Faire des régimes TNS les laboratoires de la protection sociale de demain appelle des évolutions à deux niveaux :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Faire des régimes TNS les laboratoires de la protection sociale de demain appelle des évolutions à deux niveaux :"

Transcription

1 Réformer en profondeur la protecton socale des TNS pour la rendre plus effcace Résumé de notre proposton : Fare des régmes TNS les laboratores de la protecton socale de deman appelle des évolutons à deux nveaux : A Réformer sans toucher aux structures : Elargr les prérogatves des admnstrateurs, Smplfer le calcul et la geston des cotsatons, Devenr un leu d expérmentaton pour l ensemble de la protecton socale françase B Adapter les structures à un autre modèle Regrouper le RSI avec le régme MSA - Pour ben comprendre... I - Les attentes et les caractérstques des ndépendants justfent-ls une protecton socale spécfque? A l orgne, dans l esprt des créateurs de la sécurté socale, seuls deux régmes devaent exster : Le régme agrcole, la France étant encore un pays largement rural au sortr de la guerre, Un régme général prenant en charge l ensemble des autres professons, y comprs les salarés du secteur publc. Ce système fut mmédatement contesté tant par les fonctonnares et salarés de ce qu on appelle les régmes spécaux, que par les ndépendants, populatons qu se rejognaent dans la volonté de ne pas être «mélangées» avec les autres. Avant toute analyse, n oublons jamas que la stuaton actuelle est le résultat de l acton des lobbes qu ont façonné une organsaton aujourd hu encore très morcelée, même s quelques fusons furent organsées à mesure que des professons dsparassaent. - janv 202

2 La volonté d orgne de ne pas se mélanger avec les salarés est-elle encore d actualté? A Les rasons qu ont présdé dès l orgne à la créaton de la protecton socale des ndépendants Dans la verson «offcelle», les professons ndépendantes avaent souhaté, compte tenu de leurs partculartés, créer des régmes propres aux commerçants, aux artsans et aux professons lbérales. C est ans que les régmes de sécurté socale des travalleurs ndépendants non agrcoles furent créés en 949 pour les rsques vellesse (pus plus tard nvaldté et décès) des artsans (CANCAVA) et des ndustrels et commerçants (ORGANIC). Les professons lbérales s organsèrent quant à elles au cours des années 50. A partr de 969, cette couverture fut complétée par l assurance malade oblgatore avec un système fasant appel aux structures des mutuelles et des assurances pour la geston, sans toutefos leur lasser la mondre marge de manœuvre au nveau du régme oblgatore. A ce stade, soulgnons deux ponts mportants: Le premer peut paratre anecdotque mas l n en n est pas mons révélateur de l état d esprt des pouvors publcs : dès l orgne, l appellaton qu leur fut attrbuée fut celle des «NON NON» (pour les NON salarés NON agrcoles), appellaton pour le mons négatve alors même que l on parle c des chefs d entreprse qu se trouvent à l orgne de la créaton de rchesse économque. Mas elle tradut en fat un ressentment de prncpe des servces de l Etat à leur encontre, pour avor refusé une organsaton centralsée plus asée, contrôlée et plus conforme à la vson qu ls se fasaent d une protecton socale oblgatore couvrant l ntégralté des besons. Les vértables motvatons d orgne des ndépendants se trouvent encore pour une part à l œuvre aujourd hu. Sur le plan technque : - Ils se méfaent d une retrate par rente : ls prvlégent encore l mmobler et l assurance ve, - Ils ne voulaent pas déclarer leurs revenus : force est de constater qu ls cherchent encore, quand ls le peuvent, à fare «évader» une part de leurs revenus janv 202

3 Sur le plan poltque : - Indépendants dans l âme, les non salarés ne comprenaent pas qu on les force à verser d mportantes cotsatons oblgatores : ls prvlégent toujours le facultatf en cherchant à verser le strct mnmum aux régmes oblgatores. - Goutte d eau qu dans l après-guerre avat fat déborder le vase, ls n entendaent pas relever d un système oblgatore à l époque largement dans les mans de la Confédératon Générale du Traval, et donc sous forte nfluence communste. Le paysage socal ayant fortement évolué, cette motvaton joue mons. Toutefos encore, pour la geston du fonds d acton socale des actfs, les chefs d entreprses sont attachés à ce que les décsons se prennent entre eux et ne relèvent pas de représentants de salarés qu connassent mal leur réalté. B sont-elles encore justfées? Sont-elles justfées? Cela peut se dscuter à l nfn, car c est largement une queston de pont de vue et de la vson que l on porte sur la protecton socale oblgatore : flet de sécurté mnmum centré sur les gros rsques ou dspostf généralsé prenant en charge tous les rsques. Mas force est de constater que les rasons d orgne sont toujours présentes. Sauf à postuler que des personnes ayant fat le chox un jour dans leur ve de se mettre à leur compte et de créer une entreprse ne sont pas à même de savor ce qu est bon pour eux au regard de la protecton socale, n oublons pas le pont essentel suvant : Les travalleurs ndépendants consttuent une populaton spécfque qu a longtemps été opposée au prncpe même d un système oblgatore de protecton socale. Des carrères crosées (on n est plus aujourd hu TNS toute sa ve, ce statut consttuant désormas un passage dans sa carrère professonnelle), l augmentaton de l espérance de ve qu a montré l mportance de dsposer d une retrate élevée, l effondrement de la valeur des fonds de commerce bref un ensemble de rasons leur ont fat admettre le ben fondé d un dspostf oblgatore. Cependant l ne faut jamas oubler que pour des rasons structurelles - les chefs d entreprse ont des comportements dfférents de ceux des salarés : o En premer leu, ls paent eux mêmes l ntégralté de leurs charges socales, ce qu les rend partculèrement sensbles à cette queston janv 202

4 o En cas de basse de leur actvté, ls peuvent vor leurs revenus dmnuer très fortement. Bon nombre de chefs d entreprse ont en réalté créé leur propre emplo mas ne développent pas une vértable structure avec des salarés. Leur stuaton s avère ans beaucoup plus précare que les salarés qu connassent une plus grande régularté de leurs ressources. o Pour assurer leur développement - les experts-comptables le savent ben les chefs d entreprse dovent optmser leur stratége entre revenus, charges et nvestssement. Au fnal, une actvté commercale, artsanale ou lbérale est par essence fragle. Elle est partculèrement soumse aux aléas de la conjoncture économque et de la ve personnelle des chefs d entreprses. Par voe de conséquences leurs besons de couverture ne sont pas dentques à ceux des salarés. 2 La contestaton des cotsatons oblgatores : une résurgence toujours possble A - Une populaton qu «bouge» faclement Face à la mse en place des régmes oblgatores et de leur extenson progressve, avec pour corollare l augmentaton régulère des cotsatons, les TNS on réag parfos vvement dans le passé. Tros grands mouvements ponctuèrent ans l hstore de leurs régmes : Dans les années 50, l Unon de défense des Commerçants et Artsans (UDCA), plus connue sous le nom de «poujadsme», contestat le prncpe même de la protecton socale oblgatore, A la fn des années 60, la mse en place de l assurance malade oblgatore combnée à l expanson de la grande dstrbuton, fasat réagr les commerçants et les artsans. Le mouvement emblématque à l époque état la Confédératon Intersyndcale de Défense et Unon Natonale d acton des Travalleurs Indépendants (CIDUNATI) A la fn des années 80, la contestaton repartat sous la houlette de la Confédératon de Défense des Commerçants et Artsans (CDCA), organsaton mettant en cause l oblgaton même de cotser auprès des casses TNS. Ce bref hstorque dot nous rappeler qu à échéances régulères, la populaton des TNS est prompte à s enflammer. Un contexte économque dffcle auquel vennent s ajouter les graves perturbatons de geston du Régme Socal des Indépendants (RSI) consttue un terreau favorable à une résurgence contestatare. Les pouvors publcs ne devraent jamas perdre de vue cette dmenson mportante janv 202

5 B et qu parvent encore aujourd hu à mnmser sa base de calcul des cotsatons Fdèles à leur logque d ndépendants, nombre de TNS cherchent quand ls en ont la possblté à mnorer la base de calcul de leurs cotsatons oblgatores. Cela prend pluseurs formes : La pratque répandue dans un certan nombre de secteurs de ce qu on appelle pudquement «le black». Sans justfer ben entendu ces pratques, observons cependant que pour certans exerçant des actvtés très précares, cela consttue le seul moyen d absorber les charges, de se mantenr économquement à flot et le cas échéant de conserver de l emplo. Dans le même temps, le manten d une actvté souterrane mportante handcape les actvtés «sanes», confrontées qu elles sont à une concurrence déloyale. L optmsaton de rémunératon : réservée dans les fats à des entrepreneurs dsposant de revenus plus élevés, elle permet d adapter les charges au nveau souhaté en utlsant dfférents outls comme l arbtrage entre rémunératon et dvdendes ou encore le recours aux nombreuses solutons facultatves proposées. 3 Dsposer d un régme plus souple que celu des salarés : un enjeu essentel Nous avons soulgné plus haut comben l actvté des TNS pouvat être fluctuante. La structure même de la protecton socale dot s adapter à cet envronnement partculer. Des progrès ont été fats dans la geston des régularsatons de cotsatons afn d évter qu un décalage trop marqué entre revenu servant de base de calcul à ttre provsonnel et revenu encassé ne conduse à des dffcultés de trésorere. Pour autant, d autres avancées dovent être obtenues, comme celles proposées par le Consel Supéreur de l Ordre des Experts-Comptables ou encore l Unon Professonnelle Artsanale. A - S nterroger sur la course folle qu tend à coper la protecton socale des salarés Au nveau des objectfs essentels, l enjeu est de dsposer d une couverture adaptée à des besons qu ne sont pas complètement les mêmes que ceux des salarés. Or depus de nombreuses années, tout a été fat pour s algner en permanence sur le régme des salarés janv 202

6 Passons en revue les dfférentes branches pour les artsans et commerçants : Allocatons famlales : les prestatons et les cotsatons sont dentques, ce qu ne pose aucune dffculté dans la mesure où le sujet est déconnecté des condtons d exercce professonnel. Remboursements de sons : là encore les prestatons sont dentques. Indemntés journalères : elles sont là encore dentques à celles des salarés. Pour autant, est-ce pertnent? o Garantr l arrêt de traval à partr de 7 jours de franchse (ou 3 jours en cas d hosptalsaton) se tradut par un début de couverture très rapde alors que dans le même temps, la prestaton est lmtée à 50% du revenu dans la lmte du plafond. Il serat plus judceux de déclencher la prestaton à compter du 9ème jour, comme le font les professons lbérales et d assurer une prse en charge ntégrale passé ce déla vore un déla de 6 mos. o En d autres termes, le système actuel garantt rapdement mas mal. La couverture serat melleure en débutant plus tard mas en couvrant meux. Invaldté et décès : le nveau de prse en charge est déplorable, partculèrement pour le décès lorsqu on compare avec la stuaton des cadres. A ttre d exemple, au décès d un commerçant, ses ayants-drot perçovent de leur régme oblgatore un «captal» de Est-ce normal que seuls des fras d obsèques soent perçus en cas de décès? Cette stuaton est ben évdemment nadmssble dans un pays fer de son système de protecton socale. A ce stade, nous constatons que les régmes oblgatores prennent meux en charge ce qu est fréquent mas accessore (ex : remboursement de la vste chez le médecn, de la pharmace, des ndemntés journalères pour les premers mos, ) mas couvrent mal ce qu est rare mas grave (ex : nvaldté partelle, professonnelle ou totale, décès). On pourrat magner que le régme des TNS renonce à rembourser à ttre oblgatore le pett rsque santé et mette en place en contreparte une garante des rsques lourds comme une assurance dépendance, une garante perte d explotaton ou encore augmenter le nveau de prse en charge de l nvaldté et du décès. De même on pourrat lasser une place mportante pour les mutuelles et les professonnels de l assurance dans le cadre d un dspostf rendant oblgatore un nveau de couverture dgne de ce nom. L dée serat de défnr un nveau de prestatons à garantr, à charge pour le marché de proposer les tarfs les meux adaptés. Retrate : les nveaux de prestatons des régmes oblgatores sont très dfférents, surtout dès lors que l on dépasse le plafond de sécurté socale et que l on rapporte les régmes TNS à la stuaton d un cadre drgeant. Le dspostf ne pose pas de problème partculer dans sa cohérence car pour les TNS, l permet à la fos de dsposer d un mnmum de penson tout en lassant plus de ressources pour compléter les garantes comme ls l entendent. En revanche, les retrates serves par les casses oblgatores des TNS sont évdemment plus fables que celles des salarés (ces derners cotsant beaucoup plus) 6 - janv 202

7 B : Prendre en charge l accessore ou l essentel? Au fnal, comme on le vot, le cœur de la logque des TNS est de tendre à un objectf : protéger contre les rsques lourds de l exstence tout en mantenant au plus juste les prélèvements oblgatores. Le dspostf actuel, en cherchant trop à coller au statut des salarés, en reprodut les lmtes et parfos même les amplfe. Il sufft pour cela de se référer à la stuaton absurde qu a condut les deux régmes complémentares de retrate à se montrer plus redstrbutfs encore que ceux des salarés : on pense évdemment à la condton de ressources pour les drots à réverson (c est-àdre la penson qu, au décès de l assuré, est versée au conjont survvant) qu n exste - au sen des régmes complémentares que pour le RSI. Dans le même temps, ren de séreux n exste au nveau de la prse en charge du rsque dépendance, domane où là encore, les ndépendants pourraent fare œuvre de ponners. II L organsaton actuelle est-elle adaptée? Une fos posée la queston essentelle de la fnalté de ces régmes et des logques à l œuvre, examnons leur organsaton concrète. La queston est tout sauf anodne face aux dffcultés de geston consdérables qu se posent au RSI. Une organsaton déstablsée : l nvrasemblable cafoullage de l ISU Avant toute chose, ne mélangeons pas tout entre le RSI et l Interlocuteur Socal Unque (ISU). A Le RSI et l ISU : ne pas confondre les deux! Au er jullet 2006, le RSI (Régme Socal des Indépendants) est devenu le seul nterlocuteur des artsans et commerçants pour leur protecton socale oblgatore. Depus cette date, les artsans et commerçants ne reçovent qu un seul appel de cotsatons regroupant l ensemble de leurs cotsatons socales alors qu auparavant, ls en recevaent tros. Dans le même temps, les professons lbérales contnuent de relever de tros organsmes dstncts : elles sont afflées au RSI pour l assurance-malade, à l URSSAF pour les allocatons famlales et à la Casse Natonale d Assurance Vellesse des Professons Lbérales (CNAVPL) (ou Casse Natonale des Barreaux Franças CNBF - pour les avocats) pour l assurance-vellesse et la prévoyance lourde janv 202

8 Force est de constater que malgré une décson poltque rapde, le RSI fut ms en place effcacement et de manère plutôt réusse. Alors que les réformes des structures du régme général s étalent habtuellement sur de longues années dans tous les réseaux (départementalsaton des Casses d Allocatons Famlales et des Casses Prmares d Assurances Malade, régonalsaton des URSSAF, ), le RSI fut créé en quelques mos. La suppresson des casses professonnelles (hôtellere, coffure, boulangere,...), les électons des consels d admnstraton, la nomnaton des agents de drecton des nouvelles casses RSI et le chox des locaux, se sont effectués dans des délas jusque-là nconnus pour une réforme de ce type. Le résultat de cette opératon, c est une réorgansaton du réseau qu a fat passer les casses de 90 à 30, avec tous les mpacts que l on peut magner en termes de geston et notamment de personnel. B C est la mse en place catastrophque de l ISU qu explque la stuaton actuelle Alors que le RSI devat déjà dgérer tous les changements apportés par cette nouvelle organsaton, le déploement de l ISU au er janver 2008 a donné leu à une opératon complexe qu a engendré une désorgansaton rarement connue jusqu alors dans les organsmes socaux. L objectf de l ISU est louable. La mse en place fut condute avec un amateursme consternant. Se rappeler l ambton du gouvernement de l époque ne manque pas de sel pusqu l déclarat, dans un communqué, que la mse en place de l nterlocuteur socal unque (ISU) «va smplfer la ve quotdenne des artsans et commerçants et répondre ans à leur souc de gagner du temps et de l effcacté dans leurs relatons avec les organsmes de protecton socale». Les condtons de déploement ne facltèrent pas une montée en charge cohérente du projet. Tout d abord, un plannng précpté : à pene le RSI état en ordre de marche qu l fallu lancer les opératons lées à l ISU. Le résultat état facle à antcper : des tests nformatques nsuffsants avant une mse en producton hasardeuse. Ensute, la coexstence mpossble de deux systèmes d nformaton, celu des URSSAF et du RSI. Dans les fats, la geston est fastdeuse pour les deux organsmes : double sase dans des systèmes d nformaton dfférents, échanges quotdens sur les mêmes dossers, utlsaton ntensve du portal «ISU» créé pour gérer les lens entre les deux réseaux. En pratque, la cause prncpale de ces dysfonctonnements résulte pour beaucoup de l nstablté des échanges de flux nformatques entre les deux réseaux janv 202

9 Enfn, et c est le plus grave, le schéma même de l ISU est napplcable. Dans son organsaton, l ISU génère de la complexté pour les structures gestonnares, mas auss pour les assurés qu penent à comprendre les mssons de chacun de leurs nterlocuteurs. En réalté, l erreur fondamentale fut la volonté du Mnstère de Affares Socales et du Mnstère du Budget, afn de générer des économes sur les budgets nformatques, d exger que le RSI délègue aux URSSAF une parte des mssons dans le domane du recouvrement. Le partage nsttué s avère ans llsble pour l assuré, partculèrement dès lors qu l rencontre des dffcultés de paement. Pour ben comprendre, prenons l exemple d un assuré qu est en retard de paement : Les 30 premers jours, l relève de l URSSAF A partr du 3ème jour, c est le RSI qu est compétent De plus, les URSSAF ntervennent drectement auprès de l assuré pour le compte du RSI, ce qu fat que ce derner ne comprend plus qu est son nterlocuteur. Quelques années après la mse en place de l ISU, force est de constater l échec patent, non du projet mas de ces condtons concrètes de mse en œuvre. Le système est passé juste à côté d un accdent ndustrel majeur entraînant le blocage du recouvrement des cotsatons socales des TNS. Sans l mplcaton des admnstrateurs du RSI, l abnégaton remarquable des agents de drecton et la patence d un personnel confronté à l exaspératon et parfos à la volence des cotsants, le système serat aujourd hu dans une stuaton que l on n ose magner. Dans le même temps, les cabnets d expertse comptable ont sub un vértable préjudce économque (temps supplémentare passé sur les dossers sans pouvor le facturer aux clents, dégradaton d mage à l égard de leurs clents qu ne comprennent plus pourquo cela ne fonctonne plus avec leur expert-comptable, alors même que c est la défallance des organsmes socaux qu est en cause). Une queston évdente se pose c à ce stade : qu dot payer pour le préjudce sub par les assurés et leurs cabnets comptables? C La responsablté de l Etat ne devrat-elle pas être engagée? Dans son rapport pour 200, le Médateur de la Républque nterpelle les pouvors publcs sur le fat que «dans tous les secteurs, les réformes de notre pays se font trop vte sans que les dommages collatéraux qu elles ndusent en soent suffsamment mesurés. La révson de la Consttuton de 2008 prévot que les réformes soent précédées d études d mpact pour mesurer les effets pervers qu elles pourraent produre, mas elles le sont rarement, faute de temps et de moyens nvests janv 202

10 Il aurat par exemple été souhatable que les créatons du RSI (Régme Socal des Indépendants), de Pôle Emplo, de la CAMIEG (Casse d Assurance Malade des Industres Electrque et Gazère), qu ont généré de vértables pettes révolutons dans les servces admnstratfs des organsmes socaux, soent précédées de mses en commun progressves accompagnées par un management attentf et pédagogue et qu elles se mettent en place dans un contexte de rodage et de calage. Mas les agents ont dû, tout en gérant les dossers des deux mllons de cotsants au RSI et ceux des tros mllons et dem de chômeurs, absorber et s approprer en urgence de nouvelles pratques sans cadre spécfque, sans accompagnement adapté. Résultat : ce sont les usagers qu font les fras de cette absence de pédagoge de la décson et de défallances managérales et /ou technologques.» Le constat est clar et le dagnostc évdent.dans le cas de l ISU, la responsablté des Mnstères concernés est patente. A tout le mons, les préjudces subs en rason des dysfonctonnements graves du RSI devraent donner leu à ndemnsaton des assurés et des cabnets d expertse comptable concernés. La queston reste posée mas n a pas encore trouvé un début d applcaton. 2 Deux organsatons qu fonctonnent : les professons lbérales et le monde agrcole Pour autant, est-ce à dre que l organsaton des TNS est condamnée à la complexté et au dysfonctonnement? Les fats prouvent le contrare : En matère de complexté, la protecton socale des salarés l est ben plus pour quelqu un qu connat les 350 conventons collectves applcables et les fnesses de la prévoyance collectve. Pour les dysfonctonnements, les lbéraux comme les explotants agrcoles en sont le parfat contre exemple : Gérés par la Mutualté Socale Agrcole (MSA), les explotants et les salarés agrcoles bénéfcent d un guchet unque dont l effcacté et la smplcté fat rêver nombre de salarés du secteur prvé ou publc. Quant aux lbéraux, ls sont regroupés avec : - d une part la CNAVPL, le régme de base et ses 0 sectons professonnelles comprenant des régmes complémentares et parfos supplémentares facultatfs, - et d autre part, la CNBF, régme spécfque des avocats qu regroupe de manère autonome cette professon par rapport aux autres lbéraux janv 202

11 Là encore, la geston des professons lbérales, même s elle est mons ntégrée par rapport aux casses agrcoles, ne pose pas de problème partculer horms pour les casses qu subssent une rotaton effrénée de leur portefeulle (on pense notamment à la Casse Interprofessonnelle de Prévoyance et d Assurance Vellesse (CIPAV) qu supporte le pods des auto-entrepreneurs dont la courte espérance de ve et la fable capacté contrbutve génère une lourde surcharge de traval). Ans, la protecton socale des ndépendants n est pas condamnée par nature à une geston chaotque. Il faut souhater que les bonnes décsons soent prses pour permettre au RSI de se remettre sur ped. 2 - La soluton préconsée Quelles solutons trouver pour rendre toute son utlté à la protecton socale des ndépendants? Nous avons évoqué déjà plus haut certans axes de réflexon tenant à la logque même de ces régmes. Elles sont essentelles et les TNS ne peuvent fare l économe de les explorer, faute à terme de vor dsparatre leurs régmes. Nous n y revendrons pas mas nous allons dresser pluseurs pstes, en ne cragnant pas d être parfos un peu conoclastes. Réformer sans toucher aux structures Ce sont ben évdemment les pstes les plus smples. L dée est la suvante : «mons d admnstraton, plus de plotage et de contrôle». A Elargr les prérogatves des admnstrateurs Comme le montre l accdent de l ISU, confer le vra pouvor de décson à l Etat n est gage n de pertnence, n d effcacté. Le pouvor des partenares socaux représentatfs dot être restauré alors que depus des décennes, le légslateur n a eu de cesse de rédure leurs prérogatves. A cet égard, la refonte des règles de représentatvté syndcale consttue une amorce favorable de cette évoluton. - janv 202

12 Que les régmes oblgatores demeurent sous tutelle de l Etat, chargé d organser l ntérêt général, ne souffre pas la contestaton. Mas l organsaton actuelle bloque toute ntatve de la part des consels d admnstraton, notamment en termes d évoluton des régmes. L admnstraton ne dot plus dsposer d un pouvor de blocage dès lors que la modfcaton proposée ne se tradut pas par des charges non compensées. Les partenares socaux, dès lors qu ls sont en stuaton de responsablté vértable, savent prendre leurs responsabltés. Leur geston équlbrée des régmes complémentares de retrate comme de l assurance chômage plade très clarement en leur faveur. Les admnstrateurs des régmes TNS ne sont pas mons compétents. Il serat temps que l Etat leur fasse séreusement confance. B Smplfer le calcul et la geston des cotsatons La prncpale organsaton représentatve des artsans, l Unon Professonnelle Artsanale (UPA) appelle à rédure le décalage entre les revenus générés par les travalleurs ndépendants et la date de paement des cotsatons socales. Elle souhate auss à juste ttre harmonser les assettes des cotsatons socales mnmales des travalleurs ndépendants. De même, le Consel Supéreur de l Ordre des Experts Comptables rappelle que les dffcultés lées au RSI sont de dfférente nature et concernent tant l afflaton que le calcul des cotsatons. C est ans que les nombreuses erreurs d afflaton (absence d afflaton, afflaton à une mauvase casse, afflaton ncomplète) sont préjudcables aux assurés qu, en l absence d afflaton, peuvent être prvés de drots au regard de l assurance-malade et de l assurance-vellesse. Les dffcultés lées au calcul des cotsatons ne sont pas mons mportantes : la complexté des règles de calcul est une réalté car s le prncpe veut que les cotsatons socales soent assses sur le revenu fscal, de nombreuses exceptons exstent. De plus, le calcul des cotsatons des travalleurs non-salarés est caractérsé par la règle du décalage exstant entre la percepton des revenus et le paement des cotsatons. La règle du décalage présente deux nconvénents : - en cas de basse d actvté, les non-salarés nsuffsamment prévoyants rencontrent des dffcultés de trésorere ; - le dspostf manque de vsblté : en rason du paement d acomptes, les TNS ne connassent pas exactement le coût de leur protecton socale. Par conséquent, l mporte de raccourcr les échéances, afn d accroître la vsblté du dspostf ans que pour garantr les paements janv 202

13 Smplfer l échéancer Pour smplfer les modaltés de calcul et de paement des cotsatons socales, on peut modfer l échéancer. Pour cela, l pourrat être calqué sur ce qu est prévu pour l mpôt sur les socétés, avec le paement de quatre acomptes et d un solde de régularsaton. Cela permettrat d avor une melleure vsblté du dspostf et d étaler le paement des cotsatons sur un nombre de mos restant à fxer. 2 Etendre le prncpe de calcul des cotsatons TNS à ce qu se pratque pour les salarés. Nul ne penserat aujourd hu attendre des URSSAF de procéder au calcul des cotsatons de chaque salaré : c est pourtant ce qu se pratque pour les TNS. Depus longtemps les cabnets d expertse comptable se sont dotés de logcels leur permettant de fare ce calcul. Pourquo ne pas leur confer ce traval plutôt que de fare perdurer la stuaton actuelle du RSI? Cela règlerat la plupart des problèmes rencontrés par les ndépendants et consttuerat un vra gan d effcacté pour la collectvté. Les servces du RSI seraent alors déchargés du calcul des cotsatons, opératon fastdeuse sans forte valeur ajoutée pour se concentrer sur tros objectfs crucaux : la geston des afflatons, modfcatons et radatons, le contrôle du calcul des cotsatons, le temps dégagé permettant d amélorer les vérfcatons d assette, tache nexstante à ce jour, l affectaton de moyens pour la lutte contre le traval llégal. A premère vue, les drgeants du RSI pourraent refuser cette évoluton. Ils auraent tort car elle règlerat les dffcultés actuelles et permettrat d orenter leurs équpes vers des fonctons à plus forte valeur ajoutée. C Devenr un leu d expérmentaton pour l ensemble de la protecton socale françase Les condtons d exercce professonnel évoluent au rythme des changements profonds de l envronnement économque et socal janv 202

14 Qu peut aujourd hu encore soutenr que,le salarat consttue l unque statut de référence et ntangble pour la fn des temps? En matère de dépendance économque et de len de subordnaton, toute la palette exste entre l exercce ndépendant et le salarat tradtonnel. Dans le même temps, les frontères devennent de plus en plus poreuses entre ve professonnelle et espace prvé. Ces évolutons profondes ont des conséquences sur le champ d applcaton et les domanes d nterventon de la protecton socale. Comment par exemple qualfer un accdent qu ntervent au domcle pour un cadre alors même qu l travalle sur sa tablette. Dans le même temps, est-l légtme qu un TNS sot protégé de la même manère en cas d arrêt de traval ou d accdent de la ve courante? Ces stuatons fluctuantes et leurs conséquences en matère de drot socaux, qu meux que les régmes de TNS peuvent en défnr le contour et tester des solutons orgnales qu seront ensute le cas échéant étendues aux salarés? Compétents en matère de retrate, de prévoyance et de santé, les régmes de TNS dsposent c d une vértable légtmté pour consttuer le laboratore de la protecton socale. 2 Adapter les structures à un autre modèle La perspectve d ntégraton des régmes de professons lbérales au sen d un RSI unfé parat à ce jour largement utopque. Les professons lbérales cultvent depus toujours un esprt d ndépendance qu trouve auss sa traducton dans la protecton socale. Elles ne sont manfestement pas tentées de rejondre le RSI - du mons à court terme dans le contexte qu est le sen. Une autre pste jamas évoquée mas pourtant passonnante à étuder serat un regroupement entre le RSI et la Mutualté Socale Agrcole. S l on veut vrament smplfer la ve des entrepreneurs et de leurs salarés, le modèle à coper est celu du monde agrcole. Avec sa pratque ancenne du guchet unque, le concept de «l assuré au cœur du dspostf» n est pas un van mot au sen de la MSA. En regroupant le RSI avec la MSA, le tout en applquant un vértable guchet unque, les pouvors publcs consttueraent ans un nouveau pôle de sécurté socale réellement mportant janv 202

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations Contrats prévoyance des TNS : Clarfer les règles pour sécurser les prestatons Résumé de notre proposton : A - Amélorer l nformaton des souscrpteurs B Prévor plus de souplesse dans l apprécaton des revenus

Plus en détail

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social Drgeant de SAS : Lasser le chox du statut socal Résumé de notre proposton : Ouvrr le chox du statut socal du drgeant de SAS avec 2 solutons possbles : apprécer la stuaton socale des drgeants de SAS comme

Plus en détail

DIRIGER ADMINISTRER DÉVELOPPER

DIRIGER ADMINISTRER DÉVELOPPER 24 Adjont de drecton F/H Votre formaton BTS Hôtellere-restauraton BTS Management des untés commercales BTS Assstant de geston PME-PMI Lcence Management d untés de restauraton Vos mssons Vous anmez, formez

Plus en détail

Accord Entreprise. Le Guide du True-Up. Enterprise Agreement True - Up Guide

Accord Entreprise. Le Guide du True-Up. Enterprise Agreement True - Up Guide Enterprse Agreement True-Up Gude Accord Entreprse Le Gude du True-Up Enterprse Agreement True - Up Gude Le gude du True-Up dans l Accord Entreprse Table des matères Le True-Up des lcences on premse et

Plus en détail

- Equilibre simultané IS/LM : Pour déterminer le couple d équilibre général, il convient de résoudre l équation IS = LM.

- Equilibre simultané IS/LM : Pour déterminer le couple d équilibre général, il convient de résoudre l équation IS = LM. Exercce n 1 Cet exercce propose de détermner l équlbre IS/LM sur la base d une économe dépourvue de présence étatque. Pour ce fare l convent, dans un premer temps de détermner la relaton (IS) marquant

Plus en détail

une garde d Enfant a votre domicile

une garde d Enfant a votre domicile GUIDE A DESTINATION DES PARENTS Ce gude pratque a été réalsé par la CDAJE du Nord (Commsson Départementale de l Accuel des Jeunes Enfants). A retrouver sur www.cdaje59.fr PAO - CAF DU NORD 06/2012 EmploYEr

Plus en détail

Les jeunes économistes

Les jeunes économistes Chaptre1 : les ntérêts smples 1. défnton et calcul pratque : Défnton : Dans le cas de l ntérêt smple, le captal reste nvarable pendant toute la durée du prêt. L emprunteur dot verser, à la fn de chaque

Plus en détail

LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régime») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF

LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régime») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF 1 LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régme») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF AVIS AUX RETRAITÉS ET AUX PARTICIPANTS AVEC DROITS ACQUIS DIFFÉRÉS Expédteurs

Plus en détail

* Notre savoir au service de votre réussite

* Notre savoir au service de votre réussite * Notre savor au servce de votre réusste * Vsualser les ndcateurs clés de performance de votre portefeulle clents sur un tableau de bord Analyser le taux d acceptaton de vos demandes d agréments par notaton

Plus en détail

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria.

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria. 1 CAS nédt d applcaton sur les normes IAS/IFRS Coût amort sur oblgatons à taux varable ou révsable La socété Plumera présente ses comptes annuels dans le référentel IFRS. Elle détent dans son portefeulle

Plus en détail

Parlons. retraite. au service du «bien vieillir» L Assurance retraite. en chiffres* 639 192 retraités payés pour un montant de 4,2 milliards d euros

Parlons. retraite. au service du «bien vieillir» L Assurance retraite. en chiffres* 639 192 retraités payés pour un montant de 4,2 milliards d euros Édton Pays de la Lore Parlons La lettre aux retratés du régme général de la Sécurté socale 2012 retrate L Assurance retrate en chffres* 12,88 mllons de retratés 17,58 mllons de cotsants 346 000 bénéfcares

Plus en détail

EH SmartView. Identifiez vos risques et vos opportunités. www.eulerhermes.be. Pilotez votre assurance-crédit. Services en ligne Euler Hermes

EH SmartView. Identifiez vos risques et vos opportunités. www.eulerhermes.be. Pilotez votre assurance-crédit. Services en ligne Euler Hermes EH SmartVew Servces en lgne Euler Hermes Identfez vos rsques et vos opportuntés Plotez votre assurance-crédt www.eulerhermes.be Les avantages d EH SmartVew L expertse Euler Hermes présentée de manère clare

Plus en détail

Les stages en entreprise sont une pratique historique des établissements

Les stages en entreprise sont une pratique historique des établissements L INTÉRÊT D UN STAGE EN ENTREPRISE À L ÉTRANGER Les stages en entreprse sont une pratque hstorque des établssements de formaton des Chambres de Commerce et d Industre. Généralement ntégrés dans les cursus

Plus en détail

Mesurer la qualité de la prévision

Mesurer la qualité de la prévision Mesurer la qualté de la prévson Luc Baetens 24/11/2011 www.mobus.eu Luc Baetens 11 ans d expérence Planfcaton Optmsaton des stocks Organsaton de la Supply Chan Performance de la Supply Chan Geston de la

Plus en détail

Chapitre 6. Economie ouverte :

Chapitre 6. Economie ouverte : 06/2/202 Chaptre 6. Econome ouverte : le modèle Mundell Flemng Elsabeth Cudevlle Le développement des échanges nternatonaux (bens et servces et flux fnancers) a rendu fortement nterdépendantes les conjonctures

Plus en détail

TRANSPORTS URBAINS ET CALCUL ÉCONOMIQUE

TRANSPORTS URBAINS ET CALCUL ÉCONOMIQUE TRANSPORTS URBAINS ET CALCUL ÉCONOMIQUE Mnstère de l Equpement, du Logement, des Transports et du Toursme Consel général des Ponts et Chaussées Mnstère de l Econome et des Fnances Drecton de la Prévson

Plus en détail

santé Les arrêts de travail des séniors en emploi

santé Les arrêts de travail des séniors en emploi soldarté et DOSSIERS Les arrêts de traval des sénors en emplo N 2 2007 Les sénors en emplo se dstnguent-ls de leurs cadets en termes de recours aux arrêts de traval? Les sénors ne déclarent pas plus d

Plus en détail

Brochure d @ccueil 09 10

Brochure d @ccueil 09 10 unté A4, C7 & B42 brochure d accuel 2009-2010 Brochure d @ccuel 09 10 (pour étudants) Clnque Sant-Jean Bruxelles 1 / 10 A4C7B42_FULL_0910_FR unté A4, C7 & B42 brochure d accuel 2009-2010 1. Sommare : 1.

Plus en détail

Le Prêt Efficience Fioul

Le Prêt Efficience Fioul Le Prêt Effcence Foul EMPRUNTEUR M. Mme CO-EMPRUNTEUR M. Mlle Mme Mlle (CONJOINT, PACSÉ, CONCUBIN ) Départ. de nass. Nature de la pèce d dentté : Natonalté : CNI Passeport Ttre de séjour N : Salaré Stuaton

Plus en détail

Economie Ouverte. Economie ouverte. Taux de change et balance courante. Le modèle Mundell-Fleming. Définition du taux de change

Economie Ouverte. Economie ouverte. Taux de change et balance courante. Le modèle Mundell-Fleming. Définition du taux de change Econome Ouverte Econome ouverte Taux de change et balance courante Taux de change et balance courante Modèle Mundell-Flemng Campus Moyen Orent Médterranée Défnton du taux de change Le taux de change est

Plus en détail

Remboursement d un emprunt par annuités constantes

Remboursement d un emprunt par annuités constantes Sére STG Journées de formaton Janver 2006 Remboursement d un emprunt par annutés constantes Le prncpe Utlsaton du tableur Un emprunteur s adresse à un prêteur pour obtenr une somme d argent (la dette)

Plus en détail

cavité RsIoSutQerrUainEe RIcaS vité Q soute U rraine E

cavité RsIoSutQerrUainEe RIcaS vité Q soute U rraine E RISQUE cavté souterrane cavté souterrane ntercalare cavte souterrane recto verso:mse en page 1 10/07/13 11:21 Page 2 RISQUE cavté souterrane Le rsque cavté souterrane fat parte des rsques de mouvement

Plus en détail

SmartView d EH. Vue d ensemble des risques et des occasions. Surveillance de l assurance-crédit. www.eulerhermes.ca/fr/smartview

SmartView d EH. Vue d ensemble des risques et des occasions. Surveillance de l assurance-crédit. www.eulerhermes.ca/fr/smartview SmartVew d EH Servces en lgne Euler Hermes Vue d ensemble des rsques et des occasons Survellance de l assurance-crédt www.eulerhermes.ca/fr/smartvew Les avantages du SmartVew d EH Prenez plus de décsons

Plus en détail

- donc n explique pas très bien le commerce entre pays industrialisés en particulier le commerce intraeuropéen

- donc n explique pas très bien le commerce entre pays industrialisés en particulier le commerce intraeuropéen Le commerce nternatonale en stuaton de concurrence mparfate: ros problèmes essentels des modèles théorques Rcardo, HOS, Standard: - fondés sur la CPP: le commerce n augmente pas la concurrence - pas d

Plus en détail

CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE?

CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE? CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE? Boulanger Frédérc Avanssur, Groupe AXA 163-167, Avenue Georges Clémenceau 92742 Nanterre Cedex France Tel: +33 1 46 14 43

Plus en détail

NEWS PRO ACTIV. www.activexpertise.fr. [Mars 2014] Ce mois-ci on vous parle de. Loi ALUR : quelle incidence pour les diagnostiqueurs?

NEWS PRO ACTIV. www.activexpertise.fr. [Mars 2014] Ce mois-ci on vous parle de. Loi ALUR : quelle incidence pour les diagnostiqueurs? Ce mos-c on vous parle de Lo ALUR : Quelle ncdence pour les dagnostqueurs? Lo ALUR : quelle ncdence pour les dagnostqueurs? La lo ALUR (Accès au Logement et un Urbansme Rénové) a défntvement été adoptée

Plus en détail

Informations de l'unité d'enseignement Implantation. Cursus de. Intitulé. Code. Cycle 1. Bloc 2. Quadrimestre 1. Pondération 4. Nombre de crédits 4

Informations de l'unité d'enseignement Implantation. Cursus de. Intitulé. Code. Cycle 1. Bloc 2. Quadrimestre 1. Pondération 4. Nombre de crédits 4 Informatons de l'unté d'ensegnement Implantaton Cursus de Inttulé Code ECAM Insttut Supéreur Industrel Bacheler en Scences ndustrelles Outls de communcaton B2050 Cycle 1 Bloc 2 Quadrmestre 1 Pondératon

Plus en détail

Enseignement secondaire. PHYSI Physique Programme

Enseignement secondaire. PHYSI Physique Programme Ensegnement secondare Dvson supéreure PHYSI Physque Programme 3CB_3CC_3CF_3MB_3MC_3MF Langue véhculare : franças Nombre mnmal de devors par trmestre : 1 PHYSI_3CB_3CC_3CF_3MB_3MC_3MF_PROG_10-11 Page 1

Plus en détail

Le Prêt De Dietrich. Page 4/6 CO-EMPRUNTEUR M. SITUATION FAMILIALE ET LOGEMENT CHARGES DU FOYER DESCRIPTION DU LOGEMENT

Le Prêt De Dietrich. Page 4/6 CO-EMPRUNTEUR M. SITUATION FAMILIALE ET LOGEMENT CHARGES DU FOYER DESCRIPTION DU LOGEMENT DEMANDE DE PRÊT (FICHE DE SOLVABILITÉ) À COMPLÉTER INTÉGRALEMENT Le Prêt De Detrch EMPRUNTEUR M. Mme CO-EMPRUNTEUR M. Mlle Mme Mlle (CONJOINT, PACSÉ, CONCUBIN ) Départ. de nass. Nature de la pèce d dentté

Plus en détail

Gestion et stratégie Utilisateur

Gestion et stratégie Utilisateur Geston et stratége Utlsateur GESTION ET STRATEGIE UTILISATEUR...2 1.) Comment gérer des utlsateurs?...2 1.1) Geston des utlsateurs en groupe de traval...2 1.2) Geston des utlsateurs par domane...2 Rôle

Plus en détail

Le Prêt Efficience Gaz

Le Prêt Efficience Gaz Le Prêt Effcence Gaz (FICHE DE SOLVABILITÉ) À COMPLÉTER INTÉGRALEMENT EMPRUNTEUR M. Mme Mlle CO-EMPRUNTEUR M. Mme Mlle (CONJOINT, PACSÉ, CONCUBIN ) Nom : Prénom : Nom de jeune flle (pour les femmes marées)

Plus en détail

L Evénement en images

L Evénement en images Rédactrce en chef: Edth Defaux L Evénement en mages P a S s o n DYnamsme EchaNge TransparEnce S o l d a R REspect ProfessIonnalsme EnGagement t é Notre Assemblée Générale s est déroulée le 6 févrer derner

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE L analyse fondamentale Ce document pédagogque n est pas un document de consels pour nvestr en bourse. Les nformatons données dans ce document sont à ttre nformatf. Vous êtes seul responsable

Plus en détail

Ton domaine réservé Organisation Simplicité Efficacité

Ton domaine réservé Organisation Simplicité Efficacité Rev. 07/2012 Ton domane réservé Organsaton Smplcté Effcacté www.vstos.t Ton La tua domane area rservata réservé 1 MyVstos MyVstos est une plate-forme nformatque réservée aux revendeurs Vstos qu permet

Plus en détail

Université Pierre & Marie Curie (Paris 6) Licence de Mathématiques L3 UE LM364 Intégration 1 Année 2011 12. TD4. Tribus.

Université Pierre & Marie Curie (Paris 6) Licence de Mathématiques L3 UE LM364 Intégration 1 Année 2011 12. TD4. Tribus. Unversté Perre & Mare Cure (Pars 6) Lcence de Mathématques L3 UE LM364 Intégraton 1 Année 2011 12 TD4. Trbus. Échauffements Exercce 1. Sot X un ensemble. Donner des condtons sur X pour que les classes

Plus en détail

Le contrat de professionnalisation

Le contrat de professionnalisation EN PRATIQUE Le contrat de professonnalsaton Cerfa commenté 1 Cadre «L EMPLOYEUR» page 2 2 Cadre «LE SALARIÉ» page 3 3 Cadre page 4 4 Cadre page 5 5 Cadre page 7 N 12434*02 CONTRAT DE PROFESSIONNALISATION

Plus en détail

Le Prêt Efficience Gaz

Le Prêt Efficience Gaz Le Prêt Effcence Gaz EMPRUNTEUR M. Mme (FICHE DE SOLVABILITÉ) À COMPLÉTER INTÉGRALEMENT CO-EMPRUNTEUR M. Mlle Mme Mlle (CONJOINT, PACSÉ, CONCUBIN ) Départ. de nass. Nature de la pèce d dentté : Natonalté

Plus en détail

Les règles applicables en matière de santé et de sécurité

Les règles applicables en matière de santé et de sécurité Gude pratque 3 / 6 MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS, MINISTÈRE MINISTÈRE DU BUDGET, DE DU LA BUDGET, FONCTION DES COMPTES DES COMPTES PUBLIQUE PUBLICS, PUBLICS, ET DE LA RÉFORME DE L ETAT DE LA

Plus en détail

La mobilité résidentielle depuis 20 ans : des facteurs structurels aux effets de la conjoncture

La mobilité résidentielle depuis 20 ans : des facteurs structurels aux effets de la conjoncture La moblté résdentelle depus 20 ans : des facteurs structurels aux effets de la conjoncture T. Debrand C. Taffn Verson Prélmnare - Ne pas cter 10 mars 2004 Résumé : Les analyses économques sur la moblté

Plus en détail

La fourniture de biens et facteurs publics en présence de ménages et d entreprises mobiles

La fourniture de biens et facteurs publics en présence de ménages et d entreprises mobiles La fournture de bens et facteurs publcs en présence de ménages et d entreprses mobles Pascale Duran-Vgneron évrer 007 Le modèle On suppose un pays drgé par un gouvernement central ayant compétence sur

Plus en détail

EXEMPLES D UTILISATION DE LA TECHNIQUE DES OBSERVATIONS INSTANTANÉES.

EXEMPLES D UTILISATION DE LA TECHNIQUE DES OBSERVATIONS INSTANTANÉES. EXEMPLES D UTILISATIN DE LA TECHNIQUE DES BSERVATINS INSTANTANÉES. Chrstan Fortn, ng., Ph.D. Ergonome et hygénste du traval Centre of santé et servces socaux de la Montagne, Montréal. Résumé La technque

Plus en détail

Cours Corporate finance

Cours Corporate finance Cours Corporate fnance Eléments de théore du portefeulle Le edaf Franços Longn www.longn.fr lan Notons de rentablté Défnton odélsaton Eléments de théore du portefeulle ortefeulle Dversfcaton Le edaf Le

Plus en détail

LE STATUT PRATIQUE. Les agents devenus inaptes. La procédure de reclassement. L impossibilité de reclasser un agent et ses conséquences

LE STATUT PRATIQUE. Les agents devenus inaptes. La procédure de reclassement. L impossibilité de reclasser un agent et ses conséquences LE STATUT PRATIQUE RECLASSEMENT POUR INAPTITUDE PHYSIQUE Les agents devenus naptes L mpossblté de reclasser un agent et ses conséquences Schéma de la procédure de reclassement Avs médcal CONSEIL STATUTAIRE

Plus en détail

Editions ENI. Excel 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait

Editions ENI. Excel 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait Edtons ENI Excel 2010 Collecton Référence Bureautque Extrat Tableau crosé dynamque Tableau crosé dynamque Excel 2010 Créer un tableau crosé dynamque Un tableau crosé dynamque permet de résumer, d analyser,

Plus en détail

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks Plan Geston des stocks Abdellah El Fallah Ensa de Tétouan 2011 Les opératons de gestons des stocks Les coûts assocés à la geston des stocks Le rôle des stocks Modèle de la quantté économque Geston calendare

Plus en détail

Anticiper l inaptitude physique (fascicule 11)

Anticiper l inaptitude physique (fascicule 11) E T U D E P R A T I Q U E GESTION DE L INAPTITUDE SERVICE CONSEIL STATUTAIRE - jun 2009 Présentaton (fasccule 1) Défntons générales (fasccule 2) L apttude physque (fasccule 3) Le handcap (fasccule 4) L

Plus en détail

Accessibilité aux md de famille. Objectif: Créer une modalité par agence avec application par CSSS et la publiciser

Accessibilité aux md de famille. Objectif: Créer une modalité par agence avec application par CSSS et la publiciser Accessblté aux md de famlle Objectf: Créer une modalté par agence avec applcaton par CSSS et la publcser But: Mettre fn aux démarches multples des patents et rédure le déla d'accès Prncpes: 1. reconnaître

Plus en détail

THESE DE DOCTORAT D ETAT EN SCIENCES ECONOMIQUES

THESE DE DOCTORAT D ETAT EN SCIENCES ECONOMIQUES MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UNIVERSITE D ALGER FACULTE DES SCIENCES ECONOMIQUES ET DES SCIENCES DE GESTION THESE DE DOCTORAT D ETAT EN SCIENCES ECONOMIQUES VALEUR

Plus en détail

Impôt sur la fortune et investissement dans les PME Professeur Didier MAILLARD

Impôt sur la fortune et investissement dans les PME Professeur Didier MAILLARD Conservatore atonal des Arts et Méters Chare de BAQUE Document de recherche n 9 Impôt sur la fortune et nvestssement dans les PME Professeur Dder MAILLARD Avertssement ovembre 2007 La chare de Banque du

Plus en détail

Les risques des pesticides mieux les connaître pour les réduire

Les risques des pesticides mieux les connaître pour les réduire Les rsques des pestcdes meux les connaître pour les rédure Des outls à votre portée pour rédure les rsques des pestcdes Vous avez mantenant accès à des outls d ade pour meux connaître les rsques des pestcdes

Plus en détail

ACCORD GENERAL DE COOPERATION. entre Ie Gouvernement du Grand-Duche de. Luxembourg

ACCORD GENERAL DE COOPERATION. entre Ie Gouvernement du Grand-Duche de. Luxembourg ACCORD GENERAL DE COOPERATON entre e Gouvernement du Grand-Duche de, Luxembourg et e Gouvernement de la Republque Democratque Populare Lao 2 Le Gouvernement du Grand-Duche de Luxembourg et e Gouvernement

Plus en détail

LE PRÊT PRESTIGE PLUS

LE PRÊT PRESTIGE PLUS LE PRÊT PRESTIGE PLUS DEMANDE DE PRÊT (FICHE DE SOLVABILITÉ) À COMPLÉTER INTÉGRALEMENT EMPRUNTEUR M. Mme CO-EMPRUNTEUR M. Mlle Mme Mlle (CONJOINT, PACSÉ, CONCUBIN ) Départ. de nass. Nature de la pèce d

Plus en détail

Sociétés d investissement immobilier cotées (SIIC), valeur et prix : deux notes

Sociétés d investissement immobilier cotées (SIIC), valeur et prix : deux notes Socétés d nvestssement mmobler cotées (SIIC), valeur et prx : deux notes I. Dette et créaton de valeur dans les socétés foncères II. La cesson à une SIIC : un cas de dstorson fscale Laurent BATSCH CEREG-DRM,

Plus en détail

Pourquoi LICIEL? Avec LICIEL passez à la vitesse supérieure EPROUVE TECHNICITE CONNECTE STABILITE SUIVIE COMMUNAUTE

Pourquoi LICIEL? Avec LICIEL passez à la vitesse supérieure EPROUVE TECHNICITE CONNECTE STABILITE SUIVIE COMMUNAUTE L og c el s de D agnos t c s I mmob l er s Cont ac t eznous 32BddeS t r as bougcs3010875468 Par scedex10tel. 0253354064Fax0278084116 ma l : s er v c e. c l ent @l c el. f r Pourquo LICIEL? Implanté sur

Plus en détail

Proposition d'une solution au problème d initialisation cas du K-means

Proposition d'une solution au problème d initialisation cas du K-means Proposton d'une soluton au problème d ntalsaton cas du K-means Z.Guelll et L.Zaou, Unversté des scences et de la technologe d Oran MB, Unversté Mohamed Boudaf USTO -BP 505 El Mnaouer -ORAN - Algére g.zouaou@gmal.com,

Plus en détail

22 environnement technico-professionnel

22 environnement technico-professionnel 22 envronnement technco-professonnel CYRIL SABATIÉ Drecteur du servce jurdque FNAIM Ouverture du ma IMMOBILIER, OÙ 1 Artcle paru également dans la Revue des Loyers, jullet à septembre 2007, n 879, p. 314

Plus en détail

Christine Steinbach. Décembre 2005. Christine Steinbach est animatrice communautaire aux Equipes Populaires, en charge des missions d'étude.

Christine Steinbach. Décembre 2005. Christine Steinbach est animatrice communautaire aux Equipes Populaires, en charge des missions d'étude. Queston de Queston de Décembre 2005 Chrstne Stenbach Quelques lgnes d'ntro La lbéralsaton des secteurs du gaz et de l'électrcté se profle à l'horzon 2007 en Régon wallonne. La mse en concurrence de la

Plus en détail

DOCUMENT DE RECHERCHE EPEE

DOCUMENT DE RECHERCHE EPEE DOCUMENT DE RECHERCHE EPEE CENTRE D ETUDES DES POLITIQUES ECONOMIQUES DE L UNIVERSITE D EVRY Comment développer les emplos favorables à la bodversté en Ile-de-France? Jean DE BEIR, Célne EMOND, Yannck

Plus en détail

Recherche universitaire et crédits d impôt pour R-D

Recherche universitaire et crédits d impôt pour R-D Fscalté Recherche unverstare et crédts d mpôt pour R-D Le 27 novembre 2001 Nancy Avone, CA Inctatfs fscaux à la R-D très généreux dsponbles Étude du Conference Board du Canada en 1998 Québec Jurdcton au

Plus en détail

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix?

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix? Note méthodologque Tratements hebdomadares Questlemonscher.com Quelle méthode de collecte de prx? Les éléments méthodologques ont été défns par le cabnet FaE onsel, socété d études et d analyses statstques

Plus en détail

LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA

LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA Observatore Economque et Statstque d Afrque Subsaharenne LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA Une contrbuton à la réunon commune CEE/BIT sur les ndces des prx

Plus en détail

Boostez vos compétences avec le cycle de formations «PerFORMances» 2016. www.maison-formation-wapi.be

Boostez vos compétences avec le cycle de formations «PerFORMances» 2016. www.maison-formation-wapi.be Boostez vos compétences avec le cycle de formatons «PerFORMances» 2016 www.mason-formaton-wap.be La Mason de la Formaton propose aux entreprses et organsatons : Un catalogue semestrel de formatons nter-entreprses

Plus en détail

Informations de l'unité d'enseignement Implantation. Cursus de. Intitulé. Code. Cycle 1. Bloc 1. Quadrimestre 1-2. Pondération 5. Nombre de crédits 5

Informations de l'unité d'enseignement Implantation. Cursus de. Intitulé. Code. Cycle 1. Bloc 1. Quadrimestre 1-2. Pondération 5. Nombre de crédits 5 Informatons de l'unté d'ensegnement Implantaton ECAM Cursus de Bacheler en Scences ndustrelles Informatque et communcaton B1030 Cycle 1 Bloc 1 Quadrmestre 1-2 Pondératon 5 Nombre de crédts 5 Nombre d heures

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L ASSURANCE AUTOMOBILE AU QUÉBEC : UNE PRIME SELON LE COÛT SOCIAL MARGINAL MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L ASSURANCE AUTOMOBILE AU QUÉBEC : UNE PRIME SELON LE COÛT SOCIAL MARGINAL MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L ASSURANCE AUTOMOBILE AU QUÉBEC : UNE PRIME SELON LE COÛT SOCIAL MARGINAL MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE DE LA MAÎTRISE EN ÉCONOMIQUE PAR ERIC LÉVESQUE JANVIER

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. Cours d économie général 2009-2010

TABLE DES MATIERES. Cours d économie général 2009-2010 TABLE DES MATIERES Durée...2 Objectf spécfque...2 Résumé...2 I. Equlbre en économe fermée...2 I.1 L équlbre sur le marché des produts : la courbe IS...2 I.2 L équlbre sur le marché de la monnae : la courbe

Plus en détail

Découvrir l interface Windows 8

Découvrir l interface Windows 8 Wndows 8.1 L envronnement Wndows 8 Interfaces Wndows 8 et Bureau L envronnement Wndows 8 Découvrr l nterface Wndows 8 Après s être dentfé va un compte Mcrosoft ou un compte local, l utlsateur vot apparaître

Plus en détail

Editions ENI. Project 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait

Editions ENI. Project 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait Edtons ENI Project 2010 Collecton Référence Bureautque Extrat Défnton des tâches Défnton des tâches Project 2010 Sasr les tâches d'un projet Les tâches représentent le traval à accomplr pour attendre l'objectf

Plus en détail

Interfaces Windows 8 et Bureau

Interfaces Windows 8 et Bureau Interfaces Wndows 8 et Bureau Interfaces Wndows 8 et Bureau Découvrr l nterface Wndows 8 Après s être dentfé va un compte Mcrosoft ou un compte local, l utlsateur vot apparaître sur son écran la toute

Plus en détail

La théorie de la rente foncière, la spéculation et le cash flow spéculatif immobilier (*)

La théorie de la rente foncière, la spéculation et le cash flow spéculatif immobilier (*) COMPAGNIE NATIONALE DES EXPERTS IMMOBILIERS * * Assocaton rége par la lo du 1 er Jullet 1901, enregstrée à la préfecture de polce sous le n 91/1743 Alan MANZON Expert Immobler-Consultant N d agrément -

Plus en détail

DÉCLARATIONS POUR LA BALANCE DES PAIEMENTS

DÉCLARATIONS POUR LA BALANCE DES PAIEMENTS DÉCLARATIONS POUR LA BALANCE DES PAIEMENTS GUICHET D ÉCHANGES DE FICHIERS SUR INTERNET GFIN TABLE DES MATIÈRES 1 1. PRINCIPES GÉNÉRAUX... 3 1.1 GÉNÉRALITÉS... 3 1.2 ÉLÉMENTS TECHNIQUES... 3 1.3 SPÉCIFICITÉS

Plus en détail

Installation du dispositif Cisco TelePresence MX200 - Sur pied

Installation du dispositif Cisco TelePresence MX200 - Sur pied 1a Déballage du système vdéo MX200 oîte de la base du ped de support MX200 La boîte de la base du ped de support MX200 content la colonne du ped de support, deux caches et la base du ped de support, ans

Plus en détail

UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 2015 2016. Statistiques Descriptives

UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 2015 2016. Statistiques Descriptives UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année unverstare 215 216 L1 Économe Cours de B. Desgraupes Statstques Descrptves Séance 7: Indces synthétques Table des matères 1 Introducton 1 1.1

Plus en détail

Demande d insertion au registre de l état civil du Québec d un acte d état civil fait hors du Québec

Demande d insertion au registre de l état civil du Québec d un acte d état civil fait hors du Québec Demande d nserton au regstre de l état cvl du Québec d un acte d état cvl fat hors du Québec IMPORTANT Lsez les rensegnements généraux et les drectves Remplssez le formulare en caractères d mprmere, à

Plus en détail

Activité Intitulé de l'activité Volume horaire

Activité Intitulé de l'activité Volume horaire Informatons de l'unté d'ensegnement Implantaton Cursus de ECAM Insttut Supéreur Industrel Bacheler en Scences ndustrelles Electronque applquée B2150 Cycle 1 Bloc 2 Quadrmestre 2 Pondératon 4 Nombre de

Plus en détail

TABLE DES MATIERES CONTROLE D INTEGRITE AU SEIN DE LA RECHERCHE LOCALE DE LA POLICE LOCALE DE BRUXELLES-CAPITALE/IXELLES (DEUXIEME DISTRICT) 1

TABLE DES MATIERES CONTROLE D INTEGRITE AU SEIN DE LA RECHERCHE LOCALE DE LA POLICE LOCALE DE BRUXELLES-CAPITALE/IXELLES (DEUXIEME DISTRICT) 1 TABLE DES MATIERES CONTROLE D INTEGRITE AU SEIN DE LA RECHERCHE LOCALE DE LA POLICE LOCALE DE BRUXELLES-CAPITALE/IXELLES (DEUXIEME DISTRICT) 1 1. PROBLEMATIQUE 1 2. MISSION 1 3. ACTES D ENQUETE 2 4. ANALYSE

Plus en détail

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire Assurance malade et aléa de moralté ex-ante : L ncdence de l hétérogénété de la perte santare Davd Alary 1 et Franck Ben 2 Cet artcle examne l ncdence de l hétérogénété de la perte santare sur les contrats

Plus en détail

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction -

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction - EXAME FIAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSIO 1 - Correcton - Exercce 1 : 1) Consdérons une entreprse E comportant deux établssements : E1 et E2 qu emploent chacun 200 salarés. Au sen de l'établssement

Plus en détail

Fi chiers. Créer/ouvrir/enregistrer/fermer un fichier. i i

Fi chiers. Créer/ouvrir/enregistrer/fermer un fichier. i i Fchers F chers Offce 2013 - Fonctons de base Créer/ouvrr/enregstrer/fermer un fcher Clquez sur l onglet FICHIER. Pour créer un nouveau fcher, clquez sur l opton Nouveau pus, selon l applcaton utlsée, clquez

Plus en détail

Méthodologie quiestlemoinscher de comparaison de prix entre magasins

Méthodologie quiestlemoinscher de comparaison de prix entre magasins Méthodologe questlemonscher de comparason de prx entre magasns Les éléments méthodologques ont été défns par le cabnet FaCE Consel, socété d études et d analyses statstques ndépendante. Le cabnet FaCE

Plus en détail

RAPPORT D ÉVALUATION DE LA PERFORMANCE EN MATIÈRE DE GESTION DE LA DETTE - BURKINA FASO

RAPPORT D ÉVALUATION DE LA PERFORMANCE EN MATIÈRE DE GESTION DE LA DETTE - BURKINA FASO Out ld éval uat on del aper f or manceen mat èr e degest on del adet t e (DeMPA) Bur k nafaso 2008 LeDeMPA estunemét hodol og epouréval uerl aper f or manceenmat èr edegest on del adet t eàt r aver sunensembl

Plus en détail

L intermédiation financière en microfinance : un examen à partir des modèles de prêt de groupe et de prêt individuel

L intermédiation financière en microfinance : un examen à partir des modèles de prêt de groupe et de prêt individuel MESQUIT Dorothée Dorothee.mesquta@etu.unv-rouen.fr Drecteur M. MYOUKOU Unversté de Rouen Laboratore CRE L ntermédaton fnancère en mcrofnance : un examen à partr des modèles de prêt de groupe et de prêt

Plus en détail

Vous ne visualisez pas correctement cet email

Vous ne visualisez pas correctement cet email Vous ne vsualsez pas correctement cet emal Pluseurs lens qu créent du len sur SFR Busness Team Pour plus d nformaton sur nos offres sfrbusnessteam.fr Consultez les mentons légales et le glossare SFR -

Plus en détail

DES EFFETS PERVERS DU MORCELLEMENT DES STOCKS

DES EFFETS PERVERS DU MORCELLEMENT DES STOCKS DES EFFETS PERVERS DU MORCELLEMENT DES STOCKS Le cabnet Enetek nous démontre les mpacts négatfs de la multplcaton des stocks qu au leu d amélorer le taux de servce en se rapprochant du clent, le dégradent

Plus en détail

Un protocole de tolérance aux pannes pour objets actifs non préemptifs

Un protocole de tolérance aux pannes pour objets actifs non préemptifs Un protocole de tolérance aux pannes pour objets actfs non préemptfs Françose Baude Dens Caromel Chrstan Delbé Ludovc Henro Equpe Oass, INRIA - CNRS - I3S 2004, route des Lucoles F-06902 Sopha Antpols

Plus en détail

La gestion des déchets radioactifs dans les pays en développement

La gestion des déchets radioactifs dans les pays en développement Perspectves La geston des déchets radoactfs dans les pays en développement De nouvelles dspostons sont prses pour répondre aux besons et résoudre les problèmes par K.T. Thomas, W. Baehr et G.R. Plumb Pratquement

Plus en détail

Analyse d impact : l apport des évaluations aléatoires William Parienté 1

Analyse d impact : l apport des évaluations aléatoires William Parienté 1 Analyse d mpact : l apport des évaluatons aléatores Wllam Parenté 1 Cet artcle expose de manère synthétque l'apport des évaluatons aléatores dans l'analyse de l'mpact des programmes socaux et de développement.

Plus en détail

pour des résultats minceur eff icaces et durables.

pour des résultats minceur eff icaces et durables. Mnceur - Légèreté - ben-être Technologe 100% mans lbres pour des résultats mnceur eff caces et durables. Plus de 10 années d expérence au servce des professonnels de l esthétque. Offrez-leur le corps de

Plus en détail

Installation du dispositif Cisco TelePresence MX200 - Support de table

Installation du dispositif Cisco TelePresence MX200 - Support de table 1a Déballage du système vdéo MX200 oîte du support de table MX200 La boîte du support de table MX200 content le support de table équpé d un pvot et un cache arrère. Placez le support de table sur une surface

Plus en détail

LA RENOVATION DE LA MESURE DU PRIX DES TERRES ET PRES AGRICOLES : UNE OPERATION QUALITE MENEE EN PARTENARIAT AVEC LA STATISTIQUE PUBLIQUE

LA RENOVATION DE LA MESURE DU PRIX DES TERRES ET PRES AGRICOLES : UNE OPERATION QUALITE MENEE EN PARTENARIAT AVEC LA STATISTIQUE PUBLIQUE LA RENOVATION DE LA MESURE DU PRIX DES TERRES ET PRES AGRICOLES : UNE OPERATION QUALITE MENEE EN PARTENARIAT AVEC LA STATISTIQUE PUBLIQUE De 2007 à 200, a été menée une rénovaton méthodologque de la méthode

Plus en détail

pour l'amélioration des conditions de travail des personnels

pour l'amélioration des conditions de travail des personnels Drecton Terrtorale de l'ensegne La Poste CHAMPAGNE ARDENNE ACCORD SOCAL pour l'améloraton des condtons de traval des personnels des condtons d'accuel des clents dans les bureaux de poste LE CONTEXTE De

Plus en détail

V FORMATION DES IMAGES DANS L EXEMPLE DU MIROIR PLAN

V FORMATION DES IMAGES DANS L EXEMPLE DU MIROIR PLAN Chaptre V page V-1 V FORMTION DES IMGES DNS L EXEMPLE DU MIROIR PLN Le but de ce chaptre est d ntrodure la noton d mage { travers l exemple du mror plan. Vous vous êtes sûrement déjà regardé(e) dans un

Plus en détail

Exercices d algorithmique

Exercices d algorithmique Exercces d algorthmque Les algorthmes proposés ne sont pas classés par ordre de dffculté Nombres Ecrre un algorthme qu renvoe la somme des nombre entre 0 et n passé en paramètre Ecrre un algorthme qu renvoe

Plus en détail

Le Prêt Efficience EnR

Le Prêt Efficience EnR Le Prêt Effcence EnR EMPRUNTEUR M. Mme (FICHE DE SOLVABILITÉ) À COMPLÉTER INTÉGRALEMENT CO-EMPRUNTEUR M. Mlle Mme Mlle (CONJOINT, PACSÉ, CONCUBIN ) Départ. de nass. Nature de la pèce d dentté : Natonalté

Plus en détail

Distripost. Création 7 Caractéristiques du produit et options 7. Préparation de vos envois 8 Conditionnement 8

Distripost. Création 7 Caractéristiques du produit et options 7. Préparation de vos envois 8 Conditionnement 8 Dstrpost Quo, où et comment? 1 1. Qu est-ce que Dstrpost? 1 2. Quels chox s offrent à vous pour la dstrbuton de vos envos Dstrpost? 1 2.1. Tout le monde reçot-l mon envo toutes-boîtes dans la zone sélectonnée?

Plus en détail

NEWS PRO ACTIV. www.activexpertise.fr. [Juin 2015] Ce mois-ci on vous parle de

NEWS PRO ACTIV. www.activexpertise.fr. [Juin 2015] Ce mois-ci on vous parle de [Jun 2015] Ce mos-c on vous parle de Lo ALUR : toujours pas de décret d applcaton pour les dagnostcs gaz et électrcté Du retard dans la publcaton de la Norme C 16-600 Sources radoactves scellées usagées

Plus en détail

Aide multicritère au pilotage d un processus basée sur le raisonnement à partir de cas

Aide multicritère au pilotage d un processus basée sur le raisonnement à partir de cas Ade multcrtère au plotage d un processus basée sur le rasonnement à partr de cas Dala Dhoub To cte ths verson: Dala Dhoub. Ade multcrtère au plotage d un processus basée sur le rasonnement à partr de cas.

Plus en détail

LES TYPES D AIDE QUE JE CONNAIS

LES TYPES D AIDE QUE JE CONNAIS Fche 1.1 LES TYPES D AIDE QUE JE CONNAIS a) Comment peut-on ader Davd? Davd a qutté le gymnase/lycée en 2 e année. Il a trouvé un pett boulot à 50 % peu payé. Il est nourr et logé par ses parents mas l

Plus en détail

Cerveau & management NOVIAL - 2008 Diapositive N 1

Cerveau & management NOVIAL - 2008 Diapositive N 1 CERVEAU et MANAGEMENT Cerveau & management NOVIAL - 2008 Dapostve N 1 Connaître sa ou ses partes domnantes Nourrr les autres partes Savor fonctonner sur ses 4 cerveaux Cerveau & management NOVIAL - 2008

Plus en détail

STATISTIQUE AVEC EXCEL

STATISTIQUE AVEC EXCEL STATISTIQUE AVEC EXCEL Excel offre d nnombrables possbltés de recuellr des données statstques, de les classer, de les analyser et de les représenter graphquement. Ce sont prncpalement les tros éléments

Plus en détail

RÉNOVATION ET CONSTRUCTION DURABLE

RÉNOVATION ET CONSTRUCTION DURABLE régon Provence-Alpes-Côte d Azur RÉNOVATION ET CONSTRUCTION DURABLE BILAN ANNUEL 2013 1 Octobre 2014 Avant-propos Face aux enjeux envronnementaux en len avec notre secteur d actvté, les admnstrateurs de

Plus en détail