Les méthodes numériques de la dynamique moléculaire

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les méthodes numériques de la dynamique moléculaire"

Transcription

1 Les méthodes numérques de la dynamque moléculare Chrstophe Chpot Equpe de chme et & bochme théorques, Unté Mxte de Recherche CNRS/UHP 7565, Insttut Nancéen de Chme Moléculare, Unversté Henr Poncaré, B.P. 239, Vandœuvre lès Nancy, France nancy.fr (Verson: June 27, 2002) Table des matères 1. Introducton Reler le mcroscopque au méso et macroscopque De la légtmté des smulatons de dynamque moléculare Les équatons de la dynamque moléculare La foncton énerge potentelle Les ntégrateurs de la dynamque moléculare Dynamque moléculare à température constante Dynamque moléculare à presson constante Interactons électrostatques: Au delà des approxmatons usuelles Quelques proprétés accessbles à partr des smulatons Concluson 25

2 Les méthodes numérques de la mécanque moléculare 2 1. Introducton La connassance à un nveau atomque des aspects structuraux et dynamques des systèmes organsés est partculèrement mportante pour meux comprendre les fonctons de ces édfces moléculares complexes. Dans de nombreux cas, l obtenton du détal mcroscopque par les technques expérmentales conventonnelles s avère mpossble. Cependant, la vértable exploson des moyens nformatques amorcée depus une dzane d années, et le développement d algorthmes performants, rendent possble l étude d assemblages supramoléculares de complexté crossante par les méthodes de la chme théorque. Ce cours a pour vocaton d examner une facette de la chme théorque, que consttuent les smulatons statstques de la mécanque moléculare. L objectf de celles c est d accéder au détal atomque de phases condensées au travers d expérences nformatques. Pour ce fare, de nombreuses technques sont actuellement dsponbles, parm lesquelles la dynamque moléculare, la dynamque stochastque et ses cas partculers par exemple, la dynamque brownenne ou la dynamque de Langevn ou encore les smulatons de Monte Carlo. Ces dfférentes approches théorques peuvent être vues à ben des égards comme le pont relant l observaton expérmentale macroscopque à son pendant mcroscopque. Dans ce qu sut, nous ne dscuterons que de la dynamque moléculare Reler le mcroscopque au méso et macroscopque Est l légtme de recourr aux smulatons moléculares pour modélser des phases condensées? En toute rgueur, l étude complète d un système auss complexe qu un lqude moléculare nécesste la résoluton de l équaton de Schrödnger dépendant du temps, pour un ensemble mportant {électrons + noyaux}. Une telle approche reste totalement llusore, en dépt des progrès récents réalsés dans le domane des calculs à crossance lnéare, nous contragnant, de fat, à nous lmter à une descrpton classque de la dynamque du système. Même dans ce cadre, ne serat-ce que pour des rasons de temps de calcul, les smulatons moléculares sont généralement restrentes à un nombre de partcules comprs entre la centane et quelques mllers. Pour pouvor corréler les proprétés du système mcroscopque avec celles de la phase macroscopque, l est mpératf de s affranchr des effets de bord. Dans la pratque, on a recours aux condtons de lmtes pérodques, qu consstent à réplquer l ensemble fn de partcules répartes dans une boîte

3 Les méthodes numérques de la mécanque moléculare 3 e d c f a b g h Fgure 1: Vue bdmensonnelle d une cellule de smulaton réplquée dans les tros dmensons de l espace. En utlsant les condtons de lmtes pérodques lmtes, lorsque la molécule qutte la boîte centrale a, ses mages dans les cellules fantômes vosnes se déplacent de manère smlare. La boîte en pontllés, à cheval sur les cellules a, d, e et f, symbolse la conventon de l mage mnmale. généralement paralléléppèdque, selon les tros drectons de l espace (vor Fgure 1). Il est apparu que la reproducton fable de grandeurs thermodynamques, à partr d échantllons de talles rédutes, justfat a posteror de cette approche. Le caractère pseudo nfn du système ans généré nous contrant à effectuer certanes approxmatons quant au tratement des nteractons entre molécules. 2 En partculer, l approxmaton dte de l mage mnmale suppose que chaque partcule de la cellule centrale nteragt avec l mage la plus proche de toutes les autres partcules j. Par alleurs, l ntroducton d une sphère de troncature, ou cut off, permet de supprmer les nteractons au-delà d une dstance arbtrare, défne comme étant nféreure ou égale à la moté du plus pett côté de la cellule de smulaton (vor Fgure 2). Il paraît absolument évdent que ces approxmatons seront d autant plus valables que la portée des nteractons sera rédute. S, le cas des nteractons de dsperson ou de répulson, de portée lmtée, ne soulèvent généralement aucune dffculté, l n en va pas de même pour certanes nteractons électrostatques. La talle du système évoluant globalement en r 3, on admet que le tratement des nteractons en 1/r n où n < 3 dans le contexte d un modèle à dstance de troncature, sera vrasemblablement erroné. Pour fare face à cette stuaton, l est recommandé d employer une méthode de type somme de réseau, comme Ewald Kornfeld ou Ladd, 1,2 qu consste à évaluer les nteractons d une molécule avec toutes les autres stuées dans la cellule cen-

4 Les méthodes numérques de la mécanque moléculare 4 trale, ans que dans toutes les cellules mages. Adopter une telle approche accroît, en revanche, de façon consdérable le coût global du calcul, mas s avère rgoureusement ndspensable pour décrre correctement les nteractons à très longue portée. skn skn j R cut R par Fgure 2: Utlsaton d une sphère de troncature de rayon R cut pour lmter le calcul des nteractons de la partcule avec ses vosns dans la conventon de l mage mnmale. Une sphère de rayon R par, supéreur à R cut, est employée pour établr la lste de tous les vosns de. La lste des pares de partcules {, j} est mse à jour pérodquement De la légtmté des smulatons de dynamque moléculare Le prncpe de la dynamque moléculare, partculèrement smple, consste à générer les trajectores d un ensemble fn de partcules en ntégrant de façon numérque les équatons classques du mouvement. Cette approche, a pror dscutable, se trouve justfée par deux fats remarquables: () compte tenu de l approxmaton de Born Oppenhemer, l est possble de dssocer le mouvement des électrons de celu des noyaux, et, () du fat que, dans la majorté des cas, la longueur d onde de de Brogle assocée à une partcule sot nettement nféreure à la dstance ntermoléculare, les effets quantques sont globalement néglgeables. Les trajectores ans détermnées sont utlsées pour évaluer les proprétés statques et dynamques par des moyennes temporelles, qu coïncdent avec les moyennes statstques pour des systèmes ergodques:

5 Les méthodes numérques de la mécanque moléculare 5 lm A t = A (1) t Ic, A désgne une proprété quelconque, observable, A t, sa moyenne temporelle, et A, sa moyenne d ensemble statstque. Dans la pratque, on constate que le postulat d ergodcté est vérfé, tout au mons pour des lqudes smples. 2. Les équatons de la dynamque moléculare En dynamque moléculare classque, 1 3 la trajectore des dfférentes composantes du système moléculare est générée par ntégraton des équatons de Newton du mouvement, qu pour chaque partcule, s écrvent: m d 2 r (t) dt 2 = f (t) f (t) = V (rn ) r (t) (2) V (r N ) est la foncton énerge potentelle du système à N partcules, qu ne dépend que des coordonnées cartésennes {r }. Les équatons (2) sont ntégrées numérquement en utlsant un pas, δt, nfntésmal, garantssant la conservaton de l énerge du système typquement 1 2 fs. Il est, cependant, parfatement llusore d espérer générer une trajectore exacte aux temps longs, dès lors que les équatons newtonnennes du mouvement sont résolues numérquement, avec un pas d ntégraton fn. L exacttude de la soluton des équatons (2) n est, cependant, pas auss crucal qu l n y paraît au premer abord. Ce qu mporte, en revanche, est que le comportement statstque de la trajectore sot, quant à lu, correct, pour garantr la reproducton des proprétés dynamques et thermodynamques du système avec suffsamment de précson. Cette condton n est remple que s l ntégrateur utlsé pour propager le mouvement possède la proprété de symplectcté. 4 Un propagateur dt symplectque conserve la métrque nvarante de l espace phase. Il en résulte que l erreur assocée à ce propagateur est nécessarement bornée: lm n pas ( 1 n pas ) npas k=1 E (kδt) E (0) E (0) ε MD (3)

6 Les méthodes numérques de la mécanque moléculare 6 Ic, n pas désgne le nombre de pas de la smulaton, E (0) H (r N, p N ; 0), l énerge totale ntale du système équlbré, et ε MD, la borne supéreure de conservaton de l énerge vz consttue une valeur acceptable. En supposant que le pas d ntégraton est lmté, l ntégraton des équatons du mouvement ne donne pas leu à une crossance erratque de l erreur de conservaton de l énerge, qu pourrat affecter sgnfcatvement le comportement statstque de la dynamque moléculare aux temps longs. Il est ntéressant de noter que pour un système hamltonen, la proprété de symplectcté entraîne que le jacoben: J(Γ δt, Γ 0 ) = (Γ1 δt,..., Γ N δt) (Γ 1 0,..., Γ N 0 ) (4) sot untare. Γ 0 représente le vecteur ntal de l espace des phases à N dmensons, contenant toutes les varables de poston, r, et d mpulson, p, décrvant le système. Comme nous l avons soulgné précédemment, la nature à longue portée des nteractons charge dpôle,.e. 1/r 2, et, a fortor, des nteractons charge charge,.e. 1/r, mpose l utlsaton d algorthmes adaptés pour la prse en compte de telles contrbutons, pouvant augmenter le coût de la smulaton de façon sgnfcatve. En écrvant les équatons (2) plus formellement: Γ t = e L t Γ 0 (5) où L désgne l opérateur de Louvlle permettant de générer une dstrbuton ϱ(γ, t) pour un ensemble thermodynamque donné, selon: ϱ(γ, t) t = L ϱ(γ, t) (6) et en applquant la formule de Trotter: e L t = e L 1 t 2 e L 2 t e L 1 t 2 + O( t 3 ) (7) dans laquelle L = L 1 + L 2, la déconvoluton des contrbutons à courte et à longue portées devent évdente. Ans, des pas d ntégraton de longueurs dfférentes peuvent être utlsés en foncton de la nature de l nteracton consdérée. En découpant, par exemple, l hamltonen total,

7 Les méthodes numérques de la mécanque moléculare 7 H (r N, p N ), régssant le comportement du système en une contrbuton cnétque, T (p N ), de valence, V valence (r N ), et électrostatque à courte, V short (r N ), et à longue, V long (r N ), portées, l s ensut que: e H (rn,p N ) t = e V long(r N ) t 2 { e V short (r N ) t 2n [ e V valence (r N ) t 2pn e T (p N ) t pn (8) e V valence(r N ) t 2pn ] p e V short (r N ) t 2n } n e V long (r N ) t 2 Ce parttonnement des dverses contrbutons de H (r N, p N ) consttue l dée centrale des approches dtes à pas d ntégraton multples, comme RESPA. 5 Il met clarement en évdence l utlsaton de pas dstncts pour la mse à jour de ces contrbutons, rédusant de fat l nvestssement nformatque de la smulaton de manère apprécable La foncton énerge potentelle Cette foncton consttue la clé de voûte des calculs moléculares, car son rôle est de reprodure les nteractons ntra et ntermoléculares du système auss fdèlement que possble. En prncpe, cette fonctonnelle s écrt comme une somme de N termes: V (r N ) = v 1 (r ) + j> v 2 (r, r j ) + j> k>j> v 3 (r, r j, r k ) +... (9) dans laquelle v 1 (r ), v 2 (r, r j ),... représentent le potentel ntramoléculare, le potentel d nteracton de pares,... V (r N ) caractérse donc un problème à N corps, même s l on peut arguer du fat que v 2 (r, r j ) consttue sans doute le terme le plus sgnfcatf de la contrbuton ntermoléculare. 2 Ce pont de vue est d alleurs à l orgne de l approxmaton de pares, dans laquelle les effets d ordre supéreur sont partellement nclus dans un potentel effectf: V (r N ) v 1 (r ) + j> v effectf 2 (r j ) (10) Cette approxmaton est utlsée dans la plupart des champs de force commercaux, en partculer ceux destnés à l étude de systèmes macromoléculares, pour lesquels le temps de calcul est ntmement relé à la complexté de V (r N ). Parm ces fonctons énerge potentelle, nous avons souvent eu

8 Les méthodes numérques de la mécanque moléculare 8 recours à celle de la sute de programmes AMBER: 6,7 V (r) = lasons k r (r r 0 ) 2 + angles k θ (θ θ 0 ) dèdres 1 k 1-4 vdw n <j {,j}>1-4 V n 2 <j {,j} 1-4 ε j [1 + cos(nφ γ)] ε j ( R j r j ( R j r j ) 12 ( ) R 6 2 j + r j ) 12 ( ) R 6 2 j + r j <j {,j}>1-4 1 k 1-4 Coulomb q q j 4πɛ 0 ɛ 1 r j <j {,j} 1-4 q q j 4πɛ 0 ɛ 1 r j (11) dans laquelle k r et r 0 représentent, respectvement, la constante de force de lason et la longueur de lason à l équlbre, k θ et θ 0, la constante de force angulare et l angle de valence à l équlbre, V n /2, n et γ, la barrère de torson, sa pérodcté et sa phase. ɛ 0 et ɛ 1 sont respectvement la permttvté du vde et la permttvté relatve. q est la charge partelle portée par l atome. Rj et ε j correspondent aux paramètres de van der Waals pour la pare atomque {j}, obtenus à partr des règles de combnason de Lorentz Berthelot: ε j = ε ε j R j = R + R j (12) Compte tenu du fat que, lors de leur paramétrsaton, généralement à partr de calculs quanto chmques sophstqués, les dèdres contennent d emblée une composante électrostatque et de van der Waals, la plupart des champs de force commercaux font une dstncton entre les nteractons d atomes séparés par exactement tros lasons chmques (termes dts 1 4 ), et toutes les autres, dès lors que {, j} ne sont pas séparés par une ou deux lasons (vor Fgure 3). Les contrbutons 1 4 sont pondérées par les facteurs 1/k 1-4 vdw et 1/k 1-4 Coulomb apparassant dans l expresson (11). La descrpton des angles dèdres consttue un aspect partculèrement crucal de la mse au pont de fonctons énerge potentelle. Le comportement du potentel de torson, V (φ), est souvent trop complexe pour qu un seul terme de la sére de Fourer dans l équaton (11) sot suffsant pour en garantr une resttuton fdèle. Le cas des phospholpdes est une bonne llustraton de cette dffculté. En effet, la clé d une reproducton précse lors d une smulaton statstque des paramètres d ordre,

9 Les méthodes numérques de la mécanque moléculare 9 a b c d e f g h k j Fgure 3: Illustraton des dfférents termes d une foncton énerge potentelle emprque. Les termes a-j représentent le champ de force de valence, parm lesquels d-j sont des termes dts crosés. j est un terme dt de out of plane, garantssant que l atome central reste dans le plan des tros vosns auxquels l est lé chmquement. k caractérse les nteractons coulombennes et de van der Waals d atomes non lés chmquement: Interactons ntermoléculares (trat plen), nteractons ntramoléculares dtes 1 4 (pontllés), et nteractons ntramoléculares > 1 4 (trets). S CD, des chaînes alphatques résde dans la descrpton des dèdres de celles c par un potentel appropré. Seul un potentel à pluseurs termes sera capable de rendre compte du subtl équlbre trans gauche le long des caténares. Le potentel de Ryckaert et Bellemans, 8 V (φ) = 6 =1 a cos φ (13) dans lequel les coeffcents a ont été optmsés sur la base de la rotaton nterne du n butane, est employé le plus souvent pour la smulaton de bcouches phospholpdques. Tout auss subtl est l équlbre entre les dfférents termes du champ de force. La composante torsonnelle ne représente qu une facette de cet équlbre. Le chox des paramètres de Lennard Jones,

10 Les méthodes numérques de la mécanque moléculare 10 Rj et ε j, et des charges partelles, q, n est pas mons crtque, dans la mesure où la justesse de celu c condtonne la précson des quanttés thermodynamques calculées. Une foncton énerge potentelle est un édfce dont les éléments consttutfs ont été calbrés pour la reproducton globale de proprétés physco chmques clé, sans qu à ces éléments ne sot nécessarement attachée une sgnfcaton physque ou chmque. Une des approches en vogue pour la mse au pont de modèles de charges ponctuelles consste en un ajustement sur le potentel électrostatque, vértable emprente dgtale de la molécule. En se lmtant à un développement monopolare, le jeu optmal de N atomes charges nettes atomques, {q k }, est obtenu en mnmsant la fonctonnelle: f({q k }) = N ponts =1 V référence (r ) N atomes j=1 2 q j r j (14) où V référence (r ) est le potentel électrostatque évalué au pont r d une grlle de N ponts entourant la molécule. V référence (r ) est obtenu par les calculs de la chme quantque,.e. Ψ 1/r Ψ, généralement à un nveau de sophstcaton avancé. La détermnaton des paramètres de Lennard Jones se révèle souvent plus délcate. Une voe possble consste en un ajustement des contrbutons de répulson et de dsperson à partr d un nombre élevé de calculs quanto chmques très fns, réalsés sur dfférentes confguratons. Cette approche est généralement applcable à des systèmes de talle rédute, comme par exemple l hétéro dmère formamde eau, pour lequel on souhate défnr le potentel d nteracton de van der Waals atome atome. Une approche plus heurstque, alternatve aux calculs de la chme quantque, repose sur les smulatons statstques. Partant d un jeu de paramètres de Lennard Jones, {Rj, ε j }, donné, peut on reprodure quanttatvement les grandeurs thermodynamques fondamentales d un lqude moléculare, comme sa densté, ρ, son enthalpe de vaporsaton, H vap, vore son coeffcent de dffuson, D? Dans de nombreux cas, la descrpton mnmalste mposée par la fonctonnelle (11) peut s avérer nsuffsante. Comme c est le cas de la plupart des champs de force commercaux, cette fonctonnelle a un but polyvalent, même s elle a été, au départ, conçue pour l étude de bopolymères et, plus partculèrement, de proténes et d acdes nucléques. L nvestgaton plus fne de pettes molécules

11 Les méthodes numérques de la mécanque moléculare 11 organques, souvent nécessare dans le domane émergent du drug desgn de novo, requert un nveau de calcul dépassant les hypothèses smplstes de l expresson (11). Parm celles c, on peut cter le remplacement du terme harmonque d élongaton de lason (vor Fgure 3 a) par un potentel dssocatf de Morse: V (r) = D 0 [ e α(r r 0 ) 1 ] 2 (15) dans lequel D 0 représente précsément l énerge de dssocaton et r 0, la longueur de lason d équlbre. La descrpton harmonque, elle même, peut apparaître nadaptée, dès lors que les effets d anharmoncté ne sont plus néglgeables. Auss ben pour l élongaton de lasons que pour la déformaton d angles de valence, des correctons cubques et quartques peuvent être nécessares: V (r) = k r (r r 0 ) 2 [ 1 k r (r r 0 ) + k r (r r 0 ) 2] (16) L ouverture d un angle de valence a pour résultat de rédure les longueurs de lason effet clarement absent dans l équaton (11). Pour corrger ce défaut, on peut enrchr la foncton énerge potentelle de termes dts de couplage, comme par exemple: V (r-θ) = k rθ (r r 0 ) (θ θ 0 ) (17) Outre le stretch bend caractérsé par l expresson c dessus, l est possble d ntrodure d autres termes de couplage dans V (r N ), comme le montre la Fgure 3, e-. Horms l alourdssement du calcul de la foncton énerge potentelle à chaque pas, δt, d ntégraton des équatons (2), l ntroducton de termes de couplage mplque également un effort supplémentare de paramétrsaton. Le tratement de l électrostatque est sans doute le plus problématque, ce, à ben des égards. Tout d abord, dans la mesure où l approxmaton monopolare de la relaton (14) n est pas nécessarement suffsante pour n mporte quelle molécule. Il peut alors être désrable d nclure des dpôles permanents au smple modèle de charges centrées sur les atomes. Plus crucaux sont les effets d nducton, évdemment absents dans l approxmaton addtve de pares (10). Pour paller cette dffculté, le nombre de solutons dsponbles reste lmté. L approche la mons onéreuse, encore très largement utlsée dans les smulatons de systèmes macromoléculares, consste à accroître artfcellement les

12 Les méthodes numérques de la mécanque moléculare 12 charges nettes atomques, de façon à ce que ces dernères reprodusent un moment dpolare permanent caractérstque, non pas de la phase gazeuse, mas d un envronnement polare. Il s agt là d une représentaton des effets de polarsaton au sens moyen du terme. Plus rgoureuse, mas également ben plus coûteuse, la soluton de chox consste à ntrodure explctement des contrbutons de polarsablté dans le champ de force. Dans ce cas, la contrbuton électrostatque totale s écrt comme: Vélec (r N ) = 1 2 q V (18) Ic, le potentel électrostatque, V, naît de deux sources d une part, des charges ponctuelles du système; d autre part, des moments multpolare ndut au ste. En nous lmtant c au moment dpolare ndut, µ, lé lnéarement au champ électrque, E, créé en ce pont par tous les autres stes polarsables j, à savor, µ = α E, le potentel s exprme sous la forme: V = [ q j + r ] j µ j j 4πɛ 0 r j 4πɛ 0 rj 3 (19) Même en utlsant comme pont de départ au temps t + δt, les moments nduts, µ, obtenus au temps t, la convergence de ces derners au cours d une smulaton de dynamque moléculare d un lqude polarsable accroît le temps de calcul d un facteur 3 4 par rapport à une smulaton dans l approxmaton addtve de pares Les ntégrateurs de la dynamque moléculare Il exste pluseurs approches pour ntégrer numérquement les équatons de Newton du mouvement (2). Parm celles c, nous en dstnguerons c tros. Sans doute la plus smple, l algorthme de Verlet est basé sur l utlsaton du trplet {r (t), r (t δt), a (t)}, où a (t) = r (t) = d 2 r (t)/dt 2 = f (t)/m désgne l accélératon de la partcule. 9 La modfcaton des postons des partcules est obtenue à partr d un développement de sére de Taylor de la poston en t δt et en t+δt, condusant à: r (t + δt) = 2r (t) r (t δt) + a (t) δt 2 (20) qu mplque des possbltés d erreurs en O(δt 4 ). Il est à noter que les vtesses, v (t) = ṙ (t) =

13 Les méthodes numérques de la mécanque moléculare 13 dr (t)/dt, n ntervennent pas drectement dans cette formule. Elles ont été élmnées lors du développement en sére de Taylor de r (t + δt) et de r (t δt). Ben que non nécessares à la descrpton des trajectores, leur calcul est oblgatore pour évaluer l énerge cnétque, T (p), qu ne dépend que des varables d mpulson p, et, par conséquent, l énerge totale, E H (r N, p N ), du système, selon: v (t) = r (t + δt) r (t δt) 2 δt (21) condusant, à chaque pas d ntégraton, à des erreurs en O(δt 2 ). L algorthme leap-frog, dérvé du précédent, utlse le trplet {r (t), v (t δt/2), a (t)}. L orgne de son nom apparaît clarement dans l écrture de l algorthme: r (t + δt) = r (t) + v (t + δt 2 ) δt v (t + δt 2 ) = v (t δt 2 ) + a (t) δt (22) Dans la pratque, la premère étape est le calcul de v (t + δt/2), à partr duquel on dédut v (t), nécessare à l évaluaton du terme cnétque T (p), selon: v (t) = v (t + δt 2 ) + v (t δt 2 ) 2 (23) Enfn, l algorthme Verlet vtesses corrge le défaut prncpal de Verlet classque et leap-frog, à savor la défnton des vtesses dont l erreur assocée est en O(δt 2 ). L ncorporaton explcte des vtesses dans l algorthme de Verlet peut s écrre: r (t + δt) = r (t) + v (t) δt a (t) δt 2 v (t + δt) = v (t) + a (t) + a (t + δt) 2 δt (24) Ce schéma mplque les deux étapes suvantes: v (t + δt 2 ) = v (t) a (t) δt (25)

14 Les méthodes numérques de la mécanque moléculare 14 qu permet, alors, d évaluer les forces thermodynamques f, ans que les accélératons a, au temps t + δt. A la sute de quo: v (t + δt) = v (t + δt 2 ) a (t + δt) δt (26) dont on peut dédure l énerge cnétque à l nstant t + δt, alors que le l énerge potentelle, V (r N ), au même moment, est calculée dans la boucle des forces. Lors de l ntégraton smultanée des équatons de Newton du mouvement, l énerge totale du système est conservée, et, pour peu que le volume sot mantenu constant, la smulaton générera un ensemble statstque mcro canonque, c est à dre, (N, V, E ). Une telle stuaton n est, cependant, pas toujours satsfasante et l peut être désrable de réalser des smulatons dans lesquelles la température, ou la presson, sont des grandeurs ndépendantes, et non des proprétés dérvées Dynamque moléculare à température constante Pluseurs méthodes, plus ou mons sophstquées, permettant la réalsaton de smulatons de dynamque moléculare sothermes ont été proposées. Sans doute la plus smple, consste à recalbrer pérodquement les vtesses d un facteur T/T T, où T T désgne la température cnétque nstantanée sot 2T (p)/3nk B et T, la température désrée. Cependant, l applcaton de ce facteur à chaque pas d ntégraton ne condut pas à une dynamque moléculare newtonenne, à proprement parler. La mécanque newtonenne mplque que soent conservées l énerge et la quantté de mouvement. Une dynamque moléculare à température cnétque constante nécesste que soent résolues les équatons du mouvement contrantes: 2 ṙ = p m ṗ = f ξ(r; p) p (27) dans lesquelles ξ(r; p) peut être assmlé à un coeffcent de frcton garantssant que T T contrante est chose de manère à perturber le mons possble la trajectore newtonenne: = 0. Cette

15 Les méthodes numérques de la mécanque moléculare 15 ξ(r; p) = p f p 2 (28) Une seconde approche, plus rgoureuse, consste à ntrodure dans les équatons du mouvement un degré de lberté, s, supplémentare. La vtesse de la partcule s écrt alors v = s ṙ = p /m s. Au degré de lberté s, assmlable au thermostat du système, sont assocés les termes potentel et cnétque: V s = (f + 1) k B T ln s T s = 1 2 Q ṡ2 (29) où Q désgne le paramètre d nerte thermque, qu régule les fluctuatons de la température, et f, le nombre de degrés de lberté du système 3N 3 s l mpulson totale p est constante. Une telle approche est connue sous le vocable de lagrangen étendu, dans la mesure où celu c prend, à présent, la forme L s (r; p) = T (p) + T s (p) V (r) V s (r). Les équatons du mouvement peuvent alors être réétables comme: r = Q s = f m s 2 ṡṙ 2 s m ṙ 2 s (f + 1) k BT s (30) Ce formalsme, proposé par Nosé, 10 a été revsté par Hoover, 11,12 qu y a supprmé le paramètre s dépendant du temps. Dans les équatons du mouvement contrantes (27), le terme de frcton est mantenant donné par une équaton dfférentelle du premer ordre: ξ = f Q k B (T T T ) (31) La quantté conservée c est l hamltonen H s (r; p) = T (p) + T s (p) + V (r) + V s (r). La dernère approche, dte weak couplng, 13 consste à relaxer la température cnétque nstantanée T T (t) vers une valeur de référence T, selon:

16 Les méthodes numérques de la mécanque moléculare 16 dt T (t) dt = T T T (t) τ T (32) où τ T représente précsément le temps de relaxaton assocé aux fluctuatons de température. L énerge cnétque est modfée d une quantté T donnée par: T = 1 2 (χ2 1) N k B T T (t) (33) durant un pas d ntégraton δt, en procédant au réajustement des vtesses d un facteur χ, tel que: χ = [ 1 + δt τ T ( T T T (t) 1 )]1/2 (34) Ce couplage apérodque à un réservor de chaleur, grâce à un processus du premer ordre, ne condut pas à des réponses oscllantes aux changements de température. En revanche, l a été prouvé que cet algorthme ne condusat pas rgoureusement à une dstrbuton canonque, à la dfférence de l approche de Nosé et Hoover Dynamque moléculare à presson constante Là encore, pluseurs méthodes, plus ou mons sophstquées, permettent de mantenr la cellule de smulaton à une presson constante au cours du temps. Il peut, en effet, être désrable, dans certanes stuatons, de générer des trajectores dans l ensemble sobare sotherme, (N, P, T ). Tout comme pour le manten de la température à une valeur constante, le formalsme du lagrangen étendu est applcable à la presson. Intalement proposée par Andersen, 14 cette méthode mplque le couplage du système à une varable externe, V, caractérsant le volume de la boîte de smulaton. Ce couplage symbolse l acton qu exercerat un pston sur le système, à laquelle on assoce les termes cnétque et potentel: V V = 1 2 m P V 2 T V = P V (35) où m P est assmlable à la masse du pston, et P représente la presson désrée. La mse à l échelle des

17 Les méthodes numérques de la mécanque moléculare 17 varables de poston, r, et de vtesse, v, sous la forme s = r/v 1/3 et ṡ = v/v 1/3, permet d écrre les énerges cnétque et potentelle comme: V (r) V (V 1/3 s) et T (p) = 1 2 m V 2/3 ṡ 2. Il s ensut qu à partr du lagrangen, L V (r; p) = T (p) + T V (p) V (r) V V (r), l est possble d établr les nouvelles équatons du mouvement: s = f m V 1/3 2 3 V = P P P m P ṡ V V (36) dans lesquelles la force, f et la presson nstantanée, P P dérvée du vrel, P P = 1 V (Nk BT 1 r f ) sont évaluées à partr des coordonnées et des mpulsons non remses à l échelle. Ic, 2 la quantté conservée au cours de la dynamque moléculare est l hamltonen du système étendu, H V (r; p) = T (p) + T V (p) + V (r) + V V (r), c est à dre son enthalpe, à laquelle s ajoute une contrbuton cnétque de 1k 2 BT due à la fluctuaton du volume de la boîte. Il convent de soulgner que, formellement, cet algorthme génère une dstrbuton sobare enthalpque, (N, P, H). Son couplage à un thermostat, tel que celu rég par l équaton (30), permet d accéder à l ensemble sobare sotherme. Il a été observé que cette approche condusat à des oscllatons de P P, dépendant de la masse du pston, m P. Feller et al. ont proposé un schéma supprmant cet effet ndésrable en amortssant le degré de lberté du pston au travers de l équaton de Langevn. En reprenant l équaton (36), l vent: s = f m V 1/3 2 3 V = P P P m P ṡ V V γ V + R(t) (37) où γ désgne la fréquence de collson, et R(t) est une force aléatore, trée d une dstrbuton gaussenne de moyenne et de varance nulles. Il est ntéressant de noter que R(t) satsfat à la relaton de fluctuaton dsspaton,.e. R(t 1 )R(t 2 ) = 1 2k B T κ(t 1 t 2 ), dans laquelle κ(t) représente un facteur d amortssement. m P Une seconde approche, proposée par Berendsen et al., 13 est une extenson à la presson de la méthode weak couplng, décrte précédemment. Tout comme pour l algorthme à température constante, les

18 Les méthodes numérques de la mécanque moléculare 18 équatons du mouvement sont modfées sute à la relaxaton de la presson nstantanée P P (t) vers une valeur de référence P, selon: dp P (t) dt = P P P(t) τ P (38) où τ P est le temps de relaxaton assocé aux fluctuatons de presson. En réajustant les coordonnées atomques et la talle de la cellule pérodque par un facteur ς, le volume total se vot modfé de V = (ς 3 1) V, ce qu, naturellement, entraîne une varaton de presson, s exprmant alors sous la forme: P = V β T V (39) dans laquelle β T une valeur de ς donnée, l vent: désgne la compressblté sotherme. En résolvant les équatons (38) et (39), pour ς = [ 1 β T δt P P P(t) τ P ] 1/3 (40) Tout comme pour la température, cet algorthme ne condut pas à un ensemble thermodynamque clarement défn Interactons électrostatques: Au delà des approxmatons usuelles Un aspect partculèrement crtque des smulatons de la dynamque moléculare concerne le tratement appropré des nteractons électrostatques. Pour d évdentes rasons de coût, la troncature sphérque, dont nous avons parlé précédemment, reste encore très largement utlsée, surtout lorsque les échelles de temps explorées dépassent le domane de la ns, ce qu est le cas, par exemple, de la smulaton de bcouches phospholpdques. S la nature à longue portée des nteractons dpôle dpôle en 1/r 3 est suffsamment lmtée pour garantr une reproducton satsfasante des proprétés structurales et des moyennes d ensemble statstque du système, l n en reste pas mons que l nfluence de ces nteractons sur des processus complexes comme le replement de proténes mérterat un examen plus détallé. La présence d espèces onques est nettement plus problématque dans la mesure où l utlsaton d un cut off sphérque ndut de nombreux artéfacts faussant clarement les smu-

19 Les méthodes numérques de la mécanque moléculare 19 latons réalsées. Il est d alleurs nécessare de soulgner, que même en se lmtant à des espèces dpolares, l emplo d une troncature sphérque entraîne une sngularté des dérvées de l énerge potentelle à la frontère du cut off. Les effets délétères de cette troncature sphérque peuvent être attenués par l adjoncton d une foncton dte de swtchng, 2 remplaçant le comportement abrupt de type Heavysde par une décrossance plus douce au vosnage de la sphère. Cette approche ne résoud, toutefos, en ren les dffcultés ntrodutes par la présence d ons dans le système. Une méthode pour trater plus rgoureusement les nteractons charge charge et charge dpôle, a pror peu onéreuse, repose sur la théore de Debye Hückel et la résoluton de l équaton de Posson Boltzmann lnéarsée. 15 Comme l llustre la Fgure 5, cette méthode, connue sous le vocable de champ de réacton généralsé, n élmne cependant pas totalement les artéfacts lorsque r R cut-off, le rayon de troncature. L approche sans doute la plus rgoureuse est celle proposée par Ewald. Partant du fat que la somme coulombenne, V Coulomb (r) = <j q q j 4πɛ 0 ɛ 1 r j (41) étendue à la boîte centrale ans qu à toutes ses vosnes, ne converge pas formellement, l dée drectrce de la méthode dte des sommes d Ewald consste à décomposer la relaton (41) en une somme dans l espace drect et une somme dans l espace récproque: n 1 n F (n) + m 1 [1 F (n)] (42) m charge magntude r charge magntude charge magntude = r + r Fgure 4: Composantes d une somme d Ewald dans un système undmensonnel de charges ponctuelles. Dans l espace drect, chaque charge est entourée d une dstrbuton de charge gaussenne, ϱ (r), d ampltude égale, mas de sgne opposé. Cette contrbuton est contre balancée dans l espace récproque par une dstrbuton gaussenne ϱ j (r) de sgne contrare. En entourant chaque charge ponctuelle du système d une dstrbuton de charge gaussenne:

20 Les méthodes numérques de la mécanque moléculare 20 ϱ (r) = q α 3 exp( α2 r 2 ) π 3 (43) où α est un paramètre postf caractérsant la largeur de la dstrbuton gaussenne, la premère somme converge rapdement quand n, car F (n) décroît très rapdement. La contrbuton dans l espace drect est de courte portée vor Fgure (4). La seconde somme évaluée dans l espace récproque utlse une transformée de Fourer pour résoudre l équaton de Posson,.e. 2 V (r) = 4πϱ (r). La transformée décroît rapdement, et la somme converge de la même manère. 16 L mplantaton des sommes de réseaux selon le schéma proposé par Ewald dans un code de dynamque moléculare utlsant un champ de force macromoléculare comme celu décrt par l équaton (11), peut se résumer par: V Ewald (r) = + 1 2V ɛ 0 1 4πɛ 0 k 0 exp( k 2 /4α 2 ) k 2 j> j q q j r j erfc(αr j ) α 4π 3/2 ɛ 0 q j exp( k r j ) q 2 j q j exp(k r j ) (44) + 1 4πɛ 0 j lé à j> q q j r j Le premer terme correspond à une somme dans l espace récproque sur les vecteurs k; α est un paramètre postf caractérsant la largeur de la dstrbuton de charge gaussenne entourant chaque charge ponctuelle du système. Le second terme correspond à une somme dans l espace drect; erfc(x) est la foncton erreur complémentare,.e. 1 erf(x). Les trosème et quatrème contrbutons sont correctves, compte tenu du fat que la somme dans l espace récproque porte sur toutes les pares atomques {, j}, ncluant, par conséquent, les termes self, 1 2 et 1 3. Formellement, l nvestssement nformatque mplqué dans l approche classque des sommes de réseau d Ewald est O(N 2 ), ou N est le nombre de partcules formant le système. Ce coût, comme l ont montré d une part Perram et al., et Fncham, d autre part, peut être rédut à O(N 3/2 ) grâce à un chox judceux de la largeur des dstrbutons gaussennes, α, du nombre de vecteurs k, et de la troncature des nteractons de parres dans l espace drect. D une manère générale, l est nécessare que soent équlbrés les temps CPU nvests dans l évalutaon des sommes de l espace drect et de

Montage émetteur commun

Montage émetteur commun tour au menu ontage émetteur commun Polarsaton d un transstor. ôle de la polarsaton La polarsaton a pour rôle de placer le pont de fonctonnement du transstor dans une zone où ses caractérstques sont lnéares.

Plus en détail

Le théorème du viriel

Le théorème du viriel Le théorème du vrel On se propose de démontrer le théorème du vrel de deux manères dfférentes. La premère fat appel à deux "trcks" qu l faut vor. Cette preuve met en avant une quantté, notée S c, qu permet

Plus en détail

Fiche n 7 : Vérification du débit et de la vitesse par la méthode de traçage

Fiche n 7 : Vérification du débit et de la vitesse par la méthode de traçage Fche n 7 : Vérfcaton du débt et de la vtesse par la méthode de traçage 1. PRINCIPE La méthode de traçage permet de calculer le débt d un écoulement ndépendamment des mesurages de hauteur et de vtesse.

Plus en détail

Remboursement d un emprunt par annuités constantes

Remboursement d un emprunt par annuités constantes Sére STG Journées de formaton Janver 2006 Remboursement d un emprunt par annutés constantes Le prncpe Utlsaton du tableur Un emprunteur s adresse à un prêteur pour obtenr une somme d argent (la dette)

Plus en détail

SIMULATION D UN JET TURBULENT POUR LE REFROIDISSEMENT DES AUBES DE TURBINE

SIMULATION D UN JET TURBULENT POUR LE REFROIDISSEMENT DES AUBES DE TURBINE 10 ème Sémnare Internatonal sur la Physque Energétque 10 th Internatonal Meetng on Energetcal Physcs SIMULAION D UN JE URBULEN POUR LE REFROIDISSEMEN DES AUBES DE URBINE Bounegta Bachr 1, Abdelarm Maamar

Plus en détail

Les jeunes économistes

Les jeunes économistes Chaptre1 : les ntérêts smples 1. défnton et calcul pratque : Défnton : Dans le cas de l ntérêt smple, le captal reste nvarable pendant toute la durée du prêt. L emprunteur dot verser, à la fn de chaque

Plus en détail

Mesure avec une règle

Mesure avec une règle Mesure avec une règle par Matheu ROUAUD Professeur de Scences Physques en prépa, Dplômé en Physque Théorque. Lycée Alan-Fourner 8000 Bourges ecrre@ncerttudes.fr RÉSUMÉ La mesure d'une grandeur par un système

Plus en détail

Corrections adiabatiques et nonadiabatiques dans les systèmes diatomiques par calculs ab-initio

Corrections adiabatiques et nonadiabatiques dans les systèmes diatomiques par calculs ab-initio Correctons adabatques et nonadabatques dans les systèmes datomques par calculs ab-nto Compte rendu du traval réalsé dans le cadre d un stage de quatre mos au sen du Groupe de Spectroscope Moléculare et

Plus en détail

Exercices d Électrocinétique

Exercices d Électrocinétique ercces d Électrocnétque Intensté et densté de courant -1.1 Vtesse des porteurs de charges : On dssout une masse m = 20g de chlorure de sodum NaCl dans un bac électrolytque de longueur l = 20cm et de secton

Plus en détail

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire Assurance malade et aléa de moralté ex-ante : L ncdence de l hétérogénété de la perte santare Davd Alary 1 et Franck Ben 2 Cet artcle examne l ncdence de l hétérogénété de la perte santare sur les contrats

Plus en détail

classification non supervisée : pas de classes prédéfinies Applications typiques

classification non supervisée : pas de classes prédéfinies Applications typiques Qu est ce que le clusterng? analyse de clusterng regroupement des obets en clusters un cluster : une collecton d obets smlares au sen d un même cluster dssmlares au obets appartenant à d autres clusters

Plus en détail

Thermodynamique statistique Master Chimie Université d Aix-Marseille. Bogdan Kuchta

Thermodynamique statistique Master Chimie Université d Aix-Marseille. Bogdan Kuchta hermodynamque statstque Master Chme Unversté d Ax-Marselle Bogdan Kuchta Plan: Rappel: thermodynamque phénoménologque (dscuter l entrope, l évoluton de gaz parfat,) Premer prncpe Deuxème prncpe (transformaton

Plus en détail

Chapitre 6. Economie ouverte :

Chapitre 6. Economie ouverte : 06/2/202 Chaptre 6. Econome ouverte : le modèle Mundell Flemng Elsabeth Cudevlle Le développement des échanges nternatonaux (bens et servces et flux fnancers) a rendu fortement nterdépendantes les conjonctures

Plus en détail

Chapitre 3 : Incertitudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES. Lignes directrices 2006 du GIEC pour les inventaires nationaux de gaz à effet de serre 3.

Chapitre 3 : Incertitudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES. Lignes directrices 2006 du GIEC pour les inventaires nationaux de gaz à effet de serre 3. Chaptre 3 : Incerttudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES Lgnes drectrces 2006 du GIEC pour les nventares natonaux de gaz à effet de serre 3.1 Volume 1 : Orentatons générales et établssement des rapports Auteurs

Plus en détail

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social Drgeant de SAS : Lasser le chox du statut socal Résumé de notre proposton : Ouvrr le chox du statut socal du drgeant de SAS avec 2 solutons possbles : apprécer la stuaton socale des drgeants de SAS comme

Plus en détail

1 Introduction. 2 Définitions des sources de tension et de courant : Cours. Date : A2 Analyser le système Conversion statique de l énergie. 2 h.

1 Introduction. 2 Définitions des sources de tension et de courant : Cours. Date : A2 Analyser le système Conversion statique de l énergie. 2 h. A2 Analyser le système Converson statque de l énerge Date : Nom : Cours 2 h 1 Introducton Un ConVertsseur Statque d énerge (CVS) est un montage utlsant des nterrupteurs à semconducteurs permettant par

Plus en détail

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction -

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction - EXAME FIAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSIO 1 - Correcton - Exercce 1 : 1) Consdérons une entreprse E comportant deux établssements : E1 et E2 qu emploent chacun 200 salarés. Au sen de l'établssement

Plus en détail

Chapitre IV : Inductance propre, inductance mutuelle. Energie électromagnétique

Chapitre IV : Inductance propre, inductance mutuelle. Energie électromagnétique Spécale PSI - Cours "Electromagnétsme" 1 Inducton électromagnétque Chaptre IV : Inductance propre, nductance mutuelle. Energe électromagnétque Objectfs: Coecents d nductance propre L et mutuelle M Blan

Plus en détail

WINDOWS 10. Prise en main de votre ordinateur ou votre tablette

WINDOWS 10. Prise en main de votre ordinateur ou votre tablette WINDOWS 10 Prse en man de votre ordnateur ou votre tablette Table des matères Wndows 10 L envronnement Wndows 10 sur un ordnateur Wndows 10 : les nouveautés................................ 7 Démarrer Wndows

Plus en détail

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix?

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix? Note méthodologque Tratements hebdomadares Questlemonscher.com Quelle méthode de collecte de prx? Les éléments méthodologques ont été défns par le cabnet FaE onsel, socété d études et d analyses statstques

Plus en détail

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE. MEMOIRE Présentée à

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE. MEMOIRE Présentée à REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE MEMOIRE Présentée à L Unversté de Batna Faculté des Scences Département de Physque

Plus en détail

DES EFFETS PERVERS DU MORCELLEMENT DES STOCKS

DES EFFETS PERVERS DU MORCELLEMENT DES STOCKS DES EFFETS PERVERS DU MORCELLEMENT DES STOCKS Le cabnet Enetek nous démontre les mpacts négatfs de la multplcaton des stocks qu au leu d amélorer le taux de servce en se rapprochant du clent, le dégradent

Plus en détail

MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES

MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES Émle Garca, Maron Le Cam et Therry Rocher MENESR-DEPP, bureau de l évaluaton des élèves Cet artcle porte sur les méthodes de

Plus en détail

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations Contrats prévoyance des TNS : Clarfer les règles pour sécurser les prestatons Résumé de notre proposton : A - Amélorer l nformaton des souscrpteurs B Prévor plus de souplesse dans l apprécaton des revenus

Plus en détail

Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amiens.fr/pedagogie/maths/new/ue2007/synthese_atelier_annette_alain.

Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amiens.fr/pedagogie/maths/new/ue2007/synthese_atelier_annette_alain. Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amens.fr/pedagoge/maths/new/ue2007/synthese_ateler_annette_alan.pdf 1 La règle du jeu Un drecteur de casno se propose d nstaller le

Plus en détail

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks Plan Geston des stocks Abdellah El Fallah Ensa de Tétouan 2011 Les opératons de gestons des stocks Les coûts assocés à la geston des stocks Le rôle des stocks Modèle de la quantté économque Geston calendare

Plus en détail

ÉLÉMENTS DE THÉORIE DE L INFORMATION POUR LES COMMUNICATIONS.

ÉLÉMENTS DE THÉORIE DE L INFORMATION POUR LES COMMUNICATIONS. ÉLÉMETS DE THÉORIE DE L IFORMATIO POUR LES COMMUICATIOS. L a théore de l nformaton est une dscplne qu s appue non seulement sur les (télé-) communcatons, mas auss sur l nformatque, la statstque, la physque

Plus en détail

CHAPITRE DEUX : FORMALISME GEOMETRIQUE

CHAPITRE DEUX : FORMALISME GEOMETRIQUE CHPITRE DEUX FORMLISME GEOMETRIQUE. CHPITRE DEUX : FORMLISME GEOMETRIQUE verson.3, -8 I. GEOMETRIE DNS L ESPCE-TEMPS ) Prncpe de relatvté Le prncpe de relatvté peut s exprmer ans : toutes les los physques

Plus en détail

LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA

LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA Observatore Economque et Statstque d Afrque Subsaharenne LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA Une contrbuton à la réunon commune CEE/BIT sur les ndces des prx

Plus en détail

La physiologie du cerveau montre que celui-ci est constitué de cellules (les neurones) interconnectées. Quelques étapes de cette découverte :

La physiologie du cerveau montre que celui-ci est constitué de cellules (les neurones) interconnectées. Quelques étapes de cette découverte : Chaptre 3 Apprentssage automatque : les réseaux de neurones Introducton Le Perceptron Les réseaux mult-couches 3.1 Introducton Comment l'homme fat-l pour rasonner, parler, calculer, apprendre,...? Comment

Plus en détail

Editions ENI. Project 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait

Editions ENI. Project 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait Edtons ENI Project 2010 Collecton Référence Bureautque Extrat Défnton des tâches Défnton des tâches Project 2010 Sasr les tâches d'un projet Les tâches représentent le traval à accomplr pour attendre l'objectf

Plus en détail

LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régime») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF

LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régime») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF 1 LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régme») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF AVIS AUX RETRAITÉS ET AUX PARTICIPANTS AVEC DROITS ACQUIS DIFFÉRÉS Expédteurs

Plus en détail

Q x2 = 1 2. est dans l ensemble plus grand des rationnels Q. Continuons ainsi, l équation x 2 = 1 2

Q x2 = 1 2. est dans l ensemble plus grand des rationnels Q. Continuons ainsi, l équation x 2 = 1 2 Exo7 Nombres complexes Vdéo parte. Les nombres complexes, défntons et opératons Vdéo parte. Racnes carrées, équaton du second degré Vdéo parte 3. Argument et trgonométre Vdéo parte 4. Nombres complexes

Plus en détail

I. Présentation générale des méthodes d estimation des projets de type «unité industrielle»

I. Présentation générale des méthodes d estimation des projets de type «unité industrielle» Evaluaton des projets et estmaton des coûts Le budget d un projet est un élément mportant dans l étude d un projet pusque les résultats économques auront un mpact sur la réalsaton ou non et sur la concepton

Plus en détail

EH SmartView. Identifiez vos risques et vos opportunités. www.eulerhermes.be. Pilotez votre assurance-crédit. Services en ligne Euler Hermes

EH SmartView. Identifiez vos risques et vos opportunités. www.eulerhermes.be. Pilotez votre assurance-crédit. Services en ligne Euler Hermes EH SmartVew Servces en lgne Euler Hermes Identfez vos rsques et vos opportuntés Plotez votre assurance-crédt www.eulerhermes.be Les avantages d EH SmartVew L expertse Euler Hermes présentée de manère clare

Plus en détail

THESE. Khalid LEKOUCH

THESE. Khalid LEKOUCH N d ordre : /2012 THESE Présentée à la FACULTE DES SCIENCES D AGADIR En vue de l obtenton du GRADE DE DOCTEUR EN PHYSIQUE (Spécalté : Energétque, Thermque et Métrologe) Par Khald LEKOUCH MODELISATION ET

Plus en détail

Définition des tâches

Définition des tâches Défnton des tâches Défnton des tâches Project 2010 Sasr les tâches d'un projet Les tâches représentent le traval à accomplr pour attendre l'objectf du projet. Elles représentent de ce fat, les éléments

Plus en détail

MEMOIRE. Présenté au département des sciences de la matière Faculté des sciences

MEMOIRE. Présenté au département des sciences de la matière Faculté des sciences REPUBLIQUE LERIEN DEMOCRTIQUE ET POPULIRE Mnstère de l ensegnement supéreur et de la recherche scentfque Unversté El-Hadj Lakhdar-BTN- MEMOIRE Présenté au département des scences de la matère Faculté des

Plus en détail

Grandeur physique, chiffres significatifs

Grandeur physique, chiffres significatifs Grandeur physque, chffres sgnfcatfs I) Donner le résultat d une mesure en correspondance avec l nstrument utlsé : S avec un nstrument, ren n est ndqué sur l ncerttude absolue X d une mesure X, on consdère

Plus en détail

L enseignement virtuel dans une économie émergente : perception des étudiants et perspectives d avenir

L enseignement virtuel dans une économie émergente : perception des étudiants et perspectives d avenir L ensegnement vrtuel dans une économe émergente : percepton des étudants et perspectves d avenr Hatem Dellag Laboratore d Econome et de Fnances applquées Faculté des scences économques et de geston de

Plus en détail

STATISTIQUE AVEC EXCEL

STATISTIQUE AVEC EXCEL STATISTIQUE AVEC EXCEL Excel offre d nnombrables possbltés de recuellr des données statstques, de les classer, de les analyser et de les représenter graphquement. Ce sont prncpalement les tros éléments

Plus en détail

Application du système immunitaire artificiel ordinaire et amélioré pour la reconnaissance des caractères artificiels

Application du système immunitaire artificiel ordinaire et amélioré pour la reconnaissance des caractères artificiels 9 Nature & Technology Applcaton du système mmuntare artfcel ordnare et améloré pour la reconnassance des caractères artfcels Hba Khell a, Abdelkader Benyettou a a Laboratore Sgnal Image Parole SIMPA-,

Plus en détail

CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE?

CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE? CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE? Boulanger Frédérc Avanssur, Groupe AXA 163-167, Avenue Georges Clémenceau 92742 Nanterre Cedex France Tel: +33 1 46 14 43

Plus en détail

AVERTISSEMENT. Contact SCD INPL: mailto:scdinpl@inpl-nancy.fr LIENS

AVERTISSEMENT. Contact SCD INPL: mailto:scdinpl@inpl-nancy.fr LIENS AVERTISSEMENT Ce document est le frut d un long traval approuvé par le jury de soutenance et ms à dsposton de l ensemble de la communauté unverstare élarge. Il est soums à la proprété ntellectuelle de

Plus en détail

Découvrir l interface Windows 8

Découvrir l interface Windows 8 Wndows 8.1 L envronnement Wndows 8 Interfaces Wndows 8 et Bureau L envronnement Wndows 8 Découvrr l nterface Wndows 8 Après s être dentfé va un compte Mcrosoft ou un compte local, l utlsateur vot apparaître

Plus en détail

MODÈLE D ISING À UNE ET DEUX DIMENSIONS.

MODÈLE D ISING À UNE ET DEUX DIMENSIONS. Chapter MODÈLE DISIG À UE ET DEUX DIMESIOS.. ITRODUCTIO. ous commençons, dans ce chaptre, létude dun problème de mécanque statstque de la matère condensée où leffet des nteractons est mportant. Le modèle

Plus en détail

10ème Congrès Français d'acoustique Lyon, 12-16 Avril 2010

10ème Congrès Français d'acoustique Lyon, 12-16 Avril 2010 10ème Congrès ranças d'acoustque Lyon, 1-16 Avrl 010 Imagere acoustque en soufflere SA Arnaud Ménoret 1, Nathale Gorllot, Jean-Luc Adam 3 1 Sgnal Développement, 1 Bld Chassegne, 86000 Poters, a.menoret@sgnal-developpement.com

Plus en détail

Oscillations électriques libres

Oscillations électriques libres Oscllatons électrues lbres A Oscllatons lbres amortes 1/ Etude expérmentale a Expérence et observatons Après avor chargé le condensateur (poston 1) On bascule l nterrupteur sur la poston, on obtent l oscllogramme

Plus en détail

COMPARAISON DE MÉTHODES POUR LA CORRECTION

COMPARAISON DE MÉTHODES POUR LA CORRECTION COMPARAISON DE MÉTHODES POUR LA CORRECTION DE LA NON-RÉPONSE TOTALE : MÉTHODE DES SCORES ET SEGMENTATION Émle Dequdt, Benoît Busson 2 & Ncolas Sgler 3 Insee, Drecton régonale des Pays de la Lore, Servce

Plus en détail

Système solaire combiné Estimation des besoins énergétiques

Système solaire combiné Estimation des besoins énergétiques Revue des Energes Renouvelables ICRESD-07 Tlemcen (007) 109 114 Système solare combné Estmaton des besons énergétques R. Kharch 1, B. Benyoucef et M. Belhamel 1 1 Centre de Développement des Energes Renouvelables

Plus en détail

Interfaces Windows 8 et Bureau

Interfaces Windows 8 et Bureau Interfaces Wndows 8 et Bureau Interfaces Wndows 8 et Bureau Découvrr l nterface Wndows 8 Après s être dentfé va un compte Mcrosoft ou un compte local, l utlsateur vot apparaître sur son écran la toute

Plus en détail

IDEI Report # 18. Transport. December 2010. Elasticités de la demande de transport ferroviaire: définitions et mesures

IDEI Report # 18. Transport. December 2010. Elasticités de la demande de transport ferroviaire: définitions et mesures IDEI Report # 18 Transport December 2010 Elastctés de la demande de transport ferrovare: défntons et mesures Elastctés de la demande de transport ferrovare : Défntons et mesures Marc Ivald Toulouse School

Plus en détail

En vue de l'obtention du. Présentée et soutenue par Meva DODO Le 06 novembre 2008

En vue de l'obtention du. Présentée et soutenue par Meva DODO Le 06 novembre 2008 THÈSE En vue de l'obtenton du DOCTORAT DE L UNIVERSITÉ DE TOULOUSE Délvré par l'unversté Toulouse III - Paul Sabater Spécalté : Informatque Présentée et soutenue par Meva DODO Le 06 novembre 2008 Ttre

Plus en détail

Impôt sur la fortune et investissement dans les PME Professeur Didier MAILLARD

Impôt sur la fortune et investissement dans les PME Professeur Didier MAILLARD Conservatore atonal des Arts et Méters Chare de BAQUE Document de recherche n 9 Impôt sur la fortune et nvestssement dans les PME Professeur Dder MAILLARD Avertssement ovembre 2007 La chare de Banque du

Plus en détail

Application de modèles grande échelle à la problématique régionale : cas de l ozone

Application de modèles grande échelle à la problématique régionale : cas de l ozone Applcaton de modèles grande échelle à la problématque régonale : cas de l ozone Laboratore Central de Survellance de la Qualté de l Ar Conventon n 115/03 Cécle HONORÉ, Laure MALHERBE Unté Modélsaton et

Plus en détail

hal-00409942, version 1-14 Aug 2009

hal-00409942, version 1-14 Aug 2009 Manuscrt auteur, publé dans "MOSIM' 008, Pars : France (008)" 7 e Conférence Francophone de MOdélsaton et SIMulaton - MOSIM 08 - du mars au avrl 008 - Pars - France «Modélsaton, Optmsaton et Smulaton des

Plus en détail

TD 1. Statistiques à une variable.

TD 1. Statistiques à une variable. Danel Abécasss. Année unverstare 2010/2011 Prépa-L1 TD de bostatstques. Exercce 1. On consdère la sére suvante : TD 1. Statstques à une varable. 1. Calculer la moyenne et l écart type. 2. Calculer la médane

Plus en détail

Dynamique du point matériel

Dynamique du point matériel Chaptre III Dynaqe d pont atérel I Généraltés La cnéatqe a por objet l étde des oveents des corps en foncton d teps, sans tenr copte des cases q les provoqent La dynaqe est la scence q étde (o déterne)

Plus en détail

Page 5 TABLE DES MATIÈRES

Page 5 TABLE DES MATIÈRES Page 5 TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE I LES POURCENTAGES 1. LES OBJECTIFS 12 2. LES DÉFINITIONS 14 1. La varaton absolue d'une grandeur 2. La varaton moyenne d'une grandeur (par unté de temps) 3. Le coeffcent

Plus en détail

INTRODUCTION. Jean-Pierre MAGNAN Chef de la section des ouvrages en terre Département des sols et fondations Laboratoire central

INTRODUCTION. Jean-Pierre MAGNAN Chef de la section des ouvrages en terre Département des sols et fondations Laboratoire central Etude numérque de la consoldaton undmensonnelle en tenant compte des varatons de la perméablté et de la compressblté du sol, du fluage et de la non-saturaton Jean-Perre MAGNAN Chef de la secton des ouvrages

Plus en détail

Prêts bilatéraux et réseaux sociaux

Prêts bilatéraux et réseaux sociaux Prêts blatéraux et réseaux socaux Quand la sous-optmalté condut au ben-être collectf Phlppe Callou, Frederc Dubut et Mchele Sebag LRI, Unverste Pars Sud F-91405 Orsay France {callou;dubut;sebag}@lr.fr

Plus en détail

Dérivés actions: risques un (rapide) aperçu

Dérivés actions: risques un (rapide) aperçu Dérvés actons: rsques un (rapde) aperçu Lorenzo Bergom Equty Dervatves Quanttatve Research océté Générale lorenzo.bergom@sgcb.com 33 4 3 3 95 Introducton - le Dow Jones 9-6 () 4 Dow Jones Industral Average

Plus en détail

BTS GPN 2EME ANNEE-MATHEMATIQUES-MATHS FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES

BTS GPN 2EME ANNEE-MATHEMATIQUES-MATHS FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES I. Concepts généraux. Le référentel précse : Cette parte du module M4 «Acquérr des outls mathématques de base nécessares à l'analyse de données économques» est en relaton avec

Plus en détail

Un protocole de tolérance aux pannes pour objets actifs non préemptifs

Un protocole de tolérance aux pannes pour objets actifs non préemptifs Un protocole de tolérance aux pannes pour objets actfs non préemptfs Françose Baude Dens Caromel Chrstan Delbé Ludovc Henro Equpe Oass, INRIA - CNRS - I3S 2004, route des Lucoles F-06902 Sopha Antpols

Plus en détail

VIELLE Marc. CEA-IDEI Janvier 1998. 1 La nomenclature retenue 3. 2 Vue d ensemble du modèle 4

VIELLE Marc. CEA-IDEI Janvier 1998. 1 La nomenclature retenue 3. 2 Vue d ensemble du modèle 4 GEMINI-E3 XL France Un outl destné à l étude des mpacts ndustrels de poltques énergétques et envronnementales VIELLE Marc CEA-IDEI Janver 1998 I LA STRUCTURE DU MODELE GEMINI-E3 XL FRANCE 3 1 La nomenclature

Plus en détail

Études & documents ÉCONOMIE ET ÉVALUATION. Consommation de carburant : effets des prix à court et à long termes par type de population.

Études & documents ÉCONOMIE ET ÉVALUATION. Consommation de carburant : effets des prix à court et à long termes par type de population. COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 40 Avrl 20 TRANSPORT Études & documents Consommaton de carburant : effets des prx à court et à long termes par type de populaton ÉCONOMIE ET ÉVALUATION Servce

Plus en détail

Apprentissage incrémental dans un système de filtrage adaptatif

Apprentissage incrémental dans un système de filtrage adaptatif VSST'200 32 TEXTES DES COMMUNICATIONS - Tome I Apprentssage ncrémental dans un système de fltrage adaptatf Mohand BOUGHANEM, Mohamed TMAR boughane@rt.fr, tmar@rt.fr IRIT/SIG, Campus Unv. Toulouse III,

Plus en détail

Méthodes d Extraction de Connaissances à partir de Données (ECD) appliquées aux Systèmes d Information Géographiques (SIG)

Méthodes d Extraction de Connaissances à partir de Données (ECD) appliquées aux Systèmes d Information Géographiques (SIG) UNIVERSITÉ DE NANTES FACULTÉ DES SCIENCES ÉCOLE DOCTORALE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DES MATÉRIAUX Année 2006 N attrbué par la bblothèque Méthodes d Extracton de Connassances à partr

Plus en détail

Prévost Kevin 1,2, Magal Pierre 1, Beaumont Catherine 2 RÉSUMÉ

Prévost Kevin 1,2, Magal Pierre 1, Beaumont Catherine 2 RÉSUMÉ INTERET UN MOELE MATHEMATIQUE AN LA COMPARAION E L EFFICACITE E IFFERENTE TRATEGIE E PREVENTION UR LA REITANCE AU PORTAGE A ALMONELLA ENTERITII CHEZ LA POULE Prévost Kevn 1,, Magal Perre 1, Beaumont Catherne

Plus en détail

Généralités sur les fonctions 1ES

Généralités sur les fonctions 1ES Généraltés sur les fonctons ES GENERALITES SUR LES FNCTINS I. RAPPELS a. Vocabulare Défnton Une foncton est un procédé qu permet d assocer à un nombre x appartenant à un ensemble D un nombre y n note :

Plus en détail

Mode d'emploi. Servomoteur radiofréquence 1187 00

Mode d'emploi. Servomoteur radiofréquence 1187 00 Mode d'emplo Servomoteur radofréquence 1187 00 Table des matères A propos de ce mode d'emplo... 2 Représentaton de l'apparel... 3 Montage... 3 Démontage... 3 Almentaton... 4 Mettre la ple en place... 4

Plus en détail

Amélioration des Délais dans les Réseaux à Débits Garantis pour des Flux Temps-Réel Sous Contrainte «(m,k)-firm»

Amélioration des Délais dans les Réseaux à Débits Garantis pour des Flux Temps-Réel Sous Contrainte «(m,k)-firm» Améloraton des Délas dans les Réseaux à Débts Garants pour des Flux Temps-Réel Sous Contrante «(m,k)-frm» Résumé : Koubâa Ans, Yé-Qong Song LORIA UHP Nancy 1 - INPL - INRIA Lorrane 2, av. de la Forêt de

Plus en détail

Terminal numérique TM 13 raccordé aux installations Integral 33

Terminal numérique TM 13 raccordé aux installations Integral 33 Termnal numérque TM 13 raccordé aux nstallatons Integral 33 Notce d utlsaton Vous garderez une longueur d avance. Famlarsez--vous avec votre téléphone Remarques mportantes Chaptres à lre en prorté -- Vue

Plus en détail

Gigue temporelle et ordonnancement par échéance dans les applications temps réel

Gigue temporelle et ordonnancement par échéance dans les applications temps réel L. Davd, F. Cottet, E. Grolleau. Ggue temporelle et ordonnancement par échéance dans les applcatons temps réel. IEEE Conf. Inter. Francophone d Automatque (CIFA2000), Jullet 2000, Llle, France. Ggue temporelle

Plus en détail

FORMATION DOCTORALE EN INFORMATIQUE THESE. présentée en vue de l obtention du Doctorat en Informatique. par

FORMATION DOCTORALE EN INFORMATIQUE THESE. présentée en vue de l obtention du Doctorat en Informatique. par UNIVERSITE DE TUNIS EL MANAR FACULTE DES SCIENCES DE TUNIS INSTITUT NATIONAL DES SCIENCES APPLIQUEES DE LYON FORMATION DOCTORALE EN INFORMATIQUE THESE présentée en vue de l obtenton du Doctorat en Informatque

Plus en détail

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria.

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria. 1 CAS nédt d applcaton sur les normes IAS/IFRS Coût amort sur oblgatons à taux varable ou révsable La socété Plumera présente ses comptes annuels dans le référentel IFRS. Elle détent dans son portefeulle

Plus en détail

Contact SCD Nancy 1 : theses.sciences@scd.uhp-nancy.fr

Contact SCD Nancy 1 : theses.sciences@scd.uhp-nancy.fr AVERTISSEMENT Ce document est le frut d'un long traval approuvé par le jury de soutenance et ms à dsposton de l'ensemble de la communauté unverstare élarge. Il est soums à la proprété ntellectuelle de

Plus en détail

GENESIS - Generalized System for Imputation Simulations (Système généralisé pour simuler l imputation)

GENESIS - Generalized System for Imputation Simulations (Système généralisé pour simuler l imputation) GENESS - Generalzed System for mputaton Smulatons (Système généralsé pour smuler l mputaton) GENESS est un système qu permet d exécuter des smulatons en présence d mputaton. L utlsateur fournt un ensemble

Plus en détail

UNE ETUDE ECONOMÉTRIQUE DU NOMBRE D ACCIDENTS

UNE ETUDE ECONOMÉTRIQUE DU NOMBRE D ACCIDENTS BRUSSELS ECONOMIC REVIEW - CAHIERS ECONOMIQUES DE BRUXELLES VOL. 49 - N 2 SUMMER 2006 UNE ETUDE ECONOMÉTRIQUE DU NOMBRE D ACCIDENTS DANS LE SECTEUR DE L ASSURANCE AUTOMOBILE* MARÍA DEL CARMEN MELGAR**

Plus en détail

TRAVAUX PRATIQUES SPECTRO- COLORIMETRIE

TRAVAUX PRATIQUES SPECTRO- COLORIMETRIE UNIVERSITE MONTPELLIER 2 Département de Physque TRAVAUX PRATIQUES DE SPECTRO- COLORIMETRIE F. GENIET 2 INTRODUCTION Cet ensegnement de travaux pratques de seconde année se propose de revor rapdement l'aspect

Plus en détail

Réseau RRFR pour la surveillance dynamique : application en e-maintenance.

Réseau RRFR pour la surveillance dynamique : application en e-maintenance. Réseau RRFR pour la survellance dynamue : applcaton en e-mantenance. RYAD ZEMOURI, DANIEL RACOCEANU, NOUREDDINE ZERHOUNI Laboratore Unverstare de Recherche en Producton Automatsée (LURPA) 6, avenue du

Plus en détail

BUREAU D'APPLICATION DES METHODES STATISTIQUES ET INFORMATIQUES

BUREAU D'APPLICATION DES METHODES STATISTIQUES ET INFORMATIQUES BUREAU DAPPLICATION DES METHODES STATISTIQUES ET INFORMATIQUES BAMSI REPRINT 04/2003 Introducton à l analyse des données Samuel AMBAPOUR BAMSSI I BAMSI B.P. 13734 Brazzavlle BAMSI REPRINT 04/2003 Introducton

Plus en détail

CHAPITRE 14 : RAISONNEMENT DES SYSTÈMES DE COMMANDE

CHAPITRE 14 : RAISONNEMENT DES SYSTÈMES DE COMMANDE HAITRE 4 : RAISONNEMENT DES SYSTÈMES DE OMMANDE RAISONNEMENT DES SYSTÈMES DE OMMANDE... 2 INTRODUTION... 22 RAELS... 22 alcul de la valeur ntale de la répone à un échelon... 22 alcul du gan tatque... 22

Plus en détail

Interface OneNote 2013

Interface OneNote 2013 Interface OneNote 2013 Interface OneNote 2013 Offce 2013 - Fonctons avancées Lancer OneNote 2013 À partr de l'nterface Wndows 8, utlsez une des méthodes suvantes : - Clquez sur la vgnette OneNote 2013

Plus en détail

Be inspired. Numéro Vert. Via Caracciolo 20 20155 Milano tel. +39 02 365 22 990 fax +39 02 365 22 991

Be inspired. Numéro Vert. Via Caracciolo 20 20155 Milano tel. +39 02 365 22 990 fax +39 02 365 22 991 Ggaset SX353 / französsch / A31008-X353-P100-1-7719 / cover_0_hedelberg.fm / 03.12.2003 s Be nspred www.onedrect.fr www.onedrect.es www.onedrect.t www.onedrect.pt 0 800 72 4000 902 30 32 32 02 365 22 990

Plus en détail

Analyse des Performances et Modélisation d un Serveur Web

Analyse des Performances et Modélisation d un Serveur Web SETIT 2009 5 th Internatonal Conference: Scences of Electronc, Technologes of Informaton and Telecommuncatons March 22-26, 2009 TUNISIA Analyse des Performances et Modélsaton d un Serveur Web Fontane RAFAMANTANANTSOA*,

Plus en détail

Clavier et souris virtuels pour personnes handicapées à mobilité réduite

Clavier et souris virtuels pour personnes handicapées à mobilité réduite Claver et sours vrtuels pour personnes handcapées à moblté rédute Naoures Belhabb et Ans Rojb Unversté Pars8, THIM, EA 4004 CHART 2, rue de la Lberté 93526 Sant-Dens nawres_habb@yahoo.fr ; ans.rojb@unv-pars8.fr

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L ASSURANCE AUTOMOBILE AU QUÉBEC : UNE PRIME SELON LE COÛT SOCIAL MARGINAL MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L ASSURANCE AUTOMOBILE AU QUÉBEC : UNE PRIME SELON LE COÛT SOCIAL MARGINAL MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L ASSURANCE AUTOMOBILE AU QUÉBEC : UNE PRIME SELON LE COÛT SOCIAL MARGINAL MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE DE LA MAÎTRISE EN ÉCONOMIQUE PAR ERIC LÉVESQUE JANVIER

Plus en détail

Prêt de groupe et sanction sociale Group lending and social fine

Prêt de groupe et sanction sociale Group lending and social fine Prêt de roupe et sancton socale Group lendn and socal fne Davd Alary Résumé Dans cet artcle, nous présentons un modèle d antsélecton sur un marché concurrentel du crédt. Nous consdérons l ntroducton de

Plus en détail

Integral T 3 Compact. raccordé aux installations Integral 5. Notice d utilisation

Integral T 3 Compact. raccordé aux installations Integral 5. Notice d utilisation Integral T 3 Compact raccordé aux nstallatons Integral 5 Notce d utlsaton Remarques mportantes Remarques mportantes A quelle nstallaton pouvez-vous connecter votre téléphone Ce téléphone est conçu unquement

Plus en détail

LICENCE DE SCIENCES PHYSIQUES UV 3LSPH50. Année 2004-2005 MODÉLISATION. Recherche des paramètres d'une représentation analytique J.P.

LICENCE DE SCIENCES PHYSIQUES UV 3LSPH50. Année 2004-2005 MODÉLISATION. Recherche des paramètres d'une représentation analytique J.P. LICENCE DE SCIENCES PHYSIQUES UV 3LSPH50 Année 004-005 MODÉLISATION Recherche des paramètres d'une représentaton analytque JP DUBÈS 3 MODÉLISATION Recherche des paramètres d'une représentaton analytque

Plus en détail

En vue de l'obtention du. Présentée et soutenue par Elayeb Bilel Le 26 juin 2009

En vue de l'obtention du. Présentée et soutenue par Elayeb Bilel Le 26 juin 2009 THÈSE En vue de l'obtenton du DOCTORAT DE L UNIVERSITÉ DE TOULOUSE Délvré par Insttut Natonal Polytechnque de Toulouse (INPT) Dscplne ou spécalté : Informatque Présentée et soutenue par Elayeb Blel Le

Plus en détail

Économétrie. Annexes : exercices et corrigés. 5 e édition. William Greene New York University

Économétrie. Annexes : exercices et corrigés. 5 e édition. William Greene New York University Économétre 5 e édton Annexes : exercces et corrgés Wllam Greene New York Unversty Édton françase drgée par Dder Schlacther, IEP Pars, unversté Pars II Traducton : Stéphane Monjon, unversté Pars I Panthéon-Sorbonne

Plus en détail

Recherche universitaire et crédits d impôt pour R-D

Recherche universitaire et crédits d impôt pour R-D Fscalté Recherche unverstare et crédts d mpôt pour R-D Le 27 novembre 2001 Nancy Avone, CA Inctatfs fscaux à la R-D très généreux dsponbles Étude du Conference Board du Canada en 1998 Québec Jurdcton au

Plus en détail

Modélisations du risque en assurance automobile. Michel Grun-Rehomme Université Paris 2 et Ensae Email: grun@ensae.fr

Modélisations du risque en assurance automobile. Michel Grun-Rehomme Université Paris 2 et Ensae Email: grun@ensae.fr Modélsatons du rsque en assurance automoble Mchel Grun-Rehomme Unversté Pars 2 et Ensae Emal: grun@ensae.fr 1 Modélsatons du rsque en assurance automoble La snstralté est mesurée en terme de fréquence

Plus en détail

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises Les détermnants de la détenton et de l usage de la carte de débt : une analyse emprque sur données ndvduelles françases Davd Boune Marc Bourreau Abel Franços Jun 2006 Département Scences Economques et

Plus en détail

ÉTUDE DU STOCKAGE THERMIQUE DANS LE SOL EN UTILISANT UN SCHÉMA A DIFFÉRENCES FINIES UNIDIMENSIONNEL

ÉTUDE DU STOCKAGE THERMIQUE DANS LE SOL EN UTILISANT UN SCHÉMA A DIFFÉRENCES FINIES UNIDIMENSIONNEL ÉTUDE DU STOCKAGE THERMIQUE DANS LE SOL EN UTILISANT UN SCHÉMA A DIFFÉRENCES FINIES UNIDIMENSIONNEL Bogdan HORBANIUC, Gheorghe DUMITRASCU, Andre DUMENCU UNIVERSITÉ TECHNIQUE GHEORGHE ASACHI, Iaș, Roumane

Plus en détail

LA SURVIE DES ENTREPRISES DÉPEND-ELLE DU TERRITOIRE D'IMPLANTATION?

LA SURVIE DES ENTREPRISES DÉPEND-ELLE DU TERRITOIRE D'IMPLANTATION? LA SURVIE DES ENTREPRISES DÉPEND-ELLE DU TERRITOIRE D'IMPLANTATION? Anne PERRAUD (CRÉDOC) Phlppe MOATI (CRÉDOC Unversté Pars) Nadège COUVERT (ENSAE) INTRODUCTION Au cours des dernères années, de nombreux

Plus en détail

1.0 Probabilité vs statistique...1. 1.1 Expérience aléatoire et espace échantillonnal...1. 1.2 Événement...2

1.0 Probabilité vs statistique...1. 1.1 Expérience aléatoire et espace échantillonnal...1. 1.2 Événement...2 - robabltés - haptre : Introducton à la théore des probabltés.0 robablté vs statstque.... Expérence aléatore et espace échantllonnal.... Événement.... xomes défnton de probablté..... Quelques théorèmes

Plus en détail

Calcul de tableaux d amortissement

Calcul de tableaux d amortissement Calcul de tableaux d amortssement 1 Tableau d amortssement Un emprunt est caractérsé par : une somme empruntée notée ; un taux annuel, en %, noté ; une pérodcté qu correspond à la fréquence de remboursement,

Plus en détail