Tumeurs rectales Bilan initial et Imagerie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Tumeurs rectales Bilan initial et Imagerie"

Transcription

1 Tumeurs rectales Bilan initial et Imagerie Ou en est on plus de 10 ans après? Valérie LAURENT(1) François JAUSSET (1) Laurence CHONE(2) Laurent BRESLER(3) Adeline GERMAIN (3) Thibaut FOUQUET(3) Didier PEIFFERT(4) Thierry CONROY (5) Hôpitaux de Brabois Adultes Institut de Cancérologie de Lorraine-Centre Alexis Vautrin CHU Nancy-Université de Lorraine (1)Service de Radiologie Adultes (2)Service de Hépatogastroentérologie (3)Service de Chirurgie Générale Digestive et Endocrinienne (4)Service de Radiothérapie Institut de cancérologie de Lorraine, Alexis Vautrin (5)Service d Oncologie Médicale Institut de Cancérologie de Lorraine, Alexis Vautrin

2 Rappel Historique IRM : bilan initial local des Tumeurs rectales > 10 ans

3 Rappel Historique Objectifs de l IRM dans les tumeurs rectales Staging local précis : T, N RCT ou non T2N0 et moins : Chir d emblée N+ et T3 : Radiochimiothérapie néoadjuvante Déterminer marges de résection circonférentielle Déterminer les marges distales Brown G.et al. Effectiveness of preoperative staging in rectal cancer : digital rectal examination, endoluminal ultrasound, or magnetic resonance imaging. Br J Cancer 2004

4 Schémas thérapeutiques en évolution 12 Années d expérience Ce que l on a appris -Peu de récidives après exérèse totale mésorectum -RCT : effets secondaires non négligeables -RCT : stérilisation potentielle de la lésion (ypt0) -Pronostic volumineuses lésions lié à l apparition de métastases à distance, peu lié à la récidive locale -Prise en charge des TR basses : Récidives plus fréquentes après AAP (tumeurs rectales ultrabasses) qu après RA -Prise en charge nouvelle des tumeurs ultrabasses du rectum Conservation sphinctérienne privilégiée ++++ Nouvelles techniques chirurgicales pour éviter récidives Techniques chirurgicales en constante évolution Stratégies thérapeutiques en constante évolution

5 Schémas thérapeutiques en évolution Stratégies thérapeutiques en constante évolution sont plus COMPLEXES Discussion de tous les dossiers en RCP En présence d un chir. Colo rectal En présence physique du clinicien qui a examiné le patient Place de l IRM devient prépondérante bien au-delà du staging local: choix TTT néoadjuvant, type de chir, planification chirurgicale, évaluation BR/MR, tumeurs de bon pronostic, mauvais pronostic Georgiou PA et al. Pelvic Colorectal Recurrence : crucial role of radiologists in oncologic and surgical treatment options. Cancer Imaging 2011

6 Méthodes d imagerie Référentiels Thésaurus national de Cancérologie Digestive Mise à jour du Guide du Bon Usage des examens d imagerie : Rectoscopie au tube rigide IRM : dans tous les cas Echoendoscopie Tumeurs limitées à la paroi rectale : T1/T2 Biopsies ganglionnaires Scanner thoraco abdomino pelvien Bilan d extension à distance

7 Aspects techniques Evolution sur 10 ans 3 plans 2D FSE T2 Coronal Sagittal Ax : perpendiculaire à la tumeur 2 plans orthogonaux 2D EG T1 3 plans 2D FSE T2 Coupes fines Système 3T > 1,5 T (?) 2 plans orthogonaux 3D EG T1 Voxels submillimétriques Option : imagerie de diffusion 3D FSE T2?? Brown G. Thin section MRI in multidisciplinary pre opérative decision making foe patients with rectal cancer. Br J Radiol, 2005 Maas M et al. T-staging of rectal cancer : accuracy of 3.0T MRI compared with 1.5T. Abdom Imaging 2012

8 Interprétation 1-Hauteur pôle inférieur de la tumeur par rapport à la marge anale ou au sphincter Tumeurs du bas rectum 0 à 5 cm de la marge anale 2 cm ou moins du sphincter Tumeurs du moyen rectum > 5 à 10 cm de la marge anale 2 à 7 cm du sphincter Tumeurs du haut rectum 10 à 15 cm de la marge anale >7 cm du sphincter Enjeux différents Interprétation différente Critères d interprétation délicats Questions chir spécifiques Evolution des traitements chir et de la stratégie thérapeutique Interprétation bien codifiée et reproductible Stratégies thérapeutiques bien codifiées Mesures IRM corrélées au TR, rectoscopie rigide : discordances possibles entre les 3 examens

9 Interprétation Tumeurs du moyen et du haut rectum Tumeurs du moyen rectum > 5 à 10 cm de la marge anale 2 à 7 cm du sphincter Tumeurs du haut rectum 10 à 15 cm de la marge anale >7 cm du sphincter Tumeurs de la charnière > 15 cm de la marge anale

10 Interprétation : Tumeurs moyen, haut rectum 2-Topographie sus ou sous péritonéale de la lésion tumorale Ligne de réflection péritonéale antérieure Gollub et al. AJR patients, 2 Radiologues LRPA objectivée : 81,6% et 88,5%

11 Interprétation : Tumeurs moyen, haut rectum 2-Topographie sus ou sous péritonéale de la lésion tumorale Ligne de réflection péritonéale

12 Interprétation : Tumeurs moyen, haut rectum

13 Interprétation : Tumeurs moyen, haut rectum 3-Staging pariétal Deux situations évidentes Tumeurs T4 et T3 avec extension certaine ds graisse mésorectale et ou aux organes de voisinage T4 Tumeurs T1-T2 Pas d extension tumorale ds la graisse mésorectale T1-T2 Une incertitude T3 Tumeurs T2 ou petit T3?

14 Interprétation : Tumeurs moyen, haut rectum 3-Staging pariétal Les situations évidentes Tumeurs T4 et T3 avec extension certaine ds graisse mésorectale et ou aux organes de voisinage

15

16 Interprétation 3-Staging pariétal Les situations évidentes Tumeurs T4 et T3 avec extension certaine ds graisse mésorectale et ou aux organes de voisinage

17 Interprétation : Tumeurs moyen, haut rectum 3-Staging pariétal Les situations évidentes Tumeurs T4 et T3 avec extension certaine ds graisse mésorectale et ou aux organes de voisinage

18 Interprétation : Tumeurs moyen, haut rectum 3-Staging pariétal Les situations évidentes Tumeurs T4 et T3 avec extension certaine ds graisse mésorectale et ou aux organes de voisinage

19 Interprétation : Tumeurs moyen, haut rectum 3-Staging pariétal Les situations évidentes Tumeurs T1-T2 Pas d extension tumorale ds la graisse mésorectale

20 Interprétation : Tumeurs moyen, haut rectum 3-Staging pariétal Les incertitudes du staging Tumeurs T2 ou petit T3?

21 Interprétation : Tumeurs moyen, haut rectum 3-Staging pariétal Les incertitudes du staging Tumeurs T2 ou petit T3? Performances diagnostiques IRM / Pièces opératoires Brown Radiology 1999 Wallengren Radiology 2000 Laghi ECR 2001 Beets-Tan Abdom Imaging 2000 Sensibilité 90% Spécificité 70 à 98 % Dépend du stade : 89% T1-T2, 80% T3, 100% T4

22 Interprétation : Tumeurs moyen, haut rectum 3-Staging pariétal

23 Interprétation : Tumeurs moyen, haut rectum 4-Fascia recti : mesure entre tumeur et le fascia recti Extension au fascia recti : facteur majeur de récidive tumorale loco régionale Des mesures qui se sont modifiées au cours du temps : 5 mm en IRM = 1 mm en anapath Beets-Tan RG, Beets GL, Vliegen RF et al. Accuracy of Magnetic Resonance Imaging in Prediction of Tumor-free Resection Margin in Rectal Cancer Surgery. Lancet 2001 ; 17 : Btaylor F et al., MERCURY Study Group. One millimeter is the safe cut off for magnetic resonance imaging prediction of surgical margin status in rectal cancer. Br J Surgery 2011, 98 : La meilleure distance pour prédire l envahissement du la marge circonférentielle en irm est de < 1 mm. Quelle terminologie? Distance par rapport au fascia recti en pre op On ne peut parler de CRM qu en post opératoire, parce que le chir peut des interventions plus extensives Glimelius B, Beets-Tan R et al. Mesorectal Fascia Instead of Circumferential Resection Margin in Preoperative Staging of Rectal Cancer, J Clin Oncology 2011

24 Interprétation : Tumeurs moyen, haut rectum 5-Extension tumorale extramurale T3c >5-15 mm T3d > 15 mm MERCURY study GROUP, Extramural Depth of Tumor Invasion at Thin Section MR in Patients with Rectal Cancer : Results of the MERCURY STUDY, Radiology 2007 Excellente concordance mesures IRM et anapath sur pièces Pedersen et al. Reproductibility of Depth of Extramural Tumor Spread and Distance to Circumferentiel Resection margin at rectal MRI: Enhancement of Clinical Guidelines for neoadjuvant Therapy, AJR 2011 Excellente concordance mesures IRM entre 2 lecteurs (> mesures de CRM)

25 Interprétation : Tumeurs moyen, haut rectum 5-Extension tumorale extramurale T3a : < 1 mm - T3b : 1-5 mm

26 Interprétation : Tumeurs moyen, haut rectum 6-Statut ganglionnaire Qu en est il, plus de 10 ans après? Bellin MF, Roy C, Kinkel K et al. Lymph nodes metastases. Safety and effectiveness of MR Imaging with ultrasmall superparamagnetic iron oxide particles-initial Clinical Experience.Radiology 1998, 207 : Bellin MF, Beigelman C, Precetti-Morel S et al. Iron Oxyde enhanced MR lymphography : initial experience. Eur J radiol 2000; 34 : Bipat S, Glas A, Slors et al. Radiology 2004; 232 : Rectal Cancer : Local Staging and Assessment of Lymph Node Involvement with endoluminal US, CT and MT Imaging A Meta-Analysis Koh et al. Diagnostic accuracy of Nodal Enhancement pattern of Rectal Cancer at MRI Enhanced With Ultrasmall Superparamagnetic Iron Oxide : Findings in Pathologically Matched mesorectal Lymph Nodes.AJR 2010 Schéma François Jausset Al-Sukhni et al. Méta analyse, Annals of Surgical Oncology études inclues Conclusion : lymph nodes assessment is poor on MRI Lambregts D et al. Gadofosveset-enhanced MRI for the assessment of rectal cancer lymph nodes : predictive criteria. Abdom Imaging 2012

27 Interprétation : Tumeurs moyen, haut rectum 6-Statut ganglionnaire Qu en est il, plus de 10 ans après? MERCURY Study Group, Relevance of Magnetic resonance imaging-detected pelvic sidewall lymph node involvement in rectal cancer, Br J Surgery 2011

28 Interprétation : Tumeurs moyen, haut rectum 6-Statut ganglionnaire

29 Interprétation : Tumeurs moyen, haut rectum 7-Extension vasculaire tumorale Smith Nj, et al., MRI for detection of Extramural Vascular Invasion in Rectal Cancer, AJR 2008

30 Interprétation : Tumeurs moyen, haut rectum Restent, au terme du bilan avec une interprétation basée sur T et N quelques incertitudes.. T1-T2-N0 Pas de radio Chimiothérapie préop? T2? / T3a/b? GG? / ADP? T3-T4 Radio Chimiothérapie préop? Pas de radio Chimiothérapie Radio Chimiothérapie

31 Interprétation : Tumeurs moyen, haut rectum Que peut on faire de plus? Techniques d imagerie fonctionnelle Imagerie de Diffusion 50 patients, les valeurs d ADC les plus basses associées avec des profils tumoraux plus agressifs. ADC biomarqueur du potentiel d agressivité des tumeurs Curvo-Semedo L et al. Diffusion-weighted MRI in Rectal Cancer : Apparent Diffusion Coefficient as a potential Non invasive Marker of Tumor Aggressiveness. JMRI, 2012 Obs Pr Christine Hoeffel-CHU Reims

32 Interprétation : Tumeurs moyen, haut rectum Ann Surg 2011;253: Tumeurs de bon pronostic 1-CRM indemnes (tumeur > 1 mm par rapport au fascia recti ) 2-Pas d atteinte tumorale vasculaire extra murale 3-Stade T précoce : T2 et moins, T3a,T3b, sans analyser le stade N Inclusion 374 patients Etude prospective multicentrique 141 : IRM : Tumeurs de bon pronostic 122 : chir seule 19 : RCT néoadjuvante 234 : IRM : Tumeurs de mauvais pronostic Suivi des patients : pendant 5 ans Résultats : Groupe patients tumeurs de bon pronostic : -survie globale à 5 ans : 68% -survie sans récidive à 5 ans de 81% -Taux de récurrence locale 3%

33 Interprétation : Tumeurs moyen, haut rectum Ann Surg 2011;253:

34 Interprétation : Tumeurs moyen, haut rectum Inclusion de 236 patients, MRI et un PET CT Patients Tumeur de mauvais pronostic : Métastases à distance : 20,7% Invasion vasculaire extramurale Extension extra murale > 5 mm ou T4 Atteinte de la marge circonférentielle Tumeur de bon pronostic : Métastases à distance : 4,2% Conséquences Chimiothérapie d induction pour les patients porteurs d une tumeur de mauvais pronostic Réaliser un PET CT et une IRM hépatique

35 Interprétation : Tumeurs moyen, haut rectum Autres Critères péjoratifs : volumétrie?

36 Evolution des Schémas thérapeutiques : tendances T2-T3a/b : Chir d emblée (sans s occuper statut ganglionnaire) T3b (sélectionnés par IRM) :Chimiothérapie d induction Tumeurs du moyen rectum Tumeurs du haut rectum GRECCAR 4 (TTT à la carte), (Pr Ph Rouanet-CHU Montpellier) Phase II randomisée T3B, 4 cycles de Folfirinox Evaluation de la réponse tumorale à l IRM Patient bon répondeur : réduction du volume tumoral de 75% àl IRM Bons répondeurs CAP 50 et chir Chir immédiate Mauvais répondeurs : intensification du traitement CAP 50 et chir CAP 60 et chir T3-T4 résécables :Chimiothérapie d induction Prodige 23 (TTT à la carte), Pr Frédéric Marchal-Pr Thierry Conroy (Nancy) - Essai phase III randomisé RCT néoadjuvante CAP 50, 6 semaines, chir Versus Chimiothérapie d induction, RCT néoadjuvante et chirurgie

37 Interprétation 1-Hauteur pôle inférieur de la tumeur par rapport à la marge anale ou au sphincter Tumeur rectale basse sans atteinte du sphincter Tumeurs du bas rectum 0 à 5 cm de la marge anale 2 cm ou moins du sphincter Marge distale suffisante pour résection antérieure? (anastomose colo anale) Enjeux différents Interprétation différente Questions chir spécifiques Evolution des traitements chir et de la stratégie thérapeutique Plans chir décidés fonction de l IRM Tumeur rectale ultra basse avec atteinte du sphincter Anastomose colo anale impossible Conservation sphinctérienne? RI partielle ou totale Exérèse transanale Amputation abdominopérinéale

38 Interprétation tumeurs du bas rectum Tumeurs du bas rectum 0 à 5 cm de la marge anale 2 cm ou moins du sphincter Enjeux différents Interprétation différente Questions chir spécifiques Evolution des traitements chir et de la stratégie thérapeutique Plans chir décidés fonction de l IRM Interprétation différente 1-Distance pole inférieur par rapport marge anale importante à signaler : examen clinique LRPA : en dessous 3-T staging 4-Pas de mesure de distance par rapport au fascia recti (plus de fascia recti) 5-Extension tumorale dans la graisse mésorectale : O/N la distance n est plus un critère (si positif, elt péjoratif à lui tout seul sans critère de mesure) 6-Extension vasculaire extramurale : tumeurs peu concernées dans ce petit espace Les éléments clés supplémentaires 7-Interprétation par rapport aux sphincters , marge distale (par rapport à la marge anale, marge radiale) MRI tumeur bas rectum stade 1: tumeur semble confinée à la paroi intestinale sans extension à l ensemble de tte l épaisseur de la paroi (muscularis propria du sphincter interne indemne) MRI tumeur bas rectum stade 2 : Tumeur s étend dans la couche musculaire du sphincter interne sans extension au plan intersphinctérien, au dessus du plan des releveurs, elle est confinée dans le mésorectum MRI tumeur bas rectum stade 3 : Extension au plan intersphinctérien ou extension d un mm au dessus du sphincter MRI tumeur bas rectum stade 4 : Extension tumorale au sphincter externe, aux organes adjacents, au dessus du sphincter, la tumeur envahit les muscles élévateurs de l anus

39 Interprétation : Tumeur bas rectum 1-Hauteur pôle inférieur de la tumeur par rapport à la marge anale 1 cm pour réaliser une anastomose colo anale Pas de marge distale suffisante : tumeurs rectales ultrabasses

40 Interprétation : Tumeur rectale ultrabasse 2-Extension tumorale radiale La partie distale du rectum se subdivise en deux parties Muscles élévateurs jusqu à l anneau pubo rectal Le canal anal Shihab O et al. MRI staging of low rectal cancer, Eur Radiol 2009

41 Interprétation : Tumeur rectale ultrabasse 2-Extension tumorale radiale La partie distale du rectum se subdivise en deux parties Muscles élévateurs jusqu à l anneau pubo rectal Le canal anal Shihab O et al. MRI staging of low rectal cancer, Eur Radiol 2009 Shihab O et al. Defining the surgical planes on MRI improves surgery for cancer of the low rectum. Lancet Oncol 2009 Salerno G et al. Magnetic Resonance imaging of the low rectum : defining the radiological anatomy. Colorectal Disease 2006 Holzer B, Urban M, Höbling N, Feil W, Novi G, Hruby W, Rosen H, Schiessel H. Magnetic resonance imaging predicts sphincter invasion of low rectal cancer and influences selection of operation. Surgery 2003, 133 :

42 Interprétation : Tumeur rectale ultrabasse 1-Pole inférieur par rapport à la marge anale, tumeur bas rectum étendue au SI : < 2 cm Conséquence : Pas de résection antérieure du rectum possible, marge en hauteur insuffisante pour anastomose colo anale (pas de colo sus anale possible) 2-Extension radiale de la tumeur -Au dessus anneau pubo rectal : Extension graisse mésorectale Conséquence : pas de résection intersphinctérienne -En dessous anneau pubo rectal RCT puis chir de type AAP

43 Interprétation : Tumeur rectale ultrabasse 1-Pole inférieur par rapport à la marge anale, tumeur bas rectum étendue au SI : < 2 cm Conséquence : Pas de résection antérieure du rectum possible, marge en hauteur insuffisante pour anastomose colo anale (pas de colo sus anale possible) 2-Extension radiale de la tumeur -Au dessus anneau pubo rectal : Pas d Extension graisse mésorectale Conséquence : résection intersphinctérienne potentiellement envisageable (ou autre geste de conservation) -En dessous anneau pubo rectal Pas d extension au dela de la paroi SI : conservation sphinctérienne reste envisageable pt2 Nx Mx

44 Interprétation : Tumeur rectale ultrabasse

45 Interprétation : Tumeur rectale ultrabasse 1-Pole inférieur par rapport à la marge anale, tumeur bas rectum étendue au SI : < 2 cm Conséquence : Pas de résection antérieure du rectum possible, marge en hauteur insuffisante pour anastomose colo anale (pas de colo sus anale possible) 2-Extension radiale de la tumeur -Au dessus anneau pubo rectal : Respect musculeuse + Pas d extension dans la graisse mésorectale Conséquence : résection intersphinctérienne envisageable -En dessous anneau pubo rectal Extension SI (2 cm de SI indemnes persistants en hauteur) Marge latérale en radiale (< 1 mm) + Pas d atteinte du plan intersphinctérien, ni SE Conséquence : résection intersphinctérienne tjs possible, marge radiale limite RCT puis réévaluation par IRM pour confirmation conservation sphinctérienne

46

47 ERROR: stackunderflow OFFENDING COMMAND: ~ STACK:

Bilan d extension locale d une tumeur rectale. François Jausset, Radiologie Brabois Adultes

Bilan d extension locale d une tumeur rectale. François Jausset, Radiologie Brabois Adultes Bilan d extension locale d une tumeur rectale François Jausset, Radiologie Brabois Adultes Introduction - Déterminer l extension locale précise d une tumeur rectale est un enjeu majeur pour le radiologue

Plus en détail

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris Cancer du rectum France : 15000 décès/an : 1ère cause. Pronostic souvent réservé Métastases

Plus en détail

Traitements néoadjuvants des cancers du rectum. Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse

Traitements néoadjuvants des cancers du rectum. Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse Traitements néoadjuvants des cancers du rectum Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse Journées Francophones d Hépato-gastroentérologie et d Oncologie Digestive 2010 CONFLITS D INTÉRÊT Pas de conflit d intérêt

Plus en détail

IRM du Cancer du Rectum

IRM du Cancer du Rectum IRM du Cancer du Rectum quels CHOIX TECHNIQUES pour quels OBJECTIFS THERAPEUTIQUES? Frank Boudghène, T. Andre, A. Stivalet, I. Frey, L. Paslaru, V. Ganthier, M. Tassart Hopital Tenon - Université Paris

Plus en détail

B Gallix, Montpellier/Fr

B Gallix, Montpellier/Fr 1/64 IRM du cancer du rectum Pré / Post radiothérapie rapie B Gallix, Montpellier/Fr 2/64 IRM du rectum: Rappel radio- n Rectum n Fascias n Releveur de l anusl n Sphincters anatomique 3/64 Rappel radio-anatomique

Plus en détail

Apport de l IRM dans le bilan préthérapeutique du cancer du rectum

Apport de l IRM dans le bilan préthérapeutique du cancer du rectum Apport de l IRM dans le bilan préthérapeutique du cancer du rectum Y MORMECHE, S SEHILI, J MORMECHE, CH CHAMMEKHI, S KHELIFI, A BACCAR, MH DAGHFOUS, A CHERIF TUNIS - TUNISIE PLAN Introduction Matériel

Plus en détail

IMAGERIE EN CANCEROLOGIE

IMAGERIE EN CANCEROLOGIE IMAGERIE EN CANCEROLOGIE Méthodes Diagnostiques et Thérapeutiques récentes Frank Boudghene Hopital Tenon - Université Paris 6 FEDERATION D IMAGERIE DU CANCER Nouveautés en IRM IRM Morphologique : Matériel

Plus en détail

APPORT DE L'IRM DANS LE BILAN D'EXTENSION LOCOREGIONALE DES TUMEURS RECTALE

APPORT DE L'IRM DANS LE BILAN D'EXTENSION LOCOREGIONALE DES TUMEURS RECTALE ROYAUME DU MAROC UNIVERSITE SIDI MOHAMMED BENABDELLAH FACULTE DE MEDECINE ET DE PHARMACIE FES UNIVERSITESIDI MOHAMMED BEN ABDELLAH FES APPORT DE L'IRM DANS LE BILAN D'EXTENSION LOCOREGIONALE DES TUMEURS

Plus en détail

Essai de phase II randomisé mul2centrique: traitement personnalisé des cancers du rectum localement évolués non métasta2ques

Essai de phase II randomisé mul2centrique: traitement personnalisé des cancers du rectum localement évolués non métasta2ques GRECCAR 4 Groupe de REcherche Chirurgical sur le CAncer du Rectum Essai de phase II randomisé mul2centrique: traitement personnalisé des cancers du rectum localement évolués non métasta2ques N EudraCT

Plus en détail

Apport de l IRM dans la

Apport de l IRM dans la Apport de l IRM dans la caractérisation tissulaire préopératoire des tumeurs rectales Y MORMECHE, S SEHILI, J MORMECHE, CH CHAMMEKHI, S KHELIFI, A BACCAR, MH DAGHFOUS, A CHERIF TUNIS - TUNISIE PLAN Introduction

Plus en détail

Cancer recto-colique : l imagerie médicale. Introduction. Dr Marc Lacrosse, Service de Radiologie, Cliniques UCL de Mont-Godinne Septembre 2007

Cancer recto-colique : l imagerie médicale. Introduction. Dr Marc Lacrosse, Service de Radiologie, Cliniques UCL de Mont-Godinne Septembre 2007 1 Cancer recto-colique : l imagerie médicale Dr Marc Lacrosse, Service de Radiologie, Cliniques UCL de Mont-Godinne Septembre 2007 Introduction Si l on considère la contribution de l imagerie médicale

Plus en détail

IRM pelvienne dynamique

IRM pelvienne dynamique IRM pelvienne dynamique Valérie Laurent, Laurent Bresler Service de Radiologie Adultes Hôpital de Brabois CHU - NANCY Introduction Gde fréquence des troubles de la statique pelvienne Diagnostic et traitement

Plus en détail

L ATROPHIE DU SPHINCTER ANAL EXTERNE en ENDOSONOGRAPHIE TRIDIMENSIONNELLE. Vincent de PARADES PARIS

L ATROPHIE DU SPHINCTER ANAL EXTERNE en ENDOSONOGRAPHIE TRIDIMENSIONNELLE. Vincent de PARADES PARIS L ATROPHIE DU SPHINCTER ANAL EXTERNE en ENDOSONOGRAPHIE TRIDIMENSIONNELLE Vincent de PARADES PARIS INTRODUCTION L incontinence anale du post-partum partum relève de deux mécanismes : la déchirure de l

Plus en détail

Cancers des sinus et des fosses nasales

Cancers des sinus et des fosses nasales Chapitre 8 Cancers des sinus et des fosses nasales Les cancers du cavum, sinus et glandes salivaires sont des tumeurs rares selon la définition du REFCOR. Les cancers des sinus de la face représentent

Plus en détail

Prise en charge chirurgicale et chimiothérapie néoadjuvante des cancers de l ovaire stade III-IV

Prise en charge chirurgicale et chimiothérapie néoadjuvante des cancers de l ovaire stade III-IV Prise en charge chirurgicale et chimiothérapie néoadjuvante des cancers de l ovaire stade III-IV JM. Classe, R. Rouzier, O.Glehen, P.Meeus, L.Gladieff, JM. Bereder, F Lécuru Population concernée par la

Plus en détail

Peut-on ne pas reprendre des marges «insuffisantes» en cas de Carcinome canalaire infiltrant

Peut-on ne pas reprendre des marges «insuffisantes» en cas de Carcinome canalaire infiltrant Peut-on ne pas reprendre des marges «insuffisantes» en cas de Carcinome canalaire infiltrant Institut Cancérologie de l Ouest CHIRURGIE Dr. Isabelle Jaffré CAS CLINIQUE 1 36 ans 90B sans CI radiothérapie

Plus en détail

INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive. Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper

INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive. Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper Pourquoi proposer un TTT adjuvant? Probabilité de survie à 10 ans en fonction

Plus en détail

Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés

Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés - décembre 2009 - CARCINOMES BASOCELLULAIRES La chirurgie : traitement de référence et de 1 ère intention Classification clinique et histologique

Plus en détail

Journées médico-chirurgicales de Msila

Journées médico-chirurgicales de Msila Journées médico-chirurgicales de Msila 28-29 avril 2010 L association ENNOUR des médecins de la wilaya de Msila (président : Dr. Ghadbane) a organisé des journées médicochirurgicales de formation médicale

Plus en détail

Chirurgie de la paroi thoracique Chirurgie des tumeurs médiastinales Pr. Marco Alifano

Chirurgie de la paroi thoracique Chirurgie des tumeurs médiastinales Pr. Marco Alifano Chirurgie de la paroi thoracique Chirurgie des tumeurs médiastinales Pr. Marco Alifano Hôpitaux Universitaires Paris Centre Traumatisme Deformités de la paroi thoracique antérieure 1. Pectus excavatum

Plus en détail

LA RADIOTHÉRAPIE DANS LE CANCER DU RECTUM : quand, comment et pourquoi?

LA RADIOTHÉRAPIE DANS LE CANCER DU RECTUM : quand, comment et pourquoi? LA RADIOTHÉRAPIE DANS LE CANCER DU RECTUM : quand, comment et pourquoi? P. Martinive (1), D. Vandaele (2), E. Lennerts (3), M. Polus (2), C. Coimbra (4), L. Kohnen (4), J. Vanderick (1), J. Collignon (5),

Plus en détail

CANCER de l ESTOMAC. Dr Kanor, Dr Mineur, Dr Houtin 7 ème Journée Carpentrassienne Vendredi 4 Décembre 2011

CANCER de l ESTOMAC. Dr Kanor, Dr Mineur, Dr Houtin 7 ème Journée Carpentrassienne Vendredi 4 Décembre 2011 CANCER de l ESTOMAC Dr Kanor, Dr Mineur, Dr Houtin 7 ème Journée Carpentrassienne Vendredi 4 Décembre 2011 On aurait pu dire 4 ème rang mondial : poumon,sein,colon 2 ème rang des cancers digestifs France

Plus en détail

Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire

Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire Diplôme Universitaire Corrélations anatomo-physio-pathologiques en imagerie thoracique 25 mai 2011 Imagerie TEP et pathologie tumorale bronchique Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire Détection en coincidence

Plus en détail

Radiologie Interven/onnelle sur les nodules pulmonaires. J. Palussière, X. Buy Département imagerie

Radiologie Interven/onnelle sur les nodules pulmonaires. J. Palussière, X. Buy Département imagerie Radiologie Interven/onnelle sur les nodules pulmonaires J. Palussière, X. Buy Département imagerie Radiofréquence Interac*on courant électro- magné*que ma*ère agita*on ionique chaleur Coagula*on Nécrose

Plus en détail

Essai Inter-groupe : FFCD UNICANCER FRENCH - GERCOR

Essai Inter-groupe : FFCD UNICANCER FRENCH - GERCOR CLIMAT - PRODIGE 30 Etude de phase III randomisée évaluant l Intérêt de la colectomie première chez les patients porteurs d un cancer colique asymptomatique avec métastases hépatiques synchrones non résécables

Plus en détail

Guide de bonnes pratiques en chirurgie sénologique

Guide de bonnes pratiques en chirurgie sénologique Guide de bonnes pratiques en chirurgie sénologique Pierre Lèguevaque CHU Rangueil Toulouse Intérêt de la démarche qualité: L amélioration de la qualité des pratiques professionnelles est devenue nécessaire

Plus en détail

Intérêt de la TEP-FDG dans les cancers de l ovaire

Intérêt de la TEP-FDG dans les cancers de l ovaire Intérêt de la TEP-FDG dans les cancers de l ovaire T. Mognetti et F. Giammarile Introduction La TEP-FDG (Tomographie par Émission de Positons après injection de 18 F- Fluoro-2-Déoxy-Glucose) est un des

Plus en détail

KYSTE HYDATIQUE ABDOMINAL EXTRA-HEPATIQUE : APPORT DE L IMAGERIE. Service de Radiologie de l hôpital l Tunis. Tunisie

KYSTE HYDATIQUE ABDOMINAL EXTRA-HEPATIQUE : APPORT DE L IMAGERIE. Service de Radiologie de l hôpital l Tunis. Tunisie KYSTE HYDATIQUE ABDOMINAL EXTRA-HEPATIQUE : APPORT DE L IMAGERIE Service de Radiologie de l hôpital l Habib Thameur, Tunis. Tunisie INTRODUCTION Les kystes hydatiques abdominaux extrahépatiques: : rares

Plus en détail

Qu est-ce qu un sarcome?

Qu est-ce qu un sarcome? Qu est-ce qu un sarcome? Qu est-ce qu une tumeur? Une tumeur est une prolifération anormale de cellules. Les tumeurs ne devraient donc pas automatiquement être associées à un cancer. Certaines tumeurs

Plus en détail

Recommandations 2005. Prise en charge des patients adultes atteints d un mélanome cutané MO

Recommandations 2005. Prise en charge des patients adultes atteints d un mélanome cutané MO Recommandations 2005 Prise en charge des patients adultes atteints d un mélanome cutané MO Recommandations pour la Pratique Clinique : Standards, Options et Recommandations 2005 pour la prise en charge

Plus en détail

Cancer du sein in situ

Cancer du sein in situ traitements et soins octobre 2009 recommandations professionnelles Cancer du sein COLLECTION recommandations & référentiels Recommandations de prise en charge spécialisée Carcinome canalaire et carcinome

Plus en détail

Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET

Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET Prothèse totale de hanche sur tumeur PROTH THESE E TOTALE T E DE HANH ANCHE E SUR TUMEUR Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET Le squelette de la hanche (os iliaque péri-acétabulaire et extrémité

Plus en détail

Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques?

Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques? Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques? L Fournier, D Balvay, CA Cuénod Service de radiologie, Hôpital Européen Georges Pompidou Laboratoire de Recherche en Imagerie, Equipe

Plus en détail

Coloscopie virtuelle, Coloscanner à l eau et aux hydrosolubles : Techniques, Indications, Images pièges

Coloscopie virtuelle, Coloscanner à l eau et aux hydrosolubles : Techniques, Indications, Images pièges Coloscopie virtuelle, Coloscanner à l eau et aux hydrosolubles : Techniques, Indications, Images pièges Y. Fargeaudou, M. Boudiaf, M. Abitbol, P. Soyer, A. Merlin, V. Calmels, R. Rymer Service de radiologie

Plus en détail

Chimiotherapie neo-adjuvantes dans les cancers du rectum : perspectives

Chimiotherapie neo-adjuvantes dans les cancers du rectum : perspectives e-mémoires de l'académie Nationale de Chirurgie, 2015, 14 (1) : 075-081 75 Chimiotherapie neo-adjuvantes da les cancers du rectum : perspectives Neoadjuvant Chemotherapy in the Treatment of Locally Advanced

Plus en détail

Laurent SIPROUDHIS P COULOM

Laurent SIPROUDHIS P COULOM Laurent SIPROUDHIS P COULOM Intérêt des explorations complémentaires dans les troubles de la statique pelvienne - Connaitre les explorations complémentaires dans les troubles de la statique - Connaitre

Plus en détail

Incontinence anale du post-partum

Incontinence anale du post-partum Incontinence anale du post-partum Laurent Abramowitz Unité de proctologie médico-chirurgicale de l hôpital Bichat, Paris Et cabinet libéral Prévalence Inc anale France (1) : 11% > 45 ans Damon et al (2):Pop

Plus en détail

Revue de la littérature

Revue de la littérature Résultats à long terme des anévrysmes traités Revue de la littérature Cours de DES de neurochirurgie Inter-région Rhône-Alpes / Auvergne Vendredi 22/04/11 Méthode (1): sélection bibliographique en fonction

Plus en détail

Epidémiologie et stratégie de prise en charge des métastases cérébrales. Henri Roché, Institut Claudius Regaud

Epidémiologie et stratégie de prise en charge des métastases cérébrales. Henri Roché, Institut Claudius Regaud Epidémiologie et stratégie de prise en charge des métastases cérébrales Henri Roché, Institut Claudius Regaud Toulouse, 9 février 2012 Histoire naturelle Les cancers en cause Les éléments de stratégie

Plus en détail

Cancers de l hypopharynx

Cancers de l hypopharynx Cancers de l hypopharynx A- GENERALITES 1) Epidémiologie Cancer fréquent et de pronostic grave du fait de son évolution insidieuse et de son caractère lymphophile. C est quasiment toujours un carcinome

Plus en détail

SMSTO / ANMTEPH Journées d Automne 2009

SMSTO / ANMTEPH Journées d Automne 2009 SMSTO / ANMTEPH Journées d Automne 2009 Cancers professionnels des cavités nasales et sinusiennes Dr Dominique Tripodi Centre Hospitalier Universitaire de Nantes Place Alexis Ricordeau - 44093 Nantes Cedex

Plus en détail

RECIST et volumétrie assistée par ordinateur dans les cancers bronchiques

RECIST et volumétrie assistée par ordinateur dans les cancers bronchiques RECIST et volumétrie assistée par ordinateur dans les cancers bronchiques J. Dinkel (1) C. Hintze (1) M. Fabel (2) R. Tetzlaff (1) M. Thorn (3) J. Biederer (2) HU. Kauczor (1) S. Delorme (1) 1 Radiologie

Plus en détail

Du sarcome d Ewing et des oscillations des progrès thérapeutiques au gré des «protocoles» de recherche.

Du sarcome d Ewing et des oscillations des progrès thérapeutiques au gré des «protocoles» de recherche. Du sarcome d Ewing et des oscillations des progrès thérapeutiques au gré des «protocoles» de recherche. Nicole Delépine www.nicoledelepine.fr Pourquoi ne pas poursuive ce protocole qui donne plus de huit

Plus en détail

Foscolo (1), J Felblinger (2), S Bracard (1) CHU Hôpital central, service de neuroradiologie, Nancy (1) CHU BRABOIS, Centre d investigation clinique

Foscolo (1), J Felblinger (2), S Bracard (1) CHU Hôpital central, service de neuroradiologie, Nancy (1) CHU BRABOIS, Centre d investigation clinique S A l (1) G H (2) S S Aptel (1), G Hossu (2), S Foscolo (1), J Felblinger (2), S Bracard (1) CHU Hôpital central, service de neuroradiologie, Nancy (1) CHU BRABOIS, Centre d investigation clinique innovation

Plus en détail

L œil augmenté pourra 1) voir en transparence ; 2) voir l invisible ; 3) voir l infiniment petit.

L œil augmenté pourra 1) voir en transparence ; 2) voir l invisible ; 3) voir l infiniment petit. JACQUES MARESCAUX CHIRURGIE DU FUTUR GUIDÉE PAR L IMAGERIE NUMÉRIQUE Résumé Introduction L intégration dans une salle d opération des technologies informatiques et robotiques permet d augmenter la sécurité,

Plus en détail

uestion 4 Quels moyens simples pour explorer et visualiser le pancréas? Veine cave inférieure Aorte Estomac Foie Vésicule biliaire Rate Duodénum

uestion 4 Quels moyens simples pour explorer et visualiser le pancréas? Veine cave inférieure Aorte Estomac Foie Vésicule biliaire Rate Duodénum uestion 4 Quels moyens simples pour explorer et visualiser le pancréas?? 4 > En raison de son petit volume et de sa situation très profonde, le pancréas n est pas palpable à ventre fermé, contrairement

Plus en détail

Qui et quand opérer. au cours du traitement de l EI?

Qui et quand opérer. au cours du traitement de l EI? Qui et quand opérer au cours du traitement de l EI? Gilbert Habib Département de Cardiologie - Timone Marseille 7es JNI Bordeaux, 8 juin 2006 Université de la Méditerranée Faculté de Médecine de Marseille

Plus en détail

CAS CLINIQUE 2. 2013 (juin) : patiente toujours en cours de traitement par Létrozole

CAS CLINIQUE 2. 2013 (juin) : patiente toujours en cours de traitement par Létrozole 2008 (décembre) : Patiente de 60 ans Tumorectomie plus curage CAS CLINIQUE 2 carcinome canalaire infiltrant de 2.5 cm, grade 2 RH+ (RO + 100% +++, Allred 8, RP + 80 % ++ Allred 7) Her2-, KI 67 à 18 %,

Plus en détail

Sujets présentés par le Professeur Olivier CUSSENOT

Sujets présentés par le Professeur Olivier CUSSENOT ANAMACaP Association Nationale des Malades du Cancer de la Prostate 17, bis Avenue Poincaré. 57400 SARREBOURG Sujets présentés par le Professeur Olivier CUSSENOT Place des nouvelles techniques d imagerie

Plus en détail

Bilan diagnostique et préthérapeutique du carcinome hépatocellulaire en scanner multidétecteur

Bilan diagnostique et préthérapeutique du carcinome hépatocellulaire en scanner multidétecteur Bilan diagnostique et préthérapeutique du carcinome hépatocellulaire en scanner multidétecteur SA. Faraoun, N. Debzi, N. Benidir, R. Ouldgougam, SE. Bendib Centre Pierre et Marie Curie, Alger Introduction

Plus en détail

TUMEURS DU BAS APPAREIL URINAIRE

TUMEURS DU BAS APPAREIL URINAIRE 1 Plan de cours I - TUMEURS PRIMITIVES DE LA VESSIE c1 - Tumeurs papillaires non infiltrantes c2 - Tumeurs papillaires infiltrantes c3 - Carcinome in-situ en muqueuse plane D - Pronostic : II - TUMEURS

Plus en détail

Actualités s cancérologiques : pneumologie

Actualités s cancérologiques : pneumologie Actualités s cancérologiques : pneumologie PLAN Incidence / facteurs de risque Anatomie Symptômes Types de tumeurs Diagnostic / extension Classification Traitement Pronostic Pneumologie : incidence Belgique

Plus en détail

IRM APRES TRAITEMENT RADICAL OU FOCAL du cancer de prostate. Raphaële Renard Penna Emmanuel Banayan Hôpital Pitié Salpétrière

IRM APRES TRAITEMENT RADICAL OU FOCAL du cancer de prostate. Raphaële Renard Penna Emmanuel Banayan Hôpital Pitié Salpétrière IRM APRES TRAITEMENT RADICAL OU FOCAL du cancer de prostate Raphaële Renard Penna Emmanuel Banayan Hôpital Pitié Salpétrière Prise en charge du cancer de prostate 120000 patients 7% active surveillance

Plus en détail

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Ce guide des définitions des

Plus en détail

LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE)

LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE) LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE) Docteur Laurianne Jolissaint (CHU Jean Mingoz, Besancon), Docteur Bruno Buecher, (Institut Curie, Paris), & Comité de Rédaction du site web de la Fédération Francophone

Plus en détail

Dépistage du cancer du poumon:

Dépistage du cancer du poumon: Dépistage du cancer du poumon: les enjeux Colloque de l Escalade Genève, 5 décembre 2012 Thierry Rochat, Service de Pneumologie, HUG Le cancer bronchique c est déprimant Lors du diagnostic du ca bronchique

Plus en détail

Le traitement conservateur des tumeurs malignes des membres a largement remplacé les amputations

Le traitement conservateur des tumeurs malignes des membres a largement remplacé les amputations FACE A FACE Péroné vascularisé / Péroné non vascularisé Reconstruction après résection tumorale Dr NOURI / Dr BEN MAITIGUE SOTCOT Juin 2012 Le traitement conservateur des tumeurs malignes des membres a

Plus en détail

Échographie normale et pathologique du grand pectoral

Échographie normale et pathologique du grand pectoral Échographie normale et pathologique du grand pectoral JL Brasseur, N Gault, B Mendes, D Zeitoun-Eiss, J Renoux, P Grenier G H Pitié-Salpêtrière Introduction La pathologie du grand pectoral est relativement

Plus en détail

Tumeurs osseuses de l enfantl

Tumeurs osseuses de l enfantl Tumeurs osseuses de l enfantl Enseignement interrégional DES de PédiatrieP Auvergne Rhône Alpes Etienne Merlin Clermont-Ferrand 14 mars 2008 14-15 15 mars 2008 E Merlin DES pediatrie Clermont Ferrand 1

Plus en détail

Tumeurs Pulmonaires en Imagerie Interventionnelle A Gangi, X Buy, J Palussiere, T. de Baère

Tumeurs Pulmonaires en Imagerie Interventionnelle A Gangi, X Buy, J Palussiere, T. de Baère Tumeurs Pulmonaires en Imagerie Interventionnelle A Gangi, X Buy, J Palussiere, T. de Baère Traitement des tumeurs pulmonaires par RF Chauffage : particularités pulmonaires NICE guidelines RFA LUNG Percutaneous

Plus en détail

QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE de FISTULE ANALE A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE?

QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE de FISTULE ANALE A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE? QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE de FISTULE ANALE A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE? Vous allez être opéré(e) à la clinique Saint-pierre d une fistule anale par l équipe chirurgicale des docteurs Bardou, Ben brahem

Plus en détail

Optimisation des prélèvements biopsiques à l aiguille Recommandations, contrôle de qualité et perspectives

Optimisation des prélèvements biopsiques à l aiguille Recommandations, contrôle de qualité et perspectives Optimisation des prélèvements biopsiques à l aiguille Recommandations, contrôle de qualité et perspectives Dr Daniel Faverly Anatomie Pathologique Laboratoire CMP, CCR et ECWGBSP Auditeur pour Cancer Care

Plus en détail

Le cancer du sein Nous pouvons le vaincre!

Le cancer du sein Nous pouvons le vaincre! Le cancer du sein Nous pouvons le vaincre! La Clinique du sein du CHPLT Pour vous et pour votre famille Centre Hospitalier Peltzer - La Tourelle de Verviers Le cancer du sein : nous pouvons le vaincre!

Plus en détail

Le principe de la TEP

Le principe de la TEP couplée TDM Le principe de la TEP C est un atome contenant un positon supplémentaire, libéré dans l organisme lors de la désintégration.il se désintègre selon une radioactivité beta+ Lorsque le positron

Plus en détail

- Ostéolyse mitée du cotyle avec réaction périostée - Volumineuse masse des parties molles en regard - Nodule pulmonaire sous pleural - Respect de l

- Ostéolyse mitée du cotyle avec réaction périostée - Volumineuse masse des parties molles en regard - Nodule pulmonaire sous pleural - Respect de l Jeune homme 17 ans,douleurs de la hanche gauche, d'allure inflammatoire, évoluant depuis plusieurs mois Quels sont les éléments sémiologiques significatifs à retenir sur les examens pratiqués Meyer JB

Plus en détail

onnels se mobilisent Les réalisés dans épidémiologie Dans le sur les ORL :

onnels se mobilisent Les réalisés dans épidémiologie Dans le sur les ORL : Communiqué de presse 15/ /09/2015 «Prendre le Cancer à la gorge» «Make Sense» : Pour la 3 ème année, les professiop onnels se mobilisent pour la semainee européenne duu dépistage et de la préventionn des

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 23 mai 2007

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 23 mai 2007 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 mai 2007 SUTENT 12,5 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 265-0) SUTENT 25 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 266-7) SUTENT 50 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 267-3)

Plus en détail

Charte régionale des Réunions de Concertation Pluridisciplinaire de PACA, Corse et Monaco

Charte régionale des Réunions de Concertation Pluridisciplinaire de PACA, Corse et Monaco Réseau Régional de Cancérologie ONCOPACA-Corse Charte régionale des Réunions de Concertation Pluridisciplinaire de PACA, Corse et Monaco 1. CONTEXTE ET OBJECTIF Contexte : Cette présente charte a été définie

Plus en détail

Imagerie des lésions traumatiques du muscle iliopsoas chez le sportif

Imagerie des lésions traumatiques du muscle iliopsoas chez le sportif Imagerie des lésions traumatiques du muscle iliopsoas chez le sportif Lionel Pesquer, Pascal Huot, Maryse Moinard, Gérald Paris, Alain Silvestre, Philippe Meyer Clinique du sport de Bordeaux - Mérignac

Plus en détail

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique Jean-Marie BOHER, PhD, Institut Paoli-Calmettes, Marseille Novembre 2011 Typologie

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES TUMEURS MALIGNES NASOSINUSIENNES. H. ELUECQUE, ACC, Service d ORL et CCF, CHU de Nancy

PRISE EN CHARGE DES TUMEURS MALIGNES NASOSINUSIENNES. H. ELUECQUE, ACC, Service d ORL et CCF, CHU de Nancy PRISE EN CHARGE DES TUMEURS MALIGNES NASOSINUSIENNES H. ELUECQUE, ACC, Service d ORL et CCF, CHU de Nancy GENERALITES Endoscopie et Imagerie double (IRM et TDM) = éléments clés du diagnostic Chirurgie

Plus en détail

B3: Trop ou pas assez de chirurgie?

B3: Trop ou pas assez de chirurgie? B3: Trop ou pas assez de chirurgie? Monique Cohen Marseille SFSPM - 10/11/2011 Conflits d intérêt: Néant «Mais la femme, enlevant de ses mains le large couvercle de la jarre, les dispersa par le monde

Plus en détail

Les différents types de cancers et leurs stades. Dr Richard V Oncologie MédicaleM RHMS Baudour et Erasme La Hulpe 1/12/07

Les différents types de cancers et leurs stades. Dr Richard V Oncologie MédicaleM RHMS Baudour et Erasme La Hulpe 1/12/07 Les différents types de cancers et leurs stades Dr Richard V Oncologie MédicaleM RHMS Baudour et Erasme La Hulpe 1/12/07 CARCINOGENESE multiple steps, accumulation d altd altérations continuum lésionnel

Plus en détail

CORRELATION RADIO-ANATOMIQUE DANS LE CARCINOME HEPATOCELLULAIRE TRAITE PAR TRANSPLANTATION HEPATIQUE : IMPACT SUR LA RECIDIVE

CORRELATION RADIO-ANATOMIQUE DANS LE CARCINOME HEPATOCELLULAIRE TRAITE PAR TRANSPLANTATION HEPATIQUE : IMPACT SUR LA RECIDIVE CORRELATION RADIO-ANATOMIQUE DANS LE CARCINOME HEPATOCELLULAIRE TRAITE PAR TRANSPLANTATION HEPATIQUE : IMPACT SUR LA RECIDIVE L. Lecoq, J. Gendre, N. Sturm, C. Letoublon, MN. Hilleret, JP. Zarski, V. Leroy

Plus en détail

Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction

Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction Nader Khaouam MD Laurie Archambault 28 mars 2014 Présentation du cas H - 20 ans, monteur et soudeur d acier Aucun antécédent X 2

Plus en détail

OSSIFICATION DU LIGAMENT VERTEBRAL COMMUN POSTERIEUR ET DU LIGT JAUNE: MYELOPATHIE CERVICALE SUBAIGUE

OSSIFICATION DU LIGAMENT VERTEBRAL COMMUN POSTERIEUR ET DU LIGT JAUNE: MYELOPATHIE CERVICALE SUBAIGUE OSSIFICATION DU LIGAMENT VERTEBRAL COMMUN POSTERIEUR ET DU LIGT JAUNE: MYELOPATHIE CERVICALE SUBAIGUE Jurgita Bruzaite,, Monique Boukobza,, Guillaume Lot* Services de Neuroradiologie et de Neurochirurgie

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES LESIONS SPINCTERIENNES ANALES DU POST-PARTUM : DU CURATIF AU PREVENTIF

PRISE EN CHARGE DES LESIONS SPINCTERIENNES ANALES DU POST-PARTUM : DU CURATIF AU PREVENTIF PRISE EN CHARGE DES LESIONS SPINCTERIENNES ANALES DU POST-PARTUM : DU CURATIF AU PREVENTIF Laurent ABRAMOWITZ Unité de proctologie médico-chirurgicale Hôpital Bichat Claude Bernard 95, Rue de Passy 75016

Plus en détail

STRATÉGIE DE DIAGNOSTIC PRÉCOCE DU MÉLANOME RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE

STRATÉGIE DE DIAGNOSTIC PRÉCOCE DU MÉLANOME RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE STRATÉGIE DE DIAGNOSTIC PRÉCOCE DU MÉLANOME RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE Service évaluation médico-économique et santé publique Octobre 2006 SYNTHÈSE ET PERSPECTIVES État de la question Le mélanome

Plus en détail

Essais précoces non comparatifs : principes et calcul du nombre de sujets nécessaire

Essais précoces non comparatifs : principes et calcul du nombre de sujets nécessaire Essais précoces non comparatifs : principes et calcul du nombre de sujets nécessaire Sylvie CHABAUD Direction de la Recherche Clinique et de l Innovation : Centre Léon Bérard - Lyon Unité de Biostatistique

Plus en détail

Traitement des Pseudarthroses des Os Longs par Greffe Percutanée de Moelle Osseuse Autologue Concentrée

Traitement des Pseudarthroses des Os Longs par Greffe Percutanée de Moelle Osseuse Autologue Concentrée Traitement des Pseudarthroses des Os Longs par Greffe Percutanée de Moelle Osseuse Autologue Concentrée Etude rétrospective de 45 cas Didier MAINARD, Jérôme DILIGENT Service de Chirurgie Orthopédique,

Plus en détail

DOSSIER DE PRÉSENTATION

DOSSIER DE PRÉSENTATION DOSSIER DE PRÉSENTATION GUSTAVE ROUSSY ET LE CANCER DU SEIN OCTOBRE 2013 Gustave Roussy et le cancer du sein octobre 2013 page 1 DOSSIER DE PRÉSENTATION Gustave Roussy et le cancer du sein GUSTAVE ROUSSY,

Plus en détail

La nouvelle classification TNM en pratique

La nouvelle classification TNM en pratique La nouvelle classification TNM en pratique Thierry Berghmans Département des Soins Intensifs et Oncologie Thoracique Institut Jules Bordet Bruxelles, Belgique Bases historiques 1946 : Denoix invente le

Plus en détail

Traitement des métastases hépatiques synchrones du cancer colorectal

Traitement des métastases hépatiques synchrones du cancer colorectal Traitement des métastases hépatiques synchrones du cancer colorectal Professeur Gilles Mentha Département de Chirurgie HUG Journées médico-chirurgicales d hépatologie et de gastroentérologie 30 novembre

Plus en détail

Mise au point sur l IRM l troubles de la statique pelvienne chez la femme

Mise au point sur l IRM l troubles de la statique pelvienne chez la femme Mise au point sur l IRM l et les troubles de la statique pelvienne chez la femme V.FAUTH P.MESTDAGH M.COSSON J.P.LUCOT E.PONCELET Service d imagerie d médicalem Hôpital Jeanne de Flandres - CHRU Lille

Plus en détail

Métastase unique d un NPC: Une question singulière? Jean Louis Pujol - Xavier Quantin Mohammad Chakra Fabrice Barlési

Métastase unique d un NPC: Une question singulière? Jean Louis Pujol - Xavier Quantin Mohammad Chakra Fabrice Barlési Métastase unique d un NPC: Une question singulière? Jean Louis Pujol - Xavier Quantin Mohammad Chakra Fabrice Barlési Deux grandes questions Cette modalité de présentation, requiert elle une prise en charge

Plus en détail

Angiogénèse et cancers gynécologique

Angiogénèse et cancers gynécologique Angiogénèse et cancers gynécologique Dr Thibault de La Motte Rouge Compréhension de la biologie tumorale : les années 2000 Perte de l apoptose Auto-suffisance en signal de croissance Insensibilité aux

Plus en détail

UNE RARE CAUSE DE SCIATIQUE NON DISCALE : LE SYNDROME DU MUSCLE PYRAMIDAL A PROPOS D UN D. Service de Neuroradiologie, Hôpital des Spécialit

UNE RARE CAUSE DE SCIATIQUE NON DISCALE : LE SYNDROME DU MUSCLE PYRAMIDAL A PROPOS D UN D. Service de Neuroradiologie, Hôpital des Spécialit UNE RARE CAUSE DE SCIATIQUE NON DISCALE : LE SYNDROME DU MUSCLE PYRAMIDAL A PROPOS D UN D CAS L Jroundi, M Benrami, A EL Quessar, My R EL Hassani, H Benchaaboune,, N Chakir, N Boukhrissi,, M Jiddane Service

Plus en détail

KITSIOU Christos M.D.

KITSIOU Christos M.D. KITSIOU Christos M.D. DOB: 23/04/1980 Birth Country / City: Greece, Athens Nationality: Cypriot PLASTIC, RECONSTRUCTIVE AND AESTHETIC SURGERY MICROSURGERY PROFESSIONAL EXPERIENCE AND MEMBERSHIPS Medical

Plus en détail

CHIRURGIE DU COLON DOCUMENT D INFORMATION DU PATIENT

CHIRURGIE DU COLON DOCUMENT D INFORMATION DU PATIENT CHIRURGIE DU COLON DOCUMENT D INFORMATION DU PATIENT Ce document contient des informations générales au sujet de l intervention qui est programmée chez vous. Discutez des informations fournies avec votre

Plus en détail

Thierry PONCHON. Quelles sont les indications des colorations en endoscopie? Colorations chimiques ou virtuelles

Thierry PONCHON. Quelles sont les indications des colorations en endoscopie? Colorations chimiques ou virtuelles Thierry PONCHON Quelles sont les indications des colorations en endoscopie? Colorations chimiques ou virtuelles Connaître les différentes colorations Connaître les indications et leur niveau de preuve

Plus en détail

Cancer du sein. Du CA15-3 à la tomographie à émission de positons.

Cancer du sein. Du CA15-3 à la tomographie à émission de positons. Cancer du sein. Du CA15-3 à la tomographie à émission de positons. Un taux de récidive de 30% dans les dix premières années chez des patientes en rémission complète après un traitement curatif, requiert

Plus en détail

LE PROLAPSUS DU RECTUM. Prise en charge optimale. Guénolé SIMON DESC Brest 2014

LE PROLAPSUS DU RECTUM. Prise en charge optimale. Guénolé SIMON DESC Brest 2014 LE PROLAPSUS DU RECTUM Prise en charge optimale Guénolé SIMON DESC Brest 2014 Généralités Trouble de la statique du rectum aboutissant à son extériorisation à travers l'anus Généralités Une pathologie

Plus en détail

Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009

Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009 17 èmes Journées des Statisticiens des Centres de Lutte contre le Cancer 4 ème Conférence Francophone d Epidémiologie Clinique Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009 Q Picat, N

Plus en détail

Coordinateur scientifique: Prof. Univ. Dr. Emil PLEŞEA. Doctorant: Camelia MICU (DEMETRIAN)

Coordinateur scientifique: Prof. Univ. Dr. Emil PLEŞEA. Doctorant: Camelia MICU (DEMETRIAN) UNIVERSITÉ DE MÉDECINE ET PHARMACIE DE CRAIOVA FACULTÉ DE MÉDECINE CONTRIBUTIONS A L'ÉTUDE CLINIQUE ET MORPHOLOGIQUE DES CANCERS DU POUMON Coordinateur scientifique: Prof. Univ. Dr. Emil PLEŞEA Doctorant:

Plus en détail

Prise en charge des déchirures périnéales obstétricales sévères. Courjon M, Ramanah R, Eckman A, Toubin C, Riethmuller D.

Prise en charge des déchirures périnéales obstétricales sévères. Courjon M, Ramanah R, Eckman A, Toubin C, Riethmuller D. Prise en charge des déchirures périnéales obstétricales sévères Courjon M, Ramanah R, Eckman A, Toubin C, Riethmuller D. Introduction Incidence : 0,5 à 3 % Importance de la reconnaissance et d un traitement

Plus en détail

Innovation. Research. Care. Excellence

Innovation. Research. Care. Excellence n e w s l e t t e r 6 - j u i n 2 0 0 8 Innovation Research Care Excellence Dans ce numéro Spécial Cancer colorectal le groupe fête ses 10 ans La chirurgie pour cancer colorectal en 2008 Progrès dans le

Plus en détail

PROJET DE RECHERCHE. FSF 91 boulevard de Sébastopol 75002 Paris

PROJET DE RECHERCHE. FSF 91 boulevard de Sébastopol 75002 Paris 2015 PROJET DE RECHERCHE Apport de la fluorescence pour la détection des ganglions sentinelles dans les cancers du sein FLUO-BREAST Praticien Hospitalo-universitaire Chirurgie cancérologique gynécologique

Plus en détail

Place de la chirurgie à l heure des thérapies ciblées. The role of surgery in the era of targeted therapy. * Non ouvert en France.

Place de la chirurgie à l heure des thérapies ciblées. The role of surgery in the era of targeted therapy. * Non ouvert en France. dossier thématique Place de la chirurgie à l heure des thérapies ciblées The role of surgery in the era of targeted therapy P. Bigot*, J.C. Bernhard** Points forts» En association avec l immunothérapie,

Plus en détail

De la chirurgie du nodule aux ganglions

De la chirurgie du nodule aux ganglions De la chirurgie du nodule aux ganglions Docteur Xavier CARRAT Institut Bergonié Clinique Saint Augustin Chirurgie des lésions bénignes de la thyroïde problématique opératoire «simple» avec indication portée

Plus en détail

G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge de votre mélanome cutané

G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge de votre mélanome cutané G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre mélanome cutané Mars 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer sur le mélanome

Plus en détail