Comment peut-on amener un enfant à

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Comment peut-on amener un enfant à"

Transcription

1 I.U.F.M. Académie de Montpellier Site de Mende HUGON Lysiane La structuration du temps aux cycles 1 et 2 : Comment peut-on amener un enfant à structurer le temps? Contexte du mémoire Discipline concernée : découverte du monde Classe concernée : PS, GS, CP et CE1 Ecole de Rocles Tuteur du mémoire : Jacqueline Laganne Assesseur :

2 Année universitaire : Résumé en français Le temps est un concept inséparable de toute existence. On comprend donc l importance de sa structuration chez l enfant. Mon mémoire traite de la question de la construction de la notion de temps chez l enfant à l école. En effet, celle-ci doit permettre de répondre à ce besoin par la mise en œuvre de pratiques pédagogiques variées qui révèlent que la maturation de la notion de temps nécessite un travail sur la durée. Résumé en italien Il tempo è uno concetto inseparabile di lutta esistenza. Si comprende dunque l importanza della sua strutturazione per il bambino. La mia memoria tratta della questione della costruzione della nozione di tempo per gli giovani bambini alla scuola. Effetivamente questa deve permettere di rispondere a questo bisogno per l attuazione di pratice pedagogice variate che rivelano che la maturazione della notione di tempo necessita uno lavoro da lunga durata.

3 MOTS CLES : temps - structuration - construction - découverte du monde - apprentissage Mention et opinion motivées du jury

4 Sommaire INTRODUCTION p 1 1 ERE PARTIE : LA NOTION DE TEMPS : DEFINITION ET COMPLEXITE p 3 I - QU EST-CE QUE LE TEMPS? p Multiplicité de temps p Complexité de la notion de temps p 4 II - L ENFANT ET LE TEMPS p Le temps de l enfant... p une structuration progressive p 6 2 EME PARTIE : L ECOLE ET LA CONSTRUCTION DU TEMPS p 9 I - LES ENJEUX PEDAGOGIQUES DE LA NOTION DE TEMPS A L ECOLE p L école maternelle : une entrée dans le temps social commun p Le temps : un concept imbriqué parmi d autres p 10 II - LES INSTRUCTIONS OFFICIELLES p Le temps qui passe p Le langage au cœur des apprentissages p 13 III - LES PRATIQUES PEDAGOGIQUES p 14 3 EME PARTIE : ANALYSE DE PRATIQUES PERSONNELLES p 16 I - L OBSERVATION DES MANIFESTATIONS DE LA VIE VEGETALE COMME MOYEN DE STRUCTURER LE TEMPS 1- L observation quotidienne p La comparaison de photos et de schémas p 17 II - LA REALISATION D UN EMPLOI DU TEMPS p L emploi du temps avec les PS/GS p L emploi du temps avec les CP/CE1 p 22 III - ACTIVITES SUR LES LIGNES DE VIE p 23 CONCLUSION p 26 BIBLIOGRAPHIE p 28 p 16

5 ANNEXES p 29 INTRODUCTION Donner une définition du temps s avère une chose bien difficile à faire tant le concept de temps désigne dans la langue courante des notions très différentes les unes des autres (le temps qui passe, le temps de la montre, le temps de l attente...). De plus, le temps ne s appréhende que dans l instant, dans la mesure où il ne correspond à rien de matériel. Pour prendre conscience du temps il faut se souvenir ou anticiper : si le présent est accessible (il est l instant vécu), le passé doit être remémoré et reconstruit (il n est plus), et l avenir anticipé (il n est pas encore là). Ce temps n en est cependant pas moins fondamental ; l individu ne peut s y soustraire même si il n en a pourtant parfois pas conscience (l enfant). La construction du temps par l enfant se fait par l acquisition d expériences nouvelles mais également par une maturation intellectuelle et psychologique respectant des stades de développement liés à son âge. Le temps apparaît comme un paramètre essentiel dans l apprentissage. En effet, apprendre à l école c est aussi s inscrire dans la temporalité. De son apprentissage dépendent bien d autres apprentissages tout aussi fondamentaux (comme celui de l espace par exemple). Les Instructions officielles font de l apprentissage de la notion de temps un des domaines fondamentaux de l école et ce dès le premier cycle. En effet, les repères dans le temps permettent de prendre conscience du temps vécu, de se situer dans l environnement social (famille, école), de se projeter dans l avenir (projets, programmations d activités...), de prendre conscience d une chronologie d actions, de situer un fait passé, de relier dans le temps différents événements, et enfin d organiser sa

6 mémoire. Face à l importance du temps chez tout individu et en particulier à la nécessité de sa construction chez l enfant, on peut se demander comment aborder le temps à l école et par quelles pratiques pédagogiques permettre à l enfant de structurer le temps. Après un éclairage théorique sur le temps, sa complexité et sur la perception qu en a l enfant, je verrai les enjeux pédagogiques d un tel apprentissage à l école et le cadre institutionnel dans lequel doit se faire cet apprentissage. Enfin, j essaierai d analyser dans quelle mesure ma pratique personnelle a permis aux enfants de construire la notion de temps Je ne m intéresserai pas ici au cycle trois dans la mesure où je ne veux pas aborder la dimension historique du temps mais je m intéresserai plutôt aux activités qui vont permettre aux enfants d acquérir les «bases» au niveau temporel qui leur permettront d aborder, au cours du cycle trois, une véritable démarche historique.

7 1 ère p a r t i e : L a n o t i o n d e t e m p s : définition et complexité

8 Avant de tenter de cerner comment s effectue la structuration du temps chez l enfant, il me semble essentiel d essayer de définir ce qu est le temps. I - QU EST-CE QUE LE TEMPS? Le temps est d autant plus difficile à définir qu il est multiple et complexe. 1 - Multiplicité du temps Lors du congrès de l A.G.I.E.M. 1 en 1992, dix-huit entrées différentes sur le thème du temps avaient été retenues : celle du philosophe, du physicien, du pédagogue, de l historien... si bien que savants, philosophes et historiens n ont réussi à se mettre d accord sur une définition commune et unique du temps. Définir le temps n apparaît donc pas une chose aisée à faire. On considère bien souvent le temps comme une période pendant laquelle une action ou un événement se déroule, ou encore comme une succession de ces actions ou événements. Mais cette définition ne saurait être complète et certainement pas parfaite. La difficulté de fixer une définition de la notion de temps trouve, pour partie, son origine dans le fait que le temps n est pas une réalité tangible, palpable, matérielle mais plutôt une construction intellectuelle. Il n est en effet pas inné chez l homme qui l a organisé, structuré afin de le maîtriser et de se l approprier. De ce fait, il est une réalité subjective qui varie selon les individus, les

9 sociétés, les époques. Malgré la tentative de structuration du temps par l homme, le temps est resté pluriel : il existe plusieurs «temps» auxquels l homme est soumis et dont il doit tenir compte dans sa vie quotidienne. Tous les hommes sont ainsi soumis à un temps dit naturel : en effet, tout homme voit sa vie rythmée de façon cyclique et répétée par les saisons, par l alternance des jours et des nuits. En plus de cela, l homme doit composer avec un temps arbitraire et réglementé : le temps conventionnel de la montre et du calendrier, qui rythme le temps social, celui-là même que les groupes sociaux ont instauré pour faciliter la vie collective. Il ne faut pas omettre également le temps personnel, affectif de chaque individu auquel sont affectées des durées variables selon l humeur qui l anime, selon ses sentiments. Il existe enfin un temps qui n appartient pas au temps personnel de l homme mais qui fait partie du passé de l espèce humaine et qui est assorti du devoir de mémoire : il s agit du temps historique. Coexistent ainsi des temps partagés par tous (temps social, temps naturel) et un temps individuel, perçu et vécu par chaque individu selon sa sensibilité (le temps affectif). Ces différents temps nous permettent de cerner toute la complexité de cette notion. En tant que réalité subjective, le temps ne s appréhende donc que dans l instant, et pour prendre conscience du temps qui passe / du temps à venir, il faut se souvenir, se projeter, anticiper. Le temps n appartient pas à l ordre du vu mais à celui du conçu. La notion de temps représente un très haut niveau de synthèse. Pour élaborer le concept temporel, véritable construction mentale, il est alors nécessaire de combiner la multiplicité du temps et ses principales composantes. 2 - Complexité de la notion de temps Le temps n est pas facile à appréhender dans la mesure où il englobe une double triade. En effet, le temps est un concept qui regroupe plusieurs notions dont il faut 1 Congrès des A.G.I.E.M. de 1992 : cf. bibliographie p 28

10 absolument tenir compte et qui donneront lieu à des apprentissages particuliers, à savoir : - simultanéité, succession (antériorité / postériorité) et durée - présent, passé et futur Ces composantes de la structure temporelle interviennent dans la formation intellectuelle de l enfant et présentent des difficultés spécifiques dans leur structuration. La construction du schéma temporel va donc être une opération multiple et progressive. Quand on apprend un concept 2, quel qu il soit, on apprend à reconnaître et à distinguer les attributs qui le spécifient ainsi que les relations entre ces attributs ; la facilité d intégration d un concept va dépendre du nombre d attributs de celui-ci et des relations entre eux. Les attributs du concept de temps sont, quant à eux, nombreux : ce sont les différentes composantes citées ci-dessus. De ce point de vue, le temps s avère difficile à appréhender et à intégrer. Le temps est en effet une imbrication de concepts aux relations complexes, c est-à-dire que l utilisation de tous les attributs n est pas nécessaire en même temps (c est la relation soit/soit : un événement appartient soit au présent, soit au passé, soit au futur) et de plus le concept de temps ne se définit que par rapport à un autre élément (avant s oppose à après, l instant à la durée...). Cette complexité donne une idée du chemin que l enfant va devoir parcourir pour s approprier ce concept de temps. II - L ENFANT ET LE TEMPS La construction du temps, et plus particulièrement sa structuration, chez l enfant est longue et progressive. 1- Le temps de l enfant... 2 In «L apprentissage de l abstraction» de B-M BARTH

11 Appréhender le temps est donc très difficile pour l enfant car c est un concept qui ne se rattache à rien de matériel, qui est abstrait et complexe. L enfant est, comme tout être humain, confronté à la multiplicité du temps. Pourtant il ne perçoit pas le temps comme «multiple». Il le vit au quotidien : le temps n est accessible à l enfant que dans le présent, c est le temps vécu. Par contre le passé doit être remémoré et l avenir anticipé, tâches qui s avèrent difficiles pour le jeune enfant. Avant son entrée à l école, il vit le temps sans en prendre conscience : c est le temps biologique et familial qui rythme son existence. L alternance veille / sommeil, le rythme des repas, lui procurent des sensations diverses de plaisir ou de désagrément qui sont liées à l instant vécu. Le temps de l enfant est ainsi composé d une succession de courtes périodes diversifiées dont il ne se rend pas compte et qui est tributaire des habitudes familiales. L enfant ne vit que pour lui-même un temps réel dans l indifférence totale du rythme des autres. Il ne comprend pas le temps conventionnel. Pour Bernadette BORNACIN 3, il n existe pas «de zones particulières périphériques qui enregistrent le temps : le temps nous le vivons biologiquement..., psychologiquement... nous l apprenons par nos expériences, nous le construisons...». En effet, la perception que nous avons du temps est à la fois limitée et enrichie par notre expérience individuelle. L école, et notamment l école maternelle, va donc aider l enfant à progresser dans sa représentation du temps dans la mesure où apprendre à l école c est aussi s inscrire dans la temporalité. Il va s agir d amener l enfant à se comprendre dans le temps. Ceci doit se faire en tenant compte de l âge de l enfant qui influence ses perceptions dans la mesure où l expérience va s accroître avec l âge. Ainsi, par le biais de l école et sous l effet de sa maturation psychologique, l enfant va progresser dans sa représentation du temps vécu. Il importe alors de s intéresser au point de vue psychologique de cette construction du temps chez l enfant une structuration progressive 3 Dans son intervention lors des AGIEM 92 sur le temps

12 Jean PIAGET s est longuement intéressé aux stades de développement psychologique de l enfant. Dans son ouvrage «Le développement de la notion de temps chez l enfant», Jean Piaget considère qu avant cinq ans le temps est un temps «intuitif» limité aux rapports de succession et de durée donnés dans la perception immédiate. L enfant ne parvient pas à concevoir l idée de durée et ne dissocie pas le temps de l activité. Seule l activité compte. L enfant est en effet centré sur l acte et est incapable de prendre conscience du temps qui s écoule pendant son action, d anticiper ou de reconstituer certains événements. Il se limite à des impressions. Très lentement et très partiellement, les notions temporelles s étendent vers le futur et le passé, en même temps que se construisent les notions de succession, de simultanéité et de durée. Au stade suivant, les intuitions se transforment en représentations de plus en plus abstraites, les intuitions d espace, de vitesse et de durée s individualisent ce qui permet à l enfant de huit ans de comprendre la relation entre la vitesse et le temps : «plus vite» ne veut plus dire «plus de temps». Dans un premier temps l enfant est moins centré sur l acte prenant conscience du temps qui s écoule pendant l action. Puis l enfant entre dans ce que Jean Piaget appelle le stade des «opérations concrètes de pensée logique». Le système temporel devient donc logique : l enfant différencie dans toutes les situations l ordre spatial et temporel, il sait déterminer n importe quelle succession, quel qu en soit le sens. L enfant passe ainsi de la perception du temps intuitif à la construction d un temps opératoire, consistant en relations de succession et de durée fondées sur des opérations analogues aux opérations logiques. Cependant, contrairement à Jean PIAGET pour qui l enfant ne peut donc pas accéder à la notion de temps avant d avoir atteint le stade des opérations concrètes, le psychologue Jérôme BRUNER considère qu un concept, et notamment celui de temps, ne se construit pas selon des stades de développement mais de manière spiralaire. Pour lui, l enfant n a pas besoin de construire et de maîtriser totalement une notion pour pouvoir l utiliser. L enfant tout au long de son développement appréhende les concepts à

13 son niveau de compréhension. Il les affine progressivement pour les maîtriser finalement. La connaissance du temps grandit donc au fur et à mesure du développement psychique de l enfant mais aussi grâce à certaines pratiques scolaires. On peut donc se poser la question du rôle de l école dans cette construction et dans cette maturation du concept de temps.

14 2 ème p a r t i e : L école et la

15 construction d u t e m p s Les enjeux de la construction de la notion de temps étant fondamentaux, les Instructions Officielles ont mis en place un cadre de référence donnant à l école un rôle important dans la construction et la structuration du temps, que l école permet par de nombreuses pratiques pédagogiques. I - ENJEUX PEDAGOGIQUES DE L APPRENTISSAGE DE LA NOTION DE TEMPS A L ECOLE Avant son entrée à l école, l enfant, comme on l a vu précédemment, ne perçoit pas le temps. Le rôle de l école maternelle va donc s avérer fondamental pour le jeune enfant dans la construction du concept de temps. D autant plus que, de cette structuration, dépendent bien d autres constructions et apprentissages, comme l appréhension de la notion d espace par exemple.

16 1 - L école maternelle : une entrée dans le temps social commun Lorsqu il arrive à l école maternelle, l enfant doit résoudre un nouvel aspect du temps : passer d un temps vécu individuellement au sein d une famille où il est le centre de toutes les attentions, à un temps vécu collectivement, le temps commun à tous les élèves de sa classe. L école maternelle va assurer ce passage progressif vers la représentation du temps vécu en mettant en place des repères partagés par tous les enfants. Ces repères sont fixés pour faciliter à la fois la socialisation et les apprentissages scolaires. L école maternelle vise ainsi à faire acquérir des repères sociaux permettant à l enfant de modifier entre autre sa relation au temps et de le structurer. L enjeu pédagogique est donc essentiel : l apprentissage du temps en milieu scolaire permettant en effet à l enfant d entrer progressivement dans le temps social commun. Le temps scolaire apparaît comme un temps de transition entre le temps personnel de l enfant et le temps normalisé de la société. Apprendre à vivre le temps commun à l école c est respecter les rythmes et les règles de la vie collective. Ceci permettra à l enfant d entrer dans un passé collectif englobant son vécu personnel et d aller vers le temps des autres. Si ce type d apprentissage n est pas fait avec le jeune enfant, l enfant plus âgé ne saura apprendre l histoire en la comprenant car la compréhension historique dépend de l assimilation par l enfant du temps social qui englobe non seulement son devenir mais aussi celui de toute personne et de toute chose. En donnant des repères au jeune enfant, l école maternelle lui donne les moyens d entrer dans le temps social commun, mais elle lui permet également de construire d autres concepts fortement liés à celui de temps. 2 - Le temps : un concept imbriqué parmi d autres En effet, on ne peut dissocier l apprentissage du concept de temps d autres concepts tout aussi fondamentaux comme notamment l espace. De plus, cet

17 apprentissage se structure dans le langage et nécessite donc tout un vocabulaire spécifique. La construction mentale du temps est complexe et ne se fait pas indépendamment de celle des autres grandes notions constitutives de l esprit à savoir les notions d espace, d objet, de causalité. On ne peut dissocier temps et espace. En effet, le temps se réfère à une réalité immatérielle qui n est accessible que par le biais de ses effets et conséquences. L âge, par exemple, est interprété spatialement puisque l enfant s appuie sur des inégalités de croissance pour donner un âge, il pense ainsi que les adultes ne «grandissent» plus. La représentation spatiale du temps joue un très grand rôle dans l acquisition de la notion de temps, elle en favorise la perception et développe la mémorisation. Le temps est ainsi une sorte d espace mental où se déroulent les événements. Figurer le temps sur un espace matériellement palpable aidera alors l enfant à passer de la perception à la représentation du temps. La «maîtrise» du temps passe également par l usage d un vocabulaire spécifique organisé selon les principes d antériorité-postériorité, de simultanéité : noms (date, journée, mois), adjectifs (vieux, jeune, ancien,..), prépositions (avant, après, pendant,..), adverbes (aujourd hui, hier, demain,..). C est ce langage temporel qui amène l enfant, de par sa maîtrise, à mieux structurer son système de représentation du temps et à le coordonner avec celui des adultes. Les activités langagières permettent donc à l enfant de verbaliser ses actions et, de ce fait, de comparer ses expériences et ses hypothèses à celles des autres. C est également en parlant de ses expériences que l enfant va montrer comment il structure le temps. Il apprend ainsi à organiser sa pensée selon une chronologie cohérente (avant/après). L enjeu d une pédagogie du temps va ainsi résider dans la maîtrise de cette gymnastique mentale de reconstitution de l ordre temporel. Le langage, comme l espace, assure donc à l enfant une première représentation du temps. Les enjeux pédagogiques sont nombreux et fondamentaux. L école assure la construction de la notion de temps en mettant en place des pratiques pédagogiques progressives et cohérentes sur lesquelles nous nous arrêterons après avoir pris connaissance du cadre institutionnalisé dans lequel se construit la notion de temps.

18 II - LES INSTRUCTIONS OFFICIELLES Les nouveaux programmes réaffirment le rôle essentiel de l école maternelle dans la construction des apprentissages futurs. Concernant la notion de temps, ce rôle est d autant plus fondamental que c est là que se mettent en place les premiers repères temporels qui permettront à l enfant de rentrer par la suite dans le temps historique. Je m intéresserai donc aux Instructions Officielles des cycles 1 et 2 dans la mesure où je n aborderai pas l Histoire qui constitue l essentiel de l apprentissage du temps au cycle 3. Dans les nouveaux programmes de 2002, le temps apparaît dans deux des grands domaines d apprentissages : le langage au cœur des apprentissages/la maîtrise de la langue et la découverte du monde (le temps qui passe). 1 - Le temps qui passe A la fin de l école maternelle et du cycle 2, l enfant doit être capable de :? reconnaître le caractère cyclique de certains phénomènes, utiliser des repères relatifs aux rythmes de la journée, de la semaine et de l année, situer des événements les uns par rapport aux autres (distinguer succession et simultanéité),? pouvoir exprimer et comprendre les oppositions entre présent et passé, présent et futur en utilisant correctement les marques temporelles et chronologiques,? comparer des événements en fonction de leur durée,? exprimer et comprendre, dans le rappel d un événement ou dans un récit, la situation temporelle de chaque événement par rapport à l origine posée, ses situations relatives (simultanéité, antériorité, postériorité) en utilisant correctement les indicateurs temporels et chronologiques.? distinguer le passé récent du passé plus éloigné,? identifier une information relative au passé en la situant dans une suite chronologique,

19 ? fabriquer et utiliser divers types de calendriers et y situer les événements étudiés,? mesurer et comparer des durées,? être curieux des traces du passé et les questionner pour les interpréter avec l aide du maître. On distingue à travers ces compétences à acquérir deux choses : d une part la construction et l utilisation de repères temporels et d autre part la sensibilisation aux traces du passé, au patrimoine proche de l enfant. En effet, l école maternelle permet à l enfant de maîtriser les cycles de la vie quotidienne en les anticipant ou les remémorant. L organisation régulière de l emploi du temps et des rituels qui marquent les passages d un moment à l autre ainsi que l utilisation des instruments de repérage chronologique (calendriers) et de mesure des durées (sabliers, horloges..) est un moyen sûr pour conduire les enfants à une meilleure appréciation du temps. L usage régulier des rituels est nécessaire dès la première année de l école maternelle. Progressivement, l enfant sépare les événements des moments où ils se produisent et parvient à ordonner des activités très différentes les unes des autres, en fonction du moment où elles ont eu lieu. Au cycle 2, il ne s agit pas encore de faire de l histoire mais d apprendre à mieux se servir des repères temporels et d aborder les instruments, horloges et calendriers, qui structurent le temps des hommes. Ce qui permet notamment à l enfant d exprimer, de comparer et de mesurer des durées. De plus, dès l école maternelle, la structuration du temps doit être nourrie par le récit ou par le témoignage d événements du passé mais aussi par la découverte d objets ou de réalités du passé. La distinction du passé proche et du passé lointain étant difficile à acquérir par le jeune enfant, il est essentiel de lui offrir la possibilité, par le biais du maître, de lui en faire prendre conscience. Au cycle 2, on aborde le patrimoine proche (ville ou village, quartier,...) de l enfant. Des événements sont ainsi abordés à travers la mémoire des hommes ou retrouvés à partir des monuments du patrimoine.

20 La structuration du temps au cours des cycles 1 et 2 est donc fondamentale pour aider l enfant à appréhender le temps historique et comprendre plus tard l Histoire. Les Instructions Officielles abordent la structuration du temps dans un autre grand domaine. 2 - Le langage au coeur des apprentissages Comme nous l avons vu dans les enjeux pédagogiques de l apprentissage de la notion de temps à l école, le langage joue un rôle essentiel dans la structuration du temps. La maîtrise des marques verbales de la temporalité 4 permet aux enfants de mieux se situer dans le temps présent, passé, futur et d acquérir un langage d évocation qui leur permettra de donner une origine temporelle (référée au temps objectif des calendriers) à chaque fait. L enfant doit aussi apprendre à situer les événements les uns par rapport aux autres, et ce vocabulaire temporel doit le lui permettre. L enfant doit ainsi être capable de :? rappeler en se faisant comprendre un événement qui a été vécu collectivement (sortie, activité scolaire,...),? comprendre une histoire adaptée à son âge et le manifester en reformulant par ses propres mots la trame narrative de l histoire? rapporter un événement, un récit, une information, une observation en se faisant clairement comprendre A l école maternelle, seul un usage répété de ces multiples manières de marquer la temporalité permet à l enfant d en comprendre le fonctionnement et de les utiliser à bon escient. Par ses interactions avec l enfant, l enseignant joue un rôle essentiel. Au cycle 2, l enseignant continue à développer et à structurer ces multiples formes d expression verbale de la temporalité en particulier dans le cadre du récit. 4 cf. p 10 «Le temps : un concept imbriqué parmi d autres»

21 Les Instructions Officielles font de la structuration du temps un axe important de l école maternelle et du cycle 2. Mais quelles sont les pratiques qui peuvent permettre de répondre à cette obligation? III - LES PRATIQUES MISES EN PLACE A L ECOLE La construction du temps à l école commence dès la petite section de maternelle et continue tout au long de la vie scolaire et sociale de l enfant. L école amène ainsi l enfant à structurer son temps par des activités variées. La transversalité de la notion de temps explique que la plupart des activités réalisées à l école participent de son apprentissage. Toutes les composantes de la structure temporelle interviennent en outre dans la formation intellectuelle de l enfant et tous les domaines d apprentissage jouent un rôle dans l élaboration du concept de temps. Toutes les activités proposées vont donc s inscrire dans l objectif d atteindre l une ou l autre des composantes du temps. Le schéma 5 ci-dessous nous montre bien que derrière le rituel de la date, la mise en ordre d images séquentielles, l apprentissage de comptines, la compréhension et l élaboration de récits, le compte rendu de l observation de la croissance de plantes, la réalisation d un gâteau ou l anticipation d une fête... se profilent les composantes du temps : simultanéité, succession, durée, emboîtements, évolution, irréversibilité, anticipation. SUCCESSION Reconstituer le film d une journée Raconter ou lire des histoires à épisodes Le calendrier E.P.S.: parcours avec actions successives RYTHME Apprentissage de comptines Activités musicales, rythmiques Danse Le calendrier Les saisons LE TEMPS EVOLUTION DUREE 5 Schéma issu du dossier «Le temps qui passe», publié dans «Education enfantine» n 8 d Avril 1998

22 Croissance des plantes et des animaux Croissance de l enfant Transformation de la matière Approche de la notion d âge Un paysage : autrefois et aujourd hui Le temps perçu Le sablier La combustion d une bougie La bouteille percée Le calendrier REVERSIBILITE / IRREVERSIBILITE Différents états de la matière La cuisine (cuisson) La mort (évocation) : plantations et élevage, aquarium Il appartient alors à l enseignant de prendre en compte le niveau de la classe (PS, MS, GS, CP ou CE1) et les possibilités de chaque enfant pour répartir les difficultés tout au long d une progression annuelle. 3 ème p a r t i e :

23 Analyse des pratiques p e r s o n n e l l e s Dans cette dernière partie, je vais exposer et analyser le résultat de séances menées en classe. Les activités pouvant être mise en place à l école sont d autant plus nombreuses que les entrées dans le temps sont multiples. J ai donc dû opérer un choix parmi celles que j ai pu proposer au cours de mes différents stages. Je présenterai dans ce mémoire trois séquences menées dans la classe de PS, GS, CP, CE1 de l école de Rocles : l observation des manifestations de la vie végétale, la réalisation d un emploi du temps et un travail sur les lignes de vie. Je m efforcerai d en analyser les résultats sur la structuration du temps : ces séances ont-elles été efficaces dans la structuration du concept de temps par l enfant?

24 I - L OBSERVATION DES MANIFESTATIONS DE LA VIE VEGETALE COMME MOYEN DE STRUCTURATION DU TEMPS. Cette séquence reposait sur l observation des manifestations de la vie végétale et sur l évolution dans le temps de plantations. 1 - L observation quotidienne La première séance s organisait en une activité de langage autour des graines et de leur manipulation par les enfants. Les enfants étant en groupe, j ai décidé de mener cette activité de découverte par la mise en scène de l objet mystère contenu dans un sac en tissu. Cette «mise en scène» avait pour but de permettre aux plus petits de pouvoir s impliquer davantage dans la séance et d éviter que les grands, reconnaissant immédiatement des graines ne les écartent. Ainsi, lors de cette séance, les enfants ont émis des hypothèses sur le contenu du sac allant de la graine au caillou en passant par la perle ou la bille. Après le découverte des graines, certaines de ces idées ont persisté (les graines de pois restant des cailloux, même pour les plus Grands). Je les ai amenés à s interroger, après avoir admis qu il s agissait de graines, sur la possibilité que ces graines «poussent» ou non. Il en est ressorti que, pour eux, les grains de café et les graines de maïs ne devaient pas pousser. Après l émission de ces hypothèses, les enfants ont planté les graines. A ce moment là, ils étaient presque tous persuadés que les plantes auraient déjà poussé le lendemain. C est donc cette idée de départ qu il me fallait «corriger» afin de leur faire prendre conscience du temps réellement nécessaire à la germination de graines. Pour cela, j ai mis en place une grille d observation quotidienne et pour permettre aux enfants de remplir plus facilement cette grille, j ai constitué des binômes (un PS/GS avec un CP/CE1). Tous les jours les enfants ont donc observé l évolution des plantations, rempli leur grille et arrosé leurs plantes. Nous avons ajouté à ce dispositif des prises de photos régulières et des dessins.

La construction du temps et de. Construction du temps et de l'espace au cycle 2, F. Pollard, CPC Bièvre-Valloire

La construction du temps et de. Construction du temps et de l'espace au cycle 2, F. Pollard, CPC Bièvre-Valloire La construction du temps et de l espace au cycle 2 Rappel de la conférence de Pierre Hess -Démarche de recherche: importance de se poser des questions, de chercher, -Envisager la démarche mentale qui permet

Plus en détail

Découvrir le monde à l école maternelle

Découvrir le monde à l école maternelle Découvrir le monde à l école maternelle Faire des sciences à l école en se questionnant et se confrontant au réel en mettant en œuvre une démarche d investigation en ayant un regard critique en travaillant

Plus en détail

Le contexte de mise en place

Le contexte de mise en place Le contexte de mise en place Depuis 2006, l Ecole des mines de Saint-Etienne collabore avec la main à la pâte, la direction des services départementaux de l éducation nationale de la Loire, et les autorités

Plus en détail

Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire

Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire Type d outil : Outil pour favoriser la mise en mémoire et développer des démarches propres à la gestion mentale. Auteur(s) : Sarah Vercruysse,

Plus en détail

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin Apprendre, oui... mais à ma manière Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin La motivation scolaire prend son origine dans les perceptions qu un étudiant a de lui-même, et celui-ci doit jouer

Plus en détail

Ressources pour l école élémentaire

Ressources pour l école élémentaire Ressources pour l école élémentaire éduscol Découverte du monde Progressions pour le cours préparatoire et le cours élémentaire première année Ces documents peuvent être utilisés et modifiés librement

Plus en détail

Différencier, d accord oui mais comment organiser sa classe.

Différencier, d accord oui mais comment organiser sa classe. Différencier, d accord oui mais comment organiser sa classe. Quand on est convaincu que l on ne peut pas travailler tout le temps avec toute sa classe en même temps et que l on souhaite mettre en place

Plus en détail

Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Présentation de l horaire et calendrier (activité orale) Présentation de l horaire et calendrier (activité orale)

Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Présentation de l horaire et calendrier (activité orale) Présentation de l horaire et calendrier (activité orale) 8h45-9h00 Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Présentation de l horaire et calendrier (activité orale) Présentation de l horaire et calendrier (activité orale) Présentation de l horaire et calendrier (activité

Plus en détail

Le graphisme et l écriture, en lien avec les apprentissages en maternelle

Le graphisme et l écriture, en lien avec les apprentissages en maternelle Le graphisme et l écriture, en lien avec les apprentissages en maternelle Conférence de Marie-Thérèse Zerbato-Poudou : Les apprentissages à l école maternelle 12 novembre 2008, St Etienne de St Geoirs

Plus en détail

Aider les élèves qui en ont le plus besoin. Animation pédagogique 17 septembre 2008

Aider les élèves qui en ont le plus besoin. Animation pédagogique 17 septembre 2008 Aider les élèves qui en ont le plus besoin Animation pédagogique 17 septembre 2008 Un facteur de réussite scolaire : les capacités métacognitives de l élève Wang M.-C. (1990) Qu est-ce que la métacognition?

Plus en détail

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE I. LE CAS CHOISI Gloria est une élève en EB4. C est une fille brune, mince avec un visage triste. Elle est timide, peureuse et peu autonome mais elle est en même temps, sensible, serviable et attentive

Plus en détail

Académie de Créteil. Projet présenté autour de l album «Trois souris peintres» d Ellen Stoll Walsh

Académie de Créteil. Projet présenté autour de l album «Trois souris peintres» d Ellen Stoll Walsh Projet académique 2013-2014 «Des boîtes à histoires» Comment créer un outil au service de la mise en mémoire et de la compréhension des textes littéraires Académie de Créteil Projet présenté autour de

Plus en détail

Se réécouter, améliorer sa prononciation, Refaire (statut de l erreur ) S entendre parler. S entendre parler

Se réécouter, améliorer sa prononciation, Refaire (statut de l erreur ) S entendre parler. S entendre parler Enregistrer un élève, un groupe d élèves Faire s exprimer l enfant Améliorer la prononciation Favoriser l acquisition des sons Dire avec une bonne prononciation Evaluer les difficultés de langage S exprimer,

Plus en détail

FICHE N 8 Photodiversité, d une banque d images à un portail d activités en ligne Anne-Marie Michaud, académie de Versailles

FICHE N 8 Photodiversité, d une banque d images à un portail d activités en ligne Anne-Marie Michaud, académie de Versailles FICHE N 8 Photodiversité, d une banque d images à un portail d activités en ligne Anne-Marie Michaud, académie de Versailles Niveaux et thèmes de programme Sixième : 1 ère partie : caractéristiques de

Plus en détail

Centre de la petite enfance Le Petit Réseau inc. PROGRAMME D ACTIVITÉS 4 ans à 5 ans

Centre de la petite enfance Le Petit Réseau inc. PROGRAMME D ACTIVITÉS 4 ans à 5 ans Centre de la petite enfance Le Petit Réseau inc. PROGRAMME D ACTIVITÉS 4 ans à 5 ans Juin 2010 TABLE DES MATIÈRES 1. CARACTÉRISTIQUES GÉNÉRALES 4 2. OBJECTIFS DE DÉVELOPPEMENT ENFANTS DE 4 ANS À 5 ANS

Plus en détail

Organiser l espace dans une classe de maternelle : Quelques idées. I - Les textes officiels : II - Les coins jeux : III - L enfant et le jeu :

Organiser l espace dans une classe de maternelle : Quelques idées. I - Les textes officiels : II - Les coins jeux : III - L enfant et le jeu : Organiser l espace dans une classe de maternelle : I - Les textes officiels : Quelques idées «L aménagement des salles de classe doit offrir de multiples occasions d expériences sensorielles et motrices.

Plus en détail

S organiser autrement

S organiser autrement S organiser autrement Dominique Tibéri enseignant en cycle 3 et formateur à l IUFM Nancy (54) propose ici une alternative à la préparation de classe telle qu elle est demandée par l Institution. Préparer

Plus en détail

DECOUVERTE ET UTILISATION DES TABLETTES NUMERIQUES DANS UNE GS/CP. Ecole Raphaël Périé Laurence ALBERT

DECOUVERTE ET UTILISATION DES TABLETTES NUMERIQUES DANS UNE GS/CP. Ecole Raphaël Périé Laurence ALBERT DECOUVERTE ET UTILISATION DES TABLETTES NUMERIQUES DANS UNE GS/CP Ecole Raphaël Périé Laurence ALBERT 1) Observation des applications sur la tablette numérique Nom de l application Contenu Remarques ABC

Plus en détail

Synthèse «Le Plus Grand Produit»

Synthèse «Le Plus Grand Produit» Introduction et Objectifs Synthèse «Le Plus Grand Produit» Le document suivant est extrait d un ensemble de ressources plus vastes construites par un groupe de recherche INRP-IREM-IUFM-LEPS. La problématique

Plus en détail

Céline Nicolas Cantagrel CPC EPS Grande Section /CP Gérer et faciliter la continuité des apprentissages

Céline Nicolas Cantagrel CPC EPS Grande Section /CP Gérer et faciliter la continuité des apprentissages Céline Nicolas Cantagrel C EPS Grande Section / Gérer et faciliter la continuité des apprentissages GS Quelques pistes par rapport à l équipe pédagogique : renforcer les liens, clarifier les paramètres

Plus en détail

L enseignant propose alors une reformulation (feedback) en ayant pris le soin de faire évoluer les propositions orales de l élève.

L enseignant propose alors une reformulation (feedback) en ayant pris le soin de faire évoluer les propositions orales de l élève. Usage de tablettes numériques à l'école Proposition de progression Niveau : GRANDE SECTION - MATERNELLE Année scolaire : 2014-2015 Projet général / Objectifs : ALBUMS ECHOS NUMERIQUES Afin de favoriser

Plus en détail

École : Maternelle. Livret de suivi de l élève. Nom : Prénom : Date de naissance : Année d entrée à l école maternelle :

École : Maternelle. Livret de suivi de l élève. Nom : Prénom : Date de naissance : Année d entrée à l école maternelle : École : Maternelle Livret de suivi de l élève Nom : Prénom : Date de naissance : Année d entrée à l école maternelle : Livret de suivi de l élève à l école maternelle Chaque compétence est évaluée selon

Plus en détail

SEQUENCE : LES 5 SENS

SEQUENCE : LES 5 SENS SEQUENCE : LES 5 SENS Groupe concerné : Groupe sciences Nombre de séances prévues : 8 Compétence 3 du Palier 2 du socle commun : La culture scientifique et technologique - Pratiquer une démarche scientifique

Plus en détail

Plan d accompagnement personnalisé

Plan d accompagnement personnalisé Logo de l académie et/ou du département Plan d accompagnement personnalisé Vu la loi n 2013-595 du 8 juillet 2013 d orientation et de programmation pour la refondation de l École de la République ; vu

Plus en détail

Un gâteau au yaourt pour le goûter!

Un gâteau au yaourt pour le goûter! Un gâteau au yaourt pour le goûter! (adapté de la séquence pédagogique "Let's make scones!" publiée sur le site Primlangues) http://www.primlangues.education.fr/php/sequence_detail.php?id_sequence=83 Niveau

Plus en détail

TABLEAU A DOUBLE ENTREE

TABLEAU A DOUBLE ENTREE TABLEAU A DOUBLE ENTREE Grande Section Instructions officielles Ecole maternelle (découvrir le monde) : «À l école maternelle, l enfant découvre le monde proche ; il apprend à prendre et à utiliser des

Plus en détail

Dossier de suivi de stage d observation en entreprise en classe de 3 ème

Dossier de suivi de stage d observation en entreprise en classe de 3 ème Année scolaire 2014 2015 Dossier de suivi de stage d observation en entreprise en classe de 3 ème STAGE 3 ème Du 02/02/2015 au 06/02/2015 Nom et prénom de l élève : Classe de : Projet d orientation : Nom

Plus en détail

Master Métiers de l enseignement scolaire. Mémoire professionnel de deuxième année UTILISER ET COMPRENDRE L ORDINATEUR EN MÊME TEMPS :

Master Métiers de l enseignement scolaire. Mémoire professionnel de deuxième année UTILISER ET COMPRENDRE L ORDINATEUR EN MÊME TEMPS : IUFM de Bonneville Année universitaire 2012-2013 Master Métiers de l enseignement scolaire Mémoire professionnel de deuxième année UTILISER ET COMPRENDRE L ORDINATEUR EN MÊME TEMPS : L apprentissage dans

Plus en détail

I - LE PROJET PEDAGOGIQUE

I - LE PROJET PEDAGOGIQUE ENSEIGNER L ACTIVITE HOCKEY A L ECOLE ELEMENTAIRE I - LE PROJET PEDAGOGIQUE Avant d avoir eu les élèves /joueurs A - DEFINITION DE L ACTIVITE SUPPORT : LE HOCKEY Le hockey est un jeu collectif praticable

Plus en détail

«Lady Souris : le mystère du frigidaire» : Gwénaëlle Boulet

«Lady Souris : le mystère du frigidaire» : Gwénaëlle Boulet «Lady Souris : le mystère du frigidaire» : Gwénaëlle Boulet Rédaction : concevoir et écrire plusieurs phrases cohérente. Ecrire à partir d un album. ( CE1 ou fin d année CP/CE1) En parallèle lire d autres

Plus en détail

Ancienne gare de déportation de Bobigny. Rencontre avec les enseignants de Bobigny Connaître les ressources locales 05.12.2012

Ancienne gare de déportation de Bobigny. Rencontre avec les enseignants de Bobigny Connaître les ressources locales 05.12.2012 Ancienne gare de déportation de Bobigny Rencontre avec les enseignants de Bobigny Connaître les ressources locales 05.12.2012 Sommaire : 1. Bobigny, une gare entre Drancy et Auschwitz 2. Après la guerre,

Plus en détail

Jeux mathématiques en maternelle. Activités clés. Jeu des maisons et des jardins (Yvette Denny PEMF)

Jeux mathématiques en maternelle. Activités clés. Jeu des maisons et des jardins (Yvette Denny PEMF) Activités clés NIVEAU : PS/MS Jeu des maisons et des jardins (Yvette Denny PEMF) Compétences Construire les premiers nombres dans leur aspect cardinal Construire des collections équipotentes Situation

Plus en détail

LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION

LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION DES NOMBRES par Jean-Luc BREGEON professeur formateur à l IUFM d Auvergne LE PROBLÈME DE LA REPRÉSENTATION DES NOMBRES On ne conçoit pas un premier enseignement

Plus en détail

Document d aide au suivi scolaire

Document d aide au suivi scolaire Document d aide au suivi scolaire Ecoles Famille Le lien Enfant D une école à l autre «Enfants du voyage et de familles non sédentaires» Nom :... Prénom(s) :... Date de naissance :... Ce document garde

Plus en détail

Entraînement, consolidation, structuration... Que mettre derrière ces expressions?

Entraînement, consolidation, structuration... Que mettre derrière ces expressions? Entraînement, consolidation, structuration... Que mettre derrière ces expressions? Il est clair que la finalité principale d une démarche d investigation est de faire acquérir des connaissances aux élèves.

Plus en détail

Dossier de suivi de stage d observation en entreprise en classe de 3 ème

Dossier de suivi de stage d observation en entreprise en classe de 3 ème Année scolaire 20 20 Dossier de suivi de stage d observation en entreprise en classe de 3 ème STAGE 3 ème Du././20.. au././20.. Nom et prénom de l élève : Classe de : Projet d orientation : Nom et adresse

Plus en détail

NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2

NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2 NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2 Résultats aux évaluations nationales CM2 Annexe 1 Résultats de l élève Compétence validée Lire / Ecrire / Vocabulaire / Grammaire / Orthographe /

Plus en détail

b) Fiche élève - Qu est-ce qu une narration de recherche 2?

b) Fiche élève - Qu est-ce qu une narration de recherche 2? Une tâche complexe peut-être traitée : Gestion d une tâche complexe A la maison : notamment les problèmes ouverts dont les connaissances ne sont pas forcément liées au programme du niveau de classe concerné

Plus en détail

La construction du nombre en petite section

La construction du nombre en petite section La construction du nombre en petite section Éléments d analyse d Pistes pédagogiquesp 1 La résolution de problèmes, premier domaine de difficultés des élèves. Le calcul mental, deuxième domaine des difficultés

Plus en détail

MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1

MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1 Nom : Prénom :.. MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1 Récapitulatif pour la validation du Diplôme National du Brevet (Attestation du Niveau A2 en Langue Vivante) : ACTIVITES

Plus en détail

PROJET : EXPERIMENTER SES 5 SENS AU QUOTIDIEN! DECOUVRIR LE MONDE PETITE SECTION

PROJET : EXPERIMENTER SES 5 SENS AU QUOTIDIEN! DECOUVRIR LE MONDE PETITE SECTION PROJET : EXPERIMENTER SES 5 SENS AU QUOTIDIEN! DECOUVRIR LE MONDE PETITE SECTION Compétence : Découvrir les parties du corps et les 5 sens. Leurs caractéristiques et leurs fonctions. Finalité : Préparer

Plus en détail

Expérimentation «Tablettes Tactiles en maternelle» (Octobre 2013 - Février 2014) Ecole maternelle Les Alouettes, Champhol

Expérimentation «Tablettes Tactiles en maternelle» (Octobre 2013 - Février 2014) Ecole maternelle Les Alouettes, Champhol Expérimentation «Tablettes Tactiles en maternelle» (Octobre 2013 - Février 2014) Ecole maternelle Les Alouettes, Champhol Dans le cadre du plan DUNE, l école a reçu, pour une période de 5 mois, 6 tablettes

Plus en détail

Une situation d'apprentissage du lexique en MS Les activités gymniques

Une situation d'apprentissage du lexique en MS Les activités gymniques Cette séquence permet l acquisition des compétences nécessaires à la construction des connaissances : - Connaître et enrichir le lexique de base de l action «se déplacer» : marcher, ramper, courir, grimper-escalader,

Plus en détail

Comment remplir une demande d AVS Remplir les dossiers administratifs quand on a un enfant autiste et TED (3) : demander une AVS

Comment remplir une demande d AVS Remplir les dossiers administratifs quand on a un enfant autiste et TED (3) : demander une AVS Comment remplir une demande d AVS Remplir les dossiers administratifs quand on a un enfant autiste et TED (3) : demander une AVS Intégration était le maître mot de la loi de 75, scolarisation est ce lui

Plus en détail

Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire

Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire 1. Ce que disent les plans d études vaudois Dans la partie consacrée aux finalités de l école vaudoise, le Plan d Etudes Vaudois (PEV) note à propos

Plus en détail

A1 Parler avec quelqu un Je peux dire qui je suis, où je suis né(e), où j habite et demander le même type d informations à quelqu un. Je peux dire ce que je fais, comment je vais et demander à quelqu un

Plus en détail

Organiser des groupes de travail en autonomie

Organiser des groupes de travail en autonomie Organiser des groupes de travail en autonomie Frédérique MIRGALET Conseillère pédagogique L enseignant travaille avec un groupe de niveau de classe et le reste des élèves travaille en autonomie. Il s agira

Plus en détail

LES REPRESENTATIONS DES NOMBRES

LES REPRESENTATIONS DES NOMBRES LES CARTES A POINTS POUR VOIR LES NOMBRES INTRODUCTION On ne concevrait pas en maternelle une manipulation des nombres sans représentation spatiale. L enfant manipule des collections qu il va comparer,

Plus en détail

Compétences en fin de maternelle Comparer des quantités.

Compétences en fin de maternelle Comparer des quantités. Le socle commun : Palier 1 - Compétence 3 «Les principaux éléments de mathématiques» Ecrire, nommer, comparer, ranger les nombres entiers naturels inférieurs à 1000. Les programmes : Compétences en fin

Plus en détail

Expérimentation Pédagogique

Expérimentation Pédagogique Expérimentation Pédagogique L'UTILISATION DE TABLETTES EN RÉSOLUTION DE PROBLÈMES POUR DÉVELOPPER LE PLAISIR DE CHERCHER Circonscription de Lunéville Ecole primaire d'hériménil Expérimentation tablette

Plus en détail

Niveau B1. Support 1 : Danses nouvelles et spectacles provocateurs des «années folles» (vidéo 01 mn 18)

Niveau B1. Support 1 : Danses nouvelles et spectacles provocateurs des «années folles» (vidéo 01 mn 18) La Fête jusqu où? Niveau B1 Remarque : attention, les supports 1 et 2 ne sont pas dissociables et son à travailler de manière enchaînée. Support 1 : Danses nouvelles et spectacles provocateurs des «années

Plus en détail

ESSOURCES PÉDAGOGIQUES

ESSOURCES PÉDAGOGIQUES 2015 MATERNELLES CYCLE I / PS - MS ESSOURCES PÉDAGOGIQUES Introduction Je découvre par les sens MODULES À DÉCOUVRIR PENDANT LA VISITE La Cité des enfants de Vulcania est un lieu d éveil, de découvertes

Plus en détail

Bienvenue à la formation

Bienvenue à la formation Bienvenue à la formation Environnement Alimentation Heure Ecriture Lecture Vie quotidienne Emotions Argent Informatique Poids et mesures Communication Orientation spatiale et temporelle Programme des cours

Plus en détail

Annexe 3. Le concept : exemple d une situation d apprentissage.

Annexe 3. Le concept : exemple d une situation d apprentissage. Annexe 3. Le concept : exemple d une situation d apprentissage. Le concept choisi ici comme exemple est une figure arbitrairement définie, appelée «WEZ», reprise d une expérience de Smoke cité dans un

Plus en détail

Présentation du programme de danse Questions-réponses

Présentation du programme de danse Questions-réponses Présentation du programme de danse Questions-réponses Description du programme Le DEC préuniversitaire en Danse du Cégep de Rimouski offre une formation collégiale préparatoire à la poursuite d études

Plus en détail

Compte-rendu d une expérience Un album à jouer... Le château de Radégou

Compte-rendu d une expérience Un album à jouer... Le château de Radégou Compte-rendu d une expérience Un album à jouer... Le château de Radégou (Publié par la revue EPS1) Deux classes... TPS/PS : Julie NIELSEN MS/GS : Karine BONIFACE (Mail : ec-taulignan@montelimar.ac-grenoble.fr)

Plus en détail

CO-INTERVENTION. Deux situations pour provoquer le débat: la co-intervention dans le cadre de la prévention. Ex: langage en GS

CO-INTERVENTION. Deux situations pour provoquer le débat: la co-intervention dans le cadre de la prévention. Ex: langage en GS CO-INTERVENTION Deux situations pour provoquer le débat: la co-intervention dans le cadre de la prévention. Ex: langage en GS la co-intervention dans le cadre de la remédiation: ex mathématique en CE2

Plus en détail

L'EPS à l'école primaire aucune modification des programmes

L'EPS à l'école primaire aucune modification des programmes L'EPS à l'école primaire aucune modification des programmes Les 3 objectifs sont poursuivis aussi bien à l'école maternelle, qu'à l école primaire MATERNELLE * Favoriser la construction des actions motrices

Plus en détail

Demande d admission au Centre pédagogique Lucien-Guilbault Secteur primaire

Demande d admission au Centre pédagogique Lucien-Guilbault Secteur primaire Date d envoi : Demande d admission au Centre pédagogique Lucien-Guilbault Secteur primaire QUESTIONNAIRE AU TITULAIRE Ce document doit être complété par le titulaire de classe et/ou par l orthopédagogue

Plus en détail

Tout au long de l année

Tout au long de l année Objectifs Familiariser les élèves avec le relevé d informations sur un journal de bord. Apprendre aux élèves à utiliser des instruments d observation scientifiques. Réaliser des dessins d observations

Plus en détail

Organiser des séquences pédagogiques différenciées. Exemples produits en stage Besançon, Juillet 2002.

Organiser des séquences pédagogiques différenciées. Exemples produits en stage Besançon, Juillet 2002. Cycle 3 3 ème année PRODUCTION D'ECRIT Compétence : Ecrire un compte rendu Faire le compte rendu d'une visite (par exemple pour l'intégrer au journal de l'école ) - Production individuelle Précédée d'un

Plus en détail

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Référence : Circulaire n 2010-037 du 25 février 2010 relative au dispositif d'accueil, d'accompagnement et de formation des enseignants

Plus en détail

Programmation découverte du monde (autre que mathématiques):

Programmation découverte du monde (autre que mathématiques): Programmation découverte du monde (autre que mathématiques): Période 2: Apprenons à toucher! Compétence MA01 : Reconnaître, nommer,décrire, comparer, ranger et classer des matières, des objets selon leur

Plus en détail

La Chronique des matières premières

La Chronique des matières premières La Chronique des matières premières Céréales, minerais ou pétrole, les ressources naturelles sont au cœur de l économie. Chaque jour de la semaine, Dominique Baillard informe du cours des matières premières

Plus en détail

Circonscription de. Valence d Agen

Circonscription de. Valence d Agen Circonscription de Valence d Agen Pourquoi ce guide? Depuis des décennies, le sujet des devoirs à la maison est discuté dans et hors de l école. Nous avons souhaité faire le point sur ce sujet afin de

Plus en détail

Exemples de différenciations pédagogiques en classe. Elémentaires Collèges. Ordinaires & ASH

Exemples de différenciations pédagogiques en classe. Elémentaires Collèges. Ordinaires & ASH Exemples de différenciations pédagogiques en classe. Elémentaires Collèges Ordinaires & ASH PRESENTATION ESPRIT DES OUTILS PRESENTES L objectif de cette plaquette est de proposer des tours de mains aux

Plus en détail

VI- Exemples de fiches pédagogiques en 3 ème année primaires

VI- Exemples de fiches pédagogiques en 3 ème année primaires 21 VI- Exemples de fiches pédagogiques en 3 ème année primaires 22 PROJET I : Séquence 3 ORAL (Réception) Compréhension orale : Activité d écoute : 1 ère fiche pédagogique L objectif de cette séance est

Plus en détail

Un contrat de respect mutuel au collège

Un contrat de respect mutuel au collège Apprentissage du respect - Fiche outil 01 Un contrat de respect mutuel au collège Objectifs : Décrire une action coopérative amenant élèves et adultes à s interroger sur leurs propres comportements en

Plus en détail

Comprendre un texte fictionnel au cycle 3 : quelques remarques

Comprendre un texte fictionnel au cycle 3 : quelques remarques Contribution aux travaux des groupes d élaboration des projets de programmes C 2, C3 et C4 Anne Leclaire-Halté, Professeure d université, Université de Lorraine/ESPÉ Comprendre un texte fictionnel au cycle

Plus en détail

Langue Française. Syllabus A1. Description globale du niveau A1 utilisateur élémentaire

Langue Française. Syllabus A1. Description globale du niveau A1 utilisateur élémentaire Langue Française Redatto da Dott.ssa Annie Roncin Syllabus A1 Description globale du niveau A1 utilisateur élémentaire L étudiant peut : -comprendre et utiliser des expressions familières et quotidiennes

Plus en détail

Méthode du commentaire de document en Histoire

Méthode du commentaire de document en Histoire Méthode du commentaire de document en Histoire I. Qu est-ce qu un commentaire de document? En quelques mots, le commentaire de texte est un exercice de critique historique, fondé sur la démarche analytique.

Plus en détail

LIRE POUR EXPRIMER. PAGE 1... Toboggan n 402

LIRE POUR EXPRIMER. PAGE 1... Toboggan n 402 RUBRIQUE TobDOC : Bienvenue à Versailles! (P. 8 à 13) DOMAINES D ACTIVITÉ Lecture Découverte du monde : structuration du temps Langue orale Compréhension Vocabulaire Pratiques artistiques et histoire des

Plus en détail

Ces différentes déclinaisons ont aussi pour but de former l enfant :

Ces différentes déclinaisons ont aussi pour but de former l enfant : La municipalité d Amboise a mené une réflexion afin d améliorer la qualité de l accueil périscolaire du matin et du soir, au sein des écoles maternelles et élémentaires de la commune. A partir de cette

Plus en détail

Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes

Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes Débat et argumentation Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes à travers le partage d expériences «La question se pose de savoir si le lien social ne se constitue que dans la lutte pour la

Plus en détail

Au temps des grands parents

Au temps des grands parents SEANCE 6 Evaluation SEANCE 5 La vie quotidienne d autrefois SEANCE 4 L école d autrefois SEANCE 3 Objets du présent et du passé (2) SEANCE 2 Objets du présent et du passé (1) SEANCE 1 Le temps qui passe

Plus en détail

Les petits pas. Pour favoriser mon écoute. Où le placer dans la classe? Procédurier. Adapter les directives. Référentiel Présentation des travaux

Les petits pas. Pour favoriser mon écoute. Où le placer dans la classe? Procédurier. Adapter les directives. Référentiel Présentation des travaux Tombe facilement dans la lune (distraction interne) Compenser les déficits d attention des élèves ayant un TDAH : des moyens simples à proposer aux enseignants Line Massé Département de psychoéducation,

Plus en détail

RENCONTRES DEPARTEMENTALES

RENCONTRES DEPARTEMENTALES RENCONTRES DEPARTEMENTALES 2014/2015 DANSE A EPINAY 20 classes Document à l attention des enseignants Jeudi 02 avril 2015 En ligne sur le site de la DSDEN du 93, dans la rubrique EPS : Livrets de compétences

Plus en détail

GRILLE D ANALYSE D UNE SEQUENCE D APPRENTISSAGE

GRILLE D ANALYSE D UNE SEQUENCE D APPRENTISSAGE GRILLE D ANALYSE D UNE SEQUENCE D APPRENTISSAGE 1 - LA DEFINITION DES OBJECTIFS DE LA SEQUENCE : - Ai-je bien identifié l objectif de la séquence? - Est-il clairement situé dans la progression générale

Plus en détail

La cour de récréation, terrain de jeux scientifiques Lieu d observations et d expérimentations Programmation annuelle et par périodes

La cour de récréation, terrain de jeux scientifiques Lieu d observations et d expérimentations Programmation annuelle et par périodes La cour de récréation, terrain de jeux scientifiques Lieu d observations et d expérimentations Programmation annuelle et par périodes Fixer un lieu précis de la cour avec les élèves pour observer les manifestations

Plus en détail

L écoute ritualisée au cycle 3

L écoute ritualisée au cycle 3 L écoute ritualisée au cycle 3 Documents d application des programmes La sensibilité, l imagination, la création Éducation artistique école élémentaire Ministère de la Jeunesse, de l Éducation nationale

Plus en détail

Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement

Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement, MELS, novembre 2011 Page 1 Document

Plus en détail

Cadrage du mémoire de master MEEF commun aux mentions «1 er degré», «2 nd degré» et «Encadrement Educatif»

Cadrage du mémoire de master MEEF commun aux mentions «1 er degré», «2 nd degré» et «Encadrement Educatif» Cadrage du mémoire de master MEEF commun aux mentions «1 er degré», «2 nd degré» et «Encadrement Educatif» Chaque parcours pourra compléter ce cadrage général par un cadrage spécifique au parcours prenant

Plus en détail

À l école pour développer des compétences

À l école pour développer des compétences _x áxüä vx wxá ÜxááÉâÜvxá wâvtà äxá tâå }xâçxá 2007-2008 2008 À l école pour développer des compétences -au préscolaire- - 1 - - 2 - Mot de présentation Votre enfant entre à la maternelle cette année.

Plus en détail

Compte rendu de la séance d APP de Maths La calculatrice la suite numérique

Compte rendu de la séance d APP de Maths La calculatrice la suite numérique Compte rendu de la séance d APP de Maths La calculatrice la suite numérique Séance effectuée dans une classe de CP à l école des Lauves, réalisée à partir de la vidéo fournie par M. EYSSERIC et préparée

Plus en détail

CE1 et CE2. Le journal des. Une nouvelle maîtresse. Actualité. Loisirs. Culture

CE1 et CE2. Le journal des. Une nouvelle maîtresse. Actualité. Loisirs. Culture Le journal des CE1 et CE2 Vendredi 13 mars 2003 Une nouvelle maîtresse Après les vacances de février (c est à dire depuis le lundi 24 février 2003), nous avons eu une nouvelle maîtresse qui s appelle Aurélie.

Plus en détail

majuscu lettres accent voyelles paragraphe L orthographe verbe >>>, mémoire préfixe et son enseignement singulier usage écrire temps copier mot

majuscu lettres accent voyelles paragraphe L orthographe verbe >>>, mémoire préfixe et son enseignement singulier usage écrire temps copier mot majuscu conjugaison >>>, L orthographe singulier syllabe virgule mémoire lettres et son enseignement graphie suffixe usage accent ; écrire féminin temps voyelles mot point Renforcer l enseignement de l

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

Les repères de temps familiers

Les repères de temps familiers séquence 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Les repères de temps familiers Je me repère dans le temps séance 1 A. Observe bien chacune de ces séries de deux photographies. À chaque fois, indique dans quel ordre elles

Plus en détail

Le travail de maturité (TM) au Gymnase français

Le travail de maturité (TM) au Gymnase français Plan d'études Gymnase français de Bienne 9 Le (TM) au Gymnase français 2. Objectifs 3. Dispositif 3. Cadre du 3.. Choix du domaine et du sujet du 3..2 Organisation du 3..3 Déroulement du 3..4 Forme du

Plus en détail

Compte rendu de la formation

Compte rendu de la formation BILAN QUALITATIF ET QUANTITATIF 12 participants 18 heures de formation sur 3 jours 9 associations de 2 départements représentées (75 et 94) Evaluation orale et bilan individuel écrit effectuée en fin de

Plus en détail

«Dire et écrire» pour réaliser une composition en travail collaboratif en géographie. Agnès Dullin, lycée J. Racine 20 rue du Rocher, 75008 Paris

«Dire et écrire» pour réaliser une composition en travail collaboratif en géographie. Agnès Dullin, lycée J. Racine 20 rue du Rocher, 75008 Paris «Dire et écrire» pour réaliser une composition en travail collaboratif en géographie Agnès Dullin, lycée J. Racine 20 rue du Rocher, 75008 Paris OBJECTIFS 1- Niveau et insertion dans la programmation 2-

Plus en détail

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique DOMAINE P3.C3.D1. Pratiquer une démarche scientifique et technologique, résoudre des

Plus en détail

Assises de l éducation prioritaire Collège BARBUSSE-VAULX EN VELIN Document 6 : Demi-journée de concertation, partie 2 : leviers d évolution proposés

Assises de l éducation prioritaire Collège BARBUSSE-VAULX EN VELIN Document 6 : Demi-journée de concertation, partie 2 : leviers d évolution proposés Assises de l éducation prioritaire Collège BARBUSSEVAULX EN VELIN Document 6 : Demijournée de concertation, partie 2 : leviers d évolution proposés Synthèse des échanges sur la mise en œuvre des leviers

Plus en détail

Formation Août 2013 Michèle Garello, IEN économie gestion Caroline Natta, professeur

Formation Août 2013 Michèle Garello, IEN économie gestion Caroline Natta, professeur Formation Août 2013 Michèle Garello, IEN économie gestion Caroline Natta, professeur Déroulement des deux journées Mardi 26 Matin : Intervention des IEN Jeudi 29 Matin : Production en binôme. Après-midi

Plus en détail

UNE EXPERIENCE, EN COURS PREPARATOIRE, POUR FAIRE ORGANISER DE L INFORMATION EN TABLEAU

UNE EXPERIENCE, EN COURS PREPARATOIRE, POUR FAIRE ORGANISER DE L INFORMATION EN TABLEAU Odile VERBAERE UNE EXPERIENCE, EN COURS PREPARATOIRE, POUR FAIRE ORGANISER DE L INFORMATION EN TABLEAU Résumé : Cet article présente une réflexion sur une activité de construction de tableau, y compris

Plus en détail

Stratégies favorisant ma réussite au cégep

Stratégies favorisant ma réussite au cégep Source de l image :daphneestmagnifique.blogspot.ca Stratégies favorisant ma réussite au cégep par Services adaptés du Cégep de Sainte-Foy Table des matières UN GUIDE POUR TOI!... 2 STRATÉGIES DE GESTION

Plus en détail

SEQUENCE EN PHYSIQUE «Construire une voiture qui roule le plus loin»

SEQUENCE EN PHYSIQUE «Construire une voiture qui roule le plus loin» SEQUENCE EN PHYSIQUE «Construire une voiture qui roule le plus loin» CYCLE : 2 GSM et CP (9 CP et 14 GSM) Objectif de la séquence : Construire une voiture qui roule le plus loin possible. Palier du socle

Plus en détail

4.3 L exploitation d un document vidéo. Outils pour la classe.

4.3 L exploitation d un document vidéo. Outils pour la classe. 4.3 L exploitation d un document vidéo. Outils pour la classe. Utiliser un document vidéo en classe de langue ce n est pas regarder ensemble la télévision mais le visionner en organisant sa découverte

Plus en détail

Proposition module maternelle : courir

Proposition module maternelle : courir Proposition module maternelle : courir Compétences des programmes Champs d actions Capacité Forme(s) de pratique(s) Adapter ses déplacements à des environnements ou des contraintes variées Pratique d activités

Plus en détail

Accompagnement personnalisé 6e

Accompagnement personnalisé 6e éduscol Accompagnement personnalisé 6e Accompagnement personnalisé en 6ème Problème pédagogique : l élève fait des erreurs dans la conjugaison du présent de l indicatif. Compétence 1 : Conjuguer les verbes,

Plus en détail