Sciences Economiques. Pascal MICHELENA. Valérie LANDA Laurent TIXIER

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Sciences Economiques. Pascal MICHELENA. Valérie LANDA Laurent TIXIER"

Transcription

1 Sciences Economiques Pascal MICHELENA Valérie LANDA Laurent TIXIER Master Administration des Entreprises-Manager 25 janvier 2008

2 SOMMAIRE INTRODUCTION ETAT DES LIEUX LA SITUATION EN FRANCE Le vieillissement de la population seniors : Qui êtes-vous? LE TAUX D EMPLOI DES SENIORS EN FRANCE COMPARAISON EUROPEENNE UNE PROBLEMATIQUE DIFFERENTE EN FONCTION DE LA SITUATION Emploi et non-emploi LE CHEMINEMENT VERS LA RETRAITE Les préretraites publiques et les dispositifs de dispense de recherche d emploi Quelles sont les entreprises qui recrutent des seniors? LES OBJECTIFS EUROPEENS DES SOLUTIONS OU DU MOINS DES PISTES POUR NOS SENIORS EN ENTREPRISE LA FORMATION CONTINUE : UNE PRIORITE AMELIORER LES CONDITIONS DE TRAVAIL UNE SOUPLESSE DE TRANSITION VERS UNE PERIODE D INACTIVITE : AMENAGER LES FINS DE CARRIERE CHANGER LE REGARD SUR LES SENIORS OFFRIR DES PERSPECTIVES PROFESSIONNELLES ET UN NOUVEAU ROLE A NOS SENIORS GESTION INDIVIDUALISEE DES CARRIERES, DES COMPETENCES ET DES RECRUTEMENTS IMPLIQUER TOUS LES ACTEURS POUR UNE RESPONSABILITE PARTAGEE CONCLUSION ANNEXES BIBLIOGRAPHIE RESSOURCES INTERNET RESSOURCES AUDIOVISUELLES GLOSSAIRE /60 V.Landa et L.Tixier

3 INTRODUCTION Le débat des retraites bat son plein, régime particulier et général sont ou seront au cœur de l actualité pour plusieurs mois. Le gouvernement envisage un système de «bonus-malus» pour les entreprises en fonction de leur gestion de l emploi des plus de 50 ans 1. Derrière ce contexte, l emploi des seniors est une priorité de premier plan pour nos institutions, plus généralement pour l ensemble des acteurs économiques et sociaux en France. En quoi est-ce une priorité? Cette priorité ne peut être la même en fonction de son positionnement : les priorités institutionnelles diffèrent de celles des acteurs sociaux et économiques. Les organismes et les partenaires sociaux, les institutions gouvernementales, les entreprises et les salariés, jeunes ou seniors ne portent pas le même regard sur le sujet. Un état des lieux est nécessaire pour cerner l ampleur de la question. Partant d un constat démographique, nous nous demanderons qui sont vraiment ces seniors dont on nous parle tant. Connaître la situation statistique des seniors face à l emploi en France n est pas suffisant. Il faut aussi l analyser en comparaison avec nos partenaires européens et dans le monde. Les paramètres économiques, sociaux et humains sont fondamentaux pour comprendre la situation complexe de nos aînés face à l emploi. Ils vont nous permettre d établir un diagnostic plus complet. Les objectifs institutionnels ambitieux auxquels la France a adhéré posent enfin la problématique avec des échéances pour Il convient donc de trouver rapidement des remèdes. Faut-il chercher des placebos ou de vrais remèdes, comme nos principaux partenaires économiques, du côté de la formation, de l aménagement des fins de carrière, d un changement réel des mentalités, de l amélioration des conditions de travail, d une refonte et de l individualisation de la gestion des carrières ou d un nouveau rôle à proposer à nos seniors? Y a-t-il des spécificités françaises pour traiter cette question de l emploi des seniors ou au contraire peut-on trouver des solutions communes avec l ensemble de nos partenaires européens? Au regard des différences culturelles avec les pays 1 Les offres de courrier cadre N 56, 20 au 26 décembre 2007, page 3. 3/60 V.Landa et L.Tixier

4 du nord de l Europe, peut-on s inspirer de leur réussite en la matière et transposer leurs solutions? C est au travers des solutions que nous tenterons de répondre à ces questions. La multiplicité des acteurs et la complexité des paramètres de l environnement économique et social ne facilitent pas la prescription. Les remèdes à court terme ne sont pas forcément les plus efficaces pour l équilibre à long terme. A l inverse, des solutions à long terme ne peuvent avoir d effet immédiat. C est pourquoi une articulation entre des remèdes à court, moyen et long terme doit être trouvée pour une meilleure efficacité. Nous allons découvrir que l enjeu n est peut-être pas seulement la question d emploi des seniors, mais davantage l équilibre des générations vis-à-vis de l emploi au cœur de notre société. 4/60 V.Landa et L.Tixier

5 1 Etat des lieux 1.1 La situation en France Le vieillissement de la population Le vieillissement de la population est un fait constaté en France comme en Europe et ce phénomène continue de s accélérer : la population française vieillit. En 2040, il y aura sept retraités pour dix actifs et une personne sur trois aura plus de 60 ans. Depuis 2006, personnes environ atteignent l âge de soixante ans, âge de référence minimum pour prétendre à la retraite. Un déséquilibre va donc automatiquement se créer entre le nombre d actifs et les inactifs et s accentuer dans les trente prochaines années. Non seulement le nombre de personnes arrivant en âge de retraite augmente mais l écart vient à se creuser avec la diminution du nombre de personnes entrant dans la vie active. L augmentation du nombre de personnes de plus de 50 ans dans la population active se fait surtout sentir depuis 1996 et jusqu en 2002 puisqu elle passe de 16% à 20% de la population active 2. Une accalmie devrait se faire sentir mais pas avant 2010, le temps nécessaire pour remplacer le nombre important de personnes sortantes du marché du travail. D après les statisticiens, cette baisse de la population active n aura quasiment pas d incidence sur le taux d emploi des seniors. Avec une population plus âgée, il serait logique que les seniors représentent une grande part de la population active, or, le taux d emploi est particulièrement faible pour les personnes de 55 à 65 ans comme elle l est pour les jeunes de 18 à 25 ans. La question de l emploi des seniors en France est primordiale, ne serait-ce que pour un juste équilibre entre actifs et inactifs. Alors pourquoi les seniors travaillent-ils peu? S agit-il d une inactivité voulue ou forcée? Quelles sont les raisons de ce faible taux d emploi des seniors? Avant de répondre à ces questions, il est nécessaire de faire un rappel de la situation française et ainsi de mieux comprendre les enjeux économiques pour notre Nation. 2 «Les entreprises face au vieillissement de leurs effectifs», Economie et statistique, N 368, Minni C et Topiol A 5/60 V.Landa et L.Tixier

6 1.1.2 seniors : Qui êtes-vous? Qui sont les seniors? S agit-il d une personne de 50 ans, 60 ans ou plus? Le senior actuel est-il le même que celui des années 1970? Les documents officiels et les ouvrages traitant des seniors considèrent une personne sénior dès l âge de 55 ans, voire 50 ans. Nous verrons que l on peut regrouper les seniors en différentes tranches d âge. Cependant, la notion de «seniors» est subjective, dans la mesure où elle dépend étroitement du secteur d activité, en fonction des contraintes qui sont plus importantes d un secteur à un autre. Lors d une enquête réalisée par IFOP en mars 2007 auprès de 600 chefs d entreprises, 28% considèrent qu on est âgé dès 45 ans, 22% dès 51 ans et 34% à partir de 55 ans. Cette diversité de point de vue se retrouve à tous les échelons de notre société, ce qui n aide à pas à établir des solutions «types». 1.2 Le taux d emploi des seniors en France Les chiffres parlent d eux-mêmes puisque le taux d emploi des seniors est un des plus faibles d Europe avec 37,8% contre 42,5% en Europe. La question de l emploi chez les seniors est inévitablement liée à l âge de la retraite qui a d ailleurs été traitée dans la réforme des retraites de Les personnes de moins de 55 ans ne sont pas réellement touchées par le faible taux d emploi qui concerne davantage les seniors de 55 à 65 ans. En 2003 en France, le taux d emploi des ans est de 13% alors que celui des ans passe à 54%. Le premier chiffre peut facilement se justifier par rapport à l âge de notre retraite en France fixé à 60 ans pour la plupart des personnes. Le pourcentage chez les ans est plus complexe à expliquer entre départ en retraite anticipée et les dispositifs de dispense de recherche d emploi mis au point par l Etat. Quel constat peut-on tirer de ce faible taux d emploi? Ce phénomène est loin d être nouveau mais la simple prise de conscience ne suffit plus à résoudre les problèmes qui en découlent. 6/60 V.Landa et L.Tixier

7 Figure 1 : Taux d'emploi par groupe d'âge, France, 2003 Figure 2 : Evolution de la participation à l'emploi des hommes et des femmes de ans depuis 1975 : taux d'emploi moyen* et taux d'emploi non pondéré** Notes : Enquête annuelle réalisée en mars, enquête en continu (moyenne annuelle), l'emploi est défini au sens du BIT, âge atteint à la date de l'enquête, concept d âge privilégié pour le calcul d un taux d emploi instantané car indiquant l âge exact de l enquêté. * Nombre de personnes en emploi rapporté à la population totale de la classe d âge. ** Moyenne non pondérée des taux d emploi de chaque âge détaillé. Dans ce calcul, chaque âge a le même poids quels que soient ses effectifs. Cet indicateur permet d éliminer l effet de déformation de la structure par âge détaillé de la classe d âge considérée. Lecture : en 2005, les ans représentent 10,7 % de l emploi total. Parmi les ans 37,8 % occupent un emploi, indicateur qui est de 33,2 % en donnant le même poids à chacun des 10 âges qui composent cette grande classe d âge. Sources : Insee, enquêtes Emploi (annuelle , en continu ) ; calculs Dares. 7/60 V.Landa et L.Tixier

8 Dans les années 1970 (voir figure ci-dessus), le taux d emploi des ans est stable, puis il baisse de 10 points au début des années 1980, c'est-à-dire précisément quand l âge légal de la retraite passe à 60 ans. A cela s ajoute la volonté des pouvoirs publics d encourager massivement les départs anticipés à la retraite des personnes de plus de 50 ans comme réponse à la raréfaction de l emploi. La baisse du taux d emploi des ans se fait automatiquement sentir et passe de 70% en 1970 à 28% à la fin des années Le taux d emploi des seniors augmente à partir de 2001 jusqu en 2006 avec l arrivée des générations de Baby-boom à l âge de 55 ans. Aussi le taux d emploi des ans en 2005 correspond à celui des ans au milieu des années Figure 3 : Evolution de la participation à l'emploi des hommes et des femmes de ans depuis 1975 : Taux d'emploi moyen* et taux d'emploi non pondéré** La tranche d âge des ans a connu très peu d évolution dans les années On note tout au plus une très légère augmentation du taux d emploi chez les femmes. 8/60 V.Landa et L.Tixier

9 1.3 Comparaison européenne Une chose est sûre : le nombre de seniors en emploi reste plus faible en France que dans la majorité des pays européens. Plutôt que de s attacher aux chiffres annoncés précédemment, essayons de mieux cerner l ampleur du phénomène en étudiant les évolutions qui se sont succédées. Dans la figure 4, on voit nettement que la France est un des pays européens dont le taux d emploi est le plus faible chez les ans avec 37,3%. A l opposé, on trouve les pays du nord de l Europe dont la Suède avec 69,1% et le Danemark avec 60,3%. En réalité, six états membres se situent au-dessus des 50% comme taux d emploi pour les actifs âgés de 55 ans à 64 ans : La Suède et le Danemark en tête, auxquels s ajoutent le Royaume-Uni, la Finlande, le Portugal et l Estonie. La distinction se fait surtout dans la politique engagée par les Etats, d un côté, ceux comme la France ou l Allemagne, qui ont engagé des programmes de préretraite et qui ont vu leur taux d emploi des seniors diminuer considérablement, de l autre, les Etats qui ont préféré une politique de maintien dans l emploi des seniors et d incitation à l embauche. Figure 4 : Population active et taux d'emploi dans l'union européenne en 2005, en % Population active Taux d'emploi Effectifs Part des ans (en ans femmes Hommes Femmes Ensemble milliers) Allemagne ,4 70,8 59,2 65,0 41,8 Autriche ,2 74,9 60,7 67,8 28,8 Belgique ,7 67,9 52,6 60,3 30,0 Chypre ,1 79,8 58,7 68,9 49,9 Danemark ,8 79,7 71,6 75,7 60,3 Espagne ,9 73,8 48,3 61,1 41,3 Estonie ,4 66,4 60,0 63,0 52,4 Finlande ,1 69,7 65,6 67,6 50,9 France ,5 69,0 57,4 63,1 37,3 Grèce ,7 73,7 45,2 59,4 39,4 Hongrie ,7 63,1 50,7 56,8 31,1 Irlande ,9 75,9 56,5 66,3 49,5 Italie ,3 70,1 45,2 57,6 30,5 Lettonie ,7 66,4 58,5 62,3 47,9 Lituanie ,2 64,7 57,8 61,2 47,1 Luxembourg ,9 72,8 51,9 62,5 30,4 Malte ,6 75,1 32,7 54,0 31,5 Pays-Bas ,5 80,2 65,8 73,1 45,2 Pologne ,7 57,2 46,2 51,7 26,2 Portugal ,1 74,2 61,7 67,8 50,3 9/60 V.Landa et L.Tixier

10 République tchèque ,3 72,3 56,0 64,2 42,7 Royaume-Uni ,0 77,8 65,6 71,6 56,2 Slovaquie ,6 63,2 50,9 57,0 26,8 Slovénie ,8 70,0 60,5 65,3 29,0 Suède ,8 73,6 70,5 72,1 69,1 Union européenne à ,6 70,9 55,7 63,3 41,0 Champ : personnes de 15 à 64 ans vivant dans les ménages privés. Source : Eurostat, enquêtes sur les forces de travail. Déjà dans les années 1970, on constate une première conséquence d une retraite qui est ramenée à 60 ans avec un taux d activité qui chute à 54% en Dans la tranche des ans, un homme sur cinq n a pas d emploi à cette époque. Cependant, il ne s agit pas directement de l incidence des préretraites qui verront le jour dans les années 80. Quant aux femmes quinquagénaires, elles voient leur taux d emploi augmenter grâce à l émancipation de la femme ainsi qu une volonté d indépendance et de liberté très forte qui règne à cette époque. La France est loin d être une exception puisque l ensemble des pays industrialisés ont vu le taux d emploi des hommes âgés augmenter entre 1975 et Notons tout de même deux exceptions importantes que sont le Japon et les Etats-Unis sur lesquels nous reviendrons plus tard. Figure 5 : Taux d'emploi des seniors (55-64 ans) de 2000 à 2005 par pays 10/60 V.Landa et L.Tixier

11 L augmentation se poursuit (Voir figure 5) à partir de 2000, il passe de 36,6% en 2000 à 42,5% en 2005 dans l ensemble de l U.E.-25. Il faut tout de même noter une disparité entre les hommes dont le taux d emploi atteint 51,8% en 2005 alors qu il atteint 33,7% pour les femmes. Le trait horizontal rouge permet de matérialiser l objectif de Lisbonne à 50% et de mettre en évidence les pays situés au dessus de ce seuil et ceux en dessous. La figure ci-dessus met en évidence la diminution du taux d emploi avec le vieillissement : Plus on vieillit, plus le taux d emploi est faible, et ce, quelque soit le sexe. On note tout de même une diminution plus nette à partir de 60 ans, un âge charnière dans le taux d emploi. Le taux d emploi des femmes est supérieur en France comparé aux autres pays européens même si la baisse est très nette pour les deux sexes dès 65 ans. Les femmes travaillent au-delà de 60 ans, âge légal de la retraite car leur cotisation n est pas suffisante pour y prétendre. Elles ont tendance à prendre leur retraire vers 65 ans, 5 ans plus tard que les hommes. Cela s explique notamment par le fait que les femmes connaissent dans leur vie des interruptions plus nombreuses notamment pour concevoir et élever les enfants. Cependant, malgré l augmentation du taux d emploi en Europe depuis 2000, les hommes s arrêtent de travailler au même âge qu en Les chiffres sont faussés par les femmes qui restent très actives plus longtemps, et une partie de la population arrivant à cinquante ans issue de la première génération du baby-boom. Les mesures en faveur des travailleurs âgés ont surtout concerné la tranche d âge entre 60 et 64 ans (avec les préretraites) sans se soucier des seniors entre 50 et 59 ans. On préfère alors penser que les difficultés rencontrées par les plus de 59 ans dans leur travail sont liées à une forme d inemployabilité résultante de leur âge. Plutôt que de régler les problèmes, ces départs massifs en retraite ont eut des conséquences pour la tranche des ans. De plus cette classe d âge a été touchée par la dégradation du marché du travail. 11/60 V.Landa et L.Tixier

12 Figure 6 : Taux d'emploi des seniors par âge et sexe en 2000 et 2005, U.E-25 (en%) Une répartition différente en fonction des secteurs d activité On estime à 20% la part des seniors qui travaillent parmi les actifs recensés en France tout secteur confondu. Les écarts sont importants en fonction des secteurs puisque la «Restauration rapide» compte seulement 6% de seniors et «les services domestiques» 32%. 12/60 V.Landa et L.Tixier

13 Figure 7 : Répartition des actifs ayant un emploi par âge et secteur d'activité économique 15 à 29 ans 30 à 49 ans 50 ans et plus En 2005, en % Ensemble Secteur d'activité économique Agriculture, sylviculture et pêche 2,5 3,5 5,6 3,8 Industrie 14,5 17,6 16,0 16,6 dont : Industries agricoles et alimentaires 3,1 2,8 2,3 2,7 Industries des biens de consommation 2,3 3,0 2,6 2,8 Industrie automobile 1,2 1,3 1,5 1,3 Industries des biens d'équipement 3,1 3,5 3,0 3,3 Industries des biens intermédiaires 4,2 6,0 5,6 5,6 Energie 0,6 1,0 1,0 0,9 Construction 7,6 6,2 6,0 6,4 Tertiaire 75,0 72,5 72,1 72,8 dont : Commerce et réparations 17,1 13,1 10,5 13,2 Transports 3,6 4,9 3,7 4,3 Activités financières 2,8 2,8 3,3 2,9 Activités immobilières 1,1 1,3 1,8 1,4 Services aux entreprises 17,0 12,8 10,0 12,9 Services aux particuliers 10,9 7,9 8,1 8,5 Education, santé, action sociale 14,1 19,2 21,9 18,9 Administrations 8,4 10,5 12,8 10,7 Activité indéterminée 0,3 0,2 0,3 0,3 Ensemble 100,0 100,0 100,0 100,0 Champ : France métropolitaine, actifs occupés de 15 ans ou plus. Note : résultats en moyenne annuelle. Source : Insee, enquête emploi de Comme on le voit dans le tableau ci-dessus, en 2005, les plus de 50 ans sont plus nombreux dans le secteur tertiaire avec 72,1% comparé à l industrie. L éducation, la santé et l action sociale représentent à eux seuls 21,9% des plus de 50 ans. Leur nombre est notamment très important chez les cadres et dans la fonction publique. A l opposé, ils sont peu représentés dans les activités de l hôtellerie et la restauration ou encore les métiers de l informatique. Aucune différence n est à constater entre le secteur privé et public jusqu à la fin des années Avec l apparition du système des préretraites au début des années 1980 et le chômage, les salariés de plus de 50 ans sont moins nombreux dans le secteur privé. La légère progression au milieu des années 1990 des effectifs dans le privé ne suffit pas à combler les écarts : Alors qu on trouve en % des plus de 50 ans dans le secteur public, seulement 18% pour le privé. On constate donc une augmentation proportionnelle de la part des seniors entre 1993 et 2002 dans la plupart des secteurs. 13/60 V.Landa et L.Tixier

14 1.4 Une problématique différente en fonction de la situation Nous avons vu précédemment que l âge et le sexe sont des facteurs déterminants dans le taux d emploi. Le fait d être en activité ou non après 50 ans influe aussi nettement sur la notion de taux d emploi. La situation d un sénior en activité n est pas la même que celle d un sénior ne travaillant pas. Parmi les seniors qui partent à la retraite, tous n occupent pas un emploi. Quatre sur dix seulement occuperaient un emploi au moment du passage à la retraite Emploi et non-emploi Le non-emploi ne doit pas forcément avoir pour seul issu le chômage. Ce serait une erreur de ne pas le prendre en compte dans la mesure où il touche un nombre important de personnes de plus de 50 ans. Les seniors sont moins confrontés que les autres tranches d âge au chômage mais il est par contre plus difficile de sortir de cette situation pour deux raisons essentielles : D une part les offres disponibles sur le marché du travail ne sont pas toujours en corrélation avec leurs compétences et leur expérience ; d autre part, l âge reste un critère discriminatoire à l embauche. A la fin de l année 2004, on compte 15,2% de demandeurs d emploi seniors. Les embauches en 1991 ne concernent que 5% des quinquagénaires. Les embauches augmentent légèrement entre 1996 et 2002 du fait du vieillissement de la population active. Figure 8 : Probabilité de transition par âge entre l'emploi et le non-emploi en France de , les hommes Le constat est évident : Les chômeurs âgés ont davantage de difficulté à retrouver un emploi comparé aux autres tranches d âges. Parmi les demandeurs 14/60 V.Landa et L.Tixier

15 d emploi de longue durée (d une durée supérieure à un an), on retrouve une grande proportion de personnes de plus de 50 ans. La difficulté s accroît avec l âge. «En 2003, parmi les chômeurs de 50 ans à 65 ans, 62% le sont depuis au moins un an (contre 44% des chômeurs de 25 ans à 49 ans) et 20% depuis au moins deux ans» 3. Les raisons du chômage : 1 senior sur 2 se retrouve au chômage suite à un licenciement et 1/3 suite à la fin d un contrat précaire. Figure 9 : Répartition des motifs d'inscription (hors motifs "autres cas") Dans la figure ci-contre il ne faut pas oublier de prendre en compte les personnes dont le motif d inscription au chômage est inconnu et qui représentent tout de même 30%. Figure 10 : Probabilité de transition par âge entre l'emploi et le non-emploi en France de , 3 «Les mutations de l emploi en France», Editions La découverte, Collection Repères, Ires, /60 V.Landa et L.Tixier

16 Selon des enquêtes réalisées par Aubert, Blanchet et Blau en , on peut tirer la conclusion suivante : Une personne âgée de plus de 55 ans sans emploi aura peu de chance de retrouver un emploi un jour. Excepté les ruptures d emploi à 55 et 60 ans dans le taux d emploi, le risque de transiter d une situation d emploi à celle de non-emploi augmente de 5% à 15% entre 54 et 55 ans, puis à nouveau à partir de 60 ans. Ce passage délicat de la soixantaine se ressent un peu moins chez les femmes qui prolongent en général plus longtemps leur activité professionnelle, et combler ainsi les ruptures survenues pendant leur carrière. A l opposé de cette augmentation, la transition de l emploi vers le non-emploi se caractérise par une probabilité quasi nulle de reprise d activité après 57 ans. Lorsqu un senior retrouve un emploi suite à un arrêt maladie ou une période de chômage, il s agit souvent de contrat en CDD, à temps partiel ou intermittent. Ces contrats précaires touchent davantage les seniors que les autres catégories d âge. En 1995, alors que 3,9% des plus de 50 ans occupaient un emploi intérimaire, on en compte 5,8% en La figure ci-dessous montre que la proportion de contrats aidés et de temps partiels sont plus importants chez les personnes de plus de 50 ans, comparé à la tranche ans. Figure 11 : Nature des emplois repris selon l'âge 4 La documentation française, «en France» p19. 16/60 V.Landa et L.Tixier

17 Les plus de 50 ans font partis des publics prioritaires pour les aides de l Etat, et c est notamment ce qui justifie leur embauche. La situation se complique lorsque l on sait qu un des premiers critères de discrimination à l embauche est justement l âge! Nous sommes face à un paradoxe. Un employeur sur deux affirme ne pas vouloir embaucher plus de personnes de plus de 50 ans, pourtant ils reconnaissent par ailleurs que les seniors sont plus compétents et professionnels que d autres tranches d âges. Alors pourquoi ne pas embaucher davantage de personnes de plus de 50 ans? 1.5 Le cheminement vers la retraite Figure 12 : Taux de chômage par âge Le chômage n explique pas le faible taux d emploi des seniors. Si on compare les différentes tranches d âges, on s aperçoit que le taux d emploi des plus âgés est inférieur à celui des ans à partir de 1988 environ, puis continue à diminuer progressivement. L absence d activité des seniors se caractérise tout simplement par le retrait du marché du travail. Quelles sont les caractéristiques des sorties vers l inactivité? Elles sont différentes si l on se place du point de vue du secteur public et du secteur privé, même si on constate un âge identique pour le passage à l inactivité. Le privé se caractérise par la mise en place de dispositifs de préretraites qui permettent d anticiper le passage vers la retraite, alors que le secteur public bénéficie de l existence de régimes de retraite spéciaux (cf. figure 13). 17/60 V.Landa et L.Tixier

18 Figure 13 : Age de cessation d'emploi et de liquidation de la retraite en France On peut dire qu au-delà de 60 ans, l inactivité des seniors est due au passage à la retraite ou préretraite pour les personnes de 55 ans. L inactivité est donc un statut intermédiaire entre l emploi et la retraite. La part des préretraites est importante surtout dans le secteur bancaire, des assurances, des industries pharmaceutiques et pétrolières. Une réforme datant de 2003 a fortement incité les employeurs à proposer le système des préretraites par des contributions spécifiques à la charge de l employeur. La retraite est perçue par les personnes concernées comme un acquis, un droit acquis dont on veut faire usage. Dans l esprit des bénéficiaires, il s agit bien de repos après une carrière parfois difficile et laborieuse. D ailleurs, à un sondage 18/60 V.Landa et L.Tixier

19 CSA- La Croix début , lorsqu on demande aux personnes interrogées jusqu à quel âge il serait prêt à travailler pour avoir une bonne retraite, la grande majorité (43%) annonce 60 ans et 12% 55 ans. On peut alors se demander si les français sont prêts pour partir en retraite plus tardivement! On peut en douter d autant plus que les seniors se considèrent parfois eux-mêmes trop vieux pour continuer à exercer une activité professionnelle. Quant à ceux qui restent en activité, on remarque une fragilisation de leur statut en entreprise qui se traduit par un manque d intérêt de la part des responsables vis-àvis des plus de 50 ans. Il est alors logique que, se sentant moins impliqués, les seniors se désinvestissent et se tournent vers la sortie. C est justement l une des explications avancée dans les différents rapports traitant du sujet pour justifier le grand nombre de retrait(e)s anticipé(e)s des seniors. Certes une personne de 55 ans fait plus difficilement certaines tâches qu à 30 ans et la lassitude peut s installer mais est-ce une raison suffisante pour se satisfaire de ce faible taux d emploi des seniors en France? Figure 14 : Proportion de salariés recrutés depuis moins d'un an dans le secteur privé* * Proportion de recrutés depuis moins d un an parmi les personnes en emploi. Les emplois sont dénombrés au sens du Bureau International du Travail. Lecture : fin du premier trimestre 2005 ; 4,7 % des seniors en emploi ont été recrutés depuis moins d un an, contre 10% pour les ans. Remarque : Le passage en 2002 d une enquête Emploi annuelle en mars à une enquête en continu sur l année introduit une rupture dans les séries. Source : Insee, calculs Dares. (1) enquêtes Emploi annuelles, réalisées en mars, jusqu en 2002, (2) enquêtes Emploi en continu, réalisées au premier semestre, à partir de La Croix, 29 mars /60 V.Landa et L.Tixier

20 La figure 14 permet de constater une évolution du recrutement pour l ensemble des tranches d âges et pas seulement pour les seniors. Cette amélioration trouve l une de ses réponses dans les turn-over plus fréquents qu auparavant. On note aussi un nombre plus important de contrats temporaires et précaires (CDD, CIE) chez les seniors. Figure 15 : Part des principaux motifs de départs des entreprises par classes d'âge en 2005 Source : EMMO/DMMO (DARES) ; calculs DARES. La fin de CDD est le motif d arrêt de travail le plus élevé pour la tranche ans (58,6%) en 2005 mais guère plus élevé que les chez ans. La cessation définitive d activité (44%) est la raison principale de l arrêt de l activité des 55 ans et plus Les préretraites publiques et les dispositifs de dispense de recherche d emploi Vous trouverez les détails de ces dispositifs en annexe de notre dossier. Nous n avons pas jugé bon de détailler ces systèmes complexes qui alourdiraient notre réflexion sur le sujet. Ce point s éloigne quelque peu de notre problématique, mais il est important d en dresser un bref tableau pour comprendre que l emploi, ou le non-emploi des seniors sont intrinsèquement liés aux dispositifs mis en place pour accompagner les seniors vers la retraite. La préretraite est une des étapes possibles avant la retraite. On distingue deux types de préretraites : «les préretraites publiques» qui sont des dispositifs spécifiques. Le D.R.E., Dispositif de dispense de Recherche d Emploi, qui est le plus courant. L ensemble des dispositifs de préretraites publiques font appel à des conditions particulières et ne font quasiment plus partis des possibilités actuelles si l on regarde le nombre d entrants de bénéficiaires seulement en La documentation française, «en France» p27. 20/60 V.Landa et L.Tixier

21 En quoi consiste le D.R.E? Les personnes âgées en situation d emploi sont dispensées de rechercher un emploi en échange d un revenu de remplacement. Ce dispositif a été mis au point à partir de La demande peut se faire à partir de 55 ans sous conditions et à partir de 57 ans et demi sans condition particulière. Même si la terminologie est différente, le D.R.E. est ni plus ni moins une préretraite qui prendra fin lorsque le taux plein de retraite sera atteint. Le nombre de personnes en inactivité qui bénéficient d une aide de l Etat est toujours aussi important qu auparavant. Finalement, les seniors qui passent directement d une situation d emploi à la retraite sont peu nombreux comparés à ceux qui transitent par une phase intermédiaire, dont la préretraite fait partie. Comme l illustre le tableau ci-dessous, seuls 45,3% des hommes et 41,8% des femmes en 2000 sont en situation d emploi au moment d entamer leur retraite, ce qui est assez peu. Par contre le passage par une préretraite est courant puisqu il concerne tout de même 32% des hommes et 21,2% des femmes. Figure 16 : Situation professionnelle des individus avant le départ à la retraite Quelles sont les conditions nécessaires pour améliorer l emploi des seniors? Même si chaque pays a ses particularités, le constat reste européen. La première question à se poser est d établir comment nous allons allonger la durée de la vie professionnelle? Peut-on harmoniser les solutions au niveau européen, malgré les différences existantes? Le sommet européen de Barcelone en 2002 semble le prouver. Nous verrons dans le second chapitre les solutions envisagées, 21/60 V.Landa et L.Tixier

Comment les entreprises anticipent-elles le vieillissement de l emploi?

Comment les entreprises anticipent-elles le vieillissement de l emploi? Emploi 3 Comment les entreprises anticipent-elles le vieillissement de l emploi? François Brunet* Inévitablement les générations nombreuses du baby-boom nées entre 1946 et 1973 s approchent de l âge légal

Plus en détail

LES RETRAITES. Dossier d information. Avril 2010

LES RETRAITES. Dossier d information. Avril 2010 LES RETRAITES en france Dossier d information Avril 2010 LES RETRAITES en france Dossier d information Avril 2010 Contact presse Éva Quickert-Menzel 01 44 38 22 03 Sommaire Chiffres-clés des retraites...

Plus en détail

Âge effectif de sortie du marché du travail

Âge effectif de sortie du marché du travail Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Âge effectif de sortie du marché du travail Merci

Plus en détail

La problématique des Seniors. www.quinquascitoyens.net 1

La problématique des Seniors. www.quinquascitoyens.net 1 La problématique des Seniors www.quinquascitoyens.net 1 www.quinquascitoyens.net 2 Nous remercions chaleureusement Chimulus pour le don de son dessin contact@chimulus.com www.quinquascitoyens.net 3 Devinettes

Plus en détail

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Prise de position de Caritas_mars 2011 Migration: un plus pour la Suisse En bref: Quel est l effet de

Plus en détail

Taux de risque de pauvreté ou d exclusion sociale le plus élevé en Bulgarie, le plus faible en République tchèque

Taux de risque de pauvreté ou d exclusion sociale le plus élevé en Bulgarie, le plus faible en République tchèque 168/2014-4 Novembre 2014 Risque de pauvreté ou d'exclusion sociale dans l'ue28 Plus de 120 millions de personnes menacées de pauvreté ou d exclusion sociale en 2013 Soit près d une personne sur quatre

Plus en détail

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE par John P. Martin, Martine Durand et Anne Saint-Martin* Audition

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA Regards sur l éducation est un rapport annuel publié par l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et portant sur

Plus en détail

Vous avez eu ou élevé des enfants Vos droits

Vous avez eu ou élevé des enfants Vos droits Salariés FÉVRIER 2014 Vous avez eu ou élevé des enfants Vos droits B Les majorations de durée d assurance B Le congé parental B La majoration pour 3 enfants Vous avez eu ou élevé des enfants Vous avez

Plus en détail

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? Près de 3 demandeurs d emploi sur 5 sont couverts par l Assurance chômage

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? Près de 3 demandeurs d emploi sur 5 sont couverts par l Assurance chômage éclairages ÉTUDES ET ANALYSES N 5 AVRIL 213 QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? L Unédic a réalisé une étude pour approfondir la compréhension de la population des allocataires

Plus en détail

La mobilité professionnelle revêt

La mobilité professionnelle revêt Mobilité professionnelle 17 Du changement de poste au changement d entreprise, en passant par la promotion : la mobilité des Franciliens Les salariés franciliens, notamment les cadres, ont une propension

Plus en détail

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve

Plus en détail

Régimes publics de retraite État de la situation. Perspectives des différents régimes publics de retraite. Plan

Régimes publics de retraite État de la situation. Perspectives des différents régimes publics de retraite. Plan Régimes publics de retraite État de la situation Perspectives des différents régimes publics de retraite 79 e congrès de l ACFAS 10 mai 2011 Plan Portrait des régimes publics de retraite La pression démographique

Plus en détail

MIEUX TRAVAILLER AVEC L ÂGE

MIEUX TRAVAILLER AVEC L ÂGE Lancement de la publication Paris, 30 janvier 2014 VIEILLISSEMENT ET POLITIQUES DE L EMPLOI MIEUX TRAVAILLER AVEC L ÂGE RAPPORT DE L OCDE SUR LA FRANCE Stefano Scarpetta, Directeur Anne Sonnet, Responsable

Plus en détail

NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM)

NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM) NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM) Politiques, pratiques et données statistiques sur les mineurs isolés étrangers (MIE) dans les États membres de l UE et en Norvège 1. INTRODUCTION Cette note de synthèse

Plus en détail

Qui sont les enseignants?

Qui sont les enseignants? Extrait de : Regards sur l'éducation 2008 : Panorama Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264040649-fr Qui sont les enseignants? Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE (2009),

Plus en détail

GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO LE LIVRET DU RETRAITÉ. n o 2. Le livret du retraité

GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO LE LIVRET DU RETRAITÉ. n o 2. Le livret du retraité GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO LE LIVRET DU RETRAITÉ Guide salariés n o 2 MARS 2015 Le livret du retraité Sommaire La retraite, en bref... 3 Points clés... 4 Points de repères... 8 Points

Plus en détail

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation?

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? Indicateur Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? En 2008, les pays de l OCDE ont consacré 6.1 % de leur PIB cumulé au financement de leurs établissements d enseignement.

Plus en détail

GESTION, ADMINISTRATION

GESTION, ADMINISTRATION GESTION, ADMINISTRATION A vec 73 5 emplois et 9,8 % des actifs, les métiers de la gestion et de l administration des entreprises constituent le troisième domaine professionnel dans la région, un rang identique

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

La retraite pour pénibilité

La retraite pour pénibilité Salariés MAI 2012 La retraite pour pénibilité Conditions Démarches La retraite pour pénibilité Un dispositif de retraite pour pénibilité a été créé par la réforme des retraites de 2010. Il permet aux assurés

Plus en détail

Entretien avec Jean-Paul Betbéze : chef économiste et directeur des études économiques du Crédit agricole, est membre du Conseil d'analyse économique

Entretien avec Jean-Paul Betbéze : chef économiste et directeur des études économiques du Crédit agricole, est membre du Conseil d'analyse économique Faut-il reculer l âge de la retraite? Entretien avec Jean-Paul Betbéze : chef économiste et directeur des études économiques du Crédit agricole, est membre du Conseil d'analyse économique Entretien avec

Plus en détail

Évaluation et recommandations

Évaluation et recommandations ÉVALUATION ET RECOMMANDATIONS 13 Évaluation et recommandations Les personnes souffrant de troubles mentaux s intègrent mal sur le marché du travail. En Belgique, par rapport aux personnes qui ont une bonne

Plus en détail

L intergénérationnel, un enjeu pour tous

L intergénérationnel, un enjeu pour tous www.limousin.gouv.fr 1 2 L intergénérationnel, un enjeu pour tous 3 SOMMAIRE COMMUNIQUE DE SYNTHESE page 4 CONTEXTE page 6 Le contrat de génération en Limousin L appui-conseil au contrat de génération

Plus en détail

L obligation de négocier sur la pénibilité dans les entreprises. Premiers éléments de bilan. Direction générale du travail

L obligation de négocier sur la pénibilité dans les entreprises. Premiers éléments de bilan. Direction générale du travail CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 21 novembre 2012 à 14 h 30 «Pénibilité. Transition emploi-retraite. Elaboration de cas-types pour les projections.» Document N 6 Document de travail,

Plus en détail

RETRAITES : Y A-T-IL UNE SOLUTION IDÉALE EN EUROPE POUR UN AVENIR?

RETRAITES : Y A-T-IL UNE SOLUTION IDÉALE EN EUROPE POUR UN AVENIR? RETRAITES : Y A-T-IL UNE SOLUTION IDÉALE EN EUROPE POUR UN AVENIR? Une question européenne mais traitée dans chaque Etat membre L avenir des systèmes de retraite et ses conséquences sur la zone euro, internationalise

Plus en détail

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Focus Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Introduction Le travailleur qui devient chômeur et qui est admissible sur base de prestations de travail se voit, en application du principe

Plus en détail

Les chiffres essentiels des retraites Mis en ligne en mars 2011

Les chiffres essentiels des retraites Mis en ligne en mars 2011 Les chiffres essentiels des retraites Mis en ligne en mars 2011 Les bénéficiaires de retraites Nombre de retraités, selon les différents régimes (COR janvier 2010) : 16 millions dont : 11,3 millions :

Plus en détail

Consommer en 2010 : pas moins, mais mieux!

Consommer en 2010 : pas moins, mais mieux! Paris, 21 janvier 2010 Communiqué de presse 21 ème Observatoire Cetelem de la Consommation Consommer en 2010 : pas moins, mais mieux! Depuis plus de 20 ans, L'Observatoire Cetelem décrypte, analyse et

Plus en détail

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 17 décembre 2013 à 14h30 «Etat des lieux sur l épargne en prévision de la retraite» Document N 13 Document de travail, n engage pas le Conseil Le

Plus en détail

LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE

LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE Centre de Recherche pour l Etude et l Observation des Conditions de Vie LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE Anne LOONES Marie-Odile SIMON Août 2004 Département «Evaluation des Politiques Sociales»

Plus en détail

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale)

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale) 55/2015-27 mars 2015 Commerce international de biens en 2014 Principaux partenaires commerciaux de l UE en 2014: les États-Unis pour les exportations, la Chine pour les importations Le commerce entre États

Plus en détail

Saint-Marin Allemagne. Monaco. Saint-Siège Andorre. Norvège. Slovaquie Autriche. Pays-Bas. Slovénie Belgique. Pologne. Suède Bulgarie.

Saint-Marin Allemagne. Monaco. Saint-Siège Andorre. Norvège. Slovaquie Autriche. Pays-Bas. Slovénie Belgique. Pologne. Suède Bulgarie. Jeunes demandeurs d asile tchétchènes jouant au centre d accueil de BialaPodlaska(Pologne). Albanie France Monaco Saint-Marin Allemagne Grèce Norvège Saint-Siège Andorre Hongrie Pays-Bas Slovaquie Autriche

Plus en détail

CECOP. Centre d études et de connaissances sur l opinion publique LES FRANCAIS ET LEUR RETRAITE. Une enquête CECOP/CSA pour Le Cercle des épargnants

CECOP. Centre d études et de connaissances sur l opinion publique LES FRANCAIS ET LEUR RETRAITE. Une enquête CECOP/CSA pour Le Cercle des épargnants Centre d études et de connaissances sur l opinion publique LES FRANCAIS ET LEUR RETRAITE Une enquête /CSA pour Le Cercle des épargnants Note d analyse Février 2009 S.A. au capital de 38.112,25 euros Siège

Plus en détail

Aide pour une complémentaire santé

Aide pour une complémentaire santé Aide pour une complémentaire santé Vous trouverez dans ce dossier tout ce dont vous avez besoin pour obtenir l Aide pour une complémentaire santé, une présentation du dispositif, une demande à compléter,

Plus en détail

Vous avez du talent, nous protégeons votre indépendance. Demande de pension d invalidité Notice explicative

Vous avez du talent, nous protégeons votre indépendance. Demande de pension d invalidité Notice explicative Vous avez du talent, nous protégeons votre indépendance Demande de pension d invalidité Nature des pensions PENSION POUR INCAPACITE AU METIER (seulement les professions artisanales) Il s agit d une pension

Plus en détail

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres LE POINT SUR LES INÉGALITÉS DE REVENU Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres Résultats issus de la Base de données de l OCDE sur la distribution des revenus

Plus en détail

La diffusion des technologies de l information et de la communication dans la société française

La diffusion des technologies de l information et de la communication dans la société française La diffusion des technologies de l information et de la communication dans la société française Étude réalisée par le Centre de Recherche pour l'étude et l'observation des Conditions de Vie (CREDOC) pour

Plus en détail

Dares Analyses. Emploi, chômage, population active : bilan de l année 2012

Dares Analyses. Emploi, chômage, population active : bilan de l année 2012 Dares Analyses juin 2013 N 037 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Emploi, chômage, population active : bilan de l année Avec la contraction de l

Plus en détail

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants IStock - FredFroese Source de croissance de d opportunités, le vieillissement de la population française constitue cependant un défi pour notre pays.

Plus en détail

Le coût du rachat de trimestres pour carrière à l étranger multiplié par 4 au plus tard le 1 er janvier 2011

Le coût du rachat de trimestres pour carrière à l étranger multiplié par 4 au plus tard le 1 er janvier 2011 Le coût du rachat de trimestres pour carrière à l étranger multiplié par 4 au plus tard le 1 er janvier 2011 Un article de la loi de financement de la sécurité sociale 2010 aligne le coût de ce rachat

Plus en détail

Nom. les. autres États. n de l aviation. Organisation. ATConf/6-WP/49 14/2/12. Point 2 : 2.2. Examen de. des accords bilatéraux. consultées.

Nom. les. autres États. n de l aviation. Organisation. ATConf/6-WP/49 14/2/12. Point 2 : 2.2. Examen de. des accords bilatéraux. consultées. Nom Organisation n de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL ATConf/6-WP/49 14/2/12 SIXIÈME CONFÉRENCE MONDIALE DE TRANSPORT AÉRIEN Montréal, 18 22 mars 2013 Point 2 : 2.2 Examen de questions

Plus en détail

REPÈRES ÉCONOMIQUES POUR UNE RÉFORME DES RETRAITES JUILLET 2015

REPÈRES ÉCONOMIQUES POUR UNE RÉFORME DES RETRAITES JUILLET 2015 REPÈRES ÉCONOMIQUES POUR UNE RÉFORME DES RETRAITES JUILLET 2015 2000 2005 2010 2015 2020 2025 2030 2035 2040 2045 2050 2055 2060 en % du PIB UN FINANCEMENT DES RETRAITES TOUJOURS PAS ASSURÉ Solde financier

Plus en détail

Améliorer la gouvernance des Services Publics d'emploi pour de meilleurs résultats sur l'emploi

Améliorer la gouvernance des Services Publics d'emploi pour de meilleurs résultats sur l'emploi Améliorer la gouvernance des Services Publics d'emploi pour de meilleurs résultats sur l'emploi Congrès Mondial de l AMSEP Istanbul, 6 mai 2015 Sylvain Giguère, Directeur de la division LEED, OCDE Pourquoi

Plus en détail

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT?

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT? Pour citer ce document, merci d utiliser la référence suivante : OCDE (2012), «Quelle doit être l ampleur de la consolidation budgétaire pour ramener la dette à un niveau prudent?», Note de politique économique

Plus en détail

AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS :

AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS : AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS : ÉLÉVATION DES PLAFONDS À PARTIR DU 1 ER JANVIER 2002

Plus en détail

Mobilité de l enseignement supérieur

Mobilité de l enseignement supérieur Mobilité de l enseignement supérieur Guide financier 2014 1 SOMMAIRE Introduction... 3 Le calcul de la subvention par l agence... 4 Utilisation de la subvention par l établissement... 7 Exemple d allocation

Plus en détail

Les seniors, une cible particulière? Tiphaine Garat Ingénieur d étude, UDS

Les seniors, une cible particulière? Tiphaine Garat Ingénieur d étude, UDS Les seniors, une cible particulière? Tiphaine Garat Ingénieur d étude, UDS Journée d information et d échanges organisée par l Equipe de droit social, UMR 7354 DRES La prévention des facteurs de pénibilité,

Plus en détail

La publication, au second

La publication, au second Les entreprises industrielles françaises de plus en plus impliquées dans les NTIC Malgré l adoption accélérée des différents outils des nouvelles technologies de l information et de la communication (NTIC)

Plus en détail

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005.

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005. Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005 Summary in French Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005 Résumé Le soutien accordé aux producteurs

Plus en détail

Les prestations servies dans la zone UE-EEE-Suisse entre 2004 et 2013

Les prestations servies dans la zone UE-EEE-Suisse entre 2004 et 2013 R EGARD SUR... Les prestations servies dans la zone UE-EEE-Suisse entre 24 et 213 (application des règlements (CEE) n 148/71 puis (CE) n 883/24) Chaque année, les paiements effectués par la France en application

Plus en détail

Diplômes et insertion professionnelle

Diplômes et insertion professionnelle Diplômes et insertion professionnelle Béatrice Le Rhun, Pascale Pollet* Les conditions d accès à l emploi des jeunes qui entrent sur le marché du travail varient beaucoup selon le niveau de diplôme. Les

Plus en détail

Pension AOW pour les assurés hors des Pays-Bas

Pension AOW pour les assurés hors des Pays-Bas Pension AOW pour les assurés hors des Pays-Bas Sommaire Qu est-ce que la pension AOW? 2 A qui est destinée la pension AOW? 2 Quand aurez-vous droit à la pension AOW? 4 Résider dans un pays et travailler

Plus en détail

Couverture maladie universelle complémentaire

Couverture maladie universelle complémentaire Couverture maladie universelle complémentaire Aide pour une Vous trouverez dans ce dossier tout ce dont vous avez besoin pour obtenir : - la CMU complémentaire, ou - l Aide pour une, une présentation des

Plus en détail

Décembre 2009. Enquête nationale Officiel du Handicap/Deloitte

Décembre 2009. Enquête nationale Officiel du Handicap/Deloitte Décembre 2009 Enquête nationale Officiel du Handicap/Deloitte Sommaire Introduction La loi handicap Enquête nationale Officiel du Handicap/Deloitte Résultats de l enquête nationale Recrutement, sous-traitance,

Plus en détail

L évolution des formes

L évolution des formes L évolution des formes d emploi 5 décembre 2014 Conseil d orientation pour l emploi Plan de la présenta-on I. Les formes d emploi: un paysage en évolution et de plus en plus complexe II. Les causes de

Plus en détail

Retraité d un régime français d assurance vieillesse

Retraité d un régime français d assurance vieillesse Retraité d un régime français d assurance vieillesse Bulletin d adhésion Identification N de Sécurité sociale Nom... Nom de jeune fille... Prénoms... Date de naissance... Lieu... Nationalité... Je suis

Plus en détail

12. Le système monétaire

12. Le système monétaire 12. Le système monétaire Le rôle de la monnaie est fondamental. Imaginez une situation où aucun moyen de paiement ne ferait l unanimité : - Economie de «troc». - On échange des biens et services contre

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION RAPPORT INTERMÉDIAIRE MISE À JOUR DES INDICATEURS RELATIFS A L EMPLOI ET AU NIVEAU DE FORMATION

REGARDS SUR L ÉDUCATION RAPPORT INTERMÉDIAIRE MISE À JOUR DES INDICATEURS RELATIFS A L EMPLOI ET AU NIVEAU DE FORMATION REGARDS SUR L ÉDUCATION RAPPORT INTERMÉDIAIRE MISE À JOUR DES INDICATEURS RELATIFS A L EMPLOI ET AU NIVEAU DE FORMATION Regards sur l éducation Rapport intermédiaire Mise à jour des indicateurs relatifs

Plus en détail

Quel est le temps de travail des enseignants?

Quel est le temps de travail des enseignants? Quel est le temps de travail des enseignants? Dans les établissements publics, les enseignants donnent, en moyenne et par an, 779 heures de cours dans l enseignement primaire, 701 heures de cours dans

Plus en détail

La gestion des seniors dans l entreprise : Quels enjeux? Quelles actions?

La gestion des seniors dans l entreprise : Quels enjeux? Quelles actions? La gestion des seniors dans l entreprise : Quels enjeux? Quelles actions? Mireille HUGUET Chargée de Mission RH Seniors Présentation Mireille HUGUET Consultante RH et Bilan de compétences Chargée de Mission

Plus en détail

BELGIQUE. 1. Principes généraux.

BELGIQUE. 1. Principes généraux. BELGIQUE Les dépenses de protection sociale en Belgique représentent 27,5%PIB. Le système belge est de logique bismarckienne. La principale réforme récente concerne le risque maladie. 1. Principes généraux.

Plus en détail

Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux

Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux Claire de Kermadec* Les habitudes culturelles, la taille et la dynamique des marchés modèlent le paysage du commerce de détail en Europe.

Plus en détail

Veufs MARS 2015. Veuvage, vos droits. B Retraite de réversion. B Allocation de veuvage. B Autres prestations

Veufs MARS 2015. Veuvage, vos droits. B Retraite de réversion. B Allocation de veuvage. B Autres prestations Veufs MARS 2015 Veuvage, vos droits B Retraite de réversion B Allocation de veuvage B Autres prestations Veuvage, vos droits À la perte de votre conjoint, de nombreuses démarches sont à accomplir. L Assurance

Plus en détail

«Extrait du cahier de l OPEQ n 148»

«Extrait du cahier de l OPEQ n 148» «Extrait du cahier de l OPEQ n 148» LE CONTEXTE ECONOMIQUE DU PRF 2006-2007 PREQUALIFICATION, QUALIFICATION, ACCES A L EMPLOI En 2007, l emploi salarié privé en région tend à la hausse sur l ensemble des

Plus en détail

Un climat des affaires incertain

Un climat des affaires incertain AVRIL 2015 Un climat des affaires incertain Au premier trimestre, 39 % des TPE-PME rhônalpines ont observé une baisse de chiffre d affaires par rapport à la même période de 2014 et seulement 24 % une hausse.

Plus en détail

Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28

Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28 194/2014-15 décembre 2014 Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28 Par rapport à 2013, le revenu agricole réel par actif 1 a diminué de 1,7% dans

Plus en détail

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte La GRH constitue une préoccupation permanente de toute entreprise, de tout dirigeant, qu il s agisse de

Plus en détail

Ucanss. Protocole d accord relatif à l emploi des seniors et à la gestion des secondes parties de carrières

Ucanss. Protocole d accord relatif à l emploi des seniors et à la gestion des secondes parties de carrières Ucanss Protocole d accord relatif à l emploi des seniors et à la gestion des secondes parties de carrières Potocole d accord relatif à l emploi des seniors et à la gestion des secondes parties de carrières

Plus en détail

La stabilité des prix : pourquoi est-elle importante pour vous? Brochure d information destinée aux élèves

La stabilité des prix : pourquoi est-elle importante pour vous? Brochure d information destinée aux élèves La stabilité des prix : pourquoi est-elle importante pour vous? Brochure d information destinée aux élèves Que peut-on acheter pour dix euros? Et si, avec cet argent, vous pouviez acheter deux maxi CD

Plus en détail

Demandeurs d'emploi inscrits et offres collectées par Pôle emploi en Guyane en janvier 2015

Demandeurs d'emploi inscrits et offres collectées par Pôle emploi en Guyane en janvier 2015 DIECCTE DR Pôle emploi Demandeurs d'emploi inscrits et offres collectées par Pôle emploi en en janvier 2015 Demandeurs d'emploi inscrits en fin de mois à Pôle emploi Catégories A et A, B, C (en cvs) 24

Plus en détail

LE SYSTÈME DE RETRAITE

LE SYSTÈME DE RETRAITE LE SYSTÈME DE RETRAITE Le contexte Les questions posées Les réponses Les enjeux syndicaux > Le contexte Un système universel mais disparate 100 ans pour étendre la couverture vieillesse de base à toute

Plus en détail

UFR Etudes Interculturelles de Langues Appliquées. Evolution professionnelle des anciens du DESS/Master 2 ILTS

UFR Etudes Interculturelles de Langues Appliquées. Evolution professionnelle des anciens du DESS/Master 2 ILTS UFR Etudes Interculturelles de Langues Appliquées Enquête sur le marché de la traduction Evolution professionnelle des anciens du DESS/Master 2 ILTS Méthodologie Les données de ce document sont issues

Plus en détail

Les questions relatives aux finances publiques, longtemps réservées aux spécialistes, sont

Les questions relatives aux finances publiques, longtemps réservées aux spécialistes, sont CHAPITRE 1 LES FACTEURS STRUCTURELS DE LA HAUSSE DE L ENDETTEMENT PUBLIC DANS LES PAYS AVANCÉS Les questions relatives aux finances publiques, longtemps réservées aux spécialistes, sont revenues au cœur

Plus en détail

L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique

L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique Rapport 2014 Table des matières Le rapport 2014... 5 1. Différences salariales générales... 6 1.1 L écart salarial en salaires horaires et annuels...

Plus en détail

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE - Note de synthèse de l'institut CSA - N 1100760 Juin 2011 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris cedex 02 Tél. (33) 01 44 94 59 11

Plus en détail

Les comptes nationaux et le SEC 2010

Les comptes nationaux et le SEC 2010 Les comptes nationaux et le SEC 2010 7 ème séminaire de la Banque nationale de Belgique pour enseignants en économie du secondaire Bruxelles, le 22 octobre 2014 Catherine RIGO Plan de l exposé Introduction

Plus en détail

Comment va la vie en France?

Comment va la vie en France? Comment va la vie en France? L Initiative du vivre mieux, lancée en 2011, se concentre sur les aspects de la vie qui importent aux gens et qui ont un impact sur leur qualité de vie. L Initiative comprend

Plus en détail

Prendre sa retraite en France Droits, conditions et formalités de résidence. Natasha Lavy-Upsdale Service des Relations avec les Pays-hôtes

Prendre sa retraite en France Droits, conditions et formalités de résidence. Natasha Lavy-Upsdale Service des Relations avec les Pays-hôtes Prendre sa retraite en France Droits, conditions et formalités de résidence Natasha Lavy-Upsdale Service des Relations avec les Pays-hôtes Novembre 2011 Droit de libre circulation et de séjour des citoyens

Plus en détail

NOUVELLE CONVENTION D ASSURANCE CHÔMAGE

NOUVELLE CONVENTION D ASSURANCE CHÔMAGE IMPACT de la NOUVELLE CONVENTION D ASSURANCE CHÔMAGE MAI 2014 Page 1 sur 26 1. Impact global Issues de l accord signé en mars 2014 et valables pour 2 ans, les nouvelles règles d Assurance chômage ont été

Plus en détail

à Master professionnel Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2013 des diplômés de Master professionnel promotion 2011

à Master professionnel Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2013 des diplômés de Master professionnel promotion 2011 observatoire régional #41 Synthèse régionale août 2014 à Master professionnel Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2013 des diplômés de Master professionnel promotion 2011 2 899 diplômés de M2 professionnel

Plus en détail

Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011

Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 366 Novembre 2012 Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011 OBRVATION ET STATISTIQU ÉNERG En 2011, le prix du gaz a augmenté dans tous

Plus en détail

Le rôle de l état de santé chez les seniors de plus de 50 ans

Le rôle de l état de santé chez les seniors de plus de 50 ans Rencontre de la Chaire Transition démographique «PEUT-ON RÉFORMER LES RETRAITES SANS REPENSER LE TRAVAIL DES SENIORS?» Université Paris Dauphine, vendredi 19 février Le rôle de l état de santé chez les

Plus en détail

Régime à cotisation déterminée. On sait ce qu on met dedans; ce qu on retirera à la retraite dépend du rendement.

Régime à cotisation déterminée. On sait ce qu on met dedans; ce qu on retirera à la retraite dépend du rendement. Le Régime volontaire d épargne retraite (RVER) face au défi de la sécurité du revenu à la retraite des personnes salariées des groupes communautaires et de femmes et des entreprises d économie sociale

Plus en détail

Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne

Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne Dans la perspective de la première conférence franco-allemande sur l énergie qui se tiendra le 2 juillet prochain à Paris 1, il paraît

Plus en détail

Conditions tarifaires des principaux services financiers et bancaires au 1 er février 2015. intermédiaire en opérations de banque de Socram Banque

Conditions tarifaires des principaux services financiers et bancaires au 1 er février 2015. intermédiaire en opérations de banque de Socram Banque maif.fr Conditions tarifaires des principaux services financiers et bancaires au 1 er février 2015 intermédiaire en opérations de banque de Socram Banque Services financiers et bancaires La MAIF a fondé

Plus en détail

panorama des mobilités professionnelles des cadres édition 2012

panorama des mobilités professionnelles des cadres édition 2012 panorama des mobilités professionnelles des cadres édition 2012 DOCUMENT SOUS EMBARGO PUBLIABLE LE 28 JUIN 2012 A 0H01 Les études de l emploi cadre juin 2012 Bilan de la mobilité des cadres en 2011 Perspectives

Plus en détail

Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales»

Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales» Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales» Les chaînes d activité mondiales (CAM) Les chaînes d activité recouvrent la gamme complète des fonctions et des tâches

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012)

DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012) Février 2014 DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES MOUVEMENTS D EMPLOI D DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012) Délégation au DéveloppementD Économique, à l Emploi, à la Formation

Plus en détail

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE - Note de synthèse de l'institut CSA - N 1100760 Juin 2011 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris cedex 02 Tél. (33) 01 44 94 59 11

Plus en détail

Facilitez vos démarches, Étudiants étrangers. renseignez-vous avant de vous déplacer DÉMARCHES ADMINISTRATIVES. www.prefecturedepolice.

Facilitez vos démarches, Étudiants étrangers. renseignez-vous avant de vous déplacer DÉMARCHES ADMINISTRATIVES. www.prefecturedepolice. Facilitez vos démarches, renseignez-vous avant de vous déplacer DÉMARCHES ADMINISTRATIVES Étudiants étrangers Pour obtenir une information ou connaître l adresse du point d accueil le plus proche de chez

Plus en détail

GUIDE DES FRONTALIERS

GUIDE DES FRONTALIERS Avec le soutien de l Union européenne SOMMAIRE Fiche 1 Fiche 2 Fiche 3 Fiche 4 Fiche 5 Fiche 6.1 Fiche 6.2 Fiche 6.3 Fiche 7 Fiche 8 Fiche 9 Fiche 10 Fiche 11 Fiche 12 Fiche 13 Fiche 14 Fiche 15 Généralités

Plus en détail

Document N 2 Document de travail, n engage pas le Conseil Les durées d assurance validées par les actifs pour leur retraite

Document N 2 Document de travail, n engage pas le Conseil Les durées d assurance validées par les actifs pour leur retraite CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 9 juillet 214 à 9 h 3 «Carrières précaires, carrières incomplètes et retraite» Document N 2 Document de travail, n engage pas le Conseil Les durées

Plus en détail

Les parcours de fin de carrière des générations 1912-1941 : l impact du cadre institutionnel

Les parcours de fin de carrière des générations 1912-1941 : l impact du cadre institutionnel RETRAITE Les parcours de fin de carrière des générations 1912-1941 : l impact du cadre institutionnel Carine Burricand et Nicole Roth* Les fins de carrière des salariés du secteur privé et des entreprises

Plus en détail

Je suis sous procédure Dublin qu est-ce que cela signifie?

Je suis sous procédure Dublin qu est-ce que cela signifie? FR Je suis sous procédure Dublin qu est-ce que cela signifie? B Informations pour les demandeurs d une protection internationale dans le cadre d une procédure de Dublin en vertu de l article 4 du Règlement

Plus en détail