E MARCHÉ FORVILLE, A CANNES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "E MARCHÉ FORVILLE, A CANNES"

Transcription

1 BÉTON Prx du Numéro : 5 fr. Abonnement d'un an : 50 fr. ARMÉ NUMÉRO 341 JUILLET 1936 Revue mensuelle technque et documentare des CONSTRUCTIONS en QUE PLUS DE GARAGES ONT ÉTÉ CONSTRUITS, EN TOUT OU EN PARTIE, D'APRÈS LES PLANS HENNEBIQUE RÉDACTION ET ADMINISTRATION : 86, rue de Pars, LILLE (Nord) Tél PUBLICITÉ M. Marcel LEROY, 42, rue de Dantzg, PARIS (If) Tél. Lecourbe : E MARCHÉ FORVILLE, A CANNES RCHITECTES. PARMI LESQUELS : \ BRET, D.P.LG. ET. CARLE LES GARAGES RENAULT DE CLERWIONT- FERRAN D, NANCY, QUIMPER, ROUEN, ROUBAIX, REIMS... LES GARAGES CITROËN DE CONSTANTINE, SAINT- NAZAIRE, REIMS... LE GARAGE DU CRÉDIT MUNICIPAL A PARIS LE GARAGE CHARTON A DIJON LE GARAGE VINSON A ALGER LE GARAGE MONTPARNASSE A PARIS LE PALAIS DE L'AUTOMOBILE A LYON LE GARAGE FORD A BORDEAUX ETC.. Fg. 1. L'entrée décoratve du marché, en style provençal. Sous l'arcade on aperçot la rampe d'accès des camons. GARAGE DU CRÉDIT MUNICIPAL A PARIS ENTREPRISE LEFORT Fg. 2. L'une des façades latérales, avec escalers dvergents, toujours en style provençal. La façade opposée comporte, au contrare, deux escalers convergents. (PHOTOS GILLETTA, NICE) (Bétons Armés Hennebque)

2 Pg. 3. Vue d'ensemble du marché. Remarquer, à gauche, la rampe d'accès à l'étage supéreur. Au fond, la collne du veux Cannes. N otre confrère «La Technque des Travaux» a récemment publc.sur ce marché, entèrement en béton armé Hennebque, un ntéressant artcle de M. R. de Wnne, archtecte; M. Jean Eparver a, d'autre part, fat paraître dans «l'eclareur de Nce», des notes très cureuses sur les orgnes de ce- marché; c'est dans ces deux artcles que nous avons pusé la documentaton qu nous a servs, en grande parte, pour la rédacton de l'artcle c-dessous: (Bétons Armés Hennebquel Les partes les plus désuètes de ce quarter ont dsparu, pour céder la place au vaste carré sur lequel a été construt le Veux Marché Forvlle. La démolton du Poussat fut décdée en 1880; mas l'achat des masons et les expropratons demandèrent du temps, de sorte que ce fut seulement le 15 décembre 1884, que le Marché Forvlle, ans que le Marché Chàteaudun (actuellement (îanbetta), put être nauguré. Pour la dernère fos, donc le 15 décembre 1884, les marchands vendrent sur les Allées de la Lberté. On état alors au lendeman des grandes dscussons qu s'étaent engagées pour le manten de l'ntégrté des Allées. La chose avat été lée à la grandeur de Cannes et, depus les Allées de la Marne jusqu'aux actuelles Allées de la Lberté, ce n'avat été que luttes et dsputes pour que cet emplacement qu fat mantenant honneur à la vlle sot respecté. A la sute de dverses manœuvres, on avat pourtant réuss à y commencer la constructon d'un théâtre muncpal. La muncpalté Grard avat voté, en 1876, les autorsatons nécessares, mas, en 1878, la muncpalté Eugène Gazagnare, à la sute d'une étude crconstancée, ordonnat la suspenson des travaux. Deux étages étaent pourtant déjà bâts et ce chanter se dressat encore sur notre promenade le 19 décembre 1879, pour la l'été d'nauguraton du monument à Lord Rrougham. Il y cul des régates, des déflés et même une ascenson en ballon. Un accdent fallt alors se produre, car ce ballon, par le vent d'est, s'accrocha aux échafaudages du théâtre mort-né et c'est par mracle que l'aéronaute réusst à se trer san et sauf de cette aventure. C'état la trosème ascenson en ballon qu avat leu à Cannes et c'état auss la trosème qu provoquat un accdent. Les aéronautes en furent découragés. Mas cec nous élogne quelque peu du marché, snon des Allées. 1 Les orgnes du marché Forvlle En 1883, le Marché Forvlle fut établ sur l'emplacement d'une vaste brèche à l'ancen quarter du Poussat. Il état lmté à gauche par la rue des Marchés (actuellement rue du l) r Perre Gazagnare) qu comprenat l'eglse Notre-Dame de la Msércorde (ancenne Chapelle des Péntents Nors) à laquelle est adossée La Possonnere. Les cureux se demanderont peut-être quelle est l'orgne du nom donné à ce marché. Le nom de Forvlle a été emprunté à une velle rue qu a formé la parte nord du marché et dont les deux tronçons exstent encore. Or, ce nom de Forvlle dérve des deux mots provençaux Fuoro Vllo (hors la vlle). En effet, cette rue consttuat, pour ans dre, le boulevard extéreur de l'ancen Cannes. La rue des Marches occupat l'emplacement de l'ancenne rue Vassal dont la démolton, qu remonte en l'année 1875, a été la premère entalle fate au veux quarter du Poussat. Fg. 4. Vue de la plate-forme supéreure composée de la route charrretère du pourtour et du marché au centre surélevé de 1 m. (Bétons Armés Hennebque)

3 1450 BETON ARME Dans «Le Républcan», un autre journalste, défenseur de la muncpalté Gazagnare celu-là, avat, du reste, rems les choses au pont avec la plus douce et la plus exquse rone. Et depus le 16 décembre 1884, le marché Forvlle n'a cessé de rendre les servces que l'on attendat de lu. Tout autour de ses hangars, une cté s'est créée dans la cté. Pette vlle ntensément commerçante au cœur de la grande; fère de son traval et fcre de son utlté. Etre de Forvlle, c'est être parm les melleurs Cannos, mas c'est être auss susceptble et passonné. Tous ceux qu servent le ventre de Cannes l'ont prouvé en mantes crconstances. C'est là que s'nstallaent depus fort longtemps les «colons partares» autrement dt, celu qu tasat valor son potager ou celu d'un proprétare et qu avat drot sur sa demande, à tenr une place au marché moyennant une rétrbuton payée à la commune. Ces «colons partares» ou vendeurs drects s'étaent fort longtemps passés d'ntermédares, mas pourtant, depus 1871, ls avaent à subr la concurrence des premers revendeurs. Tout ce pett monde besogneux déménagea avec enthousasme quand on l'nvta à aller prendre les nouvelles et superbes places qu avaent été créées pour lu. Au même moment, M. Hourler, archtecte muncpal, termnat l'œuvre qu'l avat entreprse en 1878, c'est-à-dre, la démolton du quarter du Poussat, qu nécessta l'achat ou l'expropraton de cent trente mmeubles. Le quarter du Poussat état un ramasss de masons sorddes et de ruelles tortueuses, nsalubres et menaçant runes. Les expropratons, en cet heureux temps, ne coûtaent pas cher. La bcoque la plus coûteuse revnt à francs. Sur cet espace conqus sur le tauds, on réalsa l'élargssement des rues d'eugène Gazagnare et Lous Blanc et l'on créa un vaste espace lbre qu fut nommé place Forvlle. A la sute des travaux de M. Hourler, le 4 décembre 1884, M. Eugène Gazagnare, mare de Cannes, pouvat prendre l'arrêté suvant: 2 Les dvers projets de reconstructon «Artcle premer. A partr du 15 décembre prochan, le marché des Allées sera supprmé et sera transféré parte place Forvlle, parte place Châteaudun.» Artcle 2. Aucun marchand ne pourra s'nstaller sur les nouveaux marches que mun d'une autorsaton portant désgnaton de l'emplacement qu'l dot occuper et acquttement des drots de place». Cet arrêté s smple et s sage, venant à la sute de travaux ncontestablement d'utlté publque, devat pourtant déclancher une offensve des adversares de la muncpalté. Bans «L'Echo de Cannes», M. Jacob part en guerre dès le 17 décembre contre ces nouveaux marchés. Le prétexte est spéceux. «Avat-elle beson (la muncpalté) de fare construre à grands fras, sur la place Forvlle, des hangars représentant un nombre de places égales au nombre des marchands». Et le rédacteur contnue en explquant que les places étant trop bonnes et trop nombreuses au marché Forvlle, aucun marchand n'est allé au marché de Châteaudun ou d'alleurs et l s'en plant volemment l n'y a pas de halle aux possons. «Un tel luxe de hangars au marché Forvlle, vtupère-t-l, état nutle, pusque deux rangées de ces hangars ne sont pas occupées». Et le polémste conclut en convoquant les proprétares des quarters Est à une réunon publque dans laquelle l serat offert des prmes aux marchands qu vendraent au marché de Châteaudun. Et s ceux-là ne se lassaent pas tenter par cette offre, on ferat alors appel aux marchands d'antbes et de Golfe-Juan. Il ne s'agssat, naturellement, en tout cec que d'attendre la muncpalté, mas cette campagne ft long feu. Peu à peu les travées vdes du marché Forvlle se garnrent et peu à peu les marchands vnrent vendre au marché de Châteaudun et pas un nstant la populaton ne fut la dupe de cet agtateur p ~ ; - ; ; IÛP40 X I 3 1 l 1 r W. *1 r _ 1^ r s [(?f~ " Fg. 5. Plan du rez-de-chaussée!c.oo : «? 40 1 s r 1 s Fg. 7. Coupe transversale u : TV r-t?/ SI! "f 4 -. _ Fg. 6. Plan du premer étage f-fl 81 a r-t f.- > f HT mm Fgur" 8. Plan des fondatons sur peux Frank C'est en 1923 qu'a été établ le premer projet de remplacement des hangars en bos avec couverture en tôle ondulée que comportat l'ancen marché par une constructon plus consstante et répondant meux aux besons d'une vlle comme Cannes. Ce projet n'eut aucune sute. En 1926, le Consel muncpal, qu état alors en exercce, établt, à son tour, un projet qu dfférat notablement du premer. Ce projet fut approuvé, en prncpe, et le Consel vota même la somme nécessare pour son exécuton, sot: francs. Pour dverses rasons, ce projet resta, tout comme le premer, lettre morte. La queston fut reprse une nouvelle fos en Le projet qu fut adopté à cette époque, à la sute d'un concours auquel avaent partcpé pluseurs archtectes de la vlle, comportat, un rez-de-chaussée et un étage. La constructon devat donc être beaucoup plus mportante que celles des projets précédents. Le crédt qu avat été voté en 1926 devenat dans ces condtons nsuffsant. Auss le Consel de l'époque îu -\ oblgé de voter un crédt supplémentare de fr. qu, jont à celu de fr. de 1926, porta à fr. le crédt relatf à la transformaton du marché Forvlle. Le projet de 1931 souleva de nombreuses objectons, notamment de la part des rverans du marché Forvlle. Etant donné cette opposton, on ne crut pas devor envsager la réalsaton dudt projet. Il devenat cependant de plus en plus urgent de prendre une décson. Les hangars exstants étaent, en effet, tellement vétustés qu'ls rsquaent de s'effondrer d'un moment à l'autre. Il faut reconnaître, en outre, qu'ls n'étaent guère dgnes de la vlle d'élégance et de luxe qu'est Cannes. Enfn, l fallat absolument donner au marché un développement en rapport avec celu de la vlle. On a donc reprs l'étude de la queston avec la volonté ben arrêtée d'aboutr. La commsson des marchés du Consel muncpal de Cannes a tenu à prendre avant tout l'avs des ntéressés. Elle a consulté successvement les représentants des revendeurs, pus ceux des producteurs, pus ceux des rverans, sans oubler, ben entendu, les acheteurs (partculers et hôtelers). Elle s'est rendue, à pluseurs reprses sur place, afn de ben se rendre compte des besons et exgences du commerce qu

4 Le montant des crédts alloués état de: Pour la Maçonnere et le Béton Armé Fr la Menusere Fr les Pavés de Verre Fr la Serrurere Fr » la Penture-Vtrere Fr l'electrcté Fr la Plombere Fr Total Fr A la sute d'une adjudcaton fate le 27 févrer 1934, les travaux furent adjugés et confés aux entreprses c-après: Fg. 9. Vue du passage supéreur courbe pour camons, permettant l'accès de la plate-forme supéreure. A gauche, sous cette rampe, les bureaux d'octro. (Bétons Armés Hennebque) s'exerce sur le marché. Bref, elle s'est entourée de tous les rensegnements dont elle avat beson pour prendre une décson motvée. Les drectves qu'elle avat tracées ont perms aux archtectes qu, à la sute du concours de 1931, avaent été chargés de dresser le projet de reconstructon du marché, d'établr toute une sére de nouveaux projets présentants les uns et les autres, des avantages et des nconvénents. Après de nombreuses dscussons, on s'est arrêté à une soluton qu paraît de nature à donner satsfacton aux dvers ntérêts en jeu. Le projet qu a été adopté a, en tout cas, été approuvé sans réserves par les représentants des collectvtés (pe la queston du marché ntéresse: acheteurs, revendeurs, producteurs et rverans. Ce projet a été examné, au pont de vue constructon, par la commsson des Travaux du Consel muncpal de Cannes qu a préconsé quelques modfcatons de détal, dont l a été tenu compte. On peut donc dre que ce projet a été étudé absolument à fond. Etablssements LISNARO, RANCE FBEBES, DE CANNES, pour la Maçonnere et le Béton Armé, avec un rabas de 8 %; SAPPIA, de Cannes, pour la Menusere, avec un rabas de 26 %; DE GIVRY, de Cannes, pour les Pavés de verre, avec un rabas de 29 % ; FAGNON1. de Cannes, pour la Serrurere, avec un rabas de 40 % ; GIAPPESI, de Cannes, pour la Penture-Vtrere, avec un rabas de 56 %; SAUNIER, DUVAL, FRISQUET, de Nce-Pars, pour l'electrcté, avec un rabas de 15 % ; PLAISENT, de Cannes, pour la Plombere-Znguere, au prx du devs. Le marché stpulat, pour la complète termnason des travaux de constructon et d'achèvement, un déla de quatre mos, sot la date du 16 août Ces délas furent par la sute augmentés de trente jours, par sute de la nécessté de modfer le mode de fondaton qu avat été prévu. 3 La réalsaton défntve Fnalement, les deux projets de MM. Bret, O. I». L. G. et Care, archtectes, à Cannes, furent retenus et fondus en un seul qu devent le projet qu a serv de hase à la réalsaton actuelle. Ce projet prévoyat un rez-de-chaussée, couvert en terrasse pouvant servr de marché auxlare, et de chaussée pour les véhcules pouvant statonner. L'accès de cette terrasse se fasant au moyen d'une rampe d'accès s'amorçant sur la rue Lous Blanc. Fg Plan de détal de la rampe d'accès pour les camons, montrant l'organsaton de la poutrason. Fg. 11. Vue Intéreure du marché montrant la poutrason et la répartton des ponts d'appu. On aperçot à gauche un escaler d'accès à la plate-forme supéreure. (Bétons Armés Hennebquc

5 Construre en cnq mos, un bâtment auss mportant, couvrant avec les sujétons qu'l comportat, cela pouvat paraître à premère vue rréalsable. Le contrat n'en a pas mons été exécuté dans les délas prévus, sous la haute drecton de M. Cantelaube, Ingéneur en Chef, Drecteur des Servces Technques de la Vlle de Cannes, et la survellance de -M. Francs A. Trolobas, Contrôleur Général des Servces Technques de la Vlle. Les dffcultés ne manquèrent pourtant pas. La nature du terran formée d'un rembla de 2 mètres de hauteur provenant des mmeubles précédemment démols lors de l'édfcaton du premer marché Forvlle en 1883 (ce rembla reposant lumême sur un sol de vase dont l'épasseur varant de 3 m. à 10 n. de profondeur et n'offrant aucune résstance) nécessta la recherche d'un procédé à la fos économque et offrant les garantes technques requses. a) PARTI ARCHITECTURAL Il s'agssat d'utlser au maxmum la surface de terran dsponble, tout en lassant les largeurs de crculaton nécessares et en rédusant au mnmum les ponts d'appu. D'autre part, la constructon devat rester auss basse que possble pour ne pas gêner outre mesure les masons du pourtour de la place. Enfn, on devat utlser au meux le style des masons provençales, pour autant qu'l ne gênerat en ren l'utlsaton ratonnelle. Nous allons, au moyen des plans et des photographes gu llustrent cet artcle, examner les dspostons adoptées. En prncpe, le marché dev at comporter un bureau d'octro et les archtectes proposèrent d'autre part l'utlsaton de la plateforme-couverture, pour le commerce de gros des denrées (producteurs). Ce dspostf état, en effet, rendu possble par la forte déclvté de la rue Lous Rlanc, qu permettrat de const- tuer une rampe d'accès drect à la plate-forme supéreure, pour les camons d'un pods pouvant attendre 2,") tonnes. Le part adopté fut donc le suvant: du côté opposé à la rue Lous Rlanc (rue du Docteur Jean Gazagnare), le marché s'algne sur les masons de la rue (fg. ")); de ce côté, une trple entrée drecte pour pétons consttue l'accès normal du publc au marché. Cette entrée trple est défne par la portée même des travées entre plers, sot 6.10, 12,20, 6,10 (fg. 5). Dans le sens longtudnal, l y a quatorze travée de portées varant entre 6,85 et 7,80. En bref, la surface couverte à usage de marché s'élève à 102,40 x 26,00, sot mg. (fg. 11). Elle est dvsée par tros jonts complets de dlataton. Sgnalons, enfn, une rue transversale sous la sxème travée (fg. 5). Sur chacune des deux façades longues, deux escalers, convergents sur une façade et dvergents sur l'autre (fg ), permettent l'accès des pétons à la plateforme supéreure. La photographe, fgure 1, montre, d'autre part, l'entrée prncpale du marché en lason avec le passage transversal permettant la présentaton des votures à l'octro dont les bureaux sont sur ce passage et en opposton avec le marché. Les bureaux d'octro ont ans utlsé judceusement un angle mort du terran. En face des bureaux d'octro, une entrée au marché, dans l'axe de celu-c. Enfn, la plate-forme supéreure du marché est consttuée de deux partes prncpales: un pourtour carrossable pour camons de 25 tonnes raccordé à la rampe d'accès (trottor contnu à l'extéreur) et 1 m. au-dessus, une surface utlsable pour le dépôt des denrées et leur vente (fg. 4, 6 et 7). En ce qu concerne le part décoratf, tout le pourtour de l'ouvrage est pent à l'ocre jaune roug et l a été fat en cornches, un large emplo de la tule provençale maçonnée en gradn (fg. 3). Le style provençal est encore accusé par les tours d'angle tronconque, l'entrée en plen cntre, à fronton couvert de tules (fg. 1) et les quatre escalers extéreurs, dont

6 1456 les murs sont allégés par des ares en plen cntre de rayons dvers approprés (fg. 2). Œls de bœuf, grllages, grandes jarres et arbustes vennent ajouter leur note, ans que les pergolas de la plate-forme dont le rôle utltare consste c à permettre, pendant la durée du marché, de tendre des bâches pour mantenr à l'ombre les dverses denrées du marché supéreur (fg. 5). Toutes les surfaces ntéreures du marché sont pentes en jaune très clar. b) PROCEDES DE CONSTRUCTION Les plers et murs de façade ont été fondés sur peux Krank (102 peux de 8 m. 50 de longueur). Tout le gros-œuvre, qu a été exécuté par l'entreprse Lsnard et Rance Frères, est en béton armé, système Hennebque, avec supercment qualté 30/35 dosée à 425 klos (moyenne). En rason des courts délas mparts, le coffrage a été général sans réemplo. En prncpe, tous les plers sont ronds au damètre de 0 m. 40; toutefos, un certan nombre de plers à charge élevée, ont comme secton un rectangle complété par deux dem-cercles de 0 m. 40 également de damètre, se proflant ans sur les précédents et quelques plers très chargés ont la même forme trlobée. Aux jonts de dlataton, les plers sont crculares, doubles et ndépendants. Le sol du marché est composé de dalles colorées de «basaltne» de 30 x 30 X 4,5 posées au ban de morter et reposant sur une couche de béton de gravllon et chaux de 0 m. 12 d'épasseur posée sur un lt d'emperrement de 0 m. 30. Les bordures de trottor sont également en basaltne. Toute la poutrason du marché (fg. 11) repose sur les plers aux portées ndquées par le plan, les hourds pour grosses charges à l'étage (camons), sont à portée assez fable, tands que la surcharge unformément réparte des denrées de l'étage supéreur est supportée par des poutres de plus longue portée dont les encastrements dans les poutres longtudnales sont c en consoles décoratves à tros redents arronds (fg. 7). Cette grande portée (12,20) est d'alleurs la somme des portées de 3 travées du marché courant. L'étude et la réalsaton de la rampe d'accès pour camons a été l'objet de sons partculers. Outre la charge d'endut (240 klos), l a été prévu une surcharge lbre moyenne de 500 klos. D'autre part, les camons à fare passer sont défns ans: P 14 tonnes, 2 esseux espacés de 5 mètres; 2" 21 tonnes, 3 esseux espacés de 5 mètres (4.2 T. + 12,6 T. + 4,2 T.); 3 14 tonnes, 2 esseux espacés de 5 mètres; ces tros véhcules se suvant de manère (pe tous les esseux soent espacés de 5 mètres. Comme l'ndque le plan (fg. 10), la dalle en S, qu consttue la rampe, s'appue sur une sére de plers en combnason avec le plan dont deux seulement butent sur la parte carrossable de la dalle dans le vrage ntermédare; des poutres transversales, dstrbuées comme les marches d'un escaler, répartssent les charges du hourds sur les plers. L'extrémté de la rampe consttue en somme un passage supéreur que l'on vot ben sur les fgures 1 et 9. Celte utlsaton de la plate-forme supéreure du marché, en doublant la surface utle, grâce à une ngéneuse combnason de la rue montante et de la rampe d'accès, consttue ncontestablement, l'heureuse orgnalté de ce marché. Mentonnons, en termnant, que la démolton (en vue de réutlsaton) du veux marché et l'exécuton complète du marché neuf n'avaent en tout exgé que 5 mos envron c) LES MATERIAUX EMPLOYES Afn de donner un dée plus concrète de l'effort entreprs, qu'l nous sot perms de cter quelques chffres. Les Fondatons. Il a été battu 102 peux «Frank» à des profondeurs varables allant de 3 m. 50 à 12 m. 30. La longueur totale des peux ans foncés a été de n. Afn d'évter l'acton des eaux sélénteuses qu pouvaent séjourner dans la nappe aqueuse du sous-sol, l a été employé pour les semelles des peux Frank: 35 tonnes de cment spécal dt «à la Gaze». Les restant des peux bétonnés a été coulé à l'ade d'un béton de cment artfcel. Il a été employé: 135 tonnes de cment artfcel. 280 m 3 de sable de rvère. 560 m* de gros gravers roulés de mer. Sur ces peux, l a été coulé des semelles de 1 m. de hauteur, en béton armé, destnées à servr d'assses aux poteaux de l'édfce. Béton Armé et Maçonnere. Il a été coulé près de ">'"' de béton armé. Le coffrage des poteaux, colonnes, poutres, cassons et dalles a nécessté l'emplo de m 2 de planches et 70 de bos d'étas de toutes sortes. Il a été employé pour le béton armé et la maçonnere: 270 tonnes d'acers ronds. 600 tonnes de cment super-artfcel. 160 tonnes de cment artfcel pour les bétons de dallages et travaux accessores; 14 tonnes de cment Portland ordnare. 70 tonnes de chaux hydraulque mètres cubes de gravers roulés de rvère. 900 mètres cubes de sables de rvère mètres cubes de perres. L'établssement de l'assse des semelles, le nvellement général, ont nécessté l'enlèvement de plus de mètres cubes de déblas, qu, déchargés à la Crosette, ont serv à l'établssement des nouveaux jardns en constructon. Les canalsatons comprennent un grand collecteur en grès vernssé de 0 m. 30 de damètre pour l'évacuaton des eaux pluvales, et des branchements pour chaque descente avec regards de vste. Le pods îles tuyaux ms en œuvre a été de 30 tonnes. L'Etanchété. La terrasse du nouveau marché mesure une superfce totale de m J qu a été rendue étanche par l'applcaton à chaud d'une chape en asphalte addtonnée de gravllons. Les Carrelages. Ha été posé au rez-de-chaussée du nouveau marché mètres carrés de dalles strées de grès de Beugn. Ces carrelages forment des passages pour les acheteurs, le restant du dallage étant consttué par une chape en cment Portland artfcel. La Plombere-Znguere. Une canalsaton en tuyaux de fonte de 100 %, de Pont-A-Mousson, de 250 mètres de long, drectement branchée sur la grande canalsaton de 200 %, de la Compagne des Eaux, centure le marché au rez-de-chaussée. Dx bouches d'arrosage y ont été prévues, assurant à la fos la dstrbuton de l'eau en presson à 4 k. 700, pour le nettoyage du marché et la protecton contre l'ncende des mmeubles rverans.

7 1458 Par 4 montées de dérvaton, l'eau est amenée au 1" étage où elle est dstrbuée à S bourbes d'arrosage par une centure en tuyaux 1er de 60 % de 200 m. de long, logés dans un canveau fermé. L'évacuaton des eaux pluvables s'effectue au moyen de :t6 descentes en tuyaux de fonte salubre de 100 % avec jonts au plomb maté. Les Pavés de Verre. La parte de terrasse formant le lanterneau de la couverture comprend des partes de dalles dans lesquelles ont été encastrés plus de pavés en verre blancs et multcolores, provenant des Usnes de Sant-Goban. La Serrurere. Les balustrades de la terrasse, de la rampe d'accès, des escalers, sont consttuées par des assemblages de tubes et fers ronds et plats. L'ensemble des fers ms en œuvre dépasse le pods de 5 tonnes. La Penture-Vtrere. Les jours latéraux des lanterneaux et mpostes sont consttués par des verres armés blancs. L'extéreur du marché est badgeonné en tente ocre rouge, les ntéreurs revêtus par un badgeon ton crème. L'ensemble des pentures et badgeons dépasse m *. L'Electrcté. Le courant, contnu, est dstrbué au moyen de deux canalsatons comportant chacune sx crcuts permettant l'allumage en qunconce de tous les apparels lumneux. L'nstallaton a nécessté la pose de plus de mètres de tubes solants armés d'acer de 16 % et de mètres de câbles. Le rez-de-chaussée est éclaré par 32 plafonners «Albalte» et 20 réflccto-dffuseurs. L'éclarage de la terrasse du 1" étage est assuré par 14 lanternes en fer forgé. Man-d'œuvre. L'actvté du chanter pendant 5 mos a nécessté l'emplo d'un grand nombre d'ouvrers de toutes catégores: Terrassers, boseurs, ferralleurs, cmenters, maçons et manœuvres, carreleurs, marbrers, asphalteurs, serrurers, menusers, pentres, vtrers, plombers, électrcens, etc.. Plus de journées d'ouvrers et ades ont été ans payées. S nous voulons grouper tous les matéraux qu ont rentré dans la constructon dû marché, nous arrvons à des chffres mpressonnants: plus de tonnes en totalté! Leur chargement sur des wagons complets de 10 tonnes aurat nécessté l'emplo de wagons, sot la charge de plus de 33 trans normaux de marchandses. Ms bout à bout, ces trans occuperaent ans sur la voe ferrée une longueur totale de 10 klomètres, sot approxmatvement la dstance de Cannes à Antbes. Et c'est ans que Cannes est mantenant doté d'un marché vrament dgne du développement de la Vlle. MM. les Archtectes et Entrepreneurs désrant recevor une documentaton complète sur un produt ; détermné sont prés de s'adresser à M. LEROY, Chef du Servce de Publcté de la Revue, qu la leur fera adresser sans fas. j VARIÉTÉS TECHNIQUES 1459 FONDATIONS SUR MASSIFS DE GROS BÉTON Les plans de béton armé établs par la Mason Hennebque précsent, à la (n des données fournes pour l'étude, l'effort untare des semelles des poteaux sur la surface de repos (sol ou gros béton). L'entrepreneur dot, en foncton de la résstance du sol rencontré, détermner les dmensons du massf en gros béton devant transmettre la charge au sol. Nous allons donner un aperçu de cette détermnaton et nous ndquerons ce qu'l convent de fare et ce qu'l faut évter. Sot une semelle de béton armé portant un poteau de 80 tonnes. Ses dmensons de repos sur le gros béton sont 1 m. 00 X 1 m. 00. Le taux de fatgue du gros béton par c/m2 est donc: t = = g k. par c/m X 100 Ce chffre est donné sur le plan Hennebque comme ndqué précédemment. La nature du sol à 1 m. 50 de profondeur révèle une résstance admssble de 2 k. p. c/m'-. L'Entrepreneur dot donc adapter la surface de repos du gros béton sur le sol à ce taux de fatgue. 1" OPERATION Détermner la résstance utle par centmètre carré. Cette résstance est la dfférence entre le taux de traval de 2 k. par c/m? et le pods de la colonne de gros béton correspondant à la hauteur de 1 m. 50. On a par mètre carré: t = k. 1,50 X k. = k. sot 1 k. 7 par c/m 2. 2' OPERATION Détermner la surfaec de base du massf: elle est égale p k. en m 2. t k. sot 4 m Ce qu correspond à un carré de 2 m. 20 X 2 m. 20. Il est évdent que le massf dot être centré sous la semelle en béton armé, elle-même centrée par rapport au centre de gravté du poteau. DANS LE CAS OU LE BON SOL EST A FAI- BLE PROFONDEUR, QUELLE EST LA LIMITE INFERIEURE DE L'EPAISSEUR A DONNER AU MASSIF? Cette épasseur dot être au mons égale à la cote de débordement du massf par rapport à la semelle. Mas s le sol est très déformable (taux de traval jusqu'à 0 k. 6 par c/m 2 envron) l est préférable de prévor cette épasseur au double de la lmte défne c-dessus. Cela s'explque par la tracton résultant du moment fléchssant dans le massf en porte à faux à la parte nféreure du massf. Lorsque le sol s'oppose en parte au glssement de la base, la 1** lmte est satsfasante, lorsque le sol est nconsstant, le béton seul dot équlbrer la tracton et l faut le double d'épasseur pour ne pas rsquer de fssure dans la parte tendue. QUE FAUT-IL FAIRE LORSQUE LA SEMELLE N'EST PAS CENTREE SOUS LE POTEAU? Il faut respecter pour le massf, la largeur de la semelle en béton armé et n'agrandr la

8 1460 dmenson que dans le sens de la semelle où le porte à faux est égal de chaque côté. On a donc dans ce cas une largeur constante égale à la largeur de la semelle et un agrandssement de l'autre dmenson symétrque par rapport à l'axe du poteau. gros béton déplace cette résultante en R' où b > a ce qu augmente la flexon dans la semelle et le poteau. COMPTE RENDU CAS PARTICULIER des réunons d'agents La semelle est placée dans un angle où l'on ne peut dépasser en porte à faux que sur deux faces. (EXTRAITS) VARIATION DU COEFFICIENT DE DILATATION DES CIMENTS PORTLAND POURQUOI IL NE FAUT PAS AUGMENTER LA DISSYMETRIE DE LA SEMELLE EN BETON ARME, PAR L'EXCENTRICITE DU MASSIF EN GROS BETON. Il n'y a qu'une soluton à ce problème: réalser la surface nécessare en agrandssant les dmensons sur les deux faces lbres, mas l est ndspensable de prévor un encastrement dans le bon sol pour obtenr une butée horzontale capable de centrer le résultat R en se composant avec la charge P. La fgure suvante montre la combnason des efforts permettant cette soluton. La profondeur du massf dans le bon sol dépend de la résstance de celu-c. ANALYSE GRANULOMÉTRIQUE DU CIMENT En prévoyant l'agrandssement de la dmenson défne c-dessus, on change les condtons de calcul de la semelle en béton armé et du poteau qu l'équlbre. En effet: le calcul a tenu compte d'une excentrcté de la résultante R égale à la dmenson «a >> et la réalsaton du massf en On peut admettre dans la plupart des cas une pénétraton vertcale dans le bon sol de une à deux fos la dmenson en plan, du côté du massf. G. BOSSUYT. BIBLIOGRAPHIE COURS DE BETON ARME, professé à l'ecole d'ingéneurs de l'unversté de Lausanne, par Adren Pars, Ingéneur, ancen élève de l'ecole Polytechnque Fédérale, Professeur à l'ecole d'ingéneurs de Lausanne. Tome I: 474 pages 16 x 25, avec 66 fg. et 24 tableaux, 1936 (1.140 gr.). Relé plene tole: 140 francs. Dunod, édteur, 92, rue Bonaparte, Pars (6'). Chèques Postaux, Pars Le béton armé pratquement utlsé dans tous les domanes du géne cvl, a vu sa rapde évoluton soumse aux los de la constructon stablté et esthétque et de l'économe. Les recherches théorques dont l a été l'objet dans le cadre de la résstance des matéraux sont essentellement condtonnées par la fraglté du béton aux efforts de tracton. En effet, s la fssuraton possble de la régon tendue réagt fortement sur le régme local de contrante, dans les sectons qu fxent le degré <le sécurté de l'ouvrage, elle joue par contre un rôle effacé dans les phénomènes de déformaton élastque; d'où résulte la dualté, qu caractérse la théore générale du béton armé. Le présent volume se dvse en tros partes. La premère rappelle les proprétés générales et les résultats d'essas scentfques ndspensables à la compréhenson et à l'applcaton des deux autres. La seconde parte expose le calcul des sectons sous les dvers modes de charge que comportent les ouvrages ordnares et cec dans les dfférentes éventualtés connues. La trosème parte examne le calcul des organes élastques, par l'étude systématque des dalles et des plaques homogènes, en partant de la concepton mathématque pour descendre progressvement jusqu'aux procédés les plus smplfés, applcables aux cas de mondre mportance. De nombreux exemples numérques accompagnent les solutons théorques. Un second volume, en préparaton, complétera l'étude des ouvrages élastques par l'exposé des théores des dalles courbes, coupoles, cônes et cylndres, de leurs contnutés dans les réservors crculares, et par l'examen de l'équlbre ntéreur de sommers et arcs ajourés, ans que des cadres ordnares Le chffre généralement accepté, sot 0, , comme coeffcent de dlataton thermque de spécmens de cment portland en pâte pure est trop bas, les résultats du calcul de ce chffre étant nfluencés à la fos par le phénomène du retrat et par la composton chmque du cment. Des études ont montré que ce coeffcent est plus élevé pour des cments rches en chaux que pour les cments portland normaux, et qu'l est plus élevé pour ces derners que pour les cments à haute teneur en slce. Il augmente lorsque augmente elle-même la proporton des combnasons suvantes et dans l'ordre c-après: slcate bcalcque, alumnate trcalcque, alumno-ferrte tétracalcque, slcate trcalcque. En outre, la valeur de ce coeffcent est auss affectée par l'âge des éprouvettes et par leur mode de conservaton. Ces phénomènes sont, crot-on, en parfate concordance avec l'opnon suvant laquelle un cment (ou un béton) durc renferme un réseau capllare où l exste une relaton entre les damètres des canaux, l'état hygrométrque de l'ar et la tracton exercée sur les closons capllares, ces facteurs composant une résultante mportante au pont de vue de la déformaton, du retrat et de la dlataton thermque. (Eng. News-Record B. S. A. vol. VIII, N" 4). (Extrat de la «Revue des Matéraux de Constructon et de T. P.», Févrer 1936, N" 137, pages 47 et 48). par V. SEVIERI Tros méthodes s'offrent au chox des expérmentateurs: a) Par tamsage; b) Par blutage (séparaton par le vent); c) Par sédmentaton. L'auteur expose ces méthodes en détal et décrt plus spécalement le procédé c) et, comparatvement, l'usage de l'apparel de Gonell (séparateur à vent). Parm les apparels relevant du 3'' procédé, l consdère le turbdmètre de Wagner (qu a fat l'objet d'un artcle dans la «Revue des Matéraux», N" 310, 1935, p. 174) et l'apparel de Khl-Czernn. Aujourd'hu, que l'on a reconnu l'nfluence de la composton granulométrque des cments sur la résstance des bétons (en partculer, des mélanges très moullés), on dot consdérer la détermnaton de cette composton, et notamment des dfférentes portons de grans classés suvant leur grosseur, comme un très mportant moyen de contrôle ndustrel. Au surplus, l'étude de cette composton ouvre la voe à une ratonalsaton des opératons de mouture. Le fabrcant a la possblté de régler la qualté de son cment s, broyant une matère constante, l connaît par exemple le pourcentage de la porton de grans dont la grosseur est < 30 p. Les apparels de Gonell et de Wagner donnent des ndcatons d'une grande exacttude et permettent une séparaton ben tranchée. Mas, ndépendamment de leur complcaton relatve, ls exgent un temps de détermnaton assez long; d'alleurs, la précson des rensegnements qu'ls procurent dépasse les besons d'un contrôle courant d'explotaton. Quant à l'apparel de Khl-Czernn, l semble répondre aux besons ordnares des laboratores d'usnes, car l permet de calculer avec une exacttude suffsante la porton < 30 ( en une dem-heure envron; l rensegne non seulement sur une fnesse au delà de malles, mas encore et en même temps sur la grosseur des grans de deux autres portons. Pour que la méthode par sédmentaton donne des résultats satsfasants, l faut prendre toutes précautons pour évter la formaton de courants dans la suspenson, de même que le floconnement de cette dernère, Ton ndustre Zetung», 59, N " 32 et 35). (Extrat de la «Revue des Matéraux de Constructon et de T. P.», Févrer 1936, N 317, page 47). yyj k lltllllllll(lllllll1iiiiiiiiiiiuiitlllllllllllll1lllllllll1ll1llllllllllllllllttlllllllllbllllllltllllllllllllllllllllllt<t «5 \ Ofî Sommare du N 342, Août 1936 YM I L'emplo du béton armé dans la mason d'habtaton en général et les transformatons d'mmeubles. Auto-garage brestos Renault. JggJ = Le sanatorum départemental du Haut-Rhn. Vfjt = «g 422; gg; " IIIItlMlOIIIIMIIIIIIIllHIIIIIIIOllllllllllHIItlNIIIIIIlMllllllllllItlIlllIlHltlIllllllIrVIIIIIIIIIIIIIIIIItlIlr ^V" \ Trage ae ce numéro certfé à exemplares. Sommare du N 343, Septembre 1936 Le Gérant, D. BLANCHARD. Imprmere Martn-Mamy, Crouan et Raques, 86, rue de Pars, Llle

9 SAVIEZ VOUS QUE PLUS DE 300 DOCKS ET ENTREPOTS ONT ÉTÉ CONSTRUITS, EN TOUT OU EN PARTIE. D'APRÈS LES PLANS HENNEBIQUE Prx du Numéro : 5 fr. B V ITl A AT A D1UF NUMÉRO 342 Abonnement d un an: 50 fr K W. " "l fu /l H «l C AOUT 1936 Revue mensuelle technque et documentare des CONSTRUCTIONS en BETON ARME RÉDACTION ET ADMINISTRATION : 86, rue de Pars, LILLE (Nord) Tél PUBLICITÉ : M. Marcel LEROY, 42, rue de Dantzg, PARIS (I5«) Tél. Lecourbe L'EMPLOI DU DANS LA MAISON D'HABITATION EN GÉNÉRAL PARMI LESQUELS LES DOCKS DU HAVRE» DE BREST» DE CALAIS» D'ANVERS» DE TURIN et les transformatons d'mmeubles» DE MANCHESTER LES ENTREPOTS D BRUXELLES» DE CARDIFF» DE DÙSSELDOR F» DE GÊNES» D'OSTENDE» DE ROUBAIX ETC.. DOCKS DE MANCHESTER Fg. 1 IMMEUBLE A METZ 6 50 MÈTRES DE LONG M* DE PLANCHERS

Les jeunes économistes

Les jeunes économistes Chaptre1 : les ntérêts smples 1. défnton et calcul pratque : Défnton : Dans le cas de l ntérêt smple, le captal reste nvarable pendant toute la durée du prêt. L emprunteur dot verser, à la fn de chaque

Plus en détail

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social Drgeant de SAS : Lasser le chox du statut socal Résumé de notre proposton : Ouvrr le chox du statut socal du drgeant de SAS avec 2 solutons possbles : apprécer la stuaton socale des drgeants de SAS comme

Plus en détail

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction -

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction - EXAME FIAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSIO 1 - Correcton - Exercce 1 : 1) Consdérons une entreprse E comportant deux établssements : E1 et E2 qu emploent chacun 200 salarés. Au sen de l'établssement

Plus en détail

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations Contrats prévoyance des TNS : Clarfer les règles pour sécurser les prestatons Résumé de notre proposton : A - Amélorer l nformaton des souscrpteurs B Prévor plus de souplesse dans l apprécaton des revenus

Plus en détail

Mesure avec une règle

Mesure avec une règle Mesure avec une règle par Matheu ROUAUD Professeur de Scences Physques en prépa, Dplômé en Physque Théorque. Lycée Alan-Fourner 8000 Bourges ecrre@ncerttudes.fr RÉSUMÉ La mesure d'une grandeur par un système

Plus en détail

LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régime») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF

LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régime») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF 1 LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régme») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF AVIS AUX RETRAITÉS ET AUX PARTICIPANTS AVEC DROITS ACQUIS DIFFÉRÉS Expédteurs

Plus en détail

Editions ENI. Project 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait

Editions ENI. Project 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait Edtons ENI Project 2010 Collecton Référence Bureautque Extrat Défnton des tâches Défnton des tâches Project 2010 Sasr les tâches d'un projet Les tâches représentent le traval à accomplr pour attendre l'objectf

Plus en détail

Fiche n 7 : Vérification du débit et de la vitesse par la méthode de traçage

Fiche n 7 : Vérification du débit et de la vitesse par la méthode de traçage Fche n 7 : Vérfcaton du débt et de la vtesse par la méthode de traçage 1. PRINCIPE La méthode de traçage permet de calculer le débt d un écoulement ndépendamment des mesurages de hauteur et de vtesse.

Plus en détail

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix?

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix? Note méthodologque Tratements hebdomadares Questlemonscher.com Quelle méthode de collecte de prx? Les éléments méthodologques ont été défns par le cabnet FaE onsel, socété d études et d analyses statstques

Plus en détail

Remboursement d un emprunt par annuités constantes

Remboursement d un emprunt par annuités constantes Sére STG Journées de formaton Janver 2006 Remboursement d un emprunt par annutés constantes Le prncpe Utlsaton du tableur Un emprunteur s adresse à un prêteur pour obtenr une somme d argent (la dette)

Plus en détail

TD 1. Statistiques à une variable.

TD 1. Statistiques à une variable. Danel Abécasss. Année unverstare 2010/2011 Prépa-L1 TD de bostatstques. Exercce 1. On consdère la sére suvante : TD 1. Statstques à une varable. 1. Calculer la moyenne et l écart type. 2. Calculer la médane

Plus en détail

Montage émetteur commun

Montage émetteur commun tour au menu ontage émetteur commun Polarsaton d un transstor. ôle de la polarsaton La polarsaton a pour rôle de placer le pont de fonctonnement du transstor dans une zone où ses caractérstques sont lnéares.

Plus en détail

SIMULATION D UN JET TURBULENT POUR LE REFROIDISSEMENT DES AUBES DE TURBINE

SIMULATION D UN JET TURBULENT POUR LE REFROIDISSEMENT DES AUBES DE TURBINE 10 ème Sémnare Internatonal sur la Physque Energétque 10 th Internatonal Meetng on Energetcal Physcs SIMULAION D UN JE URBULEN POUR LE REFROIDISSEMEN DES AUBES DE URBINE Bounegta Bachr 1, Abdelarm Maamar

Plus en détail

Définition des tâches

Définition des tâches Défnton des tâches Défnton des tâches Project 2010 Sasr les tâches d'un projet Les tâches représentent le traval à accomplr pour attendre l'objectf du projet. Elles représentent de ce fat, les éléments

Plus en détail

STATISTIQUE AVEC EXCEL

STATISTIQUE AVEC EXCEL STATISTIQUE AVEC EXCEL Excel offre d nnombrables possbltés de recuellr des données statstques, de les classer, de les analyser et de les représenter graphquement. Ce sont prncpalement les tros éléments

Plus en détail

Terminal numérique TM 13 raccordé aux installations Integral 33

Terminal numérique TM 13 raccordé aux installations Integral 33 Termnal numérque TM 13 raccordé aux nstallatons Integral 33 Notce d utlsaton Vous garderez une longueur d avance. Famlarsez--vous avec votre téléphone Remarques mportantes Chaptres à lre en prorté -- Vue

Plus en détail

Mode d'emploi. Servomoteur radiofréquence 1187 00

Mode d'emploi. Servomoteur radiofréquence 1187 00 Mode d'emplo Servomoteur radofréquence 1187 00 Table des matères A propos de ce mode d'emplo... 2 Représentaton de l'apparel... 3 Montage... 3 Démontage... 3 Almentaton... 4 Mettre la ple en place... 4

Plus en détail

Le Prêt Efficience Fioul

Le Prêt Efficience Fioul Le Prêt Effcence Foul EMPRUNTEUR M. Mme CO-EMPRUNTEUR M. Mlle Mme Mlle (CONJOINT, PACSÉ, CONCUBIN ) Départ. de nass. Nature de la pèce d dentté : Natonalté : CNI Passeport Ttre de séjour N : Salaré Stuaton

Plus en détail

BTS GPN 2EME ANNEE-MATHEMATIQUES-MATHS FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES

BTS GPN 2EME ANNEE-MATHEMATIQUES-MATHS FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES I. Concepts généraux. Le référentel précse : Cette parte du module M4 «Acquérr des outls mathématques de base nécessares à l'analyse de données économques» est en relaton avec

Plus en détail

Système solaire combiné Estimation des besoins énergétiques

Système solaire combiné Estimation des besoins énergétiques Revue des Energes Renouvelables ICRESD-07 Tlemcen (007) 109 114 Système solare combné Estmaton des besons énergétques R. Kharch 1, B. Benyoucef et M. Belhamel 1 1 Centre de Développement des Energes Renouvelables

Plus en détail

Integral T 3 Compact. raccordé aux installations Integral 5. Notice d utilisation

Integral T 3 Compact. raccordé aux installations Integral 5. Notice d utilisation Integral T 3 Compact raccordé aux nstallatons Integral 5 Notce d utlsaton Remarques mportantes Remarques mportantes A quelle nstallaton pouvez-vous connecter votre téléphone Ce téléphone est conçu unquement

Plus en détail

Parlons. retraite. au service du «bien vieillir» L Assurance retraite. en chiffres* 639 192 retraités payés pour un montant de 4,2 milliards d euros

Parlons. retraite. au service du «bien vieillir» L Assurance retraite. en chiffres* 639 192 retraités payés pour un montant de 4,2 milliards d euros Édton Pays de la Lore Parlons La lettre aux retratés du régme général de la Sécurté socale 2012 retrate L Assurance retrate en chffres* 12,88 mllons de retratés 17,58 mllons de cotsants 346 000 bénéfcares

Plus en détail

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks Plan Geston des stocks Abdellah El Fallah Ensa de Tétouan 2011 Les opératons de gestons des stocks Les coûts assocés à la geston des stocks Le rôle des stocks Modèle de la quantté économque Geston calendare

Plus en détail

MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES

MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES Émle Garca, Maron Le Cam et Therry Rocher MENESR-DEPP, bureau de l évaluaton des élèves Cet artcle porte sur les méthodes de

Plus en détail

Exercices d Électrocinétique

Exercices d Électrocinétique ercces d Électrocnétque Intensté et densté de courant -1.1 Vtesse des porteurs de charges : On dssout une masse m = 20g de chlorure de sodum NaCl dans un bac électrolytque de longueur l = 20cm et de secton

Plus en détail

Avez-vous vous aperçu cette drôle de trogne? Entre nature et histoire autour de Mondoubleau

Avez-vous vous aperçu cette drôle de trogne? Entre nature et histoire autour de Mondoubleau Avez-vous vous aperçu cette drôle de trogne? Entre nature et hstore autour de Mondoubleau Thème de la cache : NATURE ET CULTURE Départ : Parkng Campng des Prés Barrés à Mondoubleau Dffculté : MOYENNE Dstance

Plus en détail

DES EFFETS PERVERS DU MORCELLEMENT DES STOCKS

DES EFFETS PERVERS DU MORCELLEMENT DES STOCKS DES EFFETS PERVERS DU MORCELLEMENT DES STOCKS Le cabnet Enetek nous démontre les mpacts négatfs de la multplcaton des stocks qu au leu d amélorer le taux de servce en se rapprochant du clent, le dégradent

Plus en détail

WINDOWS 10. Prise en main de votre ordinateur ou votre tablette

WINDOWS 10. Prise en main de votre ordinateur ou votre tablette WINDOWS 10 Prse en man de votre ordnateur ou votre tablette Table des matères Wndows 10 L envronnement Wndows 10 sur un ordnateur Wndows 10 : les nouveautés................................ 7 Démarrer Wndows

Plus en détail

CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE?

CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE? CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE? Boulanger Frédérc Avanssur, Groupe AXA 163-167, Avenue Georges Clémenceau 92742 Nanterre Cedex France Tel: +33 1 46 14 43

Plus en détail

classification non supervisée : pas de classes prédéfinies Applications typiques

classification non supervisée : pas de classes prédéfinies Applications typiques Qu est ce que le clusterng? analyse de clusterng regroupement des obets en clusters un cluster : une collecton d obets smlares au sen d un même cluster dssmlares au obets appartenant à d autres clusters

Plus en détail

Interfaces Windows 8 et Bureau

Interfaces Windows 8 et Bureau Interfaces Wndows 8 et Bureau Interfaces Wndows 8 et Bureau Découvrr l nterface Wndows 8 Après s être dentfé va un compte Mcrosoft ou un compte local, l utlsateur vot apparaître sur son écran la toute

Plus en détail

L indice suisse des prix de la construction Octobre 2010=100

L indice suisse des prix de la construction Octobre 2010=100 Département fédéral de l ntéreur DFI Offce fédéral de la statstque OFS Actualtés OFS 5 Prx Neuchâtel, jullet 211 L ndce susse des prx de la constructon Octobre 21=1 Aperçu méthodologque Rensegnements:

Plus en détail

Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amiens.fr/pedagogie/maths/new/ue2007/synthese_atelier_annette_alain.

Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amiens.fr/pedagogie/maths/new/ue2007/synthese_atelier_annette_alain. Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amens.fr/pedagoge/maths/new/ue2007/synthese_ateler_annette_alan.pdf 1 La règle du jeu Un drecteur de casno se propose d nstaller le

Plus en détail

Découvrir l interface Windows 8

Découvrir l interface Windows 8 Wndows 8.1 L envronnement Wndows 8 Interfaces Wndows 8 et Bureau L envronnement Wndows 8 Découvrr l nterface Wndows 8 Après s être dentfé va un compte Mcrosoft ou un compte local, l utlsateur vot apparaître

Plus en détail

GEA I Mathématiques nancières Poly. de révision. Lionel Darondeau

GEA I Mathématiques nancières Poly. de révision. Lionel Darondeau GEA I Mathématques nancères Poly de révson Lonel Darondeau Intérêts smples et composés Voc la lste des exercces à révser, corrgés en cours : Exercce 2 Exercce 3 Exercce 5 Exercce 6 Exercce 7 Exercce 8

Plus en détail

Chapitre 6. Economie ouverte :

Chapitre 6. Economie ouverte : 06/2/202 Chaptre 6. Econome ouverte : le modèle Mundell Flemng Elsabeth Cudevlle Le développement des échanges nternatonaux (bens et servces et flux fnancers) a rendu fortement nterdépendantes les conjonctures

Plus en détail

T3 Comfort raccordé a IP Office

T3 Comfort raccordé a IP Office IP Telephony Contact Centers Moblty Servces T3 Comfort raccordé a IP Offce Benutzerhandbuch User's gude Manual de usuaro Manuel utlsateur Manuale d uso Gebrukersdocumentate Sommare Sommare Se famlarser

Plus en détail

COMPARAISON DE MÉTHODES POUR LA CORRECTION

COMPARAISON DE MÉTHODES POUR LA CORRECTION COMPARAISON DE MÉTHODES POUR LA CORRECTION DE LA NON-RÉPONSE TOTALE : MÉTHODE DES SCORES ET SEGMENTATION Émle Dequdt, Benoît Busson 2 & Ncolas Sgler 3 Insee, Drecton régonale des Pays de la Lore, Servce

Plus en détail

Le Village de l Image

Le Village de l Image Le Vllage de l Image Lste de Prx Place de la Gare 1-1009 Pully Tél. 021 728 93 94 - Fax 021 728 87 02 vllage@paradsecommuncaton.ch www.vllagemage.ch Lund: fermé le matn 13h30-18h15 Mard-vendred: 08h45-12h30

Plus en détail

Chapitre IV : Inductance propre, inductance mutuelle. Energie électromagnétique

Chapitre IV : Inductance propre, inductance mutuelle. Energie électromagnétique Spécale PSI - Cours "Electromagnétsme" 1 Inducton électromagnétque Chaptre IV : Inductance propre, nductance mutuelle. Energe électromagnétque Objectfs: Coecents d nductance propre L et mutuelle M Blan

Plus en détail

LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA

LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA Observatore Economque et Statstque d Afrque Subsaharenne LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA Une contrbuton à la réunon commune CEE/BIT sur les ndces des prx

Plus en détail

Distripost. Création 7 Caractéristiques du produit et options 7. Préparation de vos envois 8 Conditionnement 8

Distripost. Création 7 Caractéristiques du produit et options 7. Préparation de vos envois 8 Conditionnement 8 Dstrpost Quo, où et comment? 1 1. Qu est-ce que Dstrpost? 1 2. Quels chox s offrent à vous pour la dstrbuton de vos envos Dstrpost? 1 2.1. Tout le monde reçot-l mon envo toutes-boîtes dans la zone sélectonnée?

Plus en détail

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire Assurance malade et aléa de moralté ex-ante : L ncdence de l hétérogénété de la perte santare Davd Alary 1 et Franck Ben 2 Cet artcle examne l ncdence de l hétérogénété de la perte santare sur les contrats

Plus en détail

Interface OneNote 2013

Interface OneNote 2013 Interface OneNote 2013 Interface OneNote 2013 Offce 2013 - Fonctons avancées Lancer OneNote 2013 À partr de l'nterface Wndows 8, utlsez une des méthodes suvantes : - Clquez sur la vgnette OneNote 2013

Plus en détail

Un protocole de tolérance aux pannes pour objets actifs non préemptifs

Un protocole de tolérance aux pannes pour objets actifs non préemptifs Un protocole de tolérance aux pannes pour objets actfs non préemptfs Françose Baude Dens Caromel Chrstan Delbé Ludovc Henro Equpe Oass, INRIA - CNRS - I3S 2004, route des Lucoles F-06902 Sopha Antpols

Plus en détail

Série A Septembre 2008

Série A Septembre 2008 Sére A Septembre 2008 Sommare Notce avec encadré* 3 Annexe à la Notce 17 UFEP : extrat des statuts 27 *Cet encadré a pour objet d attrer l attenton de l adhérent sur certanes dspostons essentelles de la

Plus en détail

EH SmartView. Identifiez vos risques et vos opportunités. www.eulerhermes.be. Pilotez votre assurance-crédit. Services en ligne Euler Hermes

EH SmartView. Identifiez vos risques et vos opportunités. www.eulerhermes.be. Pilotez votre assurance-crédit. Services en ligne Euler Hermes EH SmartVew Servces en lgne Euler Hermes Identfez vos rsques et vos opportuntés Plotez votre assurance-crédt www.eulerhermes.be Les avantages d EH SmartVew L expertse Euler Hermes présentée de manère clare

Plus en détail

I. Présentation générale des méthodes d estimation des projets de type «unité industrielle»

I. Présentation générale des méthodes d estimation des projets de type «unité industrielle» Evaluaton des projets et estmaton des coûts Le budget d un projet est un élément mportant dans l étude d un projet pusque les résultats économques auront un mpact sur la réalsaton ou non et sur la concepton

Plus en détail

Impôt sur la fortune et investissement dans les PME Professeur Didier MAILLARD

Impôt sur la fortune et investissement dans les PME Professeur Didier MAILLARD Conservatore atonal des Arts et Méters Chare de BAQUE Document de recherche n 9 Impôt sur la fortune et nvestssement dans les PME Professeur Dder MAILLARD Avertssement ovembre 2007 La chare de Banque du

Plus en détail

abitat Zoom sur... www.habitat-nord79.fr L habitat adapté...page 2 Parthenay, Saint-Paul : 3 associations,1 quartier...page 8 N 10 - Avril 2013

abitat Zoom sur... www.habitat-nord79.fr L habitat adapté...page 2 Parthenay, Saint-Paul : 3 associations,1 quartier...page 8 N 10 - Avril 2013 abtat L e m a g a z n e d e s l o c a t a r e s d H a b t a t N o r d D e u x - S è v r e s N 10 - Avrl 2013 Zoom sur... L habtat adapté...page 2 Parthenay, Sant-Paul : 3 assocatons,1 quarter...page 8

Plus en détail

1 Introduction. 2 Définitions des sources de tension et de courant : Cours. Date : A2 Analyser le système Conversion statique de l énergie. 2 h.

1 Introduction. 2 Définitions des sources de tension et de courant : Cours. Date : A2 Analyser le système Conversion statique de l énergie. 2 h. A2 Analyser le système Converson statque de l énerge Date : Nom : Cours 2 h 1 Introducton Un ConVertsseur Statque d énerge (CVS) est un montage utlsant des nterrupteurs à semconducteurs permettant par

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L ASSURANCE AUTOMOBILE AU QUÉBEC : UNE PRIME SELON LE COÛT SOCIAL MARGINAL MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L ASSURANCE AUTOMOBILE AU QUÉBEC : UNE PRIME SELON LE COÛT SOCIAL MARGINAL MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L ASSURANCE AUTOMOBILE AU QUÉBEC : UNE PRIME SELON LE COÛT SOCIAL MARGINAL MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE DE LA MAÎTRISE EN ÉCONOMIQUE PAR ERIC LÉVESQUE JANVIER

Plus en détail

Le théorème du viriel

Le théorème du viriel Le théorème du vrel On se propose de démontrer le théorème du vrel de deux manères dfférentes. La premère fat appel à deux "trcks" qu l faut vor. Cette preuve met en avant une quantté, notée S c, qu permet

Plus en détail

ACTE DE PRÊT HYPOTHÉCAIRE

ACTE DE PRÊT HYPOTHÉCAIRE - 1 - ACTE DE PRÊT HYPOTHÉCAIRE 5453F QC FR-2010/01 Taux fxe Le. Devant M e, notare soussgné pour la provnce de Québec, exerçant à. ONT COMPARU : ET : (C-après parfos appelé dans le présent Acte l «emprunteur»

Plus en détail

Le Prêt Efficience Gaz

Le Prêt Efficience Gaz Le Prêt Effcence Gaz (FICHE DE SOLVABILITÉ) À COMPLÉTER INTÉGRALEMENT EMPRUNTEUR M. Mme Mlle CO-EMPRUNTEUR M. Mme Mlle (CONJOINT, PACSÉ, CONCUBIN ) Nom : Prénom : Nom de jeune flle (pour les femmes marées)

Plus en détail

RÉNOVATION ET CONSTRUCTION DURABLE

RÉNOVATION ET CONSTRUCTION DURABLE régon Provence-Alpes-Côte d Azur RÉNOVATION ET CONSTRUCTION DURABLE BILAN ANNUEL 2013 1 Octobre 2014 Avant-propos Face aux enjeux envronnementaux en len avec notre secteur d actvté, les admnstrateurs de

Plus en détail

Recherche universitaire et crédits d impôt pour R-D

Recherche universitaire et crédits d impôt pour R-D Fscalté Recherche unverstare et crédts d mpôt pour R-D Le 27 novembre 2001 Nancy Avone, CA Inctatfs fscaux à la R-D très généreux dsponbles Étude du Conference Board du Canada en 1998 Québec Jurdcton au

Plus en détail

Mode d'emploi. Capteur de température ambiante radiofréquence avec horloge 1186..

Mode d'emploi. Capteur de température ambiante radiofréquence avec horloge 1186.. Mode d'emplo Capteur de température ambante radofréquence avec horloge 1186.. Table des matères A propos de ce mode d'emplo... 2 Comment le capteur de température ambante radofréquence fonctonne... 2 Affchage

Plus en détail

santé Les arrêts de travail des séniors en emploi

santé Les arrêts de travail des séniors en emploi soldarté et DOSSIERS Les arrêts de traval des sénors en emplo N 2 2007 Les sénors en emplo se dstnguent-ls de leurs cadets en termes de recours aux arrêts de traval? Les sénors ne déclarent pas plus d

Plus en détail

Nous signons de grandes créations pour les clients les plus exigeants.

Nous signons de grandes créations pour les clients les plus exigeants. 1^^ Nous sgnons de grandes créatons pour les clents les plus exgeants. 1.500.000 m de bureaux et commerces et 4 1 * 2 0 0 logements conçus, réalsés et commercalsés en 10 ans 1.023 mllons d'euros de chffre

Plus en détail

Paquets. Paquets nationaux 1. Paquets internationaux 11

Paquets. Paquets nationaux 1. Paquets internationaux 11 Paquets Paquets natonaux 1 Paquets nternatonaux 11 Paquets natonaux Servces & optons 1 Créaton 3 1. Dmensons, pods & épasseurs 3 2. Présentaton des paquets 4 2.1. Face avant du paquet 4 2.2. Comment obtenr

Plus en détail

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria.

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria. 1 CAS nédt d applcaton sur les normes IAS/IFRS Coût amort sur oblgatons à taux varable ou révsable La socété Plumera présente ses comptes annuels dans le référentel IFRS. Elle détent dans son portefeulle

Plus en détail

Faire des régimes TNS les laboratoires de la protection sociale de demain appelle des évolutions à deux niveaux :

Faire des régimes TNS les laboratoires de la protection sociale de demain appelle des évolutions à deux niveaux : Réformer en profondeur la protecton socale des TNS pour la rendre plus effcace Résumé de notre proposton : Fare des régmes TNS les laboratores de la protecton socale de deman appelle des évolutons à deux

Plus en détail

1.0 Probabilité vs statistique...1. 1.1 Expérience aléatoire et espace échantillonnal...1. 1.2 Événement...2

1.0 Probabilité vs statistique...1. 1.1 Expérience aléatoire et espace échantillonnal...1. 1.2 Événement...2 - robabltés - haptre : Introducton à la théore des probabltés.0 robablté vs statstque.... Expérence aléatore et espace échantllonnal.... Événement.... xomes défnton de probablté..... Quelques théorèmes

Plus en détail

Pro2030 GUIDE D UTILISATION. Français

Pro2030 GUIDE D UTILISATION. Français Pro2030 GUIDE D UTILISATION Franças Contents Garante... Introducton... 1 Artcle nº 605056 Rév C Schéma nº A605056 Novembre 2010 2010 YSI Incorporated. Le logo YSI est une marque déposée de YSI Incorporated.

Plus en détail

P R I S E E N M A I N R A P I D E O L I V E 4 H D

P R I S E E N M A I N R A P I D E O L I V E 4 H D P R I S E E N M A I N R A P I D E O L I V E 4 H D Sommare 1 2 2.1 2.2 2.3 3 3.1 3.2 3.3 4 4.1 4.2 4.3 4.4 4.5 4.6 5 6 7 7.1 7.2 7.3 8 8.1 8.2 8.3 8.4 8.5 8.6 Contenu du carton... 4 Paramétrage... 4 Connexon

Plus en détail

Grandeur physique, chiffres significatifs

Grandeur physique, chiffres significatifs Grandeur physque, chffres sgnfcatfs I) Donner le résultat d une mesure en correspondance avec l nstrument utlsé : S avec un nstrument, ren n est ndqué sur l ncerttude absolue X d une mesure X, on consdère

Plus en détail

GUIDE D ÉLABORATION D UN PLAN D INTERVENTION POUR LE RENOUVELLEMENT DES CONDUITES D EAU POTABLE, D ÉGOUTS ET DES CHAUSSÉES

GUIDE D ÉLABORATION D UN PLAN D INTERVENTION POUR LE RENOUVELLEMENT DES CONDUITES D EAU POTABLE, D ÉGOUTS ET DES CHAUSSÉES GUIDE D ÉLABORATION D UN PLAN D INTERVENTION POUR LE RENOUVELLEMENT DES CONDUITES D EAU POTABLE, D ÉGOUTS ET DES CHAUSSÉES Gude destné au mleu muncpal québécos NOVEMBRE 2013 Coordnaton : Martn Cormer,

Plus en détail

Prêts bilatéraux et réseaux sociaux

Prêts bilatéraux et réseaux sociaux Prêts blatéraux et réseaux socaux Quand la sous-optmalté condut au ben-être collectf Phlppe Callou, Frederc Dubut et Mchele Sebag LRI, Unverste Pars Sud F-91405 Orsay France {callou;dubut;sebag}@lr.fr

Plus en détail

Calcul de tableaux d amortissement

Calcul de tableaux d amortissement Calcul de tableaux d amortssement 1 Tableau d amortssement Un emprunt est caractérsé par : une somme empruntée notée ; un taux annuel, en %, noté ; une pérodcté qu correspond à la fréquence de remboursement,

Plus en détail

ErP : éco-conception et étiquetage énergétique. Les solutions Vaillant. Pour dépasser la performance. La satisfaction de faire le bon choix.

ErP : éco-conception et étiquetage énergétique. Les solutions Vaillant. Pour dépasser la performance. La satisfaction de faire le bon choix. ErP : éco-concepton et étquetage énergétque Les solutons Vallant Pour dépasser la performance La satsfacton de fare le bon chox. ErP : éco-concepton et étquetage énergétque Eco-concepton et Etquetage

Plus en détail

Christine Steinbach. Décembre 2005. Christine Steinbach est animatrice communautaire aux Equipes Populaires, en charge des missions d'étude.

Christine Steinbach. Décembre 2005. Christine Steinbach est animatrice communautaire aux Equipes Populaires, en charge des missions d'étude. Queston de Queston de Décembre 2005 Chrstne Stenbach Quelques lgnes d'ntro La lbéralsaton des secteurs du gaz et de l'électrcté se profle à l'horzon 2007 en Régon wallonne. La mse en concurrence de la

Plus en détail

Vous ne visualisez pas correctement cet email

Vous ne visualisez pas correctement cet email Vous ne vsualsez pas correctement cet emal Pluseurs lens qu créent du len sur SFR Busness Team Pour plus d nformaton sur nos offres sfrbusnessteam.fr Consultez les mentons légales et le glossare SFR -

Plus en détail

Pourquoi LICIEL? Avec LICIEL passez à la vitesse supérieure EPROUVE TECHNICITE CONNECTE STABILITE SUIVIE COMMUNAUTE

Pourquoi LICIEL? Avec LICIEL passez à la vitesse supérieure EPROUVE TECHNICITE CONNECTE STABILITE SUIVIE COMMUNAUTE L og c el s de D agnos t c s I mmob l er s Cont ac t eznous 32BddeS t r as bougcs3010875468 Par scedex10tel. 0253354064Fax0278084116 ma l : s er v c e. c l ent @l c el. f r Pourquo LICIEL? Implanté sur

Plus en détail

Relais de protection et de commmande

Relais de protection et de commmande S O U S - S T A T I O N S Relas de protecton et de commmande La gamme SEPCOS-PRO comprend des relas de protecton et de commande de haute technologe qu répondent à la perfecton aux exgences des réseaux

Plus en détail

Be inspired. Numéro Vert. Via Caracciolo 20 20155 Milano tel. +39 02 365 22 990 fax +39 02 365 22 991

Be inspired. Numéro Vert. Via Caracciolo 20 20155 Milano tel. +39 02 365 22 990 fax +39 02 365 22 991 Ggaset SX353 / französsch / A31008-X353-P100-1-7719 / cover_0_hedelberg.fm / 03.12.2003 s Be nspred www.onedrect.fr www.onedrect.es www.onedrect.t www.onedrect.pt 0 800 72 4000 902 30 32 32 02 365 22 990

Plus en détail

Généralités sur les fonctions 1ES

Généralités sur les fonctions 1ES Généraltés sur les fonctons ES GENERALITES SUR LES FNCTINS I. RAPPELS a. Vocabulare Défnton Une foncton est un procédé qu permet d assocer à un nombre x appartenant à un ensemble D un nombre y n note :

Plus en détail

La physiologie du cerveau montre que celui-ci est constitué de cellules (les neurones) interconnectées. Quelques étapes de cette découverte :

La physiologie du cerveau montre que celui-ci est constitué de cellules (les neurones) interconnectées. Quelques étapes de cette découverte : Chaptre 3 Apprentssage automatque : les réseaux de neurones Introducton Le Perceptron Les réseaux mult-couches 3.1 Introducton Comment l'homme fat-l pour rasonner, parler, calculer, apprendre,...? Comment

Plus en détail

Chapitre 3 : Incertitudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES. Lignes directrices 2006 du GIEC pour les inventaires nationaux de gaz à effet de serre 3.

Chapitre 3 : Incertitudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES. Lignes directrices 2006 du GIEC pour les inventaires nationaux de gaz à effet de serre 3. Chaptre 3 : Incerttudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES Lgnes drectrces 2006 du GIEC pour les nventares natonaux de gaz à effet de serre 3.1 Volume 1 : Orentatons générales et établssement des rapports Auteurs

Plus en détail

ETUDE D UN BATIMENT EN BETON : LES BUREAUX E.D.F. A TALENCE

ETUDE D UN BATIMENT EN BETON : LES BUREAUX E.D.F. A TALENCE 1 ENSA Paris-Val de Seine Yvon LESCOUARC H ETUDE D UN BATIMENT EN BETON : LES BUREAUX E.D.F. A TALENCE Architecte : Norman FOSTER 2 LES BUREAUX EDF A TALENCE Ce bâtiment de bureaux conçu par l'agence de

Plus en détail

AZOTES ET D'ENGRAIS PHOSPHATES EN RIZIERE.

AZOTES ET D'ENGRAIS PHOSPHATES EN RIZIERE. 1122 86..-. COMPARASON DE DVERSES NATURES D'ENGRAS. _.. AZOTES ET D'ENGRAS PHOSPHATES EN RZERE.,... 3, Par P. ROCHE ': J. VEY - EGO CHAN BANG Dvson Agrologe Servce Agronome.R.A.M...*...., NTRODUCTON Un

Plus en détail

Les prix quotidiens de clôture des échanges de quotas EUA et de crédits CER sont fournis par ICE Futures Europe

Les prix quotidiens de clôture des échanges de quotas EUA et de crédits CER sont fournis par ICE Futures Europe Méthodologe CDC Clmat Recherche puble chaque mos, en collaboraton avec Clmpact Metnext, Tendances Carbone, le bulletn mensuel d nformaton sur le marché européen du carbone (EU ETS). L obectf de cette publcaton

Plus en détail

TRAVAUX PRATIQUES SPECTRO- COLORIMETRIE

TRAVAUX PRATIQUES SPECTRO- COLORIMETRIE UNIVERSITE MONTPELLIER 2 Département de Physque TRAVAUX PRATIQUES DE SPECTRO- COLORIMETRIE F. GENIET 2 INTRODUCTION Cet ensegnement de travaux pratques de seconde année se propose de revor rapdement l'aspect

Plus en détail

TABLE DES MATIERES CONTROLE D INTEGRITE AU SEIN DE LA RECHERCHE LOCALE DE LA POLICE LOCALE DE BRUXELLES-CAPITALE/IXELLES (DEUXIEME DISTRICT) 1

TABLE DES MATIERES CONTROLE D INTEGRITE AU SEIN DE LA RECHERCHE LOCALE DE LA POLICE LOCALE DE BRUXELLES-CAPITALE/IXELLES (DEUXIEME DISTRICT) 1 TABLE DES MATIERES CONTROLE D INTEGRITE AU SEIN DE LA RECHERCHE LOCALE DE LA POLICE LOCALE DE BRUXELLES-CAPITALE/IXELLES (DEUXIEME DISTRICT) 1 1. PROBLEMATIQUE 1 2. MISSION 1 3. ACTES D ENQUETE 2 4. ANALYSE

Plus en détail

ÉLÉMENTS DE THÉORIE DE L INFORMATION POUR LES COMMUNICATIONS.

ÉLÉMENTS DE THÉORIE DE L INFORMATION POUR LES COMMUNICATIONS. ÉLÉMETS DE THÉORIE DE L IFORMATIO POUR LES COMMUICATIOS. L a théore de l nformaton est une dscplne qu s appue non seulement sur les (télé-) communcatons, mas auss sur l nformatque, la statstque, la physque

Plus en détail

INTRODUCTION. Jean-Pierre MAGNAN Chef de la section des ouvrages en terre Département des sols et fondations Laboratoire central

INTRODUCTION. Jean-Pierre MAGNAN Chef de la section des ouvrages en terre Département des sols et fondations Laboratoire central Etude numérque de la consoldaton undmensonnelle en tenant compte des varatons de la perméablté et de la compressblté du sol, du fluage et de la non-saturaton Jean-Perre MAGNAN Chef de la secton des ouvrages

Plus en détail

Anticiper l inaptitude physique (fascicule 11)

Anticiper l inaptitude physique (fascicule 11) E T U D E P R A T I Q U E GESTION DE L INAPTITUDE SERVICE CONSEIL STATUTAIRE - jun 2009 Présentaton (fasccule 1) Défntons générales (fasccule 2) L apttude physque (fasccule 3) Le handcap (fasccule 4) L

Plus en détail

CHAPITRE 14 : RAISONNEMENT DES SYSTÈMES DE COMMANDE

CHAPITRE 14 : RAISONNEMENT DES SYSTÈMES DE COMMANDE HAITRE 4 : RAISONNEMENT DES SYSTÈMES DE OMMANDE RAISONNEMENT DES SYSTÈMES DE OMMANDE... 2 INTRODUTION... 22 RAELS... 22 alcul de la valeur ntale de la répone à un échelon... 22 alcul du gan tatque... 22

Plus en détail

INTERNET. Initiation à

INTERNET. Initiation à Intaton à INTERNET Surfez sur Internet Envoyez des messages Téléchargez Dscutez avec Skype Découvrez Facebook Regardez des vdéos Protégez votre ordnateur Myram GRIS Table des matères Internet Introducton

Plus en détail

LeanConcept. La solution déploiement du Lean Manufacturing. Stockage Logistique Ergonomie Environnement Aménagement Services

LeanConcept. La solution déploiement du Lean Manufacturing. Stockage Logistique Ergonomie Environnement Aménagement Services Stockage Logstque Ergonome Envronnement Aménagement Servces La soluton déploement du Lean Manufacturng SIRE 4808480004 - NAF 4669C - VA ntracommunautare FR 9480848 www.sma.fr - contact@sma.fr - Fax 05

Plus en détail

Somfy Box. Activation de l option io et programmation de vos produits io

Somfy Box. Activation de l option io et programmation de vos produits io Somfy Box Actvaton de l opton o et programmaton de vos produts o Sommare Pré-requs pour la programmaton de produts o sur la Somfy Box 1 Harmonser la clé système 1 Qu est-ce que la clé système? 1 Dans quel

Plus en détail

Manuel d'installation du système

Manuel d'installation du système Manuel d'nstallaton du système Système -énerge pour le chauffage et l'eau chaude GENIA HYBRID INTRODUCTION Tale des matères Gude d nstructons Documentaton produt Documents assocés Explcaton des symoles

Plus en détail

Notice technique et d installation. Chaudières murales gaz à micro-accumulation ou chauffage seul avec accumulation optionnelle

Notice technique et d installation. Chaudières murales gaz à micro-accumulation ou chauffage seul avec accumulation optionnelle NGLA24-4H / 23-4H.5 NGVA24-3H CGLA24-4H / 23-4H.5 CGVA24-3H NGLS24-4H / 23-4H.5 NGLS14-4H / 14-4H.5 NGVS24-3H 6720611682-12-aa Notce technque et d nstallaton Chaudères murales gaz à mcro-accumulaton ou

Plus en détail

Protection. la PROTECTION EN SAVOIR PLUS SUR. Les services. Dossier Métier. La Réglementation. - Mettre à disposition gratuitement et personnellement

Protection. la PROTECTION EN SAVOIR PLUS SUR. Les services. Dossier Métier. La Réglementation. - Mettre à disposition gratuitement et personnellement Dosser Méter Protecton EN SAVOIR PLUS SUR la PROTECTION Les servces Etude de poste Nos équpes de spécalstes Protecton peuvent étuder les rsques sur chaque poste de traval et préconser les équpements les

Plus en détail

Fonctionnement et précautions d usage

Fonctionnement et précautions d usage FOSSE SEPTIQUE TOUTES EAUX Fonctonnement et précautons d usage t e d G u d ' u t l s a o n CONSTITUTION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Une nstallaton d assanssement non collectf comprend

Plus en détail

Corrections adiabatiques et nonadiabatiques dans les systèmes diatomiques par calculs ab-initio

Corrections adiabatiques et nonadiabatiques dans les systèmes diatomiques par calculs ab-initio Correctons adabatques et nonadabatques dans les systèmes datomques par calculs ab-nto Compte rendu du traval réalsé dans le cadre d un stage de quatre mos au sen du Groupe de Spectroscope Moléculare et

Plus en détail

Professionnel de santé équipé de Médiclick!

Professionnel de santé équipé de Médiclick! Professonnel de santé équpé de Médclck! Dosser Médcal Partagé en Aqutane Ce gude vous présente les prncpales fonctonnaltés réservées aux professonnels de santé membres du réseau AquDMP. Sommare Connexon

Plus en détail

THESE. Khalid LEKOUCH

THESE. Khalid LEKOUCH N d ordre : /2012 THESE Présentée à la FACULTE DES SCIENCES D AGADIR En vue de l obtenton du GRADE DE DOCTEUR EN PHYSIQUE (Spécalté : Energétque, Thermque et Métrologe) Par Khald LEKOUCH MODELISATION ET

Plus en détail

Des solutions globales fi ables et innovantes. www.calyon.com

Des solutions globales fi ables et innovantes. www.calyon.com Des solutons globales f ables et nnovantes www.calyon.com OPTIM Internet: un outl smple et performant Suv de vos comptes Tratement de vos opératons bancares Accès à un servce de reportng complet Une nterface

Plus en détail

GENESIS - Generalized System for Imputation Simulations (Système généralisé pour simuler l imputation)

GENESIS - Generalized System for Imputation Simulations (Système généralisé pour simuler l imputation) GENESS - Generalzed System for mputaton Smulatons (Système généralsé pour smuler l mputaton) GENESS est un système qu permet d exécuter des smulatons en présence d mputaton. L utlsateur fournt un ensemble

Plus en détail