STRATEGIE NATIONALE DES BANQUES CEREALIERES DU NIGER

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "STRATEGIE NATIONALE DES BANQUES CEREALIERES DU NIGER"

Transcription

1 REPUBLIQUE DU NIGER MINISTERE DE L'AGRICULTURE ET DE L'ELEVAGE B-P, NIAMEY NIGER Té1 : Drecton de Promoton des Organsatons Rurales et de la Geston de l'espace Rural (DPOR/GER) NIAMEY Té1 : Unon Natonale des Coopératves UNC B-P 296 Té1 : Projet Sous-régonal BIT/ACOPAM B-P NIAMEY, Té1 : FAX : (227) STRATEGIE NATIONALE DES BANQUES CEREALIERES DU NIGER

2 I I I - ACOPAM Appu Coopératf et Assocatf aux Programmes d'nvestssement en zone sahélenne - B-C Banque Céréalère - BIT Bureau Internatonalde Traval - CILSS Comté Inter-Etat de Lutte contre la Sécheresse au Sahel - DPOR/GER Drecton de la Promoton des Organsatons Rurales et de la Geston de l'espace Rural - GM : Groupement Mutualste - ONG : Organsaton Non Gouvernementale - OPVN : Offce des Produts Vvers du Nger - MAG/EL : Mnstère de l'agrculture et de 1'Elevage - OIT : Organsaton Internatonale de Traval - UNC : Unon Natonale des Coopératves

3 SOMMAIRIS -PRE&wBmE 1 1 INTRODUCTION 2 II DEFINITION DES CONCEPTS 4 21 La sécurté almentare 2-2 La flère chéalère 23 La banque céréalère III NECESSITE D'UNE STRATEGIE NATIONALE 5 3-l- Justfcaton 32s Défnton et objectfs IV V VI HARMONISATION DES METHODOLOGIES D'INTEXWNTION 7 COORDINATION DES INTERVENTIONS EN MATIERE DES BC 9 INITIATION DES BANQUES CEIUMLIERES L'expresson du beson 62 La sensblsaton/anmaton 63 Les études 64 La prse de décson d'mplantaton des BC VII IMPLANTATION DE LA B-C La sensblsaton 72 L'organsaton 73 La constructon de magasn et l'équpement de la BC VIII FXXMATION Nécessté de la formaton 82 Besons en formaton 83, Moyens et supports de formaton

4 XI, FINANCEMENT 27 Q-1, Détermnaton des besons de fnancement 92, Types de fnancement Q-3, Consttuton du captal 94 Détermnaton de fonds de roulement Q-5, Nécessté de fonds de commercalsaton X GESTION DE LA BANQUE CERKALIJZRE Les documents de geston et leur présentaton 102 Composton et rôle du comté de geston et de ses membres 10-3, Les éléments de calcul du prx de revent et de vente 104 Mode de cesson des céréales 106 Modaltés de geston des lqudtés 107 Tenue des Assemblées Générales XI SUIVI ET EVALUATION Le suv 112 L'évaluaton 113 Nveau d'nterventon XII DEVELOPPEMENT DES ACTIVITES DES BC 51 XIII DESENGAGEMENT Défnton et objectf 13-2 Méthodologe du désengagement XIV MESURESD'ACCQMPAGNEMENT Consttuton d'une banque de donnée 14-2 Place de la femme dans l'actvté BC

5 1 la présente stratége natonale tradut la volonté de 1'Etat Ngéren et des dvers ntervenants de défnr un cadre cohérent et adapté à la réalté ngérenne en vue de promouvor les Banques Céréalères Elle est la résultante de plus d'une décenne d'expérences d'ntaton, d'mplantaton, d'organsaton, et de geston des Banques Céréalères (RC) au Nger soutenues par dvers promoteurs Elle comporte les éléments essentels pour assurer la réusste de l'opératon banque céréalère Ce document' lon de présenter le constat de la stuaton des banques céréalères, se voudrat plutôt être une référence de la manère dont l'opératon BC devrat être menée pour attendre avec effcacté les objectfs qu lu sont assgnés La stratége Natonale des BC cerne les prncpes de base de l'actvte banque céréalère depus son ntaton en passant par les dfférentes étapes de son mplantaton jusqu'au désengagement des promoteurs et du personnel d'encadrement Du pont de vue de son applcaton, 1'Etat Ngéren, qu en est le matre d'oeuvre à travers le Mnstère de l'agrculture et de l'elevage, vellera à ce que les mplantatons des BC ne se fassent plus en ordre dspersé et selon le bon voulor des promoteurs7 mas dovent respecter l'esprt de la présente stratége dans 1 'ntérêt de s populatons bénéf cares Chaque acteur dans ce domane, selon le nveau attent par sa structure T peut prendre une ou pluseurs partes ou l'ensemble des mesures préconsées pour l'applquer à son cas Il est nécessare que toute nterventon dans ce domane se réfère à la démarche décrte dans ce document Il est entendu que d'autres expérences pourront venr enrchr cette stratége pour qu'en fn de compte elle devenne davantage ada!ttée et acceptée par tous

6 2 1 INTRODWTION Depus pluseurs années, de nombreux pays en développement, partculèrement en Afrque, éprouvent des dffcultés d'approvsonnement almentare pour assurer un nveau décent de nutrton à la majorté de leurs populatons, d'où des apports, parfos ntempestfs, de l'ade almentare nternatonale Cet état de fat est essentellement dû à l'nsuffsance et à la stagnaton de la producton, mas auss à la mauvase organsaton de la commercalsaton et de la dstrbuton qu entravent l'achat et l'achemnement des excédents en temps opportun dans les zones qu en ont le plus beson Jusqu'en 1989, l'autosuffsance almentare état un letmotv dans la poltque des pays sahélens Mas, compte tenu de lourds handcaps ctés c-dessus pour l'attendre, - l'autosuffsance étant entendue comme la capacté de produre sur place les alments nécessares à une populaton donnée - on parle de F~US en plus de sécurté almentare Four 1'Etat Ngéren, les objectfs d'autosuffsance et de sécurté almentare demeurent des préoccupatons constantes C'est ans qu'l a défn et ms en oeuvre un certan prortés en matère de Producton agrcole ; (:-es prortés entre autres : - l'ntensfcaton des cultures pluvales ; nombre de - le développement des aménagements hydro-agrcoles ; sont - la promoton des cultures de contre-sason par la pette rrgaton, En matère de sécurté almentare, l'etat, avec le concours de la FAO, travalle actuellement à l'élaboraton d'une stratége et d'un programme spécfque

7 3 Dans ce cadre, les cultures de céréales occupent une place de chox, car, représentant 90 % de la producton agrcole et 80 à 85 % de la consommaton almentare du Nger L'organsaton de la flère céréalère, en ce qu concerne les approvsonnements et la commercalsaton des céréales ncombaent surtout à l'offce des Produts Vvers du Nger (OPVN), un établssement publc à caractère ndustrel et commercal Cet organsme avat des responsabltés très ambteuses telles que : - l'organsaton de la commercalsaton et l'améloraton de la protecton des stocks vvrers ; - la consttuton de stocks régulateurs en vue de stablser les prx à la producton et à la consommaton et d'assurer l'équlbre nter-régonal entre lesbesons et les ressources ; - la créaton et la geston des entreprses de condtonnement et de transformaton de produtsvvrers dans les condtons défnes par 1"Etat - etc Pour fare face à la crse économque qu secoue l'économe mondale en général et le Nger en partculer, 1'Etat s'est engagé dans un programme d'ajustement structure1 à court et moyen terme Cet ajustement mplque le désengagement de 1'Etat de la plupart des actons susceptbles d'étre prvatrées C'est dans CF: contexte que les mssons de l'opvn, dans la flere céréalère, ont été rédutes e t les prx des céréales lbéralsés En effet, d'un rôle de stablsaton et de régulaton des prx par la geston d'un stock de sécurt6 de T, 1'OFVN est rédut à la geston d'un stock de réserve de Tonnes dont le ters est annuellement renouvelable par appel d'offres

8 Compte tenu de cette stuaton, les Banques cerealeres sont appelées à jouer un rôle de plus en plus mportant dans la recherche de la sécurté almentare Du fat de leur leu d'mplantaton (vllage), et de leurs fonctons, elles permettent un approvsonnement plus décentralsé et plus adapté des populatons rurales Leur mpact se manfeste concrètement par la dsponblté des céréales, au moment opportun, c'est-à-dre pendant la soudure, dans les vllages, donc plus proche des consommateurs et par l'applcaton des prx préférentels aux benéfcares Il est auss mportant de noter la partcpaton drecte des populatons rurales dans les opératons d'achat, de stockage et d'écoulement des stocks céréalers- Tout en fonctonnant sur une base autonome, c'est-à-dre ndépendamment de l'offce Céréaler, les banques céréalères complètent les actons de cet offce dans les zones rurales L'mportance des BC et l'engouement des populatons pour cette actvté ont été à la base de l'essor rapde des BC, passant de 77 en 1980, à 533 en fn 1991 Malgré leur évoluton et le rôle mportant qu'elles jouent, leur part dans le stock céréaler natonal reste fable (10000 Tonnes), représentant mons de deus jours de consommaton natonale en céréales II DEFINITION DES CON(Xl?TJ,-, * * * 5 1 La securte almentare Selon la FAO, la sécurté almentare se défnt comme l'accès permanent à l'almentaton, quanttatvement et qualtatvement adéquate, pour couvrr les besons almentares et nutrtonnels au nveau ndvduel, famlal et natonal ; ce qu mplque 3 condtons : - la dsponblté des produts almentares ; - l'accessblté au consommateur ; - la stablth des approvsnrnements

9 5 2-2 a c* la 1 ere cerea lere La flère céréalère comprend l'ensemble des étapes de la producton à la consommaton, Il s'agt de la producton, de la conservaton, du stockage, de la commercalsaton, de la transformaton et de la consommaton Les prncpaux acteurs de la flère sont : - les producteurs ; - 1'Etat (offce et servces technques) - les opérateurs économques ; - les balleurs de fonds et ONG ; - les consommateurs 23 J,a banque céréalare Une banque céréalère est une actvté économque d'un groupement ou d'une organsaton coopératve dont les membres sont connus, consstant en l'approvsonnement, le stockage et la vente des céréales en vue de contrbuer à la sécurté almentare et à l'auto-promoton paysanne- III NECESSITE D'UNE STRATEGIE NATIONALE DES B-C 31 Justfcaton La nécessté quatre rasons : d'une stratége natonale des BC découle de - une volonté poltque affrmée du gouvernement de promouvor le monde rural ; - la place des banques céréalères comme nstrument de sécurté almentare ; - le rôle des banques céréalères comme actvté économque d'auto-promoton paysanne ; - la multplcté des banques céréalères et la dsparté ~PC méthodologes d'nterventon

10 6 3 2 c et ob;ectlfr! La stratége natonale des ESC se défne comme l'ensemble des actons coordonnées à mettre en oeuvre par les dfférents acteurs pour rendre les banques céréalères plus opératonnelles et performantes, Elle a deux objectfs prncpaux : - l'harmonsaton des méthodologes ; - la coordnaton des nterventons

11 7 Harmonser n-est pas synonyme d'unformser, de standardser ou d'mposer une quelconque méthodologe L'harmonsaton est la résultante d'échange d'expérences entre les dfférents ntervenants, par rapport aux dvers aspects et étapes d'dentfcaton, d'mplantaton, d'organsaton, de formaton des gestonnares, de geston et de suv-évaluaton des banques céréalères, aboutssant à la détermnaton des prncpes de base qu guderaent les actons en faveur et au sen des groupements ou des organsatons coopératves Four aboutr à l'harmonsaton, toute une gamme de processus et de moyens sont ms en oeuvre ; à ce ttre, une évaluaton fasant ressortr le rapport tout-effcacté est plus que nécessare La détermnaton de ce coût sera foncton des apports des dfférents ntervenants Pour la vablté de cette harmonsaton responsablté sont dégagés : deux nveaux de - le nveau central, pour fare respecter les méthodes d'approche adoptées ; - les promoteurs, pour le respect de l'applcablte des méthodes d'approche adoptées Un certan nombre de paramètres sont a consdérer par les nouveaux ntervenants dans les zones où d'autres sont déjà mplantés ; notamment : - le degre de saturaton en BC d'une régon par rapport a une autre (souc de l'équlbre régonal) ; - avor les memes approches

12 8 D'autre part, dans le cadre d'une complémentarté des actvtés (ex : formaton - constructon de magasns), pluseurs ntervenants peuvent agr de concert dans ce domane et dans la même zone en tenant compte de la capacté d'absorpton de la coopératve Par contre s dans une même coopératve pluseurs organsmes ntervennent, la structure de coordnaton dot les mettre en rapport par des concertatons pérodques afn de coordonner leurs approches Dans le souc de meux asseor une base durable de développement des BC toute combnason de pluseurs types de fnancement est à évter au sen d'une même coopératve, notamment prêts sans ntérêt ou subventon et prêt avec ntérêt

13 9 V R DRS BC Le Mnstère de l'agrculture et de 1'Elevage assure la tutelle des organsmes ruraux à caractère coopératf et mutualste De ce fat, la mse en oeuvre de la stratége natonale en matère de banques céréalères lu revent de drot ; l en est le maître d'oeuvre Cette tache devra être assurée par la Drecton chargée de la Promoton des Organsatons Rurales qu est la structure de coordnaton En outre, d'autres structures dovent être mplquées dans la mse en oeuvre de la stratége, l s'agt notamment de : - l'organsme de tutelle des ONG ; - la drecton des études et la programmaton du MAG/EL ; - l'unon Natonale des Coopératves Il est nécessare de former un cadre de concertaton composé des structures mplquées dans la mse en oeuvre de la stratége natonale des BC sous l'égde du Mnstère de l'agrculture et de 1'Elevage La structure de coordnaton dot favorser les contacts entre les ntervenants sous forme de sémnares, atelers ou des réunons de concertaton Ces ronthcts auront leu : - en t-- _ a s de nouvelle nterventon pour permettre aux nouveaux promoteurs de s'mprégner de la methodologe d'nterventon ; - en cas de problème entre les ntervenants ; concertaton - pérodquement pour des besons de coordnaton et de (2 fos par an)

14 10 VI TION DRS EMNQUJW CEWJoIW La décson de mse en place d'une banque céréalère dot s'appuyer sur l'analyse des aspects relatfs à l'expresson des besons des populatons, à la sensblsaton/anmaton de ces dernères et à l'examen des résultats des études 61 L'expresson du beson Le beson de créer une banque céréalère dot être exprmé par la populaton concernée avec ou sans l'appu de l'encadrement Ce derner ntervendra s nécessare pour apporter un appu technque et des nformatons complémentares afn de meux cerner le problème qu se pose réellement dans la zone Par la sute, une demande dot être étable et adressée à la structure de tutelle pour la recherche de fnancement Au cas où un balleur de fonds ntervent déjà dans la zone, dans ce domane, la demande peut lu être drectement adressée avec une amplaton à la structure de tutelle Toutefos, une coopératve (ou groupement), qu désre mettre en place une banque céréalère par ses propres moyens, est lbre de l'mplanter tout en prenant son de sasr la tutelle pour nformaton et de respecter la démarche décrte dans la présente stratége C'est une étape ndspensable dans le processus d'ntaton de banques céréalères Elle permet d'dentfer les problèmes de sécurté almentare, de mesurer l'mplcaton et l'engagement des populatons dans la recherche de solutons à ces problèmes

15 11 Cette sensblsaton/anmaton permet d'nformer les bénéfcares sur : - les objectfs de la banque céréalère ; - le mode d'organsaton et les prncpes de geston d'une banque céréalère ; - les modaltés et mplcatons de la procédure d 'mplantaton d'une BC (apports des dfférents partenares) Elle se fat en 3 reunons au mnmum Au cc:!urs de ces réunons, l faut appréhender les prncpaux aspects suvants : - cohéson et talle du vllage ; - ant~éc:édents ; 4 absence ou exstence d'une banque cerea1jere ou d'un marché céréaler de 3a RC mportant dans les envrons mmedats + nveau d 'alphabetsatnn et degr6 de partcpaton aux séances de fol~maton/annst~ln : et CI' 63 Les études pea études soco-économques prealables dovelt etre menees sur le terran afn de cerner le vkrtable probleme qu se pose dans le mleu, de vor s (:e -problème correspond au beson exprmé par la populaton

16 12 Ces études dovent prendre en compte les éléments c-après: - analyse du mleu physque (problèmes clmatques ; enclavement et problèmes de communcaton) ; - analyse du mleu human (composton de la populaton, évoluton, mgraton) ; - analyse de la producton agrcole et des besons céréalers (producton moyenne, blan vvrer, durée moyenne de la soudure) ; - analyse de la stuaton soco-économque des vllageos (revenus locaux et externes, budget) - les organsatons actves au nveau du vllage Enfn, ces études permettent d'évaluer les effets de la BC une fos mse en place notamment par la détermnaton du nombre de famlles qu seront concernées par la résoluton du problème de sécurté almentare Le fnancement de ces études dot être assuré par le promoteur ntéressé au développement de la zone 64- prse de décson d'mplantaton des B-C Les leux d'mplantatons sont choses en foncton des résultats des études en mettant l'accent sur les crtères de chox suvants : - l'élognement du pont tradtonnel de vente (marché) ; - l'exstence d'nsécurté almentare ; - le dynamsme de la populaton ; - l'engagement de la populaton à partcper à la mse en place de la banque céréalère

17 13 Dans tous les cas, l revent à la populaton de décder de l'mplantaton de la BC en accord avec les autres partes prenantes (tutelle et promoteurs) après analyse approfonde de la stuaton de la zone

18 14 VII, La démarche d'mplantaton d'une banque céréalère dot passer par les phases suvantes : - la sensblsaton ; - l'organsaton (mse en place des organes, établssement d'un contrat, élaboraton d'un règlement ntéreur) ; - la constructon du magasn ; - l'équpement du magasn 7-1, L ten Cette deuxème sensblsaton permet de rappeler et d'approfondr les sujets déjà abordés au cours de l'ntaton à savor : les objectfs de la banque céréalère, ses avantages et ses exgences, la contrbuton du balleur de fonds et de la populaton Elle permet auss de préparer les phases d'organsaton de l'actvté banque céréalère et les prncpes de fonctonnement Elle aboutt à l'établssement d'un contrat de collaboraton et à l'élaboraton d'un règlement ntéreur 7-Z J,'organsaton La BC étant une actvté d'une organsaton coopératve, l s'agt, au cours de cette phase, de mettre en place le comté de geston et recruter éventuellement un gérant de la BC, de défnr leurs rôles et d'établr les actes qu régssent son fonctonnement * Le comté de geston de la BC est responsable de la geston quotdenne de la BC (achat, vente, récupératon, dstrbuton, entreten des locaux, équpements et stocks) Il est composé d'au mons 3 membres

19 15 Il est sous l'autorté du consel d-admnstraton de l'organsaton coopératve concernée Il peut déléguer une parte de la geston quotdenne à un gérant recruté et rémunéré- Les organes du groupement ou de la coopératve qu ntervennent dans la condute de l'actvté BC sont : - l'assemblée générale ; - le consel d'admnstraton ; - l'organe de contrôle * J,'Assemblée Générale est l'organe souverane de décson Elle regroupe tous les membres ayant souscrt et lbéré leurs parts socales pour le groupement et tous les délégués des G-M pour la coopératve J: J,e consel d *- ' ddmn straton est l'organe d'exécuton la coopératve (ou groupement) et a pour tâche de veller à l'applcaton des décsons de l'assemblée Générale à qu l rend compte de * J,*organe de contrôk est chargé de controler entre autre la geston de la RC et de rendre compte a l'assemblée Générale Le règlement ntereur qu dot etre élabore et adopté la structure cooperatve pour la BC dot non seulement défnr les responsabltés de chaque membre du comte de geston mas auss détermner 1~s normes de son fonctonnement et les pénaltés à nflger aux auteurs d'agssements rrégulers par Un contrat dot également être établ de commun accord entre les dfférentes partes (coopératve, promoteur, tutelle) Les dspostons de ce contrat dovent clarement défnr les responsabltés de chaque parte Les sgnatares du contrat dovent lu donner toute sa valeur jurdque

20 16 Le fonctonnement de la banque chréalère dot reposer sur un plannng qu détermne les pérodes propces aux dfférentes opératons (cf tableau - page lq>- 7-3, a La constructon du ma,gafln et 1 equpement de la R C La constructon d'un local servant de magasn de stockage, étant une nécessté mpéreuse pour rendre opératonnelle la B-C, l est mportant que le montant de fnancement sot négocé et arrêté ;

21 3~183~puf anb ~sa,u 8uTuuw1d a~ = B N I I xxxxxxx luaulblf82j I l l xxxxxxx I l \ I I I 1 uof7wn~aa3 I I I 1 I I l xxxxxxxtxxxxxxxkxxxxxxxj ydo2s 7uamaTlahnoua~ l l 1 1 l l--j t xxxxxxx 1 I 1 xn statqv44 uafaaau3, l 1 l I xxxxkxxxx I l U 8 1 F a: l 1 l xxxxxxx~xxxxxxx~xxxxxxxtxxxxxxx ssynpod sap Juamafno2g l l 1 l 1 xxxxxxx~xxxxxxx 1 as8fga3ax no/aa uo~78uxo~ 1 I l I 8 l I I xxxxxxxfxxxxxxx I8dfQd atsx?u?g a?lqmassy l l I 1 l 1 xxxxxxx xxxxxxx uo~79nz2sto3 1 l l 1 1 l I I I I I 1 l I I I 1 S3fIhIf3V I 1, a N 0 S V C r W V W d r, l I I l swniw3m3 sanbfdva ma LNBW~NN~ILDNOJ 3a 3NIwud

22 18 les apports de chaque ntervenant devant être clarement défns Ans, les bénéfcares peuvent assurer la man d'oeuvre non qualfée et l'apport de matéraux locaux (sable, graver, banco, eau etc) ; le promoteur quant à lu fournt les matéraux non dsponbles localement (cment, fer, IPN, tôles, portes, fenêtre, etc > et la man d'oeuvre qualfée Tros types de constructon sont généralement utlsées avec chacun ses avantages et ses nconvénents comme l'ndque le tableau c-dessous (vor page-a%) Deux (2) exemples de plan-type fgurent en page %O ets Le chox du type de constructon à réalser dot être effectué par les promoteurs et les populatons en foncton des possbltés fnancères et des réaltés locales à savor : En outre, la PC dot être dotée d'un mnmum d*équpement - les palettes ; - la bascule ; - les bâches ; - les sacs vdes et fcelles ; - les mesures tradtonnelles (TIA) ; - le matérel et mobler de bureau (table, chases, armore etc) Toutefos, s l'étude révèle l'exstence d'un magasn dans le leu d'mplantaton, les bénéfcares peuvent engager une procédure de son acquston par le bas de la tutelle

23 ,% l I 1 uot23nr2suo3 ap Xn8fJ?J8Ul Sap?JfTlqTuOds?p LION sy302s sap uoy~~>r oxxbt) OOT r uot?8tndod -orr??p ap eanbeyz ap 68d f l 81 ap uolj8dtsljad a-[qroj ; ayr\ ap a?jnp ansu j? 1 xnaj o3 S?lJ, sa2uansar sa8r)q3 ap s8d (+7X9) 92 t xna u3 1 I 8 *suoyelndod uof~sn~suo3 ap I sap uo~~sd~~?~r~d auuog (wq> 00 1 ; xnwtz?qsrn sap?ltltqtuodsrp UON saluans? saffleq3 ap nad? l an8uot I s?aat? 1 03 SU~OUI no snld at,t ap a?na (9X9) 92 r Ina-fuag u3 / 2uamauuorTAua,T ap suorlelndod uor33n2saa sap uogedy3-ccred auuoq S?J~ (5x8) 09 a?lggenb sy3ojs sap uorîolot?2?a arr\nao,p UJSIA?lyllqruodsla? sa?zalp sa3uamz? sa dey3 xn8?l?lolu?arltqtuods?a ajno3 ata ap a?na xna2 03 SUTON (47x9) 92 f 03ueg u3 1 pu ua Sas8JUoAV uoyeuamfa l l adxj I NOIL3fIUSN03 3a S3dAL Z ON nv3uvb

24 J 20 : 1:?W $jp :: Y _ m_--_ - Ez!El : li3!3 - --: I ,-r Fg --_ Iy a -- - Il _- --A-- - FAÇADE PRINCIPALE I VUE Et PLAN+ ff: Cfb : BIT/A Co?AM

25 : < : ; :, ;,! 1 ; I j ]! 1! l ] 1 : j I I!!! I 1 j t, 1, j - 4 :, I! : I : : 0

26 22 VIII RMATION Nécessté de la formaton La formaton est la condton premère pour la réusste de toute acton de développement L'nsuffsance et l'nadaptaton des approches utlsées par les promoteurs dans ce cadre, sont, dans la plupart des cas, a l'orgne des échecs des opératons de développement en mleu rural A ce ttre, une bonne formaton des paysans dot permettre aux banques céréalères d'évoluer comme de vértables entreprses collectves vables Elle dot porter prncpalement sur le développement des capactés organsatonnelles et technques des populatons et s'adapter au meux au contexte soco-culturel des mleux concernés Auss la reallsatm d'un programme de formaton en matère de banques céréalères suppose une parfate connassance de la stuaton soco-culturelle et économque du mleu, une maïtrse des technques andragogques et une bonne capacté d'élaboraton des outls pédagogques Dans le domane des banques ceréalères la problématque de la formaton demeure encore entère L-analyse de stuaton permet de constater : - l'nadaptaton des documents de geston et leur nexstence dans certans cas ; - la fable crculaton de l'nformaton ; - l'ncohérence des pérodes de formaton par rapport a l'exécuton des opératons ; - le fable nveau d'alphabétsaton de la populaton cble par rapport aux tâches à accomplr ; - le manque d'évoluton dans le processus de formaton ; - la fable capacté technque des paysans dans la manpulaton des stocks et leur entreten

27 23 L'ensemble de ses lacunes se tradut par des problèmes de geston et d'organsaton alterant le bon fonctonnement des banques céréalères ; ces problèmes sont : - absence de transparence dans la geston ; - manque de confance entre les membres et les comtés de geston ; - mauvase tenue des documents ; - conflt de role et desntéressement des membres ; - margnalsaton de la majorté des membres ; - détéroraton des stocks etc En somme, la nécessté de la formaton banques céréalères parat évdente dans le domane des 8,2 Fesons en formaton Il s'agt pour l'essentel de : - beson en organsaton ; - beson en alphabétsaton ; - beson en technques de geston ; - beson en technques de stockage Les tableaux pages 25 et 28 ndquent les modules de formaton et leurs modaltés de rëalsaton (les groupes cbles concernés, les pérodctés de formaton) 8-3, Mosens et suworts de formaton En foncton des thèmes à trater et dans le soucs d'assurer un bon encadrement, les ressources humanes nécessares et compétentes dovent etre recherchees La formaton dans les BC requère des moyens matérels adéquats : fourntures et équpements pédagogques Elle dot être basée sur un certan nombre de supports dont le chox dépend des ntervenants Ces supports sont entre autres :

28 24 _ Les Projectons audo-vsuelles ; _ Les fgurnes ; le tableau paper (fleep-chart), etc Etant donné l'mportance de cette actvté, son fnancement ne dot souffrr d'aucune restrcton A cet effet, les coûts de formaton dovent être nscrts en bonne place dans tous les projets de banques céréalères et les fonds nécessares dsponbles en temps opportun

29 ufs888m ap uayaa2ua rla uojsarasuo3 ap anbfuq3ab AI III NOILVJGOd 3a S3dAL amaow

30 26 a 5 I m + I m cn

31 27 a 9-1, Déte&ton des beaerr;bs d e f-cerna Il s'agt de cerner tous les moyens nécessares à la mse en oeuvre de l'actvté banque céréalère Ces moyens dovent permettre : - le fnancement des études ; - 1' acquston du stock céréaler ntal ; - la constructon et l'équpement du magasn de stockage - la mse en oeuvre du programme de formaton ; - l'élaboraton et la dffuson des documents de geston - le suv et l'évaluaton Le volume des ressources fnancères nécessares est évalué par les populatons et les promoteurs en foncton de la dmenson à donner à la banque céréalère 9-2, Tvws de flnmment Il y a tros (3) types de fnancement de l'actvté banque céréalère : pour la mse en oeuvre 1 apport des membres ; 2 subventon et dons ; 3 emprunt En rason de la fablesse des marges dans les banques céréalères, les dfférentes partes prenantes (promoteurs, tutelles et populatons) dovent concevor un mode de fnancement n'entraînant pas un taux d'ntérêt élevé

32 28 93, n du cavlta1 La noton du captal dans les BC a été souvent lmtée à une vson qu se rapporte au fonds de roulement ou au stock ntal Beaucoup de promoteurs ne consdèrent pas le captal dans sa dmenson économque et comptable ; ce qu a pour conséquence de rendre peu fable les évaluatons des performances de la Banque Céréalère Dans le cadre de la BC, la noton du captal est un des paramètres d'évaluaton et un moyen d'améloraton de la geston de l'actvté A ce ttre, ses éléments consttutfs sont les suvants : 1 ) Apports des membres : _ traval ; _ parts socales ; _ cotsatons (espèces ou nature) 2 ) Subventon ou emprunts : fonds de roulement ou stock ntal ; _ coût de constructon ; autres Tros types d'apport des membres sont dentfés : - Espèces : Apport fnancer pour la consttuton de fonds de roulement à partr de fonds propres du groupement mutualste ou de la coopératve, ou des cotsatons suppl6mentares des membres - Nature : fournture de céréales par les membres en vue de consttuer le stock ntal de la banque céréalère et la fournture de certans matéraux locaux de constructon

33 29 - Physque : l se résume en la partcpaton au traval pour la réalsaton des nfrastructures et de leur entreten 9-4, JIétermnaton du fonds de roulement Le fonds de roulement sert à assurer le fonctonnement de la BC Le fonds de roulement mnmum dot correspondre au coût d'acquston du stock ntal Les crtères de détermnaton du stock ntal sont : - la durée de la pérode de soudure ; - l'mportance de la populaton ; - les ratos de consommaton en céréales Au Nger, l est retenu en général les ratos de consommaton en céréales c-après : zone nomade : 200 kg/personnes/an ; zone sédentare : 250 kg/personne/an Toutefos, le stock ntal dot couvrr au mons 1/3 des besons de la populaton pour la pérode de soudure Généralement' l est consttué en ml, sorgho ou maïs Pour le stock ntal consttué sur emprunt l y a leu de tenr compte du taux prévsonnel de rotaton pour évter les fras bancares élevés En prncpe? le fonds de roulement dot prendre en compte toutes les charges à encourr depus l'acquston du stock jusqu*à son ecoulement 9-5 Nécesste de fonds de commercalsaton Ce fonds permet à la BC de réalser des opératons de commercalsaton de céréales et de développer ses ressources fnancères en vue d'attendre l'autofnancement Toutefos, cette foncton revent à l'organsme coopératf responsable de la BC

34 30 C'est la condute harmoneuse des dfférentes opératons que requert le bon fonctonnement de la banque céréalère Ces opératons sont : - la détermnaton du nveau de stock à acquérr ; - la détermnaton du prx et du leu d'approvsonnement; - le transport et la manutenton ; - la fxaton des prx de vente et des taux d'ntérêts dans le cas des opératons à crédt ; - la cesson proprement dte ; - la fxaton du nveau maxmum de lqudtés en casse, les versements et retrats en banque ; - la répartton des tâches entre les dfférents membres du comté de geston ; - la tenue des documents comptables ; - l'entreten des stocks et du magasn ; - la tenue des assemblées générales Tous ces aspects de geston dovent tenr compte des objectfs à court et moyen terme de la BC 10-1, Les documents de geston et leur Présentaton Le type des documents à tenr vare selon le mode de cesson retenu comme ndqué dans le tableau suvant (cf page 31)

35 31 ON l?kuj$dr DE CRSSU LISTE DES DOCUMENTS Cesson au comptant Cesson à crédt Rembourse- Remboursement ESPECE ment NATURE Carnet de reçu X X Lvre de casse X X Lvre de banque X X Fche d'achat X X Fche de vente X X Fche de stock X X X Fche de crédt X X Fche de récupératon X Fche compte d'explotaton X X 3on d'entrée X X cjon de sorte X X Fche de blan X X X Fche de contrôle de la casse Fche de contrôle du stock Les modèles des documents couramment utlsées dans les BC sont présentées dans les pages 32 à 39 La rgueur dans la geston dot avor comme préalable la tenue régulère des documents, sous forme de caher ou de fches cartonnées, défns et dscutés avec les gestonnares au cours des sessons de formaton Ces documents dovent être smples et élaborés dans les langues locales

DIRIGER ADMINISTRER DÉVELOPPER

DIRIGER ADMINISTRER DÉVELOPPER 24 Adjont de drecton F/H Votre formaton BTS Hôtellere-restauraton BTS Management des untés commercales BTS Assstant de geston PME-PMI Lcence Management d untés de restauraton Vos mssons Vous anmez, formez

Plus en détail

Les jeunes économistes

Les jeunes économistes Chaptre1 : les ntérêts smples 1. défnton et calcul pratque : Défnton : Dans le cas de l ntérêt smple, le captal reste nvarable pendant toute la durée du prêt. L emprunteur dot verser, à la fn de chaque

Plus en détail

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations Contrats prévoyance des TNS : Clarfer les règles pour sécurser les prestatons Résumé de notre proposton : A - Amélorer l nformaton des souscrpteurs B Prévor plus de souplesse dans l apprécaton des revenus

Plus en détail

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks Plan Geston des stocks Abdellah El Fallah Ensa de Tétouan 2011 Les opératons de gestons des stocks Les coûts assocés à la geston des stocks Le rôle des stocks Modèle de la quantté économque Geston calendare

Plus en détail

une garde d Enfant a votre domicile

une garde d Enfant a votre domicile GUIDE A DESTINATION DES PARENTS Ce gude pratque a été réalsé par la CDAJE du Nord (Commsson Départementale de l Accuel des Jeunes Enfants). A retrouver sur www.cdaje59.fr PAO - CAF DU NORD 06/2012 EmploYEr

Plus en détail

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social Drgeant de SAS : Lasser le chox du statut socal Résumé de notre proposton : Ouvrr le chox du statut socal du drgeant de SAS avec 2 solutons possbles : apprécer la stuaton socale des drgeants de SAS comme

Plus en détail

Informations de l'unité d'enseignement Implantation. Cursus de. Intitulé. Code. Cycle 1. Bloc 2. Quadrimestre 1. Pondération 4. Nombre de crédits 4

Informations de l'unité d'enseignement Implantation. Cursus de. Intitulé. Code. Cycle 1. Bloc 2. Quadrimestre 1. Pondération 4. Nombre de crédits 4 Informatons de l'unté d'ensegnement Implantaton Cursus de Inttulé Code ECAM Insttut Supéreur Industrel Bacheler en Scences ndustrelles Outls de communcaton B2050 Cycle 1 Bloc 2 Quadrmestre 1 Pondératon

Plus en détail

* Notre savoir au service de votre réussite

* Notre savoir au service de votre réussite * Notre savor au servce de votre réusste * Vsualser les ndcateurs clés de performance de votre portefeulle clents sur un tableau de bord Analyser le taux d acceptaton de vos demandes d agréments par notaton

Plus en détail

Les risques des pesticides mieux les connaître pour les réduire

Les risques des pesticides mieux les connaître pour les réduire Les rsques des pestcdes meux les connaître pour les rédure Des outls à votre portée pour rédure les rsques des pestcdes Vous avez mantenant accès à des outls d ade pour meux connaître les rsques des pestcdes

Plus en détail

Mesurer la qualité de la prévision

Mesurer la qualité de la prévision Mesurer la qualté de la prévson Luc Baetens 24/11/2011 www.mobus.eu Luc Baetens 11 ans d expérence Planfcaton Optmsaton des stocks Organsaton de la Supply Chan Performance de la Supply Chan Geston de la

Plus en détail

ACCORD GENERAL DE COOPERATION. entre Ie Gouvernement du Grand-Duche de. Luxembourg

ACCORD GENERAL DE COOPERATION. entre Ie Gouvernement du Grand-Duche de. Luxembourg ACCORD GENERAL DE COOPERATON entre e Gouvernement du Grand-Duche de, Luxembourg et e Gouvernement de la Republque Democratque Populare Lao 2 Le Gouvernement du Grand-Duche de Luxembourg et e Gouvernement

Plus en détail

SmartView d EH. Vue d ensemble des risques et des occasions. Surveillance de l assurance-crédit. www.eulerhermes.ca/fr/smartview

SmartView d EH. Vue d ensemble des risques et des occasions. Surveillance de l assurance-crédit. www.eulerhermes.ca/fr/smartview SmartVew d EH Servces en lgne Euler Hermes Vue d ensemble des rsques et des occasons Survellance de l assurance-crédt www.eulerhermes.ca/fr/smartvew Les avantages du SmartVew d EH Prenez plus de décsons

Plus en détail

Accord Entreprise. Le Guide du True-Up. Enterprise Agreement True - Up Guide

Accord Entreprise. Le Guide du True-Up. Enterprise Agreement True - Up Guide Enterprse Agreement True-Up Gude Accord Entreprse Le Gude du True-Up Enterprse Agreement True - Up Gude Le gude du True-Up dans l Accord Entreprse Table des matères Le True-Up des lcences on premse et

Plus en détail

EH SmartView. Identifiez vos risques et vos opportunités. www.eulerhermes.be. Pilotez votre assurance-crédit. Services en ligne Euler Hermes

EH SmartView. Identifiez vos risques et vos opportunités. www.eulerhermes.be. Pilotez votre assurance-crédit. Services en ligne Euler Hermes EH SmartVew Servces en lgne Euler Hermes Identfez vos rsques et vos opportuntés Plotez votre assurance-crédt www.eulerhermes.be Les avantages d EH SmartVew L expertse Euler Hermes présentée de manère clare

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE L analyse fondamentale Ce document pédagogque n est pas un document de consels pour nvestr en bourse. Les nformatons données dans ce document sont à ttre nformatf. Vous êtes seul responsable

Plus en détail

Remboursement d un emprunt par annuités constantes

Remboursement d un emprunt par annuités constantes Sére STG Journées de formaton Janver 2006 Remboursement d un emprunt par annutés constantes Le prncpe Utlsaton du tableur Un emprunteur s adresse à un prêteur pour obtenr une somme d argent (la dette)

Plus en détail

LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA

LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA Observatore Economque et Statstque d Afrque Subsaharenne LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA Une contrbuton à la réunon commune CEE/BIT sur les ndces des prx

Plus en détail

Le Prêt Efficience Fioul

Le Prêt Efficience Fioul Le Prêt Effcence Foul EMPRUNTEUR M. Mme CO-EMPRUNTEUR M. Mlle Mme Mlle (CONJOINT, PACSÉ, CONCUBIN ) Départ. de nass. Nature de la pèce d dentté : Natonalté : CNI Passeport Ttre de séjour N : Salaré Stuaton

Plus en détail

Activité Intitulé de l'activité Volume horaire

Activité Intitulé de l'activité Volume horaire Informatons de l'unté d'ensegnement Implantaton Cursus de ECAM Insttut Supéreur Industrel Bacheler en Scences ndustrelles Electronque applquée B2150 Cycle 1 Bloc 2 Quadrmestre 2 Pondératon 4 Nombre de

Plus en détail

Informations de l'unité d'enseignement Implantation. Cursus de. Intitulé. Code. Cycle 1. Bloc 1. Quadrimestre 1-2. Pondération 5. Nombre de crédits 5

Informations de l'unité d'enseignement Implantation. Cursus de. Intitulé. Code. Cycle 1. Bloc 1. Quadrimestre 1-2. Pondération 5. Nombre de crédits 5 Informatons de l'unté d'ensegnement Implantaton ECAM Cursus de Bacheler en Scences ndustrelles Informatque et communcaton B1030 Cycle 1 Bloc 1 Quadrmestre 1-2 Pondératon 5 Nombre de crédts 5 Nombre d heures

Plus en détail

LES TYPES D AIDE QUE JE CONNAIS

LES TYPES D AIDE QUE JE CONNAIS Fche 1.1 LES TYPES D AIDE QUE JE CONNAIS a) Comment peut-on ader Davd? Davd a qutté le gymnase/lycée en 2 e année. Il a trouvé un pett boulot à 50 % peu payé. Il est nourr et logé par ses parents mas l

Plus en détail

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix?

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix? Note méthodologque Tratements hebdomadares Questlemonscher.com Quelle méthode de collecte de prx? Les éléments méthodologques ont été défns par le cabnet FaE onsel, socété d études et d analyses statstques

Plus en détail

LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régime») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF

LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régime») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF 1 LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régme») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF AVIS AUX RETRAITÉS ET AUX PARTICIPANTS AVEC DROITS ACQUIS DIFFÉRÉS Expédteurs

Plus en détail

Brochure d @ccueil 09 10

Brochure d @ccueil 09 10 unté A4, C7 & B42 brochure d accuel 2009-2010 Brochure d @ccuel 09 10 (pour étudants) Clnque Sant-Jean Bruxelles 1 / 10 A4C7B42_FULL_0910_FR unté A4, C7 & B42 brochure d accuel 2009-2010 1. Sommare : 1.

Plus en détail

cavité RsIoSutQerrUainEe RIcaS vité Q soute U rraine E

cavité RsIoSutQerrUainEe RIcaS vité Q soute U rraine E RISQUE cavté souterrane cavté souterrane ntercalare cavte souterrane recto verso:mse en page 1 10/07/13 11:21 Page 2 RISQUE cavté souterrane Le rsque cavté souterrane fat parte des rsques de mouvement

Plus en détail

Chapitre 6. Economie ouverte :

Chapitre 6. Economie ouverte : 06/2/202 Chaptre 6. Econome ouverte : le modèle Mundell Flemng Elsabeth Cudevlle Le développement des échanges nternatonaux (bens et servces et flux fnancers) a rendu fortement nterdépendantes les conjonctures

Plus en détail

Le Prêt Efficience Gaz

Le Prêt Efficience Gaz Le Prêt Effcence Gaz EMPRUNTEUR M. Mme (FICHE DE SOLVABILITÉ) À COMPLÉTER INTÉGRALEMENT CO-EMPRUNTEUR M. Mlle Mme Mlle (CONJOINT, PACSÉ, CONCUBIN ) Départ. de nass. Nature de la pèce d dentté : Natonalté

Plus en détail

Editions ENI. Project 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait

Editions ENI. Project 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait Edtons ENI Project 2010 Collecton Référence Bureautque Extrat Défnton des tâches Défnton des tâches Project 2010 Sasr les tâches d'un projet Les tâches représentent le traval à accomplr pour attendre l'objectf

Plus en détail

Le Prêt Efficience Gaz

Le Prêt Efficience Gaz Le Prêt Effcence Gaz (FICHE DE SOLVABILITÉ) À COMPLÉTER INTÉGRALEMENT EMPRUNTEUR M. Mme Mlle CO-EMPRUNTEUR M. Mme Mlle (CONJOINT, PACSÉ, CONCUBIN ) Nom : Prénom : Nom de jeune flle (pour les femmes marées)

Plus en détail

La gestion des déchets radioactifs dans les pays en développement

La gestion des déchets radioactifs dans les pays en développement Perspectves La geston des déchets radoactfs dans les pays en développement De nouvelles dspostons sont prses pour répondre aux besons et résoudre les problèmes par K.T. Thomas, W. Baehr et G.R. Plumb Pratquement

Plus en détail

B0352463741. CHAMBRE DES DePUTES. Entrée le: ''1,2-74

B0352463741. CHAMBRE DES DePUTES. Entrée le: ''1,2-74 JEU/02/AVR/2009 7:08 de greng W FAX:0035246374 p 00 B035246374 groupe d '. parlementare greng el Monseur Lucen Weler Présdent de la Chambre des Député-e-s CHAMBRE DES DePUTES Entrée le: o 2 livr. 2009

Plus en détail

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction -

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction - EXAME FIAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSIO 1 - Correcton - Exercce 1 : 1) Consdérons une entreprse E comportant deux établssements : E1 et E2 qu emploent chacun 200 salarés. Au sen de l'établssement

Plus en détail

Parlons. retraite. au service du «bien vieillir» L Assurance retraite. en chiffres* 639 192 retraités payés pour un montant de 4,2 milliards d euros

Parlons. retraite. au service du «bien vieillir» L Assurance retraite. en chiffres* 639 192 retraités payés pour un montant de 4,2 milliards d euros Édton Pays de la Lore Parlons La lettre aux retratés du régme général de la Sécurté socale 2012 retrate L Assurance retrate en chffres* 12,88 mllons de retratés 17,58 mllons de cotsants 346 000 bénéfcares

Plus en détail

Enseignement secondaire. PHYSI Physique Programme

Enseignement secondaire. PHYSI Physique Programme Ensegnement secondare Dvson supéreure PHYSI Physque Programme 3CB_3CC_3CF_3MB_3MC_3MF Langue véhculare : franças Nombre mnmal de devors par trmestre : 1 PHYSI_3CB_3CC_3CF_3MB_3MC_3MF_PROG_10-11 Page 1

Plus en détail

Gestion et stratégie Utilisateur

Gestion et stratégie Utilisateur Geston et stratége Utlsateur GESTION ET STRATEGIE UTILISATEUR...2 1.) Comment gérer des utlsateurs?...2 1.1) Geston des utlsateurs en groupe de traval...2 1.2) Geston des utlsateurs par domane...2 Rôle

Plus en détail

Faire des régimes TNS les laboratoires de la protection sociale de demain appelle des évolutions à deux niveaux :

Faire des régimes TNS les laboratoires de la protection sociale de demain appelle des évolutions à deux niveaux : Réformer en profondeur la protecton socale des TNS pour la rendre plus effcace Résumé de notre proposton : Fare des régmes TNS les laboratores de la protecton socale de deman appelle des évolutons à deux

Plus en détail

Recherche universitaire et crédits d impôt pour R-D

Recherche universitaire et crédits d impôt pour R-D Fscalté Recherche unverstare et crédts d mpôt pour R-D Le 27 novembre 2001 Nancy Avone, CA Inctatfs fscaux à la R-D très généreux dsponbles Étude du Conference Board du Canada en 1998 Québec Jurdcton au

Plus en détail

Activité Intitulé de l'activité Volume horaire

Activité Intitulé de l'activité Volume horaire Informatons de l'unté d'ensegnement Implantaton Cursus de Inttulé ECAM Insttut Supéreur Industrel Bacheler en Scences ndustrelles fnalté électromécanque Concepton et producton M3050 Cycle 1 Bloc 3 Quadrmestre

Plus en détail

BTS GPN 2EME ANNEE-MATHEMATIQUES-MATHS FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES

BTS GPN 2EME ANNEE-MATHEMATIQUES-MATHS FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES I. Concepts généraux. Le référentel précse : Cette parte du module M4 «Acquérr des outls mathématques de base nécessares à l'analyse de données économques» est en relaton avec

Plus en détail

DÉCLARATIONS POUR LA BALANCE DES PAIEMENTS

DÉCLARATIONS POUR LA BALANCE DES PAIEMENTS DÉCLARATIONS POUR LA BALANCE DES PAIEMENTS GUICHET D ÉCHANGES DE FICHIERS SUR INTERNET GFIN TABLE DES MATIÈRES 1 1. PRINCIPES GÉNÉRAUX... 3 1.1 GÉNÉRALITÉS... 3 1.2 ÉLÉMENTS TECHNIQUES... 3 1.3 SPÉCIFICITÉS

Plus en détail

Méthodologie quiestlemoinscher de comparaison de prix entre magasins

Méthodologie quiestlemoinscher de comparaison de prix entre magasins Méthodologe questlemonscher de comparason de prx entre magasns Les éléments méthodologques ont été défns par le cabnet FaCE Consel, socété d études et d analyses statstques ndépendante. Le cabnet FaCE

Plus en détail

Ton domaine réservé Organisation Simplicité Efficacité

Ton domaine réservé Organisation Simplicité Efficacité Rev. 07/2012 Ton domane réservé Organsaton Smplcté Effcacté www.vstos.t Ton La tua domane area rservata réservé 1 MyVstos MyVstos est une plate-forme nformatque réservée aux revendeurs Vstos qu permet

Plus en détail

L Evénement en images

L Evénement en images Rédactrce en chef: Edth Defaux L Evénement en mages P a S s o n DYnamsme EchaNge TransparEnce S o l d a R REspect ProfessIonnalsme EnGagement t é Notre Assemblée Générale s est déroulée le 6 févrer derner

Plus en détail

Sociétés d investissement immobilier cotées (SIIC), valeur et prix : deux notes

Sociétés d investissement immobilier cotées (SIIC), valeur et prix : deux notes Socétés d nvestssement mmobler cotées (SIIC), valeur et prx : deux notes I. Dette et créaton de valeur dans les socétés foncères II. La cesson à une SIIC : un cas de dstorson fscale Laurent BATSCH CEREG-DRM,

Plus en détail

Prêt. servir. Des fromages de marques en portions et en pièces. Fin de repas, petit-déjeuner et collation. www.belfoodservice.fr

Prêt. servir. Des fromages de marques en portions et en pièces. Fin de repas, petit-déjeuner et collation. www.belfoodservice.fr Prêt à servr Des fromages de marques en s et en pèces Fn de repas, pett-déjeuner et collaton www.belfoodservce.fr La gamme de s Bel Foodservce Fondus Mns ronds La vache qu rt est connue par 98% des Franças!

Plus en détail

Les stages en entreprise sont une pratique historique des établissements

Les stages en entreprise sont une pratique historique des établissements L INTÉRÊT D UN STAGE EN ENTREPRISE À L ÉTRANGER Les stages en entreprse sont une pratque hstorque des établssements de formaton des Chambres de Commerce et d Industre. Généralement ntégrés dans les cursus

Plus en détail

Le Prêt De Dietrich. Page 4/6 CO-EMPRUNTEUR M. SITUATION FAMILIALE ET LOGEMENT CHARGES DU FOYER DESCRIPTION DU LOGEMENT

Le Prêt De Dietrich. Page 4/6 CO-EMPRUNTEUR M. SITUATION FAMILIALE ET LOGEMENT CHARGES DU FOYER DESCRIPTION DU LOGEMENT DEMANDE DE PRÊT (FICHE DE SOLVABILITÉ) À COMPLÉTER INTÉGRALEMENT Le Prêt De Detrch EMPRUNTEUR M. Mme CO-EMPRUNTEUR M. Mlle Mme Mlle (CONJOINT, PACSÉ, CONCUBIN ) Départ. de nass. Nature de la pèce d dentté

Plus en détail

Les prix quotidiens de clôture des échanges de quotas EUA et de crédits CER sont fournis par ICE Futures Europe

Les prix quotidiens de clôture des échanges de quotas EUA et de crédits CER sont fournis par ICE Futures Europe Méthodologe CDC Clmat Recherche puble chaque mos, en collaboraton avec Clmpact Metnext, Tendances Carbone, le bulletn mensuel d nformaton sur le marché européen du carbone (EU ETS). L obectf de cette publcaton

Plus en détail

RAPPORT D ÉVALUATION DE LA PERFORMANCE EN MATIÈRE DE GESTION DE LA DETTE - BURKINA FASO

RAPPORT D ÉVALUATION DE LA PERFORMANCE EN MATIÈRE DE GESTION DE LA DETTE - BURKINA FASO Out ld éval uat on del aper f or manceen mat èr e degest on del adet t e (DeMPA) Bur k nafaso 2008 LeDeMPA estunemét hodol og epouréval uerl aper f or manceenmat èr edegest on del adet t eàt r aver sunensembl

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE POUR L ÉTABLISSEMENT DES PRIX À LA CONSOMMATION. Guide complémentaire du Manuel de l'indice des prix à la consommation

GUIDE PRATIQUE POUR L ÉTABLISSEMENT DES PRIX À LA CONSOMMATION. Guide complémentaire du Manuel de l'indice des prix à la consommation POUR L'ÉTABLISSEMENT D'INDICES DES PRIX À LA CONSOMMATION Ben que destné prncpalement aux statstcens de l'ipc des pays en développement, ce gude présente auss un ntérêt pour les statstcens dans leur ensemble.

Plus en détail

THESE DE DOCTORAT D ETAT EN SCIENCES ECONOMIQUES

THESE DE DOCTORAT D ETAT EN SCIENCES ECONOMIQUES MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UNIVERSITE D ALGER FACULTE DES SCIENCES ECONOMIQUES ET DES SCIENCES DE GESTION THESE DE DOCTORAT D ETAT EN SCIENCES ECONOMIQUES VALEUR

Plus en détail

Accessibilité aux md de famille. Objectif: Créer une modalité par agence avec application par CSSS et la publiciser

Accessibilité aux md de famille. Objectif: Créer une modalité par agence avec application par CSSS et la publiciser Accessblté aux md de famlle Objectf: Créer une modalté par agence avec applcaton par CSSS et la publcser But: Mettre fn aux démarches multples des patents et rédure le déla d'accès Prncpes: 1. reconnaître

Plus en détail

Pourquoi LICIEL? Avec LICIEL passez à la vitesse supérieure EPROUVE TECHNICITE CONNECTE STABILITE SUIVIE COMMUNAUTE

Pourquoi LICIEL? Avec LICIEL passez à la vitesse supérieure EPROUVE TECHNICITE CONNECTE STABILITE SUIVIE COMMUNAUTE L og c el s de D agnos t c s I mmob l er s Cont ac t eznous 32BddeS t r as bougcs3010875468 Par scedex10tel. 0253354064Fax0278084116 ma l : s er v c e. c l ent @l c el. f r Pourquo LICIEL? Implanté sur

Plus en détail

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria.

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria. 1 CAS nédt d applcaton sur les normes IAS/IFRS Coût amort sur oblgatons à taux varable ou révsable La socété Plumera présente ses comptes annuels dans le référentel IFRS. Elle détent dans son portefeulle

Plus en détail

Cours Corporate finance

Cours Corporate finance Cours Corporate fnance Eléments de théore du portefeulle Le edaf Franços Longn www.longn.fr lan Notons de rentablté Défnton odélsaton Eléments de théore du portefeulle ortefeulle Dversfcaton Le edaf Le

Plus en détail

NEWS PRO ACTIV. www.activexpertise.fr. [Mars 2014] Ce mois-ci on vous parle de. Loi ALUR : quelle incidence pour les diagnostiqueurs?

NEWS PRO ACTIV. www.activexpertise.fr. [Mars 2014] Ce mois-ci on vous parle de. Loi ALUR : quelle incidence pour les diagnostiqueurs? Ce mos-c on vous parle de Lo ALUR : Quelle ncdence pour les dagnostqueurs? Lo ALUR : quelle ncdence pour les dagnostqueurs? La lo ALUR (Accès au Logement et un Urbansme Rénové) a défntvement été adoptée

Plus en détail

Table des Matières RÉSUMÉ ANALYTIQUE... 1 I. CONTEXTE... 2 1. La dette publique du Gouvernement... 2 2. Contexte institutionnel de gestion de la

Table des Matières RÉSUMÉ ANALYTIQUE... 1 I. CONTEXTE... 2 1. La dette publique du Gouvernement... 2 2. Contexte institutionnel de gestion de la Out ld éval uat on del aper f or manceen mat èr e degest on del adet t e (empa) Maur t an a Mar s2011 LeeMPA estunemét hodol og epouréval uerl aper f or manceenmat èr edegest on del adet t eàt r aver sunensembl

Plus en détail

CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE?

CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE? CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE? Boulanger Frédérc Avanssur, Groupe AXA 163-167, Avenue Georges Clémenceau 92742 Nanterre Cedex France Tel: +33 1 46 14 43

Plus en détail

Installation & Guide de démarrage WL510 Adaptateur sans fil /Antenne

Installation & Guide de démarrage WL510 Adaptateur sans fil /Antenne Installaton & Gude de démarrage WL510 Adaptateur sans fl /Antenne Informaton mportante à propos du WL510 Adresse IP = 192.168.10.20 Nom d utlsateur = wl510 Mot de passe = wl510 QUICK START WL510-01- VR1.1

Plus en détail

TABLE DES MATIERES CONTROLE D INTEGRITE AU SEIN DE LA RECHERCHE LOCALE DE LA POLICE LOCALE DE BRUXELLES-CAPITALE/IXELLES (DEUXIEME DISTRICT) 1

TABLE DES MATIERES CONTROLE D INTEGRITE AU SEIN DE LA RECHERCHE LOCALE DE LA POLICE LOCALE DE BRUXELLES-CAPITALE/IXELLES (DEUXIEME DISTRICT) 1 TABLE DES MATIERES CONTROLE D INTEGRITE AU SEIN DE LA RECHERCHE LOCALE DE LA POLICE LOCALE DE BRUXELLES-CAPITALE/IXELLES (DEUXIEME DISTRICT) 1 1. PROBLEMATIQUE 1 2. MISSION 1 3. ACTES D ENQUETE 2 4. ANALYSE

Plus en détail

EXEMPLES D UTILISATION DE LA TECHNIQUE DES OBSERVATIONS INSTANTANÉES.

EXEMPLES D UTILISATION DE LA TECHNIQUE DES OBSERVATIONS INSTANTANÉES. EXEMPLES D UTILISATIN DE LA TECHNIQUE DES BSERVATINS INSTANTANÉES. Chrstan Fortn, ng., Ph.D. Ergonome et hygénste du traval Centre of santé et servces socaux de la Montagne, Montréal. Résumé La technque

Plus en détail

Economie Ouverte. Economie ouverte. Taux de change et balance courante. Le modèle Mundell-Fleming. Définition du taux de change

Economie Ouverte. Economie ouverte. Taux de change et balance courante. Le modèle Mundell-Fleming. Définition du taux de change Econome Ouverte Econome ouverte Taux de change et balance courante Taux de change et balance courante Modèle Mundell-Flemng Campus Moyen Orent Médterranée Défnton du taux de change Le taux de change est

Plus en détail

Méthodologie Version 3, septembre 2007

Méthodologie Version 3, septembre 2007 Méthodologe Verson 3, septembre 2007 Le bulletn Tendances Carbone présente chaque mos sx groupes d ndcateurs : - Synthèse du mos 2 Météo 3 - Actvté économque Energe 5 - Envronnement nsttutonnel 6 - Tableau

Plus en détail

LE PRÊT PRESTIGE PLUS

LE PRÊT PRESTIGE PLUS LE PRÊT PRESTIGE PLUS DEMANDE DE PRÊT (FICHE DE SOLVABILITÉ) À COMPLÉTER INTÉGRALEMENT EMPRUNTEUR M. Mme CO-EMPRUNTEUR M. Mlle Mme Mlle (CONJOINT, PACSÉ, CONCUBIN ) Départ. de nass. Nature de la pèce d

Plus en détail

Editions ENI. Excel 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait

Editions ENI. Excel 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait Edtons ENI Excel 2010 Collecton Référence Bureautque Extrat Tableau crosé dynamque Tableau crosé dynamque Excel 2010 Créer un tableau crosé dynamque Un tableau crosé dynamque permet de résumer, d analyser,

Plus en détail

TRANSPORTS URBAINS ET CALCUL ÉCONOMIQUE

TRANSPORTS URBAINS ET CALCUL ÉCONOMIQUE TRANSPORTS URBAINS ET CALCUL ÉCONOMIQUE Mnstère de l Equpement, du Logement, des Transports et du Toursme Consel général des Ponts et Chaussées Mnstère de l Econome et des Fnances Drecton de la Prévson

Plus en détail

Vous ne visualisez pas correctement cet email

Vous ne visualisez pas correctement cet email Vous ne vsualsez pas correctement cet emal Pluseurs lens qu créent du len sur SFR Busness Team Pour plus d nformaton sur nos offres sfrbusnessteam.fr Consultez les mentons légales et le glossare SFR -

Plus en détail

Les règles applicables en matière de santé et de sécurité

Les règles applicables en matière de santé et de sécurité Gude pratque 3 / 6 MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS, MINISTÈRE MINISTÈRE DU BUDGET, DE DU LA BUDGET, FONCTION DES COMPTES DES COMPTES PUBLIQUE PUBLICS, PUBLICS, ET DE LA RÉFORME DE L ETAT DE LA

Plus en détail

La formation débute en octobre.

La formation débute en octobre. CERTIFICAT UNIVERSITAIRE EN PLANIFICATION PATRIMONIALE Sous la drecton de Xaver BOCQUET, Estate Planner, André CULOT, Consel fscal, Professeur à l EFP, Collaborateur scentfque à l ULg, Chargé d ensegnement

Plus en détail

RÉNOVATION ET CONSTRUCTION DURABLE

RÉNOVATION ET CONSTRUCTION DURABLE régon Provence-Alpes-Côte d Azur RÉNOVATION ET CONSTRUCTION DURABLE BILAN ANNUEL 2013 1 Octobre 2014 Avant-propos Face aux enjeux envronnementaux en len avec notre secteur d actvté, les admnstrateurs de

Plus en détail

Proposition d'une solution au problème d initialisation cas du K-means

Proposition d'une solution au problème d initialisation cas du K-means Proposton d'une soluton au problème d ntalsaton cas du K-means Z.Guelll et L.Zaou, Unversté des scences et de la technologe d Oran MB, Unversté Mohamed Boudaf USTO -BP 505 El Mnaouer -ORAN - Algére g.zouaou@gmal.com,

Plus en détail

Guide d'installation rapide

Guide d'installation rapide Gude d'nstallaton rapde Calbrer le capteur avant toute utlsaton La calbraton se fat par un appu sur le bouton ON de la télécommande, porte fermée, après nstallaton du capteur et de l'amant. Bonjour! Merc

Plus en détail

Ch 4 Séries statistiques à une dimension Définitions et représentation graphique

Ch 4 Séries statistiques à une dimension Définitions et représentation graphique Ch 4 Séres statstques à une dmenson Défntons et représentaton graphque Termnologe Ensemble étudé = populaton Eléments de cet ensemble = ndvdus ou untés Attrbut consdéré = caractère qu peut être qualtatf

Plus en détail

Driss HARRIZI. MOTS CLES : contrôle de gestion - système d'éducation et de formation système d information - établissement public.

Driss HARRIZI. MOTS CLES : contrôle de gestion - système d'éducation et de formation système d information - établissement public. Ver sunenouvel l ecul t ur emanagér al e:mét hodol og e dem seenpl aced unsyst èmedecont r ôl edegest on dansunét abl ssementpubl c Casd uneacadém er ég onal ed éducat onetde f or mat on. Aut eur s:dr

Plus en détail

Rapport scientifique. Gouvernance et acteurs de développement local dans la région de Meknès-Tafilalet Le cas de l INDH dans la province d El Hajeb

Rapport scientifique. Gouvernance et acteurs de développement local dans la région de Meknès-Tafilalet Le cas de l INDH dans la province d El Hajeb nversté Moulay Ismal Meknès Observatore Natonal Ecole Natonale d Arculture du Développement Human Meknès Rapport scentfque Gouvernance et acteurs de développement local dans la réon de Meknès-Taflalet

Plus en détail

Christine Steinbach. Décembre 2005. Christine Steinbach est animatrice communautaire aux Equipes Populaires, en charge des missions d'étude.

Christine Steinbach. Décembre 2005. Christine Steinbach est animatrice communautaire aux Equipes Populaires, en charge des missions d'étude. Queston de Queston de Décembre 2005 Chrstne Stenbach Quelques lgnes d'ntro La lbéralsaton des secteurs du gaz et de l'électrcté se profle à l'horzon 2007 en Régon wallonne. La mse en concurrence de la

Plus en détail

WINDOWS 10. Prise en main de votre ordinateur ou votre tablette

WINDOWS 10. Prise en main de votre ordinateur ou votre tablette WINDOWS 10 Prse en man de votre ordnateur ou votre tablette Table des matères Wndows 10 L envronnement Wndows 10 sur un ordnateur Wndows 10 : les nouveautés................................ 7 Démarrer Wndows

Plus en détail

Le contrat de professionnalisation

Le contrat de professionnalisation EN PRATIQUE Le contrat de professonnalsaton Cerfa commenté 1 Cadre «L EMPLOYEUR» page 2 2 Cadre «LE SALARIÉ» page 3 3 Cadre page 4 4 Cadre page 5 5 Cadre page 7 N 12434*02 CONTRAT DE PROFESSIONNALISATION

Plus en détail

Integral T 3 Compact. raccordé aux installations Integral 5. Notice d utilisation

Integral T 3 Compact. raccordé aux installations Integral 5. Notice d utilisation Integral T 3 Compact raccordé aux nstallatons Integral 5 Notce d utlsaton Remarques mportantes Remarques mportantes A quelle nstallaton pouvez-vous connecter votre téléphone Ce téléphone est conçu unquement

Plus en détail

Les stages DÉCOUVRIR L'ÉCOLE DE CYCLISME...

Les stages DÉCOUVRIR L'ÉCOLE DE CYCLISME... DÉCOUVRIR L'ÉCOLE DE CYCLISME... L Ecole de Cyclsme du Road Team Val de Moder est une assocaton sportve d accuel pour jeunes compétteurs ayant pour but de fare découvrr et de fare amer le vélo à travers

Plus en détail

à 8 p à Métro Maison M-M OUchy Plus d info sur www.liguesdelasante.ch

à 8 p à Métro Maison M-M OUchy Plus d info sur www.liguesdelasante.ch M-M Métro Mason! p s a y J Collne de Montrond X DélceS hy ur Pscne/patnore de Montchos Ae nu uc de Co e le lysé e 1 7 A en 6 Aen ue do Pscne de Bellere ue X 12 Grancy rpe p ou élo 8 Ha Aenue de la 15 Lausanne

Plus en détail

Chapitre 5. Menu de SUPPORT

Chapitre 5. Menu de SUPPORT 155 Chaptre 5. Menu de SUPPORT Ce que vous apprendrez dans ce chaptre Ce chaptre vous présentera des routnes supplémentares susceptbles de vous ader dans les analyses de données présentées dans le chaptre

Plus en détail

Evaluation des actions

Evaluation des actions Akrem ISCAE archés nancers : Evaluaton des actons Evaluaton des actons Secton I : Dénton hypothèses et notatons I-- La noton d un act nancer -a- Dénton Un act nancer est tout ben qu un nvestsseur désre

Plus en détail

Boostez vos compétences avec le cycle de formations «PerFORMances» 2016. www.maison-formation-wapi.be

Boostez vos compétences avec le cycle de formations «PerFORMances» 2016. www.maison-formation-wapi.be Boostez vos compétences avec le cycle de formatons «PerFORMances» 2016 www.mason-formaton-wap.be La Mason de la Formaton propose aux entreprses et organsatons : Un catalogue semestrel de formatons nter-entreprses

Plus en détail

LA RENOVATION DE LA MESURE DU PRIX DES TERRES ET PRES AGRICOLES : UNE OPERATION QUALITE MENEE EN PARTENARIAT AVEC LA STATISTIQUE PUBLIQUE

LA RENOVATION DE LA MESURE DU PRIX DES TERRES ET PRES AGRICOLES : UNE OPERATION QUALITE MENEE EN PARTENARIAT AVEC LA STATISTIQUE PUBLIQUE LA RENOVATION DE LA MESURE DU PRIX DES TERRES ET PRES AGRICOLES : UNE OPERATION QUALITE MENEE EN PARTENARIAT AVEC LA STATISTIQUE PUBLIQUE De 2007 à 200, a été menée une rénovaton méthodologque de la méthode

Plus en détail

I. Présentation générale des méthodes d estimation des projets de type «unité industrielle»

I. Présentation générale des méthodes d estimation des projets de type «unité industrielle» Evaluaton des projets et estmaton des coûts Le budget d un projet est un élément mportant dans l étude d un projet pusque les résultats économques auront un mpact sur la réalsaton ou non et sur la concepton

Plus en détail

Cerveau & management NOVIAL - 2008 Diapositive N 1

Cerveau & management NOVIAL - 2008 Diapositive N 1 CERVEAU et MANAGEMENT Cerveau & management NOVIAL - 2008 Dapostve N 1 Connaître sa ou ses partes domnantes Nourrr les autres partes Savor fonctonner sur ses 4 cerveaux Cerveau & management NOVIAL - 2008

Plus en détail

La théorie de la rente foncière, la spéculation et le cash flow spéculatif immobilier (*)

La théorie de la rente foncière, la spéculation et le cash flow spéculatif immobilier (*) COMPAGNIE NATIONALE DES EXPERTS IMMOBILIERS * * Assocaton rége par la lo du 1 er Jullet 1901, enregstrée à la préfecture de polce sous le n 91/1743 Alan MANZON Expert Immobler-Consultant N d agrément -

Plus en détail

Analyse d impact : l apport des évaluations aléatoires William Parienté 1

Analyse d impact : l apport des évaluations aléatoires William Parienté 1 Analyse d mpact : l apport des évaluatons aléatores Wllam Parenté 1 Cet artcle expose de manère synthétque l'apport des évaluatons aléatores dans l'analyse de l'mpact des programmes socaux et de développement.

Plus en détail

En ligne à : http://www.international.icomos.org/centre_documentation/openarchive

En ligne à : http://www.international.icomos.org/centre_documentation/openarchive Recher che,publ cat onetd f f us onde l nf or mat onsc ent f quedansl edoma nedel a conser vat ondemonument sets t esh st or ques Rés ul t at sduques t onna r educent r ededoc ument at ondel I COMOS I

Plus en détail

Système solaire combiné Estimation des besoins énergétiques

Système solaire combiné Estimation des besoins énergétiques Revue des Energes Renouvelables ICRESD-07 Tlemcen (007) 109 114 Système solare combné Estmaton des besons énergétques R. Kharch 1, B. Benyoucef et M. Belhamel 1 1 Centre de Développement des Energes Renouvelables

Plus en détail

Enquête sur les services de télécommunications

Enquête sur les services de télécommunications Enquête sur les servces de télécouncatons Vu l'avs favorable du Consel Natonal de l'inforaton Statstque, cette enquête, reconnue d'ntérêt général et de qualté statstque, est oblgatore. Vsa n 200222EC du

Plus en détail

Impôt sur la fortune et investissement dans les PME Professeur Didier MAILLARD

Impôt sur la fortune et investissement dans les PME Professeur Didier MAILLARD Conservatore atonal des Arts et Méters Chare de BAQUE Document de recherche n 9 Impôt sur la fortune et nvestssement dans les PME Professeur Dder MAILLARD Avertssement ovembre 2007 La chare de Banque du

Plus en détail

Fi chiers. Créer/ouvrir/enregistrer/fermer un fichier. i i

Fi chiers. Créer/ouvrir/enregistrer/fermer un fichier. i i Fchers F chers Offce 2013 - Fonctons de base Créer/ouvrr/enregstrer/fermer un fcher Clquez sur l onglet FICHIER. Pour créer un nouveau fcher, clquez sur l opton Nouveau pus, selon l applcaton utlsée, clquez

Plus en détail

EURIsCO. Cahiers de recherche. Cahier n 2008-05. L épargne des ménages au Maroc : Une analyse macroéconomique et microéconomique.

EURIsCO. Cahiers de recherche. Cahier n 2008-05. L épargne des ménages au Maroc : Une analyse macroéconomique et microéconomique. Cahers de recherche EURIsCO Caher n 2008-05 L épargne des ménages au Maroc : Une analyse macroéconomque et mcroéconomque Rapport d étude Najat El Mekkaou de Fretas (coordnateur) Eursco Unversté Pars Dauphne

Plus en détail

Global Development Network

Global Development Network Global Development Network Varetes of Governance: Effectve Publc Servce Delvery Gouvernance du servce publc de l eau et performance en matère d approvsonnement en eau potable au Burkna Faso Samuel Tamb

Plus en détail

Série A Septembre 2008

Série A Septembre 2008 Sére A Septembre 2008 Sommare Notce avec encadré* 3 Annexe à la Notce 17 UFEP : extrat des statuts 27 *Cet encadré a pour objet d attrer l attenton de l adhérent sur certanes dspostons essentelles de la

Plus en détail

Corrélation et régression linéaire

Corrélation et régression linéaire Corrélaton et régresson lnéare 1. Concept de corrélaton. Analyse de régresson lnéare 3. Dfférences entre valeurs prédtes et observées d une varable 1. Concept de corrélaton L objectf est d analyser un

Plus en détail

pour des résultats minceur eff icaces et durables.

pour des résultats minceur eff icaces et durables. Mnceur - Légèreté - ben-être Technologe 100% mans lbres pour des résultats mnceur eff caces et durables. Plus de 10 années d expérence au servce des professonnels de l esthétque. Offrez-leur le corps de

Plus en détail

Out ld éval uat on del aper f or manceen mat èr e degest on del adet t e (DeMPA) Un on descomor es Ju n 2011 LeDeMPA estunemét hodol og epouréval uerl aper f or manceenmat èr edegest on del adet t eàt

Plus en détail