VIELLE Marc. CEA-IDEI Janvier La nomenclature retenue 3. 2 Vue d ensemble du modèle 4

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "VIELLE Marc. CEA-IDEI Janvier 1998. 1 La nomenclature retenue 3. 2 Vue d ensemble du modèle 4"

Transcription

1 GEMINI-E3 XL France Un outl destné à l étude des mpacts ndustrels de poltques énergétques et envronnementales VIELLE Marc CEA-IDEI Janver 1998 I LA STRUCTURE DU MODELE GEMINI-E3 XL FRANCE 3 1 La nomenclature retenue 3 2 Vue d ensemble du modèle 4 3 La fscalté Notatons Le système de prx Identtés comptables 8 4 La spécfcaton des fonctons de producton Secteurs «standards» Secteur ayant un facteur fxe comme facteur de producton Secteur utlsant comme nput le pétrole brut Secteur électrque 14 5 La demande fnale Détermnaton de l nvestssement Le comportement des ménages Le commerce extéreur 18 6 Les consommatons énergétques et les émssons de CO Le bouclage du modèle Marché du traval Commerce extéreur Facteurs fxes 20 II LA BASE DE DONNEE DU MODELE 21 1 Le chox d une année de base 21 2 Le cœur de la base de données : La SAM Les prncpales dffcultés Les données complémentares 23 III LES AXES DE DEVELOPPEMENT DU MODELE 24 1

2 L obet de cette note est de présenter la seconde verson du modèle GEMINI-E3 XL France, modèle d équlbre général calculable très désagrégé qu devrat permettre d étuder les mplcatons ndustrelles de poltques énergétques et envronnementales au nveau franças 1. Ans une premère verson du modèle a déà été utlsée pour tester la proposton communautare de mars 1997 en vue d une réducton des gaz à effet de serre (CF. VIELLE (1997a) (1997b)). GEMINI-E3 XL France un modèle ssu de la famlle des modèles GEMINI-E3 Depus 1994 le Commssarat à l Energe Atomque a entreprs sous la drecton d'alan BERNARD la constructon du système de modèles GEMINI-E3. Ces modèles qu reposent sur une structure en terme d équlbre général calculable dovent permettre d analyser les problèmes énergétques et envronnementaux. Dans le cadre de ce proet, cnq aspects ont été plus partculèrement développés. Il s agt de la fscalté, du comportement des ménages et de la mesure du ben être, de la dynamque ntertemporelle, du commerce extéreur et enfn de l offre électrque. A ce our tros modèles ont été élaborés : un modèle franças, un modèle européen (mons la France), un modèle représentant le reste du monde. Par alleurs une varante du modèle franças dans lequel le secteur électrque est modélsé à partr d une représentaton technologque a été auss construte. Les tros modèles fonctonnent en mode lé et représentent ans un modèle mondal complètement bouclé. La nomenclature des modèles, qu retent 11 branches et produts 2, est présentée dans le tableau c-après. Comme on peut le constater le découpage adopté décrt en détal le secteur énergétque pusque quatre produts sont solés, le reste de l économe étant plus agrégé et conforme aux découpages retenus par des modèles équvalents. Tableau 1 : nomenclature du modèle GEMINI-E3 1 : Agrculture 2 : Charbon 3 : Pétrole brut et produts raffnés 4 : Gaz 5 : Electrcté 6 : Bens ntermédares 7 : Bens d équpement 8 : Bens de consommaton (y comprs BTP) 9 : Transport 10 : Servces marchands 11 : Servces non marchands Le modèle GEMINI-E3 a donné leu à pluseurs utlsatons, sa très grande modularté, mas auss sa grande flexblté, nous ont perms d entreprendre la constructon d un modèle désagrégé sur la France : le modèle GEMINI-E3 XL France. 1 J a bénéfcer des remarques d Alan Bernard sur une premère verson de ce texte. 2 Sauf pour le modèle du reste du monde qu retent une nomenclature plus agrégée en 8 branches et produts. 2

3 Le beson d outl de représentaton plus désagrégé Les nombreuses utlsatons du modèle GEMINI-E3 XL France et les présentatons auxquelles elles ont donné leu nous ont convancus d un réel beson d outl plus désagrégé dans l évaluaton de poltque économque. En effet la nomenclature habtuelle des modèles qu retent un découpage en une dzane de branches et produts (comme le fat GEMINI-E3) ne permet pas de tenr compte des spécfctés du système productf. L hétérogénété du système productf requert en effet un mallage suffsamment fn que ne sauraent satsfare des modèles en dx branches dans lesquels, par exemple, le secteur des bens d équpement agrège des ndustres auss dfférentes que l équpement ménager, l automoble, la constructon navale ou encore l nformatque. De plus, comme le remarque ZAGAME (1987), les représentatons sectorelles grâce à leur nomenclature véhculent une nformaton très rche et cohérente à la fos au nveau macroéconomque et mésoéconomque. L étude de poltque ndustrelle ou sectorelle consttue une demande potentelle vs-à-vs d outls de représentaton sectorelle en termes d équlbre général. Comme l a très ben montré BERNARD [1997], l évaluaton d un proet ou de poltque sectorelle peut rarement se satsfare d une approche en équlbre partel dès lors que les effets de bouclages de l économe ne sont pas néglgeables pour le proet consdéré, ce qu est le plus souvent le cas. L adopton d une nomenclature désagrégée au sen d une modélsaton en termes d équlbre général faclte grandement l évaluaton de ce type de poltque. A ce our, la stuaton françase en matère de modélsaton sectorelle est caractérsée par une carence au nveau de ce type d outl, excepté le modèle DIVA du BIPE en 36 branches et produts dont la structure est très frustre et qu fat ouer un rôle lmté aux prx. GEMINI-E3 XL France représente donc l opportunté de combler cette lacune. I LA STRUCTURE DU MODELE GEMINI-E3 XL FRANCE 1 La nomenclature retenue La nomenclature du modèle, basée sur la NAP 90 de l INSEE, décrt séparément 87 branches ou produts 3. Cette nomenclature fgure dans le tableau 2. LA NAP 90 qu permet «d dentfer les grandes ndustres ans que les bens et servces qu elles produsent» (QUELENNEC (1986)), accorde une place de chox à l ndustre pusque 54 branches lées à ce secteur sont décrtes contre 23 pour le secteur tertare au sens large (servces marchands et non marchands plus le secteur des transports) ; quant au secteur de l énerge 7 branches et produts sont solés. 3 Deux regroupements ont été réalsés : les branches gaz naturel (S052) et gaz dstrbué ont été agrégées, de même les servces d assurance (S88) et organsmes fnancers (S89). 3

4 Tableau 2 : nomenclature du modèle GEMINI-E3 XL France S01 Produts Agrcoles S02 Sylvculture S03 Produts de la pêche S041 Houlles, lgnte et agglomérés S042 Produts de la cokéfacton S051 Pétrole brut S05207 Gaz naturel et gaz dstrbué S053 Produts pétrolers raffnés S06 Electrcté S08 Eau S09 Mnera de fer S10 Produts de la sdérurge S11 Produt de la 1 ere transformaton de l acer S12 Métaux non ferreux S13 Métaux et dem produts non ferreux S14 Mneras dvers S15 Matéraux de constructon et céramque S16 Produts de l ndustre du verre S171 Produts de la chme mnérale S172 Produts de la chme organque S18 Produts de la parachme S19 Produts pharmaceutques S20 Produts de la fondere S21 Produts du traval des métaux S22 Machnes agrcoles S23 Machnes outls S24 Equpement ndustrel S25 Matérel pour les travaux publques et la sdérurge S26 Matérels d armement S27 Machnes de bureaux et nformatque S28 Matérel électrque S291 Matérel électronque professonnel S292 Matérel électronque ménager S30 Equpement ménager S311 Automobles, cycles et motocycles S312 Matérel ferrovare S32 Produts de la constructon navale S33 Produts de la constructon aéronautque S34 Instruments et matérel de précson S35 Vandes et conserves de vandes S36 Lat et produts laters S37 Conserves S38 Pan et pâtssere S39 Produts du traval du gran S401 Hules brutes et raffnées S402 Sucre S403 Autres produts almentares S41 Bossons et alcools S42 Produts à base de tabac S43 Fls et fbres artfcels et synthétques S441 Matères textles naturelles S442 Produts de la bonnetere S443 Ouvrages en fls S451 Curs et peaux S452 Artcles en cur S46 Chaussures S47 Artcles d habllement S48 Produts mécanque du bos S49 Meubles S50 Paper, carton S51 Presse et produts de l mprmere et édton S52 Pneumatques et produts en caoutchouc S53 Produts de la transf. des matères plastques S54 Produts des ndustres dverses S55 Bâtment et géne cvl S56 Produts de la récupératon S574 Commerce S65 Réparaton et commerce de l automoble S66 Réparatons dverses S67 Hôtels, cafés et restaurant S68 Transports ferrovares S691 Transports de marchandses S692 Autres transports terrestres S70 Transport fluvaux S71 Transport martme et navgaton côtère S72 Transport aéren S734 Servces annexes et auxlare de transport S75 Servces de communcaton et poste S769 Servces aux entreprses S80 Locaton moblère S811 Locaton de logements S812 Locaton mmoblère S823 Ensegnements et recherche marchandes S84 Servces de santé marchandes S857 Autres servces marchands S889 Servces d assurances et organsmes fnancers S90 Servces non marchands 2 Vue d ensemble du modèle GEMINI-E3 XL France est un modèle d équlbre général décrvant l économe françase en 87 branches, ses prncpales caractérstques sont : une descrpton détallée des processus de producton en partculer pour le secteur de l énerge pour lequel une modélsaton spécfque est utlsée ; 4

5 une descrpton cohérente et détallée de la fscalté ndrecte qu condut à représenter plus de 1500 taux de taxes postfs dfférents ; l ntégraton d un module énergétque et envronnemental permettant de décrre en unté physque les consommatons énergétques dans une nomenclature en 6 produts et d évaluer l mpact de scénaros en terme d émssons de CO 2 ; l absence de dynamque, le modèle est statque et décrt des équlbres de long terme au contrare des modèles GEMINI exstants ; un envronnement nternatonal exogène ben qu un bouclage sur la balance commercale sot actuellement réalsé 4 ; le modèle est calbré à partr de l année 1990 et les élastctés sont chffrées à partr de dre d experts. 3 La fscalté Reprenant les spécfcatons du système de modèles GEMINI-E3, GEMINI-E3 XL France accorde une grande place à la fscalté 5, laquelle ntervent à tous les nveaux de la producton, de la dstrbuton et de manère ultme au nveau de la consommaton des dfférents bens et servces de l économe. Une représentaton algébrque est nécessare afn d explquer la structure retenue et de tester sa cohérence. 3.1 Notatons Indces Quanttés : bens (S01 à S90) : branches k : agents (H=ménages ; F=entreprses ; G=gouvernment ; W=reste du monde) l : branches lées au commerce (S574 et S65) Y : producton de ben X : consommaton de ben par la branche C : consommaton des ménages en produt I : nvestssement de la branche S : varaton de stocks en ben E : exportatons de ben G : consommaton du gouvernement en ben M : mportaton de ben 4 Une telle endogénésaton est en cours de réalsaton, CF la secton sur les développements en cours. 5 Cette parte s nspre de la présentaton fate pour GEMINI-E3 dans BERNARD A. ET VIELLE M. (1997). 5

6 Il faut noter que : ) certanes de ces quanttés ne représentent pas un ben homogène mas une agrégaton de bens dfférents (par exemple, l nvestssement est une somme de ben d équpement, donc chacun est l addton de bens et de marges commercales) ; et ) que le ben mporté n est pas totalement substtuable au ben produt natonalement et dot être consdéré comme un ben dfférent (vor plus bas l hypothèse ARMINGTON). C est pourquo nous notons en talque le terme ben. Prx p : prx de base du ben w : salare (net de toute contrbuton socale) de la branche q : prx (ncluant les drots de douanes et les subventons) du ben mporté r : taux d ntérêt Taux de taxes ndrectes r : taux de TVA sur la consommaton ntermédare du ben par la branche s : taux de TVA sur la consommaton des ménages en ben t k : taux de TVA sur l nvestssement en ben (branche, agent k) u : taux de TVA sur les varatons de stocks en ben v : taux de drots de douane (net de subventon) sur l mportaton du ben v = v 1 + v 2 avec v 1 : taux de drot de douane v 2 : (mons) taux de subventon θ : taux de taxes sur les salares θ = θ + θ + θ avec θ 1 : taux de cotsatons socales effectves θ 2 : taux de cotsatons socales fctves θ 3 : taux des mpôts sur les salares et la man d œuvre τ : taux de taxe sur la producton τ = τ + τ + τ avec τ 1 : taux des autres TVA τ 2 : taux des mpôts spécfques sur les produts τ 3 : taux des autres mpôts lés à la producton τ 4 : (mons) taux des subventons d explotaton 6

7 Coeffcents structurels λ k : part du ben dans l nvestssement de la branche par l agent k (la k demande de ben par la branche et l agent k est égale à λ I ) l m : taux de marges commercales de la branche l sur la consommaton des S574 S 65 ménages en ben, la consommaton C est égale à la demande ( 1 m m ) C en ben, S574 à la demande m C en ben S574 (commerce) au ttre de marges commercales et à la S 65 demande m C en ben S65 (commerce d automoble) au ttre de marges commercales. produt l n l e l o : taux de marges commercales sur les bens d équpement. : taux de marges commercales sur les exportatons : taux de marges commercales sur la consommaton ntermédare en 3.2 Le système de prx Partant des prx de base p, on détermne les autres prx en ncorporant les taxes ndrectes et en combnant les dfférents bens à l ade des coeffcents structurels. Demande fnale Cette opératon donne les prx suvants pour chaque composante de la demande fnale : Consommaton des ménages C S S S S [ ( ) S574 S65 ]( 1 ) H p = p m m + p m + p m + s Investssement I π = k, [( ) ] λ ( ) S 574 S 65 S 574 S 65 k n n p k n ps574 n ps65 r Varaton de stocks S Exportatons E ( 1 ) S p = p + u S574 S 65 ( 1 ) E S574 p = p e e + p e + p e S574 S 65 S65 Pour le gouvernement le prx fnal est égal au prx de base car l ne supporte n marges commercales, n taxes. Secteurs productfs Pour chaque branche produsant un ben à partr d autres bens et facteurs (traval, captal, facteurs fxes, mpôts) le système de prx auquel elle fat face, et donc à partr duquel elle détermne son offre, est alors le suvant : 7

8 prx de vente départ usne : p ( 1 τ ) Coût des facteurs de producton : S consommaton ntermédare en ben [((1 ) ]( 1 ) 574 S 65 S 574 S 65 o o p + o ps574 + o ps65 + r traval w ( 1+ θ ) captal π ( r + δ) facteur fxe pf mportaton de ben q 3.3 Identtés comptables Les denttés comptables sont de deux ordres, les équlbres pour les bens et l équlbre comptable de la producton pour chaque branche. Equlbres ressources-emplos Pour le ben ( l ), l équlbre est le suvant : Y = X + C + J + E + S + G avec : S574 S 65 ( 1 ) X = o o X S574 S 65 ( 1 ) C = m m C ( S S 65) k J = n n λ I k, S574 S 65 ( 1 ) E = e e E Pour la branche commerce ( l = S574 ) son actvté est exclusvement lée à la réalsaton de marges commercales, l équlbre pour cette branche est donc le suvant : S574 S574 k S574 S564 Y = m C + n λ I + e E + o X S574 k, La branche réparaton et commerce de l automoble, la formule est quelque peu plus complquée pusque son actvté n est pas unquement lée à des opératons de commerce, le calcul de la producton fat donc ntervenr des marges commercales mas auss une producton propre lée à l actvté de réparaton. L équaton est donc la somme des deux équatons présentées c-dessus. 8

9 Equlbres comptables des branches Pour chaque branche, l équlbre de la rémunératon des facteurs de producton est : S574 S 65 [ S574 S 65] ( θ ) S S ( τ ) ( ) p 1 Y = 1 o o p + o p + o p X + w 1+ L + ( ) π r + δ K + pf FF + q M + Π avec Π : proft (égale à zéro dans le cas de rendements d échelle constants et de marché concurrentel). 4 La spécfcaton des fonctons de producton L utlsaton de formes flexbles, telles les fonctons Translog ou Léonteff, est rendue dffcle par le nombre élevé d élastctés ndépendantes que l on dot consdérer et donc estmer. L hypothèse de rendements d échelle constants et de séparablté entre facteurs permet d en rédure de façon mportante le nombre. Ce qu apparaît essentel c est de prendre en compte les canaux par lesquelles agssent les prx à travers les élastctés prx drectes, et les relatons de complémentarté et/ou substuablté entre facteurs de producton. Cec est obtenu va une structure de fonctons CES emboîtées. Afn de tenr compte le plus possble des spécfctés de chacun des secteurs tros arborescences dstnctes sont retenues et une modélsaton spécfque pour le secteur électrque est utlsée. 4.1 Secteurs «standards» Pour la plupart des secteurs, l arborescence retenue est celle présentée dans la fgure 1, qu retent cnq nveaux de substtuton. Le premer nveau a trat à la substtuton entre produt mporté et ben produt en France, consdérés comme non parfatement substtuables selon l hypothèse dte d'armington, pour lequel nous retenons une élastcté de substtuton en moyenne égale à 0,8. La producton est ensute assurée par la combnason de deux nputs agrégeant chacun pluseurs nputs élémentares : les matéraux et l agrégat KLEF, (avec une élastcté de substtuton à ce nveau de 0,2). Les matéraux sont supposés complémentares entre eux, quant à l agrégat KLEF l est éclaté en tros nputs, l agrégat KL, l électrcté et l énerge fossle (avec une élastcté de substtuton égale à 0,6). Enfn l agrégat KL est décomposé entre captal et traval (avec une élastcté de substtuton égale à 0,8) et l énerge fossle éclatée en 4 nputs (élastcté de substtuton égale à 0,8). A ce stade de développement du modèle, les élastctés ont été fxées à partr d un examen de la lttérature. Dans une seconde étape, l est prévu de recourr à des études économétrques réalsées sur données sectorelles et mcro-économques afn de les détermner avec mons d arbtrare et plus de robustesse. Néanmons, l est actuellement touours possble de modfer les valeurs de ces élastctés. 9

10 Fgure 1 : l arborescence de la foncton de producton secteur standard Producton dstrbuée Y CES (σ = 08. ) Importaton M Producton domestque CES (σ = 02. ) KLEF Matéraux. ) CES ( σ = 0 ) CES (σ = 06 KL Electrcté X S06, Energe Fossle CES (σ = 08. ) CES (σ = 08. ) Captal K Traval L Charbon Produt de Gaz Produts X S041, la cokéfacton X S05207, raffnés X S042, X S053, Agrculture Sylvculture... Servces non X S01, X S02, Marchands σ élastcté moyenne de substtuton X S90, 4.2 Secteurs ayant un facteur fxe comme facteur de producton On trouve sous cette dénomnaton tous les secteurs qu utlsent une ressource naturelle. Dans ces secteurs les augmentatons de producton sont fortement contrantes par l augmentaton de la ressource elle même ce qu se tradut dans le modèle par une élastcté de substtuton fable entre cette ressource et les autres facteurs de producton. Cette ressource naturelle est représentée par un facteur de producton appelé facteur fxe. Une caractérstque de ce facteur est d être spécfque au secteur concerné. Ans les ressources de houlle peuvent être dffclement utlsables pour produre d autres bens que le charbon lu-même. L arborescence retenue est présentée dans la fgure 2, et consste à aouter à l arborescence des secteurs standards un nveau supplémentare. La producton domestque est ans réalsée grâce à la combnason du facteur fxe et des autres nputs agrégés compte tenu d une élastcté de substtuton égale à 0,2. 10

11 Les secteurs qu appartennent à ce groupe sont au nombre de 10 et sont les suvants : S01 S02 S03 S041 S051 S05207 S08 S09 S12 S14 Produts Agrcoles Sylvculture Produts de la pêche Houlles, lgnte et agglomérés Pétrole brut Gaz naturel et gaz dstrbué Eau Mnera de fer Métaux non ferreux Mneras dvers L offre de facteur fxe L offre de facteur fxe reprend les spécfcatons proposées par le modèle GREEN de l OCDE (VAN DER MENSBRUGGHE (1994) dans lequel l offre dépend du prx de ce facteur fxe et dstngue deux régmes dépendant du nveau de la demande par rapport au compte de référence (supéreur ou nféreur). Dans le premer cas on retendra une élastcté relatvement fable surtout pour les secteurs énergétques pour lesquels on suppose qu en France les perpectves de nouvelles ressources sont quasment nexstantes. Dans le second cas l élastcté est supposée plus forte tradusant le peu de contrante exstant à lmter l utlsaton du facteur fxe. L'offre est ans décrte par les équatons suvantes : FF FF S S = FF = FF pf pf pf pf σ H S s FF > FF σ B S s FF < FF où FF et pf représentent les valeurs du compte de référence et σ H respectvement l élastcté à la hausse et à la basse. et σ B sont 11

12 Fgure 2 : l arborescence de la foncton de producton avec facteur fxe Producton dstrbuée Y CES (σ = 08. ) Importaton M Producton domestque CES (σ = 01. ) Facteur fxe FF Autres Inputs CES (σ = 02. ) KLEF Matéraux CES (σ = 06. ) CES ( σ = 0 ) KL Electrcté X S. ) CES (σ = 08 CES ( σ = 08 06, Energe Fossle. ) Captal K Traval L Charbon Produt de Gaz Produts X S041, la cokéfacton X S05207, raffnés X S042, X S053, Agrculture Sylvculture... Servces non X S01, X S02, Marchands σ élastcté moyenne de substtuton X S90, 12

13 4.3 Secteurs utlsant comme nput le pétrole brut Deux secteurs appartennent à cette catégore l ndustre du raffnage (S053) et l ndustre de la chme mnérale (S171). L arborescence retenue suppose que cet nput, dont l utlsaton correspond à des usages non énergétques, est peu substtuable à d autres nputs et condut à l arborescence présentée c-dessous. Fgure 3 : l arborescence de la foncton de producton des secteurs utlsant du pétrole brut Producton dstrbuée Y CES (σ = 08. ) Importaton M Producton domestque CES (σ = 01. ) Pétrole brut X S051, Autres Inputs CES (σ = 02. ) KLEF Matéraux. ) CES ( σ = 0 ) CES (σ = 06 KL Electrcté X S. ) CES (σ = 08 CES ( σ = 08 06, Energe Fossle. ) Captal K Traval L Charbon Produt de Gaz Produts X S041, la cokéfacton X S05207, raffnés X S042, X S053, Agrculture Sylvculture... Servces non X S01, X S02, Marchands σ élastcté moyenne de substtuton X S90, 13

14 4.4 Secteur électrque La modélsaton adoptée pour le secteur électrque s nspre des travaux réalsés précédemment au sen du CEA, notamment pour le modèle Mcro-mélode (CHARMANT, DEVEZEAUX & ALII (1993)) et le modèle GEMINI-E3 (BERNARD ET VIELLE (1997)), elle repose prncpalement sur la descrpton d une monotone de consommaton dans laquelle sont emplées les untés électrogènes. La descrpton de la demande L électrcté n étant pas ou peu stockable et sa demande fluctuant de façon mportante, sa descrpton nécesste de précser heure par heure son évoluton. Les électrcens ont pour pratque de trer cette courbe par ordre d appel décrossant qu ls appellent monotone de charge (Cf. graphque 1). Elle permet de connaître la durée pendant laquelle une pussance égale ou supéreure à une valeur lue en ordonnée est appelée au cours de l année. GEMINI- E3 XL France modélse une monotone un peu dfférente de celle publée par EDF (1995), pusqu'à cette monotone de consommaton ntéreure est aouté le solde net des exportatons et retranchée la producton hydraulque et la producton thermque de ponte. On obtent alors une monotone de producton thermque hors ponte. Cette smplfcaton est dctée par deux mpératfs. Tout d'abord, la descrpton de la geston du parc hydraulque n est pas l obet du modèle GEMINI-E3 XL France. Elle dépend de nombreux facteurs prncpalement cononcturels (pluvométre de l année, équlbrage du réseau, dsponblté des équpements thermques...), et la soluton adoptée consste à supposer la producton hydraulque exogène et égale à des nveaux de productblté moyenne. De même, la geston des équpements de ponte thermque dépend là encore de condtons cononcturelles qu ne sont pas l obet de GEMINI-E3 XL France. L énerge produte par ces équpements représente d alleurs une très fable part de l énerge thermque, mons de 4%. Graphque 1 : monotone des pussances appelées par la consommaton et détal de la ponte (EDF 1995) Gw Heures 14

15 Gw Heures Concrètement, la monotone décrte dans le modèle fat ntervenr deux valeurs, la pussance de base (base) et la pussance de ponte (PKP). Le graphque 2 décrt la modélsaton ans retenue. Ces deux quanttés évoluent ensute en foncton du nveau et de la structure de la consommaton. Graphque 2 : la monotone de consommaton de GEMINI-E3 XL France PKP base 8760 La descrpton de l offre La modélsaton de l offre consdère tros types d équpement : les centrales au charbon, les centrales au gaz et les centrales nucléares pusque comme l a été dt précédemment la producton hydraulque et la producton thermque de ponte sont exogènes. Le fonctonnement du module d offre d électrcté de GEMINI-E3 XL France consste à remplr la monotone de consommaton compte tenu de la structure de coûts des tros types de centrales caractérsée par une composante fxe (coût d nvestssement prncpalement) et un coût varable (coût de combustble). En ce fasant l est possble de détermner l équpement nécessare et la producton de chacune des énerges (charbon, gaz et nucléare). Afn d explquer plus précsément le fonctonnement du module, nous allons consdérer la stuaton dans laquelle deux types d équpement peuvent être utlsés : des centrales au 15

16 charbon (noté c) et des centrales utlsant de l uranum (n) et donc les structures de coût sont telles que : coûts fxes cf > cf coûts varables cp > cp Graphque 3 : allocaton des centrales dans une optque de long terme n c c n COST COAL NUCLEAR HOURS PKP COAL BASE NUCLEAR HL NC S l on consdère une optque de long terme, les parts optmales de chacune des énerges sont détermnées par l heure de coupure (dte de long terme, HL nc ), c est à dre l heure pour laquelle l est ndfférent d utlser une centrale charbon ou une centrale nucléare, sot 6 : 6 De fat l expresson de cette équaton est plus complquée pusque ntervennent les taux de dsponblté des deux équpements, eux-mêmes foncton de l heure de coupure. 16

17 HL nc = cp n 1 cp c ( cf cf ) c n Une fos connu cette heure, l reste à détermner la part de chaque énerge qu se résume à un calcul d are et dont la représentaton graphque est donnée dans le graphque 3. Ben évdemment, le calcul se complexfe lorsque l on dot tenr compte des équpements exstants. La stratége optmale consste alors à détermner les nvestssements en fasant tendre l heure de coupure effectve vers celle de long terme. Graphque 4 : la prse en compte du déclassement d équpements exstants COST COAL COAL (Fuel Cost) NUCLEAR HOURS PKP PMAX C COAL BASE NUCLEAR HL NC HC NC L exstence d équpements contrant alors la stratége d nvestssement et peut même à aboutr à des déclassements antcpés. Dans le cas de l exemple précédent, cela revent à consdérer la possblté de déclasser les équpements charbon au proft de nouvelles centrales nucléares. A cet effet le modèle calcule l heure de coupure entre l équpement charbon 17

18 exstant et une centrale nucléare à construre. Nous prenons en compte pour l équpement charbon exstant unquement le coût varable et les coûts complets pour le nucléare. Le graphque 4 en présente l llustraton : la nouvelle heure de coupure ( HC nc ) détermne la part maxmum des équpements exstants (notée PMAX c ). En pratque le déclassement de centrales électrogènes reste exceptonnel et la prse en compte du parc exstant n a pour prncpal effet que de lmter son adaptaton à la stuaton optmale sute à des varatons des coûts relatfs des dfférentes flères de producton. 5 La demande fnale 5.1 Détermnaton de l nvestssement GEMINI-E3 XL France est un modèle statque, contrarement à la famlle des modèles GEMINI-E3. Il vse à décrre une stuaton de régme permanent, attente une fos que l austement des équpements dans les dfférentes branches est réalsé. Dans chaque branche, la captal et l nvestssement sont lés par la relaton suvante : I ( δ ) = + a K où δ est le taux de déclassement du captal et a son taux de crossance. 5.2 Le comportement des ménages L offre de traval de même que l épargne des ménages sont supposés exogènes, et la foncton d utlté est une foncton STONE-GEARY, les consommatons en ben sont dès lors calculées par la formule suvante : C β = C + H R p H p C où R représente la parte du revenu consacré à la consommaton et C la consommaton ncompressble. 5.3 Le commerce extéreur L envronnement nternatonal est exogène, les prx nternatonaux de même que la demande étrangère sont donc exogènes. Les mportatons sont détermnées à partr de la foncton de producton (Cf. nfra) ; quant aux exportatons, elles dépendent d une équaton fasant ntervenr une élastcté prx (fxé à 0,8) et une élastcté demande untare. 18

19 E = Y WORLD p WORLD où ex est le taux de change, Y WORLD la demande mondale et p WORLD le prx mondal du ben. p E ex 6 Les consommatons énergétques et les émssons de CO 2 Elles sont calculées à partr des consommatons ntermédares pour ce qu concerne les entreprses et à partr des consommatons des ménages pour ces derners. Pour les entreprses, un traval mportant a été réalsé afn de détermner pour chaque branche et pour chaque combustble le nveau de la consommaton en tep. Pour ce fare, nous nous sommes appuyés sur les blans de l énerge franças et sur les publcatons du SESSI concernant ce domane. On détermne alors la consommaton énergétque en tep de chaque branche par l équaton suvante : E X = φ X de même pour les ménages : = S041 à S06 C E = C φ C = S041 à S06 à partr de ces nformatons, l est facle de calculer les émssons de CO 2 par branche et/ou par énerge en utlsant les coeffcents d émsson par tep suvant : Tableau 3 : tonne de carbone éms sous forme de gaz carbonque par tep Gaz Pétrole Charbon Il est essentel de passer par un tel détour pour calculer les émssons de CO 2, en effet les volumes de comptablté natonale tels qu ls apparassent dans les matrces nput-output sont de très mauvas ndcateurs des quanttés de tep consommées. La rason prncpale est que les prx facturés pour les lvrasons d énerge varent de façon mportante entre secteurs et entre entreprses et dépendent des quanttés consommées. 7 Le bouclage du modèle 7.1 Marché du traval Le problème est, dans le cadre d un équlbre général, la détermnaton d un système de prx - à un facteur multplcatf près - et des demandes et offres assocées, de telle manère que tous les marchés soent équlbrés. Dans le cas du modèle GEMINI E3 XL France le taux salare à 19

20 été retenu comme numérare, et l équlbre sur le marché du traval est réalsé par le taux d ntérêt. La demande de traval de la part des ménages est en outre exogène. 7.2 Commerce extéreur Même s l envronnement extéreur est exogène le modèle fonctonne à taux de change endogène. L équlbre de la balance commercale est donc réalsé par le taux de change en supposant que l économe françase a peu d'nfluence sur le reste du monde quant à la détermnaton de la demande et des prx nternatonaux. Il est cependant prévu dans une prochane verson du modèle d endogénéser ces deux varables. 7.3 Facteurs fxes Pour chaque facteur fxe, nous détermnons la rente qu permet d égalser l offre et la demande précédemment décrtes. 20

- Equilibre simultané IS/LM : Pour déterminer le couple d équilibre général, il convient de résoudre l équation IS = LM.

- Equilibre simultané IS/LM : Pour déterminer le couple d équilibre général, il convient de résoudre l équation IS = LM. Exercce n 1 Cet exercce propose de détermner l équlbre IS/LM sur la base d une économe dépourvue de présence étatque. Pour ce fare l convent, dans un premer temps de détermner la relaton (IS) marquant

Plus en détail

Royaume du Maroc المملكة المغربية. Ministère du Commerce Extérieur وزارة التجارة الخارجية. Direction des Etudes

Royaume du Maroc المملكة المغربية. Ministère du Commerce Extérieur وزارة التجارة الخارجية. Direction des Etudes Royaume du aroc nstère du Commerce xtéreur المملكة المغربية وزارة التجارة الخارجية IPACT DS ACCORDS D LIBR- CHANG (ODL CALCULABL D QUILIBR GNRAL : IPAL) Drecton des tudes Févrer 2009 SOAIR INTRODUCTION...

Plus en détail

Chapitre 6. Economie ouverte :

Chapitre 6. Economie ouverte : 06/2/202 Chaptre 6. Econome ouverte : le modèle Mundell Flemng Elsabeth Cudevlle Le développement des échanges nternatonaux (bens et servces et flux fnancers) a rendu fortement nterdépendantes les conjonctures

Plus en détail

Indicateurs de compétitivité- prix et de performances à l exportation

Indicateurs de compétitivité- prix et de performances à l exportation Décembre 2009 Indcateurs de compéttvté- prx et de performances à Méthodologe Les ndcateurs présentés dans ce document vsent à mesurer en temps réel l évoluton des parts de marché des prncpaux exportateurs

Plus en détail

La fourniture de biens et facteurs publics en présence de ménages et d entreprises mobiles

La fourniture de biens et facteurs publics en présence de ménages et d entreprises mobiles La fournture de bens et facteurs publcs en présence de ménages et d entreprses mobles Pascale Duran-Vgneron évrer 007 Le modèle On suppose un pays drgé par un gouvernement central ayant compétence sur

Plus en détail

Remboursement d un emprunt par annuités constantes

Remboursement d un emprunt par annuités constantes Sére STG Journées de formaton Janver 2006 Remboursement d un emprunt par annutés constantes Le prncpe Utlsaton du tableur Un emprunteur s adresse à un prêteur pour obtenr une somme d argent (la dette)

Plus en détail

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks Plan Geston des stocks Abdellah El Fallah Ensa de Tétouan 2011 Les opératons de gestons des stocks Les coûts assocés à la geston des stocks Le rôle des stocks Modèle de la quantté économque Geston calendare

Plus en détail

Cours Corporate finance

Cours Corporate finance Cours Corporate fnance Eléments de théore du portefeulle Le edaf Franços Longn www.longn.fr lan Notons de rentablté Défnton odélsaton Eléments de théore du portefeulle ortefeulle Dversfcaton Le edaf Le

Plus en détail

Les prix quotidiens de clôture des échanges de quotas EUA et de crédits CER sont fournis par ICE Futures Europe

Les prix quotidiens de clôture des échanges de quotas EUA et de crédits CER sont fournis par ICE Futures Europe Méthodologe CDC Clmat Recherche puble chaque mos, en collaboraton avec Clmpact Metnext, Tendances Carbone, le bulletn mensuel d nformaton sur le marché européen du carbone (EU ETS). L obectf de cette publcaton

Plus en détail

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations Contrats prévoyance des TNS : Clarfer les règles pour sécurser les prestatons Résumé de notre proposton : A - Amélorer l nformaton des souscrpteurs B Prévor plus de souplesse dans l apprécaton des revenus

Plus en détail

UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV. Année universitaire 2006-2007. Semestre 2. Prévisions Financières. Travaux Dirigés - Séances n 3

UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV. Année universitaire 2006-2007. Semestre 2. Prévisions Financières. Travaux Dirigés - Séances n 3 UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV Lcence 3 ère année Econome - Geston Année unverstare 2006-2007 Semestre 2 Prévsons Fnancères Travaux Drgés - Séances n 3 «Les Crtères Fondamentaux des Chox d Investssement»

Plus en détail

Prévision des ventes des articles textiles confectionnés. B. Zitouni*, S. Msahli* * Unité de Recherches Textiles, Ksar-Hellal, Tunisie.

Prévision des ventes des articles textiles confectionnés. B. Zitouni*, S. Msahli* * Unité de Recherches Textiles, Ksar-Hellal, Tunisie. Prévson des ventes des artcles textles confectonnés B Ztoun*, S Msahl* * Unté de Recherches Textles, Ksar-Hellal, Tunse Résumé Dans cette étude, on se propose de détermner s le recours à des réseaux de

Plus en détail

Approche économique des 15 zones d emploi d Aquitaine

Approche économique des 15 zones d emploi d Aquitaine n 4 - octobre 2012 Fche n 15/15 Approche économque des 15 zones d emplo d Aqutane Ce dosser fat sute à l Aqutane e-dossers n 3 paru en jun 2012 : 15 zones d emplo aqutanes plus ou mons armées face aux

Plus en détail

SmartView d EH. Vue d ensemble des risques et des occasions. Surveillance de l assurance-crédit. www.eulerhermes.ca/fr/smartview

SmartView d EH. Vue d ensemble des risques et des occasions. Surveillance de l assurance-crédit. www.eulerhermes.ca/fr/smartview SmartVew d EH Servces en lgne Euler Hermes Vue d ensemble des rsques et des occasons Survellance de l assurance-crédt www.eulerhermes.ca/fr/smartvew Les avantages du SmartVew d EH Prenez plus de décsons

Plus en détail

Les jeunes économistes

Les jeunes économistes Chaptre1 : les ntérêts smples 1. défnton et calcul pratque : Défnton : Dans le cas de l ntérêt smple, le captal reste nvarable pendant toute la durée du prêt. L emprunteur dot verser, à la fn de chaque

Plus en détail

Approche économique des 15 zones d emploi d Aquitaine

Approche économique des 15 zones d emploi d Aquitaine n 4 - octobre 2012 Fche n 4/15 Approche économque des 15 zones d emplo d Aqutane Ce dosser fat sute à l Aqutane e-dossers n 3 paru en jun 2012 : 15 zones d emplo aqutanes plus ou mons armées face aux mutatons

Plus en détail

Méthodologie Version 3, septembre 2007

Méthodologie Version 3, septembre 2007 Méthodologe Verson 3, septembre 2007 Le bulletn Tendances Carbone présente chaque mos sx groupes d ndcateurs : - Synthèse du mos 2 Météo 3 - Actvté économque Energe 5 - Envronnement nsttutonnel 6 - Tableau

Plus en détail

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria.

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria. 1 CAS nédt d applcaton sur les normes IAS/IFRS Coût amort sur oblgatons à taux varable ou révsable La socété Plumera présente ses comptes annuels dans le référentel IFRS. Elle détent dans son portefeulle

Plus en détail

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction -

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction - EXAME FIAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSIO 1 - Correcton - Exercce 1 : 1) Consdérons une entreprse E comportant deux établssements : E1 et E2 qu emploent chacun 200 salarés. Au sen de l'établssement

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE L analyse fondamentale Ce document pédagogque n est pas un document de consels pour nvestr en bourse. Les nformatons données dans ce document sont à ttre nformatf. Vous êtes seul responsable

Plus en détail

I. Fonctionnalités du tableur

I. Fonctionnalités du tableur Olver Coma Macro MRP pour Excel Decembre 1999 I. Fonctonnaltés du tableur I.1. Feulle «Nomenclature «Le tableur propose pluseurs optons à l ouverture du fcher. Cnq boutons apparassent à drote de la feulle

Plus en détail

- donc n explique pas très bien le commerce entre pays industrialisés en particulier le commerce intraeuropéen

- donc n explique pas très bien le commerce entre pays industrialisés en particulier le commerce intraeuropéen Le commerce nternatonale en stuaton de concurrence mparfate: ros problèmes essentels des modèles théorques Rcardo, HOS, Standard: - fondés sur la CPP: le commerce n augmente pas la concurrence - pas d

Plus en détail

* Notre savoir au service de votre réussite

* Notre savoir au service de votre réussite * Notre savor au servce de votre réusste * Vsualser les ndcateurs clés de performance de votre portefeulle clents sur un tableau de bord Analyser le taux d acceptaton de vos demandes d agréments par notaton

Plus en détail

Solution : 1. Soit y = α + βt, l équation de la droite considérée. Le problème de régression linéaire s écrit. i=1 2(α + βt i b i )t i

Solution : 1. Soit y = α + βt, l équation de la droite considérée. Le problème de régression linéaire s écrit. i=1 2(α + βt i b i )t i Exercces avec corrgé succnct du chaptre 3 (Remarque : les références ne sont pas gérées dans ce document, par contre les quelques?? qu apparassent dans ce texte sont ben défns dans la verson écran complète

Plus en détail

I. Présentation générale des méthodes d estimation des projets de type «unité industrielle»

I. Présentation générale des méthodes d estimation des projets de type «unité industrielle» Evaluaton des projets et estmaton des coûts Le budget d un projet est un élément mportant dans l étude d un projet pusque les résultats économques auront un mpact sur la réalsaton ou non et sur la concepton

Plus en détail

Exercices d algorithmique

Exercices d algorithmique Exercces d algorthmque Les algorthmes proposés ne sont pas classés par ordre de dffculté Nombres Ecrre un algorthme qu renvoe la somme des nombre entre 0 et n passé en paramètre Ecrre un algorthme qu renvoe

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. Cours d économie général 2009-2010

TABLE DES MATIERES. Cours d économie général 2009-2010 TABLE DES MATIERES Durée...2 Objectf spécfque...2 Résumé...2 I. Equlbre en économe fermée...2 I.1 L équlbre sur le marché des produts : la courbe IS...2 I.2 L équlbre sur le marché de la monnae : la courbe

Plus en détail

Hansard OnLine. Guide relatif au Unit Fund Centre

Hansard OnLine. Guide relatif au Unit Fund Centre Hansard OnLne Gude relatf au Unt Fund Centre Table des matères Page Présentaton du Unt Fund Centre (UFC) 3 Utlsaton de crtères de recherche parm les fonds 4-5 Explotaton des résultats des recherches par

Plus en détail

CHAPITRE 2. La prévision des ventes

CHAPITRE 2. La prévision des ventes CHAPITRE La prévson des ventes C est en foncton des prévsons de ventes que l entreprse détermne la producton, les achats et les nvestssements nécessares. La prévson des ventes condtonne l ensemble de la

Plus en détail

EH SmartView. Identifiez vos risques et vos opportunités. www.eulerhermes.be. Pilotez votre assurance-crédit. Services en ligne Euler Hermes

EH SmartView. Identifiez vos risques et vos opportunités. www.eulerhermes.be. Pilotez votre assurance-crédit. Services en ligne Euler Hermes EH SmartVew Servces en lgne Euler Hermes Identfez vos rsques et vos opportuntés Plotez votre assurance-crédt www.eulerhermes.be Les avantages d EH SmartVew L expertse Euler Hermes présentée de manère clare

Plus en détail

DOCUMENT DE RECHERCHE EPEE

DOCUMENT DE RECHERCHE EPEE DOCUMENT DE RECHERCHE EPEE CENTRE D ETUDES DES POLITIQUES ECONOMIQUES DE L UNIVERSITE D EVRY Comment développer les emplos favorables à la bodversté en Ile-de-France? Jean DE BEIR, Célne EMOND, Yannck

Plus en détail

publicitaires Section 4. Oligopole et stratégie publicitaire 1) Dépenses publicitaires et stratégie concurrentielle 3) Oligopole et dépenses d

publicitaires Section 4. Oligopole et stratégie publicitaire 1) Dépenses publicitaires et stratégie concurrentielle 3) Oligopole et dépenses d Secton 4. Olgopole et stratége publctare 1) Dépenses publctares et stratége concurrentelle 2) Monopole et dépenses d publctares 3) Olgopole et dépenses d publctares 1) Dépenses publctares et stratége concurrentelle

Plus en détail

Impôt sur la fortune et investissement dans les PME Professeur Didier MAILLARD

Impôt sur la fortune et investissement dans les PME Professeur Didier MAILLARD Conservatore atonal des Arts et Méters Chare de BAQUE Document de recherche n 9 Impôt sur la fortune et nvestssement dans les PME Professeur Dder MAILLARD Avertssement ovembre 2007 La chare de Banque du

Plus en détail

Le Prêt Efficience Fioul

Le Prêt Efficience Fioul Le Prêt Effcence Foul EMPRUNTEUR M. Mme CO-EMPRUNTEUR M. Mlle Mme Mlle (CONJOINT, PACSÉ, CONCUBIN ) Départ. de nass. Nature de la pèce d dentté : Natonalté : CNI Passeport Ttre de séjour N : Salaré Stuaton

Plus en détail

Système solaire combiné Estimation des besoins énergétiques

Système solaire combiné Estimation des besoins énergétiques Revue des Energes Renouvelables ICRESD-07 Tlemcen (007) 109 114 Système solare combné Estmaton des besons énergétques R. Kharch 1, B. Benyoucef et M. Belhamel 1 1 Centre de Développement des Energes Renouvelables

Plus en détail

LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA

LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA Observatore Economque et Statstque d Afrque Subsaharenne LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA Une contrbuton à la réunon commune CEE/BIT sur les ndces des prx

Plus en détail

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social Drgeant de SAS : Lasser le chox du statut socal Résumé de notre proposton : Ouvrr le chox du statut socal du drgeant de SAS avec 2 solutons possbles : apprécer la stuaton socale des drgeants de SAS comme

Plus en détail

Ch 4 Séries statistiques à une dimension Définitions et représentation graphique

Ch 4 Séries statistiques à une dimension Définitions et représentation graphique Ch 4 Séres statstques à une dmenson Défntons et représentaton graphque Termnologe Ensemble étudé = populaton Eléments de cet ensemble = ndvdus ou untés Attrbut consdéré = caractère qu peut être qualtatf

Plus en détail

L'impact des infrastructures publiques sur la compétitivité et la croissance

L'impact des infrastructures publiques sur la compétitivité et la croissance DIAL - Développement et nserton nternatonale DOCUMENT DE TRAVAIL DT/2000/08 L'mpact des nfrastructures publques sur la compéttvté et la crossance Une analyse en EGC applquée au Sénégal Jean-Chrstophe DUMONT

Plus en détail

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix?

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix? Note méthodologque Tratements hebdomadares Questlemonscher.com Quelle méthode de collecte de prx? Les éléments méthodologques ont été défns par le cabnet FaE onsel, socété d études et d analyses statstques

Plus en détail

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 ECO - SESSION 1 - Correction - Minimum Moyenne Ecart-type

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 ECO - SESSION 1 - Correction - Minimum Moyenne Ecart-type EAME FIAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 ECO - SESSIO 1 - Correcton - Exercce 1 : 1) Questons à Chox Multples (QCM). Cochez la bonne réponse Classer ces statstques selon leur nature (ndcateur de poston

Plus en détail

Economie Ouverte. Economie ouverte. Taux de change et balance courante. Le modèle Mundell-Fleming. Définition du taux de change

Economie Ouverte. Economie ouverte. Taux de change et balance courante. Le modèle Mundell-Fleming. Définition du taux de change Econome Ouverte Econome ouverte Taux de change et balance courante Taux de change et balance courante Modèle Mundell-Flemng Campus Moyen Orent Médterranée Défnton du taux de change Le taux de change est

Plus en détail

Enseignement secondaire. PHYSI Physique Programme

Enseignement secondaire. PHYSI Physique Programme Ensegnement secondare Dvson supéreure PHYSI Physque Programme 3CB_3CC_3CF_3MB_3MC_3MF Langue véhculare : franças Nombre mnmal de devors par trmestre : 1 PHYSI_3CB_3CC_3CF_3MB_3MC_3MF_PROG_10-11 Page 1

Plus en détail

Les risques des pesticides mieux les connaître pour les réduire

Les risques des pesticides mieux les connaître pour les réduire Les rsques des pestcdes meux les connaître pour les rédure Des outls à votre portée pour rédure les rsques des pestcdes Vous avez mantenant accès à des outls d ade pour meux connaître les rsques des pestcdes

Plus en détail

Combinaison de dires d'experts en élicitation de lois a priori. pour Listeria chez la souris. Exposé AppliBugs

Combinaison de dires d'experts en élicitation de lois a priori. pour Listeria chez la souris. Exposé AppliBugs Combnason de dres d'experts en élctaton de los a pror. Applcaton à un modèle doseréponse pour Lstera chez la sours. Exposé ApplBugs ISABELLE ALBERT 8 / / 03 INTRODUCTION Cet exposé présente une parte du

Plus en détail

Cours de Calcul numérique MATH 031

Cours de Calcul numérique MATH 031 Cours de Calcul numérque MATH 03 G. Bontemp, A. da Slva Soares, M. De Wulf Département d'informatque Boulevard du Tromphe - CP22 http://www.ulb.ac.be/d Valeurs propres en pratque. Localsaton. Méthode de

Plus en détail

4.2.1. Le fondement analytique : le tarif douanier

4.2.1. Le fondement analytique : le tarif douanier 4.2.1. Le fondement analytque : le tarf douaner Le lbre-échange procure des bénéfces à tous les pays. Pourtant, durant des décennes, la plupart des natons ont cherché à contrôler leurs échanges en nstaurant

Plus en détail

La mesure des avantages comparatifs révélés

La mesure des avantages comparatifs révélés La mesure des avantages comparatfs révélés Introducton L'observaton drecte des avantages comparatfs est mpossble, pusque ceux-c sont ms en évdence dans une stuaton purement théorque (absence d'échange

Plus en détail

Activité Intitulé de l'activité Volume horaire

Activité Intitulé de l'activité Volume horaire Informatons de l'unté d'ensegnement Implantaton Cursus de ECAM Insttut Supéreur Industrel Bacheler en Scences ndustrelles Electronque applquée B2150 Cycle 1 Bloc 2 Quadrmestre 2 Pondératon 4 Nombre de

Plus en détail

Bouclier fiscal : intérêt et limites (EF - GP) Professeur Didier MAILLARD Juin 2007 Mis à jour Décembre 2007 1

Bouclier fiscal : intérêt et limites (EF - GP) Professeur Didier MAILLARD Juin 2007 Mis à jour Décembre 2007 1 Conservatore Natonal des Arts et Méters Chare de BANQUE Document de recherche n 18 Boucler fscal : ntérêt et lmtes (EF - GP) Professeur Dder MALLAD Jun 2007 Ms à jour Décembre 2007 1 Avertssement La chare

Plus en détail

LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régime») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF

LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régime») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF 1 LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régme») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF AVIS AUX RETRAITÉS ET AUX PARTICIPANTS AVEC DROITS ACQUIS DIFFÉRÉS Expédteurs

Plus en détail

direction de l animation de la recherche, des études et des statistiques Numéro 176 Juillet 2013

direction de l animation de la recherche, des études et des statistiques Numéro 176 Juillet 2013 Document d études drecton de l anmaton de la recherche, des études et des statstques Numéro 176 Jullet 2013 La régonalsaton des dépenses de formaton des entreprses au ttre du plan de formaton Jérôme Lê

Plus en détail

LICENCE 1 MACROECONOMIE. DUREE : 2h

LICENCE 1 MACROECONOMIE. DUREE : 2h Unversté de Caen Année unverstare 2004/2005 Faculté de Scences Economques Sesson de septembre 2005 et de Geston LICENCE 1 MACROECONOMIE DUREE : 2h Exercce 1 : Crcut économque (8 ponts) On consdère une

Plus en détail

Exercice 1. Enoncé 1. Nombre de jours d absences. Nombre d étudiants. 1 ) Représenter graphiquement cette distribution.

Exercice 1. Enoncé 1. Nombre de jours d absences. Nombre d étudiants. 1 ) Représenter graphiquement cette distribution. Républque Tunsenne Présdence du Gouvernement Ecole Natonale d Admnstraton 4, Avenue du Dr Calmette Mutuelle-vlle 08 Tuns Tél. (+6) 848 00 Fa (+6) 794 88 www.ena.nat.tn STATISTIQUE ET CALCUL DE PROBABILITE

Plus en détail

TRANSPORTS URBAINS ET CALCUL ÉCONOMIQUE

TRANSPORTS URBAINS ET CALCUL ÉCONOMIQUE TRANSPORTS URBAINS ET CALCUL ÉCONOMIQUE Mnstère de l Equpement, du Logement, des Transports et du Toursme Consel général des Ponts et Chaussées Mnstère de l Econome et des Fnances Drecton de la Prévson

Plus en détail

Mesurer la qualité de la prévision

Mesurer la qualité de la prévision Mesurer la qualté de la prévson Luc Baetens 24/11/2011 www.mobus.eu Luc Baetens 11 ans d expérence Planfcaton Optmsaton des stocks Organsaton de la Supply Chan Performance de la Supply Chan Geston de la

Plus en détail

Ton domaine réservé Organisation Simplicité Efficacité

Ton domaine réservé Organisation Simplicité Efficacité Rev. 07/2012 Ton domane réservé Organsaton Smplcté Effcacté www.vstos.t Ton La tua domane area rservata réservé 1 MyVstos MyVstos est une plate-forme nformatque réservée aux revendeurs Vstos qu permet

Plus en détail

1 ère S. «Thème 3 / L énergie et ses transferts» Livret 1 / Les TP

1 ère S. «Thème 3 / L énergie et ses transferts» Livret 1 / Les TP 1 ère S «Thème 3 / L énerge et ses transferts» Lvret 1 / Les TP Sommare Page 3 : Page 5 : Page 6 : Page 7 : Page 8 : Page 9 : TP/ Chaleur latente de fuson de la glace TP/ Détermnaton d une énerge de combuston

Plus en détail

Représentation de l'information

Représentation de l'information 1. L nformaton 1-1 Dualté état et temps Représentaton de l'nformaton La noton d'nformaton correspond à la connassance d'un état donné parm pluseurs possbles à un nstant donné. La Fgure 1 llustre cette

Plus en détail

LA RENOVATION DE LA MESURE DU PRIX DES TERRES ET PRES AGRICOLES : UNE OPERATION QUALITE MENEE EN PARTENARIAT AVEC LA STATISTIQUE PUBLIQUE

LA RENOVATION DE LA MESURE DU PRIX DES TERRES ET PRES AGRICOLES : UNE OPERATION QUALITE MENEE EN PARTENARIAT AVEC LA STATISTIQUE PUBLIQUE LA RENOVATION DE LA MESURE DU PRIX DES TERRES ET PRES AGRICOLES : UNE OPERATION QUALITE MENEE EN PARTENARIAT AVEC LA STATISTIQUE PUBLIQUE De 2007 à 200, a été menée une rénovaton méthodologque de la méthode

Plus en détail

L'INDUCTION ON5WF (MNS)

L'INDUCTION ON5WF (MNS) 'IDUCTIO ème parte / O5WF (MS) Dans la ère parte de cet artcle, nous avons vu qu'un courant électrque donnat leu à un champ magnétque (expérence d'oersted). ous avons ensute vu comment Faraday, après avor

Plus en détail

TRANSFERT DE CARGAISON CALCULS ET ARRONDIS

TRANSFERT DE CARGAISON CALCULS ET ARRONDIS TRANSFERT DE CARGAISON CALCULS ET ARRONDIS SOMMAIRE 1. Méthode de détermnaton de l énerge transférée lors du transfert d une cargason de. Calcul de l énerge transférée.1 Calcul de l énerge brute transférée.1.1

Plus en détail

ANALYSE DE LA DEMANDE D ÉLECTRICITÉ DU SECTEUR RÉSIDENTIEL DU QUEBEC COMME EXIGENCE PARTIELLE DE LA MAÎTRISE EN ÉCONOMIQUE PAR

ANALYSE DE LA DEMANDE D ÉLECTRICITÉ DU SECTEUR RÉSIDENTIEL DU QUEBEC COMME EXIGENCE PARTIELLE DE LA MAÎTRISE EN ÉCONOMIQUE PAR UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL ANALYSE DE LA DEMANDE D ÉLECTRICITÉ DU SECTEUR RÉSIDENTIEL DU QUEBEC MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE DE LA MAÎTRISE EN ÉCONOMIQUE PAR FRÉDÉRIK AUCOIN FÉVRIER 2007

Plus en détail

Gestion et stratégie Utilisateur

Gestion et stratégie Utilisateur Geston et stratége Utlsateur GESTION ET STRATEGIE UTILISATEUR...2 1.) Comment gérer des utlsateurs?...2 1.1) Geston des utlsateurs en groupe de traval...2 1.2) Geston des utlsateurs par domane...2 Rôle

Plus en détail

Analyse Numérique - Projet A rendre au plus tard le jour de l examen final, en Janvier 2010.

Analyse Numérique - Projet A rendre au plus tard le jour de l examen final, en Janvier 2010. Master 1ère année de Mathématques Analyse Numérque - Projet A rendre au plus tard le jour de l examen fnal, en Janver 2010. CMI, Unversté de Provence Année 2009-2010 Ce qu vous est demandé : Rédger les

Plus en détail

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire Assurance malade et aléa de moralté ex-ante : L ncdence de l hétérogénété de la perte santare Davd Alary 1 et Franck Ben 2 Cet artcle examne l ncdence de l hétérogénété de la perte santare sur les contrats

Plus en détail

Montage émetteur commun

Montage émetteur commun tour au menu ontage émetteur commun Polarsaton d un transstor. ôle de la polarsaton La polarsaton a pour rôle de placer le pont de fonctonnement du transstor dans une zone où ses caractérstques sont lnéares.

Plus en détail

Optimisation du conditionnement d'air des locaux de télécommunication par utilisation de produits à changement de phase

Optimisation du conditionnement d'air des locaux de télécommunication par utilisation de produits à changement de phase Optmsaton du condtonnement d'ar des locaux de télécommuncaton par utlsaton de produts à changement de phase Davd NÖRTERSHÄUSER, Stéphane LE MASSON France Telecom R&D, 2 Avenue Perre Marzn, 2 LANNION Résumé

Plus en détail

Etude comparative des effets environnementaux et sanitaires des diverses sources d'énergie

Etude comparative des effets environnementaux et sanitaires des diverses sources d'énergie Etude comparatve des effets envronnementaux et santares des dverses sources d'énerge Aperçu des conclusons d'un document de synthèse présenté à Helsnk par S. Haddad et R. Dones La comparason des effets

Plus en détail

DIRIGER ADMINISTRER DÉVELOPPER

DIRIGER ADMINISTRER DÉVELOPPER 24 Adjont de drecton F/H Votre formaton BTS Hôtellere-restauraton BTS Management des untés commercales BTS Assstant de geston PME-PMI Lcence Management d untés de restauraton Vos mssons Vous anmez, formez

Plus en détail

Corrélation et régression linéaire

Corrélation et régression linéaire Corrélaton et régresson lnéare 1. Concept de corrélaton. Analyse de régresson lnéare 3. Dfférences entre valeurs prédtes et observées d une varable 1. Concept de corrélaton L objectf est d analyser un

Plus en détail

Enquête sur les services de télécommunications

Enquête sur les services de télécommunications Enquête sur les servces de télécouncatons Vu l'avs favorable du Consel Natonal de l'inforaton Statstque, cette enquête, reconnue d'ntérêt général et de qualté statstque, est oblgatore. Vsa n 200222EC du

Plus en détail

EXEMPLES D UTILISATION DE LA TECHNIQUE DES OBSERVATIONS INSTANTANÉES.

EXEMPLES D UTILISATION DE LA TECHNIQUE DES OBSERVATIONS INSTANTANÉES. EXEMPLES D UTILISATIN DE LA TECHNIQUE DES BSERVATINS INSTANTANÉES. Chrstan Fortn, ng., Ph.D. Ergonome et hygénste du traval Centre of santé et servces socaux de la Montagne, Montréal. Résumé La technque

Plus en détail

Champ magnétique. 1 Notions préliminaires. 1.1 Courant électrique et densité de courant

Champ magnétique. 1 Notions préliminaires. 1.1 Courant électrique et densité de courant 4 Champ magnétque 1 Notons prélmnares 1.1 Courant électrque et densté de courant Un courant électrque est défn par un déplacement de charges électrques élémentares (ex : les électrons de conducton dans

Plus en détail

THESE DE DOCTORAT D ETAT EN SCIENCES ECONOMIQUES

THESE DE DOCTORAT D ETAT EN SCIENCES ECONOMIQUES MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UNIVERSITE D ALGER FACULTE DES SCIENCES ECONOMIQUES ET DES SCIENCES DE GESTION THESE DE DOCTORAT D ETAT EN SCIENCES ECONOMIQUES VALEUR

Plus en détail

Utilisation du symbole

Utilisation du symbole HKBL / 7 symbole sgma Utlsaton du symbole Notaton : Pour parler de la somme des termes successfs d une sute, on peut ou ben utlser les pontllés ou ben utlser le symbole «sgma» majuscule noté Par exemple,

Plus en détail

Proposition d'une solution au problème d initialisation cas du K-means

Proposition d'une solution au problème d initialisation cas du K-means Proposton d'une soluton au problème d ntalsaton cas du K-means Z.Guelll et L.Zaou, Unversté des scences et de la technologe d Oran MB, Unversté Mohamed Boudaf USTO -BP 505 El Mnaouer -ORAN - Algére g.zouaou@gmal.com,

Plus en détail

Evaluation des actions

Evaluation des actions Akrem ISCAE archés nancers : Evaluaton des actons Evaluaton des actons Secton I : Dénton hypothèses et notatons I-- La noton d un act nancer -a- Dénton Un act nancer est tout ben qu un nvestsseur désre

Plus en détail

CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE?

CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE? CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE? Boulanger Frédérc Avanssur, Groupe AXA 163-167, Avenue Georges Clémenceau 92742 Nanterre Cedex France Tel: +33 1 46 14 43

Plus en détail

UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 2015 2016. Statistiques Descriptives

UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 2015 2016. Statistiques Descriptives UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année unverstare 215 216 L1 Économe Cours de B. Desgraupes Statstques Descrptves Séance 7: Indces synthétques Table des matères 1 Introducton 1 1.1

Plus en détail

Recherche universitaire et crédits d impôt pour R-D

Recherche universitaire et crédits d impôt pour R-D Fscalté Recherche unverstare et crédts d mpôt pour R-D Le 27 novembre 2001 Nancy Avone, CA Inctatfs fscaux à la R-D très généreux dsponbles Étude du Conference Board du Canada en 1998 Québec Jurdcton au

Plus en détail

Valeur absolue et fonction valeur absolue Cours

Valeur absolue et fonction valeur absolue Cours Valeur absolue foncton valeur absolue Cours CHAPITRE 1 : Dstance entre deu réels 1) Eemples prélmnares 2) Défnton 3) Proprétés CHAPITRE 2 : Valeur absolue d un réel 1) Défnton 2) Proprétés CHAPITRE 3 :

Plus en détail

V FORMATION DES IMAGES DANS L EXEMPLE DU MIROIR PLAN

V FORMATION DES IMAGES DANS L EXEMPLE DU MIROIR PLAN Chaptre V page V-1 V FORMTION DES IMGES DNS L EXEMPLE DU MIROIR PLN Le but de ce chaptre est d ntrodure la noton d mage { travers l exemple du mror plan. Vous vous êtes sûrement déjà regardé(e) dans un

Plus en détail

Fiche n 7 : Vérification du débit et de la vitesse par la méthode de traçage

Fiche n 7 : Vérification du débit et de la vitesse par la méthode de traçage Fche n 7 : Vérfcaton du débt et de la vtesse par la méthode de traçage 1. PRINCIPE La méthode de traçage permet de calculer le débt d un écoulement ndépendamment des mesurages de hauteur et de vtesse.

Plus en détail

MODELISATION DES PROCESSUS LINEAIRES

MODELISATION DES PROCESSUS LINEAIRES MDELISATIN DES PRCESSUS LINEAIRES Dans un premer temps, nous ne consdérons que des processus partculers, supposés notamment statonnare. Cec permet de présenter un certan nombre d'outls dans un cadre relatvement

Plus en détail

Le Prêt Efficience Gaz

Le Prêt Efficience Gaz Le Prêt Effcence Gaz EMPRUNTEUR M. Mme (FICHE DE SOLVABILITÉ) À COMPLÉTER INTÉGRALEMENT CO-EMPRUNTEUR M. Mlle Mme Mlle (CONJOINT, PACSÉ, CONCUBIN ) Départ. de nass. Nature de la pèce d dentté : Natonalté

Plus en détail

Des solutions globales fi ables et innovantes. www.calyon.com

Des solutions globales fi ables et innovantes. www.calyon.com Des solutons globales f ables et nnovantes www.calyon.com OPTIM Internet: un outl smple et performant Suv de vos comptes Tratement de vos opératons bancares Accès à un servce de reportng complet Une nterface

Plus en détail

une garde d Enfant a votre domicile

une garde d Enfant a votre domicile GUIDE A DESTINATION DES PARENTS Ce gude pratque a été réalsé par la CDAJE du Nord (Commsson Départementale de l Accuel des Jeunes Enfants). A retrouver sur www.cdaje59.fr PAO - CAF DU NORD 06/2012 EmploYEr

Plus en détail

La théorie de la rente foncière, la spéculation et le cash flow spéculatif immobilier (*)

La théorie de la rente foncière, la spéculation et le cash flow spéculatif immobilier (*) COMPAGNIE NATIONALE DES EXPERTS IMMOBILIERS * * Assocaton rége par la lo du 1 er Jullet 1901, enregstrée à la préfecture de polce sous le n 91/1743 Alan MANZON Expert Immobler-Consultant N d agrément -

Plus en détail

Grandeurs de réaction et de formation

Grandeurs de réaction et de formation PSI Brzeux Ch. hermochme 1 : grandeurs de réacton et de formaton 1 C H A P I R E 1 r a p p e l s e t c o m p l é m e n t s ) Grandeurs de réacton et de formaton 1. RAPPELS 1.1. Phases et consttuants Donnons

Plus en détail

Autorité de régulation des communications électroniques et des postes 2

Autorité de régulation des communications électroniques et des postes 2 Jullet 2013 Consultaton publque sur les règles employées pour l applcaton des méthodes mentonnées aux artcles R. 20-33 à R.20-39 du code des postes et des communcatons électronques (CPCE) pour l évaluaton

Plus en détail

Miroirs sphériques Dioptres sphériques. 1 Miroirs sphériques. 1.1 Introduction : focaliser la lumière. 1.2 Miroir concaves faisceau parallèle

Miroirs sphériques Dioptres sphériques. 1 Miroirs sphériques. 1.1 Introduction : focaliser la lumière. 1.2 Miroir concaves faisceau parallèle Mrors spérques Doptres spérques Nous allons mantenant aborder des systèmes optques un peu plus complexes, couramment utlsés pour produre des mages. Nous allons commencer par étuder un mror spérque de façon

Plus en détail

CHAPITRE 7. CALCUL DES INDICATEURS DU SOUTIEN AUX CONSOMMATEURS

CHAPITRE 7. CALCUL DES INDICATEURS DU SOUTIEN AUX CONSOMMATEURS Chaptre 7 : Calcul des ndcateurs du souten aux consommateurs CHAITRE 7. CALCUL DES INDICATEURS DU SOUTIEN AUX CONSOMMATEURS 313. À l nstar du chaptre 6, le présent chaptre décrt en détal la méthode à applquer

Plus en détail

Généralités sur les fonctions 1ES

Généralités sur les fonctions 1ES Généraltés sur les fonctons ES GENERALITES SUR LES FNCTINS I. RAPPELS a. Vocabulare Défnton Une foncton est un procédé qu permet d assocer à un nombre x appartenant à un ensemble D un nombre y n note :

Plus en détail

Chapitre 5. Menu de SUPPORT

Chapitre 5. Menu de SUPPORT 155 Chaptre 5. Menu de SUPPORT Ce que vous apprendrez dans ce chaptre Ce chaptre vous présentera des routnes supplémentares susceptbles de vous ader dans les analyses de données présentées dans le chaptre

Plus en détail

Accord Entreprise. Le Guide du True-Up. Enterprise Agreement True - Up Guide

Accord Entreprise. Le Guide du True-Up. Enterprise Agreement True - Up Guide Enterprse Agreement True-Up Gude Accord Entreprse Le Gude du True-Up Enterprse Agreement True - Up Gude Le gude du True-Up dans l Accord Entreprse Table des matères Le True-Up des lcences on premse et

Plus en détail

Sociétés d investissement immobilier cotées (SIIC), valeur et prix : deux notes

Sociétés d investissement immobilier cotées (SIIC), valeur et prix : deux notes Socétés d nvestssement mmobler cotées (SIIC), valeur et prx : deux notes I. Dette et créaton de valeur dans les socétés foncères II. La cesson à une SIIC : un cas de dstorson fscale Laurent BATSCH CEREG-DRM,

Plus en détail

1 Introduction. 2 Définitions des sources de tension et de courant : Cours. Date : A2 Analyser le système Conversion statique de l énergie. 2 h.

1 Introduction. 2 Définitions des sources de tension et de courant : Cours. Date : A2 Analyser le système Conversion statique de l énergie. 2 h. A2 Analyser le système Converson statque de l énerge Date : Nom : Cours 2 h 1 Introducton Un ConVertsseur Statque d énerge (CVS) est un montage utlsant des nterrupteurs à semconducteurs permettant par

Plus en détail

Études & documents ÉCONOMIE ET ÉVALUATION. Consommation de carburant : effets des prix à court et à long termes par type de population.

Études & documents ÉCONOMIE ET ÉVALUATION. Consommation de carburant : effets des prix à court et à long termes par type de population. COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 40 Avrl 20 TRANSPORT Études & documents Consommaton de carburant : effets des prx à court et à long termes par type de populaton ÉCONOMIE ET ÉVALUATION Servce

Plus en détail

SIMNUM : Simulation de systèmes auto-gravitants en orbite

SIMNUM : Simulation de systèmes auto-gravitants en orbite SIMNUM : Smulaton de systèmes auto-gravtants en orbte sujet proposé par Ncolas Kelbasewcz : ncolas.kelbasewcz@ensta-parstech.fr 14 janver 2014 1 Établssement du modèle 1.1 Approxmaton de champ lontan La

Plus en détail