Introduction générale

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Introduction générale"

Transcription

1 Introduction générale Touchant près de 600 nouvelles personnes chaque année en France, la leucémie myéloïde chronique est une maladie affectant les cellules du sang et de la moelle osseuse (située au cœur de tous nos os). La moelle osseuse produit l ensemble des cellules du sang qui constituent la lignée myéloïde (lexique). Toutes ces cellules proviennent de cellules mères, appelées cellules souches hématopoïétiques. Dans la leucémie myéloïde chronique (LMC), toutes les cellules sanguines sont malades. Le terme «chronique» renvoie à la lente évolution de la maladie. Aujourd hui, il est admis que la LMC apparaît à cause de la formation d un chromosome (lexique) 22 anormal «Philadelphie» ou Ph, appelé ainsi car découvert dans la ville de Philadelphie dans les années 60. Ce chromosome entraîne le collage anormal de deux gènes (lexique). La mise en évidence de ce chromosome Ph dans les cellules de la moelle osseuse permet un diagnostic de certitude. L évolution de la LMC peut être divisée en 3 phases cliniques distinctes en l absence de traitement : 1- Une phase initiale chronique qui correspond le plus souvent à la phase de diagnostic et caractérisée par un excès de globules blancs (lexique) dans le sang et une augmentation de la taille de la rate. 2- Une phase accélérée, transition entre la phase chronique et la phase aiguë. 3- La phase de transformation blastique ou de leucémie aiguë (lexique). Le premier examen que l on réalise est un hémogramme et/ou un myélogramme. Des études plus approfondies sont réalisées pour retrouver la présence du chromosome Philadelphie dans les cellules malades (cytogénétique (lexique) et biologie moléculaire (lexique)). La leucémie myéloïde chronique est une maladie sans prédisposition génétique connue Il existe des facteurs favorisant son apparition, tels que les radiations ou une exposition prolongée au benzène, mais en général, on ne connaît pas la cause de l apparition du chromosome Ph responsable de la maladie.

2 Historique de la LMC La LMC a longtemps été une maladie incurable, jusque dans les années 80. C est la première leucémie à être décrite en tant que telle. Elle fut caractérisée en 1845 chez deux patients présentant une rate énorme et un sang épais et d aspect laiteux (dû à un excès de leucocytes (lexique)), sans qu on sache expliquer pourquoi. Vers 1960, de nouvelles techniques se développent et les chercheurs peuvent alors observer des cellules en division, seul moment où les chromosomes sont visibles dans les noyaux des cellules. Grâce à ces avancées, Peter Nowell et David Hungerford mettent en évidence chez les patients présentant les symptômes précédents, un chromosome 22 anormalement court, qu ils nomment chromosome Philadelphie, du nom de la ville où ils le découvrirent. Ce chromosome Ph (ou Ph 1 ) fut la première anomalie chromosomique identifiée dans un cancer. Ce chromosome est étudié en particulier par Rowley qui montre, en 1973, l existence d un échange de fragments entre les chromosomes 9 et 22 : c est la translocation t(9;22) (lexique). Puis, les connaissances en biologie moléculaire (lexique) évoluant, on montre dans les années 80 que le chromosome Ph porte un gène anormal, formé de deux morceaux de gènes : 1 fragment du gène BCR sur le chromosome 22, accolé à 1 fragment du gène ABL issu du chromosome 9. La protéine fabriquée grâce à ce gène BCR-ABL est mutante (lexique) et son action est responsable des symptômes connus de la maladie. Différents traitements se développent alors, au fur et à mesure des années : certains utilisent des molécules chimiques capables de limiter la multiplication des cellules malades comme l hydroxyurée (Hydréa), d autres font appel à une molécule naturelle comme l interféron, d autres encore sont plus radicaux comme la greffe de moelle osseuse qui remplace les cellules malades par des cellules saines d un donneur. Grâce aux connaissances acquises sur le rôle de la protéine BCR-ABL, les années 2000 voient apparaître un traitement révolutionnaire, le Glivec (imatinib mésylate, STI-571) qui bloque directement la protéine mutante dans les cellules malades et l empêche d exercer son action. Actuellement, les recherches sur le Glivec continuent pour mieux connaître ses effets à long terme. Des résistances au traitement apparaissent chez certains patients et déjà, la seconde génération de traitements bloquants (ou inhibiteurs) est à l essai.

3 Quelques chiffres d épidémiologie Diagnostic On estime qu il y a 500 à 600 nouveaux cas par an de leucémie myéloïde chronique (LMC) en France et la fréquence de la maladie est de 1 à 2 cas pour habitants. La LMC peut se déclarer à tout âge, mais le risque d être atteint augmente avec les années. L âge moyen d apparition de la maladie est d environ 50 ans, et on note une légère prédominance masculine : 1,4 à 1,5 homme pour 1 femme. On n a pas découvert de prédisposition génétique pour la LMC. 2,5% des personnes atteintes de LMC ont moins de 10 ans. 15 à 30% des patients ont plus de 60 ans. Une exposition chronique au benzène ou à des radiations ionisantes peut engendrer une LMC dite secondaire (5% des cas de LMC). Symptômes cliniques La LMC est de plus en plus souvent diagnostiquée par hasard à l occasion d une prise de sang : le taux de globules blancs (leucocytes) est anormalement élevé. Cependant, le diagnostic peut aussi être réalisé lors d une consultation pour fatigue générale, amaigrissement, voire douleurs. Certaines personnes peuvent être dépistées lors d un scanner ou d une échographie, où l on détecte une rate de taille augmentée (splénomégalie) caractéristique de la LMC. La leucémie myéloïde chronique évolue généralement en 3 phases cliniques successives : une phase chronique pendant laquelle le diagnostic est le plus souvent réalisé, une phase accélérée et une phase aiguë. Un patient peut cependant être diagnostiqué à n importe laquelle de ces 3 phases, et son traitement en dépendra. Toutefois, la très grande majorité des patients est en phase chronique au moment du diagnostic et l évolution vers les phases accélérée ou aiguë est bloquée par le traitement. 1- Phase chronique 9 patients sur 10 sont diagnostiqués dans cette phase. Les signes initiaux sont peu spécifiques : Amaigrissement, perte de poids Fatigue générale Sueurs nocturnes Parfois, pesanteur du flanc gauche due à la splénomégalie Lors de la phase chronique, le taux de globules blancs dans le sang devient très élevé (de à par mm 3, on passe à plus de ). Cette augmentation des leucocytes s appelle une hyperleucocytose, caractéristique de la LMC. 2- Phase accélérée

4 C est une phase de transition entre les phases chronique et aiguë. La maladie s accélère et les symptômes deviennent plus évidents :): Altération de l état général (asthénie) Fièvre Amaigrissement accentué Sueurs accentuées Douleurs osseuses Accentuation de la splénomégalie La qualité des nouvelles cellules sanguines produites est altérée: les globules rouges diminuent ainsi que le taux d hémoglobine (anémie); le nombre de plaquettes diminue aussi. Le traitement de la phase chronique permet de contrôler le risque de passage en phase accélérée. 3- Phase aiguë Aussi appelée phase de transformation blastique, elle survient en l absence de traitement. Heureusement, les traitements actuels permettent de stabiliser la phase chronique de la maladie et évitent le passage en phase aigue.

5 Techniques d étude En dehors de l hémogramme aujourd hui automatisé, il existe d autres techniques d étude de la leucémie myéloïde chronique : la cytogénétique et la biologie moléculaire. Elles permettent d étudier les chromosomes et l ADN, au cœur des cellules. Au centre du noyau de chaque cellule de l organisme sont localisés les chromosomes, constitués d ADN, c est notre patrimoine génétique. Grâce à lui, certains ont les yeux bleus, d autres les yeux marron, certains ressemblent à leur mère, d autres à leur père Tout l ADN est réparti sur 23 paires de chromosomes chez l Homme (on possède chaque chromosome en 2 exemplaires: un transmis par notre père + un transmis par notre mère), ce qui fait 46 chromosomes par cellule. On peut classer ces chromosomes en 23 paires et par taille décroissante : ainsi la paire de chromosomes 1 contient le chromosome 1 du père et celui de la mère, et le chromosome 1 est le plus grand de tous les chromosomes. De même, la paire 22 est la plus petite. La paire 23 est particulière, ce sont les chromosomes qui déterminent le sexe : 2 chromosomes X pour une fille, un X et un Y pour un garçon. Sur un chromosome se succèdent des séquences d ADN, les gènes. Si on va plus loin, chaque gène est un patron de fabrication pour une protéine. Si on change, même très peu, la séquence d ADN d un gène, la protéine produite sera différente de celle normalement produite. Définition de la translocation Dans les cellules des personnes atteintes de LMC, un grand morceau du chromosome 22 se casse, un petit morceau du chromosome 9 se casse et les deux morceaux s échangent et se recollent : le petit morceau du 9 se colle sur le 22 cassé, et inversement, le grand fragment du 22 va s associer au 9 cassé. Cet échange de fragments de chromosomes s appelle une translocation, ici entre les chromosomes 9 et 22. Ce chromosome 22 qui contient un morceau du 9 est aussi appelé chromosome Philadelphie. Au niveau de l ADN, le gène Abelson (ABL) est cassé en deux sur le chromosome 9, ainsi que le gène BCR sur le chromosome 22. Quand les morceaux de chromosomes s échangent, le fragment cassé du gène BCR va se coller au morceau restant du gène ABL sur le chromosome 9, et de même, le morceau cassé du gène ABL va se coller au fragment restant du gène BCR sur le chromosome 22. On obtient donc sur le chromosome 22 un gène anormal BCR-ABL formé du début du gène BCR et de la fin du gène ABL, et sur le chromosome 9 un gène anormal ABL-BCR, composé du début du gène ABL et de la fin du gène BCR. Le gène muté BCR-ABL peut être détecté, ainsi que la protéine dont il permet la fabrication.

6 Cytogénétique C est la science qui étudie les chromosomes dans leur intégrité. Pour ce faire, une carte de chaque chromosome a été établie, indiquant l emplacement précis de chaque gène. On peut ainsi observer tout remaniement entre les chromosomes, comme la translocation entre les chromosomes 9 et 22 dans le cas de la LMC. Techniquement, on prélève des cellules de la moelle osseuse par ponction médullaire (au niveau du sternum le plus souvent, sous anesthésie locale), et on traite ces cellules afin de visualiser les chromosomes au microscope. En cytogénétique conventionnelle, on fait le caryotype du patient, c est-à-dire que l on étale et on classe tous les chromosomes d une de ses cellules pour les étudier. Sur le caryotype, les biologistes cherchent à observer la translocation t(9 ;22) : un des deux chromosomes 9 est trop long, tandis qu un des deux chromosomes 22 est trop court (le chromosome Philadelphie (Ph)). La translocation est toujours au même endroit, coupant les gènes BCR et ABL et les fusionnant. La mise en évidence d une telle translocation permet un diagnostic de certitude. Quand la maladie passe en phase accélérée, d autres anomalies chromosomiques peuvent apparaître : trisomie 8, (3 chromosomes 8 au lieu de 2), duplication du chromosome Ph, c est-à-dire 3 chromosomes 22 dont 1 normal et 2 Ph sur le caryotype d une cellule. Ainsi, l établissement de caryotypes (alignement des 23 paires de chromosomes + chromosomes supplémentaires s ils existent dans une cellule) permet d évaluer l avancement de la maladie : l apparition de mutations autres que le chromosome Ph signe une évolution. La cytogénétique moléculaire (technique FISH) consiste en un marquage du gène anormal BCR-ABL. Comme précédemment, on récupère des cellules de moelle osseuse mais on y intègre des marqueurs fluorescents (1 rouge et 1 vert) qui vont se fixer spécifiquement sur les gènes ABL et BCR respectivement. On regarde ensuite chaque cellule au microscope : si les deux marqueurs sont au même endroit (superposés), les deux gènes sont collés, donc il y a eu translocation, donc la cellule est leucémique. Par contre si les marqueurs sont bien distincts (un sur les chromosomes 9 et l autre sur les chromosomes 22) alors la cellule est saine car absence de gène BCR-ABL. Biologie moléculaire Cette technique consiste à extraire l ADN puis isoler le gène anormal BCR-ABL dans des cellules de la moelle osseuse ou du sang, grâce à des marqueurs très spécifiques de ce gène. Si une cellule présente un tel gène, elle est leucémique. Une cellule saine n a pas de gène BCR-ABL. Grâce au test de biologie moléculaire qui s effectue dans le sang, on peut estimer la quantité de cellules malades restantes dans l organisme. Quand cette quantité devient très faible, on parle alors de maladie résiduelle, ce qui correspond au contrôle de l évolution de la LMC

7 Fréquence des examens Le myélogramme pour étude cytogénétique est en général effectué après 6 mois et 12 mois de traitement. Si le chromosome Philadelphie a disparu, le contrôle est alors effectué une fois par an. La prise de sang pour la biologie moléculaire est réalisée tous les 3 à 6 mois pendant toute la durée du traitement.

8 Les Traitements Tous les traitements visent à éviter l évolution de la maladie vers la phase de transformation (ou phase aigue). Certains peuvent guérir comme l allogreffe, d autres bloquent l évolution de la maladie comme le Glivec. Après la présentation non exhaustive de quelques traitements, la démarche thérapeutique sera expliquée, à titre indicatif. L allogreffe Il s agit d une greffe de cellules souches issues de la moelle osseuse à partir d un donneur (contrairement à l autogreffe, où l on récupère des cellules hématopoïétiques saines du patient). Quand on veut réaliser une allogreffe, on commence par rechercher un donneur compatible pour les groupes des globules blancs (aussi appelés groupes HLA ; ils sont différents des groupes des globules rouges appelés groupes sanguins). Les cellules de moelle osseuse du donneur sont collectées par ponction au niveau du bassin (sous anesthésie) ou dans le sang du donneur après traitement par une molécule de stimulation des globules blancs (ou G-CSF), à l aide d un appareil proche de celui utilisé pour les dons de plaquettes. Le patient reçoit alors un traitement de préparation à la greffe appelé conditionnement, qui permet à la greffe de ne pas être rejetée par le receveur, et qui réduit également la quantité de cellules malades du receveur. Le conditionnement est à base de chimiothérapie et peut également comporter de la radiothérapie. Le patient est hospitalisé dans une unité spécialisée (environnement stérile) pour la greffe de moelle osseuse avant le début du conditionnement. La greffe des cellules de moelle osseuse (aussi appelées cellules souches hématopoïétiques) se fait par une simple transfusion. Le patient reste alors sous surveillance étroite jusqu à ce que la moelle osseuse ainsi greffée produise les cellules du sang, et également pour guetter les signes de la réaction de la greffe contre le receveur (appelée GVH). Cette réaction est bénéfique car elle aide à l élimination des cellules malades mais il ne faut pas qu elle soit délétère pour les cellules saines de l organisme. C est pourquoi il faut suivre un traitement préventif, et curatif le cas échéant. L allogreffe est proposée si les critères suivants sont remplis : patient jeune existence d un donneur compatible dans la fratrie (ensemble des frères et sœurs) ou dans les fichiers de donneurs dans la première année du diagnostic ou si le traitement médical n est pas suffisamment efficace Le taux de guérison à long terme est élevé : 60 à 70%, malgré des risques de complications ou infections. Comme pour tout traitement agressif, il y a un risque vital lié à la greffe. Deux types d allogreffe sont possibles :

9 l allogreffe avec un donneur de la même famille : greffe géno-identique. l allogreffe avec donneur d un fichier : greffe phéno-identique Le donneur est, dans ce cas, non apparenté au patient. Les chimiothérapies orales Ces traitements utilisent des substances chimiques prises par voie orale. Il s agit de l hydroxyurée (Hydréa), plus rarement du Busulfan, Ils agissent en tuant les cellules leucémiques. Ils sont en général bien tolérés et utilisés chez des patients avant de débuter un traitement par Glivec. Il s agit donc de traitements transitoires, avant de débuter les thérapeutiques agissant sur la cause de la maladie. Le Glivec Depuis quelques années, une nouvelle molécule est disponible qui a complètement changé le devenir des patients atteints de LMC. Il s agit du Glivec (ou imatinib, initialement appelé STI571) qui agit de façon ciblée au cœur de la cellule malade. Ce traitement est maintenant proposé à l ensemble des patients atteints de LMC en dehors des cas ou la greffe allogénique est indiquée. Voir le chapitre Glivec. L interféron alpha (IFNα) Ce traitement n est actuellement plus utilisé comme traitement unique de la LMC. Dans le cadre d études cliniques, il peut être associé au Glivec pour en augmenter l efficacité. L administration de l interféron se fait par voie sous cutanée et il existe des formulations ayant un effet retard, qui permettent une seule injection par semaine. De nombreux effets secondaires sont liés au traitement par l interféron, qui nécessitent parfois une interruption du traitement : impression d état grippal pendant les premières injections asthénie (affaiblissement général de l organisme) perte de poids troubles digestifs parfois, état dépressif Ces effets secondaires sont beaucoup moins fréquents avec les interférons à forme retard et dépendent de la dose d interféron utilisée. Associé au Glivec, l interféron est administré à des doses très faibles.. On ne sait pas très bien comment fonctionne l interféron dans notre corps, on sait cependant qu il ralentit la croissance anormale des cellules, la prolifération excessive des leucocytes. Choix du traitement Pour un patient en phase chronique il faut choisir entre un traitement à base de Glivec ou une greffe de moelle osseuse.

10 Pour se faire, un typage des groupes de compatibilité du patient et de ses frères et sœurs est souvent effectué au moment du diagnostic de la LMC. S il existe un donneur compatible, la question de réaliser la greffe de moelle osseuse se pose et le choix dépend de l age du patient, de la présentation de la maladie, du type de donneur. Le choix du patient est également très important avant de prendre une décision de greffe de moelle osseuse. Dans tous les autres cas, un traitement à base de Glivec est débuté. Il est aussi proposé au patient de participer à des protocoles de recherche clinique qui peuvent évaluer plusieurs modalités de prescription du Glivec, en terme de dose ou d association à d autres médicaments comme l interféron par exemple. Là aussi, l avis du patient est très important. Un patient en phase accélérée sera plutôt traité avec de fortes doses de Glivec, s il n a pas de donneur de moelle osseuse. Un patient en phase aiguë, quant à lui, combinera le Glivec et la chimiothérapie. Ces informations sont données à titre indicatif, et sont personnalisées par le médecin. Dès lors qu un traitement est débuté, il est nécessaire d en évaluer l efficacité. Les médecins utilisent alors des critères de réponse au traitement : 1- La normalisation des taux des cellules sanguines à la prise de sang (numération formule sanguine) qui correspond à la réponse (ou rémission) hématologique. 2 - La disparition dans la moelle osseuse des cellules porteuses du chromosome Philadelphie, détecté par l examen des chromosomes (caryotype). Cette étape correspond à la rémission cytogénétique. Enfin, quand aucune anomalie n est détectée dans la moelle osseuse, on recherche la présence du gène anormal BCR-ABL dans les cellules du sang, ce qui permet d estimer la quantité de maladie résiduelle (ou restante) : c est la réponse moléculaire. Le résultat est en règle générale faiblement positif, ce qui indique que la LMC est dormante et n évolue plus.

11 Le Glivec (Imatinib mésylate, STI 571) Molécule découverte à la fin des années 1990, le Glivec révolutionne aujourd hui la vie des patients atteints de leucémie myéloïde chronique et permet un contrôle durable de la maladie. L efficacité de la molécule est telle que l on peut estimer que, pour la majorité des patients, la maladie n évoluera jamais vers la phase de transformation. La recherche continue de faire des progrès puisque d ores et déjà, les médicaments successeurs du Glivec sont en cours d évaluation. La cause première de la LMC est la formation d une protéine anormale dans les cellules de la moelle osseuse. L activité de cette protéine mutée est à l origine de la multiplication anormale des leucocytes (globules blancs) et de différents symptômes connus de la maladie. L innovation réalisée par le Glivec est d agir directement sur la protéine responsable de la LMC, au cœur des cellules malades. Il permet ainsi de prévenir l évolution de la maladie en bloquant l activité de cette protéine. De cette manière, on s attend à une plus grande efficacité contre la maladie, avec moins d effets secondaires car on n attaque plus les cellules saines, comme c est le cas dans les autres traitements. Le traitement en pratique Le traitement par Glivec est peu contraignant, car pris oralement tous les jours. En général, la dose est de 400mg / jour. Des associations avec d autres médicaments comme l aracytine ou l interféron sont à l étude et les premiers résultats semblent positifs. Les principaux effets secondaires du Glivec sont : De la fatigue des troubles digestifs (accélération du transit avec des diarrhées, nausée lors de la prise du traitement) des douleurs musculaires et articulaires (essentiellement des crampes) une prise de poids avec présence d oedèmes (gonflement des paupières par exemple) Malgré tout, ces effets indésirables sont peu intenses et ne sont pas un obstacle à la poursuite du traitement, ni, dans la majorité des cas, à une vie sociale et professionnelle normale. De plus, ces effets peuvent être corrigés par des traitements spécifiques (diurétiques ou crèmes locales pour les oedèmes, décontracturants musculaires, anti-diarrhéiques). Ces effets secondaires peuvent diminuer voire disparaître après quelques mois de traitement. Le traitement est maintenant disponible sous forme de cachets à 100 mg et à 400 mg. Le traitement doit être pris à heure fixe au moment du repas. Il ne faut pas boire de jus de fruit ou de sodas en même temps. Certains médicaments sont déconseillés avec le Glivec, tout particulièrement le paracétamol qui est présent dans de nombreux médicaments contre la fièvre ou la douleur (doliprane, daffalgan, diantalvic, efféralgan, etc ). Des médicaments comme l Advil peuvent être pris en remplacement du paracétamol Le traitement par Glivec est potentiellement dangereux pour le fœtus pendant la grossesse. C est pourquoi il faut prendre des mesures contraceptives efficaces pour les jeunes femmes traitées par Glivec. Il n y a pas de risque connu si un homme traité est le père d un enfant à naître.

12 Quelques chiffres 98% des patients traités en phase chronique obtiennent la rémission hématologique complète sous Glivec. De même, plus de 85% des patients sont en rémission cytogénétique majeure et 63% en rémission cytogénétique complète, La découverte du Glivec étant récente, la question de l efficacité du Glivec à long terme est encore en suspend. Les estimations actuelles montrent que la maladie avec ce traitement est contrôlée pour une période de temps d au moins 10 ans. De la même façon, il n est actuellement possible de dire si le Glivec pourra être arrêté chez les patients répondeurs : il est recommandé pour l instant de poursuivre le médicament, même en cas de très bonne réponse. Certains patients présentent une résistance au traitement: cela représente environ 4% des patients par an. Les recherches se penchent actuellement sur ces problèmes de résistances, pour comprendre leurs mécanismes et trouver les moyens d y remédier par, notamment, l association de plusieurs médicaments. Le plus souvent, une mutation du gène BCR-ABL entraîne la résistance. De nouveaux médicaments encore plus actifs que le Glivec sont déjà à l étude pour ces patients.

QUELLES SONT LES OPTIONS DU TRAITEMENT DE LA LMC?

QUELLES SONT LES OPTIONS DU TRAITEMENT DE LA LMC? QUELLES SONT LES OPTIONS DU TRAITEMENT DE LA LMC? On vous a diagnostiqué une leucémie myéloïde chronique (LMC) et il se peut que vous ayez déjà débuté un traitement. Le traitement de la LMC dépend largement

Plus en détail

LES EXAMENS BIOLOGIQUES EXPLIQUÉS

LES EXAMENS BIOLOGIQUES EXPLIQUÉS LES EXAMENS BIOLOGIQUES EXPLIQUÉS On vient de vous diagnostiquer une leucémie myéloïde chronique (LMC). Il se peut que vous ayez eu une analyse sanguine de routine demandée par votre médecin traitant ou

Plus en détail

Les tumeurs osseuses

Les tumeurs osseuses Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Les tumeurs osseuses LE SARCOME D EWING Auteurs L OSTEOSARCOME Dr Perrine MAREC-BERARD Tous droits réservés. Reproduction interdite.

Plus en détail

Comment se déroule le prélèvement? Il existe 2 modes de prélèvements des cellules souches de la moelle osseuse:

Comment se déroule le prélèvement? Il existe 2 modes de prélèvements des cellules souches de la moelle osseuse: La greffe de moelle osseuse représente une chance importante de guérison pour de nombreuses personnes atteintes de maladies graves du sang. Le don de moelle osseuse est un acte volontaire, anonyme et gratuit

Plus en détail

Leucémie. Causes, Facteurs de risques

Leucémie. Causes, Facteurs de risques Leucémie La leucémie ou cancer du sang ou leucose aiguë des organes hématopoïétiques(sang, rate, ganglions, moelle osseuse) est un type de cancer qui entraîne la fabrication par l organisme d un trop grand

Plus en détail

Tout ce qu il faut savoir sur le don de moelle osseuse

Tout ce qu il faut savoir sur le don de moelle osseuse Tout ce qu il faut savoir sur le don de moelle osseuse 1. La moelle osseuse : un rôle vital pour le corps humain Page 2/23 1.1. Qu est ce que la moelle osseuse? La moelle osseuse est indispensable à la

Plus en détail

JOURNAL MÉDICAL ÉLECTRONIQUE À l intention des gens atteints de leucémie myéloïde chronique

JOURNAL MÉDICAL ÉLECTRONIQUE À l intention des gens atteints de leucémie myéloïde chronique The Chronic Myelogenous Leukemia Society of Canada La Société de la Leucemie Myéloide chronique du Canada JOURNAL MÉDICAL ÉLECTRONIQUE À l intention des gens atteints de leucémie myéloïde chronique INTRODUCTION

Plus en détail

Chapitre III Les anomalies de la régulation de la glycémie

Chapitre III Les anomalies de la régulation de la glycémie Chapitre III Les anomalies de la régulation de la glycémie -I -Unité et diversité des diabètes Mesures de la glycémie en continu chez un patient diabétique 1 Les critères de diagnostic du diabète 2 3 Conclusion

Plus en détail

Leucémie myéloïde chronique BCR-ABL1 positive (LMC)

Leucémie myéloïde chronique BCR-ABL1 positive (LMC) 3.2 Prédominance de cellules polynucléaires (à noyau segmenté) Leucémie myéloïde chronique BCR-ABL1 positive (LMC) La LMC est caractérisée par la présence du chromosome Philadelphie t(9;22) (q34;q11.2)

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

Initiative pour l'information sur les cancers fémmes

Initiative pour l'information sur les cancers fémmes Initiative pour l'information sur les cancers fémmes Coordonné par l Institut europeén de la santé des femmes www.eurohealth.ie Cancer et Génétique Le cancer du sein est le cancer le plus fréquent chez

Plus en détail

Médecine personnalisée, de quoi parle-t on? Dominique Stoppa-Lyonnet

Médecine personnalisée, de quoi parle-t on? Dominique Stoppa-Lyonnet Médecine personnalisée, de quoi parle-t on? Dominique Stoppa-Lyonnet Octobre 2014 Médecine «génomique» personnalisée La médecine «génomique» personnalisée repose sur l identification de sous-groupes de

Plus en détail

Des déficiences présentes

Des déficiences présentes Des déficiences présentes Comment se fait-il que dans certains cas, le système immunitaire ne fonctionne pas convenablement? Problèmes : 1. Pourquoi certains enfants sont-ils mis sous bulle plastique?

Plus en détail

Leçon 1 : Les caractères d un individu Date : Chaque être humain possède de nombreux caractères.

Leçon 1 : Les caractères d un individu Date : Chaque être humain possède de nombreux caractères. Leçon 1 : Les caractères d un individu Date : Chaque être humain possède de nombreux caractères. Certains caractères sont communs à tous les individus de notre espèce et permettent de nous distinguer des

Plus en détail

Protocole Dépistage précoce des Cancers chez le personnel hospitalier exposé aux rayonnements ionisants. Service de Médecine du Travail CHU Oran

Protocole Dépistage précoce des Cancers chez le personnel hospitalier exposé aux rayonnements ionisants. Service de Médecine du Travail CHU Oran Protocole Dépistage précoce des Cancers chez le personnel hospitalier exposé aux rayonnements ionisants YOUCEF K. Pr. TEBBOUNE C.B. Service de Médecine du Travail CHU Oran INTRODUCTION Le cancer est une

Plus en détail

THÈME 3 : DU GÉNOTYPE AU PHÉNOTYPE. CHAPITRE 1 : la relation entre ADN et protéines

THÈME 3 : DU GÉNOTYPE AU PHÉNOTYPE. CHAPITRE 1 : la relation entre ADN et protéines THÈME 3 : DU GÉNOTYPE AU PHÉNOTYPE CHAPITRE 1 : la relation entre ADN et protéines Les caractères d un individu dépendent de plusieurs facteurs : certains dépendent des caractères présents dans la famille

Plus en détail

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie.

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. 1. Qu est-ce que le diabète? L APS ET LE DIABETE Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. Cette hyperglycémie est avérée si à 2 reprises

Plus en détail

Les manifestations la grippe

Les manifestations la grippe Les manifestations la grippe Les manifestations de la grippe sont assez caractéristiques: Un début souvent brutal Le début de la grippe est le plus souvent brutal, apparaissent ainsi: Courbatures, Douleurs

Plus en détail

La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques

La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques Professeur Ibrahim Yakoub-Agha CHRU de LILLE (Illustration de J. Cloup, extraite du CD-Rom «greffe de Moelle» réalisé par la société K Noë) La moelle osseuse

Plus en détail

UNITE ET DIVERSITE DES ËTRES HUMAINS

UNITE ET DIVERSITE DES ËTRES HUMAINS UNITE ET DIVERSITE DES ËTRES HUMAINS Rappels : - organisation du corps humain - La fécondation L HEREDITE ET SON SUPPORT Chaque individu possède des ressemblances et des différences même au sein d une

Plus en détail

LE DIABETE Qu est ce que c est? Définition Un peu de physiopathologie Quels sont les symptômes d une hyperglycémie? Le traitement du diabète

LE DIABETE Qu est ce que c est? Définition Un peu de physiopathologie Quels sont les symptômes d une hyperglycémie? Le traitement du diabète LE DIABETE Qu est ce que c est? Définition Le diabète est une pathologie chronique, c'est-à-dire dont on ne guéri pas, qui se définit comme une hyperglycémie constante. Cela veut dire que le taux de sucre

Plus en détail

Le Don de Moelle Ça fait pas d mal!

Le Don de Moelle Ça fait pas d mal! Le Don de Moelle Ça fait pas d mal! J ai de 18 à 50 ans Le Don de Moelle Osseuse Ça m intéresse -1 je demande des infos, je réfléchis. -2 je contacte le centre EFS le plus proche de chez moi. 3- je suis

Plus en détail

Comment s est passée cette deuxième saison de GrippeNet.fr?

Comment s est passée cette deuxième saison de GrippeNet.fr? Le site a reçu 139 646 visites, soit une moyenne de 1 visite par minute pendant toute la saison! Chers participants à GrippeNet.fr, Vous avez été 6 068 à participer à la seconde saison de GrippeNet.fr,

Plus en détail

Seules les trisomies 13, 18 et 21 sont concernées dans le test génétique non invasif.

Seules les trisomies 13, 18 et 21 sont concernées dans le test génétique non invasif. 1 Normalement, chaque individu a dans chacune de ces cellules 23 paires de chromosomes numérotées de 1 à 22, la 23ème paire étant la paire des chromosomes sexuels. Une des anomalies chromosomiques les

Plus en détail

Transfusions sanguines, greffes et transplantations

Transfusions sanguines, greffes et transplantations Transfusions sanguines, greffes et transplantations Chiffres clés en 2008 La greffe d organes est pratiquée depuis plus de 50 ans. 4 620 malades ont été greffés. 1 563 personnes ont été prélevées. 222

Plus en détail

Chapitre 3 : conserver ou transmettre l information génétique.

Chapitre 3 : conserver ou transmettre l information génétique. Chapitre 3 : conserver ou transmettre l information génétique. Mais, que dois-je savoir? Pour rattraper un cours manquant, retrouve-le sur le site du collège dans la rubrique «enseignements» : http://colleges.acrouen.fr/courbet/spipuser/

Plus en détail

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus Module 2 Exercice 1: Cellules souches hématopoïétiques 1. Causes de décès en Suisse (2010) La figure suivante montre les causes de décès les plus fréquentes en Suisse en 2010, telles qu elles ont été relevées

Plus en détail

Le prélèvement de moelle. osseuse. Agence relevant du ministère de la santé

Le prélèvement de moelle. osseuse. Agence relevant du ministère de la santé Le prélèvement de moelle osseuse Agence relevant du ministère de la santé Vous êtes compatible avec un patient qui a besoin d une greffe 1 Avant le prélèvement La date du prélèvement La date du prélèvement

Plus en détail

Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires. Qu est-ce qu une greffe de rein par échange de bénéficiaires?

Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires. Qu est-ce qu une greffe de rein par échange de bénéficiaires? Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires Qu est-ce qu une greffe de rein par échange de bénéficiaires? Le Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires. Notre

Plus en détail

Le don de moelle osseuse :

Le don de moelle osseuse : DON DE MOELLE OSSEUSE Le don de moelle osseuse : se décider aujourd hui, s engager pour longtemps LA MOELLE OSSEUSE ET SA GREFFE La moelle osseuse C est le tissu mou dans le centre du corps des os qui

Plus en détail

L AUTOGREFFE QUELQUES EXPLICATIONS

L AUTOGREFFE QUELQUES EXPLICATIONS L AUTOGREFFE QUELQUES EXPLICATIONS Le traitement de votre maladie nécessite une Chimiothérapie intensive. Cette chimiothérapie qui utilise de fortes doses de médicaments antimitotiques est plus efficace

Plus en détail

THEME : COMPRENDRE SON DIABETE, SON TRAITEMENT, SON SUIVI

THEME : COMPRENDRE SON DIABETE, SON TRAITEMENT, SON SUIVI THEME : COMPRENDRE SON DIABETE, SON TRAITEMENT, SON SUIVI Séquence éducation de groupe Groupe de 10 patients maximum Durée : 45 min Animateur : Médecins Objectif général : Exprimer la perception que l

Plus en détail

Foire aux questions concernant l hépatite C

Foire aux questions concernant l hépatite C Foire aux questions concernant l hépatite C???? Qu est-ce que l hépatite C? L hépatite C est un virus qui peut endommager le foie. 1 Comment se transmet l hépatite C? Le virus de l hépatite C se transmet

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE SERVICE

MARCHE PUBLIC DE SERVICE MARCHE PUBLIC DE SERVICE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.) POUVOIR ADJUDICATEUR DEPARTEMENT DE LA CHARENTE OBJET DE LA CONSULTATION RÉALISATION D UNE MISSION DE DIAGNOSTIC SUR L ACCESSIBILITÉ

Plus en détail

DR VALÉRIE FOUSSIER. Diabète de type 1

DR VALÉRIE FOUSSIER. Diabète de type 1 Introduction Le diabète de type 1 et 2 concerne 3 millions de personnes en 2011 avec une prépondérance marquée pour le diabète de type 2. Véritable épidémie, cette maladie est un problème de santé publique,

Plus en détail

L affiche de la campagne de rentrée 2015

L affiche de la campagne de rentrée 2015 L affiche de la campagne de rentrée 2015 2 «Je donne mon sang, tu donnes ton sang, il est soigné» CAMPAGNE DE RENTREE Tandis que les vacances d été arrivent à leur terme, les franciliens reprennent progressivement

Plus en détail

Donner de la vie aux années ou rajouter des années à la vie?

Donner de la vie aux années ou rajouter des années à la vie? Donner de la vie aux années ou rajouter des années à la vie? «Rôle des inhibiteurs de l angiogenèse dans le traitement et la prise en charge des cancers avancés de la prostate.» Résumé du Symposium ABBOTT

Plus en détail

Comment expliquer nos ressemblances et nos différences?

Comment expliquer nos ressemblances et nos différences? Chez l espèce humaine, comme chez toute espèce, il existe des ressemblances et des différences entre les individus, y compris à l intérieur d une même famille. Comment expliquer nos ressemblances et nos

Plus en détail

Qu'est-ce que l'hyperthyroïdie? Pourquoi?

Qu'est-ce que l'hyperthyroïdie? Pourquoi? Corps du texte 1.Qu'est-ce que l'hyperthyroïdie? 2.Pourquoi? 3.Quels symptômes et quelles conséquences? 4.Quelques chiffres 5.Traitement 6.Conséquences sur la vie scolaire 7.Quand faire attention? 8.Comment

Plus en détail

Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires RÉPONSES AUX QUESTIONS QUE SE POSENT LES PERSONNES EN ATTENTE D UNE GREFFE DE REIN

Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires RÉPONSES AUX QUESTIONS QUE SE POSENT LES PERSONNES EN ATTENTE D UNE GREFFE DE REIN Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires RÉPONSES AUX QUESTIONS QUE SE POSENT LES PERSONNES EN ATTENTE D UNE GREFFE DE REIN Vous vous posez beaucoup de questions. Le Registre de

Plus en détail

Voici ce qu est le zona

Voici ce qu est le zona Voici ce qu est le zona Le zona est plus courant que vous ne le croyez. Lisez ce qui suit pour savoir si vous présentez un risque de développer le zona. Qu est-ce que le zona? Le zona est une éruption

Plus en détail

LE VACCIN L HÉPATITE A LES EFFETS SECONDAIRES

LE VACCIN L HÉPATITE A LES EFFETS SECONDAIRES HÉPATITE A L HÉPATITE A L hépatite A est une infection du foie causée par un virus. Il s agit d une maladie sérieuse qui peut nécessiter une hospitalisation. Elle est plus grave chez les personnes plus

Plus en détail

Chapitre 3. La complexité des relations entre gènes, phénotypes et environnement.

Chapitre 3. La complexité des relations entre gènes, phénotypes et environnement. Chapitre 3. La complexité des relations entre gènes, phénotypes et environnement. Les gènes gouvernent la synthèse des protéines qui participent à la réalisation du phénotype mais d'autres éléments, comme

Plus en détail

Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires RÉPONSES AUX QUESTIONS QUE SE POSENT LES PERSONNES EN ATTENTE D UNE GREFFE DE REIN

Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires RÉPONSES AUX QUESTIONS QUE SE POSENT LES PERSONNES EN ATTENTE D UNE GREFFE DE REIN Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires RÉPONSES AUX QUESTIONS QUE SE POSENT LES PERSONNES EN ATTENTE D UNE GREFFE DE REIN Vous vous posez beaucoup de questions. Le Registre

Plus en détail

I. L intérêt d une comptabilité de gestion pour la PME. A. La comptabilité financière et la comptabilité de gestion

I. L intérêt d une comptabilité de gestion pour la PME. A. La comptabilité financière et la comptabilité de gestion Chap. 6 : Analyser les coûts des centres de responsabilité I. L intérêt d une comptabilité de gestion pour la PME A. La comptabilité financière et la comptabilité de gestion 1. La comptabilité financière

Plus en détail

INAUGURATION LABORATOIRE DE THERAPIE CELLULAIRE 16 FEVRIER 2012 DOSSIER DE PRESSE

INAUGURATION LABORATOIRE DE THERAPIE CELLULAIRE 16 FEVRIER 2012 DOSSIER DE PRESSE INAUGURATION LABORATOIRE DE THERAPIE CELLULAIRE 16 FEVRIER 2012 DOSSIER DE PRESSE Contact presse : Cathy Josse 03 22 66 87 83 / 06 86 30 46 57 josse.cathy@chu-amiens.fr 1 COMMUNIQUE DE SYNTHESE Le 16 février

Plus en détail

RESPONSABILITE HUMAINE EN MATIERE DE SANTE ET D ENVIRONNEMENT

RESPONSABILITE HUMAINE EN MATIERE DE SANTE ET D ENVIRONNEMENT RESPONSABILITE HUMAINE EN MATIERE DE SANTE ET D ENVIRONNEMENT 1 sujet à traiter parmi ceux-là : - La maîtrise de la fécondité - Mode de vie et alimentation - Mode de vie et exposition au soleil - Des pratiques

Plus en détail

BIOPSIE de MOELLE OSSEUSE

BIOPSIE de MOELLE OSSEUSE BIOPSIE de MOELLE OSSEUSE Le prélèvement de moelle osseuse? La moelle osseuse, tissu hématopoïétique situé dans la cavité centrale des os, peut être prélevée de deux façons : -par ponction sternale -par

Plus en détail

TRAIT FALCIFORME. Clinique spécialisée d hématologie pédiatrique

TRAIT FALCIFORME. Clinique spécialisée d hématologie pédiatrique TRAIT FALCIFORME Clinique spécialisée d hématologie pédiatrique Une analyse sanguine a été effectuée chez votre enfant, soit à la naissance, soit à la demande de votre médecin. Cette analyse a démontré

Plus en détail

SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5

SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5 SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5 2.1. ETUDES REALISEES PAR LES SERVICES DES CAISSES D ASSURANCE MALADIE 5 2.2. ANALYSE DE LA LITTERATURE 5 2.3. ANALYSE DES VENTES 6 2.4. COMPARAISONS

Plus en détail

La Codéine? Parlons-en INFORMER

La Codéine? Parlons-en INFORMER La Codéine? Parlons-en INFORMER Qu est-ce que la codéine? La Codéine, ou méthylmorphine, est l'un des alcaloïdes contenus dans le pavot (papaverum somniferum). La codéine est un antalgique puissant (de

Plus en détail

Santé. Les analyses sanguines et votre animal

Santé. Les analyses sanguines et votre animal Santé Les analyses sanguines et votre animal Les analyses de sang, c est important! Les analyses sanguines permettent fréquemment de détecter des maladies avant que votre chien ou votre chat ne montre

Plus en détail

La grippe, l asthme et la vaccination

La grippe, l asthme et la vaccination La grippe, l asthme et la vaccination vaccin anti-grippe pris en charge à 100 % pour tous les asthmatiques Qu est-ce que la grippe? La grippe est une maladie infectieuse très contagieuse, d apparition

Plus en détail

Fiche : CARACTERISATION CYTOGENETIQUE ET MOLECULAIRE DES LEUCEMIES PROLYMPHOCYTAIRES B. Coordonnateurs : F Nguyen Khac, E Chapiro

Fiche : CARACTERISATION CYTOGENETIQUE ET MOLECULAIRE DES LEUCEMIES PROLYMPHOCYTAIRES B. Coordonnateurs : F Nguyen Khac, E Chapiro 1 Fiche : CARACTERISATION CYTOGENETIQUE ET MOLECULAIRE DES LEUCEMIES PROLYMPHOCYTAIRES B Coordonnateurs : F Nguyen Khac, E Chapiro CONTEXTE La leucémie prolymphocytaire B (LPL B) est une pathologie rare,

Plus en détail

Dépistage prénatal des maladies de l hémoglobine

Dépistage prénatal des maladies de l hémoglobine Dépistage prénatal des maladies de l hémoglobine Chers parents, Félicitations pour la naissance prochaine de votre nouveau bébé. Durant votre suivi de grossesse, vous aurez à effectuer plusieurs examens

Plus en détail

Le don de cellules souches. M.Lambermont Pascale Van Muylder

Le don de cellules souches. M.Lambermont Pascale Van Muylder Le don de cellules souches M.Lambermont Pascale Van Muylder 1 Pourquoi avons-nous recours à la greffe de CSH? Certaines maladies causent la destruction ou un fonctionnement anormal de la moelle osseuse.

Plus en détail

Livret imagé de la SEP

Livret imagé de la SEP Les Cahiers Pratisep Collection Livret imagé de la SEP P r Thibault Moreau service de neurologie, chu de dijon Livret imagé de la SEP P r Thibault Moreau service de neurologie, chu de dijon SOMMAIRE Qui

Plus en détail

Le principe de la fécondation in vitro. 7. La fécondation in vitro (FIV)

Le principe de la fécondation in vitro. 7. La fécondation in vitro (FIV) La technique de la fécondation in vitro* est apparue il y a près de 30 ans. Seuls des cas très précis et limités peuvent bénéficier de ce traitement lourd, qui nécessite en particulier une courte hospitalisation

Plus en détail

Éléments d information à intégrer dans les outils de communication sur le dépistage du cancer du sein. pour les femmes de 40 à 49 ans

Éléments d information à intégrer dans les outils de communication sur le dépistage du cancer du sein. pour les femmes de 40 à 49 ans Éléments d information à intégrer dans les outils de communication sur le dépistage du cancer du sein pour les femmes de 40 à 49 ans Informations générales sur le dépistage du cancer du sein Qu est-ce

Plus en détail

Logiciels de gestion sur mesure Etude et développement. Logiciel de suivi des évènements indésirables dans les établissements hospitaliers

Logiciels de gestion sur mesure Etude et développement. Logiciel de suivi des évènements indésirables dans les établissements hospitaliers Logiciels de gestion sur mesure Etude et développement VIGITRACE Logiciel de suivi des évènements indésirables dans les établissements hospitaliers VIGITRACE Page 2 1. Préambule Le logiciel «Vigitrace»

Plus en détail

Infection par Tritrichomonas fœtus, la tritrichomonose féline

Infection par Tritrichomonas fœtus, la tritrichomonose féline Fiche technique n 22 Infection par Tritrichomonas fœtus, la tritrichomonose féline Tritrichomonas foetus est l agent responsable de la tritrichomonose, maladie difficile à maîtriser en élevage félin. Les

Plus en détail

Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2

Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2 Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2 AUTOEXAMEN MAMMAIRE non préconisé si demande de la patiente : se rapprocher du gynécologue pour apprentissage

Plus en détail

Le cancer colorectal et son dépistage

Le cancer colorectal et son dépistage Qu est-ce-que c est? Le cancer colorectal est une tumeur maligne de la muqueuse du côlon ou du rectum. Le côlon et le rectum constituent la dernière partie du tube digestif. La majorité des cancers colorectaux

Plus en détail

Activité du 115 de Paris et évolution de la population des usagers du 115 et des EMA.

Activité du 115 de Paris et évolution de la population des usagers du 115 et des EMA. Activité du 115 de Paris et évolution de la population des usagers du 115 et des EMA. Carole Lardoux 1 Introduction Les données saisies par les agents de téléphonie du 115 de Paris sont extraites chaque

Plus en détail

La planification familiale

La planification familiale La planification familiale après l avortement spontané ou provoqué Introduction Les grossesses non désirées sont l une des principales raisons pour lesquelles les femmes choisissent d avorter. Beaucoup

Plus en détail

Translocations chromosomiques

Translocations chromosomiques 12 Translocations chromosomiques Adapté des brochures élaborés par l Hôpital Guy et l Hôpital St Thomas à Londres et adapté aux critères de qualité du London IDEAS Genetic Knowledge Park. Traduction française

Plus en détail

Maladies infectieuses - Coqueluche

Maladies infectieuses - Coqueluche Maladies infectieuses - Coqueluche Document d info La coqueluche 1 Introduction La coqueluche est une maladie aiguë et contagieuse des voies respiratoires provoquée par la bactérie Bordetella pertussis.

Plus en détail

DON DE SANG. Label Don de Soi

DON DE SANG. Label Don de Soi DON DE SANG Label Don de Soi 2015 SOMMAIRE Les différents types de dons p.3 Le don de sang total Le don de plasma Le don de plaquettes Le don de moelle osseuse Que soigne-t-on avec un don de sang? p.7

Plus en détail

Recommandations pour MS event!

Recommandations pour MS event! Recommandations pour MS event! I) BILAN ET DIAGNOSTIC A- BILAN MS com!, agence de communication spécialisée dans l édition et la communication globale, souhaite mettre en place une stratégie de communication

Plus en détail

TITRE : DES CHROMOSOMES AUX CARACTERES DE L INDIVIDU

TITRE : DES CHROMOSOMES AUX CARACTERES DE L INDIVIDU TITRE : DES CHROMOSOMES AUX CARACTERES DE L INDIVIDU classe :3ème durée : 1h 30 la situation-problème. Mickaël vient d apprendre que son cousin de 28 ans, avec qui, il s entend si bien, a un caryotype

Plus en détail

Extrait cours svt 3e. semaine 3

Extrait cours svt 3e. semaine 3 Extrait cours svt 3e semaine 3 Chapitre 1 : Tous parents, tous différents Le titre du chapitre est «tous pareils, tous différents». Le même chapitre, repris plus en détails en Terminale est «tous parents,

Plus en détail

Le diabète gestationnel

Le diabète gestationnel Le diabète gestationnel Nature du diabète gestationnel Le diabète gestationnel apparait durant la grossesse et disparaît généralement après l accouchement. Dans la plupart des cas, il est trouvé par une

Plus en détail

1.1 Le brassage génétique et la diversité génétique

1.1 Le brassage génétique et la diversité génétique Chapitre 1 Génétique et évolution 1.1 Le brassage génétique et la diversité génétique La reproduction sexuée permet, chez les espèces qui la pratiquent, d obtenir une variété de descendants qui seront

Plus en détail

Factorisation Factoriser en utilisant un facteur commun Fiche méthode

Factorisation Factoriser en utilisant un facteur commun Fiche méthode Factorisation Factoriser en utilisant un facteur commun Fiche méthode Rappel : Distributivité simple Soient les nombres, et. On a : Factoriser, c est transformer une somme ou une différence de termes en

Plus en détail

Polyarthrite Rhumatoïde. Rémission. traitements médicamenteux

Polyarthrite Rhumatoïde. Rémission. traitements médicamenteux Polyarthrite Rhumatoïde & Rémission traitements médicamenteux Rémission : Contrôle des symptômes Contrôle de la douleur et de l inflammation articulaire Rémission stable dans le temps Préservation des

Plus en détail

Exposé 1 : Habitudes alimentaires et santé

Exposé 1 : Habitudes alimentaires et santé Exposé 1 : Habitudes alimentaires et santé Certains comportements (manque d activité physique, excès de graisses, de sucre et de sel dans l alimentation) peuvent favoriser l obésité et l apparition de

Plus en détail

AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne. Les dons de cellules & de tissus.

AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne. Les dons de cellules & de tissus. AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne Les dons de cellules & de tissus. Introduction : Une greffe (don) de cellules consiste à administrer à un patient dont un organe vital ne fonctionne plus correctement, une

Plus en détail

Pr Monnier Nous allons commencer par conséquent par le chapitre 1 et nous allons envisager l insulinothérapie basale dans le diabète de type 2.

Pr Monnier Nous allons commencer par conséquent par le chapitre 1 et nous allons envisager l insulinothérapie basale dans le diabète de type 2. Pr Monnier Nous allons commencer par conséquent par le chapitre 1 et nous allons envisager l insulinothérapie basale dans le diabète de type 2. La première question que je vais poser à Éric Renard est

Plus en détail

Campagne 1er trimestre 2014 : votre kit de communication

Campagne 1er trimestre 2014 : votre kit de communication Campagne 1er trimestre 2014 : votre kit de communication Le Lundi 20 janvier, la campagne de mobilisation de ce début d année de l Etablissement Français du Sang a été lancée : «Je donne mon sang, tu donnes

Plus en détail

Séquence 3. Comment les informations génétiques se transmettent-elles de cellules en cellules? Nos cellules, filles de la cellule-œuf

Séquence 3. Comment les informations génétiques se transmettent-elles de cellules en cellules? Nos cellules, filles de la cellule-œuf Sommaire Nous sommes en train d étudier le support des informations génétiques 1 au sein de nos cellules. Rapidement après sa formation, la cellule-œuf commence à se multiplier (vu en classe de 4 e ).

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL B. PLONGÉES EN SATURATION Les instructions qui suivent permettent de conduire des opérations de plongée à saturation à l héliox avec un niveau vie allant de 10 m à 180 m. Elles autorisent un travail :

Plus en détail

I Les caractères de l'individu :

I Les caractères de l'individu : Partie 1, Chapitre 1 LES CARACTÈRES DE L'INDIVIDU ET LEUR TRANSMISSION Rappels : Un être vivant : c'est un être qui naît, grandit, mange, rejete des déchets, se reproduit et meurt. Il est constitué de

Plus en détail

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer Information importante pour les personnes atteintes d un cancer du poumon non à petites cellules de stade avancé Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic

Plus en détail

Enquête sur le don de moelle osseuse

Enquête sur le don de moelle osseuse Enquête sur le don de moelle osseuse Réalisée auprès des étudiants de première année à l Université de Poitiers en septembre 2012 En France, pour que leur vie continue, 2 400 malades ont besoin d un don

Plus en détail

QUELLE STRUCTURE JURIDIQUE CHOISIR?

QUELLE STRUCTURE JURIDIQUE CHOISIR? Dans une démarche de création d entreprise, vous devez réfléchir au statut juridique que vous allez donner à votre entreprise. En effet, il existe plusieurs statuts juridiques et il n est pas toujours

Plus en détail

Emilien Suquet, suquet@automaths.com

Emilien Suquet, suquet@automaths.com STATISTIQUES Emilien Suquet, suquet@automaths.com I Comment réagir face à un document statistique? Les deux graphiques ci-dessous représentent l évolution du taux de chômage en France sur les 1 mois de

Plus en détail

Anomalies chromosomiques

Anomalies chromosomiques 12 Où puis-je avoir plus d information sur les anomalies chromosomiques? Anomalies chromosomiques Ceci est un guide succinct sur les anomalies chromosomiques. Pour de plus amples informations vous pouvez

Plus en détail

Diabète sucré. du chien et du chat

Diabète sucré. du chien et du chat Diabète sucré du chien et du chat Diabète sucré du chien et du chat Le diabète sucré est une maladie bien connue chez l homme. Ce que l on ne sait pas toujours c est qu elle peut toucher également nos

Plus en détail

Figure 3-4 Fonction du nucléole dans la synthèse des ribosomes.

Figure 3-4 Fonction du nucléole dans la synthèse des ribosomes. III.1.6 Le Nucléole Ce sont des structures fibrillaires sphériques denses du noyau interphasique et prophasique des organismes supérieurs. Les nucléoles qui sont le site de formation des ribosomes fixent

Plus en détail

Mars bleu. Dossier de presse. contre le Cancer colorectal! Association pour le Dépistage Organisé des Cancers

Mars bleu. Dossier de presse. contre le Cancer colorectal! Association pour le Dépistage Organisé des Cancers Mars bleu Dossier de presse Ensemble mobilisons nous contre le Cancer colorectal! ADOC 11 Association pour le Dépistage Organisé des Cancers Un dépistage organisé Le principe du dépistage est de détecter

Plus en détail

L exposé oral et la note de référence ont été préparés conformément à la décision 2011/4 du Conseil d administration.

L exposé oral et la note de référence ont été préparés conformément à la décision 2011/4 du Conseil d administration. 19 décembre 2011 Fonds des Nations Unies pour l enfance Conseil d administration Première session ordinaire de 2012 7-10 février 2012 Point 10 de l ordre du jour provisoire * Compte rendu oral sur les

Plus en détail

BIOPSIE DE TROPHOBLASTE ou PRÉLÈVEMENT DE VILLOSITÉS CHORIALES

BIOPSIE DE TROPHOBLASTE ou PRÉLÈVEMENT DE VILLOSITÉS CHORIALES BIOPSIE DE TROPHOBLASTE ou PRÉLÈVEMENT DE VILLOSITÉS CHORIALES Le diagnostic prénatal par biopsie de trophoblaste ( 1 ) au premier trimestre de la grossesse est devenu une alternative fréquente aux techniques

Plus en détail

Fiche Info-Patient VASECTOMIE CONTRACEPTIVE. Pourquoi cette intervention? Existe-t-il d autres possibilités? Préparation à l'intervention

Fiche Info-Patient VASECTOMIE CONTRACEPTIVE. Pourquoi cette intervention? Existe-t-il d autres possibilités? Préparation à l'intervention Fiche Info-Patient Dernière mise à jour : mai 2012 VASECTOMIE CONTRACEPTIVE Cette fiche d information, rédigée par l Association Française d Urologie, est destinée aux patients ainsi qu aux usagers du

Plus en détail

Bien profiter des rayons du soleil D ES CONSEILS DE PRÉVENTION POUR SE PROTÉGER DU SOLEIL

Bien profiter des rayons du soleil D ES CONSEILS DE PRÉVENTION POUR SE PROTÉGER DU SOLEIL Bien profiter des rayons du soleil D ES CONSEILS DE PRÉVENTION POUR SE PROTÉGER DU SOLEIL Le soleil joue un rôle important dans notre vie et participe à notre bien-être physique et moral Il aide également

Plus en détail

Tableur Excel ou Open Office Calc

Tableur Excel ou Open Office Calc Tableur Excel ou Open Office Calc Tout d abord, selon le logiciel que vous pouvez avoir chez vous, des différences existent. Le logiciel se présente directement avec une feuille de calcul vierge, prêt

Plus en détail

Le carcinome mammaire chez l'homme est exceptionnel, représentant environ 1 % de l'ensemble des cancers mammaires.

Le carcinome mammaire chez l'homme est exceptionnel, représentant environ 1 % de l'ensemble des cancers mammaires. Le carcinome mammaire chez l'homme est exceptionnel, représentant environ 1 % de l'ensemble des cancers mammaires. Environ 300 hommes par an sont diagnostiqués comme ayant un cancer du sein. L'âge moyen

Plus en détail

Le don de sang de cordon est un geste indolore, solidaire et gratuit qui sauve des vies. Le sang de cordon, un lien pour la vie.

Le don de sang de cordon est un geste indolore, solidaire et gratuit qui sauve des vies. Le sang de cordon, un lien pour la vie. Le don de sang de cordon est un geste indolore, solidaire et gratuit qui sauve des vies. Le sang de cordon, un lien pour la vie. Qu est ce que le sang de cordon? Le sang de cordon (ou sang placentaire)

Plus en détail

Polyarthrite Rhumatoïde. & Rémission. qualité de vie

Polyarthrite Rhumatoïde. & Rémission. qualité de vie Polyarthrite Rhumatoïde & Rémission qualité de vie Rémission : Contrôle des symptômes Contrôle de la douleur et de l inflammation articulaire Rémission stable dans le temps Préservation des articulations

Plus en détail

EXEMPLES DE TROUBLES PROPRIOCEPTIFS

EXEMPLES DE TROUBLES PROPRIOCEPTIFS EXEMPLES DE TROUBLES PROPRIOCEPTIFS Les exemples montrés dans ce document ne sont qu un vague reflet de la complexité clinique des troubles proprioceptifs qui peuvent donner des dysfonctions partout où

Plus en détail

Activités d information, de promotion de la santé et de prévention de la maladie et des accidents dans le contexte de la physiothérapie

Activités d information, de promotion de la santé et de prévention de la maladie et des accidents dans le contexte de la physiothérapie Activités d information, de promotion de la santé et de prévention de la maladie et des accidents dans le contexte de la physiothérapie TABLE S MATIÈRES L ARTICLE 39.4 DU CO S PROFESSIONS PRINCIPALES DÉFINITIONS

Plus en détail