SARDINES A L HUILE SAUCE CHOCOLAT

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SARDINES A L HUILE SAUCE CHOCOLAT"

Transcription

1 SARDINES A L HUILE SAUCE CHOCOLAT

2 DU MEME AUTEUR : La Merguez apprivoisée, Publibook 2001 Terra, Publibook 2001, sous le nom de Jacques MORIZE Non publiés : Steak barbare Fume! C est du Chiite! La Pieuvre en chemise brune Entre l arbre et les Corses La châtreuse de charme

3 3 LUC CASTILLON SARDINE A L HUILE SAUCE CHOCOLAT

4

5 Avant-propos Luc Castillon est Chef de Groupe de la Brigade Antiterroriste (BAT). Le noyau de son équipe est constitué de Stacchi (dit Stac ou Mister Monstre), un copain de fac, de Samir M Zizi, Franco-Tunisien fils de restaurateur et de Driou, l ascète de cette bande de jouisseurs. L auteur tient à préciser que le récit qui suit est une œuvre purement imaginaire, de même que les personnages. Toutes ressemblances avec des personnes existantes, défuntes ou à venir seraient le fruit d un malencontreux hasard.

6 6 Il monte sur la Seine et se fait descendre. La voiture roulait lentement, rasant au plus près le trottoir. Prudent, le conducteur avait allumé ses feux de détresse, bien que la circulation fût nulle en cette fin de nuit. Penché en avant, il essayait d apercevoir la Seine au travers des trombes d'eau qui tombaient sans discontinuer depuis la veille. Soudain, il vit la passerelle. Il chercha un endroit pour se garer. Mais la bordure du trottoir était trop haute. Aussi abandonna-t-il sa voiture sur la chaussée, tous feux allumés. Lorsqu'il en débarqua, il fut happé par l'ouragan qui déferlait sur Paris. Il releva le col de son imperméable vert, en serra la ceinture. Puis il s'avança vers la passerelle. Parvenu au milieu de celle-ci, il eut peur d'être emporté tant les bourrasques étaient violentes. Il s'accrocha nerveusement au garde-corps et jeta un bref coup d œil au fleuve convulsé. De courtes vagues désordonnées s'entrechoquaient en soulevant des panaches d'écume grisâtre. Un instant, il subit l'attraction morbide de l'eau sombre et du vide. Sauter pour en finir avec cette histoire démente... La mort, ce devait être ça, un tourbillon d'eau livide et glacée. Il se ressaisit et reprit la traversée. Il aperçut la masse sombre de la voiture. Alors

7 7 qu'il s'engageait dans l'escalier, il vit la vitre du conducteur descendre lentement. Il eut ensuite le temps de distinguer le canon d'une arme d'où jaillit une flammèche. En même temps qu'il entendit la détonation, une horrible douleur lui déchira la poitrine. Deux autres projectiles l'atteignirent, l'un au torse, l'autre à l'abdomen. Les impacts le projetèrent en arrière. Chancelant, il se rattrapa à la rambarde, un goût de sang dans la bouche, submergé par la souffrance. Il entendit un moteur rugir, un long crissement de pneus martyrisés. Son agresseur fuyait. L'instinct de survie le poussa à rejoindre sa voiture. En s'accrochant au garde corps, il entreprit de retraverser la passerelle. La douleur était atroce, et il sentait ses forces le quitter peu à peu. Il parvint néanmoins à se traîner jusqu'à l'autre bout. Mais alors qu'il s'apprêtait à descendre la première marche, il fut secoué d'un spasme. Un jet de sang jaillit de sa bouche, un voile noir passa devant ses yeux, et il roula en bas des marches.

8 8 Chapitre premier La nuit achevait de s'étirer. Je somnolais dans mon fauteuil, les pieds calés sur mon burlingue. Dans la pièce voisine, mes trois compagnons d'infortune terminaient mollement une partie de tarot. Je ne percevais plus que de vagues murmures, parfois le choc d'une canette de bière reposée sur la table par une main harassée. Depuis quelques semaines, des informations faisaient craindre la reprise des attentats. De ce fait, la Brigade devait avoir une équipe prête à intervenir 24 heures sur 24 et les groupes se relayaient. C'était ma nuit de permanence. J''envisageais de me coucher par terre pour dormir plus confortablement lorsque le téléphone sonna. Je mis quelques instants à réagir, croyant à une hallucination auditive. D'une main mal assurée, je décrochai et bredouillai un "allô!" pâteux. - Commissaire Glandur, commissariat du XVI ème arrondissement. Z'êtes le responsable de permanence de la BAT.? - Inspecteur Castillon, oui, articulé-je avec difficultés. Mais respect, Monsieur le Commissaire. - Je vous appelle à la demande du Substitut Laire. On a une tentative d'homicide sur les bras et il pense que ça relève de votre domaine. Un diplomate allemand s'est pris deux balles dans la poitrine. Il est dans le coma. On a retrouvé sur lui un tract émanant d'une organisation kurde... - Ca s est passé où?

9 9 - Sur les quais rive droite, entre les ponts de l'alma et d'iéna, au niveau de la passerelle Debilly. - Je vois, on arrive. * * * Les nuits blanches rendent frileux. Les mains dans les poches de mon blouson, le col relevé, je grelotte sous les bourrasques. Mon royaume pour un café brûlant. Glandur nous pilote sur les lieux du crime. C'est un flic grisâtre, qu'on dirait extrait d'un film noir et blanc. La cinquantaine passée, il trimbale une bedaine proéminente sous un vieil imper avachi. Moustache et mégot de Gitane maïs, faudra le naturaliser et l'exposer au musée de la police quand il aura calanché. - Sa bagnole, marmonne-t-il, laconique, en s'arrêtant devant une grosse Opel. L'en est tout de suite descendu après l'avoir garée... S'est dirigé sans hésiter vers la passerelle. - Il y avait des témoins? Lui demandé-je, étonné par ce luxe de détails. - Oui. Deux amoureux qui se lutinaient dans une voiture. - Ils sont toujours là? - Ben non. Z étaient tout jeunes. La fille habite juste à côté. J'ai pris leur déposition et je les ai laissés rentrer chez eux. - Du moment que vous avez leur adresse, maugréé-je... Alors ensuite, que s'estil passé? - Il a traversé la passerelle. Comme il arrivait de l'autre côté, trois coups de feu.

10 10 L'a réussi à revenir en arrière... N'a pas pu descendre les marches... S'est écroulé et a roulé jusqu'en bas. C'est là qu'on l'a récupéré. Je mate l'environnement. La voie rapide, un passage piéton souterrain, la passerelle et sa grande arche métallique. En aval, un bateau qui fait restaurant. Sur l autre rive, la Tour Eiffel se balance. Il devait avoir rendez-vous. - Vous dites qu'il a retraversé avant de s'effondrer. Son agresseur n'a pas cherché à l'achever? - Ben non, voyez... - Le gars est toujours vivant? - Ah ça... J'sais pas. L'était dans le coma quand il a été évacué. Pas pu lui causer. Pensez, deux balles dans la poitrine et une dans le bide... Je fouine dans l'opel. Sans conviction. Les autres sont passés avant moi. Les papiers de la bagnole sont posés sur le siège passager. Le coffre est vide. De toute façon, les spécialistes la désosseront... - On passe de l'autre côté? Glandur acquiesce en silence. Un bout de trottoir, des marches de pierre usées. La passerelle est constituée de traverses de bois fixées sur des poutrelles métalliques. Je descends sur le quai opposé. Malgré la faiblesse de l'éclairage, je distingue parfaitement deux traces noires bien parallèles. Le tireur était embusqué dans une bagnole qui a décarré en catastrophe. Les traces se poursuivent sur une dizaine de mètres. - Z'avez trouvé quelque chose? Je redresse la tête. Il est resté là-haut, ce feignant. Je le rejoins.

11 11 - Je suppose que vous avez fait relever les traces de pneu? Pas que je crois trop à ce genre d'indice mais enfin... Il en paume son mégot. - Ah bon, parce que... Il est soudainement marri, le Glanmou. Il n'était même pas descendu voir... Je retraverse le fleuve en suivant des yeux les tâches brunes qui ont imprégné le bois. Plus on avance, plus elles sont nombreuses, jusqu'à l'endroit où le gars s'est écroulé avant de rouler jusqu'en bas. - Il doit être salement esquinté, murmuré-je. Vous avez le tract? - Oui, dans le fourgon. Venez. Les objets trouvés sur le diplomate et dans sa voiture ont été regroupés. Glandur me montre un étui plastifié dans lequel est glissée une enveloppe brune, vierge de toute inscription. - Mettez des gants, marmonne-t-il. C'est ce truc. - Cette enveloppe, où l avez-vous trouvée? - Ben... sur lui! - Je m'en doute, mais où exactement... - Dans la poche intérieure de son veston. - Il avait un pardessus, n'est-ce pas? Et vu le temps, il devait être entièrement fermé, ceinture serrée, non? Glandur hoche la tête affirmativement, dépassé par mes questions. J'extrais un feuillet dactylographié de l'enveloppe. C'est en Allemand. Il me reste de vagues notions de cette langue au son étrange venu d'ailleurs. Le papier émane

12 12 du Parti Révolutionnaire pour le Kurdistan Indépendant... C'est vasouillard et ça parle de l'oppression turque et des massacres irakiens. Je renifle un coup l'air humide. Je sens que je ne pêcherai plus rien ici. Autant rentrer au bercail et boire un grand café chaud. * * * Le dossier a été confié au juge antiterroriste Larosse. C'est une quinquagénaire sèche, cassante, méprisante et réac. Une vraie purge. Vers neuf heures, je me retrouve dans son burlingue, accompagné de Lacluze, le patron de la Brigade. Larosse nous salue à peine et me jette un coup d œil dégoutté. Probablement n'apprécie-t-elle pas ma tenue froissée et mon visage inrasé. - Faites votre rapport, Inspecteur, lâche-t-elle dès que nous sommes assis. Je fronce le nez, indisposé par l'odeur de son parfum. Ca sent vaguement l'antiseptique. Néanmoins, je lui résume succinctement ce que je sais de l'affaire avant de lui asséner ma conclusion. - Je pense que nous faisons fausse route avec ce tract kurde. Cette histoire n'a rien à voir avec eux. C'est un crime crapuleux et pour moi, ça relève de la Crime. - Qu'est-ce qui vous permet d'affirmer cela? Grince Larosse. - Simple. Le tract n est pas un message de revendications. Il se trouvait déjà sur Holtzberger quand celui-ci est arrivé sur les lieux. L agression elle-même n'est pas le fait de tueurs chevronnés. Le tireur n'est pas descendu de la

13 13 voiture, il a tiré de loin et il ne s'est même pas assuré de la mort de sa victime. Celle-ci vivait toujours à son arrivée à l'hôpital... Que je sache, les activistes kurdes sont des "professionnels" bien entraînés et impitoyables. - Ils auront été dérangés, grogne Larosse. Ce que vous affirmez là ne repose sur rien. Je suis saisie du dossier et je vous charge de l'enquête. Nous allons en examiner les modalités pratiques, mais rappelez-vous une chose : J'exige d'être informée très régulièrement et par écrit de son évolution et j'attends de vous un strict respect de la procédure.

14 14 Chapitre deux Je suis reçu par un attaché d'ambassade qui ne fait pas teuton pour un sou tant il est brun et boulot. Il paraît sincèrement affecté par la mort de son collègue. - Je ne comprends vraiment pas. C'était un garçon sans histoire, ouvert, sympathique... Il parle le Français sans une once d'accent mais son débit est un peu lent. - Et puis je ne vois vraiment pas pourquoi des kurdes l'auraient abattu, poursuit-il, le front plissé par l'incompréhension. - Kurdes ou pas, il est mort dans ce que l'on peut appeler une embuscade, non? - Certes Je me suis tuyauté avant de venir : Wilfried Holtzberger était l'attaché culturel de l'ambassade et il n'aurait jamais eu de rapports avec les Services Secrets allemands. - Je sais qu'il était marié, reprends-je. Des enfants, peut-être? Hans Machin (je n'ai pas retenu son nom à rallonge) secoue négativement sa grosse tronche à binocles. - Pas d'enfant, non. Il avait épousé une Thaïe il y a deux ans à peine, alors qu'il était en poste là-bas. - Pas d'ennui d'argent, pas de maîtresse, il n'était pas homosexuel, ne se droguait pas? - Tout de même, Monsieur l'inspecteur! S indigne-t-il. C'était un garçon sérieux, comme tous nos diplomates. Non, je ne vois pas... Une erreur, peut-

15 15 être? Tu parles... - Pardonnez-moi, je cherche simplement une explication à ce drame. Auriezvous la possibilité de me communiquer l'emploi du temps de Monsieur Holtzberger pour la journée d'hier? Le voyant se cabrer à nouveau, je m'empresse de poursuivre. - Comprenez-moi bien. Je cherche un détail qui me permettra de démarrer l'enquête. C'est peut-être dans les dernières vingt quatre heures de sa vie que je trouverai le déclic. Il se détend. - Vous avez raison. Venez, je vais vous présenter Frau Gertrud, sa secrétaire. Nous grimpons un étage pour rejoindre les bureaux du défunt conseiller culturel. Gertrud... Un prénom pareil, j imagine déjà la gravosse blondasse. Comme quoi les préjugés peuvent coûter cher. Parce que Frau Gertrud n'est pas un cageot, c'est plutôt un sacré canon! Blonde, ça oui. Mais grande, avec des jambes immenses et des seins comme des ogives. Elle est en mini-jupe très mini, avec des bottes qui lui remontent jusqu'aux genoux. En haut, un body jaune paille moulant souligne la magnificence de sa poitrine. Des yeux bleus en amande, tirant sur le violet, une bouche charnue, très rouge... La commotion! Machin fait les présentations, mais je suis déconnecté, les yeux aspirés par les siens, fasciné comme la souris par le serpent, chaviré par le désir comme la chaloupe par la mer en furie, tout ce que tu veux.

16 16 - Eh bien, je vais vous laisser, marmonne Herr Machin d'un air pincé. Inspecteur, si vous avez encore besoin de moi, n'hésitez pas, mon bureau vous est ouvert. Il sort, me laissant seul face à elle. - Allons nous installer dans le bureau de ce pauvre Monsieur Holtzberger, murmure-t-elle. Nous serons plus à l'aise. Je la suis machinalement, les yeux fixés sur sa chute de rein ondulante. Je m'assieds dans le fauteuil qu'elle me désigne et elle se pose en face de moi, croisant élégamment les jambes. Vision fugace de la culotte arachnéenne. Elle attrape un agenda relié cuir noir sur le bureau de son défunt patron et entreprend de m'énumérer ses rendez-vous de la veille qu elle me commente au fur et à mesure. Mais je n'arrive pas à me concentrer sur ses propos. Mes yeux sont comme scotchés sur ses jambes et Mister Pafowsky trépigne dans mon calcif. Quand je suis comme ça, je me demande si je ne suis pas malade. Ca finit par l'agacer et elle a une réaction époustouflante. Elle écarte ses cuisses fabuleuses. - C'est ça que vous voulez voir? Me dit-elle d'une voix méprisante. La culotte est mignonne, mais je ne suis pas comblé. Elle le réalise. Alors elle tire sur le timbre-poste qui recouvre sa cressonnière. Miam! Exactement comme je l imaginais, blond pâle, impeccablement entretenu, des lèvres roses ourlées. - Satisfait? On va pouvoir travailler sérieusement, à présent? Elle garde la pose, attendant ma réponse. Je disjoncte. Un élan irrépressible me pousse à m agenouiller entre ses cuisses ouvertes. D un geste fulgurant, je tire sur

17 17 la culotte qui déclare forfait. Dans le même temps, ma langue entre en action. Je me goinfre, bestial. Le repas du fauve, l'appétit d'un faune, la soif d'aujourd'hui, et que ça pétille. Ce qui me sauve, c'est l'effet de surprise. Le temps qu'elle réalise, elle est déjà à moitié pâmée. Trop tard pour réagir, l'affaire est trop engagée, elle veut connaître la suite, ouvre tout grand ses compas, me dope de la voix, me conseille, m'ordonne, trémousse du fion, gémit, halète, crie, tremble, vibre, décolle et s'effondre par terre. Fou de désir, je m'apprête à l'assaillir à même le sol lorsque la porte s'ouvre à la volée. - Gertud! Crie une voix de femme. Que se passe-t-il? (En allemand dans le texte). Je me tourne vers l'arrivante. Une petite brunette à lunette, moche comme un singe. Je m'avance vers elle, un sourire carnassier aux lèvres. - La douleur, murmuré-je. Manifestement, elle adorait son patron. Elle a piqué une crise de nerf, mais je crois que c'est terminé. Laissez-nous, je dois encore lui parler. Je dois avoir l'air très sauvage, car elle recule, affolée. Dès qu'elle est sortie, je ferme la porte et je retourne vers Gertrud. Malheureusement, le charme est rompu. Elle s'est rassise et regrette déjà de s'être laissée aller. Inutile d'insister. J'entreprends donc de l'interroger sur son patron. Bonhomme insignifiant, semblet-il, consciencieux et bosseur. Pas très heureux en amour, ayant épousé une femme volage, mais prenant la chose avec résignation.

18 18 - Je pense à une chose, s'exclame soudain la Faramineuse. Monsieur Holtzberger devait voir quelqu'un hier soir. Un homme qui l'a appelé plusieurs fois sans succès et qui, en désespoir de cause, m'a demandé de lui rappeler leur rendez-vous pour le soir même, à vingt deux heures. Je la mate, vaguement indécis. - Il vous avait précisé l'endroit? - Non, mais lorsque j'en ai parlé à Monsieur Holtzberger, il a murmuré : "Ah oui, au pub Elyséen". - Aucune idée concernant la personne avec qui il avait ce rendez-vous? - Hélas non. Je suis certaine de ne jamais avoir entendu cette voix auparavant. Est-ce une piste? En tout cas, c'est le seul os que j'aie à ronger pour le moment. Je me lève, un rien nostalgique. - Eh bien mademoiselle, il me reste à vous remercier pour votre... chaleureux accueil. J'espère que nous pourrons nous revoir pour terminer ce que nous avons commencé? Elle s'est levée elle aussi. Elle me regarde droit dans les yeux, provocante en diable. - J'y tiens autant que vous, Inspecteur. Je finis à 18 heures, si vous pouvez passer me chercher, vous connaissez mon numéro de téléphone ici? * * * Holtzberger habitait à Suresnes, dans un immeuble moderne bâti en front de

19 19 Seine, avec vue imprenable sur le bois de Boulogne. J'ai appelé sa jeune veuve pour lui demander de me recevoir. Mais j'ai peu de temps, car je dois aller à Roissy chercher deux collègues allemands qu'on me balance dans les pattes. L'accès à l'immeuble est contrôlé par un interphone. Je sonne chez Holtzberger, une fois, deux fois, trois fois sans succès. Problème. S'est-elle carapatée? J'essaye d'autres touches. Enfin, quelqu'un répond. Voix féminine. - Police, Madame. Inspecteur Castillon. Je dois voir l'une de vos voisines, qui ne répond pas. Pourriez-vous m'ouvrir? Il me faut parlementer un long moment pour qu'enfin, elle accepte de venir s'assurer de ma qualité de poulet. C est une quadragénaire brune un peu replète, elle est encore en robe de chambre. Je colle ma carte contre le vitrage de la porte. Rassurée, elle ouvre. - Merci, Madame. Holtzberger, c'est quel étage? - Troisième gauche. Mais que se passe-t-il? Sans lui répondre, je m'engouffre dans l'ascenseur. - Vous remontez? Dépassée, elle me rejoint. J'appuie sur le trois. Pendant que nous grimpons, j'entends une porte claquer puis une cavalcade dans l escalier. Soudain, j'ai comme un pressentiment. Arrêt au troisième. - La porte de droite, murmure la brune, qui sent ma tension. Je sonne, un long coup, trois coups courts. Pas de réponse. Je mate la serrure. Si les verrous de sécurité ne sont pas fermés, aucun problème. Je sors l'ustensile

20 20 nécessaire de ma fouille et je farfouille. Trois secondes plus tard, je pénètre dans l'appartement du diplomate. Saccagé. Il a été dévasté par un typhon. Meubles renversés, leur contenu répandu sur le sol, canapés et fauteuils éventrés. Je parcours les pièces au pas de charge. Dans la salle de bain, je bute sur une femme nue, la gorge tranchée. La baignoire est pleine de sang. Je touche une de ses mains. Encore chaude. L'assassin m'a glissé entre les pattes... Soudain, j'entends un glissement derrière moi. Je volte. Ce n'est que la brune qui, poussée par la curiosité, tente une incursion dans l'appartement. Inutile de la traumatiser. - Soyez gentille, madame. Rentrez chez vous. Il faut que j'appelle mes collègues. - Mais... que s'est-il passé? Un cambriolage? - Ca m'en a tout l'air. A quel étage êtes-vous? J'aurai quelques questions à vous poser. - Quatrième droite, balbutie-t-elle, dépassée par les événements. D'un coup de talon, je referme la porte derrière elle. J'enfile des gants pour attraper le téléphone et j'appelle la boîte.

21 21

22 22 Chapitre trois La brunette m'accueille, des points d'interrogation plein les yeux. Elle est toujours en robe de chambre. Son appartement est identique à celui du dessous. L'ameublement est classique, bon genre un peu lourd pour mon goût. - Asseyez-vous, me propose-t-elle en m'indiquant un fauteuil en cuir. Puis-je vous offrir quelque chose? - Volontiers. Un café, si vous en avez. Je n'ai pas dormi de la nuit... - Quel métier vous faites... Asseyez-vous au salon, je vais vous en préparer. Elle disparaît dans sa cuisine. Pressé de l'interroger, je la suis. - Alors, demande-t-elle, morte de curiosité. C'est un cambriolage? - Hélas, pire que cela. Monsieur Holtzberger a été assassiné cette nuit à Paris et sa femme ce matin, juste avant que j'arrive. J'espérais un choc, je suis servi. Elle devient blême et manque tomber dans les pommes. Je n'ai que le temps de l'asseoir sur un tabouret. - C'est... c'est horrible, gémit-elle. Mais qui? - Je n'en sais pas plus pour l'instant, Madame. C'est précisément pourquoi je dois vous parler. Il s agissait de vos voisins... Vous savez peut-être quelque chose qui m'aidera à trouver le coupable? - Oh vous savez, je les connaissais à peine... Lui, je le croisais parfois dans l'escalier, bonjour bonsoir, jamais davantage. - Et sa femme?

23 23 - Oh, celle là! Fait-elle en hochant la tête. Je pose une fesse sur le coin de la table, ce qui me permet d'avoir une vue plongeante sur ses ballons d'alsace. Encore bien roulée, la mère. Elle ne s'est pas rendu compte que sa robe de chambre découvre les trois quarts de ses cuisses. Le spectacle émoustille Mister Pafowsky. - Celle-là? L encouragé-je. - Une garce, Monsieur, une vraie garce. - Comment cela? - Si je vous racontais... - Précisément... - Quand même... - Ecoutez, Madame. C'est une affaire très grave, deux meurtres! Rendez-vous compte! Il faut tout me dire pour que je conserve une chance de coincer le meurtrier et l'empêcher de recommencer. Elle hésite encore un peu, mais l'idée que le tueur pourrait revenir l'incite à laisser sa pudeur de côté. - Elle reçoit souvent des hommes, murmure-t-elle en baissant la tête. L'aprèsmidi, pendant que son mari est au travail, et même parfois la nuit, quand il est en voyage. Elle est racoleuse, toujours vêtue comme une... enfin très court, si vous voyez ce que je veux dire. En plus une jaune! Vous pensez, ça excite les hommes! On ne se rend pas compte de prime abord, mais Madame doit se taper un bon 95 de tour de poitrine. En plus, ça à l'air ferme. Hum! Contrôle-toi, Castillon.

24 24 - Vous dites qu'elle reçoit des hommes. Pensez-vous que ce sont des amants? - Ah ça, aucun doute là-dessus! Vous aurez remarqué qu'ils occupent l'appartement situé directement sous le nôtre. Et les bruits montent. Certaines fois, c'est insoutenable. Ce sont des cris, des râles Mon Dieu! Lorsque mes enfants sont là, je suis gênée! - Ah bon? Et vous-même? Vous ne criez pas lorsque vous faites l'amour? Elle s en décroche la mâchoire. - Répondez-moi, insisté-je. C est important pour mon enquête! - Ah ça! Oh! Je ne crois pas... Non, vraiment pas. - Peut-être parce que l'on n'a pas su vous révéler? - Oh, Inspecteur! - Pardonnez-moi, Madame. C'est de vous voir si proche de moi, si belle, si désirable, de sentir votre parfum... Je crois bien que vous me faites perdre la tête! - Voyons, ce doit être la fatigue! Le café vous fera du bien... - J ai peur que ça ne fasse qu aggraver mon état Elle me regarde d'un air à la fois troublé et mal assuré. - C'est... C'est vrai que vous me trouvez belle? Pourtant, je suis plus âgée que vous. - Qu'importe votre âge, madame. Vous enflammez mes sens. Ah! Je vois que vous doutez. Confiez-moi donc votre main, elle saura vous dire mon émoi. L'innocente me laisse poser sa menotte sur le haut de ma cuisse, là où s'est développé un baobab nain. Incrédule, elle palpe puis retire sa main comme si elle

25 25 s'était brûlée. - Inspecteur, bafouille-t-elle, je crois que vous feriez mieux de partir. Je suis une honnête femme et... - Je suis confus, Madame. Un élan irraisonné, croyez-le bien. Je vais vous laisser. Mais je voudrais vous demander une faveur, une simple faveur. - Et quoi donc? Fait-elle, curieuse. - Souvent, les femmes, tu remarqueras. La curiosité les perd. - Laissez-moi juste me reposer quelques minutes, blotti contre vous. Je suis si fatigué, si désemparé... Toute cette violence, ce sang, ce malheur Elle hésite un peu, mais je lui fais mes yeux de cocker. D un coup, elle craque et me tend ses bras. Je cale ma tronche entre ses nichons chauds et odorants. Trente secondes plus tard, j'y fais des bisous, puis des léchouilles. Une main lui caresse le dos, l'autre les cuisses. Et ainsi de suite. Je la quitte une bonne heure plus tard après lui avoir démontré qu'elle criait aussi dans certaines circonstances. Avec tout ça, je n'ai plus le temps d'aller récupérer mes confrères teutons à Roissy. Ils sont en train d'atterrir. En catastrophe, j'organise leur réception avec un pote de la Police de l'air qui les fera convoyer jusqu'à la taule. Revenu à mon bureau, je me tape un casse-dalle sur le pouce tout en épluchant les premiers rapports concernant Holtzberger. Les balles ont été tirées de bas en haut, d'une distance d'environ dix mètres. Ca confirme ce que je pensais. Le tireur n'est pas descendu de sa bagnole.

26 26 Les Teutons arrivent alors que je suis en train de siroter un café épais comme du goudron. Indispensable pour me remettre de cette nuit blanche et des péripéties sexuelles de la journée. Je me lève pour les accueillir. Dans leur genre, ils sont parfaits. Des armoires aux yeux gris, tu dirais deux frères. Autant d'humanité dans leur regard que dans celui d'un requin venant de happer la jambe de bois d'un cul-de-jatte... Ils me serrent la main du bout des doigts, l'air d'avoir peur de se salir, et se présentent mutuellement. Bien sûr, je ne retiens pas leur nom. Pour plus de facilité, je les appellerai Zébullon et Zéphyrin. Je trouve ça plus aisé. Zébullon, c'est celui qui a la mèche grise, Zéphyrin, lui, est un peu rouquin. Banco? Je leur fais un point rapide de l'affaire. Lorsqu'ils apprennent l'assassinat de la femme d'holtzberger, ils se déchaînent. Zébullon, qui paraît être le chef (c'est aussi le plus âgé), hoche la tête, réprobateur. - Vous auriez dû tout de suite protéger Frau Holtzberger, qu'il me dit. Tout de suite, c'est élémentaire! - Il m'a fallu attendre le matin pour connaître l'adresse de votre diplomate, dont le passeport était domicilié à l'ambassade, plaidé-je. Zébullon hoche à nouveau la tête d'un air douloureux. - Nous possédons un fichier électronique où est recensé ce genre de renseignements... - OK, cher collègue. La perfection germanique! Que voulez-vous, nous ne sommes que de pauvres Français! Voulez-vous que je vous fasse conduire à votre hôtel?

27 27 - Nein, non! Nous avons l'accord de vos chefs pour suivre votre enquête. A présent, que comptez-vous faire? Te virer par la fenêtre, connard, pensé-je. - Enquêter au pub Elyséen, dis-je tout haut. - Ah oui, ce bar où Monsieur Holtzberger avait un tardif rendez-vous... * * * Nathan travaillait dans son atelier lorsque la sonnette retentit. Il n'attendait personne. Peut-être était-ce Maïh? Parfois, la jeune femme débarquait ainsi sans prévenir. C'était toujours merveilleux. Le désir les enflammait et ils se jetaient l'un sur l'autre avec avidité. Ils faisaient l'amour n'importe où, à même le sol, sur un coin de table et parfois même dans un lit, avec une sorte de frénésie qui confinait au désespoir. Emoustillé par avance, il alla ouvrir. Il se trouva nez à nez avec un homme brun aux cheveux très courts, grand et costaud, dont les yeux étaient masqués par des lunettes noires. Nathan eut le temps de remarquer les mains gantées. Sans mot dire, l'homme le repoussa à l'intérieur de l'appartement et claqua la porte avec le talon. - Mais enfin! Qui êtes-vous? Bredouilla le jeune homme tandis que l'inconnu tournait soigneusement le verrou. Toujours muet, l'homme brun refoula Nathan jusqu'au living. Il déboucla son

28 28 imperméable et en sortit un revolver auquel il adapta un gros cylindre noir. Nathan comprit qu'il s'agissait d'un silencieux et sentit la sueur ruisseler dans son dos. - Assieds-toi! Lui intima l'intrus, tout en prenant place sur une chaise. Effaré, le jeune homme ouvrit la bouche. Mais le canon de l'arme, brusquement braqué sur lui, l'incita à obtempérer. Satisfait, l'homme aux lunettes noires posa le flingue sur ses genoux et fixa le jeune styliste. Malgré les verres fumés, celui-ci sentit pour ainsi dire physiquement le regard dardé sur lui. Il frissonna. - Que me voulez-vous? Parvint-il à articuler malgré tout. - L'objet que t'a confié Madame Holtzberger. Nathan exprima une surprise non feinte. - Un objet? Quel objet? L'homme brun fut désarçonné par cette réponse. Il connaissait suffisamment l âme humaine pour sentir que ce jeune trou du cul avait trop peur pour lui mentir. Néanmoins, il insista. - Ecoute, petit. Je suis persuadé que tu n'as rien à voir dans cette histoire. Mais ta copine thaïlandaise m'a dit qu'elle t'avait confié un objet pour que tu le planques chez toi. Tu vas me le donner gentiment et je repartirai sans qu'il ne te soit rien arrivé de fâcheux. Une dernière chose : N'aie aucun scrupule, elle ne te le réclamera plus jamais. Elle est morte. Terrorisé, Nathan fut pris d'un violent tremblement. - Je vous assure que je ne sais pas de quoi vous parlez! Vous vous trompez,

29 29 Maïh n'a pas pu vous dire cela! Elle ne m a jamais confié quoi que ce soit. L'homme se leva en soupirant. Il allait certainement perdre son temps. Mais il devait être certain que le jeune homme disait vrai.

30 30 Chapitre quatre Le Pub Elyséen est un lieu cossu et feutré. Nous y débarquons peu avant quatorze heures et c'est encore plein de monde. Essentiellement des cadres sup' ou des dirigeants qui déjeunent avec des relations d'affaires ou avec leur maîtresse. Le patron trône derrière son rade. C'est un sexagénaire pansu et rougeaud, à la couperose très nouveau riche. Je lui montre discrètement ma plaque. Il la regarde exactement comme s'il s'agissait d'un étron déposé sur le cuivre lustré de son bar. - Qu'est-ce vous me voulez, maugrée-t-il. - Vous poser quelques questions. - Pas le temps. Je travaille, moi. Repassez dans l'après-midi. Je me sens devenir d'un rouge intéressant, d'autant plus que je capte le sourire ironique de Zéphyrin. Je m'efforce au calme. - Vous avez bien lu ma carte, hein? Vous ne me prenez pas pour un quêteur de l'armée du Salut? Le pansu se penche sur mon oreille droite. - J'en n'ai rien à foutre. J'ai rien à me reprocher, tout est en règle. Y'a deux ministres et un sénateur qui bouffent ici en ce moment même, j'ai qu'un mot à dire pour que tu te retrouves muté dans un coin pourri, alors tout flic que tu sois, fais preuve d'intelligence et tire-toi avec tes frères siamois. Putain, je me sens au bord de la bavure. Je parviens néanmoins à conserver mon sang froid. Retenant le pain qui me démange le poing, je lui fais un très beau

Le Cauchemar révélateur

Le Cauchemar révélateur Le Cauchemar révélateur Hier c était le départ de ma mère. On l emmena à l aéroport. Elle devait partir pour son travail. Quand l avion dans lequel elle était décolla, il passa au-dessus de nos têtes.

Plus en détail

contes licencieux des provinces de france

contes licencieux des provinces de france Jean Quatorze-Coups Tout près d ici, vivait il y a déjà longtemps une veuve dont le fils était chasse-marée, autrement dit, domestique dans un moulin. Jean c était le nom du jeune homme avait vingt-quatre

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

Mademoiselle J affabule et les chasseurs de rêves Ou l aventure intergalactique d un train de banlieue à l heure de pointe

Mademoiselle J affabule et les chasseurs de rêves Ou l aventure intergalactique d un train de banlieue à l heure de pointe Mademoiselle J affabule et les chasseurs de rêves Ou l aventure intergalactique d un train de banlieue à l heure de pointe de Luc Tartar * extraits * Les sardines (on n est pas des bêtes) - Qu est-ce qu

Plus en détail

C. H.: : Installe-toi. A cette époque de l'année, on se souhaite les vœux!

C. H.: : Installe-toi. A cette époque de l'année, on se souhaite les vœux! Christian Husson: Salut Matthieu. Matthieu Tenenbaum: Comment vas-tu? C. H.: : Installe-toi. A cette époque de l'année, on se souhaite les vœux! M. T.: Mes meilleurs vœux! C. H.: Alors, moi, je vais te

Plus en détail

Macmine et ses bons compagnons. CCéélleessttiinn

Macmine et ses bons compagnons. CCéélleessttiinn Macmine et ses bons compagnons CCéélleessttiinn Il était une fois une petite ambulance très intelligente. Elle vivait dans une petite maison en paille. Elle s amusait drôlement avec les autres voitures,

Plus en détail

Alice s'est fait cambrioler

Alice s'est fait cambrioler Alice s'est fait cambrioler Un beau jour, à Saint-Amand, Alice se réveille dans un hôtel cinq étoiles (elle était en congés). Ce jour-là, elle était très heureuse car elle était venue spécialement ici

Plus en détail

En voiture (*) de Sylvain BRISON

En voiture (*) de Sylvain BRISON En voiture (*) de Sylvain BRISON Pour demander l'autorisation à l'auteur : sylvain@kava.fr Durée approximative : 8 minutes Personnages - A, homme ou femme - B, homme ou femme Synopsis Un voyage pour Issoudun

Plus en détail

RENCONTRES EFFRAYANTES

RENCONTRES EFFRAYANTES RENCONTRES EFFRAYANTES Vampire ou loup-garou? Un frisson me saisit soudain, non pas un frisson de froid, mais un étrange frisson d angoisse. Je hâtai le pas, inquiet d être seul dans ce bois, apeuré sans

Plus en détail

Le loup et les sept chevreaux. Il était une fois une chèvre qui avait sept chevreaux, qu'elle aimait très fort. Un jour,

Le loup et les sept chevreaux. Il était une fois une chèvre qui avait sept chevreaux, qu'elle aimait très fort. Un jour, Le loup et les sept chevreaux Il était une fois une chèvre qui avait sept chevreaux, qu'elle aimait très fort. Un jour, comme elle voulait aller chercher de quoi manger dans la forêt, elle les appela tous

Plus en détail

L Intégrale de l Humour ***

L Intégrale de l Humour *** Un enfant va dans une épicerie pour acheter des bonbons. Comme l épicier n en vend généralement pas beaucoup, il les range tout en haut d une étagère très haute. Le garçon demande : 1 euro de bonbons s

Plus en détail

LA PERTE DE CONSCIENCE

LA PERTE DE CONSCIENCE CES QUELQUES NOTIONS PEUVENT SAUVER DES VIES. PENSEZ Y SV D URGENCES Pompiers et service médical urgent : 100 Police : 101 L'HEMORRAGIE Comment reconnaître une hémorragie? Le sang s'écoule abondamment

Plus en détail

Christina 1994 - Quelqu'un m'attendait quelque part...

Christina 1994 - Quelqu'un m'attendait quelque part... Christina 1994 - Quelqu'un m'attendait quelque part... - Collection Littérature humoristique - Retrouvez cette oeuvre et beaucoup d'autres sur http://www.atramenta.net 1994 - Quelqu'un m'attendait quelque

Plus en détail

Les chaises. - Les enfants, elle nous a dit, dans la nuit, une canalisation d'eau a gele et a creve, ce qui

Les chaises. - Les enfants, elle nous a dit, dans la nuit, une canalisation d'eau a gele et a creve, ce qui Les chaises.' Ca a ete terrible, a l'ecole, aujourd'hui! Nous sommes arrives ce matin, comme d'habitude, et quand Ie Bouillon (c'est notre surveillant) a sonne la cloche, nous sommes alles nous mettre

Plus en détail

Ça me panique, pas question de le nier. Mais c est ma seule carence, le dernier point encore sensible entre elle et moi, ce fait que, dès qu elle

Ça me panique, pas question de le nier. Mais c est ma seule carence, le dernier point encore sensible entre elle et moi, ce fait que, dès qu elle Ça me panique, pas question de le nier. Mais c est ma seule carence, le dernier point encore sensible entre elle et moi, ce fait que, dès qu elle commence sa crise d éternuements, il faut que je m arrache.

Plus en détail

Nouvelle écrit par Colette lefebvre- Bernalleau 1

Nouvelle écrit par Colette lefebvre- Bernalleau 1 Nouvelle écrit par Colette lefebvre- Bernalleau 1 LE BRAQUEUR DU Crédit Lyonnais C est un matin comme tous les jours pierrent après un petit déjeuner vite pris part pour le journal où il travaille et comme

Plus en détail

Les p'tites femmes de Paris

Les p'tites femmes de Paris Les p'tites femmes de Paris De Géraldine Feuillien D'après une idée de Stéphanie Bouquerel Episode 2: Ménage à trois 1 APPARTEMENT DE - BUREAU- INT - JOUR 1 Mais enfin Julien! Qu est ce qui t as pris de

Plus en détail

Acte 1. Entrée de Victor et Rebecca. Victor porte un gros sac qu il jette au milieu de la pièce

Acte 1. Entrée de Victor et Rebecca. Victor porte un gros sac qu il jette au milieu de la pièce Acte 1 Acte 1 Scène 1 : Rebecca, Victor Entrée de Victor et Rebecca. Victor porte un gros sac qu il jette au milieu de la pièce Victor (se laissant tomber dans un fauteuil): Ouf! Il se relève et fait un

Plus en détail

Je les ai entendus frapper. C était l aube. Les deux gendarmes se tenaient derrière la porte. J ai ouvert et je leur ai proposé d entrer.

Je les ai entendus frapper. C était l aube. Les deux gendarmes se tenaient derrière la porte. J ai ouvert et je leur ai proposé d entrer. Je les ai entendus frapper. C était l aube. Les deux gendarmes se tenaient derrière la porte. J ai ouvert et je leur ai proposé d entrer. Mais je me suis repris : En fait, je préférais les recevoir dans

Plus en détail

elizatitude production présente Plongez dans la poésie du mini conte philosophique du bonbon. Le Bonbon ou les aventures poétiques d une friandise

elizatitude production présente Plongez dans la poésie du mini conte philosophique du bonbon. Le Bonbon ou les aventures poétiques d une friandise elizatitude production présente Plongez dans la poésie du mini conte philosophique du bonbon. Le Bonbon ou les aventures poétiques d une friandise Un film de Elizabeth RICHARD 4 rue Parmentier 94130 NOGENT

Plus en détail

Learning by Ear Le savoir au quotidien Les SMS, comment ça marche?

Learning by Ear Le savoir au quotidien Les SMS, comment ça marche? Learning by Ear Le savoir au quotidien Les SMS, comment ça marche? Texte : Lydia Heller Rédaction : Maja Dreyer Adaptation : Julien Méchaussie Introduction Bonjour et bienvenue dans notre série d émissions

Plus en détail

LEARNING BY EAR. Sécurité routière EPISODE 4 : «Permis de conduire»

LEARNING BY EAR. Sécurité routière EPISODE 4 : «Permis de conduire» LEARNING BY EAR Sécurité routière EPISODE 4 : «Permis de conduire» Auteur : Victoria Averill Editeurs : Johannes Beck, Katrin Ogunsade Correction : Martin Vogl Traduction : Aude Gensbittel Personnages

Plus en détail

PAR VOTRE MEDECIN! «FUN», LES CIGARETTES RECOMMANDÉES NOUVELLE PERCÉE MÉDICALE!

PAR VOTRE MEDECIN! «FUN», LES CIGARETTES RECOMMANDÉES NOUVELLE PERCÉE MÉDICALE! «FUN», LES CIGARETTES RECOMMANDÉES PAR VOTRE MEDECIN! OUAH, DOC! JE ME SENS DÉJÀ MIEUX! C EST parce QUE FUN utilise le MEILleur DES TAbacs!! NOUVELLE PERCÉE MÉDICALE! VÉRIDIQUE! On a découvert que les

Plus en détail

SOYETTE, LE PETIT VER A SOIE

SOYETTE, LE PETIT VER A SOIE SOYETTE, LE PETIT VER A SOIE Le tout petit œuf. La toute petite chenille Le tout petit œuf vu à la loupe Il était une fois un tout petit œuf, pondu là. Un tout petit œuf, petit comme un grain de poussière.

Plus en détail

LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS

LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS Je suis une poupée dans une maison de poupée. Un jour j ai quitté mari et enfants, pourquoi? je ne sais plus très bien. À peine le portail s était-il refermé derrière

Plus en détail

Episode 9 Longueur 7 17

Episode 9 Longueur 7 17 Episode 9 Longueur 7 17 Allo, oui? Infirmière : Je suis bien chez mademoiselle Chloé Argens? Oui, c est moi. Infirmière : Ici l hôpital Saint-Louis. Je vous passe monsieur Antoine Vincent. C est lui, monsieur

Plus en détail

Compréhension de lecture

Compréhension de lecture o Coche pour indiquer si les phrases sont es ou o Paul et Virginie sont assis sur des fauteuils très confortables. o Virginie a une robe à pois. o Paul boit un café fumant dans une tasse rouge. o Virginie

Plus en détail

Manuscrit et Vocabulaire

Manuscrit et Vocabulaire Manuscrit et Vocabulaire Histoires fantastiques : En voiture! «Bienvenue dans votre voiture. Je vais accompagner pendant votre voyage. Laissez-moi vous guider!» On entend une voix mélodieuse quand Papa

Plus en détail

Le carnaval des oiseaux

Le carnaval des oiseaux Le carnaval des oiseaux Marie-Jane Pinettes et Jacques Laban Juillet 2001 1 Le carnaval des oiseaux A Camille, Margot et Théo 2 LE CARNAVAL DES OISEAUX Il y a longtemps, mais très, très longtemps, tous

Plus en détail

COLLEGE 9 CLASSE DE 3ème E TITRE DE LA NOUVELLE : «Mauvaise rencontre»

COLLEGE 9 CLASSE DE 3ème E TITRE DE LA NOUVELLE : «Mauvaise rencontre» COLLEGE 9 CLASSE DE 3ème E TITRE DE LA NOUVELLE : «Mauvaise rencontre» Il est 7h du matin, mon réveil sonne, je n'ai aucune envie d'aller en cours. Malgré tout, je me lève, je pars prendre mon petit déjeuner,

Plus en détail

Sauvée De mon mari, ma chère, sauvée! Délivrée! libre! libre! libre! Comment libre? En quoi? En quoi! Le divorce! Oui, le divorce!

Sauvée De mon mari, ma chère, sauvée! Délivrée! libre! libre! libre! Comment libre? En quoi? En quoi! Le divorce! Oui, le divorce! SAUVÉE I Elle entra comme une balle qui crève une vitre, la petite marquise de Rennedon, et elle se mit à rire avant de parler, à rire aux larmes comme elle avait fait un mois plus tôt, en annonçant à

Plus en détail

LA PLAGE BLANCHE SCENARIO ET DIALOGUES: GILLES GLEIZES UN FILM COURT AVEC : MIREILLE PERRIER ROGER MIREMONT EMMANUEL GUTTIEREZ GILLES GLEIZES

LA PLAGE BLANCHE SCENARIO ET DIALOGUES: GILLES GLEIZES UN FILM COURT AVEC : MIREILLE PERRIER ROGER MIREMONT EMMANUEL GUTTIEREZ GILLES GLEIZES LA PLAGE BLANCHE SCENARIO ET DIALOGUES: GILLES GLEIZES UN FILM COURT AVEC : MIREILLE PERRIER ROGER MIREMONT EMMANUEL GUTTIEREZ GILLES GLEIZES SYNOPSIS Une femme de lettres rencontre un homme qui ressemble

Plus en détail

Quelqu un qui t attend

Quelqu un qui t attend Quelqu un qui t attend (Hervé Paul Kent Cokenstock / Hervé Paul Jacques Bastello) Seul au monde Au milieu De la foule Si tu veux Délaissé Incompris Aujourd hui tout te rends malheureux Si tu l dis Pourtant

Plus en détail

Mercredi soir, boulevard aux Oiseaux

Mercredi soir, boulevard aux Oiseaux Mercredi soir, boulevard aux Oiseaux Ça se passe chez nous, boulevard aux Oiseaux. Après l école, pour me rendre utile, j ai ciré l escalier jusqu à ce que ça reluise à mort. «Ça fera plaisir à papa»,

Plus en détail

PRÉPARATION AU TEST! CULTURE INTERNATIONAL CLUB

PRÉPARATION AU TEST! CULTURE INTERNATIONAL CLUB Niveau 2 - Mots treize quatorze quinze seize dix-sept dix-huit dix-neuf vingt vingt-et-un vingt-deux vingt-trois vingt-quatre vingt-cinq vingt-six vingt-sept vingt-huit vingt-neuf trente quarante cinquante

Plus en détail

Épreuve de Compréhension orale

Épreuve de Compréhension orale 60 questions (4 sections) 40 minutes L épreuve de compréhension orale rassemble 4 sections comprenant 60 questions (questions 51 à 110). SECTION A SECTION B 8 questions Associer des illustrations à des

Plus en détail

TOUS MALADES! (Texte de M.-A. Ard) - Le Médecin : -----------------------------------------------------------------------------

TOUS MALADES! (Texte de M.-A. Ard) - Le Médecin : ----------------------------------------------------------------------------- L ATELIER du COQUELICOT 1 «Spectacle marionnettes», juillet 2015 TOUS MALADES! (Texte de M.-A. Ard) Personnages : - Le Médecin : -----------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Au pays du non voyant

Au pays du non voyant Olivier Guiryanan Au pays du non voyant Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les

Plus en détail

JE CHLOÉ COLÈRE. PAS_GRAVE_INT4.indd 7 27/11/13 12:22

JE CHLOÉ COLÈRE. PAS_GRAVE_INT4.indd 7 27/11/13 12:22 JE CHLOÉ COLÈRE PAS_GRAVE_INT4.indd 7 27/11/13 12:22 Non, je ne l ouvrirai pas, cette porte! Je m en fiche de rater le bus. Je m en fiche du collège, des cours, de ma moyenne, des contrôles, de mon avenir!

Plus en détail

Français Authentique Pack 2

Français Authentique Pack 2 Acheter un billet de train Contexte : Audrey a passé une semaine à Paris dans sa famille. Avant de rentrer chez elle en Allemagne, elle décide d aller rendre visite à une amie à Metz. Elle se rend à la

Plus en détail

VAGINISME. Quelques pistes pour avancer?

VAGINISME. Quelques pistes pour avancer? VAGINISME Quelques pistes pour avancer? Vaginisme Pendant longtemps, pénétration vaginale quasi impossible car trop douloureuse : brûlures. Et même pas de nom pour ça. Un jour : un mot. VAGINISME. Vaginisme

Plus en détail

AVERTISSEMENT. Ce texte a été téléchargé depuis le site http://www.leproscenium.com

AVERTISSEMENT. Ce texte a été téléchargé depuis le site http://www.leproscenium.com AVERTISSEMENT Ce texte a été téléchargé depuis le site http://www.leproscenium.com Ce texte est protégé par les droits d auteur. En conséquence avant son exploitation vous devez obtenir l autorisation

Plus en détail

MEILLEURS AMIS... PEUT-ÊTRE? Producent Gabriella Thinsz Sändningsdatum: 23/11 2004

MEILLEURS AMIS... PEUT-ÊTRE? Producent Gabriella Thinsz Sändningsdatum: 23/11 2004 MEILLEURS AMIS... PEUT-ÊTRE? Producent Gabriella Thinsz Sändningsdatum: 23/11 2004 Salut! Est-ce que tu as un bon copain? Un meilleur ami? Est-ce que tu peux parler avec lui ou avec elle de tout? Est-ce

Plus en détail

1. La famille d accueil de Nadja est composée de combien de personnes? 2. Un membre de la famille de Mme Millet n est pas Français. Qui est-ce?

1. La famille d accueil de Nadja est composée de combien de personnes? 2. Un membre de la famille de Mme Millet n est pas Français. Qui est-ce? 1 LA FAMILLE 1.1 Lecture premier texte Nadja va passer quatre mois de la prochaine année scolaire en France. Aujourd hui, elle a reçu cette lettre de sa famille d accueil. Chère Nadja, Je m appelle Martine

Plus en détail

CELINE CHELS LE CYCLE DES POLYMORPHES TOME 1 L IMMATURE CHAPITRE 0 : SPECIMEN

CELINE CHELS LE CYCLE DES POLYMORPHES TOME 1 L IMMATURE CHAPITRE 0 : SPECIMEN CELINE CHELS LE CYCLE DES POLYMORPHES TOME 1 L IMMATURE CHAPITRE 0 : SPECIMEN Texte 2013, Céline CHELS Tous droits réservés. Toute reproduction, même partielle, du contenu, par quelque procédé que ce soit

Plus en détail

LEARNING BY EAR. Sécurité routière EPISODE 7: «Le port du casque à moto»

LEARNING BY EAR. Sécurité routière EPISODE 7: «Le port du casque à moto» LEARNING BY EAR Sécurité routière EPISODE 7: «Le port du casque à moto» Auteur : Victoria Averill Editeurs : Johannes Beck, Katrin Ogunsade Correction : Martin Vogl Traduction : Aude Gensbittel Personnages

Plus en détail

HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION. French Continuers. (Section I Listening and Responding) Transcript

HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION. French Continuers. (Section I Listening and Responding) Transcript 2014 HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript Familiarisation Text M: Bonjour Yasmine. Ça va? F: Ah bonjour! Oui, ça va bien. Écoute, ce weekend

Plus en détail

ISBN 979-10-91524-03-2

ISBN 979-10-91524-03-2 ISBN 979-10-91524-03-2 Quelques mots de l'auteur Gourmand le petit ours est une petite pièce de théâtre pour enfants. *** Gourmand le petit ours ne veut pas aller à l'école. Mais lorsque Poilmou veut le

Plus en détail

Lisez ATTENTIVEMENT ce qui suit, votre avenir financier en dépend grandement...

Lisez ATTENTIVEMENT ce qui suit, votre avenir financier en dépend grandement... Bonjour, Maintenant que vous avez compris que le principe d'unkube était de pouvoir vous créer le réseau virtuel le plus gros possible avant que la phase d'incubation ne soit terminée, voyons COMMENT ce

Plus en détail

UNITÉ 5. Écris les noms des parties du corps indiquées dans les dessins. Bon Courage! Vol. 2

UNITÉ 5. Écris les noms des parties du corps indiquées dans les dessins. Bon Courage! Vol. 2 Écris les noms des parties du corps indiquées dans les dessins. Dans le bureau du docteur Lanquette Secrétaire: Secrétaire: Je voudrais un rendez-vous pour voir le docteur, s il vous plait. Vous avez une

Plus en détail

L ECOLE DE L ARNAQUE

L ECOLE DE L ARNAQUE L ECOLE DE L ARNAQUE Vous avez tous eu des projets de rénovation ou des projets d améliorations de votre habitation! Voici toutes les techniques de vente, les secrets des commerciaux, les pièges à éviter

Plus en détail

Octave MIRBEAU LA BAGUE

Octave MIRBEAU LA BAGUE Octave MIRBEAU LA BAGUE LA BAGUE Un matin, le vieux baron vint chez moi. Et, sans préambule, il me demanda : Est-ce vrai, docteur, qu il y a du fer dans le sang? C est vrai Ah! je ne voulais pas le croire

Plus en détail

INT. SALON DE LA CABANE DANS LA FORÊT JOUR

INT. SALON DE LA CABANE DANS LA FORÊT JOUR INT. SALON DE LA CABANE DANS LA FORÊT JOUR Quelqu un glisse une lettre sous la porte d entrée du salon. Jake se précipite pour la ramasser. Jake retourne l enveloppe : elle est adressée à «Finn». Chouette,

Plus en détail

S ickness Impact Profile (SIP)

S ickness Impact Profile (SIP) Nom : Prénom : Date de naissance : Service : Hôpital/Centre MPR : Examinateur : Date du jour : Étiquettes du patient S ickness Impact Profile (SIP) Il présente le même problème de droit d auteur (pour

Plus en détail

Vers toi Tim Project 2007

Vers toi Tim Project 2007 Vers toi Tu me sondes et me connaît, Tu sais tout de moi, non rien ne t est caché Chaque jour tu éclaires ma vie Tu gardes mes pas, tu me conduis Je veux te louer C est vers toi que je me tourne, Tu m

Plus en détail

Lola. Texte de Sylvie Lavoie et d Éric Lemoine İllustrations de Sonia Hivert Mise en page réalisée par Cloé Perrotin. www.majuscrit.

Lola. Texte de Sylvie Lavoie et d Éric Lemoine İllustrations de Sonia Hivert Mise en page réalisée par Cloé Perrotin. www.majuscrit. Lola Texte de Sylvie Lavoie et d Éric Lemoine İllustrations de Sonia Hivert Mise en page réalisée par Cloé Perrotin www.majuscrit.fr www.majuscrit.fr Marcus Papa Texte de Sylvie Lavoie et d Éric Lemoine

Plus en détail

DOCTEUR SÉMOI. de Patrick Mermaz

DOCTEUR SÉMOI. de Patrick Mermaz 1 Ce texte est offert gracieusement à la lecture. Avant toute exploitation publique, professionnelle ou amateur, vous devez obtenir l'autorisation de la SACD : www.sacd.fr de Patrick Mermaz Présentation

Plus en détail

Auxiliaire avoir au présent + participe passé

Auxiliaire avoir au présent + participe passé LE PASSÉ COMPOSÉ 1 1. FORMATION DU PASSÉ COMPOSÉ Formation : Auxiliaire avoir au présent + participe passé PARLER MANGER REGARDER J ai parlé Tu as parlé Il/elle/on a parlé Nous avons parlé Vous avez parlé

Plus en détail

Comment sont vos cheveux?

Comment sont vos cheveux? Comment sont vos cheveux? Être blond Être brun Être roux Être auburn Avoir les cheveux gris Avoir les cheveux grisonnants Avoir les cheveux blancs Avoir les cheveux bouclés, frisés Avoir les cheveux ondulés

Plus en détail

LE DISCOURS RAPPORTÉ

LE DISCOURS RAPPORTÉ LE DISCOURS RAPPORTÉ Le discours rapporté Le discours rapporté direct et indirect On parle de discours rapporté quand une personne rapporte les paroles d une autre personne ou bien ses propres paroles.

Plus en détail

On faitle rnarche. avec Papa

On faitle rnarche. avec Papa On faitle rnarche avec Papa Apres diner, Papa a fait les comptes du mois avec Maman. - Je me dernande ou passe l'argent que je te donne, a dit Papa. - Ah! j'aime bien quand tu me dis ca, a dit Maman, qui

Plus en détail

La mobilité en toute sécurité.

La mobilité en toute sécurité. La mobilité en toute sécurité. Mobilité, rapidité, confort et sécurité. Les CFF transportent environ un million de passagers, jour après jour. Car le train est fiable. Car voyager en train, c est pratique

Plus en détail

French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript

French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript 2013 H I G H E R S C H O O L C E R T I F I C A T E E X A M I N A T I O N French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript Familiarisation Text FEMALE: MALE: FEMALE: MALE: FEMALE: Salut,

Plus en détail

Inspiré de la nouvelle de Richard Matheson, «Escamotage».

Inspiré de la nouvelle de Richard Matheson, «Escamotage». Inspiré de la nouvelle de Richard Matheson, «Escamotage». EPISODE 1- Le Piège. Internet : sûrement le plus fabuleux réseau qui relie les hommes. Des continents entiers peuvent être reliés entre eux. Mais

Plus en détail

Article. «Le propriétaire» Daniel Arcand. XYZ. La revue de la nouvelle, n 34, 1993, p. 57-60.

Article. «Le propriétaire» Daniel Arcand. XYZ. La revue de la nouvelle, n 34, 1993, p. 57-60. Article «Le propriétaire» Daniel Arcand XYZ. La revue de la nouvelle, n 34, 1993, p. 57-60. Pour citer cet article, utiliser l'information suivante : http://id.erudit.org/iderudit/3900ac Note : les règles

Plus en détail

Les monstres de là-bas

Les monstres de là-bas Les monstres de là-bas Hubert Ben Kemoun Hubert Ben Kemoun vit à Nantes sur les bords de la Loire. Il est l auteur de très nombreux ouvrages en littérature jeunesse, pour les petits comme pour les beaucoup

Plus en détail

La reine des gourmandes et Natsu

La reine des gourmandes et Natsu La reine des gourmandes et Natsu Au loin, brillaient une multitude de petites lumières jaunes et violettes, la mégapole multicolore se découpait dans le paysage. Une atmosphère magique s en dégageait,

Plus en détail

French 2 Quiz lecons 17, 18, 19 Mme. Perrichon

French 2 Quiz lecons 17, 18, 19 Mme. Perrichon French 2 Quiz lecons 17, 18, 19 Mme. Perrichon 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. 11. 12. Est-ce que tu beaucoup? A. court B. cours C. courez -Est-ce qu'il aime courir? -Oui, il fait du tous les jours. A.

Plus en détail

AVERTISSEMENT. Ce texte a été téléchargé depuis le site. http://www.leproscenium.com. Ce texte est protégé par les droits d auteur.

AVERTISSEMENT. Ce texte a été téléchargé depuis le site. http://www.leproscenium.com. Ce texte est protégé par les droits d auteur. AVERTISSEMENT Ce texte a été téléchargé depuis le site http://www.leproscenium.com Ce texte est protégé par les droits d auteur. En conséquence avant son exploitation vous devez obtenir l autorisation

Plus en détail

E V A SCORE AOFAS AVANT-PIED

E V A SCORE AOFAS AVANT-PIED Bilan pré-opératoire Questionnaire à remplir par le patient Dr. Aloïs ESPIÉ Nom : Prénom : Date de naissance : / / 19 Date de l examen : / / 201 A propos de votre pied : droit gauche Opéré le : / / 201

Plus en détail

Lire et comprendre 1

Lire et comprendre 1 Lire et comprendre 1 Faites place à Mini-Loup, indien des mers du Sud. Faites place à Mini-Loup, corsaire des mers du Sud. Faites place à Mini-Rat, corsaire des mers du Sud. L équipe tire et pousse la

Plus en détail

ACTIVITE ANNUELLE GESTION RISQUE 2010

ACTIVITE ANNUELLE GESTION RISQUE 2010 ACTIVITE ANNUELLE GESTION RISQUE 2010 Cette documentation est réservée à l usage du personnel et des médecins du Centre de santé et de services sociaux de Port-Cartier. Les autres lecteurs doivent évaluer

Plus en détail

Unité 4 : En forme? Comment est ton visage?

Unité 4 : En forme? Comment est ton visage? Unité 4 : En forme? Leçon 1 Comment est ton visage? 53 Écoute, relie et colorie. 1. un œil vert 2. un nez rouge 3. des cheveux noirs 4. des yeux bleus 5. des oreilles roses 6. une bouche violette Lis et

Plus en détail

POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS?

POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS? POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS? Pourquoi vivons-nous des émotions? Voilà une excellente question! Avez-vous pensé: «Les émotions nous rendent humains» ou : «Elles nous permettent de sentir ce qui

Plus en détail

Une belle rencontre. Chapitre 1. Je m'appelle Elise Delamarre, j'ai douze ans et je vais rentrer en 4ème car j'ai sauté une classe.

Une belle rencontre. Chapitre 1. Je m'appelle Elise Delamarre, j'ai douze ans et je vais rentrer en 4ème car j'ai sauté une classe. Une belle rencontre La vie d'elise Chapitre 1 Je m'appelle Elise Delamarre, j'ai douze ans et je vais rentrer en 4ème car j'ai sauté une classe. J'habite à Lyon dans un appartement à deux kilomètres du

Plus en détail

Marie Lébely. Le large dans les poubelles

Marie Lébely. Le large dans les poubelles Marie Lébely Le large dans les poubelles Prologue «La vitesse de conduction des fibres postganglionnaires est-elle du même ordre que celle des fibres nerveuses motrices du système nerveux somatique?» C

Plus en détail

Les enfants et la sécurité alentour des. Parlons de sécurité quand tu joues alentour des chiens.

Les enfants et la sécurité alentour des. Parlons de sécurité quand tu joues alentour des chiens. Les enfants et la sécurité alentour des Parlons de sécurité quand tu joues alentour des chiens. Parlons de sécurité quand tu joues alentour des chiens. Qu est-ce que ton chien aime faire avec toi? Qui

Plus en détail

Exercices pour le cou Faites ces exercices 5 fois, de chaque côté

Exercices pour le cou Faites ces exercices 5 fois, de chaque côté Exercices pour le cou Faites ces exercices 5 fois, de chaque côté 1. Dire NON Tournez lentement la tête vers la gauche, de façon à regarder par dessus votre épaule gauche. Ramenez votre tête au centre.

Plus en détail

Oficina d Accés a la Universitat Pàgina 1 de 6 PAU 2015 Criteris de correcció ALERTE AUX «BIG MOTHERS»

Oficina d Accés a la Universitat Pàgina 1 de 6 PAU 2015 Criteris de correcció ALERTE AUX «BIG MOTHERS» Oficina d Accés a la Universitat Pàgina 1 de 6 SÈRIE 2 Comprensió escrita ALERTE AUX «BIG MOTHERS» 1. Oui, leur utilisation augmente progressivement. 2. Pour savoir si sa fille est rentrée à l heure prévue.

Plus en détail

7. Est-ce que vous êtes (tu es) paresseux (paresseuse) ou travailleur (travailleuse)?

7. Est-ce que vous êtes (tu es) paresseux (paresseuse) ou travailleur (travailleuse)? Leçon 1 1. Comment ça va? 2. Vous êtes (Tu es) d'où?' 3. Vous aimez (Tu aimes) l'automne? 4. Vous aimez (Tu aimes) les chats? 5. Comment vous appelez-vous (t'appelles-tu)? 6. Quelle est la date aujourd'hui?

Plus en détail

Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique

Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique BUT : Découvrir ton profil préférentiel «Visuel / Auditif / Kinesthésique» et tu trouveras des trucs

Plus en détail

Louise, elle est folle

Louise, elle est folle Leslie Kaplan Louise, elle est folle suivi de Renversement contre une civilisation du cliché la ligne Copi-Buñuel-Beckett P.O.L 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6 e pour Élise et Fred tu m as trahie

Plus en détail

«J aime la musique de la pluie qui goutte sur mon parapluie rouge.

«J aime la musique de la pluie qui goutte sur mon parapluie rouge. J aime, je n aime pas Extrait de "J'aime", Minne/Natali Fortier (Albin Michel) «J aime la musique de la pluie qui goutte sur mon parapluie rouge. Quand je traverse la route au passage piéton, j aime marcher

Plus en détail

Les Aventures de Victor Vivarais

Les Aventures de Victor Vivarais Raymond Rochette Les Aventures de Victor Vivarais Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé

Plus en détail

4e oreiller (*) de Sylvain BRISON. Synopsis Vous aussi, vous pourriez bien sans le savoir être inscrit au guide du co-sommeillage!

4e oreiller (*) de Sylvain BRISON. Synopsis Vous aussi, vous pourriez bien sans le savoir être inscrit au guide du co-sommeillage! 4e oreiller (*) de Sylvain BRISON Pour demander l'autorisation à l'auteur : sylvain@kava.fr Durée approximative : 10 minutes Personnages - A, homme ou femme - B, homme ou femme Synopsis Vous aussi, vous

Plus en détail

Elisabeth Vroege. Ariane et sa vie. Roman. Editions Persée

Elisabeth Vroege. Ariane et sa vie. Roman. Editions Persée ARIANE ET SA VIE Elisabeth Vroege Ariane et sa vie Roman Editions Persée Ce livre est une œuvre de fiction. Les noms, les personnages et les événements sont le fruit de l imagination de l auteur et toute

Plus en détail

Ne te retourne pas! Et Eddie l avait tirée par la main. Ce n était pas beau à entendre. Les balles crépitaient autour d eux dans le lointain.

Ne te retourne pas! Et Eddie l avait tirée par la main. Ce n était pas beau à entendre. Les balles crépitaient autour d eux dans le lointain. 1 Ne te retourne pas! Et Eddie l avait tirée par la main. Ce n était pas beau à entendre. Les balles crépitaient autour d eux dans le lointain. Une odeur de chocolat brûlant. Eddie semblait ne plus la

Plus en détail

Le petit bonhomme en pain d épices

Le petit bonhomme en pain d épices Le petit bonhomme en pain d épices Robert Gaston Herbert Le petit bonhomme en pain d épices Conte anglais Adaptation réalisée par Marie-Laure Besson pour «Le Cartable Fantastique» Robert Gaston Herbert

Plus en détail

Kerberos mis en scène

Kerberos mis en scène Sébastien Gambs Autour de l authentification : cours 5 1 Kerberos mis en scène Sébastien Gambs (d après un cours de Frédéric Tronel) sgambs@irisa.fr 12 janvier 2015 Sébastien Gambs Autour de l authentification

Plus en détail

que dois-tu savoir sur le diabète?

que dois-tu savoir sur le diabète? INVENTIV HEALTH COMMUNICATIONS - TERRE NEUVE - FRHMG00277 - Avril 2013 - Lilly - Tous droits de reproduction réservés. que dois-tu savoir sur le diabète? Lilly France 24 boulevard Vital Bouhot CS 50004-92521

Plus en détail

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est L enfant sensible Qu est-ce que la sensibilité? Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est de le surprotéger car il se

Plus en détail

C ÉTAIT IL Y A TRÈS LONGTEMPS QUAND LE COCHON D INDE N AVAIT PAS ENCORE SES POILS.

C ÉTAIT IL Y A TRÈS LONGTEMPS QUAND LE COCHON D INDE N AVAIT PAS ENCORE SES POILS. C ÉTAIT IL Y A TRÈS LONGTEMPS QUAND LE COCHON D INDE N AVAIT PAS ENCORE SES POILS. MAIS UN JOUR IL PARTIT PLUS AU NORD POUR DÉCOUVRIR LE MONDE. IL MARCHAIT, MARCHAIT, MARCHAIT SANS S ARRÊTER.IL COMMENÇA

Plus en détail

La recherche d'une entreprise d'accueil

La recherche d'une entreprise d'accueil La recherche d'une entreprise d'accueil Comment faire ses démarches par téléphone! Ce document vous apporte quelques conseils ainsi que la démarche générale pour prendre contact avec les entreprises et

Plus en détail

Le prince Olivier ne veut pas se laver

Le prince Olivier ne veut pas se laver Le prince Olivier ne veut pas se laver Il était une fois un roi, une reine et leurs deux enfants. Les habitants du pays étaient très fiers du roi Hubert, de la reine Isabelle et de la princesse Marinette,

Plus en détail

Les contes de la forêt derrière l école.

Les contes de la forêt derrière l école. Circonscription de Lamballe EPS cycle 1 Les contes de la forêt derrière l école. Une proposition de travail en EPS pour les enfants de petite et moyenne section, ayant comme thèmes Les déplacements, les

Plus en détail

DEVOIR / POUVOIR / VOULOIR

DEVOIR / POUVOIR / VOULOIR Activité 1. Complète les phrases avec le bon verbe au présent. DEVOIR / POUVOIR / VOULOIR 1. Elle absolument terminer son boulot avant de partir. 2. Elle sait bien qu elle rentrer à dix heures! 3. Il acheter

Plus en détail

DOCUMENT ALEX PATIRAS OSTEOPATHE CSSM BASKET ALTKIRCH. Etirement spécifique à la pratique du basket

DOCUMENT ALEX PATIRAS OSTEOPATHE CSSM BASKET ALTKIRCH. Etirement spécifique à la pratique du basket DOCUMENT ALEX PATIRAS OSTEOPATHE CSSM BASKET ALTKIRCH Etirement spécifique à la pratique du basket 1 : Tension du cou.2 Durée : 14 minutes Penchez la tête d un côté. Gardez les épaules relâchées. Laissez

Plus en détail

CHANSONS ET COMPTINES

CHANSONS ET COMPTINES PLURI-ELLES (MANITOBA) INC. 570, rue Des Meurons Saint-Boniface (Manitoba) R2H 2P8 Téléphone: (204) 233-1735 Sans frais: 1 800 207-5874 Télécopieur: (204) 233-0277 Site Internet: www.pluri-elles.mb.ca

Plus en détail