Pauvreté et fécondité au Congo

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Pauvreté et fécondité au Congo"

Transcription

1 BUREAU D'APPLICATION DES METHODES STATISTIQUES ET INFORMATIQUES DT 14/2007 Pauvreté et fécondté au Congo Samuel AMBAPOUR Armel MOUSSANA HYLOD BAMSSII BAMSI B.P Brazzavlle

2 DT 14/2007 Pauvreté et fécondté au Congo Samuel AMBAPOUR* Armel MOUSSANA HYLOD** Résumé : Dans ce texte, on se propose d analyser la relaton entre pauvreté et fécondté à partr des données de l Enquête Démographque et de Santé (EDS) du Congo de Cette relaton qu a déjà fat l objet de nombreuses recherches dans dfférents pays, a suscté de nombreux débats dans la lttérature démo-économque. Il ressort que, l assocaton pauvreté et fécondté donnent des résultats paradoxaux étrotement dépendants des ndcateurs de mesure de la pauvreté. Dans ce paper, la pauvreté est abordée selon une approche non monétare et multdmensonnelle ; plus précsément, elle est appréhendée selon tros sous approches : actfs essentels, stratfcaton socoéconomque du nveau de ve des ménages, et approche des capabltés de Sen. Quant à la fécondté, l ndcateur retenu est la parté : nombre d enfants qu a eu une femme au cours des cnq dernères années précédant l enquête. Les résultats des analyses économétrques montrent qu effectvement, le sens de la relaton entre pauvreté et fécondté peut dfférer d un ndcateur de pauvreté à l autre. Mots-clés : actfs essentels, capabltés, fécondté, fonctonnements, pauvreté non monétare, stratfcaton soco-économque. * CNSEE BP 2031 Brazzavlle. E-mal : **Ingéneur Statstcen au CNLS (stagare au CNSEE au moment de la rédacton de ce texte). Ces documents de traval ne reflètent pas la poston du BAMSI, mas n engagent que ses auteurs. These workng papers don t reflect the poston of BAMSI but only ther authors vew 2

3 Introducton La relaton entre pauvreté et fécondté qu a déjà fat l objet de nombreuses recherches dans dfférents pays, a suscté de nombreux débats dans la lttérature démo - économque. Il ressort que, l assocaton pauvreté et fécondté donnent des résultats paradoxaux 1 étrotement dépendants des ndcateurs de mesure de la pauvreté (Schoumaker, 1998 ; Schoumaker et Tabutn, 1999 ; Schoumaker, 2004). En effet, on note des ndcateurs très varés tant pour la pauvreté (revenu total du ménage, revenu par personne, ndcateur composte, classe soco-économque, etc.) que pour la fécondté (ndce synthétque de fécondté, parté par âge, descendance par âge, taux global de fécondté, etc.). Dans ce paper, l ndcateur retenu pour la fécondté est la parté : le nombre d enfants qu a eu une femme au cours des cnq dernères années précédant l enquête. Quant à la pauvreté, elle est abordée selon une approche non monétare et multdmensonnelle 2 ; plus précsément, elle est appréhendée selon tros sous approches (Beaulère, 2004) : actfs essentels, stratfcaton socoéconomque du nveau de ve des ménages, et approche des capabltés 5 de Sen. Dans la premère approche dte tradtonnelle, certans éléments lés à l habtat et au confort sont utlsés comme régresseurs dans l étude de la relaton pauvreté - fécondté. Dans la deuxème, qualfée de restrente, toujours à partr des actfs physques lés à l habtat et aux bens durables, on construt un ndcateur de rchesse pour chaque ménage, lequel ndcateur permet de grouper les ménages en dfférentes classes. Dans l approche des capabltés ou des fonctonnements de Sen, on s appue sur une mesure mcro-dmensonnelle de la pauvreté. Les dfférents actfs physques et bens durables sont regroupés et notés selon les nveaux de précarté ou de non précarté. Au sen de chaque groupe, une sommaton est ensute effectuée et un nveau de subsstance est chos. Les fonctonnements qu en résultent sont exprmés en termes d écarts ou de défcts par rapport au nveau de subsstance respectf. L analyse de la relaton pauvreté-fécondté se stue dans l optque de la Nouvelle Econome de la Famlle (New Home Economcs) selon laquelle, l est possble d applquer aux comportements démographques les nstruments classques de la théore du consommateur. En d autres termes, cette analyse englobe les varables 1 Lettre du CICRED n 2, 2000 (Pauvreté, fécondté et planfcaton famlale, Mexco, 2-4 jun 1998) 2 Ambapour (2006) 5 La pauvreté se tradut par un manque de capactés fonctonnelles élémentares pour attendre certans mnma acceptables. 3

4 habtuelles de revenu et de dépenses, mas également la qualté des enfants 4, et les contrantes en termes de temps et coût d opportunté des nassances. Ce cadre d analyse est d alleurs amendé pour tenr compte des spécfctés des pays en développement, dans lesquels les enfants consttuent d une part une source de man d œuvre mportante, et d autre part une assurance contre les aléas de la conjoncture ou les rsques de vellesse. S l on se réfère à l dée très répandue, ssue de la Nouvelle Econome de la Famlle selon laquelle la pauvreté est à l orgne d une fécondté élevée, cette affrmaton est corroborée ou rejetée selon les ndcateurs de pauvreté choss. Le mouvement de ce texte est le suvant : dans la premère parte, on ndque la source des données ans que les ndcateurs utlsés dans l étude de la relaton pauvreté - fécondté. La deuxème parte est consacrée à la présentaton du modèle théorque et aux procédures économétrques utlsées. La trosème parte donne les résultats des estmatons économétrques. D abord sont présentés les résultats de la relaton drecte pauvreté fécondté, ensute ceux des détermnants de la fécondté sute à l ntroducton des varables de contrôle. 1. Source des données et ndcateurs utlsés 1.1. Source des données Les données utlsées provennent de la premère enquête démographque et de santé du Congo (EDS-I) condute en 2005 par le Centre Natonal de la Statstque et des Etudes Economques, en collaboraton avec ORC Macro. L échantllon de cette enquête est représentatf au nveau natonal, et stratfé à deux degrés. Il a été tré ndépendamment dans chaque strate : - au premer degré, 225 grappes ont été trées, proportonnellement à leur talle, à partr de la lste des Zones de Dénombrement (ZD) étable lors du Recensement Général de la Populaton et de l Habtat (RGPH) de Toutes les grappes sélectonnées ont fat l objet d un dénombrement exhaustf des ménages ; - au deuxème degré, des ménages ont été trés, à probablté égale, à partr de la lste des ménages étable lors de l opératon de dénombrement. Au total 6012 ménages ont été sélectonnés pour l enquête ménage. 4 Cet aspect ne sera pas prs en compte dans l analyse 4

5 Toutes les 225 grappes sélectonnées dans l échantllon ont pu être enquêtées. Sur les 6012 ménages sélectonnés, 5926 ménages ont été dentfés et trouvés au moment de l enquête et, parm ces derners, 5879 ont pu être enquêtés avec succès. A l ntéreur des 5879 ménages, un questonnare a été admnstré à 7440 femmes élgbles en âge de procréer, sot celles âgées de 15 à 49 ans, ntervewées avec un taux de réponse de 95% ; sot en défntve, 7051 femmes. S agssant des hommes, dans un sous échantllon de ménages (un sur deux), 3515 hommes de 15 à 49 ans ont été dentfés et parm ces derners, 3146 ont été enquêtés avec succès, sot un taux de réponse de 90%. Cette étude porte sur un sous échantllon de 3928 femmes de 15 à 49 ans pour lesquelles on avat des nformatons complètes sur les ndcateurs choss. Ans, l EDS-I du Congo a perms de collecter à l échelle natonale, des nformatons permettant de connaître les nveaux et les tendances de la fécondté et d en analyser les facteurs explcatfs et d apprécer les atttudes, connassances et utlsaton en matère contraceptve. Cependant, l faut noter que l EDS-1 du Congo (comme beaucoup d enquêtes de ce genre réalsées dans beaucoup de pays) n a pas perms de collecter les données relatves aux ndcateurs monétares de nveau de ve. Il est donc mpossble d aborder la pauvreté selon l aspect monétare pour lequel de nombreux travaux se sont penchés, sot pour détermner une lgne de pauvreté (Ravallon, 1996), sot pour calculer des ndces de pauvreté (Forster et al., 1984). Dans ces condtons, la prse en compte de l aspect monétare de la pauvreté est abandonnée au proft d autres approches où les revenus (où les dépenses) ne permettent pas de mesurer toutes les dmensons de la pauvreté (Sen, 1985). Dans cette optque, l approche non monétare basée sur l utlsaton des nformatons relatves aux actfs et condtons de ve des ménages offre une alternatve ntéressante. Ce texte s nscrt donc dans ce contexte. Ce sont des nformatons relatves aux actfs physques des ménages et comprennent deux éléments : les caractérstques de l habtaton et la dsponblté des bens durables. Les éléments relatfs à l habtat et au confort sont les suvants : - nature des murs (terre battue, bos/planche, brque en terre non cute, tôle, brque cute, cment/agglo/parpang, autre) ; - nature du tot (palle/chaume/natte, tôle, tule, autre); - nature du sol (terre/sable, bos/planches, parquet ou bos pol, vnyle/lno/gerflex, carreaux, cment, moquette, autre) ; - type d asance (chasse d eau, fosse/latrnes amélorées, fosse/latrnes rudmentares, pas de tolette/nature, autre); 5

6 - mode d accès à l eau (robnet ntéreur propre, robnet ntéreur partagé, fontane publque ; puts protégé ntéreur, forage/puts à pompe ; puts non protégé ntéreur, puts non protégé publc ; source protégée, source non protégée, rvère/fleuve/margot ; eau de plue, camon cterne, eau boutelle, autre) ; - énerge pour la cusson des alments (électrcté, gaz boutelle/naturel, pétrole, charbon de bos, bos à brûler, scure/copeaux de bos, autre). Les avors des ménages concernent un nombre lmté des bens fonctonnels du ménage, lés aux transports, à l habtaton ou à la communcaton : rado, télévson, téléphone fxe, téléphone portable, ordnateur, réfrgérateur, réchaud à gaz/cusnère, réchaud à pétrole, bcyclette, mobylette ou motocyclette, voture ou camon, progue sans moteur, bateau/progue hors-bord Indcateurs utlsés Indcateurs de pauvreté L approche de la pauvreté adoptée est comme, on l a déjà ndqué, non monétare et multdmensonnelle, et le chox des ndcateurs résulte de la dsponblté des données dans l enquête. Tros sous approches sont utlsées : actfs essentels, stratfcaton soco-économque du nveau de ve des ménages et capabltés de Sen. () Actfs essentels. Les ménages pauvres sont défns en foncton de leur degré de précarté en termes d accès à un certan nombre d actfs. Il s agt : des ben durables (rado, télévseur, réfrgérateur, cusnère, bcyclette, camon, progue) et des caractérstques de l habtat, notamment, de l assanssement (source d eau potable, type de tolette) et de l habtat proprement dt (accès à l électrcté, nature du sol). Ans pour tout ménage et pour tout actf j, on obtent un tableau X dont les données sont en 0 et 1, ayant valeur booléenne : x = 0 s le ménage n a pas accès à l actf j, j = 1 snon. Dans ce cas le crtère de pauvreté retenu est le suvant : { xj j J} = 0, le ménage est pauvre, 1 snon ( 1 ) ( J étant l ensemble des ndcateurs). 6

7 Ans, pour un nveau de précarté codé 0, sont retenus comme pauvres : - les ménages dont l accès aux bens durables ne sont pas assurés ; - les ménages n ayant pas accès à l eau potable ; - les ménages habtant une mason dont le sol est naturel (en terre/sable) ; - les ménages n utlsant pas de tolette moderne ; - les ménages n ayant pas accès à l électrcté. () Stratfcaton soco-économque Comme les données de l enquête Démographque et de Santé ne collectent aucune nformaton sur les revenus (ou les dépenses), l s agt dans un premer temps, d estmer un ndcateur de rchesse pour chaque ménage basé sur la somme pondérée de dfférents ndcateurs de ben-être (Bollen, Glanvlle, et al., 2002 ; Flmer et Prtchett, 2001 ; Montgomery et al., 2000 ; Sahn et Stfel, 2000). S l on note par l ndcateur de rchesse pour le ménage, α j le pods de chaque beson essentel, l expresson de x j sa dotaton en beson essentel X est donnée par : j X et par X = α x + + α x 1 1 J J ( 2 ) Dfférentes technques d analyse multvarée (Lebart et al, 1995) sont souvent utlsées pour construre cet ndcateur. A la sute des travaux de Meulman (1992), on emploe l analyse en composantes prncpales non lnéare avec codage optmal (Beaulère, 2004 ; Lachaud, 1999). Sahn et Stfel (2000) préfèrent l analyse confrmatore, car selon eux, cette méthode peut se satsfare d un nombre lmté de facteurs communs. Dans le but de rédure l arbtrare dans le chox de la méthode de réducton des données, deux approches sont utlsées ces derners temps. La premère se fonde sur la méthodologe proposée par Asseln (2002) et se sert de l analyse des correspondances multples (Ambapour, 2006 ; Vodounou et Ahovey, 2001) comme technque de réducton des données. La deuxème approche utlse l analyse confrmatore avec varables qualtatves 5 (Moustak, 2000 ; Jöresk et Moustak, 2001, Mawek-Batana, 2007). La présente étude se base sur l analyse des correspondances multples (ACM). Ans, dsposant de l ndcateur de rchesse pour chaque ménage, on réalse dans un deuxème temps une classfcaton ascendante hérarchque (Ambapour-Kosso, 1992) à partr des coordonnées des deux premers facteurs de l ACM, permettant de grouper les ménages en tros classes : non pauvre, ntermédare et pauvre. 5 Deux approches sont proposées : l approche de la varable de réponse sous-jacente et l approche de la foncton réponse (Jöresk et Moustak,, 2001) 7

8 ()Capabltés de Sen. Ic, l s agt d exprmer un ndcateur de pauvreté multdmensonnel décomposable, à la fos selon les sous-groupes et les attrbuts 6 (Chakravaty, Mukherjee et Ranade, 1997 ; Bourgugnon, Chakravaty, 2003). Consdérons le tableau X des besons essentels de terme x j mesurant la quantté du j ème beson essentel possédée par le ménage. L ndce de pauvreté multdmensonnel PXz ( ; ) est exprmé par : n k 1 x j PXz ( ; ) = α j g n = 1 j= 1 z j ( 3 ) Où les α j (pondératons accordées aux besons essentels) sont des constantes >0 telles que α j = 1. La foncton g assocée à ( xj, z j ) est une foncton de dénuement ressent par le ménage lorsque la quantté du beson essentel j possédée est nféreure ou égale au nveau de subsstance z j. La contrbuton du sous groupe en n PX ( ; z) pourcentage à l ensemble de la pauvreté est estmée par : 100 n P( X; z) où n est l effectf des ndvdus ou des ménages du groupe, PX ( ; z) l ndce de pauvreté du groupe. Et, la contrbuton du beson essentel j à la pauvreté en pourcentage total est égale à : pauvreté du beson essentel j. Px ( j; zj) α j 100 où Px ( j; zj ) est l ndce de PXz ( ; ) Le reproche fat à cet ndce multdmensonnel, c est le caractère arbtrare de la défnton des seuls de pauvreté. Il est donc susceptble de varer avec l ntuton de l auteur. L approche de Sen permet donc de tenr compte de la lberté de chosr entre dfférentes combnasons de fonctonnements 7. Dans le cas de la présente étude, l analyse multdmensonnelle de la pauvreté se lmte à tros dmensons de l accès aux besons essentels : bens durables, assanssement et habtat. De ce fat, comme le soulgne Lachaud (1999), l on suppose mplctement que l accès à ces besons tradut 6 Cet ndce consttue une extenson de la décomposton undmensonnelle des mesures FGT, et, en même temps une tentatve pour rendre opératonnel l approche des capabltés de Sen (vor les travaux de Lachaud ) 7 «Un fonctonnement est une réalsaton, tands que la capablté renvoe à l apttude à réalser. Les fonctonnements sont donc plus drectement lés aux condtons de ve pusqu ls correspondent à dfférents aspects des condtons de ve» (Sen, 1992) 8

9 un nveau de ben-être observé non seulement par rapport aux fonctonnements spécfques appréhendés, mas également en relaton avec d autres besons de base ; et que ces tros besons retenus exprment les capactés d accès à la fos à des bens prvés (habtat, envronnement santare ndvduel) et à des servces publcs (assanssement santare collectf). Explctons concrètement le mode opératore de cette approche à partr des tros dmensons du ben-être appréhendées précédemment 8. Dans un premer temps toutes les catégores d actfs sont préalablement regroupées selon les nveaux de précarté ou de non précarté. La précarté totale est notée 0 et la non précarté 1. Dans un deuxème temps, au sen des tros groupes (bens durables, assanssement et habtat), on addtonne les notes de précarté relatves à chaque actf. Elles vont, respectvement pour les bens durables, l assanssement et l habtat de 0 à 7, 0 à 2 et 0 à 2 ; les notes maxmales 7, 2 et 2 correspondant à une absence de précarté. Dans ces condtons, tout ménage ayant un handcap est déclaré pauvre. Ce qu revent à fxer une lgne de pauvreté z = 1. Dans ce contexte, les fonctonnements qu en résultent, s exprment en termes d écarts ou de défcts par rapport au nveau de substance respectf ( z = 1) Indcateur de fécondté La fécondté est consdérée c, comme un phénomène en rapport avec les nassances vvantes du pont de vue de la femme ou du couple. Pluseurs ndcateurs permettent de sasr ce phénomène (Tabutn, 2000). Dans le cas de l EDS-I du Congo parm les ndcateurs fourns, on peut cter : le taux de fécondté par âge, l ndce synthétque de fécondté, le taux de natalté, le taux global de fécondté pour la pérode des tros années précédant l enquête. Dans la présente étude, l ndcateur de fécondté retenu est la parté : nombre d enfants qu a eu une femme au cours des cnq dernères années précédent l enquête. L nconvénent de cette mesure est connu. Selon Rogers (cté par Schoumaker et Tabutn, 2004), la parté fat référence à une pérode passée 9, alors que la plupart des mesures de nveau de ve se rapportent au présent. Notre étude n échappe donc pas à cette crtque. Néanmons, la tonalté de ce commentare peut être atténuée s l on tent compte de l argumentaton de Lerdon (Schoumaker et Tabutn, op. cté) selon laquelle, pour une femme, l exsterat une forte corrélaton entre le statut soco-économque à 25 ans et le statut soco-économque à 45 ans. 8 Vor Lachaud (2001) 9 Possblté des rsques d omssons ou de confusons (entre par exemple mort-nés et nassances vvantes). 9

10 2. Modélsaton et procédures économétrques 2.1. Modélsaton La fécondté semble être parm les tros composantes prncpales de la démographe (fécondté, mortalté, mgraton), celle qu dspose des fondatons théorques les plus fournes et les plus complètes (De Brujn, 2002). Dans ce domane, on note cependant que les seules approches théorques ayant fat l objet des formulatons précses et de réelles tentatves de valdaton provennent des économstes (Lerdon et Toulemon, 1997). Dans cette optque, le modèle théorque présenté c se base sur la Nouvelle Econome de la Famlle» assocé au nom de G. Becker, dont le but avéré est l analyse de l ensemble des comportements au sen de la famlle, avec l ade des outls de la théore mcro-économque. Cette Nouvelle Econome de la Famlle de l Ecole de Chcago est fondée sur la théore du chox du consommateur 10 : dans toutes ses actvtés, l homme s efforce d effectuer des chox ratonnels, en arbtrant entre les coûts et les bénéfces attendus de chaque décson. Ans, cette approche mcroéconomque englobe les varables habtuelles de revenu et de dépenses, mas également la qualté des enfants, et les contrantes en termes de temps et coût d opportunté des nassances. Le modèle fat ans le len entre les décsons prses en matère de fécondté et celles qu touchent aux autres actvtés du ménage, comme la partcpaton à la force de traval, l éducaton et la consommaton. L approche de Becker est souvent utlsée pour explquer les dfférences de comportement de fécondté entre pays développés et pays en voe de développement en termes d analyse de la structure des coûts (Vgnolle, 2004). Dans les premers, les coûts lés à la quantté sont élevés, alors que les coûts assocés à la qualté sont fables. La stuaton est nversée dans les pays en développement 11. La formulaton de l approche mcro-économque est la suvante : soent q et p, les quanttés et les prx du ben consommé, r le revenu, S la foncton de satsfacton du consommateur. Le comportement du consommateur est défn par 12 : 10 Lebensten est le premer économste à fare entrer l enfant dans la lste des «bens de consommaton» possbles pour les parents et Becker a ajouté à l analyse «un effet qualté» (Dolger, 2006 ; Lerdon et Toulemon, 1997) 11 Un arbtrage ratonnel entre les dfférents types de coûts peut ans permettre de comprendre les comportements de fécondté. 12 Pour plus de détals on pourra consulter Lerdon et Toulemon (1997), Beaulère (2004, 2007). 10

11 ( ) Max S q,,, 1 q sc p q r ( 4 ) Sous l hypothèse que la foncton de satsfacton est contnue, crossante, dfférentable jusqu au second ordre, avec des dérvées premères non smultanément nulles, et strctement quas concave, l exste un vecteur S maxmsant sous la contrante de revenu r. Les fonctons de demande : S ( ) q= q,,, 1 q unque q ( r, p) ( 5 ) défnssent comment vare q ( q,, 1 q ) = ( ) et r p p,, 1 p = quand les données exogènes varent et permettent de défnr les élastctés de revenu, de prx ou crosées. A chaque ben non marchand (comme les enfants ou la santé) que peut produre le ménage, on assoce une foncton de producton : Z ( xt, ) ( 6 ) qu dépend de l ensemble des bens et servces nécessares x et des temps qu devront y être consacrés par les dvers membres du ménage t. De là, on défnt une foncton d utlté famlale U plus large que la foncton de satsfacton S, prenant en compte l ensemble des bens et servces, et donc le nombre d enfants souhaté, c'est-à-dre la fécondté F : U = U( F, S, Z) ( 7 ) La contrante à respecter est c double : en ressources fnancères dsponbles ( r ) et en temps dsponble (t ). Apparaît donc la nécessté d arbtrer entre le temps consacré au traval (qu génère des revenus) et celu consacré à l éducaton des enfants (qu augmente la producton Z ). Sous certanes hypothèses (addtvté et lnéarté pour les fonctons de demande et de producton, sgnes des dverses élastctés) et en travallant sur l ensemble de la durée 11

12 du ménage, on aboutt à une équaton de régresson classque relant le nombre fnal d enfants à certanes varables explcatves 13. Il devent ntéressant, tant du pont théorque que pratque de savor s la modélsaton c-dessus est réellement pertnente dans le cas des pays en développement 14 (Wakam, 2004). Beaulère (2004) note que la modélsaton présentée c-dessus semble être attrayante pour l étude de la relaton pauvreté - fécondté, mas cependant elle reste trop smplste. Le modèle dot donc être amendé pour tenr compte des partculartés des pays en développement, dans lesquels les enfants consttuent d une part une source de man-d œuvre non néglgeable, et d autre part une assurance contre les aléas de la conjoncture ou les rsque de la vellesse. Le modèle est alors enrch par des dées pusées dans d autres dscplnes, de façon à tenr compte des aspects démographques, culturels et médcaux 15 (Pcard-Tortoroc, 1999). Dans cette optque, la foncton de demande d enfants peut de façon générale s écrre : ϕ = ϕλ (, λ, λ, λ, ε) h f m c (8) avec λ h, un ensemble des caractérstques du ménage, λ f et λ m respectvement les caractérstques de la femme et du conjont/mar, l envronnement ou de la communauté et λ c les caractérstques de ε l erreur aléatore qu reflète l hétérogénété de la fécondté des femmes et les facteurs nobservables. De peut extrare la lason drecte entre pauvreté non monétare et fécondté en posant : ( 8), on ϕ = ϕλ (, ε) hp avec λ h p, une caractérstque du ménage lée à la pauvreté non monétare (actfs des ménages par exemple). ( 9 ) 13 Où la fécondté F peut dépendre par exemple, du coût de la planfcaton famlale, du prx des bens échangeables sur le marché, du nveau de salare des parents, des actfs ou des capactés productves du ménage (vor Beaulère, 2004) 14 Plus précsément dans le contexte soco-culturel négro-afrcan 15 «L aspect épdémologque permet de mettre en évdence les processus susceptbles de condure au décès d un enfant et d en dédure les nstruments potentels pour dentfer l mpact de la mortalté nfantle sur la fécondté L aspect culturel peut guder le chox des hypothèses et des varables exogènes» (Pcard-Tortorc, 1999). 12

13 2.2. Procédures économétrques Dans cette étude, deux formes fonctonnelles des modèles ( 8 ) et ( 9 ) ont été utlsées. La premère est le modèle lnéare suvant ϕ = X β + ν ( 10 ) où { h, f, m, c} X = λ λ λ λ ( 11 ) L équaton ( 10) est estmée par la méthode des mondres carrés ordnares (MCO). La deuxème forme est le modèle de régresson de Posson. C est un modèle adapté à l analyse de varables entères non négatves (données de comptage) telles que le nombre d enfants nés vvants chez une femme. Sa formulaton est la suvante : µ γ e µ Pr ob( y = γ) = ; γ Ν, µ > 0 γ! ( 12 ) Où µ est le paramètre de la dstrbuton de Posson, tel que : E( y ) = Var( y ) = µ ( 13 ) Ce paramètre est lé à des varables exogènes par la forme log-lnéare : log µ = X β + ν ( 14 ) Le modèle ( 14) Cependant, l hypothèse est estmé par la méthode du maxmum de vrasemblance. ( 13) pas réalste ; c'est-à-dre que condtonnellement à selon laquelle la moyenne est égale à la varance n est x, la varance de l observaton ne peut varer ndépendamment de sa moyenne 16. Certans auteurs préfèrent alors utlser le modèle Negbn (le modèle de régresson de la lo bnomale négatve). Il y 16 Pour paller cet handcap, des tests de la surdsperson (la varance supéreure à la moyenne), et des spécfcatons alternatves ont été proposés. C est le cas du modèle de régresson de la lo bnomale où, y sut toujours une lo de Posson mas son espérance mathématque est entachée d un terme d erreur (Cameron et Trved, 1998). 13

14 sufft pour ce fare, de tester un paramètre supplémentare α tel que (Cameron et Trved, 1998) : = { + α } ( 15 ) Vary ( ) Ey ( ) 1 Ey ( ) La spécfcaton de Posson est donc testée par l hypothèse nulle : H : Var( y ) = E( y ) 0 contre l hypothèse alternatve : ( 16 ) H : Var( y ) E( y ) + α g E y 1 = ( ) { } g (.) est une foncton spécfée et défne de R + dans R +. Accepter l hypothèse nulle revent donc à accepter l hypothèse que α = Résultats des estmatons 3.1. Relaton drecte pauvreté - fécondté Approche par les actfs essentels Le tableau 1 donne les résultats des estmatons économétrques du modèle avec comme varables explcatves, les dfférents actfs détenus par les ménages. Du pont de vue de la technque d estmaton, l faut sgnaler, qu on trouve cnq varables sgnfcatves dans le cas des mondres carrés ordnares contre seulement deux dans le modèle de Posson. Il y a donc homogénété des résultats que pour deux varables : la possesson d une cusnère et la nature du sol. Cela étant, s l on consdère les mondres carrés ordnares, quatre varables sur cnq ont un effet négatf sur la fécondté : c est le cas de la possesson d une cusnère, de l accès à un plancher correct, à l eau potable et à l électrcté. En effet, la possesson d une cusnère par le ménage de la femme rédut la fécondté de 0,0899 enfants. Par alleurs les négaltés nhérentes à l accès à l eau potable, à l électrcté et à un type de sol correct condusent à basse de la fécondté respectvement de 0,0615, 0,651 et 0,1669 enfants. De l autre côté, le modèle de Posson ndque que la détenton par le ménage dont fat parte la femme, d une cusnère supplémentare fat basser la fécondté de 0,10 ponts ; tands que l accès à un sol moderne la rédut de 0, 157 ponts. ( 9) 14

15 Tableau 1 : Coeffcents de régresson et effets margnaux des estmatons de la relaton entre les besons (actfs) essentels et la fécondté. MCO Posson Coeff. t-stat Coeff. t-stat ef.mg Besons essentels Rado Télévson Réfrgérateur Cusnère ** ** ** Bcyclette * Camon Progue sans moteur Type de tolette (moderne) Eau potable ou non * Type de sol *** *** *** Accès à l électrcté * Constante N= 3928 N= 3928 F(11,3916)= 15,34 LR CHI(11)= 121,87 R 2 = 0,0413 Log Lkelhood= -4580,73 Note : ***, **, * : est sgnfcatf à 1%, 5% et 10% Stratfcaton soco-économque Sgnalons que l on a réalsé une analyse des correspondances multples du tableau crosant ménages et besons essentels. Le premer facteur rend compte de 28% de l nerte totale du tableau et le plan (1,2) cumule près de 39% de cette même nerte. Ensute une classfcaton ascendante hérarchque en tros classes a été effectuée : 30.8% non pauvres, 53.9% ntermédares et 15.3% pauvres. En réalté les deux dernères classes représentent les pauvres et extrêmement pauvres, ce qu nous donne 69.3% des pauvres. Ce résultat est proche de celu obtenu par la même méthode dans le cas des données de l ECOM, sot 70.67% (Ambapour, 2006) ; ce qu est très rassurant. 15

16 En ce qu concerne les résultats économétrques, ls sont très sgnfcatfs (au seul de 1%) tant pour la classe ntermédare que pour la classe pauvre et sont homogènes pour les deux technques d estmaton utlsées. L honneur échot c à la méthode d analyse des données utlsée, en l occurrence, l analyse des correspondances multples, technque qu permet une exploraton en profondeur de l nformaton recuelle, en rectfant parfos les erreurs venant de l observaton drecte. Ans dt, les deux facteurs analysés ont un mpact postf sur la demande d enfants corroborant de ce fat, la théore selon laquelle la pauvreté est à l orgne d une fécondté élevée. En effet, s l on regarde les résultats fourns par la méthode des MCO, on note que le fat pour une femme d appartenr à la classe ntermédare plutôt qu à la classe non pauvre accroît la fécondté de 0,175 enfants, toutes choses égales par alleurs. De même, l appartenance d une femme à la classe des ménages pauvres s accompagne, ceters parbus, d une augmentaton du nombre d enfants déjà nés de 0,466. La même nterprétaton peut être fate auss dans le cas du modèle de Posson : le fat pour une femme d appartenr à des ménages ntermédare et pauvre condut à un accrossement de la fécondté, respectvement de 0,19 et 0,52 enfants. Tableau 2 : Coeffcents de régresson et effets margnaux des estmatons de la relaton entre la stratfcaton soco-économque et la fécondté MCO Posson Coeff. t-stat Coeff. t-stat ef.mg Stratfcaton socoéconomque Intermédare *** *** *** Pauvre *** *** *** Constante N= 3928 N= 3928 F(2,3925)= 74,55 LR CHI(2)= 103,73 R 2 = 0,0366 Log Lkelhood= -4589,79 Note : ***, **, * : est sgnfcatf à 1%, 5% et 10%. 16

17 Fonctonnements essentels Comme on peut le noter, les résultats obtenus dans le tableau 3, sont dans une certane mesure en adéquaton avec ceux fourns pour les actfs essentels. En dehors du coeffcent des bens durables qu n est sgnfcatf (au seul de 10%) que dans le cas des MCO, les coeffcents des deux autres fonctonnements sont très sgnfcatfs (au seul de 1%) quel que sot l opton économétrque utlsée. Tableau 3 : Coeffcents de régresson et effets margnaux des estmatons de la relaton entre les fonctonnements essentels et la fécondté MCO Posson Coeff. t-stat Coeff. t-stat ef.mg Fonctonnements vtaux Bens durables * Assanssement *** *** *** Habtat *** *** *** Constante N= 3928 N= 3928 F(3,3924)= 46,91 LR CHI(3)= 97,87 R 2 = 0,0346 Log Lkelhood= -4592,72 Note : ***, **, * : est sgnfcatf à 1%, 5% et 10%. On observe par alleurs que tous ces fonctonnements sont négatvement lés au nombre d enfants déjà nés. La possesson des bens durables par le ménage de la femme rédut la parté de 0, 053 enfants. D un côté, les écarts en termes d accès à un cadre de ve assane et à un habtat décent font basser la fécondté respectvement de 0,102 et 0,236 enfants s l on se réfère aux estmatons des MCO. De l autre côté, dans le modèle de Posson, les négaltés relatves à l accès un cadre de ve assane et à un habtat adéquat entraînent une réducton de la parté de 0,10 et 0,232 enfants Les détermnants de la fécondté et pauvreté non monétare Ic, la relaton pauvreté fécondté est enrche par l ntroducton d autres varables dtes varables de contrôle 17. Cela permet d apprécer l effet net de la pauvreté non monétare sur la fécondté sute au contrôle des varables comme l éducaton de la 17 Les tableaux des résultats sont donnés en annexe (Annexes A2, A3, A4) 17

18 femme, l actvté professonnelle de la femme, la stuaton matrmonale, ou la présence du conjont/mar dans le foyer ou encore le mleu ou la régon de résdence. Les annexes A2, A3 et A4 montrent que, l ntroducton de ces varables modfe sensblement les estmatons. Dans le cas de la relaton entre actfs essentels et fécondté, on constate désormas qu un seul actf a un coeffcent sgnfcatf. Il s agt de la possesson d une cusnère. L mpact de cet actf sur la fécondté reste négatf et son coeffcent stable en valeur absolue : 0, 0878 contre 0,08991 dans l estmaton drecte en ce qu concerne les MCO et respectvement 0,91187 et 0,10307 pour les effets margnaux. Dans l approche de la stratfcaton soco-économque (Annexe 3), l y a une smltude avec les résultats obtenus dans la relaton drecte. Les classes (ntermédare et pauvre) conservent le même seul de sgnfcatvté dans les deux procédures économétrques et le sgne de leur mpact reste le même : la pauvreté est à l orgne d une fécondté élevée. On observe cependant une dmnuton de la valeur de ces coeffcents (en valeur absolue) dans le cas du modèle lnéare, et un accrossement des effets margnaux en ce qu concerne le modèle de Posson. Ans, l appartenance d une femme à la classe ntermédare accroît la fécondté de 0,101 enfants contre 0,175 dans la relaton drecte. Pour la classe pauvre on obtent une hausse de 0,227 enfants après ntroducton des varables de contrôle contre 0, 466 dans la relaton drecte. Dans la spécfcaton de Posson, l effet margnal assocé à une femme appartenant aux ménages ntermédares passe à 0,1026 contre 0,1920 dans la relaton drecte. Pour les ménages pauvres, cet effet état de 0,5227 dans la relaton drecte contre 0,2073 après ntroducton des varables de contrôle. Enfn, en ce qu concerne l approche des capabltés (Annexe A4), les coeffcents des tros fonctonnements ont le même sgne que ceux observés dans la relaton drecte ; cependant un seul coeffcent, celu de l habtat garde une nfluence sgnfcatve et ce, dans les deux optons économétrques. Ce coeffcent dans les deux cas a dmnué en valeur absolue. Nous allons mantenant examner l mpact des autres varables explcatves dtes varables de contrôle. Ce sont les varables qu font parte de la routne démographque. Commençons par l éducaton de la femme, exprmée c par le nveau d nstructon. Une documentaton mportante exste dans l étude de la relaton éducaton fécondté. L mpact de l nstructon sur la basse de la fécondté est souvent consdéré comme un len fort et quas unversel. On nous apprend à ce sujet que l nstructon (Josh et Davd, 2002) : - élève l âge au marage et donc rédut la durée de la ve reproductve ; 18

19 - lorsqu elle va au-delà de quelques années d école, elle s accompagne également d une réducton du nombre d enfants désrés ; - permet de franchr les obstacles à la contracepton, notamment en rédusant le coût psychologque ; - renforce le statut de l autonome des femmes ; - accroît également l autonome des femmes par rapport à leur propre corps et, du coup, leur capacté à refuser des relatons sexuelles non désrées. Sur les quatre modaltés de cette varable, tros sont sgnfcatves. Les nveaux d nstructon : secondare premer cycle, secondare deuxème cycle et supéreur ont une nfluence négatve sur la fécondté. Cette assocaton est valable quel que sot l ndcateur de pauvreté et la spécfcaton retenus. Par exemple l effet margnal relatf à une année supplémentare d éducaton secondare (deuxème cycle) est de -0, 14 en ce qu concerne les actfs essentels, -0,15 pour la stratfcaton soco-économque et -0,16 pour les fonctonnements essentels. La deuxème varable explcatve étudée est l âge découpé en tranches. L âge est consdéré comme un ndcateur de la santé physque et de la capacté de reproducton de la mère. Du pont de vue de la sgnfcatvté et du sgne des coeffcents, les résultats sont les mêmes ndépendamment de l opton économétrque et de l ndcateur de pauvreté. Les tranches d âges plus jeunes, ans et ans ont un effet postf sur la fécondté. A l nverse, les tranches d âges, et ans, ont un mpact négatf sur la fécondté. Cela peut être dû à la varable dépendante chose : le nombre d enfants nés vvants au cours des cnq dernères années précédent l enquête. En effet, la fécondté étant précoce au Congo, cec peut en parte explquer cela. La trosème varable de contrôle concerne l actvté professonnelle de la femme. Cette varable est avec l éducaton des facteurs mportants de la fécondté. Les modèles estmés permettent de conclure que le secteur de l artsanat, la catégore des ouvrers qualfés ou non et le secteur agrcole exercent une nfluence sgnfcatve sur la fécondté. Le fat pour une femme de travaller dans le secteur agrcole plutôt que dans le secteur moderne (admnstraton prvée/publque) accroît la fécondté, toutes choses égales par alleurs ; cette dernère basse (unquement dans les MCO) dans le cas ou la femme travalle dans l artsanat où appartent à la catégore des ouvrers qualfés ou non. La stuaton matrmonale de la femme est la quatrème varable de contrôle ntrodute. Comme facteur de la fécondté, cette varable a le sgne attendu, c'est-àdre qu elle est lée postvement à la fécondté, mas cependant, elle n est sgnfcatve 19

20 qu en ce qu concerne les actfs essentels dans le modèle des mondres carrés ordnares. La présence du conjont/mar a été chose comme varable reflétant la composton du ménage. Cette varable nflue très postvement sur la fécondté et ce, quel que sot le modèle et l ndcateur de pauvreté retenus. La sxème varable de contrôle étudée concerne la dscusson sur l usage du plannng famlal avec le conjont. C est une varable relatve au coût socal du contrôle des nassances et donc, un détermnant mportant de la fécondté. Les deux technques d estmaton MCO et Posson ndquent que le sens de la relaton entre la parté et cette varable est le même quel que sot l ndcateur de pauvreté : les dscussons sur l utlsaton du plannng famlal avec son conjont/mar sont postvement assocées à la fécondté. Par exemple s l on chos comme ndcateur de pauvreté, les actfs essentels et comme technque d estmaton les MCO, on conclura que le fat pour une femme de dscuter de l utlsaton du plannng famlal avec son conjont/mar pendant une ou deux fos entraîne une hausse de la fécondté de 0,134 enfants toutes choses égales par alleurs. Enfn, s agssant de la localsaton spatale des ménages, les résultats montrent que les coeffcents de régresson du mleu de résdence et de la régon de résdence ont le sgne attendu conformément aux statstques descrptves (Annexe 1) ; cependant ls ne sont pas sgnfcatfs. On peut dre dans ce cas, que ces deux varables n ntervennent pas dans la demande d enfants. Concluson L objectf de ce texte état d étuder la relaton entre pauvreté non monétare et fécondté, en utlsant les données de l Enquête Démographque et de santé du Congo de Pour ce fare nous avons, dans un premer temps, analysé la relaton drecte entre pauvreté et fécondté. A cet effet, tros types d ndcateurs de pauvreté ont été utlsés : actfs essentels, stratfcaton économque du nveau de ve et fonctonnements de Sen. L étude a montré que d une part, le chox de l ndcateur de pauvreté avat une nfluence non néglgeable sur l ntensté de cette relaton ; et que d autre part, s l on se réfère à l dée très répandue, ssue de la Nouvelle Econome de la Famlle selon laquelle la pauvreté est à l orgne d une fécondté élevée, cette affrmaton est corroborée (dans le cas de la stratfcaton économque du nveau de ve) ou rejetée (dans le cas des fonctonnements ou de certans actfs) selon les ndcateurs de pauvreté choss. Dans un deuxème temps, l analyse est enrche par l ntroducton d autres varables explcatves permettant de tenr compte des aspects économques, démographques, culturels ou socaux. Ce qu permet d apprécer l effet 20

Corrélation et régression linéaire

Corrélation et régression linéaire Corrélaton et régresson lnéare 1. Concept de corrélaton. Analyse de régresson lnéare 3. Dfférences entre valeurs prédtes et observées d une varable 1. Concept de corrélaton L objectf est d analyser un

Plus en détail

Cours Corporate finance

Cours Corporate finance Cours Corporate fnance Eléments de théore du portefeulle Le edaf Franços Longn www.longn.fr lan Notons de rentablté Défnton odélsaton Eléments de théore du portefeulle ortefeulle Dversfcaton Le edaf Le

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L EFFET DES ENFANTS SUR L OFFRE DU TRAVAIL DES MÈRES : CAS DU CANADA MÉMOIRE PRÉSENTÉ

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L EFFET DES ENFANTS SUR L OFFRE DU TRAVAIL DES MÈRES : CAS DU CANADA MÉMOIRE PRÉSENTÉ UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L EFFET DES ENFANTS SUR L OFFRE DU TRAVAIL DES MÈRES : CAS DU CANADA MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE DE LA MAÎTRISE EN ÉCONOMIQUE PAR EZZAOUALI WALID Septembre

Plus en détail

La fourniture de biens et facteurs publics en présence de ménages et d entreprises mobiles

La fourniture de biens et facteurs publics en présence de ménages et d entreprises mobiles La fournture de bens et facteurs publcs en présence de ménages et d entreprses mobles Pascale Duran-Vgneron évrer 007 Le modèle On suppose un pays drgé par un gouvernement central ayant compétence sur

Plus en détail

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire Assurance malade et aléa de moralté ex-ante : L ncdence de l hétérogénété de la perte santare Davd Alary 1 et Franck Ben 2 Cet artcle examne l ncdence de l hétérogénété de la perte santare sur les contrats

Plus en détail

Chapitre 5. Menu de SUPPORT

Chapitre 5. Menu de SUPPORT 155 Chaptre 5. Menu de SUPPORT Ce que vous apprendrez dans ce chaptre Ce chaptre vous présentera des routnes supplémentares susceptbles de vous ader dans les analyses de données présentées dans le chaptre

Plus en détail

Remboursement d un emprunt par annuités constantes

Remboursement d un emprunt par annuités constantes Sére STG Journées de formaton Janver 2006 Remboursement d un emprunt par annutés constantes Le prncpe Utlsaton du tableur Un emprunteur s adresse à un prêteur pour obtenr une somme d argent (la dette)

Plus en détail

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction -

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction - EXAME FIAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSIO 1 - Correcton - Exercce 1 : 1) Consdérons une entreprse E comportant deux établssements : E1 et E2 qu emploent chacun 200 salarés. Au sen de l'établssement

Plus en détail

La mobilité résidentielle depuis 20 ans : des facteurs structurels aux effets de la conjoncture

La mobilité résidentielle depuis 20 ans : des facteurs structurels aux effets de la conjoncture La moblté résdentelle depus 20 ans : des facteurs structurels aux effets de la conjoncture T. Debrand C. Taffn Verson Prélmnare - Ne pas cter 10 mars 2004 Résumé : Les analyses économques sur la moblté

Plus en détail

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks Plan Geston des stocks Abdellah El Fallah Ensa de Tétouan 2011 Les opératons de gestons des stocks Les coûts assocés à la geston des stocks Le rôle des stocks Modèle de la quantté économque Geston calendare

Plus en détail

SmartView d EH. Vue d ensemble des risques et des occasions. Surveillance de l assurance-crédit. www.eulerhermes.ca/fr/smartview

SmartView d EH. Vue d ensemble des risques et des occasions. Surveillance de l assurance-crédit. www.eulerhermes.ca/fr/smartview SmartVew d EH Servces en lgne Euler Hermes Vue d ensemble des rsques et des occasons Survellance de l assurance-crédt www.eulerhermes.ca/fr/smartvew Les avantages du SmartVew d EH Prenez plus de décsons

Plus en détail

MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES

MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES Émle Garca, Maron Le Cam et Therry Rocher MENESR-DEPP, bureau de l évaluaton des élèves Cet artcle porte sur les méthodes de

Plus en détail

UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 2015 2016. Statistiques Descriptives

UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 2015 2016. Statistiques Descriptives UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année unverstare 215 216 L1 Économe Cours de B. Desgraupes Statstques Descrptves Séance 7: Indces synthétques Table des matères 1 Introducton 1 1.1

Plus en détail

- Equilibre simultané IS/LM : Pour déterminer le couple d équilibre général, il convient de résoudre l équation IS = LM.

- Equilibre simultané IS/LM : Pour déterminer le couple d équilibre général, il convient de résoudre l équation IS = LM. Exercce n 1 Cet exercce propose de détermner l équlbre IS/LM sur la base d une économe dépourvue de présence étatque. Pour ce fare l convent, dans un premer temps de détermner la relaton (IS) marquant

Plus en détail

TRANSPORTS URBAINS ET CALCUL ÉCONOMIQUE

TRANSPORTS URBAINS ET CALCUL ÉCONOMIQUE TRANSPORTS URBAINS ET CALCUL ÉCONOMIQUE Mnstère de l Equpement, du Logement, des Transports et du Toursme Consel général des Ponts et Chaussées Mnstère de l Econome et des Fnances Drecton de la Prévson

Plus en détail

Combinaison de dires d'experts en élicitation de lois a priori. pour Listeria chez la souris. Exposé AppliBugs

Combinaison de dires d'experts en élicitation de lois a priori. pour Listeria chez la souris. Exposé AppliBugs Combnason de dres d'experts en élctaton de los a pror. Applcaton à un modèle doseréponse pour Lstera chez la sours. Exposé ApplBugs ISABELLE ALBERT 8 / / 03 INTRODUCTION Cet exposé présente une parte du

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE L analyse fondamentale Ce document pédagogque n est pas un document de consels pour nvestr en bourse. Les nformatons données dans ce document sont à ttre nformatf. Vous êtes seul responsable

Plus en détail

Modélisations du risque en assurance automobile. Michel Grun-Rehomme Université Paris 2 et Ensae Email: grun@ensae.fr

Modélisations du risque en assurance automobile. Michel Grun-Rehomme Université Paris 2 et Ensae Email: grun@ensae.fr Modélsatons du rsque en assurance automoble Mchel Grun-Rehomme Unversté Pars 2 et Ensae Emal: grun@ensae.fr 1 Modélsatons du rsque en assurance automoble La snstralté est mesurée en terme de fréquence

Plus en détail

Les jeunes économistes

Les jeunes économistes Chaptre1 : les ntérêts smples 1. défnton et calcul pratque : Défnton : Dans le cas de l ntérêt smple, le captal reste nvarable pendant toute la durée du prêt. L emprunteur dot verser, à la fn de chaque

Plus en détail

LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA

LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA Observatore Economque et Statstque d Afrque Subsaharenne LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA Une contrbuton à la réunon commune CEE/BIT sur les ndces des prx

Plus en détail

RAPPORT DE RECHERCHE

RAPPORT DE RECHERCHE RAPPORT DE RECHERCHE N 2014-03 Le non-recours au RSA «socle seul» : l hypothèse du patrmone SYLVAIN CHAREYRON www.tepp.eu TEPP - Traval, Emplo et Poltques Publques - FR CNRS 3435 Le non-recours au RSA

Plus en détail

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations Contrats prévoyance des TNS : Clarfer les règles pour sécurser les prestatons Résumé de notre proposton : A - Amélorer l nformaton des souscrpteurs B Prévor plus de souplesse dans l apprécaton des revenus

Plus en détail

SIMNUM : Simulation de systèmes auto-gravitants en orbite

SIMNUM : Simulation de systèmes auto-gravitants en orbite SIMNUM : Smulaton de systèmes auto-gravtants en orbte sujet proposé par Ncolas Kelbasewcz : ncolas.kelbasewcz@ensta-parstech.fr 14 janver 2014 1 Établssement du modèle 1.1 Approxmaton de champ lontan La

Plus en détail

Définition des tâches

Définition des tâches Défnton des tâches Défnton des tâches Project 2010 Sasr les tâches d'un projet Les tâches représentent le traval à accomplr pour attendre l'objectf du projet. Elles représentent de ce fat, les éléments

Plus en détail

10.1 Inférence dans la régression linéaire

10.1 Inférence dans la régression linéaire 0. Inférence dans la régresson lnéare La régresson lnéare tente de modeler le rapport entre deux varables en adaptant une équaton lnéare avec des données observées. Chaque valeur de la varable ndépendante

Plus en détail

Système solaire combiné Estimation des besoins énergétiques

Système solaire combiné Estimation des besoins énergétiques Revue des Energes Renouvelables ICRESD-07 Tlemcen (007) 109 114 Système solare combné Estmaton des besons énergétques R. Kharch 1, B. Benyoucef et M. Belhamel 1 1 Centre de Développement des Energes Renouvelables

Plus en détail

Impact de l assurance maladie formelle sur l utilisation des services de santé au Bénin

Impact de l assurance maladie formelle sur l utilisation des services de santé au Bénin Impact de l assurance malade formelle sur l utlsaton des servces de santé au Bénn ZOUNMENOU Yédjannavo Alexandre, 06 BP : 3511 Cotonou Tél : (+229) 97 32 95 90 / 94 96 84 84 E-mal : zalexy007@yahoo.fr

Plus en détail

Études & documents ÉCONOMIE ET ÉVALUATION. Consommation de carburant : effets des prix à court et à long termes par type de population.

Études & documents ÉCONOMIE ET ÉVALUATION. Consommation de carburant : effets des prix à court et à long termes par type de population. COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 40 Avrl 20 TRANSPORT Études & documents Consommaton de carburant : effets des prx à court et à long termes par type de populaton ÉCONOMIE ET ÉVALUATION Servce

Plus en détail

Mots clés: Cameroun, Rentabilité privée, Education, Model Tobit de type III, Structurel, Secteurs Public, Privé Formel et Informel, ECAM II.

Mots clés: Cameroun, Rentabilité privée, Education, Model Tobit de type III, Structurel, Secteurs Public, Privé Formel et Informel, ECAM II. Une Analyse Emprque de la Rentablté Prvée de l Educaton au Cameroun : estmaton d un Modèle Tobt de Type III Structurel par Patrck Mare Nga Ndjobo, Bernadette Kamgna Da et Bonface Ngah Epo Faculté des Scences

Plus en détail

UNE ETUDE ECONOMÉTRIQUE DU NOMBRE D ACCIDENTS

UNE ETUDE ECONOMÉTRIQUE DU NOMBRE D ACCIDENTS BRUSSELS ECONOMIC REVIEW - CAHIERS ECONOMIQUES DE BRUXELLES VOL. 49 - N 2 SUMMER 2006 UNE ETUDE ECONOMÉTRIQUE DU NOMBRE D ACCIDENTS DANS LE SECTEUR DE L ASSURANCE AUTOMOBILE* MARÍA DEL CARMEN MELGAR**

Plus en détail

I. Présentation générale des méthodes d estimation des projets de type «unité industrielle»

I. Présentation générale des méthodes d estimation des projets de type «unité industrielle» Evaluaton des projets et estmaton des coûts Le budget d un projet est un élément mportant dans l étude d un projet pusque les résultats économques auront un mpact sur la réalsaton ou non et sur la concepton

Plus en détail

) = n. ) = 2n. D - Inférence Statistique - Estimation et Tests d hypothèses 5. Tests du Khi-deux (non paramétrique) Loi du Chi-deux (χ 2 n

) = n. ) = 2n. D - Inférence Statistique - Estimation et Tests d hypothèses 5. Tests du Khi-deux (non paramétrique) Loi du Chi-deux (χ 2 n 5. Tests du Kh-deux (non paramétrque) Lo du Ch-deux (χ n ) à n degrés de lberté (ddl) S X 1, X,..., X n, sont n varables ndépendantes, suvant toutes une lo normale N (0,1), la varable χ n = X 1 + X + +

Plus en détail

Banque d exercices pour le cours de "mise à niveau" de statistique de M1 AgroParisTech

Banque d exercices pour le cours de mise à niveau de statistique de M1 AgroParisTech Banque d exercces pour le cours de "mse à nveau" de statstque de M1 AgroParsTech Instructons pour les exercces 1. Lorsque ren n est précsé, on suppose que la dstrbuton étudée est gaussenne. Pour les exercces

Plus en détail

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix?

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix? Note méthodologque Tratements hebdomadares Questlemonscher.com Quelle méthode de collecte de prx? Les éléments méthodologques ont été défns par le cabnet FaE onsel, socété d études et d analyses statstques

Plus en détail

Exercice 1. Enoncé 1. Nombre de jours d absences. Nombre d étudiants. 1 ) Représenter graphiquement cette distribution.

Exercice 1. Enoncé 1. Nombre de jours d absences. Nombre d étudiants. 1 ) Représenter graphiquement cette distribution. Républque Tunsenne Présdence du Gouvernement Ecole Natonale d Admnstraton 4, Avenue du Dr Calmette Mutuelle-vlle 08 Tuns Tél. (+6) 848 00 Fa (+6) 794 88 www.ena.nat.tn STATISTIQUE ET CALCUL DE PROBABILITE

Plus en détail

- donc n explique pas très bien le commerce entre pays industrialisés en particulier le commerce intraeuropéen

- donc n explique pas très bien le commerce entre pays industrialisés en particulier le commerce intraeuropéen Le commerce nternatonale en stuaton de concurrence mparfate: ros problèmes essentels des modèles théorques Rcardo, HOS, Standard: - fondés sur la CPP: le commerce n augmente pas la concurrence - pas d

Plus en détail

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises Les détermnants de la détenton et de l usage de la carte de débt : une analyse emprque sur données ndvduelles françases Davd Boune Marc Bourreau Abel Franços Jun 2006 Département Scences Economques et

Plus en détail

Gestion et stratégie Utilisateur

Gestion et stratégie Utilisateur Geston et stratége Utlsateur GESTION ET STRATEGIE UTILISATEUR...2 1.) Comment gérer des utlsateurs?...2 1.1) Geston des utlsateurs en groupe de traval...2 1.2) Geston des utlsateurs par domane...2 Rôle

Plus en détail

Résumé : I- Introduction :

Résumé : I- Introduction : Applcaton de l analyse de frontère stochastque à l estmaton de l effcence technque des entreprses algérennes: effet de la forme de proprété Résumé : Nabl, Al BELOUARD Doctorant à l École Natonale Supéreure

Plus en détail

classification non supervisée : pas de classes prédéfinies Applications typiques

classification non supervisée : pas de classes prédéfinies Applications typiques Qu est ce que le clusterng? analyse de clusterng regroupement des obets en clusters un cluster : une collecton d obets smlares au sen d un même cluster dssmlares au obets appartenant à d autres clusters

Plus en détail

ANALYSE DE LA DEMANDE D ÉLECTRICITÉ DU SECTEUR RÉSIDENTIEL DU QUEBEC COMME EXIGENCE PARTIELLE DE LA MAÎTRISE EN ÉCONOMIQUE PAR

ANALYSE DE LA DEMANDE D ÉLECTRICITÉ DU SECTEUR RÉSIDENTIEL DU QUEBEC COMME EXIGENCE PARTIELLE DE LA MAÎTRISE EN ÉCONOMIQUE PAR UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL ANALYSE DE LA DEMANDE D ÉLECTRICITÉ DU SECTEUR RÉSIDENTIEL DU QUEBEC MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE DE LA MAÎTRISE EN ÉCONOMIQUE PAR FRÉDÉRIK AUCOIN FÉVRIER 2007

Plus en détail

Traitement des valeurs manquantes et des valeurs aberrantes

Traitement des valeurs manquantes et des valeurs aberrantes Etudes Statstques 2 (1/10) Tratement des valeurs manquantes et des valeurs aberrantes Avant de trater les données, vérfer la qualté des données : Les données peuvent être : manquantes aberrantes : la valeur

Plus en détail

Approche économique des 15 zones d emploi d Aquitaine

Approche économique des 15 zones d emploi d Aquitaine n 4 - octobre 2012 Fche n 4/15 Approche économque des 15 zones d emplo d Aqutane Ce dosser fat sute à l Aqutane e-dossers n 3 paru en jun 2012 : 15 zones d emplo aqutanes plus ou mons armées face aux mutatons

Plus en détail

Les prix quotidiens de clôture des échanges de quotas EUA et de crédits CER sont fournis par ICE Futures Europe

Les prix quotidiens de clôture des échanges de quotas EUA et de crédits CER sont fournis par ICE Futures Europe Méthodologe CDC Clmat Recherche puble chaque mos, en collaboraton avec Clmpact Metnext, Tendances Carbone, le bulletn mensuel d nformaton sur le marché européen du carbone (EU ETS). L obectf de cette publcaton

Plus en détail

Chapitre 6. Economie ouverte :

Chapitre 6. Economie ouverte : 06/2/202 Chaptre 6. Econome ouverte : le modèle Mundell Flemng Elsabeth Cudevlle Le développement des échanges nternatonaux (bens et servces et flux fnancers) a rendu fortement nterdépendantes les conjonctures

Plus en détail

Mobilité à Téhéran. Sous trois angles : Comme un objet de recherche Comme un support d apprentissage Comme une opportunité commerciale

Mobilité à Téhéran. Sous trois angles : Comme un objet de recherche Comme un support d apprentissage Comme une opportunité commerciale Moblté à Téhéran Sous tros angles : Comme un objet de recherche Comme un support d apprentssage Comme une opportunté commercale INRETS/GRETIA MDP 1 GRETIA (Géne des Réseaux de Transport et Informatque

Plus en détail

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social Drgeant de SAS : Lasser le chox du statut socal Résumé de notre proposton : Ouvrr le chox du statut socal du drgeant de SAS avec 2 solutons possbles : apprécer la stuaton socale des drgeants de SAS comme

Plus en détail

DIRIGER ADMINISTRER DÉVELOPPER

DIRIGER ADMINISTRER DÉVELOPPER 24 Adjont de drecton F/H Votre formaton BTS Hôtellere-restauraton BTS Management des untés commercales BTS Assstant de geston PME-PMI Lcence Management d untés de restauraton Vos mssons Vous anmez, formez

Plus en détail

Proposition d'une solution au problème d initialisation cas du K-means

Proposition d'une solution au problème d initialisation cas du K-means Proposton d'une soluton au problème d ntalsaton cas du K-means Z.Guelll et L.Zaou, Unversté des scences et de la technologe d Oran MB, Unversté Mohamed Boudaf USTO -BP 505 El Mnaouer -ORAN - Algére g.zouaou@gmal.com,

Plus en détail

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises Les détermnants de la détenton et de l usage de la carte de débt : une analyse emprque sur données ndvduelles françases Davd Boune a, Marc Bourreau a,b et Abel Franços a,c a Télécom ParsTech, Département

Plus en détail

Mobilité salariale : mobilité géographique et mobilité. professionnelle sont-elles «payantes»?

Mobilité salariale : mobilité géographique et mobilité. professionnelle sont-elles «payantes»? Moblté salarale : moblté géographque et moblté professonnelle sont-elles «payantes»? Yves Gullotn et Salma Hamouche G.A.I.N.S. XVIèmes Journées de Mcro Econome Applquée Lyon 3-4 Jun 1999 0 Introducton

Plus en détail

santé Les arrêts de travail des séniors en emploi

santé Les arrêts de travail des séniors en emploi soldarté et DOSSIERS Les arrêts de traval des sénors en emplo N 2 2007 Les sénors en emplo se dstnguent-ls de leurs cadets en termes de recours aux arrêts de traval? Les sénors ne déclarent pas plus d

Plus en détail

Mesurer la qualité de la prévision

Mesurer la qualité de la prévision Mesurer la qualté de la prévson Luc Baetens 24/11/2011 www.mobus.eu Luc Baetens 11 ans d expérence Planfcaton Optmsaton des stocks Organsaton de la Supply Chan Performance de la Supply Chan Geston de la

Plus en détail

D 4 ε BENEFICES ECONOMIQUES DE LA PROTECTION CONTRE LE RISQUE D INONDATION SERIE ETUDES 06 E05 PATRICK DERONZIER SÉBASTIEN TERRA

D 4 ε BENEFICES ECONOMIQUES DE LA PROTECTION CONTRE LE RISQUE D INONDATION SERIE ETUDES 06 E05 PATRICK DERONZIER SÉBASTIEN TERRA Document de traval ETUDES METHODES SYNTHESES D 4 ε BENEFICES ECONOMIQUES DE LA PROTECTION CONTRE LE RISQUE D INONDATION SERIE ETUDES 06 E05 PATRICK DERONZIER SÉBASTIEN TERRA Ste nternet : http://www.ecologe.gouv.fr

Plus en détail

Enseignement secondaire. PHYSI Physique Programme

Enseignement secondaire. PHYSI Physique Programme Ensegnement secondare Dvson supéreure PHYSI Physque Programme 3CB_3CC_3CF_3MB_3MC_3MF Langue véhculare : franças Nombre mnmal de devors par trmestre : 1 PHYSI_3CB_3CC_3CF_3MB_3MC_3MF_PROG_10-11 Page 1

Plus en détail

EH SmartView. Identifiez vos risques et vos opportunités. www.eulerhermes.be. Pilotez votre assurance-crédit. Services en ligne Euler Hermes

EH SmartView. Identifiez vos risques et vos opportunités. www.eulerhermes.be. Pilotez votre assurance-crédit. Services en ligne Euler Hermes EH SmartVew Servces en lgne Euler Hermes Identfez vos rsques et vos opportuntés Plotez votre assurance-crédt www.eulerhermes.be Les avantages d EH SmartVew L expertse Euler Hermes présentée de manère clare

Plus en détail

Analyse de la pauvreté multidimensionnelle en France

Analyse de la pauvreté multidimensionnelle en France Analyse de la pauvreté multdmensonnelle en France Févrer 2006 Verson prélmnare Oula BEN HASSINE Oula.benhassne@unvlyon2.fr Faculté des Scences Economques et de Geston Unversté Lumère, Lyon 2 6, Qua Claude

Plus en détail

Exercices d algorithmique

Exercices d algorithmique Exercces d algorthmque Les algorthmes proposés ne sont pas classés par ordre de dffculté Nombres Ecrre un algorthme qu renvoe la somme des nombre entre 0 et n passé en paramètre Ecrre un algorthme qu renvoe

Plus en détail

Brochure d @ccueil 09 10

Brochure d @ccueil 09 10 unté A4, C7 & B42 brochure d accuel 2009-2010 Brochure d @ccuel 09 10 (pour étudants) Clnque Sant-Jean Bruxelles 1 / 10 A4C7B42_FULL_0910_FR unté A4, C7 & B42 brochure d accuel 2009-2010 1. Sommare : 1.

Plus en détail

L enseignement virtuel dans une économie émergente : perception des étudiants et perspectives d avenir

L enseignement virtuel dans une économie émergente : perception des étudiants et perspectives d avenir L ensegnement vrtuel dans une économe émergente : percepton des étudants et perspectves d avenr Hatem Dellag Laboratore d Econome et de Fnances applquées Faculté des scences économques et de geston de

Plus en détail

LA RENOVATION DE LA MESURE DU PRIX DES TERRES ET PRES AGRICOLES : UNE OPERATION QUALITE MENEE EN PARTENARIAT AVEC LA STATISTIQUE PUBLIQUE

LA RENOVATION DE LA MESURE DU PRIX DES TERRES ET PRES AGRICOLES : UNE OPERATION QUALITE MENEE EN PARTENARIAT AVEC LA STATISTIQUE PUBLIQUE LA RENOVATION DE LA MESURE DU PRIX DES TERRES ET PRES AGRICOLES : UNE OPERATION QUALITE MENEE EN PARTENARIAT AVEC LA STATISTIQUE PUBLIQUE De 2007 à 200, a été menée une rénovaton méthodologque de la méthode

Plus en détail

Valeur absolue et fonction valeur absolue Cours

Valeur absolue et fonction valeur absolue Cours Valeur absolue foncton valeur absolue Cours CHAPITRE 1 : Dstance entre deu réels 1) Eemples prélmnares 2) Défnton 3) Proprétés CHAPITRE 2 : Valeur absolue d un réel 1) Défnton 2) Proprétés CHAPITRE 3 :

Plus en détail

Centre d Analyse Théorique et de Traitement des données économiques

Centre d Analyse Théorique et de Traitement des données économiques Centre d Analyse Théorque et de Tratement des données économques CATT WP No. 5 Aprl 2013 TRANSFERT DE FONDS, EDUCATION ET TRAVAIL DES ENFANTS. UNE ANALYSE PAR SCORE DE PROPENSION Jamal BOUOIYOUR Amal MIFTAH

Plus en détail

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria.

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria. 1 CAS nédt d applcaton sur les normes IAS/IFRS Coût amort sur oblgatons à taux varable ou révsable La socété Plumera présente ses comptes annuels dans le référentel IFRS. Elle détent dans son portefeulle

Plus en détail

PARIS-JOURDAN SCIENCES ECONOMIQUES 48, BD JOURDAN E.N.S. 75014 PARIS TEL. : 33(0) 1 43 13 63 00 F AX : 33 (0) 1 43 13 63 10 www.pse.ens.

PARIS-JOURDAN SCIENCES ECONOMIQUES 48, BD JOURDAN E.N.S. 75014 PARIS TEL. : 33(0) 1 43 13 63 00 F AX : 33 (0) 1 43 13 63 10 www.pse.ens. PARIS-JOURDAN SCIENCES ECONOMIQUES 48, BD JOURDAN E.N.S. 75014 PARIS TEL. : 33(0) 1 43 13 63 00 F AX : 33 (0) 1 43 13 63 10 www.pse.ens.fr WORKING PAPER N 2005-19 Nouvelles technologes et nouvelles formes

Plus en détail

une garde d Enfant a votre domicile

une garde d Enfant a votre domicile GUIDE A DESTINATION DES PARENTS Ce gude pratque a été réalsé par la CDAJE du Nord (Commsson Départementale de l Accuel des Jeunes Enfants). A retrouver sur www.cdaje59.fr PAO - CAF DU NORD 06/2012 EmploYEr

Plus en détail

Montage émetteur commun

Montage émetteur commun tour au menu ontage émetteur commun Polarsaton d un transstor. ôle de la polarsaton La polarsaton a pour rôle de placer le pont de fonctonnement du transstor dans une zone où ses caractérstques sont lnéares.

Plus en détail

Introduction aux statistiques spatiales et aux systèmes d'information géographique en santé environnement

Introduction aux statistiques spatiales et aux systèmes d'information géographique en santé environnement Santé envronnement Introducton aux statstques spatales et aux systèmes d'nformaton géographque en santé envronnement applcaton aux études écologques Sommare Abrévatons 2 Résumé 3 1. Introducton 4 1.1 Études

Plus en détail

Méthodologie quiestlemoinscher de comparaison de prix entre magasins

Méthodologie quiestlemoinscher de comparaison de prix entre magasins Méthodologe questlemonscher de comparason de prx entre magasns Les éléments méthodologques ont été défns par le cabnet FaCE Consel, socété d études et d analyses statstques ndépendante. Le cabnet FaCE

Plus en détail

Les risques des pesticides mieux les connaître pour les réduire

Les risques des pesticides mieux les connaître pour les réduire Les rsques des pestcdes meux les connaître pour les rédure Des outls à votre portée pour rédure les rsques des pestcdes Vous avez mantenant accès à des outls d ade pour meux connaître les rsques des pestcdes

Plus en détail

Solution : 1. Soit y = α + βt, l équation de la droite considérée. Le problème de régression linéaire s écrit. i=1 2(α + βt i b i )t i

Solution : 1. Soit y = α + βt, l équation de la droite considérée. Le problème de régression linéaire s écrit. i=1 2(α + βt i b i )t i Exercces avec corrgé succnct du chaptre 3 (Remarque : les références ne sont pas gérées dans ce document, par contre les quelques?? qu apparassent dans ce texte sont ben défns dans la verson écran complète

Plus en détail

LES DIMENSIONS DANS LA PERCEPTION DES INTERVALLES MUSICAUX *

LES DIMENSIONS DANS LA PERCEPTION DES INTERVALLES MUSICAUX * LES DIMENSIONS DANS LA PERCEPTION DES INTERVALLES MUSICAUX * "W.J.M. LEVELT et R. PLOMP (Insttute for Percepton R.V.O.-T.N.O., SOESTERBERG, PAYS-BAS) Introducton Il est ntéressant de savor de quelle manère

Plus en détail

Editions ENI. Project 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait

Editions ENI. Project 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait Edtons ENI Project 2010 Collecton Référence Bureautque Extrat Défnton des tâches Défnton des tâches Project 2010 Sasr les tâches d'un projet Les tâches représentent le traval à accomplr pour attendre l'objectf

Plus en détail

Analyse d impact : l apport des évaluations aléatoires William Parienté 1

Analyse d impact : l apport des évaluations aléatoires William Parienté 1 Analyse d mpact : l apport des évaluatons aléatores Wllam Parenté 1 Cet artcle expose de manère synthétque l'apport des évaluatons aléatores dans l'analyse de l'mpact des programmes socaux et de développement.

Plus en détail

3- Réseau Neurologique (NN) 3-1- Réseau classique

3- Réseau Neurologique (NN) 3-1- Réseau classique OUTILS DE PREVISION DE LA VITESSE DE VENT : APPLICATION A LA CARACTERISATION ET A L OPTIMISATION DES CENTRALES EOLIENNES POUR L'INTEGRATION DANS LES RESEAUX ELECTRIQUES A MADAGASCAR. Andramahtasoa Bernard

Plus en détail

IDEI Report # 18. Transport. December 2010. Elasticités de la demande de transport ferroviaire: définitions et mesures

IDEI Report # 18. Transport. December 2010. Elasticités de la demande de transport ferroviaire: définitions et mesures IDEI Report # 18 Transport December 2010 Elastctés de la demande de transport ferrovare: défntons et mesures Elastctés de la demande de transport ferrovare : Défntons et mesures Marc Ivald Toulouse School

Plus en détail

MODELISATION DES PROCESSUS LINEAIRES

MODELISATION DES PROCESSUS LINEAIRES MDELISATIN DES PRCESSUS LINEAIRES Dans un premer temps, nous ne consdérons que des processus partculers, supposés notamment statonnare. Cec permet de présenter un certan nombre d'outls dans un cadre relatvement

Plus en détail

MASTER ECONOMETRIE ET STATISTIQUE APPLIQUEE (ESA)

MASTER ECONOMETRIE ET STATISTIQUE APPLIQUEE (ESA) MASTER ECONOMETRIE ET STATISTIQUE APPLIQUEE (ESA) Unversté d Orléans Econométre des Varables Qualtatves Chaptre 3 Modèles à Varable Dépendante Lmtée Modèles Tobt Smples et Tobt Généralsés Chrstophe Hurln

Plus en détail

Méthodes psychométriques utilisées dans le cadre des évaluations des élèves

Méthodes psychométriques utilisées dans le cadre des évaluations des élèves MESURE DES COMPÉTENCES Méthodes psychométrques utlsées dans le cadre des évaluatons des élèves Therry Rocher MENESR-DEPP, bureau de l évaluaton des élèves Cet artcle présente les méthodes psychométrques

Plus en détail

Fi chiers. Créer/ouvrir/enregistrer/fermer un fichier. i i

Fi chiers. Créer/ouvrir/enregistrer/fermer un fichier. i i Fchers F chers Offce 2013 - Fonctons de base Créer/ouvrr/enregstrer/fermer un fcher Clquez sur l onglet FICHIER. Pour créer un nouveau fcher, clquez sur l opton Nouveau pus, selon l applcaton utlsée, clquez

Plus en détail

Utilisation du symbole

Utilisation du symbole HKBL / 7 symbole sgma Utlsaton du symbole Notaton : Pour parler de la somme des termes successfs d une sute, on peut ou ben utlser les pontllés ou ben utlser le symbole «sgma» majuscule noté Par exemple,

Plus en détail

L intermédiation financière en microfinance : un examen à partir des modèles de prêt de groupe et de prêt individuel

L intermédiation financière en microfinance : un examen à partir des modèles de prêt de groupe et de prêt individuel MESQUIT Dorothée Dorothee.mesquta@etu.unv-rouen.fr Drecteur M. MYOUKOU Unversté de Rouen Laboratore CRE L ntermédaton fnancère en mcrofnance : un examen à partr des modèles de prêt de groupe et de prêt

Plus en détail

1 Introduction. 2 Définitions des sources de tension et de courant : Cours. Date : A2 Analyser le système Conversion statique de l énergie. 2 h.

1 Introduction. 2 Définitions des sources de tension et de courant : Cours. Date : A2 Analyser le système Conversion statique de l énergie. 2 h. A2 Analyser le système Converson statque de l énerge Date : Nom : Cours 2 h 1 Introducton Un ConVertsseur Statque d énerge (CVS) est un montage utlsant des nterrupteurs à semconducteurs permettant par

Plus en détail

Impôt sur la fortune et investissement dans les PME Professeur Didier MAILLARD

Impôt sur la fortune et investissement dans les PME Professeur Didier MAILLARD Conservatore atonal des Arts et Méters Chare de BAQUE Document de recherche n 9 Impôt sur la fortune et nvestssement dans les PME Professeur Dder MAILLARD Avertssement ovembre 2007 La chare de Banque du

Plus en détail

DOCUMENT DE RECHERCHE EPEE

DOCUMENT DE RECHERCHE EPEE DOCUMENT DE RECHERCHE EPEE CENTRE D ETUDES DES POLITIQUES ECONOMIQUES DE L UNIVERSITE D EVRY Comment développer les emplos favorables à la bodversté en Ile-de-France? Jean DE BEIR, Célne EMOND, Yannck

Plus en détail

Ch 4 Séries statistiques à une dimension Définitions et représentation graphique

Ch 4 Séries statistiques à une dimension Définitions et représentation graphique Ch 4 Séres statstques à une dmenson Défntons et représentaton graphque Termnologe Ensemble étudé = populaton Eléments de cet ensemble = ndvdus ou untés Attrbut consdéré = caractère qu peut être qualtatf

Plus en détail

Enquête sur les services de télécommunications

Enquête sur les services de télécommunications Enquête sur les servces de télécouncatons Vu l'avs favorable du Consel Natonal de l'inforaton Statstque, cette enquête, reconnue d'ntérêt général et de qualté statstque, est oblgatore. Vsa n 200222EC du

Plus en détail

Pauvreté monétaire et activité des femmes sur le marché du travail : Le rôle de la discrimination en genre au Cameroun

Pauvreté monétaire et activité des femmes sur le marché du travail : Le rôle de la discrimination en genre au Cameroun 6th PEP Research Network General Meetng Sheraton Lma Hotel, Paseo de la Republca 170 Lma, Peru June 14-16, 2007 Pauvreté monétare et actvté des femmes sur le marché du traval : Le rôle de la dscrmnaton

Plus en détail

Mesure avec une règle

Mesure avec une règle Mesure avec une règle par Matheu ROUAUD Professeur de Scences Physques en prépa, Dplômé en Physque Théorque. Lycée Alan-Fourner 8000 Bourges ecrre@ncerttudes.fr RÉSUMÉ La mesure d'une grandeur par un système

Plus en détail

Editions ENI. Excel 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait

Editions ENI. Excel 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait Edtons ENI Excel 2010 Collecton Référence Bureautque Extrat Tableau crosé dynamque Tableau crosé dynamque Excel 2010 Créer un tableau crosé dynamque Un tableau crosé dynamque permet de résumer, d analyser,

Plus en détail

TRANSFERT DE CARGAISON CALCULS ET ARRONDIS

TRANSFERT DE CARGAISON CALCULS ET ARRONDIS TRANSFERT DE CARGAISON CALCULS ET ARRONDIS SOMMAIRE 1. Méthode de détermnaton de l énerge transférée lors du transfert d une cargason de. Calcul de l énerge transférée.1 Calcul de l énerge brute transférée.1.1

Plus en détail

COMPARAISON DE MÉTHODES POUR LA CORRECTION

COMPARAISON DE MÉTHODES POUR LA CORRECTION COMPARAISON DE MÉTHODES POUR LA CORRECTION DE LA NON-RÉPONSE TOTALE : MÉTHODE DES SCORES ET SEGMENTATION Émle Dequdt, Benoît Busson 2 & Ncolas Sgler 3 Insee, Drecton régonale des Pays de la Lore, Servce

Plus en détail

Evaluation ex-ante du service offert par le RFId à la bibliothèque

Evaluation ex-ante du service offert par le RFId à la bibliothèque La revue de l nnovaton : La Revue de l nnovaton dans le secteur publc, Vol. 14(2), 2009, artcle 10. Evaluaton ex-ante du servce offert par le RFId à la bblothèque Dr. Alex Durand alex.durand@tudor.lu Centre

Plus en détail

Représentation de l'information

Représentation de l'information 1. L nformaton 1-1 Dualté état et temps Représentaton de l'nformaton La noton d'nformaton correspond à la connassance d'un état donné parm pluseurs possbles à un nstant donné. La Fgure 1 llustre cette

Plus en détail

TD 1. Statistiques à une variable.

TD 1. Statistiques à une variable. Danel Abécasss. Année unverstare 2010/2011 Prépa-L1 TD de bostatstques. Exercce 1. On consdère la sére suvante : TD 1. Statstques à une varable. 1. Calculer la moyenne et l écart type. 2. Calculer la médane

Plus en détail

Sociétés d investissement immobilier cotées (SIIC), valeur et prix : deux notes

Sociétés d investissement immobilier cotées (SIIC), valeur et prix : deux notes Socétés d nvestssement mmobler cotées (SIIC), valeur et prx : deux notes I. Dette et créaton de valeur dans les socétés foncères II. La cesson à une SIIC : un cas de dstorson fscale Laurent BATSCH CEREG-DRM,

Plus en détail

THESE DE DOCTORAT D ETAT EN SCIENCES ECONOMIQUES

THESE DE DOCTORAT D ETAT EN SCIENCES ECONOMIQUES MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UNIVERSITE D ALGER FACULTE DES SCIENCES ECONOMIQUES ET DES SCIENCES DE GESTION THESE DE DOCTORAT D ETAT EN SCIENCES ECONOMIQUES VALEUR

Plus en détail

Accord Entreprise. Le Guide du True-Up. Enterprise Agreement True - Up Guide

Accord Entreprise. Le Guide du True-Up. Enterprise Agreement True - Up Guide Enterprse Agreement True-Up Gude Accord Entreprse Le Gude du True-Up Enterprse Agreement True - Up Gude Le gude du True-Up dans l Accord Entreprse Table des matères Le True-Up des lcences on premse et

Plus en détail

Champ magnétique. 1 Notions préliminaires. 1.1 Courant électrique et densité de courant

Champ magnétique. 1 Notions préliminaires. 1.1 Courant électrique et densité de courant 4 Champ magnétque 1 Notons prélmnares 1.1 Courant électrque et densté de courant Un courant électrque est défn par un déplacement de charges électrques élémentares (ex : les électrons de conducton dans

Plus en détail

CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE?

CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE? CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE? Boulanger Frédérc Avanssur, Groupe AXA 163-167, Avenue Georges Clémenceau 92742 Nanterre Cedex France Tel: +33 1 46 14 43

Plus en détail