Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire"

Transcription

1 Assurance malade et aléa de moralté ex-ante : L ncdence de l hétérogénété de la perte santare Davd Alary 1 et Franck Ben 2 Cet artcle examne l ncdence de l hétérogénété de la perte santare sur les contrats d assurance malade en présence d aléa moral. Même s le rsque santare peut ncter les assurés à réalser un effort préventf en présence d une couverture complète ce qu ndut l absence d un tcket modérateur, celu s avère nécessare pour dscrmner entre les assurés lorsque leur hétérogénété les amène à réalser des actons préventves dfférentes. HEALT INSURANCE AND HAZARD MORAL : THE INCIDENCE OF TYPE OF HEALTH RISK Ths paper nvestgates the mpact of the heterogenety of loss status on the nsurance contracts. If a full coverage s possble wth moral hazard, the heterogenety of loss status lead to a deductble to acheve screenng between nsured. Classfcaton JEL : D8, I1 La dernère réforme de l assurance malade utlse le tcket modérateur comme nstrument de régulaton des dépenses de santé qu résulteraent d un comportement de rsque moral ex-ante. Un résultat théorque en économe de l assurance stpule qu l est optmal d adopter une couverture partelle (prenant notamment la forme d un co-paement équvalent au tcket modérateur afn de rédure les comportements de rsque moral ex-ante (Shavell [1979] et Arnott et Stgltz [1988]. On peut donc s nterroger sur la pertnence de l absence de tckets modérateurs qu prévaut pourtant dans de nombreux cas en assurance malade et également de la dfférence de tckets modérateurs pour dfférentes stuatons santares. 1 SDF, Unversté PARIS-DAUPHINE Place du Maréchal De Lattre de Tassgny Pars Cedex EURIsCO-LEGOS, Unversté PARIS-DAUPHINE Place du Maréchal De Lattre de Tassgny Pars Cedex 16.

2 L assurance malade est spécfque pusqu elle couvre un rsque qu génère deux effets : un fnancer et un santare. Ben que le premer effet sot assurable, le second ne l est pas. Ans, la perte santare peut être appréhendée comme un «background rsk» dans le sens où l s agt d un rsque supplémentare non assurable. Toutefos, ce rsque modfe la percepton de la rchesse sans l altérer ce qu le dfférence d un «background rsk» fnancer. A la sute de Cook et Graham [1977] qu défnssent un ben rremplaçable comme un ben modfant l utlté obtenue par la rchesse 3, nous consdérons que le captal santare est un exemple d un ben dt rremplaçable. La spécfcté du rsque santare modfe les caractérstques des contrats d assurance en présence d aléa moral. En effet, une couverture complète du rsque fnancer ne désncte pas toujours l assuré à fournr un effort préventf car l subsste un bénéfce lé à la réalsaton d un effort préventf qu modfe la probablté d occurrence de la perte santare non assurable. Ben [2004] et Bardey et Lesur [2005] montrent qu une couverture complète est offerte en présence de rsque moral sans générer d neffcacté, et ce pour dfférentes spécfctés de la foncton d utlté (respectvement une dérvée crosée 4 négatve et une dérvée crosée nulle. Dans cet artcle, nous nous proposons d apporter quelques éléments de réflexon sur la relaton entre la couverture d assurance malade, l effort de préventon et l hétérogénété de la perte santare. A pror, la dfférence de perte santare devrat ncter l assuré à entreprendre des actons préventves dfférentes pusque le rsque malade les affecte dfféremment. Par conséquent, l ntroducton de l hétérogénété de la perte santare condut à ajouter un problème de sélecton adverse à un problème d aléa de moralté 5. Pour une couverture complète du dommage fnancer, les deux types d agents ne réalsent pas le même effort préventf. Dans un cadre de sélecton adverse, les résultats de Rothschld et Stgltz [1976] (noté par la sute RS stpulent que la dscrmnaton entre deux types d agents est réalsée s la condton de crosement unque de Spence-Mrless 6 est vérfée 3 Rey [2003] caractérse les contrats d assurance optmaux pour une utlté bvarée et dans un cadre d nformaton parfate. 4 L utlté retenue est bvarée et elle dépend de la rchesse fnancère et du captal santare de l agent. 5 Pour un état de la lttérature des travaux consdérant aléa moral et sélecton adverse, se référer à Fagart et Chopn [2007]. Nous ne présentons c que deux travaux afn de comparer nos résultats. Il est à noter que la présence de l aléa de moralté mplque l absence d une couverture complète. Jullen, Salané et Salané [2001] montrent que l hétérogénété de l averson au rsque modfe les nctatons ndvduelles. Plus l agent est averse au rsque et plus son effort préventf est élevé. La vérfcaton de la contrante de crosement unque mplque que le contrat est séparateur. Il s en sut que la couverture de l agent plus averse au rsque est plus fable que celle de l autre agent pusqu l présente la probablté d occurrence du rsque la plus fable. Fagart et Chopn [2007] montrent que l ntroducton de l hétérogénété du coût d autoprotecton dans un cadre d aléa moral condut à offrr une couverture plus mportante aux agents dont le coût est le plus élevé a contraro des agents aux coûts les plus fables pusque ces premers présentent la probablté d occurrence du rsque la plus élevée. 6 Cette condton énonce que les courbes d ndfférence ne se coupent qu une seule fos. Cette proprété mplque que l assuré de type haut rsque préférera toujours le contrat de l autre type. Par conséquent, l équlbre sera séparateur.

3 et s les assurés se voent offrr des contrats d assurance dfférents 7.. Il s en sut que le tcket modérateur redevent optmal afn de pourvor à la dscrmnaton entre les types. A pror, pour une couverture complète du dommage fnancer, plus la perte santare est mportante plus l effort de préventon réalsé est grand. Ans, le mauvas rsque santare devent le bon rsque fnancer pusque sa probablté d occurrence du rsque santare est la plus fable. Nous en dédusons qu l serat optmal d offrr une couverture ncomplète au mauvas rsque santare et une couverture complète au bon rsque santare. Ans, la relaton négatve qu prévaut entre la gravté du rsque santare et le tcket modérateur ne serat pas effcace. L artcle est organsé comme sut. Le cadre du modèle sera décrt dans une premère secton 8. L effort optmal sera décrt dans une seconde secton. La condton de crosement unque sera étudée dans une trosème secton. La quatrème secton caractérsera les contrats d assurance d équlbre. La dernère secton conclura l artcle. MODELISATION DES CHOIX INDIVIDUELS Nous consdérons une économe comportant des compagnes d assurance malade ntervenant sur un marché parfatement concurrentel dans lequel les ndvdus dffèrent par leur perte santare. Nous posons comme hypothèse qu une parte de la populaton de proporton λ subt une perte santare nette après tratement notée H H et l autre parte une perte H L avec H L < H H. Chaque agent connaît son type de rsque santare a contraro des compagnes d assurance : H et L pour respectvement une perte santare H H et H L. En rason de la concurrence, les assureurs offrent des contrats à prme actuarelle notés C(π,q où π désgne le montant de la prme et q le montant des ndemntés qu ne peut être supéreur au montant des dommages fnancers (absence de sur assurance. L utlté des assurés dépend du nveau de leur rchesse fnancère W et de leur état de santé H. U(W,H est une foncton d utlté addtve et séparable : U(W,H = u(w + H (1 Cette foncton est crossante et concave en la rchesse. Il est à noter que la dérvée seconde crosée notée ' est égale à 0 9. Cette hypothèse permet de U '12 7 L assuré de type haut rsque obtent une couverture complète et l autre assuré une couverture partelle. 8 Ce traval reprend en parte la logque de résoluton de Jullen, Salané et Salané [2001]. En effet, comme pour Fagart et Chopn [2007], résoudre un problème d assurance en présence d aléa moral et de sélecton adverse revent à consdérer un problème d assurance de sélecton adverse avec des probabltés endogènes. Dans un premer temps, les contrats d assurance en présence d aléa moral sont défns. Pus, l ntroducton de la sélecton adverse les modfe. 9 Cette forme d utlté est équvalente à une forme addtve d utlté dépendante de l état de la nature. Karn [1983].

4 conserver un corps d hypothèses le plus semblable à celu de Shavell [1979] et de lmter les effets santé à leur plus smple expresson 10. W 0 et H 0 désgnent respectvement la rchesse ntale et l état de santé ntal de l assuré, m le coût du tratement curatf. L assuré chost un effort de préventon e qu dmnue la probablté d occurrence de la malade. Nous supposons que e ε R +, p (e < 0 et p (e > 0, ce qu sgnfe que l effort de préventon rédut la probablté d occurrence de la malade mas que le rendement margnal de l effort est décrossant. Le coût monétare d une unté d effort est noté c. Nous supposons que ce coût est suffsamment fable, c est-à-dre que sans assurance un ndvdu est ncté à effectuer un effort préventf ex-ante. EFFORT OPTIMAL En présence d aléa moral, l nobservablté de l effort préventf mplque que la prme d assurance ne sot plus ndexée sur le nveau d effort. Le contrat d assurance offert à un agent maxmse à l équlbre l espérance de l utlté sous contrante d nctaton ndvduelle : p'( e max EU q, e + (1 e u( W = e u( W 0 0 p q ce + H m + q p q ce 0 e H [ u( W m + q p q ce u( W p q ce H ] (2 0 0 (3 c = e u1( m + q pq ce + (1 e u1( pq ce avec u 1 et u 11 respectvement les dérvés premères et secondes, et ( L, H. Résultat 1 S l assuré est suffsamment averse au rsque fnancer (toutes choses égales par alleurs, une couverture complète peut être offerte tout en nctant à réalser un effort. Preuve : Après réarrangements, les condtons optmales de premer rang calculées avec une couverture complète mplquent : EU e sgn q = m = sgn (4 q q e p' u1(. pu11(. = (5 q p'' H u11(. L effort est une foncton crossante de la couverture s l assuré est u 11 p' suffsamment adverse au rsque c est-à-dre s >. Ans, avec une u1 p couverture complète, l espérance d utlté margnale par rapport à la 10 Absence d averson au rsque santare.

5 couverture est une foncton crossante de celle-c. Par conséquent, la couverture complète est ben la couverture optmale pusque la surassurance est nterdte. CQFD. Une couverture complète ne désncte pas toujours l assuré à fournr un effort préventf car l subsste un bénéfce margnal lé à l effort préventf qu résulte de la varaton de l état de santé. Pour une couverture complète, ce bénéfce margnal de réalsaton de l effort pour une couverture complète est dfférent de 0 car le rsque santare engendre une perte nette santare après tratement. A l optmum, ce bénéfce est égal au coût margnal. Il exste donc une valeur non nulle de l effort préventf qu vérfe la contrante d nctaton ndvduelle (3. Lemme 2 : En présence d aléa moral, l effort de préventon est une foncton crossante de la perte santare. Preuve : En dérvant l équaton (3 par rapport à la perte santare, nous obtenons : e p ' = (6 2 H EU 2 e L exstence d une soluton ntéreure (e 0 mplque que le dénomnateur e est négatf. p <0 mplque que >0. H CQFD. L effort de préventon est donc corrélé postvement à la perte santare. Plus un agent supporte une perte santare mportante, plus le bénéfce à réalser un effort est élevé pusqu l rédut ans la perte santare espérée. Il s en sut que le haut rsque santare (type H H est mons rsqué (sa probablté d occurrence du rsque santare est plus fable que le bas rsque santare (type H L 11. Par conséquent, l hétérogénété des agents ntrodut de la sélecton adverse dans le modèle d aléa moral. LA CONDITION DE CROISEMENT UNIQUE L équlbre séparateur de RS est possble s et seulement s la condton de Spence Mrlees est vérfée. Dans le cadre RS, elle mplque que les agents dont la probablté d occurrence du rsque fnancer est plus élevée, sont dsposés à payer un montant plus fable par unté monétare reçue en cas de réalsaton de la perte que les agents de type bas rsque. 11 Comme Jullen, Salané et Salané [2001] et contrarement à Fagart et Chopn [2007], nous obtenons une corrélaton négatve entre la valeur du paramètre consdéré (respectvement averson au rsque et coût de l effort et le rsque fnancer évalué par l espérance du dommage. Cette dfférence avec le second artcle s explque par l ntroducton de la santé dans le problème usuel de l aléa de moralté. En effet, coût de l effort et perte santare génèrent des effets contradctores.

6 Graphquement, cette proprété est caractérsée par le fat que la pente de la courbe d ndfférence du type bas rsque est supéreure à celle du type haut rsque. L assuré de type haut rsque santare réalse plus d effort de préventon que le type bas rsque santare ce qu condut à une probablté d occurrence du rsque santare plus fable (bas rsque au sens de RS. Ans, l agent de type haut rsque santare préfère des schémas de transfert plus performants 12. Lemme 3 : Pour un contrat C(π,q, la proprété de Spence-Mrless est vérfée 13 s l averson absolue au rsque fnancer est une foncton non crossante de la rchesse. Preuve : Cette proprété est vérfée s la pente de la courbe d ndfférence dans le plan des rchesses (état de non occurrence du rsque santare, état d occurrence du rsque santare du type haut rsque fnancer (type H L est nféreure à celle du type bas rsque fnancer (type H H. Pour un contrat C(π,q, ladte pente s énonce : 1 e u1( π ce (7 e u1( m + q π ce D après le lemme (2, e H >e L et e étant décrossante, nous obtenons que 1 eh 1 el >. La condton de crosement unque est vérfée s e e H L u1( π ceh u1( π cel > (8 u1( m + q π ceh u1( m + q π cel Une condton suffsante est que le rapport des utltés margnales est une foncton décrossante de l effort. Après dérvaton et arrangements, ladte condton est respectée s et seulement s u11( π ce u11( m + q π ce (9 u1( π ce u1( m + q π ce L néquaton (9 est vérfée s pour tout q m, l averson absolue au rsque fnancer est une foncton non crossante de la rchesse. CQFD. Le lemme (3 établt que l ensemble de classes de fonctons d utlté admettant une soluton est mons restrctf que celu de Jullen, Salané et Salané [2001] et Fagart et Chopn [2007]. En effet, aux fonctons CARA sont ajoutées les fonctons DARA. LES CONTRATS D EQUILIBRE L ntroducton de l hétérogénété ntrodut 12 Nous supposons que la performance d un schéma est mesurée par le transfert obtenu dans l état occurrence du rsque. 13 Condton suffsante.

- Equilibre simultané IS/LM : Pour déterminer le couple d équilibre général, il convient de résoudre l équation IS = LM.

- Equilibre simultané IS/LM : Pour déterminer le couple d équilibre général, il convient de résoudre l équation IS = LM. Exercce n 1 Cet exercce propose de détermner l équlbre IS/LM sur la base d une économe dépourvue de présence étatque. Pour ce fare l convent, dans un premer temps de détermner la relaton (IS) marquant

Plus en détail

Prêt de groupe et sanction sociale Group lending and social fine

Prêt de groupe et sanction sociale Group lending and social fine Prêt de roupe et sancton socale Group lendn and socal fne Davd Alary Résumé Dans cet artcle, nous présentons un modèle d antsélecton sur un marché concurrentel du crédt. Nous consdérons l ntroducton de

Plus en détail

La fourniture de biens et facteurs publics en présence de ménages et d entreprises mobiles

La fourniture de biens et facteurs publics en présence de ménages et d entreprises mobiles La fournture de bens et facteurs publcs en présence de ménages et d entreprses mobles Pascale Duran-Vgneron évrer 007 Le modèle On suppose un pays drgé par un gouvernement central ayant compétence sur

Plus en détail

Valeur absolue et fonction valeur absolue Cours

Valeur absolue et fonction valeur absolue Cours Valeur absolue foncton valeur absolue Cours CHAPITRE 1 : Dstance entre deu réels 1) Eemples prélmnares 2) Défnton 3) Proprétés CHAPITRE 2 : Valeur absolue d un réel 1) Défnton 2) Proprétés CHAPITRE 3 :

Plus en détail

Corrélation et régression linéaire

Corrélation et régression linéaire Corrélaton et régresson lnéare 1. Concept de corrélaton. Analyse de régresson lnéare 3. Dfférences entre valeurs prédtes et observées d une varable 1. Concept de corrélaton L objectf est d analyser un

Plus en détail

Sociétés d investissement immobilier cotées (SIIC), valeur et prix : deux notes

Sociétés d investissement immobilier cotées (SIIC), valeur et prix : deux notes Socétés d nvestssement mmobler cotées (SIIC), valeur et prx : deux notes I. Dette et créaton de valeur dans les socétés foncères II. La cesson à une SIIC : un cas de dstorson fscale Laurent BATSCH CEREG-DRM,

Plus en détail

La théorie moderne du portefeuille : théorie et applications

La théorie moderne du portefeuille : théorie et applications 4986_.book Page 795 Vendred, 11. décembre 2009 3:46 15 28 La théore moderne du portefeulle : théore et applcatons PATRICE PONCET ET ROLAND PORTAIT Patrce Poncet est professeur à l ESSEC Busness School.

Plus en détail

Cours Corporate finance

Cours Corporate finance Cours Corporate fnance Eléments de théore du portefeulle Le edaf Franços Longn www.longn.fr lan Notons de rentablté Défnton odélsaton Eléments de théore du portefeulle ortefeulle Dversfcaton Le edaf Le

Plus en détail

L intermédiation financière en microfinance : un examen à partir des modèles de prêt de groupe et de prêt individuel

L intermédiation financière en microfinance : un examen à partir des modèles de prêt de groupe et de prêt individuel MESQUIT Dorothée Dorothee.mesquta@etu.unv-rouen.fr Drecteur M. MYOUKOU Unversté de Rouen Laboratore CRE L ntermédaton fnancère en mcrofnance : un examen à partr des modèles de prêt de groupe et de prêt

Plus en détail

Solution : 1. Soit y = α + βt, l équation de la droite considérée. Le problème de régression linéaire s écrit. i=1 2(α + βt i b i )t i

Solution : 1. Soit y = α + βt, l équation de la droite considérée. Le problème de régression linéaire s écrit. i=1 2(α + βt i b i )t i Exercces avec corrgé succnct du chaptre 3 (Remarque : les références ne sont pas gérées dans ce document, par contre les quelques?? qu apparassent dans ce texte sont ben défns dans la verson écran complète

Plus en détail

Choix de Portefeuille

Choix de Portefeuille Année 2007-2008 Chox de Portefeulle Chrstophe Boucher Chaptre 1. Théore de la décson en avenr ncertan Crtère d espérance d utlté L atttude vs-à-vs du rsque Chaptre 2. Rendements et crtères de chox entre

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. Cours d économie général 2009-2010

TABLE DES MATIERES. Cours d économie général 2009-2010 TABLE DES MATIERES Durée...2 Objectf spécfque...2 Résumé...2 I. Equlbre en économe fermée...2 I.1 L équlbre sur le marché des produts : la courbe IS...2 I.2 L équlbre sur le marché de la monnae : la courbe

Plus en détail

Analyse Numérique - Projet A rendre au plus tard le jour de l examen final, en Janvier 2010.

Analyse Numérique - Projet A rendre au plus tard le jour de l examen final, en Janvier 2010. Master 1ère année de Mathématques Analyse Numérque - Projet A rendre au plus tard le jour de l examen fnal, en Janver 2010. CMI, Unversté de Provence Année 2009-2010 Ce qu vous est demandé : Rédger les

Plus en détail

Montage émetteur commun

Montage émetteur commun tour au menu ontage émetteur commun Polarsaton d un transstor. ôle de la polarsaton La polarsaton a pour rôle de placer le pont de fonctonnement du transstor dans une zone où ses caractérstques sont lnéares.

Plus en détail

Evaluation des actions

Evaluation des actions Akrem ISCAE archés nancers : Evaluaton des actons Evaluaton des actons Secton I : Dénton hypothèses et notatons I-- La noton d un act nancer -a- Dénton Un act nancer est tout ben qu un nvestsseur désre

Plus en détail

- donc n explique pas très bien le commerce entre pays industrialisés en particulier le commerce intraeuropéen

- donc n explique pas très bien le commerce entre pays industrialisés en particulier le commerce intraeuropéen Le commerce nternatonale en stuaton de concurrence mparfate: ros problèmes essentels des modèles théorques Rcardo, HOS, Standard: - fondés sur la CPP: le commerce n augmente pas la concurrence - pas d

Plus en détail

UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV. Année universitaire 2006-2007. Semestre 2. Prévisions Financières. Travaux Dirigés - Séances n 3

UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV. Année universitaire 2006-2007. Semestre 2. Prévisions Financières. Travaux Dirigés - Séances n 3 UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV Lcence 3 ère année Econome - Geston Année unverstare 2006-2007 Semestre 2 Prévsons Fnancères Travaux Drgés - Séances n 3 «Les Crtères Fondamentaux des Chox d Investssement»

Plus en détail

SIMNUM : Simulation de systèmes auto-gravitants en orbite

SIMNUM : Simulation de systèmes auto-gravitants en orbite SIMNUM : Smulaton de systèmes auto-gravtants en orbte sujet proposé par Ncolas Kelbasewcz : ncolas.kelbasewcz@ensta-parstech.fr 14 janver 2014 1 Établssement du modèle 1.1 Approxmaton de champ lontan La

Plus en détail

Équilibre partiel et optimalité en situation de concurrence

Équilibre partiel et optimalité en situation de concurrence Chaptre 1 Éulbre partel et optmalté en stuaton de concurrence Au terme de ce chaptre, vous saurez : calculer les prx et les uanttés d éulbre ; caractérser les dfférents surplus ; défnr la noton de perte

Plus en détail

Proposition d'une solution au problème d initialisation cas du K-means

Proposition d'une solution au problème d initialisation cas du K-means Proposton d'une soluton au problème d ntalsaton cas du K-means Z.Guelll et L.Zaou, Unversté des scences et de la technologe d Oran MB, Unversté Mohamed Boudaf USTO -BP 505 El Mnaouer -ORAN - Algére g.zouaou@gmal.com,

Plus en détail

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social Drgeant de SAS : Lasser le chox du statut socal Résumé de notre proposton : Ouvrr le chox du statut socal du drgeant de SAS avec 2 solutons possbles : apprécer la stuaton socale des drgeants de SAS comme

Plus en détail

IFT1575 Modèles de recherche opérationnelle (RO) 7. Programmation non linéaire

IFT1575 Modèles de recherche opérationnelle (RO) 7. Programmation non linéaire IFT575 Modèles de recherche opératonnelle (RO 7. Programmaton non lnéare Fonctons convees et concaves Sot et deu ponts dans R n Le segment de drote jognant ces deu ponts est l ensemble des ponts + λ( -

Plus en détail

Un péage urbain à Paris? Une évaluation des effets distributifs de quatre scénarios

Un péage urbain à Paris? Une évaluation des effets distributifs de quatre scénarios Un péage urban à Pars? Une évaluaton des effets dstrbutfs de quatre scénaros Mattheu Glachant, CERNA, Ecole des mnes de Pars 1 Jullet 2006 1 Mattheu Glachant, CERNA, Ecole des mnes de Pars, 60, boulevard

Plus en détail

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations Contrats prévoyance des TNS : Clarfer les règles pour sécurser les prestatons Résumé de notre proposton : A - Amélorer l nformaton des souscrpteurs B Prévor plus de souplesse dans l apprécaton des revenus

Plus en détail

Université Pierre & Marie Curie (Paris 6) Licence de Mathématiques L3 UE LM364 Intégration 1 Année 2011 12. TD4. Tribus.

Université Pierre & Marie Curie (Paris 6) Licence de Mathématiques L3 UE LM364 Intégration 1 Année 2011 12. TD4. Tribus. Unversté Perre & Mare Cure (Pars 6) Lcence de Mathématques L3 UE LM364 Intégraton 1 Année 2011 12 TD4. Trbus. Échauffements Exercce 1. Sot X un ensemble. Donner des condtons sur X pour que les classes

Plus en détail

Remboursement d un emprunt par annuités constantes

Remboursement d un emprunt par annuités constantes Sére STG Journées de formaton Janver 2006 Remboursement d un emprunt par annutés constantes Le prncpe Utlsaton du tableur Un emprunteur s adresse à un prêteur pour obtenr une somme d argent (la dette)

Plus en détail

L'INDUCTION ON5WF (MNS)

L'INDUCTION ON5WF (MNS) 'IDUCTIO ème parte / O5WF (MS) Dans la ère parte de cet artcle, nous avons vu qu'un courant électrque donnat leu à un champ magnétque (expérence d'oersted). ous avons ensute vu comment Faraday, après avor

Plus en détail

RAPPORT DE RECHERCHE

RAPPORT DE RECHERCHE RAPPORT DE RECHERCHE N 2014-03 Le non-recours au RSA «socle seul» : l hypothèse du patrmone SYLVAIN CHAREYRON www.tepp.eu TEPP - Traval, Emplo et Poltques Publques - FR CNRS 3435 Le non-recours au RSA

Plus en détail

Le calcul de la valeur statistique d une vie humaine

Le calcul de la valeur statistique d une vie humaine Le calcul de la valeur statstque d une ve humane Georges Donne Martn Lebeau Novembre 2010 CIRRELT-2010-48 Bureaux de Montréal : Bureaux de Québec : Unversté de Montréal Unversté Laval C.P. 6128, succ.

Plus en détail

ANNEXE : Rappels sur les notions de dérivée et différentielle

ANNEXE : Rappels sur les notions de dérivée et différentielle NNEXE : Rappels sur les notons de dérvée et dfférentelle Pente d une drote Eamnons géométrquement les drotes dans le plan cartésen La prncpale caractérstque qu dstngue une drote d une autre est son nclnason,

Plus en détail

Généralités sur les fonctions 1ES

Généralités sur les fonctions 1ES Généraltés sur les fonctons ES GENERALITES SUR LES FNCTINS I. RAPPELS a. Vocabulare Défnton Une foncton est un procédé qu permet d assocer à un nombre x appartenant à un ensemble D un nombre y n note :

Plus en détail

Chapitre 6. Economie ouverte :

Chapitre 6. Economie ouverte : 06/2/202 Chaptre 6. Econome ouverte : le modèle Mundell Flemng Elsabeth Cudevlle Le développement des échanges nternatonaux (bens et servces et flux fnancers) a rendu fortement nterdépendantes les conjonctures

Plus en détail

THESE DE DOCTORAT D ETAT EN SCIENCES ECONOMIQUES

THESE DE DOCTORAT D ETAT EN SCIENCES ECONOMIQUES MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UNIVERSITE D ALGER FACULTE DES SCIENCES ECONOMIQUES ET DES SCIENCES DE GESTION THESE DE DOCTORAT D ETAT EN SCIENCES ECONOMIQUES VALEUR

Plus en détail

Chapitre 1: Les choix du consommateur Chapitre 4 du livre de Perloff

Chapitre 1: Les choix du consommateur Chapitre 4 du livre de Perloff Chaptre : Les chox du consommateur Chaptre 4 du lvre de Perloff. La contrante budgétare (CB. Introducton. L ensemble budgétare.3 Le taux margnal de transformaton (TMT du consommateur.4 Effets de changements

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L EFFET DES ENFANTS SUR L OFFRE DU TRAVAIL DES MÈRES : CAS DU CANADA MÉMOIRE PRÉSENTÉ

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L EFFET DES ENFANTS SUR L OFFRE DU TRAVAIL DES MÈRES : CAS DU CANADA MÉMOIRE PRÉSENTÉ UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L EFFET DES ENFANTS SUR L OFFRE DU TRAVAIL DES MÈRES : CAS DU CANADA MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE DE LA MAÎTRISE EN ÉCONOMIQUE PAR EZZAOUALI WALID Septembre

Plus en détail

SEPTEMBRE 2009 RC-POS

SEPTEMBRE 2009 RC-POS SEPTEMBRE 2009 RC-POS (09_POS_131) (mn.) RAPPORT DE MINORITE DE LA COMMISSION THEMATIQUE DE LA SANTE PUBLIQUE chargée d'examner l'objet suvant: Postulat Fabenne Despot et consorts demandant à qu profte

Plus en détail

Impôt sur la fortune et investissement dans les PME Professeur Didier MAILLARD

Impôt sur la fortune et investissement dans les PME Professeur Didier MAILLARD Conservatore atonal des Arts et Méters Chare de BAQUE Document de recherche n 9 Impôt sur la fortune et nvestssement dans les PME Professeur Dder MAILLARD Avertssement ovembre 2007 La chare de Banque du

Plus en détail

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria.

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria. 1 CAS nédt d applcaton sur les normes IAS/IFRS Coût amort sur oblgatons à taux varable ou révsable La socété Plumera présente ses comptes annuels dans le référentel IFRS. Elle détent dans son portefeulle

Plus en détail

Prêts bilatéraux et réseaux sociaux

Prêts bilatéraux et réseaux sociaux Prêts blatéraux et réseaux socaux Quand la sous-optmalté condut au ben-être collectf Phlppe Callou, Frederc Dubut et Mchele Sebag LRI, Unverste Pars Sud F-91405 Orsay France {callou;dubut;sebag}@lr.fr

Plus en détail

TP Programmation de protocoles de communication Basé sur un TP de M1- Master IST, Université Paris-Sud

TP Programmation de protocoles de communication Basé sur un TP de M1- Master IST, Université Paris-Sud IUT Bordeaux 1 2008-2009 Département Informatque ASR2-Réseaux TP Programmaton de protocoles de communcaton Basé sur un TP de M1- Master IST, Unversté Pars-Sud Ce TP a pour objectf d'nter à la programmaton

Plus en détail

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix?

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix? Note méthodologque Tratements hebdomadares Questlemonscher.com Quelle méthode de collecte de prx? Les éléments méthodologques ont été défns par le cabnet FaE onsel, socété d études et d analyses statstques

Plus en détail

NOMBRES COMPLEXES EXERCICE 1. EXERCICE 2. EXERCICE 3. EXERCICE 4. 3 i ; 1. Déterminer (x + y i), représentation cartésienne du nombre complexe : i 1

NOMBRES COMPLEXES EXERCICE 1. EXERCICE 2. EXERCICE 3. EXERCICE 4. 3 i ; 1. Déterminer (x + y i), représentation cartésienne du nombre complexe : i 1 NOMBRES COMPLEXES EXERCICE 1 Détermner (x + y ), représentaton cartésenne du nombre complexe : 11 (5 ) ; ( + ) ; (1 5 ) 1 (5 4 )( + 6 ); (4 + ) (4 ) 1 14 15 ; 1 ; + 7 + + + 1 α ( α + β ) α + ( α ; ; (α,β)

Plus en détail

Mesure avec une règle

Mesure avec une règle Mesure avec une règle par Matheu ROUAUD Professeur de Scences Physques en prépa, Dplômé en Physque Théorque. Lycée Alan-Fourner 8000 Bourges ecrre@ncerttudes.fr RÉSUMÉ La mesure d'une grandeur par un système

Plus en détail

Modélisations du risque en assurance automobile. Michel Grun-Rehomme Université Paris 2 et Ensae Email: grun@ensae.fr

Modélisations du risque en assurance automobile. Michel Grun-Rehomme Université Paris 2 et Ensae Email: grun@ensae.fr Modélsatons du rsque en assurance automoble Mchel Grun-Rehomme Unversté Pars 2 et Ensae Emal: grun@ensae.fr 1 Modélsatons du rsque en assurance automoble La snstralté est mesurée en terme de fréquence

Plus en détail

Exercices d algorithmique

Exercices d algorithmique Exercces d algorthmque Les algorthmes proposés ne sont pas classés par ordre de dffculté Nombres Ecrre un algorthme qu renvoe la somme des nombre entre 0 et n passé en paramètre Ecrre un algorthme qu renvoe

Plus en détail

CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE?

CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE? CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE? Boulanger Frédérc Avanssur, Groupe AXA 163-167, Avenue Georges Clémenceau 92742 Nanterre Cedex France Tel: +33 1 46 14 43

Plus en détail

Arbitrage inflation chômage et organisation monétaire optimale : une illustration en économie ouverte

Arbitrage inflation chômage et organisation monétaire optimale : une illustration en économie ouverte rbtrage nflaton chômage et organsaton monétare optmale : une llustraton en économe ouverte Célne RRE RESUME : Dans le contexte d un modèle à deux pays symétrques, nous cherchons à reler la queston de la

Plus en détail

OPTIMALITÉ DU MÉCANISME DE RATIONNEMENT DE CRÉDIT DANS LE MODÈLE ISLAMIQUE DE FINANCEMENT

OPTIMALITÉ DU MÉCANISME DE RATIONNEMENT DE CRÉDIT DANS LE MODÈLE ISLAMIQUE DE FINANCEMENT Etudes en Econoe Islaque, Vol. 6, Nos. & (-7) Mouharra, Raab 434H (Novebre 0, Ma 03) OPTIMALITÉ DU MÉCANISME DE RATIONNEMENT DE CRÉDIT DANS LE MODÈLE ISLAMIQUE DE FINANCEMENT ALIM BELEK Résué Le ratonneent

Plus en détail

Le théorème du viriel

Le théorème du viriel Le théorème du vrel On se propose de démontrer le théorème du vrel de deux manères dfférentes. La premère fat appel à deux "trcks" qu l faut vor. Cette preuve met en avant une quantté, notée S c, qu permet

Plus en détail

C.P.G.E-TSI-SAFI Redressement non commandé 2006/2007

C.P.G.E-TSI-SAFI Redressement non commandé 2006/2007 C.P.G.E-TSI-SAFI edressement non commandé 2006/2007 edressement non commandé Introducton : es réseaux et les récepteurs électrques absorbent de l énerge sous deux formes, en contnus ou en alternatfs. Pour

Plus en détail

N - ANNEAUX EUCLIDIENS

N - ANNEAUX EUCLIDIENS N - ANNEAUX EUCLIDIENS Dans ce qu sut A est un anneau untare, mun de deux opératons notées addtvement et multplcatvement. Le neutre de l addton est noté 0, celu de la multplcaton est noté e. On pose A

Plus en détail

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises Les détermnants de la détenton et de l usage de la carte de débt : une analyse emprque sur données ndvduelles françases Davd Boune a, Marc Bourreau a,b et Abel Franços a,c a Télécom ParsTech, Département

Plus en détail

I. Fonctionnalités du tableur

I. Fonctionnalités du tableur Olver Coma Macro MRP pour Excel Decembre 1999 I. Fonctonnaltés du tableur I.1. Feulle «Nomenclature «Le tableur propose pluseurs optons à l ouverture du fcher. Cnq boutons apparassent à drote de la feulle

Plus en détail

La surcote modifie-t-elle les comportements de départ en retraite? Samiah Benallah

La surcote modifie-t-elle les comportements de départ en retraite? Samiah Benallah CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Groupe de Traval - Séance du 30 jun 2010-15 h «Effets des réformes récentes sur les comportements de départ à la retrate» Document N 14 Document de traval, n engage

Plus en détail

Ajustement affine par les moindres carrés

Ajustement affine par les moindres carrés 1. Nveau Termnales STG et ES Ajustement affne par les mondres carrés 2. Stuaton-problème proposée Introducton à la méthode des mondres carrés. 3. Support utlsé Tableur et calculatrce. 4. Contenu mathématque

Plus en détail

MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES

MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES Émle Garca, Maron Le Cam et Therry Rocher MENESR-DEPP, bureau de l évaluaton des élèves Cet artcle porte sur les méthodes de

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE L analyse fondamentale Ce document pédagogque n est pas un document de consels pour nvestr en bourse. Les nformatons données dans ce document sont à ttre nformatf. Vous êtes seul responsable

Plus en détail

4.2.1. Le fondement analytique : le tarif douanier

4.2.1. Le fondement analytique : le tarif douanier 4.2.1. Le fondement analytque : le tarf douaner Le lbre-échange procure des bénéfces à tous les pays. Pourtant, durant des décennes, la plupart des natons ont cherché à contrôler leurs échanges en nstaurant

Plus en détail

Fiche technique : diagonalisation, trigonalisation.

Fiche technique : diagonalisation, trigonalisation. Fche technque 4 : dagonalsaton trgonalsaton - - Fche technque : dagonalsaton trgonalsaton Dagonalsaton de matrces le prncpe pour dagonalser en pratque une matrce est smple : calculer les espaces propres

Plus en détail

Combinaison de dires d'experts en élicitation de lois a priori. pour Listeria chez la souris. Exposé AppliBugs

Combinaison de dires d'experts en élicitation de lois a priori. pour Listeria chez la souris. Exposé AppliBugs Combnason de dres d'experts en élctaton de los a pror. Applcaton à un modèle doseréponse pour Lstera chez la sours. Exposé ApplBugs ISABELLE ALBERT 8 / / 03 INTRODUCTION Cet exposé présente une parte du

Plus en détail

MODELISATION DES PROCESSUS LINEAIRES

MODELISATION DES PROCESSUS LINEAIRES MDELISATIN DES PRCESSUS LINEAIRES Dans un premer temps, nous ne consdérons que des processus partculers, supposés notamment statonnare. Cec permet de présenter un certan nombre d'outls dans un cadre relatvement

Plus en détail

Les jeunes économistes

Les jeunes économistes Chaptre1 : les ntérêts smples 1. défnton et calcul pratque : Défnton : Dans le cas de l ntérêt smple, le captal reste nvarable pendant toute la durée du prêt. L emprunteur dot verser, à la fn de chaque

Plus en détail

Miroirs sphériques Dioptres sphériques. 1 Miroirs sphériques. 1.1 Introduction : focaliser la lumière. 1.2 Miroir concaves faisceau parallèle

Miroirs sphériques Dioptres sphériques. 1 Miroirs sphériques. 1.1 Introduction : focaliser la lumière. 1.2 Miroir concaves faisceau parallèle Mrors spérques Doptres spérques Nous allons mantenant aborder des systèmes optques un peu plus complexes, couramment utlsés pour produre des mages. Nous allons commencer par étuder un mror spérque de façon

Plus en détail

Bouclier fiscal : intérêt et limites (EF - GP) Professeur Didier MAILLARD Juin 2007 Mis à jour Décembre 2007 1

Bouclier fiscal : intérêt et limites (EF - GP) Professeur Didier MAILLARD Juin 2007 Mis à jour Décembre 2007 1 Conservatore Natonal des Arts et Méters Chare de BANQUE Document de recherche n 18 Boucler fscal : ntérêt et lmtes (EF - GP) Professeur Dder MALLAD Jun 2007 Ms à jour Décembre 2007 1 Avertssement La chare

Plus en détail

publicitaires Section 4. Oligopole et stratégie publicitaire 1) Dépenses publicitaires et stratégie concurrentielle 3) Oligopole et dépenses d

publicitaires Section 4. Oligopole et stratégie publicitaire 1) Dépenses publicitaires et stratégie concurrentielle 3) Oligopole et dépenses d Secton 4. Olgopole et stratége publctare 1) Dépenses publctares et stratége concurrentelle 2) Monopole et dépenses d publctares 3) Olgopole et dépenses d publctares 1) Dépenses publctares et stratége concurrentelle

Plus en détail

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks Plan Geston des stocks Abdellah El Fallah Ensa de Tétouan 2011 Les opératons de gestons des stocks Les coûts assocés à la geston des stocks Le rôle des stocks Modèle de la quantté économque Geston calendare

Plus en détail

Cours de Calcul numérique MATH 031

Cours de Calcul numérique MATH 031 Cours de Calcul numérque MATH 03 G. Bontemp, A. da Slva Soares, M. De Wulf Département d'informatque Boulevard du Tromphe - CP22 http://www.ulb.ac.be/d Valeurs propres en pratque. Localsaton. Méthode de

Plus en détail

LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régime») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF

LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régime») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF 1 LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régme») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF AVIS AUX RETRAITÉS ET AUX PARTICIPANTS AVEC DROITS ACQUIS DIFFÉRÉS Expédteurs

Plus en détail

Définition des tâches

Définition des tâches Défnton des tâches Défnton des tâches Project 2010 Sasr les tâches d'un projet Les tâches représentent le traval à accomplr pour attendre l'objectf du projet. Elles représentent de ce fat, les éléments

Plus en détail

Théorie des Nombres - TD1 Rappels d arithmétique élémentaire

Théorie des Nombres - TD1 Rappels d arithmétique élémentaire Unversté Perre & Mare Cure Master de mathématques 1 Année 2012-2013 Module MM020 Théore des Nombres - TD1 Rappels d arthmétque élémentare Exercce 1 : Trouver tous les enters n N tels que ϕ(n) = 6. Même

Plus en détail

Ch 4 Séries statistiques à une dimension Définitions et représentation graphique

Ch 4 Séries statistiques à une dimension Définitions et représentation graphique Ch 4 Séres statstques à une dmenson Défntons et représentaton graphque Termnologe Ensemble étudé = populaton Eléments de cet ensemble = ndvdus ou untés Attrbut consdéré = caractère qu peut être qualtatf

Plus en détail

«Consommation, partage de risque et assurance informelle : développements théoriques et tests empiriques récents»

«Consommation, partage de risque et assurance informelle : développements théoriques et tests empiriques récents» Artcle «Consommaton, partage de rsque et assurance nformelle : développements théorques et tests emprques récents» Perre Dubos L'Actualté économque, vol. 78, n 1, 2002, p. 115-149. Pour cter cet artcle,

Plus en détail

hal-00409942, version 1-14 Aug 2009

hal-00409942, version 1-14 Aug 2009 Manuscrt auteur, publé dans "MOSIM' 008, Pars : France (008)" 7 e Conférence Francophone de MOdélsaton et SIMulaton - MOSIM 08 - du mars au avrl 008 - Pars - France «Modélsaton, Optmsaton et Smulaton des

Plus en détail

1 Introduction. 2 Définitions des sources de tension et de courant : Cours. Date : A2 Analyser le système Conversion statique de l énergie. 2 h.

1 Introduction. 2 Définitions des sources de tension et de courant : Cours. Date : A2 Analyser le système Conversion statique de l énergie. 2 h. A2 Analyser le système Converson statque de l énerge Date : Nom : Cours 2 h 1 Introducton Un ConVertsseur Statque d énerge (CVS) est un montage utlsant des nterrupteurs à semconducteurs permettant par

Plus en détail

Chap. 7 : Le dipôle RL Exercices

Chap. 7 : Le dipôle RL Exercices Termnale S Physque Chaptre 7 : e dpôle Page 1 sur 8 xercce n 3 p170 1. a. unté d nductance est le henry de symbole H. b. e nom de cette unté provent du physcen amércan Joseph Henry : http://fr.wkpeda.org/wk/joseph_henry

Plus en détail

10.1 Inférence dans la régression linéaire

10.1 Inférence dans la régression linéaire 0. Inférence dans la régresson lnéare La régresson lnéare tente de modeler le rapport entre deux varables en adaptant une équaton lnéare avec des données observées. Chaque valeur de la varable ndépendante

Plus en détail

Construction de portefeuille : recherche d une cohérence entre le risque stratégique et le risque actif

Construction de portefeuille : recherche d une cohérence entre le risque stratégique et le risque actif Constructon de portefeulle : recherche d une cohérence entre le rsque stratégque et le rsque actf aper de recherche # eptembre 04 - Document réservé exclusvement aux clents professonnels au sens de la

Plus en détail

Analyse du risque de non-exécution des ordres à la bourse de Paris

Analyse du risque de non-exécution des ordres à la bourse de Paris 13, allée Franços Mtterrand BP 13633 49100 ANGERS Cedex 01 Tél. : +33 (0) 2 41 96 21 06 Web : http://www.unv-angers.fr/granem Analyse du rsque de non-exécuton des ordres à la bourse de Pars Angélque Auber

Plus en détail

Grandeurs de réaction et de formation

Grandeurs de réaction et de formation PSI Brzeux Ch. hermochme 1 : grandeurs de réacton et de formaton 1 C H A P I R E 1 r a p p e l s e t c o m p l é m e n t s ) Grandeurs de réacton et de formaton 1. RAPPELS 1.1. Phases et consttuants Donnons

Plus en détail

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises Les détermnants de la détenton et de l usage de la carte de débt : une analyse emprque sur données ndvduelles françases Davd Boune Marc Bourreau Abel Franços Jun 2006 Département Scences Economques et

Plus en détail

Notes de cours. Échantillonnage STT-2000. David Haziza Département de mathématiques et de statistique Université de Montréal

Notes de cours. Échantillonnage STT-2000. David Haziza Département de mathématiques et de statistique Université de Montréal otes de cours Échantllonnage STT-000 Davd Hazza Département de mathématques et de statstque nversté de Montréal Automne 008 PRÉFACE Ces notes de cours ont été rédgées pour le cours STT-000 (Échantllonnage)

Plus en détail

Texte Urnes et particules

Texte Urnes et particules Unverstés Rennes I Épreuve de modélsaton - Agrégaton Externe de Mathématques 2009. Page n 1. Texte Urnes et partcules À la fn du 19 ème sècle et au début du suvant, la tempête fat rage autour de la théore

Plus en détail

V FORMATION DES IMAGES DANS L EXEMPLE DU MIROIR PLAN

V FORMATION DES IMAGES DANS L EXEMPLE DU MIROIR PLAN Chaptre V page V-1 V FORMTION DES IMGES DNS L EXEMPLE DU MIROIR PLN Le but de ce chaptre est d ntrodure la noton d mage { travers l exemple du mror plan. Vous vous êtes sûrement déjà regardé(e) dans un

Plus en détail

Les domaines d'existence des deux solides sont représentés sur le graphe ci-dessous.

Les domaines d'existence des deux solides sont représentés sur le graphe ci-dessous. Concours Centralesupélec TSI 2011 corrge sous reserves I L'élément soufre et les sources naturelles de soufre I.A.1. Les règles pour obtenr la confguraton électronque d un atome dans son état fondamental

Plus en détail

Information mutuelle et partition optimale du support d une mesure de probabilité

Information mutuelle et partition optimale du support d une mesure de probabilité Informaton mutuelle et partton optmale du support d une mesure de probablté Bernard Coln et Ernest Monga Département de Mathématques Unversté de Sherbrooke Sherbrooke JK-R (Québec) Canada bernard.coln@usherbrooke.ca

Plus en détail

MASTER ECONOMETRIE ET STATISTIQUE APPLIQUEE (ESA)

MASTER ECONOMETRIE ET STATISTIQUE APPLIQUEE (ESA) MASTER ECONOMETRIE ET STATISTIQUE APPLIQUEE (ESA) Unversté d Orléans Econométre des Varables Qualtatves Chaptre 3 Modèles à Varable Dépendante Lmtée Modèles Tobt Smples et Tobt Généralsés Chrstophe Hurln

Plus en détail

ÉLÉMENTS DE THÉORIE DE L INFORMATION POUR LES COMMUNICATIONS.

ÉLÉMENTS DE THÉORIE DE L INFORMATION POUR LES COMMUNICATIONS. ÉLÉMETS DE THÉORIE DE L IFORMATIO POUR LES COMMUICATIOS. L a théore de l nformaton est une dscplne qu s appue non seulement sur les (télé-) communcatons, mas auss sur l nformatque, la statstque, la physque

Plus en détail

TRANSFERT DE CARGAISON CALCULS ET ARRONDIS

TRANSFERT DE CARGAISON CALCULS ET ARRONDIS TRANSFERT DE CARGAISON CALCULS ET ARRONDIS SOMMAIRE 1. Méthode de détermnaton de l énerge transférée lors du transfert d une cargason de. Calcul de l énerge transférée.1 Calcul de l énerge brute transférée.1.1

Plus en détail

Exercice 1. Enoncé 1. Nombre de jours d absences. Nombre d étudiants. 1 ) Représenter graphiquement cette distribution.

Exercice 1. Enoncé 1. Nombre de jours d absences. Nombre d étudiants. 1 ) Représenter graphiquement cette distribution. Républque Tunsenne Présdence du Gouvernement Ecole Natonale d Admnstraton 4, Avenue du Dr Calmette Mutuelle-vlle 08 Tuns Tél. (+6) 848 00 Fa (+6) 794 88 www.ena.nat.tn STATISTIQUE ET CALCUL DE PROBABILITE

Plus en détail

Représentation de l'information

Représentation de l'information 1. L nformaton 1-1 Dualté état et temps Représentaton de l'nformaton La noton d'nformaton correspond à la connassance d'un état donné parm pluseurs possbles à un nstant donné. La Fgure 1 llustre cette

Plus en détail

Méthodologie quiestlemoinscher de comparaison de prix entre magasins

Méthodologie quiestlemoinscher de comparaison de prix entre magasins Méthodologe questlemonscher de comparason de prx entre magasns Les éléments méthodologques ont été défns par le cabnet FaCE Consel, socété d études et d analyses statstques ndépendante. Le cabnet FaCE

Plus en détail

CUEEP Département Mathématiques T902 : Méthode des moindres carrés p1/16

CUEEP Département Mathématiques T902 : Méthode des moindres carrés p1/16 Méthode des mondres carrés Stuaton Le lancer de pods Dx adolescents droters s exercent à lancer le pods, du bras drot pus du bras gauche. Les résultats (dstances en mètres) obtenus sont les suvants : Adolescent

Plus en détail

Sous-groupes additifs de rangs dénombrables dans un corps séparablement clos

Sous-groupes additifs de rangs dénombrables dans un corps séparablement clos Sous-groupes addtfs de rangs dénombrables dans un corps séparablement clos Thomas Blosser 25 novembre 2010 Résumé Pour tout enter n, on construt des sous-groupes, nfnment défnssables de rang de Lascar

Plus en détail

Analyse d impact : l apport des évaluations aléatoires William Parienté 1

Analyse d impact : l apport des évaluations aléatoires William Parienté 1 Analyse d mpact : l apport des évaluatons aléatores Wllam Parenté 1 Cet artcle expose de manère synthétque l'apport des évaluatons aléatores dans l'analyse de l'mpact des programmes socaux et de développement.

Plus en détail

Enquête sur les services de télécommunications

Enquête sur les services de télécommunications Enquête sur les servces de télécouncatons Vu l'avs favorable du Consel Natonal de l'inforaton Statstque, cette enquête, reconnue d'ntérêt général et de qualté statstque, est oblgatore. Vsa n 200222EC du

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L ASSURANCE AUTOMOBILE AU QUÉBEC : UNE PRIME SELON LE COÛT SOCIAL MARGINAL MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L ASSURANCE AUTOMOBILE AU QUÉBEC : UNE PRIME SELON LE COÛT SOCIAL MARGINAL MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L ASSURANCE AUTOMOBILE AU QUÉBEC : UNE PRIME SELON LE COÛT SOCIAL MARGINAL MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE DE LA MAÎTRISE EN ÉCONOMIQUE PAR ERIC LÉVESQUE JANVIER

Plus en détail

Le débat autour de la convergence. Chapitre 4

Le débat autour de la convergence. Chapitre 4 Le débat autour de la convergence Chaptre 4 1 Baumol AER (1986) «Productvt Growth, Convergence and Welfare: what the Long-Run Data Show» Porte le nom de convergence absolue 2 Intuton Les pas plus élognés

Plus en détail

Chapitre 5. Menu de SUPPORT

Chapitre 5. Menu de SUPPORT 155 Chaptre 5. Menu de SUPPORT Ce que vous apprendrez dans ce chaptre Ce chaptre vous présentera des routnes supplémentares susceptbles de vous ader dans les analyses de données présentées dans le chaptre

Plus en détail

Utilisation du symbole

Utilisation du symbole HKBL / 7 symbole sgma Utlsaton du symbole Notaton : Pour parler de la somme des termes successfs d une sute, on peut ou ben utlser les pontllés ou ben utlser le symbole «sgma» majuscule noté Par exemple,

Plus en détail

Economie Ouverte. Economie ouverte. Taux de change et balance courante. Le modèle Mundell-Fleming. Définition du taux de change

Economie Ouverte. Economie ouverte. Taux de change et balance courante. Le modèle Mundell-Fleming. Définition du taux de change Econome Ouverte Econome ouverte Taux de change et balance courante Taux de change et balance courante Modèle Mundell-Flemng Campus Moyen Orent Médterranée Défnton du taux de change Le taux de change est

Plus en détail