TABLE DES MATIERES CONTROLE D INTEGRITE AU SEIN DE LA RECHERCHE LOCALE DE LA POLICE LOCALE DE BRUXELLES-CAPITALE/IXELLES (DEUXIEME DISTRICT) 1

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "TABLE DES MATIERES CONTROLE D INTEGRITE AU SEIN DE LA RECHERCHE LOCALE DE LA POLICE LOCALE DE BRUXELLES-CAPITALE/IXELLES (DEUXIEME DISTRICT) 1"

Transcription

1 TABLE DES MATIERES CONTROLE D INTEGRITE AU SEIN DE LA RECHERCHE LOCALE DE LA POLICE LOCALE DE BRUXELLES-CAPITALE/IXELLES (DEUXIEME DISTRICT) 1 1. PROBLEMATIQUE 1 2. MISSION 1 3. ACTES D ENQUETE 2 4. ANALYSE Fonctonnement de la JUD DCT Plotage en matère d ntégrté Envronnement de contrôle Évaluaton des rsques Informaton et communcaton Mesures de contrôle CONCLUSIONS 6 6. RECOMMANDATIONS 7

2 1 CONTROLE D INTEGRITE AU SEIN DE LA RECHERCHE LOCALE DE LA POLICE LOCALE DE BRUXELLES-CAPITALE/IXELLES (DEUXIEME DISTRICT) 1. PROBLEMATIQUE Dans le prolongement d une enquête judcare et sur la décson du Comté permanent P, le Servce d enquêtes P a procédé en 2006 à un examen de plante au sen de la JUD DCT2 de la polce locale de Bruxelles-Captale/Ixelles, dont l est notamment ressort que : (1) les collaborateurs de ce servce ont pu accomplr leurs mssons avec une assez grande marge de lberté ; (2) les supéreurs hérarchques n ont pour ans dre procédé à aucun suv ou contrôle ; (3) aucun rapport d nformaton n a été rédgé concernant certanes vstes «d ordre professonnel» (à un bar topless) ; (4) de l alcool a été consommé pendant les heures de servce ; (5) certans contacts sur Internet par l un des membres de la DCT2 (à des fns prvées) étaent contrares à la déontologe de la foncton de polce. Ces constatatons ont été portées à la connassance du chef de corps de l époque. Dans un rapport datant du 11 jullet 2008, l ntéressé ndquat au Comté permanent P que pluseurs mesures organsatonnelles avaent été prses afn d optmalser le suv des actvtés des enquêteurs locaux : (1) tous les membres de la recherche locale devaent dorénavant rédger, à la fn de leur servce, un bulletn de servce basé sur un document unforme dans lequel ls décrvent en détal leurs tâches quotdennes ; (2) un système de suv des heures a été élaboré, où toute modfcaton dot être mentonnée et ntrodute à l avance dans le système ; (3) un nouveau chef de servce a été désgné et sut toutes les actvtés du personnel ; (4) tous les membres du personnel de la secton ont été rassemblés dans le même commssarat afn de faclter le contrôle ; (5) les fonctonnares de polce concernés ont reçu la formaton requse en matère d utlsaton des documents utles à la rédacton des rapports nformatfs. 2. MISSION La présente enquête de contrôle a pour but de vérfer dans quelle mesure les drectves récemment édctées au sen de la JUD DCT2 ont été mses en œuvre et, parallèlement, dans quelle mesure la recherche locale a été fondamentalement plotée en matère d ntégrté. Pour l exécuton de cette msson, nous avons opté pour une applcaton restrente de la méthodologe COSO, conformément à la méthodologe applquée dans le cadre de l enquête relatve à l ntégrté au sen de la recherche locale d Anvers. Concrètement, le Servce d enquêtes P s est vu confer la msson suvante : (1) nformer le chef de corps et sollcter sa collaboraton à l enquête ; (2) s entretenr avec le chef de servce de la recherche de la polce locale de Bruxelles- Captale/Ixelles afn de se fare une dée concrète : - de l organsaton et du fonctonnement du servce concerné (envronnement dans lequel sont menées les actvtés), JUD DCT2 correspond à la recherche locale déconcentrée actve au sen du deuxème dstrct. Ce dstrct englobe Laeken, Neder-Over-Heembeek et Haren.

3 2 - de la vson actuelle à l égard des mesures d améloraton communquées par le chef de corps (couvrent-elles suffsamment les rsques/dysfonctonnements?), - des actvtés de maîtrse, - de l nformaton et de la communcaton en la matère, - de la survellance des mesures proposées (montorng) ; (3) s entretenr avec le chef de la JUD DCT2 sur la base des nformatons recuelles auprès du chef de servce, selon le canevas mentonné c-avant. 3. ACTES D ENQUETE En avrl 2010, le Servce d enquêtes P s est entretenu avec le drecteur judcare, le chef de servce de l appu opératonnel de la recherche locale et le chef de la JUD DCT2. Le fl conducteur utlsé lors de ces entretens se fonde sur l audt d ntégrté mené au sen de la recherche locale de la zone de polce d Anvers. Les sectons suvantes proposent une synthèse des nformatons recuelles lors des entretens avec les tros répondants et présentent un certan nombre de constatatons basées sur le modèle COSO. 4. ANALYSE 4.1. FONCTIONNEMENT DE LA JUD DCT2 Les mesures qu ont été prses au sen de ce servce tant par l ancen drecteur judcare que par l actuel ne résultent pas seulement de la notfcaton par le Comté permanent P des problèmes soulevés au pont 1. La drecton de la recherche locale avat elle-même déjà eu connassance d un certan nombre de dysfonctonnements, tels que : (1) la qualté médocre de la drecton et du plotage opératonnel fourns par l ancen chef de servce ; (2) les connassances rudmentares de la (nouvelle) légslaton et réglementaton, par exemple la lo MPR et les dspostons prses dans le cadre de la MFO-3, et (3) un manque de collaboraton avec la hérarche et les servces centraux. Il semblerat qu au moment où le Comté permanent P fasat part de ses constatatons à l ancen chef de corps, une soluton état déjà en préparaton afn de reméder aux problèmes exstants au sen des servces de recherche locale déconcentrée (JUD DCT 1, 2 et 3). Outre la désgnaton d un nouveau chef de servce pour la JUD DCT2 qu velle à ce que ses collaborateurs travallent conformément à la légslaton et la réglementaton en vgueur ans que les tâches mposées par le drecteur judcare, ce derner a également prs pluseurs (autres) ntatves : (1) le rassemblement de tous les collaborateurs de la JUD DCT2 dans un même bâtment ; (2) le renouvellement (rajeunssement) des collaborateurs de la JUD DCT2 ; (3) la séparaton des deux nspecteurs concernés qu ont fat l objet de l enquête judcare du Servce d enquêtes P ; (4) la partcpaton de l nspecteur prncpal responsable à des actons (nocturnes), et (5) l organsaton d un contact hebdomadare avec l offcer de quarter responsable par les deux enquêteurs (effectfs et back-up) lés au quarter v. v Cf. notamment la lo du 6 janver 2003 relatve aux méthodes partculères de recherche et pluseurs autres méthodes d enquête (M.B. 12 ma 2003). Drectve commune MFO-3 des mnstres de la Justce et de l Intéreur relatve à la geston de l nformaton de polce judcare et de polce admnstratve du 14 jun 2002 (M.B. 18 jun 2002). Les tâches exécutées au sen des servces déconcentrés de la recherche locale dovent satsfare aux exgences suvantes : 60 % de mssons lées à des dossers, 20 % de tâches opératonnelles au sen du quarter et 20 % de recuel d nformatons et d établssement de relatons au sen du quarter. Les membres qu font parte de la recherche locale déconcentrée sont lés à un ou pluseurs quarters dans le but d accomplr leurs tâches opératonnelles et de renforcer leur poston d nformaton, et ce, à ttre de membre effectf ou de suppléant.

4 PILOTAGE EN MATIERE D INTEGRITE Envronnement de contrôle Nos répondants ne sont pas au courant de l exstence d une poltque d ntégrté entèrement mse en œuvre au sen du corps. Ils renvoent (l un plus explctement que l autre) à pluseurs documents ou outls de traval utlsés au sen de la recherche, par exemple : (1) les valeurs de la recherche locale ; (2) les objectfs stratégques du servce ; (3) l entreten de planfcaton ; (4) le rapport d évaluaton ; (5) les dfférentes notes de servce qu renvoent, explctement ou mplctement, à un fonctonnement plus ntègre de la polce, où l est ndrectement fat référence au code déontologque ; et (6) la dscplne requse au sen de la recherche locale combnée à l encadrement solde des collaborateurs. L exemplarté a également été ctée à pluseurs reprses par les dfférents répondants et état consdérée comme très mportante. Outre le fat que les formatons nternes aent été dspensées dans dvers domanes, le motf de toutes les dentfcatons et de tous les contrôles est aujourd hu systématquement ntrodut dans le système ISLP, ce qu permet notamment de se conformer aux dspostons de l artcle 34 1 LFP. Un aperçu du rendement a été élaboré afn de trater notamment les paramètres suvants : (1) le nombre de procès-verbaux dressés ; (2) le nombre d arrestatons ; (3) le nombre de cas de flagrant délt et ce, dans le but de permettre une forme de suv et de comparason entre les dfférents servces de la recherche locale. Depus deux ans envron, un programme est utlsé pour compléter les prestatons de servce et établr des pronostcs en la matère Évaluaton des rsques Aucune analyse formelle n a été réalsée à aucun nveau dans le but d dentfer les éventuels domanes à rsques au sen de la recherche locale. Il ressort des entretens menés avec les tros répondants que des drectves ont peu à peu été édctées ou rappelées à la sute de dysfonctonnements constatés ou de mssons spécfques (comme le traval avec les nformateurs). Cette méthode de traval est toujours d applcaton. Les répondants estment que le fat que certans aspects fassent l objet d un plotage (poussé) consttue une garante que les collaborateurs sont conscents des (prncpaux) rsques d ntégrté au sen de (la dvson de) la recherche locale. Les répondants pensent qu l n y a aucun problème d ncompatblté professonnelle. Chacun à son nveau et dans son propre domane de responsablté estme avor suffsamment de contacts avec les collaborateurs pour pouvor détecter d éventuels problèmes en la matère et trouve en outre que le régme de traval rréguler en vgueur au sen de la recherche locale n encourage absolument pas à exercer des actvtés secondares. Le drecteur judcare a Integrated System for Local Polce. L artcle 34 1 LFP stpule que les fonctonnares de polce contrôlent l dentté de toute personne qu est prvée de sa lberté ou qu a comms une nfracton. Ils peuvent également contrôler l dentté de toute personne s ls ont des motfs rasonnables de crore, en foncton de son comportement, d ndces matérels ou de crconstances de temps et de leu, qu elle est recherchée, qu elle a tenté de commettre une nfracton ou se prépare à la commettre, qu elle pourrat troubler l ordre publc ou qu elle l a troublé. La problématque des ncompatbltés professonnelles est rége par les artcles 134 et 135 (cadre opératonnel) et par l artcle 136 (cadre admnstratf et logstque) de la lo du 7 décembre 1998 organsant un servce de polce ntégré, structuré à deux nveaux, et est décrte plus en détal dans les crculares mnstérelles GPI 27 et GPI 27bs.

5 4 connassance de tros dérogatons ndvduelles approuvées et ajoute qu l dot remettre un avs sur toutes les demandes. Dans le prolongement de cette parte de l entreten, le chef de la JUD DCT2 ndque que l ntégrté au sen de son servce est notamment garante par son plotage se fondant sur sa foncton d exemple, son expérence et son «feelng», combné aux drectves qu l reçot de sa hérarche et au mélange judceux de collaborateurs jeunes et plus âgés Informaton et communcaton Il n exste aucune procédure offcelle vsant à sgnaler des ncdents (qu portent attente à l ntégrté). Tous les répondants nous ont ndqué qu ls sont toujours accessbles et que leur porte est toujours ouverte. Outre les dfférents moments de contact, offcalsés sous la forme de réunons à dfférents nveaux, le drecteur judcare met un pont d honneur à passer vor tous les jours les collaborateurs qu travallent sur son ste. Le fat de rappeler une lo ou une réglementaton, à la sute ou non d un cas concret, par le bas d une note et/ou d un courrel ou à la sute de pluseurs réunons et le fat de dscuter des valeurs lors des entretens de planfcaton et de fonctonnement sont également des canaux qu sont (peuvent être) utlsés pour pouvor dscuter des problèmes d ntégrté. Il ressort des entretens que le drecteur judcare surtout prête davantage attenton à la problématque des éventuelles attentes à l ntégrté à l occason des entretens de planfcaton et de fonctonnement. Les nouvelles drectves et notes de servce sont toujours dscutées avec le personnel. Certanes optons poltques et certans prncpes de fonctonnement sont de temps en temps rems en mémore. Ces drectves portent notamment sur l ntégrté souhatée et attendue de l enquêteur à ttre ndvduel. Le Servce d enquêtes P a également pu constater que de nombreuses réunons ont fat l objet de procès-verbaux Mesures de contrôle Alors qu autrefos, l n état pas clarement établ qu assumat la drecton et la responsablté des servces de recherche déconcentrée, l a été décdé qu ls ressortent de la drecton et la responsablté drectes du drecteur judcare. Ce derner demande de temps à autre au servce nformatque les lstes des collaborateurs qu ont accès à sa dvson, car l a déjà constaté par le passé que certanes personnes non autorsées y ont accédé à la sute d un codage erroné des badges. Nos répondants nous assurent qu ls contactent très vte leurs collaborateurs s ls constatent un dysfonctonnement (même mnme) ou après en avor été nformés. Cette approche semble concorder parfatement avec la vson du chef de corps, qu à la sute d attentes mons graves souhate que les collaborateurs soent confrontés à leurs manquements et que l on cherche en concertaton la mesure la plus ndquée pour évter que les fats se reprodusent. Le drecteur judcare est toujours nformé lorsque l un de ses drgeants constate un dysfonctonnement concernant un collaborateur et s occupe parfos auss ntensvement du tratement ultéreur de certans fats (plus graves). Sot l sut le dosser selon une systématque et une méthodologe propres, sot l se concerte avec le chef du servce de contrôle nterne, qu poursut l examen de l affare dans certans cas. L une de ces dérogatons concerne le domane de l nformatque, tands que les deux autres ont été octroyées pour pouvor donner des cours dans une école de polce. D abord, un entreten a leu. S celu-c ne fat pas avancer les choses, l émet une seconde remarque plus drastque pour éventuellement aboutr à un entreten de fonctonnement. S cela ne sufft pas encore, le drecteur judcare rédge une note avec un avs crconstancé ndquant pourquo l souhate replacer une personne dans son servce ou la vor qutter la recherche.

6 5 Au fl des ans, le drecteur judcare a élaboré une forme de collaboraton (nformelle) avec le chef du servce de contrôle nterne. Outre l échange précté de données concernant l approche et le tratement de certanes plantes, le drecteur judcare reçot tous les mos un aperçu des contrôles effectués par ce servce. Les collaborateurs concernés sont nformés ndvduellement des dysfonctonnements constatés. Le drecteur judcare fat savor que son servce ne dspose pas vrament d un aperçu des mesures prses dans le cadre des attentes à l ntégrté, car l n a pas le temps de toutes les énumérer. Vu son engagement et sa responsablté fnale, l est bel et ben en mesure de brosser un tableau de la stuaton. Les répondants ndquent qu ls effectuent de temps en temps des contrôles sur le terran. Un système de contrôle qualté a été ntrodut pour les procès-verbaux. Pour permettre le contrôle de l utlsaton de matérel de corps, l convent de procéder à certans enregstrements dans un regstre conçu à cet effet. C est notamment le cas pour l utlsaton de véhcules et rados de servce. En ce qu concerne l utlsaton d Internet, l exste une charte relatve à l utlsaton de moyens d nformaton et de communcaton électronques ms à dsposton par la zone de polce. Cette charte a été portée à la connassance du personnel par le bas de l ordre admnstratf 85 de Le drecteur judcare affrme que les règles en matère de consommaton d alcool sont clares. La consommaton d alcool durant les heures de servce et la prse de servce en état d ntoxcaton ne sont pas tolérées. Ces règles sont connues de tous les collaborateurs. La consommaton d alcool est exceptonnellement autorsée lors du drnk annuel de la recherche locale et des drnks occasonnels organsés à la demande d un collaborateur et moyennant l approbaton préalable du drecteur judcare. La prestaton d heures supplémentares et de traval de week-end dot être motvée et valdée par le responsable drect de la personne qu prétend pouvor y avor drot. Cette problématque est pérodquement suve par le drecteur judcare qu dot de temps à autre rappeler ses offcers à l ordre en la matère ou dot donner des drectves supplémentares, car l opton zéro est le pont de départ général. Les bulletns de servce sont non seulement utlsés pour assurer la comptablté, mas dovent également permettre de vérfer ce que chaque collaborateur fat chaque jour. Ces documents dovent être sgnés par l ntéressé et par son chef drect et dovent être conservés pendant une pérode d au mons deux mos. Les heures prestées par tous les collaborateurs au sen de la recherche locale peuvent être consultées par tous les membres de ce servce. Aucune analyse des rsques en matère d ntégrté n a été réalsée au sens strct. Cependant, lors des entretens avec les répondants, pluseurs «zones de danger» éventuelles ont été abordées afn de pouvor détermner de quelle manère des rsques potentels donnés sont tratés : - selon le drecteur judcare, la geston des nformateurs fat l objet d un tratement appropré. On travalle conformément à la légslaton et la réglementaton exstantes et les mécansmes de contrôle requs ont été ntégrés ; - les membres de la BAA et de la recherche déconcentrée dovent nscrre les objets sass dans un regstre prévu à cet effet. Cette méthode de traval n est toutefos pas applquée par les collaborateurs lés aux servces centraux, car les cadres moyens ne Ces contrôles portent notamment sur (1) la présence sur le leu de traval, (2) la présence aux postes fxes et (3) la vérfcaton des tâches effectuées au moment du contrôle sur la base des bulletns de servce. BAA désgne la Brgade Ant-Agressons du servce d appu opératonnel de la recherche locale.

7 6 dovent drger qu une équpe restrente (en moyenne quatre nspecteurs) et travallent souvent dans les mêmes dossers ; - le drecteur judcare déclare formellement qu au sen de sa recherche, l n y a pas de place pour des collaborateurs qu partcperaent à des actvtés organsées par des personnes suspectes ou des crmnels, ce qu a été confrmé plus tard par le chef de servce de l appu opératonnel. Assez récemment, un enquêteur a été renvoyé du servce, car l avat une relaton avec une prosttuée. - s un de ses collaborateurs se trouve mplqué dans une nstructon ou une nformaton, cette enquête est confée au servce de contrôle nterne. Lorsqu un mandatare local est mplqué dans une enquête, on collabore avec la PJF Bruxelles ; - selon les répondants, l n est pas queston d une éventuelle confuson d ntérêts lors de la réquston d un nterprète, d un serrurer ou d un servce de dépannage. La problématque des dépannages est réglée au sen du corps et la recherche locale dot fare procéder à peu de dépannages. Les enquêteurs de la recherche déconcentrée ne font pas souvent appel à des nterprètes ou des serrurers. Dans le prolongement, l on soulgne que pour les collaborateurs sur le terran, l est surtout mportant de pouvor compter sur un expert requs qu peut rapdement se rendre sur place et apporter un souten professonnel. Une fos que l on a pu bénéfcer sur le terran des apttudes et qualtés d un spécalste, l est logque de fare également appel à cette personne la fos suvante, sans qu l falle pour autant y vor malce ; - depus envron quatre ans, l auteur de la «DOS» est auss le gestonnare du dosser, et ce, afn d évter tout malentendu concernant la personne qu assume la responsablté fnale dans un dosser. 5. CONCLUSIONS Sur la base des tros entretens et de dfférents documents rems par les ntéressés au Servce d enquêtes P, nous pouvons conclure que : - les récts des répondants sont très cohérents ; - des modfcatons postves profondes ont été apportées au fonctonnement de la JUD DCT2 (et des servces de recherche déconcentrée de la polce de Bruxelles- Captale/Ixelles en général), lorsque nous comparons la stuaton actuelle à la pérode allant au mons jusque Les mesures d améloraton que l ancen chef de corps a portées à la connassance du Comté permanent P ont bel et ben été concrétsées ; - l n est pas vrament queston d une «poltque d ntégrté» formelle, mas l exste à dfférents nveaux de la recherche locale des mécansmes pour suvre et réorenter les collaborateurs, et ce, sot de manère plus nformelle sur la base du code déontologque, sot de manère plus formelle au moyen de drectves de corps spécfquement édctées ou d entretens de fonctonnement et de planfcaton. Nous pouvons conclure des contacts avec les dfférents répondants que la drecton de la recherche a donné des sgnaux forts aux collaborateurs en ntervenant effectvement ; - l enquête sommare menée n a pas perms de déceler des problèmes d ntégrté notables au sen des servces de recherche déconcentrée. DOS désgne la fche «sgnalement / suv d un dosser» et les drectves en la matère fgurent dans la fche portant le numéro C 13 de la MFO-3 qu trate de la coordnaton des enquêtes. Arrêté royal du 10 ma 2006 (M.B. 30 ma 2006) auquel le code déontologque des servces de polce a été jont.

8 7 6. RECOMMANDATIONS La recherche locale de la polce de Bruxelles-Captale/Ixelles s emploe à élaborer une poltque d ntégrté formelle. En témognent : (1) l exstence de pluseurs drectves qu établssent des lens drects ou non avec l ntégrté dans le sens le plus large du terme ; (2) la constataton que les nterlocuteurs rencontrés ont un profond respect pour le fonctonnement ntègre de la polce ; (3) l nterventon effectve du drecteur judcare et de ses collaborateurs drects à l égard des collaborateurs au comportement peu ntègre ou portant attente à l ntégrté ; et (4) la partcpaton (ndrecte) du chef du servce de contrôle nterne. Ces dfférents ponts jettent les bases de l élaboraton d une poltque d ntégrté de qualté plus formelle et ntégrée. Il est recommandé de créer, au sen de la recherche locale de la polce de Bruxelles-Captale/Ixelles, un envronnement de contrôle qu lasse une place à des analyses de rsques pérodques, à la prse de mesures de contrôle approprées, à la remse des nformatons requses, à la communcaton et au montorng des attentes à l ntégrté. Tout cec devrat être ntégré dans une poltque d ntégrté cohérente à laquelle les dfférents acteurs prennent part à leur nveau et dans laquelle les mesures sont confrontées à la poltque de corps. Le modèle COSO peut être utlsé à cette fn. Il serat ans possble de mettre en œuvre une approche plus préventve et proactve de la problématque de l ntégrté, alors qu l ressort de l enquête menée qu on ntervent actuellement encore toujours prncpalement de manère réactve.

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social Drgeant de SAS : Lasser le chox du statut socal Résumé de notre proposton : Ouvrr le chox du statut socal du drgeant de SAS avec 2 solutons possbles : apprécer la stuaton socale des drgeants de SAS comme

Plus en détail

LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régime») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF

LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régime») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF 1 LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régme») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF AVIS AUX RETRAITÉS ET AUX PARTICIPANTS AVEC DROITS ACQUIS DIFFÉRÉS Expédteurs

Plus en détail

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations Contrats prévoyance des TNS : Clarfer les règles pour sécurser les prestatons Résumé de notre proposton : A - Amélorer l nformaton des souscrpteurs B Prévor plus de souplesse dans l apprécaton des revenus

Plus en détail

Editions ENI. Project 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait

Editions ENI. Project 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait Edtons ENI Project 2010 Collecton Référence Bureautque Extrat Défnton des tâches Défnton des tâches Project 2010 Sasr les tâches d'un projet Les tâches représentent le traval à accomplr pour attendre l'objectf

Plus en détail

Les jeunes économistes

Les jeunes économistes Chaptre1 : les ntérêts smples 1. défnton et calcul pratque : Défnton : Dans le cas de l ntérêt smple, le captal reste nvarable pendant toute la durée du prêt. L emprunteur dot verser, à la fn de chaque

Plus en détail

Pourquoi LICIEL? Avec LICIEL passez à la vitesse supérieure EPROUVE TECHNICITE CONNECTE STABILITE SUIVIE COMMUNAUTE

Pourquoi LICIEL? Avec LICIEL passez à la vitesse supérieure EPROUVE TECHNICITE CONNECTE STABILITE SUIVIE COMMUNAUTE L og c el s de D agnos t c s I mmob l er s Cont ac t eznous 32BddeS t r as bougcs3010875468 Par scedex10tel. 0253354064Fax0278084116 ma l : s er v c e. c l ent @l c el. f r Pourquo LICIEL? Implanté sur

Plus en détail

EH SmartView. Identifiez vos risques et vos opportunités. www.eulerhermes.be. Pilotez votre assurance-crédit. Services en ligne Euler Hermes

EH SmartView. Identifiez vos risques et vos opportunités. www.eulerhermes.be. Pilotez votre assurance-crédit. Services en ligne Euler Hermes EH SmartVew Servces en lgne Euler Hermes Identfez vos rsques et vos opportuntés Plotez votre assurance-crédt www.eulerhermes.be Les avantages d EH SmartVew L expertse Euler Hermes présentée de manère clare

Plus en détail

LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA

LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA Observatore Economque et Statstque d Afrque Subsaharenne LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA Une contrbuton à la réunon commune CEE/BIT sur les ndces des prx

Plus en détail

Le Prêt Efficience Fioul

Le Prêt Efficience Fioul Le Prêt Effcence Foul EMPRUNTEUR M. Mme CO-EMPRUNTEUR M. Mlle Mme Mlle (CONJOINT, PACSÉ, CONCUBIN ) Départ. de nass. Nature de la pèce d dentté : Natonalté : CNI Passeport Ttre de séjour N : Salaré Stuaton

Plus en détail

Définition des tâches

Définition des tâches Défnton des tâches Défnton des tâches Project 2010 Sasr les tâches d'un projet Les tâches représentent le traval à accomplr pour attendre l'objectf du projet. Elles représentent de ce fat, les éléments

Plus en détail

Professionnel de santé équipé de Médiclick!

Professionnel de santé équipé de Médiclick! Professonnel de santé équpé de Médclck! Dosser Médcal Partagé en Aqutane Ce gude vous présente les prncpales fonctonnaltés réservées aux professonnels de santé membres du réseau AquDMP. Sommare Connexon

Plus en détail

Remboursement d un emprunt par annuités constantes

Remboursement d un emprunt par annuités constantes Sére STG Journées de formaton Janver 2006 Remboursement d un emprunt par annutés constantes Le prncpe Utlsaton du tableur Un emprunteur s adresse à un prêteur pour obtenr une somme d argent (la dette)

Plus en détail

WINDOWS 10. Prise en main de votre ordinateur ou votre tablette

WINDOWS 10. Prise en main de votre ordinateur ou votre tablette WINDOWS 10 Prse en man de votre ordnateur ou votre tablette Table des matères Wndows 10 L envronnement Wndows 10 sur un ordnateur Wndows 10 : les nouveautés................................ 7 Démarrer Wndows

Plus en détail

Terminal numérique TM 13 raccordé aux installations Integral 33

Terminal numérique TM 13 raccordé aux installations Integral 33 Termnal numérque TM 13 raccordé aux nstallatons Integral 33 Notce d utlsaton Vous garderez une longueur d avance. Famlarsez--vous avec votre téléphone Remarques mportantes Chaptres à lre en prorté -- Vue

Plus en détail

T3 Comfort raccordé a IP Office

T3 Comfort raccordé a IP Office IP Telephony Contact Centers Moblty Servces T3 Comfort raccordé a IP Offce Benutzerhandbuch User's gude Manual de usuaro Manuel utlsateur Manuale d uso Gebrukersdocumentate Sommare Sommare Se famlarser

Plus en détail

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks Plan Geston des stocks Abdellah El Fallah Ensa de Tétouan 2011 Les opératons de gestons des stocks Les coûts assocés à la geston des stocks Le rôle des stocks Modèle de la quantté économque Geston calendare

Plus en détail

Paquets. Paquets nationaux 1. Paquets internationaux 11

Paquets. Paquets nationaux 1. Paquets internationaux 11 Paquets Paquets natonaux 1 Paquets nternatonaux 11 Paquets natonaux Servces & optons 1 Créaton 3 1. Dmensons, pods & épasseurs 3 2. Présentaton des paquets 4 2.1. Face avant du paquet 4 2.2. Comment obtenr

Plus en détail

Vous ne visualisez pas correctement cet email

Vous ne visualisez pas correctement cet email Vous ne vsualsez pas correctement cet emal Pluseurs lens qu créent du len sur SFR Busness Team Pour plus d nformaton sur nos offres sfrbusnessteam.fr Consultez les mentons légales et le glossare SFR -

Plus en détail

Faire des régimes TNS les laboratoires de la protection sociale de demain appelle des évolutions à deux niveaux :

Faire des régimes TNS les laboratoires de la protection sociale de demain appelle des évolutions à deux niveaux : Réformer en profondeur la protecton socale des TNS pour la rendre plus effcace Résumé de notre proposton : Fare des régmes TNS les laboratores de la protecton socale de deman appelle des évolutons à deux

Plus en détail

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix?

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix? Note méthodologque Tratements hebdomadares Questlemonscher.com Quelle méthode de collecte de prx? Les éléments méthodologques ont été défns par le cabnet FaE onsel, socété d études et d analyses statstques

Plus en détail

Distripost. Création 7 Caractéristiques du produit et options 7. Préparation de vos envois 8 Conditionnement 8

Distripost. Création 7 Caractéristiques du produit et options 7. Préparation de vos envois 8 Conditionnement 8 Dstrpost Quo, où et comment? 1 1. Qu est-ce que Dstrpost? 1 2. Quels chox s offrent à vous pour la dstrbuton de vos envos Dstrpost? 1 2.1. Tout le monde reçot-l mon envo toutes-boîtes dans la zone sélectonnée?

Plus en détail

INTERNET. Initiation à

INTERNET. Initiation à Intaton à INTERNET Surfez sur Internet Envoyez des messages Téléchargez Dscutez avec Skype Découvrez Facebook Regardez des vdéos Protégez votre ordnateur Myram GRIS Table des matères Internet Introducton

Plus en détail

Un protocole de tolérance aux pannes pour objets actifs non préemptifs

Un protocole de tolérance aux pannes pour objets actifs non préemptifs Un protocole de tolérance aux pannes pour objets actfs non préemptfs Françose Baude Dens Caromel Chrstan Delbé Ludovc Henro Equpe Oass, INRIA - CNRS - I3S 2004, route des Lucoles F-06902 Sopha Antpols

Plus en détail

Driss HARRIZI. MOTS CLES : contrôle de gestion - système d'éducation et de formation système d information - établissement public.

Driss HARRIZI. MOTS CLES : contrôle de gestion - système d'éducation et de formation système d information - établissement public. Ver sunenouvel l ecul t ur emanagér al e:mét hodol og e dem seenpl aced unsyst èmedecont r ôl edegest on dansunét abl ssementpubl c Casd uneacadém er ég onal ed éducat onetde f or mat on. Aut eur s:dr

Plus en détail

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction -

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction - EXAME FIAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSIO 1 - Correcton - Exercce 1 : 1) Consdérons une entreprse E comportant deux établssements : E1 et E2 qu emploent chacun 200 salarés. Au sen de l'établssement

Plus en détail

Integral T 3 Compact. raccordé aux installations Integral 5. Notice d utilisation

Integral T 3 Compact. raccordé aux installations Integral 5. Notice d utilisation Integral T 3 Compact raccordé aux nstallatons Integral 5 Notce d utlsaton Remarques mportantes Remarques mportantes A quelle nstallaton pouvez-vous connecter votre téléphone Ce téléphone est conçu unquement

Plus en détail

POUR FAIRE VOLER NOS AVIONS, IL FAUT TOUTE UNE ARMÉE

POUR FAIRE VOLER NOS AVIONS, IL FAUT TOUTE UNE ARMÉE POUR FAIRE VOLER NOS AVIONS, IL FAUT TOUTE UNE ARMÉE École de l ar (Salon-de-Provence) NOTRE DEVISE : FAIRE FACE 2 ÉDITO Le Général MODÉRÉ, Commandant les Écoles d offcers de l Armée de l ar et la Base

Plus en détail

Anticiper l inaptitude physique (fascicule 11)

Anticiper l inaptitude physique (fascicule 11) E T U D E P R A T I Q U E GESTION DE L INAPTITUDE SERVICE CONSEIL STATUTAIRE - jun 2009 Présentaton (fasccule 1) Défntons générales (fasccule 2) L apttude physque (fasccule 3) Le handcap (fasccule 4) L

Plus en détail

Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amiens.fr/pedagogie/maths/new/ue2007/synthese_atelier_annette_alain.

Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amiens.fr/pedagogie/maths/new/ue2007/synthese_atelier_annette_alain. Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amens.fr/pedagoge/maths/new/ue2007/synthese_ateler_annette_alan.pdf 1 La règle du jeu Un drecteur de casno se propose d nstaller le

Plus en détail

Le Prêt Efficience Gaz

Le Prêt Efficience Gaz Le Prêt Effcence Gaz (FICHE DE SOLVABILITÉ) À COMPLÉTER INTÉGRALEMENT EMPRUNTEUR M. Mme Mlle CO-EMPRUNTEUR M. Mme Mlle (CONJOINT, PACSÉ, CONCUBIN ) Nom : Prénom : Nom de jeune flle (pour les femmes marées)

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L ASSURANCE AUTOMOBILE AU QUÉBEC : UNE PRIME SELON LE COÛT SOCIAL MARGINAL MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L ASSURANCE AUTOMOBILE AU QUÉBEC : UNE PRIME SELON LE COÛT SOCIAL MARGINAL MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L ASSURANCE AUTOMOBILE AU QUÉBEC : UNE PRIME SELON LE COÛT SOCIAL MARGINAL MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE DE LA MAÎTRISE EN ÉCONOMIQUE PAR ERIC LÉVESQUE JANVIER

Plus en détail

Interface OneNote 2013

Interface OneNote 2013 Interface OneNote 2013 Interface OneNote 2013 Offce 2013 - Fonctons avancées Lancer OneNote 2013 À partr de l'nterface Wndows 8, utlsez une des méthodes suvantes : - Clquez sur la vgnette OneNote 2013

Plus en détail

Somfy Box. Activation de l option io et programmation de vos produits io

Somfy Box. Activation de l option io et programmation de vos produits io Somfy Box Actvaton de l opton o et programmaton de vos produts o Sommare Pré-requs pour la programmaton de produts o sur la Somfy Box 1 Harmonser la clé système 1 Qu est-ce que la clé système? 1 Dans quel

Plus en détail

Découvrir l interface Windows 8

Découvrir l interface Windows 8 Wndows 8.1 L envronnement Wndows 8 Interfaces Wndows 8 et Bureau L envronnement Wndows 8 Découvrr l nterface Wndows 8 Après s être dentfé va un compte Mcrosoft ou un compte local, l utlsateur vot apparaître

Plus en détail

Parlons. retraite. au service du «bien vieillir» L Assurance retraite. en chiffres* 639 192 retraités payés pour un montant de 4,2 milliards d euros

Parlons. retraite. au service du «bien vieillir» L Assurance retraite. en chiffres* 639 192 retraités payés pour un montant de 4,2 milliards d euros Édton Pays de la Lore Parlons La lettre aux retratés du régme général de la Sécurté socale 2012 retrate L Assurance retrate en chffres* 12,88 mllons de retratés 17,58 mllons de cotsants 346 000 bénéfcares

Plus en détail

Fiche n 7 : Vérification du débit et de la vitesse par la méthode de traçage

Fiche n 7 : Vérification du débit et de la vitesse par la méthode de traçage Fche n 7 : Vérfcaton du débt et de la vtesse par la méthode de traçage 1. PRINCIPE La méthode de traçage permet de calculer le débt d un écoulement ndépendamment des mesurages de hauteur et de vtesse.

Plus en détail

22 environnement technico-professionnel

22 environnement technico-professionnel 22 envronnement technco-professonnel CYRIL SABATIÉ Drecteur du servce jurdque FNAIM Ouverture du ma IMMOBILIER, OÙ 1 Artcle paru également dans la Revue des Loyers, jullet à septembre 2007, n 879, p. 314

Plus en détail

Mode d'emploi. Servomoteur radiofréquence 1187 00

Mode d'emploi. Servomoteur radiofréquence 1187 00 Mode d'emplo Servomoteur radofréquence 1187 00 Table des matères A propos de ce mode d'emplo... 2 Représentaton de l'apparel... 3 Montage... 3 Démontage... 3 Almentaton... 4 Mettre la ple en place... 4

Plus en détail

Chapitre 6. Economie ouverte :

Chapitre 6. Economie ouverte : 06/2/202 Chaptre 6. Econome ouverte : le modèle Mundell Flemng Elsabeth Cudevlle Le développement des échanges nternatonaux (bens et servces et flux fnancers) a rendu fortement nterdépendantes les conjonctures

Plus en détail

Interfaces Windows 8 et Bureau

Interfaces Windows 8 et Bureau Interfaces Wndows 8 et Bureau Interfaces Wndows 8 et Bureau Découvrr l nterface Wndows 8 Après s être dentfé va un compte Mcrosoft ou un compte local, l utlsateur vot apparaître sur son écran la toute

Plus en détail

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire Assurance malade et aléa de moralté ex-ante : L ncdence de l hétérogénété de la perte santare Davd Alary 1 et Franck Ben 2 Cet artcle examne l ncdence de l hétérogénété de la perte santare sur les contrats

Plus en détail

Be inspired. Numéro Vert. Via Caracciolo 20 20155 Milano tel. +39 02 365 22 990 fax +39 02 365 22 991

Be inspired. Numéro Vert. Via Caracciolo 20 20155 Milano tel. +39 02 365 22 990 fax +39 02 365 22 991 Ggaset SX353 / französsch / A31008-X353-P100-1-7719 / cover_0_hedelberg.fm / 03.12.2003 s Be nspred www.onedrect.fr www.onedrect.es www.onedrect.t www.onedrect.pt 0 800 72 4000 902 30 32 32 02 365 22 990

Plus en détail

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria.

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria. 1 CAS nédt d applcaton sur les normes IAS/IFRS Coût amort sur oblgatons à taux varable ou révsable La socété Plumera présente ses comptes annuels dans le référentel IFRS. Elle détent dans son portefeulle

Plus en détail

Table des Matières RÉSUMÉ ANALYTIQUE... 1 I. CONTEXTE... 2 1. La dette publique du Gouvernement... 2 2. Contexte institutionnel de gestion de la

Table des Matières RÉSUMÉ ANALYTIQUE... 1 I. CONTEXTE... 2 1. La dette publique du Gouvernement... 2 2. Contexte institutionnel de gestion de la Out ld éval uat on del aper f or manceen mat èr e degest on del adet t e (empa) Maur t an a Mar s2011 LeeMPA estunemét hodol og epouréval uerl aper f or manceenmat èr edegest on del adet t eàt r aver sunensembl

Plus en détail

Recherche universitaire et crédits d impôt pour R-D

Recherche universitaire et crédits d impôt pour R-D Fscalté Recherche unverstare et crédts d mpôt pour R-D Le 27 novembre 2001 Nancy Avone, CA Inctatfs fscaux à la R-D très généreux dsponbles Étude du Conference Board du Canada en 1998 Québec Jurdcton au

Plus en détail

santé Les arrêts de travail des séniors en emploi

santé Les arrêts de travail des séniors en emploi soldarté et DOSSIERS Les arrêts de traval des sénors en emplo N 2 2007 Les sénors en emplo se dstnguent-ls de leurs cadets en termes de recours aux arrêts de traval? Les sénors ne déclarent pas plus d

Plus en détail

Bibliothèque de documents

Bibliothèque de documents Bblothèque de documents Bblothèque de documents SharePont 2010 Vue d ensemble Dans un ste SharePont, les bblothèques permettent de stocker des éléments de types dfférents : des documents, des mages, des

Plus en détail

BTS GPN 2EME ANNEE-MATHEMATIQUES-MATHS FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES

BTS GPN 2EME ANNEE-MATHEMATIQUES-MATHS FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES I. Concepts généraux. Le référentel précse : Cette parte du module M4 «Acquérr des outls mathématques de base nécessares à l'analyse de données économques» est en relaton avec

Plus en détail

Des solutions globales fi ables et innovantes. www.calyon.com

Des solutions globales fi ables et innovantes. www.calyon.com Des solutons globales f ables et nnovantes www.calyon.com OPTIM Internet: un outl smple et performant Suv de vos comptes Tratement de vos opératons bancares Accès à un servce de reportng complet Une nterface

Plus en détail

ACTE DE PRÊT HYPOTHÉCAIRE

ACTE DE PRÊT HYPOTHÉCAIRE - 1 - ACTE DE PRÊT HYPOTHÉCAIRE 5453F QC FR-2010/01 Taux fxe Le. Devant M e, notare soussgné pour la provnce de Québec, exerçant à. ONT COMPARU : ET : (C-après parfos appelé dans le présent Acte l «emprunteur»

Plus en détail

RÉSUMÉ ANALYTIQUE... 1

RÉSUMÉ ANALYTIQUE... 1 Out ld éval uat on del aper f or manceen mat èr e degest on del adet t e (DeMPA) Républ quedu Sénégal Ma2010 LeDeMPA estunemét hodol og epouréval uerl aper f or manceenmat èr edegest on del adet t eàt

Plus en détail

Prise en compte des politiques de transport dans le choix des fournisseurs

Prise en compte des politiques de transport dans le choix des fournisseurs INSTITUT NATIONAL POLYTECHNIQUE DE GRENOBLE N attrbué par la bblothèque THÈSE Pour obtenr le grade de DOCTEUR DE L I.N.P.G. Spécalté : Géne Industrel Préparée au Laboratore d Automatque de Grenoble Dans

Plus en détail

CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE?

CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE? CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE? Boulanger Frédérc Avanssur, Groupe AXA 163-167, Avenue Georges Clémenceau 92742 Nanterre Cedex France Tel: +33 1 46 14 43

Plus en détail

STATISTIQUE AVEC EXCEL

STATISTIQUE AVEC EXCEL STATISTIQUE AVEC EXCEL Excel offre d nnombrables possbltés de recuellr des données statstques, de les classer, de les analyser et de les représenter graphquement. Ce sont prncpalement les tros éléments

Plus en détail

TD 1. Statistiques à une variable.

TD 1. Statistiques à une variable. Danel Abécasss. Année unverstare 2010/2011 Prépa-L1 TD de bostatstques. Exercce 1. On consdère la sére suvante : TD 1. Statstques à une varable. 1. Calculer la moyenne et l écart type. 2. Calculer la médane

Plus en détail

Impôt sur la fortune et investissement dans les PME Professeur Didier MAILLARD

Impôt sur la fortune et investissement dans les PME Professeur Didier MAILLARD Conservatore atonal des Arts et Méters Chare de BAQUE Document de recherche n 9 Impôt sur la fortune et nvestssement dans les PME Professeur Dder MAILLARD Avertssement ovembre 2007 La chare de Banque du

Plus en détail

Mesure avec une règle

Mesure avec une règle Mesure avec une règle par Matheu ROUAUD Professeur de Scences Physques en prépa, Dplômé en Physque Théorque. Lycée Alan-Fourner 8000 Bourges ecrre@ncerttudes.fr RÉSUMÉ La mesure d'une grandeur par un système

Plus en détail

Cerveau & management NOVIAL - 2008 Diapositive N 1

Cerveau & management NOVIAL - 2008 Diapositive N 1 CERVEAU et MANAGEMENT Cerveau & management NOVIAL - 2008 Dapostve N 1 Connaître sa ou ses partes domnantes Nourrr les autres partes Savor fonctonner sur ses 4 cerveaux Cerveau & management NOVIAL - 2008

Plus en détail

1 Introduction. 2 Définitions des sources de tension et de courant : Cours. Date : A2 Analyser le système Conversion statique de l énergie. 2 h.

1 Introduction. 2 Définitions des sources de tension et de courant : Cours. Date : A2 Analyser le système Conversion statique de l énergie. 2 h. A2 Analyser le système Converson statque de l énerge Date : Nom : Cours 2 h 1 Introducton Un ConVertsseur Statque d énerge (CVS) est un montage utlsant des nterrupteurs à semconducteurs permettant par

Plus en détail

Les prix quotidiens de clôture des échanges de quotas EUA et de crédits CER sont fournis par ICE Futures Europe

Les prix quotidiens de clôture des échanges de quotas EUA et de crédits CER sont fournis par ICE Futures Europe Méthodologe CDC Clmat Recherche puble chaque mos, en collaboraton avec Clmpact Metnext, Tendances Carbone, le bulletn mensuel d nformaton sur le marché européen du carbone (EU ETS). L obectf de cette publcaton

Plus en détail

Relais de protection et de commmande

Relais de protection et de commmande S O U S - S T A T I O N S Relas de protecton et de commmande La gamme SEPCOS-PRO comprend des relas de protecton et de commande de haute technologe qu répondent à la perfecton aux exgences des réseaux

Plus en détail

Chapitre 3 : Incertitudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES. Lignes directrices 2006 du GIEC pour les inventaires nationaux de gaz à effet de serre 3.

Chapitre 3 : Incertitudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES. Lignes directrices 2006 du GIEC pour les inventaires nationaux de gaz à effet de serre 3. Chaptre 3 : Incerttudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES Lgnes drectrces 2006 du GIEC pour les nventares natonaux de gaz à effet de serre 3.1 Volume 1 : Orentatons générales et établssement des rapports Auteurs

Plus en détail

master Objectif Université d Auvergne - Université Blaise Pascal Rentrée 2014 AUVERGNE

master Objectif Université d Auvergne - Université Blaise Pascal Rentrée 2014 AUVERGNE entrée 2014 Objectf master Unversté d Auvergne - Unversté Blase ascal Certans masters sont cohabltés avec d autres établssements d ensegnement supéreur mnstère de l éducaton natonale, de l ensegnement

Plus en détail

Créer ou reprendre une entreprise, Guide de la création et de la reprise d entreprise 1er semestre 2009

Créer ou reprendre une entreprise, Guide de la création et de la reprise d entreprise 1er semestre 2009 Créer ou reprendre une entreprse, Ou, mas comment? Gude de la créaton 1 er semestre 2009 et de la reprse d entreprse Futurs entrepreneurs, venez nous rencontrer! Chambre de Commerce et d Industre de Rennes

Plus en détail

Christine Steinbach. Décembre 2005. Christine Steinbach est animatrice communautaire aux Equipes Populaires, en charge des missions d'étude.

Christine Steinbach. Décembre 2005. Christine Steinbach est animatrice communautaire aux Equipes Populaires, en charge des missions d'étude. Queston de Queston de Décembre 2005 Chrstne Stenbach Quelques lgnes d'ntro La lbéralsaton des secteurs du gaz et de l'électrcté se profle à l'horzon 2007 en Régon wallonne. La mse en concurrence de la

Plus en détail

Série A Septembre 2008

Série A Septembre 2008 Sére A Septembre 2008 Sommare Notce avec encadré* 3 Annexe à la Notce 17 UFEP : extrat des statuts 27 *Cet encadré a pour objet d attrer l attenton de l adhérent sur certanes dspostons essentelles de la

Plus en détail

Contact SCD Nancy 1 : theses.sciences@scd.uhp-nancy.fr

Contact SCD Nancy 1 : theses.sciences@scd.uhp-nancy.fr AVERTISSEMENT Ce document est le frut d'un long traval approuvé par le jury de soutenance et ms à dsposton de l'ensemble de la communauté unverstare élarge. Il est soums à la proprété ntellectuelle de

Plus en détail

Cours #8 Optimisation de code

Cours #8 Optimisation de code ELE-784 Ordnateurs et programmaton système Cours #8 Optmsaton de code Bruno De Kelper Ste nternet : http://www.ele.etsmtl.ca/academque/ele784/ Cours # 8 ELE784 - Ordnateurs et programmaton système 1 Plan

Plus en détail

MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES

MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES Émle Garca, Maron Le Cam et Therry Rocher MENESR-DEPP, bureau de l évaluaton des élèves Cet artcle porte sur les méthodes de

Plus en détail

Montage émetteur commun

Montage émetteur commun tour au menu ontage émetteur commun Polarsaton d un transstor. ôle de la polarsaton La polarsaton a pour rôle de placer le pont de fonctonnement du transstor dans une zone où ses caractérstques sont lnéares.

Plus en détail

L enseignement virtuel dans une économie émergente : perception des étudiants et perspectives d avenir

L enseignement virtuel dans une économie émergente : perception des étudiants et perspectives d avenir L ensegnement vrtuel dans une économe émergente : percepton des étudants et perspectves d avenr Hatem Dellag Laboratore d Econome et de Fnances applquées Faculté des scences économques et de geston de

Plus en détail

Cette documentation provient du site www.arclim.eu et fait référence au produit suivant : PWRPR0000. Prix unitaire : 1732.77 HT

Cette documentation provient du site www.arclim.eu et fait référence au produit suivant : PWRPR0000. Prix unitaire : 1732.77 HT Régulaton Sondes & Capteurs Détente frgo électronque Supervson & GTC Humdfcaton & Déshu. Vannes & Servomoteurs Comptage eau, elec., énerge Ancens artcles Cette documentaton provent du ste www.arclm.eu

Plus en détail

FORMATION DOCTORALE EN INFORMATIQUE THESE. présentée en vue de l obtention du Doctorat en Informatique. par

FORMATION DOCTORALE EN INFORMATIQUE THESE. présentée en vue de l obtention du Doctorat en Informatique. par UNIVERSITE DE TUNIS EL MANAR FACULTE DES SCIENCES DE TUNIS INSTITUT NATIONAL DES SCIENCES APPLIQUEES DE LYON FORMATION DOCTORALE EN INFORMATIQUE THESE présentée en vue de l obtenton du Doctorat en Informatque

Plus en détail

ErP : éco-conception et étiquetage énergétique. Les solutions Vaillant. Pour dépasser la performance. La satisfaction de faire le bon choix.

ErP : éco-conception et étiquetage énergétique. Les solutions Vaillant. Pour dépasser la performance. La satisfaction de faire le bon choix. ErP : éco-concepton et étquetage énergétque Les solutons Vallant Pour dépasser la performance La satsfacton de fare le bon chox. ErP : éco-concepton et étquetage énergétque Eco-concepton et Etquetage

Plus en détail

P R I S E E N M A I N R A P I D E O L I V E 4 H D

P R I S E E N M A I N R A P I D E O L I V E 4 H D P R I S E E N M A I N R A P I D E O L I V E 4 H D Sommare 1 2 2.1 2.2 2.3 3 3.1 3.2 3.3 4 4.1 4.2 4.3 4.4 4.5 4.6 5 6 7 7.1 7.2 7.3 8 8.1 8.2 8.3 8.4 8.5 8.6 Contenu du carton... 4 Paramétrage... 4 Connexon

Plus en détail

GUIDE D ÉLABORATION D UN PLAN D INTERVENTION POUR LE RENOUVELLEMENT DES CONDUITES D EAU POTABLE, D ÉGOUTS ET DES CHAUSSÉES

GUIDE D ÉLABORATION D UN PLAN D INTERVENTION POUR LE RENOUVELLEMENT DES CONDUITES D EAU POTABLE, D ÉGOUTS ET DES CHAUSSÉES GUIDE D ÉLABORATION D UN PLAN D INTERVENTION POUR LE RENOUVELLEMENT DES CONDUITES D EAU POTABLE, D ÉGOUTS ET DES CHAUSSÉES Gude destné au mleu muncpal québécos NOVEMBRE 2013 Coordnaton : Martn Cormer,

Plus en détail

STRATEGIE NATIONALE DES BANQUES CEREALIERES DU NIGER

STRATEGIE NATIONALE DES BANQUES CEREALIERES DU NIGER REPUBLIQUE DU NIGER MINISTERE DE L'AGRICULTURE ET DE L'ELEVAGE B-P, 12091 NIAMEY NIGER Té1 : 7320-58 Drecton de Promoton des Organsatons Rurales et de la Geston de l'espace Rural (DPOR/GER) NIAMEY Té1

Plus en détail

Pour plus d'informations, veuillez nous contacter au 04.75.05.52.62. ou à contact@arclim.fr.

Pour plus d'informations, veuillez nous contacter au 04.75.05.52.62. ou à contact@arclim.fr. Régulaton Sondes & Capteurs Détente frgo électronque Supervson & GTC Humdfcaton & Déshu. Vannes & Servomoteurs Comptage eau, elec., énerge Ancens artcles Cette documentaton provent du ste www.arclm.eu

Plus en détail

Une analyse économique et expérimentale de la fraude à l assurance et de l audit

Une analyse économique et expérimentale de la fraude à l assurance et de l audit Une analyse économque et expérmentale de la fraude à l assurance et de l audt Sameh Borg To cte ths verson: Sameh Borg. Une analyse économque et expérmentale de la fraude à l assurance et de l audt. Economes

Plus en détail

Pro2030 GUIDE D UTILISATION. Français

Pro2030 GUIDE D UTILISATION. Français Pro2030 GUIDE D UTILISATION Franças Contents Garante... Introducton... 1 Artcle nº 605056 Rév C Schéma nº A605056 Novembre 2010 2010 YSI Incorporated. Le logo YSI est une marque déposée de YSI Incorporated.

Plus en détail

Mode d'emploi. Capteur de température ambiante radiofréquence avec horloge 1186..

Mode d'emploi. Capteur de température ambiante radiofréquence avec horloge 1186.. Mode d'emplo Capteur de température ambante radofréquence avec horloge 1186.. Table des matères A propos de ce mode d'emplo... 2 Comment le capteur de température ambante radofréquence fonctonne... 2 Affchage

Plus en détail

En vue de l'obtention du. Présentée et soutenue par Meva DODO Le 06 novembre 2008

En vue de l'obtention du. Présentée et soutenue par Meva DODO Le 06 novembre 2008 THÈSE En vue de l'obtenton du DOCTORAT DE L UNIVERSITÉ DE TOULOUSE Délvré par l'unversté Toulouse III - Paul Sabater Spécalté : Informatque Présentée et soutenue par Meva DODO Le 06 novembre 2008 Ttre

Plus en détail

RÉNOVATION ET CONSTRUCTION DURABLE

RÉNOVATION ET CONSTRUCTION DURABLE régon Provence-Alpes-Côte d Azur RÉNOVATION ET CONSTRUCTION DURABLE BILAN ANNUEL 2013 1 Octobre 2014 Avant-propos Face aux enjeux envronnementaux en len avec notre secteur d actvté, les admnstrateurs de

Plus en détail

GROUPE. Ouverture de la nouvelle plateforme logistiqul. Groupe Hospitalier Universitaire. Journal interne. Février 2012-n0 3. IriiliR.

GROUPE. Ouverture de la nouvelle plateforme logistiqul. Groupe Hospitalier Universitaire. Journal interne. Février 2012-n0 3. IriiliR. L J_ nn Groupe Hosptaler Unverstare.a Pté Salpêtrère Charles Fox Févrer 202n0 3 rmestre Journal nterne QQnQû GROUPE v IrlR Ouverture de la nouvelle plateforme logstqul p.2 4 \.3.0 O :\ J L. ILL j «a ASSISTANCE

Plus en détail

Réseau RRFR pour la surveillance dynamique : application en e-maintenance.

Réseau RRFR pour la surveillance dynamique : application en e-maintenance. Réseau RRFR pour la survellance dynamue : applcaton en e-mantenance. RYAD ZEMOURI, DANIEL RACOCEANU, NOUREDDINE ZERHOUNI Laboratore Unverstare de Recherche en Producton Automatsée (LURPA) 6, avenue du

Plus en détail

Système solaire combiné Estimation des besoins énergétiques

Système solaire combiné Estimation des besoins énergétiques Revue des Energes Renouvelables ICRESD-07 Tlemcen (007) 109 114 Système solare combné Estmaton des besons énergétques R. Kharch 1, B. Benyoucef et M. Belhamel 1 1 Centre de Développement des Energes Renouvelables

Plus en détail

L indice suisse des prix de la construction Octobre 2010=100

L indice suisse des prix de la construction Octobre 2010=100 Département fédéral de l ntéreur DFI Offce fédéral de la statstque OFS Actualtés OFS 5 Prx Neuchâtel, jullet 211 L ndce susse des prx de la constructon Octobre 21=1 Aperçu méthodologque Rensegnements:

Plus en détail

Prêt de groupe et sanction sociale Group lending and social fine

Prêt de groupe et sanction sociale Group lending and social fine Prêt de roupe et sancton socale Group lendn and socal fne Davd Alary Résumé Dans cet artcle, nous présentons un modèle d antsélecton sur un marché concurrentel du crédt. Nous consdérons l ntroducton de

Plus en détail

1.0 Probabilité vs statistique...1. 1.1 Expérience aléatoire et espace échantillonnal...1. 1.2 Événement...2

1.0 Probabilité vs statistique...1. 1.1 Expérience aléatoire et espace échantillonnal...1. 1.2 Événement...2 - robabltés - haptre : Introducton à la théore des probabltés.0 robablté vs statstque.... Expérence aléatore et espace échantllonnal.... Événement.... xomes défnton de probablté..... Quelques théorèmes

Plus en détail

Comparaison des niveaux des prix et de la consommation dans les pays africains :

Comparaison des niveaux des prix et de la consommation dans les pays africains : Comparason des nveaux des prx et de la consommaton dans les pays afrcans : Premers résultats du Programme de comparason nternatonale pour l Afrque RAPPORT PRINCIPAL Mars 2007 Dvson du développement des

Plus en détail

classification non supervisée : pas de classes prédéfinies Applications typiques

classification non supervisée : pas de classes prédéfinies Applications typiques Qu est ce que le clusterng? analyse de clusterng regroupement des obets en clusters un cluster : une collecton d obets smlares au sen d un même cluster dssmlares au obets appartenant à d autres clusters

Plus en détail

I. Présentation générale des méthodes d estimation des projets de type «unité industrielle»

I. Présentation générale des méthodes d estimation des projets de type «unité industrielle» Evaluaton des projets et estmaton des coûts Le budget d un projet est un élément mportant dans l étude d un projet pusque les résultats économques auront un mpact sur la réalsaton ou non et sur la concepton

Plus en détail

Conception de l architecture d un système dirigée par un modèle d urbanisme fonctionnel

Conception de l architecture d un système dirigée par un modèle d urbanisme fonctionnel Concepton de l archtecture d un système drgée par un modèle d urbansme fonctonnel Jacques Smonn To cte ths verson: Jacques Smonn. Concepton de l archtecture d un système drgée par un modèle d urbansme

Plus en détail

Le théorème du viriel

Le théorème du viriel Le théorème du vrel On se propose de démontrer le théorème du vrel de deux manères dfférentes. La premère fat appel à deux "trcks" qu l faut vor. Cette preuve met en avant une quantté, notée S c, qu permet

Plus en détail

Exercices d Électrocinétique

Exercices d Électrocinétique ercces d Électrocnétque Intensté et densté de courant -1.1 Vtesse des porteurs de charges : On dssout une masse m = 20g de chlorure de sodum NaCl dans un bac électrolytque de longueur l = 20cm et de secton

Plus en détail

MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES

MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Un Peuple - Un But Une Fo MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION DE LA PREVISION ET DES ETUDES ECONOMIQUES Document de traval N 03 GESTION DU RISQUE DE CREDIT ET FINANCEMENT DES ECONOMIES DE

Plus en détail

CATALOGUE EXCLUSIF TOUCH MEDIA CATALOGUE DE SITES FORMATS GLOSSAIRE. Notre sélection de supports en représentation exclusive au Maroc

CATALOGUE EXCLUSIF TOUCH MEDIA CATALOGUE DE SITES FORMATS GLOSSAIRE. Notre sélection de supports en représentation exclusive au Maroc CATALOGUE EXCLUSIF Notre sélecton de supports en représentaton exclusve au Maroc CATALOGUE DE SITES FORMATS A PROPOS DE NOUS Make ordnary, Extraordnary Phlosophe Équpe Réactvté est la rége publctare web

Plus en détail

Études & documents ÉCONOMIE ET ÉVALUATION. Consommation de carburant : effets des prix à court et à long termes par type de population.

Études & documents ÉCONOMIE ET ÉVALUATION. Consommation de carburant : effets des prix à court et à long termes par type de population. COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 40 Avrl 20 TRANSPORT Études & documents Consommaton de carburant : effets des prx à court et à long termes par type de populaton ÉCONOMIE ET ÉVALUATION Servce

Plus en détail

Nous signons de grandes créations pour les clients les plus exigeants.

Nous signons de grandes créations pour les clients les plus exigeants. 1^^ Nous sgnons de grandes créatons pour les clents les plus exgeants. 1.500.000 m de bureaux et commerces et 4 1 * 2 0 0 logements conçus, réalsés et commercalsés en 10 ans 1.023 mllons d'euros de chffre

Plus en détail

Apprentissage incrémental dans un système de filtrage adaptatif

Apprentissage incrémental dans un système de filtrage adaptatif VSST'200 32 TEXTES DES COMMUNICATIONS - Tome I Apprentssage ncrémental dans un système de fltrage adaptatf Mohand BOUGHANEM, Mohamed TMAR boughane@rt.fr, tmar@rt.fr IRIT/SIG, Campus Unv. Toulouse III,

Plus en détail