Classi cation TNM du cancer bronchique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Classi cation TNM du cancer bronchique"

Transcription

1 Revue des Maladies Respiratoires Actualités (2014) 6, Disponible en ligne sur Classi cation TNM du cancer bronchique TNM classi cation for the lung cancer J.-P. Sculier Service des soins intensifs et urgences oncologiques et oncologie thoracique, institut Jules Bordet, centre des tumeurs de l université libre de Bruxelles, 1, rue Héger-Bordet, 1000 Bruxelles, Belgique MOTS CLÉS Staging ; TNM ; Cancer bronchique ; Pronostic Résumé La classi cation TNM des cancers bronchiques a changé en 2009 sur la base d une nouvelle approche méthodologique. Les différentes modi cations et le nouveau système sont décrits avec les différents descripteurs et symboles utilisés. La nouvelle carte ganglionnaire lymphatique avec ses différentes stations et zones est présentée. Les rôles pronostiques et opérationnels sont discutés ainsi que les améliorations potentielles à apporter SPLF. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. KEYWORDS Staging; TNM; Lung cancer; Prognosis Abstract The TNM classi cation has changed in 2009 on the basis of a new methodological approach. The various modi cations and the new system are described with the different descriptors and symbols used. The new lymphatic nodes map is presented with the different stations and zones. The prognostic and operational roles are discussed as well as the potential improvements that might be proposed SPLF. Published by Elsevier Masson SAS. All rights reserved. Introduction Cet article aborde la classi cation TNM appliquée depuis 2009 (réf. UICC). Elle avait été présentée lors du Groupe d oncologie de langue française (GOLF) tenu en 2008 à Bruxelles et avait fait l objet d un premier article [1]. Nous nous baserons sur cette publication pour en présenter les changements par rapport à l édition précédente et expliquer les problèmes de l actuelle classi cation qu il conviendra de résoudre dans les prochaines versions [2]. Rappelons que le système TNM a été inventé par un Français, Pierre Denoix, à la n de la Seconde Guerre mondiale [3]. Le système décrit les tumeurs, dans une optique essentiellement chirurgicale, selon leur extension locale (T), ganglionnaire (N) et métastatique avec atteinte d autres organes (M). Il a été appliqué à l ensemble des cancers. L Union internationale contre le cancer (UICC) a créé en 1953 un comité pour la classi cation anatomique des tumeurs basées sur TNM. La première édition pour le cancer bronchique a été publiée en Nous en sommes Correspondance. Adresse e- mail : ; (Jean-Paul Sculier) SPLF. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.

2 Classi cation TNM du cancer bronchique 389 actuellement à la 7 e édition, sortie en 2009 [4]. Il convient cependant de connaître également les éditions précédentes, à savoir les 5 e et 6 e, qui sont semblables pour le cancer bronchique [2-5]. En effet, c est sur la base du système de classi cation présenté dans ces deux éditions que la plupart des études de traitement multimodal et de traitement néo-adjuvant ou adjuvant à la chirurgie ont été réalisées. L interprétation des résultats et leur extrapolation à la pratique actuelle nécessitent donc de bien se rappeler l ancienne classi cation. Jusqu à la récente classi cation, pour les tumeurs pulmonaires, les différentes propositions étaient basées sur l analyse récurrente d une série chirurgicale ancienne et unicentrique nord-américaine. Cette série ne tenait pas compte des progrès réalisés ni dans l imagerie moderne ni dans les traitements, notamment en termes de chimiothérapie d induction ou adjuvante et de radiochimiothérapie. Cette attitude a entraîné la création au sein de l IASLC (International Association for the Study of Lung Cancer) d un groupe qui s est attelé à réunir une énorme base de données en vue de modi er, de façon consensuelle et mondiale, la classi cation proposée par l équipe américaine [6]. Ce projet, fondé en 1999, est l IASLC Staging Project, qui a abouti à la classi cation actuelle of cialisée en Le comité en charge de ce projet s est structuré en plusieurs sous-comités : descripteurs T [7], descripteurs N [8], descripteurs M [9], facteurs pronostiques [10], cancers bronchiques à petites cellules [11], carte ganglionnaire [12], validation et méthodologie [13]. Depuis, le comité s intéresse également à la classi cation TNM d autres tumeurs thoraciques, notamment du mésothéliome [14] et des thymomes [15]. Classi cation TNM actuelle (7 e édition) Cette classi cation est présentée dans le tableau 1. Les points importants qu il convient de retenir concernent essentiellement le T et le M [16,17]. La taille a été prise en considération de façon plus importante qu auparavant avec des sous-classi cations pour le T1 en 2 catégories suivant que la tumeur a plus de 2 cm ou moins ; pour le T2 suivant qu elle dépasse ou non 5 cm. Les tumeurs de plus de 7 cm sont classées T3. Les nodules pulmonaires dans le même poumon que la tumeur primitive ont été classés T3 s ils sont présents dans le même lobe ou T4 s ils sont dans un autre lobe. Des changements importants ont été également apportés pour le M (métastases à distance) avec l apparition d un nouveau descripteur M1a pour les nodules tumoraux dans le poumon controlatéral ou l existence d une atteinte pleurale homo ou hétérolatérale. L atteinte péricardique est aussi considérée comme M1a. Les métastases à distance sont classées sous le descripteur M1b. Le changement des descripteurs s est associé à une nouvelle classi cation par stades reprise dans le tableau 2. Il est à noter que cette classi cation s est révélée tout à fait applicable également aux cancers bronchiques à petites cellules [11] et aux tumeurs carcinoïdes [18], ces dernières étant auparavant exclues de la classi cation TNM. Donc, toute tumeur primitive du poumon peut être caractérisée par le même stade TNM. Changements apportés par la 7 e classi cation Ceux-ci sont présentés par le tableau 3, tant en ce qui concerne les descripteurs que les stades. Les principales modi cations sont le passage de l atteinte pleurale d un stade IIIB à un stade IV M1a, le reclassement des nodules pulmonaires en stades plus précoces, le passage de tumeurs de grandes tailles (> 7 cm) en descripteur T3 et donc en stade IIIA s il y a une atteinte ganglionnaire N1. Divers symboles de la classi cation TNM Symbole c (classi cation clinique) C est le symbole habituellement utilisé pour décrire le stade d une tumeur au moment du diagnostic quand elle n a pas encore été traitée. Le terme «X» doit être mis à chacun des descripteurs si la tumeur n a pas pu être évaluée le concernant. Symbole p (classi cation pathologique) Il permet de décrire le T, le N et parfois le M, lorsqu une intervention chirurgicale a été réalisée. Il s agit donc de la description après un traitement, comme l est la réponse tumorale après une chimiothérapie. Descripteur i et mol (cellules tumorales isolées) Le descripteur «i» avec un ou un «+» selon qu il est absent ou présent est utilisé pour les classi cations ganglionnaires si l on met en évidence, par des techniques histologiques de routine ou par immunohistochimie, des petits îlots de cellules néoplasiques de moins de 0,2 mm dans leurs plus grandes dimensions. Si l on a dû recourir à des analyses moléculaires pour mettre en évidence ces cellules, on utilisera le symbole «mol». Symbole de tumeur résiduelle R Après l intervention chirurgicale, on peut classer la tumeur par le symbole «R» avec un «X» si l on n a pas pu évaluer l extension tumorale résiduelle, «0» s il n existe pas de résidus tumoraux, «1» s il y a un résidu tumoral microscopique et «2» s il est macroscopique. Symbole d invasion de la plèvre viscérale PL Il sera étiqueté «0» s il n y a pas d atteinte de la plèvre viscérale, «1» si l on constate une extension au-delà de la membrane élastique, «2» si la tumeur atteint la surface pleurale, «3» si elle atteint la plèvre pariétale [19]. Descripteur de tumeurs multiples S il y a plusieurs tumeurs primitives, on fera suivre le «T» d un «(m)» ou d un nombre indiquant le nombre de tumeurs primaires. Pour le «T», il conviendra d utiliser le descripteur le plus élevé de la tumeur la plus importante.

3 390 J.-P. Sculier Tableau 1 Classi cation TNM proposée par l IASLC. T Tumeur primitive TX : Tumeur ne peut être évaluée ou est démontrée par la présence de cellules malignes dans les expectorations ou un lavage bronchique sans visualisation de la tumeur par des examens endoscopiques ou d imagerie T0 : Pas d évidence de tumeur primitive Tis : Carcinome in situ T1 : Tumeur de 3 cm ou moins dans sa plus grande dimension, entourée par le poumon ou la plèvre viscérale, sans évidence bronchoscopique d invasion plus proximale que la bronchique lobaire (c est-à-dire pas la bronche souche) T1a : Tumeur de 2 cm ou moins dans sa plus grande dimension ; T1b : Tumeur de plus de 2 cm sans dépasser 3 cm dans sa plus grande dimension. T2 : Tumeur de plus de 3 cm sans dépasser 7 cm dans sa plus grande dimension ou présentant une des caractéristiques suivantes* : atteinte de la bonche de la bronche souche à 2 cm ou plus de la carène ; invasion de la plèvre viscérale ; présence d une atélectasie ou d une pneumopathie obstructive s étendant à la région hilaire sans atteindre l ensemble du poumon. T2a : Tumeur de plus de 3 cm sans dépasser 5 cm dans sa plus grande dimension ; T2b : Tumeur de plus de 5 cm sans dépasser 7 cm dans sa plus grande dimension. *Les tumeurs avec ces caractéristiques sont classées T2a si leur dimension est de 5 cm ou moins T3 : Tumeur de plus de 7 cm ; ou envahissant directement une des structures suivantes : la paroi thoracique (y compris la tumeur de Pancoast), le diaphragme, le nerf phrénique, la plèvre médiastinale, pleurale ou pariétale ou le péricarde ; ou une tumeur dans la bronche souche à moins de 2 cm de la carène sans l envahir ; ou associée à une atélectasie ou une pneumopathie obstructive du poumon entier ; ou présence d un nodule tumoral distinct dans le même lobe T4 : Tumeur de toute taille envahissant directement une des structures suivantes : médiastin, cœur, grands vaisseaux, trachée, nerf laryngé récurrent, œsophage, corps vertébral, carène ; ou présence d un nodule tumoral distinct dans un autre lobe du poumon atteint N Ganglions lymphatiques régionaux NX : Les ganglions ne peuvent pas être évalués N0 : Pas de métastase ganglionnaire lymphatique régionale N1 : Métastase dans les ganglions lymphatiques intrapulmonaires, péribronchiques et/ou hilaires ipsilatéraux, y compris par envahissement direct N2 : Métastase dans les ganglions lymphatiques médiastinaux ipsilatéraux et/ou sous-carinaires N3 : Métastase dans les ganglions lymphatiques médiastinaux controlatéraux, hilaires controlatéraux, scalènes ou sousclaviculaires ipsilatéraux ou controlatéraux M Métastase à distance MX : Les métastases à distance n ont pas pu être évaluées M0 : Absence de métastase à distance M1 : Métastase à distance : M1a : Nodule(s) tumoral(tumoraux) distinct(s) dans un lobe controlatéral ; tumeur avec nodules pleuraux ou épanchement pleural (ou péricardique) malin ; M1b : Métastase à distance.

4 Classi cation TNM du cancer bronchique 391 Descripteurs utilisés au cours des traitements multimodaux Le «y» va être utilisé lorsque l on refait le TNM après un traitement d induction chimiothérapique ou radiochimiothérapique Tableau 2 7 e édition. La classi cation par stades dans la Cancer occulte TX N0 M0 Stade 0 Tis N0 M0 Stade IA T1a,b N0 M0 Stade IB T2a N0 M0 Stage IIA T1a,b N1 M0 T2a N1 M0 T2b N0 M0 Stade IIB T2b N1 M0 T3 N0 M0 Stade IIIA T1, T2 N2 M0 T3 N1, N2 M0 T4 N0, N1 M0 Stade IIIB T4 N2 M Tout T N3 M0 Stade IV Tout T Tout N M1 avant l intervention chirurgicale. On écrira «yc» pour le staging préopératoire. Après l intervention chirurgicale, le TNM sera indiqué «yp». Symbole à la rechute On recourra au symbole «r» pour les tumeurs récidivantes précédant le TNM. Symbole à l autopsie C est un «a» qu il conviendra de mettre avant le TNM. Autres descripteurs Ils sont rarement utilisés en oncologie thoracique. On a le descripteur «L» pour une invasion lymphatique, avec «0» pour l absence d invasion lymphatique et «1» pour invasion lymphatique ; «V» pour une invasion veineuse avec «0» pour l absence d invasion, «1» pour une atteinte microscopique et «2» pour une atteinte macroscopique ; «Pn» pour une invasion périnerveuse avec un «0» pour une absence d invasion et «1» pour la présence d une invasion. Si ces différents paramètres n ont pas pu être évalués, on met un «X». Carte ganglionnaire L IASLC Lung Cancer Staging Project a proposé une nouvelle carte pour la classi cation ganglionnaire des tumeurs pulmonaires. Jusqu à présent, il n y avait pas de consensus et la stadi cation ganglionnaire dépendait de la carte de l American Thoracic Society (ATS) dite aussi «carte de Mountain-Dresler» [20] ou de la classi cation japonaise proposée par Naruke [21]. Celle-ci était largement utilisée en Europe bien qu il n y eût pas de Tableau 3 Changements apportés dans la 7 e édition (indiqués en gras) pour le regroupement TNM par stade. Descripteur T/M (6 e édition) Changement T/M apporté N0 N1 N2 N3 T1 ( 2 cm) T1a IA IIA IIIA IIIB T1 (> 2-3 cm) T1b IA IIA IIIA IIIB T2 ( 3-5 cm) T2a IB IIA IIIA IIIB T2 (> 5-7 cm) T2b IIA IIB IIIA IIIB T2 ( 7 cm) T3 IIB IIIA IIIA IIIB T3 par invasion IIB IIIA IIIA IIIB T4 (nodule même lobe) IIB IIIA IIIA IIIB T4 par extension T4 IIIA IIIA IIIB IIIB M1 (nodule pulmonaire ipsilatéral) IIIA IIIA IIIB IIIB T4 (atteinte pleurale) M1a IV IV IV IV M1 (nodule pulmonaire controlatéral) IV IV IV IV M1 (métastase à distance) M1b IV IV IV IV

5 392 J.-P. Sculier traduction originale de sa description initiale. Le comité de l IASLC est arrivé à un accord entre les différents partenaires, essentiellement les chirurgiens américains, européens et japonais, pour proposer une nouvelle carte ganglionnaire consensuelle qui devra être validée [12]. Celle-ci est présentée sur la gure 1 avec les différentes aires ganglionnaires, au nombre de quatorze. Cette carte n est pas facilement applicable pour les décisions de radiothérapie. Aussi a-t-on dé ni des zones regroupant certaines aires ganglionnaires : sus-claviculaire, supérieure, aortico-pulmonaire, sous-carinaire, inférieure, hilaire/interlobaire et périphérique. Des études de validation doivent être réalisées pour déterminer la justesse de la proposition du comité. Pronostic Une classi cation idéale devrait être à la fois pronostique et opérationnelle. Par «pronostique», on entend l impact que les facteurs étudiés ont sur la mortalité et la survie avant que tout traitement ne soit administré. Un facteur prédictif permet de déterminer quel traitement peut être donné. Souvent, les deux sont associés ainsi pour la classi cation TNM, où les stades clinique et pathologique sont à la fois pronostiques et prédictifs [10,22]. Par «opérationnelle», on entend une classi cation qui permet de déterminer le choix du traitement. Pour le cancer bronchique, le traitement s est compliqué au cours des dernières décennies. De simplement chirurgical, il est devenu multimodal pour les stades locorégionaux avec des traitements d induction suivis d une radiochimiotérapie ou avec une radiochimiothérapie d emblée. Des indications de chimiothérapie adjuvante existent pour les stades locaux un peu plus avancés. En n, en ce qui concerne les stades avancés, la chimiothérapie ou les traitements biologiques (thérapies ciblées comme les inhibiteurs de la tyrosine kinase) sont indiqués mais ils n ont pas de rôle curatif même s ils améliorent la survie. Le stade TNM aide dans la décision mais d autres facteurs Figure 1. Carte ganglionnaire lymphatique, repris avec permission de Rusch et collègues [12]

6 Classi cation TNM du cancer bronchique 393 Tableau 4 Résumé des facteurs pronostiques pour le cancer bronchique identi és par niveau de preuve par l IASLC Staging Project. Variable CBNPC CBPC Stade clinique Indice de performance* +++ ( IIB seulement) +++ Âge ++ ( IIIB seulement) ++ Sexe masculin + ++ Épithélioma épidermoïde + (IIIA seulement) NA SUVmax à la TEP + NA Calcémie + Albuminémie + + Natrémie + + Leucocytose + Hémoglobinémie et +++ : facteurs présents dans tous les modèles ++ : facteurs signi catifs en PRA et modèles de Cox + : facteurs signi catifs en modèles de Cox (ou dans une méta-analyse pour le SUVmax) + = facteurs biologiques signi catifs en modèles de Cox ne prenant pas en compte les autres variables biologiques NA : non applicable * : mesuré par l échelle OMS (ou Zubrod ou ECOG) : maladies avancées (stades IIIB/IV) doivent être pris en compte. Pour la 7 e édition, les facteurs pronostiques avaient été étudiés sur la banque de données de l IASLC. Il y avait été proposé certains facteurs résumés dans le tableau 4, qui ont un rôle pronostique important, à savoir le stade clinique, l indice de performance, l âge, le sexe, et, dans certains cas, le type histologique, le SUVmax à la TEP et certains paramètres biologiques [23,24]. Tout ceci devrait être revu avec des données prospectives beaucoup plus complètes qui devraient être disponibles pour la classi cation suivante. De plus, depuis, sont apparues une série d anomalies moléculaires signi catives qu il conviendra de prendre en considération tant pour le pronostic que pour la décision thérapeutique [25]. Cependant, le rôle de ces facteurs, jusqu à présent, ne se limite qu au stade avancé, dont les traitements avec les thérapies ciblées contre ces anomalies n ont pas d impact encore curatif. Il faudrait également développer des modèles pronostiques prenant en considération les différentes variables indépendantes identi ées. Perspectives L IASLC Staging Project a évolué en Staging and Prognostic Committee de l IASLC. Ce comité a lancé une étude prospective visant à recueillir, pour la prochaine révision du TNM, des données concernant les différents descripteurs T, N et M [26]. Cette étude devrait comprendre plusieurs milliers de cas et couvre les différents continents. La 8 e édition du TNM est prévue pour mi Les manuscrits doivent être terminés pour le début de cette année. Les principaux problèmes auxquels le comité s attèle pour cette nouvelle révision concernent les différentes composantes TNM [27]. Pour le T, la valeur pronostique de la taille exacte de la tumeur devrait être mieux circonscrite. Les descripteurs de l atteinte pleurale, de l atélectasie, de l atteinte de la paroi thoracique et de l extension dans le médiastin devraient être mieux dé nis. De même, il conviendra de déterminer la valeur pronostique associée aux différentes composantes d un même descripteur. Par exemple, quelle est la valeur d un T4, s il est dé ni par un seul descripteur ou par plusieurs? Pour le N, il convient notamment de déterminer la valeur exacte des zones, le rôle du nombre de ganglions atteints et du nombre d aires ganglionnaires atteintes. En n, pour le M, le nombre de métastases et le nombre d organes atteints devraient être mieux dé nis. Il faudrait aboutir à une classi cation tenant compte de la notion de maladie oligométastatique. De manière plus générale, il conviendrait de prendre en considération d autres paramètres que ceux purement anatomiques, comme la valeur de l atteinte en verre dépoli sur les examens radiologiques dans le cadre d un adénocarcinome de forme lépidique ou les anomalies génétiques dans les différents types histologiques comme cela a été proposé dans la nouvelle dé nition ERS/IASLC/ATS de l adénocarcinome pulmonaire [25].

7 394 J.-P. Sculier Liens d intérêts L auteur a déclaré n avoir aucun lien d intérêts pour cet article. Références [1] Sculier JP. La nouvelle classi cation TNM du cancer bronchique. Rev Mal Respir 2008;25:3S40-7. [2] Mountain CF. Revisions in the international system for staging lung cancer [see comments]. Chest 1997;111: [3] Denoix PF. Enquête permanente dans les centres anticancéreux. Bull Inst Natl Hyg 1946;1:70-5. [4] UICC. TNM Classi cation of Malignant Tumours. Oxford: Wiley- Blackwell; [5] Mountain CF. A new international staging system for lung cancer. Chest 1986r;89:225S-33S. [6] Goldstraw P, Crowley J, On behalf of the IASLC International Staging Project. The International Association for the Study of Lung Cancer international staging project on lung cancer. J Thorac Oncol 2006;1: [7] Rami-Porta R, Ball D, Crowley J, Giroux DJ, Jett J, Travis WD, et al. The IASLC Lung Cancer Staging Project: Proposals for the revision of the T descriptors in the forthcoming (seventh) edition of the TNM classi cation for lung cancer. J Thorac Oncol 2007;2: [8] Rusch VW, Crowley J, Giroux DJ, Goldstraw P, Im JG, Tsuboi M, et al. The IASLC Lung Cancer Staging Project: Proposals for the revision of the N descriptors in the forthcoming (seventh) edition of the TNM classi cation for lung cancer. J Thorac Oncol 2007;2: [9] Postmus PE, Brambilla E, Chansky K, Crowley J, Goldstraw P, Patz EF, Jr., et al. The IASLC Lung Cancer Staging Project: Proposals for revision of the M descriptors in the forthcoming (seventh) edition of the TNM classi cation of lung cancer. J Thorac Oncol 2007;2: [10] Sculier JP, Chansky K, Crowley JJ, Van Meerbeeck J., Goldstraw P. The impact of additional prognostic factors on survival and their relationship with the anatomical extent of disease expressed by the 6 th edition of the TNM classi cation of malignant tumors and the proposals for the 7th edition. J Thorac Oncol 2008;3: [11] Shepherd FA, Crowley J, Van Houtte P, Postmus PE, Carney D, Chansky K, et al. The International Association for the Study of Lung Cancer lung cancer staging project: Proposals regarding the clinical staging of small cell lung cancer in the forthcoming (seventh) edition of the tumor, node, metastasis classi cation for lung cancer. J Thorac Oncol 2007;2: [12] Rusch VW, Asamura H, Watanabe H, Giroux DJ, Rami-Porta R, Goldstraw P. The IASLC lung cancer staging project: A proposal for a new international lymph node map in the forthcoming seventh edition of the TNM classi cation for lung cancer. J Thorac Oncol 2009;4: [13] Groome PA, Bolejack V, Crowley JJ, Kennedy C, Krasnik M, Sobin LH, et al. The IASLC Lung Cancer Staging Project: Validation of the proposals for revision of the T, N, and M descriptors and consequent stage groupings in the forthcoming (seventh) edition of the TNM classi cation of malignant tumours. J Thorac Oncol 2007;2: [14] Rusch VW, Giroux D, Kennedy C, Ruf ni E, Cangir AK, Rice D, et al. Initial analysis of the international association for the study of lung cancer mesothelioma database. J Thorac Oncol 2012;7: [15] Detterbeck FC, Asamura H, Crowley J, Falkson C, Giaccone G, Giroux D, et al. The IASLC/ITMIG thymic malignancies staging project: Development of a stage classi cation for thymic malignancies. J Thorac Oncol 2013;8: [16] Goldstraw P, Crowley J, Chansky K, Giroux DJ, Groome PA, Rami-Porta R, et al. The IASLC Lung Cancer Staging Project: Proposals for the revision of the TNM stage groupings in the forthcoming (seventh) edition of the TNM classi cation of malignant tumours. J Thorac Oncol 2007;2: [17] Goldstraw P. IASLC Staging Handbook in Thoracic Oncology. Orange Park: Rx Press; [18] Travis WD, Giroux DJ, Chansky K, Crowley J, Asamura H, Brambilla E, et al. The IASLC Lung Cancer Staging Project: Proposals for the inclusion of broncho-pulmonary carcinoid tumors in the forthcoming (seventh) edition of the TNM classi cation for lung cancer. J Thorac Oncol 2008;3: [19] Travis WD, Brambilla E, Rami-Porta R, Vallieres E, Tsuboi M, Rusch V, et al. Visceral pleural invasion: pathologic criteria and use of elastic stains: Proposal for the 7th edition of the TNM classi cation for lung cancer. J Thorac Oncol 2008;3: [20] Mountain CF, Dresler CM. Regional lymph node classi cation for lung cancer staging. Chest 1997;111: [21] Naruke T, Suemasu K, Ishikawa S. Lymph node mapping and curability at various levels of metastasis in resected lung cancer. J Thorac Cardiovasc Surg 1978;76: [22] Chansky K, Sculier JP, Crowley JJ, Giroux D, Van MJ, Goldstraw P. The International Association for the Study of Lung Cancer Staging Project: Prognostic factors and pathologic TNM stage in surgically managed non-small cell lung cancer. J Thorac Oncol 2009;4: [23] Berghmans T, Dusart M, Paesmans M, Hossein-Foucher C, Buvat I, Castaigne C, et al. Primary tumor standardized uptake value (SUVmax) measured on uorodeoxyglucose positron emission tomography (FDG-PET) is of prognostic value for survival in non-small cell lung cancer (NSCLC): A systematic review and meta-analysis (MA) by the European Lung Cancer Working Party for the IASLC Lung Cancer Staging Project. J Thorac Oncol 2008;3:6-12. [24] Paesmans M, Berghmans T, Dusart M, Garcia C, Hossein-Foucher C, La tte JJ, et al. Primary tumor standardized uptake value measured on uorodeoxyglucose positron emission tomography is of prognostic value for survival in non-small cell lung cancer: Update of a systematic review and meta-analysis by the European Lung Cancer Working Party for the International Association for the Study of Lung Cancer Staging Project. J Thorac Oncol 2010;5: [25] Travis WD, Brambilla E, Noguchi M, Nicholson AG, Geisinger KR, Yatabe Y, et al. International Association for the Study of Lung Cancer/american thoracic society/european respiratory society international multidisciplinary classi cation of lung adenocarcinoma. J Thorac Oncol 2011;6: [26] Giroux DJ, Rami-Porta R, Chansky K, Crowley JJ, Groome PA, Postmus PE, et al. The IASLC Lung Cancer Staging Project: Data elements for the prospective project. J Thorac Oncol 2009;4: [27] Rami-Porta R, Goldstraw P. Strength and weakness of the new TNM classi cation for lung cancer. Eur Respir J 2010;36:237-9.

La nouvelle classification TNM en pratique

La nouvelle classification TNM en pratique La nouvelle classification TNM en pratique Thierry Berghmans Département des Soins Intensifs et Oncologie Thoracique Institut Jules Bordet Bruxelles, Belgique Bases historiques 1946 : Denoix invente le

Plus en détail

Les différents types de cancers et leurs stades. Dr Richard V Oncologie MédicaleM RHMS Baudour et Erasme La Hulpe 1/12/07

Les différents types de cancers et leurs stades. Dr Richard V Oncologie MédicaleM RHMS Baudour et Erasme La Hulpe 1/12/07 Les différents types de cancers et leurs stades Dr Richard V Oncologie MédicaleM RHMS Baudour et Erasme La Hulpe 1/12/07 CARCINOGENESE multiple steps, accumulation d altd altérations continuum lésionnel

Plus en détail

Actualités s cancérologiques : pneumologie

Actualités s cancérologiques : pneumologie Actualités s cancérologiques : pneumologie PLAN Incidence / facteurs de risque Anatomie Symptômes Types de tumeurs Diagnostic / extension Classification Traitement Pronostic Pneumologie : incidence Belgique

Plus en détail

Prise en charge des carcinomes bronchiques selon le stade: le point de vue du chirurgien 1

Prise en charge des carcinomes bronchiques selon le stade: le point de vue du chirurgien 1 Schweiz Med Wochenschr 2000;130:679 83 A. Spiliopoulos, M. de Perrot Unité de thoracique, Département de, Hôpitaux Universitaires de Genève Prise en charge des carcinomes bronchiques selon le stade: le

Plus en détail

CANCER DU POUMON ACTION-RÉACTION!

CANCER DU POUMON ACTION-RÉACTION! CANCER DU POUMON ACTION-RÉACTION! F O R M A T I O N C O N T I N U E // M me Bouchard, 65 ans, se présente à votre cabinet pour une toux sèche et persistante depuis un mois avec une légère dyspnée. Elle

Plus en détail

Quelle valeur donner au diagnostic anatomopathologique préopératoire du cancer bronchopulmonaire?

Quelle valeur donner au diagnostic anatomopathologique préopératoire du cancer bronchopulmonaire? Quelle valeur donner au diagnostic anatomopathologique préopératoire du cancer bronchopulmonaire? Olivier Aze 1 *, Nicolas Venissac 1, Daniel Pop 1, Charlotte Cohen 1, Paul Hofman 2, Jérome Mouroux 1 RÉSUMÉ

Plus en détail

Patho Med Cours 5. Maladie Pulmonaires Obstructives BPCO Asthme

Patho Med Cours 5. Maladie Pulmonaires Obstructives BPCO Asthme Patho Med Cours 5 Maladie Pulmonaires Obstructives BPCO Asthme BPCO: B: Broncho ( Bronche) P: Pneumopathie C: Chronique O: Obstructive Asthme Maladies avec des spasmes bronchiques Maladies avec des spasmes

Plus en détail

Cancers des sinus et des fosses nasales

Cancers des sinus et des fosses nasales Chapitre 8 Cancers des sinus et des fosses nasales Les cancers du cavum, sinus et glandes salivaires sont des tumeurs rares selon la définition du REFCOR. Les cancers des sinus de la face représentent

Plus en détail

Coordinateur scientifique: Prof. Univ. Dr. Emil PLEŞEA. Doctorant: Camelia MICU (DEMETRIAN)

Coordinateur scientifique: Prof. Univ. Dr. Emil PLEŞEA. Doctorant: Camelia MICU (DEMETRIAN) UNIVERSITÉ DE MÉDECINE ET PHARMACIE DE CRAIOVA FACULTÉ DE MÉDECINE CONTRIBUTIONS A L'ÉTUDE CLINIQUE ET MORPHOLOGIQUE DES CANCERS DU POUMON Coordinateur scientifique: Prof. Univ. Dr. Emil PLEŞEA Doctorant:

Plus en détail

Recommandations 2005. Prise en charge des patients adultes atteints d un mélanome cutané MO

Recommandations 2005. Prise en charge des patients adultes atteints d un mélanome cutané MO Recommandations 2005 Prise en charge des patients adultes atteints d un mélanome cutané MO Recommandations pour la Pratique Clinique : Standards, Options et Recommandations 2005 pour la prise en charge

Plus en détail

Métastase unique d un NPC: Une question singulière? Jean Louis Pujol - Xavier Quantin Mohammad Chakra Fabrice Barlési

Métastase unique d un NPC: Une question singulière? Jean Louis Pujol - Xavier Quantin Mohammad Chakra Fabrice Barlési Métastase unique d un NPC: Une question singulière? Jean Louis Pujol - Xavier Quantin Mohammad Chakra Fabrice Barlési Deux grandes questions Cette modalité de présentation, requiert elle une prise en charge

Plus en détail

Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire

Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire Diplôme Universitaire Corrélations anatomo-physio-pathologiques en imagerie thoracique 25 mai 2011 Imagerie TEP et pathologie tumorale bronchique Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire Détection en coincidence

Plus en détail

Le principe de la TEP

Le principe de la TEP couplée TDM Le principe de la TEP C est un atome contenant un positon supplémentaire, libéré dans l organisme lors de la désintégration.il se désintègre selon une radioactivité beta+ Lorsque le positron

Plus en détail

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris Cancer du rectum France : 15000 décès/an : 1ère cause. Pronostic souvent réservé Métastases

Plus en détail

Radiologie Interven/onnelle sur les nodules pulmonaires. J. Palussière, X. Buy Département imagerie

Radiologie Interven/onnelle sur les nodules pulmonaires. J. Palussière, X. Buy Département imagerie Radiologie Interven/onnelle sur les nodules pulmonaires J. Palussière, X. Buy Département imagerie Radiofréquence Interac*on courant électro- magné*que ma*ère agita*on ionique chaleur Coagula*on Nécrose

Plus en détail

Dépistage du cancer du poumon:

Dépistage du cancer du poumon: Dépistage du cancer du poumon: les enjeux Colloque de l Escalade Genève, 5 décembre 2012 Thierry Rochat, Service de Pneumologie, HUG Le cancer bronchique c est déprimant Lors du diagnostic du ca bronchique

Plus en détail

Cancers de l hypopharynx

Cancers de l hypopharynx Cancers de l hypopharynx A- GENERALITES 1) Epidémiologie Cancer fréquent et de pronostic grave du fait de son évolution insidieuse et de son caractère lymphophile. C est quasiment toujours un carcinome

Plus en détail

Dr Bertrand Michy Département de Pneumologie CHU de Nancy 25 octobre 2013

Dr Bertrand Michy Département de Pneumologie CHU de Nancy 25 octobre 2013 Dr Bertrand Michy Département de Pneumologie CHU de Nancy 25 octobre 2013 Conflits d intérêts Aucun Introduction Constat : CB = Moins de motivation des pneumologues à obtenir le sevrage tabagique (versus

Plus en détail

Le traitement chirurgical du cancer bronchique non à petites cellules

Le traitement chirurgical du cancer bronchique non à petites cellules Série «considérations chirurgicales pour le pneumologue» Coordonnée par V. Ninane et G. Decker Le traitement chirurgical du cancer bronchique non à petites cellules P. de Leyn 1, G. Decker 1, 2 1 Hôpital

Plus en détail

Chirurgie de la paroi thoracique Chirurgie des tumeurs médiastinales Pr. Marco Alifano

Chirurgie de la paroi thoracique Chirurgie des tumeurs médiastinales Pr. Marco Alifano Chirurgie de la paroi thoracique Chirurgie des tumeurs médiastinales Pr. Marco Alifano Hôpitaux Universitaires Paris Centre Traumatisme Deformités de la paroi thoracique antérieure 1. Pectus excavatum

Plus en détail

Le cancer du poumon 2/18/2015. Radio-oncologue CSSS Gatineau. Stéphanie Ferland B.pharm, MD, MSc, FRCPC

Le cancer du poumon 2/18/2015. Radio-oncologue CSSS Gatineau. Stéphanie Ferland B.pharm, MD, MSc, FRCPC Objectifs Le cancer du poumon Stéphanie Ferland B.pharm, MD, MSc, FRCPC Radio-oncologue CSSS Gatineau Décrire le rôle de la thérapie générale en ce qui concerne les traitements néoadjuvants, adjuvants

Plus en détail

INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive. Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper

INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive. Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper Pourquoi proposer un TTT adjuvant? Probabilité de survie à 10 ans en fonction

Plus en détail

Le cancer dans le canton de Fribourg

Le cancer dans le canton de Fribourg Le cancer dans le canton de Fribourg Le cancer du poumon dans le canton de Fribourg, analyses statistiques réalisées sur la base des données récoltées par le Registre fribourgeois des tumeurs depuis début

Plus en détail

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer Information importante pour les personnes atteintes d un cancer du poumon non à petites cellules de stade avancé Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic

Plus en détail

Traitements néoadjuvants des cancers du rectum. Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse

Traitements néoadjuvants des cancers du rectum. Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse Traitements néoadjuvants des cancers du rectum Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse Journées Francophones d Hépato-gastroentérologie et d Oncologie Digestive 2010 CONFLITS D INTÉRÊT Pas de conflit d intérêt

Plus en détail

IRM du Cancer du Rectum

IRM du Cancer du Rectum IRM du Cancer du Rectum quels CHOIX TECHNIQUES pour quels OBJECTIFS THERAPEUTIQUES? Frank Boudghène, T. Andre, A. Stivalet, I. Frey, L. Paslaru, V. Ganthier, M. Tassart Hopital Tenon - Université Paris

Plus en détail

RÉSUMÉ ABSTRACT. chirurgie thoracique

RÉSUMÉ ABSTRACT. chirurgie thoracique Évolution de la prise en charge chirurgicale des cancers pulmonaires en France : lobectomie mini-invasive versus lobectomie par thoracotomie d après la base de données nationale Epithor Sophie Guinard,

Plus en détail

Chirurgie Pulmonaire après pancréatectomie pour métastases du rein

Chirurgie Pulmonaire après pancréatectomie pour métastases du rein Chirurgie Pulmonaire après pancréatectomie pour métastases du rein Jalal Assouad, MD, Pascal Berna, MD, Boriana Petkova, MD, Duc Nhat Minh Pham, MD, Emmanuel Brian, MD, Marc Riquet, MD, PhD Service de

Plus en détail

De la chirurgie du nodule aux ganglions

De la chirurgie du nodule aux ganglions De la chirurgie du nodule aux ganglions Docteur Xavier CARRAT Institut Bergonié Clinique Saint Augustin Chirurgie des lésions bénignes de la thyroïde problématique opératoire «simple» avec indication portée

Plus en détail

Cancers du larynx : diagnostic, principes de traitement (145a) Professeur Emile REYT Novembre 2003 (Mise à jour Mars 2005)

Cancers du larynx : diagnostic, principes de traitement (145a) Professeur Emile REYT Novembre 2003 (Mise à jour Mars 2005) Cancers du larynx : diagnostic, principes de traitement (145a) Professeur Emile REYT Novembre 2003 (Mise à jour Mars 2005) Pré-Requis : Anatomie du larynx Physiologie de la phonation et de la déglutition

Plus en détail

Les grands syndromes. Endoscopie trachéo-bronchique. Professeur D. ANTHOINE CHU de NANCY

Les grands syndromes. Endoscopie trachéo-bronchique. Professeur D. ANTHOINE CHU de NANCY Les grands syndromes Endoscopie trachéo-bronchique Professeur D. ANTHOINE CHU de NANCY 1 Endoscopie souple avec pince et brosse (fibroscopie) 2 Endoscopie Arbre bronchique normal Bifurcation trachéobronchique

Plus en détail

Université Pierre et Marie Curie. Cancérologie. Niveau DCEM3 2002-2003. Service de radiothérapie - Professeur Baillet

Université Pierre et Marie Curie. Cancérologie. Niveau DCEM3 2002-2003. Service de radiothérapie - Professeur Baillet Université Pierre et Marie Curie Cancérologie Niveau DCEM3 2002-2003 Service de radiothérapie - Professeur Baillet Mise à jour : 5 octobre 2015 2/298 Cancérologie - Service de radiothérapie - Pr. Baillet

Plus en détail

Cancer du poumon. Comprendre le diagnostic. Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca

Cancer du poumon. Comprendre le diagnostic. Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca Cancer du poumon Comprendre le diagnostic Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca Cancer du poumon Comprendre le diagnostic Vous venez d apprendre que vous avez un cancer Une telle nouvelle

Plus en détail

Introduction. Lésion pulmonaire dite suspecte en l absence l nignité:

Introduction. Lésion pulmonaire dite suspecte en l absence l nignité: Comparaison entre scanner et morphotep dans l él évaluation du stade TNM d une d lésion l pulmonaire suspecte S Ciprian-Corby (1), L Meyer-Bisch (1), MA Muller (2), P Olivier (2), A Bertrand (2), D Régent

Plus en détail

VOLUMES-CIBLES Cancer Bronchique Non-à-Petites Cellules

VOLUMES-CIBLES Cancer Bronchique Non-à-Petites Cellules VOLUMES-CIBLES Cancer Bronchique Non-à-Petites Cellules Philippe GIRAUD, Nicolas POUREL, Vincent SERVOIS Romainville, le 29 septembre 2011 1 Radiothérapie et cancer du poumon La dosimétrie des cancers

Plus en détail

STRATÉGIE DE DIAGNOSTIC PRÉCOCE DU MÉLANOME RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE

STRATÉGIE DE DIAGNOSTIC PRÉCOCE DU MÉLANOME RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE STRATÉGIE DE DIAGNOSTIC PRÉCOCE DU MÉLANOME RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE Service évaluation médico-économique et santé publique Octobre 2006 SYNTHÈSE ET PERSPECTIVES État de la question Le mélanome

Plus en détail

LE JOURNAL DURÉSEAU CANCER DE L UNIVERSITÉ LIBRE DE BRUXELLES

LE JOURNAL DURÉSEAU CANCER DE L UNIVERSITÉ LIBRE DE BRUXELLES N 15 TRIMESTRIEL JANVIER-FÉVRIER-MARS 2010 BELGIQUE/BELGIË PP/PB B-714 Bureau de dépôt Bruxelles X Brussel LE JOURNAL DURÉSEAU CANCER DE L UNIVERSITÉ LIBRE DE BRUXELLES Éditeur responsable: Harry Bleiberg,

Plus en détail

Prise en charge chirurgicale et chimiothérapie néoadjuvante des cancers de l ovaire stade III-IV

Prise en charge chirurgicale et chimiothérapie néoadjuvante des cancers de l ovaire stade III-IV Prise en charge chirurgicale et chimiothérapie néoadjuvante des cancers de l ovaire stade III-IV JM. Classe, R. Rouzier, O.Glehen, P.Meeus, L.Gladieff, JM. Bereder, F Lécuru Population concernée par la

Plus en détail

Pemetrexed, pionnier de la chimiothérapie histoguidée. Dr Olivier CASTELNAU Institut Arnault TZANCK ST Laurent du Var

Pemetrexed, pionnier de la chimiothérapie histoguidée. Dr Olivier CASTELNAU Institut Arnault TZANCK ST Laurent du Var Pemetrexed, pionnier de la chimiothérapie histoguidée Dr Olivier CASTELNAU Institut Arnault TZANCK ST Laurent du Var SFPO Octobre 2009 EPIDEMIOLOGIE Incidence : 1.35 M par an dans le monde (12,4%) 28 000

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES TUMEURS MALIGNES NASOSINUSIENNES. H. ELUECQUE, ACC, Service d ORL et CCF, CHU de Nancy

PRISE EN CHARGE DES TUMEURS MALIGNES NASOSINUSIENNES. H. ELUECQUE, ACC, Service d ORL et CCF, CHU de Nancy PRISE EN CHARGE DES TUMEURS MALIGNES NASOSINUSIENNES H. ELUECQUE, ACC, Service d ORL et CCF, CHU de Nancy GENERALITES Endoscopie et Imagerie double (IRM et TDM) = éléments clés du diagnostic Chirurgie

Plus en détail

Les tumeurs épithéliales communes représentent au gré des statistiques plus de 80 % des tumeurs de l ovaire.

Les tumeurs épithéliales communes représentent au gré des statistiques plus de 80 % des tumeurs de l ovaire. Mots-clés : Indications thérapeutiques des tumeurs épithéliales de l'ovaire (153b) Professeur Michel BOLLA, Docteur François RINGEISEN Août 2003 (Mise à jour Février 2005) Tumeurs de l ovaire. 1. Introduction

Plus en détail

IMAGERIE EN CANCEROLOGIE

IMAGERIE EN CANCEROLOGIE IMAGERIE EN CANCEROLOGIE Méthodes Diagnostiques et Thérapeutiques récentes Frank Boudghene Hopital Tenon - Université Paris 6 FEDERATION D IMAGERIE DU CANCER Nouveautés en IRM IRM Morphologique : Matériel

Plus en détail

Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction

Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction Nader Khaouam MD Laurie Archambault 28 mars 2014 Présentation du cas H - 20 ans, monteur et soudeur d acier Aucun antécédent X 2

Plus en détail

SMSTO / ANMTEPH Journées d Automne 2009

SMSTO / ANMTEPH Journées d Automne 2009 SMSTO / ANMTEPH Journées d Automne 2009 Cancers professionnels des cavités nasales et sinusiennes Dr Dominique Tripodi Centre Hospitalier Universitaire de Nantes Place Alexis Ricordeau - 44093 Nantes Cedex

Plus en détail

Cancer et dyspnée: comment peut-on soulager? Dr Lise Tremblay 10 mai 2010

Cancer et dyspnée: comment peut-on soulager? Dr Lise Tremblay 10 mai 2010 Cancer et dyspnée: comment peut-on soulager? Dr Lise Tremblay 10 mai 2010 Objectifs Comprendre la physiopathologie de la dyspnée Connaître les traitements disponibles pour soulager la dyspnée Définir la

Plus en détail

iuropaisches Patentamt iuropean Patent Office )ffice européen des brevets y Numéro de publication: J 4Z/ bjj Al S) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN

iuropaisches Patentamt iuropean Patent Office )ffice européen des brevets y Numéro de publication: J 4Z/ bjj Al S) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN iuropaisches Patentamt iuropean Patent Office )ffice européen des brevets y Numéro de publication: J 4Z/ bjj Al S) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN jj) Numéro de dépôt: 90403174.7 Int. Cl.5: A61 K 37/66 g) Date

Plus en détail

Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET

Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET Prothèse totale de hanche sur tumeur PROTH THESE E TOTALE T E DE HANH ANCHE E SUR TUMEUR Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET Le squelette de la hanche (os iliaque péri-acétabulaire et extrémité

Plus en détail

ARTICLE IN PRESS. G. Cadelis a,, S. Kaddah a, B. Bhakkan b, M. Quellery b, J. Deloumeaux b ARTICLE ORIGINAL

ARTICLE IN PRESS. G. Cadelis a,, S. Kaddah a, B. Bhakkan b, M. Quellery b, J. Deloumeaux b ARTICLE ORIGINAL Revue des Maladies Respiratoires (2013) xxx, xxx xxx Disponible en ligne sur www.sciencedirect.com ARTICLE ORIGINAL Épidémiologie et incidence du cancer bronchique primitif dans une région à faible consommation

Plus en détail

Cancer broncho-pulmonaire du sujet âgé. Mathilde Gisselbrecht Capacité de gériatrie- Février 2009

Cancer broncho-pulmonaire du sujet âgé. Mathilde Gisselbrecht Capacité de gériatrie- Février 2009 Cancer broncho-pulmonaire du sujet âgé Mathilde Gisselbrecht Capacité de gériatrie- Février 2009 Généralités Cancer bronchique primitif = cancer le plus fréquent en incidence dans le monde Incidence en

Plus en détail

Tumeurs osseuses de l enfantl

Tumeurs osseuses de l enfantl Tumeurs osseuses de l enfantl Enseignement interrégional DES de PédiatrieP Auvergne Rhône Alpes Etienne Merlin Clermont-Ferrand 14 mars 2008 14-15 15 mars 2008 E Merlin DES pediatrie Clermont Ferrand 1

Plus en détail

Pascal Thomas, pour la Société Française de Chirurgie Thoracique et Cardio-Vasculaire.

Pascal Thomas, pour la Société Française de Chirurgie Thoracique et Cardio-Vasculaire. e-mémoires de l'académie Nationale de Chirurgie, 2009, 8 (1) : 36-40 36 Recommandations de la Société Française de Chirurgie Thoracique et Cardio-Vasculaire de pratiques chirurgicales dans le traitement

Plus en détail

Cancer du sein in situ

Cancer du sein in situ traitements et soins octobre 2009 recommandations professionnelles Cancer du sein COLLECTION recommandations & référentiels Recommandations de prise en charge spécialisée Carcinome canalaire et carcinome

Plus en détail

TUMEURS DU BAS APPAREIL URINAIRE

TUMEURS DU BAS APPAREIL URINAIRE 1 Plan de cours I - TUMEURS PRIMITIVES DE LA VESSIE c1 - Tumeurs papillaires non infiltrantes c2 - Tumeurs papillaires infiltrantes c3 - Carcinome in-situ en muqueuse plane D - Pronostic : II - TUMEURS

Plus en détail

Les tumeurs osseuses

Les tumeurs osseuses Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Les tumeurs osseuses LE SARCOME D EWING Auteurs L OSTEOSARCOME Dr Perrine MAREC-BERARD Tous droits réservés. Reproduction interdite.

Plus en détail

Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés

Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés - décembre 2009 - CARCINOMES BASOCELLULAIRES La chirurgie : traitement de référence et de 1 ère intention Classification clinique et histologique

Plus en détail

LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE)

LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE) LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE) Docteur Laurianne Jolissaint (CHU Jean Mingoz, Besancon), Docteur Bruno Buecher, (Institut Curie, Paris), & Comité de Rédaction du site web de la Fédération Francophone

Plus en détail

Transgene : revue du portefeuille de produits, de l activité et des perspectives stratégiques

Transgene : revue du portefeuille de produits, de l activité et des perspectives stratégiques Transgene : revue du portefeuille de produits, de l activité et des perspectives stratégiques Parc d Innovation d Illkirch, France, le 22 mars 2010 Transgene S.A. (Euronext Paris: FR0005175080) présente

Plus en détail

Thérapies ciblées : comment déterminer la cible? Myriam Remmelink, MD, PhD Service d Anatomie Pathologique, Bruxelles

Thérapies ciblées : comment déterminer la cible? Myriam Remmelink, MD, PhD Service d Anatomie Pathologique, Bruxelles Thérapies ciblées : comment déterminer la cible? Myriam Remmelink, MD, PhD Service d Anatomie Pathologique, Bruxelles Introduction Le cancer du poumon est le responsable majeur du décès par cancer 1.4

Plus en détail

onnels se mobilisent Les réalisés dans épidémiologie Dans le sur les ORL :

onnels se mobilisent Les réalisés dans épidémiologie Dans le sur les ORL : Communiqué de presse 15/ /09/2015 «Prendre le Cancer à la gorge» «Make Sense» : Pour la 3 ème année, les professiop onnels se mobilisent pour la semainee européenne duu dépistage et de la préventionn des

Plus en détail

APPAREIL RESPIRATOIRE. Département d anatomie Faculté de Médecine René Descartes Université Paris 5

APPAREIL RESPIRATOIRE. Département d anatomie Faculté de Médecine René Descartes Université Paris 5 Vie végétativev APPAREIL RESPIRATOIRE Département d anatomie Faculté de Médecine René Descartes Université Paris 5 APPAREIL RESPIRATOIRE Voies de conduction aérienne: supérieures : Fosses nasales - Olfaction

Plus en détail

Bilan d extension locale d une tumeur rectale. François Jausset, Radiologie Brabois Adultes

Bilan d extension locale d une tumeur rectale. François Jausset, Radiologie Brabois Adultes Bilan d extension locale d une tumeur rectale François Jausset, Radiologie Brabois Adultes Introduction - Déterminer l extension locale précise d une tumeur rectale est un enjeu majeur pour le radiologue

Plus en détail

Qu est-ce qu un sarcome?

Qu est-ce qu un sarcome? Qu est-ce qu un sarcome? Qu est-ce qu une tumeur? Une tumeur est une prolifération anormale de cellules. Les tumeurs ne devraient donc pas automatiquement être associées à un cancer. Certaines tumeurs

Plus en détail

Cancers - Pronostics à long terme Une expertise collective de l Inserm

Cancers - Pronostics à long terme Une expertise collective de l Inserm Paris, le 19 avril 2006 Dossier de presse Cancers - Pronostics à long terme Une expertise collective de l Inserm En 2000, d après les estimations issues des registres, le nombre de nouveaux cas de cancer

Plus en détail

Rapport sur les nouveaux médicaments brevetés Iressa

Rapport sur les nouveaux médicaments brevetés Iressa Rapport sur les nouveaux médicaments brevetés Iressa Au titre de son initiative de transparence, le CEPMB publie les résultats des examens des prix des nouveaux médicaments brevetés effectués par les membres

Plus en détail

ALK et cancers broncho-pulmonaires. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse

ALK et cancers broncho-pulmonaires. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse ALK et cancers broncho-pulmonaires Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse Toulouse, le 19 Février 2013 Adénocarcinomes : Lung Cancer Mutation Consortium Identification

Plus en détail

Qu est-ce que le cancer de l œsophage?

Qu est-ce que le cancer de l œsophage? Cancer de l œsophage Qu est-ce que le cancer de l œsophage? Laissez-nous vous expliquer. www.fondsanticancer.org www.esmo.org ESMO/FAC Patient Guide Series basés sur les recommandations de pratique clinique

Plus en détail

Epidémiologie et stratégie de prise en charge des métastases cérébrales. Henri Roché, Institut Claudius Regaud

Epidémiologie et stratégie de prise en charge des métastases cérébrales. Henri Roché, Institut Claudius Regaud Epidémiologie et stratégie de prise en charge des métastases cérébrales Henri Roché, Institut Claudius Regaud Toulouse, 9 février 2012 Histoire naturelle Les cancers en cause Les éléments de stratégie

Plus en détail

NAVELBINE voie orale

NAVELBINE voie orale DENOMINATION DU MEDICAMENT & FORME PHARMACEUTIQUE NAVELBINE voie orale CARACTERISTIQUES Dénomination commune : vinorelbine Composition qualitative et quantitative : Statut : A.M.M. A.T.U. Classe ATC :

Plus en détail

CHIRURGIE DU COLON DOCUMENT D INFORMATION DU PATIENT

CHIRURGIE DU COLON DOCUMENT D INFORMATION DU PATIENT CHIRURGIE DU COLON DOCUMENT D INFORMATION DU PATIENT Ce document contient des informations générales au sujet de l intervention qui est programmée chez vous. Discutez des informations fournies avec votre

Plus en détail

Evaluation péri-opératoire de la tolérance à l effort chez le patient cancéreux. Anne FREYNET Masseur-kinésithérapeute CHU Bordeaux

Evaluation péri-opératoire de la tolérance à l effort chez le patient cancéreux. Anne FREYNET Masseur-kinésithérapeute CHU Bordeaux Evaluation péri-opératoire de la tolérance à l effort chez le patient cancéreux Anne FREYNET Masseur-kinésithérapeute CHU Bordeaux Je déclare n avoir aucun conflit d intérêt en lien avec cette présentation

Plus en détail

Utilisation des Facteurs de Croissance Hématopoïètiquestiques en Oncologie

Utilisation des Facteurs de Croissance Hématopoïètiquestiques en Oncologie Utilisation des Facteurs de Croissance Hématopoïètiquestiques en Oncologie Médicale R.Sai, K.Bouzid Service d Oncologie d Médicale, M E.H.S Centre P & M Curie, Alger introduction Chimiothérapie anti-canc

Plus en détail

Maladie de Hodgkin ou lymphome de Hodgkin

Maladie de Hodgkin ou lymphome de Hodgkin Maladie de Hodgkin ou lymphome de Hodgkin Ce que vous devez savoir Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca MALADIE DE HODGKIN Ce que vous devez savoir Même si vous entendez parler du

Plus en détail

Item 145 : Tumeurs malignes de l'oro-pharynx.

Item 145 : Tumeurs malignes de l'oro-pharynx. Item 145 : Tumeurs malignes de l'oro-pharynx. OBJECTIFS savoir diagnostiquer une tumeur de l oropharynx apprécier les signes de gravité et les facteurs pronostiques l'étudiant doit connaître les stratégies

Plus en détail

- Ostéolyse mitée du cotyle avec réaction périostée - Volumineuse masse des parties molles en regard - Nodule pulmonaire sous pleural - Respect de l

- Ostéolyse mitée du cotyle avec réaction périostée - Volumineuse masse des parties molles en regard - Nodule pulmonaire sous pleural - Respect de l Jeune homme 17 ans,douleurs de la hanche gauche, d'allure inflammatoire, évoluant depuis plusieurs mois Quels sont les éléments sémiologiques significatifs à retenir sur les examens pratiqués Meyer JB

Plus en détail

First Line and Maintenance in Nonsquamous NSCLC: What Do the Data Tell Us?

First Line and Maintenance in Nonsquamous NSCLC: What Do the Data Tell Us? Dr Jean-Charles Soria : Bonjour et bienvenue dans ce programme. Je suis Jean Charles Soria, Professeur de Médecine et Directeur du programme de développement précoce des médicaments à l université Paris

Plus en détail

CHIMIOTHERAPIE DES CANCERS DU POUMON DES SUJETS AGES

CHIMIOTHERAPIE DES CANCERS DU POUMON DES SUJETS AGES CHIMIOTHERAPIE DES CANCERS DU POUMON DES SUJETS AGES 1 EPIDEMIOLOGIE 28 000 nouveaux cas/an 4ème rang des cancers Sex ratio 6,1 Mortalité > 27 000/an Âge médian H 67 ans, F 68 ans 2 1 Taux annuel ajusté

Plus en détail

Les anomalies du système respiratoire humain S B I 3 U

Les anomalies du système respiratoire humain S B I 3 U Les anomalies du système respiratoire humain S B I 3 U Les amygdales Les amygdales: 2 organes situés dans le pharynx à l arrière de la gorge qui ont pour fonctions d empêcher l intrusion bactérienne. Amygdalite:

Plus en détail

Le cancer des glandes surrénales Corticosurrénalome

Le cancer des glandes surrénales Corticosurrénalome Le cancer des glandes surrénales Corticosurrénalome Vous avez appris que vous avez un cancer des glandes surrénales. Cette fiche vous aidera à mieux comprendre la maladie et les traitements possibles.

Plus en détail

Table Ronde N 7 : Evaluation au remboursement des anticancéreux : méthodologie, relation entre quantité d effet et besoin thérapeutique

Table Ronde N 7 : Evaluation au remboursement des anticancéreux : méthodologie, relation entre quantité d effet et besoin thérapeutique Table Ronde N 7 : Evaluation au remboursement des anticancéreux : méthodologie, relation entre quantité d effet et besoin thérapeutique 1 Qu entend on par évaluation au remboursement? L évaluation est

Plus en détail

Des doses de pazopanib allant jusqu à 2000 mg ont été évaluées dans les études cliniques sans toxicité dose limitante.

Des doses de pazopanib allant jusqu à 2000 mg ont été évaluées dans les études cliniques sans toxicité dose limitante. 4.9 Surdosage Des doses de pazopanib allant jusqu à 2000 mg ont été évaluées dans les études cliniques sans toxicité dose limitante. Il n existe pas d antidote spécifique à un surdosage par pazopanib,

Plus en détail

LES PRESENTATIONS DE GUSTAVE ROUSSY AU 49 ème CONGRES DE L ASCO

LES PRESENTATIONS DE GUSTAVE ROUSSY AU 49 ème CONGRES DE L ASCO Communiqué de presse Villejuif, jeudi 30 mai 2013 49 ème congrès de l American Society of Clinical Oncology (ASCO, Chicago, USA, 31 mai 4 juin 2013) LES PRESENTATIONS DE GUSTAVE ROUSSY AU 49 ème CONGRES

Plus en détail

Cancer des os. Ce que vous devez savoir. Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca

Cancer des os. Ce que vous devez savoir. Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca Cancer des os Ce que vous devez savoir Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca CANCER DES OS Ce que vous devez savoir Même si vous entendez parler du cancer presque tous les jours, vous

Plus en détail

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Ce guide des définitions des

Plus en détail

Angiogénèse et cancers gynécologique

Angiogénèse et cancers gynécologique Angiogénèse et cancers gynécologique Dr Thibault de La Motte Rouge Compréhension de la biologie tumorale : les années 2000 Perte de l apoptose Auto-suffisance en signal de croissance Insensibilité aux

Plus en détail

Apport de l IRM dans le bilan préthérapeutique du cancer du rectum

Apport de l IRM dans le bilan préthérapeutique du cancer du rectum Apport de l IRM dans le bilan préthérapeutique du cancer du rectum Y MORMECHE, S SEHILI, J MORMECHE, CH CHAMMEKHI, S KHELIFI, A BACCAR, MH DAGHFOUS, A CHERIF TUNIS - TUNISIE PLAN Introduction Matériel

Plus en détail

Du sarcome d Ewing et des oscillations des progrès thérapeutiques au gré des «protocoles» de recherche.

Du sarcome d Ewing et des oscillations des progrès thérapeutiques au gré des «protocoles» de recherche. Du sarcome d Ewing et des oscillations des progrès thérapeutiques au gré des «protocoles» de recherche. Nicole Delépine www.nicoledelepine.fr Pourquoi ne pas poursuive ce protocole qui donne plus de huit

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 23 mai 2007

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 23 mai 2007 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 mai 2007 SUTENT 12,5 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 265-0) SUTENT 25 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 266-7) SUTENT 50 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 267-3)

Plus en détail

Radiothérapie conformationnelle des

Radiothérapie conformationnelle des Radiothérapie conformationnelle des cancer des sinus de la face épidémiologie 3-5 % des cancers des voies aérodigestives supérieures < 1% des cancers 1,2 Cavité nasale, sinus maxillaire, éthmoide, (sphénoide

Plus en détail

Focus. Assurances et tumeurs génitales des hommes jeunes. Unité de Recherche et Développement pour les Risques Aggravés.

Focus. Assurances et tumeurs génitales des hommes jeunes. Unité de Recherche et Développement pour les Risques Aggravés. Unité de Recherche et Développement pour les Risques Aggravés Focus Juillet 2007 Assurances et tumeurs génitales des hommes jeunes Assurances et tumeurs génitales des hommes jeunes Conception et réalisation

Plus en détail

Médecine Nucléaire - Imagerie fonctionnelle et métabolique - 2004 - vol.28 - n 11 569

Médecine Nucléaire - Imagerie fonctionnelle et métabolique - 2004 - vol.28 - n 11 569 J. Monteil, S. Verbeke, B. Melloni, F. Bertin, Th. Ducloux, J.C. Vandroux Mise au point sur l'imagerie au FDG dans les cancers bronchiques. J. Monteil 1, S. Verbeke 1, B. Melloni 2, F. Bertin 3, Th. Ducloux

Plus en détail

Journées DESC-SCVO 6 et 7 juin 2011 C. AUDOUY, BREST

Journées DESC-SCVO 6 et 7 juin 2011 C. AUDOUY, BREST Journées DESC-SCVO 6 et 7 juin 2011 C. AUDOUY, BREST Tumeurs rares. Classifications diverses: histologie, microscopie, macroscopie, immunohistochimie, radiologie. Tumeurs et lésions kystiques. 1/ Kystes

Plus en détail

Guide de bonnes pratiques en chirurgie sénologique

Guide de bonnes pratiques en chirurgie sénologique Guide de bonnes pratiques en chirurgie sénologique Pierre Lèguevaque CHU Rangueil Toulouse Intérêt de la démarche qualité: L amélioration de la qualité des pratiques professionnelles est devenue nécessaire

Plus en détail

DIRECTION QUÉBÉCOISE DE CANCÉROLOGIE. Programme de formation en ligne pour les infirmières pivots en oncologie. Devis pédagogique 2013-2014

DIRECTION QUÉBÉCOISE DE CANCÉROLOGIE. Programme de formation en ligne pour les infirmières pivots en oncologie. Devis pédagogique 2013-2014 DIRECTION QUÉBÉCOISE DE CANCÉROLOGIE Programme de formation pour les infirmières pivots en oncologie Devis pédagogique 2013-2014 Édition : La Direction des communications du ministère de la Santé et des

Plus en détail

CAS CLINIQUE 2. 2013 (juin) : patiente toujours en cours de traitement par Létrozole

CAS CLINIQUE 2. 2013 (juin) : patiente toujours en cours de traitement par Létrozole 2008 (décembre) : Patiente de 60 ans Tumorectomie plus curage CAS CLINIQUE 2 carcinome canalaire infiltrant de 2.5 cm, grade 2 RH+ (RO + 100% +++, Allred 8, RP + 80 % ++ Allred 7) Her2-, KI 67 à 18 %,

Plus en détail

REFERENTIEL DES PAYS DE LA LOIRE POUR LA PRISE EN CHARGE DES CANCERS DES VOIES AERO-DIGESTIVES SUPERIEURES

REFERENTIEL DES PAYS DE LA LOIRE POUR LA PRISE EN CHARGE DES CANCERS DES VOIES AERO-DIGESTIVES SUPERIEURES REFERENTIEL DES PAYS DE LA LOIRE POUR LA PRISE EN CHARGE DES CANCERS DES VOIES AERO-DIGESTIVES SUPERIEURES Janvier 2006 1 Ce référentiel a été révisé en présence des médecins ci-dessous : - Dr Etienne

Plus en détail

Pathologies respiratoires bénignes b. à l amiante. JC Pairon. Service de pneumologie et de pathologie professionnelle, CHI Créteil

Pathologies respiratoires bénignes b. à l amiante. JC Pairon. Service de pneumologie et de pathologie professionnelle, CHI Créteil Pathologies respiratoires bénignes b liées à l amiante JC Pairon Service de pneumologie et de pathologie professionnelle, CHI Créteil INSERM U955, Faculté de médecine Paris 12, Créteil Les types d amiante

Plus en détail

Annick.robinson@merck.com dquirion@national.ca 514 428-2890 514 843-2302

Annick.robinson@merck.com dquirion@national.ca 514 428-2890 514 843-2302 Communiqué de presse Relations avec les médias : Annick Robinson Dominique Quirion Merck NATIONAL Annick.robinson@merck.com dquirion@national.ca 514 428-2890 514 843-2302 Relations avec les investisseurs

Plus en détail

Anatomie Pathologique et Cancer. Missions, Moyens, Exemples

Anatomie Pathologique et Cancer. Missions, Moyens, Exemples Anatomie Pathologique et Cancer Missions, Moyens, Exemples DIU d Onco-Gériatrie 8 février 2012 Dr Julie Gonin et Mathilde Sibony, Hôpital Tenon Anatomie pathologique et Cancer : Missions Dépistage Diagnostic

Plus en détail

Annexe 1 Catalogue des objectifs de formation spécifiques à la discipline

Annexe 1 Catalogue des objectifs de formation spécifiques à la discipline SIWF ISFM Annexe 1 1. Contenu de la formation postgraduée Les objectifs de formation spécifiques à la discipline sont définis dans la présente annexe et correspondent à ceux du logbook. Le terme «candidats»

Plus en détail

B Gallix, Montpellier/Fr

B Gallix, Montpellier/Fr 1/64 IRM du cancer du rectum Pré / Post radiothérapie rapie B Gallix, Montpellier/Fr 2/64 IRM du rectum: Rappel radio- n Rectum n Fascias n Releveur de l anusl n Sphincters anatomique 3/64 Rappel radio-anatomique

Plus en détail