CHAPITRE DEUX : FORMALISME GEOMETRIQUE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CHAPITRE DEUX : FORMALISME GEOMETRIQUE"

Transcription

1 CHPITRE DEUX FORMLISME GEOMETRIQUE. CHPITRE DEUX : FORMLISME GEOMETRIQUE verson.3, -8 I. GEOMETRIE DNS L ESPCE-TEMPS ) Prncpe de relatvté Le prncpe de relatvté peut s exprmer ans : toutes les los physques s exprment comme des relatons géométrques entre des objets géométrques. En effet, pour de tels objets ndépendants de l exstence d un système de coordonnées, le prncpe de relatvté tel qu l a été vu dans le chaptre précédent sera forcément valde. Nous ntrodurons dans cette secton I les outls permettant de fare de la physque en utlsant des objets purement géométrques,.e. ayant une exstence ntrnsèque, ndépendante du chox d un système de coordonnées. C est une manère de vor dfférente de celle des lvres de premer et deuxème cycle unverstare, et l acquston des notons nécesste donc quelques efforts, mas ceux-c seront largement récompensés par la nouvelle vson que l on aura des los physques et des smplfcatons qu en découlent en relatvté. De plus, la géométre est le cadre déal pour aborder l étude de la relatvté générale. Nous avons vu au chaptre un qu l état nécessare d ntrodure un espace-temps, cette «varété» à 4 dmenson est donc l entté fondamentale dans laquelle s nscrt la relatvté restrente. Un événement P est un pont de cet espace-temps quadrdmensonnel (tros dmensons d espace et une dmenson temporelle), dont l exstence est parfatement défne sans qu l sot nécessare d ntrodure un référentel. ) Scalares On appelle scalare un nombre réel assocé à un pont de l espace-temps. S un scalare est assocé à chaque événement de l espace-temps, on parle de champ scalare. Nous sommes ben sûrs ntéressés par les champs scalares ayant une nterprétaton physque, par exemple la température thermodynamque ou la densté de masse dans un flude. 3) Vecteurs On peut chosr un événement orgne arbtrare, et désgner la poston d un évènement P par une flèche r lant l événement orgne à l événement P. Un vecteur (que l on appelle auss vecteur contravarant) est représenté par une flèche lant deux ponts de l espace-temps. C est un objet géométrque abstrat, dont l exstence est ndépendante de l ntroducton d un système de coordonnées. Pour repérer la poston d un évènement P, on se place dans un référentel (nertel, tant que nous, e est la base du repère, avec ( ) restons en relatvté restrente), mun d un repère O { e }, où { } =,,,3, 4, l ndce correspondant à la coordonnée temporelle. Les coordonnées de P sont alors les composantes x du vecteur poston r lant l orgne arbtrare O à P, obtenues par projecton de l extrémté du vecteur sur les axes : 3 r = x e + x e+ x e + x e3 = x e (.)

2 CHPITRE DEUX FORMLISME GEOMETRIQUE. où nous avons utlsé les conventons d Ensten de sommaton mplcte,.e. nous sommons sur toutes les valeurs possbles les «ndces» répétés à la fos en poston haute et basse dans l expresson. fn de dstnguer les 3-vecteurs spataux des 4-vecteurs spato-temporels, nous emploerons systématquement la notaton en gras r pour un vecteur spatal, assocé aux ndces latns, j,, et la notaton fléchée r pour un vecteur quadrdmensonnel assocée aux ndces grecs, ν,... Pour smplfer l écrture des équatons, nous utlserons de plus des untés géométrques,.e. nous posons c = (.) ce qu revent à dre que s 8, m u = β,, un sècle vaut. vec cette conventon, [ ] 7 9,5. m et le damètre de la Terre est de 43 ms. S, à la fn d un calcul, nous voulons retourner au système MKS, de smples consdératons dmensonnelles nous permettront de replacer les facteurs c manquants. Ces coordonnées sont dépendantes du référentel nertel chos : s on projette le pont sur la base d un autre référentel, les coordonnées x de P auront d autres valeurs. Mas l est mportant de ben vsualser que le pont, lu, est nvarant par changement du système de coordonnées. Nous pouvons addtonner et soustrare des vecteurs. Nous obtenons par exemple dans un système de coordonnées quelconque le vecteur r lant les ponts P et Q en soustrayant le vecteur poston de P au vecteur poston de Q : r = rq rp. Ses composantes dépendent du système de coordonnées chos, mas cette flèche exste ndépendamment d un chox de référentel, et même ndépendamment d un chox d orgne. Enfn, afn d une part, d alléger les écrtures et, d autre part, pour des rasons qu devendront plus clares au cours du chaptre, nous emploerons souvent pour désgner un vecteur la notaton abstrate «vecteur», en oublant de précser une base et ce, même lorsque nous parlons de l objet géométrque sans fare référence à une système de coordonnées. Nous précserons «composante du vecteur» lorsque nous nous ne parlerons pas de l ntégralté du vecteur mas d une de ses composantes. Il faut toutefos garder à l esprt que, malgré ce raccourc, le vecteur a une exstence propre ndépendante du chox d une base. 4) Vecteurs nfntésmaux et grandeurs physques en physque newtonenne En physque newtonenne, le temps est consdéré comme une grandeur absolue, se déroulant du passé vers le futur au même rythme pour tout observateur. Dans ce cadre, l objet fondamental est le pont de l espace. De même que dans le cas plus général de l espace-temps, dans les condtons d applcaton de la physque non-relatvste, on peut reler deux ponts de l espace et B par une flèche, le vecteur r, qu a une exstence géométrque ntrnsèque ben que ses coordonnées dépendent du chox de référentel (fg.). En physque, nous sommes souvent ntéressés par une expresson locale des los. Consdérons deux ponts très proches et B de l espace euclden à 3 dmensons. Le vecteur dr les relant est alors nfntésmal et on peut consdérer qu l résde en. On construt de nombreuses grandeurs physques d ntérêt à partr de ce vecteur. S l espace est rempl par un flude, on peut fare la dfférence dr des vecteurs postons des ponts et B occupés par un élément de volume du flude à deux dates proches, séparées par une durée dt (nsstons sur le fat que l écoulement du temps, supposé unversel, est ndépendant du référentel chos). En multplant le vecteur dr par l nverse de la durée, on obtent le vecteur vtesse du flude au pont : d v = r dt

3 CHPITRE DEUX FORMLISME GEOMETRIQUE.3 z B B z z B z r yˆ ' y y B r B zˆ ' O x B ẑ r xˆ ' x ˆx O x B ŷ y B y x fg.. : Coordonnées dans deux référentels dfférents et nvarance de l objet géométrque r (à t fxé). qu est donc parfatement défn en tant qu objet géométrque. S l on fat toutefos un chox de référentel, on peut réécrre v comme : dx v= e dt Une remarque s mpose c : dr étant nfntésmal, l peut être consdéré comme résdant en un seul pont de l espace mas, comme dt est auss nfnment pett, le vecteur vtesse a une dmenson qu n est plus nfntésmale. De plus, l n a pas les mêmes dmensons qu un vecteur poston, l n appartent donc pas à l espace euclden. En fat, l résde au seul pont, dans un espace vectorel nommé espace tangent à l espace euclden au pont, noté V p. Cela ne nous retendra pas de représenter un vecteur comme une flèche sur un schéma, mas l faut ben garder à l esprt que seul le pont orgne du vecteur est concerné. S l on consdère le vecteur vtesse en chaque pont du flude, on obtent un champ de vecteurs. Chacun de ces vecteurs résde dans un espace vectorel dfférent, tangent à l espace euclden au pont concerné. Mas, comme l espace a partout la même structure (ce qu sera encore le cas en relatvté restrente mas plus en relatvté générale), on peut comparer sans précautons ces dfférents vecteurs et constater, par exemple, que le flude est plus rapde au pont P qu au pont Q ou que les vtesses en ces deux ponts sont colnéares. v étant auss un vecteur, on peut calculer la dfférence dv entre les ponts et B la multpler à nouveau par l nverse de la durée pour obtenr l accélératon du flude entre et B : d a = v dt En multplant l accélératon du volume élémentare de flude par sa masse m (scalare) on obtent la force ma qu s exerce sur lu, la lo fondamentale de la dynamque peut ans s exprmer comme une relaton entre objets géométrques, sans beson de chosr un référentel : F = ma. Le traval (scalare) exercé sur l élément de flude sera le produt scalare de la force et du déplacement : δ W = ma dr, etc.

4 5) Vecteurs duaux CHPITRE DEUX FORMLISME GEOMETRIQUE.4 Revenons au cas plus général de l espace-temps. On défnt les vecteurs duaux, ou vecteurs covarants, comme des applcatons lnéares de l espace tangent vers les nombres réels. Ils résdent * * dans l espace cotangent V p à l espace au pont consdéré. ns, s ω V, p V et a : p ω a = aω (.3) ( ) ( ) On peut construre une base de vecteurs duaux { } e en requérant : e ( e ) ν = δ ν où δ ν est le symbole de Kronecker, égal à s = ν est nul snon. Le développement d un vecteur e s écrt donc : ω = ω e Les ndces relatfs aux composantes d un vecteur dual fgurent donc en poston basse. L acton d un vecteur dual sur un vecteur s écrt donc, en terme de ses composantes : ( ) ( ν ν )( ) ν ω = ω ( ) e eν = ω e eν = ω δν = ω (.4) ns, les vecteurs peuvent auss être consdérés comme des applcatons de l espace cotangent vers les nombres réels : ν ( ω) = ω eν ( e ) = ω (.5) L espace dual à l espace cotangent est donc l espace tangent lu-même : ** V = V dual suvant ses composantes dans la base { } p De la même manère que pour les vecteurs, nous désgnerons souvent un vecteur dual par le raccourc ω, même lorsque nous parlons de l objet géométrque ω. p 6) Tenseurs Un tenseur de rang (k,l) est défn comme une applcaton multlnéare qu, à k vecteurs covarants et à l vecteurs contravarants, assoce un nombre réel. On peut donc représenter un tenseur T de rang (,) comme : * * T( _, _; _) : ( ωυ, ; ) Vp Vp Vp T( ωυ, ; ) (.6) où les emplacements correspondent à des «fentes» dans lesquelles placer les vecteurs. Des fentes de même type sont séparées par une vrgule, et les fentes correspondant aux vecteurs duaux et aux vecteurs par un pont vrgule. Le terme multlnéare veut dre que le tenseur est lnéare en chacun T aω+ bυ; c = act ω; + bct υ; avec a, b, c réels. Ils résdent dans un des vecteurs,.e. ( ) ( ) ( ) * espace tensorel tangent au pont de l espace consdéré, noté Vp Vp pour un tenseur de rang (,). Un scalare peut donc être consdéré comme un tenseur de rang, un vecteur (contravarant) comme un tenseur de rang (,) qu attend que l on nsère un vecteur covarant dans la fente pour donner un nombre réel : ( _) : ω ( ω) (.7) On vot c que, pour obtenr les composantes d un tenseur, l sufft d nsérer les vecteurs de la base dans les fentes. Par exemple : e = e ν e = où ( ) ν ( ) représente la -ème composante du vecteur et non le vecteur dans son ntégralté.

5 CHPITRE DEUX FORMLISME GEOMETRIQUE.5 Exemple mportant : tenseur métrque Plaçons nous tout d abord dans l espace euclden. Nous dotons cet espace d un produt scalare, qu est un nombre construt à partr de deux vecteurs. près chox d un système de coordonnées, le produt scalare de deux vecteurs r = x e et s= y e s écrt : j j j j j j ( ) ( ) rs = x e y e = x y e e = x y δ (.8) s la base est orthonormée ( δ j est le symbole de Kronecker, égal à s = j et nul snon). Cette défnton permet de calculer le carré de la dstance séparant et B en calculant le produt scalare de r par lu même : j s = r r = x x δ j (.9) Le «produt scalare» étant une applcaton lnéare qu, à deux vecteurs, assoce un nombre réel, nous pouvons donc défnr le tenseur métrque de rang (,) : g( _, _) : B, g( B, ) B (.) Dans le cas d un espace euclden à tros dmensons, ce tenseur s exprme : j g = g e, e = δ (.) j ( ) Le tenseur métrque permettant le calcul de la dstance s, qu est un nvarant galléen (fg..), l content une nformaton au sujet de la structure géométrque de l espace euclden. Il est partculer dans le sens où son expresson dans un système de coordonnées est nvarante par un changement de référentel : on dt que l espace euclden est plat. Comme l a une valeur en chaque pont de l espace, l ensemble de ces tenseur est le champ tensorel métrque. Le produt scalare s exprme avec ces conventons, dans un système de coordonnées où les composantes des vecteurs sont = x e et B= y e : j B = gxy j Plaçons nous mantenant dans le cadre de la relatvté restrente. Nous dotons l espace-temps d un produt scalare, que nous notons par analoge avec (.) : B =η B, (.) ( ) où η (_, _) est le tenseur métrque de l espace-temps de Mnkowsk à quatre dmensons, de rang (,) ( η (_, _) est une notaton réservée pour la métrque de l espace-temps plat de Mnkowsk, alors que g (_, _) est utlsé pour toute métrque). Tout comme le produt scalare de l espace euclden est compatble avec la conservaton la dstance entre deux ponts, le produt scalare de l espace-temps dot être compatble avec l nvarance de l ntervalle s entre deux évènements,.e. on lu demande de s écrre dans un système de coordonnée nertel quelconque, r étant le 4-vecteur séparant deux événements P et Q : ν r r = η( r, r) = η ν x x = t + x + y + z = s (.3) Nous en dédusons : η ν = (.4), +++,, est dte lorentzenne par opposton à la métrque Cette métrque de sgnature ( ) eucldenne de sgnature postve ( +, ++, ). Tout comme la métrque eucldenne, ce tenseur a la proprété partculère d avor les mêmes composantes dans tout système de coordonnées. Cette nvarance des composantes sera remse en cause en relatvté générale, où le champ métrque (qu est un champ tensorel) est la varable dynamque assocée à la courbure de j

6 CHPITRE DEUX FORMLISME GEOMETRIQUE.6 S df -df dσ fg.. : Contrantes exercées sur un élément de surface de l ntéreur d un solde. fg..3.a : Contrantes radales fg..3.b : Contrantes de csallement l espace-temps. Une base de l espace tangent est dte orthonormée s les composantes du tenseur métrque dans cette base sont nulles hors de la dagonale : g ν = s ν. Exemple : Tenseur des contrantes Consdérons, dans le cadre de la physque newtonenne, un solde S sur lequel on exerce des contrantes. Nous sommes ntéressés par une expresson locale des los nous permettant de conclure par résoluton d équatons dfférentelles et chox de certanes condtons aux lmtes. Nous consdérons les contrantes exercées sur un élément de surface orentée du solde dσ. Les contrantes exercées ne sont pas forcément orthogonales à la surface sélectonnée, elles sont une combnason de contrantes radales et de contrantes de csallement (vor fg..). Les contrantes sont des applcatons lnéares de dσ,.e. elles doublent s on double la surface consdérée. On peut donc les exprmer par une relaton tensorelle : df= T _, dσ ( ) où T (_; _) est le tenseur des contrantes et df est un vecteur. Dans un système de coordonnées spécfé mas arbtrare, les composantes de df s écrvent : j df = Te; dσ = T dσ ( ) Les composantes du tenseur des contrantes ont la dmenson d une presson (N.m - ). S l on regarde par exemple la composante df de la force, elle est composée d un terme T dσ exprmant la contrante radale,.e. la force comprmant ou étrant la composante x de l élément de surface. Les deux autres termes, T dσ et T 3 3dΣ, exprment quant à eux le csallement de l élément de surface,.e. la force exercée suvant x sur les composantes y et z de l élément de surface (vor fg..3). fn de précser ces dées, consdérons un lqude dont l extenson spatale est suffsamment fable pour néglger le champ de pesanteur et dont l ordre de grandeur de la vtesse de déplacement est suffsamment fable pour pouvor néglger sa vscosté. La contrante exercée est alors purement radale : l s agt de la presson hydrostatque. Le tenseur des contrantes de ce lqude est donc : T j = pδ j La force exercée sur un élément de surface est donc : j

7 CHPITRE DEUX FORMLISME GEOMETRIQUE.7 df = pdσ La mécanque newtonenne admet ans une formulaton géométrque, les los physques s exprmant comme des relatons géométrques entre objets géométrques (ben sûr, s l on veut calculer certanes grandeurs, l est nécessare de se placer dans un système de coordonnées galléen). près avor ntrodut le produt tensorel, nous généralserons ces dées au cadre d un espace-temps à quatre dmensons dans la secton II. 7) Produt tensorel, contracton partr de deux tenseurs T et T de rangs (k, l) et (k, l ), on peut construre un nouveau tenseur de rang (k + k, l + l ) en défnssant le produt tensorel par la relaton : * T T (_; _, _): Vp Vp Vp ( ω; VW, ) T T ( ω; VW, ) = T( ω; V) T ( W) (dans cet exemple k =, l =, k = et l = ). Tout tenseur de rang (k,l) peut donc être décomposé l e e e ν e ν : sur une base { } k k l T _,, _ ; _,, _ = T e l e e ν e ν ν ν (.5) k k fentes l fentes où l on somme sur toutes les valeurs des,, k et ν,, ν l (4 dans l espace-temps de Mnkowsk). Il y n k+ l tenseurs de base dans un espace de dmenson n. La notaton abrégée ntrodute pour les vecteurs et les vecteurs duaux s applque auss aux tenseurs. ns, un tenseur de rang (k,l) peut être noté : k T = T ν νl Se rappeler cependant qu un tenseur est un objet géométrque, l est défn avant qu on chossse une base et qu on lu attrbue des coordonnées. Nous rénssterons sur ce fat lorsque nous verrons comment les composantes de ces objets se transforment lors d un changement de coordonnées. La contracton de deux fentes permet de passer d un tenseur de rang (k, l) à un tenseur de rang (k, l ). Sot un tenseur T de rang (,), s écrvant comme la somme de produts tensorels : T( _, _; _, _) = ω υ B( _, _; _, _) + La contracton de la premère fente duale et de la deuxème fente vectorelle de ω υ B est : C 4 ω υ B( _, _; _, _) ω( B) υ _; _ (.6) ( ) Plus généralement, les composantes de la contracton de T sont : ν ν C4T ρσ = T ρ (.7) qu est un tenseur de rang (,) : l ndce est muet pusque, pour chacune des composantes du tenseur, on dot sommer sur toutes les valeurs possbles de. Tous les ndces non-muets dovent fgurer en même poston (lgne et colonne) des deux côtés de l égalté. La notaton ndcelle est donc un excellent garde-fou pour empêcher les erreurs lors d un calcul : la cohérence d une expresson est assurée par la poston des ndce. B ω 8) Tenseur métrque et manpulaton des ndces Le tenseur métrque permet de passer de manère unvoque des vecteurs aux vecteurs duaux, en njectant un vecteur dans l une de ses fentes et en lassant l autre lbre :

8 CHPITRE DEUX FORMLISME GEOMETRIQUE.8 g (_, ) = g ν ν = Cette opératon est appelée abassement d un ndce. ns, le produt scalare admet une notaton plus compacte : B = g xy ν xy ν = La métrque admet un nverse g, ou g ν en notaton ndcelle, dont les composantes dans un système de coordonnées partculer mas arbtrare, s écrvent : j j g g jk = gkjg = δk (.8) La métrque nverse permet l opératon d élèvement d un ndce en lu applquant un vecteur covarant, elle peut donc être consdérée comme une applcaton de l espace cotangent vers l espace tangent : g (_, ω) = g ν ων = ω l ade de ces opératons de manpulaton des ndces, on peut donc passer de manère unvoque de l espace tangent à l espace cotangent. On peut donc parler lbrement du vecteur, sans précser s ce vecteur est covarant ou contravarant, pusqu l exste des bjectons (la métrque et la métrque nverse) entre les deux espaces vectorels. Dans l espace euclden en coordonnées cartésennes, les composantes de la métrque sont gj = δj, les composantes de la métrque nverse sont donc g j = δj. Le vecteur et son mage duale correspondante ont donc exactement les mêmes composantes, cela justfe le fat que habtuellement, en physque, on ne prête guère attenton au placement des ndces : 3 3 = (,, ) = (,, ) Nous nous permettrons donc dans la sute, dans le cas de la physque newtonenne, de placer les ndces comme bon nous semble. ν Dans l espace-temps de Mnkowsk, la métrque nverse η a les mêmes composantes que la métrque dans tout référentel nertel. Elever ou abasser un ndce temporel entraîne donc l apparton d un sgne alors que, pour les ndces spataux, les composantes restent nchangés : 3 η( _, ) = η ν = ν = (,,, ) ν ν η (_, ω) = ωη = ω = ( ω, ω, ω, ω3) On retrouve évdemment avec ces relatons la conservaton de l ntervalle nfntésmal ds : dr dr = η dr, dr = dx dx ν = dx dx = dt + dx + dy + dz = ds ( ) η ν ν Plus généralement, on peut passer d un tenseur (k,l) à des tenseurs (k-n,l+n) ou (k+n,l-n). On chost de représenter ces nouveaux tenseurs par la même lettre que le tenseur orgnal. Par exemple : ασ νρ νρα g T = T σλγ γ βλ νρ νρ β α σλγ = α σ γ g g T T On peut donc parler lbrement d un tenseur de rang k, sans précser s l s agt de fentes covarantes ou contravarantes, pusqu on peut construre tous les tenseurs de rang (k n, n) possbles de manère unvoque à l ade la métrque. 9) Métrque vue comme un élément de longueur nfntésmal La métrque exprmée comme un ntervalle de longueur nfntésmal permet de retrouver par dentfcaton ses composantes dans des systèmes de coordonnées non-cartésens. En coordonnées ρθ,,z, l élément de longueur nfntésmal s écrt : cylndrques ( ) ds = d ρ + ρ dθ + dz (.9) On en dédut :

9 CHPITRE DEUX FORMLISME GEOMETRIQUE.9 ( ) ds = g dx dx g = ; g = ; g = ; g = (.) j j ρρ θθ ρ zz j j En coordonnées sphérques ( r, θ, ϕ ), on a : ds = dr + r dθ + r sn θdϕ (.) d où les composantes non-nulles de la métrque dans ce système de coordonnées : g = ; g = r ; g = r sn (.) rr θθ ϕϕ θ ) Dfférencaton a. Dérvée drectonnelle et gradent Une dernère parte mathématque est nécessare avant un retour à la physque : l s agt de savor comment dfférenter vecteurs et tenseurs. En effet, une expresson locale des los physques, exprmée sous forme d équatons dfférentelles et de condtons aux lmtes, nécesste de savor comment les nouveaux objets géométrques ntroduts dans cette secton varent localement. Nous rasonnerons dans l espace-temps de Mnkowsk, mas la dscussons restera valable pour l espace euclden. La dérvée drectonnelle suvant le vecteur d un champ tensorel T(P) dans l espace-temps est défne par la relaton : lm ( xp + ε ) ( xp T T T ) (.3) ε La dérvée drectonnelle est lnéare par rapport au vecteur, on peut donc consdérer la dérvée drectonnelle comme un nouveau tenseur de rang (k, l+), où la dernère fente est la «fente de dérvaton» dans laquelle on nsère le vecteur : (_,, _; _,, _, _) = (_,, _; _,, _, T T ) Le nouveau tenseur T est le tenseur gradent de T (ou dérvée covarante de T). En notaton ndcelle, l est noté ndfféremment : k k α T ν ou T ν l ν ν l; α (l ndce α correspondant à la fente de dérvaton). La notaton «pont vrgule», en dehors d économser de l encre, permet de lster les ndces de T dans le bon ordre. La dérvée drectonnelle T de T suvant s écrt donc, en notaton ndcelle : k α k α α T ν ou T ν l ν ν l; α (.4) Dans une base cartésenne ou lorentzenne, pour lesquelles les vecteurs de base ne sont pas modfés au cours d un déplacement, les composantes du gradent de T sont smplement les dérvées partelles des composantes de T selon la drecton envsagée : k T ν k νl k k T ν νl; α= αt ν T α ν l ν νl, α x Dans ce cours, nous utlserons de préférence les notatons «vrgule» et «pont vrgule». S la base n est pas cartésenne ou lorentzenne (e.g. les bases cylndrque ou sphérque), les composantes du gradent ne seront pas égales aux dérvées partelles. En effet, au cours du déplacement nfntésmal ε, les vecteurs de la base subront auss une modfcaton dont l faudra tenr compte avant de pouvor comparer les tenseurs en deux ponts dfférents de l espace ou de l espace-temps. Lorsque nous aborderons la relatvté générale, les proprétés mêmes de l espace (par l ntermédare de la métrque), seront modfées au cours du déplacement. Comme nous n avons pas le beson d utlser mmédatement les coordonnées cylndrques ou sphérques, nous remettons l étude des technques permettant de calculer un gradent dans des cas plus généraux à la parte «relatvté

10 CHPITRE DEUX FORMLISME GEOMETRIQUE. générale». Du fat de leur défnton «tradtonnelle», la dérvée drectonnelle et le gradent obéssent à la règle de composton des dérvatons : ( T S) = ( T) S+ T ( S) (.5) En notaton ndcelle, pour des tenseurs de rang (3,) : T νρ S αβγ = T νρ S αβγ + T νρ S αβγ ( ) ( ) ( ) ; λ ; λ ; λ La métrque étant un champ tensorel constant, son gradent est dentquement nul en tout pont de l espace-temps de Mnkowsk (ou de l espace euclden) : g = sot g να ; = (.6) b. Dvergence et dalemberten partr du gradent, on peut construre pluseurs quanttés utles et ben connues. Tout d abord, le gradent d un champ scalare (.e. un tenseur de rang (,)) n est autre que son (4-)gradent habtuel : φ; α = φ, α (.7) (cette écrture est à prendre dans son sens géométrque : l ndce ne désgne pas une composante mas le vecteur dual «gradent de φ» dans son ntégralté). On obtent la quantté scalare dvergence d un champ vectorel en contractant les deux fentes du tenseur «gradent du vecteur» : C ( ( _; _)) = ; (.8) En notatons classques, la dvergence s écrt donc, dans l espace-temps de Mnkowsk : ; =, = + t où est la 3-dvergence classque du 3-vecteur «parte spatale de». On vot donc que les los de conservatons ben connues de la masse et de la charge électrque peuvent s écrre dans ce formalsme par des équatons du type ( 4-vecteur conservé) = (.9) Nous y revendrons au chaptre 5. S l s agt d un tenseur, l faut précser suvant quelle fente on prend la dvergence. Par exemple pour la dvergence d un tenseur T de rang (3,) suvant sa deuxème fente : ( ) Τ C 5 ( Τ) = T α γ λ; (.3) On vot c un exemple de la clarté de la notaton ndcelle. On obtent le dalemberten (dans l espace-temps de Mnkowsk, laplacen dans l espace euclden), en contractant les deux fentes de dfférentaton du double gradent d un champ tensorel : Τ ( ) Τ=T αβγ λ; (.3) (tous les ndces présents derrère le pont vrgule sont des ndces de dfférencaton). Il faut donc pouvor fare apparaître en poston haute une fente de dfférentaton. On sous-entend donc une applcaton de la métrque nverse, qu fat apparaître un sgne négatf à la dérvée temporelle : αβγ αβγ T T = g σ αβγ Τ = Τ T ( ) λ; ν λ; λ; σ Pour un vecteur, le dalemberten est, en coordonnées cartésennes et en notatons classques :, α α = + t où est le laplacen de la parte spatale du 4-vecteur : une équaton d onde pourra donc être décrte dans ce formalsme par une équaton du type 4-vecteur qu se propage = terme source ( )

11 CHPITRE DEUX FORMLISME GEOMETRIQUE. c. Tenseur de Lev-Cvta Deux tenseurs suffsent à caractérser entèrement les proprétés géométrques de l espace-temps. Nous avons déjà parlé du tenseur métrque g, qu content l nformaton «dstance dans l espacetemps» et la noton d orthonormalté. Nous ntrodusons c le tenseur de Lev-Cvta ε, qu content l nformaton «orentaton de l espace-temps». Pour une base orthonormée ( conventonnel du terme et e sont : g ν = s ν ) et drecte (le trèdre e, e, e est drect au sens 3 est drgé vers le futur), les composantes du tenseur de Lev-Cvta ε νρσ =+ s νρσ est réalsé par un nombre par de permutatons à partr de 3 ε νρσ = s νρσ est réalsé par un nombre mpar de permutatons à partr de 3 ε νρσ = s tous les ndces ne sont pas dfférents Par exemple, ε 3 = (une permutaton) et ε 3 = + (deux permutatons). C est donc un tenseur complètement antsymétrque. En relatvté restrente (et dans l espace euclden), les composantes du tenseur de Lev-Cvta sont les mêmes dans tout système de coordonnées nertel. Spécalsons nous au cas de l espace euclden à tros dmensons : on défnt le produt vectorel de deux vecteurs par l nserton de deux vecteurs dans les dernères fentes du tenseur de Lev-Cvta : B ε( _, B, ) sot, en notaton ndcelle : B εjk B j k (.3) Ic et dans la sute, nous ne prendrons plus garde au placement des ndces dans l espace euclden : nous savons en effet que les composantes des vecteurs et des vecteurs duaux correspondants sont dentques. Le rotatonnel du vecteur est : 3 = C 5 C 4[ ε ] (les ndces de la deuxème contracton se réfèrent à la numérotaton ntale des fentes). En notaton ndcelle, on a de manère beaucoup plus smple : =εjk k, j (.33) Une proprété très mportante du tenseur de Lev-Cvta en tros dmensons, dérvable asément à partr de l expresson de ses composantes, est la suvante : j j j εjmεklm = δkδl δlδk δkl (.34) Notez sogneusement le placement des ndces dans cette notaton. Cette relaton permet de retrouver faclement les relatons d analyse vectorelle en tros dmensons. Voyons comment s utlse cette formule sur deux exemples : lm = ε ε = ε ε = δ ( ) ( ), m l m l m ( δδ δδ ) lm jk k, j lm kj k, jm kj k, jm = + = + k j j k k, jm l, mm m, ml ( ) = où nous sommes repassé dans la dernère lgne aux notatons classques à tros dmensons. De même : B C D = ε ε B ε CD ( ) ( ) pl ( lmn m n )( jk j k ) = ε ε ε BCD = δ ε BCD = Bε CD Bε CD p pl nml jk m n j k nm jk m n j k p jk j k p n njk j k ( ( )) ( ( )) = C D B B C D partr du tenseur de Lev-Cvta, nous apprendrons plus lon dans ce chaptre à ntégrer sur un volume d espace-temps. Pour l heure, nous en savons assez pour revenr à la physque relatvste.

12 II. CHPITRE DEUX FORMLISME GEOMETRIQUE. GEOMETRIE ET RELTIVITE ) Intervalle et transformaton de Lorentz L ntervalle s entre deux évènements étant nvarant dans tout système de coordonnées nertel, nous cherchons les transformatons qu obéssent à cette contrante. Un exemple partculèrement smple satsfasant cette condton est la translaton (changer l orgne du référentel, conserver la même base) : ' x x = x + a (.35) où { a } est un ensemble de 4 nombres (notez que les prmes sont affectés aux ndces et non à x, cette notaton rappelle que le pont dont les coordonnées sont x est un objet géométrque qu ne change pas lorsque les coordonnées changent). La translaton ne change pas les valeurs des x, elle n est donc pas partculèrement ntéressante. Le seul autre type de transformaton lnéare qu convent est de multpler les composantes du vecteur poston par une matrce : ' ' x =Λ x En mposant l nvarance de l ntervalle : ν ' ν ' ' ν ' ν s = η x x = η x x = η Λ x Λ x ' ' ' '( )( ) ' ν ' ν ( ν η ' ν ')( x x ) ν ν ν ν = Λ Λ Nous cherchons donc les matrces de transformaton pour lesquelles ' ν ' η = η Λ Λ (.36) ν ' ν ' ν Les matrces satsfasant à (.36) sont dtes transformatons de Lorentz. Pluseurs types de transformatons répondent à ce crtère. Tout d abord, on peut vérfer que les 3 rotatons d espace conventonnelles, par exemple la rotaton autour de l axe z, vérfent (.36) : ' cosθ snθ Λ = snθ cosθ où θ est l angle de rotaton autour de l axe x. Pus vennent les 3 rotatons hyperbolques, ou boosts, qu mélangent l axe temporel et l un des axes spataux, par exemple pour l axe x : coshφ snhφ ' snhφ coshφ Λ = où φ est le paramètre de boost. D après les résultats du chaptre précédent, on peut dentfer ce paramètre avec la rapdté et poser v = tanhφ la 3-vtesse (valeur du vecteur vtesse drgé suvant x dans l espace en 3 dmensons) du référentel nertel prmé par rapport au référentel non prmé pour obtenr la matrce de transformaton habtuelle : Le groupe de Poncaré, dont les éléments sont nvarants par transformaton de Lorentz, content auss des transformatons dscrètes : le renversement par rapport au temps et les 3 symétres par rapport à un plan. On sat que la nature ne respecte pas les symétres «mror» (désntégraton du kaon neutre) : on les rejette donc malgré leur nvarance.

13 CHPITRE DEUX FORMLISME GEOMETRIQUE.3 γ γv v ( v x ) γ γ Λ e = avec γ = v Par symétre, la transformaton nverse Λ d une transformaton de Lorentz Λ est auss une transformaton de Lorentz. On se contentera donc de l écrre en modfant les ndces : Λ Λ ( ) On a donc la lo de transformaton suvante pour passer des coordonnées prmées au coordonnées non prmées : x =Λ x u nveau des composantes de la matrce, l sufft comme on l a vu pour passer de l une à l autre de changer le sgne de v. Les coordonnées d un événement P sont, dans ce formalsme, consdérées comme les composantes de l objet géométrque nvarant «4-vecteur contravarant poston dans l espace-temps». La lo de transformaton (des composantes) d un 4-vecteur est donc, en relatvté restrente : ' =Λ (.37) Les composantes sont modfées, mas l objet géométrque «4-vecteur» est nvarant : ' e =Λ e = e On en dédut que les vecteurs de la base se transforment sous une transformaton de Lorentz selon la transformaton nverse des composantes du vecteur : e =Λ e (.38) En généralsant, on a pour lo de transformaton des 4-vecteurs duaux et des vecteurs de la base duale : ω =Λ ω (.39) e =Λ e Et la lo de transformaton des tenseurs :,, k k l,, k T ν ν ν,, νl =Λ Λ Λ T k ν Λνl ν,, ν (.4) l cette lo de transformaton provent donc de notre nsstance à vor le tenseur comme un objet géométrque, elle s obtent en postulant que l objet n est pas modfé par une transformaton de Lorentz :,, k ν ν l,, k ν νl T(_,,_;_,,_) = T ν,, νl e e T k e e = ν,, ν e l e e e k k l ttenton toutefos : la lo de transformaton des tenseurs ne correspond pas à un produt matrcel au sens ordnare. En effet, prenons l exemple d un tenseur de rang : ν ν ν T =Λ Λ νt L ndce ν apparaît c dans les deux termes comme un ndce colonne. En pratque, pour utlser les règles de calcul habtuelles, l faut donc opérer à une transposton en calculant en notaton matrcelle : T T = Λ T Λ (.4) où T Λ est la matrce transposée de Λ.

14 ) Vtesse et mpulson CHPITRE DEUX FORMLISME GEOMETRIQUE.4 Un deuxème exemple de 4-vecteur est le vecteur 4-vtesse U. S x ( ) τ est la lgne d unvers d une partcule P exprmée dans un référentel nertel quelconque et paramétrée par son temps propre, on défnt la 4-vtesse comme : dx U (.4) dτ Lorsqu on change de référentel, les composantes du vecteur poston se transforment suvant une transformaton de Lorentz et la paramétrsaton de la courbe n est pas modfée, la vtesse est donc ben, contrarement à la 3-vtesse, un objet géométrque. On dédut de sa défnton la norme de U : η ν UUν = (.43) pusque, pour un vecteur de type temps : d dx dx ν τ = η ν. Dans le référentel de repos de la partcule, ses composantes sont (,,, ) et, dans un référentel nertel R, les composantes de U s écrvent, par une transformaton de Lorentz trvale : dx dx dt dx U γ ( γγ, ) dτ dt dτ dt (.44) avec v le vecteur 3-vtesse habtuel de la partcule dans le référentel d observaton : v = dx dt. La 4-vtesse permet de retrouver smplement la lo de composton des vtesses. Sot un référentel R se déplaçant à la 3-vtesse v par rapport au référentel R (v étant mesurée dans R colnéare à l axe x ). On obtent les composantes de la 4-vtesse de la partcule dans R par une transformaton de Lorentz de (.44) : U =Λ U = ( γγ ( + vv ), γγ ( v+ v ), γv, γv3) Nous pouvons auss rasonner à partr de (.43), comme nous l avons fat pour le référentel R. S V est la 3-vtesse de la partcule dans R, on a donc auss : U = ( Γ, ΓV ) avec Γ = V V Nous pouvons égaler les deux dernères expressons composante par composante, et chercher les nconnues V, qu correspondent à l addton des vtesses v et v recherchée. L équaton lant les composantes temporelles donne : Γ= γγ ( + vv ) que nous njectons dans les tros équatons spatales pour obtenr la lo de composton des 3-vtesses : v+ v v v3 V = ; V = ; V3 = + vv γ + vv γ + vv avec v la 3-vtesse de la partcule dans R, v = v e la 3-vtesse du référentel R par rapport à R et V la 3-vtesse de la partcule dans R. Un autre exemple de 4-vecteur est la 4-mpulson p : p mu (.45) où m est le scalare «masse de la partcule». Sa norme est donc : p p ν m η ν = Dans l espace des quanttés de mouvement, le 4-vecteur se trouve donc sur l hyperboloïde de masse (fg..4). La composante temporelle p de ce vecteur est l énerge de la partcule. Dans le référentel de repos de la partcule (.e. dans lequel U = ), l énerge de la partcule est : p = mu = m

15 CHPITRE DEUX FORMLISME GEOMETRIQUE.5 p p = p + p = m ( ) ( ) m p fg..4 : hyperboloïde de masse En rétablssant les facteurs c manquants, nous avons donc retrouvée la formule d Ensten E S la partcule se déplace à la 3-vtesse v suvant l axe x, on mesure : U =Λ U avec U =,,, d où : U = ( γγ, v,,) ( γ, γ,,) p = m mv ( ) = mc. γ m est donc l énerge de la partcule en mouvement, composée de son énerge au repos m et de son énerge cnétque ( γ ) m. L énerge n est donc pas un scalare mas un concept qu nécesste le chox d un référentel nertel de l observateur. Nous pouvons cependant trouver une relaton géométrque pour l exprmer (dépendant, ben sûr, de la vtesse de l observateur). En effet, s on chost la 4-vtesse U obs de l observateur par rapport à la partcule de 4-mpulson p, on montre faclement que : ν p Uobs = η ν p Uobs = γm= E (.46) la lmte newtonenne où u, au deuxème ordre en v, on retrouve : m u p = γ m= m+ m = E u p = γ mv mv où E est l énerge de la partcule en mécanque newtonenne. Le lecteur attentf aura remarqué que cette défnton de la 4-mpulson n est pas applcable à une partcule de masse nulle comme le photon. Pour une telle partcule, on peut contourner la dffculté en défnssant : dx p = (.47) dς où l on fat tendre m et dτ vers zéro tout en gardant le paramètre dς = dτ m fn. Par conséquent, le temps propre d une partcule de masse nulle est «fgé» : la lgne d unvers d un photon est donc nulle (de type lumère) et sa 4-vtesse, qu tend vers l nfn, n est pas défne. D après la théore quantque, la 4-quantté de mouvement d un photon est dans un référentel nertel quelconque : p= ( p = ω, p= k) k = ω, k nommé 4-vecteur d onde. De plus : l est donc proportonnel à un 4-vecteur ( ) d où l dentté η p p ν k m ν = ω + = = p= ωn (.48)

16 CHPITRE DEUX FORMLISME GEOMETRIQUE.6 où n est le 3-vecteur pontant dans la drecton de propagaton du photon. Remarquons que, pour un p = γm γmv = m électron dont la vtesse tend vers la célérté de la lumère, la dfférence ( ) ( ) devent néglgeable devant ( γ m) : une partcule massve ultrarelatvste peut donc être tratée comme un photon de fréquence γ m. Exemple : berraton et effet Doppler relatvste Sot une source lumneuse S émettant dans son référentel de repos R un photon de 4- vecteur d onde k = ( ω, ωn) en drecton d un observateur se déplaçant à la 4-vtesse U obs par rapport à elle. On tre mmédatement de (.46) que l énerge du photon mesurée par l observateur est affectée d un facteur γ : E = p Uobs = ( γω k v) La fréquence du photon dans le référentel d observaton est donc modfée : c est l effet Doppler relatvste : ω = γω( vk ) (.49) u premer ordre en v, on obtent la formule classque, applcable pour la majorté des sources lumneuses. Cependant, lorsque l on veut fare des mesures de fréquences très précses, on place généralement l observateur de manère à ce que la vtesse de la source sot orthogonale à la drecton d observaton des photons. Dans ce cas, le terme domnant dans l expresson (.49) provent du facteur de dlataton des temps dans le référentel moble : l est du deuxème ordre en v. Pour obtenr toutes les caractérstques du vecteur d onde, l sufft d applquer une transformaton de Lorentz à ses composantes. Supposons, sans restrendre la généralté de notre propos, que le photon sot éms dans le plan (x,y) dans le référentel R : k = ( ω, k, k,). La transformaton de Lorentz donne : k = ω = γω( vk ) k = γ ( k vω) (.5) k = k 3 k = La premère équaton n est autre que l expresson (.49). Retrouvons smplement l aberraton stellare : l angle que fat la parte spatale du 4-vecteur d onde avec l axe y dans R est ( k ) θ = arctan k. Dans le référentel d observaton, l observateur mesure un angle : ( ) ( ) arctan ( ) = arctan k k = k v k (.5) θ γ ω entre le 3-vecteur d onde et l axe entre le 3-vecteur d onde et l axe y. On retrouve ans l aberraton relatvste des étoles vue au chaptre, avec des termes supplémentares dus au fat que nous n avons pas consdéré un 3-vecteur d onde se propageant suvant les y décrossants. En effet, en posant k = et k = ω dans (.5), l vent : θ = arctan ( γ v) qu est ben le résultat attendu. Etant donné que toutes les quanttés géométrques consdérées dans ce cours seront des 4-quelque chose, nous omettrons ce préfxe 4 devant le nom des vecteurs dans la sute.

17 III. COLLISIONS CHPITRE DEUX FORMLISME GEOMETRIQUE.7 ) Conservaton de l mpulson Deux des prncpes de conservaton les plus fructueux en physque sont la conservaton de la quantté de mouvement et la conservaton de l énerge. Généralsons à quatre dmensons à partr de l mpulson qu content ces nformatons : s représente les partcules entrant dans un 4-volume (dans lequel peuvent se produre des chocs, des annhlatons ), et les partcules qu en sortent après l nteracton, on dot avor : p = p (.5) ' Cette relaton est exprmée entre objets géométrques. ns, s une partcule n nteragt pas avec l unvers extéreur, sa quantté de mouvement dot rester constante, la 4-mpulson étant tangente à la lgne d unvers, celle-c est une drote dans un l espace-temps (plat) de Mnkowsk. Remarquons de plus que ses composantes, après chox d un référentel, se notent : p = p (conservaton de l énerge) ' ' p = p' (conservaton de la quantté de mouvement) ' L énerge n est donc pas une quantté géométrque scalare, son exstence n a de sens qu après avor chos un référentel et «séparé» l espace temps en espace et en temps. La lo de conservaton de l mpulson est donc plus fondamentale que les deux relatons qu en découlent dans un espace à 3 dmensons. Exemples : Réacton nterdtes entre électrons et photons Envsageons l annhlaton d un électron et d un poston donnant un photon : + e + e γ Plaçons nous dans le référentel où l électron est au repos avant l annhlaton et où le poston se déplace à la vtesse U e = ( γm, γmv,, + ). On ne peut pas satsfare à la lo de conservaton de l mpulson : m γ m ω γ mv ω + pusque ( γ + ) m γ mv : le vecteur résultant ne se trouve pas sur le cône de lumère et la réacton est mpossble, ben que les conservatons de la charge électrque et du «nombre leptonque» (nous revendrons plus tard sur les types de partcules) soent assurées. En revanche, la réacton d annhlaton e+ + e γ est possble. En effet, l écrture de la conservaton de l mpulson donne : m γm ω ω γ mv ωcosθ ωcosθ + = + ωsnθ ωsnθ '

18 x CHPITRE DEUX FORMLISME GEOMETRIQUE.8 p p p + + p + x p γ p p p + + p + p γ e + e x fg..5.a : réacton mpossble, la somme des quanttés de mouvement n est pas sur le cône de lumère e + e x fg..5.b : réacton possble avec émsson de deux photons (les deux composantes non nulles non représentées de p γ et p γ se compensent) où θ est l angle que fat le photon avec l axe x dans l espace. C est un système de tros équatons à quatre nconnues : on a la lberté de chosr une varable et d en dédure les autres de manère à satsfare à la lo de conservaton. Ces résultats se vsualsent smplement sur des dagrammes d espace-temps auxquels on superpose les mpulsons, colnéares à la vtesse (fg..5). S la vtesse relatve des leptons est fable devant la célérté de la lumère, leur énerge est domnée par leur énerge de masse et les deux photons ont la même énerge dans le référentel de (quas) repos de l électron et du postron. Les deux photons ont alors la même énerge : l énerge de masse des leptons,.e. 5 kev, et des drectons opposées. La régon centrale de notre galaxe émet fortement à la longueur d onde correspondant à cette énerge : hc λ =. m E Les spéculatons vont bon tran pour savor d où provennent les postons, alors que l unvers semble globalement s pauvre en antmatère. La régon est scrutée depus 3 par INTEGRL, le satellte d observaton gamma de l agence spatale européenne. Envsageons mantenant l absorpton d un photon par un électron : e + γ e La somme des quanttés de mouvement ntales et fnales s écrvent, dans le référentel où l électron est au repos avant l absorpton : m ω m+ ω ω ω p e pγ = et p + + e = La norme du vecteur p e est : ( ) m ω ω m m ω m + + = l ne peut donc pas être l mpulson d un électron : l n est pas stué sur l hyperboloïde de masse. La réacton est nterdte. On peut vsualser ce résultat dans l espace tangent des mpulsons (fg..6) (les deux schémas ne sont pas superposés afn de les rendre plus lsbles).

19 CHPITRE DEUX FORMLISME GEOMETRIQUE.9 x p p γ p γ + p p hyperboloïde de masse de l électron p γ γ e x p me = p = p + p γ p fg..6.a : dagramme d espacetemps correspondant à la réacton mpossble fg..6.b : même réacton mpossble, vue dans l espace des mpulsons Pour changer la drecton d une partcule, l faut lu applquer une force selon la lo de Newton généralsée : dp dτ = F (.53) où F est le (4-)vecteur force. S on chost un référentel nertel, la parte spatale de cette lo se résume à la deuxème lo de Newton avec des facteurs γ ntervenant dans la quantté de mouvement : dp γ = F avec p= γ mv (.54) dt La parte spatale F de la force est donc, par dentfcaton à la lmte newtonenne : F= γ f où f est la 3-force «newtonenne» utlsée dans les cas non-relatvstes. La parte temporelle de (.54) s écrt quant à elle : de F γ = avec E = γ m (.55) dt qu a la dmenson d une pussance. Pour une partcule fondamentale, la masse dot rester nvarante : d d dp m = p p= p = p F = (.56) dτ dτ dτ La force dot donc être orthogonale à la lgne d unvers de la partcule. Cette contrante permet de connaître la lo régssant la varaton d énerge (.55) connassant la 3-force f. Nous verrons une autre conséquence de ce résultat dans la parte «électromagnétsme» de ce chaptre. Notons, au sujet des nteractons non-fondamentales utlsées en mécanque du solde, que la noton même de solde, au sens d objet matérel étendu et rgde, n a plus d exstence en relatvté. En effet, s on met un solde en translaton, toutes les partes qu ne sont pas en contact drect avec l opérateur subssent une nteracton à dstance nstantanée. Remarquons, de plus, que l nteracton gravtatonnelle n est pas modélsée par une force, nous verrons en abordant la relatvté générale qu elle est avantageusement consdérée comme une varaton de la métrque de l espace-temps. La noton de force ne sera donc utlsable que dans le cas de l nteracton électromagnétque et de la physque des fludes compressbles relatvstes.

20 CHPITRE DEUX FORMLISME GEOMETRIQUE. détecteur sgnal source RX θ fg..7. : Effet Compton ) L effet Compton L effet Compton,.e. la dffuson d un photon par un électron, est l expérence hstorque qu mt en évdence la réalté du photon, car son explcaton nécesste d ntrodure l mpulson du photon. L explcaton de l effet photoélectrque ne demandat que de postuler des échanges d énerge quantfés entre le champ électromagnétque et un partcule chargée. Nous nous plaçons dans le référentel du repos de l électron avant la collson, et nous consdérons un photon ncdent se propageant suvant l axe x. Sans restrendre la généralté du rasonnement, nous orentons les axes de manère à ce que le photon sot dffusé dans le plan ( x, y ). Nous nous ntéressons à la drecton de dffuson du photon,.e. l angle θ que fat la parte spatale de son vecteur d onde k avec l axe x après la collson. C est en effet la seule quantté physque mesurable, l électron cédant rapdement son énerge cnétque au mleu sous forme thermque. Ecrvons la conservaton de l mpulson en notant p l mpulson de l électron et en prmant les quanttés après la collson : k + p= k + p (.57) On en dédut mmédatement : k k = p p k k + k k k k = p p+ p p p p ( ) ( ) ( ) ( ) ωω cosθ = γ m (.58) pusque k k = k k =, p p = p p = m, k k = ωω ( cosθ) et p p = γ m. De plus, la conservaton de l énerge (composante spatale de (.57)) requert : ( ω ω ) = ( γ ) m On peut donc réécrre (.58) : = C ( cosθ ) (.59) avec = ω et = ω les longueurs d onde rédutes des photons ncdent et dffusé, et en posant C m la longueur d onde rédute de Compton de l électron. Numérquement, elle vaut : 3 C = mc = 3,9. m (.6) La modfcaton de la fréquence du photon ncdent n est donc faclement décelable que pour des photons de très courte longueur d onde (.e. de très haute énerge). La varaton de l énerge des photons est ans totalement néglgeable pour des photons vsbles dont les longueurs d onde rédutes sont de l ordre de -7 m : 6 vsble ( )

Champ magnétique. 1 Notions préliminaires. 1.1 Courant électrique et densité de courant

Champ magnétique. 1 Notions préliminaires. 1.1 Courant électrique et densité de courant 4 Champ magnétque 1 Notons prélmnares 1.1 Courant électrque et densté de courant Un courant électrque est défn par un déplacement de charges électrques élémentares (ex : les électrons de conducton dans

Plus en détail

Le théorème du viriel

Le théorème du viriel Le théorème du vrel On se propose de démontrer le théorème du vrel de deux manères dfférentes. La premère fat appel à deux "trcks" qu l faut vor. Cette preuve met en avant une quantté, notée S c, qu permet

Plus en détail

Solution : 1. Soit y = α + βt, l équation de la droite considérée. Le problème de régression linéaire s écrit. i=1 2(α + βt i b i )t i

Solution : 1. Soit y = α + βt, l équation de la droite considérée. Le problème de régression linéaire s écrit. i=1 2(α + βt i b i )t i Exercces avec corrgé succnct du chaptre 3 (Remarque : les références ne sont pas gérées dans ce document, par contre les quelques?? qu apparassent dans ce texte sont ben défns dans la verson écran complète

Plus en détail

Utilisation du symbole

Utilisation du symbole HKBL / 7 symbole sgma Utlsaton du symbole Notaton : Pour parler de la somme des termes successfs d une sute, on peut ou ben utlser les pontllés ou ben utlser le symbole «sgma» majuscule noté Par exemple,

Plus en détail

Miroirs sphériques Dioptres sphériques. 1 Miroirs sphériques. 1.1 Introduction : focaliser la lumière. 1.2 Miroir concaves faisceau parallèle

Miroirs sphériques Dioptres sphériques. 1 Miroirs sphériques. 1.1 Introduction : focaliser la lumière. 1.2 Miroir concaves faisceau parallèle Mrors spérques Doptres spérques Nous allons mantenant aborder des systèmes optques un peu plus complexes, couramment utlsés pour produre des mages. Nous allons commencer par étuder un mror spérque de façon

Plus en détail

Cours de Calcul numérique MATH 031

Cours de Calcul numérique MATH 031 Cours de Calcul numérque MATH 03 G. Bontemp, A. da Slva Soares, M. De Wulf Département d'informatque Boulevard du Tromphe - CP22 http://www.ulb.ac.be/d Valeurs propres en pratque. Localsaton. Méthode de

Plus en détail

V FORMATION DES IMAGES DANS L EXEMPLE DU MIROIR PLAN

V FORMATION DES IMAGES DANS L EXEMPLE DU MIROIR PLAN Chaptre V page V-1 V FORMTION DES IMGES DNS L EXEMPLE DU MIROIR PLN Le but de ce chaptre est d ntrodure la noton d mage { travers l exemple du mror plan. Vous vous êtes sûrement déjà regardé(e) dans un

Plus en détail

Exercices d algorithmique

Exercices d algorithmique Exercces d algorthmque Les algorthmes proposés ne sont pas classés par ordre de dffculté Nombres Ecrre un algorthme qu renvoe la somme des nombre entre 0 et n passé en paramètre Ecrre un algorthme qu renvoe

Plus en détail

Q x2 = 1 2. est dans l ensemble plus grand des rationnels Q. Continuons ainsi, l équation x 2 = 1 2

Q x2 = 1 2. est dans l ensemble plus grand des rationnels Q. Continuons ainsi, l équation x 2 = 1 2 Exo7 Nombres complexes Vdéo parte. Les nombres complexes, défntons et opératons Vdéo parte. Racnes carrées, équaton du second degré Vdéo parte 3. Argument et trgonométre Vdéo parte 4. Nombres complexes

Plus en détail

Valeur absolue et fonction valeur absolue Cours

Valeur absolue et fonction valeur absolue Cours Valeur absolue foncton valeur absolue Cours CHAPITRE 1 : Dstance entre deu réels 1) Eemples prélmnares 2) Défnton 3) Proprétés CHAPITRE 2 : Valeur absolue d un réel 1) Défnton 2) Proprétés CHAPITRE 3 :

Plus en détail

Remboursement d un emprunt par annuités constantes

Remboursement d un emprunt par annuités constantes Sére STG Journées de formaton Janver 2006 Remboursement d un emprunt par annutés constantes Le prncpe Utlsaton du tableur Un emprunteur s adresse à un prêteur pour obtenr une somme d argent (la dette)

Plus en détail

SIMNUM : Simulation de systèmes auto-gravitants en orbite

SIMNUM : Simulation de systèmes auto-gravitants en orbite SIMNUM : Smulaton de systèmes auto-gravtants en orbte sujet proposé par Ncolas Kelbasewcz : ncolas.kelbasewcz@ensta-parstech.fr 14 janver 2014 1 Établssement du modèle 1.1 Approxmaton de champ lontan La

Plus en détail

Grandeurs de réaction et de formation

Grandeurs de réaction et de formation PSI Brzeux Ch. hermochme 1 : grandeurs de réacton et de formaton 1 C H A P I R E 1 r a p p e l s e t c o m p l é m e n t s ) Grandeurs de réacton et de formaton 1. RAPPELS 1.1. Phases et consttuants Donnons

Plus en détail

Chapitre IV : Inductance propre, inductance mutuelle. Energie électromagnétique

Chapitre IV : Inductance propre, inductance mutuelle. Energie électromagnétique Spécale PSI - Cours "Electromagnétsme" 1 Inducton électromagnétque Chaptre IV : Inductance propre, nductance mutuelle. Energe électromagnétque Objectfs: Coecents d nductance propre L et mutuelle M Blan

Plus en détail

Université Pierre & Marie Curie (Paris 6) Licence de Mathématiques L3 UE LM364 Intégration 1 Année 2011 12. TD4. Tribus.

Université Pierre & Marie Curie (Paris 6) Licence de Mathématiques L3 UE LM364 Intégration 1 Année 2011 12. TD4. Tribus. Unversté Perre & Mare Cure (Pars 6) Lcence de Mathématques L3 UE LM364 Intégraton 1 Année 2011 12 TD4. Trbus. Échauffements Exercce 1. Sot X un ensemble. Donner des condtons sur X pour que les classes

Plus en détail

Chapitre 1 : Images données par une lentille mince convergente

Chapitre 1 : Images données par une lentille mince convergente Chaptre 1 : Images données par une lentlle mnce convergente Termnale S Spécalté Chaptre 1 : Images données par une lentlle mnce convergente bectfs : - Constructon graphque de l mage d un obet plan perpendculare

Plus en détail

Université d El Oued Cours Circuits Electriques 3 LMD-EM

Université d El Oued Cours Circuits Electriques 3 LMD-EM ère parte : Electrocnétque Chaptre ntroducton L Electrocnétque est la parte de l Electrcté qu étude les courants électrques. - Courant électrque -- Défntons Défnton : un courant électrque est un mouvement

Plus en détail

Maquette Tournesol Soleil, Terre et rotations La géométrie et mathématiques du système Maquette pour comprendre PhM Observatoire de Lyon

Maquette Tournesol Soleil, Terre et rotations La géométrie et mathématiques du système Maquette pour comprendre PhM Observatoire de Lyon Maquette ournesol olel, erre et rotatons La géométre et mathématques du sstème Maquette pour comprendre hm Observatore de Lon Les repères classques éclptque (longtudes et lattudes éclptques) et équatoral

Plus en détail

Représentation de l'information

Représentation de l'information 1. L nformaton 1-1 Dualté état et temps Représentaton de l'nformaton La noton d'nformaton correspond à la connassance d'un état donné parm pluseurs possbles à un nstant donné. La Fgure 1 llustre cette

Plus en détail

Analyse Numérique - Projet A rendre au plus tard le jour de l examen final, en Janvier 2010.

Analyse Numérique - Projet A rendre au plus tard le jour de l examen final, en Janvier 2010. Master 1ère année de Mathématques Analyse Numérque - Projet A rendre au plus tard le jour de l examen fnal, en Janver 2010. CMI, Unversté de Provence Année 2009-2010 Ce qu vous est demandé : Rédger les

Plus en détail

Les jeunes économistes

Les jeunes économistes Chaptre1 : les ntérêts smples 1. défnton et calcul pratque : Défnton : Dans le cas de l ntérêt smple, le captal reste nvarable pendant toute la durée du prêt. L emprunteur dot verser, à la fn de chaque

Plus en détail

Fiche n 7 : Vérification du débit et de la vitesse par la méthode de traçage

Fiche n 7 : Vérification du débit et de la vitesse par la méthode de traçage Fche n 7 : Vérfcaton du débt et de la vtesse par la méthode de traçage 1. PRINCIPE La méthode de traçage permet de calculer le débt d un écoulement ndépendamment des mesurages de hauteur et de vtesse.

Plus en détail

- Equilibre simultané IS/LM : Pour déterminer le couple d équilibre général, il convient de résoudre l équation IS = LM.

- Equilibre simultané IS/LM : Pour déterminer le couple d équilibre général, il convient de résoudre l équation IS = LM. Exercce n 1 Cet exercce propose de détermner l équlbre IS/LM sur la base d une économe dépourvue de présence étatque. Pour ce fare l convent, dans un premer temps de détermner la relaton (IS) marquant

Plus en détail

Montage émetteur commun

Montage émetteur commun tour au menu ontage émetteur commun Polarsaton d un transstor. ôle de la polarsaton La polarsaton a pour rôle de placer le pont de fonctonnement du transstor dans une zone où ses caractérstques sont lnéares.

Plus en détail

N - ANNEAUX EUCLIDIENS

N - ANNEAUX EUCLIDIENS N - ANNEAUX EUCLIDIENS Dans ce qu sut A est un anneau untare, mun de deux opératons notées addtvement et multplcatvement. Le neutre de l addton est noté 0, celu de la multplcaton est noté e. On pose A

Plus en détail

VI INERTIE GEOMETRIE DES MASSES

VI INERTIE GEOMETRIE DES MASSES VI INERTIE EOMETRIE DE ME Dans l étude de la dynamque des systèmes matérels et des soldes l est mportant d étuder la répartton géométrque des masses, afn d exprmer smplement les concepts cnétques qu apparassent

Plus en détail

Chapitre 5.1 Les photons et l effet photoélectrique

Chapitre 5.1 Les photons et l effet photoélectrique Chaptre 5. Les s et l eet photoélectrque L ntensté d une onde électromagnétque n 884, le physcen brtannque John Henry Poyntng a démontré à partr des équatons de Maxwell que l ntensté d un champ électromagnétque

Plus en détail

Enseignement secondaire. PHYSI Physique Programme

Enseignement secondaire. PHYSI Physique Programme Ensegnement secondare Dvson supéreure PHYSI Physque Programme 3CB_3CC_3CF_3MB_3MC_3MF Langue véhculare : franças Nombre mnmal de devors par trmestre : 1 PHYSI_3CB_3CC_3CF_3MB_3MC_3MF_PROG_10-11 Page 1

Plus en détail

Généralités sur les fonctions 1ES

Généralités sur les fonctions 1ES Généraltés sur les fonctons ES GENERALITES SUR LES FNCTINS I. RAPPELS a. Vocabulare Défnton Une foncton est un procédé qu permet d assocer à un nombre x appartenant à un ensemble D un nombre y n note :

Plus en détail

Exercices d Électrocinétique

Exercices d Électrocinétique ercces d Électrocnétque Intensté et densté de courant -1.1 Vtesse des porteurs de charges : On dssout une masse m = 20g de chlorure de sodum NaCl dans un bac électrolytque de longueur l = 20cm et de secton

Plus en détail

Partie I: Différences finies avec centrage partiel

Partie I: Différences finies avec centrage partiel U. PARIS VI et ÉCOLE POLYTECHNIQUE 7 anver 04 Spécalté Probablté et Fnance du Master de Scences et Technologe EXAMEN DU COURS ANALYSE NUMÉRIQUE DES ÉQUATIONS AUX DÉRIVÉES PARTIELLES EN FINANCE verson 03/0/04

Plus en détail

Mailing. Les étapes de conception d un mailing. Créer un mailing

Mailing. Les étapes de conception d un mailing. Créer un mailing Malng Malng Word 2011 pour Mac Les étapes de concepton d un malng Le malng ou publpostage permet l envo en nombre de documents à des destnatares répertorés dans un fcher de données. Cette technque sous-entend

Plus en détail

DEFINITIONS ET PRINCIPES FONDAMENTAUX DE LA RDM

DEFINITIONS ET PRINCIPES FONDAMENTAUX DE LA RDM DEFINITIONS ET PRINCIPES FONDMENTUX DE L RDM 1 OJET DE L RDM PRINCIPES DE L STTIQUE.1 Défnton de l équlbre statque.1.1 Epresson du torseur des actons, moment d une force.1. Sstèmes de forces dvers 3. Les

Plus en détail

Physique UE3 PACES. 4 e édition. Salah Belazreg

Physique UE3 PACES. 4 e édition. Salah Belazreg PACES Physque UE3 PACES Physque UE3 Salah Belazreg Professeur agrégé et docteur en physque, l ensegne au lycée Camlle Guérn à Poters. Il a ensegné la bophysque en classes préparatores aux concours de

Plus en détail

(Licence L1 /Durée 3H) Stand d étude de l'effort tranchant dans une poutre Règle Des accroches poids

(Licence L1 /Durée 3H) Stand d étude de l'effort tranchant dans une poutre Règle Des accroches poids (Lcence L1 /Durée 3H) Objectfs : Se famlarser avec l apparel d étude de l'effort tranchant dans une poutre (les pèces consttutves, mode d emplo...) Ben matrser les étapes qu mènent à l élaboraton des dfférents

Plus en détail

L'INDUCTION ON5WF (MNS)

L'INDUCTION ON5WF (MNS) 'IDUCTIO ème parte / O5WF (MS) Dans la ère parte de cet artcle, nous avons vu qu'un courant électrque donnat leu à un champ magnétque (expérence d'oersted). ous avons ensute vu comment Faraday, après avor

Plus en détail

La fourniture de biens et facteurs publics en présence de ménages et d entreprises mobiles

La fourniture de biens et facteurs publics en présence de ménages et d entreprises mobiles La fournture de bens et facteurs publcs en présence de ménages et d entreprses mobles Pascale Duran-Vgneron évrer 007 Le modèle On suppose un pays drgé par un gouvernement central ayant compétence sur

Plus en détail

Le Potentiel chimique

Le Potentiel chimique 44 Le Potentel chmque PIERRE DUHEM (1861 1916) 44.1 Grandeurs molares partelles 44.1.1 Varables de Gbbs Système polyphasé Nous étuderons dans la sute un système thermodynamque formé de pluseurs phases

Plus en détail

Exercices sur la géométrie plane

Exercices sur la géométrie plane Eercces sur la géoétre plane Sot un trangle équlatéral et M un pont ntéreur au trangle n note H, K, L les projetés orthogonau respectfs de M sur les tros côtés éontrer que la soe MH + MK + ML est constante

Plus en détail

Corrélation et régression linéaire

Corrélation et régression linéaire Corrélaton et régresson lnéare 1. Concept de corrélaton. Analyse de régresson lnéare 3. Dfférences entre valeurs prédtes et observées d une varable 1. Concept de corrélaton L objectf est d analyser un

Plus en détail

classification non supervisée : pas de classes prédéfinies Applications typiques

classification non supervisée : pas de classes prédéfinies Applications typiques Qu est ce que le clusterng? analyse de clusterng regroupement des obets en clusters un cluster : une collecton d obets smlares au sen d un même cluster dssmlares au obets appartenant à d autres clusters

Plus en détail

Exercices Électrocinétique

Exercices Électrocinétique ercces Électrocnétque alculs de tensons et de courants -21 éseau à deu malles Détermner, pour le crcut c-contre, l ntensté qu 1 2 traverse la résstance 2 et la tenson u au bornes de la résstance 3 : 3

Plus en détail

SPE PSI DEVOIR LIBRE N 9 pour le 04/01/12. Phénomènes d induction et conversion électromécanique:

SPE PSI DEVOIR LIBRE N 9 pour le 04/01/12. Phénomènes d induction et conversion électromécanique: SPE PSI DEVOIR LIBRE N 9 pour le 04/01/12 Phénomènes d nducton et converson électromécanque: 1/ Inductance propre et nductance mutuelle. 11/ Défntons et proprétés : 11a/ Défnr l'nductance propre L d un

Plus en détail

SIMULATION D UN JET TURBULENT POUR LE REFROIDISSEMENT DES AUBES DE TURBINE

SIMULATION D UN JET TURBULENT POUR LE REFROIDISSEMENT DES AUBES DE TURBINE 10 ème Sémnare Internatonal sur la Physque Energétque 10 th Internatonal Meetng on Energetcal Physcs SIMULAION D UN JE URBULEN POUR LE REFROIDISSEMEN DES AUBES DE URBINE Bounegta Bachr 1, Abdelarm Maamar

Plus en détail

Ch 4 Séries statistiques à une dimension Définitions et représentation graphique

Ch 4 Séries statistiques à une dimension Définitions et représentation graphique Ch 4 Séres statstques à une dmenson Défntons et représentaton graphque Termnologe Ensemble étudé = populaton Eléments de cet ensemble = ndvdus ou untés Attrbut consdéré = caractère qu peut être qualtatf

Plus en détail

UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 2015 2016. Statistiques Descriptives

UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 2015 2016. Statistiques Descriptives UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année unverstare 215 216 L1 Économe Cours de B. Desgraupes Statstques Descrptves Séance 7: Indces synthétques Table des matères 1 Introducton 1 1.1

Plus en détail

MECANISMES MODELISES

MECANISMES MODELISES MEANISMES MODELISES Les évaluatons de sûreté relatves aux nstallatons de stockage de déchets radoactfs en couche géologque profonde nécesstent la compréhenson et la modélsaton d une part des systèmes hydrogéologques

Plus en détail

... électron libre...

... électron libre... PCI CHAPITRE 4 : LOI GENERALE DAN L APPROXIMATION QUAI- TATIONNAIRE 1/6 CHAPITRE 4 : LOI GENERALE DAN L APPROXIMATION QUAI-TATIONNAIRE I INTRODUCTION Nous abordons dans ce chaptre l électrocnétque, e la

Plus en détail

Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amiens.fr/pedagogie/maths/new/ue2007/synthese_atelier_annette_alain.

Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amiens.fr/pedagogie/maths/new/ue2007/synthese_atelier_annette_alain. Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amens.fr/pedagoge/maths/new/ue2007/synthese_ateler_annette_alan.pdf 1 La règle du jeu Un drecteur de casno se propose d nstaller le

Plus en détail

Les nombres complexes

Les nombres complexes A) Forme algébrque des nombres complexes Théorème (adms) Il exste un ensemble appelé ensemble des nombres complexes, noté, vérfant les tros proprétés suvantes :. content ;. Il exste dans un élément tel

Plus en détail

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix?

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix? Note méthodologque Tratements hebdomadares Questlemonscher.com Quelle méthode de collecte de prx? Les éléments méthodologques ont été défns par le cabnet FaE onsel, socété d études et d analyses statstques

Plus en détail

NOMBRES COMPLEXES EXERCICE 1. EXERCICE 2. EXERCICE 3. EXERCICE 4. 3 i ; 1. Déterminer (x + y i), représentation cartésienne du nombre complexe : i 1

NOMBRES COMPLEXES EXERCICE 1. EXERCICE 2. EXERCICE 3. EXERCICE 4. 3 i ; 1. Déterminer (x + y i), représentation cartésienne du nombre complexe : i 1 NOMBRES COMPLEXES EXERCICE 1 Détermner (x + y ), représentaton cartésenne du nombre complexe : 11 (5 ) ; ( + ) ; (1 5 ) 1 (5 4 )( + 6 ); (4 + ) (4 ) 1 14 15 ; 1 ; + 7 + + + 1 α ( α + β ) α + ( α ; ; (α,β)

Plus en détail

Mesure avec une règle

Mesure avec une règle Mesure avec une règle par Matheu ROUAUD Professeur de Scences Physques en prépa, Dplômé en Physque Théorque. Lycée Alan-Fourner 8000 Bourges ecrre@ncerttudes.fr RÉSUMÉ La mesure d'une grandeur par un système

Plus en détail

Mémento de théorie de l information

Mémento de théorie de l information Mémento de théore de l nformaton Glles Zémor 6 octobre 204 0 Rappels de probabltés Espaces probablsés. Un espace probablsé (Ω, P ) est un ensemble Ω mun d une mesure de probablté P qu est, lorsque Ω est

Plus en détail

Editions ENI. Excel 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait

Editions ENI. Excel 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait Edtons ENI Excel 2010 Collecton Référence Bureautque Extrat Tableau crosé dynamque Tableau crosé dynamque Excel 2010 Créer un tableau crosé dynamque Un tableau crosé dynamque permet de résumer, d analyser,

Plus en détail

Cours 2. Méthode des différences finies Approche stationnaire

Cours 2. Méthode des différences finies Approche stationnaire Cours Méthode des dfférences fnes Approche statonnare Technque de dscrétsaton en D Constructon du système Prse en compte des condtons aux lmtes Noton de convergence Extenson au D Verson 09/006 (E.L.) NF04

Plus en détail

1 Introduction. 2 Définitions des sources de tension et de courant : Cours. Date : A2 Analyser le système Conversion statique de l énergie. 2 h.

1 Introduction. 2 Définitions des sources de tension et de courant : Cours. Date : A2 Analyser le système Conversion statique de l énergie. 2 h. A2 Analyser le système Converson statque de l énerge Date : Nom : Cours 2 h 1 Introducton Un ConVertsseur Statque d énerge (CVS) est un montage utlsant des nterrupteurs à semconducteurs permettant par

Plus en détail

Initiation aux Tenseurs. Scalaires, vecteurs et autres sous transformation

Initiation aux Tenseurs. Scalaires, vecteurs et autres sous transformation 1 Perre Amot, 2012 Département de Physque, de Géne physque et d Optque, Unversté Laval, Québec. Intaton aux Tenseurs Scalares, vecteurs et autres sous transformaton Note : Il est consellé de lre d abord

Plus en détail

Dynamique du point matériel

Dynamique du point matériel Chaptre III Dynaqe d pont atérel I Généraltés La cnéatqe a por objet l étde des oveents des corps en foncton d teps, sans tenr copte des cases q les provoqent La dynaqe est la scence q étde (o déterne)

Plus en détail

Exercices de révision pour examen #1

Exercices de révision pour examen #1 Exercces de révson pour examen #1 Queston 1. Questons théorques. a) Nommez les courants qu exstent quand une dode est en équlbre. Courants de dffuson et de drft. b) Dessnez la structure physque réelle

Plus en détail

Université de Cergy-Pontoise

Université de Cergy-Pontoise Unversté de Cergy-Pontose THESE Dscplne : Géne cvl Présentée par : Salma HASSANI-MANAI Pour obtenr le grade de DOCTEUR DE L UNIVERSITE DE CERGY-PONTOISE Sujet : ETUDE ET MODELISATION DE LA STABILITE DES

Plus en détail

On dépose une espèce à une certaine concentration, puis on observe comment sa concentration se répartit en fonction de la distance.

On dépose une espèce à une certaine concentration, puis on observe comment sa concentration se répartit en fonction de la distance. Moblté des espèces en soluton I_ Les dfférents modes de transport En soluton, les molécules peuvent se déplacer selon tros modes dfférents : onvecton, la matère est déplacée par contrante mécanque (agtaton)

Plus en détail

Terminale S Les ROC : complexe/géométrie à connaître.

Terminale S Les ROC : complexe/géométrie à connaître. Termnale S Les ROC : complexe/géométre à connaître Vous trouvere c les démonstratons que vous ave offcellement dues fare en cours (dans le programme) Il est mportant de précser que cela ne sgnfe en aucun

Plus en détail

Chapitre 5: La programmation dynamique

Chapitre 5: La programmation dynamique Chaptre 5: La programmaton dynamque. Introducton La programmaton dynamque est un paradgme de concepton qu l est possble de vor comme une améloraton ou une adaptaton de la méthode dvser et régner. Ce concept

Plus en détail

Proposition d'une solution au problème d initialisation cas du K-means

Proposition d'une solution au problème d initialisation cas du K-means Proposton d'une soluton au problème d ntalsaton cas du K-means Z.Guelll et L.Zaou, Unversté des scences et de la technologe d Oran MB, Unversté Mohamed Boudaf USTO -BP 505 El Mnaouer -ORAN - Algére g.zouaou@gmal.com,

Plus en détail

Texte Urnes et particules

Texte Urnes et particules Unverstés Rennes I Épreuve de modélsaton - Agrégaton Externe de Mathématques 2009. Page n 1. Texte Urnes et partcules À la fn du 19 ème sècle et au début du suvant, la tempête fat rage autour de la théore

Plus en détail

Chapitre 6. Economie ouverte :

Chapitre 6. Economie ouverte : 06/2/202 Chaptre 6. Econome ouverte : le modèle Mundell Flemng Elsabeth Cudevlle Le développement des échanges nternatonaux (bens et servces et flux fnancers) a rendu fortement nterdépendantes les conjonctures

Plus en détail

FORMATION TIC (Phymed) FORMATION DES IMAGES X et GAMMA

FORMATION TIC (Phymed) FORMATION DES IMAGES X et GAMMA FORMATON TC (Phymed) FORMATON DES MAGES X et GAMMA Fayçal Ben Bouallègue - faybenb@hotmal.com http://scnt.etud.unv-montp.fr dx -d 0 X E X r, Z E X hf E X - - - Z r E ' X E X MAGERE DE TRANSMSSON X Photo-électrque

Plus en détail

Définition des tâches

Définition des tâches Défnton des tâches Défnton des tâches Project 2010 Sasr les tâches d'un projet Les tâches représentent le traval à accomplr pour attendre l'objectf du projet. Elles représentent de ce fat, les éléments

Plus en détail

SUIVI CINETIQUE PAR ANALYSE CHIMIQUE (CORRECTION)

SUIVI CINETIQUE PAR ANALYSE CHIMIQUE (CORRECTION) Chme Termnale S Chaptre Travaux Pratques n a Correcton SUIVI CINETIQUE PAR ANALYSE CHIMIQUE (CORRECTION) 1 PRINCIPE On dose une espèce chmque (réact ou produt du système chmque) à ntervalle de temps réguler

Plus en détail

PHQ606 Physique Nucléaire 2

PHQ606 Physique Nucléaire 2 PHQ606 Physque Nucléare 3 décembre 008 Autwa TABLE DES MATIÈRES Table des matères 1 Proprétés générales des collsons 3 1.1 Los de conservaton....................................... 3 1.1.1 Conservaton

Plus en détail

Mesure de compatibilité et recherche de solutions régulières en contact pénalisé

Mesure de compatibilité et recherche de solutions régulières en contact pénalisé Mesure de compatblté et recherche de solutons régulères en contact pénalsé G. Vermot des Roches,3, E. Balmes,2, Hachm Ben Dha 3, Rém Lemare 4 SDTools 44, Rue Vergnaud, 7503, Pars - FRANCE {vermot,balmes}@sdtools.com

Plus en détail

II MOMENTS - TORSEURS

II MOMENTS - TORSEURS II OENTS - TORSEURS Le torseur est l'outl prvlégé de la mécanque. Il sert à représenter le mouvement d'un solde, à caractérser une acton mécanque et à formuler le PFD (prncpe fondamental de la dynamque),

Plus en détail

Fiche technique : diagonalisation, trigonalisation.

Fiche technique : diagonalisation, trigonalisation. Fche technque 4 : dagonalsaton trgonalsaton - - Fche technque : dagonalsaton trgonalsaton Dagonalsaton de matrces le prncpe pour dagonalser en pratque une matrce est smple : calculer les espaces propres

Plus en détail

Synthèse de cours PanaMaths (Terminale S) Les nombres complexes

Synthèse de cours PanaMaths (Terminale S) Les nombres complexes Snthèse de cours PanaMaths (Termnale S) L ensemble des nombres complees Défntons n pose tel que = 1 { } L ensemble des nombres complees, noté, est l ensemble : z /(, ) = + Le réel est appelé «parte réelle

Plus en détail

Modélisation et simulation du démarrage d un véhicule à boite de vitesses automatique avec les bond graphs

Modélisation et simulation du démarrage d un véhicule à boite de vitesses automatique avec les bond graphs Modélsaton et smulaton du démarrage d un véhcule à bote de vtesses automatque avec les bond graphs Dragos N. CRUCERU, Andre N. MACIAC, Valeran CROIORESCU, Génevève DAUPHIN ANGUY Laboratore d Automatque,

Plus en détail

Découvrir l interface Windows 8

Découvrir l interface Windows 8 Wndows 8.1 L envronnement Wndows 8 Interfaces Wndows 8 et Bureau L envronnement Wndows 8 Découvrr l nterface Wndows 8 Après s être dentfé va un compte Mcrosoft ou un compte local, l utlsateur vot apparaître

Plus en détail

Interfaces Windows 8 et Bureau

Interfaces Windows 8 et Bureau Interfaces Wndows 8 et Bureau Interfaces Wndows 8 et Bureau Découvrr l nterface Wndows 8 Après s être dentfé va un compte Mcrosoft ou un compte local, l utlsateur vot apparaître sur son écran la toute

Plus en détail

Théorie des Nombres - TD1 Rappels d arithmétique élémentaire

Théorie des Nombres - TD1 Rappels d arithmétique élémentaire Unversté Perre & Mare Cure Master de mathématques 1 Année 2012-2013 Module MM020 Théore des Nombres - TD1 Rappels d arthmétque élémentare Exercce 1 : Trouver tous les enters n N tels que ϕ(n) = 6. Même

Plus en détail

C Notice technique K-Réa v3 C. NOTICE TECHNIQUE

C Notice technique K-Réa v3 C. NOTICE TECHNIQUE C. NOTICE TECHNIQUE C.1. Introducton et grands prncpes... 5 C.1.1. Objet du calcul et champ d applcaton... 5 C.1.2. Introducton aux méthodes de calcul et vérfcatons proposées... 6 C.1.2.1. Présentaton

Plus en détail

Chapitre II : Introduction Thermodynamique des machines de compression (compresseurs) et de détente (turbines).

Chapitre II : Introduction Thermodynamique des machines de compression (compresseurs) et de détente (turbines). Chaptre II : Introducton hermodynamque des machnes de compresson (compresseurs) et de détente (turbnes). II. : Introducton. On s'ntéresse dans ce chaptre à l'ntroducton thermodynamque des compresseurs

Plus en détail

c) 2 à la force de Coulomb, où c est la

c) 2 à la force de Coulomb, où c est la haptre III- Actons et énerge magnétques III.- Force magnétque sur une partcule chargée e qu a été aux chaptres précédents concerne plus partculèrement les aspects macroscopques, l nfluence mesurable d

Plus en détail

Mécanique des Milieux Continus

Mécanique des Milieux Continus Mécanque des Mleux Contnus Golay Frédérc SEATECH MMC Golay MMC - - Ce cours de mécanque des mleux contnus est à la base de l ensegnement de mécanque à SEATECH. Les notons abordées c, transport de champs,

Plus en détail

Cours Corporate finance

Cours Corporate finance Cours Corporate fnance Eléments de théore du portefeulle Le edaf Franços Longn www.longn.fr lan Notons de rentablté Défnton odélsaton Eléments de théore du portefeulle ortefeulle Dversfcaton Le edaf Le

Plus en détail

Corrigé de l épreuve d Optique / BTSOL 2008

Corrigé de l épreuve d Optique / BTSOL 2008 Corrgé de l épreuve d Optque / BTSOL 2008 J.Hormère (4 ma 2008) Important Ce corrgé n a pas de valeur offcelle et n est donné qu à ttre nformatf par Acuté, sous la responsablté de son auteur. Optque géométrque

Plus en détail

Équations différentielles et systèmes dynamiques. Jean-Christophe yoccoz, membre de l institut (Académie des sciences), professeur

Équations différentielles et systèmes dynamiques. Jean-Christophe yoccoz, membre de l institut (Académie des sciences), professeur Équatons dfférentelles et systèmes dynamques Jean-Chrstophe yoccoz, membre de l nsttut (Académe des scences), professeur enseignement Cours : Quelques aspects de la théore des systèmes dynamques quaspérodques

Plus en détail

Méthode des résidus pondérés

Méthode des résidus pondérés Produt propre d un opérateur Méthode des résdus pondérés Ecrture d un opérateur u avec Ω les coordonnées spatales x, y, z p dans Ω Pour un opérateur lnéare u u u u avec α, β des nombres quelconques Pour

Plus en détail

Travaux pratiques : GBF et oscilloscope

Travaux pratiques : GBF et oscilloscope Travaux pratques : et osclloscope S. Benlhajlahsen ésumé L objectf de ce TP est d apprendre à utlser, c est-à-dre à régler, deux des apparels les plus couramment utlsés : le et l osclloscope. I. Premère

Plus en détail

MODELISATION DES PROCESSUS LINEAIRES

MODELISATION DES PROCESSUS LINEAIRES MDELISATIN DES PRCESSUS LINEAIRES Dans un premer temps, nous ne consdérons que des processus partculers, supposés notamment statonnare. Cec permet de présenter un certan nombre d'outls dans un cadre relatvement

Plus en détail

CHAPITRE V. Formes différentielles sur les variétés. I. Espace tangent

CHAPITRE V. Formes différentielles sur les variétés. I. Espace tangent CHAPITRE V Formes dfférentelles sur les varétés I. Espace tangent Sot M une varété dfférentable de dmenson n et U = (U, ϕ ) I un atlas de M. On note par ϕ j := ϕ ϕ 1 j le dfféomorphsme entre les ouverts

Plus en détail

Mesures Physiques Intégrales triples Calcul de volumes et d hyper-volumes

Mesures Physiques Intégrales triples Calcul de volumes et d hyper-volumes IUT ORSAY Mesures Physques Intégrales trples Calcul de volumes et d hyper-volumes Cours du ème semestre A. omane «cubable» On dt qu un domane est cubable quand son volume peut être approché par une subdvson

Plus en détail

Calcul de structure en fatigue vibratoire. Fascicule u2.05 : Mécanique de la rupture et de l'endommagement

Calcul de structure en fatigue vibratoire. Fascicule u2.05 : Mécanique de la rupture et de l'endommagement Ttre : Calcul de structure en fatgue vbratore Date : 14/11/2012 Page : 1/9 Calcul de structure en fatgue vbratore 1 But Ce document a pour but de décrre la mse en œuvre d'un calcul de structure en fatgue

Plus en détail

MASTER ECONOMETRIE ET STATISTIQUE APPLIQUEE (ESA)

MASTER ECONOMETRIE ET STATISTIQUE APPLIQUEE (ESA) MASTER ECONOMETRIE ET STATISTIQUE APPLIQUEE (ESA) Unversté d Orléans Econométre des Varables Qualtatves Chaptre 3 Modèles à Varable Dépendante Lmtée Modèles Tobt Smples et Tobt Généralsés Chrstophe Hurln

Plus en détail

Thermodynamique Classique

Thermodynamique Classique hermodynamque Classque Quelques défntons utles hermodynamque Classque http://hebergement.u-psud.fr/rmn/thermo/thermo.html Julen obroff, Magstère de Physque d Orsay, 009 el : 0 69 5 53 36 emal : bobroff@lps.u-psud.fr

Plus en détail

) = n. ) = 2n. D - Inférence Statistique - Estimation et Tests d hypothèses 5. Tests du Khi-deux (non paramétrique) Loi du Chi-deux (χ 2 n

) = n. ) = 2n. D - Inférence Statistique - Estimation et Tests d hypothèses 5. Tests du Khi-deux (non paramétrique) Loi du Chi-deux (χ 2 n 5. Tests du Kh-deux (non paramétrque) Lo du Ch-deux (χ n ) à n degrés de lberté (ddl) S X 1, X,..., X n, sont n varables ndépendantes, suvant toutes une lo normale N (0,1), la varable χ n = X 1 + X + +

Plus en détail

EC 2 Étude des circuits linéaires en régime continu

EC 2 Étude des circuits linéaires en régime continu Étude des crcuts lnéares en régme contnu PS 2016 2017 Objet du chaptre : donner des outls pour détermner l état électrque d un crcut : potentels des dfférents nœuds par rapport à un nœud chos comme référence

Plus en détail

ELECTROSTATIQUE CHARGES, POTENTIEL, CHAMP

ELECTROSTATIQUE CHARGES, POTENTIEL, CHAMP ELECTROSTATIQUE CHARGES, POTENTIEL, CHAMP On appelle électromagnétsme, l'étude de l'ensemble des phénomènes lés aux nteractons entre partcules chargées. Sot un ensemble D de partcules chargées, mobles

Plus en détail

THERMODYNAMIQUE. Résumé de cours. Jacques Delaire ENS de Cachan

THERMODYNAMIQUE. Résumé de cours. Jacques Delaire ENS de Cachan Lcence ϕτεμ 26 27 THERMODYNAMIQUE Résumé de cours Jacques Delare ENS de Cachan 1 I INTRODUCTION I.1. Défntons Généraltés Système : ensemble de corps ou de substances qu appartennent à un domane de l espace.

Plus en détail

A =

A = Exercces avec corrgé succnct du chaptre 2 (Remarque : les références ne sont pas gérées dans ce document, par contre les quelques?? qu apparassent dans ce texte sont ben défns dans la verson écran complète

Plus en détail

Combinaison de dires d'experts en élicitation de lois a priori. pour Listeria chez la souris. Exposé AppliBugs

Combinaison de dires d'experts en élicitation de lois a priori. pour Listeria chez la souris. Exposé AppliBugs Combnason de dres d'experts en élctaton de los a pror. Applcaton à un modèle doseréponse pour Lstera chez la sours. Exposé ApplBugs ISABELLE ALBERT 8 / / 03 INTRODUCTION Cet exposé présente une parte du

Plus en détail