S engager dans une politique d achats responsables, un outil pour passer à l action

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "S engager dans une politique d achats responsables, un outil pour passer à l action"

Transcription

1 Livret II Achats responsables S engager dans une politique d achats responsables, un outil pour passer à l action PRÉFACE DE BENOÎT HAMON, MINISTRE DÉLÉGUÉ, CHARGÉ DE L ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE ET DE LA CONSOMMATION

2 Mutuelle CHORUM & CIDES II 2013 XX 2013 II Mutuelle CHORUM & CIDES

3 PRÉFACE MONSIEUR LE MINISTRE BENOIT HAMON Les employeurs de l économie sociale et solidaire (ESS) allient engagement social et initiative économique pour mettre la personne au centre des activités et la croissance au service du bien commun. Ainsi, dans les établissements et entreprises qui la composent, c est une autre économie, plus respectueuse de l Homme et de son environnement, qui se développe : représentant aujourd hui plus de 10% de l emploi en France, l ESS crée chaque année 1 emploi sur 5. Je souhaite que l Economie sociale et solidaire soit pionnière en matière d emploi des travailleurs handicapés. Son modèle fondamentalement durable et son dynamisme doivent positionner les entreprises du secteur en employeurs de référence en matière de recrutement comme de sous-traitance avec le secteur protégé. En effet le secteur, grâce aux associations du secteur médico-social, est d ores et déjà précurseur dans la prise en charge globale et l insertion des personnes en situation de handicap. Pour cette raison il ne peut pas être en retrait sur le front de l emploi. Les employeurs de l ESS font face aux mêmes défis que leurs homologues de l Economie classique : ils doivent combler la méconnaissance du handicap et de son cadre législatif mais aussi surmonter des difficultés à mobiliser les dispositifs dédiés. Il s agit également de lutter contre les préjugés : des représentations erronées du handicap persistent, lequel est parfois hâtivement jugé incompatible avec certains métiers. Or l enjeu de l intégration professionnelle des travailleurs handicapés est de taille sachant que dans le contexte de crise économique, le nombre de demandeurs d emploi handicapés a augmenté de 13,9%, et de plus de 30% 1 en trois ans. La progression est particulièrement forte pour ceux de 50 ans et plus (+24% en un an), lesquels représentent 40% des demandeurs d emploi. C est la raison pour laquelle, je suis heureux de m associer à l initiative portée par la mutuelle CHORUM, dont je tiens à saluer l engagement en faveur de l accès à la citoyenneté des personnes en situation de handicap, pour encourager les employeurs de l ESS à saisir leur rôle majeur dans la construction d une politique d emploi qui prenne en compte les personnes handicapées. Le défi que mon ministère est attaché à relever, se situe dans le droit fil de l action gouvernementale : rendre réelle l économie du changement. Parce qu elles favorisent le développement d une «autre économie», dans laquelle les valeurs affichées par les entreprises et les pratiques réelles sont en concordance, une telle initiative, fondée sur l engagement et la mutualisation des savoirs et des expériences des acteurs du secteur, y contribue largement. Le présent livret constitue un apport indéniable à la réflexion et à l action collective en faveur d une citoyenneté active des travailleurs en situation de handicap : j invite les entreprises de l ESS à s en saisir et une fois de plus, à ouvrir la voie de la solidarité. 3 Benoît HAMON, Ministre délégué, chargé de l économie sociale et solidaire et de la consommation : Source : Agefiph. Rapport d activité 2011, publié le 31 mai 2012.

4 CHORUM : UNE MUTUELLE ENGAGÉE DANS UNE POLITIQUE D ACHATS RESPONSABLES Avec plus de établissements employeurs 2, l Économie Sociale et Solidaire (ESS) constitue un moteur pour le développement économique et social des territoires. Grâce aux valeurs qu elle défend, notamment les principes de solidarité et de responsabilité, l ESS, comme pour l emploi des personnes en situation de handicap, offre une formidable opportunité aux acteurs du secteur protégé et adapté pour développer des partenariats durables et de qualité. Il n existe pas de données transversales sur les achats responsables effectués par le secteur de l ESS. A défaut, à titre d exemple, la mutuelle CHORUM, grâce à la signature d un accord interne en faveur de l emploi des personnes handicapées et la mise en place d un poste de référent handicap, a énormément progressé, comme le démontre le tableau ci-dessous. Les résultats sur 3 ans 4 Année Equivalent Unités Bénéficiaires en matière de sous-traitance Montant global sous-traitance ,43 2, ,70 Ces résultats sont aujourd hui possibles grâce à la mobilisation des managers et à la mise en place de coopérations pérennes avec le secteur protégé et adapté, répondant aux besoins des différents services. En 2012 ont également eu lieu les premiers détachements de travailleurs handicapés d Esat dans les équipes de la mutuelle. Il semblerait toutefois que, dans l ESS, la ressource du secteur protégé et adapté soit encore sous-exploitée alors que ce marché offre un fort potentiel. Cependant, force est de constater à la fois : la complexité du fonctionnement de ce secteur, son manque de transparence, le manque de lisibilité de l offre, et du côté des acheteurs potentiels le manque d informations simples et accessibles. Or, pour mettre en place puis développer une collaboration efficace et durable avec le secteur protégé et adapté et établir un rapport équilibré entre l exigence de performance de l entreprise ou de l organisme et son engagement en faveur des personnes handicapées, le passage obligé est la formation et l accompa : Panorama de l économie sociale et solidaire du CNCRES (Conseil National des Chambres Régionales de l Economie Sociale)- Edition 2012.

5 gnement des acteurs : des acheteurs, bien sûr, mais également des décideurs, qu il s agit de convaincre et de mobiliser. Tel est l objet de ce guide pratique, complémentaire au livret 1 3, réalisé en partenariat avec Handeco. Cet outil pratique «pour passer à l action» s adresse à tous les employeurs de l ESS afin de les mobiliser autour de l enjeu sociétal qu est le travail des personnes en situation de handicap. En effet, plus qu une simple modalité d exécution de l obligation d emploi, la passation de contrats avec le secteur protégé et adapté s inscrit dans une politique d achats responsables que les employeurs utilisent de plus en plus. Ces achats permettent de s investir dans une démarche de participation à l insertion sociale et professionnelle des travailleurs handicapés, de réduire la contribution à l AGEFIPH via les achats directs, les contrats de sous-traitance ou le détachement de personnel handicapé, et offrent une possibilité aux personnes handicapées éloignées de l emploi ordinaire de vivre et de travailler selon des modalités adaptées à leurs besoins. Faire appel au secteur protégé et adapté permet aux employeurs de l Économie Sociale et Solidaire d agir dans une nouvelle dimension qui renforce d une part leurs propres actions relatives à l emploi et à la cohésion dans les territoires, et d autre part leurs valeurs en interne. 5 Brigitte LESOT, Directrice générale mutuelle CHORUM : Livret 1 «S engager dans une politique en faveur de l emploi des personnes handicapées, un premier outil pour passer à l action à l attention des dirigeants de l ESS».

6 HANDECO, PLATEFORME MULTISERVICES D ACCOMPAGNEMENT Créée en 2008 à l initiative des plus grandes associations et fédérations nationales, dont l Association des Paralysés de France, de la Fédération des APAJH et de la FEGAPEI, Handeco est une association loi 1901, dont le but est de permettre aux acheteurs, quel que soit leur employeur, d intégrer une dimension sociale et solidaire dans leurs achats. Handeco se situe au carrefour du secteur protégé et adapté, des entreprises privées et des employeurs publics. Soutenue dès sa création par le FIPHFP et l AGEFIPH, l association s est entourée d acteurs et de réseaux d experts qui participent à sa gouvernance, afin de garantir la qualité des services et leur pertinence : la Compagnie des Dirigeants et des Acheteurs de France (CDAF), le Service des Achats de l État (SAE), l Agence Entreprises et Handicap (AEH) ainsi que l Observatoire des Achats Responsables (ObsAR). Cette mixité d acteurs issus d horizons différents favorise une vigilance et une co-construction permanente de synergies entre intégration des personnes en situation de handicap et actions économiques. 6 Handeco propose : uuun annuaire, libre d accès, répertoriant les 2000 Établissements et Services et d Aide par le Travail (ESAT) et Entreprises Adaptées (EA) de France métropolitaine et des DOM-TOM ; uul accès à une place de marché en ligne à disposition des acheteurs pour qu ils puissent publier leurs appels d offres vers le secteur protégé et adapté ; uuun catalogue exhaustif des offres de formation et de professionnalisation au niveau local et national pour l ensemble des acteurs concernés (ESAT-EA, organismes publics et entreprises privées). Handeco a développé un centre d expertise capable de répondre à des demandes complexes. Ainsi, pour des formations sur-mesure, Handeco lance des appels d offres spécifiques auprès des organismes de formation. En 2010 par exemple, un référentiel de formation a ainsi été élaboré à destination des chefs d atelier. Handeco se positionne également sur des missions de maîtrise d ouvrage à destination des organisations achats qui souhaitent développer leurs actions auprès du secteur protégé et adapté. [ Mutuelle CHORUM & CIDES ] Gestform (Entreprise Adaptée)

7 Sommaire Préface Monsieur le Ministre Benoît Hamon p Sous-traiter avec les établissements du secteur protégé et adapté : une question de sens pour l Économie Sociale et Solidaire Une opportunité d exemplarité au regard de l obligation d emploi p Comprendre le secteur protégé et adapté, ses établissements, ses usagers, l offre d achat 7 [2. 1] - ESAT? EA? De quoi parle-t-on? Les ESAT Les EA [2. 2] - Qui travaille dans ce type d établissements? Les ESAT Les EA Récapitulatif p. 16 p. 16 p. 17 p. 18 p. 18 p. 19 p. 20 [2. 3] - Quelle offre d achat pour quels acheteurs? L offre ESAT L offre EA Les mises à disposition de personnel Recrutement d un travailleur handicapé issu d un ESAT p. 21 p. 21 p. 22 p. 23 p. 23 [ Sommaire ]

8 3 Faire appel au secteur protégé et adapté dans le cadre d une politique d achats socialement responsables 8 [3. 1] - Connaître la législation et la réglementation Sous-traiter auprès du secteur protégé et adapté Accueillir des stagiaires handicapés Conclure un accord de groupe, d entreprise ou d établissement Verser une contribution à l AGEFIPH Autres actions déductibles [3. 2] - Décrypter les modalités de calcul de la contribution et des déductions liées à la part des achats responsables Etape 1 : Calcul de l obligation d emploi Etape 2 : Calcul du nombre d emplois occupés par des travailleurs handicapés Etape 3 : Calcul du nombre d emplois générés par les contrats de prestation et sous-traitance Etape 4 : Calcul de la contribution à verser à l AGEFIPH Etape 5 : Remplir sa déclaration [3. 3] - Convaincre en interne Lever le frein du coût en approfondissant la compréhension des aides dont bénéficie le secteur protégé et adapté Souligner la professionnalisation des ESAT/EA Mettre en avant l organisation commerciale Valoriser le secteur protégé et adapté en présentant les structures comme «des PME comme les autres» Promouvoir les intermédiaires à disposition p. 26 p. 26 p. 27 p. 27 p. 27 p. 27 p. 28 p. 28 p. 29 p. 30 p. 30 p. 31 p. 33 p. 33 p. 34 p. 35 p. 35 p. 36 [ Partenaires ]

9 4 Passer à l action, réaliser ses premiers achats et prestations de service avec le secteur protégé et adapté [4. 1] - Les premiers pas [4. 2] - Convaincre le demandeur p. 40 p. 40 [4. 3] - Accompagner l expression du besoin auprès du demandeur et du secteur p. 42 [4. 4] - Adapter l expression du besoin aux conditions de réalisation du secteur [4. 5] - Identifier l offre de service des ESAT/EA p. 42 p. 43 [4. 6] - Engager la relation de manière professionnelle [4. 7] - Mettre en place une relation d affaires en limitant les risques [4. 8] - Les ressources qui facilitent l achat p. 44 p. 44 p [4. 9] - Suivi de la relation : qualité, réactivité, respect des engagements, création de valeur mutuelle Contrôle de la prestation Suivre les UB via les factures Création de valeur p. 46 p. 46 p. 46 p. 46 Annexes [A] - Lexique des abréviations [B] - Les activités développées par les ESAT/EA p. 50 p. 51 [C] - Références et sources utiles p. 53

10 XXLa Mutuelle CHORUM, CIDES & HANDECO ZZLa Mutuelle CHORUM CHORUM est la mutuelle de protection sociale complémentaire dédiée aux entreprises et aux salariés de l Économie Sociale et Solidaire (ESS). Elle met en œuvre des garanties et services en prévoyance, santé, épargne, retraite et d ingénierie sociale, adaptés aux besoins des salariés et employeurs de l ESS. Site : ZZCIDES, le centre de ressources et d action de la Mutuelle CHORUM 10 CIDES, créé par la mutuelle CHORUM, est un centre de ressources et d action pour le développement de l emploi de qualité dans l économie sociale et solidaire. Conçu comme un outil au service des dirigeants et des salariés de l économie sociale et solidaire, CIDES produit des études pour mieux prendre en compte les évolutions du secteur, soutient les expérimentations innovantes des acteurs, et propose des outils pour faire évoluer les pratiques (prévention et santé au travail, ressources humaines, handicap, etc.). Site : ZZHANDECO HANDECO, plateforme nationale d appui et de ressources, facilite depuis 2008 l accès à l offre de services et de sous-traitance des Établissements et Services d Aide par le Travail (ESAT) et des Entreprises Adaptées (EA). Association loi 1901, créée à l initiative des grandes associations et fédérations du secteur (APF, Fédération des APAJH et FEGAPEI), elle accompagne les employeurs publics et privés qui veulent intégrer une dimension sociale et solidaire dans leurs achats, notamment par la mise à disposition de divers services et outils. Véritable moteur de coopération, les 3 plus importants réseaux nationaux d acheteurs participent à sa gouvernance (Service des Achats de l État (SAE), Compagnie des Dirigeants et des Acheteurs de France (CDAF) et Observatoire des Achats Responsables (ObsAR)). Site :

11 Partie 1 : Sous-traiter avec les établissements du secteur protégé et adapté : une question de sens pour l Économie Sociale et Solidaire

12 1. Sous-traiter avec les établissements du secteur protégé et adapté : une question de sens pour l Économie Sociale et Solidaire «Les entreprises de l économie sociale et solidaire, fortement ancrées dans les territoires, participent activement au développement social et économique de leur région. Le caractère collectif de ce type d entreprises, dont les projets sont co-portés par des salariés, des élus, des bénévoles ou des sociétaires, en font des organisations qui, par nature, répondent aux préoccupations des habitants et des territoires, capables de réponses innovantes à des problèmes sociétaux de proximité.» 4 Ainsi, le secteur de l économie sociale et solidaire est marqué par : u une finalité explicite au service de la collectivité qui consiste à concilier intérêt général et utilité sociale ; u un ancrage territorial fort ; u une expertise sectorielle. 12 Par ailleurs, les ESAT et les EA, en tant que structures réservées aux personnes les plus vulnérables, développent également de l emploi sur les territoires et sont parties prenantes du secteur de l ESS. Ces établissements se sont développés sur le même modèle : u Ils permettent à des personnes fragilisées de se socialiser ; u Ils offrent une présence locale et une activité adaptée aux personnes d un même bassin d emploi et des besoins des entreprises environnantes. Les ESAT et les EA participent de fait à la cohésion sociale et au développement local. Globalement, le secteur du travail protégé et adapté emploie plus de personnes, dans quelques ESAT et EA répartis sur toutes les régions françaises, des plus urbanisées aux plus rurales 5. Ils proposent par ailleurs, comme précisé dans le prochain chapitre, des prestations et des services de qualité dans de nombreux secteurs d activité. A l image de la campagne 2013 de l AGEFIPH intitulée «Dans tous les secteurs professionnels, les personnes handicapées réussissent et c est normal», l économie sociale et solidaire a tout à gagner à développer les relations avec le secteur protégé et adapté. [ Partenaires ] : Cress Alsace (Atlas 2009 de l Économie Sociale et Solidaire-Observatoire national de l économie sociale et solidaire). 5 : Source : Annuaire Handeco

13 Un récent sondage commandé par l AGEFIPH 6 révélait que 60% des employeurs et 59% des salariés avaient changé leur regard sur le handicap au travail depuis L évolution positive de l image de l emploi des travailleurs handicapés dans l opinion peut s avérer être un facteur de motivation supplémentaire pour les salariés. L économie sociale et solidaire est au cœur de l innovation sociale. Le secteur du handicap dispose d une expérience forte en matière d insertion. Le secteur a développé un ensemble de bonnes pratiques, telle que la co-traitance (collaboration entre un établissement de type ESAT/EA et une entreprise «traditionnelle» dans le cadre d une réponse à un appel d offres) et la constitution de filières métiers 7 (voir chapitre 2.3.). Autant d expériences dont peuvent bénéficier les structures de l ESS Nombre d ESAT Cartographie des ESAT et des EA sur les territoires français : IFOP, nov : Voir en annexe Nombre d EA [ 1. Sous-traiter avec les établissements du secteur protégé et adapté : une question de sens pour l Économie Sociale et Solidaire ]

14 XXUne opportunité d exemplarité au regard de l obligation d emploi A l instar de tous les autres secteurs d activité, pour les employeurs du secteur de l économie sociale et solidaire, la finalité première de la sous-traitance avec le secteur protégé et adapté, avant de s inscrire dans une dynamique de RSE, reste de remplir son obligation d emploi afin de réduire voire d annuler sa contribution à l AGEFIPH. ZZRépondre à l obligation d emploi des travailleurs handicapés 14 En France, l obligation d emploi des travailleurs handicapés existe depuis la loi du 10 juillet Elle vise à intégrer des personnes en situation de handicap au sein du milieu professionnel ordinaire, en opposition à l accueil en établissement spécialisé. L obligation d emploi de personnes handicapées a considérablement été renforcée depuis Elle tend à répondre aux besoins d une population exclue du marché du travail, marquée par un fort taux de chômage (près de 20%). Cette obligation d emploi se traduit, pour toute entreprise d au moins 20 salariés, par un quota de 6% de personnes en situation de handicap 8. ZZIncitation à la réduction de ses contributions obligatoires : «unités bénéficiaires» via la sous-traitance et l achat de biens et de services La loi a prévu des alternatives favorables pour que les entreprises citoyennes s acquittent partiellement de leur obligation d emploi, à travers la sous-traitance dans le cadre de marchés confiés aux ESAT et aux EA. Dans ce cas, un pourcentage du montant de la facture de sous-traitance peut-être déduit de la contribution AGEFIPH. Ce même montant est converti en Unités Bénéficiaires (UB) et il permet une exonération pouvant atteindre 50% de l obligation d emploi pour l entreprise. ZZContribution au bilan RSE de l organisation Les achats montent en puissance et en maturité dans le domaine de la responsabilité sociale et sociétale des entreprises, en réponse aux demandes législatives ou informatives des parties prenantes de la société civile. Il est important de noter l impact de la loi NRE (Nouvelles Régulations Economiques - article 116) 9 demandant aux entreprises cotées au CAC 40 de droit français de fournir des informations sociales et environnementales dans leurs rapports annuels incluant un volet dédié à la sous-traitance. En parallèle, chartes et labels se développent et accompagnent l acheteur dans une meilleure prise en compte de son environnement (relations grands groupes/pme, label Diversité ). Ainsi, pour des organisations «Achats» qui se développent dans toutes leurs dimensions (maîtrise des risques et des coûts complets dans la durée, fonction de conseil interne, intégration dans le développement de projets stratégiques ), les achats au secteur protégé-adapté constituent un nouveau volet à explorer : Voir chapitre 3. 9 : Loi du 15 mai 2001.

15 Partie 2 : Comprendre le secteur protégé et adapté, ses établissements, ses usagers, l offre d achat

16 2. Comprendre le secteur protégé et adapté, ses établissements, ses usagers, l offre d achat Le secteur protégé et adapté est constitué de deux types d établissement qui accueillent des travailleurs handicapés : les ESAT (anciennement appelés CAT - Centre d Aide par le Travail) et les EA (anciennement appelés Atelier Protégé). Les ESAT et les EA en chiffres ESAT 669 EA travailleurs handicapés travailleurs handicapés XX2.1. ESAT? EA? De quoi parle-t-on? 16 ZZ Les ESAT (Établissements et Services d Aide par le travail) Les ESAT sont des établissements médico-sociaux accueillant des personnes handicapées. Un établissement public social ou médico-social est un établissement public assurant des missions spécifiques. En fonction des catégories de populations vulnérables auxquelles leur action est destinée (mineurs en danger, personnes handicapées, personnes âgées, adultes atteints de maladie chronique, personnes en situation d exclusion) et des origines des fonds servant à rétribuer les prestations qu ils délivrent (assurance maladie, aide sociale départementale, aide sociale de l État), les établissements médico-sociaux relèvent de l autorité du directeur général de l Agence Régionale de Santé (ARS), du Président du Conseil général, du Préfet de région, ou bien de plusieurs d entre eux s il existe une compétence conjointe. Les missions des ESAT sont au nombre de trois : uuproposer une activité à caractère professionnel ; uuoffrir un soutien médico-social et éducatif ; uufavoriser un épanouissement personnel et une intégration sociale. [ Partenaires ] Comme tous les établissements de ce type, les ESAT sont régis par le Code de l Action Sociale et des Familles (CASF), spécialement le chapitre V du titre Ier du livre III. Leur régime a été largement revu par la loi n du 2 janvier 2002 rénovant l action sociale et médico-sociale : Données 2011 DGCS (Direction Générale de la Cohésion Sociale), DGEFP (Direction Générale à l Emploi et à la Formation Professionnelle).

17 La création des ESAT est autorisée par arrêté du préfet, qui fixe le nombre de places. L ouverture et l exploitation d un établissement ou service social ou médico-social (ESMS) ne peuvent se faire librement. Ils sont soumis à un régime de police administrative et, plus précisément, à un régime d autorisation qui relève des articles L et suivants du CASF. Ils peuvent être publics ou privés. La plus grande partie de ces structures est gérée par des associations à but non lucratif qui défendent la qualité de l accompagnement et le respect de la dignité de la personne. ZZ Les EA (Entreprises Adaptées) Les entreprises adaptées (anciennement dénommées ateliers protégés) sont des unités économiques qui offrent une activité professionnelle adaptée aux possibilités de travailleurs handicapés : uuqui ne peuvent, temporairement ou durablement, s insérer dans le milieu ordinaire ; uumais qui possèdent une capacité de travail supérieure à celle des travailleurs d ESAT. L entreprise adaptée peut se définir comme une entreprise citoyenne à but social. Mais si sa pérennité dépend de sa vitalité commerciale, économique et financière, elle a d abord une finalité sociale. En effet, les méthodes de management et d organisation de l entreprise adaptée reposent sur l acceptation et le respect de la fragilité des travailleurs handicapés. Or, ajuster son activité économique à ces salariés exige l aménagement technique des postes de travail, un management personnalisé, un encadrement adapté, plus présent et plus nombreux que dans le milieu professionnel classique. 17 Les missions des entreprises adaptées sont définies par la loi de la manière suivante : «Elles favorisent le projet professionnel du salarié handicapé en vue de sa valorisation, de sa promotion et de sa mobilité au sein de la structure elle-même ou vers d autres entreprises». Depuis 2005, les entreprises adaptées relèvent du marché du travail et non plus du milieu protégé. Dès lors, positionnées dans le secteur marchand et concurrentiel, la performance des entreprises adaptées est de conjuguer continuellement leur mission sociale et leur projet économique. Elles optimisent et adaptent les solutions classiques de l économie pour répondre aux exigences de leurs clients en termes de qualité, pour gagner en productivité, sans altérer leur projet social. Il s agit bien d une entreprise qui s adapte à la personne. Elles peuvent être créées par les collectivités ou des organismes publics ou privés, notamment des sociétés commerciales. Elles peuvent également être annexées à un ESAT. Cependant, si le statut de l entreprise adaptée relève aujourd hui du marché du travail, elle garde néanmoins une vocation sociale spécifique. Les entreprises adaptées doivent en effet employer dans leur effectif, concourant directement à la production, au moins 80% de travailleurs handicapés, orientés vers le marché du travail (ou milieu ordinaire). L entreprise adaptée doit consacrer un temps important non seulement à l aménagement technique des postes de travail, mais également à un encadrement adapté et personnalisé, par définition plus important que dans le milieu ordinaire classique. C est pourquoi, pour compenser l emploi majoritaire de travailleurs [ 2. Comprendre le secteur protégé et adapté, ses établissements, ses usagers, l offre d achat ]

18 handicapés à efficience réduite, l État verse une aide au poste à l entreprise adaptée, dont le montant est de 80% du Smic brut par mois. Les entreprises adaptées ont également accès à une subvention spécifique pour les aider dans leur fonctionnement, qui se compose d une base forfaitaire et d une partie variable allouée sur projet. XX2.2. Qui travaille dans ce type d établissements? ZZ Les ESAT (Établissements et Services d Aide par le Travail) Les ESAT ont pour vocation d accueillir toute personne handicapée, adolescente ou adulte, à partir de l âge de 20 ans, et plus exceptionnellement de 16 ans. 18 Pour intégrer un ESAT, les travailleurs handicapés doivent être orientés par la Commission des Droits et de l Autonomie des personnes handicapées (CDAPH). Cette décision d orientation s appuie sur la mesure de leur capacité de travail, qui doit être inférieure, sauf exception, au tiers de la capacité de travail d une personne valide. Pour autant et malgré cette faible capacité de travail, la CDAPH considère que leur aptitude potentielle à travailler est suffisante pour être admis en ESAT. Les travailleurs handicapés deviennent alors usagers d un établissement ou service médico-social : ils ne sont pas salariés. Ainsi, chaque travailleur handicapé accompagné en ESAT a droit à une rémunération garantie. Elle est fixée en fonction de la durée de son activité (temps plein ou temps partiel). Cette rémunération se compose : uud une part au moins égale à 5% du Smic brut qui est financée par l ESAT ; uud une aide au poste, à la charge de l État, qui est égale à 50% du Smic brut lorsque la part financée par l ESAT est supérieure à 5% et inférieure ou égale à 20% du Smic brut et qui est réduite lorsque la part financée par l ESAT est supérieure à 20 % du Smic brut. En plus de cette rémunération, qui peut varier de 55% à 110% du Smic, une prime d intéressement à l excédent d exploitation peut être versée chaque année aux travailleurs d ESAT. Enfin, la rémunération garantie ne constitue pas la seule ressource du travailleur handicapé, puisqu elle se cumule quasiment toujours avec l Allocation aux Adultes Handicapés (AAH). La durée d activité à caractère professionnel des travailleurs d ESAT, y compris les soutiens qui conditionnent l exercice de l activité, ne peut excéder 35 heures hebdomadaires. Cependant, il ne faut pas confondre le temps de travail et le temps de présence. Ce dernier peut donc dépasser 35 heures par semaine. Enfin, le travailleur en ESAT bénéficie également de congés rémunérés et d absences pour maladie, pour évènements familiaux ou encore de congés liés à la maternité et à l éducation des enfants.

19 L ESAT constitue donc une réponse originale et parfaitement adaptée aux besoins de nombreuses personnes handicapées. Ceci d autant plus que le travailleur handicapé peut envisager, s il le souhaite et si cela lui est accessible, un accompagnement vers l emploi en entreprise adaptée ou encore en milieu ordinaire de travail. ZZ Les EA (Entreprises Adaptées) Les EA ne peuvent embaucher que des travailleurs handicapés orientés vers le marché du travail par la Commission des Droits et de l Autonomie des personnes handicapées (CDAPH). Les EA permettent à ces personnes d exercer une activité professionnelle dans des conditions adaptées à leurs besoins. Le salarié handicapé qui intègre une entreprise adaptée bénéficie d un accompagnement adapté à sa problématique. La valorisation de la personne handicapée est au centre des priorités stratégiques de l entreprise adaptée (choix des marchés, organisation du travail ). Le salarié handicapé peut entreprendre un véritable parcours professionnel grâce à l acquisition d une expérience et d une qualification, et au développement et à la valorisation de ses compétences. Il peut notamment avoir accès à une formation professionnelle et à la Validation des Acquis de l Expérience (VAE). Il peut envisager, s il le souhaite et si cela lui est accessible, un emploi en milieu ordinaire. Salarié à part entière, le travailleur handicapé se voit appliquer les dispositions du code du travail ou de la convention collective dont l entreprise adaptée dépend, notamment sur les conditions de travail ou la représentation des travailleurs. 19 Le travailleur handicapé en entreprise adaptée reçoit un salaire fixé de la même manière que tout salarié ordinaire. u Les travailleurs handicapés employés par une entreprise adaptée ont le statut de salarié. Leur contrat de travail peut être à durée déterminée ou indéterminée. Ils perçoivent un salaire fixé compte tenu de l emploi qu ils occupent et de leur qualification par référence aux dispositions réglementaires ou conventionnelles applicables dans la branche d activité, qui ne peut être inférieur au SMIC. Sous certaines conditions, l EA reçoit, pour chaque travailleur handicapé orienté par la CDAPH et employé, une aide au poste forfaitaire versée par l État. [ 2. Comprendre le secteur protégé et adapté, ses établissements, ses usagers, l offre d achat ]

20 ZZ Récapitulatif 11 ESAT EA Nature de l établissement Etablissement médico-social Entreprise Statut des personnes handicapées Usagers Salariés Nature de l établissement Etablissement médico-social Entreprise Modalités de recrutement Admission par orientation CDAPH (Commission des Droits et de l Autonomie des Personnes Handicapées) Embauche après orientation CDAPH 20 Rémunération 55% du SMIC au minimum SMIC au minimum Capacité professionnelle Inférieure à 1/3 de la normale Supérieure à 1/3 de la normale Rémunération de l encadrement Par l État Par la structure Prestation donnant droit à une réduction de la contribution à l AGEFIPH Oui Oui Financement de la structure Enveloppes de fonctionnement Aides aux postes versées par l État Revenu d activité de production Aides aux postes versées par l État Revenu d activité Mission de la structure Thérapeutique, pédagogique, insertion professionnelle et sociale Insertion professionnelle Type d encadrement Educateurs, psychologues, techniciens, agents de maîtrise, chefs d ateliers Techniciens, agents de maîtrise, chefs d ateliers : Source Handeco -

FICHE PRATIQUE Les obligations liées à l emploi de travailleurs handicapés

FICHE PRATIQUE Les obligations liées à l emploi de travailleurs handicapés FICHE PRATIQUE Les obligations liées à l emploi de travailleurs handicapés I. QUELLES OBLIGATIONS? UNE OBLIGATION A PARTIR DE 20 SALARIES Tous les employeurs occupant au moins 20 salariés (l effectif s

Plus en détail

GUIDE DE L EMPLOYEUR

GUIDE DE L EMPLOYEUR Unité Territoriale de Paris GUIDE DE L EMPLOYEUR Actualisé le 07 août 2013 CONTRAT UNIQUE D INSERTION(CUI) : 1. CONTRAT D ACCOMPAGNEMENT DANS L EMPLOI (CAE) 2. CONTRAT INITIATIVE EMPLOI (CIE) 3. EMPLOIS

Plus en détail

Les autres obligations :

Les autres obligations : COMITE D ENTREPRISE OBLIGATIONS liées à la CONSULTATION du COMITE D ENTREPRISE 2012 Les autres obligations : E g a l i t é p r o f e s s i o n n e l l e H a n d i c a p S é n i o r P é n i b i l i t é

Plus en détail

MBA Spécialisé en Alternance

MBA Spécialisé en Alternance MBA Spécialisé en Alternance "Management de l Environnement" Diplôme d'etat de Niveau I enregistré au Registre National des Certifications Professionnelles JO du 13 octobre 2007 2 2013 / 2014 Groupe Sup

Plus en détail

Les aides pour l adaptation du véhicule au handicap

Les aides pour l adaptation du véhicule au handicap Fiche technique n 96 créée en avril 2013 Les aides pour l adaptation du véhicule au handicap La conduite d un véhicule n est pas incompatible avec le handicap. Cependant, des aménagements sont parfois

Plus en détail

Le contrat de professionnalisation

Le contrat de professionnalisation Le contrat de professionnalisation Objectif Le contrat de professionnalisation est un contrat de travail conclu entre un employeur et un salarié. Son objectif est l insertion ou le retour à l emploi des

Plus en détail

Formation en Alternance

Formation en Alternance Formation en Alternance BACHELOR BUSINESS " Banque / Assurances" 2011 / 2012 2 Groupe Sup de Co La Rochelle - N d agrément : 54170112617 - www.esc-larochelle.fr Le programme BACHELOR BUSINESS En associant,

Plus en détail

MBA Spécialisé en Alternance

MBA Spécialisé en Alternance MBA Spécialisé en Alternance "Stratégie du Développement Durable" Diplôme d'etat de Niveau I enregistré au Registre National des Certifications Professionnelles JO du 14 Avril 2012 2 2013 / 2014 Groupe

Plus en détail

Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI)

Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI) Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI) 1 Définition du CDDI un contrat de travail à durée déterminée dont le motif de recours est spécifique : favoriser le recrutement de certaines catégories

Plus en détail

FORMATION EN ALTERNANCE

FORMATION EN ALTERNANCE FORMATION EN ALTERNANCE BACHELOR BUSINESS «Marketing Relationnel» Diplôme visé par l Etat au BO n 30 du 23 Aout 2012 - Titre RNCP Niveau II 2013/2014 Groupe Sup de Co La Rochelle N d agrément : 54170112617

Plus en détail

PLEIN PHARE SUR LA CLAUSE SOCIALE

PLEIN PHARE SUR LA CLAUSE SOCIALE PLEIN PHARE SUR LA CLAUSE SOCIALE Un certain regard sur les résultats 2011 Ce guide est cofinancé par l Union Européenne Ce guide est cofinancé par l Union Européenne PLEIN PHARE SUR LA CLAUSE SOCIALE

Plus en détail

Le contrat de professionnalisation à l Université Paul Sabatier GUIDE DES STAGIAIRES DE LA FORMATION CONTINUE MISSION FORMATION «POLE ALTERNANCE»

Le contrat de professionnalisation à l Université Paul Sabatier GUIDE DES STAGIAIRES DE LA FORMATION CONTINUE MISSION FORMATION «POLE ALTERNANCE» GUIDE DES STAGIAIRES DE LA FORMATION CONTINUE Le contrat de professionnalisation à l Université Paul Sabatier MISSION FORMATION CONTINUE ET APPRENTISSAGE «POLE ALTERNANCE» LE CONTRAT DE PROFESSIONNALISATION

Plus en détail

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Attention : Ce document a été établit en juin 2015. Les informations qu il contient peuvent avoir évoluées en fonction des lois

Plus en détail

Quelles sont les conditions de travail de l apprenti?

Quelles sont les conditions de travail de l apprenti? Quelles sont les conditions de travail de l apprenti? L apprenti est un salarié à part entière. À ce titre, les lois, les règlements et la convention collective de la branche professionnelle ou de l entreprise

Plus en détail

L intergénérationnel, un enjeu pour tous

L intergénérationnel, un enjeu pour tous www.limousin.gouv.fr 1 2 L intergénérationnel, un enjeu pour tous 3 SOMMAIRE COMMUNIQUE DE SYNTHESE page 4 CONTEXTE page 6 Le contrat de génération en Limousin L appui-conseil au contrat de génération

Plus en détail

MODE D EMPLOI DE L APPRENTISSAGE

MODE D EMPLOI DE L APPRENTISSAGE ÉTUDES INTERCULTURELLES DE LANGUES APPLIQUÉES Licence Pro Rédacteur Technique Master 2 Pro Industrie de la Langue et Traduction Spécialisée Master 2 Pro de Conception Documentation Multilingue et Multimédia

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS N 5 DU 12 JANVIER 2010 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 7 S-1-10 INSTRUCTION DU 29 DECEMBRE 2009 IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE. CALCUL DE L IMPOT. REDUCTION D

Plus en détail

QUESTIONS. décembre 2014

QUESTIONS. décembre 2014 QUESTIONS RéPONSES RELATIF à l agrément, aux missions et au fonctionnemement des organismes paritaires collecteurs agréés au titre de la formation professionnelle continue décembre 2014 questions-réponses

Plus en détail

ACCORD DU 24 JUIN 2010

ACCORD DU 24 JUIN 2010 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel MODERNISATION DU MARCHÉ DU TRAVAIL (Portage salarial) ACCORD DU 24 JUIN 2010 RELATIF AU PORTAGE

Plus en détail

Ministère de l'emploi, de la cohésion sociale et du logement. Le délégué général à l'emploi et à la formation professionnelle

Ministère de l'emploi, de la cohésion sociale et du logement. Le délégué général à l'emploi et à la formation professionnelle Ministère de l'emploi, de la cohésion sociale et du logement Délégation générale à l'emploi et à la formation professionnelle Sous-direction service public de l emploi Mission emploi des travailleurs handicapés

Plus en détail

MBA Spécialisé en Alternance

MBA Spécialisé en Alternance MBA Spécialisé en Alternance "Achats Internationaux & Supply Chain" Diplôme d'etat de Niveau I enregistré au Registre National des Certifications Professionnelles JO du 14 Avril 2012 2 2013 / 2014 Groupe

Plus en détail

LA FORMATION DES AGENTS DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE

LA FORMATION DES AGENTS DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE CENTRE DE GESTION DE MAINE ET LOIRE NOTE D INFORMATION MARS 2008 Mise à jour JUIN 2009 (Annule et remplace la précédente) LA FORMATION DES AGENTS DE LA FONCTION PUBLIQUE

Plus en détail

MBA Spécialisé en Alternance

MBA Spécialisé en Alternance MBA Spécialisé en Alternance "Stratégie Internationale des Entreprises" 2 2013 / 2014 Groupe Sup de Co La Rochelle N d agrément : 54170112617 N SIRET 348 768 508 00015 www.esc-larochelle.fr Le programme

Plus en détail

PANORAMA DES MESURES POUR L EMPLOI

PANORAMA DES MESURES POUR L EMPLOI MÉTROPOLE JANVIER 2015 PANORAMA DES MESURES POUR L EMPLOI POLE-EMPLOI.FR FORMER AVANT L EMBAUCHE ACTION DE FORMATION PRÉALABLE AU RECRUTEMENT (AFPR) Demandeurs d emploi inscrits auprès de Pôle emploi,

Plus en détail

SÉCURISATION DE L EMPLOI

SÉCURISATION DE L EMPLOI Accompagner les dirigeants de l ess dans la gestion des ressources humaines DOSSIER JURIDIQUE SÉCURISATION DE L EMPLOI Réalisé par : La Loi sur la sécurisation de l emploi La loi de sécurisation de l emploi

Plus en détail

Répondre à l obligation d emploi de personnes handicapées

Répondre à l obligation d emploi de personnes handicapées les cahiers de l AGEFIPH JANVIER 2013 Répondre à l obligation d emploi de personnes handicapées plus d infos sur www.agefiph.fr Qu est-ce que l Agefiph? L Agefiph (Association de gestion du fonds pour

Plus en détail

Accord relatif à l activité de portage salarial

Accord relatif à l activité de portage salarial Accord relatif à l activité de portage salarial Préambule Le présent accord a pour finalité d organiser l activité de portage salarial. Les personnes portées sont titulaires d un contrat de travail conclu

Plus en détail

Le contrat d apprentissage

Le contrat d apprentissage Mai 2009 contrats et mesures Le contrat d apprentissage Vous recrutez un jeune tout en bénéficiant d avantages financiers. Vous le préparez à un métier de votre entreprise et à une qualification professionnelle

Plus en détail

LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS

LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS Edition 2014 SOMMAIRE Editorial de Monsieur le préfet. 1 Le pacte est au service des entreprises et des ménages 2-3

Plus en détail

Réforme de la formation professionnelle

Réforme de la formation professionnelle MEDEF Social mars 2015 Réforme de la formation professionnelle Compétitivité Mobilité Employabilité Edito En 2030, près de 30 % de nos métiers auront évolué. Pour relever ce défi, la formation des femmes

Plus en détail

Action sociale. Nos actions dans le domaine du handicap. L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie

Action sociale. Nos actions dans le domaine du handicap. L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie Action sociale Nos actions dans le domaine du handicap L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie Assumer au quotidien une situation de handicap est difficile pour une famille

Plus en détail

Fafiec au 1 er mars 2011

Fafiec au 1 er mars 2011 Financements Fafiec au 1 er mars 2011 Les partenaires sociaux, négocient chaque année les modalités de financement de la professionnelle. Pour 2011, ils ont souhaité que la qualité des services et de l

Plus en détail

CAISSE D EPARGNE Pour toutes les actions débutant le 19/02/2015

CAISSE D EPARGNE Pour toutes les actions débutant le 19/02/2015 CAISSE D EPARGNE Pour toutes les actions débutant le 19/02/2015 1 2 Période de professionnalisation 3 Tutorat 4 Compte Personnel de Formation ATTENTION : CES CRITÈRES SONT SUSCEPTIBLES D'ETRE MODIFIÉS

Plus en détail

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente 1 Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE 2 TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE SOMMAIRE Qui peut embaucher un apprenti et quelles

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3257 Convention collective nationale IDCC : 1601. BOURSE (3 e édition. Juin 2004) ACCORD DU 8 JUILLET 2005

Plus en détail

Contrat de Professionnalisation ou Stage? Tout savoir pour bien choisir

Contrat de Professionnalisation ou Stage? Tout savoir pour bien choisir Contrat de Professionnalisation ou Stage??? Tout savoir pour bien choisir L objectif de ce livret est de répondre à vos questions en matière de contrat de professionnalisation et de stage. En effet, cette

Plus en détail

ANIMATION / Prévoyance

ANIMATION / Prévoyance ANIMATION / Prévoyance C5-012 Remplace C5-010 et C5-011 La mise en place de la complémentaire santé dans la branche Animation La loi du 14 juin 2013 de Sécurisation de l emploi a généralisé la couverture

Plus en détail

AVENANT DU 3 NOVEMBRE 2011

AVENANT DU 3 NOVEMBRE 2011 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3161 Convention collective nationale IDCC : 2120. BANQUE AVENANT DU 3 NOVEMBRE 2011 À L ACCORD DU 10 JUIN 2011 RELATIF

Plus en détail

Les partenariats associations & entreprises

Les partenariats associations & entreprises Les partenariats associations & entreprises Initier ou renforcer une politique de partenariats avec les entreprises Novembre 2011 Référentiel réalisé en partenariat avec et Edito Avec leurs 1,9 millions

Plus en détail

ateliers Aravis - les ateliers Aravis - les ateliers Aravis les ateliers Aravis - les ateliers Aravis Formes d emploi et de travail atypiques

ateliers Aravis - les ateliers Aravis - les ateliers Aravis les ateliers Aravis - les ateliers Aravis Formes d emploi et de travail atypiques Formes d emploi et de travail atypiques GLOSSAIRE document de travail A------------------------------------------------------------------------------------------------------ Auto-entrepreneur DEFINITION

Plus en détail

L Economie Sociale et Solidaire

L Economie Sociale et Solidaire 1 L Economie Sociale et Solidaire L ESS EST UNE ÉCONOMIE QUI SE VEUT ÊTRE DIFFÉRENTE DE L ÉCONOMIE CLASSIQUE. DES PRINCIPES FONDAMENTAUX ONT ÉTÉ DÉFINIS ET CONSTITUENT LES PILIERS DE CE SECTEUR. 2 LES

Plus en détail

L économie sociale et solidaire

L économie sociale et solidaire L économie sociale et solidaire Traditionnellement le mois de novembre est le mois de l Economie Sociale et Solidaire. Cette année comme les années précédentes de nombreuses actions et rencontres ont eu

Plus en détail

Guide sur les mutuelles de formation. Règlement sur les mutuelles de formation

Guide sur les mutuelles de formation. Règlement sur les mutuelles de formation Guide sur les mutuelles de formation Règlement sur les mutuelles de formation ÉDITION AVRIL 2008 Dans le cadre d une entente de délégation prévue par la Loi sur le ministère de l Emploi et de la Solidarité

Plus en détail

ÉPARGNE TEMPS DÉCRET CIRCULAIRE DECRET

ÉPARGNE TEMPS DÉCRET CIRCULAIRE DECRET LE COMPTE ÉPARGNE TEMPS DÉCRET N 2004-878 DU 26 AOÛT 2004 MODIFIE CIRCULAIRE DU 31 MAI 2010 SUR LA REFORME DU CET DANS LA FONCTION PUBLIQUE DECRET 2010-531 DU 21 MAI 2010 Le compte épargne temps (CET)

Plus en détail

Le calcul de l obligation d emploi

Le calcul de l obligation d emploi L obligation d emploi Fiche 14 Le calcul de l obligation d emploi Depuis la loi du 10 juillet 1987, tout établissement de 20 salariés minimum(en équivalent temps plein) doit compter parmi ses effectifs

Plus en détail

de nouvelles aides pour les employeurs d apprentis Du CAP à Ingénieur un parcours gagnant l Apprentissage Un salaire progressif * Age de l apprenti 1re année du contrat 2e année du contrat 3e année du

Plus en détail

LE MAINTIEN DES COTISATIONS VIEILLESSES ET RETRAITE

LE MAINTIEN DES COTISATIONS VIEILLESSES ET RETRAITE LE MAINTIEN DES COTISATIONS VIEILLESSES ET RETRAITE COMPLEMENTAIRE SUR UN SALAIRE A TEMPS PLEIN Ludivine LEROUX, juriste au sein des équipes du pôle Veille d ADP, nous propose une lecture synthétique des

Plus en détail

MODE D EMPLOI CONTRAT D APPRENTISSAGE

MODE D EMPLOI CONTRAT D APPRENTISSAGE MODE D EMPLOI CONTRAT D APPRENTISSAGE Mise à jour : 02/03/15 1 CONDITIONS GENERALES POUR ETRE APPRENTI p. 2 2 - ENREGISTREMENT DU CONTRAT p. 2 3 DEFINITION DU CONTRAT D APPRENTISSAGE p. 5 4 - EXECUTION

Plus en détail

10.B. Les obligations légales et réglementaires. 1. Gestion des documents de l entreprise. A. Les affichages obligatoires

10.B. Les obligations légales et réglementaires. 1. Gestion des documents de l entreprise. A. Les affichages obligatoires Les obligations légales et réglementaires 1. Gestion des documents de l entreprise A. Les affichages obligatoires L affichage est un élément essentiel de la communication dans l entreprise et cela peut

Plus en détail

LES GARANTIES DU REGIME CONVENTIONNEL DES CADRES DE LA PRODUCTION AGRICOLE

LES GARANTIES DU REGIME CONVENTIONNEL DES CADRES DE LA PRODUCTION AGRICOLE LES GARANTIES DU REGIME CONVENTIONNEL DES CADRES DE LA PRODUCTION AGRICOLE Dernière mise à jour : avril 2010 CPCEA 1 2 Préambule Le régime conventionnel des cadres de la production agricole est institué

Plus en détail

CONFERENCE NATIONALE DU HANDICAP. Relevé des conclusions

CONFERENCE NATIONALE DU HANDICAP. Relevé des conclusions PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE Service de presse Paris, le 11 décembre 2014 CONFERENCE NATIONALE DU HANDICAP Relevé des conclusions A l occasion de la Conférence nationale du handicap du 11 décembre 2014,

Plus en détail

Les aides financières

Les aides financières Entreprises La réforme de l apprentissage L ACCUEIL DES STAGIAIRES Les aides financières Focus sur la réforme de l apprentissage La loi du 5 mars 2014 sur la réforme de l apprentissage et de l enseignement

Plus en détail

SE FORMER. une passerelle vers l emploi. Personnes Handicapées AIDES ET SERVICES DE L AGEFIPH NOVEMBRE 2014. l Les bonnes questions à se poser

SE FORMER. une passerelle vers l emploi. Personnes Handicapées AIDES ET SERVICES DE L AGEFIPH NOVEMBRE 2014. l Les bonnes questions à se poser Personnes Handicapées AIDES ET SERVICES DE L AGEFIPH NOVEMBRE 2014 SE FORMER une passerelle vers l emploi l Les bonnes questions à se poser l Quelles démarches? l Les aides de l Agefiph dont vous pouvez

Plus en détail

Programme de formation des bénévoles et salariés de l ESS en Corse 2015

Programme de formation des bénévoles et salariés de l ESS en Corse 2015 Programme de formation des bénévoles et salariés de l ESS en Corse 2015 Cahier des charges pour le dépôt des réponses À l attention des Organismes de Formation, Ajaccio, le 4 février 2015 Objet : Appel

Plus en détail

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat Objectifs : Être au plus près des entreprises et de leurs salariés en proposant des services et outils adaptés à leurs besoins. 12 fiches «service» synthétiques, répertoriées en 5 grands thèmes : PROFESSIONNALISATION

Plus en détail

Appel à projets Soutien à la dynamique des Pôles territoriaux de coopération économique (PTCE)

Appel à projets Soutien à la dynamique des Pôles territoriaux de coopération économique (PTCE) Appel à projets Soutien à la dynamique des Pôles territoriaux de coopération économique (PTCE) Date de l ouverture de l appel à projets : Mi-juillet 2013 Date de clôture de l appel à projets : 31 octobre

Plus en détail

ACCORD DU 18 JUIN 2010 PRÉAMBULE

ACCORD DU 18 JUIN 2010 PRÉAMBULE MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3367 Convention collective nationale IDCC : 2847. PÔLE EMPLOI ACCORD DU 18 JUIN 2010 RELATIF AU TRANSFERT

Plus en détail

NOTE D INFORMATION COMPTE EPARGNE-TEMPS (C.E.T)

NOTE D INFORMATION COMPTE EPARGNE-TEMPS (C.E.T) NOTE D INFORMATION CV Réf. : II-6-1-14 Pôle des services 1 er avril 2011 Tel : 05 63 60 16 66 1-3 Temps de travail Mail : services@cdg81.fr COMPTE EPARGNE-TEMPS (C.E.T) Décret n 2004-878 du 26 août 2004

Plus en détail

Le guide pour comprendre

Le guide pour comprendre ENTREPRISES D INSERTION ENTREPRENEURS SOCIAUX Le guide pour comprendre Une loi sur l Economie Sociale et Solidaire (ESS) pour permettre son changement d échelle Après plus de deux ans de travaux, la loi

Plus en détail

1. Consolider l emploi dans les entreprises d insertion

1. Consolider l emploi dans les entreprises d insertion ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE SOUTIEN AUX EMPLOIS DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE ECONOMIE 17.12 DESCRIPTIF DE L'INTERVENTION OBJECTIFS Consolider l emploi des entreprises de l économie sociale et solidaire

Plus en détail

Juin. Modernisation du Marché du Travail

Juin. Modernisation du Marché du Travail Juin Modernisation du Marché du Travail 2008 les fiches argumentaires du medef Les dispositions de l accord national interprofessionnel du 11 janvier 2008, dont la mise en œuvre requiert un support législatif,

Plus en détail

Mutualisation des compétences

Mutualisation des compétences Premières Rencontres richesses humaines associatives 2 & 3 décembre 2014 ATELIER PROSPECTIF Mutualisation des compétences DEFINITIONS Mutualisation La mutualisation se définit comme la synergie entre deux

Plus en détail

ETUDE LE CONTRAT D APPRENTISSAGE

ETUDE LE CONTRAT D APPRENTISSAGE Etude ETUDE LE CONTRAT D APPRENTISSAGE Le contrat d apprentissage offre l opportunité à l entreprise de transmettre ses savoirs et former les générations futures tout en bénéficiant d un encadrement législatif

Plus en détail

Solutions Évolution Anticipation

Solutions Évolution Anticipation Solutions Évolution Anticipation INCLUS Nouvelle LOI n 2014-873 du 4 août 2014 pour l égalité réelle entre les femmes et les hommes 2014 Vos obligations liées à la consultation du Comité d Entreprise Source

Plus en détail

Questions-réponses. pour sortir du labyrinthe. Handicap et travail ASSOCIATION DES ACCIDENTÉS DE LA VIE. un guide de la fnath

Questions-réponses. pour sortir du labyrinthe. Handicap et travail ASSOCIATION DES ACCIDENTÉS DE LA VIE. un guide de la fnath 20 Handicap et travail Questions-réponses pour sortir du labyrinthe ASSOCIATION DES ACCIDENTÉS DE LA VIE un guide de la fnath Des clés pour affronter le parcours du combattant Avec un taux de chômage largement

Plus en détail

vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national innover et entreprendre créer son emploi

vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national innover et entreprendre créer son emploi vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national de S l économie ociale & olidaire entrée libre innover et entreprendre créer son emploi FondeR son association epargner

Plus en détail

REGIME DE PREVOYANCE CONVENTIONNEL OBLIGATOIRE

REGIME DE PREVOYANCE CONVENTIONNEL OBLIGATOIRE Votre centre de gestion CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE COMMISSION, DE COURTAGE ET DE COMMERCE INTRA-COMMUNAUTAIRE ET D IMPORTATION- EXPORTATION DE FRANCE METROPOLITAINE PERSONNEL CONCERNE

Plus en détail

FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME

FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME ENTREPRISES, INVESTISSEZ DANS VOTRE AVENIR AVEC LA FORMATION PROFESSIONNELLE. FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME 1 SOMMAIRE INTRODUCTION

Plus en détail

GUIDE DE La formation. Pour les employeurs d emploi d avenir

GUIDE DE La formation. Pour les employeurs d emploi d avenir GUIDE DE La formation Pour les employeurs d emploi d avenir SOMMAIRE POURQUOI UN GUIDE DE LA FORMATION À 3 DESTINATION DES EMPLOYEURS D EMPLOI D AVENIR? L ESSENTIEL DU GUIDE 4 I. faites DE VOS ENGAGEMENTS

Plus en détail

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Les services publics locaux de l environnement : des services discrets mais moteurs de développement Depuis leur mise en

Plus en détail

BTS BANQUE. L épargne solidaire. 1. Qu est-ce que l épargne solidaire? Document 1 :

BTS BANQUE. L épargne solidaire. 1. Qu est-ce que l épargne solidaire? Document 1 : BTS BANQUE L épargne solidaire 1. Qu est-ce que l épargne solidaire? Document 1 : Fondée sur un principe de responsabilité et de fraternité, l épargne solidaire se caractérise par le choix de l épargnant

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques L insertion par l économique Un secteur fragilisé (Dossier réalisé par Sébastien Desitter, Expert-comptable, Commissaire aux comptes, In Extenso Rhône-Alpes) Né dans les

Plus en détail

Notice pour le contrat de professionnalisation

Notice pour le contrat de professionnalisation Notice pour le contrat de professionnalisation Avant de conclure un contrat de professionnalisation, renseignez-vous sur les règles applicables au contrat ainsi que les dispositions particulières prévues

Plus en détail

Introduction : reconnaître et développer

Introduction : reconnaître et développer Introduction : reconnaître et développer l Économie sociale et solidaire Qu est-ce que l ESS? chiffres clés z 200000 structures z 2,4 milions de salariés z + 23 % d emplois créés depuis 10 ans Coopératives

Plus en détail

ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 22 MARS 2014 RELATIF A L INDEMNISATION DU CHOMAGE

ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 22 MARS 2014 RELATIF A L INDEMNISATION DU CHOMAGE ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 22 MARS 2014 RELATIF A L INDEMNISATION DU CHOMAGE Préambule Considérant la situation économique et, notamment, l impact de celle ci sur le marché de l emploi et le

Plus en détail

LES STAGIAIRES. 1. Qui sont les «stagiaires» au sens de la réglementation?

LES STAGIAIRES. 1. Qui sont les «stagiaires» au sens de la réglementation? LES STAGIAIRES 1. Qui sont les «stagiaires» au sens de la réglementation? La loi relative à l enseignement supérieur a défini enfin ce qu est un stage en milieu professionnel: il s agit d une «période

Plus en détail

DOSSIER D INFORMATION

DOSSIER D INFORMATION DOSSIER D INFORMATION PRÉSENTATION DU PACTE NATIONAL POUR LA CROISSANCE, LA COMPÉTITIVITÉ ET L EMPLOI Mardi 5 mars 2013, à 9 heures 30 Préfecture de l Ardèche - Salle Jean Moulin CONTACTS PRESSE : Cabinet

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ SOLIDARITÉS ETABLISSEMENTS SOCIAUX ET MÉDICO-SOCIAUX

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ SOLIDARITÉS ETABLISSEMENTS SOCIAUX ET MÉDICO-SOCIAUX SOLIDARITÉS ETABLISSEMENTS SOCIAUX ET MÉDICO-SOCIAUX Arrêté du 21 décembre 2012 relatif à l agrément de certains accords de travail applicables dans les établissements et services du secteur social et

Plus en détail

Accord relatif à l activité de portage salarial

Accord relatif à l activité de portage salarial Accord relatif à l activité de portage salarial Préambule Le présent accord a pour finalité d organiser l activité du portage salarial et s applique aux personnes titulaires d un contrat de travail en

Plus en détail

Édition du 3 mars 2014

Édition du 3 mars 2014 1 Édition du 3 mars 2014 LES AIDES À L EMBAUCHE D UN APPRENTI EN FAVEUR DES EMPLOYEURS 2 TOUT SAVOIR SUR LES AIDES À L EMBAUCHE D UN APPRENTI EN FAVEUR DES EMPLOYEURS SOMMAIRE Ce qui est dû à l apprenti

Plus en détail

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Dossiers réglementaires > Dossiers réglementaires > L'intéressement

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Dossiers réglementaires > Dossiers réglementaires > L'intéressement L'intéressement Textes de référence : Loi n 2001-152 du 19 /02/2001 Lettre circulaire Acoss n 2001-056 du 10 avril 2001 rappelant les modifications apportées aux mécanismes de l épargne salariale Circulaire

Plus en détail

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? Près de 3 demandeurs d emploi sur 5 sont couverts par l Assurance chômage

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? Près de 3 demandeurs d emploi sur 5 sont couverts par l Assurance chômage éclairages ÉTUDES ET ANALYSES N 5 AVRIL 213 QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? L Unédic a réalisé une étude pour approfondir la compréhension de la population des allocataires

Plus en détail

Livret d accueil. Présentation de l économie sociale et solidaire à destination de ses acteurs. S associer coopérer mutualiser

Livret d accueil. Présentation de l économie sociale et solidaire à destination de ses acteurs. S associer coopérer mutualiser Livret d accueil Présentation de l économie sociale et solidaire à destination de ses acteurs S associer coopérer mutualiser PRÉAMBULE Accueillir au sein des structures de l Économie Sociale et Solidaire

Plus en détail

Le Bulletin de salaire

Le Bulletin de salaire Le Bulletin de salaire Mentions obligatoires : Le bulletin de salaire doit mentionner les éléments suivants : - Les coordonnés du Syndicat de copropriétaires dont dépend le salarié - Le numéro de SIRET

Plus en détail

Pégase 3 MSA Les contrats «vendanges» Dernière révision le 28/09/2006. http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas.fr

Pégase 3 MSA Les contrats «vendanges» Dernière révision le 28/09/2006. http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas.fr Pégase 3 MSA Les contrats «vendanges» Dernière révision le 28/09/2006 http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas.fr Sommaire Principe...3 Particularités du contrat...3 Les cotisations concernées...4 Les

Plus en détail

Régime social et fiscal des primes d intéressement

Régime social et fiscal des primes d intéressement Régime social et fiscal des primes d intéressement Les primes d intéressement constituent pour le salarié un complément de rémunération. Cependant, afin de favoriser la mise en place d un régime d intéressement

Plus en détail

COURTAGE D ASSURANCES

COURTAGE D ASSURANCES 2015 COURTAGE D ASSURANCES et/ou REASSURANCES CCN 3110 IDCC 2247 Pour toutes les actions débutant le 01/06/2015 1 2 3 4 5 Compte Personnel de Formation ATTENTION : CES CRITÈRES SONT SUSCEPTIBLES D'ETRE

Plus en détail

ORDONNANCE. relative au portage salarial. NOR : ETST1503259R/Bleue-1 ------ RAPPORT AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE

ORDONNANCE. relative au portage salarial. NOR : ETST1503259R/Bleue-1 ------ RAPPORT AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social TEXTE SOUMIS A LA DELIBERATION DU CONSEIL DES MINISTRES ORDONNANCE relative au portage salarial

Plus en détail

Le travail DES PERSONNES HANDICAPÉES MENTALES

Le travail DES PERSONNES HANDICAPÉES MENTALES Le travail DES PERSONNES HANDICAPÉES MENTALES LE TRAVAIL des personnes handicapées mentales Ont participé à la réalisation de ce document : Directeur de la publication : Thierry NOUVEL Responsable de

Plus en détail

Effectif de l entreprise TA et FPC

Effectif de l entreprise TA et FPC Décompte des effectifs de l entreprise Contribution supplémentaire à l apprentissage et Formation Professionnelle continue Les effectifs des entreprise déterminent des obligations pour les entreprises

Plus en détail

Le versement transport (VT)

Le versement transport (VT) Le versement transport (VT) Textes de référence : Articles L2333-64 et L2531-2 du code général des collectivités territoriales Lettre circulaire Acoss n 2006-116 du 9 novembre 2006 Lettre circulaire Acoss

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ. Assurance maladie, maternité, décès. Direction de la sécurité sociale

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ. Assurance maladie, maternité, décès. Direction de la sécurité sociale Protection sociale Assurance maladie, maternité, décès MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES _ MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ _ Direction de la sécurité sociale Sous-direction de l accès

Plus en détail

La formation professionnelle continue en 2013

La formation professionnelle continue en 2013 La formation professionnelle continue en 2013 UNIFORMATION : OPCA de l économie sociale La contribution «Formation» Les dispositifs de la formation professionnelle continue : Financement du plan de formation

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE PROTECTION SOCIALE

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE PROTECTION SOCIALE PROTECTION SOCIALE SÉCURITÉ SOCIALE : ORGANISATION, FINANCEMENT MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS, DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE LA RÉFORME DE L

Plus en détail

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Dares Analyses Novembre 2011 N 081 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques L EMPLOI DE TRAVAILLEURS HANDICAPÉS DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE 20 SALARIÉS

Plus en détail

I - Le contrat d apprentissage II - Les droits et devoirs apprenti/entreprise, III Le rôle du CFA et de l Université IV - La taxe d apprentissage

I - Le contrat d apprentissage II - Les droits et devoirs apprenti/entreprise, III Le rôle du CFA et de l Université IV - La taxe d apprentissage I - Le contrat d apprentissage II - Les droits et devoirs apprenti/entreprise, III Le rôle du CFA et de l Université IV - La taxe d apprentissage Mise à jour : Avril 2009 SOMMAIRE I - Le contrat d apprentissage

Plus en détail

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.»

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» 39 e Congrès de la Mutualité Française Résolution générale «La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» La crise financière, économique, sociale et écologique frappe durement notre pays,

Plus en détail