L enfant qui somatise

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L enfant qui somatise"

Transcription

1 L A P S Y C H I A T R I E D E L E N F A N T E T D E L A D O L E S C E N T L enfant qu somatse 2 par Johanne Bovn et Genevève Teller Évelyne a 10 ans, et sa mère consulte pour la trosème fos en un mos pour dfférentes plantes physques. Elle s nquète, car sa flle est souffrante, et aucun médecn consulté ne semble comprendre. «Docteur! Qu allez-vous fare pour ader ma flle?» INVESTIGATION d un symptôme somatque pour lequel L on soupçonne une étologe psychogénque représente un déf pour le médecn. Une des grandes dffcultés se stue au nveau de l nvestgaton physque, le médecn étant partagé entre la crante de passer à côté d une pathologe physque et la rétcence à surnvestguer un symptôme pour lequel l soupçonne fortement une orgne psychologque 1. Une nvestgaton trop exhaustve peut avor des conséquences parfos dffcles à rattraper par la sute. Elle contrbue à augmenter l nquétude de l enfant et de ses parents et favorse la régresson de l enfant à l ntéreur d un rôle de malade. Cette dffculté, dans certans cas, peut empêcher le médecn, pourtant ben ntentonné, de procéder à une évaluaton des facteurs psychologques qu pourraent contrbuer au problème. Il faut se rappeler que, même s la majorté des enfants qu consultent pour un symptôme physque sans étologe ne présentent pas de trouble psychatrque spécfque 2, l demeure que les enfants avec un dagnostc de trouble anxeux se présentent fréquemment d abord chez le médecn avec un symptôme somatque (encadré 1). Évaluaton d un symptôme de somatsaton Les D res Johanne Bovn et Genevève Teller, psychatres, exercent au servce de consultaton-lason de l Hôptal Sante- Justne, à Montréal. E N C A D R É 1 Investgaton : pèges à évter Évter les consultatons sans rendez-vous ; favorser la prse en charge par le même médecn. Le symptôme physque peut être assocé à une malade organque, à un trouble psychatrque ou à une mpasse dans le développement. Il faut évter de compartmenter l nvestgaton, c est-à-dre de ne démarrer l nvestgaton sur le plan psychologque que lorsque l nvestgaton physque est termnée. C est la clé du succès. L enfant et sa famlle dovent être persuadés que vous les prenez au séreux. Il ne faut pas essayer de les rassurer par de faux arguments n, ps encore, leur dre : «Ça se passe dans la tête». Donc, depus un mos, Évelyne a été examnée par tros médecns dfférents. Tout d abord, elle se plagnat de céphalées, pus d un mal de ventre, auxquels s ajoute aujourd hu une perte d appétt. La mère, de plus en plus nquète, vous demande s elle ne devrat pas se rendre à l urgence. Évelyne, une adorable fllette, semble peu concernée et lasse souvent sa mère répondre à sa place. Tout en explorant dfférents symptômes, vous vous dtes que vous amerez ben connaître cette pette flle. Il ne faudrat commencer l évaluaton des facteurs psychologques pouvant contrbuer à l étologe d une symptomatologe physque qu une fos que l enfant et ses parents auront ben comprs le but d une telle évaluaton. Trop souvent, l absence d explcatons clares génère une méfance pouvant empêcher la poursute de l évaluaton. La peur 41 Le symptôme physque peut être assocé à une malade organque, à un trouble psychatrque ou à une mpasse dans le développement. Il faut évter de compartmenter l nvestgaton, c est-àdre ne démarrer l nvestgaton sur le plan psychologque que lorsque l nvestgaton physque est termnée. C est la clé du succès. R E P È R E

2 42 d être jugé ou d être perçu comme un manpulateur («J a vrament mal, mas vous ne me croyez pas!») ou comme un fou («Ce n est pas dans ma tête, je ne sus pas fou!») est une réacton très fréquente chez les enfants. Chez les parents, la crante de «passer à côté» d une étologe physque est fréquente, et le médecn, qu partage souvent la même crante, se trouve dans une poston dffcle. De plus, les parents cragnent auss, souvent, d être jugés responsables de la symptomatologe de l enfant («Il n est pas battu, vous savez!»). Des explcatons clares et smples, avant de commencer l évaluaton, sont donc essentelles. Voc un exemple d explcatons qu on peut donner à un enfant d envron hut ans, en présence des parents, chez lequel l nvestgaton d une douleur abdomnale ncapactante s est révélée négatve : «Tu es venu me vor parce que tu as mal au ventre. Je t a ben examné, et tous tes tests sont normaux. C est une bonne nouvelle, tu n as pas de malade, mas je sas que tu as vrament mal. Je me demande s l y a quelque chose, dans ta ve, qu te dérange et qu pourrat explquer tes douleurs. Cros-tu qu une telle chose sot possble?» S l enfant, en rason de son âge, ne comprend pas le rôle possble des facteurs psychologques dans une symptomatologe physque, on peut lu donner comme exemple les céphalées de tenson, pusque la plupart des enfants ont déjà été en contact avec un adulte ayant présenté un tel symptôme. La forme que prendra l entreten du médecn avec l enfant et ses parents, dans ce cas, se démarque probablement de celu d un «style plus drectf», qu vse à rechercher les symptômes précs d une pathologe physque. Au nveau de la technque d entrevue, le médecn posera davantage des questons ouvertes, afn de créer un clmat de confance qu lu permettra de meux connaître cet enfant. L empathe, la rgueur et le temps qu on y passe sont les clés du succès. Pendant que le médecn reconstrut l hstore de cet enfant, l tentera de sasr l mportance des facteurs prédsposants, précptants et perpétuants. Le médecn ne dot pas se lasser désarçonner dans un premer temps par l absence apparente de facteurs psychologques qu auraent pu contrbuer aux symptômes physques. Les parents comme l enfant restent méfants, et auraent tendance à mnmser les dffcultés ou les vulnérabltés. Il faut se donner du temps pour établr un len de confance. La somatsaton, qu est dfférente du trouble de somatsaton du DSM-IV (crtères précs et nombreux), est très fréquente chez les enfants. On peut même dre qu elle est normale. Qu n a jamas exagéré l ampleur de ses symptômes afn de se fare «chouchouter» pendant quelques jours? La somatsaton devent pathologque lorsqu elle altère le fonctonnement de l enfant dans dfférentes sphères de sa ve et qu elle perdure au-delà de quelques jours. Chez l enfant, la somatsaton peut être comprse comme une façon de communquer ses crantes. Le plus souvent, elle apparaît au moment d une mpasse développementale. Le symptôme physque remplace l expresson des émotons ou des peurs. Facteurs prédsposants (tempérament) Au début de l entrevue, l est très utle de fare l évaluaton du fonctonnement de base de l enfant. En effet, une telle évaluaton ne rsque pas de mettre les parents sur la défensve et ntéressera vvement l enfant. Très souvent, elle permet de mettre en évdence les forces de l enfant (un enfant ntellgent, qu réusst ben à l école, par exemple) mas, également, ses ponts de vulnérablté (une dffculté à prendre ses dstances par rapport à sa famlle ou à fare face aux enjeux de l adolescence, par exemple). En posant une smple queston comme «Voulez-vous me décrre votre enfant?», nous pourrons explorer son tempérament, son fonctonnement, ses forces et ses ponts de vulnérablté. Cette queston peut nous ouvrr des pstes qu se confrmeront ou non, par la sute, au cours de l évaluaton. Facteurs précptants (stresseurs) Il s agt d obtenr des nformatons sur les événements précédant l apparton du symptôme. Vous aurez souvent ntérêt à ne pas les nterroger spécfquement sur les événements qu pourraent explquer la symptomatologe pusque n l enfant n ses parents ne sont toujours Il ne faudrat commencer l évaluaton des facteurs psychologques pouvant contrbuer à l étologe d une symptomatologe physque qu une fos que l enfant et ses parents auront ben comprs le but d une telle évaluaton. R E P È R E

3 conscents du len qu les unt. Il est préférable de leur demander de parler de la pérode entourant l apparton du symptôme. L hstore racontée pourra alors apporter des clés préceuses pour reconsttuer, dans un deuxème temps, la genèse du symptôme. Très fréquemment, on retrouve une symptomatologe béngne d orgne physque, qu marque le pont de départ d une régresson dont l enfant a beson. Facteurs perpétuants (atttude des parents) Les facteurs perpétuants n explquent pas la genèse du symptôme; ls nous éclarent plutôt sur les rasons pour lesquelles le symptôme se mantent dans le temps. Il s agt, en fat, des «bénéfces secondares». Le symptôme somatque représente souvent le drot à la régresson. Certans parents acceptent que l enfant n alle pas à l école ou qu l dorme dans leur lt. Ils acceptent parfos auss de prendre l entère responsablté du symptôme, c est-à-dre qu ls cherchent avec beaucoup d ardeur une soluton au problème. Tout l art du médecn sera de convancre un père ou une mère d en fare mons! Tout en parlant avec la mère d Évelyne, vous apprenez que cette pette flle a toujours crant la séparaton. Elle préfère rester à la mason ou nvter des ams et déclne toutes les nvtatons à passer la nut alleurs. De plus, la mère vous dt qu Évelyne est exgeante envers elle-même, et elle se demande constamment s ses parents sont fers d elle. Elle a commencé à fare de la gymnastque très régulèrement, et une compétton dot avor leu dans deux semanes. Elle vous dra qu elle ne pourra pas y partcper à cause de son mal de ventre. Elle vous semble peu déçue. Êtes-vous déjà sur une pste? Les symptômes physques représentent-ls pour elle, nconscemment, une façon d évter une stuaton stressante? Elle a manqué l école depus tros semanes, mas durant le jour, à la mason, avec sa maman qu, elle, a qutté son traval, elle a réuss à prendre de l avance dans ses travaux. Cependant, ausstôt qu on aborde le retour à l école, la douleur redevent nsupportable. Les parents commencent à vous suvre pendant qu on explore les dfférentes pstes et qu on constate des ncongrutés. Ils vont désormas travaller avec vous dans le but d ader Évelyne (encadré 2). Tratement d un symptôme de somatsaton sans pathologe psychatrque assocée Explcatons Vous consacrez du temps à cette famlle, et le len avec E N C A D R É 2 Pstes à explorer Tempérament de l enfant (Décrvez-mo votre enfant. Est-l nquet face à des changements? Comment réagt-l face à la colère?, etc.) Stresseurs récents + Famlle (séparaton, malade béngne, nassance, déménagement, etc.) + École (changement, exgences accrues, dffcultés scolares, etc.) + Étape du développement (entrée à la maternelle, début de l adolescence) + Malades récentes ou décès dans la famlle. Atttude des parents + Comment les parents réagssent-ls lorsque l enfant est malade? Absentésme scolare? + Les parents dorment-ls avec l enfant? + Est-ce que l enfant trouve des bénéfces dans sa malade? (décharge de certanes tâches, massage, vste médcale, etc.) les parents est mantenant ben établ. L explcaton que vous avez trouvée est satsfasante autant pour vous que pour les parents. Le temps que vous avez prs peut vous paraître mportant, mas s cela permet d évter des tests de plus en plus nvasfs, les consultatons chez dfférents spécalstes et un absentésme scolare qu se prolongerat, vous pouvez dre que ce temps a été très ben nvest 3. Une anamnèse détallée, l examen physque et les résultats des dfférents examens vous ont perms d élmner une cause organque. Il ne faut pas absolument essayer de convancre l enfant ou l adolescent. Certans éprouvent de la dffculté à reconnaître le len qu exste entre le symptôme et les événements stressants. Ce qu est mportant, c est qu ls acceptent les recommandatons de tratement. En tout premer leu, l enfant ou l adolescent et sa famlle ont beson d explcatons sur le rôle ou sur l absence de rôle qu une étologe organque peut jouer dans la symptomatologe. Très souvent, on retrouve une étologe mneure qu n explque pas l ensemble de la symptomatologe. Par exemple, une gastro-entérte banale qu se prolonge par des douleurs abdomnales durant tros mos. Cette parte du tratement, pourtant smple, est probablement la parte la plus mportante du suv et, malheu- Formaton contnue 43

4 44 reusement, celle qu est souvent néglgée ou oublée. S le médecn parvent à donner à la symptomatologe un sens qu est accepté par le parent et l enfant, le pronostc devent excellent. Interventon auprès des parents Il s agt souvent de la premère étape du suv, mmédatement après les explcatons. Les parents dovent être les allés du médecn lors de l applcaton des mesures de tratement. S aucune nterventon n est décdée pour dmnuer ou pour couper les «bénéfces secondares» du symptôme, l expérence nous montre que ce derner se mantent souvent longtemps. Le retour à l école est fréquemment la premère étape et la plus dffcle. Lorsque le médecn recommande le retour en classe, l enfant réagt souvent avec beaucoup d émoton ; l pleure et, fréquemment, l s y oppose. Les parents devront donc se montrer très fermes et, ben sûr, ls devront être persuadés de l absence d une pathologe physque. Il s agt auss de dmnuer les nterventons des parents au nveau du symptôme, tout en favorsant des rapprochements, selon l âge de l enfant, en dehors du symptôme. Il s agt d une étape dffcle, qu nécesste l établssement d un len de confance avec les parents, qu ne dovent pas se sentr jugés n tenus responsables, mas plutôt consdérés comme des allés, prêts à partcper au tratement. Un changement dans les atttudes parentales face au symptôme provoque souvent des sentments d abandon et d agressvté chez l enfant ou chez l adolescent : «Tu ne m ames plus, tu t en fous!». Pour mantenr un tel changement d atttude face au symptôme, les parents auront beson d être soutenus. Contact avec l école Comme l école est le mleu de ve de l enfant et que votre objectf est, entre autres, le retour en classe le plus rapdement possble, le médecn ou un membre de son équpe devra communquer avec l ensegnant, pour que son nterventon se fasse dans le même sens. Dans la majorté des cas, les professonnels de l école sont contents de recevor des explcatons et des recommandatons car, depus quelque temps, le comportement de cet enfant les dépassat probablement. Le retour à l école peut prendre des allures dramatques. Il faut donc que les parents, l école et le médecn en soent conscents. Par alleurs, s ls adoptent tous la même atttude, cette étape très dffcle devrat être de courte durée, l enfant réalsant qu l ne pourra plus évter le retour en classe. Suv psychothérapeutque ndvduel Il peut arrver que l enfant at beson d un souten ndvduel pour l ader à surmonter une dffculté passagère. On devra alors détermner le pont central de l nterventon (une dffculté à s ntégrer sur le plan socal, par exemple) et permettre à l enfant de partcper à des rencontres ndvduelles 2. Psychopharmacologe Étant donné l absence de pathologe psychatrque assocée, la psychopharmacologe n est pas ndquée. Autres mesures Il s agt d un suv spécfque de problèmes spécfques. Par exemple, une thérape famlale vsant à résoudre des dffcultés qu nfluencent drectement le symptôme. DANS LE CAS D ENFANTS qu consultent fréquemment pour des symptômes physques, le médecn généralste dot tenr compte des ponts suvants : Il faut être sensblsé au fat que les stresseurs psychosocaux et les symptômes physques sont souvent nterdépendants. Il faut donc opter pour une approche bopsychosocale plutôt que bomédcale. La somatsaton en est un bel exemple. Lorsque l enfant est souvent amené en consultaton pour des symptômes physques nexplqués, l faut consdérer l évaluaton comme un processus qu nécesstera pluseurs Il ne faut pas absolument essayer de convancre l enfant ou l adolescent. Certans éprouvent de la dffculté à reconnaître le len qu exste entre le symptôme et les événements stressants. Ce qu est mportant, c est qu ls acceptent les recommandatons de tratement. S le médecn parvent à donner un sens à la symptomatologe qu est accepté par le parent et l enfant, le pronostc devent excellent. R E P È R E S

5 SERVICES OFFERTS AUX MÉDECINS OMNIPRATICIENS par la Fédératon des médecns omnpratcens du Québec S U M M A R Y Somatzaton n pedatrc prmary care. Somatzaton can be defned as a physcal complant wthout an underlyng organc aetology. It needs to be emphaszed that rarely s somatzaton assocated wth a psychatrc llness. Rather, somatzaton commonly results from a developmental mpasse n a chld that leads to regressve behavour. Management s based on dentfyng the developmental dffculty, psycho-educaton of parents and chld, and elmnaton of regresson quckly to prevent chroncty. Key words: somatzaton dsorder, psychogenc pan dsorder, chldren, anxety. rencontres. L établssement d une relaton de confance est prmordal. Il faut rechercher les facteurs qu peuvent avor déclenché le symptôme, mas ne pas oubler les facteurs qu le mantennent, comme l anxété des parents ou les gans ou «bénéfces secondares» pour l enfant. L nvestgaton physque du symptôme est essentelle, s l on veut s assurer de la collaboraton des parents. Le déf est de pouvor ben doser cette nvestgaton pour offrr le tratement appropré. Le médecn généralste pourrat également avor beson d un éclarage psychatrque, par exemple, s une pathologe anxeuse est la cause du symptôme, et s l ressent le beson de recommandatons pharmacologques pour le tratement. Parfos, également, la complexté des relatons, les stresseurs et les lmtes des parents vous amèneront à orenter cette famlle vers des équpes pédopsychatrques. c Date de récepton : 29 avrl Date d acceptaton : 12 jun Mots clés : Somatsaton, douleur psychogène, enfants, anxété. Bblographe 1. Jellnek MS, Herzog DB. Psychatrc aspects of general hosptal pedatrcs, chap. Psychosomatc Dsorder. Chcago : Medcal Publsher Inc. ; p Garralda ME. Practtoner Revew: Assessment and management of somatsaton n chldhood and adolescence: A practcal perspectve. J Chld Psychol Psychatry 1999 ; 40 (8) : Frtz GK, et al. Somatoform Dsorders n Chldren and Adolescents: A revew of the past 10 years. J Am Acad Chld Adolesc Psychatry octobre 1999 ; 36 : 10. Épargne et nvestssement Régme enregstré d épargne-retrate (REER) Compte de retrate mmoblsé (CRI) Fonds enregstré de revenu de retrate (FERR) Fonds de revenu vager (FRV) Régme enregstré d épargne-études (REEE) Fonds d nvestssement Fonds FMOQ : (514) ou Programmes d assurances Assurances de personnes Assurances automoble et habtaton Assurances de bureau Assurance-médcaments et assurance-malade complémentares Assurances fras de voyage et annulaton Dale-Parzeau LM : (514) ou Pro-Fuson «auto» Achat vente Votures neuves ou usagées Locaton Fnancement d auto Pro-Fuson : (514) ou Téléphone cellulare et téléavertsseur Bell Moblté Cellulare (514) ou Carte Affnté Master Card Or Banque MBNA Servce à la clentèle : M me Renée Carter : (514) Tarfs corporatfs des hôtels pour les membres de la FMOQ FMOQ : (514) ou Drecton des affares professonnelles D r Mchel Desrosers, drecteur FMOQ : (514) ou Autres servces Assurance-responsablté professonnelle 45

La dépression réfractaire: rien ne va plus!

La dépression réfractaire: rien ne va plus! L A D É P R E S S I O N C H E Z L A D U L T E La dépresson réfractare: ren ne va plus! LORSQUE VOUS AVEZ ESSUYÉ un échec dans le tratement d une dépresson majeure après avor utlsé deux antdépresseurs de

Plus en détail

Pour avoir les idées plus claires...

Pour avoir les idées plus claires... ARNET PRATIQUE Pour avor les dées plus clares...... lorsque vous développez un projet d ntérêt général. Outl produt avec le souten du rédt Mutuel accuel SOMMaRe «Je ne connas pas d entrepreneur qu n at

Plus en détail

La genèse des premiers pas

La genèse des premiers pas ZANONE, P. G. (990). Perceptuo-motor development n the chld and the adolescent : perceptuo-motor coordnaton. n C. A. Hauert (Ed.) Developmental psychology. Cogntve, perceptuo-motor, and neuropsychologcal

Plus en détail

Le manger, le boire et le bien-être

Le manger, le boire et le bien-être Le manger, le bore et le ben-être Gude de l almentaton sane Sommare Le meux-manger 3 Manger: tout un programme 11 Lat et produts laters 12 Qu a peur de la matère grasse? 16 L aventure du pett déjeuner

Plus en détail

Guide méthodologique pour le suivi des tassements des Centres de Stockage de Classe II (Déchets ménagers et assimilés) Direction Déchets et Sols

Guide méthodologique pour le suivi des tassements des Centres de Stockage de Classe II (Déchets ménagers et assimilés) Direction Déchets et Sols Gude méthodologque pour le suv des tassements des Centres de Stockage de Classe II (Déchets ménagers et assmlés) Drecton Déchets et Sols Agence de l Envronnement et de la Maîtrse de l Energe Illustraton

Plus en détail

Pratique de la statistique avec SPSS

Pratique de la statistique avec SPSS Pratque de la statstque avec SPSS SUPPORT Transparents ultéreurement amélorés et ms à jour sur le ste du SMCS LIENS UTILES Ste du SMCS (Support en Méthodologe et Calcul Statstque) : http://www.stat.ucl.ac.be/smcs/

Plus en détail

PREMIERS PAS en REGRESSION LINEAIRE avec SAS. Josiane Confais (UPMC-ISUP) - Monique Le Guen (CNRS-CES-MATISSE- UMR8174)

PREMIERS PAS en REGRESSION LINEAIRE avec SAS. Josiane Confais (UPMC-ISUP) - Monique Le Guen (CNRS-CES-MATISSE- UMR8174) PREMIERS PAS en REGRESSION LINEAIRE avec SAS Josane Confas (UPMC-ISUP) - Monque Le Guen (CNRS-CES-MATISSE- UMR874) e-mal : confas@ccr.jusseu.fr e-mal : monque.leguen@unv-pars.fr Résumé Ce tutorel accessble

Plus en détail

Grandeur physique, chiffres significatifs

Grandeur physique, chiffres significatifs Grandeur physque, chffres sgnfcatfs I) Donner le résultat d une mesure en correspondance avec l nstrument utlsé : S avec un nstrument, ren n est ndqué sur l ncerttude absolue X d une mesure X, on consdère

Plus en détail

MODÈLE D ISING À UNE ET DEUX DIMENSIONS.

MODÈLE D ISING À UNE ET DEUX DIMENSIONS. Chapter MODÈLE DISIG À UE ET DEUX DIMESIOS.. ITRODUCTIO. ous commençons, dans ce chaptre, létude dun problème de mécanque statstque de la matère condensée où leffet des nteractons est mportant. Le modèle

Plus en détail

DÉVELOPPER DES STRATÉGIES POUR SURMONTER LA DÉPRESSION

DÉVELOPPER DES STRATÉGIES POUR SURMONTER LA DÉPRESSION GUIDE D AUTOSOINS POUR LA DÉPRESSION 2 E ÉDITION DÉVELOPPER DES STRATÉGIES POUR SURMONTER LA DÉPRESSION GUIDE DESTINÉ AUX ADULTES F A C U L T Y O F H E A L T H S C I E N C E S Dan Bilsker Ph.D. Dan est

Plus en détail

DOIT-ON UTILISER LA STANDARDISATION DIRECTE OU INDIRECTE DANS L ANALYSE DE

DOIT-ON UTILISER LA STANDARDISATION DIRECTE OU INDIRECTE DANS L ANALYSE DE DOIT-ON UTILISE LA STANDADISATION DIECTE OU INDIECTE DANS L ANALYSE DE LA MOTALITÉ À L ÉCHELLE DES PETITES UNITÉS GÉOGAPHIQUES? DIECTION PLANIFICATION, ECHECHE ET INNOVATION UNITÉ ÉTUDES ET ANALYSES DE

Plus en détail

Faire des plans. Guide sur les arrangements parentaux après la séparation ou le divorce Comment penser à votre enfant d abord

Faire des plans. Guide sur les arrangements parentaux après la séparation ou le divorce Comment penser à votre enfant d abord a u s e r v i c e d e s c a n a d i e n s Faire des plans Guide sur les arrangements parentaux après la séparation ou le divorce Comment penser à votre enfant d abord 1 Also available in English under

Plus en détail

Carnet «A» Le transfert de la direction quand la relève est familiale

Carnet «A» Le transfert de la direction quand la relève est familiale Carnet «A» Le transfert de la direction quand la relève est familiale Contexte du présent carnet Le PDG de la PME devra un jour laisser sa place à la tête de l entreprise. L intérêt est que l entreprise

Plus en détail

7528%/(23326,7,211(/$9(&

7528%/(23326,7,211(/$9(& 7528%/(23326,7,211(/$9(& 35292&$7,21 TABLE DES MATIÈRES Trouble oppositionnel avec provocation...120 Caractéristiques...121 Causes...122 Facteurs génétiques...123 Milieu et tempérament...123 Traitements

Plus en détail

Faire face au cancer

Faire face au cancer Faire face au cancer Un guide à l intention des personnes atteintes de cancer et de leurs aidants Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca Photos : Getty Images First Light Matériel autorisé

Plus en détail

Qui purge la peine? Un guide de survie à l intention des familles et des amis en visite dans les prisons fédérales canadiennes

Qui purge la peine? Un guide de survie à l intention des familles et des amis en visite dans les prisons fédérales canadiennes Qui purge la peine? Un guide de survie à l intention des familles et des amis en visite dans les prisons fédérales canadiennes Lloyd Withers Regroupement canadien d'aide aux familles des détenu(e)s Qui

Plus en détail

Tout ce que les parents ont toujours voulu savoir sur le stress des 10-15 ans

Tout ce que les parents ont toujours voulu savoir sur le stress des 10-15 ans Tout ce que les parents ont toujours voulu savoir sur le stress des 10-15 ans PRÉFACE............................................................p. 5 EDITORIAL...........................................................p.

Plus en détail

La thérapie alternative : se (re)mettre en mouvement

La thérapie alternative : se (re)mettre en mouvement La thérapie alternative : se (re)mettre en mouvement Lourdes Rodriguez, Ellen Corin et Lorraine Guay C est du côté de la vie qu on guérit GERRY BOULET P arler d un regard alternatif sur le traitement en

Plus en détail

Annoncer une mauvaise nouvelle

Annoncer une mauvaise nouvelle Annoncer une mauvaise nouvelle Ce texte a pour objectif d aider les professionnels à améliorer leurs pratiques pour mieux répondre aux attentes des patients. Sommaire Sommaire... 2 Introduction... 3 Points

Plus en détail

à l intention des membres de l entourage d une personne atteinte de maladie mentale

à l intention des membres de l entourage d une personne atteinte de maladie mentale L INDIS PENSA BLE Guide à l intention des membres de l entourage d une personne atteinte de maladie mentale «Le goût de vivre et de progresser s enracine dans le besoin de trouver ou de donner un sens

Plus en détail

Ce que vous pouvez faire et ne pouvez faire pour l aider

Ce que vous pouvez faire et ne pouvez faire pour l aider Ce que vous pouvez faire et ne pouvez faire pour l aider Quoi faire ou ne pas faire? Voilà souvent la question que se posent les parents et ami(e)s proches d une personne souffrant d anorexie et de boulimie.

Plus en détail

Qu est-ce qu une fugue?

Qu est-ce qu une fugue? Qu est-ce qu une fugue? Qu est-ce qu une fugue? Après une sortie, votre adolescent ne revient pas à la maison, dans la famille ou au centre d accueil où il habite. Comme bien des parents aux prises avec

Plus en détail

Votre enfant a une surdité? Guide pratique à l usage. DES parents

Votre enfant a une surdité? Guide pratique à l usage. DES parents Votre enfant a une surdité? Guide pratique à l usage DES parents 1 Votre enfant a une surdité? Fondation des Sourds du Québec Charles Gaucher, Ph. D. Louise Duchesne, Ph. D. Fondation des Sou du Québec

Plus en détail

Père à part entière avec enfants à temps partiel

Père à part entière avec enfants à temps partiel Père à part entière avec enfants à temps partiel Le guide des pères nouvellement séparés ou divorcés 1 2 Père à part entière avec enfants à temps partiel Le guide des pères nouvellement séparés ou divorcés

Plus en détail

Se rétablir en travaillant : Guide du leader

Se rétablir en travaillant : Guide du leader Se rétablir en travaillant : Guide du leader mooddisorders.on.ca mentalhealthworks.ca TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 1 Orienter les personnes vers la ressource Se rétablir en travaillant... 2 Éducation

Plus en détail

Comment parler avec l enfant de la maladie grave et de la mort?

Comment parler avec l enfant de la maladie grave et de la mort? Annette SANZ - Simon GESSIAUME Comment parler avec l enfant de la maladie grave et de la mort? Ce livret a été réalisé sous l égide de la Maison médicale Notre Dame du Lac - Fondation Diaconesses de Reuilly

Plus en détail

Pour les personnes qui veulent cesser de fumer

Pour les personnes qui veulent cesser de fumer Pour les personnes qui veulent cesser de fumer UNE ÉTAPE À LA FOIS Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca Documents imprimés Une étape à la fois 1 Pour les personnes qui ne veulent

Plus en détail

DIRIGER UNE ÉCOLE AUJOURD HUI ET DEMAIN

DIRIGER UNE ÉCOLE AUJOURD HUI ET DEMAIN DIRIGER UNE ÉCOLE AUJOURD HUI ET DEMAIN ANALYSES ET DIALOGUES AVEC JEAN-PIERRE LEBRUN Photo: Conrad van de WERVE AVANT-PROPOS Diriger une école aujourd hui n est pas une mince affaire, c est un métier

Plus en détail

Avant-propos. Se présenter aux élections Guide pour une communication politique efficace au Cameroun

Avant-propos. Se présenter aux élections Guide pour une communication politique efficace au Cameroun Avant-propos Se présenter aux élections Guide pour une communication politique efficace au Cameroun 1 Se présenter aux élections 2 Avant-propos se présenter aux élections Guide pour une communication politique

Plus en détail

Quand le cancer touche les parents

Quand le cancer touche les parents Quand le cancer touche les parents En parler aux enfants Conseils de la Ligue contre le cancer à l intention des familles touchées Impressum _Editeur Ligue suisse contre le cancer Effingerstrasse 40 case

Plus en détail