Programme. Programme Activ. Dossier de presse Juin Dossier de presse Programme Activ 1

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Programme. Programme Activ. Dossier de presse Juin 2013. Dossier de presse Programme Activ 1"

Transcription

1 Programme Programme Activ Dossier de presse Juin 2013 Dossier de presse Programme Activ 1

2 01 UN DISPOSITIF AMBITIEUX POUR RÉDUIRE LES RISQUES DE RÉCIDIVE DE CANCERS DU SEIN 2

3 Une phase pilote a été menée auprès d une centaine de patientes en 2012 grâce au soutien du groupe AG2R LA MONDIALE, attiré dès le début par le caractère innovant du programme et sa proximité avec les valeurs du groupe. En 2013, l Institut Curie déploie le Programme Activ en deux volets, indissociables pour améliorer leur qualité de vie et diminuer le risque de récidive du cancer : l activité physique et la diététique. L objectif : le proposer à toutes les femmes ayant été traitées pour un cancer du sein. «Les patientes venant d être traitées pour un cancer du sein ont souvent des difficultés pour retourner à une vie la plus normale possible. C est notre rôle en tant que médecins d évaluer les besoins de chacune d entre elles et de leur proposer un programme sur-mesure. Ce programme a pour objectif de les aider à adopter une bonne hygiène de vie mais aussi de leur redonner confiance en leur corps.» explique le Dr Laure Copel, médecin oncologue, département des Soins de support et Responsable du Programme Activ. UNE PHASE PILOTE D ACTIVITÉ PHYSIQUE COURONNÉE DE SUCCÈS EN 2012 Plusieurs études scientifiques le montrent : la pratique régulière d une activité physique comporte de nombreux bénéfices, à commencer par la diminution des risques de cancers, de dépression, ou encore de prise de poids. Elle permet également de mieux lutter contre certaines séquelles liées à la chirurgie des cancers du sein. Ce que l on sait moins, c est que la pratique d une activité physique, d intensité modérée à intense, accompagnée d un programme alimentaire équilibré (privilégiant les aliments à faible densité énergétique tels que les fruits et légumes et en limitant les aliments gras, sucrés et la consommation d alcool) permet de réduire jusqu à 50% le taux de récidive chez les patientes atteintes d un cancer du sein. Ces résultats nourrissent la réflexion de l Institut Curie, acteur de référence de la lutte contre le cancer, sur l amélioration de la prise en charge individualisée du patient à la sortie de son traitement. L après-cancer constitue un champ de recherche tout aussi important que celui du diagnostic et des traitements, que l Institut Curie étudie dans le cadre de ses 3 missions que sont les soins, la recherche et l enseignement. Dans cette optique, l Institut Curie a mené en 2012, en partenariat avec AG2R LA MONDIALE et le Groupe Associatif Siel Bleu, la phase pilote d un programme d activité physique à destination des femmes ayant été soignées pour un cancer du sein à l Institut Curie : le Programme Activ. Son objectif est d améliorer la qualité de vie des anciennes patientes et diminuer le risque de récidive. Elisabeth, retraitée Elisabeth a été opérée d un cancer à l Institut Curie il y a deux ans. Elle participe au Programme Activ depuis son lancement. «C est lors de ma visite de contrôle annuelle, un an après l opération, que l on m a présenté le Programme Activ. Je n ai pas hésité! Je me suis essayée au step et à la cardio, et cela a été une réelle découverte. Le Programme Activ a réellement changé ma vie. Même les petites choses de la vie quotidienne, comme monter les escaliers, sont devenues plus faciles. Depuis, je me sens beaucoup mieux, d autant que les douleurs se sont dissipées. Le Programme Activ m a également donné l opportunité de rencontrer d autres patientes de l Institut Curie. Nous avons pu partager nos expériences, parler de la maladie C est un moment très convivial. Je recommande grandement ce programme autour de moi, et j espère de tout cœur que l Institut Curie continuera de le développer.» L Institut Curie a donc proposé à une centaine de femmes ayant terminé leurs traitements de suivre un programme d activités physiques adaptées dans le cadre de leur plan personnalisé de surveillance. L enjeu pour ces femmes, au-delà des bénéfices reconnus de l activité physique, est de devenir actrices de leur propre santé en adoptant durablement des habitudes de vie saines. Dossier de presse Programme Activ 3

4 UN PROGRAMME D ACTIVITÉS PHYSIQUES COMPLÉTÉ PAR DES ATELIERS DIÉTÉTIQUES L évaluation de la première phase du Programme Activ, réalisée en juin 2012, a prouvé les bénéfices du dispositif pour les patientes. Elle pérennise de fait ce dispositif, et identifie de nouveaux axes de développement dans l optique d établir un programme d éducation thérapeutique toujours plus ambitieux. L accompagnement dès le début du projet du groupe AG2R LA MONDIALE a été décisif dans la montée en puissance du Programme Activ. Le Programme Activ 2013 comprend désormais : Un programme d éducation nutritionnelle dont les objectifs sont de permettre aux patientes de s approprier les connaissances nécessaires à l atteinte d un bon équilibre alimentaire et de les appliquer pour envisager une modification de leurs habitudes alimentaires et une stabilisation de leur poids. Un programme de soutien motivationnel. Concrètement, un bilan de la motivation de la patiente est établi lors des bilans physiques et nutritionnels initiaux. Il permet d évaluer le niveau de soutien psychologique dont la patiente a besoin et de détecter les patientes les plus fragiles. Si cette évaluation est réalisée systématiquement pour toutes les patientes, le programme motivationnel n est activé que lorsque la situation le nécessite. L objectif, à terme, est de pouvoir déployer le Programme Activ à grande échelle et de le généraliser à patientes de l Institut Curie en surveillance après un cancer du sein, puis de l étendre, dans un troisième temps, à des patients atteints d autres cancers (côlon et prostate par exemple). Des échanges sur ce sujet crucial du devenir du programme ont lieu entre l Institut Curie et le groupe AG2R LA MONDIALE. Séverine Gendron, diététicienne de l Institut Curie «Les ateliers diététiques du Programme Activ sont innovants. Ils abordent des notions aussi vastes que : savoir calculer son IMC*, reconnaître les constituants des aliments sur les étiquettes, connaître les repères de consommation, savoir effectuer des équivalences judicieuses et connaître les effets néfastes de certains aliments pour permettre d atteindre un équilibre alimentaire adapté à ses besoins.» Les acteurs du programme, qu ils soient de l Institut Curie ou du Groupe Associatif Siel Bleu, coordonnent leurs compétences pour faire bénéficier les patientes de leur expertise dans leurs domaines respectifs. * L IMC est l Indice de Masse Corporelle, c est un indicateur sur la corpulence d une personne, qui est calculée en fonction de sa taille et de son poids. Dossier de presse Programme Activ 4

5 02 UN PARCOURS DE SOIN PERSONNALISÉ ET SÉCURISÉ 5

6 LE PARCOURS D UNE PATIENTE DU PROGRAMME ACTIV : UNE PRISE EN CHARGE PERSONNALISÉE Le Programme Activ s adresse aux femmes en post traitement du cancer du sein ayant terminé leurs soins depuis moins de cinq ans. Tout commence lors de la consultation initiale de surveillance de la patiente en rémission par les oncologues de l Institut Curie qui proposent systématiquement de participer au Programme Activ. Cette consultation marque la fin des traitements, l entrée en phase d après-cancer et constitue le point d intégration potentielle au programme, que la patiente peut toutefois choisir de ne pas suivre. Le bilan initial consiste en un entretien individuel avec la patiente, dont l objectif est de dresser un diagnostic de sa situation pour élaborer un programme d éducation thérapeutique alliant diététique et activité physique adaptée. Pour ce qui est de l activité physique, les professionnels de Siel Bleu accompagnent la patiente dans son choix de reprise, en fonction de ses capacités et de ses souhaits. Pour le volet nutritionnel, les diététiciennes de l Institut Curie déterminent les objectifs à atteindre et les moyens d y parvenir. Après, la patiente suit des ateliers d activité physique collectifs ou individuels, bénéficie de consultations diététiques individuelles ainsi que d ateliers d éducation nutritionnelle selon les recommandations formulées lors du bilan initial. En plus des évaluations effectuées à la fin des ateliers, la patiente sera suivie pendant 5 ans par les soignants de l Institut Curie. Bilan physique initial Diagnostic éducatif et établissement de recommandations personnalisées en termes d activités physiques Programme d activités physiques ou ou /et Gym activ, 12 séances collectives Gym activ, 12 séances individuelles Pratique autonome, orientation vers un club extérieur Evaluation en fin de programme d activités physiques adaptées Consultation initiale de surveillance Entrée dans le Programme Activ Bilan nutritionnel initial Diagnostic éducatif et établissement de recommandations personnalisées en termes d alimentation Programme d éducation nutritionnelle et et et Atelier 1 : équilibre alimentaire Atelier 2 : fruits, légumes et féculents Atelier 3 : protéines, vitamines et minéraux Atelier 4 : lipides et alcool Evaluation en fin de programme d éducation nutritionnelle Dossier de presse Programme Activ 6

7 DES PROGRAMMES D ACTIVITÉ PHYSIQUE ET NUTRITIONNELS SOIGNEUSEMENT ADAPTÉS Pour une patiente, en pratique, le Programme Activ c est : 2 bilans physiques et diététiques 1 cours 4 ateliers l un en entrée, l autre en sortie du programme hebdomadaire d activité physique diététiques répartis sur le trimestre 30 Pour une durée d 1 trimestre de participation à sa charge* Nathalie, 39 ans Nathalie a participé au Programme Activ dès son lancement. «Le cancer fut un combat de chaque jour et, entre la chirurgie et la radiologie, je n ai pas pu pratiquer d activité physique régulièrement. Une fois le cancer vaincu, l Institut Curie m a proposé de participer au Programme Activ. J ai réalisé une consultation avec le Groupe Associatif Siel Bleu afin de faire un bilan qui fut à la fois complet et détaillé. J ai été soulagée de savoir que je pouvais reprendre une activité physique et pratiquer de nouveau ma passion : le karaté. En participant à ce programme, j ai ressenti tout ce qu on pouvait en attendre : une perte de poids et surtout un bien-être personnel. Aujourd hui, j aimerais faire partager aux patientes en rémission d un cancer du sein l envie de participer à des programmes tel le Programme Activ afin qu elles puissent constater les bénéfices qu ils apportent, à la fois sur le moral et sur le corps.» * Une contribution financière modeste de 30 euros est demandée à chaque participante pour un trimestre. Ce faible coût, loin du coût réel, est rendu possible grâce au soutien d AG2R LA MONDIALE. Dossier de presse Programme Activ 7

8 De la gym activ L éventail des activités physiques recommandées par les professionnels de Siel Bleu est large : de la gym au vélo, en passant par des parcours santé, tout est fait pour répondre aux diverses attentes des patientes. D autant que si certaines d entre elles entendent reprendre le sport qu elles pratiquaient avant la maladie, d autres s y montrent beaucoup plus réticentes. Comme l explique Jean-Michel Ricard, cofondateur et directeur général du Groupe Associatif Siel Bleu : «En fonction des capacités et des souhaits de chacune, nos professionnels font des préconisations concrètes quant à la meilleure façon de bouger davantage, sans forcément faire du sport». Pour les patientes qui le souhaitent, des cours collectifs de 12 personnes sont organisés et encadrés par des professionnels qualifiés. Elles y découvrent plusieurs types d activités physiques moyennant une modeste participation financière. Pour les personnes les plus fragiles ou qui habitent trop loin, un suivi personnalisé à domicile peut être mis en place. Pour faire en sorte qu elles deviennent actrices de leur propre programme de remise en forme, chaque patiente se voit remettre un carnet de suivi permettant de suivre son évolution au fil des semaines. à l équilibre alimentaire De la composition des aliments à l élaboration d un repas équilibré, tout est fait pour donner à la patiente les clés d un bon équilibre nutritionnel en fonction de ses besoins. Les ateliers élaborés et animés par les diététiciennes de l Institut Curie ont le même objectif que les programmes d activité physique : approfondir des connaissances de base pour une mise en pratique autonome et pérenne d habitudes de vie saines dans l aprèscancer. A l issue du bilan nutritionnel, toutes les patientes se voient proposer un programme de quatre ateliers diététiques d une heure chacun, répartis sur un trimestre, ainsi qu une consultation diététique individualisée pour les patientes présentant un IMC supérieur à 30 ou inférieur à 18,5. Chaque atelier, comportant une quinzaine de patientes, est organisé autour d un des quatre thèmes (notion d équilibre alimentaire ; focus fruits, légumes et féculents ; focus protéines, vitamines et minéraux ; focus lipides et alcool). Son contenu peut évoluer en fonction des demandes du groupe et des connaissances de chacune. Dans le programme d éducation nutritionnelle, les patientes reçoivent également d un carnet de suivi dans lequel elles peuvent renseigner leurs consommations quotidiennes. Elles sont ainsi à même de pratiquer une auto-évaluation de leur équilibre alimentaire. Véronique Marais, professeur d activité physique adaptée, Groupe Associatif Siel Bleu «La reprise de l activité physique après un cancer du sein était l élément central de la première édition du Programme Activ. Associée dorénavant aux ateliers diététiques dispensés par des diététiciennes de l Institut Curie, elle reste une composante majeure et reconnue pour conserver une bonne santé. La gymnastique enseignée lors de nos séances est une belle manière d y parvenir! Nous aidons les femmes à réveiller doucement leur corps grâce à des mouvements et des séances scrupuleusement adaptées à leurs conditions physiques, et à poser les bases d une pratique sur le long terme. C est aussi pour elles l occasion de se retrouver de manière conviviale chaque semaine et de pouvoir partager leurs expériences.» Valérie Royer-Garabige, diététicienne de l Institut Curie «Notre alimentation quotidienne influe sur notre état de santé. Les ateliers permettent de rendre les patientes autonomes sur la surveillance de leur poids et sur l acquisition des connaissances nécessaires à construire un équilibre alimentaire personnalisé et adapté à la pratique d une activité physique préconisée par le Groupe Associatif Siel Bleu. Faire le point sur les certitudes nutritionnelles scientifiques permet de démêler le vrai du faux.» Dossier de presse Programme Activ 8

9 03 UN PROGRAMME PIONNIER DANS LE DOMAINE DE L APRÈS-CANCER, NOUVEL ENJEU DE SANTÉ PUBLIQUE 9

10 L APRÈS-CANCER, UN DÉFI Le cancer est une maladie qui touche personnes en France chaque année. Grâce aux avancées thérapeutiques, les taux de guérison évoluent positivement, même s ils sont extrêmement variables selon la localisation du cancer. Avec un nombre croissant de patients en rémission, l après-cancer devient un véritable enjeu de santé publique, inscrit dans le plan cancer , auquel doivent maintenant répondre les institutions. Le programme personnalisé de l après-cancer, à l instar du Programme Activ, s inscrit dans ce cadre, formulé à travers deux grandes priorités du Plan cancer : la personnalisation du parcours de soins des patients et l accompagnement de l après-cancer, tant au niveau médical que social. Dossier de presse Programme Activ 10

11 RELEVÉ DANS LE CADRE DU PROGRAMME ACTIV POUR LE CANCER DU SEIN Le cancer du sein représente 33% de l ensemble des cancers féminins. Toutefois, son incidence ( nouveaux cas en 2011) ainsi que sa mortalité (près de décès en 2011) tendent à diminuer depuis une quinzaine d années. La probabilité de guérir d un cancer du sein reste également élevée pour les femmes atteintes : les taux de survie relative à 1, 3 et 5 ans sont respectivement de 97%, 90% et 85%. Avec près de patientes traitées ou suivies chaque année pour un cancer du sein, l Institut Curie est à ce jour l un des plus grands centres européens de prise en charge dans ce domaine. Associant un ensemble hospitalier de référence pour cette pathologie avec le plus grand centre de recherche français en cancérologie, l Institut Curie est à la pointe de l innovation médicale au service de ses patients tant pour les traitements pendant qu après le cancer comme l illustre le Programme Activ. L Institut Curie est à ce jour un des seuls ensembles hospitaliers en France à proposer un programme entièrement tourné vers l après-cancer. Les chiffres clés du cancer nouveaux cas de cancer chaque année chez la femme et chez l homme décès annuels avec une estimation de pour la femme et pour l homme Chez la femme Avec nouveaux cas en 2011, le cancer du sein reste le plus fréquent, avant le cancer colorectal ( cas) et le cancer du poumon ( cas). Avec décès en 2011, le cancer du sein reste le plus mortel avec cependant un taux de mortalité tendant à diminuer depuis une quinzaine d années. Chez l homme Avec nouveaux cas en 2011, le cancer de la prostate reste le plus fréquent, devant le cancer du poumon ( cas) et le cancer colorectal ( cas). Avec décès en 2011, le cancer du poumon est le plus mortel, devant le cancer colorectal (9 200 décès) et le cancer de la prostate (8 700 décès). Source INVS Dossier de presse Programme Activ 11

12 04 LES ACTEURS MOBILISÉS 12

13 DES ÉQUIPES IMPLIQUÉES SUR LE TERRAIN Groupe Associatif Siel Bleu Le Groupe Associatif Siel Bleu a pour objectif de prévenir les effets préjudiciables de la sédentarité et du vieillissement chez les personnes âgées, les personnes malades (pathologies chroniques et pathologies lourdes) et les personnes en situation de handicap grâce à des programmes d Activités Physiques Adaptées (APA). Le Groupe Associatif Siel Bleu a été créé en Aujourd hui, il est présent au niveau national, compte près de 350 intervenants spécialisés qui accompagnent près de bénéficiaires. Ses programmes favorisent l amélioration de l autonomie et de la qualité de vie des participants par la pratique d activités physiques régulières. Les professionnels Siel Bleu proposent des activités variées mettant systématiquement l accent sur l adaptation et l individualisation des exercices. Ces activités permettent aux participants de travailler sur des aspects aussi divers que la condition physique, les habilités motrices, le schéma corporel, la prise de responsabilité, l hygiène de vie ou encore l estime de soi. Les activités sont prodiguées et accompagnées par des professionnels spécifiquement formés. En outre, Siel Bleu met à profit ses presque 15 années d expérience au service des aidants avec Siel Bleu Formation qui sensibilise et forme les proches aidants et les professionnels à l accompagnement d une personne fragilisée, à la gestion du quotidien de cette personne et à la préservation de leur propre santé. Pour plus d informations : sielbleu.org Dossier de presse Programme Activ 13

14 L Institut Curie Fondation privée reconnue d utilité publique depuis 1921, l Institut Curie est un acteur de référence de la lutte contre le cancer qui associe le premier centre français de recherche sur le cancer à un ensemble hospitalier de pointe. Fondé en 1909 sur un modèle conçu par Marie Curie, Prix Nobel, et toujours d avant-garde «de la recherche fondamentale aux soins innovants», l Institut Curie a pour missions les soins, la recherche et l enseignement au bénéfice des patients touchés par le cancer. Les soins L Ensemble Hospitalier est un centre de référence pour les cancers du sein, les tumeurs de l œil et les cancers pédiatriques, poursuivant également la diversification de ses activités. Dans une démarche pluridisciplinaire permanente, il met les meilleures compétences et les techniques les plus performantes au service d une prise en charge globale et continue de chaque patient, à toutes les étapes de la maladie et dans le souci permanent de sa qualité de vie. Berceau de la radiothérapie, pionnier dans les traitements conservateurs et la prise en charge de la douleur, il continue à innover dans les techniques et les prises en charge complexes (radiothérapie de haute précision, protonthérapie, curiethérapie, imagerie, oncoplastie, oncogénétique..) tout en développant la recherche clinique. La recherche La mission du Centre de Recherche est de comprendre le fonctionnement complexe de la cellule normale ou cancéreuse pour initier des pistes thérapeutiques innovantes et toujours plus efficaces. Celui-ci regroupe de nombreuses équipes pluridisciplinaires et met à leur disposition des plateformes technologiques de pointe. Pour faciliter le transfert des découvertes effectuées dans les laboratoires de recherche au lit du malade, la recherche translationnelle s appuie sur les compétences d une équipe mixte de chercheurs et de médecins afin de faire bénéficier au plus vite aux patients des avancées les plus récentes. L enseignement L enseignement et la formation sont une priorité de l Institut Curie. En participant au rayonnement et à la diffusion du savoir, l Institut Curie contribue à l avancée des connaissances et à l amélioration de la prise en charge des patients. Habilité à recevoir des dons et des legs, l Institut Curie fait de la diversité de ses ressources privées et publiques un gage d indépendance. Pour plus d informations : curie.fr Chiffres clés 2012 de l Institut Curie Plus de patients pris en charge chaque année Plus de consultations chaque année Plus de collaborateurs Près de donateurs Budget global : près de 330 millions d euros en 2011 dont 10 % issus de la générosité publique Dossier de presse Programme Activ 14

15 L ENGAGEMENT D AG2R LA MONDIALE : UN ACCOMPAGNEMENT SANS FAILLE SUR LES DIFFÉRENTS ASPECTS DU PROGRAMME AU BÉNÉFICE DES PATIENTES Le fonds d innovation AG2R LA MONDIALE Dans le cadre de ses activités sociales, AG2R LA MONDIALE développe des actions de prévention ciblées auprès de ses assurés et une activité de conseil social auprès des entreprises et de leurs salariés. Le Fonds d innovation AG2R LA MONDIALE a pour objectif de soutenir des projets innovants à forte valeur sociétale, au service de l intérêt général, ayant trait à la prévention, à l habitat, à l emploi et aux aidants. Il se caractérise par son mode de soutien original qui comprend un accompagnement tout au long de la vie du projet : apport financier sur 3 ans pour le rendre pérenne ; accompagnement stratégique par un cabinet conseil pour définir un modèle économique et un plan de développement ; apport de compétences, valorisation et promotion du projet ; évaluation du déploiement et de son utilité sociale au terme de l investissement. Le soutien au développement du Programme Activ «Le Fonds d innovation AG2R LA MONDIALE se positionne comme un investisseur sociétal avec une mission d intérêt général. Lorsque nous sélectionnons un projet, nous attachons un grand soin à son utilité sociale et à son efficacité opérationnelle. Le Programme Activ répond parfaitement à notre volonté de mener des actions de prévention-santé aux résultats concrets. Le premier bilan très encourageant nous conforte dans notre démarche aux côtés de l Institut Curie. Par ce soutien original et cette démarche innovante, AG2R LA MONDIALE illustre sa signature : le contraire de seul au monde» explique Yvon Breton, Directeur général délégué. Le Fonds d innovation AG2R LA MONDIALE s est engagé auprès de l Institut Curie dans un partenariat de 3 ans afin de soutenir le développement du Programme Activ. Il a ainsi proposé à l Institut Curie les modalités de soutien suivantes : une aide financière consentie sur la base d un business-plan et destinée à pérenniser le Programme Activ, au-delà de 2015 ; un appui stratégique et organisationnel, réalisé par un cabinet de conseil spécialisé ; un apport en compétences AG2R LA MONDIALE ; un appui de son réseau institutionnel pour aider à la diffusion et à l essaimage. A propos d AG2R LA MONDIALE : Le groupe de protection sociale AG2R LA MONDIALE allie performance économique et engagement social au travers des valeurs portées par le paritarisme et le mutualisme. En 2012, la collecte des cotisations est de 16,6 Md pour 9 millions d assurés. AG2R LA MONDIALE dispose de toutes les expertises en assurance de personnes. Le Groupe couvre l ensemble des besoins de protection sociale et patrimoniale tout au long de la vie de ses assurés. Il apporte des réponses individuelles et collectives, aussi bien en prévoyance qu en santé, en épargne comme en retraite complémentaire et supplémentaire, quels que soient l âge, le statut social et le secteur professionnel. Dossier de presse Programme Activ 15

16 CONTACTS PRESSE Presse écrite Perrine Carriau Cécilia Derrien Médias audiovisuels Boris Cavaglione Dossier de presse Programme Activ 16

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Les progrès réalisés dans le diagnostic et les traitements ont permis d accroître les chances de guérison pour nombre de cancers. Ils n

Plus en détail

l espoir et la vie plus forts que le cancer

l espoir et la vie plus forts que le cancer l espoir et la vie plus forts que le cancer Chaque jour, 1 000 nouveaux cas de cancer sont diagnostiqués en France. Grâce aux progrès de la médecine, ce véritable fléau n est plus perçu comme une fatalité

Plus en détail

Le cancer cet ennemi commun

Le cancer cet ennemi commun Le cancer cet ennemi commun En France, 360 000 nouveaux cas par an. 1 homme sur 2 et 1 femme sur 3 touchés au cours de leur vie. en Languedoc-Roussillon, ICI il tue 20 personnes par jour. www.icm.unicancer.fr

Plus en détail

LES SOLUTIONS MNT ENSEMBLE VOS AGENTS AGIR DURABLEMENT POUR LA PROTECTION PROTÉGEONS SOCIALE ET LA SANTÉ AU TRAVAIL

LES SOLUTIONS MNT ENSEMBLE VOS AGENTS AGIR DURABLEMENT POUR LA PROTECTION PROTÉGEONS SOCIALE ET LA SANTÉ AU TRAVAIL LES SOLUTIONS MNT PROTÉGEONS ENSEMBLE VOS AGENTS AGIR DURABLEMENT POUR LA PROTECTION SOCIALE ET LA SANTÉ AU TRAVAIL COMPRENDRE LE CONTEXTE SAISIR LES OPPORTUNITÉS La collectivité est clairement identifiée

Plus en détail

Une société de plus en plus sédentaire. Des effets bénéfiques sur la santé et le bien-être. Activités Physiques Bouger, enjeux et activités.

Une société de plus en plus sédentaire. Des effets bénéfiques sur la santé et le bien-être. Activités Physiques Bouger, enjeux et activités. Activités Physiques Bouger, enjeux et activités A/ Enjeux L activité physique évolue en même temps que la société. Si le labeur excessif des périodes antérieures a contribué à un vieillissement prématuré

Plus en détail

2011 Informer, sensibiliser, dépister

2011 Informer, sensibiliser, dépister 2011 Informer, sensibiliser, dépister Le plan d actions Prévention plandeprevention4.indd 1 01/12/2010 15:06:23 Edito L a Mutualité Française Aquitaine est convaincue de la nécessité de prévenir, dépister

Plus en détail

Le suivi infirmier Le bilan et diagnostic infirmier, la traçabilité de l action Les transmissions systématiques écrites dans le classeur de suivi

Le suivi infirmier Le bilan et diagnostic infirmier, la traçabilité de l action Les transmissions systématiques écrites dans le classeur de suivi Le suivi infirmier Le bilan et diagnostic infirmier, la traçabilité de l action Le bilan réalisé par l infirmier libéral pour le patient, permet de conduire les actions du suivi à domicile de l insuffisant

Plus en détail

Carlo Diederich Directeur Santé&Spa. Tél. + 352 23 666-801 / c.diederich@mondorf.lu

Carlo Diederich Directeur Santé&Spa. Tél. + 352 23 666-801 / c.diederich@mondorf.lu Carlo Diederich Directeur Santé&Spa Tél. + 352 23 666-801 / c.diederich@mondorf.lu Mondorf Healthcare at work Nouveau service destiné aux entreprises en collaboration avec les Services de Médecine du Travail

Plus en détail

Objectif 7 : Assurer des prises en charge globales et personnalisées

Objectif 7 : Assurer des prises en charge globales et personnalisées Objectif 7 : Assurer des prises en charge globales et personnalisées Parallèlement aux progrès thérapeutiques, la prise en charge personnalisée en cancérologie se doit d évoluer vers un accompagnement

Plus en détail

PROJET EDUCATION THÉRAPEUTIQUE PEP S 37

PROJET EDUCATION THÉRAPEUTIQUE PEP S 37 PROJET EDUCATION THÉRAPEUTIQUE PEP S 37 Patient(e)s atteint(e)s d un cancer du sein BINOIT NATHALIE ROUSSEAU SOPHIE 17 JUIN 2014 Pourquoi ce projet? Le cancer : une maladie chronique? Les soins de support

Plus en détail

Médecine personnalisée, de quoi parle-t on? Dominique Stoppa-Lyonnet

Médecine personnalisée, de quoi parle-t on? Dominique Stoppa-Lyonnet Médecine personnalisée, de quoi parle-t on? Dominique Stoppa-Lyonnet Octobre 2014 Médecine «génomique» personnalisée La médecine «génomique» personnalisée repose sur l identification de sous-groupes de

Plus en détail

Salon des seniors. du 29 au 31 mars 2012 Paris - Porte de Versailles. Mutuelle santé LMP - 11 rue Albert Sarraut - 78000 Versailles

Salon des seniors. du 29 au 31 mars 2012 Paris - Porte de Versailles. Mutuelle santé LMP - 11 rue Albert Sarraut - 78000 Versailles Salon des seniors du 29 au 31 mars 2012 Paris - Porte de Versailles Mutuelle LMP, santé et bien-être en toute sérénité dès 50 ans Dossier de presse Mutuelle santé LMP - 11 rue Albert Sarraut - 78000 Versailles

Plus en détail

Le Plan cancer 2009-2013 en France : pilotage et bilan d étape

Le Plan cancer 2009-2013 en France : pilotage et bilan d étape Le Plan cancer 2009-2013 en France : pilotage et bilan d étape Symposium Plan cancer Bruxelles, 26 novembre 2012 Catherine Morin, responsable du suivi du Plan cancer - INCa Sommaire de la présentation

Plus en détail

Je donne pour qu on trouve

Je donne pour qu on trouve Je donne pour qu on trouve En donnant, vous avez le pouvoir de faire progresser la recherche et les soins aux patients. Aidez-nous à atteindre l objectif de la première campagne de financement sur le myélome

Plus en détail

La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre

La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre Avril 2011 La longue expérience de la Mutualité Française dans la mise en œuvre d actions de prévention,

Plus en détail

SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE MON COUPLE. MA Protection Sociale ESSENTIELLE ET DURABLE! APICILPARTICULIERS EXCLUSIVITÉ APICIL

SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE MON COUPLE. MA Protection Sociale ESSENTIELLE ET DURABLE! APICILPARTICULIERS EXCLUSIVITÉ APICIL SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE MON COUPLE MA Protection Sociale ESSENTIELLE ET DURABLE! EXCLUSIVITÉ APICIL APICILPARTICULIERS MA PROTECTION SOCIALE Pour MON couple, une BONNE couverture sociale, c est Me garantir

Plus en détail

Prévenir... les cancers chez l homme

Prévenir... les cancers chez l homme Prévenir... les cancers chez l homme 18 De près ou de loin, le cancer nous concerne tous Qu est-ce que le cancer? U n cancer (ou néoplasie ou tumeur maligne) est une maladie liée à une multiplication anarchique

Plus en détail

AVERTISSEMENT!! Ce qui suit est: Mon Cancer, Mes Traitements, Mon ressenti, Mon parcours, Mon histoire, Mes. Les miens et seulement les miens!!!

AVERTISSEMENT!! Ce qui suit est: Mon Cancer, Mes Traitements, Mon ressenti, Mon parcours, Mon histoire, Mes. Les miens et seulement les miens!!! AVERTISSEMENT!! Ce qui suit est: Mon Cancer, Mes Traitements, Mon ressenti, Mon parcours, Mon histoire, Mes idées Les miens et seulement les miens!!! 2 Cette histoire débute le dimanche 11 Novembre de

Plus en détail

Transmettez le plus bel espoir de vaincre le cancer GUIDE CONSEIL SUCCESSIONS LEGS DONATION ASSURANCE-VIE

Transmettez le plus bel espoir de vaincre le cancer GUIDE CONSEIL SUCCESSIONS LEGS DONATION ASSURANCE-VIE Transmettez le plus bel espoir de vaincre le cancer GUIDE CONSEIL SUCCESSIONS LEGS DONATION ASSURANCE-VIE ÉDITO LE MOT DE LA DIRECTION SOMMAIRE HISTOIRE Qui sommes-nous? P 4 POURQUOI Transmettre au CLB?

Plus en détail

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Les soins palliatifs Contacts presse : Secrétariat d Etat chargée des Aînés Service

Plus en détail

DOSSIER DE PRÉSENTATION

DOSSIER DE PRÉSENTATION DOSSIER DE PRÉSENTATION > samedi 3 octobre 2015 Cycle de conférences santé (complexe sportif du Larry) > dimanche 4 octobre 2015 Courir contre le cancer à Olivet Pourquoi cette course? 2 La ville d Olivet

Plus en détail

Centre du sein. Tous les spécialistes Tous les équipements Un seul lieu

Centre du sein. Tous les spécialistes Tous les équipements Un seul lieu Centre du sein Tous les spécialistes Tous les équipements Un seul lieu Présentation Situé à la Maternité, le Centre du sein regroupe au même endroit toutes les expertises et tous les équipements nécessaires

Plus en détail

Sensibilisation aux campagnes nationales (cancer du sein, VIH, diabète, maladies cardio vasculaires, nutrition santé..)

Sensibilisation aux campagnes nationales (cancer du sein, VIH, diabète, maladies cardio vasculaires, nutrition santé..) 1 Enjeu : Dans le contexte socio-économique et sanitaire du Département des Ardennes, les Centres Sociaux structures de proximité peuvent jouer un véritable rôle dans l amélioration de la santé des habitants,

Plus en détail

Dossier de presse. Salon du bien-être. médecine douce et thalasso. 3 > 7 février 2011 Paris - Porte de Versailles

Dossier de presse. Salon du bien-être. médecine douce et thalasso. 3 > 7 février 2011 Paris - Porte de Versailles Dossier de presse Salon du bien-être médecine douce et thalasso 3 > 7 février 2011 Paris - Porte de Versailles Mutuelle LMP, la santé et le bien-être en toute sérénité Retrouvez nous sur notre stand Mutuelle

Plus en détail

1 re structure HAD de province

1 re structure HAD de province Présentation 1 re structure HAD de province Association à but non lucratif (loi 1901) créée en 1968 par le Dr Thielley, Santé Service Bayonne et Région est la 1 re structure d'hospitalisation à domicile

Plus en détail

Action SociAle orientations 2015 / 2017

Action SociAle orientations 2015 / 2017 Action Sociale Orientations 2015 / 2017 Action sociale personnes agées Les orientations de la Carsat Centre 2015 / 2017 L action sociale de la Carsat est développée au profit des retraités du régime général

Plus en détail

PROGRAMME «BOUGER SUR PRESCRIPTION» DOCUMENT D INFORMATIONS Destiné aux professionnels de santé

PROGRAMME «BOUGER SUR PRESCRIPTION» DOCUMENT D INFORMATIONS Destiné aux professionnels de santé PROGRAMME «BOUGER SUR PRESCRIPTION» DOCUMENT D INFORMATIONS Destiné aux professionnels de santé Sommaire I. Pourquoi le programme «Bouger sur prescription» en Savoie?... 2 II. Le programme «Bouger sur

Plus en détail

Dossier de presse. La Ville de Paris lance. un programme d actions pour prévenir et prendre en charge l obésité dès le plus jeune âge

Dossier de presse. La Ville de Paris lance. un programme d actions pour prévenir et prendre en charge l obésité dès le plus jeune âge 1 er février 2010 Dossier de presse La Ville de Paris lance un programme d actions pour prévenir et prendre en charge l obésité dès le plus jeune âge Contact presse Nathalie Royer : 01 42 76 49 61 - service.presse@paris.fr

Plus en détail

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES CONTEXTE 1. Pourquoi avoir élaboré un guide sur l éducation thérapeutique du En réponse à la demande croissante des professionnels de santé

Plus en détail

Dispositif d activités physiques et sportives en direction des âgés

Dispositif d activités physiques et sportives en direction des âgés Dispositif d activités physiques et sportives en direction des âgés RAPPORT du GROUPE DE TRAVAIL INTERMINISTÉRIEL DÉCEMBRE 2013 1 Introduction I -Le contexte II -Le Groupe de travail III -Compte rendu

Plus en détail

L APSAS et ses actions en FAVEUR DES SENIORS. Association Picarde pour la Santé et l Autonomie des Seniors

L APSAS et ses actions en FAVEUR DES SENIORS. Association Picarde pour la Santé et l Autonomie des Seniors L APSAS et ses actions en FAVEUR DES SENIORS Association Picarde pour la Santé et l Autonomie des Seniors Sommaire 04 L APSAS en quelques mots 2 06 Les rencontres thématiques 13 Les réunions d information

Plus en détail

MODIFICATION DU VOLET «PRISE EN CHARGE DES CANCERS» DANS LES VOLETS MEDICAUX DU SROS :

MODIFICATION DU VOLET «PRISE EN CHARGE DES CANCERS» DANS LES VOLETS MEDICAUX DU SROS : MODIFICATION DU VOLET «PRISE EN CHARGE DES CANCERS» DANS LES VOLETS MEDICAUX DU SROS : Le présent document remplace intégralement le volet préexistant. XI. PRISE EN CHARGE DES CANCERS 1. Rappel des objectifs

Plus en détail

France 2010 - DIVJEUSEIN10. Arguments. pour convaincre. TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein

France 2010 - DIVJEUSEIN10. Arguments. pour convaincre. TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein France 2010 - DIVJEUSEIN10 Arguments pour convaincre TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein Arguments pour convaincre Le cancer du sein touche autour de 50 000

Plus en détail

L'atelier Bien-être à table 5 séances de prévention nutritionnelle

L'atelier Bien-être à table 5 séances de prévention nutritionnelle L'atelier Bien-être à table 5 séances de prévention nutritionnelle Titre présentation - date 1 L'atelier Bien-être à table Contexte 2 Un atelier nutrition au sein du parcours prévention Depuis 2011, la

Plus en détail

Dossier de presse. Inauguration de l Espace Ressources Cancers (ERC) de Saint-Omer

Dossier de presse. Inauguration de l Espace Ressources Cancers (ERC) de Saint-Omer Dossier de presse Inauguration de l Espace Ressources Cancers (ERC) de Saint-Omer Sommaire Questions à Cécile BOURDON.. 3 Un nouvel Espace Ressources Cancers à Saint-Omer. 5 Plan Régional Cancers, une

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CLINIQUE DURIEUX

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CLINIQUE DURIEUX COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CLINIQUE DURIEUX ZAC Paul-Badré 100, rue de France 97430 Le Tampon Juin 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU

Plus en détail

Fanny OLLIER Diététicienne

Fanny OLLIER Diététicienne Fanny OLLIER Diététi icienne INTERVENTIONS DIETETIQUES 1. INTERVENTIONS THEORIQUES Auprès des résidents : Thèmes : Equilibre alimentaire Groupes d aliments Conseils pratiques lors d un repas Pathologies

Plus en détail

ISF 2015 quand Impôt rime avec Solidarité

ISF 2015 quand Impôt rime avec Solidarité Avril 2015 ISF 2015 quand Impôt rime avec Solidarité Contact presse : Fondation de France - Charlotte de Lattre T. 01 44 21 87 47 - charlotte.delattre@fdf.org www.fondationdefrance.org SOMMAIRE ISF 2015.

Plus en détail

Incidence sur l organisation des soins : expérience d un réseau territorial. Nathalie BINOIT, Infirmière coordinatrice Réseau ONCOLOGIE 37, Tours

Incidence sur l organisation des soins : expérience d un réseau territorial. Nathalie BINOIT, Infirmière coordinatrice Réseau ONCOLOGIE 37, Tours Incidence sur l organisation des soins : expérience d un réseau territorial Nathalie BINOIT, Infirmière coordinatrice Réseau ONCOLOGIE 37, Tours Réseau territorial de cancérologie, né en 2003, association

Plus en détail

Prendre soin. Résidence les jardins médicis pontpoint

Prendre soin. Résidence les jardins médicis pontpoint Prendre soin Résidence les jardins médicis pontpoint Résidence Les Jardins Médicis Nous serons heureux de vous accueillir dans une résidence médicalisée située dans un environnement calme et verdoyant,

Plus en détail

Bouger, c est bon pour la santé!

Bouger, c est bon pour la santé! Bouger, c est bon pour la santé! Tous concernés! De quoi s agit-il? Il s agit de toute activité physique, dès lors que nous bougeons. Ainsi tous les pas comptent, comme ceux que nous faisons chez nous

Plus en détail

Découvrez L INSTITUT UNIVERSITAIRE DU CANCER DE TOULOUSE

Découvrez L INSTITUT UNIVERSITAIRE DU CANCER DE TOULOUSE Découvrez L INSTITUT UNIVERSITAIRE DU CANCER DE TOULOUSE 2014 L INSTITUT UNIVERSITAIRE DU CANCER DE TOULOUSE L Institut universitaire du cancer de Toulouse (IUCT) est un nouveau modèle français d organisation

Plus en détail

Accompagnement Pluridisciplinaire Intégration Sport

Accompagnement Pluridisciplinaire Intégration Sport RESEAU APIS Accompagnement Pluridisciplinaire Intégration Sport Dispositif mis en place par la DRDJS Paris Ile de France pour lutter contre : Obésité Tabac Ménopause Cancer Hypertension Responsable du

Plus en détail

Dossier de presse. Salon des seniors. du 24 au 26 mars 2011 Paris - Porte de Versailles

Dossier de presse. Salon des seniors. du 24 au 26 mars 2011 Paris - Porte de Versailles Dossier de presse Salon des seniors du 24 au 26 mars 2011 Paris - Porte de Versailles Mutuelle LMP, la santé et le bien-être en tout sérénité dès 50 ans Retrouvez nous sur notre stand Mutuelle santé LMP

Plus en détail

www.fondationdelavenir.org

www.fondationdelavenir.org www.fondationdelavenir.org de l Avenir Edito Dominique Letourneau Président du directoire de la de l Avenir Depuis plus de 27 ans, la de l Avenir joue le rôle indispensable de passerelle entre la recherche

Plus en détail

Sa Situation : Le Centre de RééR

Sa Situation : Le Centre de RééR Groupe AHNAC Centre LES HAUTOIS Service Cardiologie I. Présentation du Centre de Réadaptation R Fonctionnelle et Cardiaque «LES HAUTOIS» de OIGNIES Sa Situation : Le Centre de RééR ééducation «LES HAUTOIS»

Plus en détail

La médecine pour tous

La médecine pour tous Commission Nationale d Ethique pour la Médecine Humaine Académie Suisse Des Sciences Médicales La médecine pour tous Quid des cancers? Prof Pierre Yves Dietrich Chef du centre d Oncologie Hôpitaux Universitaires

Plus en détail

PREVENIR LE CANCER C EST POSSIBLE JOURNÉE MONDIALE CONTRE LE CANCER - LE 4 FÉVRIER

PREVENIR LE CANCER C EST POSSIBLE JOURNÉE MONDIALE CONTRE LE CANCER - LE 4 FÉVRIER PREVENIR LE CANCER C EST POSSIBLE JOURNÉE MONDIALE CONTRE LE CANCER - LE 4 FÉVRIER MERCI Nous vous remercions de lire ce support d information! Notre objectif est de vous aider à comprendre comment prévenir

Plus en détail

LIGNE MÉTIER Activités comptables et cabinets de gestion. Des services pour répondre à vos enjeux métier

LIGNE MÉTIER Activités comptables et cabinets de gestion. Des services pour répondre à vos enjeux métier LIGNE MÉTIER Activités comptables et cabinets de gestion Des services pour répondre à vos enjeux métier Les ressources humaines sont un enjeu essentiel de votre profession. En effet, depuis ces huit dernières

Plus en détail

PROMOTION DE L ACTIVITÉ PHYSIQUE CHEZ LES ENFANTS ET ADOLESCENTS DIABÉTIQUES DE TYPE I

PROMOTION DE L ACTIVITÉ PHYSIQUE CHEZ LES ENFANTS ET ADOLESCENTS DIABÉTIQUES DE TYPE I PROMOTION DE L ACTIVITÉ PHYSIQUE CHEZ LES ENFANTS ET ADOLESCENTS DIABÉTIQUES DE TYPE I UN PROJET DU PROGRAMME CANTONAL DIABÈTE Jérôme Spring Maître de sport APA Diabétologie pédiatrique Riviera-Chablais

Plus en détail

Franck Laureyns réagit au rapport de synthèse de Laurent Hénart : «Les. métiers en santé de niveau intermédiaire» paru dans Hegel Vol.

Franck Laureyns réagit au rapport de synthèse de Laurent Hénart : «Les. métiers en santé de niveau intermédiaire» paru dans Hegel Vol. Hegel Vol. 1 N 2 2011 77 LETTRE À LA RÉDACTION Franck Laureyns réagit au rapport de synthèse de Laurent Hénart : «Les métiers en santé de niveau intermédiaire» paru dans Hegel Vol. I n 1 Pour faire suite

Plus en détail

Zoom santé. Les personnes atteintes de cancer INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC

Zoom santé. Les personnes atteintes de cancer INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC SANTÉ ET BIEN-ÊTRE INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC Zoom santé Mai 2011 Numéro 25 Améliorer ses habitudes de vie à la suite de l annonce d un diagnostic de cancer : que révèle l Enquête québécoise

Plus en détail

Travail social en milieu hospitalier et cancer. Formation des IDE aux soins de support 12 Février 2015

Travail social en milieu hospitalier et cancer. Formation des IDE aux soins de support 12 Février 2015 Travail social en milieu hospitalier et cancer Formation des IDE aux soins de support 12 Février 2015 Missions du service social hospitalier Selon le décret 2014-101 du 6 février 2014 Aider les personnes,

Plus en détail

2È JOURNÉE NATIONALE DE FORMATION DES PHARMACIENS CANCER ET ACCOMPAGNEMENT DU PHARMACIEN : UN PREMIER PAS VERS LA RÉSILIENCE.

2È JOURNÉE NATIONALE DE FORMATION DES PHARMACIENS CANCER ET ACCOMPAGNEMENT DU PHARMACIEN : UN PREMIER PAS VERS LA RÉSILIENCE. 2È JOURNÉE NATIONALE DE FORMATION DES PHARMACIENS Avec le Haut Patronage de Madame Roselyne BACHELOT-NARQUIN, Ministre de la Santé, de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative CANCER ET ACCOMPAGNEMENT

Plus en détail

Les chutes des personnes âgées : un enjeu majeur de santé publique

Les chutes des personnes âgées : un enjeu majeur de santé publique Accidents de la vie quotidienne : surveillance et prévention Les chutes des personnes âgées : un enjeu majeur de santé publique Gaëlle PÉDRONO Chargée d études scientifiques Julie BODARD, Laure CARCAILLON,

Plus en détail

Activités physiques et

Activités physiques et Conférence régionale du sport d Ile-de-France Atelier «Sport - santé» Activités physiques et santé en entreprise Grégory CZAPLICKI gczaplicki@mutualite-idf.fr Lundi 13 octobre 2014 Mutualité Française

Plus en détail

DIÉTÉTIQUe et Le PLAISIR De MANGeR

DIÉTÉTIQUe et Le PLAISIR De MANGeR INFORMATIONS DIETETIQUES SERVICE RESTAURATION DE LA VILLE D YZEURE DIÉTÉTIQUe et Le PLAISIR De MANGeR I - DEFINITION DE LA DIETETIQUE : La diététique est une science qui n est pas uniquement destinée à

Plus en détail

FCPR Mandarine Capital Solidaire

FCPR Mandarine Capital Solidaire FCPR Mandarine Capital Solidaire 1 Historique Depuis le 01/01/2010*, les entreprises proposant des Plan Epargne Entreprise à leurs salariés ont l'obligation d'inclure un FCPE Solidaire dans leur offre

Plus en détail

LIGNE MÉTIER PRODUCTION DE FILMS ET DESIGN DES SERVICES POUR RÉPONDRE À VOS ENJEUX MÉTIER

LIGNE MÉTIER PRODUCTION DE FILMS ET DESIGN DES SERVICES POUR RÉPONDRE À VOS ENJEUX MÉTIER LIGNE MÉTIER PRODUCTION DE FILMS ET DESIGN DES SERVICES POUR RÉPONDRE À VOS ENJEUX MÉTIER La production de films et le design sont des activités en croissance malgré la crise. Les sociétés de production

Plus en détail

Quoi Besoin identifié Comment faire? Comment lever les freins? Statut Déclarer l'aide aux aidants «grande cause nationale»

Quoi Besoin identifié Comment faire? Comment lever les freins? Statut Déclarer l'aide aux aidants «grande cause nationale» Méthode : Tester et déployer sur la base de l évaluation du rapport : impact social / coût Reconnaître Faciliter Les aidants Les associations d'aidants / en faveur des aidants Les initiatives en faveur

Plus en détail

Activité physique adaptée et Cancer CAMI 42 ROANNE

Activité physique adaptée et Cancer CAMI 42 ROANNE Activité physique adaptée et Cancer CAMI 42 ROANNE Rationnel de l activité physique en Cancérologie Diminution du risque de cancer: PREVENTION PRIMAIRE. L OMS recommande au moins 30 min d activité physique

Plus en détail

Clinique universitaire de cardiologie. Prévention et réhabilitation cardio-vasculaire. Centre Cardio-vasculaire Suisse Berne.

Clinique universitaire de cardiologie. Prévention et réhabilitation cardio-vasculaire. Centre Cardio-vasculaire Suisse Berne. 10ISP 5.4 Clinique universitaire de cardiologie Prévention et réhabilitation cardio-vasculaire Inselspital Prévention et réhabilitation cardio-vasculaire Centre Cardio-vasculaire Suisse Berne CH-3010 Berne

Plus en détail

Parcours et après-cancer. 7 colloque Inter 3C Le parcours du patient après cancer Institut Paoli-Calmettes-Marseille 11 octobre 2013

Parcours et après-cancer. 7 colloque Inter 3C Le parcours du patient après cancer Institut Paoli-Calmettes-Marseille 11 octobre 2013 Parcours et après-cancer 7 colloque Inter 3C Le parcours du patient après cancer Institut Paoli-Calmettes-Marseille 11 octobre 2013 Les enjeux de l après-cancer Qualité de vie et une approche «parcours»

Plus en détail

Soins et activités de SOUTIEN

Soins et activités de SOUTIEN LE JARDIN THERAPEUTIQUE ET D AGREMENT Il se situe auprès des bâtiments et est accessible aux personnes à mobilité réduite. Vous y trouverez un espace dédié aux jardins sur tables accessibles aux personnes

Plus en détail

NUTRIAWORK ORGANISME DE FORMATION PROFESSIONNELLE CONTINUE AGRÉÉ

NUTRIAWORK ORGANISME DE FORMATION PROFESSIONNELLE CONTINUE AGRÉÉ NUTRIAWORK ORGANISME DE FORMATION PROFESSIONNELLE CONTINUE AGRÉÉ Action Santé & Bien-être Fruits & Formations La livraison de vos paniers de fruits frais bio au bureau éligible au cofinancement NutriAtWork

Plus en détail

Logiciels d éducation à la Nutrition et à l activité physique

Logiciels d éducation à la Nutrition et à l activité physique Université d été E-Santé Castres-Mazamet 4, 5, 6 juillet 2012 «Des supports numériques au service de l éducation thérapeutique des patients» Logiciels d éducation à la Nutrition et à l activité physique

Plus en détail

Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires. Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française

Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires. Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française Prévenir - Soigner - Accompagner Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires Qui est la Mutualité Française?

Plus en détail

d alice La maison plus QU Un projet, Une nécessité pour Les malades résidant Loin du centre de traitement

d alice La maison plus QU Un projet, Une nécessité pour Les malades résidant Loin du centre de traitement La maison d alice LiBreViLLe-GaBon plus QU Un projet, Une nécessité pour Les malades résidant Loin du centre de traitement «UNE VISION DE LA FONDATION SYLVIA BONGO ONDIMBA POUR LA FAMILLE, UNE INSPIRATION

Plus en détail

Prendre soin RÉSIDENCE PRINTANIA CHANTILLY

Prendre soin RÉSIDENCE PRINTANIA CHANTILLY Prendre soin RÉSIDENCE PRINTANIA CHANTILLY Résidence Printania Nous serons heureux de vous accueillir dans une résidence retraite médicalisée à l ambiance familiale et chaleureuse. Au cœur de Chantilly,

Plus en détail

ANNEXE. Objet : Le Programme Bretagne Equilibre : Les ateliers du maintien de l équilibre

ANNEXE. Objet : Le Programme Bretagne Equilibre : Les ateliers du maintien de l équilibre ANNEXE Objet : Le Programme Bretagne Equilibre : Les ateliers du maintien de l équilibre Public cible : Personnes âgées de 65 ans et plus, primo-bénéficiaires détectées à risque modéré de chutes. Objectifs

Plus en détail

La réhabilitation respiratoire

La réhabilitation respiratoire La réhabilitation respiratoire Une expérience Rémoise Dr G.Bonnaud - Pneumologue Groupe Courlancy - Reims Bénéfices de la réhabilitation La prise en charge des patients BPCO dans un programme de Réhabilitation

Plus en détail

La genèse et le calendrier

La genèse et le calendrier AVEC LE SOUTIEN DE La genèse et le calendrier Fin 2011-2012 : Contact entre Pierre MOLINA D ARANDA et l Agence Ecomobilité Mobilisation de la CPAM et contact de l URPS 2013 : Soirée d information aux médecins

Plus en détail

CAS CONCRET SOINS DE SUPPORT ONCOLOGIQUES INTRA ET EXTRA-HOSPITALIER. Gilles Nallet Odile Romanet Céline Henriot

CAS CONCRET SOINS DE SUPPORT ONCOLOGIQUES INTRA ET EXTRA-HOSPITALIER. Gilles Nallet Odile Romanet Céline Henriot CAS CONCRET SOINS DE SUPPORT ONCOLOGIQUES INTRA ET EXTRA-HOSPITALIER Gilles Nallet Odile Romanet Céline Henriot Définition des soins: Les soins de support désignent l ensemble des soins et soutien qui

Plus en détail

LA FORCE DE L ONCOPOLE, c est la réunion totalement inédite de compétences

LA FORCE DE L ONCOPOLE, c est la réunion totalement inédite de compétences FORMATION + RECHERCHE + SOIN + INDUSTRIE : C EST L ONCOPOLE. LA FORCE DE L ONCOPOLE, c est la réunion totalement inédite de compétences L originalité de l Oncopole est de regrouper sur un même thème, la

Plus en détail

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée»

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» «SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» intéresser, l entendre, et transformer en soins de vie ce qu elle veut nous dire qu elle soit atteinte

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE 30 JANVIER 2014 ST NAZAIRE SITE DE LA CITE SANITAIRE

DOSSIER DE PRESSE 30 JANVIER 2014 ST NAZAIRE SITE DE LA CITE SANITAIRE DOSSIER DE PRESSE 30 JANVIER 2014 ST NAZAIRE SITE DE LA CITE SANITAIRE Un service de médecine nucléaire va s installer dans les locaux de la Clinique Mutualiste de l'estuaire, pour une mise en place début

Plus en détail

ENGAGEMENT SOCIAL. Conjuguons mieux-être au travail et ambitions RH VOTRE PARTENAIRE RH EN INNOVATION SOCIALE

ENGAGEMENT SOCIAL. Conjuguons mieux-être au travail et ambitions RH VOTRE PARTENAIRE RH EN INNOVATION SOCIALE ENGAGEMENT SOCIAL Conjuguons mieux-être au travail et ambitions RH VOTRE PARTENAIRE RH EN INNOVATION SOCIALE SOMMAIRE 10 RAISONS POUR AGIR SUR LE MIEUX-ÊTRE EN ENTREPRISE 5 ENGAGEMENTS RH, DES SOLUTIONS

Plus en détail

La santé. Les établissements de l entité Mutualité Santé Services

La santé. Les établissements de l entité Mutualité Santé Services 1 solidaire Apporter une réponse concrète aux besoins de la population en matière de santé, selon des principes fondamentaux de solidarité et d entraide. Développer un important réseau d œuvres sanitaires

Plus en détail

Progrès & radiothérapie, vers un meilleur accès aux techniques de haute précision

Progrès & radiothérapie, vers un meilleur accès aux techniques de haute précision DOSSIER DE PRESSE Progrès & radiothérapie, vers un meilleur accès aux techniques de haute précision Inauguration du CyberKnife M6 au Centre de Lutte Contre le Cancer Eugène Marquis de Rennes 20 février

Plus en détail

Coordination : Pr Plantaz, Dr Assouline Dr Bobillier-Chaumont

Coordination : Pr Plantaz, Dr Assouline Dr Bobillier-Chaumont Coordination : Pr Plantaz, Dr Assouline Dr Bobillier-Chaumont L équipe n Arrivée progressive entre 1/11/12 et 1/01/13 l Pédiatre coordinateur 0,5 ETP l Puéricultrice 0,5 ETP l Assistante sociale 0,5 ETP

Plus en détail

Le Centre Thermal de La Roche Posay soutient des initiatives de qualité.

Le Centre Thermal de La Roche Posay soutient des initiatives de qualité. Le Centre Thermal de La Roche Posay soutient des initiatives de qualité. «Travailler en cancérologie, c est d abord rencontrer des patients, découvrir leur parcours, leur combat, leurs besoins, leurs envies.

Plus en détail

Mutuelle Les Ménages Prévoyants. Dossier de presse. Salon des seniors 11, 12, 13 avril 2013 Paris, Porte de Versailles

Mutuelle Les Ménages Prévoyants. Dossier de presse. Salon des seniors 11, 12, 13 avril 2013 Paris, Porte de Versailles Retrouveznous sur le stand E11 Mutuelle Les Ménages Prévoyants Dossier de presse Salon des seniors 11, 12, 13 avril 2013 Paris, Porte de Versailles CONTACT PRESSE Valerie Charodie charodie@menages-prevoyants.fr

Plus en détail

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE?

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? LE RÔLE DES CONTRATS COLLECTIFS D ENTREPRISE La dépendance se caractérise par des restrictions dans la réalisation des activités de la vie quotidienne et sociale.

Plus en détail

La cure thermale à indication Affections digestives et troubles du métabolisme (AD) plus efficace que le traitement de ville pour maigrir.

La cure thermale à indication Affections digestives et troubles du métabolisme (AD) plus efficace que le traitement de ville pour maigrir. Supplément du magazine des Thermes de Brides-les-Bains à Brides La cure thermale à indication Affections digestives et troubles du métabolisme (AD) plus efficace que le traitement de ville pour maigrir.

Plus en détail

Offre Complémentaire Santé

Offre Complémentaire Santé Entreprises Offre Complémentaire Santé Le contrat collectif d entreprise Generali référencé UIMM à votre écoute Offre complémentaire santé référencée UIMM* : le contrat collectif d entreprise Generali

Plus en détail

Gym Après Cancer Un nouvel élan pour mon corps. Un programme Sport-Santé de la FFEPGV

Gym Après Cancer Un nouvel élan pour mon corps. Un programme Sport-Santé de la FFEPGV Gym Après Cancer Un nouvel élan pour mon corps Un programme Sport-Santé de la FFEPGV Fédération Sportive affinitaire Qui sommes nous? Cadres professionnalisés Concept de Sport- Santé FFEPGV 540 000 licenciés

Plus en détail

Programmes d enseignement thérapeutique. Vous souffrez d obésité? Trouvons ensemble des solutions adaptées pour perdre du poids

Programmes d enseignement thérapeutique. Vous souffrez d obésité? Trouvons ensemble des solutions adaptées pour perdre du poids Programmes d enseignement thérapeutique Vous souffrez d obésité? Trouvons ensemble des solutions adaptées pour perdre du poids Pour qui? Quelles prestations? 3 Les programmes proposés par le service d

Plus en détail

COMPLÉMENTAIRE SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE RETRAITE ACTION SOCIALE. klesia.fr

COMPLÉMENTAIRE SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE RETRAITE ACTION SOCIALE. klesia.fr COMPLÉMENTAIRE SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE RETRAITE ACTION SOCIALE klesia.fr KLESIA Une expertise plurielle au service de la protection sociale Partenaire et conseil des entreprises, des salariés et des particuliers,

Plus en détail

Santé des soignants - Qualité des soins - Performance économique

Santé des soignants - Qualité des soins - Performance économique Santé des soignants - Qualité des soins - Performance économique Entreprise labellisée Formation Encadrer et manager en milieu de santé 1 Le contexte hospitalier Contraintes Santé et sécurité des salariés

Plus en détail

HÔPITAL PRIVÉ SÉVIGNÉ INAUGURATION

HÔPITAL PRIVÉ SÉVIGNÉ INAUGURATION HÔPITAL PRIVÉ SÉVIGNÉ INAUGURATION DOSSIER DE PRESSE VENDREDI 2 OCTOBRE 2009 SOMMAIRE L INAUGURATION DU 2 OCTOBRE 2009 p 4 La nouvelle Maison des Consultations L extension du bloc opératoire L HÔPITAL

Plus en détail

Mise en place d une commission régionale du vieillissement

Mise en place d une commission régionale du vieillissement Le sociographe, 9, 2002 / 91 Pierre Chabas, Françoise Vidal-Borrossi Mise en place d une commission régionale du vieillissement L exemple du Languedoc-Roussillon A l initiative du Directeur régional des

Plus en détail

Morgane DANIEL- Diététicienne Nutritionniste

Morgane DANIEL- Diététicienne Nutritionniste Morgane DANIEL- Diététicienne Nutritionniste Définition : régime alimentaire amaigrissant est une pratique alimentaire destiné à perdre du poids. Le plus souvent, les régimes se basent sur une diminution

Plus en détail

Réseau de Cancérologie de Midi-Pyrénées

Réseau de Cancérologie de Midi-Pyrénées Réseau de Cancérologie de Midi-Pyrénées Oncomip : Outil d Evaluation de la qualité de la prise en charge centrée sur la RCP Visioconférence 26 mai 2010 20-24, rue du pont Saint-Pierre 31052 Toulouse Tél:

Plus en détail

Socio esthétique en cancérologie au MAROC : Enquête de satisfaction

Socio esthétique en cancérologie au MAROC : Enquête de satisfaction Socio esthétique en cancérologie au MAROC : Enquête de satisfaction Présenté par: Mme AITOUMA AHLAM Surveillante de soin Institut national d oncologie de RABAT JUIN 2015 Introduction Définition de la socio

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Paris, le 21 avril 2011

DOSSIER DE PRESSE Paris, le 21 avril 2011 DOSSIER DE PRESSE Paris, le 21 avril 2011 UNE NOUVELLE COMPLÉMENTAIRE SANTÉ POUR LES ENTREPRISES DE MOINS DE 100 SALARIÉS QUI S AJUSTE AU PLUS PRÈS DES BESOINS RÉELS Contact Presse AG2R LA MONDIALE Mélissa

Plus en détail

Équilibre alimentaire : on a tous à y gagner!

Équilibre alimentaire : on a tous à y gagner! Équilibre alimentaire : on a tous à y gagner! Tous concernés! De quoi s agit-il? Notre assiette est la première des médecines. En effet, manger sainement et équilibré contribue à prévenir les principales

Plus en détail

«Je t aime mon cœur» Programme Régional de Réduction des Risques Cardio-vasculaires

«Je t aime mon cœur» Programme Régional de Réduction des Risques Cardio-vasculaires «Je t aime mon cœur» Programme Régional de Réduction des Risques Cardio-vasculaires Contact Presse Sylvie MULLER 21 avenue Foch 57018 METZ Tel : 03.87.39.40.61 06.34.46.73.52 www.jetaimemoncoeur.fr Le

Plus en détail