Electrochirurgie Principes, Applications et Risques. S Roncé nov. 2013

Save this PDF as:
Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Electrochirurgie Principes, Applications et Risques. S Roncé nov. 2013"

Transcription

1 Electrochirurgie Principes, Applications et Risques S Roncé nov. 2013

2 INTRODUCTION L'utilisation de la chaleur pour arrêter le saignement remonte à plusieurs centaines d'années. Au fil des ans, les chercheurs ont conçu toute une gamme d'appareils qui utilisent l'électricité comme moyen pour chauffer les tissus et contrôler le saignement.

3 HISTOIRE : L'électrochirurgie ne s'est largement répandue qu'à compter de la fin des années 20. Un neurochirurgien, Harvey Cushing, a collaboré avec un physicien, William T. Bovie, pour tenter de développer des méthodes d'arrêt des hémorragies à l'aide de l'électricité. En 1926, en utilisant l'appareil de Bovie, Cushing appliqua un courant haute fréquence au cours d'une opération neurochirurgicale. La technologie resta quasiment inchangée jusqu'en 1968, date à laquelle des appareils à circuits intégrés plus petits et compacts avec des sorties isolées, des formes d'onde complexes et des contrôles à commande manuelle furent construits.

4 Le bistouri est utilisé tous les jours,... mais quel est son principe de fonctionnement?

5 Pourquoi utiliser un Bistouri Electrique Coupe avec hémostase Réduction des risques d'infection Réduit la douleur post-opératoire Utilisation en endoscopie, coeliochirurgie Diminue le temps d'intervention Economique

6 En électrochirurgie, la puissance est mesurée en watts P = U x I Puissance (watts) = Tension (volts) x Courant (ampères)

7 Courant continu et courant alternatif + Courant continu - Electrocautère Tension Temps Courant alternatif - Electrochirurgie Tension 0 - Temps

8 Principe de la chirurgie Haute Fréquence L effet thermique est dominant avec les courants alternatifs haute fréquence. La fréquence de ces altérations se mesure en cycles par secondes ou Hertz (Hz), un Hertz étant égal à un cycle par seconde. Le courant domestique alterne à raison de 60 cycles par seconde de même que la plus grande partie des équipements électriques utilisés dans les salles d'opération. Le courant alternatif de 60 Hertz entraîne une réaction des tissus et des lésions.

9 Electrochirurgie et courant de Radio Fréquence La stimulation neuromusculaire cesse à environ Hertz, les courants alternatifs passant alors dans la gamme des radiofréquences (RF) Les générateurs d'électrochirurgie fonctionnent dans la plage des 200 khz à 3,3 mégahertz

10 Electrochirurgie et courant de Radio Fréquence

11 Electrochirurgie Monopolaire et Bipolaire Monopolaire Bipolaire

12 Monopolaire La coupe La coupe pure La coupe mixte Blend La coagulation Dessiccation Fulguration Spray Utilisation des effets thermiques en chirurgie HF

13 La coupe monopolaire COUPE PURE COUPE MIXTE

14 Coupe beaucoup d énergie Surpression due à la production de vapeur cellule explosée

15 Coupe pure vapeur explosion des cellules par échauffement rapide > 100 C

16 Coupe mixte cellules desséchées par échauffement réduit: < 100 C cellules explosant par échauffement rapide: > 100 C

17

18 Coagulation énergie diffusion de vapeur due à l échauffement cellule coagulée

19 Coagulation par contact électrode - boule électrode - boule lentement = bon rapidement = mauvais

20

21 Coagulation spray ou fulguration électrode artère principe: le courant cherche le chemin de moindre résistance

22

23 Bipolaire & Monopolaire Bipolaire Monopolaire

24 Bipolaire pointe de la pince

25

26 Avantages du bipolaire Dessiccation précise Volume réduit de tissus traversés par le courant Efficace dans les environnements irrigués Sûre

27 Coagulation à la pince bipolaire correct sérum phy. incorrect correct incorrect

28 Inconvénients du bipolaire Inadapté à la dessiccation de larges masses tissulaires Pas de fulguration Coupe inefficace

29 REGLAGE DE LA PUISSANCE Haute Fréquence Le niveau de puissance utilisé selon l intervention pratiquée par le chirurgien dépend grandement de sa technique propre, de sa rapidité de son geste opératoire, et de la taille et de la forme des électrodes utilisées. Les normes précisent que «la puissance sélectionnée devrait être la plus faible possible pour le but recherché». La prudence veut donc qu au départ, on règle le générateur sur une valeur faible que l on augmente progressivement jusqu à obtention de l effet chirurgical souhaité. Valeurs pouvant être assez différentes d un opérateur à l autre. Un réglage excessif de la puissance entraîne une incrustation des tissus sur l électrode, la fusion de la pointe des électrodes et la rupture prématurée des anses de résection.

30 Electrochirurgie COUPE COAGULATION pure mixte fulguration dessiccation

31 Formes d ondes Faible tension 50 Watts Tension élevée 50 Watts Coupe pure et bipolaire Mixte 1 Mixte 2 Mixte 3 Coag pure 100% marche 50% marche 50% arrêt 40% marche 60% arrêt 25% marche 75% arrêt 6% marche 94% arrêt

32 La Technologie en Electrochirurgie de 1900 à nos jours A l origine, les générateur étaient reliés à la terre.

33 La Technologie en Electrochirurgie de 1900 à nos jours En 1968, la technologies du générateur isolé à révolutionné l électrochirurgie.

34 La Technologie en Electrochirurgie de 1900 à nos jours Cependant les générateur dont les circuits sont isolés en Radio Fréquence, éliminent le risque de brûlures ailleurs que sous la plaque. Mais subsiste un risque de brûlure sous la plaque.

35 La densité de courant augmente lorsque : - Zone de passage trop petite - Réglage de puissance trop élevé

36 Brûlure sous la plaque

37 Plaque patient double zone COURANT HF COURANT HF COURANT DE MESURE REM

38 RECOMMANDATIONS REGLE DE BASE Placer la plaque sur des tissus bien vascularisés. Placer la plaque le plus prés possible du site opératoire. Surveiller le bon contact de la plaque Utiliser toujours le bistouri à la puissance minimale permettant d obtenir l effet voulu. A EVITER Les surfaces cicatricielles. Les implants métalliques. Les stimulateurs. Les endroits trop osseux les garrots. La proximité des électrodes de monitoring.

39 LA COELIOCHIRURGIE Consignes de sécurité en Coeliochirurgie

40 Risques à éviter pendant l électrochirurgie en coelioscopie Couplage direct Défaut d isolation Couplage capacitif

41 Coelioscope, agrafes, etc. Couplage direct Il y a couplage direct, lorsque l électrode est activée à proximité, ou au contact direct d un instrument ou objet métallique conducteur Le site de contact peut se trouver à l extérieur du champ de vision Des instruments métalliques peuvent être en contact avec des tissus en dehors du champ de vision

42 Couplage direct électrode active champ de vision pince Risque de brûlure par contact direct avec un autre instrument métallique

43 Défaut d isolation Paroi abdominale Défaut d isolation de l électrode Canule métallique de trocart Extrémité de l électrode Intestin Vue coelioscopique

44 Isolation défectueuse abdomen électrode active champ de vision intestin Risque de brûlure en dehors du champ de vision due à une concentration de courant à l'endroit du défaut d isolation

45

46 Couplage capacitif Capacité: Deux conducteurs séparés par un isolant Capacitance: Le transfert par un circuit électrique d une charge électrique d un conducteur à un autre, même lorsque ces deux conducteurs sont séparés par un isolant.

47 Couplage capacitif Bobine métallique (conducteur) Bobine métallique (conducteur) Air (Isolant) Flux de courant intentionnel Courant induit

48 La capacitance augmente avec : la longueur des instruments les tensions élevées les canules de faible diamètre L

49 Canule métallique/instrument Création d une capacité Paroi abdominale Conducteur (Extrémité d électrode) Conducteur (canule métallique) Isolant (isolation de l électrode) Vue coelioscopique

50 Canule plastique/instrument un couplage capacitif est-il possible? Paroi abdominale Conducteur (extrémité d électrode) Matériau non conducteur (canule plastique) Isolant (isolation de l électrode) Vue coelioscopique

51 Canule mixte/instrument couplage capacitif Energie de couplage capacitif vers la canule métallique Collier plastique (vis) Extrémité d électrode Intestin

52 Couplage capacitif électrode active champ de vision intestin Risque de brûlure par haute concentration de courant due au couplage capacitif Conseil : utiliser des trocarts métalliques

53

54 L électrochirurgie à l Argon Le gaz argon enveloppe le courant d électrochirurgie dans un flux de gaz ionisé qui délivre l étincelle sur les tissus et créé un faisceau qui concentre le courant électrochirurgical. Une escarre plus dense, plus souple est produite. De plus, l argon disperse le sang, améliorant ainsi la visibilité. l argon (plus lourd que l air) déplace l oxygène du site chirurgical, il y a moins de fumée produite.

55 Technologie electrochirurgicale ultrasonique Un système de générateur électrochirurgical ultrasonique vibre à une fréquence de pulsations par seconde est couplé un aspirateur provoque une fragmentation, permet de couper ou coaguler les tissus, simultanément ou de façon indépendante. Nécessite une irrigation et une aspiration continue lors du fonctionnement (risque de pulvérisation de liquide biologique en cas de dysfonctionnement de l aspiration)

56 Technologie de fusion des vaisseaux : Ligasure Un système de générateurs / instruments spécifique a été conçu pour fusionner de façon définitive les vaisseaux Il applique une forme différente d électrochirurgie bipolaire combinée à un système de pression optimale régulée par les instruments, afin de fusionner les parois du vaisseau et de créer une ligature permanente Mesure de l impédance initiale des tissus et choisit les réglages d énergie appropriés Délivre de l énergie pulsée avec un contrôle de retour continu, l énergie pulsée est adaptée tout au long du cycle. Detection de fin de cycle.

57 RECOMMANDATIONS POUR EVITER LES COMPLICATION EN ELECTROCHIRUGIE Vérifier soigneusement l isolation : la plaque double zone +++. Ce modèle d électrode double zone comprend un circuit d interrogation qui fait partie d un système pour monitorer activement la qualité du contact patient / électrode car il y a une relation directe entre impédance et surface de contact La plaque doit être aussi proche que possible du site chirurgical doit être positionnée sur une large masse musculaire Eviter les tissus gras, les tissus cicatrisés ou les proéminences osseuses

58 RECOMMANDATIONS POUR EVITER LES COMPLICATION EN ELECTROCHIRUGIE Utiliser les réglages de puissance les plus bas possibles. Placer les électrodes ECG le plus loin possible du site chirurgical. Noter la position anatomique précise de la plaque et l état de la peau Si le patient a un pacemaker (ou autre stimulateur), la plaque doit être placée le plus loin possible, afin de diriger le courant loin du pacemaker. Le cardiologue(autre) ayant implanté le pacemaker (stimulateur) doit être consulté pour avis, utiliser mode Bi polaire +++ Précaution lors préparations cutanées à base d alcool (laisser sècher l antiseptique avant incision) Feu de patient : feu de trachée FiO2 basse ++ / trachéo, gaz intestinaux!

59 RECOMMANDATIONS POUR EVACUATION DES FUMEES Selon une recommandation de l AORN 1994 les patients et le personnel per-opératoire devaient être protégés des inhalations de la fumée générée pendant l électrochirurgie Des fumées toxiques et carcinogènes (benzène) ont été détectées dans des fumées chirurgicales Le risque de contamination virale par des fumées provenant de la volatilisation de tissus humains infectés par des papillomavirus

60 BIBLIOGRAPHIE L état de l art en électrochirurgie C. Vaillant, A. Supiot, P. Macquet, L. Jordan, M. Poujet, B. Lepage, J. Boguet CHU Angers CHU Poitiers CH Le Mans APHP AGEPS APHP Cochin-Saint-Vincent-de-Paul 6CHUV Lausanne IRBM News Volume 29, numéro 1 pages (mars 2008) LES BASES DE L'ELECTROCHIRURGIE Tyco Healthcare FRANCE La toxicité des fumées chirurgicales au bloc opératoire Edith Postec-Ollitrault [1] Praticien hospitalier, service de gynécologie-obstétrique, Chu Morvan, Brest (29) INTERBLOC Vol 29, N 2 - avril-juin 2010 Risque d inflammation du foyer opératoire Fire in the operating theatre Hervé Bouaziz, Pierre-Philippe Crumière Service d anesthésie-réanimation chirurgicale, hôpital Central, 29, avenue du Maréchal-de-Lattre-de-Tassigny, CO no 34, Nancy, France PRATAN Volume 16, numéro 6 pages (décembre 2012) Explosion peropératoire de gaz intestinaux : à propos d'un cas Intestinal gas explosion during operation: a case report G. Bouhours, B. Tesson, S. De Bourmont, G. Lorimier, J.-C. Granry Département d'anesthésie-réanimation, CHU Angers, Angers cedex 01, France Centre régional de lutte contre le cancer, Centre Paul-Papin, Angers cedex 01, France Annales françaises d'anesthésie et de réanimation Volume 22, numéro 4 pages (avril 2003)

ACCIDENTS ELECTRIQUES EN CHIRURGIE COELIOSCOPIQUE. Dr JF Gravié FCVD

ACCIDENTS ELECTRIQUES EN CHIRURGIE COELIOSCOPIQUE. Dr JF Gravié FCVD ACCIDENTS ELECTRIQUES EN CHIRURGIE COELIOSCOPIQUE Dr JF Gravié FCVD CONTEXTE (1) Risques électriques de 0,1 à 0,4% Enquête de pratique * 506 chirurgiens: 18% expérience personnelle, 54% connaissaient un

Plus en détail

SOMMAIRE. Président: B. MILLAT Modérateurs : B. LELONG (Marseille) J.-F. GRAVIE (Toulouse) Un représentant de l'afssaps

SOMMAIRE. Président: B. MILLAT Modérateurs : B. LELONG (Marseille) J.-F. GRAVIE (Toulouse) Un représentant de l'afssaps SOMMAIRE Président: B. MILLAT Modérateurs : B. LELONG (Marseille) J.-F. GRAVIE (Toulouse) Un représentant de l'afssaps Déclarations d'incidents liés à l'utilisation de source d'énergie : les données de

Plus en détail

Principes. de l electrochirurgie

Principes. de l electrochirurgie Principes de l electrochirurgie TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION 04 LE PRINCIPE DE LA CHIRURGIE HF 05 Bases physiques Modifications des tissus sous l effet de la chaleur Facteurs influençant l effet de

Plus en détail

C H I R U R G I E À H A U T E F R É Q U E N C E L e s B a s e s. Principes de l Elec trochirurgie

C H I R U R G I E À H A U T E F R É Q U E N C E L e s B a s e s. Principes de l Elec trochirurgie C H I R U R G I E À H A U T E F R É Q U E N C E L e s B a s e s Principes de l Elec trochirurgie TABLE DES MATIÈRES Introduction 03 Le principe de la chirurgie HF 04 Bases physiques Modifications des tissus

Plus en détail

I) Chauffage par résistance

I) Chauffage par résistance Le chauffage électrique électrique est de plus en plus répandu. Les avantages sont : * Facilité d utilisation * Confort d utilisation * Aucune pollution * Fiabilité et précision de réglage. Dans ce cours

Plus en détail

Electrochirurgie et Autres Techniques de Coagulation

Electrochirurgie et Autres Techniques de Coagulation La Haute Ecole de la Province de Namur 188-190 Rue Henry Blès 5000 Namur COLLART Elodie Spécialisation en Pédiatrie Electrochirurgie et Autres Techniques de Coagulation Travail réalisé dans le cadre du

Plus en détail

Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable ENERGIE THERMIQUE ENERGIE THERMIQUE

Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable ENERGIE THERMIQUE ENERGIE THERMIQUE Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable ENERGIE THERMIQUE 1 ère STI2D CI5 : Efficacité énergétique active TP1 EE ENERGIE THERMIQUE INSTRUCTIONS PERMANENTES DE SÉCURITÉ 1. Avant

Plus en détail

06/2015. 06/2015, Amo/Ba 1/6

06/2015. 06/2015, Amo/Ba 1/6 06/2015 Courants de court-circuit, temps de coupure, énergie passante, risque de blessures: Quelle est l importance du temps de coupure? Nous connaissons les temps de coupure de 0,3 / 0,4 / 5 et 120 secondes

Plus en détail

da Vinci Pontage gastrique

da Vinci Pontage gastrique da Vinci Pontage gastrique Une nouvelle approche de la chirurgie bariatrique Êtes-vous intéressé par la dernière option de traitement de l'obésité? Votre docteur peut vous proposer une nouvelle procédure

Plus en détail

Utilisation des symboles de dangers sur les fiches des portes

Utilisation des symboles de dangers sur les fiches des portes FACULTE DES SCIENCES DE BASE SERVICE SECURITE ET SANTE AU TRAVAIL EPFL SB-SST Bât CH Station nº 6 CH-1015 Lausanne Site web : http://sb-sst.epfl.ch/ Utilisation des symboles de dangers sur les fiches des

Plus en détail

Ablation de la vésicule biliaire ou cholécystectomie. Des réponses à vos questions

Ablation de la vésicule biliaire ou cholécystectomie. Des réponses à vos questions Ablation de la vésicule biliaire ou cholécystectomie Des réponses à vos questions Introduction A quoi sert la vésicule biliaire? La vésicule biliaire est un petit sac d environ 10 cm de longueur. Elle

Plus en détail

Utilisation d un multimètre numérique

Utilisation d un multimètre numérique Fonctions Mesure des Tensions en courant continu Mesure des tensions en courant alternatif (non utilisé actuellement en automobile) Mesure des intensités en courant continu (maxi 10 A, suivant contrôleur)

Plus en détail

MANUEL D UTILISATION CUISEUR ÉLECTRIQUE MULTIFONCTIONS PRESTO PAN POUR USAGE DOMESTIQUE UNIQUEMENT

MANUEL D UTILISATION CUISEUR ÉLECTRIQUE MULTIFONCTIONS PRESTO PAN POUR USAGE DOMESTIQUE UNIQUEMENT MANUEL D UTILISATION CUISEUR ÉLECTRIQUE MULTIFONCTIONS PRESTO PAN Lisez attentivement ce mode d'emploi avant d'utiliser l'appareil et conservez-le pour un usage ultérieur. POUR USAGE DOMESTIQUE UNIQUEMENT

Plus en détail

Diagnostic De Performance ÉnergÉtique

Diagnostic De Performance ÉnergÉtique ELÉMENTS DE THERMIQUE Diagnostic De Performance ÉnergÉtique Mesurer la performance énergétique La conduction La conduction est un transfert de chaleur entre solides. L exemple plaque électrique. La plaque

Plus en détail

Ablation de sutures. Module soins infirmiers

Ablation de sutures. Module soins infirmiers Ablation de sutures Module soins infirmiers Equipe enseignante de l IFSI du Centre Hospitalier de ROUBAIX Diaporama réalisé par : Stéphane Dubus, Formateur I. Définition Il s agit d ôter les sutures cutanées

Plus en détail

Partie 6 : La géothermie et son utilisation.

Partie 6 : La géothermie et son utilisation. Partie 6 : La géothermie et son utilisation. La production d énergie est un défi pour l avenir. En effet la démographie explose et les humains ont besoin de plus en plus d énergie. L exploitation des énergies

Plus en détail

LA CHIRURGIE HERNIAIRE PAR LAPAROSCOPIE.

LA CHIRURGIE HERNIAIRE PAR LAPAROSCOPIE. LA CHIRURGIE HERNIAIRE PAR LAPAROSCOPIE. Vous allez être opéré(e) prochainement d'une hernie inguinale (au-dessus du ligament inguinal, ligament qui se trouve entre l'épine antérieure du bassin et le pubis)

Plus en détail

REGULATION DE TEMPERATURE

REGULATION DE TEMPERATURE Cours 1ELEEC E2 ETUDE D UN OUVRAGE S4 : Communication et traitement de l information REGULATION DE TEMPERATURE S4.4 : Traitement de l information 1. MISE EN SITUATION : Une chaîne de traitement de surface

Plus en détail

LUCHT LHZ fabricant de radiateurs à pierres réfractaires

LUCHT LHZ fabricant de radiateurs à pierres réfractaires LUCHT LHZ fabricant de radiateurs à pierres réfractaires La solution pour tous les endroits difficiles Les radiateurs électriques à pierres réfractaires LHZ ont été conçus en utilisant une technologie

Plus en détail

Descriptif quantitatif second œuvre

Descriptif quantitatif second œuvre GENERAUX ARTISTIQUES Descriptif quantitatif second œuvre La mise en œuvre de menuiserie intérieure Maintien des blocs portes en attente de la pose de la cloison (mise en place, réglage et calage) ES S

Plus en détail

INFORMATION SUR LA HERNIE HIATALE

INFORMATION SUR LA HERNIE HIATALE INFORMATION SUR LA HERNIE HIATALE Objectifs de ce document : Vous expliquer l intervention Vous informer sur les risques de cette chirurgie Répondre aux principales questions que vous pouvez vous poser.

Plus en détail

Cours d électricité. Dipôles simples en régime alternatif. Mathieu Bardoux. 1 re année: 2011-2012

Cours d électricité. Dipôles simples en régime alternatif. Mathieu Bardoux. 1 re année: 2011-2012 Cours d électricité Dipôles simples en régime alternatif Mathieu Bardoux mathieu.bardoux@univ-littoral.fr IUT Saint-Omer / Dunkerque Département Génie Thermique et Énergie 1 re année: 2011-2012 Plan du

Plus en détail

Champ électromagnétique?

Champ électromagnétique? Qu est-ce qu un Champ électromagnétique? Alain Azoulay Consultant, www.radiocem.com 3 décembre 2013. 1 Définition trouvée à l article 2 de la Directive «champs électromagnétiques» : des champs électriques

Plus en détail

REGLE APSAD R13 Extinction automatique à gaz (Edition Juin 2010) Prise en compte des déclencheurs manuels de secours

REGLE APSAD R13 Extinction automatique à gaz (Edition Juin 2010) Prise en compte des déclencheurs manuels de secours ADDITIF Juin 2012 REGLE APSAD R13 Extinction automatique à gaz (Edition Juin 2010) Prise en compte des déclencheurs manuels de secours Harmonisation de la qualité des câbles d une installation Propriétés

Plus en détail

Déficit en tissu kératinisé Que faire? Information des patients Gain de tissu kératinisé

Déficit en tissu kératinisé Que faire? Information des patients Gain de tissu kératinisé Déficit en tissu kératinisé Que faire? Information des patients Gain de tissu kératinisé Que se passe-t-il si vous n avez pas assez de tissu kératinisé? Un manque de tissu kératinisé peut entraîner plusieurs

Plus en détail

C L I N I Q U E S A I N T - J E A N

C L I N I Q U E S A I N T - J E A N C L I N I Q U E S A I N T - J E A N LIVRET D INFORMATION DES PATIENTES ENTRANT POUR UNE INTERRUPTION VOLONTAIRE DE GROSSESSE (IVG) Clinique Saint-Jean Avenue Georges Bizet 83000 TOULON Tél : 0 826 00 44

Plus en détail

L'APPENDICECTOMIE PAR LAPAROSCOPIE

L'APPENDICECTOMIE PAR LAPAROSCOPIE L'APPENDICECTOMIE PAR LAPAROSCOPIE Vous allez (Votre enfant va) être opéré(e) prochainement d'une appendicectomie par laparoscopie. Ce document est destiné à vous expliquer : ce que représente cette maladie;

Plus en détail

Prendre soin. de vos prothèses implanto-portées. *En faire plus tout simplement

Prendre soin. de vos prothèses implanto-portées. *En faire plus tout simplement Informations aux patients sur les soins post-opératoires des prothèses implanto-portées Prendre soin de vos prothèses implanto-portées. *En faire plus tout simplement * Plus qu une restauration. Une nouvelle

Plus en détail

Lifting du front - Endoscopique

Lifting du front - Endoscopique Lifting du front - Endoscopique Le visage et ses expressions dégagent souvent les premières impressions, envoyant des messages aux autres individus quant à l'émotion, la santé, la vitalité et l'âge. Avec

Plus en détail

M.E.T.H.I. Maintenance en équipement thermique individuel. Les brûleurs gaz. atmosphériques. air soufflé. CFAB Reims

M.E.T.H.I. Maintenance en équipement thermique individuel. Les brûleurs gaz. atmosphériques. air soufflé. CFAB Reims M.E.T.H.I Maintenance en équipement thermique individuel atmosphériques air soufflé Les brûleurs gaz CFAB Reims 1 Les combustibles gazeux 1/ Les gaz naturels : Ils sont composés à 95% de méthane :... Gaz

Plus en détail

LE COURANT ELECTRIQUE CONTINU

LE COURANT ELECTRIQUE CONTINU LE COURT ELECTRQUE COTU 1- perçu historique de l'électricité Voir polycop 2- Le courant électrique l existe deux types de courant. EDF. faire tirages feuille exercice et T annexe Montrer effet induction

Plus en détail

Effet Joule Livret de l élève

Effet Joule Livret de l élève Dossier de Physique Niveau 4 ème secondaire Effet Joule Livret de l élève Véronique BOUQUELLE Faculté des Sciences Diffusé par Scienceinfuse, Antenne de Formation et de Promotion du secteur Sciences et

Plus en détail

Guide de l utilisateur. ForceTriad. Plate-forme d énergie

Guide de l utilisateur. ForceTriad. Plate-forme d énergie Guide de l utilisateur ForceTriad Plate-forme d énergie Préface Ce manuel et l appareil qu il décrit sont destinés aux professionnels de la santé formés à la technique à mettre en œuvre et à l intervention

Plus en détail

ADIPOCYTE ET LASER. Dominique Boineau Bordeaux

ADIPOCYTE ET LASER. Dominique Boineau Bordeaux ADIPOCYTE ET LASER Dominique Boineau Bordeaux L adipocyte Cellule vivante Contient plus de 80% d eau Lieu de stockage des triglycérides Principale réserve d énergie Véritable glande endocrine capable de

Plus en détail

FICHE D INFORMATION sur la gestion des risques d accidents industriels majeurs. À conserver

FICHE D INFORMATION sur la gestion des risques d accidents industriels majeurs. À conserver FICHE D INFORMATION sur la gestion des risques d accidents industriels majeurs À conserver Propane IMPACTS POTENTIELS CARACTÉRISTIQUES Le propane est un gaz de pétrole liquéfié qui est entreposé sous pression

Plus en détail

Pleine puissance La technologie de pré-séparation cyclonique quand la poussière tombe sans fin

Pleine puissance La technologie de pré-séparation cyclonique quand la poussière tombe sans fin Pleine puissance La technologie de pré-séparation cyclonique quand la poussière tombe sans fin La pleine puissance pour vos applications La plus haute qualité Les conditions d exploitation difficiles requièrent

Plus en détail

CH 06 UTILISATION DE L OSCILLOSCOPE

CH 06 UTILISATION DE L OSCILLOSCOPE CH 06 UTILISATION DE L OSCILLOSCOPE Pendant tout le TP vous utiliserez la Fiche méthode de l oscilloscope OX 71 Livre Bordas, Collection ESPACE, 2008, p 183 I- FONCTIONNEMENT Mettre l appareil sous tension.

Plus en détail

Vous êtes dans l attente d un bilan vidéo-seeg

Vous êtes dans l attente d un bilan vidéo-seeg Vous êtes dans l attente d un bilan vidéo-seeg Que devez-vous savoir? Votre médecin vous a prescrit une Vidéo-SEEG dans le cadre du bilan de votre épilepsie. C est une intervention faite sous anesthésie

Plus en détail

MODULE 3. Performances-seuils. Les appareils de mesure. Appareils de mesure Choix et utilisation. L élève sera capable

MODULE 3. Performances-seuils. Les appareils de mesure. Appareils de mesure Choix et utilisation. L élève sera capable MODULE 3. Les appareils de mesure. Performances-seuils. L élève sera capable 1. de choisir un appareil de mesure ; 2. d utiliser correctement un appareil de mesure ; 3. de mesurer courant, tension et résistance.

Plus en détail

TA B L E A U X É L E C T R I Q U E S

TA B L E A U X É L E C T R I Q U E S Tableaux de distribution électrique série Mini-TAL Ces distributeurs sont fabriqués à partir de profilés d aluminium d une profondeur de 105 mm et sont équipés de plaques de protection en PET gris (matériau

Plus en détail

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Actualisation avril 2011 Afin d aider les femmes et leur chirurgiens dans cette discussion, l Afssaps met à disposition un guide d aide

Plus en détail

EXPLOITATION DU RESEAU. Explications

EXPLOITATION DU RESEAU. Explications EXPLOITATION DU RESEAU Explications Version V0 du 01.09.2011 Référentiel Technique EXPLICATIONS SUR DES PRINCIPES DE L ELECTRICITE Identification : DTR-Exploit-Exp Version : V0 Nombre de pages : 5 Version

Plus en détail

Unité de Chirurgie Plastique. Unité de Chirurgie Plastique Reconstructrice et Esthétique

Unité de Chirurgie Plastique. Unité de Chirurgie Plastique Reconstructrice et Esthétique Unité de Chirurgie Plastique Unité de Chirurgie Plastique Reconstructrice et Esthétique Comment limiter les risques en chirurgie plastique? Le risque «zéro» n existe pas mais on peut le réduire de façon

Plus en détail

Raccorder à la masse du véhicule

Raccorder à la masse du véhicule AMPLIFICATEUR POUR VOITURE 520 WATTS P.M.P.O. Raccorder à la broche à distance de mise sous tension de l unité source Raccorder à la masse du véhicule Veillez à ce que la masse soit aussi courte que possible

Plus en détail

in ARMENGAUD M. Réflexion historique sur les Infections Nosocomiales Bull. Soc. Fr. Microbiol 2003 ; 18 : 34-38

in ARMENGAUD M. Réflexion historique sur les Infections Nosocomiales Bull. Soc. Fr. Microbiol 2003 ; 18 : 34-38 Un hôpital doit être construit par un architecte compétent Son personnel a de bonnes manières et se distingue par sa propreté corporelle et vestimentaire. Traité de médecine Indienne 4 è siècle avant J-C

Plus en détail

Health & beauty Network ltd Cellu Smooth. Notice d utilisation

Health & beauty Network ltd Cellu Smooth. Notice d utilisation Health & beauty Network ltd Cellu Smooth Notice d utilisation 1 Le Cellu Smooth est un appareil thérapeutique qui utilise des ultrasons. Il aide à traiter les migraines, l arthrite, les rhumatismes, les

Plus en détail

1 Description de la maquette C 591 SUJET C 590 SIMULATION ÉLECTRONIQUE D UNE MESURE DE PUISSANCE. 1.1 Schéma général. Concours Centrale-Supélec

1 Description de la maquette C 591 SUJET C 590 SIMULATION ÉLECTRONIQUE D UNE MESURE DE PUISSANCE. 1.1 Schéma général. Concours Centrale-Supélec Exemple de sujet de travaux pratiques de physique proposé au concours Centrale- Supélec. La colonne de gauche donne le texte tel qu il est soumis au candidat. En regard, à droite, figurent les savoir-faire

Plus en détail

Chapitre 14 Notion de résistance électrique. Loi d Ohm

Chapitre 14 Notion de résistance électrique. Loi d Ohm Chapitre 14 Notion de résistance électrique. Loi d Ohm Plan Introduction: I Mesurer avec un multimètre Mesure de l intensité Mesure de la tension II Pour aller plus loin Mesures en courant continu. Rappels

Plus en détail

ÉLECTRICITÉ DÉFINITION DÉFINITION NATURE DU COURANT UNITÉS DE MESURE

ÉLECTRICITÉ DÉFINITION DÉFINITION NATURE DU COURANT UNITÉS DE MESURE DÉFINITION NATURE DU COURANT DÉFINITION «Électricité» est un mot provenant du grec ἤλεκτρον, êlektron, signifiant ambre jaune. Les Grecs anciens avaient découvert qu après avoir été frottée, l ambre jaune

Plus en détail

GEBRUIKSAANWIJZING INSTUCTIONS FOR USE BEDIENUNGSANLEITUNG MODE D EMPLOI THERMOFORM 400. Thermoform 400

GEBRUIKSAANWIJZING INSTUCTIONS FOR USE BEDIENUNGSANLEITUNG MODE D EMPLOI THERMOFORM 400. Thermoform 400 GEBRUIKSAANWIJZING INSTUCTIONS FOR USE BEDIENUNGSANLEITUNG MODE D EMPLOI THERMOFORM 400 Français INFORMATIONS GÉNÉRALES Votre Thermoform est un appareil très efficace et maniable. Il est pourvu d un élément

Plus en détail

UNIMIX un système de réglage compact et universel pour le chauffage par le sol. member of

UNIMIX un système de réglage compact et universel pour le chauffage par le sol. member of UNIMIX un système de réglage compact et universel pour le chauffage par le sol member of UNIMIX UNIMIX EST UN SYSTÈME DE RÉGLAGE COMPACT ET UNIVERSEL POUR LE CHAUFFAGE PAR LE SOL QUI FONCTIONNE SUR LE

Plus en détail

LE DESHERBAGE THERMIQUE

LE DESHERBAGE THERMIQUE Repères technico-économiques Le désherbage thermique est une spécificité des systèmes biologiques qui trouve sa place dans des systèmes légumiers. Elle représente un coût important pour l exploitation

Plus en détail

L ÉNERGIE I. TRANFORMATIONS, TRANFERT, CONSERVATION ET RENDEMENT.

L ÉNERGIE I. TRANFORMATIONS, TRANFERT, CONSERVATION ET RENDEMENT. L ÉNERGIE L énergie n est ni visible ni palpable. C est une grandeur mesurable qui désigne ce que possède un système (capital) pour fournir un travail en vue de produire un effet. La transformation peut

Plus en détail

Info Technique. Sonde lambda. Rôle. Fonctionnement

Info Technique. Sonde lambda. Rôle. Fonctionnement Hella KGaA Hueck & Co., Lippstadt 15 décembre 2002 1-5 Sonde lambda Rôle Des normes de plus en plus sévères sont prescrites pour les gaz d'échappement, contraignant l'industrie automobile à réduire les

Plus en détail

Téléphones mobiles. Santé et Sécurité MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ

Téléphones mobiles. Santé et Sécurité MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Téléphones mobiles Santé et Sécurité MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Utiliser un téléphone mobile est-il dangereux pour la santé? Avec plus de 66 millions d abonnements en France fin 2011,

Plus en détail

Chapitre 3 : Plan du chapitre. 2. Tensions simples et tension composées 3. Couplage étoile/triangle 4. Mesure de puissance en triphasé 5.

Chapitre 3 : Plan du chapitre. 2. Tensions simples et tension composées 3. Couplage étoile/triangle 4. Mesure de puissance en triphasé 5. Chapitre 3 : Réseau triphasé Plan du chapitre 1. Présentation 2. Tensions simples et tension composées 3. Couplage étoile/triangle i l 4. Mesure de puissance en triphasé 5. Résumé Plan du chapitre 1. Présentation

Plus en détail

PUISSANCE ET ÉNERGIE ÉLECTRIQUE

PUISSANCE ET ÉNERGIE ÉLECTRIQUE TP d électricité Rédigé par JF Déjean page 1/6 PUISSANCE ET ÉNERGIE ÉLECTRIQUE Programme : B.O n 10 du 15-10-1998 Chapitre : Électricité et vie quotidienne. Contenu : Paragraphe B 2-3 : Installations électriques

Plus en détail

POSTE D ESSAIS DIELECTRIQUES KPG 50/80/110/120 kv

POSTE D ESSAIS DIELECTRIQUES KPG 50/80/110/120 kv AVTM070503F Mai 2003 Manuel Utilisateur POSTE D ESSAIS DIELECTRIQUES KPG 50/80/110/120 kv EQUIPEMENT HAUTE TENSION Lire le manuel entièrement avant utilisation. POSTE D ESSAIS DIELECTRIQUES KPG Manuel

Plus en détail

INTUBATION ORALE ET TRACHÉOTOMIE

INTUBATION ORALE ET TRACHÉOTOMIE INTUBATION ORALE ET TRACHÉOTOMIE Informations générales Pour vous, pour la vie Définition de l intubation orale et du respirateur Introduction d un tube dans la bouche qui passe par la gorge (trachée)

Plus en détail

SAVOIR-VIVRE AVEC L ÉLECTRICITÉ

SAVOIR-VIVRE AVEC L ÉLECTRICITÉ SAVOIR-VIVRE AVEC L ÉLECTRICITÉ SOMMAIRE 2000 Promotelec Réalisation: Glénat Concept 1 2 Deux définitions concernant les risques Électrisation Électrocution Comment éviter ces risques? L éloignement L

Plus en détail

Schéma de principe hydraulique

Schéma de principe hydraulique 1. Schéma de fonctionnement Ces s de fonctionnement sont des solutions préférentielles et éprouvées fonctionnant sans problèmes et permettant une plus haute efficacité de l'installation de pompe à chaleur.

Plus en détail

La Chirurgie Esthétique

La Chirurgie Esthétique La Chirurgie Esthétique Table des matières I. Introduction II. Définition de la Chirurgie Esthétique 4 III. Etapes de la chirurgie Esthétique 7 IV. Typologie de la Chirurgie Esthétique 8 o Apparence du

Plus en détail

Documentation Technique de Référence. HISTORIQUE DU DOCUMENT Indice Nature de la modification Date publication V1.0 Création 01/10/2012

Documentation Technique de Référence. HISTORIQUE DU DOCUMENT Indice Nature de la modification Date publication V1.0 Création 01/10/2012 EXIGENCES DU GESTIONNAIRE DU RESEAU DE DISTRIBUTION EN MATIERE DE TRANSIT D ENERGIE REACTIVE A L INTERFACE ENTRE LE RPD ET LE POSTE DE LIVRAISON D UN PRODUCTEUR RACCORDE EN HTA HISTORIQUE DU DOCUMENT Indice

Plus en détail

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+ Chapitre 22 Sciences Physiques - BTS Transfert thermique 1 Généralités 1.1 Température La température absolue est mesuré en Kelvin [K]. La relation de passage entre C et K est : T [K] = [ C ]+ 273,15 Remarque

Plus en détail

Mesure du rendement d une machine à vapeur.

Mesure du rendement d une machine à vapeur. Mesure du rendement d une machine à vapeur. Rappels : Le rendement N est le rapport entre l énergie utile (fournie par la machine ) et l énergie motrice (fournie à la machine). C est aussi le rapport entre

Plus en détail

Sécurité électrique bloc opératoire

Sécurité électrique bloc opératoire Sécurité électrique bloc opératoire Intervenant : Thierry CAUCHARD thierry.cauchard@socotec.fr Diaporama n 1 Sommaire Risques liés à l électricité Normes de référence Règles à respecter Diaporama n 2 Risques

Plus en détail

MESURE DES TENSIONS ET DES COURANTS

MESURE DES TENSIONS ET DES COURANTS Chapitre 7 MESURE DES TENSIONS ET DES COURANTS I- MESURE DES TENSIONS : I-1- Généralités : Pour mesurer la tension UAB aux bornes d un récepteur, il faut brancher un voltmètre entre les points A et B (

Plus en détail

DETECTOR BICANAL FG2 1. DIMENSIONS ET CONNEXIONS ELECTRIQUES 2. GENERALITES. 24 VDC Alimentat. 24 Vcc. Contact Boucle 2 4 5. Contact Boucle 1 6 7

DETECTOR BICANAL FG2 1. DIMENSIONS ET CONNEXIONS ELECTRIQUES 2. GENERALITES. 24 VDC Alimentat. 24 Vcc. Contact Boucle 2 4 5. Contact Boucle 1 6 7 DETECTOR BICANAL FG. DIMENSIS ET CNEXIS ELECTRIQUES FRANÇAIS 4 VDC Alimentat. 4 Vcc 3 Contact Boucle 4 5 Contact Boucle 6 7 Boucle 8 9 0 Boucle Dimensions en mm. GENERALITES Applications: contrôle de barrières,

Plus en détail

ÉLECTRICITÉ INDUSTRIELLE HABILITATIONS ÉLECTRIQUES

ÉLECTRICITÉ INDUSTRIELLE HABILITATIONS ÉLECTRIQUES Connaissance et Maîtrise des Phénomènes Physiques et Chimiques ÉLECTRICITÉ INDUSTRIELLE Ingénieurs en Sécurité Industrielle HABILITATIONS ÉLECTRIQUES I - RÉGLEMENTATION... 1 1 - Différents types de travaux...1

Plus en détail

Quels contrôles de fonctionnalité après le nettoyage?

Quels contrôles de fonctionnalité après le nettoyage? Quels contrôles de fonctionnalité après le nettoyage? Studienmiddag 28 octobre 2010 Frédy Cavin Contrôles jusqu'à ce jour Contrôle visuel Propre Sec Fonctionnel Contrôle possible avec une loupe grossissante

Plus en détail

La puissance électrique

La puissance électrique Nom : Prénom : Classe : Date : Physique Chimie La puissance électrique Fiche élève 1/5 Objectifs : o Comparer le produit de la tension d utilisation U appliquée aux bornes d une lampe par l'intensité I

Plus en détail

ALEAS TECHNIQUES. Harmoniques

ALEAS TECHNIQUES. Harmoniques ALEAS TECHNIQUES Harmoniques Version V0 du 01.09.2011 Référentiel Technique HARMONIQUES PRESENTATION, PRISE EN CONSIDERATION, SOLUTIONS POUR LIMITATIONS Identification : DTR-Altec-Harm Version : V0 Nombre

Plus en détail

RESTONS BRANCHES. OLYMPUS BELGIUM N.V. 11/04/10 Page 1 Lionel Rossler

RESTONS BRANCHES. OLYMPUS BELGIUM N.V. 11/04/10 Page 1 Lionel Rossler RESTONS BRANCHES OLYMPUS BELGIUM N.V. 11/04/10 Page 1 Lionel Rossler ELECTROCHIRURGIE Principes généraux Technique Sécurité Laparoscopie Résection Ultrasons OLYMPUS BELGIUM N.V. 11/04/10 Page 2 Lionel

Plus en détail

Physique, chapitre 8 : La tension alternative

Physique, chapitre 8 : La tension alternative Physique, chapitre 8 : La tension alternative 1. La tension alternative 1.1 Différence entre une tension continue et une tension alternative Une tension est dite continue quand sa valeur ne change pas.

Plus en détail

Fiche N 10 Hydraulique

Fiche N 10 Hydraulique Contrôle du débit - Clapets 1/Mise en situation : Fiche N 10 Hydraulique Mise en situation Types d étranglement : la vitesse est liée au débit Les étrangleurs à parois longues ou limiteurs de débit Fonctionnement

Plus en détail

Énergie électrique et circuits électriques en «alternatif».

Énergie électrique et circuits électriques en «alternatif». Partie B: Énergie électrique et circuits électriques en «alternatif». Chapitre 1 : Chapitre 2 : périodique. Chapitre 3 : Chapitre 4 : La production d'électricité. Tension continue et tension alternative

Plus en détail

Chapitre 3.11 L électricité domestique et le courant alternatif

Chapitre 3.11 L électricité domestique et le courant alternatif Chapitre 3. L électricité domestique et le courant alternatif Courant continu Amplitude de I constante Ex : Courant alternatif Amplitude de I non constante Ex : carrée Symbole pour une source alternatif

Plus en détail

Fiche Info-Patient VASECTOMIE CONTRACEPTIVE. Pourquoi cette intervention? Existe-t-il d autres possibilités? Préparation à l'intervention

Fiche Info-Patient VASECTOMIE CONTRACEPTIVE. Pourquoi cette intervention? Existe-t-il d autres possibilités? Préparation à l'intervention Fiche Info-Patient Dernière mise à jour : mai 2012 VASECTOMIE CONTRACEPTIVE Cette fiche d information, rédigée par l Association Française d Urologie, est destinée aux patients ainsi qu aux usagers du

Plus en détail

Septembre 2003 BISTOURIS ÉLECTRIQUES : PRINCIPES ET PRÉCAUTIONS D UTILISATION RECOMMANDATIONS DE LA

Septembre 2003 BISTOURIS ÉLECTRIQUES : PRINCIPES ET PRÉCAUTIONS D UTILISATION RECOMMANDATIONS DE LA Septembre 2003 RECOMMANDATIONS DE LA BISTOURIS ÉLECTRIQUES : PRINCIPES ET PRÉCAUTIONS D UTILISATION J.-M. CANARD (Paris) Avec la collaboration de : T. PONCHON (Lyon), B. NAPOLEON (Lyon), J. BOYER (Angers),

Plus en détail

2.2 Détection d intrusion. Détecteur infrarouge passif

2.2 Détection d intrusion. Détecteur infrarouge passif alarmes_sf.fm Page 21 Jeudi, 8. avril 2004 9:09 09 Alarme sans fil, la sécurité tranquille - M. Thiebaut-Brodier 2.2 Détection d intrusion Détecteur infrarouge passif Le plus souvent, le détecteur volumétrique

Plus en détail

Les Moteurs Pas a Pas. Gerard Yvraut

Les Moteurs Pas a Pas. Gerard Yvraut Les Moteurs Pas a Pas Gerard Yvraut Les moteurs Pas à Pas Pourquoi des moteurs Pas à Pas. Types de Moteurs Pas à Pas Moteurs Unipolaires et Bipolaires Electronique typique de commande Alimentation Couple

Plus en détail

SONDES de DETECTION PF

SONDES de DETECTION PF L installation, la mise en service initiale et la maintenance des sondes de détection doivent être réalisées par un personnel qualifié. Si vous souhaitez que la mise en service des sondes de détection

Plus en détail

3 ème COURS Electricité Chapitre 4 LA PUISSANCE ÉLECTRIQUE CORRECTION DES EXERCICES. Téléchargé sur http://gwenaelm.free.fr/2008-9

3 ème COURS Electricité Chapitre 4 LA PUISSANCE ÉLECTRIQUE CORRECTION DES EXERCICES. Téléchargé sur http://gwenaelm.free.fr/2008-9 3 ème COURS Electricité Chapitre 4 LA PUISSANCE ÉLECTRIQUE CORRECTION DES EXERCICES Téléchargé sur http://gwenaelm.free.fr/2008-9 Correction : Exercice 1 p 200 Faux. L'indication qui s'exprime en watt

Plus en détail

Cours CEM Formation FEE 2008-2009. Bonjour! BsrCEM120040420.ppt

Cours CEM Formation FEE 2008-2009. Bonjour! BsrCEM120040420.ppt Bonjour! 1 Au programme aujourd hui Terres et masses Terre définitions, raccordement d installations à la terre Masse définitions, raccordements de masse 2 Définitions pour éviter les confusions Terre

Plus en détail

Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques

Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques Historique des versions : Date Contenu de la mise à jour Version 10 mars 2008 1 Préambule : Cette fiche d application présente les différents

Plus en détail

Renseignements pour les patients

Renseignements pour les patients Biopsie du ganglion lymphatique sentinelle Renseignements pour les patients Avertissement Ces renseignements ont été préparés par L Hôpital d Ottawa et ne visent pas à remplacer les conseils d un fournisseur

Plus en détail

Transformer L énergie

Transformer L énergie Chapitre IV : Les récepteurs hydrauliques. IV.1 Introduction : Les récepteurs hydrauliques transforment l énergie hydraulique en énergie mécanique. On distingue : - Les récepteurs pour mouvement de translation

Plus en détail

LES LUNDIS DE LA SANTE

LES LUNDIS DE LA SANTE LES LUNDIS DE LA SANTE BREST, le 11 Avril 2005 Dr Stanislas VALENTIN Chirurgie plastique reconstructrice et esthétique CHIRURGIE RECONSTRUCTRICE DU SEIN DANS LE CADRE DU CANCER DU SEIN CANCER DU SEIN (RAPPEL)

Plus en détail

Classes* de signaux véhiculés. Choix des câbles. Type de câbles recommandés en fonction de la classe* du signal véhiculé. Paires torsadées.

Classes* de signaux véhiculés. Choix des câbles. Type de câbles recommandés en fonction de la classe* du signal véhiculé. Paires torsadées. L Les câbles Classes* de signaux véhiculés Classification des signaux par niveau de perturbation Classe* Sensible Peu sensible Perturbateur Sensible ++ + Exemple de signaux véhiculés ou matériels connectés

Plus en détail

POELAERT Mauranne POTIER Elise 4 ème pédiatrique. Pathologie chirurgicale : amplificateur de brillance. Travail de groupe.

POELAERT Mauranne POTIER Elise 4 ème pédiatrique. Pathologie chirurgicale : amplificateur de brillance. Travail de groupe. POELAERT Mauranne POTIER Elise 4 ème pédiatrique Pathologie chirurgicale : amplificateur de brillance. Travail de groupe. Professeur : Mr Erpicum Année scolaire 2014-2015 1 Table des matières Définition

Plus en détail

ENERGIE ELECTRIQUE - MESURES

ENERGIE ELECTRIQUE - MESURES Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable ENERGIE ELECTRIQUE - MESURES 1 ère STI2D CI8 : Mesures énergétiques TP EE ENERGIE ELECTRIQUE - MESURES INSTRUCTIONS PERMANENTES DE SÉCURITÉ

Plus en détail

1. - OBJET DU CAHIER DES CHARGES

1. - OBJET DU CAHIER DES CHARGES CAHIER DES CHARGES AFG TRAVAUX EN CHARGE RSDG 11 30 juin 2003 SOMMAIRE 1. - OBJET DU CAHIER DES CHARGES 2 2. - OUVRAGES CONCERNES 2 3. - DOMAINE D APPLICATION 2 4. - NORME DE REFERENCE 3 5. - TERMINOLOGIE

Plus en détail

Séquence 14 : puissance et énergie électrique Cours niveau troisième

Séquence 14 : puissance et énergie électrique Cours niveau troisième Séquence 14 : puissance et énergie électrique Cours niveau troisième Objectifs : - Savoir que : o Le watt (W) est l unité de puissance o Le joule (J) est l unité de l énergie o L intensité du courant électrique

Plus en détail

Direction des études Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) EXPLOSION SUR LES LIEUX DE TRAVAIL

Direction des études Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) EXPLOSION SUR LES LIEUX DE TRAVAIL Direction des études Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) EXPLOSION SUR LES LIEUX DE TRAVAIL Introduction La présente fiche traite du risque d explosion susceptible d

Plus en détail

Climatisation / Critéres du fonctionnement normal R22

Climatisation / Critéres du fonctionnement normal R22 Climatisation / Critéres du fonctionnement normal R22 1. Schéma de l installation 2. Critéres du bon fontionnement CONDENSEUR Valeurs de référence Valeurs mesurées Evaporateur à air/condenseur à air θ

Plus en détail

Ordonnance sur la protection contre le rayonnement non ionisant

Ordonnance sur la protection contre le rayonnement non ionisant Ordonnance sur la protection contre le rayonnement non ionisant (ORNI) Modification du 1 er juillet 2009 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 23 décembre 1999 sur la protection contre le

Plus en détail

METALLOSCOPE DA400S, A448 et A410S

METALLOSCOPE DA400S, A448 et A410S METALLOSCOPE DA400S, A448 et A410S ME/DA400S A448 A410s Phone +33 (0)130 808 182 - Fax. +33 (0)130 808 199 /15 rue des Frères Lumière - ZI des Ebisoires BP136-78374 PLAISIR Cedex www.babbco.fr Sommaire

Plus en détail

TD Physique : Puissance et énergie électriques

TD Physique : Puissance et énergie électriques 3e TD Physique : Puissance et énergie électriques Collège Simone de Beauvoir Nous utilisons chaque jour des appareils consommateurs d'énergie électrique. Comment savoir ce qu'un dipôle électrique consomme

Plus en détail

Guide technique Vérification périodique des enregistreurs de température conformément aux dispositions du règlement CE 37/2005

Guide technique Vérification périodique des enregistreurs de température conformément aux dispositions du règlement CE 37/2005 Vérification périodique des enregistreurs de température conformément aux dispositions du règlement CE 37/2005 2/11 Contenu 1. CONTEXTE REGLEMENTAIRE ET DEFINITION... 3 1.1 Contexte réglementaire... 3

Plus en détail

Manuel d'utilisation de la maquette VEHICULE ELECTRIQUE A ENERGIE SOLAIRE. (Modèle avec stockage de l'énergie électrique)

Manuel d'utilisation de la maquette VEHICULE ELECTRIQUE A ENERGIE SOLAIRE. (Modèle avec stockage de l'énergie électrique) Manuel d'utilisation de la maquette VEHICULE ELECTRIQUE A ENERGIE SOLAIRE (Modèle avec stockage de l'énergie électrique) Enseignement collège et lycée Article Code Véhicule électrique à énergie solaire

Plus en détail