Ecrire avant de savoir lire : l écriture tâtonnée permet-elle de mieux préparer les élèves de maternelle à l apprentissage de la lecture?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Ecrire avant de savoir lire : l écriture tâtonnée permet-elle de mieux préparer les élèves de maternelle à l apprentissage de la lecture?"

Transcription

1 GOUTTE LANGLAIS Patricia Ecrire avant de savoir lire : l écriture tâtonnée permet-elle de mieux préparer les élèves de maternelle à l apprentissage de la lecture? CAFIPEMF Session 2008/2009 1

2 Sommaire Introduction 4 PARTIE I : Qu est-ce qu écrire à l école maternelle et pourquoi écrire pour mieux se préparer à lire? 5 1- Les différentes formes de production d écrit à l école maternelle A- La dictée à l adulte : intérêts et limites.. 5 B- L écriture inventée. 7 a) Qu est-ce que l écriture inventée?... 7 b) Pourquoi favoriser les essais d écriture dés l école maternelle? 7 2 Le lien entre le lire et l écrire : pourquoi écrire pour mieux se préparer à lire? 9 A- Le lien entre le lire et l écrire à l école 9 B- Lire et écrire : une interaction constante pour l appropriation de l écrit. 10 C- Ecrire pour aborder le principe alphabétique. 11 PARTIE II : Comment encourager et accompagner les essais d écriture avec des élèves de maternelle? Les deux formes de l activité : spontanée ou accompagnée. A Un espace d écriture spontanée.. 13 B - La conduite des ateliers d écriture Les différentes phases de l activité Des aides pour les ateliers d écriture.. 16 A- Des activités de découverte de la langue écrite 16 a) Une pratique régulière de la dictée à l adulte. 16 b) Des activités de lecture variées 16 B- Ecrire en interaction. 17 C- Des outils pour la classe Le rôle de l enseignant dans les situations d écriture tâtonnée 18 A- Une attitude bienveillante.. 18 B- Un rôle différent selon les enfants Comment évaluer les élèves?

3 PARTIE III : Mise en œuvre dans la classe et analyse critique Analyse des représentations initiales des élèves. 20 A- Analyse des évaluations diagnostiques de lecture 20 a) Description des tests de lecture. 20 b) Mise en place d un groupe témoin.. 21 c) Analyse des résultats 21 B- Premier essai d encodage Mise en œuvre des activités d écriture. 23 A- Descriptif du travail réalisé 23 B- Constitution des groupes pour l atelier d écriture accompagnée 24 C- La correction des écrits. 24 D- La différenciation Evaluation des acquis des élèves et bilan 25 A- Analyse des évaluations de lecture.. 25 B- Analyse de l évolution des productions d écrit des élèves. 27 CONCLUSION 29 BIBLIOGRAPHIE ANNEXES 3

4 INTRODUCTION Si l apprentissage de la lecture ne fait pas partie des programmes de l école maternelle, la découverte du code de l écrit en est un objectif important. Dans le bulletin officiel du 19 juin 2008, il est d ailleurs rappelé que «l école maternelle doit favoriser grandement l apprentissage systématique de la lecture et de l écriture qui commencera au cours préparatoire.» Lier lecture et écriture est peut-être une manière de favoriser cette entrée dans l écrit.or certains maîtres n osent pas demander aux élèves d écrire avant qu ils ne maîtrisent l orthographe des mots et la structure des phrases : selon eux l écriture servirait à évaluer des savoirs antérieurs construits en lecture. Toutefois de nombreux travaux de recherche sur l entrée dans l écrit ont montré l intérêt de la mise en place d activités d écriture avant même que les élèves ne sachent lire. La connaissance des travaux de quelques psycholinguistes m a ainsi amenée à m interroger : de la même manière qu on propose, aux élèves de cycle 1, des activités de découverte et de tâtonnement dans des situations de langage oral, au sein d ateliers d éducation physique, en arts visuels ou en sciences, ne peut-on pas confronter les élèves à cette même problématique pour l écriture? Il s agirait alors d écrire pour découvrir le fonctionnement de l écrit et donc mieux se préparer à apprendre à lire. Ainsi partant de l hypothèse qu en mettant en œuvre des projets d écriture et en permettant aux élèves d écrire de manière autonome, il est possible de favoriser l acquisition des compétences nécessaires à l apprentissage de la lecture, j ai mis en place dans ma classe divers ateliers d écriture tâtonnée. Dans un premier temps, après avoir expliqué ce que signifie «écrire» à l école maternelle, je décrirai l écriture tâtonnée et le lien que l on peut établir entre le lire et l écrire. Puis, je présenterai la démarche qui permet d encourager et d accompagner les essais d écriture à l école maternelle. Enfin, après avoir réalisé l état des lieux des représentations initiales des élèves, je procéderai à l analyse critique de la pratique de classe et je dresserai le bilan de l activité mise en œuvre. 4

5 PARTIE I QU EST-CE QU ECRIRE EN MATERNELLE ET POURQUOI ECRIRE POUR MIEUX SE PREPARER A LIRE? Le verbe «écrire» a trois significations qu il importe de distinguer. Ecrire peut désigner : -l acte graphique, le geste graphique -l activité de copie -la production d écrits en tant que conception et mise en texte d un écrit adapté à la situation de communication dans laquelle il s inscrit. Les programmes distinguent les compétences d écriture (au sens du geste graphique) et de production d écrits. Nous nous attacherons ici aux compétences liées à la production d écrits. La dictée à l adulte et l écriture inventée font partie des principales modalités de la mise en œuvre d activités de production d écrits aux cycles 1 et 2. Après avoir défini la dictée à l adulte, qui est la forme la plus pratiquée à l école maternelle, nous en analyserons les intérêts et les limites. Puis, nous pourrons voir quelles sont les spécificités de l écriture inventée, quels bénéfices les élèves peuvent tirer de cette activité et comment des élèves de grande section de maternelle peuvent mieux se préparer à apprendre à lire en écrivant. 1 : Les différentes formes de production d écrits à l école maternelle. A- La dictée à l adulte : intérêts et limites. Depuis une vingtaine d années, le terme de «dictée à l adulte» a été intégré au vocabulaire de l école pour désigner une situation pédagogique qui permet aux élèves d écrire, de produire des textes avant même de savoir maîtriser le geste graphique et de connaître le code de la langue écrite. Les textes officiels de 1995 en ont fixé l usage en demandant aux enseignants du cycle 1 de mettre en œuvre des activités de «production de textes en dictée à l adulte collective ou en petits groupes»1 La dictée à l adulte est une situation mixte d oral et d écrit. Par cette activité, les élèves apprennent «à dicter un texte à l adulte qui les conduit, par ses questions, à prendre conscience des exigences qui s attachent à la forme de l énoncé. 1 Programmes de l école primaire MEN CDDP 1995 (page 2) 5

6 Ils sont ainsi amenés à mieux contrôler le choix des mots et la structure syntaxique. A la fin de l école maternelle, ils savent transformer un énoncé oral spontané en un texte que l adulte écrira sous leur dictée» 22 La dictée à l adulte permet aux élèves de découvrir le fonctionnement de la langue écrite et les difficultés liées à la mise en mots et à la composition du texte. C est une situation pédagogique intéressante au cours de laquelle «l attitude langagière du maître peut favoriser (chez les élèves) la découverte de la nature de l écrit» 3. Selon les membres du groupe de recherche PROG, en verbalisant de plus en plus son activité de scripteur, l enseignant éveille l intérêt des élèves face au langage écrit. De plus, au cours de l activité, le maître emploie des termes métalinguistiques soigneusement choisis : histoire, début, fin mais également phrase, mot, lettre, ligne. Il fait ainsi découvrir aux élèves le vocabulaire lié aux éléments de la langue, en les reliant au langage. Grâce à cette activité, l élève se familiarise avec les différentes tâches à assumer quand on écrit et peut ainsi se représenter l acte d écrire. Toutefois, cette situation pédagogique présente quelques limites. Au cours de cette activité, le guidage de l enseignant peut être assez fort, par : - les questions qu il pose, questions qui sont celles d un scripteur expert, - les pauses qu il provoque, pour permettre une planification de la suite du texte, - les décisions qu il aide à prendre sur les différences entre ce qu on peut dire à l oral et ce qu on peut écrire, - le fait que ce soit lui le scripteur. La dictée à l adulte est d un intérêt certain qui «donne à voir» comment la chaîne orale se transpose à l écrit mais elle reste une situation de production dirigée par le maître, qui ne permet pas à l élève de produire de manière autonome. Or les auteurs de l ouvrage Ecrire plus tôt considèrent qu il «paraît important de mettre en œuvre des situations d écriture finalisée dans lesquelles l élève produit seul selon ses moyens et conquiert de lui-même la maîtrise d outils d écriture qu il recherche et s approprie par besoin.» 4 C est ce que permet l écriture inventée dont nous allons voir les spécificités. L analyse qui suit nous permettra de comprendre en quoi l écriture inventée peut être considérée comme une des activités préparatoires à la lecture. 2 Bulletin Officiel du 19 juin 2008 MEN (page 13) 3 Apprentissages progressifs de l écrit à l école maternelle Groupe PROG Hachette 2000 ( page ) 4 Ecrire plus tôt Groupe coordonné par Jacky Ponsart CRDP Champagne-Ardenne 2005 ( page 5) 6

7 B- L écriture inventée. a) qu est-ce que l écriture inventée? Dans les situations d écriture inventée ou tâtonnée, les élèves s essayent eux-mêmes à écrire des mots qu ils ne savent pas encore écrire. Ce type de tâche-problème les met en position d élaborer des hypothèses sur le fonctionnement du système d écriture et met en jeu une réflexion sur ce qui s écrit par rapport à ce qui s entend. Or, comme l ont montré des chercheurs, notamment Emilia Ferreiro pour l espagnol et Jean-Pierre Jaffré pour le français, l essentiel de l acquisition du système orthographique se passe avant même que l enfant sache lire ou écrire. C est par les hypothèses qu il fait sur la manière dont s agencent les lettres que le jeune enfant se construit progressivement une représentation du système d écriture qui sous-tendra ensuite son orthographe. Diverses recherches relatives à la psychogenèse de l écrit permettent d établir que l écriture inventée peut être un élément moteur dans la compréhension du code écrit : les enfants écrivent avec ce qu ils savent faire, en construisant petit à petit une méthodologie de travail alliant la phonétisation, l utilisation des référents et en s appropriant leur projet d apprentissage. Pionnière dans ce domaine, Emilia Ferreiro est une chercheuse mexicaine qui considère le lireécrire comme un objet cognitif au même titre que les autres objets traditionnellement étudiés par Piaget. Son analyse a permis d établir l existence de plusieurs stades dans l élaboration de la trace écrite. A travers une étude qui a porté sur une population de prés de 1000 enfants, elle propose une genèse de l écrit : avant d accéder à un stade alphabétique, l enfant connaîtrait progressivement les étapes pré-syllabiques, syllabiques et syllabo-alphabétiques. (Voir annexe 1). Selon Emilia Ferreiro, les productions des enfants sont les manifestations les plus évidentes de leurs essais pour comprendre l écriture. Leurs tentatives d écriture sont révélatrices du stade où ils se trouvent dans le développement de leur conscience de l écrit. Elles mettent en évidence leur compréhension du principe de la correspondance entre un graphème et un phonème ; elles permettent de savoir s ils possèdent les conventions de l écrit ainsi qu une bonne discrimination auditive. b) pourquoi favoriser les essais d écriture dés l école maternelle? «Pour les enfants, l écrit est un objet de curiosité, d intérêt et d étonnement. Très tôt, ils demandent des explications et s engagent volontiers dans des activités ardues d écriture..en moyenne section, les enfants ont envie d écrire et s exercent spontanément.» 5 Dés l âge de 2 ou 3 ans, les enfants éprouvent un grand plaisir à noircir des pages de papier par des boucles et des simulacres d écriture. Très tôt, ils commencent à s intéresser aux écritures qui les entourent et il parait donc intéressant de profiter de cette appétence et de permettre aux élèves 5 Le langage à l école maternelle MEN Document d accompagnement des programmes

8 de faire des essais d écriture. Ces derniers stimulent des interrogations sur le fonctionnement de l écrit et favorisent ainsi l entrée dans l écrit des élèves. En outre, comme le précise Jacques Filjakow, «des études effectuées en France concordent pour montrer que, dans l ensemble, les élèves en difficulté à l école maternelle sont ceux qui seront en difficulté à l école primaire lors de l apprentissage de la lecture.» 6 Il semble donc indispensable de tenter de prévenir ces difficultés. Ainsi, on peut par exemple proposer des situations d écriture tâtonnée, dés l école maternelle. La pratique de l écriture tâtonnée a un double intérêt pédagogique : - d une part, à travers des activités de découverte et de tâtonnement dans des situations de langage écrit, elle permet aux élèves de comprendre comment fonctionne l écriture. - d autre part, par l examen des productions autonomes des élèves, elle permet à l enseignant de voir ce que chaque enfant a intégré et de suivre son évolution dans ses conceptualisations de l écrit. Dés lors, nous pouvons nous interroger sur ce lien entre le lire et l écrire et nous demander comment les enfants peuvent mieux se préparer à apprendre à lire grâce à l écriture? 6 Mauvais lecteurs, pourquoi? Jacques Filjakow Magnard (p 230) 8

9 3 : Le lien entre le lire et l écrire : pourquoi écrire pour mieux se préparer à lire? a) Le lien entre le lire et l écrire à l école. Jacques Filjakow a pu constater que dans les pays hispanophones, «la lecture et l écriture sont conçues comme le recto et le verso d une même feuille.» et que les enfants sont très tôt incités à écrire. En France, généralement, la lecture précède l écriture. Pendant toute une période, seule la lecture était enseignée : l écriture n avait pas sa place dans l enseignement. Puis, on a enseigné la lecture, et plus tard, l écriture. Depuis plusieurs années, les programmes semblent vouloir marquer une rupture avec ces pratiques en rappelant que la lecture et l écriture doivent être des activités complémentaires. En effet, il apparaît que «l articulation entre lecture et écriture reste un excellent moyen de renforcer les apprentissages ; l écriture d un mot qu on ne sait pas écrire permet de revenir à une activité de synthèse qui vient compléter l analyse.» (Ministère de l Education Nationale, 2002) Par ailleurs, dans les programmes de l école maternelle de juin 2008, on trouve un chapitre intitulé «se préparer à apprendre à lire et à écrire» qui semble montrer cette volonté d associer l apprentissage de l écriture à celui de la lecture. Dans les pratiques, l écriture a essentiellement un rôle de contrôle : écrire des mots sous la dictée, répondre à des questions Plus les enfants sont jeunes et moins les activités de productions écrites sont fréquentes. La dictée à l adulte reste la forme privilégiée de production d écrits dans les classes de maternelle et l écriture inventée y est peu ou pas pratiquée. Une analyse des manuels de lecture de CP réalisée par l atelier maîtrise de la langue du département montre que certains manuels de CP proposent très peu de productions d écrit. (Annexe 2) Dans un rapport du plan de prévention de l illettrisme au CP en , on apprend que «l apprentissage de l écriture est apparu très généralement insuffisant et trop souvent indépendant de la lecture. La copie et la dictée de mots et de syllabes demeurent aussi rares dans les classes que l écriture inventée qui constitue pourtant un moment intéressant de réflexion sur la langue.» «Ce rapport ajoute qu il faudrait encourager les enseignants à augmenter la part de l enseignement de l écriture (graphisme et codage) qui doivent être des activités régulières et pluriquotidiennes.» En somme, il apparaît que, dans les pratiques, l écrire tient une place minime par rapport au lire et que l on va le plus souvent du lire vers l écrire. Or, on peut peut-être imaginer le cheminement inverse : à savoir aller de l écrire vers le lire. Mais pourquoi lier l écriture à la lecture? 9

10 b) Lire, écrire : une interaction constante pour l appropriation de l écrit. Les programmes de juin 2008 nous rappellent que «par trois activités clés (travail sur les sons de la parole, acquisition du principe alphabétique et des gestes d écriture), l école maternelle favorise grandement l apprentissage systématique de la lecture et de l écriture qui commencera au cours préparatoire.» 7 Or, pour pouvoir apprendre à lire l élève doit être attentif à trois phénomènes différents et s en approprier les mécanismes : - La première conquête est celle qui permet de comprendre que le mot écrit renvoie à un mot oral et non à la personne ou à l objet qu il représente. C est ainsi que la longueur d un mot est en relation avec les caractéristiques orales de ce dernier et non avec sa signification. - La deuxième conquête est celle qui permet de prendre conscience que l écrit est composé de mots séparés les uns des autres (segmentation de l écrit) - La troisième conquête, très progressive est celle qui éclaire le mécanisme d encodage de l écriture alphabétique. Il s agit de mettre en relation des unités sonores et des unités graphiques. Il est important de laisser le temps à l enfant de construire cette connaissance du principe alphabétique et de lui en donner les moyens. Il apparaît que pour savoir lire «la conscience phonologique et la compréhension du principe alphabétique sont deux composantes tout à fait essentielles, même si elles ne sont pas les seules et doivent prendre leur juste place dans l ensemble des apprentissages prévus par les programmes de l école maternelle.» 8 La pratique de l écriture tâtonnée vise l acquisition de ces compétences et semble pouvoir favoriser la compréhension du principe alphabétique. Comme nous l avons vu, c est en écrivant que l élève est amené à se poser des questions sur le fonctionnement de la langue écrite et peut ainsi progressivement comprendre le lien entre l oral et l écrit, percevoir la segmentation de l écrit et mettre en relation les unités sonores et les unités graphiques. De plus, ce lien entre le lire et l écrire apparaît dans la nature même de l activité d écriture au cours de laquelle on peut avoir recours à la lecture : pour rechercher des modèles dans les référents ou pour réguler la production (savoir ce que l on a déjà écrit et ce qu il reste à écrire). Voilà pourquoi, selon Jacques Filjakow, «c est un non sens de considérer la lecture et l écriture comme deux entités distinctes» 9. Ce qui est à apprendre, c est la langue écrite. Comme les activités de production d écriture, les activités «vers la lecture» participent au travail cognitif de 7 Bulletin officiel du 19 juin 2008 MEN (page 13) 8 Le langage à la maternelle Document d application des programmes MEN 2006 ( page 94) 9 Entrer dans l écrit Jacques Filjakow Magnard 1993 ( page 49) 10

11 d écriture.» 10 c) Ecrire pour aborder le principe alphabétique : l élève, faisant de la langue un objet d étude. Elles peuvent nourrir les essais graphiques de l apprenti écrivain ou bien sont alimentées par ce travail de production d écrit. Ainsi, ce va et vient entre l état d apprenti lecteur et celui d apprenti scripteur peut favoriser l entrée dans l écrit des élèves. Bien sûr, il n est pas question d enseigner l orthographe, le code écrit aux élèves de cycle 1 mais de leur permettre, par cette activité de production de «prolonger le temps de l apprentissage, de parcourir le long chemin cognitif qui permettra d accéder à la compréhension du système L écriture tâtonnée permet de placer véritablement l élève dans une situation de recherche qui doit le conduire à découvrir lui-même les outils de l écriture dans un ordre non fixé. L analyse des productions écrites permet d évaluer l évolution de chaque élève, sur les plans : - du niveau de conscience orthographique : souci du sens du message, conscience de la permanence de l écrit. - de la morphologie : sens de l écriture, dispositions des mots. - de la syntaxe : segmentation de l écrit, place et ordre des mots, des lettres. - du niveau de conscience phonologique : utilisation de signes conventionnels, valeur sonore attribuée aux lettres et aux syllabes, correspondance graphie/phonie. Compte tenu de l ampleur des paramètres de l observation, il convient de cibler précisément les axes de l investigation. Selon Jacques Filjakow, l écriture inventée permet à l enfant de découvrir que le français écrit repose sur un principe alphabétique. Or nous savons (et les programmes nous le rappellent) que l une des conditions nécessaires à la maîtrise de la lecture est cette connaissance du principe alphabétique. Telle est la raison pour laquelle, dans le cadre de l expérimentation qui a été menée en classe, l observation du cheminement des élèves portera sur la connaissance du principe alphabétique. Cela implique que l on s attachera essentiellement à observer : - le lien que fait l élève entre l oral et l écrit - son niveau de conscience phonologique : l utilisation de signes conventionnels, la valeur sonore attribuée aux lettres et/ou aux syllabes, la relation entre les lettres et les sons. En somme, c est parce qu elles visent le même apprentissage (celui de la langue écrite) que l écriture et la lecture peuvent et doivent être associées. Pour permettre à l élève d entrer, puis 10 L écriture avant la lettre Emilia Ferreiro Hachette

12 d évoluer dans le monde de l écrit de façon autonome, il semble indispensable qu il réalise très tôt que lire et écrire constituent deux actions distinctes mais complémentaires. L école maternelle a un rôle à jouer dans ce domaine et la pratique de l écriture tâtonnée peut être mise au service de cet apprentissage. Reste à savoir comment encourager et accompagner les essais d écriture avec des élèves de maternelle? 12

13 PARTIE II COMMENT ENCOURAGER ET ACCOMPAGNER LES ESSAIS D ECRITURE AVEC DES ELEVES DE MATERNELLE? 1 : Les deux formes de l activité : spontanée ou accompagnée. Dans le document d accompagnement des programmes intitulé Le langage à la maternelle, il est spécifié que «Dés la section des moyens, l organisation de la classe doit réserver une place spécifique à l activité d écriture» (page 100) J ai donc installé dans ma classe un espace pour que les élèves écrivent librement et de manière spontanée. A Un espace d écriture spontanée. Disposant d une classe suffisamment spacieuse, j ai pu consacrer un espace assez grand à cette activité. Il s agit d un groupement de huit tables qui est exclusivement réservé à l écriture et où les élèves peuvent se rendre à divers moments de la journée. Au départ, le matériel mis à la disposition des élèves se limitait à des feuilles et des crayons de papier car il importait de lancer les élèves dans leur projet d écriture et je craignais que la multiplication des outils et des supports les incite davantage à pratiquer des activités d ordre graphique. Dans un premier temps, il fallait s attacher à faire comprendre aux élèves le but de l activité au coin écriture. Puis l espace consacré à l écriture s est progressivement enrichi des documents référents, de différents supports et de différents outils scripteurs. Les élèves peuvent accéder à cet espace au moment de l accueil ou à un autre moment de la journée, lorsqu ils ont fini leur travail. Les productions des élèves sont datées et conservées. A l issue de chaque essai d écriture, un temps d échanges entre l élève et l enseignant est nécessaire pour que : - l élève lise ce qu il a voulu écrire et explique, le cas échéant ses stratégies. - l enseignant transcrive le message en écriture normée afin que l élève puisse effectuer des comparaisons. Par ailleurs, pour inciter l ensemble des élèves à s essayer à écrire, il semblait nécessaire d organiser régulièrement des ateliers d écriture. B- La conduite des ateliers d écriture. Afin de permettre aux élèves de pratiquer deux formes d écriture tâtonnée, j ai mis en place deux sortes d ateliers. - d une part, je propose des ateliers d écriture inventée. Ces ateliers se rapprochent dans leur mise en forme et dans l attitude du maître des tests conduits par les chercheurs. Ils s en différencient dans les buts et dans les sujets qui leur servent de support. Les tests des chercheurs 13

14 sont proposés sans lien avec les thèmes ou l actualité de la classe alors qu ici la démarche proposée s y attache évidemment. C est une situation d écriture individuelle dont les objectifs sont de : - savoir quelles représentations chaque enfant a de l écrit. - conduire l enfant à réfléchir sur la langue et sur ce qu il faut faire pour la maîtriser. Ces ateliers d écriture inventée ont donc fonction d évaluation et de situation d apprentissage. - d autre part, il paraissait intéressant de mettre en place ce que j appellerai des ateliers d écriture accompagnée. Ceux-ci sont conduits en petits groupes de 4 ou 5 élèves et se distinguent des ateliers d écriture inventée par un rôle différent de l adulte et par l interaction. Ils ont pour but : - de faire prendre conscience aux élèves des différentes procédures mobilisées lorsque l on écrit. - de conduire les élèves à réfléchir sur la langue et sur ce qu il faut savoir et savoir faire pour la maîtriser. - de mobiliser ses savoirs sur la langue écrite en situation de production. - dialoguer, échanger et argumenter sur la langue écrite. Sur leur déroulement, ces ateliers se rapprochent de la dictée à l adulte mais ils s en distinguent par la taille du projet d écriture (texte beaucoup plus long en dictée à l adulte) et par le rôle du maître qui ne prend plus en charge ni l aspect graphique ni la dimension orthographique du texte. L intérêt de ces ateliers d écriture accompagnée est de permettre aux élèves de progresser grâce à l interaction. Ce point sera développé par la suite. Ainsi, les élèves peuvent pratiquer l écriture tâtonnée de différentes manières. On peut, à présent s interroger sur le déroulement de ces ateliers d écriture. 2 : Les différentes phases de l activité. Qu il s agisse des ateliers d écriture inventée ou de ceux d écriture accompagnée, la conduite de l activité est sensiblement la même. Toutefois, le rôle de l enseignant est différent et l on peut distinguer deux étapes pour les ateliers d écriture accompagnée alors que l on en trouvera une troisième pour ceux d écriture inventée. - La première phase correspond au choix du projet d écriture. C est un moment d échange oral durant lequel l enfant ou le groupe d enfants définit oralement ce qu il souhaite écrire. Il s agit de déterminer la phrase ou le texte qui permettent de transcrire ce que l on veut dire. - Puis, il y a la phase de rédaction. Les élèves sont alors conduits à s interroger sur comment faire pour écrire. Lorsque l élève est seul, il fait librement ses choix pour écrire : il tâtonne, recherche, explore la langue écrite. 14

15 A l intérieur d un groupe, les élèves échangent, proposent des solutions, valident ou invalident la proposition d un autre en argumentant. Ils associent leurs efforts pour chercher comment écrire un mot, une syllabe, une lettre pour chercher dans les référents si nécessaire. Matériellement, ils se relaient dans l acte graphique : le stylo change de main à chaque mot ou presque. Pendant cette phase, l enseignant note les remarques et les comportements de chaque élève. Le maître exploite les propositions des élèves, favorise le dialogue, accompagne les recherches, donne des indices lorsque le groupe est bloqué, relance et valide les propositions d écriture. A l issue de cette phase, chaque élève du groupe est invité à recopier ce qui a été rédigé. - pour l atelier d écriture inventée, il y a une troisième phase : c est un entretien individuel au cours duquel l élève explique ce qu il a écrit. Durant cette phase de verbalisation, lorsque l enfant en est capable, il est invité à montrer la portion du texte dont il parle. En revenant sur sa production, il est conduit à réfléchir sur ce qu il sait de la langue écrite, à formuler ses stratégies pour réaliser son projet d écriture. Puis l enseignant transcrit le message dans la norme orthographique en dessous de ce que l élève a écrit. Ainsi, en mesurant l écart entre ce qu il a voulu écrire et ce qui est écrit par le maître, l élève peut comprendre que l écriture obéit à des règles de codage liées au principe alphabétique et /ou morphologique. Tel est donc le déroulement des ateliers d écriture. On trouvera en annexes 3 et 4 des tableaux synthétisant les différentes étapes et spécifiant l activité des élèves et le rôle du maître pour chacune d elles. 15

16 3 : Des aides pour les ateliers d écriture. Afin de permettre à l élève d entrer dans l écrit, l école doit jouer son rôle en proposant conjointement des activités de production et de réception. Aussi allons-nous voir comment les activités menées autour de la langue écrite peuvent être une aide pour l écriture tâtonnée. A Des activités de découverte de la langue écrite. a) Une pratique régulière de la dictée à l adulte. Comme nous l avons déjà vu, la dictée à l adulte permet de travailler l entrée dans l écrit avec les jeunes élèves dés le moment où ils s expriment à l oral.selon les membres du groupe PROG, c est «une des meilleures situations pour comprendre que l écrit, c est du langage, ça parle.» 11.En voyant le maître écrire, tout en verbalisant ce qu il écrit, l élève perçoit les relations entre le langage et le système de l écrit. Ce que l enfant apprend au cours des séances de dictée à l adulte pourra donc lui servir au moment où il aura à écrire. En outre, comme l équipe de Mireille Brigaudiot, nous considérons que pour permettre aux élèves de construire leurs compétences et leurs représentations sur l écrit, il est indispensable de les familiariser avec le langage écrit. b) Des activités de lecture variées. Les situations proposant à l élève des confrontations à l écrit doivent, en effet, être nombreuses dans la classe. Les diverses expériences de réception d écrit peuvent permettre à l enfant de comprendre un récit lu par le maître, de percevoir ce que lire veut dire et ce qu apprendre à lire signifie. En outre, les jeux de manipulation de la langue orale, évoqués à la page 13 du Bulletin Officiel de juin 2008, doivent amener l élève à comprendre que l écrit (en plus de véhiculer du sens) note la phonie de la langue. En décrivant un mot, en utilisant le nom des lettres pour distinguer ce qui différencie deux mots, etc. les enfants se dotent de connaissances importantes qu ils peuvent réinvestir dans les moments où ils tentent de trouver la manière d écrire un mot qui n est pas présent devant eux. Toutes ces activités «vers la lecture» participent donc au travail cognitif de l enfant, faisant de la langue un objet d étude et peuvent ainsi nourrir les essais graphiques des élèves. Parmi les aides que l on peut apporter aux élèves, il y a également l interaction. Celle-ci intervient lors des ateliers d écriture accompagnée. 11 Apprentissages progressifs de l écrit à l école maternelle Groupe PROG Hachette 2000 ( page 135) 16

17 B Ecrire en interaction. On constate souvent que l interaction peut être un bon moteur d apprentissage. C est le cas dans l activité d écriture tâtonnée. L hétérogénéité des niveaux de connaissance offre une ressource supplémentaire et l interaction peut être une aide dans la mesure où elle permet aux élèves de s organiser à plusieurs, de s entraider, de verbaliser les procédures de résolution utilisées. Rappelons que l un des objectifs des ateliers d écriture accompagnée est de permettre aux élèves de dépasser leurs propres représentations. C est pourquoi, il m a paru essentiel de compléter les essais d écriture inventée par cette activité d écriture accompagnée : par la variété des échanges en cours d atelier, les enfants confrontent leurs hypothèses, font bouger leurs représentations et peuvent ajuster les procédures.cette forme de l activité semble donc être une aide supplémentaire et ces ateliers peuvent permettre à chacun de progresser à son rythme et donnent la possibilité aux élèves inhibés d être écoutés. Par ailleurs, pour créer des conditions favorables, il parait nécessaire de proposer des outils aux élèves. C- Des outils présents dans la classe. Les outils de référence ont un rôle important et sont les ressources dans lesquelles les élèves (lorsqu ils sont prêts à le faire) vont pouvoir puiser les lettres, mots ou groupes de mots dont ils ont besoin pour écrire. Ces référents doivent être clairs, lisibles, pas trop nombreux et structurés. Ils sont élaborés progressivement et en tenant compte des besoins des enfants. Ainsi, à la fin du mois de janvier, les référents de ma classe de grande section sont les suivants : - des panneaux regroupant des mots du lexique de la classe (prénoms des élèves, noms des jours de la semaine, des mois de l année, petits mots outils) - des textes écrits au cours de séance de dictée à l adulte ou des ateliers d écriture accompagnée. - des textes des comptines et des poésies apprises en classe. - un alphabet mural présenté avec 4 graphies (capitales d imprimerie, script, cursives majuscules et cursives minuscules) Je rappelle que ces outils ont été élaborés très progressivement car il n agissait pas de transformer l atelier d écriture en un exercice de copie mais ces référentiels semblent nécessaires dans la mesure où apprendre à s y reporter et à s en servir est un des enjeux de la pratique de l écriture tâtonnée. Rappelons que cette activité permet de placer l élève dans une situation de recherche qui doit le conduire à découvrir les outils de l écriture. Or chercher le matériau dont on a besoin dans les mots affichés ou mémorisés est une des procédures possibles. Laissés à la disposition de tous, mais non imposés, ces outils sont et seront utilisés par ceux qui en ont un réel besoin, par ceux qui ont atteint le stade qui leur permet d en comprendre l utilité. 17

18 Une des missions de l enseignant est donc d installer ces outils dans sa classe et le cas échéant de fournir une aide à l utilisation de ces derniers. Mais quel est encore son rôle lors des situations d écriture inventée? 4 : Le rôle de l enseignant dans les situations d écriture tâtonnée et la différenciation. Même si l enseignant s efface à certains moments de l activité pour laisser les élèves se poser et résoudre des problèmes d écriture, son rôle n en est pas moins très important. A Une attitude bienveillante. Dans cette activité de production d écrit, l établissement d une relation de confiance est primordial.l enseignant doit se poser comme accompagnateur, il doit mettre l élève en confiance, l encourager, l aider et faire preuve de tolérance.il installe dans sa classe un climat où l erreur est tolérée et devient même un élément essentiel de l apprentissage.les élèves ne sont pas dupes et savent très bien qu ils n écrivent pas comme l adulte. Le maître n attend pas une norme orthographique correcte de la part de l élève et ne fournit pas de solutions.il est là pour l aider à franchir des obstacles, pour le rassurer, pour l amener à écrire sans avoir peur de l erreur.en s appuyant sur ses écrits antérieurs, on peut aussi, en maternelle faire prendre conscience à l élève de son évolution et du chemin qui lui reste à faire. B Un rôle différent selon les enfants. Le rôle de l enseignant est différent selon les enfants car il s ajuste à l état de leurs compétences. Comme nous l avons vu, les productions des élèves permettent au maître de déterminer le stade précis de leur représentation du système écrit, leur capacité à entendre ou non les éléments phonologiques qui constituent les mots, l utilisation des lettres pour coder des sons. Ainsi l entretien individuel au cours duquel le maître conduit l enfant à expliciter ses procédures, tente d induire des corrections et valorise les efforts sera nécessairement différent d un élève à l autre. Si l on veut que chaque élève progresse à son rythme, sans anticiper, l étayage apporté par le maître se fera en fonction du stade où l enfant se trouve. Ainsi, avec un enfant qui commence à attribuer une valeur sonore aux lettres, pourra-t-on revenir sur sa production pour l amener à des corrections d ordre «orthographo- phonologique». Cela ne semble pas concevable avec un élève qui n a pas encore établi la relation entre phonie et graphie. Ce rôle différent du maître est un des éléments de la différenciation que nous détaillerons dans la troisième partie. 18

19 5 : Comment évaluer les élèves? En reprenant quelques données des chercheurs qui se sont penchés sur l écriture inventée, il est possible de mettre en place une grille où apparaissent les différents stades de conceptualisation de l écrit. Voici donc une grille possible qui distingue six étapes dans le niveau de conceptualisation de l écrit : Phase 1 : traitement figuratif Phase 2 : traitement visuel Phase 3 : traitement de l oral Phase 4 : encodage du sonore Phase 5 : utilisation du principe alphabétique Phase 6 : utilisation du principe alphabétique et segmentation de l écrit On trouvera cette grille détaillée en annexe 5. Elle reprend trois grandes étapes de représentations des enfants : 1- ils comprennent que l écrit code socialement du langage. 2- ils comprennent que ce code touche la face sonore du langage. 3- ils comprennent que cette face sonore touche de toutes petites unités. L application de cette grille nécessite que l on prenne en compte les points suivants : - plusieurs phases peuvent coexister chez un même enfant - dans une même production, un enfant peut utiliser tout ou une partie des procédures correspondantes à une phase - on peut observer une progression et parfois une régression par rapport à cette grille. En somme, c est par des activités complémentaires visant à préparer les élèves à apprendre à lire et à écrire, un climat de classe rassurant où l erreur est tolérée et la mise en place d outils de référence et d une grille d analyse des productions, que l enseignant peut créer les conditions favorables à la pratique de l écriture tâtonnée dans sa classe. 19

20 PARTIE III MISE EN ŒUVRE DANS LA CLASSE ET ANALYSE CRITIQUE 1 : Analyse des représentations initiales des élèves. Afin de faire un état des lieux des connaissances de mes élèves, il était nécessaire de leur proposer une série de tests. En premier lieu, je leur ai proposé plusieurs exercices de lecture. A- Analyse des évaluations diagnostiques de lecture : 1- Description des tests d évaluations : Ces évaluations ont eu lieu mi octobre et visaient à affiner l observation des connaissances des élèves sur la relation oral-écrit. Ces évaluations ont été proposées en passation individuelle ; ce qui me permettait d interroger chaque élève sur ces stratégies de résolution. Un premier exercice s intéressait plus particulièrement à la segmentation de l écrit : il s agissait pour l élève de situer un mot d une phrase écrite après lecture par l enseignant. Dans le deuxième exercice, il fallait entourer le mot correspondant à un dessin parmi 3 mots proposés. Les 4 mots à trouver étaient «ananas» «igloo» «marteau» «parapluie». A chaque fois, il s agissait de savoir si l élève mettait en relation ce qu il entendait et ce qu il voyait. Je faisais identifier l objet à l élève en lui demandant de verbaliser son nom et je lui demandais d entourer le mot que selon lui désignait l objet. A chaque fois, l élève devait expliquer comment il avait fait. Pour les deux derniers mots, l enfant pouvait montrer sa capacité à comparer des mots et utiliser ses connaissances (mots «maman» et «papa») pour retrouver un autre mot. Le troisième exercice consistait à retrouver un mot prononcé par le maître parmi 5 mots écrits sur des étiquettes. Pour chaque enfant, le mot a trouvé était différent car il s agissait de trouver un mot qui commençait comme son prénom : par exemple, «Perron» pour Perrine, «Camion» «pour Camille ou Théière» pour Théo. Comme pour l exercice précédent, je souhaitais savoir si l élève était capable de comparer des mots et d utiliser ce qu il connaissait, en l occurrence son prénom, pour retrouver un mot inconnu. Enfin, un dernier exercice a été emprunté au support d évaluation intitulé L apprenti lecteur en difficulté et conçu par André Ouzoulias.Ce test permet de vérifier si l enfant a compris que la quantité d écrit est approximativement proportionnelle à la quantité d oral. Il s agit, pour l élève, de retrouver l équivalent écrit d un énoncé oral parmi trois réalisations écrites qui différent beaucoup par leur taille. 20

21 On trouvera en annexes 6 et 7 les exercices décrits précédemment. Pour compléter cette série, j ai proposé aux élèves un test faisant partie des évaluations nationales de grande section. Pour chaque item, les élèves voient une paire d images représentant des animaux et doivent entourer le dessin de l animal qui a le nom le plus long. Comme le précédent, cet exercice permet d évaluer la capacité des élèves à juger la longueur de la chaîne sonore et à apparier la longueur sonore à la longueur du code graphique. (Voir annexe 8) 2 Mise en place d un groupe témoin : Afin de mesurer le plus objectivement possible l efficacité de la démarche proposée, il m a paru intéressant de mettre en place un groupe témoin. Dans l école, il y a une autre classe de grande section et depuis plusieurs années, ma collègue et moi travaillons ensemble : nous avons les mêmes progressions dans les différents domaines et notamment dans celui de la maîtrise de la langue, nous proposons les mêmes activités autour de la lecture et nous utilisons les mêmes supports. Les activités proposées pour «se préparer à lire et à écrire» sont celles qui sont décrites dans le B.O du 19 juin Toutefois, ma collègue ne pratique pas l écriture inventée dans sa classe. L opportunité m était donc offerte de pouvoir encore mieux mesurer l efficacité des activités d écriture tâtonnée.ainsi, mi octobre, les élèves de cette classe témoin ont-ils passé les mêmes évaluations diagnostiques de lecture que les miens. 3 Analyse des résultats : Tableau des résultats des évaluations diagnostiques réalisées dans les 2 classes de grande section : Résultats du Résultats du groupe expérimental groupe témoin (taux de réussite) (taux deréussite) Retrouver un mot commençant comme son prénom 69, 56 % 70,45 % Retrouver le mot correspondant à une image 67,05 % 72,34 % Situer un mot dans une phrase écrite après lecture par un adulte 52,17 % 55,86 % Retrouver le texte lu 27,27 % 36,13 % Entourer le dessin de l animal 77,17 % 84,09 % En observant cette grille, on constate tout d abord des résultats supérieurs de 3 à 9 % selon les items pour la classe témoin. Ceci peut certainement s expliquer par l âge des élèves.en effet, en regardant les dates de naissance, on remarque que : 21

22 - dans la classe témoin, 17 élèves sont nés entre le mois de janvier et le mois d août et 7 sont nés après le mois d août. - dans ma classe, 12 élèves sont nés entre le 1 et le 8 mois de l année et 12 sont nés de septembre à décembre. Ceci tend à montrer que l âge des élèves et par conséquent la maturité (bien que non quantifiable) sont des facteurs à prendre en compte lorsque l on évalue les élèves et il m a semblé intéressant d étudier les résultats de mes élèves en fonction de leur âge. (Voir annexe 9) Ceci dit, au moment de l analyse des résultats de ces évaluations d octobre, j ai différencié les exercices visant à évaluer la conscience phonologique et ceux qui évaluent les connaissances des enfants sur la relation oral- écrit. Pour ce qui est de la conscience phonologique (qui nous intéresse plus particulièrement) les résultats observés sont les suivants : - pour l item qui consiste à retrouver un mot s apparentant à son prénom, 15 élèves sur 23 ont trouvé mais seulement 8 peuvent se justifier en évoquant la comparaison avec le prénom. - pour l item où il faut entourer des mots correspondant à des dessins, on peut diviser la classe en 3 groupes : - 7 élèves ont 100 % de bonnes réponses - 7 élèves ont 75 % de bonnes réponses - 9 élèves ont un résultat inférieur ou égal à 50 %. Pour cet item, sur l ensemble de la classe, 7 élèves seulement sont capables de se justifier par rapport à ce qu ils entendent. Si l on globalise les résultats des tests visant à vérifier la capacité des élèves à mettre en relation lettres et sons, on obtient ce nombre : 66, 95 % de réussite. En ce qui concerne les items visant à évaluer la capacité des élèves à mettre en relation l oral et l écrit, les résultas d ensemble sont de 52, 20 % de réussite. B- Premier essai d encodage : Ce premier essai a eu lieu fin septembre. Suite à la lecture d un album, j ai demandé aux élèves d essayer d écrire le nom du héros : Tibili. Ce mot me paraissait phonétiquement assez simple, avec la répétition d une même voyelle. Par ce premier essai, je voulais savoir ce que les élèves connaissaient du code de l écrit et observer leur comportement. J ai donc choisi de diviser la classe en trois groupes pour faire écrire les élèves ; ainsi avec un groupe de 8 élèves, je pouvais mieux voir les attitudes de chacun. Sur les 23 élèves, tous ont accepté d écrire quelque chose et tous ont utilisé des lettres : - 6 élèves ont copié sur un voisin 22

23 - 1 élève a demandé un modèle et 1 autre a manifesté son incapacité, tout en proposant une écriture. - 4 élèves (parmi ceux qui n ont pas copié) ont commencé par un T dont Théo qui a un prénom commençant par un T.Pour cet élève, il est difficile de savoir s il s est appuyé sur le début du mot d autant qu il n a pas montré lors des évaluations de lecture sa capacité à mettre en relation graphie et phonie. - 2 autres élèves ont commencé leur écriture par «ti» : ils montrent ici leur capacité à s appuyer sur l attaque du mot et semblent manifester ainsi un début de conscience phonologique. - enfin, notons que pour l ensemble des élèves, l écriture se présente sous la forme d un groupe de lettres en quantité raisonnable (9 au maximum) : ils n ont pas cherché à remplir la ligne ou la page. - Pour chaque enfant, il y a une présentation horizontale et linéaire. En somme, l hétérogénéité constatée à l analyse des évaluations de lecture n apparaît pas au regard de ce premier essai d encodage. Fin septembre, l ensemble des élèves se situe au stade où ils utilisent des lettres pour encoder sans valeur sonore. Suite à l analyse de ces premières productions, on peut considérer que vingt et un élèves se situent entre les phases 2 et 3 et que les deux élèves qui ont commencé par «ti» sont plutôt entre la phase 3 et la phase 4. 2 : Mise en œuvre des activités d écriture. A- Descriptif du travail réalisé : Depuis le début du mois d octobre, chaque semaine, les élèves ont l occasion de participer à une activité d écriture tâtonnée. Afin de pouvoir leur faire bénéficier des avantages de la production entre pairs et d évaluer régulièrement le cheminement de chacun, les ateliers d écriture accompagnée et ceux d écriture inventée tels qu ils ont été décrits précédemment sont pratiqués en alternance. Les occasions d écrire dans la classe ne manquent pas : il peut s agir d écrire un mot aux parents à propos d une sortie, de légender des photos, d écrire une carte de vœux à la personne de son choix, d aider le loup d une histoire à écrire sa liste de courses pour faire des crêpes etc. Lors de cette activité, «écrire» a un sens car il s agit aussi de permettre aux élèves de comprendre la dimension sociale du langage. En outre, à partir de la fin du mois de janvier, afin d établir un bilan le plus précis possible sur le stade de conceptualisation de chacun des élèves et d évaluer leur progression depuis le début octobre, je leur ai également proposé ce que Mireille Brigaudiot appelle des «essais 23

24 d encodage». Cette épreuve d écriture inventée est calquée sur les tests des chercheurs : il s agit de demander aux enfants d écrire les mots ou la phrase dictés. Je leur ai alors dit que cela servait à apprendre à lire et à écrire et que cela me permettait aussi de savoir comment ils faisaient car à l issue de l épreuve, chacun allait me l expliquer. Au total il y a eu trois séances de ce type qui, comme nous le verrons, ont permis d établir avec précision le profil de chaque élève.en outre, ces séances ont induit pour certains élèves une réelle réflexion sur le code. B- Constitution des groupes pour l atelier d écriture accompagnée : Chaque groupe se composait de 3 ou 4 élèves. Dans un premier temps, j ai essayé de constituer des groupes assez hétérogènes en me basant sur les premiers essais d écriture et les évaluations de lecture. Or, il s est avéré qu à l intérieur de chaque groupe, les écarts étaient trop importants et que cela nuisait aux élèves qui avaient une conceptualisation de l écrit moins avancée. Les élèves les plus à l aise monopolisaient la parole et l étayage que je pouvais apporter était rendu difficile du fait de l écart de conceptualisation de l écrit entre les élèves. Ainsi, pour les séances suivantes, il m a paru indispensable de repenser la constitution des groupes en veillant à les rendre plus homogènes.cette nouvelle organisation a ainsi permis une meilleure participation de chaque élève au sein de son groupe. C- La correction des écrits : Comme nous l avons vu, lors d un atelier d écriture inventée, l entretien individuel permet à chaque élève d expliquer ce qu il a écrit et comment il a fait. Cette étape semble primordiale car elle permet à l enfant de soumettre son écrit à l épreuve de la lecture d un tiers : ainsi l élève est-il mis en situation de se poser lui-même la question de la validité. Au cours de cette phase, l élève est conduit à se corriger et à utiliser ses ressources pour se corriger. Afin de ne pas anticiper sur les apprentissages, cet entretien a été mené selon les capacités de chacun. C est ainsi que j ai travaillé avec les élèves sur la correspondance graphie-phonie, lorsque leur production montrait leur capacité à associer lettres et sons. Les élèves ayant à présent l habitude de pratiquer l écriture tâtonnée et faisant preuve, pour la plupart, d une conceptualisation assez avancée de l écrit, j envisage de privilégier la confrontation des productions et la validation entre pairs, pour la suite de l expérimentation. Par ailleurs, contrairement à ce que j ai pu lire dans les différents ouvrages concernant l écriture tâtonnée, je ne souhaite pas réécrire, pour le moment, les productions en lettres cursives. L ensemble des élèves proposant un écrit en lettres capitales, il me semble plus pertinent de réécrire chaque projet dans la même graphie et ce pour deux raisons : - d une part, cela permet aux élèves de mieux mesurer les écarts entre leur production et l écriture normée. 24

25 - d autre part, écrire en lettres cursives me parait trop inducteur : il me semble, en effet, que les élèves écriront en cursives lorsqu ils seront prêts. Je pense que jusqu à présent ils ont utilisé la «lettre- bâton» car la concentration et l effort cognitif de l enfant néglige l aspect graphique pour se consacrer d abord aux contraintes de sens et orthographique. Compte tenu du fait que les enfants devraient encore progresser dans leur conceptualisation de l écrit et que «l écriture cursive doit faire l objet d un enseignement guidé afin que ces premières habitudes installées favorisent la qualité du tracé et l aisance du geste» (BO de juin 2008), on peut envisager qu un certain nombre d élèves écriront en cursives d ici la fin de l année scolaire. Il sera alors pertinent de réécrire leurs productions dans cette même graphie. D- La différenciation : Dans le cadre de l écriture tâtonnée, les moyens de mise en œuvre de la différenciation sont multiples. Tout d abord, comme nous l avons vu, la différenciation peut apparaître à travers le rôle différent que joue le maître auprès des élèves et de l étayage qu il apporte. Il est également possible de moduler la tâche en fonction du niveau de conceptualisation de l écrit des élèves. Ainsi, pour un enfant qui se situe dans la phase 2 ou 3, on pourra solliciter l écriture de quelques mots ou d une phrase plus simple, alors que l on peut être plus exigent avec un élève qui a compris le principe alphabétique. Pour ce dernier qui montre un niveau de conceptualisation de l écrit avancé, le maître peut même envisager de lui proposer une activité d écriture inventée, pendant que se déroule un atelier d écriture accompagnée. 25

26 3 : Evaluation des acquis des élèves et bilan. A- Analyse des évaluations de lecture : Afin d évaluer l efficacité de la démarche proposée, il semble intéressant de soumettre les élèves aux mêmes évaluations de lecture que celles réalisées début octobre. Ainsi, pourrons nous observer, après quatre mois d expérimentation, les progrès effectués par la classe expérimentale et ceux réalisés par le groupe témoin. Tableau des résultats des évaluations sommatives réalisées en février (comparées avec les évaluations diagnostiques) Groupe expérimental Groupe témoin octobre février écart octobre février écart Retrouver un mot commençant comme son prénom 69,56% 91,66% 22,10 70,45% 75,83% 5,38 Entourer un mot correspondant à une image 67,05% 85,41% 18,36 74,34% 86,36% 12,02 Situer un mot dans une phrase écrite après lecture par un adulte 52,17% 59,72% 7,55 55,86% 65,15% 9,29 Retrouver le texte lu Entourer le dessin de l animal 27,27% 83,33% 56,06 39,43% 72,72% 33,29 77,17% 98,95% 21,78 87,70% 96,73% 9,03 En examinant ce tableau, nous pouvons faire plusieurs constats : - Tout d abord, on remarque que les deux groupes ont progressé et que les résultats du groupe témoin restent supérieurs pour deux items. - Ce qui semble probant, c est la différence de progression. En effet, si l on excepte l exercice qui consiste à retrouver un mot dans une phrase lue, on constate que pour l ensemble des autres items, l écart entre les évaluations d octobre et de février est supérieur pour le groupe expérimental. Notons que cette différence de progression entre les deux groupes classes se situe entre 6 et 22 points selon les items ; ce qui n est pas négligeable. Ceci tend à montrer que la pratique de l écriture tâtonnée peut être une activité qui facilite l acquisition des compétences liées à la lecture. En effet, comme cela a été précisé, les deux 26

27 classes concernées bénéficient des mêmes activités de lecture dans le cadre de progressions communes. Au regard de ces résultats, il apparaît que les élèves qui ont pratiqué l écriture tâtonnée depuis quatre mois ont davantage progressé. En outre, chaque exercice ayant fait l objet d une passation individuelle, cela a permis de mener un entretien avec chacun des élèves et ainsi de l interroger sur ses procédures de résolution. Cet entretien s est révélé très intéressant pour identifier les élèves qui sont capables de se justifier et qui montrent une capacité à associer ce qu ils voient (l écrit) et ce qu ils entendent (l oral). Les résultats des observations concernant les évaluations de février peuvent être synthétisées dans un tableau. Tableau comparatif sur les procédures des élèves : Pourcentage d élèves capables de se justifier en associant l écrit et l oral (graphie et phonie) Groupe expérimental Groupe témoin Entourer un mot correspondant à une image 66,66 % 54,54 % Retrouver un mot commençant par son prénom 58,33 % 45,45 % L écart entre les deux classes peut inciter à penser que les élèves qui sont invités à écrire dans leur classe sont plus enclins à prêter attention aux sons qu ils entendent et aux lettres qui y sont associées. La pratique de l écriture inventée semble donc pouvoir favoriser le développement de la conscience phonologique. B- Analyse de l évolution des productions écrites des élèves : Pour chaque enfant, une analyse des écarts entre la première et la dernière production peut permettre d évaluer les progrès réalisés. Notons que pour cette étude, nous nous attacherons particulièrement à l aspect phonologique des productions. Les annexes 10 et 11 présentent l analyse des essais d encodage réalisés début février. L observation de ces dernières productions permet de faire les constats suivants : 27

28 - 11 élèves se situent encore dans la phase 2 de la grille et parmi eux 4 sont presque en phase 3. Notons que 6 de ces élèves sont nés en novembre ou décembre et font donc partie des plus jeunes. - 4 élèves sont dans la phase 3 dont deux évoluent rapidement vers la quatrième phase. - 7 élèves sont dans la phase 4 dont 2 évoluent rapidement vers la cinquième phase. - 2 élèves sont dans la phase 5. Parmi ces deux filles, une va bientôt atteindre la phase 6. En somme, on remarque que l homogénéité des résultats constatée lors du premier essai d encodage a disparue : chaque élève progressant à son rythme, l évolution a été beaucoup plus rapide pour certains élèves que pour les autres. Ce qui est indéniable, c est que tous les élèves ont malgré tout progressé et il est même parfois étonnant de voir l évolution d une semaine sur l autre. Il semblerait donc que le fait d écrire régulièrement permet aux élèves de progresser dans la découverte du principe alphabétique. Toutefois, il ne faut pas oublier que le facteur «temps» a certainement joué un rôle dans l analyse de ces résultats et il est indéniable que la part de maturité est intervenue dans les progrès. Ce n est d ailleurs pas un hasard si la majorité des élèves nés entre le mois de septembre et décembre se situent encore dans les premières phases de la grille. Mais si l on considère à la fois les résultats des évaluations de lecture de février et l évolution des productions d écrits, il apparaît que la pratique de l écriture tâtonnée peut favoriser l entrée dans l écrit de l ensemble des élèves et semble les sensibiliser à l aspect sonore de la langue. 28

29 CONCLUSION Force est de constater que l enseignement de la production d écrit autonome est peu ritualisé à l école maternelle. Par manque de temps peut-être, par peur de ne pas savoir faire ou par difficulté à traiter le maximum cette activité au travers de la différenciation pédagogique, certains maîtres n osent pas engager les élèves dans des activités d écriture tâtonnée. Or c est au cycle 2 que s effectue l entrée dans l écrit décisive pour le reste de la scolarité et pour l ensemble des champs disciplinaires. La grande section a un rôle à jouer et c est à l école maternelle de construire cette première conscience des réalités formelles de la langue. On sait entre autre que les habiletés phonologiques doivent être développées à partir de la grande section pour optimiser la capacité d apprentissage de la lecture au CP et les attentes institutionnelles sont claires sur ce point. Le fait de mettre les élèves en situation de produire des écrits les amène plus tôt à se poser des questions sur l analyse de la langue.si l enfant comprend facilement que le message écrit a un sens au travers des activités de lecture, c est par la pratique de l écriture qu il fait le lien entre ce qui est dit et ce qui est écrit. Les activités de production d écrits peuvent ainsi être intégrées à un dispositif d ensemble pour développer la maîtrise de la langue et la célèbre phrase de Piaget «comprendre c est réinventer ou reconstruire par réinvention» s applique parfaitement à l acquisition de la langue écrite. L écriture inventée, en permettant à l élève de faire preuve d un recul bénéfique par rapport à la langue écrite, peut ainsi faciliter l acquisition des compétences nécessaires à l apprentissage de la lecture. Il ne s agit surtout pas de mettre en place un apprentissage trop précoce de la lecture mais de permettre à chaque élève de s approprier les connaissances et les compétences nécessaires pour apprendre à lire sans difficultés au cours préparatoire. Si la pratique de l écriture tâtonnée continue ensuite durant les deux autres années du cycle 2, on peut alors envisager que tous les élèves réussiront leur entrée dans l écrit. 29

30 Sommaire des annexes ANNEXE 1 ANNEXE 2 ANNEXE 3 ANNEXE 4 ANNEXE 5 ANNEXE 6 ANNEXE 7 ANNEXE 8 ANNEXE 9 Les stades d évolutions de conceptualisation de l écrit selon Emilia Ferreiro Extrait de l analyse des manuels de lecture de CP Déroulement d un atelier d écriture accompagnée Déroulement d un atelier d écriture inventée Grille d analyse des productions d écrit Fiche d évaluation de lecture Test de lecture issu de l outil d évaluation conçu par André Ouzoulias Test issu es évaluations nationales proposées par le M E N Résultats des évaluations d octobre par classes d âge ANNEXE 10 Analyse d essais d encodage réalisés début février ANNEXE 11 Analyse d essais d encodage réalisés début février (suite) 30

31 Annexe 1 Les stades d évolution de conceptualisation de l écrit selon Emilia Ferreiro. Le développement de l écriture chez le scripteur apprenti passe par plusieurs étapes clairement définies par Emilia Ferreiro et reconnues par les chercheurs : 1. Le niveau pré syllabique. Lors de cette période, l enfant va chercher à distinguer l écrit du dessin. Il peut mêler des arabesques et quelques lettres de son prénom disposées dans un ordre arbitraire. A ce stade, les productions écrites sont étrangères à toute recherche de correspondance entre graphies et sons. Peu à peu, l enfant s approprie l unité lettre. Dans un premier temps, il peut écrire de manière identique 2 «mots» auxquels il attribue des sens différents. Par la suite, il comprend qu il doit y avoir une différence objective des écritures pour lire des choses différentes et il commence donc à jouer avec les unités graphiques en faisant varier la forme et la quantité pour rendre compte de mots différents. 2. Le niveau syllabique. L enfant tente d établir des correspondances entre les aspects sonores et les aspects graphiques de son écriture. Généralement, l unité sonore retenue est la syllabe et il produit souvent une graphie par syllabe. Ce mécanisme peut entrer en conflit avec les exigences de quantité minimale de lettres.en effet, à ce stade, l enfant pense qu il faut au moins 3 lettres pour écrire un mot. A ce stade, des enfants utilisent un système mixte dans lequel ils mêlent l écriture intégrale ou partielle de mots déjà connus qu ils retrouvent sur des référents de la classe et une écriture syllabique à laquelle ils ajoutent parfois d autres lettres. 3. Le niveau syllabico- alphabétique. A ce stade, coexistent deux manières de faire correspondre les sons et les graphies : celle propre à l hypothèse syllabique et celle propre à l hypothèse alphabétique, c'est-à-dire que quelques graphies représentent des syllabes et d autre représentent des phonèmes.ces écritures constituent des degrés intermédiaires entre deux systèmes d écriture. 4. Le niveau alphabétique. La dernière étape coïncide avec l écriture proprement alphabétique, dans laquelle selon Emilia Ferreiro «chaque signe graphique représente un phonème de la langue». Il s agit d écritures faciles à interpréter parce que, en plus de l existence de la correspondance entre lettres et phonèmes, il y a prédominance de la valeur sonore conventionnelle. Quelquefois, les enfants utilisent des lettres non pertinentes par méconnaissance de la lettre conventionnelle pour un phonème particulier. La segmentation apparaît peu à peu. Le blanc graphique peut être apparent pour les mots connus et pas pour les autres. 31

32 32

33 Annexe 3 Déroulement d un atelier d écriture accompagnée (Deux étapes) Déroulement Rôle de l enseignant Activité des élèves Choix du projet d écriture Moment d échange oral - l enseignant fait verbaliser ce que les enfants veulent dire ; il conduit le dialogue afin d aboutir à une phrase ou un texte commun. - Les élèves font un choix commun de projet d écriture. Ils échangent leurs idées, les soumettent aux autres et acceptent qu elles soient discutées, reformulées. Rédaction du projet Moment de réflexion et de production - par un questionnement permanent, l enseignant sollicite les élèves pour savoir comment s écrit chaque mot de la phrase ou du texte. - Il exploite les propositions, favorise la recherche dans les référents, fait épeler le mot à écrire etc - il favorise le dialogue, accompagne les recherches, donne des indices quand le groupe est bloqué et valide les propositions d écriture. - Les élèves, à tour de rôle prennent en charge l écriture des mots (le stylo change de main) - Ils sont conduits à s interroger sur comment faire pour écrire. - Ils échangent, proposent une solution, valident ou invalident la proposition d un autre en argumentant. - Lorsque le projet est écrit, ils en font une copie individuelle. 33

34 Annexe 4 Déroulement d un atelier d écriture inventée (Trois étapes) Déroulement Rôle de l enseignant Activité des élèves Choix du projet d écriture Moment d échange oral Rédaction du projet Moment de production Entretien - L enseignant fait verbaliser ce que l élève ou les élèves veulent écrire. - Il conduit le dialogue afin d aboutir à un projet adapté à la consigne. - Il n apporte pas de réponses ou la norme aux élèves. - Il est surtout observateur - Il peut être amené à intervenir pour encourager, répondre à certaines sollicitations des élèves. - Il adopte une attitude positive par rapport aux productions. - Il demande à l élève de lui lire ce qu il a écrit et comment il a fait pour écrire. - Il écoute l élève afin de comprendre où il en est dans ses stratégies d écriture et ses représentations - Sous la production de l enfant, il écrit le message dans sa norme orthographique afin que l élève puisse en mesurer les écarts. - L élève ou les élèves font un choix de projet d écriture. - Lorsque c est un projet commun, ils échangent leurs idées, les soumettent aux autres et acceptent qu elles soient discutées, reformulées. - Chaque élève écrit pour le projet commun ou son propre projet. - Il fait librement ses choix pour écrire ; il tâtonne, recherche, explore la langue écrite. - L élève explique ce qu il a écrit. En revenant sur sa production, il est conduit à réfléchir sur ce qu il sait de la langue écrite, ses stratégies pour écrire. 34

35 Annexe 5 Grille d analyse des productions écrites Phase 1 : traitement figuratif L enfant utilise de dessins, des boucles ou des simulacres d écriture. Il n y a pas de traces de la valeur langagière de l écrit. Phase 2 : traitement visuel Il y a utilisation de lettres ou pseudo lettres L enfant utilise majoritairement les lettres de son prénom ou celles de l alphabet dans l ordre. Il montre qu il a compris que pour écrire, il faut des lettres mais il les combine au hasard sans leur attribuer de valeur sonore. Puis, l enfant utilise d autres lettres que celles de son prénom. Phase 3 : traitement de l oral L enfant fait correspondre la quantité sonore des mots à une quantité graphique : il écrit donc plus de lettres pour les mots plus longs, et encore plus de lettres pour la phrase. On peut également constater que l apprenant a compris la permanence de l écrit : un même mot s écrit avec les mêmes lettres.il découvre qu il existe un rapport fixe entre un mot oral et un mot écrit : c est un pas de plus vers la clarté cognitive. Phase 4 : encodage du sonore L enfant utilise la valeur sonore des signes pour encoder. A ce stade, les essais d encodage montrent la volonté d utiliser un code, quel qu il soit : un chiffre (ex 2 pour écrire «de») une lettre («o» pour écrire «mo») qui a valeur symbolique d unité entendue dans la prononciation du mot. L analyse des mots peut être la suivante : - mots écrits avec autant de lettres que de syllabes - mots écrits avec quelques correspondances grapho-phonétiques - trois ou quatre syllabes entières dans l ensemble de la production Phase 5 : utilisation du principe alphabétique Il y a eu une progression dans la compréhension des relations existantes entre l oral et l écrit. L écriture devient grapho-phonétique c'est-à-dire que l enfant établit des correspondances phonographiques. Il a compris le principe de correspondance entre les sons et les lettres. L ensemble des mots est écrit phonétiquement et lorsqu il y a des erreurs de lettres c est parce que l enfant ne connaît pas la lettre ou le groupe de lettres qui transcrivent le son. A ce stade, l élève montre un souci de correspondance phonétique entre ce qu il écrit et l énoncé qu il cherche à transcrire. Phase 6 : utilisation du principe alphabétique et segmentation de l écrit C est le stade où l enfant utilise le principe alphabétique et segmentent en mots. La phrase est alors écrite avec autant de parties que de mots. 35

36 Annexe 6 36

37 37

38 Annexe 8 38

39 Annexe 9 Résultats des évaluations d octobre par classes d âge : Retrouver un mot commençant comme son prénom Entourer le mot Correspondant au dessin Entourer un dessin selon la longueur du mot correspondant Retrouver un mot dans une phrase lue par l adulte Retrouver un énoncé lu parmi 3 textes écrits proposés Résultats des élèves nés de janvier à août (pourcentage de réussite) Résultas des élèves nés de septembre à décembre (pourcentage de réussite) 63,63 % 58,33 % 63,63 % 70,83 % 90,90 % 66,66 % 39,39 % 36,11 % 27,27 % 16,66 % 39

40 Annexe 10 40

41 Annexe 11 41

eduscol Ressources pour faire la classe à l'école Lire au CP Maîtrise de la langue Programmes 2008 Janvier 2010 MEN/DGESCO eduscol.education.

eduscol Ressources pour faire la classe à l'école Lire au CP Maîtrise de la langue Programmes 2008 Janvier 2010 MEN/DGESCO eduscol.education. eduscol Ressources pour faire la classe à l'école Lire au CP Programmes 2008 Maîtrise de la langue Janvier 2010 MEN/DGESCO eduscol.education.fr/ecole Sommaire Introduction... 3 Organiser l apprentissage

Plus en détail

Anne Duthu. Comment la méthode d investigation en sciences permet-elle des acquisitions scientifiques et langagières écrites au cycle 3?

Anne Duthu. Comment la méthode d investigation en sciences permet-elle des acquisitions scientifiques et langagières écrites au cycle 3? Anne Duthu Comment la méthode d investigation en sciences permet-elle des acquisitions scientifiques et langagières écrites au cycle 3? Mémoire professionnel de CAFIPEMF Session 2011 INTRODUCTION Parvenir

Plus en détail

RESSOURCES POUR FAIRE LA CLASSE. le langage À

RESSOURCES POUR FAIRE LA CLASSE. le langage À RESSOURCES POUR FAIRE LA CLASSE le langage À L ÉCOLE MATERNELLE Sommaire Partie 1 Langue et langage à l école maternelle...4 Langue et langage...4 Le langage, objet d apprentissage et vecteur du développement...9

Plus en détail

Plan lutte. contre la difficulté scolaire. tout au long de l école du socle

Plan lutte. contre la difficulté scolaire. tout au long de l école du socle Plan lutte de contre la difficulté scolaire tout au long de l école du socle Rentrée 2012 Sommaire Présentation... 3 I - Mettre en œuvre «l école du socle»... 1 - Permettre à chaque élève de maîtriser

Plus en détail

Bilan de la mise en œuvre des programmes issus de la réforme de l école primaire de 2008

Bilan de la mise en œuvre des programmes issus de la réforme de l école primaire de 2008 Rapport - n 2013-066 juin 2013 Inspection générale de l éducation nationale Bilan de la mise en œuvre des programmes issus de la réforme de l école primaire de 2008 Rapport à monsieur le ministre de l

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES RÉSUMÉ DES PROGRAMMES DE L ÉCOLE PRIMAIRE...15 LES PROGRAMMES DE L ÉCOLE MATERNELLE...45. Préface...7 L ÉCOLE MATERNELLE...

TABLE DES MATIÈRES RÉSUMÉ DES PROGRAMMES DE L ÉCOLE PRIMAIRE...15 LES PROGRAMMES DE L ÉCOLE MATERNELLE...45. Préface...7 L ÉCOLE MATERNELLE... TABLE DES MATIÈRES Préface...7 RÉSUMÉ DES PROGRAMMES DE L ÉCOLE PRIMAIRE...15 L ÉCOLE MATERNELLE...16 Le langage au cœur des apprentissages...16 Vivre ensemble...19 Agir et s exprimer avec son corps...20

Plus en détail

QU APPREND-ON À L ÉCOLE ÉLÉMENTAIRE? LES NOUVEAUX PROGRAMMES

QU APPREND-ON À L ÉCOLE ÉLÉMENTAIRE? LES NOUVEAUX PROGRAMMES QU APPREND-ON À L ÉCOLE ÉLÉMENTAIRE? LES NOUVEAUX PROGRAMMES Illustrations : Calligram, série Max et Lili, par Dominique de Saint Mars (auteur) et Serge Bloch (illustrateur). ISBN éd. CNDP : 2-240-00-802-4

Plus en détail

Pour plus d interactivité dans l enseignement universitaire

Pour plus d interactivité dans l enseignement universitaire Pour plus d interactivité dans l enseignement universitaire Tour d horizon en grand auditoire et petit groupe Travail de Fin d Etudes En enseignement supérieur Valérie Benoit Avril 2011 «Simply thinking

Plus en détail

Projet de programme pour le cycle 2

Projet de programme pour le cycle 2 Projet de programme pour le cycle 2 9 avril 2015 Avant propos La commande ministérielle Par une lettre au Président du Conseil supérieur des programmes datée du 4 décembre 2013, le Ministre de l éducation

Plus en détail

RESSOURCES POUR FAIRE LA CLASSE. Le nombre au cycle 2. mathématiques

RESSOURCES POUR FAIRE LA CLASSE. Le nombre au cycle 2. mathématiques RESSOURCES POUR FAIRE LA CLASSE Le nombre au cycle 2 mathématiques Sommaire Préface... 4 Introduction Les mathématiques, regards sur 50 ans de leur enseignement à l école primaire... 6 Partie 1 Dialectique

Plus en détail

Vers les mathématiques : Quel travail en maternelle?

Vers les mathématiques : Quel travail en maternelle? Les nouveaux programmes de l école primaire Mathématiques Document d accompagnement Vers les mathématiques : Quel travail en maternelle? Vers les mathématiques : quel travail en maternelle? 1 Le programme

Plus en détail

LIRE C EST BIEN COMPRENDRE C EST MIEUX!

LIRE C EST BIEN COMPRENDRE C EST MIEUX! - 0 - - 0 - Dominique Rauffet LIRE C EST BIEN COMPRENDRE C EST MIEUX! Mémoire CAPA-SH option E Année 2008/2009 SOMMAIRE Introduction...2 I) L enfant en difficulté ou les difficultés de l enfant : 1.1 deux

Plus en détail

Comment amener les élèves à se repérer dans l espace avec un plan?

Comment amener les élèves à se repérer dans l espace avec un plan? I.U.F.M. de l académie de Montpellier Site de Nîmes Année 2008-2009 D ABRIGEON Marie-Laure Comment amener les élèves à se repérer dans l espace avec un plan? Domaine : Découvrir le monde, se repérer dans

Plus en détail

Le tutorat entre pairs

Le tutorat entre pairs Institut Universitaire de Formation des Maîtres De l académie d Aix-Marseille Site d Aix-en-Provence Année universitaire 2005/2006 MEMOIRE PROFESSIONNEL Le tutorat entre pairs Présenté par : Mlle SAUVECANNE

Plus en détail

Travail de Fin d Etudes Diplôme d Etat d infirmier. «Parce que nous avons tous été stagiaire»

Travail de Fin d Etudes Diplôme d Etat d infirmier. «Parce que nous avons tous été stagiaire» Travail de Fin d Etudes Diplôme d Etat d infirmier «Parce que nous avons tous été stagiaire» GARÇON Adrien Instititut de Formation en Soins Infirmiers Croix Rouge Française de Tours Promotion 2007-2010

Plus en détail

Pour échapper aux renards, aux chasseurs et aux chiens, il se réfugie dans son terrier.

Pour échapper aux renards, aux chasseurs et aux chiens, il se réfugie dans son terrier. Exemples d exercices proposés dans l évaluation CE1 Le lapin sauvage Le lapin est un mammifère. La lapine peut avoir 4 à 10 petits à la fois. Les petits naissent sans poils, les yeux fermés. Ils tètent

Plus en détail

EN QUOI L EDUCATION MUSICALE PEUT-ELLE

EN QUOI L EDUCATION MUSICALE PEUT-ELLE I.U.F.M. Académie de Montpellier Site de Nîmes GAILLARD Christine EN QUOI L EDUCATION MUSICALE PEUT-ELLE AIDER AU DEVELOPPEMENT DE L ENFANT DE CYCLE 1 ET 2? Disciplines concernées : éducation musicale

Plus en détail

Livret personnel de compétences

Livret personnel de compétences Livret personnel de compétences Grilles de références pour l évaluation et la validation des compétences du socle commun au palier 2 Janvier 2011 MENJVA/DGESCO eduscol.education.fr/soclecommun LES GRILLES

Plus en détail

L AUTONOMIE : OUTIL D APPRENTISSAGE

L AUTONOMIE : OUTIL D APPRENTISSAGE BESSAIH SIDA 2005/2006 L AUTONOMIE : OUTIL D APPRENTISSAGE DIRECTRICE DE MEMOIRE : Valérie LOUIS CEFEDEM BRETAGNE/PAYS DE LA LOIRE SOMMAIRE INTRODUCTION.. p 2 I/ L AUTONOMIE, UN MOYEN POUR APPRENDRE..p

Plus en détail

Contribution à la mise en œuvre du socle commun des connaissances et des compétences

Contribution à la mise en œuvre du socle commun des connaissances et des compétences Contribution à la mise en œuvre du socle commun des connaissances et des compétences Des fiches et des outils pour répondre à certaines questions autour de la mise en œuvre, le suivi et la validation du

Plus en détail

Comment peut-on amener un enfant à

Comment peut-on amener un enfant à I.U.F.M. Académie de Montpellier Site de Mende HUGON Lysiane La structuration du temps aux cycles 1 et 2 : Comment peut-on amener un enfant à structurer le temps? Contexte du mémoire Discipline concernée

Plus en détail

Stratégies en lecture et en écriture

Stratégies en lecture et en écriture Projet pancanadien de français langue première GUIDE PÉDAGOGIQUE Stratégies en lecture et en écriture Maternelle à la 12 e année Projet pancanadien de français langue première GUIDE PÉDAGOGIQUE Stratégies

Plus en détail

«Invitation au Langage» : une expérience de prévention

«Invitation au Langage» : une expérience de prévention Magali d Abbadie de Nodrest née le 12.03.1981 Mémoire pour l obtention du Certificat de Capacité en Orthophonie «Invitation au Langage» : une expérience de prévention Université Victor Segalen Bordeaux

Plus en détail

Différenciation de l évaluation

Différenciation de l évaluation Différenciation de l évaluation Contenu du chapitre Vers une différenciation pédagogique Profils d apprenants Prétest Évaluation au service de l apprentissage Planification de l évaluation Déterminer l

Plus en détail

La notion de fonction en classe de seconde,

La notion de fonction en classe de seconde, IUFM Académie de Montpellier Site de Perpignan DURAN Arnaud La notion de fonction en classe de seconde, Enjeux et obstacles Discipline : Mathématiques Classe concernée : Seconde Etablissement : Lycée Déodat

Plus en détail

Ministry of Education, Skills and Training

Ministry of Education, Skills and Training FRANÇAIS LANGUE SECONDE IMMERSION DE LA 8 e À LA 10 e ANNÉE Ensemble de ressources intégrées 1997 Ministry of Education, Skills and Training IRP 089 Droits réservés 1997 Ministère de l Éducation et de

Plus en détail

L inclusion en immersion

L inclusion en immersion L inclusion en immersion Guide de différenciation pédagogique pour répondre à divers besoins d apprentissage L inclusion en immersion Guide de différenciation pédagogique pour répondre à divers besoins

Plus en détail

CADRE EUROPEEN COMMUN DE REFERENCE POUR LES LANGUES : APPRENDRE, ENSEIGNER, EVALUER

CADRE EUROPEEN COMMUN DE REFERENCE POUR LES LANGUES : APPRENDRE, ENSEIGNER, EVALUER CADRE EUROPEEN COMMUN DE REFERENCE POUR LES LANGUES : APPRENDRE, ENSEIGNER, EVALUER Unité des Politiques linguistiques, Strasbourg www.coe.int/lang-cecr SOMMAIRE Note préliminaire... 3 Avertissement...

Plus en détail

L école, tout un programme Énoncé de politique éducative

L école, tout un programme Énoncé de politique éducative PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS L école, tout un programme Énoncé de politique éducative Gouvernement du Québec Ministère de l Éducation 55-1848 L ÉCOLE, TOUT UN PROGRAMME Énoncé de politique éducative Gouvernement

Plus en détail

VOLONTAIRES EN SERVICE CIVIQUE GUIDE À DESTINATION DES TUTEURS

VOLONTAIRES EN SERVICE CIVIQUE GUIDE À DESTINATION DES TUTEURS VOLONTAIRES EN SERVICE CIVIQUE GUIDE À DESTINATION DES TUTEURS WWW.SERVICE-CIVIQUE.GOUV.FR Préambule Seule personne auprès du volontaire nommément désignée dans le contrat d engagement de Service Civique,

Plus en détail