Les militaires de la Gendarmerie victimes du Devoir en Nouvelle-Calédonie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les militaires de la Gendarmerie victimes du Devoir en Nouvelle-Calédonie"

Transcription

1 Union Nationale du Personnel en Retraite De la Gendarmerie Section de Nouvelle-Calédonie Les militaires de la Gendarmerie victimes du Devoir en Nouvelle-Calédonie inscrits sur le monument aux Morts de la caserne Meunier à Nouméa, avec indication des circonstances de chaque évènement et des lieux de sépulture existant encore en Nouvelle-Calédonie Contribution au devoir de mémoire Siége social: Caserne Meunier - BP R NOUMEA CEDEX Tél. : unprg-2006

2 Photo de couverture : le monument aux victimes du Devoir de la caserne de Gendarmerie Meunier à Nouméa. * Réalisation unprg-nc Nouméa octobre 2006 Photos Henri Calhiol unprg-2006

3 SOMMAIRE - Remerciements... p 2 - Présentation du travail, recensement des tombes de militaires de la gendarmerie victimes du Devoir situées en Nouvelle-Calédonie, diverses mesures concrètes à prendre....p 3 - Dossier photographique des tombes recensées... p 8 - Notices individuelles relatives aux militaires de la Gendarmerie figurant sur le monument aux Morts de la caserne Meunier... p 15 Le monument érigé par la ville de Nouméa "à la mémoire des gendarmes et militaires victimes du Devoir en Nouvelle-Calédonie" unprg

4 Remerciements - au colonel Laumont, commandant les forces de Gendarmerie pour la Nouvelle-Calédonie et les îles Wallis-et-Futuna, au personnel de son état-major et des brigades territoriales de Bourail, Fayaoué-Ouvéa, Koné, Ouégoa, Pouébo et Wé-Lifou, ; - à monsieur Dominique David, délégué général du Souvenir Français pour la Nouvelle-Calédonie ; - à monsieur Patrick Honoré, responsable du bureau des cimetières au centre funéraire municipal de la ville de Nouméa ; - à monsieur Pascal Colomina, coordinateur du musée de Bourail ; - et aux adhérents de l'unprg-nc pour avoir facilité, à des titres divers, la réalisation de ce recueil. Le monument érigé à Dumbéa, "place des gendarmes d'ouvéa" unprg

5 PRESENTATION DU TRAVAIL La section néo-calédonienne de l'union du Personnel en Retraite de la Gendarmerie (U.N.P.R.G.) s'est interrogée sur ce qu'avaient pu devenir les sépultures des militaires de la Gendarmerie morts en service commandé en Nouvelle-Calédonie, cet archipel si éloigné de la Métropole, depuis la prise de possession par la France en La question se posait tout spécialement pour les victimes du Devoir décédées en des temps où les dépouilles n'étaient pas, comme aujourd'hui, rapatriées : en l'absence de famille sur place, quel avait pu être leur sort et quelles mesures convenait-il éventuellement de prendre pour protéger les sépultures encore existantes? La démarche a conduit à examiner le cas de chacun des 43 militaires de la Gendarmerie dont les noms sont gravés dans le marbre du monument aux victimes du Devoir de la caserne de Gendarmerie Meunier à Nouméa, monument au pied duquel leur est rendu chaque année, au mois de février, un hommage solennel. Cet examen a abouti à un constat qui permettra de prendre les mesures conservatoires qui s'imposent A l'issue de ces recherches, une notice a été établie pour chacun d'eux, à laquelle on pourra utilement se reporter, à partir de la table alphabétique, pour connaître notamment les circonstances du décès. Ce résultat est le fruit des recherches menées par notre adhérent Henri Calhiol. Qu'il en soit ici bien vivement remercié. Le drapeau de l'unprg-nc lors d'une cérémonie à la mémoire de gendarmes victimes du Devoir unprg

6 On y découvrira que certaines de ces 43 victimes du Devoir ont perdu la vie dans des circonstances aussi accidentelles que dramatiques (dans 18 cas) : en manipulant une arme à feu (1 : Grevrand) ; dans des accidents de la circulation routière (6 : Beaulieu, Devin, Diemert, Grall, Noury et Waihaé, parfois au cours de missions spécifiques comme Beaulieu, Diemert et Waihaé ) ; dans un accident d'hélicoptère au cours d'une mission d'aide et d'assistance (4 : Duprat, Labarthe, Mouchel et Prat) ; dans l'explosion d'un immeuble en flammes (incendie criminel, en portant secours (1 : Comte) ; victime de la typhoïde à l'hôpital où il avait été transporté après blessures contractées en service (1 : Viaud) ; dans des naufrages en mer ou par noyade en rivière (5 : Bazelard, Bouron, Casset, Nasica et Pélissou). On ne manquera cependant pas d'être interpellé par le nombre élevé d'homicides volontaires qui ont visé certains autres (25 cas de ce type enregistrés, qu'il s'agisse de meurtres ou d'assassinats) : Bailly, Berne, Berthelon, Cabalé, Chaudouet, Dujardin, Emain, Fernandez, Galardon, Guthegeselle, Kerjouan, Lecomte, Leroy, Maréchal, Mathey, Morice, Moulié, Peyrard, Robert, Rolland, Sacau, Schmidt, Simonneau, Venturini et Zadawski. BILAN Il n'aura pas été inutile de se préoccuper de la question des sépultures de ceux qui ont été inhumés dans l'archipel, deux d'entre elles ayant déjà eu, en effet, à souffrir regrettablement des conséquences d'un oubli qui n'aurait pourtant jamais dû retomber sur leur sacrifice : - celles des deux premiers tués de l'histoire de la gendarmerie en Nouvelle-Calédonie, le MdL Bailly et le gendarme Venturini, assassinés lors d'un soulèvement indigène à Pouébo (Province Nord) en 1867 ; leurs sépultures ont fini par disparaître alors même que la promesse d'un monument officiel à leur mémoire n'a jamais été tenue. unprg

7 - celle du gendarme Viaud, mort en 1904 d'une maladie contractée à l'hôpital de Nouméa où il avait été admis pour blessures reçues en service commandé. En 1953, ses restes ont été jetés sans plus de ménagement à la fosse commune ; dans un discours officiel on avait pourtant - et en toute sincérité probablement - affirmé de manière solennelle, le jour de ses obsèques : """ Je suis sûr d'être l'interprète de tous en adressant à sa vieille mère nos compliments de condoléances et les témoignages de notre respectueuse sympathie et en lui donnant l'assurance que la tombe de son fils ne sera pas oubliée """ Insigne de bras actuel du commandement des forces de Gendarmerie pour la Nouvelle-Calédonie et les îles Wallis-et-Futuna Le travail conduit aura finalement permis de recenser et de localiser six autres tombes, qui concernent un total de 12 morts en service commandé : - au cimetière de Boulouparis, celle érigée au nom des 7 victimes du soulèvement indigène de 1878 ("la Grande Révolte") : le brigadier Simonneau les gendarmes Berthelon, Kerjouan et Schmidt assassinés à La Foa le 25 juin 1878 ainsi que le brigadier Guthegeselle les gendarmes Rolland et Peyrard assassinés à Boulouparis le 26 juin unprg

8 - au cimetière de Ouégoa, celle du brigadier Chaudouet, assassiné en 1902 ; - au cimetière de Koné, celle du lieutenant Mathey, assassiné en 1903; - au cimetière de Bourail, celle du MdL Sacau, assassiné en 1917 ; - au carré militaire du cimetière du 4 ème kilomètre de Nouméa, celle du gendarme Nasica, mort par noyade accidentelle en service commandé en 1945 ; - et enfin, devant le temple de la tribu de Hmelek (île de Lifou), celle de l'auxiliaire de Gendarmerie de 4 ème classe Waihaé, mort dans un accident de la circulation routière en service commandé en 1968, seul cas de défunt dont la famille est présente en Nouvelle-calédonie. Un dossier présente la photo de chacune d'elles. Chaque fois qu'une anomalie a été détectée relativement aux inscriptions portées sur le monument aux Morts de la caserne Meunier, la notice du défunt concerné l'indique. La tombe du maréchal-des logis Sacau, portant l'inscription "hommage de la population de Bourail" unprg

9 MESURES CONCRETES ARRETEES A partir de ce constat, l'unprg, section de Nouvelle-Calédonie, a décidé pour sa part : - de déposer dans les mois à venir, en présence du drapeau et d'une délégation, une plaque "In Memoriam" datée sur chacune de ces tombes, afin de signifier aux passants comme à l'autorité municipale l'attachement porté à cette sépulture par l'association et prévenir ainsi toute atteinte dommageable ; - puis, dans un second temps, de rechercher en Métropole les parents des 11 défunts localement sans famille pour les informer de cette mesure (le contact avec la famille de l'auxiliaire Waihaé, à Lifou, étant par ailleurs déjà assuré). Parallèlement, un exemplaire de ce recueil sera remis au commandant des forces de gendarmerie pour la Nouvelle-Calédonie et les îles Wallis-et-Futuna, à toutes fins utiles. Un autre exemplaire sera déposé aux Archives Territoriales. Les maires des communes concernées par l'une de ces sépultures recevront pour leur part l'extrait correspondant du recueil. Il est important que le nom, l'histoire et la dernière demeure de ces soldats de la Loi, qui ont perdu la vie dans l'exécution de leur mission de service public en Nouvelle-Calédonie, ne tombent pas dans l'oubli : cela relève du devoir de mémoire qui s'impose à tous et plus encore à ceux qui servent ou qui ont servi sous le même uniforme qu'eux. Les commémorations officielles sont indispensables ; les recherches menées ont montré cependant qu'elles pouvaient parfois ne pas suffire. Bernard Gaudel Président de l'u.n.p.r.g.-n.c. unprg

10 Dossier photographique Relatif aux six tombes de militaires de la Gendarmerie morts en service commandé recensées en Nouvelle-Calédonie : 1 - au cimetière de Boulouparis, celle érigée au nom des 7 victimes du soulèvement indigène de 1878 ("la Grande Révolte") : le brigadier Simonneau les gendarmes Berthelon, Kerjouan et Schmidt assassinés à La Foa le 25 juin 1878 ainsi que le brigadier Guthegeselle les gendarmes Rolland et Peyrard assassinés à Boulouparis le 26 juin au cimetière de Ouégoa, celle du brigadier Chaudouet, assassiné en 1902 ; 3 - au cimetière de Koné, celle du lieutenant Mathey, assassiné en 1903; 4 - au cimetière de Bourail, celle du MdL Sacau, assassiné en 1917 ; 5 - au carré militaire du cimetière du 4 ème kilomètre de Nouméa, celle du gendarme Nasica, mort par noyade accidentelle en service commandé en 1945 ; 6 - devant le temple de la tribu de Hmelek (île de Lifou), celle de l'auxiliaire de Gendarmerie de 4 ème classe Waihaé, mort dans un accident de la circulation routière en service commandé en 1968, seul cas de défunt dont la famille est présente en Nouvelle-calédonie. unprg

11 1 - Tombe collective des brigadiers Guthegeselle et Simonneau et des gendarmes Berthelon, Kerjouan, Peyrard et Rolland à Boulouparis unprg

12 2 - Tombe du brigadier Chaudouet à Ouégoa unprg

13 3 - Tombe du lieutenant Mathey à Koné unprg

14 4 - Tombe du MdL Sacau à Bourail unprg

15 5 - Tombe du gendarme Nasica à Nouméa (carré militaire - cimetière du 4 ème kilomètre) unprg

16 6 - Tombe de l'auxiliaire de gendarmerie de 4 ème classe Waihaé à Hmelek (île de Lifou) unprg

17 Notices individuelles des militaires de la Gendarmerie cités sur le monument aux Morts de la caserne Meunier à Nouméa (classées par ordre alphabétique) 1 - Bailly 2 - Bazelard 3 - Beaulieu 4 - Berne 5 - Berthelon 6 - Bouron 7 - Cabale 8 - Casset 9 - Chaudouet 10 - Comte 11 - Devin 12 - Diemert 13 - Dujardin 14 - Duprat 15 - Emain 16 - Fernandez 17 - Galardon 18 - Grall 19 - Grevrand 20 - Guthegeselle 21 - Kerjouan 22 - Labarthe 23 - Lecomte 24 - Leroy 25 - Maréchal 26 - Mathey 27 - Morice 28 - Mouchel 29 - Moulié 30 - Nasica 31 - Noury 32 - Pélissou 33 - Peyrard 34 - Prat 35 - Robert 36- Rolland 37 - Sacau 38 - Schmidt 39 - Simonneau 40 - Venturini 41 - Viaud 42 - Waihaé 43 - Zawadski unprg

18 1 - Maréchal-des-Logis BAILLY Alfred Assassinat BAILLY, (Alfre), maréchal-des-logis, chef du poste de Pouébo (Nouvelle-Calédonie). Lorsqu'en 1915 parut le premier volume du Livre d'or de la Gendarmerie, (créé par circulaire ministérielle du ), on y intégra les morts et actions d'éclat survenues depuis 1792 (période où la Maréchaussée devint Gendarmerie). Les premières mentions touchant à la Nouvelle-Calédonie concernèrent alors les gendarmes assassinés lors de la révolte canaque de (source : Service Historique de la Défense, département Gendarmerie, réponse en date du ) On oublia les noms de Bailly et Venturini, tués en Circonstances de la mort : Extrait du registre des sépultures de la mission de Pouébo : """L'an 1867 et le 6 octobre ont été horriblement assassinés ceux dont suivent les noms : BAILLY Alfred, âgé de 40 ans, maréchal-des-logis, commandant du poste, VENTURINI Etienne, âgé de 33 ans, gendarme, attaché au poste, DEMENE Pierre, âgé de 42 ans, propriétaire, cultivateur, DEMENE Louise, âgée de 7 ans, fille de DEMENE Pierre, et le lendemain 7 du même mois ont reçu les honneurs de la sépulture et ont été ensevelis dans le jardin du poste.""" (source : bulletin n 37, 4 ème Tr. 1978, Société d'etudes Historiques de Nouvelle-Calédonie, p.6) Comparaison avec le monument aux Morts de la Gendarmerie de la caserne Meunier : Bailly y est indiqué avec le grade de MDL/C alors qu'il était MDL (un grade différent à l'époque). Lorsqu'une plaque de marbre portant l'inscription "Morts au Champ d'honneur" fut inaugurée le 14 juillet 1902 à la "grande caserne de Nouméa" (actuelle caserne de gendarmerie Meunier), on y inscrivit les noms des gendarmes Bazelard et Casset, disparus en mer en 1900, précédés de ceux des sept militaires de la gendarmerie assassinés lors de la révolte de unprg

19 Curieusement (mais peut-être avait-on alors perdu le souvenir de l'évènement) on oublia ceux des deux premiers militaires de la Gendarmerie morts en service commandé en Nouvelle-Calédonie : Bailly et Venturini, assassinés lors de "l'affaire de Pouébo" en Le monument aux Morts actuel a fort heureusement réparé cet oubli. Sépulture : La sépulture collective initiale dans le jardin du poste de Gendarmerie de Pouébo a fini par disparaître, probablement pour cause de constructions immobilières dans ce secteur habité. Elle comportait trois tombes : une pour chaque gendarme et une pour le colon Déméné et sa fille réunis. Des recherches sont actuellement conduites, en liaison avec la brigade de Pouébo, pour localiser précisément le site de ce premier poste de gendarmerie et celui des sépultures. Un renseignement restant à vérifier indiquait récemment que les restes mortels de ces quatre victimes auraient pu avoir été déplacés "contre le côté droit de l'église de Pouébo", mais aucune trace n'est visible à cet endroit. Autres marques du souvenir : Sur une carte levée en 1867 après l'affaire et conservée aux Archives de l'evêché de Nouméa, on note l'existence d'une "pointe Bailly" à l'embouchure de la rivière de Pouébo. Devant l'émotion suscitée par ce massacre, le gouverneur Guillain, par décision gubernatoriale en date du 6 septembre 1869, prescrivait l'érection d'un monument funèbre à la mémoire du MdL Bailly et du gendarme Venturini. (J.Dauphiné, op. cit. p. 255) Ce monument aurait dû être érigé au lieu-dit Boïvou (aujourd'hui non identifiable), lieu de leur assassinat. Cette décision ne sera pas suivie d'effet et on ne peut manquer de s'interroger sur le nonrespect de cet engagement : peut-être les soucis générés localement par la guerre de 1870 contre les Prussiens qui éclatera peu après en Europe en sont-ils à l'origine? Selon J.Dauphiné, cette situation nouvelle aurait en effet entraîné un regroupement des troupes avec évacuation du poste militaire de Pouébo ; dès lors, l'intérêt de la colonisation européenne se serait détourné du Nord-est et donc de Pouébo pour se reporter sur la côte Ouest aux plaines propices à l'élevage. Et l'on oublia probablement alors le projet de monument à la mémoire des gendarmes assassinés. unprg

20 En 1983, une stèle a été érigée par les divers représentants des communautés kanak de Pouébo, au lieu-dit Ouvanou, en bordure de la route RPN3, à la mémoire des 10 indigènes guillotinés en 1868 "pour avoir défendu leur terre contre la spoliation coloniale du gouvernement Guillain". Un monument à la mémoire "des gendarmes et militaires victimes du devoir en Nouvelle- Calédonie" a été inauguré à Nouméa le 27 décembre 1991 (non loin du monument aux Morts des guerres de et 39-45, en bordure de l'avenue de la Victoire/Henri Lafleur). Le maire de Nouméa a précisé à cette occasion la volonté de la ville de Nouméa : " porter témoignage du sacrifice des gendarmes et des militaires qui ont largement contribué à faire de ce territoire ce qu'il est." Observations : 9 autres personnes périrent dans ce massacre et 14 autres furent blessées (familles de colons et serviteurs). Les 3 premiers gendarmes : le brigadier (il n'était pas encore MdL) Théodore Bailly et les gendarmes Gachet et Déchaux étaient arrivés à Pouébo le 1 er novembre 1863 avec une dizaine de chercheurs d'or par la Gazelle (les espoirs qu'avait fait naître une découverte d'or seront vite déçus et ces pionniers quitteront rapidement la région, remplacés par des colons). Le poste de Gendarmerie de Pouébo avait été installé dans trois cases sur le terrain de la mission. Il dépendait peut-être alors du chef du poste de Gendarmerie de l'ile des Pins (selon J.Dauphiné, op. cit.). Lors de leurs premières semaines d'installation, les gendarmes font achever la construction de ces trois cases et mettent en terre les graines potagères destinées au petit jardin que le gouverneur avait fait défricher lors de son dernier passage. C'est dans ce jardin que seront inhumées quatre des victimes du massacre. Premier foyer européen après Nouméa avec 50 puis 70 colons, la région de Pouébo fut marquée par de graves rivalités entre les gouverneurs successifs et les missionnaires, dont l'installation était antérieure à la prise de possession par la France, sur fond d'anticléricalisme exacerbé. Les corps des deux gendarmes furent retrouvés dans la rivière sur le lieu de leur assassinat, au pont du lieu-dit "Boïvou" (ou "Bouïvou"), aujourd'hui encore non précisément localisé. Ils avaient été attaqués vers 17 heures en revenant de rendre visite au colon Déméné à Boaïbat, plus au Sud. unprg

21 Les rebelles, capturés après une opération militaire d'envergure, comparaîtront devant le Tribunal Criminel de Nouméa qui prononcera le 8 mai 1868 (après 17 audiences) dix condamnations à mort et plusieurs peines de prison ou de travaux forcés ; le grand chef Napoléon Ouérabate sera quant à lui destitué et expulsé de la Colonie. Les dix condamnés à mort, dont les assassins des deux gendarmes, seront guillotinés le 18 mai 1868 près de Pouébo, où les bois de justice avaient été exceptionnellement transportés. Les corps seront jetés dans une fosse commune creusée près de l'échafaud. Le 4 novembre 1867, le poste de gendarmerie sera supprimé et remplacé finalement, un peu plus loin au bord et de l'autre côté de la rivière, par une construction militaire de type blockhaus avec une garnison plus étoffée. Le Moniteur de la Nouvelle-Calédonie devait relater le 25 octobre 1867 cet évènement en ces termes : """ Nous avons une sinistre nouvelle à annoncer ce mois-ci : dans la soirée du 6 de ce mois, les indigènes de la tribu de Poëbo ont assassiné le commandant de leur circonscription, le sieur Bailly, maréchal-des-logis de gendarmerie, un gendarme, un colon avec ses deux jeunes enfants et un indigène d'ouvéa. La femme du colon, Mme Déméné, blessée de deux coups de hache, s'est sauvée miraculeusement. "Les meurtriers ont ensuite attaqué l'établissement du capitaine Henry. Les Néo-Hébridais, au service de ce colon, ont défendu leur maître ; dans la lutte, le fils de M. Henry a reçu trois coups de casse-tête, qui heureusement ne mettent pas ses jours en danger. Trois indigènes des Nouvelles-Hébrides et un insulaire de Lifou ont été tués. Les magasins de plusieurs colons ont été pillés par les assassins. "La goëlette de l'etat la Calédonienne, emmenant le chef du service judiciaire et le capitaine d'état-major Bourgey, avec un détachement de vingt hommes, est partie d'ici le 20 octobre pour Poëbo. "Aujourd'hui, la frégate à voiles la Sibylle, qui se trouvait heureusement sur notre rade, part pour la même localité avec le gouverneur lui-même. "Dans quelques jours, les forces réunies à Poëbo se composeront de cent hommes, en y comprenant la compagnie de débarquement de la Sibylle, et ces atrocités recevront le châtiment qu'elles méritent. "Elles ont produit ici une sensation d'autant plus pénible que les dernières nouvelles de cette partie de l'île étaient meilleures : le même chef de poste qui vient d'être assassiné annonçait que les influences fâcheuses exercées par les ennemis de la colonisation semblaient diminuer. C'était le calme qui précédait la tempête.""" unprg

22 Une abondante bibliographie (accessible à Nouméa, à la bibliothèque Bernheim et au Centre Culturel Tjibaou) aborde ce massacre, ses causes et ses conséquences. On citera : - "L'affaire de Pouébo" in bulletin n 37 de la société d'études historiques de la Nouvellecalédonie, 4 ème tr ; - et plus récemment : "Pouébo, histoire d'une tribu canaque sous le Second Empire", de Joël Dauphiné, Ed. L'Harmattan Mais cette affaire occupe encore aujourd'hui les historiens : une conférence donnée par Bruno Coquelet, historien du droit, a abordé récemment à Nouméa le "procès de Pouébo". L'historien précise : """ les gens en parlent encore aujourd'hui. Et particulièrement à Pouébo, où une stèle a été dressée. Il a marqué les esprits pour le nombre des condamnations à mort, puisqu'il y en a eu au moins huit ou neuf, mais aussi pour le triste "spectacle" de la guillotine qu'on avait fait monter de Nouméa """ (Les Nouvelles Calédoniennes du ). Dans son ouvrage, J.Dauphiné indique que les gendarmes assassinés avaient chacun une concubine dont une concubine locale pour le MdL Bailly ; elle était enceinte de 6 mois au moment des faits et l'enfant portera les deux prénoms du père. Evoquant plus tard cette révolte, Jules Garnier écrira au sujet du MdL Bailly (qu'il avait connu brigadier) : """Le chef de poste, le brigadier Bailly, était un homme probe, doux, humain et relativement instruit ; il s'acquittait de la lourde tâche qui lui était incombée avec une conscience et une habileté supérieures """ ("La Nouvelle-Calédonie, côte orientale", Jules Garnier, nouvelle éd. Illustrée, Paris, 1901). unprg

23 2 - Gendarme BAZELARD Louis Disparu en mer au cours d'une mission Circonstances de la mort : BAZELARD, (Louis), gendarme à la résidence de Moindou (Nouvelle-Calédonie) Ordre n 12 de l'année 1900 du commandement de la Gendarmerie en Nouvelle-Calédonie: """Bazelard, Louis, âgé de 32 ans - Casset Henri, âgé de 29 ans Tous deux gendarmes à la résidence de Moindou, viennent de périr en mer au retour d'un service d'huissier qu'ils avaient exécuté aux îles Kundogui et Mara. Moins braves et moins zélés, ils eussent échappés à la mort en attendant une mer plus calme pour effectuer leur rentrée ; mais le gendarme en Calédonie n'a pas de ces raisonnements dictés par l'amour de soi-même, il sait que chaque minute est comptée et qu'il la doit aux innombrables travaux qui lui sont imposés. Bazelard et Casset se mettent donc en route. Une lame roule leur embarcation et ils disparaissent à jamais. Honneur à eux. Par la voie de l'ordre j'adresse un dernier adieu à ces victimes du devoir et je prends l'engagement de tout mettre en œuvre afin de perpétuer le souvenir du sacrifice qu'ils firent de leur vie pour l'accomplissement de leur devoir. Signé : Baumann""" Comparaison avec le monument aux Morts de la Gendarmerie de la caserne Meunier : Aucune erreur n'est notée. Sépulture : Péri et disparu en mer. Pas de sépulture. Autres marques du souvenir : Le commandement local, fidèle à sa promesse, lança une souscription en vue d'ériger un monument à la mémoire des gendarmes Bazelard et Casset mais par suite de l'insuffisance des sommes recueillies (compte-tenu de la faiblesse des effectifs concernés), ce projet fut abandonné et converti en une autre réalisation : une plaque de marbre portant l'inscription "Morts au Champ d'honneur" fut inaugurée à la "grande caserne de Nouméa" (actuelle caserne de gendarmerie Meunier) le 14 juillet On y inscrivit les noms de Bazelard et Casset, précédés de ceux des sept militaires de la gendarmerie assassinés lors de la révolte de Curieusement (mais peut-être avait-on alors perdu le souvenir de l'évènement) on oublia ceux des deux premiers militaires de la Gendarmerie morts en service commandé en Nouvelle-Calédonie : Bailly et Venturini, assassinés lors de "l'affaire de Pouébo" en Le monument aux Morts actuel a fort heureusement réparé cet oubli. unprg

24 Les habitants de Moindou parlent encore aujourd'hui de "l'île aux gendarmes" pour désigner ce secteur. Un monument à la mémoire "des gendarmes et militaires victimes du devoir en Nouvelle- Calédonie" a été inauguré à Nouméa le 27 décembre 1991 (non loin du monument aux Morts des guerres de et 39-45, en bordure de l'avenue de la Victoire/Henri Lafleur). Le maire de Nouméa a précisé à cette occasion la volonté de la ville de Nouméa : " porter témoignage du sacrifice des gendarmes et des militaires qui ont largement contribué à faire de ce territoire ce qu'il est." Observations : Le gendarme Casset a disparu dans le même naufrage, survenu le 26 janvier Il existe au large de Moindou des îlots dénommés Cotogi et Mara. unprg

25 3 - Gendarme BEAULIEU Thierry Accident de la circulation routière en patrouille de nuit Circonstances de la mort : Livre d'or 1989 (partie : liste des morts victimes du devoir) BEAULIEU, Thierry, gendarme, commandement des forces de gendarmerie en Nouvelle- Calédonie et dépendances. """A trouvé la mort le 1 er janvier 1989, dans un accident de la circulation survenu en service.""" Comparaison avec le monument aux Morts de la Gendarmerie de la caserne Meunier : Aucune erreur n'est notée. Sépulture : Pas de sépulture en Nouvelle-Calédonie Autres marques du souvenir : Un monument à la mémoire "des gendarmes et militaires victimes du devoir en Nouvelle- Calédonie" a été inauguré à Nouméa le 27 décembre 1991 (non loin du monument aux Morts des guerres de et 39-45, en bordure de l'avenue de la Victoire/Henri Lafleur). Le maire de Nouméa a précisé à cette occasion la volonté de la ville de Nouméa : " porter témoignage du sacrifice des gendarmes et des militaires qui ont largement contribué à faire de ce territoire ce qu'il est." Observations : Au cours d'une patrouille de surveillance nocturne, la voiture de service dérape sur la piste mouillée de Ouano ; le gendarme Beaulieu, de la brigade de La Foa, passager du véhicule, est tué dans dans l'accident. (Les Nouvelles Calédoniennes du ) unprg

26 4 - Adjudant BERNE Gérard Homicide volontaire Circonstances de la mort : Livre d'or 1987 (partie : actions d'éclat) BERNE (Gérard), Dépendances. adjudant, du groupement de gendarmerie de Nouvelle-Calédonie et """Excellent commandant de peloton, particulièrement dévoué, courageux et résolu, animé d'un sens élevé du devoir. Le 30 septembre 1987, à Tiaoué, commune de Koné (Nouvelle-Calédonie), alors qu'il procédait, dans le cadre d'une opération de police judiciaire, au contrôle de l'auteur présumé du meurtre d'un gendarme, a été mortellement blessé par arme à feu par des individus non identifiés. A donné l'exemple d'une abnégation absolue dans l'accomplissement de sa mission.""" A obtenu pour ce fait : - la médaille de la gendarmerie nationale, par décision n 19 du ministre de la Défense, en date du 1 er octobre 1987 ; - la médaille militaire, par décret du 30 octobre 1987 (avec effet du 1 er octobre1987) ; - par ailleurs, ce sous-officier a été promu, à titre exceptionnel, au grade d'adjudant-chef, à compter du 30 septembre Comparaison avec le monument aux Morts de la Gendarmerie de la caserne Meunier : Aucune erreur n'est notée. Sépulture : Pas de sépulture en Nouvelle-Calédonie. Autres marques du souvenir : Cité sur le monument érigé devant la mairie de Dumbéa "en hommage aux gendarmes d'ouvéa et à tous leurs frères d'armes tombés pour la défense de la paix et du droit en Nouvelle-Calédonie" qui rappelle les noms des 11 militaires de la gendarmerie qui ont trouvé la mort lors des Evènements de 1983 à 1988 (Dujardin, Leroy, Moulié, Zawadski, Galardon, Morice, Comte, Lecomte, Maréchal, Berne, Robert). Un monument à la mémoire "des gendarmes et militaires victimes du devoir en Nouvelle- Calédonie" a été inauguré à Nouméa le 27 décembre 1991 (non loin du monument aux Morts des guerres de et 39-45, en bordure de l'avenue de la Victoire/Henri Lafleur). Le maire de Nouméa a précisé à cette occasion la volonté de sa ville : " porter témoignage du sacrifice des gendarmes et des militaires qui ont largement contribué à faire de ce territoire ce qu'il est." unprg

27 Observations : C'est dans le cadre des recherches du meurtrier du gendarme Maréchal, tué le 28 avril de la même année, que l'adjudant Berne et le gendarme Robert perdront à leur tour la vie. Cette affaire s'inscrit dans la période des troubles qui ont secoué la Nouvelle-Calédonie dans les années quatre-vingt et que l'histoire a retenus sous le qualificatif pudique d'"evènements". Pour favoriser un retour à la paix civile, deux lois d'amnistie en 1988 et en 1990, couvrant jusqu'aux crimes de sang, seront promulguées non sans susciter une certaine émotion. unprg

28 5 - Gendarme BERTHELON Jean Assassinat Circonstances de la mort : BERTHELON, (Jean), gendarme à la brigade de La Foa (Nouvelle-Calédonie) Ordres de l'année 1878 du commandement de la Gendarmerie en Nouvelle-Calédonie : """Le 25 juin 1878 éclatait subitement en Nouvelle-Calédonie une révolte canaque à la suite des évènements suivants : Le 19 juin, dans un centre européen à 25 kilomètres de Boulouparis un assassinat fut commis par des canaques sur la personne d'un français transporté libéré, d'une femme indigène et de leur enfant : les assassins étaient, paraît-il, de la tribu de Dogny. La Gendarmerie de La Foa et de Boulouparis, à proximité du lieu du crime mirent en état d'arrestation plusieurs chefs des tribus voisines, jusqu'à ce que les coupables fussent livré. Les recherches judiciaires continuaient lorsque dans la nuit du 24 au 25 juin la brigade de Gendarmerie de La Foa composée du brigadier Simonneau Eugène, des gendarmes Kerjouan Julien, Schmidt Jean et Berthelon Jean Marie fut surprise et massacrée par les canaques révoltés. Ce fut le signal de l'insurrection. On vit alors des hordes sauvages parcourant les centres d'uaraï, Boulouparis, La Foa, semant sur leurs passages le pillage, l'incendie et le meurtre. Des atrocités sans nombre furent commises, les femmes, les enfants ne trouvaient même pas grâce auprès des assassins, leurs cadavres étaient violés, mutilés puis livrés aux flammes. Des colonnes volantes composées de gendarmes, de marins et de soldats d'infanterie de Marine furent organisées de tous les côtés pour venir au secours des colons. Le 26, l'une d'elles commandée par le Lieutenant de Gendarmerie Schenk quittait Bouraké à la pointe du jour avec l'ordre de se porter sur Boulouparis. Au moment de son arrivée dans cette localité, vers midi, un carnage épouvantable prenait fin. Une heure avant, trois cents canaques avaient cerné le poste de la Gendarmerie et massacré le brigadier Guthegeselle Georges, Léopold, les gendarmes Rolland Marius-Elisée et Peyrard Joseph Henri, le surveillant des lignes télégraphiques ainsi que le gérant des Postes et Télégraphes. Leurs cadavres retrouvés près de leur habitation incendiée portaient des blessures sans nombre faites à coups de hache et de casse-tête, mais toutes ces blessures reçues de face prouvaient que les victimes avaient vendu chèrement leur vie.""" Comparaison avec le monument aux Morts de la Gendarmerie de la caserne Meunier : Aucune erreur n'est notée. Sépulture : Une tombe indiquant son nom et celui des six autres militaires de la Gendarmerie assassinés, se trouve au cimetière de Boulouparis (voir dossier photographique). unprg

29 Autres marques du souvenir : Un monument à la mémoire "des gendarmes et militaires victimes du devoir en Nouvelle- Calédonie" a été inauguré à Nouméa le 27 décembre 1991 (non loin du monument aux Morts des guerres de et 39-45, en bordure de l'avenue de la Victoire/Henri Lafleur). Le maire de Nouméa a précisé à cette occasion la volonté de sa ville : " porter témoignage du sacrifice des gendarmes et des militaires qui ont largement contribué à faire de ce territoire ce qu'il est." Observations : L'évènement s'inscrit dans un épisode tristement célèbre de l'histoire de la Nouvelle- Calédonie : la grande révolte de 1878, conduite par Ataï grand chef de Komalé, qui a donné lieu à une très abondante bibliographie consultable, à Nouméa, à la bibliothèque Bernheim ainsi qu'au centre culturel Tjibaou, dont l'ouvrage de Claude Cornet, paru en 2000 aux éditions La Boudeuse sous le titre "La grande révolte ". Selon l'historien Bernard Brou, ce soulèvement aurait fait au total près de 1200 morts (dont environ 200 du côté européen et 1000 du côté autochtone). Quatre militaires de la gendarmerie furent assasinés à La Foa dans la nuit du 24 au 25 juin (Simonneau, Kerjouan, Schmidt et Berthelon) et trois à Boulouparis le 26 juin (Guthegeselle, Rolland et Peyrard). L'attaque de la Gendarmerie de La Foa fut le signal de cette insurrection. Cyr-Louis Tellier, ancien gendarme installé comme colon à Boulouparis, fut également assassiné ainsi que ses trois enfants en cette même journée du 26 juin. Cette révolte sanglante, la plus grande qu'ait connue la Nouvelle-Calédonie, a profondément marqué jusqu'à nos jours les colons et leurs descendants sur plusieurs générations, tout comme le monde mélanésien. Un document d'archive détenu à l'état-major de la Gendarmerie à Nouméa indique : """Combats - Campagnes A la Nouvelle-Calédonie (en guerre) Du 25 juin 1878 au 12 mars 1879 Décision de M. le Ministre de la Marine, en date du 9 juin journal officiel de la Marine, année 1879 vol. 32, 1 er semestre, page 1133""" Cette décision mériterait examen afin d'établir si elle a pu concerner également les gendarmes en service en Nouvelle-Calédonie durant la période considérée et donc ceux assassinés à La Foa et à Boulouparis au cours de la révolte de unprg

30 6 - Gendarme BOURON Pierre Noyade accidentelle en rivière au cours d'une mission Circonstances de la mort : Livre d'or 1986 (partie : liste des morts victimes du devoir) BOURON (Pierre), gendarme, légion de gendarmerie du Limousin. """Le 23 mai 1986, en mission de reconnaissance à Koné (Nouvelle-Calédonie), s'est noyé accidentellement lors de la traversée d'un cours d'eau, grossi d'un fort courant.""" Comparaison avec le monument aux Morts de la Gendarmerie de la caserne Meunier : Le patronyme y est orthographié BOURRON au lieu de BOURON dans le Livre d'or. La stèle du monument aux Morts indique Touho comme lieu du décès alors que le Livre d'or indique Koné. Sépulture : Pas de sépulture en Nouvelle-Calédonie. Autres marques du souvenir : Un monument à la mémoire "des gendarmes et militaires victimes du devoir en Nouvelle- Calédonie" a été inauguré à Nouméa le 27 décembre 1991 (non loin du monument aux Morts des guerres de et 39-45, en bordure de l'avenue de la Victoire/Henri Lafleur). Le maire de Nouméa a précisé à cette occasion la volonté de sa ville : " porter témoignage du sacrifice des gendarmes et des militaires qui ont largement contribué à faire de ce territoire ce qu'il est." Observations : Néant. unprg

31 7 - Maréchal-des-Logis Chef CABALE Frantz Assassinat Circonstances de la mort : Livre d'or 1980 (partie : actions d'éclat) CABALE, (Frantz), maréchal-des-logis chef, de la légion de gendarmerie de Nouvelle- Calédonie et Dépendances. """Excellent gradé animé d'un sens élevé du devoir. Le 26 novembre 1980, à Kaala-Gomen (Nouvelle-Calédonie), a été mortellement blessé par balle par une personne impliquée dans une affaire judiciaire. A donné l'exemple d'une abnégation absolue dans l'exercice de son métier.""" A obtenu pour ce fait, à titre posthume : - la médaille de la gendarmerie nationale, par décision n 4 du ministre de la Défense, en date du 16 février 1981 ; Par ailleurs, ce sous-officier a été promu, à titre exceptionnel, au grade d'adjudant à compter du 26 novembre Comparaison avec le monument aux Morts de la Gendarmerie de la caserne Meunier : Le monument indique : Gomen alors que le Livre d'or précise : Kaala-Gomen. Sépulture : Pas de sépulture en Nouvelle-Calédonie. Autres marques du souvenir : Un monument à la mémoire "des gendarmes et militaires victimes du devoir en Nouvelle- Calédonie" a été inauguré à Nouméa le 27 décembre 1991 (non loin du monument aux Morts des guerres de et 39-45, en bordure de l'avenue de la Victoire/Henri Lafleur). Le maire de Nouméa a précisé à cette occasion la volonté de sa ville : " porter témoignage du sacrifice des gendarmes et des militaires qui ont largement contribué à faire de ce territoire ce qu'il est." Observations : Le cas de ce militaire a dû poser problème en son temps : - on observe que son nom est absent de 3 états successifs des morts victimes du Devoir archivés au commandement de la Gendarmerie à Nouméa ; - dans "Les Nouvelles Calédoniennes" du 27 décembre1980 (soit un mois après l'assassinat), on pouvait lire : unprg

32 """ Lors de la Ste Geneviève, le colonel Michels n'évoque pas ("curieusement", note le journaliste) le nom du chef Cabalé parmi les morts en service "sans doute parce que celui-ci n'était pas au moment de sa mort en service mais en civil """ ; - l'assassinat du MdL-Chef cabalé est évoqué par Jean Guiart dans son ouvrage " La terre est le sang des morts", paru aux éditions Anthropos en1983, p. 257 comme une affaire mystérieuse qu'il rapproche de l'assassinat de Pierre Declercq, secrétaire général de l'u.c., survenu le 19 septembre 1981, et commis dans des conditions similaires (coup de feu tiré de l'extérieur au travers d'une fenêtre) ; - on remarque enfin que la médaille de la Gendarmerie ne lui a été décernée que presque trois mois après l'assassinat, comme si le cas avait nécessité un long examen avant d'être finalement reconnu comme mort en service commandé. unprg

33 8 - Gendarme CASSET Henri Disparu en mer au cours d'une mission Circonstances de la mort : CASSET, (Henri), gendarme à la résidence de Moindou (Nouvelle-Calédonie) Ordre n 12 de l'année 1900 du commandement de la Gendarmerie en Nouvelle-Calédonie: """Bazelard, Louis, âgé de 32 ans - Casset Henri, âgé de 29 ans Tous deux gendarmes à la résidence de Moindou, viennent de périr en mer au retour d'un service d'huissier qu'ils avaient exécuté aux îles Kundogui et Mara. Moins braves et moins zélés, ils eussent échappés à la mort en attendant une mer plus calme pour effectuer leur rentrée ; mais le gendarme en Calédonie n'a pas de ces raisonnements dictés par l'amour de soi-même, il sait que chaque minute est comptée et qu'il la doit aux innombrables travaux qui lui sont imposés. Bazelard et Casset se mettent donc en route. Une lame roule leur embarcation et ils disparaissent à jamais. Honneur à eux. Par la voie de l'ordre j'adresse un dernier adieu à ces victimes du devoir et je prends l'engagement de tout mettre en œuvre afin de perpétuer le souvenir du sacrifice qu'ils firent de leur vie pour l'accomplissement de leur devoir. Signé : Baumann""" Comparaison avec le monument aux Morts de la Gendarmerie de la caserne Meunier : Aucune erreur n'est notée. Sépulture : Péri et disparu en mer. Pas de sépulture. Autres marques du souvenir : Le commandement local, fidèle à sa promesse, lança une souscription en vue d'ériger un monument à la mémoire des gendarmes Bazelard et Casset mais par suite de l'insuffisance des sommes recueillies (compte-tenu de la faiblesse des effectifs concernés), ce projet fut abandonné et converti en une autre réalisation : une plaque de marbre portant l'inscription "Morts au Champ d'honneur" fut inaugurée à la "grande caserne de Nouméa" (actuelle caserne de gendarmerie Meunier) le 14 juillet On y inscrivit les noms de Bazelard et Casset, précédés de ceux des sept militaires de la gendarmerie assassinés lors de la révolte de Curieusement (mais peut-être avait-on alors perdu le souvenir de l'évènement) on oublia ceux des deux premiers militaires de la Gendarmerie morts en service commandé en Nouvelle-Calédonie : Bailly et Venturini, assassinés lors de "l'affaire de Pouébo" en Le monument aux Morts actuel a fort heureusement réparé cet oubli. unprg

34 Les habitants de Moindou parlent encore aujourd'hui de "l'île aux gendarmes" pour désigner ce site. Un monument à la mémoire "des gendarmes et militaires victimes du devoir en Nouvelle- Calédonie" a été inauguré à Nouméa le 27 décembre 1991 (non loin du monument aux Morts des guerres de et 39-45, en bordure de l'avenue de la Victoire/Henri Lafleur). Le maire de Nouméa a précisé à cette occasion la volonté de sa ville : " porter témoignage du sacrifice des gendarmes et des militaires qui ont largement contribué à faire de ce territoire ce qu'il est." Observations : Le gendarme Bazelard a disparu dans le même naufrage, survenu le 26 janvier Il existe au large de Moindou les îlots Cotogi et Mara. unprg

35 9 - Brigadier CHAUDOUET Assassinat Circonstances de la mort : CHAUDOUET, brigadier, de l'unité de Gendarmerie de Ouégoa Ordre n 12 de l'année 1902 du commandement de la Gendarmerie de Nouvelle-Calédonie, mois d'août : """Le commandant a la douleur de porter à la connaissance des militaires de la compagnie la mort du brigadier Chaudouet tombé le 14 courant sous le couteau d'un élément pénal. Il était 8 heures du soir quand se présentait à la caserne de Ouégoa le libéré Ferhat Ben Sadi. Il venait soi-disant pour dénoncer un meurtre commis par un de ses coreligionnaires. Le brigadier s'avançait pour lui demander des explications mais à peine avait-il fait quelques pas qu'il s'affaissait frappé d'un violent coup de couteau au bas-ventre. Chaudouet expirait 48 heures après des suites d'une péritonite foudroyante provoquée par la perforation des intestins. Honneur à ce vaillant tombé victime de ses devoirs. Tous ceux qui l'ont connu ont apprécié ce serviteur modèle. Par son caractère énergique et loyal, par sa franchise toute militaire, par son dévouement infatigable, il avait su conquérir l'estime de ses chefs et l'affection de ses camarades et de ses subordonnés. C'était le type du véritable soldat qui ne connaissait qu'une devise : Honneur et Patrie".""" Comparaison avec le monument aux Morts de la Gendarmerie de la caserne Meunier : Le grade est erroné : Chaudouet était brigadier (BRG) et non maréchal-des-logis chef (MDL/C). La date portée est celle des faits : 14 août et non celle du décès survenu 48 heures après, donc le 16. Sépulture : Sa tombe se trouve au cimetière de Ouégoa où elle est entretenue par la brigade (voir dossier photographique). L'inscription précise : "brigadier de gendarmerie assassiné en service commandé". Autres marques du souvenir : Un monument à la mémoire "des gendarmes et militaires victimes du devoir en Nouvelle- Calédonie" a été inauguré à Nouméa le 27 décembre 1991 (non loin du monument aux Morts des guerres de et 39-45, en bordure de l'avenue de la Victoire/Henri Lafleur). Le maire de Nouméa a précisé à cette occasion la volonté de sa ville : " porter témoignage du sacrifice des gendarmes et des militaires qui ont largement contribué à faire de ce territoire ce qu'il est." unprg

36 Observations : On peut lire dans le Bulletin du Commerce n 178 du 23 août 1902, sous le titre "Choses de Calédonie" un article qui se plaint de l'insécurité liée à la population pénale libérée : " puis à Ouégoa Fehat Ben Sandi blesse grièvement une femme, tue son coreligionnaire Théodor ben Yamina et va ensuite éventrer le malheureux et fidèle serviteur brigadier de Gendarmerie Chaudouet " unprg

37 10 - Gendarme COMTE Philippe Mort dans une explosion en portant secours Circonstances de la mort : Livre d'or 1984 (partie : actions d'éclat) COMTE, (Philippe), de la légion de gendarmerie de Midi-Pyrénées. """Gendarme courageux et animé d'un sens élevé du devoir. Le 16 décembre 1984, à Bourail (Nouvelle-Calédonie), en intervenant d'initiative sur les lieux d'un incendie pour porter assistance à des personnes civiles, en danger de mort, a été grièvement brûlé par l'explosion de bouteilles de gaz. Est décédé trois jours plus tard des suites de ses blessures. A fait preuve en la circonstance, outre d'un remarquable sang-froid, d'une totale abnégation dans l'accomplissement de ses devoirs de citoyen et de militaire de la gendarmerie.""" A obtenu pour ce fait, à titre posthume : - la médaille de la gendarmerie nationale, par décision n 2 du ministre de la Défense, en date du 4 mars 1985 ; - la médaille militaire par décret du 30 avril 1985 (avec effet du 19 décembre 1984). Comparaison avec le monument aux Morts de la Gendarmerie de la caserne Meunier : Le monument indique la date et le lieu du décès : à NOUMEA (où il avait été hospitalisé après l'explosion) et non celles du drame. Sépulture : Pas de sépulture en Nouvelle-Calédonie Autres marques de souvenir : Cité sur le monument érigé devant la mairie de Dumbéa "en hommage aux gendarmes d'ouvéa et à tous leurs frères d'armes tombés pour la défense de la paix et du droit en Nouvelle-Calédonie" qui énonce les noms des 11 militaires de la gendarmerie qui ont trouvé la mort lors des Evènements de 1983 à 1988 (Dujardin, Leroy, Moulié, Zawadski, Galardon, Morice, Comte, Lecomte, Maréchal, Berne, Robert). Un monument à la mémoire "des gendarmes et militaires victimes du devoir en Nouvelle- Calédonie" a été inauguré à Nouméa le 27 décembre 1991 (non loin du monument aux Morts des guerres de et 39-45, en bordure de l'avenue de la Victoire/Henri Lafleur). Le maire de Nouméa a précisé à cette occasion la volonté de sa ville : " porter témoignage du sacrifice des gendarmes et des militaires qui ont largement contribué à faire de ce territoire ce qu'il est." Observations : Comme cinq autres personnes, le gendarme Comte, âgé de 26 ans, avait été très gravement brûlé dans cette explosion. unprg

38 Cette affaire s'inscrit dans la période des troubles qui ont secoué la Nouvelle-Calédonie dans les années quatre-vingt et que l'histoire a retenus sous le qualificatif pudique d'"evènements". Après retour à la paix civile, deux lois d'amnistie en 1988 et en 1990, couvrant jusqu'aux crimes de sang, seront promulguées non sans susciter une certaine émotion. L'incendie du magasin de commerce Courtot à Bourail, survenu vers 22 H 45, était d'origine criminelle ; quelques instants auparavant un attentat à l'explosif avait abattu un poteau électrique, plongeant l'agglomération dans le noir. Quatre personnes seront arrêtées à Azareu et inculpées d'incendie volontaire et de destruction par explosif. (Les Nouvelles Calédoniennes des 18 et ) unprg

39 11 - Gendarme DEVIN Thierry Accident de la circulation routière Circonstances de la mort : Livre d'or 1989 (partie : liste des morts victimes du devoir) DEVIN, Thierry, gendarme, légion de Gendarmerie de Bretagne. """A trouvé la mort au cours d'une mission le 7 septembre 1989, dans un accident de la circulation survenu en service.""" Comparaison avec le monument aux Morts de la Gendarmerie de la caserne Meunier : Aucune erreur n'est notée. Sépulture : Pas de sépulture en Nouvelle-Calédonie. Autres marques du souvenir : Un monument à la mémoire "des gendarmes et militaires victimes du devoir en Nouvelle- Calédonie" a été inauguré à Nouméa le 27 décembre 1991 (non loin du monument aux Morts des guerres de et 39-45, en bordure de l'avenue de la Victoire/Henri Lafleur). Le maire de Nouméa a précisé à cette occasion la volonté de sa ville : " porter témoignage du sacrifice des gendarmes et des militaires qui ont largement contribué à faire de ce territoire ce qu'il est." Observations : Aucune trace de cet accident n'a été trouvée dans Les Nouvelles Calédoniennes pour la période considérée. unprg

40 12 - Gendarme DIEMERT Daniel Accident de la circulation en luttant contre un incendie Circonstances de la mort : Livre d'or 1979 (partie : liste des morts victimes du devoir) DIEMERT, (Daniel), Groupement de Gendarmerie de Nouvelle-Calédonie et Dépendances. """Est décédé, le 27 octobre 1979, des suites d'un accident de la circulation survenu en service.""" Comparaison avec le monument aux Morts de la Gendarmerie de la caserne Meunier : Aucune erreur n'est constatée. Sépulture : Pas de sépulture en Nouvelle-Calédonie.. Autres marques du souvenir : Un monument à la mémoire "des gendarmes et militaires victimes du devoir en Nouvelle- Calédonie" a été inauguré à Nouméa le 27 décembre 1991 (non loin du monument aux Morts des guerres de et 39-45, en bordure de l'avenue de la Victoire/Henri Lafleur). Le maire de Nouméa a précisé à cette occasion la volonté de sa ville : " porter témoignage du sacrifice des gendarmes et des militaires qui ont largement contribué à faire de ce territoire ce qu'il est." Observations : Le gendarme Diemert a été écrasé par le camion-citerne militaire dans lequel il avait pris place comme passager dans le cadre d'un opération de lutte contre un feu de brousse sur l'ile des Pins, après qu'il eût versé dans un ravin. Il est décédé au cours de son évacuation par hélicoptère. Agé de 30 ans, il était marié et père d'un enfant. (Les Nouvelles Calédoniennes du ) unprg

41 13 - Gendarme DUJARDIN Edmond Homicide volontaire Circonstances de la mort : Livre d'or 1988 (partie : actions d'éclat) DUJARDIN, (Edmond), gendarme, du groupement de gendarmerie de Nouvelle-Calédonie et dépendances. """Excellent gendarme dévoué, courageux et animé d'un sens élevé du devoir. Le 22 avril 1988, à Fayaoué-Ouvéa (Nouvelle-Calédonie), a été mortellement blessé au cours d'une agression perpétrée par des individus qui investissaient la brigade. A fait preuve d'une abnégation absolue dans l'accomplissement de sa mission.""" A obtenu pour ce fait : - la médaille de la Gendarmerie nationale, par décision n 9 du ministre de la Défense, en date du 7 mai 1988 ; - la médaille militaire, par décret du 22 juin 1988 (avec effet du 27 avril 1988) ; Comparaison avec le monument aux Morts de la Gendarmerie de la caserne Meunier : Le monument indique : Ouvéa ; le Livre d'or précise : Fayaoué-Ouvéa. Sépulture : Pas de sépulture en Nouvelle-Calédonie. Autres marques du souvenir : Cité sur le monument érigé devant la mairie de Dumbéa (place des gendarmes d'ouvéa) "en hommage aux gendarmes d'ouvéa et à tous leurs frères d'armes tombés pour la défense de la paix et du droit en Nouvelle-Calédonie" qui énonce les noms des 11 militaires de la gendarmerie qui ont trouvé la mort lors des Evènements de 1983 à 1988 (Dujardin, Leroy, Moulié, Zawadski, Galardon, Morice, Comte, Lecomte, Maréchal, Berne, Robert). Une stèle à la brigade de gendarmerie de Fayaoué (Ouvéa), au pied du mât des couleurs, porte les noms de Dujardin, Leroy, Moulié et Zawadski et la mention "morts pour la France" Autres marques du souvenir : Peu après ce drame, une association intitulée "Comité du 22 avril à la mémoire des gendarmes d'ouvéa" a vu le jour ; initialement axée sur la défense des droits des gendarmes tués à Fayaoué, elle a étendu depuis son action à tous les militaires tués ou blessés en service commandé et à leurs familles ainsi qu'aux retraités et entretient le souvenir des sacrifices consentis. Un monument à la mémoire "des gendarmes et militaires victimes du devoir en Nouvelle- Calédonie" a été inauguré à Nouméa le 27 décembre 1991 (non loin du monument aux unprg

42 Morts des guerres de et 39-45, en bordure de l'avenue de la Victoire/Henri Lafleur). Le maire de Nouméa a précisé à cette occasion la volonté de sa ville : " porter témoignage du sacrifice des gendarmes et des militaires qui ont largement contribué à faire de ce territoire ce qu'il est." Observations : Cette affaire s'inscrit dans la période des troubles qui ont secoué la Nouvelle-Calédonie dans les années quatre-vingt et que l'histoire a retenus sous le qualificatif pudique d'"evènements". Après retour à la paix civile, deux lois d'amnistie en 1988 et en 1990, couvrant jusqu'aux crimes de sang, seront promulguées non sans susciter une certaine émotion. Quatre militaires de la Gendarmerie seront tués dans cette attaque de la brigade de Fayaoué : Dujardin, Leroy, Moulié et Zawadski. "L'affaire d'ouvéa" a donné lieu à une très abondante bibliographie, accessible à la bibliothèque Bernheim et au centre culturel Tjibaou à Nouméa. Le dernier ouvrage en date, une analyse juridique intitulée "L'assaut de la grotte d'ouvéa", de Cédric Michalski, a été publiée aux éditions L'Harmattan en unprg

43 14 - Capitaine DUPRAT Franck Accident d'hélicoptère au cours d'une mission d'aide et d'assistance Circonstances de la mort : Livre d'or 1984 (partie : liste des morts victimes du devoir) DUPRAT, (Franck), capitaine, groupement de gendarmerie de Nouvelle-calédonie """Le 1 er octobre 1984, au cours d'une mission d'aide et d'assistance dans la vallée de Coula à Houaïlou (Nouvelle-Calédonie), a trouvé la mort dans un accident d'hélicoptère.""" Comparaison avec le monument aux Morts de la Gendarmerie de la caserne Meunier : Aucune erreur n'est notée. Sépulture : Pas de sépulture en Nouvelle-Calédonie. Autres marques du souvenir : Un monument à la mémoire "des gendarmes et militaires victimes du devoir en Nouvelle- Calédonie" a été inauguré à Nouméa le 27 décembre 1991 (non loin du monument aux Morts des guerres de et 39-45, en bordure de l'avenue de la Victoire/Henri Lafleur). Le maire de Nouméa a précisé à cette occasion la volonté de sa ville : " porter témoignage du sacrifice des gendarmes et des militaires qui ont largement contribué à faire de ce territoire ce qu'il est." Observations : Quatre militaires de la gendarmerie ont trouvé la mort dans cet accident d'hélicoptère : Duprat, Labarthe, Prat et Mouchel. unprg

44 15 - Gendarme EMAIN Paul Homicide volontaire Circonstances de la mort : Livre d'or 1978 (partie : actions d'éclat) EMAIN, (Paul), gendarme, du Groupement de Gendarmerie de Nouvelle-Calédonie et Dépendances. """Gendarme d'un dévouement absolu et d'un sens élevé du devoir. Le 21 mars 1978, à Hienghène (Nouvelle-Calédonie), a été mortellement blessé d'un coup de feu tiré par un braconnier qu'il venait d'interpeller. A fait preuve de la plus grande abnégation et d'un mépris total du danger.""" A obtenu pour ce fait, à titre posthume : - la médaille de la gendarmerie nationale, par arrêté du 31 mai Comparaison avec le monument aux Morts de la Gendarmerie de la caserne Meunier : Aucune erreur n'est notée. Sépulture : Pas de sépulture en Nouvelle-Calédonie. Autres marques du souvenir : Un monument à la mémoire "des gendarmes et militaires victimes du devoir en Nouvelle- Calédonie" a été inauguré à Nouméa le 27 décembre 1991 (non loin du monument aux Morts des guerres de et 39-45, en bordure de l'avenue de la Victoire/Henri Lafleur). Le maire de Nouméa a précisé à cette occasion la volonté de sa ville : " porter témoignage du sacrifice des gendarmes et des militaires qui ont largement contribué à faire de ce territoire ce qu'il est." Observations : Néant. unprg

45 Circonstances de la mort : Livre d'or 1992 (partie : actions d'éclat) 16 - Gendarme FERNANDEZ Thierry Assassinat FERNANDEZ (Thierry), gendarme, du commandement des forces de gendarmerie pour la Nouvelle-Calédonie et les îles Wallis-et-Futuna. """Excellent gendarme dévoué, courageux et animé par une haute idée de sa fonction. Le 22 juillet 1992, à 21 h 30, à Canala (Nouvelle-Calédonie) a été mortellement blessé par un individu armé d'un fusil de chasse qui l'attendait à proximité de son domicile. Par son mépris du danger a donné un bel exemple d'abnégation absolue dans l'accomplissement de son devoir.""" A obtenu pour ce fait : - la médaille de la gendarmerie nationale, par décision n 34 du ministre de la défense, en date du 31 juillet 1992 ; - la médaille militaire, avec effet du 21 septembre 1992 ; Par ailleurs ce sous-officier a été promu, à titre exceptionnel, au grade de major, à compter du 22 juillet Comparaison avec le monument aux Morts de la Gendarmerie de la caserne Meunier : Aucune erreur n'est notée. Sépulture : Pas de sépulture en Nouvelle-Calédonie. Le directeur général de la Gendarmerie était présent à la levée du corps le 28 juillet. Autres marques du souvenir : Un monument à la mémoire "des gendarmes et militaires victimes du devoir en Nouvelle- Calédonie" a été inauguré à Nouméa le 27 décembre 1991 (non loin du monument aux Morts des guerres de et 39-45, en bordure de l'avenue de la Victoire/Henri Lafleur). Le maire de Nouméa a précisé à cette occasion la volonté de sa ville : " porter témoignage du sacrifice des gendarmes et des militaires qui ont largement contribué à faire de ce territoire ce qu'il est." Observations : Agé de 33 ans, le gendarme Fernandez était fiancé avec la fille du chef de Canala ; elle attendait un enfant de lui. Dans cette affaire, cinq personnes de la tribu de Canala ont été inculpées pour assassinat, complicité et non-empêchement de crime. L'assassin a voulu éliminer le gendarme OPJ devenu gênant en enquêtant sur un trafic de cannabis qui l'impliquait. (Les Nouvelles Calédoniennes des 24, 27 et ) unprg

46 17 - Gendarme GALARDON Eric Assassinat Circonstances de la mort : Livre d'or 1983 (partie : actions d'éclat) GALARDON, (Eric) de la légion de gendarmerie de Basse-Normandie (et autres) """Officiers et sous-officiers animés d'un sens élevé du devoir. Le 10 janvier 1983, à Koindé (Nouvelle-Calédonie), en mission d'escorte de convoi en zone d'insécurité, ont été pris sous le feu ajusté et dense d'éléments embusqués. Au cours de cette opération ayant entraîné la mort de deux gendarmes et occasionné des blessures graves à un officier supérieur et à trois autres sous-officiers, ont fait preuve, en la circonstance, de courage, d'abnégation et d'un sang-froid remarquables, ayant permis d'éviter des pertes plus lourdes à leur unité, tout en parvenant à poursuivre leur mission.""" Ont obtenu pour ce fait : Gendarme Galardon, à titre posthume : - la médaille de la gendarmerie nationale, par décision n 3 du ministre de la Défense, en date du 1 er mars 1983 ; - la médaille militaire, par décret en date du 27 avril 1983 (avec effet du 12 janvier 1983). Par ailleurs, ce sous-officier a été promu, à titre exceptionnel, au grade de maréchal-deslogis chef, à compter du 10 janvier Comparaison avec le monument aux Morts de la Gendarmerie de la caserne Meunier : Aucune anomalie n'est notée. Sépulture : Pas de sépulture en Nouvelle-Calédonie. Autres marques du souvenir : Cité sur le monument érigé devant la mairie de Dumbéa "en hommage aux gendarmes d'ouvéa et à tous leurs frères d'armes tombés pour la défense de la paix et du droit en Nouvelle-Calédonie" qui rappelle les noms des 11 militaires de la gendarmerie qui ont trouvé la mort lors des Evènements de 1983 à 1988 (Dujardin, Leroy, Moulié, Zawadski, Galardon, Morice, Comte, Lecomte, Maréchal, Berne, Robert). Un monument à la mémoire "des gendarmes et militaires victimes du devoir en Nouvelle- Calédonie" a été inauguré à Nouméa le 27 décembre 1991 (non loin du monument aux Morts des guerres de et 39-45, en bordure de l'avenue de la Victoire/Henri Lafleur). Le maire de Nouméa a précisé à cette occasion la volonté de sa ville : " porter témoignage du sacrifice des gendarmes et des militaires qui ont largement contribué à faire de ce territoire ce qu'il est." unprg

47 Observations : Cette affaire s'inscrit dans la période des troubles qui ont secoué la Nouvelle-Calédonie dans les années quatre-vingt et que l'histoire a retenus sous le qualificatif pudique d'"evènements". Après retour à la paix civile, deux lois d'amnistie en 1988 et en 1990, couvrant jusqu'aux crimes de sang, seront promulguées non sans susciter une certaine émotion. Le gendarme Morice a également été tué dans cette embuscade. Les auteurs ont été appréhendés et jugés ; l'affaire a été touchée par l'amnistie qui a suivi les évènements. unprg

48 18 - Gendarme GRALL Manuel Accident de la circulation Circonstances de la mort : Livre d'or 1984 (partie : liste des morts victimes du devoir) GRALL, (Manuel), légion de gendarmerie de Languedoc-Roussillon. """Grièvement blessé, le 3 décembre 1984, au cours d'un accident de la circulation survenu en service, est décédé des suites de ses blessures, le 6 décembre 1984.""" Comparaison avec le monument aux Morts de la Gendarmerie de la caserne Meunier : Aucune anomalie. Sépulture : Pas de sépulture en Nouvelle-Calédonie. Autres marques du souvenir : Un monument à la mémoire "des gendarmes et militaires victimes du devoir en Nouvelle- Calédonie" a été inauguré à Nouméa le 27 décembre 1991 (non loin du monument aux Morts des guerres de et 39-45, en bordure de l'avenue de la Victoire/Henri Lafleur). Le maire de Nouméa a précisé à cette occasion la volonté de sa ville : " porter témoignage du sacrifice des gendarmes et des militaires qui ont largement contribué à faire de ce territoire ce qu'il est." Observations : Gendarme à l'escadron de gendarmerie mobile 6/22 de Grasse, le gendarme Grall a perdu la vie après que la jeep dans laquelle il se trouvait eût quitté la route dans un virage près de Bourail. Les autres occupants ont été blessés. unprg

49 19 - Gendarme GREVRAND Laurent Mort accidentelle par arme à feu Circonstances de la mort : Livre d'or 1990 (partie : liste des morts victimes du devoir) GREVRAND Laurent, gendarme, commandement des forces de gendarmerie en Nouvellecalédonie et dépendances. """Décédé le 9 mai 1990 par arme à feu.""" Comparaison avec le monument aux Morts de la Gendarmerie de la caserne Meunier : Le patronyme porté sur le monument est erroné : GREVAND au lieu de GREVRAND. Sépulture : Pas de sépulture en Nouvelle-Calédonie. Autres marques du souvenir : Un monument à la mémoire "des gendarmes et militaires victimes du devoir en Nouvelle- Calédonie" a été inauguré à Nouméa le 27 décembre 1991 (non loin du monument aux Morts des guerres de et 39-45, en bordure de l'avenue de la Victoire/Henri Lafleur). Le maire de Nouméa a précisé à cette occasion la volonté de sa ville: " porter témoignage du sacrifice des gendarmes et des militaires qui ont largement contribué à faire de ce territoire ce qu'il est." Observations : Cette mort a été retenue comme accidentelle, étant survenue au cours de la manipulation en service d'une arme à feu (dans les locaux de la caserne de gendarmerie Pélissou à Nouméa). unprg

50 20 - Brigadier GUTHEGESELLE Georges Assassinat Circonstances de la mort : GUTHEGESELLE, (Georges), commandant la brigade de Coëtempoé, assassiné au poste de Gendarmerie de Bouloupari (Nouvelle-Calédonie). Ordres de l'année 1878 du commandement de la Gendarmerie en Nouvelle-Calédonie : """Le 25 juin 1878 éclatait subitement en Nouvelle-Calédonie une révolte canaque à la suite des évènements suivants : Le 19 juin, dans un centre européen à 25 kilomètres de Boulouparis un assassinat fut commis par des canaques sur la personne d'un français transporté libéré, d'une femme indigène et de leur enfant : les assassins étaient, paraît-il, de la tribu de Dogny. La Gendarmerie de La Foa et de Boulouparis, à proximité du lieu du crime mirent en état d'arrestation plusieurs chefs des tribus voisines, jusqu'à ce que les coupables fussent livré. Les recherches judiciaires continuaient lorsque dans la nuit du 24 au 25 juin la brigade de Gendarmerie de La Foa composée du brigadier Simonneau Eugène, des gendarmes Kerjouan Julien, Schmidt Jean et Berthelon Jean Marie fut surprise et massacrée par les canaques révoltés. Ce fut le signal de l'insurrection. On vit alors des hordes sauvages parcourant les centres d'uaraï, Boulouparis, La Foa, semant sur leurs passages le pillage, l'incendie et le meurtre. Des atrocités sans nombre furent commises, les femmes, les enfants ne trouvaient même pas grâce auprès des assassins, leurs cadavres étaient violés, mutilés puis livrés aux flammes. Des colonnes volantes composées de gendarmes, de marins et de soldats d'infanterie de Marine furent organisées de tous les côtés pour venir au secours des colons. Le 26, l'une d'elles commandée par le Lieutenant de Gendarmerie Schenk quittait Bouraké à la pointe du jour avec l'ordre de se porter sur Boulouparis. Au moment de son arrivée dans cette localité, vers midi, un carnage épouvantable prenait fin. Une heure avant, trois cents canaques avaient cerné le poste de la Gendarmerie et massacré le brigadier Guthegeselle Georges, Léopold, les gendarmes Rolland Marius-Elisée et Peyrard Joseph Henri, le surveillant des lignes télégraphiques ainsi que le gérant des Postes et Télégraphes. Leurs cadavres retrouvés près de leur habitation incendiée portaient des blessures sans nombre faites à coups de hache et de casse-tête, mais toutes ces blessures reçues de face prouvaient que les victimes avaient vendu chèrement leur vie.""" Comparaison avec le monument aux Morts de la Gendarmerie de la caserne Meunier : Aucune erreur n'est notée. Sépulture : Une tombe indiquant son nom et celui des six autres militaires de la Gendarmerie assassinés, se trouve au cimetière de Boulouparis (voir dossier photographique). unprg

51 Autres marques du souvenir : Un monument à la mémoire "des gendarmes et militaires victimes du devoir en Nouvelle- Calédonie" a été inauguré à Nouméa le 27 décembre 1991 (non loin du monument aux Morts des guerres de et 39-45, en bordure de l'avenue de la Victoire/Henri Lafleur). Le maire de Nouméa a précisé à cette occasion la volonté de sa ville : " porter témoignage du sacrifice des gendarmes et des militaires qui ont largement contribué à faire de ce territoire ce qu'il est." Observations : L'évènement s'inscrit dans un épisode tristement célèbre de l'histoire de la Nouvelle- Calédonie : la grande révolte de 1878, conduite par Ataï grand chef de Komalé, qui a donné lieu à une très abondante bibliographie consultable, à Nouméa, à la bibliothèque Bernheim ainsi qu'au centre culturel Tjibaou, dont l'ouvrage de Claude Cornet, paru en 2000 aux éditions La Boudeuse sous le titre "La grande révolte ". Selon l'historien Bernard Brou, ce soulèvement aurait fait au total près de 1200 morts (dont environ 200 du côté européen et 1000 du côté autochtone). Quatre militaires de la gendarmerie furent assassinés à La Foa dans la nuit du 24 au 25 juin (Simonneau, Kerjouan, Schmidt et Berthelon) et trois à Boulouparis le 26 juin (Guthegeselle, Rolland et Peyrard). L'attaque de la Gendarmerie de La Foa fut le signal de cette insurrection. Cyr-Louis Tellier, ancien gendarme installé comme colon à Boulouparis, fut également assassiné ainsi que ses trois enfants en cette même journée du 26 juin. Cette révolte sanglante, la plus grande qu'ait connue la Nouvelle-Calédonie, a profondément marqué les colons et leurs descendants sur plusieurs générations, tout comme le monde mélanésien, et aujourd'hui encore. Un document d'archive détenu à l'état-major de la Gendarmerie à Nouméa indique : """Combats - Campagnes A la Nouvelle-Calédonie (en guerre) Du 25 juin 1878 au 12 mars 1879 Décision de M. le Ministre de la Marine, en date du 9 juin journal officiel de la Marine, année 1879 vol. 32, 1 er semestre, page 1133""" Cette décision mériterait examen afin d'établir si elle a pu concerner également les gendarmes en service en Nouvelle-Calédonie durant la période considérée et donc ceux assassinés à La Foa et à Boulouparis au cours de la révolte de unprg

52 Circonstances de la mort : 21 - Gendarme KERJOUAN Julien Assassinat KERJOUAN, (Julien) gendarme à la brigade de La Foa (Nouvelle-Calédonie) Ordres de l'année 1878 du commandement de la Gendarmerie en Nouvelle-Calédonie : """Le 25 juin 1878 éclatait subitement en Nouvelle-Calédonie une révolte canaque à la suite des évènements suivants : Le 19 juin, dans un centre européen à 25 kilomètres de Boulouparis un assassinat fut commis par des canaques sur la personne d'un français transporté libéré, d'une femme indigène et de leur enfant : les assassins étaient, paraît-il, de la tribu de Dogny. La Gendarmerie de La Foa et de Boulouparis, à proximité du lieu du crime mirent en état d'arrestation plusieurs chefs des tribus voisines, jusqu'à ce que les coupables fussent livré. Les recherches judiciaires continuaient lorsque dans la nuit du 24 au 25 juin la brigade de Gendarmerie de La Foa composée du brigadier Simonneau Eugène, des gendarmes Kerjouan Julien, Schmidt Jean et Berthelon Jean Marie fut surprise et massacrée par les canaques révoltés. Ce fut le signal de l'insurrection. On vit alors des hordes sauvages parcourant les centres d'uaraï, Boulouparis, La Foa, semant sur leurs passages le pillage, l'incendie et le meurtre. Des atrocités sans nombre furent commises, les femmes, les enfants ne trouvaient même pas grâce auprès des assassins, leurs cadavres étaient violés, mutilés puis livrés aux flammes. Des colonnes volantes composées de gendarmes, de marins et de soldats d'infanterie de Marine furent organisées de tous les côtés pour venir au secours des colons. Le 26, l'une d'elles commandée par le Lieutenant de Gendarmerie Schenk quittait Bouraké à la pointe du jour avec l'ordre de se porter sur Boulouparis. Au moment de son arrivée dans cette localité, vers midi, un carnage épouvantable prenait fin. Une heure avant, trois cents canaques avaient cerné le poste de la Gendarmerie et massacré le brigadier Guthegeselle Georges, Léopold, les gendarmes Rolland Marius-Elisée et Peyrard Joseph Henri, le surveillant des lignes télégraphiques ainsi que le gérant des Postes et Télégraphes. Leurs cadavres retrouvés près de leur habitation incendiée portaient des blessures sans nombre faites à coups de hache et de casse-tête, mais toutes ces blessures reçues de face prouvaient que les victimes avaient vendu chèrement leur vie.""" Comparaison avec le monument aux Morts de la Gendarmerie de la caserne Meunier : Aucune erreur n'est notée. Sépulture : Une tombe indiquant son nom et celui des six autres militaires de la Gendarmerie assassinés, se trouve au cimetière de Boulouparis (voir dossier photographique). Son nom y est orthographié : K/Joan au lieu de Kerjouan. unprg

53 Autres marques du souvenir : Un monument à la mémoire "des gendarmes et militaires victimes du devoir en Nouvelle- Calédonie" a été inauguré à Nouméa le 27 décembre 1991 (non loin du monument aux Morts des guerres de et 39-45, en bordure de l'avenue de la Victoire/Henri Lafleur). Le maire de Nouméa a précisé à cette occasion la volonté de sa ville : " porter témoignage du sacrifice des gendarmes et des militaires qui ont largement contribué à faire de ce territoire ce qu'il est." Observations : L'évènement s'inscrit dans un épisode tristement célèbre de l'histoire de la Nouvelle- Calédonie : la grande révolte de 1878, conduite par Ataï grand chef de Komalé, qui a donné lieu à une très abondante bibliographie consultable, à Nouméa, à la bibliothèque Bernheim ainsi qu'au centre culturel Tjibaou, dont l'ouvrage de Claude Cornet, paru en 2000 aux éditions La Boudeuse sous le titre "La grande révolte ". Selon l'historien Bernard Brou, ce soulèvement aurait fait au total près de 1200 morts (dont environ 200 du côté européen et 1000 du côté autochtone). Quatre militaires de la gendarmerie furent assasinés à La Foa dans la nuit du 24 au 25 juin (Simonneau, Kerjouan, Schmidt et Berthelon) et trois à Boulouparis le 26 juin (Guthegeselle, Rolland et Peyrard). L'attaque de la Gendarmerie de La Foa fut le signal de cette insurrection. Cyr-Louis Tellier, ancien gendarme installé comme colon à Boulouparis, fut également assassiné ainsi que ses trois enfants en cette même journée du 26 juin. Cette révolte sanglante, la plus grande qu'ait connue la Nouvelle-Calédonie, a profondément marqué les colons et leurs descendants sur plusieurs générations, tout comme le monde mélanésien, et aujourd'hui encore. Un document d'archive détenu à l'état-major de la Gendarmerie à Nouméa indique : """Combats - Campagnes A la Nouvelle-Calédonie (en guerre) Du 25 juin 1878 au 12 mars 1879 Décision de M. le Ministre de la Marine, en date du 9 juin journal officiel de la Marine, année 1879 vol. 32, 1 er semestre, page 1133""" Cette décision mériterait examen afin d'établir si elle a pu concerner également les gendarmes en service en Nouvelle-Calédonie durant la période considérée et donc ceux assassinés à La Foa et à Boulouparis au cours de la révolte de unprg

54 22 - MdL-Chef LABARTHE Michel Accident d'hélicoptère au cours d'une mission d'aide et d'assistance Circonstances de la mort : Livre d'or 1984 (partie : liste des morts victimes du devoir) LABARTHE, (Michel), MdL-Chef, groupement de gendarmerie de Nouvelle-Calédonie """Le 1 er octobre 1984, au cours d'une mission d'aide et d'assistance dans la vallée de Coula à Houaïlou (Nouvelle-Calédonie), a trouvé la mort dans un accident d'hélicoptère. Comparaison avec le monument aux Morts de la Gendarmerie de la caserne Meunier : Aucune erreur n'est notée. Sépulture : Pas de sépulture en Nouvelle-Calédonie Autres marques du souvenir : Un monument à la mémoire "des gendarmes et militaires victimes du devoir en Nouvelle- Calédonie" a été inauguré à Nouméa le 27 décembre 1991 (non loin du monument aux Morts des guerres de et 39-45, en bordure de l'avenue de la Victoire/Henri Lafleur). Le maire de Nouméa a précisé à cette occasion la volonté de sa ville : " porter témoignage du sacrifice des gendarmes et des militaires qui ont largement contribué à faire de ce territoire ce qu'il est." Observations : Quatre militaires de la gendarmerie ont trouvé la mort ans cet accident d'hélicoptère : Duprat, Labarthe, Prat et Mouchel. unprg

55 23 - Major LECOMTE Roland Homicide volontaire Circonstances de la mort : Livre d'or 1985 (partie : actions d'éclat) LECOMTE (Roland), major, de la légion de gendarmerie de Haute-Normandie. """Gradé d'élite, dévoué et animé d'un sens élevé du devoir. Le 8 mars 1985, à Pouébo (Nouvelle-Calédonie), au cours du dégagement d'un barrage dressé par des mélanésiens, a été grièvement blessé par une arme blanche (hache) lancée par un manifestant. Est décédé quelques minutes plus tard des suites de ses blessures.""" A obtenu pour ce fait : - la médaille de la gendarmerie nationale, par décision n 5 du ministre de la Défense, en date du 22 avril 1985 ; - la croix de chevalier de la Légion d'honneur, par décret du 19 avril 1985 (avec effet du 8 mars 1985) ; - par ailleurs, le major LECOMTE a été nommé, à titre exceptionnel, au grade de capitaine, en date du 6 septembre Comparaison avec le monument aux Morts de la Gendarmerie de la caserne Meunier : Aucune erreur n'est notée. Sépulture : Pas de sépulture en Nouvelle-Calédonie. Autres marques du souvenir : Cité sur le monument érigé devant la mairie de Dumbéa "en hommage aux gendarmes d'ouvéa et à tous leurs frères d'armes tombés pour la défense de la paix et du droit en Nouvelle-Calédonie" qui rappelle les noms des 11 militaires de la gendarmerie qui ont trouvé la mort lors des Evènements de 1983 à 1988 (Dujardin, Leroy, Moulié, Zadawski, Galardon, Morice, Comte, Lecomte, Maréchal, Berne, Robert). Un monument à la mémoire "des gendarmes et militaires victimes du devoir en Nouvelle- Calédonie" a été inauguré à Nouméa le 27 décembre 1991 (non loin du monument aux Morts des guerres de et 39-45, en bordure de l'avenue de la Victoire/Henri Lafleur). Le maire de Nouméa a précisé à cette occasion la volonté de sa ville: " porter témoignage du sacrifice des gendarmes et des militaires qui ont largement contribué à faire de ce territoire ce qu'il est." unprg

56 Observations : Cette affaire s'inscrit dans la période des troubles qui ont secoué la Nouvelle-Calédonie dans les années quatre-vingt et que l'histoire a retenus sous le qualificatif pudique d'"evènements". Après retour à la paix civile, deux lois d'amnistie en 1988 et en 1990, couvrant jusqu'aux crimes de sang, seront promulguées non sans susciter une certaine émotion. L'auteur de cet homicide n'a pas été identifié. unprg

57 24 - Gendarme LEROY Daniel Homicide volontaire Circonstances de la mort : Livre d'or 1988 (partie : actions d'éclat) LEROY (Daniel), gendarme, de la légion de gendarmerie du Nord-Pas-de-Calais.. """Excellent gendarme dévoué, courageux et animé d'un sens élevé du devoir. Le 22 avril 1988, à Fayaoué-Ouvéa (Nouvelle-Calédonie), a été mortellement blessé au cours d'une agression perpétrée par des individus qui investissaient la brigade. A fait preuve d'une abnégation absolue dans l'accomplissement de sa mission.""" A obtenu pour ce fait : - la médaille de la gendarmerie nationale, par décision n 10 du ministre de la Défense, en date du 7 mai 1988 ; - la médaille militaire, par décret du 22 juin 1988 (avec effet du 27 avril 1988) ; - par ailleurs, ce sous-officier a été promu, à titre exceptionnel, au grade de maréchal-deslogis chef, à compter du 22 avril Comparaison avec le monument aux Morts de la Gendarmerie de la caserne Meunier : Le monument indique : à Ouvéa ; le Livre d'or précise : Fayaoué-Ouvéa. Sépulture : Pas de sépulture en Nouvelle-Calédonie. Autres marques de souvenir : Cité sur le monument érigé devant la mairie de Dumbéa (place des gendarmes d'ouvéa) "en hommage aux gendarmes d'ouvéa et à tous leurs frères d'armes tombés pour la défense de la paix et du droit en Nouvelle-Calédonie" qui énonce les noms des 11 militaires de la gendarmerie qui ont trouvé la mort lors des Evènements de 1983 à 1988 (Dujardin, Leroy, Moulié, Zawadski, Galardon, Morice, Comte, Lecomte, Maréchal, Berne, Robert). Une stèle à la brigade de gendarmerie de Fayaoué (Ouvéa), au pied du mât des couleurs, porte les noms de Dujardin, Leroy, Moulié et Zawadski et la mention "morts pour la France" Peu après ce drame, une association intitulée "Comité du 22 avril à la mémoire des gendarmes d'ouvéa" a vu le jour ; initialement axée sur la défense des droits des gendarmes tués à Fayaoué, elle a étendu depuis son action à tous les militaires tués ou blessés en service commandé et à leurs familles ainsi qu'aux retraités et entretient le souvenir des sacrifices consentis. unprg

58 Un monument à la mémoire "des gendarmes et militaires victimes du devoir en Nouvelle- Calédonie" a été inauguré à Nouméa le 27 décembre 1991 (non loin du monument aux Morts des guerres de et 39-45, en bordure de l'avenue de la Victoire/Henri Lafleur). Le maire de Nouméa a précisé à cette occasion la volonté de sa ville : " porter témoignage du sacrifice des gendarmes et des militaires qui ont largement contribué à faire de ce territoire ce qu'il est." Observations : Cette affaire s'inscrit dans la période des troubles qui ont secoué la Nouvelle-Calédonie dans les années quatre-vingt et que l'histoire a retenus sous le qualificatif pudique d'"evènements". Pour favoriser un retour à la paix civile, deux lois d'amnistie en 1988 et en 1990, couvrant jusqu'aux crimes de sang, seront promulguées non sans susciter une certaine émotion. Quatre militaires de la Gendarmerie seront tués dans cette attaque de la brigade de Fayaoué : Dujardin, Leroy, Moulié et Zawadski. "L'affaire d'ouvéa" a donné lieu à une très abondante bibliographie, accessible à la bibliothèque Bernheim et au centre culturel Tjibaou à Nouméa. Le dernier ouvrage en date, une analyse juridique intitulée "L'assaut de la grotte d'ouvéa", de Cédric Michalski, a été publié aux éditions L'Harmattan en unprg

59 25 - Gendarme MARECHAL Rémy Homicide volontaire Circonstances de la mort : Livre d'or 1987 (partie : actions d'éclat) MARECHAL (Rémy), gendarme, de la légion de gendarmerie de Rhône-Alpes. """Gendarme courageux et volontaire, animé d'un sens élevé du devoir. Le 28 avril 1987, à Koné (Nouvelle-Calédonie), a été mortellement blessé par arme à feu au cours d'une intervention de police judiciaire, alors qu'il tentait d'appréhender un dangereux malfaiteur recherché depuis plusieurs mois et impliqué notamment dans une trentaine de cambriolages ou vols d'armes. A ainsi donné l'exemple d'une totale abnégation dans l'accomplissement de la mission qui lui avait été confiée.""" A obtenu pour ce fait : - la médaille de la gendarmerie nationale, par décision n 6 du ministre de la Défense, en date du 11 mai 1987 ; - la médaille militaire, par décret du 17 juillet 1987 (avec effet du 29 avril 1987) ; - par ailleurs, ce sous-officier a été promu, à titre exceptionnel, au grade de maréchal-deslogis-chef, à compter du 28 avril Comparaison avec le monument aux Morts de la Gendarmerie de la caserne Meunier : Aucune erreur n'est notée. Sépulture : Pas de sépulture en Nouvelle-Calédonie. Autres marques du souvenir : Cité sur le monument érigé devant la mairie de Dumbéa "en hommage aux gendarmes d'ouvéa et à tous leurs frères d'armes tombés pour la défense de la paix et du droit en Nouvelle-Calédonie" qui énonce les noms des 11 militaires de la gendarmerie qui ont trouvé la mort lors des Evènements de 1983 à 1988 (Dujardin, Leroy, Moulié, Zawadski, Galardon, Morice, Comte, Lecomte, Maréchal, Berne, Robert). Un monument à la mémoire "des gendarmes et militaires victimes du devoir en Nouvelle- Calédonie" a été inauguré à Nouméa le 27 décembre 1991 (non loin du monument aux Morts des guerres de et 39-45, en bordure de l'avenue de la Victoire/Henri Lafleur). Le maire de Nouméa a précisé à cette occasion la volonté de sa ville : " porter témoignage du sacrifice des gendarmes et des militaires qui ont largement contribué à faire de ce territoire ce qu'il est." unprg

60 Observations : Cette affaire s'inscrit dans la période des troubles qui ont secoué la Nouvelle-Calédonie dans les années quatre-vingt et que l'histoire a retenus sous le qualificatif pudique d'"evènements". Pour favoriser un retour à la paix civile, deux lois d'amnistie en 1988 et en 1990, couvrant jusqu'aux crimes de sang, seront promulguées non sans susciter une certaine émotion. Deux militaires de la Gendarmerie (Adjudant Berne et gendarme Robert) perdront à leur tour la vie en tentant, le 30 septembre 1987, d'arrêter son meurtrier. unprg

61 26 - Lieutenant MATHEY Lucien Assassinat par un subordonné pris d'un accès de folie Circonstances de la mort : Ordres de l'année 1903 du commandement de la Gendarmerie en Nouvelle-Calédonie, ordre n 20 du mois d'août : MATHEY, (Lucien), lieutenant, commandant l'arrondissement de Koné """Un drame épouvantable vient de plonger la compagnie dans le deuil et la consternation. Le 10 courant, à deux heures de l'après-midi, le gendarme Jeandheur de la brigade de Koné pénétrait dans le bureau de l'arrondissement où travaillait M. le lieutenant Mathey et tirait sur lui cinq coups de révolver qui l'atteignaient au cou, au bas-ventre, à la cuisse droite, à la poitrine et à la hanche droite. Le lendemain à une heure du matin après de terribles souffrances, M. Mathey rendait le dernier soupir. Quant au meurtrier, son crime accompli, il se faisait justice lui-même en se tirant une balle de révolver dans la tête. Jusqu'ici on n'avait pas encore dans la Gendarmerie d'exemple d'un officier tué par son subordonné. Il a fallu par une fatalité inexplicable que la compagnie fut la 1 ère à enregistrer dans nos annales ce forfait monstrueux, si monstrueux qu'on ne peut songer à l'attribuer qu'à la folie. Oui, Jeandheur a agi dans un accès d'aliénation mentale, l'enquête l'a établi. Au mois de janvier dernier ce militaire s'était séparé sur les instances de son commandant d'arrt. M. Le lieutenant Mathey, d'une maîtresse qu'il avait fait venir de Paris son ancienne résidence. Il lui avait remis à son départ une somme de 800 francs pour lui permettre de rentrer en France. Mais cette femme au lieu de prendre le courrier d'europe faisait la connaissance d'un libéré avec lequel elle alla vivre à Thio. Jeandheur fut bien vite au courant de cette situation ; il en conçut un terrible dépit : la jalousie, le regret de voir son argent dissipé de la sorte, ne tardèrent pas à agir sur son cerveau. Il en arriva à bientôt considérer M. le lieutenant Mathey comme l'auteur de tous ses maux, puisque c'était sur les observations de cet officier qu'il avait fait partir sa maîtresse. Il devint sombre, inquiet, prononçant parfois des paroles incohérentes et se plaignant de ressentir de violentes douleurs dans la tête. Comme à Koné on connaissait Jandheur pour être peu communicatif, on ne fit pas attention à son état, pensant que son malaise n'était que passager. C'était cependant les premiers symptômes de la folie qui le guettait, elle éclata le 10 août jetant tout le monde dans la plus profonde stupeur. Je ne retracerai pas ici les brillantes qualités qui distinguaient M. Mathey, monsieur le colonel commandant supérieur des troupes en parle longuement dans son ordre qui figurera au registre d'ordres des brigades. Vous tous qui le connaissiez, vous devez ressentir comme moi, la perte cruelle que nous avons faite, aussi pour perpétuer son souvenir, je décide que son nom sera gravé sur la table de marbre de la compagnie parmi les braves morts au champ d'honneur.""" Comparaison avec le monument aux Morts de la Gendarmerie de la caserne Meunier : La date portée : est celle des faits et non celle du décès qui a eu lieu le 11. unprg

62 Sépulture : Sa tombe se trouve au cimetière de Koné (voir dossier photographique). Elle rappelle qu'il était chevalier de la Légion d'honneur. Autres marques du souvenir : Un monument à la mémoire "des gendarmes et militaires victimes du devoir en Nouvelle- Calédonie" a été inauguré à Nouméa le 27 décembre 1991 (non loin du monument aux Morts des guerres de et 39-45, en bordure de l'avenue de la Victoire/Henri Lafleur). Le maire de Nouméa a précisé à cette occasion la volonté de sa ville: " porter témoignage du sacrifice des gendarmes et des militaires qui ont largement contribué à faire de ce territoire ce qu'il est." Observations : Dans un ordre général du 18 août 1903, le colonel commandant supérieur des troupes en Nouvelle-Calédonie a rendu un hommage appuyé au lieutenant Mathey qui comptait au moment de sa mort 19 campagnes dont 9 en Algérie et 24 ans de services effectifs, partie dans les Cuirassiers, partie dans la Gendarmerie : """ la mort du lieutenant Mathey est une perte pour la France et pour l'armée et en particulier pour l'arme de la Gendarmerie dont il était un des officiers les plus dévoués """ Au mois de mars 1902, le lieutenant Mathey avait été cité à l'ordre de la compagnie pour "la vigueur, l'endurance et l'entrain remarquables dont il avait fait preuve en dirigeant une colonne mobile de gendarmes à cheval chargée d'assurer la protection de tout le pays compris entre Koné et la côte Est.""" La France Australe du 11 août 1903 a relaté en détail son assassinat.. Le lieutenant Mathey, âgé de 44 ans à son décès, était en poste en Nouvelle-calédonie depuis Chevalier de la Légion d'honneur, il était sur le point d'être promu au grade de capitaine. Son acte de décès, consulté à la mairie de Koné, indique : MATHEY Lucien, François, Martin, né le 24 novembre 1858 à ARC (70) canton de GRAY, fils de François, Martin et de BAULARD Jeanne-Marie. unprg

63 27 - Gendarme MORICE Jacques Assassinat Circonstances de la mort : Livre d'or 1983 (partie : actions d'éclat) MORICE, (Jacques), de la légion de gendarmerie de Basse-Normandie (et autres) """Officiers et sous-officiers animés d'un sens élevé du devoir. Le 10 janvier 1983, à Koindé (Nouvelle-Calédonie), en mission d'escorte de convoi en zone d'insécurité, ont été pris sous le feu ajusté et dense d'éléments embusqués. Au cours de cette opération ayant entraîné la mort de deux gendarmes et occasionné des blessures graves à un officier supérieur et à trois autres sous-officiers, ont fait preuve, en la circonstance, de courage, d'abnégation et d'un sang-froid remarquables, ayant permis d'éviter des pertes plus lourdes à leur unité, tout en parvenant à poursuivre leur mission.""" Ont obtenu pour ce fait : Gendarme Morice, à titre posthume : - la médaille de la gendarmerie nationale, par décision n 4 du ministre de la Défense, en date du 1 er mars 1983 ; - la médaille militaire, par décret en date du 27 avril 1983 (avec effet du 12 janvier 1983). Par ailleurs, ce sous-officier a été promu, à titre exceptionnel, au grade de maréchal-deslogis chef, à compter du 10 janvier Comparaison avec le monument aux Morts de la Gendarmerie de la caserne Meunier : Aucune erreur n'est notée. Sépulture : Pas de sépulture en Nouvelle-Calédonie. Autres marques du souvenir : Cité sur le monument érigé devant la mairie de Dumbéa "en hommage aux gendarmes d'ouvéa et à tous leurs frères d'armes tombés pour la défense de la paix et du droit en Nouvelle-Calédonie" qui rappelle les noms des 11 militaires de la gendarmerie qui ont trouvé la mort lors des Evènements de 1983 à 1988 (Dujardin, Leroy, Moulié, Zawadski, Galardon, Morice, Comte, Lecomte, Maréchal, Berne, Robert). Un monument à la mémoire "des gendarmes et militaires victimes du devoir en Nouvelle- Calédonie" a été inauguré à Nouméa le 27 décembre 1991 (non loin du monument aux Morts des guerres de et 39-45, en bordure de l'avenue de la Victoire/Henri Lafleur). Le maire de Nouméa a précisé à cette occasion la volonté de sa ville : " porter témoignage du sacrifice des gendarmes et des militaires qui ont largement contribué à faire de ce territoire ce qu'il est." unprg

64 Observations : Cette affaire s'inscrit dans la période des troubles qui ont secoué la Nouvelle-Calédonie dans les années quatre-vingt et que l'histoire a retenus sous le qualificatif pudique d'"evènements". Pour favoriser un retour à la paix civile, deux lois d'amnistie en 1988 et en 1990, couvrant jusqu'aux crimes de sang, seront promulguées non sans susciter une certaine émotion. Le gendarme Galardon a également été tué dans cette embuscade. Les auteurs ont été appréhendés et jugés ; l'affaire a été touchée par l'amnistie qui a suivi les Evènements. unprg

65 28 - MdL-Chef MOUCHEL Marcel Accident d'hélicoptère au cours d'une mission d'aide et d'assistance Circonstances de la mort : Livre d'or 1984 (partie : liste des morts victimes du devoir) MOUCHEL, (Marcel), MdL-Chef, groupement de gendarmerie de Nouvelle-Calédonie """Le 1 er octobre 1984, au cours d'une mission d'aide et d'assistance dans la vallée de Coula à Houaïlou (Nouvelle-Calédonie), a trouvé la mort dans un accident d'hélicoptère Comparaison avec le monument aux Morts de la Gendarmerie de la caserne Meunier : Aucune erreur n'est notée. Sépulture : Pas de sépulture en Nouvelle-Calédonie. Autres marques du souvenir : Un monument à la mémoire "des gendarmes et militaires victimes du devoir en Nouvelle- Calédonie" a été inauguré à Nouméa le 27 décembre 1991 (non loin du monument aux Morts des guerres de et 39-45, en bordure de l'avenue de la Victoire/Henri Lafleur). Le maire de Nouméa a précisé à cette occasion la volonté de sa ville : " porter témoignage du sacrifice des gendarmes et des militaires qui ont largement contribué à faire de ce territoire ce qu'il est." Observations : Quatre militaires de la gendarmerie ont trouvé la mort ans cet accident d'hélicoptère : Duprat, Labarthe, Prat et Mouchel. unprg

66 29 - Adjudant-chef MOULIE Georges Homicide volontaire Circonstances de la mort : Livre d'or 1988 (partie : actions d'éclat) MOULIE (Georges), adjudant-chef, de la légion de gendarmerie de Provence-Alpes-Côte d'azur. """Remarquable commandant de peloton courageux et animé d'une haute conscience professionnelle et d'un sens élevé du devoir. Le 22 avril 1988, à Fayaoué-Ouvéa (Nouvelle-Calédonie), a été grièvement blessé au cours d'une agression perpétrée par des individus qui investissaient la brigade. Est décédé le 24 avril 1988 des suites de ses blessures. A montré, en la circonstance, la plus totale abnégation dans l'accomplissement de sa mission.""" A obtenu pour ce fait : - la médaille de la gendarmerie nationale, par décision n 8 du ministre de la Défense, en date du 7 mai 1988 ; - la croix de chevalier de la Légion d'honneur, par décret du 22 juin 1988 (avec effet du 29 avril 1988) ; - par ailleurs, ce sous-officier a été nommé à titre exceptionnel, au grade de capitaine par décret du président de la République, en date du 10 août 1988 (à compter du 22 avril 1988). Comparaison avec le monument aux Morts de la Gendarmerie de la caserne Meunier : Le monument indique : à Ouvéa ; en réalité le décès est survenu le à Sydney (Australie), où le blessé avait été hospitalisé. Sépulture : Pas de sépulture en Nouvelle-Calédonie. Autres marques de souvenir : Cité sur le monument érigé devant la mairie de Dumbéa (place des gendarmes d'ouvéa) "en hommage aux gendarmes d'ouvéa et à tous leurs frères d'armes tombés pour la défense de la paix et du droit en Nouvelle-Calédonie" qui énonce les noms des 11 militaires de la gendarmerie qui ont trouvé la mort lors des Evènements de 1983 à 1988 (Dujardin, Leroy, Moulié, Zawadski, Galardon, Morice, Comte, Lecomte, Maréchal, Berne, Robert). Une stèle à la brigade de gendarmerie de Fayaoué (Ouvéa), au pied du mât des couleurs, porte les noms de Dujardin, Leroy, Moulié et Zawadski et la mention "morts pour la France" Peu après ce drame, une association intitulée "Comité du 22 avril à la mémoire des gendarmes d'ouvéa" a vu le jour ; initialement axée sur la défense des droits des gendarmes tués à Fayaoué, elle a étendu depuis sa défense à tous les militaires tués ou blessés en service unprg

67 commandé et à leurs familles ainsi qu'aux retraités et entretient le souvenir des sacrifices consentis. Un monument à la mémoire "des gendarmes et militaires victimes du devoir en Nouvelle- Calédonie" a été inauguré à Nouméa le 27 décembre 1991 (non loin du monument aux Morts des guerres de et 39-45, en bordure de l'avenue de la Victoire/Henri Lafleur). Le maire de Nouméa a précisé à cette occasion la volonté de sa ville: " porter témoignage du sacrifice des gendarmes et des militaires qui ont largement contribué à faire de ce territoire ce qu'il est." Observations : Cette affaire s'inscrit dans la période des troubles qui ont secoué la Nouvelle-Calédonie dans les années quatre-vingt et que l'histoire a retenus sous le qualificatif pudique d'"evènements". Pour favoriser un retour à la paix civile, deux lois d'amnistie en 1988 et en 1990, couvrant jusqu'aux crimes de sang, seront promulguées non sans susciter une certaine émotion. Quatre militaires de la Gendarmerie seront tués dans cette attaque de la brigade de Fayaoué : Dujardin, Leroy, Moulié et Zawadski. "L'affaire d'ouvéa" a donné lieu à une très abondante bibliographie (et encore tout récemment), accessible à la bibliothèque Bernheim et au centre culturel Tjibaou à Nouméa. Le dernier ouvrage en date, une analyse juridique intitulée "L'assaut de la grotte d'ouvéa", de Cédric Michalski, a été publiée aux éditions L'Harmattan en unprg

68 30 - Gendarme NASICA Jean Noyade accidentelle en rivière au cours d'une mission Circonstances de la mort : NASICA, (Jean), gendarme, du poste de Gendarmerie de Yaté (Nouvelle-Calédonie) Affecté au poste de gendarmerie de Yaté, le gendarme Nasica se rendait à cheval dans une tribu des environs lorsqu'il périt noyé en traversant une rivière le 21 juillet Il ne figure pas au Livre d'or de la gendarmerie bien que sa mort soit survenue incontestablement en service commandé (voir ci-après "observations"). Comparaison avec le monument aux Morts de la Gendarmerie de la caserne Meunier : Aucune erreur n'est notée. Sépulture : Sa tombe est située dans le carré militaire du cimetière du 4 ème kilomètre à Nouméa (9 ème allée, 12 ème fosse) (voir dossier photographique). Autres marques du souvenir : Un monument à la mémoire "des gendarmes et militaires victimes du devoir en Nouvelle- Calédonie" a été inauguré à Nouméa le 27 décembre 1991 (non loin du monument aux Morts des guerres de et 39-45, en bordure de l'avenue de la Victoire/Henri Lafleur). Le maire de Nouméa a précisé à cette occasion la volonté de sa ville : " porter témoignage du sacrifice des gendarmes et des militaires qui ont largement contribué à faire de ce territoire ce qu'il est." Observations : Une mention manuscrite lapidaire a été rajoutée au Livre d'or local archivé à l'etat-major de la Gendarmerie à Nouméa : noyade accidentelle. "La France Australe" a consacré le 25 juillet 1945 un article détaillé à cette affaire, reprenant in extenso le discours d'hommage prononcé lors des obsèques officielles et solennelles qui se sont déroulées à Nouméa le 23 juillet 1945 en présence d'un piquet de militaires sous les armes. Le gendarme Nasica était affecté à Yaté depuis trois mois à peine et reprenait ce poste fermé depuis cinq ans. Auparavant, affecté en Corse, il s'était illustré dans la Résistance sous l'uniforme de la Gendarmerie ; mobilisé en 1939, il s'était déjà distingué au combat, recevant une citation à l'ordre du régiment. Des remerciements du commandant du détachement de Gendarmerie de Nouvelle-Calédonie seront publiés le 24 juillet dans le même quotidien. unprg

69 La mort en service commandé du gendarme Nasica y est affirmée à chaque fois et ne fait donc aucun doute malgré son absence au Livre d'or de la Gendarmerie de 1945 (omission à mettre au compte, probable, des perturbations administratives nées de la guerre).. Il était né le 31 novembre 1913 à Prato (Corse). unprg

70 31 - Mdl-chef NOURY Gérard Accident de la circulation routière Circonstances de la mort : Livre d'or 199O (partie : liste des morts victimes du devoir) NOURY, (Gérard), Mdl-chef, légion de gendarmerie du Limousin. """Décédé le 19 septembre 1990, dans un accident de la circulation routière.""" Comparaison avec le monument aux Morts de la Gendarmerie de la caserne Meunier : Aucune erreur n'est notée. Sépulture : Pas de sépulture en Nouvelle-Calédonie. Autres marques du souvenir : Un monument à la mémoire "des gendarmes et militaires victimes du devoir en Nouvelle- Calédonie" a été inauguré à Nouméa le 27 décembre 1991 (non loin du monument aux Morts des guerres de et 39-45, en bordure de l'avenue de la Victoire/Henri Lafleur). Le maire de Nouméa a précisé à cette occasion la volonté de sa ville : " porter témoignage du sacrifice des gendarmes et des militaires qui ont largement contribué à faire de ce territoire ce qu'il est." Observations : Conducteur d'une jeep dont il avait perdu le contrôle à l'entrée de Kaala-Gomen, le mdlchef Noury était tué dans cet accident. Affecté à l'escadron de gendarmerie mobile 1/13 de Limoges, il était marié et père de deux enfants. (Les Nouvelles Calédoniennes du ) unprg

71 32 - Maréchal-des-Logis Chef PELISSOU Edouard Disparu en mer lors de son rapatriement en fin de séjour Circonstances de la mort : Le MdL-Chef Pélissou a disparu en mer dans le naufrage du caboteur "La Monique" survenu entre Maré et Nouméa durant la nuit du 31 juillet au 1 er août Les 126 passagers ont tous péri. Ce militaire venait de terminer son séjour en Nouvelle-Calédonie, affecté en dernier lieu à la brigade de Wé (Lifou) et entamait son voyage de rapatriement. Son épouse et l'un de ses fils, âgé de 12 ans, ont également disparu dans ce naufrage resté inexpliqué. Le nom de ce militaire ne figure pas au Livre d'or de la Gendarmerie. Comparaison avec le monument aux Morts de la Gendarmerie de la caserne Meunier : Le monument aux Morts indique Lifou (lieu d'affectation) ; cependant eu lieu entre Maré et Nouméa. la disparition en mer a Sépulture : Le MdL-Chef Pélissou a disparu en mer ; son corps n'a jamais été retrouvé. Autres marques du souvenir : En 1976, la caserne de Gendarmerie appelée jusqu'alors "motor pool" fut baptisée "caserne MdLChef Pélissou" en mémoire de ce gradé, médaillé militaire, ancien résistant et qui avait suivi la 1 ère armée jusqu'en Allemagne où il devait être blessé. Une plaque a été apposée sur la façade du poste de police. Une stèle à la mémoire de toutes les victimes de ce naufrage a été érigée à Maré en Un monument à la mémoire "des gendarmes et militaires victimes du devoir en Nouvelle- Calédonie" a été inauguré à Nouméa le 27 décembre 1991 (non loin du monument aux Morts des guerres de et 39-45, en bordure de l'avenue de la Victoire/Henri Lafleur). Le maire de Nouméa a précisé à cette occasion la volonté de sa ville: " porter témoignage du sacrifice des gendarmes et des militaires qui ont largement contribué à faire de ce territoire ce qu'il est." Observations : Ce décès survenu "à l'occasion du service" mais non directement "en service" explique probablement qu'il n'ait pas été retenu, compte tenu des critères exigés, pour figurer au Livre d'or de la Gendarmerie. unprg

72 Sa présence sur le monument aux Morts de la caserne Meunier, élevé aux "victimes du Devoir", semble avoir été justifiée par la vive émotion causée à l'époque par ce drame aux si nombreuses victimes qui a profondément marqué l'histoire maritime de la Nouvelle- Calédonie. Son autre fils, Maurice Pélissou, terminera une carrière en Gendarmerie avec le grade de lieutenant-colonel après avoir eu l'occasion de servir en Nouvelle-Calédonie. unprg

73 33 - Gendarme PEYRARD Joseph Assassinat Circonstances de la mort : PEYRARD, (Joseph), gendarme au poste de Gendarmerie de Boulouparis (Nouvelle- Calédonie) Ordres de l'année 1878 du commandement de la Gendarmerie en Nouvelle-Calédonie : """Le 25 juin 1878 éclatait subitement en Nouvelle-Calédonie une révolte canaque à la suite des évènements suivants : Le 19 juin, dans un centre européen à 25 kilomètres de Boulouparis un assassinat fut commis par des canaques sur la personne d'un français transporté libéré, d'une femme indigène et de leur enfant : les assassins étaient, paraît-il, de la tribu de Dogny. La Gendarmerie de La Foa et de Boulouparis, à proximité du lieu du crime mirent en état d'arrestation plusieurs chefs des tribus voisines, jusqu'à ce que les coupables fussent livré. Les recherches judiciaires continuaient lorsque dans la nuit du 24 au 25 juin la brigade de Gendarmerie de La Foa composée du brigadier Simonneau Eugène, des gendarmes Kerjouan Julien, Schmidt Jean et Berthelon Jean Marie fut surprise et massacrée par les canaques révoltés. Ce fut le signal de l'insurrection. On vit alors des hordes sauvages parcourant les centres d'uaraï, Boulouparis, La Foa, semant sur leurs passages le pillage, l'incendie et le meurtre. Des atrocités sans nombre furent commises, les femmes, les enfants ne trouvaient même pas grâce auprès des assassins, leurs cadavres étaient violés, mutilés puis livrés aux flammes. Des colonnes volantes composées de gendarmes, de marins et de soldats d'infanterie de Marine furent organisées de tous les côtés pour venir au secours des colons. Le 26, l'une d'elles commandée par le Lieutenant de Gendarmerie Schenk quittait Bouraké à la pointe du jour avec l'ordre de se porter sur Boulouparis. Au moment de son arrivée dans cette localité, vers midi, un carnage épouvantable prenait fin. Une heure avant, trois cents canaques avaient cerné le poste de la Gendarmerie et massacré le brigadier Guthegeselle Georges, Léopold, les gendarmes Rolland Marius-Elisée et Peyrard Joseph Henri, le surveillant des lignes télégraphiques ainsi que le gérant des Postes et Télégraphes. Leurs cadavres retrouvés près de leur habitation incendiée portaient des blessures sans nombre faites à coups de hache et de casse-tête, mais toutes ces blessures reçues de face prouvaient que les victimes avaient vendu chèrement leur vie.""" Comparaison avec le monument aux Morts de la Gendarmerie de la caserne Meunier : Aucune erreur n'est notée. Sépulture : Une tombe indiquant son nom et celui des six autres militaires de la Gendarmerie assassinés, se trouve au cimetière de Boulouparis (voir dossier photographique). unprg

74 Autres marques du souvenir : Un monument à la mémoire "des gendarmes et militaires victimes du devoir en Nouvelle- Calédonie" a été inauguré à Nouméa le 27 décembre 1991 (non loin du monument aux Morts des guerres de et 39-45, en bordure de l'avenue de la Victoire/Henri Lafleur). Le maire de Nouméa a précisé à cette occasion la volonté de sa ville: " porter témoignage du sacrifice des gendarmes et des militaires qui ont largement contribué à faire de ce territoire ce qu'il est." Observations : L'évènement s'inscrit dans un épisode tristement célèbre de l'histoire de la Nouvelle- Calédonie : la grande révolte de 1878, conduite par Ataï grand chef de Komalé, qui a donné lieu à une très abondante bibliographie consultable, à Nouméa, à la bibliothèque Bernheim ainsi qu'au centre culturel Tjibaou, dont l'ouvrage de Claude Cornet, paru en 2000 aux éditions La Boudeuse sous le titre "La grande révolte ". Selon l'historien Bernard Brou, ce soulèvement aurait fait au total près de 1200 morts (dont environ 200 du côté européen et 1000 du côté autochtone). Quatre militaires de la gendarmerie furent assasinés à La Foa dans la nuit du 24 au 25 juin (Simonneau, Kerjouan, Schmidt et Berthelon) et trois à Boulouparis le 26 juin (Guthegeselle, Rolland et Peyrard). L'attaque de la Gendarmerie de La Foa fut le signal de cette insurrection. Cyr-Louis Tellier, ancien gendarme installé comme colon à Boulouparis, fut également assassiné ainsi que ses trois enfants en cette même journée du 26 juin. Cette révolte sanglante, la plus grande qu'ait connue la Nouvelle-Calédonie, a profondément marqué les colons et leurs descendants sur plusieurs générations, tout comme le monde mélanésien, et aujourd'hui encore. Un document d'archive détenu à l'état-major de la Gendarmerie à Nouméa indique : """Combats - Campagnes A la Nouvelle-Calédonie (en guerre) Du 25 juin 1878 au 12 mars 1879 Décision de M. le Ministre de la Marine, en date du 9 juin journal officiel de la Marine, année 1879 vol. 32, 1 er semestre, page 1133""" Cette décision mériterait examen afin d'établir si elle a pu concerner également les gendarmes en service en Nouvelle-Calédonie durant la période considérée et donc ceux assassinés à La Foa et à Boulouparis au cours de la révolte de unprg

75 34 - MdL-Chef PRAT Georges Accident d'hélicoptère au cours d'une mission d'aide et d'assistance Circonstances de la mort : Livre d'or 1984 (partie : liste des morts victimes du devoir) PRAT, (Georges), MdL-Chef, groupement de gendarmerie de Nouvelle-Calédonie """Le 1 er octobre 1984, au cours d'une mission d'aide et d'assistance dans la vallée de Coula à Houaïlou (Nouvelle-Calédonie), a trouvé la mort dans un accident d'hélicoptère Comparaison avec le monument aux Morts de la Gendarmerie de la caserne Meunier : Aucune erreur n'est notée. Sépulture : Pas de sépulture en Nouvelle-Calédonie. Autres marques du souvenir : Un monument à la mémoire "des gendarmes et militaires victimes du devoir en Nouvelle- Calédonie" a été inauguré à Nouméa le 27 décembre 1991 (non loin du monument aux Morts des guerres de et 39-45, en bordure de l'avenue de la Victoire/Henri Lafleur). Le maire de Nouméa a précisé à cette occasion la volonté de sa ville : " porter témoignage du sacrifice des gendarmes et des militaires qui ont largement contribué à faire de ce territoire ce qu'il est." Observations : Quatre militaires de la gendarmerie ont trouvé la mort ans cet accident d'hélicoptère : Duprat, Labarthe, Prat et Mouchel. unprg

76 35 - Gendarme ROBERT Aimé Homicide volontaire Circonstances de la mort : Livre d'or 1987 (partie : actions d'éclat) ROBERT (Aimé), gendarme, du groupement de gendarmerie de Nouvelle-Calédonie et Dépendances. """Gendarme courageux et volontaire, animé d'un sens élevé du devoir et d'une haute conscience professionnelle. Le 30 septembre 1987, à Tiaoué, commune de Koné (Nouvelle-Calédonie), alors qu'il procédait, dans le cadre d'une opération de police judiciaire, au contrôle de l'auteur présumé du meurtre d'un gendarme, a été mortellement blessé par arme à feu par des individus non identifiés. A donné en cette circonstance l'exemple d'une totale abnégation dans l'accomplissement de sa mission.""" A obtenu pour ce fait : - la médaille de la gendarmerie nationale, par décision n 20 du ministre de la Défense, en date du 1 er octobre 1987 ; - la médaille militaire, par décret du 30 octobre 1987 (avec effet du 1 er octobre1987) ; Comparaison avec le monument aux Morts de la Gendarmerie de la caserne Meunier : Aucune erreur n'est notée. Sépulture : Pas de sépulture en Nouvelle-Calédonie. Autres marques du souvenir : Cité sur le monument érigé devant la mairie de Dumbéa "en hommage aux gendarmes d'ouvéa et à tous leurs frères d'armes tombés pour la défense de la paix et du droit en Nouvelle-Calédonie" qui rappelle les noms des 11 militaires de la gendarmerie qui ont trouvé la mort lors des Evènements de 1983 à 1988 (Dujardin, Leroy, Moulié, Zawadski, Galardon, Morice, Comte, Lecomte, Maréchal, Berne, Robert). Un monument à la mémoire "des gendarmes et militaires victimes du devoir en Nouvelle- Calédonie" a été inauguré à Nouméa le 27 décembre 1991 (non loin du monument aux Morts des guerres de et 39-45, en bordure de l'avenue de la Victoire/Henri Lafleur). Le maire de Nouméa a précisé à cette occasion la volonté de sa ville : " porter témoignage du sacrifice des gendarmes et des militaires qui ont largement contribué à faire de ce territoire ce qu'il est." unprg

77 Observations : C'est dans le cadre des recherches du meurtrier du gendarme Maréchal, tué le 28 avril de la même année, que l'adjudant Berne et le gendarme Robert perdront à leur tour la vie. Cette affaire s'inscrit dans la période des troubles qui ont secoué la Nouvelle-Calédonie dans les années quatre-vingt et que l'histoire a retenus sous le qualificatif pudique d'"evènements". Pour favoriser un retour à la paix civile, deux lois d'amnistie en 1988 et en 1990, couvrant jusqu'aux crimes de sang, seront promulguées non sans susciter une certaine émotion. unprg

78 36 - Gendarme ROLLAND Marius Assassinat Circonstances de la mort : ROLLAND, (Marius), gendarme au poste de Gendarmerie de Boulouparis (Nouvelle- Calédonie). Ordres de l'année 1878 du commandement de la Gendarmerie en Nouvelle-Calédonie : """Le 25 juin 1878 éclatait subitement en Nouvelle-Calédonie une révolte canaque à la suite des évènements suivants : Le 19 juin, dans un centre européen à 25 kilomètres de Boulouparis un assassinat fut commis par des canaques sur la personne d'un français transporté libéré, d'une femme indigène et de leur enfant : les assassins étaient, paraît-il, de la tribu de Dogny. La Gendarmerie de La Foa et de Boulouparis, à proximité du lieu du crime mirent en état d'arrestation plusieurs chefs des tribus voisines, jusqu'à ce que les coupables fussent livré. Les recherches judiciaires continuaient lorsque dans la nuit du 24 au 25 juin la brigade de Gendarmerie de La Foa composée du brigadier Simonneau Eugène, des gendarmes Kerjouan Julien, Schmidt Jean et Berthelon Jean Marie fut surprise et massacrée par les canaques révoltés. Ce fut le signal de l'insurrection. On vit alors des hordes sauvages parcourant les centres d'uaraï, Boulouparis, La Foa, semant sur leurs passages le pillage, l'incendie et le meurtre. Des atrocités sans nombre furent commises, les femmes, les enfants ne trouvaient même pas grâce auprès des assassins, leurs cadavres étaient violés, mutilés puis livrés aux flammes. Des colonnes volantes composées de gendarmes, de marins et de soldats d'infanterie de Marine furent organisées de tous les côtés pour venir au secours des colons. Le 26, l'une d'elles commandée par le Lieutenant de Gendarmerie Schenk quittait Bouraké à la pointe du jour avec l'ordre de se porter sur Boulouparis. Au moment de son arrivée dans cette localité, vers midi, un carnage épouvantable prenait fin. Une heure avant, trois cents canaques avaient cerné le poste de la Gendarmerie et massacré le brigadier Guthegeselle Georges, Léopold, les gendarmes Rolland Marius-Elisée et Peyrard Joseph Henri, le surveillant des lignes télégraphiques ainsi que le gérant des Postes et Télégraphes. Leurs cadavres retrouvés près de leur habitation incendiée portaient des blessures sans nombre faites à coups de hache et de casse-tête, mais toutes ces blessures reçues de face prouvaient que les victimes avaient vendu chèrement leur vie.""" Comparaison avec le monument aux Morts de la Gendarmerie de la caserne Meunier : Aucune erreur n'est notée. Sépulture : Une tombe indiquant son nom et celui des six autres militaires de la Gendarmerie assassinés, se trouve au cimetière de Boulouparis (voir dossier photographique). unprg

79 Autres marques du souvenir : Un monument à la mémoire "des gendarmes et militaires victimes du devoir en Nouvelle- Calédonie" a été inauguré à Nouméa le 27 décembre 1991 (non loin du monument aux Morts des guerres de et 39-45, en bordure de l'avenue de la Victoire/Henri Lafleur). Le maire de Nouméa a précisé à cette occasion la volonté de sa ville : " porter témoignage du sacrifice des gendarmes et des militaires qui ont largement contribué à faire de ce territoire ce qu'il est." Observations : L'évènement s'inscrit dans un épisode tristement célèbre de l'histoire de la Nouvelle- Calédonie : la grande révolte de 1878, conduite par Ataï grand chef de Komalé, qui a donné lieu à une très abondante bibliographie consultable, à Nouméa, à la bibliothèque Bernheim ainsi qu'au centre culturel Tjibaou, dont l'ouvrage de Claude Cornet, paru en 2000 aux éditions La Boudeuse sous le titre "La grande révolte ". Selon l'historien Bernard Brou, ce soulèvement aurait fait au total près de 1200 morts (dont environ 200 du côté européen et 1000 du côté autochtone). Quatre militaires de la gendarmerie furent assasinés à La Foa dans la nuit du 24 au 25 juin (Simonneau, Kerjouan, Schmidt et Berthelon) et trois à Boulouparis le 26 juin (Guthegeselle, Rolland et Peyrard). L'attaque de la Gendarmerie de La Foa fut le signal de cette insurrection. Cyr-Louis Tellier, ancien gendarme installé comme colon à Boulouparis, fut également assassiné ainsi que ses trois enfants en cette même journée du 26 juin. Cette révolte sanglante, la plus grande qu'ait connue la Nouvelle-Calédonie, a profondément marqué les colons et leurs descendants sur plusieurs générations, tout comme le monde mélanésien, et aujourd'hui encore. Un document d'archive détenu à l'état-major de la Gendarmerie à Nouméa indique : """Combats - Campagnes A la Nouvelle-Calédonie (en guerre) Du 25 juin 1878 au 12 mars 1879 Décision de M. le Ministre de la Marine, en date du 9 juin journal officiel de la Marine, année 1879 vol. 32, 1 er semestre, page 1133""" Cette décision mériterait examen afin d'établir si elle a pu concerner également les gendarmes en service en Nouvelle-Calédonie durant la période considérée et donc ceux assassinés à La Foa et à Boulouparis au cours de la révolte de unprg

80 37 - Maréchal-des-Logis SACAU Homicide volontaire Circonstances de la mort : Livre d'or 1917 SACAU, (Jean Blaise), maréchal-des-logis à Bourail (Nouvelle-Calédonie) """Le 23 novembre 1917, à Bourail, à la suite d'une rixe survenue entre Arabes libérés des travaux forcés, le maréchal-des-logis Sacau se rendait sur les lieux pour enquête, accompagné d'un gendarme. Apprenant en cours de route que l'un de ces Arabes recélait depuis quelques temps un évadé du bagne réputé dangereux, ces deux militaires s'embusquent tout d'abord près de sa maison isolée en pleine brousse pour tenter la capture de l'évadé. Après quelques instants d'attente, le maréchal-des-logis, n'écoutant que son courage et au mépris du danger, dit à son subordonné : "Il faut y aller franchement", et tous deux s'avancent, le maréchal-des-logis près de la porte d'entrée. Au même moment, un individu sort de la maison et tire presque à bout portant un coup de fusil sur le maréchaldes-logis qui, atteint à la cuisse gauche et au bas-ventre, tombe en poussant un cri et expire victime du devoir." Comparaison avec le monument aux Morts de la Gendarmerie de la caserne Meunier : L'inscription figurant au monument aux Morts de la caserne Meunier est erronée sur deux points : SACAU y est orthographié SACOT et le grade indiqué n'est pas le bon : il était MDL et non MDL/C. Sépulture : La tombe du MdL SACAU se trouve au cimetière de Bourail (voir dossier photographique). On note sur la plaque d'origine, qui souligne la mort en service commandé : "hommage de la population de Bourail", ce qui traduit la considération et l'émotion alors suscitées par ce drame. Dans "La France Australe" du 28 novembre suivant, on pouvait d'ailleurs lire : "Le maréchal des logis Sacau, a été enterré dimanche matin à Bourail, au milieu d une vraie consternation. Le cercueil recouvert du drapeau tricolore était porté et entouré par un piquet de soldats permissionnaires, qui lui ont rendu les derniers honneurs. La population tout entière, du village et des centres les plus éloignés, avait tenu à manifester par sa présence, toute la réelle affection qu elle avait pour un homme qui, exerçant des fonctions difficiles et ingrates, avait su se montrer un «conciliateur» par excellence." Une messe de requiem a été célébrée à la cathédrale de Nouméa le 4 décembre suivant. unprg

81 Autres marques du souvenir : Une rue de Bourail porte le nom de ce gradé de Gendarmerie (elle conduit à la brigade actuelle), preuve concrète de la reconnaissance de la population à ce serviteur de l'etat. Un monument à la mémoire "des gendarmes et militaires victimes du devoir en Nouvelle- Calédonie" a été inauguré à Nouméa le 27 décembre 1991 (non loin du monument aux Morts des guerres de et 39-45, en bordure de l'avenue de la Victoire/Henri Lafleur). Le maire de Nouméa a précisé à cette occasion la volonté de sa ville : " porter témoignage du sacrifice des gendarmes et des militaires qui ont largement contribué à faire de ce territoire ce qu'il est." Observations : Dans les archives de l'état-major du commandement de la gendarmerie à Nouméa, dans les ordres du Détachement, sous le titre "Livre d'or", un libellé plus complet que celui du Livre d'or de 1917 relate les circonstances du drame et précise : "Telle fut la vaillante conduite du maréchal-des-logis Sacau, mort victime du devoir. Le meurtrier, l'arabe propriétaire de la maison, après s'être enfui, s'est constitué prisonnier quelques jours après." La reddition du meurtrier, Ben Yaminah, qui demeurait à Mecougna (Haute Boghen) a eu lieu le 30 novembre. La presse de l'époque s'est fait largement l'écho de cet homicide au travers d'articles qui ont aujourd'hui valeur de témoignage sur l'insécurité régnant dans la région de Bourail, sur le rôle de la Gendarmerie et sur la personnalité de la victime et de son meurtrier (La France Australe des 24, 26, 27, et 3, 4 et et Bulletin du Commerce des et 1 er et On peut lire ainsi dans le Bulletin du Commerce du 15 décembre 1917 : "Le maréchal de logis Sacau n a pas encore été remplacé à la tête de la gendarmerie de Bourail et il serait à désirer qu il fut envoyé un gradé énergique, bien suppléé et investi de la mission spéciale de purger Bourail des éléments arabes constamment indésirables. M. Sacau était surtout redouté de ces arabes-là qui pullulent à Bourail et à Nessadiou." Le MdL Sacau était âgé de 58 ans au moment de sa mort ; en poste depuis de longues années en Nouvelle-Calédonie, il s'était déjà illustré dans la surveillance de cette population à risque que constituaient les bagnards libérés ou évadés ; il était titulaire de la Médaille militaire. Sa tombe indique qu'il était né le 17 juillet 1864 à ARLIGUE DE LUCHON (plus probablement ARTIGUE près de LUCHON, dans la Haute-Garonne). Marié et père de famille, il laissait deux jeunes filles et trois fils, dont l aîné était caporal sur le front (nous étions en 1917) ; un autre de ses fils venait de partir pour la France avec le contingent de l El Kantara, le troisième était encore tout jeune. A titre anecdotique on retiendra que le nom du MdL Sacau a été, tout récemment encore, cité dans le cadre d'une controverse entre historiens, au sujet d'un gendarme dont le cœur aurait été mangé par des canaques anthropophages en 1917 dans un village de la chaîne (Cf "L'Anthropophagie en Nouvelle-Calédonie, réalité ou violence imaginaire?" in Violences Océaniennes, l'harmattan et IMOA, Paris 2004, pp 189 à 216, extrait de "Histoire de la unprg

82 Nouvelle-Calédonie, nouvelles approches, nouveaux objets", Frédéric Angleviel, L'Harmattan, 2005, section "une exagération à des fins de propagande coloniale" pp 59 et 60). S'appuyant sur l'avis de deux autres historiens (Jean Guiart et Sylvette Boyer), Frédéric Angleviel contredit les affirmations de la fille du Pasteur Leenhardt (Roselène) qui citait ce cas d'anthropophagie à l'égard d'un gendarme que lui aurait rapporté maintes fois son père : le MdL Sacau a été le seul gendarme tué en 1917 en Nouvelle-Calédonie et sa dépouille n'a subi en effet aucun outrage de ce type. unprg

83 38 - Gendarme SCHMIDT Jean Assassinat Circonstances de la mort : SCHMIDT, (Jean), gendarme à la brigade de La Foa (Nouvelle-Calédonie). Ordres de l'année 1878 du commandement de la Gendarmerie en Nouvelle-Calédonie : """Le 25 juin 1878 éclatait subitement en Nouvelle-Calédonie une révolte canaque à la suite des évènements suivants : Le 19 juin, dans un centre européen à 25 kilomètres de Boulouparis un assassinat fut commis par des canaques sur la personne d'un français transporté libéré, d'une femme indigène et de leur enfant : les assassins étaient, paraît-il, de la tribu de Dogny. La Gendarmerie de La Foa et de Boulouparis, à proximité du lieu du crime mirent en état d'arrestation plusieurs chefs des tribus voisines, jusqu'à ce que les coupables fussent livré. Les recherches judiciaires continuaient lorsque dans la nuit du 24 au 25 juin la brigade de Gendarmerie de La Foa composée du brigadier Simonneau Eugène, des gendarmes Kerjouan Julien, Schmidt Jean et Berthelon Jean Marie fut surprise et massacrée par les canaques révoltés. Ce fut le signal de l'insurrection. On vit alors des hordes sauvages parcourant les centres d'uaraï, Boulouparis, La Foa, semant sur leurs passages le pillage, l'incendie et le meurtre. Des atrocités sans nombre furent commises, les femmes, les enfants ne trouvaient même pas grâce auprès des assassins, leurs cadavres étaient violés, mutilés puis livrés aux flammes. Des colonnes volantes composées de gendarmes, de marins et de soldats d'infanterie de Marine furent organisées de tous les côtés pour venir au secours des colons. Le 26, l'une d'elles commandée par le Lieutenant de Gendarmerie Schenk quittait Bouraké à la pointe du jour avec l'ordre de se porter sur Boulouparis. Au moment de son arrivée dans cette localité, vers midi, un carnage épouvantable prenait fin. Une heure avant, trois cents canaques avaient cerné le poste de la Gendarmerie et massacré le brigadier Guthegeselle Georges, Léopold, les gendarmes Rolland Marius-Elisée et Peyrard Joseph Henri, le surveillant des lignes télégraphiques ainsi que le gérant des Postes et Télégraphes. Leurs cadavres retrouvés près de leur habitation incendiée portaient des blessures sans nombre faites à coups de hache et de casse-tête, mais toutes ces blessures reçues de face prouvaient que les victimes avaient vendu chèrement leur vie.""" Comparaison avec le monument aux Morts de la Gendarmerie de la caserne Meunier : Aucune erreur n'est notée. Sépulture : Une tombe indiquant son nom et celui des six autres militaires de la Gendarmerie assassinés, se trouve au cimetière de Boulouparis (voir dossier photographique). unprg

84 Autres marques du souvenir : Un monument à la mémoire "des gendarmes et militaires victimes du devoir en Nouvelle- Calédonie" a été inauguré à Nouméa le 27 décembre 1991 (non loin du monument aux Morts des guerres de et 39-45, en bordure de l'avenue de la Victoire/Henri Lafleur). Le maire de Nouméa a précisé à cette occasion la volonté de sa ville : " porter témoignage du sacrifice des gendarmes et des militaires qui ont largement contribué à faire de ce territoire ce qu'il est." Observations : L'évènement s'inscrit dans un épisode tristement célèbre de l'histoire de la Nouvelle- Calédonie : la grande révolte de 1878, conduite par Ataï grand chef de Komalé, qui a donné lieu à une très abondante bibliographie consultable, à Nouméa, à la bibliothèque Bernheim ainsi qu'au centre culturel Tjibaou, dont l'ouvrage de Claude Cornet, paru en 2000 aux éditions La Boudeuse sous le titre "La grande révolte ". Selon l'historien Bernard Brou, ce soulèvement aurait fait au total près de 1200 morts (dont environ 200 victimes du côté européen et 1000 du côté autochtone). Quatre militaires de la gendarmerie furent assasinés à La Foa dans la nuit du 24 au 25 juin (Simonneau, Kerjouan, Schmidt et Berthelon) et trois à Boulouparis le 26 juin (Guthegeselle, Rolland et Peyrard). L'attaque de la Gendarmerie de La Foa fut le signal de cette insurrection. Cyr-Louis Tellier, ancien gendarme installé comme colon à Boulouparis, fut également assassiné ainsi que ses trois enfants en cette même journée du 26 juin. Cette révolte sanglante, la plus grande qu'ait connue la Nouvelle-Calédonie, a profondément marqué les colons et leurs descendants sur plusieurs générations, tout comme le monde mélanésien, et aujourd'hui encore. Un document d'archive détenu à l'état-major de la Gendarmerie à Nouméa indique : """Combats - Campagnes A la Nouvelle-Calédonie (en guerre) Du 25 juin 1878 au 12 mars 1879 Décision de M. le Ministre de la Marine, en date du 9 juin journal officiel de la Marine, année 1879 vol. 32, 1 er semestre, page 1133""" Cette décision mériterait examen afin d'établir si elle a pu concerner également les gendarmes en service en Nouvelle-Calédonie durant la période considérée et donc ceux assassinés à La Foa et à Boulouparis au cours de la révolte de unprg

85 39 - Brigadier SIMONNEAU Eugène Assassinat Circonstances de la mort : SIMONNEAU, (Eugène) brigadier à la brigade de La Foa (Nouvelle-Calédonie). Ordres de l'année 1878 du commandement de la Gendarmerie en Nouvelle-Calédonie : """Le 25 juin 1878 éclatait subitement en Nouvelle-Calédonie une révolte canaque à la suite des évènements suivants : Le 19 juin, dans un centre européen à 25 kilomètres de Boulouparis un assassinat fut commis par des canaques sur la personne d'un français transporté libéré, d'une femme indigène et de leur enfant : les assassins étaient, paraît-il, de la tribu de Dogny. La Gendarmerie de La Foa et de Boulouparis, à proximité du lieu du crime mirent en état d'arrestation plusieurs chefs des tribus voisines, jusqu'à ce que les coupables fussent livré. Les recherches judiciaires continuaient lorsque dans la nuit du 24 au 25 juin la brigade de Gendarmerie de La Foa composée du brigadier Simonneau Eugène, des gendarmes Kerjouan Julien, Schmidt Jean et Berthelon Jean Marie fut surprise et massacrée par les canaques révoltés. Ce fut le signal de l'insurrection. On vit alors des hordes sauvages parcourant les centres d'uaraï, Boulouparis, La Foa, semant sur leurs passages le pillage, l'incendie et le meurtre. Des atrocités sans nombre furent commises, les femmes, les enfants ne trouvaient même pas grâce auprès des assassins, leurs cadavres étaient violés, mutilés puis livrés aux flammes. Des colonnes volantes composées de gendarmes, de marins et de soldats d'infanterie de Marine furent organisées de tous les côtés pour venir au secours des colons. Le 26, l'une d'elles commandée par le Lieutenant de Gendarmerie Schenk quittait Bouraké à la pointe du jour avec l'ordre de se porter sur Boulouparis. Au moment de son arrivée dans cette localité, vers midi, un carnage épouvantable prenait fin. Une heure avant, trois cents canaques avaient cerné le poste de la Gendarmerie et massacré le brigadier Guthegeselle Georges, Léopold, les gendarmes Rolland Marius-Elisée et Peyrard Joseph Henri, le surveillant des lignes télégraphiques ainsi que le gérant des Postes et Télégraphes. Leurs cadavres retrouvés près de leur habitation incendiée portaient des blessures sans nombre faites à coups de hache et de casse-tête, mais toutes ces blessures reçues de face prouvaient que les victimes avaient vendu chèrement leur vie.""" Comparaison avec le monument aux Morts de la Gendarmerie de la caserne Meunier : Aucune erreur n'est notée. Sépulture : Une tombe indiquant son nom et celui des six autres militaires de la Gendarmerie assassinés, se trouve au cimetière de Boulouparis (voir dossier photographique). unprg

86 Autres marques du souvenir : Un monument à la mémoire "des gendarmes et militaires victimes du devoir en Nouvelle- Calédonie" a été inauguré à Nouméa le 27 décembre 1991 (non loin du monument aux Morts des guerres de et 39-45, en bordure de l'avenue de la Victoire/Henri Lafleur). Le maire de Nouméa a précisé à cette occasion la volonté de sa ville : " porter témoignage du sacrifice des gendarmes et des militaires qui ont largement contribué à faire de ce territoire ce qu'il est." Observations : L'évènement s'inscrit dans un épisode tristement célèbre de l'histoire de la Nouvelle- Calédonie : la grande révolte de 1878, conduite par Ataï grand chef de Komalé, qui a donné lieu à une très abondante bibliographie consultable, à Nouméa, à la bibliothèque Bernheim ainsi qu'au centre culturel Tjibaou, dont l'ouvrage de Claude Cornet, paru en 2000 aux éditions La Boudeuse sous le titre "La grande révolte ". Selon l'historien Bernard Brou, ce soulèvement aurait fait au total près de 1200 morts (dont environ 200 victimes du côté européen et 1000 du côté autochtone). Quatre militaires de la gendarmerie furent assasinés à La Foa dans la nuit du 24 au 25 juin (Simonneau, Kerjouan, Schmidt et Berthelon) et trois à Boulouparis le 26 juin (Guthegeselle, Rolland et Peyrard). L'attaque de la Gendarmerie de La Foa fut le signal de cette insurrection. Cyr-Louis Tellier, ancien gendarme installé comme colon à Boulouparis, fut également assassiné ainsi que ses trois enfants en cette même journée du 26 juin. Cette révolte sanglante, la plus grande qu'ait connue la Nouvelle-Calédonie, a profondément marqué les colons et leurs descendants sur plusieurs générations, tout comme le monde mélanésien, et aujourd'hui encore. Un document d'archive détenu à l'état-major de la Gendarmerie à Nouméa indique : """Combats - Campagnes A la Nouvelle-Calédonie (en guerre) Du 25 juin 1878 au 12 mars 1879 Décision de M. le Ministre de la Marine, en date du 9 juin journal officiel de la Marine, année 1879 vol. 32, 1 er semestre, page 1133""" Cette décision mériterait examen afin d'établir si elle a pu concerner également les gendarmes en service en Nouvelle-Calédonie durant la période considérée et donc ceux assassinés à La Foa et à Boulouparis au cours de la révolte de unprg

87 40 - Gendarme VENTURINI Assassinat VENTURINI, (Etienne), gendarme au poste de Pouébo (Nouvelle-Calédonie). Lorsqu'en 1915 parut le premier volume du Livre d'or de la Gendarmerie, (créé par circulaire ministérielle du ), on y intégra les morts et actions d'éclat survenues depuis 1792 (période où la Maréchaussée devint Gendarmerie). Les premières mentions touchant à la Nouvelle-Calédonie concernèrent alors les gendarmes assassinés lors de la révolte canaque de (source : réponse du Service Historique de la Défense, département Gendarmerie, en date du ) On oublia les noms de Bailly et Venturini, tués en Circonstances de la mort : Extrait du registre des sépultures de la mission de Pouébo : """L'an 1867 et le 6 octobre ont été horriblement assassinés ceux dont suivent les noms : BAILLY Alfred, âgé de 40 ans, maréchal-des-logis, commandant du poste, VENTURINI Etienne, âgé de 33 ans, gendarme, attaché au poste, DEMENE Pierre, âgé de 42 ans, propriétaire, cultivateur, DEMENE Louise, âgée de 7 ans, fille de DEMENE Pierre, et le lendemain 7 du même mois ont reçu les honneurs de la sépulture et ont été ensevelis dans le jardin du poste.""" (source : bulletin n 37, 4 ème Tr. 1978, Société d'etudes Historiques de Nouvelle-Calédonie, p.6) Comparaison avec le monument aux Morts de la Gendarmerie de la caserne Meunier : Lorsqu'une plaque de marbre portant l'inscription "Morts au champ d'honneur" fut inaugurée à la "grande caserne de Nouméa" (actuelle caserne de gendarmerie Meunier)) le 14 juillet 1902, on y inscrivit les noms des gendarmes Bazelard et Casset, disparus en mer en 1900, précédés de ceux des sept militaires de la gendarmerie assassinés lors de la révolte de Curieusement (mais peut-être avait-on alors perdu le souvenir l'évènement) on oublia ceux des deux premiers militaires de la Gendarmerie morts en service commandé en Nouvelle- Calédonie : Bailly et Venturini, assassinés lors de "l'affaire de Pouébo" en Le monument aux Morts actuel a fort heureusement réparé cet oubli. Sépulture : La sépulture collective initiale dans le jardin du poste de Gendarmerie de Pouébo a fini par disparaître, probablement pour cause de constructions immobilières dans ce secteur habité. unprg

88 Elle comportait trois tombes : une pour chaque gendarme et une pour le colon Déméné et sa fille réunis. Des recherches sont actuellement conduites, en liaison avec la brigade de Pouébo, pour localiser précisément le site de ce premier poste de gendarmerie et celui des sépultures. Un renseignement restant à vérifier indiquait par exemple récemment que les restes mortels de ces quatre victimes auraient pu avoir été déplacés "contre le côté droit de l'église de Pouébo", mais aucune trace n'est visible à cet endroit. Autres marques du souvenir : Sur une carte levée en 1867 après l'affaire et conservée aux Archives de l'evêché de Nouméa, on note l'existence d'une "pointe Bailly" à l'embouchure de la rivière de Pouébo. Devant l'émotion suscitée par ce massacre, le gouverneur Guillain, par décision gubernatoriale en date du 6 septembre 1869, prescrivait l'érection d'un monument funèbre à la mémoire du MdL Bailly et du gendarme Venturini. (J.Dauphiné, op. cit. p. 255) Ce monument aurait dû être érigé au lieu-dit Boïvou (aujourd'hui non identifiable), lieu de leur assassinat. Cette décision ne sera pas suivie d'effet et on ne peut manquer de s'interroger sur le nonrespect de cet engagement : peut-être les soucis générés localement par la guerre de 1870 contre les Prussiens qui éclatera peu après en Europe en sont-ils à l'origine? Selon J.Dauphiné, cette situation nouvelle aurait en effet entraîné un regroupement des troupes avec évacuation du poste militaire de Pouébo ; dès lors, l'intérêt de la colonisation européenne se serait détournée du Nord-est et donc de Pouébo pour se reporter sur la côte Ouest aux plaines propices à l'élevage. Et l'on oublia probablement alors le projet de monument à la mémoire des gendarmes assassinés. En 1983, une stèle a été érigée par les divers représentants des communautés kanak de Pouébo, au lieu-dit Ouvanou, en bordure de la route RPN3, à la mémoire des 10 indigènes guillotinés en 1868 "pour avoir défendu leur terre contre la spoliation coloniale du gouvernement Guillain". Un monument à la mémoire "des gendarmes et militaires victimes du devoir en Nouvelle- Calédonie" a été inauguré à Nouméa le 27 décembre 1991 (non loin du monument aux Morts des guerres de et 39-45, en bordure de l'avenue de la Victoire/Henri Lafleur). Le maire de Nouméa a précisé à cette occasion la volonté de sa ville : " porter témoignage du sacrifice des gendarmes et des militaires qui ont largement contribué à faire de ce territoire ce qu'il est." Observations : 9 autres personnes périrent dans ce massacre et 14 autres furent blessées (familles de colons et serviteurs). Les 3 premiers gendarmes : le brigadier (il n'était pas encore MdL) Théodore Bailly et les gendarmes Gachet et Déchaux étaient arrivés à Pouébo le 1 er novembre 1863 avec une unprg

89 dizaine de chercheurs d'or par la Gazelle (les espoirs qu'avait fait naître une découverte d'or seront vite déçus et ces pionniers quitteront rapidement la région, remplacés par des colons). Le poste de Gendarmerie de Pouébo avait été installé dans trois cases sur le terrain de la mission. Il dépendait peut-être alors du chef du poste de Gendarmerie de l'ile des Pins (selon J.Dauphiné, op. cit.). Lors de leurs premières semaines d'installation, les gendarmes font achever la construction de ces trois cases et mettent en terre les graines potagères destinées au petit jardin que le gouverneur avait fait défricher lors de son dernier passage. C'est dans ce jardin que seront inhumées quatre des victimes du massacre. Premier foyer européen après Nouméa avec 50 puis 70 colons, la région de Pouébo fut marquée par de graves rivalités entre les gouverneurs successifs et les missionnaires, dont l'installation était antérieure à la prise de possession par la France, sur fond d'anticléricalisme exacerbé. Les corps des deux gendarmes furent retrouvés dans la rivière sur le lieu de leur assassinat, au pont du lieu-dit "Boïvou" (ou "Bouïvou"), aujourd'hui encore non précisément localisé). Ils avaient été attaqués vers 17 heures en revenant de rendre visite au colon Déméné à Boaïbat, plus au Sud. Les rebelles, capturés après une opération militaire d'envergure, comparaîtront devant le Tribunal Criminel de Nouméa qui prononcera le 8 mai 1868 (après 17 audiences) 10 condamnations à mort et plusieurs peines de prison ou de travaux forcés ; le grand chef Napoléon Ouérabate sera quant à lui destitué et expulsé de la Colonie. Les 10 condamnés à mort seront guillotinés le 18 mai 1868 près de Pouébo, où les bois de justice avaient été exceptionnellement transportés. Les corps seront jetés dans une fosse commune creusée près de l'échafaud. Le 4 novembre 1867, le poste de gendarmerie sera supprimé et remplacé finalement, un peu plus loin au bord et de l'autre côté de la rivière, par une construction militaire de type blockhaus avec une garnison plus étoffée. Le Moniteur de la Nouvelle-Calédonie devait relater le 25 octobre 1867 cet évènement en ces termes : """ Nous avons une sinistre nouvelle à annoncer ce mois-ci : dans la soirée du 6 de ce mois, les indigènes de la tribu de Poëbo ont assassiné le commandant de leur circonscription, le sieur Bailly, maréchal-des-logis de gendarmerie, un gendarme, un colon avec ses deux jeunes enfants et un indigène d'ouvéa. La femme du colon, Mme Déméné, blessée de deux coups de hache, s'est sauvée miraculeusement. "Les meurtriers ont ensuite attaqué l'établissement du capitaine Henry. Les Néo-Hébridais, au service de ce colon, ont défendu leur maître ; dans la lutte, le fils de M. Henry a reçu trois coups de casse-tête, qui heureusement ne mettent pas ses jours en danger. Trois indigènes des Nouvelles-Hébrides et un insulaire de Lifou ont été tués. Les magasins de plusieurs colons ont été pillés par les assassins. "La goëlette de l'etat la Calédonienne, emmenant le chef du service judiciaire et le capitaine d'état-major Bourgey, avec un détachement de vingt hommes, est partie d'ici le 20 octobre pour Poëbo. "Aujourd'hui, la frégate à voiles la Sibylle, qui se trouvait heureusement sur notre rade, part pour la même localité avec le gouverneur lui-même. unprg

90 "Dans quelques jours, les forces réunies à Poëbo se composeront de cent hommes, en y comprenant la compagnie de débarquement de la Sibylle, et ces atrocités recevront le châtiment qu'elles méritent. "Elles ont produit ici une sensation d'autant plus pénible que les dernières nouvelles de cette partie de l'île étaient meilleures : le même chef de poste qui vient d'être assassiné annonçait que les influences fâcheuses exercées par les ennemis de la colonisation semblaient diminuer. C'était le calme qui précédait la tempête.""" Une abondante bibliographie (accessible à Nouméa, à la bibliothèque Bernheim et au Centre Culturel Tjibaou) aborde ce massacre, ses causes et ses conséquences. On citera : - "L'affaire de Pouébo" in bulletin n 37 de la société d'études historiques de la Nouvellecalédonie, 4 ème tr ; - et plus récemment : "Pouébo, histoire d'une tribu canaque sous le Second Empire", de Joël Dauphiné, Ed. L'Harmattan Mais cette affaire occupe encore aujourd'hui les historiens : une conférence donnée par Bruno Coquelet, historien du droit, a abordé récemment à Nouméa le "procès de Pouébo". L'historien précise : """ les gens en parlent encore aujourd'hui. Et particulièrement à Pouébo, où une stèle a été dressée. Il a marqué les esprits pour le nombre des condamnations à mort, puisqu'il y en a eu au moins huit ou neuf, mais aussi pour le triste "spectacle" de la guillotine qu'on avait fait monter de Nouméa """ (Les Nouvelles Calédoniennes du ). Dans son ouvrage, J.Dauphiné indique que les gendarmes assassinés avaient chacun une concubine dont une concubine locale pour le MdL Bailly ; elle était enceinte de 6 mois au moment des faits et l'enfant portera les deux prénoms du père. Evoquant plus tard cette révolte, Jules Garnier écrira au sujet du MdL Bailly (qu'il avait connu brigadier) : """Le chef de poste, le brigadier Bailly, était un homme probe, doux, humain et relativement instruit ; il s'acquittait de la lourde tâche qui lui était incombée avec une conscience et une habileté supérieures """ ("La Nouvelle-Calédonie, côte orientale", Jules Garnier, nouvelle éd. Illustrée, Paris, 1901). unprg

91 41 - Gendarme VIAUD Paul Mort de maladie au cours d'une hospitalisation après blessure en service Circonstances de la mort : Ordre n 1 de l'année 1904 du commandement de la Gendarmerie en Nouvelle-Calédonie. VIAUD, (Paul), gendarme, probablement de la brigade de La Foa (en effet, alors qu'il est décédé à l'hôpital de Nouméa, le monuments aux Morts de la caserne Meunier indique : La Foa qui ne peut être alors que l'indication de sa résidence d'affectation). """Le chef d'escadron commandant la compagnie a la douleur de porter à la connaissance des militaires de la compagnie la mort du gendarme Viaud, Paul, décédé à l'hôpital militaire le 13 janvier 1904, des suites de la fièvre typhoïde. Viaud fut un brave et loyal serviteur qui emporte l'affectation de ses camarades et l'estime de ses chefs ; il est tombé sur la brèche, victime du devoir. C'est en effet à l'hôpital où il était entré à la suite des blessures reçues dans un service commandé, qu'il a contracté le germe de la maladie qui l'a emporté. Son nom vient donc s'ajouter sur la liste déjà longue des militaires de la compagnie qui ont trouvé la mort dans l'accomplissement ou par suite de l'accomplissement de leurs devoirs. Je suis sûr d'être l'interprète de tous en adressant à sa vieille mère nos compliments de condoléances et les témoignages de notre respectueuse sympathie et en lui donnant l'assurance que la tombe de son fils ne sera pas oubliée. Nouméa le 15 janvier 1904 Le chef d'escadron commandant la compagnie Signé : Maudet.""" Comparaison avec le monument aux Morts de la Gendarmerie de la caserne Meunier : Alors que le gendarme Viaud est décédé à l'hôpital de Nouméa, le monument aux Morts indique La Foa, lieu de sa probable affectation. Sépulture : Le gendarme Viaud a été inhumé au carré E du cimetière du 4 ème km à Nouméa. En 1953, par suite de la refonte du carré E, ses restes ont été transférés à l'ossuaire du cimetière du 5 ème km (fosse commune). Le commandant de la compagnie de gendarmerie de Nouvelle-Calédonie, dans son ordre n 1 du 15 janvier 1904, avait pourtant affirmé : " Je suis sûr d'être l'interprète de tous en adressant à sa vieille mère nos compliments de condoléances etc et en lui donnant l'assurance que la tombe de son fils ne sera pas oubliée." Une circonstance peut expliquer que la Gendarmerie n'ait pas été en mesure par la suite d'honorer l'engagement pris par le chef d'escadron Maudet : si la surveillance de l'état des "sépultures militaires" a jadis incombé à la Gendarmerie (archives de la Gendarmerie à Nouméa), sa mission ne s'étendait cependant pas aux cimetières de la ville de Nouméa. unprg

92 Autres marques du souvenir : Un monument à la mémoire "des gendarmes et militaires victimes du devoir en Nouvelle- Calédonie" a été inauguré à Nouméa le 27 décembre 1991 (non loin du monument aux Morts des guerres de et 39-45, en bordure de l'avenue de la Victoire/Henri Lafleur). Le maire de Nouméa a précisé à cette occasion la volonté de sa ville : " porter témoignage du sacrifice des gendarmes et des militaires qui ont largement contribué à faire de ce territoire ce qu'il est." Observations : Aucune trace de ce décès n'a été trouvée ni dans la France Australe ni dans le Bulletin du Commerce. Le gendarme Viaud est décédé de typhoïde à l'hôpital de Nouméa où il avait été admis à la suite de blessures reçues en service commandé. Il était né le 12 novembre 1868 à Sète (Hérault). unprg

93 42 - Auxiliaire de 4 ème classe WAIHAE Jacob Accident de la circulation routière lors d'un service d'ordre Circonstances de la mort : Livre d'or 1968 (partie : liste des morts victimes du devoir) WAIHAE, (Jacob-Iacobo), Légion de Gendarmerie du Pacifique. """Est décédé le 29 décembre 1968 des suites de blessures reçues au cours d'un accident de la circulation survenu en service commandé.""" Comparaison avec le monument aux Morts de la Gendarmerie de la caserne Meunier : Un quotidien de l'époque, La France Australe, indique que le décès a été instantané et que le lieu de l'accident se situait près du col d'amieu, à environ 4 km de Koh ; le monument aux Morts de la caserne Meunier indique pour sa part Nouméa (lieu d'affectation) et le Livre d'or est muet à ce sujet. Sépulture : Sa tombe est située devant le temple à la tribu de Hmelek, dont il était originaire (île de Lifou, district de Lössi) (voir dossier photographique). Autres marques du souvenir : Un monument à la mémoire "des gendarmes et militaires victimes du devoir en Nouvelle- Calédonie" a été inauguré à Nouméa le 27 décembre 1991 (non loin du monument aux Morts des guerres de et 39-45, en bordure de l'avenue de la Victoire/Henri Lafleur). Le maire de Nouméa a précisé à cette occasion la volonté de sa ville : " porter témoignage du sacrifice des gendarmes et des militaires qui ont largement contribué à faire de ce territoire ce qu'il est." Observations : Le quotidien précité relate en détail les circonstances de l'accident : conduit par un autre gendarme, le véhicule de service a versé dans un profond ravin alors que la patrouille participait à la surveillance du Deuxième Safari Automobile de Nouvelle-Calédonie. Ce militaire était marié et père de six enfants. unprg

94 43 - Gendarme ZAWADSKI Jean Homicide volontaire Circonstances de la mort : Livre d'or 1988 (partie : actions d'éclat) ZAWADSKI (Jean), gendarme, de la légion de gendarmerie du Nord-Pas-de-Calais.. """Excellent gendarme dévoué, courageux et animé d'un sens élevé du devoir. Le 22 avril 1988, à Fayaoué-Ouvéa (Nouvelle-Calédonie), a été mortellement blessé au cours d'une agression perpétrée par des individus qui investissaient la brigade. A fait preuve d'une abnégation absolue dans l'accomplissement de sa mission.""" A obtenu pour ce fait : - la médaille de la gendarmerie nationale, par décision n 11 du ministre de la Défense, en date du 7 mai 1988 ; - la médaille militaire, par décret du 22 juin 1988 (avec effet du 27 avril 1988) ; - par ailleurs, ce sous-officier a été promu, à titre exceptionnel, au grade de maréchal-deslogis chef, à compter du 22 avril Comparaison avec le monument aux Morts de la Gendarmerie de la caserne Meunier : Le monument indique : à Ouvéa ; le Livre d'or précise : Fayaoué-Ouvéa. Sépulture : Pas de sépulture en Nouvelle-Calédonie Autres marques de souvenir : Cité sur le monument érigé devant la mairie de Dumbéa (place des gendarmes d'ouvéa) "en hommage aux gendarmes d'ouvéa et à tous leurs frères d'armes tombés pour la défense de la paix et du droit en Nouvelle-Calédonie" qui énonce les noms des 11 militaires de la gendarmerie qui ont trouvé la mort lors des Evènements de 1983 à 1988 (Dujardin, Leroy, Moulié, Zadawski, Galardon, Morice, Comte, Lecomte, Maréchal, Berne, Robert). Une stèle à la brigade de gendarmerie de Fayaoué (Ouvéa), au pied du mât des couleurs, porte les noms de Dujardin, Leroy, Moulié et Zadawski et la mention "morts pour la France" Peu après ce drame, une association intitulée "Comité du 22 avril à la mémoire des gendarmes d'ouvéa" a vu le jour ; initialement axée sur la défense des droits des gendarmes tués à Fayaoué, elle a étendu depuis sa défense à tous les militaires tués ou blessés en service commandé et à leurs familles ainsi qu'aux retraités et entretient le souvenir des sacrifices consentis. Un monument à la mémoire "des gendarmes et militaires victimes du devoir en Nouvelle- Calédonie" a été inauguré à Nouméa le 27 décembre 1991 (non loin du monument aux unprg

95 Morts des guerres de et 39-45, en bordure de l'avenue de la Victoire/Henri Lafleur). Le maire de Nouméa a précisé à cette occasion la volonté de sa ville: " porter témoignage du sacrifice des gendarmes et des militaires qui ont largement contribué à faire de ce territoire ce qu'il est." Observations : Cette affaire s'inscrit dans la période des troubles qui ont secoué la Nouvelle-Calédonie dans les années quatre-vingt et que l'histoire a retenus sous le qualificatif pudique d'"evènements". Pour favoriser le retour à la paix civile, deux lois d'amnistie en 1988 et en 1990, couvrant jusqu'aux crimes de sang, seront promulguées non sans susciter une certaine émotion. Quatre militaires de la Gendarmerie seront tués dans cette attaque de la brigade de Fayaoué : Dujardin, Leroy, Moulié et Zawadski. "L'affaire d'ouvéa" a donné lieu à une très abondante bibliographie, accessible à la bibliothèque Bernheim et au centre culturel Tjibaou à Nouméa. Le dernier ouvrage en date, une analyse juridique intitulée "L'assaut de la grotte d'ouvéa", de Cédric Michalski, a été publiée aux éditions L'Harmattan en unprg

96 Insigne de poitrine actuel du commandement des forces de Gendarmerie Pour la Nouvelle-Calédonie et les îles Wallis-et-Futuna unprg

Alcool au volant : tous responsables? La question de la co-responsabilité sera enfin posée au Tribunal de Saint Nazaire

Alcool au volant : tous responsables? La question de la co-responsabilité sera enfin posée au Tribunal de Saint Nazaire DOSSIER DE PRESSE 01/09/2014 Alcool au volant : tous responsables? La question de la co-responsabilité sera enfin posée au Tribunal de Saint Nazaire Avec l appui de la Ligue Contre la Violence Routière,

Plus en détail

Loi organique relative à la Haute Cour

Loi organique relative à la Haute Cour Loi organique relative à la Haute Cour Dahir portant loi organique n 1-77-278 du 24 chaoual 1397 (8 octobre 1977) relative à la Haute Cour (1) Louange à Dieu Seul! (Grand Sceau de Sa Majesté Hassan II)

Plus en détail

LOI N 61-10 DU 7 MARS 1961 déterminant la nationalité sénégalaise, modifiée

LOI N 61-10 DU 7 MARS 1961 déterminant la nationalité sénégalaise, modifiée LOI N 61-10 DU 7 MARS 1961 déterminant la nationalité sénégalaise, modifiée (JO n 4984 p. 13) L assemblée nationale à délibéré et adopté, Le président de la république promulgue la loi dont la teneur suit

Plus en détail

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc Bienvenue à l âge de la majorité! l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes fondamentaux de la République à travers «Le Livret du Citoyen» Nom... Prénom... Date de naissance...

Plus en détail

Il s'agit d'un accident survenu dans l'exercice ou à l'occasion de l'exercice des fonctions (art. 57 2 de la loi n 84-53 du 26 janvier 1984).

Il s'agit d'un accident survenu dans l'exercice ou à l'occasion de l'exercice des fonctions (art. 57 2 de la loi n 84-53 du 26 janvier 1984). Agents CNRACL : Accident de service Maladie professionnelle 85 Bd de la République 17076 La Rochelle cedex 9 Tel. 05.46.27.47.00 Fax. 05.46.27.47.08 Courriel. cdg17@cdg17.fr Note d information du 19 juillet

Plus en détail

En devenant majeur-e, vous devenez responsable de vos actes, c est-à-dire que vous en mesurez toutes les conséquences.

En devenant majeur-e, vous devenez responsable de vos actes, c est-à-dire que vous en mesurez toutes les conséquences. 3La responsabilité La responsabilité civile La responsabilité pénale La procédure judiciaire applicable La protection judiciaire pour les jeunes majeurs En devenant majeur-e, vous devenez responsable de

Plus en détail

PRÉVENTIONS SÉNIORS POUR VOTRE SÉCURITÉ, AYEZ LES BONS RÉFLEXES!!

PRÉVENTIONS SÉNIORS POUR VOTRE SÉCURITÉ, AYEZ LES BONS RÉFLEXES!! PRÉVENTIONS SÉNIORS POUR VOTRE SÉCURITÉ, AYEZ LES BONS RÉFLEXES!! sommaire A votre domicile Des gestes simples se prémunir des cambriolages en cas d'absence prolongée que faire? Vous avez été victime d'un

Plus en détail

Nous devons faire face au décès d'un proche

Nous devons faire face au décès d'un proche Nous devons faire face au décès d'un proche Mise à jour le 07.11.2012 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre) Devoirs et obligations : Lors du décès d'un proche, des démarches

Plus en détail

DISPOSITIF FEMMES EN TRES GRAND DANGER BILAN D UNE ANNÉE D EXPÉRIMENTATION

DISPOSITIF FEMMES EN TRES GRAND DANGER BILAN D UNE ANNÉE D EXPÉRIMENTATION DISPOSITIF FEMMES EN TRES GRAND DANGER BILAN D UNE ANNÉE D EXPÉRIMENTATION 30 téléphones portables disponibles 27 femmes ont été admises au dispositif. Le bénéfice du TGD pendant une durée de 6 mois a

Plus en détail

Secourisme en milieu de travail et responsabilité des différents acteurs.

Secourisme en milieu de travail et responsabilité des différents acteurs. 1 Secourisme en milieu de travail et responsabilité des différents acteurs. S. ARTIGNAN 1 (1) assistant en médecine du travail, Ecole d application du service de santé des armées, BP n 1, 00466 - Armées

Plus en détail

LOI GENERALE SUR L'INSTRUCTION PUBLIQUE

LOI GENERALE SUR L'INSTRUCTION PUBLIQUE LOI GENERALE SUR L'INSTRUCTION PUBLIQUE 1 ER MAI 1802 (FLOREAL AN X) TITRE I DIVISION DE L'INSTRUCTION Art.1. L'instruction sera donnée : 1 Dans les Écoles primaires établies par les commu nes ; 2 Dans

Plus en détail

Loi du 11 floréal an X (1 e mai 1802)

Loi du 11 floréal an X (1 e mai 1802) Loi du 11 floréal an X (1 e mai 1802) La loi du 11 floréal an X spécifie que l'enseignement comporte trois degrés : primaire, secondaire, spécial et qu'il est dispensé dans quatre catégories d'établissements

Plus en détail

Retrouver l état signalétique ou le passé militaire d un combattant des armées françaises nés en France

Retrouver l état signalétique ou le passé militaire d un combattant des armées françaises nés en France Retrouver l état signalétique ou le passé militaire d un combattant des armées françaises nés en France Origine, composition des fonds d archives C est la loi Jourdan du 15 septembre 1798 qui substitue

Plus en détail

Mise en œuvre de la responsabilité du maire

Mise en œuvre de la responsabilité du maire Mise en œuvre de la responsabilité du maire Les conditions d engagement de la responsabilité du maire relèvent du droit commun de l engagement de la responsabilité des personnes publiques. A ce titre,

Plus en détail

QUE FAIRE EN CAS DE DECES?

QUE FAIRE EN CAS DE DECES? QUE FAIRE EN CAS DE DECES? ORGANISATION DES OBSEQUES Déclaration de décès Un décès doit être déclaré dans les 24 heures à la mairie du lieu de décès. Cette démarche peut-être effectuée par les proches

Plus en détail

Rachel Frély. Le guide des formalités après un décès

Rachel Frély. Le guide des formalités après un décès Rachel Frély Le guide des formalités après un décès Introduction Nous sommes tous concernés, un jour ou l autre, à la situation du deuil. La mort d un proche est une épreuve terrible. La douleur, le désarroi,

Plus en détail

Exercices Objectifs Points obtenus

Exercices Objectifs Points obtenus Français I LE FAIT DIVERS 8P Exercices Objectifs Points obtenus Seuil de réussite LA STRUCTURE D UN FAIT DIVERS Connaître les divers éléments qui constituent un fait divers /17 /12 1 Différencier un titre

Plus en détail

AUTORISATION PARENTALE RAPPELS JURIDIQUES

AUTORISATION PARENTALE RAPPELS JURIDIQUES FFVoile Ligue Ile de France Formation Arbitres Régionaux Formalités avant course Autorisation Parentale AUTORISATION PARENTALE RAPPELS JURIDIQUES Le mineur est la personne de moins de dix-huit ans révolus

Plus en détail

NOTICE RELATIVE AU CHANGEMENT DE NOM

NOTICE RELATIVE AU CHANGEMENT DE NOM NOTICE RELATIVE AU CHANGEMENT DE NOM I- QUI PEUT DEMANDER À CHANGER DE NOM?...3 II - COMMENT CONSTITUER UN DOSSIER?...3 III - QUELS SONT LES MOTIFS JUSTIFIANT LE CHANGEMENT DE NOM?...7 IV - OÙ DÉPOSER

Plus en détail

«En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie?

«En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie? «En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie? Paroles : «En avant les p tits gars». Fragson. 1913.

Plus en détail

Responsabilité civile et pénale de l instituteur

Responsabilité civile et pénale de l instituteur Responsabilité civile et pénale de l instituteur 1 Responsabilité civile et pénale de l instituteur Le terme instituteur désigne toute personne mandatée ou agréée par l administration pour assurer un enseignement

Plus en détail

Commune d Yvorne LA MUNICIPALITÉ REGLEMENT DU CIMETIERE D YVORNE

Commune d Yvorne LA MUNICIPALITÉ REGLEMENT DU CIMETIERE D YVORNE Commune d Yvorne LA MUNICIPALITÉ REGLEMENT DU CIMETIERE D YVORNE Art. 1 Le Service des inhumations et des incinérations ainsi que la police du cimetière rentrent dans les attributions de la Municipalité,

Plus en détail

DON D ORGANES Donneur ou pas

DON D ORGANES Donneur ou pas Agence de la biomédecine L Agence de la biomédecine, qui a repris les missions de l Etablissement français des Greffes, est un établissement public national de l Etat créé par la loi de bioéthique du 6

Plus en détail

Après examen par le conseil des ministres réuni le 8 ramadan 1417 (17 janvier 1997),

Après examen par le conseil des ministres réuni le 8 ramadan 1417 (17 janvier 1997), 18 Janvier 1997 Décret n 2-96-906 (9 ramadan 1417) pris pour l'application du chapitre II - relatif au registre du commerce - du titre IV du livre premier de la loi n 15-95 formant Code de commerce (B.O.

Plus en détail

COUR DU QUÉBEC «Division des petites créances»

COUR DU QUÉBEC «Division des petites créances» Marionnet c. Ani-Puce 2014 QCCQ 2683 CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE LAVAL LOCALITÉ DE LAVAL «Chambre civile» N : 540-32-025647-122 COUR DU QUÉBEC «Division des petites créances» DATE : Le 8 avril

Plus en détail

Révisions CFG Thème 5 : prévenir les risques de la vie courante Fiche 3 - Les assurances

Révisions CFG Thème 5 : prévenir les risques de la vie courante Fiche 3 - Les assurances Prénom : Date : Révisions CFG Thème 5 : prévenir les risques de la vie courante Fiche 3 - Les assurances 1. D après toi, une assurance c est : un contrat souscrit auprès d un organisme dans le but d indemniser

Plus en détail

- QUESTIONNAIRE HISTORIQUE

- QUESTIONNAIRE HISTORIQUE - QUESTIONNAIRE HISTORIQUE HISTOIRE DES GARDES POMPES ET DU BATAILLON 1) De quel pays, Du Périer a-t-il rapporté la pompe à incendie pour laquelle il a obtenu un privilège royal en 1699? Hollande 2) Quel

Plus en détail

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS N T 10-81.568 F-P+B+I N 255 CI/CV 8 FÉVRIER 2011 REJET M. LOUVEL président, R E P U B L I Q U E F R A N C A I S E AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE CRIMINELLE, en son audience publique

Plus en détail

ACCIDENTS DU TRAVAIL ET MALADIES PROFESSIONNELLES

ACCIDENTS DU TRAVAIL ET MALADIES PROFESSIONNELLES ACCIDENTS DU TRAVAIL ET MALADIES PROFESSIONNELLES Principaux textes concernant les commissions de réforme : Fonction publique de l état : Loi n 84-16 du 11 janvier 1984 Décret n 86-442 du 14 mars 1986

Plus en détail

OBJET : FORMULES DE FINANCEMENT EN PREVISION D OBSEQUES.

OBJET : FORMULES DE FINANCEMENT EN PREVISION D OBSEQUES. MINISTERE DE L INTERIEUR ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Paris, le 20/12/06 Le Ministre d Etat, ministre de l'intérieur et de l aménagement du

Plus en détail

COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL. Séance du 29 décembre 2008

COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL. Séance du 29 décembre 2008 Date de convocation :12/12/2008 COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL Séance du 29 décembre 2008 L an deux mil huit, le vingt neuf décembre à 18 heures, le Conseil Municipal de la commune de SAINT LAMBERT

Plus en détail

Subordonnée circonstancielle de cause, de conséquence et de but

Subordonnée circonstancielle de cause, de conséquence et de but DE MATÉRIEL CONSÉQUENCE POUR ET DE BUTALLOPHONES 1 Notion de phrase Subordonnée circonstancielle de cause, de conséquence et de but 1 LA SUBORDONNÉE CIRCONSTANCIELLE DE CAUSE La subordonnée circonstancielle

Plus en détail

église paroissiale ; cimetière Saint-Pierre de Poulainville, devenus cimetière communal (détruit)

église paroissiale ; cimetière Saint-Pierre de Poulainville, devenus cimetière communal (détruit) Ancienne église paroissiale et cimetière Saint-Pierre de Poulainville, devenus cimetière communal (détruit) place de l' Eglise Poulainville Dossier IA80003711 réalisé en 2002 Copyrights Copyrights Auteurs

Plus en détail

Convention sur la réduction des cas d apatridie

Convention sur la réduction des cas d apatridie Convention sur la réduction des cas d apatridie 1961 Faite à New York le 30 août 1961. Entrée en vigueur le 13 décembre 1975. Nations Unies, Recueil des Traités, vol. 989, p. 175. Copyright Nations Unies

Plus en détail

Guide des bonnes pratiques. Les différentes manières dont on saisit la justice pénale

Guide des bonnes pratiques. Les différentes manières dont on saisit la justice pénale Guide des bonnes pratiques Les différentes manières dont on saisit la justice pénale Le droit pénal est une matière transversale présente dans tous les domaines du droit: en droit de la famille, en droit

Plus en détail

Pierre TREMBLAY et Ozanne ACHON

Pierre TREMBLAY et Ozanne ACHON Pierre TREMBLAY et Ozanne ACHON Pierre et Ozanne sont à l origine de tous les Tremblay d Amérique du Nord. Il est percheron, elle est aunisienne : ils sont le symbole de ces deux petites provinces françaises

Plus en détail

Demande de retraite d un fonctionnaire de l Etat ou d un magistrat

Demande de retraite d un fonctionnaire de l Etat ou d un magistrat Nous sommes là pour vous aider Demande de retraite d un fonctionnaire de l Etat Articles D.1 et D.21 du code des pensions civiles et militaires de retraite et demande de retraite additionnelle Article

Plus en détail

Etre citoyen, c'est avoir des droits, mais aussi des devoirs.

Etre citoyen, c'est avoir des droits, mais aussi des devoirs. Etre citoyen, c'est avoir des droits, mais aussi des devoirs. Le sens actuel du mot citoyen est hérité de la révolution française qui a initié le droit de vote. La citoyenneté confère des droits, mais

Plus en détail

Pièces à fournir pour chacun des époux

Pièces à fournir pour chacun des époux Pièces à fournir pour chacun des époux Une copie intégrale d acte de naissance, Pour les personnes de nationalité française Une copie intégrale d acte de naissance de moins de 3 mois. À demander à la mairie

Plus en détail

La responsabilité civile et pénale. Francis Meyer -Institut du travail Université R. Schuman

La responsabilité civile et pénale. Francis Meyer -Institut du travail Université R. Schuman La responsabilité civile et pénale Francis Meyer -Institut du travail Université R. Schuman La responsabilité civile est la conséquence, soit de l'inexécution d'un contrat, soit d'un acte volontaire ou

Plus en détail

CONTRAT OBSEQUES ET TUTELLE : UN ARRET* PRECISE LES MODALITES D APPLICATION

CONTRAT OBSEQUES ET TUTELLE : UN ARRET* PRECISE LES MODALITES D APPLICATION JURISPRUDENCE JURISPRUDENCE JURISPRUDENCE JURISPRUDENCE JURISPRUDENCE JURISPRUDENCE CONTRAT OBSEQUES ET TUTELLE : UN ARRET* PRECISE LES MODALITES D APPLICATION La Cour d appel de Douai a rendu le 16 Juin

Plus en détail

SERVICE DE L EXERCICE PROFESSIONNEL

SERVICE DE L EXERCICE PROFESSIONNEL SERVICE DE L EXERCICE PROFESSIONNEL PRESTATION DE SERMENT DÉMARCHES PRÉALABLES Nous vous remercions de bien vouloir prendre rendez-vous auprès du SEP pour déposer le présent dossier accompagné de toutes

Plus en détail

L Assemblée Nationale a délibéré et adopté en sa séance du 14 décembre 1996 1995 ;

L Assemblée Nationale a délibéré et adopté en sa séance du 14 décembre 1996 1995 ; Loi n 96-022/ Régissant la mutualité en République du Mali. L Assemblée Nationale a délibéré et adopté en sa séance du 14 décembre 1996 1995 ; Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur

Plus en détail

Arrêtons. Chapitre I er. - Les assemblées générales de copropriétaires

Arrêtons. Chapitre I er. - Les assemblées générales de copropriétaires Règlement grand-ducal du 13 juin 1975 prescrivant les mesures d'exécution de la loi du 16 mai 1975 portant statut de la copropriété des immeubles. - base juridique: L du 16 mai 1975 (Mém. A - 28 du 23

Plus en détail

JE DOIS FAIRE FACE AU DÉCÈS D'UN PROCHE

JE DOIS FAIRE FACE AU DÉCÈS D'UN PROCHE JE DOIS FAIRE FACE AU DÉCÈS D'UN PROCHE Mise à jour le 07.11.2012 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre) Lors du décès d'un proche, des démarches sont rapidement nécessaires

Plus en détail

United Nations (8) Nations Unies

United Nations (8) Nations Unies United Nations (8) Nations Unies HEADQUARTERS SIEGE NEW YORK, NY 10017 TEL.: 1 (212) 963.1234' FAX: 1 (212) 963.4879 Distr. SECOND INTERNA1l0NAL DECADE FOR THE ERADICATION OF COLONIALISM RESTRICTED PRS/2010/CRP.9

Plus en détail

LA REBELLION. a) il faut que l'agent ait agi dans l'exercice de ses fonctions.

LA REBELLION. a) il faut que l'agent ait agi dans l'exercice de ses fonctions. LA REBELLION La rébellion est le fait de s'opposer violemment aux fonctionnaires et officiers publics qui agissent pour l'exécution et l'application des lois. I - ELEMENTS CONSTITUTIFS A - L ELEMENT LEGAL

Plus en détail

Cour suprême. simulation d un procès. Canada. Introduction génér ale. Comment réaliser une simulation de procès?

Cour suprême. simulation d un procès. Canada. Introduction génér ale. Comment réaliser une simulation de procès? simulation d un procès Introction génér ale Un procès criminel se déroule devant un juge seul, parfois assisté d un jury composé de jurés. L avocat de la défense représente l accusé, qui est présumé innocent,

Plus en détail

Mes volontés quand je mourrai. Vivre signifie : vouloir s'accrocher et devoir quand même lâcher

Mes volontés quand je mourrai. Vivre signifie : vouloir s'accrocher et devoir quand même lâcher Mes volontés quand je mourrai Vivre signifie : vouloir s'accrocher et devoir quand même lâcher Mes volontés quand je mourrai 1 Avant-propos Objectif Il n'est pas toujours facile de discuter de sujets douloureux,

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES ARMEES. Edition Chronologique n 24 du 31 mai 2013. PARTIE PERMANENTE Administration Centrale. Texte n 3

BULLETIN OFFICIEL DES ARMEES. Edition Chronologique n 24 du 31 mai 2013. PARTIE PERMANENTE Administration Centrale. Texte n 3 BULLETIN OFFICIEL DES ARMEES Edition Chronologique n 24 du 31 mai 2013 PARTIE PERMANENTE Administration Centrale Texte n 3 CIRCULAIRE N 6200/DEF/CAB/SDBC/DECO/B relative x conditions de proposition pour

Plus en détail

CONVENTION ENTRE LA REPUBLIQUE FRANCAISE ET LE ROYAUME DU MAROC RELATIVE AU STATUT DES PERSONNES ET DE LA FAMILLE ET A LA COOPERATION JUDICIAIRE

CONVENTION ENTRE LA REPUBLIQUE FRANCAISE ET LE ROYAUME DU MAROC RELATIVE AU STATUT DES PERSONNES ET DE LA FAMILLE ET A LA COOPERATION JUDICIAIRE CONVENTION ENTRE LA REPUBLIQUE FRANCAISE ET LE ROYAUME DU MAROC RELATIVE AU STATUT DES PERSONNES ET DE LA FAMILLE ET A LA COOPERATION JUDICIAIRE Décret n 83-435 DU 27 mai 1983 (publié au J.O du1er juin

Plus en détail

Filière Police. Chef de service de police municipale. Catégorie B. Edition Août 2012. Services concours. Centres de Gestion du Languedoc- Roussillon

Filière Police. Chef de service de police municipale. Catégorie B. Edition Août 2012. Services concours. Centres de Gestion du Languedoc- Roussillon Filière Police Edition Août 2012 Chef de service de police municipale Catégorie B Services concours Centres de Gestion du Languedoc- Roussillon www.cdg-lr.fr Sommaire Références : - Décret n 2011-444 du

Plus en détail

BOURSES D ÉTUDES ACCESSIBLES À LA COMMUNAUTÉ DES FC

BOURSES D ÉTUDES ACCESSIBLES À LA COMMUNAUTÉ DES FC BOURSES D ÉTUDES ACCESSIBLES À LA COMMUNAUTÉ DES FC Diverses bourses d études sont accessibles aux membres actifs et libérés des Forces canadiennes et à leur famille. Bien que toutes les bourses ci-après

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE LA CONSULTATION PUBLIQUE ARRONDISSEMENT DE BROMPTON RÉVISION DU SCHÉMA DE COUVERTURE DE RISQUES EN SÉCURITÉ INCENDIE

COMPTE-RENDU DE LA CONSULTATION PUBLIQUE ARRONDISSEMENT DE BROMPTON RÉVISION DU SCHÉMA DE COUVERTURE DE RISQUES EN SÉCURITÉ INCENDIE COMPTE-RENDU DE LA CONSULTATION PUBLIQUE ARRONDISSEMENT DE BROMPTON RÉVISION DU SCHÉMA DE COUVERTURE DE RISQUES EN SÉCURITÉ INCENDIE 13 JUIN 2012 19 h BUREAU D ARRONDISSEMENT DE BROMPTON SONT PRÉSENTS

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Contacts presse

DOSSIER DE PRESSE Contacts presse DOSSIER DE PRESSE Contacts presse : Bureau de la communication interministérielle - 02.48.67.34.36 pref-communication@cher.gouv.fr Préfecture du Cher - Place Marcel Plaisant CS 60022-18020 BOURGES Cedex

Plus en détail

Adopté le 13.11.1981, entrée en vigueur le 13.11.1981 - Etat au 01.10.2013 (en vigueur)

Adopté le 13.11.1981, entrée en vigueur le 13.11.1981 - Etat au 01.10.2013 (en vigueur) Adopté le 13.11.1981, entrée en vigueur le 13.11.1981 - Etat au 01.10.2013 (en vigueur) RÈGLEMENT 963.41.1 d'application de la loi du 17 novembre 1952 concernant l'assurance des bâtiments et du mobilier

Plus en détail

MAIRIE DE MOULINET. Acte d Engagement FOURNITURE DE TOILETTE A NETTOYAGE AUTOMATIQUE MARCHE N 2012-1 DOSSIER DE CONSULTATION MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX

MAIRIE DE MOULINET. Acte d Engagement FOURNITURE DE TOILETTE A NETTOYAGE AUTOMATIQUE MARCHE N 2012-1 DOSSIER DE CONSULTATION MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX MAIRIE DE MOULINET SERVICE MARCHES PUBLICS Place Saint Joseph 06380 MOULINET 04 93 04 80 07-04 93 04 81 93 DOSSIER DE CONSULTATION MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX MARCHE N 2012-1 FOURNITURE DE TOILETTE A NETTOYAGE

Plus en détail

Atlas géographique de l Internet fixe et mobile en Nouvelle-Calédonie Juin 2014. Réalisé par Malcolm XENIE

Atlas géographique de l Internet fixe et mobile en Nouvelle-Calédonie Juin 2014. Réalisé par Malcolm XENIE Atlas géographique de l Internet fixe et mobile en Nouvelle-Calédonie Juin 2014 Réalisé par Malcolm XENIE Internet en Nouvelle-Calédonie Les secteurs d activités numériques englobent les télécommunications

Plus en détail

compl mentaire des dossiers réalisés dans le cadre du Concours national de la Résistance notamment de ceux réalis

compl mentaire des dossiers réalisés dans le cadre du Concours national de la Résistance notamment de ceux réalis Introduction L ensemble ensemble documentaire qui suit est complémentaire compl mentaire des dossiers réalisés r dans le cadre du Concours national de la Résistance R sistance et de la Déportation, D notamment

Plus en détail

RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE. Montpellier - 13 novembre 2012

RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE. Montpellier - 13 novembre 2012 RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE Montpellier - 13 novembre 2012 LE RISQUE SPORTIF Facteurs aggravants de risques La nature de l activité L âge des participants à l activité Le lieu de l activité

Plus en détail

Questionnaire du projet Innocence

Questionnaire du projet Innocence 1 Questionnaire du projet Innocence Directives : Répondez de façon aussi détaillée que possible à chacune des questions suivantes ayant trait à votre dossier. Des réponses complètes et précises nous permettront

Plus en détail

La Constitution européenne

La Constitution européenne La Constitution européenne "Le Parlement européen approuve la Constitution et appuie sans réserve sa ratification"(*): elle éclaire la nature et les objectifs de l'union, renforce son efficacité et son

Plus en détail

Africa-Info : Cameroun: Première opération du cœur par radiofréquence au Cameroun Jeudi, 16 Février 2012 00:22

Africa-Info : Cameroun: Première opération du cœur par radiofréquence au Cameroun Jeudi, 16 Février 2012 00:22 Ai-Cameroun C est une équipe multidisciplinaire conduite par le Professeur Jean Michel Haissaguerre assisté du Professeur Agboton et de plusieurs cardiologues et médecins généralistes qui a procédé pour

Plus en détail

Responsabilité civile et pénale des associations

Responsabilité civile et pénale des associations Responsabilité civile et pénale des associations En engageant une action associative, sachez que le fait de déposer des statuts et donc d adapter les règles de la loi 1901 vous obligent à appliquer la

Plus en détail

RESPONSABILITÉ, SANCTION Introduction: Être responsable de ses actes ET ASSURANCE. Il existe deux types de responsabilité

RESPONSABILITÉ, SANCTION Introduction: Être responsable de ses actes ET ASSURANCE. Il existe deux types de responsabilité Introduction: Être responsable de ses actes Vivre en société exige l existence et le respect de règles visant à garantir la liberté des individus qui la composent, 2 mais aussi à les protéger sur les plans

Plus en détail

de la commune organisatrice ou bénéficiaire, ci-après dénommée «société de transports en commun bénéficiaire». Par dérogation aux dispositions de

de la commune organisatrice ou bénéficiaire, ci-après dénommée «société de transports en commun bénéficiaire». Par dérogation aux dispositions de 15 MAI 2007. - Loi relative à la création de la fonction de gardien de la paix, à la création du service des gardiens de la paix et à la modification de l'article 119bis de la nouvelle loi communale (1)

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉQUIPEMENT. Direction des routes et de la circulation routièrẹ Sous-direction des routes et des affaires générales. 3 bureau.

MINISTÈRE DE L ÉQUIPEMENT. Direction des routes et de la circulation routièrẹ Sous-direction des routes et des affaires générales. 3 bureau. MINISTÈRE DE L ÉQUIPEMENT. - TEXTES OFFICIELS MINISTÈRE DE L ÉQUIPEMENT Direction des routes et de la circulation routièrẹ Sous-direction des routes et des affaires générales. 3 bureau. CIRCULAIRE N 12

Plus en détail

El Tres de Mayo, GOYA

El Tres de Mayo, GOYA Art du visuel / «Arts, ruptures, continuités» Problématique : «Comment l expression du sentiment surgit-elle dans l art au XIX è siècle?» El Tres de Mayo, GOYA Le Tres de Mayo, Francisco Goya, huile sur

Plus en détail

L assurance des deux-roues à moteur. Fédération française des sociétés d assurances DEP 407 - MARS 2003

L assurance des deux-roues à moteur. Fédération française des sociétés d assurances DEP 407 - MARS 2003 DEP 407 - MARS 2003 L assurance des deux-roues à moteur Fédération française des sociétés d assurances Centre de documentation et d information de l assurance 26, bd Haussmann 75311 Paris Cedex 09 Fax

Plus en détail

POLICE FRANÇAISE D'ASSURANCE DES PERTES FINANCIERES DU NAVIRE DE COMMERCE

POLICE FRANÇAISE D'ASSURANCE DES PERTES FINANCIERES DU NAVIRE DE COMMERCE POLICE FRANÇAISE D'ASSURANCE DES PERTES FINANCIERES DU NAVIRE DE COMMERCE (Imprimé du 18 janvier 1990) PRÉAMBULE - LOI APPLICABLE La présente police est régie par la loi du 3 juillet 1967 et son décret

Plus en détail

Mme la mairesse Caroline St-Hilaire, présidente M. Albert Beaudry M. Éric Beaulieu Mme Lorraine Guay Boivin Mme Sylvie Parent

Mme la mairesse Caroline St-Hilaire, présidente M. Albert Beaudry M. Éric Beaulieu Mme Lorraine Guay Boivin Mme Sylvie Parent Procès-verbal de la séance ordinaire du comité exécutif de la Ville de Longueuil, siégeant pour exercer des fonctions qui lui ont été déléguées par le conseil d'agglomération, tenue le 17 juin 2014 à compter

Plus en détail

Notions et contenus à construire :

Notions et contenus à construire : FICHE PÉDAGOGIQUE Date de mise en ligne : Le 1 er juin 2008 Auteurs : Mme Florence LIBCHABER Professeure d économie et gestion Lycée Paul Langevin - SURESNES M. Pascal ROOS Professeur d économie et gestion

Plus en détail

CODE DU PATRIMOINE (Partie Législative) LIVRE II ARCHIVES

CODE DU PATRIMOINE (Partie Législative) LIVRE II ARCHIVES CODE DU PATRIMOINE (Partie Législative) LIVRE II ARCHIVES TITRE Ier RÉGIME GÉNÉRAL DES ARCHIVES Chapitre 1er : Dispositions générales Article L211-1 Les archives sont l'ensemble des documents, quels que

Plus en détail

GUIDE DE L'ARCHIVAGE OCTOBRE 2012

GUIDE DE L'ARCHIVAGE OCTOBRE 2012 GUIDE DE L'ARCHIVAGE OCTOBRE 2012 SOMMAIRE - Introduction Page 1 - Coordonnées du service d Archives de l INSERM Page 2 - Glossaire Page 3 - Les archives dans les bureaux Page 4 - Les archives administratives

Plus en détail

CONVENTION PORTANT SUR L INSTRUCTION DES AUTORISATIONS D OCCUPATION ET D UTILISATION DU SOL

CONVENTION PORTANT SUR L INSTRUCTION DES AUTORISATIONS D OCCUPATION ET D UTILISATION DU SOL COMMUNE DE... Textes législatifs CONVENTION PORTANT SUR L INSTRUCTION DES AUTORISATIONS D OCCUPATION ET D UTILISATION DU SOL Vu le Code Général des Collectivités Territoriales, notamment l article L5211-4-2

Plus en détail

Document 7. 13. Pourquoi ce discours de 1995 marque-t-il un moment important?

Document 7. 13. Pourquoi ce discours de 1995 marque-t-il un moment important? Pages 77-78. Passage en italique. «Je crois devoir attirer votre attention sur le fait qu en exécution des ordres reçus du commandeur des SS, les arrestations ont été opérées uniquement par la police française

Plus en détail

LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION

LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION 1 Document Unique de Délégation Un document qui permet de définir les responsabilités : civiles - pénales Des dirigeants pleinement conscients de leur périmètre de responsabilité,

Plus en détail

Paris, le 14 janvier 2005. La directrice des Archives de France. Mesdames et Monsieur les directeurs des centres des Archives nationales

Paris, le 14 janvier 2005. La directrice des Archives de France. Mesdames et Monsieur les directeurs des centres des Archives nationales Paris, le 14 janvier 2005 La directrice des Archives de France à Mesdames et Monsieur les directeurs des centres des Archives nationales Mesdames et Messieurs les directeurs d archives départementales

Plus en détail

PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINT-CYRILLE-DE-WENDOVER. Règlement sur les système d'alarme

PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINT-CYRILLE-DE-WENDOVER. Règlement sur les système d'alarme PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINT-CYRILLE-DE-WENDOVER Règlement # 380 Règlement sur les système d'alarme 438.09.09 Règlement portant le numéro 380 lequel a pour objet de règlementer les systèmes

Plus en détail

Compte rendu des délibérations du conseil municipal du 20 février 2007

Compte rendu des délibérations du conseil municipal du 20 février 2007 DEPARTEMENT DES DEUX-SEVRES C O M M U N E D E F O R S Compte rendu des délibérations du conseil municipal du 20 février 2007 Séance du...20 février 2007 Nombre de membres en exercice : 13 Date de la convocation...13

Plus en détail

= Assemblée Générale du 27 Avril 2014, à Nancy = =======================

= Assemblée Générale du 27 Avril 2014, à Nancy = ======================= = Assemblée Générale du 27 Avril 2014, à Nancy = ======================= 09h45 : Ouverture de l Assemblée Générale, par Madame la Présidente Marie Lise ROCHOY. Elle souhaite la bienvenue à toute les personnes

Plus en détail

C était la guerre des tranchées

C était la guerre des tranchées C était la guerre des tranchées Jacques Tardi Format 23,2 x 30,5 cm 128 pages C et album consacré, comme son titre l indique, à la vie dans les tranchées pendant la Première Guerre mondiale est constitué

Plus en détail

VILLE DE NOUMEA ---- N 2007/68 SECRETARIAT GENERAL ---- SERVICE DES FINANCES ---- AS NOTE EXPLICATIVE DE SYNTHESE ----

VILLE DE NOUMEA ---- N 2007/68 SECRETARIAT GENERAL ---- SERVICE DES FINANCES ---- AS NOTE EXPLICATIVE DE SYNTHESE ---- VILLE DE NOUMEA N 2007/68 SECRETARIAT GENERAL SERVICE DES FINANCES AS NOTE EXPLICATIVE DE SYNTHESE OBJET : Vente aux enchères publiques de matériels réformés P.J. : - 1 projet de délibération - 1 liste

Plus en détail

COLLECTIVITE TERRITORIALE DE CORSE

COLLECTIVITE TERRITORIALE DE CORSE COLLECTIVITE TERRITORIALE DE CORSE ASSEMBLEE DE CORSE SESSION DES 7 & 8 FEVRIER 2013 COMMISSION DES COMPETENCES LEGISLATIVES ET REGLEMENTAIRES COMMISSION DES FINANCES, DE LA PLANIFICATION, DES AFFAIRES

Plus en détail

LES CARNETS DE BORD DE L ACDA L ASSURANCE CIRCUIT

LES CARNETS DE BORD DE L ACDA L ASSURANCE CIRCUIT LES CARNETS DE BORD DE L ACDA L ASSURANCE CIRCUIT Me TEISSEDRE - Administrateur ACDA La pratique d un sport automobile n est pas sans risque, tant au niveau physique que pécuniaire, et ses conséquences

Plus en détail

Chapitre 4. 4.1 La structure de la police 4.2 Les dispositions générales 4.3 L analyse des formules et garanties

Chapitre 4. 4.1 La structure de la police 4.2 Les dispositions générales 4.3 L analyse des formules et garanties Chapitre 4 4.1 La structure de la police 4.2 Les dispositions générales 4.3 L analyse des formules et garanties 4.1 La structure de la police Les dispositions selon le Code civil du Québec L assurance

Plus en détail

17 ou 112 depuis un téléphone portable.

17 ou 112 depuis un téléphone portable. LA SECURITE DES PERSONNES AGEES COMMENT SE PROTEGER? -=- Étant trop souvent victimes de la lâcheté et de la ruse de certains agresseurs, voici certaines précautions que vous devez prendre. La délinquance

Plus en détail

I. Dispositions générales. Article premier : Le cimetière de Cotterd est le lieu officiel d inhumation de la commune de Bellerive.

I. Dispositions générales. Article premier : Le cimetière de Cotterd est le lieu officiel d inhumation de la commune de Bellerive. I. Dispositions générales Article premier : Le cimetière de Cotterd est le lieu officiel d inhumation de la commune de Bellerive. Art. 2. Le service des inhumations et des incinérations, ainsi que la police

Plus en détail

Livret d information pour les associations départementales OCCE, leurs coopératives et foyers affiliés.

Livret d information pour les associations départementales OCCE, leurs coopératives et foyers affiliés. Les prestations d assistance sont servies par IMA GIE, dans le cadre des contrats Vam et/ou Auto-mission de la MAIF ou du contrat multirisque coassuré par la MAIF et la MAE. MAIF - société d assurance

Plus en détail

Les responsabilités des professionnels de santé

Les responsabilités des professionnels de santé Chapitre 5 : UE6 - Le Droit pharmaceutique Les responsabilités des professionnels de santé Martine DELETRAZ-DELPORTE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

DIPLOMES UNIVERSITAIRES

DIPLOMES UNIVERSITAIRES ALEXANDRE DESRAMEAUX MAÎTRE DE CONFERENCES EN DROIT PUBLIC (depuis 2009) Titulaire du Certificat d Aptitude à la Profession d Avocat (CAPA) DIPLOMES UNIVERSITAIRES 2006 Doctorat en droit de l Université

Plus en détail

Les responsabilités civile et pénale de l'élu local. > Observatoire SMACL des risques de la vie territoriale

Les responsabilités civile et pénale de l'élu local. > Observatoire SMACL des risques de la vie territoriale Les responsabilités civile et pénale de l'élu local des risques de la vie territoriale Nombre de poursuites contre les élus locaux, les fonctionnaires territoriaux, et les collectivités territoriales (toutes

Plus en détail

Emplacement de la photo d ouverture du domaine

Emplacement de la photo d ouverture du domaine FORMATION INITIATEUR Emplacement de la photo d ouverture du domaine Commission pédagogique de la Direction Technique Nationale 28/11/03 Une dimension morale «Être responsable» c est accepter et subir,

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006)

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006) BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006) Circulaires de la Direction des affaires criminelles Signalisation des circulaires du 1 er avril au 30 juin 2006 Circulaire

Plus en détail

LES POMPES FUNÈBRES DU GRAND NARBONNE 51, voie des Élysiques 11100 Narbonne Tél. : 04 68 42 88 77 Télécopie : 04 68 42 88 33.

LES POMPES FUNÈBRES DU GRAND NARBONNE 51, voie des Élysiques 11100 Narbonne Tél. : 04 68 42 88 77 Télécopie : 04 68 42 88 33. ( LES POMPES FUNÈBRES DU GRAND NARBONNE 51, voie des Élysiques 11100 Narbonne Tél. : 04 68 42 88 77 Télécopie : 04 68 42 88 33 Guide Obsèques ) Sommaire Le décès........................... p 4 Ce qu il

Plus en détail

RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF

RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF L ASSOCIATION : Construction humaine, Construction juridique. RAPPEL Un cadre législatif fondamental - article 1 loi du 1 juillet 1901 : «l association

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. Droit d accès

GUIDE PRATIQUE. Droit d accès 111 GUIDE PRATIQUE Droit d accès QU EST-CE QUE LE DROIT D ACCÈS? page 2 COMMENT EXERCER SON DROIT D ACCÈS? page 3 POUR ACCÉDER A QUOI? page 5 QUELLE RÉPONSE ATTENDRE? page 6 QUAND ET COMMENT SAISIR LA

Plus en détail

LE CONSEIL GÉNÉRAL DE LA LOIRE présente. 1914, cent ans après. Livret de l enseignant

LE CONSEIL GÉNÉRAL DE LA LOIRE présente. 1914, cent ans après. Livret de l enseignant LE CONSEIL GÉNÉRAL DE LA LOIRE présente 1914, cent ans après Livret de l enseignant Une action des Archives départementales de la Loire Le projet 1914, cent ans après est organisé par le Conseil général

Plus en détail

LE RÈGLEMENT. du 20 Thermidor an VI. et les premiers insignes de grades des Officiers généraux. ---------------------

LE RÈGLEMENT. du 20 Thermidor an VI. et les premiers insignes de grades des Officiers généraux. --------------------- LE RÈGLEMENT du 20 Thermidor an VI et les premiers insignes de grades des Officiers généraux. --------------------- Le règlement du 20 thermidor an IV (7 août 1798) tient une place importante dans l'histoire

Plus en détail