Support méthodologique pour la mise en place d un Système de Gestion de la Sécurité

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Support méthodologique pour la mise en place d un Système de Gestion de la Sécurité"

Transcription

1 Support méthodologique pour la mise en place d un Système de Gestion de la Sécurité Rapport intermédiaire DRA-08 Opération 1 Direction des Risques Accidentels Décembre 2001

2 Support méthodologique pour la mise en place d un Système de Gestion de la Sécurité Rapport intermédiaire DRA DECEMBRE 2001 PERSONNES AYANT PARTICIPE A L'ETUDE A.S. VINCE, E. PLOT, D. HOURTOLOU Ce document comporte 39 pages (hors couverture et annexes). Page 1 / 39

3 PREAMBULE Le présent document a été établi : Au vu des données scientifiques et techniques disponibles ayant fait l'objet d'une publication reconnue ou d'un consensus entre experts, Au vu du cadre légal, réglementaire ou normatif applicable. Il s'agit de données et informations en vigueur à la date de l'édition du document, le 13 décembre Le présent document comprend des propositions ou des recommandations. Il n'a en aucun cas pour objectif de se substituer au pouvoir de décision du ou des gestionnaire(s) du risque ou d'être partie prenante. Page 2 / 39

4 TABLE DES MATIERES PREAMBULE...2 PRESENTATION DU SUPPORT METHODOLOGIQUE...5 DÉFINITIONS...7 ETAPE 1 : PRESENTATION DE LA DEMARCHE À L INDUSTRIEL PERSONNES CONCERNÉÉS PAR LA PRÉSENTATION OBJET DE LA PRÉSENTATION Le constat de la Directive SEVESO II Le champ d application du SGS L intégration du SGS dans d autres systèmes de management du site Le management selon la boucle de Deming La pyramide documentaire La spécificité du SGS dans un système de management intégré...19 ETAPE 2 : LANCEMENT DE LA DÉMARCHE DIAGNOSTIC DE L ORGANISATION CONSTITUTION DES GROUPES DE TRAVAIL PLANIFICATION DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA DÉMARCHE...23 ETAPE 3 : MISE EN OEUVRE DE LA DÉMARCHE PRINCIPE DE LA MAÎTRISE DES RISQUES MAJEURS PRÉSENTATION DE L EXEMPLE RETENU POUR ILLUSTRER LA DÉMARCHE MAÎTRISE DES ACTIVITÉS IPS Etape 1 : Faire la liste des activités IPS répondant aux fonctions IPS Etape 2 : Préciser les moyens organisationnels permettant de réaliser les activités IPS Etape 3 : Préciser les modalités de management des moyens organisationnels Etape 4 : Faire la liste des attendus techniques requis pour la réalisation des activités IPS Etape 5 : Préciser les activités de management des attendus techniques Etape 6 : Préciser les moyens organisationnels permettant de maîtriser les activités de management des attendus techniques Etape 7 : Préciser les modalités de management des moyens organisationnels définis MAÎTRISE DES EQUIPEMENTS IPS Etape A : Faire la liste des équipements IPS répondant aux fonctions IPS Etape B : Faire la liste des attendus techniques requis pour que les équipements IPS remplissent leurs fonctions IPS Etape C : Préciser les activités de management des attendus techniques Etape D : Préciser les moyens organisationnels permettant de maîtriser les activités de management des attendus techniques Etape E : Préciser les modalités de management des moyens organisationnels définis MAÎTRISE DES ACTIVITÉS D ANALYSE DES RISQUES Etape a : Faire la liste des attendus techniques requis pour que les activités d analyse de risque identifiées se réalisent Etape b : Préciser les moyens organisationnels permettant de réaliser les activités d analyse des risques MAÎTRISE DES ACTIVITÉS DE GESTION DES MODIFICATIONS...38 ETAPE 4 : REDACTION DE LA PPAM ET DU MANUEL SGS RÉDACTION DE LA PPAM RÉDACTION DU MANUEL SGS...40 ETAPE 5 : AUDIT DU SGS MIS EN PLACE...41 RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES...42 Page 3 / 39

5 LISTE DES ANNEXES...43 Page 4 / 39

6 PRESENTATION DU SUPPORT METHODOLOGIQUE La Directive Européenne 96/82/CE du 9 Décembre 1996, dite «Directive SEVESO II» a pour objet la prévention des accidents majeurs impliquant des substances dangereuses et la limitation de leurs conséquences pour l homme et l environnement. Elle s applique aux établissements où des substances dangereuses sont présentes en quantité importante. La transposition de cette Directive en droit français est réalisée à travers la modification ou la publication de différents textes réglementaires, dont les plus récents sont l arrêté Ministériel du 10 Mai 2000 et sa circulaire d application (Application de la Directive SEVESO II). Ces deux textes en particulier, entraînent de profonds changements dans la manière d aborder la sécurité dans les installations soumises à cette nouvelle réglementation. Parmi les nouvelles exigences de l arrêté du 10 Mai 2000, l Exploitant d un établissement soumis doit mettre en place une Politique de Prévention des Accidents Majeurs (PPAM) et un Système de Gestion de la Sécurité (SGS). L arrêté du 10 mai 2000 demande également que l exploitant justifie dans son étude des dangers «les paramètres techniques et les équipements installés ou à mettre en place pour la sécurité des installations permettant de réduire le niveau des risques pour les populations et pour l'environnement». Dans le cadre de l étude et recherche DRA-08 financée par le Ministère de l Aménagement du Territoire et de l Environnement, et intitulée «Mise en application sur le terrain de la Directive SEVESO II», l INERIS a développé le présent support méthodologique d accompagnement à la mise en place d un SGS. La vocation de ce document prévu pour être rendu public, est de répondre aux questions des industriels concernés par l arrêté du 10 mai 2000, qui s interrogent sur le fond et la forme à donner notamment aux exigences de l annexe III du précédent arrêté. La méthodologie développée dans ce document est le fruit de deux ans de retour d expérience par l INERIS dans l accompagnement de petites et moyennes entreprises (entre 10 et 150 personnes) dans la mise en place de SGS, mais elle s appuie également sur une expérience encore plus longue dans la mise en place d autres types de système de management, qu il s agisse de référentiels ISO ou OHSAS L intérêt particulier de cette méthode est qu elle permet de penser un SGS intégré à d autres systèmes de management existants sur le site, tout en garantissant que ce SGS est véritablement centré sur la prévention des accidents majeurs. En effet, ce document propose une approche systématique et exhaustive dans la mise en place du SGS, fondée sur les conclusions de l analyse des risques : l identification des scénarios d accidents majeurs et des fonctions Importantes Pour la Sécurité (IPS) mises en place pour en prévenir l occurrence ou en limiter les conséquences. Une fois les éléments IPS identifiés, il s agit de dérouler un ensemble de tableaux récapitulatifs des activités à coordonner permettant, étape par étape, de bâtir le SGS. Page 5 / 39

7 La méthode proposée pour la mise en place d un SGS s articule autour de quatre étapes clés, qui peuvent elles-mêmes être déclinées en sous-étapes. La première étape, essentielle, consiste à présenter à l Industriel la démarche que l on souhaite mettre en œuvre. L objectif est à la fois de convaincre la Direction de l intérêt du SGS afin d obtenir son implication, et de fixer les lignes directrices de mise en place afin d éclairer le personnel impliqué sur les objectifs à atteindre. Dans un deuxième temps, l INERIS réalise un état des lieux de l organisation du site par rapport aux exigences du SGS, tant sur l identification et l évaluation des risques d accidents majeurs, que sur le degré de formalisation du management de ces risques. Il s agit ensuite d accompagner l Industriel dans la mise en place effective de son SGS. Cette troisième étape fait nécessairement suite à l identification des risques d accidents majeurs du site et à l identification des barrières de défense (ou éléments IPS) en place pour maîtriser les risques. Le SGS se construit alors étape par étape, autour des activités de gestion et de maîtrise par l exploitant des éléments identifiés comme IPS. En dernier lieu, lorsque le SGS est formalisé et effectivement en place dans l établissement, l accompagnement se fait sur la rédaction à la fois de la PPAM et du manuel SGS. Le niveau de description du manuel doit être suffisant pour comprendre l organisation mise en place par l exploitant pour maîtriser ses risques d accidents majeurs, et surtout ne pas se résumer à une liste de procédures générales. Page 6 / 39

8 DEFINITIONS Les définitions des termes employés dans ce document font référence à l article 2 de l'arrêté du 10 mai 2000 relatif à la prévention des accidents majeurs impliquant des substances ou des préparations dangereuses, ainsi qu à d autres documents INERIS cités en références à la fin du présent support méthodologique. Article 2 de l'arrêté du 10 mai 2000 : Accident majeur : un événement tel qu une émission, un incendie ou une explosion d importance majeure résultant de développements incontrôlés survenus au cours de l exploitation, entraînant pour la santé humaine ou pour l environnement, à l intérieur ou à l extérieur de l établissement, un danger grave, immédiat ou différé, et faisant intervenir une ou plusieurs substances ou des préparations dangereuses. Etablissement : l ensemble des installations classées relevant d un même exploitant situées sur un même site au sens de l article 12 du décret n du 21 septembre 1977 modifié, y compris leurs équipements et activités connexes, dès lors que l une au moins des installations est soumise à l'arrêté susmentionné. Politique de Prévention des Accidents Majeurs (PPAM) : la politique mise en place par l exploitant sur la base des accidents envisagés dans l étude de dangers définie à l article 3-5 du décret n du 21 septembre 1977 modifié, en vue de prévenir les accidents majeurs et de limiter leurs conséquences pour l homme et l environnement. Système de gestion de la sécurité (SGS) : l exploitant met en place dans l établissement un système de gestion de la sécurité applicable à toutes les installations susceptibles de générer des accidents majeurs. Le système de gestion de la sécurité définit l organisation, les fonctions des personnels, les procédures et les ressources qui permettent de déterminer et de mettre en œuvre la PPAM. INERIS Définitions posées dans le cadre du DRA-08 Evénement redouté : l événement redouté résulte de la combinaison de dérives de paramètres de fonctionnement ou de défaillances d éléments (équipements ou actions humaines), appelés événement indésirables. Dans l enchaînement d événements conduisant à un scénario d accident majeur, l événement redouté constitue le moment à partir duquel la séquence d événements devient accidentelle. Scénario d accident majeur : Dans une démarche d analyse de risques, un scénario d accident majeur peut être défini comme l enchaînement d événements indésirables, aboutissant à un événement redouté, conduisant lui-même à des conséquences lourdes ou effets majeurs. Page 7 / 39

9 Barrière de défense : une barrière de défense est constituée d un équipement de sécurité ou d une opération réalisée par un opérateur qui s oppose à l enchaînement d événements susceptibles d aboutir à un accident majeur. Une barrière de prévention permet de prévenir ou limiter l occurrence de l événement redouté, une barrière de protection permet de diminuer les conséquences de l événement redouté par atténuation ou intervention. Barrière active : barrière de défense nécessitant une source d énergie extérieure pour mener à bien sa fonction et l initiation de ses composants : ex. une chaîne de détection. Barrière passive : barrière de défense qui n a pas besoin de source d énergie extérieure pour fonctionner correctement : ex. une cuvette de rétention, une soupape mécanique. Barrière physique : barrière de défense provenant d un processus physique et naturel, comme les conditions climatiques, la dissipation naturelle de la chaleur. Barrière de procédure : barrière de défense indiquant les interventions humaines à effectuer pour supprimer ou réduire les conséquences d un événement initiateur. Elément I.P.S. : Pour être qualifié d important pour la sécurité (IPS), un élément (opération ou équipement) doit être choisi parmi les barrières de défense destinées à prévenir l occurrence ou à limiter les conséquences d un événement redouté susceptible de conduire à un accident majeur potentiel. Les éléments IPS sont déterminés vis-à-vis d un scénario d accident majeur bien défini. Pour un scénario d accident majeur donné, il n y a pas nécessairement unicité de l élément IPS. Les éléments IPS ne sont pas forcément des barrières de défense ultimes. Fonction I.P.S. : Une fonction peut être qualifiée d IPS si elle contribue de façon significative dans l enchaînement d événements indésirables conduisant à un accident majeur : - à éviter l occurrence de l événement redouté (on parle de fonction de prévention), - à limiter les conséquences de l événement redouté (il s agit alors d une fonction de protection ou d intervention). Activité : Une activité se définit comme une fonction de l organisation, un ensemble de moyens mis en œuvre par un groupe de personnes pour atteindre un objectif. Éléments entrants Processus / Activité Éléments de sortie Exemple : Maîtrise des équipements ou opérations IPS Moyens (règles de jeu) Cible de l organisation Erreurs humaines = cible non atteinte Figure 1 : Définition d un processus / activité basée sur l ISO 9001 Page 8 / 39

10 Par définition, l INERIS pose que l erreur humaine se caractérise par une cible non atteinte dans la réalisation d une activité. Les moyens formels mis à disposition du groupe (ou règles de jeu) pour atteindre son objectif sont : des modalités de coordination : définition des rôles et responsabilités, procédures et modes opératoires, etc. des compétences : formation, qualifications, niveaux de compétence, etc. des outils : machines, interfaces, méthodes, etc. Activité de réalisation : Les activités de réalisation représentent l ensemble des activités de l organisation dont l objectif est d assurer directement la maîtrise des risques d accidents majeurs. Si l élément IPS qui s oppose au scénario d accident majeur est directement une opération ou une activité, l activité de réalisation est confondue avec l opération ou l activité en question. On parlera alors d activité IPS. Ce type d activité peut concerner l exploitation des installations, les opérations de maintenance, les phases de réalisation des modifications, la maîtrise des situations d urgence, etc. Si l élément IPS qui s oppose au scénario d accident majeur est un équipement, l activité de réalisation sera constituée de l ensemble des opérations liées au cycle de vie de l équipement depuis sa conception (spécifications, standards), son achat, son installation, sa maintenance et son démontage. Par la suite, ces activités sont appelées activité de management des attendus techniques. Activité de management des attendus techniques : voir activité de réalisation. Activité support : les activités support représentent l ensemble des activités de l organisation dont l objectif est de fournir les moyens nécessaires au bon déroulement des activités de réalisation. Dans le cadre du SGS, sont en particulier des activités supports, l identification et l évaluation des risques, la définition des rôles et responsabilités, la formation, la gestion des modifications quand elle concerne la conception de nouvelles installations ou procédés, etc. Activité de direction : les activités de direction représentent l ensemble des activités dont l objectif est de contrôler et de mesurer le fonctionnement de l organisation, puis de redéfinir les moyens de toutes les activités (support et de réalisation) en fonction des résultats à atteindre. Sont considérées comme activités de direction, la gestion du retour d expérience, le contrôle du système, les audits et les revues de direction. Ecart : dans le contexte d une tierce expertise d un SGS, l INERIS a pris le parti de définir la notion d écart comme l observation d une lacune dans le système par rapport aux exigences de l arrêté du 10 mai 2000 et de sa circulaire d application. Point sensible : dans le contexte d une tierce expertise d un SGS, l INERIS a pris le parti de définir la notion de point sensible comme l observation d une lacune par rapport à l application ou à l appropriation du système sur le terrain, mais qui ne constitue pas un manque du système lui-même. Page 9 / 39

11 ETAPE 1 : PRESENTATION DE LA DEMARCHE A L INDUSTRIEL 1.1 PERSONNES CONCERNEES PAR LA PRESENTATION Présenter de manière détaillée à l Exploitant les objectifs et la démarche que l on souhaite mettre en œuvre avec lui, se révèle avec l expérience, une étape déterminante et un facteur clé de succès dans le fonctionnement ultérieur du SGS. L objectif de cette présentation est double. Il s agit tout d abord de convaincre la Direction du site de l intérêt du SGS afin d obtenir sa parfaite adhésion au projet, puis son implication dans la mise en œuvre. En effet, le premier facteur de succès en matière d appropriation du système par les opérateurs est d obtenir l adhésion de toute sa hiérarchie. La seconde raison de cette présentation préalable au démarrage de la prestation, c est d éclairer le personnel impliqué ou chargé de piloter la mise en place du SGS, sur les objectifs à atteindre en matière de prévention des risques majeurs. A partir de ces objectifs, pourront être déclinés les lignes directrices à tenir et les moyens à déployer pour réaliser un SGS le plus opérationnel et efficace possible. La démarche proposée dans ce document nécessite donc l attention simultanée de la direction de l établissement et de l ensemble des personnes à la fois concernées par la mise en place du système (rédaction des documents) puis chargées de le faire vivre dans le futur OBJET DE LA PRESENTATION Le constat de la Directive SEVESO II En son article premier, la Directive SEVESO II a pour objet «la prévention des accidents majeurs impliquant des substances dangereuses et la limitation de leurs conséquences pour l'homme et l'environnement, afin d'assurer de façon cohérente et efficace dans toute la Communauté des niveaux de protection élevés». En particulier, la Directive met l accent sur la prévention des accidents majeurs par le biais d exigences liées à des dispositions organisationnelles de l établissement, agencées dans un système de management dédié : le SGS. Ce renforcement des exigences organisationnelles est lié à un constat de la base de données européenne MARS, qui recense un nombre important des accidents majeurs survenus dans les pays membres. L erreur humaine au sens large, représente 64 % des causes profondes à l origine des accidents majeurs, que cette erreur soit directement imputable à un opérateur (11 %) ou liée à un dysfonctionnement de l organisation (53 %). La figure 2 ci-après détaille cette répartition des causes d accidents. Page 10 / 39

12 Environnement 2% Organisation 53% Fiabilité des équipements 29% Autres 5% Erreur opératoire 11% Figure 2 : Répartition des accidents par causes identifiées dans MARS (mai 1998) Les 53 % des causes d accidents imputables à un dysfonctionnement de l organisation peuvent être classées en cinq grandes familles : Absence ou inadéquation des procédures ou modes opératoires dans 13 % des cas, Mauvaise conception du poste de travail dans12 % des cas, Absence d analyse ou mauvaise connaissance du procédé utilisé dans 10 % des cas, Erreur liée à une mauvaise gestion de la sous-traitance dans 10 % des cas, Défaillance d un équipement suite à une opération de maintenance dans 9 % des cas Le champ d application du SGS S agissant de définir le champ d application du SGS, il est important de rappeler l article 7 de l arrêté ministériel du 10 mai 2000 qui exige que «l exploitant [mette] en place dans l établissement un système de gestion de la sécurité applicable à toutes les installations susceptibles de générer des accidents majeurs.». Le terme accident majeur est défini à l article 2 de l arrêté du 10 mai L accident majeur est ainsi «un événement tel qu une émission, un incendie ou une explosion d importance majeure résultant du développement incontrôlé survenu au cours de l exploitation, entraînant pour la santé humaine ou pour l environnement, à l intérieur ou à l extérieur de l établissement, un danger grave, immédiat ou différé, et faisant intervenir une ou plusieurs substances ou des préparations dangereuses». Page 11 / 39

13 D après ces deux définitions, le SGS d un établissement doit donc couvrir l ensemble des activités à risques majeurs du site, et non pas seulement s appliquer aux activités pour lesquelles le site est classé. Le risque majeur sera interprété dans le reste du document comme tout risque de relâchement accidentel d une substance dangereuse (au sens du décret n du 20 mai 1953 modifié), à partir du moment où les conséquences du relâchement sont susceptibles d entraîner des blessures irréversibles sur une personne à l intérieur du site. Exemple : Un établissement est classé AS (Autorisation + Servitude) pour son parc de stockage d ammoniac dont la capacité maximale dépasse 200 tonnes. Le site possède également un réservoir aérien de GPL dont la capacité est d environ 20 tonnes et qui permet l alimentation de la chaudière. Pour son installation de GPL, le site est uniquement soumis à Déclaration. Par son stockage d ammoniac, l établissement est visé par l article de l Arrêté Ministériel du 10 Mai 2000, qui impose notamment la mise en place d un SGS. Le SGS devra couvrir à la fois les activités à risques majeurs liées au stockage et au transfert d ammoniac, mais également celles inhérentes au stockage et transfert de GPL sur le site. Pour mémoire, l annexe III de l Arrêté Ministériel du 10 mai 2000 précise que «le système de gestion de la sécurité s inscrit dans le système de gestion général de l établissement. Il définit l organisation, les fonctions des personnels, les procédures et les ressources qui permettent de déterminer et de mettre en œuvre la Politique de Prévention des Accidents Majeurs [PPAM]». En particulier, doivent être abordés et formalisés dans le système de gestion de la sécurité, les thèmes suivants de l organisation : Organisation et formation : Il s'agit ici de définir les rôles et responsabilités du personnel associés à la gestion des risques d'accidents majeurs à tous les niveaux de l'organisation, d'identifier des besoins en matière de formation de ce personnel et d organiser les plans de formation du personnel du site et, le cas échéant, des sous-traitants. Identification et évaluation des risques d accidents majeurs : Il s'agit de définir et de mettre en œuvre des procédures pour l'identification systématique des risques d'accidents majeurs pouvant se produire dans toutes les phases de l exploitation (normale, transitoire et dégradée) et toutes les phases de vie de l installation (conception, construction, exploitation, entretien). Ces procédures doivent également permettre l évaluation de la probabilité et de la gravité des risques, ainsi que l identification d éléments (équipements ou opérations) Importants Pour la Sécurité (IPS) en prévention comme en protection / intervention. Maîtrise des procédés et maîtrise d'exploitation : Il s'agit d'adopter et de mettre en œuvre des procédures et des instructions pour un fonctionnement des installations dans des conditions de sécurité, y compris s agissant de la maintenance des installations, des procédés mis en œuvre et des arrêts temporaires. Ces procédures doivent notamment mettre en lumière la gestion particulière qui est réservée aux éléments identifiés comme IPS. Page 12 / 39

14 Gestion des modifications : Il s'agit d'adopter et de mettre en œuvre des procédures pour la planification des modifications à apporter aux installations existantes ou pour la conception d'une nouvelle installation. Il s agit également de définir des outils qui permettent d identifier et de gérer les risques particuliers liés aux co-activités pendant les phases de réalisation de la modification. Gestion des situations d'urgence : Il s'agit d'adopter et de mettre en œuvre des procédures visant à identifier les urgences prévisibles grâce à une analyse systématique et à élaborer, expérimenter aux moyens d exercices et réexaminer les plans d'urgence pour pouvoir faire face à de telles situations d'urgence. Gestion du retour d expérience : Il s'agit de définir et de mettre en place des mécanismes permettant la remontée d informations, l analyse et la mise en œuvre d actions correctives dans le traitement des incidents, presqu accidents et accidents. Ces événements doivent d abord être définis. Les procédures doivent englober le système de notification des accidents majeurs ou des accidents évités de justesse (notamment lorsqu'il y a eu défaillance des moyens de protection). Contrôles du système, audits et revues de direction Il s'agit tout d abord de mettre en œuvre des moyens permettant le contrôle permanent du respect des procédures lorsque ces procédures encadrent des opérations IPS. Il s'agit ensuite de mettre en œuvre une procédure en vue d une vérification périodique par sondage du bon fonctionnement du système. Enfin, le retour d expérience, les contrôles et les audits réalisés doivent donner lieu à une évaluation périodique et systématique par la Direction du respect des objectifs de la PPAM et de l'efficacité du système de gestion de la sécurité en place L intégration du SGS dans d autres systèmes de management du site Dans de nombreux pays ont été élaborés des référentiels et normes portant sur le management de la santé-sécurité et/ou de l environnement et/ou de la qualité [6]. Ces différents référentiels peuvent être classés en plusieurs catégories : - les «référentiels guides» qui proposent des exigences sans les imposer. C est le cas du référentiel BS 8800 développé par le BSI (British Standards Institution) et un collectif d industriels et de bureaux d études britanniques. - les «référentiels normes» qui imposent un cadre d exigences auxquelles l entreprise doit satisfaire dans son ensemble si elle veut pouvoir prétendre à une reconnaissance ou une certification. - les «référentiels mixtes» qui imposent de suivre des exigences accompagnées de recommandations en termes de moyens à mettre en place ou de précisions et d exemples. Page 13 / 39

15 Historiquement, les premiers systèmes de management mis en place étaient ceux de la qualité. On a cherché à éliminer d abord les pannes et défaillances les plus fréquentes, les dysfonctionnements de l organisation à des fins de production. Progressivement, sont ensuite apparus des systèmes de management environnementaux (ISO par exemple) dont l objet est de maîtriser tous les rejets de l entreprise vers son environnement, mais également de prévenir des événements comme des pollutions accidentelles, dont la fréquence est moins grande que des pannes de production, mais dont la gravité est plus importante. On s est également intéressé à la santé / sécurité de l homme à son poste de travail. Sont alors apparus d autres systèmes de management visant à prévenir ou à diminuer le nombre d accidents du travail dans une entreprise. On a ensuite cherché à intégrer les différents types de référentiels existants dans un système de management intégré HSE voire QHSE (Qualité / Hygiène / Sécurité / Environnement). Même si le SGS demeure une contrainte réglementaire, son apparition au sein des systèmes de management actuels d un établissement semble fort logique : on s intéresse maintenant à prévenir les accidents majeurs, les événements dont la probabilité d occurrence est la plus faible mais dont les conséquences seraient catastrophiques pour l entreprise et son environnement (cf. figure 3 ci-après). SGS SM HSE SM Qualité Accidents Majeurs Pollutions, Accidents du travail... Pannes, défaillances... Gravité Fréquence Figure 3 : Pyramide de Bird Le management selon la boucle de Deming Qu ils traitent d environnement, de santé / sécurité ou même de qualité, la plupart des systèmes de management actuels présentent la même structure de base d un système fondé sur la boucle de Deming ou boucle «d amélioration continue». Ce système de management s organise en cinq volets : Politique Planification Mise en œuvre Contrôle Revue, soit «Plan / Do / Check / Act» en anglais. Cette uniformisation dans la structure des systèmes de management QHSE démontre un consensus de toutes les entreprises des pays concernés sur la validité de cette logique organisationnelle. Le tableau 1 ci-après fait la liste de quelques référentiels parmi les principaux dans le domaine de la qualité / santé - sécurité / environnement. Page 14 / 39

16 BS 8800 Dénomination Champ du référentiel Commentaires Occupational health and safety management systems OHSAS Occupational health and safety management systems ECO-AUDIT ISO ISO 9001 version 2000 SIES Système International d Evaluation de la Sécurité de DNV Guide pour un système de management de la santé et la sécurité au travail Projet de norme pour un système de management de la santé et la sécurité au travail Règlement européen pour un système de management environnemental Norme internationale pour un système de management environnemental Norme internationale pour un système de management de la qualité Outil de référence en matière d évaluation et d amélioration du management de la santé-sécurité Tableau 1 : Principaux référentiels de management existants Ne prévoit pas de formalisme particulier. Ne mentionne pas la nécessité de procédure écrite. Réalisé par un collectif d industriels et de bureaux d études britanniques Le BSI n a pas participé à sa rédaction, seulement à son édition. L adhésion des établissements à ce règlement s inscrit dans une démarche volontaire. S applique aux activités d un établissement, à ses produits mis sur le marché et à ses services éventuels L approche en PDCA est orientée par processus de l entreprise. Plus orientée vers la satisfaction client que l ISO SIES est le résultat de bonnes pratiques collectées depuis 1978 auprès de 6000 utilisateurs dans le monde. S agissant de définir le SGS, l annexe III de l arrêté du 10 mai 2000 stipule que le SGS «définit l organisation, les fonctions des personnels, les procédures et les ressources qui permettent de déterminer et de mettre en œuvre la PPAM.» Les situations ou aspects suivants de l activité, doivent être abordés au travers de dispositions spécifiques : Organisation, formation Identification et évaluation des risques d accidents majeurs Maîtrise des procédés, maîtrise d exploitation Gestion des modifications Gestion des situations d urgence Gestion du retour d expérience Contrôle du SGS, audits et revues de direction. Les sept activités «réglementaires» énoncées ci-dessus, et sur lesquelles doit être bâti le SGS, permettent de penser ce dernier selon une structure en boucle d amélioration soit : Politique Planification Mise en œuvre Contrôle Revue (Cf. figure 4 ci-après). Page 15 / 39

17 P.P.A.M. Revues de direction Plan d actions Conformité réglementaire Identification et évaluation des risques d accidents majeurs Contrôle, audits Gestion du retour d expérience Organisation et formation Maîtrise de l exploitation Gestion des modifications Gestion des situations d urgence Figure 4 : Structure du SGS organisée selon la boucle de Deming La pyramide documentaire S agissant de l organisation et de la gestion de la documentation nécessaire pour faire vivre un Système de Gestion de la Sécurité, l INERIS propose un système calqué sur le management de la qualité, avec quatre niveaux de documents expliqués dans le schéma de la figure 5 ci-après. La pyramide documentaire proposée ici est également adoptée par la plupart des systèmes de management environnemental et hygiène / sécurité décrits dans le tableau 1. Le premier document exigible réglementairement est une Politique de Prévention des Accidents Majeurs qui soit un engagement signé de la Direction de l Etablissement. La Direction s engage sur des objectifs généraux, qui sont des principes directeurs sur le long terme, mais déclinables en moyens concrets immédiatement dans le système de management. Le second niveau documentaire reprend les objectifs énoncés dans la politique pour les transposer en moyens précis au travers de procédures générales. L ensemble des procédures générales doit permettre de répondre exhaustivement aux questions suivantes : «sur quoi porte et qu est-ce que fait le SGS?» et «qui fait quoi dans le système?». Page 16 / 39

18 Dans ce deuxième niveau, on retrouve également le manuel SGS qui est un document descriptif du système mis en place en une dizaine de pages. Ce document qui doit être joint à l étude des dangers réglementaire, est abordé avec plus de détails lors de l étape 4 de la démarche de mise en place. Le troisième niveau permet de transposer les documents système du niveau 2 en documents opérationnels. Le vocabulaire utilisé peut être très varié : procédures opérationnelles, modes opératoires, consignes, etc. La finalité est toutefois toujours la même, c'est-à-dire décrire à partir du «qui fait quoi» dans le système, comment l opération doit être effectuée au niveau du poste de travail. Une fois le mode opératoire écrit, lorsque l activité concerne un ensemble de tâches Importantes Pour la Sécurité, ce mode opératoire doit être couvert par un moyen de contrôle qui permet de s assurer en permanence que l action est réalisée selon les règles. Le contrôle peut être réalisé par différents moyens : enregistrement, check-list, cahier de consignes, etc. Ce quatrième niveau documentaire doit permettre de répondre au point 7.1. (Contrôles) de l annexe III de l arrêté du 10 mai Description du système document généraux minimum 7 points réglementaires du SGS PPAM Manuel sécurité Procédures générales Documents opérationnels documents applicables directement sur le terrain, enregistrements témoignant d un contrôle Procédures opérationnelles, mode opératoires, instructions, consignes sécurité... Enregistrements, rapports d accidents, épreuves de matériel, check-lists Figure 5 : Principe de la pyramide documentaire en quatre niveaux Afin d être plus explicite quant à la différence attendue entre une procédure générale et un mode opératoire, il faut comprendre que la procédure décrit une activité complexe de l organisation, qui fait intervenir plusieurs fonctions ou personnels de l établissement. Lorsque la procédure générale est écrite, le mode opératoire permet de décrire de manière plus détaillée pour chaque fonction désignée dans l activité, l enchaînement des tâches à réaliser. L exemple qui suit montre de façon très simplifiée ce que pourrait être une procédure d identification et d évaluation des risques. M.O. signifie Mode Opératoire. Page 17 / 39

19 QUI QUOI COMMENT Resp. HSE Constituer un groupe de travail M.O. 1 : Composition type du groupe de travail Resp. HSE + Resp. Expl. Déterminer le sujet de l analyse Resp. HSE Animer le groupe de travail M.O. 1 : Outil d analyse des risques utilisé Groupe constitué Groupe constitué Coter les situations identifiées Déterminer les éléments IPS M.O. 1 : Définir des classes Gravité / Fréquence. Définir l Accident Majeur Resp. HSE Intégrer les résultats dans les docs. opératoires M.O. 2 : Marche à suivre pour intégrer les résultats de l Analyse des risques dans procédures d exploitation Figure 6 : Exemple d une procédure générale simplifiée Lors de l écriture de la procédure système ci-dessus, il est apparu intéressant de rédiger deux modes opératoires qui en découlent. Le premier décrit la manière détaillée dont le responsable HSE doit réaliser une analyse des risques et animer un groupe de travail. Le second mode opératoire détaille la façon précise dont le responsable HSE doit assurer l intégration des résultats de l analyse des risques dans le SGS, qu il s agisse des procédures d exploitation ou de maintenance, des besoins en formation des opérateurs ou bien encore de la mise à jour du POI ou de fiches réflexes dans les ateliers. Seul le dernier mode opératoire est décrit dans l exemple ci-après, de façon très simplifiée comme dans l exemple précédent. Page 18 / 39

20 ACTION VERIFICATION APPROBATION Lister les accidents majeurs Lister les IPS choisis par accident Définir les attendus sur les IPS IPS Validation par le Groupe de travail Validation par le Groupe de travail Equipement Opération Approbation par le Resp. Maintenance Approbation par le Resp. Exploitation Communiquer les attendus au Resp. Maintenance Communiquer les attendus au Resp. Exploitation Contrôler l intégration des attendus dans les procédures opérationnelles Figure 7 : Exemple d un mode opératoire simplifié La spécificité du SGS dans un système de management intégré Les deux paragraphes précédents démontrent qu il est possible de penser un SGS intégré à d autres systèmes de management HSE ou QHSE sur le site. En effet, la structure de management en boucle d amélioration ainsi que la structure documentaire sur quatre niveaux conviennent autant à un SGS conforme aux exigences de l arrêté du 10 mai 2000 qu à tout autre système de management déjà présenté dans le tableau 1 page 15. Pour chaque système de management, le chapitre clé qui définit la spécificité du système est toujours l identification des dangers et l évaluation des risques : pour les travailleurs, pour l environnement, pour la protection des populations extérieures au site. La nouveauté introduite par l arrêté du 10 mai 2000 est d orienter les objectifs de management d un établissement SEVESO II vers la prévention des accidents majeurs, c'est-à-dire de modifier le point d entrée du système de management en le liant à l analyse des risques telle qu elle devrait figurer dans l étude des dangers. Même si la structure de management est commune entre un système HSE actuel et un SGS SEVESO II, il est clair qu un système HSE ne répond pas aux exigences de l arrêté du 10 mai 2000, dans le sens où il n est pas orienté selon les objectifs fixés par l analyse des risques d accidents majeurs, outil qui n était utilisé jusqu alors que dans le cadre de l étude réglementaire des dangers. Page 19 / 39

Système de Management Intégré Qualité, Sécurité et Environnement. Un atout pour l entreprise

Système de Management Intégré Qualité, Sécurité et Environnement. Un atout pour l entreprise CCI Moselle, le16 avril 2013 Système de Management Intégré Qualité, Sécurité et Environnement Un atout pour l entreprise Intervention de Olivier Rousseaux, Auditeur QSE, Expert en organisation et management

Plus en détail

Appendice 2. (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs

Appendice 2. (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs Appendice 2 (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs NOTE Dans les propositions de Texte identique, XXX désigne un qualificatif de norme

Plus en détail

ETUDE COMPARATIVE DES REFERENTIELS RELATIFS AU MANAGEMENT DE LA SANTE ET DE LA SECURITE AU TRAVAIL APPLICABLES AUX ENTREPRISES EXTERIEURES

ETUDE COMPARATIVE DES REFERENTIELS RELATIFS AU MANAGEMENT DE LA SANTE ET DE LA SECURITE AU TRAVAIL APPLICABLES AUX ENTREPRISES EXTERIEURES RAPPORT D ÉTUDE JUIN 2006 N 35129 ETUDE COMPARATIVE DES REFERENTIELS RELATIFS AU MANAGEMENT DE LA SANTE ET DE LA SECURITE AU TRAVAIL APPLICABLES AUX ENTREPRISES EXTERIEURES Aide au transfert des acquis

Plus en détail

Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement

Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement Depuis la création de Syngenta en 2000, nous avons accordé la plus haute importance à la santé, à la sécurité et à l environnement (SSE) ainsi qu

Plus en détail

Certification OHSAS 18001 Santé et sécurité au travail : exemple d'application dans une AASQA (AIRFOBEP)

Certification OHSAS 18001 Santé et sécurité au travail : exemple d'application dans une AASQA (AIRFOBEP) Certification OHSAS 18001 Santé et sécurité au travail : exemple d'application dans une AASQA (AIRFOBEP) BouAlem MESBAH - AIRFOBEP? 3 Questions avant de commencer Du document unique au SMS Du SMS à l OHSAS

Plus en détail

Intitulé du stage. Initiation à l'environnement industriel Jeudi 15 et vendredi 16 septembre 2011

Intitulé du stage. Initiation à l'environnement industriel Jeudi 15 et vendredi 16 septembre 2011 Intitulé du stage Dates Initiation à l'environnement industriel Jeudi 15 et vendredi 16 septembre 2011 Recherche et réduction des rejets de Substances Dangereuses dans l'eau Mardi 20 septembre 2011 Mardi

Plus en détail

Plan de modernisation des installations industrielles

Plan de modernisation des installations industrielles Plan de modernisation des installations industrielles 1 Sommaire 1 - Contexte - Introduction 2 - Réglementation 3 - Périmètre 4 - Guides techniques 5 - Synthèse : périmètre-actions 2 1 Contexte - Introduction

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Electricien maintenancier process 1 OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Electricien maintenancier process 1 OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : B Dernière modification : 10/04/2008 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Electricien maintenancier process 1 I OBJECTIF

Plus en détail

Fiche conseil n 16 Audit

Fiche conseil n 16 Audit AUDIT 1. Ce qu exigent les référentiels Environnement ISO 14001 4.5.5 : Audit interne EMAS Article 3 : Participation à l'emas, 2.b Annexe I.-A.5.4 : Audit du système de management environnemental SST OHSAS

Plus en détail

Recours aux entreprises extérieures

Recours aux entreprises extérieures RECOMMANDATION R429 Recommandations adoptées par le Comité technique national de la chimie, du caoutchouc et de la plasturgie le 21 novembre 2006. Cette recommandation annule et remplace la recommandation

Plus en détail

Ce document est la propriété de la MAP. Il ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation. MECANIQUE AERONAUTIQUE PYRENEENNE

Ce document est la propriété de la MAP. Il ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation. MECANIQUE AERONAUTIQUE PYRENEENNE MANUEL MANAGEMENT QUALITE Révision janvier 2010 Ce document est la propriété de la MAP. Il ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation. MECANIQUE AERONAUTIQUE PYRENEENNE Place d

Plus en détail

Mise en place d un Système de Management Environnemental sur la base de la Norme ISO 14001. SARRAMAGNAN Viviane

Mise en place d un Système de Management Environnemental sur la base de la Norme ISO 14001. SARRAMAGNAN Viviane Mise en place d un Système de Management Environnemental sur la base de la Norme ISO 14001 SARRAMAGNAN Viviane Master II Économie et Gestion de l Environnement Année universitaire 2008/2009 Sommaire Présentation

Plus en détail

Fiche n 15. SST 4.5.3.1 : Enquête en cas d incidents 4.5.3.2 : Non-conformité, actions correctives et actions préventives

Fiche n 15. SST 4.5.3.1 : Enquête en cas d incidents 4.5.3.2 : Non-conformité, actions correctives et actions préventives INERIS DVM-11-121612-08005A - HPa Fiche n 15 NON-CONFORMITE, ACTION CORRECTIVE ET ACTION PREVENTIVE ACCIDENTS ET INCIDENTS 1. Ce qu'exigent les référentiels Environnement ISO 14001 4.5.3 : Non-conformité,

Plus en détail

Systèmes de transport public guidés urbains de personnes

Systèmes de transport public guidés urbains de personnes service technique des Remontées mécaniques et des Transports guidés Systèmes de transport public guidés urbains de personnes Principe «GAME» (Globalement Au Moins Équivalent) Méthodologie de démonstration

Plus en détail

Compte Qualité. Maquette V1 commentée

Compte Qualité. Maquette V1 commentée Compte Qualité Maquette V1 commentée Élaborée suite à l expérimentation conduite par la Haute Autorité de santé au second semestre 2013 auprès de 60 établissements testeurs. Direction de l Amélioration

Plus en détail

Partager l expérience de l ASECNA dans la mise en œuvre du SMS et du SMQ :

Partager l expérience de l ASECNA dans la mise en œuvre du SMS et du SMQ : Objet de la présentation Partager l expérience de l ASECNA dans la mise en œuvre du SMS et du SMQ : Défis rencontrés Avantages acquis Contenu de la présentation Qu est ce que l ASECNA? Planification de

Plus en détail

Format de l avis d efficience

Format de l avis d efficience AVIS D EFFICIENCE Format de l avis d efficience Juillet 2013 Commission évaluation économique et de santé publique Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service documentation

Plus en détail

isrs 7 Améliorer la performance Sécurité, Environnement et Opérationnelle

isrs 7 Améliorer la performance Sécurité, Environnement et Opérationnelle isrs 7 Améliorer la performance Sécurité, Environnement et Opérationnelle 2 isrs 7 : pour la santé de votre entreprise Pour répondre à l accroissement des multiples exigences de vos Parties Intéressées,

Plus en détail

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats C ) Détail volets A, B, C, D et E Actions Objectifs Méthode, résultats VOLET A : JUMELAGE DE 18 MOIS Rapports d avancement du projet. Réorganisation de l administration fiscale Rapports des voyages d étude.

Plus en détail

Tremplins de la Qualité. Tome 2

Tremplins de la Qualité. Tome 2 Tome 2 CET OUVRAGE EST UN GUIDE D INTERPRETATION DE LA NORME NF EN ISO 9001 VERSION 2000 AVANTPROPOS Ce guide d aide à la rédaction du Manuel de Management de la Qualité a été rédigé par la Fédération

Plus en détail

Système de management H.A.C.C.P.

Système de management H.A.C.C.P. NM 08.0.002 Norme Marocaine 2003 Système de management H.A.C.C.P. Exigences Norme Marocaine homologuée par arrêté du Ministre de l'industrie, du Commerce et des Télécommunications N 386-03 du 21 Février

Plus en détail

Nom-Projet MODELE PLAN DE MANAGEMENT DE PROJET

Nom-Projet MODELE PLAN DE MANAGEMENT DE PROJET Nom-Projet MODELE PLAN DE MANAGEMENT DE PROJET Glossaire La terminologie propre au projet, ainsi que les abréviations et sigles utilisés sont définis dans le Glossaire. Approbation Décision formelle, donnée

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA 1 APPEL D OFFRES ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA JUILLET 2013 2 1. OBJET DE L APPEL D OFFRE Réalisation d un accompagnement

Plus en détail

HEG Gestion de la Qualité L.Cornaglia. Les référentiels SMI, normes, processus de certification

HEG Gestion de la Qualité L.Cornaglia. Les référentiels SMI, normes, processus de certification Les référentiels SMI, normes, processus de certification 1 Définitions selon le Guide ISO/IEC 2:2004 Norme Document, établi par consensus et approuve par un organisme reconnu, qui fournit, pour des usages

Plus en détail

Contenu attendu des guides nationaux de bonnes pratiques d hygiène GBPH

Contenu attendu des guides nationaux de bonnes pratiques d hygiène GBPH Contenu attendu des guides nationaux de bonnes pratiques d hygiène GBPH Note d information à l usage des professionnels En complément de cette note, des informations relatives au contenu des GBPH sont

Plus en détail

L assurance de la qualité à votre service

L assurance de la qualité à votre service Atelier L assurance de la qualité à votre service Présentation de Jean-Marie Richard 24 et 25 novembre Sujets Qu est-ce que l assurance de la qualité? Initiation aux concepts de l assurance de la qualité.

Plus en détail

Annexe sur la maîtrise de la qualité

Annexe sur la maîtrise de la qualité Version du 09/07/08 Annexe sur la maîtrise de la qualité La présente annexe précise les modalités d'application, en matière de maîtrise de la qualité, de la circulaire du 7 janvier 2008 fixant les modalités

Plus en détail

RÈGLES DE CERTIFICATION D ENTREPRISE

RÈGLES DE CERTIFICATION D ENTREPRISE RÈGLES DE CERTIFICATION D ENTREPRISE Fabrication et transformation de matériaux et d emballages destinés au contact des aliments : respect des règles d hygiène (méthode HACCP) Réf. Rédacteur LNE PP/GLB

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DE LA FORMATION OUVERTURE D ACTION. Certificat de Qualification Professionnelle des Services de l Automobile

CAHIER DES CHARGES DE LA FORMATION OUVERTURE D ACTION. Certificat de Qualification Professionnelle des Services de l Automobile CAHIER DES CHARGES DE LA FORMATION OUVERTURE D ACTION Certificat de Qualification Professionnelle des Services de l Automobile A.N.F.A. Département Ingénierie et Compétences Mars 2013 SOMMAIRE INFORMATIONS

Plus en détail

Agrément des hébergeurs de données de santé. 1 Questions fréquentes

Agrément des hébergeurs de données de santé. 1 Questions fréquentes Agrément des hébergeurs de données de santé 1 Questions fréquentes QUELS DROITS POUR LES PERSONNES CONCERNEES PAR LES DONNEES DE SANTE HEBERGEES? La loi précise que l'hébergement de données de santé à

Plus en détail

DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES*

DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES* R. GESTION DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES* Le Groupe de travail des politiques de coopération en matière de et de normalisation: Reconnaissant que l atténuation du risque qui peut avoir une incidence

Plus en détail

FICHE EXPLICATIVE Système de management de l Énergie (SMÉ)

FICHE EXPLICATIVE Système de management de l Énergie (SMÉ) Certificats d économies d énergie Fiche explicative n FE 50 FICHE EXPLICATIVE Système de management de l Énergie (SMÉ) Fiches d opérations standardisées concernées : N BAT-SE-02 et IND-SE-01. Ce document

Plus en détail

ITIL V3. Transition des services : Principes et politiques

ITIL V3. Transition des services : Principes et politiques ITIL V3 Transition des services : Principes et politiques Création : janvier 2008 Mise à jour : août 2009 A propos A propos du document Ce document de référence sur le référentiel ITIL V3 a été réalisé

Plus en détail

Qu est-ce qu un système d Information? 1

Qu est-ce qu un système d Information? 1 Qu est-ce qu un système d Information? 1 Une définition du système d information «Tout moyen dont le fonctionnement fait appel à l électricité et qui est destiné à élaborer, traiter, stocker, acheminer,

Plus en détail

I OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM

I OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L'EMPLOI DE LA METALLURGIE Qualification : 1997 03 42 69 0156 Catégorie : C* Dernière modification : 10/09/2009 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Chargé (e) de travaux

Plus en détail

Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2. Novembre 2013. This document is also available in English.

Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2. Novembre 2013. This document is also available in English. Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2 This document is also available in English. La présente Note d orientation s adresse à toutes les caisses populaires de catégorie

Plus en détail

HACCP Évolutions réglementaires et normatives

HACCP Évolutions réglementaires et normatives MADRPM / CEPR Rabat 30 octobre 2007 HACCP Évolutions réglementaires et normatives Une logique de maîtrise But : maîtrise de la sécurité sanitaire des aliments Système HACCP : «Analyse des dangers, points

Plus en détail

Système Management Environnemental

Système Management Environnemental Système Management Environnemental Laboratoire de Touraine Laboratoire de Touraine Laboratoire de Touraine - Bassin Eaux Pluviales Environnemental Politique Qualité Sécurité Environnement Sommaire Norme

Plus en détail

Etude des possibilités de passerelles entre les CQP des Entreprises de l industrie pharmaceutique et les CQP des industries chimiques

Etude des possibilités de passerelles entre les CQP des Entreprises de l industrie pharmaceutique et les CQP des industries chimiques Etude des possibilités de passerelles entre les CQP des Entreprises de l industrie et les CQP des industries chimiques @ COPYRIGHT LEEM - Page 1 sur 51 Sommaire 1 - Finalités des passerelles... 3 2 - Principes

Plus en détail

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE 1 LA POLITIQUE QUALITE-GESTION DES RISQUES Depuis 2003, la Direction s engage à poursuivre, la démarche qualité et à développer une gestion

Plus en détail

ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES

ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES PPB-2006-8-1-CPA ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES Introduction 0. Base légale 1. Le contrôle interne 1.1. Définition et éléments constitutifs 1.2. Mesures

Plus en détail

Les Cahiers QSE I) LES ENJEUX D UN SYSTÈME DE MANAGEMENT INTÉGRÉ QUALITÉ - SÉCURITÉ ENVIRONNEMENT. 1) Introduction...6-7. 2) Contexte...

Les Cahiers QSE I) LES ENJEUX D UN SYSTÈME DE MANAGEMENT INTÉGRÉ QUALITÉ - SÉCURITÉ ENVIRONNEMENT. 1) Introduction...6-7. 2) Contexte... I) LES ENJEUX D UN SYSTÈME DE MANAGEMENT INTÉGRÉ QUALITÉ - SÉCURITÉ ENVIRONNEMENT 1) Introduction...6-7 2) Contete...8 à 10 3) Des enjeu Qualité, Sécurité, Environnement qui sont liés...11 4) Intérêts

Plus en détail

SPECIFICATION "E" DU CEFRI CONCERNANT LES ENTREPRISES EMPLOYANT DU PERSONNEL DE CATEGORIE A OU B TRAVAILLANT DANS LES INSTALLATIONS NUCLEAIRES

SPECIFICATION E DU CEFRI CONCERNANT LES ENTREPRISES EMPLOYANT DU PERSONNEL DE CATEGORIE A OU B TRAVAILLANT DANS LES INSTALLATIONS NUCLEAIRES 92038 PARIS LA DEFENSE CEDEX Page 1 / 11 SPECIFICATION "E" DU CEFRI CONCERNANT LES ENTREPRISES EMPLOYANT DU PERSONNEL DE CATEGORIE A OU B TRAVAILLANT DANS LES INSTALLATIONS NUCLEAIRES 29/11/00 13 Indice

Plus en détail

CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L essentiel

CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L essentiel N 38 Développement durable n 2 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 19/02/2013 ISSN 1769-4000 CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L

Plus en détail

REF01 Référentiel de labellisation des laboratoires de recherche_v3

REF01 Référentiel de labellisation des laboratoires de recherche_v3 Introduction Le présent référentiel de labellisation est destiné aux laboratoires qui souhaitent mettre en place un dispositif de maîtrise de la qualité des mesures. La norme ISO 9001 contient essentiellement

Plus en détail

«Le Système de Management Intégré (SMI) Hygiène, Sécurité, Environnement, Qualité, de BP Lavéra»

«Le Système de Management Intégré (SMI) Hygiène, Sécurité, Environnement, Qualité, de BP Lavéra» «Le Système de Management Intégré (SMI) Hygiène, Sécurité, Environnement, Qualité, de BP Lavéra» 1- La réglementationr Directive SEVESO II: prévention accidents majeurs (1996-transposée en droit français

Plus en détail

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat Objectifs : Être au plus près des entreprises et de leurs salariés en proposant des services et outils adaptés à leurs besoins. 12 fiches «service» synthétiques, répertoriées en 5 grands thèmes : PROFESSIONNALISATION

Plus en détail

HSE MONITOR GESTION DU SYSTÈME DE MANAGEMENT. 8 modules de management intégrés. www.red-on-line.net

HSE MONITOR GESTION DU SYSTÈME DE MANAGEMENT. 8 modules de management intégrés. www.red-on-line.net HSE MONITOR GESTION DU SYSTÈME DE MANAGEMENT 8 modules de management intégrés www.red-on-line.net www.red-on-line.net HSE MONITOR GESTION DU SYSTÈME DE MANAGEMENT 1. 2. 3. 1. 4. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 5. 1.

Plus en détail

8) Certification ISO 14 001 : une démarche utile et efficace

8) Certification ISO 14 001 : une démarche utile et efficace Aller plus loin 8) Certification ISO 14 001 : une démarche utile et efficace 8) Certification ISO 14 001 8 La norme ISO 14001 et la certification Cette norme internationale vise à établir dans l organisme

Plus en détail

Les textes et règlements

Les textes et règlements Réglementation applicable aux chapiteaux, tentes et Note : cette fiche est extraite pour l essentiel de l ouvrage «Organiser un événement artistique dans l espace public : Guide des bons usages», édité

Plus en détail

Génie Logiciel LA QUALITE 1/5 LA QUALITE 3/5 LA QUALITE 2/5 LA QUALITE 4/5 LA QUALITE 5/5

Génie Logiciel LA QUALITE 1/5 LA QUALITE 3/5 LA QUALITE 2/5 LA QUALITE 4/5 LA QUALITE 5/5 Noël NOVELLI ; Université d Aix-Marseille; LIF et Département d Informatique Case 901 ; 163 avenue de Luminy 13 288 MARSEILLE cedex 9 Génie Logiciel LA QUALITE 1/5 La gestion de la qualité Enjeux de la

Plus en détail

ISO/CEI 27001:2005 ISMS -Information Security Management System

ISO/CEI 27001:2005 ISMS -Information Security Management System ISO/CEI 27001:2005 ISMS -Information Security Management System Maury-Infosec Conseils en sécurité de l'information ISO/CEI 27001:2005 ISMS La norme ISO/CEI 27001:2005 est issue de la norme BSI 7799-2:2002

Plus en détail

Audit interne. Audit interne

Audit interne. Audit interne Définition de l'audit interne L'Audit Interne est une activité indépendante et objective qui donne à une organisation une assurance sur le degré de maîtrise de ses opérations, lui apporte ses conseils

Plus en détail

Chapitre 13. Plan de gestion environnementale et sociale

Chapitre 13. Plan de gestion environnementale et sociale Chapitre 13 Plan de gestion environnementale et sociale Table des matières Table des matières... 13-i 13 Plan de gestion environnementale et sociale... 13-1 13.1 Cadre d élaboration du plan de gestion...

Plus en détail

La certification ISO 22000

La certification ISO 22000 La certification ISO 22000 Maurice LE DOUARIN Responsable de la Restauration SILGOM Pôle de restauration collective Phases de travaux Travaux : 6,8 M Les travaux en quelques Equipements : 1,7 M chiffres

Plus en détail

Manuel de recherche en sciences sociales

Manuel de recherche en sciences sociales Résumé de QUIVY R; VAN CAMPENHOUDT L. 95, "Manuel de recherches en sciences sociales", Dunod Cours de TC5 du DEA GSI de l intergroupe des écoles Centrales 11/2002 Manuel de recherche en sciences sociales

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES. Édition Chronologique n 9 du 19 février 2015. PARTIE PERMANENTE Administration Centrale. Texte 6

BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES. Édition Chronologique n 9 du 19 février 2015. PARTIE PERMANENTE Administration Centrale. Texte 6 BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES Édition Chronologique n 9 du 19 février 2015 PARTIE PERMANENTE Administration Centrale Texte 6 ARRÊTÉ N 1733/DEF/SGA/DMPA/SDIE/BENV portant approbation du plan de prévention

Plus en détail

Methode Mehari www.ofppt.info

Methode Mehari www.ofppt.info ROYAUME DU MAROC Office de la Formation Professionnelle et de la Promotion du Travail Methode Mehari DIRECTION RECHERCHE ET INGENIERIE DE FORMATION SECTEUR NTIC Sommaire 1. Introduction... 2 2. Chapitre

Plus en détail

HERVÉ SCHAUER CONSULTANTS Cabinet de Consultants en Sécurité Informatique depuis 1989 Spécialisé sur Unix, Windows, TCP/IP et Internet

HERVÉ SCHAUER CONSULTANTS Cabinet de Consultants en Sécurité Informatique depuis 1989 Spécialisé sur Unix, Windows, TCP/IP et Internet HERVÉ SCHAUER CONSULTANTS Cabinet de Consultants en Sécurité Informatique depuis 1989 Spécialisé sur Unix, Windows, TCP/IP et Internet Norme ISO 22301 Système de Management de la Continuité d'activité

Plus en détail

L analyse de risque des ESP dans les études d ingénierie d unités industrielles «Pétrole & Gaz».

L analyse de risque des ESP dans les études d ingénierie d unités industrielles «Pétrole & Gaz». L analyse de risque des ESP dans les études d ingénierie d unités industrielles «Pétrole & Gaz». Bruno LEQUIME, Département HSE Etudes. Sommaire I. Introduction la DESP et le contexte international. II.

Plus en détail

Décret n XXX du XX relatif aux effacements de consommation d électricité

Décret n XXX du XX relatif aux effacements de consommation d électricité Décret n XXX du XX relatif aux effacements de consommation d électricité Le premier ministre, Sur le rapport du ministre de l écologie, du développement durable et de l énergie, Vu le code de l énergie,

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION

PROGRAMME DE FORMATION Innovation - Prévention conseil - accompagnement - formation Innovation-Prévention 19 rue Paul Séramy 77300 Fontainebleau N SIRET : 48155965600030 Tel : 09.88.99.99.59 www.innoprev.com Contact Direct avec

Plus en détail

Les systèmes de management de la santé et de la sécurité au travail

Les systèmes de management de la santé et de la sécurité au travail Page 1 sur 10 Les systèmes de management de la santé et de la sécurité au travail Un système de management de la santé et de la sécurité au travail (SMS) est une partie du système de management global

Plus en détail

La gestion documentaire les bases d'un système de management de la qualité

La gestion documentaire les bases d'un système de management de la qualité La gestion documentaire les bases d'un système de management de la qualité 8 ème journée professionnelle de l ANTAB - 21 Octobre 2011 Fatima TOUBAIS Ingénieur qualité Accréditation des Laboratoires Direction

Plus en détail

Le système d accréditation n est pas un système basé sur la conformité à la. de ce fait, il se différencie

Le système d accréditation n est pas un système basé sur la conformité à la. de ce fait, il se différencie Système d accreditation des organismes de formation Origine, objectifs et méthodologie du système d accréditation Carlos Capela Coordinateur du projet INOFOR - Institut pour l innovation dans la formation

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DE LA CONTINUITÉ DES ACTIVITÉS

LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DE LA CONTINUITÉ DES ACTIVITÉS LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DE LA CONTINUITÉ DES ACTIVITÉS Avril 2010 Table des matières Préambule...3 Introduction...4 Champ d application...5 Entrée en vigueur et processus de mise à jour...6 1.

Plus en détail

CHARTE R.S.E. Responsabilité Sociétale d'entreprise

CHARTE R.S.E. Responsabilité Sociétale d'entreprise CHARTE R.S.E. Responsabilité Sociétale d'entreprise ENVIRONNEMENT SOCIAL ETHIQUE des AFFAIRES ACHATS RESPONSABLES SERMA GROUP est historiquement sensibilisé par tout ce qui touche l environnement, la sphère

Plus en détail

S informer sur les formations obligatoires ou recommandées

S informer sur les formations obligatoires ou recommandées GUIDE S informer sur les formations obligatoires ou recommandées FEV 2012 Le Code du travail ou les instances de prévention des risques professionnels imposent ou recommandent expressément le suivi de

Plus en détail

DU COMITE TECHNIQUE NATIONAL DES INDUSTRIES DES TRANSPORTS, DE L EAU, DU GAZ, DE L ELECTRICITE, DU LIVRE ET DE LA COMMUNICATION

DU COMITE TECHNIQUE NATIONAL DES INDUSTRIES DES TRANSPORTS, DE L EAU, DU GAZ, DE L ELECTRICITE, DU LIVRE ET DE LA COMMUNICATION RECO DU COMITE TECHNIQUE NATIONAL DES INDUSTRIES DES TRANSPORTS, DE L EAU, DU GAZ, DE L ELECTRICITE, DU LIVRE ET DE LA COMMUNICATION Mise en œuvre du dispositif CATEC : Certificat d aptitude à travailler

Plus en détail

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS a RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS Synthèse de l'inventaire des accidents pour le secteur d'activité de la société MARIE DIDIER AUTOMOBILES Il ressort de l inventaire des accidents technologiques

Plus en détail

BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES GUIDE DU TUTEUR

BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES GUIDE DU TUTEUR BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES GUIDE DU TUTEUR Vous êtes tuteur d un étudiant en BTS management des unités commerciales. Ce guide vous est destiné : il facilite votre préparation de l arrivée du

Plus en détail

Maintenance/évolution d'un système d'information

Maintenance/évolution d'un système d'information Centre national de la recherche scientifique Direction des systèmes d'information REFERENTIEL QUALITE Procédure Qualité Maintenance/évolution d'un système d'information Référence : CNRS/DSI/conduite-projet/maintenance-evolution/presentation/proc-maintenance

Plus en détail

REFERENTIEL DE CERTIFICATION

REFERENTIEL DE CERTIFICATION REFERENTIEL DE CERTIFICATION Référentiel I4 NF 285 Edition : Janvier 2015 N de révision : 4 ORGANISMES CERTIFICATEURS CNPP Cert. Route de la Chapelle Réanville CD 64 - CS 22265 F- 27950 SAINT-MARCEL Tél.

Plus en détail

Société française du pipeline du Jura

Société française du pipeline du Jura GENNES Société française du pipeline du Jura C.L.I.C. du 16.10 2007, rév.: 1.2 1 L environnement immédiat du dépôt de Gennes C.L.I.C. du 16.10 2007, rév.: 1.2 2 L environnement du dépôt Pipeline SPSE Fos-Strasbourg

Plus en détail

Politique de gestion des risques

Politique de gestion des risques Objectif de la politique La gestion efficace des risques vise à assurer la continuité des opérations, le maintien de la qualité des services et la protection des actifs des organisations. Plus formellement,

Plus en détail

Page 1. Le Plan de Prévention

Page 1. Le Plan de Prévention Page 1 Le Plan de Prévention 01 LA REGLEMENTATION Rappel : Le document Unique d Evaluation des Risques Dans toute entreprise, le chef d entreprise a pour obligation d assurer la sécurité et la santé de

Plus en détail

SIMULER ET CONCEVOIR LE TRAVAIL FUTUR

SIMULER ET CONCEVOIR LE TRAVAIL FUTUR SIMULER ET CONCEVOIR LE TRAVAIL FUTUR Utilisation du logigramme d activité dans un projet informatique, pour simuler les compétences futures, et évaluer la charge de travail. WWW.ANACT.FR OUTIL DE SIMULATION

Plus en détail

LA QUALITE, L ASSURANCE DE LA QUALITE ET LA CERTIFICATION ISO 9001

LA QUALITE, L ASSURANCE DE LA QUALITE ET LA CERTIFICATION ISO 9001 LA QUALITE, L ASSURANCE DE LA QUALITE ET LA CERTIFICATION ISO 9001 I/ HISTORIQUE DE LA QUALITE La qualité est un souci permanent de l homme depuis longtemps. Jusqu au XIX ème siècle, c est l ère artisanale

Plus en détail

Guide d information des entreprises

Guide d information des entreprises Guide d information des entreprises QU EST-CE QUE LE MANAGEMENT DE LA SECURITE? OHSAS 18001? 1 INTRODUCTION La Santé et la Sécurité au Travail recouvrent l ensemble des moyens à mettre en œuvre pour assurer

Plus en détail

Qualité Sécurité Environnement

Qualité Sécurité Environnement Qualité Sécurité Environnement FORMATION AUDIT CONSEIL EXPERTISE >> Catalogue 2014 Nos innovations: e-learning, évaluation des compétences personnalisation Formation Hygiène Alimentaire ISO 9001 : 2008...

Plus en détail

Formation «Système de gestion des documents d activité (SGDA)»

Formation «Système de gestion des documents d activité (SGDA)» Formation «Système de gestion des documents d activité (SGDA)» **** Norme principale : - ISO 3030X : Système de gestion des documents d activité (SGDA) ; Normes Connexes : - ISO 15489 : Records Management

Plus en détail

Avis n 94-02 sur la méthodologie relative aux comptes combinés METHODOLOGIE RELATIVE AUX COMPTES COMBINES

Avis n 94-02 sur la méthodologie relative aux comptes combinés METHODOLOGIE RELATIVE AUX COMPTES COMBINES CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Avis n 94-02 sur la méthodologie relative aux comptes combinés Le Conseil national de la comptabilité réuni en formation de Section des entreprises le 28 octobre 1994,

Plus en détail

Bureau du surintendant des institutions financières. Audit interne des Services intégrés : Services de la sécurité et de l administration

Bureau du surintendant des institutions financières. Audit interne des Services intégrés : Services de la sécurité et de l administration Bureau du surintendant des institutions financières Audit interne des Services intégrés : Services de la sécurité et de l administration Avril 2014 Table des matières 1. Contexte... 3 2. Objectif, délimitation

Plus en détail

Notre écoute et notre réactivité

Notre écoute et notre réactivité 2010 Manuel Qualité Politique qualité Notre écoute et notre réactivité sont la garantie de notre capacité à réaliser des prestations d un haut niveau de qualité. Il s agit de remplir les missions fixées

Plus en détail

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2006 GUIDE DE LECTURE DES NOUVEAUX DOCUMENTS BUDGÉTAIRES PAR MISSION DU BUDGET DE L ÉTAT

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2006 GUIDE DE LECTURE DES NOUVEAUX DOCUMENTS BUDGÉTAIRES PAR MISSION DU BUDGET DE L ÉTAT PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2006 GUIDE DE LECTURE DES NOUVEAUX DOCUMENTS BUDGÉTAIRES PAR MISSION DU BUDGET DE L ÉTAT LES NOUVEAUX BLEUS BUDGÉTAIRES ET LES PROJETS ANNUELS DE PERFORMANCES Les documents

Plus en détail

ISO/CEI 19770-1. Technologies de l information Gestion des actifs logiciels. Partie 1: Procédés et évaluation progressive de la conformité

ISO/CEI 19770-1. Technologies de l information Gestion des actifs logiciels. Partie 1: Procédés et évaluation progressive de la conformité NORME INTERNATIONALE ISO/CEI 19770-1 Deuxième édition 2012-06-15 Technologies de l information Gestion des actifs logiciels Partie 1: Procédés et évaluation progressive de la conformité Information technology

Plus en détail

Recette Présentation du processus standard de la recette

Recette Présentation du processus standard de la recette Gestion Budgétaire et Comptable Publique (GBCP) Recette Présentation du processus standard de la recette Détails et explicitations dans les commentaires du document Préambule Présentation de l ensemble

Plus en détail

Gestion de parc et qualité de service

Gestion de parc et qualité de service Gestion de parc et qualité de service Journée Josy, 14 octobre 2008 A. Rivet Gestion de parc et qualité de service Gestion de parc Fonctions de base GT «Guide de bonnes pratiques» Référentiels et SI ITIL/ISO

Plus en détail

La qualité pour et par la pédagogie : exemple d animation du SMQ du Master QHSE de Valenciennes (France)

La qualité pour et par la pédagogie : exemple d animation du SMQ du Master QHSE de Valenciennes (France) La qualité pour et par la pédagogie : exemple d animation du SMQ du Master QHSE de Valenciennes (France) Jean-Luc Menet (ENSIAME-UVHC) Responsable Pédagogique Master QHSE Éric Winter (ENSIAME-UVHC) Responsable

Plus en détail

Manuel Qualité. Réf. : MAQ Page : 1 / 15 Version : 2 Date de révision : 04/04/2012

Manuel Qualité. Réf. : MAQ Page : 1 / 15 Version : 2 Date de révision : 04/04/2012 Page : 1 / 15 Rue Mabîme 77 4432 ALLEUR Belgique Tél. : +32 (0) 4 247 32 24 Fax : +32 (0) 4 427 18 82 e-mail : info@ansolive.com Site internet : www.ansolive.com Ce document est la propriété exclusive

Plus en détail

CERTIFICATION DES INSTITUTIONS APPLIQUANT LE CASE MANAGEMENT CRITÈRES DE QUALITÉ ET INDICATEURS DE CONTRÔLE

CERTIFICATION DES INSTITUTIONS APPLIQUANT LE CASE MANAGEMENT CRITÈRES DE QUALITÉ ET INDICATEURS DE CONTRÔLE CERTIFICATION DES INSTITUTIONS APPLIQUANT LE CASE MANAGEMENT CRITÈRES DE QUALITÉ ET INDICATEURS DE CONTRÔLE 1 INTRODUCTION Le présent document a été rédigé par le groupe de travail «Certification» du Réseau

Plus en détail

7.2 - Le traitement administratif des accidents de service, de travail et des maladies professionnelles

7.2 - Le traitement administratif des accidents de service, de travail et des maladies professionnelles CHAPITRE 7 Les accidents et les maladies professionnelles 7.2 - Le traitement administratif des accidents de service, de travail et des maladies professionnelles 7.2.1 Méthodologie Définitions L accident

Plus en détail

Responsabilité Civile / Les Garanties de la police RC Entreprise

Responsabilité Civile / Les Garanties de la police RC Entreprise LES GARANTIES DE LA POLICE "RESPONSABILITE CIVILE GENERALE" 1/. L'OBJET DE LA POLICE RESPONSABILITE CIVILE (notée "RC" dans ce document) De par son activité une entreprise peut causer des dommages aux

Plus en détail

D ITIL à D ISO 20000, une démarche complémentaire

D ITIL à D ISO 20000, une démarche complémentaire D ITIL à D ISO 20000, une démarche complémentaire www.teamup-consulting.com Teamup Consulting - 1 Certificat nºinf/2007/29319 1 ère société de conseil française certifiée ISO 20000-1:2011 Sommaire Introduction

Plus en détail

HOPITAL LOCAL INTERCOMMUNAL SOULTZ-ISSENHEIM DOCUMENT UNIQUE EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS. Mise à jour : 15/06/09

HOPITAL LOCAL INTERCOMMUNAL SOULTZ-ISSENHEIM DOCUMENT UNIQUE EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS. Mise à jour : 15/06/09 HOPITAL LOCAL INTERCOMMUNAL SOULTZ-ISSENHEIM DOCUMENT UNIQUE EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS Mise à jour : 15/06/09 Rédaction : M.GSCHWIND Validation : M. Herrgott Gestionnaire des risques Directeur

Plus en détail

SERVICES TECHNIQUES CENTRE HOSPITALIER. d AURILLAC. 1er congrès de l AFGRIS

SERVICES TECHNIQUES CENTRE HOSPITALIER. d AURILLAC. 1er congrès de l AFGRIS SERVICES TECHNIQUES CENTRE HOSPITALIER henri MONDOR d AURILLAC 1er congrès de l AFGRIS METHODE D ANALYSE ET DE PREVENTION DES RISQUES ET CERTIFICATION ISO 9002 Un couple pertinent pour les services techniques

Plus en détail

CQP Inter-branches Technicien de Maintenance Industrielle

CQP Inter-branches Technicien de Maintenance Industrielle CQP Inter-branches Technicien de Maintenance Industrielle Guide de repérage des compétences du candidat Candidat Nom :... Prénom :........ Entreprise :... Le document original est conservé par l entreprise

Plus en détail

L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé

L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé Trousse d information L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé Novembre 2004 L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé L approche populationnelle

Plus en détail

AUDIT ÉNERGÉTIQUE ET SYSTÈMES DE MANAGEMENT DE L ÉNERGIE ISO 50001: Quels sont les liens et comment évoluer de l un à l autre?

AUDIT ÉNERGÉTIQUE ET SYSTÈMES DE MANAGEMENT DE L ÉNERGIE ISO 50001: Quels sont les liens et comment évoluer de l un à l autre? Réunion CCI Franche-Comté - Besançon 13 mai 2014 AUDIT ÉNERGÉTIQUE ET SYSTÈMES DE MANAGEMENT DE L ÉNERGIE ISO 50001: Quels sont les liens et comment évoluer de l un à l autre? Paule.nusa @afnor.org Nour.diab@afnor.org

Plus en détail

ELECTRICITE. Introduction

ELECTRICITE. Introduction Direction des études Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) Introduction ELECTRICITE L'utilisation de l'énergie électrique est devenue tellement courante que nul ne saurait

Plus en détail