Architecture multi-sites, multi-services. Maxence Dunnewind

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Architecture multi-sites, multi-services. Maxence Dunnewind"

Transcription

1 Architecture multi-sites, multi-services Maxence Dunnewind 19 mai 2009

2 Redistribution and use in source and binary forms, with or without modification, are permitted provided that the following conditions are met : Redistributions of source code must retain the above copyright notice, this list of conditions and the following disclaimer. Redistributions in binary form must reproduce the above copyright notice, this list of conditions and the following disclaimer in the documentation and/or other materials provided with the distribution. The name of the author may not be used to endorse or promote products derived from this software without specific prior written permission. THIS SOFTWARE IS PROVIDED BY THE AUTHOR AS IS AND ANY EX- PRESS OR IMPLIED WARRANTIES, INCLUDING, BUT NOT LIMITED TO, THE IMPLIED WARRANTIES OF MERCHANTABILITY AND FITNESS FOR A PARTIC- ULAR PURPOSE ARE DISCLAIMED. IN NO EVENT SHALL THE AUTHOR BE LI- ABLE FOR ANY DIRECT, INDIRECT, INCIDENTAL, SPECIAL, EXEMPLARY, OR CONSEQUENTIAL DAMAGES (INCLUDING, BUT NOT LIMITED TO, PROCURE- MENT OF SUBSTITUTE GOODS OR SERVICES ; LOSS OF USE, DATA, OR PROF- ITS ; OR BUSINESS INTERRUPTION) HOWEVER CAUSED AND ON ANY THEORY OF LIABILITY, WHETHER IN CONTRACT, STRICT LIABILITY, OR TORT (IN- CLUDING NEGLIGENCE OR OTHERWISE) ARISING IN ANY WAY OUT OF THE USE OF THIS SOFTWARE, EVEN IF ADVISED OF THE POSSIBILITY OF SUCH DAMAGE. 1

3 Résumé Ce document décrit la mise en place d une architecture d hébergement de services multisites. Elle est conçue pour proposer des services variés (aussi bien du courrier électronique qu un serveur de jeu) à de nombreux utilisateurs simultanés. Le matériel est réparti sur plusieurs sites géographiques, tant pour la sécurité que cela apporte que pour une meilleure réactivité du réseau. Des méthodes et outils ont été choisis pour minimiser la force de travail nécessaire à la maintenance et au déploiement. A partir de la configuration minimum (un site géographique, un administrateur) la croissance de l audience est suivie par l ajout de matériel et de nouveaux sites avec un temps de réaction qui évite la mobilisation de ressources inutiles. Un soin particulier a été apporté à l utilisation de techniques largement répandues, déjà éprouvées et dont la maintenance évolutive est assurée par des équipes externes dynamiques. L architecture tire profit, au fil des mois, des nouvelles versions. L administrateur ayant pour tâche première d assurer la stabilité de l ensemble.

4 Table des matières 1 Topologie de l installation Topologie géographique Architecture matérielle Les services utilisés en interne Systèmes d exploitation Firewall VPN DHCP DNS Les outils de supervision Nagios Munin La virtualisation 18 4 Services utilisés sur les machines Serveur Web Serveur de mail Base de données Serveur IRC Autres services Sauvegarde Architecture Postes de coût Gestion des risques Panne de BIND Un serveur MySQL tombe La liaison entre les centres est coupée Gestion de la sécurité des réseaux

5 Chapitre 1 Topologie de l installation 1.1 Topologie géographique La localisation géographique des centres serveurs est adaptée à l accueil des services nécessaires à l hébergement d un MMORPG 1 et capable de supporter un grand nombre d utilisateurs. Les deux configurations possibles sont : Installation centralisée en un seul lieu Pas d installation spare 2 ou installation située dans le même lieu. Installation spare situé dans un deuxième lieu. Installation fonctionnelle décentralisée sur n sites Installation spare dans des sites dédiés Mélange d installations principale et spare sur chaque site. Le choix d une configuration se fait sur les paramètres suivants : audience : nombre d utilisateurs simultanés, bande passante totale consommée, etc. humain : quelle présence sur chaque zone, en combien de temps, etc. financier : coût d installation et de maintenance dans chaque centre par rapport à une installation centralisée technique : capacité d administration à distance? Interconnexion des centres? La configuration décrite ici est celle répartissant l installation sur plusieurs sites. Le cas mono-site peut en être déduit. Les services critiques 3 sont dupliqués ou sauvegardés. Cependant, l architecture multi-sites permettra d étendre les services spare des différents éléments, pour des raisons d efficacité (meilleur temps de réponse, plus de bande passante) et non d intégrité du service. L installation est déployée sur 2 sites : centre 1 et centre 2 dans la suite du document. Afin de soutenir une charge plus importante ou de renforcer l accueil d un zone géographique dans laquelle l audience est particulièrement forte, les centres additionels seront déployés sur le même modèle. 1 Jeu en réseau massivement multi-joueurs 2 Un élément dit spare est utilisé en cas de panne de l élément principal dans le but d assurer une continuité de service 3 permettant le fonctionnement de l installation 2

6 1.2 Architecture mate rielle La disposition physique des serveurs permettra d optimiser la re partition des services. Cette re partition tient compte de parame tres comme les performances du re seau sur chaque site. Nous posse dons 2 he bergements ayant chacun les caracte ristiques suivantes : Capacite d he bergement d une baie (40U) He bergement dans un datacenter professionnel, offrant une architecture capable de supporter la baie (e lectricite, refroidissement) Acce s 24h/24 7j/7 Connectivite 100Mbps ou 1Gbps pour une baie (baie relie e par fibre au re seau de l ope rateur) Chaque baie est configure e de la me me fac on. L he bergeur fournit suffisamment de PDU4 pour alimenter la totalite des e quipements de la baie ainsi que deux ports re seau sur un switch leur appartenant. Fig. 1.1 Baie ca ble e accueillant douze serveurs Un switch gigabit 48 ports est connecte au port fourni par l he bergeur. Un deuxie me switch, servant au re seau de monitoring (IPMI, Service Processor, KVM, etc.) est connecte sur le pre ce dent. Chaque serveur est connecte au re seau principal via un lien gigabit, et au re seau de supervision, via un ca ble de die. La liaison entre le re seau gigabit et le switch fourni par l ope rateur passe par un serveur de die, permettant de centraliser les transferts entre le re seau interne et l exte rieur (con4 Power Distribution Unit 3

7 nexions distantes, accès web). Ce serveur héberge les services tels que le firewall, le serveur DHCP et le DNS secondaire. Dans le but de limiter les SPOF 5, un second serveur est positionné afin de parer à la panne du serveur central. Un port supplémentaire est requis sur le switch du fournisseur pour assurer la redondance. Chaque site est ensuite connecté au réseau Internet via la connexion du fournisseur (celui-ci assurant une connexion symétrique au minimum de 100Mbps symétriques). Les sites ne sont pas connectés entre eux de façon directe (une liaison physique dédiée est chère et inutile). Cependant, comme les différents sites doivent être interconnectés pour les besoins d administration, des outils logiciels sont utilisés afin d abstraire la présence d Internet et de simuler l existence d un seul réseau local. Dans les baies qui ne disposent pas d équipement d aération spécial, on évite de remplir entièrement la baie car ceci entraînerait une surchauffe des équipements. Les systèmes de refroidissements fournis par l hébergeur (aération par le sol) sont insuffisant dans le cas d une baie entièrement équipée. Sans équipement de ventilation adapté (plateau, porte ventilée), on laisse un emplacement libre tous les 4 emplacements. 5 Single Point Of Failure 4

8 L architecture d un centre correspond au schéma ci-dessous : Fig. 1.2 Architecture réseau de chaque centre 5

9 Chapitre 2 Les services utilisés en interne Certain nombre d outils sont requis pour la gestion de ce réseau hétérogène (que ce soit du point de vue de l architecture matérielle ou géographique). Ils ont pour but d assurer le fonctionnement, l administration et la sécurité du réseau. Les services utilisés sont le VPN 1, le DNS 2 et le DHCP 3 pour l administration, Nagios et Munin pour la supervision. Chaque site est aussi sécurisé par un firewall logiciel installé sur les serveurs frontaux. 2.1 Systèmes d exploitation La totalité des machines sont équipées d un système d exploitation GNU/Linux. Suivant les besoins de chaque machine, les versions utilisées varient (par exemple sur les machines utilisant des containers LXC une Debian/sid avec un kernel est requise alors que sur les machines à base de KVM tourne une Debian/lenny avec un kernel ). La majorité des machines sont dans configuration type suivante : Système d exploitation Debian Lenny Noyau en version Firewall Les serveurs d un site physique communiquent sur Internet à travers une passerelle unique, c est-à-dire qu un seul serveur accède réellement à Internet. Dans le cas d un serveur spare, la configuration est dupliquée à partir du serveur principal. Le point de passage unique permet de filtrer les communications et d assurer la sécurité du réseau interne. Deux types d actions contrôlent toutes les communications : la redirection et le filtrage. La redirection des communications Seule la passerelle est visible de l Internet. Pour pouvoir utiliser les serveurs internes, les communications sont redirigées. Pour cela, la reconnaissance des communications est 1 Virtual Private Network, réseau privé virtuel 2 Domain Name System, gestion des correspondances nom/ip 3 Attribution automatique des IP et de la configuration réseau 6

10 effectuée sur plusieurs critères dont : Adresse IP Port Service utilisé Chaque combinaison d un ou de plusieurs de ces paramètres permet de rediriger la communication vers un serveur du réseau interne, sur un port choisi. Ce système est appelé NAT 4. Fig. 2.1 Redirection basée sur l IP La redirection par IP est utilisée lorsque le serveur interne correspondant possède une IP pour lui seul. Cela diminue les problèmes liés au fait d avoir plusieurs instances du même service sur une même IP. Fig. 2.2 Redirection basée sur l IP et le port La redirection à un niveau supérieur de la communication (applicatif) sert au demultiplexage des services associés à une IP unique. Par exemple, l http 5. Ce type de redirection 4 Network address translation 5 Protocole utilisé pour la visualisation des sites web 7

11 au niveau applicatif nécessite qu une connexion soit déjà en place avec la passerelle. On parle alors de proxy 6. Afin de limiter l utilisation de la passerelle à son but premier (gestion des communications), l instance du serveur web Apache qui est utilisé en tant que proxy n est pas localisée sur la passerelle, mais sur une machine virtuelle séparée. Fig. 2.3 Redirection au niveau applicatif L avantage de l utilisation d un proxy est que, de par son utilisation sur la couche applicative, il ne nécessite pas d utiliser plusieurs IPs. Si l on se place au niveau connexion, la passerelle n a pas connaissance de la présence éventuelle d un nom de domaine dans la communication, elle ne peut donc pas rediriger la communication en se basant sur cet élément. Bien que ce ne soit pas la solution mise en oeuvre, il reste possible d utiliser différents ports pour les connexions http, ce qui est contraignant, car l utilisateur est obligé de spécifier le port à chaque fois 7. En résumé, on utilise 3 méthodes pour la reconnaissance des communications : Identification Avantages Inconvénients 1 IP publique = 1 redirection Redirection simple et Consommation importante indépendante du service d adresses IP publiques 1 couple IP, port = 1 redirection Consommation plus faible Obligation du client de d adresses IP publiques spécifier le port 1 Nom de domaine = 1 redirection 1 seule adresse IP nécessaire Obligation d un proxy par application sur la passerelle Difficulté d identification pour les autres services Le filtrage des communications Afin de sécuriser les accès au réseau interne, on profite de la centralisation des communications sur la passerelle pour y configurer un outil de filtrage. L outil utilisé est le logiciel netfilter présent par défaut sur le système. On l utilise à travers l interface iptables. Celle-ci n étant pas très ergonomique (une suite de règles n est pas très lisible), on utilise le logiciel Shorewall, qui permet de décrire de manière plus compréhensible la configuration, en découpant celle-ci par hôte. A chaque lancement, celui-ci se chargera de générer 6 Système permettant une redirection au niveau applicatif 7 Par défaut, les ports 80 ou 443 sont utilisés pour les connexions http ou https 8

12 les règles pour iptables. Les serveurs hébergeant des services de confiance, tout le trafic sortant est autorisé par défaut. Le but du filtrage est de sécuriser au maximum les connexions aux serveurs du réseau. Pour cela, on se base sur le principe de la liste blanche : toute communication entre Internet et le réseau interne est interdite par défaut. Les communications autorisées sont rajoutées explicitement dans les règles. Cependant, même si c est une première sécurité, cela ne permet pas de sécuriser, par exemple, les failles applicatives. Les services standards (ils sont complétés en fonction du déploiement) autorisées sont : web (http, https) ssh mail (pop(s), smtp(s), imap(s)) gestionnaire de sources (svn, git, mercurial) autres connexions à un serveur de jeu Shorewall découpe la configuration par hôte. Pour chaque hôte, un répertoire différent est utilisé, contenant 2 fichiers params et rules. Le premier défini les variables, le second les règles à appliquer : PUBLIC4= Listing 2.1 Fichier de définition des variables Listing 2.2 Fichier de définition des règles ACCEPT net $FW: ${PUBLIC4:.} DNAT net l o c : tcp http, https ${PUBLIC4:.} DNAT net l o c : : 2 2 tcp ${PUBLIC4:.} DNAT net l o c : : 2 2 tcp ${PUBLIC4:.} DNAT net l o c : : 2 2 tcp ${PUBLIC4:.} Ces fichiers de configuration attribuent l adresse IP publique à l hôte, et mettent en place 4 règles de redirection. Tous ces fichiers sont inclus via la directive INCLUDE dans le fichier /etc/shorewall/rules. Afin de permettre l utilisation du VPN, on ajoute au firewall une interface utilisée pour le tunnel. Cela s effectue par l ajout de la ligne : l o c tun0 dhcp, t c p f l a g s, nosmurfs dans le fichier de configuration des interfaces. L interface tun0, créée par le client VPN, est ainsi reconnue comme faisant partie de la zone locale. Pour faciliter l administration, on ajoute une règle permettant d utiliser les adresses publiques à partir du réseau privé. Cela revient à autoriser une connexion du LAN vers le LAN, en passant par les interfaces publiques. Cela s effectue par l ajout d une règle de la forme : DNAT a l l + l o c : tcp ssh, http, https \${PUBLIC4:.} Ceci précise que, si l on essaie d accéder à l adresse définie dans la variable PUBLIC4, on sera redirigé sur l adresse interne (comme c était déjà le cas précédemment). 9

13 La directive all-+ permet de préciser que cette règle doit également être appliquée lorsqu on essaie d utiliser les adresse IP publiques à partir du LAN. 2.3 VPN Les serveurs de chaque site ont une adresse IP privée et constituent un LAN (Local Area Network). Ces réseaux, privés, sont interconnectés entre eux au travers de l Internet. Pour communiquer entre deux serveurs situés dans deux centres différents, il est nécessaire d utiliser les connexions publiques, ce qui complique les communications. Il serait en outre impossible d utiliser les noms d hôtes ou les IP internes. De même, pour accéder à des fonctionnalités étendues, il serait nécessaire de définir de nombreuses règles supplémentaires sur les firewalls. Par exemple, si l on souhaite sauvegarder des informations contenues sur un serveur du premier centre sur un des serveurs du deuxième centre, tout en interdisant l accès à ce serveur de sauvegarde à partir de l Internet, il faudra rajouter une règle dans les firewalls afin d autoriser seulement les transferts venant du centre 1. Ceci pose également le problème que si, au sein d un même centre, plusieurs serveurs essaient d accéder au serveur de sauvegarde, il devient compliqué de n en autoriser que certains, car tous les serveurs du premier centre seront vus comme un seul serveur sur l Internet (à moins d attribuer plusieurs IP publiques). Fig. 2.4 Les communications entre les centres traversent l Internet Dans le schéma ci-dessus, on voit bien que pour le deuxième centre, la seule IP connue est , il est donc difficile de n autoriser que certains des serveurs présents dans le premier centre, car ils partagent tous la même IP. Cela oblige de restreindre les accès en sortie sur le firewall du centre 1. Un autre problème du point de vue de la sécurité est que tout transfert d informations entre les deux centres se fait à travers Internet. Il est donc nécessaire de chiffrer chaque communication entre les deux centres, ce qui représente une augmentation de la complexité de configuration. Il serait en plus souhaitable d utiliser des 10

14 mécanismes d authentification des machines afin de parer à des attaques de type spoofing 8. Afin de remédier à ces divers problèmes (complexité de mise en oeuvre, regroupement des serveurs sous une même IP, etc), on utilise un VPN. Ce système permet de créer une connexion chiffrée et permanente entre les deux centres (plus exactement, entre les deux passerelles), et d y faire communiquer les serveurs de chaque centre de façon transparente. Cela revient à abstraire l existence d Internet, on se retrouve alors dans la même situation que si tous les serveurs étaient dans le même réseau privé. L utilisation d un VPN présente les avantages suivants : Toutes les communications sont automatiquement chiffrées Les passerelles de chaque centre sont authentifiées, pour empêcher tout intrus de rejoindre le VPN Les adresses internes sont communiquées de part et d autre du réseau (on peut donc identifier chaque serveur / machine virtuelle individuellement via son adresse privée) Fig. 2.5 Les communications entre les centres traversent l Internet via un VPN En pratique, la configuration utilisée est la suivante : Premier centre : plage d IP /24 Deuxième centre : plage d IP /24 Serveur VPN : Passerelles : / Passerelles spare : / Chaque passerelle est authentifiée à l aide d une clé RSA unique. Un utilisateur extérieur qui souhaiterait se connecter au VPN se verra rejeté, même dans l hypothèse où il usurpe l adresse IP d une passerelle. Cette clé est générée par les outils fournis avec l utilitaire OpenVPN 9, disponibles dans /etc/openvpn/2.0. Afin de limiter la configuration sur le client, un fichier décrivant les règles de routage est créé par client et stocké dans /etc/openvpn/ccd. Il contient la liste des routes devant 8 Une personne tierce pourrait prétendre être http ://openvpn.net/ 11

15 être ajoutées sur le poste se connectant au VPN. Ces configurations sont ensuite récupérées et installées dynamiquement au démarrage du client VPN. Listing 2.3 Configuration du routage par client push route push route push route push route Le fichier de configuration précédent donne accès à 4 nouveaux réseaux à travers l interface du VPN. Le mécanisme CCD 10 permet de n activer que certaines routes sur les clients, en plus de minimiser la configuration client. Lorsqu un nouvel administrateur réseau est recruté et doit se connecter au VPN, il lui suffit de récupérer la configuration fournie par défaut, de copier la clé qui lui aura été attribuée dans /etc/openvpn/client.crt ainsi que le certificat du serveur dans /etc/openvpn/ca.crt, et enfin de spécifier le serveur distant via la directive remote-server dans /etc/openvpn/client.conf. Une fois ces manipulations effectuées, il suffit simplement de redémarrer le démon OpenVPN. L opération est la même pour ajouter un nouveau centre au VPN. Une interface tun0 est créée sur le système, et les routes définies dans la configuration client sont ajoutées sur cette interface. 2.4 DHCP Le réseau de chaque machine est configuré soit : Configuration en dur Configuration distribuée à l aide d un serveur DHCP La méthode manuelle assure que la configuration réseau correspondra à celle explicitement décrite dans le fichier de configuration. Elle implique cependant de se souvenir de la configuration de chaque serveur afin de ne pas se retrouver avec deux serveurs ayant les mêmes paramètres. La configuration automatisée par DHCP permet d avoir une gestion centralisée, donc plus facile à maintenir. Utiliser le protocole DHCP pour la configuration du réseau au démarrage nécessite de plus qu un service soit capable d assurer la communication avec le serveur DHCP. Dans le cas contraire, la machine physique risquerait de se retrouver hors du réseau, et donc injoignable pour l administration, ce qui impliquerait le déplacement d un personnel. Afin de limiter ce risque, les machines physiques sont configurées de façon à ne pas utiliser le DHCP. En revanche, toutes les machines virtuelles utilisent ce service. En effet, même en cas de panne du client DHCP, il est toujours possible pour l administrateur de se connecter à la machine physique, et donc d administrer les machines virtuelles. Cela implique que le serveur DHCP n attribue pas les adresses IP utilisées pour les configurations statiques (des plages sont réservées à cet effet). Afin de limiter la problématique due à la maintenance de multiples configurations tout en assurant un minimum d indépendance des différents serveurs DHCP (chaque instance doit en effet être capable de fonctionner même sans la présence du ou des serveurs maîtres), 10 Client config directory 12

16 Fig. 2.6 La configuration DHCP est centralisée et versionnée nous utilisons l outil de gestion de sources Mercurial 11. Il permet de versionner l évolution de fichiers au fil du temps. Décentralisé, il est capable de posséder plusieurs copies du dépôt à plusieurs endroits, et de les synchroniser entre elles. Les copies du dépôt servant de référence pour la configuration DHCP sont partagées via un export NFS 12. Il suffit d ajouter une ligne de configuration sur les clients 13 pour pouvoir synchroniser la version locale et la version distante, sans avoir à posséder une authentification sur le serveur distant. Cette opération est faite une seule fois, à l installation d un nouveau centre. Le partage NFS passe par le VPN ce qui permet de n autoriser que les adresses du réseau local et empêche toute connexion directe à partir d une IP publique (venant de l Internet). La configuration du serveur DHCP ressemble à : group { option r o u t e r s r e n t r e. t l d. ; option domain name s e r v e r s r e n t r e. t l d ; subnet netmask { } host d n s s l a v e. r e n t r e { hardware e t h e r n e t 5 2 : 2 6 : 8 4 : A3 : 2 8 : 1 9 ; f i x e d address d n s s l a v e. r e n t r e. t l d. ; } host pokme. r e n t r e { hardware e t h e r n e t 0 0 : f a : 7 0 : 4 7 : 9 d : 7 d ; f i x e d address pokme. r e n t r e. t l d. ; } host j a u l a. r e n t r e { hardware e t h e r n e t 0 0 : aa : b9 : f 2 : 3 e : b5 ; f i x e d address j a u l a. r e n t r e. t l d. ; } host proxy. r e n t r e { hardware e t h e r n e t 0 0 : 7 f : 7 8 : 8 e : 7 8 : dc ; 11 http ://www.selenic.com/mercurial 12 Protocole permettant l export d un répertoire à travers le réseau 13 Le système étant décentralisé, la notion de serveur et de client est conventionelle 13

17 } } f i x e d address proxy. r e n t r e. t l d. ; Dans cet exemple, on voit que le sous-réseau /24 est utilisé pour la machine rentre.tld. Chaque machine virtuelle est identifiée par une section host, spécifiant l adresse matérielle de l interface virtuelle ainsi que son nom de domaine complet. Ceci assure qu une même machine virtuelle possédera toujours une même IP. La directive fixedaddress recherche (soit dans le fichier /etc/hosts, soit via une requête DNS) une correspondance nom de domaine / IP existante pour le nom associé. Si cette association existe, alors le DHCP attribue l adresse IP correspondante à cet hôte. En définissant seulement la correspondance nom de domaine / IP dans la configuration du serveur DNS, on assure une configuration réseau par DHCP ainsi qu une résolution de nom correcte. Cette configuration est stockée sur un dépôt Mercurial partagée sur différents hôtes via NFS. Le montage du partage NFS s effectue, via la commande mount, seulement lorsque l administrateur en a besoin. Ce montage est configuré dans le fichier /etc/fstab : r e n t r e. t l d : / e t c /dhcp3 /mnt/ r e n t r e. t l d / e t c /dhcp3 n f s tcp, noauto 0 0 s n i f. t l d : / e t c /dhcp3 /mnt/ s n i f. t l d / e t c /dhcp3 n f s tcp, noauto 0 0 Les deux répertoires de configuration des serveurs maîtres sont montés dans /mnt/<hote>/etc/dhcp3 ce qui permet ensuite la synchronisation des configurations via Mercurial. 2.5 DNS Lorsqu un grand nombre d ordinateurs/serveurs sont utilisés, il devient difficile de nommer chaque serveur par son adresse IP. Pour éviter cela, un service DNS 14 est utilisé. Celuici permet d associer l adresse IP de chaque serveur à un nom, en suivant une hiérarchie de nommage. La configuration est la suivante : le TLD 15 utilisé est tld.. Ensuite, chaque machine posséde un nom unique, l associant à son adresse IP. Son nom complet est donc de la forme nommachine.tld. Les machines hébergeant des machines virtuelles, possédant leur propre adresse IP, ont un enregistrement supplémentaire par machine virtuelle, de la forme machinevirtuelle.machine.tld. On trouve donc dans la configuration DNS des informations sous la forme : r e n t r e IN A d n s s l a v e. r e n t r e IN A proxy. r e n t r e IN A pokme. r e n t r e IN A j a u l a. r e n t r e IN A Ces informations correspondent aux machines virtuelles dont la configuration DHCP a été décrite précédemment. On voit donc ici que la machine principale rentre.tld possède l adresse IP Les machines virtuelles hébergées sur le serveur rentre possédent les adresses à Si le DNS permet de faire l association nom de domaine IP, il doit aussi permettre de faire l association inverse. En effet, on peut avoir plusieurs noms de domaine par IP, ou plusieurs IP pour un nom de domaine. Pour cela, on configure les enregistrements inverses : IN NS r e n t r e IN NS d n s s l a v e. r e n t r e 14 domain name system 15 top level domain, le nom de domaine de plus haut niveau 14

18 IN NS proxy. r e n t r e IN NS pokme. r e n t r e IN NS j a u l a. r e n t r e On sait alors que l adresse IP correspond à l hôte dnsslave.rentre.tld. Toujours dans l optique de la centralisation des configurations préservant la disponibilité du service, nous utilisons les capacités de réplication proposées par le serveur DNS BIND. La configuration pour la totalité du réseau VPN est hébergée sur un serveur DNS global. Chaque centre d hébergement fait tourner son propre serveur DNS, qui se contente de synchroniser sa configuration sur le serveur maître. Cela permet, même en cas de coupure de liaison avec le serveur DNS principal, d obtenir l information depuis le DNS esclave fonctionnel sur chaque centre. Chaque passerelle ( / et / ) possède une instance du serveur BIND utilisable uniquement par son réseau interne. Afin d éviter l exploitation du serveur BIND pour des attaques de type déni de service, la récursion 16 a été désactivée. En cas de panne du serveur DNS maître, le serveur DNS esclave est sollicité. Il est déclaré dans les enregistrement DNS pour la zone, il sera automatiquement utilisé si le serveur maître est injoignable. Le serveur maître synchronise les informations sur les noms de domaines directement via un protocole interne. La configuration de la zone d un serveur esclave utilisé dans le VPN est : zone t l d. { type s l a v e ; f i l e t l d ; masters { ; } ; } ; 2.6 Les outils de supervision Il est impossible pour un administrateur réseau de superviser manuellement la totalité des ressources. Il lui faut un mécanisme d alerte et un moyen de visualiser l évolution des ressources Nagios L ordonnanceur de tâches Nagios a été choisi pour sa robustesse. Il permet à l administrateur de programmer le lancement de tests à intervalle régulier sur les hôtes souhaités. Si jamais un résultat indiquant une défaillance est détecté, l administrateur est averti par , SMS, Jabber, IRC, etc. Les tests sont effectués en local (nombre de processus, d utilisateurs connectés, charge processeur/mémoire, etc.) ou à distance (connectivité du serveur web, disponibilité d un site ou d une page web, fonctionnement d un serveur mail, etc.). Des tests ont également été développés pour tester des services plus particuliers, dans le cas de protocoles spécifiques à des serveurs de jeu. On utilise au minimum les tests suivants : Présence de la connectivité réseau (ping) 16 Un serveur DNS peut résoudre les domaines qu il ne connaît pas en délégant la requête aux serveurs ayant autorité sur les TLD correspondant 15

19 Fonctionnement d un serveur Web Fonctionnement du serveur DNS Fonctionnement du serveur mail Charge d un serveur Accès ssh Serveur rsync Fonctionnement du serveur DHCP Fig. 2.7 Le serveur de supervision Nagios permet de monitorer l intégralité du réseau Chacun de ces tests est effectué sur un ou plusieurs serveurs, en fonction des services à tester. Suivant la fonction testée, les tests peuvent être effectués soit via le réseau interne (VPN), soit via l accès externe (Internet). Cette deuxième solution est utilisée pour tester la vivacité d un service accessible au public. Le VPN apporte, dans le cas de la première solution, une grande facilité d administration, en permettant l utilisation des noms d hôtes et des IPs privées même entre les 2 sites distants. Si une erreur est détectée, une notification est émise à un contact à travers Jabber. Si le problème n est pas réglé dans les 30 minutes, une notification par est alors envoyée. Si cette configuration est ici utilisée pour tous les tests, il n en reste pas moins possible de l ajuster différemment pour chaque test. Nagios gère la hiérarchie réseau d un site : si la passerelle d un des sites tombe en panne, la totalité des services est interrompue. Nagios détecte cette situation et notifie l administrateur seulement de la chute de la passerelle, évitant ainsi l envoi massif de notifications pour chacun des services indisponibles Munin En complément du superviseur Nagios, qui teste l état des services à un moment donné, Munin garde un historique de l état des systèmes. Il enregistre périodiquement les informations du système, telles que la charge système, l occupation mémoire, le trafic réseau, mail ou web, etc. 16

20 Un serveur est configuré sur le réseau et vérifie, périodiquement, la liste des noeuds sur lesquels il récupére des informations. Chaque noeud fournit des statistiques via un démon qui se charge d envoyer les informations souhaitées à chaque connexion du serveur. Le serveur génère ensuite périodiquement les graphiques présentés sous forme de page web. Ce service utilise exclusivement les adresses internes, via le VPN, ce qui permet d éviter la transmission de ces informations sur Internet. Fig. 2.8 Statistiques réseau présentées par Munin 17

21 Chapitre 3 La virtualisation La virtualisation permet de faire fonctionner sur une seule machine plusieurs systèmes d exploitation et/ou plusieurs applications, séparément les uns des autres, comme s ils fonctionnaient sur des machines physiques distinctes 1. Suivant l isolation souhaitée (isolation simple ou émulation du système), deux solutions ont été retenues. Une simple isolation crée juste un système dans un répertoire. Des services sont ensuite lancés au sein de ce système. Il n y a pas de virtualisation du système, mais seulement un cloisonnement des applications. Pour utiliser ce cloisonnement, nous nous basons sur le service lxc 2. 1 http ://fr.wikipedia.org/wiki/virtualisation 2 http ://lxc.sourceforge.net/ Fig. 3.1 Fonctionnement du projet libvirt 18

22 Le principal inconvénient de cette technologie est la difficulté à gérer les ressources CPU et mémoire. On peut en effet souhaiter limiter précisément la quantité de ressources allouée à un système et aux applications y tournant. Avec les technologies de virtualisation, ce n est plus le système qui est émulé, mais le serveur. Ceci permet une meilleure gestion de la séparation des processus et de la répartition de la charge. Pour cette technologie, les logiciels de virtualisation Xen et KVM sont utilisés. Dans les deux cas (machine virtuelle ou simple cloisonnement), l application dispose d une machine dédiée, et posséde un accès total sans risquer de mettre en danger les autres systèmes (hôtes ou hébergés) tournant sur la même machine physique. A quelques rares exceptions près (passerelle/firewall), les machines physiques hébergées ne servent qu à gérer des machines virtuelles, qui hébergent les services. L utilisation de Xen ou de KVM dépend des processeurs intégrés à la machine hôte. Les processeurs les plus récents possèdent un jeu d instruction VT 3. Dans ce cas, on utilise le virtualiseur réel KVM. Dans le cas contraire, on utilise un paravirtualiseur (Xen). La gestion des machines virtuelles est effectuée à l aide de la librairie libvirt, qui implémente une API permettant de gérer des systèmes de virtualisation indépendemment du (para)virtualiseur utilisé. L espace disque est géré via LVM 4. Grâce à LVM on redimensionne dynamiquement une partition/un système de fichiers pour suivre la croissance des services. Le jour où une machine virtuelle nécessite un espace plus important que ce qui lui avait été alloué, il suffit - après éventuellement l ajout d un disque - de redimensionner sa partition, et ce de façon totalement transparente. Les fonctionnalité de snapshot de LVM, sont utilisés pour faire des sauvegardes instantanées des systèmes. 3 Instructions optimisées pour la virtualisation 4 Gestionnaire de volumes logique 19

23 Chapitre 4 Services utilisés sur les machines 4.1 Serveur Web L application utilisée pour héberger les services web est Apache. Celui-ci peut donc héberger différents sites sur une même installation, et possède également des fonctionnalités plus poussées (interprétation des différents langages de scripts, utilisation en tant que proxy pour relayer les communications entre différents serveurs, etc). L identification de chaque site se fait via son nom de domaine. Ceci est appelé une configuration par vhosts Serveur de mail Un serveur de mail permet de centraliser la gestion des mails des développeurs en leur fournissant une boîte mail propre au projet. Par ailleurs, un outil de gestion de liste de diffusion (mailman) est utilisé pour les listes de support et de développement. Le serveur de mail est un ensemble de plusieurs logiciels : Serveur SMTP (postfix) : il permet la communication des mails entre les différents serveurs disponibles sur Internet Serveur POP/IMAP (dovecot) : ces protocoles permettent aux personnes (utilisateurs ou administrateurs) possédant un compte Web de visualiser leurs mails, que ce soit à l aide d un webmail ou via un client distant (thunderbird, evolution) Antispam : greffé sur le serveur SMTP, il permet le filtrage des spams. Le logiciel spamassassin est utilisé. La technologie du greylisting 2 est utilisée lors de la réception d un mail, ce qui permet de réduire grandement le nombre de spam à traiter. Antivirus : Le logiciel clamav analyse le contenu des mails et des pièces jointes, et détecte les éventuels virus. 1 hôte virtuel 2 Le mail est systématiquement refusé la première fois. Seuls les serveurs correctement configurés (ce qui est rarement le cas des serveurs de spam) renverront le mail 20

24 Fig. 4.1 Récupération du serveur de mail pour un domaine Afin d éviter l interruption de service en cas de panne du serveur mail primaire, un serveur secondaire est mis en place. L organisation des serveurs mails se définit dans les enregistrement DNS. Une priorité est associée à chaque enregistrement de serveur. Le serveur avec la priorité la plus faible est utilisé tant qu il est fonctionnel. Sinon, le serveur ayant la priorité supérieure sera utilisé. 21

25 4.3 Base de données Les bases de données sont nécessaires aux applications pour le stockage d informations (serveur de jeu, compte , compte système, statistiques, etc.) et l interrogation rapide. Le SGBD 3 utilisé est MySQL. Pour les applications nécessitant d importantes ressources, le serveur MySQL est situé sur un serveur indépendant du serveur s y connectant. Afin de tolérer une panne sur le serveur SQL, un serveur esclave est installé. Celui-ci se contente de synchroniser les données avec le serveur maître. Dans le cas d une panne du serveur maître, un mécanisme de détection de panne 4 et de redondance permet au serveur de secours de prendre la place du serveur maître. Fig. 4.2 PhpMyAdmin : l administration d une base de donnée via une interface Web 3 Système de gestion de base de données 4 heartbeat + CARP 22

26 4.4 Serveur IRC L IRC 5 est un système de communication instantanée. Un réseau IRC est hébergé sur un serveur. Sur ce réseau, des utilisateurs s enregistrent, communiquent entre eux ou parlent en groupe dans des salons de discussion. Coté administration, des limitations d accès sont définies et des opérateurs au niveau de chaque canal contrôlent la participation aux salons de discussion. Certain d entre eux ont le contrôle de la totalité du réseau. Ce réseau IRC sert à héberger des salons de support et de développement. Fig. 4.3 XChat - un des nombreux clients IRC 5 Internet relay chat 23

27 4.5 Autres services En plus de ces services principaux, d autres services viennent compléter l installation. On peut noter les installations suivantes : Serveur Wiki (outil de travail et d expression communautaire) Serveur de fichier, distribution des fichiers à mettre à disposition du public (nouvelle release de logiciel) Serveur de jeu, permettant la gestion des inscrits, des parties, etc. Fig. 4.4 Wikipedia : un projet communautaire autour d un Wiki 4.6 Sauvegarde La sauvegarde permet, en cas de problème, de redémarrer les services dans un temps le plus court possible et aussi d éviter les pertes de données. Les principaux paramètres pris en compte pour les sauvegardes sont la fréquence souhaitée et la quantité d informations à sauvegarder. En dehors des technologies de réplication intégrées dans les logiciels (BIND, MySQL, etc.), nous utilisons 2 outils de sauvegardes : Rsync DRBD Rsync est un outil permettant d effectuer de la sauvegarde incrémentielle. Exécuté à intervalle régulier, il sauvegarde les fichiers ayant été modifiés depuis la dernière exécution. Avec l option link-dest, un répertoire contenant l intégralité du contenu est obtenu. En réalité, seuls les fichiers modifiés sont sauvegardés, les autres sont seulement reliés par des liens durs à la dernière version du fichier dans les sauvegardes précédentes. 24

28 DRBD agit au niveau block device 6. Il synchronise deux partitions distantes (à travers le réseau) en temps réel, et de façon totalement transparente pour le système de fichier et, a fortiori, pour l utilisateur. Si la partition est fréquemment utilisée (beaucoup d écritures), la bande passante consommée peut être importante. La latence du réseau doit donc être la plus faible possible, dans ce cas DRBD est configuré en réseau local pour tirer parti du lien gigabit. Si la partition est faiblement utilisée la partition distante est placée sur un site physique différent afin de minimiser les pertes en cas d accident. 6 En dessous du système de fichiers 25

29 Chapitre 5 Architecture L ensemble des techniques décrites dans les chapitres précédents font émerger des propriétés importantes de l ensemble de l installation. La politique de sécurité, par exemple, est induite des méthodes mises en place pour exploiter le VPN et les firewalls. Il est aussi possible de tirer des conclusions sur le matériel, les prestations et le travail nécessaire à la mise en place et à la maintenance de l installation. 5.1 Postes de coût Comme brièvement expliqué dans le début du document, l installation d une infrastructure réseau implique plusieurs postes de dépenses. Chaque poste est estimé proportionnellement à la dimension de l infrastructure (avoir une seule baie n a pas les mêmes implications que d avoir 2 baies à 1200km d écart). Les postes les plus importants sont au nombre de 4. Le premier est l emploi d un administrateur système. On estime qu un administrateur est capable de gérer une baie, soit jusqu à 40 serveurs. Dans l infrastructure précédente, cela représente jusqu à 400 machines virtuelles, qui doivent être capables de supporter utilisateurs simultanés. Il est donc nécessaire d avoir au moins un administrateur par site. Le deuxième point est intrinsèquement lié au premier, puisqu il concerne la gestion des interventions sur site. Il est en effet important d être capable de quantifier le temps passé à l administration régulière des machines. En plus de ce temps, il faut pouvoir évaluer les probabilités de pannes impliquant de fait une intervention (distante ou locale) de l administrateur, ce qui peut se calculer avec des variables telles que le MTBF 1. Les deux derniers postes de dépenses concernent l équipement matériel. On compte d une part le coût de l hébergement chez le fournisseur d accès, et d autre part le coût du matériel en lui-même (serveurs, switchs, cables, ventilations, etc.). 5.2 Gestion des risques Une telle infrastructure a pour but de permettre à l utilisateur d exploiter un ou plusieurs services. Dans l idéal, la disponibilité des services est permanente. Cependant, en pratique, plusieurs cas mènent à une interruption de service, dont : 1 Temps moyen entre pannes, http ://fr.wikipedia.org/wiki/temps moyen entre pannes 26

30 Panne logicielle (ex : un processus est tue par le syste me suite a une fuite me moire trop importante) Panne mate rielle (ex : une alimentation tombe en panne) Piratage (ex : suite a l exploitation d une faille applicative, une machine virtuelle a e te compromise) Sinistre (ex : un des centres prend feu, est inonde ) Fig. 5.1 Un datacenter ayant pris feu Dans chacun de ces cas, nous devons e tre capables de remettre en fonctionnement les services le plus rapidement possible. Une partie des processus est automatise e. Comme vu pre ce demment, la quasi-totalite des syste mes est re plique e. Les me thodes de re plications sont classe es en 2 cate gories : Me thodes inte gre es au logiciel (MySQL, BIND) Me thodes externes (DRBD, Rsync, Mercurial, LVM) V oici une se lection de sce narios de panne de diffe rentes services Panne de BIND Comme de taille dans la section DNS, BIND posse de son propre syste me de re plication, ainsi que sa propre gestion des priorite s. Un serveur BIND est de clare maı tre pour une zone, et d autres serveurs (1 par centre) s y synchronisent. En cas de panne du serveur BIND maı tre, l e volution de la configuration sera impossible. Cependant, les serveurs esclaves seront automatiquement utilise s. Ils posse deront alors soit la dernie re configuration, soit une des pre ce dentes configurations enregistre es dans une pe riode infe rieure au TTL2. 2 Une zone DNS posse de un parame tre TTL, permettant de spe cifier la pe riode entre deux mises a jour du client 27

31 Tant que chaque réseau local a accès à au moins 1 serveur DNS, il n y aura pas d interruption de service Un serveur MySQL tombe MySQL possède sont propre système de synchronisation et de réplication. Il est ainsi possible de paramétrer un nombre quelconque de serveurs se synchronisant automatiquement au serveur maître. Cependant, MySQL ne gère pas le balancement si jamais le serveur maître tombe en panne. L application Heartbeat est utilisée : elle va détecter la chute du serveur et déclencher le mécanisme de balancement (via une IP partagée au travers de CARP). Le balancement est fait en quelques secondes, assurant une indisponibilité minimale. Lors du retour du serveur maître, le balancement inverse devra être effectué à la main, avec une synchronisation des serveurs. Fig. 5.2 Architecture MySQL redondante La liaison entre les centres est coupée Il est possible, pour une raison quelconque, que la liaison entre les différents centres soit coupée, sans pour autant que les centres soient déconnectés d Internet. Cela implique que les services sont toujours accessibles publiquement, mais que chaque centre doit être capable de fonctionner de façon indépendante. Comme détaillé précédemment, les services critiques (DNS et DHCP) possèdent des instances sur les passerelles de chaque centre, ce qui assure une continuité de fonctionnement sur ce point. De même, tous les services de sauvegarde (snapshot LVM, DRBD ou Rsync) ne fonctionneront plus s ils travaillaient avec un centre distant. Ceci n empêchera pas le bon fonctionnement des services, mais entraînera une absence de sauvegarde récente en cas de panne d un service. Dans la majorité des cas, les services refonctionneront d eux-même. Cependant, dans certains cas (comme le serveur SQL vu ci-dessus), il pourra être nécessaire d effectuer une synchronisation manuelle. De même, si des configurations sauvegardées via Mercurial sont modifiées, il faudra resynchroniser les différentes versions entre elles. On est alors dans une situation dite de split-brain : à la suite d une rupture de connexion, chacun des hôtes se considère comme le maître, et écrit donc de nouvelles données. Lors du retour de la 28

Étude d une architecture multi-sites, multi-services

Étude d une architecture multi-sites, multi-services Étude d une architecture multi-sites, multi-services 18 mai 2009 Résumé Ce document décrit la mise en place d une architecture d hébergement de services multisites. L architecture détaillée dans le présent

Plus en détail

CONFIGURATION P 2 P 3 P 3 P 10 P 11 P 13 P 14 P 16

CONFIGURATION P 2 P 3 P 3 P 10 P 11 P 13 P 14 P 16 CONFIGURATION 1 Présentation 2 Topologie du projet 3 Installation 4 Configuration 4.1 Création de la DMZ publique 4.2 Accès vers l Internet 4.3 Publication d Exchange 4.4 Rapports d activité et alertes

Plus en détail

Figure 1a. Réseau intranet avec pare feu et NAT.

Figure 1a. Réseau intranet avec pare feu et NAT. TD : Sécurité réseau avec Pare Feu, NAT et DMZ 1. Principes de fonctionnement de la sécurité réseau Historiquement, ni le réseau Internet, ni aucun des protocoles de la suite TCP/IP n était sécurisé. L

Plus en détail

Justification : infrastructure (service) de base pour l'ensemble des équipes, projets et services. Profil de la population concernée

Justification : infrastructure (service) de base pour l'ensemble des équipes, projets et services. Profil de la population concernée Annexe 4 : Fiche Service Messagerie Justification : infrastructure (service) de base pour l'ensemble des équipes, projets et services Profil de la population concernée o Métiers Ce projet concerne toutes

Plus en détail

1 Certificats - 3 points

1 Certificats - 3 points Université de CAEN Année 2008-2009 U.F.R. de Sciences le 23 mars 2009 Master professionnel RADIS UE4 - module réseaux - Spécialisation Durée : 2h. - Tous documents autorisés 1 Certificats - 3 points Lors

Plus en détail

Serveur virtuel infogéré

Serveur virtuel infogéré Serveur virtuel infogéré Fiche produit 12 novembre 2010 Résumé Afin de garantir la disponibilité du serveur du client, nous proposons la mise à disposition d un serveur virtuel avec une infogérance complète

Plus en détail

A6-3 Autres systèmes d exploitation

A6-3 Autres systèmes d exploitation A6-3 Autres systèmes d exploitation Les systèmes BSD École nationale supérieure de techniques avancées A6-3 Autres systèmes d exploitation 1 / 22 Historique Les années 70 http://www.oreilly.com/catalog/opensources/book/kirkmck.html

Plus en détail

Le filtrage de niveau IP

Le filtrage de niveau IP 2ème année 2008-2009 Le filtrage de niveau IP Novembre 2008 Objectifs Filtrage : Le filtrage permet de choisir un comportement à adopter vis à vis des différents paquets émis ou reçus par une station.

Plus en détail

Ce manuel vous accompagne au long des procédures d installation et de restauration de PheBuX 2004 [alternative solutions]

Ce manuel vous accompagne au long des procédures d installation et de restauration de PheBuX 2004 [alternative solutions] Version 2004 Ce manuel vous accompagne au long des procédures d installation et de restauration de PheBuX 2004 [alternative solutions] Il vous permet aussi de vous familiariser avec le fonctionnement de

Plus en détail

2. MAQUETTAGE DES SOLUTIONS CONSTRUCTIVES. 2.2 Architecture fonctionnelle d un système communicant. http://robert.cireddu.free.

2. MAQUETTAGE DES SOLUTIONS CONSTRUCTIVES. 2.2 Architecture fonctionnelle d un système communicant. http://robert.cireddu.free. 2. MAQUETTAGE DES SOLUTIONS CONSTRUCTIVES 2.2 Architecture fonctionnelle d un système communicant Page:1/11 http://robert.cireddu.free.fr/sin LES DÉFENSES Objectifs du COURS : Ce cours traitera essentiellement

Plus en détail

LOSLIER Mathieu IR1 31 Mai 2011. Rapport TP Firewall

LOSLIER Mathieu IR1 31 Mai 2011. Rapport TP Firewall Rapport TP Firewall 1 Table des matières Rapport TP Firewall... 1 Introduction... 3 1. Plate-forme de sécurité étudiée... 3 2. Routage classique... 3 2.1 Mise en œuvre du routage classique... 4 2.2 Configuration

Plus en détail

Eye-box 4.0 : Guide d installation rapide

Eye-box 4.0 : Guide d installation rapide Eye-box 4.0 : Guide d installation rapide INTRODUCTION... 2 CONSEILS ET PRINCIPES GENERAUX... 2 INSTALLATION D UNE EYE-BOX EN 8 ETAPES... 2 ETAPE 1 : MISE EN ROUTE ET CONNEXION AU RESEAU LAN... 2 ETAPE

Plus en détail

Concours interne d ingénieur des systèmes d information et de communication. «Session 2010» Meilleure copie "étude de cas architecture et systèmes"

Concours interne d ingénieur des systèmes d information et de communication. «Session 2010» Meilleure copie étude de cas architecture et systèmes Concours interne d ingénieur des systèmes d information et de communication «Session 2010» Meilleure copie "étude de cas architecture et systèmes" Note obtenue : 14,75/20 HEBERGE-TOUT Le 25 mars 2010 A

Plus en détail

3 ème Concours de technicien de classe normale des systèmes d information et de communication. «Session 2009»

3 ème Concours de technicien de classe normale des systèmes d information et de communication. «Session 2009» 3 ème Concours de technicien de classe normale des systèmes d information et de communication «Session 2009» Meilleure copie "Etude de cas" Note : 11/20 Thème : réseaux de télécommunication et équipements

Plus en détail

MISE EN PLACE DU FIREWALL SHOREWALL

MISE EN PLACE DU FIREWALL SHOREWALL MISE EN PLACE DU FIREWALL SHOREWALL I INTRODUCTION Administrateur réseau dans une petite entreprise, vous devez, suite à la mise en place d une ligne ADSL, offrir l accès à l internet à tous les utilisateurs

Plus en détail

Notions sur les réseaux TCP/IP, avec et sans fil

Notions sur les réseaux TCP/IP, avec et sans fil 5 Notions sur les réseaux TCP/IP, avec et sans fil Chapitre Au sommaire de ce chapitre Principe du réseau Internet Termes basiques du paramétrage de TCP/IP Principe des ports TCP et UDP Et les VPN? Dans

Plus en détail

TP4 : Firewall IPTABLES

TP4 : Firewall IPTABLES Module Sécurité TP4 : Firewall IPTABLES Ala Rezmerita François Lesueur Le TP donnera lieu à la rédaction d un petit fichier texte contenant votre nom, les réponses aux questions ainsi que d éventuels résultats

Plus en détail

* Un flux TCP/UDP est une communication (plusieurs sessions TCP ou UDP) entre deux machines IP pendant un intervalle de

* Un flux TCP/UDP est une communication (plusieurs sessions TCP ou UDP) entre deux machines IP pendant un intervalle de Plateforme de Surveillance réseau et sécurité Solution SecurActive NSS SecurActive NSS est une plateforme de surveillance réseau et sécurité basée sur un moteur d analyse innovant. SecurActive NSS capture

Plus en détail

Internet. PC / Réseau

Internet. PC / Réseau Internet PC / Réseau Objectif Cette présentation reprend les notions de base : Objectif, environnement de l Internet Connexion, fournisseurs d accès Services Web, consultation, protocoles Modèle en couches,

Plus en détail

Procédure pas à pas de découverte de l offre. Service Cloud Cloudwatt

Procédure pas à pas de découverte de l offre. Service Cloud Cloudwatt Procédure pas à pas de découverte de l offre Service Cloud Cloudwatt Manuel Utilisateur 03/07/2014 Cloudwatt - Reproduction et communication sont interdites sans autorisation 1/45 Contenu 1. Introduction...

Plus en détail

et dépannage de PC Configuration Sophie Lange Guide de formation avec exercices pratiques Préparation à la certification A+

et dépannage de PC Configuration Sophie Lange Guide de formation avec exercices pratiques Préparation à la certification A+ Guide de formation avec exercices pratiques Configuration et dépannage de PC Préparation à la certification A+ Sophie Lange Troisième édition : couvre Windows 2000, Windows XP et Windows Vista Les Guides

Plus en détail

Travaux pratiques 8.4.2 Configuration des stratégies d accès et des paramètres de la zone démilitarisée (DMZ)

Travaux pratiques 8.4.2 Configuration des stratégies d accès et des paramètres de la zone démilitarisée (DMZ) Travaux pratiques 8.4.2 Configuration des stratégies d accès et des paramètres de la zone démilitarisée (DMZ) Objectifs Se connecter au périphérique multi-fonction et afficher les paramètres de sécurité

Plus en détail

Guide des solutions 2X

Guide des solutions 2X Guide des solutions 2X Page 1/22 Sommaire Les solutions d infrastructures d accès 2X... 3 2X Application Server/LoadBalancer... 4 Solution pour un seul Terminal Server... 4 Solution pour deux Terminal

Plus en détail

Cours CCNA 1. Exercices

Cours CCNA 1. Exercices Cours CCNA 1 TD3 Exercices Exercice 1 Enumérez les sept étapes du processus consistant à convertir les communications de l utilisateur en données. 1. L utilisateur entre les données via une interface matérielle.

Plus en détail

Sur un ordinateur exécutant Windows 2000 Server Ayant une adresse IP statique

Sur un ordinateur exécutant Windows 2000 Server Ayant une adresse IP statique Le DNS DNS = Domain Name Service Sert à résoudre les noms d ordinateur en adresse IP. Contention de dénomination pour les domaines Windows 2000 (nommage des domaines W2K) Localisation des composants physiques

Plus en détail

La sécurité des Réseaux Partie 6.1 Les pare-feus

La sécurité des Réseaux Partie 6.1 Les pare-feus La sécurité des Réseaux Partie 6.1 Les pare-feus Fabrice Theoleyre Enseignement : INSA Lyon / CPE Recherche : Laboratoire CITI / INSA Lyon Références F. Ia et O. Menager, Optimiser et sécuriser son trafic

Plus en détail

DOSSIER SPÉCIAL Datacenter : Les problèmes n arrivent pas qu aux autres

DOSSIER SPÉCIAL Datacenter : Les problèmes n arrivent pas qu aux autres Datacenter : Les problèmes n arrivent pas qu aux AUCUN DATACENTER n est à l abri d un éventuel problème, d une indisponibilité ou d un imprévu! La question est de savoir que faire pour protéger votre Datacenter

Plus en détail

Le Web: les machines parlent aux machines

Le Web: les machines parlent aux machines Le Web: les machines parlent aux machines Historique Année 70 : ARPA (Advanced Research Project Agency). Relier les centres de recherche : ARPANET. 1972 : Premières spécifications TCP/IP (IP internet Protocol)

Plus en détail

SecurActive NSS-500. Plateforme de Surveillance réseau et sécurité

SecurActive NSS-500. Plateforme de Surveillance réseau et sécurité Plateforme de Surveillance réseau et sécurité Solution SecurActive NSS SecurActive NSS est une plateforme de surveillance réseau et sécurité basée sur un moteur d analyse innovant. SecurActive NSS capture

Plus en détail

IHM OpIOS. Auteur : Hozzy TCHIBINDA. 08 Mars 2014 Version 1.2. Quelques fonctionnalités utiles. www.openip.fr

IHM OpIOS. Auteur : Hozzy TCHIBINDA. 08 Mars 2014 Version 1.2. Quelques fonctionnalités utiles. www.openip.fr IHM OpIOS Quelques fonctionnalités utiles Auteur : Hozzy TCHIBINDA 08 Mars 2014 Version 1.2 www.openip.fr Table des matières 1 Présentation 2 2 Personnalisation de l OpIOS 3 2.1 Configuration des utilisateurs.................................

Plus en détail

Installer le patch P-2746 et configurer le Firewall avancé

Installer le patch P-2746 et configurer le Firewall avancé Installer le patch P-2746 et configurer le Firewall avancé SOMMAIRE INTRODUCTION... 2 PRE-REQUIS... 2 MIGRATION DE DONNEES ET DE CONFIGURATION... 2 INSTALLATION... 2 PRINCIPALES EVOLUTIONS FONCTIONNELLES

Plus en détail

Intérêt du NAT (Network Address Translation) Administration Réseau Niveau routage. Exemple d Intranet. Principe NAT

Intérêt du NAT (Network Address Translation) Administration Réseau Niveau routage. Exemple d Intranet. Principe NAT Administration Réseau Niveau routage Intérêt du NAT (Network Address Translation) Possibilité d utilisation d adresses privées dans l 4 2 1 Transport Réseau Liaison Physique Protocole de Transport Frontière

Plus en détail

Les Logiciels Libres au Service de la Sécurité

Les Logiciels Libres au Service de la Sécurité Retour d expérience sur le déploiement de logiciels libres pour la sécurité des systèmes d information cedric.blancher@eads.net -- http://sid.rstack.org/ Centre Commun de Recherche EADS FRANCE Journée

Plus en détail

Mise en œuvre d une Gateway HTTP/HTTPS avec un serveur de Présentation en DMZ

Mise en œuvre d une Gateway HTTP/HTTPS avec un serveur de Présentation en DMZ Fiche technique AppliDis Mise en œuvre d une Gateway HTTP/HTTPS avec un serveur de Présentation en DMZ Fiche IS00198 Version document : 4.01 Diffusion limitée : Systancia, membres du programme Partenaires

Plus en détail

Sécurisation du réseau

Sécurisation du réseau Sécurisation du réseau La sécurisation du réseau d entreprise est également une étape primordiale à la sécurisation générale de votre infrastructure. Cette partie a pour but de présenter les fonctionnalités

Plus en détail

Variantes d exploitation dans un environnement hautement disponible

Variantes d exploitation dans un environnement hautement disponible Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS Division Registres Team sedex 29.07.2014, version 1.0 Client sedex Variantes d exploitation dans un environnement hautement disponible

Plus en détail

Infrastructure Exemple

Infrastructure Exemple Infrastructure Exemple Table des matières 1. Serveurs...2 1.1 Serveurs physiques...2 1.2 Serveurs Virtuels...2 2. Services...3 2.1 Service mail...3 2.2 Service MySQL...3 2.3 Service Web...4 2.4 Cas particulier

Plus en détail

Routeurs de Services Unifiés DSR-1000N DSR-500N DSR-250N

Routeurs de Services Unifiés DSR-1000N DSR-500N DSR-250N Routeurs de Services Unifiés DSR-1000N DSR-500N DSR-250N 2011 SOMMAIRE Introduction aux Routeurs de Services Unifiés Technologie D-Link Green USB Share Center Balance de charge et tolérance de panne Interface

Plus en détail

LES FONCTIONS DE SURVEILLANCE DES FICHIERS

LES FONCTIONS DE SURVEILLANCE DES FICHIERS SYSLOG and APPLICATION LOGS Knowledge Module for PATROL - Data Sheet Version 1.5 Développé par http://www.axivia.com/ PRESENTATION DU PRODUIT SYSLOG and APPLICATION LOGS Knowledge Module for PATROL est

Plus en détail

Procédure d installation de la solution Central WiFI Manager CWM

Procédure d installation de la solution Central WiFI Manager CWM Procédure d installation de la solution Central WiFI Manager CWM Introduction : Central WiFi Manager est une solution serveur basée sur une interface web permettant la gestion centralisée de points d accès

Plus en détail

Windows Server 2012 R2 Administration

Windows Server 2012 R2 Administration Généralités 1. Le gestionnaire de serveur 11 1.1 Création d un groupe de serveurs 19 1.2 Installation d un rôle à distance 21 1.3 Suppression d un groupe de serveurs 22 2. Serveur en mode installation

Plus en détail

Réseaux CPL par la pratique

Réseaux CPL par la pratique x CPL par la pratique X a v i e r C a r c e l l e A v e c l a c o n t r i b u t i o n d e D a v o r M a l e s e t G u y P u j o l l e, e t l a c o l l a b o r a t i o n d e O l i v i e r S a l v a t o

Plus en détail

Cisco Certified Network Associate

Cisco Certified Network Associate Cisco Certified Network Associate Version 4 Notions de base sur les réseaux Chapitre 3 01 Quel protocole de la couche application sert couramment à prendre en charge les transferts de fichiers entre un

Plus en détail

ACTION PROFESSIONNELLE N 4. Fabien SALAMONE BTS INFORMATIQUE DE GESTION. Option Administrateur de Réseaux. Session 2003. Sécurité du réseau

ACTION PROFESSIONNELLE N 4. Fabien SALAMONE BTS INFORMATIQUE DE GESTION. Option Administrateur de Réseaux. Session 2003. Sécurité du réseau ACTION PROFESSIONNELLE N 4 Fabien SALAMONE BTS INFORMATIQUE DE GESTION Option Administrateur de Réseaux Session 2003 Sécurité du réseau Firewall : Mandrake MNF Compétences : C 21 C 22 C 23 C 26 C 34 Installer

Plus en détail

Serveurs dédiés. Trafic et performances

Serveurs dédiés. Trafic et performances Serveurs dédiés Trafic et performances Nos services sont destinés aux entreprises et particuliers exigeants en terme de fiabilité, de sécurité et de disponibilité. Nous sommes également à même de fournir

Plus en détail

Projet Sécurité des SI

Projet Sécurité des SI Projet Sécurité des SI «Groupe Défense» Auteurs Candide SA Diffusion: limitée Type de document Compte rendu Projet Sécurité Destinataires P. LATU Date 14/12/09 M2 STRI Version 1.2 Introduction Sous-traitance

Plus en détail

Rappel: Le routage dans Internet. Contraintes. Environnement et contraintes. La décision dans IP du routage: - Table de routage:

Rappel: Le routage dans Internet. Contraintes. Environnement et contraintes. La décision dans IP du routage: - Table de routage: Administration d un Intranet Rappel: Le routage dans Internet La décision dans IP du routage: - Table de routage: Adresse destination (partie réseau), netmask, adresse routeur voisin Déterminer un plan

Plus en détail

RAPPORT DU PREMIER MINI PROJET «FORUM DE CHAT» Novembre 2005

RAPPORT DU PREMIER MINI PROJET «FORUM DE CHAT» Novembre 2005 Oussama ELKACHOINDI Wajdi MEHENNI RAPPORT DU PREMIER MINI PROJET «FORUM DE CHAT» Novembre 2005 Sommaire I. Préliminaire : Notice d exécution et mode opératoire...4 II. Architecture globale de l application...5

Plus en détail

Guide Utilisateur Rapide

Guide Utilisateur Rapide Guide Utilisateur Rapide Interface Graphique Opios (Version 1) Auteurs : Hozzy TCHIBINDA 11 Avril 2013 Version 1.0 www.openip.fr Table des matières 1 Présentation 2 1.1 Présentation de l Opios....................................

Plus en détail

CENTRE DE RESSOURCES INFORMATIQUES IFMA -------

CENTRE DE RESSOURCES INFORMATIQUES IFMA ------- CENTRE DE RESSOURCES INFORMATIQUES IFMA ------- CONSULTATION POUR DEMANDE DE DEVIS CAHIER DES CHARGES RELATIF AU CHANGEMENT DU FIREWALL DE L IFMA --------------- Date limite d envoi de l'offre : 3 septembre

Plus en détail

ISA Serveur 2004 INTERNET SECURITY AND ACCELERATION SERVER OLIVIER D.

ISA Serveur 2004 INTERNET SECURITY AND ACCELERATION SERVER OLIVIER D. 2013 ISA Serveur 2004 INTERNET SECURITY AND ACCELERATION SERVER OLIVIER D. Table des matières 1 Rôles... 3 2 Organisation... 3 3 TP1 : Configurer les règles de pare-feu... 6 4 Le proxy cache... 7 5 Demander

Plus en détail

1 LE L S S ERV R EURS Si 5

1 LE L S S ERV R EURS Si 5 1 LES SERVEURS Si 5 Introduction 2 Un serveur réseau est un ordinateur spécifique partageant ses ressources avec d'autres ordinateurs appelés clients. Il fournit un service en réponse à une demande d un

Plus en détail

Installation Windows 2000 Server

Installation Windows 2000 Server Installation Windows 2000 Server 1. Objectif Ce document donne une démarche pour l installation d un serveur Windows 2000, d un serveur DNS et d un contrôleur de domaine (DC), en regard de certains éléments

Plus en détail

La répartition de charge (Cluster NLB)

La répartition de charge (Cluster NLB) La répartition de charge (Cluster NLB) La répartition de charge devient indispensable quand un seul serveur ne suffit plus pour tenir la charge ou maintenir un temps de réponse acceptable. Si le besoin

Plus en détail

PROCEDURE DE MISE EN SERVICE D UN SERVEUR RAS-E OU IPL-E ET D UN PC DE TELEMAINTENANCE POUR LA CONNEXION AU SERVICE M2ME_CONNECT

PROCEDURE DE MISE EN SERVICE D UN SERVEUR RAS-E OU IPL-E ET D UN PC DE TELEMAINTENANCE POUR LA CONNEXION AU SERVICE M2ME_CONNECT PROCEDURE DE MISE EN SERVICE D UN SERVEUR RAS-E OU IPL-E ET D UN PC DE TELEMAINTENANCE POUR LA CONNEXION AU SERVICE M2ME_CONNECT Document référence : 9018209-02 Version 2 Le service M2Me_Connect est fourni

Plus en détail

CLOUD CP3S SOLUTION D INFRASTRUCTURE SOUMIS À LA LÉGISLATION FRANÇAISE. La virtualisation au service de l entreprise. Évolutivité. Puissance.

CLOUD CP3S SOLUTION D INFRASTRUCTURE SOUMIS À LA LÉGISLATION FRANÇAISE. La virtualisation au service de l entreprise. Évolutivité. Puissance. CLOUD CP3S La virtualisation au service de l entreprise Virtualisation / Cloud Évolutivité Sécurité Redondance Puissance SOLUTION D INFRASTRUCTURE SOUMIS À LA LÉGISLATION FRANÇAISE SOLUTION D INFRASTRUCTURE

Plus en détail

25/08/2013. Vue Nagios. Vue Nagios. Le réseau du lycée

25/08/2013. Vue Nagios. Vue Nagios. Le réseau du lycée Le réseau du lycée 1. Mise en évidence de la complexité du réseau Le réseau vu par les utilisateurs Le réseau vu par le technicien 2. «Architecture matérielle» du réseau Topologie Le switch, élément central

Plus en détail

INFO-F-405 Sécurité Informatique Projet 3 : SSL et Threat Modeling

INFO-F-405 Sécurité Informatique Projet 3 : SSL et Threat Modeling INFO-F-405 Sécurité Informatique Projet 3 : SSL et Threat Modeling Gabriel Corvalan Cornejo Gaëtan Podevijn François Santy 13 décembre 2010 1 Modélisation et récolte d information du système 1.1 Information

Plus en détail

Travaux pratiques 8.5.2 : configuration des listes de contrôle d accès et enregistrement de l activité dans un serveur Syslog

Travaux pratiques 8.5.2 : configuration des listes de contrôle d accès et enregistrement de l activité dans un serveur Syslog Travaux pratiques 8.5.2 : configuration des listes de contrôle d accès et enregistrement de l activité dans un serveur Syslog Nom de l hôte Adresse IP Fast Ethernet 0/0 Adresse IP Serial 0/0/0 Routeur

Plus en détail

Expérience d un hébergeur public dans la sécurisation des sites Web, CCK. Hinda Feriani Ghariani Samedi 2 avril 2005 Hammamet

Expérience d un hébergeur public dans la sécurisation des sites Web, CCK. Hinda Feriani Ghariani Samedi 2 avril 2005 Hammamet Expérience d un hébergeur public dans la sécurisation des sites Web, CCK Hinda Feriani Ghariani Samedi 2 avril 2005 Hammamet Plan Introduction Sécurisation des sites Web hébergés a Conclusion Introduction

Plus en détail

Technique et architecture de l offre Suite infrastructure cloud. SFR Business Team - Présentation

Technique et architecture de l offre Suite infrastructure cloud. SFR Business Team - Présentation Technique et architecture de l offre Suite infrastructure cloud Les partenaires de l offre Cloud Computing SFR Le focus HP Les principes de mise en œuvre réseau Les principes de fonctionnement de la solution

Plus en détail

Alcatel-Lucent VitalQIP Appliance Manager

Alcatel-Lucent VitalQIP Appliance Manager Alcatel-Lucent Appliance Manager Solution complète de gestion des adresses IP et de bout en bout basée sur des appliances Rationalisez vos processus de gestion et réduisez vos coûts d administration avec

Plus en détail

La gamme Advance UCOPIA. www.ucopia.com

La gamme Advance UCOPIA. www.ucopia.com La gamme Advance UCOPIA www.ucopia.com La gamme UCOPIA Advance est destinée aux organisations moyennes à grandes, déployant sur un ou de nombreux sites, pour l accès à des applications et services critiques,

Plus en détail

CONDITIONS PARTICULIÈRES DES HÉBERGEMENTS MUTUALISÉS

CONDITIONS PARTICULIÈRES DES HÉBERGEMENTS MUTUALISÉS CONDITIONS PARTICULIÈRES DES HÉBERGEMENTS MUTUALISÉS Les Conditions Générales suivantes sont conclues entre : L'auto-entrepreneur M. HITIER Aurélien, résidant au 15 allée du clair logis 33700 Mérignac

Plus en détail

Exchange Server 2013 Configuration et gestion de votre environnement de messagerie

Exchange Server 2013 Configuration et gestion de votre environnement de messagerie Introduction à Exchange 1. Présentation d'exchange 17 1.1 La messagerie au sein de l entreprise 17 1.2 L évolution des plateformes Exchange 18 2. Introduction à Exchange 2O13 23 2.1 Contribution aux métiers

Plus en détail

VCC-HD2500/HD2500P. Notice de copyright Comment utiliser ce manuel. Note de copyright/comment utiliser ce manuel1/8

VCC-HD2500/HD2500P. Notice de copyright Comment utiliser ce manuel. Note de copyright/comment utiliser ce manuel1/8 VCC-HD2500/HD2500P Notice de copyright Comment utiliser ce manuel Note de copyright/comment utiliser ce manuel1/8 Le copyright du présent manuel d'instructions appartient à SANYO Electric Co., Ltd. Aucun

Plus en détail

SUPERVISION. Centreon 5.9

SUPERVISION. Centreon 5.9 SUPERVISION Centreon 5.9 Steven DELAPRUNE BTS SIO 11/03/2015 Sommaire CAHIER DES CHARGES... 3 INTRODUCTION... 3 PRINCIPES GENERAUX... 3 Définition... 3 Problématique... 3 Description du besoin... 3 Solution...

Plus en détail

Windows Server 2012 R2 Administration - Préparation à la certification MCSA - Examen 70-411

Windows Server 2012 R2 Administration - Préparation à la certification MCSA - Examen 70-411 Chapitre 1 Introduction A. Organisation des certifications 12 B. Comment est organisé ce livre 12 C. Compétences testées lors de l'examen 70-411 14 1. L'examen de certification 14 2. Préparation de l'examen

Plus en détail

PROJET SÉCURITÉ. Equipe Défense. Pôle Services : Guillaume COTTIN Youri JEAN-MARIUS. Pôle Interconnexion : Ilias DJOUAI Fabien PEYRONNET

PROJET SÉCURITÉ. Equipe Défense. Pôle Services : Guillaume COTTIN Youri JEAN-MARIUS. Pôle Interconnexion : Ilias DJOUAI Fabien PEYRONNET PROJET SÉCURITÉ Equipe Pôle Interconnexion : Ilias DJOUAI Fabien PEYRONNET Pôle Services : Guillaume COTTIN Youri JEAN-MARIUS Pôle Utilisateurs : Philippe BEAUGENDRE Vincent LARRIBAU Pôle Communication

Plus en détail

LE RPV DE NIVEAU RÉSEAU AVEC TINC

LE RPV DE NIVEAU RÉSEAU AVEC TINC LE RPV DE NIVEAU RÉSEAU AVEC TINC L entreprise Ilog est une petite entreprise de services informatiques située à La Défense. Les chefs de projet de l entreprise sont souvent en déplacement à travers toute

Plus en détail

Windows Server 2012 Administration

Windows Server 2012 Administration Généralités 1. Introduction 11 2. Le gestionnaire de serveur 11 2.1 Création d un groupe de serveurs 19 2.2 Installation d un rôle à distance 21 2.3 Suppression du groupe de serveurs 22 3. Serveur en mode

Plus en détail

COTISATIONS VSNET 2015

COTISATIONS VSNET 2015 COTISATIONS VSNET 2015 Approuvées par le comité VSnet en séance du 18 mars 2015 SOMMAIRE 1. Principe 2. Réseau 3. Services internet 4. Ressources électroniques 5. Divers 1. PRINCIPE Les membres de l Association

Plus en détail

P R O J E T P E R S O N N A L I S E E N C A D R E

P R O J E T P E R S O N N A L I S E E N C A D R E P R O J E T P E R S O N N A L I S E E N C A D R E INSTALLATION D UN SERVEUR DNS DATE 30/10/2014 DESCRIPTION DU PPE AUTEUR Projet de création d un serveur DNS interne à une entreprise DE CUYPERE Maxime

Plus en détail

DESCRIPTION DE LA TECHNOLOGIE

DESCRIPTION DE LA TECHNOLOGIE P INFORMATIONS TECHNIQUES www.sviesolutions.com - 690, Saint-Joseph Est - Québec G1K 3B9 Sans frais : 1 866 843-4848 Tél.: (418) 948.4848 - Téléc.: (418) 948.4849 L ENVIRONNEMENT INFORMATIQUE L installation

Plus en détail

Guide administrateur AMSP

Guide administrateur AMSP Guide administrateur AMSP Alinto Version Auteur Date Remarque V1.0 Nicolas Polin 19/10/2015 - Lyon Paris Köln Madrid Table des matières 1. Introduction... 3 2. Se connecter à Factory... 3 3. Gestion des

Plus en détail

Serveur(s) / Serveur d'applications : Linux Debian

Serveur(s) / Serveur d'applications : Linux Debian (s) / d'applications : Linux Debian On appelle généralement un serveur la machine qui permet l'organisation et la gestion du parc informatique de l'entreprise. Le choix du serveur est important, c'est

Plus en détail

Windows Vista et Windows Server 2003... 15. Étude de cas... 41

Windows Vista et Windows Server 2003... 15. Étude de cas... 41 Windows Vista et Windows Server 2003... 15 Windows Vista... 16 Pourquoi Vista?... 16 L initiative pour l informatique de confiance... 17 Le cycle de développement des logiciels informatiques fiables...

Plus en détail

Travail de Fin d Etudes

Travail de Fin d Etudes 4ème Informatique 27 juin 2005 Travail de Fin d Etudes Supervision Centralisée d Infrastructures Distantes en Réseaux avec Gestion des Alarmes et Notification des Alertes TFE réalisé au sein de la société

Plus en détail

Cours 10136A: Configuration, gestion et maintenance des serveurs Windows Server 2008

Cours 10136A: Configuration, gestion et maintenance des serveurs Windows Server 2008 Cours 10136A: Configuration, gestion et maintenance des serveurs Windows Server 2008 Ce cours dirigé d une durée de 30 heures reprend le contenu des formations Windows Server 2008 à destination des spécialistes

Plus en détail

SÉCURISER EMC VSPEX END-USER COMPUTING AVEC RSA SECURID

SÉCURISER EMC VSPEX END-USER COMPUTING AVEC RSA SECURID GUIDE DE CONCEPTION SÉCURISER EMC VSPEX END-USER COMPUTING AVEC RSA SECURID VMware Horizon View 5.2 et VMware vsphere 5.1 - Jusqu à 2 000 bureaux virtuels EMC VSPEX Résumé Le présent guide décrit les composants

Plus en détail

Chap. III : Le système d exploitation

Chap. III : Le système d exploitation UMR 7030 - Université Paris 13 - Institut Galilée Cours Architecture et Système Le système d exploitation (ou O.S. de l anglais Operating System ) d un ordinateur est le programme qui permet d accéder

Plus en détail

L3 informatique Réseaux : Configuration d une interface réseau

L3 informatique Réseaux : Configuration d une interface réseau L3 informatique Réseaux : Configuration d une interface réseau Sovanna Tan Septembre 2009 Révision septembre 2012 1/23 Sovanna Tan Configuration d une interface réseau Plan 1 Introduction aux réseaux 2

Plus en détail

et Active Directory Ajout, modification et suppression de comptes, extraction d adresses pour les listes de diffusion

et Active Directory Ajout, modification et suppression de comptes, extraction d adresses pour les listes de diffusion et Active Directory Ajout, modification et suppression de comptes, extraction d adresses pour les listes de diffusion Copyright 2009 Alt-N Technologies. 3 allée de la Crabette Sommaire Résumé... 3 MDaemon

Plus en détail

ADF 2009. Reverse Proxy. Thierry DOSTES tdostes@ifr88.cnrs-mrs.fr

ADF 2009. Reverse Proxy. Thierry DOSTES tdostes@ifr88.cnrs-mrs.fr ADF 2009 Reverse Proxy Thierry DOSTES tdostes@ifr88.cnrs-mrs.fr 1 Définition d un serveur mandataire Un proxy (ou serveur mandataire) : agit comme une passerelle et un filtre pour accéder à l Internet.

Plus en détail

[WEB4ALL PRESENTATION ET TARIFS VPS INFOGERES]

[WEB4ALL PRESENTATION ET TARIFS VPS INFOGERES] 04.01.2015 [Association Web4all] Siret : 508070679 00032 NAF : 8559B TVA : FR 27508070679 PONCINI Aurélien contact@web4all.fr www.web4all.fr [WEB4ALL PRESENTATION ET TARIFS VPS INFOGERES] [Association

Plus en détail

Maintenance et gestion approfondie des Systèmes d exploitation Master 2 SILI. Année universitaire 2014-2015 David Genest

Maintenance et gestion approfondie des Systèmes d exploitation Master 2 SILI. Année universitaire 2014-2015 David Genest Maintenance et gestion approfondie des Systèmes d exploitation Master 2 SILI Année universitaire 2014-2015 David Genest Systèmes d exploitation Master 2 SILI 2014-2015 1 Chapitre I Virtualisation 1 Présentation

Plus en détail

Réplication de données de classe entreprise pour environnements distribués et reprise sur sinistre

Réplication de données de classe entreprise pour environnements distribués et reprise sur sinistre Réplication de données de classe entreprise pour environnements distribués et reprise sur sinistre La tendance actuelle vers une conception distribuée de l entreprise, avec des agences, des centres de

Plus en détail

Table des matières Page 1

Table des matières Page 1 Table des matières Page 1 Les éléments à télécharger sont disponibles à l'adresse suivante : http://www.editions-eni.fr Saisissez la référence ENI de l'ouvrage CE12WINA dans la zone de recherche et validez.

Plus en détail

Spécialiste Systèmes et Réseaux

Spécialiste Systèmes et Réseaux page 1/5 Titre professionnel : «Technicien(ne) Supérieur(e) en Réseaux Informatiques et Télécommunications» inscrit au RNCP de niveau III (Bac + 2) (J.O. du 19/02/2013) 24 semaines + 8 semaines de stage

Plus en détail

C. Configuration des services de transport

C. Configuration des services de transport Page 282 Chapitre 8 Dans la version 2013 d'exchange, les dossiers publics sont devenus un type de boîtes aux lettres et utilisent les mêmes mécanismes de routage que les e-mails. - Le message est destiné

Plus en détail

Option 2 and Option 5 are correct. 1 point for each correct option. 0 points if more options are selected than required.

Option 2 and Option 5 are correct. 1 point for each correct option. 0 points if more options are selected than required. Quelles sont les deux affirmations vraies relatives à la sécurité du réseau? (Choisissez deux réponses.) Protéger un réseau contre les attaques internes constitue une priorité moins élevée car les employés

Plus en détail

DNS ( DOMAIN NAME SYSTEM)

DNS ( DOMAIN NAME SYSTEM) DNS ( DOMAIN NAME SYSTEM) Principe de la résolution de Noms Certaines applications nécessitent pour communiquer d utiliser les noms de Machines : Sony alors que d autres utiliseront des noms Internet ou

Plus en détail

1 Montage de l architecture

1 Montage de l architecture Étude de cas Sécurité des réseaux Xavier Skapin xavier.skapin@univ-poitiers.fr 28-29 Correction Montage de l architecture L objectif de cette étude est de monter une architecture sécurisée selon divers

Plus en détail

Le client/serveur repose sur une communication d égal à égal entre les applications.

Le client/serveur repose sur une communication d égal à égal entre les applications. Table des matières LES PRINCIPES DE BASE... 1 Présentation distribuée-revamping...2 Présentation distante...3 Traitements distribués...3 données distantes-rd...4 données distribuées-rda distribué...4 L'ARCHITECTURE

Plus en détail

Windows Server 2008. Chapitre 3 : Le service d annuaire Active Directory: Concepts de base

Windows Server 2008. Chapitre 3 : Le service d annuaire Active Directory: Concepts de base Windows Server 2008 Chapitre 3 : Le service d annuaire Active Directory: Concepts de base omar.cheikhrouhou@isetsf.rnu.tn omar.cheikhrouhou@ceslab.org Objectives Comprendre les concepts de base d Active

Plus en détail

M2-ESECURE. Virtualisation : XEN. Pierre BLONDEAU

M2-ESECURE. Virtualisation : XEN. Pierre BLONDEAU M2-ESECURE Virtualisation : XEN Pierre BLONDEAU La virtualisation Wikipedia : La virtualisation consiste à faire fonctionner un ou plusieurs systèmes d'exploitation1 / applications (comme un navigateur),

Plus en détail

Introduction à LDAP et à Active Directory... 15. Étude de cas... 37

Introduction à LDAP et à Active Directory... 15. Étude de cas... 37 Introduction à LDAP et à Active Directory... 15 Généralité sur l annuaire et LDAP... 16 Qu est-ce qu un annuaire?... 16 Un peu d histoire sur le protocole... 16 LDAP version 2 et version 3... 17 Le standard

Plus en détail

M1101a Cours 4. Réseaux IP, Travail à distance. Département Informatique IUT2, UPMF 2014/2015

M1101a Cours 4. Réseaux IP, Travail à distance. Département Informatique IUT2, UPMF 2014/2015 M1101a Cours 4 Réseaux IP, Travail à distance Département Informatique IUT2, UPMF 2014/2015 Département Informatique (IUT2, UPMF) M1101a Cours 4 2014/2015 1 / 45 Plan du cours 1 Introduction 2 Environnement

Plus en détail

Quelques propositions pour une organisation des ressources réseaux prenant en compte les besoins du LACL

Quelques propositions pour une organisation des ressources réseaux prenant en compte les besoins du LACL Quelques propositions pour une organisation des ressources réseaux prenant en compte les besoins du LACL Document de travail proposé par Olivier Michel LACL - P2 240 - olivier.michel@univ-paris12.fr Version

Plus en détail