Driss HARRIZI. MOTS CLES : contrôle de gestion - système d'éducation et de formation système d information - établissement public.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Driss HARRIZI. MOTS CLES : contrôle de gestion - système d'éducation et de formation système d information - établissement public."

Transcription

1 Ver sunenouvel l ecul t ur emanagér al e:mét hodol og e dem seenpl aced unsyst èmedecont r ôl edegest on dansunét abl ssementpubl c Casd uneacadém er ég onal ed éducat onetde f or mat on. Aut eur s:dr ssharri ZI,Nour edd nedafi Cat égor e: Sc encessoc al es> Ense gnementsuper eur Sc encel bed t onsmer senne:vol ume5,n I SSN Publ él e: www. sc encel b. f r

2 Vers une nouvelle culture managérale: Méthodologe de mse en place d un système de contrôle de geston dans un établssement Publc Cas d une académe régonale d éducaton et de formaton. Drss HARRIZI Doctorant en scences économques Faculté des scences Jurdques, Economques et Socales - Unversté Hassan 1er- Settat Maroc B.P :587 Settat- Maroc Noureddne DAFI Chef de la dvson fnancère Académe régonale d éducaton et de formaton Chaoua - Ouardgha B.P :587 Settat- Maroc RESUME : Le système éducatf marocan est devenu la deuxème prorté natonale après l ntégrté terrtorale, de ce fat, le gouvernement a ms d mportants moyens pour accompagner la réforme de ce système. La matrse de ses dépenses dans l attente des objectfs escomptés reste un vra problème non résolu jusqu'a présent. L ntérêt de cet artcle est de contrbuer à cette réforme par l ntégraton de la foncton «contrôle de geston» dans la gouvernance du système éducatf. Dans ce contexte marocan marqué par la volonté d nstaurer une bonne gouvernance du servce publc, et la recherche de performance du système éducatf ; l étude se propose de répondre à la problématque suvante : Comment pouvons nous mettre en place un système de contrôle de geston au sen d un établssement publc? Nous analyserons l exstant avec un aperçu du mode de fonctonnement de l académe régonale d éducaton et de formaton, afn de nous préparer à la secton suvante consacré au système d nformaton comme nterface entre le nveau stratégque et le nveau opératonnel du système. Partons de l hypothèse que les tros sommets habtuels du contrôle de geston, à savor les objectfs - les moyens - les réalsatons ne suffsent plus; nous présenterons une méthodologe d nstauraton du contrôle de geston dans un établssement publc (académe régonale d éducaton et de formaton l académe ) qu tent compte de la nature des mssons de ce secteur. Nous défendrons l dée qu en plus de ces tros sommets habtuels du trangle de controle de geston, un quatrème sommet dot être ajouter pour consttuer un rectangle: c est le publc. Ce développement dans le contrôle de geston permettra de meux prendre en compte les attentes et les satsfactons des usagers. MOTS CLES : contrôle de geston - système d'éducaton et de formaton système d nformaton - établssement publc. 1

3 Towards a new management culture: Methodology for mplementaton of a system of management control n a Publc nsttuton: Case of a regonal academy for Educaton and Tranng. ABSTRACT: The Moroccan educaton system has become the second natonal prorty after the terrtoral ntegrty, thereby, the government has apply sgnfcant resources to accompany the reform of the system. The control of ts spendng n achevng ts objectve remans a real problem unsolved so far. The nterest of ths paper s to contrbute to the reform by ntegratng the "management control" n the governance of the educaton system. In the Moroccan context marked by the desre to establsh good governance n the publc servce, and the search performance of the educaton system, the study ams to answer the followng queston: How can we develop a control system management wthn a publc nsttuton? We analyze the exstng wth an overvew of the operatng mode of the regonal academy for Educaton and Tranng to prepare for the next secton devoted to nformaton system as an nterface between the strategc and operatonal level of the system. Hypothesze that the three summts of the regular management control, namely objectves - means - realzatons are not enough, we present a methodology for buldng management control n a Publc nsttuton (regonal academy for Educaton and Tranng), whch takes nto account the nature of the mssons n ths sector. We defend the dea that n addton to the usual three vertces of the trangle control management, a fourth vertex must be added to form a rectangle: the publc. Ths development n management control wll better take nto account the expectatons and satsfacton of users. KEYWORDS: management control - system of educaton and tranng - nformaton systems - publc nsttuton. 2

4 Introducton Le Système Educatf Marocan actuel est marqué par une grand nombre de réformes. En effet, le dscours du Trône de Sa Majesté le Ro Mohamed VI du 30 jullet 2007, ans que celu du 30 jullet 2012; fat un constat alarmant : «les résultats de la réforme du système d éducaton et de formaton qu touche sa 9ème année, n ont pas été à la hauteur des attentes et des objectfs fxés ntalement de cette réforme». La dffuson du rapport de la Banque Mondale sur la réforme de l éducaton dans les pays de l Afrque du Nord et du Moyen Orent (MENA) a affrmé ce constat en qualfant la réforme de l éducaton de «parcours non achevé». D autre part, le premer rapport annuel du Consel Supéreur de l Ensegnement a ponté du dogt les dfférents dysfonctonnements structurels du système éducatf natonal : gouvernance héstante du système éducatf, système d'nformaton ne répond pas aux mpératfs d'une geston «responsablsante», absence d'un système d'nformaton complet regroupant l ensemble des nformatons relatves à l éducaton sur pluseurs années et facltant leur explotaton, taux élevés de déperdton scolare, redoublement, mauvase qualté de certans ensegnements dspensés telles que la maîtrse des langues et l acquston des apttudes dans les matères scentfques La sonnette d alarme ayant été trée, le lancement de chanters de réforme du système éducatf Marocan devent un chox névtable. Forte d une volonté poltque et appuyée par les plus hautes nstances du pays, cette réforme devrat couvrr l ensemble du système éducatf, avec tous ces sous ensembles. C est grâce à la COSEF 1 que le Maroc s est doté en 1998, d un vértable projet éducatf de socété: la Charte Natonale d Éducaton et de Formaton. Cette Charte aborde la réforme de l éducaton sous tous les angles ncluant la réforme du système de geston de l éducaton par une volonté réelle de décentralsaton/déconcentraton vers les académes régonales/délégatons provncales/établssements scolares 2. Dans le but de donner un nouveau souffle à la réforme, «le programme d urgence» démarre en 2009 et couvrant la pérode [ ]. Ce projet s nscrt dans la contnuté de la réforme et surtout dans un but d accélératon de cette réforme. Le gouvernement du fat que le système éducatf est devenu la deuxème prorté natonale derrère l ntégrté terrtorale, a ms d mportants moyens pour accompagner la réforme, reste à matrser ses dépenses dans l attente des objectfs. I- Analyse de l Exstant 1 Commsson Spécale d'educaton et de Formaton crée par Feu S.M. le Ro Hassan 2 dans son Dscours du Trône du 03 mars 1998 dans le but de bâtr l'école natonale marocane de deman. 2 La charte natonale d éducaton et de formaton, cnquème espace La gouvernance (lever 15). 3

5 A- Présentaton du système éducatf régonal Les Académes régonales de l éducaton et de la formaton ont été créées en 1987 coïncdant avec le parachèvement de la marocansaton de l ensegnement secondare et la mse en œuvre de la premère réforme d envergure du régme des examens du baccalauréat. Elles avaent alors pour msson, entre autres, l organsaton des examens du baccalauréat, l encadrement pédagogque, la recherche dans le domane de l évaluaton. Elles étaent dotées d un consel consultatf qu émettat ses avs notamment sur la carte scolare, la mantenance des établssements, les actvtés parascolares. Avec la lo , l AREF est devenue à partr de l année 2002 un établssement publc doté de personnalté morale et de l autonome fnancère Msson de l académe régonale d éducaton et de formaton : L Académe régonale d éducaton et de formaton est admnstrée par un consel et gérée par un drecteur. Certes, avec ce nouveau statut, les attrbutons de l AREF se sont multplées, nous cterons les attrbutons suvantes: - Elaborer un projet de développement de l'académe, conformément aux orentatons et objectfs natonaux et ntégrer en matères pédagogques les spécfctés et les données soco-économques et culturelles régonales dont l'«amazgh»; - Veller à l'élaboraton de la carte scolare régonale et à la mse en réseau des établssements d'ensegnement et de formaton professonnelle; - Contrbuer à la défnton des besons en formaton professonnelle des jeunes; - Etablr et développer les formatons technques ntales à fnalté professonnelle sous statut scolare ans que les formatons professonnelles en apprentssage ou en alternance; - Etablr le programme prévsonnel plurannuel des nvestssements relatfs aux établssements; - Défnr, réalser ou assurer le suv des opératons annuelles de constructon, d'extenson, de grosses réparatons et d'équpement; - Veller au contrôle sur les leux, de l'état des établssements, de la qualté de leur entreten et de la dsponblté des moyens de traval nécessares; - Exercer les attrbutons qu lu sont déléguées par l'autorté gouvernementale de tutelle en matère de geston des ressources humanes; - Supervser la recherche pédagogque au nveau provncal et local, ans que les examens et évaluer les apprentssages; - Entreprendre toute acton de partenarat avec les organsatons et les nsttutons admnstratves, économques, socales ou culturelles régonales; 3 La lo n créant les académes régonales d'éducaton et de formaton (AREF) 4 Dahr n du 19 ma 2000, portant promulgaton de la lo n :

6 - Elaborer toute étude relatve à l'éducaton et à la formaton, supervser l'édton de la documentaton éducatve à caractère régonal; - Elaborer et mettre en œuvre la poltque de formaton contnue du personnel ensegnant et admnstratf; - Délvrer les autorsatons d'ouverture, d'extenson ou de modfcaton des établssements préscolares et scolares prvés; - Présenter aux autortés gouvernementales concernées toutes recommandatons concernant les questons dépassant le cadre régonal; - Fournr des servces dans tous les domanes d'éducaton et de formaton. 2. Plan de développement stratégque Partant des prortés dentfées par le rapport 2008 du CSE 5, en se basant sur une évaluaton des réalsatons de la décenne de la réforme stpulée par la charte natonale d éducaton et de la formaton, et dans le but d accélérer la réforme en lu donnant un nouveau souffle,le Programme d Urgence a vu le jour en 2009.Ce programme vse à répondre à quatre objectfs clés à savor: - Rendre effectve l oblgaton de scolarté jusqu à l âge de 15 ans; - Stmuler l ntatve et l excellence au lycée et à l unversté; - Affronter les problématques transversales du système; - Se donner les moyens de le réussr est une condton détermnante. A cette fn, la mse en œuvre du Programme d Urgence devra mpératvement être en rupture avec les pratques du passé, et ce, en adoptant une approche nnovante, fondée sur une démarche projet. Source : «Programme d Urgence Département de l ensegnement scolare 2009» 5 Consel supéreur de l ensegnement (Maroc), un organe nsttutonnel à vocaton consultatve, présdé par Sa Majesté le Ro, conformément aux dspostons de l artcle 32 de la Consttuton du Royaume du Maroc. 5

7 Afn d ntégrer dès le départ les mpératfs d opératonnalsaton, les mesures préconsées dans le Programme d Urgence ont ans été structurées en projets homogènes, répondant à des objectfs communs et déclnés en plans d actons précs. Cette logque de réforme par projets, résolument novatrce, permettra une mse en œuvre coordonnée, pragmatque et maîtrsée du Plan d Urgence. Ans le programme d urgence régonal est composé de 26 projets dont leur geston est structurée en quatre pôles (Pôle Généralsaton, Pôle Pédagoge, Pôle Gouvernance, Pôle Ressources Humanes) Des outls de reportng standardsés ont été ms en place dans un but de s assurer de l évoluton des réalsatons dans l attente des objectfs escomptés. Ans on trouve un ensemble d outls notamment le plan d acton à moyen terme (PAMT) retraçant l ensemble des objectfs et leurs prévsons budgétares étalées sur quatre ans. Seulement ce PAMT n a pas été accompagné par un cadre de dépense à moyen terme (CDMT), ce qu lasse mons de vsblté sur les ressources fnancères allouées dans le futur proche de chaque projet. Cette stuaton rsque de surchargée la programmaton des opératons et actons de la dernère année du programme d urgence du fat que la structure du PAMT est glssante. B- Geston Fnancère de l AREF 1. Budget de L AREF Chaque établssement publc est doté d une autonome budgétare, l possède des ressources propres qu l peut affecter à des dépenses qu l peut détermner. Le cadre général des recettes et des dépenses est détermné par l acte consttutf, complété par un règlement de la geston fnancère et comptable élaboré par le mnstre des fnances 6. Cependant, le budget de l AREF est structuré en «Projet» mas on constate que les ressources se lmtent unquement aux subventons de l Etat. 1.1 : Préparaton du budget et dscplne budgétare : Le projet du budget devrat être préparé dans le cadre de la stratége de développement économque tracée par le gouvernement qu accorde un ntérêt partculer à la restructuraton et à la modernsaton de leur geston, l améloraton de la qualté des servces et des prestatons rendus aux ctoyens et le renforcement des nfrastructures de base. Les propostons budgétares, préparées selon le code général de normalsaton comptable (C.G.N.C.), arrêtées par le consel d admnstraton et approuvées par le mnstère de tutelle, dovent être communquées au mnstère des fnances pour approbaton. a) Budget d nvestssement : 6 Arrêté portant organsaton fnancère et comptable de l AREF, Rabat, Ma

8 La préparaton du budget d nvestssement, devra s opérer selon les crtères suvants : - Les projets d nvestssement dovent être ntégrés dans une programmaton plurannuelle permettant une adéquaton avec le plan de développement économque et socal ; - Les reports des crédts dovent fare l objet d une nouvelle programmaton et ne sont pas reconduts automatquement ; - Le chox des projets d nvestssement dot se fare sur la base de crtères de productvté et de rentablté économque et fnancère, en évtant tout surdmensonnement des nvestssements par rapport aux besons réels de l actvté ; - Les achats d équpements nformatques et bureautques dovent être justfés et optmsés. b) Budget d explotaton : - Les charges fxes dovent être rédutes et toute dépense de l espèce sans relaton avec l actvté de l entreprse est à supprmer. - Les charges varables lées à la producton dovent être maîtrsées et les objectfs d une melleure productvté dovent être assgnés aux gestonnares Comptablté : La comptablté des établssements et entreprses publcs a pour objet la descrpton et le contrôle des opératons ans que l nformaton des autortés de geston et de contrôle. Selon l arrêté portant organsaton fnancère et comptable, l AREF, dot tenr deux types de comptablté : - Une comptablté générale ; - Une comptablté budgétare ; La stuaton actuelle est que l AREF se lmte unquement à la comptablté budgétare. 3. Le contrôle fnancer des établssements publcs Le contrôle fnancer de l Etat sur les établssements publcs est organsé par le Dahr n : du 11 Novembre 2003 portant promulgaton de la lo n : relatve au contrôle fnancer de l Etat sur les entreprses publques et autres organsmes. Ce contrôle a pour objet, selon les cas : - D assurer le suv réguler de la geston ; - De veller à la régularsaton de leurs opératons économques et fnancères au regard des dspostons légales, réglementares et statutares qu leurs sont applcables ; - D apprécer la qualté de leur geston, leur performance économque et fnancère ans que la conformté de leur geston aux mssons et aux objectfs qu leurs sont assgnées ; - D œuvrer à l améloraton de leurs systèmes d nformaton et de geston ; 7 crculare n 38/95 du mnstre des fnances, en date du

9 - De centralser et analyser les nformatons relatves au portefeulle de l Etat et à ses performances économques et fnancères. On recense tros prncpaux acteurs dans le contrôle fnancer des académes et qu sont : 3-1 : Le contrôle exercé par le Mnstre chargé des fnances : Le Mnstre des Fnances exerce un certan nombre de prérogatves en matère de contrôle fnancer. A cet effet sont soums à l approbaton du Mnstre des fnances les actes c après (décdés par le consel d admnstraton ou l organe délbérant) : - Les budgets; - Les états prévsonnels plurannuels; - Le statut du personnel; - L organgramme fxant les structures organsatonnelles et leurs attrbutons; - Le règlement fxant les règles et modes de passaton des marchés; - Les condtons d émsson des emprunts et de recours aux autres formes de crédts bancares, telle que les avances ou découverts; - L affectaton des résultats; - Les condtons d ouverture des comptes bancares. 3-2 : Le contrôleur d Etat : Le contrôleur d Etat est désgné par le Mnstre des fnances. Il a le pouvor, d nvestgaton sur pèces et sur place, et d assster à ttre consultatf aux séances du consel d admnstraton ou à l organe délbérant ans qu aux réunons des commssons ou comtés relatfs à l organsme contrôlé. Il dspose dans la lmte des seuls fxés par la mnstre chargé des fnances d un pouvor de vsa préalable sur : - Les acqustons mmoblères; - Les contrats et conventons de travaux, de fourntures et de servces; - Les dons, subventons et legs; Il exerce également un drot de vsa préalable sur les actes de geston du personnel (les recrutements, les avancements, les nomnatons aux postes de responsablté). Sont dspensés de ce vsa, les avancements d échelon, les mses en dsponblté et les radatons des effectfs du personnel. Le contrôleur d Etat peut, également, donner son avs sur toute opératon relatve à la geston de l organsme à l occason de l exercce de ses fonctons et qu l fat connaître par écrt, selon le cas, au mnstre chargé des fnances, au présdent du consel d admnstraton ou de l organe délbérant ou à la drecton. 8

10 Il rend comte de sa msson dans un rapport annuel qu l adresse au mnstre chargé des Fnances et qu est soums au consel d admnstraton ou à l organe délbérant. 3-3 : Le trésorer payeur Le trésorer payeur en tant que comptable publc est responsable de la régularté des opératons de dépenses, tant au regard des dspostons légales et réglementares, que des dspostons statutares et budgétares de l organsme (L AREF). Pour toute opératon de dépense, le chèque ou l ordre de vrement y afférent dovent comporter la sgnature conjonte du drecteur de l organsme (l AREF) et du trésorer payeur. Le trésorer payeur est responsable de la régularté des opératons de recettes conformément à la réglementaton en vgueur et des ordres de recettes éms par le drecteur et transms au trésorer payeur pour vsa. En guse de concluson de cette premère parte, l est à remarquer que le mode de fonctonnement de la geston fnancère de l académe est rgde. D autre part, les académes se lmtent seulement à une comptablté budgétare. Le passage à la comptablté générale est de toute urgence, l est même stpulé par la lo portant créaton des académes. Les académes sont sollctées après cette phase oblgatore d nstaurer en parallèle une comptablté analytque. Cette dernère va servr à une analyse de coûts et permettre ans une premère évaluaton des actvtés des académes. II - Vers une Nouvelle Culture Managérale : A- Le Système d Informaton Le système d nformaton joue un rôle d nterface entre la nveau stratégque et le nveau opératonnel. Son rôle reste détermnant dans la bonne marche du système d éducaton et de formaton. Il est perçue comme un préalable à la mse en place du contrôle de geston. son rôle est d almenter les dfférents nveaux de l organsaton par de l nformaton portant sur les dfférents aspects du système d éducaton et de formaton. 1. Projet de schéma stratégque du système d nformaton et schémas drecteurs du Département de l Educaton Natonale : Le projet de schéma stratégque du système d nformaton (S3I) du mnstère fxe les orentatons stratégques du mnstère toute entère sur une pérode donnée. L académe régonale est appeler à s algner à ces orentatons stratégques pour une cohérence natonale. Axes stratégque I. Généralsaton de la scolarsaton Objectfs stratégques prncpaux 1. Rendre effectf l oblgaton de la scolarsaton Objectfs stratégques prncpaux 1.1 Extenson de la capacté d accuel 2.2 Améloraton des condtons d accuel 3.3 Renforcement du support à la fréquentaton 9

11 II. Développement qualtatf de la réusste éducatfs des élèves III. Vers une gouvernance décentralsée IV. Pérennsaton et rentablsaton des ressources 2. Développement de l ntatve et de l excellence 3. Geston du système éducatf par une gouvernance décentralsée 4. Optmsaton de la geston des ressources 2.1 Développement des compétences du personnel 2.2 Développement d une culture de l excellence au sen des établssements scolares 2.3 Personnalsaton de l accompagnement des élèves en tenant compte de leurs besons spécfques 3.1 gouvernance du mnstère décentralsée 3.2 Geston axée sur les résultats 3.3 Geston partcpatve 3.4 Communcaton flude et effcace autour de l école 4.1 Geston des ressources fnancères 4.2 Optmsaton de l utlsaton des ressources 4.3 Développement du partenarat autour d l école 4.4 Apport du secteur prvé 1.1 Modélsaton de la stratége du mnstère selon la chane de la valeur Pour modélser la stratége du mnstère et concevor ans un système d nformaton totalement algné sur cette stratége, nous avons applqué le concept de chaîne de valeur. Le concept de chaîne de la valeur est l un des prncpaux concepts utlsés en analyse stratégque. Il est ndspensable pour structurer et organser les dfférentes actvtés de l organsaton en actvtés créatrces de valeur. La chane de valeur qu a été défn pour le mnstère se présente comme sut : Source: «Chane de valeur, schéma stratégque du système d nformaton, Département de l ensegnement scolare 2009» 10

12 Elle se décompose en deux (02) types d actvtés : les actvtés prncpales et les actvtés de support. Les orentatons stratégques du mnstère sont déclnées dans le tableau suvant selon cette chane de valeur. Le palmarès des mallons de la chaîne de valeur c-dessous fat ressortr l mportance des mallons Gérer la pédagoge et Ensegner dans les orentatons stratégques du mnstère. 1.2 Modélsaton des processus du mnstère selon la chane de la valeur Les processus actuels du mnstère ont été également ventlés selon la chane de valeur du mnstère, l en ressort donc que se sont les mallons «Gérer la pédagoge», «Ensegner» ans que «Plotage» qu ntègrent le plus de processus mplqués. Cartographe des processus actuels avec la chaîne de valeur Département de l ensegnement scolare, 2009». Ploter Gérer pédagoge Ensegner Evaluer Communquer Plotage Planfcaton stratégque et opératonnelle Statstques et tableaux de bord Plotage de la réforme Contrôle de geston Inspecton pédagogque Normalsaton Partenarat Evaluaton des apprentssage Partenarat avec Organsaton nternatonales Méter Geston des projets Planfcaton des actons de formaton Elaboraton des programmes de coopératon et partenarat Suv exécuton de la coopératon et partenarat Elaboraton des méthodes d évaluaton Tratement analyse et dffuson Geston des projets Détermnaton des profls d'apprentssage Adaptaton et régulaton des currcula Collecte et MAJ des données d'nnovaton et de recherche pédagogque Geston de l'nformaton et de l'orentaton scolare Elaboraton des currcula Elaboraton et MAJ des manuels scolares Consttuton du répertore des équpes de recherche Tratement analyse et dffuson des données d nnovaton Geston des nscrptons Organsaton des examens et des évaluatons Mse en œuvre des actons de formaton Créaton et geston d'une banque de données des sportfs scolares Geston du dosser de l'élève Geston des absences des élèves Geston des emplos du temps Développement et organsaton des actvtés sportves scolares Organsaton des examens et des évaluatons Prse en charge des résultats Analyse et évaluaton des résultats Identfcaton des besons en formaton Evaluaton et suv des actons de formaton Tratement analyse et dffuson des données d nnovaton Geston de l'nformaton et de l'orentaton scolare Ressources humanes Ressources fnancères Support Ressources logstques Jurdque et contenteux Geston documentare Geston nformatque Source :«Schéma stratégque du système d nformaton, Département de l ensegnement scolare, 2009» 11

13 La chaîne de valeur a perms de dégager les enjeux assgnés au futur S3I qu sont : - Justfer les chox en foncton de la partcpaton à la créaton de valeur; - Arbtrer et prorser les chox à court et moyen terme; - Concevor des SI plus effcacement. 1.3 Orentatons stratégques du système d nformaton. Ce volet soulgne les prncpales orentatons stratégques des systèmes d nformaton du Département de l Educaton Scolare pour les prochanes années. Ces orentatons se basent prncpalement sur les réflexons et analyse ssues : - Des orentatons stratégques du mnstère; - Des besons dentfés dans l analyse de l exstant; - Des dées des cadres ssus du sémnare de réflexon; - Du recuel des bonnes pratques (benchmarkng). 2. Les grands objectfs stratégques du S3I pour les cnq années à venr sont les suvants : - L élève au cœur des systèmes d nformaton du mnstère; - L établssement scolare ntégré aux systèmes d'nformaton en tant que producteur d'nformatons utles et fables; - L'utlsaton des outls de plotage et d ade à la décson est généralsée à chaque échelon du mnstère; - Les ressources numérques parte ntégrante des usages pédagogques au sen du mnstère; - Le patrmone du mnstère est nventoré et sa geston ben maîtrsée; - La geston des ressources humanes du mnstère est effcente et valorsante; - La geston des ressources fnancères du mnstère est optmsée; - Le SI est ouvert sur l envronnement du mnstère; - La gouvernance SI au servce de la stratége du mnstère; - L utlsateur est maître de son système. L algnement stratégque du système d nformaton est réalsé en : - Procédant à la déclnason de chaque orentaton stratégque du mnstère en objectfs stratégques prncpaux et secondares; - Tradusant ces objectfs stratégques en objectfs du futur système d nformaton; - Algnant les plans d urbansaton aux objectfs stratégques du futur système d nformaton. Nous restons convancu que la performance du système d nformaton du système d éducaton et de formaton condtonne la réusste de la mse en place du contrôle de geston dans les établssements publcs et notamment l académe régonale d éducaton et de formaton. B- La Mse en Place du Contrôle de Geston 12

14 «Fondamentalement, la démarche de contrôle de geston est une dmenson de l actvté de tout manager, dès lors qu l dspose d un certan volant d autonome et de manœuvre car, ayant la responsablté du plotage de son actvté, l dot alors dsposer des démarches et outls qu l assstent dans cette tâche. Le contrôleur, comme tout servce fonctonnel, a pour vocaton de faclter cette démarche, en aucun cas l n en est proprétare. On llustre souvent cette dfférence par une mage nautque, le manager ayant le rôle du captane qu chost le cap et prend les décsons adaptées, le contrôleur étant pour sa part le navgateur, celu qu tent la carte, fat le pont de route, et suggère au captane les manœuvres qu s mposent» 8. Une fos adms ce pont de vue, l est possble de retenr les préconsatons présentées dans ce qu sut de cet artcle. 1. La vson Notre vson est que le publc est le clent fnal du système d éducaton et de formaton. Ans l consttue le noyau dur de ce système où tous les efforts y convergent. Il devrat être la cble, et en survellance permanente. 2. Organsaton de la foncton. Tout responsable qu dspose d une autonome de geston dot dsposer d une entté chargée du contrôle de geston dont l effectf et les compétences dépendront : - du champ de compétence du responsable; - de la lberté de geston dont l dspose. 8 R. Demeestère, P. Lorno & N. Motts, «Contrôle de geston et plotage», Nathan

15 À ce ttre, un responsable qu délègue une autonome de geston à des échelons déconcentrés dot dsposer : - d une cellule de contrôle de geston au nveau central; - d un réseau de correspondants (ou pratcens) du contrôle de geston au nveau déconcentré pour ader le responsable local et pour assurer un len avec la cellule de contrôle de geston. Ce dspostf s artcule autour de : - Contrôleurs de geston qu anment la cellule de contrôle de geston du nveau central; - Pratcens ou correspondants du contrôle de geston au nveau local ou au nveau des sousdrectons pour les drectons qu ne dsposent pas d échelon déconcentré. 3. Postonnement Le postonnement de l entté chargée du contrôle de geston dans l académe régonale d éducaton et de formaton peut se stuer sur pluseurs leux de l organgramme de l académe. Ans, on recense tros optons : - Rattachée au servce fnancer; - Rattachée au servce de la planfcaton; - Rattaché à la drecton. Dans le but d apporter plus d autonome et d ndépendance, on suggère que l entté chargée du contrôle de geston dans l académe régonale d éducaton et de formaton, sot lée drectement au Top- management de l académe. cette opton donnera aux enttés chargées du contrôle de geston dans l académe plus d objectvté, de crédblté et une grande marge de manœuvre dans l accomplssement de son rôle dans l organsaton. 14

16 4. La logque de mse en œuvre du contrôle de geston dans l académe régonale d éducaton et de formaton. La mse en œuvre du contrôle de geston suppose le développement d une logque d ensemble llustrée par le schéma suvant : Attentes OBJECTIFS PUBLIC Pertnence Effcacté Satsfacton MOYENS Effcence REALISATIONS Il s agt d une évoluton du «trangle de geston», On propose d ajouter aux tros sommets habtuels du trangle de geston un quatrème sommet pour consttuer un rectangle. Ce quatrème sommet est celu du publc ; l permet de meux prendre en compte les attentes et les satsfactons des usagers dans le développement du contrôle de geston. Le succès d une telle vson suppose un effort de formaton et un changement «culturel» qu s nscrvent oblgatorement dans la durée. L appropraton par l ensemble des acteurs de cet horzon plurannuel condtonne la réusste de la démarche. Pour l admnstraton du système éducatf, l s agt d aboutr à la melleure adéquaton possble entre les objectfs, qu caractérsent l ensemble de ses mssons, et les moyens dont elle dspose, afn d attendre les melleures réalsatons possbles pour répondre aux attentes du publc (prs c dans son accepton large : élèves, communauté, ctoyens et agents de cette admnstraton). 5. Les prncpaux axes de la démarche Les objectfs. Ce sont les buts arrêtés par le plan d urgence. La logque de la démarche adoptée pour le mnstère est ascendante. Dans un premer temps, l mporte en effet que les servces déconcentrés valdent le 15

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social Drgeant de SAS : Lasser le chox du statut socal Résumé de notre proposton : Ouvrr le chox du statut socal du drgeant de SAS avec 2 solutons possbles : apprécer la stuaton socale des drgeants de SAS comme

Plus en détail

Les jeunes économistes

Les jeunes économistes Chaptre1 : les ntérêts smples 1. défnton et calcul pratque : Défnton : Dans le cas de l ntérêt smple, le captal reste nvarable pendant toute la durée du prêt. L emprunteur dot verser, à la fn de chaque

Plus en détail

EH SmartView. Identifiez vos risques et vos opportunités. www.eulerhermes.be. Pilotez votre assurance-crédit. Services en ligne Euler Hermes

EH SmartView. Identifiez vos risques et vos opportunités. www.eulerhermes.be. Pilotez votre assurance-crédit. Services en ligne Euler Hermes EH SmartVew Servces en lgne Euler Hermes Identfez vos rsques et vos opportuntés Plotez votre assurance-crédt www.eulerhermes.be Les avantages d EH SmartVew L expertse Euler Hermes présentée de manère clare

Plus en détail

LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA

LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA Observatore Economque et Statstque d Afrque Subsaharenne LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA Une contrbuton à la réunon commune CEE/BIT sur les ndces des prx

Plus en détail

TABLE DES MATIERES CONTROLE D INTEGRITE AU SEIN DE LA RECHERCHE LOCALE DE LA POLICE LOCALE DE BRUXELLES-CAPITALE/IXELLES (DEUXIEME DISTRICT) 1

TABLE DES MATIERES CONTROLE D INTEGRITE AU SEIN DE LA RECHERCHE LOCALE DE LA POLICE LOCALE DE BRUXELLES-CAPITALE/IXELLES (DEUXIEME DISTRICT) 1 TABLE DES MATIERES CONTROLE D INTEGRITE AU SEIN DE LA RECHERCHE LOCALE DE LA POLICE LOCALE DE BRUXELLES-CAPITALE/IXELLES (DEUXIEME DISTRICT) 1 1. PROBLEMATIQUE 1 2. MISSION 1 3. ACTES D ENQUETE 2 4. ANALYSE

Plus en détail

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations Contrats prévoyance des TNS : Clarfer les règles pour sécurser les prestatons Résumé de notre proposton : A - Amélorer l nformaton des souscrpteurs B Prévor plus de souplesse dans l apprécaton des revenus

Plus en détail

Table des Matières RÉSUMÉ ANALYTIQUE... 1 I. CONTEXTE... 2 1. La dette publique du Gouvernement... 2 2. Contexte institutionnel de gestion de la

Table des Matières RÉSUMÉ ANALYTIQUE... 1 I. CONTEXTE... 2 1. La dette publique du Gouvernement... 2 2. Contexte institutionnel de gestion de la Out ld éval uat on del aper f or manceen mat èr e degest on del adet t e (empa) Maur t an a Mar s2011 LeeMPA estunemét hodol og epouréval uerl aper f or manceenmat èr edegest on del adet t eàt r aver sunensembl

Plus en détail

Pourquoi LICIEL? Avec LICIEL passez à la vitesse supérieure EPROUVE TECHNICITE CONNECTE STABILITE SUIVIE COMMUNAUTE

Pourquoi LICIEL? Avec LICIEL passez à la vitesse supérieure EPROUVE TECHNICITE CONNECTE STABILITE SUIVIE COMMUNAUTE L og c el s de D agnos t c s I mmob l er s Cont ac t eznous 32BddeS t r as bougcs3010875468 Par scedex10tel. 0253354064Fax0278084116 ma l : s er v c e. c l ent @l c el. f r Pourquo LICIEL? Implanté sur

Plus en détail

Chapitre 6. Economie ouverte :

Chapitre 6. Economie ouverte : 06/2/202 Chaptre 6. Econome ouverte : le modèle Mundell Flemng Elsabeth Cudevlle Le développement des échanges nternatonaux (bens et servces et flux fnancers) a rendu fortement nterdépendantes les conjonctures

Plus en détail

Le Prêt Efficience Gaz

Le Prêt Efficience Gaz Le Prêt Effcence Gaz (FICHE DE SOLVABILITÉ) À COMPLÉTER INTÉGRALEMENT EMPRUNTEUR M. Mme Mlle CO-EMPRUNTEUR M. Mme Mlle (CONJOINT, PACSÉ, CONCUBIN ) Nom : Prénom : Nom de jeune flle (pour les femmes marées)

Plus en détail

master Objectif Université d Auvergne - Université Blaise Pascal Rentrée 2014 AUVERGNE

master Objectif Université d Auvergne - Université Blaise Pascal Rentrée 2014 AUVERGNE entrée 2014 Objectf master Unversté d Auvergne - Unversté Blase ascal Certans masters sont cohabltés avec d autres établssements d ensegnement supéreur mnstère de l éducaton natonale, de l ensegnement

Plus en détail

Editions ENI. Project 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait

Editions ENI. Project 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait Edtons ENI Project 2010 Collecton Référence Bureautque Extrat Défnton des tâches Défnton des tâches Project 2010 Sasr les tâches d'un projet Les tâches représentent le traval à accomplr pour attendre l'objectf

Plus en détail

RÉSUMÉ ANALYTIQUE... 1

RÉSUMÉ ANALYTIQUE... 1 Out ld éval uat on del aper f or manceen mat èr e degest on del adet t e (DeMPA) Républ quedu Sénégal Ma2010 LeDeMPA estunemét hodol og epouréval uerl aper f or manceenmat èr edegest on del adet t eàt

Plus en détail

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks Plan Geston des stocks Abdellah El Fallah Ensa de Tétouan 2011 Les opératons de gestons des stocks Les coûts assocés à la geston des stocks Le rôle des stocks Modèle de la quantté économque Geston calendare

Plus en détail

Le Prêt Efficience Fioul

Le Prêt Efficience Fioul Le Prêt Effcence Foul EMPRUNTEUR M. Mme CO-EMPRUNTEUR M. Mlle Mme Mlle (CONJOINT, PACSÉ, CONCUBIN ) Départ. de nass. Nature de la pèce d dentté : Natonalté : CNI Passeport Ttre de séjour N : Salaré Stuaton

Plus en détail

Faire des régimes TNS les laboratoires de la protection sociale de demain appelle des évolutions à deux niveaux :

Faire des régimes TNS les laboratoires de la protection sociale de demain appelle des évolutions à deux niveaux : Réformer en profondeur la protecton socale des TNS pour la rendre plus effcace Résumé de notre proposton : Fare des régmes TNS les laboratores de la protecton socale de deman appelle des évolutons à deux

Plus en détail

Parlons. retraite. au service du «bien vieillir» L Assurance retraite. en chiffres* 639 192 retraités payés pour un montant de 4,2 milliards d euros

Parlons. retraite. au service du «bien vieillir» L Assurance retraite. en chiffres* 639 192 retraités payés pour un montant de 4,2 milliards d euros Édton Pays de la Lore Parlons La lettre aux retratés du régme général de la Sécurté socale 2012 retrate L Assurance retrate en chffres* 12,88 mllons de retratés 17,58 mllons de cotsants 346 000 bénéfcares

Plus en détail

POUR FAIRE VOLER NOS AVIONS, IL FAUT TOUTE UNE ARMÉE

POUR FAIRE VOLER NOS AVIONS, IL FAUT TOUTE UNE ARMÉE POUR FAIRE VOLER NOS AVIONS, IL FAUT TOUTE UNE ARMÉE École de l ar (Salon-de-Provence) NOTRE DEVISE : FAIRE FACE 2 ÉDITO Le Général MODÉRÉ, Commandant les Écoles d offcers de l Armée de l ar et la Base

Plus en détail

WINDOWS 10. Prise en main de votre ordinateur ou votre tablette

WINDOWS 10. Prise en main de votre ordinateur ou votre tablette WINDOWS 10 Prse en man de votre ordnateur ou votre tablette Table des matères Wndows 10 L envronnement Wndows 10 sur un ordnateur Wndows 10 : les nouveautés................................ 7 Démarrer Wndows

Plus en détail

LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régime») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF

LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régime») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF 1 LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régme») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF AVIS AUX RETRAITÉS ET AUX PARTICIPANTS AVEC DROITS ACQUIS DIFFÉRÉS Expédteurs

Plus en détail

Recherche universitaire et crédits d impôt pour R-D

Recherche universitaire et crédits d impôt pour R-D Fscalté Recherche unverstare et crédts d mpôt pour R-D Le 27 novembre 2001 Nancy Avone, CA Inctatfs fscaux à la R-D très généreux dsponbles Étude du Conference Board du Canada en 1998 Québec Jurdcton au

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L ASSURANCE AUTOMOBILE AU QUÉBEC : UNE PRIME SELON LE COÛT SOCIAL MARGINAL MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L ASSURANCE AUTOMOBILE AU QUÉBEC : UNE PRIME SELON LE COÛT SOCIAL MARGINAL MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L ASSURANCE AUTOMOBILE AU QUÉBEC : UNE PRIME SELON LE COÛT SOCIAL MARGINAL MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE DE LA MAÎTRISE EN ÉCONOMIQUE PAR ERIC LÉVESQUE JANVIER

Plus en détail

L enseignement virtuel dans une économie émergente : perception des étudiants et perspectives d avenir

L enseignement virtuel dans une économie émergente : perception des étudiants et perspectives d avenir L ensegnement vrtuel dans une économe émergente : percepton des étudants et perspectves d avenr Hatem Dellag Laboratore d Econome et de Fnances applquées Faculté des scences économques et de geston de

Plus en détail

RÉNOVATION ET CONSTRUCTION DURABLE

RÉNOVATION ET CONSTRUCTION DURABLE régon Provence-Alpes-Côte d Azur RÉNOVATION ET CONSTRUCTION DURABLE BILAN ANNUEL 2013 1 Octobre 2014 Avant-propos Face aux enjeux envronnementaux en len avec notre secteur d actvté, les admnstrateurs de

Plus en détail

Vous ne visualisez pas correctement cet email

Vous ne visualisez pas correctement cet email Vous ne vsualsez pas correctement cet emal Pluseurs lens qu créent du len sur SFR Busness Team Pour plus d nformaton sur nos offres sfrbusnessteam.fr Consultez les mentons légales et le glossare SFR -

Plus en détail

INTERNET. Initiation à

INTERNET. Initiation à Intaton à INTERNET Surfez sur Internet Envoyez des messages Téléchargez Dscutez avec Skype Découvrez Facebook Regardez des vdéos Protégez votre ordnateur Myram GRIS Table des matères Internet Introducton

Plus en détail

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria.

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria. 1 CAS nédt d applcaton sur les normes IAS/IFRS Coût amort sur oblgatons à taux varable ou révsable La socété Plumera présente ses comptes annuels dans le référentel IFRS. Elle détent dans son portefeulle

Plus en détail

Prise en compte des politiques de transport dans le choix des fournisseurs

Prise en compte des politiques de transport dans le choix des fournisseurs INSTITUT NATIONAL POLYTECHNIQUE DE GRENOBLE N attrbué par la bblothèque THÈSE Pour obtenr le grade de DOCTEUR DE L I.N.P.G. Spécalté : Géne Industrel Préparée au Laboratore d Automatque de Grenoble Dans

Plus en détail

Impôt sur la fortune et investissement dans les PME Professeur Didier MAILLARD

Impôt sur la fortune et investissement dans les PME Professeur Didier MAILLARD Conservatore atonal des Arts et Méters Chare de BAQUE Document de recherche n 9 Impôt sur la fortune et nvestssement dans les PME Professeur Dder MAILLARD Avertssement ovembre 2007 La chare de Banque du

Plus en détail

Les prix quotidiens de clôture des échanges de quotas EUA et de crédits CER sont fournis par ICE Futures Europe

Les prix quotidiens de clôture des échanges de quotas EUA et de crédits CER sont fournis par ICE Futures Europe Méthodologe CDC Clmat Recherche puble chaque mos, en collaboraton avec Clmpact Metnext, Tendances Carbone, le bulletn mensuel d nformaton sur le marché européen du carbone (EU ETS). L obectf de cette publcaton

Plus en détail

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix?

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix? Note méthodologque Tratements hebdomadares Questlemonscher.com Quelle méthode de collecte de prx? Les éléments méthodologques ont été défns par le cabnet FaE onsel, socété d études et d analyses statstques

Plus en détail

MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES

MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES Émle Garca, Maron Le Cam et Therry Rocher MENESR-DEPP, bureau de l évaluaton des élèves Cet artcle porte sur les méthodes de

Plus en détail

FORMATION DOCTORALE EN INFORMATIQUE THESE. présentée en vue de l obtention du Doctorat en Informatique. par

FORMATION DOCTORALE EN INFORMATIQUE THESE. présentée en vue de l obtention du Doctorat en Informatique. par UNIVERSITE DE TUNIS EL MANAR FACULTE DES SCIENCES DE TUNIS INSTITUT NATIONAL DES SCIENCES APPLIQUEES DE LYON FORMATION DOCTORALE EN INFORMATIQUE THESE présentée en vue de l obtenton du Doctorat en Informatque

Plus en détail

Anticiper l inaptitude physique (fascicule 11)

Anticiper l inaptitude physique (fascicule 11) E T U D E P R A T I Q U E GESTION DE L INAPTITUDE SERVICE CONSEIL STATUTAIRE - jun 2009 Présentaton (fasccule 1) Défntons générales (fasccule 2) L apttude physque (fasccule 3) Le handcap (fasccule 4) L

Plus en détail

Remboursement d un emprunt par annuités constantes

Remboursement d un emprunt par annuités constantes Sére STG Journées de formaton Janver 2006 Remboursement d un emprunt par annutés constantes Le prncpe Utlsaton du tableur Un emprunteur s adresse à un prêteur pour obtenr une somme d argent (la dette)

Plus en détail

Interfaces Windows 8 et Bureau

Interfaces Windows 8 et Bureau Interfaces Wndows 8 et Bureau Interfaces Wndows 8 et Bureau Découvrr l nterface Wndows 8 Après s être dentfé va un compte Mcrosoft ou un compte local, l utlsateur vot apparaître sur son écran la toute

Plus en détail

Créer ou reprendre une entreprise, Guide de la création et de la reprise d entreprise 1er semestre 2009

Créer ou reprendre une entreprise, Guide de la création et de la reprise d entreprise 1er semestre 2009 Créer ou reprendre une entreprse, Ou, mas comment? Gude de la créaton 1 er semestre 2009 et de la reprse d entreprse Futurs entrepreneurs, venez nous rencontrer! Chambre de Commerce et d Industre de Rennes

Plus en détail

I. Présentation générale des méthodes d estimation des projets de type «unité industrielle»

I. Présentation générale des méthodes d estimation des projets de type «unité industrielle» Evaluaton des projets et estmaton des coûts Le budget d un projet est un élément mportant dans l étude d un projet pusque les résultats économques auront un mpact sur la réalsaton ou non et sur la concepton

Plus en détail

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction -

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction - EXAME FIAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSIO 1 - Correcton - Exercce 1 : 1) Consdérons une entreprse E comportant deux établssements : E1 et E2 qu emploent chacun 200 salarés. Au sen de l'établssement

Plus en détail

Distripost. Création 7 Caractéristiques du produit et options 7. Préparation de vos envois 8 Conditionnement 8

Distripost. Création 7 Caractéristiques du produit et options 7. Préparation de vos envois 8 Conditionnement 8 Dstrpost Quo, où et comment? 1 1. Qu est-ce que Dstrpost? 1 2. Quels chox s offrent à vous pour la dstrbuton de vos envos Dstrpost? 1 2.1. Tout le monde reçot-l mon envo toutes-boîtes dans la zone sélectonnée?

Plus en détail

CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE?

CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE? CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE? Boulanger Frédérc Avanssur, Groupe AXA 163-167, Avenue Georges Clémenceau 92742 Nanterre Cedex France Tel: +33 1 46 14 43

Plus en détail

Cerveau & management NOVIAL - 2008 Diapositive N 1

Cerveau & management NOVIAL - 2008 Diapositive N 1 CERVEAU et MANAGEMENT Cerveau & management NOVIAL - 2008 Dapostve N 1 Connaître sa ou ses partes domnantes Nourrr les autres partes Savor fonctonner sur ses 4 cerveaux Cerveau & management NOVIAL - 2008

Plus en détail

GUIDE D ÉLABORATION D UN PLAN D INTERVENTION POUR LE RENOUVELLEMENT DES CONDUITES D EAU POTABLE, D ÉGOUTS ET DES CHAUSSÉES

GUIDE D ÉLABORATION D UN PLAN D INTERVENTION POUR LE RENOUVELLEMENT DES CONDUITES D EAU POTABLE, D ÉGOUTS ET DES CHAUSSÉES GUIDE D ÉLABORATION D UN PLAN D INTERVENTION POUR LE RENOUVELLEMENT DES CONDUITES D EAU POTABLE, D ÉGOUTS ET DES CHAUSSÉES Gude destné au mleu muncpal québécos NOVEMBRE 2013 Coordnaton : Martn Cormer,

Plus en détail

Découvrir l interface Windows 8

Découvrir l interface Windows 8 Wndows 8.1 L envronnement Wndows 8 Interfaces Wndows 8 et Bureau L envronnement Wndows 8 Découvrr l nterface Wndows 8 Après s être dentfé va un compte Mcrosoft ou un compte local, l utlsateur vot apparaître

Plus en détail

Christine Steinbach. Décembre 2005. Christine Steinbach est animatrice communautaire aux Equipes Populaires, en charge des missions d'étude.

Christine Steinbach. Décembre 2005. Christine Steinbach est animatrice communautaire aux Equipes Populaires, en charge des missions d'étude. Queston de Queston de Décembre 2005 Chrstne Stenbach Quelques lgnes d'ntro La lbéralsaton des secteurs du gaz et de l'électrcté se profle à l'horzon 2007 en Régon wallonne. La mse en concurrence de la

Plus en détail

Des solutions globales fi ables et innovantes. www.calyon.com

Des solutions globales fi ables et innovantes. www.calyon.com Des solutons globales f ables et nnovantes www.calyon.com OPTIM Internet: un outl smple et performant Suv de vos comptes Tratement de vos opératons bancares Accès à un servce de reportng complet Une nterface

Plus en détail

22 environnement technico-professionnel

22 environnement technico-professionnel 22 envronnement technco-professonnel CYRIL SABATIÉ Drecteur du servce jurdque FNAIM Ouverture du ma IMMOBILIER, OÙ 1 Artcle paru également dans la Revue des Loyers, jullet à septembre 2007, n 879, p. 314

Plus en détail

EURIsCO. Cahiers de recherche. Cahier n 2008-05. L épargne des ménages au Maroc : Une analyse macroéconomique et microéconomique.

EURIsCO. Cahiers de recherche. Cahier n 2008-05. L épargne des ménages au Maroc : Une analyse macroéconomique et microéconomique. Cahers de recherche EURIsCO Caher n 2008-05 L épargne des ménages au Maroc : Une analyse macroéconomque et mcroéconomque Rapport d étude Najat El Mekkaou de Fretas (coordnateur) Eursco Unversté Pars Dauphne

Plus en détail

Contact SCD Nancy 1 : theses.sciences@scd.uhp-nancy.fr

Contact SCD Nancy 1 : theses.sciences@scd.uhp-nancy.fr AVERTISSEMENT Ce document est le frut d'un long traval approuvé par le jury de soutenance et ms à dsposton de l'ensemble de la communauté unverstare élarge. Il est soums à la proprété ntellectuelle de

Plus en détail

Nous signons de grandes créations pour les clients les plus exigeants.

Nous signons de grandes créations pour les clients les plus exigeants. 1^^ Nous sgnons de grandes créatons pour les clents les plus exgeants. 1.500.000 m de bureaux et commerces et 4 1 * 2 0 0 logements conçus, réalsés et commercalsés en 10 ans 1.023 mllons d'euros de chffre

Plus en détail

STRATEGIE NATIONALE DES BANQUES CEREALIERES DU NIGER

STRATEGIE NATIONALE DES BANQUES CEREALIERES DU NIGER REPUBLIQUE DU NIGER MINISTERE DE L'AGRICULTURE ET DE L'ELEVAGE B-P, 12091 NIAMEY NIGER Té1 : 7320-58 Drecton de Promoton des Organsatons Rurales et de la Geston de l'espace Rural (DPOR/GER) NIAMEY Té1

Plus en détail

Définition des tâches

Définition des tâches Défnton des tâches Défnton des tâches Project 2010 Sasr les tâches d'un projet Les tâches représentent le traval à accomplr pour attendre l'objectf du projet. Elles représentent de ce fat, les éléments

Plus en détail

Comparaison des niveaux des prix et de la consommation dans les pays africains :

Comparaison des niveaux des prix et de la consommation dans les pays africains : Comparason des nveaux des prx et de la consommaton dans les pays afrcans : Premers résultats du Programme de comparason nternatonale pour l Afrque RAPPORT PRINCIPAL Mars 2007 Dvson du développement des

Plus en détail

L allemand, passeport pour l avenir. Nicolas Lalau

L allemand, passeport pour l avenir. Nicolas Lalau Ncolas Lalau Le musée de Pergame à Berln «Bergarten» à Munch Le parc natonal de Jasmund à Rügen Football fémnn en Allemagne Plage au bord de l Elbe à Hambourg Carnaval alémanque à Baden-Baden Dans les

Plus en détail

BTS GPN 2EME ANNEE-MATHEMATIQUES-MATHS FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES

BTS GPN 2EME ANNEE-MATHEMATIQUES-MATHS FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES I. Concepts généraux. Le référentel précse : Cette parte du module M4 «Acquérr des outls mathématques de base nécessares à l'analyse de données économques» est en relaton avec

Plus en détail

Interface OneNote 2013

Interface OneNote 2013 Interface OneNote 2013 Interface OneNote 2013 Offce 2013 - Fonctons avancées Lancer OneNote 2013 À partr de l'nterface Wndows 8, utlsez une des méthodes suvantes : - Clquez sur la vgnette OneNote 2013

Plus en détail

Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amiens.fr/pedagogie/maths/new/ue2007/synthese_atelier_annette_alain.

Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amiens.fr/pedagogie/maths/new/ue2007/synthese_atelier_annette_alain. Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amens.fr/pedagoge/maths/new/ue2007/synthese_ateler_annette_alan.pdf 1 La règle du jeu Un drecteur de casno se propose d nstaller le

Plus en détail

classification non supervisée : pas de classes prédéfinies Applications typiques

classification non supervisée : pas de classes prédéfinies Applications typiques Qu est ce que le clusterng? analyse de clusterng regroupement des obets en clusters un cluster : une collecton d obets smlares au sen d un même cluster dssmlares au obets appartenant à d autres clusters

Plus en détail

Un programme inter-entreprises. > autour du téléphone mobile > en faveur de l égalité des chances

Un programme inter-entreprises. > autour du téléphone mobile > en faveur de l égalité des chances Un programme nter-entreprses de découverte professonnelle > autour du téléphone moble > en faveur de légalté des chances 1 ère édton en 2007-2008 2 ème édton en 2008-2009 3 ème édton en 2009-2010 Prncpe

Plus en détail

TABLEAU DE BORD DE L ÉVOLUTION DES EFFECTIFS D ÉLÈVES DE L ENSEIGNEMENT PRIMAIRE PUBLIC À UN NIVEAU LOCAL. Choisir une commune

TABLEAU DE BORD DE L ÉVOLUTION DES EFFECTIFS D ÉLÈVES DE L ENSEIGNEMENT PRIMAIRE PUBLIC À UN NIVEAU LOCAL. Choisir une commune Servce de la recherche en éducaton / DIP, Genève - Prévsons localsées d effectfs de l ensegnement prmare TABLEAU DE BORD DE L ÉVOLUTION DES EFFECTIFS D ÉLÈVES DE L ENSEIGNEMENT PRIMAIRE PUBLIC À UN NIVEAU

Plus en détail

Professionnel de santé équipé de Médiclick!

Professionnel de santé équipé de Médiclick! Professonnel de santé équpé de Médclck! Dosser Médcal Partagé en Aqutane Ce gude vous présente les prncpales fonctonnaltés réservées aux professonnels de santé membres du réseau AquDMP. Sommare Connexon

Plus en détail

Conception de l architecture d un système dirigée par un modèle d urbanisme fonctionnel

Conception de l architecture d un système dirigée par un modèle d urbanisme fonctionnel Concepton de l archtecture d un système drgée par un modèle d urbansme fonctonnel Jacques Smonn To cte ths verson: Jacques Smonn. Concepton de l archtecture d un système drgée par un modèle d urbansme

Plus en détail

Système solaire combiné Estimation des besoins énergétiques

Système solaire combiné Estimation des besoins énergétiques Revue des Energes Renouvelables ICRESD-07 Tlemcen (007) 109 114 Système solare combné Estmaton des besons énergétques R. Kharch 1, B. Benyoucef et M. Belhamel 1 1 Centre de Développement des Energes Renouvelables

Plus en détail

Montage émetteur commun

Montage émetteur commun tour au menu ontage émetteur commun Polarsaton d un transstor. ôle de la polarsaton La polarsaton a pour rôle de placer le pont de fonctonnement du transstor dans une zone où ses caractérstques sont lnéares.

Plus en détail

ErP : éco-conception et étiquetage énergétique. Les solutions Vaillant. Pour dépasser la performance. La satisfaction de faire le bon choix.

ErP : éco-conception et étiquetage énergétique. Les solutions Vaillant. Pour dépasser la performance. La satisfaction de faire le bon choix. ErP : éco-concepton et étquetage énergétque Les solutons Vallant Pour dépasser la performance La satsfacton de fare le bon chox. ErP : éco-concepton et étquetage énergétque Eco-concepton et Etquetage

Plus en détail

Série A Septembre 2008

Série A Septembre 2008 Sére A Septembre 2008 Sommare Notce avec encadré* 3 Annexe à la Notce 17 UFEP : extrat des statuts 27 *Cet encadré a pour objet d attrer l attenton de l adhérent sur certanes dspostons essentelles de la

Plus en détail

Un protocole de tolérance aux pannes pour objets actifs non préemptifs

Un protocole de tolérance aux pannes pour objets actifs non préemptifs Un protocole de tolérance aux pannes pour objets actfs non préemptfs Françose Baude Dens Caromel Chrstan Delbé Ludovc Henro Equpe Oass, INRIA - CNRS - I3S 2004, route des Lucoles F-06902 Sopha Antpols

Plus en détail

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire Assurance malade et aléa de moralté ex-ante : L ncdence de l hétérogénété de la perte santare Davd Alary 1 et Franck Ben 2 Cet artcle examne l ncdence de l hétérogénété de la perte santare sur les contrats

Plus en détail

En vue de l'obtention du. Présentée et soutenue par Meva DODO Le 06 novembre 2008

En vue de l'obtention du. Présentée et soutenue par Meva DODO Le 06 novembre 2008 THÈSE En vue de l'obtenton du DOCTORAT DE L UNIVERSITÉ DE TOULOUSE Délvré par l'unversté Toulouse III - Paul Sabater Spécalté : Informatque Présentée et soutenue par Meva DODO Le 06 novembre 2008 Ttre

Plus en détail

MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES

MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Un Peuple - Un But Une Fo MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION DE LA PREVISION ET DES ETUDES ECONOMIQUES Document de traval N 03 GESTION DU RISQUE DE CREDIT ET FINANCEMENT DES ECONOMIES DE

Plus en détail

Office de Ss curite Routiere (O.SE.R.)

Office de Ss curite Routiere (O.SE.R.) COMMISSION ECONOMIQUE POUR L'AFRIQUE ORGANISATION DE COOPERATION ET DE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUES CONGRES OCDE/CEA Natons Unes DEUXIEME CONGRES AFRICAIN SUR LA SECURITE ROUTIERE ADDIS ABEBA, 16-20 octobre

Plus en détail

T3 Comfort raccordé a IP Office

T3 Comfort raccordé a IP Office IP Telephony Contact Centers Moblty Servces T3 Comfort raccordé a IP Offce Benutzerhandbuch User's gude Manual de usuaro Manuel utlsateur Manuale d uso Gebrukersdocumentate Sommare Sommare Se famlarser

Plus en détail

VIELLE Marc. CEA-IDEI Janvier 1998. 1 La nomenclature retenue 3. 2 Vue d ensemble du modèle 4

VIELLE Marc. CEA-IDEI Janvier 1998. 1 La nomenclature retenue 3. 2 Vue d ensemble du modèle 4 GEMINI-E3 XL France Un outl destné à l étude des mpacts ndustrels de poltques énergétques et envronnementales VIELLE Marc CEA-IDEI Janver 1998 I LA STRUCTURE DU MODELE GEMINI-E3 XL FRANCE 3 1 La nomenclature

Plus en détail

Bibliothèque de documents

Bibliothèque de documents Bblothèque de documents Bblothèque de documents SharePont 2010 Vue d ensemble Dans un ste SharePont, les bblothèques permettent de stocker des éléments de types dfférents : des documents, des mages, des

Plus en détail

Et pour vos clients, bénéficiez de services

Et pour vos clients, bénéficiez de services P R O D U I T t s vous travallez aujourd hu avec les outls de deman? a eston lectron ue de ocuments s erts om ta les F I C H our les calement con ue les + produts our num rser rodure classer arta er rechercher

Plus en détail

Prêt de groupe et sanction sociale Group lending and social fine

Prêt de groupe et sanction sociale Group lending and social fine Prêt de roupe et sancton socale Group lendn and socal fne Davd Alary Résumé Dans cet artcle, nous présentons un modèle d antsélecton sur un marché concurrentel du crédt. Nous consdérons l ntroducton de

Plus en détail

Fiche n 7 : Vérification du débit et de la vitesse par la méthode de traçage

Fiche n 7 : Vérification du débit et de la vitesse par la méthode de traçage Fche n 7 : Vérfcaton du débt et de la vtesse par la méthode de traçage 1. PRINCIPE La méthode de traçage permet de calculer le débt d un écoulement ndépendamment des mesurages de hauteur et de vtesse.

Plus en détail

santé Les arrêts de travail des séniors en emploi

santé Les arrêts de travail des séniors en emploi soldarté et DOSSIERS Les arrêts de traval des sénors en emplo N 2 2007 Les sénors en emplo se dstnguent-ls de leurs cadets en termes de recours aux arrêts de traval? Les sénors ne déclarent pas plus d

Plus en détail

Prêts bilatéraux et réseaux sociaux

Prêts bilatéraux et réseaux sociaux Prêts blatéraux et réseaux socaux Quand la sous-optmalté condut au ben-être collectf Phlppe Callou, Frederc Dubut et Mchele Sebag LRI, Unverste Pars Sud F-91405 Orsay France {callou;dubut;sebag}@lr.fr

Plus en détail

Paquets. Paquets nationaux 1. Paquets internationaux 11

Paquets. Paquets nationaux 1. Paquets internationaux 11 Paquets Paquets natonaux 1 Paquets nternatonaux 11 Paquets natonaux Servces & optons 1 Créaton 3 1. Dmensons, pods & épasseurs 3 2. Présentaton des paquets 4 2.1. Face avant du paquet 4 2.2. Comment obtenr

Plus en détail

Relais de protection et de commmande

Relais de protection et de commmande S O U S - S T A T I O N S Relas de protecton et de commmande La gamme SEPCOS-PRO comprend des relas de protecton et de commande de haute technologe qu répondent à la perfecton aux exgences des réseaux

Plus en détail

Mode d'emploi. Servomoteur radiofréquence 1187 00

Mode d'emploi. Servomoteur radiofréquence 1187 00 Mode d'emplo Servomoteur radofréquence 1187 00 Table des matères A propos de ce mode d'emplo... 2 Représentaton de l'apparel... 3 Montage... 3 Démontage... 3 Almentaton... 4 Mettre la ple en place... 4

Plus en détail

SIMULATION D UN JET TURBULENT POUR LE REFROIDISSEMENT DES AUBES DE TURBINE

SIMULATION D UN JET TURBULENT POUR LE REFROIDISSEMENT DES AUBES DE TURBINE 10 ème Sémnare Internatonal sur la Physque Energétque 10 th Internatonal Meetng on Energetcal Physcs SIMULAION D UN JE URBULEN POUR LE REFROIDISSEMEN DES AUBES DE URBINE Bounegta Bachr 1, Abdelarm Maamar

Plus en détail

Somfy Box. Activation de l option io et programmation de vos produits io

Somfy Box. Activation de l option io et programmation de vos produits io Somfy Box Actvaton de l opton o et programmaton de vos produts o Sommare Pré-requs pour la programmaton de produts o sur la Somfy Box 1 Harmonser la clé système 1 Qu est-ce que la clé système? 1 Dans quel

Plus en détail

Integral T 3 Compact. raccordé aux installations Integral 5. Notice d utilisation

Integral T 3 Compact. raccordé aux installations Integral 5. Notice d utilisation Integral T 3 Compact raccordé aux nstallatons Integral 5 Notce d utlsaton Remarques mportantes Remarques mportantes A quelle nstallaton pouvez-vous connecter votre téléphone Ce téléphone est conçu unquement

Plus en détail

Pour avoir les idées plus claires...

Pour avoir les idées plus claires... ARNET PRATIQUE Pour avor les dées plus clares...... lorsque vous développez un projet d ntérêt général. Outl produt avec le souten du rédt Mutuel accuel SOMMaRe «Je ne connas pas d entrepreneur qu n at

Plus en détail

Modélisation et conception d algorithmes pour la planification automatique du personnel de compagnies

Modélisation et conception d algorithmes pour la planification automatique du personnel de compagnies Modélsaton et concepton d algorthmes pour la planfcaton automatque du personnel de compagnes aérennes Carmen Draghc To cte ths verson: Carmen Draghc. Modélsaton et concepton d algorthmes pour la planfcaton

Plus en détail

Réseau RRFR pour la surveillance dynamique : application en e-maintenance.

Réseau RRFR pour la surveillance dynamique : application en e-maintenance. Réseau RRFR pour la survellance dynamue : applcaton en e-mantenance. RYAD ZEMOURI, DANIEL RACOCEANU, NOUREDDINE ZERHOUNI Laboratore Unverstare de Recherche en Producton Automatsée (LURPA) 6, avenue du

Plus en détail

CATALOGUE EXCLUSIF TOUCH MEDIA CATALOGUE DE SITES FORMATS GLOSSAIRE. Notre sélection de supports en représentation exclusive au Maroc

CATALOGUE EXCLUSIF TOUCH MEDIA CATALOGUE DE SITES FORMATS GLOSSAIRE. Notre sélection de supports en représentation exclusive au Maroc CATALOGUE EXCLUSIF Notre sélecton de supports en représentaton exclusve au Maroc CATALOGUE DE SITES FORMATS A PROPOS DE NOUS Make ordnary, Extraordnary Phlosophe Équpe Réactvté est la rége publctare web

Plus en détail

Afflux de capitaux, taux de change réel et développement financier : évidence empirique pour les pays du Maghreb

Afflux de capitaux, taux de change réel et développement financier : évidence empirique pour les pays du Maghreb Global Journal of Management and Busness Research Volume Issue Verson.0 November 20 Type: Double Blnd Peer Revewed Internatonal Research Journal Publsher: Global Journals Inc. (USA) Onlne ISSN: 2249-4588

Plus en détail

Exercices d Électrocinétique

Exercices d Électrocinétique ercces d Électrocnétque Intensté et densté de courant -1.1 Vtesse des porteurs de charges : On dssout une masse m = 20g de chlorure de sodum NaCl dans un bac électrolytque de longueur l = 20cm et de secton

Plus en détail

LeanConcept. La solution déploiement du Lean Manufacturing. Stockage Logistique Ergonomie Environnement Aménagement Services

LeanConcept. La solution déploiement du Lean Manufacturing. Stockage Logistique Ergonomie Environnement Aménagement Services Stockage Logstque Ergonome Envronnement Aménagement Servces La soluton déploement du Lean Manufacturng SIRE 4808480004 - NAF 4669C - VA ntracommunautare FR 9480848 www.sma.fr - contact@sma.fr - Fax 05

Plus en détail

ACTE DE PRÊT HYPOTHÉCAIRE

ACTE DE PRÊT HYPOTHÉCAIRE - 1 - ACTE DE PRÊT HYPOTHÉCAIRE 5453F QC FR-2010/01 Taux fxe Le. Devant M e, notare soussgné pour la provnce de Québec, exerçant à. ONT COMPARU : ET : (C-après parfos appelé dans le présent Acte l «emprunteur»

Plus en détail

En vue de l'obtention du. Présentée et soutenue par Elayeb Bilel Le 26 juin 2009

En vue de l'obtention du. Présentée et soutenue par Elayeb Bilel Le 26 juin 2009 THÈSE En vue de l'obtenton du DOCTORAT DE L UNIVERSITÉ DE TOULOUSE Délvré par Insttut Natonal Polytechnque de Toulouse (INPT) Dscplne ou spécalté : Informatque Présentée et soutenue par Elayeb Blel Le

Plus en détail

Application de modèles grande échelle à la problématique régionale : cas de l ozone

Application de modèles grande échelle à la problématique régionale : cas de l ozone Applcaton de modèles grande échelle à la problématque régonale : cas de l ozone Laboratore Central de Survellance de la Qualté de l Ar Conventon n 115/03 Cécle HONORÉ, Laure MALHERBE Unté Modélsaton et

Plus en détail

Équilibre partiel et optimalité en situation de concurrence

Équilibre partiel et optimalité en situation de concurrence Chaptre 1 Éulbre partel et optmalté en stuaton de concurrence Au terme de ce chaptre, vous saurez : calculer les prx et les uanttés d éulbre ; caractérser les dfférents surplus ; défnr la noton de perte

Plus en détail

COMPARAISON DE MÉTHODES POUR LA CORRECTION

COMPARAISON DE MÉTHODES POUR LA CORRECTION COMPARAISON DE MÉTHODES POUR LA CORRECTION DE LA NON-RÉPONSE TOTALE : MÉTHODE DES SCORES ET SEGMENTATION Émle Dequdt, Benoît Busson 2 & Ncolas Sgler 3 Insee, Drecton régonale des Pays de la Lore, Servce

Plus en détail

TD 1. Statistiques à une variable.

TD 1. Statistiques à une variable. Danel Abécasss. Année unverstare 2010/2011 Prépa-L1 TD de bostatstques. Exercce 1. On consdère la sére suvante : TD 1. Statstques à une varable. 1. Calculer la moyenne et l écart type. 2. Calculer la médane

Plus en détail

PROCEDURE DE PARTAGE DU GAZ SUR LE GAZODUC TRANSTUNISIEN

PROCEDURE DE PARTAGE DU GAZ SUR LE GAZODUC TRANSTUNISIEN ALLEGATO PROEDURE DE PARTAGE DU GAZ SUR LE GAZODU TRANSTUNISIEN Entre les soussgnées: XXX (c-après dénommé XXX) socété de drot sse à ; et YYY (c-après dénommé YYY) socété de drot sse à... ; et ZZZ (c-après

Plus en détail

Atelier 2 La recherche d information personnalisée sur le Web

Atelier 2 La recherche d information personnalisée sur le Web Ateler 2 La recherche d nformaton personnalsée sur le Web Mare-Aude Aufaure, Hajer Baazaou Zghal, Yves Lechevaller et Chrstophe Claramunt Ateler Recherche d Informaton Personnalsée sur le WEB Mare-Aude

Plus en détail