Gilles Desvilles, Cereg Paris Dauphine.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Gilles Desvilles, Cereg Paris Dauphine. desville@club-internet.fr"

Transcription

1 UN CADRE UNIFIE POUR LE CONRA A ERME Glles Desvlles, Cereg Pars Dauphne Il est courant e lre que les contrats à terme fnancers, future ou forwar, se valorsent e manères en stnctes selon qu ls portent sur es actfs négocales ou sur es taux, qu ls soent ntérêt court-terme ou e change. L nnovaton e ce paper est unfer ans un même care ces eux types e contrats. Pour cela, nous employons un moèle mathématque foné sur le prncpe e coût e portage, qu appartent à la famlle es Cost-of-Carry Moels ont l aéquaton avec les contrats sur actf fnancer est unversellement amse. Nous conférons la plus grane smplcté à ce moèle afn qu l offre la melleure lslté car l nexaton es varales pour tenr compte es fourchettes, es ates, ou encore e certans partcularsmes, alourt très vte les écrtures. Nous nttulons care général l ensemle consttué par ce moèle et l hypothèse un règlement par lvrason e l actf sous-jacent. Dans ce care sont aor écrts les eux artrages comptant-terme purs, c est-à-re sans rsque (parte I). L unté s otent ensute en mettant en évence les sous-jacents mplctes es futures e type euroollar (parte IV), es FRAs (parte V) et es contrats e evse (parte VI), fférents e ceux présentés offcellement, et au cas par cas, en mofant les soles artrage avec es termes atfs reflétant l mperfecton lée au règlement cash, présentée en parte II, et celle lée à la forme lnéare es cotatons un contrat, présentée aux partes IV et V. La parte III, consacrée au future sur on u résor, est une étape ans l analyse es futures euroollar et es FRAs ans le sens où elle pose es artrages parfatement purs. Enfn, la parte VII est conclusve. I UN CADRE GENERAL REALIE Le care exposé c-essous est générque car l concerne un contrat à terme portant sur un actf fnancer néfn. Il est réalste parce qu l ncorpore les fourchettes e cotaton es nstruments fnancers et es taux ntérêt.

2 2 I. Care général I.. Prêts-emprunts Les taux ntérêt au comptant ou cash, c est à re portant sur une péroe éutant à la ate contemporane, sont notés. Les taux à terme ou forwar, c est à re portant sur une péroe éutant à une ate future, sont notés f. Les taux e placement ou prêt sont ncés, comme, et ceux emprunt sont ncés a, a comme ask. Ben entenu < a et f < fa sous pene offrr une opportunté artrage par prêt et emprunt smultanés. Les taux sont lnéares ou smples et en ase annuelle. [ : a], 3 aujour hu t t2 t3 > temps [f : fa], 23 En l asence amguïté et par souc e smplcté, les taux ne sont pas ncés par les péroes sur lesquelles ls portent. I..2 ous-jacent L actf fnancer sous-jacent est noté U. Les marchés le nomment comptant ou spot ou encore cash. U est négocale sur un marché, à la vente au cours U et à l achat au cours Ua ask. Ben entenu U < Ua sous pene offrr une opportunté artrage par achat et vente nstantanés. Nous ésgnons par [U : Ua] la fourchette e cotaton. L actf fnancer étache un revenu R un vene certan pour une acton, un coupon pour une olgaton à la ate τ.

3 3 I..3 Contrat générque Il exste un contrat forwar ou future sur U, noté F. Ce contrat se négoce à l achat à Fa et à la vente à F. La ate échéance e F est notée. F est supposé à règlement par lvrason. Les amenements lés à un règlement en espèces ne mofent pas les résultats qu vont suvre et seront exposés ans la secone parte. I..4 Hypothèse e geston es appels e marge F est un future, l est supposé sans appel e marge, à l nstar un forwar. Il est assort un appel e marge unque à l échéance. L asence e la premère fférence e forme va permettre la mse en place artrages parfatement sans rsque sur les futures. Une autre formulaton e l hypothèse consste à re que les appels e marge sont cumulés sur un compte attente jusqu au jour e l échéance, et réglés unquement à cette ate. Le compte est non rémunéré mas ne supporte aucun ago en cas e écouvert. Il est onc fat astracton es ntérêts sur les appels e marge. ce tratement ne reflète pas strctement la pratque es marchés, elle en est cepenant une représentaton suffsamment proche et pratque pour que chercheurs et Echanges l aent empruntée ans leurs travaux 2 et présentatons 3. Le prx un future avec appel e marge unque à l échéance n est cepenant pas celu un forwar. La stncton tent à la secone fférence e forme, le règlement avant terme, et à la fférence organsaton e leurs marchés. C est cette ernère qu est au centre e cet artcle 4. Pour évaluer l mportance es ntérêts sur les appels e marge, se reporter au chaptre 5, Artrage sur les marchés à terme, Glles Desvlles, hèse e octorat, Mars Ctons par exemple he qualty opton mplct n futures contracts, Geral D. Gay et teven Manaster, Journal of Fnancal Economcs, Ctons par exemple Le contrat à terme sur l nce CAC 40, Matf, 989, et reasury Futures for Insttutonal Investors, Cot, L ncence u règlement avant-terme est formalsée notamment ans Artrage n stock nex futures, Journal of Busness, 990, e Mchael J. Brennan et Euaro. chwartz, et ans la thèse e octorat e Glles Desvlles.

4 4 I.2 Artrage pur I.2. Cash an carry (C&C) Le cash an carry est l un es eux artrages purs qu s effectuent sur les contrats. Comme son nom l nque, l consste à acheter avec es espèces et porter un actf, en l occurrence c l actf U. l artragste ven en même temps le contrat au cours F, l s engage contractuellement à échanger cet actf U contre le montant F, à l échéance. D après notre éfnton générale e l artrage, le sole e l opératon est nul à l orgne. Or s U est acheté comptant, ce sole vaut -Ua. Il convent onc emprunter pour fnancer cet achat, et ramener le sole ntal à 0. Le taux emprunt prévalant est t, t,ask, terme ésgnant un taux emprunt, connu à la ate t, couvrant la péroe t à. Il s agt un taux comptant lnéare t encore taux smple annuel, que nous noterons plus smplement amguïté. t, ask, ou encore a en l asence Le chox une mesure lnéare annuelle répon à un souc e smplcté (nous aurons pu opter pour une mesure actuarelle) et aéquaton avec les marchés fnancers (nous aurons pu opter pour es taux contnus). Le contrat se négoce à une fourchette [ F t, = F : on cours e compensaton est t, ask F = Fa] t F comp et son cours e lquaton Flq. a, t τ > Ua Rh Flq F f, τ Le taux forwar e prêt, connu à la ate t, couvrant la péroe τ à, est f =, τ t,. Nous notons la urée e ve u contrat tme to maturty en ase annuelle: t = = (jours) t(jours) 365 = (an) t(an) = t, et τ = τ la urée e replacement en comptant les ates en ase annuelle.

5 5 Mse à plat es cash flows Le éroulement u cash an carry est le suvant: actons flux en t achète cash actf U -Ua ven un contrat échéance à F 0 emprunte Ua à a Ua place forwar le montant es revenus 0 sole en t t = 0 en τ encassement es revenus rh Ua replacement es revenus au taux forwar f -rh Ua sole en τ τ = 0 en lvre l actf U porté jusque là carry 0 F est un forwar: lasse exprer le contrat, reçot F F est un future: lasse exprer le contrat, reçot Flq honore l appel e marge unque 5 F Flq = F remourse l'emprunt -Ua (+ a ) récupère le placement es revenus rh Ua (+ f τ ) sole e C&C en C&C = = F Ua (+ a ) + rh Ua (+ f τ ) = t 2 5 Appel e marge unque = (F F comp t t+ t + )+ (F comp Fcomp + ) +( = 0 Fcomp Flq) = F Flq

6 6 A la ate t, est un résultat éjà étermné, le sole e l artrage est une varale étermnste parce que rh, τ et f sont connus. C est pourquo est également noté C&C, où sparaît l nce temporel témognant la ate. Cette remarque event une hypothèse ans les cas nomreux où le montant et la ate e versement es revenus ne sont que es estmatons comme avec les venes actons. Nous présentons c l artrage ans un care étermnste, qu pourrat être par exemple celu un contrat sur olgaton à taux fxe et sans rsque e éfaut. Lorsqu en t les calculs font ressortr un sole postf, l artrage C&C est nté. La écson entreprenre l artrage repose exclusvement sur le résultat à l échéance, pusque les soles nterméares sont par constructon nuls. En outre, ce résultat ne épen pas u cours e U à l échéance. Le épôt e garante Les Echanges mposent que chaque achat ou vente e l un es ses quatre futures sot accompagné un épôt e garante, foncton u nomnal u contrat. Par exemple sur le Matf: nom u contrat Euro Notonal Euro All overegn Euror Cac 40 nomnal EUR EUR EUR 0 x nce CAC40 épôt e garante 750 EUR 500 EUR 500 EUR EUR Des épôts e garante en ons u résor sont acceptés par les Echanges. Les épôts e garante représentent e 0.2 à envron 5% u nomnal es contrats (le nomnal effectf e l Euror étant le ¼ e M EUR). Leur étenton est onc eaucoup plus à la portée es artragstes que celle es mportants montants e cash ou e ttres, qu ls sont généralement olgés emprunter pour otenr es gans tangles. Nous supposerons ans tout ce qu sut que l artragste étent les ons acceptés par l Echange en qualté e épôt e garante, les épose en tant que tel, et jout plenement e leurs ntérêts. Dans notre care général, le épôt e garante ne génère aucun coût, et sa présence est omse. I.2.2 Reverse cash an carry (RCC) les calculs font ressortr un sole négatf, l artrage n est pas nté. Mas l event tentant e calculer le résultat e l nverson es opératons écrtes plus haut, e manère à otenr l opposé e négatf, sot un sole créteur. L opératon est appelée reverse cash an carry, et consttue le secon artrage pur sur les contrats.

7 7 Le éroulement u reverse cash an carry est le suvant: actons flux en t se fat prêter l actf U 0 ven l actf U U achète un contrat échéance à Fa 0 place U à -U emprunte forwar le montant es revenus à resttuer au prêteur 0 sole en t t = 0 en τ percepton e l emprunt au taux forwar fa rs U resttuton es revenus -rs U sole en τ τ = 0 en se fat lvrer l actf U 0 resttue l actf U au prêteur 0 F est un forwar: lasse exprer le contrat, paye -Fa F est un future: lasse exprer le contrat, paye -Flq honore l appel e marge unque Flq Fa = -Fa récupère le placement U (+ ) remourse l'emprunt forwar -rs U (+ fa τ) sole e RCC en RCC = = -Fa + U (+ ) rs U (+ fa τ) Lorsqu en t les calculs font ressortr un sole postf, l artrage RCC est nté.

8 I.3 Appartenance au care général 8 I.3. Moèle e coût e portage nous fasons une premère hypothèse e marchés sans coûts e transacton, les cotatons et ask se confonent, et les soles artrage evennent: C&C = RCC = F U (+ ) + r U (+ f τ ) = F U [+ r (+ f τ )] Une secone hypothèse effcence es marchés à terme conut à l asence opportunté artrage sans rsque et par conséquence au prx u contrat: F = U [+ r (+ f τ )] La quantté [ r (+ f τ )] est couramment appelée cost of carry en s nsprant e l artrage qu procure son expresson. Elle est souvent traute en Franças par coût e portage net. Lorsque les cotatons et ask ffèrent, l hypothèse effcence conut à l encarement suvant, où emeure le concept e coût e portage 6 : U (+ ) rs U (+ fa τ ) < F < Fa < Ua (+ a ) rh Ua (+ f τ ) Les expressons otenues relèvent e la famlle es classques Cost of Carry Moels 7. La prse en compte es fourchettes e marché ren ce type e moèle plus réalste. I.3.2 Crtère appartenance Notre moèle s applque à un contrat forwar ou future F lorsque les eux artrages purs peuvent être élaorés strctement, c est-à-re lorsqu exste un sous-jacent U tel que les soles e cash an carry et e reverse s écrvent comme: C&C = F Ua (+ a ) + rh Ua (+ f τ ) RCC = -Fa + U (+ ) rs U (+ fa τ) Remarquons que ces soles sont lnéares en F et U et qu ls sont étermnstes. Le moèle s applque partculèrement en aux forwars sur acton et sur olgaton. Il est a pror mons propce aux futures sur nce acton car ces erners véhculent un rsque 6 Glles Desvlles, cf. nfra note. L étalssement e l négalté proposée y est éveloppé au chaptre 3.

9 9 exécuton lé au éla e consttuton es paners ncels; ans les fats, cette mperfecton a presque sparu grâce à l automatsaton es orres e paners. Le moèle semle en revanche mal aapté à es contrats tratonnellement artrés par es prêts-emprunts réels ou synthétques, tels que les futures euroollar ou les FRAs. L ojet prncpal e ce paper est e montrer que malgré les apparences ces contrats majeurs entrent ans notre care général moyennant es amenements en entfés. II REGLEMEN CAH Le règlement cash, t encore en espèces, est une caractérstque es contrats forwar e taux (FRAs) et es contrats future sur taux court nterancare, alors que notre care général s appue sur un règlement par lvrason e ttres. Nous étuons ans cette parte l mpact e cette fférence e fonctonnement. L attenton est c portée sur l étalssement u cours e lquaton. II. Imperfecton e règlement cash II.. Cash-an-carry (C&C) Le règlement en espèces affecte les soles e C&C et RCC au travers es actons et flux en. En revanche les actons et flux sont nchangés en t et τ, auss ne présentons-nous c que le éroulement es artrages purs en. Il n exste typquement qu un cours e lquaton commun aux eux types artrage, noté Flq. actons flux en ven l actf U porté jusque là U lasse exprer le contrat, règle l appel e marge unque F Flq remourse l'emprunt -Ua (+ a ) récupère le placement es revenus rh Ua (+ f τ ) sole e C&C en = F Ua (+ a ) + rh Ua (+ f τ )+ ( U Flq) 7 Unerstanng futures markets, pages 89 à 5, Roert W. Kol, New York Insttute of Fnance, 3 r Eton.

10 0 Le sole e C&C ne ffère e son homologue u règlement par lvrason que par le terme ( U Flq), qu est l écart entre le u sous-jacent à l échéance et le cours e lquaton, et que nous nttulons mperfecton e règlement cash. II..2 Reverse (RCC) actons flux en achète l actf U venu jusque là à écouvert - resttue l actf U au prêteur 0 Ua lasse exprer le contrat, règle ou perçot cash Flq Fa récupère le placement U (+ ) remourse l'emprunt forwar -rs U (+ fa τ ) sole e RCC en = -Fa + U (+ ) rs U (+ fa τ ) + (Flq U a ) Le sole e RCC ne ffère e son homologue u règlement par lvrason que par le terme (Flq U a ), qu est l écart entre le cours e lquaton et le ask u sous-jacent à l échéance, et qu est auss l mperfecton e règlement cash, mas côté reverse. Pour que les soles e C&C et e RCC soent étermnstes, l faurat que les caractérstques u contrat, fxées par les ntervenants e gré-à-gré ou l Echange, fxent un cours e lquaton es veneurs égal à U, et un cours e lquaton es acheteurs égal à U a. Cette règle suscterat vrasemlalement e nomreuses manpulatons nous allons explquer cette noton ans le éveloppé suvant e la fourchette u sous-jacent par les artragstes, et aoutrat à une stuaton nésrale. A éfaut, les opérateurs pourraent-ls taler sur un fxng Flq comprs au sens large entre U et U a, qu leur permettrat encarer les valeurs possles e leurs soles artrage ésormas aléatores? Deux cas concrets montrent que la réponse est varale. Les Cost of Carry Moels sont amplement présentés.

11 II.2 Deux exemples II.2. FRA Nous accepterons c l ée que le sous-jacent u FRA est un taux. Nous verrons que le sous-jacent est en réalté un on, et que les calculs sont plus complexes que ceux présentés c-essous (cf. V.2. Artrage classque u FRA et artrage équvalent en page 3). Cepenant l approxmaton par le taux n altère pas le caractère llustratf u FRA. L exemple c-essous fat ntervenr le taux nterancare por qu a été totalement remplacé à partr u 4 janver 999 par l euror. Néanmons les mécansmes écrts ont été conservés et l sufft e susttuer euror à por pour renre actuel l exemple. Le taux e lquaton un FRA tratonnel est éfn contractuellement comme le taux ask u sous-jacent à l échéance. Rapporté à notre care général, l nstrument se caractérse onc par Flq = U a. L exemple 8 suvant atteste u chox u ask à la lquaton, que le FRA sot acheté ou venu, pusque le por est un taux offert: Encart extrat e FRA, océté Générale Les caractérstques une opératon e FRA sont les suvantes: le montant e référence MR (soulgnons qu l s agt un montant notonnel qu sert au calcul es flux ntérêts, mas qu ne onne pas leu à versement; ans le cas une opératon e couverture, ce montant corresponra au volume à emprunter, ou prêter, à une ate future); le taux contractuel C (taux garant); le taux u marché M qu est l nex e référence chos (par exemple, le por); la péroe e référence (ou péroe e garante, sur laquelle sont calculés les ntérêts); la ate e règlement coïnce avec le jour ouvré où commence la péroe e référence; c est le jour où est effectué le versement; la ate e lquaton se stue généralement eux jours ouvrés avant la ate e règlement: c est à cette ate qu on compare le taux u marché avec le taux contractuel; le nomre e jours nj e la péroe e référence; le nomre e jours e la ase annuelle B (360 pour es opératons en francs franças) 8 FRA, Les cahers es marchés olgatares, océté Générale, 990.

12 2 le versement effectué à la ate e règlement est e: MRx(C M)xnj (00xB) + (Mxnj) MRx(M C)xnj (00xB) + (Mxnj) s M < C (payé par l acheteur e FRA au veneur e FRA) s M > C (payé par le veneur e FRA à l acheteur e FRA) Notre care assmle ate e règlement et ate e lquaton; le écalage t J+2 oservé ans la réalté ne présenta pas ntérêt théorque ans la mesure où toutes les opératons fnancères sont assortes e tels écalages, au paement comme à récepton es flux. En autres termes, les eux jours e écalage ne pénalsant n n avantageant le FRA et autres contrats, nous aoptons un écalage nul J+0 pour notre contrat générque F. L acheteur et le veneur e FRA e l encart sont respectvement les artragstes en RCC et C&C e nos propos. Pour une melleure compréhenson u rapprochement avec notre care ncorporant es fourchettes e marché, ctons un exemple chffré: Encart extrat e FRA, océté Générale upposons que le 9 avrl 990, le FRA 3/9 (sx mos ans tros mos) est coté: (l entreprse) achète le taux garant (9.70%), elle recevra (ou versera) à l échéance la fférence entre le por et 9.70%. En venant un FRA au taux garant e 9.60%, elle paera (ou recevra) à l échéance la fférence entre le por et 9.60%. Le chffrage se répercute comme sut sur les artrages purs sur FRA: RCC Acton sélectonnée Flux t: Achat e FRA en à 9.70% 0 t + 3mos: Règlement cash Flq Fa = por 6 mos 9.70% = U a 9.70% C&C Acton sélectonnée Flux t: Vente e FRA en à 9.60% 0 t + 3mos: Règlement cash F Flq = 9.60% por 6 mos = 9.60% Ua

13 3 L artragste en RCC se retrouvant emprunteur à la ate e règlement énéfce une mperfecton e règlement cash nulle Flq U a = 0. En revanche, en C&C, l mperfecton est égale à la largeur u -ask u comptant et vent en réucton u résultat artrage U U < 0. a Le por 6 mos est le cours e lquaton. Il est unque et relevé à h e chaque journée par l AFB. Il est ans les fats utlsé en tant que pvot ans les négocatons e tous les nstants u marché monétare, ce qu le ren complètement opératonnel et sufft à le qualfer e sous-jacent. Que Flq sot une moyenne es taux nterancares cotés par 6 étalssements e crét e référence l amène en théore à pouvor fférer un taux U a négocé par un artragste auprès e l un e ces étalssements. Mas ans la pratque, cet écart est nul car les étalssements s algnent sur un même nveau. II.2.2 L ex-future Por 3 mos Des remarques smlares à celles émses au éut u éveloppé sur le FRA s applquent à cet nstrument (cf. page ). Le contrat por lancé au prntemps 987 les taux por au comptant e à 2 mos ayant vu le jour en octore 986 clôturat sur une valeur unque, à l nstar u contrat Cac 40, à h u jour e l échéance. Encart extrat e contrat à terme Por 3 mos, Matf, Avrl 89 La lquaton Il n y a pas e lvrason à l échéance. oute poston non énouée avant l échéance onne leu à une lquaton automatque entraînant le règlement e l ultme appel e marge fférence entre le cours e négocaton u jour ou, à éfaut, le cours e compensaton e la velle et le cours e lquaton. Ce cours correspon à 00 mons le por 3 mos pulé par l AFB le jour e la lquaton à h, arron à eux écmales. Le cours e lquaton pouvant être connu à partr e h5,les négocatons sur l échéance concernée cessent à h le jour e la clôture. Ce taux e lquaton étant également sujet à manpulaton, Matf A a aopté une logque e moyenne au vosnage e l échéance:

14 4 Encart extrat e contrat Por 3 mos, Matf, Avrl 95 Lquaton Le cours e lquaton u contrat à terme por 3 mos correspon à 00 mons la moyenne arrone à eux écmales es taux por 3 mos comptants constatés le jour e la lquaton à 9h30, h00 et 2h30, cette ernère étant calculée par l AFB. La même remarque, au sujet e l mperfecton u règlement cash, que celle émse ans l exemple u Cac 40 s applque c. II.3 Concluson ur le plan u formalsme, le règlement cash mofe peu les soles artrage, pusqu l sufft e leur ajonre un terme atf mperfecton partculèrement smple. Les résultats proposés en premère parte sont vales pour les nstruments mplquant un règlement cash à conton e garer à l esprt que les opératons encourent un coût ou un rsque supplémentare. Ce que nous pouvons écrre e la manère suvante: CAH C&C = CAH RCC = LIVR C&C coût ou rsque e règlement cash en C&C LIVR RCC coût ou rsque e règlement cash en RCC Dans la pratque, ce coût ou rsque peut revêtr eaucoup mportance e par sa possle ampltue au regar es soles artrage pur, généralement fales sur es marchés mûrs lorsque rapportés aux prx es actfs sous-jacents. Ben qu estmer numérquement ce rsque sot un ojectf ntéressant, l ne fgure pas parm ceux que nous nous sommes assgnés ans ce paper.

15 5 III FUURE UR BON DU REOR Les contrats majeurs sur taux court sont les FRAs, et les futures u type euroollar 3 ou mos ont le contrat Matf por 3 mos fat parte. Comme annoncé en préamule u FRA et u future por 3 mos fgurant ans la parte précéente consacrée au règlement cash, le sous-jacent e ces contrats n est pas le taux court lu-même. Plus précsément, un taux court ne peut être le sous-jacent es eux opératons écrtes en I.2 Artrage pur pour la smple rason que sur les marchés fnancers, acheter et venre un taux ntérêt ne se pratque pas, en que ce sot le taux et non le prx qu sot négocé ans toutes les transactons monétares et olgatares. A éfaut, l artragste peut acheter ou venre un on portant sur le taux propre au contrat, ou prêter et emprunter à ce taux, ou encore contracter un swap taux fxe contre taux varale. C est avec ces nstruments qu l réalsera ses cash an carry et reverse. Le sous-jacent U n est pas, mas un nstrument e taux. Au mons tros sont élgles ons, prêts-emprunts, swaps mas quel qu l sot, la présentaton qu va suvre leur est commune. III. Bon générque Un on est classquement l nstrument rapportant es ntérêts calculés sur un taux fxe et une urée étermnée qu est auss sa urée e ve. Il est aor éms par un gouvernement, une anque, une entreprse ou autre organsme, et la péroe e souscrpton consttue son marché prmare. Pus l se négoce sur le marché monétare ou olgatare nttulé pour l occason seconare par opposton au marché prmare. Le prx u on générque à une ate quelconque t est noté Bt,( t ), avec ate e maturté et t taux pertnent u marché. Un taux t onne un prx achat B( t ), un taux ask t a un prx e vente B( t a ). Cette relaton classque suffra et éfnr une fourchette [B : Ba] ne sera pas nécessare. Le on générque est u type zéro-coupon, à savor que les ntérêts portés sont versés en une seule fos, à la maturté et avec le remoursement u captal souscrt. La somme u captal et es ntérêts est onc la valeur fnale u on, sot B,( ), népenante e et notée rèvement B. Il n est pas queston mposer une ou pluseurs formes strctes à ce on, comme le font les marchés e taux. Peu mporte à la théore e la fnance moerne comment le captal et les ntérêts sont présentés. eule lu sufft l actualsaton es flux futurs.

16 6 B Θ t ate émsson [ t = : t a = a] En t, le on se règle onc aux prx: [B(a) = B + pertnents, c est-à-re négocés pour le on en queston. a : B() = B + ], étals avec es taux III.2 Future sur on u résor Le 3-months -Bll future est florssant aux UA epus son lancement en janver 976 par le CME, alors que l équvalent franças, lancé par Matf A en jun 986, s est étent au out e eux ans. La rason premère e cet échec fut certanement l asence e marché seconare u sous-jacent, le on u résor franças 9. Le future F porte sur un reasury ll B ont la ate e maturté excèe e tros mos ateà-ate sa propre échéance. Le règlement s effectue par lvrason es ttres. Un on étache en un revenu R sous forme ntérêts, mas ce revenu étant versé en postéreur à, Rs et Rh sont nuls ans les soles artrage. Enfn, les -Blls étant éms par le gouvernement amércan et les artragstes travallant typquement pour es anques prvées ou assmlées, leurs taux sont stncts. Ils respectent une hérarche lée au rsque e l un et l autre. Le gouvernement étant plus sûr que les tales artrage et leurs masons mères, à maturté égale le taux un -Bll est nféreur au taux e prêt e l artragste, le taux ask nféreur au taux emprunt. Notant µ et µa les marges les séparant, et et a les taux e prêt-emprunt e l artragste, eux -Blls sont écrts par le schéma suvant: 9 Lre à ce sujet Contrat on u résor ou contrat por?, Eouar Macko et Phlppe Cahen, p , La Revue Banque, Avrl 988.

17 7 -Bll long B() : [U : Ua] Future : [F : Fa] a µ [ - µ : - a] B = 00 Θ ate émsson t [ µ : a µa] [ ϕ : ϕ ] -Bll court B () a Pour un U -Bll, = 3 mos R est entque pour le étenteur et le veneur à écouvert u on. Ben que cela n at aucune mportance e fon, nous posons B = P Θ + R = 00 avec P Θ prx à l émsson, par smplcté e forme qu s avère auss conforme à la réalté es -Blls. A la ate t, le prx [U : Ua] un -Bll payant 00 en est [ 00 + ( -µ ) a a : 00 + ( -µ ) ]. Les marchés négocent les -Blls à l ae e taux escompte 0 scount yels, mas parce qu l exste une relaton unvoque entre les taux escompte et ( µ, a - µ a ), ces erners sont pertnents ès lors que la relaton est actualsée. - D autre part, les taux forwar e la coure es ons u résor, ( ϕ, ϕ classquement es taux spot : a ), se éusent + ϕ = + ( -µ ) a a + ( -µ ) et + ϕ a = + ( a-µ + ( -µ a ) ) a ( ϕ, ϕ ) sont entèrement étermnés à la ate t, et nullement aléatores en. En posant U = 00 + ( -µ ) a a et Ua = 00, et rs = rh = 0, les soles artrage pur en, + ( -µ ) C&C = F Ua (+ a ) + rh Ua (+ f τ ) et RCC = -Fa + U (+ ) rs U (+ fa τ ), evennent: C&C = F RCC = -Fa ( -µ ) a a 00 + ( -µ ) (+a) = F (+) = ( Fa 00 + a + ϕ + (a -µ a) ϕ a + ( -µ ) ) 0 Prx = 00 ( taux escompte x urée) Pour étalr le, consérer un nvestsseur voulant placer un flux en, qu emprunte court et reprête long. Consérer l nverse pour étalr le ask.

18 8 Ces soles sont étermnstes à la ate t. Nous savons par avance que le -Bll future s nscrt parfatement ans notre care général, mas cette analyse prépare l ntégraton ans ce même care u contrat euroollar n-mos, sensé a pror ne pas porter sur un actf mas sur un taux. III.3 aux mplcte u future contre taux forwar u comptant Le CME a écé e coter le -Bll future selon une cotaton smlare à celle es -Blls, à savor: IMM Inex = 00 ( scount yel ). Notons le pseuo-scount yel (ou taux escompte) mplcte à l nce IMM. Ans IMM = 00( a) et IMM = 00( ). Le CME a également étal la règle e lvrason suvante 2 : Prx u -Bll lvré après vente un future = 00 ( a ) Prx u -Bll reçu après achat un future = 00 ( ) Ans le future effectf F n est pas exactement l nce IMM coté et négocé, mas 00 ( scount yel x ). D où: F = 00 ( a ) Fa = 00 ( ) Ce qu onne es valeurs approxmatves en éveloppant en séres e aylor les fractons et néglgeant les termes u secon egré et la marge µ pour les soles artrage: C&C = 00 ( a ) RCC = ( 00 ( ) 00 + a + ϕ + (a -µ a) ϕ a + ( -µ ) 00 ( ϕ a) ) 00 ( ϕ a ) 2 En réalté, ce n est pas qu fgure mas une urée stanar proche e n ou 3 mos exacts, sans toutefos leur être nécessarement égale. L écart entre les eux urées génère un rsque analysé en Contrat por: taux à terme et tenson monétare, Glles Desvlles, Banque et Marchés, Mars-Avrl 997. sous l appellaton. Nous l omettons ans ce qu sut.

19 9 En premère approche, l artragste compare onc le taux mplcte u future au taux ϕ forwar 3 mos en es -Blls: ϕ > a ntaton un C&C > a ϕ ntaton un RCC a > a ϕ > ϕ > pas ntaton artrage IV FUURE DE YPE EURODOLLAR N-MOI IV. Future sur certfcat e épôt Le CD future porte sur l équvalent ancare u on u résor, à savor un Certfcate of Depost ou Certfcat e Dépôt. Ce future, qu a exsté sur le CME e jullet 98 à fn 987 3, porte sur es CDs omestques éms par es anques e premer nom. Il mplque un règlement par lvrason e ttres éms par un panel étal par le CME. Le veneur e future énéfce une wl car opton sur la ate e lvrason comprse ans les 5 erners jours précéant l échéance, caractérstque que nous gnorerons c. L étue précéente est vale à conton qu l exste un fort volume sur le marché seconare es CDs ce qu est le cas aux UA, mas eaucoup mons en France et aopter es marges µ nulles l artragste étant représentatf e sa communauté professonnelle. D où les nouveaux soles artrage sur le CD future (µ = 0): C&C = F RCC = ( Fa 00 + f 00 + f a ) a ( f, f ) sont les taux forwar ssus e la coure nterancare par les enttés: + f + + a et + fa + a + 3 Le CD future u CME a sparu parce que son champ utlsaton s est avéré reonant vs-à-vs e celu u future euroollar.

20 20 IV.2 ous-jacent mplcte IV.2. Présentaton Le CME, le LIFFE et quelques autres Echanges ont le MAIF pour le contrat por ont aopté également une cotaton en scount yel e leurs futures euroevses n mos. Restant sur le CME, le cours u future se trate comme l IMM Inex = 00 ( ). Le n- month euroollar future, comme t ans l encart e II.2.2 3, clôture son échéance à L ex-future Por 3 mos en page IMMlq 00 ( taux offcellement offert sur l nterancare n mos en ollar), où le taux est celu négocé à Lonres, c est-à-re le lor. Le règlement est cash. Afn soler chaque évaton vs-à-vs e notre care général, nous supposons le taux e lquaton étal à h GM précse et représentatf es échanges ancares, parm lesquels fgurent les prêts-emprunts es artragstes. Aucune moyenne offcelle n ntervent, aucune manpulaton e la référence n est à cranre. D où:,a IMMlq = 00( l ) avec l,a lor n-mos ffusé en. Le lor ffusé par l assocaton es anques à Lonres est un chffre offcel, qu ressort toujours avec une marge au essus u taux emprunt opératonnel. Cette marge et le taux ask opératonnel sont notés respectvement µoff et,a. D où: l,a =,a + µoff La règle e lquaton éctée par les Echanges et aaptée à notre hypothèse appel e marge termnal est: règlement cash après vente u future = (IMM IMMlq) règlement cash après achat u future = (IMMlq IMMa) n mos an n mos an Le future effectf est onc F = 00 ( n mos ) an Pour smplfer la présentaton qu sut, nous supposons enfn que = n mos 4. an 4 Même remarque qu en note 2.

Les jeunes économistes

Les jeunes économistes Chaptre1 : les ntérêts smples 1. défnton et calcul pratque : Défnton : Dans le cas de l ntérêt smple, le captal reste nvarable pendant toute la durée du prêt. L emprunteur dot verser, à la fn de chaque

Plus en détail

Remboursement d un emprunt par annuités constantes

Remboursement d un emprunt par annuités constantes Sére STG Journées de formaton Janver 2006 Remboursement d un emprunt par annutés constantes Le prncpe Utlsaton du tableur Un emprunteur s adresse à un prêteur pour obtenr une somme d argent (la dette)

Plus en détail

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria.

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria. 1 CAS nédt d applcaton sur les normes IAS/IFRS Coût amort sur oblgatons à taux varable ou révsable La socété Plumera présente ses comptes annuels dans le référentel IFRS. Elle détent dans son portefeulle

Plus en détail

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social Drgeant de SAS : Lasser le chox du statut socal Résumé de notre proposton : Ouvrr le chox du statut socal du drgeant de SAS avec 2 solutons possbles : apprécer la stuaton socale des drgeants de SAS comme

Plus en détail

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations Contrats prévoyance des TNS : Clarfer les règles pour sécurser les prestatons Résumé de notre proposton : A - Amélorer l nformaton des souscrpteurs B Prévor plus de souplesse dans l apprécaton des revenus

Plus en détail

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix?

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix? Note méthodologque Tratements hebdomadares Questlemonscher.com Quelle méthode de collecte de prx? Les éléments méthodologques ont été défns par le cabnet FaE onsel, socété d études et d analyses statstques

Plus en détail

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire Assurance malade et aléa de moralté ex-ante : L ncdence de l hétérogénété de la perte santare Davd Alary 1 et Franck Ben 2 Cet artcle examne l ncdence de l hétérogénété de la perte santare sur les contrats

Plus en détail

Chapitre 6. Economie ouverte :

Chapitre 6. Economie ouverte : 06/2/202 Chaptre 6. Econome ouverte : le modèle Mundell Flemng Elsabeth Cudevlle Le développement des échanges nternatonaux (bens et servces et flux fnancers) a rendu fortement nterdépendantes les conjonctures

Plus en détail

LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régime») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF

LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régime») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF 1 LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régme») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF AVIS AUX RETRAITÉS ET AUX PARTICIPANTS AVEC DROITS ACQUIS DIFFÉRÉS Expédteurs

Plus en détail

Page 5 TABLE DES MATIÈRES

Page 5 TABLE DES MATIÈRES Page 5 TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE I LES POURCENTAGES 1. LES OBJECTIFS 12 2. LES DÉFINITIONS 14 1. La varaton absolue d'une grandeur 2. La varaton moyenne d'une grandeur (par unté de temps) 3. Le coeffcent

Plus en détail

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks Plan Geston des stocks Abdellah El Fallah Ensa de Tétouan 2011 Les opératons de gestons des stocks Les coûts assocés à la geston des stocks Le rôle des stocks Modèle de la quantté économque Geston calendare

Plus en détail

Montage émetteur commun

Montage émetteur commun tour au menu ontage émetteur commun Polarsaton d un transstor. ôle de la polarsaton La polarsaton a pour rôle de placer le pont de fonctonnement du transstor dans une zone où ses caractérstques sont lnéares.

Plus en détail

Impôt sur la fortune et investissement dans les PME Professeur Didier MAILLARD

Impôt sur la fortune et investissement dans les PME Professeur Didier MAILLARD Conservatore atonal des Arts et Méters Chare de BAQUE Document de recherche n 9 Impôt sur la fortune et nvestssement dans les PME Professeur Dder MAILLARD Avertssement ovembre 2007 La chare de Banque du

Plus en détail

MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES

MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES Émle Garca, Maron Le Cam et Therry Rocher MENESR-DEPP, bureau de l évaluaton des élèves Cet artcle porte sur les méthodes de

Plus en détail

Comparative performance for isolated points detection operators: application on surface defects extraction

Comparative performance for isolated points detection operators: application on surface defects extraction Comparatve performance for solate ponts etecton operators: applcaton on surface efects extracton R. Seuln, G. Delcrox, F. Merenne Laboratore Le2-12, Rue e la Fonere - 71200 Le Creusot - FRANCE e-mal: ralph.seuln@utlecreusot.u-bourgogne.fr

Plus en détail

CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE?

CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE? CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE? Boulanger Frédérc Avanssur, Groupe AXA 163-167, Avenue Georges Clémenceau 92742 Nanterre Cedex France Tel: +33 1 46 14 43

Plus en détail

Editions ENI. Project 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait

Editions ENI. Project 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait Edtons ENI Project 2010 Collecton Référence Bureautque Extrat Défnton des tâches Défnton des tâches Project 2010 Sasr les tâches d'un projet Les tâches représentent le traval à accomplr pour attendre l'objectf

Plus en détail

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction -

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction - EXAME FIAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSIO 1 - Correcton - Exercce 1 : 1) Consdérons une entreprse E comportant deux établssements : E1 et E2 qu emploent chacun 200 salarés. Au sen de l'établssement

Plus en détail

Le théorème du viriel

Le théorème du viriel Le théorème du vrel On se propose de démontrer le théorème du vrel de deux manères dfférentes. La premère fat appel à deux "trcks" qu l faut vor. Cette preuve met en avant une quantté, notée S c, qu permet

Plus en détail

Série A Septembre 2008

Série A Septembre 2008 Sére A Septembre 2008 Sommare Notce avec encadré* 3 Annexe à la Notce 17 UFEP : extrat des statuts 27 *Cet encadré a pour objet d attrer l attenton de l adhérent sur certanes dspostons essentelles de la

Plus en détail

Journée d études, Les contributions de Maurice Allais à la Science économique, Maison des Sciences Economiques, PHARE GRESE Paris I, le 24 juin 2009

Journée d études, Les contributions de Maurice Allais à la Science économique, Maison des Sciences Economiques, PHARE GRESE Paris I, le 24 juin 2009 Journée étues, Les contrbutons e Maurce Allas à la Scence économque, Mason es Scences Economques, PHARE GRESE Pars I, le 24 jun 2009 QU EST-CE QUE LA MONNAIE? LES COURANTS CONTEMPORAINS ET MAURICE ALLAIS

Plus en détail

EH SmartView. Identifiez vos risques et vos opportunités. www.eulerhermes.be. Pilotez votre assurance-crédit. Services en ligne Euler Hermes

EH SmartView. Identifiez vos risques et vos opportunités. www.eulerhermes.be. Pilotez votre assurance-crédit. Services en ligne Euler Hermes EH SmartVew Servces en lgne Euler Hermes Identfez vos rsques et vos opportuntés Plotez votre assurance-crédt www.eulerhermes.be Les avantages d EH SmartVew L expertse Euler Hermes présentée de manère clare

Plus en détail

BTS GPN 2EME ANNEE-MATHEMATIQUES-MATHS FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES

BTS GPN 2EME ANNEE-MATHEMATIQUES-MATHS FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES I. Concepts généraux. Le référentel précse : Cette parte du module M4 «Acquérr des outls mathématques de base nécessares à l'analyse de données économques» est en relaton avec

Plus en détail

Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amiens.fr/pedagogie/maths/new/ue2007/synthese_atelier_annette_alain.

Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amiens.fr/pedagogie/maths/new/ue2007/synthese_atelier_annette_alain. Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amens.fr/pedagoge/maths/new/ue2007/synthese_ateler_annette_alan.pdf 1 La règle du jeu Un drecteur de casno se propose d nstaller le

Plus en détail

Dérivés actions: risques un (rapide) aperçu

Dérivés actions: risques un (rapide) aperçu Dérvés actons: rsques un (rapde) aperçu Lorenzo Bergom Equty Dervatves Quanttatve Research océté Générale lorenzo.bergom@sgcb.com 33 4 3 3 95 Introducton - le Dow Jones 9-6 () 4 Dow Jones Industral Average

Plus en détail

Un protocole de tolérance aux pannes pour objets actifs non préemptifs

Un protocole de tolérance aux pannes pour objets actifs non préemptifs Un protocole de tolérance aux pannes pour objets actfs non préemptfs Françose Baude Dens Caromel Chrstan Delbé Ludovc Henro Equpe Oass, INRIA - CNRS - I3S 2004, route des Lucoles F-06902 Sopha Antpols

Plus en détail

GEA I Mathématiques nancières Poly. de révision. Lionel Darondeau

GEA I Mathématiques nancières Poly. de révision. Lionel Darondeau GEA I Mathématques nancères Poly de révson Lonel Darondeau Intérêts smples et composés Voc la lste des exercces à révser, corrgés en cours : Exercce 2 Exercce 3 Exercce 5 Exercce 6 Exercce 7 Exercce 8

Plus en détail

STATISTIQUE AVEC EXCEL

STATISTIQUE AVEC EXCEL STATISTIQUE AVEC EXCEL Excel offre d nnombrables possbltés de recuellr des données statstques, de les classer, de les analyser et de les représenter graphquement. Ce sont prncpalement les tros éléments

Plus en détail

Fiche n 7 : Vérification du débit et de la vitesse par la méthode de traçage

Fiche n 7 : Vérification du débit et de la vitesse par la méthode de traçage Fche n 7 : Vérfcaton du débt et de la vtesse par la méthode de traçage 1. PRINCIPE La méthode de traçage permet de calculer le débt d un écoulement ndépendamment des mesurages de hauteur et de vtesse.

Plus en détail

LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA

LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA Observatore Economque et Statstque d Afrque Subsaharenne LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA Une contrbuton à la réunon commune CEE/BIT sur les ndces des prx

Plus en détail

Prêt de groupe et sanction sociale Group lending and social fine

Prêt de groupe et sanction sociale Group lending and social fine Prêt de roupe et sancton socale Group lendn and socal fne Davd Alary Résumé Dans cet artcle, nous présentons un modèle d antsélecton sur un marché concurrentel du crédt. Nous consdérons l ntroducton de

Plus en détail

Chapitre 3 : Incertitudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES. Lignes directrices 2006 du GIEC pour les inventaires nationaux de gaz à effet de serre 3.

Chapitre 3 : Incertitudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES. Lignes directrices 2006 du GIEC pour les inventaires nationaux de gaz à effet de serre 3. Chaptre 3 : Incerttudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES Lgnes drectrces 2006 du GIEC pour les nventares natonaux de gaz à effet de serre 3.1 Volume 1 : Orentatons générales et établssement des rapports Auteurs

Plus en détail

Q x2 = 1 2. est dans l ensemble plus grand des rationnels Q. Continuons ainsi, l équation x 2 = 1 2

Q x2 = 1 2. est dans l ensemble plus grand des rationnels Q. Continuons ainsi, l équation x 2 = 1 2 Exo7 Nombres complexes Vdéo parte. Les nombres complexes, défntons et opératons Vdéo parte. Racnes carrées, équaton du second degré Vdéo parte 3. Argument et trgonométre Vdéo parte 4. Nombres complexes

Plus en détail

WINDOWS 10. Prise en main de votre ordinateur ou votre tablette

WINDOWS 10. Prise en main de votre ordinateur ou votre tablette WINDOWS 10 Prse en man de votre ordnateur ou votre tablette Table des matères Wndows 10 L envronnement Wndows 10 sur un ordnateur Wndows 10 : les nouveautés................................ 7 Démarrer Wndows

Plus en détail

classification non supervisée : pas de classes prédéfinies Applications typiques

classification non supervisée : pas de classes prédéfinies Applications typiques Qu est ce que le clusterng? analyse de clusterng regroupement des obets en clusters un cluster : une collecton d obets smlares au sen d un même cluster dssmlares au obets appartenant à d autres clusters

Plus en détail

TD 1. Statistiques à une variable.

TD 1. Statistiques à une variable. Danel Abécasss. Année unverstare 2010/2011 Prépa-L1 TD de bostatstques. Exercce 1. On consdère la sére suvante : TD 1. Statstques à une varable. 1. Calculer la moyenne et l écart type. 2. Calculer la médane

Plus en détail

Christine Steinbach. Décembre 2005. Christine Steinbach est animatrice communautaire aux Equipes Populaires, en charge des missions d'étude.

Christine Steinbach. Décembre 2005. Christine Steinbach est animatrice communautaire aux Equipes Populaires, en charge des missions d'étude. Queston de Queston de Décembre 2005 Chrstne Stenbach Quelques lgnes d'ntro La lbéralsaton des secteurs du gaz et de l'électrcté se profle à l'horzon 2007 en Régon wallonne. La mse en concurrence de la

Plus en détail

Cerveau & management NOVIAL - 2008 Diapositive N 1

Cerveau & management NOVIAL - 2008 Diapositive N 1 CERVEAU et MANAGEMENT Cerveau & management NOVIAL - 2008 Dapostve N 1 Connaître sa ou ses partes domnantes Nourrr les autres partes Savor fonctonner sur ses 4 cerveaux Cerveau & management NOVIAL - 2008

Plus en détail

Mesure avec une règle

Mesure avec une règle Mesure avec une règle par Matheu ROUAUD Professeur de Scences Physques en prépa, Dplômé en Physque Théorque. Lycée Alan-Fourner 8000 Bourges ecrre@ncerttudes.fr RÉSUMÉ La mesure d'une grandeur par un système

Plus en détail

santé Les arrêts de travail des séniors en emploi

santé Les arrêts de travail des séniors en emploi soldarté et DOSSIERS Les arrêts de traval des sénors en emplo N 2 2007 Les sénors en emplo se dstnguent-ls de leurs cadets en termes de recours aux arrêts de traval? Les sénors ne déclarent pas plus d

Plus en détail

1 Introduction. 2 Définitions des sources de tension et de courant : Cours. Date : A2 Analyser le système Conversion statique de l énergie. 2 h.

1 Introduction. 2 Définitions des sources de tension et de courant : Cours. Date : A2 Analyser le système Conversion statique de l énergie. 2 h. A2 Analyser le système Converson statque de l énerge Date : Nom : Cours 2 h 1 Introducton Un ConVertsseur Statque d énerge (CVS) est un montage utlsant des nterrupteurs à semconducteurs permettant par

Plus en détail

Définition des tâches

Définition des tâches Défnton des tâches Défnton des tâches Project 2010 Sasr les tâches d'un projet Les tâches représentent le traval à accomplr pour attendre l'objectf du projet. Elles représentent de ce fat, les éléments

Plus en détail

IDEI Report # 18. Transport. December 2010. Elasticités de la demande de transport ferroviaire: définitions et mesures

IDEI Report # 18. Transport. December 2010. Elasticités de la demande de transport ferroviaire: définitions et mesures IDEI Report # 18 Transport December 2010 Elastctés de la demande de transport ferrovare: défntons et mesures Elastctés de la demande de transport ferrovare : Défntons et mesures Marc Ivald Toulouse School

Plus en détail

Recherche universitaire et crédits d impôt pour R-D

Recherche universitaire et crédits d impôt pour R-D Fscalté Recherche unverstare et crédts d mpôt pour R-D Le 27 novembre 2001 Nancy Avone, CA Inctatfs fscaux à la R-D très généreux dsponbles Étude du Conference Board du Canada en 1998 Québec Jurdcton au

Plus en détail

Exercices d Électrocinétique

Exercices d Électrocinétique ercces d Électrocnétque Intensté et densté de courant -1.1 Vtesse des porteurs de charges : On dssout une masse m = 20g de chlorure de sodum NaCl dans un bac électrolytque de longueur l = 20cm et de secton

Plus en détail

Terminal numérique TM 13 raccordé aux installations Integral 33

Terminal numérique TM 13 raccordé aux installations Integral 33 Termnal numérque TM 13 raccordé aux nstallatons Integral 33 Notce d utlsaton Vous garderez une longueur d avance. Famlarsez--vous avec votre téléphone Remarques mportantes Chaptres à lre en prorté -- Vue

Plus en détail

Somfy Box. Activation de l option io et programmation de vos produits io

Somfy Box. Activation de l option io et programmation de vos produits io Somfy Box Actvaton de l opton o et programmaton de vos produts o Sommare Pré-requs pour la programmaton de produts o sur la Somfy Box 1 Harmonser la clé système 1 Qu est-ce que la clé système? 1 Dans quel

Plus en détail

Le Prêt Efficience Fioul

Le Prêt Efficience Fioul Le Prêt Effcence Foul EMPRUNTEUR M. Mme CO-EMPRUNTEUR M. Mlle Mme Mlle (CONJOINT, PACSÉ, CONCUBIN ) Départ. de nass. Nature de la pèce d dentté : Natonalté : CNI Passeport Ttre de séjour N : Salaré Stuaton

Plus en détail

Études & documents ÉCONOMIE ET ÉVALUATION. Consommation de carburant : effets des prix à court et à long termes par type de population.

Études & documents ÉCONOMIE ET ÉVALUATION. Consommation de carburant : effets des prix à court et à long termes par type de population. COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 40 Avrl 20 TRANSPORT Études & documents Consommaton de carburant : effets des prx à court et à long termes par type de populaton ÉCONOMIE ET ÉVALUATION Servce

Plus en détail

La Quantification du Risque Opérationnel des Institutions Bancaires

La Quantification du Risque Opérationnel des Institutions Bancaires HEC Montréal Afflée à l Unversté de Montréal La Quantfcaton du Rsque Opératonnel des Insttutons Bancares par Hela Dahen Département Fnance Thèse présentée à la Faculté des études supéreures en vue d obtenton

Plus en détail

Les prix quotidiens de clôture des échanges de quotas EUA et de crédits CER sont fournis par ICE Futures Europe

Les prix quotidiens de clôture des échanges de quotas EUA et de crédits CER sont fournis par ICE Futures Europe Méthodologe CDC Clmat Recherche puble chaque mos, en collaboraton avec Clmpact Metnext, Tendances Carbone, le bulletn mensuel d nformaton sur le marché européen du carbone (EU ETS). L obectf de cette publcaton

Plus en détail

Le Prêt Efficience Gaz

Le Prêt Efficience Gaz Le Prêt Effcence Gaz (FICHE DE SOLVABILITÉ) À COMPLÉTER INTÉGRALEMENT EMPRUNTEUR M. Mme Mlle CO-EMPRUNTEUR M. Mme Mlle (CONJOINT, PACSÉ, CONCUBIN ) Nom : Prénom : Nom de jeune flle (pour les femmes marées)

Plus en détail

Grandeur physique, chiffres significatifs

Grandeur physique, chiffres significatifs Grandeur physque, chffres sgnfcatfs I) Donner le résultat d une mesure en correspondance avec l nstrument utlsé : S avec un nstrument, ren n est ndqué sur l ncerttude absolue X d une mesure X, on consdère

Plus en détail

Calcul de tableaux d amortissement

Calcul de tableaux d amortissement Calcul de tableaux d amortssement 1 Tableau d amortssement Un emprunt est caractérsé par : une somme empruntée notée ; un taux annuel, en %, noté ; une pérodcté qu correspond à la fréquence de remboursement,

Plus en détail

TABLE DES MATIERES CONTROLE D INTEGRITE AU SEIN DE LA RECHERCHE LOCALE DE LA POLICE LOCALE DE BRUXELLES-CAPITALE/IXELLES (DEUXIEME DISTRICT) 1

TABLE DES MATIERES CONTROLE D INTEGRITE AU SEIN DE LA RECHERCHE LOCALE DE LA POLICE LOCALE DE BRUXELLES-CAPITALE/IXELLES (DEUXIEME DISTRICT) 1 TABLE DES MATIERES CONTROLE D INTEGRITE AU SEIN DE LA RECHERCHE LOCALE DE LA POLICE LOCALE DE BRUXELLES-CAPITALE/IXELLES (DEUXIEME DISTRICT) 1 1. PROBLEMATIQUE 1 2. MISSION 1 3. ACTES D ENQUETE 2 4. ANALYSE

Plus en détail

La théorie classique de l information. 1 ère partie : le point de vue de Kolmogorov.

La théorie classique de l information. 1 ère partie : le point de vue de Kolmogorov. La théore classque de l nformaton. ère parte : le pont de vue de Kolmogorov. La sute de caractères comme outl de descrpton des systèmes. La scence peut être vue comme l art de compresser les données quelles

Plus en détail

Table des Matières RÉSUMÉ ANALYTIQUE... 1 I. CONTEXTE... 2 1. La dette publique du Gouvernement... 2 2. Contexte institutionnel de gestion de la

Table des Matières RÉSUMÉ ANALYTIQUE... 1 I. CONTEXTE... 2 1. La dette publique du Gouvernement... 2 2. Contexte institutionnel de gestion de la Out ld éval uat on del aper f or manceen mat èr e degest on del adet t e (empa) Maur t an a Mar s2011 LeeMPA estunemét hodol og epouréval uerl aper f or manceenmat èr edegest on del adet t eàt r aver sunensembl

Plus en détail

Integral T 3 Compact. raccordé aux installations Integral 5. Notice d utilisation

Integral T 3 Compact. raccordé aux installations Integral 5. Notice d utilisation Integral T 3 Compact raccordé aux nstallatons Integral 5 Notce d utlsaton Remarques mportantes Remarques mportantes A quelle nstallaton pouvez-vous connecter votre téléphone Ce téléphone est conçu unquement

Plus en détail

Paquets. Paquets nationaux 1. Paquets internationaux 11

Paquets. Paquets nationaux 1. Paquets internationaux 11 Paquets Paquets natonaux 1 Paquets nternatonaux 11 Paquets natonaux Servces & optons 1 Créaton 3 1. Dmensons, pods & épasseurs 3 2. Présentaton des paquets 4 2.1. Face avant du paquet 4 2.2. Comment obtenr

Plus en détail

COMPARAISON DE MÉTHODES POUR LA CORRECTION

COMPARAISON DE MÉTHODES POUR LA CORRECTION COMPARAISON DE MÉTHODES POUR LA CORRECTION DE LA NON-RÉPONSE TOTALE : MÉTHODE DES SCORES ET SEGMENTATION Émle Dequdt, Benoît Busson 2 & Ncolas Sgler 3 Insee, Drecton régonale des Pays de la Lore, Servce

Plus en détail

La physiologie du cerveau montre que celui-ci est constitué de cellules (les neurones) interconnectées. Quelques étapes de cette découverte :

La physiologie du cerveau montre que celui-ci est constitué de cellules (les neurones) interconnectées. Quelques étapes de cette découverte : Chaptre 3 Apprentssage automatque : les réseaux de neurones Introducton Le Perceptron Les réseaux mult-couches 3.1 Introducton Comment l'homme fat-l pour rasonner, parler, calculer, apprendre,...? Comment

Plus en détail

FORMATION DOCTORALE EN INFORMATIQUE THESE. présentée en vue de l obtention du Doctorat en Informatique. par

FORMATION DOCTORALE EN INFORMATIQUE THESE. présentée en vue de l obtention du Doctorat en Informatique. par UNIVERSITE DE TUNIS EL MANAR FACULTE DES SCIENCES DE TUNIS INSTITUT NATIONAL DES SCIENCES APPLIQUEES DE LYON FORMATION DOCTORALE EN INFORMATIQUE THESE présentée en vue de l obtenton du Doctorat en Informatque

Plus en détail

Désajustements de Change Internationaux et Intra-européens

Désajustements de Change Internationaux et Intra-européens Désaustements de Change Internatonaux et Intra-européens Une estmaton par la méthode du FEER (verson prélmnare) Jamel Saadaou 1 Unversté Pars XIII Résumé Dans un contexte d'unon monétare et de déséqulbres

Plus en détail

1.0 Probabilité vs statistique...1. 1.1 Expérience aléatoire et espace échantillonnal...1. 1.2 Événement...2

1.0 Probabilité vs statistique...1. 1.1 Expérience aléatoire et espace échantillonnal...1. 1.2 Événement...2 - robabltés - haptre : Introducton à la théore des probabltés.0 robablté vs statstque.... Expérence aléatore et espace échantllonnal.... Événement.... xomes défnton de probablté..... Quelques théorèmes

Plus en détail

Prise en compte des politiques de transport dans le choix des fournisseurs

Prise en compte des politiques de transport dans le choix des fournisseurs INSTITUT NATIONAL POLYTECHNIQUE DE GRENOBLE N attrbué par la bblothèque THÈSE Pour obtenr le grade de DOCTEUR DE L I.N.P.G. Spécalté : Géne Industrel Préparée au Laboratore d Automatque de Grenoble Dans

Plus en détail

VIELLE Marc. CEA-IDEI Janvier 1998. 1 La nomenclature retenue 3. 2 Vue d ensemble du modèle 4

VIELLE Marc. CEA-IDEI Janvier 1998. 1 La nomenclature retenue 3. 2 Vue d ensemble du modèle 4 GEMINI-E3 XL France Un outl destné à l étude des mpacts ndustrels de poltques énergétques et envronnementales VIELLE Marc CEA-IDEI Janver 1998 I LA STRUCTURE DU MODELE GEMINI-E3 XL FRANCE 3 1 La nomenclature

Plus en détail

Des solutions globales fi ables et innovantes. www.calyon.com

Des solutions globales fi ables et innovantes. www.calyon.com Des solutons globales f ables et nnovantes www.calyon.com OPTIM Internet: un outl smple et performant Suv de vos comptes Tratement de vos opératons bancares Accès à un servce de reportng complet Une nterface

Plus en détail

Sur la détermination des sorties plates par calcul formel

Sur la détermination des sorties plates par calcul formel Sur la étermnaton es sortes plates par calcul formel Felx Antrtter, Jean Lévne 2 Automatserungs- un Regelungstechnk, Unverstät er Buneswehr München Werner-Hesenberg-Weg 37, D-85579 Neubberg, Germany 2

Plus en détail

Prêts bilatéraux et réseaux sociaux

Prêts bilatéraux et réseaux sociaux Prêts blatéraux et réseaux socaux Quand la sous-optmalté condut au ben-être collectf Phlppe Callou, Frederc Dubut et Mchele Sebag LRI, Unverste Pars Sud F-91405 Orsay France {callou;dubut;sebag}@lr.fr

Plus en détail

hal-00409942, version 1-14 Aug 2009

hal-00409942, version 1-14 Aug 2009 Manuscrt auteur, publé dans "MOSIM' 008, Pars : France (008)" 7 e Conférence Francophone de MOdélsaton et SIMulaton - MOSIM 08 - du mars au avrl 008 - Pars - France «Modélsaton, Optmsaton et Smulaton des

Plus en détail

GENESIS - Generalized System for Imputation Simulations (Système généralisé pour simuler l imputation)

GENESIS - Generalized System for Imputation Simulations (Système généralisé pour simuler l imputation) GENESS - Generalzed System for mputaton Smulatons (Système généralsé pour smuler l mputaton) GENESS est un système qu permet d exécuter des smulatons en présence d mputaton. L utlsateur fournt un ensemble

Plus en détail

T3 Comfort raccordé a IP Office

T3 Comfort raccordé a IP Office IP Telephony Contact Centers Moblty Servces T3 Comfort raccordé a IP Offce Benutzerhandbuch User's gude Manual de usuaro Manuel utlsateur Manuale d uso Gebrukersdocumentate Sommare Sommare Se famlarser

Plus en détail

Système solaire combiné Estimation des besoins énergétiques

Système solaire combiné Estimation des besoins énergétiques Revue des Energes Renouvelables ICRESD-07 Tlemcen (007) 109 114 Système solare combné Estmaton des besons énergétques R. Kharch 1, B. Benyoucef et M. Belhamel 1 1 Centre de Développement des Energes Renouvelables

Plus en détail

I. Présentation générale des méthodes d estimation des projets de type «unité industrielle»

I. Présentation générale des méthodes d estimation des projets de type «unité industrielle» Evaluaton des projets et estmaton des coûts Le budget d un projet est un élément mportant dans l étude d un projet pusque les résultats économques auront un mpact sur la réalsaton ou non et sur la concepton

Plus en détail

Une analyse économique et expérimentale de la fraude à l assurance et de l audit

Une analyse économique et expérimentale de la fraude à l assurance et de l audit Une analyse économque et expérmentale de la fraude à l assurance et de l audt Sameh Borg To cte ths verson: Sameh Borg. Une analyse économque et expérmentale de la fraude à l assurance et de l audt. Economes

Plus en détail

Faire des régimes TNS les laboratoires de la protection sociale de demain appelle des évolutions à deux niveaux :

Faire des régimes TNS les laboratoires de la protection sociale de demain appelle des évolutions à deux niveaux : Réformer en profondeur la protecton socale des TNS pour la rendre plus effcace Résumé de notre proposton : Fare des régmes TNS les laboratores de la protecton socale de deman appelle des évolutons à deux

Plus en détail

Interface OneNote 2013

Interface OneNote 2013 Interface OneNote 2013 Interface OneNote 2013 Offce 2013 - Fonctons avancées Lancer OneNote 2013 À partr de l'nterface Wndows 8, utlsez une des méthodes suvantes : - Clquez sur la vgnette OneNote 2013

Plus en détail

CHAPITRE 14 : RAISONNEMENT DES SYSTÈMES DE COMMANDE

CHAPITRE 14 : RAISONNEMENT DES SYSTÈMES DE COMMANDE HAITRE 4 : RAISONNEMENT DES SYSTÈMES DE OMMANDE RAISONNEMENT DES SYSTÈMES DE OMMANDE... 2 INTRODUTION... 22 RAELS... 22 alcul de la valeur ntale de la répone à un échelon... 22 alcul du gan tatque... 22

Plus en détail

Parlons. retraite. au service du «bien vieillir» L Assurance retraite. en chiffres* 639 192 retraités payés pour un montant de 4,2 milliards d euros

Parlons. retraite. au service du «bien vieillir» L Assurance retraite. en chiffres* 639 192 retraités payés pour un montant de 4,2 milliards d euros Édton Pays de la Lore Parlons La lettre aux retratés du régme général de la Sécurté socale 2012 retrate L Assurance retrate en chffres* 12,88 mllons de retratés 17,58 mllons de cotsants 346 000 bénéfcares

Plus en détail

Découvrir l interface Windows 8

Découvrir l interface Windows 8 Wndows 8.1 L envronnement Wndows 8 Interfaces Wndows 8 et Bureau L envronnement Wndows 8 Découvrr l nterface Wndows 8 Après s être dentfé va un compte Mcrosoft ou un compte local, l utlsateur vot apparaître

Plus en détail

L enseignement virtuel dans une économie émergente : perception des étudiants et perspectives d avenir

L enseignement virtuel dans une économie émergente : perception des étudiants et perspectives d avenir L ensegnement vrtuel dans une économe émergente : percepton des étudants et perspectves d avenr Hatem Dellag Laboratore d Econome et de Fnances applquées Faculté des scences économques et de geston de

Plus en détail

ÉLÉMENTS DE THÉORIE DE L INFORMATION POUR LES COMMUNICATIONS.

ÉLÉMENTS DE THÉORIE DE L INFORMATION POUR LES COMMUNICATIONS. ÉLÉMETS DE THÉORIE DE L IFORMATIO POUR LES COMMUICATIOS. L a théore de l nformaton est une dscplne qu s appue non seulement sur les (télé-) communcatons, mas auss sur l nformatque, la statstque, la physque

Plus en détail

ACTE DE PRÊT HYPOTHÉCAIRE

ACTE DE PRÊT HYPOTHÉCAIRE - 1 - ACTE DE PRÊT HYPOTHÉCAIRE 5453F QC FR-2010/01 Taux fxe Le. Devant M e, notare soussgné pour la provnce de Québec, exerçant à. ONT COMPARU : ET : (C-après parfos appelé dans le présent Acte l «emprunteur»

Plus en détail

P R I S E E N M A I N R A P I D E O L I V E 4 H D

P R I S E E N M A I N R A P I D E O L I V E 4 H D P R I S E E N M A I N R A P I D E O L I V E 4 H D Sommare 1 2 2.1 2.2 2.3 3 3.1 3.2 3.3 4 4.1 4.2 4.3 4.4 4.5 4.6 5 6 7 7.1 7.2 7.3 8 8.1 8.2 8.3 8.4 8.5 8.6 Contenu du carton... 4 Paramétrage... 4 Connexon

Plus en détail

Corrections adiabatiques et nonadiabatiques dans les systèmes diatomiques par calculs ab-initio

Corrections adiabatiques et nonadiabatiques dans les systèmes diatomiques par calculs ab-initio Correctons adabatques et nonadabatques dans les systèmes datomques par calculs ab-nto Compte rendu du traval réalsé dans le cadre d un stage de quatre mos au sen du Groupe de Spectroscope Moléculare et

Plus en détail

RÉNOVATION ET CONSTRUCTION DURABLE

RÉNOVATION ET CONSTRUCTION DURABLE régon Provence-Alpes-Côte d Azur RÉNOVATION ET CONSTRUCTION DURABLE BILAN ANNUEL 2013 1 Octobre 2014 Avant-propos Face aux enjeux envronnementaux en len avec notre secteur d actvté, les admnstrateurs de

Plus en détail

OPTIMALITÉ DU MÉCANISME DE RATIONNEMENT DE CRÉDIT DANS LE MODÈLE ISLAMIQUE DE FINANCEMENT

OPTIMALITÉ DU MÉCANISME DE RATIONNEMENT DE CRÉDIT DANS LE MODÈLE ISLAMIQUE DE FINANCEMENT Etudes en Econoe Islaque, Vol. 6, Nos. & (-7) Mouharra, Raab 434H (Novebre 0, Ma 03) OPTIMALITÉ DU MÉCANISME DE RATIONNEMENT DE CRÉDIT DANS LE MODÈLE ISLAMIQUE DE FINANCEMENT ALIM BELEK Résué Le ratonneent

Plus en détail

Distripost. Création 7 Caractéristiques du produit et options 7. Préparation de vos envois 8 Conditionnement 8

Distripost. Création 7 Caractéristiques du produit et options 7. Préparation de vos envois 8 Conditionnement 8 Dstrpost Quo, où et comment? 1 1. Qu est-ce que Dstrpost? 1 2. Quels chox s offrent à vous pour la dstrbuton de vos envos Dstrpost? 1 2.1. Tout le monde reçot-l mon envo toutes-boîtes dans la zone sélectonnée?

Plus en détail

Chapitre IV : Inductance propre, inductance mutuelle. Energie électromagnétique

Chapitre IV : Inductance propre, inductance mutuelle. Energie électromagnétique Spécale PSI - Cours "Electromagnétsme" 1 Inducton électromagnétque Chaptre IV : Inductance propre, nductance mutuelle. Energe électromagnétque Objectfs: Coecents d nductance propre L et mutuelle M Blan

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L ASSURANCE AUTOMOBILE AU QUÉBEC : UNE PRIME SELON LE COÛT SOCIAL MARGINAL MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L ASSURANCE AUTOMOBILE AU QUÉBEC : UNE PRIME SELON LE COÛT SOCIAL MARGINAL MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L ASSURANCE AUTOMOBILE AU QUÉBEC : UNE PRIME SELON LE COÛT SOCIAL MARGINAL MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE DE LA MAÎTRISE EN ÉCONOMIQUE PAR ERIC LÉVESQUE JANVIER

Plus en détail

EURIsCO. Cahiers de recherche. Cahier n 2008-05. L épargne des ménages au Maroc : Une analyse macroéconomique et microéconomique.

EURIsCO. Cahiers de recherche. Cahier n 2008-05. L épargne des ménages au Maroc : Une analyse macroéconomique et microéconomique. Cahers de recherche EURIsCO Caher n 2008-05 L épargne des ménages au Maroc : Une analyse macroéconomque et mcroéconomque Rapport d étude Najat El Mekkaou de Fretas (coordnateur) Eursco Unversté Pars Dauphne

Plus en détail

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises Les détermnants de la détenton et de l usage de la carte de débt : une analyse emprque sur données ndvduelles françases Davd Boune a, Marc Bourreau a,b et Abel Franços a,c a Télécom ParsTech, Département

Plus en détail

Interfaces Windows 8 et Bureau

Interfaces Windows 8 et Bureau Interfaces Wndows 8 et Bureau Interfaces Wndows 8 et Bureau Découvrr l nterface Wndows 8 Après s être dentfé va un compte Mcrosoft ou un compte local, l utlsateur vot apparaître sur son écran la toute

Plus en détail

Modélisations du risque en assurance automobile. Michel Grun-Rehomme Université Paris 2 et Ensae Email: grun@ensae.fr

Modélisations du risque en assurance automobile. Michel Grun-Rehomme Université Paris 2 et Ensae Email: grun@ensae.fr Modélsatons du rsque en assurance automoble Mchel Grun-Rehomme Unversté Pars 2 et Ensae Emal: grun@ensae.fr 1 Modélsatons du rsque en assurance automoble La snstralté est mesurée en terme de fréquence

Plus en détail

RÉSUMÉ ANALYTIQUE... 1

RÉSUMÉ ANALYTIQUE... 1 Out ld éval uat on del aper f or manceen mat èr e degest on del adet t e (DeMPA) Républ quedu Sénégal Ma2010 LeDeMPA estunemét hodol og epouréval uerl aper f or manceenmat èr edegest on del adet t eàt

Plus en détail

Professionnel de santé équipé de Médiclick!

Professionnel de santé équipé de Médiclick! Professonnel de santé équpé de Médclck! Dosser Médcal Partagé en Aqutane Ce gude vous présente les prncpales fonctonnaltés réservées aux professonnels de santé membres du réseau AquDMP. Sommare Connexon

Plus en détail

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises Les détermnants de la détenton et de l usage de la carte de débt : une analyse emprque sur données ndvduelles françases Davd Boune Marc Bourreau Abel Franços Jun 2006 Département Scences Economques et

Plus en détail

Vous ne visualisez pas correctement cet email

Vous ne visualisez pas correctement cet email Vous ne vsualsez pas correctement cet emal Pluseurs lens qu créent du len sur SFR Busness Team Pour plus d nformaton sur nos offres sfrbusnessteam.fr Consultez les mentons légales et le glossare SFR -

Plus en détail

Gigue temporelle et ordonnancement par échéance dans les applications temps réel

Gigue temporelle et ordonnancement par échéance dans les applications temps réel L. Davd, F. Cottet, E. Grolleau. Ggue temporelle et ordonnancement par échéance dans les applcatons temps réel. IEEE Conf. Inter. Francophone d Automatque (CIFA2000), Jullet 2000, Llle, France. Ggue temporelle

Plus en détail

Documents de travail. «La taxe Tobin : une synthèse des travaux basés sur la théorie des jeux et l économétrie» Auteurs

Documents de travail. «La taxe Tobin : une synthèse des travaux basés sur la théorie des jeux et l économétrie» Auteurs Documents de traval «La taxe Tobn : une synthèse des travaux basés sur la théore des jeux et l économétre» Auteurs Francs Bsmans, Olver Damette Document de Traval n 2012-09 Jullet 2012 Faculté des scences

Plus en détail