Tumeurs rectales Bilan initial et Imagerie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Tumeurs rectales Bilan initial et Imagerie"

Transcription

1 Tumeurs rectales Bilan initial et Imagerie Ou en est on plus de 10 ans après? Valérie LAURENT(1) François JAUSSET (1) Laurence CHONE(2) Laurent BRESLER(3) Adeline GERMAIN (3) Thibaut FOUQUET(3) Didier PEIFFERT(4) Thierry CONROY (5) Hôpitaux de Brabois Adultes Institut de Cancérologie de Lorraine-Centre Alexis Vautrin CHU Nancy-Université de Lorraine (1)Service de Radiologie Adultes (2)Service de Hépatogastroentérologie (3)Service de Chirurgie Générale Digestive et Endocrinienne (4)Service de Radiothérapie Institut de cancérologie de Lorraine, Alexis Vautrin (5)Service d Oncologie Médicale Institut de Cancérologie de Lorraine, Alexis Vautrin

2 Rappel Historique IRM : bilan initial local des Tumeurs rectales > 10 ans

3 Rappel Historique Objectifs de l IRM dans les tumeurs rectales Staging local précis : T, N RCT ou non T2N0 et moins : Chir d emblée N+ et T3 : Radiochimiothérapie néoadjuvante Déterminer marges de résection circonférentielle Déterminer les marges distales Brown G.et al. Effectiveness of preoperative staging in rectal cancer : digital rectal examination, endoluminal ultrasound, or magnetic resonance imaging. Br J Cancer 2004

4 Schémas thérapeutiques en évolution 12 Années d expérience Ce que l on a appris -Peu de récidives après exérèse totale mésorectum -RCT : effets secondaires non négligeables -RCT : stérilisation potentielle de la lésion (ypt0) -Pronostic volumineuses lésions lié à l apparition de métastases à distance, peu lié à la récidive locale -Prise en charge des TR basses : Récidives plus fréquentes après AAP (tumeurs rectales ultrabasses) qu après RA -Prise en charge nouvelle des tumeurs ultrabasses du rectum Conservation sphinctérienne privilégiée ++++ Nouvelles techniques chirurgicales pour éviter récidives Techniques chirurgicales en constante évolution Stratégies thérapeutiques en constante évolution

5 Schémas thérapeutiques en évolution Stratégies thérapeutiques en constante évolution sont plus COMPLEXES Discussion de tous les dossiers en RCP En présence d un chir. Colo rectal En présence physique du clinicien qui a examiné le patient Place de l IRM devient prépondérante bien au-delà du staging local: choix TTT néoadjuvant, type de chir, planification chirurgicale, évaluation BR/MR, tumeurs de bon pronostic, mauvais pronostic Georgiou PA et al. Pelvic Colorectal Recurrence : crucial role of radiologists in oncologic and surgical treatment options. Cancer Imaging 2011

6 Méthodes d imagerie Référentiels Thésaurus national de Cancérologie Digestive Mise à jour du Guide du Bon Usage des examens d imagerie : Rectoscopie au tube rigide IRM : dans tous les cas Echoendoscopie Tumeurs limitées à la paroi rectale : T1/T2 Biopsies ganglionnaires Scanner thoraco abdomino pelvien Bilan d extension à distance

7 Aspects techniques Evolution sur 10 ans 3 plans 2D FSE T2 Coronal Sagittal Ax : perpendiculaire à la tumeur 2 plans orthogonaux 2D EG T1 3 plans 2D FSE T2 Coupes fines Système 3T > 1,5 T (?) 2 plans orthogonaux 3D EG T1 Voxels submillimétriques Option : imagerie de diffusion 3D FSE T2?? Brown G. Thin section MRI in multidisciplinary pre opérative decision making foe patients with rectal cancer. Br J Radiol, 2005 Maas M et al. T-staging of rectal cancer : accuracy of 3.0T MRI compared with 1.5T. Abdom Imaging 2012

8 Interprétation 1-Hauteur pôle inférieur de la tumeur par rapport à la marge anale ou au sphincter Tumeurs du bas rectum 0 à 5 cm de la marge anale 2 cm ou moins du sphincter Tumeurs du moyen rectum > 5 à 10 cm de la marge anale 2 à 7 cm du sphincter Tumeurs du haut rectum 10 à 15 cm de la marge anale >7 cm du sphincter Enjeux différents Interprétation différente Critères d interprétation délicats Questions chir spécifiques Evolution des traitements chir et de la stratégie thérapeutique Interprétation bien codifiée et reproductible Stratégies thérapeutiques bien codifiées Mesures IRM corrélées au TR, rectoscopie rigide : discordances possibles entre les 3 examens

9 Interprétation Tumeurs du moyen et du haut rectum Tumeurs du moyen rectum > 5 à 10 cm de la marge anale 2 à 7 cm du sphincter Tumeurs du haut rectum 10 à 15 cm de la marge anale >7 cm du sphincter Tumeurs de la charnière > 15 cm de la marge anale

10 Interprétation : Tumeurs moyen, haut rectum 2-Topographie sus ou sous péritonéale de la lésion tumorale Ligne de réflection péritonéale antérieure Gollub et al. AJR patients, 2 Radiologues LRPA objectivée : 81,6% et 88,5%

11 Interprétation : Tumeurs moyen, haut rectum 2-Topographie sus ou sous péritonéale de la lésion tumorale Ligne de réflection péritonéale

12 Interprétation : Tumeurs moyen, haut rectum

13 Interprétation : Tumeurs moyen, haut rectum 3-Staging pariétal Deux situations évidentes Tumeurs T4 et T3 avec extension certaine ds graisse mésorectale et ou aux organes de voisinage T4 Tumeurs T1-T2 Pas d extension tumorale ds la graisse mésorectale T1-T2 Une incertitude T3 Tumeurs T2 ou petit T3?

14 Interprétation : Tumeurs moyen, haut rectum 3-Staging pariétal Les situations évidentes Tumeurs T4 et T3 avec extension certaine ds graisse mésorectale et ou aux organes de voisinage

15

16 Interprétation 3-Staging pariétal Les situations évidentes Tumeurs T4 et T3 avec extension certaine ds graisse mésorectale et ou aux organes de voisinage

17 Interprétation : Tumeurs moyen, haut rectum 3-Staging pariétal Les situations évidentes Tumeurs T4 et T3 avec extension certaine ds graisse mésorectale et ou aux organes de voisinage

18 Interprétation : Tumeurs moyen, haut rectum 3-Staging pariétal Les situations évidentes Tumeurs T4 et T3 avec extension certaine ds graisse mésorectale et ou aux organes de voisinage

19 Interprétation : Tumeurs moyen, haut rectum 3-Staging pariétal Les situations évidentes Tumeurs T1-T2 Pas d extension tumorale ds la graisse mésorectale

20 Interprétation : Tumeurs moyen, haut rectum 3-Staging pariétal Les incertitudes du staging Tumeurs T2 ou petit T3?

21 Interprétation : Tumeurs moyen, haut rectum 3-Staging pariétal Les incertitudes du staging Tumeurs T2 ou petit T3? Performances diagnostiques IRM / Pièces opératoires Brown Radiology 1999 Wallengren Radiology 2000 Laghi ECR 2001 Beets-Tan Abdom Imaging 2000 Sensibilité 90% Spécificité 70 à 98 % Dépend du stade : 89% T1-T2, 80% T3, 100% T4

22 Interprétation : Tumeurs moyen, haut rectum 3-Staging pariétal

23 Interprétation : Tumeurs moyen, haut rectum 4-Fascia recti : mesure entre tumeur et le fascia recti Extension au fascia recti : facteur majeur de récidive tumorale loco régionale Des mesures qui se sont modifiées au cours du temps : 5 mm en IRM = 1 mm en anapath Beets-Tan RG, Beets GL, Vliegen RF et al. Accuracy of Magnetic Resonance Imaging in Prediction of Tumor-free Resection Margin in Rectal Cancer Surgery. Lancet 2001 ; 17 : Btaylor F et al., MERCURY Study Group. One millimeter is the safe cut off for magnetic resonance imaging prediction of surgical margin status in rectal cancer. Br J Surgery 2011, 98 : La meilleure distance pour prédire l envahissement du la marge circonférentielle en irm est de < 1 mm. Quelle terminologie? Distance par rapport au fascia recti en pre op On ne peut parler de CRM qu en post opératoire, parce que le chir peut des interventions plus extensives Glimelius B, Beets-Tan R et al. Mesorectal Fascia Instead of Circumferential Resection Margin in Preoperative Staging of Rectal Cancer, J Clin Oncology 2011

24 Interprétation : Tumeurs moyen, haut rectum 5-Extension tumorale extramurale T3c >5-15 mm T3d > 15 mm MERCURY study GROUP, Extramural Depth of Tumor Invasion at Thin Section MR in Patients with Rectal Cancer : Results of the MERCURY STUDY, Radiology 2007 Excellente concordance mesures IRM et anapath sur pièces Pedersen et al. Reproductibility of Depth of Extramural Tumor Spread and Distance to Circumferentiel Resection margin at rectal MRI: Enhancement of Clinical Guidelines for neoadjuvant Therapy, AJR 2011 Excellente concordance mesures IRM entre 2 lecteurs (> mesures de CRM)

25 Interprétation : Tumeurs moyen, haut rectum 5-Extension tumorale extramurale T3a : < 1 mm - T3b : 1-5 mm

26 Interprétation : Tumeurs moyen, haut rectum 6-Statut ganglionnaire Qu en est il, plus de 10 ans après? Bellin MF, Roy C, Kinkel K et al. Lymph nodes metastases. Safety and effectiveness of MR Imaging with ultrasmall superparamagnetic iron oxide particles-initial Clinical Experience.Radiology 1998, 207 : Bellin MF, Beigelman C, Precetti-Morel S et al. Iron Oxyde enhanced MR lymphography : initial experience. Eur J radiol 2000; 34 : Bipat S, Glas A, Slors et al. Radiology 2004; 232 : Rectal Cancer : Local Staging and Assessment of Lymph Node Involvement with endoluminal US, CT and MT Imaging A Meta-Analysis Koh et al. Diagnostic accuracy of Nodal Enhancement pattern of Rectal Cancer at MRI Enhanced With Ultrasmall Superparamagnetic Iron Oxide : Findings in Pathologically Matched mesorectal Lymph Nodes.AJR 2010 Schéma François Jausset Al-Sukhni et al. Méta analyse, Annals of Surgical Oncology études inclues Conclusion : lymph nodes assessment is poor on MRI Lambregts D et al. Gadofosveset-enhanced MRI for the assessment of rectal cancer lymph nodes : predictive criteria. Abdom Imaging 2012

27 Interprétation : Tumeurs moyen, haut rectum 6-Statut ganglionnaire Qu en est il, plus de 10 ans après? MERCURY Study Group, Relevance of Magnetic resonance imaging-detected pelvic sidewall lymph node involvement in rectal cancer, Br J Surgery 2011

28 Interprétation : Tumeurs moyen, haut rectum 6-Statut ganglionnaire

29 Interprétation : Tumeurs moyen, haut rectum 7-Extension vasculaire tumorale Smith Nj, et al., MRI for detection of Extramural Vascular Invasion in Rectal Cancer, AJR 2008

30 Interprétation : Tumeurs moyen, haut rectum Restent, au terme du bilan avec une interprétation basée sur T et N quelques incertitudes.. T1-T2-N0 Pas de radio Chimiothérapie préop? T2? / T3a/b? GG? / ADP? T3-T4 Radio Chimiothérapie préop? Pas de radio Chimiothérapie Radio Chimiothérapie

31 Interprétation : Tumeurs moyen, haut rectum Que peut on faire de plus? Techniques d imagerie fonctionnelle Imagerie de Diffusion 50 patients, les valeurs d ADC les plus basses associées avec des profils tumoraux plus agressifs. ADC biomarqueur du potentiel d agressivité des tumeurs Curvo-Semedo L et al. Diffusion-weighted MRI in Rectal Cancer : Apparent Diffusion Coefficient as a potential Non invasive Marker of Tumor Aggressiveness. JMRI, 2012 Obs Pr Christine Hoeffel-CHU Reims

32 Interprétation : Tumeurs moyen, haut rectum Ann Surg 2011;253: Tumeurs de bon pronostic 1-CRM indemnes (tumeur > 1 mm par rapport au fascia recti ) 2-Pas d atteinte tumorale vasculaire extra murale 3-Stade T précoce : T2 et moins, T3a,T3b, sans analyser le stade N Inclusion 374 patients Etude prospective multicentrique 141 : IRM : Tumeurs de bon pronostic 122 : chir seule 19 : RCT néoadjuvante 234 : IRM : Tumeurs de mauvais pronostic Suivi des patients : pendant 5 ans Résultats : Groupe patients tumeurs de bon pronostic : -survie globale à 5 ans : 68% -survie sans récidive à 5 ans de 81% -Taux de récurrence locale 3%

33 Interprétation : Tumeurs moyen, haut rectum Ann Surg 2011;253:

34 Interprétation : Tumeurs moyen, haut rectum Inclusion de 236 patients, MRI et un PET CT Patients Tumeur de mauvais pronostic : Métastases à distance : 20,7% Invasion vasculaire extramurale Extension extra murale > 5 mm ou T4 Atteinte de la marge circonférentielle Tumeur de bon pronostic : Métastases à distance : 4,2% Conséquences Chimiothérapie d induction pour les patients porteurs d une tumeur de mauvais pronostic Réaliser un PET CT et une IRM hépatique

35 Interprétation : Tumeurs moyen, haut rectum Autres Critères péjoratifs : volumétrie?

36 Evolution des Schémas thérapeutiques : tendances T2-T3a/b : Chir d emblée (sans s occuper statut ganglionnaire) T3b (sélectionnés par IRM) :Chimiothérapie d induction Tumeurs du moyen rectum Tumeurs du haut rectum GRECCAR 4 (TTT à la carte), (Pr Ph Rouanet-CHU Montpellier) Phase II randomisée T3B, 4 cycles de Folfirinox Evaluation de la réponse tumorale à l IRM Patient bon répondeur : réduction du volume tumoral de 75% àl IRM Bons répondeurs CAP 50 et chir Chir immédiate Mauvais répondeurs : intensification du traitement CAP 50 et chir CAP 60 et chir T3-T4 résécables :Chimiothérapie d induction Prodige 23 (TTT à la carte), Pr Frédéric Marchal-Pr Thierry Conroy (Nancy) - Essai phase III randomisé RCT néoadjuvante CAP 50, 6 semaines, chir Versus Chimiothérapie d induction, RCT néoadjuvante et chirurgie

37 Interprétation 1-Hauteur pôle inférieur de la tumeur par rapport à la marge anale ou au sphincter Tumeur rectale basse sans atteinte du sphincter Tumeurs du bas rectum 0 à 5 cm de la marge anale 2 cm ou moins du sphincter Marge distale suffisante pour résection antérieure? (anastomose colo anale) Enjeux différents Interprétation différente Questions chir spécifiques Evolution des traitements chir et de la stratégie thérapeutique Plans chir décidés fonction de l IRM Tumeur rectale ultra basse avec atteinte du sphincter Anastomose colo anale impossible Conservation sphinctérienne? RI partielle ou totale Exérèse transanale Amputation abdominopérinéale

38 Interprétation tumeurs du bas rectum Tumeurs du bas rectum 0 à 5 cm de la marge anale 2 cm ou moins du sphincter Enjeux différents Interprétation différente Questions chir spécifiques Evolution des traitements chir et de la stratégie thérapeutique Plans chir décidés fonction de l IRM Interprétation différente 1-Distance pole inférieur par rapport marge anale importante à signaler : examen clinique LRPA : en dessous 3-T staging 4-Pas de mesure de distance par rapport au fascia recti (plus de fascia recti) 5-Extension tumorale dans la graisse mésorectale : O/N la distance n est plus un critère (si positif, elt péjoratif à lui tout seul sans critère de mesure) 6-Extension vasculaire extramurale : tumeurs peu concernées dans ce petit espace Les éléments clés supplémentaires 7-Interprétation par rapport aux sphincters , marge distale (par rapport à la marge anale, marge radiale) MRI tumeur bas rectum stade 1: tumeur semble confinée à la paroi intestinale sans extension à l ensemble de tte l épaisseur de la paroi (muscularis propria du sphincter interne indemne) MRI tumeur bas rectum stade 2 : Tumeur s étend dans la couche musculaire du sphincter interne sans extension au plan intersphinctérien, au dessus du plan des releveurs, elle est confinée dans le mésorectum MRI tumeur bas rectum stade 3 : Extension au plan intersphinctérien ou extension d un mm au dessus du sphincter MRI tumeur bas rectum stade 4 : Extension tumorale au sphincter externe, aux organes adjacents, au dessus du sphincter, la tumeur envahit les muscles élévateurs de l anus

39 Interprétation : Tumeur bas rectum 1-Hauteur pôle inférieur de la tumeur par rapport à la marge anale 1 cm pour réaliser une anastomose colo anale Pas de marge distale suffisante : tumeurs rectales ultrabasses

40 Interprétation : Tumeur rectale ultrabasse 2-Extension tumorale radiale La partie distale du rectum se subdivise en deux parties Muscles élévateurs jusqu à l anneau pubo rectal Le canal anal Shihab O et al. MRI staging of low rectal cancer, Eur Radiol 2009

41 Interprétation : Tumeur rectale ultrabasse 2-Extension tumorale radiale La partie distale du rectum se subdivise en deux parties Muscles élévateurs jusqu à l anneau pubo rectal Le canal anal Shihab O et al. MRI staging of low rectal cancer, Eur Radiol 2009 Shihab O et al. Defining the surgical planes on MRI improves surgery for cancer of the low rectum. Lancet Oncol 2009 Salerno G et al. Magnetic Resonance imaging of the low rectum : defining the radiological anatomy. Colorectal Disease 2006 Holzer B, Urban M, Höbling N, Feil W, Novi G, Hruby W, Rosen H, Schiessel H. Magnetic resonance imaging predicts sphincter invasion of low rectal cancer and influences selection of operation. Surgery 2003, 133 :

42 Interprétation : Tumeur rectale ultrabasse 1-Pole inférieur par rapport à la marge anale, tumeur bas rectum étendue au SI : < 2 cm Conséquence : Pas de résection antérieure du rectum possible, marge en hauteur insuffisante pour anastomose colo anale (pas de colo sus anale possible) 2-Extension radiale de la tumeur -Au dessus anneau pubo rectal : Extension graisse mésorectale Conséquence : pas de résection intersphinctérienne -En dessous anneau pubo rectal RCT puis chir de type AAP

43 Interprétation : Tumeur rectale ultrabasse 1-Pole inférieur par rapport à la marge anale, tumeur bas rectum étendue au SI : < 2 cm Conséquence : Pas de résection antérieure du rectum possible, marge en hauteur insuffisante pour anastomose colo anale (pas de colo sus anale possible) 2-Extension radiale de la tumeur -Au dessus anneau pubo rectal : Pas d Extension graisse mésorectale Conséquence : résection intersphinctérienne potentiellement envisageable (ou autre geste de conservation) -En dessous anneau pubo rectal Pas d extension au dela de la paroi SI : conservation sphinctérienne reste envisageable pt2 Nx Mx

44 Interprétation : Tumeur rectale ultrabasse

45 Interprétation : Tumeur rectale ultrabasse 1-Pole inférieur par rapport à la marge anale, tumeur bas rectum étendue au SI : < 2 cm Conséquence : Pas de résection antérieure du rectum possible, marge en hauteur insuffisante pour anastomose colo anale (pas de colo sus anale possible) 2-Extension radiale de la tumeur -Au dessus anneau pubo rectal : Respect musculeuse + Pas d extension dans la graisse mésorectale Conséquence : résection intersphinctérienne envisageable -En dessous anneau pubo rectal Extension SI (2 cm de SI indemnes persistants en hauteur) Marge latérale en radiale (< 1 mm) + Pas d atteinte du plan intersphinctérien, ni SE Conséquence : résection intersphinctérienne tjs possible, marge radiale limite RCT puis réévaluation par IRM pour confirmation conservation sphinctérienne

46

47 ERROR: stackunderflow OFFENDING COMMAND: ~ STACK:

IRM dans le bilan initial d extension local des tumeurs rectales. Valérie CROISE-LAURENT Service de Radiologie Adultes Hôpitaux de Brabois CHU-Nancy

IRM dans le bilan initial d extension local des tumeurs rectales. Valérie CROISE-LAURENT Service de Radiologie Adultes Hôpitaux de Brabois CHU-Nancy IRM dans le bilan initial d extension local des tumeurs rectales Valérie CROISE-LAURENT Service de Radiologie Adultes Hôpitaux de Brabois CHU-Nancy Spécificités prise en charge thérapeutique d un cancer

Plus en détail

Bilan d extension locale d une tumeur rectale. François Jausset, Radiologie Brabois Adultes

Bilan d extension locale d une tumeur rectale. François Jausset, Radiologie Brabois Adultes Bilan d extension locale d une tumeur rectale François Jausset, Radiologie Brabois Adultes Introduction - Déterminer l extension locale précise d une tumeur rectale est un enjeu majeur pour le radiologue

Plus en détail

Tumeurs rectales. Bilan d extension A.OLIVER F.JAUSSET 2013

Tumeurs rectales. Bilan d extension A.OLIVER F.JAUSSET 2013 Tumeurs rectales. Bilan d extension A.OLIVER F.JAUSSET 2013 Introduction - Déterminer l extension locale précise d une tumeur rectale est un enjeu majeur pour le radiologue - Le bilan local s associe à

Plus en détail

Traitements néoadjuvants des cancers du rectum. Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse

Traitements néoadjuvants des cancers du rectum. Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse Traitements néoadjuvants des cancers du rectum Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse Journées Francophones d Hépato-gastroentérologie et d Oncologie Digestive 2010 CONFLITS D INTÉRÊT Pas de conflit d intérêt

Plus en détail

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris Cancer du rectum France : 15000 décès/an : 1ère cause. Pronostic souvent réservé Métastases

Plus en détail

IRM du Cancer du Rectum

IRM du Cancer du Rectum IRM du Cancer du Rectum quels CHOIX TECHNIQUES pour quels OBJECTIFS THERAPEUTIQUES? Frank Boudghène, T. Andre, A. Stivalet, I. Frey, L. Paslaru, V. Ganthier, M. Tassart Hopital Tenon - Université Paris

Plus en détail

Cancers du rectum: nouvelles tendances thérapeutiques? G. Portier Chirurgie Digestive CHU Purpan

Cancers du rectum: nouvelles tendances thérapeutiques? G. Portier Chirurgie Digestive CHU Purpan Cancers du rectum: nouvelles tendances thérapeutiques? G. Portier Chirurgie Digestive CHU Purpan Savoir d où l on vient! Bernstein TE. Colorectal Disease. October 2012 14, (10), e668 e678 Norwegian Rectal

Plus en détail

B Gallix, Montpellier/Fr

B Gallix, Montpellier/Fr 1/64 IRM du cancer du rectum Pré / Post radiothérapie rapie B Gallix, Montpellier/Fr 2/64 IRM du rectum: Rappel radio- n Rectum n Fascias n Releveur de l anusl n Sphincters anatomique 3/64 Rappel radio-anatomique

Plus en détail

Apport de l IRM dans le bilan préthérapeutique du cancer du rectum

Apport de l IRM dans le bilan préthérapeutique du cancer du rectum Apport de l IRM dans le bilan préthérapeutique du cancer du rectum Y MORMECHE, S SEHILI, J MORMECHE, CH CHAMMEKHI, S KHELIFI, A BACCAR, MH DAGHFOUS, A CHERIF TUNIS - TUNISIE PLAN Introduction Matériel

Plus en détail

EVALUATION DE LA RESPONSE TUMORALE à la RCT TRAITEMENTS CONSERVATEURS DU RECTUM

EVALUATION DE LA RESPONSE TUMORALE à la RCT TRAITEMENTS CONSERVATEURS DU RECTUM EVALUATION DE LA RESPONSE TUMORALE à la RCT TRAITEMENTS CONSERVATEURS DU RECTUM Dr A.Rahili DIU Cancérologie Digestive Février 2014 CANCER DU RECTUM EVOLUTION 1987-1993 Essai Randomisé Contrôlé (ERC) Stockholm

Plus en détail

Cancer du rectum, ce qui va changer et pourquoi. Excision du mésorectum: par en haut ou par en bas?

Cancer du rectum, ce qui va changer et pourquoi. Excision du mésorectum: par en haut ou par en bas? Cancer du rectum, ce qui va changer et pourquoi. Excision du mésorectum: par en haut ou par en bas? Michel RIVOIRE, Valeria BASSO Département de Chirurgie Oncologique Centre Léon Bérard, INSERM 1032 69

Plus en détail

Les objectifs d un traitement optimal en 2013

Les objectifs d un traitement optimal en 2013 Pr L.Bresler Les objectifs d un traitement optimal en 2013 Minimiser le taux de récidives loco-régionales (RLR) Augmenter la survie sans récidive et la survie globale Diminuer la morbi-mortalité de la

Plus en détail

G Abboud, N Colignon, C Dromain, N Hamrit, F Bidault, S Canale. Département d Imagerie Médicale, Institut Gustave-Roussy, Villejuif, France

G Abboud, N Colignon, C Dromain, N Hamrit, F Bidault, S Canale. Département d Imagerie Médicale, Institut Gustave-Roussy, Villejuif, France 1 Sx Rectum, logiciel d'aide au diagnostic dédié au rectum : résultats préliminaires. G Abboud, N Colignon, C Dromain, N Hamrit, F Bidault, S Canale Département d Imagerie Médicale, Institut Gustave-Roussy,

Plus en détail

Evaluation précoce de la chimiothérapie néo-adjuvante par IRM. P Taourel, E Pages, C Alili (CHU Montpellier)

Evaluation précoce de la chimiothérapie néo-adjuvante par IRM. P Taourel, E Pages, C Alili (CHU Montpellier) Evaluation précoce de la chimiothérapie néo-adjuvante par IRM P Taourel, E Pages, C Alili (CHU Montpellier) Pourquoi? Prise en charge personnalisée du cancer du sein Morbidité et coût d une chimiothérapie

Plus en détail

IMAGERIE EN CANCEROLOGIE

IMAGERIE EN CANCEROLOGIE IMAGERIE EN CANCEROLOGIE Méthodes Diagnostiques et Thérapeutiques récentes Frank Boudghene Hopital Tenon - Université Paris 6 FEDERATION D IMAGERIE DU CANCER Nouveautés en IRM IRM Morphologique : Matériel

Plus en détail

Essai de phase II randomisé mul2centrique: traitement personnalisé des cancers du rectum localement évolués non métasta2ques

Essai de phase II randomisé mul2centrique: traitement personnalisé des cancers du rectum localement évolués non métasta2ques GRECCAR 4 Groupe de REcherche Chirurgical sur le CAncer du Rectum Essai de phase II randomisé mul2centrique: traitement personnalisé des cancers du rectum localement évolués non métasta2ques N EudraCT

Plus en détail

Intérêt du Pet Scan dans le cancer du rectum. DESC Brest 19 juin 2014 Giretti Giovanni

Intérêt du Pet Scan dans le cancer du rectum. DESC Brest 19 juin 2014 Giretti Giovanni Intérêt du Pet Scan dans le cancer du rectum DESC Brest 19 juin 2014 Giretti Giovanni Introduction Technique d imagerie médicale fonctionnelle et métabolique alliant l information fonctionnelle du TEP

Plus en détail

L IRM dans le bilan d extension du cancer de l endomètre:

L IRM dans le bilan d extension du cancer de l endomètre: Cafcim 10 décembre 2011 Centre Hospitalier de la côte Basque L IRM dans le bilan d extension du cancer de l endomètre: Lin et al. 3T diffusion. Radiology 2009 Dr. Christophe MAUREL Plan: Quelques Rappels

Plus en détail

APPORT DE L'IRM DANS LE BILAN D'EXTENSION LOCOREGIONALE DES TUMEURS RECTALE

APPORT DE L'IRM DANS LE BILAN D'EXTENSION LOCOREGIONALE DES TUMEURS RECTALE ROYAUME DU MAROC UNIVERSITE SIDI MOHAMMED BENABDELLAH FACULTE DE MEDECINE ET DE PHARMACIE FES UNIVERSITESIDI MOHAMMED BEN ABDELLAH FES APPORT DE L'IRM DANS LE BILAN D'EXTENSION LOCOREGIONALE DES TUMEURS

Plus en détail

Résultats Localisation : incidence sagittale T2 Sus ou sous péritonéale ++ Distance séparant le pôle inférieur de la tumeur du pôle supérieur du sphincter interne =(marge distale ( incidences coronales)

Plus en détail

Chirurgie palliative des cancers du sein

Chirurgie palliative des cancers du sein Chirurgie palliative des cancers du sein Dr MARTIN-FRANCOISE Sandrine Centre François Baclesse CAEN 1 / xx Cancers du sein métastatiques Cancer du sein d emblée métastatique : 1 à 2% Puis cancer devenant

Plus en détail

EVALUATION PAR IRM DU CANCER DE L ENDOMETRE : VERS UNE CLASSIFICATION «FIGO-IRM»?

EVALUATION PAR IRM DU CANCER DE L ENDOMETRE : VERS UNE CLASSIFICATION «FIGO-IRM»? EVALUATION PAR IRM DU CANCER DE L ENDOMETRE : VERS UNE CLASSIFICATION «FIGO-IRM»? I Jammet (1), E Decroisette (1), M Pouquet (1), Y Aubard (1), JP Rouanet (2), A Maubon (1) (1) Limoges France, (2) Montpellier

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET BILAN D EXTENSION DU CANCER DU TESTICULE A. TOUIMER M. BOUBRIT IMAGERIE MEDICALE CHU BENI MESSOUS

DIAGNOSTIC ET BILAN D EXTENSION DU CANCER DU TESTICULE A. TOUIMER M. BOUBRIT IMAGERIE MEDICALE CHU BENI MESSOUS DIAGNOSTIC ET BILAN D EXTENSION DU CANCER DU TESTICULE A. TOUIMER M. BOUBRIT IMAGERIE MEDICALE CHU BENI MESSOUS INTRODUCTION Rare Tumeurs germinales (95%) -TG séminomateuse (35-45ans) -TG non séminomateuse

Plus en détail

IRM du cancer de la prostate. François CORNUD, Paris

IRM du cancer de la prostate. François CORNUD, Paris IRM du cancer de la prostate François CORNUD, Paris IRM du CaP en 2009 1990-2000 : détection des T3 occultes 2000-2010 : évolution technologique IRM fonctionnelle : localiser la tumeur lympho-irm : méts

Plus en détail

TRAITEMENT NEO ADJUVANT DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE. Laetitia DAHAN CHU Timone Marseille

TRAITEMENT NEO ADJUVANT DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE. Laetitia DAHAN CHU Timone Marseille TRAITEMENT NEO ADJUVANT DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE Laetitia DAHAN CHU Timone Marseille Aucun CONFLITS D INTÉRÊT Objectifs pédagogiques Savoir définir un cancer du pancréas localement avancé et border

Plus en détail

Le PET Scan modifie t il le traitement des métastases des CCR?

Le PET Scan modifie t il le traitement des métastases des CCR? Le PET Scan modifie t il le traitement des métastases des CCR? 7 ième Journée scientifique Annuelle 31/ 05/ 2014 Clinique Atlas Dr ALJ AMINA Médecin Nucléaire IMAGERIE EN CANCEROLOGIE - La place de l imagerie

Plus en détail

Apport diagnostique du coloscanner à l'eau dans l'exploration des pathologies coliques chez le sujet âgé

Apport diagnostique du coloscanner à l'eau dans l'exploration des pathologies coliques chez le sujet âgé Apport diagnostique du coloscanner à l'eau dans l'exploration des pathologies coliques chez le sujet âgé W. Hajlaoui, P. Dean, N. Hablani, I. Mahé-Halley, D. Sacko, R. Habachou, P. Armand, J. Albisetti.

Plus en détail

Spécificités d un examen en Cancérologie. Valérie Laurent Service de Radiologie Adultes Hôpitaux de Brabois CHU-Nancy

Spécificités d un examen en Cancérologie. Valérie Laurent Service de Radiologie Adultes Hôpitaux de Brabois CHU-Nancy Spécificités d un examen en Cancérologie Valérie Laurent Service de Radiologie Adultes Hôpitaux de Brabois CHU-Nancy Introduction Place de l imagerie en oncologie Dépistage Détecter Caractériser Bilan

Plus en détail

INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE

INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE DIAGNOSTIC DES RECIDIVES LOCOREGIONALES GENERALITES VIVIANE FEILLEL INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE OBJECTIFS DE LA SURVEILLANCE Evaluation des séquelles post-thérapeutiques Diagnostic précoce des récidives

Plus en détail

Bilan pré opératoire des cancers ovariens C. GRANIER Imagerie Médicale CRLCC Val d Aurelle Montpellier Données épidémiologiques Incidence en France en 2008 est estimée à 4430 nouveaux cas par an 7ème cause

Plus en détail

Bilan radiologique diagnostique d'une tumeur mammaire. S. Cousin Tuteur: Dr Ceugnart DES d'oncologie médicale 11 décembre 2009

Bilan radiologique diagnostique d'une tumeur mammaire. S. Cousin Tuteur: Dr Ceugnart DES d'oncologie médicale 11 décembre 2009 Bilan radiologique diagnostique d'une tumeur mammaire. S. Cousin Tuteur: Dr Ceugnart DES d'oncologie médicale 11 décembre 2009 Plan Généralités Le dépistage La Mammographie: place/limites/indications L'echographie:

Plus en détail

Valeur prédictive négative de l IRM : quand et comment l utiliser?

Valeur prédictive négative de l IRM : quand et comment l utiliser? Valeur prédictive négative de l IRM : quand et comment l utiliser? MRI negative predictive negative: when and how to use it? M. Asad-syed, S. Ferron, M. Boisserie-Lacroix et G. Hurtevent 3 Mots clés :

Plus en détail

Imagerie des cancers bronchiques

Imagerie des cancers bronchiques Imagerie des cancers bronchiques Quoi de neuf en 2012? V Servois - Institut Curie Paris AFCOR 2012 Objectif du staging Rôles - Sélectionner les candidats à la chirurgie - Planifier l intervention - Planifier

Plus en détail

Apport de l IRM dans la

Apport de l IRM dans la Apport de l IRM dans la caractérisation tissulaire préopératoire des tumeurs rectales Y MORMECHE, S SEHILI, J MORMECHE, CH CHAMMEKHI, S KHELIFI, A BACCAR, MH DAGHFOUS, A CHERIF TUNIS - TUNISIE PLAN Introduction

Plus en détail

CANCER DU SEIN TRAITEMENT CHIRURGICAL

CANCER DU SEIN TRAITEMENT CHIRURGICAL CANCER DU SEIN TRAITEMENT CHIRURGICAL Olivier Bréhant DESC Viscéral CHU ANGERS Poitiers 24-25 juin 2004 INTRODUCTION Cancer fréquent (40 000 nv x cas/an) Cancer grave (12 000 DC/an) Traitement loco-régional

Plus en détail

Cancer de l endomètre

Cancer de l endomètre Onco-gériatrie: Traitement chirurgical des cancers de l endomètre, de l ovaire et du col Emile Daraï Service de Gynécologie-Obstétrique, Hôpital Tenon, IUC, Université Pierre et Marie Curie Paris VI Cancer

Plus en détail

Cancer de l endomètre

Cancer de l endomètre Traitement chirurgical des cancers de l endomètre, du col et de l ovaire Cancer de l endomètre Emile Daraï Service de Gynécologie-Obstétrique, Hôpital Tenon, CancerEst, Université Pierre et Marie Curie

Plus en détail

L évaluation du creux axillaire

L évaluation du creux axillaire L évaluation du creux axillaire Journées DESC-SCVO Poitiers, Juin 2007 Marc-Henri JEAN, Nantes Cancer du sein : Introduction (1) 30 000 nouveaux cas / an 11 000 décès / an Problème de santé publique Pronostic

Plus en détail

CHIRURGIE DU LARYNX ET DE L HYPOPHARYNX. Béatrix Barry, Service ORL, Hôpital Bichat-Claude Bernard APHP

CHIRURGIE DU LARYNX ET DE L HYPOPHARYNX. Béatrix Barry, Service ORL, Hôpital Bichat-Claude Bernard APHP CHIRURGIE DU LARYNX ET DE L HYPOPHARYNX Béatrix Barry, Service ORL, Hôpital Bichat-Claude Bernard APHP Généralités Ess t pathologie cancéreuse - carcinomes épidermoïdes Préservation de la fonction - sphincter=

Plus en détail

Traitement cancer du sein invasif H Marret -JLansac Département de Gynécologie Obstétrique CHU Bretonneau Tours France Le cancer du sein en France 37000 nouveaux cas en 1998 11000 décès dont 4000 < 65

Plus en détail

Cancer recto-colique : l imagerie médicale. Introduction. Dr Marc Lacrosse, Service de Radiologie, Cliniques UCL de Mont-Godinne Septembre 2007

Cancer recto-colique : l imagerie médicale. Introduction. Dr Marc Lacrosse, Service de Radiologie, Cliniques UCL de Mont-Godinne Septembre 2007 1 Cancer recto-colique : l imagerie médicale Dr Marc Lacrosse, Service de Radiologie, Cliniques UCL de Mont-Godinne Septembre 2007 Introduction Si l on considère la contribution de l imagerie médicale

Plus en détail

«N2» : UNE ALTERNATIVE AU CHOIX CORNELIEN OU AU PARI DE PASCAL. Docteur Olivier CASTELNAU Saint Laurent du Var

«N2» : UNE ALTERNATIVE AU CHOIX CORNELIEN OU AU PARI DE PASCAL. Docteur Olivier CASTELNAU Saint Laurent du Var «N2» : UNE ALTERNATIVE AU CHOIX CORNELIEN OU AU PARI DE PASCAL Docteur Olivier CASTELNAU Saint Laurent du Var La totalité des patients doit bénéficier d une décision collégiale prise au sein d une RCP

Plus en détail

T1-T2 du larynx: Chirurgie ou radiochimiothérapie Revue de la littérature. L.Laccourreye Angers

T1-T2 du larynx: Chirurgie ou radiochimiothérapie Revue de la littérature. L.Laccourreye Angers T1-T2 du larynx: Chirurgie ou radiochimiothérapie Revue de la littérature L.Laccourreye Angers Critères de jugement?! Mendenhall et al proposaient 3 critères Contrôle local Qualité vocale Coût Mendenhall

Plus en détail

TEP / TDM : Quelles indications en gynécologie - Ganglion sentinelle. J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat

TEP / TDM : Quelles indications en gynécologie - Ganglion sentinelle. J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat TEP / TDM : Quelles indications en gynécologie - Ganglion sentinelle J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat Mougins - Jeudi 20 septembre 2012 2009 : TEP-TDM à temps

Plus en détail

IRM pelvienne dynamique

IRM pelvienne dynamique IRM pelvienne dynamique Valérie Laurent, Laurent Bresler Service de Radiologie Adultes Hôpital de Brabois CHU - NANCY Introduction Gde fréquence des troubles de la statique pelvienne Diagnostic et traitement

Plus en détail

Place de l IRM dans le diagnostic du cancer du sein

Place de l IRM dans le diagnostic du cancer du sein Place de l IRM dans le diagnostic du cancer du sein Docteur Maryannick Bryselbout, Hôpital d Aix en Provence Docteur Olivier Marpeau, Clinique de l Étoile Cancer le plus fréquent de la femme En France,

Plus en détail

Indications de la radiothérapie

Indications de la radiothérapie traitements, soins et innovation MAI 2009 Indications de la radiothérapie CANCER De la prostate COLLECTION recommandations & référentiels OUTIL D AIDE À LA DÉCISION CONSENSUS D EXPERTS À PARTIR DE RECOMMANDATIONS

Plus en détail

Traitement locorégional du cancer du sein métastatique d'emblée: cas cliniques

Traitement locorégional du cancer du sein métastatique d'emblée: cas cliniques Traitement locorégional du cancer du sein métastatique d'emblée: cas cliniques Hélène Charitansky 1, Alain Fourquet 2 1 Service de chirurgie sénologique, Institut Universitaire du Cancer Toulouse Oncopole

Plus en détail

Dr David LUSSATO Dr Mathieu QUENEAU. 14 Octobre 2010

Dr David LUSSATO Dr Mathieu QUENEAU. 14 Octobre 2010 Dr David LUSSATO Dr Mathieu QUENEAU 14 Octobre 2010 Indication (B2) - Suspicion de récidive locale ou métastatique Bourguet P, Hitzel A, Houvenaeghel G, Vinatier D, Bosquet L, Bonichon F,Corone C, Giard-Lefevre

Plus en détail

INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN

INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN Calformed, 09/02/2007, Dr J.M Loez, Calais INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN I - RAPPEL DE LA CLASSIFICATION CLINIQUE DES CANCERS DU SEIN A - TUMEUR PRIMITIVE Tx non déterminé To pas de

Plus en détail

Indications de la radiothérapie

Indications de la radiothérapie traitements, soins et innovation MAI 2009 Indications de la radiothérapie CANCER Des vads COLLECTION recommandations & référentiels OUTIL D AIDE À LA DÉCISION CONSENSUS D EXPERTS À PARTIR DE RECOMMANDATIONS

Plus en détail

Cancer Prostatique Localement Avancé (T3) Pr. Vincent RAVERY

Cancer Prostatique Localement Avancé (T3) Pr. Vincent RAVERY Cancer Prostatique Localement Avancé (T3) Pr. Vincent RAVERY Introduction Diagnostic précoce / Dépistage Nombre relatif stable de cancers de la prostate (CaP) localement avancés Meilleure stadification

Plus en détail

Adénocarcinome du bas œsophage (et du cardia) Nutrition en attendant le traitement

Adénocarcinome du bas œsophage (et du cardia) Nutrition en attendant le traitement Adénocarcinome du bas œsophage (et du cardia) Nutrition en attendant le traitement Corinne Bouteloup Service de Médecine Digestive et Hépatobiliaire CHU Clermont-Ferrand Conflits d intérêts Nutricia Nutrition

Plus en détail

RÉFÉRENTIELS SEIN. Centre des Maladies du Sein FAMA Hôpital Saint-Louis 4/2010

RÉFÉRENTIELS SEIN. Centre des Maladies du Sein FAMA Hôpital Saint-Louis 4/2010 RÉFÉRENTIELS SEIN Centre des Maladies du Sein FAMA Hôpital Saint-Louis 4/2010 1 A- Cancers infiltrants 2 Traitements loco-régionaux 3 Traitements loco-régionaux T > 4 cm non inflammatoire N0/N1 et 1 des

Plus en détail

Réseau Onco Poitou-Charentes Mise à jour du référentiel régional des tumeurs de l endomètre (Décembre 2013) ******* ******* Sous la conduite de :

Réseau Onco Poitou-Charentes Mise à jour du référentiel régional des tumeurs de l endomètre (Décembre 2013) ******* ******* Sous la conduite de : 1 Les référentiels de bonnes pratiques cliniques des tumeurs de l endomètre. Version 2013 Sous la conduite de : Cédric NADEAU Service de Gynécologie - Obstétrique - CHU de Poitiers & Yannick THIROUARD

Plus en détail

L ATROPHIE DU SPHINCTER ANAL EXTERNE en ENDOSONOGRAPHIE TRIDIMENSIONNELLE. Vincent de PARADES PARIS

L ATROPHIE DU SPHINCTER ANAL EXTERNE en ENDOSONOGRAPHIE TRIDIMENSIONNELLE. Vincent de PARADES PARIS L ATROPHIE DU SPHINCTER ANAL EXTERNE en ENDOSONOGRAPHIE TRIDIMENSIONNELLE Vincent de PARADES PARIS INTRODUCTION L incontinence anale du post-partum partum relève de deux mécanismes : la déchirure de l

Plus en détail

Cancer de l Endomètre : Désescalade chirurgicale

Cancer de l Endomètre : Désescalade chirurgicale Cancer de l Endomètre : Désescalade chirurgicale Pr Raffaèle FAUVET Service de Gynécologie Obstétrique CHU CAEN Cancer de l endomètre - Cancer gynécologique le plus fréquent (13,6/100.000 femmes) - 3 ème

Plus en détail

CANCERS DU SEIN. Dr PERNAUT, Dr DUQUESNOY 21 Janvier 2015 EPU-B

CANCERS DU SEIN. Dr PERNAUT, Dr DUQUESNOY 21 Janvier 2015 EPU-B CANCERS DU SEIN Dr PERNAUT, Dr DUQUESNOY 21 Janvier 2015 EPU-B Dépistage 1 Patiente de 43 ans Pas d ATCD familiaux ni personnels 3 enfants, allaitement maternel Contraception par stérilet au Levonorgestrel

Plus en détail

Stéphane Cattan Maladies de l Appareil Digestif

Stéphane Cattan Maladies de l Appareil Digestif Stéphane Cattan Maladies de l Appareil Digestif Introduction Les localisations digestives sont les plus fréquentes des tumeurs carcinoïdes Il s agit de tumeurs d évolution lente Elles sont souvent asymptomatiques

Plus en détail

Prise en charge chirurgicale et chimiothérapie néoadjuvante des cancers de l ovaire stade III-IV

Prise en charge chirurgicale et chimiothérapie néoadjuvante des cancers de l ovaire stade III-IV Prise en charge chirurgicale et chimiothérapie néoadjuvante des cancers de l ovaire stade III-IV JM. Classe, R. Rouzier, O.Glehen, P.Meeus, L.Gladieff, JM. Bereder, F Lécuru Population concernée par la

Plus en détail

TEP / TDM et Cancer du col de l utérus - Ganglion sentinelle. J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat

TEP / TDM et Cancer du col de l utérus - Ganglion sentinelle. J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat TEP / TDM et Cancer du col de l utérus - Ganglion sentinelle J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat Mougins - Jeudi 12 avril 2012 2009 : TEP-TDM à temps de vol AVANT

Plus en détail

LEIOMYOSARCOME PRIMITIF DU DIAPHRAGME A propos d un cas.

LEIOMYOSARCOME PRIMITIF DU DIAPHRAGME A propos d un cas. LEIOMYOSARCOME PRIMITIF DU DIAPHRAGME A propos d un cas. N. Cherif Idrissi El Ganouni1, M. Ouali Idrissi1, O. Essadki1, A. Ousehal1 H. Raïs3, B. Belabidia3, R. Sali2, H. Elidrissi2, 1-Service de radiologie,

Plus en détail

Traitement néo adjuvant par Cyberknife du cancer du sein: aspect en IRM

Traitement néo adjuvant par Cyberknife du cancer du sein: aspect en IRM Traitement néo adjuvant par Cyberknife du cancer du sein: aspect en IRM C. Marcotte Bloch (1), C. Chapellier (1), C Maestro (1), PY. Bondiau (2) (1) Service de Radiodiagnostic et (2) Service de Radiothérapie

Plus en détail

Quelle conduite chirurgicale faut-il tenir devant un Polype Adénomateux«Transformé»? Philippe Lasser

Quelle conduite chirurgicale faut-il tenir devant un Polype Adénomateux«Transformé»? Philippe Lasser Quelle conduite chirurgicale faut-il tenir devant un Polype Adénomateux«Transformé»? Philippe Lasser Adénome «Transformé» Adénome présentant un foyer localisé ou étendu d un adénocarcinome superficiel,

Plus en détail

RTC 3D ENDOMETRE POST OPERATOIRE. Principes généraux

RTC 3D ENDOMETRE POST OPERATOIRE. Principes généraux RTC 3D ENDOMETRE POST OPERATOIRE Principes généraux Données cliniques Me C, Age, OMS 0 Antécédents Métrorragies post ménopausique? Ex complémentaires = hystéroscopie curetage et TDM TAP Chirurgie: hystérectomie

Plus en détail

LE CANCER DU PANCRÉAS LOCALEMENT AVANCÉ

LE CANCER DU PANCRÉAS LOCALEMENT AVANCÉ LE CANCER DU PANCRÉAS LOCALEMENT AVANCÉ Michel Ducreux Insitut Gustave Roussy Villejuif,FRANCE 1/28 Le cancer du pancréas. Histoire naturelle: Survie à 3 ans < 5% Maladie métastasée d emblée: 40% Formes

Plus en détail

Evaluation de la qualité du contenu De la RCP Enquête du réseau ONCOPIC et du Registre du Cancer de la Somme

Evaluation de la qualité du contenu De la RCP Enquête du réseau ONCOPIC et du Registre du Cancer de la Somme Evaluation de la qualité du contenu De la RCP Enquête du réseau ONCOPIC du Registre du Cancer de la Somme Etat des lieux en 2003 Enquête de la CNAM QUALITE DE LA PRISE EN CHARGE RCP «théorique» (Enquête

Plus en détail

a. Rappels généraux sur le cholestéatome en IRM:

a. Rappels généraux sur le cholestéatome en IRM: Calcul de l ADC: un nouvel outil dans le diagnostic de cholestéatome. S. THIRIAT, S. RIEHM, S. KREMER, F. VEILLON PLAN: 1. Introduction. 2. Protocole. 3. Résultats. 4. Discussion. 5. Conclusion. 6. Bibliographie.

Plus en détail

Cancer inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences

Cancer inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences Huguette Nguele Meke Introduction Le cancer du sein est une maladie gave et fréquente qui touche une femme sur 11 au cours de sa vie et qui est diagnostiqué

Plus en détail

Peut-on ne pas reprendre des marges «insuffisantes» en cas de Carcinome canalaire infiltrant

Peut-on ne pas reprendre des marges «insuffisantes» en cas de Carcinome canalaire infiltrant Peut-on ne pas reprendre des marges «insuffisantes» en cas de Carcinome canalaire infiltrant Institut Cancérologie de l Ouest CHIRURGIE Dr. Isabelle Jaffré CAS CLINIQUE 1 36 ans 90B sans CI radiothérapie

Plus en détail

Imagerie mammaire: et après le cancer? S.Dechoux, A. Morel, I.Thomassin-Naggara, J.Chopier

Imagerie mammaire: et après le cancer? S.Dechoux, A. Morel, I.Thomassin-Naggara, J.Chopier Imagerie mammaire: et après le cancer? S.Dechoux, A. Morel, I.Thomassin-Naggara, J.Chopier Les problématiques rencontrées Détection de reliquat tumoral Detection récidive Patiente asymptomatique Patiente

Plus en détail

N1: ganglions métastatiques hilaires ou péri-bronchiques homolatéraux

N1: ganglions métastatiques hilaires ou péri-bronchiques homolatéraux Bilan d extension ganglionnaire du cancer bronchique B Padovani, D Ducreux, S Stolear, A Ocelli, E Giordana, L Mondot, S Chanalet, CP Raffaelli, P Carrier Extension ganglionnaire Élément essentiel de l

Plus en détail

Radiothérapie dans le cancer du col utérin. A. BENIDER Cours d université d été DOURDAN 2009

Radiothérapie dans le cancer du col utérin. A. BENIDER Cours d université d été DOURDAN 2009 Radiothérapie dans le cancer du col utérin A. BENIDER Cours d université d été DOURDAN 2009 Évolution des idées dans le traitement des cancers du col utérin 19 siècle: chirurgie traitement de base 20 siècle:

Plus en détail

Cancers des sinus et des fosses nasales

Cancers des sinus et des fosses nasales Chapitre 8 Cancers des sinus et des fosses nasales Les cancers du cavum, sinus et glandes salivaires sont des tumeurs rares selon la définition du REFCOR. Les cancers des sinus de la face représentent

Plus en détail

INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive. Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper

INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive. Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper Pourquoi proposer un TTT adjuvant? Probabilité de survie à 10 ans en fonction

Plus en détail

Choix des thérapeutiques du cancer du rectum

Choix des thérapeutiques du cancer du rectum Association Française de Chirurgie Recommandations pour la pratique clinique Choix des thérapeutiques du cancer du rectum Recommandations Novembre 2005 Avec le partenariat méthodologique et le soutien

Plus en détail

Evaluation individuelle Du 22 24 mars 2013

Evaluation individuelle Du 22 24 mars 2013 PRINTEMPS DE L AFCOR Le Cancer de la Prostate Evaluation individuelle Du 22 24 mars 2013 QCM CaP à haut risque Place de la chirurgie Pr Michel SOULIE Question 1 Parmi les propositions suivantes concernant

Plus en détail

TEP au 18F-FDG et bilan d extension d dans le cancer du sein

TEP au 18F-FDG et bilan d extension d dans le cancer du sein TEP au 18F-FDG et bilan d extension d initial dans le cancer du sein Eric ZERBIB Médecine Nucléaire, CIMEN Centre Chirurgical Val d! Or, 92210 Saint-Cloud, Eric.zerbib zerbib@cimen.fr atiente de 64 ans

Plus en détail

Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux. Jeudi 25 Septembre 2008

Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux. Jeudi 25 Septembre 2008 Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux Jeudi 25 Septembre 2008 Indications oncologiques Indications issues des SOR (standards, options et recommandations).

Plus en détail

Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés

Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés - décembre 2009 - CARCINOMES BASOCELLULAIRES La chirurgie : traitement de référence et de 1 ère intention Classification clinique et histologique

Plus en détail

BILAN D EXTENSION ET SUIVI DANS LE TRAITEMENT DES LYMPHOMES

BILAN D EXTENSION ET SUIVI DANS LE TRAITEMENT DES LYMPHOMES BILAN D EXTENSION ET SUIVI DANS LE TRAITEMENT DES LYMPHOMES Fourati.H, Feki.W, Hentati.Y, Kaddour.I, Mdhaffar.M*, Daoud.E, Mnif.Z Service d Imagerie médicale CHU Hédi Chaker Sfax, Tunisie *Service d Hématologie

Plus en détail

COELIOSCOPIE EN CHIRURGIE DU CANCER COLO RECTAL MARS 2005

COELIOSCOPIE EN CHIRURGIE DU CANCER COLO RECTAL MARS 2005 COELIOSCOPIE EN CHIRURGIE DU CANCER COLO RECTAL MARS 2005 La Haute Autorité de Santé diffuse un document réalisé par l Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé au titre de son programme

Plus en détail

Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire

Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire Diplôme Universitaire Corrélations anatomo-physio-pathologiques en imagerie thoracique 25 mai 2011 Imagerie TEP et pathologie tumorale bronchique Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire Détection en coincidence

Plus en détail

Journées médico-chirurgicales de Msila

Journées médico-chirurgicales de Msila Journées médico-chirurgicales de Msila 28-29 avril 2010 L association ENNOUR des médecins de la wilaya de Msila (président : Dr. Ghadbane) a organisé des journées médicochirurgicales de formation médicale

Plus en détail

FISSURES, FISTULES ANALES, THROMBOSE HEMORROIDAIRE CANCER DU CANAL ANAL

FISSURES, FISTULES ANALES, THROMBOSE HEMORROIDAIRE CANCER DU CANAL ANAL FISSURES, FISTULES ANALES, THROMBOSE HEMORROIDAIRE CANCER DU CANAL ANAL Pr A GAINANT (octobre 2003) I -RAPPEL ANATOMIQUE DU CANAL ANAL II - FISSURE DE L'ANUS C'est une ulcération anale. A - Etiopathogénie

Plus en détail

IRM Mammaire Quelles indications en 2014? Dr Marie Hélène CARACO

IRM Mammaire Quelles indications en 2014? Dr Marie Hélène CARACO IRM Mammaire Quelles indications en 2014? Dr Marie Hélène CARACO 1 Introduction a IRM : imagerie de l angiogénèse tumorale améliore la sensibilité de détection (> 90 %) par contre faible spécificité (70

Plus en détail

Recommandations régionales Prise en charge des cancers du sein non métastatiques

Recommandations régionales Prise en charge des cancers du sein non métastatiques Recommandations régionales Prise en charge des cancers du sein non métastatiques - juin 2005 - CARCINOMES INTRA-CANALAIRES Diagnostic Dépistage (le plus souvent examen clinique normal ; parfois tumeur,

Plus en détail

RTC 3D prostate post opératoire. Principes du traitement

RTC 3D prostate post opératoire. Principes du traitement RTC 3D prostate post opératoire Principes du traitement En salle de consultation Examen clinique, symptômes urinaires Attendre récupération urinaire pour traiter PSA pré et post op, vélocité Compte rendu

Plus en détail

Syndrome Cave Supérieur: Prise en charge. Patrick BAGAN Chirurgie Thoracique et Vasculaire Hôpital Victor Dupouy, Argenteuil

Syndrome Cave Supérieur: Prise en charge. Patrick BAGAN Chirurgie Thoracique et Vasculaire Hôpital Victor Dupouy, Argenteuil Syndrome Cave Supérieur: Prise en charge Patrick BAGAN Chirurgie Thoracique et Vasculaire Hôpital Victor Dupouy, Argenteuil Medical Observations and Inquiries, 1757; Vol 1, pp 323-357 Symptômes observés

Plus en détail

Chirurgie de la paroi thoracique Chirurgie des tumeurs médiastinales Pr. Marco Alifano

Chirurgie de la paroi thoracique Chirurgie des tumeurs médiastinales Pr. Marco Alifano Chirurgie de la paroi thoracique Chirurgie des tumeurs médiastinales Pr. Marco Alifano Hôpitaux Universitaires Paris Centre Traumatisme Deformités de la paroi thoracique antérieure 1. Pectus excavatum

Plus en détail

Cancer de l endomètre localisé à haut risque. Arnaud BEDDOK DES oncologie - radiothérapie Tutrices: Dr RAMDANE, Dr BIHAN

Cancer de l endomètre localisé à haut risque. Arnaud BEDDOK DES oncologie - radiothérapie Tutrices: Dr RAMDANE, Dr BIHAN Cancer de l endomètre localisé à haut risque Arnaud BEDDOK DES oncologie - radiothérapie Tutrices: Dr RAMDANE, Dr BIHAN Plan Introduction: de quoi parle t on? Cas clinique: Mme L 76 ans Recommandations

Plus en détail

Traitement du carcinome intracanalaire du sein

Traitement du carcinome intracanalaire du sein Traitement du carcinome intracanalaire du sein Eric SEBBAN 241 rue du faubourg St Honoré, Paris INTRODUCTION 20% des tumeurs mammaires malignes appartiennent à la famille du carcinome intra canalaire et

Plus en détail

Traitement du cancer du sein: aspect chirurgical Louise Provencher

Traitement du cancer du sein: aspect chirurgical Louise Provencher Traitement du cancer du sein: aspect chirurgical Louise Provencher Centre des maladies du sein Deschênes-Fabia Plan Buts de la chirurgie Chirurgie au sein: Y-a-t-il toujours un choix? Reconstruction simultanée?

Plus en détail

Les difficultés chirurgicales liées aux traitements néoadjuvants

Les difficultés chirurgicales liées aux traitements néoadjuvants Les difficultés chirurgicales liées aux traitements néoadjuvants Pr. Michel Rivoire Département de Chirurgie Centre de Lu:e Contre Cancer Léon Bérard 69008 LYON, France michel.rivoire@lyon.unicancer.fr

Plus en détail

Radiothérapie-Oncologie

Radiothérapie-Oncologie Radiothérapie-Oncologie Dirk Van Gestel, MD, PhD Chef de service de Radiothérapie Les urgences de la radiothérapie Il n y en a pas! Il n y en a plus! Les urgences de la radiothérapie «The Friday night

Plus en détail

LES CLES DU COMPTE RENDU SCANOGRAPHIQUE DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE C. ROUSSEAU-CULLET, P-O. DUBOE, T. ROCHER, R.VIALLE, T.

LES CLES DU COMPTE RENDU SCANOGRAPHIQUE DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE C. ROUSSEAU-CULLET, P-O. DUBOE, T. ROCHER, R.VIALLE, T. LES CLES DU COMPTE RENDU SCANOGRAPHIQUE DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE C. ROUSSEAU-CULLET, P-O. DUBOE, T. ROCHER, R.VIALLE, T. CASSAN, J-P TASU PLAN GENERALITES ANATOMIE DU PANCREAS CHIRURGIE PLACE DE

Plus en détail

LA RADIOTHÉRAPIE DANS LE CANCER DU RECTUM : quand, comment et pourquoi?

LA RADIOTHÉRAPIE DANS LE CANCER DU RECTUM : quand, comment et pourquoi? LA RADIOTHÉRAPIE DANS LE CANCER DU RECTUM : quand, comment et pourquoi? P. Martinive (1), D. Vandaele (2), E. Lennerts (3), M. Polus (2), C. Coimbra (4), L. Kohnen (4), J. Vanderick (1), J. Collignon (5),

Plus en détail

Critères de résécabilité de l adénocarcinome pancréatique

Critères de résécabilité de l adénocarcinome pancréatique Critères de résécabilité de l adénocarcinome pancréatique JP Richer Saint Côme et Saint Damien Faculté de Médecine et de Pharmacie de Poitiers CHU de Poitiers Cancer du pancréas 4 ème cause de décès par

Plus en détail

Traitement chirurgical des cancers du sein. Jean-Christophe MACHIAVELLO Centre Antoine Lacassagne

Traitement chirurgical des cancers du sein. Jean-Christophe MACHIAVELLO Centre Antoine Lacassagne Traitement chirurgical des cancers du sein Jean-Christophe MACHIAVELLO Centre Antoine Lacassagne 2008 1 I- GENERALITES Fréquence : 1 femme sur 11 En France 33 000 nouveaux cas par an Le cancer le plus

Plus en détail

Dépistage, caractérisation, bilan d'extension

Dépistage, caractérisation, bilan d'extension UE : Biopathologie moléculaire, cellulaire et tissulaire Imagerie des cancers Date : 08/02/12 Promo : PCEM2 Plage horaire : 16h-17h Enseignant : Pr. Trillaud. H Ronéistes : ASSIER Cécilia ceciliaassier@gmail.com

Plus en détail