DOIT-ON UTILISER LA STANDARDISATION DIRECTE OU INDIRECTE DANS L ANALYSE DE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DOIT-ON UTILISER LA STANDARDISATION DIRECTE OU INDIRECTE DANS L ANALYSE DE"

Transcription

1

2 DOIT-ON UTILISE LA STANDADISATION DIECTE OU INDIECTE DANS L ANALYSE DE LA MOTALITÉ À L ÉCHELLE DES PETITES UNITÉS GÉOGAPHIQUES? DIECTION PLANIFICATION, ECHECHE ET INNOVATION UNITÉ ÉTUDES ET ANALYSES DE L ÉTAT DE SANTÉ DE LA POPULATION MAS 2005

3 AUTEUS Chrstne Muecke, résdente Communty Medcne Program, Unversté McGll Dens Hamel, agent de recherche socosantare Unté Connassance-survellance, Insttut natonal de santé publque du Québec Clermont Bouchard, agent de recherche Unté Études et analyses de l état de santé de la populaton, Insttut natonal de santé publque du Québec Jérôme Martnez, agent de recherche socosantare Unté Études et analyses de l état de santé de la populaton, Insttut natonal de santé publque du Québec obert Pampalon, agent de recherche socosantare Unté Études et analyses de l état de santé de la populaton, Insttut natonal de santé publque du Québec obert Chonère, coordonnateur Unté Études et analyses de l état de santé de la populaton, Insttut natonal de santé publque du Québec SOUS LA COODINATION DE obert Chonère, coordonnateur Unté Études et analyses de l état de santé de la populaton, Insttut natonal de santé publque du Québec MISE EN PAGE Karlyne Gulbeault, secrétare Unté Études et analyses de l état de santé de la populaton, Insttut natonal de santé publque du Québec Ce document est dsponble en verson ntégrale sur le ste Web de l Insttut natonal de santé publque du Québec : eproducton autorsée à des fns non commercales à la condton d en mentonner la source. CONCEPTION GAPHIQUE MAIE PIE OY DOCUMENT DÉPOSÉ À SANTÉCOM (HTTP://WWW.SANTECOM.QC.CA) COTE : INSPQ DÉPÔT LÉGAL 1 E TIMESTE 2005 BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DU QUÉBEC BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DU CANADA ISBN Insttut natonal de santé publque du Québec (2005)

4 Dot-on utlser la standardsaton drecte ou ndrecte dans l analyse de la mortalté à l échelle des pettes untés géographques? ÉSUMÉ La standardsaton de taux à partr des caractérstques démographques telles que l âge permet d effectuer des comparasons entre dfférentes populatons. Lorsqu elle est utlsée de façon approprée, cette méthode statstque peut notamment être utle pour dentfer les terrtores où allouer prortarement des ressources et cbler les nterventons. Toutefos, à l échelle de pettes populatons, comme celles des centres locaux de servces communautares (CLSC) au Québec ou des cantons en France, le calcul d ndcateurs basés sur des taux peut s avérer problématque en rason de l nstablté engendrée par les petts nombres. L ndce comparatf de mortalté (ICM), basé sur la méthode de la standardsaton ndrecte, est une mesure de mortalté fréquemment utlsée mas pouvant être soumse à des bas mportants. Le rapport de taux standardsé (TS), un ndce de mortalté mons connu, basé sur les méthodes de standardsaton drecte, a souvent été crtqué pour l mprécson des valeurs obtenues. Ce texte, en utlsant à fn d exemple les statstques sur le sucde au Québec par terrtore de CLSC, veut montrer que le TS peut présenter mons de bas méthodologques dans sa constructon mathématque que l ICM, tout en fournssant un degré de précson smlare. Insttut natonal de santé publque du Québec I

5 Dot-on utlser la standardsaton drecte ou ndrecte dans l analyse de la mortalté à l échelle des pettes untés géographques? TABLE DES MATIÈES 1 INTODUCTION LA VAIABILITÉ DES TAUX LA STANDADISATION PA L ÂGE APPOT DE TAUX STANDADISÉ (TS) ET INDICE COMPAATIF DE MOTALITÉ (ICM) ÉTUDE DE CAS : LE SUICIDE AU QUÉBEC Calculs Dfférences de rangs et sgnfcaton statstque Dfférences dans les mesures de varaton Interprétaton UTILISATION DE LA STANDADISATION CONCLUSION ÉFÉENCES BIBLIOGAPHIQUES...13 ANNEXE 1 ANNEXE 2 EXEMPLE DE CALCUL DU APPOT DE TAUX STANDADISÉS (TS) ET DE L INDICE COMPAATIF DE MOTALITÉ (ICM) APPOT DE TAUX STANDADISÉS, INDICE COMPAATIF DE MOTALITÉ, EEU-TYPE, COEFFICIENT DE VAIATION ET ANG POU LA MOTALITÉ PA SUICIDE, CLSC DU QUÉBEC, Insttut natonal de santé publque du Québec III

6 Dot-on utlser la standardsaton drecte ou ndrecte dans l analyse de la mortalté à l échelle des pettes untés géographques? 1 INTODUCTION La mse en place à l échelle régonale et locale d nterventons en santé publque repose souvent sur des statstques qu vsent à mesurer l état de santé de populatons ayant de petts effectfs 1. Ces statstques sont partculèrement utles pour établr des prortés dans l allocaton des ressources, une opératon qu se déroule dans un cadre fnancer lmté. Dans l dentfcaton des terrtores à cbler prortarement, les populatons d une régon ou d une provnce donnée sont souvent comparées à l ade de taux. Toutefos, à l échelle des pettes untés admnstratves, le calcul des ndcateurs basés sur des taux (mortalté, morbdté, ncdence) peut s avérer problématque en rason de l nstablté engendrée par les petts nombres. Afn de rendre les taux comparables entre les pettes untés, l est donc nécessare de tenr compte à la fos de la structure par âge des populatons et de la varablté de ces taux LA VAIABILITÉ DES TAUX Même les taux calculés pour des populatons plutôt que pour des échantllons sont consdérés comme des estmatons et sont sujets à l erreur un taux observé pour une seule année peut être consdéré comme un échantllon ou une estmaton du taux réel pour une pérode de pluseurs années 2. Plus le numérateur du taux est pett, plus ce derner va être dffcle à estmer. Les taux basés sur de petts nombres peuvent ans fluctuer grandement d une année à l autre ou dfférer consdérablement d une pette unté à l autre, même en l absence de dfférences sgnfcatves. Les méthodes proposées pour contourner les problèmes statstques dus aux petts nombres suggèrent : d augmenter la talle du numérateur (par l agrégaton de données sur pluseurs années, le regroupement de catégores de varables ou l expanson de la zone géographque consdérée); de calculer des ntervalles de confance; d utlser le décompte des événements étudés plutôt que les taux dans le cas de très petts nombres; de rédure l nstablté des taux en utlsant des technques de lssage LA STANDADISATION PA L ÂGE Les taux bruts ne sont comparables que s la structure des populatons comparées est smlare pour des facteurs assocés aux événements de santé, tels que l âge et le sexe. Afn d élmner les dfférences de structure d âge, l exste prncpalement deux solutons : 1) calculer des taux par groupe d âge et comparer les taux des dfférentes populatons dans chacun des groupes d âge; 2) standardser les taux, c est-à-dre les ajuster pour tenr compte de l effet de l âge, permettant ans des comparasons entre dfférentes populatons, ou au sen d une même populaton à travers le temps. Deux méthodes de standardsaton sont proposées dans la lttérature : celle drecte et celle ndrecte 4. Le chox de la méthode de Insttut natonal de santé publque du Québec 1

7 Dot-on utlser la standardsaton drecte ou ndrecte dans l analyse de la mortalté à l échelle des pettes untés géographques? standardsaton à utlser devrat tenr compte des forces et fablesses de chacune d elles afn que son applcaton ne conduse pas à des nterprétatons erronées des résultats. La standardsaton drecte consste à applquer les taux par âge des populatons étudées à la dstrbuton par âge d une populaton de référence. Cette procédure reflète ce que le taux brut dans les populatons étudées serat s celles-c avaent la même dstrbuton par âge que la populaton de référence. Quoque cette forme de standardsaton sot couramment utlsée, elle comporte d mportantes lmtes lorsque le calcul mplque des petts nombres. L ndce obtenu en dvsant les taux de deux populatons standardsées selon la structure par âge d une même populaton de référence correspond au rapport de taux standardsés (TS) (schéma 1). Le rapport de taux standardsés 5 correspond à ce qu on utlse dans les textes anglas sous le nom de «comparatve mortalty fgure» 6 ou «standardzed rate rato» 7. Lorsqu on utlse au dénomnateur le taux standardsé de la populaton de référence, le TS correspond au rato du taux standardsé d une populaton donnée au taux brut de la populaton de référence : par exemple, le taux d une régon donnée, sexes réuns, pour la pérode , ajusté selon la structure par âge du Québec, sexes réuns, en 1996, dvsé par le taux ajusté ou le taux brut du Québec, sexes réuns, Mentonnons c que le TS a reçu peu d attenton dans la lttérature épdémologque récente, ben que le taux standardsé selon la méthode drecte sot communément utlsé 8. D un autre côté, la standardsaton ndrecte est obtenue en applquant les taux par âge de la populaton de référence à la dstrbuton par âge de la populaton étudée. Cette procédure reflète, elle, ce que le taux brut de la populaton de référence serat s elle avat la même dstrbuton par âge que la populaton étudée. Le rapport obtenu en dvsant, la mortalté (taux brut ou décès observés) de la populaton étudée, au numérateur, par la mortalté (taux ajusté ou décès attendus) de la populaton de référence ajustée selon la structure par âge de la populaton étudée, au dénomnateur, correspond à l ndce comparatf de mortalté (ICM) (schéma 1). L ndce comparatf de mortalté 5 correspond à ce qu est appelé «standardzed mortalty rato» (SM) dans les textes de langue anglase 7 : un exemple serat, les décès observés dans la régon du Bas-Sant-Laurent en , dvsés par les décès attendus dans la même régon en applquant les taux par âge de l ensemble du Québec en à la structure par âge du Bas-Sant-Laurent en Ce rapport est couramment utlsé en santé publque et en épdémologe pour des petts terrtores comme les centres locaux de servces communautares (CLSC), dont souvent de façon nadéquate. 2 Insttut natonal de santé publque du Québec

8 Dot-on utlser la standardsaton drecte ou ndrecte dans l analyse de la mortalté à l échelle des pettes untés géographques? Schéma 1 : Calcul du rapport de taux standardsés (TS) et de l ndce comparatf de mortalté (ICM) pour une pérode donnée TS A A t N ICM o, T, N a t n T n S la pérode de référence est en fat la même que la pérode étudée, on peut montrer que TS A O t T N N o tn ICM pusque N N a T n,. LÉGENDE Sous-populaton étudée Populaton de référence Taux d un groupe d âge donné Populaton d un groupe d âge donné Décès d un groupe d âge donné Décès observés totaux Décès attendus totaux ICM Décès attendus totaux TS t Pérode Pérode Pérode de référence d D, T, T D n N N, N, N n d tn Tn D, o T, a T A t N D O, N, O T N a n a,, Tn A, T, N A T N 1.3 APPOT DE TAUX STANDADISÉ (TS) ET INDICE COMPAATIF DE MOTALITÉ (ICM) Un artcle récemment publé a passé en revue les fablesses de l ICM et réntrodut le concept du TS comme une mesure synthétque plus approprée 9. Jusqu à présent, le TS a été peu utlsé parce que son calcul se fat à partr des taux par âge pour chaque zone étudée. Ces taux par âge ne sont pas toujours dsponbles ou sont consdérés comme mprécs. On pense souvent, encore, que l ICM est plus appropré pour des fns de planfcaton parce qu en pondérant selon la dstrbuton par âge de la populaton à l étude, l on obtent des taux qu sont drectement applcables à la populaton étudée 10. Cependant, les analyses à l échelle des terrtores ayant de petts effectfs sont mantenant devenues plus sophstquées 11 et un examen plus approfond des deux mesures révèle des dfférences méthodologques mportantes. Celles-c dovent être prses en consdératon lors du chox de la méthode de standardsaton et lors de l nterprétaton des résultats obtenus. Insttut natonal de santé publque du Québec 3

9 Dot-on utlser la standardsaton drecte ou ndrecte dans l analyse de la mortalté à l échelle des pettes untés géographques? Un regard sur les composantes de l ICM montre que le dénomnateur est basé sur les caractérstques de la populaton à l étude et que celu-c vare d une populaton à l autre. Par conséquent, l ICM d une populaton donnée n est pas standardsé relatvement à chacun des ICM des autres populatons comparées, malgré l utlsaton d une populaton de référence afn d obtenr des taux attendus. Cela n est pas un problème s la comparason porte sur la même populaton pour des condtons dfférentes. On peut donc comprendre que l ICM ne devrat pas être utlsé pour comparer dfférentes populatons entre elles, mas plutôt pour comparer la populaton d un terrtore donné à la populaton de référence. Cette lmte a été rarement relevée dans la lttérature épdémologque, de sorte que l ICM a été fréquemment utlsé de façon napproprée. En contreparte, dans le calcul du TS, le dénomnateur est basé sur les caractérstques de la populaton de référence et ce dénomnateur ne vare donc pas d une populaton à l autre dans les comparasons géographques. Breslow et Day 12 ont comparé le TS et l ICM en termes de varablté (précson) et de bas. En théore, l ICM devrat être une estmaton plus précse que le TS pusque l erreur-type dépend seulement des fluctuatons dans le nombre total de décès plutôt que dans le nombre de décès par âge. Ans, la varance de l ICM est généralement plus pette que celle du TS. L ICM pondère les rapports de façon optmale, en proporton nverse de leur précson statstque, alors qu avec le TS, les pods assocés peuvent être beaucoup plus grands. De prme abord, l ICM peut alors sembler plus appropré lorsque l échantllon est pett et que les questons de sgnfcaton statstque sont en jeu. L ICM comporte cependant une lmte mportante : l ICM de deux populatons à l étude ne peut être comparé drectement, ben que la même populaton de référence sot utlsée. En d autres termes, le rapport de deux ICM est dffclement nterprétable, alors que le rapport de deux TS consttue une comparason sensée des taux standardsés de deux populatons étudées. Pour cette rason, certans statstcens préfèrent utlser le TS. Le débat entre ICM et TS est partculèrement pertnent pour des zones ayant de pettes populatons, comme les terrtores de CLSC du Québec ou les cantons en France. Malgré un bas nhérent à la constructon de l ICM, la varance (nstablté) du TS peut être mportante lorsqu elle mplque des petts nombres et ne devrat pas être gnorée. La queston est alors de savor s la varance peut être suffsamment mnmsée. 1.4 ÉTUDE DE CAS : LE SUICIDE AU QUÉBEC Afn de comparer ces deux mesures synthétques dans l analyse des dspartés géographques de la mortalté, nous avons examné les taux de mortalté par sucde selon les terrtores de CLSC du Québec pour la pérode s échelonnant de 1994 à Le Québec est dvsé en 147 terrtores de CLSC dont la populaton vare de (Tulattavk de L Ungava) à (Sherbrooke) personnes. Pour l analyse des décès par sucde, nous avons analysé 146 CLSC. Un CLSC n a enregstré aucun sucde durant cette pérode. 4 Insttut natonal de santé publque du Québec

10 Dot-on utlser la standardsaton drecte ou ndrecte dans l analyse de la mortalté à l échelle des pettes untés géographques? Les données sur le sucde fournssent un exemple ntéressant d utlsaton de taux standardsés selon l âge car l exste un rsque dans la plupart des groupes d âges, et le nombre de cas à l échelle des CLSC est relatvement fable. Le Québec se caractérse par le plus mportant taux de mortalté par sucde parm les provnces du Canada 13 et un des taux les plus élevés parm les pays de l OCDE 14. Il est évdent, sute à la revue de lttérature précédente, qu l exste un bas nhérent à la constructon de l ICM et qu l ne devrat pas être utlsé pour comparer dfférentes sousrégons d une provnce. D un autre côté, l est mons sujet à l nstablté. Par conséquent, le prncpal objectf de cette analyse est de détermner s, dans le cas des données sur le sucde, les mesures de varaton pour le TS et l ICM sont suffsamment dfférentes pour recommander l utlsaton d une mesure partculère Calculs En utlsant l approche préconsée par Julous et al. 9, nous avons comparé l erreur-type, les ntervalles de confance et les dfférences de rangs des TS et des ICM pour chaque terrtore de CLSC. De plus, nous avons examné le coeffcent de varaton et les tests de sgnfcaton statstque pour ajouter du pods à nos affrmatons. Les calculs suvants utlsent les conventons présentées au schéma 1. Pour smplfer les calculs mas surtout afn de rendre les comparasons possbles entre le TS et l ICM dans ce présent document, les pérodes à l étude et de référence sont les mêmes. Nous avons donc utlsé la dstrbuton par âge du Québec en 1996, sexes réuns, comme populaton de référence. Et pour l ICM, nous avons utlsé les taux par âge du Québec, sexes réuns, pour la pérode couvrant les années 1994 à Des exemples de calcul du TS et de l ICM ans que des dfférentes mesures de précson assocées (erreur-type, ntervalle de confance, coeffcent de varaton, tests statstques) sont présentées en annexe. A) Erreur-type 9 Pour le TS, l erreur-type (ET TS ) a été calculée selon la formule ( TS N D N ) N d n +,, ETTS. A, On peut démontrer sans perte de généralté que le deuxème terme du numérateur de la formule précédente ( TS N D, N, ) devent néglgeable par rapport au premer lorsque la populaton étudée est très pette comparatvement à la populaton de référence. De plus, s la pérode de référence est en fat la même que la pérode étudée, alors on peut montrer que : N N, ET TS 2 N d O, n 2 2 N d n T N Pour l ICM, l erreur-type (ET ICM ) a été calculée selon la formule o tn ET ICM a T n 2 Insttut natonal de santé publque du Québec 5

11 Dot-on utlser la standardsaton drecte ou ndrecte dans l analyse de la mortalté à l échelle des pettes untés géographques? B) Coeffcent de varaton 16 Pour le TS, le coeffcent de varaton (CV TS ) a été calculé selon la formule CV TS ET TS TS N 2 A d n 2 N 2 d t N Pour l ICM, le coeffcent de varaton (CV ICM ) a été calculé selon la formule o ET ICM a 1 CV ICM ICM o o a C) Intervalles de confance 9 n 2 En utlsant la transformaton logarthmque (logarthme naturel ou népéren) et l approxmaton normale, les ntervalles de confance à 95 % pour l ICM et le TS ont été calculés selon les formules suvantes : Pour le TS, TS exp [ 1,96 ET TS TS ] pour la lmte nféreure et TS exp [ 1, 96 ET TS TS ] pour la lmte supéreure Pour l ICM ICM exp( 1,96 o ) pour la lmte nféreure et ICM exp( 1,96 o ) pour la lmte supéreure D) Sgnfcaton statstque Pour le TS et l ICM l hypothèse H 0 : TSCLSC 1 ( ou ICM CLSC 1) a été testée avec la statstque Z selon la formule ln( TSCLSC ) Z ETTSCLSC TS CLSC Pour l ICM, smplement substtuer «TS» et «ET TS» par «ICM» et «ET ICM». Les deux mesures TS et ICM ont été calculées en utlsant deux ensembles de catégores d âge : Standard 0-4, 5-14, 15-24, 25-44, 45-64, 65 ans et plus. 5-ans 0, 1-4, 5-9, 10-14, 15-19, ans de sute jusqu à 80-84, 85-89, 90 ans et plus. Cec nous a perms de vor à la fos s les résultats varaent selon la méthode de standardsaton et selon le nombre de groupes d âge. 6 Insttut natonal de santé publque du Québec

12 Dot-on utlser la standardsaton drecte ou ndrecte dans l analyse de la mortalté à l échelle des pettes untés géographques? Dfférences de rangs et sgnfcaton statstque À partr des TS et ICM obtenus pour chaque terrtore de CLSC, les dfférences de rangs et les tests statstques ont été comparés. On constate tout d abord que le classement des CLSC change dans la plupart des cas lorsque l on utlse l ICM ou le TS (77 % pour le groupe d âge standard et 84 % pour le regroupement de 5 ans) (tableau 1). Alors que la plupart des changements dans les rangs sont très fables (1 à 3 places), dans près du quart des cas d entre eux on dénote des dfférences de plus de tros places. Les dfférences les plus extrêmes dans le classement des CLSC selon le TS et l ICM concernent les CLSC Bae James (16 ou 20 places selon le groupement d âge), Pays-d en-haut (14 places pour le regroupement de 5 ans) et Témscouata (12 places pour le regroupement standard). Tableau 1 : Dfférences de classement entre le TS et l ICM selon les catégores d âge retenues Dfférences de rang Groupes d âge de 5 ans N (%) Groupes d âge standards N (%) Plus que 3 places 43 (29 %) 30 (21 %) 1-3 places 80 (55 %) 83 (57 %) Aucune dfférence de rang 23 (16 %) 33 (23 %) Ben que ces dfférences de rangs semblent ndquer que ces deux statstques produsent des résultats quelque peu dfférents, lorsque chaque CLSC est comparé à la moyenne du Québec, on dénote un fort degré de concordance quant aux terrtores qu présentent des rapports sgnfcatvement plus élevés ou plus fables que celu de l ensemble du Québec. En fat, sauf pour le regroupement d âge par 5 ans pour le terrtore d Inuultsvk, les ntervalles de confance de l ICM et du TS se chevauchent pour chaque terrtore, ce qu suggère à nouveau que les dfférences qu mènent à des changements dans le classement ne sont pas assez mportantes pour être statstquement sgnfcatves Dfférences dans les mesures de varaton L erreur-type (ET) mesure la varablté du taux obtenu comme estmaton de la valeur réelle du taux pour la populaton dont l échantllon a été tré 16. Breslow et Day 12 démontrent que l ET de l ICM est généralement plus pette que celle du TS parce qu elle dépend seulement des fluctuatons dans le nombre total plutôt que dans les nombres de décès par âge. Dans l exemple retenu, l ET de l ICM est plus fable que celle du TS dans envron deux-ters des cas. Cependant, lorsque des dfférences extrêmes apparassent dans les valeurs de l ET (ET de l ICM et du TS dffèrent de plus de 25 %), c est plus souvent l ICM qu affche la plus haute valeur. Cela semble se produre dans les terrtores ayant de pettes populatons ou de petts nombres de décès par sucde observés. Le coeffcent de varaton est une mesure relatve de l erreur-type par rapport au taux, et est représenté sous forme de pourcentage 15. Sans égard aux regroupements par âge, pour l ICM et le TS à la fos, les 9 terrtores de CLSC présentant un coeffcent de varaton élevé Insttut natonal de santé publque du Québec 7

13 Dot-on utlser la standardsaton drecte ou ndrecte dans l analyse de la mortalté à l échelle des pettes untés géographques? (> 33 %) étaent dentques. Tous ces terrtores comptent mons de 10 cas de décès par sucde durant la pérode étudée et deux-ters d entre eux présentent de très pettes populatons comparatvement aux autres CLSC. Des dfférences mnmes ressortent quant à l dentfcaton des terrtores de CLSC affchant des coeffcents de varaton modérés (16,5-33 %) pour l ICM et le TS et ce, peu mporte le regroupement d âges retenu Interprétaton Cette comparason entre l ICM et le TS à partr des taux de sucde par CLSC montre que le TS n est pas mons fable que l ICM pour les pettes untés géographques. Ben que les ET soent plus souvent élevées dans le cas du TS, les dfférences les plus extrêmes sont davantage dues à de grands ET pour l ICM. Les coeffcents de varaton sont pratquement dentques pour les deux mesures. Les dfférences les plus notables entre le TS et l ICM sont observées pour le classement des CLSC. Pckle and Whte 16 ont déjà noté une dfférence sgnfcatve dans le classement entre les mesures ndrectes et drectes et ont affrmé qu une des tros condtons suvantes est nécessare afn que les deux mesures produsent des résultats dentques : 1) la répartton selon l âge dans la populaton étudée est semblable à celle de la populaton de référence; 2) les taux par âge de la populaton étudée sont dentques à ceux de la populaton de référence; 3) pour le classement par rang, les taux par âge des populatons étudées sont semblables et les structures par âge sont smlares, même s les taux peuvent ne pas être semblables à ceux de la populaton de référence En l absence de ces condtons, l semblerat que les résultats du TS soent plus convenables pour le classement pusqu ls sont calculés en utlsant des dénomnateurs comparables, contrarement aux ICM. Toutefos, le classement absolu obtenu à partr de ces statstques ne serat pas la melleure façon de détermner quels terrtores de CLSC devraent fare l objet d nterventons prortares, pusque les dfférences dans les valeurs absolues sont souvent relatvement pettes. Les méthodes permettant de mesurer les dfférences statstquement sgnfcatves représentent à notre avs une façon plus approprée d dentfer les terrtores nécesstant des nterventons prortares. Les terrtores de CLSC (N 9) enregstrant mons de 10 sucdes observés sur une pérode de 5 ans affchent les statstques les plus nstables. Il a été noté alleurs que les taux avec de petts numérateurs devraent être tratés sur une base ndvduelle c est-à-dre que les taux et rapports sont généralement très nstables et devraent être présentés comme tels, en utlsant des ntervalles de confance ou en supprmant les taux 3. La lttérature suggère un tel tratement en deçà du seul de 20 cas dans le numérateur 17,18. Dans l exemple présenté c, l en état vrament ans pour les CLSC ayant mons de 10 cas. Une comparason plus poussée du TS et de l ICM a été effectuée en examnant les taux de mortalté pour une autre cause de décès, les chutes accdentelles, avec de plus petts nombres de cas que le sucde et des rsques sgnfcatvement plus élevés dans les groupes 8 Insttut natonal de santé publque du Québec

14 Dot-on utlser la standardsaton drecte ou ndrecte dans l analyse de la mortalté à l échelle des pettes untés géographques? d âges plus âgés. Ben que les comparasons devenaent plus hasardeuses en rason du plus grand nombre de terrtores avec mons de 10 cas, les résultats généraux étaent smlares à ceux trouvés avec les données sur le sucde. 1.5 UTILISATION DE LA STANDADISATION Quelque sot le type de standardsaton et l ndce de mortalté retenus, l est mportant de mentonner brèvement quelques nconvénents nhérents à la standardsaton. La standardsaton ne devrat pas se substtuer à la comparason des taux par âge pusque ceux-c caractérsent la mortalté de la populaton étudée 15. Dans certanes stuatons, les taux standardsés peuvent masquer d mportantes tendances, peu mporte la méthode de standardsaton utlsée 19. De plus, la sélecton de la populaton de référence peut entraîner des varatons dans les taux standardsés, en partculer lorsque les taux par âge qu sont comparés ne présentent pas de relaton cohérente. Cela peut mener à une sur- ou sousestmaton des dfférences 17. Insttut natonal de santé publque du Québec 9

15 Dot-on utlser la standardsaton drecte ou ndrecte dans l analyse de la mortalté à l échelle des pettes untés géographques? 2 CONCLUSION En ce qu a trat aux ndces de mortalté par sucde ajustés selon l âge à l échelle des terrtores de CLSC : le TS n est pas plus mprécs que l ICM et cela même s de plus petts regroupements par âge sont utlsés; le TS présente mons de bas méthodologques que l ICM de par sa constructon; les terrtores de CLSC avec les plus pettes populatons ou ayant un nombre restrent de cas de sucde observés (mons de 10 cas de sucde observés) devraent être examnés ndvduellement et leurs taux devraent peut-être être supprmés en rason de l nstablté de ces petts nombres, surtout s les coeffcents de varaton sont supéreurs à 33 %. l utlsaton des groupes d âge détallés n entraîne pas de dfférence mportante dans les résultats, en partculer pour le TS. pusque le TS semble être une mesure plus adéquate que l ICM, l serat plus appropré de toujours prvléger la standardsaton drecte *. Ans, dans la comparason des CLSC ou des régons socosantares, les résultats présentés peuvent être alors les taux ajustés selon la méthode drecte ou les TS. Dans les deux cas, on peut cependant utlser le TS pour mesurer la sgnfcaton statstque des dfférences de taux entre le terrtore à l étude et la populaton de référence. Dans le cas du TS, l on teste l hypothèse que : Taux de la populaton à l étude Taux de la populaton de référence 1 alors que dans le cas d un test de dfférence de taux, l on teste l hypothèse que : Taux de la populaton à l étude - Taux de la populaton de référence 0 Dans les deux cas, l on obtent les mêmes résultats. Enfn, lorsque la populaton à l étude représente une proporton non-néglgeable de la populaton de référence, l est recommandé, dans le calcul du TS, de dvser le taux de la populaton à l étude par celu de la populaton de référence excluant la populaton à l étude. Ans, dans la comparason du taux ajusté de la régon de Montréal à celu du Québec, le TS serat obtenu en dvsant le taux de Montréal au taux du Québec excluant Montréal. * La Fédératon natonale des observatores régonaux de la santé a également prvlégé la standardsaton drecte à la standardsaton ndrecte dans une étude publée en 2004 sur les négaltés de santé en France à l échelle des cantons. Insttut natonal de santé publque du Québec 11

16 Dot-on utlser la standardsaton drecte ou ndrecte dans l analyse de la mortalté à l échelle des pettes untés géographques? 3 ÉFÉENCES BIBLIOGAPHIQUES 1. Stevenson JM, Olson D. «Methods for analysng county-level mortalty rates». Stat Med 1993; 12(3-4): Jougla E. «Tests statstques relatfs aux ndcateurs de mortalté en populaton». ev. Épdém et santé publ., 1997 : 45 (78-84) 3. Pennsylvana Department of Health. EpQMS Help Gudelnes for workng wth small numbers. Dsponble à l adresse : Vsté le 29 janver Janes G, Hutwagner L, Cates W, Stroup DF, Wllamson GD. «Descrptve epdemology: Analyzng and nterpretng survellance data». Dans : Teutsch SM and Churchll E, edtors. Prncples and Practce of Publc Health Survellance. 2 nd Ed. New York: Oxford Unversty Press; 2000, p Last JM. Dctonnare d épdémologe. 4 th Ed. Edsem; Fless JL. Statstcal Methods for ates and Proportons. 2 nd Ed. New York: John Wley & Sons; Last JM. A Dctonary of Epdemology. 2 nd Ed. Oxford Unversty Press; Curtn L, Klen J. Drect standardzaton (Age-adjusted death rates). Statstcal Notes no 6. Centers for Dsease Control and Preventon / Natonal Center for Health Statstcs; Julous SA, Ncholl J, George S. «Why do we contnue to use standardzed mortalty ratos for small area comparsons?» J Publc Health Med 2001; 23(1): Klenman JC. Age-adjusted mortalty ndexes. Statstcal Notes for Health Planners no 3. Natonal Center for Health Statstcs; Ellott P, Wakefeld JC, Best NG, Brggs DJ (Eds). Spatal Epdemology: Methods and Applcatons. Oxford: Oxford Unversty Press; Breslow NE and Day NE. Statstcal Methods n Cancer esearch. Vol II: The desgn and analyss of cohort studes. Lyon: Internatonal Agency for esearch on Cancer; Langlos S, Morrson P. «Sucde deaths and sucde attempts». Health eports 2002; 13(2): Insttut natonal de santé publque du Québec 13

17 Dot-on utlser la standardsaton drecte ou ndrecte dans l analyse de la mortalté à l échelle des pettes untés géographques? 14. Chonère. La mortalté au Québec : Une comparason nternatonale. Québec : Insttut natonal de santé publque du Québec ; Hennekens CH and Burng JE. Epdemology n Medcne. Boston: Lttle, Brown and Co.; Pckle LW, Whte AA. «Effects of the choce of age-adjustment method on maps of death rates». Stat Med 1995; 14: Pennsylvana Department of Health. Health Statstcs Techncal Assstance (Small area analyss) Calculatng relable rates and standardzed ratos. Dsponble à l adresse : Vsté le 14 janver Klenman JC. Assessng the stablty of rates and changes n rates. Statstcal Notes for Health Planners no 2. Natonal Center for Health Statstcs; Chan CK, Fensten A, Jekel JF, Wells CK. «The value and hazards of standardzaton n clncal epdemologcal research». J Cln Epdemol 1988; 41(11): Fédératon natonale des observatores régonaux de la santé. Inégaltés cantonales de santé en France. Collecton «Les études du réseau des OS». Pars, Insttut natonal de santé publque du Québec

18 ANNEXE 1 EXEMPLE DE CALCUL DU APPOT DE TAUX STANDADISÉS (TS) ET DE L INDICE COMPAATIF DE MOTALITÉ (ICM)

19 Tableau 2 : Étape 1 : Calcul des taux par âge Dot-on utlser la standardsaton drecte ou ndrecte dans l analyse de la mortalté à l échelle des pettes untés géographques? Exemple de calcul du rapport de taux standardsés (TS) et de l ndce comparatf de mortalté (ICM) *. Le cas de la mortalté par sucde, sexes réuns, pour le CLSC Lac St-Lous durant la pérode La populaton de référence est celle du Québec en Groupe d âge CLSC Lac St-Lous pour la pérode Décès Populaton (1996 X 5) (d ) (n ) Québec pour la pérode Décès (D, ) Populaton (1996 X 5) (N, ) Populaton de référence : Québec, 1996 Populaton (N ) CLSC Lac St-Lous (t ) Taux par âge Québec (T, ) (1) (2) (3) (4) (5) (6) (7) (1) (2) (3) (4) , , , , , , , , , , , , , , Total , , emarque : Comme l s agt dans cet exemple d une pérode de 5 ans, les effectfs de populaton ont été multplés par 5. Tableau 3 : Étape 2 : Calcul des décès attendus Décès attendus Erreur-type TS Groupe (A ) (A, I ) (a ) 1 er terme 2 e terme d âge (8) (9) (10) (11) (12) (6) x (5) (7) x (5) (7) x (2) (5) 2 x (1) / (2) 2 (5) 2 x (3) / (4) ,00 1,04 0 3, ,32 227,80 11, ,10 45, ,35 625,40 29, ,07 125, ,30 394,00 22, ,83 78, ,37 79,00 4, ,56 15, ,02 46,40 2,73 289,53 9,28 Total 419, ,60 71, ,09 277,92 * Une verson électronque en format Excel de l exemple présenté c-dessus est dsponble à l adresse Web suvante : Insttut natonal de santé publque du Québec 17

20 Dot-on utlser la standardsaton drecte ou ndrecte dans l analyse de la mortalté à l échelle des pettes untés géographques? Calcul du taux standardsé pour le CLSC Lac St-Lous : A Somme des décès attendus (8) 419, ,77 cas Populaton totale de référence (5) pour Calcul du taux standardsé pour le Québec : Somme des décès attendus A, (9) Populaton totale de référence (5) 1 389, ,10 cas pour Calcul du TS : Sommedes décès attendus A Sommedes décès attendus A, (8) (9) 419, , ,60 Taux standardsé pour le CLSC LacSt - Lous Taux standardsé pour le Québec , ,18 19,10 Calcul de l ICM : Somme des décès observés d (1) Somme des décès attendus a (10) 22 71, ,78 Calcul non approxmatf de l erreur-type du TS : acne carrée de ((11) + ( TS Somme des décès attendus 2 (12))) (9) A, 8051, ( 0, ,92) 100 6, ,60 Calcul approxmatf de l erreur-type du TS : acne carrée de (11) Somme des décès attendus A, (9) 8051, , ,60 Calcul de l erreur-type de l ICM : acne carrée de la somme des décès observés d (1) Somme des décès attendus a (10) 22 71, ,56 18 Insttut natonal de santé publque du Québec

PREMIERS PAS en REGRESSION LINEAIRE avec SAS. Josiane Confais (UPMC-ISUP) - Monique Le Guen (CNRS-CES-MATISSE- UMR8174)

PREMIERS PAS en REGRESSION LINEAIRE avec SAS. Josiane Confais (UPMC-ISUP) - Monique Le Guen (CNRS-CES-MATISSE- UMR8174) PREMIERS PAS en REGRESSION LINEAIRE avec SAS Josane Confas (UPMC-ISUP) - Monque Le Guen (CNRS-CES-MATISSE- UMR874) e-mal : confas@ccr.jusseu.fr e-mal : monque.leguen@unv-pars.fr Résumé Ce tutorel accessble

Plus en détail

Pratique de la statistique avec SPSS

Pratique de la statistique avec SPSS Pratque de la statstque avec SPSS SUPPORT Transparents ultéreurement amélorés et ms à jour sur le ste du SMCS LIENS UTILES Ste du SMCS (Support en Méthodologe et Calcul Statstque) : http://www.stat.ucl.ac.be/smcs/

Plus en détail

Pour avoir les idées plus claires...

Pour avoir les idées plus claires... ARNET PRATIQUE Pour avor les dées plus clares...... lorsque vous développez un projet d ntérêt général. Outl produt avec le souten du rédt Mutuel accuel SOMMaRe «Je ne connas pas d entrepreneur qu n at

Plus en détail

Guide méthodologique pour le suivi des tassements des Centres de Stockage de Classe II (Déchets ménagers et assimilés) Direction Déchets et Sols

Guide méthodologique pour le suivi des tassements des Centres de Stockage de Classe II (Déchets ménagers et assimilés) Direction Déchets et Sols Gude méthodologque pour le suv des tassements des Centres de Stockage de Classe II (Déchets ménagers et assmlés) Drecton Déchets et Sols Agence de l Envronnement et de la Maîtrse de l Energe Illustraton

Plus en détail

Grandeur physique, chiffres significatifs

Grandeur physique, chiffres significatifs Grandeur physque, chffres sgnfcatfs I) Donner le résultat d une mesure en correspondance avec l nstrument utlsé : S avec un nstrument, ren n est ndqué sur l ncerttude absolue X d une mesure X, on consdère

Plus en détail

La genèse des premiers pas

La genèse des premiers pas ZANONE, P. G. (990). Perceptuo-motor development n the chld and the adolescent : perceptuo-motor coordnaton. n C. A. Hauert (Ed.) Developmental psychology. Cogntve, perceptuo-motor, and neuropsychologcal

Plus en détail

MODÈLE D ISING À UNE ET DEUX DIMENSIONS.

MODÈLE D ISING À UNE ET DEUX DIMENSIONS. Chapter MODÈLE DISIG À UE ET DEUX DIMESIOS.. ITRODUCTIO. ous commençons, dans ce chaptre, létude dun problème de mécanque statstque de la matère condensée où leffet des nteractons est mportant. Le modèle

Plus en détail

La dépression réfractaire: rien ne va plus!

La dépression réfractaire: rien ne va plus! L A D É P R E S S I O N C H E Z L A D U L T E La dépresson réfractare: ren ne va plus! LORSQUE VOUS AVEZ ESSUYÉ un échec dans le tratement d une dépresson majeure après avor utlsé deux antdépresseurs de

Plus en détail

STATISTIQUE AVEC EXCEL

STATISTIQUE AVEC EXCEL STATISTIQUE AVEC EXCEL Excel offre d nnombrables possbltés de recuellr des données statstques, de les classer, de les analyser et de les représenter graphquement. Ce sont prncpalement les tros éléments

Plus en détail

L enfant qui somatise

L enfant qui somatise L A P S Y C H I A T R I E D E L E N F A N T E T D E L A D O L E S C E N T L enfant qu somatse 2 par Johanne Bovn et Genevève Teller Évelyne a 10 ans, et sa mère consulte pour la trosème fos en un mos pour

Plus en détail

Q x2 = 1 2. est dans l ensemble plus grand des rationnels Q. Continuons ainsi, l équation x 2 = 1 2

Q x2 = 1 2. est dans l ensemble plus grand des rationnels Q. Continuons ainsi, l équation x 2 = 1 2 Exo7 Nombres complexes Vdéo parte. Les nombres complexes, défntons et opératons Vdéo parte. Racnes carrées, équaton du second degré Vdéo parte 3. Argument et trgonométre Vdéo parte 4. Nombres complexes

Plus en détail

Sécurité et insécurité alimentaire chez les Québécois : une analyse de la situation en lien avec leurs habitudes alimentaires

Sécurité et insécurité alimentaire chez les Québécois : une analyse de la situation en lien avec leurs habitudes alimentaires Sécurité et insécurité alimentaire chez les Québécois : une analyse de la situation en lien avec leurs habitudes alimentaires INSTITUT NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE DU QUÉBEC Sécurité et insécurité alimentaire

Plus en détail

La mortalité par suicide au Québec : 1981 à 2012 Mise à jour 2015

La mortalité par suicide au Québec : 1981 à 2012 Mise à jour 2015 La mortalité par suicide au Québec : 1981 à 2012 Mise à jour 2015 RAPPORT AUTEURS Gilles Légaré Mathieu Gagné Bureau d information et d études en santé des populations Institut national de santé publique

Plus en détail

Mécanique des Milieux Continus

Mécanique des Milieux Continus Mécanque des Mleux Contnus Golay Frédérc SEATECH MMC Golay MMC - - Ce cours de mécanque des mleux contnus est à la base de l ensegnement de mécanque à SEATECH. Les notons abordées c, transport de champs,

Plus en détail

Le manger, le boire et le bien-être

Le manger, le boire et le bien-être Le manger, le bore et le ben-être Gude de l almentaton sane Sommare Le meux-manger 3 Manger: tout un programme 11 Lat et produts laters 12 Qu a peur de la matère grasse? 16 L aventure du pett déjeuner

Plus en détail

L épidémiologie du suicide au Québec : que savons-nous de la situation récente?

L épidémiologie du suicide au Québec : que savons-nous de la situation récente? L épidémiologie du suicide au Québec : que savons-nous de la situation récente? Danielle St-Laurent Clermont Bouchard Unité Connaissance-surveillance MISE EN CONTEXTE L objectif de cette étude est de présenter

Plus en détail

TD 1. Statistiques à une variable.

TD 1. Statistiques à une variable. Danel Abécasss. Année unverstare 2010/2011 Prépa-L1 TD de bostatstques. Exercce 1. On consdère la sére suvante : TD 1. Statstques à une varable. 1. Calculer la moyenne et l écart type. 2. Calculer la médane

Plus en détail

La classe moyenne au Québec s érode-t-elle vraiment? Contour et évolution

La classe moyenne au Québec s érode-t-elle vraiment? Contour et évolution Document de travail 2014/04 François Delorme Suzie St-Cerny Avec la collaboration de Luc Godbout Novembre 2014 REMERCIEMENTS La Chaire de recherche en fiscalité et en finances publiques de l Université

Plus en détail

Merci à Lynda Sauvé pour sa lecture critique et à Marie-Claude Godin du Secteur Environnement urbain et santé, pour la présentation du rapport.

Merci à Lynda Sauvé pour sa lecture critique et à Marie-Claude Godin du Secteur Environnement urbain et santé, pour la présentation du rapport. Une réalisation du secteur Environnement urbain et santé Direction de santé publique Agence de la santé et des services sociaux de Montréal 1301, rue Sherbrooke Est Montréal (Québec) H2L 1M3 Téléphone

Plus en détail

Accès à l éducation postsecondaire : Comparaison entre l Ontario et d autres régions

Accès à l éducation postsecondaire : Comparaison entre l Ontario et d autres régions Accès à l éducation postsecondaire : Comparaison entre l Ontario et d autres régions Rapport préparé par Ross Finnie, Stephen Childs et Andrew Wismer pour le Conseil ontarien de la qualité de l enseignement

Plus en détail

LES QUÉBÉCOIS BOUGENT PLUS MAIS PAS ENCORE ASSEZ

LES QUÉBÉCOIS BOUGENT PLUS MAIS PAS ENCORE ASSEZ LES QUÉBÉCOIS BOUGENT PLUS MAIS PAS ENCORE ASSEZ Novembre 2005 AUTEURS Bertrand Nolin, Ph. D Unité Connaissance-surveillance Direction Planification, recherche et innovation Institut national de santé

Plus en détail

Projections démographiques pour le Canada, les provinces et les territoires

Projections démographiques pour le Canada, les provinces et les territoires N o 91-520-X au catalogue Projections démographiques pour le Canada, les provinces et les territoires 2009 à 2036 Comment obtenir d autres renseignements Pour toute demande de renseignements au sujet de

Plus en détail

ÉTAT DES LIEUX. Niveau de preuve et gradation des recommandations de bonne pratique

ÉTAT DES LIEUX. Niveau de preuve et gradation des recommandations de bonne pratique ÉTAT DES LIEUX Niveau de preuve et gradation des recommandations de bonne pratique Avril 2013 Les recommandations et leur synthèse sont téléchargeables sur www.has-sante.fr Haute Autorité de Santé Service

Plus en détail

Série Synthèses du RCCDR

Série Synthèses du RCCDR Série Synthèses du RCCDR POURQUOI LES FEMMES GAGNENT-ELLES MOINS QUE LES HOMMES? Synthèse de connaissances tirées de microdonnées canadiennes par Carole Vincent À l aide d études réalisées à partir de

Plus en détail

ET SI LA PARTICIPATION FAISAIT LA DIFFÉRENCE

ET SI LA PARTICIPATION FAISAIT LA DIFFÉRENCE ET SI LA PARTICIPATION FAISAIT LA DIFFÉRENCE LES ACTIVITÉS PARASCOLAIRES DES ÉLÈVES DU SECONDAIRE ET LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE RAPPORT D ENQUÊTE Coordination de la recherche Diane Charest, Chef du Service

Plus en détail

Qui s'enrichit, qui s'appauvrit

Qui s'enrichit, qui s'appauvrit Qui s'enrichit, qui s'appauvrit 1976 2006 Eve-Lyne Couturier Bertrand Schepper Institut de recherche et d informations socio-économiques Institut de recherche et d informations socio-économiques isbn

Plus en détail

ÉTAT DE LA SITUATION DE LA MAÎTRISE AU QUÉBEC RAPPORT DÉPOSÉ PAR LE COMITÉ ADESAQ (PARTIE I)

ÉTAT DE LA SITUATION DE LA MAÎTRISE AU QUÉBEC RAPPORT DÉPOSÉ PAR LE COMITÉ ADESAQ (PARTIE I) ÉTAT DE LA SITUATION DE LA MAÎTRISE AU QUÉBEC RAPPORT DÉPOSÉ PAR LE COMITÉ ADESAQ SUR LA NATURE, LA STRUCTURE ET LES ACTIVITÉS ASSOCIÉES À LA MAÎTRISE AU QUÉBEC (PARTIE I) SEPTEMBRE 2007 SOMMAIRE Ce rapport

Plus en détail

Quel portrait de famille pour le Québec en 2011?

Quel portrait de famille pour le Québec en 2011? Volume 2 no 1 HIVER 2014 Bulletin trimestriel sur les familles et les personnes qui les composent Direction de la recherche, de l évaluation et de la statistique du ministère de la Famille Quel portrait

Plus en détail

Guide pratique à l'intention des étudiants des sciences humaines et sociales

Guide pratique à l'intention des étudiants des sciences humaines et sociales Collection Devenir chercheure Guide pratique à l'intention des étudiants des sciences humaines et sociales Comment Comment faire faire? Une méta-analyse, méthode agrégative de synthèse des connaissances

Plus en détail