodure l importance de son captage thyroïdien (337,338). La sélection de sujets pour établir les normes de référence de la Tg devrait comporter les critères d exclusion suivants : Goitre Tabagisme

12 99 Antécédents personnels ou familiaux de maladies thyroïdiennes Présence d auto-anticorps anti-thyroïdiens (anti-tg et/ou anti-tpo) TSH sérique < 0,5 mui/l ou > 2,0 mui/l Recommandation 48. Intervalles de référence normaux pour la Tg sérique Les normes de référence pour la Tg devraient être déterminées localement parce que les concentrations de Tg sérique sont influencées par les apports iodés: -Pays avec apport d iodure adéquat : l intervalle de référence pour la Tg sérique pour une population de sujets euthyroïdiens sans anticorps anti-tg qui utilise la norme CRM-457 est environ de 3 à 40 µg/l (ng/ml). -Pays avec carence en iode : la valeur moyenne de la Tg pour la population et la limite de référence supérieure de la Tg peuvent être augmentées en rapport avec le degré de la carence en iode. Les laboratoires devraient valider leurs normes pour la Tg indépendamment du fabricant. Les normes de référence pour la Tg devraient être établies après transformation logarithmique à partir des valeurs de 120 sujets normaux, non-fumeurs, euthyroïdiens (TSH 0,5 à 2,0 mui/l) âgés de moins de 40 ans sans passé personnel ou familial de maladie thyroïdienne et sans anticorps anti-tg ou anti-tpo. Il est trompeur de citer la norme de sujets euthyroïdiens normaux quand on utilise des valeurs de Tg sérique chez des patients avec CTD ayant subi une thyroïdectomie. Les valeurs de référence devraient être en rapport avec les limites de référence de l euthyroïdie pour la méthode utilisée, la masse thyroïdienne et le taux de la TSH. Par exemple, les normes ci-dessous seraient appropriées pour une méthode de dosage de la Tg avec une norme de référence en euthyroïdie de 3-40 µg/l (ng/ml) : Tg µg/l (ng/ml) condition 3 40 intégrité thyroïdienne (TSH 0,4-4,0 mui/l) 1,5 20 intégrité thyroïdienne (TSH < 0,1 mui/l) < 10 lobectomie thyroïdienne (TSH < 0,1 mui/l) < 2 thyroïdectomie quasi-totale (TSH < 0,1 mui/l)

VI) MARQUEURS BIOLOGIQUES DU CANCER THYROIDIEN

VI) MARQUEURS BIOLOGIQUES DU CANCER THYROIDIEN VI) MARQUEURS BIOLOGIQUES DU CANCER THYROIDIEN 1) Thyroglobuline a) Indications et fréquence Exclusivement sécrétée par la thyroïde Marqueur de choix pour le suivi du cancer différencié de la thyroïde

Plus en détail

THYROGLOBULINE Marqueur sensible et spécifique

THYROGLOBULINE Marqueur sensible et spécifique THYROGLOBULINE Marqueur sensible et spécifique Club Thyroïde Ile-de-France 2013 Monique LEBAN GH Pitié-Salpêtrière Charles Foix Service de Biochimie Endocrinienne et Oncologique Cancers Différenciés de

Plus en détail

RAPPORT DU CONTROLE DE MARCHE DES DISPOSITIFS MEDICAUX DE DIAGNOSTIC IN VITRO DE DOSAGE DE THYROGLOBULINE

RAPPORT DU CONTROLE DE MARCHE DES DISPOSITIFS MEDICAUX DE DIAGNOSTIC IN VITRO DE DOSAGE DE THYROGLOBULINE Direction de l'evaluation des Dispositifs Médicaux Département Surveillance du Marché Unité Evaluation et Contrôle du Marché - DIV RAPPORT DU CONTROLE DE MARCHE DES DISPOSITIFS MEDICAUX DE DIAGNOSTIC IN

Plus en détail

Cordarone et Thyroïde par François Boustani

Cordarone et Thyroïde par François Boustani Physiologie de la thyroïde : l hormonosynthèse thyroïdienne se fait à partir de l iode essentiellement d origine digestive et de la thyroglobuline qui est une protéine synthétisée par la thyroïde à partir

Plus en détail

Résumé. Thyroglobuline sérique / Dosage / Interférence / Anticorps antithyroglobuline / Caractéristiques techniques

Résumé. Thyroglobuline sérique / Dosage / Interférence / Anticorps antithyroglobuline / Caractéristiques techniques A. Charrié Le point actuel sur la thyroglobuline. Anne Charrié Laboratoire de Techniques Nucléaires et Biophysiques Centre Hospitalier Lyon Sud - Pierre-Bénite Résumé La thyroglobuline, protéine précurseur

Plus en détail

Les tests thyroïdiens

Les tests thyroïdiens Les tests thyroïdiens Mise à jour de juin 2007 par S. Fatio Réf: les images et les graphiques sont tirés de www.endotext.org (textbook d endocrinologie online et libre d accès) QuickTime et un décompresseur

Plus en détail

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE 1- Définition : Le diabète sucré se définit par une élévation anormale et chronique de la glycémie. Cette anomalie est commune à tous les types de diabète sucré, mais

Plus en détail

Sujets présentés par le Professeur Olivier CUSSENOT

Sujets présentés par le Professeur Olivier CUSSENOT ANAMACaP Association Nationale des Malades du Cancer de la Prostate 17, bis Avenue Poincaré. 57400 SARREBOURG Sujets présentés par le Professeur Olivier CUSSENOT Place des nouvelles techniques d imagerie

Plus en détail

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer Information importante pour les personnes atteintes d un cancer du poumon non à petites cellules de stade avancé Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic

Plus en détail

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer de la thyroïde

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer de la thyroïde G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge du cancer de la thyroïde Septembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous

Plus en détail

Cancer de la thyroïde

Cancer de la thyroïde - 1 - GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE ALD 30 Tumeur maligne, affection maligne du tissu Lymphatique ou hématopoïétique Cancer de la thyroïde Version Collège Mai 2010 Ce document a été validé par le Collège

Plus en détail

Les marqueurs biologiques des tumeurs endocrines digestives

Les marqueurs biologiques des tumeurs endocrines digestives Les marqueurs biologiques des tumeurs endocrines digestives Michèle d Herbomez DIU de Chirurgie Endocrinienne Lille 2009 Bilan biologique participe au Diagnostic Pronostic Suivi Trois types de marqueurs:

Plus en détail

Exploration d une anomalie lipidique (EAL) en 2015: Place du dosage de l Apo A et de l Apo B

Exploration d une anomalie lipidique (EAL) en 2015: Place du dosage de l Apo A et de l Apo B Exploration d une anomalie lipidique (EAL) en 2015: Place du dosage de l Apo A et de l Apo B Nabiha KAMAL Laboratoire de Biochimie Faculté de Médecine et de Pharmacie de Casablanca CHU Ibn Rochd de Casablanca

Plus en détail

De la chirurgie du nodule aux ganglions

De la chirurgie du nodule aux ganglions De la chirurgie du nodule aux ganglions Docteur Xavier CARRAT Institut Bergonié Clinique Saint Augustin Chirurgie des lésions bénignes de la thyroïde problématique opératoire «simple» avec indication portée

Plus en détail

Le cancer de la thyroïde GRAND PUBLIC

Le cancer de la thyroïde GRAND PUBLIC GRAND PUBLIC Edition actualisée Janvier 2010 SOMMAIRE > Ce livret a été préparé par le professeur Martin Schlumberger, chef du Service de Médecine Nucléaire à l Institut Gustave Roussy (IGR), à Villejuif

Plus en détail

TD La régulation de la glycémie

TD La régulation de la glycémie TD La régulation de la glycémie Comme nous l avons vu dans le chapitre 1, le milieu intérieur subit en permanence des modifications dues à l activité cellulaire ou aux apports extérieurs. Cependant, un

Plus en détail

Les tumeurs osseuses

Les tumeurs osseuses Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Les tumeurs osseuses LE SARCOME D EWING Auteurs L OSTEOSARCOME Dr Perrine MAREC-BERARD Tous droits réservés. Reproduction interdite.

Plus en détail

Cancer de la thyroïde

Cancer de la thyroïde LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE ALD 30 Tumeur maligne, affection maligne du tissu lymphatique ou hématopoïétique Cancer de la thyroïde Actualisation juillet 2011 Ce document est

Plus en détail

II.5. l inflammation protumorale

II.5. l inflammation protumorale II.5. l inflammation protumorale L une de ses missions est de favoriser la reconstruction des tissus lésés. Les macrophages sécrètent des : enzymes MMP Facteurs de croissance EGF Cet aspect de l inflammation

Plus en détail

Les dispositifs médicaux de diagnostic in vitro SPLIT 06/11/06

Les dispositifs médicaux de diagnostic in vitro SPLIT 06/11/06 Les dispositifs médicaux de diagnostic in vitro Directive européenne 98/79/CE du 27/10/98 relative aux DMDIV OBJECTIFS Directive dite «Nouvelle approche» - Harmonisation des réglementations nationales

Plus en détail

Les tumeurs osseuses. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. Une information de la Ligue suisse contre le cancer

Les tumeurs osseuses. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. Une information de la Ligue suisse contre le cancer Les tumeurs osseuses Causes Symptômes Diagnostic Traitement Pronostic Une information de la Ligue suisse contre le cancer Les tumeurs osseuses lent chondrosarcomes. Une des formes de cancer osseux, composé

Plus en détail

Montréal, 24 mars 2015. David Levine Président et chef de la direction DL Strategic Consulting. DL Consulting Strategies in Healthcare

Montréal, 24 mars 2015. David Levine Président et chef de la direction DL Strategic Consulting. DL Consulting Strategies in Healthcare Montréal, 24 mars 2015 David Levine Président et chef de la direction DL Strategic Consulting 1 RSSPQ, 2013 2 MÉDECINE INDIVIDUALISÉE Médecine personnalisée Médecine de précision Biomarqueurs Génomique

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

Dosages à réactifs marqués

Dosages à réactifs marqués Dosages à réactifs marqués Principe = réaction Ag-Ac un des deux réactifs (Ag ou Ac) est marqué par un traceur Différentes méthodes selon que le traceur est radioactif (RIA), enzymatique (EIA) ou luminescent

Plus en détail

Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage dans le vin (OIV-Oeno 427-2010)

Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage dans le vin (OIV-Oeno 427-2010) Méthode OIV- -MA-AS315-23 Type de méthode : critères Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage (OIV-Oeno 427-2010) 1 Définitions des

Plus en détail

SECRELUX. 100 U poudre et solvant pour solution injectable. Information aux patients Notice

SECRELUX. 100 U poudre et solvant pour solution injectable. Information aux patients Notice SECRELUX 100 U poudre et solvant pour solution injectable Information aux patients Notice SECRELUX Nom du médicament SECRELUX Substance active : penta chlorhydrate de sécrétine Statut réglementaire Sur

Plus en détail

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques IMMUNOLOGIE La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T Informations scientifiques L infection par le VIH entraîne des réactions immunitaires de l organisme qui se traduisent par la production

Plus en détail

Troubles thyroïdiens

Troubles thyroïdiens Troubles thyroïdiens L hypothyroïdie L hyperthyroïdie Nodules thyroïdiens Goitre exophtalmique ou maladie de Graves ou de Basedow ou thyréotoxicose Thyroïdite chronique d Hashimoto Cancer de la glande

Plus en détail

Cholestérol. Précautions de prélèvement. Valeurs usuelles. Clinique. Cholestérol total. HDL-cholestérol. LDL-cholestérol. Hypocholestérolémies

Cholestérol. Précautions de prélèvement. Valeurs usuelles. Clinique. Cholestérol total. HDL-cholestérol. LDL-cholestérol. Hypocholestérolémies Cholestérol 89 Cholestérol L hypercholestérolémie est un facteur de risque d athérosclérose comme l ont établi de grandes enquêtes épidémiologiques. Dans le sang, le cholestérol est transporté par des

Plus en détail

Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013

Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013 Sélectionner les propositions exactes Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013 QCM 1 La plupart des techniques de biologie moléculaire repose sur le principe de complémentarité

Plus en détail

STRATÉGIE DE DIAGNOSTIC PRÉCOCE DU MÉLANOME RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE

STRATÉGIE DE DIAGNOSTIC PRÉCOCE DU MÉLANOME RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE STRATÉGIE DE DIAGNOSTIC PRÉCOCE DU MÉLANOME RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE Service évaluation médico-économique et santé publique Octobre 2006 SYNTHÈSE ET PERSPECTIVES État de la question Le mélanome

Plus en détail

Diagnostic des tuméfactions et des masses cervicales et salivaires

Diagnostic des tuméfactions et des masses cervicales et salivaires Diagnostic des tuméfactions et des masses cervicales et salivaires Diagnostics nombreux +++ Nécessité d un examen ORL complet à la recherche d une porte d entée ORL Chirurgien ORL et cervicofacial Examen

Plus en détail

CONFERENCE DE CONSENSUS : PRISE EN CHARGE DES CANCERS THYROÏDIENS DIFFERENCIES DE SOUCHE VESICULAIRE

CONFERENCE DE CONSENSUS : PRISE EN CHARGE DES CANCERS THYROÏDIENS DIFFERENCIES DE SOUCHE VESICULAIRE CONFERENCE DE CONSENSUS : PRISE EN CHARGE DES CANCERS THYROÏDIENS DIFFERENCIES DE SOUCHE VESICULAIRE Pourquoi un consensus français sur la prise en charge des cancers thyroïdiens? La prise en charge des

Plus en détail

Biomarqueurs en Cancérologie

Biomarqueurs en Cancérologie Biomarqueurs en Cancérologie Définition, détermination, usage Biomarqueurs et Cancer: définition Anomalie(s) quantitative(s) ou qualitative(s) Indicative(s) ou caractéristique(s) d un cancer ou de certaines

Plus en détail

Cancer du sein. Du CA15-3 à la tomographie à émission de positons.

Cancer du sein. Du CA15-3 à la tomographie à émission de positons. Cancer du sein. Du CA15-3 à la tomographie à émission de positons. Un taux de récidive de 30% dans les dix premières années chez des patientes en rémission complète après un traitement curatif, requiert

Plus en détail

Directeurs de laboratoires d analyses médicales. Modification de la liste des actes de biologie médicale pris en charge par l Assurance Maladie

Directeurs de laboratoires d analyses médicales. Modification de la liste des actes de biologie médicale pris en charge par l Assurance Maladie Directeurs de laboratoires d analyses médicales Décisions UNCAM du 9 juin et du 6 juillet 2009 Modification de la liste des actes de biologie médicale pris en charge par l Assurance Maladie Référence :

Plus en détail

Qu est-ce qu un sarcome?

Qu est-ce qu un sarcome? Qu est-ce qu un sarcome? Qu est-ce qu une tumeur? Une tumeur est une prolifération anormale de cellules. Les tumeurs ne devraient donc pas automatiquement être associées à un cancer. Certaines tumeurs

Plus en détail

www.gbo.com/bioscience 1 Culture Cellulaire Microplaques 2 HTS- 3 Immunologie/ HLA 4 Microbiologie/ Bactériologie Containers 5 Tubes/ 6 Pipetage

www.gbo.com/bioscience 1 Culture Cellulaire Microplaques 2 HTS- 3 Immunologie/ HLA 4 Microbiologie/ Bactériologie Containers 5 Tubes/ 6 Pipetage 2 HTS 3 Immunologie / Immunologie Informations Techniques 3 I 2 ELISA 96 Puits 3 I 4 ELISA 96 Puits en Barrettes 3 I 6 en Barrettes de 8 Puits 3 I 7 en Barrettes de 12 Puits 3 I 8 en Barrettes de 16 Puits

Plus en détail

LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE)

LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE) LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE) Docteur Laurianne Jolissaint (CHU Jean Mingoz, Besancon), Docteur Bruno Buecher, (Institut Curie, Paris), & Comité de Rédaction du site web de la Fédération Francophone

Plus en détail

Fiche : CARACTERISATION CYTOGENETIQUE ET MOLECULAIRE DES LEUCEMIES PROLYMPHOCYTAIRES B. Coordonnateurs : F Nguyen Khac, E Chapiro

Fiche : CARACTERISATION CYTOGENETIQUE ET MOLECULAIRE DES LEUCEMIES PROLYMPHOCYTAIRES B. Coordonnateurs : F Nguyen Khac, E Chapiro 1 Fiche : CARACTERISATION CYTOGENETIQUE ET MOLECULAIRE DES LEUCEMIES PROLYMPHOCYTAIRES B Coordonnateurs : F Nguyen Khac, E Chapiro CONTEXTE La leucémie prolymphocytaire B (LPL B) est une pathologie rare,

Plus en détail

cancer de la thyroïde

cancer de la thyroïde sur le cancer de la thyroïde Coordonnatrice : Pr Laurence Leenhardt (Paris) Ce guide a été réalisé avec le soutien institutionnel de sur le cancer de la thyroïde Sommaire Éditorial...3 Le cancer de la

Plus en détail

Erythropoïèse : Cellules souches, morphologie, compartiments, régulation

Erythropoïèse : Cellules souches, morphologie, compartiments, régulation Erythropoïèse : Cellules souches, morphologie, compartiments, régulation Document revu par Christian Binet, novembre 2009 L érythropoïèse est l'ensemble des mécanismes qui concourent à la formation des

Plus en détail

DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE

DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE Le présent livret a été rédigé à l attention des patients et de leurs familles. Il ne doit pas remplacer les conseils d un spécialiste en immunologie. 1 Egalement Disponible

Plus en détail

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICE 1 PAGE 406 : EXPERIENCES A INTERPRETER Question : rôles respectifs du thymus et de la moelle osseuse dans la production des lymphocytes.

Plus en détail

leucémie lymphoïde chronique

leucémie lymphoïde chronique la leucémie lymphoïde chronique S.Taoussi, M.T. Abad Service hématologie, EHS ELCC Blida Ce travail a été réalisé au laboratoire hématologie du CAC Blida avec le soutien du CMNG et du laboratoire de recherche

Plus en détail

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale ARN du virus de l hépatite C : ARN-VHC ARN-VHC 03VHC1 Novembre 2003 Edité : mars 2006 Annales ARN-VHC 03VHC1 1 / 8 ARN-VHC 03VHC1

Plus en détail

Fiche de présentation

Fiche de présentation Fiche de présentation Classe : 1 ère ou Terminale Enseignement : Chimie-biochimie-sciences du vivant THEME du programme : 3 Sous-thème : 3.2 Les systèmes vivants utilisent deux grandes voies de communication

Plus en détail

Cancers des sinus et des fosses nasales

Cancers des sinus et des fosses nasales Chapitre 8 Cancers des sinus et des fosses nasales Les cancers du cavum, sinus et glandes salivaires sont des tumeurs rares selon la définition du REFCOR. Les cancers des sinus de la face représentent

Plus en détail

Leucémie. Causes, Facteurs de risques

Leucémie. Causes, Facteurs de risques Leucémie La leucémie ou cancer du sang ou leucose aiguë des organes hématopoïétiques(sang, rate, ganglions, moelle osseuse) est un type de cancer qui entraîne la fabrication par l organisme d un trop grand

Plus en détail

ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER

ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER Dr Michael Hummelsberger, Pr Jean-Gabriel Fuzibet, Service de Médecine Interne, Hôpital l Archet, CHU Nice 1. ANEMIE L étiologie de l anémie

Plus en détail

ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE

ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Service maladies infectieuses dans la population générale ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Situation au 31 décembre ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Ce

Plus en détail

Les traitements des cancers de la thyroïde

Les traitements des cancers de la thyroïde JUILLET 2013 Les traitements des cancers de la thyroïde COLLECTION GUIDES PATIENTS LA THYROÏDE LE CHOIX DES TRAITEMENTS LA CHIRURGIE LE TRAITEMENT À L IODE RADIOACTIF LE TRAITEMENT HORMONAL LA RADIOTHÉRAPIE

Plus en détail

L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest

L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest Cancers, Individu id & Société L état des lieux d un pari Le Rapport Cordier 1 Biomarqueurs prédictifs 2 L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest Cancers, Individu & Société

Plus en détail

Insulinothérapie et diabète de type 1

Insulinothérapie et diabète de type 1 Insulinothérapie et diabète de type 1 Introduction: la molécule d insuline L instauration de l insulinothérapie Dispositif d administration de l insuline Les propriétés de l insuline Insuline et schémas

Plus en détail

Nodules thyroïdiens à cytologie indéterminée Prise en charge et perspectives

Nodules thyroïdiens à cytologie indéterminée Prise en charge et perspectives Nodules thyroïdiens à cytologie indéterminée Prise en charge et perspectives Cécile Ghander Unité Thyroïde Tumeurs Endocrines Institut d Endocrinologie Maladies Métaboliques et Médecine Interne 28/06/2014

Plus en détail

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique Jean-Marie BOHER, PhD, Institut Paoli-Calmettes, Marseille Novembre 2011 Typologie

Plus en détail

Estimation de l incidence du cancer de la thyroïde en Corse 1998-2006

Estimation de l incidence du cancer de la thyroïde en Corse 1998-2006 Maladies chroniques et traumatismes Estimation de l incidence du cancer de la thyroïde en Corse 1998-2006 Sommaire Abréviations 2 Résumé 3 1. Contexte et objectifs 4 1.1 La situation en Corse 4 1.2 Les

Plus en détail

L'exploration biologique dans le diagnostic et la surveillance des maladies de la glande thyroïde. Archived. sous la direction de.

L'exploration biologique dans le diagnostic et la surveillance des maladies de la glande thyroïde. Archived. sous la direction de. L'exploration biologique dans le diagnostic et la surveillance des maladies de la glande thyroïde sous la direction de Pierre Carayon et du comité de rédaction formé de Bernard Conte-Devolx, Pierre-Jean

Plus en détail

Le principe de la TEP

Le principe de la TEP couplée TDM Le principe de la TEP C est un atome contenant un positon supplémentaire, libéré dans l organisme lors de la désintégration.il se désintègre selon une radioactivité beta+ Lorsque le positron

Plus en détail

CORRELATION RADIO-ANATOMIQUE DANS LE CARCINOME HEPATOCELLULAIRE TRAITE PAR TRANSPLANTATION HEPATIQUE : IMPACT SUR LA RECIDIVE

CORRELATION RADIO-ANATOMIQUE DANS LE CARCINOME HEPATOCELLULAIRE TRAITE PAR TRANSPLANTATION HEPATIQUE : IMPACT SUR LA RECIDIVE CORRELATION RADIO-ANATOMIQUE DANS LE CARCINOME HEPATOCELLULAIRE TRAITE PAR TRANSPLANTATION HEPATIQUE : IMPACT SUR LA RECIDIVE L. Lecoq, J. Gendre, N. Sturm, C. Letoublon, MN. Hilleret, JP. Zarski, V. Leroy

Plus en détail

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Février 2013 1 Liste de contrôle des essais de non-infériorité N o Liste de contrôle (les clients peuvent se servir de cette

Plus en détail

Maladie de Hodgkin ou lymphome de Hodgkin

Maladie de Hodgkin ou lymphome de Hodgkin Maladie de Hodgkin ou lymphome de Hodgkin Ce que vous devez savoir Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca MALADIE DE HODGKIN Ce que vous devez savoir Même si vous entendez parler du

Plus en détail

PLACE DES DOSAGES DES APOLIPOPROTEINES A1 ET B

PLACE DES DOSAGES DES APOLIPOPROTEINES A1 ET B PLACE DES DOSAGES DES APOLIPOPROTEINES A1 ET B DANS LE BILAN LIPIDIQUE TEXTE COURT SEPTEMBRE 2008 Service évaluation des actes professionnels 2 avenue du Stade de France 93218 Saint-Denis La Plaine CEDEX

Plus en détail

UE2 CANCEROLOGIE Place de la Médecine Nucléaire

UE2 CANCEROLOGIE Place de la Médecine Nucléaire UE2 CANCEROLOGIE Place de la Médecine Nucléaire Imagerie Imagerie de Gamma Caméra Tomographie d émission monophotoniqueou TEMP: radiopharmaceutiqueémetteurs de rayonnement Gamma Imagerie de Caméra TEP

Plus en détail

P R E F A C E Agence du Médicament Bioforma

P R E F A C E Agence du Médicament Bioforma Le présent fascicule concerne la onzième opération de Contrôle Nationale en immunoanalyse, organisée en juin 1994 sous l autorité de l Agence du Médicament par convention avec Bioforma. A l orée d une

Plus en détail

Les tests génétiques à des fins médicales

Les tests génétiques à des fins médicales Les tests génétiques à des fins médicales Les tests génétiques à des fins médicales Nous avons tous hérité d une combinaison unique de gènes de la part de nos parents. Cette constitution originale et l

Plus en détail

Prévenir... les cancers chez l homme

Prévenir... les cancers chez l homme Prévenir... les cancers chez l homme 18 De près ou de loin, le cancer nous concerne tous Qu est-ce que le cancer? U n cancer (ou néoplasie ou tumeur maligne) est une maladie liée à une multiplication anarchique

Plus en détail

Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments. Avis 2 23 Octobre 2012

Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments. Avis 2 23 Octobre 2012 Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments Avis 2 23 Octobre 2012 Titre I : Nom du médicament, DCI, forme pharmaceutique, dosage, présentation HUMIRA (DCI : Adalimumab

Plus en détail

Leçons de Base de Contrôle de Qualité au Laboratoire

Leçons de Base de Contrôle de Qualité au Laboratoire Bio-Rad Laboratories C o n t r ô l e d e Q u a l i t é Leçons de Base de Contrôle de Qualité au Laboratoire Cahier de Travail de CQ Leçons de Base de Contrôle de Qualité au Laboratoire Ecrit par Greg Cooper,

Plus en détail

Le dépistage du cancer de la prostate. une décision qui VOUS appartient!

Le dépistage du cancer de la prostate. une décision qui VOUS appartient! Le dépistage du cancer de la prostate une décision qui VOUS appartient! Il existe un test de dépistage du cancer de la prostate depuis plusieurs années. Ce test, appelé dosage de l antigène prostatique

Plus en détail

Les microarrays: technologie pour interroger le génome

Les microarrays: technologie pour interroger le génome Les microarrays: technologie pour interroger le génome Patrick DESCOMBES patrick.descombes@frontiers-in-genetics.org Plate forme génomique NCCR Frontiers in Genetics Université de Genève http://genomics.frontiers-in-genetics.org

Plus en détail

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer de la prostate

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer de la prostate G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge du cancer de la prostate Juin 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer

Plus en détail

La cytométrie de flux

La cytométrie de flux TD5 La cytométrie de flux Air sous-pression Signal de formation des gouttes Signal de charge des gouttes Cellules en suspension Liquide de Gaine Vibrateur Ultrason Dˇtecteur de Lumi re Arrt du Faisceau

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 10 octobre 2001 VIRAFERONPEG 50 µg 80 µg 100 µg 120 µg 150 µg, poudre et solvant pour solution injectable B/1 B/4 Laboratoires SCHERING PLOUGH Peginterféron

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

Qu est-ce que le cancer?

Qu est-ce que le cancer? Qu est-ce que le cancer? Pierre-Hugues Fortier Oto-Rhino-Laryngologie Oncologie Cervico-Faciale 3 avril 2012 Le cancer Au Québec 100 nouveaux cas par jour 50 morts par jour A travers le monde 1 nouveau

Plus en détail

Recommandations 2005. Prise en charge des patients adultes atteints d un mélanome cutané MO

Recommandations 2005. Prise en charge des patients adultes atteints d un mélanome cutané MO Recommandations 2005 Prise en charge des patients adultes atteints d un mélanome cutané MO Recommandations pour la Pratique Clinique : Standards, Options et Recommandations 2005 pour la prise en charge

Plus en détail

Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde

Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde 1 ETSL Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde TP 1 GABIN-GAUTHIER 13/11/2009 I. LA MALADIE... 2 II. TECHNIQUES QUALITATIVES... 2 1. PRINCIPE... 2 2. MODE OPERATOIRE... 3 2.1. WRST ou Waaler Rose

Plus en détail

avec atteinte ganglionnaire

avec atteinte ganglionnaire Le mélanome avec atteinte ganglionnaire Comprendre La maladie et son traitement Le mélanome avec atteinte ganglionnaire Mieux comprendre votre maladie, pour mieux vivre avec Conseil scientifique en dermatologie

Plus en détail

Lymphome non hodgkinien

Lymphome non hodgkinien Lymphome non hodgkinien Ce que vous devez savoir Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca LYMPHOME NON HODGKINIEN Ce que vous devez savoir Même si vous entendez parler du cancer presque

Plus en détail

Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés

Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés - décembre 2009 - CARCINOMES BASOCELLULAIRES La chirurgie : traitement de référence et de 1 ère intention Classification clinique et histologique

Plus en détail

La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002.

La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002. Le diagnostic de la tuberculose bovine La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002. 1. Tuberculination Dans la première phase d une infection de tuberculose bovine (Mycobacterium

Plus en détail

Cancers - Pronostics à long terme Une expertise collective de l Inserm

Cancers - Pronostics à long terme Une expertise collective de l Inserm Paris, le 19 avril 2006 Dossier de presse Cancers - Pronostics à long terme Une expertise collective de l Inserm En 2000, d après les estimations issues des registres, le nombre de nouveaux cas de cancer

Plus en détail

THYROGLOBULIN. Précaution

THYROGLOBULIN. Précaution THYROGLOBULIN 33860 Précaution Avertissement Utilisation Généralités Pour les Etats-Unis uniquement, la loi fédérale restreint ce produit à la vente et à la distribution par ou sur l ordre d un médecin,

Plus en détail

F.Benabadji Alger 22.11.13

F.Benabadji Alger 22.11.13 F.Benabadji Alger 22.11.13 ALLERGIE DANS LE MONDE 4ÉME RANG MONDIAL (OMS) PROBLÈME DE SANTÉ PUBLIQUE LES CAUSES Notre environnement (industriel, technologique, scientifique et climatique) * Allergènes

Plus en détail

Marc DELPECH. CORATA La Rochelle le 21 mai 2008

Marc DELPECH. CORATA La Rochelle le 21 mai 2008 Marc DELPECH CORATA La Rochelle le 21 mai 2008 En 24 ans les progrès ont été considérables Premières utilisation des techniques de génétique moléculaire en diagnostic : 1984 Une palette de techniques très

Plus en détail

Les anomalies du système respiratoire humain S B I 3 U

Les anomalies du système respiratoire humain S B I 3 U Les anomalies du système respiratoire humain S B I 3 U Les amygdales Les amygdales: 2 organes situés dans le pharynx à l arrière de la gorge qui ont pour fonctions d empêcher l intrusion bactérienne. Amygdalite:

Plus en détail

5.5.5 Exemple d un essai immunologique

5.5.5 Exemple d un essai immunologique 5.5.5 Exemple d un essai immunologique Test de grossesse Test en forme de bâtonnet destiné à mettre en évidence l'hormone spécifique de la grossesse, la gonadotrophine chorionique humaine (hcg), une glycoprotéine.

Plus en détail

EVALUATION DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ ANALYSE MÉDICO-ÉCONOMIQUE. Efficacité et efficience des hypolipémiants Une analyse centrée sur les statines

EVALUATION DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ ANALYSE MÉDICO-ÉCONOMIQUE. Efficacité et efficience des hypolipémiants Une analyse centrée sur les statines EVALUATION DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ ANALYSE MÉDICO-ÉCONOMIQUE Efficacité et efficience des hypolipémiants Une analyse centrée sur les statines Juillet 2010 Mise à jour Septembre 2010 1 Le rapport complet

Plus en détail

Cancer du sein in situ

Cancer du sein in situ traitements et soins octobre 2009 recommandations professionnelles Cancer du sein COLLECTION recommandations & référentiels Recommandations de prise en charge spécialisée Carcinome canalaire et carcinome

Plus en détail

SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT. Fev 2013 New England Journal of Medecine

SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT. Fev 2013 New England Journal of Medecine SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT Fev 2013 New England Journal of Medecine Définition Courbure latérale de la colonne vertébrale d au moins 10 sur une radiographie du rachis dans le plan frontal en

Plus en détail

Imagerie des tumeurs endocrines Le point de vue de l imagerie moléculaire

Imagerie des tumeurs endocrines Le point de vue de l imagerie moléculaire 4ème Journée inter-régionale RENATEN Centre / Poitou-Charente Imagerie des tumeurs endocrines Le point de vue de l imagerie moléculaire Maria João Santiago-Ribeiro CHRU Tours Université François Rabelais

Plus en détail

V2b/MO-LAB-03 Version N 02 Mode opératoire Protocoles d explorations

V2b/MO-LAB-03 Version N 02 Mode opératoire Protocoles d explorations CH - NIORT Laboratoire de biologie V2b/MO-LAB-03 Version N 02 Mode opératoire Protocoles d explorations I OBJET : Ce mode opératoire décrit les différentes étapes à suivre pour réaliser les prélèvements

Plus en détail

Les masses surrénaliennes, dont la prévalence

Les masses surrénaliennes, dont la prévalence Les masses surrénaliennes Fréquemment détectées! Isabelle Bourdeau, MD, FRCPC Présenté dans le cadre de la conférence : L endocrinologie, Fédération des médecins omnipraticiens du Québec, avril 2006 Le

Plus en détail

ESSAIS EXPLORATOIRES (PHASE 0-2) H.MRABTI, H.ERRIHANI Service d oncologie médicale Institut national d oncologie Rabat

ESSAIS EXPLORATOIRES (PHASE 0-2) H.MRABTI, H.ERRIHANI Service d oncologie médicale Institut national d oncologie Rabat ESSAIS EXPLORATOIRES (PHASE 0-2) H.MRABTI, H.ERRIHANI Service d oncologie médicale Institut national d oncologie Rabat Etapes de développement d un médicament en oncologie Essais pré-cliniques (activité,

Plus en détail

Le dépistage des cancers

Le dépistage des cancers Le dépistage des cancers G R A N D P U B L I C Octobre 2009 Le dépistage des cancers Détecter tôt certains cancers permet de les traiter mieux, c'est-à-dire de proposer des traitements moins lourds, et

Plus en détail

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Marc DUBERNET* et Françoise GRASSET* Laboratoire DUBERNET - 9, quai d Alsace - 11100 Narbonne France 1. Objet Méthode

Plus en détail

MAB Solut. vos projets. MABLife Génopole Campus 1 5 rue Henri Desbruères 91030 Evry Cedex. www.mabsolut.com. intervient à chaque étape de

MAB Solut. vos projets. MABLife Génopole Campus 1 5 rue Henri Desbruères 91030 Evry Cedex. www.mabsolut.com. intervient à chaque étape de Mabsolut-DEF-HI:Mise en page 1 17/11/11 17:45 Page1 le département prestataire de services de MABLife de la conception à la validation MAB Solut intervient à chaque étape de vos projets Création d anticorps

Plus en détail

Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques?

Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques? Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques? L Fournier, D Balvay, CA Cuénod Service de radiologie, Hôpital Européen Georges Pompidou Laboratoire de Recherche en Imagerie, Equipe

Plus en détail

- Ostéolyse mitée du cotyle avec réaction périostée - Volumineuse masse des parties molles en regard - Nodule pulmonaire sous pleural - Respect de l

- Ostéolyse mitée du cotyle avec réaction périostée - Volumineuse masse des parties molles en regard - Nodule pulmonaire sous pleural - Respect de l Jeune homme 17 ans,douleurs de la hanche gauche, d'allure inflammatoire, évoluant depuis plusieurs mois Quels sont les éléments sémiologiques significatifs à retenir sur les examens pratiqués Meyer JB

Plus en détail