La dépression réfractaire: rien ne va plus!

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La dépression réfractaire: rien ne va plus!"

Transcription

1 L A D É P R E S S I O N C H E Z L A D U L T E La dépresson réfractare: ren ne va plus! LORSQUE VOUS AVEZ ESSUYÉ un échec dans le tratement d une dépresson majeure après avor utlsé deux antdépresseurs de classe dfférente et à des posologes adéquates, vous fates face à un dagnostc de dépresson majeure réfractare. Ce dagnostc est assocé à un rsque sucdare plus élevé, sans compter son coût socal (utlsaton des ressources, coût plus élevé du tratement médcamenteux, absentésme prolongé au traval, appauvrssement du tssu socal et lourdes conséquences au nveau conjugal). Pusque de 29 % à 46 % des patents déprmés n ont qu une réacton partelle ou nulle aux antdépresseurs 1, vous serez souvent appelé à poser un dagnostc de dépresson réfractare. Ce dagnostc revêt une grande mportance pusque la dépresson réfractare présente des conséquences anatomophysologques cérébrales à long terme, sot l atrophe globale du cerveau avec un certan degré de réversblté lorsque la dépresson est tratée. Il faut donc trater de façon optmale les symptômes de la dépresson dans l espor de prévenr ces changements anatomques. Quelles sont les causes de la dépresson réfractare? par France Caza Myram revent vous vor, à votre grand désespor. Toutes les solutons que vous lu avez proposées pour s en sortr ont échoué. Malgré un second essa avec un autre antdépresseur de type ISRS, à posologe adéquate pendant quatre semanes, Myram ne trouve pas l énerge nécessare pour suvre vos consels. Elle demeure apathque et aboulque. Elle note une mnme améloraton de son humeur, car elle ne pleure presque plus. Vous vous questonnez sur sa motvaton à amélorer son état et sur ce que vous pouvez encore lu apporter. La D re France Caza, omnpratcenne, exerce au CLSC-CHSLD Sante-Rose-de-Laval. L nobservance La toute premère cause est l nobservance. En effet, selon l étude de JM Perel 2, jusqu à 70% des patents présentant une dépresson ne respectent pas leur tratement. Dès qu ls se sentent meux ou qu l ressentent des effets secondares, ls ont tendance à cesser de prendre leur antdépresseur. La façon d nterroger le patent à ce sujet consste à «normalser» le fat qu l est dffcle de toujours se souvenr de prendre ses médcaments. On lu demande drectement quelles stratéges l adopte pour prendre son antdépresseur régulèrement, pour meux tolérer les effets secondares et pour fare f de l opnon du conjont s ce derner 5 57 Le dagnostc de dépresson réfractare revêt une grande mportance pusque cette malade présente des conséquences anatomophysologques cérébrales à long terme, sot l atrophe globale du cerveau avec un certan degré de réversblté lorsque la dépresson est tratée. Il faut donc trater de façon optmale les symptômes de la dépresson dans l espor de prévenr ces changements anatomques. La toute premère cause de la dépresson réfractare est l nobservance. En effet, selon l étude de JM Perel, jusqu à 70 % des patents présentant une dépresson ne respectent pas leur tratement. R E P È R E S

2 58 T A B L E A U Dagnostc dfférentel des causes organques et médcamenteuses pouvant reprodure certans symptômes d une dépresson majeure réfractare Troubles endocrnens + dabète + malade de Cushng + malade d Addson + hypothyroïde + hyperthyroïde Troubles neurologques + néoplase + malade d Alzhemer + malade de Parknson + hydrocéphale normotensve + accdent vasculare cérébral I + sclérose en plaques et autres malades dégénératves + traumatsme crânen Malades auto-mmunes + lupus érythémateux dssémné + syndrome CREST Malades nfecteuses + mononucléose + syphlls tertare + tuberculose Autres problèmes + malabsorpton + carence vtamnque + nsuffsance rénale et hépatque + syndrome de fatgue chronque + douleur chronque Causes médcamenteuses + ant-nflammatores non stéroïdens + stéroïdes + bêtabloquants + nhbteurs des canaux calcques + agents chmothérapeutques + nterféron + antpsychotques de premère génératon + sotrétnoïde a une percepton négatve du tratement médcamenteux. La malade bpolare Dans la recherche des causes possbles, à l axe 1, nous trouverons fréquemment la malade bpolare, partculèrement s l s agt d une premère dépresson et que le patent est jeune, qu l y a présence d antécédents famlaux, que les symptômes revêtent un caractère cyclque (performances cyclques au traval, habtudes de consommaton de drogues ou d alcool, sommel, lbdo ou pods qu vare de façon cyclque), s les symptômes sont atypques ou psychotques, s la fréquence de récdve est élevée ou s l y a nducton d hypomane pharmacologque. Il faut alors commencer le tratement avec un stablsateur de l humeur, car un antdépresseur rsquerat fort de provoquer un épsode manaque ou des cycles rapdes. Le trouble de la personnalté : l œuf ou la poule? Le syndrome dépressf a-t-l accentué certans trats de la personnalté ou est-ce un défct préexstant qu a rendu le tratement de la dépresson plus dffcle? L hstore longtudnale du patent permettra d y répondre. On cherchera la date du début des symptômes, leur évoluton dans le temps, l évaluaton des capactés socales et relatonnelles du patent à travers les dfférentes étapes de sa ve, sa capacté de fare face aux facteurs de stress de la ve quotdenne et de s adapter aux stuatons dffcles, la souplesse de son caractère, la capacté d entretenr des relatons amcales et amoureuses à long terme, etc. S l s agt d une dépresson réfractare ayant appauvr l aspect personnel, l objectf de tratement vsera la récupératon complète du nveau fonctonnel qu état présent avant l épsode dépressf. Dans le second cas, lorsque le défct personnel est présent à pror, l objectf de tratement se stue à long terme et est plus dffcle à attendre. L abus de drogues et d alcool Encore une fos, nous voudrons détermner le rôle de la consommaton d alcool ou de drogues dans l apparton des symptômes dépressfs. Les habtudes de consommaton passées par rapport à l apparton ou à l aggravaton de la dépresson, la quantté de substances toxques consommée, une augmentaton du taux des enzymes hépatques, la présence de symptômes de sevrage ou d ntoxcaton aguë ans que l absence de symptômes lorsque le patent ne consomme pas nous nctent à demander un tratement dans un centre de désntoxcaton. Par alleurs, s le patent ne répond pas aux crtères de dépendance, qu l a commencé à consommer ou qu l a augmenté sa consommaton après le début de sa dépresson, nous pourrons l encourager à rédure sa consommaton au mnmum. Nous l nformerons des effets physologques de l alcool et des drogues ans que de la dmnuton de l effcacté de l antdépresseur causée par la consommaton et nous planferons conjontement l arrêt. Les problèmes médcaux Lorsque le premer épsode dépressf apparaît dans la cnquantane, la probablté d une cause organque est plus élevée. Par alleurs, comme un problème médcal

3 peut être passé naperçu, l faut vérfer de nouveau les dfférentes causes organques possbles (tableau I). Les facteurs de stress Il est relatvement facle de repérer certans facteurs de stress comme une séparaton récente, un deul, une perte d emplo, etc. Parfos, les facteurs de stress peuvent entretenr l épsode dépressf, comme dans le cas où les symptômes dépressfs d un conjont prévennent le dvorce. L mportance de découvrr ce gan secondare pour le patent permet de mettre l accent sur la psychothérape afn de dénouer une mpasse que le tratement médcamenteux ne permettrat pas de résoudre. Les malades concomtantes La dépresson réfractare représente un grand déf du fat qu elle se caractérse par un plus grand nombre de malades concomtantes, tels que les troubles anxeux (trouble d anxété généralsée, troubles obsessonnelscompulsfs, trouble panque), les T A B L E A U troubles schzoaffectfs, la dépendance à l alcool et aux drogues et le trouble d hyperactvté avec défct de l attenton. Quelle approche thérapeutque faut-l adopter? Les objectfs sont d optmser l observance, de fare dsparaître les symptômes, de restaurer le fonctonnement psychosocal au nveau ayant précédé la dépresson et de rédure l ncdence des rechutes (tableau II). S on constate une perte d effcacté de l antdépresseur au cours du tratement, l faut de nouveau vérfer l observance, chercher une nouvelle malade, évaluer la consommaton d alcool II Comment maxmser l observance du patent au tratement de la dépresson Donner de l nformaton au patent (lectures, lvres, déplants et dfférentes modaltés thérapeutques). Insster auprès du patent sur le fat que les antdépresseurs ne causent pas de dépendance. Un déla de deux à tros semanes est nécessare avant de constater une améloraton. S entendre sur les objectfs de tratement avec le patent (lu mentonner mmédatement qu l s agra d un tratement d au mons deux ans). Être accessble, c est-à-dre prévor une sére de rendez-vous à l avance, prévor des suvs téléphonques, être dsponble au téléphone pour dscuter des effets secondares du médcament, de l aggravaton des symptômes, etc. Tenr compte des coûts et de la dsponblté du médcament prescrt. Rencontrer les membres de la famlle pour s assurer de leur compréhenson et de leur collaboraton. Assurer une survellance du tratement (journal quotden ; échelle de l humeur ; questonnare ; suv de deux ou tros symptômes ; vérfcaton pendant les rendezvous de la capacté du patent à se projeter dans l avenr et de l urgence sucdare). Dscuter des nconvénents d un arrêt brusque du tratement médcamenteux (symptômes physques, réapparton des symptômes, régresson dans l attente des objectfs de la thérape, rsques d ndure une mons bonne réacton thérapeutque à dose équvalente et, surtout, mesures à prendre lorsque les symptômes réapparassent après l arrêt du tratement). et de drogues, en plus de rechercher de nouveaux facteurs psychosocaux. Le chox de l antdépresseur peut se fare en foncton des symptômes. Ans, pour les symptômes de détresse générale et d anxété, on pourra potentalser l actvté sérotonnergque (à l ade d un ISRS, ou de la trazodone) ou augmenter la réponse à l antdépresseur (en ajoutant du lthum ou du Cytomel ). Les symptômes d anhédone et d apathe pourraent être réduts par la stmulaton de la noradrénalne et de la dopamne. On pensera alors aux antdépresseurs trcyclques, à la venlafaxne et à la mrtazapne (vor, dans ce numéro, l artcle du D r Wlfrd Bosvert Formaton contnue 59 Les objectfs sont d optmser l observance, de fare dsparaître les symptômes, de restaurer le fonctonnement psychosocal au nveau ayant précédé la dépresson et de rédure l ncdence des rechutes. R E P È R E

4 60 F I G U R E Algorthme de tratement de la dépresson réfractare Échec de deux antdépresseurs dfférents Remplacer par Assocer au lthum, T 3 (Cytomel )* un autre antdépresseur Assocer à un antpsychotque atypque ou à un psychostmulant* Réacton Aucune réacton au médcament Réacton partelle Aucune réacton Réacton nttulé «Prescrre un antdépresseur»). La potentalsaton pourrat s effectuer à l ade de stmulants (méthamphétamne, méthylphéndate), du bupropon ou d antpsychotques atypques. Au moment de chosr un antdépresseur, l faut auss tenr compte des effets secondares de chacun ans que des dagnostcs médcaux assocés. On évtera, par exemple, de prescrre de la mrtazapne à un patent obèse ou dabétque. Par contre, ce médcament consttue un bon chox chez un patent magre souffrant d nsomne. La décson de remplacer un antdépresseur, de le combner à un autre antdépresseur ou de l assocer à un autre médcament sera prse selon un processus tenant compte des avantages et des nconvénents de chacune des approches et fera l objet d une dscusson avec le patent (fgure). Le remplacement d un antdépresseur entraîne un laps de temps plus long pour attendre un nveau sangun thérapeutque acceptable ans que le rsque d ndure des symptômes de sevrage et de mner le moral du patent devant l échec du premer antdépresseur. Cependant, cette opton offre les avantages de favorser une melleure observance et de provoquer mons d effets ndésrables et d nteractons médcamenteuses. En règle générale, on remplace un antdépresseur donné par Combner à un antdépresseur d une autre un autre antdépresseur classe, à l excepton des ISRS que l on peut remplacer par un autre ISRS lorsque l échec du premer est attrbuable à Aucune réacton son profl d effets ndésrables. Les stratéges d assocaton consstent à ajouter un autre type de médcament, ce qu permet de prolonger la pérode d essa du premer antdépresseur, d obtenr une réacton rapde et d amélorer la réacton exstante. Entre autres nconvénents, on note un profl plus élevé d effets ndésrables et d nteractons médcamenteuses ans qu une mons bonne observance. Ces stratéges ont été meux étudées avec le lthum et le Cytomel. Malheureusement, les autres médcaments ont fat l objet de peu d étude. Les tableaux III et IV ndquent quelques médcaments qu se sont révélés effcaces. Idéalement, l faut utlser la plus pette dose possble. La durée du tratement de potentalsaton n a pas fat l objet d études. Elle vare habtuellement entre sx mos et deux ans, mas peut parfos se prolonger à ve. Les stratéges de combnason (ajout d un deuxème antdépresseur) sont ben présentées dans une méta-analyse (Lam et coll., août ) portant sur 27 études, dont 5à répartton aléatore et 22 ouvertes (open-label trals). Les auteurs concluaent à une améloraton dans 62,2 % des cas. Cependant, la méta-analyse état lmtée par les Réacton partelle Contnuer le tratement Adresser à un psychatre * Données probantes de nveau 1 ; Données probantes de nveau 2 ; Données probantes de nveau 3 ; L omnpratcen peut drger le patent vers un spécalste à n mporte quelle autre étape du processus. À chaque étape, réévaluer le dagnostc, rechercher la cause de l échec (malade bopolare, mauvase observance, consommaton de drogues et d alcool, malades physques, etc.).

5 T A B L E A U III Stratéges d assocatons médcamenteuses dans le tratement de la dépresson Dose quotdenne Médcament typque Temps de réacton Observatons Lthum mg 2-3 semanes Étudé avec les ATC, les ISRS et les IMAO T 3 (Cytomel ) mg 2-3 semanes Augmentaton de l rrtablté aurculare. S l n y a pas d améloratons Rédure la dose chez la personne âgée. après deux semanes, changer de stratége. Méthylphéndate (Rtaln ) 5-60 mg 1-2 semanes Attenton à l augmentaton du taux sangun d ATC Olanzapne (Zyprexa ) 5-10 mg 1-2 semanes Attenton au gan pondéral ; rsque de toxcté en assocaton avec la fluvoxamne Formaton contnue Rspérdone (Rsperdal ) 0,5-2 mg 1-2 semanes Effet extrapyramdal à fortes doses ATC: antdépresseurs trcyclques ; IMAO : nhbteur de la monoamne oxydase ; ISRS : nhbteur sélectf du recaptage de la sérotonne dfférentes défntons de la dépresson réfractare et de la réponse au tratement, les dfférentes posologes et le fat de rendre compte des effets secondares. Il faudra attendre une étude à répartton aléatore portant sur un plus grand nombre de patents pour conclure à l effcacté des combnasons d antdépresseurs. Une étude menée sur 4000 patents (NIMH STAR*D Program) est en cours et dot se termner en D c là, l faudra prendre nos décsons en foncton du patent (tableaux V et VI). T A B L E A U IV Assocaton avec le lthum Fare un blan de santé (hémogramme, créatnne, électrolytes, analyse d urne, TSH, électrocardogramme s le patent a plus de 40 ans) avant de prescrre du lthum, pus tous les ans par la sute. Examen physque complet. Commencer par prescrre une dose de 600 mg de lthum, par jour, pendant une semane, pus de 900 mg, par jour, la deuxème semane. Augmenter progressvement la dose jusqu à ce que la lthéme se stue entre 0,5 mmol/l et 1 mmol/l. Vser une lthéme nféreure à 0,6 mmol/l chez les patents de plus de 65 ans. La lthéme sera évaluée une fos par semane pendant deux semanes, pus deux fos par semane pendant un mos et, enfn, une fos par semane pendant deux mos. S elle demeure stable, elle sera ensute évaluée tous les sx mos. Les patents dovent être suvs régulèrement. S ls ne respectent pas le protocole, l faudra chosr un autre potentalsateur. Les vstes comprennent une survellance du pods et de la presson artérelle ans qu une recherche des sgnes d ntoxcaton (tremblements, vomssements, darrhée, douleurs abdomnales, fatgue mportante, confuson, retard psychomoteur et ataxe). Attenton à la déshydrataton, car un patent déshydraté présente plus de rsques d ntoxcaton. Le patent devrat prendre de deux à tros ltres de lqude par jour. S l présente des sgnes d ntoxcaton, l dot cesser mmédatement de prendre son médcament et nous avser ou consulter un médecn à l urgence. La thérape par électrochocs Malgré sa mauvase presse, la thérape par électrochocs s est avérée très effcace (données probantes de nveau 1). On consdérera cette opton thérapeutque surtout lorsqu un changement rapde est souhatable (patent psychotque ou présentant un rsque sucdare élevé, détéroraton de la condton physque) et que le patent ne réagt pas au tratement médcamenteux. La thérape par électrochocs utlsée en même temps qu un antdépresseur permet d évter les rechutes dans une proporton de 93 % après un an (52 % lorsque l antdépresseur est 61

6 T A B L E A U V Substtuton de médcaments dans le tratement de la dépresson Premer antdépresseur Deuxème antdépresseur Observatons ISRS ISRS Passage drect de l un à l autre. Attenton aux effets sérotonnergques. La fluoxétne (Prozac ) et la paroxétne (Paxl ) nhbent chacun le métabolsme de l autre. Commencer par une pette dose du deuxème antdépresseur après l arrêt de la fluoxétne en rason de sa longue dem-ve. Venlafaxne (Effexor ) Bupropon (Wellbutrn ) ATC Mrtazapne (Remeron MC ) Moclobémde (Manerx ), IMAO Pas de sevrage. La paroxétne et la fluoxétne nhbent le métabolsme de la venlafaxne. Il faut donc utlser de pettes doses de départ ou chosr un antdépresseur dfférent. Crosement posologque souhaté*. Attendre cnq fos la dem-ve de l ISRS. La paroxétne augmente le taux sérque de la déspramne (Norpramn ) Crosement posologque pour évter le sevrage*. Arrêt de deux jours, pus début du deuxème antdépresseur à fable dose 62 IRSN ATC, ISRS, trazodone (Desyrel ), Crosement posologque* Venlafaxne bupropon (Wellbutrn ), (Effexor XR ) mrtazapne (Remeron MC ) Moclobémde (Manerx ) Tros jours d arrêt IRND IMAO Tros jours d arrêt Bupropon (Wellbutrn ) Moclobémde (Manerx ) Tros jours d arrêt ATC Venlafaxne (Effexor ) ISRS, trazodone (Desyrel ), mrtazapne (Remeron MC ) Deux jours d arrêt Attenton, augmenter tros fos la concentraton de venlafaxne Crosement posologque* ANSS IMAO 14 jours d arrêt Mrtazapne (Remeron MC ) IRMA (Manerx ) Deux jours d arrêt ISRS, ATC, venlafaxne (Effexor ) Crosement posologque* ATC ISRS, bupropon (Wellbutrn ), Cesser l ATC pendant 5 dem-ves Amtrptylne (Elavl ) IMAO, moclobémde (Manerx ) Clompramne (Anafranl ) Venlafaxne (Effexor ), Crosement posologque* trazodone (Desyrel ), mrtazapne (Remeron MC ) IRMA IMAO Commencer le jour suvant à fable dose Moclobémde (Manerx ) Autres antdépresseurs Deux jours d arrêt *Dmnuer graduellement le premer et augmenter graduellement le second utlsé seul) et de 52 % après cnq ans (18 % lorsque l antdépresseur est utlsé seul) 4. La psychothérape La psychothérape demeure une nécessté dans certans

7 T A B L E A U VI Combnason de médcaments dans le tratement de la dépresson Antdépresseur A Antdépresseur B Commentares ISRS + ISRS Non recommandé + Trazodone (Desyrel ) Posologe de mg + Mrtazapne (Remeron MC ) mg/j, non étudé mas utlsé + Venlafaxne (Effexor ) Non recommandé + Bupropon (Wellbutrn ) mg/j, soulagement des troubles sexuels. Peut causer des tremblements ou de la panque. Également, l a un certan effet «stmulant». + ATC Amtrptylne (Elavl ) mg/j, utlser de pettes doses d ATC en rason de l élévaton Déspramne (Norpramn ) du taux d ATC sangun avec les ISRS. IRSN Venlafaxne + Mrtazapne (Remeron MC ) mg/j, non étudé mas utlsé. (Effexor XR) + ATC Amtrptylne (Elavl ) mg Déspramne (Norpramn ) IRND Bupropon + IMAO Non recommandé (Wellbutrn ) ANSS Mrtazapne Autres antdépresseurs Non étudé en combnason avec d autres antdépresseurs. (Remeron MC ) ATC IMAO L ajout d un IMAO a été utlsé, mas demeure dangereux. Consulter un psychatre. Formaton contnue 63 Exemples des combnasons les plus fréquentes (données probantes de nveau 3) : ISRS-Norpramn, ISRS-Wellbutrn, Effexor-Wellbutrn, Effexor- ATC, Remeron-Effexor Abrévatons ATC: antdépresseur trcyclque ; ANSS : antdépresseur noradrénergque et sérotonnergque spécfque ; IMAO : nhbteur de la monoamne oxydase ; IRMA : nhbteur réversble de la monoamne oxydase ; IRND : nhbteur du recaptage de la noradrénalne et de la dopamne ; IRSN : nhbteur du recaptage de la sérotonne et de la noradrénalne ; ISRS : nhbteur sélectf du recaptage de la sérotonne dagnostcs. L ajout d une psychothérape cogntve comportementale ou nterpersonnelle au tratement pharmacologque a perms d obtenr un taux de rémsson plus élevé. La collaboraton entre le thérapeute et le médecn demeure un élément détermnant dans la réusste du tratement. De plus, on ouble souvent le souten de la famlle, s nécessare pour accompagner le patent au cours de son épsode dépressf. L orentaton en psychatre Lorsque le dagnostc n est pas clar ou que l état du patent ne s amélore pas après quelques essas clnques, l ne faut pas héster à demander l opnon d un psychatre. Lorsque le patent présente un trouble de la personnalté lmte ou certans trats d mpulsvté, l peut être proftable d obtenr certans rensegnements personnels concernant le patent, avec son accord, en appelant une personne qu le connaît ben. L opnon d un psychatre peut également s avérer très utle en parel cas. c Date de récepton : 10 novembre 2003 Date d acceptaton : 16 mars 2004 Mots-clés : dépresson réfractare, observance Bblographe 1. Fava M, Davdson KG. Defnton and epdemology of treatmentresstant depresson. Psychatr Cln North Am 1996 ; 19 (2) : Perel JM. Complance durng trcyclc antdepressant therapy: pharmacoknetc and analytcal ssues. Cln Chem 1988 ; 34 (5) : Lam R et coll. Combnng antdepressants for treatment-resstant

8 Communqués de presse et autres documents 64 Communqué de presse La Fédératon des médecns omnpratcens du Québec reconnaît l effort budgétare consent au secteur de la santé par le gourvenement Charest, mas demeure nquète pour la surve de notre système de santé 31 mars 2004 Communqué de presse La Fédératon des médecns omnpratcens du Québec recommande de surseor à l adopton du projet de lo n mars 2004 Mémore à la Commsson parlementare des affares socales relatvement au projet de lo n 38 «Lo sur le Commssare à la santé et au ben-être» 23 févrer 2004 Communqué de presse La Fédératon des médecns omnpratcens du Québec et le mnstère de la Santé et des Servces socaux sgnent une entente pour assurer une melleure répartton des effectfs en médecne générale à travers le Québec 17 févrer 2004 Lettre du D r Dutl aux médas Le CLSC dot demeurer un leu où s exerce la médecne famlale 11 févrer 2004 Communqué du présdent de la FMOQ Avs de nomnaton ou de renouvellement et attestaton du médecn 20 janver 2004 Bulletn de nouvelles de la FMOQ Les plans régonaux d effectfs médcaux (PREM) Vol. 24, n o 1, janver 2004 Lettre du D r Renald Dutl à l attenton de tous les médecns omnpratcens du Québec 5 janver 2004 Mémore à la Commsson parlementare des affares socales relatvement au projet de lo n 25 «Lo sur les agences de développement de réseaux locaux de servces de santé et de servces socaux» 2 décembre 2003 Communqué de presse La Fédératon des médecns omnpratcens du Québec recommande des modfcatons substantelles au projet de lo 25 2 décembre 2003 Bulletn de nouvelles de la FMOQ La nouvelle entente partculère sur les actvtés médcales partculères est en vgueur! Vol. 23, n o 4, novembre 2003 depresson: a revew. J Cln Psychatry 2002 ; 63 (8) : Gagne GG Jr et coll. Effcacy of contnuaton ECT and antdepressant drugs compared to long-term antdepressants alone n depressed patents. Am J Psychatry 2000 ; 157 (12) : Lectures suggérées Bzchlbnyk-Butler KZ, Jeffres JJ. Clncal handbook of psychotropc drugs, 12 e édton ; Duman RS et coll. A molecular and cellular theory of depresson. Arch Gen Psychatry 1997 ; 54 (7) : Fava M. Management of nonresponses and ntolerance: swtchng strateges. J Cln Psychatry 2000 ; 61 (Suppl 2) : Fava M. Augmentaton and combnaton strateges n treatmentresstant depresson. J Cln Psychatry 2001 ; 62 (Suppl 18) : Marangell LB. Swtchng antdepressants for treatment-resstant major depresson. J Cln Psychatry 2001 ; 62 (Suppl 18) : Nelson JC. Managng treatment-resstant major depresson. J Cln Psychatry 2003 ; 64 (Suppl 1) : Adresse Internet utle S U M M A R Y The treatment-resstant depresson: ren ne va plus! The treatment-resstant depresson s defned as a treatment falure wth two dfferent antdepressants at optmzed dosage. It causes cerebral atrophy whch can be prevented or partally reversed wth the use of antdepressants. The most frequent causes are non complance to treatment and bpolar dsorder. Dfferent strateges (swtchng, combnng or ncreasng the medcaton), psychoeducaton and a good therapeutc allance are needed to get the patent to remsson and to prevent relapses. Keywords: depresson, resstant, complance to treatment CANMAT : depresson/clncalgudelnesdepresson.asp

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations Contrats prévoyance des TNS : Clarfer les règles pour sécurser les prestatons Résumé de notre proposton : A - Amélorer l nformaton des souscrpteurs B Prévor plus de souplesse dans l apprécaton des revenus

Plus en détail

L ABC du traitement cognitivo-comportemental de l insomnie primaire

L ABC du traitement cognitivo-comportemental de l insomnie primaire F É D É R A T I O N D E S M É D E C I N S O M N I P R A T I C I E N S D U Q U É B E C L ABC du tratement cogntvo-comportemental de l nsomne prmare par Anne Vallères, Bernard Guay et Charles Morn M me Tousgnant

Plus en détail

Remboursement d un emprunt par annuités constantes

Remboursement d un emprunt par annuités constantes Sére STG Journées de formaton Janver 2006 Remboursement d un emprunt par annutés constantes Le prncpe Utlsaton du tableur Un emprunteur s adresse à un prêteur pour obtenr une somme d argent (la dette)

Plus en détail

LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régime») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF

LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régime») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF 1 LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régme») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF AVIS AUX RETRAITÉS ET AUX PARTICIPANTS AVEC DROITS ACQUIS DIFFÉRÉS Expédteurs

Plus en détail

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social Drgeant de SAS : Lasser le chox du statut socal Résumé de notre proposton : Ouvrr le chox du statut socal du drgeant de SAS avec 2 solutons possbles : apprécer la stuaton socale des drgeants de SAS comme

Plus en détail

EH SmartView. Identifiez vos risques et vos opportunités. www.eulerhermes.be. Pilotez votre assurance-crédit. Services en ligne Euler Hermes

EH SmartView. Identifiez vos risques et vos opportunités. www.eulerhermes.be. Pilotez votre assurance-crédit. Services en ligne Euler Hermes EH SmartVew Servces en lgne Euler Hermes Identfez vos rsques et vos opportuntés Plotez votre assurance-crédt www.eulerhermes.be Les avantages d EH SmartVew L expertse Euler Hermes présentée de manère clare

Plus en détail

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks Plan Geston des stocks Abdellah El Fallah Ensa de Tétouan 2011 Les opératons de gestons des stocks Les coûts assocés à la geston des stocks Le rôle des stocks Modèle de la quantté économque Geston calendare

Plus en détail

Les opiacés et la conduite automobile

Les opiacés et la conduite automobile L A D O U L E U R C H R O N I Q U E Les opacés et la condute automoble 7 par Alne Boulanger Depus un an, les douleurs chronques dont souffre M. Berner, 65 ans, sont soulagées de manère satsfasante par

Plus en détail

La bronchiolite. VOUS AVEZ OPPOSÉ sans hésitation une fin de non-recevoir

La bronchiolite. VOUS AVEZ OPPOSÉ sans hésitation une fin de non-recevoir L E S V O I E S A É R I E N N E S La broncholte 6 par Georges Rvard et Jacques Bouchard De retour d un congrès de pneumologe qu s est tenu à Québec, vous fates, ce samed matn, votre tournée dans votre

Plus en détail

Les jeunes économistes

Les jeunes économistes Chaptre1 : les ntérêts smples 1. défnton et calcul pratque : Défnton : Dans le cas de l ntérêt smple, le captal reste nvarable pendant toute la durée du prêt. L emprunteur dot verser, à la fn de chaque

Plus en détail

Editions ENI. Project 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait

Editions ENI. Project 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait Edtons ENI Project 2010 Collecton Référence Bureautque Extrat Défnton des tâches Défnton des tâches Project 2010 Sasr les tâches d'un projet Les tâches représentent le traval à accomplr pour attendre l'objectf

Plus en détail

Le Prêt Efficience Fioul

Le Prêt Efficience Fioul Le Prêt Effcence Foul EMPRUNTEUR M. Mme CO-EMPRUNTEUR M. Mlle Mme Mlle (CONJOINT, PACSÉ, CONCUBIN ) Départ. de nass. Nature de la pèce d dentté : Natonalté : CNI Passeport Ttre de séjour N : Salaré Stuaton

Plus en détail

INTERNET. Initiation à

INTERNET. Initiation à Intaton à INTERNET Surfez sur Internet Envoyez des messages Téléchargez Dscutez avec Skype Découvrez Facebook Regardez des vdéos Protégez votre ordnateur Myram GRIS Table des matères Internet Introducton

Plus en détail

Définition des tâches

Définition des tâches Défnton des tâches Défnton des tâches Project 2010 Sasr les tâches d'un projet Les tâches représentent le traval à accomplr pour attendre l'objectf du projet. Elles représentent de ce fat, les éléments

Plus en détail

LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA

LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA Observatore Economque et Statstque d Afrque Subsaharenne LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA Une contrbuton à la réunon commune CEE/BIT sur les ndces des prx

Plus en détail

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire Assurance malade et aléa de moralté ex-ante : L ncdence de l hétérogénété de la perte santare Davd Alary 1 et Franck Ben 2 Cet artcle examne l ncdence de l hétérogénété de la perte santare sur les contrats

Plus en détail

L enfant qui somatise

L enfant qui somatise L A P S Y C H I A T R I E D E L E N F A N T E T D E L A D O L E S C E N T L enfant qu somatse 2 par Johanne Bovn et Genevève Teller Évelyne a 10 ans, et sa mère consulte pour la trosème fos en un mos pour

Plus en détail

Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amiens.fr/pedagogie/maths/new/ue2007/synthese_atelier_annette_alain.

Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amiens.fr/pedagogie/maths/new/ue2007/synthese_atelier_annette_alain. Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amens.fr/pedagoge/maths/new/ue2007/synthese_ateler_annette_alan.pdf 1 La règle du jeu Un drecteur de casno se propose d nstaller le

Plus en détail

Parlons. retraite. au service du «bien vieillir» L Assurance retraite. en chiffres* 639 192 retraités payés pour un montant de 4,2 milliards d euros

Parlons. retraite. au service du «bien vieillir» L Assurance retraite. en chiffres* 639 192 retraités payés pour un montant de 4,2 milliards d euros Édton Pays de la Lore Parlons La lettre aux retratés du régme général de la Sécurté socale 2012 retrate L Assurance retrate en chffres* 12,88 mllons de retratés 17,58 mllons de cotsants 346 000 bénéfcares

Plus en détail

Fiche n 7 : Vérification du débit et de la vitesse par la méthode de traçage

Fiche n 7 : Vérification du débit et de la vitesse par la méthode de traçage Fche n 7 : Vérfcaton du débt et de la vtesse par la méthode de traçage 1. PRINCIPE La méthode de traçage permet de calculer le débt d un écoulement ndépendamment des mesurages de hauteur et de vtesse.

Plus en détail

CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE?

CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE? CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE? Boulanger Frédérc Avanssur, Groupe AXA 163-167, Avenue Georges Clémenceau 92742 Nanterre Cedex France Tel: +33 1 46 14 43

Plus en détail

Chapitre 6. Economie ouverte :

Chapitre 6. Economie ouverte : 06/2/202 Chaptre 6. Econome ouverte : le modèle Mundell Flemng Elsabeth Cudevlle Le développement des échanges nternatonaux (bens et servces et flux fnancers) a rendu fortement nterdépendantes les conjonctures

Plus en détail

Interface OneNote 2013

Interface OneNote 2013 Interface OneNote 2013 Interface OneNote 2013 Offce 2013 - Fonctons avancées Lancer OneNote 2013 À partr de l'nterface Wndows 8, utlsez une des méthodes suvantes : - Clquez sur la vgnette OneNote 2013

Plus en détail

Montage émetteur commun

Montage émetteur commun tour au menu ontage émetteur commun Polarsaton d un transstor. ôle de la polarsaton La polarsaton a pour rôle de placer le pont de fonctonnement du transstor dans une zone où ses caractérstques sont lnéares.

Plus en détail

Manifestations cutanées de maladies générales

Manifestations cutanées de maladies générales L A D E R M A T O L O G I E P É D I A T R I Q U E Manfestatons cutanées de malades générales 5 Afshn Hatam Taches café au lat (TCL) LA TACHE CAFÉ AU LAIT peut être présente à la nassance ou apparaître

Plus en détail

MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES

MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES Émle Garca, Maron Le Cam et Therry Rocher MENESR-DEPP, bureau de l évaluaton des élèves Cet artcle porte sur les méthodes de

Plus en détail

COMPARAISON DE MÉTHODES POUR LA CORRECTION

COMPARAISON DE MÉTHODES POUR LA CORRECTION COMPARAISON DE MÉTHODES POUR LA CORRECTION DE LA NON-RÉPONSE TOTALE : MÉTHODE DES SCORES ET SEGMENTATION Émle Dequdt, Benoît Busson 2 & Ncolas Sgler 3 Insee, Drecton régonale des Pays de la Lore, Servce

Plus en détail

Chapitre 3 : Incertitudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES. Lignes directrices 2006 du GIEC pour les inventaires nationaux de gaz à effet de serre 3.

Chapitre 3 : Incertitudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES. Lignes directrices 2006 du GIEC pour les inventaires nationaux de gaz à effet de serre 3. Chaptre 3 : Incerttudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES Lgnes drectrces 2006 du GIEC pour les nventares natonaux de gaz à effet de serre 3.1 Volume 1 : Orentatons générales et établssement des rapports Auteurs

Plus en détail

Le Prêt Efficience Gaz

Le Prêt Efficience Gaz Le Prêt Effcence Gaz (FICHE DE SOLVABILITÉ) À COMPLÉTER INTÉGRALEMENT EMPRUNTEUR M. Mme Mlle CO-EMPRUNTEUR M. Mme Mlle (CONJOINT, PACSÉ, CONCUBIN ) Nom : Prénom : Nom de jeune flle (pour les femmes marées)

Plus en détail

La réadaptation de l épaule l art d éviter le laisser-aller

La réadaptation de l épaule l art d éviter le laisser-aller L E M O N D E F A S C I N A N T D E L É P A U L E La réadaptaton de l épaule l art d évter le lasser-aller par Dane Lambert 5 G. Desgrosbras vous consulte à votre cabnet pour une douleur à l épaule ayant

Plus en détail

L entretien des lentilles cornéennes I

L entretien des lentilles cornéennes I U N B O N E N T R E T I E N P E R M E T T R A U N E V I S I O N O P T I M A L E L entreten des lentlles cornéennes I par Maryse Lavolette et Pascale Meuner LERÔLE DES LENTILLES CORNÉENNES, ou verres de

Plus en détail

Prêts bilatéraux et réseaux sociaux

Prêts bilatéraux et réseaux sociaux Prêts blatéraux et réseaux socaux Quand la sous-optmalté condut au ben-être collectf Phlppe Callou, Frederc Dubut et Mchele Sebag LRI, Unverste Pars Sud F-91405 Orsay France {callou;dubut;sebag}@lr.fr

Plus en détail

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction -

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction - EXAME FIAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSIO 1 - Correcton - Exercce 1 : 1) Consdérons une entreprse E comportant deux établssements : E1 et E2 qu emploent chacun 200 salarés. Au sen de l'établssement

Plus en détail

Système solaire combiné Estimation des besoins énergétiques

Système solaire combiné Estimation des besoins énergétiques Revue des Energes Renouvelables ICRESD-07 Tlemcen (007) 109 114 Système solare combné Estmaton des besons énergétques R. Kharch 1, B. Benyoucef et M. Belhamel 1 1 Centre de Développement des Energes Renouvelables

Plus en détail

Impôt sur la fortune et investissement dans les PME Professeur Didier MAILLARD

Impôt sur la fortune et investissement dans les PME Professeur Didier MAILLARD Conservatore atonal des Arts et Méters Chare de BAQUE Document de recherche n 9 Impôt sur la fortune et nvestssement dans les PME Professeur Dder MAILLARD Avertssement ovembre 2007 La chare de Banque du

Plus en détail

santé Les arrêts de travail des séniors en emploi

santé Les arrêts de travail des séniors en emploi soldarté et DOSSIERS Les arrêts de traval des sénors en emplo N 2 2007 Les sénors en emplo se dstnguent-ls de leurs cadets en termes de recours aux arrêts de traval? Les sénors ne déclarent pas plus d

Plus en détail

DES EFFETS PERVERS DU MORCELLEMENT DES STOCKS

DES EFFETS PERVERS DU MORCELLEMENT DES STOCKS DES EFFETS PERVERS DU MORCELLEMENT DES STOCKS Le cabnet Enetek nous démontre les mpacts négatfs de la multplcaton des stocks qu au leu d amélorer le taux de servce en se rapprochant du clent, le dégradent

Plus en détail

1 Introduction. 2 Définitions des sources de tension et de courant : Cours. Date : A2 Analyser le système Conversion statique de l énergie. 2 h.

1 Introduction. 2 Définitions des sources de tension et de courant : Cours. Date : A2 Analyser le système Conversion statique de l énergie. 2 h. A2 Analyser le système Converson statque de l énerge Date : Nom : Cours 2 h 1 Introducton Un ConVertsseur Statque d énerge (CVS) est un montage utlsant des nterrupteurs à semconducteurs permettant par

Plus en détail

Terminal numérique TM 13 raccordé aux installations Integral 33

Terminal numérique TM 13 raccordé aux installations Integral 33 Termnal numérque TM 13 raccordé aux nstallatons Integral 33 Notce d utlsaton Vous garderez une longueur d avance. Famlarsez--vous avec votre téléphone Remarques mportantes Chaptres à lre en prorté -- Vue

Plus en détail

TABLE DES MATIERES CONTROLE D INTEGRITE AU SEIN DE LA RECHERCHE LOCALE DE LA POLICE LOCALE DE BRUXELLES-CAPITALE/IXELLES (DEUXIEME DISTRICT) 1

TABLE DES MATIERES CONTROLE D INTEGRITE AU SEIN DE LA RECHERCHE LOCALE DE LA POLICE LOCALE DE BRUXELLES-CAPITALE/IXELLES (DEUXIEME DISTRICT) 1 TABLE DES MATIERES CONTROLE D INTEGRITE AU SEIN DE LA RECHERCHE LOCALE DE LA POLICE LOCALE DE BRUXELLES-CAPITALE/IXELLES (DEUXIEME DISTRICT) 1 1. PROBLEMATIQUE 1 2. MISSION 1 3. ACTES D ENQUETE 2 4. ANALYSE

Plus en détail

Études & documents ÉCONOMIE ET ÉVALUATION. Consommation de carburant : effets des prix à court et à long termes par type de population.

Études & documents ÉCONOMIE ET ÉVALUATION. Consommation de carburant : effets des prix à court et à long termes par type de population. COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 40 Avrl 20 TRANSPORT Études & documents Consommaton de carburant : effets des prx à court et à long termes par type de populaton ÉCONOMIE ET ÉVALUATION Servce

Plus en détail

Le guide pratique pour y parvenir

Le guide pratique pour y parvenir Le gude pratque pour y parvenr 1 2 3 4 Il n est pas facle d arrêter de fumer. Il s agt de renoncer à une habtude quotdenne soldement nstallée, de changer de comportement Celaprenddu tempset sefat généralement

Plus en détail

Quoi de neuf docteur? Une étude économétrique sur la recherche en ligne d informations médicales par les patients

Quoi de neuf docteur? Une étude économétrique sur la recherche en ligne d informations médicales par les patients XXXIVè Journées des Économstes de la Santé Franças - 6 et 7 décembre 2012 à Rems Quo de neuf docteur? Une étude économétrque sur la recherche en lgne d nformatons médcales par les patents Myram Le Goff-Pronost

Plus en détail

ACD: La trinité chirurgicale

ACD: La trinité chirurgicale L A D O U L E U R A B D O M I N A L E A I G U Ë ACD: La trnté chrurgcale 3 par Jacques Labrèche À ttre de consultant chrurgcal, l est facle de remarquer que les tros motfs de consultaton les plus «populares»

Plus en détail

STATISTIQUE AVEC EXCEL

STATISTIQUE AVEC EXCEL STATISTIQUE AVEC EXCEL Excel offre d nnombrables possbltés de recuellr des données statstques, de les classer, de les analyser et de les représenter graphquement. Ce sont prncpalement les tros éléments

Plus en détail

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix?

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix? Note méthodologque Tratements hebdomadares Questlemonscher.com Quelle méthode de collecte de prx? Les éléments méthodologques ont été défns par le cabnet FaE onsel, socété d études et d analyses statstques

Plus en détail

Recherche universitaire et crédits d impôt pour R-D

Recherche universitaire et crédits d impôt pour R-D Fscalté Recherche unverstare et crédts d mpôt pour R-D Le 27 novembre 2001 Nancy Avone, CA Inctatfs fscaux à la R-D très généreux dsponbles Étude du Conference Board du Canada en 1998 Québec Jurdcton au

Plus en détail

Le théorème du viriel

Le théorème du viriel Le théorème du vrel On se propose de démontrer le théorème du vrel de deux manères dfférentes. La premère fat appel à deux "trcks" qu l faut vor. Cette preuve met en avant une quantté, notée S c, qu permet

Plus en détail

Mesure avec une règle

Mesure avec une règle Mesure avec une règle par Matheu ROUAUD Professeur de Scences Physques en prépa, Dplômé en Physque Théorque. Lycée Alan-Fourner 8000 Bourges ecrre@ncerttudes.fr RÉSUMÉ La mesure d'une grandeur par un système

Plus en détail

1.0 Probabilité vs statistique...1. 1.1 Expérience aléatoire et espace échantillonnal...1. 1.2 Événement...2

1.0 Probabilité vs statistique...1. 1.1 Expérience aléatoire et espace échantillonnal...1. 1.2 Événement...2 - robabltés - haptre : Introducton à la théore des probabltés.0 robablté vs statstque.... Expérence aléatore et espace échantllonnal.... Événement.... xomes défnton de probablté..... Quelques théorèmes

Plus en détail

SIMULATION D UN JET TURBULENT POUR LE REFROIDISSEMENT DES AUBES DE TURBINE

SIMULATION D UN JET TURBULENT POUR LE REFROIDISSEMENT DES AUBES DE TURBINE 10 ème Sémnare Internatonal sur la Physque Energétque 10 th Internatonal Meetng on Energetcal Physcs SIMULAION D UN JE URBULEN POUR LE REFROIDISSEMEN DES AUBES DE URBINE Bounegta Bachr 1, Abdelarm Maamar

Plus en détail

Un protocole de tolérance aux pannes pour objets actifs non préemptifs

Un protocole de tolérance aux pannes pour objets actifs non préemptifs Un protocole de tolérance aux pannes pour objets actfs non préemptfs Françose Baude Dens Caromel Chrstan Delbé Ludovc Henro Equpe Oass, INRIA - CNRS - I3S 2004, route des Lucoles F-06902 Sopha Antpols

Plus en détail

Cours #8 Optimisation de code

Cours #8 Optimisation de code ELE-784 Ordnateurs et programmaton système Cours #8 Optmsaton de code Bruno De Kelper Ste nternet : http://www.ele.etsmtl.ca/academque/ele784/ Cours # 8 ELE784 - Ordnateurs et programmaton système 1 Plan

Plus en détail

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria.

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria. 1 CAS nédt d applcaton sur les normes IAS/IFRS Coût amort sur oblgatons à taux varable ou révsable La socété Plumera présente ses comptes annuels dans le référentel IFRS. Elle détent dans son portefeulle

Plus en détail

Fonctionnement et précautions d usage

Fonctionnement et précautions d usage FOSSE SEPTIQUE TOUTES EAUX Fonctonnement et précautons d usage t e d G u d ' u t l s a o n CONSTITUTION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Une nstallaton d assanssement non collectf comprend

Plus en détail

Faire des régimes TNS les laboratoires de la protection sociale de demain appelle des évolutions à deux niveaux :

Faire des régimes TNS les laboratoires de la protection sociale de demain appelle des évolutions à deux niveaux : Réformer en profondeur la protecton socale des TNS pour la rendre plus effcace Résumé de notre proposton : Fare des régmes TNS les laboratores de la protecton socale de deman appelle des évolutons à deux

Plus en détail

BTS GPN 2EME ANNEE-MATHEMATIQUES-MATHS FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES

BTS GPN 2EME ANNEE-MATHEMATIQUES-MATHS FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES I. Concepts généraux. Le référentel précse : Cette parte du module M4 «Acquérr des outls mathématques de base nécessares à l'analyse de données économques» est en relaton avec

Plus en détail

Les prix quotidiens de clôture des échanges de quotas EUA et de crédits CER sont fournis par ICE Futures Europe

Les prix quotidiens de clôture des échanges de quotas EUA et de crédits CER sont fournis par ICE Futures Europe Méthodologe CDC Clmat Recherche puble chaque mos, en collaboraton avec Clmpact Metnext, Tendances Carbone, le bulletn mensuel d nformaton sur le marché européen du carbone (EU ETS). L obectf de cette publcaton

Plus en détail

Pourquoi LICIEL? Avec LICIEL passez à la vitesse supérieure EPROUVE TECHNICITE CONNECTE STABILITE SUIVIE COMMUNAUTE

Pourquoi LICIEL? Avec LICIEL passez à la vitesse supérieure EPROUVE TECHNICITE CONNECTE STABILITE SUIVIE COMMUNAUTE L og c el s de D agnos t c s I mmob l er s Cont ac t eznous 32BddeS t r as bougcs3010875468 Par scedex10tel. 0253354064Fax0278084116 ma l : s er v c e. c l ent @l c el. f r Pourquo LICIEL? Implanté sur

Plus en détail

Série A Septembre 2008

Série A Septembre 2008 Sére A Septembre 2008 Sommare Notce avec encadré* 3 Annexe à la Notce 17 UFEP : extrat des statuts 27 *Cet encadré a pour objet d attrer l attenton de l adhérent sur certanes dspostons essentelles de la

Plus en détail

classification non supervisée : pas de classes prédéfinies Applications typiques

classification non supervisée : pas de classes prédéfinies Applications typiques Qu est ce que le clusterng? analyse de clusterng regroupement des obets en clusters un cluster : une collecton d obets smlares au sen d un même cluster dssmlares au obets appartenant à d autres clusters

Plus en détail

Distripost. Création 7 Caractéristiques du produit et options 7. Préparation de vos envois 8 Conditionnement 8

Distripost. Création 7 Caractéristiques du produit et options 7. Préparation de vos envois 8 Conditionnement 8 Dstrpost Quo, où et comment? 1 1. Qu est-ce que Dstrpost? 1 2. Quels chox s offrent à vous pour la dstrbuton de vos envos Dstrpost? 1 2.1. Tout le monde reçot-l mon envo toutes-boîtes dans la zone sélectonnée?

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L ASSURANCE AUTOMOBILE AU QUÉBEC : UNE PRIME SELON LE COÛT SOCIAL MARGINAL MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L ASSURANCE AUTOMOBILE AU QUÉBEC : UNE PRIME SELON LE COÛT SOCIAL MARGINAL MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L ASSURANCE AUTOMOBILE AU QUÉBEC : UNE PRIME SELON LE COÛT SOCIAL MARGINAL MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE DE LA MAÎTRISE EN ÉCONOMIQUE PAR ERIC LÉVESQUE JANVIER

Plus en détail

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises Les détermnants de la détenton et de l usage de la carte de débt : une analyse emprque sur données ndvduelles françases Davd Boune Marc Bourreau Abel Franços Jun 2006 Département Scences Economques et

Plus en détail

22 environnement technico-professionnel

22 environnement technico-professionnel 22 envronnement technco-professonnel CYRIL SABATIÉ Drecteur du servce jurdque FNAIM Ouverture du ma IMMOBILIER, OÙ 1 Artcle paru également dans la Revue des Loyers, jullet à septembre 2007, n 879, p. 314

Plus en détail

I. Présentation générale des méthodes d estimation des projets de type «unité industrielle»

I. Présentation générale des méthodes d estimation des projets de type «unité industrielle» Evaluaton des projets et estmaton des coûts Le budget d un projet est un élément mportant dans l étude d un projet pusque les résultats économques auront un mpact sur la réalsaton ou non et sur la concepton

Plus en détail

AZOTES ET D'ENGRAIS PHOSPHATES EN RIZIERE.

AZOTES ET D'ENGRAIS PHOSPHATES EN RIZIERE. 1122 86..-. COMPARASON DE DVERSES NATURES D'ENGRAS. _.. AZOTES ET D'ENGRAS PHOSPHATES EN RZERE.,... 3, Par P. ROCHE ': J. VEY - EGO CHAN BANG Dvson Agrologe Servce Agronome.R.A.M...*...., NTRODUCTON Un

Plus en détail

Interfaces Windows 8 et Bureau

Interfaces Windows 8 et Bureau Interfaces Wndows 8 et Bureau Interfaces Wndows 8 et Bureau Découvrr l nterface Wndows 8 Après s être dentfé va un compte Mcrosoft ou un compte local, l utlsateur vot apparaître sur son écran la toute

Plus en détail

Christine Steinbach. Décembre 2005. Christine Steinbach est animatrice communautaire aux Equipes Populaires, en charge des missions d'étude.

Christine Steinbach. Décembre 2005. Christine Steinbach est animatrice communautaire aux Equipes Populaires, en charge des missions d'étude. Queston de Queston de Décembre 2005 Chrstne Stenbach Quelques lgnes d'ntro La lbéralsaton des secteurs du gaz et de l'électrcté se profle à l'horzon 2007 en Régon wallonne. La mse en concurrence de la

Plus en détail

GEA I Mathématiques nancières Poly. de révision. Lionel Darondeau

GEA I Mathématiques nancières Poly. de révision. Lionel Darondeau GEA I Mathématques nancères Poly de révson Lonel Darondeau Intérêts smples et composés Voc la lste des exercces à révser, corrgés en cours : Exercce 2 Exercce 3 Exercce 5 Exercce 6 Exercce 7 Exercce 8

Plus en détail

IDEI Report # 18. Transport. December 2010. Elasticités de la demande de transport ferroviaire: définitions et mesures

IDEI Report # 18. Transport. December 2010. Elasticités de la demande de transport ferroviaire: définitions et mesures IDEI Report # 18 Transport December 2010 Elastctés de la demande de transport ferrovare: défntons et mesures Elastctés de la demande de transport ferrovare : Défntons et mesures Marc Ivald Toulouse School

Plus en détail

Paquets. Paquets nationaux 1. Paquets internationaux 11

Paquets. Paquets nationaux 1. Paquets internationaux 11 Paquets Paquets natonaux 1 Paquets nternatonaux 11 Paquets natonaux Servces & optons 1 Créaton 3 1. Dmensons, pods & épasseurs 3 2. Présentaton des paquets 4 2.1. Face avant du paquet 4 2.2. Comment obtenr

Plus en détail

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises Les détermnants de la détenton et de l usage de la carte de débt : une analyse emprque sur données ndvduelles françases Davd Boune a, Marc Bourreau a,b et Abel Franços a,c a Télécom ParsTech, Département

Plus en détail

Modélisations du risque en assurance automobile. Michel Grun-Rehomme Université Paris 2 et Ensae Email: grun@ensae.fr

Modélisations du risque en assurance automobile. Michel Grun-Rehomme Université Paris 2 et Ensae Email: grun@ensae.fr Modélsatons du rsque en assurance automoble Mchel Grun-Rehomme Unversté Pars 2 et Ensae Emal: grun@ensae.fr 1 Modélsatons du rsque en assurance automoble La snstralté est mesurée en terme de fréquence

Plus en détail

Prêt de groupe et sanction sociale Group lending and social fine

Prêt de groupe et sanction sociale Group lending and social fine Prêt de roupe et sancton socale Group lendn and socal fne Davd Alary Résumé Dans cet artcle, nous présentons un modèle d antsélecton sur un marché concurrentel du crédt. Nous consdérons l ntroducton de

Plus en détail

STRATEGIE NATIONALE DES BANQUES CEREALIERES DU NIGER

STRATEGIE NATIONALE DES BANQUES CEREALIERES DU NIGER REPUBLIQUE DU NIGER MINISTERE DE L'AGRICULTURE ET DE L'ELEVAGE B-P, 12091 NIAMEY NIGER Té1 : 7320-58 Drecton de Promoton des Organsatons Rurales et de la Geston de l'espace Rural (DPOR/GER) NIAMEY Té1

Plus en détail

hal-00409942, version 1-14 Aug 2009

hal-00409942, version 1-14 Aug 2009 Manuscrt auteur, publé dans "MOSIM' 008, Pars : France (008)" 7 e Conférence Francophone de MOdélsaton et SIMulaton - MOSIM 08 - du mars au avrl 008 - Pars - France «Modélsaton, Optmsaton et Smulaton des

Plus en détail

Integral T 3 Compact. raccordé aux installations Integral 5. Notice d utilisation

Integral T 3 Compact. raccordé aux installations Integral 5. Notice d utilisation Integral T 3 Compact raccordé aux nstallatons Integral 5 Notce d utlsaton Remarques mportantes Remarques mportantes A quelle nstallaton pouvez-vous connecter votre téléphone Ce téléphone est conçu unquement

Plus en détail

CHAPITRE 14 : RAISONNEMENT DES SYSTÈMES DE COMMANDE

CHAPITRE 14 : RAISONNEMENT DES SYSTÈMES DE COMMANDE HAITRE 4 : RAISONNEMENT DES SYSTÈMES DE OMMANDE RAISONNEMENT DES SYSTÈMES DE OMMANDE... 2 INTRODUTION... 22 RAELS... 22 alcul de la valeur ntale de la répone à un échelon... 22 alcul du gan tatque... 22

Plus en détail

Pro2030 GUIDE D UTILISATION. Français

Pro2030 GUIDE D UTILISATION. Français Pro2030 GUIDE D UTILISATION Franças Contents Garante... Introducton... 1 Artcle nº 605056 Rév C Schéma nº A605056 Novembre 2010 2010 YSI Incorporated. Le logo YSI est une marque déposée de YSI Incorporated.

Plus en détail

Anticiper l inaptitude physique (fascicule 11)

Anticiper l inaptitude physique (fascicule 11) E T U D E P R A T I Q U E GESTION DE L INAPTITUDE SERVICE CONSEIL STATUTAIRE - jun 2009 Présentaton (fasccule 1) Défntons générales (fasccule 2) L apttude physque (fasccule 3) Le handcap (fasccule 4) L

Plus en détail

Vous ne visualisez pas correctement cet email

Vous ne visualisez pas correctement cet email Vous ne vsualsez pas correctement cet emal Pluseurs lens qu créent du len sur SFR Busness Team Pour plus d nformaton sur nos offres sfrbusnessteam.fr Consultez les mentons légales et le glossare SFR -

Plus en détail

ÉLÉMENTS DE THÉORIE DE L INFORMATION POUR LES COMMUNICATIONS.

ÉLÉMENTS DE THÉORIE DE L INFORMATION POUR LES COMMUNICATIONS. ÉLÉMETS DE THÉORIE DE L IFORMATIO POUR LES COMMUICATIOS. L a théore de l nformaton est une dscplne qu s appue non seulement sur les (télé-) communcatons, mas auss sur l nformatque, la statstque, la physque

Plus en détail

L enseignement virtuel dans une économie émergente : perception des étudiants et perspectives d avenir

L enseignement virtuel dans une économie émergente : perception des étudiants et perspectives d avenir L ensegnement vrtuel dans une économe émergente : percepton des étudants et perspectves d avenr Hatem Dellag Laboratore d Econome et de Fnances applquées Faculté des scences économques et de geston de

Plus en détail

Découvrir l interface Windows 8

Découvrir l interface Windows 8 Wndows 8.1 L envronnement Wndows 8 Interfaces Wndows 8 et Bureau L envronnement Wndows 8 Découvrr l nterface Wndows 8 Après s être dentfé va un compte Mcrosoft ou un compte local, l utlsateur vot apparaître

Plus en détail

DOSSIER. tandem n 15. Adapter son logement. le journal des aînés et de leurs proches

DOSSIER. tandem n 15. Adapter son logement. le journal des aînés et de leurs proches tandem n 15 le journal des aînés et de leurs proches septembre 2015 INCLUS LE PROGRAMME «Ben vellr dans l Eure» P15 à 19 DOSSIER Adapter son logement Retour sur... > De la gym contre les douleurs Actualtés

Plus en détail

ACTE DE PRÊT HYPOTHÉCAIRE

ACTE DE PRÊT HYPOTHÉCAIRE - 1 - ACTE DE PRÊT HYPOTHÉCAIRE 5453F QC FR-2010/01 Taux fxe Le. Devant M e, notare soussgné pour la provnce de Québec, exerçant à. ONT COMPARU : ET : (C-après parfos appelé dans le présent Acte l «emprunteur»

Plus en détail

Somfy Box. Activation de l option io et programmation de vos produits io

Somfy Box. Activation de l option io et programmation de vos produits io Somfy Box Actvaton de l opton o et programmaton de vos produts o Sommare Pré-requs pour la programmaton de produts o sur la Somfy Box 1 Harmonser la clé système 1 Qu est-ce que la clé système? 1 Dans quel

Plus en détail

Oscillations électriques libres

Oscillations électriques libres Oscllatons électrues lbres A Oscllatons lbres amortes 1/ Etude expérmentale a Expérence et observatons Après avor chargé le condensateur (poston 1) On bascule l nterrupteur sur la poston, on obtent l oscllogramme

Plus en détail

Troubles musculosquelettiques liés au travail comment établir le lien?

Troubles musculosquelettiques liés au travail comment établir le lien? L O M N I P R A T I C I E N, L E M É D E C I N D E S T R A V A I L L E U R S! Troubles musculosquelettques lés au traval comment établr le len? par Roger Roy 3 Nathale, 40 ans, est journalère dans une

Plus en détail

TD 1. Statistiques à une variable.

TD 1. Statistiques à une variable. Danel Abécasss. Année unverstare 2010/2011 Prépa-L1 TD de bostatstques. Exercce 1. On consdère la sére suvante : TD 1. Statstques à une varable. 1. Calculer la moyenne et l écart type. 2. Calculer la médane

Plus en détail

En vue de l'obtention du. Présentée et soutenue par Meva DODO Le 06 novembre 2008

En vue de l'obtention du. Présentée et soutenue par Meva DODO Le 06 novembre 2008 THÈSE En vue de l'obtenton du DOCTORAT DE L UNIVERSITÉ DE TOULOUSE Délvré par l'unversté Toulouse III - Paul Sabater Spécalté : Informatque Présentée et soutenue par Meva DODO Le 06 novembre 2008 Ttre

Plus en détail

GUIDE D ÉLABORATION D UN PLAN D INTERVENTION POUR LE RENOUVELLEMENT DES CONDUITES D EAU POTABLE, D ÉGOUTS ET DES CHAUSSÉES

GUIDE D ÉLABORATION D UN PLAN D INTERVENTION POUR LE RENOUVELLEMENT DES CONDUITES D EAU POTABLE, D ÉGOUTS ET DES CHAUSSÉES GUIDE D ÉLABORATION D UN PLAN D INTERVENTION POUR LE RENOUVELLEMENT DES CONDUITES D EAU POTABLE, D ÉGOUTS ET DES CHAUSSÉES Gude destné au mleu muncpal québécos NOVEMBRE 2013 Coordnaton : Martn Cormer,

Plus en détail

Prévost Kevin 1,2, Magal Pierre 1, Beaumont Catherine 2 RÉSUMÉ

Prévost Kevin 1,2, Magal Pierre 1, Beaumont Catherine 2 RÉSUMÉ INTERET UN MOELE MATHEMATIQUE AN LA COMPARAION E L EFFICACITE E IFFERENTE TRATEGIE E PREVENTION UR LA REITANCE AU PORTAGE A ALMONELLA ENTERITII CHEZ LA POULE Prévost Kevn 1,, Magal Perre 1, Beaumont Catherne

Plus en détail

P R I S E E N M A I N R A P I D E O L I V E 4 H D

P R I S E E N M A I N R A P I D E O L I V E 4 H D P R I S E E N M A I N R A P I D E O L I V E 4 H D Sommare 1 2 2.1 2.2 2.3 3 3.1 3.2 3.3 4 4.1 4.2 4.3 4.4 4.5 4.6 5 6 7 7.1 7.2 7.3 8 8.1 8.2 8.3 8.4 8.5 8.6 Contenu du carton... 4 Paramétrage... 4 Connexon

Plus en détail

WINDOWS 10. Prise en main de votre ordinateur ou votre tablette

WINDOWS 10. Prise en main de votre ordinateur ou votre tablette WINDOWS 10 Prse en man de votre ordnateur ou votre tablette Table des matères Wndows 10 L envronnement Wndows 10 sur un ordnateur Wndows 10 : les nouveautés................................ 7 Démarrer Wndows

Plus en détail

RÉNOVATION ET CONSTRUCTION DURABLE

RÉNOVATION ET CONSTRUCTION DURABLE régon Provence-Alpes-Côte d Azur RÉNOVATION ET CONSTRUCTION DURABLE BILAN ANNUEL 2013 1 Octobre 2014 Avant-propos Face aux enjeux envronnementaux en len avec notre secteur d actvté, les admnstrateurs de

Plus en détail

Avez-vous vous aperçu cette drôle de trogne? Entre nature et histoire autour de Mondoubleau

Avez-vous vous aperçu cette drôle de trogne? Entre nature et histoire autour de Mondoubleau Avez-vous vous aperçu cette drôle de trogne? Entre nature et hstore autour de Mondoubleau Thème de la cache : NATURE ET CULTURE Départ : Parkng Campng des Prés Barrés à Mondoubleau Dffculté : MOYENNE Dstance

Plus en détail

Mode d'emploi. Servomoteur radiofréquence 1187 00

Mode d'emploi. Servomoteur radiofréquence 1187 00 Mode d'emplo Servomoteur radofréquence 1187 00 Table des matères A propos de ce mode d'emplo... 2 Représentaton de l'apparel... 3 Montage... 3 Démontage... 3 Almentaton... 4 Mettre la ple en place... 4

Plus en détail

Page 5 TABLE DES MATIÈRES

Page 5 TABLE DES MATIÈRES Page 5 TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE I LES POURCENTAGES 1. LES OBJECTIFS 12 2. LES DÉFINITIONS 14 1. La varaton absolue d'une grandeur 2. La varaton moyenne d'une grandeur (par unté de temps) 3. Le coeffcent

Plus en détail