GATE Groupe d Analyse et de Théorie Économique DOCUMENTS DE TRAVAIL - WORKING PAPERS W.P Préférences temporelles et recherche d emploi

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "GATE Groupe d Analyse et de Théorie Économique DOCUMENTS DE TRAVAIL - WORKING PAPERS W.P. 08-24. Préférences temporelles et recherche d emploi"

Transcription

1 GATE Groupe d Analyse et de Théore Économque UMR 5824 du CNRS DOCUMENTS DE TRAVAIL - WORKING PAPERS W.P Préférences temporelles et recherche d emplo «Applcatons économétrques sur le panel Européen des Ménages» Mohammed Al Ben Halma, Bassem Ben Halma Octobre 2008 GATE Groupe d Analyse et de Théore Économque UMR 5824 du CNRS 93 chemn des Moulles Écully France B.P Écully Cedex Tél. +33 (0) Fax +33 (0) Messagere électronque Serveur Web :

2 Préférences temporelles et recherche d emplo «Applcatons économétrques sur le panel Européen des Ménages» BEN HALIMA Bassem * BEN HALIMA Mohamed Al ** * ** *,** GATE (Groupe d Analyse et de Théore Economque), UMR-CNRS n 5824, Unversté Lyon 2, ENS-LSH, Centre Léon Bérard 93, chemn des Moulles B.P ECULLY cedex Résumé Dans la plupart des modèles de recherche, Le taux d'actualsaton est un facteur mportant condtonnant la prse de décsons telles que le chox du salare de réserve ou l'ntensté de la recherche d emplo. Les ndvdus ayant une forte préférence pour le présent ne cherchent pas suffsamment et réduse leur salare de réserve. L'effet global sur le taux de sorte du chômage est ambgu. Dans la lgnée du modèle de Della Vgna et Paserman [2005], les préférences temporelles sont dssocées en préférences exponentelles et hyperbolques. S les agents ont des préférences hyperbolques, l'effet de l'effort de recherche domne l'effet du salare de réserve, ans une augmentaton de l'mpatence mplque une dmnuton du taux de sorte du chômage. En utlsant les données françases du panel européen des ménages, nous montrons que l'effort de recherche a un large effet sur le taux de sorte du chômage alors que le salare de réserve est non sgnfcatf. Ce résultat ne semble pas réfuter l exstence des préférences hyperbolques de la part des ndvdus. Tme Preferences and Job Search «Econometrc Applcatons on the European Household Panel Survey» Abstract The rate of tme preference s an mportant component of decsons, such as the choce of reservaton wage or search effort. More mpatent workers search less ntensvely and set a lower reservaton wage. The effect on the ext rate from unemployment s unclear. Accordng to the model of Della Vgna and Paserman [2005], tme preferences are separate n exponental and hyperbolc preferences. If agents have hyperbolc preferences, the search effort domnates reservaton wage, so ncrease n mpatence lead to lower ext rate. Usng the French sample of European Household Panel Survey (EHPS), we prove that search effort has a strong effect on the ext rate from unemployment whereas reservaton wage s not sgnfcant. Ths fnal result nforms us that the ndvduals have hyperbolc preferences. Mots-clés : Préférence temporelles, Escompte hyperbolque, recherche d emplo, modèle de durée. Keywords : Tme preference, Hyperbolc dscountng, job search, duraton model. Classfcaton JEL : D90, J64, C41 1

3 Introducton Les modèles séquentels de recherche d'emplo permettent d'établr des prédctons d'équlbre quant à l'nfluence des caractérstques ndvduelles observables et nobservables sur le taux de sorte du chômage. Dans cette lttérature, le taux de préférence pour le présent est un facteur mportant qu condtonne le nveau du salare de réserve comme l'ntensté de la recherche. L'un des fats stylsés majeur à ce nveau tent notamment à l'observaton dans de nombreuses études (Dormont, Fougère et Preto [2001]) d'une accélératon brutale du taux de sorte du chômage à proxmté de la date de fn de drot à allocaton. Ce fat stylsé peut être nterprété comme la manfestaton d'une modfcaton des condtons de l'arbtrage ntertemporel des chercheurs d'emplo au cours du temps. Or, s nous observons une lttérature partculèrement développée sur la modélsaton de la préférence pour le présent (Becker et Mullgan [1997] ; Harrs et Labson [2001]), comme sur sa mesure (Arrondel, Masson et Verger [2001]) en revanche, les effets de l'mpatence sur la recherche d'emplo ont attré ces dernères années peu d'attenton dans la lttérature relatve à la théore de la recherche d'emplo. L'nfluence du taux de préférence pour le présent dans les proprétés d'équlbre des modèles de recherche d'emplo à ntensté de recherche endogène (Mortensen [1986]) fat généralement apparaître un effet ambgu sur le taux de sorte de chômage. En effet, d'une part une augmentaton du taux de préférence pour le présent (mpatence) 1 condut les ndvdus à attrbuer une fable valeur aux avantages futurs de la recherche, ce qu les amène à basser leur effort de recherche. Ce comportement tend à dmnuer le taux d'arrvé des offres d'emplo et donc à augmenter la longueur de l'épsode de chômage. D'autre part, l'augmentaton du taux de préférence pour le présent amène les ndvdus à rédure leur nveau du salare de réserve et qutter rapdement le chômage. Cet effet qu permet de rédure la pérode de surve dans l'état 1 Un ndvdu ayant un taux de préférence pour le présent élevé est supposé mpatent alors qu un ndvdu patent est caractérsé par une fable préférence pour le présent. 2

4 de chômage s'oppose à l'effet de basse de l'ntensté de la recherche. Ce type de résultat standard de la lttérature tent avant tout à la modélsaton relatvement smple de la cohérence temporelle des agents retenue dans la plupart des modèles. Parallèlement une lttérature abondante s'est ntéressée au test de la cohérence temporelle des agents, généralement par recours à des expérences en laboratore, à partr de fonctons d'escompte exponentelles ou hyperbolques (Labson [1997] ; O'Donoghue et Rabn [1999] ; Cox et Oaxaca [1989,1992]). Le modèle d'utlté escomptée (Samuelson [1937]), largement utlsé par les économstes, a été fablement valdé par les études emprques concernant son réalsme descrptf comme un modèle appropré pour les chox nter-temporels. Ce modèle montre qu'un ndvdu ayant des préférences nter-temporelles représentées par une foncton d'escompte exponentelle fat des chox dynamques cohérents. Ses préférences ne s'nversent jamas et présentent un taux d'escompte constant à travers le temps. Or les études de Pender [1996] et Chapman et Gretchen [1996] montrent que le taux d'escompte n'est pas constant à travers le temps, d'où la référence à la noton d'escompte hyperbolque. Il s agt de montrer que le taux d escompte est élevé à court terme et devent fable à long terme, phénomène confrmé par les travaux de Myerson et Green [1995] et Krby [1997] 2. La foncton d'escompte hyperbolque remet donc en cause l'hypothèse de cohérence temporelle des préférences (Fang et Slverman [2004]). Les tentatves de mesure du taux de préférence pour le présent ont été basées jusqu à présent essentellement sur des expérences en laboratore (Cox and Oaxaca [1989]). La premère étude qu a conssté à mesurer le degré du taux de préférence pour le présent des ndvdus à partr de données réelles est celle de Della Vgna et Paserman [2005]. L orgnalté de cette étude consste à construre pluseurs ndcateurs d mpatence afn d étuder l effet de 2 Cette ncohérence se tradut par la stuaton suvante : " lorsqu'on est confronté à deux paements, par exemple 10 euros aujourd'hu versus 11euros deman, la plupart des ndvdus préfèrent 10 euros aujourd'hu et montrent un taux de préférence pour le présent élevé. Cependant, pluseurs ndvdus chosssent 11euros dans 101 jours à 10euros dans 100 jours ben que la dstance entre les deux paements est toujours de 1 jour ". 3

5 l mpatence sur les résultats du modèle de recherche d'emplo. Ces ndcateurs d mpatence sont déduts des actvtés des ndvdus qu peuvent être fortement corrélées à leurs degrés de préférences pour le présent. Un ndvdu relatvement mpatent s engage fréquemment dans les actvtés caractérsées par des récompenses mmédates et des coûts retardés. Ces auteurs montrent qu afn de lever l ndétermnaton de l mpatence sur le taux de sorte du chômage, l est nécessare de spécfer le type des préférences temporelles des agents et la nature de l mpatence. Cette spécfcaton tend à dssocer les préférences temporelles en préférences exponentelles et hyperbolques, et l mpatence en mpatence à court terme et mpatence à long terme. Les proprétés du modèle de Della Vgna et Paserman [2005] montrent que la décson de l'effort de recherche repose sur un arbtrage entre les coûts de recherche mmédats et les bénéfces futurs retrés en cas d'acceptaton de l'offre d'emplo. Dans cet horzon temporel lmté, la varaton dans l'mpatence à court terme l'emporte par rapport à l'mpatence à long terme. La décson du salare de réserve repose sur une comparason entre les conséquences à long terme d'obtenr un certan salare en cas d'acceptaton de l'offre ou attendre une melleure offre d emplo. Dans ce cas, la varaton dans l'mpatence à long terme l'emporte. Selon le modèle d'escompte exponentel, les travalleurs sont concernés par l'mpatence à long terme plutôt que l'mpatence à court terme. Dans ce cas l'effet du salare de réserve domnera celu de l'effort de recherche car la décson du salare de réserve ne dépend que de l'mpatence à long terme. Cec peut être nterprété par le fat que l'augmentaton de l'mpatence tend à augmenter le taux de sorte du chômage sute à la dmnuton du salare de réserve. Selon le modèle d'escompte hyperbolque, les travalleurs sont concernés par l'mpatence à court terme. La décson d'effort de recherche dépend auss de l'mpatence à court terme. Dans ce cas, l'effet de l'effort de recherche domnera l'effet du salare de réserve. Cela mplque que l'augmentaton de l'mpatence tend à dmnuer le taux de sorte du chômage sute à la dmnuton de l'effort de recherche. En utlsant des données 4

6 amércanes, ces auteurs montrent d une part une corrélaton négatve et sgnfcatve entre l mpatence et l ntensté d effort de recherche d emplo et d autre part une corrélaton négatve et sgnfcatve entre l mpatence et le salare de réserve. Ces premers résultats confrment leurs prédctons théorques et montrent que l mpatence tend à dmnuer smultanément l ntensté de recherche d emplo et le salare de réserve. Le résultat majeur de cette étude montre que l'effort de recherche a un effet sgnfcatf sur la durée de chômage. En revanche le salare de réserve n a pas d effet sgnfcatf sur la durée du chômage. Ce résultat fnal montre, d'une part, que les ndvdus retenus dans l'étude présentent des préférences temporelles hyperbolques, et d'autre part, que l'augmentaton de l'mpatence tend à dmnuer le taux de sorte du chômage sute à la dmnuton de l'effort de recherche. Les préférences temporelles hyperbolques ont une grande mplcaton sur les poltques du marché de traval. Pour les travalleurs hyperbolques, la dfférence entre l'effort de recherche désré et réel peut être substantelle. Ce type de travalleur est partculèrement sensble aux coûts de recherche d emplo drects plutôt qu aux avantages futurs de la recherche en acceptant rapdement les offres d emplo. Cec dentfe une nouvelle voe par laquelle les programmes de recherche d'emplo peuvent fonctonner en rédusant les coûts de la recherche à court terme. En partculer, l'assstance drecte qu ncte le chercheur d'emplo à suvre et à supporter toutes les étapes de la procédure de la recherche est très bénéfque pour qutter le chômage. Nous pouvons auss penser à l'dée du guchet unque qu permet aux demandeurs d'emplo de déposer leur currculum vtae, les orenter grâce à un proflage systématque et les ader à effectuer des entretens à des coûts fables. Les guchets unques (Cahuc et Kramarz [2004]) servent de modèle aux futures " Masons de l'emplo " qu peuvent consttuer un lever prvlégé pour amélorer la coordnaton entre les dfférents ntervenants partcpant à l'accompagnement des demandeurs d'emplo. S les coûts présentent un fren à 5

7 l effort de recherche pour les travalleurs hyperbolques alors ce dspostf pourrat les ncter à modfer leur comportement. L'enjeu de ce paper vse précsément à tester sur des données françases les effets de l'mpatence sur les résultats de la recherche d'emplo. En utlsant la verson françase du panel européen des ménages ( ), nous construsons pluseurs ndcateurs d mpatence afn d étuder l mpact de l mpatence sur l ntensté de recherche d emplo, le salare de réserve, et enfn sur le taux de sorte du chômage. Nous utlsons auss la méthode de l'analyse Factorelle afn de regrouper l ensemble des ndcateurs d mpatence en une nouvelle mesure d mpatence agrégée. Nous testons l mpact de l mpatence sur l ntensté d effort de recherche d emplo à partr de l estmaton d une équaton d effort de recherche d emplo et l mpact de l mpatence sur le salare de réserve à partr de l estmaton d une équaton du salare de réserve. Pour chacune de ces deux équatons, nous effectuons deux estmatons séparées. Dans la premère estmaton, nous utlsons les dfférents ndcateurs d'mpatence et dans la deuxème, nous utlsons la mesure agrégée d'mpatence. Ces deux estmatons nous permettent de comparer les résultats de l'effet de l'mpatence. Ensute l estmaton paramétrque des modèles de durée nous permettra de détermner l effet de l effort de recherche d emplo et du salare de réserve sur la durée du chômage afn de lever l ndétermnaton de l effet du taux de préférence pour le présent sur le taux de sorte du chômage. Les résultats de cette dernère estmaton nous permettront auss de spécfer la nature des préférences temporelles des agents retenus dans l étude. La structure de l'artcle est consttuée comme sut. La premère secton consste à une analyse descrptve des données, le chox des ndcateurs d'mpatence et une analyse non paramétrque de l'effet de l mpatence sur le taux de surve dans l'état de chômage par la méthode de Kaplan-Meer. La deuxème secton présente la modélsaton économétrque et les prncpaux résultats. 6

8 1. Base de données et analyse non paramétrque Les données utlsées dans l'applcaton mcroéconométrque provennent de l'échantllon franças du Panel européen des ménages d'eurostat et couvrent hut vagues de 1994 à 2001 (tableau 1). Cette enquête longtudnale permet de retracer l'hstorque des agents sur le marché de traval grâce à des calendrers rétrospectfs. Elle donne des nformatons très complètes concernant les attrbuts ndvduels et la structure des ménages. Le panel permet de suvre pour chaque ndvdu, le calendrer des épsodes de chômage à chacune des vagues. Le crosement des épsodes de chômage par ndvdus et par fenêtre d observaton permet de consttuer un échantllon de 2160 observatons. L analyse du calendrer des épsodes de chômage par ndvdu permet d observer 68,84% d épsodes complets. Le nombre d'épsodes de chômage enregstré par ndvdu vare entre 1 et 12, la moyenne se stuant aux envrons de 1,96. La durée moyenne de chômage par épsode est de 7,35 mos. Les chômeurs ndemnsés représentent 65% de la populaton. Dans notre échantllon, les femmes représentent 54% et l âge moyen est de 34 ans. S la part des dplômés de l ensegnement supéreur est proche de 20%, on enregstre en revanche une part plus élevée de dplômés de l ensegnement technque ou professonnel court tels que le certfcat d'apttude professonnelle (CAP) ou le brevet d'études professonnelles (BEP). La moyenne du salare horare de réserve est de l ordre de 6,56 euros. Nous remarquons auss que 31% de la populaton habtent dans une régon de plus de habtants. Dans ce qu sut, nous dscuterons des chox de mesures d mpatence. Les tentatves de mesure du taux de préférence pour le présent ont été basées jusqu à présent essentellement sur des expérences en laboratore (Cox and Oaxaca [1989]). Les actvtés des ndvdus peuvent refléter le degré de leurs préférences pour le présent. Un ndvdu relatvement mpatent s engage fréquemment dans les actvtés caractérsées par des récompenses mmédates et des coûts retardés. Le comportement vsant à prvléger le présent 7

9 est-l la preuve que les agents ont une préférence pour le présent ou smplement de l'averson pour le rsque? La séparaton complète entre une préférence pour le présent et une averson pour le rsque peut s'avérer dffcle car on ne peut pas ner la corrélaton entre ces deux facteurs (Arrondel, Masson et Verger [2001] ; Anderhub et al. [2001]). Le fat d'explquer pourquo un tel ndvdu préfère consommer aujourd'hu plutôt que deman relève sans doute de phénomènes beaucoup plus fns et de nature psychologque. A partr des données françases du panel européen des ménages ( ), nous avons collecté des nformatons sur le type de comportement pour construre nos mesures d'mpatence. Pour amélorer la qualté de l'étude, nous avons essayé de contrôler dans la mesure du possble ces dfférents ponts lors du chox des ndcateurs d'mpatence. Les ndcateurs retenus dans notre étude sont : - La possesson d'un lvret d'épargne: les modèles standard d'épargne prédsent que les ndvdus patents retardent la consommaton présente et accumulent la rchesse et sont du type à prvléger les comptes en banque tels que les lvrets d'épargne. Dans le panel européen des ménages le montant détenu dans le lvret d épargne est donné par nveau et non pas le montant exact. Il exste pluseurs nveaux (nveau 1 [ euros], nveau 2 [ euros], nveau 3 [ euros] ). Nous consdérons qu'un ndvdu détent un lvret d'épargne s le montant détenu dans ce lvret est supéreur à 1520 euros. Les ndvdus qu ne dsposent pas d'un lvret d'épargne représentent 48,86% de l'échantllon. - La contrbuton aux assocatons humantares: ce type de comportement caractérse ben les ndvdus patents. Ce type d'ndvdu a une vson à long terme et cherche à préparer un terran san pour les génératons futures. Les ndvdus qu ne contrbuent pas aux assocatons humantares sont fortement représentés (76%). - Le fat de fumer: le fat de fumer présente un plasr au moment de la consommaton mas présente auss de mauvases conséquences sur la santé à long terme. Un ndvdu mpatent 8

10 (fumeur) se contentera du gan à court terme sans accorder une mportance aux nconvénents du long terme. Un ndvdu est supposé fumeur s'l se déclare un fumeur quotden et non un fumeur occasonnel. Les ndvdus qu fument quotdennement représentent 21,45% de l'échantllon. - Assurance ve: le fat de chosr une assurance ve montre la vson à long terme de l'ndvdu et sa fable préférence pour le présent. Les ndvdus qu ne dsposent pas d'une assurance ve représentent 76% de l'échantllon. - Consommer son revenu et s'endetter: cela se tradut par le fat d'avor des dffcultés à boucler son budget sute à un endettement lé à la consommaton. L'dée est que, quand on est mpatent, on réflécht mons au moment de l'achat, et on s'expose ans à dépasser les lmtes de son budget. Ce type d'ndvdus ne représente que 7% de l'échantllon. Dans le but de rendre les mesures d mpatence homogènes, nous les avons transformées en valeur centrées rédutes. Ce processus de standardsaton de données a l avantage d homogénéser les données sans changer les résultats des dverses analyses statstques. S nous supposons que le facteur commun entre ces dvers ndcateurs est l'mpatence, les corrélatons entre toutes les varables devraent être postves. En effet, parms les 10 pares de corrélaton entre les mesures d'mpatence retenues, 9 pares ont un sgne postf et statstquement dfférent de zéro (tableau 2). Pour mesurer la qualté de la mesure nous utlsons le coeffcent alpha de Cronbach. Un ndce statstque varant entre 0 et 1 qu permet d'évaluer l homogénété ou la consstance d'un nstrument d'évaluaton ou de mesure composé par un ensemble d'tems qu, tous, devraent contrbuer à appréhender une même entté (ou dmenson) sous-jacente. La valeur de ce coeffcent est égale à 0,536 reflétant une covarance moyenne entre les ndcateurs d'mpatence de 0,06. Les valeurs trouvées sont smlares à celles trouvées dans l'étude de Drago [2006] et Della Vgna and Paserman [2005]. Trouver une fable corrélaton entre dfférents ndcateurs de comportement 9

11 ndvduels n'est pas rare dans la lttérature (Glaeser et al. [2000]). L'erreur de mesure lors des chox des ndcateurs est susceptble d'atténuer la corrélaton entre l'mpatence et le taux de sorte du chômage, mas ne devrat pas changer son sgne. Nous utlsons ensute la méthode de l'analyse Factorelle afn de regrouper l ensemble de nos mesures d mpatence en une nouvelle mesure d mpatence agrégée. L'analyse factorelle cherche à rédure un nombre mportant d'nformatons à quelques grandes dmensons. Elle tente de donner un sommare des patrons de corrélatons entre les varables et souvent utlsée comme méthode d'analyse exploratore en vue de créer des échelles. L'analyse factorelle cherche une soluton à la covarance entre les varables mesurées. Elle tente d'explquer seulement la varance qu est commune à au mons deux varables et présume que chaque varable possède auss une varance unque représentant son apport propre. Au nveau de l extracton de la soluton factorelle, nous utlsons la méthode du maxmum de vrasemblance (ML) 3. Selon le test de ch-deux un seul facteur est retenu. Toutes les corrélatons entre les dfférentes mesures d'mpatence et ce facteur sont postves. Le facteur estmé représente la mesure agrégée d'mpatence. Le tableau 3 lste les dfférentes corrélatons des ndcateurs avec le facteur retenu (Valeur propre), la proporton de la varance commune non assocée avec le facteur (Inerte) et le pods de chaque ndcateur sur l'axe factorel (Score). Ce score est synonyme de l'mportance de cet ndcateur sur l'axe factorel. La mesure agrégée est la moyenne pondérée des ndcateurs : les varables qu ont les plus grands pods sont ceux qu ont un score élevé et sont ceux qu contrbuent le plus dans la mesure agrégée de l'mpatence. Les ndcateurs qu reçovent les plus de pods sont consommer son revenu et s endetter et le fat de ne pas souscrre une assurance ve. Pour évaluer l effort de recherche d emplo d un chômeur nous avons exploté les nformatons dsponbles dans la base de données. Nous utlsons le nombre des méthodes de 3 Il exste tros méthodes d'extracton des facteurs: composantes prncpales, facteurs prncpaux, et maxmum de vrasemblance. Cette dernère méthode d extracton produt un test de ch-deux de rapport de vrasemblance qu ndque s la soluton factorelle est plausble. Cette méthode consste à une maxmsaton de la probablté que la matrce de corrélatons reflète une dstrbuton dans la populaton. 10

12 recherche d'emplo utlsées par chaque chômeur. Ces méthodes sont : (1) l'nscrpton à l'agence Natonale Pour l'emplo (ANPE), (2) effectuer des démarches personnelles (contacts personnels, annonces dans le journal,...), (3) contacter l'anpe et suvre un programme d'accompagnement, et (4) recevor des offres fermes d'emplo. Les chômeurs qu n'utlsent aucune méthode de recherche ne représentent que 2% de l'échantllon alors que ceux qu utlsent 3 méthodes sont envron 52%. Le nombre moyen de méthodes utlsées par chaque chômeur est de l'ordre de 2,45 méthodes. En ce qu concerne le salare de réserve, ce derner est défn comme le salare mnmal en dessous duquel le chômeur refuse une offre d'emplo. Le salare de réserve est donc un détermnant mportant de la probablté de sortr du chômage. Néanmons, l'nformaton drecte sur le salare de réserve est rare 4. Cependant, dsposer d'un salare de réserve rensegné par le chômeur lu-même ouvre d'autres possbltés. La verson françase du Panel européen des ménages présente l'ntérêt d'nterroger les chômeurs sur le salare horare mnmal qu'ls demandent pour travaller (Algan et Terracol [2001]). Les nformatons relatves au salare de réserve horare sont ssues de la réponse à la queston: «En tenant compte du nombre d heures hebdomadares que vous souhaterez travaller, quelle rémunératon mensuelle nette accepterez-vous au mnmum?». Le salare horare est reconsttué à partr du nombre d heures de traval souhaté par les ndvdus. L explotaton drecte des réponses à cette queston soulève toutefos des dffcultés quant à la sncérté des déclaratons (Feldsten et Poterba [1984]). Cependant, la plupart des études précédentes s accordent pour consdérer ce type de réponse comme une nformaton pertnente sur le comportement d offre de traval (Rdder et Gorter [1986] ; Jones [1988]). En outre, la dstrbuton du salare de réserve semble cohérente avec la moyenne et la varance observées des salares en France (tableau 1). En partculer, le salare de réserve horare est sensblement égal au Smc horare. Pour compléter l'analyse descrptve de l'échantllon, nous avons estmé les taux de surve dans l'état de chômage en applquant l'analyse non-paramétrque par l'estmateur de Kaplan-Meer (fgure 1). 4 Peu de bases de données fournssent une contreparte emprque à cette noton théorque. En l'absence d'observaton drecte, les travaux qu cherchent à évaluer l'mpact du salare de réserve sur la durée du chômage supposent que la relaton, prédte par la théore de la recherche d'emplo, qu le le au nveau de l'allocaton chômage, au taux d'arrvée des offres d'emplo et à la dstrbuton des salares offerts, est ben vérfée. Le salare de réserve peut alors être estmé en utlsant l'nformaton dsponble sur ces varables. L'absence d'observaton drecte de ce derner n'empêche donc pas d'en estmer l'effet sur la durée du chômage. 11

13 Fgure 1 : Fonctons de surve dans le chômage et mpatence Les résultats de cette estmaton llustrent la surve dans l'état de chômage entre les ndvdus patents et mpatents. La fgure 1 montre que la courbe de surve dans l'état de chômage d'un ndvdu patent est au-dessous de celle d'un ndvdu mpatent. L'examen de l'estmaton nonparamétrque nous donne une premère dée de l'effet de l'mpatence sur la durée du chômage. Les ndvdus patents quttent le chômage plus rapdement, toutes choses égales par alleurs, que les ndvdus mpatents. Ce résultat prélmnare peut être explqué par la domnance de l effet de l effort de recherche élevé d un chômeur patent par rapport à l effet de son salare de réserve élevé. 2. Modélsaton économétrque A chaque pérode, le chômeur chost son effort de recherche et son salare de réserve. Ces deux dernères varables détermnent la probablté de transton de l'état de chômage. Il exste une corrélaton entre l'mpatence et l'effort de recherche d'une part et entre l'mpatence et le salare de réserve d'autre part. L'effet global de l'mpatence sur le taux de sorte du chômage est ambgu. Le problème auquel nous sommes confrontés consste à trater l endogénété de l'effort de recherche d emplo et du salare de réserve afn d soler leurs effets réels. La démarche retenue pour trater la queston d'endogénété de l'effort de recherche 12

14 et du salare de réserve dans l'équaton de la durée du chômage est la méthode de Heckman et Robb (1985) 5. Ce problème d'endogénété nous nvte donc à effectuer deux estmatons séparées permettant de détermner les éléments qu nfluencent le salare de réserve et l ntensté d effort de recherche d emplo. Ensute, ces deux estmatons seront utlsées pour construre deux termes de correcton du bas d'endogénété qu seront ntroduts dans la régresson de la durée du chômage. La modélsaton économétrque se présente comme sut : Equaton d effort de recherche d emplo: Avec: ' ' Intensté = α 1 + β1 X + γ 1( IMP ) + ε (4) Intensté : l'ntensté d'effort de recherche d emplo. X : vecteur des caractérstques ndvduelles. IMP : l'ensemble des ndcateurs d'mpatence. ε : le terme d'erreur. Equaton du salare de réserve: Avec: ' ' Log ( W ) = α 2 + β2 X + γ 2 ( IMP ) + µ (5) Log( W ) : le logarthme du salare de réserve de l'ndvdu. X : vecteur des caractérstques ndvduelles. IMP : l'ensemble des ndcateurs d'mpatence. µ : le terme d'erreur. 5 L'avantage de cette méthode est qu'elle nous offre un chox très vaste de los de durée, alors que nous serons oblgés de nous restrendre à la lo normale s nous adoptons la méthode de Heckman (1979). La méthode de Heckman (1979) consste à ntrodure l'nverse de Rato de Mlls dans l'équaton d'ntérêt. L'utlsaton de cette méthode dans le cadre de l'équaton de durée du chômage nous oblge à ce que les résdus des deux équatons suvent une lo normale qu contredt la démarche suve dans l'applcaton des modèles de durées. Les modèles de durée et les los qu peuvent être utlsées (Webull, Lognormal, Log-logstc, et Gamma). 13

15 Avec: DC Equaton de la durée de chômage: DC : la durée de chômage. θ : vecteur des caractérstques ndvduelles. ^ W : le salare de réserve estmé. ^ Intensté : l'ntensté d'effort de recherche estmée. ω : le terme d'erreur. = α 3 θ + ϕ( W ) + δ ( Intensté ) + ω (6) ^ ^ Ce problème d'endogénété nous nvte donc à effectuer une premère estmaton permettant de détermner les éléments qu nfluencent l'effort de recherche des ndvdus (équaton 4). Le modèle économétrque le plus adapté est un modèle de Posson pusque notre varable dépendante, le nombre de méthodes de recherche utlsées, est à valeurs entères non négatves 6. L'ntroducton du salare de réserve auss dans l'équaton de durée du chômage (équaton 6) peut auss être confrontée économétrquement à un problème d'endogénété. Pour cette rason, le salare estmé à partr de l'estmaton de l'équaton du salare de réserve (équaton 5) sera ntrodut dans l'équaton de durée de chômage dans le but de détecter l'endogénété du salare. Pour ces deux premères estmatons, nous utlsons le revenu du ménage par personne et le fat d'être ndemnsé comme varables nstrumentales 7. Ces deux varables sont des détermnants respectvement du salare de réserve et de l'effort de recherche de l'ndvdu, mas ls n'nfluencent pas sur le taux d'arrvé des offres d'emplo et par la sute la durée de surve dans le chômage. En plus de ces nstruments, nous utlsons des varables soco-démographques, le nveau d'ensegnement, le nombre d'habtant de la régon et les ndcateurs d'mpatence. Pour chacune des deux équatons (4) et (5), nous effectuons deux 6 Nous avons estmé l'équaton d'effort de recherche avec le modèle Bnomal Négatf, et sur la base du coeffcent de surdsperson (alpha), nous retenons le modèle de Posson. 7 Ces deux nstruments ont été utlsés dans l'étude de Hnnosaar [2002] tratant de la relaton entre salare de réserve, effort de recherche et durée de chômage. Ces mêmes nstruments ont été valdés par Jones [1988], Gorter D. et Gorter C. [1993]. 14

16 estmatons séparées. Dans la premère estmaton, nous utlsons les ndcateurs d'mpatence et dans la deuxème, nous utlsons la mesure agrégée d'mpatence. Ces deux estmatons nous permettent de comparer les résultats de l'effet de l'mpatence. Les valeurs prédtes du salare de réserve et de l'effort de recherche, qu seront ntrodutes dans l'équaton de la durée de chômage, sont ssues des deux estmatons qu utlsent la mesure agrégée d'mpatence. La mesure d mpatence agrégée est plus représentatve et plus précse quant à l mpatence de l ndvdu. 3. Les effets de l mpatence sur le salare de réserve et l effort de recherche: Cette parte sera consacrée à l'analyse des résultats de l'effet de l'mpatence sur le salare de réserve dans un premer leu, sur l'effort de recherche dans un deuxème leu, et enfn sur la durée de chômage. La détermnaton du nveau du salare de réserve revent à un arbtrage entre les conséquences à long terme de l'obtenton d'un certan nveau de salare ou attendre la récepton d'une melleure offre de salare. Dans ce cas, contrarement à la décson d'effort de recherche, c'est la varaton de l'mpatence à long terme qu domne la varaton de l'mpatence à court terme (Della Vgna et Paserman, 2005). Les résultats de cette estmaton sont présentés dans le tableau 4. La premère colonne utlse les ndcateurs d'mpatence alors que la deuxème colonne utlse la mesure agrégée d'mpatence. Les ndvdus qu ne dsposent pas d'assurance ve et d'un lvret d'épargne manfestent un effet négatf et sgnfcatf sur le salare de réserve. Nous trouvons le même résultat auss avec ceux qu ne font pas parte des assocatons humantares. La majorté de nos mesures d'mpatence montrent une corrélaton négatve avec le salare de réserve. Ce résultat est plus robuste selon le sgne et la sgnfcatvté du coeffcent de la mesure agrégée d'mpatence. Cette dernère confrme le résultat précédent et montre, toutes choses égales par alleurs, que les ndvdus mpatents présentent un salare de réserve plus fable que les ndvdus patents. Sur des données amércanes, Della Vgna et Paserman [2005] ont montré que le salare de 15

17 réserve est corrélé négatvement avec l mpatence lors d une estmaton sans nclure les varables de contrôle (âge, éducaton, statut martal, ). Cette corrélaton devent non sgnfcatve après ncluson des varables de contrôles. Le revenu par membre du ménage a un effet postf et sgnfcatf sur le salare de réserve. L'âge présente un effet postf et sgnfcatf sur le salare de réserve : l'ndvdu devent plus exgeant au nveau de son salare de réserve en foncton de son âge. Les hommes ont tendance à manfester un salare de réserve plus élevé que les femmes. Le fat d'être maré amène à basser le salare de réserve. On remarque auss que le nveau du salare de réserve augmente progressvement avec le nveau d'éducaton. Le salare de réserve des ndvdus qu ont fat des études supéreures est plus élevé que celu des ndvdus sans formaton (prs comme référence). Les ndvdus qu habtent dans des communes rurales ou dans des régons comportant mons de habtants, tendent à dmnuer leur salare de réserve par rapport à ceux qu habtent en régon parsenne. Les résultats de l'équaton d'effort de recherche d'emplo sont présentés dans le tableau 4. La trosème colonne utlse les ndcateurs d'mpatence alors que la quatrème colonne utlse la mesure agrégée d'mpatence. Nous remarquons que les ndvdus ne possédant pas d'assurance ve et de lvret d'épargne, présentent un effet négatf et sgnfcatf sur l'ntensté de la recherche d emplo. Nous trouvons le même résultat avec les fumeurs. La majorté de nos mesures d'mpatence montrent une corrélaton négatve avec l'ntensté de recherche. Ce résultat est confrmé par la deuxème estmaton utlsant la mesure agrégée d'mpatence. Ces deux estmatons vont dans le même sens et confrment le résultat précédent : l'ntensté de recherche d'emplo des ndvdus mpatents est plus fable que celle des ndvdus patents. Ce résultat confrme auss le résultat de Della Vgna et Paserman (2005) sur des données amércanes. L'effet de la percepton d'ndemnté de chômage a un effet sgnfcatf et négatf sur l'ntensté de recherche. Les ndvdus ndemnsés fournssent peu d'effort par rapport à 16

18 ceux non ndemnsés. L'âge présente un effet sgnfcatf et négatf sur l'ntensté de recherche ce qu montre que cette dernère dmnue avec l'âge. Les hommes ont tendance à manfester une recherche plus élevée que les femmes. 4. Les effets de l mpatence sur la durée du chômage : Afn de contrôler l'endogénété de l'effort de recherche et du salare de réserve, on a procédé à dfférentes estmatons paramétrques permettant d'apprécer les hypothèses alternatves quand à l'allure du taux de hasard. Sous le crtère nformatonnel d'akake 8, la mse en concurrence de pluseurs spécfcatons estmées (Webull, Log-normal, Loglogstque) a perms de conclure au caractère englobant de la lo Log-normal. Afn de renforcer la robustesse de l'estmaton économétrque de la spécfcaton Log-normal, nous avons estmé ce modèle de durée en ntrodusant une correcton de l'hétérogénété nobservée par une lo Gamma (Lancaster [1979]). L'ntroducton de l'hétérogénété nobservée est effectuée à travers la spécfcaton d'un effet ndvduel v qu ndut des modfcatons du taux de hasard d'une observaton à l'autre : λ ( X, t v) vλ ( t, X ) 2 à une lo Gamma de moyenne untare, de varance σ = 1/ k avec: ( ) ( k ) =. La lo de v est souvent dentfée k kv k f v e v 1 avec k x k 1 e x dx ( ) = Γ = Γ Les résultats de l'estmaton paramétrque sont donnés dans le tableau 4 (colonne 5) 9. La probablté estmée de l'ntensté de recherche à partr de l'équaton d'effort de recherche exerce un effet sgnfcatf sur la durée du chômage. Nous pouvons remarquer que les ndvdus appartenant aux classes d'effort de recherche élevé présentent une durée de chômage 0 8 Pour comparer les dfférentes spécfcatons, on utlse le crtère nformatonnel d'akake. Le crtère nformatonnel d'akake pénalse chaque logarthme de la foncton de vrasemblance par le nombre de paramètres estmés dans un modèle partculer. On préfère le modèle renvoyant le plus fable crtère nformatonnel. 9 Le coeffcent assocé au terme d hétérogénété (thêta) qu ndque l ntérêt du recours au modèle log-normal avec correcton des effets ndvduels nobservables est sgnfcatf. 17

19 mons longue et donc un taux de sorte du chômage plus élevé que les ndvdus qu effectuent peu de recherche. Ce résultat montre que l'augmentaton de l'effort de recherche dmnue la durée de surve dans le chômage (Résultat 1). Du côté du salare de réserve, ce derner ne joue pas un rôle mportant sur la durée du chômage pusqu l présente un effet non sgnfcatf (Résultat 2). La prse en compte des résultats 1 et 2 nous montrent que c'est l'effet de l'effort de recherche qu domne l'effet du salare de réserve. Ce résultat montre que l'augmentaton de l'mpatence tend à dmnuer l'effort de recherche d'emplo ce qu mplque une dmnuton du taux de sorte du chômage. Pusque l'effet du salare de réserve est domné par celu de l'effort de recherche, nous pouvons dédure que les ndvdus sélectonnés dans l'échantllon présentent une forme d'escompte hyperbolque plutôt qu'une forme exponentelle. Ce derner résultat nous permet de dédure que ces ndvdus chômeur sont plus concernés par de l'mpatence à court terme plutôt que de l'mpatence à long terme, et dans cette dée que les programmes de recherche d emplo dovent fonctonner en rédusant les coûts de la recherche à court terme. La probablté que les hommes quttent le chômage est plus élevée que celle des femmes. Nous notons auss que le fat d'être maré augmente la durée de chômage. Les ndvdus qu ont fat des études supéreures présentent une durée de chômage mons longue que les ndvdus sans ensegnement (prs comme référence). Les habtants des régons qu comportent entre et habtants ont des durées de chômage mons élevées que ceux qu habtent dans la régon parsenne. Concluson La contrbuton de ce traval se manfeste au nveau de la lttérature de l escompte hyperbolque. Dans les modèles de recherche d emplo où la décson d effort de recherche et du salare de réserve sont endogènes, l effet de l mpatence sur le taux de sorte du chômage est ambgu. S les ndvdus sont hétérogènes du pont de vue de leurs taux d escompte exponentel, l effet du salare de réserve domne l effet de l effort de recherche pour les 18

20 ndvdus patents. Par conséquent les travalleurs avec un taux d escompte élevé quttent le chômage rapdement. Cependant s les ndvdus ont des préférences hyperbolques et dfférent dans le taux d escompte à court terme, l effort de recherche domne et les travalleurs trop mpatents quttent le chômage tardvement. La corrélaton entre mpatence et le taux de sorte est postve s les ndvdus dfférent dans le taux d escompte exponentel alors qu elle est négatve s les ndvdus ont des préférences hyperbolques et dfférent dans le taux d escompte à court terme. Les résultats des tests de réfutaton montrent une corrélaton négatve entre les mesures d mpatence et l ntensté de recherche. Ce résultat est confrmé auss par l estmaton de l équaton du salare de réserve. Enfn, les résultats de l'estmaton paramétrque des modèles de durée montrent que l effort de recherche a un mpact postf sur le taux de sorte du chômage alors que le salare de réserve n'a pas d'effet sgnfcatf sur la durée du chômage. Ce résultat fnal peut nous rensegner sur la nature des préférences temporelles des ndvdus. Pusque l effet du salare de réserve est domné par celu de l effort de recherche nous pouvons conclure que les travalleurs présentent une forme d escompte hyperbolque plutôt qu une forme exponentelle et que l'augmentaton de l'mpatence dmnue le taux de sorte du chômage. Les préférences hyperbolques affectent les problèmes de recherche d emplo et les poltques de réducton du chômage. Les agents hyperbolques sont partculèrement sensbles aux coûts de recherche mmédats et drects (contacter les employés afn d obtenr un entreten, appeler les proches). L effcacté des poltques de réducton du chômage dépend de la nature des préférences temporelles des chômeurs. Pour rédure le coût de recherche mmédat supporté par le demandeur d emplo, les servces publcs de l emplo en France devront chercher une plus grande effcacté dans l accompagnement réel des chômeurs afn de dmnuer leurs coûts de recherche. La France fat fgure d excepton par le nombre élevé d acteurs hétérogènes et de statuts dfférents entre lesquels le demandeur d emplo dot fare 19

Corrélation et régression linéaire

Corrélation et régression linéaire Corrélaton et régresson lnéare 1. Concept de corrélaton. Analyse de régresson lnéare 3. Dfférences entre valeurs prédtes et observées d une varable 1. Concept de corrélaton L objectf est d analyser un

Plus en détail

- Equilibre simultané IS/LM : Pour déterminer le couple d équilibre général, il convient de résoudre l équation IS = LM.

- Equilibre simultané IS/LM : Pour déterminer le couple d équilibre général, il convient de résoudre l équation IS = LM. Exercce n 1 Cet exercce propose de détermner l équlbre IS/LM sur la base d une économe dépourvue de présence étatque. Pour ce fare l convent, dans un premer temps de détermner la relaton (IS) marquant

Plus en détail

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire Assurance malade et aléa de moralté ex-ante : L ncdence de l hétérogénété de la perte santare Davd Alary 1 et Franck Ben 2 Cet artcle examne l ncdence de l hétérogénété de la perte santare sur les contrats

Plus en détail

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction -

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction - EXAME FIAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSIO 1 - Correcton - Exercce 1 : 1) Consdérons une entreprse E comportant deux établssements : E1 et E2 qu emploent chacun 200 salarés. Au sen de l'établssement

Plus en détail

Modélisations du risque en assurance automobile. Michel Grun-Rehomme Université Paris 2 et Ensae Email: grun@ensae.fr

Modélisations du risque en assurance automobile. Michel Grun-Rehomme Université Paris 2 et Ensae Email: grun@ensae.fr Modélsatons du rsque en assurance automoble Mchel Grun-Rehomme Unversté Pars 2 et Ensae Emal: grun@ensae.fr 1 Modélsatons du rsque en assurance automoble La snstralté est mesurée en terme de fréquence

Plus en détail

Proposition d'une solution au problème d initialisation cas du K-means

Proposition d'une solution au problème d initialisation cas du K-means Proposton d'une soluton au problème d ntalsaton cas du K-means Z.Guelll et L.Zaou, Unversté des scences et de la technologe d Oran MB, Unversté Mohamed Boudaf USTO -BP 505 El Mnaouer -ORAN - Algére g.zouaou@gmal.com,

Plus en détail

Chapitre 5. Menu de SUPPORT

Chapitre 5. Menu de SUPPORT 155 Chaptre 5. Menu de SUPPORT Ce que vous apprendrez dans ce chaptre Ce chaptre vous présentera des routnes supplémentares susceptbles de vous ader dans les analyses de données présentées dans le chaptre

Plus en détail

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social Drgeant de SAS : Lasser le chox du statut socal Résumé de notre proposton : Ouvrr le chox du statut socal du drgeant de SAS avec 2 solutons possbles : apprécer la stuaton socale des drgeants de SAS comme

Plus en détail

RAPPORT DE RECHERCHE

RAPPORT DE RECHERCHE RAPPORT DE RECHERCHE N 2014-03 Le non-recours au RSA «socle seul» : l hypothèse du patrmone SYLVAIN CHAREYRON www.tepp.eu TEPP - Traval, Emplo et Poltques Publques - FR CNRS 3435 Le non-recours au RSA

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L EFFET DES ENFANTS SUR L OFFRE DU TRAVAIL DES MÈRES : CAS DU CANADA MÉMOIRE PRÉSENTÉ

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L EFFET DES ENFANTS SUR L OFFRE DU TRAVAIL DES MÈRES : CAS DU CANADA MÉMOIRE PRÉSENTÉ UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L EFFET DES ENFANTS SUR L OFFRE DU TRAVAIL DES MÈRES : CAS DU CANADA MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE DE LA MAÎTRISE EN ÉCONOMIQUE PAR EZZAOUALI WALID Septembre

Plus en détail

Les Déterminants de la Durée des Contrats de Travail Application micro-économétrique sur l'enquête TDE-MLT. benhalima@gate.cnrs.fr

Les Déterminants de la Durée des Contrats de Travail Application micro-économétrique sur l'enquête TDE-MLT. benhalima@gate.cnrs.fr Les Détermnants de la Durée des Contrats de Traval Applcaton mcro-économétrque sur l'enquête TDE-MLT Mohamed Al BEN HALIMA * Mars 2005 *GATE (Groupe d Analyse et de Théore Economque), UMR-CNRS n 5824,

Plus en détail

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises Les détermnants de la détenton et de l usage de la carte de débt : une analyse emprque sur données ndvduelles françases Davd Boune Marc Bourreau Abel Franços Jun 2006 Département Scences Economques et

Plus en détail

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises Les détermnants de la détenton et de l usage de la carte de débt : une analyse emprque sur données ndvduelles françases Davd Boune a, Marc Bourreau a,b et Abel Franços a,c a Télécom ParsTech, Département

Plus en détail

Combinaison de dires d'experts en élicitation de lois a priori. pour Listeria chez la souris. Exposé AppliBugs

Combinaison de dires d'experts en élicitation de lois a priori. pour Listeria chez la souris. Exposé AppliBugs Combnason de dres d'experts en élctaton de los a pror. Applcaton à un modèle doseréponse pour Lstera chez la sours. Exposé ApplBugs ISABELLE ALBERT 8 / / 03 INTRODUCTION Cet exposé présente une parte du

Plus en détail

Remboursement d un emprunt par annuités constantes

Remboursement d un emprunt par annuités constantes Sére STG Journées de formaton Janver 2006 Remboursement d un emprunt par annutés constantes Le prncpe Utlsaton du tableur Un emprunteur s adresse à un prêteur pour obtenr une somme d argent (la dette)

Plus en détail

La mobilité résidentielle depuis 20 ans : des facteurs structurels aux effets de la conjoncture

La mobilité résidentielle depuis 20 ans : des facteurs structurels aux effets de la conjoncture La moblté résdentelle depus 20 ans : des facteurs structurels aux effets de la conjoncture T. Debrand C. Taffn Verson Prélmnare - Ne pas cter 10 mars 2004 Résumé : Les analyses économques sur la moblté

Plus en détail

Banque d exercices pour le cours de "mise à niveau" de statistique de M1 AgroParisTech

Banque d exercices pour le cours de mise à niveau de statistique de M1 AgroParisTech Banque d exercces pour le cours de "mse à nveau" de statstque de M1 AgroParsTech Instructons pour les exercces 1. Lorsque ren n est précsé, on suppose que la dstrbuton étudée est gaussenne. Pour les exercces

Plus en détail

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations Contrats prévoyance des TNS : Clarfer les règles pour sécurser les prestatons Résumé de notre proposton : A - Amélorer l nformaton des souscrpteurs B Prévor plus de souplesse dans l apprécaton des revenus

Plus en détail

MODELISATION DES PROCESSUS LINEAIRES

MODELISATION DES PROCESSUS LINEAIRES MDELISATIN DES PRCESSUS LINEAIRES Dans un premer temps, nous ne consdérons que des processus partculers, supposés notamment statonnare. Cec permet de présenter un certan nombre d'outls dans un cadre relatvement

Plus en détail

Choix de Portefeuille

Choix de Portefeuille Année 2007-2008 Chox de Portefeulle Chrstophe Boucher Chaptre 1. Théore de la décson en avenr ncertan Crtère d espérance d utlté L atttude vs-à-vs du rsque Chaptre 2. Rendements et crtères de chox entre

Plus en détail

LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régime») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF

LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régime») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF 1 LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régme») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF AVIS AUX RETRAITÉS ET AUX PARTICIPANTS AVEC DROITS ACQUIS DIFFÉRÉS Expédteurs

Plus en détail

10.1 Inférence dans la régression linéaire

10.1 Inférence dans la régression linéaire 0. Inférence dans la régresson lnéare La régresson lnéare tente de modeler le rapport entre deux varables en adaptant une équaton lnéare avec des données observées. Chaque valeur de la varable ndépendante

Plus en détail

Evaluation des actions

Evaluation des actions Akrem ISCAE archés nancers : Evaluaton des actons Evaluaton des actons Secton I : Dénton hypothèses et notatons I-- La noton d un act nancer -a- Dénton Un act nancer est tout ben qu un nvestsseur désre

Plus en détail

SORTIR DU CHOMAGE EN ILE-DE-FRANCE : DISPARITES TERRITORIALES, SPATIAL MISMATCH ET SEGREGATION RESIDENTIELLE

SORTIR DU CHOMAGE EN ILE-DE-FRANCE : DISPARITES TERRITORIALES, SPATIAL MISMATCH ET SEGREGATION RESIDENTIELLE SORTIR DU CHOMAGE EN ILEDEFRANCE : DISPARITES TERRITORIALES, SPATIAL MISMATCH ET SEGREGATION RESIDENTIELLE Emmanuel Duguet Yannck L Horty, Florent Sar ** RESUME L objet de cette étude est d explquer les

Plus en détail

Enquête sur les services de télécommunications

Enquête sur les services de télécommunications Enquête sur les servces de télécouncatons Vu l'avs favorable du Consel Natonal de l'inforaton Statstque, cette enquête, reconnue d'ntérêt général et de qualté statstque, est oblgatore. Vsa n 200222EC du

Plus en détail

Analyse d impact : l apport des évaluations aléatoires William Parienté 1

Analyse d impact : l apport des évaluations aléatoires William Parienté 1 Analyse d mpact : l apport des évaluatons aléatores Wllam Parenté 1 Cet artcle expose de manère synthétque l'apport des évaluatons aléatores dans l'analyse de l'mpact des programmes socaux et de développement.

Plus en détail

- donc n explique pas très bien le commerce entre pays industrialisés en particulier le commerce intraeuropéen

- donc n explique pas très bien le commerce entre pays industrialisés en particulier le commerce intraeuropéen Le commerce nternatonale en stuaton de concurrence mparfate: ros problèmes essentels des modèles théorques Rcardo, HOS, Standard: - fondés sur la CPP: le commerce n augmente pas la concurrence - pas d

Plus en détail

Mots clés: Cameroun, Rentabilité privée, Education, Model Tobit de type III, Structurel, Secteurs Public, Privé Formel et Informel, ECAM II.

Mots clés: Cameroun, Rentabilité privée, Education, Model Tobit de type III, Structurel, Secteurs Public, Privé Formel et Informel, ECAM II. Une Analyse Emprque de la Rentablté Prvée de l Educaton au Cameroun : estmaton d un Modèle Tobt de Type III Structurel par Patrck Mare Nga Ndjobo, Bernadette Kamgna Da et Bonface Ngah Epo Faculté des Scences

Plus en détail

Cours Corporate finance

Cours Corporate finance Cours Corporate fnance Eléments de théore du portefeulle Le edaf Franços Longn www.longn.fr lan Notons de rentablté Défnton odélsaton Eléments de théore du portefeulle ortefeulle Dversfcaton Le edaf Le

Plus en détail

Editions ENI. Excel 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait

Editions ENI. Excel 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait Edtons ENI Excel 2010 Collecton Référence Bureautque Extrat Tableau crosé dynamque Tableau crosé dynamque Excel 2010 Créer un tableau crosé dynamque Un tableau crosé dynamque permet de résumer, d analyser,

Plus en détail

Dynamique des salaires dans une cohorte

Dynamique des salaires dans une cohorte Dynamque des salares dans une cohorte Therry Magnac Sébasten Roux x Révson : 5 mars 2007 Résumé Dans cet artcle, nous examnons les données de salares annuels, de 1976 à 1998, d une cohorte d hommes, entrés

Plus en détail

MASTER ECONOMETRIE ET STATISTIQUE APPLIQUEE (ESA)

MASTER ECONOMETRIE ET STATISTIQUE APPLIQUEE (ESA) MASTER ECONOMETRIE ET STATISTIQUE APPLIQUEE (ESA) Unversté d Orléans Econométre des Varables Qualtatves Chaptre 3 Modèles à Varable Dépendante Lmtée Modèles Tobt Smples et Tobt Généralsés Chrstophe Hurln

Plus en détail

Impact de l assurance maladie formelle sur l utilisation des services de santé au Bénin

Impact de l assurance maladie formelle sur l utilisation des services de santé au Bénin Impact de l assurance malade formelle sur l utlsaton des servces de santé au Bénn ZOUNMENOU Yédjannavo Alexandre, 06 BP : 3511 Cotonou Tél : (+229) 97 32 95 90 / 94 96 84 84 E-mal : zalexy007@yahoo.fr

Plus en détail

Traitement des valeurs manquantes et des valeurs aberrantes

Traitement des valeurs manquantes et des valeurs aberrantes Etudes Statstques 2 (1/10) Tratement des valeurs manquantes et des valeurs aberrantes Avant de trater les données, vérfer la qualté des données : Les données peuvent être : manquantes aberrantes : la valeur

Plus en détail

Mobilité salariale : mobilité géographique et mobilité. professionnelle sont-elles «payantes»?

Mobilité salariale : mobilité géographique et mobilité. professionnelle sont-elles «payantes»? Moblté salarale : moblté géographque et moblté professonnelle sont-elles «payantes»? Yves Gullotn et Salma Hamouche G.A.I.N.S. XVIèmes Journées de Mcro Econome Applquée Lyon 3-4 Jun 1999 0 Introducton

Plus en détail

Mesure avec une règle

Mesure avec une règle Mesure avec une règle par Matheu ROUAUD Professeur de Scences Physques en prépa, Dplômé en Physque Théorque. Lycée Alan-Fourner 8000 Bourges ecrre@ncerttudes.fr RÉSUMÉ La mesure d'une grandeur par un système

Plus en détail

MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES

MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES Émle Garca, Maron Le Cam et Therry Rocher MENESR-DEPP, bureau de l évaluaton des élèves Cet artcle porte sur les méthodes de

Plus en détail

Les jeunes économistes

Les jeunes économistes Chaptre1 : les ntérêts smples 1. défnton et calcul pratque : Défnton : Dans le cas de l ntérêt smple, le captal reste nvarable pendant toute la durée du prêt. L emprunteur dot verser, à la fn de chaque

Plus en détail

LA RENOVATION DE LA MESURE DU PRIX DES TERRES ET PRES AGRICOLES : UNE OPERATION QUALITE MENEE EN PARTENARIAT AVEC LA STATISTIQUE PUBLIQUE

LA RENOVATION DE LA MESURE DU PRIX DES TERRES ET PRES AGRICOLES : UNE OPERATION QUALITE MENEE EN PARTENARIAT AVEC LA STATISTIQUE PUBLIQUE LA RENOVATION DE LA MESURE DU PRIX DES TERRES ET PRES AGRICOLES : UNE OPERATION QUALITE MENEE EN PARTENARIAT AVEC LA STATISTIQUE PUBLIQUE De 2007 à 200, a été menée une rénovaton méthodologque de la méthode

Plus en détail

La fourniture de biens et facteurs publics en présence de ménages et d entreprises mobiles

La fourniture de biens et facteurs publics en présence de ménages et d entreprises mobiles La fournture de bens et facteurs publcs en présence de ménages et d entreprses mobles Pascale Duran-Vgneron évrer 007 Le modèle On suppose un pays drgé par un gouvernement central ayant compétence sur

Plus en détail

Accord Entreprise. Le Guide du True-Up. Enterprise Agreement True - Up Guide

Accord Entreprise. Le Guide du True-Up. Enterprise Agreement True - Up Guide Enterprse Agreement True-Up Gude Accord Entreprse Le Gude du True-Up Enterprse Agreement True - Up Gude Le gude du True-Up dans l Accord Entreprse Table des matères Le True-Up des lcences on premse et

Plus en détail

Analyse du risque de non-exécution des ordres à la bourse de Paris

Analyse du risque de non-exécution des ordres à la bourse de Paris 13, allée Franços Mtterrand BP 13633 49100 ANGERS Cedex 01 Tél. : +33 (0) 2 41 96 21 06 Web : http://www.unv-angers.fr/granem Analyse du rsque de non-exécuton des ordres à la bourse de Pars Angélque Auber

Plus en détail

PARIS-JOURDAN SCIENCES ECONOMIQUES 48, BD JOURDAN E.N.S. 75014 PARIS TEL. : 33(0) 1 43 13 63 00 F AX : 33 (0) 1 43 13 63 10 www.pse.ens.

PARIS-JOURDAN SCIENCES ECONOMIQUES 48, BD JOURDAN E.N.S. 75014 PARIS TEL. : 33(0) 1 43 13 63 00 F AX : 33 (0) 1 43 13 63 10 www.pse.ens. PARIS-JOURDAN SCIENCES ECONOMIQUES 48, BD JOURDAN E.N.S. 75014 PARIS TEL. : 33(0) 1 43 13 63 00 F AX : 33 (0) 1 43 13 63 10 www.pse.ens.fr WORKING PAPER N 2005-19 Nouvelles technologes et nouvelles formes

Plus en détail

Les prix quotidiens de clôture des échanges de quotas EUA et de crédits CER sont fournis par ICE Futures Europe

Les prix quotidiens de clôture des échanges de quotas EUA et de crédits CER sont fournis par ICE Futures Europe Méthodologe CDC Clmat Recherche puble chaque mos, en collaboraton avec Clmpact Metnext, Tendances Carbone, le bulletn mensuel d nformaton sur le marché européen du carbone (EU ETS). L obectf de cette publcaton

Plus en détail

3- Réseau Neurologique (NN) 3-1- Réseau classique

3- Réseau Neurologique (NN) 3-1- Réseau classique OUTILS DE PREVISION DE LA VITESSE DE VENT : APPLICATION A LA CARACTERISATION ET A L OPTIMISATION DES CENTRALES EOLIENNES POUR L'INTEGRATION DANS LES RESEAUX ELECTRIQUES A MADAGASCAR. Andramahtasoa Bernard

Plus en détail

IDEI Report # 18. Transport. December 2010. Elasticités de la demande de transport ferroviaire: définitions et mesures

IDEI Report # 18. Transport. December 2010. Elasticités de la demande de transport ferroviaire: définitions et mesures IDEI Report # 18 Transport December 2010 Elastctés de la demande de transport ferrovare: défntons et mesures Elastctés de la demande de transport ferrovare : Défntons et mesures Marc Ivald Toulouse School

Plus en détail

Études & documents ÉCONOMIE ET ÉVALUATION. Consommation de carburant : effets des prix à court et à long termes par type de population.

Études & documents ÉCONOMIE ET ÉVALUATION. Consommation de carburant : effets des prix à court et à long termes par type de population. COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 40 Avrl 20 TRANSPORT Études & documents Consommaton de carburant : effets des prx à court et à long termes par type de populaton ÉCONOMIE ET ÉVALUATION Servce

Plus en détail

SIMNUM : Simulation de systèmes auto-gravitants en orbite

SIMNUM : Simulation de systèmes auto-gravitants en orbite SIMNUM : Smulaton de systèmes auto-gravtants en orbte sujet proposé par Ncolas Kelbasewcz : ncolas.kelbasewcz@ensta-parstech.fr 14 janver 2014 1 Établssement du modèle 1.1 Approxmaton de champ lontan La

Plus en détail

TRANSPORTS URBAINS ET CALCUL ÉCONOMIQUE

TRANSPORTS URBAINS ET CALCUL ÉCONOMIQUE TRANSPORTS URBAINS ET CALCUL ÉCONOMIQUE Mnstère de l Equpement, du Logement, des Transports et du Toursme Consel général des Ponts et Chaussées Mnstère de l Econome et des Fnances Drecton de la Prévson

Plus en détail

une garde d Enfant a votre domicile

une garde d Enfant a votre domicile GUIDE A DESTINATION DES PARENTS Ce gude pratque a été réalsé par la CDAJE du Nord (Commsson Départementale de l Accuel des Jeunes Enfants). A retrouver sur www.cdaje59.fr PAO - CAF DU NORD 06/2012 EmploYEr

Plus en détail

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks Plan Geston des stocks Abdellah El Fallah Ensa de Tétouan 2011 Les opératons de gestons des stocks Les coûts assocés à la geston des stocks Le rôle des stocks Modèle de la quantté économque Geston calendare

Plus en détail

) = n. ) = 2n. D - Inférence Statistique - Estimation et Tests d hypothèses 5. Tests du Khi-deux (non paramétrique) Loi du Chi-deux (χ 2 n

) = n. ) = 2n. D - Inférence Statistique - Estimation et Tests d hypothèses 5. Tests du Khi-deux (non paramétrique) Loi du Chi-deux (χ 2 n 5. Tests du Kh-deux (non paramétrque) Lo du Ch-deux (χ n ) à n degrés de lberté (ddl) S X 1, X,..., X n, sont n varables ndépendantes, suvant toutes une lo normale N (0,1), la varable χ n = X 1 + X + +

Plus en détail

D 4 ε BENEFICES ECONOMIQUES DE LA PROTECTION CONTRE LE RISQUE D INONDATION SERIE ETUDES 06 E05 PATRICK DERONZIER SÉBASTIEN TERRA

D 4 ε BENEFICES ECONOMIQUES DE LA PROTECTION CONTRE LE RISQUE D INONDATION SERIE ETUDES 06 E05 PATRICK DERONZIER SÉBASTIEN TERRA Document de traval ETUDES METHODES SYNTHESES D 4 ε BENEFICES ECONOMIQUES DE LA PROTECTION CONTRE LE RISQUE D INONDATION SERIE ETUDES 06 E05 PATRICK DERONZIER SÉBASTIEN TERRA Ste nternet : http://www.ecologe.gouv.fr

Plus en détail

EH SmartView. Identifiez vos risques et vos opportunités. www.eulerhermes.be. Pilotez votre assurance-crédit. Services en ligne Euler Hermes

EH SmartView. Identifiez vos risques et vos opportunités. www.eulerhermes.be. Pilotez votre assurance-crédit. Services en ligne Euler Hermes EH SmartVew Servces en lgne Euler Hermes Identfez vos rsques et vos opportuntés Plotez votre assurance-crédt www.eulerhermes.be Les avantages d EH SmartVew L expertse Euler Hermes présentée de manère clare

Plus en détail

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria.

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria. 1 CAS nédt d applcaton sur les normes IAS/IFRS Coût amort sur oblgatons à taux varable ou révsable La socété Plumera présente ses comptes annuels dans le référentel IFRS. Elle détent dans son portefeulle

Plus en détail

UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 2015 2016. Statistiques Descriptives

UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 2015 2016. Statistiques Descriptives UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année unverstare 215 216 L1 Économe Cours de B. Desgraupes Statstques Descrptves Séance 7: Indces synthétques Table des matères 1 Introducton 1 1.1

Plus en détail

Gestion et stratégie Utilisateur

Gestion et stratégie Utilisateur Geston et stratége Utlsateur GESTION ET STRATEGIE UTILISATEUR...2 1.) Comment gérer des utlsateurs?...2 1.1) Geston des utlsateurs en groupe de traval...2 1.2) Geston des utlsateurs par domane...2 Rôle

Plus en détail

santé Les arrêts de travail des séniors en emploi

santé Les arrêts de travail des séniors en emploi soldarté et DOSSIERS Les arrêts de traval des sénors en emplo N 2 2007 Les sénors en emplo se dstnguent-ls de leurs cadets en termes de recours aux arrêts de traval? Les sénors ne déclarent pas plus d

Plus en détail

Introduction aux statistiques spatiales et aux systèmes d'information géographique en santé environnement

Introduction aux statistiques spatiales et aux systèmes d'information géographique en santé environnement Santé envronnement Introducton aux statstques spatales et aux systèmes d'nformaton géographque en santé envronnement applcaton aux études écologques Sommare Abrévatons 2 Résumé 3 1. Introducton 4 1.1 Études

Plus en détail

LA SURVIE DES ENTREPRISES DÉPEND-ELLE DU TERRITOIRE D'IMPLANTATION?

LA SURVIE DES ENTREPRISES DÉPEND-ELLE DU TERRITOIRE D'IMPLANTATION? LA SURVIE DES ENTREPRISES DÉPEND-ELLE DU TERRITOIRE D'IMPLANTATION? Anne PERRAUD (CRÉDOC) Phlppe MOATI (CRÉDOC Unversté Pars) Nadège COUVERT (ENSAE) INTRODUCTION Au cours des dernères années, de nombreux

Plus en détail

Les risques des pesticides mieux les connaître pour les réduire

Les risques des pesticides mieux les connaître pour les réduire Les rsques des pestcdes meux les connaître pour les rédure Des outls à votre portée pour rédure les rsques des pestcdes Vous avez mantenant accès à des outls d ade pour meux connaître les rsques des pestcdes

Plus en détail

Brochure d @ccueil 09 10

Brochure d @ccueil 09 10 unté A4, C7 & B42 brochure d accuel 2009-2010 Brochure d @ccuel 09 10 (pour étudants) Clnque Sant-Jean Bruxelles 1 / 10 A4C7B42_FULL_0910_FR unté A4, C7 & B42 brochure d accuel 2009-2010 1. Sommare : 1.

Plus en détail

SmartView d EH. Vue d ensemble des risques et des occasions. Surveillance de l assurance-crédit. www.eulerhermes.ca/fr/smartview

SmartView d EH. Vue d ensemble des risques et des occasions. Surveillance de l assurance-crédit. www.eulerhermes.ca/fr/smartview SmartVew d EH Servces en lgne Euler Hermes Vue d ensemble des rsques et des occasons Survellance de l assurance-crédt www.eulerhermes.ca/fr/smartvew Les avantages du SmartVew d EH Prenez plus de décsons

Plus en détail

Champ magnétique. 1 Notions préliminaires. 1.1 Courant électrique et densité de courant

Champ magnétique. 1 Notions préliminaires. 1.1 Courant électrique et densité de courant 4 Champ magnétque 1 Notons prélmnares 1.1 Courant électrque et densté de courant Un courant électrque est défn par un déplacement de charges électrques élémentares (ex : les électrons de conducton dans

Plus en détail

Un péage urbain à Paris? Une évaluation des effets distributifs de quatre scénarios

Un péage urbain à Paris? Une évaluation des effets distributifs de quatre scénarios Un péage urban à Pars? Une évaluaton des effets dstrbutfs de quatre scénaros Mattheu Glachant, CERNA, Ecole des mnes de Pars 1 Jullet 2006 1 Mattheu Glachant, CERNA, Ecole des mnes de Pars, 60, boulevard

Plus en détail

LES DETERMINANTS DU CHOIX D'OCCUPATION EN COLOMBIE :

LES DETERMINANTS DU CHOIX D'OCCUPATION EN COLOMBIE : LS DTRMINANTS DU CHOIX D'OCCUPATION N COLOMBI : UN ANALYS MPIRIQU Gullaume DSTRÉ TAM, Unversté de Pars1 et CNRS, France Valentne HNRARD TAM, Unversté de Pars1 et CNRS, France Résumé À partr d'un échantllon

Plus en détail

CAHIERS DE RECHERCHE DU CREGO Axe Fargo

CAHIERS DE RECHERCHE DU CREGO Axe Fargo CAHIERS DE RECHERCHE DU CREGO Axe Fargo Médas et sentment sur les marchés actons européens I Impact of sentment meda on European stoc marets Ncolas BOITOUT MaretScence Ncolasbotout@hotmal.com Fabrce HERVÉ

Plus en détail

Impôt sur la fortune et investissement dans les PME Professeur Didier MAILLARD

Impôt sur la fortune et investissement dans les PME Professeur Didier MAILLARD Conservatore atonal des Arts et Méters Chare de BAQUE Document de recherche n 9 Impôt sur la fortune et nvestssement dans les PME Professeur Dder MAILLARD Avertssement ovembre 2007 La chare de Banque du

Plus en détail

LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA

LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA Observatore Economque et Statstque d Afrque Subsaharenne LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA Une contrbuton à la réunon commune CEE/BIT sur les ndces des prx

Plus en détail

DES EFFETS PERVERS DU MORCELLEMENT DES STOCKS

DES EFFETS PERVERS DU MORCELLEMENT DES STOCKS DES EFFETS PERVERS DU MORCELLEMENT DES STOCKS Le cabnet Enetek nous démontre les mpacts négatfs de la multplcaton des stocks qu au leu d amélorer le taux de servce en se rapprochant du clent, le dégradent

Plus en détail

Le contrat de professionnalisation

Le contrat de professionnalisation EN PRATIQUE Le contrat de professonnalsaton Cerfa commenté 1 Cadre «L EMPLOYEUR» page 2 2 Cadre «LE SALARIÉ» page 3 3 Cadre page 4 4 Cadre page 5 5 Cadre page 7 N 12434*02 CONTRAT DE PROFESSIONNALISATION

Plus en détail

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix?

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix? Note méthodologque Tratements hebdomadares Questlemonscher.com Quelle méthode de collecte de prx? Les éléments méthodologques ont été défns par le cabnet FaE onsel, socété d études et d analyses statstques

Plus en détail

CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE?

CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE? CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE? Boulanger Frédérc Avanssur, Groupe AXA 163-167, Avenue Georges Clémenceau 92742 Nanterre Cedex France Tel: +33 1 46 14 43

Plus en détail

Fiche n 7 : Vérification du débit et de la vitesse par la méthode de traçage

Fiche n 7 : Vérification du débit et de la vitesse par la méthode de traçage Fche n 7 : Vérfcaton du débt et de la vtesse par la méthode de traçage 1. PRINCIPE La méthode de traçage permet de calculer le débt d un écoulement ndépendamment des mesurages de hauteur et de vtesse.

Plus en détail

Exercice 1. Enoncé 1. Nombre de jours d absences. Nombre d étudiants. 1 ) Représenter graphiquement cette distribution.

Exercice 1. Enoncé 1. Nombre de jours d absences. Nombre d étudiants. 1 ) Représenter graphiquement cette distribution. Républque Tunsenne Présdence du Gouvernement Ecole Natonale d Admnstraton 4, Avenue du Dr Calmette Mutuelle-vlle 08 Tuns Tél. (+6) 848 00 Fa (+6) 794 88 www.ena.nat.tn STATISTIQUE ET CALCUL DE PROBABILITE

Plus en détail

gaussien pour l analyse de sensibilité d une sortie spatiale d un code de calcul

gaussien pour l analyse de sensibilité d une sortie spatiale d un code de calcul Utlsaton du métamodèle processus gaussen pour l analyse de sensblté d une sorte spatale d un code de calcul Applcaton à un code de transport hydrogéologque ologque Amandne Marrel Thèse effectuée au LMTE

Plus en détail

COMPARAISON DE MÉTHODES POUR LA CORRECTION

COMPARAISON DE MÉTHODES POUR LA CORRECTION COMPARAISON DE MÉTHODES POUR LA CORRECTION DE LA NON-RÉPONSE TOTALE : MÉTHODE DES SCORES ET SEGMENTATION Émle Dequdt, Benoît Busson 2 & Ncolas Sgler 3 Insee, Drecton régonale des Pays de la Lore, Servce

Plus en détail

Activité Intitulé de l'activité Volume horaire

Activité Intitulé de l'activité Volume horaire Informatons de l'unté d'ensegnement Implantaton Cursus de ECAM Insttut Supéreur Industrel Bacheler en Scences ndustrelles Electronque applquée B2150 Cycle 1 Bloc 2 Quadrmestre 2 Pondératon 4 Nombre de

Plus en détail

Travaux pratiques : GBF et oscilloscope

Travaux pratiques : GBF et oscilloscope Travaux pratques : et osclloscope S. Benlhajlahsen ésumé L objectf de ce TP est d apprendre à utlser, c est-à-dre à régler, deux des apparels les plus couramment utlsés : le et l osclloscope. I. Premère

Plus en détail

TRANSFERT DE CARGAISON CALCULS ET ARRONDIS

TRANSFERT DE CARGAISON CALCULS ET ARRONDIS TRANSFERT DE CARGAISON CALCULS ET ARRONDIS SOMMAIRE 1. Méthode de détermnaton de l énerge transférée lors du transfert d une cargason de. Calcul de l énerge transférée.1 Calcul de l énerge brute transférée.1.1

Plus en détail

Définition des tâches

Définition des tâches Défnton des tâches Défnton des tâches Project 2010 Sasr les tâches d'un projet Les tâches représentent le traval à accomplr pour attendre l'objectf du projet. Elles représentent de ce fat, les éléments

Plus en détail

Solution : 1. Soit y = α + βt, l équation de la droite considérée. Le problème de régression linéaire s écrit. i=1 2(α + βt i b i )t i

Solution : 1. Soit y = α + βt, l équation de la droite considérée. Le problème de régression linéaire s écrit. i=1 2(α + βt i b i )t i Exercces avec corrgé succnct du chaptre 3 (Remarque : les références ne sont pas gérées dans ce document, par contre les quelques?? qu apparassent dans ce texte sont ben défns dans la verson écran complète

Plus en détail

Centre d Analyse Théorique et de Traitement des données économiques

Centre d Analyse Théorique et de Traitement des données économiques Centre d Analyse Théorque et de Tratement des données économques CATT WP No. 5 Aprl 2013 TRANSFERT DE FONDS, EDUCATION ET TRAVAIL DES ENFANTS. UNE ANALYSE PAR SCORE DE PROPENSION Jamal BOUOIYOUR Amal MIFTAH

Plus en détail

12ème colloque de l'association de comptabilité nationale Paris, 4-6 juin 2008

12ème colloque de l'association de comptabilité nationale Paris, 4-6 juin 2008 12ème colloque de l'assocaton de comptablté natonale Pars, 4-6 jun 2008 Sesson n 1 Au-delà du PIB : à la recherche d ndcateurs synthétques la prse en compte du ben-être Mesurer le nveau de ve : revenu

Plus en détail

EXEMPLES D UTILISATION DE LA TECHNIQUE DES OBSERVATIONS INSTANTANÉES.

EXEMPLES D UTILISATION DE LA TECHNIQUE DES OBSERVATIONS INSTANTANÉES. EXEMPLES D UTILISATIN DE LA TECHNIQUE DES BSERVATINS INSTANTANÉES. Chrstan Fortn, ng., Ph.D. Ergonome et hygénste du traval Centre of santé et servces socaux de la Montagne, Montréal. Résumé La technque

Plus en détail

Notes de cours. Échantillonnage STT-2000. David Haziza Département de mathématiques et de statistique Université de Montréal

Notes de cours. Échantillonnage STT-2000. David Haziza Département de mathématiques et de statistique Université de Montréal otes de cours Échantllonnage STT-000 Davd Hazza Département de mathématques et de statstque nversté de Montréal Automne 008 PRÉFACE Ces notes de cours ont été rédgées pour le cours STT-000 (Échantllonnage)

Plus en détail

éléments d'analyse statistique

éléments d'analyse statistique éléments danalse statstque applcaton à lhdrologe deuxème édton D. Ther octobre 989 R 30 73 EAU 4S 89 BUREAU DE RECHERCHES GEOLOGIQUES ET MINIERES SERVICES SOL ET SOUS-SOL Département Eau B.P. 6009-45060

Plus en détail

Demande d insertion au registre de l état civil du Québec d un acte d état civil fait hors du Québec

Demande d insertion au registre de l état civil du Québec d un acte d état civil fait hors du Québec Demande d nserton au regstre de l état cvl du Québec d un acte d état cvl fat hors du Québec IMPORTANT Lsez les rensegnements généraux et les drectves Remplssez le formulare en caractères d mprmere, à

Plus en détail

TD 1. Statistiques à une variable.

TD 1. Statistiques à une variable. Danel Abécasss. Année unverstare 2010/2011 Prépa-L1 TD de bostatstques. Exercce 1. On consdère la sére suvante : TD 1. Statstques à une varable. 1. Calculer la moyenne et l écart type. 2. Calculer la médane

Plus en détail

Prévost Kevin 1,2, Magal Pierre 1, Beaumont Catherine 2 RÉSUMÉ

Prévost Kevin 1,2, Magal Pierre 1, Beaumont Catherine 2 RÉSUMÉ INTERET UN MOELE MATHEMATIQUE AN LA COMPARAION E L EFFICACITE E IFFERENTE TRATEGIE E PREVENTION UR LA REITANCE AU PORTAGE A ALMONELLA ENTERITII CHEZ LA POULE Prévost Kevn 1,, Magal Perre 1, Beaumont Catherne

Plus en détail

Montage émetteur commun

Montage émetteur commun tour au menu ontage émetteur commun Polarsaton d un transstor. ôle de la polarsaton La polarsaton a pour rôle de placer le pont de fonctonnement du transstor dans une zone où ses caractérstques sont lnéares.

Plus en détail

La théorie de la rente foncière, la spéculation et le cash flow spéculatif immobilier (*)

La théorie de la rente foncière, la spéculation et le cash flow spéculatif immobilier (*) COMPAGNIE NATIONALE DES EXPERTS IMMOBILIERS * * Assocaton rége par la lo du 1 er Jullet 1901, enregstrée à la préfecture de polce sous le n 91/1743 Alan MANZON Expert Immobler-Consultant N d agrément -

Plus en détail

Evaluation ex-ante du service offert par le RFId à la bibliothèque

Evaluation ex-ante du service offert par le RFId à la bibliothèque La revue de l nnovaton : La Revue de l nnovaton dans le secteur publc, Vol. 14(2), 2009, artcle 10. Evaluaton ex-ante du servce offert par le RFId à la bblothèque Dr. Alex Durand alex.durand@tudor.lu Centre

Plus en détail

Chapitre 3 : Incertitudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES. Lignes directrices 2006 du GIEC pour les inventaires nationaux de gaz à effet de serre 3.

Chapitre 3 : Incertitudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES. Lignes directrices 2006 du GIEC pour les inventaires nationaux de gaz à effet de serre 3. Chaptre 3 : Incerttudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES Lgnes drectrces 2006 du GIEC pour les nventares natonaux de gaz à effet de serre 3.1 Volume 1 : Orentatons générales et établssement des rapports Auteurs

Plus en détail

La théorie moderne du portefeuille : théorie et applications

La théorie moderne du portefeuille : théorie et applications 4986_.book Page 795 Vendred, 11. décembre 2009 3:46 15 28 La théore moderne du portefeulle : théore et applcatons PATRICE PONCET ET ROLAND PORTAIT Patrce Poncet est professeur à l ESSEC Busness School.

Plus en détail

Le Prêt Efficience Fioul

Le Prêt Efficience Fioul Le Prêt Effcence Foul EMPRUNTEUR M. Mme CO-EMPRUNTEUR M. Mlle Mme Mlle (CONJOINT, PACSÉ, CONCUBIN ) Départ. de nass. Nature de la pèce d dentté : Natonalté : CNI Passeport Ttre de séjour N : Salaré Stuaton

Plus en détail

Système solaire combiné Estimation des besoins énergétiques

Système solaire combiné Estimation des besoins énergétiques Revue des Energes Renouvelables ICRESD-07 Tlemcen (007) 109 114 Système solare combné Estmaton des besons énergétques R. Kharch 1, B. Benyoucef et M. Belhamel 1 1 Centre de Développement des Energes Renouvelables

Plus en détail

SIMULATION D UN JET TURBULENT POUR LE REFROIDISSEMENT DES AUBES DE TURBINE

SIMULATION D UN JET TURBULENT POUR LE REFROIDISSEMENT DES AUBES DE TURBINE 10 ème Sémnare Internatonal sur la Physque Energétque 10 th Internatonal Meetng on Energetcal Physcs SIMULAION D UN JE URBULEN POUR LE REFROIDISSEMEN DES AUBES DE URBINE Bounegta Bachr 1, Abdelarm Maamar

Plus en détail

L enseignement virtuel dans une économie émergente : perception des étudiants et perspectives d avenir

L enseignement virtuel dans une économie émergente : perception des étudiants et perspectives d avenir L ensegnement vrtuel dans une économe émergente : percepton des étudants et perspectves d avenr Hatem Dellag Laboratore d Econome et de Fnances applquées Faculté des scences économques et de geston de

Plus en détail

THESE DE DOCTORAT D ETAT EN SCIENCES ECONOMIQUES

THESE DE DOCTORAT D ETAT EN SCIENCES ECONOMIQUES MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UNIVERSITE D ALGER FACULTE DES SCIENCES ECONOMIQUES ET DES SCIENCES DE GESTION THESE DE DOCTORAT D ETAT EN SCIENCES ECONOMIQUES VALEUR

Plus en détail