-et- -et- RAPPORT. Jacques Fontaine Consultant en énergie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "-et- -et- RAPPORT. Jacques Fontaine Consultant en énergie"

Transcription

1 Page i C A N A D A PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL DOSSIER R RÉGIE DE L'ÉNERGIE CAUSE TARIFAIRE D'HYDRO- QUÉBEC DISTRIBUTION HYDRO-QUÉBEC En sa qualité de Distributeur -et- Demanderesse STRATÉGIES ÉNERGÉTIQUES (S.É.) -et- L'ASSOCIATION QUÉBÉCOISE DE LUTTE CONTRE LA POLLUTION ATMOSPHÉRIQUE (AQLPA) Intervenantes LES INVESTISSEMENTS EN 2010 D'HYDRO-QUÉBEC DISTRIBUTION : PÉRENNITÉ DES ACTIFS ET PLAN GLOBAL EN EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE (PGEÉ) RAPPORT Jacques Fontaine Consultant en énergie Préparé pour: Stratégies Énergétiques (S.É.) Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique (AQLPA) Le 3 novembre 2009

2 Page ii

3 Page iii SOMMAIRE DES RECOMMANDATIONS LES INVESTISSEMENTS EN MAINTIEN DES ACTIFS (PÉRENNITÉ) RECOMMANDATION NO. 1 : Nous recommandons à la Régie de l'énergie d approuver le budget de 340,1 M$ d Hydro- Québec Distribution en 2010 pour investissements en maintien des actifs de moins de 10 M$. RECOMMANDATION NO. 2 : Nous recommandons à la Régie de l'énergie de demander à Hydro-Québec Distribution d accélérer de façon substantielle le développement et la mise en œuvre de sa stratégie de gestion de la pérennité, incluant le développement d un indicateur reliant les investissements à la qualité du service fourni, et de faire rapport sur le tout dans sa cause tarifaire LES INVESTISSEMENTS EN EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE ET NOUVELLES TECHNOLOGIES RECOMMANDATIONS D ENSEMBLE RECOMMANDATION NO. 3 : Nous recommandons à la Régie de l'énergie d approuver l intégration du Plan global d'efficacité énergétique (PGEE) d Hydro-Québec Distribution comme faisant partie de ses investissements, dans la présentation de son dossier tarifaire devant la Régie de l énergie. RECOMMANDATION NO. 4 : Nous recommandons à la Régie de l'énergie d approuver l intégration des programmes et mesures en économie de puissance électrique (gestion de la consommation) au Plan global d'efficacité énergétique (PGEE) d Hydro-Québec Distribution.

4 Page iv RECOMMANDATION NO. 5 : Nous recommandons à la Régie de l'énergie de requérir qu Hydro-Québec Distribution fournisse annuellement dans ses causes tarifaires : a) Le «montant total annuel alloué à l efficacité énergétique et aux nouvelles technologies énergétiques» dans le revenu requis de l année témoin d Hydro-Québec Distribution, ainsi qu une ventilation de ce montant total annuel par secteur de consommation (en allouant à chacun de ces secteurs les mesures dites de tronc commun et celles en nouvelles technologies). b) Les volumes d économies d électricité réalisées annuellement au Québec (et cumulativement depuis le début du calcul des économies contribuant à l atteinte de la cible) dans le cadre des programmes et interventions du PGEÉ d Hydro-Québec Distribution (incluant auprès des réseaux municipaux et coopératifs), de l Agence de l efficacité énergétique (AEÉ) et d autres acteurs gouvernementaux dont les action sont comptabilisées dans la cible, le tout ainsi qu une ventilation de ces volumes globaux par secteur de consommation (en allouant à chacun de ces secteurs les mesures dites de tronc commun et celles en nouvelles technologies). Il y aurait lieu, de plus, de présenter des sous-totaux distinguant les programmes et interventions en économie d énergie de celles en économie de puissance. LES INVESTISSEMENTS EN EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE ET NOUVELLES TECHNOLOGIES MARCHÉ RÉSIDENTIEL RECOMMANDATION NO. 6 : Nous recommandons à la Régie de l'énergie d approuver le budget demandé pour le programme du Diagnostic résidentiel Mieux consommer incluant les efforts en cours de la part du Distributeur en vue d accroître la sensibilisation de ses clients résidentiels dans le cadre de ce programme. RECOMMANDATION NO. 7 : Nous recommandons à la Régie de l'énergie d approuver le budget demandé pour le programme Promotion des produits Mieux Consommer résidentiels et l ajout à ce programme des appareils électroniques efficaces. L aide financière à l installation de thermostats devrait être maintenue jusqu à l adoption de la nouvelle réglementation gouvernementale.

5 Page v RECOMMANDATION NO. 8 : Nous recommandons à la Régie de l'énergie d approuver l ensemble des budgets demandés par Hydro-Québec Distribution pour ses programmes de rénovation éconergétique s'adressant aux ménages à faible revenu, en l invitant à poursuivre ses partenariats avec les municipalités, coopératives et propriétaires de logements sociaux. RECOMMANDATION NO. 9 : Nous recommandons à la Régie de l'énergie d approuver le budget demandé pour le programme de remplacement des réfrigérateurs chez les clients à faible revenu. RECOMMANDATION NO. 10 : Nous recommandons à la Régie de l'énergie d approuver le budget demandé pour le programme Récupération de réfrigérateurs et congélateurs énergivores. RECOMMANDATION NO. 11 : Nous recommandons à la Régie de l'énergie d inviter Hydro-Québec Distribution à réévaluer à la hausse le budget demandé en 2010 pour son programme de géothermie résidentielle, suite à l inclusion nouvelle des systèmes géothermiques à détente directe (direct expansion ou DX) dans la norme CSA-C448 et, par voie de conséquence, sa reconnaissance par la Coalition canadienne de l énergie géothermique (CCÉG) depuis le 26 octobre RECOMMANDATION NO. 12 : Nous recommandons à la Régie de l'énergie d approuver le budget demandé par le Distributeur pour les programmes d économie d énergie résidentiels pour les réseaux autonomes. RECOMMANDATION NO. 13 : Nous recommandons à la Régie de l'énergie d approuver le budget demandé de 0,66 M$ pour le programme d économie en puissance résidentiel visant à promouvoir les chauffe-eau à trois éléments. Nous recommandons d approuver ce programme, malgré son coût unitaire élevé en regard de la durée de vie d un chauffe-eau électrique de 12 à 15 ans, afin que cette nouvelle technologie puisse se développer.

6 Page vi LES INVESTISSEMENTS EN EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE ET NOUVELLES TECHNOLOGIES MARCHÉ AFFAIRES RECOMMANDATION NO. 14 : Nous recommandons à la Régie de l'énergie d inviter Hydro-Québec Distribution à continuer d étudier les possibilités de restreindre l effritement du parc bi-énergie résidentiel. RECOMMANDATION NO. 15 : Nous recommandons à la Régie de l'énergie d approuver le budget demandé pour le programme produits efficaces marché Affaires. Nous apprécions les efforts que fait le Distributeur afin de chercher à simplifier encore davantage l approche pour le client et les manufacturiers. RECOMMANDATION NO. 16 : Nous recommandons à la Régie de l'énergie d approuver le budget demandé par Hydro- Québec Distribution pour le programme Diagnostic Mieux Consommer Petites entreprises de service. Il semble que ce programme pourrait être fusionné au nouveau programme plus structuré d Approche clés en main. RECOMMANDATION NO. 17 : Nous recommandons à la Régie de l'énergie d approuver le budget demandé par Hydro- Québec Distribution pour le programme Approche clés en main et encourageons fortement cette nouvelle approche.

7 Page vii RECOMMANDATION NO. 18 : Nous recommandons à la Régie de l'énergie d approuver le budget demandé par Hydro- Québec Distribution pour le programme Appui aux initiatives Optimisation énergétique des bâtiments, incluant la géothermie Affaires. Nous appuyons fortement les efforts entrepris par le Distributeur, au présent dossier, visant à accroître la participation des partenaires professionnels et à alléger le processus administratif pour le traitement des demandes. La lourdeur administrative de ce processus et l insuffisance du nombre de professionnels partenaires consultants accrédités par HQD et disponibles pour traiter les demandes avaient en effet été souvent critiquées par le milieu et constituaient des barrières à la pénétration de ce programme. De plus, nous sommes en accord avec Hydro-Québec Distribution à l effet que le principe de conception intégrée représente une voie prometteuse en nouvelle construction. Nous appuyons la demande du Distributeur de considérer admissible au présent programme la consommation électrique des postes de transformation du Transporteur. Il y aurait lieu d inviter Hydro-Québec Distribution à vérifier si le budget de ce programme doit être réévalué à la hausse, suite à l inclusion nouvelle des systèmes géothermiques à détente directe (direct expansion ou DX) dans la norme CSA-C448 et, par voie de conséquence, sa reconnaissance par la Coalition canadienne de l énergie géothermique (CCÉG) depuis le 26 octobre RECOMMANDATION NO. 19 : Nous recommandons à la Régie de l'énergie d approuver le budget demandé pour le programme Appui aux initiatives - Systèmes industriels, incluant la géothermie le cas échéant. Dans ce programme également, nous appuyons les efforts du Distributeur visant à simplifier les procédures, notamment en standardisant la méthode de calcul pour la soumission de dossiers pour les procédés industriels. Il y aurait lieu d inviter Hydro-Québec Distribution à vérifier si le budget de ce programme doit être réévalué à la hausse, suite à l inclusion nouvelle des systèmes géothermiques à détente directe (direct expansion ou DX) dans la norme CSA-C448 et, par voie de conséquence, sa reconnaissance par la Coalition canadienne de l énergie géothermique (CCÉG) depuis le 26 octobre 2009.

8 Page viii RECOMMANDATION NO. 20 : Nous recommandons à la Régie de l'énergie les modifications apportées au Programme d initiatives pour les bâtiments Grandes entreprises (PIBGE), incluant la géothermie Grandes entreprises et le budget qui y est demandé par Hydro-Québec Distribution, en encourageant le Distributeur à réaliser le potentiel prometteur de ce programme. Il y aurait lieu d inviter Hydro-Québec Distribution à vérifier si le budget de ce programme doit être réévalué à la hausse, suite à l inclusion nouvelle des systèmes géothermiques à détente directe (direct expansion ou DX) dans la norme CSA-C448 et, par voie de conséquence, sa reconnaissance par la Coalition canadienne de l énergie géothermique (CCÉG) depuis le 26 octobre RECOMMANDATION NO. 21 : Nous recommandons à la Régie de l'énergie d approuver les budgets demandés pour les programmes d efficacité énergétique Affaires des réseaux autonomes et d encourager le Distributeur à poursuivre ses efforts pour améliorer la livraison de ces programmes, malgré les barrières propres à ces réseaux. RECOMMANDATION NO. 22 : Nous recommandons à la Régie de l'énergie de demander à Hydro-Québec Distribution d instituer une vigie sur les accumulateurs thermiques destinés au marché commercial et institutionnel, ceci afin de pouvoir profiter de tout changement favorable qui pourrait survenir quant à cette technologie. LES INVESTISSEMENTS EN EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE ET NOUVELLES TECHNOLOGIES MARCHÉ GRANDES ENTREPRISES RECOMMANDATION NO. 23 : Nous recommandons à la Régie de l'énergie d approuver le budget demandé par Hydro- Québec Distribution pour le Programme d initiatives industrielles-grandes entreprises PIIGE, en notant la décroissance des perspectives de ce programme en RECOMMANDATION NO. 24 : Nous recommandons à la Régie de l'énergie d approuver les modifications demandées ainsi que le budget demandé pour le Programme d analyse et de démonstration grandes entreprises (PADIGE) volet Analyse.

9 Page ix RECOMMANDATION NO. 25 : Nous recommandons à la Régie de l'énergie d approuver le budget demandé de 1,7 M$ pour l année 2010 pour le Programme d amélioration majeure d usine Grandes entreprises (PAMUGE). RECOMMANDATION NO. 26 : Nous recommandons à la Régie de l'énergie d approuver le budget demandé pour le volet démonstration du Programme d analyse et de démonstration grandes entreprises (PADIGE), en rappelant son faible coût unitaire pour un programme d innovation. LES INVESTISSEMENTS EN EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE ET NOUVELLES TECHNOLOGIES PROGRAMMES ET INTERVENTIONS COMMUNS À PLUSIEURS SECTEURS RECOMMANDATION NO. 27 : Nous recommandons à la Régie de l'énergie d approuver les budgets des programmes d innovations technologiques et commerciales d'hydro-québec Distribution qui sont communs à plusieurs secteurs de consommation (les projets de R-D du Laboratoire des technologies de l énergie LTÉ, le Programme IDÉE, le Programme PISTE). RECOMMANDATION NO. 28 : Nous recommandons à la Régie de l'énergie d approuver les budgets demandés par Hydro- Québec Distribution pour le Tronc commun de son PGEÉ (Planification et conception, Commercialisation, Suivi, Évaluation, Consultation permanente).

10

11 Page xi TABLE DES MATIÈRES 1 - LE MANDAT LES INVESTISSEMENTS EN 2010 D HYDRO-QUÉBEC DISTRIBUTION EN PÉRENNITÉ DE SES ACTIFS LES ENJEUX ENVIRONNEMENTAUX ET DE DÉVELOPPEMENT DURABLE SOULEVÉS PAR LA PÉRENNITÉ DU RÉSEAU DE DISTRIBUTION D HYDRO- QUÉBEC L ÉTAT DE LA SITUATION DU RÉSEAU LES RECOMMANDATIONS LES INVESTISSEMENTS EN 2010 D HYDRO-QUÉBEC DISTRIBUTION DANS SON PLAN GLOBAL EN EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE (PGEÉ) VUE D ENSEMBLE Le contenu du PGEÉ d Hydro-Québec Distribution et son intégration à son dossier tarifaire Le nouveau cadre réglementaire et ses exigences L objectif global en 2010 du PGEÉ d Hydro-Québec Distribution LES PROGRAMMES DU MARCHÉ RÉSIDENTIEL Le diagnostic résidentiel Mieux Consommer La promotion des produits Mieux Consommer résidentiels Les programmes de rénovation éconergétique s'adressant aux ménages à faible revenu Le programme de remplacement de réfrigérateurs énergivores chez les MFR Le programme de récupération de réfrigérateurs et congélateurs énergivores La géothermie dans le marché résidentiel Les programmes résidentiels dans les réseaux autonomes Le programme d économie de puissance par des chauffe-eau à trois éléments marché résidentiel La bi-énergie marché résidentiel LES PROGRAMMES DU MARCHÉ AFFAIRES (COMMERCIAL- INSTITUTIONNEL) Le programme des Produits efficaces du marché affaires Diagnostic Mieux Consommer Petites entreprises de service... 29

12 Page xii Approche clés en main L'Appui aux initiatives Optimisation énergétique des bâtiments, incluant la géothermie Affaires L'Appui aux initiatives - Systèmes industriels, incluant la géothermie le cas échéant Programme d initiatives pour les bâtiments Grandes entreprises (PIBGE), incluant la géothermie Grandes entreprises Les programmes du marché affaires dans les réseaux autonomes Les accumulateurs thermiques (économies de puissance) marché commercial et institutionnel LES PROGRAMMES DU MARCHÉ INDUSTRIEL GRANDES ENTREPRISES (GE) Le programme d initiatives industrielles-grandes entreprises (PIIGE) Le programme d analyse et de démonstration grandes entreprises (PADIGE) - Volet Analyse Le programme d amélioration majeure d usine Grandes entreprises (PAMUGE) Le programme d analyse et de démonstration grandes entreprises (PADIGE) Volet Démonstration LES PROGRAMMES ET MESURES COMMUNES À PLUSIEURS SECTEURS DE CONSOMMATION Les programmes d innovations technologiques et commerciales communs à plusieurs secteurs Projets de R-D du Laboratoire des technologies de l énergie (LTÉ ) IDÉE PISTE Les dépenses d encadrement du PGEÉ (Tronc commun) CONCLUSION LES INVESTISSEMENTS EN PÉRENNITÉ DES ACTIFS LES INVESTISSEMENTS EN EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE... 51

13 Page LE MANDAT Le soussigné a reçu mandat, de la part de l Association québécoise contre la pollution atmosphérique (AQLPA) et de Stratégies Énergétiques (S.É.), de préparer et soumettre un rapport sur les investissements d'hydro-québec Distribution (ci-après "le Distributeur") prévus en 2010 tels que déposés devant la Régie de l énergie à son dossier R , incluant les investissements consacrés à la pérennité de ses actifs et à son Plan global d'efficacité énergétique (PGEE). Le présent rapport est le fruit de nos travaux et est remis à nos clients afin que ceux-ci puissent le déposer comme faisant partie de leur preuve devant la Régie de l'énergie.

14 Page LES INVESTISSEMENTS EN 2010 D HYDRO-QUÉBEC DISTRIBUTION EN PÉRENNITÉ DE SES ACTIFS LES ENJEUX ENVIRONNEMENTAUX ET DE DÉVELOPPEMENT DURABLE SOULEVÉS PAR LA PÉRENNITÉ DU RÉSEAU DE DISTRIBUTION D HYDRO-QUÉBEC Comme l a soulignée avec justesse la Commission Nicolet sur le verglas de 1998, le maintien d un réseau électrique fiable au Québec est d une importance stratégique si l on veut éviter une migration graduelle de la clientèle vers des filières énergétiques fossiles plus polluantes mais qui seraient considérées plus fiables : Le concept de développement durable, qui intègre à la fois les préoccupations économiques, sociales et environnementales, est la référence que le gouvernement a retenue lors de l élaboration de la politique énergétique et on doit convenir qu à ce titre, la remise en cause du choix de l électricité en faveur de formes d énergie perçues comme plus sécuritaires aurait des effets fort dommageables. Au plan des consommateurs, certaines réactions enclenchées par le sinistre de janvier 1998 pourraient ainsi avoir pour résultat d accroître l utilisation des énergies fossiles, avec tous les impacts que cette utilisation accrue implique, pour ce qui est de l émission des gaz à effet de serre. 1 Par ailleurs, toute crise de fiabilité ou de défaillance dans la livraison de l électricité amène fréquemment le recours à des remèdes d urgence mettant de côté des règles et processus visant à protéger l environnement. L urgence nuit à l environnement. L ACEÉ, le Groupe STOP et Stratégies Énergétiques (S.É.) avaient d ailleurs déposé au dossier R , Phase 2, des exemples du relâchement des normes environnementales qui survient en situation d urgence (ACEE-SÉ-GS, Dossier R , Phase 2, Pièce ACEÉ-SÉ-GS-13, Documents 1 et 2, publiés sous ). 1 COMMISSION SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE CHARGÉE D ANALYSER LES ÉVÈNEMENTS RELATIFS À LA TEMPÊTE DE VERGLAS SURVENUE DU 5 AU 9 JANVIER 1998 (COMMISSION NICOLET), Pour affronter l imprévisible. Rapport principal, Québec, 1999, p Souligné et caractère gras par nous.

15 Page 3 Il est donc dans l intérêt environnemental que des urgences ne surviennent pas et donc, que des mécanismes réguliers efficaces soient mis en place pour corriger toute situation de défaillance de fiabilité avant que celle-ci ne dégénère en crise. Le maintien de la fiabilité du réseau pose également un enjeu intergénérationnel en cette période actuelle de vieillissement des équipements. L équité intergénérationnelle requiert que les coûts en maintenance et les investissements en pérennité soient effectués par la génération actuelle au fur et à mesure qu ils deviennent nécessaires plutôt que d être reportés de façon cumulative sur la génération suivante. 2.2 L ÉTAT DE LA SITUATION DU RÉSEAU Au dossier tarifaire , Hydro-Québec Distribution annonçait que ses besoins en investissements pour le maintien de ses actifs iraient en augmentant, compte tenu de leur vieillissement, particulièrement en ce qui a trait au réseau aérien de distribution électrique : Le Distributeur a démontré que : les investissements actuels en pérennité de 188 M$/an n'assurent pas un renouvellement adéquat du réseau de distribution à long terme, particulièrement en aérien ; les investissements annuels en pérennité doivent être augmentés graduellement pour atteindre un niveau situé entre 300 et 430 M$ par an [ ]; La croissance des investissements annuels en pérennité pourra être étalée dans le temps selon la nature des différents actifs [ ]. 2 Selon le rythme actuel des investissements en maintien des actifs, le Distributeur estimait alors que la période de renouvellement de son réseau souterrain serait de 50 ans et que celle de son réseau aérien passerait à 160 ans : Sur la base d un coût de reconstruction de l ensemble du réseau aérien estimé à 14 milliards de dollars, la démarche permet de démontrer que le montant annuel moyen d investissements en pérennité sur le réseau aérien, 90 M$/an 1, mène à une période de renouvellement de l ordre de 160 ans. Pour le réseau souterrain, le coût de reconstruction estimé est de 5 milliards de dollars. Des investissements en pérennité de l ordre de 98 M$/année 1, soit le 2 HYDRO-QUÉBEC DISTRIBUTION, Dossier R , Pièce B-1, HQD-14, Doc. 1, page 50, lignes 1-9.

16 Page 4 niveau moyen investi au cours des dernières années, mènent à une période de renouvellement de l'ordre de 50 ans. 3 [Note 1 dans le texte :] Ces sommes comprennent les dépenses d'investissements pour le maintien du réseau et certains montants des autres catégories: croissance de la demande, respect des exigences et amélioration de la qualité [ ]. En ce qui a trait au renouvellement du réseau aérien, le Distributeur jugeait ce rythme clairement inapproprié : Le vieillissement des composantes entraîne généralement une augmentation de la probabilité de bris et du nombre d'interruptions de service. Les écarts importants relevés entre les périodes de renouvellement et les durées de vie techniques estimées, particulièrement en aérien, ne pourront être maintenus indéfiniment sans mettre en péril les performances du réseau. 4 Le rythme de renouvellement du réseau souterrain était également source d'inquiétude pour Hydro-Québec Distribution : Le Distributeur est d'avis que le niveau moyen des investissements en renouvellement de l'actif souterrain semble adéquat à long terme. Cependant sachant que les investissements actuels servent essentiellement à remplacer certains types d'équipement qui ne sont plus conformes même s'ils n'ont pas atteint la fin de leur durée de vie technique, il est possible que les investissements en pérennité soient insuffisants. 5 Les montants annuels d'investissements mentionnés plus haut ne portaient par ailleurs pas exclusivement sur le maintien des actifs mais en incorporaient aussi certains en croissance, amélioration de la qualité et respect des exigences, comme l'indique la note infrapaginale incluse à la citation où se trouvent énoncées ces période de renouvellement de l ordre de 160 ans et 50 ans HYDRO-QUÉBEC DISTRIBUTION, Dossier R , Pièce B-1, HQD-14, Doc. 1, pages HYDRO-QUÉBEC DISTRIBUTION, Dossier R , Pièce B-1, HQD-14, Doc. 1, page 11, lignes HYDRO-QUÉBEC DISTRIBUTION, Dossier R , Pièce B-1, HQD-14, Doc. 1, Annexe 1, page 41.

17 Page 5 Lors de ce même dossier d'investissements , Hydro-Québec Distribution démontrait que la période de renouvellement de toutes les catégories d'actifs aériens et souterrains (sauf l'appareillage majeur souterrain) dépassait largement la durée de vie prévue de ces mêmes actifs : Tableau 2 A Âges moyens et durées de vie technique estimés des principaux actifs du réseau de distribution (en années) 6 Note 1 du tableau : American Electric Power, BC Hydro, Hydro-One, Oklahoma Gas & Electric. Le Distributeur recommandait donc une accélération du rythme des investissements en maintien des actifs. 6 HYDRO-QUÉBEC DISTRIBUTION, Dossier R , Pièce B-1, HQD-14, Doc. 1, Annexe 1, page 21, Tableau 5.

18 Page 6 Lors de sa cause tarifaire , Hydro-Québec Distribution réitérait la nécessité d'augmenter graduellement les investissements liés au renouvellement du réseau : Réseau de distribution Dans la dernière demande tarifaire (R ), le Distributeur a démontré la nécessité d'augmenter graduellement les investissements liés au renouvellement du réseau. En effet, il a démontré que le maintien d'un niveau d'investissement annuel de l'ordre de 190 M$ 7 en pérennité ne suffirait pas à long terme pour assurer la qualité du service. 8 La Régie prenait acte de ces déclarations du Distributeur : Elle demande au Distributeur de poursuivre [ le développement de sa méthodologie proposée pour évaluer les besoins d investissement en pérennité ], compte tenu de l augmentation substantielle des investissements en pérennité que son application laisse entrevoir. 9 Or, au dossier de l année suivante ( ), Hydro-Québec Distribution ne demandait encore qu une enveloppe de 308,8 M$ pour ses investissements en maintien des actifs de moins de 10 M$ en 2009, soit une augmentation de seulement 7,9 M$ par rapport aux sommes autorisées à cet effet en Dans plusieurs cas, le taux de pérennité en résultant restait ainsi encore très inférieur au taux de pérennité selon la durée de vie. 11 Ce taux de pérennité s'établissait, selon la demande d'investissements 2009, à 1,4 %, soit un taux deux fois plus faible que le taux de pérennité selon la durée de vie (2,9 %) 12, une situation inchangée par rapport aux demandes d'investissements annuelles antérieures du Distributeur, où le taux de pérennité restait toujours approximativement à la moitié du ratio de pérennité selon la durée de vie qui se maintient à 2,9 %, comme l'illustre le tableau suivant : Note dans le texte : Moyenne des investissements , répartis dans les différentes catégories : maintien des actifs 125 M$, croissance de la demande 23 M$, amélioration de la qualité 4 M$ et respect des exigences 36 M$ (voir R , HQD14, document 1, pp. 16 à 18). HYDRO-QUÉBEC DISTRIBUTION, Dossier R , Pièce B-1, HQD-13, Doc. 1, page 9, lignes Caractère gras dans le texte. RÉGIE DE L'ÉNERGIE, Dossier R , Décision D , page 110. Les caractères gras sont dans le texte. Les soulignés sont de nous. HYDRO-QUÉBEC DISTRIBUTION, Dossier R , Pièce B-1, HQD-13, Doc. 1, page 8, lignes HYDRO-QUÉBEC DISTRIBUTION, Dossier R , Pièce B-1, HQD-13, Doc. 1, page 9, Tableau 5. HYDRO-QUÉBEC DISTRIBUTION, Dossier R , Pièce B-1, HQD-13, Doc. 1, pages 8-10.

19 Page 7 Tableau 2 B Évolution du taux de pérennité des actifs du réseau d'hydro-québec Distribution 13 Actifs du réseau de distribution à la fin de l'année (M$) Durée de vie moyenne à la fin de l'année (années) Taux de pérennité selon la durée de vie (%) Demande d'investissements annuelle (M$) Taux de pérennité selon la demande d'investissements annuelle (%) ,9 2,9 2,9 2,9 2,9 134,3 123,4 157,6 165,7 152,9 1,4 1,3 1,6 1,5 1,4 Si l'on suppose que l âge moyen réel pondéré de l ensemble des équipements du réseau est approximativement égal à leur demi-vie, on se retrouvait donc dans une situation de sousinvestissement significatif qui n assure en aucune façon la pérennité du réseau de Distribution. Dans l éventualité ou les équipements auraient déjà dépassé de façon significative leur demivie, la situation pourrait même être encore beaucoup plus préoccupante. Au présent dossier, Hydro-Québec Distribution propose pour 2010 d accroître à 340,1 M$ son enveloppe pour investissements en maintien des actifs de moins de 10 M$, soit une augmentation de 10,1 % par rapport à celle de 308,8 M$ de HYDRO-QUÉBEC DISTRIBUTION, Dossier R , Pièce HQD-9, Doc. 1 page 9. HYDRO-QUÉBEC DISTRIBUTION, Dossier R , Pièce HQD-8, Doc. 1 page 9. HYDRO-QUÉBEC DISTRIBUTION, Dossier R , Pièce HQD-14, Doc.1 page 8. HYDRO-QUÉBEC DISTRIBUTION, Dossier R , Pièce HQD-13, Doc. 1 page 9. HYDRO-QUÉBEC DISTRIBUTION, Dossier R , Pièce B-1, HQD-13, Doc. 1 page 7. HYDRO-QUÉBEC DISTRIBUTION, Dossier R , Pièce B-1, HQD-8, Document 5, page 7, lignes 7-10.

20 Page LES RECOMMANDATIONS La demande par Hydro-Québec Distribution d un budget de 340,1 M$ pour investissements en maintien des actifs de moins de 10 M$ en 2010 constitue une augmentation plus importante que celle mentionnée ci-dessus entre 2008 et Nous recommandons à la Régie de l approuver. Nous continuons toutefois malgré tout de nous inquiéter de l état encore très préliminaire des démarches d Hydro-Québec Distribution visant à établir une stratégie de gestion de la pérennité de son réseau. Le Distributeur en est, en effet, encore aux étapes préparatoires suivantes : L'élaboration de critères de renouvellement : Le Distributeur a développé un indice de pérennité qui intègre des notions de gestion du risque. Par la combinaison d indicateurs multicritères, cet indice donne un signal de l approche de fin de vie utile des composants, ce qui permet ainsi de cibler les actifs devant être remplacés à plus ou moins brève échéance. La révision des durées de vie des composants : Tel que planifié, le Distributeur poursuit ses efforts en vue de statuer sur les durées de vie des poteaux, des conducteurs et de certains ouvrages civils. Les impacts découlant de cette réévaluation seront intégrés dès que disponibles. La maintenance préventive des ouvrages civils : En 2009, l'évaluation de l ampleur des travaux de réfection et de maintenance préventive des ouvrages civils a progressé. Répondant à une demande de la Régie dans la décision D , le Distributeur rend compte de l état d avancement de ce dossier à la pièce HQD-7 document 1. Les données sur l âge des composants du réseau de distribution : À ce jour, le Distributeur réalise par échantillonnage la cueillette de données démographiques liées aux poteaux et aux transformateurs aériens. Afin de bonifier cette cueillette partielle, le Distributeur évalue d autres méthodes, telles le recoupement d information par analyse spatiale. Actuellement en phase de validation, cette méthode permettra d établir la démographie complète du parc de distribution tout en minimisant les coûts. Le programme d'inspection de poteaux pour fins de retraitement et de remplacement : Conformément à la demande de la Régie dans la décision D de faire état de la performance de ce programme dans sa demande d autorisation des investissements en 2011, le Distributeur traite dès cette

PLAN D EFFICACITÉ ÉLECTRIQUE 2014/15-2016/17

PLAN D EFFICACITÉ ÉLECTRIQUE 2014/15-2016/17 PLAN D EFFICACITÉ ÉLECTRIQUE 2014/15-2016/17 APERÇU DU PLAN Préparé pour le ministère de l Énergie et des Mines du Nouveau-Brunswick avec l'aide de Dunsky expertise en énergie Juillet 2014 Cette page est

Plus en détail

En fonction de sa proposition, Hydro-Québec s attend à ce que la nouvelle tarification soit effective au début de l année 2007.

En fonction de sa proposition, Hydro-Québec s attend à ce que la nouvelle tarification soit effective au début de l année 2007. NOTE AU LECTEUR Fondée en 1961, l Association provinciale des constructeurs d habitations du Québec (APCHQ) est une référence en matière de construction et de rénovation résidentielles. Regroupant quelque

Plus en détail

MÉMOIRE RENOUVELLEMENT DU PERMIS D EXPLOITATION DU POUR LA COMMISSION CANADIENNE DE LA SÛRETÉ NUCLÉAIRE (CCSN) À L ÉGARD DU

MÉMOIRE RENOUVELLEMENT DU PERMIS D EXPLOITATION DU POUR LA COMMISSION CANADIENNE DE LA SÛRETÉ NUCLÉAIRE (CCSN) À L ÉGARD DU MÉMOIRE POUR LA COMMISSION CANADIENNE DE LA SÛRETÉ NUCLÉAIRE (CCSN) À L ÉGARD DU RENOUVELLEMENT DU PERMIS D EXPLOITATION DU RÉACTEUR NUCLÉAIRE DE PUISSANCE DE LA CENTRALE DE GENTILLY - 2 MARS 2011 Avant

Plus en détail

PROCÉDURE D'APPEL D'OFFRES ET D'OCTROI POUR LES ACHATS D'ÉLECTRICITÉ

PROCÉDURE D'APPEL D'OFFRES ET D'OCTROI POUR LES ACHATS D'ÉLECTRICITÉ PROCÉDURE D'APPEL D'OFFRES ET D'OCTROI POUR LES ACHATS D'ÉLECTRICITÉ INTRODUCTION Hydro-Québec, dans ses activités de distribution d'électricité («Distributeur»), doit conclure des contrats d'approvisionnement

Plus en détail

Automne 2014 LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC

Automne 2014 LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC Automne 2014 LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC Automne 2014 Le point sur la situation économique et financière du québec NOTE La forme masculine utilisée dans le texte désigne

Plus en détail

Plate-forme énergie. Filière de la biomasse forestière

Plate-forme énergie. Filière de la biomasse forestière Plate-forme énergie Filière de la biomasse forestière Mars 2013 Table des matières 1. Principes généraux... 0 2. Ce qu on entend par économie d énergie... 1 3. Réflexion sur les sources d énergie à privilégier...

Plus en détail

PROJET DE RÉHABILITATION DU 201 JARRY OUEST, MONTRÉAL

PROJET DE RÉHABILITATION DU 201 JARRY OUEST, MONTRÉAL annuel 0 PROJET DE RÉHABILITATION DU 0 JARRY OUEST, MONTRÉAL Original : 0-0- HQD-, document Page de annuel 0 Conformément à la décision D-00-0, le Distributeur dépose le suivi 0 des travaux du projet

Plus en détail

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances August 2014 ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances Résumé L Association canadienne de la construction (ACC) représente 20 000 entreprises membres

Plus en détail

CFP 059M C.P. Rapport D Amours

CFP 059M C.P. Rapport D Amours Mémoire du Régime de retraite de l Université du Québec (RRUQ) sur le rapport du Comité D Amours Mémoire déposé à la Commission des finances publiques le 22 août 2013 CFP 059M C.P. Rapport D Amours Table

Plus en détail

Flash économique. Agglomération de Montréal. Faits saillants. Septembre 2011

Flash économique. Agglomération de Montréal. Faits saillants. Septembre 2011 Septembre 2011 Faits saillants Selon les données émises par la Chambre immobilière du Grand Montréal, la revente de résidences dans l agglomération de Montréal a atteint les 16 609 transactions en 2010,

Plus en détail

Répartition des coûts du compte de pass-on par catégorie de consommateurs

Répartition des coûts du compte de pass-on par catégorie de consommateurs Répartition des coûts du compte de pass-on par catégorie de consommateurs Coûts et caractéristiques de la consommation Plan de travail 1. Retour sur le suivi de la rencontre du 17 mai 1.1 Illustration

Plus en détail

Demande R-3549-2004 RÉGIME DE RETRAITE. Original : 2004-09-27 HQT-7, Document 2.1 Page 1 de 7

Demande R-3549-2004 RÉGIME DE RETRAITE. Original : 2004-09-27 HQT-7, Document 2.1 Page 1 de 7 RÉGIME DE RETRAITE Page de 0 0 Le Régime de retraite d Hydro-Québec est un régime de retraite contributif à prestations déterminées, de type fin de carrière. Ce régime est enregistré auprès de la Régie

Plus en détail

MÉMOIRE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION SUR L EAU, L ENVIRONNEMENT, LE DÉVELOPPEMENT DURABLE ET LES GRANDS PARCS

MÉMOIRE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION SUR L EAU, L ENVIRONNEMENT, LE DÉVELOPPEMENT DURABLE ET LES GRANDS PARCS MÉMOIRE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION SUR L EAU, L ENVIRONNEMENT, LE DÉVELOPPEMENT DURABLE ET LES GRANDS PARCS Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique 484, route 277, Saint-Léon-de-Standon,

Plus en détail

Western Climate Initiative, inc. Budget révisé pour l année civile 2015 et dépenses prévues en 2016 6 mai 2015

Western Climate Initiative, inc. Budget révisé pour l année civile 2015 et dépenses prévues en 2016 6 mai 2015 Western Climate Initiative, inc. Budget révisé pour l année civile 2015 et dépenses prévues en 2016 6 mai 2015 Table des matières Introduction... 1 Services de plafonnement et d échange... 2 Système de

Plus en détail

L ÉLECTRIFICATION DU TRANSPORT INDIVIDUEL LE SAVEZ-VOUS?

L ÉLECTRIFICATION DU TRANSPORT INDIVIDUEL LE SAVEZ-VOUS? L ÉLECTRIFICATION DU TRANSPORT INDIVIDUEL LE SAVEZ-VOUS? L ÉLECTRIFICATION DU TRANSPORT INDIVIDUEL L électricité est appelée à jouer un rôle de plus en plus important dans les transports collectifs et

Plus en détail

NOUVEAUX REPRÉSENTANTS DES RETRAITÉS AU CIRR

NOUVEAUX REPRÉSENTANTS DES RETRAITÉS AU CIRR Bulletin de la Section de Québec Septembre 2012 NOUVEAUX REPRÉSENTANTS DES RETRAITÉS AU CIRR Suite aux élections qui ont été tenues au cours des dernières semaines, Michel Doyon est devenu le représentant

Plus en détail

Projet de règlement modifiant le Règlement sur la protection et la réhabilitation des terrains 28 novembre 2011

Projet de règlement modifiant le Règlement sur la protection et la réhabilitation des terrains 28 novembre 2011 Direction de l analyse et des instruments économiques AVIS ÉCONOMIQUE Projet de règlement modifiant le Règlement sur la protection et la réhabilitation des terrains 28 novembre 2011 Règles sur l allégement

Plus en détail

Réglementation des jeux de casino

Réglementation des jeux de casino Chapitre 4 Section 4.01 Commission des alcools et des jeux de l Ontario Réglementation des jeux de casino Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.01 du Rapport annuel 2010 Contexte

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2013-2016. Le développement durable, une réalité de tous les jours

Plan d action de développement durable 2013-2016. Le développement durable, une réalité de tous les jours Plan d action de développement durable 213-216 Le développement durable, une réalité de tous les jours Message du président-directeur général Poursuivre dans la bonne voie Les principes du développement

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2009-2015. Le développement durable, une question de culture

Plan d action de développement durable 2009-2015. Le développement durable, une question de culture Plan d action de développement durable 2009-2015 Le développement durable, une question de culture Révisé en mars 2013 Note importante Le gouvernement du Québec a autorisé le 29 février 2013 par décret

Plus en détail

Vérification des procédures en fin d exercice

Vérification des procédures en fin d exercice Vérification des procédures en fin d exercice DIVERSIFICATION DE L ÉCONOMIE DE L OUEST CANADA Direction générale de la vérification et de l évaluation Décembre 2011 Table des matières 1.0 Résumé 1 2.0

Plus en détail

ANALYSE GLOBALE DES PROGRAMMES DE LA SHQ. SQEP 18 novembre 2011

ANALYSE GLOBALE DES PROGRAMMES DE LA SHQ. SQEP 18 novembre 2011 ANALYSE GLOBALE DES PROGRAMMES DE LA SHQ SQEP 18 novembre 2011 Contexte Problématiques Objectifs Cadre conceptuel Étude comparative des programmes - Modèle matriciel de comparaison (indice ICP) - Grille

Plus en détail

Consultations prébudgétaires 2011-2012

Consultations prébudgétaires 2011-2012 Présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes 12 août 2011 Sommaire Dans le cadre des consultations prébudgétaires du Comité permanent des finances de la Chambre des communes, le

Plus en détail

MÉMOIRE CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE

MÉMOIRE CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE MÉMOIRE DU CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DES AFFAIRES SOCIALES AOÛT 2009

Plus en détail

LA FERME À MATURIN INC. ÉNONCÉ

LA FERME À MATURIN INC. ÉNONCÉ JEUX DU COMMERCE 2008 CAS COMPTABILITÉ FINANCIÈRE LA FERME À MATURIN INC. ÉNONCÉ Éric Déry, CA, MBA Département des Sciences comptables Université du Québec à Trois-Rivières 2007 Toute reproduction, en

Plus en détail

Résolvez vos problèmes d énergie dédiée à l informatique

Résolvez vos problèmes d énergie dédiée à l informatique Résolvez vos problèmes d énergie dédiée à l informatique GRÂCE À UNE SOLUTION ENERGY SMART DE DELL Surmonter les défis énergétiques des datacenters Les responsables informatiques ont un problème urgent

Plus en détail

Liste des recommandations

Liste des recommandations RECOMMANDATIONS À TOUS LES MINISTÈRES ET ORGANISMES L EXERCICE DES POUVOIRS DISCRÉTIONNAIRES DE L ADMINISTRATION: Que lorsque, dans l exercice de ses pouvoirs discrétionnaires, l Administration prend une

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. accompagnant le document:

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. accompagnant le document: COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 22.4.2015 SWD(2015) 88 final DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT accompagnant le document: Rapport de la Commission au Parlement

Plus en détail

Guide sur les mutuelles de formation. Règlement sur les mutuelles de formation

Guide sur les mutuelles de formation. Règlement sur les mutuelles de formation Guide sur les mutuelles de formation Règlement sur les mutuelles de formation ÉDITION AVRIL 2008 Dans le cadre d une entente de délégation prévue par la Loi sur le ministère de l Emploi et de la Solidarité

Plus en détail

Rapport du comité d experts du Québec sur les moyens de pérenniser le système de retraite

Rapport du comité d experts du Québec sur les moyens de pérenniser le système de retraite Le 19 avril 2013 Rapport du comité d experts du Québec sur les moyens de pérenniser le système de retraite Le comité d experts a été formé vers la fin de 2011, et on lui a donné le mandat de formuler des

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2009-2013. Société du Parc industriel et portuaire de Bécancour

Plan d action de développement durable 2009-2013. Société du Parc industriel et portuaire de Bécancour Société du Parc industriel et portuaire de Bécancour Plan d action de développement durable 2009-2013 Favoriser une meilleure concertation des industries du territoire Octobre 2009 Avant propos La Société

Plus en détail

ENTENTE DE PRINCIPE INTERVENUE ENTRE LA FMOQ ET LE MSSS AFIN D ACCROÎTRE ET D AMÉLIORER L ACCESSIBILITÉ AUX SERVICES MÉDICAUX DE PREMIÈRE LIGNE

ENTENTE DE PRINCIPE INTERVENUE ENTRE LA FMOQ ET LE MSSS AFIN D ACCROÎTRE ET D AMÉLIORER L ACCESSIBILITÉ AUX SERVICES MÉDICAUX DE PREMIÈRE LIGNE ENTENTE DE PRINCIPE INTERVENUE ENTRE LA FMOQ ET LE MSSS AFIN D ACCROÎTRE ET D AMÉLIORER L ACCESSIBILITÉ AUX SERVICES MÉDICAUX DE PREMIÈRE LIGNE CONSIDÉRANT les réels problèmes d accessibilité aux services

Plus en détail

Une réussite : Les prix de rachat garantis soutiennent les énergies renouvelables en Allemagne

Une réussite : Les prix de rachat garantis soutiennent les énergies renouvelables en Allemagne Une réussite : Les prix de rachat garantis soutiennent les énergies renouvelables en Allemagne Ce document illustrera comment cette réussite est arrivée, il est composé des parties suivantes : 1. Qu'est

Plus en détail

Plan d action sur le changement climatique de [nom de la collectivité]

Plan d action sur le changement climatique de [nom de la collectivité] Province du Manitoba Climate Change Planning Resource Guide Plan d action sur le changement climatique de [nom de la collectivité] Élaboré par : Remerciements : P. ex. conseil municipal, conseil d administration,

Plus en détail

Rénovation à très haute performance énergétique (Minergie-P )

Rénovation à très haute performance énergétique (Minergie-P ) Rénovation à très haute performance énergétique (Minergie-P ) de Treize immeubles d habitation Pour la Société Coopérative d Habitation 10.03.2014 1. INTRODUCTION 1.1Présentation de la société candidate

Plus en détail

Adresse : 5 allée de la toison d or 94000 Créteil - FRANCE

Adresse : 5 allée de la toison d or 94000 Créteil - FRANCE Nom et Prénom Profession : Gouja Mounir Consultant en énergie et en environnement Date de naissance : Le 20 août 1965 Nationalité : Française - Canadienne Adresse : 5 allée de la toison d or 94000 Créteil

Plus en détail

DESCRIPTION DES DOCUMENTS TECHNIQUES REQUIS

DESCRIPTION DES DOCUMENTS TECHNIQUES REQUIS DESCRIPTION DES DOCUMENTS TECHNIQUES REQUIS Volet sur mesure - Nouveau bâtiment ÉnerCible Volume 1, numéro 1 Mars 2012 Liste des documents à transmettre Afin que nous puissions effectuer l analyse technique

Plus en détail

LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING

LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Michel Coutu, F. Adm.A., CMC Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications

Plus en détail

RAPPORT EXÉCUTIF DE LA FIRME DE CONSULTANTS GARTNER

RAPPORT EXÉCUTIF DE LA FIRME DE CONSULTANTS GARTNER A Demande R-3491-2002 RAPPORT EXÉCUTIF DE LA FIRME DE CONSULTANTS GARTNER HYDRO-QUÉBEC ÉVALUATION DU PROJET SIC ET RECOMMANDATIONS, 7 AOÛT 2002 Original : 2002-09-20 HQD-2, Document 1 (En liasse) Rapport

Plus en détail

Choix du régime de travail. Module 1. Module d information. Code de sécurité des travaux Chapitre Postes. Activité 1 - Domaine d'application

Choix du régime de travail. Module 1. Module d information. Code de sécurité des travaux Chapitre Postes. Activité 1 - Domaine d'application Module d information Code de sécurité des travaux Module 1 Choix du régime de travail Activité 1 - Domaine d'application 2010-03-17 Déroulement Avant l'activité 1. Imprimer des copies de l'activité 1 (p.

Plus en détail

Aide à l'application EN-1 Part maximale d'énergies non renouvelables dans les bâtiments à construire Edition janvier 2009

Aide à l'application EN-1 Part maximale d'énergies non renouvelables dans les bâtiments à construire Edition janvier 2009 Aide à l'application EN-1 Part maximale d'énergies non renouvelables dans les bâtiments à construire Contenu et but Cette aide à l application traite des exigences à respecter concernant la part maximale

Plus en détail

Assurer l intégrité environnementale du système québécois de plafonnement et d échange pour les émissions de gaz à effet de serre

Assurer l intégrité environnementale du système québécois de plafonnement et d échange pour les émissions de gaz à effet de serre Assurer l intégrité environnementale du système québécois de plafonnement et d échange pour les émissions de gaz à effet de serre Document soumis au gouvernement du Québec à propos de son projet de règlement

Plus en détail

Mémoire relatif au Règlement sur le dépannage et le remorquage des véhicules sur le territoire de la Communauté urbaine de Montréal

Mémoire relatif au Règlement sur le dépannage et le remorquage des véhicules sur le territoire de la Communauté urbaine de Montréal Mémoire relatif au Règlement sur le dépannage et le remorquage des véhicules sur le territoire de la Communauté urbaine de Montréal Présenté à La Commission du développement économique de la Communauté

Plus en détail

1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT ARRÊTÉ

1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT ARRÊTÉ 1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT NOR : SOCU 00611881A ARRÊTÉ relatif au diagnostic de performance énergétique pour les bâtiments existants proposés à

Plus en détail

SOLAIRE BALLERUP LA VILLE CONTEXTE. (Danemark) Ballerup

SOLAIRE BALLERUP LA VILLE CONTEXTE. (Danemark) Ballerup SOLAIRE BALLERUP (Danemark) Utiliser l énergie solaire thermique avec un système de stockage de chaleur classique à accumulation et à régulation sur une longue période est une des alternatives les plus

Plus en détail

Liste de vérification de la mise en œuvre d une équipe de santé familiale

Liste de vérification de la mise en œuvre d une équipe de santé familiale Équipes de santé familiale Améliorer les soins de santé familiale Liste de vérification de la mise en œuvre d une équipe de santé familiale Juillet 2009 Version 2.0 Table des matières Introduction...3

Plus en détail

NOTE A L ATTENTION DE MONSIEUR LE FORMATEUR. Aspects financiers

NOTE A L ATTENTION DE MONSIEUR LE FORMATEUR. Aspects financiers Luxembourg, le 8 novembre 2013 NOTE A L ATTENTION DE MONSIEUR LE FORMATEUR Aspects financiers Volet 2 : Aides financières dans le domaine de la promotion des énergies renouvelables et de l efficacité énergétique

Plus en détail

ÉCOCONCEPTION ET ÉTIQUETAGE ÉNERGÉTIQUE

ÉCOCONCEPTION ET ÉTIQUETAGE ÉNERGÉTIQUE ÉCOCONCEPTION ET ÉTIQUETAGE ÉNERGÉTIQUE 2 1 LE CONTEXTE LES OBJECTIFS DES DIRECTIVES ÉCOCONCEPTION ET ÉTIQUETAGE ÉNERGÉTIQUE Protéger l environnement (1), sécuriser l approvisionnement énergétique (2)

Plus en détail

QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE?

QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE? QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE? > Le chauffe-eau thermodynamique est un appareil de production d eau chaude sanitaire. Il se compose d une pompe à chaleur et d une cuve disposant d une isolation

Plus en détail

Immobilisations et entretien. Systèmes d'alimentation et distribution électrique. 1.0 Objet. 2.0 Portée. 3.0 Autorisations et références

Immobilisations et entretien. Systèmes d'alimentation et distribution électrique. 1.0 Objet. 2.0 Portée. 3.0 Autorisations et références Guide sur les Programmes pour les Indiens Volume 1 Immobilisations et entretien Systèmes d'alimentation et distribution électrique 1.0 Objet 1.1 La présente directive énonce la politique du ministère des

Plus en détail

Le point en recherche

Le point en recherche Le point en recherche D écembre 2011 Série technique 11-101 Suivi du rendement de chauffe-eau sans réservoir ayant remplacé des chauffe-eau avec réservoir Contexte Le chauffe-eau est le plus grand consommateur

Plus en détail

MISE À JOUR ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DE L AUTOMNE 2014 QUÉBEC

MISE À JOUR ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DE L AUTOMNE 2014 QUÉBEC MISE À JOUR ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DE L AUTOMNE 2014 QUÉBEC Le 2 décembre 2014 TABLE DES MATIÈRES Introduction Mesures de relance économique Mesures visant l atteinte et le maintien de l équilibre budgétaire

Plus en détail

Responsabilité sociale et environnementale POLITIQUE SECTORIELLE PRODUCTION D ELECTRICITE A PARTIR DU CHARBON

Responsabilité sociale et environnementale POLITIQUE SECTORIELLE PRODUCTION D ELECTRICITE A PARTIR DU CHARBON Responsabilité sociale et environnementale POLITIQUE SECTORIELLE PRODUCTION D ELECTRICITE A PARTIR DU CHARBON P.1/11 Sommaire Préambule... 3 1. Politique sectorielle... 4 1.1 Objectif... 4 1.2 Portée...

Plus en détail

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT The New Climate Economy Report EXECUTIVE SUMMARY La Commission Mondiale sur l Économie et le Climat a été établie pour déterminer s il est possible de parvenir

Plus en détail

RÈGLES ET PRATIQUES EN COMPTABILITÉ DE GESTION FACTURATION INTERNE Août 2000

RÈGLES ET PRATIQUES EN COMPTABILITÉ DE GESTION FACTURATION INTERNE Août 2000 A Hydro-Québec Requête R-3401-98 RÈGLES ET PRATIQUES EN COMPTABILITÉ DE GESTION FACTURATION INTERNE Original : 2000-11-21 HQT-13, Document 1.1.2 (En liasse) 1 1. PRINCIPES ET RÈGLES DE FACTURATION INTERNE

Plus en détail

Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro

Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro Financez vos économies d énergie l éco-prêt à taux zéro SOMMAIRE Écoutez vos envies d économies d énergie............ 3 Un éco-prêt à

Plus en détail

Guide d accompagnement à l intention des entreprises désirant obtenir ou renouveler une autorisation pour contracter/souscontracter avec un organisme

Guide d accompagnement à l intention des entreprises désirant obtenir ou renouveler une autorisation pour contracter/souscontracter avec un organisme Guide d accompagnement à l intention des entreprises désirant obtenir ou renouveler une autorisation pour contracter/souscontracter avec un organisme public Juin 2015 1 INTRODUCTION... 4 À QUI S ADRESSE

Plus en détail

Prise de position du CCRE sur la proposition de directive relative à l efficacité énergétique

Prise de position du CCRE sur la proposition de directive relative à l efficacité énergétique COUNCIL OF EUROPEAN MUNICIPALITIES AND REGIONS CONSEIL DES COMMUNES ET REGIONS D EUROPE Inscrit au registre des représentants d intérêts de la Commission européenne. Numéro d inscription : 81142561702-61

Plus en détail

e point en recherche Transformez vos méthodes : charrettes sur la conception intégrée de bâtiments durables Introduction Juillet 2002

e point en recherche Transformez vos méthodes : charrettes sur la conception intégrée de bâtiments durables Introduction Juillet 2002 L e point en recherche Juillet 2002 Série technique 02-102 Transformez vos méthodes : charrettes sur la conception intégrée de bâtiments durables Introduction Dans le cadre d une charrette sur la conception

Plus en détail

Annexe A de la norme 110

Annexe A de la norme 110 Annexe A de la norme 110 RAPPORTS D ÉVALUATION PRÉPARÉS AUX FINS DES TEXTES LÉGAUX OU RÉGLEMENTAIRES OU DES INSTRUCTIONS GÉNÉRALES CONCERNANT LES VALEURS MOBILIÈRES Introduction 1. L'annexe A a pour objet

Plus en détail

Rapport sur le budget du Québec

Rapport sur le budget du Québec le 21 avril 2005 Rapport sur le budget du Québec Faits saillants Introduction Taux d imposition d une société est augmenté Instauration d un taux d imposition pour la petite entreprise Les taux de la taxe

Plus en détail

Dernière mise à jour : septembre 2014

Dernière mise à jour : septembre 2014 Crédit d impôt remboursable pour l édition de livres TABLE DES MATIÈRES Société admissible....... 1 Société exclu... 2 Maison d édition reconnue.. 2 Ouvrages admissibles...... 2 Ouvrages exclus. 3 Auteur

Plus en détail

Pour l exclusion des offices d habitation des décrets sur le personnel d entretien des édifices publics

Pour l exclusion des offices d habitation des décrets sur le personnel d entretien des édifices publics Pour l exclusion des offices d habitation des décrets sur le personnel d entretien des édifices publics Mémoire présenté au ministère du Travail dans le cadre de la consultation de la Loi sur les décrets

Plus en détail

Ce dispositif fiscal, mis en place en 2005, est en vigueur jusqu'en 2016.

Ce dispositif fiscal, mis en place en 2005, est en vigueur jusqu'en 2016. FINANCER MON PROJET Crédit d'impôt développement durable Ce dispositif fiscal, mis en place en 2005, est en vigueur jusqu'en 2016. Mais attention, il ne s'applique pas dans les mêmes conditions et au même

Plus en détail

L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé

L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé Trousse d information L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé Novembre 2004 L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé L approche populationnelle

Plus en détail

1. Référence : Pièce B-4, HQD-2, document 1, page 9, tableau R-2.1.

1. Référence : Pièce B-4, HQD-2, document 1, page 9, tableau R-2.1. Page 1 de 8 DEMANDE DE RENSEIGNEMENTS N O 2 DE LA RÉGIE DE L ÉNERGIE (LA RÉGIE) RELATIVE À LA GESTION DU RISQUE DE CRÉDIT DE LA CLIENTÈLE GRANDE PUISSANCE 1. Référence : Pièce B-4, HQD-2, document 1, page

Plus en détail

Rapport de la direction

Rapport de la direction Rapport de la direction Les états financiers consolidés de Industries Lassonde inc. et les autres informations financières contenues dans ce rapport annuel sont la responsabilité de la direction et ont

Plus en détail

Investissements des entreprises au Québec et en Ontario : amélioration en vue?

Investissements des entreprises au Québec et en Ontario : amélioration en vue? 28 avril 2015 Investissements des entreprises au Québec et en Ontario : amélioration en vue? Beaucoup d espoir repose sur les entreprises du centre du pays pour permettre à la croissance économique de

Plus en détail

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Au Canada, en vertu de la loi, les prêteurs assujettis à la réglementation fédérale et la plupart des institutions financières assujetties à une

Plus en détail

5.11 Programme de subventions aux entreprises adaptées

5.11 Programme de subventions aux entreprises adaptées 5.11 Programme de subventions aux entreprises adaptées 5.11 PROGRAMME DE SUBVENTIONS AUX ENTREPRISES ADAPTÉES 2014-02-17 Table des matières Page 2 sur 16 Table des matières RÉFÉRENCE 1. INTRODUCTION...

Plus en détail

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière IFRS 1 Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière Objectif 1 L objectif de la présente Norme est d assurer que les premiers

Plus en détail

LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015

LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015 LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015 Table des matières Message du président-directeur général 3 Orientation gouvernementale 1 : Informer, sensibiliser, éduquer,

Plus en détail

Génie climatique Production de froid Installation - Réalisation Électricité

Génie climatique Production de froid Installation - Réalisation Électricité Génie climatique Production de froid Installation - Réalisation Électricité Préambule Venir chez SE2M, c est vous faire profiter de notre expertise de plus de 10 ans d expérience dans l exercice de notre

Plus en détail

de faible capacité (inférieure ou égale à 75 litres) doivent être certifiés et porter la marque NF électricité performance.

de faible capacité (inférieure ou égale à 75 litres) doivent être certifiés et porter la marque NF électricité performance. 9.5. PRODUCTION D EAU CHAUDE sanitaire Les équipements doivent être dimensionnés au plus juste en fonction du projet et une étude de faisabilité doit être réalisée pour les bâtiments collectifs d habitation

Plus en détail

vérificatrice générale du Canada à la Chambre des communes

vérificatrice générale du Canada à la Chambre des communes 2010 Rapport de la vérificatrice générale du Canada à la Chambre des communes AUTOMNE Chapitre 1 Le Plan d action économique du Canada Bureau du vérificateur général du Canada Le Rapport d automne 2010

Plus en détail

Établissement des taux d actualisation fondés sur la meilleure estimation aux fins des évaluations de provisionnement sur base de continuité

Établissement des taux d actualisation fondés sur la meilleure estimation aux fins des évaluations de provisionnement sur base de continuité Ébauche de note éducative Établissement des taux d actualisation fondés sur la meilleure estimation aux fins des évaluations de provisionnement sur base de continuité Commission des rapports financiers

Plus en détail

Par: Michel Morin, coordonnateur à l énergie et à l entretien. Président du comité d énergie régional LLL.

Par: Michel Morin, coordonnateur à l énergie et à l entretien. Président du comité d énergie régional LLL. Par: Michel Morin, coordonnateur à l énergie et à l entretien. Président du comité d énergie régional LLL. Pierre Lefrancois, B.ing., consultant en gestion d énergie. Plan de la présentation La commission

Plus en détail

GUIDE DU PARTICIPANT. Systèmes de gestion de l énergie électrique. Hydro-Québec, vol. 5, no 1 2015G1162

GUIDE DU PARTICIPANT. Systèmes de gestion de l énergie électrique. Hydro-Québec, vol. 5, no 1 2015G1162 2015G1162 GUIDE DU PARTICIPANT Systèmes de gestion de l énergie électrique Hydro-Québec, vol. 5, no 1 Mai 2015 Table des matières Aperçu du programme Systèmes industriels... 3 Portée du Guide du participant...

Plus en détail

CRÉDIT D IMPÔT POUR LA PRODUCTION DE TITRES MULTIMÉDIAS VOLET GÉNÉRAL INVESTISSEMENT QUÉBEC

CRÉDIT D IMPÔT POUR LA PRODUCTION DE TITRES MULTIMÉDIAS VOLET GÉNÉRAL INVESTISSEMENT QUÉBEC CRÉDIT D IMPÔT POUR LA PRODUCTION DE TITRES MULTIMÉDIAS VOLET GÉNÉRAL INVESTISSEMENT QUÉBEC Direction des mesures fiscales TABLE DES MATIÈRES Nature de l aide fiscale... 3 Société admissible... 3 Titre

Plus en détail

Schéma du plan d affaires

Schéma du plan d affaires Plan d affaires Schéma du plan d affaires SOMMAIRE EXÉCUTIF DESCRIPTION DU PROJET OBJECTIFS FORME JURIDIQUE ÉQUIPE DIRIGEANTE MARKETING PRODUCTION SOUTIEN ADMINISTRATIF ANALYSE MARCHÉ ANALYSE MARKETING

Plus en détail

AFFAIRES ÉLECTRONIQUES Crédit d impôt remboursable pour les activités d affaires électroniques

AFFAIRES ÉLECTRONIQUES Crédit d impôt remboursable pour les activités d affaires électroniques AFFAIRES ÉLECTRONIQUES Crédit d impôt remboursable pour les activités d affaires électroniques Afin de stimuler davantage le développement de certaines activités liées aux technologies de l information,

Plus en détail

L énergie en France et en Allemagne : comparaisons

L énergie en France et en Allemagne : comparaisons L énergie en France et en Allemagne : comparaisons En matière de consommation d énergie, de structure du système électrique, de recours aux énergies renouvelables, d émission de gaz à effet de serre, les

Plus en détail

Se donner les moyens d assurer la réussite du transport collectif

Se donner les moyens d assurer la réussite du transport collectif Se donner les moyens d assurer la réussite du transport collectif Mémoire présenté dans le cadre des consultations prébudgétaires 2010-2011 du ministère des Finances du Québec 22 février 2010 Document

Plus en détail

13-03-13. Préparé par: René Lecavalier, Loretta Mateian et Suzanne Sauriol

13-03-13. Préparé par: René Lecavalier, Loretta Mateian et Suzanne Sauriol 1 Plan TPS & TVQ 1. Changements en 2013 2. Fournitures de biens et services 3. Inscription ou non à la TPS / TVQ 4. Comptabilisation de la TPS/TVQ sur les achats 5. Critères d admissibilité aux demandes

Plus en détail

Production d eau chaude sanitaire thermodynamique, que dois-je savoir?

Production d eau chaude sanitaire thermodynamique, que dois-je savoir? COURS-RESSOURCES Production d eau chaude sanitaire thermodynamique, que Objectifs : / 1 A. Les besoins en eau chaude sanitaire La production d'eau chaude est consommatrice en énergie. Dans les pays occidentaux,

Plus en détail

LE CONTRÔLE INTERNE GUIDE DE PROCÉDURES

LE CONTRÔLE INTERNE GUIDE DE PROCÉDURES LE CONTRÔLE INTERNE GUIDE DE PROCÉDURES Direction du développement des entreprises Préparé par Jacques Villeneuve, c.a. Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications : janvier 1995 Réédité

Plus en détail

ASSOUPLISSEMENTS RELATIFS AUX LOGEMENTS ABORDABLES Assurance prêt hypothécaire pour propriétaires-occupants

ASSOUPLISSEMENTS RELATIFS AUX LOGEMENTS ABORDABLES Assurance prêt hypothécaire pour propriétaires-occupants SOCIÉTÉ CANADIENNE D HYPOTHÈQUES ET DE LOGEMENT ASSOUPLISSEMENTS RELATIFS AUX LOGEMENTS ABORDABLES Assurance prêt hypothécaire pour propriétaires-occupants À titre d organisme national responsable de l

Plus en détail

INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF :

INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF : INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF : Complément au chapitre VII «Valorisation du Patrimoine Régional et Projets Innovants» du cadre d intervention régional sur l habitat et le logement, adopté par délibération

Plus en détail

POLITIQUE SUR LES FRAIS DE FONCTION ET DE CIVILITÉS. Modification :

POLITIQUE SUR LES FRAIS DE FONCTION ET DE CIVILITÉS. Modification : POLITIQUE SUR LES FRAIS DE FONCTION ET DE CIVILITÉS Adoption : Résolution XVIII du Conseil des commissaires extraordinaire du 7 juillet 2010 Modification : Résolution 20 du Conseil des commissaires du

Plus en détail

LA SOCIÉTÉ D'ASSURANCE-DÉPÔTS DES CAISSES POPULAIRES

LA SOCIÉTÉ D'ASSURANCE-DÉPÔTS DES CAISSES POPULAIRES LA SOCIÉTÉ D'ASSURANCE-DÉPÔTS DES CAISSES POPULAIRES États financiers Pour l'exercice terminé le 31 décembre 2008 Table des matières Rapport des vérificateurs 2 États financiers Bilan 3 État des résultats

Plus en détail

PROJET DE TRAIN LÉGER SUR RAIL D OTTAWA ACCORD DE CONTRIBUTION AVEC LE MINISTÈRE DES TRANSPORTS DE L ONTARIO APERÇU DE LA STRUCTURE ET DU CONTENU

PROJET DE TRAIN LÉGER SUR RAIL D OTTAWA ACCORD DE CONTRIBUTION AVEC LE MINISTÈRE DES TRANSPORTS DE L ONTARIO APERÇU DE LA STRUCTURE ET DU CONTENU PROJET DE TRAIN LÉGER SUR RAIL D OTTAWA ACCORD DE CONTRIBUTION AVEC LE MINISTÈRE DES TRANSPORTS DE L ONTARIO APERÇU DE LA STRUCTURE ET DU CONTENU L accord de contribution (l «accord de contribution») a

Plus en détail

Économie d énergie dans les centrales frigorifiques : La haute pression flottante

Économie d énergie dans les centrales frigorifiques : La haute pression flottante Économie d énergie dans les centrales frigorifiques : La haute pression flottante Juillet 2011/White paper par Christophe Borlein membre de l AFF et de l IIF-IIR Make the most of your energy Sommaire Avant-propos

Plus en détail

Service de fourniture de gaz naturel Service de gaz de compression

Service de fourniture de gaz naturel Service de gaz de compression Les services de fourniture et de gaz de compression de gaz naturel et de gaz de compression EN BREF Service de fourniture de gaz naturel Le service de fourniture de gaz naturel correspond à la fourniture

Plus en détail

la climatisation automobile

la climatisation automobile Un équipement en question : la climatisation automobile LES TRANSPORTS la climatisation en question La climatisation automobile, grand luxe il y a encore peu de temps, devient presque banale pour tous

Plus en détail

Personne-ressource : Geoff Smith Directeur des Relations gouvernementales Tél. : 613-688-2064 Téléc. : 613-852-9696 smith@electricity.

Personne-ressource : Geoff Smith Directeur des Relations gouvernementales Tél. : 613-688-2064 Téléc. : 613-852-9696 smith@electricity. Proposition prébudgétaire 2015 de l Association canadienne de l électricité (ACÉ) présentée au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Personne-ressource : Geoff Smith Directeur des Relations

Plus en détail

Affaires autochtones et Développement du Nord Canada. Rapport de vérification interne

Affaires autochtones et Développement du Nord Canada. Rapport de vérification interne Affaires autochtones et Développement du Nord Canada Rapport de vérification interne Vérification du cadre de contrôle de gestion pour les subventions et contributions de 2012-2013 (Modes de financement)

Plus en détail

Présenté par Stéphane Hurens

Présenté par Stéphane Hurens Présenté par Stéphane Hurens Le 7 octobre 2013 annonce du gouvernement du Québec Politique économique Priorité emploi avec 2 milliards de dollars en fonds publics : 43 000 nouveaux emplois d ici 2017.

Plus en détail

LES ÉVÉNEMENTS INTERNATIONAUX MONTRÉALAIS Programme de soutien de Tourisme Montréal

LES ÉVÉNEMENTS INTERNATIONAUX MONTRÉALAIS Programme de soutien de Tourisme Montréal Orlando G. Cerocchi LES ÉVÉNEMENTS INTERNATIONAUX MONTRÉALAIS Programme de soutien de Tourisme Montréal :: INTRODUCTION :: OBJECTIF DU PROGRAMME :: FESTIVALS ET ÉVÉNEMENTS TOURISTIQUES ADMISSIBLES :: CHAMPS

Plus en détail

APPEL à MANIFESTATIONS D INTERET (AMI) INVESTISSEMENTS D AVENIR EDITION 2010

APPEL à MANIFESTATIONS D INTERET (AMI) INVESTISSEMENTS D AVENIR EDITION 2010 Direction des Investissements d Avenir Direction Villes et Territoires Durables Service Bâtiment Direction Recherche et Prospective Service Recherche et Technologies avancées APPEL à MANIFESTATIONS D INTERET

Plus en détail

Fonds de revenu Colabor

Fonds de revenu Colabor États financiers consolidés intermédiaires au et 24 mars 2007 (non vérifiés) États financiers Résultats consolidés 2 Déficit consolidé 3 Surplus d'apport consolidés 3 Flux de trésorerie consolidés 4 Bilans

Plus en détail