CANCERS ET RAYONNEMENTS IONISANTS Fortes doses: seconds cancers après radiothérapie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CANCERS ET RAYONNEMENTS IONISANTS Fortes doses: seconds cancers après radiothérapie"

Transcription

1 CANCERS ET RAYONNEMENTS IONISANTS Fortes doses: seconds cancers après radiothérapie Rencontres Nucléaire et Santé 08/02/2013 Pierre BEY Professeur émérite de Cancérologie;Radiothérapie Université de Lorraine Institut Curie

2 La radiothérapie Un des traitements efficaces des cancers (50 60% des cas) En France, environ patients irradiés par an ( RTE et par curiethérapie), 2/3 à visée curative Contribue à la guérison (50% des cancers) Effets secondaires (irradiation inévitable de tissus sains autour du volume cible) déterministes (avec seuil, d autant + graves que la dose est plus élevée). immédiats: RTE dès la 3 e semaine, parfois gênants, sans gravité aux doses habituelles, disparaissent après l irradiation. tardifs: endartérite oblitérante, fibrose, graves dans < 3 % des cas (prix à payer pour la guérison) marge étroite, et troubles de croissance chez l enfant stochastiques (aléatoires) cancers ( a priori sans dose seuil, la fréquence augmente avec la dose)

3 Homme 26 ans en 1974

4 Seconds cancers après radiothérapie Phénomène connu depuis le début du XXe siècle, une préoccupation récente (une trentaine d années), en raison de: France incidence des cancers (+ 115%) taux de mortalité par cancer (+11,5%) le nombre de patients en rémission de longue durée augmente régulièrement et va continuer à augmenter (environ 2 millions aujourd hui dont 35 à 40% ont reçu une RT soit 700 à ) des traitements conservateurs (RT seule ou avec chirurgie partielle: ORL, sein, vessie, prostate...) de l espérance de vie après traitement pour un 1 er cancer (réduction mortalité cardiovasc.) Homme (âge moyen cancer: 67 ans) 13 ans 18 ans Femme (âge moyen cancer: 64 ans) 16 ans 23 ans

5

6 Seconds cancers après radiothérapie Comment les étudier? les seconds cancers après rémission d un 1 er cancer peuvent être:. spontanés (les + fréquents). favorisés par des facteurs communs au 1 er cancer: génétiques (sein, colorectal, rétine ), environnementaux (ORL: alcool et tabac, peau: exposition UV, gynéco et ORL: HPV ). favorisés par les traitements du 1 er cancer (Chimiothérapie: leucémie avec alkylants, étoposide, Hormonothérapie: endomètre Radiothérapie: non différents des autres difficiles à identifier études comparatives: comparaisons de cohortes avec et sans RT en prenant en compte les facteurs qui modifient le risque (âge, dose totale, délai, génétique, type de 1 er cancer.) difficiles à quantifier indicateurs utilisés: RR (risque observé avec/risque observé sans) SIR (standardized incidence ratio, nombre de cas observés avec /nombre attendu), ERR (excès de risque relatif), EAR (excess absolute risk) H Suit (2007): Patients avec cancer et RT vs population générale: RR 1,31 Patients avec cancer sans RT vs population générale: RR 1,12 Patients avec cancer et RT vs patients avec cancer sans RT: RR 1,08

7 Seconds cancers après RT Les cancers radio induits surviennent au sein des seconds cancers chez des patients en rémission après un 1 er cancer: seconds cancers à 25 ans (plus de 2 millions de survivants, registres USA, Surveillance, Epidemiology and End Results, SEER, ): RR global= 1,14 (Curtis, 2006)

8

9 Carcinogénèse radio induite Le pouvoir cancérigène des rayonnements ionisants, suspecté dès 1902 et formellement démontré ensuite, y compris après RT est avéré (cancérogène avéré, groupe 1 CIRC) Sarcomes radio induits: critères de Cahan, 1948 Les rayonnements ionisants participent au processus multi étapes de la transformation cellulaire, par une réparation imparfaite («fautive») de l ADN Le délai entre l exposition et l apparition du cancer radio induit peut être très long: survivants d Hiroshima et Nagasaki, 2 à 10 ans pour les leucémies, 10 à 50+ ans pour les cancers solides Facteurs influant sur le risque de cancer induit par la RT pour un 1 er cancer: l âge auquel est faite l irradiation le type de 1 er cancer susceptibilité génétique la dose, le fractionnement, la technique utilisés.

10 Seconds cancers après radiothérapie De quelles doses parle t on? (RTE à raison de 1,8 à 2,25 Gy/séance, 4 à 5 s/sem., curiethérapie: faible débit ou haut débit fractionné) RT seule à visée curative: Gy jusqu à Gy RTE associée à la chirurgie: Gy (+/ complément) RTE associée à la chimiothérapie : adulte Gy, enfant: Gy Ces doses concernent le volume cible, avec un gradient de dose autour du volume cible ( 5 à 45 Gy) des doses faibles (1 à 5% de la dose prescrite) à très faibles (quelques dizaines de mgy) à distance, avec une dose par séance beaucoup plus faible Les progrès récents de la technique conforment mieux la dose élevée au volume cible peuvent augmenter le volume recevant des doses faibles ou très faibles

11 11

12 RT pour cancer de la prostate

13 LOI Linéair e SANS Seuil

14 Seconds cancers après RT pour cancer de l enfant En France: cas avant 15 ans (2 300 avant 18 ans) Taux de guérison de 80% L espérance de vie d un enfant guéri est de 70 à 80 ans, ce qui laisse tout le temps au risque de second cancer de s exprimer Principaux facteurs favorisants: Types de cancers: rétinoblastome, sarcome d Ewing, Hodgkin, médulloblastome Susceptibilité génétique reconnue: rétinoblastome Chimiothérapie (leucémie), Sexe féminin (sein, thyroïde) Radiothérapie: double le risque (tous seconds cancers, secondes tumeurs autres) Seconds cancers observés chez l enfant irradié (délai moyen: 17 ans): sein, cerveau, os, tissus mous, thyroïde, mélanome, leucémie myéloïde Children Cancer Survivor Study ( survivants à 5 ans 2010): seconds cancers après RT: 10% à 30 ans sans RT: 5% à 30 ans

15

16 1852 survivants à un an (traités entre 1914 et 1996, NY et Boston) (90% des bilatéraux et 20% des unilatéraux irradiés) (R. Kleinerman JCO 2012,30:950)

17 Seconds cancers après Rt chez l adulte Prostate: en France, cas/an, diagnostic de + en + précoce, âge moyen au diagnostic: 72 ans. 85% des patients sont en vie à 10 ans. Différentes études sans excès de risque, certaines avec excès de cancers de vessie et rectum. Série MSKC (> 10 ans), RTE et curiethérapie: excès de risque de cancers cutanés avec RTE, pas avec curiethérapie. Cancers gynécologiques: série de cancers du col utérin, avec RTE et/ou curiethérapie. Excès de risque de cancers pelviens avec RT, plus élevé si <50 ans Cancers endomètre, à 15 ans: avec RT 22% seconds cancers vs 16% sans RT.

18 Seconds cancers après RT chez l adulte Maladie de Hodgkin: sujets jeunes, années 1970, guérison par RTE grands volumes, doses élevées, puis association à CT Excès de risque de seconds cancers: sein, poumon, thyroïde, colorectal, sarcome, estomac, leucémie (avec CT). Cancers du testicule: rares mais sujets jeunes, haute curabilité Excès de risque à 35 ans, associé à l importance du volume et de la dose.

19 Seconds cancers après RT corporelle totale (ICT) En préparation à une (allo)greffe de moelle osseuse pour leucémie, avec CT lourde, dose standard: 12 Gy en 6 fr. et 3 j ( DL 50 chez l Homme: 4 Gy) En France, environ personnes (dont 20% d enfants) concernées avec 50% de guérison Excès de risque de seconds cancers: étude internationale sur patients avec allogreffe entre 1964 et 1994 dans 271 centres suivis >5 ans et 1985 >10 ans. ICT pour 67%, doses de 10 à 15 Gy. 45% ont reçu un traitement immunosuppresseur. Les seconds cancers observés (189 au total) sont le triple des cancers attendus à 15 ans. Deux facteurs de risque accru: l ICT (risque x 1,8) avec une augmentation du risque avec la dose et avec une RT additionnelle le jeune âge

20 Seconds cancers après RT pour cancer du sein En France: cas par an, âge moyen 61 ans Diagnostic de + en + précoce: 70% de conservation du sein, >80% reçoivent une RT Taux de guérison 85% à 5 ans, avec une espérance de vie longue Seconds cancers dans le sein traité (si sein conservé, différent de la récidive du 1 er ) et dans le sein controlatéral.

21 Effect of radiotherapy (in trials of RT vs not, or RT vs more surgery) on second primary cancers Total Excess Ratio of events events rates (se) a 2p Contralateral breast cancer b (0.06) Cancer of other site c (0.06) Lung cancer (0.16) Oesophagus cancer (0.50) 0.08 Leukaemia (0.36) 0.04 Soft-tissue sarcoma (0.62) 0.03 Other specified sites (0.07) NS a Ratio of annual event rates irradiated vs unirradiated b Contralateral breast cancer as the first or only site of recurrence. c Other than breast or non-melanoma skin cancer. EBCTCG 2006: PROVISIONAL RESULTS cas 21EBCTCG Fifth Cycle

22 Cancer du sein controlatéral Institut Curie, patientes traitées de 1981 à 1997 et suivies en moyenne 10 ans avec RT sans RT Cancer du sein controlatéral ,1% 7,6%

23 Institut Curie: Seconds cancers (autres que seconds cancers du sein) No RT RT % p Sarcoma Lung Ovaries Gynecological GI Urological Head and neck Thyroid Melanoma NHL Leukemia Others Total

24 Risque cumulatif de sarcome radio induit après RT pour cancer du sein Institut Curie : 27 cas/ patientes traitées avec RT En plein volume cible: sein 13, paroi 5, axillaire 3, sternum 3, susclav.2, omoplate 1 Risque à 10 ans: 0,27 % (± 0,05) Risque à 15 ans: 0,48 % (± 0,11)

25 EBCTCG. Breast Conserving Surgery

26 Synthèse Proportion de seconds cancers attribuables à la RT A partir des registres américains SEER, (de Gonzales, Lancet Oncol 2011, 12:353) adultes (15 localisations avec au moins 20% de RT), survivants de plus de 5 ans (comparaisons avec et sans RT) (soit 9 %) ont fait un second cancer en excès imputables à la RT (8% des seconds cancers chez les irradiés), soit 5 cancers en excès/1 000 (0.5%) patients traités avec RT à 15 ans Ce risque: diminue avec l âge (maximum chez le jeune enfant) augmente avec la dose reçue par chaque organe (max pour dose>5 Gy) augmente avec le délai et persiste dans le temps est à mettre en balance avec le bénéfice Chaque année en France, patients irradiés pour un cancer, 2/3 à visée curative, la moitié soit vont vivre au moins 5 ans Chaque année, environ 300 personnes (dont 15 à 20 enfants) seraient concernés par un second cancer (curable 1 fois/2) imputable à la RT administrée pour un 1er cancer.

27 Conclusion Les cancers secondaires après RT sont une réalité, le plus souvent dans et à proximité du volume cible Leur fréquence, globalement faible ( <1% chez l adulte) concerne tous les patients. Elle augmente avec : le jeune âge au traitement par RT du 1 er cancer ( max avant 10 ans) la dose reçue (surtout > 5 Gy, à partir de 0,1 Gy?) Le risque reste très faible par rapport au bénéfice apporté dans le traitement de maladies spontanément mortelles, mais l amélioration des taux de guérison et l allongement de l espérance de vie après traitement font que leur importance augmente

28 Conclusion Cela doit conduire à renforcer la justification des indications de RT (par rapport aux alternatives en particulier chez l enfant) l optimisation technique des traitements quand la RT curative est nécessaire, en termes de: dose totale (dose minimale efficace plutôt que dose maximale tolérable) volume cible (volume nécessaire sans excès de précaution) conformation de la dose au volume cible (en prenant en compte les faibles doses) privilégier la protonthérapie chez l enfant la prise en compte des autres facteurs favorisants (tabac si irradiation pulmonaire, pas de RT dans les formes héréditaires de Rb: Institut Curie 30 cas irradiés en 1980, 1 en 2011, éviter l irradiation mammaire avant la puberté ) la recherche (dose totale, dose par fraction, faibles doses, marqueurs de cancers radio induits, marqueurs individuels de risque )

29 Optimisation de la RT

30 médulloblastome Le complément sur la fosse postérieure RTCMI Protons Gy

31 Médulloblastome Irradiation du nevraxe Estimation de cancers radio induits Radiothérapie X MIRALBELL et al. IJROBP 2002 Conventionnelle RTCMI protons Estimation de l incidence annuelle de cancer secondaire (tous cancers) 0.76% 0.43% 0.05% Les protons: reduction de l incidence de second cancer de 15 fois vs RX conv. et de 8 fois vs RTCMI 31 Inauguration Réunion des professionnels 09 décembre 2010

32

Second cancer après radiothérapie mammaire

Second cancer après radiothérapie mammaire Second cancer après radiothérapie mammaire Sophie Guillerm, service de radiothérapie, Hôpital St Louis Florence Coussy, service d oncologie, Institut Curie Vendredi 25/09/2015 Introduction incidence nombre

Plus en détail

Etat des connaissances des effets sur l homme

Etat des connaissances des effets sur l homme Etat des connaissances des effets sur l homme Marie-Odile Bernier PRP-HOM/ laboratoire d Epidémiologie Séminaire Environnement / Santé Quelle surveillance dans les territoires par les différents acteurs?

Plus en détail

Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire

Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire Ramona ITTI, physicienne médicale Service de Cancérologie - Radiothérapie hôpital St. Louis Les Matinées de l Innovation, 27 septembre 2013

Plus en détail

La radiothérapie. Définition = utilisation des rayonnements ionisants à des fins thérapeutiques

La radiothérapie. Définition = utilisation des rayonnements ionisants à des fins thérapeutiques La radiothérapie La radiothérapie Définition = utilisation des rayonnements ionisants à des fins thérapeutiques Radiothérapie externe Curiethérapie Radiothérapie métabolique = médecine nucléaire Traitement

Plus en détail

Bases de la radiothérapie externe Particularités du sujet âgé. Dr Françoise Pêne

Bases de la radiothérapie externe Particularités du sujet âgé. Dr Françoise Pêne Bases de la radiothérapie externe Particularités du sujet âgé Dr Françoise Pêne 10 FEVRIER 2012 Bases de la Radiothérapie Historique - 1895 : rayons X (Röntgen) - 1896 : radioactivité (Becquerel) - 1898

Plus en détail

LE RAPPEL PHYSIOLOGIQUE

LE RAPPEL PHYSIOLOGIQUE LE RAPPEL PHYSIOLOGIQUE LE CANCER Causes de décès - Nombre de décès - Taux comparatifs - Survie à 5 ans Nombre de décès (Sénat) La France se caractérise par une mortalité encore excessive avant 65 ans

Plus en détail

Actualités du traitement du cancer Radiothérapie

Actualités du traitement du cancer Radiothérapie Actualités du traitement du cancer Radiothérapie Véronique Vendrely Service d oncologie radiothérapie Hôpital Saint André Bordeaux Club des jeunes néphrologues 20 Mai 2006 Introduction Quelques bases pour

Plus en détail

LES MATINALES DE LA FONDATION

LES MATINALES DE LA FONDATION LES MATINALES DE LA FONDATION «Les nouvelles formes de radiothérapie dans le traitement des cancers de l enfant» Conférence du Professeur Jean-Louis HABRAND, Université de Caen-Basse Normandie, Chef du

Plus en détail

Registre des cancers Nord Tunisie

Registre des cancers Nord Tunisie Registre des cancers Nord Tunisie Données 1999-2003 Evolution 1994-2003 Projections à l horizon 2024 Ministère de la Santé Publique Institut Salah Azaiez Institut National de la Santé Publique Ministère

Plus en détail

LAM et SMD secondaires à la radio-chimiothérapie : Une série de 116 cas provenant de 2 Centres de lutte contre le Cancer.

LAM et SMD secondaires à la radio-chimiothérapie : Une série de 116 cas provenant de 2 Centres de lutte contre le Cancer. LAM et SMD secondaires à la radio-chimiothérapie : Une série de 116 cas provenant de 2 Centres de lutte contre le Cancer. H BENNANI 1, V SAADA 2 1 Institut Curie-Hôpital René Huguenin, Saint Cloud 2 Institut

Plus en détail

dies, Besançon les 07 et 08 Mars 2008

dies, Besançon les 07 et 08 Mars 2008 Synthèse du rapport IPSN-INVS INVS Décembre 2000 L accident de Tchernobyl du 26 Avril 1986 a donné lieu à d importants rejets radioactifs dans l atmosphl atmosphère, qui se sont déposd posés s de façon

Plus en détail

Cancer du sein Quelques chiffres

Cancer du sein Quelques chiffres Radiothérapie dans le cancer du sein en Oncogériatrie Vendredi 27 mars 2015 Laurent Quéro Service de Cancérologie-Radiothérapie Hôpital Saint Louis, Paris Cancer du sein Quelques chiffres Premier cancer

Plus en détail

Rencontres Nucléaires et Santé 8 février 2013 André Aurengo

Rencontres Nucléaires et Santé 8 février 2013 André Aurengo Rencontres Nucléaires et Santé 8 février 2013 André Aurengo rappels susceptibilité individuelle que dit l épidémiologie? gestion des risques cancérogenèse : un processus darwinien complexe 1 - autonomie

Plus en détail

Du diagnostic au traitement des cancers :

Du diagnostic au traitement des cancers : Quand le nucléaire soigne Du diagnostic au traitement des cancers : la radiothérapie Jean DATCHARY IUT Cherbourg-Manche Lundi 19 mars 2012 1 Deux grandes découvertes qui ne passent pas inaperçues 28/12/1895

Plus en détail

La myélite radique mythe ou risque réel

La myélite radique mythe ou risque réel Centre de Lutte Contre le Cancer Paul Strauss www.centre-paul-strauss.fr La myélite radique mythe ou risque réel Pr Georges Noël 2ème AFSOS Paris14-17 septembre 2010 Une inquiétude permanente Mars 2010

Plus en détail

Cancer du sein Quelques chiffres

Cancer du sein Quelques chiffres Radiothérapie dans le cancer du sein en Oncogériatrie Laurent Quéro Service de Cancérologie - Radiothérapie Hôpital Saint Louis, Paris Cancer du sein Quelques chiffres Premier cancer en terme d incidence

Plus en détail

La Radioprotection. UE Santé Société Humanité Module Santé Publique

La Radioprotection. UE Santé Société Humanité Module Santé Publique La Radioprotection UE Santé Société Humanité Module Santé Publique La Radioprotection La radioprotection est la discipline qui coordonne les recherches, les travaux et les techniques concernant les moyens

Plus en détail

Radiothérapie adjuvante des CCIS

Radiothérapie adjuvante des CCIS Radiothérapie adjuvante des CCIS standard, abstention, ou surimpression? Pr David AZRIA Pôle de Radiothérapie Oncologique INSERM U896 UM1 Montpellier Retour vers le futur. CCIS peut légitimement être traité

Plus en détail

- Effets secondaires des traitements - Métastases - Second cancer après cancer du sein - Qualité de vie BENEFICES ET MODALITES DE SURVEILLANCE

- Effets secondaires des traitements - Métastases - Second cancer après cancer du sein - Qualité de vie BENEFICES ET MODALITES DE SURVEILLANCE SURVEILLANCE DU CANCER DU SEIN TRAITE ( VIVIANE FEILLEL) SURVEILLANCE LOCOREGIONALE - Séquelles post-thérapeutiques - Récidive homolatérale - Cancer du sein controlatéral SURVEILLANCE GENERALE - Effets

Plus en détail

Second cancers après cancer du sein. M. Espié Centre des maladies du sein

Second cancers après cancer du sein. M. Espié Centre des maladies du sein Second cancers après cancer du sein M. Espié Centre des maladies du sein Second cancer après cancer du sein 376 825 pa=entes diagnos=quées entre 1943 et 2002 ayant au moins survécu un an en Scandinavie

Plus en détail

Chapitre 5 Processus tumoral et cancer

Chapitre 5 Processus tumoral et cancer Chapitre 5 Processus tumoral et cancer V.1 Définition V.2 Cancérogenèse ou oncogenèse V.3 Facteurs cancérigènes V.4 Prévention. V.5 Dépistage et diagnostic. V.5.1 Signes cliniques V.5.2 Examens complémentaires

Plus en détail

Le cancer en Suisse. Santé 1182-1000. Neuchâtel, 2011

Le cancer en Suisse. Santé 1182-1000. Neuchâtel, 2011 4 Santé 8-000 Le cancer en Suisse Swiss Childhood Cancer Registry (SCCR) Schweizer Kinderkrebsregister (SKKR) Registre Suisse du Cancer de l Enfant (RSCE) Registro Svizzero dei Tumori Pediatrici (RSTP)

Plus en détail

Qu est-ce que le cancer?

Qu est-ce que le cancer? Qu est-ce que le cancer? Pierre-Hugues Fortier Oto-Rhino-Laryngologie Oncologie Cervico-Faciale 3 avril 2012 Le cancer Au Québec 100 nouveaux cas par jour 50 morts par jour A travers le monde 1 nouveau

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 14 janvier 2004

AVIS DE LA COMMISSION. 14 janvier 2004 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 14 janvier 2004 COSMEGEN 0,5 mg, poudre pour solution injectable Boîte de 1 flacon Laboratoires MERCK SCHARP & DOHME-CHIBRET dactinomycine

Plus en détail

Volume 1 : Epidémiologie - Etudes des facteurs de risques

Volume 1 : Epidémiologie - Etudes des facteurs de risques 2 V o l u m e Volume 1 : Epidémiologie - Etudes des facteurs de risques Volume 2 : Epidémiologie - Situation et actions Recherche des données d incidence estimée des cancers au Maroc Recherche des données

Plus en détail

Statistiques Canadiennes sur le Cancer, et HMR sur le poumon

Statistiques Canadiennes sur le Cancer, et HMR sur le poumon Statistiques Canadiennes sur le Cancer, et HMR sur le poumon Bernard Fortin Mars 2014 Source: Comité consultatif de la Société canadienne du cancer : Statistiques canadiennes sur le cancer 2013. Toronto

Plus en détail

Collège de Gynécologie CVL

Collège de Gynécologie CVL Impact des traitements anticancéreux sur la fertilité Chez la femme adulte Dr E. VIEL CCA Hôpital de Jour de Cancérologie CHU de Tours Le 05 avril 2013 à Orléans 1 Ce que dit l INCa Il existe peu données

Plus en détail

Qu est-ce qu un sarcome?

Qu est-ce qu un sarcome? Qu est-ce qu un sarcome? Qu est-ce qu une tumeur? Une tumeur est une prolifération anormale de cellules. Les tumeurs ne devraient donc pas automatiquement être associées à un cancer. Certaines tumeurs

Plus en détail

BL01 : Environnement agro-industriel et cancer

BL01 : Environnement agro-industriel et cancer Note : ce document n est qu une prise de note rédigée pendant le cours de BL01. Il ne peut donc se substituer au cours d autant plus qu il est souvent incomplet (la 2 ème heure était souvent celle de la

Plus en détail

Les lignes directrices de suivi des cancers les plus communs Volet survivance

Les lignes directrices de suivi des cancers les plus communs Volet survivance Les lignes directrices de suivi des cancers les plus communs Volet survivance Alain Bestavros MD, FRCPC Hémato-oncologue Professeur adjoint de clinique Université de Montréal 25 septembre 2015 Je suis

Plus en détail

Le rôle du généraliste dans le suivi du cancer du sein. Pr. Yves Aubard

Le rôle du généraliste dans le suivi du cancer du sein. Pr. Yves Aubard Le rôle du généraliste dans le suivi du cancer du sein Pr. Yves Aubard Les objectifs généraux de la surveillance Dépistage D un rechute locale ou régionale D un cancer du sein controlatéral D une métastase

Plus en détail

Incidence du cancer en Belgique et dans la Communauté Germanophone

Incidence du cancer en Belgique et dans la Communauté Germanophone Incidence du cancer en Belgique et dans la Communauté Germanophone Julie Francart, Katia Emmerechts, Liesbet Van Eycken Eupen, le 5 Avril 2011 Contenu Introduction Objectives Incidence du Cancer en Belgique

Plus en détail

ovarienne Indications, RésultatsR

ovarienne Indications, RésultatsR Cryopréservation ovarienne Indications, RésultatsR K. Morcel 1, D. Le Lannou 2 1 Médecine de la reproduction,pogmr,hôpital,hôpital Sud, Rennes 2 Biologie de la reproduction, POGMR, Hôpital Sud, Rennes

Plus en détail

TECHNIQUES INNOVANTES ET TENDANCES ACTUELLES EN RADIOTHÉRAPIE: FOCUS SUR LE CANCER DU SEIN ET DE LA PROSTATE

TECHNIQUES INNOVANTES ET TENDANCES ACTUELLES EN RADIOTHÉRAPIE: FOCUS SUR LE CANCER DU SEIN ET DE LA PROSTATE HIRSLANDEN LAUSANNE CLINIQUE BOIS-CERF CLINIQUE CECIL TECHNIQUES INNOVANTES ET TENDANCES ACTUELLES EN RADIOTHÉRAPIE: FOCUS SUR LE CANCER DU SEIN ET DE LA PROSTATE LA RADIOTHÉRAPIE A FAIT D ÉNORMES PROGRÈS

Plus en détail

Les tumeurs osseuses

Les tumeurs osseuses Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Les tumeurs osseuses LE SARCOME D EWING Auteurs L OSTEOSARCOME Dr Perrine MAREC-BERARD Tous droits réservés. Reproduction interdite.

Plus en détail

Cancers - Pronostics à long terme Une expertise collective de l Inserm

Cancers - Pronostics à long terme Une expertise collective de l Inserm Paris, le 19 avril 2006 Dossier de presse Cancers - Pronostics à long terme Une expertise collective de l Inserm En 2000, d après les estimations issues des registres, le nombre de nouveaux cas de cancer

Plus en détail

Cancer du sein : données épidémiologiques 2012

Cancer du sein : données épidémiologiques 2012 Cancer du sein 1 2 Cancer du sein : données épidémiologiques 2012 1er cancer en fréquence et en mortalité de la femme 48.763 nouveaux cas 31,5 % des nouveaux cas de cancers de la femme 50 % des cancers

Plus en détail

Définitions : tumeur. Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants.

Définitions : tumeur. Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants. Les tumeurs Définitions : tumeur Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants. Définitions : tumeur bénigne Tumeur bénigne : -néoformation

Plus en détail

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus Module 2 Exercice 1: Cellules souches hématopoïétiques 1. Causes de décès en Suisse (2010) La figure suivante montre les causes de décès les plus fréquentes en Suisse en 2010, telles qu elles ont été relevées

Plus en détail

RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN

RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN INTRODUCTION RECOMMANDATIONS INCA NOV 2008 Schéma standard: o 50 Gy en 25 fractions sur 33 jours

Plus en détail

GROSSESSE APRES CANCER

GROSSESSE APRES CANCER GROSSESSE APRES CANCER 8 ème JOURNEE DU COLLEGE DE GYNECOLOGIE DU CENTRE VAL DE LOIRE Tours 16 Décembre 2005 Bruno CUTULI Polyclinique de Courlancy - REIMS Epidémiologie PLAN Effets gonadiques de CT et

Plus en détail

Cancer de l endomètre

Cancer de l endomètre Onco-gériatrie: Traitement chirurgical des cancers de l endomètre, de l ovaire et du col Emile Daraï Service de Gynécologie-Obstétrique, Hôpital Tenon, IUC, Université Pierre et Marie Curie Paris VI Cancer

Plus en détail

Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes

Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes Pr Jean Trédaniel Service de pneumologie et oncologie thoracique Groupe Hospitalier Paris Saint Joseph Université Paris Descartes Sources Données

Plus en détail

Calcul de la dose périphérique par Monte Carlo pour des cancers du sein traités par radiothérapie: résultats préliminaires

Calcul de la dose périphérique par Monte Carlo pour des cancers du sein traités par radiothérapie: résultats préliminaires Calcul de la dose périphérique par Monte Carlo pour des cancers du sein traités par radiothérapie: résultats préliminaires Andreas Joosten Groupe de Dosimétrie Clinique IRA Intérêt? Pourquoi s intéresser

Plus en détail

Chirurgie palliative des cancers du sein

Chirurgie palliative des cancers du sein Chirurgie palliative des cancers du sein Dr MARTIN-FRANCOISE Sandrine Centre François Baclesse CAEN 1 / xx Cancers du sein métastatiques Cancer du sein d emblée métastatique : 1 à 2% Puis cancer devenant

Plus en détail

Les chiffres du cancer : incidence, différences et survie

Les chiffres du cancer : incidence, différences et survie Les chiffres du cancer : incidence, différences et survie Source des données et méthodes d'estimation Le réseau Francim regroupe l ensemble des registres français des cancers. Il a déterminé l incidence

Plus en détail

RTC 3D ORGANE Radiothérapie conformationnelle du cancer du sein. pn+

RTC 3D ORGANE Radiothérapie conformationnelle du cancer du sein. pn+ RTC 3D ORGANE Radiothérapie conformationnelle du cancer du sein Après mastectomie Après mastectomie pn+ Patiente de 64 ans Antécédents personnels: - Ménarche à 15 ans HISTOIRE DE LA MALADIE - 2 enfants

Plus en détail

Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction

Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction Nader Khaouam MD Laurie Archambault 28 mars 2014 Présentation du cas H - 20 ans, monteur et soudeur d acier Aucun antécédent X 2

Plus en détail

Contraception et risque génétique de cancer

Contraception et risque génétique de cancer Dr Emilie Faller, Dr Eric Bautrant, Centre l Avancée, Clinique AXIUM efaller@l-avancee.fr Contraception et risque génétique de cancer Plus de 100 millions de femmes dans le monde prennent la pilule 10%

Plus en détail

Chaque année, près de 49 000 cas de cancers du sein sont détectés et 11 900 femmes

Chaque année, près de 49 000 cas de cancers du sein sont détectés et 11 900 femmes AIDE À LA PRATIQUE Cancer du sein Quelles modalités de dépistage, pour quelles femmes? Chaque année, près de 49 000 cas de cancers du sein sont détectés et 11 900 femmes décèdent des suites de cette maladie.

Plus en détail

cancers thyroïdiens radioinduits cancers thyroïdiens en France André Aurengo SFRP 3 octobre 2002

cancers thyroïdiens radioinduits cancers thyroïdiens en France André Aurengo SFRP 3 octobre 2002 cancers thyroïdiens radioinduits cancers thyroïdiens en France André Aurengo SFRP 3 octobre 2002 cancers thyroïdiens en France incidence : 1,8 / 100 000 / an sex ratio H / F : 1 / 2,8 répartition selon

Plus en détail

Données épidémiologiques sur les cancers du sein et colo-rectaux dans la Manche

Données épidémiologiques sur les cancers du sein et colo-rectaux dans la Manche Données épidémiologiques sur les cancers du sein et colo-rectaux dans la Manche 17 ème Journée Médicale de l ARKM Cherbourg, le 29 Novembre 2014 L incidence de principaux cancers chez les femmes et chez

Plus en détail

Idées reçues ou vérités?

Idées reçues ou vérités? Sous le haut patronage et en présence du président de la République 1 re convention de la société face au cancer Ligue contre le cancer dimanche 23 novembre 2008 à la Grande Arche de la Défense Idées reçues

Plus en détail

Cancer du poumon à petites cellules. Radiothérapie

Cancer du poumon à petites cellules. Radiothérapie Cancer du poumon à petites cellules Radiothérapie Dr Corinne Faivre-Finn Cours du GOLF Toulouse 11 Septembre 2009 Foundation Trust Foundation Trust Progress in the therapy of SCLC has been painfully slow.

Plus en détail

Les cancers de l endomètre

Les cancers de l endomètre Chapitre 2 Les cancers de l endomètre Généralités Prise en charge Il convient d évaluer les facteurs de comorbidité et l espérance de vie. La stratégie thérapeutique repose principalement sur l opérabilité

Plus en détail

Jeudi 17 novembre 2007

Jeudi 17 novembre 2007 Jeudi 17 novembre 2007 Les irradiations pour soigner les cancers Dr. Carmen Llacer Moscardo CRLC Val D Aurelle Introduction 1 français sur 3 développera un cancer au cours de son existence 60% seront traités

Plus en détail

Les tumeurs osseuses. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. Une information de la Ligue suisse contre le cancer

Les tumeurs osseuses. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. Une information de la Ligue suisse contre le cancer Les tumeurs osseuses Causes Symptômes Diagnostic Traitement Pronostic Une information de la Ligue suisse contre le cancer Les tumeurs osseuses lent chondrosarcomes. Une des formes de cancer osseux, composé

Plus en détail

R. Tekaia Centre Frederic Joliot

R. Tekaia Centre Frederic Joliot LA RADIOTHERAPIE CONFORMATIONNELLE R. Tekaia Centre Frederic Joliot Introduction PLAN RTC : Définition D et Objectifs Besoins de la RTC Traitement par RTC : Prostate Acquisitions des données anatomiques

Plus en détail

Du sarcome d Ewing et des oscillations des progrès thérapeutiques au gré des «protocoles» de recherche.

Du sarcome d Ewing et des oscillations des progrès thérapeutiques au gré des «protocoles» de recherche. Du sarcome d Ewing et des oscillations des progrès thérapeutiques au gré des «protocoles» de recherche. Nicole Delépine www.nicoledelepine.fr Pourquoi ne pas poursuive ce protocole qui donne plus de huit

Plus en détail

Syndromes de prédisposition aux

Syndromes de prédisposition aux Syndromes de prédisposition aux tumeurs cérébralesc Phacomatoses : NF1, NF2, Syndrome de Li-Fraumeni Syndrome de Gorlin Mutations de SUFU Syndrome de prédisposition aux tumeurs rhabdoïdes des Syndrome

Plus en détail

Fiche d information et de faits : Statistiques canadiennes sur le cancer 2013

Fiche d information et de faits : Statistiques canadiennes sur le cancer 2013 SOUS EMBARGO JUSQU AU mercredi 29 mai 2013, 3 h 1, HAE Mai 2013 Fiche d information et de faits : Statistiques canadiennes sur le cancer 2013 En 2013 : On estime que 48 700 nouveaux cas de cancer seront

Plus en détail

Prise en charge du tabagisme chez les patients atteints de cancers. Antoine Deutsch INCa le 28/05/15

Prise en charge du tabagisme chez les patients atteints de cancers. Antoine Deutsch INCa le 28/05/15 Prise en charge du tabagisme chez les patients atteints de cancers Antoine Deutsch INCa le 28/05/15 Poids du tabac dans les cancers o Le tabac : 1 er facteur de risque de cancer o 47 000 décès par cancers

Plus en détail

Cancer du sein et Radiothérapie

Cancer du sein et Radiothérapie Cancer du sein et Radiothérapie Indications et Effets secondaires Valérie Théberge MD FRCPC Radio-Oncologue CHU de Québec L Hôtel-Dieu de Québec Indications de la radiothérapie Mastectomie partielle Après

Plus en détail

RTC 3D ENDOMETRE POST OPERATOIRE. Principes généraux

RTC 3D ENDOMETRE POST OPERATOIRE. Principes généraux RTC 3D ENDOMETRE POST OPERATOIRE Principes généraux Données cliniques Me C, Age, OMS 0 Antécédents Métrorragies post ménopausique? Ex complémentaires = hystéroscopie curetage et TDM TAP Chirurgie: hystérectomie

Plus en détail

Identifier et prévenir les risques de second cancer primitif chez l adulte

Identifier et prévenir les risques de second cancer primitif chez l adulte SecondCancer-2013-CVT (PLA)_INCa-2008 16/12/13 14:02 Page1 PRÉVENTION Pour plus d informations www.e-cancer.fr Un accès direct, simple et dynamique aux principales données actualisées www.lesdonnees.e-cancer.fr

Plus en détail

INTRODUCTION À LA RADIO ONCOLOGIE. Dr Anne Sophie Gauthier Paré Radio oncologue au CSSS de Laval Le 23 septembre 2013

INTRODUCTION À LA RADIO ONCOLOGIE. Dr Anne Sophie Gauthier Paré Radio oncologue au CSSS de Laval Le 23 septembre 2013 INTRODUCTION À LA RADIO ONCOLOGIE Dr Anne Sophie Gauthier Paré Radio oncologue au CSSS de Laval Le 23 septembre 2013 Objectifs Se familiariser avec les indications de traitement en radio oncologie Connaître

Plus en détail

Le Plan cancer 2009-2013 en France : pilotage et bilan d étape

Le Plan cancer 2009-2013 en France : pilotage et bilan d étape Le Plan cancer 2009-2013 en France : pilotage et bilan d étape Symposium Plan cancer Bruxelles, 26 novembre 2012 Catherine Morin, responsable du suivi du Plan cancer - INCa Sommaire de la présentation

Plus en détail

Leucémie. Causes, Facteurs de risques

Leucémie. Causes, Facteurs de risques Leucémie La leucémie ou cancer du sang ou leucose aiguë des organes hématopoïétiques(sang, rate, ganglions, moelle osseuse) est un type de cancer qui entraîne la fabrication par l organisme d un trop grand

Plus en détail

Utilisation des Facteurs de Croissance Hématopoïètiquestiques en Oncologie

Utilisation des Facteurs de Croissance Hématopoïètiquestiques en Oncologie Utilisation des Facteurs de Croissance Hématopoïètiquestiques en Oncologie Médicale R.Sai, K.Bouzid Service d Oncologie d Médicale, M E.H.S Centre P & M Curie, Alger introduction Chimiothérapie anti-canc

Plus en détail

Le cancer au Nouveau-Brunswick 2002-2006

Le cancer au Nouveau-Brunswick 2002-2006 Le cancer au Nouveau-Brunswick 2002-2006 Message des co-chefs de la direction du Réseau du cancer du Nouveau-Brunswick (RCNB) Le Réseau du cancer du Nouveau-Brunswick est heureux de vous offrir le Rapport

Plus en détail

Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux. Jeudi 25 Septembre 2008

Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux. Jeudi 25 Septembre 2008 Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux Jeudi 25 Septembre 2008 Indications oncologiques Indications issues des SOR (standards, options et recommandations).

Plus en détail

Cancers gynécologiques (endomètre ovaire) d origine génétique

Cancers gynécologiques (endomètre ovaire) d origine génétique Cancers gynécologiques (endomètre ovaire) d origine génétique Anne Fajac Service Histologie-Biologie Tumorale, Hôpital Tenon Prédisposition héréditaire au cancer Mutation constitutionnelle Cancer héréditaire

Plus en détail

Chimioprévention du cancer du sein en cas de mutation BRCA1/2. Marc Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis

Chimioprévention du cancer du sein en cas de mutation BRCA1/2. Marc Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis Chimioprévention du cancer du sein en cas de mutation BRCA1/2 Marc Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis Chimioprévention Buts: réduire la mortalité par cancer Le problème doit être un

Plus en détail

CANCER DU CÔLON-RECTUM O. DA SILVA (ORSL), N. LEONE (Registre des cancers), JP. FERLEY (ORSL) CONTEXTE NATIONAL

CANCER DU CÔLON-RECTUM O. DA SILVA (ORSL), N. LEONE (Registre des cancers), JP. FERLEY (ORSL) CONTEXTE NATIONAL Dossier réalisé par l Observatoire Régional de la Santé du Mai 22 avec la collaboration du Registre Général des Cancers en région La santé observée en O. DA SILVA (ORSL), N. LEONE (Registre des cancers),

Plus en détail

Prévention des cancers. Pr GANRY

Prévention des cancers. Pr GANRY Prévention des cancers Pr GANRY Pourquoi mettre en place une politique de prévention? Cancers de mauvais pronostic: ORL, œsophage, estomac. effet connu de l arrêt du tabagisme, de l alcoolisme Efficacité

Plus en détail

INFORMATION CHAPITRE 3 GÉNÉTIQUE CE QUE JE SAIS...

INFORMATION CHAPITRE 3 GÉNÉTIQUE CE QUE JE SAIS... GÉNÉTIQUE CHAPITRE 3 INFORMATION Fœtus de trois mois (il mesure environ 10 cm). La division cellulaire est indispensable au développement embryonnaire mais aussi à la croissance de l enfant, de l'adolescent

Plus en détail

Tumeurs osseuses de l enfantl

Tumeurs osseuses de l enfantl Tumeurs osseuses de l enfantl Enseignement interrégional DES de PédiatrieP Auvergne Rhône Alpes Etienne Merlin Clermont-Ferrand 14 mars 2008 14-15 15 mars 2008 E Merlin DES pediatrie Clermont Ferrand 1

Plus en détail

Utilisation du modèle multistage dans l étude de la précocité du cancer après une exposition aux radiations ionisantes.

Utilisation du modèle multistage dans l étude de la précocité du cancer après une exposition aux radiations ionisantes. Utilisation du modèle multistage dans l étude de la précocité du cancer après une exposition aux radiations ionisantes. The multistage model use in the study of cancer precocity after an exposure to ionizing

Plus en détail

Médecine personnalisée, de quoi parle-t on? Dominique Stoppa-Lyonnet

Médecine personnalisée, de quoi parle-t on? Dominique Stoppa-Lyonnet Médecine personnalisée, de quoi parle-t on? Dominique Stoppa-Lyonnet Octobre 2014 Médecine «génomique» personnalisée La médecine «génomique» personnalisée repose sur l identification de sous-groupes de

Plus en détail

Estimation de la prévalence (partielle et totale) du cancer en France métropolitaine chez les 15 ans et plus en 2008

Estimation de la prévalence (partielle et totale) du cancer en France métropolitaine chez les 15 ans et plus en 2008 JUILLET 2014 Estimation de la prévalence (partielle et totale) du cancer en France métropolitaine chez les 15 ans et plus en 2008 Étude à partir des registres des cancers du réseau Francim Auteurs Marc

Plus en détail

RÉFÉRENTIELS SEIN. Centre des Maladies du Sein FAMA Hôpital Saint-Louis 4/2010

RÉFÉRENTIELS SEIN. Centre des Maladies du Sein FAMA Hôpital Saint-Louis 4/2010 RÉFÉRENTIELS SEIN Centre des Maladies du Sein FAMA Hôpital Saint-Louis 4/2010 1 A- Cancers infiltrants 2 Traitements loco-régionaux 3 Traitements loco-régionaux T > 4 cm non inflammatoire N0/N1 et 1 des

Plus en détail

AMIANTE - RISQUES POUR LA SANTÉ Dr Martin Rüegger et Dr Blaise Thorens, Suva, Médecine du travail FIBRE POUVANT PÉNÉTRER DANS LES ALVÉOLES PULMONAIRES: DÉFINITION DE L'OMS Longueur > 5 µm Épaisseur < 3

Plus en détail

Réseau Onco Poitou-Charentes Mise à jour du référentiel régional des tumeurs de l endomètre (Décembre 2013) ******* ******* Sous la conduite de :

Réseau Onco Poitou-Charentes Mise à jour du référentiel régional des tumeurs de l endomètre (Décembre 2013) ******* ******* Sous la conduite de : 1 Les référentiels de bonnes pratiques cliniques des tumeurs de l endomètre. Version 2013 Sous la conduite de : Cédric NADEAU Service de Gynécologie - Obstétrique - CHU de Poitiers & Yannick THIROUARD

Plus en détail

Prévenir... les cancers chez l homme

Prévenir... les cancers chez l homme Prévenir... les cancers chez l homme 18 De près ou de loin, le cancer nous concerne tous Qu est-ce que le cancer? U n cancer (ou néoplasie ou tumeur maligne) est une maladie liée à une multiplication anarchique

Plus en détail

Cancer Prostatique Localement Avancé (T3) Pr. Vincent RAVERY

Cancer Prostatique Localement Avancé (T3) Pr. Vincent RAVERY Cancer Prostatique Localement Avancé (T3) Pr. Vincent RAVERY Introduction Diagnostic précoce / Dépistage Nombre relatif stable de cancers de la prostate (CaP) localement avancés Meilleure stadification

Plus en détail

La justification de la radioprotection pour l imagerie médicale chez les patients de plus de 50 ans

La justification de la radioprotection pour l imagerie médicale chez les patients de plus de 50 ans La justification de la radioprotection pour l imagerie médicale chez les patients de plus de 50 ans Professeur Michel Bourguignon Commissaire de l Autorité de Sûreté Nucléaire Professeur de biophysique

Plus en détail

CANCER DU SEIN QUELLES MODALITÉS DE DÉPISTAGE, POUR QUELLES FEMMES?

CANCER DU SEIN QUELLES MODALITÉS DE DÉPISTAGE, POUR QUELLES FEMMES? CANCER DU SEIN QUELLES MODALITÉS DE DÉPISTAGE, POUR QUELLES FEMMES? Chaque année, près de 49 000 cas de cancer du sein sont détectés et 11 900 femmes décèdent des suites de cette maladie. Pourtant, détecté

Plus en détail

avoir un enfant après un cancer collection comprendre et agir

avoir un enfant après un cancer collection comprendre et agir Votre conjoint ou vous-même avez été ou êtes traité pour un cancer. Votre désir d enfant est présent mais entre en conflit avec vos inquiétudes liées à la maladie. Vos interrogations sont nombreuses :

Plus en détail

PRSE 2 : Facteurs environnementaux et risque de cancer

PRSE 2 : Facteurs environnementaux et risque de cancer Plan Régional Santé Environnement Rhône-Alpes 2010>2014 PRSE 2 : Facteurs environnementaux et risque de cancer Dr. Béatrice Fervers Unité Cancer et environnement Centre Léon Bérard Facteurs environnementaux

Plus en détail

Traitement cancer du sein invasif H Marret -JLansac Département de Gynécologie Obstétrique CHU Bretonneau Tours France Le cancer du sein en France 37000 nouveaux cas en 1998 11000 décès dont 4000 < 65

Plus en détail

Dr David LUSSATO Dr Mathieu QUENEAU. 14 Octobre 2010

Dr David LUSSATO Dr Mathieu QUENEAU. 14 Octobre 2010 Dr David LUSSATO Dr Mathieu QUENEAU 14 Octobre 2010 Indication (B2) - Suspicion de récidive locale ou métastatique Bourguet P, Hitzel A, Houvenaeghel G, Vinatier D, Bosquet L, Bonichon F,Corone C, Giard-Lefevre

Plus en détail

Les risques de l irradia-on liés à l usage répété de l imagerie médicale. JP Trigaux, UCL Mont- Godinne

Les risques de l irradia-on liés à l usage répété de l imagerie médicale. JP Trigaux, UCL Mont- Godinne Les risques de l irradia-on liés à l usage répété de l imagerie médicale JP Trigaux, UCL Mont- Godinne Plan de l'exposé! Risque des pe-tes doses! Quelle dose pour quel examen?! Conduites pra-ques à tenir

Plus en détail

Le cancer de la peau. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. Une information de la Ligue suisse contre le cancer

Le cancer de la peau. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. Une information de la Ligue suisse contre le cancer Le cancer de la peau Causes Symptômes Diagnostic Traitement Pronostic Une information de la Ligue suisse contre le cancer Le cancer de la peau Les cancers de la peau se présentent sous diverses formes.

Plus en détail

Hormonothérapie des cancers du sein. Prise en charge pratique basée sur l efficacité attendue et les effets secondaires. (M.NAMER)

Hormonothérapie des cancers du sein. Prise en charge pratique basée sur l efficacité attendue et les effets secondaires. (M.NAMER) Hormonothérapie des cancers du sein. Prise en charge pratique basée sur l efficacité attendue et les effets secondaires. (M.NAMER) L hormonothérapie est un des 2 traitements systémiques des cancers du

Plus en détail

Le mélanome : un cancer de la peau en constante augmentation

Le mélanome : un cancer de la peau en constante augmentation Le mélanome : un cancer de la peau en constante augmentation Introduction On diagnostique chaque année en France plus de 9 000 nouveaux cas de mélanome. Traité à temps, ce cancer de la peau peut généralement

Plus en détail

ONCOGENETIQUE ET CANCERS SEINS/OVAIRES Recommandations pour le suivi des personnes à haut risque: cas index et femmes apparentées

ONCOGENETIQUE ET CANCERS SEINS/OVAIRES Recommandations pour le suivi des personnes à haut risque: cas index et femmes apparentées ONCOGENETIQUE ET CANCERS SEINS/OVAIRES Recommandations pour le suivi des personnes à haut risque: cas index et femmes apparentées Dr F. CARRE-PIGEON Groupe Courlancy Dr M. MOZELLE-NIVOIX Centre hospitalier

Plus en détail

Analyses globales et nouveaux indicateurs d exposition dans les cellules de l épiderme humain. Service de Génomique Fonctionnelle CEA, Evry

Analyses globales et nouveaux indicateurs d exposition dans les cellules de l épiderme humain. Service de Génomique Fonctionnelle CEA, Evry Analyses globales et nouveaux indicateurs d exposition dans les cellules de l épiderme humain Service de Génomique Fonctionnelle CEA, Evry Accidents d irradiation 1. Identifier les personnes exposées dans

Plus en détail

Description et analyse de l accès des patientes aux établissements de chirurgie

Description et analyse de l accès des patientes aux établissements de chirurgie Description et analyse de l accès des patientes aux établissements de chirurgie projet REPERES (Recherche Évaluative sur la Performance des REseaux de Santé) Comité de présentation des résultats 09 juin

Plus en détail

Etude de mortalité et d incidence. des cancers autour du site de Soulaines

Etude de mortalité et d incidence. des cancers autour du site de Soulaines Etude de mortalité et d incidence des cancers autour du site de Soulaines B.VACQUIER Séminaire Environnement / Santé de l ANCCLI et de l IRSN 15 novembre 2012 Contexte Mise en place d un centre de stockage

Plus en détail