LICENCE DE SCIENCES PHYSIQUES UV 3LSPH50. Année MODÉLISATION. Recherche des paramètres d'une représentation analytique J.P.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LICENCE DE SCIENCES PHYSIQUES UV 3LSPH50. Année 2004-2005 MODÉLISATION. Recherche des paramètres d'une représentation analytique J.P."

Transcription

1 LICENCE DE SCIENCES PHYSIQUES UV 3LSPH50 Année MODÉLISATION Recherche des paramètres d'une représentaton analytque JP DUBÈS

2

3 3 MODÉLISATION Recherche des paramètres d'une représentaton analytque Utlsaton d'un tableur (Quattro Pro) en vue de la détermnaton des paramètres d'une foncton analytque I)INTRODUCTION6 II)GÉNÉRALITÉS 7 A)Exemples de smulaton III)PRÉSENTATION DU TABLEUR 7 A)Introducton 7 B)Prse en man de quattro pro pour Wndows9 )Chargement de QUATTRO PRO pour Wndows9 a)les zones de l'écran 0 b)le contenu d'une cellule c)la recope des formules4 d)le déplacement5 e)les MACROS 5 f)dvers 5 C)Exercces d'applcaton 6 )Calcul de la concentraton 6 )Sute de Fbonacc (modélsaton du comportement d'une populaton) 7 3)Ttrage d'un acde fort par une base forte (modèle de connassance)8 4)Mathématques fnancères 3 5)Modélsaton d une réacton totale33 a)rappel Cas d une réacton totale (réactfs = produts)33 b)cas d une cnétque 35 c)cas d un équlbre35 IV)LA RÉGRESSION LINÉAIRE PAR LA MÉTHODE DES MOINDRES CARRÉS 36 A)Rappels 36 B)Ajustement lnéare par la méthode des mondres carrés36 V)RÉGRESSION POLYNOMIALE38 VI)OPTIMISATION PAR UTILISATION DES OUTILS MATHÉMATIQUES DE QUATTRO 39 A)Régresson lnéare 39 B)Régresson polynomale 39 C)Optmsaton 39 VII)APPLICATION À DIFFÉRENTES MESURES PHYSIQUES ET CHIMIQUES4

4 4 A)Cnétque chmque4 )Rappels 4 )Exemples4 a) Détermner l'ordre et la vtesse de la réacton (fcher CINE)4 b)détermnaton des paramètres de l'équaton d'arrhénus (fcher CINE)4 c)étude de la dmérsaton du butadène (fcher CINE3) 4 B)Résstance thermométrque 00 4 C)Capacté calorfque de l'alumne en foncton de la température 43 D)Enthalpe molare ntégrale en foncton de la fracton molare 43 )Exemple 43 )Exemple 44 3)Exemple 3 44 E)Détermnaton de la foncton d'apparel d'un mcrocalormètre TIAN- CALVET44 F)Équatons d'état des gaz 45 )Équaton du vrel46 )Équaton de Van der Waals 46 G)Exemples dvers46 )Cnétque46 ) Presson atmosphérque 47 3)Volume d excès 47 4)Prx de l occason47 5)L'équaton d'antone 48 a)ébullton de l eau 48 b)ébullton de NbCl548 6)Évoluton d une épdéme 48 7)Lo du refrodssement 49 8)La sgmoïde 49 a)cnétque enzymatque 49 b)phonétque 49 9)Lo logstque 49 0)Modélsaton du trafc router 50 H)Résoluton d'un système d'équatons dfférentelles Balstque5 I)Calcul d'une ntégrale défne Estmaton d'une ntégrale ndéfne 53 J)Fonctonnement acoustque d'un haut-parleur54 )Introducton54

5 5 )Modélsaton d'une encente actf-passf 56 3)Modélsaton d'une encente Bass Reflex59 VIII)NOTE SUR L'OPTIMISATION ET L'AJUSTEMENT DES PARAMÈTRES 6 IX)REMARQUE 63

6 6 I) INTRODUCTION La pussance des calculateurs actuels et la connassance précse des los régssant les phénomènes physques et chmques ont perms le développement d'un type nouveau de recherche : la modélsaton et son corollare, la smulaton La smulaton permet à la fos de gagner du temps et de l'argent Les exemples sont nnombrables Cette pussance décuplant régulèrement, des domanes qu parassaent utopques l y a quelques années sont mantenant à la portée de la modélsaton C'est par exemple le cas de l'étude de la turbulence Il y a deux démarches fondamentales en modélsaton : les modèles de connassance et les modèles de représentaton On établt un modèle de connassance à partr de los physques ou chmques fondamentales Nous verrons, par exemple, c-après le cas des courbes de ttrage acdebase Par contre, un modèle de représentaton ou expérmental est obtenu en chosssant a pror une relaton mathématque qu semble rendre compte au meux les valeurs expérmentales C'est le cas par exemple de l'équaton de Redlch-Kster, modèle de représentaton très utlsé des grandeurs molares d'excès Toutefos, ces deux approches ne sont pas forcément antagonstes, elles sont complémentares : la recherche d'un modèle de représentaton peut (et dot) s'appuyer sur un mnmum de connassances physques Ce chox étant fat, la modélsaton du phénomène comporte tros étapes : - recherche d'une représentaton analytque pour décrre le comportement d'un phénomène réel, sot par l'applcaton de los fondamentales, sot par le chox a pror d'une équaton analytque - dans les deux cas, l'étape suvante est l'estmaton des paramètres de (ou des) équatons choses précédemment par des calculs de régresson en mnmsant un crtère quadratque C'est l'étape que nous traterons dans ce module L'outl nformatque utlsé sera le tableur Quattro Pro pour Wndows Enfn, ces équatons et leurs paramètres étant connus (ans que leur domane de valdté), on peut procéder à une smulaton

7 7 II) GÉNÉRALITÉS La pussance des calculateurs actuels et la connassance précse des los régssant les phénomènes physques et chmques ont perms le développement d'un type nouveau de recherche : la modélsaton et son corollare, la smulaton La smulaton permet à la fos de gagner du temps et de l'argent Les exemples sont nnombrables : le Boeng 777, qu est le plus gros avon bmoteur du monde, a d'abord été construt comme un avon vrtuel, de la chaîne de montage jusqu'au comportement en vol (à l'ade d'un programme nformatque de CAO ms au pont par Dassault Systemes) On a ans pu, d'une part, optmser au maxmum les méthodes de producton et, d'autre part, réalser l'apparel en un temps record Parm les 000 pèces envron que compte une Fl moderne, certanes n'auraent pu être élaborées sans les outls de concepton assstée par ordnateur (CAO), en partculer la maquette numérque 3D Celle qu est le plus utlsée depus longtemps dans les secteurs de l'aéronautque et de l'automoble s'appelle CATIA (Dassault Systèmes) Sa présence en Formule I s'est renforcée ces tros dernères années : 80% des monoplaces roulent grâce à des pèces vues d'abord sur les écrans d'ordnateur En effet, ce logcel faclte la concepton des pèces, pus l est susceptble de les soumettre à des smulatons de contrantes, ce qu consttue une premère valdaton De la même façon, la maquette numérque est essentelle pour smuler leur assemblage fnal et leur cycle de producton avant leur fabrcaton Ensute, les machnes à commandes numérques sont ndspensables pour réalser notamment les pèces de très grande précson Prost Peugeot Réalsée en CAO Par CATIA Hewlett Packard a lancé des smulatons de cartes mères d'ordnateurs à base du processeur Intel Pentum Pro pour comparer leurs caractérstques sans les construre Le Boeng 777 est le premer apparel de l'avonneur de Seattle a avor été entèrement conçu sur ordnateur Cec marque l'entrée dans une nouvelle ère au sen de laquelle les énormes modèles (souvent des maquettes en bos) préfgurant l'aspect fnal d'une nouvelle réalsaton sont devenus désormas nutles Chaque pèce est d'abord modélsée sur un pussant ordnateur qu est ensute capable d'assembler ce puzzle géant afn de vor s tout concorde Ce procédé confère à l'ensemble une précson jamas attente par les moyens tradtonnels, ce qu augmente encore la qualté de fabrcaton Une des facettes étonnantes de cette nouvelle méthode de traval est le mécancen vrtuel La tache de ce derner est de vérfer que toutes les actons de mantenance requses sont asément exécutables Ce qu, pour la pette hstore, a perms de mettre en lumère le fat qu'l état, dans les ébauches prélmnares, mpossble de changer une des lampes des feux de poston!

8 8 Motorola étude des prototypes vrtuels de téléphones cellulares avant de lancer la producton Le nouvel aéroport de Mam a été réalsé vrtuellement et étudé par Lockheed Martn avant d'être construt La pussance des ordnateurs décuplant régulèrement, des domanes qu parassaent utopques l y a quelques années sont mantenant à la portée de la modélsaton C'est par exemple le cas de l'étude de la turbulence Les fludes en mouvement nous entourent et nous font vvre : du sang crcule dans nos venes et de l'ar est en mouvement dans nos poumons ; certans de nos véhcules crculent dans l'atmosphère, tands que d'autres sllonnent les océans, almentés par des fludes qu se mélangent dans des chambres de combuston L'écoulement de ces fludes est généralement turbulent La connassance de la turbulence pourrat amélorer de façon spectaculare le rendement des tous ces phénomènes Contrarement aux écoulements lamnares (cas des vtesses d'écoulement lentes), les écoulements turbulents sont rrégulers et snueux La turbulence n'est pas toujours ndésrable : dans les cylndres de moteurs à combuston, elle favorse le mélange du carburant et de l'ar Grâce à la turbulence créée par le relef bosselé des balles de golf, celles-c peuvent attendre des dstances deux fos et deme supéreures à des balles lsses! Découvertes l y a 50 ans par Claude Naver et George Stokes, les équatons (dtes de Naver-Stokes) dérvent des los du mouvement de Newton Ce ne fut qu'à la fn des années 960 que les ordnateurs attegnrent des vtesses de calcul suffsantes pour les résoudre dans des cas smples! Jusqu'à présent, de nombreux essas en soufflere (entre 0 et 5) étaent un passage oblgé pour les constructeurs d'avon Aujourd'hu, grâce à la mécanque des fludes numérque, deux ou tros seulement sont nécessares Les fabrcants de moteur d'avon envsagent d'attendre vers l'an 003, une améloraton de 00% de la poussée rapportée au pods des moteurs et une réducton de 40% de leur consommaton! Dans le même domane, les hélces ont fat récemment des progrès spectaculares La modélsaton des hélces d'avons ou de bateaux tent compte de la masse volumque du flude ambant, de la presson hydrodynamque ou aérodynamque sur les pales, de l'nteracton des champs d'écoulement et enfn des contrantes mposées par le type de vasseau et par son moteur En 865, l'ngéneur écossas W Rankne établ la premère théore de l'hélce Pus, à partr des travaux de W Kutta (90) et N Joukovsk (9), A Betz et L Prandlt en 99 et enfn S Goldsten en 99, modélsent avec précson le comportement des hélces Mas, trop complexes pour être applqués, ces travaux tombent dans l'oubl jusqu'à leur reprse dans les années 80 par F Larrabee au MIT Il met au pont des algorthmes de calcul performants qu ont condut à des dessns d'hélce ayant des rendements pluseurs fos supéreurs aux hélces conventonnelles, rendant ans possble entre autre, le vol à propulson humane ou solare et le renouveau des avons à turbopropulseurs dont la vtesse de crosère a été augmentée de 0 à 50% pour une consommaton nchangée, smplement en changeant d'hélce et en amélorant ans consdérablement leur rendement aux vtesses élevées (c-dessus, hélce d'un ATR 4 de l'aérospatale permettant d'attendre une vtesse de crosère de 565 km/h à une alttude de 7000 m sot un gan de près de 00 km/h) À gauche, l'avon-cargo quadrmoteur russe Antonov AN-70, équpé de turbofans doubles contrarotatfs, (turbnes de 0300 kw chacune), est capable de décoller sur des pstes de

9 9 ant sous-marne Écoutons Larrabeee : 600 à 900 m seulement avec une charge de 47 tonnes! Il attent 800 km/h à plus de 0000 m d'alttude À drote, un modèle Farchld d avon de lutte " j'a eu la chance de partcper à une expérence pratque, démontrant la valdté de ce qu'on peut appeler, à juste ttre, une théore classque de l'aérodynamque de l'hélce Cette théore avat été publée en 99 et pratquement abandonnée vers 940 Cette démonstraton fut réalsée par tros étudants enthousastes de l'insttut de Technologe du Massachusetts qu entreprrent en janver 979 la constructon d'un avon à pédales Pour l'hélce, ls me demandèrent de les ader à applquer les prncpes de calcul que j'avas ms au pont pour résoudre ce problème Ces étudants rêvaent au prx de lvres sterlng offert par l'ndustrel brtannque Henry Kremer pour la réalsaton d'un avon susceptble de traverser la Manche à l'ade de la seule force musculare humane Pour commencer, mes tros lascars, Hyong Bang, Robert Parks et Harold Youngren, programmèrent un de mes algorthmes pour le calcul sur ordnateur des hélces Ils applquèrent cet algorthme au tracé d'une hélce destnée à un modèle rédut de bplan à l'échelle un hutème, télégudé par rado L'aéroplane fut baptsé Chrysals (chrysalde) Cette maquette d'une envergure de,74 mètres, état mue par le moteur d'un apparel photographque Polarod SX-70 Le moteur actonnat l'hélce par l'ntermédare d'un réducteur à engrenages de rapport / L'avon fut construt en une semane Par rapport aux hélces classques tracées emprquement et avec lesquelles la maquette aurat à pene pu se mantenr en vol avec les batteres à plene charge, l'hélce théorquement correcte, ben adaptée à la structure et au moteur choss, permt à la maquette d'accomplr tros fos et deme un crcut en hut autour de deux mâts dstants de 0 mètres avant que les batteres soent épusées" (Extrat de "Pour la Scence" n 35, sept 980) Les étudants ont obtenu le prx Kremer lorsque Bryan Allen, aux commandes du Gossamer Albatross (c-contre) a franch le Pas de Calas en heures 49 mnutes (jun 979) Le porte-avons "Charles De Gaulle" a beaucoup fat parler de ses hélces dessnées d'après les nouveaux algorthmes! Nonobstant leur fraglté due à des problèmes de fondere, elles lu permettent un gan de vtesse de près de 4 nœuds, gan effectvement constaté lorsqu'l a fallut les remplacer par les hélces conventonnelles du porte-avons "Clemenceau", la vtesse de crosère chutant à 4 nœuds

10 0 Toujours dans le domane de la mécanque des fludes, ctons une lettre de lecteur parue dans "La Recherche", n 33, page 6, Octobre 998, qu se passe de commentares! " Je souhate réagr à votre artcle sur la stablté du tot du Stade de France paru dans le numéro de jun Je sus drecteur de recherche au CNRS, spécalsé en aérodynamque applquée, entre autres, aux stes et bâtments Du pont de vue aérodynamque, la concepton de ce tot est pour le mons nepte, car sa géométre semble parfatement adaptée à la " prse au vent " Vous ctez une vtesse de vent constante de 46 km/h : cela me paraît léger, car le vent, surtout lorsqu'l est volent n'est jamas constant et c'est justement son caractère aléatore qu est dangereux pour une structure D'autre part, vous fates référence aux essas en soufflere pour détermner les "coeffcents de sécurté", donc les efforts exercés par le vent sur la structure or, l est ben connu, du mons de la part des vras aérodynamcens, qu'à de telles échelles de tels essas ne sont pas du tout représentatfs (pour des rasons de non respect des condtons de smltude d'écoulements)! Par contre, l exste aujourd'hu des moyens de smulaton ben plus représentatfs et ben mons coûteux que le mondre essa en soufflere, consstant en la smulaton numérque de l'écoulement du vent autour d'une telle structure, et je sus ébah que les bureaux d'études et d'archtectes en soent encore à l'gnorer! Je fas parte des nouveaux spécalstes dans le monde (et surtout pas en France) de ces nouveaux moyens qu sont " combattus " ben entendu par les explotants desdtes souffleres dont l'avenr est séreusement comproms par ces nouvelles méthodes Le coût de ces essas pourrat-l d'alleurs être rendu publc? " Jacques Marcllat Drecteur de recherche, CNRS Marselle " (Fort heureusement, les tempêtes de décembre 999, avec des vents de 70 km/h, n'ont pas donné rason à J Marcllat, son modèle de connassance étant mparfat!) L'étude des mouvements turbulents à grande échelle va pouvor permettre de modélser le comportement de l'atmosphère et, ans, la météorologe pourra effectuer des prévsons fables Pour réalser des prévsons météorologques, l faut prévor l'évoluton du flude atmosphérque (c'est-à-dre l'évoluton de son état dynamque, thermque et hygrométrque) Arpège, le modèle théorque de Météo-France, dvse pour cela l'atmosphère en 7 couches superposées de quelques centanes de mètres de hauteur, pus en boîtes de pluseurs klomètres de côté Chaque boîte consttue un volume d'atmosphère dans lequel les paramètres météorologques (température, humdté, presson, vent) sont supposés être homogènes : ls provennent des relevés des statons, bouées ou satelltes Le calcul de l'évoluton de l'atmosphère, dans un déla de 6 à 96 heures, est confé à un modèle de l'atmosphère programmé en FORTRAN par les ngéneurs de Météo-France, l tourne sur un super calculateur Fujtsu VPP700 E à archtecture parallèle qu comporte 3 processeurs (d'où une pussance de 4 ggaflops, équvalente à 500 Pentum Pro 00) Ce programme totalse envron lgnes de code Chaque con d'une boîte d'atmosphère représente un "pont de grlle" La dstance horzontale entre deux ponts détermne ce qu'on appelle la malle Plus la malle est serrée, plus y a donc de ponts de grlle, et plus la

11 prévson est fable Arpège, qu recense actuellement ponts de grlle par tranche, a pour prncpale caractérstque de posséder une malle varable : 5 km de côté sur la France, pour plus de précson, et 300 km aux antpodes (Toutefos, ce "super-ordnateur" n'a pas prévu la force de la tempête de décembre 999! ) Grâce aux super-ordnateurs du futur (proche), les physcens passeront progressvement du stade de la prédcton des effets de la turbulence à celu de leur commande Cette commande peut avor des effets consdérables : s l'on rédusat la traînée des avons de lgne de %, on accroîtrat de 40% les bénéfces des compagnes aérennes! La smulaton a montré que des cannelures de 40 µm de large (dmenson des sllons d'un dsque nor) sur les ales d'un avon réduraent sa traînée de 5 à 6% La peau des requns et des dauphns comporte de mnuscules dentcules qu font le même offce et leur procurent une remarquable vtesse de ponte Il y a deux démarches fondamentales en modélsaton : les modèles de connassance et les modèles de représentaton On établt un modèle de connassance à partr de los physques ou chmques fondamentales Nous verrons, par exemple, c-après le cas des courbes de ttrage acdebase Par contre, un modèle de représentaton ou expérmental est obtenu en chosssant a pror une relaton mathématque qu semble rendre compte au meux les valeurs expérmentales C'est le cas par exemple de l'équaton de Redlch-Kster, modèle de représentaton très utlsé des grandeurs molares d'excès Le modèle de représentaton décrt donc un ensemble de données dans le contexte expérmental concerné, ce qu lmte fortement son utlsaton En effet, l ne s'agt que d'une façon commode et concse pour "transporter" un grand nombre de données qu sont remplacées par quelques paramètres et une équaton Mas l faut savor que cette représentaton analytque posée a pror ne peut pas rendre compte des proprétés ntrnséques du phénomème physque Toute nterpolaton ou, a fortor, extrapolaton n'a pas de sens physque pusqu'elle est foncton de l'équaton chose L'obtenton de grandeurs dérvées, par exemple, peut condure à des résultats complètement erronés Nous verrons plus lon que les enthalpes partelles obtenues en dérvant l'équaton de Redlch-Kster (modèle de représentaton des enthalpes ntégrales) peuvent faclement donner leu à des nterprétatons qu n'ont ren à vor avec la réalté Toutefos, ces deux approches ne sont pas forcément antagonstes, elles sont complémentares : la recherche d'un modèle de représentaton peut (et dot) s'appuyer sur un mnmum de connassances physques Ce chox étant fat, la modélsaton du phénomène comporte tros étapes : - recherche d'une représentaton analytque pour décrre le comportement d'un phénomène réel, sot par l'applcaton de los fondamentales, sot par le chox a pror d'une équaton analytque

12 - dans les deux cas, l'étape suvante est l'estmaton des paramètres de ou des équatons choses précédemment par des calculs de régresson en mnmsant un crtère quadratque - enfn, ces équatons et leurs paramètres étant connus (ans que leur domane de valdté), on peut procéder à une smulaton A) Exemples de smulaton On peut smuler une expérence réelle après en avor détermné exactement toutes les équatons analytques entrant en jeu et tous les paramètres des équatons la décrvant Le pont de Normande, sur la Sene, qu rele le Havre à Honfleur, premère mondale pour un ouvrage de cette dmenson, est un bon exemple de smulaton Il ne s'agssat pas unquement de calculer le pont, mas d'étuder auss toutes ses déformatons en cours de constructon pour planfer le réglage de mse en tenson de ses haubans au fur et à mesure de l'avancement des travaux, de calculer le boucler de protecton des pylônes contre le choc éventuel d'un cargo, de smuler la température du béton lors de son coulage (réacton exothermque) pour évter des ponts chauds qu auraent pu provoquer des fssures et, enfn, de smuler l'effet des tempêtes et des vents très volents dans l'embouchure de la Sene Un autre exemple est celu des smulateurs de vol qu permettent économquement et sans danger la formaton et l'entraînement des plotes cvls et mltares On peut ans les mettre dans des stuatons qu seraent trop rsquées ou trop onéreuses dans la réalté Les équatons qu ntervennent sont celles qu régssant le vol d'un apparel partculer en foncton de ses caractérstques (aérodynamsme, pussance, dmensons ) C est le cas de la majorté des smulateurs de vol Par contre, X-Plane de Austn Meyer, a la partcularté d'être basé sur la modélsaton du flude atmosphérque, qu'l reprodut avec fdélté Les apparels utlsent alors l'ar envronnant (ou sa raréfacton) pour se déplacer, en foncton du profl des pales de l'hélce, des ales, du fuselage, etc, et non de smples algorthmes de vol La pénétraton dans l'ar d'un corps proflé dépendant de nombreux paramètres, les dfférentes valeurs étables dans le monde réel par les ngéneurs aéronautque servent de base pour reprodure les apparels dans X-Plane Grâce à ce concept orgnal, tous les types de "plus lourds que l'ar" sont modélsables, qu'ls soent de type avon-école ou gros porteurs, récents ou ancens, commercaux ou expérmentaux, mus par la chaleur (ballons et drgeables), par un (ou des) moteurs/réacteurs, à volure tournante propulsée (hélcoptère) ou lbre (gyrocoptère et autogre), mangeurs de pste ou à décollage vertcal, sans oubler la navette Orbter et cela dans toutes les condtons atmosphérque possble Autre partcularté, la base de données qu, non contente d'être de couverture mondale, reprodut sur le même prncpe l'atmosphère de Mars en récupérant et combnant les toutes dernères données satelltares (USGS, FAA, NOAA & MIMA)sot plus de 400 Mo de données de terran, 63 Go de données de ponts d'élévaton ssues de 578 cartes, Dans ce domane, la pussance des ordnateurs personnels est suffsante pour que des programmes de smulaton ntalement destnés au grand publc (X-Plane, Elte Pro ou RTS) aent reçu l approbaton de la fédératon nternatonale aéronautque (FAA) pour l'entranement IFR (vol aux nstruments)!

13 3 plus de 4 mllons de références vsuelles répartes sur 60 zones de scènes et regroupant la majeure parte des routes et autoroutes, voes de chemn de fer, fleuves, rvères et cours d'eau, lgnes à haute tenson, forêts, champs, zones ardes, vlles, etc Dans et aux abords de ces dernères, les véhcules se déplacent en respectant le code de la route pusqu'ls sont dotés d'éclarage (feux de route, feux stop, clgnotants, etc) et qu'l est possble de les vor évoluer sur les routes et autoroutes À noter que les routes ne sont pas de smples éléments de décor, et que le revêtement est prs en compte pour d'éventuel atterrssages d'urgence Austn Meyer vent de décrocher l'agrément FAA (Federal Avaton Admnstraton) dans le catégore vol aux nstruments, mas auss pour le certfcat de vols commercaux et surtout pour le certfcat de transport aéren (passagers) ce qu est unque pour un logcel «grand publc» Il faut ensute, d'une part un pussant programme graphque exécuté sur un calculateur rapde et, d'autre part un envronnement recréant le poste de plotage et ses mouvements pour donner l'lluson de la réalté Les auto-écoles commencent à s'équper elles auss de smulateurs de condute automoble Grâce à la pussance et au fable prx des mcroprocesseurs actuels (Intel Pentum, Dgtal R4000) l est possble de réalser des consoles graphques pussantes à un tarf abordable Un autre domane ntéressant est celu de la smulaton des collsons de votures automobles obtenues en applquant les équatons régssant la déformaton des tôles et de la structure du véhcule compte tenu des lens et nteractons entre les dfférents éléments Le nombre d'équatons et de paramètres est consdérable En fasant suvre ces calculs par une représentaton graphque suffsamment rapde pour affcher en temps réel le résultat des calculs (consoles Slcon Graphcs ou Kubota par ex), on peut assster vrtuellement à l'écrasement d'une voture lancée à 00 km/h contre un mur, suvre la déformaton et le déplacement de tous les éléments du véhcule et en dédure économquement les pèces qu dovent être renforcées Toujours dans le domane de la sécurté routère : le programme européen Humos (Human Model for Safety), qu a été lancé à la fn de 997 est de développer un modèle mathématque nformatsé du corps human permettant de smuler le comportement au choc d'un ndvdu et d'évaluer les rsques de blessures qu'l encourt à partr de smulatons effectuées sur une maquette numérque vrtuelle Cet outl est destné au développement de la protecton des personnes contre les accdents de la route et d'autres moyens de transport (ferrovare, aéren) ou encore contre les accdents du traval ou de losr Grâce à une ade de la Commsson Européenne, les travaux des qunze partenares européens de ce programme et équpementers d'automobles, édteurs de logcels et laboratores de recherche à perms d'aboutr, en 000, à un premer modèle par éléments fns fondé sur la géométre externe et nterne d'un homme de talle moyenne Cette géométre, obtenue à partr de coupes anatomques sérées d'un corps légué à la scence par un condamné à mort amércan mmédatement congelé après njecton létale, a été mallée en quelques dzanes de mllers d'éléments qu reprodusent la structure des pèces osseuses et des prncpaux organes nternes Des proprétés mécanques caractérstques des dvers éléments bologques (os, muscle, lgament ) ont été attrbuées à chacun de ces éléments de façon à pouvor

14 4 calculer, par ntégraton spatale et temporelle le comportement de l'ensemble du corps lorsque celu-c est soums a une charge applquée par un élément extéreur comme une centure de sécurté ou un sac gonflable Ces caractérstques mécanques ans que des los probablstes relant la valeur de certanes grandeurs mécanques - comme l'accélératon ou la force de compresson - à un rsque de léson ont été en parte mesurées expérmentalement sur des pèces anatomques La premère verson de ce modèle, correspondant à la premère phase du programme appelée Humos I, est déjà utlsée par certans constructeurs pour la concepton ces véhcules La seconde phase HUMOS II qu a débuté en septembre 00, a pour but de produre toute une famlle de modèles à partr de ce modèle de base, par le bas de méthodes d'adaptaton du mallage à des formes, des dmensons et des postures dfférentes C'est ans que l'on dsposera, d'c a 005, de modèles pour une pette femme et pour un homme de grande talle, dans deux postures de référence (debout et asss) Grâce aux méthodes d'adaptaton, des modèles de talle ntermédare pourront alors être produts dans des postures adaptées à des confguratons partculères de véhcules À terme, ce type de modèle pourra remplacer les mannequns mécanques d'essas de choc actuellement utlsés pour l homologaton des véhcules dont le comportement ne s est pas révélé satsfasant, pas plus que celu des cadavres parfos utlsés! La Thrust SSC, premère machne roulante à franchr le mur du son (7 km/h) en 997 a fat l'objet d'étude de smulaton numérque qu ont perms cet explot Les effets au sol du passage à une vtesse supersonque étaent nconnus : l'engn pouvat se mettre à vbrer ou décoller comme un avon Il a donc fallu trouver les formes optmales qu garantssent au bolde une parfate adhéson au sol, tout en allant plus vte que le son L'apparel a été réalsé sans aucun essa en soufflere, n maquette à échelle rédute : tout a été conçu par smulaton numérque assstée par ordnateur (Unversté de Swansea, pays de Galles) 3 Depus les premers modèles botanques, des méthodes mathématques et nformatques ont été mses au pont pour modélser et smuler la crossance et l'archtecture des végétaux On peut ans prévor le comportement des plantes ou celu d'un peuplement dans un envronnement donné La conformaton de molécules chmques auss complexes que celles des peptdes peut être obtenue par des programmes de smulaton, par exemple le programme GENMOL La recherche de la conformaton la plus stable est fate en applquant des règles précses de géométre obtenues par l'expérence (résultats de dffracton de rayons X en partculer) et une mnmsaton de l'énerge totale de déformaton sous contrante de la molécule formée Cette énerge est obtenue emprquement en consdérant la molécule comme un système de sphères dures lées par des ressorts L'énerge totale de déformaton s'écrt : E = E S + E B + E + E VdW + E H + E C E S : énerge de lason, E B : énerge de flexon, 3 Projet concu par Rchard Noble, plotée Andy Green, le 5 Octobre 997 à Black Rock Desert, Nevada

15 5 E : énerge de torson, E VdW : énerge de Van der Waals, E H : énerge de lason des atomes hydrogène, (remplace le terme précédent dans certans cas fasant ntervenr un atome d'hydrogène) E C : énerge de Coulomb Ces équatons étant écrtes, on mnmse la foncton E par les méthodes classques de Newton ou du gradent conjugué Ic encore, une console graphque évoluée permet de vsualser dans l'espace les molécules obtenues Dans tous les cas, l est prmordal de connaître le domane de valdté du modèle L'unversté amércane l'iowa a même ms au pont un modèle de comportement électoral qu a perms de prédre les résultats des électons françases avec un pourcentage d'erreur correct sur une pérode de plus de 0 ans : P% = 68,8 - (0,38 x popularté du présdent) - (0,3 x taux de crossance) dans laquelle P% est le pourcentage obtenu par les parts de gauche Lors des électons de ma 997, avec "popularté du présdent" = 30% et "taux de crossance" = 0,, on obtenat P% = 56,9! (55,3% des députés élus étaent de gauche au deuxème tour) Il faut toutefos rester réalste : tout ne peut pas être modélsé Voc par exemple un extrat d'artcle paru dans Scences et Avenr concernant le crash bourser de l'été 998 : " le pège des modèles mathématques en économe " "Comment explquer que des professonnels habtués à jongler avec les modèles mathématques complexes n'aent pas vu la crse arrver? En partculer, Robert Merton et Myron Scholes prx Nobel d'économe en 997 ont ms au pont une formule pour détermner la stratége à suvre pour gagner en Bourse LTCM (Long Term Captal Management), une entreprse de geston des fonds d'nvestssement, s'en est abondamment serv pour réalser des opératons fnancères En tros ans, elle fera un gan de 0 %! En août 998, pourtant, c'est la chute Le 3 septembre, LTCM, au bord de la banqueroute, est sauvé n extrems par un consortum de banques, sous l'égde de la banque centrale amércane Les modèles mathématques n'ont apparemment pas été capables de prédre la chute Il exste pluseurs modèles mathématques du comportement bourser Ils sont utlsés par nombre de gestonnares fnancers et donnent d'assez bons résultats depus pluseurs années Mas comment fonctonnent-ls? Ils ne prédsent pas le cours d'une acton détermnée Une telle prédcton serat absurde, trop de paramètres mprévsbles pouvant ntervenr à tout moment pour modfer le marché Plus modestement, les modèles analysent la " volatlté " du marché, c'est-à-dre les varatons des cours Ces varatons sont ponctuellement mprévsbles, mas obéssent globalement aux fonctons mathématques qu décrvent le chaos À partr de ces modèles, les mathématcens calculent la stratége optmale d'achat et de vente sur certans produts fnancers Mutats mutands, c'est un peu l'hstore de la trajectore de l'homme vre : l fat de manère aléatore un pas toutes les deux secondes dans n'mporte quelle drecton II n'est

16 6 pas possble de prédre quel sera son prochan pas, mas on peut prédre la probablté qu'l sot à tel ou tel endrot au bout d'un certan nombre de secondes II est ensute possble de calculer la melleure stratége pour le rattraper Mas que se passe-t-l s, au leu de fare un pas à drote ou à gauche, l'homme vre s'effondre au sol? Le modèle ne fonctonne plus Toute proporton gardée, c'est un peu ce qu s'est passé cette année : le déséqulbre a faussé les modèles, rendant les stratéges nopérantes (Scences et Avenr, n 6 décembre 998)" En astronome, la smulaton a perms des avancées spectaculares En cosmologe tout partculèrement, la smulaton a changé notre compréhenson de l'unvers parce qu'elle a perms l'expérmentaton vrtuelle, ce qu état mpossble matérellement! Mas les calculateurs nécessares sont les plus pussants dsponbles et une queston se pose : dans quelle mesure reprodure un phénomène sgnfe-t-l qu'on l'a comprs? L'expérmentaton réelle étant mpossble, l'aller-retour nécessare entre l'expérence et la smulaton ne peut être fat Par exemple, une smulaton de la formaton de notre système solare (par Rchard Lboff) montre la formaton d'une dxème planète qu n'a pas (encore?) été observée, à une dstance égale à 5 fos celle de la terre au solel Dans ce cas on peut penser que l'exploraton future de notre système solare pourra confrmer ou nfrmer la prévson de cette smulaton Par contre le résultat, annoncé à la une de Nature du 7 novembre "Neptune, peu après sa formaton aurat mgré lon du solel Ce fasant elle a entraîné avec elle pluseurs dzanes de gros objets à l'orgne de la future centure de Kuper " est un pur produt de la smulaton numérque Est-l juste ou faux? Nul ne pourra jamas le détermner 4 On pourrat multpler les exemples à l'nfn 4 Cel & Espace Fév 004

17 7 III)PRÉSENTATION DU TABLEUR Nous allons utlser le tableur QUATTRO PRO pour effectuer les calculs de régresson et de smulaton A) Introducton Pour présenter avec clarté les résultats d'expérences ou de travaux pratques nous utlsons tous régulèrement la dsposton en tableau ou feulle de calcul Établr un programme permettant la réalsaton automatque d'une feulle de calcul état donc une chose naturelle et VISICALC 5 fût, au début du développement des ordnateurs, l'ancêtre des tableurs Ce que l'on vot sur l'écran n'est qu'une fable parte de la feulle de calcul : c'est une fenêtre que l'on peut déplacer à volonté Chaque case ou cellule est repérée par ses coordonnées : une lettre pour les colonnes et un chffre pour les lgnes La grande dée du tableur est de pouvor ntrodure dans ces cellules des ordres sous forme de formules de calcul mathématque ou logque, formules qu n'apparassent pas normalement à l'écran, lassant ans la place aux données ou aux résultats des calculs Le recalcul automatque (ou non) des résultats se fat à chaque modfcaton d'une donnée quelconque Ans, l'affectaton de ces cases est double : elles contennent sot une donnée ntrodute par l'utlsateur, sot le résultat d'un calcul effectué à l'ade du contenu de certanes cases C'est cette nteractvté mmédate entre données et résultats qu fat la supérorté du tableur dans certans types de calculs et qu offre une alternatve ntutve aux langages classques dont l'écrture s'adresse à des spécalstes Dans un tableur, le résultat affché dans une cellule est éventuellement foncton du contenu d'autres cellules selon la formule qu'elle content Chaque cellule accède ans à un envronnement composé d'autres cellules, vosnes ou lontanes Mas elle ne vot de cet envronnement que les résultats affchés (publcs) alors que la formule est une caractérstque prvée Exemple : calcul de la concentraton d'une soluton contenant un volume V = 00 ml d'eau dans laquelle on a versé un volume V = O, ml d'une soluton d'un sel quelconque de concentraton C sel = 0, mol/l La concentraton C est calculée par la relaton C = Aspect du tableur : contenu publc des cellules V * C V V sel Aspect du tableur : contenu prvé des cellules 5 Créé en 979 par Dan Brckln et Bob Franston, les premères utlsatons se stuaent dans le monde économque

18 8 (La présence du sgne $ dans les formules sera explquée c-après) L'écrture des formules dans un tableur est grandement facltée par des possbltés de recope des formules Dans l'exemple c-dessus, on peut magner que l'expérence est reprse en apportant un volume V' dfférent dans la soluton ntale Il est alors facle de recoper les formules des cellules B3 et C3 dans les cellules B4 et C4 L'adaptaton à leur nouvelle lgne est automatque (A3 et B3 sont remplacés par A4 et B4, par contre la présence du sgne $ fxe les coordonnées des cellules B et D lors de la recope de la formule) L'ntroducton d'une valeur en A4 provoque mmédatement l'affchage des résultats Consdérons mantenant que le volume de soluton est ajouté chaque fos à la soluton précédente (cas par exemple d'un ttrage) Le volume total est alors égal au volume ntal V ntal, plus la somme des volumes ajoutés V V TOTAL = V ntal + V et la quantté totale de sel en soluton est égale à la somme des quanttés ajoutées La concentraton en sel après ajouts de volumes V de sel peut alors s'écrre C = Il n'est pas facle de transcrre cette formule dans le tableur De façon générale l vaut meux utlser une formulaton tératve qu fat appel à des résultats obtenus dans d'autres cellules On peut noter, par exemple, que le volume total V total() est égal au volume total calculé pour l'ajout précédent V Total(-) plus le volume ntal V ntal C sel V * V V et, de même pour la concentraton V total() = V ntal + V Total(-)

19 ( Vtotal ) V C = V ( ntal )* total ( ) On écrt les formules C4 et B4 en applquant les relatons c-dessus Après recope de B4 vers B5B3 et C4 vers C5C3, on obtent les tableaux suvants : contenu prvé : C sel contenu publc : B) Prse en man de quattro pro pour Wndows ) Chargement de QUATTRO PRO pour Wndows Clquer sur l'cône de QUATTRO PRO 9

20 0 a) Les zones de l'écran Une feulle de calcul se dvse en 5 zones : - En haut de l'écran, la barre de menu déroulant propose 9 sous-menus Pour l'actver, appuyer sur la barre oblque Pour fare dérouler un menu, taper la lettre clef en surbrllance ou de couleur dfférente, par exemple F pour le menu Fcher La touche + permet d'obtenr la verson ntégrale du menu déroulant, la touche - la verson abrégée L'utlsaton d'une sours faclte consdérablement l'utlsaton du tableur : l sufft de "clquer" sur le menu ou la commande souhatée - Les boutons de la barre d'cônes permettent de sélectonner rapdement les commandes ou proprétés les plus couramment utlsées - Le menu Fcher comporte toutes les fonctons de geston et d'mpresson de fchers : Le menu Édton content les commandes de base pour la modfcaton et la recherche de données Elles utlsent le Presse-paper de Wndows comme zone de stockage temporare, ce qu permet d'exporter vers d'autres applcatons, comme Word par exemple, des pages de calcul :

Remboursement d un emprunt par annuités constantes

Remboursement d un emprunt par annuités constantes Sére STG Journées de formaton Janver 2006 Remboursement d un emprunt par annutés constantes Le prncpe Utlsaton du tableur Un emprunteur s adresse à un prêteur pour obtenr une somme d argent (la dette)

Plus en détail

Editions ENI. Project 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait

Editions ENI. Project 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait Edtons ENI Project 2010 Collecton Référence Bureautque Extrat Défnton des tâches Défnton des tâches Project 2010 Sasr les tâches d'un projet Les tâches représentent le traval à accomplr pour attendre l'objectf

Plus en détail

STATISTIQUE AVEC EXCEL

STATISTIQUE AVEC EXCEL STATISTIQUE AVEC EXCEL Excel offre d nnombrables possbltés de recuellr des données statstques, de les classer, de les analyser et de les représenter graphquement. Ce sont prncpalement les tros éléments

Plus en détail

WINDOWS 10. Prise en main de votre ordinateur ou votre tablette

WINDOWS 10. Prise en main de votre ordinateur ou votre tablette WINDOWS 10 Prse en man de votre ordnateur ou votre tablette Table des matères Wndows 10 L envronnement Wndows 10 sur un ordnateur Wndows 10 : les nouveautés................................ 7 Démarrer Wndows

Plus en détail

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction -

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction - EXAME FIAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSIO 1 - Correcton - Exercce 1 : 1) Consdérons une entreprse E comportant deux établssements : E1 et E2 qu emploent chacun 200 salarés. Au sen de l'établssement

Plus en détail

Les jeunes économistes

Les jeunes économistes Chaptre1 : les ntérêts smples 1. défnton et calcul pratque : Défnton : Dans le cas de l ntérêt smple, le captal reste nvarable pendant toute la durée du prêt. L emprunteur dot verser, à la fn de chaque

Plus en détail

Définition des tâches

Définition des tâches Défnton des tâches Défnton des tâches Project 2010 Sasr les tâches d'un projet Les tâches représentent le traval à accomplr pour attendre l'objectf du projet. Elles représentent de ce fat, les éléments

Plus en détail

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks Plan Geston des stocks Abdellah El Fallah Ensa de Tétouan 2011 Les opératons de gestons des stocks Les coûts assocés à la geston des stocks Le rôle des stocks Modèle de la quantté économque Geston calendare

Plus en détail

Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amiens.fr/pedagogie/maths/new/ue2007/synthese_atelier_annette_alain.

Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amiens.fr/pedagogie/maths/new/ue2007/synthese_atelier_annette_alain. Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amens.fr/pedagoge/maths/new/ue2007/synthese_ateler_annette_alan.pdf 1 La règle du jeu Un drecteur de casno se propose d nstaller le

Plus en détail

Mesure avec une règle

Mesure avec une règle Mesure avec une règle par Matheu ROUAUD Professeur de Scences Physques en prépa, Dplômé en Physque Théorque. Lycée Alan-Fourner 8000 Bourges ecrre@ncerttudes.fr RÉSUMÉ La mesure d'une grandeur par un système

Plus en détail

Interfaces Windows 8 et Bureau

Interfaces Windows 8 et Bureau Interfaces Wndows 8 et Bureau Interfaces Wndows 8 et Bureau Découvrr l nterface Wndows 8 Après s être dentfé va un compte Mcrosoft ou un compte local, l utlsateur vot apparaître sur son écran la toute

Plus en détail

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix?

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix? Note méthodologque Tratements hebdomadares Questlemonscher.com Quelle méthode de collecte de prx? Les éléments méthodologques ont été défns par le cabnet FaE onsel, socété d études et d analyses statstques

Plus en détail

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social Drgeant de SAS : Lasser le chox du statut socal Résumé de notre proposton : Ouvrr le chox du statut socal du drgeant de SAS avec 2 solutons possbles : apprécer la stuaton socale des drgeants de SAS comme

Plus en détail

Interface OneNote 2013

Interface OneNote 2013 Interface OneNote 2013 Interface OneNote 2013 Offce 2013 - Fonctons avancées Lancer OneNote 2013 À partr de l'nterface Wndows 8, utlsez une des méthodes suvantes : - Clquez sur la vgnette OneNote 2013

Plus en détail

Découvrir l interface Windows 8

Découvrir l interface Windows 8 Wndows 8.1 L envronnement Wndows 8 Interfaces Wndows 8 et Bureau L envronnement Wndows 8 Découvrr l nterface Wndows 8 Après s être dentfé va un compte Mcrosoft ou un compte local, l utlsateur vot apparaître

Plus en détail

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations Contrats prévoyance des TNS : Clarfer les règles pour sécurser les prestatons Résumé de notre proposton : A - Amélorer l nformaton des souscrpteurs B Prévor plus de souplesse dans l apprécaton des revenus

Plus en détail

Fiche n 7 : Vérification du débit et de la vitesse par la méthode de traçage

Fiche n 7 : Vérification du débit et de la vitesse par la méthode de traçage Fche n 7 : Vérfcaton du débt et de la vtesse par la méthode de traçage 1. PRINCIPE La méthode de traçage permet de calculer le débt d un écoulement ndépendamment des mesurages de hauteur et de vtesse.

Plus en détail

Montage émetteur commun

Montage émetteur commun tour au menu ontage émetteur commun Polarsaton d un transstor. ôle de la polarsaton La polarsaton a pour rôle de placer le pont de fonctonnement du transstor dans une zone où ses caractérstques sont lnéares.

Plus en détail

SIMULATION D UN JET TURBULENT POUR LE REFROIDISSEMENT DES AUBES DE TURBINE

SIMULATION D UN JET TURBULENT POUR LE REFROIDISSEMENT DES AUBES DE TURBINE 10 ème Sémnare Internatonal sur la Physque Energétque 10 th Internatonal Meetng on Energetcal Physcs SIMULAION D UN JE URBULEN POUR LE REFROIDISSEMEN DES AUBES DE URBINE Bounegta Bachr 1, Abdelarm Maamar

Plus en détail

Integral T 3 Compact. raccordé aux installations Integral 5. Notice d utilisation

Integral T 3 Compact. raccordé aux installations Integral 5. Notice d utilisation Integral T 3 Compact raccordé aux nstallatons Integral 5 Notce d utlsaton Remarques mportantes Remarques mportantes A quelle nstallaton pouvez-vous connecter votre téléphone Ce téléphone est conçu unquement

Plus en détail

Terminal numérique TM 13 raccordé aux installations Integral 33

Terminal numérique TM 13 raccordé aux installations Integral 33 Termnal numérque TM 13 raccordé aux nstallatons Integral 33 Notce d utlsaton Vous garderez une longueur d avance. Famlarsez--vous avec votre téléphone Remarques mportantes Chaptres à lre en prorté -- Vue

Plus en détail

Système solaire combiné Estimation des besoins énergétiques

Système solaire combiné Estimation des besoins énergétiques Revue des Energes Renouvelables ICRESD-07 Tlemcen (007) 109 114 Système solare combné Estmaton des besons énergétques R. Kharch 1, B. Benyoucef et M. Belhamel 1 1 Centre de Développement des Energes Renouvelables

Plus en détail

Exercices d Électrocinétique

Exercices d Électrocinétique ercces d Électrocnétque Intensté et densté de courant -1.1 Vtesse des porteurs de charges : On dssout une masse m = 20g de chlorure de sodum NaCl dans un bac électrolytque de longueur l = 20cm et de secton

Plus en détail

Mode d'emploi. Servomoteur radiofréquence 1187 00

Mode d'emploi. Servomoteur radiofréquence 1187 00 Mode d'emplo Servomoteur radofréquence 1187 00 Table des matères A propos de ce mode d'emplo... 2 Représentaton de l'apparel... 3 Montage... 3 Démontage... 3 Almentaton... 4 Mettre la ple en place... 4

Plus en détail

DES EFFETS PERVERS DU MORCELLEMENT DES STOCKS

DES EFFETS PERVERS DU MORCELLEMENT DES STOCKS DES EFFETS PERVERS DU MORCELLEMENT DES STOCKS Le cabnet Enetek nous démontre les mpacts négatfs de la multplcaton des stocks qu au leu d amélorer le taux de servce en se rapprochant du clent, le dégradent

Plus en détail

BTS GPN 2EME ANNEE-MATHEMATIQUES-MATHS FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES

BTS GPN 2EME ANNEE-MATHEMATIQUES-MATHS FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES I. Concepts généraux. Le référentel précse : Cette parte du module M4 «Acquérr des outls mathématques de base nécessares à l'analyse de données économques» est en relaton avec

Plus en détail

1 Introduction. 2 Définitions des sources de tension et de courant : Cours. Date : A2 Analyser le système Conversion statique de l énergie. 2 h.

1 Introduction. 2 Définitions des sources de tension et de courant : Cours. Date : A2 Analyser le système Conversion statique de l énergie. 2 h. A2 Analyser le système Converson statque de l énerge Date : Nom : Cours 2 h 1 Introducton Un ConVertsseur Statque d énerge (CVS) est un montage utlsant des nterrupteurs à semconducteurs permettant par

Plus en détail

LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régime») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF

LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régime») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF 1 LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régme») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF AVIS AUX RETRAITÉS ET AUX PARTICIPANTS AVEC DROITS ACQUIS DIFFÉRÉS Expédteurs

Plus en détail

GEA I Mathématiques nancières Poly. de révision. Lionel Darondeau

GEA I Mathématiques nancières Poly. de révision. Lionel Darondeau GEA I Mathématques nancères Poly de révson Lonel Darondeau Intérêts smples et composés Voc la lste des exercces à révser, corrgés en cours : Exercce 2 Exercce 3 Exercce 5 Exercce 6 Exercce 7 Exercce 8

Plus en détail

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria.

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria. 1 CAS nédt d applcaton sur les normes IAS/IFRS Coût amort sur oblgatons à taux varable ou révsable La socété Plumera présente ses comptes annuels dans le référentel IFRS. Elle détent dans son portefeulle

Plus en détail

Grandeur physique, chiffres significatifs

Grandeur physique, chiffres significatifs Grandeur physque, chffres sgnfcatfs I) Donner le résultat d une mesure en correspondance avec l nstrument utlsé : S avec un nstrument, ren n est ndqué sur l ncerttude absolue X d une mesure X, on consdère

Plus en détail

Le théorème du viriel

Le théorème du viriel Le théorème du vrel On se propose de démontrer le théorème du vrel de deux manères dfférentes. La premère fat appel à deux "trcks" qu l faut vor. Cette preuve met en avant une quantté, notée S c, qu permet

Plus en détail

INTERNET. Initiation à

INTERNET. Initiation à Intaton à INTERNET Surfez sur Internet Envoyez des messages Téléchargez Dscutez avec Skype Découvrez Facebook Regardez des vdéos Protégez votre ordnateur Myram GRIS Table des matères Internet Introducton

Plus en détail

MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES

MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES Émle Garca, Maron Le Cam et Therry Rocher MENESR-DEPP, bureau de l évaluaton des élèves Cet artcle porte sur les méthodes de

Plus en détail

TD 1. Statistiques à une variable.

TD 1. Statistiques à une variable. Danel Abécasss. Année unverstare 2010/2011 Prépa-L1 TD de bostatstques. Exercce 1. On consdère la sére suvante : TD 1. Statstques à une varable. 1. Calculer la moyenne et l écart type. 2. Calculer la médane

Plus en détail

T3 Comfort raccordé a IP Office

T3 Comfort raccordé a IP Office IP Telephony Contact Centers Moblty Servces T3 Comfort raccordé a IP Offce Benutzerhandbuch User's gude Manual de usuaro Manuel utlsateur Manuale d uso Gebrukersdocumentate Sommare Sommare Se famlarser

Plus en détail

EH SmartView. Identifiez vos risques et vos opportunités. www.eulerhermes.be. Pilotez votre assurance-crédit. Services en ligne Euler Hermes

EH SmartView. Identifiez vos risques et vos opportunités. www.eulerhermes.be. Pilotez votre assurance-crédit. Services en ligne Euler Hermes EH SmartVew Servces en lgne Euler Hermes Identfez vos rsques et vos opportuntés Plotez votre assurance-crédt www.eulerhermes.be Les avantages d EH SmartVew L expertse Euler Hermes présentée de manère clare

Plus en détail

P R I S E E N M A I N R A P I D E O L I V E 4 H D

P R I S E E N M A I N R A P I D E O L I V E 4 H D P R I S E E N M A I N R A P I D E O L I V E 4 H D Sommare 1 2 2.1 2.2 2.3 3 3.1 3.2 3.3 4 4.1 4.2 4.3 4.4 4.5 4.6 5 6 7 7.1 7.2 7.3 8 8.1 8.2 8.3 8.4 8.5 8.6 Contenu du carton... 4 Paramétrage... 4 Connexon

Plus en détail

Des solutions globales fi ables et innovantes. www.calyon.com

Des solutions globales fi ables et innovantes. www.calyon.com Des solutons globales f ables et nnovantes www.calyon.com OPTIM Internet: un outl smple et performant Suv de vos comptes Tratement de vos opératons bancares Accès à un servce de reportng complet Une nterface

Plus en détail

LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA

LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA Observatore Economque et Statstque d Afrque Subsaharenne LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA Une contrbuton à la réunon commune CEE/BIT sur les ndces des prx

Plus en détail

Chapitre 6. Economie ouverte :

Chapitre 6. Economie ouverte : 06/2/202 Chaptre 6. Econome ouverte : le modèle Mundell Flemng Elsabeth Cudevlle Le développement des échanges nternatonaux (bens et servces et flux fnancers) a rendu fortement nterdépendantes les conjonctures

Plus en détail

Le Prêt Efficience Fioul

Le Prêt Efficience Fioul Le Prêt Effcence Foul EMPRUNTEUR M. Mme CO-EMPRUNTEUR M. Mlle Mme Mlle (CONJOINT, PACSÉ, CONCUBIN ) Départ. de nass. Nature de la pèce d dentté : Natonalté : CNI Passeport Ttre de séjour N : Salaré Stuaton

Plus en détail

Pourquoi LICIEL? Avec LICIEL passez à la vitesse supérieure EPROUVE TECHNICITE CONNECTE STABILITE SUIVIE COMMUNAUTE

Pourquoi LICIEL? Avec LICIEL passez à la vitesse supérieure EPROUVE TECHNICITE CONNECTE STABILITE SUIVIE COMMUNAUTE L og c el s de D agnos t c s I mmob l er s Cont ac t eznous 32BddeS t r as bougcs3010875468 Par scedex10tel. 0253354064Fax0278084116 ma l : s er v c e. c l ent @l c el. f r Pourquo LICIEL? Implanté sur

Plus en détail

Professionnel de santé équipé de Médiclick!

Professionnel de santé équipé de Médiclick! Professonnel de santé équpé de Médclck! Dosser Médcal Partagé en Aqutane Ce gude vous présente les prncpales fonctonnaltés réservées aux professonnels de santé membres du réseau AquDMP. Sommare Connexon

Plus en détail

Bibliothèque de documents

Bibliothèque de documents Bblothèque de documents Bblothèque de documents SharePont 2010 Vue d ensemble Dans un ste SharePont, les bblothèques permettent de stocker des éléments de types dfférents : des documents, des mages, des

Plus en détail

Q x2 = 1 2. est dans l ensemble plus grand des rationnels Q. Continuons ainsi, l équation x 2 = 1 2

Q x2 = 1 2. est dans l ensemble plus grand des rationnels Q. Continuons ainsi, l équation x 2 = 1 2 Exo7 Nombres complexes Vdéo parte. Les nombres complexes, défntons et opératons Vdéo parte. Racnes carrées, équaton du second degré Vdéo parte 3. Argument et trgonométre Vdéo parte 4. Nombres complexes

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L ASSURANCE AUTOMOBILE AU QUÉBEC : UNE PRIME SELON LE COÛT SOCIAL MARGINAL MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L ASSURANCE AUTOMOBILE AU QUÉBEC : UNE PRIME SELON LE COÛT SOCIAL MARGINAL MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L ASSURANCE AUTOMOBILE AU QUÉBEC : UNE PRIME SELON LE COÛT SOCIAL MARGINAL MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE DE LA MAÎTRISE EN ÉCONOMIQUE PAR ERIC LÉVESQUE JANVIER

Plus en détail

Somfy Box. Activation de l option io et programmation de vos produits io

Somfy Box. Activation de l option io et programmation de vos produits io Somfy Box Actvaton de l opton o et programmaton de vos produts o Sommare Pré-requs pour la programmaton de produts o sur la Somfy Box 1 Harmonser la clé système 1 Qu est-ce que la clé système? 1 Dans quel

Plus en détail

En vue de l'obtention du. Présentée et soutenue par Meva DODO Le 06 novembre 2008

En vue de l'obtention du. Présentée et soutenue par Meva DODO Le 06 novembre 2008 THÈSE En vue de l'obtenton du DOCTORAT DE L UNIVERSITÉ DE TOULOUSE Délvré par l'unversté Toulouse III - Paul Sabater Spécalté : Informatque Présentée et soutenue par Meva DODO Le 06 novembre 2008 Ttre

Plus en détail

GENESIS - Generalized System for Imputation Simulations (Système généralisé pour simuler l imputation)

GENESIS - Generalized System for Imputation Simulations (Système généralisé pour simuler l imputation) GENESS - Generalzed System for mputaton Smulatons (Système généralsé pour smuler l mputaton) GENESS est un système qu permet d exécuter des smulatons en présence d mputaton. L utlsateur fournt un ensemble

Plus en détail

Be inspired. Numéro Vert. Via Caracciolo 20 20155 Milano tel. +39 02 365 22 990 fax +39 02 365 22 991

Be inspired. Numéro Vert. Via Caracciolo 20 20155 Milano tel. +39 02 365 22 990 fax +39 02 365 22 991 Ggaset SX353 / französsch / A31008-X353-P100-1-7719 / cover_0_hedelberg.fm / 03.12.2003 s Be nspred www.onedrect.fr www.onedrect.es www.onedrect.t www.onedrect.pt 0 800 72 4000 902 30 32 32 02 365 22 990

Plus en détail

La physiologie du cerveau montre que celui-ci est constitué de cellules (les neurones) interconnectées. Quelques étapes de cette découverte :

La physiologie du cerveau montre que celui-ci est constitué de cellules (les neurones) interconnectées. Quelques étapes de cette découverte : Chaptre 3 Apprentssage automatque : les réseaux de neurones Introducton Le Perceptron Les réseaux mult-couches 3.1 Introducton Comment l'homme fat-l pour rasonner, parler, calculer, apprendre,...? Comment

Plus en détail

Chapitre IV : Inductance propre, inductance mutuelle. Energie électromagnétique

Chapitre IV : Inductance propre, inductance mutuelle. Energie électromagnétique Spécale PSI - Cours "Electromagnétsme" 1 Inducton électromagnétque Chaptre IV : Inductance propre, nductance mutuelle. Energe électromagnétque Objectfs: Coecents d nductance propre L et mutuelle M Blan

Plus en détail

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire Assurance malade et aléa de moralté ex-ante : L ncdence de l hétérogénété de la perte santare Davd Alary 1 et Franck Ben 2 Cet artcle examne l ncdence de l hétérogénété de la perte santare sur les contrats

Plus en détail

Paquets. Paquets nationaux 1. Paquets internationaux 11

Paquets. Paquets nationaux 1. Paquets internationaux 11 Paquets Paquets natonaux 1 Paquets nternatonaux 11 Paquets natonaux Servces & optons 1 Créaton 3 1. Dmensons, pods & épasseurs 3 2. Présentaton des paquets 4 2.1. Face avant du paquet 4 2.2. Comment obtenr

Plus en détail

Mode d'emploi. Capteur de température ambiante radiofréquence avec horloge 1186..

Mode d'emploi. Capteur de température ambiante radiofréquence avec horloge 1186.. Mode d'emplo Capteur de température ambante radofréquence avec horloge 1186.. Table des matères A propos de ce mode d'emplo... 2 Comment le capteur de température ambante radofréquence fonctonne... 2 Affchage

Plus en détail

Généralités sur les fonctions 1ES

Généralités sur les fonctions 1ES Généraltés sur les fonctons ES GENERALITES SUR LES FNCTINS I. RAPPELS a. Vocabulare Défnton Une foncton est un procédé qu permet d assocer à un nombre x appartenant à un ensemble D un nombre y n note :

Plus en détail

classification non supervisée : pas de classes prédéfinies Applications typiques

classification non supervisée : pas de classes prédéfinies Applications typiques Qu est ce que le clusterng? analyse de clusterng regroupement des obets en clusters un cluster : une collecton d obets smlares au sen d un même cluster dssmlares au obets appartenant à d autres clusters

Plus en détail

Un protocole de tolérance aux pannes pour objets actifs non préemptifs

Un protocole de tolérance aux pannes pour objets actifs non préemptifs Un protocole de tolérance aux pannes pour objets actfs non préemptfs Françose Baude Dens Caromel Chrstan Delbé Ludovc Henro Equpe Oass, INRIA - CNRS - I3S 2004, route des Lucoles F-06902 Sopha Antpols

Plus en détail

Application de modèles grande échelle à la problématique régionale : cas de l ozone

Application de modèles grande échelle à la problématique régionale : cas de l ozone Applcaton de modèles grande échelle à la problématque régonale : cas de l ozone Laboratore Central de Survellance de la Qualté de l Ar Conventon n 115/03 Cécle HONORÉ, Laure MALHERBE Unté Modélsaton et

Plus en détail

Relais de protection et de commmande

Relais de protection et de commmande S O U S - S T A T I O N S Relas de protecton et de commmande La gamme SEPCOS-PRO comprend des relas de protecton et de commande de haute technologe qu répondent à la perfecton aux exgences des réseaux

Plus en détail

10ème Congrès Français d'acoustique Lyon, 12-16 Avril 2010

10ème Congrès Français d'acoustique Lyon, 12-16 Avril 2010 10ème Congrès ranças d'acoustque Lyon, 1-16 Avrl 010 Imagere acoustque en soufflere SA Arnaud Ménoret 1, Nathale Gorllot, Jean-Luc Adam 3 1 Sgnal Développement, 1 Bld Chassegne, 86000 Poters, a.menoret@sgnal-developpement.com

Plus en détail

Série A Septembre 2008

Série A Septembre 2008 Sére A Septembre 2008 Sommare Notce avec encadré* 3 Annexe à la Notce 17 UFEP : extrat des statuts 27 *Cet encadré a pour objet d attrer l attenton de l adhérent sur certanes dspostons essentelles de la

Plus en détail

I. Présentation générale des méthodes d estimation des projets de type «unité industrielle»

I. Présentation générale des méthodes d estimation des projets de type «unité industrielle» Evaluaton des projets et estmaton des coûts Le budget d un projet est un élément mportant dans l étude d un projet pusque les résultats économques auront un mpact sur la réalsaton ou non et sur la concepton

Plus en détail

Cette documentation provient du site www.arclim.eu et fait référence au produit suivant : PWRPR0000. Prix unitaire : 1732.77 HT

Cette documentation provient du site www.arclim.eu et fait référence au produit suivant : PWRPR0000. Prix unitaire : 1732.77 HT Régulaton Sondes & Capteurs Détente frgo électronque Supervson & GTC Humdfcaton & Déshu. Vannes & Servomoteurs Comptage eau, elec., énerge Ancens artcles Cette documentaton provent du ste www.arclm.eu

Plus en détail

TRAVAUX PRATIQUES SPECTRO- COLORIMETRIE

TRAVAUX PRATIQUES SPECTRO- COLORIMETRIE UNIVERSITE MONTPELLIER 2 Département de Physque TRAVAUX PRATIQUES DE SPECTRO- COLORIMETRIE F. GENIET 2 INTRODUCTION Cet ensegnement de travaux pratques de seconde année se propose de revor rapdement l'aspect

Plus en détail

Pour plus d'informations, veuillez nous contacter au 04.75.05.52.62. ou à contact@arclim.fr.

Pour plus d'informations, veuillez nous contacter au 04.75.05.52.62. ou à contact@arclim.fr. Régulaton Sondes & Capteurs Détente frgo électronque Supervson & GTC Humdfcaton & Déshu. Vannes & Servomoteurs Comptage eau, elec., énerge Ancens artcles Cette documentaton provent du ste www.arclm.eu

Plus en détail

Cours #8 Optimisation de code

Cours #8 Optimisation de code ELE-784 Ordnateurs et programmaton système Cours #8 Optmsaton de code Bruno De Kelper Ste nternet : http://www.ele.etsmtl.ca/academque/ele784/ Cours # 8 ELE784 - Ordnateurs et programmaton système 1 Plan

Plus en détail

Modélisations du risque en assurance automobile. Michel Grun-Rehomme Université Paris 2 et Ensae Email: grun@ensae.fr

Modélisations du risque en assurance automobile. Michel Grun-Rehomme Université Paris 2 et Ensae Email: grun@ensae.fr Modélsatons du rsque en assurance automoble Mchel Grun-Rehomme Unversté Pars 2 et Ensae Emal: grun@ensae.fr 1 Modélsatons du rsque en assurance automoble La snstralté est mesurée en terme de fréquence

Plus en détail

Avez-vous vous aperçu cette drôle de trogne? Entre nature et histoire autour de Mondoubleau

Avez-vous vous aperçu cette drôle de trogne? Entre nature et histoire autour de Mondoubleau Avez-vous vous aperçu cette drôle de trogne? Entre nature et hstore autour de Mondoubleau Thème de la cache : NATURE ET CULTURE Départ : Parkng Campng des Prés Barrés à Mondoubleau Dffculté : MOYENNE Dstance

Plus en détail

ÉLÉMENTS DE THÉORIE DE L INFORMATION POUR LES COMMUNICATIONS.

ÉLÉMENTS DE THÉORIE DE L INFORMATION POUR LES COMMUNICATIONS. ÉLÉMETS DE THÉORIE DE L IFORMATIO POUR LES COMMUICATIOS. L a théore de l nformaton est une dscplne qu s appue non seulement sur les (télé-) communcatons, mas auss sur l nformatque, la statstque, la physque

Plus en détail

Distripost. Création 7 Caractéristiques du produit et options 7. Préparation de vos envois 8 Conditionnement 8

Distripost. Création 7 Caractéristiques du produit et options 7. Préparation de vos envois 8 Conditionnement 8 Dstrpost Quo, où et comment? 1 1. Qu est-ce que Dstrpost? 1 2. Quels chox s offrent à vous pour la dstrbuton de vos envos Dstrpost? 1 2.1. Tout le monde reçot-l mon envo toutes-boîtes dans la zone sélectonnée?

Plus en détail

Chapitre 3 : Incertitudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES. Lignes directrices 2006 du GIEC pour les inventaires nationaux de gaz à effet de serre 3.

Chapitre 3 : Incertitudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES. Lignes directrices 2006 du GIEC pour les inventaires nationaux de gaz à effet de serre 3. Chaptre 3 : Incerttudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES Lgnes drectrces 2006 du GIEC pour les nventares natonaux de gaz à effet de serre 3.1 Volume 1 : Orentatons générales et établssement des rapports Auteurs

Plus en détail

Pro2030 GUIDE D UTILISATION. Français

Pro2030 GUIDE D UTILISATION. Français Pro2030 GUIDE D UTILISATION Franças Contents Garante... Introducton... 1 Artcle nº 605056 Rév C Schéma nº A605056 Novembre 2010 2010 YSI Incorporated. Le logo YSI est une marque déposée de YSI Incorporated.

Plus en détail

Impôt sur la fortune et investissement dans les PME Professeur Didier MAILLARD

Impôt sur la fortune et investissement dans les PME Professeur Didier MAILLARD Conservatore atonal des Arts et Méters Chare de BAQUE Document de recherche n 9 Impôt sur la fortune et nvestssement dans les PME Professeur Dder MAILLARD Avertssement ovembre 2007 La chare de Banque du

Plus en détail

La théorie classique de l information. 1 ère partie : le point de vue de Kolmogorov.

La théorie classique de l information. 1 ère partie : le point de vue de Kolmogorov. La théore classque de l nformaton. ère parte : le pont de vue de Kolmogorov. La sute de caractères comme outl de descrpton des systèmes. La scence peut être vue comme l art de compresser les données quelles

Plus en détail

Calcul de tableaux d amortissement

Calcul de tableaux d amortissement Calcul de tableaux d amortssement 1 Tableau d amortssement Un emprunt est caractérsé par : une somme empruntée notée ; un taux annuel, en %, noté ; une pérodcté qu correspond à la fréquence de remboursement,

Plus en détail

Vous ne visualisez pas correctement cet email

Vous ne visualisez pas correctement cet email Vous ne vsualsez pas correctement cet emal Pluseurs lens qu créent du len sur SFR Busness Team Pour plus d nformaton sur nos offres sfrbusnessteam.fr Consultez les mentons légales et le glossare SFR -

Plus en détail

INTRODUCTION. Jean-Pierre MAGNAN Chef de la section des ouvrages en terre Département des sols et fondations Laboratoire central

INTRODUCTION. Jean-Pierre MAGNAN Chef de la section des ouvrages en terre Département des sols et fondations Laboratoire central Etude numérque de la consoldaton undmensonnelle en tenant compte des varatons de la perméablté et de la compressblté du sol, du fluage et de la non-saturaton Jean-Perre MAGNAN Chef de la secton des ouvrages

Plus en détail

Cerveau & management NOVIAL - 2008 Diapositive N 1

Cerveau & management NOVIAL - 2008 Diapositive N 1 CERVEAU et MANAGEMENT Cerveau & management NOVIAL - 2008 Dapostve N 1 Connaître sa ou ses partes domnantes Nourrr les autres partes Savor fonctonner sur ses 4 cerveaux Cerveau & management NOVIAL - 2008

Plus en détail

IDEI Report # 18. Transport. December 2010. Elasticités de la demande de transport ferroviaire: définitions et mesures

IDEI Report # 18. Transport. December 2010. Elasticités de la demande de transport ferroviaire: définitions et mesures IDEI Report # 18 Transport December 2010 Elastctés de la demande de transport ferrovare: défntons et mesures Elastctés de la demande de transport ferrovare : Défntons et mesures Marc Ivald Toulouse School

Plus en détail

CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE?

CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE? CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE? Boulanger Frédérc Avanssur, Groupe AXA 163-167, Avenue Georges Clémenceau 92742 Nanterre Cedex France Tel: +33 1 46 14 43

Plus en détail

VIELLE Marc. CEA-IDEI Janvier 1998. 1 La nomenclature retenue 3. 2 Vue d ensemble du modèle 4

VIELLE Marc. CEA-IDEI Janvier 1998. 1 La nomenclature retenue 3. 2 Vue d ensemble du modèle 4 GEMINI-E3 XL France Un outl destné à l étude des mpacts ndustrels de poltques énergétques et envronnementales VIELLE Marc CEA-IDEI Janver 1998 I LA STRUCTURE DU MODELE GEMINI-E3 XL FRANCE 3 1 La nomenclature

Plus en détail

Application du système immunitaire artificiel ordinaire et amélioré pour la reconnaissance des caractères artificiels

Application du système immunitaire artificiel ordinaire et amélioré pour la reconnaissance des caractères artificiels 9 Nature & Technology Applcaton du système mmuntare artfcel ordnare et améloré pour la reconnassance des caractères artfcels Hba Khell a, Abdelkader Benyettou a a Laboratore Sgnal Image Parole SIMPA-,

Plus en détail

Apprentissage incrémental dans un système de filtrage adaptatif

Apprentissage incrémental dans un système de filtrage adaptatif VSST'200 32 TEXTES DES COMMUNICATIONS - Tome I Apprentssage ncrémental dans un système de fltrage adaptatf Mohand BOUGHANEM, Mohamed TMAR boughane@rt.fr, tmar@rt.fr IRIT/SIG, Campus Unv. Toulouse III,

Plus en détail

Prêts bilatéraux et réseaux sociaux

Prêts bilatéraux et réseaux sociaux Prêts blatéraux et réseaux socaux Quand la sous-optmalté condut au ben-être collectf Phlppe Callou, Frederc Dubut et Mchele Sebag LRI, Unverste Pars Sud F-91405 Orsay France {callou;dubut;sebag}@lr.fr

Plus en détail

Le Prêt Efficience Gaz

Le Prêt Efficience Gaz Le Prêt Effcence Gaz (FICHE DE SOLVABILITÉ) À COMPLÉTER INTÉGRALEMENT EMPRUNTEUR M. Mme Mlle CO-EMPRUNTEUR M. Mme Mlle (CONJOINT, PACSÉ, CONCUBIN ) Nom : Prénom : Nom de jeune flle (pour les femmes marées)

Plus en détail

Dérivés actions: risques un (rapide) aperçu

Dérivés actions: risques un (rapide) aperçu Dérvés actons: rsques un (rapde) aperçu Lorenzo Bergom Equty Dervatves Quanttatve Research océté Générale lorenzo.bergom@sgcb.com 33 4 3 3 95 Introducton - le Dow Jones 9-6 () 4 Dow Jones Industral Average

Plus en détail

THESE. Khalid LEKOUCH

THESE. Khalid LEKOUCH N d ordre : /2012 THESE Présentée à la FACULTE DES SCIENCES D AGADIR En vue de l obtenton du GRADE DE DOCTEUR EN PHYSIQUE (Spécalté : Energétque, Thermque et Métrologe) Par Khald LEKOUCH MODELISATION ET

Plus en détail

Parlons. retraite. au service du «bien vieillir» L Assurance retraite. en chiffres* 639 192 retraités payés pour un montant de 4,2 milliards d euros

Parlons. retraite. au service du «bien vieillir» L Assurance retraite. en chiffres* 639 192 retraités payés pour un montant de 4,2 milliards d euros Édton Pays de la Lore Parlons La lettre aux retratés du régme général de la Sécurté socale 2012 retrate L Assurance retrate en chffres* 12,88 mllons de retratés 17,58 mllons de cotsants 346 000 bénéfcares

Plus en détail

FORMATION DOCTORALE EN INFORMATIQUE THESE. présentée en vue de l obtention du Doctorat en Informatique. par

FORMATION DOCTORALE EN INFORMATIQUE THESE. présentée en vue de l obtention du Doctorat en Informatique. par UNIVERSITE DE TUNIS EL MANAR FACULTE DES SCIENCES DE TUNIS INSTITUT NATIONAL DES SCIENCES APPLIQUEES DE LYON FORMATION DOCTORALE EN INFORMATIQUE THESE présentée en vue de l obtenton du Doctorat en Informatque

Plus en détail

COMPARAISON DE MÉTHODES POUR LA CORRECTION

COMPARAISON DE MÉTHODES POUR LA CORRECTION COMPARAISON DE MÉTHODES POUR LA CORRECTION DE LA NON-RÉPONSE TOTALE : MÉTHODE DES SCORES ET SEGMENTATION Émle Dequdt, Benoît Busson 2 & Ncolas Sgler 3 Insee, Drecton régonale des Pays de la Lore, Servce

Plus en détail

Prêt de groupe et sanction sociale Group lending and social fine

Prêt de groupe et sanction sociale Group lending and social fine Prêt de roupe et sancton socale Group lendn and socal fne Davd Alary Résumé Dans cet artcle, nous présentons un modèle d antsélecton sur un marché concurrentel du crédt. Nous consdérons l ntroducton de

Plus en détail

Prise en compte des politiques de transport dans le choix des fournisseurs

Prise en compte des politiques de transport dans le choix des fournisseurs INSTITUT NATIONAL POLYTECHNIQUE DE GRENOBLE N attrbué par la bblothèque THÈSE Pour obtenr le grade de DOCTEUR DE L I.N.P.G. Spécalté : Géne Industrel Préparée au Laboratore d Automatque de Grenoble Dans

Plus en détail

1.0 Probabilité vs statistique...1. 1.1 Expérience aléatoire et espace échantillonnal...1. 1.2 Événement...2

1.0 Probabilité vs statistique...1. 1.1 Expérience aléatoire et espace échantillonnal...1. 1.2 Événement...2 - robabltés - haptre : Introducton à la théore des probabltés.0 robablté vs statstque.... Expérence aléatore et espace échantllonnal.... Événement.... xomes défnton de probablté..... Quelques théorèmes

Plus en détail

hal-00409942, version 1-14 Aug 2009

hal-00409942, version 1-14 Aug 2009 Manuscrt auteur, publé dans "MOSIM' 008, Pars : France (008)" 7 e Conférence Francophone de MOdélsaton et SIMulaton - MOSIM 08 - du mars au avrl 008 - Pars - France «Modélsaton, Optmsaton et Smulaton des

Plus en détail

Méthodes d Extraction de Connaissances à partir de Données (ECD) appliquées aux Systèmes d Information Géographiques (SIG)

Méthodes d Extraction de Connaissances à partir de Données (ECD) appliquées aux Systèmes d Information Géographiques (SIG) UNIVERSITÉ DE NANTES FACULTÉ DES SCIENCES ÉCOLE DOCTORALE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DES MATÉRIAUX Année 2006 N attrbué par la bblothèque Méthodes d Extracton de Connassances à partr

Plus en détail

Amélioration des Délais dans les Réseaux à Débits Garantis pour des Flux Temps-Réel Sous Contrainte «(m,k)-firm»

Amélioration des Délais dans les Réseaux à Débits Garantis pour des Flux Temps-Réel Sous Contrainte «(m,k)-firm» Améloraton des Délas dans les Réseaux à Débts Garants pour des Flux Temps-Réel Sous Contrante «(m,k)-frm» Résumé : Koubâa Ans, Yé-Qong Song LORIA UHP Nancy 1 - INPL - INRIA Lorrane 2, av. de la Forêt de

Plus en détail

Les prix quotidiens de clôture des échanges de quotas EUA et de crédits CER sont fournis par ICE Futures Europe

Les prix quotidiens de clôture des échanges de quotas EUA et de crédits CER sont fournis par ICE Futures Europe Méthodologe CDC Clmat Recherche puble chaque mos, en collaboraton avec Clmpact Metnext, Tendances Carbone, le bulletn mensuel d nformaton sur le marché européen du carbone (EU ETS). L obectf de cette publcaton

Plus en détail

CHAPITRE 14 : RAISONNEMENT DES SYSTÈMES DE COMMANDE

CHAPITRE 14 : RAISONNEMENT DES SYSTÈMES DE COMMANDE HAITRE 4 : RAISONNEMENT DES SYSTÈMES DE OMMANDE RAISONNEMENT DES SYSTÈMES DE OMMANDE... 2 INTRODUTION... 22 RAELS... 22 alcul de la valeur ntale de la répone à un échelon... 22 alcul du gan tatque... 22

Plus en détail