Comparative performance for isolated points detection operators: application on surface defects extraction

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Comparative performance for isolated points detection operators: application on surface defects extraction"

Transcription

1 Comparatve performance for solate ponts etecton operators: applcaton on surface efects extracton R. Seuln, G. Delcrox, F. Merenne Laboratore Le2-12, Rue e la Fonere Le Creusot - FRANCE e-mal: Mots clés: étecton e ponts solés, extracton e éfauts, opérateur Laplacen aaptatf, comparason e performances. Résumé Cet artcle a pour objectf e proposer une méthoe pour aer au chox un opérateur e tratement mages. Cette méthoe est applquée au contrôle e éfauts aspect sur es prouts en fabrcaton. Tros éléments caractérsent les éfauts à contrôler. Tout abor, la surface e la pèce est entèrement réfléchssante à la façon un mror. Ensute, les éfauts apparassent e façon aléatore ans l objet et ont la forme une bosse. Enfn, la talle es éfauts est extrêmement fable. Dans la plupart es cas, cellec n excèe pas 5 pxels. L éclarage utlsé pour étecter ces éfauts a fat l objet une étue sognée. Il consste à utlser es transtons e lumère grâce auxquelles les éfauts apparassent comme es ponts lumneux solés ans es zones sombres. Un tratement aapté evra alors être chos pour étecter les éfauts ans l mage. Pour cela, fférents opérateurs ont été choss ans la lttérature et provennent e famlles verses. Ces opérateurs sont tous aaptés au problème posé. Ils sont analysés et évalués sur es mages tests sogneusement choses. Afn e sélectonner l'opérateur le meux aapté au problème, une méthoe e comparason e performances es opérateurs est proposée. Elle consste abor à éfnr es crtères e comparason propres au type e éfaut à étecter. Ensute, es paramètres permettant évaluer les crtères éfns sont calculés sur es mages tests. Ces paramètres sont calculés pour chacun es opérateurs testés. Ils apportent une certane quantfcaton e l évaluaton es crtères éfns, et cela pour chacun es opérateurs. La comparason numérque es paramètres applqués à chaque opérateur permet enfn e comparer les opérateurs choss. Cette méthoe permet ans 'apporter une ae ans le chox e la technque 'extracton e éfaut à utlser. 1. INTRODUCTION Cet artcle se écompose en tros étapes. Dans un premer temps, le contexte e traval est présenté. Les éfauts aspect à contrôler sont étués fnement. Dans un euxème temps, fférents opérateurs ont été évalués pour étecter les éfauts. Ces opérateurs appartennent à es famlles e tratement fférentes et provennent e la lttérature. Ils onnent tous e bons résultats pour la étecton e ponts solés. Enfn, une méthoe e comparason e ces fférents opérateurs testés est proposée. Cette méthoe s appue sur es crtères forts mposés par le type e contrôle effectué. Elle s appue également sur une bonne connassance es mages à trater. Elle permet e égager une ae au chox relatvement fne e l opérateur le meux aapté au problème posé. 2. CONTEXTE Cette étue s'nscrt ans le care 'un projet estné à réalser un système e contrôle aspect par vson artfcelle e pèces sur une chaîne e fabrcaton. Les prouts à contrôler sont es pèces en matère plastque njectées ssues e l nustre e l emballage e cosmétque. Ces pèces subssent es opératons e vernssage et e métallsaton qu renent leur surface hautement réfléchssante comparable à es mrors. Lors e ces opératons, l arrve que es poussères s ntercalent entre le plastque et le verns provoquant e pettes nclusons et altérant ans l aspect e ce prout. Le éfaut est caractérsé par sa forme car l crée une bosse à la surface e la pèce. La nature et la couleur e la surface ne sont onc pas mofées à l'emplacement u éfaut. La plupart es éfauts ont une surface nféreure à 1 mm². Afn e mettre en évence les éfauts sur es surfaces métallques parfatement réfléchssantes, un éclarage partculer a été éveloppé. L éclarage utlsé est composé e franges sombres et e franges lumneuses. Les éfauts à étecter étant es éfauts e forme, la réflexon e l éclarage est mofée par les nhomogènétés e la surface La fgure 1 llustre ce phénomène. L'éclarage est confguré e telle manère à ce que les éfauts apparassent en blanc ans les zones

2 sombres et en nor ans les zones clares. Pour es rasons e sensblté e mesure, on chost e saturer le capteur CCD. Seuls les éfauts blancs présents ans les zones sombres sont ms en évence [1]. Mror N Zoom Cas 2: Sans éfaut Cas 1: Avec éfaut Fgure 1. confguraton e l éclarage La fgure 2 présente un exemple typque es mages obtenues par ce système. On reconnaît la projecton es banes sombres et lumneuses sur l'objet ans que la mse en évence 'un éfaut sous forme un pont lumneux solé ans une zone sombre. Dans la sute e cet artcle, on consère comme pont solé tout agglomérat e pxels contgus ayant une valeur e lumnance fortement élevée par rapport à la lumnance moyenne locale. Objet Défaut 1 2 Image Fgure 2. mse en évence un éfaut e surface L'objectf e la étecton e éfauts est onc 'extrare ces ponts solés. Ceux-c apparassent avec une talle nféreure à x pxels et sous forme compacte. De plus, la poston e l objet ans l mage n est pas connue a pror. Auss, le tratement à effectuer sur les mages acquses evra être robuste et evra pouvor fonctonner quelque sot la forme e l objet observé. 3. ETUDE DES OPERATEURS D EXTRACTION DE POINTS ISOLES Dans ce paragraphe, nous présentons tros opérateurs sélectonnés pour leur apttue à la étecton e ponts solés. Ils ont été chos ans la lttérature et aaptés à notre applcaton Transformaton Chapeau Haut e Forme La morphologe mathématque propose cet opérateur pour extrare es pcs ou es crêtes sur es mages en nveaux e grs [2]. La transformaton Chapeau Haut e Forme consste à effectuer la fférence entre l mage ntale et son ouvert par un élément structurant B. On procée ensute à un seullage. La transformaton sélectonne la parte e l'mage ayant une largeur nféreure à la talle e l'élément structurant et le seullage permet une sélecton e l'ampltue es partes étrotes retenues. La talle e l élément structurant B étermne ans la talle es éfauts que l on ésre étecter et la valeur u seullage S étermne l ampltue es pcs que l on conservera en tant que éfauts. Cet opérateur étant conçu pour extrare es zones étrotes, l rsque toutefos e mettre en évence les zones e type fl (fable largeur mas allongée) Fltre Laplacen La érvée secone 'un sgnal ne comportant que es portes et es mpulsons présente un maxmum pour les partes u sgnal corresponant aux mpulsons. Dans notre étue, les ponts solés apparassent comme es mpulsons stuées entre es portes car ce sont es ponts blancs au mleu e zones nores entourées par es franges blanches. Le fltrage es mages par un fltre e type érvée secone permettra onc e mettre en évence les éfauts recherchés [3]. Une approxmaton scrète smple u Laplacen correspon au masque e convoluton suvant: (1) En pratque, les ponts solés sont représentés par un ensemble e pxels blancs et non par un seul pxel. Le fltre Laplacen tel qu'l a été écrt précéemment est naapté pour la étecton ésrée car l ne met en évence que les mpulsons e talle 1. Une

3 mofcaton u fltre est effectuée pour permettre la étecton e ponts solés e talles supéreures. La nouvelle approxmaton e la érvée secone consste à prenre en compte les échantllons stués à une stance 'a' e l'échantllon à trater. Ans, les portons u sgnal corresponant à une porte e quelques échantllons e largeur seront perçus par le fltre comme une mpulson. Le Laplacen résultant s'obtent par un fltrage lnéare ont les coeffcents sont représentés sur la fgure a a Fgure 3. masque e convoluton u fltre Laplacen aapté La valeur e a est aaptée en foncton e la talle es éfauts à étecter. Un seullage permet ensute e ne retenr que les pxels corresponant au pont lumneux. Le tratement proposé c permet ffclement e fférencer es ponts solés rapprochés ou e étecter es ponts stués à proxmté 'une frange lumneuse. Une bonne étecton avec cet opérateur suppose que les ponts solés soent à une stance supéreure à "a" e toute autre zone lumneuse (frange ou autre pont solé) Laplacen une gaussenne (LoG) Ce tratement est équvalent à un lssage par un fltre e type gaussen pus à une ouble érvaton. Il résulte u passage en eux mensons u fltre érvée secone une gaussenne. On notera σ l'écart type e la gaussenne. Afn obtenr un fltre totalement sotrope, on consère que le fltre 2D est obtenu par une rotaton u fltre 1D autour e son axe e symétre (axe es oronnées) [4]. La valeur e σ est aaptée en foncton e la talle u pont solé. Le seullage permet ensute e ne retenr que les pxels corresponant au pont solé. Le lssage ntégré au fltrage a tenance à renforcer le pont fable u fltre a Laplacen. En effet, le tratement ren encore plus ffcle la fférencaton es ponts solés rapprochés ou la étecton es ponts stués à proxmté 'une frange lumneuse. Une bonne étecton avec cet opérateur suppose que les ponts solés soent à une stance supéreure à 4σ e toute autre zone lumneuse (frange ou autre pont solé). 4. COMPARAISON DES OPERATEURS D EXTRACTION DE POINTS ISOLES 4.1. Méthoologe L objectf e cette comparason est apporter une ae au chox e l'opérateur le meux aapté au problème parm les opérateurs extracton e ponts solés présentés ans le chaptre précéent. Pour cela, l convent effectuer une comparason quanttatve es performances es opérateurs. Cette comparason s'effectue selon es crtères. Les performances un opérateur sont quantfées par les valeurs e paramètres représentant les crtères e comparason. La émarche aoptée est la suvante : on applque les opérateurs sur es mages caractérstques es éfauts à étecter. Sur les mages résultats, on effectue es mesures permettant le calcul e paramètres. On évalue ensute les performances e chacun es opérateurs en foncton es valeurs es paramètres obtenues Images test Les opérateurs ont été testés sur es mages e synthèse composées e mres e ponts solés. Afn e représenter les fférentes expostons e la surface à contrôler vs à vs e la source e lumère, nous avons synthétsé es mages avec fférents nveaux e saut ampltue sur les pxels représentant les éfauts. Les mages tests ont auss sub es égraatons par un fltrage gaussen qu tente e matéralser le bloomng observé sur la chaîne réelle acquston es mages. Des mages réelles ont été utlsées pour les tests, elles ont été choses pour être es exemples typques e cas concrets rencontrés sur le système e étecton e éfauts en temps réel Défnton es crtères e comparason Ces mages sont utlsées pour une évaluaton quanttatve es opérateurs extracton e ponts solés en employant une méthoe e comparason s nsprant es crtères e Fram et Deutsch [5] mofés par Cocquerez [6].

4 D une manère générale, l'optmsaton e l extracton es ponts solés consste à étecter le maxmum e pxels corresponants aux ponts solés et le mnmum e pxels hors es ponts solés. Un comproms est toujours à fare entre surétecton et sousétecton. C'est selon ces eux crtères que l'on chost e fare la comparason. Les performances un opérateur sont quantfées par les valeurs e eux paramètres P 1 et. P 1 quantfe la surétecton et caractérse la sousétecton. On éfnt Z la zone es ponts solés, sot l ensemble es pxels représentant les ponts solés. On note: n Z le nombre e pxels étectés ans Z, n 0 Z le nombre e pxels étectés hors e Z et N le nombre e pxels consttuant Z. Défnton es paramètres P 1 et : nz P1 P 2 n + n = (2) Z = N Z (3) Z 0 Ces paramètres prennent es valeurs entre 0 et 1. P 1 quantfe la robustesse u étecteur : ce paramètre est fable quan l'opérateur étecte un nombre mportants e pxels en ehors es ponts solés et vaut 1 quan l n y a pas e surétecton. caractérse le comportement u étecteur vs à vs u sgnal seul : ce paramètre vaut 1 quan tous les pxels représentant les ponts solés sont extrats et est fable quan es lacunes apparassent ans la étecton. Pour le calcul e chacun e ces paramètres, la connassance es ponts solés à étecter est nécessare et est onnée par une mage e référence corresponant au cas éal e parfate étecton. n paramètres vosns, celu qu extrat les ponts solés e manère la plus complète est chos, qutte à extrare es pxels ne fasant pas parte es ponts solés.ce chox correspon au contexte e contrôle qualté en mleu nustrel qu vse à favorser une surétecton pouvant être moulée par la phase avale e écson Performances Le tableau 1 montre les résultats obtenus pour les mages égraées par fltrage gaussen. L'opérateur éal onne es valeurs e P 1 et égales à 1. Le melleur opérateur correspon onc à celu ont les valeurs e P 1 et se rapprochent le plus e 1. Pour ce type mages, le melleur opérateur est le fltre Laplacen. On observe, pour le fltre Laplacen et le LoG, une égraaton es résultats avec l'augmentaton u flou. Cela provent e l'ncapacté crossante à fférencer es ponts rapprochés noyés ans le flou. Il convent e noter que les performances e la transformaton chapeau haut e forme restent absolument entques malgré l'ajout e flou sur les mages. La fgure 4 montre une mage réelle ssue u système e contrôle en temps réel et l mage résultat e l applcaton u fltre Laplacen mofé correspon à la fgure Paramètres e réglages es fférents opérateurs D une manère générale, les paramètres ont été choss e manère à optmser l extracton es ponts solés. Quan l optmum osclle entre eux jeux e Fgure 2 Image réelles Fgure 3 Résultat u fltrage par l opérateur Laplacen Rayon u bloomng gaussen r = 1 r = 2 r = 3 P 1 P 1 P 1 Laplacen Chapeau haut e forme LoG Tableau 1 performances es opérateurs sur les mages égraées par fltrage gaussen

5 5. CONCLUSIONS ET PERSPECTIVES Dans cet artcle nous avons proposé une méthoe générale permettant la comparason es performances opérateurs pour l extracton e ponts lumneux solés ans es zones sombres. Des crtères caractérsant la melleure étecton possble pour l'utlsateur ont été éfns. Ces crtères e performances servent tout 'abor e référence pour le réglage es paramètres e chacune es technques e tratement choses. Ensute, ces crtères sont utlsés pour comparer chacune es technques entre elles. Cette méthoe a été applquée ans le care e la réalsaton un système e contrôle qualté estné à étecter les éfauts aspects sur es pèces réfléchssantes. Tros opérateurs e tratement mages ont été choss ans la lttérature et ont été aaptés au problème posé. Leurs performances en matère e étecton e éfauts ont été analysées selon la procéure présentée précéemment. Le fltre Laplacen, mofé afn être faclement optmsable et aapté à notre applcaton, apparaît comme le melleur comproms compte tenu es résultats obtenus aux tests comparatfs. La émarche aoptée c peut être étenue à autres confguratons e étecton e éfauts ou e segmentaton afn e faclter le chox ans les tratements à mettre en œuvre. De plus, autres applcatons u fltre Laplacen mofé sont actuellement à l étue. Ce tratement est par exemple utlsé au sen e notre laboratore ans le care e la localsaton e puplles oculares. [6] J.P.Cocquerez, J. Devars Détecton e contours ans les mages aérennes : nouveaux opérateurs, Tratement u sgnal, vol. 2, n 1, REMERCIEMENTS Ces travaux ont été fnancés par le Consel Régonal e Bourgogne et le Pôle Imagere e Bourgogne. REFERENCES [1] G. Delcrox, D. Aluze, F. Merenne, B. Lamalle an P. Gorra - On-Lne Defects Localzaton on Mrror-Lke Surfaces, SPIE Conference on Machne Vson Applcatons n Inustral Inspecton VII, January , San José (USA), Vol. 3652, pp [2] E.R. Dougherty - An Introucton to Morphologcal Image Processng, SPIE Volume TT 9, Washngton, [3] KAMGAR-PARSI Behza, KAMGAR- PARSI Behrooz, ROSENFELD A. - Optmally sotropc Laplacan operator, IEEE trans. mage process., 1999, vol. 8, no 10, pp [4] J.S. Chen, A. Huertas, G. Meon - Fast Convoluton wth Laplacan of Gaussan Masks, IEEE Trans. PAMI, 9, pp , [5] J.R. Fram, E.S. Deutsch - A Quanttatve Stuy of Orentaton Bas of some Ege Detecton Schemes, IEEE Trans. on Comp., vol. 27, pp , 1978.

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks Plan Geston des stocks Abdellah El Fallah Ensa de Tétouan 2011 Les opératons de gestons des stocks Les coûts assocés à la geston des stocks Le rôle des stocks Modèle de la quantté économque Geston calendare

Plus en détail

Remboursement d un emprunt par annuités constantes

Remboursement d un emprunt par annuités constantes Sére STG Journées de formaton Janver 2006 Remboursement d un emprunt par annutés constantes Le prncpe Utlsaton du tableur Un emprunteur s adresse à un prêteur pour obtenr une somme d argent (la dette)

Plus en détail

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix?

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix? Note méthodologque Tratements hebdomadares Questlemonscher.com Quelle méthode de collecte de prx? Les éléments méthodologques ont été défns par le cabnet FaE onsel, socété d études et d analyses statstques

Plus en détail

Montage émetteur commun

Montage émetteur commun tour au menu ontage émetteur commun Polarsaton d un transstor. ôle de la polarsaton La polarsaton a pour rôle de placer le pont de fonctonnement du transstor dans une zone où ses caractérstques sont lnéares.

Plus en détail

classification non supervisée : pas de classes prédéfinies Applications typiques

classification non supervisée : pas de classes prédéfinies Applications typiques Qu est ce que le clusterng? analyse de clusterng regroupement des obets en clusters un cluster : une collecton d obets smlares au sen d un même cluster dssmlares au obets appartenant à d autres clusters

Plus en détail

Les jeunes économistes

Les jeunes économistes Chaptre1 : les ntérêts smples 1. défnton et calcul pratque : Défnton : Dans le cas de l ntérêt smple, le captal reste nvarable pendant toute la durée du prêt. L emprunteur dot verser, à la fn de chaque

Plus en détail

Fiche n 7 : Vérification du débit et de la vitesse par la méthode de traçage

Fiche n 7 : Vérification du débit et de la vitesse par la méthode de traçage Fche n 7 : Vérfcaton du débt et de la vtesse par la méthode de traçage 1. PRINCIPE La méthode de traçage permet de calculer le débt d un écoulement ndépendamment des mesurages de hauteur et de vtesse.

Plus en détail

MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES

MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES Émle Garca, Maron Le Cam et Therry Rocher MENESR-DEPP, bureau de l évaluaton des élèves Cet artcle porte sur les méthodes de

Plus en détail

Mesure avec une règle

Mesure avec une règle Mesure avec une règle par Matheu ROUAUD Professeur de Scences Physques en prépa, Dplômé en Physque Théorque. Lycée Alan-Fourner 8000 Bourges ecrre@ncerttudes.fr RÉSUMÉ La mesure d'une grandeur par un système

Plus en détail

Chapitre 3 : Incertitudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES. Lignes directrices 2006 du GIEC pour les inventaires nationaux de gaz à effet de serre 3.

Chapitre 3 : Incertitudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES. Lignes directrices 2006 du GIEC pour les inventaires nationaux de gaz à effet de serre 3. Chaptre 3 : Incerttudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES Lgnes drectrces 2006 du GIEC pour les nventares natonaux de gaz à effet de serre 3.1 Volume 1 : Orentatons générales et établssement des rapports Auteurs

Plus en détail

hal-00409942, version 1-14 Aug 2009

hal-00409942, version 1-14 Aug 2009 Manuscrt auteur, publé dans "MOSIM' 008, Pars : France (008)" 7 e Conférence Francophone de MOdélsaton et SIMulaton - MOSIM 08 - du mars au avrl 008 - Pars - France «Modélsaton, Optmsaton et Smulaton des

Plus en détail

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire Assurance malade et aléa de moralté ex-ante : L ncdence de l hétérogénété de la perte santare Davd Alary 1 et Franck Ben 2 Cet artcle examne l ncdence de l hétérogénété de la perte santare sur les contrats

Plus en détail

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations Contrats prévoyance des TNS : Clarfer les règles pour sécurser les prestatons Résumé de notre proposton : A - Amélorer l nformaton des souscrpteurs B Prévor plus de souplesse dans l apprécaton des revenus

Plus en détail

EH SmartView. Identifiez vos risques et vos opportunités. www.eulerhermes.be. Pilotez votre assurance-crédit. Services en ligne Euler Hermes

EH SmartView. Identifiez vos risques et vos opportunités. www.eulerhermes.be. Pilotez votre assurance-crédit. Services en ligne Euler Hermes EH SmartVew Servces en lgne Euler Hermes Identfez vos rsques et vos opportuntés Plotez votre assurance-crédt www.eulerhermes.be Les avantages d EH SmartVew L expertse Euler Hermes présentée de manère clare

Plus en détail

Clavier et souris virtuels pour personnes handicapées à mobilité réduite

Clavier et souris virtuels pour personnes handicapées à mobilité réduite Claver et sours vrtuels pour personnes handcapées à moblté rédute Naoures Belhabb et Ans Rojb Unversté Pars8, THIM, EA 4004 CHART 2, rue de la Lberté 93526 Sant-Dens nawres_habb@yahoo.fr ; ans.rojb@unv-pars8.fr

Plus en détail

Exercices d Électrocinétique

Exercices d Électrocinétique ercces d Électrocnétque Intensté et densté de courant -1.1 Vtesse des porteurs de charges : On dssout une masse m = 20g de chlorure de sodum NaCl dans un bac électrolytque de longueur l = 20cm et de secton

Plus en détail

COMPARAISON DE MÉTHODES POUR LA CORRECTION

COMPARAISON DE MÉTHODES POUR LA CORRECTION COMPARAISON DE MÉTHODES POUR LA CORRECTION DE LA NON-RÉPONSE TOTALE : MÉTHODE DES SCORES ET SEGMENTATION Émle Dequdt, Benoît Busson 2 & Ncolas Sgler 3 Insee, Drecton régonale des Pays de la Lore, Servce

Plus en détail

Apprentissage incrémental dans un système de filtrage adaptatif

Apprentissage incrémental dans un système de filtrage adaptatif VSST'200 32 TEXTES DES COMMUNICATIONS - Tome I Apprentssage ncrémental dans un système de fltrage adaptatf Mohand BOUGHANEM, Mohamed TMAR boughane@rt.fr, tmar@rt.fr IRIT/SIG, Campus Unv. Toulouse III,

Plus en détail

Terminal numérique TM 13 raccordé aux installations Integral 33

Terminal numérique TM 13 raccordé aux installations Integral 33 Termnal numérque TM 13 raccordé aux nstallatons Integral 33 Notce d utlsaton Vous garderez une longueur d avance. Famlarsez--vous avec votre téléphone Remarques mportantes Chaptres à lre en prorté -- Vue

Plus en détail

LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA

LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA Observatore Economque et Statstque d Afrque Subsaharenne LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA Une contrbuton à la réunon commune CEE/BIT sur les ndces des prx

Plus en détail

Corrections adiabatiques et nonadiabatiques dans les systèmes diatomiques par calculs ab-initio

Corrections adiabatiques et nonadiabatiques dans les systèmes diatomiques par calculs ab-initio Correctons adabatques et nonadabatques dans les systèmes datomques par calculs ab-nto Compte rendu du traval réalsé dans le cadre d un stage de quatre mos au sen du Groupe de Spectroscope Moléculare et

Plus en détail

Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amiens.fr/pedagogie/maths/new/ue2007/synthese_atelier_annette_alain.

Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amiens.fr/pedagogie/maths/new/ue2007/synthese_atelier_annette_alain. Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amens.fr/pedagoge/maths/new/ue2007/synthese_ateler_annette_alan.pdf 1 La règle du jeu Un drecteur de casno se propose d nstaller le

Plus en détail

TRAVAUX PRATIQUES SPECTRO- COLORIMETRIE

TRAVAUX PRATIQUES SPECTRO- COLORIMETRIE UNIVERSITE MONTPELLIER 2 Département de Physque TRAVAUX PRATIQUES DE SPECTRO- COLORIMETRIE F. GENIET 2 INTRODUCTION Cet ensegnement de travaux pratques de seconde année se propose de revor rapdement l'aspect

Plus en détail

CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE?

CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE? CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE? Boulanger Frédérc Avanssur, Groupe AXA 163-167, Avenue Georges Clémenceau 92742 Nanterre Cedex France Tel: +33 1 46 14 43

Plus en détail

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social Drgeant de SAS : Lasser le chox du statut socal Résumé de notre proposton : Ouvrr le chox du statut socal du drgeant de SAS avec 2 solutons possbles : apprécer la stuaton socale des drgeants de SAS comme

Plus en détail

Le théorème du viriel

Le théorème du viriel Le théorème du vrel On se propose de démontrer le théorème du vrel de deux manères dfférentes. La premère fat appel à deux "trcks" qu l faut vor. Cette preuve met en avant une quantté, notée S c, qu permet

Plus en détail

CHAPITRE 14 : RAISONNEMENT DES SYSTÈMES DE COMMANDE

CHAPITRE 14 : RAISONNEMENT DES SYSTÈMES DE COMMANDE HAITRE 4 : RAISONNEMENT DES SYSTÈMES DE OMMANDE RAISONNEMENT DES SYSTÈMES DE OMMANDE... 2 INTRODUTION... 22 RAELS... 22 alcul de la valeur ntale de la répone à un échelon... 22 alcul du gan tatque... 22

Plus en détail

Séparation de Sources par lissage cepstral des masques binaires

Séparation de Sources par lissage cepstral des masques binaires Séparaton de Sources par lssage cepstral des masques bnares Ibrahm Mssaou 1 Zed Lachr 1, 2 (1) École natonale d ngéneurs de Tuns, ENIT, BP. 37 Le Belvedere, 1002 Tuns, Tunse (2) Insttut natonal des scences

Plus en détail

10ème Congrès Français d'acoustique Lyon, 12-16 Avril 2010

10ème Congrès Français d'acoustique Lyon, 12-16 Avril 2010 10ème Congrès ranças d'acoustque Lyon, 1-16 Avrl 010 Imagere acoustque en soufflere SA Arnaud Ménoret 1, Nathale Gorllot, Jean-Luc Adam 3 1 Sgnal Développement, 1 Bld Chassegne, 86000 Poters, a.menoret@sgnal-developpement.com

Plus en détail

DES EFFETS PERVERS DU MORCELLEMENT DES STOCKS

DES EFFETS PERVERS DU MORCELLEMENT DES STOCKS DES EFFETS PERVERS DU MORCELLEMENT DES STOCKS Le cabnet Enetek nous démontre les mpacts négatfs de la multplcaton des stocks qu au leu d amélorer le taux de servce en se rapprochant du clent, le dégradent

Plus en détail

Editions ENI. Project 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait

Editions ENI. Project 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait Edtons ENI Project 2010 Collecton Référence Bureautque Extrat Défnton des tâches Défnton des tâches Project 2010 Sasr les tâches d'un projet Les tâches représentent le traval à accomplr pour attendre l'objectf

Plus en détail

Performances de la classification par les Séparateurs à Vaste Marge (SVM): application au diagnostic vibratoire automatisé

Performances de la classification par les Séparateurs à Vaste Marge (SVM): application au diagnostic vibratoire automatisé 4th Internatonal Conference on Coputer Integrated Manufacturng CIP 2007 03-04 Noveber 2007 Perforances de la classfcaton par les Séparateurs à Vaste Marge (SVM): applcaton au dagnostc vbratore autoatsé

Plus en détail

Méthodes d Extraction de Connaissances à partir de Données (ECD) appliquées aux Systèmes d Information Géographiques (SIG)

Méthodes d Extraction de Connaissances à partir de Données (ECD) appliquées aux Systèmes d Information Géographiques (SIG) UNIVERSITÉ DE NANTES FACULTÉ DES SCIENCES ÉCOLE DOCTORALE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DES MATÉRIAUX Année 2006 N attrbué par la bblothèque Méthodes d Extracton de Connassances à partr

Plus en détail

STATISTIQUE AVEC EXCEL

STATISTIQUE AVEC EXCEL STATISTIQUE AVEC EXCEL Excel offre d nnombrables possbltés de recuellr des données statstques, de les classer, de les analyser et de les représenter graphquement. Ce sont prncpalement les tros éléments

Plus en détail

Paquets. Paquets nationaux 1. Paquets internationaux 11

Paquets. Paquets nationaux 1. Paquets internationaux 11 Paquets Paquets natonaux 1 Paquets nternatonaux 11 Paquets natonaux Servces & optons 1 Créaton 3 1. Dmensons, pods & épasseurs 3 2. Présentaton des paquets 4 2.1. Face avant du paquet 4 2.2. Comment obtenr

Plus en détail

1 Introduction. 2 Définitions des sources de tension et de courant : Cours. Date : A2 Analyser le système Conversion statique de l énergie. 2 h.

1 Introduction. 2 Définitions des sources de tension et de courant : Cours. Date : A2 Analyser le système Conversion statique de l énergie. 2 h. A2 Analyser le système Converson statque de l énerge Date : Nom : Cours 2 h 1 Introducton Un ConVertsseur Statque d énerge (CVS) est un montage utlsant des nterrupteurs à semconducteurs permettant par

Plus en détail

BTS GPN 2EME ANNEE-MATHEMATIQUES-MATHS FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES

BTS GPN 2EME ANNEE-MATHEMATIQUES-MATHS FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES I. Concepts généraux. Le référentel précse : Cette parte du module M4 «Acquérr des outls mathématques de base nécessares à l'analyse de données économques» est en relaton avec

Plus en détail

Pro2030 GUIDE D UTILISATION. Français

Pro2030 GUIDE D UTILISATION. Français Pro2030 GUIDE D UTILISATION Franças Contents Garante... Introducton... 1 Artcle nº 605056 Rév C Schéma nº A605056 Novembre 2010 2010 YSI Incorporated. Le logo YSI est une marque déposée de YSI Incorporated.

Plus en détail

Prêt de groupe et sanction sociale Group lending and social fine

Prêt de groupe et sanction sociale Group lending and social fine Prêt de roupe et sancton socale Group lendn and socal fne Davd Alary Résumé Dans cet artcle, nous présentons un modèle d antsélecton sur un marché concurrentel du crédt. Nous consdérons l ntroducton de

Plus en détail

I. Présentation générale des méthodes d estimation des projets de type «unité industrielle»

I. Présentation générale des méthodes d estimation des projets de type «unité industrielle» Evaluaton des projets et estmaton des coûts Le budget d un projet est un élément mportant dans l étude d un projet pusque les résultats économques auront un mpact sur la réalsaton ou non et sur la concepton

Plus en détail

Prise en compte des politiques de transport dans le choix des fournisseurs

Prise en compte des politiques de transport dans le choix des fournisseurs INSTITUT NATIONAL POLYTECHNIQUE DE GRENOBLE N attrbué par la bblothèque THÈSE Pour obtenr le grade de DOCTEUR DE L I.N.P.G. Spécalté : Géne Industrel Préparée au Laboratore d Automatque de Grenoble Dans

Plus en détail

P R I S E E N M A I N R A P I D E O L I V E 4 H D

P R I S E E N M A I N R A P I D E O L I V E 4 H D P R I S E E N M A I N R A P I D E O L I V E 4 H D Sommare 1 2 2.1 2.2 2.3 3 3.1 3.2 3.3 4 4.1 4.2 4.3 4.4 4.5 4.6 5 6 7 7.1 7.2 7.3 8 8.1 8.2 8.3 8.4 8.5 8.6 Contenu du carton... 4 Paramétrage... 4 Connexon

Plus en détail

La physiologie du cerveau montre que celui-ci est constitué de cellules (les neurones) interconnectées. Quelques étapes de cette découverte :

La physiologie du cerveau montre que celui-ci est constitué de cellules (les neurones) interconnectées. Quelques étapes de cette découverte : Chaptre 3 Apprentssage automatque : les réseaux de neurones Introducton Le Perceptron Les réseaux mult-couches 3.1 Introducton Comment l'homme fat-l pour rasonner, parler, calculer, apprendre,...? Comment

Plus en détail

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction -

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction - EXAME FIAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSIO 1 - Correcton - Exercce 1 : 1) Consdérons une entreprse E comportant deux établssements : E1 et E2 qu emploent chacun 200 salarés. Au sen de l'établssement

Plus en détail

SIMULATION D UN JET TURBULENT POUR LE REFROIDISSEMENT DES AUBES DE TURBINE

SIMULATION D UN JET TURBULENT POUR LE REFROIDISSEMENT DES AUBES DE TURBINE 10 ème Sémnare Internatonal sur la Physque Energétque 10 th Internatonal Meetng on Energetcal Physcs SIMULAION D UN JE URBULEN POUR LE REFROIDISSEMEN DES AUBES DE URBINE Bounegta Bachr 1, Abdelarm Maamar

Plus en détail

WINDOWS 10. Prise en main de votre ordinateur ou votre tablette

WINDOWS 10. Prise en main de votre ordinateur ou votre tablette WINDOWS 10 Prse en man de votre ordnateur ou votre tablette Table des matères Wndows 10 L envronnement Wndows 10 sur un ordnateur Wndows 10 : les nouveautés................................ 7 Démarrer Wndows

Plus en détail

Un protocole de tolérance aux pannes pour objets actifs non préemptifs

Un protocole de tolérance aux pannes pour objets actifs non préemptifs Un protocole de tolérance aux pannes pour objets actfs non préemptfs Françose Baude Dens Caromel Chrstan Delbé Ludovc Henro Equpe Oass, INRIA - CNRS - I3S 2004, route des Lucoles F-06902 Sopha Antpols

Plus en détail

1. Les enjeux de la prévision du risque de défaut de paiement

1. Les enjeux de la prévision du risque de défaut de paiement Scorng sur données d entreprses : nstrument de dagnostc ndvduel et outl d analyse de portefeulle d une clentèle Mrelle Bardos Ancen chef de servce de l Observatore des entreprses de la Banque de France

Plus en détail

Gigue temporelle et ordonnancement par échéance dans les applications temps réel

Gigue temporelle et ordonnancement par échéance dans les applications temps réel L. Davd, F. Cottet, E. Grolleau. Ggue temporelle et ordonnancement par échéance dans les applcatons temps réel. IEEE Conf. Inter. Francophone d Automatque (CIFA2000), Jullet 2000, Llle, France. Ggue temporelle

Plus en détail

M.Belahcene-Benatia Mebarka

M.Belahcene-Benatia Mebarka Authentfcaton et Identfcaton de Vsages basées sur les Ondelettes et les Réseaux de Neurones. M.BELAHCENE-BENATIA Mébarka. LI3C Unv.Med Khder.BISKRA Résumé : Notre but est de concevor un système d authentfcaton

Plus en détail

Gilles Desvilles, Cereg Paris Dauphine. desville@club-internet.fr

Gilles Desvilles, Cereg Paris Dauphine. desville@club-internet.fr UN CADRE UNIFIE POUR LE CONRA A ERME Glles Desvlles, Cereg Pars Dauphne esvlle@clu-nternet.fr Il est courant e lre que les contrats à terme fnancers, future ou forwar, se valorsent e manères en stnctes

Plus en détail

GEA I Mathématiques nancières Poly. de révision. Lionel Darondeau

GEA I Mathématiques nancières Poly. de révision. Lionel Darondeau GEA I Mathématques nancères Poly de révson Lonel Darondeau Intérêts smples et composés Voc la lste des exercces à révser, corrgés en cours : Exercce 2 Exercce 3 Exercce 5 Exercce 6 Exercce 7 Exercce 8

Plus en détail

INTERNET. Initiation à

INTERNET. Initiation à Intaton à INTERNET Surfez sur Internet Envoyez des messages Téléchargez Dscutez avec Skype Découvrez Facebook Regardez des vdéos Protégez votre ordnateur Myram GRIS Table des matères Internet Introducton

Plus en détail

Prêts bilatéraux et réseaux sociaux

Prêts bilatéraux et réseaux sociaux Prêts blatéraux et réseaux socaux Quand la sous-optmalté condut au ben-être collectf Phlppe Callou, Frederc Dubut et Mchele Sebag LRI, Unverste Pars Sud F-91405 Orsay France {callou;dubut;sebag}@lr.fr

Plus en détail

ÉLÉMENTS DE THÉORIE DE L INFORMATION POUR LES COMMUNICATIONS.

ÉLÉMENTS DE THÉORIE DE L INFORMATION POUR LES COMMUNICATIONS. ÉLÉMETS DE THÉORIE DE L IFORMATIO POUR LES COMMUICATIOS. L a théore de l nformaton est une dscplne qu s appue non seulement sur les (télé-) communcatons, mas auss sur l nformatque, la statstque, la physque

Plus en détail

En vue de l'obtention du. Présentée et soutenue par Meva DODO Le 06 novembre 2008

En vue de l'obtention du. Présentée et soutenue par Meva DODO Le 06 novembre 2008 THÈSE En vue de l'obtenton du DOCTORAT DE L UNIVERSITÉ DE TOULOUSE Délvré par l'unversté Toulouse III - Paul Sabater Spécalté : Informatque Présentée et soutenue par Meva DODO Le 06 novembre 2008 Ttre

Plus en détail

GENESIS - Generalized System for Imputation Simulations (Système généralisé pour simuler l imputation)

GENESIS - Generalized System for Imputation Simulations (Système généralisé pour simuler l imputation) GENESS - Generalzed System for mputaton Smulatons (Système généralsé pour smuler l mputaton) GENESS est un système qu permet d exécuter des smulatons en présence d mputaton. L utlsateur fournt un ensemble

Plus en détail

Interface OneNote 2013

Interface OneNote 2013 Interface OneNote 2013 Interface OneNote 2013 Offce 2013 - Fonctons avancées Lancer OneNote 2013 À partr de l'nterface Wndows 8, utlsez une des méthodes suvantes : - Clquez sur la vgnette OneNote 2013

Plus en détail

- Acquisition de signaux en sismologie large bande. - Acquisition de signaux lents, magnétisme, MT.

- Acquisition de signaux en sismologie large bande. - Acquisition de signaux lents, magnétisme, MT. 87 DUCAPTEURAUXEANQUESDEDONNEES. TECHNQUES D'NSTRUMENTATON EN GEOPEY8QUE. J:M. CANTN Unversté Lous Pasteur (Strasbourg 1) nsttut de Physque du Globe de Strasbourg Ecole et Observatore de Physque du Globe.

Plus en détail

LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régime») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF

LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régime») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF 1 LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régme») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF AVIS AUX RETRAITÉS ET AUX PARTICIPANTS AVEC DROITS ACQUIS DIFFÉRÉS Expédteurs

Plus en détail

Système solaire combiné Estimation des besoins énergétiques

Système solaire combiné Estimation des besoins énergétiques Revue des Energes Renouvelables ICRESD-07 Tlemcen (007) 109 114 Système solare combné Estmaton des besons énergétques R. Kharch 1, B. Benyoucef et M. Belhamel 1 1 Centre de Développement des Energes Renouvelables

Plus en détail

Integral T 3 Compact. raccordé aux installations Integral 5. Notice d utilisation

Integral T 3 Compact. raccordé aux installations Integral 5. Notice d utilisation Integral T 3 Compact raccordé aux nstallatons Integral 5 Notce d utlsaton Remarques mportantes Remarques mportantes A quelle nstallaton pouvez-vous connecter votre téléphone Ce téléphone est conçu unquement

Plus en détail

Prise en main du logiciel

Prise en main du logiciel Pse en man u logcel Au émaage le logcel génèe un pofl e émonstaton (pou entaînement). Vous pouvez éfn vote pope pofl : pa lectue un fche exstant (fche texte) (Fche/Ouv fche ponts) avec possblté e sauvegae

Plus en détail

Q x2 = 1 2. est dans l ensemble plus grand des rationnels Q. Continuons ainsi, l équation x 2 = 1 2

Q x2 = 1 2. est dans l ensemble plus grand des rationnels Q. Continuons ainsi, l équation x 2 = 1 2 Exo7 Nombres complexes Vdéo parte. Les nombres complexes, défntons et opératons Vdéo parte. Racnes carrées, équaton du second degré Vdéo parte 3. Argument et trgonométre Vdéo parte 4. Nombres complexes

Plus en détail

APPROXIMATION PAR RÉSEAUX À FONCTIONS RADIALES DE BASE APPLICATION À LA DÉTERMINATION DU PRIX D ACHAT D UNE

APPROXIMATION PAR RÉSEAUX À FONCTIONS RADIALES DE BASE APPLICATION À LA DÉTERMINATION DU PRIX D ACHAT D UNE APPROXIMATION PAR RÉSEAUX À FONCTIONS RADIALES DE BASE APPLICATION À LA DÉTERMINATION DU PRIX D ACHAT D UNE OPTION. A. Lendasse, J. Lee 2, E. de Bodt 3, V. Wertz, M. Verleysen 2 Unversté catholque de Louvan,

Plus en détail

Sur la détermination des sorties plates par calcul formel

Sur la détermination des sorties plates par calcul formel Sur la étermnaton es sortes plates par calcul formel Felx Antrtter, Jean Lévne 2 Automatserungs- un Regelungstechnk, Unverstät er Buneswehr München Werner-Hesenberg-Weg 37, D-85579 Neubberg, Germany 2

Plus en détail

Calcul de tableaux d amortissement

Calcul de tableaux d amortissement Calcul de tableaux d amortssement 1 Tableau d amortssement Un emprunt est caractérsé par : une somme empruntée notée ; un taux annuel, en %, noté ; une pérodcté qu correspond à la fréquence de remboursement,

Plus en détail

Impôt sur la fortune et investissement dans les PME Professeur Didier MAILLARD

Impôt sur la fortune et investissement dans les PME Professeur Didier MAILLARD Conservatore atonal des Arts et Méters Chare de BAQUE Document de recherche n 9 Impôt sur la fortune et nvestssement dans les PME Professeur Dder MAILLARD Avertssement ovembre 2007 La chare de Banque du

Plus en détail

Amélioration des Délais dans les Réseaux à Débits Garantis pour des Flux Temps-Réel Sous Contrainte «(m,k)-firm»

Amélioration des Délais dans les Réseaux à Débits Garantis pour des Flux Temps-Réel Sous Contrainte «(m,k)-firm» Améloraton des Délas dans les Réseaux à Débts Garants pour des Flux Temps-Réel Sous Contrante «(m,k)-frm» Résumé : Koubâa Ans, Yé-Qong Song LORIA UHP Nancy 1 - INPL - INRIA Lorrane 2, av. de la Forêt de

Plus en détail

Pourquoi LICIEL? Avec LICIEL passez à la vitesse supérieure EPROUVE TECHNICITE CONNECTE STABILITE SUIVIE COMMUNAUTE

Pourquoi LICIEL? Avec LICIEL passez à la vitesse supérieure EPROUVE TECHNICITE CONNECTE STABILITE SUIVIE COMMUNAUTE L og c el s de D agnos t c s I mmob l er s Cont ac t eznous 32BddeS t r as bougcs3010875468 Par scedex10tel. 0253354064Fax0278084116 ma l : s er v c e. c l ent @l c el. f r Pourquo LICIEL? Implanté sur

Plus en détail

Chapitre IV : Inductance propre, inductance mutuelle. Energie électromagnétique

Chapitre IV : Inductance propre, inductance mutuelle. Energie électromagnétique Spécale PSI - Cours "Electromagnétsme" 1 Inducton électromagnétque Chaptre IV : Inductance propre, nductance mutuelle. Energe électromagnétque Objectfs: Coecents d nductance propre L et mutuelle M Blan

Plus en détail

La Quantification du Risque Opérationnel des Institutions Bancaires

La Quantification du Risque Opérationnel des Institutions Bancaires HEC Montréal Afflée à l Unversté de Montréal La Quantfcaton du Rsque Opératonnel des Insttutons Bancares par Hela Dahen Département Fnance Thèse présentée à la Faculté des études supéreures en vue d obtenton

Plus en détail

Le Village de l Image

Le Village de l Image Le Vllage de l Image Lste de Prx Place de la Gare 1-1009 Pully Tél. 021 728 93 94 - Fax 021 728 87 02 vllage@paradsecommuncaton.ch www.vllagemage.ch Lund: fermé le matn 13h30-18h15 Mard-vendred: 08h45-12h30

Plus en détail

Série A Septembre 2008

Série A Septembre 2008 Sére A Septembre 2008 Sommare Notce avec encadré* 3 Annexe à la Notce 17 UFEP : extrat des statuts 27 *Cet encadré a pour objet d attrer l attenton de l adhérent sur certanes dspostons essentelles de la

Plus en détail

AZOTES ET D'ENGRAIS PHOSPHATES EN RIZIERE.

AZOTES ET D'ENGRAIS PHOSPHATES EN RIZIERE. 1122 86..-. COMPARASON DE DVERSES NATURES D'ENGRAS. _.. AZOTES ET D'ENGRAS PHOSPHATES EN RZERE.,... 3, Par P. ROCHE ': J. VEY - EGO CHAN BANG Dvson Agrologe Servce Agronome.R.A.M...*...., NTRODUCTON Un

Plus en détail

Études & documents ÉCONOMIE ET ÉVALUATION. Consommation de carburant : effets des prix à court et à long termes par type de population.

Études & documents ÉCONOMIE ET ÉVALUATION. Consommation de carburant : effets des prix à court et à long termes par type de population. COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 40 Avrl 20 TRANSPORT Études & documents Consommaton de carburant : effets des prx à court et à long termes par type de populaton ÉCONOMIE ET ÉVALUATION Servce

Plus en détail

Pour plus d'informations, veuillez nous contacter au 04.75.05.52.62. ou à contact@arclim.fr.

Pour plus d'informations, veuillez nous contacter au 04.75.05.52.62. ou à contact@arclim.fr. Régulaton Sondes & Capteurs Détente frgo électronque Supervson & GTC Humdfcaton & Déshu. Vannes & Servomoteurs Comptage eau, elec., énerge Ancens artcles Cette documentaton provent du ste www.arclm.eu

Plus en détail

Réseau RRFR pour la surveillance dynamique : application en e-maintenance.

Réseau RRFR pour la surveillance dynamique : application en e-maintenance. Réseau RRFR pour la survellance dynamue : applcaton en e-mantenance. RYAD ZEMOURI, DANIEL RACOCEANU, NOUREDDINE ZERHOUNI Laboratore Unverstare de Recherche en Producton Automatsée (LURPA) 6, avenue du

Plus en détail

Cette documentation provient du site www.arclim.eu et fait référence au produit suivant : PWRPR0000. Prix unitaire : 1732.77 HT

Cette documentation provient du site www.arclim.eu et fait référence au produit suivant : PWRPR0000. Prix unitaire : 1732.77 HT Régulaton Sondes & Capteurs Détente frgo électronque Supervson & GTC Humdfcaton & Déshu. Vannes & Servomoteurs Comptage eau, elec., énerge Ancens artcles Cette documentaton provent du ste www.arclm.eu

Plus en détail

Découvrir l interface Windows 8

Découvrir l interface Windows 8 Wndows 8.1 L envronnement Wndows 8 Interfaces Wndows 8 et Bureau L envronnement Wndows 8 Découvrr l nterface Wndows 8 Après s être dentfé va un compte Mcrosoft ou un compte local, l utlsateur vot apparaître

Plus en détail

Somfy Box. Activation de l option io et programmation de vos produits io

Somfy Box. Activation de l option io et programmation de vos produits io Somfy Box Actvaton de l opton o et programmaton de vos produts o Sommare Pré-requs pour la programmaton de produts o sur la Somfy Box 1 Harmonser la clé système 1 Qu est-ce que la clé système? 1 Dans quel

Plus en détail

Projet de fin d études

Projet de fin d études Unversté Franços Rabelas Tours Ecole Polytechnque Unverstare de Tours Département Informatque Projet de fn d études Ordonnancement Juste à Temps avec geston des stocks Chopn Antone Mrault Arnaud 3ème année

Plus en détail

Conception de l architecture d un système dirigée par un modèle d urbanisme fonctionnel

Conception de l architecture d un système dirigée par un modèle d urbanisme fonctionnel Concepton de l archtecture d un système drgée par un modèle d urbansme fonctonnel Jacques Smonn To cte ths verson: Jacques Smonn. Concepton de l archtecture d un système drgée par un modèle d urbansme

Plus en détail

Journée d études, Les contributions de Maurice Allais à la Science économique, Maison des Sciences Economiques, PHARE GRESE Paris I, le 24 juin 2009

Journée d études, Les contributions de Maurice Allais à la Science économique, Maison des Sciences Economiques, PHARE GRESE Paris I, le 24 juin 2009 Journée étues, Les contrbutons e Maurce Allas à la Scence économque, Mason es Scences Economques, PHARE GRESE Pars I, le 24 jun 2009 QU EST-CE QUE LA MONNAIE? LES COURANTS CONTEMPORAINS ET MAURICE ALLAIS

Plus en détail

Chapitre 6. Economie ouverte :

Chapitre 6. Economie ouverte : 06/2/202 Chaptre 6. Econome ouverte : le modèle Mundell Flemng Elsabeth Cudevlle Le développement des échanges nternatonaux (bens et servces et flux fnancers) a rendu fortement nterdépendantes les conjonctures

Plus en détail

Stéganographie Adaptative par Oracle (ASO)

Stéganographie Adaptative par Oracle (ASO) Stéganographe Adaptatve par Oracle ASO Sarra Kouder, Marc Chaumont, Wllam Puech To cte ths verson: Sarra Kouder, Marc Chaumont, Wllam Puech. Stéganographe Adaptatve par Oracle ASO. CORESA 12: COmpresson

Plus en détail

Mode d'emploi. Servomoteur radiofréquence 1187 00

Mode d'emploi. Servomoteur radiofréquence 1187 00 Mode d'emplo Servomoteur radofréquence 1187 00 Table des matères A propos de ce mode d'emplo... 2 Représentaton de l'apparel... 3 Montage... 3 Démontage... 3 Almentaton... 4 Mettre la ple en place... 4

Plus en détail

POUR FAIRE VOLER NOS AVIONS, IL FAUT TOUTE UNE ARMÉE

POUR FAIRE VOLER NOS AVIONS, IL FAUT TOUTE UNE ARMÉE POUR FAIRE VOLER NOS AVIONS, IL FAUT TOUTE UNE ARMÉE École de l ar (Salon-de-Provence) NOTRE DEVISE : FAIRE FACE 2 ÉDITO Le Général MODÉRÉ, Commandant les Écoles d offcers de l Armée de l ar et la Base

Plus en détail

réflexions sur les principes, domaines de validité et applications des méthodes de prospection géophysique de surface

réflexions sur les principes, domaines de validité et applications des méthodes de prospection géophysique de surface réflexons sur les prncpes, domanes de valdté et applcatons des méthodes de prospecton géophysque de surface B.R,G. M. 3.JUIL986 aruothéque BRGM réflexons sur les prncpes, domanes de valdté et applcatons

Plus en détail

BUREAU D'APPLICATION DES METHODES STATISTIQUES ET INFORMATIQUES

BUREAU D'APPLICATION DES METHODES STATISTIQUES ET INFORMATIQUES BUREAU DAPPLICATION DES METHODES STATISTIQUES ET INFORMATIQUES BAMSI REPRINT 04/2003 Introducton à l analyse des données Samuel AMBAPOUR BAMSSI I BAMSI B.P. 13734 Brazzavlle BAMSI REPRINT 04/2003 Introducton

Plus en détail

Modélisation et conception d algorithmes pour la planification automatique du personnel de compagnies

Modélisation et conception d algorithmes pour la planification automatique du personnel de compagnies Modélsaton et concepton d algorthmes pour la planfcaton automatque du personnel de compagnes aérennes Carmen Draghc To cte ths verson: Carmen Draghc. Modélsaton et concepton d algorthmes pour la planfcaton

Plus en détail

Fonctionnement et précautions d usage

Fonctionnement et précautions d usage FOSSE SEPTIQUE TOUTES EAUX Fonctonnement et précautons d usage t e d G u d ' u t l s a o n CONSTITUTION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Une nstallaton d assanssement non collectf comprend

Plus en détail

Définition des tâches

Définition des tâches Défnton des tâches Défnton des tâches Project 2010 Sasr les tâches d'un projet Les tâches représentent le traval à accomplr pour attendre l'objectf du projet. Elles représentent de ce fat, les éléments

Plus en détail

T3 Comfort raccordé a IP Office

T3 Comfort raccordé a IP Office IP Telephony Contact Centers Moblty Servces T3 Comfort raccordé a IP Offce Benutzerhandbuch User's gude Manual de usuaro Manuel utlsateur Manuale d uso Gebrukersdocumentate Sommare Sommare Se famlarser

Plus en détail

TABLE DES MATIERES CONTROLE D INTEGRITE AU SEIN DE LA RECHERCHE LOCALE DE LA POLICE LOCALE DE BRUXELLES-CAPITALE/IXELLES (DEUXIEME DISTRICT) 1

TABLE DES MATIERES CONTROLE D INTEGRITE AU SEIN DE LA RECHERCHE LOCALE DE LA POLICE LOCALE DE BRUXELLES-CAPITALE/IXELLES (DEUXIEME DISTRICT) 1 TABLE DES MATIERES CONTROLE D INTEGRITE AU SEIN DE LA RECHERCHE LOCALE DE LA POLICE LOCALE DE BRUXELLES-CAPITALE/IXELLES (DEUXIEME DISTRICT) 1 1. PROBLEMATIQUE 1 2. MISSION 1 3. ACTES D ENQUETE 2 4. ANALYSE

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L ASSURANCE AUTOMOBILE AU QUÉBEC : UNE PRIME SELON LE COÛT SOCIAL MARGINAL MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L ASSURANCE AUTOMOBILE AU QUÉBEC : UNE PRIME SELON LE COÛT SOCIAL MARGINAL MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L ASSURANCE AUTOMOBILE AU QUÉBEC : UNE PRIME SELON LE COÛT SOCIAL MARGINAL MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE DE LA MAÎTRISE EN ÉCONOMIQUE PAR ERIC LÉVESQUE JANVIER

Plus en détail

1.0 Probabilité vs statistique...1. 1.1 Expérience aléatoire et espace échantillonnal...1. 1.2 Événement...2

1.0 Probabilité vs statistique...1. 1.1 Expérience aléatoire et espace échantillonnal...1. 1.2 Événement...2 - robabltés - haptre : Introducton à la théore des probabltés.0 robablté vs statstque.... Expérence aléatore et espace échantllonnal.... Événement.... xomes défnton de probablté..... Quelques théorèmes

Plus en détail

Mots-clés : Système multicapteurs, Réseau local, Réseaux de neurones, Supervision, Domotique. xigences système d'une nouvelle

Mots-clés : Système multicapteurs, Réseau local, Réseaux de neurones, Supervision, Domotique. xigences système d'une nouvelle Mots-clés : xgences système d'une nouvelle fonctonnalté dans l'habtat ndvduel : cas de la survellance Système multcapteurs, Réseau local, Réseaux de neurones, Supervson, Domotque. des personnes âgées et

Plus en détail

UNE ETUDE ECONOMÉTRIQUE DU NOMBRE D ACCIDENTS

UNE ETUDE ECONOMÉTRIQUE DU NOMBRE D ACCIDENTS BRUSSELS ECONOMIC REVIEW - CAHIERS ECONOMIQUES DE BRUXELLES VOL. 49 - N 2 SUMMER 2006 UNE ETUDE ECONOMÉTRIQUE DU NOMBRE D ACCIDENTS DANS LE SECTEUR DE L ASSURANCE AUTOMOBILE* MARÍA DEL CARMEN MELGAR**

Plus en détail

Interfaces Windows 8 et Bureau

Interfaces Windows 8 et Bureau Interfaces Wndows 8 et Bureau Interfaces Wndows 8 et Bureau Découvrr l nterface Wndows 8 Après s être dentfé va un compte Mcrosoft ou un compte local, l utlsateur vot apparaître sur son écran la toute

Plus en détail