Cancer broncho-pulmonaire du sujet âgé. Mathilde Gisselbrecht Capacité de gériatrie- Février 2009

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Cancer broncho-pulmonaire du sujet âgé. Mathilde Gisselbrecht Capacité de gériatrie- Février 2009"

Transcription

1 Cancer broncho-pulmonaire du sujet âgé Mathilde Gisselbrecht Capacité de gériatrie- Février 2009

2 Généralités Cancer bronchique primitif = cancer le plus fréquent en incidence dans le monde Incidence en augmentation 1 à 5%/an selon les pays 1ère cause de décès parmi les cancers Au diagnostic: plus de 50% des patients ont plus de 65 ans et 30% plus de 70 ans Taux de survie à 5 ans standardisé selon l âge. Eurocare II H tt âge H ans F tt âge F65-99 Nb cas ASSR% CI95%

3

4

5

6

7

8 Rappel histologique Carcinomes «non à petites cellules» - carcinome épidermoïdes 29% - adénocarcinome 31% (acinaires, papillaires, bronchioloalvéolaires) - carcinome à grandes cellules 18% (cellules géantes, cellules claires, neuroendocrine à grandes cellules) Carcinomes à petites cellules 18% Autres plus rares < 5%

9 Facteurs de risque Tabac +++ ATCD familiaux de cancer du poumon Exposition à un carcinogène: amiante, radon, hydrocarbure polycyclique Tabagisme passif Maladie pulmonaire sous-jacente: BPCO, fibrose L âge n est pas un facteur de risque mais influence les choix thérapeutiques

10 Présentation clinique Aucun symptôme: facteur de bon PC Symptômes respiratoires: toux, hémoptysie, douleurs thoraciques, dyspnée Signes d envahissement loco-régional: épanchement pleural, syndrome cave supérieur, syndrome de Pancoast Métastases extra-thoraciques: foie, surrénales, cerveau, os Syndromes paranéoplasiques: hippocratisme digital, SIADH Taux de survie fonction du PS, de l histologie et du stade: meilleur PC si adénocarcinome, PS bas et stade précoce

11 Index d activité (ou Performans Status = PS 0= Activité normale 1=Symptomatique 2= Sujet alité< 50% du temps 3= Sujet alité> 50% du temps 4= Sujet alité en permanence

12

13 Outils diagnostiques Scanner/IRM: sensibilité, spécificité voisines pour le diagnostic (80%) tumeur, GG médiastinaux PET scan: tomographie par émission de positrons; injection de glucose marqué au fluor => se fixe sur les cellules en hypermétabolisme (le cœur et le cerveau fixent toujours) nodule parenchymateux > 10 mm sensibilité 95% spécificité 80% extension médiastinale sens 90-95% spé 90-95% Faux neg µmétastase, faux + tuberculose, sarcoïdose.. AMM: diag différentiel des masses pulmonaires, bilan d extension des lymphomes, CBNPC, Kc ORL, mélanome, ext: Kc gynéco, digestif, uro-nephro Fibroscopie bronchique: examen clé, permet d obtenir une histologie dans 70 à 80% des cas Ponction trans pariétale sous scanner, risque de PNO 10-20% Ponction trans bronchique, écho trans oesophagienne +/- ponction GG médiatinaux

14

15 Globalement bonne sensibilité mais pas très bonne spécificité, bonne VPN

16

17 CBNPC Stratégie diagnostique ( à priori idem sujet +jeune) Rx thorax, scanner thoracique avec injection + surrénales fibroscopie bronchique extension médiastinale: TDM, PET scan, médiatinoscopie extension métastatique: pas de consensus, écho hépatique, scanner cérébral, scinti osseuse si stade III, PET scan classification TNM Stade I T1-2, N0 Stade II T1-2, N1 ou T3, N0 Stade IIIA T1-3, N2 ou T3, N1 Stade IIIB T1-4, N3 ou T4, N0-2 Stade IV M+ Prise en charge thérapeutique

18 Evaluation gériatrique Etat général Autonomie fonctionnelle Etat nutritionnel Co-morbidités Conditions socio-familiales Troubles de la marche et de l équilibre État thymique Evaluation cognitive traitements

19 Traitement chirurgical Seul traitement potentiellement curateur Taux de survie à 5 ans pour les stades I > 60% Pour les stades I, II, certains IIIA Morbi-mortalité élevée Au delà de 75 ans l existence de co-morbidités fait plus souvent récuser l intervention. Surgical Oncology 2004 Intérêt de la chirurgie par thoracoscopie vidéo-assistée, de la lobectomie vs pneumonectomie

20 Taux de survie à 2 et 5 ans après le traitement initial en fonction du stade au diagnostic Taux de survie (%) Années après traitement stade 2 ans (%) 5 ans (%) IA IB IIA IIB IIIA IIIB 13 5 IV 6 1

21

22 Lung Cancer Study Group data Ginsberg RL et al. Cardiovasc Surg 1983 Age < 59 ans ans ans > 80 ans Mortalité post thoracotomie 1.3% 4.1% 7% 8.1%

23 Survival curves of overall survival of patients < 65 ans > 65 ans van Rens, M. Th. M. et al. Chest 2000;117: Figure 2. Survival curves of overall survival of patients aged < 65 years (mean survival, 6.34 years) and > 65 years (mean survival, 4.61 years). Solid line = patients aged < 65 years at operation; dotted line = patients aged > 65 years; + = censored case.

24 Radiothérapie Alternative dans les formes localisées lorsque le traitement chirurgical n est pas possible Peut contrôler certains symptômes comme la douleur, les hémoptysies chez environ 80% des patients Intérêt des nouvelles techniques (radiothérapie conformationnelle, hyperfractionnée ) La radiofréquence: petite lésion périphérique < 4 cm

25 Radio fréquence Insertion dans la tumeur d'une aiguille (électrode) permet de délivrer une énergie capable de détruire en 10 à 12 minutes une masse sphérique de tissu d'un diamètre de 20 à 40 mm; cette intervention ne nécessite ni anesthésie générale, ni hospitalisation.

26 A 78-year-old woman with 4.5-cm, biopsy-proven, right upper lobe squamous cell carcinoma Cancer épidermoïde bronchique du lobe supérieur droit chez une femme de 78 ans avec une indication de pneumonectomie. Électrode pour la radiofréquence Contre-indication chirurgicale du fait des co-morbidités. Proposition d un traitement par radiofréquence Scanner de contrôle à 5 ans: persistance d 1 masse tissulaire mais qui ne prend pas le contraste correspondant à de la fibrose Dupuy, D. E. et al. Chest 2006;129:

27 La chimiothérapie Le traitement des formes avancées IIIB et IV est non chirurgical et repose pour les stades IIIB sur les associations radiochimiothérapies et pour les stades IV sur la chimiothérapie. Intérêt des sels de platine en association mais problème de la toxicité

28 Survival curves for best supportive care alone (control arm) vs best supportive care plus vinorelbine for elderly patients with advanced NSCLC: the ELVIS study Gridelli, C. et al. Chest 2005;128:

29 Survival curves for elderly patients with advanced NSCLC: the MILES study Gridelli, C. et al. Chest 2005;128:

30 Chemotherapy in patients 80 with advanced non small cell lung cancer. Paul J Hesketh et al. J Thorac Oncol 2007;2:494-8 Caractéristiques des patients LUN 6 SOO 27 S ( 80 ans) ( 80 ans) (< 80 ans) N patients Homme/femme (%) Stade IIIB/IV (%) PS 0/1 ou 2 (%) Âge médian 50/50 23/77 80/ /61 13/87 70/ /43 14/86 64/36 73

31 Traitement reçu: S0027: Vinorelbine 25mg/m2 3 cycle puis docetaxel 35mg/m2 3 cycle LUN6: docetaxel hebdomadaire 30mg/m2 ou toutes les 3 semaines 75mg/m2 toxicité Grade 3/4 >80 PS PS 2 < 80 PS 0-1 < 80 PS 2 n = 37 n = 2 n = 60 n = 34 n (%) Anémie 2 (5) 1 (8) 3 (5) 1 (3) neutropénie 11 (30) 3 (25) 24 (40) 4 (12) Thrombopénie 1 (3) Autre 28 (76) 11 (92) 55 (92) 32 (94) Décès lié au Trt Réponse au traitement Complète Partielle 3 (8) 1 (9) 13 (22) 3 (10) Stable 19 (51) 3 (27) 16 (27) 9 (30) Progression 8 (22) 4 (36) 18 (31) 11 (37) Non évaluable 6 (16) 3 (27) 12 (20) 5 (17) décès 1 (3) (7) RP + stabilité 54 % (n=48) 80 ans vs 46% (n=89) <80 ans

32 Médiane de survie: 7 mois 80 ans 11 mois < 80 ans

33 Médiane de survie: 4 mois 80 ans 5 mois < 80 ans

34 Les thérapeutiques ciblées Inhibiteur de l EGF-R: Gefitinib Iressa, erlotinib Tarceva Bevacizumab Avastin inhibiteur de l angiogénèse Prometteurs; pas pour carcinome épidermoide Peu d étude chez le sujet âgé

35 Ramalingamm SS et al. J Clin Oncol 2008 Bevacizumab + carboplatine + paclitaxel vs carboplatine + paclitaxel chez le sujet âgé > 70 ans Pas d avantage en terme de survie de l adjonction du bevacizumab 87% de toxicité grade 3 à 5 dans le groupe de patients âgés vs 61% patients + jeunes Mortalité 6.3% vs 1.8% sans bevacizumab Problème des co-morbidités cardio-vasculaires

36 Traitement du cancer bronchopulmonaire non à petites cellules en fonction du stade stade chirurgie Chimiothérapie adjuvante Chimiothérapie et radiothérapie à visée curative Chimiothérapie palliative IA IB IIA/B IIIA, N2 IIIB (sans atteinte sus clav ni du scalène ni pleurale) IV/IIIB (avec atteinte pleurale) X X X?? X X X X

37 CPC 27 à 40 % des patients atteints d un CPC sont âgés de 70 ans et plus La dissémination métastatique au moment du diagnostic semble moins fréquente avec l âge croissant. Dans chaque cas le traitement standard doit être discuté en fonction de l âge physiologique, de l état général, des comorbidités et du contexte socio-économique. Si index thérapeutique défavorable, des traitements alternatifs doivent être proposés avant d opter pour l abstention thérapeutique spécifique

38 L irradiation prophylactique de l encéphale doit être proposée pour les patients répondeurs que ce soit à un stade localisé ou avancé Traitement du cancer anaplasique à petites cellules selon le stade stade chirurgie Chimiothérapie adjuvante Localisé Chimiothérapie et radiothérapie à visée curative X Chimiothérapie palliative avancé X

39 Le CBP du sujet âgé : l enseignement de l étude KBP-2000-CPHG Jacques Piquet Le Raincy-Montfermeil Collège des pneumologues des hôpitaux généraux: étude descriptive des nx cas de cancers bronchiques durant l année 2000, cas, analyse du ss groupe des patients > 70 ans Rev Mal Resp 2003;20:

40 Le paradoxe du CBP des sujets âgés Incidence du CBP devrait augmenter avec l âge

41 Données françaises du réseau FRANCIM Risque relatif (1=1928) Risques relatifs par cohorte de naissance Incidence Homme Incidence Femme Mortalité Homme Mortalité Femme Chez l homme, le taux d incidence du CBP augmente régulièrement jusqu à ans pour s accélérer ensuite très nettement jusqu à ans où il dépasse 300/ Chez la femme, l augmentation est plus régulière avec un pic de à ans taux pour personnes-années Courbes spécifiques de l'âge (cohorte 1928, échelle log-log) Incidence Homme Incidence Femme Mortalité Homme Mortalité Femme année de naissance âge Remontet L, et al. Resp 2003

42 Le paradoxe du CBP des sujets âgés Incidence du CBP devrait augmenter avec l âge et pourtant Les études concernant le CBP du sujet âgé sont peu nombreuses Les essais thérapeutiques ne prennent pas toujours en compte les spécificités du sujet âgé Critères d exclusion... Traitement doit-il il être le même?

43 Les sujets âgés dans KBP-2000-CPHG GROUPE I 35% 30% 30,8% 33,0% < 70 ANS 25% 22,4% patients 20% 58,1 ± 8,5 ans 15% 10% 13,8% 5% GROUPE II? 70 ANS patients (dont 338 > 80 ans) 76,8 ± 4,7 ans 0% < 50 ans ans ans > 69 ans

44 Répartition hommes/femmes 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% 84,80% 82,60% 15,20% 17,40% Groupe I Groupe II Hommes Femmes p = 0,04

45 Délai entre 1 er symptôme et diagnostic < 7 jours 7-30 jours jours 61 jours -6 mois > 6 mois NS 0 Groupe I Groupe II En moyenne > 2 mois!!

46 Performance status au diagnostic 50% 45% 40% 35% 30% 25% 20% 15% 10% 5% 0% 31,40% 38,50% 15,50% 11,70% Groupe I 2,80% 17,60% 35,90% 22,30% 20,00% Groupe II 4,20% Grade 0 Grade 1 Grade 2 Grade 3 Grade 4 p < 0,001 PS > 3: 14,5% Groupe I vs 24,2% Groupe II (p < )

47 Modalités diagnostiques 70% 60% 63,50% 68,20% 50% 40% 30% 20% 10% 0% 13,00% 3,90% 7,60% Groupe I 12,00% 14,50% 1,80% 3,90% Groupe II 11,00% Biopsie br. Ponction trans. Médiastinoscopie Chirurgie Autres p < 0,001

48 Types histologiques GROUPE I GROUPE II p Petites cellules 16,9 % 15,9 % 0,32 Epidermoïde 37,8 % 44,5 % < 0,0001 Adénocarcinome 31,5 % 27,2 % 0,0009 Grandes cellules 12,9 % 11,7 % 0,22 Bronchiolo- alvéolaire Autres 0,9 % 2,3 % 1,0 % 1,4 % 0,7 0,03

49 Stades TNM, CBNPC GROUPE I GROUPE II 0 IA IB IIA IIB IIIA IIIB IV 0,5 % 5,2 % 8,6 % 0,9 % 6,7 % 13,5 % 20,7 % 43,9 % 0,4 % 3,9 % 12,2 % 0,6 % 7,9 % 15,3 % 19,8 % 40,0 % 78,1% 75,1% p < 0,0005

50 Choix de la stratégie thérapeutique GROUPE I GROUPE II T Symptomatique seul 6,1 % 23,2 % Radiothérapie seule 3,8 % 12,8 % Chimiothérapie seule 54,7 % 41,2 % Chirurgie seule 17,8 % 13,4 % p < 0,0001 Associations 17,6 % 9,2 %

51 Facteurs du choix de la stratégie thérapeutique Traitement curatif vs traitement symptomatique A. univ A. multiv. Age Sexe CSP Statut tabagique PS Type histologique, stade (agriculteurs et SP) (CBNPC)

52 Conclusion : le CBP après 70 ans dans notre étude Pourcentage de femmes et de non fumeurs plus important PS au moment du diagnostic plus souvent à 3 ou 4 «Agressivité diagnostique» moins forte En cas de CBNPC, stade moins évolué «Agressivité thérapeutique» moins importante

53 Cas clinique n 1 Mr C. 86 ans adressé par son médecin traitant pour avis et prise en charge d une masse du LSD découverte sur une radiographie thoracique faite en ville devant des douleurs résistantes aux antalgiques usuels. Ce patient vit avec son épouse au domicile, il n a pas d antécédent majeur; son traitement habituel comprend Lodales, Rivotril et Gaviscon. Le médecin signale des troubles cognitifs évoluant depuis déjà quelques temps mais non explorés. L examen clinique d entrée retrouve un patient à l état général altéré, le poids est de 77 Kg (moins 2 Kg en quelques mois), la mobilisation est douloureuse notamment dans la région lombaire, l examen n est pas très contributif.

54

55

56

57

58

59 Scanner thoraco-abdominal Masse parenchymateuse 64 mm en antéro-postérieur, 33 mm en transversal,centrée sur le segment ventral du LSD, présente un contact pleural antérieur et médiastinal. Volumineuses ADP hilaires droites, sous-carénaire et dans la loge de Baréty, ganglions supra-centimétriques interbronchiques controlatéraux. Multiples lésions osseuses lytiques. Masse de 27 mm de grand axe de la surrénale droite. Scanner cérébral: pas d image évocatrice de métastase

60 Biologie: ionogramme sanguin N créatinine 91 µmol/l (clairance 56 ml/mn) bilan hépatique N CRP 18 mg/l albumine 31 g/l NFS + Plaquettes N hémostase N calcémie N ECG RAS

61 Fibroscopie bronchique CV N, trachée N, carène N aspect de compression extrinsèque de la face antérieure de la LSD réduisant son calibre d environ 30% sans bourgeon; toutes les branches de division de la LSD ont un aspect normal avec des éperons fins; le reste de l arbre bronchique est normal. Aspiration bronchique non contributive Ponction biopsie sous scanner: cellules carcinomateuses de grande taille de type adénocarcinome non muco-secrétant exprimant le TTF1.

62 Scintigraphie osseuse: multiples foyers hyperfixants du sternum, gril costal, rachis lombaire, bassin évocateurs de lésions secondaires. Classification: stade IV Echelle d évaluation de l état général: OMS 2, Karnofski 60%

63

64 Traitement Patient tenu au courant du diagnostic Décision de radiothérapie à visée antalgique sur le rachis et le sternum 8 Gy + corticoïdes initialement Chimiothérapie par Navelbine IV J1-J8 et J15 en hôpital de jour. J1 = J28 Traitement antalgique, mauvaise tolérance de la morphine, patient mis sous Sophidone avec augmentation progressive des doses

65 Evolution Diminution des douleurs, amélioration de l autonomie fonctionnelle et de l état général malgré la poursuite de la perte de poids. Neutropénie non compliquée nécessitant l adjonction de Granocyte lors des prochaines cures + Transfusion de CG régulièrement. Après 3 cycles de chimiothérapie: diminution de la taille de la tumeur

66

67 Bonne tolérance dans l ensemble des 6 cycles de Navelbine Diminution progressive de la Sophidone pour les douleurs mais persistance d une asthénie et pas de reprise de poids (mais le poids reste stable) Nouvelle évaluation après 6 cycles

68 Diminution de taille de la lésion principale 37 mm X 18 mm vs 62 X 36 mm diminution de taille et du nombre des ADP médiastino-hilaires Il est décidé de laisser le patient tranquille pendant l été

69 Consultation de Septembre: pas de symptomatologie particulière mais sur la radio thoracique standard, augmentation de taille de la tumeur apicale. TDM en octobre

70

71

72

73

74 Evolution Quelques semaines après, le patient va faire une chute avec fracture du genou Sous plâtre et malgré la prévention de la MVTE par HBPM, il va faire une phlébite profonde et décédera brutalement probablement d une embolie pulmonaire à son domicile 1 an après le diagnostic initial.

75 Cas clinique n 2 Mr D. 85 ans découverte fortuite d une masse pulmonaire droite sur une radio de thorax pas de notion de tabagisme, pas d exposition professionnelle ATCD: HTA traitée, notion de troubles du rythme supraventriculaire paroxystique, insuffisance mitrale BEG, pas de symptomatologie particulière, fonctions supérieures conservées Patient veuf, vivant seul, une petite fille très proche

76

77 Bilan complémentaire Biologie normale Fibroscopie bronchique: arbre bronchique rigoureusement normal, cytologie négative Scanner thoracique: lésion spiculée 2.7 cm segment ventral du LSD, pas d ADP Scanner cérébral N

78

79 Bilan complémentaire (2) Compte-tenu du bon état général du patient il est décidé de proposer une intervention chirurgicale d emblée à visée diagnostique +/- thérapeutique PET scan: foyer pulmonaire droit unique sans argument pour une extension à distance

80

81 Traitement Thoracotomie droite, lobectomie supérieure droite, curage Suites opératoires simples le patient sort à J30 à son domicile Histologie: adénocarcinome T1N0M0 Pas de traitement complémentaire

82 Cas clinique n 3 Mme Alexina S. 77 ans adressée en consultation pour avis thérapeutique Découverte il y a quelques mois à l occasion du bilan d une altération de l état général, d une tumeur de l apex droit avec envahissement osseux et extension aux parties molles Ponction sous scanner: carcinome à grandes cellules peu différencié, possiblement épidermoïde Décision de radiothérapie première: réponse tumorale 50%, bonne efficacité sur les douleurs Traitement complémentaire?

83

84

85

86

87 Cette patiente vit seule en province dans un appartement au 3ème étage sans ascenseur Elle n a pas d aide au domicile en dehors du voisinage Elle a une fille unique sur Paris Elle n a pas d antécédents majeurs mais est très invalidée par une quasi-cécité en rapport avec une myopie sévère compliquée d un glaucome chronique Traitement actuel: Skénan 30 1 gel matin et soir et ses collyres oculaires A l examen clinique: la patiente a un état général médiocre, elle a perdu 10 kg en quelques mois et présente une amyotrophie diffuse, l examen ne rien en évidence de notable; il existe un syndrome anxio-dépressif net.

88 Prise en charge initiale La patiente n est pas très favorable à l idée d une chimiothérapie mais elle s en remettra à l avis des médecins. Dans un premier temps il est décidé d instaurer un traitement antidépresseur associé à une prise en charge par les kinésithérapeutes et d insister sur les apports nutritionnels. Sa fille propose de l accueillir chez elle

89 Evolution Amélioration progressive de l état général Possibilité de diminuer le traitement antalgique Image stable sur la radiographie thoracique Relativement autonome pour la vie quotidienne, a besoin d aide pour les déplacements et les repas Pas de traitement spécifique, suivi régulier pendant 3 ans

90

91 Evolution (2) Finalement sur un scanner de contrôle, on note une progression de la maladie avec apparition d un nodule contro-latéral La patiente accepte une chimiothérapie par Navelbine PO Bonne tolérance du traitement, efficacité partielle sur l imagerie

92 Cas clinique n 4 Mr F Jacques 71 ans adressé en consultation pour bilan d une altération de l état général (amaigrissement 4 kg, sueurs nocturnes, asthénie) avec syndrome inflammatoire persistant. Il vit seul à son domicile, pas d aide, 1 fils présent ATCD: HTA traitée, spondylarthrite ankylosante, tabagisme > 50 PA. Bilan fait en ville: syndrome inflammatoire, coloscopie sur la notion de troubles du transit N, la radio thoracique met en évidence une image postérobasale droite, le scanner thoracique est en faveur d un kyste hépatique en continuité avec le dôme.

93

94

95

96

97 Relecture du scanner: lésion pulmonaire nécrotique droite avec ADP médiastinales Fibroscopie bronchique: normale endoscopiquement, produit d aspiration: présence de cellules suspectes nécrotiques Ponction sous scanner: carcinome épidermoïde Scanner cérébral, scinti os RAS: Stade IIIb Décision de chimiothérapie première 3 cycles de Carboplatine/Navelbine, en fonction de la réponse tumorale => radiothérapie +/- chirurgie

98 Evolution Patient très fatigué par la chimiothérapie pas de toxicité majeure Evaluation après 3 cycles: progression locorégionale Modification du traitement: chimiothérapie par Taxol hebdomadaire amélioration de l état général, meilleure tolérance mais progression sous chimio avec apparition de métastases cérébrales

99

100

101

102

103

104

105

106 Evolution (2) Le patient est parfaitement au courant de sa maladie et de l évolution défavorable sous traitement. Malgré la progression il vit toujours seul chez lui, commence à accepter les aides, son fils est très présent. Il est extrêmement demandeur de traitement agressif: il est donc décidé de proposer une irradiation encéphalique et de débuter ensuite une 3ème ligne de chimiothérapie par Cisplatine/Gemcitabine

107 Evolution (3) Dégradation très rapide de l état général Apparition d un syndrome confusionnel, perte d autonomie hospitalisation en semi-urgence: hypercalcémie, progression des lésions secondaires en accord avec l équipe, le patient et la famille, décision de soins de confort, en attente d une place en USP

108 Conclusion Pas d attitude standardisée Décision au cas par cas en fonction de différents facteurs Nécessité d évaluer de manière plus objective les traitements Intérêt d une formation conjointe des gériatres et des oncologues Nécessité d établir des protocoles de soins multicentriques

Cancer broncho-pulmonaire du sujet âgé

Cancer broncho-pulmonaire du sujet âgé Cancer broncho-pulmonaire du sujet âgé Mathilde Gisselbrecht Capacité de gériatrie- Février 2010 Généralités Cancer bronchique primitif = cancer le plus fréquent en incidence dans le monde Incidence en

Plus en détail

Epidémiologie et diagnostic du cancer bronchique. Dr Najib Bentaybi Le 12/11/2015

Epidémiologie et diagnostic du cancer bronchique. Dr Najib Bentaybi Le 12/11/2015 Epidémiologie et diagnostic du cancer bronchique Dr Najib Bentaybi Le 12/11/2015 SOMMAIRE 1. Epidémiologie 1. Incidence du cancer bronchique 2. Mortalité liée au cancer bronchique 3. Facteurs de risque

Plus en détail

Cas clinique cancer du poumon

Cas clinique cancer du poumon 10 e Forum National de l Omnipraticien El Hamma, Alger 21 & 22 Mai 2014 Cas clinique cancer du poumon Dr F.Ait Daoud Pr.H.Mahfouf SOMUR.EPH ROUIBA Homme 59 ans, sans antécédents pathologiques particuliers,

Plus en détail

CANCER DU POUMON à PETITES CELLULES

CANCER DU POUMON à PETITES CELLULES CANCER DU POUMON à PETITES CELLULES Epidémiologie 15% des cancers bronchiques 4000 cas par an en France 30000 décès par an aux USA Presque exclusivement du au tabac 1 Epidemiologie du CPC SEER database

Plus en détail

Actualités s cancérologiques : pneumologie

Actualités s cancérologiques : pneumologie Actualités s cancérologiques : pneumologie PLAN Incidence / facteurs de risque Anatomie Symptômes Types de tumeurs Diagnostic / extension Classification Traitement Pronostic Pneumologie : incidence Belgique

Plus en détail

PET- SCAN ou TEP. Son intérêt actuel en Cancérologie thoracique Professeur D. ANTHOINE CHU de NANCY et Docteur F. VAYLET Hôpital du Val-de-Grâce

PET- SCAN ou TEP. Son intérêt actuel en Cancérologie thoracique Professeur D. ANTHOINE CHU de NANCY et Docteur F. VAYLET Hôpital du Val-de-Grâce PET- SCAN ou TEP Son intérêt actuel en Cancérologie thoracique Professeur D. ANTHOINE CHU de NANCY et Docteur F. VAYLET Hôpital du Val-de-Grâce (certains de ces clichés proviennent de la monographie Astrazeneca

Plus en détail

incidence homme 2007 mortalité Hommes 2007

incidence homme 2007 mortalité Hommes 2007 Cancer du poumon aspects thérapeutiques incidence et mortalité incidence homme 2007 mortalité Hommes 2007 incidence femme 2007 mortalité femme 2007 1 08/05/2008 type de cancer stades CPNPC Cancer du poumon

Plus en détail

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes généraux Importance du diagnostic d un cancer au stade

Plus en détail

Cancers bronchiques. 16 avril 2013. Fabienne COURDESSES Katy De Luca Claire MEIGNAN

Cancers bronchiques. 16 avril 2013. Fabienne COURDESSES Katy De Luca Claire MEIGNAN Cancers bronchiques 16 avril 2013 Fabienne COURDESSES Katy De Luca Claire MEIGNAN Cas clinique Madame X, 53 ans, a commencé de fumer à 18 ans, s est arrêtée pendant ses 2 grossesses, à 29 et 34 ans, puis

Plus en détail

N1: ganglions métastatiques hilaires ou péri-bronchiques homolatéraux

N1: ganglions métastatiques hilaires ou péri-bronchiques homolatéraux Bilan d extension ganglionnaire du cancer bronchique B Padovani, D Ducreux, S Stolear, A Ocelli, E Giordana, L Mondot, S Chanalet, CP Raffaelli, P Carrier Extension ganglionnaire Élément essentiel de l

Plus en détail

T3 T N 58 : : - 2009 3 2M

T3 T N 58 : : - 2009 3 2M CAS CLINIQUE Monsieur M âgé de 58 ans MOTIF D HOSPITALISATION : découverte d un nodule pulmonaire unique chez un patient avec ATCD de néoplasie pulmonaire ANTECEDENT : - pneumonectomie G en 2009 pour un

Plus en détail

CANCER BRONCHO- PULMONAIRE PRIMITIF. Nicolas Girard

CANCER BRONCHO- PULMONAIRE PRIMITIF. Nicolas Girard CANCER BRONCHO- PULMONAIRE PRIMITIF Nicolas Girard PLAN Epidémiologie Types histologiques Manifestations cliniques Examens paracliniques Imagerie A visée histologique Prise en charge thérapeutique Bilan

Plus en détail

CANCERS BRONCHIQUES Item N 257

CANCERS BRONCHIQUES Item N 257 CANCERS BRONCHIQUES Item N 257 Épidémiologie Pathologie fréquente Pratiquement inconnue au début du siècle ; elle est actuellement en constante augmentation au niveau mondial. 25 000 décès/an en France.

Plus en détail

Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux. Jeudi 25 Septembre 2008

Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux. Jeudi 25 Septembre 2008 Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux Jeudi 25 Septembre 2008 Indications oncologiques Indications issues des SOR (standards, options et recommandations).

Plus en détail

Cancer du sein métastatique triple négatif

Cancer du sein métastatique triple négatif Cancer du sein métastatique triple négatif Cancer du sein métastatique triplenégatif Mme I., 32 ans, mariée, 1 enfant de 6 mois Nationalité italienne ATCD personnels: aucun ATCD familiaux: aucun Facteur

Plus en détail

Le rôle du généraliste dans le suivi du cancer du sein. Pr. Yves Aubard

Le rôle du généraliste dans le suivi du cancer du sein. Pr. Yves Aubard Le rôle du généraliste dans le suivi du cancer du sein Pr. Yves Aubard Les objectifs généraux de la surveillance Dépistage D un rechute locale ou régionale D un cancer du sein controlatéral D une métastase

Plus en détail

Syndrome Cave Supérieur: Prise en charge. Patrick BAGAN Chirurgie Thoracique et Vasculaire Hôpital Victor Dupouy, Argenteuil

Syndrome Cave Supérieur: Prise en charge. Patrick BAGAN Chirurgie Thoracique et Vasculaire Hôpital Victor Dupouy, Argenteuil Syndrome Cave Supérieur: Prise en charge Patrick BAGAN Chirurgie Thoracique et Vasculaire Hôpital Victor Dupouy, Argenteuil Medical Observations and Inquiries, 1757; Vol 1, pp 323-357 Symptômes observés

Plus en détail

Importance de la stadification médiastinale en cas de cancer du poumon ONCOLOGIE THORACIQUE

Importance de la stadification médiastinale en cas de cancer du poumon ONCOLOGIE THORACIQUE ONCOLOGIE THORACIQUE Peer-reviewed article Stadification ganglionnaire médiastinale du cancer du poumon: nouveaux concepts Kurt G. Tournoy Oncologie thoracique, Onze-Lieve-Vrouw Ziekenhuis Aalst; Universiteit

Plus en détail

RENCONTRES FRANCILIENNES EN ONCOGERIATRIE

RENCONTRES FRANCILIENNES EN ONCOGERIATRIE RENCONTRES FRANCILIENNES EN ONCOGERIATRIE Mme S. 86 ans. Antécédents : HTA, FA paroxystique, AVC avec cécité monoculaire droite séquellaire, Asthme, Hypercholestérolémie, Chirurgie de la cataracte de OG

Plus en détail

INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE

INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE DIAGNOSTIC DES RECIDIVES LOCOREGIONALES GENERALITES VIVIANE FEILLEL INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE OBJECTIFS DE LA SURVEILLANCE Evaluation des séquelles post-thérapeutiques Diagnostic précoce des récidives

Plus en détail

Marion GILBERT Simon CHAUVEAU. DES pneumologie 11 avril 2014

Marion GILBERT Simon CHAUVEAU. DES pneumologie 11 avril 2014 Marion GILBERT Simon CHAUVEAU DES pneumologie 11 avril 2014 Contexte Dépistage du cancer poumon : Santé publique Par scanner injecté (low dose) : Baisse de la mortalité (-20%) : NLSTrial (USA) 2011: «The

Plus en détail

Définitions : tumeur. Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants.

Définitions : tumeur. Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants. Les tumeurs Définitions : tumeur Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants. Définitions : tumeur bénigne Tumeur bénigne : -néoformation

Plus en détail

Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction

Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction Nader Khaouam MD Laurie Archambault 28 mars 2014 Présentation du cas H - 20 ans, monteur et soudeur d acier Aucun antécédent X 2

Plus en détail

Appareil respiratoire Conduite a tenir devant un nodule pulmonaire CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE PULMONAIRE

Appareil respiratoire Conduite a tenir devant un nodule pulmonaire CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE PULMONAIRE Appareil respiratoire Conduite a tenir devant un nodule pulmonaire 21/10/2013 LEONART Valérie L3 F. BARLESI 6 pages CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE PULMONAIRE Plan A. Définition et Physiopathologie I.

Plus en détail

Consultations précoces en soins palliatifs

Consultations précoces en soins palliatifs Consultations précoces en soins palliatifs 10 avril 2014 Dr Catherine LACROIX USP /EMSP Précoce tardif Soins de support Soins palliatifs SOINS DE SUPPORT «Ensemble des soins et soutiens nécessaires aux

Plus en détail

Etude KBP-2000-CPHG (N=5667)

Etude KBP-2000-CPHG (N=5667) Tableau 1 : Description de la population Etude KBP-2000-CPHG (N=5667) Effectifs Moyenne±écart-type Valeurs [Mini-Maxi] Patient Age en années 5664 64,3±11.5 [27-96] Age en 4 classes 50 ans 783 13,8 51-60

Plus en détail

Un dépistage précoce. est-il possible ou envisageable. pour le cancer primitif du poumon?

Un dépistage précoce. est-il possible ou envisageable. pour le cancer primitif du poumon? Un dépistage précoce est-il possible ou envisageable pour le cancer primitif du poumon? Cancer primitif du poumon une fréquence majeure 40 000 nouveaux cas / an en France 2e cancer chez l'homme (après

Plus en détail

en oncologie thoracique

en oncologie thoracique Les facteurs de croissance en oncologie thoracique Stéphanie LOZANO 17 10 2008 Toxicité hématologique de la chimiothérapie Toxicité limitante Concerne de nombreux cytotoxiques Touche toutes les lignées

Plus en détail

Les différents types de cancers et leurs stades. Dr Richard V Oncologie MédicaleM RHMS Baudour et Erasme La Hulpe 1/12/07

Les différents types de cancers et leurs stades. Dr Richard V Oncologie MédicaleM RHMS Baudour et Erasme La Hulpe 1/12/07 Les différents types de cancers et leurs stades Dr Richard V Oncologie MédicaleM RHMS Baudour et Erasme La Hulpe 1/12/07 CARCINOGENESE multiple steps, accumulation d altd altérations continuum lésionnel

Plus en détail

Cancer broncho-pulmonaire et VIH

Cancer broncho-pulmonaire et VIH Cancer broncho-pulmonaire et VIH Armelle Lavolé Unité fonctionnelle oncologie thoracique, Hôpital Tenon, Paris Patient âgé de 40 ans, célibataire, ostéopathe Tabac: début à 16 ans, 20 cigarettes par jour

Plus en détail

Réseau Onco Poitou-Charentes Mise à jour du référentiel régional des tumeurs de l endomètre (Décembre 2013) ******* ******* Sous la conduite de :

Réseau Onco Poitou-Charentes Mise à jour du référentiel régional des tumeurs de l endomètre (Décembre 2013) ******* ******* Sous la conduite de : 1 Les référentiels de bonnes pratiques cliniques des tumeurs de l endomètre. Version 2013 Sous la conduite de : Cédric NADEAU Service de Gynécologie - Obstétrique - CHU de Poitiers & Yannick THIROUARD

Plus en détail

Le cancer du poumon. Prof Jean-Paul Sculier Institut Jules Bordet ULB

Le cancer du poumon. Prof Jean-Paul Sculier Institut Jules Bordet ULB Le cancer du poumon Prof Jean-Paul Sculier Institut Jules Bordet ULB Définition Anatomie pathologique Définition : classification OMS 2004 Epithélioma épidermoïde Adénocarcinome Carcinomes à grandes cellules

Plus en détail

Diagnostic et traitement des cancer du poumon. Dr Fiteni Frédéric

Diagnostic et traitement des cancer du poumon. Dr Fiteni Frédéric Diagnostic et traitement des cancer du poumon Dr Fiteni Frédéric Données essentielles en France métropolitaine Nombre de nouveaux cas estimés de cancer du poumon en 2012 = 39 495 (28 211 hommes et 11 284

Plus en détail

Tumeurs osseuses secondaires (154e) Professeur Jean-Philippe Vuillez Octobre 2003

Tumeurs osseuses secondaires (154e) Professeur Jean-Philippe Vuillez Octobre 2003 Pré-Requis : Corpus Médical Faculté de Médecine de Grenoble Tumeurs osseuses secondaires (154e) Professeur Jean-Philippe Vuillez Octobre 2003 Physiologie et histologie osseuses Cancérologie fondamentale

Plus en détail

METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS. Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin

METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS. Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS Dr Marie-Ange Mouret-Reynier Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin QU EST CE QU UNE UNE METASTASE OSSEUSE? Foyer tumoral dans les structures osseuses Multiplication

Plus en détail

- Anamnèse familiale: hyperthyroïdie chez une sœur. Consulte pour une voussure cervicale

- Anamnèse familiale: hyperthyroïdie chez une sœur. Consulte pour une voussure cervicale Colloque de médecine de premier recours Dr Patrick MEYER Nodules Thyroïdiens 6 Février 2013 - Unité d Endocrinologie HUG, patrick.meyer@hcuge.ch - Centre de Médecine Interne et Spécialités, Clinique La

Plus en détail

MALADIE DE HODGKIN DEFINITION I - HISTOPATHOLOGIE

MALADIE DE HODGKIN DEFINITION I - HISTOPATHOLOGIE MALADIE DE HODGKIN DEFINITION I - HISTOPATHOLOGIE II - DIAGNOSTIC A - Circonstances du diagnostic B - Diagnostic de certitude = biopsie ganglionnaire C - Bilan d extension III - FORMES CLINIQUES IV - PRONOSTIC

Plus en détail

Référentiels Marocains de Chirurgie Cancérologique Digestive

Référentiels Marocains de Chirurgie Cancérologique Digestive Référentiels Marocains de Chirurgie Cancérologique Digestive Chirurgie de l adénocarcinome du pancréas Pr Kafih - Pr Amraoui - Pr Mohsine 1. Introduction Ce référentiel ne traitera que le cancer du pancréas

Plus en détail

Ce référentiel, dont l'utilisation s'effectue sur le fondement des principes déontologiques d'exercice personnel de la médecine, a

Ce référentiel, dont l'utilisation s'effectue sur le fondement des principes déontologiques d'exercice personnel de la médecine, a Ce référentiel, dont l'utilisation s'effectue sur le fondement des principes déontologiques d'exercice personnel de la médecine, a été élaboré par un groupe de travail pluridisciplinaire de professionnels

Plus en détail

Métastases Pulmonaires

Métastases Pulmonaires Métastases Pulmonaires Diagnostic, et traitement «local» Philippe Girard, Stéphane Lenoir Institut Mutualiste Montsouris, Paris Métastases Pulmonaires 1. Présentation radio-clinique, diagnostic 2. Traitement

Plus en détail

Le cancer du pancréas exocrine est la plus fréquente et la plus grave des tumeurs pancréatiques.

Le cancer du pancréas exocrine est la plus fréquente et la plus grave des tumeurs pancréatiques. Tumeurs du pancréas (155) Professeur B. CHAUFFERT (Département d Oncologie. Centre Georges François Leclerc. Dijon), Professeur F. MORNEX (Département de Radiothérapie. Centre Hospitalier Lyon Sud), Professeur

Plus en détail

CANCER BRONCHO-PULMONAIRE DU SUJET ÂGÉ

CANCER BRONCHO-PULMONAIRE DU SUJET ÂGÉ CANCER BRONCHO-PULMONAIRE DU SUJET ÂGÉ Mathilde Gisselbrecht Capacité de gériatrie- Février 2013 Le cancer en France 360 000 cas de nouveaux cancers en 2010 (Source : Institut de Veille Sanitaire) 150

Plus en détail

CANCER DE L OESOPHAGE

CANCER DE L OESOPHAGE - 1/6- Lundi 19/03/07 13h30>15h30 UF : affections digestives Les pathologies en digestif Dr Cabasset CANCER DE L OESOPHAGE I/ EPIDEMIOLOGIE : L incidence dans le monde varie de 1 à 160 pour 100 000. En

Plus en détail

Recommandations régionales Prise en charge des cancers du poumon non à petites cellules

Recommandations régionales Prise en charge des cancers du poumon non à petites cellules Recommandations régionales Prise en charge des cancers du poumon non à petites cellules - avril 2009 - Réunions de Concertation Pluridisciplinaires (RCP) Tout nouveau patient ayant un cancer bronchique

Plus en détail

Le suivi des opérés thoraciques par le Médecin de Famille Dr Tarun Mc Bride. Amiens, le 19 Juin 2010

Le suivi des opérés thoraciques par le Médecin de Famille Dr Tarun Mc Bride. Amiens, le 19 Juin 2010 Le suivi des opérés thoraciques par le Médecin de Famille Dr Tarun Mc Bride Amiens, le 19 Juin 2010 Pré test 1. Les complications chirurgicales après chirurgie thoracique sont fréquentes. 2. Le suivi péri

Plus en détail

CANCER BRONCHIQUE Place de la médecine nucléaire. E.Ouhayoun - J. Giron Médecine nucléaire - Radiologie Centrale CHU Purpan

CANCER BRONCHIQUE Place de la médecine nucléaire. E.Ouhayoun - J. Giron Médecine nucléaire - Radiologie Centrale CHU Purpan CANCER BRONCHIQUE Place de la médecine nucléaire E.Ouhayoun - J. Giron Médecine nucléaire - Radiologie Centrale CHU Purpan Le Cancer Bronchique 25 000 cas /an (14%), 23 000 morts/an (24%) 1 ere cause de

Plus en détail

La prescription d un examen d imagerie thoracique doit être raisonnée et motivée Le problème à résoudre doit être clairement exprimé :

La prescription d un examen d imagerie thoracique doit être raisonnée et motivée Le problème à résoudre doit être clairement exprimé : Indications des examens d imageried en pathologie thoracique Partie 1 M El Hajjam et P Lacombe La prescription d un examen d imagerie thoracique doit être raisonnée et motivée Le problème à résoudre doit

Plus en détail

III. PRINCIPALES INDICATIONS EN ONCOLOGIE

III. PRINCIPALES INDICATIONS EN ONCOLOGIE III. PRINCIPALES INDICATIONS EN ONCOLOGIE Amicale des médecins de Neuilly sur Seine 14 Octobre 2010 Dr Mathieu QUENEAU Département d Imagerie Scintigraphique - TEP CCN 18FDG EN ONCOLOGIE Rôle majeur dans

Plus en détail

Cas clinique cancer de la prostate M+ Pr Florence JOLY

Cas clinique cancer de la prostate M+ Pr Florence JOLY Cas clinique cancer de la prostate M+ Pr Florence JOLY Dossier Médical - Présentation et caractéristiques du patient Nom : Mr V. Age : 78 ans Profession : enseignant retraité Situation familiale : marié,

Plus en détail

Cancer du poumon. Prise en charge thérapeutique du cancer du poumon non à petites cellules. septembre 2010. COLLECTION recommandations & référentiels

Cancer du poumon. Prise en charge thérapeutique du cancer du poumon non à petites cellules. septembre 2010. COLLECTION recommandations & référentiels Mesure 19 SoINS ET VIE DES MALADES septembre 2010 recommandations professionnelles Cancer du poumon Prise en charge thérapeutique du cancer du poumon non à petites cellules COLLECTION recommandations &

Plus en détail

LE CANCER DU RECTUM. Quelle stratégie de prise en charge initiale? Théo Martin Moreau

LE CANCER DU RECTUM. Quelle stratégie de prise en charge initiale? Théo Martin Moreau LE CANCER DU RECTUM Quelle stratégie de prise en charge initiale? Théo Martin Moreau RAPPELS SUR LE CANCER DU RECTUM: Incidence: 12000 nouveaux cas par an (1/3 des CCR). Adénocarcinomes dans 95% des cas.

Plus en détail

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le moment des examens est une période de doute et d espoir : «on me fait tant d examens car il y a un espoir qu il n y ait rien». Le rôle

Plus en détail

TEP / TDM et Cancer du poumon (non à petites cellules) J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat

TEP / TDM et Cancer du poumon (non à petites cellules) J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat TEP / TDM et Cancer du poumon (non à petites cellules) J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat Mougins - Jeudi 16 juin 2011 Plan TEP-FDG! Principe! Différentes générations

Plus en détail

Les pancréatites chroniques alcooliques (269) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Les pancréatites chroniques alcooliques (269) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Les pancréatites chroniques alcooliques (269) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Physiologie de la sécrétion pancréatique Métabolisme de l'alcool Sémiologie des douleurs pancréatiques Résumé

Plus en détail

Lymphomes Malins Non Hodgkiniens de l enfant. Réunion Oncocentre Anne Jourdain (CCA)

Lymphomes Malins Non Hodgkiniens de l enfant. Réunion Oncocentre Anne Jourdain (CCA) Lymphomes Malins Non Hodgkiniens de l enfant Réunion Oncocentre Anne Jourdain (CCA) Epidémiologie 3 ème cause de cancer chez l enfant après leucémies et tumeurs cérébrales 10% des cancers pédiatriques

Plus en détail

TEP et Cancer Broncho Pulmonaire Cas Cliniques

TEP et Cancer Broncho Pulmonaire Cas Cliniques TEP et Cancer Broncho Pulmonaire Cas Cliniques E. OUHAYOUN* - J. GIRON** - J. BERJAUD*** *Service de Médecine Nucléaire - P r J.P. Esquerré **Service de radiologie - Pr J.J. Railhac ***Service de Chirurgie

Plus en détail

PRISE EN CHARGE SOCIALE EN ONCOGERIATRIE Sylvie CORDIER RAYNAL Olivier RIGAL

PRISE EN CHARGE SOCIALE EN ONCOGERIATRIE Sylvie CORDIER RAYNAL Olivier RIGAL PRISE EN CHARGE SOCIALE EN ONCOGERIATRIE Sylvie CORDIER RAYNAL Olivier RIGAL 2 ème rencontres d Oncogériatrie Normandes 11 octobre 2014 Anamnèse Monsieur B.. 80 ans Bilan hématurie macroscopique Découverte

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES SARCOMES DES TISSUS MOUS CHEZ L ADULTE. R. MAZA SACOT Décembre 2010

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES SARCOMES DES TISSUS MOUS CHEZ L ADULTE. R. MAZA SACOT Décembre 2010 DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES SARCOMES DES TISSUS MOUS CHEZ L ADULTE R. MAZA SACOT Décembre 2010 INTRODUCTION Tumeurs malignes développées aux dépens du tissu conjonctif extra squelettique (adipeux musculaire

Plus en détail

Envahissement péricardique et 18 FDG TEP-TDM dans les cancers bronchopulmonaires

Envahissement péricardique et 18 FDG TEP-TDM dans les cancers bronchopulmonaires Envahissement péricardique et 18 FDG TEP-TDM dans les cancers bronchopulmonaires V.Aflalo-Hazan, K.Kerrou, F.Gutman, F.Montravers, D.Grahek, JN.Talbot Service de Médecine Nucléaire, Hôpital Tenon Cas clinique

Plus en détail

Le cancer de l œsophage

Le cancer de l œsophage Chapitre 1 Le cancer de l œsophage Classifications Classification ptnm (UICC 2010) Tumeurs ptis : carcinome in situ pt1 : envahissement de la lamina propria et de la sous-muqueuse pt2 : atteinte de la

Plus en détail

Cancer du poumon non à petites cellules Formes localisées non opérables, localement avancées et métastatiques

Cancer du poumon non à petites cellules Formes localisées non opérables, localement avancées et métastatiques Mesure 19 SoINS ET VIE DES MALADES SEPTEMBRE 2010 recommandations professionnelles Cancer du poumon non à petites cellules Formes localisées non opérables, localement avancées et métastatiques COLLECTION

Plus en détail

La Tomographie par Emission de Positons. Dr A Devillers, Dr L Le Dortz,

La Tomographie par Emission de Positons. Dr A Devillers, Dr L Le Dortz, La Tomographie par Emission de Positons Dr A Devillers, Dr L Le Dortz, Qu est ce que la TEP? Plateau technique de médecine nucléaire Technique d imagerie médicale fonctionnelle métabolique PET scan : terme

Plus en détail

Patho Med Cours 5. Maladie Pulmonaires Obstructives BPCO Asthme

Patho Med Cours 5. Maladie Pulmonaires Obstructives BPCO Asthme Patho Med Cours 5 Maladie Pulmonaires Obstructives BPCO Asthme BPCO: B: Broncho ( Bronche) P: Pneumopathie C: Chronique O: Obstructive Asthme Maladies avec des spasmes bronchiques Maladies avec des spasmes

Plus en détail

Imagerie diagnostic du cancer bronchique: Bilan initial. Antoine KHALIL Marie-France CARETTE

Imagerie diagnostic du cancer bronchique: Bilan initial. Antoine KHALIL Marie-France CARETTE Imagerie diagnostic du cancer bronchique: Bilan initial Antoine KHALIL Marie-France CARETTE Introduction Le cancer bronchique est la première cause de mortalité par cancer en Europe avec une survie à 5

Plus en détail

Indications pour le dépistage du cancer du poumon

Indications pour le dépistage du cancer du poumon Indications pour le dépistage du cancer du poumon Le cancer du poumon Un bon candidat au dépistage? Prévalence élevée Mortalité élevée Population à risque définie Majorité de forme non resecable au stade

Plus en détail

Stratégies de maintenance dans le CBNPC en 2013. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse

Stratégies de maintenance dans le CBNPC en 2013. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse Stratégies de maintenance dans le CBNPC en 2013 Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse 6 décembre 2013 Traitement du CBNPC Evolution du traitement des CBNPC métastatiques

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE DE LA THYROIDE

CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE DE LA THYROIDE CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE DE LA THYROIDE * Groupe médico-chirurgical 25 avenue Jean MEDECIN 0600 NICE FREDERIC BRACCINI L attitude à adopter devant la découverte d un nodule thyroïdien revient

Plus en détail

DU SYMPTÔME AU DIAGNOSTIC DE CANCER. Dr Stéphanie Lozano DU Oncogériatrie 14 novembre 2014

DU SYMPTÔME AU DIAGNOSTIC DE CANCER. Dr Stéphanie Lozano DU Oncogériatrie 14 novembre 2014 DU SYMPTÔME AU DIAGNOSTIC DE CANCER Dr Stéphanie Lozano DU Oncogériatrie 14 novembre 2014 Objectifs du diagnostic Que faire devant des signes cliniques évocateurs? Faire le diagnostic le rapidement possible

Plus en détail

Métastases vertébrales Stratégie thérapeutique multidisciplinaire

Métastases vertébrales Stratégie thérapeutique multidisciplinaire Métastases vertébrales Stratégie thérapeutique multidisciplinaire GENERALISTE Oncologue Radiologue Radiothérapeute Chirurgien Vincent Pointillart Unité de Pathologie Rachidienne CHU Bordeaux Clairement

Plus en détail

CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES

CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES PARTICULARITÉS ÉPIDÉMIOLOGIQUES 40 000 nouveaux cas/an en France, 11 000 décès 45% des femmes atteintes ont plus de 65 ans La fréquence s accroît avec l âge, aux USA:

Plus en détail

Cancers du sein Version / 2005

Cancers du sein Version / 2005 Cancers du sein I-Cancer du sein non métastatique non inflammatoire I.1-Introduction La stratégie de traitement habituellement choisie à l Institut Paoli Calmettes est une stratégie adjuvante. Le traitement

Plus en détail

CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN. Le Cancer du rein

CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN. Le Cancer du rein CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN Le Cancer du rein Le cancer du rein représente 3% des cancers de l adulte. Il s agit du troisième cancer urologique après le cancer de prostate et celui de la vessie. L

Plus en détail

Prévention des cancers. Pr GANRY

Prévention des cancers. Pr GANRY Prévention des cancers Pr GANRY Pourquoi mettre en place une politique de prévention? Cancers de mauvais pronostic: ORL, œsophage, estomac. effet connu de l arrêt du tabagisme, de l alcoolisme Efficacité

Plus en détail

Les cancers de l endomètre

Les cancers de l endomètre Chapitre 2 Les cancers de l endomètre Généralités Prise en charge Il convient d évaluer les facteurs de comorbidité et l espérance de vie. La stratégie thérapeutique repose principalement sur l opérabilité

Plus en détail

Le parcours sein DR VÉRONIQUE LORGIS DR ISABELLE DESMOULINS

Le parcours sein DR VÉRONIQUE LORGIS DR ISABELLE DESMOULINS Le parcours sein DR VÉRONIQUE LORGIS DR ISABELLE DESMOULINS La première consultation Patiente adressée par le médecin traitant Par le radiologue Venue d elle-même Adressée par un service Par le chirurgien

Plus en détail

Thésaurus du Cancer du Colon

Thésaurus du Cancer du Colon Thésaurus du Cancer du Colon - 1 - Bilan des Cancers du Colon Antécédents, recherche de forme familiale Examen clinique, TR Coloscopie avec biopsies Echographie abdominale +/- TDM abdominal si doute ou

Plus en détail

CANCER PULMONAIRE METASTATIQUE - CAS CLINIQUE. Déborah Assouan Tuteur : Docteur Camille Garoute CHU Amiens DES 3 février 2017

CANCER PULMONAIRE METASTATIQUE - CAS CLINIQUE. Déborah Assouan Tuteur : Docteur Camille Garoute CHU Amiens DES 3 février 2017 CANCER PULMONAIRE METASTATIQUE - CAS CLINIQUE Déborah Assouan Tuteur : Docteur Camille Garoute CHU Amiens DES 3 février 2017 CAS Mr G, 64 ans Homme de 64 ans sans antécédents notables, tabagisme actif

Plus en détail

Cours du Groupe d Oncologie de Langue Française Bruxelles Septembre 2014 Traitements endoscopiques dans le cancer bronchique

Cours du Groupe d Oncologie de Langue Française Bruxelles Septembre 2014 Traitements endoscopiques dans le cancer bronchique Traitements endoscopiques dans le cancer bronchique Dimitri LEDUC MD, PhD Clinique d Endoscopie et Oncologie Thoracique Service de Pneumologie Hopital Universitaire Erasme Traitements endoscopiques dans

Plus en détail

Cancer du pancréas (155) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Cancer du pancréas (155) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Cancer du pancréas (155) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Rapports anatomiques du pancréas Voie de drainage lymphatique. Sémiologie de la douleur pancréatique. Syndrome cholestatique.

Plus en détail

Les Signes évocateurs de cancer ORL

Les Signes évocateurs de cancer ORL Les Signes évocateurs de cancer ORL J. Carvalho, A. Dupret-Bories, Ph. Schultz Service d ORL et chirurgie cervico-faciale Hôpital de Hautepierre Objectifs : savoir reconnaître précocement un cancer ORL

Plus en détail

STRATEGIE THERAPEUTIQUE DEVANT UNE OU DES METASTASES CEREBRALES QUE RETENIR EN PRATIQUE?

STRATEGIE THERAPEUTIQUE DEVANT UNE OU DES METASTASES CEREBRALES QUE RETENIR EN PRATIQUE? STRATEGIE THERAPEUTIQUE DEVANT UNE OU DES METASTASES CEREBRALES QUE RETENIR EN PRATIQUE? Benouaich-Amiel A. Institut Claudius Regaud Toulouse EPIDEMIOLOGIE Fréquent 8 à 10 % des cancers 100 170 000 nvx

Plus en détail

TRAITEMENT NEO ADJUVANT DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE. Laetitia DAHAN CHU Timone Marseille

TRAITEMENT NEO ADJUVANT DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE. Laetitia DAHAN CHU Timone Marseille TRAITEMENT NEO ADJUVANT DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE Laetitia DAHAN CHU Timone Marseille Aucun CONFLITS D INTÉRÊT Objectifs pédagogiques Savoir définir un cancer du pancréas localement avancé et border

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 10 novembre 2004

AVIS DE LA COMMISSION. 10 novembre 2004 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 10 novembre 2004 GEMZAR 200 mg, lyophilisat pour usage parentéral (IV) Flacon de 10 ml GEMZAR 1000 mg, lyophilisat pour usage parentéral

Plus en détail

- Effets secondaires des traitements - Métastases - Second cancer après cancer du sein - Qualité de vie BENEFICES ET MODALITES DE SURVEILLANCE

- Effets secondaires des traitements - Métastases - Second cancer après cancer du sein - Qualité de vie BENEFICES ET MODALITES DE SURVEILLANCE SURVEILLANCE DU CANCER DU SEIN TRAITE ( VIVIANE FEILLEL) SURVEILLANCE LOCOREGIONALE - Séquelles post-thérapeutiques - Récidive homolatérale - Cancer du sein controlatéral SURVEILLANCE GENERALE - Effets

Plus en détail

Chirurgie palliative des cancers du sein

Chirurgie palliative des cancers du sein Chirurgie palliative des cancers du sein Dr MARTIN-FRANCOISE Sandrine Centre François Baclesse CAEN 1 / xx Cancers du sein métastatiques Cancer du sein d emblée métastatique : 1 à 2% Puis cancer devenant

Plus en détail

REFERENTIEL REGIONAL DE PRISE EN CHARGE DES TUMEURS DE L OVAIRE

REFERENTIEL REGIONAL DE PRISE EN CHARGE DES TUMEURS DE L OVAIRE REFERENTIEL REGIONAL DE PRISE EN CHARGE DES TUMEURS DE L OVAIRE Validé le 23/02/2012 Réseau Onco-Poitou-Charentes 2 rue de la Milétrie - BP 577-86021 POITIERS cedex Tel : 05.49.44.37.70 Fax : 05.49.44.37.73

Plus en détail

CANCER DU SEIN DE LA FEMME AGEE : QUELS TRAITEMENTS? A.BARKAT Clin gyn obs. CHU Constantine 7ème Congrès de la SAERM ALGER 14-15/03/09

CANCER DU SEIN DE LA FEMME AGEE : QUELS TRAITEMENTS? A.BARKAT Clin gyn obs. CHU Constantine 7ème Congrès de la SAERM ALGER 14-15/03/09 CANCER DU SEIN DE LA FEMME AGEE : QUELS TRAITEMENTS? A.BARKAT Clin gyn obs. CHU Constantine 7ème Congrès de la SAERM ALGER 14-15/03/09 INTRODUCTION 1 er cancer féminin avec l age age moyen: 48 ans expérience

Plus en détail

Mise au point sur la nouvelle classification TNM du cancer broncho-pulmonaire non à petites cellules

Mise au point sur la nouvelle classification TNM du cancer broncho-pulmonaire non à petites cellules Mise au point sur la nouvelle classification TNM du cancer broncho-pulmonaire non à petites cellules A. Micheau,, S. Bommart,, F. Klein, C. Bousquet,G. Gahide, JP. Sénac, S H. Vernhet-Kovacsik Service

Plus en détail

TEP / TDM : Quelles indications en gynécologie - Ganglion sentinelle. J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat

TEP / TDM : Quelles indications en gynécologie - Ganglion sentinelle. J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat TEP / TDM : Quelles indications en gynécologie - Ganglion sentinelle J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat Mougins - Jeudi 20 septembre 2012 2009 : TEP-TDM à temps

Plus en détail

NOUVELLE CLASSIFICATION TNM

NOUVELLE CLASSIFICATION TNM NOUVELLE CLASSIFICATION TNM 7 ème Classification TNM 2009 du cancer du poumon Paumier A, Maugin E, Picquet J, Enon B. Service de CCVT CHU ANGERS La Baule, Mars 2010 Historique 1945 : invention du TNM 1973

Plus en détail

Recommandations régionales Prise en charge des cancers de l endomètre

Recommandations régionales Prise en charge des cancers de l endomètre Recommandations régionales Prise en charge des cancers de l endomètre - janvier 2012 - Circonstances diagnostiques Le diagnostic de cancer de l endomètre est suspecté devant des métrorragies, après exclusion

Plus en détail

Référentiel SFORL Société Française ORL & CCF

Référentiel SFORL Société Française ORL & CCF Référentiel Société Française ORL & CCF THEME : BILAN PRETHERAPEUTIQUE DES CARCINOMES DES VADS BUT DE LA DEMARCHE : ce référentiel concerne l optimisation du bilan pré thérapeutique des carcinomes épidermoïdes

Plus en détail

Dépistage du cancer pulmonaire pour les personnes exposées à l'amiante. Etat de la situation en Suisse

Dépistage du cancer pulmonaire pour les personnes exposées à l'amiante. Etat de la situation en Suisse Dépistage du cancer pulmonaire pour les personnes exposées à l'amiante Etat de la situation en Suisse Formation en pneumologie du 30 avril 2015 Dr Régis Otasevic Importations d amiante (tonnes) Mésothéliomes

Plus en détail

UE2 CANCEROLOGIE Place de la Médecine Nucléaire

UE2 CANCEROLOGIE Place de la Médecine Nucléaire UE2 CANCEROLOGIE Place de la Médecine Nucléaire Imagerie Imagerie de Gamma Caméra Tomographie d émission monophotoniqueou TEMP: radiopharmaceutiqueémetteurs de rayonnement Gamma Imagerie de Caméra TEP

Plus en détail

CANCER DE L ENDOMÈTRE. Recommandations et référentiels de l INCA Novembre 2010

CANCER DE L ENDOMÈTRE. Recommandations et référentiels de l INCA Novembre 2010 CANCER DE L ENDOMÈTRE Recommandations et référentiels de l INCA Novembre 2010 RAPPELS 5 rang des cancers chez la femme 6560 nouveaux cas par an patientes post-ménopausées (âge moyen : 68 ans) survie relative

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES PNEUMOTHORAX AU SERVICE D ACCUEIL DES URGENCES. Dr GONTHIER

PRISE EN CHARGE DES PNEUMOTHORAX AU SERVICE D ACCUEIL DES URGENCES. Dr GONTHIER PRISE EN CHARGE DES PNEUMOTHORAX AU SERVICE D ACCUEIL DES URGENCES Dr GONTHIER LE PNEUMOTHORAX Classification en fonction des principales étiologies Pneumothorax spontanés Pneumothorax traumatiques Pneumothorax

Plus en détail

LA TOMOGRAPHIE PAR EMISSION DE POSITONS (TEP)

LA TOMOGRAPHIE PAR EMISSION DE POSITONS (TEP) LA TOMOGRAPHIE PAR EMISSION DE POSITONS (TEP) Qu est ce que la TEP? - Technique d imagerie médicale fonctionnelle métabolique - Injection d un radiopharmaceutique Particularité : Emetteur de positons -

Plus en détail

thérapeutiques en cancérologie des VADS

thérapeutiques en cancérologie des VADS Référentiel et options thérapeutiques en cancérologie des VADS Version 2008 Bilan préthérapeutique Indispensables Panendoscopie des VADS sous Ag Bilan de la lésion Recherche de deuxième localisation Biopsies

Plus en détail

Élaboré dans le cadre de la

Élaboré dans le cadre de la Traitements et soins Cancer du sein C O L L E C T I O N Recommandations Outil d aide à la décision Consensus d experts à partir de recommandations internationales Focus sur les indications de la radiothérapie

Plus en détail

L apport d une nouvelle technologie: tomographie d émission par positrons

L apport d une nouvelle technologie: tomographie d émission par positrons L apport d une nouvelle technologie: tomographie d émission par positrons François Bénard, MD, FRCPC Clinicien-chercheur, Centre de recherche clinique Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke Professeur

Plus en détail