REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE. MEMOIRE Présentée à

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE. MEMOIRE Présentée à"

Transcription

1 REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE MEMOIRE Présentée à L Unversté de Batna Faculté des Scences Département de Physque En vue de l obtenton DIPLOME DE MAGISTERE Spécalté : Physque des matéraux métallques et sem-conducteurs. Par BENAZIEZ NEDJEDIA Etude des proprétés électrques en régme statque d une structure Schottky Soutenue le : 15 / 04 / 2010, devant le jury : MM E. Belbacha Pr. Unversté de Batna Présdent M. Chahd Pr. Unversté de Batna Rapporteur A. Benhaya M.C. Unversté de Batna Examnateur L. Dehm M.C. Unversté de Bskra Examnateur

2 Remercements La préparaton d une thèse est à la fos une démarche personnelle et un traval d équpe. Au terme de cette étude, je tens à exprmer ma reconnassance et adresser mes très sncères remercements à toutes les personnes qu ont contrbué d une manère ou d une autre, au bon déroulement et à l aboutssement de ce traval. Je tens à remercer tout d abord mon drecteur de thèse, Monseur Mohamed Chahd, professeur à l unversté de Batna, pour avor ben voulu drger ce traval et pour m avor constamment orentée et consellée tout au long de ce derner. Qu l trouve c mes très sncères remercements et mon profond respect. Je tens également à présenter ma profonde grattude à Monseur EL-Djema Belbacha, professeur à l unversté de Batna qu me fat l honneur de s ntéresser à mon traval et de présder le jury. J adresse à Monseur Abdelhamd Benhaya, maître de conférence à l unversté de Batna, l expresson de ma profonde reconnassance pour avor voulu examner mon traval et fare parte du jury, ans que pour sa contrbuton à ma formaton. Je tens également à remercer Monseur Lakhdar Dehm, maître de conférence à l unversté de Bskra qu a accepté d examner mon traval et de fare parte du jury. Mes remercements s adressent auss à toutes les personnes qu, de près ou de lon m ont adée à l accomplssement de ce traval, en partculer à Monseur Djamel Haddad, pour sa contrbuton à l aboutssement de ce traval. Je jondra à ces remercements tous mes ensegnants de département de physque à l unversté de Batna

3 Sommare : Introducton 2 Chaptre 1 : Phénoménologe et modèles des barrères Schottky Introducton Généraltés Contacts redresseurs Contacts ohmques Théores de formaton de barrère Schottky Théore de Schottky Théore de Bardeen Théore de Cowley et Sze Modèle d nterface lnéare Modèle de MIGS Le SBH et les lasons chmques d'nterface Modèle unfé de défaut (UDM) Mécansmes de conducton dans les dodes Schottky Introducton Théores de transport Émsson au dessus de la barrère...20 a) Théore de dffuson.21 b) Théore de l émsson thermoïonque..22 c) Théore de l émsson-dffuson Mécansmes de conducton par effet tunnel Recombnason dans la zone de charge d espace 26 Chaptre 2 : Méthode de résoluton numérque 1. Introducton Proprétés électrques et phénomène de transport de courant dans une structure Schottky 2.1. Modèle mathématque Équaton de Posson Les équatons du courant Les équatons de contnuté Modèle de recombnason...31

4 Le modèle undmensonnel du structure La méthode numérque Normalsaton Schéma de dscrétsaton Approxmaton de Gummel pour les denstés de courant Dscrétsaton de l équaton de Posson Dscrétsaton des équatons de contnuté Itératons Fonctonnelles Solutons ntales et condtons aux lmtes Proprétés électrques et phénomène de transport de courant dans une structure Schottky MIS 3.1. Etudes des proprétés électrques des structures MOS Dagramme des bandes d énerge Les équatons de bases Phénomène de transport du courant.46 Chaptre 3 : calcul des caractérstques Introducton Résultats Structure Schottky déal Résoluton numérque du système d équaton Phénomène de transport Densté du courant Effet de changement de traval de sorte Effet de changement de concentraton de dopage Structure Schottky réel (structure MOS) Résoluton numérque du système d équaton Études des proprétés électrques des structures MOS La densté du courant tunnel...66 Concluson...70 Bblographe 72

5 Introducton

6 Introducton Introducton La structure Métal-Sem-conducteur (MS) est le dspostf unpolare le plus smple. Il est à la base d'un grand nombre de structures plus complexes. La dode Schottky explote l'effet redresseur que peut présenter une structure MS. Les premères dodes à l'état solde étaent de ce type et furent découvertes par F.BRAUN en La hauteur de la barrère Schottky (SBH) est un paramètre smple qu caractérse les proprétés de transport de ces nterfaces. Le SBH mesure la dfférence entre l'énerge de Ferm du métal et le bord de la bande des porteurs majortares de sem-conducteur à la joncton. Malgré l'mportance fondamentale du SBH, les mécansmes qu commandent la formaton de la barrère Schottky sont toujours lon entèrement de la compréhenson Récemment, la plupart des mesures de SBH des contacts métal/sem-conducteurs covalents a ndqué une dépendance relatvement fable entre la hauteur de la barrère et le métal utlsé ou la méthode de fabrcaton du contact. Ce comportement avat été généralement attrbué à l ancrage du nveau de Ferm par des états d'"nterface". Très récemment, l y a eu des rapports des changements consdérables de la barrère des jonctons de métal/s et métal/gaas obtenues en changeant les proprétés structurales et/ou la composton chmque de l'nterface. Les contacts métal/sem-conducteurs consstent en l exstence d une barrère de potentel, des mécansmes de transport de charges. Ils peuvent se comporter comme des contacts redresseurs ou comme des contacts ohmques. Les modèles des contacts avaent joué un rôle dans la smulaton des dspostfs depus ses commencements. En conséquence, des modèles pour des contacts de Schottky ont été établs dans beaucoup de programmes de smulaton de dspostf. Ces modèles sont présentés comme condtons aux lmtes pour la soluton numérque des équatons de transport de sem-conducteur. L objectf de ce traval est la caractérsaton d une structure Schottky, les caractérstques J V sont calculées numérquement et l effet de quelques paramètres est étudé. Nous avons organsé la présentaton de ce mémore en tros chaptres. Dans le premer, nous commencerons par donner les supports théorques nécessares à la compréhenson du fonctonnement des structures étudées. Dans ce chaptre, nous 2

7 Introducton donnerons une brève ntroducton des contacts MS et dscuterons les modèles de base de la formaton du SBH. Nous présenterons ensute, les modèles théorques utlsés pour rendre compte des processus de transport qu peuvent régr le transport de charges dans nos structures. Dans le deuxème chaptre, nous étuderons d abord la structure déale, nous présenterons la dscrétsaton et l algorthme numérque utlsé pour résoudre les équatons de transport. Le modèle numérque consste en une lnéarsaton des équatons de transports en régme statonnare par la méthode des dfférences fnes. Pus nous étuderons la structure réelle en présence d une couche d solant et présenterons les dfférentes équatons de base, régssant le fonctonnement électrque. Dans le trosème chaptre, nous présenterons les résultats obtenus pour notre structure, d abord pour un contact déal, pus pour un contact réel (avec une couche d oxyde) où l domne l effet tunnel. A la fn, on termne par une concluson générale où on récaptule tous les résultats obtenus dans ce traval. 3

8 Chaptre 1 Phénoménologe et modèles des barrères Schottky

9 Chaptre 1 : Phénoménologe et modèles des barrères Schottky Introducton La technologe des dspostfs électronques à sem-conducteurs repose en grande parte sur des jonctons métal/sem-conducteur. Depus que le comportement redresseur des contacts métal / sem-conducteur (M/S) a été découvert, de plus de cent ans, un effort théorque consdérable a été consacré à nterpréter les mesures électrques dans ces systèmes, tels que les caractérstques I V et C V, et prévor la valeur des paramètres qu entrent dans les modèles sem emprques développés dans ce chaptre. Le plus mportant de ces paramètres est la hauteur de la barrère Schottky (SBH). Les modèles sem emprques de transport sont largement répandus, et fournssent généralement une bonne descrpton des données expérmentales. Les mécansmes physques derrère la formaton de la barrère Schottky, cependant, demeurent une queston de dscusson. Dans ce chaptre, nous donnons d'abord une brève étude du comportement des contacts métal/sem-conducteur et défnssons les grandeurs qu caractérsent les nterfaces et condtonnent les transferts de charges entre les matéraux. Pus nous donnons une descrpton de certans des modèles de base qu concernent la formaton de la barrère de potentel et dscutons leurs proprétés et mplcatons générales. Dans la dernère parte de ce chaptre, nous étudons brèvement les mécansmes de conducton dans les dodes Schottky Généraltés (contacts métal / sem-conducteur) Contacts redresseurs La fgure (1.1.a) présente le dagramme énergétque d un contact redresseur métal/ sem-conducteur de type n à l équlbre thermque, c'est à dre, sans polarsaton externe applquée. La quantté centrale est la hauteur de la barrère Schottky Bn, qu est la dfférence entre le mnmum de la bande de conducton E c et le nveau de Ferm NF à l'nterface. Pour un sem-conducteur de type p, la quantté prncpale est la dfférence entre le nveau de Ferm NF et le maxmum de la bande de valence E v, et dénoté Bp. 5

10 Chaptre 1 : Phénoménologe et modèles des barrères Schottky La hauteur des barrères Bn et Bp est une proprété ntrnsèque de l'nterface M/S, qu ne dépend pas, en prncpe, de la tenson de polarsaton applquée ou de dopage du sem-conducteur. Elle est relée par la règle de Schottky [tung 36]: Bp + Bn = E g (1.1) Où E g est la largeur de la bande nterdte du sem-conducteur. L'abassement de la hauteur de la barrère SBH ndqué dans la fgure (1.1), Δ, est due à la force mage près de la surface de métal. La courbure des bandes dans le sem-conducteur (fgure.1.1), est due à une charge d espace postve des ons donneurs qu ne sont plus compensés près de l'nterface. Dans le volume du sem-conducteur, la charge unforme des donneurs onsés est compensée par la densté des électrons dans la bande de conducton. Au leu de cela, plus près du métal, la densté des électrons dans la bande de conducton dmnue exponentellement avec la dfférence E c -E Fs. La régon résultante épusée des électrons près de l'nterface, appelé dépléton, a une largeur [Sze 42] la zone de W 2 s qn D Bn V n V kt q (1.2) où ε s est la permttvté du sem-conducteur, V n est la dfférence d énerge entre le nveau des porteurs majortares et la bande de conducton du sem-conducteur, N D la densté des porteurs, V la tenson de polarsaton, q la valeur absolue de la charge d'électron, et kt l'énerge thermque. La courbure des bandes dans la zone de dépléton, agt comme une barrère de potentel pour des électrons. Pour un sem-conducteur de type p, la régon d'nterface est épusée des trous. Les bandes se courbent dans la drecton opposée, et les quanttés Bn, V n, et N D sont remplacés par les quanttés Bp, V p, et N A dans l'équaton (1.2), où V p est la dfférence entre NF et la bande de valence du sem-conducteur et N A la densté des accepteurs. 6

11 Chaptre 1 : Phénoménologe et modèles des barrères Schottky La zone de dépléton (dont la largeur typque est A) est responsable du comportement de rectfcaton du contact. e - qδ qδ q Bn q Bn E c qv E Fm qv n E Fm E Fs E c E Fs E v E g E v I W (a) (b) Fgure.1.1: Dagramme des bandes d'énerge pour un contact métal / sem-conducteur de type n. À l'équlbre thermodynamque (a), et sous une polarsaton drecte V (b) ; Le dagramme des bandes d énerge sous une polarsaton drecte est llustré dans fgure (1.1.b). Comme d'abord suggéré par Schottky [Berthod 9], la chute de tenson se développe entèrement dans la zone de dépléton, et change la forme de la barrère. Dans le volume du sem-conducteur, les électrons acquèrent une énerge addtonnelle qv, de sorte que le nombre d'eux qu peuvent surmonter la barrère augmente exponentellement avec V, et ans le courant sera en foncton de la tenson. Quand qv devent comparable au SBH, la zone de dépléton dsparaît (régme de bande plat), et le contact devent approxmatvement ohmque. S une polarsaton nverse est applquée, la largeur de la zone de dépléton augmente et la barrère de potentel devent plus haute pour les électrons du sem-conducteur, de sorte que de mons en mons d'eux pusse attendre le métal. Cependant, les électrons de métal qu ont une énerge thermque suffsante pour surmonter le SBH sont accélérés dans la zone de dépléton et donnent une pette contrbuton négatve au courant. 7

12 Chaptre 1 : Phénoménologe et modèles des barrères Schottky Contacts ohmques Une stuaton, dans laquelle le contact est déalement ohmque, ndépendamment des proprétés de dopage du sem-conducteur, est quand la hauteur de la barrère dsparaît ou est négatve (plus précsément, plus pett que V n ). La fgure (1.2) montre le dagramme énergétque d'un contact ohmque métal / sem-conducteur de type n avec un pett négatf SBH. Comme dans le cas d un contact redresseur, un réarrangement des électrons de conducton se produt à l'nterface. Quelques électrons passent du métal dans le semconducteur en rason du SBH négatf, et s'accumulent à l'nterface [Matheu 20]. Pusque la densté N c d états effectve de la bande de conducton est en général 100 à 1000 fos plus grande que la densté des mpuretés, la zone d'accumulaton est beaucoup plus mnce que la zone de dépléton, comme peut être estmé en remplaçant N D par N c dans Eq (1.2). Quand la joncton est polarsée, la tenson de polarsaton est réparte dans tout le sem-conducteur, et les porteurs peuvent couler lbrement à travers l'nterface due à l'absence de la barrère de potentel. En technologe de dspostf, "les contacts ohmques" sont les contacts qu ont une résstance néglgeable relatvement à la résstance du volume du sem-conducteur. En général, les contacts redresseurs ou ohmques peuvent être obtenu selon la dfférence des travaux de sorte des matéraux et le type du sem-conducteur comme sut : Avec m > s le contact métal-sem-conducteur (n) est redresseur le contact métal-sem-conducteur (p) est ohmque Avec m < s le contact métal-sem-conducteur (n) est ohmque le contact métal-sem-conducteur (p) est redresseur 8

13 Chaptre 1 : Phénoménologe et modèles des barrères Schottky e - E c q Bn qv n qv E c E Fm E Fs E Fm E v E g E Fs E v I (a) (b) Fgure.1.2 : Dagramme énergétque d'un contact ohmque métal / sem-conducteur de type n avec un pett négatf hauteur de barrère, à l équlbre thermodynamque (a), et sous polarsaton (b) Théores de formaton de barrère Schottky La hauteur de la barrère Schottky SBH ( n ou p ) joue un rôle central : elle commande le profl enter des bandes d'énerge de la joncton, et ans les caractérstques électrques du contact. Cependant, l'ssue de ce qu sont les paramètres et les mécansmes physques qu détermnent la valeur des SBH restes ouverts. Au cours des années, pluseurs des modèles ont été proposés pour explquer la formaton de la barrère Schottky. Nous n'entreprendrons pas une dscusson approfonde de tous les modèles exstants, mas décrvons seulement brèvement les modèles les plus mportants Théore de Schottky: Quand un sem-conducteur est ms au contact ntme avec un métal, l s établt une barrère de potentel électrostatque entre les deux matéraux. La fgure (1.3) représente la structure de bande d un couple M/S de type N (a. matéraux séparés, b. matéraux en contact ntme) dans ce derner cas, le sem-conducteur 9

14 Chaptre 1 : Phénoménologe et modèles des barrères Schottky perd des électrons qu s accumulent à la surface du métal et une charge d espace postve provenant des donneurs onsées apparaît dans le volume du sem-conducteur. La neutralté électrque est obtenue par une charge négatve créée par l accumulaton des électrons à la surface du métal. Un équlbre s établt dès que les nveaux de Ferm des deux matéraux sont algnés. Lorsque, à température constante, la redstrbuton des charges est termnée, la barrère de potentel est fxée. La barrère de potentel (q B ), vue du coté du métal, est alors égale à la dfférence entre le traval de sorte du métal et l affnté électronque χ B du semconducteur [Tung 36]. B m s (1.3) Vue du coté sem-conducteur, elle est égale à la dfférence entre le traval de sorte du métal et celu du sem-conducteur. Vb m s (1.4) Vde qχ s q s qv b E c q B E Fs q m E g E Fm E Fs E c E Fm E v E g E v Métal Sem-conducteur Métal Sem-conducteur a) b) fgure.1.3 : Structure de bande d un couple métal-sem-conducteur de type n a) matéraux séparés b) matéraux en contact ntme. 10

15 Chaptre 1 : Phénoménologe et modèles des barrères Schottky Théore de Bardeen D après la théore de Schottky, la barrère de potentel dépend de la nature du métal. Cependant, des résultats obtenus sur des jonctons réalsées à l ar ont montré que la barrère état ndépendante de la nature du métal. J.Bardeen en 1947 [Turner 31], a montré que cec état dû à la présence des états de surface exstant sur le sem-conducteur. Ils provennent de la rupture du réseau crstalln à la surface du crstal. Ils sont en densté très élevée, envron un état par atome de surface. De même, ces états peuvent provenr des mpuretés adsorbées à la surface du sem-conducteur. L échange de charges par le sem-conducteur va donc se fare avec ces états et la hauteur de barrère est alors ndépendante de la nature de métal déposé. La fgure (1.4) représente le dagramme d énerge d une joncton (M/S) de type N en présence des états de surface. D abord la charge globale en surface du sem-conducteur est nulle, mas l équlbre thermodynamque n est pat réalsé cec dû à la présence des états vdes entre q 0 et le nveau de Ferm. 0 étant le nveau de neutralté des états de surface. Au fur et à mesure que les états vdes se remplssent entre q 0 et E F, l équlbre thermodynamque se réalse entraînant la formaton d une charge postve dans le volume du sem-conducteur qu compense la charge négatve à la surface. On assste donc à une courbure des bandes avant la présence du métal. Après contact, une fable fracton des électrons qutte ces états vers le métal. Mas comme leur densté est mportante, l n en résulte qu un très fable déplacement du nveau du sem-conducteur en surface et la courbure des bandes n est pratquement pas modfée. Dans le cas où la densté d états de surface est très grande (10 12 à états cm -2 ev -1 ), Bardeen a montré que la hauteur de barrère est ndépendante du métal. Elle a pour valeur : E g B 0 q (1.5) 11

16 Chaptre 1 : Phénoménologe et modèles des barrères Schottky vde vde vde qχ s qv b E c q B E c E g E Fs q 0 E Fs q 0 q 0 E g E v Fgure.1.4 : dagramme d énerge d une joncton métal / sem-conducteur de type n en présence d états de surface Dans les sem-conducteurs, les états de surface se répartssent en deux groupes. Dans un premer, les états rempls se trouvent au vosnage de la bande de valence et les états vdes au vosnage de la bande de conducton. Cela correspond à des matéraux dts onques. Dans le deuxème groupe, les états de surface se trouvent au mleu de la bande nterdte Théore de Cowley et Sze : Les deux théores ctées précédemment représentent chacune un cas lmte. Dans un premer, la hauteur de la barrère ne dépend que du métal et dans un deuxème, elle dépend des états de surface. Cependant le cas ntermédare qu est d alleurs le plus fréquent, est celu où la barrère est gouvernée à la fos par les états de surface et par les travaux de sorte des matéraux. A.M.Cowley et S.M.Sze [cowley 5], ont proposé une théore unfant celle de Schottky et celle de Bardeen. Ils supposent l exstence entre les deux corps d une couche nterfacale mnce d épasseur D. La fgure (1.5) représente le dagramme de bande d un contact métal/sem-conducteur en présence d une couche nterfacale. L expresson de la hauteur de barrère est alors [Turner 31]: 12

17 Chaptre 1 : Phénoménologe et modèles des barrères Schottky B E g m s 0 q 1 (1.6) où Δ représente l abassement de la barrère par effet de la force mage ou effet Schottky. qe 4 s 1/ 2 et (1.7) q²d N s E étant le champ électrque. ε s et ε représentent respectvement la permttvté du sem-conducteur et de la couche nterfacale. D après l expresson (1.6), on retrouve les deux cas lmtes de Schottky et de Bardeen suvant que N s tend vers zéro ou vers l nfn. qv qχ s q m qδ qv b E Fm q Bn D q 0 E g E c E Fs E v Fgure.1.5 : contact métal / sem-conducteur avec états de * surface et couche nterfacale. 13

18 Chaptre 1 : Phénoménologe et modèles des barrères Schottky Modèle d nterface lnéare Kurtn, McGll,et Mead [Matheu 20] ont proposés un model d nterface lnéare où ls ont assumés que la hauteur de la barrère B dépend lnéarement du traval de sorte du métal. B S m C (1.8) constant. Où S est un paramètre de pente qu reflète la sensblté de B au métal et C est un A partr d une complaton des données expérmentales pour pluseurs semconducteurs, ls ont corrélé S avec l'oncté de lasons des sem-conducteurs, La fgure (1.6) représente la varaton de S avec l oncté du sem-conducteur. Cette oncté est mesurée c par la dfférence d électronégatvté des consttuants du matérau. Fgure.1.6 : varaton du paramètre de pente avec la dfférence d électronégatvté des consttuants du sem-conducteur [Matheu 20]. 14

19 Chaptre 1 : Phénoménologe et modèles des barrères Schottky Pour les sem-conducteurs covalents ou pseudo-covalents, tels que Ge, S, GaAs et InP, S est très fable (envron 0.1), la barrère de potentel est alors peu sensble au traval de sorte du métal car le nveau de Ferm est ancré par les états de surface. Par contre pour les matéraux plus onques, dans lesquels la dfférence d électronégatvté des consttuants est supéreure à 1eV, le traval de sorte du métal joue un rôle majeur. C est le cas de la plupart des composes II-VI, et des composés III-V du haut du tableau de Mendéléev Modèle de MIGS (Metal Induced Gap States) Le traval de Hene [Berthod 9] a été motvé par l'observaton que les valeurs du paramètre γ sont fondamentalement les mêmes pour des nterfaces avec et sans une couche nterfacale. Au leu des états de surface, Hene soulgne le rôle des (MIGS). À n'mporte quelle nterface de solde/solde, l y a tros genres d'états électronques : ceux qu se propagent des deux côtés de la joncton, ceux qu se propagent dans un matérel et s'affablssent dans l'autre matérel, et ceux qu s'affablssent entre les deux matéraux et sont localsé à l'nterface. Les MIGS appartennent au deuxème groupe; ls ont des énerges dans le gap fondamental de sem-conducteur, et ls affablssent exponentellement du côté semconducteur de la joncton. * MIGS Métal Sem-conducteur Z Fgure.1.7 : Foncton d onde aux nterfaces métal / sem-conducteur 15

20 Chaptre 1 : Phénoménologe et modèles des barrères Schottky Les queues de MIGS peuvent stocker une charge dans le sem-conducteur, à une certane dstance de la surface du métal, comme dans le cas des états de surface. L'expresson correspondante pour la pente γ a la même forme que dans le modèle de cowley et Sze, mas N s est remplacé par la densté extéreure de MIGS, D s, et l'épasseur D de couche nterfacale est remplacée par une dstance effcace, connexe à la longueur d'affablssement δ s de queues de MIGS Le SBH et les lasons chmques d'nterface. Quand un contact ntme M/S est formée à l'équlbre thermodynamque, des lasons chmques sont étables à l'nterface. Toutes les proprétés électronques de l'nterface de ce contact sont naturellement nfluencées par ces lasons d nterface. La pertnence des lasons et de la structure de l nterface de M/S avec la détermnaton de la hauteur de la barrère Schottky SBH a été proposée par Andrews et Phllps [Tung 36] dans leur étude de la chaleur de formaton des slcures ΔH f. Ces résultats sont représentés dans la fgure (1.8). La hauteur de la barrère du slcure a été montrée pour se corréler lnéarement avec la chaleur de la formaton du slcure. Ans la dépendance lnéare entre la hauteur de la barrère de slcure avec ΔH f a été ratonalsée en rason de la longueur de lason métal/s et fablesse d nteracton. Dans le même esprt, Brllson a proposé d'analyser le paramètre de pente en termes de chaleur de la formaton du sem-conducteur, pusque c'est une mesure de la réactvté chmque à l'nterface. 16

21 Chaptre 1 : Phénoménologe et modèles des barrères Schottky Fgure.1.8. : Les hauteurs de la barrère des nterfaces de slcure des métaux de transton-s sont tracé en foncton de la chaleur de formaton de slcure Bn = ΔH f. [Tang 36] Modèle unfé de défaut (UDM) Après le traval de Bardeen, l at été bentôt dentfé que les états de surface ntrnsèques du sem-conducteur ne pourraent pas d'une manère satsfasante explquer l'ancrage observé du nveau de Ferm aux contacts métal / sem-conducteur covalent. En partculer, on le sat qu'l n'y a aucun tel état dans la bande nterdte sur les surfaces (110) de GaAs [Pang 49], mas les contacts métal/gaas (110) montrent toujours un ancrage du nveau de Ferm. Par conséquent, des états localsés extrnsèques ont été suggérés. Pour des composés III-V, Spcer et Co-Workers, ont supposé que des défauts soent produts près de la surface de sem-conducteur quand le métal du contact est déposé sur cette surface. Ces défauts mènent à ancrer le nveau de Ferm. Cec s'appelle le modèle unfé de défaut (UDM). 17

22 Chaptre 1 : Phénoménologe et modèles des barrères Schottky Hughes en 1986 a proposé que l'ancrage de NF sot provoqué par des défauts extrnsèques dans le sem-conducteur résultants de l'ncorporaton des mpuretés ou des atomes de métal déposés dans le réseau du sem-conducteur Mécansmes de conducton dans les dodes Schottky Introducton Les caractérstques courant-tenson d'une dode Schottky sont généralement décrtes par l'émsson thermoïonque [Sze 42]: qv / nkt J J0. e 1 (1.9) Où V la tenson applquée, k la constante de Boltzmann, T la température, n le facteur d'déalté, et J 0 la densté de courant de saturaton : J A * 0 * q A T ².exp kt est la constante de Rchardson. B (1.10) Pour une dode Schottky déale, le facteur d'déalté, n est égale à l unté, et la hauteur de la barrère (en ev) est ndépendante de la température et de la tenson de polarsaton. La densté de courant de saturaton J 0, et le facteur d'déalté n peuvent être obtenus à partr de l'ntercepton et de la pente des courbes ln(j) = f(v), respectvement, sous la forme : Ln J = ln J 0 + qv/nkt (1.11) S A * est connu, la hauteur de la barrère Schottky peut être calculé après que J 0 sot détermné à partr de l équaton (1.11), B * kt A T ln q J0 2 (1.12) Dans la pratque, A * est nconnu et les mesures I V dépendants de la température sont utlsés pour détermner la hauteur de la barrère et la constante de Rchardson. 18

23 Chaptre 1 : Phénoménologe et modèles des barrères Schottky La hauteur de la barrère et la constante de Rchardson peuvent être extrat par la méthode de Rchardson : J q kt 0 * ln ln A 2 B (1.13) T Pour la plupart des (S et les sem-conducteurs III-V) dodes Schottky, cependant, on a observé une dévaton de l'émsson thermoïonque déale. On observe auss que le facteur n d'déalté augmente consdérablement quand la température est abassée (et est beaucoup plus grand que l'unté à des températures basses). D'alleurs, les courbes conventonnelle de Rchardson ln (J 0 /T 2 ) = f (1/T) ne sont pas lnéares. Au leu de cela, les courbes modfés ln (J 0 /T 2 ) = f (1/nT), qu sont lnéares, sont employés pour extrare la hauteur de la barrère Schottky. Pour les semconducteurs non dopés ou fablement dopés, on constate que cette dévaton ne peut pas être explqué par l effet Schottky, les effets tunnel, ou le courant de recombnason dans la régon de dépléton. Pour explquer ces anomales de la barrère Schottky, beaucoup de modèles ont été établs comme les états d'nterface et la couche nterfacale. Dans la secton suvante, une théore générale des mécansmes de conducton est brèvement décrte Théores de transport Dans une barrère Schottky, dfférents mécansmes de transport de charges peuvent exster smultanément ou séparément et être responsables du passage du courant. barrère. Emsson d électrons du sem-conducteur vers le métal au dessus de la Courant dû au passage des électrons à travers la barrère par effet tunnel. Recombnason dans la zone de charge d espace. Recombnason dans la régon neutre. 19

24 Chaptre 1 : Phénoménologe et modèles des barrères Schottky Émsson au dessus de la barrère Dans ce cas, le courant est dû au passage des porteurs au dessus de la barrère. Ce courant a été décrt par pluseurs théores à savor celle de la dffuson, celle de l émsson thermoïonque ou par une théore regroupant les deux premères. La dfférence entre les théores de dffuson et de l émsson thermoïonque est le comportement de quas-nveau de Ferm des électrons dans le sem-conducteur. Elle peut être récaptulée comme sut [Pang 49]. 1) Dans le cas de l émsson thermoïonque, les électrons du semconducteur qu traversent la barrère pour pénétrer dans le métal ne sont pas en équlbre avec ceux de ce derner. Ce sont des électrons chaud, mobles dans le métal qu perdent leurs énerges à la sute de collsons. Le quas-nveau de Ferm est plat dans tout le sem-conducteur et s abasse pour rejondre le nveau de Ferm de métal à l ntéreur du métal. 2) Dans le cas de la théore de dffuson, le quas-nveau de Ferm coïncde avec le nveau de Ferm du métal à l nterface. Métal sem-conducteur W Théore d émsson Thermoïonque E Fm V E c E Fs Théore de dffuson Fgure.1.9. : Poston du quas-nveau de Ferm des électrons en polarsaton drecte 20

25 Chaptre 1 : Phénoménologe et modèles des barrères Schottky Cette dfférence dans la poston des quass nveaux de Ferm est représentée dans la fgure (1.9). De façon pratque, la théore de l'émsson thermoïonque s applque plus au cas où les électrons ont une forte moblté dans le sem-conducteur, la théore de dffuson au cas où les électrons ont une fable moblté dans le sem-conducteur. a) Théore de dffuson Proposée par Schottky et Spenke en 1939 [Schottky 48], cette théore suppose que les électrons mgrent du sem-conducteur au métal par dessus la barrère en traversant la zone appauvre du sem-conducteur, ce qu restrent le courant drect. En effet ce derner est lmté par la dffuson des porteurs à travers le champ électrque dans la zone de charge d espace. La concentraton des électrons dans le côté sem-conducteur de l'nterface de M/S est donnée par : n Nc exp q( Ec EF ) / kt (1.14) La densté du courant dans la régon de dépléton dépend du champ local et du gradent de concentraton comme le montre l'équaton suvante: J qne qd n dn dx (1.15) Où E est le champ électrque de la barrère, D n le coeffcent de dffuson et μ la moblté d électron. L équaton fnale de la caractérstque densté du courant-tenson est la suvante : J qv / kt J0. e 1 (1.16) Où la densté du courant de saturaton J 0 est: q B J0 q. Nc.. Emax. exp (1.17) kt 21

Montage émetteur commun

Montage émetteur commun tour au menu ontage émetteur commun Polarsaton d un transstor. ôle de la polarsaton La polarsaton a pour rôle de placer le pont de fonctonnement du transstor dans une zone où ses caractérstques sont lnéares.

Plus en détail

Exercices d Électrocinétique

Exercices d Électrocinétique ercces d Électrocnétque Intensté et densté de courant -1.1 Vtesse des porteurs de charges : On dssout une masse m = 20g de chlorure de sodum NaCl dans un bac électrolytque de longueur l = 20cm et de secton

Plus en détail

Remboursement d un emprunt par annuités constantes

Remboursement d un emprunt par annuités constantes Sére STG Journées de formaton Janver 2006 Remboursement d un emprunt par annutés constantes Le prncpe Utlsaton du tableur Un emprunteur s adresse à un prêteur pour obtenr une somme d argent (la dette)

Plus en détail

SIMULATION D UN JET TURBULENT POUR LE REFROIDISSEMENT DES AUBES DE TURBINE

SIMULATION D UN JET TURBULENT POUR LE REFROIDISSEMENT DES AUBES DE TURBINE 10 ème Sémnare Internatonal sur la Physque Energétque 10 th Internatonal Meetng on Energetcal Physcs SIMULAION D UN JE URBULEN POUR LE REFROIDISSEMEN DES AUBES DE URBINE Bounegta Bachr 1, Abdelarm Maamar

Plus en détail

Mesure avec une règle

Mesure avec une règle Mesure avec une règle par Matheu ROUAUD Professeur de Scences Physques en prépa, Dplômé en Physque Théorque. Lycée Alan-Fourner 8000 Bourges ecrre@ncerttudes.fr RÉSUMÉ La mesure d'une grandeur par un système

Plus en détail

Fiche n 7 : Vérification du débit et de la vitesse par la méthode de traçage

Fiche n 7 : Vérification du débit et de la vitesse par la méthode de traçage Fche n 7 : Vérfcaton du débt et de la vtesse par la méthode de traçage 1. PRINCIPE La méthode de traçage permet de calculer le débt d un écoulement ndépendamment des mesurages de hauteur et de vtesse.

Plus en détail

Chapitre IV : Inductance propre, inductance mutuelle. Energie électromagnétique

Chapitre IV : Inductance propre, inductance mutuelle. Energie électromagnétique Spécale PSI - Cours "Electromagnétsme" 1 Inducton électromagnétque Chaptre IV : Inductance propre, nductance mutuelle. Energe électromagnétque Objectfs: Coecents d nductance propre L et mutuelle M Blan

Plus en détail

Les jeunes économistes

Les jeunes économistes Chaptre1 : les ntérêts smples 1. défnton et calcul pratque : Défnton : Dans le cas de l ntérêt smple, le captal reste nvarable pendant toute la durée du prêt. L emprunteur dot verser, à la fn de chaque

Plus en détail

1 Introduction. 2 Définitions des sources de tension et de courant : Cours. Date : A2 Analyser le système Conversion statique de l énergie. 2 h.

1 Introduction. 2 Définitions des sources de tension et de courant : Cours. Date : A2 Analyser le système Conversion statique de l énergie. 2 h. A2 Analyser le système Converson statque de l énerge Date : Nom : Cours 2 h 1 Introducton Un ConVertsseur Statque d énerge (CVS) est un montage utlsant des nterrupteurs à semconducteurs permettant par

Plus en détail

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction -

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction - EXAME FIAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSIO 1 - Correcton - Exercce 1 : 1) Consdérons une entreprse E comportant deux établssements : E1 et E2 qu emploent chacun 200 salarés. Au sen de l'établssement

Plus en détail

Q x2 = 1 2. est dans l ensemble plus grand des rationnels Q. Continuons ainsi, l équation x 2 = 1 2

Q x2 = 1 2. est dans l ensemble plus grand des rationnels Q. Continuons ainsi, l équation x 2 = 1 2 Exo7 Nombres complexes Vdéo parte. Les nombres complexes, défntons et opératons Vdéo parte. Racnes carrées, équaton du second degré Vdéo parte 3. Argument et trgonométre Vdéo parte 4. Nombres complexes

Plus en détail

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire Assurance malade et aléa de moralté ex-ante : L ncdence de l hétérogénété de la perte santare Davd Alary 1 et Franck Ben 2 Cet artcle examne l ncdence de l hétérogénété de la perte santare sur les contrats

Plus en détail

classification non supervisée : pas de classes prédéfinies Applications typiques

classification non supervisée : pas de classes prédéfinies Applications typiques Qu est ce que le clusterng? analyse de clusterng regroupement des obets en clusters un cluster : une collecton d obets smlares au sen d un même cluster dssmlares au obets appartenant à d autres clusters

Plus en détail

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations Contrats prévoyance des TNS : Clarfer les règles pour sécurser les prestatons Résumé de notre proposton : A - Amélorer l nformaton des souscrpteurs B Prévor plus de souplesse dans l apprécaton des revenus

Plus en détail

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix?

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix? Note méthodologque Tratements hebdomadares Questlemonscher.com Quelle méthode de collecte de prx? Les éléments méthodologques ont été défns par le cabnet FaE onsel, socété d études et d analyses statstques

Plus en détail

Système solaire combiné Estimation des besoins énergétiques

Système solaire combiné Estimation des besoins énergétiques Revue des Energes Renouvelables ICRESD-07 Tlemcen (007) 109 114 Système solare combné Estmaton des besons énergétques R. Kharch 1, B. Benyoucef et M. Belhamel 1 1 Centre de Développement des Energes Renouvelables

Plus en détail

Grandeur physique, chiffres significatifs

Grandeur physique, chiffres significatifs Grandeur physque, chffres sgnfcatfs I) Donner le résultat d une mesure en correspondance avec l nstrument utlsé : S avec un nstrument, ren n est ndqué sur l ncerttude absolue X d une mesure X, on consdère

Plus en détail

THESE. Khalid LEKOUCH

THESE. Khalid LEKOUCH N d ordre : /2012 THESE Présentée à la FACULTE DES SCIENCES D AGADIR En vue de l obtenton du GRADE DE DOCTEUR EN PHYSIQUE (Spécalté : Energétque, Thermque et Métrologe) Par Khald LEKOUCH MODELISATION ET

Plus en détail

TD 1. Statistiques à une variable.

TD 1. Statistiques à une variable. Danel Abécasss. Année unverstare 2010/2011 Prépa-L1 TD de bostatstques. Exercce 1. On consdère la sére suvante : TD 1. Statstques à une varable. 1. Calculer la moyenne et l écart type. 2. Calculer la médane

Plus en détail

Oscillations électriques libres

Oscillations électriques libres Oscllatons électrues lbres A Oscllatons lbres amortes 1/ Etude expérmentale a Expérence et observatons Après avor chargé le condensateur (poston 1) On bascule l nterrupteur sur la poston, on obtent l oscllogramme

Plus en détail

Généralités sur les fonctions 1ES

Généralités sur les fonctions 1ES Généraltés sur les fonctons ES GENERALITES SUR LES FNCTINS I. RAPPELS a. Vocabulare Défnton Une foncton est un procédé qu permet d assocer à un nombre x appartenant à un ensemble D un nombre y n note :

Plus en détail

Le théorème du viriel

Le théorème du viriel Le théorème du vrel On se propose de démontrer le théorème du vrel de deux manères dfférentes. La premère fat appel à deux "trcks" qu l faut vor. Cette preuve met en avant une quantté, notée S c, qu permet

Plus en détail

Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amiens.fr/pedagogie/maths/new/ue2007/synthese_atelier_annette_alain.

Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amiens.fr/pedagogie/maths/new/ue2007/synthese_atelier_annette_alain. Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amens.fr/pedagoge/maths/new/ue2007/synthese_ateler_annette_alan.pdf 1 La règle du jeu Un drecteur de casno se propose d nstaller le

Plus en détail

Corrections adiabatiques et nonadiabatiques dans les systèmes diatomiques par calculs ab-initio

Corrections adiabatiques et nonadiabatiques dans les systèmes diatomiques par calculs ab-initio Correctons adabatques et nonadabatques dans les systèmes datomques par calculs ab-nto Compte rendu du traval réalsé dans le cadre d un stage de quatre mos au sen du Groupe de Spectroscope Moléculare et

Plus en détail

La physiologie du cerveau montre que celui-ci est constitué de cellules (les neurones) interconnectées. Quelques étapes de cette découverte :

La physiologie du cerveau montre que celui-ci est constitué de cellules (les neurones) interconnectées. Quelques étapes de cette découverte : Chaptre 3 Apprentssage automatque : les réseaux de neurones Introducton Le Perceptron Les réseaux mult-couches 3.1 Introducton Comment l'homme fat-l pour rasonner, parler, calculer, apprendre,...? Comment

Plus en détail

IDEI Report # 18. Transport. December 2010. Elasticités de la demande de transport ferroviaire: définitions et mesures

IDEI Report # 18. Transport. December 2010. Elasticités de la demande de transport ferroviaire: définitions et mesures IDEI Report # 18 Transport December 2010 Elastctés de la demande de transport ferrovare: défntons et mesures Elastctés de la demande de transport ferrovare : Défntons et mesures Marc Ivald Toulouse School

Plus en détail

Editions ENI. Project 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait

Editions ENI. Project 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait Edtons ENI Project 2010 Collecton Référence Bureautque Extrat Défnton des tâches Défnton des tâches Project 2010 Sasr les tâches d'un projet Les tâches représentent le traval à accomplr pour attendre l'objectf

Plus en détail

Chapitre 6. Economie ouverte :

Chapitre 6. Economie ouverte : 06/2/202 Chaptre 6. Econome ouverte : le modèle Mundell Flemng Elsabeth Cudevlle Le développement des échanges nternatonaux (bens et servces et flux fnancers) a rendu fortement nterdépendantes les conjonctures

Plus en détail

ÉLÉMENTS DE THÉORIE DE L INFORMATION POUR LES COMMUNICATIONS.

ÉLÉMENTS DE THÉORIE DE L INFORMATION POUR LES COMMUNICATIONS. ÉLÉMETS DE THÉORIE DE L IFORMATIO POUR LES COMMUICATIOS. L a théore de l nformaton est une dscplne qu s appue non seulement sur les (télé-) communcatons, mas auss sur l nformatque, la statstque, la physque

Plus en détail

LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régime») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF

LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régime») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF 1 LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régme») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF AVIS AUX RETRAITÉS ET AUX PARTICIPANTS AVEC DROITS ACQUIS DIFFÉRÉS Expédteurs

Plus en détail

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks Plan Geston des stocks Abdellah El Fallah Ensa de Tétouan 2011 Les opératons de gestons des stocks Les coûts assocés à la geston des stocks Le rôle des stocks Modèle de la quantté économque Geston calendare

Plus en détail

Chapitre 3 : Incertitudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES. Lignes directrices 2006 du GIEC pour les inventaires nationaux de gaz à effet de serre 3.

Chapitre 3 : Incertitudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES. Lignes directrices 2006 du GIEC pour les inventaires nationaux de gaz à effet de serre 3. Chaptre 3 : Incerttudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES Lgnes drectrces 2006 du GIEC pour les nventares natonaux de gaz à effet de serre 3.1 Volume 1 : Orentatons générales et établssement des rapports Auteurs

Plus en détail

MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES

MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES Émle Garca, Maron Le Cam et Therry Rocher MENESR-DEPP, bureau de l évaluaton des élèves Cet artcle porte sur les méthodes de

Plus en détail

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social Drgeant de SAS : Lasser le chox du statut socal Résumé de notre proposton : Ouvrr le chox du statut socal du drgeant de SAS avec 2 solutons possbles : apprécer la stuaton socale des drgeants de SAS comme

Plus en détail

BTS GPN 2EME ANNEE-MATHEMATIQUES-MATHS FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES

BTS GPN 2EME ANNEE-MATHEMATIQUES-MATHS FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES I. Concepts généraux. Le référentel précse : Cette parte du module M4 «Acquérr des outls mathématques de base nécessares à l'analyse de données économques» est en relaton avec

Plus en détail

INTRODUCTION. Jean-Pierre MAGNAN Chef de la section des ouvrages en terre Département des sols et fondations Laboratoire central

INTRODUCTION. Jean-Pierre MAGNAN Chef de la section des ouvrages en terre Département des sols et fondations Laboratoire central Etude numérque de la consoldaton undmensonnelle en tenant compte des varatons de la perméablté et de la compressblté du sol, du fluage et de la non-saturaton Jean-Perre MAGNAN Chef de la secton des ouvrages

Plus en détail

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria.

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria. 1 CAS nédt d applcaton sur les normes IAS/IFRS Coût amort sur oblgatons à taux varable ou révsable La socété Plumera présente ses comptes annuels dans le référentel IFRS. Elle détent dans son portefeulle

Plus en détail

Calculs des convertisseurs en l'electronique de Puissance

Calculs des convertisseurs en l'electronique de Puissance Calculs des conertsseurs en l'electronque de Pussance Projet : PROGRAMMAON ate : 14 arl Auteur : herry EQUEU. EQUEU 1, rue Jules Massenet 37 OURS el 47 5 93 64 herry EQUEU Jun [V37] Fcher : ESGN.OC Calculs

Plus en détail

MEMOIRE. Présenté au département des sciences de la matière Faculté des sciences

MEMOIRE. Présenté au département des sciences de la matière Faculté des sciences REPUBLIQUE LERIEN DEMOCRTIQUE ET POPULIRE Mnstère de l ensegnement supéreur et de la recherche scentfque Unversté El-Hadj Lakhdar-BTN- MEMOIRE Présenté au département des scences de la matère Faculté des

Plus en détail

DES EFFETS PERVERS DU MORCELLEMENT DES STOCKS

DES EFFETS PERVERS DU MORCELLEMENT DES STOCKS DES EFFETS PERVERS DU MORCELLEMENT DES STOCKS Le cabnet Enetek nous démontre les mpacts négatfs de la multplcaton des stocks qu au leu d amélorer le taux de servce en se rapprochant du clent, le dégradent

Plus en détail

En vue de l'obtention du. Présentée et soutenue par Meva DODO Le 06 novembre 2008

En vue de l'obtention du. Présentée et soutenue par Meva DODO Le 06 novembre 2008 THÈSE En vue de l'obtenton du DOCTORAT DE L UNIVERSITÉ DE TOULOUSE Délvré par l'unversté Toulouse III - Paul Sabater Spécalté : Informatque Présentée et soutenue par Meva DODO Le 06 novembre 2008 Ttre

Plus en détail

Les prix quotidiens de clôture des échanges de quotas EUA et de crédits CER sont fournis par ICE Futures Europe

Les prix quotidiens de clôture des échanges de quotas EUA et de crédits CER sont fournis par ICE Futures Europe Méthodologe CDC Clmat Recherche puble chaque mos, en collaboraton avec Clmpact Metnext, Tendances Carbone, le bulletn mensuel d nformaton sur le marché européen du carbone (EU ETS). L obectf de cette publcaton

Plus en détail

hal-00409942, version 1-14 Aug 2009

hal-00409942, version 1-14 Aug 2009 Manuscrt auteur, publé dans "MOSIM' 008, Pars : France (008)" 7 e Conférence Francophone de MOdélsaton et SIMulaton - MOSIM 08 - du mars au avrl 008 - Pars - France «Modélsaton, Optmsaton et Smulaton des

Plus en détail

CHAPITRE DEUX : FORMALISME GEOMETRIQUE

CHAPITRE DEUX : FORMALISME GEOMETRIQUE CHPITRE DEUX FORMLISME GEOMETRIQUE. CHPITRE DEUX : FORMLISME GEOMETRIQUE verson.3, -8 I. GEOMETRIE DNS L ESPCE-TEMPS ) Prncpe de relatvté Le prncpe de relatvté peut s exprmer ans : toutes les los physques

Plus en détail

CHAPITRE 14 : RAISONNEMENT DES SYSTÈMES DE COMMANDE

CHAPITRE 14 : RAISONNEMENT DES SYSTÈMES DE COMMANDE HAITRE 4 : RAISONNEMENT DES SYSTÈMES DE OMMANDE RAISONNEMENT DES SYSTÈMES DE OMMANDE... 2 INTRODUTION... 22 RAELS... 22 alcul de la valeur ntale de la répone à un échelon... 22 alcul du gan tatque... 22

Plus en détail

Mode d'emploi. Servomoteur radiofréquence 1187 00

Mode d'emploi. Servomoteur radiofréquence 1187 00 Mode d'emplo Servomoteur radofréquence 1187 00 Table des matères A propos de ce mode d'emplo... 2 Représentaton de l'apparel... 3 Montage... 3 Démontage... 3 Almentaton... 4 Mettre la ple en place... 4

Plus en détail

Thermodynamique statistique Master Chimie Université d Aix-Marseille. Bogdan Kuchta

Thermodynamique statistique Master Chimie Université d Aix-Marseille. Bogdan Kuchta hermodynamque statstque Master Chme Unversté d Ax-Marselle Bogdan Kuchta Plan: Rappel: thermodynamque phénoménologque (dscuter l entrope, l évoluton de gaz parfat,) Premer prncpe Deuxème prncpe (transformaton

Plus en détail

LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA

LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA Observatore Economque et Statstque d Afrque Subsaharenne LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA Une contrbuton à la réunon commune CEE/BIT sur les ndces des prx

Plus en détail

STATISTIQUE AVEC EXCEL

STATISTIQUE AVEC EXCEL STATISTIQUE AVEC EXCEL Excel offre d nnombrables possbltés de recuellr des données statstques, de les classer, de les analyser et de les représenter graphquement. Ce sont prncpalement les tros éléments

Plus en détail

Modélisations du risque en assurance automobile. Michel Grun-Rehomme Université Paris 2 et Ensae Email: grun@ensae.fr

Modélisations du risque en assurance automobile. Michel Grun-Rehomme Université Paris 2 et Ensae Email: grun@ensae.fr Modélsatons du rsque en assurance automoble Mchel Grun-Rehomme Unversté Pars 2 et Ensae Emal: grun@ensae.fr 1 Modélsatons du rsque en assurance automoble La snstralté est mesurée en terme de fréquence

Plus en détail

Application du système immunitaire artificiel ordinaire et amélioré pour la reconnaissance des caractères artificiels

Application du système immunitaire artificiel ordinaire et amélioré pour la reconnaissance des caractères artificiels 9 Nature & Technology Applcaton du système mmuntare artfcel ordnare et améloré pour la reconnassance des caractères artfcels Hba Khell a, Abdelkader Benyettou a a Laboratore Sgnal Image Parole SIMPA-,

Plus en détail

Interfaces Windows 8 et Bureau

Interfaces Windows 8 et Bureau Interfaces Wndows 8 et Bureau Interfaces Wndows 8 et Bureau Découvrr l nterface Wndows 8 Après s être dentfé va un compte Mcrosoft ou un compte local, l utlsateur vot apparaître sur son écran la toute

Plus en détail

ÉTUDE DU STOCKAGE THERMIQUE DANS LE SOL EN UTILISANT UN SCHÉMA A DIFFÉRENCES FINIES UNIDIMENSIONNEL

ÉTUDE DU STOCKAGE THERMIQUE DANS LE SOL EN UTILISANT UN SCHÉMA A DIFFÉRENCES FINIES UNIDIMENSIONNEL ÉTUDE DU STOCKAGE THERMIQUE DANS LE SOL EN UTILISANT UN SCHÉMA A DIFFÉRENCES FINIES UNIDIMENSIONNEL Bogdan HORBANIUC, Gheorghe DUMITRASCU, Andre DUMENCU UNIVERSITÉ TECHNIQUE GHEORGHE ASACHI, Iaș, Roumane

Plus en détail

GEA I Mathématiques nancières Poly. de révision. Lionel Darondeau

GEA I Mathématiques nancières Poly. de révision. Lionel Darondeau GEA I Mathématques nancères Poly de révson Lonel Darondeau Intérêts smples et composés Voc la lste des exercces à révser, corrgés en cours : Exercce 2 Exercce 3 Exercce 5 Exercce 6 Exercce 7 Exercce 8

Plus en détail

10ème Congrès Français d'acoustique Lyon, 12-16 Avril 2010

10ème Congrès Français d'acoustique Lyon, 12-16 Avril 2010 10ème Congrès ranças d'acoustque Lyon, 1-16 Avrl 010 Imagere acoustque en soufflere SA Arnaud Ménoret 1, Nathale Gorllot, Jean-Luc Adam 3 1 Sgnal Développement, 1 Bld Chassegne, 86000 Poters, a.menoret@sgnal-developpement.com

Plus en détail

Un protocole de tolérance aux pannes pour objets actifs non préemptifs

Un protocole de tolérance aux pannes pour objets actifs non préemptifs Un protocole de tolérance aux pannes pour objets actfs non préemptfs Françose Baude Dens Caromel Chrstan Delbé Ludovc Henro Equpe Oass, INRIA - CNRS - I3S 2004, route des Lucoles F-06902 Sopha Antpols

Plus en détail

Découvrir l interface Windows 8

Découvrir l interface Windows 8 Wndows 8.1 L envronnement Wndows 8 Interfaces Wndows 8 et Bureau L envronnement Wndows 8 Découvrr l nterface Wndows 8 Après s être dentfé va un compte Mcrosoft ou un compte local, l utlsateur vot apparaître

Plus en détail

Impôt sur la fortune et investissement dans les PME Professeur Didier MAILLARD

Impôt sur la fortune et investissement dans les PME Professeur Didier MAILLARD Conservatore atonal des Arts et Méters Chare de BAQUE Document de recherche n 9 Impôt sur la fortune et nvestssement dans les PME Professeur Dder MAILLARD Avertssement ovembre 2007 La chare de Banque du

Plus en détail

Dérivés actions: risques un (rapide) aperçu

Dérivés actions: risques un (rapide) aperçu Dérvés actons: rsques un (rapde) aperçu Lorenzo Bergom Equty Dervatves Quanttatve Research océté Générale lorenzo.bergom@sgcb.com 33 4 3 3 95 Introducton - le Dow Jones 9-6 () 4 Dow Jones Industral Average

Plus en détail

WINDOWS 10. Prise en main de votre ordinateur ou votre tablette

WINDOWS 10. Prise en main de votre ordinateur ou votre tablette WINDOWS 10 Prse en man de votre ordnateur ou votre tablette Table des matères Wndows 10 L envronnement Wndows 10 sur un ordnateur Wndows 10 : les nouveautés................................ 7 Démarrer Wndows

Plus en détail

Terminal numérique TM 13 raccordé aux installations Integral 33

Terminal numérique TM 13 raccordé aux installations Integral 33 Termnal numérque TM 13 raccordé aux nstallatons Integral 33 Notce d utlsaton Vous garderez une longueur d avance. Famlarsez--vous avec votre téléphone Remarques mportantes Chaptres à lre en prorté -- Vue

Plus en détail

AVERTISSEMENT. Contact SCD INPL: mailto:scdinpl@inpl-nancy.fr LIENS

AVERTISSEMENT. Contact SCD INPL: mailto:scdinpl@inpl-nancy.fr LIENS AVERTISSEMENT Ce document est le frut d un long traval approuvé par le jury de soutenance et ms à dsposton de l ensemble de la communauté unverstare élarge. Il est soums à la proprété ntellectuelle de

Plus en détail

Integral T 3 Compact. raccordé aux installations Integral 5. Notice d utilisation

Integral T 3 Compact. raccordé aux installations Integral 5. Notice d utilisation Integral T 3 Compact raccordé aux nstallatons Integral 5 Notce d utlsaton Remarques mportantes Remarques mportantes A quelle nstallaton pouvez-vous connecter votre téléphone Ce téléphone est conçu unquement

Plus en détail

I. Présentation générale des méthodes d estimation des projets de type «unité industrielle»

I. Présentation générale des méthodes d estimation des projets de type «unité industrielle» Evaluaton des projets et estmaton des coûts Le budget d un projet est un élément mportant dans l étude d un projet pusque les résultats économques auront un mpact sur la réalsaton ou non et sur la concepton

Plus en détail

Calcul de tableaux d amortissement

Calcul de tableaux d amortissement Calcul de tableaux d amortssement 1 Tableau d amortssement Un emprunt est caractérsé par : une somme empruntée notée ; un taux annuel, en %, noté ; une pérodcté qu correspond à la fréquence de remboursement,

Plus en détail

Définition des tâches

Définition des tâches Défnton des tâches Défnton des tâches Project 2010 Sasr les tâches d'un projet Les tâches représentent le traval à accomplr pour attendre l'objectf du projet. Elles représentent de ce fat, les éléments

Plus en détail

Recherche universitaire et crédits d impôt pour R-D

Recherche universitaire et crédits d impôt pour R-D Fscalté Recherche unverstare et crédts d mpôt pour R-D Le 27 novembre 2001 Nancy Avone, CA Inctatfs fscaux à la R-D très généreux dsponbles Étude du Conference Board du Canada en 1998 Québec Jurdcton au

Plus en détail

FORMATION DOCTORALE EN INFORMATIQUE THESE. présentée en vue de l obtention du Doctorat en Informatique. par

FORMATION DOCTORALE EN INFORMATIQUE THESE. présentée en vue de l obtention du Doctorat en Informatique. par UNIVERSITE DE TUNIS EL MANAR FACULTE DES SCIENCES DE TUNIS INSTITUT NATIONAL DES SCIENCES APPLIQUEES DE LYON FORMATION DOCTORALE EN INFORMATIQUE THESE présentée en vue de l obtenton du Doctorat en Informatque

Plus en détail

Prêts bilatéraux et réseaux sociaux

Prêts bilatéraux et réseaux sociaux Prêts blatéraux et réseaux socaux Quand la sous-optmalté condut au ben-être collectf Phlppe Callou, Frederc Dubut et Mchele Sebag LRI, Unverste Pars Sud F-91405 Orsay France {callou;dubut;sebag}@lr.fr

Plus en détail

COMPARAISON DE MÉTHODES POUR LA CORRECTION

COMPARAISON DE MÉTHODES POUR LA CORRECTION COMPARAISON DE MÉTHODES POUR LA CORRECTION DE LA NON-RÉPONSE TOTALE : MÉTHODE DES SCORES ET SEGMENTATION Émle Dequdt, Benoît Busson 2 & Ncolas Sgler 3 Insee, Drecton régonale des Pays de la Lore, Servce

Plus en détail

MODÈLE D ISING À UNE ET DEUX DIMENSIONS.

MODÈLE D ISING À UNE ET DEUX DIMENSIONS. Chapter MODÈLE DISIG À UE ET DEUX DIMESIOS.. ITRODUCTIO. ous commençons, dans ce chaptre, létude dun problème de mécanque statstque de la matère condensée où leffet des nteractons est mportant. Le modèle

Plus en détail

Méthodes d Extraction de Connaissances à partir de Données (ECD) appliquées aux Systèmes d Information Géographiques (SIG)

Méthodes d Extraction de Connaissances à partir de Données (ECD) appliquées aux Systèmes d Information Géographiques (SIG) UNIVERSITÉ DE NANTES FACULTÉ DES SCIENCES ÉCOLE DOCTORALE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DES MATÉRIAUX Année 2006 N attrbué par la bblothèque Méthodes d Extracton de Connassances à partr

Plus en détail

CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE?

CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE? CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE? Boulanger Frédérc Avanssur, Groupe AXA 163-167, Avenue Georges Clémenceau 92742 Nanterre Cedex France Tel: +33 1 46 14 43

Plus en détail

T3 Comfort raccordé a IP Office

T3 Comfort raccordé a IP Office IP Telephony Contact Centers Moblty Servces T3 Comfort raccordé a IP Offce Benutzerhandbuch User's gude Manual de usuaro Manuel utlsateur Manuale d uso Gebrukersdocumentate Sommare Sommare Se famlarser

Plus en détail

VIELLE Marc. CEA-IDEI Janvier 1998. 1 La nomenclature retenue 3. 2 Vue d ensemble du modèle 4

VIELLE Marc. CEA-IDEI Janvier 1998. 1 La nomenclature retenue 3. 2 Vue d ensemble du modèle 4 GEMINI-E3 XL France Un outl destné à l étude des mpacts ndustrels de poltques énergétques et envronnementales VIELLE Marc CEA-IDEI Janver 1998 I LA STRUCTURE DU MODELE GEMINI-E3 XL FRANCE 3 1 La nomenclature

Plus en détail

TRAVAUX PRATIQUES SPECTRO- COLORIMETRIE

TRAVAUX PRATIQUES SPECTRO- COLORIMETRIE UNIVERSITE MONTPELLIER 2 Département de Physque TRAVAUX PRATIQUES DE SPECTRO- COLORIMETRIE F. GENIET 2 INTRODUCTION Cet ensegnement de travaux pratques de seconde année se propose de revor rapdement l'aspect

Plus en détail

Prévost Kevin 1,2, Magal Pierre 1, Beaumont Catherine 2 RÉSUMÉ

Prévost Kevin 1,2, Magal Pierre 1, Beaumont Catherine 2 RÉSUMÉ INTERET UN MOELE MATHEMATIQUE AN LA COMPARAION E L EFFICACITE E IFFERENTE TRATEGIE E PREVENTION UR LA REITANCE AU PORTAGE A ALMONELLA ENTERITII CHEZ LA POULE Prévost Kevn 1,, Magal Perre 1, Beaumont Catherne

Plus en détail

Contact SCD Nancy 1 : theses.sciences@scd.uhp-nancy.fr

Contact SCD Nancy 1 : theses.sciences@scd.uhp-nancy.fr AVERTISSEMENT Ce document est le frut d'un long traval approuvé par le jury de soutenance et ms à dsposton de l'ensemble de la communauté unverstare élarge. Il est soums à la proprété ntellectuelle de

Plus en détail

Pro2030 GUIDE D UTILISATION. Français

Pro2030 GUIDE D UTILISATION. Français Pro2030 GUIDE D UTILISATION Franças Contents Garante... Introducton... 1 Artcle nº 605056 Rév C Schéma nº A605056 Novembre 2010 2010 YSI Incorporated. Le logo YSI est une marque déposée de YSI Incorporated.

Plus en détail

santé Les arrêts de travail des séniors en emploi

santé Les arrêts de travail des séniors en emploi soldarté et DOSSIERS Les arrêts de traval des sénors en emplo N 2 2007 Les sénors en emplo se dstnguent-ls de leurs cadets en termes de recours aux arrêts de traval? Les sénors ne déclarent pas plus d

Plus en détail

RÉPONSES À UN ÉCHELON. Sortie u(t) réponse. t(s)

RÉPONSES À UN ÉCHELON. Sortie u(t) réponse. t(s) BTS S ÉPONSS À UN ÉHON. éponse à n échelon d n système d premer ordre xemple : almentaton d n condensater de capacté par ne sorce de tenson e(t) à travers résstance a tenson varable e(t) est n échelon

Plus en détail

Apprentissage incrémental dans un système de filtrage adaptatif

Apprentissage incrémental dans un système de filtrage adaptatif VSST'200 32 TEXTES DES COMMUNICATIONS - Tome I Apprentssage ncrémental dans un système de fltrage adaptatf Mohand BOUGHANEM, Mohamed TMAR boughane@rt.fr, tmar@rt.fr IRIT/SIG, Campus Unv. Toulouse III,

Plus en détail

Série A Septembre 2008

Série A Septembre 2008 Sére A Septembre 2008 Sommare Notce avec encadré* 3 Annexe à la Notce 17 UFEP : extrat des statuts 27 *Cet encadré a pour objet d attrer l attenton de l adhérent sur certanes dspostons essentelles de la

Plus en détail

Cours #8 Optimisation de code

Cours #8 Optimisation de code ELE-784 Ordnateurs et programmaton système Cours #8 Optmsaton de code Bruno De Kelper Ste nternet : http://www.ele.etsmtl.ca/academque/ele784/ Cours # 8 ELE784 - Ordnateurs et programmaton système 1 Plan

Plus en détail

Les méthodes numériques de la dynamique moléculaire

Les méthodes numériques de la dynamique moléculaire Les méthodes numérques de la dynamque moléculare Chrstophe Chpot Equpe de chme et & bochme théorques, Unté Mxte de Recherche CNRS/UHP 7565, Insttut Nancéen de Chme Moléculare, Unversté Henr Poncaré, B.P.

Plus en détail

Interface OneNote 2013

Interface OneNote 2013 Interface OneNote 2013 Interface OneNote 2013 Offce 2013 - Fonctons avancées Lancer OneNote 2013 À partr de l'nterface Wndows 8, utlsez une des méthodes suvantes : - Clquez sur la vgnette OneNote 2013

Plus en détail

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises Les détermnants de la détenton et de l usage de la carte de débt : une analyse emprque sur données ndvduelles françases Davd Boune Marc Bourreau Abel Franços Jun 2006 Département Scences Economques et

Plus en détail

Relais de protection et de commmande

Relais de protection et de commmande S O U S - S T A T I O N S Relas de protecton et de commmande La gamme SEPCOS-PRO comprend des relas de protecton et de commande de haute technologe qu répondent à la perfecton aux exgences des réseaux

Plus en détail

Études & documents ÉCONOMIE ET ÉVALUATION. Consommation de carburant : effets des prix à court et à long termes par type de population.

Études & documents ÉCONOMIE ET ÉVALUATION. Consommation de carburant : effets des prix à court et à long termes par type de population. COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 40 Avrl 20 TRANSPORT Études & documents Consommaton de carburant : effets des prx à court et à long termes par type de populaton ÉCONOMIE ET ÉVALUATION Servce

Plus en détail

Analyse des Performances et Modélisation d un Serveur Web

Analyse des Performances et Modélisation d un Serveur Web SETIT 2009 5 th Internatonal Conference: Scences of Electronc, Technologes of Informaton and Telecommuncatons March 22-26, 2009 TUNISIA Analyse des Performances et Modélsaton d un Serveur Web Fontane RAFAMANTANANTSOA*,

Plus en détail

Prise en compte des politiques de transport dans le choix des fournisseurs

Prise en compte des politiques de transport dans le choix des fournisseurs INSTITUT NATIONAL POLYTECHNIQUE DE GRENOBLE N attrbué par la bblothèque THÈSE Pour obtenr le grade de DOCTEUR DE L I.N.P.G. Spécalté : Géne Industrel Préparée au Laboratore d Automatque de Grenoble Dans

Plus en détail

Mode d'emploi. Capteur de température ambiante radiofréquence avec horloge 1186..

Mode d'emploi. Capteur de température ambiante radiofréquence avec horloge 1186.. Mode d'emplo Capteur de température ambante radofréquence avec horloge 1186.. Table des matères A propos de ce mode d'emplo... 2 Comment le capteur de température ambante radofréquence fonctonne... 2 Affchage

Plus en détail

Le Prêt Efficience Fioul

Le Prêt Efficience Fioul Le Prêt Effcence Foul EMPRUNTEUR M. Mme CO-EMPRUNTEUR M. Mlle Mme Mlle (CONJOINT, PACSÉ, CONCUBIN ) Départ. de nass. Nature de la pèce d dentté : Natonalté : CNI Passeport Ttre de séjour N : Salaré Stuaton

Plus en détail

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises Les détermnants de la détenton et de l usage de la carte de débt : une analyse emprque sur données ndvduelles françases Davd Boune a, Marc Bourreau a,b et Abel Franços a,c a Télécom ParsTech, Département

Plus en détail

AVERTISSEMENT. D'autre part, toute contrefaçon, plagiat, reproduction encourt une poursuite pénale. LIENS

AVERTISSEMENT. D'autre part, toute contrefaçon, plagiat, reproduction encourt une poursuite pénale. LIENS AVETISSEMENT Ce docuent est le frut d'un long traval approuvé par le jury de soutenance et s à dsposton de l'enseble de la counauté unverstare élarge. Il est sous à la proprété ntellectuelle de l'auteur.

Plus en détail

Dynamique du point matériel

Dynamique du point matériel Chaptre III Dynaqe d pont atérel I Généraltés La cnéatqe a por objet l étde des oveents des corps en foncton d teps, sans tenr copte des cases q les provoqent La dynaqe est la scence q étde (o déterne)

Plus en détail

Amélioration des Délais dans les Réseaux à Débits Garantis pour des Flux Temps-Réel Sous Contrainte «(m,k)-firm»

Amélioration des Délais dans les Réseaux à Débits Garantis pour des Flux Temps-Réel Sous Contrainte «(m,k)-firm» Améloraton des Délas dans les Réseaux à Débts Garants pour des Flux Temps-Réel Sous Contrante «(m,k)-frm» Résumé : Koubâa Ans, Yé-Qong Song LORIA UHP Nancy 1 - INPL - INRIA Lorrane 2, av. de la Forêt de

Plus en détail

L enseignement virtuel dans une économie émergente : perception des étudiants et perspectives d avenir

L enseignement virtuel dans une économie émergente : perception des étudiants et perspectives d avenir L ensegnement vrtuel dans une économe émergente : percepton des étudants et perspectves d avenr Hatem Dellag Laboratore d Econome et de Fnances applquées Faculté des scences économques et de geston de

Plus en détail

UNE ETUDE ECONOMÉTRIQUE DU NOMBRE D ACCIDENTS

UNE ETUDE ECONOMÉTRIQUE DU NOMBRE D ACCIDENTS BRUSSELS ECONOMIC REVIEW - CAHIERS ECONOMIQUES DE BRUXELLES VOL. 49 - N 2 SUMMER 2006 UNE ETUDE ECONOMÉTRIQUE DU NOMBRE D ACCIDENTS DANS LE SECTEUR DE L ASSURANCE AUTOMOBILE* MARÍA DEL CARMEN MELGAR**

Plus en détail

1. INTRODUCTION. Rev. Energ. Ren. : 11 èmes Journées Internationales de Thermique (2003)103-110

1. INTRODUCTION. Rev. Energ. Ren. : 11 èmes Journées Internationales de Thermique (2003)103-110 Rev. Energ. Ren. : 11 èes Journées Internatonales de Therque (00)10-110 Sulaton Nuérque Undensonnelle du Phénoène de Transfert de Chaleur, Masse et Charge dans une Ple à Cobustble à Mebrane Echangeuse

Plus en détail